Page 1


Scènes de rue Après les émotions sportives suscitées par le passage du Tour de France, place au cœur de notre été mulhousien aux artistes, aux petites caravanes et aux grands émois ! Au fil des ans, Scènes de Rue, le festival des arts de la rue est devenu un évènement incontournable. Les Mulhousiens l’ont fait leur et attendent chaque année les belles surprises humaines et autres folies monumentales qui nous permettent de découvrir ou redécouvrir, de manière poétique notre ville. Après les quais illuminés par la fameuse compagnie Carabosse et la maison alsacienne d’Olivier Grossetête, je vous invite tous à vivre pleinement cette dixhuitième édition. Inscrivez-vous nombreux dès à présent pour participer à la cascade émotionnelle – Dominoes – qui reliera les quartiers, les habitants, les spectateurs et les bâtisseurs. Le festival reste aussi un laboratoire géant pour de nombreux artistes qui viennent tester, expérimenter, chercher et ouvrir de nouvelles pistes artistiques dans l’espace public avec un maître-mot, la générosité. Alors n’hésitez pas à venir à leur rencontre en famille et entre amis. Bon festival à tous !

Pour les enfants, petits et grands !

Jean Rottner Maire de Mulhouse

A l’heure de l’engouement massif pour « la chose » urbaine et créative (récréative ?), à l’heure de la fréquentation croissante des manifestations festives et fédératrices, nous n’allons pas nous contenter du plus petit dénominateur commun. Tout en gardant notre envie de soutenir les expérimentations à ciel ouvert, de faire découvrir dans l’espace public des artistes rares et multiples, nous allons tenter d’ébranler la ville, de proposer une poétique, une impulsion commune et collective, des sensations partagées. Mais pour ouvrir les possibles, pour continuer d’expérimenter avec vous, public effréné ou éphémère, pour continuer à vivre des surprises, à se connaitre et à prendre du plaisir ensemble, nous devons soutenir avec force ce qui nous rassemble : le bien commun. Cette société où l’on est curieux de chacun et de l’autre, où l’on est solidaire et complice, où l’on affronte le quotidien et où l’on invente le futur, j’ai la naïveté de croire que c’est ce qui nous uni pendant Scènes de rue. Et cette unité, en ces temps troubles et troublants, elle nous est transmise par la culture, le partage des savoirs mais aussi par les artistes. Parfois il ne suffit pas de grand-chose pour nous faire voir le monde autrement, nous émouvoir ou nous faire rire, pour nous faire sentir ensemble… Mais cette « petite chose », ce supplément d’âme, cette sensation rare où chaque personne invisible compte comme une personne essentielle est si fragile que nous devons la défendre, maintenant. Dans un festival en lutte, au cœur du mouvement des intermittents du spectacle, j’ai vu un combat, un combat du désespoir, j’ai entendu des revendications sociales légitimes mais j’ai surtout rencontré des gens tristes, en détresse, en colère et désespérés aussi, qui ne comprenaient pas pourquoi on remettait en cause leur identité, ceux qu’ils sont... Ils étaient si décriés, si ignorés dans le fondement même de leur travail alors que cette « petite chose en plus » qu’ils nous apportent est souvent bien plus vitale qu’une logique comptable.

Pour tous (mais suivez les conseils…) ! 

Lorsque vous croiserez ces artistes, ces techniciens, que vous admirerez leur prouesse ou leur sensibilité, dites-vous que ces femmes et ces hommes ordinaires repartiront au front le lendemain, sans costumes ni paillettes, que beaucoup tenterons de vivre leur vie, honnêtement, sincèrement, naïvement, dans la précarité de notre époque, mais toujours avec l’énergie et l’utopie qui est la leur et l’intime conviction que transmettre cette « petite chose en plus » est essentiel à la société d’aujourd’hui et de demain.

Pour adultes et adolescents !

PMR

Sourds et Malentendants

Frédéric Remy Directeur artistique

~2~


Station House Opéra

Dominoes Samedi 19 ~ 21h ➞ Départ place Franklin, arrivée place de la Réunion Performance urbaine (Angleterre) Durée : 30 min.

© Jonas Jacquel

Le festival Scènes de rue poursuit en 2014 ses expérimentations dans l’espace public avec une déambulation exceptionnelle. Après Londres, Copenhague ou Helsinki, la compagnie londonienne Station House Opera s’arrête à Mulhouse avec Dominoes pour un parcours unique et spectaculaire. Dominoes a été imaginé à partir de l’idée la plus simple et la plus enfantine : une ligne de dominos… qui serpente la ville, lieux historiques ou quotidiens, recréant une autre cartographie, reliant les différents quartiers, dans une chaîne de cause à effet à la fois physique et symbolique.

Sur un parcours de près de 2,5 km dans les détours des rues de Mulhouse, de la place Franklin à la place de la Réunion, Dominoes rassemblera les habitants et le public. Une performance plastique unique, un jeu de construction monumental qui prendra vie grâce à la participation de plus de 250 volontaires, bâtisseurs essentiels et éphémères de cette sculpture en mouvement, bâtie à l’échelle de la ville. Station House Opera, dirigée par Julian Maynard Smith, est une compagnie britannique de renommée internationale créant des œuvres allant de grands évènements dans l’espace public, à des spectacles de théâtre. Depuis 1980, et après plus de 30 spectacles créés, cette compagnie visionnaire est une référence, notamment sur les esthétiques d’art dans la ville. Station House Opera crée des projets aux quatre coins du monde... Avec Dominoes, la compagnie tente de modifier le regard que nous portons sur la ville, en jouant avec l’architecture.

© Simo Karisalo

Avec le soutien de Cellumat, innovateur en béton cellulaire.

~3~


© Pierre Acobas

Un transport en commun

© Peach

les jeudis du parc

Collectif Alteréaliste

Bulles

Jeudi 17 > à la tombée de la nuit ➞ Parc Salvator Crapaud théâtre

Peach Jeudi 17 ~ 19h30 ➞ Parc Salvator Vendredi 18 ~ 18h15 & 20h ➞ Place de la Réunion Samedi 19 ~ 17h30 & 22h ➞ Place de la Paix Cirque / Spectacle presque tout public déconseillé aux chiens, aux bébés et aux institutrices Durée : 40 min. Personnage inspiré par les punks des années 70’, Peach est un clown rock bourré de joie de vivre qui fait de grosses bêtises. Son style est franc, heureux, râleur, moqueur, déchainé presque - et on y sent un fond intellectuel et provocateur. Parfait showman, Peach est un vrai poète de l’absurde. Dans un désordre absolument extravagant, il conjugue l’art du cirque (équilibriste, clown, jongleur, acrobate, funambule, musicien…) à un humour souvent corrosif, toujours bienvenu. Peach a commencé sa carrière il y a 25 ans en jouant ses spectacles dans la rue. Durant 7 ans, il a gagné sa vie en passant le chapeau à la fin du spectacle. Il a ainsi rodé sa technique lors de plusieurs milliers de représentations. A ce jour, le spectacle évolue toujours et Peach possède un répertoire de dizaines de sketches originaux, lui permettant de faire des spectacles à la carte. Que va-t-il bien nous concocter à Mulhouse ? A vous de le découvrir, sans modération !

Un transport en commun Film de Dyana Gaye (2010) Durée : 48 min. Dakar, Sénégal. C’est la fin de l’été. Le temps d’un voyage de Dakar à Saint-Louis, les passagers d’un taxi-brousse croisent leurs destins et se racontent en chansons.

Highway Documentaire de Sergey Dvortsevoy (2001) Durée : 52 min. Un petit cirque familial, les Tadjibaev, déambule sur les routes du Kazakhstan. A chaque arrêt, ils font leurs numéros : l’un marche sur du verre pilé, tandis que l’autre soulève un poids avec ses dents. Sur leur chemin, ils recueillent un aigle magnifique mais trop jeune pour voler.

le monde bouge, telerama explore ~4~

Jeudi 17 ~ de 19h à 23h ➞ Parc Salvator Vendredi 18 ~ de 15h30 à 20h30 ➞ Place de la Réunion Ciné-concert pour 10 personnes Durée : 17 min. ATTENTION ! Jauge limitée. Retrait des places 30 min. avant le spectacle. Au détour d’une caravane, laissez-vous guider par un étrange personnage. Celui-ci un brin aguicheur, muet et aux allures de savant fou, vous invitera dans sa machine à remonter le temps. Ici vous retomberez en enfance, face à une proximité troublante. Peu à peu une masse sonore s’installera, créée directement à base de jouets. Une image apparaît. L’univers burlesque laissera place à la poésie du film et à la nostalgie du musicien. Il ne reste alors plus qu’à se laisser transporter par la magie du cinéma avec vos yeux d’enfant. Du théâtre aux arts plastiques en passant par le cinéma et la musique, le collectif Alteréaliste cherche de nouvelles formes en invitant l’humain là où il ne s’y attend pas. Ses membres travaillent avec toujours cette même approche: l’art comme échappatoire d’une réalité trop souvent difforme, dans une sorte d’ailleurs qui se construit jour après jour. Production : Collectif Alteréaliste.

chaque semaine toutes les facettes de la culture


© 3F Roof

Samedi 19 ~ 23h ➞ Port de plaisance Performance circassienne Durée : 25 min. Sans un bruit, sans musique, avec juste un souffle, une respiration, un corps, puis deux corps, dans le ciel, dans le vide… Cette danse aérienne, cette prouesse sensible, physique et sensuelle, ce corps à corps avec une corde sera un moment rare, un geste circassien unique dans la ville. Evoluant sur une corde suspendue, Fragan Gehlker et Viivi Roiha poussent les frontières du vertige, de l’acrobatie aérienne et nous convient à un pur moment de grâce, de force et de légèreté. Fragan Gehlker est un artiste rare, sensible, mais c’est aussi un chercheur, un aventurier. Issu d’une famille d’artistes de cirque, il apprend la corde lisse avec son père au sein de plusieurs compagnies. Après une formation au Centre National des Arts du Cirque à Châlonsen-Champagne et après avoir vécu l’expérience de vivre au milieu de la mer lors d’une traversée de l’Atlantique, le vide lui sert d’appui dans sa recherche circassienne et ses créations. C’est ainsi qu’après avoir expérimenté, entre autres, un travail en grande hauteur accroché à un hauban de pont à Lyon, après avoir créé son premier spectacle « Le vide », et parallèlement à ses collaborations avec Emmanuelle Huynh et surtout Árpád Schilling, il a répondu à notre invitation à réaliser une performance unique sur une grande hauteur, au-dessus de la ville. La corde lisse est également le domaine de Viivi Roiha. Artiste finlandaise formée également au Centre National des Arts du Cirque, cette dernière a collaboré avec le Circo Aereo et le GdRa puis avec Árpád Schilling sur Noéplanète où elle a retrouvé Fragan Gehlker. Ayant expérimenté un duo à la corde lisse à cette occasion, leur envie de renouveler cette expérience artistique se concrétisera lors de Scènes de rue.

© Copyleft

© Mate Toth Ridovics

Fragan Gehlker & Viivi Roiha

Collectif de la bascule

Rien n’est moins sûr (…mais c’est une piste) Vendredi 18 ~ 22h Samedi 19 ~ 18h & 22h30 ➞ Place Franklin Cirque Durée : 35 min. Un court spectacle, un long numéro sur un plancher de cirque sans chapiteau. Une nouvelle de cirque, basée sur l’objet bascule dont on déconstruit le fonctionnement au fur et à mesure que le temps s’écoule. Invasion verticale, occupation horizontale. En haut, en l’air et en travers un saut surgit, c’est fulgurant. Ca fait comme une explosion. On lève les yeux. On trépigne. Ici on se côtoie en l’air comme on se dit salut, et on se quitte en se lançant d’une catapulte. Un seul, puis tous, puis un autre. C’est simple puis complexe, si un commence tout continue, s’il s’arrête rien ne va plus. Antoine, Marius, Maxime, Karim et Fanny se sont rencontrés en 2008 au Centre National des Arts du Cirque. Deux ans plus tard, ils présentent un numéro de rue sur le port de La Rochelle pour se payer leur matériel. Pendant la tournée du spectacle de fin d’étude du CNAC, « âm », mis en piste par Stéphane Ricordel, le Collectif de la Bascule ne se démonte pas et tourne à nouveau son numéro de rue pour se payer le camion. Petit à petit l’histoire s’écrit, la création commence, le propos s’exprime à 360°. L’été 2012 voit la création de leur premier spectacle en rue et en circulaire qui sera présenté ici à Mulhouse. Création artistique : Fanny Alvarez, Marius Ollagnier, Maxime Reydel, Antoine Guillaume,Karim Messaoudi. Production : planche36-47. Partenaires : Entre-sort de Furies – Terre de cirque / Châlons-en-Champagne - Espace Périphérique (Ville de Paris - Parc de la Villette), Ecole Nationale de Cirque Shems’y - Salé - Maroc, La Grainerie - Balma, La Cascade - Bourg Saint Andéol, Nil Obstrat Saint Ouen l’Aumône, Cirk’Eole - Montigny les Metz. Avec le soutien du Centre National des Arts du Cirque.

~5~

Projet parkour & cirque (avec la French Freerun Family)

Laboratoire de recherche Vendredi 18 & samedi 19 ~ 17h30 ➞ Rue Henriette Vendredi 18 & Samedi 19 ~ 20h30 ➞ Esplanade de la gare Sortie de résidence Durée : 25 min. Depuis longtemps, Scènes de rue s’interroge sur la création circassienne dans l’espace public, dans la ville. Ou comment utiliser les éléments urbains, mobiliers ou architecturaux, comme une scénographie dédiée ou des agrès préexistants ? C’est ainsi que cette idée de laboratoire de recherche s’est imposée et aboutit à la réunion de plusieurs membres de la French Freerun Family, un des plus fameux collectifs de parkour en France, et des artistes de cirque prêts à remettre leur savoir et leur pratique en jeu. Ces présentations publiques seront autant de tentatives, d’expérimentations, d’instants de prouesse et de générosité à découvrir. Et, à coup sûr, cette aventure acrobatique et urbaine, initiée à Mulhouse, n’est qu’à son commencement. Le parkour ou l’art du déplacement vise un déplacement libre et efficace dans tous types d’environnements, en particulier urbain, et hors des voies de passage préétablies. Usant de figures acrobatiques identiques aux arts du cirque, le freestyle et le freerunning sont les deux composantes du parkour qui n’est pas un spectacle et se doit d’être toujours en mouvement.  En partenariat avec : La Fabrique Royale.


© Loic Benoit

Les 3 points de suspension

Le fabuleux bal de DJ Yabon Daniel Meynard

Nié qui Tamola Vendredi 18 ~ 20h30 & Samedi 19 ~ 18h ➞ Gymnase Montaigne Installation-Théâtre de rue Durée : 3h en continu. ATTENTION ! Jauge limitée. Retrait des places 30 min. avant le spectacle. Embarquement immédiat pour un spectacle 3 en 1, une immersion totale dans l’histoire de la Françafrique… Au programme, une exposition (avec quelques doux dingues conférenciers), un one-man show documentaire (drôle et tellement juste) et un bal « métixé »… Bienvenue dans le dispositif théâtro-documentaire rendant hommage à Daniel Meynard, homme à la pensée méconnue. Entrez dans l’enceinte de “Nié qui tamola” (l’oeil voyageur en langue bambara) et retrouvez la complexité des relations entre la France et ses anciennes colonies africaines. Ce voyage dans une Afrique subjective, ce périple théâtral réinvente la tradition des récits de voyage en mêlant expériences vécues et fantasmées, clichés et réalités, anecdotes et poésie… Difficile en effet de démêler le vrai du faux… et c’est bien là qu’est le tour de force de ce spectacle ! Car au milieu d’éléments parfaitement documentés s’immiscent géniales trouvailles et humour acerbe ! Au programme : échecs de la décolonisation, scandales (plus ou moins médiatisés) de la Françafrique, illusions de la libre circulation des hommes, racisme persistant… Il vaut mieux en rire, même si…

Cie Microsillon

Urban Bobitch Vendredi 18 ~ Minuit & Samedi 19 ~ 23h ➞ Rue des Tondeurs Clown, beatbox / Création 2015 Sortie de résidence Durée : 40 min. C’est l’échappée nocturne d’un vieux petit bonhomme dans les méandres d’une ville : Bobitch. Pour échapper à son enfermement, tous les égarements sont permis. Curieux de tout ce qu’il pense ne pas connaître, il part à la découverte d’un quartier, pour y faire de multiples rencontres… Échoué dans un fauteuil roulant, moyen de locomotion de ce ‘street’ movie immobile, rebidouillé entre scooter

Ce bal est un hommage à Daniel Meynard dans la continuité de Nié qui Tamola. Au son de la savane et de l’accordéon à piles, Dj Yabon Daniel Meynard vous invite à un safari musical aux remixs impossibles sur les chemins de nids-de-poule musicaux de New-York à Kinshasa. Une mise en transe de la foule dans un mix afro-psychotropical. Une aventure corporelle à vivre et à transpirer jusqu’au bout de la nuit. « Peace, love and bissap ». Issus d’univers artistiques très différents les uns des autres, les membres de la compagnie Les 3 Points de Suspension explorent ensemble les richesses du mélange des techniques, des disciplines et des influences dans l’espace urbain. Après un «Voyage en bordure du bord du bout du monde» hilarant et mémorable s’inspirant de la tradition foraine et des films d’horreur des années 50, place à «Nié qui Tamola», cette grande saga de la Françafrique. Une fois encore, c’est le rapport à l’altérité et à l’identité que questionnent Les 3 Points de Suspension, avec un humour toujours aussi décapant et décalé. Avec Cédric Cambon, Nicaolas Chapoulier, Jérôme Colloud, Mathieu Fonfria, Antoine Frammery, Neil Price, Anthony Revillard, Gaël Richard, Nicolas Turon. Subventionné par : la DMDTS, la DRAC Rhône-Alpes, la Région Rhône-Alpes, le Conseil Général de Haute Savoie, la Ville de Saint-Julien en Genevois, Auteurs d’Espaces Publics : SACD-Ville de Pantin. Coproduit par : Les Ateliers Frappaz ; Quelques p’Arts...le SOAR ; le Fourneau - Centre National des Arts de la Rue [en Bretagne] ; le Parapluie - Centre international de création artistique, de recherche et de rayonnement pour le théâtre de rue ; le Citron Jaune - Centre National des Arts de la Rue de Port-Saint-Louis-du- Rhône ; le CSC du Parmelan ; l›Atelier 231 - Centre national des arts de la rue ; les Usines Boinot - CNAR de Poitou-Charentes, Festival Rendez-vous chez nous - ACMUR (Ouagadougou). Soutenu et accueilli en résidence par : Nil Obstrat, la Ville de Pantin, le Château de Monthelon, la Vache qui Rue, la Gare de Marigny le Cahouet.

et trône mobile, Bobitch explore ce que l’humanité a de précieux dans l’infiniment petit, la simplicité -l’humanonyme… Le beat box donne le rythme et la parole au vide, à la limite de la ventriloquie parfois, comme le battement de chœur de tous les personnages entrant dans une écriture cinématographique et cartoonesque. Après un parcours clownesque peu banal, allant d’Archaos aux « Hommes en noir », de Gosh à la Cie Microsillon, Boris Arquier se met dans la peau du clown Bobitch et crée « One day à la Bobitch » avec la collaboration de Michel Dallaire. La compagnie explore l’écriture clownesque, s’appuyant sur l’idée que l’exploit du clown réside dans le simple fait d’être extra-ordinaire. N’étant ni logique, ni moral, il se joue de ces conventions. Il se livre, passant sa réalité au travers d’un miroir, déformant de satyre, réfléchissant de l’humanité. Boris Arquier sera en résidence à Mulhouse afin de peaufiner le déplacement urbain de ce personnage déjà mythique, en vue de sa création en 2015. ~6~

Elodie Meissonnier (Makadam Kanibal)

Anatomique Vendredi 18 ~ 17h30 & 19h Samedi 19 ~ 15h & 20h ➞ Place Lambert Théâtre forain / Création 2015 Sortie de résidence Durée : 30 min. Intégrant les techniques de fakirisme et de manipulation d’objet, le spectacle joué par Elodie Messonnier, seule en scène, parle de l’image des femmes à travers une drôle de chirurgie esthétique à base de boîte à outils. Se servant des diverses facettes de la femme, elle essaie de survivre dans un monde dont elle ne détient plus les codes. Devant son vestiaire d’usine, qui se transforme sous vos yeux en attraction foraine, laissez-vous surprendre par son univers. Avec du papier, des clous, une agrafeuse ou encore une disqueuse… il faut souffrir pour être belle ! Makadam Kanibal est une troupe de cirque de rue issue du milieu de l’art alternatif, d’une culture underground, qui est née de la volonté de créer des spectacles de rue mêlant techniques de fakirs et de clowns. Après deux créations en duo et une en trio au sein de la compagnie, Elodie Meissonnier a souhaité réaliser un solo traitant de l’image de la femme dans nos sociétés. Après avoir accueilli les deux dernières créations, c’est tout naturellement que nous accompagnons celle-ci en accueillant en résidence Elodie Meissonnier et en proposant au public une étape de travail d’Anatomique. Avec Elodie Messonnier. Coproductions: La vache qui rue - Lons le Saunier. Résidences : La Barakt-Saulx, les Chartreux, Thonon évènements - Thonon les Bains, La vache qui rue - Lons le Saunier, Les nouvelles subsistances - Lyon, Le quai des Chap - Nantes, Scènes de rue - Mulhouse.

Auteur et interprète : Boris Arquier. Regards attentifs et pluriels: Pierre Pilatte, Heinzi Laurenzen, Patricia Marinier. Scénographie/ lumières : Sarah Sankey. Fauteuil : Jeff. Costumes : Olivia. Coproduction : La Verrerie d’Alès, Pôle National Cirque Languedoc-Roussillon, L’Entre-Sorts de Furies. © E. Chevalier

Les 3 points de suspension

Vendredi 18 ~ 23h30 ➞ Gymnase Montaigne Installation-Spectacle et bal Durée : 2h.


© Sofia Antoine

© François Chaussebourg

Cie d’Elles

Eclats de Rock

Ma bête noire Vendredi 18 ~ 20h Samedi 19 ~ 16h & 22h ➞ Lycée Montaigne Duo pour un cheval et un danseur Enfants accompagnés. Durée : 40 min. Un cheval et un homme en cage - Une volière géante, un canapé de cuir vieilli dans cette arène. Danser cet indicible qui nous lie à l’autre, nous fond dans l’autre sans jamais pouvoir s’y confondre, s’y dissoudre. Danser le manque, sa brûlure, sa folie, le risque qu’il y a à aimer sur la voie de l’imprudence. Un cheval nu, libre de ses mouvements, de sa fougue - son alter ego, son double, son fantasme, son obsession, sa bête noire... qu’il tente d’apprivoiser. Après plusieurs années passées au sein de la compagnie Tango Sumo, Thomas Chaussebourg crée sa propre compagnie, Eclats de Rock et se lance en 2010 dans un projet qu’il mûrit depuis de longues années, un duo entre lui-même et War Zao, un frison étalon noir, sans selle, ni mors, ni enrênement. “Ma bête noire” n’a rien d’un spectacle équestre traditionnel. Ce n’est ni du cirque, ni de l’équitation, mais un duo chorégraphique comme on en voit rarement, pour un danseur et un cheval… avec, comme fil ténu, la très belle musique crue et poétique d’Alain Bashung. Danse, chorégraphie & mise en scène : Thomas Chaussebourg .Cheval : War Zao. Regard extérieur : Fafiole Palassio. Musique : extraits de L’imprudence d’Alain Bashung. Régie Pascal Aurouet. Administrateur de production : Ronan Martin. Soutiens : Conseil Général des Côtes d’Armor / Conseil Régional de Bretagne / DRAC Bretagne - Ministère de la Culture et de la communication. Coproductions : Le Fourneau, CNAR de Brest / Les Tombées de la nuit, Rennes / Itinéraires bis, association de développement culturel et artistique en Côtes d’Armor / Haras de Hennebont / festival Furies, Châlons-en -Champagne / Haras national et centre culturel de Lamballe / Cirque Jules Verne, Amiens. Remerciements : Domaine de la Roche Jagu / Nil Obstrat. Mécène : Laboratoire Animaderm.

Vendredi 18 ~ 18h & 19h30 Samedi 19 ~ 8h, 18h & 19h30 ➞ RDV Pont Foch Cirque déambulatoire et catastrophé pour sept fuyards, une ballerine et un cheval / Création 2015 / Résidence et sortie de résidence Durée : 30 min. ATTENTION ! Jauge limitée. Retrait des places 30 min. avant le spectacle. L’histoire est simple. Une femme sort de nulle part. Elle est heurtée par une voiture. Affolée, la conductrice sort précipitamment. Tailleur rose. Chignon strict. La femme est inanimée, chemise de nuit blanche, raide, poignets boutonnés… La fuite à cheval très loin dans la ville est un râle. Un choc électrique au cerveau. Le décor de ce spectacle est une ville : boulevard des Traqués, rue de la Sombre-gueule, quai de la Planque aux Anges, venelle Vénale… La fin n’a pas de fin et reste irrésolue… Après tout, il ne s’est passé qu’une seconde… Issus du Lido, Centre des arts du cirque de Toulouse, les artistes de la compagnie d’Elles mêlent cirque, théâtre, écriture, mouvement et objet. Yaëlle Antoine, directrice artistique de la compagnie, puise son inspiration dans l’association du cirque et du verbe. Adaptation de la pièce de Bernard Marie Koltès, ce spectacle de cirque en rue est un réel pari artistique qui mêle ainsi théâtre, cirque et déambulation urbaine. Cette étape de création permettra de confronter un travail en cours de réalisation au public du festival en vue de sa création future en 2015. Avec Netty Radvanyi & Arto son destrier, Xavier Berlioz, Céline Lapeyre, Marta Torrents, Julien Le Cuziat, Marion Guyez, Laura Terrancle, Simon Deschamps. D’après une idée de Yaëlle Antoine. D’après Bernard Marie Koltès. Adaptation et mise en scène : Yaëlle Antoine, assistée à la mise en scène par Sofia Antoine. Création sonore et mixage : Didier Préaudat. Régie son : Jacques Rossello. Machinerie : Philippe Geffroy et Nicolas Gresnot. Costumes : Barbara Ouvray. Administration de production Aurélie Vadepied. Production / Diffusion Paco Bialek. Coproductions, résidences et pré-achats :  La Paperie, CNAR d’Angers (49) ; Cité du Cirque du Mans (72) ; EPPGHV La Villette, Paris (75) ; L’Usine, Scène conventionnée (Tournefeuille / Toulouse Métropole) ; Le Citron Jaune, CNAR de Port Saint Louis du Rhône (13) ; Pôle Cirque Méditerranée (Archaos/CREAC, Marseille Théâtre Europe, La Seyne sur Mer) ; Lieux Publics, Marseille (13) ; La Grainerie, Balma (31) ;Ville de Gaillac (81). Soutien à la maquette et à l’(E)ffraction(S) : La Grainerie, Balma (31); Scènes de rue, Mulhouse (68) ; l’Atelline, Villeneuve les Maguelone (34) ; La Chartreuse, Villeneuve lez Avignon (30) ; Karwan, Marseille (13) ; Ville de Lambesc (13) ; CIAM, Toulouse (31) (Université Toulouse II le Mirail). Aides au projet : Région Midi-Pyrénées – Ville de Toulouse (Toulous’Up) Ministère de la Culture/DGCA.

~7~

© Sileks

Une fuite à cheval très loin dans la ville

La Chouing

H-S Vendredi 18 & Samedi 19 ~ 19h45 ➞ Cour de Lorraine Théâtre de rue, clowns / Création 2014 Durée : 1h. 3 clowns, pas encore morts, échouent au bord du public. Ils font la place pour un spectacle avec des restes, des bouts, des vieux souvenirs, de la musique en copeaux de bois. On voit la ficelle, c’est poussiéreux, mais eux, veulent y croire. Jouer, comme une force de la joie, jouer comme un royaume retrouvé, jouer pour vivre. H-S, c’est une bâche, 1 clown blanc mi-mouette mi-Tarzan et 2 augustes dont 1 bien disloqué et l’autre vraiment trop périmé... Fatigués, aigris, peut-être un peu saouls, ils arrivent, leur mégaphone crache des paroles incompréhensibles... Ils sont 3, vêtus de noir jusqu’au bout du nez, ils sont H-S, hors service, hors limite, hors tout. Mais avant la mise au placard, ils veulent se débattre une dernière fois et rugir avant de mourir. La Chouing fait du théâtre drôle et cruel, du clown pour adulte. Depuis sa création, la compagnie essaie de raconter sur un ton absurde et décalé, des histoires d’hommes défaits, reclus qui tentent de survivre avec leurs vieux démons où l’enfance, la solitude, la misère sexuelle, la mort sont des thèmes de prédilection. Cette compagnie dont l’écriture oscille entre tragédie, comédie, trash et poésie revient à nouveau à Mulhouse afin de présenter les premières de cette création. Ecriture et direction : Alain Bourderon, assistante a la mise en scene : Caroline Lemignard, interpretation : Alain Bourderon, Lucas Costa & Julien Lett, œil extérieur : Cedric Paga, alias Ludor Citrik, diffusion : Alexis Nys – production bis. Partenaires : Conseil Général gard, Conseil Régional Languedoc-Roussillon, Réseau en Scène, Quai des Arts, coproducteur : Hameka, Fabrique des arts de la rue – Louhossoa.


Plan et horaires

Jeudi

21h ➞ Académie Fratellini | Numéros libres Place des Tonneliers | 25 min. ➞ 7

19h - 23h ➞ Collectif Alteréaliste | Bulles Parc Salvator | 17 min. ➞ 18

22h - 23h30 ➞ Orchestre symphonique de Mulhouse | Impromptus Jardin des Senteurs | en continu ➞ 2

19h30 ➞ Crapaud Théâtre | Peach Parc Salvator | 1h10 ➞ 18

22h ➞ Académie Fratellini | Inbox | Place des Tonneliers | 20 min. ➞ 7

21h30 ➞ Projection | Parc Salvator ➞ 18

22h ➞ Collectif de la Bascule | Rien n’est moins sûr (… mais c‘est une piste) | Place Franklin | 30 min. ➞ 21

Vendredi

22h30 ➞ Otradnoie | Otradnoie.1 (trio) | Cour Rue Saint-Jean | 1h ➞ 5 23h ➞ Spectralex | Perceval dans Soleil noir | Place Lambert | 1h ➞ 12

14h30 ➞ Académie Fratellini | Railleries Ecole des Tonneliers | 30 min. ➞ 7

23h30 ➞ Les 3 points de suspension | Le fameux bal de DJ Yabon Daniel Meynard | Gymnase Montaigne | 2h ➞ 14

15h15 ➞ Académie Fratellini | Numéros libres Place des Tonneliers | 25 min. ➞ 7

23h30 ➞ Iona Kewney & Joseph Quimby | Knight of the Invisible Parking Sainte-Claire | 40 min. ➞ 4

15h30 - 20h30 ➞ Collectif Alteréaliste | Bulles Parc Salvator | 17 min. ➞ 18

23h30 ➞ Académie Fratellini | Inbox | Place des Tonneliers | 20 min. ➞ 7

16h - 19h ➞ OSM | Denis Tricot | Promenons-nous dans les bois Jardin des Senteurs | en continu ➞ 2

Minuit ➞ Cie Microsillon | Urban Bobitch | Rue des Tondeurs | 40 min. ➞ 6

16h45 ➞ Académie Fratellini | Numéros libres Place des Tonneliers | 25 min. 7

Samedi

17h ➞ Kamchatka | Fugit | Rdv Place de la Paix | 1h ➞ 10

8h ➞ Cie d’Elles | Une fuite à cheval très loin dans la ville… Rdv Pont Foch | 30 min. ➞ 15

17h ➞ Groupe Entorse | Haute résilience Cour des Maréchaux | 25 min. ➞ 8

9h30 ➞ Kamchatka | Fugit | Rdv Place de la Paix | 1h ➞ 10

17h ➞ Zinderling | Velodroom | Cour de Lorraine | 30 min. ➞ 1

12h ➞ Notre cairn | La noce | Collège Kennedy | 1h ➞ 20 15h ➞ Makadam kanibal | Anatomique | Place Lambert | 30 min. ➞ 12

17h30 ➞ Académie Fratellini | 8 et demi Place Dreyfus | 30 min. ➞ 7

15h ➞ Thé à la rue | A vendre | Départ Place de la concorde | 1h ➞ 3

17h30 ➞ Makadam Kanibal | Anatomique Place Lambert | 30 min. ➞ 12

15h ➞ Académie Fratellini | Numéros libres Place des Tonneliers | 25 min. ➞ 7

17h30 ➞ Projet Parkour | Laboratoire de recherche Rue Henriette | 25 min. ➞ 9

15h30 ➞ Académie Fratellini | Railleries Ecole des Tonneliers | 30 min. ➞ 7

18h ➞ Cie d’Elles | Une fuite à cheval très loin dans la ville… Rdv Pont Foch | 30 min. ➞ 15

15h - 19h ➞ OSM | Denis Tricot | Promenons-nous dans les bois Jardin des Senteurs | en continu ➞ 2

18h ➞ Zinderling | Velodroom | Cour de Lorraine | 30 min. ➞ 1

16h ➞ Groupe Entorse | Haute résilience | Cour des Maréchaux | 25 min. ➞ 8

18h15 ➞ Crapaud Théâtre | Peach Place de la Réunion | 40 min. ➞ 11

16h ➞ Zinderling | Velodroom | Cour de Lorraine| 30 min. ➞ 1

18h30 ➞ Légendes urbaines | Comme j’étais en quelque sorte amoureux de ces fleurs là… | Tour de l’Europe | 1h ➞ 19

16h30 ➞ Académie Fratellini | Numéros libres Place des Tonneliers | 25 min. ➞ 7

16h ➞ Eclats de Rock | Ma bête noire | Lycée Montaigne | 40 min. ➞ 14

19h ➞ Thé à la rue | A Vendre | Place de la Concorde | 1h ➞ 3

17h ➞ Académie Fratellini | 8 et demi | Place Dreyfus | 30 min. ➞ 7

19h ➞ Zinderling | Velodroom | Cour de Lorraine | 30 min. ➞ 1

17h ➞ Zinderling | Velodroom | Cour de Lorraine| 30 min. ➞ 1

19h ➞ Makadam Kanibal | Anatomique Place Lambert | 30 min. ➞ 12

17h30 ➞ Crapaud théâtre | Peach | Place de la Paix| 40 min. ➞ 10 17h30 ➞ Projet Parkour | Laboratoire de recherche Rue Henriette | 25 min. ➞ 9

19h30 ➞ Académie Fratellini | Numéros libres Place des Tonneliers | 25 min. ➞ 7 19h30 ➞ Notre cairn | La noce | Collège Kennedy | 1h ➞ 20

18h ➞ Les 3 points de suspensions | Nié qui tamola Gymnase Montaigne | 3h ➞ 14

19h30 ➞ Cie d’Elles | Une fuite à cheval très loin dans la ville… | Rdv Pont Foch | 30 min. ➞ 15

18h ➞ Collectif de la Bascule | Rien n’est moins sur (… mais c’est une piste) | Place Franklin | 30 min. ➞ 21

19h45 ➞ La Chouing | H.S. | Cour de Lorraine | 1h ➞ 1

18h ➞ Zinderling | Velodroom | Cour de Lorraine | 30 min. ➞ 1

20h ➞ Eclats de Rock | Ma bête noire Lycée Montaigne | 40 min. ➞ 14

18h ➞ Cie d’Elles | Une fuite à cheval très loin dans la ville… Rdv Pont Foch | 30 min. ➞ 15

20h ➞ Crapaud Théâtre | Peach Place de la Réunion | 40 min. ➞ 11

18h30 ➞ Légendes urbaines | Comme j’étais en quelque sorte amoureux de ces fleurs là… | Tour de l’Europe | 1h ➞ 19

20h ➞ Kamchatka | Fugit | Rdv Place de la Paix | 1h ➞ 10

18h45 ➞ Thé à la rue | A vendre | Place de la Concorde | 1h ➞ 3

20h30 ➞ Les 3 points de suspension | Nié qui tamola Gymnase Montaigne | 3h ➞ 14

19h ➞ Académie Fratellini | Numéros libres Place des Tonneliers | 25 min. ➞ 7

20h30 ➞ Académie Fratellini | 8 et demi Place Dreyfus | 30 min. ➞ 7

19h ➞ Zinderling | Velodroom | Cour de Lorraine | 30 min. ➞ 1 19h ➞ Kamchatka | Fugit | Rdv Place de la Paix | 1h ➞ 10

20h30 ➞ Projet Parkour | Laboratoire de recherche Esplanade de la Gare | 25 min. ➞ 16

19h30 ➞ Cie d’Elles | Une fuite à cheval très loin dans la ville… Rdv Pont Foch | 30 min. ➞ 15

21h ➞ Zinderling | Velodroom Cour de Lorraine | 30 min. ➞ 1

19h45 ➞ La Chouing | H-S | Cour de Lorraine | 1h ➞ 1 20h ➞ Makadam Kanibal | Anatomique | Place Lambert | 30 min. ➞ 12

21h ➞ Groupe Entorse | Haute résilience Porte de Bâle | 25 min. ➞ 17

20h ➞ Académie Fratellini | 8 et demi | Place Dreyfus | 30 min. ➞ 7

~8~


22

Se repérer

rté ibe aL l nn de ma ce hu a c l S P t er ob .R v A

ed Ru

Ru Théâ ed tre e la Av. Sin Clem ne enc eau

Tel l

ois

Rue Wilson

Bonbonnière

Rue d es

ge r

Ro Av en ue

15

du

ly 'Is

M ir iro

20h ➞ Notre cairn | La noce | Collège Kennedy | 1h ➞ 20

id

a Qu

al ér én

Le

He

16

rc

cle

uG

20h15 ➞ Groupe Entorse | Haute résilience Cour des Maréchaux | 25 min. ➞ 8

.d Av

20h30 ➞ Projet Parkour | Laboratoire de recherche Esplanade de la gare | 25 min. ➞ 16 20h30 ➞ Académie Fratellini | Numéros libres Place des Tonneliers | 25 min. ➞ 7 21h ➞ Station house opéra | Dominoes Départ place Francklin - Arrivée place de la Réunion ➞ 21 22h - 23h30 | Orchestre symphonique de Mulhouse | Impromptus Jardin des Senteurs | en continu ➞ 2 22h ➞ Académie Fratellini | Inbox | Place des Tonneliers | 20 min. ➞ 7 22h ➞ Eclats de Rock | Ma bête noire | Lycée Montaigne | 40 min. ➞ 14 22h ➞ Crapaud théâtre | Peach | Place de la paix | 40 min. ➞ 10 22h30 ➞ Collectif de la bascule | Rien n’est moins sur (… mais c’est une piste) | Place Franklin | 30 min. ➞ 21 22h30 ➞ Otradnoie | Otradnoie.1 (trio) | Cour Rue Saint-Jean | 1h ➞ 5 23h ➞ Fragan Gehlker & Viivi Roiha | Performance circassienne Esplanade de la gare | 25 min. ➞ 16 23h ➞ Cie Mircosillon | Urban Bobitch | Rue des Tondeurs | 40 min. ➞ 6

Dimanche ➞ 22 17h45 ➞ Tricyclique Dol | Le manège à JiPé (promène couillon) | 45 min. 18h ➞ Zinderling | Velodroom | 30 min. 19h15 ➞ Tricyclique Dol | Le manège à JiPé (promène couillon) | 45 min. 19h30 ➞ Zinderling | Velodroom | 30 min. 20h ➞ Atelier Lefeuvre & André | Entre Serre et Jardin | 50 min. 21h ➞ Tricyclique Dol | Le manège à JiPé (promène couillon) | 45 min. 21h15 ➞ Zinderling | Velodroom | 30 min. 22h ➞ Annibal & ses éléphants | Le film du dimanche soir | 1h

23h ➞ Silent Party | Cour de Lorraine | 2h ➞ 1 23h30 ➞ Les batteurs de pavés | Les 3 Mousquetaires Rdv Parc Salvator | 7h ➞ 18 23h30 ➞ Spectralex | Perceval dans Soleil noir | Place Lambert | 1h ➞ 12 23h30 ➞ Académie Fratellini | Inbox | Place des Tonneliers | 20 min. ➞ 7 23h30 ➞ Groupe Entorse | Haute résilience | Porte de Bâle | 20 min. ➞ 17 Minuit ➞ Iona Kewney & Joseph Quimby | Knight of the invisible Parking Sainte-Claire | 40 min. ➞ 4 ~9~

âle

er

t

'Es

el ed Ru

rte Po

Rue du Man ège

rad

Ru e Ru ed es Ru R ab b ed es ins Tr ois R

ing

e br

re Ga

Rue Jules Ehrmann

eZ Ru

er nn

u1

ed Ru

tal

s en

roi r

eS ed Ru

Mi

eB ed Ru

ub

sG ne on

du

c Par du

eZ ed Ru

Por te

Poin ca

.J eJ Ru

em ov 7N

r ato alv

Rue

m hei illis

Rue

B es ed Ru

ne e Sin e d e la u d R ue R

g

eS Ru

17

ch

10

Sa

18

e mm So

o al F

ur

on Ly

ne la Sin ue de RuR eL am ar tin au e ce en em Cl

e ed Ru

la

gro

len

réch Ma

s

Bo

12

rs P la neu la R ce de ers Tan éun ng 9 a ion ul o B te t e i 13 nr e H G. u Rue Alf red Eng ed el ag s s Pa

4

ire

la

z

eC nt

i

Sa

Pr eis

8

du Av.

u

5

e

r eu st Pa

Ru ed

e Ru

ho f

11

3

op ur

14

et eM ed Ru

Ru eJ ac qu es

21 Place Franklin

Pour vos déplacements, pensez transports doux ! Vélocité et Soléa s’associent au festival en proposant des offres privilégiées ! (voir détail page 16).

d an Gr

Rue de l'Arsenal

We rk

age auv

20 Collège Kennedy

g

7

x au ch

uS

19 Tour de l’Europe

er

aré s M Rue de

is ou

eG Ru

18 Parc Salvator

b en ut

6

ed Ru

17 Porte de Bâle

lt ve

u

eH Ru

16 Esplanade de la Gare

en gu

ins

cisca Fran

l'E de rd a v ule

19

eL Ru

se

in

15 Pont Foch

allon

oo

14 Lycée/Gymnase Montaigne

nt ouve du C

13 Parking des Cordiers

1

2

R nt ide

12 Place Lambert

e rain

11 Place de la Réunion

Lor

10 Place de la Paix

lsa ce

i ns phel

'A

és Pr du rd leva

9 Rue Henriette

Bo

Pr ue du ésident Kennedy Aven

Rue

B ou

Ru ed

du B

20

Rue

e Curi

7 Ecole / Place des Tonneliers Place Dreyfus 8 Cour des Maréchaux

r des O

ie Mar

Rue

6 Rue des Tondeurs

us ollf el D g n E

e et Pierr

5 Cour Rue Saint-Jean

Rue

21

4 Parking Sainte-Claire

lin Rue

3 Place de la Concorde

k ran

F Rue

Av en ue

2 Jardin des Senteurs

tz Run

ar Colm

du Rue

e Av. d

1 Cour de Lorraine

22 Parc Lefebvre

z

'Ill

h ac

Qu

'A

d ai

lm

a


© Amina Ben Brahim

Les Batteurs de pavés

Attention ! Expérience théâtrale hors du commun ! Le festival vous convie une nouvelle fois à vivre le théâtre autrement. Que le nom des Batteurs de Pavés vous dise quelque chose est bien possible. En effet, cette compagnie suisse doit sa notoriété à son talent à réinterpréter des textes classiques version théâtre de rue. Après leur fameuse interprétation du Cyrano de Bergerac, comment ne pas avoir envie de s’attaquer au chef d’œuvre du roman de cap et d’épée, Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas. C’est le défi passionnant que la compagnie s’est lancé : réadapter les 67 chapitres de cette épopée, rendre diablement vivantes les aventures de d’Artagnan, d’Athos, de Porthos et d’Aramis, surprendre le public avec des scènes moins connues et approfondir les thèmes universels abordés : les rapports entre le politique et l’humain, les luttes de pouvoir, la position d’un homme ou d’un groupe face à la société… Cette nouvelle création des Batteurs de Pavés est une véritable épopée d’une durée de plus de 6 heures. Préparez-vous à passer la nuit avec les personnages de Dumas, jusqu’au lever du jour… Cette aventure épique, cette randonnée théâtrale et nocturne sera, à n'en pas douter, mémorable. Dans la tradition du théâtre populaire, la ville de Mulhouse sera le théâtre d’une prouesse hors du commun où la bravoure des personnages, des acteurs et des spectateurs sera malmenée au fur et à mesure que l’intrigue se déroule, que la nuit s’avance… et c’est à la lumière du jour que l’épilogue sera partagé et que cette nuit sera gravée dans les mémoires … N’hésitez pas une seconde, tout se passera bien, équipez-vous, ouvrez les yeux, et soyez les acteurs de ce très long jeu de piste urbain. Textes : Alexandre Dumas. Adaptation par Matthieu Béguelin. Mise en scène : Manu Moser. Avec Laurent Lecoultre, Dimitri Lovis, Laurent Baier, Matthieu Béguelin, Perrine Delers, Enrique Medrano, Laurence Morisot, Arnaud Mathey, Costumes : Jennifer Wesse et Vaissa Favereau. Production et administration générale : Nina Vogt. Diffusion Mathias Gautschi. Régie Pia Marmier. Graphisme Nathan Jucker. Accueil en résidence : Karwan, Marseille (F), Atelier 231, Sotteville-lès-Rouen (F), Théâtre du Passage, Neuchâtel (CH). Avec le soutien de la Fondation culturelle de la Banque cantonale neuchâteloise, Neuchâtel (CH), Villes de la Chaux-de-Fonds et Neuchâtel (CH).

Spectralex

Perceval dans Soleil Noir Vendredi 18 ~ 23h & Samedi 19 ~ 23h30 ➞ Place Lambert Chanson drôle triste Durée : 1h. «Du plus noir que le noir il apparaît le noir.» Esthète du noir, Perceval aime à dessiner à ses heures perdues des chevaux noirs sur un désert de cendre, avec par-ci par-là un arbre cramé et souvent un corbeau. Mais la plupart du temps il chante le désespoir. Si quelque fois votre cœur est lourd, si vous restez des heures à regarder un robinet couler en vous demandant ce que vous faites dans ce monde, il est plus que temps de venir partager cette expérience incroyable. En effet, grâce à des pouvoirs neurasthéniques, Perceval vous plonge dans l’univers le plus étrange jamais visité : Le vaste monde de Soleil Noir. Des monstres de toute beauté, une histoire inimaginable mais pourtant parfaitement vraie, des descriptions de paysages plus que soporifiques, un sens du rythme digne d’un paresseux paralytique, bref un ennui mortel qui vous rendra ce qui doit vous être rendu : vous-même. La compagnie Spectralex et Arnaud Aymard sont de retour à Mulhouse et vous voilà prévenus… Après avoir présenté il y a 3 ans l’improbable Oiseau bleu et surtout un mythique Paco Chante la Paix, Arnaud Aymard reprend le personnage de Perceval, créé il y a dix ans. Gothique dépressif, Perceval vit dans un monde délirant qu’il tente désespérément de faire partager au public. Pour sortir de sa solitude, il chante, avec ses deux seuls amis, sa guitare et son micro.

~ 10 ~

© Thé à la rue

Samedi 19 ~ 23h30 ➞ Départ Parc Salvator Théâtre de rue en nuit blanche (Suisse) Création 2014 Durée : jusqu'au petit matin Pour vivre à fond cette aventure théâtrale, prévoyez des vêtements chauds, des chaussures adaptées et une lampe de poche si vous en avez une.

© Claudine Julien

Les 3 Mousquetaires Thé à la rue

à vendre Vendredi 18 ~ 19h Samedi 19 ~ 15h & 18h45 ➞ Départ Place de la Concorde Déambulation théâtrale dans l’espace public. Conseillé à partir de 10 ans Durée : env. 1h. Et si l’espace public était une marchandise comme les autres ? Fini le temps où la commune était administrée par une municipalité. Désormais, rien ne vaut une gestion privée. Deux agents immobiliers de l’agence Luximmo sont mandatés pour vendre Mulhouse. Habitats, habitants, entreprises, espaces verts, parc automobile : tout est à vendre. Une visite du bien est l’occasion pour nos experts d’imaginer les stratégies nécessaires pour rentabiliser cet investissement. Ce spectacle d’anticipation interroge avec cynisme la gestion de l’espace public en la mettant en parallèle avec le monde des affaires. Mulhouse est à la fois le décor et la matière première de ce spectacle, réadapté à chaque représentation. La Cie du Thé à la Rue fut créée par accident un matin pluvieux de juin 1995 autour de Sophie Mesnager et Amédée Renoux. Si à l’origine ils ont fait du spectacle de rue en sachant qu’il serait impossible de les mettre dehors en cas d’échec, aujourd’hui, l’espace public est au cœur de leur démarche artistique où les possibilités qu’offre la rue en termes de créativité sont inépuisables et où à chaque spectacle ils préconisent la création d’une nouvelle forme de discussion avec le public. Création et interprétation : Amédée Renoux, Sophie Mesnager. Regard extérieux : Martin Petit guyot. Création technique : Olivier Claveau. Administration : Sophie Peuvion. Conception graphique : Estelle Schoen. Aides à la création : Direction générale de la création artistique (Ministère de la Culture), DRAC Pays de la Loire, Région des Pays de la Loire, Conseil général du Maine et Loire, La Paperie, Centre national des arts de la rue – Angers (49), L’Atelline, Lieu de fabrique Arts de la Rue Languedoc-Roussillon (34), La Vache qui Rue, Lieu de fabrique arts de la rue – Moirans-en-Montagne (39), Le Boulon, Pôle régional des arts de la rue – Vieux Condé (59), Derrière le Hublot – Capdenac (12), La Rue du Milieu – St Clément de la Place (49), La commune du Lion d’Angers (49). Avec le soutien de La Ville de St Hilaire de Riez (85), La Ville de Blain – La compagnie Bulle de Zinc (44).


8 et demi © D. Guyomar

L’Académie hors les murs Cirque

8 et demi Vendredi 18 ~ 17h30 & 20h30 Samedi 19 ~ 17h & 20h ➞ Place Dreyfus / Durée : 30 min. à partir de 7 ans Cette petite forme créée par et avec les apprentis de 1ère année de l’Académie et accompagné par Agnès Brun est un travail collectif qui mêle différents agrès et disciplines de cirque. Acrobatie, cadre aérien, mât chinois, tissu participent à cette « recherche festive » à 8 et demi… Accompagnement : Agnès Brun avec Alan Lerch, Anako Gaudin, Antoine Deheppe, Cyril Combes, Inès Maccario, Loïc Leviel, Nina Harper, Petteri Savikorpi, Thibault Theyssens.

Inbox Vendredi 18 & samedi 19 ~ 22h & 23h30 ➞ Place des Tonneliers / Durée : 20 min. à partir de 7 ans

Inbox

Tout droit sorti de l’imagination d’un objet, ce spectacle est sans époque. Il vient, ils viennent, s’installent, ouvrent un monde. Un carton s’anime, devient l’ami d’un vagabond, le mur de la maison. Un acrobate, un jongleur, du bric-à-brac, et l’envie de continuer à bouger.

Raillerie © Emily Zuckerman

Des formes courtes, des spectacles pour les enfants, des adaptations pour la rue, des duos ou des collectifs plus imposants… les numéros et spectacles proposés par les apprentis de l’Académie seront multiples et parfois improvisés. C’est comme une carte blanche que nous offrons à l’Académie Fratellini et c’est un grand plaisir de pouvoir accueillir une institution si réputée et de proposer aux apprentis d’aborder leur pratique artistique dans la ville.

Raillerie Vendredi 18 ~ 14h30 & Samedi 19 ~ 15h30 ➞ Ecole des Tonneliers / Durée : 30 min. Jusqu’à 7 ans Raillerie s’inspire du poème de Jacques Prévert « En sortant de l’école ». Un point de départ vers l’imaginaire où une échelle se fait chemin de fer, un jongleur se transforme en licorne… Une écriture ludique et gestuelle en direction du jeune public, une recherche pour trouver de nouveaux chemins, surprenants et pleins de fantaisie…

Numéros libres Vendredi 18 ~ 15h15, 16h45, 19h30 & 21h Samedi 19 ~ 15h, 16h30, 19h & 20h30 ➞ Place des Tonneliers / Durée : 25 min. Les apprentis nous offrent un florilège de numéros courts selon leur inspiration. Laissez-vous surprendre… Du chapiteau sous le périphérique parisien à son implantation en 2003 à deux pas du Stade de France, l’Académie Fratellini poursuit l’aventure artistique initiée en 1974 par Annie Fratellini et s’affirme comme une école et une plateforme artistique de renommée internationale. Atypique et hors normes, l’Académie conçoit un enseignement des arts du cirque de l’éveil à la professionnalisation et offre aux artistes un lieu de production, de résidence et de création. Unique en France, la formation supérieure des arts du cirque de l’Académie Fratellini repose sur un programme pédagogique organisé autour de l’alternance entre formation et temps professionnels. Apprentis : Anako Gaudin, Antoine Deheppe, Cyril Combes, Inès Maccario, Loïc Leviel, Nina Harper, Petteri Savikorpi, Thibault Theyssens, Hichem Chérif, Alejandro Escobedo, Clément Malin, Caio Sorana, Bastien Dausse, François Lemoine, Corentin Thirvaudey, Julieta Salz. Directrice pédagogique : Valérie Fratellini. Chargée de production : Chloé Bensimon--Liatard. Professeur : Agnès Brun, Michèle D’Angelo.

~ 11 ~

© Sylvie Bosc

Académie Fratellini

Kamchatka

Fugit Vendredi 18 ~ 17h & 20h Samedi 19 ~ 9h30 & 19h ➞ Rdv Place de La Paix Théâtre visuel itinérant (Espagne) Création 2014 / Résidence de création et avant-premières Durée : 1h30. ATTENTION ! Jauge limitée. Retrait des places 30 min. avant le spectacle. à partir de 7 ans Qui sont-ils ? Sont-ils fraîchement débarqués d’un pays lointain, inconnu, ont-ils toujours été là ? Sont-ils le curieux témoignage d’un exode passé, celui de l’immigration contemporaine ou celui d’une fuite et d’une lutte vers l’espérance d’un monde meilleur ? Ces personnages nous intriguent, autant qu’ils nous attirent. Ils portent en eux les traces du passé, évoquent d’autres époques, mais sont bien là, présents, tentant de fuir le lieu où l’on ne se reconnaît plus et parfois celui où l’on n’est plus reconnu. Soyez-en certains, c’est une rencontre inoubliable et singulière. C’est une histoire universelle qui nous emmène cheminer pour distinguer le superflu de l’essentiel. Aujourd’hui Kamchàtka nous parle de ceux qui partent et qui doivent leur survie à leur courage et leur solidarité. La compagnie Kamchàtka nait de la rencontre d’artistes de diverses nationalités et provenant de disciplines artistiques différentes. Mus par les mêmes inquiétudes, les membres du collectif commencent un entraînement intense d’improvisation en rue, dirigé par Adrian Schvarzstein, et une recherche autour de l’immigration. Créé en 2007, le spectacle «Kamchàtka», connaît un succès important et restera un souvenir marquant de Scènes de rue en 2011. Après «Habitaculum» en 2010, le collectif travaille à sa troisième création, « Fugit », que nous soutenons par un accueil en résidence et une présentation de la création en avant-première. Avec Claudio Levati, Andrea Lorenzetti, Judit Ortiz, Lluís Petit, Edu Rodilla, Santi Rovira, Gary Shochat, Prisca Villa. Création collective de la cie Kamchàtka. Directeur artistique: Adrian Schvarzstein. « FUGIT », une production de la Cie Kamchàtka accompagnée par Melando. Avec le soutien de l’ICEC Institut Catalan des Entreprises Culturelles. Accueils en résidence et aides à la production : Derrière le Hublot - pôle des arts de la rue Capdenac / Midi-Pyrénées, Scènes de Rue - Mulhouse, FiraTàrrega. Remerciements : Ajuntament de Sant Adrià de Besòs, Cal Gras (Avinyó), Escena Poblenou, C.C. Can Felipa.


Cie des légendes urbaines

Comme j’étais en quelque sorte amoureux de ces fleurs là…

Promenons-nous dans les Bois Vendredi 18 ~ de 16h à 19h & Samedi 19 ~ de 15h à 20h ➞ Jardin des Senteurs Durée : en continu. En complémentarité du travail de Denis Tricot et en lien avec les interventions de l’Orchestre Symphonique de Mulhouse, le festival a confié à Lili Terrana, artiste-plasticienne, l’aménagement du jardin des Senteurs pour proposer un espace convivial qui ravira les petits mais aussi les grands. Le public aura l’occasion de se poser un instant et de découvrir son univers graphique. Cet espace prendra vie grâce à la complicité du Comptoir des Minots, qui proposera des ateliers parentsenfants : fabrication d’instruments de musique, collage… sont au programme. Tout est fait pour passer un moment de détente et/ou de complicité : livres et jeux à disposition, bar à sirops etc…

Denis Tricot Promenons-nous dans les bois ! Installation C’est une invitation à partager le jardin des Senteurs avec une sculpture-promenade et quelques sculptures-livres. Les longs et souples fils de bois clair accompagnent la promenade rêveuse, jouent avec les regards, entraînent le pas tout le long du jardin. Ils courent au-dessus des têtes, accélèrent les perspectives, brisent les ombres et les lumières mais aussi se lovent, se prélassent, laissant même leur place dans quelques à-côtés discrets à d’autres courbes d’un bois large et généreux. Dans un espace devenu cocon secret traversé de ciel, celuici offre une matière spacieuse comme les pages blanches d’un livre. Il fait bon s’arrêter là, s’installer et se laisser aller à dessiner, à écrire la pensée du moment, au-delà du cœur percé de flèches et du nom calligraphié, la pensée de ce temps parfumé qu’offre le beau jardin. Denis Tricot construit depuis plus de 20 ans ses sculptures éphémères envahissantes dans les sites ordinaires ou extraordinaires qu’on lui confie en France et dans toute l’Europe. Il invente in-situ des spectacles où ses installations de bois de peuplier dialoguent avec ses partenaires, artistes de toutes disciplines. C’est ce qu’il appelle les Arts mélangés. Le goût pour l’espace public vient de sa continuelle recherche pour mettre les arts au cœur de la vie, au plus près du public, au plus près des émotions.

Orchestre symphonique de Mulhouse Concerts impromptus Vendredi 18 ~ à partir de 16h Samedi 19 ~ à partir de 15h Concerts-animations pour les enfants : présentations des instruments, petites pièces de répertoires, etc… Durée : env. 45 min. Pour la deuxième année, les musiciens de l’Orchestre symphonique de Mulhouse répondent à l’invitation du festival Scènes de rue. Après avoir flirté avec le grand bassin de la piscine Pierre et Marie Curie l’année dernière, ils se retrouveront cette année au jardin des Senteurs pour un rendezvous ludique à destination des petits et des grands : des présentations d’instruments, des essais et des morceaux frais et joyeux comme les jus de fruits proposés par le bar à sirops.

Vendredi 18 & samedi 19 ~ de 22h à 23h30 Solos et duos Durée : env. 25 min. Le soir, le jardin des Senteurs rouvrira ses portes à 22h pour des mini-concerts de l’Orchestre symphonique de Mulhouse où les musiciens dialogueront avec les œuvres du plasticien Denis Tricot.

~ 12 ~

Entre Télégraphe et Mairie des Lilas, à l’aide d’un micro, deux explorateurs candides redécouvrent un territoire mouvant, incertain, un territoire qui va en se dématérialisant, et qui, pourtant, ne cesse d’être une ligne de démarcation. Ils errent, cueillent des sons, des ambiances, des témoignages. Ils ont volontairement choisi une porte de Paris qui ne leur appartient pas, une porte comme un symbole d’un point de passage d’un côté à l’autre de la frontière : la porte des Lilas. Une porte où le périphérique a été couvert, où la frontière physique séparant la capitale de sa banlieue s’estompe, se délite... En l’espace de deux stations de métro, ils voyagent dans leurs souvenirs et interrogent leurs identités en même temps que cette frontière qu’ils portent en eux. Comme j’étais en quelque sorte amoureux de ces fleurs-là propose une odyssée urbaine et sensible de part et d’autre du périphérique. La compagnie des Légendes Urbaines de Zoumana Meîté et David Farjon souhaite proposer un théâtre résolument ancré dans l’environnement urbain. A travers ce spectacle, à l’image d’Ulysse, Gulliver, Candide ou d’Alice, est dessiné un voyage initiatique, où les questionnements soulevés par l’urbain sont autant d’obstacles à leur périple. In fine, cette démarche s’inscrit dans une tentative de faire de la ville le personnage central de leur spectacle, celui qui questionne leurs histoires, notre Histoire. Ce spectacle a été unanimement plébiscité lors de sa création en 2012. Pour la première fois à Mulhouse, c’est au milieu d’une ville, de notre environnement urbain que ces paroles, ces sons, cette partition seront présentés. Création de et avec Zoumana Meïte et David Farjon, Conception du dispositif technique et sonore : Jérémie Gaston-Raoul, Création Lumière : Anne Muller, Collaboration artistique (pour cette reprise) : Isabelle Catalan, Administratrice : Muriel Barbotin, Graphiste : David Chamalet. Production Cie Légendes Urbaines. Spectacle soutenu par Théâtre Studio d’Alfortville, Théâtre de Vanves - Scène conventionnée pour la danse, Le CENTQUATRE-PARIS, Confluences - Prix Paris Jeunes Talents 2012. © Jérémie Gaston Raoul

© Sylvie Bosc

Vendredi 18 & samedi 19 ~ 18h30 ➞ Esplanade arrière de la Tour de l’Europe Théâtre Durée : 1h15. ATTENTION ! Jauge limitée. Retrait des places 30 min. avant le spectacle.


© Silvia Miserotti

Cia Otradnoie

© Virginie Meigne

Vendredi 18 & samedi 19 ~ 22h30 ➞ Rue Saint-Jean Cirque (Espagne / Chili / Mexique) Durée : 1h.

© Bruno Clément

Otradnoie.1 (trio)

Iona Kewney & Joseph Quimby

Et ils arrivent ici, vers Otradnoie, se plongeant dans la mémoire, où un homme et une femme dansent… au-delà, un autre qui compose … qui dispose… organise à son goût l’atmosphère sonore … il impulse, incite, provoque… Ils se construisent à chaque instant entre le chaos et les décombres, là où se trouvent aussi la vie et la possibilité. Ici, dans l’après, sous une armature métallique, trois personnes se donnent, une lumière faite de corps, de jeux, de tensions et de suspension mutuelle. Palpant le pouls qui s’accélère, la vibration syncopée s’agite ... dans le moindre espace de vie, un chemin qui s’ouvre vers Otradnoie …

Groupe Entorse

Cette compagnie de cirque est née de la rencontre de German Caro, artiste de cirque et musicien chilien, Maurici Pradas, compositeur catalan et pour ce spectacle, d’Ingrid Esperenza, artiste de cirque mexicaine. Le nom de la compagnie: Proyecto otradnoie est inspiré d’Otradnoie, nom d’un hameau russe qui signifie «lieu où réside le réconfort». L’axe principal de leur travail artistique vise à développer la recherche d’un langage commun où se rejoignent : les techniques de cirque (suspension capillaire, cerceau, sangles aériennes), la danse et le mouvement, la manipulation d’objets, la fabrication de dispositifs sonores, le traitement du son en direct et le chant.

Dans le prolongement de leur recherche autour de la résilience amorcée avec la pièce Accidens (ce qui arrive), Raphaëlle Latini et Samuel Lefeuvre extraient et étirent une des matières chorégraphiques et sonores de la pièce afin de la replacer dans un autre cadre de représentation. Haute résilience est un duo conçu comme un dialogue entre des textures sonores chauffées à blanc, conçues par Raphaëlle Latini, et le mouvement convulsif de Samuel Lefeuvre. Le chorégraphe déploie un engagement physique impressionnant dans cette pièce où tout son corps semble en lutte avec des forces invisibles, renversé comme un fétu de paille, mais se relevant toujours…

Conception et interprétation : Ingrid Esperanza, German Caro Larsen, d2Mau. Regard extérieur : Ivan Tomasevic. Complicité chorégraphique : Teresa Valenzuela. Support dramaturgique : Yevgeni Mayorga. Scénographie : German Caro Larsen. Construction structure métallique : Frank Dubreuil. Création lumière : Ivan Tomasevic. Remerciements à Jhonny Torres et Ariadna Girones Mata. Soutien à la création : Programme «Support a la creació» Firatarrega - Institut Ramon Llul (Barcelona)- Trapezi 2013 (Reus). Accueil en résidence : L’Estruch de Sabadell, La Nau Ivanow (Barcelona), Centre Culturel Autogéré Bolivianow (Barcelona), Festival Fossano Mirabilia (IT).

Depuis la création du groupe Entorse, en 2007, Raphaëlle Latini et Samuel Lefeuvre ont mis en place une démarche expérimentale et vivante. Si chaque œuvre a une dimension chorégraphique forte, menée par Samuel Lefeuvre et mettant souvent en jeu des états physiques extrêmes, elle repose de manière aussi importante sur le travail de création musicale de Raphaëlle Latini. De plus, un rapport à l’improvisation est fortement développé, afin de donner à chaque représentation un caractère unique, un enjeu direct, tant pour les interprètes que pour les spectateurs.

Haute résilience Vendredi 18 ~ 17h Samedi 19 ~ 16h & 20h15 ➞ Cour des Maréchaux Vendredi 18 ~ 21h & samedi 19 ~ 23h30 ➞ Bâtiment Ecran – Porte de Bâle Danse Durée : 25 min.

Chorégraphie et interprétation : Samuel Lefeuvre. Création musicale, travail aux platines : Raphaëlle Latini. D’après la pièce ACCIDENS (ce qui arrive). Administration, production et diffusion : Les Indépendances. Production : Groupe Entorse. Créée dans le cadre d’une résidence au CENTQUATRE. Avec le soutien de l’ODIA Normandie / Office de diffusion et d’information artistique de Normandie, et de l’ONDA (Office national de diffusion artistique).

~ 13 ~

Knights of the invisible Vendredi 18 ~ 23h30 & samedi 19 ~ Minuit ➞ Parking Sainte-Claire Performance corporelle et musicale (Angleterre/USA) Conseillé à partir de 10 ans. Durée : 35 min. Dans cette création, le corps devient une armure, comme si d’un combat il devait ne revenir que lambeaux et bribes, disparaissant sous l’énorme masse de regards avides. C’est le spectacle d’un doute qui nait et grandit dans les cœurs de protagonistes qui doivent, coûte que coûte avancer et se donner entier aux jeux de la fougueuse bataille. Se livrer bataille, donc, comme s’il ne devait pas en rester un seul debout. Se donner la chance d’être absurde ou plus simplement, comme au bord de la folie. The Knights of the Invisible est un parcours sensible dont l’enjeu principal est la réalité brute et triviale de corps en chocs perpétuels. Iona Kewney est britannique, Joseph Quimby est américain. Elle est contorsionniste et danseuse, elle a travaillé pour Alain Platel et Wim Vandekeybus. Lui est musicien et chanteur. Du majestueux à l’obscène, Iona Kewney met à l’épreuve la chair. Elle explore, jusqu’à son extrême limite, le mouvement et sa violence, qu’elle pose comme une condition de survie. Femme ou animal ? Le bizarre devient étrangement normal.


© Yves Logghe

La noce Vendredi 18 ~ 19h30 Samedi 19 ~ 12h & 20h ➞ Collège Kennedy Théâtre / Création 2014 Durée : env. 1h10. ATTENTION ! Jauge limitée. Retrait des places 30 min. avant le spectacle. Avec La noce, histoire de famille démontable, fable courte et profonde, c’est à un jour particulier condensé en une heure drôle et terrible que le spectateur est convié : un jour de noce. Tout le monde est là : les mariés, leurs familles et leurs amis. Tout semble parfait, immaculé, jusqu’au mobilier “fait main” par le marié. Les invités tentent de bien se tenir, de ne pas céder au ressentiment qui les assaille. Mais ils plient sous le poids du secret, de la jalousie ou du désir, refusant de rompre, aveugles au désordre du monde qui les entoure. À la place, ce sont les meubles qui peu à peu s’écroulent, alors que les personnages se livrent à une indigne curée. Ne restera que le désordre et les restes d’un festin trop chiche. Le collectif Notre cairn, fédéré autour d’anciens élèves de l’École du Théâtre National de Strasbourg, se lance dans leur deuxième tournée estivale dans le Grand Est après avoir exploré à bord d’une péniche sa première création, Sur la grand-route de Tchekhov. Ils présentent cette fois La Noce de Berthold Brecht sous une grande tente de réception, sorte de « théâtreabri ». Loin de toute nostalgie pour le théâtre de tréteau, mais revendiquant l’itinérance, cette jeune équipe veut contribuer au dialogue entre un projet artistique et un territoire. Avec : Selin Altiparmak, Léon Bonnaffé, Magali Caillol, Jeanne Cohendy, Isabelle Ernoult, Julien Geffroy, Hugues de la Salle, Stanislas Siwiorek et Charles Zévaco. Mise en scène : Malvina Morisseau. Traduction : Magali Rigaill. Scénographie et costumes : Anne Lézervant. Création son et lumière : Vassili Bertrand et Arthur Michel. Production et administration : Elise Kruppa. L’Arche est éditeur et agent théâtral du texte représenté. Production : collectif Notre cairn. Coproduction : Ville de Schiltigheim. Soutiens : Drac Alsace, Conseil Général du Bas-Rhin, ADAMI, Villes de Strasbourg, Colmar, Mulhouse, Ribeauvillé et Eschau. Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National. Remerciements : Théâtre National de Strasbourg, Compagnie Péniche Opéra.

Velodroom Vendredi 18 ~ 17h, 18h, 19h & 21h & samedi 19 ~ 16h, 17h, 18h & 19h ➞ Cour de Lorraine Dimanche 20 ~ 18h, 19h30 & 21h15 ➞ Parc Lefebvre Spectacle au profit du cyclisme belge (Belgique) / Création 2014 Durée : 30 min. ATTENTION ! Jauge limitée. Retrait des places 30 min. avant le spectacle. Au Velodroom, dans une ambiance tout à fait belge, les spectateurs, scindés en deux équipes, s’affrontent sur des vélos actionnant le film d’une course burlesque. Chaque équipe son écran, chaque équipe son coureur  : Silvio Benotto vs Gérard Génard ! Mais le voyage n’est pas de tout repos et les embûches sont de taille dans ce spectacle interactif au cœur des courses cyclistes amateurs. Le grand gagnant de cette course est toujours le fou rire qui surgit sans prévenir, encouragé par deux

Un dimanche au Parc Lefebvre

présentateurs, dignes représentants de la fameuse « belgitude ». Les productions de Zinderling respirent une ambiance particulière, parfois subtile, parfois assez chaotique, mais ne manquant jamais d’humour et d’originalité. Ward et Thomas, ces deux Gantois qui parlent un français à la sauce waterzooi nous invitent dans un univers de courses de kermesse du plat pays, à la sauce Lucien Van Impe, Jacques Tati ou bien Benoit Poelvoorde…

Tricyclique Dol

Le manège à Jipé 17h45, 19h15 & 21h

Le festival a pris, depuis Promène-couillon quelques années, l’habitude de Durée : 45 min. vivre en douceur, le dimanche, un temps pour se dire au revoir. « C’est comme un manège, t’as des gens qui se promènent en rond, mais c’est pas du Disnélande…ça vit… Cette année, tout naturellement, tu comprends ? ». Jean-Pierre Gauchey, alias Jipé, c’est « Le film du dimanche reçoit d’un forain nommé Dimitri Weiss, l’infrassoir » proposée par une tructure usée d’un vieux manège. Depuis 20 ans, il le construit pièce par pièce, inspiré par ses rêves, compagnie emblématique des ses désirs ou ses cauchemars. À la force des mollets, arts de la rue qui s’est imposé. il s’actionne pour que s’envolent la balançoire des Alors, à l’heure de l’apéro, anges, le Tricycle musical, le scooter à rêves, la cage à poules… C’est aussi beau à regarder qu’à essayer ! venez finir la journée, venez Tricyclique Dol est né en 2001 de l’association de trois pique-niquer, vous prélasser constructeurs-bricoleurs : Guillaume de Baudreuil, sur l’herbe verte et picorer des Laurent Mesnier et Ben Farey. Trois personnes qui moments drôles ou émouvants sculptent, forment et inventent, individuellement dans et par la même occasion, parce leur vie de tous les jours. Trois personnes qui ont en commun leur sensibilité à la matière, un goût prononcé qu’on aime aller voir ailleurs pour la création d’engins insolites et la nécessité de ce qui s’y passe, venez découvrir matérialiser des univers imaginaires, destinés à un le nouveau parc Lefebvre !  public populaire. Trois personnes qui se réunissent autour d’un projet commun : réaliser des spectacles vivants où la mécanique est jeu.

Coréalisation : L’Abattoir – lieu de fabrique des Arts de la rue (Ville de Chalon sur Saône). Coproductions : Théâtre de L’Espace – Scène Nationale de Besançon ; La Grosse Entreprise et ses 120 petits (Besançon). Avec le soutien de : Conseil Régional de Franche-Comté ; Conseil Général du Doubs.

~ 14 ~

© Tricyclique Dol

© Notre Cairn : Rémi Hubert

Notre cairn

Zinderling


© Laurence Guillot

Un dimanche au Parc Lefebvre

Atelier Lefeuvre & André

Entre Serre et Jardin

Deux personnages que tout oppose se retrouvent dans un drôle de monde agricole où les objets deviennent prétextes à toutes les facéties incongrues et acrobatiques. C’est la vivacité désorganisée contre l’intelligence de la paresse. Ils passent pourtant de concurrents à compères et complices. C’est leur monde. Nos deux protagonistes sont chez eux partout, au soleil, sous la pluie, à même le sol. Les objets sont détournés de leur usage, c’est encore là leur poésie et c’est aussi leur Cirque. Le lourd écrase l’herbe que le long redresse. Le lent fait couler l’eau que le vif pompe à celle de son front. Dans ce petit théâtre circassien sans paroles, qui se joue en plein air et en pleine herbe, les deux compères bâtissent au final un étrange monde parallèle, drôle, poétique et burlesque, où tout n’est que souplesse, extravagance et émerveillement. C’est un lopin où tout pousse au sourire des gens. Ils n’ont de répit que le temps de ce qu’ils récoltent : le bonheur du public. Une brouette, une pelle, un tuyau d’arrosage… suffisent depuis des années à Didier André et Jean-Paul Lefeuvre pour faire pousser toutes sortes d’idées burlesques sous serre ou au jardin. L’un est titulaire d’un BE PA agriculture, l’autre dessinateur industriel chez Moulinex. Amateurs curieux des arts du chapiteau (l’un sur le jonglage, l’autre sur le monocycle et l’équilibre sur les mains), ils intègrent la première promotion du Centre National des Arts du Cirque (CNAC ) de Châlons-en-Champagne. En 1989, ils rejoignent Archaos, puis fondent avec d’autres camarades de promotion, le Cirque O. Après des détours chez Philippe Découflé et Que-Cir-Que, Jean-Paul Lefeuvre et Didier André se retrouvent en 2001 pour créer leur duo poético-agricole sur « La Serre » et sa série de prouesses rocambolesques légères et drôles en spectacle couvert. Après une version longue du spectacle, ils enchaînent sur « Le jardin », puis « Bricolage érotique » (2007) dans le même rapport frontal à la salle. « Entre Serre & Jardin » (2010) est leur quatrième spectacle en duo. Conception et interprétation : Jean-Paul Lefeuvre et Didier André / production exécutive : Matthieu Hagene, Par les Chemins Production / diffusion : Marik Wagner. Production : Atelier Lefeuvre & André, Par les Chemins.

© Vincent Muteau

20h Cirque agricole à partir de 7 ans. Durée : 50 min.             

Cie Annibal & ses éléphants

Le film du dimanche soir 22h Théâtre de rue à partir de 7 ans / Durée : 1h30. Comme dans la baraque de cinématographe de ses aïeux, la famille Annibal projette de façon archaïque un film muet : The Wild Witness, premier western français de 1919 ; dont elle réalise en direct la totalité de la bande-son : dialogues, musique et bruitages. Mais à chaque changement de bobine, spectateurs et comédiens agissent sur l’histoire en cours. Jusqu’où cette interaction emportera le film et le spectacle ? Cet hommage au 7ème art fait renaître le rendezvous jubilatoire du film du dimanche soir qui faisait le bonheur de toute la famille. La compagnie Annibal promène, depuis sept générations, son théâtre sans les murs dans les villes et dans les champs, au pied des cités comme au cœur des forêts, dans des cours d’école ou de prison, dans les ténèbres des salles comme au soleil des sommets afin d’y rencon-

~ 15 ~

trer les publics qui s’y trouvent. Depuis plus de dix ans, la Famille Annibal use, abuse et s’amuse à disséquer la dramaturgie au cours de ses spectacles. Tel une mise en abyme entre le fond et la forme qui trouve un sens tout particulier dans l’espace public, dans lequel ils voient avant tout l’espace DU public. Mise en scène : Evelyne Fagnen. Avec Thomas Bacon-Lorent, Irchad Benzine, Jean-Michel Bensançon Fred Fort, Gianni Fussi, Jonathan Fussi, Thierry Lorent et, en alternance, Maria Beloso ou Myriam Loucif. Production : Annibal et ses Eléphants/La Cave à Théâtre et L’œil du Baobab. Coproduction : L’Abattoir-Chalon sur Saône, l’Atelier 231-Sotteville-lès-Rouen, L’Avant-Rue-Paris, L’Avant-SeineColombes, Décor Sonore, L’Entre-Sort-Châlons-en-Champagne, Le Fourneau-Brest, La Halle Verrière-Meisenthal, Le Hangar-Amiens, Le Moulin Fondu-Noisy-le-Sec, La Ville de Nanterre- Festival Parade(s). Avec le soutien de : ARCADI,  DGCA, DRAC Ile-de-France, ADAMI, SACD, Conseil Régional d’Ile de France, Conseil Général des Hauts de Seine, Ville de Colombes,  Nil Admirari.


Le festival pratique… Le centre du festival Vendredi 18 ~ de 16h à 2h & Samedi 19 ~ de 12h à 2h ➞ Cour de Lorraine Cette année, l’espace central, celui de la convivialité et de la bonne humeur sera pris de main de maître par le Noumatrouff. Avec la complicité de l’association Eponyme, vous pourrez prendre la pause dans le salon de Mémé ou hésiter entre tirer ou pointer. La radio WME sera de la partie pour proposer une autre vision du festival. La cour de Lorraine sera cette année encore le lieu du bistrot ouvert à tous, le coin des rencontres et des causeries, celui de la pêche aux infos, les bonnes choses à boire d’ici ou d’ailleurs, les petites choses à manger d’ici ou du coin… Petite restauration proposée par la ferme Moyses.

La Silent party Samedi 19 ~ 23h Imaginez une boite de nuit silencieuse, où chacun écoute du swing ou des beats dans un casque sans fil, où près de 300 personnes se déhanchent furieusement et groovent suavement en silence, où de fameux Dj’s donnent la fièvre à des danseurs étrangement casqués ! C’est ce qu’on appelle une Silent Party… Vu de l’extérieur, c’est étonnant ! Vécu de l’intérieur, c’est exaltant ! Attention ! Prévoyez une pièce d’identité en caution pour le prêt du casque !

Point info et accueil du public Vendredi 18 – de 14h à 20h Samedi 19 – de 11h à 20h Deux points d’informations sont à votre service, place de la Réunion et cour de Lorraine. Vous y trouverez le programme du festival et pourrez y poser toutes vos questions. De plus, sur les sites de chaque spectacle, notre équipe Accueil Public est présente pour vous accueillir et vous placer afin que vous puissiez profiter au mieux des spectacles.

Jauge limitée Certains spectacles sont indiqués à jauge limitée. Cela s’explique soit par un espace réduit soit simplement parce le spectacle a été conçu pour un nombre limité de spectateurs. Pour ces spectacles, il est demandé de venir sur place 30 minutes avant le début de la représentation.

Accueil et accompagnement des personnes à mobilité réduite Le festival met tout en œuvre pour que les personnes à mobilité réduite puissent participer au festival.

Pour plus d’informations : Service Animation culturelle Tél. 03 69 77 77 50 scenesderue.mulhouse.fr

Pour suivre toute l’actualité et le programme du Festival, flashez ce code ! Licence n°3-1020057 • Visuel : judykaufmann.com Conception : • Plan : Adeline Abegg Impression : AZ Imprimerie Imprimé sur papier recyclé Ne pas jeter sur la voie publique

Signature verte Toujours fidèle à son positionnement, le festival continue à mettre en œuvre des actions éco-citoyennes qui amènent à la réflexion et surtout à penser notre rapport au monde et aux autres… Après deux années d’engagement, le festival est soucieux de développer sa signature verte et agit naturellement pour limiter son impact sur l’environnement par : la limitation des déchets (utilisation de papier recyclé, de vaisselle dure et de gobelets réutilisables au catering et au bar, limitation des bouteilles plastiques et valorisation de l’eau de Mulhouse), le recours aux circuits courts et aux produits issus de l’agriculture biologique, le tri des déchets (y compris compostage), la promotion des transports en commun (co-voiturage, partenariat avec Vélocité et Soléa).

Vous aussi, laissez votre signature verte… Pour vos déplacements, pensez aux transports doux grâce à nos partenaires !

Soléa Pour les lignes régulières : solea.info.org Pour le covoiturage : covoiturage.solea.info

Vélocité s’associe au festival en proposant un abonnement courte durée gratuit du 17 au 20 juillet ! Tous les sites du festival sont situés à proximité d’une station de vélocité. Plus d’infos sur velocité.fr

Renseignements Service Animation culturelle Tél. 03 69 77 77 52 scenesderue.mulhouse.fr

Sdr 2014 issuu  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you