Page 1

Musée national d‘histoire et d‘art

Musée Dräi Eechelen

01 2015


SOMMAIRE

2

Impressum

3

Editorial

4-5

Imperium Romanum Temporary exhibition at the MNHA

6-7

Images d‘un pays souverain Exposition temporaire au M3E

8-9

Von Mansfeld zum Design Hinter den Kulissen des Wiltheim-Flügels

10-11

Collection‘s Drawing by Stina Fisch

12-13

Coming Soon - Agenda

14-15

Janvier - Januar - January

16-17

Février - Februar - February

18-19

Mars - März - March

20

For Youngsters Only

21

Budding Artist

22-23

Second Life: Fort Thüngen Virtuel at the M3E

24-25

Révélations Nouvelle exposition temporaire au MNHA

26-27

L‘appel du regard d‘Eric Chenal

28-29

Works in progress

30

Le MNHA hors les murs

31

Heures d‘ouverture, tarifs, plan d‘accès

IMPRESSUM MUSEOMAG paraît 4 fois par an Conception et création graphique : Misch Feinen Coordination générale: Sonia da Silva Commande photographique : Eric Chenal Dessins : Stina Fisch Couverture et cartes postales : Misch Feinen Impression: Imprimerie Heintz, Luxembourg Tirage: 30.000 exemplaires Distribution: Luxembourg et Grande Région S‘abonner gratuitement via mail: musee@mnha.etat.lu


EDITORIAL

Sie halten Museomag in Händen, die erste Nummer unseres neuen Magazins, mit dem wir Sie künftig über die Aktivitäten unserer beiden Häuser - des Haupthauses am Fischmarkt sowie des Musée Dräi Eechelen auf Kirchberg - in mehreren Sprachen informieren wollen. Zum einen soll Museomag Ihnen faktische Informationen zu den Dauer- und Sonderausstellungen und dem jeweiligen Rahmenprogramm vermitteln, das klassische Was, Wann und Wo aller Museumsblätter. Diese Angaben bündeln wir für Sie in Form einer Agenda in der Mitte des Magazins.   Meinen Mitarbeitern und mir liegt aber sehr daran, Ihnen über unser neues Magazin auch Einblicke hinter die Museumskulissen zu ermöglichen. Indem wir Ihnen z. B. einzelne Mitarbeiter vorstellen oder Sie in Restaurierungswerkstätte und Sammlungsmagazine mitnehmen, Orte also, die für Museumsarbeit von zentraler Bedeutung sind, externen Besuchern aber in der Regel verschlossen bleiben.   Dass wir luxemburgische Künstler für die Mitarbeit an Museomag gewinnen konnten, freut mich sehr. Die beiden Schwerpunkte Graphik und Fotografie bilden zudem schon seit Jahren einen wichtigen Teil unserer Ausstellungsprogramme. Unser Bemühen, dem zeitgenössischen Kunstschaffen in Luxemburg einen angemessenen Platz im Museum einzuräumen, spiegelt sich u.a. auch in der Präsenz von Arbeiten in Luxemburg tätiger Graphiker in unserem Museumsshop (siehe auch S. 25). Den Entwurf unserer neuen Eintrittskarten haben wir der luxemburgischen Illustratorin Stina Fisch anvertraut. Mit dem für diese Künstlerin charakteristischen Humor greifen ihre Motive wichtige Exponate aus beiden Museen auf und könnten sich bald zu einem Sammlerobjekt sui generis entwickeln.   Dass wir unser neues Magazin zum Jahresbeginn lancieren, ist kein Zufall. Denn 2015 bringt wichtige Neuerungen für das Haupthaus am Fischmarkt. Nach mehrjährigen Umbau- und Sanierungsarbeiten können wir den sogenannten Wiltheim-Flügel, drei baugeschichtlich wertvolle Altstadthäuser, dem Publikum wieder zugänglich machen. Auf über 1.500 m2 erwarten den Besucher völlig neu gestaltete Dauerausstellungen zur Wohnkultur sowie zur Bildenden Kunst in Luxemburg. Eine neue doppelgeschossige und komplett verglaste Fußgängerbrücke bindet den Wiltheim-Flügel besser an das Hauptgebäude an und ermöglicht integrierte Rundgänge zwischen den beiden Teilen des Museums.

© éric chenal

SEHR GEEHRTE LESERINNEN UND LESER, LIEBE FREUNDE DES NATIONALMUSEUMS FÜR GESCHICHTE UND KUNST,

  Aber auch im Hauptgebäude ergeben sich neue Eindrücke. So erwartet Sie hier ein neu eingerichteter Prolog, der in geraffter Form Einblicke in die Geschichte Luxemburgs und die verschiedenen Sammlungsbereiche des Museums ermöglicht. Das große Eröffnungswochenende am 20.-22. März bietet eine erste Gelegenheit, die neuen Räumlichkeiten und Ausstellungen zu entdecken. Über das umfangreiche Rahmenprogramm werden wir Sie noch zu gegebener Zeit detailliert informieren. Und damit zukünftig möglichst viele Besucher in Kultur und Geschichte Luxemburgs eintauchen können, wird zudem ab dem 1. Januar der Zugang zu den Dauerausstellungen im Nationalmuseum für alle kostenlos sein.   Liebe Leserinnen und Leser, ich hoffe sehr, dass unser neues Museomag Ihr Interesse weckt. Sollte dies der Fall sein, vergessen Sie bitte nicht, uns die frankierte Rückmeldung mit Ihrer Adresse zukommen zu lassen, damit wir Ihnen auch die folgenden Ausgaben zusenden können.   In der Hoffnung, Sie im März bei unserem Eröffnungswochenende begrüßen zu können, verbleibe ich mit den besten Grüßen vom Fischmarkt. MICHEL POLFER DIREKTOR 01 ‘ 2015 museomag

3


RE-FRAMING ROMAN ANTIQUITY

© éric chenal

IMPERIUM ROMANUM BY ALFRED SEILAND

The 101 pictures shown at the MNHA are set in a contemporary context

4

Although Alfred Seiland’s photographic project on Roman Antiquity Imperium Romanum shows a great number of amphitheatres, ruins and other remains, it is not one of landscape or travel photography strictu sensu. Neither is it a documentation of the Roman architectural heritage. The first hints can be found at the very beginning, in the first two pictures, which were taken in 2006 at the Cinecittá studios and depict the set built for the television series Rome. These studios and sets are the birthplace of this body of work, and reveal Seiland’s cultural approach to the subject, going beyond artistic value and technical quality.

represented for example in the busy gas station next to Rome’s Alexandrina aqueduct, or by people casually beaching among the ruins of Villa Nero on the Tyrrhenian coast of Anzio, or those of Tiberius’ Villa Iovis on Capri. Another approach shows how Roman Antiquity was reinvented, for example in the Getty Villa or in the casino Caesar’s Palace, both in the USA. They depict contemporary interpretations of the Roman way of life, the casino reminding us that gambling is Roman cultural heritage too.

  As we walk through the exhibition and view its 101 photographs, we notice that the pictures are set in a contemporary context. Rather than solely showing Roman antiquity’s remains, shutting out everything that ‘does not fit’, Seiland opens the frame of his photographs, incorporating contemporaneity and the way it interacts with those remains and influences. This incorporation of today’s life is full of purpose, and is

REFERENCE TO THE IDEA OF EMPIRE.”

museomag 01 ‘ 2015

“THE STAR WARS SET IS A TONGUE-IN-CHEEK

Yet another approach is revealed in the pictures that represent a mere cultural landscape with no visible remains or reconstructions, but laden with the invisible memory of Roman presence. They can depict quarries and mines, such as the still in use Pardais marble quarry in Portugal, a salt mine in Romania or the scarred


TEMPORARY EXHIBITION AT THE

landscape of former gold mines in Spain. Two of the most perplexing cultural landscapes are the Star Wars set in the Tunisian desert, and the beach of Rimini with its endless rows of sun chairs at the end of what was once an important Roman trade road and is now a mass solarium. The Star Wars set is a tongue-in-cheek reference to the idea of empire. Situated at what used to be the southern edge of the Roman Empire, it bears witness to an invented one ‘in a far away galaxy’, which also left an indelible cultural mark. These pictures are among the most conceptual, as they convey spectral traces of something that once was, of a presence that has disappeared from our sight. Seiland leaves it to our imagination to search for these disembodied traces hanging in the air and which he captured with his camera.   Viewing Seiland’s body of work is an aesthetic and artistic pleasure. At the same time it invites us to think about the way we live with memory, constantly challenging our gaze on those sites and times, as well as our gaze back at ourselves. Vera Herold Exhibition extended until the 22 of March 2015. nd

Free booklet available in three languages

EIN WORT DES DIREKTORS „Bei aller Betroffenheit, die manche Bilder von Alfred Seiland auslösen, sind diese doch nie zufällige Momentaufnahmen oder reine Dokumentation. Im Gegenteil, Seiland verdichtet in ihnen Augenblicke und Stimmungen zu ästhetischen Kompositionen, setzt dabei Lichtgebung, Kontrast und Farbe wie ein Maler ein. Seine Fotografien dessen, was uns vom einstigen Imperium Romanum geblieben ist, sind gerade deshalb einzigartig. Noch in ihrer Zerstörung durch die Moderne wird die ungeheure visuelle Kraft dieser großartigen Architektur direkt erlebbar. Auch in Luxemburg stellt sich angesichts des besonders reichen römerzeitlichen Erbes mehr denn je die Frage, wie wir mit archäologischen Orten umgehen und welche davon wir der Nachwelt erhalten sollen. Seilands Bilder geben hierzu zahlreiche Denkanstöße und sie tun dies, ohne je belehrend oder moralisierend zu sein.“ MICHEL POLFER

Now also guided tours in English

01 ‘ 2015 museomag

5


CÔTÉ JARDIN ET CÔTÉ COUR

© éric chenal

IMAGES D’UN PAYS SOUVERAIN. LE PHOTOGRAPHE CHARLES BERNHŒFT ET L’IDENTITE LUXEMBOURGEOISE

Le 17 juillet 1891, le grand-duc Adolphe attribue le premier titre de «photographe de la Cour» à Charles Bernhœft.

Quand on évoque la formation d’une « identité nationale » au Luxembourg, on pense d’abord à l’apport de nos poètes et écrivains – Michel Lentz (auteur du « Feierwôn »), Edmond de la Fontaine (« Dicks ») et Michel Rodange –, de nos compositeurs – Antoine Zinnen et Laurent Menager – et de nos artistes – Jean-Baptiste Fresez, Nicolas Liez et Michel Engels. Les historiens ne manqueront pas de rappeler le rôle des sociétés savantes dont les études historiques et scientifiques ont largement contribué à faire prendre conscience aux Luxembourgeois de leur originalité au cours de la seconde moitié du XIXe siècle.   Malgré un regain d’intérêt pour l’histoire de la photographie un peu partout dans le monde, la place que celle-ci occupe dans l’histoire de notre pays depuis son indépendance n’a encore jamais fait l’objet d’une étude exhaustive. Si au grand-duché, les pionniers du nouveau médium – les frères Mehlbreuer, Dominique Kuhn, Pierre et Charles Brandebourg, Nicolas Maroldt – restent des acteurs plutôt modestes, un nouveau venu – le fougueux Charles Bernhœft – chamboule le 6

museomag 01 ‘ 2015

marché national à la fin du XIXe siècle en faisant appel à des procédés techniques qui garantissent l’inaltérabilité des épreuves et permettent leur commercialisation à faible coût. LA MONARCHIE SOUS LES FEUX DE LA RAMPE Promu premier «  photographe de la cour  » par le grand-duc Adolphe, Charles Bernhœft prend à cœur sa nouvelle fonction : portraits officiels des souverains, photoreportages des Joyeuses entrées et autres cérémonies, mais aussi clichés de la vie privée de la famille grand-ducale sont exposés dans les vitrines de la rue du Génie – le « pignon sur rue » du photographe – devant lesquelles défilent les badauds curieux de découvrir à la fois les images de leurs souverains, qui séjournent la plupart du temps à l’étranger, et d’une vie de cour qui s’est jusqu’alors toujours dérobée à leur regard. Mais Bernhœft est aussi le premier photographe à rendre ses contemporains attentifs aux beautés de l’environnement au milieu duquel ils vivent. Les vues topographiques réalisées par ses prédécesseurs sont


EXPOSITION TEMPORAIRE AU

surtout destinées à conserver un souvenir visuel des remparts de la capitale voués à la destruction, tandis que leurs images stéréoscopiques ne sont guère plus qu’une curiosité et un passe-temps amusant avec lesquels la bourgeoisie occupe ses moments de loisir. Les photographies des vues de la ville remodelée après le démantèlement de la forteresse et des paysages pittoresques avec leurs monuments historiques de Bernhœft répondent à la fois aux besoins du tourisme émergeant et au souhait de la population locale de se doter de repères identitaires dont le territoire national devient l’une des composantes fondamentales.   La Belle Époque correspond ainsi à un moment de l’histoire où le déferlement des images photographiques contribue à modifier profondément la perception du monde et du pouvoir par les habitants du Luxembourg et se trouve à l’origine de cette « société de l’image » dans laquelle nous vivons actuellement. Edmond Thill Exposition prolongée jusqu’au 15 mars 2015. Une monographie de référence sur le photographe Charles Bernhœft, publiée par le MNHA sous la direction d’Edmond Thill, est disponible à l’accueil du musée au prix de 95 euros.

Nic Bernhœft (r.) wurde von Edmond Thill empfangen.

Am 28. November empfing das Musée Dräi Eechelen einen besonderen Gast: Herr Nic Bernhœft, wohnhaft in der Schweiz, Urenkel des Fotografen Charles Bernhœft, hat dem Museum einen Besuch abgestattet und die Ausstellung mit Fotografien seines Urgroßvaters besichtigt. Ein Freund aus Arizona war durch die Internet-Seite des M3E auf die Ausstellung aufmerksam geworden und hat Herrn Bernhoeft informiert.   Aus der Ehe des Fotografen Bernhœft

(1859-1933) waren zwei Söhne hervorgegangen: Charles Marcel, geboren 1890, welcher Medizin studierte und anschließend seinen Arztberuf in Belgien ausübte, und Charles Paul, geboren 1892, der in der Metallindustrie tätig war.   Charles Marcel hatte einen Sohn, der

1954 starb, sowie eine Tochter, Arlette Bernhœft, die der Vernissage der großen Bernhœft-Retrospektive im MNHA im Jahre 2006 beiwohnte und vor drei Jahren verstorben ist.   Charles Paul studierte und heiratete in

Berlin. Ende der Zwanzigerjahre zog er mit seiner Ehefrau und ihrem einzigen Sohn zuerst nach Thun in der Schweiz, dann nach Wakefield in Großbritannien. Ihr Sohn heiratete eine Engländerin. Aus der Ehe gingen mehrere Kinder hervor, darunter Nic Bernhœft, heute selbst Vater eines Sohnes und Großvater eines Enkels. 01 ‘ 2015 museomag

7


VON MANSFELD ZUM DESIGN

© éric chenal

DIE NEUGESTALTUNG DER ABTEILUNG KUNSTHANDWERK UND VOLKSKUNST

Am 19. März 2015 ist est soweit: die neue Dauerausstellung der Abteilung Kunsthandwerk und Volkskunst wird feierlich enthüllt.

Zu Beginn des Projekts im Wiltheim-Flügel des MNHA stand im Jahr 2011 ein Gestaltungswettbewerb. Zentrale Entwurfsaufgabe war, in den drei ehemaligen Wohnhäusern, selbst reich an historischen Belegen, eine neue Dauerausstellung mit dem Schwerpunkt Luxemburger Wohnkultur einzurichten. „Von Mansfeld zum Design”, für dessen Gestaltung ich beauftragt wurde, wird im Rahmen der Neueröffnung des Wiltheim-Flügels eine eigenständige Position einnehmen. DIE HERAUSFORDERUNG. Es galt, eine klare formale Haltung zu entwickeln, die die zahlreichen Exponate nicht in einem vermeintlich historisch überlieferten Kontext zeigt. Die in situ vorhandenen Bauteile wurden in den Rundgang integriert, jedoch konsequent von den weiteren Exponaten abgesetzt. Auf Inszenierungen und Nachempfindungen historischer Räume wurde konsequent verzichtet. Von kuratorischer Seite wurden Sammlungsbestände thematisch zusammen8

museomag 01 ‘ 2015

gefasst und raumweise unter einer konkreten Fragestellung betrachtet. WIEDERBELEBEN DER „KÄERCHER STUFF“. In der bisherigen Ausstellung wurde die Stube dem Ausstellungsraum angepasst und nicht in ihrem historischen Raumgefüge gezeigt. Mit der Neukonzeption wurde sie wieder in diesen originalen Zusammenhang zurückgeführt. Angedeutete Deckenflächen und klar hervorgehobene „Schnittkanten“ verdeutlichen, dass es sich um die museale Präsentation des Ausschnittes eines translozierten Raumes und nicht um ein historisch in der Wiltheimstraße verortetes Ensemble handelt. BLICK IN DIE KULISSEN. Die momentan bereits wieder im Museum aufgebaute Stube verrät nicht, wie viele Arbeitsschritte notwendig waren, bis sie wieder in ihrem ursprünglichen Gefüge zur Geltung kommen konnte. Diese Schritte können die Besucher zukünftig


BEHIND THE SCENES

an einer Medienstation nachvollziehen. Das im Museum in großem Umfang vorhandene Wissen über die Geschichte der Häuser und ihrer Bewohner floss in die Museografie mit ein. Verschiedene Dokumente hierzu werden an einigen Stellen des Rundgangs durch Medienstationen für die Besucher erschlossen und ermöglichen eine vertiefende Auseinandersetzung. VON 2011 BIS 2015. Dem Wettbewerbsbeitrag folgten die üblichen Planungsphasen, die in enger Zusammenarbeit mit dem Kurator Jean-Luc Mousset und seiner Assistentin Ulrike Degen stattfanden. Im Sommer und Herbst 2013 war das Projekt soweit fortgeschritten, dass die ersten Musterpodeste, Farben und grafischen Elemente zur Entscheidungsfindung in originaler Größe hergestellt werden konnten. Im Frühjahr dieses Jahres wurden die Wandfarben der Abteilung, die der Orientierung der Besucher innerhalb der drei quer erschlossenen Häuser dienen, vor Ort bemustert. Nachdem im Frühjahr und Sommer 2014 die Ausschreibungen für die Handwerksleistungen durchgeführt und Aufträge erteilt wurden, begann die Phase der Realisierung. STICHWORT „BAUSUBSTANZ“. Da der Schutz der historischen Bausubstanz im Vordergrund stand, waren vor allem in Bezug auf die technische Gebäudeausstattung permanente Abstimmungen mit dem Fonds de Rénovation de la Vieille Ville und den von ihm beauftragten Ingenieuren während des Projekts notwendig. Regina Hauber, Innenarchitektin (Mannheim) Die neue Dauerausstellung “Von Mansfeld zum Design” ist ab dem 19. März 2015 dem Publikum zugänglich.

La rénovation de l' Aile Wiltheim du MNHA, lancée en 2011 par le Fonds de Rénovation de la Vieille Ville, a été l’occasion pour le musée de repenser la section des Arts décoratifs et populaires. Le fruit de ces réflexions a débouché sur une nouvelle exposition permanente intitulée De Mansfeld au design, de 1500 à 2014 – Les manières d'habiter et les arts appliqués au Luxembourg, une voie originale? La mise en espace a été confiée aux bons soins d’une scénographe de Mannheim, Regina Hauber, appelée à valoriser les objets et à traduire les idées des conservateurs (Jean-Luc Mousset, aujourd’hui à la retraite, Ulrike Degen et Régis Moes) avec une vision résolument contemporaine. C’est ainsi que le numérique est également convoqué pour compléter les informations sur les cartels et les panneaux: bornes médiatiques et audio guides sont à disposition du public en différentes langues. Réouverture le 19 mars 2015 01 ‘ 2015 museomag

9


10

museomag 01 ‘ 2015


COLLECTION’S DRAWING BY STINA FISCH

01 ‘ 2015 museomag

11


COMING SOON

« RÉVÉLATIONS » D‘ÉRIC CHENAL : EXPOSITION TEMPORAIRE DU 20 MARS AU 12 AVRIL 2015 Aile Wiltheim / MNHA „VON MANSFELD ZUM DESIGN“: NEUE DAUERAUSSTELLUNG - Wiltheim-Flügel / MNHA „EDWARD STEICHEN“: NEW PERMANENT EXHIBITION - WiltheimWing / MNHA „COLLECTIONS/RÉVÉLATIONS II“: NEW PERMANENT EXHIBITION OF MODERN AND CONTEMPORARY ART - MNHA MOIS EUROPÉEN DE LA PHOTO: EXPOSITION TEMPORAIRE DU 23 AVRIL AU 13 SEPTEMBRE 2015 - Aile Wiltheim / MNHA „MUMIEN – DER TRAUM VOM EWIGEN LEBEN“: SONDERAUSSTELLUNG VOM 12. JUNI 2015 BIS ZUM 10. JANUAR 2016 - MNHA « LE LUXEMBOURG ENTRE 1815 ET 1839. LES FRONTIÈRES DE L‘INDÉPENDANCE » : EXPOSITION TEMPORAIRE DU 11 JUIN 2015 AU 23 MAI 2016 - Musée Dräi Eechelen 12

museomag 01 ‘ 2015


JANVIERMARS 2015

AGENDA 01 ‘ 2015 museomag

13


JANVIER ’15

SA 17 11h Imperium Romanum - Alfred Seiland

VISITES GUIDÉES FÜHRUNGEN (L)

DI 04 15h Imperium Romanum - Alfred Seiland (D) DI 04 16h Imperium Romanum - Alfred Seiland (EN) JE 08 18h Imperium Romanum - Alfred Seiland

JE 08 19h RENC‘ART Œuvre du mois: « Le portement de croix » d‘un peintre flamand du XVIe siècle par Nathalie Becker

DI 18 15h Imperium Romanum - Alfred Seiland (D) DI 18 16h Imperium Romanum - Alfred Seiland (EN) JE 22 18h Imperium Romanum - Alfred Seiland

(F) JE 22 19h RENC‘ART Artwork of the month: „Christ Falling on the Way to Calvary“ by a Flemish painter of the 16th century with Vera Herold (EN) (F) SA 24 11h Imperium Romanum - Alfred Seiland

SA 10 11h Imperium Romanum - Alfred Seiland

(L)

DI 11 15h Imperium Romanum - Alfred Seiland (D) JE 15 18h Imperium Romanum - Alfred Seiland

JE 15 19h RENC‘ART Kunstwerk des Monats: „Kreuztragung Christi“ eines flämischen Malers des 16. Jahrhunderts mit Martina Przybilla

VERNISSAGE “GUEST WORK / OBRA CONVIDADA“ JE 29 18h

Bartolomé Esteban Murillo: « Le Mariage mystique de Sainte Catherine » (vers 1650-55) Collection du Museu nacional de arte antiga, Lisboa

14

museomag 01 ‘ 2015

(F)

(F)

(L)

DI 25 15h Imperium Romanum - Alfred Seiland (D) DI 25 16h Imperium Romanum - Alfred Seiland (P) JE 29 18h Imperium Romanum - Alfred Seiland

(F)

JE 29 18h VERNISSAGE „Guest Work / Obra convidada“ SA 31 11h Imperium Romanum - Alfred Seiland

(L)

(D)

Collection du Museu Nacional de Arte Antiga, Lisbonne

SA 03 11h Imperium Romanum - Alfred Seiland

(L)


VISITES GUIDÉES FÜHRUNGEN DI 04 15h Bilder eines souveränen Landes

(D/L)

ME 07 18h Images d‘un pays souverain

(F)

ME 07 19h Collection permanente

(F)

DI 11 15h Bilder eines souveränen Landes

(D/L)

ME 14 18h Images d‘un pays souverain

(F)

SA 17 > 14h30 LES GRANDS BOULEVARDS Visite-conférence par Robert L. Philippart Rdv : place de la Constitution

(L)

DI 18 15h Bilder eines souveränen Landes

(D/L)

ME 21 18h Images d‘un pays souverain

RENC’ART DU MOIS : « Le portement de croix » d’un peintre flamand du XVIe siècle

(F)

DI 25 14h30 Les Forts Thüngen et Obergrünewald par Célestin Kremer et Romain Schaus (prévoir lampe de poche) DI 25 15h Bilder eines souveränen Landes ME 28 18h Images d‘un pays souverain

(L/F/D) (D/L) (F) © éric chenal

« Le MNHA possède plusieurs tableaux à sujets religieux issus des Ecoles du Nord. Le portement de croix, attribué à un peintre flamand du XVIe siècle, constitue un des fleurons de nos collections d’art ancien. Il est directement inspiré d’un tableau de Pieter Brueghel l’Ancien conservé au Kunsthistorisches Museum de Vienne. » Malgorzata Nowara, conservatrice Beaux-Arts

01 ‘ 2015 museomag

15


FÉVRIER ’15

SA 28 11h Imperium Romanum - Alfred Seiland

VISITES GUIDÉES FÜHRUNGEN DI 01 15h Imperium Romanum - Alfred Seiland

(D)

DI 01 16h Imperium Romanum - Alfred Seiland (EN) JE 05 18h Imperium Romanum - Alfred Seiland

(F)

SA 07 11h Imperium Romanum - Alfred Seiland

(L)

DI 08 15h Imperium Romanum - Alfred Seiland (D) DI 08 15h Imperium Romanum - Alfred Seiland (P) JE 12 18h Imperium Romanum - Alfred Seiland

(F)

JE 12 19h RENC‘ART Œuvre du mois : «  La Vierge et l‘Enfant entourés d‘anges et de saints  » de Giacomo del Pisano (XVe siècle) par Nathalie Becker (F)

SA 14 11h Imperium Romanum - Alfred Seiland

(L)

DI 15 15h Imperium Romanum - Alfred Seiland (D) JE 19 18h Imperium Romanum - Alfred Seiland

(F)

JE 19 19h RENC‘ART Kunstwerk des Monats: „Maria mit Kind umgeben von Engeln und Heiligen“ von Giacomo del Pisano (15. Jh.) mit Martina Przybilla (D)

SA 21 11h Imperium Romanum - Alfred Seiland

(L)

DI 22 15h Imperium Romanum - Alfred Seiland (D) JE 26 18h Imperium Romanum - Alfred Seiland

JE 26 19h RENC‘ART Artwork of the month: „Madonna and Child surrounded by Angels and Saints“ by Giacomo del Pisano (15th century) with Vera Herold

16

museomag 01 ‘ 2015

(F)

(EN)

(L)


VISITES GUIDÉES FÜHRUNGEN DI 01 15h Bilder eines souveränen Landes

(D/L)

SA 02 > 14h30 LE CIMETIÈRE NOTRE DAME Visite-conférence par Robert L. Philippart Rdv : entrée principale du cimetière

(L)

ME 04 18h Images d‘un pays souverain

(F)

ME 04 19h Collection permanente

(F)

DI 08 14h30 Les Forts Thüngen et Obergrünewald par Célestin Kremer et Romain Schaus (prévoir lampe de poche) DI 08 15h Bilder eines souveränen Landes

(D/L)

ME 11 18h Images d‘un pays souverain

« Précurseurs de la Renaissance – les peintres italiens des XIIIe et XIVe siècles, surnommés généralement les « Primitifs » – créent, à partir du modèle traditionnel inspiré de Byzance, un nouvel art de peindre basé sur l’humanisation de la figure, l’introduction du paysage dans le cadre pictural et les premières tentatives de création de peinture architecturale. Ils insufflent ainsi une nouvelle impulsion artistique qui va changer les arts plastiques en Italie, puis plus tard en Europe occidentale. La plupart des œuvres sont des tableaux religieux sur bois ornant les autels des églises ou monastères, dont un excellent exemple est le triptyque La Vierge et l’Enfant entourés d’anges et de saints de Giacomo del Pisano, peintre siennois ayant travaillé avec Giovanni di Paolo. »

(F)

DI 15 15h Bilder eines souveränen Landes

(D/L)

ME 18 18h Images d‘un pays souverain

(F)

DI 22 14h30 Les Forts Thüngen et Obergrünewald par Célestin Kremer et Romain Schaus, (prévoir lampe de poche) DI 22 15h Bilder eines souveränen Landes ME 25 18h Images d‘un pays souverain

(L/F/D) (D/L) (F)

© éric chenal

RENC’ART DU MOIS : « La Vierge et l’Enfant entourés d’anges et de saints » de Giacomo del Pisano (XVe siècle)

(L/F/D)

Malgorzata Nowara, conservatrice Beaux-Arts

01 ‘ 2015 museomag

17


MARS ’15

JE 12 19h RENC‘ART Kunstwerk des Monats: „Schiffbruch“ von Adam Pynaker (1622-1673) mit Martina Przybilla

VISITES GUIDÉES FÜHRUNGEN

DI 01 16h Imperium Romanum - Alfred Seiland (EN) JE 05 18h Imperium Romanum - Alfred Seiland

(F)

JE 05 19h RENC‘ART Œuvre du mois : « Scène de naufrage » d‘Adam Pynaker (1622-1673) par Nathalie Becker

(F)

SA 07 11h Imperium Romanum - Alfred Seiland

(L)

DI 08 15h Imperium Romanum - Alfred Seiland (D) DI 08 16h Imperium Romanum - Alfred Seiland (P) JE 12 18h Imperium Romanum - Alfred Seiland

TROIS NOUVELLES EXPOSITIONS PERMANENTES

JE 19 18h

18

museomag 01 ‘ 2015

JE 19 18h VERNISSAGES VE 20, SA 21, DI 22 de 10 à18h JOURNÉES PORTES OUVERTES DE L‘AILE WILTHEIM Nouvelles expositions permanentes et une exposition temporaire d‘Eric Chenal : « Révélations »

SA 21 11h Imperium Romanum - Alfred Seiland

(L)

DI 22 15h FINISSAGE Imperium Romanum - Alfred Seiland (D)

JE 26 19h RENC‘ART Artwork of the month: „Shipwreck“ by Adam Pynaker (1622-1673) with Vera Herold

(EN)

(F)

RÉOUVERTURE DE L‘AILE WILTHEIM

EXPOSITION TEMPORAIRE : « RÉVÉLATIONS » D’ERIC CHENAL

(D)

(D)

© éric chenal

DI 01 15h Imperium Romanum - Alfred Seiland


VISITES GUIDÉES FÜHRUNGEN DI 01 15h Bilder eines souveränen Landes

(D/L)

ME 04 18h Images d‘un pays souverain

(F)

ME 04 19h Collection permanente

(F)

SA 07 14h30 Les Forts Thüngen et Obergrünewald par Célestin Kremer et Romain Schaus (prévoir lampe de poche)

(L/F/D)

DI 08 15h Les Forts Thüngen et Obergrünewald par Célestin Kremer et Romain Schaus (prévoir lampe de poche)

(L/F/D)

DI 08 15h Bilder eines souveränen Landes

(D/L)

ME 11 18h Images d‘un pays souverain

(F)

DI 15 15h FINISSAGE Bilder eines souveränen Landes

« Différents genres picturaux se développent à partir du XVIe siècle. La Réforme protestante, en mettant en cause les croyances et pratiques de l’Église catholique, pousse les artistes à développer de nouvelles formes artistiques. La représentation du paysage prend une place de plus en plus importante, se libère de l’arrière-plan pour occuper toute la surface du tableau. Il s’agit souvent de paysages imaginaires chargés de poésie et de romantisme. Certains peintres privilégient les manifestations d’une nature grandiose, sauvage et sublime, face à laquelle l’homme devient presque insignifiant. La Scène de naufrage d’Adam Pynacker (1622-1673) en constitue un bon exemple. »

SA 21 14h30 Les Forts Thüngen et Obergrünewald par Célestin Kremer et Romain Schaus, (prévoir lampe de poche)

(L/F/D)

DI 22 > 11 h LES GRANDS MAGASINS DE LA BELLE ÉPOQUE Visite-conférence avec Robert L. Philippart Rdv : place de la Constitution (F)

DI 22 14h30 Les Forts Thüngen et Obergrünewald par Célestin Kremer et Romain Schaus, (prévoir lampe de poche)

(L/F/D) © éric chenal

RENC’ART DU MOIS : « Scène de naufrage » d‘Adam Pynaker (1622-1673)

(D/L)

Malgorzata Nowara, conservatrice Beaux-Arts

« Images d‘un pays souverain » : finissage le dimanche 15 mars 2015.

01 ‘ 2015 museomag

19


FOR YOUNGSTERS ONLY MARS ARTHÈME

JANVIER ATELIERS OUVERTS

DI 04 14h (>18h) Adultes et adolescents Second Life: Fort Thüngen virtuel avec Pit Vinandy (L/D/F) DI 11 14h (>18h) Adultes et adolescents Second Life: Fort Thüngen virtuel avec Pit Vinandy (L/D/F)

M3E gratuit M3E gratuit

ARTHÈME

MA 13 14h30 (>16h30) (6-12 ans) Peinture sur bois / Malerei auf Holz avec Vanessa Staudt

MNHA (L/D/F)

MA 03 14h30 (>16h30) (6-12 ans) Création d’affiches / Plakatgestaltung avec Vanessa Staudt

MNHA (L/D/F)

5€

ARCHÉOTHÈME

JE 19 14h30 (>16h30) (6-12 ans) MNHA L‘épée médiévale / Das Mittelalterschwert avec Loïc François (L/D/F) 5€

ATELIER OUVERT

DI 22 14h (>18h) Adultes et adolescents Second Life: Fort Thüngen virtuel avec Pit Vinandy (L/D/F)

M3E gratuit

5€

ARCHÉOTHÈME

JE 15 14h30 (>16h30) (6-12 ans) MNHA Le propulseur préhistorique / Der Speerwerfer avec Loïc François (L/D/F) 5€

FÉVRIER ATELIERS OUVERTS

DI 01 14h (>18h) Adultes et adolescents Second Life: Fort Thüngen virtuel avec Pit Vinandy (L/D/F) DI 08 14h (>18h) Adultes et adolescents Second Life: Fort Thüngen virtuel avec Pit Vinandy (L/D/F) DI 15 14h (>18h) Adultes et adolescents Second Life: Fort Thüngen virtuel avec Pit Vinandy (L/D/F) DI 22 14h (>18h) Adultes et adolescents Second Life: Fort Thüngen virtuel avec Pit Vinandy (L/D/F)

M3E gratuit M3E gratuit M3E gratuit M3E gratuit

ATELIERS DE VACANCES

LU 16 14h30 (>16h30) (4-9 ans) La chasse aux trésors / Auf Schatzsuche avec Sylvie Weyer (L/D/F)

M3E 8€

ME 18 14h30 (>16h30) (4-9 ans) M3E La princesse à l’éventail / Die Prinzessin mit dem Fächer avec Sylvie Weyer (L/D/F) 8€ JE 19 14h30 (>16h30) (8-11 ans) Presse typographique / Druckpresse avec Sylvie Weyer (L/D/F)

M3E 8€

« EXPÉRIENCE MUSEE » ! Pendant deux semaines, avant et après les vacances de Carnaval (du 9 au 13 février ainsi que du 23 au 27 février 2015), les 7 musées de la Ville déroulent le tapis rouge aux jeunes de l’enseignement secondaire : visites, ateliers, rencontres… tout est mis en œuvre pour attirer leur attention sur les activités des musées. Outre la déambulation exploratrice « Walk the mile » qui permet de faire le tour des sept musées en une journée en compagnie d’un médiateur, « Expérience Musée » propose des workshops spécifiques qui font écho à l’actualité ou à la spécificité d’une institution : Laisse-toi tenter avec ta classe par une des formules « Expérience Musée » : programme sur mesure suivant disponibilité. www.experiencemusee.lu

ARCHÉOTHÈME

JE 19 14h30 (>16h30) (6-12 ans) MNHA Bouclier et blason / Schild und Wappen avec Loïc François (L/D/F) 5€

ARTHÈME

MA 03 14h30 (>16h30) (6-12 ans) MNHA Princes et princesses dans la peinture / Prinzen und Prinzessinen in der Malerei avec Vanessa Staudt (L/D/F) 5€

20

museomag 01 ‘ 2015

Informations et inscriptions auprès du Service public et éducatif du MNHA Marché-aux-Poissons L - 2345 Luxembourg Tél.: 47.93.30-214 Fax.: 47.93.30-315 E-mail: service.educatif@mnha.etat.lu


© éric chenal

BUDDING ARTIST

Am Kader vun hierem Schoulprogramm huet d’Klass (cycle 3.2) vun der Joffer Laura Diederich vu Bäreldéng un engem Konschtatelier am MNHA deelgeholl. Um Programm: „L’art en miroir“, en Atelier deen d’Renée Majerus, Médiatrice am Nationalmusée, geleed huet. No enger Aféierung iwwert dem Van Gogh seng Konschtwelt sin d’Kanner erausgefuerdert ginn hiert eegent Zëmmer op eng kreativ Manéier duerzestellen a Form vun enger 3-D Maquette. De Raphaël mécht scho fir d‘Zweet bei engem MNHA-Atelier mat; eng Erfarung déi hie mat Freed widderholl huet.

„DAT WAR GANZ FLOTT. ET HUET MIR SPAASS GEMAACH. ECH GÉIF GÄREN DAT OCH ERËM DOHEEM NOBASTELEN.“ RAPHAËL, 10 JOER 01 ‘ 2015 museomag

21


INTO THE TOWER OF POWER

© éric chenal

SECOND LIFE - VIRTUAL VISIT OF FORT THÜNGEN

“Second Life” is a free workshop for adults and teenagers: just climb the stairs of the tower at the entry of the M3E and take a virtual journey into the past.

Dusty objects in dark display cases and you can only stand in front of it all quietly. That is the sort of thing Musée Dräi Eechelen has declared war on! Let artist Pit Vinandy take you back to 1867, just before the demolition of Luxembourg’s fortress, during his interactive virtual visit of the Fort Thüngen.   When I meet Pit at Musée Dräi Eechelen, he leads me through a glass door opposite the reception, up a winding staircase and to a small, round tower. It contains 12 computers, and it sounds like Pit is using a microphone – he later tells me that the acoustics of the round room create a sort of instant surround sound. This allows you to dive entirely into the past for a while, because the programme includes not just a reconstruction of the fortress and characters in accurate historical dress, but also sounds of birds and gunshots!

22

museomag 01 ‘ 2015

AVATARS - THE PUPPETS OF THE 21ST CENTURY After a short introduction to Second Life, you will take over the role of one of 11 characters. Except for a female nurse, they are all male soldiers and part of the corps de chasseurs luxembourgeois, the Luxembourg army at the time. At the start, you get an information sheet telling you what your name, military experience and friendships are, and what to do. Once you’ve learnt how to shoot, you’re free to make your avatar do whatever you want – it’s what Pit calls ‘the ultimate puppet play’. You can have a stroll through the castle, chat to your fellow soldiers in the castle, ride your horse, fight duels to impress the nurse… the story is yours to create! If you have enough time, it is possible to build a character from scratch – you can come back to the computer room at Musée Dräi Eechelen any time, or you can access your avatar from any PC or Android device in the world.


EXPERIENCE

Second Life is not a game, Pit hastens to underline in the course of our conversation. There are no missions to complete, no points to collect. Instead – and this is what Pit loves about it – it is about creating a story yourself and putting yourself in the shoes of someone who lived in the nineteenth century. His representation of the fortress, uniforms and weapons are well-researched. Take a close look at the hats the soldiers are wearing and try to find the real thing during your museum visit! And unlike most computer games, it does not feature a map to check where you are, ‘because you wouldn’t have that in real life either. We tried to keep it as realistic as possible.’   My question about when this story is set is quickly answered. The year is 1867. Not 1866, not 1868. And he explains why: ‘It’s just before the demolition of the fortress. It’s an intermediate phase.’ Following the museum’s overall aim, it shows how Luxembourg slowly developed a national identity, with its own culture and its own army. ‘And’, he adds, ‘in 1867, it wasn’t razed yet and everything was still there. But it was also the final phase of the fortress. It was never as beautiful as in 1867, neither before nor after.’   Drop in on Sunday afternoons for open workshops. Check the Facebook page Fort Thüngen Virtuel to keep up to date! The event is ideal for anyone from 14 years onwards, but also bookable for Cycle 4 upwards. Liz Louis Next free workshops (from 2 p.m. to 6 p.m.) with Pit Vinandy on Sunday the 4th and 11th of January, the 1st, 8th, 15th and 22nd of February, as on the 22nd of March 2015.

Glisse dans la peau d’un soldat du corps de chasseurs luxembourgeois et découvre la forteresse à son apogée, en l’an 1867. Monte à cheval et apprends à utiliser des fusils et canons historiques. Crée toimême l’histoire de ton personnage au cours une visite virtuelle du Fort Thüngen, lors d’un de nos ateliers ouverts à tous, et accèdes-y à tout moment par la suite après avoir créé ton compte… Idéal pour adolescents de 14 ans et plus. Prochains ateliers ouverts (de 14 à 18 h) avec Pit Vinandy les dimanches 4 et 11 janvier, 1er, 8, 15 et 22 février ainsi que le 22 mars 2015. 01 ‘ 2015 museomag

23


LE MURMURE DES MURS

© éric chenal

PORTRAIT PHOTOSENSIBLE D’ERIC CHENAL

Une des images témoignant de l’expérience « in situ » du photographe au coeur du chantier de l’aile Wiltheim.

« J’AI EU COMME UNE RÉVÉLATION À TRAVERS L’OMNIPRÉSENCE DU VOILE : QUELQUE CHOSE QUI CHERCHAIT À SE DÉCHIRER... » ENTRETIEN AVEC LE PHOTOGRAPHE ÉRIC CHENAL, QUI DÉVOILERA SES RÉVÉLATIONS AU GRAND PUBLIC LE 19 MARS. Photographe à la réputation solidement ancrée au Grand-Duché, bien connu des milieux culturels pour avoir réalisé des travaux d’auteur dans différents musées et bâtiments architecturaux, Eric Chenal s’est vu proposer un travail de documentation très personnel sur les travaux de réhabilitation dans les maisons patriciennes adjacentes au MNHA. Ses Révélations constitueront l’un des points d’orgue de la réouverture de l’aile Wiltheim, le 19 mars 2015.   « Ce n’était pas un lieu très accueillant d’emblée, je me suis parfois senti inquiété », confie sans détour Eric Chenal au sujet de l’aile Wiltheim, vécue comme une « cellule » d’incubation. Corps étranger au milieu de divers corps de métiers, Eric néanmoins persévère, à l’écoute de ce que cette demeure lui réverbère. Le 24

museomag 01 ‘ 2015

photographe travaille sur le mode de l’empathie : « Un lieu fait toujours écho à ce qui nous constitue. » De fait, un élément central aura raison de son appréhension : « J’ai eu comme une révélation à travers l’omniprésence du voile : quelque chose qui cherchait à se déchirer. » Cette obsession, il la fera imprimer sur du tarlatane – de la toile de chantier -, faisant ainsi écho à ces bâches comme pour mieux dévoiler le fruit de son immersion dans ce qu’il nomme « l’espace intérieur », en référence à un titre éponyme du philosophe et poète français Jean-Louis Chrétien, autre révélation qui l’a profondément nourri et conforté tout au long du parcours artistique et intime entamé pour être au plus près de soi. UNE COSMOGONIE RÉVÉLÉE PAR LE COLLECTIF « Ces Révélations traduisent mon cheminement, un travail personnel du dessaisissement de soi », poursuit-il. Une expérience que traduisent au final 30 images sélectionnées et mises en scène avec la complicité d’un tandem : l’architecte-infographiste Bernard Randaxhe et le photographe-scénographe Antonin Pons Braley. Le concept scénographique préconise un « livrable léger  aux fins d’une installation nomade, autonome et


MAIN DANS LA MAIN

déployable », conçue pour intégrer les lieux sans que ceux-ci n’aient à souffrir des séquelles habituelles d’une telle entreprise. L’un des espaces les plus résonnants sera la salle au retable avec l’installation en son sein d’une héliogravure, « qui se déploie de la matrice à l’estampe ». Une commande passée par Eric Chenal à Fanny Boucher, à la tête de Hélio’g, seul atelier à pratiquer l’héliogravure de façon artisanale en France. Et d’insister : « Ce triptyque sera emblématique des mouvements complémentaires de poussée et de rentrée à l’œuvre » - entendez d’immanence et de transcendance -, tout comme le tarlatane est appelé, par sa matérialité, à être déployé et rassemblé comme un langage évocateur de son « intériorité ». « Mes photos n’ont fait que poser des jalons. Seule l’intervention conjointe d’Antonin, de Bernard et de Fanny permet d’illustrer la cosmogonie à l’oeuvre dans ces images. »   A la fin de notre échange, pour illustration de la présente, nous lui demandons une photo de lui-même sur les lieux de son intervention. « Avec plus de 80 images [Révélations] qui me dessinent en creux, vous faut-il vraiment un auto-portrait? », me lance nonchalamment l’artiste, dubitatif quant à ma requête de « communication ». Il finira par s’exécuter, mais sur le mode du pied de nez, matérialisant son ombre in situ. Ainsi en va-til d’Eric Chenal, renvoyant une image insaisissable par pudeur de laisser des traces de sa propre traversée.

AVEC LA PHILHARMONIE.

Le Musée Dräi Eechelen, partenaire du programme pour bambins « Bout’chou » (3–5 ans), met son auditorium à disposition des musiciens invités pour une série d’activités pluridisciplinaires orchestrées au rythme des saisons. Vos tickets vous donnent accès aux salles d’exposition les jours de représentations « Bout’chou » au Musée Dräi Eechelen. Prochains rendez-vous : « Wanter / Hiver / Winter » les 17 janvier à 15 heures (en anglais) et 18 janvier (en luxembourgeois) à 10 h 30 et 15 heures ; « Fréijoer / Printemps / Spring » le 7 février à 15 heures (en anglais) et le 8 février (en luxembourgeois) à 10 h 30 et 15 heures. www.philharmonie.lu

AVEC HISTOIRE URBAINE.

« Mieux vivre sa ville en connaissant son passé ! » : tel est le leitmotiv de l’historien Robert L. Philippart, président de la société luxembourgeoise d’histoire urbaine (SLHU). En partenariat avec nos musées, cet arpenteur chevronné du tissu urbanistique vous propose neuf déambulations à ciel ouvert de 90 minutes chacune sur le thème « Patrimoine d’architecture et d’urbanisme au Luxembourg ». Le programme pour 2015 est rassemblé dans un dépliant, gratuitement disponible à l’accueil du MNHA et du M3E. http://robertphilippart.eu/agenda.htm

Sonia da Silva Révélations, du 20 mars au 12 avril 2015. au MNHA / Aile Wiltheim

Auto-portrait en pied de nez

AVEC EMPREINTE. Le MNHA et l’atelier de gravure Empreinte se sont associés pour mettre périodiquement en vitrine le travail des membres de ce groupe artistique. En leur mettant à disposition une surface d’exposition au niveau de son shop, le musée donne ainsi l’occasion aux visiteurs de mieux se familiariser avec cette ancienne technique d’impression qui à l’ère du digital fascine toujours autant. Trois membres-graveurs sont périodiquement à l’honneur. Un portfolio ainsi qu’un tiroir-vitrine permettent à l’intéressé d’avoir un plus large aperçu sur le travail des artistes à l’honneur mais également sur celui d’autres membres d’ « Empreinte ». http://atempreinte.tripod.com/ 01 ‘ 2015 museomag

25


26

museomag 01 ‘ 2015


« L’APPEL DU REGARD » D’ÉRIC CHENAL

01 ‘ 2015 museomag

27


WORKS IN PROGRESS

BILLETS DRÔLES ET DOUX. Silhouette élancée et port hiératique, frange droite au-dessus de lunettes larges, Stina Fisch est une artiste de grande indépendance, qui croque la vie avec esprit et espièglerie. Ses traits, d’un minimalisme étincelant, brillent par ce léger décalage qui force irrésistiblement le sourire, nous invitant à marquer un salutaire temps d’arrêt. Conviée par le musée à mettre son art au service des tickets d’entrée, objets triviaux et jetables, l’artiste fut séduite par le paradoxe et accepta de « relooker » les billets du MNHA et du Musée Dräi Eechelen. Commande lui fut faite de dessiner vingt objets emblématiques de nos collections. Retranchée dans son nouvel atelier rue Michel Rodange, une pièce monacale où thé japonais et Bach selon Avi Avital peuplent un cadre de travail ritualisé comme une cérémonie zen, elle a posé un regard frais sur l’échantillon patrimonial à représenter, parvenant à imprimer son style et son humour sur de banals « reçus » et à leur conférer une noblesse insoupçonnée. Ces billets, à la fois doux et drôles, seront en circulation dès le 1er janvier 2015 : gageons que ces consommables deviendront rapidement des « collectors ». www.stinafisch.com

Artiste discret aux talents multiples, le bien-nommé Misch Feinen est un admirable touche-à-tout : producteur d’images, de formes, de sons et de textes, il mène au quotidien une exploration artistique à vases communicants, convaincu que la pratique d’une discipline stimule une autre par fécondation mutuelle, et que ce qui compte c’est l’art de forger, continuellement. Après avoir été graphiste au service d’une agence, il a osé l’indépendance pour devenir maître de son temps et mieux s’adonner à ses passions, qu’il résume comme ceci: Kucken, kritzelen, klicken, knipsen, klappen, à travers une insistante exploration du patrimoine industriel. Invité par le MNHA à mettre son regard de graphiste au service d’une meilleure communication visuelle des activités de nos musées, il a conçu l’identité du magazine que vous tenez entre vos mains. A coups de clics et de déclics, il a déployé un langage très personnel, orchestrant typographie, couleurs et images dans la conviction que la communication des arts présuppose un art de la communication. www.mischfeinen.com

+ DE LISIBILITÉ.

28

museomag 01 ‘ 2015


BON A SAVOIR

Si vous êtes prochainement à Paris, et que vous avez le mal du pays, faites donc un saut au Centre Georges Pompidou où un tableau de notre peintre national Joseph Kutter (1894-1941) s’y trouve actuellement exposé. Il s’agit de L’homme au doigt coupé (1930), toile appartenant à la collection du CGP, actuellement à l’affiche du nouvel accrochage permanent « Modernités plurielles 1905-1970 ».

© Jean-Claude Planchet Centre Pompidou, MNAM-CCI

UN LUXEMBOURGEOIS À POMPIDOU.

WELCOME !, BEM-VINDO ! Par-delà les visites guidées régulières en français ( jeudi à 18 h), en luxembourgeois (samedi à 11 h) et en allemand (dimanche 15 h), le service éducatif du musée vous propose désormais, dans le cadre de son exposition temporaire « Imperium Romanum », un lot de visites guidées en anglais et en portugais qui ont lieu le dimanche à 16 heures (lire le détail dans notre agenda). RENC'ART WORK OF THE MONTH AT MNHA.

En complément aux traditionnelles visites régulières, «  Renc’Art  » propose d’explorer tous les mois une œuvre en particulier : outre une analyse détaillée de l’objet d’art, ce coup de projecteur vise à engendrer un regard toujours neuf sur les collections nationales et, par là même, à en stimuler la réception. Cette formule, jusqu’ici déclinée en français et en allemand, aura lieu trois fois par mois à partir du 1er janvier 2015 avec une introduction en anglais par Vera Herold.

A VOS APPAREILS PHOTOS! L’année 2015 amène son lot de bonnes nouvelles au MNHA. Par l’accès libre et gratuit aux collections permanentes, le musée vous encourage à venir vous familiariser plus régulièrement avec les collections permanentes du musée. Il vous autorise aussi à prendre en photo les objets et œuvres d’art exposés dans ces salles. Dès lors que les règles élémentaires du droit d’auteur et de la vie privée sont respectées, il vous appartient de diffuser vos photos/vidéos et de partager ainsi vos coups de cœur. N’hésitez pas à poster les souvenirs de votre passage sur notre page facebook : www.facebook.com/museenational

01 ‘ 2015 museomag

29


LE MNHA HORS LES MURS

 Dans le cadre de la grande rétrospective ERRÓ au Musée d’art contemporain à LYON, plus de 250 œuvres choisies dans les collections publiques et privées d’Europe sont actuellement exposées - dont une issue des collections du MNHA. L’œuvre prêtée s’intitule L’appétit est un crime, une toile que l’artiste islandais, établi depuis 1958 à Paris, a réalisée en 1963. A voir jusqu’au 22 février 2015. www.mac-lyon.com Le Japon accueille actuellement La pointe SaintPierre à Saint-Tropez (1896), une toile de THÉODORE VAN RYSSELBERGHE (1862-1926) dans le cadre d’une exposition itinérante « Néo-impressionnisme De la lumière à la couleur » qui se tient d’abord jusqu’au 12 janvier 2015 au Musée d’art Abeno Harukas (Osaka), puis du 24 janvier au 29 mars 2015 au Tokyo Metropolitan Art Museum, à TOKYO. www.tobikan.jp/en Deux créations de PIERRE BLANC (1872-1946) – Le marché noir (toile) et L’Invasion allemande (dessin) -, sont actuellement montrées dans le cadre de l’exposition „Der Erste Weltkrieg in der Luxemburger Literatur“ au Centre national de littérature (CNL) à MERSCH – à voir jusqu’au 18 septembre 2015. www.cnl.public.lu À l’occasion du cinquantenaire de la disparition de ROGER BISSIÈRE (1886-1964), le Musée de Lodève et le Musée des Beaux-Arts de BORDEAUX se sont associés pour présenter, en étroite collaboration avec la famille de l’artiste, une exposition conjointe : « Bissière, figure à part ». Après avoir été à l’affiche à Lodève, elle est actuellement présentée à Bordeaux à la Galerie des Beaux-Arts. Parmi les quatre-vingt-cinq tableaux sélectionnés figure une toile de nos collections : Gris et violet (1957). www.musba-bordeaux.fr  Autre toile des collections du MNHA à s’offrir un bain de soleil dans le sud de la France : La terrasse n° 5 de MONORY, acrylique sur toile de grand format (150,5 x 320,2 cm), signée, datée et intitulée au revers (MONORY 1989 N°819 « LA TERRASSE N°5 »). Cette pièce vient rehausser une exposition à caractère rétrospec-

30

museomag 01 ‘ 2015

tif sur Jacques Monory, artiste contemporain majeur à l’œuvre singulière, marquée par l’utilisation récurrente d’une couleur : le bleu. Cette exposition rassemble plus de 150 pièces (tableaux, films, photographies, gravures, objets) qui témoignent de son parcours. « Jacques Monory » est à l’affiche du Fonds Hélène et Edouard Leclerc (FHEL) pour la Culture à LANDERNEAU (aux Capucins) jusqu’au 17 mai 2015. www.fonds-culturel-leclerc.fr Photo : MNHA / Tom Lucas

LE MNHA PRÊTE RÉGULIÈREMENT DES OBJETS DE SES COLLECTIONS DANS LE CADRE D’EXPOSITIONS À LUXEMBOURG ET À L’ÉTRANGER. VOICI UN APERÇU D’OEUVRES EN CIRCULATION.

Jacques Monory : « La terrasse n° 5 », 1989, acrylique sur toile, 150,5 x 320,2 cm, Collection du Musée national d’histoire et d’art Luxembourg (MNHA)

 Le Bacchus, Vénus et l’Amour de ROSSO FIORENTINO (1494-1540) s’offre une nouvelle tournée internationale. Après avoir été à l’honneur de l’exposition „Pontormo and Rosso Fiorentino. Divergenti vie della « maniera »“, au Palazzo Strozzi à Florence, ce chefd’œuvre du maniérisme sera en vedette au Museu nacional de Arte Antiga à LISBONNE dans le cadre du programme intitulé « Guest Work / Obra convidada » visant à inviter à Lisbonne des œuvres phares de collections de référence. Vernissage à Lisbonne le 22 janvier 2015 en présence de la Ministre de la Culture, Maggy Nagel. Parallèlement, le MNHA accueille, en guise de reconnaissance de ce prêt, le Mariage mystique de Sainte Catherine (1650-1655) de Bartolomé Esteban Murillo (1618-1682) - à découvrir au troisième étage dans les salles dédiées à l’art ancien, en lieu et place du Rosso Fiorentino. L’accrochage sera complété par une Sainte-Famille, don prestigieux fait au MNHA en 2014 d’une œuvre de la main de Francisco Meneses Osorio (1630–1705), qui n’était autre que l’élève de Murillo. Vernissage le 29 janvier à 18 heures. Cet échange d’œuvres dure jusqu’au 10 mai 2015. www.museudearteantiga.pt


HEURES D’OUVERTURE ~ ÖFFNUNGSZEITEN ~ OPENING HOURS Lundi fermé Mardi - Mercredi 10 h - 18 h Jeudi 10 h - 20 h (17 -20 h gratuit) Vendredi - Dimanche 10 h - 18 h Montag geschlossen Dienstag - Mittwoch 10 - 18 Uhr Donnerstag 10 - 20 Uhr (17-20 Uhr gratis) Freitag - Sonntag 10 - 18 Uhr Monday closed Tuesday - Wednesday 10 am - 6 pm Thursday 10 am - 8 pm (5 - 8 pm free) Friday - Sunday 10 am - 6 pm

Lundi et Mardi fermé Mercredi 10 h - 20 h (17 -20 h gratuit) Jeudi - Dimanche 10 h - 18 h Montag und Dienstag geschlossen Mittwoch 10 - 20 Uhr (17-20 Uhr gratis) Donnerstag - Sonntag 10 - 18 Uhr Monday and Tuesday closed Wednesday 10 am - 8 pm (5 - 8 pm free) Thursday - Sunday 10 am - 6 pm

VISITES GUIDÉES ~ FÜHRUNGEN ~ GUIDED TOURS Visiteurs individuels ~ Einzelbesucher ~ Single visitors Français Lëtzebuergesch Deutsch English Português

jeudi 18 h (gratuit) Samschdeg 11 Auer (+ Entrée) Sonntag 15 Uhr (+ Eintritt) Some Sundays 4 p.m. (+ admission) Em alguns domingos às 16 horas (+ingresso)

Français Deutsch English

mercredi 18 h (gratuit) Sonntag 15 Uhr (+ Eintritt) available upon request

Groupes ~ Gruppen ~ Groups (≥10) uniquement sur demande | nur auf Anfrage | available upon request 60 € (+ entrée ~ Eintritt ~ admission) Infos et réservations: T (+352) 47 93 30 – 214 | F (+352) 47 93 30 – 315 service.educatif@mnha.etat.lu

TARIFS ~ EINTRITTSPREISE ~ ADMISSION FEES adultes ~ Erwachsene ~ adults 7€ groupes ~ Gruppen ~ groups ≥ 10 5 € / personne ~ Person ~ person familles ~ Familien ~ families 10 € <21 Amis des musées, ICOM gratuit ~ gratis ~ free <26 étudiants ~ Studenten ~ students gratuit ~ gratis ~ free

adultes ~ Erwachsene ~ adults 5€ groupes ~ Gruppen ~ groups ≥ 10 3 € / personne ~ Person ~ person familles ~ Familien ~ families 8€ <21 Amis des musées, ICOM gratuit ~ gratis ~ free <26 étudiants ~ Studenten ~ students gratuit ~ gratis ~ free

Accès libre aux collections permanentes Free admission for the permanent exhibition Freier Eintritt in die Dauerausstellung

MNHA edy

Kenn hn F. ue Jo

Philharmonie

Aven

MUDAM theim

s Wil

ule Rue J al

Roy Blvd

Rue Wilth

eim

Marché-aux-Poissons L – 2345 Luxembourg www.mnha.lu M3E 5, Park Dräi Eechelen L – 1499 Luxembourg www.m3e.lu

usen

e Cla

ée d Mont

Rue de la boucherie Palais Grand-Ducal

01 ‘ 2015 museomag

31


Illustrations: Stina Fisch.

ENVIE DE VOUS FAMILIARISER PLUS RÉGULIÈREMENT AVEC LES COLLECTIONS PERMANENTES DU MNHA ?

NE VOUS EN PRIVEZ PAS : L’ENTRÉE EST DÉSORMAIS GRATUITE !

Profile for MNHA

MUSEOMAG 01 | 2015  

MUSEOMAG, la brochure programmatique du MNHA, illustre la vie muséale sous toutes ses facettes et paraît quatre fois par an. MUSEOMAG, das...

MUSEOMAG 01 | 2015  

MUSEOMAG, la brochure programmatique du MNHA, illustre la vie muséale sous toutes ses facettes et paraît quatre fois par an. MUSEOMAG, das...

Profile for mnha