Page 1

Musée national d‘histoire et d‘art

Musée Dräi Eechelen

02 2019


SOMMAIRE

2

Impressum & abonnements

3

Editorial

4-5

Le corps à l’épreuve de l’objectif et du subjectif «Bodyfiction(s)»: thème de la 7e édition du Mois européen de la photographie

6-7

«Moneta luxemburgensis»: Improving an old collection New light on the Luxemburg coins thanks to digitization

8-9

Einmal Carlsruhe und zurück Die abenteuerliche Reise eines Kanonenrohrs

10

„Et wor emol e Kanonéier“ E Lidd vum Dicks als Namensgeber fir d’Ausstellung

11

I’ FREE! La forteresse prise par la gratuité

12-13

Au chevet des œuvres d’art Étude matérielle, restauration et liens affectifs: causerie entre collègues

14-15

Un souffle de liberté À partir du 30 avril, le MNHA revient sur l’émergence des Sécessionnistes luxembourgeois

16-17

L’appel du regard d’Éric Chenal

18-21

L’art ancien plus riche qu’hier Analyse de trois acquisitions récentes grâce au soutien de la Fondation La Marck

22-24

Out of Africa ? Rapport sur les collections exotiques du MNHA

25

Budding Artist

26-27

Early Chinese wisdom that is still valid today Anne Havik invites you to dive into China’s “bible“ in the frame of the workshop “I Ching”

28-29

Luxembourg For Kids Säit Ufank Mäerz proposéiert den MNHA e fuschneie Parcours fir Kanner ab 6 Joer

30

Bon à savoir

31

Heures d‘ouverture, tarifs, plan d‘accès

MUSEOMAG,

la brochure d’information du MNHA, est disponible à l’accueil de nos deux musées ainsi que dans différents points de distribution classiques à l’enseigne «dépliants culturels». Si vous préférez recevoir ce périodique accompagné de son agenda, le , dans votre boîte aux lettres, abonnezvous gratuitement en nous adressant un simple mail avec vos coordonnées à

musee@mnha.etat.lu Le MNHA est un institut culturel du Ministère de la Culture.

IMPRESSUM MUSEOMAG, publié par le MNHA, paraît 4 fois par an. Charte graphique: © Misch Feinen Coordination générale: Sonia da Silva Couverture et mise en page: Gisèle Biache Détails de la couverture: - à gauche: SMITH, Sans titre #17, Série SATURNIUM, 2017 © Smith, Courtesy Galerie Les filles du calvaire. - à droite: Philipp-Karl Freiherr von Pfortzheim (1742-1793), copie d’après Giovanni Battista Lampi le Jeune (1775-1837), huile sur toile, 19ème siècle, 35 x 30.5 cm, MNHA/M3E. Photographie: Éric Chenal Impression: Imprimerie Heintz, Luxembourg Tirage: 8.500 exemplaires Distribution: Luxembourg et Grande Région S‘abonner gratuitement via mail: musee@mnha.etat.lu ISSN : 2418-3962


EDITORIAL SEHR GEEHRTE LESERINNEN UND LESER, Mit dem sich ankündigenden Frühling nehmen auch das MNHA und M3E wieder Fahrt auf. So eröffnete das MNHA bereits am 14. Februar seine Ausstellungssaison 2019/2010 mit der ersten monographischen Ausstellung zu einem der bedeutendsten Barockmaler der spanischen Niederlande, Theodor van Loon. Auch zu dieser Ausstellung erwartet Sie ein abwechslungsreiches Rahmenprogramm mit Vorträgen und Führungen (siehe ). Mehr über die Restaurierung einiger Gemälde im Vorfeld der Ausstellung erfahren Sie auf zudem auf S. 12-13. Im Jahr 1929 – also vor genau 90 Jahren – kam es in der kleinen luxemburgischen Kunstszene zu einem Eklat: der zweite Salon de la Sécession bot einer Handvoll Künstler – unter ihnen Joseph Kutter – eine Bühne, um ihre Ablehnung sowohl der akademisch geprägten Tradition wie auch des Impressionismus öffentlich zur Schau zu stellen. Im MNHA würdigen wir ab dem 30. April dieses wichtige Ereignis und die beteiligten Künstler durch eine spezielle Hängung in den beiden Kutterräumen (S. 14-15). Ab dem 17. Mai erwartet Sie dann am Fischmarkt zeitgenössische Fotokunst at its best. Auch bei der 7. Ausgabe des European Month of Photography (EMOP) ist das MNHA wieder ganz vorne mit dabei. Unter dem Titel Bodyfiction(s) widmet sich die diesjährige Auflage des EMOP der Thematik des Körpers in der Fotografie. Die Ausstellung im MNHA gibt dabei besonders der weiblichen Perspektive breiten Raum. Der Feminismus stellt die bis heute männlich dominierte Sichtweise auf den menschlichen – und insbesondere den weiblichen – Körper grundsätzlich in Frage und verändert dessen Darstellung radikal (S. 4-5). Neben diesen neuen Projekten ist im MNHA auch die große Ausstellung zu den Ursprüngen der chinesischen Zivilisation noch bis Ende April zu sehen. Sie erfreut sich eines sehr großen Erfolgs und gehört zu den meistbesuchten Ausstellungen der letzten Jahre. In diesem Zusammenhang möchte ich Sie auch auf den Vortrag von Paul Lesch am 28. März zu China und den Chinesen im Spiegelbild Hollywoods sowie auf unsere Veranstaltungen zum I Ching, dem altchinesischen Buch der Verwandlungen, hinweisen (S. 26-27). Das M3E stellt in dieser Ausstellungssaison die Artillerie in den Vordergrund, deren Erfindung und Weiterentwicklung schließlich die Ursache für die Entwicklung des neuzeitlichen Festungsbaus und damit auch für Entstehung und Ausbau der Festung Luxemburg darstellten. Erste Informationen über die neue Sonderausstellung Et wor emol e Kanonéier –

L’artillerie au Luxembourg und ihren Zusammenhang mit der berühmten Mumm Séiss erhalten Sie auf Seite 8-10. Auch in diesem Heft bieten wir Ihnen einen Blick hinter die Museumskulissen. Dabei richten wir den Fokus dieses Mal auf die wissenschaftliche Bearbeitung unserer umfangreichen Sammlungsbestände. So erfahren Sie auf Seite 6-7 mehr zur Digitalisierung unserer luxemburgischen Münzsammlung. Auf S. 2224 berichtet Museumskonservator Régis Moes über die aktuelle internationale Debatte zu Objekten aus kolonialem Kontext in den europäischen Museen und die Aufarbeitung unserer eigenen kolonialen Bestände. Dass wir unsere Sammlungen auch in Zeiten knapper Ankaufsbudgets erweitern können, verdanken wir vor allem großzügigen Schenkungen sowie der Unterstützung einiger Mäzene. Eine herausragende Stellung kommt dabei seit mehreren Jahren der Fondation La Marck zu, einer Stiftung im Rahmen der Fondation de Luxembourg. Drei wichtige mit ihrer Hilfe angekauften Werke stellen wir ab Seite 18-21 vor. In den letzten Ausgaben unseres museomag konnten wir Sie über unsere Aktivitäten anlässlich des Europäischen Jahres des Kulturerbes 2018 informieren, an dem MNHA wie M3E regen Anteil genommen haben. Vor kurzem konnten wir mit Luxembourg for Kids die letzte unserer Aktionen der Presse vorstellen: ein neuer interaktiver Rundgang durch das gesamte MNHA für Kinder ab 6 Jahren und ihre ganze Familie. Mit Wulles, dem (netten) Wilden Mann des MNHA, in vier Sprachen (Luxemburgisch, Englisch, Deutsch und Französisch) jederzeit und kostenlos verfügbar. Mitmachen lohnt sich, denn für unsere jungen Besucher gibt es zum Abschluss noch ein kleines Andenken! Abschließend möchte ich es nicht versäumen, Sie herzlich zur zweiten Ausgabe der Luxembourg Museum Days am 18. und 19. Mai einzuladen. Unter diesem neuen Label präsentieren die Staater Muséeën und zahlreiche weitere Museen im ganzen Land sich seit letztem Jahr dem Publikum. Freuen Sie sich auf freien Eintritt und ein reiches Angebot an Aktivitäten. (www.luxembourgmuseumdays.lu) Wir freuen uns auf Ihr zahlreiches Erscheinen!   Auf bald im Museum, Ihr MICHEL POLFER MUSEUMSDIREKTOR

02 ‘ 2019 museomag

3


LE CORPS À L’ÉPREUVE DE L’OBJECTIF ET DU SUBJECTIF

© annelie vandendael

«BODYFICTION(S)» : LE MNHA PROPOSE UNE VISION TRÈS FÉMININE DU CORPS DANS LE CADRE DE LA 7e ÉDITION DU MOIS EUROPÉEN DE LA PHOTOGRAPHIE

Annelie Vandendael, une photographe de mode qui produit des images très colorées teintées par une distanciation amusée.

Dans le cadre d’une collaboration internationale de Café-Crème asbl avec le réseau EMOP (European Month of photography asbl), qui regroupe les institutions dédiées à la photographie de huit capitales européennes (Athènes, Berlin, Bratislava, Budapest, Ljubljana, Luxembourg, Paris et Vienne), le Luxembourg décline cette année en plusieurs volets complémentaires la 7e édition du Mois européen de la photographie dédiée au thème «Bodyfiction(s)», visibles au MNHA, au Casino Luxembourg, au Cercle Cité – Ratskeller, à la Villa Vauban et à l’Abbaye de Neumünster. La septième édition du Mois européen de la photographie s’est donnée comme fil conducteur le corps dans 4

museomag 02 ‘ 2019

la photographie. Un thème que reprend l’exposition au MNHA en accordant une large place à une vision féminine. Les arts visuels et particulièrement la photographie exploitent le sujet depuis longtemps mais l’évolution récente des mœurs a considérablement bouleversé les approches artistiques notamment sous l’influence du féminisme.

DÉCONSTRUIRE ET INVENTER DE NOUVEAUX MONDES

La sélection photographique présentée au MNHA est caractérisée par la fragmentation et la dislocation du corps: sujet quasi obsessionnel qui semble refléter un


EXPOSITION TEMPORAIRE

À BAS LES CLICHÉS

C’est ainsi que Maisie Cousins s’intéresse particulièrement à l’univers de la beauté féminine, à dominante érotique ou consumériste, pour contester les clichés habituels sur la féminité et la séduction. Les œuvres de Juno Calypso se situent dans le prolongement de celle-ci. Le décor de ces images est celui d’un film noir alors même que c’est la couleur rose qui domine. La Japonaise Izumi Miyazaki est proche de l’humour glacial d’un Alfred Hitchcock. Elle nous propose des images de jeunes filles à la fois mignonnes et cruelles dans des situations où elles risquent de perdre la tête au sens propre comme au figuré. Un univers également en décalage est celui de Mike Bourscheid : en explorant tous les registres de la mise en scène, du clownesque au tragique, l’artiste se prête aux déguisements les plus absurdes, en jouant sur la scène d’un théâtre fictif les cowboys mélancoliques ou les anti-héros burlesques. Dans un autre registre – mais toujours dans un monde bizarre et en rupture avec la réalité –, les images de Weronika Gęsicka détournent les photographies des années 1950 et 1960. Retravaillées par l’artiste, ces images de familles modèles américaines à caractère publicitaire se transforment en un monde étrange. En cela elle est proche de l’Autrichienne Mira Loew qui représente des jeunes femmes dont la chevelure a remplacé le visage. Négation du portrait traditionnel, ces anti-portraits nous apparaissent comme un mauvais rêve. Quelques artistes explorent le monde de la mode. C’est le cas d’Eva Schlegel qui trouve les idées pour ses œuvres dans les images des magazines de mode le plus souvent. Elle les re-photographie, brouille le sens, ne laisse subsister que des silhouettes. Quant à Caroline Heider, elle plie manuellement des photographies de grands photographes – comme les photos de mode

de Steichen – tirées de magazines, modifiant ainsi leur forme, leur contenu et donc leur message. La Suédoise Eva Stenram reprend avec ironie le thème de la séduction et du désir en retravaillant les images de pin-up pour de nouveau cacher l’objet du désir au lieu de le révéler. Une approche qui peut ressembler à celle d’Annelie Vandendael, autre photographe de mode qui produit des images très colorées teintées par une distanciation amusée. Dans un genre plus austère, Claudia Huidobro se met en scène sans laisser voir sa tête et donnant la parole exclusivement au corps dans un espace nu. Avec Smith, on entre dans un univers onirique caractérisé par la polarisation du corps hésitant entre le genre masculin ou féminin. Ces images illustrent peut-être le mieux la nouvelle vision que l’art porte sur le corps en effaçant ou en brouillant les catégories et les idées préconçues. Paul di Felice et Pierre Stiwer (Café-Crème asbl), organisateurs de EMOPLUX 2019 et commissaires des expositions L’exposition temporaire «Bodyfiction(s)» sera à l‘affiche du MNHA du 18 mai au 29 septembre Vernissage le vendredi 17 mai à 19 heures. © éric chenal

malaise persistant avec les rôles de genre. En effet, plus proche de l’art contemporain, héritière du Body Art, la génération de jeunes photographes, plutôt que de parler de nu, revendique la notion de corps sous toutes ses représentations, des plus monstrueuses au plus esthétiques. Dans notre société où la représentation de soi occupe une place importante et où les images sont fréquemment l’expression d’un narcissisme clairement affiché, la photographie devient alors un outil pour déconstruire et inventer de nouveaux mondes. D‘où le titre de «Fictions corporelles» – Bodyfiction(s) – que nous avons choisi pour couvrir un large éventail de photographies qui abordent principalement le sujet de la représentation.

02 ‘ 2019 museomag

5


«MONETA LUXEMBURGENSIS»: IMPROVING AN OLD COLLECTION © éric chenal

NEW LIGHT ON THE LUXEMBURG COINS THANKS TO DIGITIZATION

Regularly, some objects are removed temporarily from their showcases in the permanent collection for study and for taking pictures, of course.

The MNHA is constantly trying to make its collections most accessible thanks to a myriad of initiatives. Digitizing collections and displaying them online are at the heart of several ongoing projects. The Coin Cabinet, in close collaboration with the Digital Section of MNHA, is running one of them, called Moneta luxemburgensis. It aims to make available a large part of the coins struck in Luxembourg from the Middle Ages to the introduction of Euro in 1999. The coins can soon be consulted on MNHA Collections, a new digital gateway to all the numeric contents of the Museum.

PICTURES, COINS AND METADATA The first step of the project involves the production of photographs of 300 coins extracted from the Luxembourg coin collection. However, the beautiful specimens from a collection of nearly 1.500 coins need selecting. Regularly, some objects exhibited in the permanent collection are removed from their showcases for study and for taking pictures, of course. Once this delicate operation is carried out, the coins are described and we feed information into 6

museomag 02 ‘ 2019

a database. This can take some time… not only by checking and captioning pictures but also by carrying out the necessary research in order to bring all the knowledge on the object together: description, weight, dimensions, and provenance. Research is often intense, as the numismatic collection of the museum has come down to us from the Archaeological Society (Société Archéologique), the MNHA’s precursor, founded in 1845. This was the venerable first heritage institution of the Grand Duchy of Luxembourg, to be precise. In 1839, government advisor Jean Ulveling (1796-1878) donated 99 coins to the numismatic collection of the “Athénée de Luxembourg”, which was later taken over by the Archaeological Society. It grew rapidly from very modest beginnings thanks to numerous donations and dazzling discoveries made on the country’s territory. In 1927, the Archaeological Society deposited its collection in the Museum. A Grand-Ducal decree consecrates their inalienable nature. Today, the Coin Cabinet keeps more than 200.000 objects, thus being one of the largest of the MNHA’s collections.


DIGITIZATION

MORE THAN A DIGITAL PROJECT Highlighting its collection of Luxembourg coins provides the Coin Cabinet with a fabulous opportunity to study the heart of our numismatic collections that represent an invaluable heritage in depth. This „new generation“ cataloguing is part of a long tradition of transmitting knowledge at the example of coin collectors from previous centuries. Therefore, parallel to the encoding, a research project is carried out about one of the first catalogues of Luxembourg coins. The historian Jules Vannérus (1870-1974) from Diekirch and the Antwerp lawyer and collector Édouard Bernays (1874-1940) published it in 1908 (Histoire numismatique du comté puis duché de Luxembourg et de ses fiefs). Bernays gave his collection to the Coin Cabinet of Brussels and Vannérus to the Archives nationales de Luxembourg. These major series complete adequately the coins collection of the MNHA. A publication and an exhibition will illustrate their works as well as explore the new lights that digitized materials can offer to a numismatic collection. Cécile Arnould

02 ‘ 2019 museomag

7


EINMAL CARLSRUHE UND ZURÜCK

© éric chenal

DIE ABENTEUERLICHE REISE EINES KANONENROHRS

Die Ausstellung zeichnet die Entwicklung der Artillerie vom ausgehenden Mittelalter bis in die Moderne in Luxemburg nach.

Aus der mächtigen Festung Luxemburg haben sich nur drei Kanonen erhalten. Und keine einzige hat auch nur einen Schuss auf potentielle Feinde abgegeben! Im Gegenteil, ihren letzten Einsatz verdanken diese äußerst friedfertigen Exemplare ihrer Art einem außerordentlich freudigen Ereignis: 121 Salutschüssen zur Geburt von Großherzog Jean 1921. Carlsruhe und 1834 rahmen dekorativ den Zapfen am Ende der bronzenen Kanonenläufe ein, die mit einer Nummer und dem Gewicht in Pfund gekennzeichnet sind. Ein Rohr wiegt etwas weniger als der erste Fiat 500. Kein Schmuck ziert die Geschütze. Nichts weiteres als ihre Form geben die Dreipfünder preis. Eine Kanone steht in den Kasernen der Luxemburger Armee auf dem Herrenberg in Diekirch und eine weitere war bis zu den Renovierungsarbeiten in den Petrusskasematten aufgestellt. Die Dritte, die im Musée Dräi Eechelen zu sehen war, ist jüngst auf die Reise geschickt worden. Weitere sechs Exemplare, die in der gleichen Form gegossen worden waren und von denen die Luxemburger Freiwilligenkompagnie nach 8

museomag 02 ‘ 2019

dem Ende der Festung 1867 fünf übernahm, sind wohl wieder eingeschmolzen worden.

EINE NEUE LAFETTE Im beschaulichen Bensheim, das am Rande des Speckgürtels von Darmstadt liegt, wird nun nach historischen Maßstäben eine neue Lafette für das Rohr angefertigt. Dieter Ruppert ist Schreiner und auf „Spritzenräder, Wagenräder, Lafettenräder, Kanonenräder, Restaurierung alter Kutschen und Schlitten“ und das alles in „meisterlicher Handwerkskunst“ spezialisiert. Wahrlich einer der letzten seiner Art! Die „Schwester“ unserer Kanone, die in den Petrusskasematten stand, vermaß er bereits letztes Jahr mühsam und zimmerte originalgetreu für das Rohr ein neues Gestell samt geschwungener Räder. Mit denselben Maßen arbeitet er nun an der Herstellung einer weiteren Lafette für die Kanone aus den Dräi Eechelen, die für die neue Ausstellung Et wor emol e Kanonéier – L’artillerie au Luxembourg restauriert wird. Sie wurde Mitte Februar vom M3E mit einem Spezialtransport


WORK IN PROGRESS

dorthin transportiert. Denn sie soll nun aus ihrer Nischenexistenz ins Zentrum einer Sonderausstellung rücken. Wie und warum diese Kanonen nach Luxemburg gekommen sind, war bis vor Kurzem unbekannt. Dabei erzählen sie eine abenteuerliche Geschichte, die heute in Hessen ihre Fortsetzung findet. Im Jahr 1830 war in Belgien die Revolution ausgebrochen. Die preußische Besatzung der Festung Luxemburg wollte mit allen Mitteln verhindern, dass das Toben sich auf das Großherzogtum ausdehnte und rüstete sich für den Ernstfall. Zu diesem düsteren Anlass wurden unter anderem nach einigem Hin und Her zwischen der Artilleriedirektion der Festung, der Bundesversammlung in Frankfurt und der Geschützgießerei in Karlsruhe schließlich im Jahr 1834 neun dreipfündige Kanonen nach Luxemburg geliefert. Die Ausstellung zeichnet die Entwicklung der Artillerie vom ausgehenden Mittelalter bis in die Moderne in Luxemburg nach. Im Laufe der burgundischen, spanischen, französischen, österreichischen, holländischen und preußischen Herrschaft und durch zwei Feuertaufen hindurch – die Belagerungen von 1684 und die Blockade 1795 – werden die Geschütze erobert und zurückerobert, getauscht, verkauft und eingeschmolzen. Kanonen wurden zum Schlüsselelement der Festungen. Die Verstärkung der Feuerkraft führte wiederum zu Verbesserungen in der Verteidigungskunst. Bastionen wuchsen aus den Stadtmauern heraus, Kasematten wurden ausgegraben, Forts befestigt, Pulvermagazine und Kugelgärten angelegt und verbessert, Wagenhäuser für Lafetten errichtet, Laboratorien erbaut, Gießereien eingerichtet, Kasernen für die Artillerie hochgezogen – alles drehte sich um den alltäglichen Umgang mit den schweren Geschützen, die nur mit großem Aufwand bewegt werden konnten und doch gepflegt werden mussten. Dabei war eines der Hauptprobleme der Transport der vielpfündigen Geschütze. Regelmäßig mussten die arg beanspruchten, den widrigsten luxemburgischen Wetterbedingungen ausgesetzten Holzunterbauten ersetzt werden. Dieses Schicksal wird dem nunmehr mobilen ehrwürdigen Geschütz auf seiner brandneuen Lafette erspart bleiben – dank wohltemperierter Museumsmauern im ehemaligen Fort Thüngen. Ralph Lange

Woher kommt eigentlich das Wort Artillerie? Das weiß man gar nicht so genau. Als Pietro Sardi im Jahr 1621 sein dreibändiges Werk über die Artillerie schrieb, konnte er den Ursprung des Wortes bereits nicht mehr eindeutig bestimmen. Er leitete es qua Analogie von der Klaue des Greifen (l’artiglio del griffone) ab, die so scharf und wild zuschnellen konnten. Als Kollektivbezeichnung für Geschütz ist Artillerie bereits zu Anfang des 16. Jahrhunderts in Französisch, Deutsch, Englisch, Spanisch und Italienisch im Gebrauch. Die Autoren der griechischen und römischen Antike, so berichtet der Jesuit Carlo d’Aquino (1654-1737), verwendeten ebenfalls das vielsagende Wort tormenta, Qualen, für Ballisten. Ein anderer Autor meint, Artillerie leite sich von den Pferden, die die schweren Stücke ziehen (trahere) mussten, ab – wieder ein anderer leitet es vom Bogen her (arc). Geht man vom Lateinischen aus, steckt die Kunst zu schleudern (ars tollendi) im Wort – vom Portugiesischen und Provenzalischen artilhar, befestigen.

Die Sonderausstellung „Et wor emol e Kanonéier – L’artillerie au Luxembourg“ wird vom 26. Juni 2019 bis zum 22. März 2020 im Musée Dräi Eechelen zu sehen sein. 02 ‘ 2019 museomag

9


„ET WOR EMOL E KANONÉIER“ E LIDD VUM DICKS ALS NAMENSGEBER FIR D’AUSSTELLUNG

De Kanonéier Gottlieb Hurra, d’Mumm Séiss an dräi Strophen aus dem Stéck, gemoolt vum Louis Kuschmann (1852-1921).

Am August 1855 huet den Edmond de la Fontaine (1823-1891), besser bekannt als „Dicks“, „D’Mumm Séiss oder De Geescht, Koméidéistéck an engem Akt“ geschriwwen a komponéiert. D’Stéck ass mat groussem Erfolleg den 11. November 1855 am Cercle fir d’éischt opgefouert ginn. Vill bekannte Lidder wéi „Et wor emol e Kanonéier“ an „Ech sin e groussen Hexemeeschter“ maachen et zu enger vun de beléiwsten lëtzebuergeschen Operetten. Mir sinn am Joer 1750. D’Haaptroll spillt d’Mumm Séiss, eng Wäschfra aus Clausen, déi an hirer Jugend hir Verlobung mam éistrräichesche Kanonéier Gottlieb Hurra geléist huet. Aus Trauer huet deen sech dunn um Bock erschoss. Dem Hurra säi Geescht léisst 10

museomag 02 ‘ 2019

där ängschtlecher Mumm Séiss keng Rou, zënterhier erschingt en hir regelméisseg an der Nuecht. Hannert dem Spuk stiechen allerdéngs hir zwee Noperen: den Hexentommes, dee si wëll wéinst hirem Erspuerte bestueden an de Sprochmates deen der Mumm hir Niess Kèttě wëll mat sengem Bouf bestueden mee hatt ass awer schonn dem Pěter versprach. Si proposéieren der Mumm de Geescht vum Hurra ze beschwieren a soumat ze verdreiwen. De Plang gëtt ëmgesat mee de Sprochmates kritt ee schlecht Gewëssen a sabotéiert dat Ganzt esou datt den Hexenthommes kann des Bedruchs iwwerfouert ginn. Um Enn ass d’Mumm Séiss erléist an d’Kèttě kann de Pěter bestueden. Simone Feis


I’

FREE!

© granduchy

LA FORTERESSE PRISE PAR LA GRATUITÉ

Pour le début de la saison touristique, des personnages historiques sur fond de couleurs d’œuf de Pâques vous invitent à une visite gratuite du Musée Dräi Eechelen – histoire, forteresse, identités. L’accès aux collections permanentes vous est offert à compter de cette date! Une des toutes premières initiatives de Madame Sam Tanson dans ses nouvelles fonctions de Ministre de la Culture – qui dès son entrée en mandat a eu à cœur de visiter les institutions et d’échanger avec les équipes – a consisté à instaurer le principe de gratuité pour l’exposition permanente du M3E. La ministre n’a pas eu à tenir un long siège pour arriver à ses fins et entériner ainsi un souhait du M3E: nous étions conquis d’office par une aussi prompte détermination. L’accessibilité à la culture: voici un cheval de bataille sur lequel nous misons de longue date, surtout pour décloisonner l’image d’une «forteresse» réputée inaccessible. Or le Festungsmusée – puisque c’est bien sous ce nom qu’il est populairement connu – est bel et bien ouvert depuis le 13 juillet 2012. Site classé monument national, témoignage du passé fortifié de la Ville, les Trois Glands ont su trouver leur place dans le cœur du public. Bientôt 200.000 visiteurs venus d’ici et d’ailleurs, de tout âge, auront franchi son pont-levis à la rencontre des acteurs de l’histoire mouvementée

du Luxembourg, que nous mettons en vedette dans notre campagne de gratuité sous le titre cocasse de «I’m free». À court terme, un nouveau pont piétonnier et cyclable, suspendu à hauteur des branches des arbres, contribuera à faciliter l’accès au Park Dräi Eechelen à partir de l’Avenue J. F. Kennedy. En famille ou entre amis, les visiteurs pourront combiner leur promenade dans ce lieu de détente si prisé du plateau du Kirchberg avec la visite d’un des monuments les plus emblématiques de la capitale. Peut-être en empruntant les transports publics – train, funiculaire, tram, bus – tous bientôt gratuits! François Reinert

02 ‘ 2019 museomag

11


AU CHEVET DES ŒUVRES D’ART

© éric chenal

ÉTUDE MATÉRIELLE, RESTAURATION ET LIENS AFFECTIFS: CAUSERIE ENTRE COLLÈGUES

Quatre toiles de l’église Saint-Jean-Baptiste-au-Béguinage et une œuvre du Couvent des Carmélites ont été traitées à l’IRPA par Paul Duquesnoy et les trois conférencières invitées au MNHA: Claire Toussat, Isabelle Happart et Charlotte Sevrin (en poto ci-dessous de g. à dr.).

Dans le cadre de l’exposition «Théodore van Loon. Un peintre caravagesque entre Rome et Bruxelles» à l’affiche du MNHA jusqu’au 26 mai, trois des quatre restaurateurs de peinture ayant étudié et traité des œuvres de ce peintre du baroque flamand, ont donné une conférence sur l’apport de l’étude matérielle dans la restauration des œuvres d’art. L’occasion d’aborder l’approche d’un travail en équipe face au traitement d’une série d’œuvres somme toute fort disparates. Loin d’aboutir à une discussion technique entre restaurateurs, l’interview a vite dévié vers un échange sur l’organisation du travail, la perception des œuvres et l’investissement humain pour parvenir à bien traiter les objets confiés. Bien que quatre des cinq œuvres sujettes à examen proviennent de la même église – Saint-Jean-Baptisteau-Béguinage à Bruxelles –, elles datent de périodes différentes. Mis à part les formats qui diffèrent, elles se distinguent surtout par une évolution de la technique picturale. Comment se répartit un travail à huit mains 12

museomag 02 ‘ 2019

pour au final aboutir à une unité entre les tableaux? L’enjeu est de taille.

UNE DYNAMIQUE COLLECTIVE

Même si au départ chacun était responsable de «son» tableau, il s’agissait de travailler en équipe. Il y eut bien sûr une entre-aide pour la manipulation des grands formats. Mais il fallut aussi garder la vision d’un travail homogène, en fonction de l’état des tableaux présentant des problématiques très distinctes. Ceci s’effectua surtout par le biais de conseils lors de l’évaluation esthétique de la retouche. L’apport de l’ensemble des collègues permit ainsi de garantir le recul nécessaire pour pousser le traitement suffisamment loin sans pour autant surcharger la peinture, intervenant ainsi le juste nécessaire pour rendre toute sa lisibilité à l’oeuvre tout en laissant lisibles les zones de doutes et les repentirs discernables. Nous savons de source sûre que Van Loon, après la mise en place de sa composition, faisait en effet énor-


L’ART DU GESTE

mément de changements de composition pendant la finition de l’œuvre. Par ailleurs, il est aussi attesté qu’après le retour du peintre dans son pays d’origine, il y eut clairement une évolution technique entre ses différents tableaux, comme par exemple au niveau du support et de la préparation qui ont évolué de matériaux et couleurs typiquement italiennes vers des traditions du nord.

DIFFÉRENCIER UN SURPEINT D’UN REPENTIR

traitées. D’ailleurs, pour Isabelle Happart, c’était un peu comme si l’histoire se répétait puisqu’en se penchant au chevet de ces toiles, elle eut l’impression de revivre, dans une mesure moins dramatique, l’opération de sauvetage à laquelle elle prit réellement part, une nuit de novembre 2000, lorsqu’il a s’agit d’écarter des flammes les peintures de l’église alors en feu. Elle se rappelle particulièrement d’avoir permis la «Délivrance» de Saint Pierre, tableau qu’elle aura fini par traiter quinze ans plus tard à l’IRPA. Muriel Prieur

C’est là que la tutelle d’un institut pluridisciplinaire comme l’Institut royal du patrimoine artistique joue un rôle d’expertise cardinal. Outre l’apport en histoire de l’art, l’étude matérielle par le laboratoire tout comme l’imagerie scientifique permettent de saisir «l’âme» des œuvres pour les restaurer dûment. Les radios, réflectographies en infra-rouge, macro XRF et autres prélèvements ont ainsi permis une compréhension de la technique picturale opérée au fil des différentes périodes de la vie de l’artiste. Mais ces méthodes permettent aussi de différencier un surpeint d’un repentir de la main du peintre pour évaluer les zones à dégager et celles à garder. Cette aventure qui a rassemblé nos protagonistes pendant un an leur aura non seulement permis de se familiariser avec un artiste contemporain de Rubens, qui bien que majeur en son temps tomba rapidement dans l’oubli, mais aussi de tisser des liens très forts aussi bien entre collègues experts qu’avec les œuvres

02 ‘ 2019 museomag

13


UN SOUFFLE DE LIBERTÉ

© éric chenal

À PARTIR DU 30 AVRIL, LE MNHA REVIENT SUR L’ÉMERGENCE DES SÉCESSIONNISTES LUXEMBOURGEOIS

La Sécession, dont le noyau était formé par le chef de file Joseph Kutter, le secrétaire Nico Klopp, mais aussi Claus Cito, Harry Rabinger et Auguste Trémont, voulait réunir dans ses espaces tradition et modernité.

En 1929, il y a exactement 90 ans, un cri retentit dans le monde de l’art au Luxembourg! Le deuxième Salon de la Sécession ouvre ses portes au Luxembourg, réaffirmant le caractère avant-gardiste d’une dizaine d’artistes face aux tenants des traditionalistes de l’époque. Pour illustrer ce cri révolutionnaire dans le numéro spécial intitulé “L’art des jeunes” dans Les Cahiers luxembourgeois de 1928, l’artiste expressionniste luxembourgeois Joseph Kutter (1894-1941) choisit de dessiner sur la couverture de ce véritable manifeste de la Sécession la tête d’une femme, image reprise de sa peinture «La femme qui bâille» datant de 1926. Or cette figure humaine qui jaillit du néant ne semble pas bâiller mais plutôt pousser un cri similaire à celui d’un autre expressionniste européen, celui d’Edward Munch quelques années auparavant! En effet, l’ouverture du premier Salon de la Sécession en 1927 est considérée aujourd’hui encore comme l’un des événements majeurs de l’histoire de l’art au Luxembourg, inspiré des mouvements sécessionnistes européens, beaucoup plus anciens, à Munich (1892), 14

museomag 02 ‘ 2019

Vienne (1896) et Berlin (1897). C’est alors que plusieurs artistes luxembourgeois, qui ont fait leurs études à Munich en Allemagne, se détachent non seulement de l’académisme du XIXe siècle, mais aussi de l’impressionnisme dans l‘espoir de développer un intérêt pour le fauvisme et l‘expressionnisme.

LES DÉMISSIONNAIRES DU CAL

La création de la Sécession luxembourgeoise remonte à l’année 1926, lorsque quelques artistes prennent leur distance par rapport au Cercle Artistique de Luxembourg (C.A.L.) créé en 1893. Plusieurs commentaires parus dans la presse locale de l’époque finissent par exaspérer les jeunes artistes. Le 15 juillet 1926, Jean Schaack (1895-1959) est le premier à quitter le Cercle Artistique et suite à la réunion à la fin du mois, plusieurs artistes démissionnent à leur tour. Le noyau sera formé par le chef de file Joseph Kutter, le secrétaire Nico Klopp (1894-1930), mais aussi Claus Cito (18821965), Harry Rabinger (1895-1966) et Auguste Trémont (1892-1980).


RÉACCROCHAGE

La Sécession voulait réunir dans ses espaces la tradition et la modernité. Au début, elle regroupe neuf artistes, qui n’appartiennent pas tous à des courants modernistes. Certains continuent à peindre de manière traditionnelle et semblent avoir intégré le groupe d’artistes moins pour des raisons d’esthétique que d’amitié. Les critères de qualité prévalent sur la quantité d’œuvres exposées. En tout, trois Salons de la Sécession voient le jour, en 1927, 1929 et 1930, mettant à l’honneur avant tout la peinture et la sculpture, mais aussi dans une moindre mesure les arts décoratifs.

UN CRI QUI PERDURE

Dans les documents d’archives, nous allons pouvoir découvrir notamment que le mot «sécession» n’apparaît pas sur la couverture du catalogue du premier Salon intitulé «Exposition de peintures et de sculptures» (Luxembourg, Hôtel de Ville (Place Guillaume), du 14 mai au 31 mai 1927). De nos jours, il est très difficile de déterminer avec certitude les œuvres exposées aux trois salons car elles sont souvent mentionnées uniquement en tant que «peinture», «aquarelle» ou «dessin» dans les catalogues d’exposition. S’il nous a été possible d’identifier certaines pièces dans les collections du MNHA, nous avons décidé de compléter cet ensemble par des œuvres ayant un lien étroit avec la sélection initiale. Le réaccrochage présente huit artistes, en mettant en évidence les différents styles et tempéraments qui ont coexisté dans ce cri avantgardiste dans l’histoire de l’art du Luxembourg et dont l’écho semble résonner jusqu’à nos jours! Malgorzata Nowara

Nouvel accrochage «Les Sécessionnistes luxembourgeois» du 30 avril jusqu’à la fin de l’année. Visite guidée le dimanche 5 mai à 16 h (LU).

En 1928, pour illustrer le manifeste sécessionniste dans les Cahiers luxembourgeois, Joseph Kutter reprend en dessin sa «Femme qui bâille» (1926) qui n’est pas sans faire écho au «Cri» de Munch.

02 ‘ 2019 museomag

15


« L’APPEL DU REGARD » D’ÉRIC CHENAL


L’ART ANCIEN PLUS RICHE QU’HIER

© MNHA / tom lucas

ANALYSE DE TROIS ACQUISITIONS RÉCENTES GRÂCE AU SOUTIEN DE LA FONDATION LA MARCK

En 1748, Jean-François de Troy peint «Suzanne et les vieillards», un thème bien connu, souvent prétexte à une scène lubrique mais ici traité avec retenue. À découvrir dans nos salles Art ancien.

Les collections Art Ancien du MNHA se sont récemment enrichies de trois tableaux d’exception acquis grâce au soutien de la Fondation La Marck et à l’expertise de son fondateur, Philippe Champy. Son engagement luxembourgeois lui a valu d’ailleurs l’élévation récente au rang de Commandeur de l’Ordre de Mérite du GrandDuché de Luxembourg par le Premier ministre, Monsieur Xavier Bettel. • JEAN-FRANÇOIS DE TROY (1679-1752) Le peintre Jean-François de Troy (1679-1752) a travaillé au cours de la première moitié du XVIIIe siècle. Il est mort à Rome où il avait été nommé directeur de l‘Académie de France en 1738. Il a été principalement un peintre d‘histoire, puisant son inspiration dans la mythologie, la Bible, ou l‘Antiquité. Parmi ses sujets favoris, souvent traités plusieurs fois, on peut citer: le Christ et la Samaritaine, le Souper d‘Emmaüs, Pyrame et Thisbé, le Jugement de Pâris, Vertumne et Pomone, l‘Enlèvement d‘Europe, Renaud et Armide, Zéphyr et Flore... Il a aussi peint des scènes de genre, mais 18

museomag 02 ‘ 2019

montrant la noblesse plus que le peuple (Le Déjeuner d‘huitres ou Le Déjeuner de chasse). Ses compositions, séduisantes, annoncent celles de son cadet François Boucher.

UNE PEINTURE QUI RESPLENDIT

En décembre 2017, Christie‘s a vendu à Londres un grand tableau de lui intitulé Suzanne et les vieillards, un thème bien connu, souvent prétexte à une scène lubrique mais ici traité avec retenue. Malgré son aspect très brillant, il a été présenté comme une œuvre d‘atelier, même si, à l‘époque de sa conception (1748), de Troy n‘avait pas vraiment d‘atelier puisqu‘il dirigeait l‘Académie de France. Le catalogue raisonné publié en 2002 retenait en effet la version du musée de Ponce, à Porto Rico, comme l‘originale. En même temps, il précisait que Suzanne et les vieillards formait une paire avec Loth et ses filles, les deux toiles ayant été vendues au même acheteur et étant restées ensemble jusqu‘à la Révolution.


COLLECTIONS

Une vérification dans les catalogues de l‘époque a montré qu‘il s‘agissait bien d‘une paire de mêmes dimensions, 135 cm de large. Or au XIXe, les deux tableaux ont été séparés, jusqu‘à ce qu‘un acheteur acquière l‘un et l‘autre à des dates et avec des provenances différentes. Puis, il a offert en 1965 la paire reconstituée au musée de Porto Rico. Le problème est que si Loth et ses filles fait bien 135 cm de large, Suzanne et les vieillards est passé à 126 cm, sans perte de matière (il aurait pu être recoupé). Alors que l‘exemplaire présenté par Christie‘s fait bien 135 cm. La réplique n‘est donc pas celle que l‘on croit. Cette acquisition s‘est ainsi faite dans des conditions inespérées. Quand ils l‘ont vu pour la première fois, les mécènes ont eu un choc, tellement le tableau resplendit. • ANDRÉ BOUYS (1656-1740) En juin 2018, a pu être acheté à Paris un tableau d‘André Bouys (1656-1740), le Déjeuner du peintre, provenant de la collection de Chirée à Avignon et datable de 1737. André Bouys a commencé sa carrière dans l‘atelier de François de Troy, le père de JeanFrançois. À l‘époque, il excellait dans l‘art de la gravure. Reçu à l‘Académie royale en 1688, ses morceaux de réception étaient un portrait du peintre Charles de La Fosse et un autre du sculpteur Le Hongre (les deux sont au musée de Versailles). Pendant de nombreuses années, il s‘est consacré à l‘art du portrait. Sa clientèle a été principalement constituée de nobles, de gens d‘Église ou de magistrats; on peut voir au musée de Niort son portrait de la Princesse Palatine. Mais il s‘est aussi intéressé à ses collègues artistes, peintres, sculpteurs ou musiciens. Moins connu que son contemporain Largillière, il est resté quelque peu dans l‘ombre, d‘autant qu‘il ne signait pas ses œuvres.

UNE NATURE MORTE AVANT-GARDISTE

Vers la fin de sa vie, il a changé radicalement de sujet et opté pour les scènes de genre et les natures mortes. En 1737, il présente au salon un seul portrait et cinq scènes de genre ou natures mortes. Un tableau bien connu de cette époque est La Récureuse, du musée des Arts décoratifs. Même si le tableau est égayé par le joli visage de la servante, c‘est surtout un prétexte à montrer de l‘argenterie, comme dans la Collation aux huitres ou la Collation aux pêches. Dans son étude sur le peintre (Revue des Arts - Musées de France, 1960, IV), Michel Faré compare son itinéraire à celui du peintre suisse bien connu de la fin du XVIIIe, Jean-Étienne Liotard: à partir d‘un certain âge, l‘un et l‘autre se sont adonnés

avec ardeur à la nature morte, produisant des ouvrages d‘un surprenant modernisme. Le Déjeuner du peintre est un parfait exemple de ce modernisme: il n‘a que peu de rapports avec les savants arrangements de fleurs, fruits, nourriture ou argenterie des peintres du XVIIe siècle. Si dans leurs tableaux ils utilisent volontiers des nappes, elles sont le plus souvent impeccables jusque dans leurs plis, et quand elles sont froissées, comme dans les ontbijtje, c‘est de façon très esthétique. Ici, la nappe donne une impression de désordre et est de plus tachée; quant aux reliefs du repas, ce sont vraiment des restes, sans la signification très codée des natures mortes hollandaises. On est étonné qu‘il ait pris le risque d‘aller aussi à contre-courant de ses collègues et en même temps ravi de sa modernité, car il annonce un style qui ne commencera à s‘imposer qu‘à la fin du XIXe siècle. Ce n‘est qu‘à cette époque en effet que les peintres oseront prendre pour sujet le désordre de leur atelier ou y improviser de vagues natures mortes sur nappe froissée, comme Cézanne avec celle Aux pommes et aux oranges qui est à Orsay. Il semble qu‘avec le Déjeuner du peintre, André Bouys ait voulu tourner le dos aux conventions. Le résultat en est des plus savoureux et fait de ce tableau un jalon dans l‘histoire de l‘art. • FRANÇOIS PERRIER (1594-1649) Le 4 juillet 2018, est passé en vente à Paris un grand tableau (98 x 135 cm) de François Perrier (1594-1649), que le MNHA a pu obtenir. Ce peintre fait partie de la longue cohorte de ceux qui se sont formés et ont fait carrière en Italie au début du XVIIe siècle, dont les plus connus sont Nicolas Poussin, Simon Vouet, Nicolas Régnier, Valentin de Boulogne, Jacques Stella, Claude Vignon et Nicolas Tournier. Ils y ont subi l’influence de Caravage, mais aussi celle de peintres plus classiques. Perrier arrive à Rome en 1624 et travaille d’abord avec Giovanni Lanfranco, un élève d’Annibal Carrache, dont le style le marquera durablement. Puis il entre dans le cercle de Simon Vouet. Quelques années plus tard, de retour à Paris, il devient l’assistant de Vouet et il forme à son tour des élèves, le plus célèbre étant Charles Le Brun. Après un nouveau et long séjour à Rome, il revient définitivement à Paris vers 1645, en pleine mode atticiste.

LE STYLE ATTIQUE

Qu’est-ce que l’atticisme? C’est un retour à une peinture très classique, en réaction aux effusions baroques d’un Simon Vouet ou au ténébrisme d’un Caravage. 02 ‘ 2019 museomag

19


L’ART ANCIEN PLUS RICHE QU’HIER

© MNHA / tom lucas

ANALYSE DE TROIS ACQUISITIONS RÉCENTES GRÂCE AU SOUTIEN DE LA FONDATION LA MARCK (SUITE ET FIN)

Le «Déjeuner du peintre» (vers 1737), d’André Bouys (1656-1740), provient de la collection de Chirée à Avignon.

Les compositions sont très construites (le dessin y occupe une grande place), les figures aux formes souples se détachent à la manière d’un bas-relief, les coloris sont marqués et lumineux, et il n’est plus question de clair-obscur. Le chef de file du mouvement est Eustache Le Sueur, avec lequel Perrier va travailler au chantier de l’hôtel Lambert. Laurent de La Hyre et Jacques Stella font partie de cette école, ainsi qu’un rare représentant de l’atticisme appliqué au paysage: Pierre Patel. Avec Annibal Carrache, la filiation est évidente: il suffit de regarder le Choix d’Hercule de ce dernier (à Naples), réalisé cinquante ans plus tôt. Perrier est accaparé par des grands chantiers: le plafond de la galerie dorée de l’hôtel La Vrillière, l’hôtel Lambert dans l’Île Saint-Louis, le château du Raincy que vient de construire Le Vau, un plafond au Parlement de Paris. Comme l’écrit Jacques Thuillier (Revue de l’Art, 1993), il n’a guère le temps de peindre des tableaux. Outre l’acquisition du MNHA, huit sont recensés qui se 20

museomag 02 ‘ 2019

rattachent à cette période, la plupart dans des musées: trois au Louvre, un à Rennes, un à Épinal (de l’ancienne collection de notre ami le prince de Salm), et un à Varsovie. Toutes les œuvres de cette période traitent de sujets mythologiques.

HERCULE ET OMPHALE, OU LE JEU DE LA SÉDUCTION

Le tableau entré dans les collections du MNHA, Hercule et Omphale, montre la reine de Lydie, Omphale, qui retient Hercule chez elle et veut transformer le vaillant guerrier en esclave domestique: après avoir pris sa massue, elle lui tend une quenouille. Ce thème a séduit de nombreux peintres, parmi lesquels Rubens, van Thulden, Le Moyne, Coypel ou Boucher. Chez Rubens, Omphale tire l’oreille d’Hercule qui n’apprécie guère, chez d’autres, ils sympathisent, mais avec Boucher, on va plus loin: ils délaissent quenouille et massue au profit d’une


COLLECTIONS

étreinte torride. Ici, nous sommes plutôt dans un jeu gracieux, au milieu des musiciens et des danseurs, un jeu auquel Hercule se prête volontiers, puisqu’il agite un tambourin en souriant à la reine, dont le corps superbement modelé se détache sur la composition. Au centre, un petit amour accoudé à la cuisse d’Omphale regarde le spectateur avec un sourire en coin; il le prend à témoin de la comédie qui se joue. Au fond, un paysage très proche des réalisations de Pierre Patel. Les figures et les coloris montrent qu’on est dans la quintessence de l’atticisme...

MERCHANDISING À L‘AMÉRICAINE

à la plus insolite (rideaux de douche). Le sujet très plaisant s’y prête effectivement... Retenons surtout le jugement d’Alvin Clark dans sa biographie parue en 2001: «Cette peinture, ainsi que les Adieux de saint Pierre et saint Paul du musée des beauxarts de Rennes, légèrement plus tardive, sont les deux plus belles toiles de Perrier dans le style attique». Philippe Champy (Fondation La Marck)

Un article sur une nouvelle acquisition sera publié dans le prochain museomag..

© MNHA / tom lucas

L’œuvre n’est réapparue sur le marché qu’en 1998, à la galerie Didier Aaron. Elle a été mise en dépôt dans un musée américain avant d’être vendue par son propriétaire. Au cours de son séjour aux USA, elle a fait l’objet d’un merchandising sous toutes les formes, de la plus classique (cartes ou posters)

Le tableau «Hercule et Omphale», de François Perrier, actuellement visible dans les salles Art ancien du MNHA, montre la reine de Lydie, Omphale, qui retient Hercule chez elle et veut transformer le vaillant guerrier en esclave domestique.

02 ‘ 2019 museomag

21


OUT OF AFRICA ?

© éric chenal

RAPPORT SUR LES COLLECTIONS EXOTIQUES DU MNHA

Le MNHA consacrera une grande exposition aux liens entre le Grand-Duché de Luxembourg et les colonies d’outremer au courant de l’année 2022.

Le 23 novembre 2018, un rapport sur les collections africaines conservées dans les musées français a été remis au président Emmanuel Macron. Ce rapport préconisait de restituer une très grande partie des œuvres d’art premier se trouvant actuellement en France. Quelques semaines plus tard, à l’occasion de la réouverture après rénovation du Musée royal de l’Afrique centrale à Tervuren, près de Bruxelles, la légitimité de la collection de ce musée a également été discutée. En Allemagne, le Museumsbund a publié en mai 2018 un guide sur le traitement à réserver aux collections problématiques de l’époque coloniale. La question de la légitimité des magnifiques collections d’art asiatique, proche- et moyen-oriental, précolombien et africain qui remplissent les grands musées européens est donc posée! Les collections africaines se distinguent de celles provenant d’autres parties du monde par le fait que la quasi-totalité de ces antiquités ne se trouvent plus aujourd’hui sur le continent africain. Alors qu’en Chine, en Inde, en Amérique du Sud ou au Proche-Orient, un habitant peut se rendre dans un musée près de chez 22

museomag 02 ‘ 2019

lui pour découvrir l’histoire et la culture ancienne de ces contrées, tel n’est pas le cas en Afrique. Combiné à la politique restrictive de visas pratiquée par les pays d’Europe en direction des pays d’Afrique, il est indéniable que les Africains sont ainsi coupés des objets permettant de retracer leur histoire. Avant tout cependant, c’est le contexte d’acquisition de ces objets qui est problématique. L’installation du système colonial en Afrique dans le dernier quart du XIXe siècle fut particulièrement violent. Les expéditions dites d’exploration s’apparentaient souvent à un réel pillage, pratique qui continua à être monnaie courante y compris dans le cadre de nombreuses expéditions scientifiques jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

LES LUXEMBOURGEOIS, DES «OISEAUX MIGRATEURS»

Le Luxembourg est aussi concerné par cette histoire coloniale. Si en effet l’État luxembourgeois ne fut jamais une puissance coloniale et n’a donc pas organisé lui-même de collecte d’objets en Afrique ou en Asie, de nombreux individus luxembourgeois participèrent


RECHERCHE SCIENTIFIQUE

au système colonial d’autres pays. Soldats de la Légion étrangère française ou dans l’Armée néerlandaises des Indes (Indonésie), missionnaires en Chine, dans le Maghreb ou en Afrique subsaharienne, ingénieurs construisant des Chemins de fer en Afrique, en Chine et Amérique du Sud, botanistes et ethnologues en missions scientifiques en Asie centrale, etc.: ils étaient partout. Entre 1920 et 1960, les Luxembourgeois jouissaient par ailleurs d’un statut particulier au Congo belge où ils étaient considérés égaux aux Belges, ce qui explique qu’il y avait 600 Luxembourgeois au Congo au moment de l’indépendance en 1960. Un certain nombre de ces individus ont collectionné des spécimens de plantes ou d’animaux, mais aussi des objets ethnographiques, pour les envoyer «au Musée» à Luxembourg, comme l’a notamment montré l’exposition «Orchidées, cacao et colibris – Naturalistes et chasseurs de plantes luxembourgeois en Amérique latine» organisée au naturmusée en 2016. Au fil des ans, l’actuel Musée national d’histoire et d’art a également hérité de plusieurs collections privées. La première de ces collections fut celle donnée en 1898 par le

Grand-Duc Adolphe à la Section historique de l’Institut grand-ducal et qui avait été offerte à la Cour par un explorateur militaire allemand, le Capitaine Albert Spring, qui avait recueilli ces objets lors de ses expéditions dans les territoires actuels de la Tanzanie, du Rwanda et du Burundi. Composée principalement d’armes africaines, cette collection renferme également quelques objets ethnographiques. La dernière collection d’objets exotiques fut acquise par le MNHA en 1986, principalement à nouveau des armes congolaises et des objets qui s’apparentent plus à des souvenirs de voyages qu’à des objets ethnographiques. En effet, tous les objets venant d’Afrique ne sont pas nécessairement problématiques d’un point de vue éthique. Sans nier la violence, l’oppression ni l’inégalité de traitement intrinsèque au système colonial, il est un fait que pour les Africains, les Européens intéressés par l’achat de statuettes, de masques africains ou d’autres objets traditionnels, constituaient une clientèle à laquelle ils vendaient des souvenirs pour touristes. La difficulté pour les musées aujourd’hui réside notamment dans l’exercice de distinguer ces objets des autres

02 ‘ 2019 museomag

23


OUT OF AFRICA ?

© éric chenal

RAPPORT SUR LES COLLECTIONS EXOTIQUES DU MNHA (SUITE ET FIN)

Le conservateur Régis Moes est en charge de vérifier les provenances d’objets issus d’Asie et d’Afrique et d’établir un rapport détaillé à ce sujet.

acquis par la violence, pillés et soustraits à leur usage rituel traditionnel.

COLLECTIONS EXOTIQUES : OPÉRATION DE RÉCOLEMENT

Bien que le Luxembourg n’ait pas encore été confronté à une quelconque demande de restitution, le MNHA a décidé de procéder à une opération de récolement de ses collections exotiques. Rainer Fischer, restaurateur au MNHA, travaille de manière intensive au dénombrement exact, au reconditionnement et au catalogage scientifique des objets provenant d’Asie et d’Afrique se trouvant dans les dépôts du MNHA. Le soussigné conservateur est par ailleurs en charge de vérifier les provenances de ces objets et d’établir un rapport détaillé à ce sujet. Ces collections sont principalement constituées d’armes blanches. Une poignée d’objets, plus ethnographiques, fera cependant dans les prochains mois l’objet d’une attention particulière qui nécessitera sans doute également le recours à des experts étrangers pour établir leur utilisation première et leur provenance exacte. Nous avons fait le choix de 24

museomag 02 ‘ 2019

traiter dans ce contexte tous les objets en lien avec l’époque coloniale et d’y inclure donc également des œuvres d’art et objets orientalistes qui véhiculent la représentation des Africains et Asiatiques vus par les Européens. À terme, le résultat de cet exercice de récolement et de recherche scientifique sur des collections non montrées au public depuis plus de vingt ans, sera publié sur Internet dans le cadre de notre campagne de digitalisation. Ceci permettra d’offrir un accès pour tous aux données dont nous disposons et consacrera un gage de transparence pour d’éventuelles demandes de restitution. De plus, le MNHA consacrera une grande exposition aux liens entre le Grand-Duché de Luxembourg et les colonies d’outremer au courant de l’année 2022. Cette exposition sera également l’occasion de présenter non seulement ces collections à un grand public en les remettant en contexte, mais permettra aussi, en présentant des objets créés par des coloniaux, de souligner l’implication des Luxembourgeois dans une partie de l’histoire dont nous aimons parfois faire abstraction. Régis Moes


BUDDING ARTIST

© anne havik

D‘Ausstellung zu den Urspréng vun der chinesescher Zivilisatioun an di verschidden Aktivitéiten, déi ronderëm organiséiert ginn, sollen de Visiteuren en Abléck an di chinesesch Kultur an hir Traditioune ginn. Am Kader vun der chinesescher Neijoerschfeier, déi dëst Joer op de 5ten Februar gefall ass, huet de Musée op e flotte Kreativworkshop agelueden, fir och dem jonke Public vu 6 bis 12 Joer di friem Kultur méi no ze bréngen. Den Danz vum Draach gehéiert fest zu der Traditioun vum chineseschen Fréijoersfest. An Teamaarbecht hunn d’Kanner en chineseschen Draach gebastelt, deen a ville verschiddene Faarwe gestraalt huet. Jiddereen huet en Deel vum Kierper entworf an zesummegestallt. Mam groussen Draach sinn si duerno duerch de ganze Musée gezunn, an hunn hiert Wierk stolz presentéiert. AMELA (12 JOER): „ET WAR INTERESSANT VERSCHIDDE KULTURE KENNENZELÉIEREN.“ FRANZEKE (9 JOER): „DEN DRAACH HUET MIR GANZ GUTT GEFALL.“ ISMAEL (8 JOER): „ET WAR FLOTT MAM DRAACH DUERCH DE MUSÉE ZE GOEN“.

02 ‘ 2019 museomag

25


EARLY CHINESE WISDOM THAT IS STILL VALID TODAY

© MNHA / tania weiss

OUR MUSEUM GUIDE, ANNE HAVIK, INVITES YOU TO DIVE INTO CHINA’S “BIBLE“ IN THE FRAME OF THE WORKSHOP “I CHING”

“Today, I am still fascinated by the fact that a book that was created so long ago, can still be consulted and used today”, says Anne Havik, our museum guide.

‘If I would be given 50 more years, I would dedicate all of them to studying the I Ching!’ This phrase came out of the mouth of the Chinese philosopher Confucius, so it is said, while he was dying. The I Ching, also known as the book of transformation, is probably one of the oldest books we know, and can be seen as China’s ‘Bible’, although it doesn’t give any prescription about right or wrong. It has a very long tradition of interpretation and rewriting, in the beginning in China, but later also in Europe, by, for example Carl Jung. Its origins probably lie around 3000 B.C., but are difficult to prove, since there is no documentation which can confirm this. It is confirmed though that it’s very very old, and that it was used in China, since the very beginning of what we know for sure of the Chinese culture. And the most fascinating part of it, is that this book is still used by many people today.

THE LINES: SYMBOLS FOR FORCES

So, what is it? It is a totally incomprehensible book for someone who first picks it up and tries to read it.

26

museomag 02 ‘ 2019

Its texts are enigmatic and full of Chinese metaphors, which are very difficult to understand, even for Chinese people living now. It is an oracle – in a way comparable with the Tarot – that is based on the principle of Yin and Yang, and that claims to have all the answers for every possible situation imaginable. If you ask the I Ching a question, there are 64 possible outcomes which are visualised, in the first place, by six lines, or actually by a combination of 2 x 3 lines, and then explained in an almost incomprehensible text. There is a way to understand the lines though, without using the text, or by using the text only at a later stage, because the lines are symbols for forces we all still understand, like for example water, fire, sky, earth and thunder. Answers from the I Ching are always composed of two of these ‘forces’. During my workshop I try to explain how visualising these elements, and their interaction, can open your door towards the I Ching, and, more broadly, towards the fascinating Chinese culture, and way of thinking, which is much less individualistic than ours.


WORKSHOP

A BOOK ABOUT THE ESSENCE OF LIFE

Over time, the I Ching has been consulted by a huge variety of people. Chinese emperors used to ask it questions when they had to make important decisions (and they had someone who interpreted the texts for them), but also medics, philosophers, mathematicians, and normal families grew fond of the answers this book of wisdom seems to be able to give. I encountered it at a very young age, through my father. During my studies (Philosophy at the University of Amsterdam), I learned more about its historical and cultural value. Today, I am still fascinated by the fact that a book that was created so long ago, can still be consulted and used today. Can it predict the future? Maybe, I don’t know. Has the I Ching captured the essence of life? Possibly, but I am not the one to tell you what the essence of life is. I think it’s up to you to answer these questions for yourself. My mission is to introduce this book to you, simply, because I think it is a book you should have heard of. It’s definitely one of the pearls in the history of mankind, and I enjoy talking about it (and exploring some of its secrets) together with you. Anne Havik

Next “I Ching”-Workshops in the frame of our temporary exhibition “The Origins of Chinese Civilisation – Archaeological Treasures from Henan”: - English:

Saturday, the 13 April 2019, at the MNHA from 3 to 5 p.m

- Français: le jeudi 25 avril 2019 au MNHA de 15 à 17 heures. Admission fees / Participation: 8 €. Previous registration needed / Inscription préalable obligatoire: T. 47.93.30.214 or E. servicedespublics@mnha.etat.lu

02 ‘ 2019 museomag

27


MAM WULLES UM TOUR

© éric chenal

SÄIT UFANK MÄERZ PROPOSÉIERT DEN MNHA E FUSCHNEIE PARCOURS “LUXEMBOURG FOR KIDS“ FIR KANNER AB 6 JOER

Michèle Platt, Responsabel vum Service des Publics am MNHA, an Eva Maringer, Auteur vun der Brochür.

De chronologesch opgebauten Entdeckungstour ass iwwert zwielef Statioune verdeelt a soll dem jonke Publikum a senge Begleeder en Abléck an di Lëtzebuergesch Geschicht vermëttelen. De Projet „Luxembourg for Kids“ ass am Kader vun der Année européenne du patrimoine culturel ausgeschafft a vum Kulturministère ënnerstëtzt ginn. Ziel ass et, de Visiteuren eng Méiglechkeet ze bidden, mat de Kanner zesummen de Musée kucken ze kommen an eegestänneg an an hirem Rhythmus ze entdecken. Fir d‘Orientatioun op dësem Parcours ze erliichteren, ass eng Broschür ausgeschafft ginn, déi et a véier verschidde Sprooche gëtt: Lëtzebuergesch, Däitsch, Franséisch an Englesch. Dat handlecht Heft ass grad wéi och den Entrée an de Musée fir Grouss a Kleng gratis.

12 ETAPPEN – 12 THEMEN

Op den eenzele Statioune ginn zwielef Objete presentéiert, déi all eng flott Geschicht ze erzielen hunn. Den Tour geet iwwert verschidden Epochen, vun 28

museomag 02 ‘ 2019

der Steenzäit an der Réimerzäit iwwert d’Mëttelalter an dat industriellen Zäitalter bis hin zur Grënnung vun der europäescher Unioun. Spannend Detailer aus dem Alldagsliewen zu Lëtzebuerg ginn op eng lëschteg a kannergerecht Aart a Weis duergestallt. Fir de Contenu spilleresch ze vermëttele gëtt op all Statioun am Heft eng Aktivitéit ugebueden, déi d’Kanner mat de Bläistëfter déi si geschenkt kréien, kënnen ausfëllen. D‘Aktivitéite sinn ofwiesslungsräich gestalt, aus eng Mëschung aus faarwegmolen, nozeechnen, observéieren oder Rätsel a Quizfroe léisen.

WULLES, DE WËLLE MANN

De Wulles, de Maskottche vun dësem Parcours, leed déi jonk Visiteuren duerch d’Dauerausstellung vum Musée a verréit hinnen, op wat si bei den eenzele Statiounen oppasse mussen. De Wulles zielt witzeg Anekdoten a leet zu all Thema säi Pefferkär bäi. D’Iddi vum Wulles baséiert op der Skulptur vum „Wëlle Mann“, déi am Musée ausgestallt ass an déi enk mat der baulecher Geschicht vum Musée verbonnen ass.


PARCOURS MAT MASKOTTCHEN

D’Figur vum „Wëlle Mann“ war fréier op der Fassade vum Wiltheimhaus ze gesinn, dat op där Platz an der Stad stoung wou de Musée sech elo befënnt. Si war mat en vun den éischten Objeten, déi an d’Sammlung vum Musée komm ass. De Wulles huet also eng enk Verbindung zum MNHA. Kommt kucken an de Musée a gitt zesumme mam Wulles op d’Rees. Michèle Platt

Mansfeld um Tour Fir déi verschidden Themen, déi am Parcours ugeschwat ginn, op eng weider onkonventionell Manéier eriwwer ze bréngen, sinn zousätzlech zu der Broschür och gratis Theatervisitten an Zesummenaarbecht mat Kultrun ausgeschafft ginn. Sonndes 12. Mai Sonndes 19. Mai

11 Auer 11 Auer

(LU) (LU)

02 ‘ 2019 museomag

29


BON À SAVOIR

   NOTRE RAPPORT D’ACTIVITÉS 2018 EST EN LIGNE

Depuis mars, notre rapport d’activités relatif à 2018 est en ligne. Et les chiffres enregistrés l’année dernière sont éloquents: 8 expositions temporaires, 17 projets échafaudés dans le cadre de l’Année européenne du patrimoine culturel, 40 objets prêtés, 44 ateliers organisés à l’attention du public adulte, 795 visites guidées proposées, 3.308 visiteurs enregistrés lors de la dernière édition des LuMuDays, 16.975 élèves ayant fréquenté nos musées, qui ont sur l’ensemble de l’année accueilli 120.040 visiteurs. Mais les chiffres ne traduisent que la partie visible de notre activité: consultez plutôt notre rapport et prenez la mesure du travail effectué en coulisse, sur la durée, pour enrichir, conserver et valoriser nos collections. Bonne lecture! https://www.mnha.lu/fr/Livres/Rapport-d-activites

   UNE MÉDAILLE RARISSIME SOUS LES PROJECTEURS D’UN COLLOQUE

Une bien jolie façon de mettre en valeur les œuvres du musée est aussi de les étudier dans le cadre d’un colloque scientifique. M. François Reinert, conservateur du Cabinet des Médailles, présentera le samedi 18 mai prochain, une conférence sur une médaille rarissime de LéopoldGuillaume de Habsbourg (1614-1662), gouverneur général des Pays-Bas espagnols. Cette médaille uniface est attribuée au burin à l’orfèvre anversois Théodore de Rasiers, intime et proche de Rubens pour qui il réalisa de prestigieuses pièces d’argenterie. Si la médaille restera visible dans la collection permanente du MNHA, il faudra se déplacer à la Bibliothèque royale de Bruxelles pour écouter M. Reinert. Ce dernier a répondu à l’invitation de la Société royale de numismatique de Belgique qui organisera une journée d’études, intitulée «The art of the medal in the Low Countries (16th-21st c.)» et qui réunira les responsables des plus grandes collections patrimoniales de médailles d’Europe, dont celle du British Museum. http://numisbel.be

   NOTA BENE : CHANGEMENTS À PARTIR DU 1er AVRIL

Depuis le 1er avril, le Musée Dräi Eechelen offrira l’accès gratuit à ses collections permanentes (lire en page 11) – seul l’accès aux expositions temporaires (7 euros désormais) sera payant – tandis qu’à l’avenir, le MNHA déclinera son offre Renc’Art en français, allemand, anglais et luxembourgeois. Toute demande de visite dans une autre langue (italien, espagnol, portugais, néerlandais) peut être spécifiquement introduite auprès du Service des publics par tél.: 479330214 ou par courriel: servicedespublics@mnha.etat.lu

30

museomag 02 ‘ 2019

   VILLA ROMAINE: ACCESSIBLE DÈS LE 16 AVRIL

À la périphérie de la petite ville idyllique d’Echternach se trouve une villa romaine – une des plus grandes et riches propriétés rurales des environs de Trèves – Augusta Treverorum. Ce site, aujourd’hui muséal, est géré par le MNHA et peut être visité de manière saisonnière: cette année, le site ouvre au public du 16 avril au 30 septembre 2019, du mardi au dimanche de 10h à 12h et de 13h à 17h. Visite guidée tous les dimanches à 15 heures. L’entrée est gratuite. https://www.mnha.lu/fr/Villa-romaine-d-Echternach

   LUMUDAYS LES 18 ET 19 MAI

Avez-vous une idée à quoi ressemblait la Ville de Luxembourg il y a 500 ans? Vous êtesvous déjà demandé quel genre de vie menaient vos arrièregrands-parents? Saviez-vous que le Luxembourg était autrefois habité par des dinosaures? Ou que la première batterie au plomb commercialisée a été développée par un ingénieur luxembourgeois de Rosport? Les Luxembourg Museum Days (LuMuDays) sont l’occasion idéale pour se plonger dans le passé, trouver des réponses à ces questions et explorer notre patrimoine culturel commun. Cette année, cette 22e édition a lieu dans le cadre de la Journée internationale des musées, organisée chaque année par le Conseil international des musées (ICOM). La Journée internationale des musées a pour objectif de souligner l’importance des musées dans notre société en tant que moyen d’échange culturel, permettant de développer la compréhension mutuelle et d’enrichir les cultures. Le rendez-vous est d’ores et déjà pris pour les LuMuDays les 18 et 19 mai 2019 de 10h00 à 18h00 heures. L’entrée est gratuite dans plus de quarante musées participants. http://museumsmile.lu/event/luxembourg-museum-days/

   HORS LES MURS

Au Luxembourg, le MNHA participe avec quatre œuvres (Kutter, Schaack, Steichen) à l’exposition Plakeg! Le nu autour de 1900 à l’affiche de la Villa Vauban du 16 mars au 16 juin 2019. Dans le cadre de la grande rétrospective sur l’artiste luxembourgeois Bert Theis au Mudam (du 30 mars au 23 aôut 2019), le MNHA met à l’honneur sont œuvre intitulée The true artist... de 2003, un vitrail visible en permanence depuis la salle Art Ancien au 3e étage. Le MNHA y consacre son Rencart du mois de mai. À l’étranger, le MNHA participe avec deux sculptures de Pedro De Mena à l’exposition Pedro De Mena. The Spanish Bernini au Palacio Episcopal de Malaga (du 16 mars au 14 juillet 2019). Enfin, le 9 mars 2019 s’est ouverte à Bruges l’exposition De Mena, Murillo, Zurbaran – Masters of Spanish Baroque Art, coproduite par Musea Brugge et le MNHA. L’exposition sera présentée au MNHA à partir du 24 janvier 2020.


HEURES D’OUVERTURE ~ ÖFFNUNGSZEITEN ~ OPENING HOURS Lundi fermé Mardi - Mercredi 10 h - 18 h Jeudi 10 h - 20 h (17 -20 h gratuit) Vendredi - Dimanche 10 h - 18 h

Lundi Mardi Mercredi Jeudi-Dimanche

fermé 10 - 18 h 10 h - 20 h (17 -20 h gratuit) 10 - 18 h

Montag geschlossen Dienstag - Mittwoch 10 - 18 Uhr Donnerstag 10 - 20 Uhr (17-20 Uhr gratis) Freitag - Sonntag 10 - 18 Uhr

Montag Dienstag Mittwoch Donnerstag - Sonntag

Monday closed Tuesday - Wednesday 10 a.m. - 6 p.m. Thursday 10 a.m. - 8 pm (5 - 8 p.m. free) Friday - Sunday 10 a.m. - 6 p.m.

Monday closed Tuesday 10 a.m. - 6 p.m. Wednesday 10 a.m. - 8 p.m. (5 - 8 p.m. free) Thursday - Sunday 10 a.m - 6 p.m.

geschlossen 10 - 18 Uhr 10 - 20 Uhr (17-20 Uhr gratis) 10 - 18 Uhr

VISITES GUIDÉES ~ FÜHRUNGEN ~ GUIDED TOURS Visiteurs individuels | Einzelbesucher | Single visitors Français 1 et 3 Jeudi du mois | 2ème et 4ème Dimanche du mois | er

Deutsch/Lëtzebuergesch English

Français 1er et 3ème Mercredi du mois | 2ème Dimanche du mois |

18 h 16 h

ème

2. und 4. Donnerstag des Monats | 18 Uhr 1. und 3. Sonntag des Monats | 16 Uhr 1st Sunday of the month | 3 p.m.

17 h 16 h

2. und 4. Mittwoch des Monats | 17 Uhr 1. und 3. Sonntag des Monats | 16 Uhr

Deutsch/Lëtzebuergesch

Last Sunday of the month | 4 p.m.

English

Plus de détails sur | Weitere Informationen unter | Further details on | Mais informação no portal

www.mnha.lu | www.m3e.lu

Groupes (≥10) uniquement sur demande | Gruppen (≥10) nur auf Anfrage | Groups (≥10) available upon request 80 € (+ entrée ~ Eintritt ~ admission) Infos et réservations: T (+352) 47 93 30 – 214 | F (+352) 47 93 30 – 315 servicedespublics@mnha.etat.lu

TARIFS ~ EINTRITTSPREISE ~ ADMISSION FEES Exposition permanente | Dauerausstellung | Permanent Exhibition gratuit | gratis | free

Exposition permanente | Dauerausstellung | Permanent Exhibition gratuit | gratis | free

Expositions temporaires | Sonderausstellungen | Temporary Exhibitions adultes | Erwachsene | adults 7 €

Expositions temporaires | Sonderausstellungen | Temporary Exhibitions adultes | Erwachsene | adults 7 €

groupes | Gruppen | groups (≥ 10) 5 € / pers.

groupes | Gruppen (≥ 10) | groups 5 € / pers.

familles | Familien | families 10 € 2 adultes & enfant(s) | 2 Erwachsene & Kind(er) | 2 adults & child(ren)

familles | Familien | families 10 € 2 adultes & enfant(s) | 2 Erwachsene & Kind(er) | 2 adults & child(ren)

étudiants | Studenten | students gratuit | gratis | free

étudiants | Studenten | students gratuit | gratis | free

< 26, Amis des musées, ICOM gratuit | gratis | free

< 26, Amis des musées, ICOM gratuit | gratis | free

ue Aven

John

edy

n F. Ken

Philharmonie MUDAM ilhelm

ules W

Rue J Blvd

MNHA Marché-aux-Poissons L-2345 Luxembourg www.mnha.lu

l Roya

Rue Wilt

heim

Rue de la Boucherie Palais Grand-Ducal

ée de

Mont

en

Claus

M3E 5, Park Dräi Eechelen L-1499 Luxembourg www.m3e.lu 02 ‘ 2019 museomag

31


granduchy

5, Park Dräi Eechelen L-1499 Luxembourg www.m3e.lu

Welcome to the museum’s permanent exhibition

Profile for MNHA

MUSEOMAG 2 | 2019  

Périodique édité par le Musée national d‘histoire et d‘art Luxembourg, ce magazine illustre la vie muséale du MNHA et du M3E sous toutes ses...

MUSEOMAG 2 | 2019  

Périodique édité par le Musée national d‘histoire et d‘art Luxembourg, ce magazine illustre la vie muséale du MNHA et du M3E sous toutes ses...

Profile for mnha