Page 1

MAGAZINE DESTINÉ AUX PARTIES PRENANTES 2/2012

ALL ABOARD


LA COUVERTURE Matériau : Chromolux Metallic Silver 350 g/m2 Effets : impression offset UV + Pantone Metallic 8402C + positionnement Illustration : Antti Nikunen Avez-vous remarqué la nouvelle offre Chromolux en 350 g/m² ? Cette gamme est idéale pour les emballages de luxe et les solutions graphiques destinées aux parfums, affichages, couvertures et cartes. Rien de tel pour mettre en valeur vos idées ! La gamme plus lourde bénéficie du même lissé et d’un brillant supérieur à l’ancien Chromolux, tout en offrant une structure plus rigide. Ces propriétés confèrent aux emballages de luxe un meilleur aspect qualitatif. Découvrez plus en détail la nouvelle gamme Chromolux en page 35 !

4

Magazine | numéro 2 # 2012


La fin de l’année 2012 approche à grands pas. Notre stratégie s’est déjà révélée être une réussite et notre rentabilité s’est améliorée comme prévu. Notre transformation stratégique de papetier à fabricant de carton commence désormais à porter ses fruits. Les mesures destinées à éliminer les pertes à Alizay et dans notre activité papiers spéciaux ont été mises en œuvre. Notre activité papier est désormais bien plus restreinte, mais en bien meilleure santé. Nous allons poursuivre son développement en parallèle à celui de notre activité carton. Nous avons achevé avec succès un programme d’investissements intensifs dans notre activité carton, et notre équipement de production est désormais de première classe. Nous avons augmenté notre capacité de production annuelle de carton pour boîtes pliantes de 150 000 tonnes, soit 20 %. Les retours positifs de nos clients, de même que l’augmentation des volumes de commandes, renforcent ma conviction que nous avons pris la bonne décision. Nous souhaitons garantir une excellente disponibilité du carton pour nos clients en toutes circonstances, et nous sommes désormais en bonne position pour augmenter encore la capacité de nos équipements de production de carton pour boîtes pliantes et de liners. Les consommateurs s’intéressent de plus en plus à la durabilité des produits qu’ils achètent, ainsi qu’à celle de leurs chaînes logistiques. Le remplacement des matériaux d’emballage traditionnels par des cartons Metsä Board écologiques et sûrs est une façon simple et efficace pour nos clients d’améliorer le niveau de responsabilité environnementale de leurs activités. L’utilisation d’emballages en carton plus léger, par exemple, réduit l’impact environnemental d’un produit. La réduction des émissions de CO2 constitue un objectif important pour Metsä Board. Le lancement de la nouvelle centrale bioénergétique de l’usine de Kyro à l’automne a représenté une étape majeure dans ce contexte.

Celle-là réduira d’environ 100 000 tonnes les émissions annuelles de CO2 de l’usine, qui atteindront ainsi un quart des niveaux précédents. La nouvelle centrale divisera par deux l’empreinte carbone des cartons pour boîtes pliantes et des produits de base pour papiers peints fabriqués à Kyro. Les perspectives économiques mondiales restent à la fois incertaines et imprévisibles. Néanmoins, je suis convaincu que nous avons toutes les chances de continuer sur la voie de la réussite. Nous sommes aujourd’hui mieux préparés que jamais à répondre aux défis du marché et à renforcer nos activités au travers d’une collaboration étroite avec nos clients et nos partenaires. Mikko Helander PDG de Metsä Board

AVANCER ENSEMBLE Magazine Magazine | numéro | issue 2 # 2012

5


8

making of

Découvrez les coulisses du Magazine.

All 5

editorial

La stratégie du succès.

METSÄ BOARD Magazine numéro 2/2012 Éditeur : Metsä Board, Communications P.O. Box 20 FI-02020 Metsä, Finlande www.metsaboard.com magazine@metsaboard.com

Rédacteur en chef : Juha Laine, VP Investor Relations et Communications Directrice de la rédaction : Tytti Hämäläinen Comité de rédaction : Tytti Hämäläinen, Juha Laine, Nicole Lowartz, Ritva Mönkäre, Edmund Rück, Susanna Siira Production et conception graphique : Otavamedia Customer Communication, Helsinki, Finlande Équipe : Sirpa Levonperä, Jaana Pakkala, Taru Virtanen, Riina Walli Traductions : AAC Global Oy Impression : Erweko Oy Metsä Board Magazine (15 000 exemplaires) est publié en anglais, français, allemand et russe (format numérique seulement). Tous les magazines sont disponibles sur www.metsaboard.com. Les opinions exprimées dans la présente revue ne sont pas nécessairement celles de Metsä Board. ISSN : 2323-5535

all aboard

30

Design savoureux dans les rues d’Helsinki.

Papiers utilisés Couverture : Chromolux Metallic Silver 350 g/m2 Intérieur : Galerie Art Silk 130 g/m2

Les produits Metsä Board sont fabriqués à partir de bois issu de forêts gérées durablement et sont disponibles sous certification PEFC ou FSC de la chaîne de traçabilité.

out of the box

32

tracks

Une visite très instructive de l’usine d’Äänekoski.

6

Magazine | numéro 2 # 2012


sommaire 2#2012 16

pure talent Tous à bord de l’Express Board !

18

6 10

colour white

Des vagues artistiques créées avec du papier de bureau ordinaire.

assurer un avenir durable avec Unilever

Dans le cadre de son Plan de vie durable, Unilever s’est fixé pour objectif de se procurer durablement l’ensemble de ses matières premières renouvelables d’ici 2020. Avec une consommation annuelle totale de papier et de carton de près d’un million de tonnes, il est essentiel pour l’entreprise de s’approvisionner auprès de sources réputées. En tant que leader du papier et du carton durables, Metsä Board est un partenaire tout indiqué.

22 25

column

Pourquoi la satisfaction des clients seule ne suffit pas...

34

Aider les emballages à se démarquer grâce à l’impression numérique.

10 29

26

all aboard

three questions

La certification est la clé de services forestiers durables.

success factor

La bioénergie paie à Kyro.

in the box Quoi de neuf ?

36

summary

Ça chauffe à Kyro !

Magazine Magazine | numéro | issue 2 # 2012

7


m

making of Les coulisses du Magazine

S

all aboard Bienvenue à bord !

les nouvelles rubriques et leurs symboles

m

p

C a

tracks Metsä Board montre la voie

ous avons des clients fantastiques : des propriétaires de marques, des transformateurs, des distributeurs, des imprimeurs, des fournisseurs de matériel de bureau… Nous avons également la chance d’avoir des partenaires nombreux et variés, des fournisseurs d’énergie et de matières premières aux agences de design et de publicité. Pour ce numéro de Metsä Board Magazine, nous avons sélectionné quelques exemples de cette collaboration, en espérant que ceux-là vous inciteront à réfléchir aux avantages qu’une telle collaboration nous offre à tous. L’idée de ce thème nous est venue lorsque nous avons organisé la Journée des Marchés de capitaux Metsä Board 2012 dans les bureaux londoniens d’Unilever, en septembre. Nous avons reçu des retours très positifs de la part des participants, à qui l’on a expliqué le rôle des emballages durables de haute qualité, ainsi que l’importance d’un partenariat étroit entre un fournisseur de carton et son client dans le secteur mondial des biens de consommation. Ce numéro marque également une nouvelle ère dans l’histoire du Magazine : « Maggie » - c’est le petit nom que nous donnons à notre magazine chez Metsä Board a été revue et corrigée d’après vos suggestions. Vous avez par exemple demandé plus d’articles sur la technologie, la Finlande et les certifications, des thèmes que vous retrouverez, avec d’autres, dans ce numéro et les numéros suivants de Maggie. Nous avons également repensé la présence en ligne du Magazine : vous trouverez le tout nouveau site Web à l’adresse magazine.metsaboard.com. Il a été conçu pour fonctionner aussi bien sur ordinateur que sur tablette ou smartphone – il suffit de choisir le format le plus adapté ! N’hésitez pas à nous dire comment nous pouvons poursuivre notre coopération à l’avenir.

in the box Un œil sur l’actualité

Tytti Hämäläinen

making of Les coulisses du Magazine pure talent Plus que la simple somme colour white Du papier blanc pour un monde coloré all aboard L’union fait la force

S

success factor À la découverte des dernières solutions, technologies et recherches

3

Three questions À propos de l’activité carton out of the box À la découverte du monde

T

i 8

N

Magazine | numéro 2 # 2012

Directrice de la rédaction


S

Sur les flots de l’inspiration

S

Photos: rob wilkinson

Photos: maiju salmi

ituée dans le nord-ouest de la Finlande, Kemi abrite l’une des plus fortes concentrations d’entreprises forestières au monde, expédiant par voie maritime papier, carton et pâte à papier aux quatre coins de la planète. Pour célébrer les 150 ans de son industrie forestière, la ville de Kemi s’est lancée dans la construction du plus grand bateau en papier au monde en septembre 2012. Réalisé à partir d’une feuille géante de kraftliner Kemiart, ce bateau en papier de 27 kg atteint près de dix mètres de long, pour quatre mètres de large et deux mètres de haut. Des dimensions qui lui permettront peut-être d’entrer au Guinness des records, comme l’espèrent ses créateurs. Quoi qu’il advienne, ce bateau vaut la peine d’être vu. Inspirés par les efforts déployés à Kemi, nous avons demandé à l’artiste britannique Su Blackwell d’utiliser

«  Lorsque l’on travaille avec du papier blanc, la difficulté est de le rendre visuellement intéressant. »

du papier de bureau pour créer sa propre vision des bateaux en papier pour le magazine. Su est connue pour ses délicates sculptures créées à partir de pages de livres. « J’ai voulu créer une sculpture nette, fraîche et élégante », explique-t-elle. « Lorsque l’on travaille avec du papier blanc, la difficulté est de le rendre visuellement intéressant. J’ai donc plié le papier pour créer des vagues, qui ajoutent des ombres et de la profondeur à l’image. Les bateaux sont attachés par des fils pour créer une illusion de mouvement. » L’œuvre de Su, qui mesure 43 x 28 cm, peut être découverte dans les pages 16 à 19 de ce numéro. Pour découvrir d’autres œuvres en papier de l’artiste, rendezvous sur www.sublackwell.co.uk 

Making of World Record Un bateau en papier de 27 kg prend forme à Kemi

Making of paper art Création de vagues avec Su Blackwell

Vue sur la mer

A

vez-vous jeté un coup d’œil par les hublots de la couverture du magazine ? Si c’est le cas, vous y aurez vu la mer, imprimée sur la face mate du carton Chromolux Metallic Silver et dessinée par Antti Nikunen, graphiste chez Otavamedia. Dans les rayons du soleil, vous découvrirez le Pantone 8402C Silver, utilisé comme effet d’impression supplémentaire. « Le matériau est important lorsque l’on crée une illustration. Pour celle-ci, j’ai été inspiré par le carton mat, car sa légère rugosité ajoute de l’effet et se marie bien avec la technique que j’ai utilisée. L’impression argentée a été également

une source d’inspiration – je souhaitais laisser les surfaces argentées libres et lisses », explique Antti. Antti a créé cette illustration en dessinant d’abord des vagues et des rayons de soleil avec un crayon à pointe large. Il a ensuite numérisé les images, puis les a découpées, collées et répliquées sur ordinateur afin de créer une surface ressemblant à un papier peint. « La technique nécessite beaucoup de travail mais est très amusante. C’est un style que j’ai découvert récemment, et qui m’a ouvert de nouveaux horizons ! » ajoute-t-il.

Magazine | numéro 2 # 2012

9


10

Magazine | numĂŠro 2 # 2012


une Assurer un avenir durable

tasse

à la fois Text: Junior Isles Photos: Rob Wilkinson

La durabilité est au cœur des activités d’Unilever, et des fournisseurs tels que Metsä Board ont un rôle clé à jouer.

Magazine | numéro 2 # 2012

11


L

a durabilité fait partie de ces mots qui peuvent avoir une signification différente selon les gens. Mais pour Marc Engel, Directeur des achats chez Unilever, il n’y a pas d’ambiguïté : « Chez Unilever, une activité durable est une activité rentable, génératrice de croissance et dotée d’un impact social, économique et environnemental positif sur le monde. » La durabilité n’est pas seulement un mot à la mode chez Unilever, elle est au cœur de son fonctionnement. Fondée dans les années 1890, l’entreprise gère plus de 400 marques du secteur de la santé et du bien-être. Chaque jour, quelque deux milliards de personnes utilisent des produits Unilever. Une entreprise de cette envergure peut avoir un impact énorme sur l’environnement si elle n’est pas gérée de manière responsable. « Nous avons réalisé que nous ne pouvions pas continuer sur notre lancée. Nous avons donc décidé de modifier notre modèle de fonctionnement et de le reconstruire autour de la durabilité », explique Marc Engel. L’entreprise s’est donné pour mission de doubler la taille de son activité, tout en divisant par deux son impact environnemental. Une vision qui s’est concrétisée par le lancement du Plan de vie durable Unilever (USLP) en 2010.

L’USLP définit trois grands objectifs, étayés par 60 objectifs spécifiques et quantifiables. Il vise à créer un impact positif sur les conditions de vie d’un milliard de personnes, à diviser par deux l’empreinte des produits Unilever (en termes de carbone, de déchets et d’utilisation de l’eau) et à se procurer durablement l’ensemble des matières premières renouvelables d’Unilever d’ici 2020. Unilever considère ce plan comme un « voyage de dix ans vers une croissance durable ». Mais ce voyage ne peut être entrepris seul : il nécessite la collaboration des consommateurs et le soutien des fournisseurs clés, tels que Metsä Board.

Chaque jour, deux milliards de personnes utilisent des produits Unilever.

Une influence extérieure

La réussite de l’USLP dépend avant tout de ce qui se passe à l’extérieur des usines Unilever. « Deux tiers de l’empreinte de nos produits sont en fait générés au domicile des consommateurs. Par exemple, notre plus grande contribution à la protection de l’environnement a été de convaincre les consommateurs de laver leurs vêtements à 30 ºC au lieu de 40 ºC, ce qui équivaut à retirer 16 millions de voitures de la circulation », explique Marc Engel. Mais il y a également beaucoup de travail à faire auprès des fournisseurs.

12

Magazine | numéro 2 # 2012

Si les deux tiers de l’empreinte sont générés par les consommateurs, un quart de celle-ci est générée par les fournisseurs. Unilever choisit donc ses fournisseurs avec soin et travaille avec eux à réduire davantage cette empreinte. Unilever utilise près d’un million de tonnes de papier et de carton chaque année, ce qui représente, comme le note Marc Engel, « beaucoup d’arbres ». Il est donc important de se fournir auprès de sources réputées, licites et certifiées. Avec la durabilité comme priorité, Metsä Board est un partenaire naturel, qui soutient Unilever depuis dix ans déjà. « Metsä Board est l’un de nos plus gros fournisseurs et un leader de la durabilité dans le secteur du papier et du carton. Elle fait partie de ces entreprises qui ont pris la durabilité très au sérieux. Toutes ses usines sont certifiées. Lorsque nous achetons du carton chez Metsä Board, nous savons par exemple qu’il ne provient pas d’une déforestation illégale », souligne Marc Engel. Le thé constitue un excellent exemple de la façon dont les produits Metsä Board contribuent notablement à l’USLP. Il s’agit d’un marché important d’Unilever, qui achète près de 12 % de la production mondiale de thé noir. L’entreprise s’est déjà engagée à ce que son thé reçoive la certification Rainforest Alliance d’ici 2015. Mais pour aller plus loin, Unilever a


Photo: sirpa levonperä

Les boîtes de thé Lipton d’Unilever sont réalisées à partir de carton léger Metsä Board Simcote.

Magazine Magazine | numéro | issue 2 # 2012

13


Marc Engel, Directeur des achats chez Unilever, prend la durabilité au sérieux.

décidé de regarder au-delà. « Pour disposer d’une offre durable, il faut aussi prendre en compte le sachet, la ficelle avec l’étiquette, l’emballage et le plastique », énumère Marc Engel. Des progrès en cours

Le travail avec Metsä Board joue un rôle essentiel dans la réalisation des objectifs d’Unilever. En avril, Unilever a publié ses performances pour la première année de l’USLP. L’entreprise affiche désormais un taux d’approvisionnement durable de 24 % et devrait atteindre 35 % d’ici la fin de l’année ; elle est donc en bonne voie pour atteindre les 100 % prévus d’ici 2020. Plus précisément, 50 % de son papier et de son carton provient actuellement de sources durables. Malgré cette bonne progression globale, Unilever souhaite poursuivre ses efforts dans les pays à forte croissance situés hors d’Europe. Elle espère également réduire encore son empreinte avec l’aide de Metsä Board. « En plus d’être produit de manière

14

Magazine | numéro 2 # 2012

durable, le carton Metsä Board est de haute qualité », note Marc Engel. « Il nous permet d’obtenir la même rigidité avec moins de carton. » Les boîtes réalisées à partir de ces cartons sont ainsi plus légères, contribuant à la réduction de l’impact environnemental. « Metsä Board est un partenaire de choix pour la réduction du poids des emballages, qui représente une part notable de notre plan de réduction de notre empreinte », ajoute Marc Engel. Marc Engel est convaincu que d’ici 2020, il n’y aura plus de place pour les entreprises qui n’agissent pas de manière responsable et durable. Unilever déploie par conséquent tous les efforts possibles pour se préparer à cet avenir. « Nous sommes confrontés à de nombreux obstacles et défis, qui placent la barre toujours plus haut. La durabilité est un réel voyage, où deux pas en avant entraînent un pas en arrière. Nous faisons de notre mieux, mais nous avons besoin que nos fournisseurs nous accompagnent. Nous devons trouver les meilleurs fournisseurs et utiliser leurs meilleures idées. »

Un partenaire gagnant

M

etsä Board a remporté le prix « Partner to Win » 2012 d’Unilever dans la catégorie développement durable. Le programme « Partner to Win » propose un processus plus structuré et plus formalisé pour la planification commune des activités entre Unilever et ses partenaires. D’après Mika Manninen, Directeur commercial du segment agro-alimentaire chez Metsä Board, l’entreprise a été récompensée pour le développement de ses cartons légers et pour ses diverses avancées en matière de durabilité. « La collaboration de nos deux entreprises sur le thème de la durabilité est très importante et ne cesse de se renforcer. Même si nous travaillons sur ces questions depuis déjà longtemps, il nous reste encore beaucoup de chemin à faire. » Commentant le prix, Marc Engel déclare : « Metsä Board mérite d’être reconnue pour son travail sur la durabilité. Aucune autre entreprise ne nous a apporté une contribution aussi rapide et étendue. Il s’agit d’un partenaire extrêmement important pour nous. »


Émissions de gaz à effet de serre pendant le cycle de vie du thé (en %)

+ Une tasse de thé préparée avec un sachet de thé (boîte, Royaume-Uni) 62,6 % 33,7 % 1,9 % 1,2 % 0,6 %

Utilisation du consommateur Matières premières Fabrication Déchets Distribution et vente

= 1.2% 0.6%

1.9%

62.6%

33.7%

60

 % du total des gaz à effet de serre émis pendant le cycle de vie du thé sont liés à la préparation de l’eau chaude. En utilisant une bouilloire électrique énergétiquement efficace et en ne préparant que la quantité d’eau nécessaire, les consommateurs peuvent réduire leurs émissions de carbone, tout en économisant l’eau. Les émissions liées à l’emballage sont incluses dans le pourcentage relatif aux matières premières.

Magazine Magazine | numéro | issue 2 # 2012

15


p

pure talent Plus que la simple somme

nouvelle technologie de découpe

Une technologie dernier cri a été utilisée pour convertir les machines de découpe afin de produire des feuilles de carton pour boîtes pliantes.

L’express

international Le nouveau centre de service Express Board de Metsä Board livre en quelques jours. Texte: Lena Barner-Rasmussen Photos: metsä board

G

râce à la prédictibilité de la demande, les producteurs de céréales ont généralement en stock tout le carton dont ils ont besoin. Un fabricant de cosmétiques, en revanche, peut recevoir à tout instant une commande de quelque 100 000 boîtes de fard à paupières à livrer dans des délais très courts. Le fabricant commande alors son carton et croise les doigts pour qu’il soit livré à temps.

16

Magazine | numéro 2 # 2012

Grâce au tout dernier investissement qu’a réalisé Metsä Board dans une nouvelle unité de découpe de carton pour boîtes pliantes à Gohrsmühle, dans la banlieue de Cologne, en Allemagne, les délais auront de bonnes chances d’être respectés. L’usine, qui produit également la gamme Chromolux, est ainsi devenue une installation moderne qui intègre un centre de service Express Board. Le centre de découpe permet à Metsä Board de répondre rapidement à toute augmentation

de la demande en feuilles de carton. Au cours de la première phase de développement, trois des coupeuses en feuilles existantes ont été converties pour la découpe de carton pour boîtes pliantes. La capacité annuelle de l’usine est désormais de 60 000 tonnes, et peut facilement être augmentée en utilisant plus de coupeuses. « Avec notre centre Express Board, nous pouvons livrer de petites quantités de feuilles – quelques tonnes par exemple – en quelques jours », explique Ari Kiviranta, Directeur général de Metsä Board Zanders GmbH. Et s’il n’y a pas d’urgence, c’est-à-dire si le client n’a pas besoin de 100 000 boîtes dans un délai très court, il est préférable de passer les grosses commandes directement auprès des usines.


15 %

60 % 25  % personnel compétent

matériel

Les machines se trouvaient déjà dans l’usine pour la plupart.

Ari Kiviranta

« Lorsque les clients connaissent les caractéristiques et les volumes de leurs produits bien à l’avance, une commande directe auprès de l’usine est toujours plus économique », souligne Ari Kiviranta. Le service de commande directe en usine a également été amélioré : deux coupeuses en feuilles sont entrées en service à l’usine d’Äänekoski en septembre. Elles offrent une capacité de découpe supplémentaire, initialement de 70 000 tonnes par an, qui peut être augmentée. « La plus grande installation de

Sans personnel compétent pour les faire fonctionner, les machines restent des machines.

découpe de carton pour boîtes pliantes au monde, notre usine de Simpele, a une capacité annuelle de 240 000 tonnes », explique Ari Kiviranta. Le centre Express Board de Gohrsmühle est idéalement situé au cœur de l’Europe. « Le carton peut être transporté très rapidement vers les différents marchés européens », ajoute Ari Kiviranta. Avec une infrastructure de pointe et un personnel compétent, les fabricants de cosmétiques sont désormais sûrs d’avoir leurs 100 000 boîtes de fard en un clin d’œil !

Magazine | numéro 2 # 2012

17


C

colour white Du papier blanc pour un monde coloré

Une navigation

sans artifice Création: su blackwell Photos: rob wilkinson

18

Magazine | issue numéro 2 #22012 # 2012


Sur les flots

A

vec leur proue fendant fièrement les flots tumultueux d’un blanc éclatant, cinq courageux navires font route à travers les vagues de papier, vers des destinations inconnues que l’on imagine exotiques. Pleine de mouvement et évoquant une aventure moderne en mer, cette étonnante œuvre de la sculptrice sur papier britannique Su Blackwell vous transporte d’un seul regard dans les embruns marins. Les bateaux, qui semblent ballottés par le ressac sans fin des flots, sont faits de simple papier de bureau tout comme les vagues.

Magazine Magazine | numéro | issue 2 # 2012

19


20

Magazine | numĂŠro issue 2 #22012 # 2012


Tous sur le pont

S

i la création de cette œuvre de 43 x 28 cm a demandé un immense savoir-faire, le pliage d’un simple bateau en papier est un petit défi amusant que chacun peut tenter. Pourquoi ne pas prendre cinq minutes pour plier une feuille de papier et voir ce que vous pouvez créer ? Laissez-vous porter par votre imagination ou recherchez sur Internet les termes « origami » et « bateau » pour découvrir des instructions simples pour des designs plus audacieux. Vous pourrez très vite hisser les voiles et lever l’ancre !

Magazine Magazine | numéro | issue 2 # 2012

21


a

all aboard L’union fait la force

Un potentiel inexploité Texte: asta hirvonen Photos: matti lehto

22

Magazine | numéro issue 2 #22012 # 2012


Du carton pour l’impression numérique L’impression offset reste de loin la méthode la plus populaire pour l’impression des emballages carton. L’impression numérique gagne néanmoins du terrain et les premières presses nanographiques Landa seront lancées en 2013.

L’impression numérique apporte de l’interactivité à l’emballage carton.

D

e nos jours, mêmes les petites épiceries de quartier proposent à leur clientèle un large choix de marques concurrentes. Il devient de plus en plus difficile pour un produit de se démarquer et d’attirer de nouveaux consommateurs. « L’emballage est un support qui offre beaucoup de potentiel inexploité », explique Mauri Reinilä, PDG de Solver Services, membre de Pyroll Group. Solver est la seule entreprise finlandaise - et l’une des rares en Europe - à se spécialiser dans l’impression numérique des emballages. De plus en plus souvent, les emballages comportent des codes QR, que les consommateurs peuvent scanner avec leur smartphone pour accéder à un site Web d’informations et de services. PackageMedia, un concept lancé par Solver, intègre des éléments et services personnalisés ou des fonctionnalités interactives aux emballages. « Par exemple, un produit peut avoir un bon unique pour un jeu sur réseau social, chaque achat apportant de nouveaux éléments au jeu. L’emballage peut également servir de ticket pour un concert en

ligne, lors duquel le consommateur pourra même pointer la caméra sur son membre préféré du groupe », explique Mauri Reinilä. « Les gens recherchent de nouvelles expériences. Lorsqu’il est associé à des services de réseau social et à des jeux, l’emballage devient une expérience capable d’intégrer des éléments 3D ou même du son. » Un emballage personnalisé

L’impression numérique permet d’associer au carton des éléments personnalisés et technologiques. « Avec l’impression numérique, les tirages peuvent être très limités et chaque produit peut être différent. Nos équipements de production sont extrêmement souples. Il n’y a plus besoin des traditionnelles plaques d’impression, ce qui facilite la personnalisation et l’ajustement des emballages », souligne Mauri Reinilä. Les investissements importants de Solver dans les équipements d’impression numérique de boîtes ont permis d’augmenter les ventes de l’entreprise de 30 % en 2012. L’usine de Kouvola produit près

M

etsä Board suit de près les développements du secteur de l’impression. « Les volumes d’impression numérique restent limités, mais nous nous attendons à une forte croissance », explique Heli Kuorikoski, Directeur du marketing technique pour le carton chez Metsä Board. « Nous collaborons avec des fabricants de presses d’impression et nous testons nos produits sur de nouvelles machines. Les presses numériques sont désormais développées en vue d’une utilisation avec le carton. Certaines nouvelles machines peuvent accueillir de plus grandes feuilles qu’auparavant, ce qui offre de nouvelles opportunités d’utilisation du carton pour les emballages. » En septembre, l’utilisation des cartons Metsä Board sur les presses numériques Xerox iGen4 a été testée dans l’usine Solver de fabrication de boîtes de Kouvola. L’expérience a permis de produire des emballages de réglisse qui seront utilisés dans un cadre promotionnel. « Tous nos cartons sont adaptés à une variété de presses numériques sans pré-traitement. Ils se comportent très bien sur la machine et offrent une aptitude à l’impression proche de l’offset. Auparavant, les encres d’impression n’adhéraient pas toujours suffisamment au carton. Les presses et les encres ont été améliorées depuis et les traitements de surface ne sont pas toujours nécessaires », explique Heli Kuorikoski. Magazine | numéro 2 # 2012

23


d’un million d’emballages chaque année pour des entreprises du secteur médical, de l’agro-alimentaire et d’autres clients. « Les emballages médicaux et agro-alimentaires comportent un grand nombre d’informations et doivent souvent être disponibles en plusieurs langues, les informations devant également pouvoir être mises à jour. Dans ces cas, l’impression traditionnelle est trop lente et trop chère. » « Les nouvelles presses numériques produisent une qualité digne de l’offset, tout en permettant une production rapide. Les produits peuvent être livrés aux clients au plus tôt 72 heures après la commande, réduisant ainsi le besoin de stockage des emballages », explique Mauri Reinilä. L’inconvénient est le prix de l’impression numérique : même s’il n’y a pas de travail de mise en page initial, le coût unitaire reste plus élevé que celui de l’impression offset. Par ailleurs, les feuilles de grand format représentent un défi pour les presses numériques. Mauri Reinilä, PDG de Solver, a aidé à tester la compatibilité des presses Solver et des cartons Metsä Board. Ensemble, les deux entreprises ont créé de magnifiques emballages de réglisse.

« Avec l’impression numérique, les tirages peuvent être très limités et chaque produit peut être différent.  »

am ait matti laaoa ja taido lla Nat duka exc ural sta ell eNc e

Inn kev ovatII kar eItä vIsIa ton kej a Inn lIg ovatIv carhtweIg e ton ht boa rds

kou vo

24

lan Ko lak make uvolan rits La i oy vuod isten va kritsilla en aj lmist on yksil alta. Va uksest kokem öllin us a en nkka am lähes ta sada m ovat valmist Swee n us attitai laad t life un ta tekniik to ja since ka e. in 19 m Stro ng ex anufac 06. We turin fost pe is a rtice an g very er our guar tra ante d individ carefully dition e of ual our te . www. qual chniqu kouv ity. e olan lakr itsi.fi

car 10 v ta ka car uottarton gIt 10 y ta bo ear ard s s

Magazine | numéro issue 2 #22012 # 2012 Car ta Digita solida 29 lly pr inte 5 g/m 2 d on Xero x iG en4.

AinE Vehn osAt: mela äjauhot anisö ssi, suola, vesi, so muu ljy), vä , luont keri, so ri E202 densää (E153) aisia ar kerisiira töain om , pp ). e (E emulgoin eja: (la i, elint 500) ar kr , säilötiaine (E itsiuu vike­ 471), te, ntäa i

ingr Whe EdiEnt a

Un marketing efficace

« Il est difficile de se faire une place dans les rayons des magasins. De nouveaux produits sont lancés en permanence et peu sont appelés à survivre. L’emballage joue un rôle extrêmement important », souligne Mauri Reinilä. L’emballage est un support parmi d’autres, tels que les publicités dans la presse, à la télévision ou en ligne. « Même si un consommateur aime des produits sur Facebook, cela ne signifie pas forcément qu’il va les acheter. PackageMedia est toujours lié à un achat et offre un petit plus aux acheteurs. » Il facilite également la création d’un sens de la communauté chez les consommateurs. « L’emballage peut créer un lien entre les consommateurs sur les réseaux sociaux, en poussant des étrangers à communiquer. Les consommateurs peuvent contribuer au design et au développement des produits », décrit Mauri Reinilä. Cela offre aux fabricants des informations précieuses sur les consommateurs, leurs besoins et leurs souhaits. « La technologie moderne permet de surveiller un produit en détail si l’emballage est déposé. L’emballage peut fournir, entres autres, des informations sur le lieu et la date de fabrication du produit, son lieu d’achat et la distance parcourue par le consommateur pour se le procurer. Ces informations aident à planifier plus efficacement le marketing. » « C’est la raison pour laquelle j’explique à tout le monde que l’emballage présente un potentiel inexploité », conclut Mauri Reinilä.


column Simon Rhind-Tutt Directeur général adjoint, Relationship Audits & Management simon@relationshipaudits.com

Pourquoi la satisfaction des clients ne suffit pas « L’engagement des clients est un signe bien plus fort de leur fidélité que la satisfaction. »

J

’ai participé un jour à un événement de networking professionnel sur un luxueux bateau de croisière qui accueillait près de trente réunions professionnelles, ainsi qu’une conférence de haut niveau. La nuit précédant l’ouverture de la conférence, j’ai rencontré au bar un homme qui s’est avéré être le Directeur général d’une grande institution financière. Nous avons discuté et je lui ai demandé qui il comptait rencontrer car, bien qu’aucun entretien ne fût censé nous réunir, j’aurais pu être en mesure de lui fournir des informations sur les fournisseurs qu’il envisageait de voir. « Personne en particulier » fut sa réponse. Il était très content des principaux fournisseurs de son entreprise et m’expliqua fièrement qu’il avait récemment écrit à chacun d’eux pour leur faire part de sa satisfaction. J’étais surpris. Après tout, des entreprises comme la mienne avaient payé des sommes considérables pour pouvoir rencontrer des personnes comme lui. Je décidai donc de lui demander avec un peu d’audace s’il n’avait pas l’impression d’être un imposteur dans cet événement, puisqu’il était si content de ses fournisseurs actuels. Sa réponse fut fascinante : « C’est simplement que si je rencontre ici quelqu’un qui propose quelque chose de mieux ou de différent, il est de mon devoir de le prendre en compte, non ? » Malgré son apparente satisfaction, il était clair qu’il pouvait se laisser tenter par une meilleure offre. Je sais que dans la plupart des organisations, une lettre du Directeur général exprimant sa satisfaction peut vous inciter à vous reposer sur vos lauriers. Vous féliciteriez probablement l’équipe et peut-être même que vous organiseriez

une petite fête. Peut-être même que vous seriez aussi tenté de lever un peu le pied et de reporter votre attention sur des clients qui, selon vous, en nécessiteraient un peu plus, ou sur de nouveaux clients potentiels. Le fait est que, dans l’univers ultra compétitif actuel, si vous voulez vraiment proposer un produit ou un service leader, la « satisfaction » n’est pas suffisante. Il faut désormais vous assurer de « l’engagement » du client. L’engagement des clients est un signe bien plus fort de leur fidélité et un indice prévisionnel plus précis des revenus futurs. Les consultants spécialisés de Relationship Audits ont créé une mesure unique de l’engagement des clients, baptisée Indice d’engagement client, qui utilise une série de questions minutieusement élaborées pour identifier les niveaux d’engagement des clients. Cela permet aux fournisseurs et prestataires de mettre en œuvre des stratégies sur mesure pour répondre aux problèmes ou profiter des opportunités. Leur travail a montré qu’en augmentant le nombre des clients les plus engagés de 10 %, on pouvait dégager plus de 20 % de bénéfices supplémentaires. La bonne nouvelle est qu’une fois les problèmes résolus, la relation est généralement plus forte que si les problèmes ne s’étaient jamais posés. Il est donc surprenant d’entendre, lorsque l’on interroge des organisations sur leurs relations avec leurs clients clés, que tout va « bien ». Comment peuvent-elles le savoir ? « Personne ne nous a signalé de problème, donc tout le monde doit être satisfait ! » Une déduction qui peut s’avérer dangereuse. Vous devez donc vous demander quel est le niveau d’engagement de vos clients. Le savezvous, ou pensez-vous seulement le savoir ?

Magazine Magazine | numéro | issue 2 # 2012

25


S

success factor À la découverte des dernières solutions, technologies et recherches

Bonus vert pour les clients

Une nouvelle chaudière à biomasse de premier plan a été mise en service dans l’usine Metsä Board de Kyro à l’automne. Elle divisera par deux l’empreinte carbone totale de la production de carton pour boîtes pliantes et de base pour papier peint de l’usine. Texte: Fran Weaver Photos: sara pihlaja

L

a nouvelle chaudière à biomasse de l’usine de Kyro surplombe le long bâtiment bas qui abrite les lignes de production de carton pour boîtes pliantes et de papier peint de l’usine. Un flux continu d’écorces déchiquetées et de résidus de débardage circule via une série de tapis roulants couverts jusqu’au sommet de l’impressionnante tour. « La vapeur générée par la nouvelle chaudière fournit environ 55 mégawatts d’énergie calorique, assez pour couvrir les besoins de l’usine et pour chauffer plus de 200 maisons et bureaux du voisinage », explique Tero Siltanen, Chef de projet de la centrale énergétique. « La vapeur

26

Magazine | numéro 2 # 2012

entraîne également la turbine existante, générant ainsi 12 mégawatts supplémentaires d’électricité pour l’usine. » L’un des principaux résultats de cet investissement de 50 millions d’euros est la réduction de 100 000 tonnes des émissions annuelles de CO2 de l’usine. Les émissions de l’usine de Kyro représentent désormais près d’un quart des niveaux précédents. « Il est très important pour nous que la nouvelle chaudière réduise l’empreinte carbone totale de nos produits de plus de 50 % », déclare Minna Kantsila, responsable produit pour les cartons pour boîtes pliantes Avanta Prima et Carta Elega de l’usine de Kyro.

Une soif d’informations environnementales

« Nos clients sont de plus en plus sensibilisés aux questions environnementales telles que les émissions de gaz à effet de serre. Ils sont de plus en plus nombreux à nous demander des détails sur l’impact de nos produits et nous sommes heureux de leur fournir ces informations », explique Minna Kantsila. « C’est depuis longtemps le cas de nos clients qui utilisent des emballages pliants en carton pour des produits agro-alimentaires et de soin, mais l’intérêt est désormais croissant chez les fabricants de produits de luxe, y compris les grandes marques de cosmétiques. »


Photo: matti snellman

L’énergie verte adoptée par Metsä Group

L

’utilisation de plus en plus importante de la bioénergie du bois par Metsä Board s’inscrit dans un effort plus large visant à utiliser des sources d’énergie renouvelables dans l’ensemble de Metsä Group. « Mettre l’accent sur la biomasse est logique pour une entreprise forestière. La biomasse représente aujourd’hui 80 % de notre utilisation totale de combustible et nous nous efforçons d’exploiter toutes les opportunités viables pour augmenter encore ce chiffre », explique Ilkka Latvala, Vice-président senior en charge de l’énergie chez Metsä Group. Après un investissement majeur réalisé en 2011 dans le but d’augmenter la production de bioénergie à l’usine Metsä Board d’Husum, la nouvelle chaudière de Kyro permettra une réduction encore plus importante de l’utilisation d’énergies fossiles par l’entreprise et de ses émissions de gaz à effet de serre. Des investissements considérables dans la production d’énergie verte ont également été réalisés dans d’autres unités de Metsä Group, y compris l’achèvement d’une nouvelle centrale de production de biogaz à l’usine Metsä Fibre de Joutseno il y a quelques mois. « Notre objectif pour l’ensemble du groupe est de réduire d’ici 2020 nos émissions de CO2 de 30 % par tonne de produit par rapport au niveau de 2009. Nous comptons atteindre cet objectif en remplaçant les combustibles fossiles par la bioénergie et en améliorant l’efficacité énergétique globale de nos processus de production de 10 % sur la même période via des améliorations opérationnelles et techniques », ajoute Ilkka Latvala. La réalisation de ces objectifs fait l’objet d’un suivi au niveau de Metsä Group. Les usines indiquent désormais de plus en plus souvent à leurs clients les chiffres relatifs à l’empreinte carbone des produits. Des efforts bien accueillis par les clients, soucieux des démarches de durabilité de leurs fournisseurs.

Magazine Magazine | numéro | issue 2 # 2012

27


Vous souhaitez en savoir plus sur la centrale bioénergétique ? Rendez-vous en pages 36–37 !

Minna Kantsila, responsable produit pour les cartons Avanta Prima et Carta Elega à l’usine de Kyro, et Tero Siltanen, Chef de projet de la centrale énergétique.

Avec les experts en environnement et en énergie de Metsä Board, Minna Kantsila envisage déjà la compilation d’un nouvel ensemble de profils papier détaillés, reflétant l’impact environnemental réduit des produits de Kyro après que la nouvelle chaudière à biomasse aura achevé sa première année de fonctionnement en 2013. Des sources d’ÉNERGIE locales

« Le gros avantage pour nous est de pouvoir générer notre chaleur et notre électricité en utilisant la biomasse du bois issue de sources locales via les chaînes logistiques de Metsä Group, au lieu d’utiliser du gaz naturel importé de Russie », souligne Tero Siltanen. L’arrivée de

28

Magazine | numéro 2 # 2012

combustible de la chaudière reçoit environ vingt camions de produits déchiquetés par jour, principalement des écorces provenant de l’unité d’écorçage de l’usine et des résidus de débardage tels que des souches écrasées, des têtes d’arbres et des branches récoltées dans un rayon de 100 kilomètres. Tero Siltanen est fier de cette transition en douceur vers la bioénergie. « Il ne nous aura fallu que deux ans à compter des travaux de pré-ingénierie pour mettre la chaudière en service. Brûler de la biomasse est assez différent de brûler du gaz, du fait des plus grandes variations des propriétés du combustible, comme sa teneur en eau. Nous avons donc dû apprendre beaucoup sur l’utilisation efficace de la biomasse.

Mais nous sommes parvenus à maintenir l’activité de l’usine pendant la transition. Nos employés ont également dû être formés au nouveau système d’alimentation en combustible, mais nous avons eu la chance de pouvoir aller étudier un système similaire déjà en fonctionnement à l’usine d’Äänekoski. » La biochaudière possède une capacité maximum de 80 mégawatts. Son système de lit fluidisé à bulles, réalisé par Andritz, représente la meilleure technologie disponible à ce jour. Les gaz de combustion de la chaudière sont traités à l’aide de filtres à tissu, d’un système de pulvérisation de calcium et d’un système de réduction non catalytique sélectif, afin de réduire les émissions de particules, ainsi que les oxydes d’azote et de soufre. Les cendres de la chaudière seront stockées pour une utilisation ultérieure dans la construction et le paysagisme. Le mélange de biomasse qui alimente la chaudière comprend également de petites quantités de bioboues issues de la centrale de traitement des eaux de l’usine. Cette innovation produit une énergie renouvelable utile à partir d’un matériau résiduel auparavant considéré comme un déchet, réduisant encore davantage la part des combustibles fossiles.


Photo: seppo samuli

3

Three questions À propos de l’activité carton

Une double certification Les forêts de Metsä Group disposent désormais d’une double certification, l’entreprise déployant tous ses efforts pour proposer les services forestiers les plus complets et durables du secteur.

1.

Pourquoi Metsä Group a-t-elle demandé la certification FSC de ses forêts ?

« Il est très important, pour nous comme pour nos clients, que notre bois soit issu de forêts exploitées de manière durable. Nous souhaitons nous impliquer dans le développement de normes d’exploitation forestière durable et offrir à nos clients une palette aussi large que possible de produits certifiés. Pour ce faire, nous avons participé de manière active au développement de la certification forestière. Les forêts détenues par Metsä Group en Finlande bénéficient désormais d’une double certification : déjà certifiées PEFC, elles ont également reçu en 2012 la certification FSC. La situation est la même en Russie, où les forêts que nous louons ont reçu la certification PEFC en 2010, puis la certification FSC plus récemment. Nous souhaitons également proposer à nos membrespropriétaires des services forestiers complets et durables, qui incluent la certification. Les clients de Metsäliitto Cooperative, la société mère de Metsä Group, qui bénéficient de services de gestion forestière ont ainsi l’opportunité de rejoindre les certifications de groupe PEFC et FSC. »

2.

Que signifie le projet pilote FSC pour les clients de Metsä Board ?

« Il faut souligner que le projet pilote FSC en Finlande n’entraînera pas une augmentation significative de l’approvisionnement en bois certifié FSC de Metsä Group. La majeure partie du bois que nous fournissons provient de forêts finlandaises privées appartenant à quelque 920 000 propriétaires, qui ont pour la plupart choisi la certification PEFC. Aujourd’hui, ils ont également l’occasion de rejoindre

Riikka Joukio, Vice-présidente senior en charge des questions de développement durable et des affaires corporate chez Metsä Group

la certification de groupe FSC. Le projet pilote FSC couvre toutes les forêts détenues par Metsä Group, soit près de 35 000 hectares au total, en majorité dans le nord de la Finlande. Le plan d’abattage annuel pour ces forêts actuellement inclus dans le cadre de la certification de groupe FSC concerne 40 000 à 60 000 mètres cubes de bois. En d’autres termes, cela n’entraînera pas, pour le moment, une augmentation majeure de produits certifiés FSC pour Metsä Group. »

3.

Dans quelle mesure la nouvelle certification FSC affectera-t-elle les produits Metsä Group ? Vendrons-nous plus de cartons certifiés FSC ?

« À court terme, il n’y aura pas de changement significatif dans la certification PEFC ou FSC de nos produits. La structure de la propriété forestière en Finlande est telle que la plupart des forêts sont détenues par de petits propriétaires privés détenteurs d’une certification PEFC. Même si les propriétaires avec lesquels nous travaillons ont l’opportunité de rejoindre la certification de groupe FSC, la majorité du bois finlandais continuera d’être issue de forêts certifiées PEFC. Si l’on compare les superficies certifiées, on constate que quelque 21 millions d’hectares, soit 95 % de l’ensemble des forêts commerciales de Finlande, sont certifiés PEFC, un chiffre record par rapport aux autres pays du monde. Seuls quelque 430 000 hectares de forêts finlandaises sont certifiés FSC. À l’échelle mondiale, moins de 10 % des forêts sont certifiées conformément à l’une des normes existantes. Du point de vue de la durabilité, les systèmes PEFC et FSC offrent la même robustesse et prouvent tous deux l’origine durable de nos produits. » Magazine Magazine | numéro | issue 2 # 2012

29


out of the box À la découverte du monde

Du concept à l’assiette

Janne Asikainen

Texte: Dan Rider Photos: Mirva Kakko

R

assemblant de grands chefs, des experts du secteur agro-alimentaire, des concepteurs d’emballages et faisant appel aux papiers de cuisson Saga de Metsä Tissue et aux cartons de qualité supérieure de Metsä Board, le projet Snack & Pack visait à définir une approche plus durable et holistique de la cuisine de rue. « J’ai commencé à discuter avec des chefs et des professionnels du design au printemps 2011 de ce que nous pourrions apporter au programme WDC 2012 », explique Janne Asikainen, ingénieur-concepteur en technologie agro-alimentaire et responsable de l’équipe Snack & Pack. « Les emballages visuellement innovants et le design lié à la nourriture sont très importants pour moi. Dans le passé, il y a eu un énorme fossé entre l’industrie de l’emballage et les consommateurs en termes de communication. Je souhaitais concevoir quelque chose qui entraînerait une réaction émotionnelle forte du public », explique-t-il. Le projet visait à revigorer la tradition de la cuisine de rue en Finlande, en combinant ingrédients locaux et respect de l’environnement. Il a également permis à Metsä Board de

30

Magazine | numéro issue 2 #22012 # 2012

En matière de concepts d’emballage et de nourriture expérimentaux, l’expérience de cuisine de rue Snack & Pack, qui s’inscrit dans le programme d’Helsinki, Capitale mondiale du design 2012, a fait mouche. montrer les capacités de son carton Carta Solida. « Notre concept d’emballage apporte une nouvelle définition au carton », explique Katri Kauppila, Vice-présidente marketing communication chez Metsä Board. « Sur le manchon d’emballage est imprimée une véritable carte postale, que vous pouvez détacher et envoyer. Il était intéressant de pouvoir travailler avec de jeunes designers talentueux et des chefs afin de montrer les possibilités de notre produit. » Le concept – le fonctionnalisme de la cuisine de rue, qui permettait au public de participer au test, à l’évaluation et au développement – a rencontré un franc succès. « Les retours du public ont été extrêmement positifs », ajoute Janne Asikainen. « Cela prouve que la relation entre nourriture et design de l’emballage compte vraiment pour les consommateurs. Il s’agit également d’un avertissement lancé aux autres chefs, producteurs agro-alimentaires et fabricants d’emballages en général : le design visuellement innovant et la culture culinaire en Finlande sont dotés d’un fort potentiel – nous espérons que le projet Snack & Pack inspirera l’industrie. »


Sur le manchon d’emballage est imprimée une véritable carte postale, que vous pouvez détacher et envoyer.

Magazine Magazine | numéro | issue 2 # 2012

31


T

tracks Metsä Board montre la voie

UNE AFFAIRE

DE PERSONNES

Tout le monde sourit ! La « traditionnelle » photo de groupe dans l’ancienne résidence des directeurs de l’usine. De gauche à droite : Stéphane Porraz (Metsä Board), Christoph Van den Langenbergh, Bruno Barbé et Christian Delaet (Antalis Belgique), Juha Lounasvaara (Metsä Board), Sjacco Janssen (Antalis Pays-Bas), Maarten Florizoone (Metsä Board), Kaoutar Amry et Delphine Barralon (Antalis France), et Hélène Lehtinen (Metsä Board).

32

Magazine | numéro 2 # 2012

C

’est la mi-juin, l’été finlandais est compromis : il pleut sans cesse et il y a des millions de moustiques. Bravant ces conditions, six courageux employés d’Antalis venant de France, de Belgique et des Pays-Bas se sont rendus dans le centre de la Finlande pour visiter l’usine Metsä Board qui produit les cartons Carta Solida et Carta Integra, les deux gammes les plus vendues par Antalis. « En tant que distributeur, Antalis doit connaître au mieux nos cartons. Ils constituent

Texte: Tytti Hämäläinen Photos: Hanna-Kaisa Hämäläinen

un prolongement de notre réseau de vente. Il est donc important qu’ils connaissent suffisamment bien nos produits pour pouvoir les mettre en valeur auprès de leurs clients », explique Maarten Florizoone, responsable des ventes de carton Metsä Board pour le Benelux. Du durable

Les environs de l’usine d’Äänekoski corroborent ce que les invités d’Antalis savent déjà : « Lorsqu’un produit vient du nord de l’Europe, on sait qu’il a


Ce qui se passe à Äänekoski ne reste pas à Äänekoski. Metsä Board est ouverte quant à ses activités et souhaite approfondir ses relations avec les clients. Cet été, c’était au tour d’Antalis de nous rendre visite.

ANTALIS EN BREF : • C.A. annuel : 2,8 milliards d’euros en 2011 •N° 1 en Europe et N° 4 mondial de la distribution de matériaux pour supports de communication • Présent dans 45 pays sur les cinq continents • 6 000 employés servant plus de 230 000 clients dans le monde • La plus large gamme de supports de communication du marché ; le plus grand nombre de références de papier et d’enveloppes ; une gamme complète de solutions d’emballage • 13 000 livraisons par jour dans toute l’Europe

Christoph Van den Langenbergh, Responsable des produits imprimés chez Antalis Belgique, profite de sa visite à Äänekoski.

Le petit plus

été produit de façon durable », explique Delphine Barralon, acheteuse pour Antalis France. La durabilité est très importante pour Metsä Board et revient souvent dans les conversations. Un exemple de durabilité est mis en avant dans la présentation de Petteri Teerijoki, responsable produit : le bois utilisé pour la pâte chimique du Carta Integra pousse dans la région. « L’usine de pâte est située à proximité et se procure du bois dans un rayon de 150 kilomètres. Cela signifie que ni le transport du bois, ni celui de la pâte, n’ont d’effet sur l’empreinte carbone des produits », explique Teerijoki.

Pendant la visite de l’usine, au cours de laquelle les invités ont découvert en détail 150 mètres de machines, les questions sur les qualités des produits n’ont pas manqué. Juha Lounasvaara, Directeur commercial chez Metsä Board, a mis en avant les investissements de l’entreprise dans l’amélioration de la disponibilité des produits et du niveau de service. « Nous disposons également d’une nouvelle unité de découpe sur le site », a-t-il expliqué. Avant ce voyage, une relation de confiance existait déjà entre Antalis et Metsä Board. Une preuve empirique vient désormais renforcer cette confiance. « La visite de l’usine a vraiment été très instructive. Nous avons pu voir où et

comment les contrôles de qualité sont réalisés, et nous avons découvert que le Carta Solida fait l’objet de tests quotidiens », explique Delphine Barralon. Une bonne partie de la visite a été consacrée à faire connaissance, afin d’assurer un échange d’informations continu. « Notre entreprise est avant tout une affaire de personnes », confie Christoph Van den Langenbergh, Responsable des produits imprimés chez Antalis Belgique. « Les visites favorisent naturellement la collaboration et rendent les relations plus transparentes. Il n’est pas seulement question de carton, le fait de visiter une usine en personne procure un petit plus. »

Magazine | numéro 2 # 2012

33


i

in the box Un œil sur l’actualité

Le carton utilisé à des fins créatives.

DU POTENTIEL DANS LES ESPACES INUTILISÉS E

n juillet 2012, jusqu’à 500 étudiants en architecture et jeunes architectes de plus de 50 pays se sont réunis à Helsinki, en Finlande, pour participer à deux semaines d’ateliers, de conférences et de rencontres dans le cadre de la Capitale Mondiale du Design. Le thème de l’assemblée annuelle était les Friches, avec pour objectif d’examiner la situation actuelle et le potentiel des arrière-cours, friches et espaces non utilisés dans le monde. Cette assemblée était organisée par EASA Finlande, le bras finlandais de l’EASA (European Architecture Students Assembly). La première assemblée 34

Magazine | numéro 2 # 2012

s’est tenue à Liverpool en 1981, lorsqu’un groupe d’étudiants locaux ont invité leurs talentueux collègues européens à échanger leurs idées sur l’architecture. L’objectif était de proposer quelque chose que les institutions n’étaient pas en mesure d’offrir. Depuis, le rassemblement s’est développé : cette année, il s’agissait du plus grand et plus international événement d’architecture du programme de la Capitale mondiale du design. Metsä Board était fière de soutenir l’assemblée en proposant aux ateliers des cartons Carta Elega à utiliser comme matériaux de construction et de création.


Un meilleur avenir pour l’impression jet d’encre

L

a technologie ColorPRO de HP est conçue pour assurer une meilleure qualité d’impression jet d’encre : des couleurs plus éclatantes, des noirs plus profonds et des détails plus vifs et plus nets. Moins d’encre étant nécessaire pour obtenir ces résultats, cette technologie réduit également les coûts d’impression et l’impact sur l’environnement. La technologie ColorPRO produit les meilleurs résultats avec des papiers réalisés en utilisant ColorPRO et une imprimante ColorPRO. À cet effet, Metsä Board a développé en collaboration avec HP le Modo JetPRO, un papier d’impression jet d’encre fabriqué en utilisant ColorPRO. Le Modo JetPRO est doté d’un simple adjuvant pulvérisé sur sa surface lors de la production. Il permet de retenir les pigments d’encre à la surface du papier pendant l’impression, pour un résultat de plus haute qualité. Il réduit également les besoins de traitement lors du recyclage du papier, l’encre étant plus facile à retirer que sur un papier fabriqué sans ColorPRO. L’adjuvant n’a aucun impact sur l’environnement. L’équipe de Metsä Board a comparé le Modo JetPRO à deux papiers concurrents fabriqués sans ColorPRO. Les tests ont montré que le Modo JetPRO propose un bien meilleur rendu des couleurs et des niveaux plus élevés et consistants d’intensité des couleurs sur l’ensemble de la palette. Le Modo JetPRO est l’un des principaux papiers non couchés proposant la technologie ColorPRO en Europe. Il est disponible en grammages 80, 90 et 100 g/m2.

Metsä Board récompensée pour ses relations avec les investisseurs

M

etsä Board a remporté le Grand prix européen des Meilleures relations avec les investisseurs à l’occasion des IR Magazine Europe Awards 2012. Metsä Board était la seule entreprise finlandaise nominée dans cette catégorie en Europe. « Ce prix constitue une reconnaissance de notre travail en matière de relations avec nos investisseurs », souligne Mikko Helander, PDG de Metsä Board. « La restructuration de Metsä Board en une entreprise productrice de carton a été une réussite. Nous avons également communiqué avec succès sur cette restructuration et ses objectifs sur les marchés de capitaux de manière ouverte et cohérente. » Les IR Magazine Awards sont considérés comme un témoignage de l’excellence des relations avec les investisseurs. Les gagnants sont désignés via une vaste étude de 500 gestionnaires de portefeuilles et analystes dans toute l’Europe.

Extension du service Express Liners

L

e service Express Liners de Metsä Board propose désormais le Kemiart Lite+, complétant ainsi le service existant déjà pour le Kemiart Graph+ depuis le mois de mai. « Ce service aide nos clients à répondre aux commandes de dernière minute et aux promotions à court terme. Il est particulièrement avantageux en période de forte demande, lorsque les délais de livraison tendent à s’allonger », explique Risto Auero, Vice-président en charge des ventes de liners chez Metsä Board. Le service est disponible pour les grammages les plus populaires de Kemiart Graph+ (135 et 185 g/m2) et Kemiart Lite+ (130, 145 et 175 g/m2). Les deux cartons double couche sont idéaux pour les emballages de détail, les points de vente et les affichages promotionnels, ainsi que pour les emballages haut de gamme. Le service opère depuis le centre de stockage Metsä Board d’Anvers et réduit les délais de livraison pour l’Espagne, le Portugal, la France, l’Italie, le Benelux, l’Allemagne, le Danemark, la Pologne et le Royaume-Uni.

Chromolux – Nouvelle gamme, nouvelle collection, nouveau site

L

a gamme de papiers et cartons couchés à haut brillant premium Chromolux a été actualisée avec une sélection complète de surfaces, couleurs et grammages, qui en font le meilleur produit pour tous les types d’impression et de finition. Six des plus populaires couleurs Chromolux sont désormais disponibles dans un grammage plus lourd de 350 g/m² : blanc, chrome, argent, or, rouge et noir. Ce nouveau grammage offre ainsi un plus grand choix pour les emballages de produits de luxe tels que les parfums, le bouffant et la rigidité d’un carton plus lourd apportant une valeur ajoutée à la boîte. Il est également particulièrement adapté aux affichages, couvertures, cartes et autres applications graphiques. Choisir le bon produit Chromolux est simple grâce à nos deux nouveaux catalogues de sélection, l’un pour le papier et l’autre pour le carton. Tous deux contiennent un récapitulatif des informations essentielles pour la sélection du bon produit, ainsi que des échantillons pour chaque grammage. Les catalogues sont accompagnés d’un mini-nuancier pratique, qui permet d’apprécier toute la gamme en un seul éventail. Le site Web de Chromolux a également été mis à jour avec une galerie d’applications inspirantes et une nouvelle procédure pratique de commande d’échantillons. Découvrez-le ! www.chromolux.de

TOUS NOS CARTONS sont garantis contre l’altération du goût et de l’odeur

L

es exigences du marché en termes d’amélioration de la qualité de la nourriture et de la durée de conservation se traduisent par de nouvelles exigences en termes d’emballage. Metsä Board est désormais capable de garantir une nouvelle valeur de défaut d’altération du goût et de l’odeur des aliments en contact avec ses cartons pour boîtes pliantes Simcote, Avanta Prima et Carta Elega. Conformément à la norme EN 1230-2, la nouvelle valeur pour les produits, qui sont stockés dans leur emballage d’origine, est < 1 sur 12 mois. Les cartons Carta Integra et Carta Solida avaient déjà atteint cette valeur précédemment. Metsä Board a mis en œuvre des mesures substantielles pour étudier et améliorer les propriétés organoleptiques de ses cartons pour boîtes pliantes. Celles-ci ont inclus entre autres l’utilisation de pâte BCTMP dans la couche intermédiaire, l’amélioration du lavage de la pâte de la couche intermédiaire, et des tests réguliers de sensibilité et de défaut d’arôme sur de longues périodes (jusqu’à 14 mois par échantillon).

Magazine | numéro 2 # 2012

35


Certains

l’aiment

1 300 ˚C

510 °C 30 m

850 °C

turbine

Surface du foyer inférieur : 41 m2 1/3 2/3

chaudière

sciure écorces

têtes d’arbres branches souches

La centrale bioénergétique de Kyro fonctionne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sous la surveillance permanente de deux personnes. Tandis qu’un opérateur pilote la centrale depuis la salle de commande, l’autre parcourt l’installation pour s’assurer que tout fonctionne correctement. Une ronde prend environ deux heures – c’est dire la taille du site !

2 heures 36

Magazine | numéro 2 # 2012

générateur

L

es deux tiers du combustible utilisé par la centrale sont constitués de biomasse de bois, obtenue localement dans un rayon de 100 kilomètres. Le tiers restant se compose de sciure et d’écorces. La biomasse du bois est particulièrement appréciée car elle génère plus de chaleur en brûlant. Ces combustibles remplacent les combustibles fossiles. Les émissions de CO2 annuelles de l’usine de Kyro sont ainsi réduites de 100 000 tonnes et atteignent le quart de leur niveau précédent.

L

a nouvelle chaudière à biomasse dispose d’une surveillance automatique, grâce à laquelle les niveaux de vapeur et l’alimentation en combustible restent optimaux. Lorsque l’on brûle de la biomasse, les gaz de combustion dans la chaudière peuvent atteindre une température de 1 300 °C. La vapeur issue de la chaudière est utilisée de différentes façons. Une partie est dirigée vers une turbine, où elle se détend et chute en température et en pression, générant ainsi de l’énergie cinétique. Cette énergie est alors convertie en électricité par un générateur.


L’usine de Kyro l’utilise, la communauté locale l’utilise : la chaleur de la centrale bioénergétique de Kyro est utilisée de nombreuses façons différentes ! Et elle réduit l’empreinte carbone totale des produits Metsä Board de Kyro de 50 %.

Chaleur & électricité 

12 mw 55 mw

L

a centrale bioénergétique dispose d’une capacité de production électrique de 12 mégawatts, soit l’équivalent de la demande électrique annuelle de quelque 15 000 habitations de 120 m², sans chauffage électrique et avec quatre occupants.

L

a vapeur de la nouvelle chaudière fournit environ 55 mégawatts d’énergie calorique – plus qu’assez pour satisfaire les besoins de l’usine. La majeure partie de la vapeur est utilisée pour le séchage des trames de papier, ainsi que pour le chauffage. Lorsque la vapeur se condense en eau, elle revient vers le système hydraulique fermé de la centrale. Le gaspillage d’eau dans la centrale est inférieur à 10 %.

200

E

n moyenne, la nouvelle chaudière produit assez de chaleur pour assurer le chauffage de plus de 200 maisons et bureaux du voisinage pendant toute l’année. Magazine | numéro 2 # 2012

37


Magazine 2/12 French  

Metsä Board Magazine is a twice a year published stakeholder magazine featuring examples of best practice and reports on trends in business....

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you