Issuu on Google+

agriculteur no 2

juin 2012

technique : Fourrage, le bon mélange fait la différence ! productivité: Le stress thermique, un impact important sur les vaches laitières sécurité: Le tracteur, risques mortels

JAA 1001 Lausanne

agriculture et sécurité

le magazine romand des professionnels de la terre


Règle No. 2: Avoir le courage d’entreprendre


sommaire

6-7 actualités

Nouvelles distinctions Bio Suisse

9

technique

Fourrage: le bon mélange fait la différence!

politique

Prométerre en appelle au Canton

11

12-13 15

formation

productivité

Le stress thermique: un impact important sur les vaches laitières

Une ferme dans ma commune

sécurité

Le tracteur : risques mortels

19-21

16-17

ressource

S’entourer de conseillers experts

12-13 Entreprise

Modernisations chez UFA à Puidoux

22

Index des personnes et des entreprises Agribuchs Agrilogie Agriservice Kater Gmbh Agritechno Alexandre Dionisio Amag Retail André Sudan Association Faivre & Rosselet Association pour le développement de la culture fourragère (ADCF ) Bio Suisse Bühler

no 2 juin 2012

CFST Christian Pidoux Corinne Paillex Daniel Stuber Denis Gatherat Domaine de Bellelay Fabien Girardin Farmwood Foire aux Saveurs Forum de l’Arc GaultMillau Grégory Cuilleron

Guide Michelin Husqvarna Schweiz AG Jean-Marc Badoux KSM SA L’interprofession Swiss Granum La Télé La Tête de Moine AOC Landi Lemken Suisse LGC SA Luc Thomas Malvin Moulin

Marcel Montandon Nathalie Helfer OFAG OH Semences SA Philippe Leuba Philippe Monnerat PhysiO Prométerre Provimi Kliba Raus SA Restaurant Not Guilty Safe At Work

Samuel Stauffer & Cie Schaad Frères SA Seco SPAA Suisse Grêle Switzerland Cheese Marketing Top Chef Touruval UFA VW Yves Pellaux

Agriculteur

3


PUIDOUX 2012 Dimanche 10 juin C’estJournée la fête …

«Portes ouvertes»

www.ufa.ch

10 juin 2012 de 10h à 17h, site UFA Puidoux • • • • •

Visite d’usine Animations pour petits et grands Rodéo mécanique Château gonflable, balade à poney Restauration chaude, bars, musique,…

Cordiale bienvenue à tous …

d an rs r G ou nc Co


édito

Putsch en Valais Une enfance dans le Gros-de-Vaud à côtoyer nos paysans, des week-ends à accompagner mon oncle Etienne de Pampigny au Marchairuz au pré de l’haut pour mener les vaches au pâturage, et c’est pourtant seulement ce dimanche de mai à Aproz que j’ai compris l’attachement que l’on peut porter à ses vaches. Ma première finale de combat de reine cantonale entachée par une incompréhensible mésentente entre les éleveurs, le public et le jury. Lors de cette finale, c’est bel et bien Gentiane qui remporta cet ultime combat qui la mène au titre de reine cantonale première catégorie. Le jury est formel, l’éleveur ne contient plus sa joie et une partie du public est en liesse. Mais voilà que la rumeur s’installe... Gentiane n’aurait pas rencontré Shakira. La rumeur entraîne un sifflet, puis deux, puis des huées sur cette reine émérite et ses éleveurs. Le jury est formel. Gentiane a combattu toutes ses adversaires, et a remporté ses victoires loyalement, dans le respect du règlement.

impressum Editeur mediaffaire sàrl Chemin du Stand 3 CH-1634 La Roche T +41 79 658 02 18 buffat@mediaffair.ch www.mediaffair.ch Rédaction mediaffaire sàrl Chemin du Stand 3 CH-1634 La Roche T +41 79 658 02 18 buffat@mediaffair.ch www.mediaffair.ch Abonnements mediaffaire sàrl Chemin du Stand 3 CH-1634 La Roche T +41 79 658 02 18 buffat@mediaffair.ch www.mediaffair.ch Impression PCL Presses Centrales SA Avenue de Longemalle 9 CH-1020 Renens T +41 21 317 51 51 www.pcl.ch ISSN 1661-920x 20 francs (HT) par an Tirage contrôlé

Rien n’y fait, c’est un putsch: on veut la tête de la reine, on veut la destituer avant même le port de sa couronne. Un honneur bafoué par une horde de hooligans non contents de la décision du fameux jury formel. C’est en souhaitant calmer l’ire de ses pairs que l’éleveur relâche la belle exténuée de ses multiples combats. Ce sera celui de trop: Gentiane renoncera à ce huitième combat et laissera sa place à la dorénavant bien connue Shakira.

Elle est venue, elle a vu, elle a vaincu mais cette fois cela n’a pas suffi.

Déjà combattu? Pas encore combattu? Allez savoir, le jury devient soudain moins formel et c’est cette fois l’autre partie des hooligans qui se manifeste. Elle aurait dû gagner deux fois, cette reine. Soit, la méthode n’est peutêtre pas si mal. Nous pourrions refaire les présidentielles françaises: allez savoir si le résultat serait le même. Ce n’est pas parce que l’issue ne correspond pas à l’attente que les règles doivent être adaptées. Un jury formel devrait le rester quels que soient les qu’en-dira-t-on. Alors par-delà la gloire certainement méritée de Shakira, je rends ici un hommage particulier à ma favorite tout au long de cette journée. La magnifique combattante Gentiane. Dite la 16.

Jean-Charles Buffat Directeur de la publication

Couverture © Hunta - Fotolia

no 2 juin 2012

Agriculteur

5


Actualités

Tradition, savoir-faire artisanal, qualité, naturel, goût: bien des arguments parlent en faveur du fromage suisse. Le couteau à fromage suisse, inventé en 2010, veut rendre ces valeurs tangibles. Cet objet symbolique serait vite devenu le chouchou du public, puisque plus de 70 000 pièces ont déjà été vendues. L’histoire de ce succès se poursuit avec la production de trois nouveaux spots de 25 secondes ainsi que d’autres moyens publicitaires. Le couteau à fromage suisse – un couteau de poche doté d’une lame à fromage – en est bien sûr toujours l’acteur principal.

bourgeon gourmet

Bio Suisse distingue de nouveaux produits de qualité Des bourgeons particuliers éclosent à Bio Suisse au printemps. C’est la septième fois que l’Association suisse des organisations d’agriculture biologique distingue des produits de particu­ lièrement haute qualité qui portent sa marque, le Bourgeon. Les gagnants de ce concours de qualité ont participé à la fête de remise des prix au restaurant Not Guilty à Zurich et ont reçu leurs certificats sous les applaudissements de spécialistes de la transformation et de la restauration. Dix-huit des huitante produits soumis au jury ont reçu le très convoité label complémentaire «Bourgeon Gourmet».

© Bio Suisse

© DR

Switzerland Cheese Marketing AG (SCM) écoule 70 000 couteaux suisses

bientôt obligatoires

Sols recouverts de caoutchouc

Les prix moyens payés des céréales IP-SUISSE, récolte 2011, sont attractifs. Avec le versement de l’acompte final aux centres collecteurs, la campagne de céréales, récolte 2011, touche à sa fin. Les prix réalisés démontrent un engagement en faveur des céréales IP-SUISSE de la part de nos différents partenaires. Ainsi, les primes IP-SUISSE versées en plus du prix de vente permettent de réaliser une plus-value financière très intéressante. Des nouveaux producteurs sont encore recherchés! Jacques Demierre, IP-SUISSE

6

Agriculteur

© DR

Un pain suisse sur trois est produit à base de céréales IP-SUISSE!

Les sols recouverts d’un revêtement en caoutchouc constituent un type de sol répondant aux besoins des bovins. Les revêtements en caoutchouc peuvent être utilisés aussi bien sur les sols non perforés que perforés, sur l’ensemble de l’aire de mouvement à l’intérieur de l’étable ou sur certaines parties uniquement. Dans le second cas, il est souhaitable d’appliquer ces revêtements dans des zones de l’étable très fréquentées, par exemple dans le couloir de circulation de l’aire d’affouragement. L’abrasion des onglons est moins importante sur des sols recouverts d’un revêtement en caoutchouc que sur des sols durs. Ainsi, il peut être nécessaire de parer les onglons plus souvent. Vous trouverez des informations complémentaires sur les différences entre les sols durs et les sols munis d’un revêtement en caoutchouc dans le rapport ART n° 723 (Aires de mouvement dans les étables à stabulation libre à logettes: une comparaison des différents types de sols au regard de la santé des onglons et du comportement animal). Ces revêtements feront partie des exigences de l’OFAG au 1er janvier 2013. no 2 juin 2012


Actualités

Touruval en assemblée générale à Albinen

Prix attractifs pour les céréales fourragères bio

Albinen, dans le Haut-Valais, a récemment accueilli l’assemblée générale de Touruval, Association pour le tourisme rural en Valais. L’occasion de rappeler l’importance, pour ce secteur en plein essor, de former un véritable réseau d’échanges. Grâce au nouveau site internet bilingue www.touruval.ch, ce type de loisirs en milieu rural bénéficie d’une plus grande visibilité. En point de mire, la création du réseau Agritourisme Suisse qui sera effectif dès 2013. «Aujourd’hui, la Suisse a besoin d’une vraie reconnaissance de l’agritourisme aux yeux de la nouvelle loi fédérale sur l’agriculture (Lagr 2007, art. 3); l’agritourisme y a sa place en toutes lettres», déclare en préambule au rapport annuel 2011 Malvine Moulin, présidente de Touruval. www.touruval.ch AGIR

des goûts et des couleurs dans l’arc jurassien

quatrième foire aux saveurs à moutier Le Forum de l’Arc à Moutier accueillera du 8 au 10 juin la Foire aux Saveurs 2012. Forte de 120 exposants, elle mettra en lumière les produits du terroir d’ici et d’ailleurs sur une surface de 4000 m2. A la clé, dégustations, démonstrations, mets gastronomiques, cours de cuisine, conférences, brunch à la ferme... Philippe Monnerat, directeur de la Foire, a annoncé la présence de nombreuses personnalités dont Grégory Cuilleron et Alexandre Dionisio, vainqueurs de l’émission «Top Chef». Pas moins de dix mille visiteurs sont attendus à cet événement haut en couleur.

© DR

Meilleure visibilité pour le tourisme rural en Valais

Les prix de référence et les conditions de prise en charge de la prochaine moisson de céréales fourragères biologiques labellisées Bourgeon sont fixés. Producteurs, transformateurs et acheteurs se sont mis d’accord sur une augmentation de prix ce jeudi 24 mai 2012 dans le cadre de la Table ronde des prix de Bio Suisse. Les prix de référence du blé fourrager, du maïs grain, de l’orge et des pois protéagineux sont tous augmentés de 1 CHF/dt. Les conditions de prise en charge 2012 correspondent aux dispositions de l’interprofession swiss granum. Les prix de toutes les autres céréales fourragères bio restent stables au même niveau élevé. Les signes restent donc favorables aux grandes cultures bio Bourgeon. La politique des prix de la Table ronde des prix de Bio Suisse soutient les sortes de céréales fourragères les plus demandées sur le marché des aliments fourragers bio. Elle continue aussi de fournir des incitations à la reconversion biologique des grandes cultures. Pour Bio Suisse, cette augmen­ tation de prix est une nouvelle et importante contribution à la diminution de la proportion de céréales fourragères importées.

© DR

La Foire aux Saveurs a été présentée à la presse dans le cadre de la fromagerie historique du Domaine de Bellelay, avec notamment en point de mire les enjeux liés aux AOC et IGP dans la sauvegarde du patrimoine culinaire. Cette quatrième édition fera naturellement la part belle aux spécialités du terroir. Produit-phare, la Tête de Moine AOC, véritable fil rouge de la manifestation. Plusieurs grands chefs seront présents dans le cadre de l’événement, dont Denis Martin (18/20 au GaultMillau, deux macarons au Michelin), parrain de la Foire aux Saveurs depuis sa création en 2009. La Foire aura lieu vendredi 8 juin de 16 h à 22 h 30, samedi 9 juin de 11 h à 22 h 30 et dimanche 10 juin de 11 h à 18 h. Une navette circulera entre la gare de AGIR Moutier et le Forum de l’Arc. 

no 2 juin 2012

Agriculteur

7


Les vaches savent reconnaître la qualité !

Réputé pour ses mélanges Voyez la différence !

Otto Hauenstein Semences SA Z.I. Les Ducats 4 1350 Orbe Tél. 024 441 56 56 Fax 024 441 21 82 info@oh-semences.ch www.oh-semences.ch


politique

association

Prométerre en appelle au canton

Plus de moyens pour faire face aux défis

«N

ous sommes inquiets de constater que les budgets à disposition pour financer les mesures de la politique cantonale ne sont pas à la hauteur des ambitions politiques affichées lors de l’adoption de la nouvelle loi sur l’agriculture vaudoise», a relevé le directeur de Prométerre Luc Thomas lors de l’assemblée de Prométerre. L’Association de défense professionnelle vaudoise craint en effet que l’écart entre les besoins et les moyens à disposition ne se creuse encore. «Si l’agriculture dépend principalement de la politique agricole fédérale, les cantons n’en ont pas moins un rôle important à jouer dès lors qu’un nombre croissant de mesures de la Confédération implique un cofinancement des cantons», a-t-il souligné. Et d’expliquer que ce déficit de moyens affecte de nombreuses mesures ciblées telles que les crédits d’améliorations foncières, les crédits d’investissements, les mesures agro-écologiques, le soutien au dépannage et plus largement la promotion de l’agriculture, de ses services et de ses produits.

no 2 juin 2012

© Vincent Bailly

L’Association vaudoise de promotion des métiers de la terre a tenu le 24 mai à Concise (VD) son assemblée annuelle des délégués en présence de nombreuses personnalités, dont le conseiller d’état vaudois Philippe Leuba. Après avoir exposé la situation et réaffirmé la position de Prométerre sur les différents dossiers chauds concernant l’agriculture suisse, le directeur Luc Thomas a averti: l’agriculture vaudoise ne pourra pleinement faire face aux défis qui l’attendent sans un soutien financier suffisant du canton.

Des atouts en main En réponse à ces inquiétudes, le conseiller d’Etat et chef du DEC, Philippe Leuba, a souhaité confirmer que «le gouvernement vaudois est soucieux d’octroyer à son agriculture les moyens lui permettant d’accéder aux mesures fédérales d’intérêt public prévues par la politique agricole de notre pays telles que la biodiversité, la qualité du paysage et la préservation des ressources». Il a également rappelé le travail effectué par Agridea dans le cadre de l’étude Filagro, mandat du Service de l’agriculture (SAGR), visant à offrir aux professionnels de l’agriculture des pistes de développement de la valeur ajoutée de leurs produits dans une douzaine de filières stratégiques. Relevant les difficultés actuelles du secteur viti-vinicole, Philippe Leuba a tenu à préciser qu’il était «inquiet mais pas résigné!». Selon lui, la situation actuelle requiert de l’action et de la créativité: «Nous avons d’excellents atouts à mettre en valeur pour regagner, ou du moins consolider, nos parts de marché», a-t-il affirmé.

Luc Thomas et Philippe Leuba.

Toujours une idée d’avance De la créativité, les agriculteurs vaudois et leur organisation faitière n’en manquent pas. Ainsi le 1er octobre 2011 a vu l’ouverture de la Halle romande. «C’est le premier supermarché des produits du terroir», commente Yves Pellaux, président de Prométerre. Cette enseigne a pris ses quartiers au cœur de Lausanne, avec, pour mission, de sensibiliser les consommateurs aux produits de saison et de proximité et les inciter à devenir «consom-acteurs». Mais le président de préciser que le bilan positif des premiers mois doit encore se confirmer avec la croissance espérée. AGIR www.prometerre.ch Agriculteur

9


LE SPECIALISTE DE LA CONSTRUCTION INDUSTRIELLE - AGRICOLE - SPORTIVE

Plus de 600 références en Suisse !

Stabulation 51m/40m, Jotterand Nicolas, 1145 BIERE

Bois & matériaux suisses

FARMWOOD - 1475 FOREL - 026 663 97 11 WWW.FARMWOOD.CH


technique

fourrage

Fourrage : Le bon mélange fait la différence ! Suivant la région, l’utilisation et la durée de votre prairie, le choix du mélange fourrager sera différent. Alors quel est le bon choix pour mon exploitation? Avec les mélanges Association pour le développement de la culture fourragère (ADCF) reconnu vous pouvez rapidement trouver le type de prairie qui convient à vos besoins.

Q

Comment choisir son mélange, selon les classifications ADCF de ceux-ci? 1. Quelle est la durée d’utilisation de votre prairie, 1, 2, 3 ans, ou plus? Signification du 1er chiffre: 1xx Mélange annuel 2xx Mélange 2 ans 3xx Mélange 3 ans 4xx Mélange prairie pour 4 ans et plus, pouvant être transformée en prairie naturelle suivant le choix du mélange 2. Un autre critère de choix est l’utilisation du mélange selon sa composition. Signification du 2e chiffre: x2x Mélange avec luzerne (sauf 420) x3x Mélange avec dactyle x4x Mélange sans dactyle x8x Mélange spécialement développé pour la pâture 3. Un autre critère pour une réussite de la mise en place de votre prairie est l’emplacement et les conditions locales. Signification du 3e chiffre: Xx0 Mélange pour les endroits favorables aux ray-grass Xx1 Mélange pour l’altitude Xx2 Mélange pour parcelle humide en région plutôt sèche Xx3 Mélange pour terrain plutôt séchard Xx4 Mélange pour endroit frais et humide

u’est-ce qui influence la durée d’un mélange légumineusesgraminées? Les mélanges ADCF sont ainsi conçus pour que selon leurs durées d’utilisation, le potentiel de rendement soit constant. Plus la durée de vie du mélange est grande, plus la part d’espèces pérennes, au développement plus lent, est importante. Les variétés précoces, au développement rapide, apportent le plein de rendement la première année déjà, mais auront tendance à disparaître sur la durée, et seront remplacées par des espèces plus lentes qui leur succéderont et permettront le maintien du rendement sur une période plus longue. C’est à cette condition, ainsi qu’une exploitation adéquate de vos prairies, que celles-ci répondront à vos attentes tout au long de leur durée d’utilisation. Comme vous pourrez le constater sur le graphique ci-contre, les plantes indésirables auront beaucoup de peine à s’implanter, et les bonnes plantes pourront se développer et ainsi apporter le rendement et la qualité désirée.

reno sont les plus adaptés. Les différents mélanges pour rénovations sont aussi définis selon l’utilisation de vos prairies. Avec le mélange sursemis graminées, vous pouvez améliorer une prairie contenant une part trop élevée de trèfles, sans ramener des légumineuses supplémentaires.

Amélioration des prairies

Mélanges maison

Pour une meilleure mise en valeur ou amélioration de vos prairies, les mélanges

Avec les mélanges maison à deux chiffres, le premier correspond aussi à la durée

no 2 juin 2012

© Gras 09

N’oubliez pas qu’une fois votre mélange fourrager choisi, la mise en place de celui-ci sur un terrain bien émietté et raffermi sera la première étape à réussir. L’utilisation future, la fumure ainsi que la hauteur de fauche feront que votre prairie répondra à vos attentes.

d’utilisation, et le second au type d’utilisation désirée. Vous n’avez pas trouvé le mélange qui vous convient? Alors sans hésiter contactez votre représentant régional ou le service technique de votre semencier, qui se feront un plaisir de vous conseiller le type de mélange le plus adéquat à vos besoins. M. Montandon OH Semences Agriculteur

11


productivité

Le stress thermique 

© sashpictures - Fotolia

un impact important sur les vaches laitières

Le stress thermique peut être un risque, dont les effets négatifs seront observés plusieurs mois après que la température a décliné. Une production laitière en baisse, des performances de repro­duction amoindries et l’augmentation de problèmes de santé résultent trop souvent d’une période de chaleur prolongée.

I

l ne s’agit pas seulement de haute température mais bien de la combinaison de température et de niveau d’humidité qui impacte le niveau de stress subi par les animaux (voir le graphique). Pour compenser au maximum le stress thermique de vos VHP, il est impératif de revoir l’apport total de minéral en période estivale. Cette mesure va de pair avec les recommanda-

12

Agriculteur

tions d’usage de melior: augmentation de la densité des rations, éviter la suralimentation en azote dégradable, utilisation d’aliments floconnés avec levures et capteur d’ammoniac.

des conditions de vie qui protègent contre la chaleur excessive Dans nos régions, où des températures ambiantes élevées sont enregistrées au

cours des mois d’été, l’éleveur doit fournir des conditions de vie qui protègent contre la chaleur excessive. Le bétail peut supporter de basses températures, mais des températures supérieures à 23 °C provoquent un stress thermique lorsqu’elles sont associées à un degré d’humidité élevé, à une faible circulation de l’air ou à une exposition directe au soleil. Lorsque les températures sont élevées, surveillez les prévisions météoro­ logiques et cherchez les signes de stress.

les signes de stress • La quantité réduite d’aliments ingérés (qui est une réaction naturelle à la réduction de la chaleur métabolique). • La modification des habitudes d’alimentation – plus de broutage aux moments les plus frais de la journée. no 2 juin 2012


bétail

Pour réduire et éviter le stress thermique Offrez de l’ombre. Toutes les vaches devraient pouvoir l’utiliser en même temps et il devrait y avoir assez d’espace afin que les animaux puissent se coucher. La recherche sur les bovins indique une amélioration des gains de productivité et de la capacité de transformation des aliments lorsque 5 m2 d’ombre par animal sont disponibles. Fournissez une grande quantité d’eau froide et propre à l’ombre près des aires de repos. Les vaches ne traverseront pas 30 mètres en plein champ lorsque les températures,

HUMIDITÉ RELATIVE (%) 30

40

50

60

22

90

100

CONFORT THERMIQUE

24 26 28

STRESS ÉLEVÉ

30 32 34

STRESS SÉVÈRE DANGER

36

gées, même si les vaches broutent également dans des pâturages de bonne qualité. • Augmentez le débit d’air sur les animaux. • Réduisez le temps passé dans les parcs d’attente avant la traite. • Evitez de manipuler le bétail par temps chaud et humide. Faites-le tôt le matin. • Evitez la prolifération de mouches (au moyen d’un assainissement amélioré, d’insectifuges et de pièges) qui tendent à provoquer le regroupement du bétail.

Autres pratiques recommandées

Minéraux

• Fournissez un accès à un fourrage de haute qualité (par exemple foin sec de première coupe) dans des mangeoires situées dans des aires ombra-

Augmenter la concentration minérale de la ration est nécessaire pour compenser la diminution de la MS consommée et l’excrétion augmentée de certains

80

20

En préparation pour les canicules de l’été, il faut observer tous les aspects de votre entreprise laitière... du Offrez de l’ombre. Fournissez une grande petit veau jusqu’à la face du silo. quantité d’eau froide et propre à l’ombre, Identifiez les points critiques avec l’aide de votre collaborateur près des aires de repos. melior et faites votre plan d’atl’humidité et la chaleur radiante du taque. Il vous aidera à maximiser la prosoleil sont extrêmement élevées. Procu- duction de lait, la consommation de rez au moins un point d’eau pour vingt matière sèche, la qualité et la digestibilivaches, avec un débit de 12 à 20 l à la té de la ration cet été et préviendra un minute, avec une profondeur d’au certain nombre de risques accrus durant cette période. moins 8 cm.

no 2 juin 2012

70

18

TEMPÉRATURE (°C)

• Le bétail se tient debout au lieu de se coucher. • Le regroupement à l’ombre, si elle est disponible, ou autour d’un point d’eau lorsqu’aucun coin d’ombre n’est disponible. • La respiration avec la gueule ouverte et l’augmentation de l’amplitude des mouvements respiratoires à des températures plus élevées. La fréquence respiratoire qui augmente avec l’accroissement des températures entre 14 et 34 °C. • Si plus de 20% des vaches ont des fréquences respiratoires dépassant les 100 respirations à la minute, il faut prendre des mesures afin de réduire le stress. • La sudation et la production accrue de salive. • La quantité accrue d’eau ingérée, chez les vaches. Les exigences pour les bovins augmentent de 150% entre 21 °C et 32 °C.

minéraux. Supplémenter la ration avec des aliments minéraux contenant des substances tampons (Antacid), du soufre et des oligo-éléments durant ces phases a permis de maintenir, voire d’augmenter le rendement en lait. Il est également recommandé un apport de 0,35 à 0,40% de magnésium, afin d’éviter potentiellement les manques de magnésium, lorsque de hauts niveaux de potassium sont consommés. La recherche américaine a également mis en lumière que les oligo-éléments organiques de zinc et de cuivre jouaient un rôle important dans la prévention des maladies métaboliques, telles que les boiteries et les problèmes de fertilité. Les vaches exposées au stress thermique (27 °C) ont un pH ruminal plus bas que les vaches exposées à des températures normales (18 °C). Cela prédispose également les animaux à des lésions des onglons.

Tampons minéraux Les minéraux, par exemple PhysiO® contenant de l’Antacid, soulagent l’acidose quand des niveaux bas de fibres sont distribués. L’utilisation d’Antacid contenant trois substances tampons durant les périodes de stress thermique doit être prise en compte en raison de l’excrétion urinaire accrue. Corinne Paillex Agriculteur

13


Performance dignes d’un professionnel ! E-S ER IES HU SQVAR NA 450

ACTION

Fr. 900.-réserve offertes

deux chaînes de polyvalente avec des Puissante tronçonneuse nnelles. Équipée du sio fes caractéristiques pro cm³, 2.4 kW / 3.2 CV, moteur X-Torq®. 50.2 45 cm. longueur du guide-chaîne stock. du .2012, jusqu’à épuisement Action valable du 1.1. - 30.6

Alphatec PRÊT À RELEVER CHAQUE DÉFI Copyright © 2011 Husqvarna AB (publ). All rights reserved.

1724 Senedes

Documentation & liste des distributeurs:

tél.024 442 85 40

Husqvarna Schweiz AG, Industriestrasse 10, 5506 Mägenwil Tel. 062 887 37 00, Fax 062 887 37 11, info@husqvarna.ch, www.husqvarna.ch

tél.026 413 38 50



® 3



1350 Orbe

Pour bovins, ovins, caprins, équidés, porcs, volailles et lapins

GerBeratung

©

GerBeratung

©

GerBeratung

©

GerBeratung

©

MORULINE, les vertus de l‘huile de foie de morue, au service de vos animaux. Pourvue en majorité d‘huile de foie de morue, de lin, de colza, de soja et de levures. Moruline apporte les Omega-3 essentiels à l‘animal. Riche en levures Diamond® XP.

Vos spécialistes régionaux Jura, Jura bernois, Berne Y.-André Grossenbacher • Mobile 079 733 60 99 Neuchâtel, Vaud, Fribourg Dominique Uldry • Mobile 079 584 58 68 Vaud, Fribourg Simon Kolly • Mobile 079 378 93 14

N‘hésitez pas à prendre contact, nous sommes à votre disposition

Moruline, 1070 Puidoux, Tél. 058 434 15 99


formation

projet

«Une ferme dans ma commune»

Rencontre entre élèves et agriculteurs Point d’orgue d’un projet de longue haleine, neuf classes primaires ont été accueillies à Agrilogie Grange-Verney. Un des objectifs de cette journée: la présentation des travaux que ces élèves ont effectués en classe suite à une visite dans une exploi­tation agricole de leur commune. L’autre but de cette journée était la participationmdes élèves à des ateliers préparés par les apprentis d’Agrilogie. Ces rencontres croisées entre élèves, agriculteurs, enseignants, apprentis ont été aussi enrichissantes pour les uns que pour les autres, ont affirmé tous les partenaires du projet.

Objectifs atteints Du côté du DGEO, Jean-Marc Badoux s’est dit impressionné par la qualité des travaux réalisés en classe et il précise que les buts pédagogiques du projet ont été largement atteints. Quant à l’initiatrice du

no 2 juin 2012

© DR

L’

idée du projet «Une ferme dans ma commune» vient de l’Association des anciens élèves des écoles vaudoises d’agriculture qui souhaitait créer et participer au financement d’un événement autour de la rencontre écoles primaires/agriculteurs/ écoles d’agriculture. L’idée a fait son chemin et rencontré un écho favorable du côté du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture qui a décidé de l’inclure dans «la connaissance de l’environnement» du nouveau plan d’études romandes (PER). Un projet pédagogique a donc été élaboré par la Direction de l’enseignement obligatoire du canton de Vaud (DGEO) et comprenait plusieurs étapes, soit: des activités d’observation dans et autour d’une exploitation agricole; un travail à réaliser en classe sur un thème donné; la présentation de ces travaux lors d’une journée d’animation pédagogique à Grange-Verney. Après diffusion du projet dans les écoles, une quinzaine de classes ont participé et quelque 200 élèves ont pu se rendre à Moudon avec leurs enseignants, transport payé par l’Association des anciens élèves.

projet, l’Association des anciens élèves, son président Pascal Rossy se réjouit du succès de cette rencontre entre agriculteurs et élèves et il estime aussi que les objectifs de l’association – faire connaître l’environnement, l’agriculture et ses produits – sont remplis. Enfin, le directeur d’Agrilogie, Christian Pidoux, a également parlé de bon exercice pédagogique mais, cette fois, pour les jeunes en formation à Grange-Verney et Marcelin. En effet, c’est une classe d’apprentis agriculteurs qui a organisé les activités pour les élèves de 3e et 4e années du

degré primaire. Différents postes ont ainsi permis aux enfants de découvrir encore de nouveaux aspects de l’agriculture. Reste à donner l’avis des enfants! A lire les messages de remerciements des élèves aux agriculteurs qui les ont reçus sur leur exploitation; à voir l’enthousiasme qu’ils ont mis à réaliser leurs travaux; à les écouter poser des tas de questions aux responsables des animations ce matin-là: on peut sans doute dire que ce projet, dans sa globalité, restera un de leurs souvenirs d’écoliers.  AGIR Agriculteur

15


sécurité

Accidents au travail

le tracteur : risques mortels Le tracteur est la carte de visite de l’agriculteur, sa fierté. Pourtant, il représente également un danger. En effet, au cours de ces vingt dernières années, on déplorait plus de 300 renversements mortels de tracteurs.

D

ans l’agriculture, plus de la moitié des accidents mortels se produisent lors de l’utilisation de machines et de véhicules. Autrefois, les accidents dans l’agriculture étaient souvent dus à des machines défectueuses. Aujourd’hui, les machines sont plus sûres et les causes d’accidents sont de plus en plus liées à une mauvaise manipulation. Mais pas seulement.

Une estimation aléatoire des risques et une connaissance des conditions d’utilisation trop légère engendrent des situations qui peuvent vite dégénérer en accidents graves, voire mortels. Malgré les dispositifs de protection du conducteur, il y a tout de même des risques d’accident lorsqu’un tracteur bascule, sur des terrains en pente, des sols très secs ou très mouillés. De plus, comme nous l’explique Etienne Junod, responsable du SPAA: «Lorsque le centre de gravité est rehaussé, excentré variable (par exemple chargeur frontal, prétailleuse, rogneuse, écimeuse, élévateur arrière, benne basculante, charrue portée, faucheuse, épareuse, pulvérisateur, andaineur, pirouette, etc.), le risque de renversement est accru.» Que savoir et que faire pour éviter le renversement de son tracteur? Certaines règles doivent être respectées. Les tracteurs et véhicules doivent être équipés

d’une cabine, d’une traction sur les quatre roues (4  x  4) et, en pente, de roues jumelées (à l’arrière et à l’avant). Les tracteurs étroits ou les tracteurs enjambeurs (utilisés en viticulture) sont encore plus sujets au renversement, car leur centre de gravité est proportionnellement plus haut que pour les tracteurs conventionnels (par rapport à leur largeur). En cas de renversement il est impératif de rester dans la structure de protection! Le conducteur ne doit en aucun cas sauter à l’extérieur et il faut absolument qu’il évite d’être éjecté. Dès lors, la solution s’impose d’elle-même: boucler sa ceinture de sécurité, car dans l’habitacle, pas moyen de se cramponner aux portes... En effet, lors d’un renversement les portes lâchent ou se cassent en premier! Nathalie Helfer avec la collaboration du SPAA et de SAFE AT WORK

Photo LDD, source SPAA)

Ceinture de sécurité pour rester en vie Le port de ceinture dans les tracteurs pourrait sauver de nombreuses vies. Ce sujet est l’objet de la campagne de SAFE AT WORK (label de prévention de la CFST, du SECO, des cantons) et du SPAA: «Les véhicules et les machines sortent les griffes». Tous les agriculteurs n’ont pas toujours conscience que la ceinture de sécurité: • est obligatoires sur les véhicules agricoles neufs au-delà de 40 km/h; • est fortement recommandée sur les autres véhicules; • permet d’éviter l’éjection du conducteur en cas de collision ou de renversement;

Lors d’un renversement de tracteur, il est vital de ne pas être éjecté de l’habitacle. Le seul moyen: être retenu par la ceinture de sécurité.

16

Agriculteur

doit être portée sauf sur les chemins agricoles et forestiers, lorsque la vitesse est inférieure à 25 km/h et lors de manœuvres effectuées au pas.

no 2 juin 2012


prévention

Photo LDD, source SPAA)

Deux principes fondamentaux doivent être respectés pour travailler en sécurité avec un tracteur: il doit être construit et entretenu en accord avec les règles de sécurité et seule une personne connaissant bien son fonctionnement et sa manipulation peut l’utiliser.

Préoccupations des paysannes

Des films préventifs

I

l y a une cinquantaine d’années, les agriculteurs représentaient 50% de la population. Aujourd’hui, ils ne représentent que 3%. Une diminution due aux risques du métier? En effet, certaines professions, comme celle d’agriculteur, sont plus dangereuses que d’autres. Pour preuve, en Suisse, on déplore chaque année une cinquantaine d’accidents mortels. L’agriculture est donc la troisième branche la plus touchée en termes d’accidents au travail. Les principales causes d’accidents sont les chutes et plus de 80% d’entre eux ont des origines comportementales et organisationnelles et non techniques. Pour diminuer voire éviter les accidents mortels dans le monde agricole, le label de prévention SAFE AT WORK, dépendant de la CFST, des

no 2 juin 2012

cantons et du SECO, a comme mission d’améliorer la sécurité sur les lieux de travail. Pour ce faire, les créateurs du label, André Sudan et Daniel Stuber, ont pris leur bâton de pèlerin et arpentent les campagnes suisses dans le but de sauver des vies. Programme ambitieux? Certainement, mais lorsqu’on sait que la moitié des accidents pourraient être évités par une information ciblée, il n’y a plus d’hésitation à avoir. Pour atteindre leurs objectifs, André Sudan et Daniel Stuber ont mis sur pied plusieurs campagnes de prévention en œuvrant de concert avec le SPAA. La dernière en date: «Les anges de la ferme, la sécurité ça se cultive». Sous forme d’une série de dix épisodes, divers thèmes sécurité sont abordés

par des porte-parole au cœur de l’action: les paysannes elles-mêmes. Après avoir été diffusés sur la chaîne régionale La Télé, ces petits films vont être utilisés comme moyen de sensibilisation lors des réunions des femmes paysannes et rurales suisses. Ils sont également visibles par tous sur les sites des divers acteurs de la sécurité tels que SAFE AT WORK et le SPAA. N.H.

info «Les anges de la ferme, la sécurité ça se cultive», à voir sur www.safeatwork.ch, www.bul.ch, www.latele.ch

Agriculteur

17


Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail !

Nous vous soutenons dans votre gestion de risques à l’aide d’une couverture d’assurance globale contre les aléas climatiques. 2012

3%

Rückvergütung Ristourne Ristorno

Case postale, 8021 Zurich Tél.: 044 257 22 11 Fax: 044 257 22 12 info@grele.ch www.grele.ch

L‘essence alkylée Aspen Numéro 1 en Suisse

Essence spéciale pour moteurs 2 et 4 temps.

Meilleur pour l’homme, la machine et l’environnement. • L’essence ASPEN est pratiquement sans plomb, benzène,composés aromatiques et souffre. • Elle produit nettement moins de vapeur d’essence et de gaz d’échappement dangereux et désagréables.

• Elle augmente la puissance du moteur et prolonge sa durée de vie. • L’essence spéciale prête à l’emploi peut être conservée sans problèmes plusieurs années.

Documentations et liste de nos agents: Husqvarna Schweiz AG Industriestrasse 10, 5506 Mägenwil Tél. 062 887 37 00, Fax 062 887 37 11 info@husqvarna.ch, www.husqvarna-schweiz.ch


ressource

conseil

S’entourer de conseillers experts Avez-vous déjà tapé le mot «conseiller» dans votre moteur de recherche sur Internet? Des milliers de liens paraissent et la quasi-totalité nous renvoie à des sites de présentation des services offerts par des sociétés de conseil en gestion patrimoniale, de conseil juridique, de conseil financier, de conseil fiscal ou même de conseil en communication.

D

ans l’industrie, le conseiller est devenu une figure commune, appréciée et désormais indispensable au bon fonctionnement des affaires. Pourquoi? La réponse est simple: parce que notre société est devenue d’une telle complexité que personne n’est plus en mesure de pouvoir agir seul. Aujourd’hui, l’entrepreneur doit faire face à une multitude de problèmes plus ou moins complexes dans des domaines très spécifiques qui demandent des compétences particulières. La solution est de se faire soutenir par des experts. Les experts-conseils professionnels peuvent suggérer de nouvelles idées et l’entrepreneur peut souvent apprendre beaucoup en travaillant avec eux.

© goodluz - Fotolia

Le conseiller agricole Faire face aux changements du cadre législatif, choisir de nouveaux équipements, améliorer la qualité de sa pro-

no 2 juin 2012

Agriculteur

19


Le spécialiste du tapis caoutchouc

R I POU S S S U A I EBOT L L I A C

Un véritable atout pour le confort et la sécurité des vaches :

 Antiglisse  Confortable  Mise aux normes LGC SA 026 913 79 84 w w w. a n i m a t . c h

Ass. Faivre & Rosselet Le Cerneux-Péquignot

Triple mélange en bleu. Le Kristall de LEMKEN

Lors de l’élaboration de la nouvelle géné­ ration de cultivateurs, les ingénieurs de LEMKEN ont principalement mis l’accent sur la conception d’outils particulièrement effi­ caces. Les socs TriMix novateurs du cultiva­ teur Kristall associent ainsi trois outils dans

LEMKEN Suisse · Fabien Girardin · Champ des Rochets 9 · 2952 Cornol Tel +41 797 460979 · Fax +41 523163481 · girardin@lemken.com · www.lemken.ch

un seul soc, de façon à obtenir un résultat de mélange beaucoup plus intensif que tous les types de socs existants jusqu’à présent. Telle est la qualité LEMKEN qui fait son succès, que nous appelons chez nous « Le triple mélange en bleu ».


ressource

© damiver - Fotolia

conseil

duction, développer son activité... A l’heure où l’agriculture se complexifie, l’agriculteur se retrouve confronté aux mêmes problèmes que tout autre entrepreneur. Il est donc normal qu’il fasse appel à des experts pour soutenir son développement et gérer son exploitation. Mais quels sont les critères pour choisir son conseiller? Comment peut-on profiter au maximum des services d’un expert?

tement, vous devez vous poser une autre question: Quel est le problème à régler? En répondant à cette question, vous déterminez les paramètres du projet et vous formulez précisément ce qui doit être fait. Vous devez franchir cette étape avant de mandater un conseiller.

Comment trouver la bonne personne?

Demandez l’avis des gens. Le bouche-àoreille est encore le meilleur moyen de se renseigner sur plusieurs sujets, Essayez de travailler avec un conseiller y compris les meilleurs conseilconnu qui a réalisé un projet semblable lers en circulation. Essayez de travailler avec un ou de la même complexité. conseiller connu qui a réalisé un Lorsque les ressources internes ne projet semblable ou de la même compeuvent suffire et qu’un besoin d’impar- plexité. tialité se fait sentir, l’agriculteur-entre- Et faites confiance à votre instinct. Le preneur ne doit pas hésiter à faire appel conseiller ne travaille pas pour vous, il à un conseiller externe. Mais afin que travaille avec vous. Pour atteindre de cette personne puisse vous aider correc- bons résultats, vous devez être com-

no 2 juin 2012

plices et pouvoir communiquer en toute transparence. Votre conseiller n’est pas votre ami, mais vous devez cependant pouvoir lui confier des informations confidentielles concernant votre vision et votre production pour qu’il puisse les analyser et vous proposer de nouvelles idées. Choisissez votre conseiller agricole judicieusement et vous obtiendrez généralement les résultats désirés. Au final, soyez exigeant mais équitable. Le conseiller saura vous apporter une analyse objective de la situation et vous proposer des solutions. Mais n’oubliez jamais: la décision finale vous appartient. Andreas Flury Provimi Kliba SA

Agriculteur

21


entreprise

aménagement

Modernisations chez UFA à Puidoux

© DR

Depuis sa fusion avec l’entreprise UFA en 2006, l’usine de Puidoux a subi plusieurs transformations afin d’améliorer la sécurité, les capacités de stockage et finalement la capacité de production durant l’année 2011.

D’

importants investissements ont été consentis pour ce traitement de jouvence, qui a permis de renforcer la présence d’UFA SA en Suisse romande. Les céréaliers romands produisent la majeure partie des céréales fourragères indigènes, utilisées pour la fabrication d’aliments concentrés destinés aux détenteurs d’animaux régionaux. «La satisfaction de notre clientèle est primordiale et nécessite une garantie de qualité de nos produits, des outils de travail performants et une grande proximité grâce aux LANDI régionales.»

Projet «PEX» Le projet «PEX», ou plus exactement «Puidoux Extension», est le dernier gros ouvrage qui a lieu entre les mois d’août et de novembre 2011. Un investissement d’environ 4 millions de francs

22

Agriculteur

pour la pose d’une presse à granuler Bühler, d’un nouveau conditionneur thermique et d’un émietteur sur la ligne farine, souvent sous-utilisée. Ces transformations ont permis d’augmenter la capacité de production annuelle de l’usine Puidoux à 85 000 tonnes d’aliments concentrés. De plus, un système de filtration, dernière génération, ainsi qu’un système de pulsation d’air chaud pour garantir l’hygiène des machines ont été installés sur les trois lignes.

8-9-10 juin 2012 Afin d’honorer, dans les règles de l’art, le site rénové et prêt à dépasser des montagnes dans les années futures, UFA SA organisera les 8, 9 et 10 juin 2012 un grand événement pour fêter l’inauguration de son usine. Après la partie officielle du vendredi soir et la journée des collaborateurs UFA le samedi, le dimanche

sera journée «portes ouvertes» pour les clients, les collaborateurs LANDI et tous les intéressés.

Portes ouvertes Le dimanche 10 juin, UFA vous propose une journée portes ouvertes sur le site de Puidoux. Les visiteurs auront l’occasion de visiter les nouvelles installations à la pointe de la technologie, d’échanger leurs impressions, leurs idées avec les techniciens et collaborateurs internes et aussi de passer un moment convivial en famille. Diverses attractions pour petits et grands telles que rodéo mécanique, château gonflable, balade à poney les y attendent. Chacun pourra participer au grand concours PUIDOUX 2012, avec à la clef de magnifiques prix. De plus, restauration chaude et bars seront à disposition. Com/UFA no 2 juin 2012


Le valet de ferme Giant: la solution à la manutention agricole en Suisse

Nouvelle couleur et design et ce n’est pas tout : • Tous les modèles équipés de moteur Kubota, de système hydrostatique Rexroth et d’une stabilité au sol augmentée • Modèles HD avec des essieux «gros tonnage» • nombreux modèles et grand choix d’accessoires • spécifiquement adapté aux exigences du marché Suisse

Les valets de ferme GIANT répondent aux besoins et aux attentes des clients les plus exigeants. Les 25 modèles fraîchement renouvelés proposent un niveau de performance, de confort de finition et design de premier ordre. La gamme Giant s’étend de 900 kg à 4150 kg et la large palette d’accessoires offre de multiples solutions pour vos travaux au quotidien. Sa compacité et sa direction articulée permettent de travailler dans les endroits les plus exigus. Les chargeuses articulées Giant sont disponibles avec un arceau de sécurité, un toit rabattable ou une cabine tout confort (climatisée, chauffée avec lecteur MP3 etc.). Tous ces éléments de sécurité sont certifiés ROPS/FOPS selon les normes suisse et européenne. Outre sa gamme de chargeuses articulées, Giant lance sur le marché, son premier chargeur télescopique nommé TENDO 4548 motorisé par un Kubota 4 cylindres turbo diesel de 45 CV. Les chargeuses sont construites avec des éléments tels que moteurs diesel Kubota, pompes hydraulique Bosch Rexroth, essieux 12 ou 14 tonnes avec train planétaire. Environ 1400 chargeuses Giant quittent annuellement leur usine aux Pays-Bas. Giant est leader sur le marché hollandais, danois, suédois et norvégien et compte bien conquérir et convaincre les exploitants agricoles en Suisse. La gamme de véhicule Giant est distribuée en Suisse romande par Bernard Frei & Cie SA. Avec ses ateliers modernes, fonctionnels et bien achalandés en pièces de rechange, des moyens de transport et des bus ateliers sillonnant quotidiennement les routes de Romandie, Bernard Frei & Cie SA garantit un service aprèsvente répondant aux exigences de ses clients. Bernard Frei + Cie SA n’a d’ailleurs qu’un seul objectif: l’entière satisfaction de sa clientèle.

Bernard Frei + Cie SA rue des Moulins 22, 2114 Fleurier tél. 032 / 867 20 20, info@bernardfrei.ch www.bernardfrei.ch

www.giant-hoflader.ch

Bernard FREI + Cie SA Tél. 032 867 20 20 www.bernardfrei.ch


e dès l b i n o p s i D 10.–* CHF 40’8

Le loup parmi les pick-up. L’Amarok, maintenant avec une boîte automatique à 8 rapports. Chez les Inuits, Amarok signifie le loup. Et le nouveau pick-up de Volkswagen est aussi fort et robuste que le loup. Développement maximum de la force au démarrage et régime économe en carburant sur de longs trajets: la boîte automatique innovante et économique à 8 rapports fournit toujours le rapport optimal.

Le nouvel Amarok. The first German engineered pickup.

*Amarok 2.0 Bi-TDI, 180 ch, 420 Nm, prix sans TVA. Le véhicule photographié comporte un équipement spécial avec supplément.

Véhicules Utilitaires

AMAG RETAIL Lausanne

AMAG RETAIL Rolle

Av. de Provence 2, 1007 Lausanne Tél. 021 620 62 62, lausanne@amag.ch www.lausanne.amag.ch

Rte de la Vallée 7-11, 1180 Rolle Tél. 021 822 00 00, rolle@amag.ch www.rolle.amag.ch


Agriculteur 2/2012