Page 1

LUXEMBOURG

17 LE MAGAZINE DES GENTLEMEN EXTRAORDINAIRES

LEWIS HAMILTON Gentleman DRIVER

www.magazinepremium.lu

PIRELLI

THE CAL 2016


OYSTER PERPETUAL GMT-MA STER II IN 18 CT WHITE GOLD


Photo couverture : Lewis Hamilton au SIHH 2016 (PHOTOPRESS/IWC)

éDITO

Directeur de publication David Bail Tél. +352 691 598 720 Email : david@magazinepremium.lu

beaucoup de clichés

Responsable de publication et publicité Anne Ciancanelli Tél. +352 691 644 007 Email : anne@magazinepremium.lu

La bière, c’est bavarois. Le chocolat, c’est belge. La mode, c’est français. Le carnaval, c’est brésilien. Le design,

Publicité ventes Eléonore Arnold Tél. +352 691 598 701 Email : eleonore@magazinepremium.lu

Un peu cliché, tout ça ? Certes, mais tout le monde sait que les clichés naissent toujours de réalités – plus ou

Conception - réalisation MHM Publishing Sàrl 40 - Rangwee L-2412 Luxembourg Tél. +352 266 453 42 Email : contact@magazinepremium.lu Rédacteurs et contributeurs Marie-Camille Rauch Dean Boyd Albane Couvent Annie Esch Stéphanie Gray Celia Very JMA Alix Lucas Impression Tirage Luxembourg : 9 000 exemplaires France (Metz-Thionville) : 5 000 exemplaires Fréquence : 5 numéros par an Imprimerie Bastian Druck Demande de contrôle CIM en cours

c’est scandinave. Et la finance, et bien c’est luxembourgeois.

moins avérées, il en convient. Dans le dernier cas, il faut bien reconnaître que le Grand-Duché est roi (sinon Grand-Duc) en matière de finances, fiscalité, économie, assurances, banques, fonds d’investissements et toute sa panoplie de termes plus ou moins barbares pour les néophytes comme moi. Piqûre de rappel ou véritable plongée dans un monde de requins, de baleines ou de petits poissons mignons… tout dépend où vous vous placez. Quoi qu’il en soit, notre dossier spécial vous aidera à revoir l’essentiel de ce qui se joue en la matière, sur le territoire luxembourgeois. Assez de sérieux, il faut aussi de la détente. Puisqu’on a commencé avec des clichés, continuons et dans tous les sens du terme avec, en exclusivité, les photos du calendrier Pirelli 2016. Mais pas que ! On vous propose de faire un tour au volant des nouveaux modèles automobiles, pour accompagner le festival auto qui se déroule au Luxembourg. Et puis, nos lecteurs fidèles le savent bien, notre grand dada, c’est l’horlogerie : objets de luxe, accessoires de mode, traits de caractères… tout ce qu’on aime chez Premium ! Alors on vous donne aussi des nouvelles du Salon International de la Haute Horlogerie sans oublier, bien sûr,

www.magazinepremium.lu

de faire un tour par les dernières innovations technologiques et un peu (beaucoup) folles ! Bonne lecture.

www.facebook.com/premiumluxembourg

Mister PREMIUM

-ABONNEMENTSAbonnement au Luxembourg 1 an - 5 n°/an Envoyer vos coordonnées à MHM Publishing avec votre preuve de paiement Nom ......................... Prénom ........................ Adresse ...........................................................

Luxembourg 35 d Offre promo : 25 d Effectuer votre virement sur le compte BGL IBAN LU96 0030 6268 8407 0000 Vous souhaitez recevoir Premium dans votre établissement ? Ecrivez à : contact@magazinepremium.lu

PREMIUM 4


LA TOUTE NOUVELLE JAGUAR XF

RIEN À VOIR AVEC DU DÉJÀ VU.

O

À PARTIR DE 39.015 € TVAC La nouvelle Jaguar XF a tout pour vous surprendre. Avec son architecture aluminium allégée et ses motorisations haut de gamme, elle offre le plaisir de conduire inimitable d’une Jaguar. Pourtant, elle est également extrêmement sobre avec une consommation de seulement 4 l/100 km (CO2 : 104 g/km). Et en ce moment, vous pouvez bénéficier gratuitement du Premium Business Pack d’une valeur de 2.195 € TVAC, sans oublier 3 ans de garantie et d’entretien inclus. Découvrez nos conditions Festival chez Jaguar Luxembourg. Et oubliez le déjà vu. jaguar.lu

4,0–8,6 L/100 KM. CO2 : 104–204 G/KM. Prix au 1er décembre 2015 pour une Jaguar XF Pure 2.0D 163. Modèle illustré : Jaguar XF S avec options. Jaguar Care : 3 ans de garantie, d’assistance et d’entretien programmés, kilométrage illimité. Donnons priorité à la sécurité.

PREMIUM 5


SOMMAIRE

n°17 février 2016 p. 4 EDITO

LIFESTYLE

12

p. 12 p. 14 p. 16 p. 18 p. 20 p. 24 p. 25 p. 26 p. 28 p. 30

DOSSIER : les armes secrètes...

24

watches & jewelry p. 54 p. 56 p. 58 p. 60

18

lE meilleur du SIHH LES stylistes du temps LEWIS HAMILTON : GENTLEMAN DRIVER La femme des nuages

puLSIONS HIGH TECH p. 64 p. 66 p. 68 p. 69 p. 70 p. 72

64 70

OPEN SPACE rencontre avec... GLISSEZ DANS LE LUXE OCean RAMSAY 4 hôtels pour le weekend LE PRINTEMPS DES MANTEAUX BIEN COUPé corporate attitude destination : éclipse totale RED HOT CHILI BIKERS

Vélo furtif ces insolite AIRBOXLAB : DANS L'air du temps le son du mythe la batmobile du ciel english toy

LUXGEARS p. 74 p. 76 p. 78 p. 80

suv premium full design la bonne fée porsche mercedes et ses icônes festival de l'auto : un bon millésime

cult

78

p. 84 PIRELLI : THE CAL 2016 p. 86 le retour de la vague

sports p. 88

VTT, prévenez les chutes

agenda CULturel

84 PREMIUM 6


NEWS le fromage de Jean-Claude Biver au secours des démunis

IN THE

AIR

Pour la 2ème année consécutive, Jean-Claude Biver, Chairman de Hublot et Président de la division Montres du Groupe LVMH, ainsi que Guill Kaempff et Christian Kaempff, Directeurs généraux de la fameuse Pâtisserie, Fromagerie et Service Traiteur Kaempff-Kohler, ont mis en vente 250 kilogrammes du célèbre fromage d’alpage au profit de la Fondation du Grand-Duc et de la Grande-Duchesse ainsi que de la Fondation Cancer. Le succès de la vente de l’année dernière, avait permis de recueillir un chèque de 6 500 euros pour la Fondation.

1

langlais & langlais real estate obtient le label made in luxembourg !

Langlais&Langlais Real Estate est né de la volonté de deux frères de se démarquer de la situation existante au Grand-Duché au niveau des agences immobilières. Exercer en son nom hors franchise n’était envisageable qu'à condition de faire différent, de créer un concept novateur, surtout efficace et réactif. C’est donc petit-à-petit que Langlais&Langlais Real Estate s’est construit, sans jamais oublier les principes de base de ce métier, éthique, déontologie et transparence. Aujourd’hui, Langlais&Langlais est une marque déposée disposant du Label « Made in Luxembourg » et présente aussi bien sur les moteurs de recherche nationaux qu’à l’international, capable donc d’atteindre une clientèle étrangère de plus en plus présente sur le territoire luxembourgeois. LANGLAIS & LANGLAIS 11-13, Boulevard Grande-Duchesse Charlotte à Luxembourg-ville. Tél. +352 27 21 21 - www.langlais.lu

Girard-perregaux et hermès chez kayser reinert horloger-joaillier

la marque italienne Eleventy débarque chez tomcat !

La maison Kayser Reinert, installée à Luxembourgville depuis 1958, est l’une des adresses phares au Grand-Duché pour les amateurs de joaillerie et d’horlogerie. Représentant des marques les plus connues, vous pourrez y découvrir désormais les marques Girard-Perregaux (en exclusivité au Luxembourg) ainsi que la montre Hermès. Kayser Reinert 46 avenue de la Liberté, L-1930 Luxembourg Tél : 48 92 11

La boutique Tomcat, située à Strassen, entre en exclusivité pour le marché luxembourgeois la nouvelle marque italienne Eleventy. Style contemporain, la griffe revisite les looks des dandy et des "teddy boys » londoniens des années 50. Une marque parfaite pour les gentlemen actuels. Tomcat, 155 Route d'Arlon, 8009 Strassen

5

3

4

FERBER HAIR&STYLE récompensé AUX HAIRDRESSERS AWARD Lors de la soirée de Gala des HAIRDRESSERS AWARD en Belgique, le jury a désigné Frederic Mendes du salon FERBER HAIR&STYLE Limpertsberg comme gagnant Benelux dans la catégorie « Men ». Victor Talarico de notre salon de Bonnevoie a été nominé pour la 4ème fois cette année, dans les catégories « Ethnic », « Alternative » et « Press Award ». Modèle : Randy Mammola - Crédits photos : Christian Wilmes PREMIUM 8


L’INSPIRATION PEUT VOUS CONDUIRE ENCORE PLUS LOIN.

DS 4 CROSSBACK Né pour l’évasion, DS 4 Crossback vous permet d’explorer de nouveaux territoires. Grâce à son Contrôle de garanti aussi bien en ville que lors de vos envies d’aventures.

EN FÉVRIER, LES OFFRES AUTOFESTIVAL DS CONTINUENT *

3,8 – 5,6 L / 100 KM

100 – 130 G CO2 / KM

DSautomobiles.lu

Informations environnementales : citroen.lu - * Offres Autofestival valables du 01/02/2016 au 29/02/2016 sur toutes les DS 4 Crossback (hors véhicules Business), vendues à particulier, non cumulables avec toutes autres promotions en cours. Plus de renseignements chez nous.

DS STORE Luxembourg L- 2557 LUXEMBOURG Tél. : 40 22 66 - 1 CLERBAUT AUTOMOBILES L- 5481 WORMELDANGE Tél. : 76 82 65

ETOILE GARAGE L- 3515 DUDELANGE Tél. : 51 91 90 CLERBAUT AUTOMOBILES L- 5750 FRISANGE Tél. : 23 60 60

ETOILE GARAGE L- 4026 ESCH-SUR-ALZETTE Tél. : 55 01 55 GARAGE NEUGEBAUER L- 8422 STEINFORT Tél. : 39 00 29

ETOILE GARAGE L- 7540 ROLLINGEN/ MERSCH Tél. : 26 32 63 GARAGE J. LEYDER L- 8509 REDANGE-SUR-ATTERT Tél. : 23 62 39 - 1

GARAGE STROTZ L- 9559 WILTZ Tél. : 26 95 02 47

www.etoilegarage.lu


NEWS

6

7

LE LUXEMBOURG a sa boutique COS COS a ouvert sa première boutique au Luxembourg. Ce magasin luxembourgeois marque une nouvelle étape pour COS, la marque réputée pour son engagement en matière de design fonctionnel et de qualité. Situé au 6 Rue Philippe II, le nouveau magasin agencé sur un étage de 440 m2 ouvre ses portes en présentant sa dynamique collection automne-hiver homme et femme qui affiche des couleurs fraîches, des tons naturels et des coupes flottantes. Explorant continuellement le concept original qui a pour but de privilégier le style à la mode, COS, Collection of Style, a été conçue pour les hommes et les femmes recherchant un design haut de gamme et une bonne qualité à un prix abordable. Depuis sa création en 2007, COS est réputée comme étant une marque internationale ayant adopté une approche unique qui consiste à produire des pièces intemporelles et indémodables.

le salon de coiffure million hair vous invite à découvrir un défilé des nouvelles tendances Le 18 février prochain à partir de 18H30, le Salon de coiffure Millionhair vous invite autour d'un cocktail à venir découvrir les Nouvelles tendances Printemps-Eté de cette année. Défilé, cocktail, cadeaux, tous les ingrédients sont réunis pour vous faire passer un agréable moment. Nouveau : Votre salon de coiffure Millionhair s'est agrandi et vous propose dorénavant des massages et un service de manucure, péducure et barbier. Salon de coiffure Millionhair 9A Rue Aldringen à Luxembourg Tél. 26 27 03 89

8

john paul et les concierges donnent naissance à un géant du secteur de la conciergerie de luxe En janvier, John Paul et LesConcierges ont annoncé leur fusion. Le groupe John Paul devient ainsi le numéro 1 mondial des services de relation client premium et de fidélisation des salariés. Avec plus de 1000 collaborateurs et un chiffre d'affaires consolidé de 70 millions de dollars, l'entreprise a pour objectif de réaliser 150 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2017. Avec cette fusion, le groupe John Paul devient l'unique acteur à pouvoir proposer la même qualité et exigence de service partout dans le monde. Cette couverture géographique permet désormais aux groupes mondiaux de disposer d'un partenaire unique pour développer les relations privilégiées et nécessaires avec leurs clients, de plus en plus exigeants, nombreux et mondiaux. Présente au Luxembourg, John Paul intervient aussi bien auprès des marques désireuses de fidéliser leurs meilleurs clients que des entreprises souhaitant fidéliser leurs meilleurs collaborateurs.

triomphe du 5ème Russian Charity Ball Le 16 janvier dernier, le Cercle Cité recevait les invités du 5ème Russian Charity Ball. Cet événement organisé pour collecter des fonds en faveur des enfants défavorisés et malades en Russie a rassemblé de nouveau le gotha de l’économie, de la culture et de la société luxembourgeoise et russe. Autour d'un dîner gastronomique orchestré par le chef étoilé Renato Favaro, de nombreux artistes russes ont rythmé la soirée : le Chic Planet Orchestre, la harpiste Anastasia Sergeeva, la chanteuse ukrainienne Arina Domski, le chanteur Rustam Shtar, les musiciens Folks bande «Russkaia Dusha», la Folks dance des élèves de Russian School Kalinka, DJ Andreas Monschauer et Master class avec l'École de danse Mireille Roulling, suivi d'une vente aux enchères et la Tombola.

PREMIUM 10

9


Cuisines équipées, plaCards, rangements. Le design, La quaLité, L’ergonomie, La simpLicité et Le conseiL Vous Les trouVerez chez nous.

Visitez notre showroom du lundi au samedi, de 10h00 à 19h00 envie d’une cuisine alliant design et performance ? Besoin de rangements pratiques et solides ? Les spécialistes hoBa vous conseillent et créent avec vous la cuisine dont vous avez toujours rêvé. un endroit convivial où on se retrouve entre amis ou en famille. Faites également confi ance à l’expertise de hoBa pour composer des rangements qui vous simplifi ent la vie. hoBa, c’est toute une équipe dédiée à vous séduire par un savoir-faire professionnel dans la pure tradition du travail artisanal. HOBA Cuisines & Rangements 38, Rangwee L-2412 Luxembourg - Howald www.hoba.lu

Contactez-nous : info@hoba.lu ou +352 26 29 99 1 Retrouvez nous sur notre site et réalisez votre simulation de cuisine ou dressing en 3D WWW.HOBa.lu


LIFESTYLE

|

architecture S-house japan

open space Yuusuke Karasawa est l’architecte japonais à l’origine de cette surprenante maison. Les enchevêtrements d’escaliers reliant chaque duplex l’un à l’autre offre une vue sur chaque espace à vivre. Cette maison est définie par son concepteur comme « la preuve que l’architecture ne peut pas seulement être conduite par la philosophie mais l’imite également ». Par Marie-Camille Rauch PREMIUM 12


«

House-S » est située dans un quartier résidentiel près de la Gare d’Omiya à Saitama. Cette maison de plusieurs étages est tout à fait atypique et consiste en une série de nombreux étages et duplex générant des espaces de vie originaux, diversifiés. Même les sols s’enlacent pour donner au centre de la maison une impression de vide. Cette surface de 100 m2 est une ode au contemporain mais également à notre système de communication actuel, parfois complexe et multiple. Tous les matériaux non transparents ont été peints en blanc pour harmoniser l’habitat. Grâce à cette unité, les espaces ouverts les uns sur les autres peuvent facilement être dédiés à plusieurs fonctions. Seules la cuisine et la salle de bain ont été aménagées. La façade, composée de grandes baies vitrées horizontales laisse la lumière s’inviter à tous les étages. Peu de place pour l’intimité mais beaucoup d’opportunités à venir certainement !


LIFESTYLE

|

fiction STARS DISPARUES

rencontre avec.. Ils ont disparu trop tôt. Artistes de génie, portés par un talent reconnu, que feraient-ils aujourd'hui s’ils étaient encore parmi nous ? Nous avons imaginé quelle aurait été leur vie, si... Par Albane Couvent

ayrtonsenna55ans

A

yrton Senna da Silva est un pilote automobile trois fois champion du monde. Né le 21 mars 1960 à São Paulo au Brésil, il meurt brutalement le 1er mai 1994 à Bologne. Sa passion l’aura accompagné jusqu’au bout, car c’est à la suite d'un accident lors du Grand Prix de Saint-Marin qu’il disparait.

Quel virage aurait pu prendre sa vie si elle ne s'était pas achevée aussi prématurément ? Déjà champion du monde en 1988, 1990 et 1991, Ayrton le sera de nouveau en 1994. Sa rivalité avec un autre champion, Alain Prost, a pris fin ; le Français s’étant retiré de la course l’année précédente. Leur relation se mue définitivement en amitié lorsqu’en 1995, Senna rejoint Prost dans une aventure qui les entraîne tous deux sur un nouveau podium, celui du marché automobile. Ensemble, ils créent une nouvelle marque dont le premier modèle est commercialisé dès 1999. La Sepro, bien que voiture de tourisme, a néanmoins conservé les codes de la voiture de Formule 1 et son intérieur offre une illusion totale. La gamme s’arrache dans toute l’Europe et son succès atteint vite le monde entier. L’engouement est si vif que des marques comme Renault, Mercedes et Citroën ne tardent pas à les copier.

freddy

mercury70ans

N

é le 5 septembre 1946, le chanteur du groupe mythique Queen, Freddy Mercury - de son vrai nom Farrokh Bulsara – est décédé le 24 novembre 1991 à Londres des suites d’une pneumonie. Juste avant de mourir, il a déclaré être atteint du VIH.

Quid de la carrière de Queen si Freddy Mercury n’était pas mort si tôt ? Queen poursuit son aventure, même si Freddy Mercury continue, de son côté, à sortir des albums solo, comme il l’a déjà fait en 1985 et 1988. Porté dès ses débuts musicaux par le chant d’opéra, maitrisant parfaitement sa technique, il contribue à populariser le style. Le public européen notamment, accueille avec un engouement inattendu, ce virage à angle droit. Si bien que, même si les titres de Queen en étaient déjà teintés, le groupe s’oriente à son tour vers plus de lyrisme. Un genre nouveau est alors créé, le rock-opéra, qui donnera même par la suite, des comédies musicales à succès. Parallèlement, Freddy Mercury devient un symbole, celui de la lutte contre le VIH. Si la maladie l’affaiblit, il continue de se battre publiquement et multiplie les concerts en faveur de la recherche.

PREMIUM 14


KURTcobain49ans

C

hanteur et guitariste du groupe Punk rock Nirvana, Kurt Cobain est né le 20 février 1967. Il meurt le 5 avril 1994 à Seattle, officiellement d’un suicide.

Que serait-il devenu si sa vie ne s'était pas achevée aussi tragiquement ? En septembre 1994, Kurt Cobain sort son nouvel album : Kill me again, un nouveau succès international pour cet artiste accompli. Mais son addiction aux drogues dures empire. Pour sauvegarder sa vie de famille et échapper à la pression, il décide d'abandonner la musique. Il se tourne alors vers une autre forme d'art qui, durant son enfance l'avait passionné autant que la musique : la peinture. Pendant plusieurs mois, il s'enferme dans la maison qu'il loue seul au bord du Lac Washington près de Seattle. Il laisse alors libre cours à sa créativité et peint une série de tableaux au style nerveux sur le thème de la folie. Sa première exposition a lieu en juin 1995 au musée d'art de Seattle. La presse est au rendez-vous et dès lors s’ouvre à lui une nouvelle carrière. S'ensuit une série d'expositions dans les plus grandes galeries en Europe, où il se rend avec sa famille. Courtney Love est désormais une mère épanouie qui s'est rapprochée de sa fille Frances Bean, l'équilibre semble être enfin atteint. En 2001, il tourne ensuite un film sur l’artiste Andy Warhol, qu'il incarne lui-même. Auréolé d’une triple récompense aux Oscars, le film le propulse au devant de la scène cinématographique cette fois. Le génie qu’il a de passer d'un art à l'autre et largement reconnu. Actuellement, Kurt est occupé à rédiger ses mémoires, celle d'un homme qui aura vécu plusieurs vies...

john

lennon76ans

I

l est né à Liverpool le 9 octobre 1940, et c’est après une vie haute en couleur qu’il meurt assassiné le 8 décembre 1980, devant son logement de New York. Fondateur des Beatles, il n’est plus à présenter.

Mais Imagine… quelle aurait été sa vie s’il n’avait pas croisé les pas de Mark Chapman, son assassin. 1970, les tensions entre John Lennon et Paul McCartney mettent fin à l’aventure Beatles. Soutenu par sa femme Yoko Ono, John Lennon se consacre alors à sa carrière solo. Cependant, petit à petit, il s’ouvre à diverses collaborations avec des artistes comme Elton John ou David Bowie. C’est avec ce dernier qu’il coécrit le titre Fame. En 1986, sort Yellow wood, leur premier album commun. Conçu d’abord comme une simple coopération, leur complicité croissante donne naissance, en 1988 au groupe Peace. Le succès des Beatles n’est rien comparé à celui de Peace, qui enchaine sorties d’albums et tournées à travers le monde. Leur dernier opus, Black Moon, sera leur dernier. 2016, David Bowie s’éteint et laisse son coéquipier de toujours à jamais inconsolable.

jamesdean85ans

A

cteur américain devenu symbole de toute une jeunesse, James Dean est né le 8 février 1931. Ironie du sort, il meurt le 30 septembre 1955 en Californie dans un accident de voiture, quelques temps seulement après avoir tourné un clip sur la prévention routière.

A quoi aurait pu ressembler sa vie s’il ne s’était pas éteint si vite ? Amateur de courses automobiles dont il est sorti plusieurs fois champion, James Dean connaît la célébrité d’abord dans un autre domaine, celui du cinéma. Son interprétation dans « La fureur de vivre » a marqué toute une génération, qui l’idolâtre dès le début de sa carrière. Il enchaîne ensuite les grands rôles au cinéma et devient l’égérie de plusieurs marques de luxe qui s’arrachent les contrats signés de sa main. Sa popularité le conduit à se présenter à l’élection présidentielle de 1961 et son succès est tel que sa victoire face à Kennedy ne se joue qu’à un fil. Il se représente en 1963 et cette fois la remporte. Sa carrière cinématographique est interrompue depuis plusieurs années mais il retourne dans les studios d’Hollywood à la suite d’un premier mandat qu’il n’a pas souhaité renouvelé. Il avouera plus tard que le rôle de président des Etats Unis aura été pour lui, le plus difficile à jouer.

PREMIUM 15


LIFESTYLE

bikers des pistes Pour un look biker des pistes : les E-glove et la veste Bellevarde en cuir de Lacroix (2500e), le casque stealth de la marque italienne KASK (399e)

|

ski matériel 2016

glissez dans le luxe Afin de vous préparer à votre ultime séjour à la montagne, la bonne question à se poser est de savoir comment vous distinguer de votre voisin de télésiège. Voici une séléction d'accessoires pour briller sur les pistes. Par Dean Boyd

Fabriqué en 2013 par la marque de ski Suisse haut de gamme Zai en collaboration avec Bentley, la collection "Zai for Bentley Supersport skis" demeure un must du luxe. Limitée à une production de 100 paires pour un prix de 10.000 $

PREMIUM 16

volant pure silver


u n pa s v e r s l’ é t é HOMME GuCCI CHrI stIan DIOr BalenCIaGa MOnCler Casque Lacroix cuir Light protect Iridium, prix : 499€

eMpOr IO arManI KenZO serapHIn BurBerrY BOss DIr K BIKKeMBerGs Dr vranJ es

FEMME GuCCI Lunettes de ski avec logo et bande Gucci. Prix : 130e

BurBerrY MOn Cler KenZO DIr K BIKKeMBerGs eMpOrIO arM anI Carven MaCKaGe BalenCIaGa stuar t WeItZMan ClerGerIe COralI e aMselleM

W W W. t e D - M e t Z . C O M HO MME F EMME 2 0 ru e serp enOI s e, MetZ ZAI testa

bohème radical 107

LACROIX cruiser titane

bohème split

luxur y sH Op 6 r ue Du lanCIe u, M e t Z


LIFESTYLE

Photos : Ocean Ramsay

|

AVENTURE ocean ramsay

LA BELLE ET LES Bêtes

Ocean Ramsay est une belle gueule dans un corps de sirène, et ce n’est pas pour rien qu’elle se sent si bien dans l’eau. C’est une nageuse passionnée et une plongeuse professionnelle qui peut rester en apnée pendant 5 minutes et 45 secondes... Par Annie Esch Et parallèlement, elle nage avec les requins. Oui, cette jolie hawaïenne valse avec ces prédateurs dans l’eau, les photographie, se laisse observer, puis s’accroche à leur nageoire dorsale pour une balade marine unique. De ce rapport extraordinaire est né l'envie de les faire connaître tels qu’ils sont - à l’opposé de ce qu’on peut voir dans certains films américains - et de les protéger. Aujourd’hui, de nombreuses espèces de requins sont en voie d’extinction de par sa pêche excessive. Elle dénonce aussi le « finning shark », une pêche d’une effroyable cruauté qui consiste à capturer des requins pour leur couper ailerons et nageoires, puis les rejeter mutilés à la mer ; incapables de nager, ils coulent puis finissent dévorés vivants par d’autres prédateurs. Téméraire, Ocean Ramsay s’implique obstinément dans la préservation des requins et vous explique ce que vous pouvez faire pour l’aider dans sa lutte : 1) Eduquer. Soyez conscient et informer sur le fait que les requins ne sont pas que des prédateurs et qu’ils jouent un rôle important dans notre écosystème. 2) Signer une pétition. Cela prend deux minutes et rassemble des voix. 3) N’achetez pas de la soupe d’ailerons de requins, des souvenirs ou quoi que ce soit qui encourage le braconnage des requins. 4) Soutenez la préservation des requins et la recherche. www.ocenaramsay.com

PREMIUM 18


| Su r le S rout e S du monde |

on vous emmène ailleurs

Voyages sur mesure Il est des voyages dont on garde la saveur très longtemps. Parce que tout est unique et parfaitement adapté aux désirs de chacun. C’est là notre marque de fabrique, notre vision du voyage : faire de chaque départ, un morceau choisi, une partition composée exclusivement pour vous. Présents sur les cinq continents, nous faisons rimer exigence et excellence. Dans notre maison de Bruxelles, nous vous accueillons pour préparer votre voyage. Discuter, écouter, proposer… Un interlocuteur spécialisé est là pour vous guider dans l’élaboration de votre projet, la sélection de vos étapes, votre envie de partir en solo, à deux ou en groupe, sur terre ou sur mer, lors d’une fête ou d’un festival, pour découvrir les incontournables ou ajouter des touches d’insolite... Pour donner à votre voyage, le parfum de l’exclusivité.

|

BRUXELLES |

PArIS | lYon |

monte CArlo

La Maison à Bruxelles rue César Franckstraat 44 a 1050 Brussels Belgique Tél. +32 2 880 55 41 bruxelles@insolites.com

|

www.continents-insolites.com


LIFESTYLE

4

Hôtels pour

le Weekend

Bruxelles | sofitel brussels le louise

nuits en mauve

A

votre arrivée, vous semblez presque chercher où il est. Rien de criard, la façade se fond presque dans le décor des autres immeubles et commerces voisins. Cela dénote complètement des typiques hôtels de luxe que nous rencontrons. Toutefois, il a dans sa mallette un charme que d’autres n’ont pas. Le plaisir de la découverte. L’émotion subite de la surprise. Comme lorsqu’on s’amuse à paqueter un cadeau dans un emballage plus commun afin de décupler l’ébahissement à la découverte de celui-ci. Le Sofitel Brussels Le Louise procure cette sensation. Exquise. Une fois la grande porte d’entrée franchie, évidemment flanquée de son concierge, vous reconnaissez la signature du luxe. Une identité olfactive qui vous happe d’emblée, un énorme lustre au-dessus des escalators qui vous mèneront directement à la réception et un long mur blanc façon dentelle que vous aurez envie de frôler du bout des

Sur l’une des artères principales du centre-ville de Bruxelles, plus précisément sur l’avenue Toison d'Or, se trouve un hôtel issu d’une grande lignée : Sofitel Brussels Le Louise.

doigts, rien que pour connaître la sensation qu'il provoquera. De là, le design est partout. Et effectivement, l’hôtel a été entièrement rénové en 2008 par Antoine Pinto et Etienne Bouten. Le mauve et le fuchsia fleurissent en tout lieu et en tout objet : divans, fauteuils, lustres. Même les jeux de lumières savamment travaillés projettent des tons violacés. En découle une atmosphère cosy et stylisée. Le noir et l’argent sont également bien représentés par ses fauteuils cabriolets, ses tables basses aux pieds massifs, tout comme la jolie salle du petit-déjeuner qui respecte ce code couleur. Les chambres sont relevées d’une délicate touche de beige, ajoutée à toutes celles déjà énoncées, afin de soigner l’ambiance feutrée. Et ses coussins posés sur le lit dénoteront mais caractériseront l’originalité des lieux, volontaire : des coussins de la marque Fornasetti imprimés de visage féminin, plus précisément celui de Lina Cavallieri, chanteuse d’opéra et muse incontestée de Fornasetti PREMIUM 20

(père)… je vous le disais, l’émotion subite de la surprise est exquise. Parallèlement à toute cette panoplie de style, l’atout indéniable du Sofitel Brussels Le Louise est sa position. Errez, flânez, découvrez les rues colorées de créateurs et maisons art déco à quelques pas de là. Puis égarez vous un peu plus et découvrez ce dont regorge la capitale : quelques musées, le Manneken Pis, la Grand-Place, etc. Car là aussi, le plaisir de la découverte est une sensation délicieuse. 169 chambres dont 10 suites Restaurant Crystal Lounge Prix pour une chambre à partir de 121,68 e SOFITEL BRUSSELS LE LOUISE 40, Avenue de la Toison d'Or B-1050 Bruxelles Tél. +32 2 514 22 00 www.sofitel.com


4

Amsterdam | ink hôtel amsterdam

Hôtels pour

le Weekend

un hôtel de «caractères» Envie d'une escapade originale à Amsterdam ? Le INK est un boutique hôtel qui vous baignera dans l'atmosphère de la presse... © Ewout Huibers

l

verdure, des pierres brutes, des parois en verre et la lumière naturelle », explique Concrete. Côté chambres, l’hôtel propose six types, des chambres classiques aux suites, toutes offrant un sentiment d’espace et une lumière abondante. Chaque élément de décoration rappelle subtilement le passé de la capitale néerlandaise, comme les boutons de coussin à l’effigie des petites maisons amstellodamoises ou ces dessins à la craie sur les murs des chambres qui retracent l’histoire de l’hôtel et de sa ville. La PRESSROOM propose le concept « Drink & Eat » de l’hôtel, avec un restaurant, un bar et un espace lounge. L’intérieur contemporain rend hommage à l’ancienne imprimerie avec ses machines à écrire classiques, ses encriers en verre et ses grands rouleaux de papier d’impression. Le sol est recouvert de carrelages en ciment présentant le même motif que dans l’imprimerie. L’hôtel dispose de services de luxe, comme le room service, un espace de fitness et un service d’enregistrement et de départ rapide. Enfin, pour les réunions, INK Hotel Amsterdam a aussi la solution : à côté du jardin intérieur, la Garden Room dispose de tous les équipements nécessaires pour réunir jusqu’à douze personnes. Il ne manque plus que vous pour finir d'écrire l'histoire...

e INK Hotel Amsterdam tire ses origines du lieu où se trouvait jadis le siège du journal néerlandais « Tijd », en 1904. Son directeur, Joachim de Looij explique : « Les trois thèmes "histoires, encre et Temps (le journal néerlandais Tijd)" jouent un rôle central dans la nouvelle aventure de INK Hotel Amsterdam. Ils ont fortement influencé nos choix non conventionnels en matière de décoration, de personnel et d’équipements ». En effet, l’aménagement intérieur, réalisé par le bureau d'architectes Hollandais Concrete, s’est inspiré de l’histoire du complexe, des trois anciennes maisons amstellodamoises le long du canal et de l’imprimerie Tijd. La façade, l’entrée, les chambres et de nombreux équipements respirent encore la richesse de ce passé, comme tous les établissements de la MGallery Collection. L’entrée de l’hôtel est une réplique de la vie le long des canaux amstellodamois : haute en couleur, agréablement animée et inspirante. Après la réception et ses hautes tables de bar et tablettes d’enregistrement, les visiteurs arrivent dans le patio et découvrent un coin caché et beaucoup plus calme que la ville. Le toit en verre et l’arbre imposant au milieu donnent l’impression d’entrer dans une cour intérieure d’Amsterdam. « Pour lNK Hotel Amsterdam, nous avons gommé les limites entre intérieur et extérieur en optant pour beaucoup de

© Ewout Huibers

Prix pour une chambre à partir de 169 e

un voyage dans le temps Pour faire du séjour et de l’histoire de chaque hôte un moment inoubliable, il est possible de réserver un Memorable Moment. Comme le veut la philosophie de la marque MGallery, les Memorable Moments sont des expériences uniques offertes aux convives de chaque hôtel de la chaîne. Ils prennent la forme d’activités exclusives qui correspondent à l’histoire, au style et au caractère de l’hôtel et deviennent des souvenirs mémorables. Pour INK Hotel Amsterdam, l’expérience « Time Travelling by Bike » emmène les clients dans un voyage dans le temps unique à travers Amsterdam.

INK Hôtel Amsterdam Nieuwezijds Voorburgwal 67 1012 RE AMSTERDAM Tél. +31 20 7219178 www.mgallery.com PREMIUM 21


LIFESTYLE

4

Hôtels pour

le Weekend

Paris | PENINSULA PARIS

le chic parisien

La terrasse du restaurant l'Oiseau Blanc

Le lobby

Le restaurant l'Oiseau Blanc

C'est le savoir-faire à la française par excellence : romantisme, élégance et art de vivre réunis pour en faire un cocktail magique. The Peninsula est un condensé de ce que la France a de mieux à offrir : luxe, tradition, modernité, partons à la découverte de ce bijou qui a rouvert ses portes le 1er août 2014. Un cadre enchanteur Et c’est peu dire, idéalement situé, à deux pas de la Tour Eiffel et de l’Arc de Triomphe, se rendre à l’hôtel c’est déjà profiter de la magie du moment et s’inspirer des lieux. Cet immeuble parisien classique datant de la fin du 19ème siècle est chargé d'histoire, pour avoir notamment abrité le siège de l'UNESCO en 1946 et 1958. Le 1er août 2014, The Peninsula renaît donc de ses cendres et avec lui un patrimoine français que l'on envie aux quatre coins du monde. La concurrence peut trembler car le groupe The Peninsula Hotels a fait appel aux meilleurs afin de satisfaire une clientèle devenue exigeante. Baccarat, Christofle, Bernardaud, le champagne Deutz, le luxe français s'est donné rendez-vous !

Des chiffres qui donnent le tournis... 30 000 m2, 7 étages, 6 restaurants dont L'Oiseau Blanc qui possède une terrasse avec vue sur la Tour Eiffel et tout Paris, 500 employés, 200 chambres dont 34 suites, The Peninsula Paris est désormais le fleuron du chic parisien. La technologie s'est également invitée dans toutes les chambres notamment grâce à des tablettes numériques interactives de chevet. Ainsi, vous pourrez découvrir les alentours de l'hôtel, commander à manger, contrôler la luminosité, etc... tout cela dans 11 langues ! Chaque chambre comporte également un dressing indépendant, un boudoir, une coiffeuse, un valet box (pour le cirage de vos chaussures et la blanchisserie), un coffre-fort, une station météo et un sèche-ongles pour madame. PREMIUM 22

Le SPA Peninsula 1800 mètres carrés une piscine de 20 mètres de long un « Asian Tea Lounge » un salon de relaxation 2 marques partenaires : ESPA et Biologique Recherchex

The Peninsula Paris 19, Avenue Kléber F-75116 Paris, France Tél. +33 1 58 12 28 88 www.paris.peninsula.com


4

Hôtels pour

le Weekend

Le bar SixtyFour°

Luxembourg | sofitel luxembourg europe

l'endroit rêvé Le Sofitel Luxembourg Europe fait partie de ces hôtels luxueux, bien ancrés dans le paysage luxembourgeois, et du luxe également puisqu’il suffit d’entrer dans le hall de l’hôtel pour admirer modernité et raffinement qui caractérisent tant le Sofitel. De multiples plaisirs en perspective Avec son nouveau bar SixtyFour°, le Sofitel est devenu un lieu incontournable pour tous les amateurs de whiskies, qui n’auront que l’embarras du choix parmi 130 excellents jus, venus des meilleures distilleries. On peut également se laisser séduire par une collation (hamburger, salade césar ou bouchée gourmande) qui saura, à coup sûr, accompagner votre boisson. Autre plaisir, autre lieu. Dans une ambiance tamisée et intime, laissez vous conseiller par le personnel expert du Havana Lounge pour déguster et savourer entre amis des cigares d’exception. Et côté gastronomie, le Sofitel n’a rien à envier aux plus grandes tables du Grand-Duché. L’Oro e Argento met l’Italie dans votre assiette et à votre service puisque le personnel est italien. Haut lieu de la gastronomie, vous pourrez déguster les mets les plus fins accompagnés de crus exceptionnels. PREMIUM 23

Un lieu d’événements On n’y pense pas assez souvent, mais le Sofitel aide aussi à l’organisation de mariages : imaginez-vous au cœur de l’atrium pour le plus beau jour de votre vie… Une équipe de spécialistes est à votre disposition pour vous aider dans le choix de votre menu, cocktail, décoration, afin de faire de ce jour, le plus beau de votre vie, car « Love is Magnifique in Luxembourg ! » Manifestation privée ou professionnelle, le Sofitel saura également mettre à votre disposition des salles de réunion dotées des denières technologies. L’équipe se fera un plaisir de répondre à votre demande, alors n’hésitez pas à les contacter ! Sofitel Luxembourg Europe 4, Rue du Fort Niedergrünewald Quartier Européen Nord/Kirchberg L-2226 Luxembourg Tél. +352 43 77 61 www.sofitel.com


LIFESTYLE PREMIUMclass

le printemps des

manteauX Le manteau s'allège avec l'arrivée du printemps. Quelle coupe et quel style choisir ? Suivez le guide...

LA GABARDINE Chez Hackett

LA PARKA Chez Strellson

LA surVESTE Chez Hackett

le caban toile Chez Boss

LE TRENCH-COAT LE GILET matelassé

Chez Burberry

Chez Marc O'Polo PREMIUM 24


Photo : Fury

|

coiffures tendances 2016

bien coupé D'après les statistiques Google, les hommes passent davantage de temps à rechercher leur style de coiffure. Passage en revue des styles actuels et à venir... l'undercut LA COUPE DES années 50-60 Aussi connu sous les noms de coupe Berlinoise ou « comb over », la coupe fétiche de ces dernières années tire ses origines de la vague rétro, de séries comme Mad Men ou de stars de football ou de cinéma. Ce style qui consiste à raser les côtés et conserver de la longueur sur le dessus le tout passé à la gomina, risque de se voir voler la vedette par d'autres styles venus tout droit des années 90.

Photo : Miami Vice

coupé long LA nouvelle tendance Observé sur les podiums des défilés fashion, l'esprit des 90's semble renaître avec des coupes de cheveux longs et parfois plaqués, autrefois porté par nos footballeurs et groupe de rock grunge mais aussi comme Colin Farrel dans Miami Vice.

coupé court LA nouvelle tendance Robert Pattinson, Adam Levine, Michael Fassbender, ce ne sont là que quelques-unes des stars qui l'ont adopté. Stylée et facile à vivre, cette coupe à l'inspiration militaire avec cependant quelques millimètres de plus au dessus, nécessite cependant un passage rapide chez le coiffeur.

LE BARBIER PAR EXCELLENCE KIRCHBERG BERTRANGE BERELDANGE ESCH-BELVAL MERSCH

C.C. C.C. C.C. C.C. C.C.

AUCHAN CITY CONCORDE CACTUS BELVAL PLAZA 1 TOPAZE

WWW.T-HAIR.COM

26 09 41 11 26 44 04 37 26 33 18 80 26 57 31 11 26 32 10 70


LIFESTYLE

|

psycho au bureau

corporate attitude Photo : Suits

2016 sera VOTRE année. Voici une liste de conseils à suivre pour être bien vu de vos collègues et de vos supérieurs, sans trop d’efforts… Par Marie-Camille Rauch

Les anglicismes sont-ils tendance ? Apologize, mais non. « Sorry, je te callback ASAP je suis overbooké » ce n’est plus possible. Vous aussi des frissons parcourent votre corps quand vos collègues en utilise un ? Et pour cause, ils sont employés à tort et à travers et sont un vrai fléau. Voici la liste (assez exhaustive, on ne supportera pas plus) de ceux qui, bien placés, peuvent subsister : - feedback - to-do list (parce que c’est plus rapide que « la liste des choses à faire ») - débrief - FYI (« For Your Information », parce que « PTI » c’est beaucoup moins classe…) A vous de constituer votre propre liste en fonction de votre secteur de travail.

Comment reconnaître le collègue menteur ? Paradoxalement, les menteurs ne vous fuient pas forcément du regard. Bien au contraire même, selon une étude menée par l’Université du Michigan qui relate que les fautifs ont plus tendance à fixer leur interlocuteur droit dans les yeux. Par ailleurs, 40% d’entre eux avaient une gestuelle agitée et disaient régulièrement « hum ». Alors, ouvrez l’œil !

Est-ce grave d’arriver en retard en réunion ? Photo : The Big Short

Pas tellement, notamment quand on sait qu’un cadre passe en moyenne 3 heures par jour en réunion. Faites-vous simplement petit en arrivant… PREMIUM 26


HOMME GUcci chRistian dioR balenciaGa moncleR emPoR io aRmani Kenzo seRa Phin bURbeR RY boss diRK biKKembeRGs dR v RanJ es

h a b i l l e z vo s e n v i e s

Et de ne rien dire en réunion ? Notamment quand on sait que 88% des réunions ne débouchent sur rien. Contentez-vous d’hocher la tête et de plisser des yeux et tout devrait bien se passer. Par contre éviter de vous endormir.

Maîtrisez le fayotage... « Fayoter plus pour gagner plus ? » Et oui apparemment la lèche est tendance et vous fera progresser bien plus que d’être créatif ou bosseur. Le bon fayot est celui qui ne se fait pas repérer. Il connaît tout de son patron, joue avec ses points sensibles : s’il aime les détails, sortez-lui des statistiques, des chiffres. Mais surtout, surtout, évitez de trop bien travailler pour être à l’abri du vrai danger professionnel : l’impopularité.

w w w. t e d - m e t z . c o m

...et l’art du skiving C’est LA parade qui consiste à avoir l’air de bosser alors qu’il n’en est rien. Par exemple, laisser en permanence une veste sur sa chaise pour faire croire à vos patrons que vous êtes arrivé le premier, ou programmer l’envoi d’un mail depuis la maison. Merci la technologie !

HO MME f EMME 2 0 RU e seRP enoi s e, metz

luxur y sH Op 6 R Ue dU lancie U, m e t z


PUBLI-REPORTAGE

|

voyage continents insolites

DESTINATION : éclipse totale Une éclipe solaire rare aura lieu le 1er septembre 2016. L'île de Madagascar offrira des conditions exceptionnelles pour assister à ce spectacle unique. Continents insolites vous propose d'être les témoins privilégiés de ce phénomène incroyable.

Un phénomène unique, un lieu à part Le 1er septembre 2016, le soleil, la lune et la terre s'aligneront pour former une éclipse annulaire de soleil. Pour l'observer à loisir nous vous proposons un voyage dans le site qui offre à cette époque de l'année les meilleures conditions de toute la zone de visibilité : la Côte Est de Madagascar en pleine saison sèche ! C'est au sein d'un très beau site naturel que vous aurez l'occasion d'être les témoins de ce phénomène incroyable. Le mystérieux jardin de l'océan Indien Havre des lémuriens et des baleines à bosses, planté de baobabs et de rizières, Madagascar a des airs d'Afrique et des parfums d'Asie. Les flèches karstiques de l'Ankarana, près de Diego Suarez, le massif ocre de l'Isalo sur fond de savane, les orgues basaltiques des Mitsios, au large de Nosy Bé... A la diversité de la nature répond celle des hommes. Et avec eux, une épopée royale à découvrir. Avec 18 ethnies différentes, le dépaysement est total : si les paysages défilent, les visages aussi et avec eux, les coutumes, l’habitat, l’art funéraire, les traditions vestimentaires. Un fil rouge : les sourires, avec l’extrême gentillesse, et la musique qui rythme tout un peuple. Avec l'avantage de la langue, les échanges avec la population locale sont fréquents et constituent un vrai point fort de votre voyage.

Des étoiles et des animaux étranges À Madagascar vous aurez l'occasion d'admirer le ciel austral et ses splendeurs : constellations, amas d'étoiles, nébuleuses et galaxies visibles seulement depuis les contrées sud de notre planète... Outre le ciel, la terre vous réserve de belles surprises et découvertes : lors de nombreuses excursions sur terre ou sur l'eau, vous partirez à la rencontre des lémuriens, caméléons, poissons exotiques, tortues, oiseaux du paradis, toucans et autres oiseaux rares. Un itinéraire hors sentiers battus et 100% nature Le Nord de Madagascar reste l'une des régions les plus authentiques de la grande île. Outre les rencontres avec les chaleureux Malgaches, vous voyagerez à travers une grande diversité de paysages et de lieux : Majunga la ville des fleurs, cosmopolite et rieuse, les villages de pêcheurs de la Baie de Boeny, le parc national d'Ankarafantsika avec sa savane, ses majestueux baobabs et canyons colorés sans oublier les immenses étendues du plateau du Tampoketsa pour rejoindre les Hautes terres et Antananarivo. PREMIUM 28


le voyage sur-mesure « On vous emmène ailleurs », c’est la définition choisie par Continents Insolites pour exprimer sa vision du voyage sur mesure... un interlocuteur spécialisé vous guidera dans l’élaboration de votre projet, la sélection de vos étapes, votre envie de partir en solo ou en groupe, sur terre ou sur mer, lors d’une fête ou d’un festival, pour découvrir les incontournables ou ajouter des touches d’insolite...

La Maison à Bruxelles Rue César Franckstraat 44 a 1050 Brussels Belgique Tél. +352 20 30 15 74 www.continents-insolites.com PREMIUM 29


LIFESTYLE

|

VOYAGE diariesof part 1

red hot chili bikers Jorge et Anabela ont récemment tout quitté pour voyager et se consacrer pleinement à leur projet, leur magazine de voyage Diarieseof. Au programme : de magnifiques photos et des souvenirs plein le sac à dos ! Par Dean Boyd

La vue depuis Torres del Paine : c’est depuis le camping Pehoé que vous observerez les plus belles vues.

Comment l’aventure a commencé ? Deux ans plus tôt, Jorge et Anabela prenaient un congé sabbatique de 6 mois pour voyager. A leur retour, ils décident de récidiver et enfourchent leur moto direction l’Amérique du Sud : 7 pays différents, 22.000 km, 20.000 photos en poche et autant de belles histoires. Alors pourquoi ne pas les faire partager dans un magazine ? Une campagne de crowfunding (financement participatif) les aide à récolter les fonds nécessaires à l’impression du tout premier numéro Diariesof, qui compte aujourd’hui plus d’un an existence et 3 numéros à son actif.

question de perspective. En effet que l’on parte pour une semaine ou six mois, il faudra simplement faire beaucoup plus de lessives ! De plus, il faut également tenir compte des saisons, mais là encore, tout est question de superpositions. Si vous partez en moto pour l’été, vous allez logiquement prendre quelque chose de plus chaud pour les soirées plus froides. Pour un voyage de 6 mois on procède de la même façon, et quand le froid est plus intense, il suffit de superposer plusieurs couches. La tente ultra-légère est également un incontournable. En plus de son évidente légèreté, l’étanchéité est absolument nécessaire, et il ne faut pas lésiner sur le

// La question a beaucoup plus tracassé Anabela, qui s'est très vite interrogé sur le nombres de paires de chaussures qu'elle pourrait réellement emporter. // Comment préparer un voyage à moto ? La moto a atterri par avion à Santiago du Chili mais le problème a débuté à la maison : comment charger une moto qui n'est équipée à l'origine que de petites valises ? La question a beaucoup plus tracassé Anabela, qui s'est très vite interrogée sur le nombre de paires de chaussures qu'elle pourrait réellement emporter, alors que Jorge, lui, pense que tout est

prix. Ils ont connu de fortes pluies, mais grâce à leur abri montable en dix minutes, Jorge et Anabela sont restés au sec. A ne pas omettre également : les outils pour la mécanique de la moto (et des pièces de rechange au cas où il ne serait pas possible de trouver la marque d'origine sur place), des collations (en cas d’absence de supermarchés), un couteau Suisse, une lampe torche. Sont utiles également un ordinateur, PREMIUM 30

un journal et un livre. Pour finir, leur compagnon de voyage : le superbe appareil photo Canon 24-105 mm, une évidence eu égard à la nature de leur activité d'éditeur du magazine Diariesof !

«A

notre arrivée au Chili, à Santiago, les températures étaient agréables mais comme nous nous dirigions vers le sud, nous savions que le froid allait vite arriver : neige et pluies glaçantes ont gravement endommagé notre moto à plusieurs reprises (merci les outils). Le Chili rappelle aux voyageurs que ce n’est pas juste une terre de sable et graviers... Mais les paysages sont à couper le souffle, comme nous l’a démontré l’ascension du volcan Villarica (alt. 2860 mètres). Toujours plus vers le sud, la grande route Carretera Austral nous emmène vers des paysages arides, presque désolés, où les voitures se faisaient de plus en plus rares. Il était d’ailleurs plus fréquent de croiser un animal sauvage (guanacos et caracaras) qu’un humain. La dernière grande satisfaction de ce voyage fut le mondialement connu Parc National Torres del Paine. Affublés de nos sacs à dos, nous avons effectué une randonnée de deux jours à travers les forêts, les rives et autres lacs. La vue était notre récompense. Nous savourons encore les paysages chiliens d’une beauté inégalée… » www.diariesof.lu


Anabela randonnant sur la route de Torres del Paine.

Pause au sommet du Volcan Villarica après une difficile ascension.

Dead Forest : l’éruption du volcan Hudson a créé ce paysage fluvial de désolation le long de la route Carretera Austral. On peut y admirer un paysage à la fois aride et magnifique, à la fois puissant et fragile. Le respect est un mot d’ordre et nous chuchotions dans l’espoir de ne rien perturber. ➤

itinéraire d'une aventure

CHILI

Les distances entre deux villages peuvent être longues et il n’est pas inhabituel de ne pas voir de station essence pendant de longs kilomètres. Nous avions donc toujours sur nous un petit conteneur avec de l’essence. Il fut très utile… ➤

ÉTATS-UNIS

MEXIQUE

BRÉSIL

CHILI ARGENTINE

Jorge au côté de la moto, avec deux valises latérales, une sacoche et un réservoir à essence.

PREMIUM 31


LIFESTYLE

PAQUETAGE DE SURVIE Durant leur périple au Chili, Jorge et Anabela avaient prévu le nécessaire pour leur vie en autonomie, la revue de leur paquetage en détail : Un exemple du matériel transporté dans une des valises de la moto : vêtements, produits hygiéniques et médicaments. La tente, 2 sacs de couchage d’été (bleu), deux matelas gonflables (vert), et une moustiquaire pour les hôtels. Tous ces équipements étaient logés dans l’autre valise de la moto. Ordinateur, journal, livres, couteau Suisse, lampe frontale, port USB, papier toilette, corde, fruits, collations et outils étaient quant à eux contenus dans un des autres sacs de la moto.

PREMIUM 32


4

3

1

Le baroudeur moderne 1. Vu au CES de Las Vegas, voici un barbecue solaire révolutionnaire : le Go sun Stove, inventé par le jeune ingénieur américain Patrick Sherwin 2. Plébiscitées depuis des années, les F 700 GS et F 800 GS ont démontré toutes leurs capacités sur toutes les routes et dans toutes les conditions. Ces deux nouveaux modèles bénéficient d’une mise à jour esthétique pour 2016 3. La camera Fusar Mohawk se fixe au casque, qui se connecte au téléphone et le transforme en intercom, permet de partager directement les vidéos et se connecte au GPS du téléphone pour proposer un guidage et un marquage GPS des vidéos. Le système de fixation est adapté aux casques. Un capteur de choc envoi un message instantané aux secours en cas d'impact avec la localisation GPS. 4. Ne craignez plus de partir à l'aventure grâce à cette tente Audi conçue avec la société allemande Heimplanet, spécialiste dans la conception de tentes gonflables. Elle peut être connectée au coffre d'un Q3 ou Q5 à l'aide d'un sas de liaison, ou encore être utilisée indépendamment.

2

PREMIUM 33


BUSINESS

DOSSIER

LES ARMES DU LUXEMB Une cinquantaine d’années ont suffit au Luxembourg pour s’imposer comme une place financière internationale. Le pays est le deuxième centre mondial de fonds d’investissement et le premier centre de banques privées de la zone euro. Son économie florissante, le Grand-duché la doit à sa stabilité politique, au dialogue permanent qu’entretiennent le secteur privé et le gouvernement, à la pertinence de son PREMIUM 34


SECRÈTES OURG cadre réglementaire, à l’importance accordée à l’innovation. Si générer de la richesse est une priorité, cela n’est pas forcément incompatible avec le plaisir comme le confirment les investisseurs passionnés que Premium a rencontrés. Dossier réalisé par Alix Lucas PREMIUM 35


BUSINESS DOSSIER : les armes secrètes du luxembourg

l'assurance,

force rouge de l'économie grand-ducale Plus discret que l’industrie des fonds d’investissement et que l’univers bancaire, le secteur de l’assurance est également un poids lourds de l’économie luxembourgeoise.

L

’assurance luxembourgeoise est l’un des piliers de l’économie grand-ducale. En 2014, selon les chiffres du Commissariat aux Assurances, le secteur a affiché 36 milliards d’euros de primes encaissées, soit une progression de 11,90% par rapport à l’année précédente. Cette bonne santé se confirme dans l’évolution des sommes de bilan des assureurs et réassureurs. Pour la première fois de leur histoire, elles ont franchi la barre des 200 milliards d’euros, à 205,4 milliards d’euros. A titre de comparaison, les bilans dépassaient à peine les 60 milliards en 2005. Ces bons résultats sont surtout liés au dynamisme dont fait preuve l’assurance vie qui pèse pour 24 milliards d’euros et a terminé l’année 2014 en progression de 20%. C’est lié au dynamisme commercial des assureurs de la Place qui n’hésitent pas à partir à la conquête de nouveaux marchés, y compris à l’autre bout de la planète, tout en s’attachant à consolider leurs marchés traditionnels, notamment la France. Les clients fortunés séduits Mais l’attrait réside également dans les avantages du contrat d’assurance-vie luxembourgeois. Ils sont multiples. Au Luxembourg, il bénéficie, tout d’abord, de ce que l’on appelle le Triangle de sécurité qui impose que les fonds versés ne soient pas conservés par la compagnie d’assurances mais déposés auprès d’une banque dépositaire agréée par le Commissariat aux Assurances. Le souscripteur du contrat bénéficie du super privilège lui permettant d’être prioritaire sur les autres créanciers.

// les professionnels se sont très tôt attachés à développer des solutions «mondiales », là où les assureurs de bon nombre de pays, se sont concentrés sur leur marché domestique // Deux spécificités qui séduisent tout particulièrement les grandes fortunes car elles garantissent une protection maximale. Dans un registre un peu différent, le contrat grand-ducal offre aussi une grande souplesse et permet de créer un portefeuille véritablement sur-mesure. Aux atouts affichés par les «produits » s’ajoute l’expertise des assureurs à l’international. Compte tenu de la taille du pays, les professionnels se sont très tôt attachés à développer des solutions «mondiales », là où les assureurs de bon nombre de pays, se sont concentrés sur leur marché domestique. Fort de ces spécificités, le secteur se montre plutôt optimiste pour l’avenir même s’il va lui falloir composer avec un cadre réglementaire et prudentiel qui va encore évoluer, dès 2016, avec l’entrée en vigueur de la directive européenne «Solvabilité II».

Des avantages mais pas fiscaux Au-delà des aspects sécuritaires (protection du capital) évoqués ci-contre, l’assurance vie luxembourgeoise a également d’autres avantages. Elle permet notamment de bénéficier d’une palette de fonds internes et de classes d’actif particulièrement généreuse. L’assurance vie grand-ducale est également appréciée des expatriés et des clients internationaux désireux de rapatrier des capitaux en Europe. En revanche, contrairement à une idée répandue, sa fiscalité n’est pas plus avantageuse pour qui réside en dehors du pays. Il faut savoir que pour ces contrats, c’est la fiscalité de résidence qui s’applique. Ainsi, pour un Français qui investit dans une assurance vie luxembourgeoise, c’est la fiscalité hexagonale qui s’applique. PREMIUM 36


DOSSIER : les armes secrètes du luxembourg

Les fonds d'investissements,

le second pouvoir La place financière de Luxembourg est aujourd’hui le premier centre de fonds d’investissement en Europe et le deuxième au niveau mondial.

D

ans les chiffres, cela se traduit par des actifs sous gestion qui ont dépassé les 3.500 milliards d’euros, en 2015. C’est deux fois plus qu’il y a dix ans à peine. Les fonds sont également exportés dans plus de 70 pays à travers le monde. Pas mal compte tenu du fait que ce secteur d’activité devenu un pilier de l’économie luxembourgeoise n’affiche qu’une trentaine d’années. C’est en effet dans les années 1985, que le pays s’est positionné dans la domiciliation et l’administration de fonds d’investissement. En 1988, la transposition pertinente de la première directive Ucits, a permis à l’industrie de prendre un temps d’avance sur la concurrence. Le label « Ucits Luxembourg » est aujourd’hui un standard pour la distribution transfrontière des OPCVM (Organisme de placement collectif en valeurs mobilières) européens. Cela dit, le Grand-duché est également actif dans le domaine des fonds alternatifs comme les hedge funds ou les fonds d’investissement immobilier. Un écosystème performant Si l’industrie des fonds d’investissement a bénéficié de la réactivité et du pragmatisme de quelques visionnaires, d’autres raisons expliquent son succès. Il y a le cadre légal et réglementaire qui a évolué afin de rester à la pointe du progrès. « Il offre à la fois un niveau élevé de protection des investisseurs et une flexibilité inégalée dans la conception d’organismes de placement collectif, flexibilité qui permet de créer des produits sur mesure pour des marchés ou des types de clientèle spécifiques », précise Luxembourg for Finance, l’agence chargée du développement et de la promotion de la place financière. La diversité des prestataires de services hautement spécialisés permet également aux promoteurs de fonds d’externaliser des activités non clés et de réaliser ainsi des économies d’échelle considérables. Ajoutons encore à cela, la stabilité politique et financière ou bien encore le multilinguisme et la multiculturalité. La confiance est de mise pour les années à venir. L’ALFI (Association Luxembourgeoise des Fonds d’Investissement) qui a précisé sa feuille de route, baptisée « Ambition 2020 », identifie différents relais de croissance. La nécessité grandissante pour les salariés d’épargner pour se constituer un complément de retraite, en est un. C’est en tout cas l’une des priorités affichées par Denise Voss, la (première) présidente de l’ALFI, élue durant l’été dernier.

Des fonds pour tous Ce ne sont pas les solutions qui manquent en matière d’épargne. Mais pour qui est disposé à prendre un peu plus de risques pour bénéficier d’un rendement supérieur à une épargne classique, investir dans un fond d’investissement peut s’avérer judicieux. Les Banques ont toutes des solutions dans ce domaine. Elles répondent à une grande diversité de profils et besoins. Contrairement à une idée reçue, investir dans un fond d’investissement n’implique pas d’avoir un goût immodéré pour le risque et de gros moyens. Certains fonds peuvent même être utilisés pour se constituer un complément de retraite. Ils offrent également, par exemple, la possibilité de récupérer, entièrement ou en partie, le capital investi. L’investisseur qui le souhaite, peut également bénéficier d’une protection du capital à échéance. Ce montant minimal assuré à maturité, permet notamment de se prémunir contre les aléas des marchés financiers tout en profitant des hausses sur un marché porteur. Pour optimiser la maîtrise du risque, le gérant du fond, investit sur différentes classes d’actifs (actions, obligations, investissements alternatifs…) et sur diverses zones géographiques, afin de générer de la performance. Mais une partie du portefeuille est investi en obligations non risquées, afin de limiter l’exposition au risque et de garantir la valeur protégée à échéance. Les proportions entre les différentes classes d’actifs évoluent selon les ambitions recherchées : sécurité, performance, un peu des deux…. Il est clair que plus l’investisseur prend des risques plus son investissement peut s’avérer rémunérateur mais il peut, aussi, tout perdre. D’où la nécessité de bien préciser ses ambitions compte tenu de sa situation. Depuis la crise, ce genre de produits s’accompagne d’une grande transparence en termes d’information et de performances afin que le client fasse un choix en toute connaissance de cause. PREMIUM 37


BUSINESS DOSSIER : les armes secrètes du luxembourg

edgar

parle luxembourgeois Les familles fortunées de la planète font appel à des family offices pour gérer « leurs biens et les affaires ». Elles sont nombreuses à opter pour des professionnels luxembourgeois.

C

Office (LFFO) qui regroupe les family office « single » et Luxembourg Association of Family Offices (LAFO). Quant à savoir comment leurs affaires évoluent alors que le nombre de grandes fortunes augmente à travers le monde. Motus. La discrétion fait partie de l’ADN des family offices.

Les professionnels sont organisés La croissance du secteur est également liée à l’implication des acteurs concernés qui se sont organisés afin d’assurer la promotion des leurs activités et de leur statut particulier. Deux structures cohabitent (même si les relations n’ont pas toujours été au beau fixe) : l’association Luxembourg For Family

Un statut spécifique Compte tenu de l’attrait que ces destinations exercent auprès des grosses fortunes, c’est en Suisse et à Londres que sont installés de nombreux professionnels. Mais, depuis quelques années déjà, le Luxembourg se positionne également sur ce marché et gagne en visibilité et en attractivité. L’expertise de la place financière et le dynamisme bancaire, à l’international, y sont pour quelque chose mais cela tient surtout au fait que le Luxembourg a été l’un des premiers pays à réglementer le métier de « family office ». Depuis 2012, il bénéficie d’un véritable statut, en tout cas, en ce qui concerne les « multifamily offices ». Cette «assurance » en termes de sécurité, de transparence et d’expertise, a favorisé le développement des activités des family offices luxembourgeois ainsi que l’implantation de professionnels étrangers. La confiance règne.

onseiller les familles fortunées dans la gestion, la préservation et l’augmentation de leur patrimoine, prendre en charge l’organisation de leurs déplacements ou bien encore assurer la gestion des différentes propriétés de la famille, à travers le monde. Ce sont quelques-unes des missions (tous les services sont envisageables y compris les plus farfelus dès lors que les moyens suivent) assurées par les family offices en direction de leurs riches clients. Certains family offices sont dits « single-family offices » car ils ne travaillent que pour une seule famille, comprendre des «UHNWI» ou Ultra High Net Worth Individuals (fortunes supérieures à 20 millions d’euros), tandis que d’autres, les « multi-family offices » en conseillent plusieurs, généralement moins fortunées.

PREMIUM 38

50.000 millionnaires au Luxembourg 17. c’est le nombre de milliardaires au Luxembourg. C’est en tout cas ce que révèle l’étude établie par le cabinet de recherche singapourien Wealth-X en partenariat avec la banque suisse UBS. En ce qui concerne, les millionnaires, ils sont tout particulièrement nombreux puisque leur nombre dépasse les 50.000. Mais cela ne signifie pas que ces ménages aisés gagnent des millions d’euros par an. Le calcul réalisé par la Banque Julius Baer (en 2014), se base en effet sur le patrimoine. Compte tenu de l’évolution des prix de l’immobilier, le million d’euros est rapidement atteint. En revanche, on sait aussi, qu’une quinzaine de banquiers de la place ont des revenus supérieurs à 1,3 million d’euros par an (étude Autorité Bancaires Européenne de 2013). Bref, le Luxembourg est un pays riche et certains le sont plus que d’autres. Dernier indice de cette bonne santé financière affichée par certains, les ventes de voitures de luxe se portent bien. 35 Ferrari neuves ont trouvé acquéreur en 2015. Une concession Lamborghini ouvre ses portes en 2016, au Luxembourg (Groupe Losch).


DOSSIER : les armes secrètes du luxembourg

LES BANQUES

A LA CONQUÊTE DU MONDE Les évolutions réglementaires et l’abandon du secret bancaire a profondément bousculé le secteur bancaire luxembourgeois. Mais les banques ont su réagir promptement pour partir à la conquête de nouveaux marchés et clients, à travers toute la planète.

D

urant des années, les banques privées luxembourgeoises ont développé des produits et services en matière de gestion de fortune et de patrimoine, en direction d’une clientèle européenne, issue, pour une grande partie d’entre elle, des pays voisins. Ces clients étaient aisés mais pas forcément fortunés, leurs avoirs ne dépassant pas, pour une majorité d’entre eux, le million d’euros. Mais, cela c’était avant. Sous la pression de ses partenaires européens, le Luxembourg a mis en place les normes de l’OCDE en termes de régulation financière. L’implémentation de l’échange automatique d’informations pour les clients européens des banques, a totalement modifié la donne, en 2015. Les banques, qui ont anticipé la levée (pour l’heure encore partielle) du secret ban-

caire, ont fait le ménage et communiquent désormais les informations bancaires de leurs clients européens aux autorités fiscales de leur lieu de résidence. Cap à l’international Avec la transparence fiscale, d’aucuns annonçaient la fermeture de très nombreuses banques. Force est de constater aujourd’hui que ça n’a pas été le cas même si leur nombre a tendance à se réduire. Les banques de la Place ont su se réinventer et se repositionner, sans pour autant se détourner des marchés traditionnels. Pour compenser la perte de leurs clients, de nombreux établissements bancaires ont investi afin de développer une nouvelle offre en direction de clients plus fortunés et cela à l’échelon planétaire. Pour ce faire, différents leviers ont été activés. Certaines ont choisi de se rapprocher, de

fusionner afin d’atteindre une taille critique leur permettant de développer des services et des solutions à forte valeur ajoutée. D’autres ont racheté d’autres banques, notamment en Suisse, pays qui bénéficie d’une grande visibilité auprès des grandes fortunes. Dans un registre proche, elles sont également parties à la conquête de nouveaux marchés en ouvrant des bureaux ou des filiales dans différents pays cibles comme le Moyen-Orient, l’Europe de l’Est ou l’Asie. De gros efforts ont également été consentis en matière de formation des effectifs afin de développer des solutions performantes compte tenu des diverses fiscalités mais également de satisfaire aux attentes d’une clientèle particulièrement exigeante. Avec l’aide du gouvernement, la Place s’attache à promouvoir cette nouvelle offre à travers le monde.

La place compte 144 banques

Des clients du monde entier

Fin 2015, le Luxembourg comptait 144 banques. Elles sont originaires de près d’une trentaine de pays à travers le monde. Ce sont les banques allemandes qui sont les plus représentées avec 26 établissements. Suivent, sur le podium, les banques françaises (15) et les banques suisses (12). En quelques années seulement, le nombre de banques chinoises a considérablement augmenté puisqu’elles sont aujourd’hui une dizaine. En ce qui concerne les banques luxembourgeoises, elles sont 5. A noter que le nombre de banques a considérablement baissé au fil des ans, il y a 20 ans, le pays en comptait 220. (Source : ABBL, Association des Banques et Banquiers Luxembourg).

Si le Grand-duché accueille des banques privées du monde entier, la dimension internationale du pays se décline également au travers des origines géographiques de leurs clients. En 2014, 21% des clients étaient du Luxembourg, 18% étaient issus des pays voisins (France, Belgique et Allemagne) et 22% originaires des autres pays de l’Union Européenne. 39% des clients sont donc originaires du reste du monde. (Source : ABBL, Association des Banques et Banquiers Luxembourg).

PREMIUM 39


BUSINESS

DOSSIER : les armes secrètes du luxembourg

welcome to HOLLYBOURG Si le Luxembourg est reconnu pour sa place financière, le pays s’illustre également dans des industries où on ne l’attend pas forcément. C’est notamment le cas pour le cinéma. En moins de 25 ans, l’industrie cinématographique grand-ducale a réussi à se faire un nom à l’international. Un dynamisme couronné, en 2014, par un Oscar.

C

'est en 1989 que Le Luxembourg s’engage dans le développement d’une véritable industrie cinématographique. Le gouvernement décide alors, pour la première fois, d’investir dans la production d’un film (Schacko Klak, réalisé par Paul Kieffer et Frank Hoffmann) tourné à l’occasion du 150e anniversaire de l’indépendance du pays. Cette expérience va favoriser le développement du secteur audiovisuel. Plusieurs mécanismes et aides financières sont créés. Tout d'abord, le Centre National de l’Audiovisuel (CNA) en 1989 qui a pour mission de collecter, de restaurer, de préserver et de diffuser le patrimoine audiovisuel national. En 1990, le Fonds national de soutien à la production audiovisuelle (Film Fund) qui a pour but de soutenir la création et l’industrie audiovisuelle grâce à des aides à l’écriture et au développement, des aides à la production et des aides à la distribution destinées à des films de fiction, des films d’animation, des courts-métrages et des documentaires. 750 professionnels Chaque année, une quinzaine de productions ou coproductions luxembourgeoises sortent sur les grands écrans. De nombreux films se PREMIUM 40

tournent aussi régulièrement au Luxembourg. « Ces investissements, -100 millions sur ces trois dernières années-, génèrent des retombées pour le pays, sur le plan économique, social et en terme d’image. Et nous veillons à ce qu’il en soit ainsi. Concrètement, la production audiovisuelle grand-ducale fait aujourd’hui vivre environ 750 personnes au Luxembourg, des producteurs, artistes, techniciens ainsi qu’une vingtaine de réalisateurs. Une quarantaine de sociétés de services spécialisées et une vingtaine de sociétés de production sont également actives », précise Guy Daleiden, directeur du Fonds national de soutien à la production audiovisuelle. Depuis 2013, un nouveau cap a été franchi en matière d’infrastructures avec la création de Filmland, à Kehlen. Cet espace abrite 4.000 m2 de studios équipés, de bureaux de production et de multiples services de post-production. Un premier Oscar Ces outils de premier plan ainsi que la professionnalisation des «acteurs» (comédiens, techniciens…) ont permis à l’industrie cinématographique de multiplier les collaborations avec le cinéma français, belge ou allemand, de favoriser l’éclosion d’un cinéma luxembourgeois mais également d’atteindre un niveau d’expertise reconnu internationalement.


DECOUVREZ LE MEILLEUR DU DESIGN EN MOBILIER & ECLAIRAGE CONTEMPORAIN En 2014, le premier Oscar grand-ducal a été remporté par Zeilt productions (Laurent Witz et Alexandre Espigares) pour le meilleur court-métrage d’animation, « Mr Hublot » et de nombreux films ont été récompensés lors de festivals internationaux. L’écosystème est performant et de nombreux tournages sont en cours. L’industrie évoluant sous l’impulsion des nouvelles technologies, le Film Fund, qui a fêté son 25ème anniversaire, en fin d’année 2015, est également tourné vers l’avenir et s’intéresse de près aux nouvelles façons de faire (et de « consommer ») du cinéma.

MOïEN lES STARS Si les professionnels luxembourgeois du cinéma sont impliqués dans de nombreux projets de films et documentaires à l’échelon international, des films se tournent également régulièrement au Grand-duché, dans des décors naturels. Depuis les années 1990, de nombreuses stars ont tourné au Luxembourg. Impossible d’en dresser une liste exhaustive mais on peut citer John Malkovich, Nicolas Cage, Gérard Depardieu ou, plus récemment, Isabelle Huppert, Kad Merad et Emma Watson.

SIDE SA

22, Zone Artisanale Weyler

063/23 33 22 info@side.be

6700 ARLON

www.side.be


BUSINESS

DOSSIER : les armes secrètes du luxembourg

START-UP:

l'incubateur grand-ducal

Depuis quelques années, le Luxembourg s’attache à développer tout un écosystème afin de favoriser la création et le développement de start-up innovantes et attirer les grands acteurs du numérique sur son territoire.

L

ancement de « Fit4Start », une initiative gouvernementale visant à soutenir les start-up dès la phase de démarrage en proposant du financement et du coaching. Création du « Seed Fund », un fond doté de 20 millions d’euros (investisseurs privés et publics) destiné à favoriser le développement de start-up actives dans des domaines comme la cybersécurité, les finTech, le Big Data, le digital health, les télécommunications et services satellitaires ou encore l’internet des objets. Ouverture annoncée de la « House of Fintech » visant à favoriser le développement des Fintech (contraction des termes finance et technologie). Création de Nyuko, structure qui déploie toute une palette de services en direction des porteurs de projet…. Un hub de l’innovation Ce sont quelques-unes des initiatives, lancées en 2015, en direction des start-up et plus globalement des entreprises innovantes, au Luxembourg. Elles s’inscrivent pleinement dans l’initiative « Digital Lët-

zebuerg » dévoilée en fin d’année 2014, par le gouvernement qui ambitionne de faire du pays un acteur du numérique, de premier plan. Ces nouveaux outils viennent également enrichir un écosystème que le pays s’attache à développer depuis de nombreuses années déjà en investissant dans les infrastructures, les structures (notamment des incubateurs et des espaces de coworking) et les solutions de financement. L’ambition est clairement affichée : favoriser la création d’entreprises innovantes, attirer de nouveaux acteurs de l’économie numérique, diversifier l’économie et positionner le pays comme un hub international en matière d’innovation. Les incubateurs font le plein Difficile de dire combien de start-up se créent chaque année au Luxembourg. Mais les spécialistes estiment que le pays compte actuellement 150 start-up actives dans les finTech. Luxinnovation, l’Agence nationale pour la promotion de l’innovation et de la recherche accompagne également, chaque année, une quarantaine de créations de start-up tandis que les incubaPREMIUM 42

teurs du pays font actuellement le plein de jeunes pousses. Toutes ces start-up ne vont certainement pas révolutionner le monde mais quelques pépites émergent. La révolution numérique est en marche La priorité est de leur donner les moyens de grandir et de se développer depuis le Grand-Duché. S’il est opérant, l’écosystème peut encore gagner en efficience. Il convient notamment de parfaire l’accès au financement privé et d’optimiser l’implication des grandes entreprises et des acteurs de l’industrie financière et bancaire. Sans perdre de temps. Notamment en ce qui concerne les « finTech ». Il importe de «frapper » fort et vite pour éviter que le Luxembourg et sa place financière ne se fassent distancer par d’autres territoires très actifs en la matière, comme Londres, par exemple. A l’heure, aussi, où les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) investissent des milliards de dollars dans des innovations destinées à révolutionner, ou à « ubériser » pour reprendre un terme à la mode, des pans entiers de l’économie.


Investir dans les start-up

Start-up à suivre

Les particuliers désireux d’investir dans une jeune pousse peuvent, bien entendu, se tourner vers le crowdfunding ou le crowdlending. Mais d’autres outils sont à leur disposition. On peut notamment citer le programme Seed4Start. Porté par différents organismes dédiés à la création d’entreprise, Seed4Start a pour vocation de mettre en relation de jeunes entrepreneurs de la Grande Région, sélectionnés pour la qualité de leur projet, qui sont en quête de financements et des investisseurs privés. Tout un programme est notamment déployé en direction de ces investisseurs pour les accompagner dans leur démarche. Il est également possible de se rapprocher de structures comme LBAN (Luxembourg Business Angel Network). A noter qu’investir dans une start-up implique de prendre des risques. En revanche, ce qui est également intéressant et motive bon nombre de petits investisseurs, c’est que l’implication de l’investisseur ne se résume pas forcément à une participation au capital, le soutien peut également prendre d’autres formes (conseils, carnet d’adresse, coaching…) dès lors que l’ensemble des acteurs concernés s’entendent sur ce point, bien entendu.

MyscienceWork. Créée en 2012, cette start-up start-up est dédiée à l’accès à l’information liée à la recherche. Elle est aujourd’hui présente au Luxembourg, à Paris et San Francisco. Continuous S.A. Lancée par trois ingénieurs en informatique, cette start-up luxembourgeoise a développé une solution innovante permettant d’optimiser la mise à jour des applications et sites web en PHP. Nexvia. Cette start-up créée en janvier dernier est active dans l’immobilier. Cette plateforme innovante offre un accès à des outils de calculs financiers relatifs à l’achat, la vente ou la location d’un bien immobilier, au Luxembourg. Des services complémentaires sont programmés. Allsquare. Créée en 2013, cette start-up développe un réseau social destiné aux golfeurs, à l’échelon de la planète. Doctena. Cette plateforme en ligne, lancée en 2013, permet de prendre RDV chez son médecin en quelques clics. L’intérêt réside aussi dans le fait que les médecins y trouvent également leur compte, puisqu’elle gère leur agenda. Active au Luxembourg, en Belgique et aux Pays-Bas, cette start-up se développe sur le marché suisse, depuis le début de cette année. PREMIUM 43


business

DOSSIER : les armes secrètes du luxembourg

l'immobilier, pilier de l'économie

Les prix de l’immobilier sont en hausse continue depuis plus de dix ans. Si les bonnes affaires sont désormais rares, devenir propriétaire s’avère toujours pertinent car tous les indicateurs indiquent, pour l’heure, que les prix vont continuer à progresser.

I

l suffit de jeter un œil aux publications régulières de l’Observatoire de l’habitat pour le constater. L’immobilier luxembourgeois n’en finit pas d’augmenter. Sur les dix dernières années, le prix moyen du m2 a plus que doublé, pour les appartements comme pour les maisons. Bien entendu, il convient de faire la distinction entre le sud du pays, le nord et la capitale où les prix culminent. Le prix de vente moyen à Luxembourg-ville atteint 5.608 euros /m2 dans l’existant et 6.753 euros/m2 pour les appartements neufs. Le prix moyen d’une maison y est de 822.400 euros (source : Le Logement en chiffres d’octobre 2015).

PREMIUM 44

La demande va rester soutenue Cette augmentation continue des prix est assurément une bonne nouvelle pour ceux qui ont investi il y a dix ans et plus. Leur patrimoine immobilier a pris de la valeur. Et pour les autres ? Est-ce qu’investir dans l’immobilier est aujourd’hui encore judicieux ? Et bien force est de constater que bon nombre de facteurs positifs sont réunis pour laisser présager de nouvelles hausses de prix dans les années à venir. En matière d’économie, le Luxembourg a plutôt bien traversé la crise et a d’ores et déjà recouvert des couleurs. Pour 2016, les prévisions de croissance tournent autour de 3,5%. Dans un monde troublé, la stabilité politique du Luxembourg rassure également


les grosses fortunes et les investisseurs. Sur le plan démographique, la population va également continuer à augmenter puisque l’on annonce 100.000 nouveaux habitants de plus d’ici une dizaine d’années. Chaque année, ce sont 5.000 ménages supplémentaires à loger. Même le fait que l’immobilier soit cher s’avère être une bonne nouvelle pour l’évolution du marché. De nombreux salariés qui gagnent bien leur vie mais ne disposent pas forcément d’un apport suffisant pour acheter un bien, font d’excellents locataires car ils sont financièrement solides. Tant que la demande de logements sera structurellement supérieure à l’offre, une baisse généralisée des prix semble peu probable tout comme une bulle spéculative, le marché étant porté par de solides fondamentaux de l’économie. La concurrence est vive Pour qui dispose d’un capital (les banques sont exigeantes), il est donc toujours temps d’investir dans un logement pour en faire sa résidence principale ou à des fins locatives surtout que les taux de crédit des banques sont encore bas. Le plus compliqué va être de bien acheter sur un marché très actif. Sur les meilleurs produits, la concurrence est vive. D’autant plus qu’une forme de défiance envers les placements financiers perdure, ce qui fait que l’immobilier a attiré de nouveaux investisseurs, comme les family offices, par exemple. Le revenu locatif brut qui est actuellement supérieur à 4% est également plus attractif que la majorité des solutions d’épargne accessibles au grand public. Pour dégotter des biens plus accessibles financièrement, il faut s’écarter de la capitale en direction du nord (ou au delà des frontières, mais c’est un autre sujet) où, dans certaines communes, le m2 moyen tourne autour de 3.000 euros. Mais si c’est pour louer, les revenus locatifs, sont, bien entendu, beaucoup moins importants. Le prix du m2 étant intimement lié à la situation géographique du bien, il n’est peut-être pas inutile de s’intéresser à la feuille de route du gouvernement pour dynamiser sa politique du logement ainsi qu’à ses projets en faveur de la mobilité durable car ces initiatives sont susceptibles de modifier la donne. Certains quartiers et différentes communes pourraient gagner quelques points d’attractivité dans les années à venir.

Ca flambe ! L’immobilier se porte bien au Luxembourg. « En 10 ans, le prix du m2 a été multiplié par 2 », a souligné Romain Muller, managing director, de JLL Luxembourg, lors de la présentation des chiffres clés de l’année 2015, en janvier dernier, « il se créé 1.500 logements par an au Grand-duché quand il en faudrait plus de 6.500 pour répondre à la demande et envisager une stabilisation des prix». Un contexte qui anime le marché. De multiples projets, à travers tout le pays et tout particulièrement sur la capitale, sont lancés. Autant le préciser tout de suite, pour se porter acquéreur d’un bien de prestige au cœur de Luxembourg-ville, il faut casser sa tirelire. A titre d’exemple, au sein du Fënsterschlass, un superbe bâtiment construit à la fin du XIXe siècle qui fait actuellement l’objet d’une rénovation complète, le prix du m2 est d’environ 14.000 euros. Somme à laquelle, il convient encore d’ajouter 150.000 euros pour la place de parking. Un acheteur a ainsi déboursé 3 millions d’euros pour l’un des duplex, d’une surface de 154 m2 et trois places de stationnement.

PROPERTY FOR SALE IN LUXEMBOURG-BELAIR Located in one of the most prestigious neighbourhoods, this exceptional property (2 houses joined in 2002) combines elegance with modern luxury. Boasting over 500 m2 on 6a63ca this rare find features a fitted kitchen, living-dining room, central atrium, master suite, 6 bedrooms, 5 bathrooms, 2 garages and groomed privated garden. Upscale family home also suitable for local business on the ground floor as well as for the exercice of a liberal profession in combination with living on the premises Price : 4.850.000.- €

Quelques projets en cours Les Jardins de Luxembourg, 400 logements à Merl, disponibles en 2015-2016 Ban de Gasperich, 1.000 logements à Gasperich, disponibles après 2017 Royal Hamilius, 70 logements, au cœur de la capitale, les travaux ont démarré courant 2015 Soho, 150 logements, dans le quartier gare, à Luxembourg-ville, le chantier a démarré en 2015. Une soixantaine d’appartements seront livrés en 2018 Les Allées Vertes, 250 logements, à Bertrange, le chantier débute en 2016

+352 26 897 897 contact@fare.lu


BUSINESS

DOSSIER : les armes secrètes du luxembourg

LES FRUITS DE LA PASSION

Il n’est pas nécessaire d’être millionnaire - même si cela aide (!)-, pour investir dans l’art, les montres anciennes ou les chevaux de course afin de conjuguer plaisir et plus-value. Les investissements «passion » peuvent rapporter de l’agent dès lors qu’ils sont, aussi, guidés par la raison.

A

ssurer l’avenir de ses enfants, enrichir son patrimoine, s’assurer un complément de retraite, se prémunir d’un coup dur, s’acheter un bien immobilier, devenir riche… Ce ne sont pas les motivations qui manquent pour investir de l’argent. Et les professionnels de la banque et de la finance font montre de beaucoup d’imagination afin de développer des solutions et des produits susceptibles de répondre à tous les besoins, quels que soient le profil de l’investisseur et ses motivations : assurance vie, fonds d’investissement, placements en bourse… Compte tenu des incertitudes véhiculées par le monde d’aujourd’hui, nul doute qu’investir, ou tout du moins épargner, est assurément une nécessité. Mais plutôt que de confier l’intégralité de leur bas de laine à leur intermédiaire financier, de nombreux investisseurs, petits et grands, choisissent d’en conserver une partie pour investir dans une passion. Montres, chevaux, œuvres d’art, bijoux, vins, voitures anciennes… Là encore, la liste est longue. L’objectif est d’investir dans des « objets » qui génèrent du plaisir, mais également, dans l’idéal, de la plus-value. Selon l’Art & Finance report 2014 publié par Deloitte et ArtTactic, 76% des collectionneurs achètent de l'art en vue d’enrichir une collection, mais la composante financière tient une place de plus en plus importante dans leur décision. Bien sûr, comme pour n’importe quel investissement, investir dans une passion comporte des risques,

même si l’influence des marchés financiers s’avère limitée. Le fait même d’être guidé par l’émotion peut générer des couacs. Investir plusieurs milliers d’euros dans des grands crus tout en se sachant incapable de résister à l’appel d’une bonne bouteille à partager entre amis, c’est compliqué. Ou alors, mieux vaut investir dans un fonds d’investissement dédié pour limiter les tentations. De la même manière, investir dans un jeune cheval de course en ayant sousestimé les frais « d’entretien », risque fort de virer au cauchemar. Et ce n’est pas avec le temps que « Tornado » va prendre de la valeur s’il ne finit pas une course. Avec un peu de… «raison » Cela dit, au delà de leur intérêt en termes de diversification du portefeuille, de tels investissements peuvent, aussi, rapporter de l’argent, dès lors que la passion s’accompagne d’une bonne dose de « raison ». Comme le confirment les passionnés que nous avons rencontrés, quel que soit le marché visé, il comprend des valeurs « sûres » même si le risque zéro n’existe bien évidemment pas. Les exemples d’envolées tarifaires ne manquent pas (les grosses gamelles aussi, c’est vrai). Cela implique de se documenter, de fréquenter les salons spécialisés, de développer un réseau d’informateurs (et d’amis) ou bien encore de nouer des relations de confiance avec des experts. Fastidieux à priori mais certainement pas pour qui est animé d’une réelle passion. Ce serait même la cerise sur le gâteau. PREMIUM 46

A noter enfin, que porter une montre qui a une histoire, conduire une vieille Rolls ou bien encore supporter un jeune artiste en lui achetant une œuvre, c’est aussi confirmer que l’on n’est pas tout à fait comme tout le monde. Compte tenu de la place de l’image aujourd’hui, cela peut aussi se valoriser, lors de l’estimation du fameux « retour sur investissement »…

Si vous avez beaucoup d’argent... 14.254 euros. Le prix du vin le plus cher au monde. C’est un bourgogne et il ne s’agit pas d’un Romanée-Conti, mais d’un vin d’Henri Jayer (site Wine Searcher). 17 millions. La somme déboursée par un particulier pour acquérir la «Supercomplication Henry Graves», une montre de luxe signée Patek Philippe, lors d’une vente aux enchères organisée par la maison Sotheby's, en 2014. 48 millions d’euros. Le prix d’une Ferrari 250 GTO acquise par un collectionneur américain. Né en 1963, ce modèle a été fabriqué à 36 exemplaires (Luxe.net.) 161 millions d’euros. C’est la somme déboursée par un riche collectionneur pour acquérir « Les femmes d’Alger », une œuvre de Picasso, en 2015. C’est le tableau le plus cher du monde.


interview

DAVIDé fahri

l'expert Diamantaire, fondateur et CEO de la maison de joaillerie en ligne Edendiam, sise au Luxembourg, Davidé Farhi est également un collectionneur averti d’art contemporain.

PREMIUM : Présentez-nous Edendiam. Davidé Farhi : Edendiam confectionne et commercialise des bijoux sur-mesure, pour les femmes et les hommes, via internet (www.edendiam. fr). J’ai créé cette entreprise, en 2006, à Anvers avant de l’implanter à Luxembourg. À cette époque mon activité principale était le trading de diamant brut et diamant taillé sur les bourses diamantaires internationales. Je voyageais beaucoup pour fournir les grandes maisons de joaillerie à travers le monde et j’ai eu envie de me rapprocher des clients finaux en proposant quelque chose de différent. P. : Vous êtes également un passionné d’art contemporain. D’où vous vient cette passion ? Je suis né dans une famille d’artiste. Mon père était sculpteur. Il fait partie de l’école de Nice, un courant artistique qui s’est développé à Nice à partir de la fin des années 1950. J’ai grandi entouré des artistes de cette école et des nouveaux réalistes comme Arman, Ben, César, Venet... J’ai donc naturellement développé des affinités avec l’art contemporain. Mes cadeaux d’anniversaire étaient des tableaux et des sculptures quand les autres enfants recevaient des poupées et des voitures téléguidées. P. : Une passion qui vous a poussé à ouvrir une galerie d’art. En 2011, j’ai effectivement ouvert, avec ma sœur, Vicky, la Vicky David Gallery, à New York. Nous avions envie de représenter les artistes européens qui avaient marqué l’histoire de l’art pendant la seconde moitié du XXème siècle et qui étaient souvent oubliés aux Etats-Unis. Ma sœur gère actuellement la galerie. Aujourd’hui je me concentre, avant tout, sur Edendiam.

P. : Etes-vous néanmoins encore « actif » sur le marché de l’art? Je suis et resterai à jamais un collectionneur. J’achète donc encore des œuvres pour ma collection personnelle et soutenir des artistes que j’apprécie. En tant que marchand privé, j’achète encore régulièrement des oeuvres pour les revendre à d’autres collectionneurs. P. : L’art et les pierres précieuses sont-ils de bons investissements ? Oui, dès lors que l’on prend certaines précautions. Dans le domaine de l’art, pour faire un bon investissement, il faut s’interroger sur la place de l’oeuvre dans l’histoire de l’art et dans l’oeuvre globale de l’artiste. Si elle fait partie d’une série recherchée, elle prendra de la valeur. En ce qui concerne les pierres précieuses, c’est un marché qu’il faut bien connaître pour gagner de l’argent. C’est très particulier. Ce qui ne fait aucun doute, en revanche, c’est que le diamant taillé est un très bon investissement. Il est facilement transportable, très liquide et sa conservation n’occasionne pas de frais importants. Il est important, lorsque l’on investit dans l’art ou les pierres précieuses, mais cela vaut aussi pour le vin ou les voitures de luxe, de ne pas oublier de prendre en considération les frais récurrents que de telles collections peuvent générer.

PREMIUM 47


BUSINESS

|

interview Gregory Blumenfeld

« Comme une œuvre d’art… » Fondateur et rédacteur en chef du site « Le Guide des Montres ». Grégory est également conseiller dans l’achat et la vente auprès d’un vaste réseau de collectionneurs, d’amateurs de montres et de personnalités.

«Les montres de collection sont d’excellents placements, notamment celles des années 1950 à 1980. Il faut savoir qu’une montre n’enregistre qu’une seule décote, contrairement à une voiture par exemple. Elle ne perd donc plus de valeur ensuite. En revanche, elle peut en prendre. Ce peut également être le cas pour certaines montres neuves. La Patek 5131 G, par exemple, qui vaut environ 50.000 euros est vendue au compte goutte. Il ne suffit pas d’avoir de l’argent pour pouvoir s’en porter acquéreur. Du même coup, certains modèles neufs sont négociés autour de 100.000 euros. Autre avantage de la montre, c’est comme une œuvre

d’art dont il est possible de profiter en permanence. Il n’y a également pas de frais liés à la conservation ou  au stockage », souligne Gregory Blumenfeld, créateur et animateur du site « leguidedesmontres.com». Ce site dédié aux montres neuves et anciennes est une véritable plateforme destinée aux amoureux des montres de luxe. On y trouve les cotes, des reportages sur les nouveautés, y compris sous forme de vidéos, des conseils d’achat et des annonces certifiées. Parmi ses fidèles, le site compte des « people » à l’image de Joey Starr que Gregory Blumenfeld conseille dans ses « achats ». 

|

interview Paul Boutros

« une excellente façon de diversifier ses investissements » Collectionneur passionné de montres depuis plus de 30 ans et expert en la matière, Paul Boutros est « Head of watches for Americas & International strategy advisor » pour Philipps. Il travaille à New York.

PREMIUM : Les montres (de collections) séduisent-elles également les investisseurs en quête d’un placement alternatif ? Paul Boutros : Investir dans les montres de collection peut en effet être une excellente façon de diversifier ses investissements. Lorsque les achats sont faits intelligemment, et lorsque l’attention nécessaire est portée à leur état général, la valeur de ces montres tend à se maintenir et à augmenter, parfois notablement. Le fait de collectionner des montres vintage est une activité répandue mondialement, lorsque le moment vient de vendre une montre que l’on peut qualifier d’exceptionnelle, il n’est pas rare de trouver des acheteurs très intéressés, à travers le monde. P. : Qu’est-ce qui fait la valeur d’une montre ? Qu’est-ce qui fait qu’elle prendra de la valeur ? Par exemple, des montres ayant une provenance rare et insolite à l’instar de pièces d’exception ayant appartenu à des familles royales, des célébrités ou des personnages historiques attisent la convoitise. En règle générale, des montres provenant de manufactures bien établies, au design intemporel, proportions

harmonieuses et dimensions généreuses – mais avant tout dans un état d’originalité irréprochable – seront toujours très convoitées. Il y a certainement une distinction qui se fait naturellement entre des modèles de montres féminins ou masculins, la plupart du temps déterminée par le diamètre de la boîte. Bien qu’en général les modèles masculins soient plus propices à susciter l’intérêt des collectionneurs, une belle pièce joaillère ou insolite réveillera également cet intérêt. P. : Une voiture de luxe d’aujourd’hui perd 20% de sa valeur en sortant de la concession. C’est également le cas pour les montres neuves de luxe d’aujourd’hui ? Oui, il y a un effet comparable de perte de valeur immédiate sur des montres contemporaines, lorsqu’elles sont achetées au prix du marché et revendues rapidement après leur acquisition. D’un autre côté, quelques rares exceptions de pièces horlogères en édition limitée par exemple, peuvent être revendues sur le marché secondaire avec une plus-value significative par rapport à leur prix en magasin. PREMIUM 48


|

interview Sam Hines

« acheter le meilleur dans le budget que l’on s’est fixé » Fort d’une vingtaine d’années d’expérience dans le domaine des enchères, à l’échelon mondial, Sam Hires est, depuis août 2015, le «Head of Watches » de Philipps. Il est basé à Hong Kong où Philipps a récemment implanté son siège pour l’Asie. PREMIUM : Comment se comporte le marché des montres anciennes ou de collection ? Sam Hines : Le marché est certainement en croissance, tant au niveau de la valeur que du nombre de collectionneurs. Aujourd’hui les prix pour des montres de collection peuvent atteindre cent à mille fois ce qu’ils étaient il y a 20 ans. Il suffit pour cela de prendre un catalogue d’il y a 10 ans et comparer les prix des catalogues des dernières ventes en date. Le niveau de connaissance a tellement évolué, qu’aujourd’hui les collectionneurs ne veulent acheter que les pièces les plus rares et les plus exclusives pour compléter leurs collections. La rareté est un des critères qui poussent les prix au plafond, car il faut suivre la demande, et les pièces de qualité exceptionnelle se font rares. P. : Existe-t-il des fonds d’investissement dédiés à la montre de collection ? Oui en effet, certains ont été créés en Europe et en Asie. Deux principes régissent ces fonds, le premier, consiste à acheter un maximum d’un

Je dispose de 10.000 euros. Je veux m’acheter une belle montre mais si elle me rapporte de l’argent dans 10 ans, j’aime autant. Je commence par quoi ? Par où ? Sam Hines : « J’opterais personnellement pour une montre de poche vintage du début du XXème, éventuellement produite par Patek Philippe, ces pièces sont souvent sous-évaluées. Je pencherais également pour des triples quantièmes ou chronographes des années 40, de préférence en acier et fabriqués par des maisons telles qu’Omega, Longines, Tissot ou Baume & Mercier. Les exemplaires de ces montres en excellent état étant rares, ils deviennent plus convoités de saison en saison ».

même modèle contemporain, dans le but d’assécher le marché, qui en réaction à cette carence, verra grimper le prix de ce même modèle, et profitera donc aux investisseurs. Le second, en montres vintage, consiste à briguer le meilleur du meilleur, et l’exclusivité absolue, se donnant la possibilité d’évaluer eux-mêmes la valeur de ces pièces d’exception. P. : Comment savoir qu’une montre va prendre de la valeur ? En premier lieu, mon conseil est de toujours acheter le meilleur dans le budget que l’on s’est fixé. L’ADN de la marque est très relevant aussi, puis troisièmement, la qualité du cadran et de la boîte de la montre – ces deux derniers critères sont très importants, il faut idéalement choisir une pièce avec un cadran original, et une boîte qui n’aura pas été polie. La provenance est le quatrième critère de rigueur, elle doit être irréprochable - en dernier lieu, il est mieux si la montre est nouvelle sur le marché. Le plus important est d’acheter ce que l’on apprécie vraiment !

Paul Boutros : « Il faut prendre le temps de se faire une culture, en identifiant et se concentrant sur les marques horlogères qui nous suscitent de l’intérêt. Se documenter, acheter une littérature appropriée, notamment les livres que les manufactures ellesmêmes produisent, participer aux forums horlogers, participer aux ventes aux enchères régulièrement et ne pas hésiter à prendre en main autant de montres que possible. Il est précieux d’acquérir une bonne base de connaissances, particulièrement liées à la finition du mouvement. Lorsque le moment est venu d’acheter, le faire avec le cœur, et faire correspondre son budget au meilleur rapport de qualité possible ».

PREMIUM 49


business

|

interview robert brandy

ROBERT BRANDY

et les anglaises Artiste-peintre de renommée internationale, Robert Brandy est également un grand amateur de voitures anciennes. Des véhicules qu’il conduit très régulièrement, histoire de multiplier les plaisirs.

PREMIUM : A quand remonte votre passion pour les voitures anciennes ? Robert Brandy : A l’enfance. Mon père était un passionné de voitures, notamment de belles Américaines. Un jour, il est venu me chercher à l’école dans un superbe cabriolet. Je n’ai jamais oublié ce moment. J’étais fasciné et j’ai commencé, moi aussi, à m’intéresser aux voitures avec un penchant tout particulier pour les voitures anglaises. Dès que j’ai pu, je me suis acheté une Austin Healey Frogeye. J’avais 18 ans. P. : Combien de voitures anciennes avez-vous eu? Sincèrement, je l’ignore. Aujourd’hui je possède encore 4 modèles : un Combi Volkswagen, deux Austin-Healey des années 60 et une Reliant Scimitar GTE que j’ai personnellement entièrement restaurée. Je ne suis pas un expert mais je sais mettre les mains dans le moteur quand c’est nécessaire. Cela fait partie du plaisir que de les entretenir au même titre que de les conduire. Ce ne sont pas des pièces de musée, je les conduis très régulièrement. P. : Votre collection est-elle également dictée par l’envie de réaliser de bons «investissements » ? Je n’ai jamais résonné en termes d’investissement. Mais il est clair que quand j’ai débuté ma carrière de peintre, le fait de posséder des voitures de collection était rassurant dans la mesure où je pouvais envisager de vendre un modèle en cas de souci financier. Cela vaut également pour ma collection de petites voitures et de bidons d’huile anciens. J’ai environ 1.000 pièces dont certaines ont vu leur prix s’envoler. Il est possible de gagner de l’argent avec des voitures de collection mais il faut alors investir dans des modèles prestigieux, ce qui implique de gros moyens. P. : Votre collection a-t-elle néanmoins pris de la valeur ? Oui, c’est notamment le cas pour l’une de mes Austin Healey qui date de 1953 ainsi que pour le Combi Volkswagen dont les prix ont considérablement augmenté depuis quelques années. Si je le vendais, je réaliserais effectivement une belle plus value. Mais ça me fendrait le cœur de devoir m’en séparer. Lorsque je le conduis, je renoue avec mes jeunes années et cela n’a pas de prix. J’envisage d’ailleurs de le faire équiper pour le rendre « habitable », dans l’esprit originel. P. : Vos voitures sont stationnées dans votre atelier, à moins que ce ne soit l’atelier qui soit installé dans votre garage. Cette proximité entre les toiles et les voitures vous est nécessaire ? Ca fait effectivement partie de mon équilibre. J’ai besoin des voitures, de ma collection d’objets, près de moi, lorsque je peins. J’ai d’ailleurs consacré, il y a de nombreuses années de cela, une série d’une quarantaine de tableaux, aux voitures. Il m’arrive encore aujourd’hui de m’arrêter de peindre pour aller regarder les voitures ou m’asseoir à leur volant, rien que pour le plaisir. Le plaisir est vraiment au cœur de ma démarche de collectionneur.

PREMIUM 50


addedvalue.lu

PEOPLE HAVE EXPECTATIONS

11-13, Boulevard G-D Charlotte L-1331 Luxembourg-Ville contact@langlais.lu www.langlais.lu

TÉL. +352 27 21 21 PREMIUM 51


business

|

interview françois mauss

investissez

dans les crus que vous aimez Pour François Mauss, le fondateur du Villa d’Este Wine Symposium et grand spécialiste du vin, le vin est un bon investissement dès lors que l’investisseur respecte quelques grandes règles et, surtout, apprécie de partager une bonne bouteille…

PREMIUM : Est-ce que le vin attire, aujourd’hui encore, les investisseur ? François Mauss : Le vin reste effectivement un vecteur puissant d’investissement, que ce soit en direct pour se composer une cave, en tant que « collectionneur », ou via un fonds d’investissement spécifique, dédié au vin.

savoir que lorsque l’on achète du vin, il est essentiel de précieusement conserver ses preuves d’achat car elles seront nécessaires pour les authentifications désormais requises lors d’une éventuelle revente.

P. : Quels sont les avantages qu’offre le vin en termes d’investissement ? Il est possible d’investir des sommes minimes au départ. Les historiques que l’on peut consulter en ligne (Idealwine, Livex) confirment également de bons ratios de rendement, dans la durée. Enfin, le gros avantage avec le vin c’est que si le rendement attendu n’est pas au rendez-vous, vous avez toujours la possibilité de consommer votre investissement, d’où l’importance d’acheter des vins que vous appréciez.

P. : Comment le marché a-t-il évolué ces dernières années ? Avec la crise, est-ce que le nombre d’investisseurs dans le vin, investissement « passion » s’il en est, a augmenté ? En dehors des fonds anglo-saxons qui ont vu le jour dans les années 90 et 2000, et qui s’accompagnent d’avantages fiscaux, le marché ne connaît plus une croissance aussi forte qu’il y a quelques années. Tout simplement parce que les prix actuels des grands vins -on parle ici essentiellement des Bordeaux crus classés et des « grands crus » bourguignons-, sont tout particulièrement élevés. Et chacun sait que les arbres ne montent pas jusqu’au ciel.

P. : Et les inconvénients ? Le vin a pour principal inconvénient de ne pas être très « liquide ». Pour revendre ses bouteilles, il faut non seulement trouver les acheteurs mais également le céder au prix défini par le marché, à l’instant T. Tous les prix et leurs évolutions sont disponibles sur le site Wine-searcher, par exemple. Il est important de

P. : Comment les investisseurs investissentils dans ce domaine? Achètent-ils des bouteilles, des vignes, des parts dans des fonds d’investissement spécialisés ? Toutes les catégories d’investisseurs que vous citez, cohabitent. La grande tendance actuelle est de prendre des participations capitalistiques dans des

PORTRAIT D'un expert ès vino Né en 1946 à Metz, licencié des Sciences Economiques (Strasbourg et Aix en Provence), diplômé de l’Institut des Hautes Etudes Internationales IUHEI (Genève), MALD de la Fletcher School of Law and Diplomacy (Tufts & Harvard University), François Mauss a développé à partir de 1984 deux passions parallèles : les grands vins et le Macintosh d’Apple. Férocement indépendant, il a été un des premiers à développer des produits informatiques autour du vin, notamment le premier CD-ROM « Bacchus & Comus » grand public, ainsi que de nombreuses versions de logiciels de caves et de bases de données sur le vin et la gastronomie, dont une version informatique du Bottin Gourmand. Installé au Luxembourg depuis 1972, François Mauss gère également le Grand Jury Européen (GJE), une association constituée en 1996 et destinée à présenter aux amateurs une alter-

domaines en échange non pas d’intérêts versés en cash mais en bouteilles. P. : Quels conseils peut-on donner à un novice qui s’intéresse au vin, mais n’y connaît pas forcément grand chose ? Une seule règle : à l’image de la démarche adoptée par les grands collectionneurs de tableaux ou de livres, il doit se laisser guider par ses goûts et investir dans des vins qu’il aime. Si jamais le marché décroche, il aura toujours le plaisir de pouvoir consommer des nectars qu’il apprécie. En dehors de cette règle fondamentale, il importe également de suivre les grandes étiquettes connues du monde entier. Les grands crus classés de Bordeaux ainsi qu’une dizaine de domaines bourguignons, en font partie. Cela dit, il n’y a pas qu’en France que l’on fait du bon vin. Masseto, Giacosa, Egon Müller ou bien encore Sassicaia, sont également des maisons renommées qui sont à suivre. Il est important de n’acquérir que les grands millésimes. Ce sont les seuls capables de bien vieillir et donc de générer une réelle plus-value. Pour résumer, je conseille à notre novice de suivre les évolutions du marché, de déguster, de lire et de visiter des caves. De quoi multiplier les plaisirs...

native collective aux notes individuelles des journalistes « vins ». Sur la base d’une moyenne de 4 grandes sessions annuelles, le GJE est devenu la référence incontournable des dégustations collectives à l’aveugle en établissant des règles strictes qui sont devenues une « benchmark » pour beaucoup de producteurs. Consultant et organisateur d’événements, François Mauss a également développé le concept du Villa d’Este Wine Symposium, une rencontre annuelle qui permet aux acteurs majeurs mondiaux de la filière vin de se rencontrer pour échanger et défendre les intérêts historiques, sociaux, économiques, politiques et culturels du grand vin. Organisé pour la première fois en 2009, à la Villa d’Este sur les rives du Lac de Côme (Italie), le Villa d’Este Wine Symposium a vite connu un grand succès pour s’imposer comme le forum de communication de référence des plus grands acteurs du secteur viti-vinicole. Pour plus d’informations, voir vdews.com ou gje.mabulle.com.

PREMIUM 52


DOSSIER : les armes secrètes du luxembourg

au service des philanthropes Créée en 2008, la Fondation de Luxembourg séduit les philanthropes de toute l’Europe. Elle gère plus d’une cinquantaine de fondations qui représentent un engagement cumulé de 100 millions d’euros.

«

La neutralité et la stabilité politique du Luxembourg, sa situation au cœur de l’Europe et surtout, sa concentration d’experts internationaux en matière juridique, fiscale et financière, sont autant d’arguments qui devraient inciter les philanthropes du monde entier à établir leur fondation au Grand-Duché », rappelle le gouvernement luxembourgeois, dans un communiqué de presse. Il est vrai que depuis 2008, le Luxembourg s’est doté de nouveaux outils

cours de ces dernières années, la Fondation de Luxembourg est devenue une véritable plateforme de philanthropie et d’expertise à travers laquelle les donateurs provenant de toute l’Europe peuvent de manière concrète réaliser leurs projets caritatifs », a indiqué Pierre Gramegna, ministre des finances et président du Conseil d’Administration de la Fondation de Luxembourg (la présidence est aujourd’hui assurée par Henri Grethen, membre de la Cour des comptes européenne), lors de la présentation de son bilan 2014, en mai dernier.

// La philanthropie apparaît sous un autre visage aujourd’hui. Plus sensible aux problèmes sociaux, une nouvelle génération de philanthropes émerge. // dans ce domaine. Cela se concrétise, notamment, par la création, en décembre 2008, de La Fondation de Luxembourg par l’Etat luxembourgeois et l’Œuvre Nationale de Secours Grande-Duchesse Charlotte avec la mission de promouvoir l’engagement philanthropique privé. Une mission que l’organisme dirigé par Tonika Hirdman, assume parfaitement. «Au

100 millions d’euros Cela se traduit dans les chiffres et dans les actes. La Fondation gère plus d’une cinquantaine de fondations qui représentent un engagement cumulé de 100 millions d’euros. De l’argent qui est destiné à financer des projets d’intérêt général dans de multiples secteurs : social, éducation, culture, PREMIUM 53

protection de l’environnement... Les projets sont développés au Luxembourg, en Europe et dans différents pays émergents. « La philanthropie apparaît sous un autre visage aujourd’hui. Plus sensible aux problèmes sociaux, une nouvelle génération de philanthropes émerge. Ces nouveaux philanthropes sont déterminés à s’engager eux-mêmes dans les projets qu’ils soutiennent souvent en collaboration avec d’autres acteurs », précise Tonika Hirdman. Au service des jeunes tennismen La diversité caractérise également les «fondateurs », en termes de nationalités. Si les Luxembourgeois sont majoritaires (42%), une dizaine d’autres pays d’Europe sont représentés. Les Allemands (13%), les Belges (17%) et les Français (19%) sont les plus nombreux. Si la plupart des fondateurs sont inconnus du grand public, il est un nom qui dira quelque chose aux amateurs de tennis. C’est sous l’égide de la Fondation de Luxembourg que Patrick Mouratoglou, l’entraîneur de Serena Williams (entre autres), a choisi de créer Champ’seed Foundation, une fondation qui soutient le développement de jeunes futurs talents du tennis mondial en finançant leur formation sportive et leur participation à des tournois à travers le monde.


WATCHES & JEWELRY

|

événement salon international de la haute horlogerie

LE meilleur du SIHH

Le 18 janvier dernier s’est ouvert la 26e édition du Salon International de la Haute Horlogerie à Genève. Grande nouveauté cette année, le salon le plus exclusif au monde accueillait neuf artisans-créateurs et ateliers indépendants aux côtés des 15 Maisons qui ont forgé sa réputation et qui ont fait de cet évènement le premier rendez-vous incontournable de l’année horlogère. Pour l’occasion, le salon s’est paré d’un nouvel écrin aux tons chauds et à l’architecture sobre et contemporaine. Par Eléonore Arnold

HYT, rencontre entre haute horlogerie et mécanique des fluides

Richard Mile : RM 67-01 Automatique Extraplate Richard Mile, l’ingénieux de la haute horlogerie. Pour ce SIHH2016, la marque de tous les superlatifs a abandonné l’univers des montres sportives (temporairement rassurez-vous) pour s’atteler à l’univers des montres classiques et habillées. Un modèle a retenu notre attention, la montre RM 67-01, un vrai bijou d’ingéniosité. C’est la première fois qu’un boîtier de forme tonneau, déjà difficilement adaptable à une montre extraplate, est de surcroît d’une telle finesse (7,75 mm au centre). La complexité et la durée de l’ensemble des opérations en font d’ailleurs l’un des plus compliqués produits à ce jour en Suisse. Côté mouvement, Richard Mille a équipé la RM 67-01 Extraplate du calibre CRMA6, nouveau calibre de 3,6 mm d’épaisseur seulement, conçu spécialement pour ce nouveau modèle par les ingénieurs Richard Mille aux Breuleux. Le travail de conception, mais aussi le choix des matériaux utilisés et les finitions extrêmement soignées font de la RM 67-01, une montre de haut niveau.

HYT, c’est avant tout une marque anticonformiste. Alchimistes de l’extrême, les Hydro Mechanical Horologists de HYT font de l’utopie une réalité : celle de mélanger mécanique et fluides dans une montrebracelet. Ils s’appuient sur les codes les plus stricts de la haute horlogerie et réussissent le pari insensé d’indiquer l’heure avec de l’eau. Pour ce SIHH 2016, HYT propose une nouvelle version de la H1 Iceberg sortie en 2014. A nouveau, le bleu est de mise : les différents composants bleuis, ainsi que des matériaux, tel que le saphir, subliment la complexité mécanique et laissent transparaître de nombreux contrastes. Cette pièce, aux couleurs du ciel et de la mer, est une édition limitée à 50 pièces.

Parmigiani Fleurier fête ses 20 ans avec la Tonda Chronor Anniversaire Pour célébrer son vingtième anniversaire, la marque horlogère a révolutionné sa montre vedette depuis 2007, la Tonda, en lui intégrant un nouveau mouvement à chronographe intégré. Un exercice d’une grande technicité qui témoigne de la maturité technique de la manufacture. Il s’agit en fait d’intégrer dans un même mouvement et sur une même platine, l’heure, la fonction chronographe, la fonction rattrapante et une grande date. Cet exercice permet au mouvement de gagner en cohérence, en fiabilité et en finesse. Le mouvement est tout aussi beau et travaillé que le boîtier et le cadran. Deux modèles ont été présentés et celui qui nous a conquis n’est autre que la version au boîtier en or rose 18 carats et au cadran bleu roi limité à 25 exemplaires.

Audemars Piguet, Royal Oak Concept Supersonnerie Pour satisfaire les amateurs de répétitions minutes dont Audemars Piguet est le grand spécialiste depuis des décennies, la marque du Brassus propose aujourd’hui la Royal Oak Concept Supersonnerie. Présentée dans une boîte en titane ultra-légère, cette montre produite en série très limitée est le résultat d’un travail de précision nécessitant huit années de recherche et destinée à faire naître un nouveau son. Ses performances acoustiques, sa qualité sonore d’une justesse exceptionnelle et sa clarté harmonique en font une répétition minutes sans précédent. Quel est le secret d’une telle prouesse ? Son incroyable sonorité réside dans l’invention d’une « table d’harmonie » isolée du mécanisme. Bluffant !

PREMIUM 54


Montblanc Heritage Chronométrie Chronograph Quantième Annuel En raison du succès rencontré par la collection Heritage Chronométrie lancée l’année dernière à Genève à l’occasion du SIHH 2015, Montblanc a décidé de développer davantage cette gamme déjà riche de nombreuses complications avec l’arrivée de deux nouveaux modèles, notamment, la Montblanc Heritage Chronométrie Chronograph Quantième Annuel. Cette nouvelle montre inspirée par l'un des premiers chronographes-bracelets que créa Minerva (la manufacture appartient désormais à Montblanc) dans les années 1920, associe un chronographe à un mécanisme de quantième annuel ne nécessitant qu’un seul réglage par an, à la fin du mois de février. Cette pièce, raffinée et élégante, dotée d’un cadran blanc argenté orné d’un motif soleillé enfermé dans un boitier en or rouge 18 carats de 42 mm séduira les amateurs de belles montres pour un prix restant sous la barre des 19.000 euros. IWC, Grande Montre d’Aviateur « HERITAGE 55 » Pendant 75 ans, le calibre 52 T.S.C., la Montre d’Aviateur historique, fut la montrebracelet la plus grande jamais fabriquée à Schaffhausen. En 2016, IWC Schaffhausen lance l’héritière de la Montre d’Aviateur : la Grande Montre d’Aviateur « Heritage 55 », dont le boîtier se distingue par son imposant diamètre de 55 millimètres et égale ainsi le record de 1940. Cette montre, qui ne manquera pas d’attirer les regards par son look unique, est proposée dans une édition limitée à seulement 100 exemplaires et s’adresse donc surtout aux collectionneurs et amateurs de montres d’aviateur authentiques. Pour ceux toutefois qui trouvent le boîtier trop imposant, IWC propose également la Grande Montre d’Aviateur « Heritage 48 », avec un boîtier de 48 mm. Cette montre correspond davantage aux habitudes modernes en matière d’esthétique visuelle et de confort de port.

Lange & Söhne, l’alliance parfaite avec le nouveau model Saxonia Moon Phase Le nouveau modèle de la famille de montres SAXONIA séduit tant par son design épuré que l'association fascinante de deux des complications les plus appréciées : une phase de lune d'une grande précision (99,998 % de précision) et la grande date caractéristique Lange, qui façonnent le visage de ce gardetemps entièrement dédié à l'excellence technique et la perfection esthétique. En ce qui concerne les finitions, les amateurs de montres ne seront pas déçus, elles sont absolument parfaites ! Mais l’excellence a un prix : 28 500 e

Jaeger Lecoultre fête les 85 ans de la Reverso Depuis 1931, la Reverso est un mythe et ses origines sont multiples, l’Inde, l’Art déco, le Polo. Pour célébrer les 85 ans de son iconique Reverso, l’horloger suisse Jaeger-LeCoultre a dévoilé un modèle d’exception, une pièce rare, baptisée Reverso Tribute Gyrotourbillon, dotée d’un boitier en platine accueillant un calibre de haute horlogerie et gagnant 30% de finesse en largeur comme en épaisseur. Bénéficiant du calibre JaegerLeCoultre 179 à remontage manuel, cette création dévoile un tout nouveau Gyrotourbillon. Effectuant ses rotations grâce à un entraînement extérieur, il donne l’impression de flotter dans les airs. Côté face, cette Reverso dévoile un cadran d’un blanc grené et des aiguilles dauphines en acier bleui avec à 11 heures, l’indicateur jour/nuit. Un décor guilloché soleillé réalisé à la main accentue le raffinement de ce recto. Le verso révèle quant à lui tout l’art des graveurs de la manufacture. Edition limitée à 75 exemplaires.

Baume & Mercier, la passion automobile avec Capeland Shelby Cobra 1963 La marque horlogère Baume & Mercier s’est associée, pour la deuxième année, à la société Carroll Shelby Inc. Elle rend un bel hommage à une voiture mythique, la Cobra 289 CSX2128 construite en 1963 pour concourir aux 12 heures de Sebring. Ce garde-temps de haute précision au boîtier de 44 mm se pare d’un bracelet alligator noir doublure en veau jaune caoutchouté avec surpiqûres blanches et est éditée à 1963 exemplaires. Son prix : 4 100 e

Piaget fête les 40 ans de sa première quartz !

Vacheron Constantin : Overseas, calibre 5100, 41 mm

Pour célébrer les 40 ans de son premier mouvement à quartz maison, le 7P extra-plat présenté en 1976, Piaget a dévoilé l'Emperador Coussin XL 700P, une montre audacieuse au design similaire à celui d’une voiture de sport et réalisée à 118 exemplaires. Mariage d'un calibre mécanique et d'une génératrice, cette nouvelle montre concept au boîtier coussin en or gris de 46,5mm de diamètre, met en lumière deux savoir-faire inscrits dans le patrimoine de la manufacture.

Heures, minutes, secondes, date : ce modèle Overseas affiche les fonctions essentielles avec distinction, dans un boîtier de 41 mm. Animé de 172 composants, le nouveau calibre 5100 a été entièrement conçu, développé et manufacturé par la marque. Le petit plus, cette montre Overseas est livrée avec trois bracelets amovibles différents, en acier ou en or, en cuir et en caoutchouc grâce à un ingénieux dispositif d’interchangeabilité permettant d’alterner facilement les bracelets et les boucles déployantes, sans recours à un outil. On aime !

PREMIUM 55


WATCHES & JEWELRY

|

événement salon international de la haute horlogerie

les stylistes du temps Derrière les magnifiques créations horlogères se cachent de talentueux créateurs. Entrevues avec trois designers lors du SIHH : Christian Knoop, Creative Director chez IWC, Sara Sandmeier Lead Designer chez Baume & Mercier et Zaïm Kamal, Creative Director chez Montblanc. Par Eléonore Arnold PREMIUM : En tant que designer, comment s’attelle-t-on à la création d’un nouveau produit ? Quelles sont vos sources d’inspiration et quels sont les défis que vous vous lancez dans l’exploration de nouveaux domaines de création ? Christian Knoop (IWC) : L’introduction d’une nouvelle collection sur le marché prend approximativement 2 ans. L’histoire de la marque est riche et nous nous en servons comme fondation pour créer nos nouvelles collections. Nous nous inspirons et puisons dans nos anciennes collections, dans ce qui a forgé notre identité. IWC a d’ailleurs été la première marque à lancer en 1936 la première montre Spéciale pour Aviateur. Elle a marqué le début d’une relation passionnelle entre IWC et le monde de l’aviation. Notre challenge est de créer des produits qui soient à la fois en accord avec notre identité propre, qui respectent les codes historiques d’IWC, mais qui possèdent aussi quelque chose de nouveau, de frais, pour construire un pont entre le passé et le futur afin de surprendre les clients.

Zaïm Kamal (Montblanc) : Avant de commencer la partie créative, il est important de toujours se remémorer que la maison Montblanc est avant tout basée sur trois choses : l’artisanat, l’innovation et l’excellence. Montblanc est une Maison d’Heritage, ce n’est pas une maison traditionnelle, en cela, nous avons une grande liberté. Lorsque je crée une nouvelle collection, je pense à ces trois choses essentielles de la marque Montblanc et je distingue pour quel type de clients cette collection sera créée. Tout cela me donne un cadre, des caractéristiques qui vont m’aider dans le processus de création. Après cela, tout est affaire de dialogues avec les équipes créatives, marketing, techniques etc. Sara Sandmeier (Baume & Mercier) : Il y a un côté très terre à terre, c’est la partie que l’on travaille en équipe. On appelle cela le Studio Design. Il s’agit de la partie marketing, de la partie technique et du design. Nous formons toujours des trios et nous avançons dans les projets de cette manière. Bien sûr, le marketing établit un brief qui nous dirige (cible PREMIUM 56

plutôt féminine, masculine, tranche d’âge, montre complexe à complications, montre sobre, forme, segment sportif, classique...), tout cela nous donne un cadre. Ensuite, pour l’inspiration pure du designer, je m’inspire beaucoup de la nature et de l’air du temps. La nature me ressource, me vide l’esprit, c’est pour moi le meilleur artiste, le meilleur designer, elle a des sources d’inspiration qui sont inépuisables. Le domaine de la mode m’inspire beaucoup aussi, je suis une passionnée des matériaux de toute sorte, tissus, textures, organiques, métaux, cuir, verre… Lorsque je lis le brief du marketing, j’ai assez rapidement une image de mon client final, de ma cible et je pense instantanément à des couleurs, à des matières. Pour la Cobra, je travaillais en partenariat avec Shelby Cobra, on avait cette voiture qui était bleue, très souvent associée à l’univers masculin et très rapidement, j’ai réalisé le moodboard Cobra, j’ai tout de suite eu mon univers couleur. PREMIUM : Lorsque l’on met son savoir-faire au service d'une grande marque comme vous le


// Les montres mécaniques sont des montres qui peuvent être transmises de génération en génération, alors que les montres connectées sont liées à des appareils, notamment les téléphones que l’on peut changer assez rapidement //

Photo : Baume & Mercier

faites, a-t-on carte blanche dans le processus de création ? Comment procédez-vous et quelle est votre phase de création préférée ? Christian Knoop (IWC) : Non, nous devons trouver un équilibre entre les codes historiques de la marque et de nouvelles idées. Je travaille avec une équipe de jeunes designers internationaux qui doivent respecter les codes de la marque, son identité propre tout en y ajoutant quelque chose de nouveau, sans apporter de changements radicaux pour ne pas perdre les fondamentaux de la marque. La première étape du processus de création est celle que je préfère, car j’aime définir les contours, la signature d’une nouvelle collection. Les discussions sur les thèmes techniques m’intéressent beaucoup, car de nombreuses difficultés sont à prendre en compte et tout n’est pas réalisable. Toutes les phases de discussion que ce soit avec les fournisseurs, les ingénieurs ou encore les techniciens sont très intéressantes et source de créativité et d’innovation. Zaïm Kamal (Montblanc) : Ce qui est fabuleux chez Montblanc, c’est que rien n’est jamais limité. Montblanc a sa direction, son identité et simplement, j’apporte avec mes compétences, mes connaissances et ma créativité, ma contribution à la Maison. Il y a toujours une forme de respect des codes de la marque, mais vous savez, à partir du moment où vous travaillez pour une marque, vous pensez pour la marque et non pas pour vous. J’aime beaucoup Montblanc, son héritage et aujourd’hui, je crois que tout est une question de dialogue, de temps et de patience. Sara Sandmeier (Baume & Mercier) : J’ai une liberté qui s’inscrit dans un cadre. Ce dernier est notamment constitué de la marque, du prix, de la technique, de la réalisation, de la cible également… Dans ce contexte, il y a une liberté et je pense qu’avec beaucoup de sensibilité et d’expérience, nous pouvons aller très loin, même dans les limites précédemment décrites. Chaque projet est différent et le cadre peut évoluer avec le temps, s’ouvrir d’un côté, se rétrécir de l’autre, comme si nous regardions par une fenêtre. L’angle de vue peut être différent selon notre positionnement, mais la taille de la fenêtre ne changera pas.

PREMIUM : N’est-il pas difficile de créer une montre qui soit le reflet d’une tendance tout en étant intemporelle ? Zaïm Kamal (Montblanc) : Notre travail, c’est de proposer une montre qui soit en corrélation avec l’identité de la marque et si je devais réaliser une montre contemporaine et moderne, je serais selon moi dans un cadre plus « fashion » et Montblanc n’est pas une marque « fashion ». J’ai travaillé dans la mode, et dans ce domaine, tout va très vite, il faut constamment proposer des vêtements qui soient à la mode, mais dans l’horlogerie, c’est complètement différent, une montre doit exister et sa durée de vie est souvent très longue ce qui suppose qu’elle s’adapte aux codes de l’horlogerie et en fait, l’interprétation de ses codes et l’esthétique de la montre va provenir de la magie de la Maison. Sara Sandmeier (Baume & Mercier) : C’est tout à fait vrai, c’est un défi immense qui n’est jamais gagné d’avance et parfois, même si nous pensons être en accord avec la demande, il peut arriver de « tomber à coté », il y a toujours une part de surprise, de hasard. C’est complexe de concevoir un objet qui soit à la fois attrayant, durable dans son look et dans l’envie de le porter. La cible est évolutive aussi, nous sommes sur un sol qui bouge et nous-mêmes bougeons également, il faut donc toujours rechercher l’équilibre et c’est en cela aussi que l’exercice est intéressant. PREMIUM : Vous avez lancé en mai 2015 le dispositif « IWC Connect », ce nouvel outil intelligent, intégré aux bracelets des montres de la marque et qui permet de façon simple, de contrôler les appareils connectés comme un smartphone par exemple. Souhaitez-vous prochainement aller plus loin dans cette démarche en proposant une montre entièrement connectée ? Cette stratégie est-elle également une façon pour la marque d’attirer une clientèle plus jeune ? Christian Knoop (IWC) : Je crois véritablement au futur des objets connectés. Le premier produit que nous avons réalisé a été spécialement conçu pour cela, pour consolider le premier palier de ce futur. Selon moi, il y a réellement une place et un futur possible pour la montre mécanique et la montre PREMIUM 57

connectée. Nous ne devons pas les mixer, car ce sont vraiment deux concepts totalement différents. Les montres mécaniques sont des montres qui peuvent être transmises de génération en génération, alors que les montres connectées sont liées à des appareils, notamment les téléphones que l’on peut changer assez rapidement, parfois même d’une année à l’autre, contrairement à une montre mécanique que l’on conserve parfois plus de 50 ans, toute la différence est là, dans la temporalité. L’évolution technique des montres mécaniques est beaucoup plus lente que celle des montres connectées où la technologie évolue de façon exponentielle, à l’image des télévisions, des téléphones… Si dans quelques années, je décide de donner un smartphone actuel à mon fils, il me rira au nez alors que si je lui transmets une montre IWC qui a 50 ans, il appréciera ! C’est très différent. Nous sommes actuellement dans une phase de test pour la création de nouveaux produits connectés qui seront probablement finalisés dans les prochains mois. PREMIUM : Sur quel élément la marque Montblanc s’appuie-t-elle pour se différencier des autres marques du secteur de la haute horlogerie ? Zaïm Kamal (Montblanc) : Zaïm Kamal (Montblanc) : La Maison est différente. Nous sommes toutes dans le même secteur, mais avons nos codes, notre identité, notre histoire, notre héritage, comme je dis souvent, nous parlons la même langue, mais n’avons pas le même accent. PREMIUM : Selon vous, parmi tous les modèles présentés cette année au SIHH 2016, quelle montre s’est démarquée ? Christian Knoop (IWC) : Cette année, les Grandes Montres d’Aviateur «Heritage 55» et «Heritage 48» avec leurs boîtiers d’un imposant diamètre et leur look authentique sont un vrai clin d’œil à la version historique d’origine de 1940, la Grande Montre d’Aviateur, calibre 52 T. S. Elles affichent un design innovant, des complications sophistiquées et des matériaux de grande qualité. Cela a été fascinant de travailler sur ces nouveaux produits. Une collection similaire avait été proposée en 2012, l’année des Montres d’Aviateurs, avec la collection TOP GUN qui arborait pour la première fois des versions Miramar au design authentiquement militaire. Zaïm Kamal (Montblanc) : J’adore la ExoTourbillon Slim, car elle dégage toute l’émotion d’un mécanisme hors norme avec l’exotourbillon qui pour moi est comme un cœur qui défit la gravité. Mais si je devais n’en choisir qu’une, je dirais que la montre du salon, c’est la Montblanc 4810 TwinFly Chronograph, car elle rassemble et combine toutes nos compétences : chronographe retour en vol, deuxième fuseau horaire, date, indicateur jour/nuit. Le cadran guilloché est absolument magnifique et a demandé de nombreuses heures de travail. Sara Sandmeier (Baume & Mercier) : Je n’ai même pas eu le temps de faire le tour, c’est un piège ! (rire)


WATCHES & JEWELRY

PHOTOPRESS/IWC

// J’aime la mode et, par dessus tout, j’aime avoir mon propre style. Une fois que vous avez été consacré champion du monde de Formule 1, vous pouvez vous détendre et être vous-même. //

PREMIUM 58


|

interview LEWIS HAMILTON

GENTLEMAN DRIVER

Lewis Hamilton est un pilote passionné par toutes les mécaniques. Ambassadeur de la marque horlogère IWC, il était présent cette année au Salon de la Haute horlogerie, l'occasion pour nous de lui poser quelques questions en dehors des circuits et de vous présenter son portrait... P. : Parallèlement à tout ça, vous êtes ambassadeur de la marque IWC depuis 2013 et vous avez créé votre propre édition limitée en 2014 (Ingenieur Chronographe Edition « Lewis Hamilton »). Comment s’est déroulée cette expérience de designer ? C’était fantastique ! Le tour à travers les ateliers m’a montré de façon saisissante l’engagement, la passion et la fierté avec lesquels les experts d’IWC travaillent à leur réussite. Je souhaitais créer une montre très technique, avec un cadran en carbone, un bracelet en titane, des protections de couronne et têtes de vis en oxyde de zirconium. Cette montre s’inspire des matériaux high-tech de la Formule 1. Le parallèle entre la course automobile et la haute horlogerie est le fondement du partenariat entre IWC et Mercedes. Un vrai travail d’équipe!

Pour la deuxième année consécutive, MERCEDES AMG PETRONAS Formula One™ Team a remporté le titre de champion du monde des constructeurs de Formule 1. La manu­facture horlogère suisse complimente par la même occasion Lewis Hamilton, ambassadeur de la marque, qui avait déjà été sacré champion du monde de Formule 1 l’année précédente, ainsi que Nico Rosberg qui est parvenu à monter sur la deuxième marche du podium suite à ses excellentes performances tout au long de l’année. PREMIUM : Vous êtes plus extravagant que vos concurrents. Essayez-vous d’insuffler un peu plus de style dans ce monde assez conservateur qu’est la Formule 1 ? Lewis Hamilton : C’est seulement qui je suis. J’aime la mode et, par-dessus tout, j’aime avoir mon propre style. Une fois que vous avez gagné plusieurs courses et été consacré champion du monde de Formule 1, vous pouvez vous détendre et être vousmême.

P. : Quel était votre rêve de petit garçon et voudriez-vous toujours le réaliser ? J’ai toujours rêvé piloter un avion de chasse F/A-18 et atterrir sur un énorme porte-avion. ça doit être une expérience incroyable. Je suis allé sur l’Intrepid Sea, Air & Space Museum à New York City, et être capable d’atterrir sur un navire tel que celui-ci est, de mon point de vue, une grande performance.

P. : Vous aimez la mode, mais vous êtes un champion dans un sport high-tech. Est-ce la mode ou la technologie qui est plus importante pour vous ? C’est la technologie qui me fascine spécialement. Cela commence quand vous vous levez. Vous regardez votre montre, brossez vos dents et vous allez au boulot, où vous utilisez la technologie pour travailler aussi. La technologie est omni-présente aujourd’hui.

Lewis Hamilton lors de sa visite chez IWC SCHAFFHAUSEN en 2013 (PHOTOPRESS/Samuel Truempy)

Ingenieur Chronographe Edition « Lewis Hamilton »

Lewis Hamilton dans la cabine d'IWC au SIHH 2016

PREMIUM 59


WATCHES & JEWELRY

|

aviation aude lemordant

la femme des nuages Aude Lemordant est la première femme pilote à voler sous les couleurs de la team Breitling. Entretien avec une femme qui a les pieds sur terre et la tête dans les nuages... PREMIUM : Vous êtes championne du monde de voltige. Quelle fût la plus grande satisfaction lorsque vous avez remporté ce titre ? Aude Lemordant : Cela peut sembler étrange mais gagner n’est pas en soit la chose la plus gratifiante. C’est surtout l’opportunité de pouvoir s’entraîner encore et encore, d’améliorer mes compétences qui me donnent cette satisfaction. P. : Hormis votre titre de Champion du Monde, quel a été le moment important de votre carrière ? J’ai eu la chance d’être entourée de gens exceptionnels, qui m’ont appris à voler et voltiger. Maintenant j’attends avec impatience les championnats du monde, qui se dérouleront notamment à l’aérodrome où j’ai piloté pour la première fois un aéronef. J’ai volé à plusieurs endroits en France, et j’ai toujours rencontré des gens exceptionnels qui m’ont supporté durant toutes ces années. P. : Est-ce que les pilotes se lient d’amitié sur le circuit ou la compétition prend-elle le dessus ? A un haut niveau de compétition vous devez connaître vos adversaires. Nous développons des amitiés mais une fois dans le cockpit nous redevenons très compétitifs et donnons le meilleur de nous même. Si je ne faisais plus de compétitions, je crois que les personnes, pilotes et entraineurs me manqueraient plus que la compétition en elle-même.

P. : Quels sont les plus gros challenges dans la vie d’un pilote d’élite acrobatique ? A toujours vouloir mieux voler, il est parfois difficile de remarquer nos améliorations. P. : Quelles sont vos plus grandes satisfactions en tant que pilote acrobatique ? L'amélioration continue de mes compétences et effectuer les manœuvres le plus proche possible de la perfection sont, notamment, deux grandes satisfactions. P. : Est-ce qu’il y a un aéronef que vous n’avez jamais volé et que vous aimeriez piloter ? C’est toujours un plaisir de voler un nouvel avion, peu importe lequel. J’admire l’équipe Breitling Jet Team et ce serait vraiment incroyable de partager le ciel avec d'autres pilotes et aéronefs en formation serrée. P. : La réputation horlogère de Breitling est incontestable. Que préférez-vous dans ces montres ? A vrai dire, je les aime toutes, et chacun peut trouver sa pièce rêvée. Mais personnellement, j’ai un attachement tout particulier avec la Chronomat que j’ai gagnée lors des derniers championnats du monde au Texas. P. : Pour finir, si l’on devait interviewer vos amis, que diraient-ils de vous ? Que je suis une fonceuse !

PREMIUM 60


Au cœur de Luxembourg

LUXE ****

DESIGN & TECHNOLOGIE

SAUNA ET FITNESS

men · welcome · bienvenue!

xemburgische Hauptstadt mit ihren kulturellen n Sehenswürdigkeiten, Traditionen, Lifestyle und

e Seiten igen Miar.

So finden Sie Hugo uns:**** vous propose Best Western Plus Grand Hotel Victor un luxe moderne. Nos 66 chambres et 5 suites, toutes différentes, Auto: über die Autobahnen aus Deutschland, Belgien, Frankreich. dispose design au HBf; service de votre Chaque Bus: Linie 4;d’un Bahn: ca. 10épuré min. vom Flugzeug: ca. bien-être. 15 min. vom Flughafen chambre est équipée d’un très haut débit internet. Notre hôtel Howet to reach est entièrement climatisé dispose d’unus: sauna ainsi que d’une salle de fitness. bar, from «La Plume» le lieu France. idéal pour profiter Car:Notre Highways Germany,est Belgium, d’une ambiance détendue et confortable. Et pour bien15démarrer Bus: Line n. 4; Train: approx. 10 min. from station; Airplane: approx. min. from Airport votre journée, nous vous proposons pour le petit déjeuner, notre généreux buffet de produits frais et de spécialités régionales. Accés: Voiture: Autoroutes de Allemagne, Belgique, France. Bus: Ligne 4; Gare: à 10 minutes; Aéroport: à 15 minutes BEST WESTERN PLUS Grand Hotel Victor Hugo 2-3 Avenue Victor Hugo · L-1750 Luxemburg Rollingen A7 Brouch Beidweiler Tel.:7 +352 26 27 440 11 info@victorhugo.bestwestern.de Lintgen Tuntange www.victorhugo.bestwestern.de Junglinster 12

Keispelt-

Lorentzweiler

Gonderange


PULSions

ruban haute-couture Cantili est un distributeur de ruban adhésif à la forme abstraite. Une fois diposé sur le bureau, sa stabilité naturelle, permet de l'utiliser d'une seule main. Prix : 90 £ www.beyond-object.com

l'heure du vintage Avec cette pendulette de bureau, Chopard rend hommage aux bolides légendaires du sport automobile. Dans un esprit qui rappelle les compteurs du tableau de bord des voitures anciennes. Prix : N. C. www.chopard.fr

la sélection d'objets extraordinaires de PREMIUM

stylo sculptural Align bouscule les normes de la conception du stylo, son corps disloqué une fois aligné, permet d'actionner son mécanisme. Prix : 40 £ www.beyond-object.com

PREMIUM 62


le casque audio du golden boy Sennheiser fait renaître l'Orpheus. Une conception parfaite, des fonctionnalités uniques et une technologie de pointe. D'après la marque, ce casque transforme la musique pour la faire vivre. Orpheus offre la plus faible distorsion jamais mesurée dans un système de reproduction sonore, les oreillettes sont usinées avec précision dans de l'aluminium massif et dotées de coussinets fabriqués à la main dans un cuir de haute qualité. Les signaux entrants sont traités par huit tubes à vide. Sennheiser a donc imaginé un châssis en marbre de Carrare, un matériau sélectionné pour sa granularité et son inhomogénéité, qu’il a positionné en suspension sur l’amplificateur. Prix (de lancement) : 50 000 e www.sennheiser.com

office sweet office

coin bureau Si l'envie vous prend de mettre un peu de style, d'ergonomie et d'organisation dans votre espace de travail, voici le OneLessDesk qui vous aidera à raviver la flamme. Prix : 749 $ www.hecklerdesign.com


HIGH TECH

|

CYCLE B-9 NH BLACK EDITION

VéLO FURTIF Comme le chasseur furtif F-117, le B-9 NH de la société Slovaque BME DESIGN, repousse les limites de la créativité dans l'utilisation des matériaux innovants... Par Dean Boyd

Directement inspiré du célèbre avion F-117 Nighthawk, le B-9 NH Black Edition dispose d'un châssis en fibre de carbone construit pour résister à la dure réalité de l'environnement urbain. D'après sa fiche technique, il ne nécessiterait qu'un entretien minimal et son utilisation est simpliste, tout a été prévu à cet effet : vitesse unique, courroie en carbone sans graissage (durée de vie accrue et silence d'utilisation), disques mécaniques, système de verrouillage à une clé, selle à réglage rapide à boulon unique, entraînement par courroie de carbone sans graissage (plus léger, plus silencieux et plus résistant qu'une chaîne). Sa production est limitée à 100 exemplaires.

PREMIUM 64


Photo : iStock

L’ABoNNemeNt à UN prIx extrAordINAIre

Oui, je souhaite m’abonner à Premium pour 1 an (5 numéros) soit 25 e au lieu de 35 e (frais de port inclus) Nom

Prénom

Adresse Code postal

Ville email

Renvoyez nous ce formulaire rempli par mail à contact@magazinepremium.lu, par fax ou par courrier à : MHM Publishing Sàrl - 40, rue Rangwee - L-2412 Luxembourg - Fax : +352 26 64 53-53 Puis effectuez votre virement bancaire en indiquant votre nom et votre adresse dans le libellé sur le compte ci-dessous : IBAN LU96 0030 6268 8407 0000 Dès réception de votre réglement, votre abonnement débutera au numéro à paraître

LE MAGAZINE DES GENTLEMEN EXTRAORDINAIRES


HIGH TECH

digitsol smartshoes

CONNECTED SHOES Les Smartshoes sont les premières chaussures connectées, interactives, chauffées, qui absorbent les chocs et qui bénéficient d’un serrage automatique. Le tout contrôlé par l'intermédiaire de votre smartphone. Lancement commercial prévu le 1er Février

|

événement ces las vegas 2016

C.E.S. insolite

Comme chaque année, le Consumer Electronics Show de Las Vegas nous livre son cocktail d'objets High-tech et surprenants. Voici un panorama du meilleur de cette édition 2016. Par Dean Boyd

PREMIUM 66


RINSPEED etos

knight rider En collaboration avec le cabinet EY, le préparateur Suisse Rinspeed présente ce concept-car hybride futuriste baptisé Etos, qui a pour objectif de s'interroger sur la mobilité. Basée sur une BMW i8, elle embarque un drone, qui peut par exemple jouer le rôle d'éclaireur sur la route, et sa plateforme d'atterrissage. Elle possède des fonctions de conduite autonome, présentées par Rinspeed comme « intuitive et capable d'apprendre par lui-même ». Deux écrans de 21,5 pouces trônent sur le tableau de bord et affichent toutes les informations dont le conducteur à besoin...

MOVI cam

une régie télé de poche Plus performante que nos capteurs de smartphone, cette caméra et son appli mobile filme et diffuse facilement en direct avec un rendu professionnel. MOVI, présentée par la plateforme Livestream est une caméra 4K de poche. L’appli mobile permet de varier les cadres et les plans en direct comme sur un plateau télé disposant de plusieurs caméras ! La qualité 4K permet de recadrer et de zoomer sans trop perdre en qualité d’image. Tous les effets (zoom, dézoom, panoramique...) sont disponibles. Commercialisé au mois d’avril prochain, elle existera en deux modèles : un pour le grand public et un autre uniquement pour les pros.

PARROT drone disco

Faraday Future FFZERO1

DRONE D'OISEAU « Vous êtes un oiseau », c’est le slogan de la firme Parrot pour son nouveau drone Disco. Cette aile volante qui peut être pilotée par n'importe qui, permettra de toucher un public plus large. Une fois lancé à la main, il se met ensuite en vol circulaire en attendant les ordres et affiche une autonomie de 45 minutes et une vitesse maxi de 80 km/h, soit « la vitesse d'un vol de poursuite de faucon pèlerin », d'après Parrot. Il se pilote avec un smartphone ou la télécommande Wi-Fi Parrot Skycontroller et également avec un casque de réalité virtuelle.

PREMIUM 67

une hypercar électrique Présenté à Las Vegas, le concept car FFZERO1 de la startup Californienne Faraday Future, arbore un design des plus futuriste. Le directeur du design Richard Kim, transfuge de BMW, annonce ce premier modèle comme la voiture la plus connectée au monde, capable de reconnaître son pilote. A l'instar d'une formule 1, celle-ci ne peut accueillir qu'une personne. La ressemblance ne s'arrête pas là, puisque la FFZERO1 affiche une puissance de1000 chevaux avec un 0 à 100 km/h en 3 secondes. Les voitures de série seront bien éloignées de ce concept mais la structure pourra servir de base à différents modèles, de la voiture de course à la petite citadine.


HIGH TECH

|

différente dans le traitement de l’air que notre valeur ajoutée est plus forte dans le déploiement de nos capteurs que la fabrication des produits d’amélioration de l’air.

STARt-UP Airboxlab

dans l'air du temps Nous avons suivi une start-up luxembourgeoise et son invention, le foobot, au CES de Las Vegas. Interview de son CEO, Jacques Touillon. Par Dean Boyd en collaboration avec Silicon Luxembourg

PREMIUM : Foobot est le premier objet connecté qui a pour fonction de détecter la pollution de l’air intérieur, d’où vous est venu l’idée de concevoir cet objet ? Jacques Touillon : C’est un concours de circonstance combinant business et intérêt personnel. Entrepreneur dans le domaine de l'environnement avec des services de consulting, j’ai été confronté au problème de l’asthme des bébés, avec le plus jeune de mes enfants. J’ai alors pris conscience de notre impuissance face à la pollution de l’air qui est un ennemi invisible. J’ai imaginé cette solution de monitoring pour le grand public en combinant des capteurs environnementaux et du big data et permettre à chacun de nous de contrôler la qualité de l’air que nous respirons pour protéger notre santé. P. : Foobot à un rôle préventif et informatif, mais songez vous dans l’avenir à aller plus loin en créant votre objet qui permettra de traiter la purification de l’air intérieur ? Nous devions passer par cette première étape d’innovation de produit car aucune technologie n’était alors disponible sur le marché pour le grand public. Maintenant que nous avons développé la technologie, nous pouvons l’embarquer dans tous les systèmes de traitement de l’air (ventilation, filtration, purification). Ainsi, notre stratégie est de devenir le leader de la surveillance de la qualité d’air intérieur et de son intégration dans les systèmes de gestion d’air. Il existe tellement de technologie

P. : Vous avez participé au CES de Las Vegas cette année, quel était l’objectif et en avezvous tiré un bilan positif ? Le marché US est le plus actif parmi nos trois plateformes Europe, Chine, US. Le CES est alors un formidable outil de promotion pour le marché US. Il nous permet de rencontrer une très large diversité de contacts car c’est le lieux le plus dynamique pour l’innovation. Distributeurs, centrales d’achat, centres de recherche, journalistes, professionnels de la Santé, de la Maison connecté… les contacts sont très prometteurs ! P. : Quelles sont les startups ou les nouveautés qui ont le plus retenu votre attention ? Monopolisé par notre stand et nos rencontres, il était difficile de consacrer du temps aux 3 700 autres stands ! Cependant, 2 secteurs ont retenus mon attention : l’impression 3D qui arrive vraiment à maturité avec des gammes de produits allant du prix grand public pour usage personnel et des usages industriels impressionnants; la robotique qui a pris ses marques et va devenir sans doute un espace incontournable du CES en étant le plus impressionnant. P. : Vous avez choisi le Luxembourg pour implanter votre société, quels avantages ce pays offre t-il à des startups comme la vôtre ? Le Luxembourg est une plateforme internationale et a une très bonne réputation auprès des investisseurs étrangers. Ce sont deux points importants pour une startup qui ambitionne dès le départ trois continents pour son développement. Par ailleurs, le programme d’accompagnement des startups par le Ministère de l’Economie, via Luxinnovation, est extrêmement efficace et adapté aux besoins d’une startup hardware comme la nôtre.

Jacques Touillon, fondateur de Airboxlab

airboxlab foobot Ce boîtier connecté analyse la qualité de l’air intérieur et sa pollution. En effet, la qualité de l’air dans nos habitations et nos bureaux serait plus polluée que l’air extérieur. La faute aux fumées et autres produits chimiques utilisés dans les détergents ou dans les colles de nos meubles. Il en résulte un bon nombres de sequelles : maux de tête, irritation des yeux ou encore problème respiratoire. Le Foobot est un capteur chargé de mesurer en permanence ces polluants. Il est même capable d’identifier les sources de pollution et de proposer d’améliorer nos comportements en proposant une analyse prédictive. Prochainement commercialisé au prix de 199 euros. PREMIUM 68


|

audio 911 soundbar porsche design

le son du mythe Porsche Design détourne le fameux silencieux de la GT3 pour en faire une puissante barre de son, une manière de faire rentrer une Porsche dans son salon. Par Dean Boyd De 0 à 100 en 3,5 secondes. Jusqu'à 9 000 tours par minute. 315 km/h de pointe. Pour le quidam, ce sont juste des chiffres - pour les amateurs, ce sont les notes d'une symphonie pour la voiture de sport : le son de la Porsche 911 GT3. Pour revivre l'expérience chez vous, le studio Porsche Design a développé la 911 Soundbar, un système de son surround 2.1 virtuel élaboré à partir du silencieux d'origine. La fonction d'origine a été conservé, le silencieux et les sorties d'échappements font office de caisse de résonnance. Le prix de ce « gadget » musical : 2 900e

CARActéristiques Système de son 2.1 surround virtuel Bluetooth® interface avec la fonction Facile Pairing Transmission audio sans fil (sans perte à travers aptX® Technology) Dolby® Digital Decoder DTS™ TruSurround Affichage LED Télécommande 200 Watt Dim./ poids : 74 x 28 x 32 cm / 19 kg

PREMIUM 69


HIGH TECH

|

aviation valkyrie cobalt

la batmobile du ciel

Le Valkyrie n'est pas le nouveau jet de Bruce Wayne, mais le dernier-né de la firme américaine Cobalt. C'est aujourd'hui l'avion privé le plus rapide et le moins cher du marché. Par Dean Boyd

PREMIUM 70


L

e Valkyrie est aujourd’hui l’avion à piston le plus rapide du monde, il peut atteindre les 260 noeuds (un peu plus de 400 km/h). Propulsé par un moteur turbo 350 HP Continental, mono piston de 350 chevaux, consommant environ 56 litres par heure, celui-ci est situé à l’arrière du fuselage pour plus de sécurité et moins de bruit pour ses occupants. Son look noir et brillant est élégant et n'est pas sans rappeler l'avion imaginaire de Batman, le fameux batwing. L’appareil peut accueillir cinq passagers qui bénéficieront d'une visibilité à 320° dans ce cockpit à large canopé. Le rôle de l'aile placée à l’avant est d'augmenter sa stabilité. L’intérieur ultra-moderne a été pensé par des anciens designers d’Hermès, d'où le luxe apparent, comme par exemple les coutures des sièges faites à la main ou les équipements du tableau de bord composés des avioniques Garmin et d'écran tactiles iPad. Cobalt s'adresse aux propriétaires du Cirrus SR22, le concurrent direct du Valkyrie, qui a connu un large succès ces dernières années. Le tarif est accessible dans le monde de l’aviation privé : 700 000$ soit 650 000e.

PREMIUM 71

un ex-altran à la tête du projet Détenteur d'un diplôme de l'école des Mines de Nancy (France) et d'un Master of Science en génie aérospatial de la Georgia Institute of Tech, David Loury reçoit sa licence de pilote en 2001 et travaille chez Altran, leader mondial du conseil en innovation et de l'ingénierie de haute technologie. Il fonde Cobalt en 2008, une start-up basée à San Francisco, en Californie qui compte parmi ses actionnaires d'anciens cadres d'Airbus ! Il crée le Valkyrie, un jet nouvelle génération, design et high-tech, destiné à bouleverser l'industrie aéronautique.


HIGH TECH

|

english toy autO zenos 10r

Le petit constructeur de roadster britannique Zenos dévoile son modèle le plus puissant, la E10R. Elle dispose en effet, du moteur Ecoboost de 350 CV de la Focus RS ! Par Dean Boyd

L

a E10 R est sans aucun doute la réalisation la plus excitante jamais conçue par le petit constructeur anglais. Equipée du moteur turbocompressé EcoBoost de 2,3l de la nouvelle Focus RS, la E10 R est une véritable fusée. Elle est capable de franchir le 0 à 60 mph (96 km/h) en 3 secondes, grâce à la combinaison de ses 350 ch / 475 Nm et de son poids plume de 700 kg. Une version limitée à 15 exemplaires baptisée "Drive Edition Package" est équipée d'amortisseurs Bilstein ajustables, d'un volant amovible, de sièges en carbone, de harnais à 6 points et d'un levier de vitesse raccourci en aluminium anodisé. Pour vous offrir ce petit bolide taillé pour les « track days », il vous faudra débourser, pour la version « de base », la somme de 39 995 £, soit près de 57 000 euros HT.

PREMIUM 72


LUXGEARS Sur les réseaux : www.luxgears.lu - www.luxgears.com - www.facebook.com/luxgears - instagram.com/luxgears/

4

... c’est le chiffre qui qualifie ces pages Luxgears, et c’est le nombre d’articles qu'elles contiennent, c’est le nombre de véhicules testés dans notre article SUV, c’est l’extraordinaire Cayman GT4 que nous avons testé, c'est le numéro 44 de la voiture de Lewis Hamilton qui est interviewé dans ce numéro, et finalement, c’est aussi le chiffre préféré de votre dévoué rédacteur essayeur ! 4 x 4 = 16 et c’est avec un plaisir non dissimulé que je vous souhaite de débuter en beauté l’année 2016 qui sera assurément un beau millésime en compagnie de Luxgears et de ses fabuleuses machines.

Nos prochains articles seront consacrés aux belles italiennes... On ne vous en dit pas plus mais vous pouvez faire fonctionner votre imagination ! Ing. Antonio da Palma Ferramacho

PREMIUM 73


luxgears

|

nouveautés suv

SUV Premium Full Size Sport Utility Vehicle, voilà ce que signifient ces fameuses 3 lettres qui ont envahi notre paysage depuis le début des années 2000… Passage en revue de quatre nouveautés des principaux acteurs du segment SUV premium. Par Antonio Da Palma Ferramacho #luxgears

MERCEDES GLE COUPE 350D 4MATIC

AUDI Q7 3.0 TDI Quattro Après une longue et belle carrière de sa première génération, Audi renouvelle son Q7 de fond en comble. L’esthétique change radicalement en délaissant ses formes rondouillardes pour des lignes tendues qui dynamisent le look de cet « énorme break » surélevé. Techniquement Audi a réalisé un gros travail sur la réduction des masses (+/-300 kg) pour gagner en comportement routier comme en consommation. L’habitacle est toujours aussi parfaitement fini et adopte les nouvelles tendances stylistiques de la marque aux anneaux avec notamment la possibilité d’opter pour le « virtual cockpit », soit une instrumentation entièrement digitale et paramétrables à souhait. Au niveau des motorisations, le modèle phare demeure le V6 3.0TDI accouplé à la boîte automatique Tiptronic à 8 rapports et à la transmission intégrale Quattro. Cette définition lui colle parfaitement puisqu’on dispose de bonnes performances associées à une consommation maîtrisée (+/10.0l/100km), alors que sur route son agilité est grandement améliorée grâce à l’adoption en option des 4 roues directrices (une technologie qui commence à se généraliser). Une petite remarque toutefois sur ce système qui aurait la fâcheuse tendance à rendre malade les passagers arrière sensibles au mal de mer ! Globalement la nouvelle Q7 ne déçoit pas mais ne déchaine pas d’émotions non plus. Elle fait très bien « son job » mais il lui manque juste peut-être un peu de saveur. Moteur : 3.0l TDI V6 272 ch Prix de base : 58.200 €

Avec la GLE Coupé, Mercedes réponds à BMW et son X6 qui a lancé la tendance dans ce segment. Vous l’aurez compris, les leaders du premium allemand se « marquent à la culotte » puisque la venue prochaine du GLC Coupé est annoncée pour contrer le X4… Notre modèle d’essai était équipé du moteur V6 3.0l diesel et de la boîte automatique à 9 rapports (!), soit un cocktail parfaitement en phase avec ce type de véhicule (grand et lourd). Le look du GLE Coupé est bien évidemment sa caractéristique première ; imposante, sportive et râblée son allure ne laisse personne indifférent. Il faut dire qu’en finition AMG, sa proue munie d’une large calandre et de grosses prises d’air en impose. Tout comme ses énormes roues de 21 pouces garnies à l’arrière de pneus de 315 mm de large (!) et sa poupe élancée façon « S Coupé » dont ses optiques s’inspirent. Ce très grand coupé est aussi très haut puisque malgré mon 1,78 m, j’ai éprouvé quelques difficultés à y monter et en descendre… petits gabarits proscrits ! Excepté ce détail, cette Mercedes est très agréable et confortable tout en se montrant particulièrement performante, sobre (9,5 l/100km) et agile sur la route… même si elle a parfois tendance à se dodeliner sur ses énormes roues optionnelles pas vraiment utiles. Moteur : 3.0l d V6 258 ch Prix de base : 66.100 €

PREMIUM 74


BMW X5 eDrive40e xDrive Nous avons testé la toute nouvelle version eDrive40e du X5, soit l’hybride rechargeable. Cette motorisation est composée d’un moteur thermique essence 2.0l Twinpower de 245 ch / 350 Nm et d’un moteur électrique de 95 ch / 250 Nm (intégré dans la une boîte automatique à 8 rapports), l’ensemble étant associé à la transmission intégrale xDrive et secondé par une batterie de 9 kWh. Logée sous le coffre en réduisant son volume à 500l (configuration 7 places exclue), elle se charge en +/- 4 heures et propose une autonomie théorique de 30 km en mode 100% électrique. A l’usage, ce gros bébé de 2,3 tonnes dispose de belles performances et de consommations raisonnables pour autant que sa batterie ait été préalablement chargée à fond sur secteur, mais dans le cas contraire il faut s’attendre à un bon 12l/100 km ! Du fait de sa direction paramétrée, son comportement routier est relativement agile mais on atteint vite les limites de la physique imposées par son poids conséquent. En conclusion, il s’agit d’un véhicule très agréable à conduire de façon coulée et de préférences sur courtes distances pour bénéficier pleinement de son surplus de « pêche » électrique. Si vous êtes un gros rouleur, le diesel 3.0d de performances équivalentes sera plus intéressant financièrement (prix d’achat et consommation) mais n’aura pas l’onctuosité et le silence de la propulsion hybride. Moteur : 2.0l Twinpower essence 245 ch + moteur électrique 95ch Prix de base : 70.442 €

Volvo XC90 D5 AWD Le XC90 est sans conteste le plus familial des SUV testés en apportant un soin particulier au confort, à l’espace et à la sécurité. Cette nouvelle mouture, introduite fin 2015, fait un bond en matière de présentation, de finition et d’équipement pour se hisser au niveau de ses trois rivaux allemands. Son habitacle accueillant dispose aux places avant de sièges particulièrement confortables tout en offrant jusque 7 places en option. Les multiples assistances à la conduite font désormais partie de son offre et le nouveau système multimédia propose un large écran tactile qui fait office d’interface mais dont la logique et l’ergonomie sont nettement perfectible et détournent l’attention… un peu étonnant de la part d’un constructeur qui a la sécurité comme cheval de bataille ! Au niveau mécanique, Volvo ne propose plus que des moteurs 2.0l 4 cylindres diesel ou essence (développés en interne) pour une raison d’efficience (downsizing) et de modularité. Nous avons testé le D5 qui est la version diesel la plus puissante (225 ch). Associé à la boîte automatique 8 rapports, il s’est montré suffisamment coupleux pour emmener avec vigueur ce gros SUV tout en consommant peu (8,5 l/100km). Au niveau du comportement routier, on bénéficie d’un véhicule relativement agile pour sa taille, tout en privilégiant le confort, mais sa direction s’est montrée un peu trop sensible en nécessitant quelques corrections en ligne droite. Moteur : 2.0l d 225 ch. Prix de base : 53.812 €


luxgears

|

essai PORSCHE Cayman GT4

la bonne fée porsche O La GT4 est à la Cayman ce que la GT3 est à la 911, soit la version super-sportive de sa gamme. Découvrons ce qui a motivé Porsche à la produire et comment nous l’avons appréciée après un bref essai… Par Antonio Da Palma Ferramacho #luxgears - Photos Xavier F. Cote Luxgears :

n est en février 2013 à Portimao au sud du Portugal, la présentation presse de la nouvelle Cayman bat son plein lorsque j’ai l’immense privilège de m’entretenir avec Matthias Mueller (alors PDG de Porsche et désormais nouveau patron du groupe VW) qui s’était déplacé pour l’occasion. Là, il me livre quelques informations clé sur la stratégie de Porsche et de la Cayman en particulier… Entre autres choses, il me confirme qu’il considère la Cayman comme la Porsche la plus sportive (la 918 Spyder qui n’était pas sortie à l’époque) de par son architecture à moteur central arrière, soit celle de toute voiture de course qui se respecte. Toutefois il s’empresse de rajouter qu’elle ne pourra jamais faire de l’ombre à la 911 au niveau de sa puissance ou de ses performances. Néanmoins, il se dit insatisfait des chiffres de vente du tandem Cayman/Boxster qui étaient les plus faibles de la gamme Porsche… je lui suggère alors d’en décliner une version super-sportive à l’image d’une certaine GT3. Je n’oublierai jamais sa réponse qui s’accompagna d’un large sourire : « Vous devriez travailler chez Porsche ! » me lança-t-il en me fixant de son regard bleu perçant. L’affaire était entendue,

PREMIUM 76

la Cayman aurait droit elle-aussi à une déclinaison extrême. Mieux, j’apprenais par la même occasion qu’elle se dénommerait GT4! Depuis, j’ai eu le plaisir de conduire pratiquement toutes les déclinaisons du petit coupé Porsche, toujours aussi comblé et admiratif par son équilibre dynamique et ses sensations de conduite pures qu’il est encore l’un des rares à délivrer. C’était donc avec impatience que j’attendais de prendre les commandes de cette fameuse GT4 que « j’avais imaginée » pour me faire mon opinion du travail réalisé par les ingénieurs Porsche. Malheureusement, il me fut impossible d’assister à la présentation presse lors de sa sortie et il m’aura fallu attendre l’essai du véhicule que vous découvrez en photos, celui d’un de nos lecteurs, pour assouvir ma curiosité. Cet exemplaire, que j’ai testé avant sa livraison avec l’accord de son futur propriétaire, comptabilisait 60 km au compteur… et 70 de plus à la fin de mon périple ! C’est donc avec une immense précaution que je l’ai étrennée tout en veillant à respecter le rodage de sa mécanique. Sa robe grise relevait sa panoplie de super-sportive composée d’une garde au sol rabaissée, de boucliers agressifs, d’écopes


// La 911 doit rester supérieure à la Cayman, c’est une règle immuable… // Matthias Mueller

d’admission d’air surdimensionnées, d’un large aileron arrière fixe et de magnifiques jantes de 20 pouces… soit les attributs de sa grande sœur la GT3. Il n’y a pas à dire, cette GT4 dégage quelque chose de puissant, de bestial et presque intimidant ! A l’intérieur ça fleure bon la compétition avec des sièges sport de série (les baquets carbone optionnels sont plus radicaux), la sellerie cuir / alcantara rehaussée de superbes surpiqures rouge et le ciel de toit en alcantara noir. A son volant je trouve de suite une position de conduite parfaite et je suis ravi de la présence d’un levier de vitesse classique… oui, à l’inverse de la GT3, la GT4 est exclusivement disponible en boîte manuelle. Mais il parait que tout cela pourrait changer aussi bien pour l’une que pour l’autre ! Contact, démarreur, roar ! Le son émanant de l’échappement est magnifique et laisse augurer d’extraordinaires moments sur nos belles routes de campagne. Les premiers instants à son volant sont déconcertants tant le niveau de confort distillé par cette sportive pur jus est étonnant. Siège et suspension sont d’une douceur inattendue quand on a l’habitude de rouler dans ce genre de voiture. Et que dire du plaisir rare de manier sa boîte six vitesses via

le court levier qui sélectionne et verrouille les rapports avec précision et fermeté, quel bonheur ! En quittant la ville, j’emprunte une petite portion d’autoroute histoire de faire chauffer la mécanique en douceur pour ensuite attaquer les petites routes de campagne. Là, je commence à prendre la mesure de l’auto... Sa direction précise et consistante me permet de faire virevolter la GT4 de virage en virage, son agilité me rappelle que sa légèreté est l’une de ses qualités mais aussi qu’elle dispose du train avant et des éléments de suspension de la GT3. Pourtant je suis un peu surpris du manque de tranchant de sa direction, c’est que mon exemplaire ne dispose pas des extraordinaires semi-slicks Michelin Cup 2. Ses freins proviennent, eux aussi, de la GT3 et cela se sent même si je reste relativement sage puisque que la belle est en rodage et… que j’évolue sur route ! A ce propos, le moteur 3,8l de la 911 Carrera S est un véritable joyau même en restant sous 5000 tours. Quel coffre et quel son ! Une sonorité amplifiée en mode sport par un système d’échappement qui libère le passage des gaz brûlés pour le plaisir des sens… Les pétarades au « levé de pied » sont tout simplement jouissives ! Cette voiture est un véritable remède anti-stress dans la morosité

PREMIUM 77

ambiante des voitures modernes de plus en plus aseptisées et avares en sensations. Les clients Porsche ne se sont pas trompés puisque toute la production GT4 s’est vendue en un temps éclair. Quand on sait que la prochaine génération de Cayman/Boxster délaissera le « flat six » atmosphérique au profit d’un « flat four » turbo, je me dis que j’ai probablement conduit une des dernières vraies Porsche modernes…

FICHE TECHNIQUE Cylindrée (cm3) : 3800 Puissance (ch./kW @rpm) : 385 / 283 @ 7400 Couple (Nm@rpm) : 420 @ 4750-6000 Boîte de vitesse : Manuelle 6 Entraînement : Propulsion 0-100 km/h (s) : 4,4 Vitesse Max (km/h) : 295 Consommation (l/100 km) : 10,3 (annoncée) Emissions CO2 (g/km) : 238 Poids (kg) : 1340 Prix de base (EUR) : 84.793


luxgears

|

enquête centre de design de Mercedes

Mercedes et ses

icônes L'actuelle SLS AMG GT

C’est à Sindelfingen, au cœur du très secret centre de design de Mercedes, que la marque à l’étoile nous a exposé son approche du design automobile et, plus particulièrement, le concept du statut d’icône auquel certains produits ont le privilège d’accéder. Par Antonio Da Palma Ferramacho #luxgears

Considérée comme un jalon du design automobile, la 300SL à « portes papillon » fut élue Voiture de Sport du siècle en 1999 par un jury d’experts international.

PREMIUM 78


La classe S coupé

P

La limousine 600

our animer ce débat très particulier, Mercedes avait fait appel à un panel de quatre personnalités actives dans les domaines du design, du marketing, de la communication et de l’enseignement. Gorden Wagener, Vice President Design Daimler AG - Dr. Jens Thiemer, Vice President Marketing Mercedes-Benz PKW - André Kemper, Fondateur et CEO de l’agence de communication antoni GmbH – Pr. Harald Jossé, Chargé de cours « brand formation and controlling » à l’Université Goethe de Francfort. Lors de cette entrevue, nous avons appris qu’en marketing une icône représente un produit de référence, un modèle à succès, qui forge l’image d’une marque et se profile comme un exemple à suivre. Par exemple, nous trouvons dans notre quotidien une multitude de « produits icônes » tels la bouteille de Coca-cola, le ketchup Heinz, le couteau suisse, l’iPhone ou encore l’aspirateur Dyson. Ces exemples ont tous quelque chose en commun, ils ont une forme, un look reconnaissable entre mille, souvent associé à un logo simple, et surtout, ils offrent une fonction intelligente, des performances ou un goût hors du commun. Ce faisant, ils jouent le rôle de pionnier en étant à l’avant-garde de leur époque tout en bénéficiant d’une belle longévité. Il est aussi intéressant de noter que ces produits étaient souvent à contrecourant, voire même dérangeant lors de leur lancement. En effet, personne ne remarque ce qui est lisse et normal mais l’effet polarisant de la différence associée à des caractéristiques hors norme fait qu’un objet attire notre attention en créant une émotion. Cette émotion est elle-même influencée et amplifiée par le nom, le logo ou le design particulier du produit ou de la marque qui, à travers ces symboles, véhicule un sentiment de confiance qui concourt à en augmenter sa valeur perçue… C’est la fameuse image de marque ! Appliqué à l’automobile, le concept de l’icône fait référence à un modèle PREMIUM 79

phare dont la beauté visuelle, les caractéristiques techniques, les performances ou les exploits sportifs sont du domaine de l’exception. Quelques exemples ? La Citroën DS, la Fiat 500, la Ford Mustang, la Mini, la Porsche 911 ou la VW Coccinelle. Chez Mercedes, l’archétype de l’icône est sans contexte la fabuleuse 300 SL à « portes papillon » des années 1950. Né pour la course en 1952, ce modèle au design avant-gardiste remporta pratiquement toutes les épreuves auxquelles il participa. Sa technologie, ses performances et son style extraordinaires poussèrent l’importateur Mercedes d’Amérique du Nord à commander une version routière au constructeur allemand alors qu’aucune production en série n’était prévue ! Elle fut la première voiture à disposer des fameuses « portes papillon ». Cette particularité considérée comme un exercice de style était, en réalité, dictée par son châssis tubulaire latéral qui rendait impossible l’accès via des portes conventionnelles… Où comment allier technique et beauté stylistique. La 300 SL que nous connaissons fut la première voiture équipée d’un moteur à injection directe et pointait à plus de 260 km/h… en 1954 ! A sa sortie elle remporta un succès sans précédent auprès des grands de ce monde, tels les acteurs de cinéma, artistes ou autres têtes couronnées. Au total Mercedes a produit 1400 exemplaires en carrosserie coupé et 1858 cabriolets entre 1954 et 1963. Après sa 300 SL, Mercedes engendra d’autres icônes comme par exemple la limousine 600, le cabriolet SL Pagode ou l’AMG SLS, version moderne de la 300 SL, dont la variante sportive décrocha de nombreux titres en compétition. Plus récemment une nouvelle candidate au statut d’icône a vu le jour sous la forme la dernière Classe S Coupé. Ce vaisseau amiral affiche une ligne et un contenu technologique combinant à merveille émotion et intelligence pour obtenir ce qui définit le design MercedesBenz actuel, soit la pureté sensuelle… Tout un programme !


luxgears

|

évènement festival de l'auto

un bon millésime Le festival vient de fermer ses portes et Luxgears vous propose de faire le tour des nouveautés qui y ont été présentées ou qui sortiront encore d’ici la fin de l’année. Histoire de rester fidèles à notre crédo, nous nous concentrerons sur les modèles sportifs, premium et prestige. Par Antonio Da Palma Ferramacho #luxgears

ABARTH

alfa roméo

ABARTH Le menu ne compte qu’un seul plat, la 500, mais une multitude de sauces que sont les séries spéciales ! Après la Biposto gris mat présentée l’an dernier, et bientôt testée par Luxgears, c’est au tour de la variante Record qui arbore une belle robe jaune. Il y a aussi des versions plus sages sur base de la 595 avec la Elaborabile GT qui se pare d’une teinte bicolore exclusive ou encore la très exclusive « Competizione by TAG Heuer » limitée à 30 exemplaires qui s’accompagne d’une splendide montre TAG Carrera !

Chez Alfa, on retrouve la 4C Spider, soit la déclinaison décapotable de la 4C et, surtout, la très attendue Giulia Quadrifoglio qu’on pourrait surnommer l’arlésienne tant elle tarde à s’offrir à la vente. Cela fera bientôt un an qu’elle a été présentée et à voir la folie qu’elle génère auprès des tifosi, il nous tarde de la tester… Il se dit qu’un SUV pourrait aussi faire son apparition en septembre.

bugatti

audi

Après avoir produit 450 Veyron, Bugatti va probablement présenter le concept de la Chiron à Genève pour une sortie en 2017. Un modèle qui sera plus puissant, plus rapide et bien entendu… plus cher !

Chez le constructeur aux anneaux, on trouve les RS3, TTRS, S4 et R8 (coupé et Spider) qui relancent les sportives chez Audi. Tous à traction intégrale Quattro, ces modèles ratissent large depuis la compacte hyper vitaminée jusqu’à la sportive pur jus. On ajoutera encore que la nouvelle gamme A4 recevra la version Allroad et la déclinaison coupé A5/S5 courant 2016 . PREMIUM 80


bmw

cadillac

Les nouvelles sportives du constructeur bavarois sont la M4 GTS, version extrême de la M4 et la très attendue M2 que beaucoup considèrent comme la réelle descendante de la M3. La M2 se dote des trains roulants de la M4 et peut bénéficier en option de la boîte séquentielle DKG, une belle sportive que Luxgears espère tester cette année… Autre nouveauté moins sportive, la nouvelle série 7 qui adopte de nouvelles technologies comme le contrôle gestuel de certaines commandes et l’hybridation « eDrive » qui se décline au reste de la gamme.

L’oncle Sam ne fait pas dans le demi mesure avec ses ATS-V et CTS-V, les versions super puissantes de ses berlines qui se battent avec les C63 / M3 / RS4 et E63 / M5 / RS6. Au programme V6 biturbo de 464 ch pour l’ATS-V et V8 compresseur de 640 ch (celui de la Corvette Z06) pour la CTS-V. De quoi brûler de la gomme car ce sont toutes deux des propulsions !

bentley

jaguar

La grosse nouveauté chez Bentley c’est la Bentayga, un SUV hyper luxueux, le premier du genre ! Equipé du nouveau 6.0l W12, cet SUV de plus de 600 ch affiche un prix de base de 208.000 EUR… Attention à ne pas salir ses beaux tapis épais lors de vos escapades dans les bois ! Sinon, pour les plus sportifs, il y a la Continental GT3-R qui s’inspire de la version de course et qui frise les 300.000 EUR.

C’est la révolution à Coventry avec les nouvelles berlines XE et XF à la plastique avantageuse, mais surtout avec le F-Pace, le premier SUV Jaguar qui bénéficie d’un look à tomber… Un modèle qui va faire un carton, c’est sûr !

ford Du côté de l’ovale bleu une belle année se prépare avec le lancement de la troisième génération de la Focus RS et de la FORD GT. La première, qui sera bientôt en test chez Luxgears, adopte la traction intégrale pour exploiter ses 350 ch alors que la deuxième extirpe plus de 600 ch de son V6 EcoBoost et sera alignée aux prochaines 24h du Mans. N’oublions pas la nouvelle Mustang qui, depuis sa sortie en 2015, fait un tabac dans le Belux avec plus de 1000 commandes !

infiniti La marque premium de Nissan présente deux nouveautés avec dès maintenant la Q30 (dont le SUV QX30 sera déclinée d’ici l’été) et la nouvelle Q60, un coupé sportif très élégant, en fin d’année.

PREMIUM 81


luxgears

lotus

maserati

Chez Lotus la nouveauté c’est la Evora 400 dont la puissance est portée à 400 ch. et qui s’améliore au niveau de sa finition… Enfin !

En attendant son SUV qui devrait être présenté à Genève, Maserati continue à bien vendre sa Ghibli… notamment en diesel.

mercedes

mc laren

Le constructeur à l’étoile met de l’ordre dans l’appellation de ses modèles pour plus de logique… C’est ainsi que la GLK devient GLC, que le ML devient GLE ou encore la SLK devient SLC… Les principales nouveautés sont les nouvelles Classe E, Classe C cabriolet, SL et les SUV GLC, GLE Coupé et GLS sans oublier la gamme AMG qui s’étoffe et se décline à tous les modèles.

La gamme routière de l’équipe de F1 s’agrandi avec la 675 LT (coupé et Spider), une sorte d’anti 911 GT3 RS super efficace et très chère mais aussi avec les 540C et 570S qui représentent les modèles d’accès et qui se battent directement avec les 911 turbo et Audi R8. Verdict bientôt dans Luxgears avec l’essai de la 570S ! Une nouveauté exclusive est annoncée pour le salon de Genève mais elle est encore inconnue à l’heure où nous écrivons ces lignes…

mazda

porsche

Le petit constructeur d’Hiroshima nous a concocté un petit chef d’œuvre avec sa nouvelle MX-5. Plus compacte, plus légère, mieux équipée et toujours aussi géniale à conduire, cette icône se permet même de baisser son prix. Pour Luxgears c’est la voiture de l’année !

Avec son facelift de milieu de vie, la 911 abandonne son légendaire moteur atmosphérique pour un 3.0l turbo mais toujours en version « flat 6 ». Cette 991 phase 2 est désormais livrable dans ses différentes versions, même la grosse turbo et turbo S. Toutes progressent en puissance et consomment moins. Le tandem Cayman/Boxster recevra aussi de nouveaux moteurs turbo qui reposent sur les mêmes bases que la 911 mais avec 2 cylindres de moins ! La Macan, quant à elle, a droit à la déclinaison GTS qui en fait la plus sportive de sa gamme. PREMIUM 82


Aston martin Excepté la DB9 GT, qui se veut la version sport de la DB9, le constructeur de Gaydon n’a pas d’autre nouveauté à nous proposer… Sauf peut-être la DB11 qui la remplacera à Genève ! Elle sera équipée d’un V12 5,2l Twin Turbo, fruit de la collaboration annoncée avec AMG... Voilà qui promet !

lexus La marque luxueuse de Toyota renouvelle sa gamme… D’abord il y a le coupé RC disponible en hybride et essence, voire même en super sportive avec la belle RCF. Ensuite il y a les SUV hybrides NX300h (aussi en essence 2.0 turbo) et RX450h, sans oublier le facelift de la berline GS, disponible en version GSF. Petite mention spéciale pour la nouvelle LC500, le magnifique grand coupé Lexus à moteur V8 qui vient d’être présenté à Detroit et qui dispose de la première boîte automatique à 10 rapports au monde !

ferrari A Maranello, les 488 GTB et Spider assurent le gros des nouveautés mais il ne faut pas oublier l’exclusive F12 TDF qui sera produite à 799 exemplaires en hommage au tour de France automobile. Son fabuleux V12 6,2l atmosphérique développe une puissance spécifique de 125 ch/litre pour un total de 780ch, un record dans sa catégorie. Cette F12 « collector » représente la version routière la plus extrême du coupé à moteur avant de la gamme Ferrari.

chevrolet La Corvette Z06 est enfin disponible en transmissions manuelle 7 rapports et automatique 8 rapports. Une sportive de « grand garçon » avec son V8 6.2l compressé dont les 659 ch et 881 Nm transitent par les seules roues arrière… Abonnement chez le pompiste et le marchand de pneu conseillé ! Essai Luxgears prévu cette année !

honda Chez Honda, 2016 c’est l’année ou jamais ! D’abord avec la nouvelle Civic Type R qui sera présente sur nos routes et en compétition dans la série TCR Benelux lancée cette année. Ensuite il y a le retour de la légendaire NSX dont le nouveau modèle hybride fera ses débuts commerciaux cette année. On espère que ces bonnes nouvelles seront secondées par le retour des performances du motoriste qui équipe McLaren en F1.

lamborghini Du côté de Sant’Agata, les nouveautés sont la découvrable Huracan Spyder et LP580-2. La seconde est la version propulsion qui développe 580 ch et coûte 180.000 EUR, soit des chiffres très proches de ceux de la McLaren 570S ! L’autre nouveauté c’est l’Aventador SV, la version extrême de l’Aventador. Terminons avec la Huracan Superleggera annoncée pour le salon de Genève.

PREMIUM 83


CULT

|

CALENDAR the cal 2016

Dérapage contrôlé Surprenant, étonnant, naturel, différent… Les qualificatifs ne manquent pas lorsqu’on évoque ce 43ème Calendrier Pirelli, et notamment parce qu’il n’y a aucun nu. Avouons-le, nous avons été aussi surpris mais, à mieux y regarder, l’œil découvre des femmes remarquables, sous un autre angle… Par Marie-Camille Rauch

Serena Williams PREMIUM 84


Yoko Ono

Patti Smith

Un exercice pas si nouveau… En effet ce n’est pas le premier Calendrier « habillé ». Dans les années 60, et plus récemment 2002, 2008 ou encore 2013, ces Calendriers ne contenaient aucun nu. Pour cette année, Annie Leibovitz, une des photographes et portraitistes américaine les plus célèbres, a choisi de représenter 13 femmes emblématiques et originaires de milieux différents : sportif, artistique, social, culturel ou encore réussite professionnelle, elles sont l’incarnation du talent, de la simplicité, de la réalité. …pour un calendrier intello De la rockeuse Patti Smith, en passant par Serena Williams et son corps d’athlète très (trop) impressionnant ou encore la mannequin Natalia Vodianova (oui il y en a une), Pirelli 2016 est bel et bien dans l’air du temps. D’ordinaire chaud et torride, cet objet laisse la femme objet au placard pour mettre en avant des femmes accomplies. Et c’est sexy ! Les modèles : Serena Williams, Yoko Ono, Fran Lebowitz, Patti Smith, Natalia Vodianova, Kathleen Kennedy, Yao Chen, Mellody Hobson, Ava DuVernay, Agnes Gund, Sadie Rain Hope-Gund, Shirin Neshat, Tavi Gevinson et Amy Schumer

LES MODèLES et la photographe Serena Williams, Yoko Ono, Fran Lebowitz, Patti Smith, Natalia Vodianova, Kathleen Kennedy, Yao Chen, Mellody Hobson, Ava DuVernay, Agnes Gund, Sadie Rain Hope-Gund, Shirin Neshat, Tavi Gevinson et Amy Schumer. Toutes ont posé sous l'objectif de Annie Leibovitz, dans son studio de New York. On lui doit également le Calendrier Pirelli 2000, sur lequel figurent les danseurs du chorégraphe Mark Morris, première série de nus de sa carrière de photographe. Devenue célèbre à ses débuts en travaillant pour le magazine Rolling Stone, Annie Leibovitz est mondialement reconnue pour ses portraits de célèbrités.

Yao Chen

PREMIUM 85


CULT

|

BLOCKBUSTER point break 2016

LE RETOUR de LA VAGUE Point Break, le film culte de Kathryn Bigelow s'offre, 22 ans après, un lifting complet. Réalisée par Ericson Core, cette nouvelle version du film débarquera en France le 3 février 2016. Pour remplacer Patrick Swayze et son acolyte surfeur magistralement interprété par Keanu Reeves, j’ai nommé… Par Eléonore Arnold

PREMIUM 86


Du surf au snowboard en passant par la chute libre ou l’escalade à mains nues, aucun sport extrême n'est oublié dans ce remake musclé...

La relève de Patrick Swayze alias Bodhi, le surfer gangster, est incarné dans ce volet par l'acteur Edgar Ramírez

// la célèbre (et future) citation de Titanic, « Je suis le roi du monde », a été prononcée ici pour la première fois par Johnny Utah pendant qu'il surfe dans le noir //

E

st-il nécessaire de rappeler l’histoire de Point Break ? Tout le monde connaît ce film culte sorti en 1991 et emmené par le tandem Keanu Reeves/Patrick Swayze. Point Break extrême limite avait à l’époque engrangé pas moins de 80 millions de dollars de recettes mondiales, rien que ça, et avait connu un grand succès vidéo. En France, le film avait attiré plus d’1,3 millions de spectateurs. Point Break, c’est l’histoire d’un certain Johnny Utah, âgé de 25 ans, ancien joueur de football universitaire qui, après une blessure l’empêchant d'accomplir une carrière professionnelle, se recycle en agent du FBI. Il est chargé d'enquêter sur un groupe de criminels qui braquent des banques avec des masques à l'image d'anciens Présidents américains. Les voleurs faisant partie d'un groupe d'adeptes des sports extrêmes, Johnny infiltre leur milieu et découvre ainsi le mystérieux et charismatique Bodhi (joué par Patrick Swayze). Rappelons d’ailleurs que les cascades en avion, ainsi que la fameuse scène de chute libre ont été jouées intégralement par Patrick Swayze, quel homme… Quant à la célèbre (et future) citation de Titanic, « Je suis le roi du monde », elle a été prononcée ici pour la première fois par Johnny Utah pendant qu'il surfait dans le noir. James Cameron, le réalisateur de Titanic, n’était autre que le producteur du film à l’époque et l'époux de la réalisatrice, Kathryn Bigelow. Le scénario de ce Point Break version 2 diffèrera légèrement de l'original. L'histoire ne restera plus cantonnée au petit milieu du surf californien, mais ira flirter avec celui des sports extrêmes en général et à l'échelle mondiale. L'intrigue ne connaîtra en revanche, pas de grands bouleversements : un agent du FBI infiltre un groupe de surfeurs soupçonné d'être un gang de cambrioleurs. L'équipe de tournage, dirigée par le réalisateur Ericson Core, a tourné un peu partout dans le monde, à savoir en Allemagne, Autriche, Italie, Mexique, Vénézuéla, Polynésie et Inde. Ericson Core, qui signe son second long métrage après le biopic sportif Invincible (2006) emmené par Mark Wahlberg, a travaillé en tant que directeur de la photographie sur de nombreux films d’action, dont le premier Fast and Furious. Pour ce remake, le budget a atteint les 100 millions de dollards, soit pas moins de 4 fois plus que celui de l'original qui était de 24 millions, espérons que le succès sera au rendez-vous…

johnny utah reprend du service Pour réincarner Johnny Utah, l'agent du FBI devenu surfeur - rôle qui avait propulsé Keanu Reeves sur la scène internationale et qui lui avait permis de gagner un MTV Movie Award -, le studio Alcon Entertainment a misé sur un jeune comédien, l'Australien Luke Bracey. Le jeune Luke Bracey, est un habitué de l’action puisqu’il a joué dans G.I. Joe: Conspiration et surtout The November Man dans lequel il incarnait un agent secret surentrainé s’opposant à Pierce Brosnan. Quant à l'irremplaçable Patrick Swayze, c’est Gerard Butler qui avait à l’origine été pressenti pour jouer son rôle (Bodhi), mais du fait d’une incompatibilité d’emplois du temps, la tête d’affiche de 300 a dû renoncer. Tom Hardy, Colin Farrell, Hugh Jackman, Jeremy Renner, Chris Hemsworth et Garrett Hedlund avaient eux aussi été envisagés pour se glisser dans la peau de ce personnage culte, avant qu'Edgar Ramírez ne soit sélectionné. L’acteur vénézuélien s’était fait remarqué dans la série Carlos, qui lui avait prévalu en 2011, le César du Meilleur jeune espoir masculin. S’en découlent de nombreux films, comme F.A.R.C. L'instrument de la vengeance, A cœur ouvert avec Juliette Binoche, Délivrenous du mal…Sa présence parmi les personnages phares du remake de Point Break n’est pas étonnante quand on sait qu’Edgar Ramirez a joué dans Zero Dark Thirty, réalisé par une certaine Kathryn Bigelow. PREMIUM 87


sport COACH@HOME

prévenez les chutes

La fin de l'hiver approche, vous êtes déja impatient d'enfourcher votre moutain bike, mais il est nécessaire avant tout de remettre le corps en condition. Notre coach, Thomas Nielsen, vous donne la cadence... Photo redbull - Ring Of Fire 2015 Japan: Steve Smith

1

3

renforcement des poignets et avant-bras Avec un poids dans la main, l'avant-bras appuyé sur un support, effectuez des flexions et extensions du poignet. Répétez un maximum de fois.

2

5

renforcement général avec TRX En appui sur les mains, de la position gainée tendue, fléchir les jambes en ramenant les genoux sur la poitrine. Effectuez l'exercice à vitesse lente/moyenne un maximum de fois. Faites une pause de 1 minute et répétez l'exercice.

4

renforcement du haut du corps avec TRX Poussée : Effectuez des pompes en gardant le corps bien gainé. Traction : Corps inversé, tirez des bras en variant l'écart des mains. En répétitions maximales

Méthode pliomètrique. Renforcement des jambes, afin de développer un maximum de fibres musculaires. Sautez sur un bloc en gardant l'équilibre et le contrôle des appuis. Travail en vitesse lente mais explosif. Répétez un maximum de fois selon votre niveau. Variez la hauteur du bloc. L'écart des appuis sera égale à la largeur des épaules.

renforcementdes jambes Travail explosivité et force Sur le bench press, effectuez des flexions et extensions des jambes avec des poids moyens en répétitions maximales. Gardez le dos bien appuyé sur le dossier.

PREMIUM 88

Coach@home Tél. : +352 691 99 99 91 info@coachathome.lu www.coachathome.lu


SAVE THE DATES

culture agenda Cornelis de Vos (1584-1651) Joueurs et courtisanes sous une tente / Huile sur toile, 1630-1635 © Musée de Picardie, Amiens, photo : Marc Jeanneteau

Lu

Par Albane Couvent

William Bouguereau (1825-1905) Jeune fille vue de profil / Huile sur toile, 1868 © Villa Vauban – Musée d’Art de la Ville de Luxembourg

x e m b o u r g

Gustus, Odoratus, Visus, Auditus, Tactus Les cinq sens dans la peinture

Du 19 mars au 26 juin Curieuse exposition pour les curieux d’expériences nouvelles ! Proposée par le Musée Vauban, elle invite les spectateurs à devenir acteurs, en quelque sorte. Car, s’il s’agit bien d’une exposition d’art, notamment de peinture, elle se poursuit dans le parc de la Villa Vauban où un « Jardin des sens » propose à chacun de contempler, savourer, sentir, toucher et écouter. Dans le musée même, des « stations d’expérimentation » proposent aux petits comme aux grands enfants, de chatouiller tous nos sens. Au-delà de ce parcourt atypique, l’exposition de tableaux régale avant tout nos yeux. Sujets favorisés dans la peinture européenne, les cinq sens se retrouvent à de nombreuses époques, dans divers pays. Du XVIIe au XIXe siècle, les œuvres présentées sont issues de la collection du musée ainsi que de prêts d’une vingtaine d’autres musées. Musée Villa Vauban 18, avenue Émile Reuter L-2420 Luxembourg

Lu

x e m b o u r g

The family of man

A partir du 2 mars Après une pause hivernale, « The family of man » rouvre ses portes. Pour ceux qui n’ont pas encore eu la chance de découvrir cette magnifique exposition, ou pour ceux qui souhaitent la revoir, le château de Clervaux vous en donne l’occasion. Conçue pour le MoMA de New York en 1955 par le photographe luxembourgeois Edward Steichen, cette exposition regroupe plus de 500 clichés signés Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, Dorothea Lange, Robert Doisneau, August Sander, Ansel Adams... Originaires de 68 pays, ces photographies composent le visage à la fois fort et fragile de notre humanité. On y voit des hommes, des femmes, des enfants, des vieillards. Certains sont heureux et l’on peut lire dans leurs yeux toute la beauté du monde. D’autres souffrent, et nous touchent tout autant. La compassion, la pitié, mais aussi l’envie, l’enthousiasme, la nostalgie, la surprise et la joie sont autant de notions qui nous traversent au fur et à mesure que nous traversons nous-même l’exposition. Une seule ne nous touche pas, c’est l’indifférence. Château de Clervaux – Luxembourg L-9701 Clervaux

PREMIUM 90

Lu

x e m b o u r g

« Live Cinema »

Les 18 et 19 mars, 25 avril et 16 juin La musique, dans les films, c’est elle qui a le premier rôle et le dernier mot. Elle exprime les plus grandes émotions, corrobore un dialogue, enveloppe l’image et la fait vivre. Et c’est sans nul doute dans les films muets que la musique a toute sa place. Suspens, peur, légèreté, orage, douceur, elle est une langue universelle, que tout le monde peut comprendre. Quoi de plus envoutant que la musique d’un film, lorsqu’elle est jouée en direct ? « Live Cinema – Chaplin: The Gold Rush» 18 et 19.03.2016 20:00, Grand Auditorium Orchestre Philharmonique du Luxembourg Carl Davis direction Film: The Gold Rush (La Ruée vers l'or / Goldrausch) Production Cinémathèque de la Ville de Luxembourg en coopération avec l'OPL et la Philharmonie Luxembourg «Murnau: Faust» 25.04.2016 20:00, Grand Auditorium Jean-François Zygel composition, piano Film: Faust Coproduction Cinémathèque de la Ville de Luxembourg et Philharmonie Luxembourg «Niblo: Ben Hur» 16.06.2016 20:00, Grand Auditorium Orchestre Philharmonique du Luxembourg Film: Ben Hur Coproduction Cinémathèque de la Ville de Luxembourg et Philharmonie Luxembourg Philharmonie – Luxembourg 1, place de l’Europe L-1499 Luxembourg


Un service de qualitĂŠ pour les clients les plus exigeants. Trouvez le meilleur taux, sans frais de courtage.

Courtier en financement

www.credit-expert.lu


hublot.com

CLASSIC FUSION AEROFUSION MOONPHASE KING GOLD

Premium 17 web  
Premium 17 web  
Advertisement