Page 1


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

، ‫أهدي هذا العمل البسيط إلى مساجين العالم‬ ً ، ‫هؤالء الذين لم يحالفهم الحظ لكي يكونو أشخاصا اخرين‬ " ‫إضطروا ألن يصبحوا " مجرمين‬ ‫وأولئك الذين‬ ّ ... ‫وال أنسى الذين أجرموا عن غير قصد‬

!! ‫إهداء خاص إلى مساجين أفكارهم‬

Je dédie ce modeste travail aux prisonniers du monde entier, Ceux qui n'ont pas eu le bonheur d'être autres que ce qu'ils sont devenus Ceux qui ont eu le malheur de le devenir, non par vocation mais par contrainte, Sans oublier ceux qui ont péché sans le vouloir... Je dédie ce travail, spécialement, à ceux qui se font prisonniers de leurs propres pensées

-II-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

REMERCIEMENTS

REMERCIEMENTS La réalisation de ce mémoire a été possible grâce au concours de plusieurs personnes à qui je voudrais témoigner toute ma reconnaissance. Je tiens à remercier sincèrement Mme Hind Karoui pour son aide, ses conseils, sa disponibilité et son extrême gentillesse. Mes remerciements s’adressent également à tous mes ami(e)s qui m'ont soutenu tout au long de mon cursus académique. Je remercie particulièrement mes parents qui ne cessent de m'aider tant moralement que matériellement ainsi que toute ma famille. Je tiens à remercier aussi les personnes que j'ai interviewé pour leur amabilité et serviabilité, A. Chargui, A. Amara, H. abidi, Ch. Amel, A. Azyz, Z. Taoufik, B. Amor. Hommage à mes grands-parents. Que Dieu le tout puissant leur accorde son infinie miséricorde.

-III-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

RESUME - ABSTRACT

RESUME Dans le cadre de notre mémoire d'architecture, nous visons une relecture "sensible" et "rationnelle" de l'espace carcéral en Tunisie. Notre objectif est de repenser ce lieu de punition, en tenant compte de la dimension psycho-physiologique de l'homme, de sorte que les détenus puissent, une fois leur peine accomplie, réintégrer et servir la société, se sentir utiles, et reprendre le chemin de la vie libre. Mots-clés : Ambiances, Conditions de détention, Délinquance primaire, Prison, Qualité de vie, Réinsertion sociale.

ABSTRACT We aspire a "sensible" and "rational" review of prison space in Tunisia. Our goal is to rethink the place of punishment, taking into account the psycho-physiological dimension of man, so that detainees once their sentences accomplished, return and serve society, to feel useful, and resume way of life free. Keywords : Ambience, Detention conditions, Primary delinquency, Prison, Quality of life, Rehabilitating

-IV-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Loi n°2001-52 du 14 mai 2001, relative à l'organisation des prisons telle que modifiée par la loi n°2008-58 du 4 août 2008 Dispositions générales Article premier - La présente loi régit les conditions de détention dans les prisons en vue d'assurer l'intégrité physique et morale du détenu, de le préparer à la vie libre et d'aider à sa réinsertion. Le détenu bénéficie, à cette fin, de l'assistance médicale et psychologique, de la formation et de l'enseignement ainsi que de l'assistance sociale tendant à préserver les liens familiaux. Art. 3. - Les prisons sont classées en trois catégories : - Les prisons de détention, y sont déposées les personnes détenues à titre préventif. - Les prisons d'exécution, y sont déposées les personnes condamnées à des peines privatives de liberté ou à une peine plus lourde. - Les prisons semi-ouvertes, y sont déposées les personnes condamnées, pour cause de délits, habilitées au travail agricole. Il est tenu compte de cette classification selon les moyens disponibles, toutefois, la séparation demeure, dans tous les cas, obligatoire au sein des prisons entre les personnes détenues à titre préventif et celles faisant l'objet de condamnation. Première partie : De l'incarcération Art. 6. - La classification des détenus est effectuée dès leur admission sur la base du sexe, de l'âge, de la nature de l'infraction et de la situation pénale selon qu'il s'agisse d'un détenu primaire ou récidiviste. Art. 13. - Le détenu est soumis, dès son incarcération, à la visite médicale du médecin de la prison ; s'il s'avère qu'il est atteint d'une maladie contagieuse, il est isolé dans un pavillon aménagé à cet effet. Art. 15. - Les détenus sont accueillis dans des chambres suffisamment aérées et éclairées, elles doivent en outre être équipées des installations sanitaires nécessaires. L'administration de la prison est aussi tenue de fournir à chaque détenu un lit individuel et ses besoins en couvertures. Art. 16. - Les détenus, leurs chambres et leurs effets sont soumis au contrôle et fouille, périodiquement et chaque fois qu'il est jugé nécessaire aussi bien de nuit que de jour. Deuxième partie : Des droits et obligations des détenus Art. 17. - Tout détenu a droit à : 1) La gratuité des subsides. 2) La gratuité des soins et des médicaments à l'intérieur des prisons et, à défaut, dans les établissements hospitaliers, et ce, sur avis du médecin de la prison. 3) La fourniture des produits de rasage et de toilette conformément aux règlements en vigueur. 4) Une douche au moins par semaine et chaque fois que cela est jugé nécessaire par le médecin de la prison. […] Art. 19. - Le détenu bénéficie : 1) De la fourniture d'outils d'écriture, de livres de lecture, de revues et de journaux quotidiens, et ce, par l'intermédiaire de l'administration de la prison et conformément aux règlements en vigueur. Une bibliothèque munie de livres et revues destinés à la lecture est installée dans chaque prison. 2) De la fourniture d'autres documents écrits lui permettant de poursuivre les programmes d'études dans les institutions d'enseignement, et ce, à partir de la prison. 3) Des programmes d'enseignement, de culture et de sensibilisation dispensés par l'administration de la prison. 4)De la sortie pour la promenade quotidienne dont la durée ne peut être inférieure à une heure. 5) Des activités culturelles et sportives supervisées par un fonctionnaire spécialisé relevant de la direction de la prison selon les moyens disponibles. 6)Des programmes de loisirs conformément aux règlements en vigueur. 7) D'un emploi rémunéré dans la limite des moyens disponibles, et ce, pour les détenus faisant l'objet de condamnation et sans que les séances de travail ne puissent dépasser la durée légale. Un arrêté commun du ministre chargé des prisons et de la rééducation et du ministre des affaires sociales définit le mode et conditions de rémunération. […] © Journal

-V-

Officiel de la République Tunisienne.


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS

III

RESUME - ABSTRACT

IV

INTRODUCTION GENERALE

11

1. Présentation du sujet

11

2. Problématique

12

3. Méthodologie d'approche

15

CHAPITRE 1 : LES PRISONS TUNISIENNES AUJOURD'HUI : SYSTEME JUDICIAIRE ET CONDITIONS DE DETENTION

ERROR! BOOKMARK NOT

DEFINED. 1.1 Introduction

17

1.2 Cadre actuel

17

1.3 Inadaptations des prisons à l'égard des peines affligées

19

1.3.1 La vie derrière les barreaux

19

1.3.1.1 Moment de la visite

20

1.3.1.2 Moment de la balade

21

1.3.1.3 Le dortoir

22

1.3.1.4 La cellule

26

1.3.2 Simulation d'une journée-type d'un prisonnier

27

1.3.2.1 Journée d'un prisonnier "ordinaire"

27

1.3.2.2 Journée d'un prisonnier-travailleur dans la cuisine

28

1.3.3 Cas de la prison de Béja

28

1.3.3.1 Présentation générale

28

1.3.3.2 Organisation spatiale

29

1.3.3.3 Circuits

30

1.3.3.4 Synthèse

30

1.3.4 Cas de la prison de Monastir

31

1.3.4.1 Présentation générale

31

1.3.4.2 Organisation spatiale

31

-VI-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

1.3.4.3 Circuits

33

1.3.4.4 Synthèse

34

1.3.5 Cas de la prison de Mornaguia

35

1.3.5.1 Présentation générale

35

1.3.5.2 Organisation spatiale

36

1.3.5.3 Entités fonctionnelles

36

1.3.5.4 Circuits

37

1.4 Culture et éducation dans les prisons tunisiennes 1.4.1 Rôle de la société civile

38 38

1.4.1.1 Ateliers de théâtre et de création cinématographique

38

1.4.1.2 Projection de films lors des JCC

39

1.4.1.3 Collecte de livres pour les bibliothèques des prisons

40

1.5 Synthèse

41

CHAPITRE 2 : LES ALTERNATIVES ET LES SOLUTIONS ARCHITECTURALES REPEREES L'ECHELLE INTERNATIONALE

43

2.1 Introduction

44

2.2 Aperçu historique

44

2.2.1 L'architecture pénitentiaire en France

45

2.2.2 L'expérience pénitentiaire irlandaise

48

2.2.3 L'expérience pénitentiaire contemporaine

50

2.3 Projets carcéraux de référence

52

2.3.1 Exemples de modèles de détention de qualité

52

2.3.1.1 Prison pour Femmes en Islande

52

2.3.1.2 Centre pénitentiaire de Saint-Denis

54

2.3.1.3 Prison Halden en Norvège

56

2.4 Synthèse

57

CHAPITRE 3 : LA CONCEPTION D'UNE PRISON DESTINEE AUX DELINQUANTS PRIMAIRES A TATAOUINE

60

3.1 Introduction

61

3.2 Projet d'une prison pour délinquants primaires

61

3.2.1 Justification du choix de la prison

61

3.2.2 Justification du choix du site

62

3.2.3 Délimitation du terrain

63

3.3 Processus de conception de la prison

65

3.3.1 Parti architectural

65

-VII-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

3.3.2 Choix conceptuels

65

3.3.3 Programme fonctionnel

67

3.3.3.1 Zone hors détention : programme quantificatif

69

3.3.3.2 Zone d'entre-deux : programme quantificatif

70

3.3.3.3 Zone de détention : programme quantificatif

70

3.3.4 Esquisses de départ

71

3.3.4.1 Première proposition

71

3.3.4.2 Deuxième proposition

71

3.3.4.3 Projet final

73

CONCLUSION GENERAL

79

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

80

REFERENCES WEBOGRAPHIQUE

83

TABLE DES FIGURES

84

-VIII-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Sur cette étoile de gazon c’est elle. C’est elle dans cette maison déserte C’est elle dans cette rue sombre C’est elle sur ce monument C’est elle parmi ces sauvages C’est elle sur ce sein mendiant C’est elle dans la neige là Toujours derrière un mur Comme au fond d’un ravin. Paul Eluard, Les mains libres (1937)

-IX-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

-X-


INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERAL

‫ الشيخ العفريت‬- ‫أنا ماذابيا نعيش بكيفي في حرية‬

1. Présentation du sujet Dans une société où l'éducation et l'encadrement social témoignent d'un état de dégradation avancé et de plus en plus sévère, la délinquance est désormais au rendezvous . De plus en plus, des milliers de jeunes se trouvent confrontés à un environnement malsain et menaçant, où pauvreté, chômage, émargination, manque d'affection, maltraitance, insécurité, problèmes familiaux, ne laissent plus de place à l'épanouissement et à la réalisation individuelle1. Le jeune délinquant vit une véritable pathologie2. En absence de suivi et d'encadrement rapproché, en absence d'éducation raisonnée et équilibrée, il se fait "enliser dans les sables mouvants de la délinquance", et devient incapable d'acquérir le recul nécessaire, et de mesurer la portée de ses actes. S'il se fait prendre, il se retrouvera seul, derrière les barreaux d'une prison où s'entasse des milliers d'"êtres perdus"... Une fois emprisonné, il connaîtra l'oppression, et sera davantage maltraité, marginalisé et mal compris. Il sera jugé. Il sera puni, dans un milieu fondamentalement "criminogène" qui regorge de situations dangereuses, à la limite de l'extrême. En effet, la prison est considérée un lieu de débarras des personnes que la société rejette. Elle représente, pour la plupart d’entre nous, le lieu où sont exilées les personnes qui représentent un "danger" pour la société. Partant de ce constat général, nous aspirons à travers notre mémoire d'architecture, une relecture "sensible" et "rationnelle" de l'espace carcéral en Tunisie. Notre objectif est de repenser ce lieu de punition, en tenant compte de la dimension psycho-physiologique de l'homme, de sorte que les détenus puissent, une fois leur peine accomplie, réintégrer et servir la société, se sentir utiles, et reprendre le chemin de la vie.

1

Sebastian Roché, La délinquance des jeunes, Paris : Seuil, 2001, 320 p.

2

M. Rouyer et M. Drouet, L'Enfant violenté, Le Centurion, 1986 ; J. Ferrandi et M. Gayda, « La violence familale :les parents indignes », Actualités psychiatriques, 1989, 2, p. 11-18.

-11-


INTRODUCTION GENERALE

2. Problématique Les prisons tunisiennes souffrent d'une forte dégradation tant de point de vue humain qu'architectural. La prison de Borj Erroumi à Bizerte, par exemple, est un prototype de modèle de casernes transformées en espace carcéral. Toutefois, l'opération de reconversion effectuée s'est limitée à une transposition systématique de la nouvelle fonction, sans adapter et modifier l'organisation interne des espaces. Aujourd'hui, la prison garde son caractère militaire, et présente de fortes conditions de salubrité, surtout en hiver. Le docteure de droit et photographe tunisienne Héla Ammar, auteure d'un ouvrage richement illustré et documenté sur les prisons tunisiennes post révolutionnaires 3, dit ceci : "Les prisons ressemblent à des squats aménagés à la hâte. Ce sont d’anciennes fermes coloniales ou des bâtiments très anciens, mal éclairés, sales, puants, froids et humides en hiver et suffocants en été. Ils ne répondent pas aux normes de sécurité"4. Un autre facteur qui caractérise les centres de détention locaux, est l'encombrement dû à la surpopulation. En effet, contrairement aux dispositions de la loi tunisienne (Loi n°2001-52 du 14 mai 2001, relative à l'organisation des prisons, article 3) 5 et des textes internationaux, les primo délinquants sont mêlés aux récidivistes, aux détenus en état d’arrestation préventive, aux criminels dangereux et aux condamnés à de longues peines6. Cet amalgame est non seulement dangereux, mais aussi il favorise le récidivisme. D’un lieu de repentance, la prison devient alors l’école du crime. Ceci est déduit à partir de plusieurs témoignages de prisonniers récoltés par Héla Ammar dans son ouvrage Corridors. Nous reprenons ci-dessous, un de ses témoignages poignant et assez significatif de l'inefficacité du système pénitentiel actuel et un autre d'un prisonnier que j'ai interviewé : 

3

"Parce qu’en prison, même si on ne l’est pas, on apprend à l’être [criminel]", raconte un détenu. Il me montre son pied et me dit : "Voilà ce que j’ai appris en prison : je me suis tatoué ça avec la suie d’un pot de yaourt cramé et une aiguille, c’est courant ici. Mais ce n’est pas tout, j’ai appris à tricher, à voler et je pourrais même tuer. Mes compagnons de cellule m’ont appris comment m’y prendre !". "Après deux ans de prison ferme pour vente illicite d'alcool, je me suis retrouvé dans la même prison encore une fois pour le trafic de drogue. La prison m'était

Héla Ammar, Corridors, Tunis: Cérès édition, 2015.

4

Reportage en ligne "Plongée dans les prisons tunisiennes", in Middel Esat Eye, édition française. url : http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/plong-e-dans-les-prisons-tunisiennes-2134233984 5

Voir supra.

6

Héla Ammar, op.cit.

-12-


INTRODUCTION GENERALE

une école de crime, c'est là bas où j'ai tout appris, j'ai connu des personnes qui m'ont facilité la vente... Après tout c'est plus lucratif ".7 Tableau 1 : Divers profils des détenus

Statistiques des détenus selon le type du délit % Vol et cambriolage

31

Stupéfiant

26

Homicide

11

Violence et possession d’arme

03

Séquestration

03

Viol et attentat à la pudeur

03

Autres délits

17

Source : Rapport sur la situation des prisons en Tunisie 2014

Selon une étude faite sur la prison de Bizerte, les statistiques montrent qu'elle accueille 356 prisonniers avec une capacité de 262 lits seulement. Quant à la prison de Sousse, elle n’est capable d’accueillir que 842 prisonniers, et pourtant, 1748 prisonniers y résident8. Le taux d'encombrement dépasse les 120% ! Ce taux est évalué à 150,6% dans la prison de Kasserine, 138,2% dans la prison de Kairouan et 115,6% dans celle de Messaadine (Sousse). « Ces taux ont été calculés sur la base du nombre de lits et de la superficie des cellules carcérales », précise le rapport du Haut commissariat des Nations Unies pour les droits de l’Homme (HCDH)9. Il va sans dire qu'une telle situation induit à un climat de tension, non seulement entre les prisonniers eux-mêmes, mais aussi avec le personnel de la prison. Elle peut influencer la psychologie du détenu ainsi que son comportement. Elle nourrit la violence et la haine, ce qui engendre de sérieux problèmes d'insertion et empêche le processus de la rééducation sociale. C’est ce qu’affirme le psychologuepsychothérapeute Albert J. M. Wessendrop qui dit : "La frustration due à la forte densité démographique peut se manifester par l'agression mutuelle et peut, dans certains cas, conduire à des meurtres et à des suicides. Plus le nombre de personnes frustrées est élevé, plus élevé sera le nombre d'incidences avec des cas mortels."10

7 8 9

témoignage du prisonnier récidiviste que j'ai interviewé. B.amor. http://www.leconomistemaghrebin.com/2013/09/14/en-perdition-linstitution-carcerale-aspire-a-la-reforme/ http://hcdh-tunisie.org/wp-content/uploads/2015/02/Rapport-sur-la-situation-des-prisons-en-Tunisie.pdf

10

Albert Wessendrop, "Les aspects psychologiques du problème de la surpopulation", 2010.

-13-


INTRODUCTION GENERALE

Rajouté à cette surcharge le manque de gardiens au sein de la prison, une tension entre les détenus et le personnel rend encore plus insupportable la vie quotidienne des prisonniers. La prison civile du Kef en est bien l’exemple, où chaque gardien de prison est responsable à lui seul de 76 détenus. Ce qui multiplie les risques de bagarres et réduit la capacité des gardiens à maîtriser la situation. Dans l’inconscient populaire tunisien, la prison est un lieu du non retour où le loisir ne devrait pas avoir sa place. C'est l'endroit associé à la répression, à la punition, à l'enfermement et à la privation. Le condamné, quelque soit la nature de sa peine, est considéré principalement « déviant »11, « dangereux et néfaste ». Même après sa libération, un ancien prisonnier subit le rejet et la marginalisation de la part de son entourage. A ce propos, un ancien détenu de 23 ans avec qui nous avons discuté, a dit ceci : "On m'a condamné à un an de prison pour un joint, ma sortie fut 6 mois après, je me suis retrouvé libre, mais pas pour longtemps, notre société m'a condamné à la prison à vie par sa mentalité." Des réformes à l'intérieur des prisons et des méthodes nouvelles de rééducation sont désormais primordiales pour permettre à celui qui a commis une faute ou a été victime d'une faiblesse voire d'un « accident de parcours », de retrouver le bon chemin, celui de la moralité , de la probité et de la vie sociale. Il va sans dire que des réformes au niveau du système judiciaire sont également nécessaires. Mais ceci, dépasse notre domaine d'action. " Même la meilleure prison ne sera jamais assez bonne.....Je ne dis pas que tous ces gens sont innocents, je prétends que s'ils sont ici, ce n'est pas pour tous les crimes qu'ils ont commis mais bien à cause de la couleur de leur peau, de leur manque d'éducation, du fait qu'ils sont pauvres. S'ils s'insurgent ce n'est pas pour avoir le droit de fumer ou de voir leurs femmes, ce n'est même pas contre leur condition de vie, c'est pour que la société prenne ses responsabilités ! C'est pour dénoncer tout l'horrible système judiciaire ! Il ne nous faut pas plus de prisons, de plus grandes prisons, de meilleurs prisons, il faut une meilleure justice." (Détenu Karim Said, série télévisée "OZ", saison 1, épisode 8 ).

11

Texte de présentation du Colloque International L'état de la prison en Tunisie : Entre Archaïsme et refoulement. 67 juin 2014. Tunis. Disponible à cette adresse : http://www.otsg.org/index.php/actualites/20-l-etat-de-la-prison-entunisie-entre-archaisme-et-refoulement (consulté le 18 mars 2016).

-14-


INTRODUCTION GENERALE

Figure 1 : Ministère de la justice © Héla Ammar (gauche). Tuniscope.com (droite)

Dans le cadre de notre mémoire d'architecture, nous nous interrogeons essentiellement sur les points suivants : -

En dépit du système judiciaire actuel, comment une organisation adéquate, sensible et flexible des espaces de détention, peut contribuer à lutter contre l'oppression, le sentiment de frustration, la violence et la dégradation psychologique des détenu(e)s ?

-

Quelles solutions opérationnelles à mettre en œuvre dans une prison destinée spécifiquement aux délinquants primaires, afin d'améliorer les conditions de vie au quotidien des détenus ?

3. Méthodologie d'approche Au vu de notre problématique, nous avons structuré notre étude en trois parties. Le premier volet présente un état de la situation locale actuelle de la prison. Il aspire à dresser une lecture critique du système judiciaire à l'égard des conditions de détention enregistrées auprès des arrêtés (Chapitre 1). Le deuxième volet constitue le cadre référentiel de notre étude. Il s'agit de présenter des remèdes, des alternatives et des solutions architecturales et sociales - appliquées dans le monde occidental - pour améliorer la qualité de vie des détenus dans les prisons. Trois projets de prisons contemporaines ont été repérées comme modèle de conception, "exemplaire", offrant des conditions de vie acceptables (Chapitre 2). Le troisième volet de notre mémoire, présente la démarche conceptuelle aboutissant à la définition de notre parti architectural, de nos choix constructifs, et de notre projet d'application (Chapitre 3). Prisons contemporaines "exemplaires"

Prisons tunisiennes aujourd'hui - Regard critique - Regard critique -

Projet d'application Prison des délinquants primaires à Tataouine

-15-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

-16-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

‫السجن اسفنجة ضخمة تمتص الحكايات والمعاناة والشوق لتعصرها وتفرغها بأشكال‬ 12

‫كثيرة‬

1.1 Introduction Le présent chapitre est un état des lieux des prisons tunisiennes. Il a été mené en nous basant sur des témoignages d'anciens détenus et des gens ayant bien fréquenté le milieu carcéral. Notre objectif serait de dégager les répercussions du système judiciaire actuel sur les conditions de détention telles qu'elles sont racontées et vécues par les personnes concernées.

1.2 Cadre actuel Le Colloque International "L'état de la prison en Tunisie : Entre Archaïsme et refoulement", tenu à Tunis en juin 2014, et organisé par l'Observatoire tunisien de la sécurité globale, a posé des questionnements de fond quant à l'urgence d'une réforme de l'administration pénitentiaire. Il a été également l'occasion de dresser un état des lieux sur les difficultés que connaissent actuellement les prisons tunisiennes. Dans le texte de présentation nous pouvons lire ce qui suit : " la prison est un lieu de pouvoir. Organisée sur le modèle militaire, l’administration pénitentiaire en Tunisie est fortement hiérarchisée. Les structures et les règles de fonctionnement laissent peu de place à l’interprétation ou à l’initiative individuelle. Les surveillants et les gardiens sont les subordonnés d’une administration qui décide, qui fixe les normes et qui les impose. Point de dialogue. Les agents sont dans l’exécution. Souffrant d’une image peu flatteuse sur le plan social, ces derniers se trouvent confronter à un milieu carcéral hyper violent et un manque de formation criant."13 Selon le rapport du Haut commissariat des Nations Unies pour les droits de l’Homme (HCDH), et le ministère de la justice, il existe en Tunisie : 

07 centres de rééducation des mineurs délinquants : de Gammarth, d'el Mourouj, de Mjez El- Bab, de Sidi el Hani, de Agareb, d'el Mghira et de Souk Ejjdid

28 prisons dont 19 unités de détention préventive et 8 prisons d’exécution14 :

12 Haikel Hazqi, ‫[ الزندالي | أغاني السجون التونسية‬en ligne]. url : http://ma3azef.com (consulté juin 2015) 13 Texte de présentation du Colloque International "L'état de la prison en Tunisie : Entre Archaïsme et refoulement". 6-7 juin 2014. Tunis. Disponible à cette adresse : http://www.otsg.org/index.php/actualites/20-l-etat-de-la-prison-entunisie-entre-archaisme-et-refoulement (consulté le 18 mars 2016). 14 Ministère de la justice. url : http://www.e-justice.tn/index.php?id=581

-17-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

A cette liste, nous ajoutons la prison de Bouchoucha [caserne faisant office de lieu de détention], et les centres de détention de Douz, d'el-Gorjani, de Borj el-Amri, la prison de l'île de Zembra et la prison militaire de Tunis15. La prison de Mornaguia avec ses 100 Hectares, est la plus grande du pays en termes d'effectif et de superficie. Prison de Mornaguia (régionale) Prison de Rabta Prison de Borj El Amri (régionale) Prison des femmes de La Manouba Prison de Mornag Prison de Zaghouan Prison de Saouaf Prison de Bizerte Prison de Borj Erroumi (régionale) Prison d'Ennadhour (régionale) Prison de Béja Prison du Kef Prison d'Eddir au Kef Prison Sawef du Sers Prison de Kasserine (régionale) Prison de Jendouba Prison de Seliana Prison de Messaadine Prison de Monastir Prison de Mahdia (régionale) Prison de Kairouan Prison de Houareb Prison de Gafsa Prison de Sidi Bouzid Prison de Sfax (régionale) Prison de Gabès

Carte 1 : Répartition géographique prisons et des centres de rééducation Travail personnel

Prison de Harboub à Médenine Prison de Rjim Maatoug

Source : Ministère de la justice. * Les prisons indiquées en gras, ont fait l'objet de notre investigation.

15

http://www.tunezine.tn/read.php?1,116771,116771#msg-116771(consulté le 18 mars 2016).

-18-

des


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

1.3 Inadaptations des prisons à l'égard des peines affligées Pas toutes les peines méritent un emprisonnement identique. A notre avis, il ne faut pas confondre un centre de détention, d'un centre pénitencier, d'une maison d'arrêt et d'une maison centrale. Malheureusement en Tunisie, les deux modèles dominants sont le centre de détention préventive et la prison d'exécution. Le premier modèle reçoit les prévenus et les condamnés dont le reliquat de peine est inférieur à un an. Les prévenus sont les personnes détenues qui n’ont pas encore été jugées ou dont la condamnation n’est pas définitive. Alors que les condamnés, sont les détenus en vertu d’une condamnation judiciaire définitive. En nous référant au texte de loi régissant l'Administration pénitentiaire du Ministère de la Justice française (service de la communication et des relations internationales, mai 1999), ces centres de détention préventive sont des "maisons d'arrêt". Le deuxième modèle reçoit non seulement les condamnés considérés comme présentant les perspectives de réinsertion les meilleures, mais également les condamnés les plus difficiles. Leur régime de détention est essentiellement axé sur la sécurité. Nous remarquons donc que le système local ne fait pas de distinction entre un centre de détention et une "maison centrale". Nos prisons d'exécution sont des centres pénitenciers, qui comprennent des régimes de détention différents. Un tel amalgame aura nécessairement des répercussions sur la qualité de vie derrière les barreaux. 1.3.1 La vie derrière les barreaux Dans la prison, la notion de l’espace-temps devient un facteur générateur de la vie du détenu, et qui obéit à un rythme bien précis. D'une manière générale, le temps est mal vécu. Le contrôle trop pesant sur la liberté d’action des détenus affectent d’une manière ou d’autre l’organisation des activités. Dans le but de comprendre et d'analyser les espaces vécus par les prisonniers, nous nous sommes basés sur plusieurs témoignages des anciens prisonniers, avec lesquels nous avons eu de longues discussions. Il s'agit d'un jeune homme de 30 ans, qui a connu la prison en 2009 pendant 8 mois. "Avec la bêtise humaine qui est infinie, il y a le temps carcéral qui est interminable. On m'a condamné à 5 ans de prison, mon soucis majeur était le temps. Comment vais-je pouvoir le remplir et par quoi, ou devrai-je simplement l'ignorer ?". Et il ajoute : "Le temps en tant que grandeur physique est le même, un jour compte 24 heures, un an est égal à 365 jours. Le temps carcéral quant à lui, n'est pas du tout le même. Il s'étire inlassablement. Dans la prison, le temps existe certes mais une fois la peine effectuée, il ne se vit guère puisque toutes les activités sont conditionnées et planifiées".

-19-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Tahar Ben Jalloun, en se basant sur le récit d'un ancien détenu, décrit ce ressenti face à l'atemporalité, au temps qui ne passe jamais, et qui "perd sa valeur de présent et devient une quantité vide de sens". Il écrit : "Je me suis arrêté du côté du néant, là où le temps est aboli, rendu au vent, livré à cette immense plage de drap blanc que secoue une brise légère, donné au ciel vidé de ses astre"16.

Figure 2 : Couvertures du roman de Tahar Ben Jalloun

"Durant une petite heure, j'ouvris grands les yeux, et même la bouche, en vue d'avaler le plus de lumière possible. Aspirer la clarté, la stocker à l'intérieur, la garder comme refuge, et s'en souvenir chaque fois que l'obscurité pèse trop sur les paupières. Je me mis torse nu, pour que ma peau s'en imprègne et accapare ce bien précieux".17 Dans ce tourbillon d'émotions, le prisonnier se trouve en état d'attente de quelque chose. L’absence des activités culturelles ou sportives, ainsi que l'absence des moments d'évasion et de création artistique, limitent les espaces fréquentés et les événements vécus par le détenu. Ceux-ci peuvent désormais se restreindre à quatre espaces majeurs (dortoir, cellule, parloir, aria) et deux événements marquants : la visite hebdomadaire de la famille et la balade journalière. 1.3.1.1 Moment de la visite La visite marque une lueur d'espoir fortement attendue. Elle est associée au couffin, qui participe en grande partie dans la hiérarchisation des détenus. "Le prisonnier vaut bien son couffin" (Abdallah, ancien prisonnier politique).

16

Tahar Ben Jalloun, Cette aveuglante absence de lumière, Paris : Seuil, 2001.

17

Idem.

-20-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

La visite se déroule dans un espace réduit, le parloir, séparé par un grillage ou bien par une paroi en plexiglas18 afin d'empêcher tout contact physique : "Ma mère qui tente de me toucher les doigts à travers le grillage du parloir, elle qui, sa vie durant, n’avait jamais cessé de me serrer dans ses bras et de me bercer comme un nourrisson. Même à soixante ans."19

Figure 3 : Le parloir Croquis personnel (gauche). © Héla Ammar (droite)

1.3.1.2 Moment de la balade La balade est le seul moment d'évasion. Elle se déroule dans un espace réduit, l'"aria", non aménagé, le sol bétonné et les murs et les coins sont souvent infectés par les mousses et les champignons. Quant au plafond, il est couvert par un grillage laissant passer air et lumière. "Même le ciel on le voit en partie"20. "‫( "كرهت الحيوط نحب نشيع عيني للسماء‬Témoignage d'un prisonnier)

18

Cas assez rare dans les prisons tunisiennes. Ce système prévoit la possibilité de se parler au téléphone à travers la glace. Figure 4 : L'aria 19 Héla Ammar, op.cit. 20

Croquis personnel (gauche). © Héla Ammar (droite)

Idem.

-21-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

1.3.1.3 Le dortoir Le dortoir n'est pas individuel. "Il peut contenir dans certains cas jusqu'à 200 prisonniers, pour une capacité originelle de 50. Le plan est généralement oblong, pouvant atteindre les 100 m² avec 5m de largeur et 20m de longueur"21. La surpopulation entraîne un chahut qui provoque un climat de tension permanente et peut générer par la suite des déviances de violences comme les viols et d'autres abus. Le surnombre génère également de sévères problèmes d'organisation spatiale. Il arrive que les détenus dorment à deux dans un même lit, ou bien par terre. Contrairement à ce que la loi et les textes internationaux préconisent, le dortoir abrite tous les profils, quelque soit la gravité du crime commis et quelque soit leur âge (récidivistes, primo-délinquants, jeunes et moins jeunes...). La pièce est divisée selon une hiérarchie imposée par le "Cabran", qui occupe le rôle de "chef de la chambrée". Alors que les riches et les "forbans" occupent l'entrée, le milieu est destiné aux détenus qui ont passé une longue période dans la pison et ont établit de bonnes relations avec le chef. Quant aux délinquants primaires, les nouveaux prisonniers et les marginalisés, ils sont placés tout au fond. Vu l'encombrement de la chambre, certains dorment à même le sol, au niveau du couloir de fond.

Figure 5 : Vues de l'intérieur d'un dortoir

© Héla Ammar

Le schéma ci-après montre la disposition des lits "officielle" dans une cellule de la prison de Monastir. Elle nous a été décrite et restituée graphiquement par un ancien gardien de la prison que nous avons eu l'occasion d'interroger. Il s'agit bien d'un

21 Héla Ammar, op.cit.

-22-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

aménagement classique de l'espace du dortoir, où les lits sont disposés en rangées selon l'axe longitudinal. Le dortoir, qui est censé être un lieu de repos et de sommeil, se transforme en un espace plurifonctionnel. "Tous (y) dorment, mangent, fument, font leurs besoins et parfois s'y lavent."22

Figure 6 : vues de l'intérieur sur le dortoir source : un reportage de Al Yawm Althamen, "El Hiwar Ettounsi" saison03 épisode 30

Pour cette raison, les détenus une fois installés, se le réapproprie en y opérant des modifications importantes. Ils créent des entités fermées, avec des lits disposés en U. L'espace central sera destiné au manger et aux discussions, alors que le lit proprement dit au repos.

Figure 7 : Restitution de la disposition originelle dans le dortoir de la prison de Monastir Esquisse (gauche). Dessin auteur (droite)

22 Idem.

-23-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Espace central

Disposition des lits

Toilettes

Espace de circulation

Figure 8 : Disposition réadaptée par les prisonniers

Figure 9 : le dessous des lits est aménagé en espace pour dormir source : un reportage de Al Yawm Althamen, "El Hiwar Ettounsi" saison03 épisode 30

Figure 10 : Schématisation de la nouvelle disposition des lits Dessin auteur (droite)

Le prisonnier passe sa journée dans un espace obscur et mal aéré, où les fenêtres, quand elles existent, sont petites et hautes. En été, le problème de l'aération s'aggrave : "avec la grande chaleur ambiante, tous étaient torse nu et leurs corps luisaient de sueur.

-24-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

L'aération était permise par les rares meurtrières situées à hauteur du plafond. On se serait cru dans une chambre chaude de hammam. La différence c'est qu'eux y vivent en permanence."23 "Quand on entre dans la chambrée le jour, on a du mal à voir le fond, quant à la nuit on n'y voit plus rien" nous a confié le jeune ex-détenu de la prison du Kef.

Figure 11 : Obscurité du dortoir Dessins auteur

Le manque d'air et de lumière, la surpopulation, l'insalubrité, le manque d'hygiène 24, ont des impacts négatifs sur la psychologie des détenus ainsi que sur leur santé physique. "Des cafards, 44 lits pour 94 détenus, une hygiène inexistante" raconte Ronny De Smet, un ancien prisonnier dans la prison de Sousse.25 Des maladies d'origine infectieuses, telles que la gale et la mycose, sont assez répandues dans les milieux carcéraux tunisiens. Des répercussions néfastes sur la vue et sur l'appareil respiratoires sont aussi très fréquentes26.

23 Idem. 24

Suite à la visite du ministre de la Justice, Mohamed Salah Ben Aïssa à la prison de la Rabta à Tunis en 2015, il s'est révolté contre l'état de la cuisine "Ce n’est pas une cuisine, c’est une poubelle. Vous êtes en train de vous tourner les pouces alors que cet endroit est sale et négligé". url : http://kapitalis.com/tunisie/2015/08/26/prison-de-la-rabta-24heures-pour-remedier-aux-problemes-dhygiene/ 25

http://www.businessnews.com.tn/temoignage-de--lenfer--vecu-par-un-touriste-belge-emprisonne-entunisie,520,43381,3 26 "Nombre d’occupants de ces chambrées ont connu une baisse de la vue. Hassen Naïli a vu son acuité visuelle baisser de -2 à -7, Samir Dilou de -1,5 à -4,5. D’autres ont hérité de maladies respiratoires et de sensibilité". url : https://nawaat.org/portail/2004/10/02/la-tragedie-des-prisonniers-politiques-en-tunisie/ (consulté mars 2016)

-25-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Figure 13 : vue sur l'espace sanitaire du dortoir

Figure 12 : collecte de la poubelle à l'intérieur des dortoirs

source : un reportage de Al Yawm Althamen, "El Hiwar Ettounsi" saison03 épisode 30

1.3.1.4 La cellule En cas de sanction disciplinaire à cause d'une désobéissance ou d'une mauvaise conduite, les détenus sont mis dans des cellules individuelles, appelées en dialecte tunisien silloun. Il s'agit d'une chambrette de 02m² environ, " souvent non meublée et non éclairée. Le détenu dort par terre et fait ses besoins dans une petite cuvette séparée du reste de la cellule par un muret."27 Privé des balades, des visites et de toute sorte de communication pendant la période d'isolement, le détenu endure des conditions très difficiles voire inhumaines qui peuvent dans certains cas le rendre fou. Pour combattre la solitude et le désespoir, il établit des liens avec les insectes et les rats : "ils me tiennent compagnie... je n'ai personne d'autre à qui parler... ils ne me répondent pas mais ils ne me jugent pas non plus..."28 Selon la réglementation en vigueur, la durée de l'isolement ne peut pas dépasser les 10 jours, mais ce n'est que de la pure théorie. Héla Ammar reporte un témoignage d'un ancien prisonnier qui dit que parfois, "ils vous laissent croupir dans le Silloun pendant des mois".29

Figure 14 : Vues d'une cellule © Héla Ammar 27

Héla Ammar, op.cit.

28

Idem.

29

Idem.

-26-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

1.3.2 Simulation d'une journée-type d'un prisonnier Afin de rendre compte du programme d'activités d'un prisonnier dans les prisons tunisiennes, nous avons dressé deux profils possibles, ayant trait respectivement à un "détenu-travailleur" et à un détenu "ordinaire". Le travailleur dispose de plus de liberté au niveau de ses déplacements dans la prison. Il s'occupe généralement soit des affaires de la cuisine, soit de la réception et distribution des couffins, ou encore de la propreté des douches. Ce que nous présentons ci-après, sont deux simulations figurées d'une journée type, établies à partir des témoignages que nous avons recueilli auprès d'un ancien fonctionnaire de la prison de Monastir. 1.3.2.1 Journée d'un prisonnier "ordinaire"

07h30 Réveil 06h30 Réveil (Jour du procès)

14h30 Compte des prisonniers.

Les douches se font les Samedis soir et les dimanches matin.

08h-11h30 Balade dans l'Aria

08h00 Compte des prisonniers.

15h-17h Deuxième balade d'un l'Aria.

Les visites médicales se font selon les besoins des prisonniers chaque jour de 12h00 à 14h30.

-27-

12h-14h30 Retour dans les dortoirs et déjeuner dans les cellules

17h Retour dans les dortoirs et dîner dans les cellules.

Les visites des familles: tous les lundi mercredi et vendredi de 09h00 à 11h30 et de 14h30 à 16h30.


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

1.3.2.2 Journée d'un prisonnier-travailleur dans la cuisine

07h-11h Préparation des repas pour

6h Réveil

les prisonniers

15h-16h Ramassage des marmites. 17h30 Préparation du diner pour les gardiens.

12h-14h30 Pause et déjeuner

1.3.3 Cas de la prison de Béja 1.3.3.1 Présentation générale Contrairement aux normes sécuritaires locales appliquées au niveau des établissements pénitenciers, la prison de Béja est située en plein centre ville, donnant directement sur l'Avenue de la République, dans une zone urbaine dense et très animée. Mentionnons qu'à partir des bâtiments avoisinants, il est possible d'observer ce qui se passe dans les cours. Ceci fragilise énormément le degré de sécurité dans la prison 30, d'autant plus qu'elle possède un seul mirador au lieu de quatre prévu par la règlementation. La prison ne dispose ni d'un chemin de ronde ni d'un SAS véhicule31, et son enceinte protectrice est confondue avec le mur extérieure.

Figure 15 : Vues aériennes source : Google Earth 30

Kouki Rania. 2013. L'espace carcéral " un féminin "de la machine à punir à la machine. Mémoire d'architecture. Ecole Nationale d'Architecture et d'Urbanisme de Tunis. 31

A cause de l'absence du SAS pour les véhicule, les fourgons sont obligés de former leur propre bouclier afin de créer une zone tampon pour assurer la sécurité des prisonniers et empêcher les cas d'évasion.

-28-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Figure 16 : Insertion urbaine et vue extérieure de la prison de Béja Travail personnel

cour

Figure 17 : Coupes sur la prison et son voisinage

Figure 18 : Rapport d'hauteur Source : Rania Kouki, 2013

1.3.3.2 Organisation spatiale Les différents espaces qui composent la prison de Béja s'articulent autour de trois cours intérieures. Il s'agit donc d'une architecture introvertie, conçue sur le modèle auburnien avec sa typologie carrée32. La surface bâtie dépasse largement les évidements, avec 78% d'espaces couverts et 22% seulement d'espaces vides.

32

Voir chapitre suivant.

-29-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

1.3.3.3 Circuits

Figure 19 : Rapport plein-vide et distribution spatiale Source du plan : Sarra Hadji, 2014

La restitution des circuits internes des prisonniers, des visiteurs et des gardiens met en lumière une désorganisation générale, qui ne répond ni aux situations d'usage ni aux normes minimales de sécurité. Les familles des détenus ne disposent même pas d'un accès spécifique. L'entrée se fait conjointement avec les agents et les prisonniers. De point de vue logistique, cette configuration spatiale présente plusieurs inconvénients.

Figure 20 : Circuits des divers occupants Source du plan : Sarra Hadji, 2014

Circuit des prisonniers

Circuit des visiteurs

Circuit des gardiens

1.3.3.4 Synthèse La prison de Béja est un modèle inadéquat qui n'a pas tenu compte de la spécificité du lieu. Elle semble assurer seulement le rôle basique d'enfermement. En outre, le programme fonctionnel ne prévoit aucune activité culturelle, éducative ou de loisirs. Les

-30-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

prisonniers se trouvent enfermés et entassés dans une cage. De quelle réinsertion sociale pouvons-nous parler devant cette réalité ? 1.3.4 Cas de la prison de Monastir 1.3.4.1 Présentation générale La prison de Monastir se situe sur la route de Khniss dans une zone industrielle pas loin de la zone urbaine. La construction date de l'occupation française. Elle n'était pas initialement conçue pour recevoir une prison. Cette vocation lui a été attribuée vu son emplacement stratégique. Il s'agit d'une prison de détention provisoire dont une partie sert pour la détention finale, afin d'alléger la charge exercée sur la prison d'exécution de Mahdia.

Figure 21 : Vues aériennes Google earth

Figure 22 : La prison en flamme suite à l'incendie du 15 janvier 2011

Jawharafm.net

1.3.4.2 Organisation spatiale Tout comme la prison de Béja, celle de Monastir épouse la forme carrée et reprend le principe du système auburnien, avec cours intérieures, miradors sur les quatre coins, un

-31-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

chemin de ronde et des accès destinés respectivement aux personnels, aux visiteurs et aux couffins. Nous reprenons ci-après, un schéma explicatif élaboré par un ancien fonctionnaire de la prison de Monastir que nous avons interpellé. Il s'agit d'un dessin à la main reproduisant la distribution des espaces de la prison : accueil, administration, cuisine, cellules, aria, parloir.....

Figure 23 : Restitution du plan de la prison de Monastir Esquisse (gauche). Dessin auteur (droite)

Figure 24 : Les fenêtres des dortoirs donnant sur l'aria Ministère de la justice. Visite officielle du 26 juin 2016.

-32-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

1.3.4.3 Circuits

Figure 25: Reproduction du plan de la prison de Monastir Travail personnel

Couloirs Administration

Circuit journalier des prisonniers Circuit hebdomadaire des prisonniers Chemin de ronde Dortoirs Areas

Parloir Cuisine Miradors Infirmerie Douches

Les cellules Buvette

Chambre de couffin

La prison offre deux entrées indépendantes une pour les visiteurs et une pour les personnels. Le circuit des personnels couvre tout le domaine de la prison ce qui facilite la tache de contrôle et de surveillance.

-33-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Circuits des prisonniers Circuits des visiteurs Circuits du personnel

Figure 26 : Restitution des circuits Travail personnel

Figure 27 : Réalisations des détenus de la prison de Monastir Ministère de la justice.

1.3.4.4 Synthèse La prison de Monastir est dotée de miradors pour la surveillance, installés aux quatre coins, ainsi qu'un chemin de ronde et plusieurs SAS intermédiaires. Elle abrite également des ateliers de formation professionnelle, où les prisonniers ont la possibilité de fabriquer des couffins en pailles, et de réaliser des objets décoratifs. Toutefois, les espaces d'hygiènes qui garantissent un minimum de bien-être des prisonniers, sont insuffisants.

-34-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

1.3.5 Cas de la prison de Mornaguia 1.3.5.1 Présentation générale Rattachée au gouvernorat de la Manouba, la prison se situe sur la route de Béja, à la sortie de Mornaguia, dans la zone Sidi Ali el-Hattab, et est implantée à un domaine agricole accessible par une route nationale. La prison se présente sous forme d'un complexe pénitentiaire composé de trois parties gérées par un même bloc administratif :   

Partie 1 : Prison de détention provisoire (pas encore construite). Partie 2 : Prison pour femmes. Partie 3 : Prison d'exécution.

Figure 28 : Vues aériennes Google earth

Figure 29 : Vue de l'entrée principale

Pour mieux comprendre le fonctionnement de la prison, on a choisi de s'approfondir dans l'une des parties du complexe pénitentiaire qui est la prison pour femmes.

-35-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

1.3.5.2 Organisation spatiale La morphologie de cette prison diffère de celles préalablement analysées. Il s’agit d’une composition symétrique où le bâti s’agence autour de plusieurs espaces à ciel ouvert jouant le rôle de cours et de places. Ces vides viennent éclairer et aérer les pièces disposées tout autour. Figure 30: Rapport plein/vide Source du plan : Sarra Hadji, 2014

1.3.5.3 Entités fonctionnelles

Chemin de ronde Espaces verts Locaux techniques Douches Les couloirs Réfectoires Les cellules Les Areas Des ateliers Parloirs Services médicaux Bureaux administratifs Figure 31 : Disposition fonctionnelle Source du plan : Sarra Hadji, 2014

Les dortoirs Bureaux administratifs Miradors Cuisine

La prison civile pour femmes de la Mornaguia, au-delà de sa fonction carcérale primaire, vise la réinsertion des détenues dans la société. Ceci se traduit par le rajout de plusieurs espaces dédiés aux activités. La prison offre également à ses détenues, des meilleures conditions de vie par rapport aux deux exemples mentionnés plus haut. Nous y trouvons plusieurs dortoirs ayant des dimensions assez vastes, des espaces sanitaires, des réfectoires et des "areas".

-36-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Ce type d'aménagement ne peut que se refléter positivement sur la vie quotidienne des prisonnières, en minimisant les situations de stress et en leur assurant un minimum de confort.

Figure 32 : Succession de dortoirs dans la prison de Mornaguia http://lewesternculturel.blogs.courrierinternational.com/archive/

1.3.5.4 Circuits Les circuits des prisonniers se limitent à la zone de détention tels que les espaces d'hébergement, les parloirs, et les espaces d’activités. Quant aux visiteurs, leur circuit se limite au parloir qui est placé à l'entrée. Le circuit du personnel couvre tous les espaces de la prison, afin d'assurer une sécurité optimale et une surveillance permanente.

Figure 33 : Schématisation des différents circuits Source du plan : Sarra Hadji, 2014

Circuit des visiteurs Circuit des prisonniers Circuit de service Circuit du personnel

-37-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

1.4 Culture et éducation dans les prisons tunisiennes Dans le milieu pénitencier, l'éducation a une visée correctionnelle. Elle tend à faire acquérir aux prisonniers des connaissances pour les aider à se développer, à s'améliorer et à se renouveler. A ce propos, Henry Bordeaux disait que l'éducation est "l’art de révéler à l’être humain le sens intime qui doit gouverner ses actes, préparer l’emploi de ses énergies et lui communiquer le goût et la force de vivre pleinement." Intégrer des activités liées à l'apprentissage ne peut que servir pour faciliter la réhabilitation des détenus, et leur éviter la récidive, d'autant plus que selon un recensement mené en 2014, la majorité des prisonniers des prisons tunisiennes, ont un niveau d'enseignement entre le primaire (50%) et le secondaire (43%)33. 1.4.1 Rôle de la société civile La création de nouvelles activités au sein de la prison peut enrichir la journée des prisonniers et remplir le vide qu'ils endurent depuis leur condamnation. Ce vide qui ne fait qu'empirer le problème de la réinsertion peut les induire à commettre de nouvelles erreurs et replonger dans les crimes. Ayant un aspect éducatif et divertissant, ces initiatives visent à améliorer les conditions de vie dans les prisons tunisiennes mais restent relativement timides et ne touchent pas la totalité des prisons. Menées par des associations, et non pas de l'état, elles sont ponctuelles. 1.4.1.1 Ateliers de théâtre et de création cinématographique Proposée par l'association Les Yeux de l’Ouïe, l'initiative des ateliers de création cinématographique et théâtrale a été menée par la Ligue Tunisienne des Droits de l'Homme, l'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat, la Fédération Tunisienne des Ciné-clubs, le Ministère de la Justice, et la Direction Générale des Prisons et de la Rééducation, dans le but de développer l’action artistique et culturelle en milieu carcéral. L'action s'est déroulée dans la prison de Mahdia et au centre pour mineurs d'El Mourouj34, en novembre 2015. Il s'agit du projet intitulé "En quête d’autres regards : Réfléchir les images de la prison". A cette occasion, l’association a invité les étudiants de l’Institut supérieur des Beaux-arts de Sousse à participer à un Workshop autour de la production de films expérimentaux35. 33

Seuls 04% des détenus sont analphabètes et 03% ont un niveau universitaire. http://hcdh-tunisie.org/wpcontent/uploads/2015/02/Rapport-sur-la-situation-des-prisons-en-Tunisie.pdf (consulté mai 2016). 34

http://latelierdesyeuxdelouie.com/Reflechir-les-images-de-la-prison.html

35

Voir le reportage sur l'atelier de cinéma et de théâtre tenu à la prison de Mahdia, Sujet télévision nationale tunisienne : Journal, wataniya. url : http://latelierdesyeuxdelouie.com/Atelier-a-la-prison-de-Mahdia.html (consulté octobre 2016).

-38-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

En février 2016, la Direction Générale des Prisons et de la Rééducation en collaboration avec l'Union européenne, a organisé une séance de projection à l’Institut supérieur des Beaux-arts de Sousse, d'un film tourné dans les prisons tunisiennes où les protagonistes sont les détenus eux-mêmes. Le film est intitulé « Hkeyet Mel Hit », du réalisateur Kamel Rkaya36. ‫ حسيت روحي نجم نبدع أك‬،‫ لقيت راحة نفسية‬،‫ كان مخي مسكر وما نخمم كان فالحاجات الخايبة‬،‫"أول مرة نعمل سينما‬ "(Témoignage d'un détenu lors de la projection du film) 37

Figure 34 : Séance de projection et extrait d'une séance

1.4.1.2 Projection de films lors des JCC Le ministère de la Culture, les Journées Cinématographiques de Carthage (JCC) de 2015 et la direction générale des prisons ont sélectionné quatre prisons tunisiennes, celles de Mahdia, de Borj Erroumi (Bizerte), de la Mornaguia, et la prison pour femmes de la Manouba, pour accueillir des projections des films pendant la semaine du festival du 21 au 28 novembre 201538, une première dans les prisons tunisiennes. En partenariat avec l’Organisation Mondiale Contre la Torture et pour la deuxième année consécutive les JCC s’invitent dans les prisons tunisiennes. Les projections de cette année couvrent la prison de Borj-Erroumi, prison pour femmes de la Manouba, prison de Mornag, prison pour femmes de Messadine (Sousse), Prison de Mahdia et le centre de réeducation pour garçons d’El Mourouj.

36

Le film ne relate pas la vie des détenus en prison, mais parle plutôt de la vision qu'ils ont du monde extérieur. url : http://actualite-tunisie.com/en-photos-un-film-tourne-dans-des-prisons-tunisiennes-avec-de-vrais-prisonniers-commeacteurs/ (consulté juin 2016) 37

Idem.

38

http://www.augustinlegall.com/project/cinema-dans-les-prisons-tunisiennes/

-39-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Figure 35 : Projection du film lors des JCC

1.4.1.3 Collecte de livres pour les bibliothèques des prisons Dans le but d'inciter les prisonniers à lire et s'ouvrir au monde extérieur, l'activiste Lina Ben Mhenni a lancé, en 2015-2016, un appel pour collecter des livres pour enrichir les bibliothèques des prisons tunisiennes.39 1.4.2 Conclusion Ayant un aspect éducatif et divertissant, ces initiatives, certes visent à améliorer les conditions de vie dans les prisons tunisiennes mais elles restent timides et ne touchent pas la totalité des prisons. Menées par des associations, et non pas de l'état, ces initiatives sont donc à titre temporaire. Elles ne sont pas basées sur l'état des lieux dans les prisons tunisiennes, il s'agit donc d'une imitation aveugle et superficielle d'un modèle occidental.

39

http://info-du-jour.net/tunisie-collecte-de-livres-lina-ben-mhenni-bibliotheque-prison (consulté juin 2016)

-40-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

1.5 Synthèse

Figure 36 : Les conditions qu'endure un primo-délinquant Travail personnel

-41-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Figure 37 : Périmètre interne et externe d’une prison-type

Figure 38 : Zonage d'une prison-type tunisienne Travail personnel -42-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

CHAPITRE 2 : LES ALTERNATIVES ET LES SOLUTIONS ARCHITECTURALES RE'ECHELLE

-43-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Quand on passe 23 heures par jour enfermé, c’est toute une vie qui se joue avec ses facettes, ses émotions et sa routine monotone. Sally Montana40

2.1 Introduction Ce chapitre porte à la fois sur la chronologie de l'évolution des prisons au fils des siècles ainsi que l'analyse des prisons similaires dans d'autres pays. Notre objectif est de dégager les topologies des différentes prisons qui ont fait objet de modèle d'étude et d'expérience et les nouveaux concepts architecturaux pour une meilleure rééducation et réinsertion sociale.

2.2 Aperçu historique La notion de prison a connu une évolution remarquable au fil des siècles. Depuis l’antiquité jusqu’au Moyen Age, la prison n’existait pas en tant qu’un lieu d’enfermement et de punition. La privation de liberté s’effectuait pour une courte période de temps, allant de quelques jours à quelques mois, où le détenu attendait sa peine ou son exécution. A partir du XVIIIe siècle et suite à la déclaration des droits de l’homme, la notion de prison a pris un nouveau tournant, remettant en question la notion de châtiment, où la privation de liberté est devenue en elle-même une sanction pour le condamné. Par la suite, plusieurs formes de prison ont vu le jour présentant chacune une nouvelle méthode d’enfermement et d’organisation du système carcéral, dans le but d’atteindre une meilleure correction ou amélioration de l’esprit du détenu. Parmi ces systèmes, trois se dégagent clairement et qui sont les systèmes pennsylvaniens, auburniens et irlandais (dit système de Crofton). Le système pennsylvanien a vu le jour en 1821. Il a été inventé dans une nouvelle philosophie de l’enfermement. Il vise à isoler les prisonniers de jour comme de nuit dans le but de minimiser la contamination criminelle entre eux, croyant qu’une forme de méditation individuelle permettrait l’amélioration de l’état d’esprit des détenus. En effet, ce type de prison était considéré par les autorités religieuses comme un "établissement destiné aux fous". En termes d’architecture, les solutions préconisées prévoyaient une série de cellules spacieuses à porte pleine et dont les fenêtres ouvrent sur l’extérieur. Le système auburnien fut adopté dans l’Etat de New York. Il système repose sur le principe d’enfermement commun des prisonniers pendant le jour et d’isolement pendant la nuit. Durant leurs heures de travail et de vie au cours de la journée, les détenus sont soumis, collectivement, à la règle du silence. 40

Sally Montana, "Regards croisé d'une photographe engagée : le monde carcéral dans l'objectif d'une photographe", Bulletin info, 2011.

-44-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Ceci se reflète même sur le plan architectural où les cellules, étroites, sont agencées dos à dos, dépourvues de fenêtres et munies d’une porte qui laisse entrer l’air et le soleil.41 2.2.1 L'architecture pénitentiaire en France Au cours du XIXe siècle, plusieurs architectes français ont essayé de combiner les alternatives et solutions spatiales offertes par les deux systèmes carcéraux, afin d'améliorer les conditions de l'enfermement cellulaire. Pour eux, « il s’agissait à la fois de regrouper les prisonniers en un même lieu, tout en assurant leur séparation et en leur permettant de résider dans des cellules individuelles suffisamment « grandes », d’assurer une surveillance et une sécurité les plus efficaces, mais discrètes et économiques ; le tout en permettant autant que possible une vie physique et active, donc des lieux de travail et de promenade. »42 L'idée fondatrice de cette nouvelle conception des prisons françaises, repose sur la structure panoptique, prônée par le philosophe Jeremy Bentham (1748-1832). Le principe repose sur une surveillance des détenus, "constante mais invisible", de sorte qu'ils ne s'en rendent pas compte. Pour Bentham, une telle impression d'être vu, à tout moment, sans que le détenu puisse s'en prévenir, va susciter chez lui," une transformation de son comportement et une intériorisation des contraintes établies"43. Le plan rayonnant et centré, va dominer le modèle carcéral local, avec comme éléments de base les perspectives des couloirs, les longs couloirs en surplomb desservant les cellules, le volume de la rotonde (tour centrale) destiné aux surveillants, et l'ampleur des arches liant les ailes où se trouvent les cellules à la rotonde. Le "voir sans être vu" est assuré. Parmi les architectes meneurs de cette nouvelle pensée carcérale, nous trouvons Antonin Louvier. Son prototype pour un espace de détention pour 552 prisonniers, présente un plan rayonnant à 6 branches qui s’articulent autour d’une cour centrale aménagée par une salle de surveillance et la chapelle du pénitencier, pour permettre l'exercice du culte religieux. Chaque branche est précédée par un préau cellulaire.

41

Anne Brunon-Ernst, « L’architecture carcérale : des mots et des murs, dir. F. Dieu et P. Mbanzoulou », Revue d’études benthamiennes [En ligne], 11 | 2012 (consulté le 16 mai 2016). url : http://etudesbenthamiennes.revues.org/622 42

Philippe Silvin, L’architecture des prisons : Etude de l'évolution historique à partir d'un choix de types architecturaux, Ecole d'architecture de Lille et des régions Nord, 1990, 435p, p. 105. 43

Voir à ce sujet, l'article en ligne "Variations architecturales autour de l'emprisonnement cellulaire", sur le site de l'ENAP. url : http://www.enap.justice.fr/ressources/index.php?rubrique=87

-45-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Figure 39 : Plan de la Maison d’arrêt de Lyon Saint-Paul (1865) ENAP (Ecole nationale d'administration pénitentiaire)

Figure 40 : Coupe de la chapelle de la Maison d'arrêt de Lyon ENAP (Ecole nationale d'administration pénitentiaire)

-46-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Figure 41 : Plan de prison suivant le modèle d’Auburn (1837) https://criminocorpus.org

Figure 42 : "Le prisonnier en cellule, et l’observateur derrière l’œilleton" Charles Perrier (1900) -47-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

2.2.2 L'expérience pénitentiaire irlandaise Le système irlandais est un système évolutif et progressif44. Il fut appliqué par Sir Walter Crofton, vers 1850, dans les pénitenciers d'Irlande. Il reposait sur le principe de la réinsertion sociale graduelle du détenu : le détenu passant successivement par l'encellulement de jour et de nuit, suivi d'une période de régime auburnien à laquelle succède le travail en semi-liberté, parfois extra-muros, pour aboutir à une libération conditionnelle sous surveillance de la police45. Ce régime basé sur l’idée de la progressivité avec une classification dans l’établissement de la peine, convient surtout pour les peines de longue durée. Le régime de l’emprisonnement devient de plus en plus doux au fur et à mesure que le jour de la libération approche : 

La première période de la vie du détenu est une période d’isolement total s’étendant sur 09 mois. Ceci dans le but de lui créer un temps pour méditer sur son crime et considérer son acte, tout en lui créant une atmosphère de monotonie l’incitant à réclamer du travail perçu comme une récompense.

La deuxième période consiste à placer le détenu en isolement pendant la nuit et l’intégrer dans des ateliers de travail commun pendant le jour. Ainsi, le détenu sera autorisé à quelques avantages, comme la personnalisation de sa cellule. Sa bonne conduite avec les autres prisonniers et le personnel de la prison lui permettent également, de réduire sa peine.

La troisième période consiste en une libération conditionnelle. Le détenu passera par une durée de réinsertion sociale en milieu semi ouvert ensuite ouvert. Pendant cette période, le détenu est rémunéré pour son travail, ce qui lui permet de s’affirmer dans son milieu et de sentir sa place dans son environnement, dans le but de l’initier au retour au sein de la société et de gagner de nouveau sa place en dehors des barreaux.

Le système irlandais présente une multitude d’avantages surtout quant à la réinsertion du détenu dans la vie sociale après sa période d’enfermement ainsi que la personnalisation de la peine. Ce système a inspiré longuement le droit pénal surtout, en ce qui concerne la libération conditionnelle.

Toutefois, l'histoire des prisons d'Irlande, est liée à un espace carcéral macabre : la Kilmainham, la prison-musée de Dublin.

44

H. Donnedieu de Vabres, Traité du droit criminel, Paris 1947, p. 336, n°587.

45

J. Constant, Traité Élémentaire de droit pénal , Liège 1966, T.II, p.647, n°591 : "Evolution du régime pénitentiaire.

-48-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Nous reprenons ci-dessous, un texte qui décrit les conditions déplorables des détenus de cette prison, tout au long de ces 120 ans de vie (Fin XVIIIe - XIXe siècles). La prison de Kilmainham fut ouverte en 1796 pour remplacer la vieille prison de Dublin. Malgré sa grande modernité pour l’époque, celle-ci offrait d’effroyables conditions de vie pour les détenus. De nombreuses cellules, dont celles de l’aile-ouest, étaient dépourvues de vitres et de fenêtres, ce qui plongeait les prisonniers dans le noir complet. Aucune différence n’était faite entre les prisonniers : hommes, femmes et enfants étaient enfermés dans les mêmes cellules. On pouvait retrouver jusqu’à 5 détenus par cellule (28 m²) et ceux-ci n’avaient le droit qu’à une seule bougie toutes les deux semaines pour s’éclairer et se réchauffer. On se doute donc qu’ils vivaient la majeure partie de leur temps dans le noir et le froid. Des enfants pouvaient parfois être arrêtés et emprisonnés pour simple vol à l’étalage, il est dit que le plus jeune détenu avait seulement 7 ans. À une époque où l’on se vantait de revendiquer les droits du « sexe faible », les femmes étaient pourtant beaucoup moins bien traitées que les hommes. Alors que ces derniers avaient le droit à des lits de fer pour dormir, les femmes devaient dormir sur de la paille, à même le sol, dans des cellules ou salles communes. [...] La prison ne fut désaffectée qu’en 1924 par l’État Libre d’Irlande. Notons qu’Éamon de Valera, troisième président d’Irlande, fut le dernier prisonnier à quitter la prison de Kilmainham. Celle-ci ne fut restaurée que 35 ans plus tard, en 1960, et fut transformée en musée afin de rappeler aux générations futures l’histoire de Dublin.

Figure 43 : La Kilmainham Gaol http://www.vivre-en-irlande.fr/visite/republique-irlande/prison-musee-dublin-kilmainham

-49-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

2.2.3 L'expérience pénitentiaire contemporaine Depuis la deuxième guerre mondiale, le système pénitentiaire a connu un développement remarquable instaurant de nouveaux protocoles visant l’amélioration de l’état d’esprit des détenus et leur réinsertion au sein de la société. Les nouvelles interventions dans le système carcéral ont donné ces dernières décennies des résultats palpables. Les peines et crimes étant classifiés par ordre de gravité, ceci a permis une limitation de la peine d’emprisonnement pour des sanctions alternatives, tel que la confiscation du permis de conduire, ou la résidence surveillée. De nos jours, certaines prisons ont délaissé leurs barreaux, avec peu de surveillants et un espace ouvert, le détenu sent de moins en moins la limite avec le monde extérieur. Il travaille en dehors de l’espace carcéral et est rémunéré au salaire social normal. L’espace carcéral ressemble plus dans sa fonction à un dortoir qu’à un lieu de détention. Nous parlons de plus en plus de modèle de l'"établissement ouvert" définit dès 1950, lors du congrès Pénal et Pénitentiaire International de La Haye, comme un "établissement pénitentiaire dans lequel les mesures préventives contre l'évasion ne résident pas dans des obstacles matériels tels que murs, serrures, barreaux ou gardes supplémentaires."46 Ce modèle de prison répond à un régime carcéral ouvert qui a fait ses preuves dans les pays occidentaux. Le Danemark est le pays à forte proportion d'utilisation de ce modèle pénitentiaire où nous trouvons, comme nous l'avons indiqué plus haut, des "prisons pour peine", des "prisons locales" destinées à de courtes peines ou aux détentions provisoires, et de "centres de probation ou de semi-liberté ". Ce sont des lieux de détention mais qui rejettent l'idée de l'enfermement stricte et rigide. L’espace carcéral se traduit en un complexe de pavillons aménagés et articulés par des espaces communs. Ressemblant plus à des maisons d’habitations, ces établissements sont destinés aux hommes et aux femmes qui occupent les mêmes quartiers, leur donnant la possibilité de se rencontrer et d'interagir47. Ce type de protocole carcéral a permis de retrouver de meilleurs résultats quant à la réinsertion sociale et ce pour son aspect social et son respect des droits fondamentaux de l’homme.

46

Paul Roger Gontard, Mission d’étude de faisabilité : Le régime ouverte de détention peut-il être étendu dans le champ pénitentiaire français ? Prison ouverte. Ministère de la Justice et des Liberté, Secrétariat d’Etat à la Justice. Paris 2010, 174 p. 47

http://www.dezeen.com/2011/01/07/danish-state-prison-by-c-f-m%C3%B8ller/ (consulté février 2016)

-50-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

" L'enfermement est une torture, une souffrance qu'endure bon nombre de prisonniers et prisonnières.." (Laurent Jacqua, ancien prisonnier)48

Figure 44 : Prison ouverte à Danemark http://www.archdaily.com/97562/new-danish-state-prison-c-f-m%25c3%25b8ller-architects

D'autres pays ont expérimenté le modèle des prisons "ouvertes", dont la Finlande49, le Luxembourg, la Suisse50 et la Suède51. Notons qu'en France, il n’existe qu’une seule prison ouverte, celle de Casabianda, en Corse52. Il s'agit d'un ancien bagne reconverti depuis 1949, en un centre pénitentiaire où les détenus se trouvent dans l'obligation de devoir travailler. La production agricole de la prison est une des plus grandes exploitations de la Corse. L'intégration à ce régime carcéral est assujettie à un ensemble de règles de conduite que le détenu est tenu à suivre : capacité de travailler (domaine agricole, industriel, manufacturier), ne pas consommer de drogue, d'alcool ou tout autre substance médicale non prescrite, "aptitude à vivre sans causer de dommage dans des circonstances carcérales plus ouvertes". En outre, aucune activité criminelle en détention n'est tolérée. Le système pénitentiaire espagnol a développé un régime basé sur des « degrés pénitentiaires ». Le troisième de ces degrés, appelé « milieu ouvert », a pour objectif la réinsertion et la réintégration des détenus dans la société, en développant la

48

http://laurent-jacqua.blogs.nouvelobs.com/tag/prisonnier (consulté octobre 2016)

49

Près du tiers des places de prison du pays sont dans un établissement ayant un régime ouvert de détention. Cf. Rapport, op.cit. 50

Voir l'exemple de la prison "sans barreaux" de Witzwil. url : http://www.hebdo.ch/ (consulté février 2016)

51

Les pays à faible proportion d'utilisation du régime ouvert sont l'Angleterre, l'Autriche, la Belgique et la Pologne.

52

http://www.corsematin.com/article/corse/detention-casabianda-cette-prison-ouverte-dou-lon-ne-sevadepas.205.html

-51-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

responsabilité individuelle par un principe de confiance, et une normalisation de son quotidien. Dans ce milieu ouvert, les "résidents" peuvent profiter de la semi-liberté, ou d'un placement "sous surveillance électronique". Ils peuvent aussi intégrer un centre d'insertion sociale pour exercer une activité lucrative pour le bien commun, et bénéficier d'un encadrement social rapproché. Concernant les Pays-Bas, ils possèdent un régime dit « très souple », adapté à des séjours assez courts allant de 06 semaines à 06 mois53. Le modèle repose sur un enfermement nocturne seulement, limité aux jours de la semaine. Pendant les week-end, les détenus ont la possibilité de rentrer chez eux.

2.3 Projets carcéraux de référence 2.3.1 Exemples de modèles de détention de qualité Après avoir présenté quelques exemples de "modèles ouverts de détention", nous allons dans ce qui suit, présenter deux exemples de prisons jugées "exemplaires", tant de point de vue architectural (qualité des espaces, organisation interne, fluidité et sécurité) que de point de vue humaine (conditions de vie respectables et dignes). Il s'agit de la prison pour femmes en Islande, le centre pénitentiaire de Saint-Denis en France et la prison Halden en Norvège. 2.3.1.1 Prison pour Femmes en Islande Architecte: OOIIO architecture. Emplacement : Reykjavik, Islande. Superficie : 9000 m²54. L’idée du projet se base sur une nouvelle perception de l'espace carcéral, en rupture totale avec celle de la prison traditionnelle où les espaces sont sombres, les cellules à dimensions réduites et à l'aspect vétuste, et les murs gris et sans "âmes". A cette fin, les concepteurs ont axé leur réflexion sur l'utilisation de la lumière naturelle, des espaces ouverts et de la verdure, afin d'aboutir à une prison "ouverte", qui vise la rééducation et la meilleure réinsertion sociale des détenus. De point de vue morphologique, les espaces de la prison s'organisent tel l'engrenage d'une montre géante. Chacune des pièces du mécanisme veille au bon fonctionnement du tout. Cette morphologie a l'avantage d'augmenter significativement la surface des parois ayant vue sur l'extérieur. Cela a contribué à générer un sentiment de liberté à l'intérieur-même de la prison.

53

Sur les 60 sites pénitentiaires que comptent les Pays-Bas, 7 utilisent ce régime de détention, pour un peu moins de 2% de la population pénale du pays 54

Source (texte et photos) : Alison Furuto. "Female Prison / OOIIO Architecture" 18 Jun 2012. ArchDaily. Accessed 27 Oct 2016. url : http://www.archdaily.com/244702/female-prison-ooiio-architecture/.

-52-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Le programme fonctionnel regroupe des activités diverses, avec notamment un hôpital, une école, une église et un théâtre. Ces activités sont réparties sur plusieurs pavillons rattachés les uns aux autres et de dimensions variées. L'objectif est de diversifier les ambiances et rendre la vie dans la prison, moins monotone, plus riche et plus humaine.

Figure 45 : Plan de la prison et rapport bâti-verdure archdaily.com

En multipliant les espaces verts dans la prison, les architectes ont offert aux prisonnières une ouverture sur leur environnement naturel, évitant ainsi la sensation d'enfermement inhérente à leur condition. Ceci aura un impact positif non seulement sur leur psychologie, mais également sur leur comportement. Dans un esprit collaboratif, le lieu offre aux détenues la possibilité de "planter leurs façades" et de participer ainsi à la création de leur propre environnement. Aussi, le bâtiment se couvre-t-il d'une épaisse couche de tourbe, selon une technique constructive vernaculaire locale. Le mur végétal aura un impact non négligeable sur la température interne des espaces, puisqu'il isole et protège efficacement du froid. Le bâtiment change ainsi d'aspect selon la saison. S'ajoute à cela son potentiel ambiantal, exprimé entre autre par la qualité des ambiances lumineuses créées. En effet, l'espace agencé entre les deux toitures végétales est étudié de manière à laisser la lumière naturelle entrer dans la cellule.

Figure 46 : Eclairement naturel des cellules archdaily.com -53-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

2.3.1.2 Centre pénitentiaire de Saint-Denis Architecte: Architecture Studio. Emplacement: Saint Denis, Ile de la Réunion, France. Année : 2008. Superficie : 30Ha. Capacité : 554 places55. Le centre se compose de six bâtiments. Deux maisons d'arrêts réservées aux hommes prévenus (prisonniers en attente de jugement), et aux condamnés à de courtes peines (moins d'un an), pour une capacité de 460 places. Il compte également un "quartier mineur" de 40 places, un "quartier femmes" de 30 places, un quartier semi-ouvert pour les très courtes peines et un quartier pour les détenus qui viennent d'arriver. Ceux-ci y résident pendant une semaine où une équipe de professionnels en psychologie criminelle font le diagnostique de leurs situations personnelles et de leurs états psychologiques. Implanté dans une région caractérisée par un climat tropical, et par une végétation très variée, le centre pénitentiaire de Saint-Denis répond au modèle ouvert, afin d'accroître chez le détenu le sentiment de liberté et lui offrir un climat propice à sa rééducation et sa réinsertion sociale. " Une peine de prison doit se suffire à elle-même. Il n’y a aucune raison pour qu’un établissement pénitentiaire ne puisse être à la fois beau et fonctionnel", déclare Hubert Moreau, le directeur du centre. A cette fin, la réflexion conceptuelle a été menée dans le but de concilier les conditions rigides de sécurité avec celles - louables et humaines de la détention. Les espaces intérieur ont été traités de façon à ce qu'ils offrent une ambiance agréable. La couleur a été intégrée de sorte à ce que la tonalité augmente en fonction de la luminosité diurne tout au long de la journée, et ce grâce à l'aménagement de nombreuses entrées de lumière (puits de lumière, cursives aérées, …etc...).

Figure 47 : Jeux de couleur et de lumière architecture-studio.fr

Afin de rompre la monotonie et combattre l'ennui, l'architecte a opté pour une différenciation de niveaux, créant des perspectives nouvelles et multipliant les points de vue sur la nature environnante (mer et montagne). 55

Source (texte et photos) : http://www.architecture-studio.fr/en/projects/lrn5/prison.html

-54-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Face aux contraintes atmosphériques (pluies fréquentes, vents violents, ensoleillement quasi-permanent…), les architectes ont disposé le bâtiment sur un axe nord-ouest/sudest, afin d'éviter l’ensoleillement direct en façade. L'organisation générale des espace a favorisé également les courants d’air traversant, par le biais de larges ouvertures aménagées sur chaque côté, et auxquelles sont ajoutés des éléments de protection mobiles. Certains bâtiments sont en outre équipés d’une «double peau» qui permet de ventiler les façades trop exposées. La plupart des fenêtres sont équipées de cadres « pare-vue » qui limitent l’apport de soleil à 15%.

Figure 48 : Vues des fenêtres pare-vue architecture-studio.fr

Le centre pénitentiaire dispose de plusieurs équipements pour le divertissement et l'éducation des détenus. Nous mentionnons la salle polyvalente pour l’exercice du culte et les activités socioculturelles, un terrain de sport en synthétique, un atelier professionnel et des espaces de promenades. Concernant les espaces de repos pour les détenus, nous n'y trouvons pas des dortoirs à multiples lits, mais seulement des cellules individuelles de 10.5 m² ou double de 13.5 m². Chaque pièce est dotée d'une douche et de toilettes.

Figure 49 : Vue intérieure d'une cellule double architecture-studio.fr

-55-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

2.3.1.3 Prison Halden en Norvège Architecte: Erik Møller Architects. Emplacement: Halden, au Sud-Est de la Norvège. Année : 2010. Capacité : 252 détenus56. Il s'agit d'une prison de sécurité maximale, qui vise la réhabilitation des prisonniers dans le but de diminuer le taux de la récidive. Le modèle adopté se base sur le concept d'ouverture sur le paysage naturel du site. A ce propos, l'architecte considère que "la nature est activement engagée dans le facteur de réhabilitation sociale en architecture. Le pouvoir de suivre les changements de saison aide les détenus à réaliser clairement le passage du temps." Les concepteurs ont ainsi joué sur la dualité enfermement-liberté, afin de créer une variété d'espaces et de perspectives, mettant en valeur l'insertion du bâtiment dans son environnement géographique et climatique. Aussi, couleurs et divers types de matériaux, comme la tuile, la brique, l'acier galvanisé, le bois non traité, ont été savamment introduits, pour créer des qualités spatiales riches et variées.

Figure 50 : L'insertion du bâtiment dans le paysage archdaily.com

Les ouvertures conçues en longueur optimisent l'entrée de lumière naturelle, et les espaces verts environnants sont aisément vus à travers les larges fenêtres des espaces communs. Le verre de sécurité utilisé pour ces ouvertures permet d'éviter les barreaux déprimants de la prison traditionnelle. 56

Source (texte et photos) : http://www.archdaily.com

-56-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

2.4 Synthèse Tableau 2 : Typologies planimétriques des prisons

Type de plan

Schéma

Caractéristiques Plan octogonal :

Panoptique

La tour de surveillance occupe une place centrale. Les cellules individuelles sont aménagées autour d’un bâtiment circulaire.

Plan rayonnant :

Pennsylvanien

Les cellules individuelles rayonnent autour de de la salle de surveillance.

Plan linéaire :

Auburnien

Un couloir sépare 2 rangées de cellules individuelles. La salle de surveillance se trouve sur cet axe central de couloir.

-57-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Plan circulaire :

Irlandais ou système

Une fois dans leurs cellules, les détendus sont interdit de communiquer et ce grâce à l’emplacement central de salle de surveillance autour de laquelle les cellules individuelles sont ordonnées.

progressif

Plan orthogonal dimensions :

Quadrillé

de grandes

Toutes les cellules irradient (se répandent) autour de la cour centrale destinée aux promenades des détendus. Chaque groupement de cellules s’ouvrent à son tour sur une cour intérieure qui lui est propre. Cette disposition offre plus d’espace de liberté aux détendus cependant elle est défavorable pour une bonne surveillance Parallèle

Plan linéaire de grande taille: Séparés par une grande cour de promenade, les cellules sont disposées linéairement autour d’un long couloir de part et d’autre de la cour.

-58-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Les exemples relevés à l'échelle internationale attestent de l'évolution considérable qua connu l'espace carcéral, à travers le temps. D’un lieu de détention et d’attente d’exécution, les prisons contemporaines aspirent à être de plus en plus, des espaces de méditation et de réintégration sociale, offrant aux détenus les conditions favorables pour le préparer à la vie libre A partir de la lecture des 03 prisons de référence, nous relevons les idées maîtresses suivantes : Espace carcéral Idées maîtresses "exemplaire" Prison pour femmes en Lieu de socialisation et de réhabilitation via les tâches Islande effectuées au quotidien (travail, lecture, cuisine, activités sportives….). Centre pénitentiaire de Ouverture à la nature pour inculquer le sentiment de liberté, Saint-Denis malgré l'état d'enfermement. Prison Halden en Qualité spatiale grâce à l'utilisation savante de l'air, à la Norvège lumière et aux couleurs. La question qui se pose est comment concevoir un espace carcéral qui répond à la fois aux exigences de sécurité et d'enfermement et aux conditions de détention acceptables, en vue de faciliter la réhabilitation et la réinsertion sociale des prisonniers.

Figure 51 : Eléments pour une nouvelle conceptualisation de la prison Travail personnel -59-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

CHAP

-60-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

‫ ألحان وإيقاعات تهب السجين‬،‫ والموسيقى أيضا ً هي الموسيقى‬.‫ فضاء صلب مغلق‬.‫السجن هو السجن أينما كان‬ 57

‫مساحات أوسع‬.

3.1 Introduction Le dernier chapitre de notre mémoire présente le projet d'application, en définissant son mode d'insertion dans le site d'intervention, ses liens de connexion avec le paysage environnant, ses caractéristiques constructives, et les qualités ambiantales de ses espaces habitables.

3.2 Projet d'une prison pour délinquants primaires 3.2.1 Justification du choix de la prison La délinquance primaire concerne les personnes qui ont commis, pour la première fois, un délit politique ou de droit commun ( vols, atteinte à la pudeur, violence légère...). Donner la possibilité à ces jeunes délinquants, de se corriger pour ne pas devenir un récidiviste, s'avère une stratégie efficace pour diminuer les crimes commis. Depuis une étude faite par le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme Bureau de Tunisie, les primo délinquants représentent 55% de la population carcérale alors que 45 % sont des récidivistes. On peut remarquer un pourcentage important pour les récidivistes, la prison donc ne joue plus son rôle de réintégration sociale. Elle est devenue le lit de la récidive, une école du crime58. "Le combat à mener est celui d’une prison « utile » qui ne « génère » plus d’exclus, condamnés à récidiver indéfiniment" (Stéphane Jacquot, 2011)

Figure 52 : Vue sur la prison © Laurent Jacqua 57

Haikel Hazqi, ‫[ الزندالي | أغاني السجون التونسية‬en ligne]. url : http://ma3azef.com (consulté juin 2015)

58

Stephane Jacquot, Quelle prison pour en finir avec l'école du crime et préparer à la réinsertion ? Rendre la sanction utile. UMP. 2011, 15 p, p. 2.

-61-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Contrairement à ce que stipule la loi, dans les prisons tunisiennes les condamnés sont mis en détention, sans tenir compte de la gravité des peines affligées59. Au fil du temps, les prisons tunisiennes sont devenues des microcosmes, des sociétés restreintes où la loi du plus fort règne. Il existe une hiérarchie entre les prisonniers; Dominants et Dominés. Les dominants sont des détenus, généralement récidivistes, qui commandent la cellule. L'ancienneté de ces prisonniers leur permet d'exercer un pouvoir sur le reste des détenus ( les dominés) . Ce rapport de force leur donne "le droit" de diriger, de commander voire d'abuser de leurs camarades de cellules. Ces abus peuvent aller de la violence verbale au harcèlement voire même au viol60. Les dominés sont en grande partie des délinquants primaires. Pour cette catégorie de prisonniers, la prison est un monde inconnu. Le peu qu'ils en connaissent est l'aspect dangereux, violent et agressif du milieu, qui au lieu de rééduquer, infecte ce qui n’a pas été infecté. "Il me montre son pied et me dit : "voilà ce que j'ai appris en prison : je me suis tatoué ça avec la suie d'un pot de yaourt cramé et une aiguille, c'est courant ici. Mais ce n'est pas tout, j'ai appris à tricher, à voler et je pourrais même tuer. Mes compagnons de cellule Figure 53 : un tatouage d'un prisonnier tunisien m'ont appris comment m'y prendre!".61 source: Livre "Corridors" de "Hela Ammar"

En raison de cette dure réalité carcérale locale, nous avons choisi de réfléchir à une prison destinée spécifiquement aux délinquants primaires, et ce dans le but de leur faciliter la réintégration et la "régulation et effervescence sociale"62, une fois la période de détention terminée. 3.2.2 Justification du choix du site Le site choisi se situe à Tataouine et ce pour maintes raisons : L'absence de prison, nous a incité à réfléchir à la possibilité d'édifier un espace pénitentiaire dans cette région. L'importance de la région d'origine des détenus dans l'efficacité de l'apprentissage et de la correction. En effet, le fait de transférer les détenus de leur région vers d'autre 59

Voir supra.

60

Comme le raconte l'ancien prisonnier politique que nous avons eu la possibilité de discuter avec lui, un des exemples qui illustre le mieux ces rapports de force entre les prisonniers est celui du "Osfour". Celui-ci est choisi selon des critère de beauté et se prostitue pour le compte du commandeur de la cellule. 61

Héla Ammar, op.cit.

62

Émile Durkheim, Le suicide. Étude de sociologie, Paris : Presses universitaires de France, (1897) 1983.

-62-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

villes, augmente leur frustration et diminue remarquablement leur volonté d'apprendre et de s'améliorer. Prenons à l'appui le témoignage de Ayoub Amara (un ancien détenu que nous avons interpellé) en ce qui concerne l'hiérarchie des prisonniers au sein de chaque dortoir où le régionalisme prend toute son ampleur : " Les prisonniers qui sont incarcérés dans une prison en dehors de leur gouvernorat sont très mal traités par leurs codétenus appartenant à la région". Le climat chaud, sec et aride de la région nous a poussé à concevoir une prison qui s'adapte aux conditions climatiques de la région. "Les pires prisons sont celles qui sont dans les zones à climat aride telles que , la prison de Haouareb à Kairouan et Harboub à Medenine." nous révèle l'ex prisonnier politique Ch. Abdallah, incarcéré dans plusieurs prisons tunisiennes.

Figure 54 : Diagramme climatique (Température et pluviométrie) à Tataouine*

Sur l'année, la température moyenne à Tataouine est de 22.5°C et les précipitations sont en moyenne de 212.3 mm 63. Le seuil de chaleur est de 49°C enregistré le jeudi 19 juillet 2001 et le record de froid de -1°C enregistré le jeudi 2 février 2012.64 A titre de comparaison avec la ville de Tunis, la température moyenne annuelle est de 18.6°C et les précipitations sont en moyenne de 473.9 mm65. 3.2.3 Délimitation du terrain Tataouine est une ville du sud-est de la Tunisie située à 531 kilomètres de Tunis. Afin de faciliter l'accès aux visiteurs et aux personnels administratif, on a situé notre terrain sur la route principale P19 qui relie Tataouine à Médenine. L'endroit relie la ville de Tataouine et une zone rurale le village de Ksar Ouled Dabbab. 63

*https://planificateur.a-contresens.net/afrique/tunisie/tataouine/tataouine/2464701.html

64

Idem.

65

Idem.

-63-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Figure 55 : Vue aérienne Google earth

Figure 56 : vues sur le terrain

N

Figure 57 : Plan du terrain

Figure 58 : Coupe transversale sur le terrain Travail personnel -64-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

3.3 Processus de conception de la prison 3.3.1 Parti architectural L'idée maîtresse de notre projet tourne autour du vécu sensible du prisonnier, pris dans sa dimension humaine. Tout au long de notre mémoire, nous avons tenté de démontrer l'importance de la qualité de la vie dans la prison, dans la politique de réinsertion sociale. A cet égard, nous avons mené notre réflexion sur deux niveaux de lecture : 

Echelle de la prison (macro) : Là, le détenu aura la possibilité de se mouvoir librement dans un espace fondamentalement fermé, contrôlé et sécurisé. La prison sera conçue telle un "oasis clos", offrant à ses occupants des parcours diversifiés, ponctué par des jardins et des placettes, pour passer d'une entité fonctionnelle à une autre. Sous l'œil vigilent des gardiens, le détenu aura la possibilité de vivre le passage d'un compartiment à un autre, comme une sorte de "promenade architecturale". Une telle expérience ordinaire lui procurera une sensation de liberté et d'ouverture relative, atténuant ainsi l'impression d'enfermement et d'isolement. Echelle de la cellule (micro) : S'agissant de l'endroit où le détenu va vivre pleinement sa privation de liberté, il devrait lui procurer un minimum de confort, tant de point de vue hygiénique que de point de vue qualités formelles et ambiantales de l'espace. L'espace de la cellule sera vécu comme sa "bulle" : lieu intime, fermé, où il aura tout le temps pour se retrouver avec soi-même.

3.3.2 Choix conceptuels Notre prison pour les délinquants primaires à Tataouine se veut une prison humaine. Elle sera construite en symbiose avec le contexte climatique et naturel de la région. A cette fin, les matériaux locaux comme la brique de terre, le mortier de plâtre et la chaux, constituent les éléments de base du procédé constructif mis en place. Leurs propriétés écologiques et durables, favoriseront une bonne isolation thermique dans les espaces intérieurs. Afin de minimiser l'apport solaire, on aura recours également à la double paroi. L'intégration de l'eau et de la végétation à travers les murs barricadées de la prison, contribuera à créer un microclimat, dans une zone particulièrement chaude et aride. Les jeux d'ombre et de lumière, ainsi que les traversées de l'air, vont servir pour ponctuer les séquences visuelles, rythmer les circuits internes, et rendre les espaces, agréables à vivre. Aussi seront-ils prévus une hauteur importante des bâtiments, des parcours boisés, et des passages couverts, notamment avec des troncs de palmiers, pour créer des zones d'ombre et rafraîchir les espaces de circulation.

-65-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Plus que d’architecture, en prison, il est question d’espace. De gestion de l’espace, plus précisément. Il s’agit de l’espace corporel du détenu, celui de son lieu de vie personnel – la cellule –, et celui dans lequel il évolue en communauté – l’établissement de détention dans son intégralité. Marc Renneville66

Figure 59 : Intentions de départ travail personnel

écran végétal air chaud

air frais

Figure 60 : Effets ambiantaux adaptés au climat avec ventilation naturelle Travail personnel

66

Marc Renneville, " Habiter la prison : la question de l’espace carcéral dans l’œuvre de Berthet One, ancien détenu devenu dessinateur", Criminocorpus, 2012. url : https://criminocorpus.hypotheses.org/4438

-66-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

La prison, c’est aussi un rythme et des habitudes dans lesquels il faut se fondre. Joseph Gourand

Figure 61 : Parcours boisés, ombré et passages couverts Travail personnel

3.3.3 Programme fonctionnel Dans le cadre de notre mémoire d'architecture, nous nous sommes appuyés sur les documents et les données récoltées, ayant trait d'une part aux espaces carcéraux de référence et d'autre part, à trois prisons tunisiennes : Béja, Monastir et Mornaguia. L'analyse effectuée nous a permis de distinguer deux zones distinctes : - La zone hors détention : Elle joue le rôle d'un espace tampon entre l'intérieur et l'extérieur, passage unique pour toutes les entrées et les sorties de tous les usagers : détenus, visiteurs (famille, avocats, organismes, associations de la société civile...), personnels. Elle comporte l'administration, mais également les espaces pour les rencontres (parloirs), ceux pour les premières admissions des nouveaux prisonniers, et ceux préparant la libération. - La zone de détention : Elle est destinée uniquement aux détenus et au personnel de la prison. Elle comporte le programme des activités prévues, visant notamment la rééducation du prisonnier, et favorisant sa réinsertion sociale future.

-67-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Pour rendre la vie dans la prison moins monotone, le détenu aura la possibilité d'avoir accès à des "formes alternatives de liberté", par le biais des ateliers de travail (manuel et artistique), et des espaces de lecture et d'écriture (bibliothèque, aménagement extérieur, salles de classe). Des espaces de vie et de restauration partagés sont aussi inclus dans le programme pour encourager la coopération entre les détenus et stimuler la sensation d'une certaine normalité qui les prépare pour le jour de leur sortie. Outre les deux zones, nous allons prévoir une zone d'entre-deux, jouant le rôle de pont entre le monde extérieur et le monde clos intérieur de la prison. Elle abrite les espaces pour les représentations théâtrales, les projections de films, les conférences de sensibilisation...Elle abrite également le bloc sanitaire et une structure d'écoute, de suivi et de soutien psychologique.

Figure 62: Organigramme schématique des entités fonctionnelles travail personnel -68-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Tableau 3 : Entités fonctionnelles de la prison

ZONE HORS DETENTION

ZONE ENTRE-DEUX

Dispositif d'entrée Administration Espaces d'admission des détenus Espaces d'admission des visiteurs Espaces de libération (sortie) Structure de soutien psychologique

Salle polyvalente Parloirs Bloc sanitaire

ZONE DE DETENTION Espaces de logement Espaces de restauration Espaces de travail Espaces de lecture Espaces de loisir Espaces à air libre

3.3.3.1 Zone hors détention : programme quantificatif Tableau 4 : Superficies de la zone hors détention

Espace

Superficie par unité

Dispositif d'entrée Entrée des visiteurs Porche d'entrée pour les visiteurs Salle de surveillance et de contrôle Entrée de service SAS d'entrée des fourgons Guichet de contrôle Administration Bureau de directeur Bureau de secrétariat de direction Salle de réunion Bureaux des personnels administratif Salle d'opération Dépôt d'arme Archives Sanitaires Local de nettoyage Bureau de garde Espace d'admission des visiteurs Bureau d'accueil Dépôt des affaires personnelles Salle d'attente Sanitaire

-69-

70 m² 10 m² 100 m² 150m² 10 m² 20 m² 15 m² 20 m² 15 m² 40 m² 30 m² 20 m² 20 m² 14 m² 15 m² 15 m² 20 m² 40 m² 15 m²


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

3.3.3.2 Zone d'entre-deux : programme quantificatif Tableau 5 : Superficies de la zone d'entre-deux

Salle polyvalente Bloc sanitaire Parloir Parloirs officiels Parloirs privés Parloirs des avocats Bloc sanitaire

150 m² 15 m² 150 m² 100 m² 15 m² 16 m²

3.3.3.3 Zone de détention : programme quantificatif Tableau 6 : Superficies de la zone de détention

Espace Cellules individuelles Espace d'éducation Salle de classe Bibliothèque Salle informatique Salle de lecture Bloc sanitaire Espace de restauration Réfectoire commun Cuisine Magasin Bureau magasinier Quai de déchargement dépôt vaisselle Local poubelle plonge Service de santé Infirmerie Pharmacie Salle de soin Bureau médecin Chambres pour détenus malades Sanitaires Structure de soutien psychologique Bureau du psychologue

-70-

Superficie par unité 12 m² 30 m² 150 m² 40 m² 150 m² 15 m² 300 m² 100 m² 50 m² 15 m² 50 m² 20 m² 10 m² 20 m² 17 m² 20 m² 15 m² 20 m² 30 m² 15 m² 25 m² 25 m²


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Bureau d'aide sociale Salle de thérapie de groupe Bloc sanitaire Espace de thérapie de groupe en plein air Bureau des associations Salle de réunion

15 m² 50 m² 15 m² 150 m² 20 m² 40 m²

3.3.4 Esquisses de départ 3.3.4.1 Première proposition Notre premier choix du site d'intervention était à Tabarka, au bord de la mer. Notre soucis majeur était celui d'augmenter la sensation de liberté et rendre la prison, moins fermée et moins monotone. L'image était représentée par des cubes de verres, offrant la vue sur la mer. L'organisation spatiale était basée sur la séparation entre les entités administratives et les entités de détention. Les formes épurées de fonction administrative se trouvaient ainsi dans un niveau inférieur, alors que les fonctions d'éducation occupaient un niveau supérieur.

Figure 63 : Agencement de cubes de verres Travail personnel

3.3.4.2 Deuxième proposition L'étape d'évolution de notre esquisse de départ, a été marqué par la création de parcours internes, diversifiés, entre les compartiments. Aux jeux des parcours internes, nous avons intégré la couleur, et tenu à rassembler les espaces de rééducation dans un même parallélépipède. Tous les parcours convergeaient vers eux.

-71-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Figure 64 : Masse volumétrique et création des parcours Travail personnel

-72-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

3.3.4.3 Projet final Nous avons prévu une artère principale à double sens, allant des cellules vers les autres espaces de la prison (ateliers, bibliothèque, salles de cours, salle de sport…). Cette allée est ponctuée par des jardins, des passages couverts et découverts. Les murs hauts qui délimitent l'espace tout autour, projettent leur ombre, ce qui va rafraîchir et rendre plus agréable la "promenade" pour les détenus.

Figure 65 : Passages couverts et parcours rythmé Travail personnel

-73-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Au niveau espaces de la prison, nous avons prévu des ouvertures hautes, aménagées au niveau de la toiture, des skydomes (rappelant les malqafs traditionnels), ainsi que des ouvertures latérales, orientées vers l'Est, permettant la circulation de l'air frais et l'évacuation de l'air chaud. air chaud

ensoleillement fort

air frais

plan d'eau et végétation

Figure 66 : Aménagement de divers types de dispositifs d'ouverture Travail personnel

Figure 67 : Effets ambiantaux dans les espaces découverts et ouverts Travail personnel -74-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Figure 68 : un bloc type de cellules travail personnel

Figure 69 : une vue sur l'espace de circulation Travail personnel

Les cellules individuelles sont organisées autour d'une area "végétalisée", à ciel ouvert. Elles sont protégée par le dispositif de la double paroi. Dans un soucis de rompre avec les barreaux déprimants des prisons traditionnelles, nous avons intégré des parois ajourées en briques de terre locales. Outre leur rôle sécuritaire, ces parois poreuses permettent de tamiser la lumière, de minimiser l'apport solaire, d'aérer les espaces et de donner la vue sur la végétation de l'area

-75-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Figure 70 : intégration de la végétation dans l'hébergement l'espace vert représente environ 35 % de la superficie totale du bloc travail personnel

Figure 71 : circuit des agents dans d'un bloc type de cellules travail personnel

Figure 72 : circuit des prisonniers dans un bloc type de cellules travail personnel

Le circuit des agents doit couvrir le bloc en entier, quant aux prisonniers, leur circuit ne doit pas dépasser les couloirs menant à leurs cellules et à l'area. -76-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Figure 73 : La cellule individuelle travail personnel

air chaud

air frais

Figure 74 : Coupe schématique sur la cellule Travail personnel

L'air rafraichi par la végétation et filtré par la paroi ajourée , pénètre dans la cellule à travers des ouvertures basses, quant à l'air chaud, il s'évacue par les petites ouvertures latérales situées au niveau de la voûte en berceau. -77-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Figure 75 : Vues intérieures de la cellule Travail personnel

-78-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

CONCLUSION GENERAL

CONCLUSION GENERALE

La prison n’est pas un territoire perdu de la République sur lequel l’Etat de droit n’aurait aucune prise, pas plus qu’elle n’est cette "institution totale", sorte d’espace d’exception au droit commun, d’enclos voué au "despotisme ordinaire", à l’écrasement des individus ou à la souffrance des corps67..

Notre mémoire d'architecture se veut être une relecture de l'espace carcéral en Tunisie dans une visée que nous pouvons qualifier de "restauratrice"68, en vue d'offrir aux détenus les conditions propices à la réhabilitation et la réintégration sociale. Il se présente comme une réponse alternative face à l'état de dégradation des prisons tunisiennes contemporaines, où les jeunes détenus vivent dans des conditions inhumaines, vétustes et insalubres, et se trouvent victimes de maltraitance et d'abus. L'espace d'enfermement semble de plus en plus voué à la souffrance, à la marginalisation, à l'isolement des uns et des autres. A cet effet, nous avons cerné notre problématique à un espace de détention destiné spécifiquement aux délinquants primaires, et situé à Tataouine. Après avoir présenté un bref état de l'art sur l'état actuel de quelques prisons locales (Béja, Monastir, Mornaguia), basé notamment sur des témoignages d'anciens détenus, nous avons effectué un rapide tour d'horizon dans les autres régions du monde, en vue de repérer des modèles "exemplaires" de prisons modernes. Ensuite, nous avons défini notre démarche conceptuelle, orientée vers les qualités ambiantales créées dans la prison. A travers la projétation d'environnements lumineux et thermiques, adaptés aux contraintes climatiques de la région étudiée, nous avons tenté de créer un dynamisme spatial et des scénarii d'usages divers et multiples. Aussi, les prisonniers seront-ils toujours occupés, grâce à la multiplication des tâches à effectuer durant la journée.

67

Jean -Marie Bockel, "Relevons le défi des prisons sans barreaux", Le Nouvel Observateur, 12 avril 2010.

68

Idem.

-79-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES Ouvrages 

Ammar Héla, Corridors, Cérès éditions, 2015.

Ben Jalloun Tahar, Cette aveuglante absence de lumière, Paris : Seuil, 2001.

Constant J., Traité Élémentaire de droit pénal, Liège 1966, T.II, n°591.

Dieu F, Mbanzoulou, P, L'architecture carcérale, des mots et des murs, Editions Privat, 2011.

Donnedieu de Vabres H., Traité du droit criminel, Paris 1947, n°587.

Durkheim Émile, Le suicide. Étude de sociologie, Paris : Presses universitaires de France, (1897) 1983.

Foucault M., Surveiller et punir, Gallimard, 1993.

Mrabet A., L'art de bâtir au Jérid : étude d'une architecture vernaculaire du Sud Tunisien. Tunis : contracte édition, 2004.

Roché Sebastian, La délinquance des jeunes, Paris : Seuil, 2001, 320 p.

Rouyer M. et Drouet M., L'Enfant violenté, Le Centurion, 1986.

Articles

Gayda, « La violence familiale: les parents indignes », Actualités psychiatriques, 1989, 2, p. 11-18.

Montana Sally, "Regards croisé d'une photographe engagée : le monde carcéral dans l'objectif d'une photographe", Bulletin info, 2011.

Rapports 

Gontard Paul Roger, Mission d’étude de faisabilité : Le régime ouverte de détention peut-il être étendu dans le champ pénitentiaire français ? Prison ouverte. Ministère de la Justice et des Liberté, Secrétariat d’Etat à la Justice. Paris 2010, 174 p.

Jacquot Stephane, Quelle prison pour en finir avec l'école du crime et préparer à la réinsertion ? Rendre la sanction utile. UMP. 2011, 15 p.

Wessendrop Albert, Les aspects psychologiques du problème de la surpopulation, 2010.

-80-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Mémoires d'architecture 

Ben Afia Sofiane. 2002. Sécurité objective -sécurité subjective : Prison civile à Monastir. Mémoire d'architecture. Ecole Nationale d'Architecture et d'Urbanisme de Tunis.

Ben Dhiab Brahim. 2014. L’espace carcéral entre la punition et la réinsertion. Mémoire d'architecture. Ecole Nationale d'Architecture et d'Urbanisme de Tunis.

Hadji Sarra. 2014. Le futur carcéral en Tunisie : une prison de confiance. Mémoire d'architecture. Ecole Nationale d'Architecture et d'Urbanisme de Tunis.

Kouki Rania. 2013. L'espace carcéral " un féminin "de la machine à punir à la machine. Mémoire d'architecture. Ecole Nationale d'Architecture et d'Urbanisme de Tunis.

Meddeb Sirine. 2015. Centre de détention axé sur la réhabilitation des détenus non violents. Mémoire d'architecture. Ecole Nationale d'Architecture et d'Urbanisme de Tunis.

Silvin Philippe, L’architecture des prisons : Etude de l'évolution historique à partir d'un choix de types architecturaux, Ecole d'architecture de Lille et des régions Nord, 1990, 435p.

Récits et témoignages [en ligne] 

Haikel Hazqi, ‫[ الزندالي | أغاني السجون التونسية‬en ligne]. url : http://ma3azef.com

Laurent Jacqua. Blog d'un ancien prisonnier. jacqua.blogs.nouvelobs.com/tag/prisonnier

Lilia Blaise, "Plongée dans les prisons http://www.middleeasteye.net/node/44320

Hafawa Rebhi, "En perdition, l’institution carcérale aspire à la réforme", 2013. url : http://www.leconomistemaghrebin.com/2013/09/14/en-perditionlinstitution-carcerale-aspire-a-la-reforme/

I.N, R.T.B. F, "Témoignage de "l’enfer" vécu par un touriste belge emprisonné en Tunisie", 2014. url : http://www.businessnews.com.tn/temoignage-de--lenfer-vecu-par-un-touriste-belge-emprisonne-en-tunisie,520,43381,3

Sayah J. , "L'état de la prison en Tunisie : Entre Archaïsme et refoulement", 2014. url : http://www.otsg.org/index.php/actualites/20-l-etat-de-la-prison-entunisie-entre-archaisme-et-refoulement

Y.N. "Prison de La Rabta : 24 heures pour remédier aux problèmes d’hygiène", 2015.

-81-

url

:

tunisiennes",

http://laurent2015.

url

:


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Documentaires, films, Séries télévisées, reportages… 

"Orange Is the New Black", est une série télévisée américaine créée par Jenji Kohan.

"Oz" est une série télévisée américaine, créée par Tom Fontana.

"Orange mécanique" ou "A Clockwork Orange" est un film britannique réalisé par Stanley Kubrick.

"Les Évadés" ou "The Shawshank Redemption" est un film américain réalisé par Frank Darabont.

"Quatre Minutes" ou "Vier Minuten" est un film allemand réalisé par Chris Kraus.

"Dog Pound", est un film dramatique canadien écrit et réalisé par Kim Chapiron.

"La Ligne verte" ou "The Green Mile" est un film américain réalisé par "Frank Darabont".

"La prison des femmes de Manouba" émission diffusée sur la chaine tunisienne "Hannibal TV"

"L'aria" Émission de télé réalité sociale faisant participer des ex-détenus qui souhaitent se réinsérer dans la vie active diffusée sur la chaine tunisienne "Attessia".

"Histoire de l’architecture carcérale" une interview avec "Christian Demonchy", Architecte.

-82-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

REFERENCES WEBOGRAPHIQUE

REFERENCES WEBOGRAPHIQUES http://www.e-justice.tn/index.php?id=581. http://www.ooiio.com/en/portfolio/female-prison-iceland/. http://www.archdaily.com/244702/female-prison-ooiio-architecture. http://www.tunezine.tn/read.php?1,116771,116771#msg-116771. http://ma3azef.com. http://latelierdesyeuxdelouie.com/Reflechir-les-images-de-la-prison.html. http://www.corsematin.com/article/corse/detention-casabianda-cette-prison-ouvertedou-lon-ne-sevade-pas.205.html. http://www.slate.fr/grand-format/anders-breivik-prison-doree. http://infoprisons.ch/bulletin_9/halden_prison_plus%20humaine.pdf. http://hcdh-tunisie.org/wp-content/uploads/2015/02/Rapport-sur-la-situation-desprisons-en-Tunisie.pdf http://www.carceropolis.fr/ http://www.serpsy.org/ http://reinsertiondesdetenus.e-monsite.com/ https://criminocorpus.org https://nawaat.org

-83-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

TABLE DES FIGURES

TABLE DES FIGURES

Figure 1 : Ministère de la justice ................................................................................................................ 15 Figure 2 : Couvertures du roman de Tahar Ben Jalloun ............................................................................. 20 Figure 3 : Le parloir..................................................................................................................................... 21 Figure 4 : L'aria ........................................................................................................................................... 21 Figure 5 : Vues de l'intérieur d'un dortoir .................................................................................................. 22 Figure 6 : vues de l'intérieur sur le dortoir ................................................................................................. 23 Figure 7 : Restitution de la disposition originelle dans le dortoir de la prison de Monastir ...................... 23 Figure 8 : Disposition réadaptée par les prisonniers .................................................................................. 24 Figure 9 : le dessous des lits est aménagé en espace pour dormir ........................................................... 24 Figure 10 : Schématisation de la nouvelle disposition des lits ................................................................... 24 Figure 11 : Obscurité du dortoir ................................................................................................................. 25 Figure 12 : collecte de la poubelle à l'intérieur des dortoirs ..................................................................... 26 Figure 13 : vue sur l'espace sanitaire du dortoir ........................................................................................ 26 Figure 14 : Vues d'une cellule .................................................................................................................... 26 Figure 15 : Vues aériennes source ............................................................................................................. 28 Figure 16 : Insertion urbaine et vue extérieure de la prison de Béja ......................................................... 29 Figure 17 : Coupes sur la prison et son voisinage ...................................................................................... 29 Figure 18 : Rapport d'hauteur .................................................................................................................... 29 Figure 19 : Rapport plein-vide et distribution spatiale............................................................................... 30 Figure 20 : Circuits des divers occupants ................................................................................................... 30 Figure 21 : Vues aériennes ......................................................................................................................... 31 Figure 22 : La prison en flamme suite à l'incendie du 15 janvier 2011 ...................................................... 31 Figure 23 : Restitution du plan de la prison de Monastir ........................................................................... 32 Figure 24 : Les fenêtres des dortoirs donnant sur l'aria ............................................................................. 32 Figure 25: Reproduction du plan de la prison de Monastir........................................................................ 33 Figure 26 : Restitution des circuits ............................................................................................................. 34 Figure 27 : Réalisations des détenus de la prison de Monastir .................................................................. 34 Figure 28 : Vues aériennes ......................................................................................................................... 35 Figure 29 : Vue de l'entrée principale ........................................................................................................ 35 Figure 30: Rapport plein/vide .................................................................................................................... 36 Figure 31 : Disposition fonctionnelle ......................................................................................................... 36 Figure 32 : Succession de dortoirs dans la prison de Mornaguia ............................................................... 37

-84-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Figure 33 : Schématisation des différents circuits ..................................................................................... 37 Figure 34 : Séance de projection et extrait d'une séance .......................................................................... 39 Figure 35 : Projection du film lors des JCC ................................................................................................. 40 Figure 36 : Les conditions qu'endure un primo-délinquant ....................................................................... 41 Figure 37 : Périmètre interne et externe d’une prison-type ...................................................................... 42 Figure 38 : Zonage d'une prison-type tunisienne ....................................................................................... 42 Figure 39 : Plan de la Maison d’arrêt de Lyon Saint-Paul (1865) ............................................................... 46 Figure 40 : Coupe de la chapelle de la Maison d'arrêt de Lyon ................................................................. 46 Figure 41 : Plan de prison suivant le modèle d’Auburn (1837) .................................................................. 47 Figure 42 : "Le prisonnier en cellule, et l’observateur derrière l’œilleton" ............................................... 47 Figure 43 : La Kilmainham Gaol .................................................................................................................. 49 Figure 44 : Prison ouverte à Danemark ...................................................................................................... 51 Figure 45 : Plan de la prison et rapport bâti-verdure ................................................................................. 53 Figure 46 : Eclairement naturel des cellules .............................................................................................. 53 Figure 47 : Jeux de couleur et de lumière .................................................................................................. 54 Figure 48 : Vues des fenêtres pare-vue ...................................................................................................... 55 Figure 49 : Vue intérieure d'une cellule double ......................................................................................... 55 Figure 50 : L'insertion du bâtiment dans le paysage .................................................................................. 56 Figure 51 : Eléments pour une nouvelle conceptualisation de la prison ................................................... 59 Figure 52 : Vue sur la prison ....................................................................................................................... 61 Figure 53 : un tatouage d'un prisonnier tunisien source: Livre "Corridors" de "Hela Ammar" ................ 62 Figure 54 : Diagramme climatique (Température et pluviométrie) à Tataouine* ..................................... 63 Figure 55 : Vue aérienne ............................................................................................................................ 64 Figure 56 : vues sur le terrain ..................................................................................................................... 64 Figure 57 : Plan du terrain ........................................................................................................................ 64 Figure 58 : Coupe transversale sur le terrain ............................................................................................. 64 Figure 59 : Intentions de départ travail personnel ..................................................................................... 66 Figure 60 : Effets ambiantaux adaptés au climat avec ventilation naturelle ............................................. 66 Figure 61 : Parcours boisés, ombré et passages couverts .......................................................................... 67 Figure 62: Organigramme schématique des entités fonctionnelles travail personnel ............................... 68 Figure 63 : Agencement de cubes de verres .............................................................................................. 71 Figure 64 : Masse volumétrique et création des parcours ......................................................................... 72 Figure 65 : Passages couverts et parcours rythmé ..................................................................................... 73 Figure 66 : Aménagement de divers types de dispositifs d'ouverture ....................................................... 74 Figure 67 : Effets ambiantaux dans les espaces découverts et ouverts ..................................................... 74 Figure 68 : un bloc type de cellules travail personnel ................................................................................ 75 Figure 69 : une vue sur l'espace de circulation .......................................................................................... 75 Figure 70 : intégration de la végétation dans l'hébergement .................................................................... 76

-85-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

Figure 71 : circuit des agents dans d'un bloc type de cellules travail personnel ........................................ 76 Figure 72 : circuit des prisonniers dans un bloc type de cellules travail personnel .................................... 76 Figure 73 : La cellule individuelle travail personnel .................................................................................... 77 Figure 74 : Coupe schématique sur la cellule ............................................................................................. 77 Figure 75 : Vues intérieures de la cellule ................................................................................................... 78

TABLE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Divers profils des détenus ....................................................................................................... 13 Tableau 2 : Typologies planimétriques des prisons ................................................................................... 57 Tableau 3 : Entités fonctionnelles de la prison .......................................................................................... 69 Tableau 4 : Superficies de la zone hors détention ..................................................................................... 69 Tableau 5 : Superficies de la zone d'entre-deux ........................................................................................ 70 Tableau 6 : Superficies de la zone de détention ........................................................................................ 70

-86-


"Derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouine

-87-

Profile for moujahed

Moujahed Souihli : Mémoire d'architecture, Novembre 2016.  

Moujahed Souihli, Mémoire d'architecture, "derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouin...

Moujahed Souihli : Mémoire d'architecture, Novembre 2016.  

Moujahed Souihli, Mémoire d'architecture, "derrière un mur, comme au fond d'un ravin" : une prison pour les délinquants primaires à Tataouin...

Profile for moujahed
Advertisement