Issuu on Google+

www.mayottehebdo.com r01/2017 r Mayotte Hebdo N°778

1


Vous travaillez dans une entreprise de moins de 11 salariés ou êtes employé à domicile ?

Votez !

pour être mieux représenté, conseillé, défendu

ÉLECTION SYNDICALE TPE Du 30 décembre 2016 au 13 janvier 2017 Et jusqu’au 20 janvier 2017 par courrier en Outre-Mer

election-tpe.travail.gouv.fr

Congés

négociation

formation sécurité

droits

prud’hommes


S O M M A I R E 13 JANVIER 2017

6/7 ÉDUCATION RENTRÉE DES CLASSES : LE GRAND BAZAR ! 10/17 QUIZ LES DOSSIERS À SUIVRE EN 2017 18/19 À LA RENCONTRE DE FARDA MARI 20 ANIMAUX DU LAGON LES OURSINS, SUJET ÉPINEUX 22/24 ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LA CCI LANCE L’APPEL À PROJETS POUR INTÉGRER SON INCUBATEUR 26/29 JEUX UN SITE INTERNET POUR JOUER EN LIGNE AU MRAHA 30/32

SPORT TROPHÉE MAYOTTE HEBDO/CLASSEMENTS

www.mayottehebdo.com r01/2017 r Mayotte Hebdo N°778

3


CE QUE VOUS EN DITES

contact@mayottehebdo.com

LE COURRIER DE LA SEMAINE

Grève des enseignants : ça ne peut plus durer ! Depuis de nombreuses semaines, de nombreuses écoles de Mayotte sont fermées et les enfants déscolarisés. J’estime qu’il est de mon devoir de parent de m’exprimer à ce sujet, car je ne supporte pas que mes enfants soient déscolarisés. J’ai plusieurs fois entendu Rivo parler de “désagréments” pour les parents… Ce n’est pas du tout le sujet ! L’école coranique prend le relais, et chacun se débrouille pour faire garder ses enfants. Ce qui est grave, c’est le fait qu’ils n’aillent pas à l’école républicaine ! On connaît le retard de niveau existant par rapport à la métropole (le taux d’illettrisme parmi les enfants ayant effectué une scolarité complète en est le meilleur indicateur), et les enfants de Mayotte n’ont pas besoin de ça ! Si la grève se prolonge, ceux qui sont en CP auront beaucoup de mal à apprendre à lire, et on sait bien qu’un retard sur ce plan est très difficile à rattraper et qu’il ne sera pas rattrapé dans un grand nombre de cas. C’est pourquoi je n’exagère pas en disant que c’est l’avenir de nos enfants qui est en jeu. Une grève inadmissible sur la forme Les grévistes ont évidemment le droit d’exprimer des revendications, certaines peuvent être justes, je n’en discute pas,

mais la forme n’est pas correcte, ni même légale. Les enseignants réclament certains droits, mais il faut aussi qu’ils aient conscience qu’une telle grève en métropole serait totalement impossible. À un moment, il faut bien parler de conscience professionnelle. Encore une fois, je ne voudrais pas trop aborder le fond du débat, mais je signale quand même que l’indexation passe à 40 % au 1er janvier 2017. Il faut peut-être attendre un peu avant de demander davantage ! Certes, l’inscription de Mayotte en REP+ figure au rang des revendications, mais ce qui est au premier plan, quoi qu’en disent les grévistes, ce sont bien les revendications salariales. Et vous avez le droit de revendiquer ce report d’ancienneté, mais pas de cette façon, en prenant en otage les enfants, les parents, et les enseignants non-grévistes ! Faites valoir vos droits en vous déclarant grévistes, en allant manifester devant le vice-rectorat, en allant au besoin bloquer les bureaux, et je vous soutiendrai ! Par contre, je ne cautionne pas la colle dans les serrures des salles de classe et les manœuvres d’intimidation. L’immobilisme des pouvoirs publics Mais les pouvoirs publics dans leur ensemble sont également responsables. Au premier chef, les maires. L’attitude générale est le laisser-faire. Bien peu tentent de faire quoi que ce soit. Les arguments avancés pour justifier le statu quo ne sont guère convaincants. Il ne me semble pas compliqué d’ouvrir des portes, quitte à les laisser ouvertes, tout en mettant à l’abri le matériel susceptible d’être volé, et en postant des gardiens. Et si des tables sont volées, au moins on en rachètera des neuves, ce ne sera pas du luxe ! Des

4 Mayotte Hebdo N°778r01/2017 rwww.mayottehebdo.com

enjeux politiques entrent de toute évidence en ligne de compte. D’autre part, on n’entend pas le vice-rectorat sur le sujet. Pourquoi ? Dans l’absence de négociations, tous les torts ne sont sans doute pas du côté des grévistes. Aucune information aux parents, aucune communication provenant des inspections, aucun affichage, rien sur le site du vice-rectorat… La situation de blocage est entretenue de part et d’autre, et pendant ce temps, ce sont les enfants qui sont privés d’école. D’ailleurs, 50 écoles sont restées ouvertes, sans avoir connu de problème. C’est de plus un système à deux vitesses qui est accentué, le public creusant son retard par rapport au privé (mais il est vrai que, justement, de nombreux élus mettent leurs enfants dans le privé…). Parents d’élèves, mobilisons-nous ! Enfin, j’en appelle aux parents d’élèves. Si des enjeux politiques (pas au sens noble du terme, évidemment, rien à voir avec le souci du bien commun) polluent le débat, dans ce domaine comme dans d’autres, ce devrait être aux parents de se manifester pour faire pression sur les élus , au nom de leurs enfants, d’aller contre une force d’inertie mortifère pour Mayotte. Or, malheureusement, la plus grande passivité a régné jusqu’à maintenant. Il est plus que temps de réagir ! Que les associations de parents fassent entendre leur voix, afin que le vice-rectorat, les inspections, les communes trouvent au plus vite des solutions ! Laisser des enfants sans école pendant plusieurs mois, c’est une chose grave, et il faut que tous en prennent conscience. [ Un parent d’élève en colère


LES COMMENTAIRES SUR NOTRE PAGE FACEBOOK (A propos de l’implantation fin 2017 d’un système de vidéo-protection à Mamoudzou) “Qui fera un premier point/bilan d’évaluation, par exemple un an après l’installation ? Normalement, ce dispositif devrait apporter plus de sécurité, non ?” Jacques Girauld

“Les caméras n’apportent pas plus de sécurité. Il faut que l’appareil judiciaire suive derrière et qu’il y ait des hommes sur le terrain. À Mayotte le souci reste toujours le même : la justice est limitée et il y a pas suffisamment d’effectifs. J’entends déjà les policiers dire dans un an : “Nous voyons les délits mais n’avons pas suffisamment de patrouilles pour interpeller les malfaiteurs”. Nacil Mohamed

(A propos de la fermeture de la plupart des écoles) “Comment le niveau scolaire peut-il être bon avec des enseignants qui privent les enfants d’école ? ! ? ! Il doit bien exister d’autres moyens pour vous faire entendre !” Mlle Yogourt Piff “En métropole, avec des écoles fermées pendant plusieurs semaines, il y aurait peut-être eu des réactions, non ?” Geneviève Catinault

(A propos de l’observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) qui classe Mayotte parmi les pires départements dans ses données 2016) “Tout de même c’est bien mieux à Mayotte qu’en Guyane ou en Seine-Saint-Denis ! Nous sommes juste comme la Guadeloupe et la Martinique alors…” Marie-José Lehérissier

(A propos de l’augmentation du Smic de 4 centimes par heure à Mayotte) “Cette augmentation permet aux sociétés d’augmenter le prix de leurs marchandises : Total, les groupes de distributions, etc.” Djamaldine Abdou Madi

(A propos de notre dossier de la semaine dernière (“Mémoire de Mayotte, une histoire en images”) “Les archives permettent de se rendre compte rapidement du chemin parcouru. Dans certains domaines, c’est extraordinaire, dans d’autres ça l’est beaucoup moins…” Jacques Girauld

maine

de la se e poster

L

nne de ure ancie oudzi, sur v ra g e n tu Dza t en avan oit le Rocher, à r le v oster me y p e l’île pa e n d tr O n . o e io v s , tt s e o e y in c a a la M m s e Cette se eur aprè ançais d ement fr stallé le gouvern l’établiss in France a lequel la ly. driantso n sultan A www.mayottehebdo.com r01/2017 r Mayotte Hebdo N°778

5


Mayotte Hebdo n° 778