Page 1

14 17

juillet 2016 festival des arts de la rue ~ mulhouse ~ gratuit


à l’occasion de cette vingtième édition du festival Scènes de rue, je tiens à souligner la contribution de cette manifestation à la mémoire collective de la ville de Mulhouse. Cette participation se mesure dans le temps et après vingt ans de festival, le constat est là : Scènes de rue fait partie du patrimoine immatériel et émotionnel de notre ville. à travers, le sentiment d’adhésion et de fierté qu’elle provoque chez chacun d’entre nous, sans distinction aucune, je mesure son importance et peux vous affirmer que cette manifestation a un très bel avenir devant elle. Cet avenir, c’est aussi et surtout le vôtre, chers spectateurs toujours plus fidèles et plus nombreux. Quand je repense à cette tempête de plumes sur la Place de la Réunion, à ces illuminations de feu sur les quais, à ce parcours géant de dominos à travers la ville, à cette maison alsacienne en carton, à cette danse de couleur l’an dernier, quand je pense à toutes ces émotions que les artistes nous transmettent, je me réjouis de l’importance de la création et de la culture dans l’espace public. Ces grands moments artistiques et fédérateurs que les arts de la rue provoquent seront encore au rendez-vous cette année avec, notamment, les Fous de Bassin de la célèbre compagnie ilotopie. Scènes de rue est un festival qui s’adresse à toutes et tous. Sa gratuité et son implantation, renouvelée chaque année, sur tout le territoire en sont le garant. C’est pourquoi je réitère notre invitation, votre invitation : venez profiter des spectacles, venez profiter de la ville de Mulhouse, venez simplement partager avec nous quatre jours de cohésion artistique. Alors, oui, les artistes invités nous font rêver, nous font rire, nous ramènent nos regards d’enfant, mais ils nous font aussi parfois ouvrir les yeux sur la réalité de notre monde. Ils nous font réfléchir, réagir, ils sont des témoins de notre temps et nous amènent parfois à nous interroger sur ce qui fait sens dans nos vies. Avoir vingt ans, c’est aussi cela. Avoir vingt ans, c’est l’affirmation de soi, c’est une soif d’apprendre, de faire, de comprendre, d’échanger, de vivre… Scènes de rue a vingt ans, quel bel âge ! Bon festival à tous ! Jean Rottner Maire de Mulhouse

Pour les enfants, petits et grands !

Sourds et Malentendants

Pour tous (mais suivez les conseils…) ! 

Billetterie (Spectacle à jauge limitée : Retrait des billets sur place 30 min. avant le début du spectacle)

Pour adultes et adolescents !

00

Scènes de rue a 20 ans. Et si Scènes de rue était un(e) jeune d’aujourd’hui, qui serait-il(elle) ? Quel serait sa tribu, ses passions, ses engagements, ses aspirations, ses forces et ses faiblesses ? Si Scènes de rue était un(e) jeune de 20 ans, serait-il urbain, métro, geek ou alter ? Jouerait-il(elle) solo, collectif ? Quels seraient ses espoirs, ses coups de gueule, ses ivresses, ses rêves ? Scènes de rue a 20 ans… Scènes de rue, c’est un peu comme ce jeune homme, cette jeune femme, qui nous est familier, que l’on croise au coin de la rue, et qui nous offre un grand sourire, juste en passant… Scènes de rue c’est cette insouciance… Scènes de rue, c’est lui, c’est elle, c’est vous, c’est nous… Scènes de rue a 20 ans et ça se fête… Et pourtant, avoir 20 ans aujourd’hui n’est pas seulement insouciance. C’est aussi, et peut-être surtout être pleinement dans la réalité du monde qui nous entoure. Au printemps dernier, nous étions plusieurs responsables culturels pour rencontrer de jeunes artistes Syriens et écouter Sana Yazigi qui milite sans relâche pour rassembler et diffuser la mémoire créative de la révolution Syrienne*. Nous avons alors été saisis par l’effroyable réalité qui s’abat sur ce pays. Mais ce qui reste en mémoire, au-delà du témoignage de cette barbarie, c’est l’absolue nécessité des artistes, des jeunes à s’exprimer, à crier, à créer… Et cette expression vitale s’exprime, là-bas, principalement dans la rue, dans l’espace commun. La rue, en Syrie, lors des récentes révolutions arabes ou lors de mouvements populaires et protestataires dans le monde entier, est le réceptacle de la liberté d’expression, c’est aussi le réceptacle de la liberté de création. La rue est l’espace du Nous, c’est aussi l’espace du Jeu. N’avons-nous pas, nous tous, en mémoire, nos jeux d’enfants, dans la rue ? Cette insouciance, celle des enfants jouant, dans la rue, à faire semblant, elle nous manque parfois, souvent, rattrapée par la conscience de ce qui se joue actuellement dans la rue, par cette sombre réalité. Mais cette rue, c’est aussi l’endroit qu’ont choisi les artistes, que nous accueillons depuis vingt ans, pour s’exprimer, pour créer. Cette rue, c’est celle où nos consciences se trouvent interpelées. Cette rue, c’est celle où l’on se retrouve pour jouer, pour être ensemble, avec les autres, tous les autres… Cette rue, c’est celle que nous revendiquons, cette rue à la fois consciente et insouciante, créative et fraternelle. Venez donc célébrer en conscience et avec toute votre insouciance vos 20 ans, on vous attend ! Frédéric Remy Directeur artistique

Se repérer, voir plan p.11

PMR *creativememory.org

—2—


16 ilotopie

Fous de bassin Samedi 16 → 22h Nouveau Bassin Spectacle aquatique ~ 1h

© PinkF

Fous de bassin est un théâtre de fantasmes qui court à la surface de l’eau. Un conte moderne perdu dans les reflets d’un ciel embrasé. Ce spectacle emporte l’esprit, quand un simple quotidien urbain, entre voitures et lampadaires, promeneuses et bicyclettes, bascule en des scènes de déraison et quand le sensé s’évapore au profit d’un autre monde ; acteurs-chimères, joutes de feu, envolées musicales et mécanique incandescentes vont alors, à coups de magistrales touches de lumières, de couleurs et de détonations, tracer la condition éphémère, dramatique et utopique de l’homme. Depuis qu’il a été créé, ce spectacle a emporté dans son rêve aquatique des milliers de personnes à travers le monde. La prouesse technique est époustouflante, elle se double de joutes de feux d’artifices, d’envolées musicales tempétueuses et du passage d’objets mécaniques spectaculaires. Depuis sa création en 1980, ilotopie propose des actions artistiques interrogeant l’espace public et ce dans la plus grande transversalité des disciplines possibles. La compagnie veut participer à la recherche d’un imaginaire collectif contemporain apte à lire et relier nos sociétés pour en devenir acteur. Les créations emblématiques d’ilotopie ont largement marqué l’histoire des arts de la rue et leurs images fortes et symboliques. À travers un langage d’images vivantes, d’offrandes poétiques ou d’action-spectacles, ilotopie tente par l’imaginaire d’offrir un bouquet de sens et d’émotion.

—3—

Avec Ghislain Bertrand, Géraldine Blin, Lucile Boissonnet, Sébastien Coulomb, Fanny Decoust, Emmanuel Fleury, Andras Hadju, Bernard Llopis, Daniela Luna, Fabienne Passabet, Gaël Rodier, Vincent Saint Loubert Bié et Bruno Schnebelin. Conception et direction de projets artistiques : Dominique Noël. Direction artistique : Bruno Schnebelin. Régie générale : Pascal Wyrobnick et Robin Noel. Régie pyrotechnique : Stéphane Pigeyre. Conception musique : Phil Spectrum. Administration : Ludovic Fasa, Sandrine Brunet.


Les jeudis Les jeudis du parc du parc 21

Funambus Vendredi 15 → 22h Champ de foire de Dornach Funambulisme motorisé ~ 50 min. Le Funambus est un bus en mouvement qui danse, respire… Cette incroyable prouesse se situe dans la tension poétique créée par la présence singulière de deux êtres en équilibre sur le fil, métaphore du cheminement de la vie. Les équilibristes, à la fois héros et simples humains, semblent au bord de l’abime… et si proche de l’envol… C’est dans une ambiance inspirée des bandes dessinées ou du cinéma que le Funambus évolue. Par une succession de tableaux, d’éléments sonores incarnés et d’images vidéo troublantes, Underclouds tente de raconter les péripéties de l’homme face au monde confrontant la poésie brute et l’onirisme. Le Funambus devient alors une mythologie des temps présents…

© Juliette Méchain

Underclouds Cie

13

Un funambule et une fildefériste se croisent sur un fil. Ils tombent sur un vieux bus Saviem S53M de 1977 : 8,860 tonnes à vide, 12 tonnes en charge maximale, 650 000 kilomètres au compteur, 19 chevaux et une carrosserie non spécifiée. C’est le coup de foudre. Pour sa première création, la Compagnie Underclouds relève le défi de marcher sur un câble tendu au-dessus d’un bus alors que celui-ci roule et d’embarquer le public dans un spectacle total de rue et de cirque. Cet agrèsmachine permet de dépasser les contraintes d’installation liées à la pratique du funambulisme et invente une nouvelle performance artistique. Trajectoire, scénographie, funambules : Chloé Moura & Mathieu Hibon. Mise en scène : Diane Vaicle. Diffuseuse : Julie Potier. Auteur, compositeur, interprète, performeur, acting: Phil Von. Chauffeur, régisseur, lumière, machiniste, acting : Thomas Ménoret. Vidéo, son du câble, machiniste, acting : William Nurdin. Costumes : Charlotte Winter et Lesli Baeschel. Regard extérieur : Didier Manuel. Administration : Marie Rymdzionek-Ménoret.

—4—

La Fille du 14 juillet Film d’Antonin Peretjatko ~ 2013 ~ 1h28 Jeudi 14 → à la tombée de la nuit Pour séduire Truquette rencontrée au Louvre le 14 juillet, Hector l’emmène voir la mer. Avec Pator et Charlotte, leurs amis respectifs, ils empruntent les petites routes de France dont les caisses sont vides. C’est la crise ! Il faut remettre la France au boulot et, en plein été, le gouvernement décide d’avancer la rentrée d’un mois. Mais rouler en sens inverse du travail ne les effraie pas, bien décidés à retrouver La Fille du 14 juillet et à vivre un été débraillé. Une comédie singulière et craquante avec ses écarts surréalistes et ses digressions poétiques.


Etienne Saglio/Monstre(s)

Projet Fantôme

Etienne Saglio est un magicien qui explore les méandres des sentiments humains, évoque des créatures magiques, à mi-chemin entre enfer et paradis. L’artiste continue d’alimenter cet univers sombre et poétique avec Projet Fantôme. Il s’agit ici d’amener la magie dans l’espace public pour y créer un moment de rêverie et de douceur poétique. Alimenter l’imaginaire d’un lieu en évoquant son fantôme, voilà ce que recherche Etienne Saglio. Cette chorégraphie onirique et envoûtante, à la fois minimaliste et spectaculaire nous invite à abandonner nos certitudes sur ce qui est réel ou pas. Jongleur, formé au CNAC et au Lido de Toulouse, Etienne Saglio s’oriente vers la magie pour développer un univers personnel. Avec sa compagnie Monstre(s), il crée un univers très personnel, où la technique s’efface devant la narration dans une dramaturgie recherchée, empreinte d’onirisme. Les images qui le hantent se déploient sans limites dans un lyrisme brut. Son premier spectacle, « Le soir des Monstres » tourne depuis 2009. Il a créé, depuis, une installation magique intitulée « Le silence du Monde » et les spectacles « variations pour piano et polystyrène » et « Les Limbes ».

© Bernard Baudin

Samedi 16 → 22h30, 23h30 & 0h30 Place de la Réunion Magie nouvelle ~ 20 min.

1 Nicolas Frize

L’Enfant qui s’envole Vendredi 15 → 21h45 Place de la Réunion Performance musicale ~ 3h

Avec Etienne Saglio. Création et interprétation musicale : Madeleine Cazenave. Technique : Simon Maurice. Régisseur lumière : Elsa Revol. Diffusion : ay-roop. Regard extérieur : Raphaël Navarro. Production Monstre(s).

Un enfant chante dans la nuit. Il se tient seul ; làhaut... Sa voix s’élève, surprend et s’empare de la ville. Aérienne, elle résonne entre les rues. L’enfant poète et artiste semble suspendu au-dessus du sol, sa voix s’envole… L’Enfant qui s’envole de Nicolas Frize est une performance qui a été créé en 2004 lors de la Nuit blanche parisienne sur le parvis de l’Opéra Garnier. De jeunes enfants chantent a capella seuls en plein milieu de cette place. Suspendu au-dessus du sol, chacun des petits solistes s’élève vers les hauteurs lyriques. à Mulhouse, en collaboration avec le Conservatoire de musique, danse et art dramatique, Nicolas Frize présentera cette œuvre magistrale avec la participation de jeunes mulhousien(ne)s. Nicolas Frize est un musicien florissant, un compositeur sur tous les fronts, un créateur dans l’espace des villes... Il a la passion du détournement ou plutôt de la sublimation. Parallèlement à ses compositions, il conduit des recherches en lutherie, invente de nouveaux instruments à l’aide d’objets du quotidien et mène des expériences artistiques singulières ou participatives qui sont autant de formes de partage, de débats et de thèmes de réflexion. À la tête de l’association les Musiques de la boulangère, il compose des partitions insolites et insolentes et explore des espaces de création aussi multiples que l’entreprise, l’usine, la prison, l’hôpital en invitant des musiciens professionnels de tout horizon, novices ou amateurs.

1

© Etienne Saglio/Monstre(s)

De Nicolas Frize. Avec Chymène Aubert, Louise Bauerlin, Roméo Beurtheret, Zayneb Dabounou, Thémys Deck, Özlem Eldemir, Mélya Kheffi, Julie Lim, Alice Pierrat, Sinthuja Sureshwaran. Musiciens : Christophe Saunière (harpe) & Jean-Luc Roth (oud). Accompagnement pédagogique : Sandrine Poirier.

—5—


© Ville de Pantin

18 Chloé Moglia/Rhizome

Vendredi 15 → 21h30 & Samedi 16 → 11h30 Angle Rue des bonnes gens / Quai de l’Alma Cirque ~ 25 min Un temps suspendu pour explorer la pesanteur, et les variations infinies de ce qu’on nomme, parfois trop rapidement, le vide. On pourrait le dire comme ça : il y a ceux qui travaillent par accumulation, et ceux qui travaillent par soustraction. Et puisque, sans conteste, Chloé Moglia fait partie de cette seconde catégorie, on pourrait se pencher et approfondir. Que reste-t-il quand on a tout enlevé ? Pour une trapéziste, la réponse se formule ainsi : un agrès, un corps, l’air et la gravité… Adepte de la décomposition du mouvement, l’artiste nous fait partager son rapport au risque, au vertige, à l’envol, à la chute, à sa passion. Un solo hypnotisant. Chloé Moglia se forme au trapèze au CNAC et aux arts martiaux. En 2000, elle fonde avec Mélissa Von Vépy la Cie Moglice - Von Verx et créent ensemble trois spectacles remarqués et remarquables. Dans cette même période, elle croise le travail de la Cie Fattoumi Lamoureux et participe aux recherches de Kitsou Dubois sur le mouvement en apesanteur. En 2009, elle fonde Rhizome en Bretagne, intègre sa pratique des arts martiaux dans son cheminement artistique et inscrit son face à face avec le vide dans une perspective d’expérimentation. Cette confrontation génère du sens, et offre des questions silencieuses qui forment le socle de ses spectacles et performances. Avec Chloé Moglia. Production : Laurence Edelin. Construction : John Caroll/Paris Quartier d’Eté. Avec le soutien de l’Onda - Office national de diffusion artistique.

14 En Rang d’Oignons Compagnie

Yvonne, princesse de Bourgogne sur châteautoboggan Vendredi 15 & Samedi 16 → 20h Aire de jeux du Parc Salvator Théâtre de rue ~ 1h30 ~ À partir de 13 ans Jauge limitée* à 250 spectateurs Lorsqu’Yvonne fait irruption à la Cour de Bourgogne, un ange passe. Jamais une telle erreur de la nature, une telle étrangeté n’avait pénétré la cage dorée du royaume. La stupéfaction générale envahit le château puis très vite tout le monde éructe joyeusement des haut-le-cœur en dévorant l’anomalie des yeux. Sans le vouloir, elle fera office de bombe à retardement infiltrée chez les bien-nés, renvoyant à la face de chaque membre de la famille royale, l’intolérable reflet de sa monstruosité. Bouc émissaire idéal d’une communauté au bord de la crise, Yvonne sera le reflet impitoyable de cette barbarie, permettant à chacun d’expier ses fautes et de retrouver une paix… à chaque représenta—6—

© Edith Amsellem

Horizon

tion, le rôle titre sera interprété par une nouvelle actrice n’ayant jamais répété avec ni rencontré ses partenaires. Chacune d’elle, en se jetant dans l’arène, éclaboussera de son passage ce qui a été travaillé, prévu… En Rang d’Oignons Compagnie est de ces compagnies chères à notre cœur, de celles que l’on accompagne et que l’on suit. Ainsi nous l’avons accueilli en résidence en 2012 pour « Les Liaisons dangereuses sur terrain multisport » qui tourne encore largement aujourd’hui. En montant cette adaptation de la pièce de Witold Gombrowicz dans le cadre fermé d’une aire de jeux, Edith Amsellem situe à nouveau un texte du répertoire dans un espace singulier, comme une continuité dans sa recherche. Ici, la cour imaginaire décrite par Witold Gombrowicz est une cour de sales gosses pourris gâtés, dont les comportements excessifs, cruels et sans pitié nous rappellent amèrement quelques souvenirs peu glorieux de la cour d’école. Avec Marianne Houspie, Jean-Noël Lefèvre, Stéphan Pastor, Anne Naudon, Camille Régnier-Villard, Frédéric Schulz-Richard, et une Yvonne différente à chaque représentation. Mise en scène : Edith Amsellem. Diffusion : Lucile Martin. Régisseur général : Laurent Marro. Création sonore et musique : Francis Ruggirello. Partenaires : Production En Rang d’Oignons Compagnie. Coproduction et accueil en résidence : Le Merlan scène nationale de Marseille, Théâtre Massalia (Marseille), Théâtre de Châtillon. Coproduction : Pôle Arts de la Scène – Friche la Belle de Mai (Marseille). Accueil en résidence La Gare Franche (Marseille). Avec le soutien de DGCA - Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC PACA, Conseil Régional PACA, Ville de Marseille, SPEDIDAM, DGCA et SACD : Lauréat 2014 de la bourse à l’écriture Ecrire pour la rue.


© LaGrosse Situation

16

© Sileks

La Grosse Situation

Voyage Extra-Ordinaire Vendredi 15 → 19h & Samedi 16 → 17h Rdv Station Nordfeld Théâtre de rue ~ 1h45 Jauge limitée* à 120 spectateurs

12

La Débordante Compagnie

Vendredi 15 → 19h30 & Samedi 16 → 18h Parvis arrière de la Tour de l’Europe Théâtre politique dansé ~ 50 min. à partir de 8 ans Jauge limitée* à 200 spectateurs Qu’est-ce qu’on me doit. Qu’est-ce que je dois. De quoi suis-je redevable et à qui. Qu’est-ce que je sais du monde qui m’entoure et me constitue. D’où viennent toutes ces choses que je consomme. Qui m’informe de l’état du monde. Qui fait de la politique et pour qui. Qui parle. Autant de questions posées dans ce spectacle. Entre corps et sensible, geste et mot, texte et mouvement, sans artifice, mais avec une grande délicatesse, Ce qui m’est dû nous emmène vers des territoires insoupçonnés d’expression chorégraphique. Dès sa création en 2007 par Héloïse Desfarges, la Débordante Compagnie articule un travail autour de la question de l’espace de représentation et du rapport avec celui qui regarde. La matière chorégraphique est nourrie de quotidien, de flux urbain, de questions, de témoignages, d’espace, de temps et de poids. Il émane du désir de révéler la danse comme un élan vital. Avec Héloise Desfarges et Antoine Raimondi. Mise en Scène : Jérémie Bergerac. Ecriture : Héloise Desfarges, Antoine Raimondi et Jérémie Bergerac. Avec le soutien de : Curry Vavart (Paris), le Jardin d’Alice (Montreuil); Animakt (Saulx-les-Chartreux).

© LaGrosse Situation

Ce qui m’est dû

7

La Grosse Situation

Sophroépluchage & Soupe collective Samedi 16 → 8h – 12h Dalle du Marché couvert Performance culinaire Au milieu des étals de fruits et légumes, un parasol un peu particulier offre aux visiteurs du marché une petite expérience de poésie culino-saisonnière. Selon si le légume est rouge, de type pot-au-feu, à caractère sexuel ou de la catégorie obsolète, une histoire à propos de lui sera diffusée au casque, le temps pour le passant d’éplucher en toute intimité son végétal à potage. Ce dernier, une fois épluché rejoindra le reste de la soupe qui mijotera la matinée durant, et sera partagée à la fin du marché. Avec Cécile Delhommeau et Alice Fahrenkrug. Diffusion/Production : Léa Casteig. Administratrice : Agnès Rambaud.

En quête d’une définition de l’aventure, après quatre années de recherche et huit voyages, les aventurières de La Grosse Situation souhaitent, pour la première fois, emmener un groupe de volontaires avec elles, vers une destination inconnue, pour un ultime voyage… extra-ordinaire. Avec leurs huit expériences précédentes, les trois baroudeuses comptent sur leurs ressources pour improviser sur le terrain. Elles savent qu‘un voyage extra-ordinaire, c‘est génial, mais que tout le monde n‘ira pas au même rythme, n‘aura pas les mêmes envies, qu‘il faudra se serrer les coudes parce que l’équipage soudé est tout l’enjeu de leur manière de voyager. Mais avant de partir, elles nous racontent : comment l’expédition fait tomber les masques, comment « on croit faire un voyage mais bientôt c’est le voyage qui nous fait ou nous défait » (phrase de Nicolas Bouvier, leur maître à marcher qu’elles adorent citer !). Et finalement, at-on besoin de partir loin pour voyager… ? Recherche, aventures, écriture, interprétation, mise en jeu et en situation : Alice Fahrenkrug, Bénédicte Chevallereau et Cécile Delhommeau. Diffusion/Production : Léa Casteig. Technique : Clovis Chatelain. Administratrice : Agnès Rambaud. CoProduction : La Grosse Situation, Collectif Créafonds, Le Strapontin – Scène des Arts de la Parole de Pont Scorff, Le Carré-Les Colonnes – Scène Conventionnée Blanquefort – Saint-Médard-en-Jalles, Le Champ de Foire – Saint-André-de-Cubzac, Association des Arts de la Parole/Festival Chahuts, Iddac (institut de développement artistique et culturel de la Gironde), OARA (Office Artistique de la Région Aquitaine), Derrière le Hublot (Capdenac), Drac Aquitaine. Structure soutenue par la Mairie de Bordeaux. Avec les soutiens de : Conte en Oléron, Eté de Vaour, Maison Jules Verne à Amiens, Le Garage Moderne (Bordeaux), L’Onda - Office national de diffusion artistique. Représentations accueillies avec le soutien de l’Office Artistique de la Région Aquitaine.

La Grosse Situation rassemble trois comédiennes, auteurs, metteurs en scène, escaladeuses, botanistes, raconteuses d’histoires, chanteuses d’occasion, bricoleuses du quotidien, exploratrices curieuses. Elles ont passé un pacte de camaraderie lors de la création de la « Conserverie de Vieux » en 2008. Depuis, elles usent des mises en situation pour ancrer le théâtre dans le réel. à la recherche des frottements entre les mondes, les points de vue, les strates, leur travail d’écriture se nourrit de leur curiosité des gens.

—7—


20 Galapiat / Jonas Séradin

17 Le Festin, Compagnie Anne-Laure Liégeois

The Great Disaster Vendredi 15 & Samedi 16 → 18h Société industrielle de Mulhouse Théâtre ~ 55 min ~ À partir de 10 ans Jauge limitée* à 100 spectateurs Giovanni Pastore n’est personne. Il a la tête sous l’eau. Il doit nettoyer les 3 177 petites cuillères du navire. C’est du travail. Mais c’est du travail au noir. Du coup, Giovanni n’existe pas. Il a été embauché comme travailleur clandestin et il n’apparaît nulle part. Ni sur la liste des passagers, ni sur la liste de l’équipage. Personne ne sait qu’il a existé. Personne ne sait qu’il a coulé avec le Titanic. Depuis un siècle, il lave chaque jour. Et il est condamné à raconter toujours la même histoire. La sienne. La petite qui a croisé la grande. Mais personne ne sait qu’il est là, sous l’eau. Voici l’histoire du plongeur du Titanic. En 1992, Le Théâtre du Festin est fondé. Après avoir créé Embouteillage, spectacle pour 27 auteurs, 50 acteurs et 35 voitures, Anne-Laure Liégeois donne le nom de sa compagnie en 2003 au CDN de Montluçon, région Auvergne. Ses spectacles sont liés par un goût de l’écriture, en travaillant avec de nombreux auteurs vivants, une recherche sur l’acte de voir et d’être vu, sur comment l’intime mène le monde. En 2012, elle quitte Montluçon et met en scène plusieurs spectacles à la Comédie Française. En 2014, elle crée The Great Disaster de Patrick Kermann dans différents musées maritimes du Havre. Avec Olivier Dutilloy. Mise en scène : Anne-Laure Liégeois. Production : Cie Le Festin. Texte : Patrick Kermann aux Editions Lansman.

Vendredi 15 → 19h & Samedi 16 → 18h Parc Jaquet Cirque ~ env. 1h Jauge limitée* à 250 spectateurs BOI est un solo acrobatique aux rebonds sensibles, accompagné de la performance d’un musicien convié pour l’occasion. BOI, c’est l’histoire d’un mec… Un mec qui rebondit et qui boit. C’est l’histoire d’une rencontre. Une rencontre entre cet homme et un musicien, des rencontres sur l’instant. C’est l’occasion de rentrer dans l’univers de cet acrobate, qui se joue de ses forces et de ses fragilités. Il évolue au présent avec ce qui l’entoure, en ayant pour partenaire tantôt le bois, tantôt la musique, tantôt la hache et tantôt l’alcool. Il mûrit ce que la vie lui chante, et chante sa vie sur des airs de chansons françaises. Sur ce chemin de rebonds physiques et émotionnels, il se retrouve face à luimême, face aux autres. Galapiat cirque est née en 2006 de la rencontre de six artistes dans les couloirs de l’école de cirque de Rosny Sous Bois et du CNAC à Châlons-en-Champagne. L’envie, c’est de faire du cirque sous chapiteau, d’habiter en caravane, de vivre le cirque en entier. En 2008, la compagnie donne naissance à Risque Zéro, création collective au succès international. En parallèle à d’autres projets collectifs (le collectif Petaouchnock ou le festival Tant qu’il y aura des mouettes), Galapiat Cirque se donne le temps de porter les projets de création de certains des artistes qui la compose. Après avoir accueilli Marathon de Sébastien Wojdan, c’est au tour de Jonas Séradin de présenter son BOI à Mulhouse. Avec Jonas Séradin. Regard extérieur et conseiller à l’écriture : Pierre Déaux. Regard intérieur et conseillère à l’écriture : Barbara Gay. Regard vocal : Haim Isaacs. Musicien : Denis Scheubel. Production, diffusion : Fanny Pezzutti. Production : Galapiat Cirque. Administration : Yvain Lemattre. Coproduction : Itinéraire Bis, association de développement culturel et artistique des Côtes d’Armor (SaintBrieuc, 22), Association Rue des Arts, (Moulin, 35), Le Prisme, action culturelle des Communautés de Communes de Mont des Avaloirs et le Horps-Lassay (53) Soutien, accueil en résidence : le Carré Magique, Pôle National des Arts du Cirque (Lannion, 22) et la Fondation Bon Sauveur (Bégard, 22), Les Fers’ Ailleurs (Pommerit le Vicomte, 22), La Maison des Jeunes et de la Culture de Quintin, Mairie de Quintin (22), La Grainerie - fabrique des arts du cirque et de l’itinérance (Toulouse, 31 ), Le Theater op de Markt – Dommelhof (Belgique), Le Trio...S Théâtre, Scène Territoire pour les Arts de la Piste (Inzinzac Lochrist, 56), Le Zeppelin, Espace d’Art et de Culture (Saint-Andrélez-Lille, 59).

—8—

© François Alaitru

© Christophe Raynaud de Lage

BOI

13

3

22

Tita8Lou

Kalabazi Jeudi 14 → 19h ~ Parc Salvator Vendredi 15 → 17h & 20h30 ~ Place Dreyfus Samedi 16 → 16h & 20h ~ Place de La Paix Cirque ~ 50 min Une jeune femme, ravissante dans sa robe à pois, arrive sur un drôle de vélo. Elle vient d’un pays lointain et elle est tombée amoureuse de notre beau pays. Sauf que son permis de séjour est sur le point d’échoir. à moins que… Il existe bien une solution pour rester : se marier… Artiste de cirque, clown, comédienne et exploratrice, Jessica Arpin étudie le théâtre et le cirque en Suisse et au Canada. Elle joue sur les scènes, sous les chapiteaux et dans les rues de notre monde. Brésil, Belgique, Canada, Suisse, Italie, Nunavut, à chaque fois en langue originale, elle évolue dans un art de frontières. Une artiste diablement attachante et polyglotte qui navigue avec une incroyable aisance entre le théâtre, le cirque, la rue, le cabaret. Création et interprétation : Jessica Arpin. Costumes : Julien Chaix et Quitterie Melliac.


D.A.D.R. Cie

13

(H)UBRIS

Ce spectacle, qui pourrait être une sorte de réinterprétation de L’après-midi d’un faune de Nijinski, mêle le break dance et la danse contemporaine, sur fond d’ambiance électrique et éclectique. Un spectacle fantasmagorique où les faunes frappent le sol de leurs sabots, incarnés par des danseurs puissants et où le monde qui les entoure avale le spectateur dans une mythologie moderne et contemporaine. Dans une certaine noirceur, basculant d’une étrangeté inquiétante à un mystère fascinant, les danseurs à la sensibilité et à la personnalité propre à chacun d’eux, nous révèlent que le faune et l’homme ne font qu’un, que leur bestialité est là, mi réelle, mi mythologique. Et c’est avec la densité de leur présence et l’effet de meute induit par le groupe qu’ils créent une relation frontale et particulière avec le public, entre provocation et séduction. Fondée en 2004, D.A.D.R. Cie porte le projet d’interroger les fondamentaux de la danse pour mieux confronter l’art chorégraphique à son actualité, et à celle du monde qu’il exprime. David Drouard fait ainsi de cette recherche une démarche artistique, appuyée sur le mélange des genres, des expériences et la pratique du multimédia. à ce travail, le chorégraphe associe la formation des danseurs, qu’il dérange dans leurs habitudes. Sa danse est envisagée comme « art plastique » à part entière.

© Jean-Louis Fernandez

Vendredi 15 & Samedi 16 → 23h30 Parc Salvator Danse ~ 1h ~ À partir de 8 ans Attention ! Fermeture du site après le début du spectacle

Bikes & Rabbits

4

These books are made for walking Vendredi 15 → 15h & 20h30 Samedi 16 → 18h30 & 21h Place de la Concorde Cirque ~ 50 min. ~ à partir de 6-8 ans

© StanislavBriza

Avec David Drouard. Diffusion : Sylvie Becquet. Scénographe lumière : Eric Soyer. Régisseur général : Jean-Phillipe Borgogno. Régisseur vidéo : Camille Cotineau. Conception sonore : Eric Aldea, Ivan Chiossone. Administration : Saül Dovin. Avec le soutien de l’Onda - Office national de diffusion artistique.

—9—

These Books are Made for Walking est un spectacle de cirque contemporain, aux prises de risque physique constantes, à la tension palpable réelle pour les artistes et le public. Un spectacle de cirque sans agrès où les artistes détournent et poussent à leur limites des objets banals (équilibre sur objet, manipulation, fil souple, etc). Tout commence dans une bibliothèque improbable, aux livres soigneusement classés, rangés par un bibliophage consciencieux. La bibliothèque se transforme en sculpture bancale, mouvante et musicale. Un personnage apparaît d’entre les livres, l’autre arrive d’on-ne-sait-où. Un déséquilibre constant entre des personnages sous haute tension, perchés sur des échelles qui craquent et se disloquent. Ça ne devrait pas marcher, et pourtant, ça tient... Ce sont les histoires dans les livres qui bouleversent la réalité. Superstitieux, s’abstenir... Bikes & Rabbits est une compagnie de cirque contemporain, créée à Londres en 2012 par Alice Allart. Depuis 2014, la compagnie est basée en France et en Angleterre où elle créée et présente leurs spectacles. Bikes & Rabbits veut questionner et jouer avec les possibilités narratives dans le cirque. Les éléments théâtraux et chorégraphiques sont des outils utilisés au côté des éléments circassiens pour servir le spectacle dans son intégralité. De et Avec Alice Allart, Fabrice Dominici, Patrice Colet. Mise en Scène : Yann Ecauvre (Cirque Inextremiste). Regard extérieur : Ariel Giraud. Création Lumière : Christopher Mc Ghee. Construction scènographique :Jean-Philippe Faraut, Patrick Yohalin.


Plan & horaires

15h-19h → Théâtre Group’ | Stand 2000 ~ 4h | Pl. de la Réunion → 1 15h → Tout En Vrac | La Cuisinière ~ 30 min. | Pl. Franklin → 8 15h → L’Académie Fratellini | Katve ~ 30 min. | Parc Salvator → 13

JEUDI Parc Salvator → 13

16h → Tita8lou | Kalabazi ~ 50 min. | Pl. de la Paix → 22 16h → L’Académie Fratellini | Pourquoi pas ? ~ 25 min. | Parc Salvator → 13

19h → Tita8lou | Kalabazi ~ 50 min.

16h → Les Batteurs de Pavés | Germinal ~ 40 min. | Pl. Lambert → 1

20h → Carnage Productions | Ma vie de grenier ~ 1h15

16h → Mathieu Ma Fille Foundation | Dad is dead ! ~ 35 min. Square de la Bourse → 17

21h30 → La fille du 14 juillet

16h30 → Thé à la RUE | Dévêtu(e) ~ 1h40 | Bains municipaux → 9

VENDREDI

17h → La Grosse Situation | Voyage Extra Ordinaire ~ 1h45 Rdv Station Nordfeld → 16

14h - 21h → GK Collective | Proust.

17h → Carnage Productions | Ma vie de grenier ~ 1h15 | Park. des Cordiers → 2

14h30 → L’Académie Fratellini | Pourquoi pas ? ~ 25 min. | Parc Salvator → 13

17h30 → L’Académie Fratellini | Pourquoi pas ? ~ 25 min. | Parc Salvator → 13

15h → Bikes & Rabbits | These books are made for walking ~ 50 min. Pl. de la Concorde → 4

17h30 → Iacopo Fulgi/Le Gang de la Tartine | Workshop | Rue du Werkhof → 3

15h30 → Thé à la RUE | Dévêtu(e) ~ 1h40 | Bains municipaux → 9

18h → La Débordante Cie | Ce qui m’est dû ~ 50 min. Tour de l’Europe → 12

16h → L’Académie Fratellini | Pourquoi pas ? ~ 25 min. | Parc Salvator → 13

18h → Galapiat/Jonas Seradin | BOI ~ 1h | Parc Jaquet → 20

17h → L’Académie Fratellini | Katve ~ 30 min. | Parc Salvator → 13 17h → Tita8lou | Kalabazi ~ 50 min. | Pl. Dreyfus → 3

18h → Le Festin, Cie Anne-Laure Liégeois | The Great Disaster ~ 55 min. Société industrielle de Mulhouse → 17

18h → Thé à la RUE | Dévêtu(e) ~ 1h40 | Bains municipaux → 9

18h30 → L’Académie Fratellini | Katve ~ 30 min. | Parc Salvator → 13

18h → Le Festin, Cie Anne-Laure Liégeois | The Great Disaster ~ 55 min. Société industrielle de Mulhouse → 17

18h30 → Les Batteurs de Pavés | Germinal ~ 40 min. | Pl. Lambert → 1

18h30 → L’Académie Fratellini | Katve ~ 30 min. | Parc Salvator → 13

18h30 → Bikes & Rabbits | These books are made for walking ~ 50 min. Pl. de la Concorde → 4

19h → Galapiat/Jonas Séradin | BOI ~ 1h | Parc Jaquet → 20

19h → Cie Troupe | L’instant CroXel ~ 50 min. | Bar le Chatelleret → 11

19h → La Grosse Situation | Voyage Extra-Ordinaire ~ 1h45 Rdv Station Nordfeld → 16

19h30 → Mathieu Ma Fille Foundation | Dad is dead ! ~ 35 min. Square de la Bourse → 17

19h30 → Mathieu Ma Fille Foundation | Dad is dead ! ~ 35 min. Square de la Bourse → 17

20h → Tita8lou | Kalabazi ~ 50 min. | Pl. de la Paix → 22

19h30 → La Débordante Cie | Ce qui m’est dû ~ 50 min. Tour de l’Europe → 12

20h → En Rang d’Oignons Cie | Yvonne, princesse de Bourgogne ~ 1h30 Aire de jeu Parc Salvator → 14

19h30 → L’Académie Fratellini | Dans la rue ! ~ 25 min. | Jardin des Senteurs → 5

20h → Carnage Productions | Ma vie de grenier ~ 1h15 Park. des Cordiers → 2

20h → Thé à la RUE | Dévêtu(e) ~ 1h40 | Bains municipaux → 9 21h → Tout En Vrac | La Cuisinière ~ 30 min. | Pl. de la Réunion → 1

20h → En Rang d’Oignons Cie | Yvonne, princesse de Bourgogne ~ 1h30 Aire de jeu Parc Salvator → 14

21h → Bikes & Rabbits | These books are made for walking ~ 50 min. Pl. de la Concorde → 4

20h30 → Bikes & Rabbits | These books are made for ~ 50 min. Pl. Concorde → 4

22h → ilotopie | Fous de bassin ~ 1h | Nouveau Bassin → 16 22h30 → Etienne Saglio/Monstre(s) | Projet Fantôme ~ 20 min. Pl. de la Réunion → 1

20h30 → Tita8lou | Kalabazi ~ 50 min. | Pl. Dreyfus → 3 21h → L’Académie Fratellini | Dans la rue ! ~ 25 min. | Jardin des Senteurs → 5

22h30 → Raoul Lambert | Titre définitif* (*titre provisoire) ~ 45 min. Collège Kennedy → 6

21h30 → Chloé Moglia/Rhizome | Horizon ~ 25 min. Angle rue des Bonnes Gens /Quai de l’Alma → 18

23h → Cie Microsillon | Urban & Orbitch ~ 1h10 | Park. Sainte Claire → 23

21h45 → Thé à la RUE | Dévêtu(e) ~ 1h40 | Bains municipaux → 9

23h15 → La Baraque Liberté | Bouc de là ! ~ 1h | Park. Engel Dollfus → 10

21h45 - 00h45 → Nicolas Frize | L’Enfant qui s’envole ~ 3h Pl. de la Réunion → 1

23h30 → D.A.D.R. cie | (H)ubris ~ 1h | Parc Salvator → 13 23h30 → L’Académie Fratellini | Dans la rue ! ~ 25 min. | Jardin des Senteurs → 5

22h → Underclouds Cie | Funambus ~ 50 min. Champ de foire de Dornach → 21

23h30 → Etienne Saglio/Monstre(s) | Projet Fantôme ~ 20 min. Pl. de la Réunion → 1

22h30 → Raoul Lambert | Titre définitif*(*titre provisoire) ~ 45 min. Collège Kennedy → 6

00h → Association Roure | Zéro Avril ~ 1h20 | RDV Poste Henner → 19 00h30 → Etienne Saglio/Monstre(s) | Projet Fantôme ~ 20 min. Pl. de la Réunion → 1

23h → Cie Microsillon | Urban & Orbitch ~ 1h10 | Park. Sainte Claire → 23 23h15 → La Baraque Liberté | Bouc de là ! ~ 1h | Park. Engel Dollfus → 10 23h30 → D.A.D.R. cie | (H)ubris ~ 1h | Parc Salvator → 13 23h30 → Association Roure | Zéro Avril ~ 1h20 | RDV Poste Henner → 19 23h30 → Ksos pie Kant | Concert | Collège Kennedy → 6

DIMANCHE Rue de la Navigation / Quartier Drouot → 15 14h30 → Quignon sur Rue | Autour du pain ~ 2h30

SAMEDI

15h -19h → Ateliers cirque & parkour

8h-12h → La Grosse Situation | Sophro-épluchage | Marché → 7

15h -19h → Théâtre Group’ | Stand 2000 ~ 4h

10h → Carnage Productions | Ma vie de grenier ~ 1h15 | Pl. de la Concorde → 4

15h30 → Les Batteurs de Pavés | Germinal ~ 40 min.

10h30 → Cie Troupe | L’instant CroXel ~ 50 min. | Chez Poupous → 7

16h → Théâtre de l’Unité | Le Parlement de rue ~ 1h30

11h30 → Chloé Moglia/Rhizome | Horizon ~ 25 min. Angle rue des Bonnes Gens / Quai de l’Alma → 18

17h30 → Thé à la RUE | Lombart contre Lombart ~ 1h

14h → Thé à la RUE | Dévêtu(e) ~ 1h40 | Bains municipaux → 9

19h30 → Ksos pie Kant | Concert

14h-21h → GK Collective | Proust.

19h30 → à l’envers | Pasta i Basta – Banquet pour l’espace public

19h → Tout En Vrac | La Cuisinière ~ 30 min.

— 10 —


ch

za

'Ill

d ue

d

d ue

r

n eL

yo

e m m So la de e Ru

tre in cea ne u Rue Wilson

aS

men

m

ed

La tin

ar

g

ur

Ru

Av.

Ro ois Tr

es ed

Cle

Ru

is

ins bb Ra

Ru

Théâ

Bonbo

e air Cl te ain

es

el

nnière

des Rue

e Ru nd

eS

e

iro

e nu

7

u1

ed

Ru

v No

e

br

em

C

e

Av

ir

Rue du Man

ège

ns

Ge

ed

es

nn

Ru

Bo

Ru

es

Gr a

rc ed

h

e

Bo

uM

au

ce

i ua

d'A

Q

n en

.J H

eJ

en

e

Ru

a

lm

t

'Es

l de

er

Ru m le

er

ub

eZ

Ru

18

Foc

e

Sinn

17

Ru

du

Ru

te d

Pa

hal

réc

Ma

iss

re

de la

. du

sP

Rue

Ru

Av

ue

22

oinca

âle

eB

ed

Ru

Rue P

u ed

g

ssa

Pa

tor

lva

Sa

du

ll

Te

e Ru e Ru

e

G.

2

ad gr lin ta eS ed Ru

u te as sP

e

ett

vag au

cq

Ja

e

e

ed

Ru

ui

e Ru

m

u

en

Av

13

uS

rs

d Engel

ne

z

Lo

Place de la Réunion

ge

lan

Sin

et

o eR

n le

a

rS

ge

eM

e Ru

s

ur

u Bo

Por

hei

lis Zil

ed

ux

14

o

gr

ed Ru

1

Rue Alfre

la

pe

ro

r

elt ev os

of

nri

e ed

l de

Ru

i

kh

He

Ru

21

s e de

W

ne

23

d

ar

u Bo

12

cha

é Mar

Ru

n Ta

4

Ru

Av

du Président Kennedy

er

Rue de l'Arsenal

e

ut

eG

a olm eC

Ro

rg

e nb

Sc

'Eu

ns

Fran

rt

be

o .R

11

3

t

t en id és

Pr

5

an

m hu

lev

uven

du

gu

Hu

ins cisca

15

n

ed

Pl

h e li

lsa

ce

i en

n allo du B Rue

Orp

e Lorrain

'A

Ave

u Co

rd leva

ed

n

e

d Rue

Bou

nue

Ru

Lib

a el

ac

ie

6

Ru

de s

el D

Eng

9

ur M. C P. et

Rue

Rue

7

Rue

8 us ollf

n Ave

10

klin

n Fra

Rue

er

ed

Rue

Vers Drouot / Rue de la Navigation

16

R

tz

un uR

19

re

Ga

Rue Jules Ehrmann rte

Po du ir

iro

M

20

ly

'Is

id

a Qu

al

r né

rc

cle

Le

é

uG

.d

se repérer

Av

1 1

Place de la Réunion / Place Lambert

2 2 3 3

12

Parvis arrière Tour de l’Europe

13

Parc Salvator

Parking des Cordiers

14

Aire de Jeu du Parc Salvator

Place Dreyfus / Rue du Werkhof

15

Drouot / Rue de la Navigation

16

Nouveau Bassin / Station Nordfeld

17

Square de la Bourse / SIM Angle rue des Bonnes Gens / Quai de l’Alma

4 4 Place de la Concorde 5 5

Jardin des Senteurs

6 6

Collège Kennedy / Centre du festival

18

7 7

Marché / Chez Poupous (5, Quai de la Cloche)

19

8 8

Place Franklin

9 9

Bains municipaux / Rue Pierre et Marie Curie

10 11 11

Parking Dollfus / Ballon Bar le Chatelleret (2, avenue Robert Schuman)

Poste Henner / Place du Gal De Gaulle

20

Parc Jaquet

Champ de foire de Dornach (45, boulevard Stoessel)

21

22

Place de la Paix

23

Parking Sainte-Claire

— 11 —

Attention : Retrait des billets sur place 30 min. avant le début du spectacle.

Pour vos déplacements, pensez transports doux ! Vélocité s’associe au festival en proposant une offre privilégiée.


3 Iacopo Fulgi/Le Gang de la Tartine

Workshop “Mise en rue” Samedi 16 → 17h30 Rue du Werkhof Sortie publique ~ Clown

L’Académie Fratellini

Dans la rue ! Vendredi 15 → 21h Samedi 16 → 19h30 & 23h30 Jardin des Senteurs Cirque ~ 45 min.

KATVE

Les apprentis de l’académie Fratellini reviennent « Dans la rue » à Mulhouse ! Guidés cette année par la chorégraphe Nathalie Pernette, qui expérimente depuis de longues années l’espace public comme lieu de représentation, les jeunes circassiens investissent la rue et nous proposent une suite de numéros, d’improvisations, de moments complices et spontanés… Mise en rue et chorégraphie : Nathalie Pernette avec les apprentis 1ère année de L'Académie Fratellini : Aloïs Riché (acro-danse), Ambroise Donnier (monocycle), Anna Weber (corde lisse), Francisco Rosa (équilibre), Léo Manipoud (acro-danse), Matéo Thollier-Serrano (acro-danse), Mélodie Morin (roue Cyr), Miléna Erez (corde lisse). Production : Scènes de Rue et L'Académie Fratellini

Pourquoi Pas ?... Vendredi 15 → 14h30 & 16h Samedi 16 → 16h & 17h30 Parc Salvator Cirque ~ 25 min.

13

Cette pièce chorégraphique a été créée à partir de la matière « équilibre et jonglage ». Deux jeunes circassiens se rencontrent et, au-delà de leurs différences, trouvent une complicité, une histoire à partager, l’air de rien… Mise en rue et chorégraphie : Nathalie Pernette avec les apprenConception: Bene Borth. Interprétation: Rebecca Vereijken (équilibre), Emmanuel Boissé Pinard (jonglage), apprentis 2ème année de L'Académie Fratellini. Régie : Charles Dubois. Production : L'Académie Fratellini avec l'aide de la Ville de Saint-Denis

Vendredi 15 → 17h & 18h30 Samedi 16 → 15h & 18h30 Parc Salvator Cirque – 30 min.

13

Dans un espace en 3 dimensions, Katve nous projette dans un univers quasi-hypnotique, traversé par ces deux corps liés par un fil invisible qui évoluent entre la verticale du mât chinois et l’horizontale du sol. De et avec Cyril Combes (mât chinois) et Petteri Savikorpi (acrodanse) , apprentis 3ème Année de L'Académie Fratellini. Régie : Charles Dubois. Production : L'Académie Fratellini

cinéma

télévision

livres

Convaincus que le théâtre et la performance est le meilleur qu’ils puissent offrir et partager avec notre société, Iacopo Fulgi définit ses performances dans la rue comme un acte anarchiste. Inévitablement, lorsqu’on parle d’une action théâtrale réalisée dans l’espace public, on parle de la liberté d’expression, du dialogue, de partage, de bien commun, d’autoproduction, de démocratie et d’égalité, de liberté et de respect. C’est en gardant cet état d’esprit que ce membre des Tony Clifton Circus va proposer à un tout jeune collectif de clowns, fraîchement sorti de l’école du Samovar, le Collectif du Gang de la Tartine, d’expérimenter plusieurs performance urbaines pendant le festival. Encadrement artistique : Iacopo Fulgi. Assistante : Nina Gazaniol. Avec Antonio Avila Donoso, Guillaume Bras, Sarah Crouzet, Alexandre Florent, Juliette Grammatico, Lucas Leviel, Cecile Meyer, Youri Mlekuz, Claire Néel, Noémie Rouge.

musiques

spectacle vivant

expositions

LE MONDE BOUGE TELERAMA EXPLORE CHAQUE SEMAINE TOUTES LES FACETTES DE LA CULTURE

CONTINUEZ À VIVRE VOTRE PASSION DE LA CULTURE SUR TELERAMA.FR

— 12 —

et retrouvez nous sur

Conception graphique : Anne Denastas - www.annedenastas.com

5


© GKCollective

© Vincent Muteau

Avis à ceux qui n’en ont jamais vu ! Dans ce spectacle il y aura des gens tout nus !

GK Collective

© Nico Toulouse

Proust.

9

Thé à la RUE

Dévêtu(e) Vendredi 15 → 15h30, 18h & 21h45 Samedi 16 → 14h, 16h30 & 20h Bains municipaux Entresort thalassothérapique ~ 1h40 à partir de 16 ans Jauge limitée* à 80 spectateurs

15

Vendredi 15 & Samedi 16 → 14h, 14h50, 15h40, 18h, 18h50, 19h40 & 20h30 Théâtre caché – 50 min. - À partir de 16 ans Spectacle pour un seul spectateur. Réservation individuelle obligatoire par email theatrecache@gkcollective.org en indiquant votre numéro de portable et l’horaire souhaité. Création 2016

Thé à la RUE

Avec Sophie Mesnager et Amédée Renoux. Mise en scène : Sébastian Lazennec. Diffusion : Amédée Renoux. Décor : Fx Cap et Erwan Belland. Peinture : Régis Bezannier. Costume : Sophie Mesnager. Bande son : Julien Leguay.

C’est une pièce de théâtre in situ. C’est un film vivant qu’on regarde de l’intérieur. C’est un portrait indirect à vivre directement. C’est un spectacle immersif en milieu urbain, un parcours individuel. Avec sa nouvelle création Proust., huitième volume du projet de Théâtre caché, GK Collective propose une rencontre intimiste entre un spectateur, un comédien et, peut-être, un répondeur téléphonique. Celle-ci questionne les rapports contemporains à la communication et la manière dont les nouvelles technologies influencent nos rapports à la ville et à la manière de la vivre. Pour le GK Collective, créer des spectacles individuels, c’est une réponse à la sur-sollicitation du quotidien. GK Collective est un laboratoire de recherche théâtrale. Il travaille depuis 2009 sur des formes théâtrales participatives et non intrusives. Cette forme de théâtre, dit “caché”, se mêle à la vie sans spectateur captif. Le dispositif THéâTRe CaCHé brouille la frontière entre fiction et réalité. Il est comme un film vivant, où le spectateur fait partie de l’histoire. Le GK souhaite offrir aux spectateurs des expériences de vie et de théâtre in situ, qui rend possible un autre regard sur le monde, tel qu’il aura été vécu lors des représentations.

Le festival Scènes de rue a invité la compagnie Thé à la RUE à expérimenter une adaptation de sa dernière création, un « entresort thalassothérapique », dans les Bains municipaux, bâtiment emblématique de la ville que nous aimons valoriser lors d’expériences artistiques. La compagnie, qui connait bien le festival puisqu’elle y a déjà présenté à vendre il y a deux ans. Les deux propositions présentées cette année sont aussi diverses que contrastées mais nous permettent de regarder d’une manière décalée et si pertinente les travers de notre intimité.

Avec Djamel Afnaï, Juliet Coren-Tissot, Rachel Huet-Bayelle, Isabelle Hazael, Morgane Lerest, Arnaud Lesimple, Quentin Pradelle, Julien Prevost. Mise en scène : Gabriella Cserhati. Ecriture collective dirigée par : Fabien Lartigue. Résidences et coproductions : Théâtre de Châtillon, Animakt, L’Atelline, Le Polau, Hameka, Les Tombées de la Nuit. Avec le soutien de : la Région Ile de France, la DRAC Ile de de France, la DGCA, l’Adami, la SACD «Auteurs d’Espace», Arcadi.

Dévêtu(e) interroge notre rapport au corps dans un univers entre thalasso et fête foraine. Qu’en est-il de ce corps que l’on passe notre temps à stimuler, à dénigrer ou encore à glorifier ? Sans prétention et avec légèreté, la compagnie Thé à la RUE nous propose de mieux se concilier avec son propre corps et celui des autres. Vous êtes invités à déambuler librement dans un espace d’attractions corporelles. Dans ce bâtiment emblématique du « bien-être » physique, partez à l’exploration du corps sans tabou ni provocation à travers plusieurs propositions mêlant théâtre, danse, arts numériques... Enfilez votre peignoir et lancez-vous à corps perdu dans cette aventure bienveillante ! Avec Amédée Renoux, Sophie Mesnager, Guillaume Derouineau, Yui Mitsuhashi, Antoine Meunier, Bérangère Demeautis et Erwan Barbier. Régisseur général : Pierre-André Goursolas. Régisseur lumière : Simon Rutten. Création numérique : Jean-Christophe Dérand. Réalisation de la machinerie sonore : Rémi Estival. Conception technique : Joël Blourde. Production : Sophie Peuvion.

Lombart contre Lombart Dimanche 17 → 17h30 Quartier Drouot Théâtre de rue ~ 1h Fabrice Lombart, 90 kg, 1m90, 33 ans, chef d’entreprise de l’Entreprise Lombart, passionné de pétanque, propriétaire de la maison située au 9 impasse Floréal à Lucé près de Chartres, marié à Carole Lombart le 11 juin 1994, sans enfant. Carole Lombart, 56,8 kg, 1m635, 32 ans, institutrice à Lucé, propriétaire de la maison située au 9 impasse Floréal à Lucé près de Chartres, mariée à Fabrice Lombart le 11 juin 1994, sans enfant. Sur un boulodrome flambant neuf, Lombart contre Lombart met en parallèle une vie de couple et une compétition sportive. Lorsque le quotidien devient impossible, rien ne sert de pointer, il faut tirer. Y a-t-il un gagnant à la fin du couple ?

— 13 —


© MartinaMaffini

10 La Baraque Liberté

Bouc de là !

Une nuit, en Europe, devant la porte d’un centre d’hébergement, des hommes et des femmes attendent de savoir s’ils pourront entrer. Certains entrent, d’autres devront passer la nuit dehors. À la rue : Galina, Mère bouc, femme au parapluie, a de petites ailes sur les pieds, si on regarde bien ce sont les pages arrachées d’un livre, elle est russe et aime la littérature française. À la rue : Marthe, congolaise, muette, dont on entend les pensées intérieures, a une petite valise, elle est seule, attend, s’endort. À la rue : Maria, jeune femme, qui a quitté la crise de son Espagne qui cherche un ailleurs, un travail, un recommencement, un souffle. Surgissent alors les cauchemars : d’autres figures, celles de notre société civile, déformées, géantes. La Baraque Liberté créée en avril 2014, est la concrétisation d’une quête ardente et sans relâche. Celle de Caroline Panzera, metteur en scène, comédienne et collaboratrice artistique des projets de compagnonnages du Théâtre du Soleil au Cambodge et en Afghanistan, qui, rêvant de longue date à une manière de raconter le monde, réunit autour de l’idée et du sentiment de troupe quatorze artistes, tous rencontrés au fil de ses dix années d’apprentissage. Bouc de là ! est sa première mise en scène, c’est un choc théâtral, un choc pour la rue, un choc pour nos consciences. Avec Charlotte Andres, Sheila Maeda, Ouamourou Meït, Vincent Lefevre, Raouf Raïs, Patrice Riera, Harold Savary. Mise en scène: Caroline Panzera. Scénographie et inventions : Vincent Lefevre. Régisseur Son : Mathieu Boccaren. Construction décors : Philippe Gauliard et Céline Broudin. Écritures : Caroline Panzera, Mathieu Boccaren et Marie Cosnay (sur la base de témoignages recueillis au COMEDE (comité de soins pour les exilés)). Avec le soutien : du COMEDE, du Musée national de l’Histoire de l’immigration, du Théâtre du Soleil, de la Drac Île de France, de la région Île de France, de la Ville de Paris, de la SPEDIDAM, de l’ADAMI, des Féron’arts, de l’Espace Périphérique – Parc de La Villette, du Théâtre de l’Aquarium.

17 Mathieu Ma Fille Foundation

Dad is dead ! Vendredi 15 → 19h30 Samedi 16 → 16h & 19h30 Square de la Bourse Performance Cirque ~ Env. 35 min. À partir de 15 ans ~ Création 2016 Un duo. Une famille recomposée. Un vélo acrobatique. Un cercle de neuf mètres. Tout en abordant les fausses origines des fameuses études de genre et les mystères de l’identité sexuelle, ce duo, en proie aux liens ambigus qui l’animent, s’interroge sur son action militante et la nécessaire limite qu’entraîne une volonté de vouloir faire le monde à son image. Sur leur vélo acrobatique les deux comparses flirtent avec le cirque et le théâtre, livrant à travers cette esthétique propre à Mathieu Ma Fille Foundation une discussion de haut vol… où la parole est fragmentée et le mouvement permanent.

— 14 —

© Pierre Planchenault

Vendredi 15 & Samedi 16 → 23h15 Parking rue Engel Dollfus / rue du Ballon Théâtre ~ 1h ~ À partir de 8 ans Création 2016

Mathieu Ma Fille Foundation voit le jour en mai 2011. Axée autour du champ théâtral, MMFF affirme néanmoins un processus d’écriture pluridisciplinaire et collectif. Arnaud Saury, comédien et metteur en scène issu de l’école du TNB de Rennes, en est l’un des membres fondateurs. Mathieu Despoisse, circassien diplômé de l’École des Arts du Cirque de Châlons en Champagne, est notamment membre du collectif Cheptel Aleikoum. De et avec Mathieu Despoisse et Arnaud Saury. Lumière et son : Nils Doucet. Coach vélo acrobatique : Olivier Debelhoir. Remerciements : Pierre Glotin et Alexandre Denis. Production Mathieu Ma Fille Foundation. Aide à la résidence Carré Magique Lannion Trégor - Pôle national des arts du cirque en Bretagne / Le Merlan Scène nationale à Marseille en partenariat avec KOMM’N’ACT – Plateforme pour la jeune création internationale / CRABB – Biscarrosse / Atelier des Marches - Le Bouscat / École de cirque de Bordeaux. Avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique.


© Brigou

1

15

Stand 2000 Samedi 16 → 15h-19h ~ Place de la Réunion Dimanche 17 → 15h-19h ~ Quartier Drouot Installation foraine ~ 4h 1

15

Les Batteurs de Pavés

Germinal Samedi 16 → 16h & 18h30 ~ Place Lambert Dimanche 17 → 15h30 ~ Quartier Drouot Théâtre de rue ~ 40 min. À partir de 6 ans Un mineur au chômage arrive dans une mine du Nord de la France. Prenant fait et cause pour les mineurs, il les pousse à la grève quand la compagnie décide de baisser les salaires. Adaptation du chef d’œuvre de Zola, Germinal met en scène la lutte des classes à hauteur d’enfants. Dynamiteurs de classiques, Les Batteurs de Pavés proposent un spectacle interactif où les enfants jouent presque tous les rôles. Même si cette œuvre se prête aux images de la misère de façon hyperréaliste, Les Batteurs de Pavés, ne cherchent pas à délivrer un message politique insistant, mais simplement attirer l’attention sur des faits de société, qui se répètent inlassablement… Drôle et engagé ! Fidèles à leur démarche depuis plus de quinze ans, Les Batteurs de Pavés reviennent inlassablement à la grande littérature classique, décortiquée à leur manière à eux. Leurs spectacles permettent de redécouvrir des textes considérés aujourd’hui comme de vieilles barbes, ou alors devenus de simples archétypes. Or, passé au crible de leur analyse, le public découvre la modernité des textes classiques, ou plutôt leur éternité dans le propos, voire leur philosophie. C’est donc avec un grand plaisir que nous accueillons une nouvelle fois nos amis suisses, Les Batteurs de Pavés. On se souvient de leur dernier passage au festival avec une adaptation décapante des Trois Mousquetaires, véritable épopée nocturne de plus de 6 heures, tel un souvenir mémorable.

Le vrai-faux stand de fête de la famille Gomez ! Le principe est simple. Mille francs les cinq billets, cinq francs les mille billets. Il suffit de tenter sa chance. Mais attention, les lots ne sont ni repris ni échangés… Notre frénésie de consommation en prend pour son grade, et les objets déclassés et gagnés en profitent pour repartir pour une seconde vie… Des lots ringards, du clinquant à souhait, de la bonne humeur et de la dérision, des couleurs vives avec pattes d’ef, des musiques flonflon des seventies à la sono, et des cadeaux des cadeaux des cadeaux… Loosers à la fois drôles et pathétiques, les Gomez ont de toute évidence perdu la course à la modernité.

POLAU

17

Rencontre « ARTS ET AMENAGEMENT DES TERRITOIRES » Présentation du Plan-Guide Vendredi 15 → 9h–12h Société industrielle de Mulhouse Cette rencontre est une étape du Tour de France de présentation du Plan-Guide « Arts et Aménagement des territoires », étude nationale réalisée en 2015 pour le ministère de la Culture et de la Communication – DGCA, par le pOlau-pôle des arts urbains. Pour réaliser cette étude, le pOlau s’est basé sur son expérience de près de dix années d’accompagnement de projets artistiques et urbains. Le résultat est un outil inédit, un Plan-Guide évolutif, qui livre l’analyse et le repérage de plus de 300 initiatives en France et au-delà, ainsi que des pistes de réflexions et d’actions en matière de ré-outillage artistique et culturel des territoires.

Avec Laurent Lecoultre et Emmanuel Moser. Diffusion : Delphine Litha. Regard extérieur : Jennifer Wesse. Aide à la dramaturgie : Mathieu Béguelin.

— 15 —

© Chloe Lebert

Théâtre Group’

Depuis sa création, le Théâtre Group’ travaille au développement des arts de la rue dans le Jura et la Franche-Comté à travers ses propres créations et la programmation de spectacles typés rue. Les comédiens de Théâtre Group’ s’intéressent à ceux qui les entourent et sont intimement ancrés dans l’actualité, dans la société. Elle a créé notamment La Jurassienne de Réparation, VIGILE, Stand 2000 ou encore Comique ?... Après une incursion télévisuelle et hilarante dans le quartier Drouot en mai dernier, les voici de retour avec leur spectacle forain indémodable ! Avec Patrice Jouffroy, Pio D’Elia et Bernard Daisey. Théâtre Group’ est une compagnie aidée par le Ministère de la Culture et de la Communication / DRAC de Bourgogne-Franche-Comté au titre de compagnie des Arts de la Rue conventionnée, elle est conventionnée avec le Conseil Régional de Franche Comté et également soutenue financièrement par le Conseil Départemental du Jura.

En présence de : Jean Rottner – Maire de la Ville de Mulhouse et Président de la Fédération nationale des agences d’urbanisme, Pascal Ferren – Reponsable recherche et projets au pOlau-Pôle des Arts Urbains, David Demougeot – Le bien urbain (Besançon), Guénolé Jezequel – Le Bureau Cosmique, Michel Samuel-Weis – Adjoint délégué à la Culture de la Ville de Mulhouse, L’AURM – Agence d’Urbanisme de la Région mulhousienne, Le Pôle Urbanisme et Aménagement de la Ville de Mulhouse. (Sous réserve)


19 Association Roure

Zéro Avril

23

Cie Microsillon

Urban & Orbitch Vendredi 15 & Samedi 16 → 23h Parking Sainte-Claire Clown ~ 1h10 ~ À partir de 10 ans Urban et Orbitch c’est l’échappée nocturne d’un clown. Bobitch, petit vieux sans âge, échoué sur son fauteuil s’amuse à brouiller les cartes. Ce soir, c’est décidé, il est décidé, il a décidé, il va tuer son ennui. Échappé nocturne, c’est parti ! Petite étoile qui file dans l’obscurité, il nous embarque dans sa galaxie faite de petits riens et de grands tout, peuplée de rencontres réelles ou rêvées, au rythme de son beat box qui donne la parole au vide. Ce soir Bobitch s’offre à la ville et au monde sans bénédiction. Ce soir Bobitch est en roue libre et nous invite à nous perdre dans sa nuit. Bonne route ! C’est avec émotion que nous retrouvons Boris Arquier qui a été en résidence à Mulhouse en 2014 afin de peaufiner « la réécriture urbaine » de ce clown déjà mythique, avant sa création en 2015. Après un parcours clownesque peu banal, allant d’Archaos aux « Hommes en noir », de Gosh à la Cie Microsillon, Boris Arquier se met dans la peau du clown Bobitch et crée en 2010 « One day à la Bobitch » avec la collaboration de Michel Dallaire et en 2015 Urban et Orbitch, échappée urbaine et nocturne de ce personnage si singulier. La compagnie explore l’écriture clownesque, s’appuyant sur l’idée que l’exploit du clown réside dans le simple fait d’être extra-ordinaire. N’étant ni logique, ni moral il se joue de ces conventions. Il se livre, passant sa réalité au travers d’un miroir, déformant de satyre, réfléchissant de l’humanité. Avec Boris Arquier. Mise en scène : Patricia Marinier. Régisseur lumière : Yann Martinez. Spectacle coproduit par La Verrerie d’Alès / PNC Languedoc-Roussillon - L’Entre-Sort de Furies (51) - Scènes de rue (68) - La Carosserie Mesnier (18) Le Daki Ling (13).

7

11

© Patou Photographie

© Pascal Ploix

Vendredi 15 → 23h30 & Samedi 16 → minuit Rdv Poste Henner / Place Gal de Gaulle Théâtre de rue ~ 1h20 ~ À partir de 15 ans Pour mourir, rendez-vous sur place 15 min. avant le début du spectacle. Création 2016

Cie Troupe

L’Instant CroXel (2) Samedi 16 → 10h30 ~ Chez Poupous & 19h ~ Bar le Chatelleret Théâtre de rue ~ 50 min ~ Spectacle pour deux comédiens et consommateurs du bistrot du coin ~ à partir de 10 ans Rémi Walker est commercial chez CroXel. Il attend la signature d’un bon de livraison pour une opération promotionnelle de rue: des cacahuètes au « goût nordique ». L’absence momentanée du patron va le conduire à composer avec la serveuse en patientant autour de quelques verres… Les consommateurs présents vont alors assister à une lente et aigre dégringolade jalonnée d’héroïques morceaux de bravoure de comptoir, dérisoires sommets que seul l’alcool permet d’escalader… C’est une tranche de vie. Une courte tranche de vie qui dérive. Ce spectacle, originellement diffusé par la compagnie OpUS, a été recréé pour être désormais produit et présenté par la compagnie Troupe dirigée par Jean-Louis Cordier. L’instant Croxel est une pièce courte pour bistrot du coin qui traite du sensible sujet des boires et des déboires de ceux qui trinquent, de leurs ivresses, de leurs dérives… Parler de l’alcool, c’est forcément parler de la contradiction entre les plaisirs et les souffrances. Avec Chantal Joblon et Pascal Rome de la Compagnie Opus. Mise en scène : Jean-Louis Cordier de la Compagnie Troupe. Interprètes : Katell Lebreton et Julien Pillet. Avec le soutien : Conseil Général du Jura / Commune de Saint-Lothain. Coproduction : Mi-Scène, Poligny / l’Amuserie, Lons-le-Saunier / La vache qui Rue, Moirans-en-Montagne / Quelques p’arts... Centre national des arts de la Rue, Boulieulès-Annonay. Partenaires : Café moka, Poligny / Moulin de Brainans.

— 16 —

Vous êtes morts ce soir. On vous cache sous un drap blanc et voilà. Ça vous rappelle quelque chose cette bonne ambiance ? Ce spectacle est une expérience transgressive et chaotique où vous avez le choix : mourir ou regarder des morts. Nous sommes en plein 201418, et l’au-delà est une fresque masquée où plane la menace d’être hanté par des cons. Face à vous, le personnage principal, une foule blanche traversée par des dialogues, négociations, désordres et autres parades nuptiales, violentes, voire idéologiques. Si vous voulez mourir, venez échanger vos panoplies de spectateurs pour un costume de fantôme, là où tout le monde se ressemble, là où vous serez les fervents acteurs de cette performance corrosive. Dans les deux cas, mourir ou regarder, l’objectif est le même : traverser ensemble le second degré pour se promener dans les suivants. Anne Corté, jeune artiste issue de la FAI AR (Formation Supérieure d’art en espace public) nous avait déjà fait vivre une expérience pas banale… avec ses « Expériences de bananalité » présentées en 2012. Elle revient à Mulhouse avec son nouveau projet, tout aussi atypique, provocant et un brin déconcertant. Cette dernière création est nourrie par une inquiétude sur les choix de l’humanité dans leurs grandes lignes, leurs petits travers et la perception d’un rétrécissement des possibles. Cette création propose au public de choisir, rien de macabre, la mort est ici le prétexte d’une pirouette philosophique. L’expérience est loufoque, influencée par le théâtre invisible, la mascarade néo-carnavalesque et les marécages de notre folklore contemporain. Conception : Anne Corté. Avec : Panxo Jimenez, Alix Montheil, Maus Olive Salvo, Keyla Ramos, Léa Noygues, Camille Chatelain, Clément Dreyfus. Objets : Nicolas Ramel et Charlotte Ducousso. Création lumière : Franck Besson. Régie : Clément Dreyfus. Conversation : Jonathan Sutton. Titre : Mathieu Ha. Coproductions : Furies-Pôle National des Arts du Cirque et de la Rue en préfiguration-Châlonsen-Champagne, Pronomade(s)-Centre National des Arts de la RueEncausse-les-Thermes, Le Citron Jaune-Centre National des Arts de la Rue-Port-Saint-Louis-du-Rhône, Le Parapluie-Centre International de Création Artistique-Aurillac. Avec le soutien de : Ministère de la Culture et de la Communication-DGCA, SACD-Auteurs d’Espaces, Festival Scènes de rue-Mulhouse. Aide à l’écriture : Association Beaumarchais SACD. Collaboration Grand Est : Favorisant le soutien à la création, Scènes de rue collabore avec des structures partenaires dans la Région Grand Est. L’association Roure a été accueillie en résidence à Mulhouse juste avant les premières du spectacle présenté au Festival Furies à Châlonsen-Champagne.


© Tout En Vrac

8

1

15

Tout En Vrac

La Cuisinière Samedi 16 → 15h ~ Place Franklin & 21h ~ Place de la Réunion Dimanche 17 → 19h ~ Quartier Drouot Théâtre de rue ~ 30 min

Avec Noémie Ladouce. Mise en scène : Collective. Décors : Nicolas Granet et Bénédicte Jacquier. Diffusion : Bénédicte Jacquier. Ecriture : Antoine Quirion et Charlotte Meurisse. Costume : Aurélie Alcouffe. Avec le soutiens de : Ville de Grenoble, Le Prunier Sauvage, La Dame d’Angleterre, La Bifurk’.

13

2

4

Carnage Productions

Ma vie de grenier Jeudi 14 → 20h ~Parc Salvator Vendredi 15 → 20h & Samedi 16 → 17h Parking des Cordiers Samedi 16 → 10h ~ Place de la Concorde Théâtre de rue ~ 1h15 ~ À partir de 8 ans Gaëtan Lecroteux s’est installé la veille du vide grenier pour avoir la meilleure place, sauf qu’il s’est trompé sur la date et qu’il a une semaine d’avance. Alors il hésite, ranger et partir, mais non, il a promis à sa jeune épouse biélorusse de vendre son bazar pour libérer le grenier dans lequel son frère, Benjamin fait une chambre d’amis. On découvrira au cours de ses catastrophes domestiques qu’il a été trahi, trompé, et exploité… Trop gentil pour se rebeller, il va errer autour de son stand et nous raconter des choses simples qui vont rapidement devenir compliquées. Ma vie de grenier est une accumulation de 30 ans de gags qui voient enfin le jour par le biais d’un personnage qui a un passé dérisoire, un présent épouvantable et un futur compromis. Ce spectacle est triste tant il est drôle et réciproquement. Un régal !

— 17 —

© JPEstournet

Une demoiselle, fraîchement sortie d’un dessin de pin-up des années 50, s’affaire autour des fourneaux. Elle n’a qu’une chose en tête, devenir une parfaite épouse en concoctant la recette ultime : la tarte choco-caramel meringuée sur son lit de compote de pommes. En un tour de main, la farine se tamise, les œufs se battent, le caramel flambe et la recette tourne au vinaigre. Elle devra se battre férocement pour ne pas finir en rôti. La cuisinière est un duel, celui d’une femme et de son outil de travail. Qui contrôle qui ? Qui maîtrise qui ? Qui influence qui ? La jeune femme va devoir se battre pour apprivoiser cette modernité malicieuse. La compagnie Tout En Vrac est née à Grenoble en 2004. Ces créateurs mettent le spectacle vivant au service d’une idée, d’une énergie, d’une histoire. Dans la perspective d’un théâtre total, ces créations sont portées par un amour de la construction plastique et des réalisations techniques. En investissant l’espace public, ils souhaitent ouvrir une fenêtre dans le quotidien pour rêver, faire rêver et proposer un univers à la fois sensible et loufoque. Avec cette spectaculaire et irrésistible Cuisinière, la compagnie continue sa recherche à travers une espièglerie et une sensibilité à fondre de rire…

Née au cœur d’Avignon en 1989 où la rue était encore libre, la compagnie a créé de nombreux « classiques » du théâtre de rue. Regroupant une ribambelle d’imbéciles tous dévoués au ridicule et à l’humour cultivé à force d’observation du monde qui les entoure, la compagnie se revendique des Nouveaux Arts du Geste et de l’Exploit et s’identifie à la cascade burlesque et à la Connerie universelle traitée sous toutes ses formes. S’inspirant de situations humaines, Carnage Productions aime les tordre, les développer, les emmener là où l’on ne les attend pas et pouvoir dire : « ce n’est pas nous qui sommes fous, c’est vous qui êtes trop normaux ». Avec Stéphane Filloque et Mia. Diffusion : Marie France Pernin. Régisseur général : Mia.


motocobar

diy / partageons, créons Vendredi 15 → 16h – 2h & Samedi 16 → 12h – 2h Collège Kennedy

6

Cette année, c’est à Motoco que Scènes de rue a confié la scénographie et l’animation du bar, centre du festival, dans la cour du collège Kennedy. Fidèle à leur esprit créatif et de partage, les artistes de Motoco ont également préparé un vaste programme d’ateliers créatifs : création d’une fresque participative sur un support bois, customisation de meubles, yoga du rire, création d’attrapes rêves, lutherie Sauvage, arts plastiques enfants et adultes. Dégustation de vins.

© Clement Lavault

Détails et horaires des ateliers sur scenesderue.fr

Vendredi 15 & Samedi 16 → 22h30 Collège Kennedy Concert de magie mentale ~ 45 min À partir de 9 ans

ness, créateur artificiel d’icônes et de stars, miroir aux alouettes où la réalité n’est plus qu’une coquille vide. Mathieu Pasero monte la compagnie en 2009 autour de son spectacle fondateur : Raoul Lambert enfume la chanson française, solo burlesque, magique, absurde & bavard. En 2011, avec le spectacle In caravane with Raoul !, il propose un entresort de magie mentale chantée et déjantée, toutes les 17 minutes pour 17 personnes. Titre Définitif* (*Titre Provisoire), concert de magie mentale est le troisième volet des plongées de Raoul(-s) Lambert dans le monde des paillettes et du soufre.

Une scène fourre-tout comme un grand medley de pensées, un Bontempi qui rêve d’être un piano à queue, un escabeau qui se croit à Broadway, une rue déserte qui préférerait être un décor de cinéma. Raoul Lambert vous entraîne dans le monde de l’imposture. Avec votre aide, ils vont travestir la réalité. Tout en vous encourageant à renforcer votre sens critique et votre rationalité, les Raoul(-s) s’engagent à troubler votre raison et défier vos sens. Tout ce que vous allez voir ne se passera en réalité que dans votre tête... Et tout ce qui se passe dans votre tête est en réalité décidé par quelqu’un... Comme une rengaine lancinante que vous n’avez pas vraiment choisie. La compagnie explore avec humour les ponts entre théâtre, magie et musique grâce au personnage de Raoul Lambert. La toile de fond est le show busi-

Avec Kevin Laval et Mathieu Pasero. Mise en scène : Mathieu Pasero et Raquel Silva. Régie : Benoit Chauvel. Régisseur lumière : Françoise Rouan. Régisseur son : Maxime Leneyle. Consultant magie : Guillaume Vallée. Costumes : Magali Leportier. Diffusion/Production : Camille Foucher. Administration : Collectif La Basse Cour. Production : Cie Raoul Lambert ; Collectif La Basse Cour. Coproductions : Le Forum – scène conventionnée du Blanc Mesnil ; La Cascade - Maison des arts du clown et du cirque de Bourg Saint Andéol ; Festival Les Elancées - Scènes et Cinés Ouest Provence. Accueils en résidence : Le Forum – scène conventionnée du Blanc Mesnil ; La Cascade - Maison des arts du clown et du cirque de Bourg Saint Andéol ; L’Espace Périphérique - Ville de Paris – Parc de la Villette ; L’Espace Bleu Pluriel à Trégueux ; L’Espace culturel des Corbières à Ferrals les Corbières ; Le Citron jaune – CNAR Port Saint Louis du Rhône ; Les Zaccros d’ma rue – Nevers ; Animakt – lieu de fabrique pour les arts de la rue, de la piste et d’ailleurs ; Association Rudeboy Crew – Le Bleymard ; le CIAM – Aix en Provence ; Les Elvis Platinés à Sumène ; Les Baltringos au Mans. Avec soutiens de : La Ville de Nîmes ; Le Conseil général du Gard ; Le Conseil régional Languedoc Roussillon. Merci à Thierry Collet – Cie Le Phalène, Johann Candoré, Marine Cheravola, Michel Almon, Akwaba – coopérative culturelle à Chateauneuf de Gadagne, Festival Les Expressifs à Poitiers.

Raoul Lambert

Titre définitif* (*titre provisoire)

Ksos Pie Kant Vendredi 15 → 23h30 Collège Kennedy Dimanche 17 → 19h30 Quartier Drouot Concert Jeune duo de la chanson française, les deux saltimbanques revisitent les genres au travers des villes qu’ils sillonnent avec passion et sans rougir : accordéon, saxophone, guitare, batterie, beatbox et voix sont mobilisés par l’un et par l’autre afin d’amener leurs textes à nos oreilles. Un chant festif orchestré dans une ambiance chaleureuse où le rire parfume les ver(e)s.

— 18 —


Un dimanche entre nous, autour d’un banquet artistique Dimanche 17 Rue de la Navigation / Quartier Drouot

15

© Vincent Muteau

Scènes de rue poursuit son exploration urbaine. Cette année, les piquets seront plantés dans le quartier Drouot, rue de la Navigation et autour de l’école élémentaire. Ce sera un après-midi ponctué de spectacles étonnants et d’ateliers d’initiation aux arts du cirque et au Parkour. Et pour le banquet de clôture, venez nombreux et contribuez à dresser la plus longue table de l’été, le long du canal, sous les arbres, au son de l’accordéon… Installez-vous en fin de journée avec de quoi partager un coup à boire et de bonnes choses à grignoter, amenez votre table, vos chaises et profitez simplement du moment présent !

Théâtre de l’Unité © Cie Quignon Sur Rue

Le Parlement de rue → 16h Théâtre de rue participatif ~ 1h30 À partir de 10 ans

à l’envers

Quignon sur Rue

Pasta i basta

Autour du pain

→ 19h30 Banquet pour l’espace public

→ À partir de 14h30 Performance artistique et gustative ~ 2h30

C’est le temps du grand banquet, le moment où l’on se retrouve pour ripailler ensemble… Toute la journée, un groupe d’habitant-e-s aura préparé des kilos de pâtes. À 19h30, on passe à table comme à la maison. Faites-vous beaux, amenez de quoi partager avec vos voisins, goûtez aux pâtes et attablez-vous ! Ou même mieux, amenez votre propre table et portez-la seul-e, à deux, à six, à dix, osez la porter les pieds en l’air, la tête à l’envers, sur le dos ! Et installez-vous sous les arbres de la rue de la Navigation comme à la maison. C’est la fête… Après un parcours autodidacte qui l’a mené du théâtre amateur à l’Université, Benoît Gasnier de la Compagnie à l’envers se consacre entièrement à la mise en scène. Guénolé Jezequel fait lui partie du Bureau Cosmique, association d’architecture, créée et basée à Rennes évoluant vers des pratiques multiples, mêlant scénographie, design, communication, paysage et construction. Ils ont pensé ensemble l’installation de ce banquet comme on écrit la trame d’un récit. Celui d’une journée particulière, où l’on s’active aux préparatifs pour accueillir les convives du soir, habitants, visiteurs. Un théâtre de pâtes autour duquel les gens viennent et vont, de la scène aux coulisses.

Autour d’un four artisanal, Quignon sur Rue invite les curieux à mettre la main à la pâte, à prendre le geste du pétrin, à nouer du lien et interagir avec ce que l’on mange. C’est dans un taylorisme convivial et chaleureux qu’ils tentent de mettre tous nos sens en éveil, afin de nous rassembler autour d’une nécessité commune : se nourrir ! Le collectif Quignon sur Rue s’est créé autour d’artistes de différentes disciplines (arts de la rue, danse, théâtre, musique, chant), d’un ex-certificateur de labels biologiques DJ à ses heures, et d’une passion commune : le pain. En 2011, la compagnie fabrique un four ambulant et part sur les routes des festivals de rue, en cherchant des formes artistiques autour du geste artisan. Ces comédiens-ouvriers travaillent selon leurs habitudes et leurs savoir- faire, se laissant transporter ou déborder par la matière vivante et le geste artisan.

Avec Benoît Gasnier et Guénolé Jezequel. Mise en scène : Benoît Gasnier. Scénographie : Guénolé Jezequel. Chargée de production : Magali Larno. Production : à l’envers. Coproduction : Festival Chahuts – Bordeaux / Au bout du Plongeoir - Thorigné Fouillard.

Avec Peggy Dalibert, Laurent Lebarbé, Charlotte Cabanis, Phil Devaud, Hervé Guinouard. Chorégraphe : Béatrice Moreno.

Le Théâtre de l’Unité veut donner la parole à ceux qui ont réussi à faire bouger et à réveiller la démocratie. Au quartier Drouot on verra naître un nouveau parlement, un parlement légitime qui édictera des lois. Un parlement de rêve où les débats seront ponctués de poésie, de discours de Jean Jaurès ou Victor Hugo, d’interludes musicaux ravageurs et souvent impertinents de Didier Super. Le Théâtre de l’Unité est une équipe historique des arts de la rue portée par la fantaisie contagieuse de Jacques Livchine et d’Hervée de Lafond. C’est une compagnie plus soudée dans le risque que dans le savoir-faire, plus soucieuse d’inventer que de faire carrière, plus prompte aux élans kamikazes qu’à l’autosatisfaction. Si on veut les résumer dans une formule on ne peut guère parler que d’un théâtre qui ne tient pas en place. En 1991, le Théâtre de l’Unité s’installe à Montbéliard. Ils ouvrent le plus sérieusement du monde le premier centre d’art et de plaisanterie de France, une «espèce d’institution anti-institutionnelle». Ils y inventèrent une grande fête, le Réveillon des Boulons, firent fleurir de nouveaux concepts et des événements dont eux seuls possèdent le secret, sans oublier leur culture de l’insolence qui les a très vite fait connaître dans la ville comme des empêcheurs de tourner en rond.

Le dimanche, c’est aussi… La Cuisinière, Lombart contre Lombart, Stand 2000, des ateliers d’initiation aux arts du cirque avec les Ateliers de la piste – Achille Zavatta ; et au Parkour avec l’association Saïmiri Parkour et la French Freerun Family…

— 19 —


Tous les spectacles présentés sont gratuits mais à géométrie variable. Petits ou grands, intimes ou spectaculaires, fixes ou en déambulation, l’accueil du public est adapté en fonction. Pour le confort de tous, merci de vous conformer aux recommandations spécifiques. Consignes Vigipirate : en cas de contrôle, dans le cadre du dispositif VIGIPIRATE, pour faciliter votre accès aux spectacles, nous vous recommandons de venir sans sacs volumineux ni bagages.

Signature verte

Ainsi, certains spectacles sont à jauge limitée ; cela s’explique soit par un espace réduit soit simplement parce le spectacle a été conçu pour un nombre limité de spectateurs. Quand c’est le cas, la mention de Jauge limitée est indiquée, elle peut être simple ou à billetterie. Pour ces spectacles, il est demandé de venir sur place 30 min. avant le début de la représentation. Aucune réservation ne sera prise.

Toujours fidèle à son positionnement, le festival continue à mettre en œuvre des actions éco-citoyennes qui amènent à la réflexion et surtout à penser notre rapport au monde et aux autres… Après quatre années d’engagement, le festival est soucieux de développer sa signature verte et agit naturellement pour limiter son impact sur l’environnement par : la limitation des déchets (utilisation de papier recyclé, de vaisselle dure et de gobelets réutilisables au catering et au bar, limitation des bouteilles plastiques et valorisation de l’eau de Mulhouse), le recours aux circuits courts et aux produits issus de l’agriculture biologique, le tri des déchets (y compris compostage), l’utilisation de toilettes sèches et la promotion des transports en commun.

Accueil et accompagnement des personnes à mobilité réduite Le festival met tout en œuvre pour que les personnes à mobilité réduite puissent participer au festival. Pour plus d’informations : 03 69 77 77 50

conception

Renseignements : Service Développement culturel Tél. 03 69 77 77 50 www.scenesderue.fr #S2RM2016

ALSACE-CHAMPAGNEARDENNE-LORRAINE

@mulhouse.officiel

Vous aussi laissez votre signature verte… Pour vos déplacements, pensez aux transports doux grâce à nos partenaires : • Soléa Pour les lignes régulières : solea.info Pour le covoiturage : covoiturage.solea.info • Vélocité s’associe au festival en proposant un abonnement courte durée gratuit du 14 au 17 juillet ! Tous les sites du festival sont situés à proximité d’une station de vélocité. Plus d’infos sur velocité.fr

Illustration Pintachan

Vendredi de 14h à 20h et Samedi de 11h à 20h. Un point d’information central est à votre service, Place de la Réunion. Vous y trouverez le programme du festival et pourrez y poser toutes vos questions. De plus, sur les sites de chaque spectacle, notre équipe Accueil Public est présente pour vous accueillir et vous placer afin que vous puissiez profiter au mieux des spectacles.

Jauge limitée

@mulhouse

mulhouse.fr

Licence n°3-1020057

Point info et accueil du public

SCÈNES DE RUE 2016  

Programme de la 20ème édition du festival Scènes de Rue (14-17 juillet 2016) Graphisme : Médiapop / Starlight. Illustration : Pintachan

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you