Page 1

Monkeys Spotters Magazine

11


Une superbe initiative. Elles sont tellement rares nous concernant qu'il faut bien la soulignée et l'applaudir Merci.

L’an dernier, Brussels Airport avait lancé une enquête parmi les spotters régulièrement présents à l'aéroport. À cette occasion, 1.700 mordus d’aviation avaient précisé ce qu’ils trouvaient important dans le cadre d’un site de spotting fixe et à quoi cet endroit devrait ressembler idéalement. Comme il n’existait actuellement aucun lieu réglementé pour les spotters dans les communes entourant l'aéroport, en concertation avec ceux-ci et les communes voisines, Brussels Airport s’est mis en quête d’endroits proches susceptibles de répondre aux demandes des spotters et aux prescriptions en matière de sécurité. Brussels Airport a ainsi identifié deux endroits où un site de spotting peut être, et sera, aménagé. Brussels Airport Company introduira bientôt la demande de permis de construire et en cas d’avis positif, l’aménagement des sites d’observation pourra encore démarrer cette année. Lors de la définition des sites, il n’a pas seulement été tenu compte des souhaits des spotters. Pour Brussels Airport, il importait aussi d’y mettre en œuvre des matériaux durables et de pouvoir y dispenser des informations sur l'aviation en général. Brussels Airport créera également un petit parking, au début de la piste de décollage et d'atterrissage 25L, afin d’offrir aux spotters suffisamment de places de stationnement à Steenokkerzeel. Sources: Brussels airport.

Editeur responsable: Jean-Paul Lardinois Rédacteur 134 Rue des Canadiens 7370 DOUR Contact: info@monkeyspottersmag.com Ont participé à ce numéro: Jean-Yves Van, Patrice Dochain, Sylvain Gourheu, Devid Ryckewaert, Jean-Paul Lardinois

2

Toute reproduction même partielle du présent magazine et des éléments qu’il contient est strictement interdite sans autorisation préalable. La revue monkeys spotters magazine n’est pas responsable des textes, photos qui lui sont envoyés sous la seule responsabilité de leurs auteurs


Monkeys Spotters Magazine

11

Numero 11 : Mai - juin 2017

Sommaire: # 6

BA133 2017 (fr)

# 18

heli days beauvechain 2017 (b)

# 30

Lima 17 (mal)

# 40

lima 17 Patrouilles

# 52

lima 17 transports & supports

# 62

lima 17 maritim malaysia

# 72

lima 17 solo - display

# 88

lima 17 Airfish 8

# 92

lima 17 civils

# 99

Lima 17 arrivees & depart

# 110 Frisian flag 17 (nl) Rejoiniez nous sur

3


4


Monkeys Spotters Magazine

EDITO Bonjour à tous, Dans ce onzième numéro du Monkeys spotters Magazine, vous trouverez parmi d’autres un grand reportage sur le Lima17. C’est un de mes plus longs déplacements, tant du point de vue de la distance que de la durée, et en compagnie de deux coopérateurs du magazine, ce qui est un must. Une semaine sur place et je ramène plus de 10.000 photos, ce qui augure un boulot conséquent. C’est donc bien ma deuxième visite en Malaisie. Je m’attendais honnêtement à un copier/coller de la première au niveau aéronautique. Et surprise, ce ne fut pas le cas, grâce à des rencontres et un plateau différents, ce qui est toujours très agréable. Langkawi est assurément le lieu idéal pour allier vacances et spotting, l’île offre en effet un dépaysement total. Pour le reste, c’est aussi le temps des premiers déplacements de la saison (voir les autres reportages dans le magazine). Celle-ci s’annonce belle et intense, il va falloir bien s’organiser et faire les bons choix car une multitude de possibilités s’offre à nous. La semaine prochaine c’est une nouvelle découverte pour moi : le Mach Loop. Alors il est un fait que je dois me préparer physiquement, pour pouvoir gravir les collines plus facilement afin d’atteindre les points spots. J’espère assister à pas mal de passages des différents jets anglais et américains dans la vallée. Un projet est aussi en mode préparation en ce qui me concerne : trip en Finlande. Effectivement, l’armée de l’air finlandaise fête ses 100 ans, et là aussi des petites merveilles sont annoncées. Je me régale d’avance. Je vous souhaite à tous une bonne saison et lecture de ce numéro JPL

Lardinois Jean-Paul

5


Ba 133 Nancy-Ochey


12 mars 2017 Texte et photos Patrice Dochain

Mirage 2000 D n°652/3-XN, EC 3/3 Ardennes


J’ai choisi sur un coup de tête la BA 133 de Nancy-Ochey comme première destination de l’année 2017. Et le moins que l’on puisse dire, ce fut un pari gagnant. A peine arrivé, j’assiste au décollage d’un Alpha Jet suivi par plusieurs Mirage 2000D. Parmi ceux-ci, une surprise, le 3-XN ‘Vanille Chocolat’ de l’Escadre de chasse 3/3 Ardennes. J’apprendrai plus tard que l’Alpha Jet emportait un photographe du SIRPA. Il était chargé de réaliser un reportage air-to-air du Mirage et de sa superbe robe colorée commémorant les 30 ans du second raid opéré par l’Armée de l’Air contre les forces libyennes basées à Ouadi-Doum. En effet, c'est le 7 janvier 1987 que 4 Jaguar équipés de missiles AS-37 Martel et escorté par des Mirage F1C/CR décollaient de N’Djamena au Tchad. Objectif : annihiler les capacités radar de la base de Ouadi-Doum occupée par les forces libyennes. Un seul missile sera tiré par les Jaguar français. Il atteindra son but et la mission sera un succès. Cette sortie aura été pour moi une réussite totale puisque j’ai également eu l’occasion d’assister à une des premières répétitions d’un Mirage 2000D de la nouvelle patrouille Couteau Delta. Le pilote a réalisé sous un ciel menaçant une démonstration magistrale exploitant toute la puissance de son avion. Patrice.

9


Alpha Jet E, n° E158, 8-RF, EE 2/2 Cote d'or


Mirage 2000 D n°625/3-XG, EC 3/3 Ardennes

Mirage 2000 D n°625/3-XG, EC 3/3 Ardennes


12

Mirage 2000 D n°625/3-XG, EC 3/3 Ardennes


Mirage 2000 D n°661/3-XI, EC 3/3 Ardennes

Mirage 2000 D n°653/3-AU, EC 2/7 Argonne

Mirage 2000 D n°667/3-JZ, EC 2/3 Champagne

13


14


Mirage 2000 D n°640/3-IN, EC1/3 Navarre

15


Laurent Lardinois TĂŠl. : 071 55 55 21 16


Route de Mons 379A, B 6560 Erquelinnes 17


Heli days Beauvechain

18


11 avril 2017 Texte et photos Van Jean-Yves

19


Belgian Helidays 2017 Beauvechain Cela faisait longtemps que je n’avais pas assisté à un heliday en Belgique. La dernière fois, c’était en 2007 lors de la (dernière) édition à Bierset. Evidemment, cette édition 2017 n’a pas la même ampleur que ce qu’on pouvait voir du côté de Liège. Rien que de très logique car au contraire de Bierset qui était un airshow à part entière, l’event de Beauvechain était organisé dans le cadre d’un exercice militaire réunissant des unités de différents pays. Les contraintes opérationnelles des différents pays constituent aussi un obstacle difficile à surmonter lors de la constitution des plateaux. Mais commençons par le début. Arrivé en avance pour éviter d’éventuels encombrements provoqué par les inévitables mesures de sécurités, j’ai la bonne surprise de constater que non seulement les portes de la base sont déjà ouvertes mais aussi nous sommes directement dirigés vers le parking, tout près du check point pour les spectateurs. Un très bon point pour les organisateurs qui ont tiré les leçons d’évènements précédents. Le temps de passer par l’inspection des sacs et nous voilà en place. Spotterday oblige, le nombre de spectateurs est limité et chacun peut s’installer sans devoir se battre avec son voisin. Petit regret, nous sommes placés dans les mêmes conditions que pour la journée publique du lendemain. Pas d’accès à la zone ops, ni d’emplacement avancé. Dommage mais heureusement, nous sommes bien placés pour assister à l’arrivée des derniers participants. L’après-midi commence avec une première arrivée, l’AS 555 Fennec français. Peu de temps après, la partie aérienne du show commence avec le Combined Air operation show pour lequel il faut souligner la participation d’un AH-64 D Apache du 1st Attack Reconnaissance Battalion(US Army). Malheureusement, ce dernier ne participera pas à l’exposition statique et sera parqué loin de nous. Après un passage en formation, les démonstrations aériennes continuent avec les présentations des NH 90 et A 109. Ces démonstrations sont entrecoupées par les arrivées des participants étrangers. A côté du Fennec français, les allemands était les visiteurs les plus nombreux avec deux EC 135 et un Sea king. L’Autriche était représentée par une alouette III. Un peu plus tard dans l’après-midi, Cette dernière a effectué une démonstration de sauvetage. Une bonne façon de montrer que même après une carrière longue de 50 ans, elle avait toujours sa place dans l’inventaire de la Bundesheer. Les Pays-Bas étaient, quant à eux, représentés par un AH-64. En arrivant bon dernier (et avec plusieurs heures de retard sur l’horaire prévu), le MI-35 thèque se sera vraiment fait attendre. Mais notre a été récompensée car nous avons bénéficié d’une belle lumière de fin d’après-midi, idéale pour mettre en valeur sa livrée « alien » très spectaculaire. Après une dernière session photo dans l’exposition statique, il est bientôt temps de se diriger non pas vers la sortie mais vers un A109 et un NH 90 disposés un peu à l’écart pour la séance de photo de nuit qui doit clôturer ce spotterday. Je dois dire que ce « sunset photoshoot » a été l’élément qui m’a décidé à venir. L’exercice reste rare (surtout avec du matériel militaire) et c’est dommage car cela permet de faire des photos qui ont un caractère particulier. Un regret cependant : il n’a pas été prévu de mettre en marche les machines afin de faire des photos rotors tournants. Peut-être pour la prochaine fois ?


21


22


23


24


25


26


27


28


29


Accessoires et pièces automobiles pour toutes marques 134, Rue des Canadiens, 7370 Dour TÊl. 065/65 17 18

30


31


21-25 mars 2017 Texte et photos Lardinois Jean-Paul Ryckewaert Devid Van Jean-Yves


34


DĂŠfilĂŠ d'ouverture de l'exposition, les cinq photos

35


Patrouilles

L'arrivĂŠe des Russian Knights pour leur premier vol de demonstration avec le nouveau Su-30SM


42


43


44


KAI T-50B Golden Eagle

45


48


49


50


51


Transp

Le quatrième et dernier Atlas A400M M54-04 Juste livré quelques jours plutôts est venu se presenter au static de l'exposition.

52


ports - Supports

53


Lockheed C-130H-30 Hercules

Lockheed C-130H-30 Hercules


Au départ de Bruxelles pour rejoindre l’île de Langkawi, il faut prendre trois avions avec une escale à Dubaï, puis une autre à Kuala Lumpur pour enfin arriver à destination. Tout cela prend 24h sans compter le décalage de 7h. Bref, c’est au retour que cela se paie cash niveau physique. Une fois que la porte du dernier avion s’ouvre et que vous descendez sur la piste, une chaleur humide vous prend par la main, mais pas le temps d’y penser qu’il faut déjà récupérer les valises, prendre possession de la voiture de location pour enfin se réfugier sous la douche de votre chambre, un bien fou ! À ce moment-là, votre estomac, qui ne sait plus sur quel fuseau horaire, il est, vous réclame famine. Pas envie de courir, car la fatigue est là également et nous jetons notre dévolu sur le premier resto en sortant de l’hôtel, c’est plus un petit snack qu’autre chose, mais pas envie d’aller voir plus loin, et autant se mettre directement dans l’ambiance culinaire locale. 06h00 le bip bip de réveil retentit, 6h30 la voiture démarre afin de trouver une bonne place sur la colline qui domine l’aéroport et assister aux répétitions du show aérien d’ouverture. Un F18 fend l’air à la limite du son, c’est parti et c’est très intense dès la première partie avec

56


les jets. Après nous décidons de descendre à la suite pour voir les répétitions des patrouilles et solos. Début d’après-midi, le centre presse ouvre et nous faisons la file pour notre inscription. Nous voilà enfin avec la carte presse qui a quand même quelques petits avantages, même si nous sommes à contre-jour. Le lendemain, comme il n’ y a pas de répétition avant l’ouverture officielle du lendemain, nous allons voir la première répétition du show côté naval avec les hélicos et le Canadair, je vous expliquerai cela dans un deuxième texte. Toutes nos journées sont rythmées entre les blocs de deux heures de démos sur terre et sur mer, et il faut pas mal de dextérité pour passer d’un site à l’autre. Le truc, c’est de se coller derrière la dernière voiture d’un convoi d’officiels, c’est trop rigolo et cela avance vite grâce aux motards qui ouvrent la route. Le soir venu, après une bonne douche et un changement de vêtement (compter trois t-shirts par jour) il est temps de découvrir toutes les possibilités culinaires et il y en a, sans oublier bien évidemment le cocktail au bar branché de la plage. Voilà donc le doux le timing de nos journées 6h00-24h00 ;-)

57


58


59


60


Russian Federation Air Force Ilyushin Il-76MD

61


M


Maritim Malaysia


C’est donc ici que se passent les démos marines avec prise d’otages, interventions des troupes d’élites par mer et air, explosions et largage d’eau dans l’ordre que vous voulez, il n’a pas eu deux scénarios identiques. Par contre, après avoir repéré un premier amerrissage du Canadair, nous avons choisi un autre angle de prise de vue pour le lendemain, tout en sécurité, enfin, on le pensait. Ce dernier a complètement raté son amerrissage en rebondissant comme une balle sur l’eau, a cassé son ballon de bout d’aile droit dans le second choc, a changé sa trajectoire puis a quand même pu s’arrêter pas bien loin de nous et encore moins du sol en pierre de la plage. Comme quoi, même bien placé, on est à l’abri de rien. Je crois que les pilotes ont eu plus peur que nous. Car dans le viseur, on ne se rend pas bien compte de ce qui arrive. Nous y sommes retournés le lendemain pour nous rendre compte que nous étions passés pas bien loin de la catastrophe.


66


67


70


71


72


73


Après toutes les rumeurs, c’est hier (12/04/2017) que Nikon a officialisé son nouveau réflex numérique à destination des amateurs experts, le D7500. Contrairement à ce que l’on aurait pu penser, ce n’est pas un successeur du D7200, qui reste sur le marché. Le D7500 a l’ambition de se positionner entre le D7200 et le D500 en proposant la meilleure qualité d’image sur un capteur DX, mais dans un boîtier plus compact que le D500. Ainsi, le D7500 embarque un capteur de DX de 20,9 mégapixels, un processeur Expeed 5 (similaire à celui du D500 et du D5), une sensibilité allant de 100 à 51200 ISO (extensible de 50 à 1.640.000 ISO), un capteur de mesure RVB 180K pixels, un AF avec 51 collimateurs (-3IL) dont 4 centraux en croix, une vitesse en rafale à 8fps (59 vues en mode RAW 14 bits), l’enregistrement de vidéos en Full HD à 60ips mais aussi en 4K à 24/25/30ips au format MOV ou MP4, la stabilisation vidéo électronique en Full HD, un mode Timelapse 4K UHD, une sortie HDMI non compressée, le traitement des fichiers RAW par lot, la mesure pondérée sur les hautes lumières, le Bluetooth et le WiFi avec la technologie Snapbridge et un seul port mémoire SD/SDHC/SDXC (contre deux auparavant). Le tout est inséré dans un châssis en fibre de carbone comme le D7200, ce qui le rend plus léger mais moins résistant qu’un châssis en magnésium comme sur le D500. Avec un écran de 3,2″ tactile et orientable. Il fait 640 grammes et sera disponible dès ce mois de juin au prix de 1549 euros, boîtier nu. Edit Le Journal du Geek


WD commercialise le My Passport SSD, son premier SSD destiné au grand public. Il est décliné dans des capacités allant de 256 Go à 1 To.

PHILIPS 349X7FJEW Résolument tourné vers le multimédia et la vidéo, le petit dernier de Philips offre une très grande surface bien utile pour remplacer plusieurs moniteurs. Disponible en avril au prix indicatif de 899 € TTC.


76


Solo Display

77


31 BLUE Russian Federation Air Force Sukhoi Su-30SM


AirFish 8

L'AirFish 8 (AF8) est une embarcation volante de 8 à 10 places. Il est conçu pour être exploité par 2 personnes d'équipage et a une capacité de transport pour 6-8 passagers. L'embarcation effectue des croisières à une vitesse maximale de 100 nœuds, offrant ainsi une excellente solution pour un transport maritime rapide, sûr et confortable, respectueux de l'environnement. http://wigetworks.com/#/


90


91


Pour un spotter, un airshow, et à plus forte raison, un salon aérien est composé d’une alternance de périodes d’intense activité et de calme. C’est particulièrement vrai au Langkawi International Maritime and Aerospace Exhibition car les démonstrations se font par bloc de deux heures, deux fois par jour. Cela s’explique à la fois par l’obligation de ne pas trop perturber le trafic habituel de l’aéroport et par le fait que les démonstrations maritimes se tiennent sur un autre site.


Civils

Ces périodes de «pause sont les bienvenues car elles permettent changer de point de spot, d’examiner ses photos ou de se restaurer. C’est aussi l’opportunité d’observer le trafic civil ou les bizzjets qui emmènent les VIP. C’est souvent l’occasion de photographier des avions rarement vus. Est-il nécessaire de dire que même le plus modeste des liners avait pour nous un fort parfum d’exotisme ? Nous vous proposons dans ces pages un aperçu de ce que nous avons pu observer en marge de ce salon.


94


95


Arr

98


rivĂŠes - DĂŠparts

99


100


101


Puis vient déjà très vite le jour des départs de tout ce beau monde, occasion rêvée de prendre en vol les avions et hélicoptères du static et de voir la valse des transports et soutiens aériens. Nous bouclons nos valises avec un énorme tas de souvenirs et un peu de désappointement, car il n’est pas facile de quitter le paradis des spotteurs et c’est bien ici à Langkawi qu’il est.

102


Singapore Air Force Boeing F-15SG Strike Eagle

103


104


Royal Malaysian Air Force Sikorsky S-61A-4

Royal Malaysian Police Aerospatiale as355 ecureuil 2

105


See you

108


u at Lima 2019

AgustaWestland AW139

109


Frisian flag 17

110


28 mars 2017 Texte et photos Dochain Patrice

F-15C 85-102 appartenant au 58 TFS pendant la Guere du Desert (1991)a abattu un Mig-23 et deux Su-22s Irakiens

111


Le commandant de la base et sa citation fĂŠtiche "Wars aren't usually won with air power, but without it you certainly lose"

80-058 - F-15 - USAF


Dassault Mirage 2000D n°671, 3-XK, EC 3/3 Ardennes

F-16A Block 20 MLU J-011


Le 28 mars dernier, s’est tenue la conférence de Presse de l’exercice Frisian Flag 2017, j’y étais convié. Après l’accueil par le personnel de communication de la base de Leeuwarden et, les contrôles de sécurité, nous avons été dirigés vers la salle de presse où nous attendait le Colonel Denny ‘Trash’ Traas commandant de la base. Après une brève introduction, il nous a exposé les objectifs et attentes de Frisian Flag. Pendant ces deux semaines d’exercices, les pilotes auront la chance d’évoluer dans un environnement réaliste où l’accent sera mis sur l’acquisition de nouvelles compétences. Ils travailleront également leur leadership et mettront à l’épreuve leur efficacité à travers différents types de missions prévues telles que : des missions de défense comme par exemple protéger des objectifs en collaboration avec les forces au sol ou encore des missions offensives comme la suppression des capacités aériennes ennemies. Chaque mission s’appuiera sur les ravitailleurs en vol hollandais, français, allemands et italiens basés pour l’occasion à Eindhoven. Le colonel Traas s’est également tourné vers le futur en mentionnant l’introduction prochaine de nouveaux systèmes d’armes tels que le F35 Lightning II ou encore, le drone MQ-9 Reaper. Environ 60 avions provenant de 7 pays sont mobilisés par l’exercice à raison de deux missions par jour.


Eurofighter et F15C se chargeront des missions air-air ; Tornado GR4 et Mirage 2000D assureront des missions d’attaques au sol tandis que les F16 réaliseront les missions multi-rôles. La vague du matin comptera environ 48 avions et celle de l’après midi : 45. Cette année, le plateau est relevé par la présence des F15C américains du 125th FW de Floride et du 159th FW venu de Jacksonville en Louisiane. Parmi ceux-ci, le F15C 85-102 est immédiatement reconnaissable, puisqu’il arbore fièrement 3 étoiles vertes sur le nez symbolisant les victoires remportées en Irak lors de l’opération Desert Storm en 1991 (un Mig 23 et deux SU-22). C’est, dans un ciel bleu azur, que nous avons pu assister, vers 13h30, au décollage de la vague de l’après-midi. Une occasion, pour la plupart d’entre nous, de découvrir le F16 belge FA70 affichant une superbe décoration à l’occasion des 75 ans de la 349 escadrille de Kleine-Brogel. Le dernier avion s’est posé vers 16h. Cette superbe demi-journée passée en bord de piste, nous a permis de mesurer toute l’importante de la phrase d’introduction du Colonel Traas :‘’ les guerres ne se gagnent pas uniquement grâce à la puissance aérienne mais se perdent certainement sans elle ‘’ Many thanks to Public Affair Officers of Klu.


F-16A Block 20 MLU J-144

RAF Tornado GR.4 025 ZA459


BAF F-16AM, FA-124 & 121

FAP 15115 F-16A Block 20 MLU

Tornado GR.4,046 ZA554


Participants de l'édition 2017 10x EF2000 12x F-15C/D 7x F-16AM/BM 12x F-16AM/BM 5x F-16AM/BM 4x Mirage 2000D 6x Tornado GR4

Germany, GAF United States, USAF Belgium, BAF the Netherlands, RNLAF Portugal, FAP France, FAF United Kingdom, RAF


BAF F-16AM FA-70 du 349 sqn


120


F-16A Block 20 MLU RNlAF 322 sqn

F-15C 85-102

Dassault Mirage 2000D n°671, 3-XK, EC 3/3 Ardennes n°635, 3-AU, ETD 2/7 Argonne n°668, 3-IG, EC 1/3 Navarre

121


Oswald Boelcke est un pilote allemand de la Première Guerre mondiale. As de l'aviation, il formule les premiers principes du combat aérien, plus connus sous le nom de Dicta Boelcke. Wikipédia

122


Eurofighter 31+31 "Spirit of Oswald Boelcke"

123


Magazine 11  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you