Page 1

issue 3.

The 2013 Grenoble Green Ecology issue


editorial This will just be a short farewell issue. I’m not going to be long. I just wish you all the best. What you have accomplished during this weekend is unique and does not happen to everyone. You have been given the chance to be born in countries like ours. But always keep in mind that not everyone on our planet has the same chance. Good luck for your next achievement! May the force be with you! Olivier Rostang (SE/FR)

This issue was brought to you by: GĂśrkem Bike Ketene (TR) Elodie Metral (FR) Manon Pierre (FR) Alice Zarka (FR) Jan Kuzior (PL) Abdelilah Asshidi (FR) Ria Farkas (UA)

2


contents It is never really gone...

4

Have a break, have a coffee

5

La Rubrique Stats

6

Et après ?

8

Water Privatise

10

Let’s hit back to the 20’s

12

gossip box

13

9grag

14

GA ou comment refaire le monde

16

3


It is never really gone... GÜrkem Bike Ketene As eypers we have to face a lot of difficult problems. The hardest one might just be simply leaving. The session begins and you are all fired up, and ready to deal with every obstacle. You work, have fun, make friends... It outlasts until the last day of the session. Nobody wants to admit that feeling but it is always there as if it only waited to be awaken. After the last day, during your trip back home, the feeling doesn’t show itself; it stays hidden and takes over your mind short after. The main problem starts when you get homen when you are finished with packing and relaxed. You start to remember the friends that you

4

have met, the great times you had and the session itself. You are never going to experience the same things again, they are some memories that are lost. Then suddenly it hits you, everything is done and you feel like you have a space inside you that really hurts. The emptiness never goes away, even after months. You always remember the things you have lived through. If you ask me, I would never trade this feeling, this horrible feeling, for something else. It is a trace that you were at that session and it will remind it to you everyday. With P.E.D, even if it makes you miserable, your life will be better.


Have a break, have a coffee Manon Pierre & Lucas Zambon Sans son café, le petit délégué croulerait sous la fatigue, la pression, et son irrésistible envie d’aduler ses officiels. Le café devient donc une part essentielle de la réalité pejistique, il en est le socle, et sans cette solide fondation, l’organisme s’écroulerait tel une maison mal bâtie. Ce paradis artificiel de l’éveillement est donc la seule substance en mesure de garder les délégués (du moins une partie) en activité durant l’assemblé générale. Constatant que les délégués semblent être très « mous » ces

temps-ci, une question venance de notre mise pose, ce nouveau nerai, nous dédaignons café, meilleur et bio- donc toutes responsalogique, est–il respon- bilités dans la mollesse sable du vacillement et la paresse des dédes paupières de nos légués. Ils ne peuvent chers délégués ? Pour s’en prendre qu’à eux cela, dans l’exclusivi- et à leur refus d’aller se té la plus totale, nous coucher. » avons interrogé Lucas, Rassurés par cette déorga de la SR7 : claration, nous allons « C’est un très bon café, maintenant nous interéquitable, responsable, roger sur le sentiment écologique, ce café est de vécu des délégués, un modèle de vie pour pour rendre compte de les délégués héritiers de tous les enjeux qu’imcette jeunesse en perte plique un Coffee break. de valeurs. Tout lien La parole du cobaye avec Spangero n’im- est essentielle ; elle plique pas la présence nous permet d’intégrer de viande de cheval le caractère primordial dans ce café. En effet, de cette étape pejisnous contrôlons la pro- tique. J E P ? Comment décririez-vous le goût du fé au nutritiona c u lle êt d r e café au PEJ ? é h t c in é l’ est l’ se de nzo « Complexe et équilibré » - Carmen a Q uel b ore st la r « J’en ai pas bu, j’aime pas le café « C’e u PEJ » - L Cléo u h t r -A a g a s » nd u s » nelle r éveillé » » - Thi r o s te r le te « Res ir critique tions inat « Je trouve que la quantité est priviléla vo my « Pou r des re giée à la qualité » - Arthur o h a N ue ie » « No v r « Amazing ! » - Robin u s de Emilie le moyen « Amer et trop puissant » - Christelle st « C’e Que pensez-vous que les orgas mettent dans le café ? « De l’arsenic » - Carmen « Du rhum » - Cléo « Du viagra bien sûr » - Emilie « Des herbes amères » - Christelle « Des dolipranes » - Thi « De l’ectasy » - Nahomy

5


La Rubrique Stats Abdelilah Asshidi & Manon Pierre Expérience PEJ avant la session

Filières au lycée

Une session écoresponsable Attribuez-vous une note de 0 à 5 pour décrire votre façon de trier vos déchets domestiques : 0 étant la note la plus faible et 5 la plus haute

6


Combien de temps passez-vous par jour sous la douche ?

Cette session vous fera-t-elle avoir un autre comportement, plus écologique ?

Vous sentez-vous plus européen qu’au début de la session ?

7


Et après ? Abdelilah Asshidi Ca y est, la session touche à sa fin… La GA achevée, la PED (Post EYP Depression) commence. Mais, la légende dit qu’il y aurait un remède à cette PED…concocté par les PEJistes du bureau national et des comités régionaux. Nous allons vous en dire plus, histoire de ne pas vous laisser seuls et attristés, à vous dire que vous ne reverrez jamais vos amis de Manosque, de Lyon ou de Savoie.

La pressteam de la session a interrogé Quentin Bertino (le président du Comité PEJ-RhôneAlpes) et Céline Boulanger (coordinatrice des sessions au niveau national) au sujet de l’avenir des délégués au sein du PEJ après la session régionale. Il y a en fait plusieurs moyens de rester dans le réseau. Tout d’abord : adhérer au PEJ France pour être reconnu comme PEJiste et entrer officiellement dans la grande famille EYP France. Par la suite, il est vivement recommandé de chercher à se rattacher à son bureau régional du PEJ pour être informé des évènements à venir. Par ailleurs, et c’est une

8

évidence : il faut, chers délégués, postuler à toutes les sessions où il vous est possible d’aller ; que ce soient des sessions régionales, d’une journée, nationales, internationales ou des forums, l’essentiel est que vous y participiez ! L’esprit PEJ est présent dans tous les événements. Si vous êtes vraiment intéressés par le PEJ, pourquoi ne pas chercher à organiser votre propre session, ou même, entrer dans une équipe d’organisation ? Etre délégué, c’est une excellente expérience, mais être en coulisses l’est aussi : pensez-y… Pour voir les sessions sous un autre angle, vous pouvez aussi y

participer en tant que chair ou journaliste. En revanche, il vous faut au préalable participer à une formation JET (pour les journalistes) ou CAT (pour les chairs). Pour savoir quand ces formations seront dispensées près de chez vous, tournez-vous vers votre comité régional, il vous répondra. Enfin, ouvrez un club PEJ dans votre lycée si il n’y en a pas déjà un ! Ainsi, vous pourriez partager l’intensité des instants PEJ avec vos amis les plus proches, qui seraient là pour vous consoler lors de votre PED, et enfin, c’est une bonne chose, au cas où vous voudriez organiser une session. Gardez-le à l’esprit.


Raisons pour continuer dans le PEJ #1 Pour rencontrer des jeunes venant de TOUTE l’Europe, de chaque pays : ça fait toujours un terre-à-terre à l’étranger, ça peut être utile #2 Pour avoir plein de nouveaux amis sur Facebook #3 Pour montrer à ses parents et son entourage qu’on sait et peut parler politique #4 Pour vivre la citoyenneté européenne #5 Pour développer des compétences qui ne s’acquièrent pas en cours Et bien sûr pour s’amuser !

Une session PEJ en Suisse

9


What happens to our water ? Jan Kuzior For us water is everywhere and except during the committee work and the GA when you have so much work to do that you have no time to drink (ach, we just LOVE the coffee break), we have unproblematic access to it. Can this change?

The majority of the cities and communities in the EU are chronically underfinanced. They even do not have enough money to take care of the urgent needed investigations to modernize and extend their bad water infrastructure. It is so inefficient and wasteful that France for example, loses 26% of its drinking water in the water pipes. In some regions in France it is even worse. Because of this, the cities and communities increasingly sell in part or entire their public water sector to big public limited companies. They hope that the rich concerns will invest their money to modernize the water sector of their city and community. The idea that a very rich concern will invest for the wealth of the citizens is wonderful but completely unrealistic. The aim of every big concern is to make profit and therefore every investment for the wealth of citizens is only marketing. They only care superficial about us,

10


and will never invest the billions of Euro that are needed for an effective and modern water infrastructure. Veolia, Suez and NestlĂŠ are of the most influent concerns in water politics in the world and already administrate several cities and communities. RWE, a big German energy concern, also wanted to gain profit from the privatising of water and bought the concern Themes Water which was responsible for the water infrastructure in London. The citizens of London hoped that RWE would invest the urgently needed money into the water infrastructure. In London the water pipes are so friable that more than 30% of the drinking water seeps away into the earth. But RWE only raised the prices for water and invested nothing into the water infrastructure. Understandably, the citizens of London and the government were angry. The government forced RWE to invest more than one billion euro into the water infrastructure. In response to that, RWE sold Themes water. To conclude business with water is without risk for concerns. A government cannot just turn off the water for their citizens. There has to be answered one question: Should water be a trading good like food?

11


Let’s hit back to the 20’s ! Elodie Metral Hier soir, tout le monde était habillé sur son 31 (ou devrais-je dire sur son «20»), pour mettre le feu à la soirée. C’était le moment pour tout le monde d’oublier le stress du travail en commission et de l’assemblée générale. La soirée a connu son point d’apogée avec son Harlem Shake qui a été filmé. De quoi avoir pleins de bons souvenirs ! La meilleure partie de la soirée a étonnement été la fin ... LE RANGE-

12

MENT! Nous savons tous que vous avez beaucoup aimé cette partie de la soirée car vous y étiez tous présent ... (notamment car la porte était fermée !). La soirée a continué avec un énorme teambuilding, guidé par vos chers journos, histoire d’attendre vos résolutions ... Nous espérons que vous vous êtes bien amusés, et que cette soirée sera à jamais dans vos mémoires !


gossip box Retour de la secret box en ce jour de GA. Vous pensez que personnes ne vous avez remarqué ? Vous pensez que ce moment embarrassant était passé inaperçu ? Les secrets se dévoilent au fil des jours, et heureusement pour certains qu’aujourd’hui soit le dernier jour ! - Toi, grand brun à l’allure élancée et aux yeux clairs, fait chavirer mon coeur tel le Titanic au milieu de l’Océan. Ton sourire enjôleur et tes cheveux bicolores tels les rayons de l’Arc en ciel ont illuminés l’Eurovillage. Ta voix et ton style vestimentaire ne peuvent me laisser indifférent. J’ai entendu dire, me semble-t-il, que ta commission commence par un «A». - Marilu est une marmotte ! - Charles je t’aime. Signé : Charles - Thomas + Peyman= Amour dans la chambre Signé : un chair jaloux

Bisous Bisous <3

Vous auriez dû voir

- I’m in your committee, your name begins with an A, and I just can’t leave my eyes off you. I’m trying not to look at your beautiful smile too much but it’s hard ... If only you looked at me this way, I’d be the happiest girl of the whole EYP. Vous êtes nos yeux, vous êtes nos oreilles ...

xoxo... gossip box 13


9grag The Journo Team

SEE

VERY SOON 14


YOU

15


AG ou comment refaire Alice Zarka

C’est la galère. Personne ne sait quoi faire ni vers quoi se tourner. Les idées fusent, les opinions se multiplient et la foule, passive, ne fais rien. Les perceptions erronées, par manque de connaissances réelles de l’actualité, achèvent de tuer l’esprit d’une citoyenneté européenne. Personne ne sait donc vraiment ce qui se passe, ou même ce que nous, européen, sommes. Tout est tellement flou, compliqué… Par conséquent tous les habitants de l’UE se détournent joliment du sujet. Pourtant peut être que

16

la solution à tous les problèmes actuels (chômage, insécurité, développement durable…), fracturant la société française, peuvent se résoudre à une échelle supranationale : la foi en une UE fédérée. Le soutient que cette structure pourrait apporter à notre état n’est pas à négliger. En effet, soyons réalistes les français ne veulent majoritairement pas payer les uns pour les autres. Ils ne souhaitent pas non plus de coupes budgétaires, issue d’une politique de rigueur, qui pourrait alors altérer les transferts sociaux qu’ils

perçoivent. Que fait donc la France ? Elle râle et se recroqueville. De plus cette atmosphère trouble est entretenue par le discours de l’élite politique qui utilise un vocabulaire trop technique et codifié pour que l’ensemble de la population puisse y trouver les réponses qu’elle cherche. D’ailleurs, cela conduit à la traditionnelle phrase : « Ils sont tous pareils ! », nationalement qualificative de l’ensemble de l’échiquier politique. Seulement certains veulent changer les choses. Quelques-uns veulent bouger, désirent


le monde

un peu de dynamisme dans cette société sans cesse plus individuelle. EYP. PEJ. Deux termes synonymes désignant la volonté de se battre pour quelque chose de grand, de supérieur, qui nous dépasse tous : l’avenir. Le futur mérite ainsi que les individus s’investissent pour lui. Le développement durable, autant économique, culturel, politique que diplomatique, mérite qu’on y porte attention. Regardons droit vers l’horizon. Pour une fois, agissons. Cependant, rangez vos mouchoirs : la situation n’est pas si désespé-

rée. Des personnes se battent tous les jours. Les meilleurs ? Evidement les PEJistes assidus, anciens, nouveaux, qui, inlassablement, refont l’Union Européenne de leur manière. Ne rompant pas le cycle constructif PEJistique, s’est tenue, en ce lundi 22 avril 2013, l’Assemblée Générale de la session régionale de Grenoble. Les délégués ont montré leur investissement, leur volonté inaltérable, à être les acteurs de demain. Les langues anglaise et française se sont alors mêlées en une danse chantante aux arômes

éco-durables. Les débats ont eu lieu, les individus ont échangés, partagés leur richesses, appris les uns des autres. Ils se sont donc fait des promesses d’avenir. Ils ont, à travers leurs résolutions, donné naissance à des espoirs de rédemption pour une Union Européenne, qui actuellement, bat de l’aile. Nous savons tous, à présent, que « tant qu’il y aura de la vie, il y aura de l’espoir ».

17


Cette session est soutenue par :

Lycée Champollion

Et par : Le Lycée Jean Prévost de Villard-de-Lans Le foyer socio-éducatif du lycée Jean Prévost de Villard-de-Lans La bibliothèque scolaire pour tous du lycée Jean Prévost de Villard-de-Lans


Grenoble Green Ecology Issue 3  

Third issue of the 7th RS in Grenoble

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you