Page 1

découvrir L E M AG A Z I N E D E L A G R A N D E R É G I O N

Ces saveurs et ces sites qui émerveillent le monde

LES VINS D’ARDÈCHE - LA CHATAÎGNE - LES MONDES SOUTERRAINS

HORS-SÉRIE AUTOMNE/ HIVER 2017

Cahier d’attractivité Il fait si bon vivre en Ardèche !

L 14425 - 3 H - F: 5,00 € - RD

Ces Villages où il fait bon vivre BANNE - SAINT-MONTAN Trésors cachés DES GORGES DU CHASSEZAC À L’ABBAYE DE MAZAN, DES MERVEILLES À DÉCOUVRIR… Outdoor À TRAVERS L’ARDÈCHE À PIED, EN VÉLO OU EN PARAPENTE… Gens d’ici DES AGRICULTEURS ENGAGÉS, DES ARTISANS PASSIONNÉS, DES RESTAURATEURS DE TALENT… Made In Ardèche L’ARDÈCHE AU TOP !


Retrouvez-nous dans nos boutiques en France Boutique Opéra - 1 Rue Auber, 75009 Paris Boutique & Institut Melvita - Chemin du Ponson, 07200 Aubenas Boutique & Visite d’usine Melvita - La Fontaine du Cade, 07150 Lagorce Visites guidées gratuites toute l’année sur réservation au +33 (0)4 75 88 78 00

Découvrez notre boutique en ligne et notre réseau de points de vente sur

www.melvita.fr


+++++++++++++++++++++++++++++++++ ++++++++++++++++++++++++++++++++++ +++++++++++++++++++++++++++++++++

ÉDITO

L’AUTOMNE ? RIEN DE PLUS MERVEILLEUX !

O

n est comme ça en Ardèche… Quand les arbres ressortent leurs habits de fête, nos belles châtaignes, pleines de malice et de délices, courent de village en village se faire allumer et dévorer à belles dents par des flots de gourmands qu’elles émerveillent de leur piquant. Merveilleuses Castagnades en perspective… Youpi, c’est l’automne ! Profitez des beaux jours pour vous lancer à la découverte des grottes et des réseaux souterrains qui se creusent la tête depuis 100 millions d’années pour vous offrir de profondes émotions. À partager sans modération ! Merveilleux frissons… On a de la chance, les vendanges ont été bonnes et le vin s’annonce délicieux. En Ardèche, la vigne réserve plus d’une pépite à ceux qui aiment l’art du travail bien fait. Partez à la rencontre de celles et ceux qui mettent tout leur cœur à fignoler des vins qui leur ressemblent. Uniques, droits et généreux. Merveilleux nectars… Ici, les villages savent vivre et les gens aiment rire. Anne, Jérôme, Matthieu, Eric, David, Julien ou Amandine, pour ne citer qu’eux, vous entrouvrent un brin de leur vie dans ces colonnes, tout comme ces chefs d’entreprises, artisans, médecins qui vous invitent à faire plus ample connaissance dans la vraie vie. Merveilleux Ardéchois… Mais avant de partir, passez-donc par la page 97 pour regarder notre nouvelle vidéo. Trois jours en Ardèche en trois minutes et cinquante neuf secondes. Nous vous souhaitons de tout coeur un merveilleux automne ! X

découvrir L E M AG A Z I N E D E L A G R A N D E R É G I O N

Trimestriel - hors série Ardèche - Automne-Hiver 2017 - Réalisé en partenariat avec l’Agence de Développement Touristique de l’Ardèche www.ardeche-guide.com Édité par

SARL au capital de 1000€ - SIRET 811 058 122 00011 - Siège Social : 15, place du Terrail, 63000 CLERMONT-FERRAND - Directeur de la publication Christophe BONICEL

15, place du Terrail 63000 Clermont-ferrand - DIRECTEUR DE LA RÉDACTION Christophe BONICEL cbonicel@orange.fr

RÉDACTION Gilles DUPUY, Vivien COUZELAS, Marc NEVOUX PHOTOS Matthieu DUPONT, Denis POURCHER, Marc NEVOUX PHOTO DE COUVERTURE Sébastien Madaud SECRÉTAIRE DE RÉDACTION Gilles DUPUY - GRAPHIC DESIGN Grand National Studio - PUBLICITÉ Stéphane SZYJEWSKI Tél.: (33) 6 71 98 54 01 stephane@lagranderegion.eu IMPRESSION BOCCIA - DISTRIBUTION MESSAGERIE LYONNAISE DE PRESSE - Numéro de commission paritaire : 0621 K 93119 - Dépôt légal à parution. Toutes reproductions (même partielles) des articles publiés dans DÉCOUVRIR RHÔNE ALPES AUVERGNE sans accord de la société éditrice est interdite conformément à la loi du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique. La rédaction n’est pas responsable de la perte ou de la détérioration des textes ou de photos qui lui est adressée pour appréciation.

ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017 • 3


SOMMAIRE

© M. Rissoan

+++++++++++++++++++++++++++++++++ ++++++++++++++++++++++++++++++++++ +++++++++++++++++++++++++++++++++

6 8/11

L’Ardèche émerveille le monde

60

Outdoor

La châtaigne

62/65

GR7 sur la montagne ardéchoise

12/15

Les mondes souterrains

66/67

Parcours vélo « l’Ardéchoise »

16/19

Vignes et sites d’exception

+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + +++ + + + + + + + + +

20

La vie de villages

68

Parapente

+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + +++ + + + + + + + + +

70

Made in Ardèche

20/25

Banne

72

Les Georgettes

26/31

Saint-Montan

73

Melvita

+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + +++ + + + + + + + + +

32

Gens d’ici

34/35

Ferme de la Besse, toqué du terroir

36/37

La Magnanerie, huile d’olive au top mondiale

38/39

Au Fil de Soie, gîte et chambre d’hôtes

40/41

Ferme des 7 Lunes, vins bio et naturel

42/43

Château Clément, une autre idée du luxe

44/45

74/75

Passion chocolat

+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + +++ + + + + + + + + +

76/85

Trésors cachés 8 pépites pour s’émerveiller

+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + +++ + + + + + + + + +

86

Évènements

86

Marathon international des gorges de l’Ardèche

L’Ange Gourmand, bienvenue au paradis

87

Fascinant week-end dans tout le vignoble ardéchois

46

Ecce terra, à la fortune du pot

88

Les Rencontres des cinémas d’Europe d’Aubenas

47

Ferme de la Louvèche, exploitation familiale

89

Les Castagnades

+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + +++ + + + + + + + + +

48

+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + +++ + + + + + + + + +

Portes ouvertes

90/95

50/51

Musée du parchemin

52/53

Galerie du Bourdaric

+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + +++ + + + + + + + + +

54/55

Château-musée de Tournon

56/57

Palais des Évêques

100/101

Ventadour & Chantemerle

58/59

Ardelaine

102/103

Skipper Logistique

104/105

Union des vignerons ardéchois

106/107

Florent Simon

108/109

Bières d’Ardèche

4 • ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017

99

Agenda et carnet d’adresses Cahier d’attractivité, dynamisme

et performance par amour de l’Ardèche

110/111

Sylvain Robert

112/113

Tënk


© Philippe Fournier

Nous sélectionnons le meilleur

Goûtez l’Ardèche®, une référence de qualité • Des produits fabriqués en Ardèche avec des matières premières d’origine locale • Des restaurants et traiteurs proposant des menus ou plats composés à 80 % de produits ardéchois • Des points de vente proposant une gamme variée de produits ardéchois • Une saveur garantie par des jurys de dégustation et des visites « mystère » • Des chartes qualitatives vérifiées par un organisme externe Goûtez l’Ardèche, a benchmark for consumers seeking quality: products manufactured in the Ardèche with locally-sourced commodities, flavour guaranteed by tasting panels and « undercover » visits, quality charters verified by an external organisation. Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière : www.mangerbouger.fr - L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

www.goutezlardeche.fr

goutezlardeche


© STÉPHANE JAILLET

6 • ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017


ÉMERVEILLÉS PAR

L’ARDÈCHE

L’Ardèche émerveille le monde Par son patrimoine et la diversité de ses perspectives, par son climat et son art de vivre, par ses ressources inépuisables, l’Ardèche émerveille le monde. Ici, tout est fait pour mettre un territoire unique en valeur. C’est la vigne qui depuis l’Antiquité façonne le paysage ; la châtaigne, fruit emblématique s’il en est, concourt à l’identité de tout un peuple. Et sous nos pieds, c’est un monde parallèle qui étend ses vastes ramifications, un réseau unique en Europe où les spéléologues, amateurs ou plus aguerris, cherchent et trouvent un terrain de jeu à leur dimension. Oui, décidément, l’Ardèche émerveille le monde.

ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017 • 7


LA CHÂTAIGNE • TENDANCE ET IDENTITAIRE

Tendance et identitaire

La châtaigne © MATTHIEU DUPONT

Trésor d’automne, la châtaigne est exemplaire de l’extraordinaire richesse du terroir ardéchois. Présente depuis des temps immémoriaux, cultivée depuis le Moyen Âge, elle connaît aujourd’hui un incroyable retour en grâce et participe activement à l’identité de tout un territoire.

8 • ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017


L’ARDÈCHE ÉMERVEILLE

Le monde

ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017 • 9


© PH FOURNIER

LA CHÂTAIGNE • TENDANCE ET IDENTITAIRE

10 • ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017


L’ARDÈCHE ÉMERVEILLE

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++ ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++ ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

www.chataigne-ardeche.com www.maisonduchataignier.fr www.parc-monts-ardeche.fr www.marrons-imbert.com www.musee-chataigneraie.fr

© A. RENAUD-GOUD

La châtaigne superstar ! Avec 5 000 tonnes de châtaignes produites par an, l’Ardèche se situe ainsi au premier rang de la production française, et si les débouchés sont nombreux, la matière première, elle, vient presque à manquer. C’est pourquoi les acteurs locaux se mobilisent pour reconquérir et sauvegarder la châtaigneraie ardéchoise, à travers des travaux de débroussaillage, d’abattage, d’élagage et de lutte contre les insectes parasites, le

tout en partenariat avec les castanéiculteurs eux-mêmes. Il faut dire que l’enjeu est de taille. Le goût subtil et les multiples vertus nutritionnelles de la châtaigne sont aujourd’hui tendance, et le fruit emblématique de l’Ardèche envahit les boutiques bio - sans gluten, la farine de châtaigne est notamment très appréciée pour sa saveur typée et sucrée. Récoltée à l’automne, entre le 5 septembre et le 15 novembre, la châtaigne se déguste fraîche ou grillée, mais elle se décline sous bien d’autres formes, qu’il s’agisse de crème, de purée, de confiture, de soupe, de biscuit, de miel ou de liqueur, sans parler de son utilisation en cuisine. En Ardèche, elle génère une véritable économie, à l’image de la Maison Imbert qui, depuis le début du siècle dernier produit l’inimitable marron glacé d’Aubenas. Ici, savoir-faire et rigueur sont transmis de génération en génération, et aujourd’hui, c’est au tour de Stéphanie Augier-Imbert de diriger l’entreprise fondée par son arrière-grand-père, Gustave Imbert. Une entreprise qui, outre ses marrons glacés, produit de la purée et de la crème de marron, ou encore de délicieux marrons confits. À l’image des Imbert, l’Ardèche abrite un vaste réseau d’agriculteurs et d’artisans qui mettent tout leur talent et leur savoir-faire au service de la châtaigne. D’ailleurs, de la mi-octobre à la mi-novembre, à travers Les Castagnades (lire page 89), c’est tout un territoire qui vit au rythme de son fruit fétiche. Vous n’allez pas manquer ça, quand même ? X

© M. RISSOAN

P

résente à l’état naturel depuis 8,5 millions d’années, comme l’atteste un fruit fossilisé découvert en 1994 près de Privas, la châtaigne est intimement liée au terroir ardéchois. Mais sa culture, elle, ne s’est réellement développée qu’au XIVe siècle avec la création des premières châtaigneraies. La farine de châtaigne sert alors de base à l’alimentation paysanne, d’où le surnom d’« arbre à pain » qu’on donnera plus tard au châtaignier. À partir du XVIIe siècle, des marchés spécialisés dans la châtaigne apparaissent dans les principaux bourgs de la région, tel Saint-Sauveur-de-Montagut, Joyeuse, Les Vans ou Vesseaux. La châtaigne s’exporte bientôt dans les grandes villes du sud de la France, et quand le pic de production est atteint, vers 1860, l’Ardèche compte près de 60 000 hectares de châtaigneraies. Mais la concurrence de la sériciculture, la maladie de l’encre, l’utilisation du bois de châtaignier dans l’industrie textile, et plus encore le déclin démographique, enrayent ce bel essor, tant et si bien qu’au début des années 1960, le département ne compte plus que 6 000 hectares de châtaigneraies. Pourtant, la castanéiculture n’est pas morte en Ardèche, bien au contraire. C’est même à l’initiative des producteurs de châtaigne qu’est né le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche, en 2001. Depuis, la châtaigne d’Ardèche a obtenu l’Appellation d’origine protégée (AOP), et le Parc, par ses nombreuses actions, joue un rôle non négligeable dans le renouveau dont bénéficie aujourd’hui ce fruit identitaire.

Le monde

ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017 • 11


LES MONDES SOUTERRAINS • BIENVENUE DANS UN UNIVERS PARALLÈLE

Les mondes souterrains Bienvenue dans un univers parallèle

© PHILIPPE CROCHET

Fruit d’un lent travail d’infiltration de l’eau dans la roche calcaire, l’Ardèche constitue l’un des sites naturels les plus riches d’Europe en quantité et en diversité de grottes et d’avens. Toutes ces cavités abritent des splendeurs de concrétions cristallines, constituant un monde souterrain d’une richesse et d’une diversité sans pareil.

12 • ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017


L’ARDÈCHE ÉMERVEILLE

Le monde

ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017 • 13


LES MONDES SOUTERRAINS • BIENVENUE DANS UN UNIVERS PARALLÈLE

S

© A. RENAUD-GOUD

ous la terre d’Ardèche, des millénaires se dévoilent Le temps d’une descente aux sources d’une nature sauvage et intacte, on découvre, émerveillés, une histoire vieille de 100 millions d’années, quand l’Ardèche était constituée de hauts fonds marins, lesquels, en s’érodant au fil des ères géologiques, ont formé des cavités souterraines aux extraordinaires concrétions, appelées grottes et avens. Certaines d’entre elles ont même servi de refuge, de lieu de vie et d’expression à nos ancêtres préhistoriques, à l’image de la Grotte Ornée du Pont d’Arc (dite Grotte Chauvet), inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, aujourd’hui reconstituée sur un site exceptionnel, la Caverne du Pont d’Arc. Des Grottes de Soyons, dans le nord du département, jusqu’au site classé de l’Aven d’Orgnac, sans oublier l’Aven Marzal ou la Grotte de la Madeleine, l’Ardèche abrite ainsi de multiples lieux de visite intimement liés à la pratique de la spéléologie.

14 • ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017

C’est d’ailleurs ici qu’ont vu le jour les premiers guides spéléo, à l’instar de Jean Trébuchon qui, dans les années 1960, popularisa la pratique dans les gorges de l’Ardèche. À Vallon-Pont-d’Arc, le Centre de ressources, d’expertise et de performance sportives (CREPS) propose même un diplôme d’État mention « Spéléologie  », qui prépare à l’exploration, à l’étude et à la protection des milieux karstiques et des eaux souterraines, le tout dans une perspective pédagogique, l’idée étant de sensibiliser et d’éduquer à la gestion durable de ces espaces sensibles.

À la frontale Car en Ardèche, la pratique de la spéléologie n’est pas forcément réservée qu’aux seuls professionnels. À l’Aven d’Orgnac, par exemple, une partie du réseau est accessible sous forme de sorties d’initiation. Dûment harnachés et sous la conduite


d’un guide breveté, on découvre de sublimes paysages souterrains, on se lance sur les traces des pionniers de la spéléologie, on revit l’émotion de la découverte, le temps d’une descente en rappel de 50 mètres depuis l’entrée naturelle de la grotte. L’exploration de la Grotte Saint-Marcel-d’Ardèche, célèbre pour ses bassins de calcite uniques en Europe, permet elle aussi de s’initier eux rudiments de la spéléologie, par le biais d’une descente en rappel, d’une tyrolienne et d’un pont de singe. Au bout du parcours, on découvre la plus grande salle de la grotte, en surplomb d’imposants massifs de concrétions. À Bourg-Saint-Andéol, au lieu dit vallon de Tourne, les résurgences du Goul de la Tannerie et du Goul du Pont, deux fontaines vauclusiennes, forment la porte d’entrée d’un immense labyrinthe de galeries descendant très profondément, et dont personne ne connaît la fin. Le site est très apprécié des plongeurs du monde entier, qui continuent d’en dresser la topographie, battant pour l’occasion des records de plongée. Beaucoup moins périlleuse, la visite de l’Aven Grotte de la Forestière, près d’Orgnac-l’Aven, se fait librement, à la frontale, une manière insolite et apaisante de découvrir un paysage féerique, où des racines d’arbres se mêlent aux stalactites. Pour prolonger l’expérience, Nicolas et Virginie, les maîtres des lieux, ont créé le premier « spélé’hôtel  » au monde. Tous les soirs d’avril à octobre, trois tentes sont hissées à un mètre du sol. Confortablement installé dans ce couchage improvisé, on contemple les cristaux, dans un silence d’une profondeur inouïe, que trouble seulement le goutteà-goutte de l’eau qui s’écoule naturellement du plafond. Le temps semble alors s’arrêter, et la sensation de paix et d’harmonie est indicible. Une expérience à vivre au moins une fois dans sa vie. X

Le monde

© STEPHNAE JAILLET

© A. RENAUD-GOUD

L’ARDÈCHE ÉMERVEILLE

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++ ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++ ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Aven Marzal, route touristique des Gorges, 07700 Saint-Remèze. Tél. : 04 75 04 12 45. www.aven-marzal.com Aven Grotte de la Forestière, col de la Forestière, 07150 Orgnac-l’Aven. Tél. : 04 75 38 63 08. www.avengrottelaforestiere.com Grottes de Soyons, RD86, 07130 Soyons. Tél. : 04 75 60 88 86. www.rhonecrussol.fr Grotte de la Madeleine, route touristique des Gorges, 07700 Saint-Remèze. Tél. : 04 75 04 22 20. www.grottemadeleine.com Grotte de Saint-Marcel-d’Ardèche, route touristique des Gorges, 07700 Bidon. Tél. : 04 75 04 38 07. www.grotte-ardeche.com Grand Site de l’Aven d’Orgnac, place Robert-de-Joly, 07150 Orgnac-l’Aven. Tél. : 04 75 38 65 10. www.orgnac.com Caverne du Pont d’arc 07150 Vallon Pont d‘arc cavernedupontdarc.fr Comité départemental de spéléologie 07120 Chauzon Tél. : 04 75 38 63 02 cds07.fr ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017 • 15


© M. RISSOAN

VIGNES ET SITES D’EXCEPTION • QUAND LA VIGNE DESSINE LE PAYSAGE...

16 • ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017


L’ARDÈCHE ÉMERVEILLE

Le monde

Vignes et sites d’exception Quand la vigne dessine le paysage...

En Ardèche, la nature a créé une véritable mosaïque de terroirs. Ici, la vigne côtoie aussi bien le mûrier que le châtaignier, la lavande ou l’olivier. Elle pousse sur des coteaux abrupts, des terrains de pierrailles, des terres de garrigue ou des terrasses de galets roulés, dessinant des paysages inoubliables. Cette diversité fait la richesse de l’Ardèche, tant sur le plan œnologique que touristique.

ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017 • 17


© M. RISSOAN

VIGNES ET SITES D’EXCEPTION • QUAND LA VIGNE DESSINE LE PAYSAGE...

L

’Ardèche et la vigne, c’est une histoire vieille comme le monde. Introduite dès avant la conquête romaine – des espèces indigènes semblent avoir même préexisté à la fin de l’ère tertiaire –, elle a peu à peu colonisé le rebord oriental, ainsi que la partie du sud de l’ancienne province du Vivarais. À tel point qu’au XVIIe siècle, le célèbre agronome Olivier de Serres pouvait écrire des vins d’Ardèche qu’ils étaient « tant précieux et délicats qu’il n’est point besoin d’en aller chercher ailleurs ». Quant à « l’horrible piquette » chantée naguère par Jean Ferrat, elle a depuis longtemps cédé la place à des vins de qualité, apprécié dans le monde entier.

Reconquête Jusque dans les années 1960, les vins de l’Ardèche méridionale, alors vendus en vrac, étaient destinés à la consommation courante. Puis vint l’heure de la reconversion. On arracha les plants hybrides et, selon les terroirs, on replanta des cépages nobles (grenache, cinsaut, syrah, gamay, cabernet sauvignon, merlot…) et/ou autochtones (viognier, chatus…). Aujourd’hui, les vins produits sous l’Appellation d’origine protégée (AOP) Côtes du Vivarais, tout comme ceux bénéficiant de l’Indication géographique protégée (IGP) Co18 • ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017

teaux de l’Ardèche, ont acquis leur lettre de noblesse. Ici, la vigne évolue sous le soleil, dans un paysage de pierraille et de garrigues et sur fond de chant de cigales. Au pied des Cévennes, les vignobles sont installés sur des faïsses (ou faysses). Soigneusement entretenues, ces terrasses soutenues par des murets de pierres sèches s’étagent à flanc de colline, comme à Balbiac, sur la commune de Rosières, où le Domaine du Grangeon participe à la préservation d’un paysage remarquable, labellisé « Paysage de reconquête » par le ministère de l’Environnement. Comme elle concourt à la valorisation du paysage, quand elle n’en forme pas l’essence même, la viticulture attise la curiosité, et de plus en plus de domaines s’ouvrent à la visite. L’œnotourisme prend ainsi des formes variées, parfois même insolites. Par exemple, à Vallon-Pont-d’Arc, le très beau Domaine du Colombier propose une « Descente vigneronne en canoë » alliant œnophilie et sports d’eau vive avec en image de fond le Pont d’arc et ses vignes. Cette expérience commence dans une cave centenaire où la dégustation de vins s’accompagne de produits du terroir ardéchois. Elle se poursuit sur la plage privée du domaine, où l’on embarque en canoë-kayak pour une petite descente des gorges de l’Ardèche. À votre santé !


Le monde

© M. DUPONT

© UVICA

L’ARDÈCHE ÉMERVEILLE

À Alba-la-Romaine, cité antique, la vigne prospère depuis des millénaires, ainsi qu’en témoignent les découvertes récentes dans les chantiers archéologiques, qui recèlent des cuves et des pressoirs jouxtant des villas romaines, ainsi que de nombreux objets se rapportant à la vigne et au vin. Ici, les vignerons et les archéologues s’associent et proposent une découverte des vignes et du site archéologique d’Alba, classé Monument historique. A Ruoms, c’est en visitant Néovinum que le visiteur entre dans l’univers spectaculaire des vins d’Ardèche, à travers un parcours ludique et interactif les conduisant de la vigne au verre, et en s’initiant à l’œnologie et aux accords mets-vins. Le Caveau des Vignerons Ardéchois, c›est ici que l›on trouve un large choix de vins d’Ardèche (AOP Côtes du Vivrais et Côtes du Rhône, IGP Ardèche, vins biologiques). Depuis 2017, les vignobles du sud Ardèche se sont associés aux hébergeurs, restaurateurs, offices de tourisme et sites touristiques pour entrer dans la famille des destinations « Vignobles et découvertes » et rejoindre les deux autres vignobles ardéchois labellisés « D’Hermitage en Saint-Joseph » et de « Cornas en Saint-Péray ». X www.lesvinsdardeche.com

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++ ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++ ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Domaine du Grangeon, Balbiac, 07260 Rosières. Tél. : 04 75 39 54 84. domainedugrangeon.free.fr Domaine du Colombier, 07150 Vallon-Pont-d’Arc. Tél. : 04 75 88 01 70. www.domaineducolombier.fr Caveau des vignerons d’Alba-la-Romaine, 07400 Alba-la-Romaine. Tél. : 04 75 52 40 23. www.caveau-alba.fr Neovinum, 07120 Ruoms, Tél. : 04 75 39 98 08. www.neovinum.fr ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017 • 19


© DENIS POURCHER

BANNE

20 • ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017


LA VIE DE VILLAGES

Ardèche

Banne SOUS LE SOLEIL

Niché au pied des Cévennes, face à la plaine calcaire ardéchoise, Banne se partage entre son église et son château. Fourmillant de demeures pittoresques, avec leurs toits de tuiles rondes et leurs terrasses couvertes, ce village de caractère vit au rythme de nombreuses manifestations, fruit d’une riche vie associative.

ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017 • 21


BANNE • SOUS LE SOLEIL

U

© SHUTTERSTOCK

© AL-ADT07

© DENIS POURCHER

ne place de village, une terrasse de café qui s’étend à l’ombre des platanes, une partie de pétanque ou de boule lyonnaise en cours, avec ses coups de maître et ses échanges fleuris, le crissement entêtant des cigales… Il flotte sur Banne comme un parfum de Provence, quand le soleil donne sur un vieux fort dont la silhouette se détache dans le bleu d’un ciel débarrassé de tout nuage. Ce village, ne manque ni de charme ni de caractère, surtout lorsqu’on l’aborde par sa face ouest, puisqu’au terme d’une montée sinueuse, on découvre cet étagement de murs de calcaire et de toits de tuiles rondes, parés par le temps de mille nuances, aussi variées qu’harmonieuses. Fréquenté dès le néolithique, ce dont témoigne un ensemble atypique de vingtsept dolmens recensés dans ses environs, Banne se partage en deux parties, entre son église et son château, ce dernier dominant le quartier du fort, un enchevêtrement de vieilles ruelles, d’escaliers et de jardins

en terrasses. Détruite par les armées de la Convention, après que des contre-révolutionnaires s’en furent emparée, cette puissante bâtisse du XVIe siècle qui, d’après la tradition locale « comptait autant de fenêtres que de jours dans l’année », impressionne malgré tout, avec ses hauts rempart, ses écuries voûtées et son vaste terre-plein, d’où la vue porte à la fois sur les toits du village, sur le bois de Païolive et sur un vaste panorama incluant tout ou partie du sud Ardèche. 22 • ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017

De sa superbe retrouvée Le bois de Païolive, c’est l’autre curiosité de Banne. Au fil des années, les eaux de pluie ont sculpté ce relief ruiniforme, étrange décor de roches calcaires creusées d’alvéoles, de cavités et de rainures plus ou moins profondes, fruit d’un patient travail d’infiltration le long des fissures. Plusieurs sentiers balisés permettent de découvrir ce chaos de roches déchiquetées, labyrinthe minéral entrelacé de chênes blancs, offrant à chaque détour d’étonnantes sculptures naturelles, toutes baptisées de noms évocateurs : l’ours et le lion, la tête du petit cochon, le pont des fées, la grotte des bergers... Un monde figé, à l’inverse d’un village dont la vitalité ne cesse d’étonner. Sous l’impulsion des Amis de Banne, le château retrouve peu à peu de sa superbe, entre le nettoyage des remparts, l’électrification des écuries ou la sauvegarde des deux fours à pain. À la belle saison sont donnés des concerts ou des pièces de théâtre, et trois fois par an, sous l’impulsion de Marthe Crégut-Pellegrino et de l’association 3A Banne (lire page 24), c’est tout le village qui se met à l’heure de Bann’Art, un festival d’envergure internationale, dédié aux arts singuliers et d’aujourd’hui. Le reste du temps, Banne vit au rythme tranquille des parties de boules, sous l’œil bienveillant des visiteurs qui se prélassent sur la terrasse de l’Auberge de Banne, un établissement dont le prestige rejaillit sur tout le village. Il fait si bon vivre ici, sous le soleil de l’Ardèche éternelle… X


LA VIE DE VILLAGES

Ardèche

PORTRAITS Monique Laganier, dite Lamo

© DENIS POURCHER

Salut l’artiste ! « J’ai toujours voulu faire de la peinture. Enfant, j’adorais ça, et ça ne m’a jamais quitté. » Il y a quelque chose de touchant, chez Monique Laganier, dans la façon qu’elle a d’évoquer sa vie et son art, avec une mesure qui confine à l’humilité. Sans doute parce que rien n’a été simple pour cette autodidacte, dont les premiers pas se firent dans la restauration. « Pendant 20 ans, j’ai tenu une auberge, ici, à Banne. Je peignais le soir, après le service. » Puis un beau jour de 2001, l’envie de pleinement s’accomplir a pris le dessus sur les considérations professionnelles. Plutôt que de s’embarrasser à remettre son établissement aux normes, Monique s’est dès lors pleinement investie dans sa passion, jusqu’à en faire son gagne-pain. Depuis, sous son nom d’artiste de Lamo, elle multiplie les modes d’expressions (peintures, sculptures, assemblages…), à partir d’objets, de matériaux ou de fragments les plus divers, souvent piochés dans la nature. Son art évolue ainsi, entre abstraction et figuration, ni franchement dans l’une, ni tout à fait dans l’autre. Ce qui l’inspire ? La nature, justement, ses longues balades dans la campagne ardéchoise, dont elle revient la besace pleine d’objets, la tête remplie d’images, d’impressions, d’émotions… Après quoi, elle peint ou elle façonne, souvent à genoux, dans l’ancienne auberge qu’elle a reconvertie en atelier et en galerie. « Je n’ai pas de méthode particulière, je me mets sur la toile, j’ajoute de la couleur, du sable… Parfois, il y a des choses qui surgissent, mais ça peut prendre une journée, ou des années… En fait, si je peins, c’est parce que je ne sais pas parler. » X

Retour aux sources « C’était un projet qu’on avait depuis quelques années, Nelly et moi, mais il fallait sauter le pas. » Héritier d’un château et d’un parc arboré acquis par sa famille en 1799, mais datant de la fin du XVIe siècle, Sébastien Strohl de Pouzols a fait les choses dans l’ordre. Avec son père, il s’est d’abord attaché à réunir une vingtaine d’hectares de terres argilo-calcaires (dont six dédiés à la vigne), morcelées par le temps et les héritages. « Ceci fait, nous avons donné les vignes en fermage à un ami, Olivier de Bournet, qui nous a parallèlement formés au métier de viticulteur. » En 2012, les terrains passent en conversion biologique et en 2013, la première cuvée des vins des Lèbres (L’Or Pourpre) peut voir le jour. Enfin, en 2016, Sébastien et Nelly Strohl de Pouzols quittent Lyon pour s’installer à plein temps sur le domaine, sans regret pour une carrière de commissaire-priseur qui leur tendait les bras. « Il nous a fallu quelques mois d’adaptation, mais aujourd’hui, on est très content de notre choix. » La prochaine étape, d’ici deux ans, va consister dans l’aménagement d’un cuvage dans l’ancienne magnanerie. «  Dès ce moment, on sera totalement autonomes », s’enthousiasme par avance Sébastien. Le Domaine des Lèbres renouera alors pleinement avec sa destinée, la vigne y étant cultivée depuis le XVIIe siècle. Quant aux motivations de Sébastien ? « Bien sûr, le travail de la vigne m’a toujours intéressé, le vin, c’est quelque chose que j’aime beaucoup, mais ce qui m’a d’abord motivé, c’était de refaire vivre cette propriété, de l’ouvrir au public, de lui attacher un produit de qualité. » X +++++++++++++++++++++++++++++++++ +++++++++++++++++++++++++++++++++ +++++++++++++++++++++++++++++++++

Domaine des Lèbres Tél. : 04 75 36 34 14 domainedeslebres.com

© DENIS POURCHER

Sébastien Strohl de Pouzols

+++++++++++++++++++++++++++++++++ +++++++++++++++++++++++++++++++++ +++++++++++++++++++++++++++++++++

Monique Laganier, Galerie LAMO Rue de la Poste. Tél. : 06 42 30 02 13 ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017 • 23


© DENIS POURCHER

BANNE • SOUS LE SOLEIL

Marthe Crégut-Pellegrino

Un regard d’esthète Ce n’est plus une maison, c’est une galerie d’art, pour ne pas dire un musée. Chez Martine Crégut-Pellegrino, les œuvres courent sur la pelouse, s’immiscent dans la véranda, couvrent les murs du salon, de la cuisine… « J’ai toujours été passionnée par les arts plastiques, par l’idée de collectionner », explique cette ancienne professeure de mathématiques. Cette passion, ce regard d’esthète, cette expertise même, appliquée notamment aux arts bruts et singuliers, Marthe en fait profiter Banne depuis des années. « C’est mon mari, alors maire du village, qui m’a encouragé à monter une association, pour organiser des expos, des spectacles, des conférences…  » C’est ainsi qu’en 1989 est née l’association 3A Banne, dont les activités vont rapidement foisonner, avec en premier lieu l’organisation d’expositions dans la grotte du Roure. Puis vient l’idée d’un festival, baptisé Bann’Art, dont la première édition a lieu en juillet 2000, et dont la réputation va rapidement prendre une dimension nationale, voire internationale. «  Comme de plus en plus d’artistes, Français ou étrangers, demandaient à partici24 • ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017

per, on a fini par en organiser un deuxième au printemps, puis un troisième à l’automne. » Désormais, trois fois dans l’année, c’est tout le village de Banne qui s’habille d’art singulier, notamment le Centre d’art actuel, la salle de la Cheminée, les écuries et l’esplanade du Château, où sont présentées les expositions. Au fil des années, Marthe a noué des amitiés avec des artistes du monde entier, ce qui ne l’empêche pas d’être particulièrement rigoureuse dans la sélection des artistes présents à Banne. « Avec les années, la programmation a quand même évolué vers d’autres types d’art, parce qu’on nous propose des choses très intéressantes, qui sortent du cadre de l’art singulier. Désormais, je préfère parler “d’art d’aujourd’hui”. »

+++++++++++++++++++++++++++++++++ +++++++++++++++++++++++++++++++++ +++++++++++++++++++++++++++++++++

festivaldebanne.over-blog.com


LA VIE DE VILLAGES

Ardèche

CARNET Dormir

L’Heureux Pot

© DENIS POURCHER

© DENIS POURCHER

© DENIS POURCHER

Au cœur d’un parc de 4 000 m², des chambres d’hôtes dans une ancienne magnanerie. Ici, tout est mis en œuvre pour le bien-être et la satisfaction des convives, de la piscine, traitée sans produits chimiques, au lit de massage shiatsu à acupressure thermique. Catherine et Philippe Pétré sont des hôtes chaleureux et attentionnés, toujours prêts à partager, à guider, à conseiller. Quant à la table d’hôtes, elle régale, avec ses produits issus du potager maison ou de producteurs locaux, d’autant que Catherine s’avère un véritable cordon-bleu. Un petit paradis. X

Manger

Créée de toutes pièces en 2010 par l’architecte-décorateur François Dumas, un Ardéchois tombé amoureux du village, l’Auberge de Banne dénote, tant par son standing que par la personnalité de sa gérante, Salomé Limbach. Cette jeune femme de 23 ans, fille de François Dumas, dirige à l’année et d’une main ferme cet établissement de luxe, dont la déco néo-rétro vaut à elle seule le détour. « C’est beaucoup de travail et de responsabilité, mais je suis bien épaulée, et il n’y a pas meilleure école que le terrain », précise-t-elle. Côté fourneaux, Franck Penneçot, le chef, propose une cuisine de brasserie dans le ton du lieu, préparée à partir de produits frais et locaux : terrine du chef, truite de Villefort aux amandes, carré d’agneau à la provençale, entrecôte et son écume de beurre café de Paris… Un incontournable. X +++++++++++++++++++++++++++++++++ +++++++++++++++++++++++++++++++++ +++++++++++++++++++++++++++++++++

Le Fort Tél. : 04 75 36 66 10 aubergedebanne.fr

© DR

Auberge de Banne

+++++++++++++++++++++++++++++++++ +++++++++++++++++++++++++++++++++ +++++++++++++++++++++++++++++++++

Les Avelas Tél. : 06 27 27 56 55 lheureuxpot.com

ÉMERVEILLÉS PAR L’ARDÈCHE - AUTOMNE-HIVER 2017 • 25

Hs ardeche n°3