Issuu on Google+


IMAGINARIUM


II    


Imaginarium

Recueil de contes et de poésie Créé par les élèves de l’école secondaire des Trois-Saisons

 

III  


Les éditions Marchand d’idées 4577 Parthenais, Montréal (Québec) H2H 2G8 514.432.2707 www.marchandidees.com

Illustration de la page couverture : Alice Laferrière Dépôt légal, 2e trimestre 2011 Bibliothèque et archives nationales du Québec. Bibliothèque et archives du Canada ISBN: 978-2-9812372-4-8 Tous droits réservés. Aucune reproduction de ce livre n’est permise sans l’approbation des auteurs et des éditeurs.

Imprimé au Québec Copyright © 2011 éditions Marchand d’idées

IV    


Équipe de production Éditrices Sarah Sedraoui Élodie Toupin Illustrations Alice Laferrière Thaïna Cherry Woodyne Veillard Guilna Belot Mise en page Marc Sauvageau Marketing Jonathan Verdy Révision Linguistique et organisation Lise Gravel Marlaine Charron-Lamoureux

 

V  


Avant propos Ce projet représente une fantastique opportunité de profiter d’une expérience pour chacun d’entre nous. Pour moi, Élodie Toupin, en tant qu’éditrice, ce projet symbolise mon rêve d’éditer un livre. De ma part, Sarah Sedraoui, ce projet a mis la touche finale aux projets que j’aurais aimé entreprendre. Finalement, nous pensons que chaque membre du comité a pu bénéficier d’une expérience magnifique. Élodie Toupin Sarah Sedraoui Éditrices

VI    


Mot de la direction   Chers élèves, chers lecteurs, C’est avec plaisir que j’ai accepté la proposition de M. Sauvageau et de Mme Gravel pour que ce projet de création littéraire puisse voir le jour à notre école. À travers toutes les activités à caractère académique qui peuvent se dérouler dans une école comme la nôtre, un pareil projet me paraissait plein de promesses et de potentiel. Je voyais en ce projet une occasion particulièrement intéressante de permettre aux élèves de mettre en œuvre leurs connaissances et compétences! Tout d’abord, affronter une page blanche représente en soi un défi de taille, défi qui effraie même certains auteurs chevronnés! Par contre, une fois qu’on se lance dans la merveilleuse aventure de l’écriture, on ne peut qu’y prendre goût. C’est la beauté de la chose. Évidemment, créer un conte, une fable ou toute œuvre littéraire nécessite un effort intellectuel important, un souci de la précision voire de la perfection. Dans ce genre de processus, le chemin à parcourir est aussi important que d’atteindre l’arrivée. Quand on se penche sur chaque étape et qu’on les décortique précisément, on se rend bien compte qu’on ne devient pas écrivain du jour au lendemain! Ayant suivi à distance le processus de création et, pour avoir discuté avec les responsables du projet, j’ai pu constater avec plaisir que les écrivains en herbe avaient le souci du dépassement et un désir irrépressible de faire les choses en grand, comme il se doit.  

VII  


C’est donc avec fierté que je vous invite à parcourir ce livre, à prendre autant de temps à le savourer que les créateurs en ont pris à le bâtir. Je vous incite à le laisser traîner à la maison afin que tous puissent partager, comme nous, le plaisir de le lire. Bonne lecture   Johanne Prud’homme Directrice   Gilles Théorêt Directeur  adjoint    

VIII    


Mot de la directrice adjointe Quel beau projet! En plus d'augmenter l'intérêt des élèves pour la lecture et l'écriture, cette publication, avec tout le travail que cela implique, crée un sentiment d'appartenance chez les jeunes et encourage la persévérance scolaire. Peut-être allons-nous même découvrir de futurs auteurs? Félicitations! Beau travail!   Bianca Bélisle Directrice adjointe

 

IX  


X    


À tous ceux et celles   qui ont encore un cœur d’enfant.  

 

XI  


XII    


La vie ressemble à un conte ; ce qui importe, ce n'est pas sa longueur, mais sa valeur.     Sénèque  

 

XIII  


Table des matières CONTES  

17  

ALICE   ARNOUL  LE  PERSÉVÉRANT   DERNIÈRE  GUERRE…   AMY  ET  JACOB   LE  SORCIER  DE  LA  MONTAGNE   ERWIG  ET  LE  BONHEUR   LA  PIERRE  D’OBSIDIENNE   LE  MALHEUR  DE  L’ÎLE  D’IOKLOVA   L’AIGUILLE  DU  TEMPS   L’ÉPÉE  MAGIQUE   L’ÎLE  AU  SOLEIL  PERDU   WINFRID   LA  PRINCESSE  ET  LA  BAGUE  MAGIQUE   MORVAN  LE  GAFFEUR   LA  PRINCESSE  AU  REGARD  DE  JOYAU     ET  LA  SORCIÈRE  AUX  YEUX  DE  PIERRE   LA  RECHERCHE  DE  LA  FÉE   MORVAN   LA  RENCONTRE  MALÉFIQUE  DE  DELPHINE   LA  REINE  AVEUGLE   LE  LOTUS  BLEU   LE  CHEVALIER  PERDU   DÉSASTRE  AU  ROYAUME  DES  CAROTTES   MOHAMET,  L’IDIOT  DU  VILLAGE   À  CŒUR  VAILLANT,  RIEN  D’IMPOSSIBLE.   SAUVER  LA  REINE   CONQUÊTE  D’UN  ROYAUME   URTIBISE  

19   23   26   30   33   37   39   42   45   50   52   54   57   60  

XIV    

63   67   72   74   77   80   82   84   87   89   92   94   98  


POÉSIE  

101  

IMITATION   LA  DROGUE   LA  MORT   LE  DÉMON   POÈME  SUR  LE  CHOCOLAT   HARCÈLEMENT  

104   106   108   110   111   112  

 

XV  


CONTES

 

17  


18    


Alice

 

19  


I

l   y   a   longtemps,   dans   un   énorme   palais,   vivait   une   magnifique   princesse   qui   possédait   une   belle   chevelure   blond   doré   et   de   très   beaux   yeux   bleus.   Cette  charmante  jeune  fille  se  nommait  Alice.     Par   contre,   elle   ne   vivait   pas   seule,   malheureusement,   elle   demeurait   avec   une   horrible   sorcière   nommée   Ginette  et  ce,  depuis  la  mort  de  son  père.  Alice  détestait   Ginette,  elle  était    prétentieuse,  vilaine  et  avait  un  grand   faible   pour   l’argent.   C’est   donc   pour   cela   quelle   voulait   qu’Alice   épouse   le   séduisant,   mais   pas   très   intelligent   prince  Jones,  qui  possédait  beaucoup  d’argent.     Mais   Alice   n’était   pas   d’accord   avec   cette   idée.   Cette   jeune   femme   était   tombée   amoureuse   d’un   prince   nommé   Julian   qui   était   très   studieux   et   très   bon   en   géographie.  Elle  décida  de  s’enfermer  dans  une  immense   tour  à  mille  escaliers  de  briques  transparentes,  hors  du   village  :       -­‐  Le  premier  prince  qui  réussira  à  me  faire  sortir  de  cette   tour  pourra  me  marier.       -­‐  D’accord,  dit  Ginette  avec  un  sourire  moqueur.     -­‐   Les   princes   n’auront   que   trois   jours   pour   me   délivrer   de   la   tour   et   posséderont   tous   les   deux   une   boussole   magique,  répliqua  Alice.     -­‐  Alors,  qui  s’occupera  de  tout  cela  ?  demanda  Ginette.   20    


-­‐  Marlene  s’occupera  de  cela.     Marlene   était   une   fée   qui   s’occupait   du   ménage.   Alice   partit   sans   nourriture   et   sans   vêtement   dans   la   haute   tour  à  mille  escaliers,  accompagnée  de  son  cheval  blanc   volant.       Le   lendemain   matin,   après   un   profond   sommeil,   la   princesse   se   réveilla   avec   la   confiance   que   le   prince   Julian   viendrait   la   libérer.   Elle   attendit   et   attendit   pendant   longtemps.   Pendant   ce   temps,   la   belle-­‐mère   complotait  un  plan  maléfique  pour  que  Julian  Alexandre   soit  déboussolé.  Elle  brisa  donc  la  boussole  magique  de   celui-­‐ci   au   moment   où   Marlene   mijotait   un   déjeuner   saupoudré   de   sirop   magique.   Ginette   inscrivit   soigneusement   le   nom   de   M.   Alexandre   sur   la   boussole   brisée   et   celui   du   prince   Jones   sur   la   neuve.   Plus   tard,   Marlene   distribua   les   boussoles   aux   deux   princes   et   la   fantastique  aventure  commença.     Dans   la   forêt,   à   la   recherche   de   la   jeune   altesse,   l’aventureux   Julian   remarqua   qu’il   était   perdu,   car   sa   boussole  ne  fonctionnait  plus.     Alice   trouvait   le   temps   long   et   décida   de   s’endormir   comme   un   bébé   pour   passer   le   temps.   Au   même   moment,   à   dos   de   cheval   volant,   Jones   s’approchait   de   plus   en   plus   de   la   tour   alors   qu’il   avait   une   longueur   d’avance   sur   Julian.   Quand   le   soleil   fut   couché,   le   riche   prince  Jones  finit  par  s’arrêter  pour  dormir.    

21  


Alexandre   décida,   lui   aussi,   de   faire   une   petite   pause   jusqu’au  lendemain  matin.     Malheureusement,   il   n’avait   aucune   idée   d’où   il   se   trouvait.     Puis,  le  soleil  se  leva.  Les  heures  passèrent  et  personne   n’arrivait.   Soudain,   la   princesse   entendit   des   pas   qui   montèrent   les   mille   escaliers   de   la   tour   de   briques   transparentes  et  la  porte  invisible  s’ouvrit.  La  princesse   avait  un  grand  sourire  aux  lèvres.  C’était  le  prince  Julian   Alexandre,   troisième   de   ce   nom.   Le   prince   Jones   n’était   vraiment  pas  intelligent  et  ne  savait  même  pas  se  servir   d’une   boussole   et   le   prince   Julian   était   si   bon   en   géographie  qu’il  avait  pu  se  retrouver  dans  les  bois.     Finalement,   après   de   beaux   jours   féériques,   Alice   et   Julian   se   marièrent,   devinrent   des   personnages   magiques  et  eurent  beaucoup  d’enfants.  

    Thaina Chéry

22    


Arnoul le persévérant

I

l   y   a   très   longtemps,   dans   une   contrée   éloignée,   était   établi   un   petit   empire   où   tout   le   monde   avait   sa   place   et   vivait   heureux.   C’était   l’empire   Salonique.   Ce   dernier   était   bordé,   au   Nord   et   à   l’Ouest,   par   un   océan   qui   semblait   infini,   au   Sud,   par   une   forêt   immense   et,   finalement,   à   l’Est,   par   une   chaîne   de   montagnes.   Dans   cet   empire,   il   y   avait   une   capitale,   Saint-­‐Rosen,  trois  villes  secondaires  et  une  quinzaine  de   petits   villages,   dont   Salimire,   le   village   d’Arnoul   (où   habite   notre   héros).   Tous   pensaient,   à   l’époque,   que   personne   ne   pourrait   ébranler   la   joie   de   ce   peuple   si   convivial.  De  l’autre  côté  de  la  chaîne  de  montagnes,  il  y   avait  un  autre  empire,  beaucoup  plus  gros  que  l’empire   salonique,   l’empire   malarique.   Il   était   dirigé   par   un   roi   énormément  cupide,  jaloux  et  mal  intentionné.     Un  jour,  ce  souverain,  du  nom  d’Omer,  devint  tellement   jaloux   de   la   joie   de   l’empire   salonique   qu’il   décida   d’assiéger   Saint-­‐Rosen.   Ce   fut   une   grande   bataille,   mais   les   Salons,   n’étant   pas   du   tout   belliqueux,   finirent   par   être   vaincus   après   près   de   cinq   mois.   Croyant   pouvoir   vaincre   la   capitale   en   quelques   semaines,   Omer   fut   blessé  dans  son  estime,  mais  ce  n’était  pas  le  cas.  Alors,  il   mit  en  vigueur  une  nouvelle  taxe,  qui  s’élevait  à  près  de   la   moitié   de   tout   ce   qu’il   avait.   Arnoul,   qui   voyait   son   père  accablé  par  les  dettes,  décida  de  rebeller  le  peuple   contre  Omer.      

23  


Arnoul   se   dirigea   vers   le   centre   du   village,   à   la   vue   de   tous,  puis  essaya  de  convaincre  le  peuple  de  renverser  le   gouvernement.   Étant   considéré   comme   l’idiot   du   village,   personne   ne   l’écouta,   mais   ayant   tant   de   volonté,   il   continua   à   dicter   son   message.   Après   quelques   heures,   certains  villageois  s’impatientèrent  et  chassèrent  Arnoul   de  leur  village.  Il  se  demanda  ce  qu’il  pouvait  faire  pour   aider   son   père.   Il   se   dit   qu’il   devait   aller   au   centre   du   problème  :  Saint-­‐Rosen.  C’était  là  que  le  roi  demeurait  et   où    il  y  avait  le  plus  de  chance  de  convaincre  quelqu’un.   Le  lendemain,  Arnoul  se  dirigea  vers  la  capitale.       Après   quelques   jours   de   marche,   Arnoul   arriva   enfin   devant   les   portes   de   Saint-­‐Rosen.   Il   entra   dans   la   grande   ville.   La   capitale   était   entourée   d’un   muret   de   pierre   et   d’une  douve  et  il  y  avait,  en  son  centre,  un  grand  marché   et,  juste  en  arrière,  sur  la  colline,  un  château  fortifié.  Il  se   dirigea   vers   le   marché,   où   il   tenta   de   rebeller   le   peuple   contre   leur   nouveau   souverain.   Certains   s’arrêtèrent,   mais  très  peu  l’écoutèrent  vraiment.     Malheureusement   pour   lui,   un   groupe   de   gardes   passaient  par  là  et  ils  le  pourchassèrent  jusqu’au  mur  de   la  ville.  Arnoul  se  dirigea  d’abord  vers  la  porte  de  la  ville,   mais  la  herse  était  baissée  à  cette  heure.  Donc,  il  monta   dans  un  escalier,    grimpa  sur  le  mur,  sauta  par-­‐dessus  un   créneau   et   atterrit   dans   la   douve.   Heureusement,   l’armure  des  gardes  les  empêchait  de  nager,  donc  ils  ne   pouvaient   le   suivre.   Arnoul   sortit   rapidement   de   la   douve  et  disparut  dans  la  nuit.  Il  se  dirigea  vers  la  forêt   de  Trinigam.   24    


Arnoul  se  cacha  dans  un  bosquet.  Soudain,  il  entendit  un   bruit   derrière   lui.   Il   se   retourna   lentement   et   vit   une   créature   magnifique.   Il   vit   une   licorne.   Celle-­‐ci   lui   expliqua   qu’elle   et   sa   horde   étaient   venues   d’un   autre   monde  pour  venir  l’aider.  Ils  établirent  une  stratégie,  se   reposèrent  et  partirent  le  lendemain.  Arnoul,  assis  sur  le   chef   des   licornes,   regardait   la   scène   de   bataille   de   loin.   Après   avoir   tué   les   quelques   soldats   qui   s’attaquaient   à   eux,  les  licornes  entrèrent  dans  le  château  et  tuèrent  le   roi  Omer.     Arnoul,   accueilli   en   sauveur,   devint   roi   à   la   place   d’Omer   et   il   fut   l’un   des   meilleurs   rois   que   la   contrée   eut   pu   connaître.   Son   empire   devint   riche   et   prospère.   Il   se   maria   avec   la   belle   Isabelle   et   eurent   trois   héritiers.   L’emblème   de   l’empire   devint   la   licorne.     La   morale   de   cette   histoire   est   qu’avec   de   la   persévérance,   on   peut  arriver  à  tout  faire.        

Alexandre Chabot

 

25  


X

Dernière Guerre…

 

enia   et   sa   famille   étaient   en   voyage   au   Mexique   depuis  une  semaine.  Ce  voyage  avait  été  organisé   par   les   amis   de   la   jeune   fille.   Cette   semaine,   ils   devaient   visiter   des   temples   mayas.   Garsoden,   Ellena,   Yamini  et  Gaikoz,  les  amis  de  la  fille  aux  cheveux  noirs,   les   invitaient   à   entrer   dans   un   temple.   Dès   qu’ils   entrèrent,  la  porte  se  referma.     Toute  la  famille  sursauta,  mais  ils  étaient  courageux,  ce   n’était   pas   la   première   fois   que   cela   leur   arrivait.   Alcubra,   le   petit   ami   de   Xenia   lui   avoua   que   ses   amis,     depuis  le  tout  début,  étaient  leurs  ennemis.  La  jeune  fille   ne   le   crut   pas   à   l’instant,   ce   ne   fut   que   lorsque   Gaikoz   leur  tira  une  flèche  avec  son  arc,  que  la  fille  comprit.     L’adolescente   toucha   le   collier   qu’un   de   ses   proches   lui   avait  confié.  La  fille  invoqua  un  ange  aux  longs  cheveux   soyeux   et   rouges.   Cet   ange,   elle   l’avait   rencontré   lors   d’une  pré-­‐apocalypse,  un  an  plus  tôt.  Celui-­‐ci  apparut  et   lui  adressa  la  parole  :     -­‐   Que   puis-­‐je   faire   pour   vous?   Ô   grande   guerrière   de   la   lignée  Delta,  dit-­‐il  d’une  voix  douce.     -­‐   Vite!   s’exclama   la   fille   aux   yeux   d’émeraude,   va   me   chercher  nos  armes,  à  ma  famille  et  à  moi!     -­‐  À  vos  ordres,  Xenia…   26    


L’oiseau   divin   disparut   quelques   instants.   Quand   il   revint,   il   donna   les   armes   à   ses   compagnons.   La   guerrière  Delta  remercia  l’ange  avant  qu’il  ne  reparte.     Xenia   prit   sa   grande   épée   et   fonça   droit   vers   Gardosen.   La  jeune  fille  fit  virevolter  son  arme  et  donna  un  coup  à   son   ennemi,   qui   lui,   l’esquiva   facilement   en   faisant   un   rire  satanique.  L’opposant  enflamma  son  glaive  avec  ses   pouvoirs  et,  tel  un  tigre  affamé  sautant  sur  sa  proie,  alla   enfoncer  son  arme  dans  le  cœur  de  la  fille  Delta.  Celle-­‐ci   essaya   de   rester   sur   ses   deux   jambes,   mais   le   glaive   enflammé   l’en   empêcha.   Elle   s’écroula   au   sol   et   vit   tout   se  noircir…     Elle  se  sentait  mourir.  Elle  se  rappela  de  la  fois  où  elle  et   son   meilleur   ami,   Archimedia   qu’elle   appelait   «  papa  »,   car   ses   parents   étaient     morts   juste   avant   qu’elle   la   rencontre   et   il   avait   bien   pris   soin   d’elle   durant   cette   période   difficile.   Ils   parlaient   ensemble   de   cette   guerre   avant  sa  mort…     Xenia,   assise   à   la   table,   regarda   calmement   l’homme   se   préparer  un  café  :     -­‐   Dis   Archimedia,   pourquoi   devons-­‐nous   nous   battre   avec   des   armes   du   Moyen   Âge   quand   nous   sommes   en   2008?   Il   existe   des   fusils,   des   explosions   et   bien   plus…   dit-­‐elle  entre  deux  gorgées  de  chocolat  chaud.      

27  


-­‐   Car   ma   fille,   cette   guerre   a   commencé   il   y   a   de   cela   fort   longtemps   et,   étrangement,   les   habitudes   de   combat   n’ont  pas  changé,  c’est  comme  la  tradition  de  Noël,  cela   ne  change  jamais!  s’exclama  l’homme  an  riant.     Xenia  sentit  que  quelqu’un  respirait  dans  son  cou,  elle  se   retourna  puis  elle  vit…       Tout   à   coup,   la   fille   aux   yeux   d’émeraude   vit   tout   disparaître  et  ne  sentit  plus  rien.     Alcubra   et   Elia,   sa   cousine,   remarquèrent   très   rapidement   que   Xenia   manquait   à   l’appel,   mais   ils   n’avaient   pas   le   temps   de   penser.   Ils   devaient   absolument   gagner   cette   guerre,   sinon   tout   était   fichu.   Après   plusieurs   heures   de   combat,   il   ne   restait   plus   qu’Elia   et   Silver,   le   frère   de   Xenia.   Ils   avaient   peut-­‐être   sauvé  le  monde,  mais  la  mort  d’Alcubra  et  la  disparition   de   Xenia   leur   avaient   fait   perdre   la   joie   de   leur   glorieuse   quête.   Quelques   jours   plus   tard,   les   deux   cousins   retournèrent  au  Canada.     Elia   retourna   chez   elle   la   tête   basse,   tout   comme   Silver   qui   était   orphelin   depuis   la   mort   de   sa   chère   sœur.   Découragé  Il  observa  la  maison.     «  Que   vais-­‐je   faire   maintenant   sans   ma   sœur,   sans   ma   famille?  »  se  dit-­‐il.     Soudain,   sur   le   toit   de   sa   maison,   il   vit   une   fille   se   tenant   debout  qui  l’observait.  Cette  fille  avait  de  longs  cheveux   28    


noirs  et  des  yeux  vert  émeraude  rayonnant  au  soleil.  La   femme   lui   fit   un   sourire   réconfortant.   «  Sœurette   est-­‐ce   toi?  »  s’exclama  Silver  en  regardant  la  fille,  mais  dès  qu’il   cligna  des  yeux,  il  n’y  avait  personne…      

Alice Laferrière

 

29  


Amy et Jacob    

30    


I  

l   était   une   fois,   une   jeune   princesse   nommée   Amy.   Elle  habitait  dans  un  château  au  monde  des  fées.  Un   jour,  elle  décida  de  trouver  un  prince  à  marier.  

  Elle   accompagna   son   père   dans   un   souper   de   royauté   avec   d’autres   princes   et   princesses.   Son   paternel   ne   voulait   pas   qu’elle   se   marie   parce   qu’il   avait   remarqué   qu’elle  était  attirée  par  un  prince  qui  aimait  la  magie.     Amy  commença  à  parler  à  ce  dernier  :     -­‐  Bonjour,  mon  nom  est  Amy.     -­‐  Salut,  moi  c’est  Jacob.     -­‐  Possèdes-­‐tu  des  pouvoirs  magiques?  lui  demanda  Amy     -­‐  Quelques-­‐uns  et  toi?     -­‐  Je  possède  seulement  des  yeux  hypnotiques.     -­‐  D’accord,  on  se  reparle!  conclut-­‐il.     Son   père   savait   bien   qu’elle   voulait   le   revoir!   Il   était   en   désaccord.  Amy  et  Jacob  commencèrent  à  passer  plus  de   temps  ensemble  pour  mieux  se  connaître.  Mais,  comme   son   père   n’était   pas   content   à   l’idée   de   voir   sa   fille   se   marier   avec   un   homme   qui   ne   pensait   qu’à   la   magie,   il   essaya  d’empêcher  ces  fréquentations.      

31  


La   princesse,   qui   voulait   tout   faire   pour   continuer   de   voir  son  prince,  décida  de  le  voir  en  cachette  au  royaume   des   licornes.   Elle   attendit   que   son   père   se   soit   endormi   pour  aller  voir  Jacob.  Le  roi,  qui  ne  dormait  pas  encore,   se  rendit  compte  qu’Amy  n’était  plus  dans  sa  chambre.  Il   décida   donc   de   lui   donner   une   conséquence  :   qu’elle   ne   sorte   plus   de   sa   chambre.   La   jeune   fille   essaya   de   lui   expliquer   qu’elle   aimait   ce   jeune   homme   et   qu’il   l’avait   déjà   demandée   en   mariage   qui   se   déroulerait   au   royaume   de   l’église   féérique.   Le   roi   était   tellement   en   colère   qu’il   lui   enleva   ses   pouvoirs,   son   téléphone   magique,   tout   ce   dont   elle   avait   besoin   pour   communiquer.     Amy  était  triste  et  n’avait  pas  le  choix  d’obéir  aux  ordres   de   son   père   et,   finalement,   elle   dit   au   prince   qu’elle   ne   pouvait   plus   le   voir.   Lors   d’un   souper   de   famille,   cette   dernière   essaya   à   nouveau   d’expliquer   ce   qu’elle   ressentait   et   le   roi   comprit   que   sa   fille   voulait   une   famille  et  du  bonheur.     Amy   et   Jacob   se   marièrent   et   eurent   trois   enfants   et   une   licorne   domestique.   Ils   vécurent   heureux   jusqu’à   la   fin   des  temps.  

Audrey Robillard

32    


I

Le sorcier de la montagne

 

l   était   une   fois,   durant   une   chaude   journée   d’été,   dans  un  petit  village,  Ronald  un  jeune  homme  très   travaillant   qui   s’occupait   de   son   bétail.       Tout  à  coup,  le  ciel  était  devenu  sombre   comme   si   une   tempête   se   préparait.   Le   tonnerre   faisait   un   vacarme   comme   jamais.   Quelques   instants   plus   tard,   tout   s’arrêta   d’un   seul   coup.   Au   premier   regard,   rien   n’avait   l’air   d’avoir   changé.   Mais   en   arrivant   dans   l’étable,   tout   le   troupeau   de   chèvres   était     par  terre  et  très  mal  en  point.       Ensuite,   Ronald   chercha   une   explication   logique   à   tout   cela,  mais  il  resta    sans  réponse.  Un  vieillard  lui  dit  :     -­‐   C’est   sûrement   un   coup   du   sorcier   qui   vit   dans   la   montagne.  Il  en  veut  à  notre  village  depuis  des  lustres.     -­‐  Mais  pourquoi?  demanda  Ronald.     -­‐   C’est   parce   que   nos   ancêtres   l’auraient     banni     du   fait   que  sa  magie  semait  la  destruction.       -­‐   Connaissez-­‐vous     quelqu’un     qui   pourrait   m’amener   chez  lui?      

33  


-­‐   Oui,   je   pourrais   demander   à   mon   fils,   Paul.   Il   connait   la   montagne  comme  sa  poche.       Ronald  remercia  le  vieillard  et  partit  avec  Paul.  Presque   rendu  au  sommet,  Paul  dit  à  Ronald  :     -­‐  Moi,  je  ne  vais  pas  plus  loin,  il  ne  te  reste  plus  que  dix   mètres  avant  d’arriver.       Ronald  le  remercia  et  continua  son  ascension.  Soudain,  il   arriva   devant   une   grande   porte   détruite   par   le   froid   et   usée   par   le   temps   et,   après   un   moment   de   réflexion,   il   décida   d’entrer   subtilement   dans   la   demeure.   Celle-­‐ci   était  couverte  de  toiles  d’araignée  et  tout  était  très  vieux   et   très   sale.   Puis,   une   lumière   éblouissante   se   dressa   devant   lui,   Ronald   fit   quelques   pas   en   arrière.   Tout   à   coup,   le   sorcier   apparut   d’une   façon   agressante.   Il   était   grand,  il  avait  une  grande  barbe  et  de  très  longs  cheveux     blancs.   Ronald   avança   prudemment   et   demanda   au   sorcier  :       -­‐  Est-­‐ce  que  vous  êtes  le  sorcier?       -­‐  Oui,  qui  le  demande?     -­‐   Je   suis   Ronald,   j’habite   dans   le   village   en   bas   de   la   montagne.     -­‐  Que  puis-­‐je  faire  pour  toi  ?     34    


-­‐   J’aimerais   savoir   si   c’est   vous   qui   rendez   mon   bétail   malade  ?     -­‐  Oui!     -­‐  Est-­‐ce  que  vous  savez  comment  je  pourrais  le  sauver  ?     -­‐   Oui,   il   existe   seulement   un   moyen,   c’est   de   lui   donner   une  fiole.     -­‐  Alors,  pouvez-­‐vous  me  la  donner  ?     -­‐  Jamais  en  cent  ans.  Vous  m’avez  fait  assez  souffrir.  Ne   revenez  plus  jamais  ici!     Soudain,   une   énorme   rafale   de   vent   propulsa   Ronald   hors  de  l’habitation  et  la  porte  se  referma  brusquement.   Puis,   Ronald   resta   quelque   temps   devant   le   repaire   du   sorcier   pour   trouver   un   moyen   pour   lui   voler   le   remède.   Une   rafale   d’air   chaud   vint   lui   caresser   le   visage.   Il   décida   de   trouver   d’où   venait   cette   chaleur.   Elle   le   conduisit   jusqu’à   une   petite   ouverture   pour   la   climatisation.  Puis,  il  resta  jusqu'à  la  nuit  tombée.     Il   s’infiltra   dans   le   repaire   ni   vu   ni   connu,   il   aperçut   la   fiole   posée   sur   une   petite   table   à   dix   mètres   de   lui.   Il   attendit   que   le   sorcier   parte   dans   l’autre   pièce   et   s’en   empara  rapidement.  Aussitôt,  il  dévala  la  montagne.     Soudain,   le   sorcier   s’aperçut   que   la   fiole   avait   disparu.   Son  cri  de  colère  fut  si  fort  qu’il  déclencha  une  avalanche    

35  


qui   enterra   son   repaire.   Par   chance,   Ronald   réussit   à   arriver  au  village  sans  égratignure.     Il   se   précipita   vers   sa   ferme   et   donna   la   potion   à   son   bétail.   Aussitôt,   il   se   remit   sur   pieds   et   repartit   dans   son   enclos,  comme  si  rien  ne  s’était  passé.     Ronald   eut   toujours   une   crainte   après   toute   cette   aventure.   Il   croyait   que   ce   n’était   pas   la   dernière   fois   qu’on  entendrait  parler  du  sorcier  de  la  montagne.      

Carl Lefrançois

36    


I

Erwig et le bonheur

 

l   était   une   fois   Erwig,   un   idiot   du   village   de   Gondar.   Il   était   un   adolescent   innocent   et   gaffeur.   Un   matin,   il   se   promenait   dans   son   village   et   lorsqu’il   regardait   les   gens,   il   ne   voyait   pas   le   bonheur   dans   leurs   yeux.   Puisque   ces   derniers   avaient   toujours   été   heureux,   il  était  incrédule.  En  constatant  que  personne  n’avait  de   bonheur,  il  paniqua.     Peu   de   temps   après   qu’il   eut   découvert   que   tout   le   monde   était   sans   bonheur,   il   se   mit   à   réfléchir.   Soudainement,  il  eut  une  idée,  il  décida  de  se  rendre  sur   l’île  d’Ellesmere  pour  demander  conseil  aux  Elfes.  Après   cinq  jours  de  voyage,  il  arriva  enfin.  Il  demanda  aux  Elfes   de   l’aider,   mais   les   petits   personnages   avaient   besoin   d’en   parler   au   grand   conseil.   Après   cinq   autres   jours   d’attente,  le  conseil  eut  finalement  lieu.  Le  grand  Elfe  se   leva  et  dit  :     -­‐  Non,  nous  ne  t’aiderons  pas.     -­‐  Mais  pourquoi?  dit  Erwig.     -­‐  Parce  que  tu  es  idiot,  répondit  le  grand  Elfe.     De   retour   dans   son   village,   après   cinq   autres   jours   de   voyage.  Il  repensa  à  d’autres  solutions.  Après  une  longue   réflexion,   il   eut   l’idée   de   créer   une   potion   magique   qui   redonnerait   le   bonheur   à   tout   le   monde.   Il   courut    

37  


jusqu’au   magasin   de   magie   le   plus   près   et   vola   un   grimoire  de  magie.  Il  chercha  et  chercha  aux  travers  des   pages,  mais  en  vain.     Il   décida   qu’il   allait   faire   une   dernière   tentative.   Il   se   mit   à   danser,   chanter,   conter   des   blagues   devant   les     villageois.   Par   un   pur   miracle,   les   gens   du   village   commencèrent   à   retrouver   le   bonheur.   Pendant   deux   jours,  Erwig  fit  les  mêmes  niaiseries  jusqu’à  ce  que  tous   les  habitants  du  village    aient  retrouvé  le  bonheur.     Après   tout   ce   qu’il   avait   fait   pour   le   village,   Erwig   fut   récompensé  par  le  chef  du  village.  Il  reçut  une  épinglette   portant   l’inscription  :   héros   du   village.   Peu   de   temps   après,  il  devint  célèbre  partout  dans  le  monde,  tout  cela   parce  qu’à  cœur  vaillant,  rien  n’est  impossible.      

Dominic Prévost

38    


La pierre d’obsidienne

I

l  était  une  fois,  il  y  a  fort  longtemps,  un  peuple  qui   vivait  dans  un  village  appelé  l’Empire  de  la  flamme   d’obsidienne.   Ce   peuple   allait   être   bouleversé   à   jamais  par  un  évènement  tragique  qui  mit  fin  à  la  longue   paix  qui  régnait  dans  le  royaume.     C’était   par   une   belle   journée   d’automne,   la   fête   des   moissons   battait   son   plein.   Tout   le   monde   ne   pensait   qu’à   la   fête.   Sauf   une   personne,   Logan   qui   avait   un   mauvais   pressentiment…   Et   il   avait   bien   raison.   La   fontaine   de   divination   avait   révélé   que   l’armée   de   l’Ordre  des  Assassins  était  en  marche  afin  de  conquérir   la   pierre   d’obsidienne,   le   cœur   de   la   capitale,   Katsum.   Cette   pierre   ne   servait   à   rien,   seule.   Seulement,   si   elle   était   couplée   avec   sa   jumelle   qui   appartenait   à   l’ordre,   elle  pouvait  être  d’un  pouvoir  dévastateur.     Après  avoir  prévenu  le  conseil,  Logan  rallia  son  unité  et   raconta  la  situation.  Il  n’était  qu’un  débutant  en  matière   de   leadership   et   son   escouade   avait   du   mal   à   le   respecter.   Mais   pour   une   raison   que   lui-­‐même   ignorait,   tous   l’écoutaient.   Il   vêtit   son   armure   et   amena   avec   lui   quelques   potions   composées   d’acide   ou   encore   des   potions  magiques  lumineuses.  Logan  prit  son  épée  puis   alla  au  point  de  rendez-­‐vous.     Un   des   amis   d’enfance   de   Logan   se   joignit   à   la   chasse.   Son   nom   était   Joseph   et   aucun   des   deux   ne   partirent   à     39  


l’aventure   sans   l’autre.   Après   avoir   atteint   les   murs   qui   délimitaient  les  frontières  de  la  ville,  Logan  s’écria  :       -­‐  Nous  allons  devoir  passer  par  les  tunnels  pour  ne  pas   nous  faire  repérer.     -­‐   Bonne   idée,   mais   qu’allons-­‐nous   faire   si   de   l’autre   côté,   les   troupes   ennemies   sont   déjà   arrivées   ?   répliqua   un   homme     -­‐  Eh  bien,  nous  nous  battrons  !  répondit  Joseph.     Logan  ouvrit  alors  le  sceau  magique  retenant  la  porte  et   entra.   Après   15   minutes   de   marche   dans   les   sous-­‐sols,   un   archer   de   l’empire   entendit   des   pas.   La   première   escarmouche   allait   commencer.   Des   flèches   avec   des   auras   rouges   retentirent   et   frôlèrent   Logan   pour   finir   par   frapper   le   mur   de   pierre   derrière   lui.   On   ordonna   aux   militaires   de   dégainer   leurs   épées   et   de   lancer   l’assaut.     Après  quelques  minutes  de  bataille,  les  ennemis  étaient   éliminés   et   un   soldat   blessé   au   bras   alla   prévenir   le   conseil   de   l’invasion.   L’escouade   de   reconnaissance   et   l’armée   allaient   se   rejoindre   à   la   surface.   Lorsqu’ils   atteignirent  la  surface,  le  combat  était  déjà  bien  entamé   et  le  roi  Liche,  le  chef  suprême  de  l’Ordre  des  Assassins   avait   pointé   le   bout   de   son   nez.   Le   nouvel   objectif   était   à   présent  d’abattre  cet  homme.     40    


En   se   rendant   derrière   les   lignes   ennemies,   le   groupe   perdit   plusieurs   personnes.   Chacune   d’elle   était   soit   un   ami,  soit  un  père  ou  encore  un  frère.     Avec   la   haine   au   cœur,   Logan   prit   un   flacon   d’acide,   le   décapsula  et  le  lança  sur  le  roi  Liche.  L’effet  était  désiré,   détruire  son  armure  que  nul  ne  pouvait  enrayer.  L’acide   la   rongea   jusqu'à   ce   qu’il   n’y   en   ait   plus.   Le   brave   chevalier   dégaina   son   épée   solide   comme   le   diamant   et   l’enfonça   dans   le   cœur   du   terrible   Liche.   La   mort   de   ce   dernier  provoqua  la  destruction  des  chaînes  spirituelles   qui   obligeaient   des   hommes   à   se   battre   contre   leur   volonté.       La   guerre   étant   terminée   et   la   paix   revenue,   le   roi   ordonna   de   sculpter   une   statue   de   Logan   et   son   équipe   dans  la  pierre  d’obsidienne.      

Vincent Duplessis Miguel Liere-Atsiba Keith Pelletier Jason Thibault

 

41  


Le malheur de l’île d’Ioklova

L  

’histoire   qui   suit   se   déroule   sur   une   île   perdue   tout   près   de   Madagascar,     en   1469,   où   la   magie   était   pratiquée   de   tous.   Une   jeune   fille   prénommée     Irène   habitait   seule   avec   son   parrain,   Sir   Alaric   puisque   ses   parents   avaient     péri   dans   un   mystérieux   incendie   et   elle   n’avait   ni   sœurs   ni   frères.   Elle  avait  hérité  du  magasin  d’horloges  de  son  père.  Sir   Alaric   était   non   seulement   le   parrain   d’Irène   et   le   meilleur   ami   de   son   père,   mais   aussi   un   gros   investisseur.     Depuis   quelques   jours,   l’île   perdue   d’Ioklova   était   plongée   dans   une   sombre   ambiance,   comme   si   quelqu’un   avait   volé   le   soleil!   Dans   l’île   d’Ioklova,   le   soleil   était   la   principale   source   de   magie   des   habitants   pour  alimenter  leurs  pouvoirs  magiques.     La   famille   d’Irène   était   reconnue   pour   ses   célèbres   pratiques   de   magie   noire   et,   depuis   que   le   soleil   avait   disparu,  toute  l’île  accusait  Irène  de  l’avoir  volé  grâce  à   sa  magie  noire.     En   arrivant   chez   elle,   Irène   découvrit   la   maison   toute   désordonnée   et,   bizarrement,   Sir   Alaric   manquait   à   l’appel.   Elle   décida   donc   d’aller   jeter   un   coup   d’œil   dehors   mais,   tout   à   coup,   elle   se   retrouva   paralysée   et   entourée   d’une   bulle.   Deux   hommes   bien   armés   la   transportèrent  jusqu’au  fin  fond  de  la  forêt.   42    


Effrayée,   Irène   tenta   quand   même   de   lire   dans   leurs   pensés,   mais   une   sorte   de   bouclier   magique   l’en   empêchait.   Il   faisait   maintenant   nuit   et   la   lune   rayonnait   avec   une   telle   froideur   qu’aucun   mot   ne   pouvait   la   décrire…     C’est   à   son   réveil   qu’Irène   reconnut   un   sourire   qui,   autrefois,   la   réconfortait.   Sir   Alaric   était   dans   un   siège   digne   d’un   roi   avec   un   sourire   sadique   et   de   la   cruauté   dans   ses   yeux.   Elle   n’avait   même   pas   eu   à   lire   dans   ses   pensées   qu’elle   avait   déjà   tout   deviné.   Il   avait   tué   sa   famille   afin   de   prendre   le   pouvoir   et   prendre   le   magasin   de   son   père,   mais   c’était   finalement   Irène   qui   avait   hérité   du   magasin   et,   maintenant,   il   avait   l’intention   de   se  venger  et  de  la  faire  mourir  brûlée  comme  une  simple   sorcière   de   magie   noire   et   personne   ne   pouvait   l’aider,   tout  comme  ses  parents  l’avaient  vécu…     Quelques   minutes   plus   tard,   pendant   que   Sir   Alaric   ne   la   voyait   pas,   et   même   s’il   ne   restait   plus   d’espoir,   Irène   tenta   quand   même   sa   chance   en   récitant   une   formule   magique  qui  pouvait  l’amener  à  l’endroit  où  elle  voulait   aller.  Elle  avait  donc  décidé  de  se  rendre  à  la  maison  du   frère  Bélanger  qui  était  un  bon  ami  de  son  père,  il  était   également  le  prêtre  de  l’église  du  village.     En  arrivant  dans  la  maison  du  frère  Bélanger,  celui-­‐ci  fut   surpris   de   la   voir   à   cette   heure   tardive,   mais   il   écouta   son   histoire   avec   attention   et   l’aida   à   prouver   son   innocence.    

43  


Au  fil  du  temps,  ils  découvrirent    que  Sir  Alaric  avait  volé   le   soleil   pour   avoir   un   plus   grand   impact   sur   l’île   avec   sa   magie   noire.   C’est   ainsi   que   tout   rentra   dans   l’ordre   et   que   l’île   d’Ioklova   retrouva   son   précieux   soleil.   C’est   souvent  des  personnes  à  l’apparence  inoffensive  dont  il   faut  le  plus  se  méfier,  Irène  ne  fera  plus  la  même  erreur   deux  fois  !        

Kyana Meka-Gervais

44    


L’aiguille du temps

 

45  


D  

éjà,   le   soleil   se   couchait   sur   Paris.   La   grande   bibliothèque   municipale   se   vidait   très   rapidement   et,   bientôt,   il   ne   restait   plus   qu’Élisa   et   son   jumeau,   Dawen,   qui   devaient   finir   un   devoir   de   français.   Quand   ils   eurent   terminé,   les   jeunes   gens   allèrent   replacer   le   livre.   En   se   dirigeant   vers   la   sortie,   une   étrange   lumière   attira   leur   attention.   Elle   venait  de  la  salle  des  documents  interdits  dont  la  porte   était  légèrement  entrouverte.     Mués  par  la  curiosité,  Élisa  et  Dawen  se  dirigèrent  vers   la   source   de   lumière.   À   peine   eurent-­‐ils   ouvert   la   porte   qu’ils   découvrirent   un   livre   qui   brillait   –   la   couverture   était  noire  et  le  titre   «L’Aiguille du Temps»   dominait   le   haut   de   la   page   –   un   étrange   dessin   représentant   une   femme   qui   ressemblait   à   Élisa   avec   une   épée   plantée   dans   la   poitrine,   de   sa   main   droite,   elle   tenait  le  manche  de  l’épée.  Élisa,  attirée  par  le  manuscrit,   comme   un   papillon   serait   attiré   par   la   lumière,   s’empressa  de  le  prendre  et  de  l’ouvrir…     Dawen   ne   comprenait   pas   ce   qui   s’était   passé   deux   secondes  plus  tôt.  Il  se  contenta  simplement  de  regarder   le   livre   qui   venait   d’aspirer   sa   sœur,   les   yeux   écarquillés   de  surprise  et  de  terreur.  Le  jeune  homme  prit  le  livre  et   l’ouvrit   en   espérant   découvrir   ce   qui   était   arrivé   à   sa   jumelle.   Il   parcourut   des   yeux   les   premières   pages   tachées   d’encre   noire,   et   quelle   ne   fut   sa   surprise   lorsqu’il  découvrit  le  nom  :  «Élisa»!  Il  en  resta  paralysé.   46    


Sa   sœur,   sa   seule   amie,   était   prisonnière   du   livre   et   vivait  une  histoire.     Intrigué,   Dawen   commença   à   lire   à   haute   voix   pour   ne   perdre  aucun  mot.     «  Au   premier   regard,   Élisa   et   Éliott   tombèrent   instantanément  amoureux.  Au-­delà  de  bonheur  parfait,   la  jeune  fille  savait,  que  dans  une  partie  reculée  de  son   cœur,   une   douleur   épouvantable   –   celle   de   ne   plus   revoir  son  monde,  sa  famille  et  ses  amis  –  était  prête  à   faire  surface  à  n’importe  quel  moment.  Elle  apprenait  à   mieux  connaître  son  nouveau  monde  qui  ressemblait  à   la     France   au   Moyen   Âge.   Puis,   vint   le   funeste   jour.   La   guerre   éclata   en   Europe   et   la   France   ne   fut   pas   épargnée.   Contraint   d’aller   se   battre,   Éliott   confia   un   secret  à  son  ami  d’enfance,  Kyle.  Avant  de  partir,  Éliott   fit  ses  adieux  à  sa  bien-­aimée  qui  lui  donna  une  épée,  la   Cale  Du  Temps,  pour  lui  porter  chance  et  elle  lui  promit   qu’elle  l’attendrait.     Kyle,  qui  était  fou  d’amour  pour  la  jeune  fille  au  point   de  haïr  son  ami,  fit  une  prière  diabolique  à  une  statue   de   femme   à   la   couleur   d’ivoire   transmise   au   village   et   appelée  la  gardienne  du  temps  :     -­   Je   vous   en   conjure,   ô   grande   gardienne   du   temps,   arrêtez  le  temps  d’Éliott.     Ce   fut   alors   que   la   voix   de   celle   qui   commandait   le   temps  lui  parvint  :    

47  


-­   Je   ne   puis   exaucer   ton   vœu   sans   en   connaître   la   raison,   car   je   n’agis   pas   injustement   à   l’égard   de   ceux   qui  ne  m’ont  pas  causé  de  contrariétés.     -­   Je   sais   que   c’est   une   erreur,   noble   gardienne,   mais   si   Éliott  meurt,  Élisa  sera  à  moi.  Elle  ne  lui  appartiendra   même  pas  dans  la  mort.     En  levant  les  yeux  vers  la  sculpture,  l’entité  tapis  dans   celle-­ci  eut  pitié  de  lui  quand  elle  croisa  son  regard  et   promit  à  Kyle  son  aide.     Loin  de  sa  terre  natale,  Éliott  mourut  sur  le  champ  de   bataille,   transpercé   par   une   lance   qui   avait   étrangement  la  forme  d’une  trotteuse.  Élisa,  en  sachant   cela,   se   rendit   à   l’église   et   s’agenouilla   devant   la   gardienne  au  visage  sans  âge.  D’une  voix  étranglée,  elle   fit  cette  prière  :     -­  Ô  noble  déesse,  vous  qui  gouvernez  le  temps,  retirez-­ moi   le   mien   et   donnez-­le   lui   car,   à   mes   yeux,   sa   vie   m’est   chère.   Mon   âme,   n’ayant   plus   personne   à   qui   se   donner,  ne  tient  plus  à  souffrir.     Face   à   tant   de   désespoir,   la   gardienne   ne   put   que   donner  à  l’adolescente  ce  qu’elle  réclamait.  

  48    


Grâce  à  Élisa,  Éliott  revint  à  la  vie.  Ce  que  ce  dernier  vit   en   rentrant   chez   lui,   ce   fut   une   pierre   tombale   froide   qui   avait   remplacé   sa   douce.   Brisé   par   la   mort   de   son   amour,  le  garçon  fit  à  son  tour  une  prière  à  la  statue  :     -­  Déesse  du  temps,  je  rends  ce  qui  m’a  été  donné…   Le  reste  de  sa  phrase  ne  fut  qu’un  murmure  désespéré,   il  s’empara  de  son  épée,  se  transperça  la  poitrine,  puis   s’écroula.  L’épée  brillait  d’une  lumière  étrange.»     Dawen  referma  le  livre.  Il  n’était  plus  en  mesure  de  lire   le   reste   de   l’histoire,   car   l’écriture   était   illisible.   Le   bouquin   s’échappa   de   ses   mains   qui   s’étaient   mises   à   trembler  comme  de  feuilles.  Il  leva  des  yeux  embués  de   larmes  vers  le  plafond  comme  il  réalisa  que  sa  sœur  était   perdue   à   jamais.   Son   cœur   était   meurtri,   mais   il   trouva   encore   la   force   d’éprouver   une   grande   colère.   Élisa   n’avait   pas   le   droit   d’abandonner   ainsi,   comme   si   les   solutions   n’existaient   pas.   Elle   les   avait   délibérément   oubliés.   Tous.   Le   garçon   se   sentit   submergé   par   une   grande  culpabilité.  Dans  le  fond,  il  se  sentait  responsable   de   sa   sœur.   Il   sortit   de   la   bibliothèque   avec   l’âme   d’un   martyr   en   serrant   le   livre   contre   sa   poitrine   comme   l’aurait  fait  un  enfant    avec  son  ours  en  peluche.  Dawen   savait  ce  qu’il  devait  faire…  

Guilna Belot

 

49  


I

L’épée magique

 

l   y   a   très   longtemps,   dans   un   très   grand   château   éloigné   vivait   un   chevalier   nommé   Spark,   ce   dernier  pleurait  l’enlèvement  de  sa  douce  moitié,  la   princesse  Julie.     Alors   qu’il   marchait   dans   le   village,   Spark   rencontra   un   vieillard   qui   lui   expliqua   qu’il   venait   d’un   autre   royaume   et  qu’il  savait  où  se  trouvait  la  princesse  Julie.     Spark   emballa   ses   choses   et   partit   avec   le   vieillard.   Durant   leur   marche,   le   vieil   homme   lui   dit   qu’ils   devaient  aller  escalader  la  mont  Oumanos  pour  récolter   la   pierre   magique.   Ils   marchèrent   durant   plusieurs   jours   pour   arriver   au   pied   du   mont.   Terrifié,   Spark   commença   l’ascension,   seul.   Durant   son   ascension,   une   forte   tempête   frappa   le   mont   Oumanos.   Durant   la   tempête,   Spark   trouva,   dans   la   grotte,   la   pierre   magique.   Spark   attendit  quelques  jours  afin  de  pouvoir  sortir  de  ce  lieu.   Il  monta  facilement  où  l’attendait  le  vieillard.    Arrivé  au   village,  Spark  loua  une  chambre  pour  se  reposer.     Après   une   bonne   nuit   de   sommeil,   Spark   et   le   vieillard   partirent   à   la   recherche   du   forgeron   dans   le   village.   Quelques   minutes   plus   tard,   ils   le   trouvèrent   et   lui   demandèrent  de  forger  une  épée  avec  la  pierre  magique.   Durant   la   nuit,   le   dragon   était   venu   au   village   et   avait   enlevé   tous   les   habitants.   À   son   réveil,   Spark   remarqua   qu’il   était   seul,   mais   que   tout   avait   été   brûlé   par   le   50    


dragon.   Il   prit   son   épée   et   son   armure   et   partit   en   direction  de  la  grotte.     Finalement,   après   quelques   jours   de   marche,   Spark   arriva   à   la   grotte.   Il   sortit   son   épée   et   entra   dans   la   grotte.   Il   vit   toutes   les   victimes   qui   avaient   été   enlevées   par   le   dragon.   Spark   se   retourna   et   vit   le   monstre.   En   un   coup   d’épée,   il   lui   transperça  ses  écailles  et  la  tête.     Spark  et  les  autres  revinrent  au  château.   À   son   retour,   il   rencontra   le   vieillard,   ce   dernier  lui  dit  :     -­‐  Comment  allez-­‐vous?          -­‐  Je  suis  mort  de  fatigue.     -­‐   Alors,   allez   vous   reposer!   Au   revoir   mon  ami.     Et  le  vieillard  partit. ��   À  son  retour,  Spark  se  maria  avec  la  belle  princesse  Julie.   Ils  eurent  beaucoup  d’enfants  et  furent  très  heureux.      

Alexandre Gravel  

51  


I

L’île au soleil perdu

 

l   y   a   très   longtemps,   Hubert,   un   jeune   horloger,   partit   en   voyage   pour   aller   chercher   des   horloges   sur   l'île   perdue,   Ding-­‐Dong.   Hubert   portait   sa   tunique   porte-­‐bonheur   ainsi   que   ses   chaussures   noires   garnies   d'un   bouton   magique.   Il   embarqua   sur   son   cheval   blanc,   Nector,   et   partit   vers   Ding-­‐Dong,   l’île   des   horloges.   Une   fois   arrivé,   Hubert   aperçut   l’énorme   donjon   du   château   des   fourmis.   Il   était   si   gros   et   d’une   splendeur  inimaginable.     Rendu   à   l’entrée   du   château,   deux   grosses   fourmis   étaient  là  avec  un  arc  dans  les  pattes.  Agnèse,  l’une  des   fourmis,   demanda   à   Hubert   s’il  pouvait   trouver   une   solution   pour   faire   apparaître   le   soleil   sur   l’île,   car   son   peuple  se  mourait  à  cause  du  grand  froid.       Après   avoir   accepté   la   mission,   Hubert   partit   en   direction  de  la  boutique  de  magie  du  coin.  Il  entra  dans   le  petit  magasin  fait  de  pierres  et  demanda  au  sorcier  de   la  boutique  s’il  avait  une  potion  magique  pour  réussir  à   courir  jusqu’au  soleil.  Le  sorcier  prit  des  ingrédients,  les   mit   dans   un   bol   en   terre   cuite   et   mélangea   les   substances   avec   son   pilon.   Une   fois   la   potion   terminée,   Hubert   but   le   mélange   et   partit   jusqu’au   soleil.   Rendu   sur  l’astre  chaud,  Hubert  ordonna  au  soleil  de  retourner   sur  l’île,  mais  celui-­‐ci  refusa.     52    


Après   cet   échec,   Hubert   était   triste   et   il   se   demandait   comment   il   allait   faire   pour   réussir   sa   mission.   Hubert   décrocha  le  bouton  de  sa  chaussure.  Ce  bouton  était  un   don   de   ses   ancêtres.   Ceux-­‐ci   lui   avaient   dit   qu’il   ne   pouvait   se   servir   de   ce   bouton   qu’une   seule   fois   pour   exaucer  un  vœu  qui  lui  tenait  à  cœur.  Donc,  Hubert  prit   l’objet   dans   ses   mains   et   il   formula   son   vœu,   mais   il   se   rappela   qu’il   lui   fallait   une   formule   magique   qu’il   avait   égarée.  Après  avoir  longuement  cherché  celle-­‐ci,  il  dut  se   résigner  et  alla  se  coucher.     Durant   cette   nuit   de   sommeil   très   agité,   Une   fée   apparut   aux   pieds  d’Hubert  et  elle  lui  dit  :     «  Le   courage   et   la   générosité   dont   tu   as   fait   preuve   aujourd’hui  ont  été  perçus  dans  le  monde  des  fées.  C’est   pourquoi   nous   t’offrons   le   don   de   pouvoir   regarder   le   soleil.»     C’est  ainsi  qu’Hubert  attrapa  le  soleil  avec  son  lasso  et  le   rapporta   à   ses   amies   les   fourmis.   Pour   le   remercier,   la   reine   de   la   fourmilière   lui   donna   la   plus   belle   des   horloges   que   l’île   possédait   et   lui   serra   la   pince   en   lui   disant  qu’à  cœur  vaillant,  rien  n’est  impossible.        

Noémie Lepage

 

53  


I

Winfrid

 

l   était   une   fois,   dans   un   village   isolé,   un   jeune   homme   du   nom   de   Winfrid.   Il   était   riche,   mais   il   avait   comme   réputation   d’être   l’idiot   du   quartier.   Winfrid   était   toujours   heureux,   car   il   ne   remarquait   jamais   les   problèmes   parce   qu’il   était   peu   intelligent.   Mais,  il  essaya  de  redonner  son  bonheur  à  son  village  qui   l’avait  perdu.     Aussitôt   levé,   Winfrid   eut   la   brillante   idée   de   compter   des  blagues  aux  gens  de  son  village  pour  leur  redonner   le   sourire.   L’idiot   sortit   de   chez   lui   avec,   dans   la   poche,   des   cochontyranosaurusmituscayus.   Winfrid   pensa   que   cet   animal   allait   faire   rire   son   village.   Il   arriva   devant   son  ami  prénommé  Drogon  et  il  lui  dit  :       «  Il  était  une  fois  un  jeune…  »     Winfrid  lui  lança  le  cochontyranosaurusmituscayus  et  il   lui  dit  :     -­‐  Est-­‐ce  qu’elle  était  drôle,  ma  blague?     -­‐  Non,  lui  répondit  bêtement  Drogon.     Puis,   Drogon   partit   et   Winfrid   était   triste   de   ne   pas   lui   avoir  redonné  le  sourire.     54    


En  ayant  réalisé  que  sa  blague  n’était  pas  drôle,  il  décida   de   trouver   une   idée   encore   plus   intelligente.   Winfrid   réfléchissait   si   fort   à   trouver   une   idée   qu’il   y   avait   des   milliers   de   petits   lutins   qui   apparurent   devant   lui.   Alors,   il  pensa  à  l’argent  car,  pour  lui,  les  lutins  étaient  signe  de   richesse.   Il   donna   de   l’argent   à   tous   les   citoyens.   Ils   étaient   heureux.   Winfrid   pensa   qu’il   avait   réussi   mais,     lorsqu’il   retourna   le   dos,   il   vit   tous   les   habitants   qui   allaient  s’acheter  des  licornes  volantes.  Winfrid  trouvait   cela  inutile,  il  se  mit  en  colère  et  prit  toutes  les  licornes   que  les  gens  avaient  achetées.  Les  habitants  qui  avaient     retrouvé   le   bonheur   à   cause   de   l’argent   furent   tous   redevenus  malheureux.     Après   tous   ces   événements,   Winfrid   était   déprimé,   il   était   triste   de   ne   pas   avoir   réussi   à   emmener   le   bonheur   aux   habitants.   Il   allait   retourner   chez   lui,   mais   il   vit   quelque  chose  de  si  exceptionnel.  Il  vit  une  licorne  faire   des   mouvements   spectaculaires.   Il   eut   soudain   un   sourire   au   visage   à   voir   cela.   Winfrid   pensa   immédiatement  aux  habitants.  Il  pensa  que  s’il  montrait   au   monde   entier   la   licorne,   tous   retrouveraient   le   bonheur.   Il   bâtit   un   endroit   au   milieu   du   village,   à   côté   de   la   taverne,   là   où   tous   passaient.   Il   appela   cet   emplacement   un   cirque.   Les   gens   passaient   devant   le   cirque   et   ce   qu’ils   voyaient   les   rendaient   heureux.  Le   village   avait   retrouvé   le   bonheur   grâce   au   cirque   de   Winfrid.     Finalement,   Winfrid   fut   nommé   maire   du   village   aux   tortues   volantes   et   tous   les   villageois   furent   heureux    

55  


d’avoir   retrouvé   le   bonheur.   Ils   remercièrent   Winfrid.   Comme  le  proverbe  le  dit  :       «  Petit  à  petit,  l’oiseau  fait  son  nid.  »      

Jonathan Sioui

56    


La princesse et la bague magique

I  

l  était  une  fois,  dans  un  très  joli  château,  au  Moyen   Âge,   une   belle   princesse,   Esmeraldah,   qui   reçut   comme   cadeau   la   plus   chère   des   bagues   ensorcelées  de  tout  le  royaume.     Un  beau  matin,  Esmeraldah  se  leva  et  se  dit  :     «  C’est   aujourd’hui   le   grand   jour,   je   dois   commencer   à   me  préparer!  »     Elle   se   leva   et   commença   à   se   préparer   trois   heures   avant  son  mariage.  Esmereldah  se  rendit  compte  que  sa   bague   avait   disparu,   elle   devait   absolument   la   ravoir   pour   son   mariage.   Elle   courut   voir   son   père   et   lui   expliqua   que   personne   ne   pouvait   avoir   sa   bague   car,   sinon,  elle  allait  se  transformer  en  crapaud.     Le   roi   engagea   immédiatement   des   chevaliers   pour   retrouver   la   bague.   Après   avoir   fouillé   toutes   les   chambres,   les   salles   de   bain,   les   cuisines,   les   salons   et   même   les   bureaux   du   château,   ils   allèrent   fouiller   toutes   les  maisons  du  village,  mais  en  vain;  ils  ne  la  trouvèrent   nulle   part.   Il   se   disait   que   cette   bague   ne   pouvait   disparaître   comme   cela!   Puis,   Alexis,   le   chevalier,   eut   une  idée,  il  partagea  sa  pensée  aux  autres  et  ces  derniers   l’approuvèrent.   Il   convoqua   toutes   les   femmes   qui   habitaient  le  château  au  salon  et  remarqua  qu’Elisabeth,   la  demi  sœur  d’Esmeraldah,  n’était  pas  là.    

57  


Tout   à   coup,   Esmeraldah   aperçut   un   crapaud   sur   le   plancher  de  sa  chambre,  elle  le  prit  doucement  comme  si   c’était  sa  petite  souris  et  alla  voir  son  père  au  salon  :     -­‐  Papa,  papa!  J’ai  trouvé  le  voleur!     Elle  lui  montra  le  crapaud  et  lui  demanda  :     -­‐  Qui  manque-­‐t-­‐il?  Il  est  certain  que  ce  n’est  personne.   Alexis  lui  répondit  :     -­‐  Il  manque  Elisabeth.  Esmeraldah  sursauta  :     -­‐  Elisabeth!  Oh  seigneur!  Il  faut  vite  faire  quelque  chose!     Le  père  proposa  donc  d’aller  voir  la  sorcière  du  village.       Rendue  chez  la  vieille  femme,  Esmeraldah  lui  expliqua  la   situation.   La   sorcière   lui   répondit   donc   qu’elle   n’avait   qu’une   seule   potion   magique   pour   qu’Elisabeth   redevienne   humaine,   cependant,   s’ils   voulaient   que   la   potion  fonctionne,  ils  devraient  aller  couper  une  mèche   de  cheveux  de  sa  jumelle.     Il  décida  donc  d’aller  voir  sa  sœur  jumelle.  Arrêté  devant   sa  maison,  il  s’arrêta  pour  prendre  une  pause.       Esmeraldah  cria  :     -­‐  Oh  mon  dieu!  Elle  fait  vraiment  peur,  sa  maison!     58    


Elle  était  terrifiée,  le  père  cogna  à  la  porte,  elle  s’ouvrit,   mais  personne  n’était  derrière  la  porte…      

Marie-Eve Lefebvre-Major

 

59  


I

Morvan le gaffeur

 

l   était   une   fois,   un   jeune   homme   appelé   Morvan   qui   vivait   dans   un   endroit   très   isolé.   Morvan   était   un   homme   très   gaffeur   et   détesté   par   les   villageois   et   c’est   pour   cela   que   tous   ces   derniers   avaient   perdu   le   bonheur.   Les   villageois   l’appelaient   toujours   l’idiot   du   village  parce  qu’il  faisait  toujours  des  gaffes.     Il   n’y   avait   qu’une   seule   personne   qui   n’avait   pas   de   problème  avec  Morvan  et  cette  personne  était  son  amie,   Désirée.   Morvan   ne   comprenait   pas   la   raison   pour   laquelle   il   faisait   autant   de   gaffes   et   il   essaya   de   toutes   ses  forces  pour  trouver  la  raison.  Tout  à  coup,  il  trouva   enfin  la  source  du  problème.     Pendant   son   plus   jeune   âge,   il   se   faisait   garder   par   une   sorcière  puis,  en  y  réfléchissant,  il  comprit  que  c’était  la   sorcière   qui   lui   avait   donné   un   mauvais   sort.   Il   décida   d’aller   voir   la   sorcière   qui   lui   avait   donné   ce   cadeau   empoisonné.   Deux   heures   plus   tard,   lorsqu’il   fut   enfin   arrivé  chez  la  vieille  femme,  il  frappa  deux  gros  coups  à   la   porte.   Quelques   secondes   plus   tard,   la   porte   s’ouvrit   dans   un   grincement   sonore.   Prenant   cela   comme   une   invitation  à    entrer,  il  franchit  la  porte.  Aussitôt,  il  vit  la   sorcière   apparaitre   devant   lui,   ce   n’était   qu’après   un   long  silence  que  la  sorcière  se  décida  enfin  à  parler  et  lui   dit  :     60    


-­‐   Cela   fait   bien   longtemps   que   nous   nous   sommes   vus.   Quel  bon  vent  t’amène  chez  moi,  dans  ma  demeure?     -­‐  En  fait,  je  suis  venu  afin  que  vous  annuliez  le  sort  que   vous   m’avez   donné   alors   que   je   n’étais   qu’un   malheu-­‐ reux  enfant.     -­‐   Si   ce   n’est   que   cela,   je   ne   peux   rien   faire   pour   toi,   car   seul,   celle   qui   saura   t’aimer   avec   tes   défauts   pourra   te   délivrer.   Mais   juste   avant   que   tu   partes,   un   conseil,   ne   cherche  pas    trop  longtemps,  car  elle  est  plus  proche  que   tu  ne  le  crois.       Lorsque   Morvan   retourna   à   son   village,   il   passa   voir   sa   très   chère   amie   et   lui   demanda   de   l’aide   pour   trouver   celle   qui   saura   lui   enlever   son   sort.   Pendant   plusieurs   jours,   il   alla   de   village   en   village,   posant   des   affiches   et   faisant  des  annonces  partout  où  il  allait.  De  jour  en  jour,   il   devenait   de   plus   en   plus   proche   de   Désirée,   inconsciemment.       Plus   les   jours   passaient,   plus   le   jeune   Morvan   commençait   à   désespérer.   Son   amie   essaya   de   le   convaincre   qu’il   la   retrouverait   bientôt   et   lui   donnerait   un  baiser  sur  la  joue.  Morvan  ne  comprenait  rien  à  tout   cela.  Désirée,  gênée  face  à  la  situation,  lui  dit  d’oublier  ce   qui   venait   de   se   passer.   Il   essaya   de   trouver   la   fille   qui   pourrait  le  délivrer  de  ses  malchances.     Il  partit  voir  la  sorcière  avec  son  cheval  volant  pour  lui   demander   qui   était   cette   fille   qui   allait   le   délivrer.   En    

61  


arrivant  devant  la  porte,  il  vit  une  lettre,  alors  il  décida   de   la   lire.   Dans   cette   lettre,   la   sorcière   lui   disait   qu’elle   avait  tout  accompli,  elle  décidait  de  partir  dans  un  autre   village.   Vers   la   fin   de   cette   lettre,   elle   lui   dit   que   la   fille   était  tout  près  de  lui  et  de  ne  pas  chercher  trop  loin.     Il   repartit   et   alla   voir   sa   meilleure   amie   Désirée.   En   marchant  vers  elle,  il  sentait  son  cœur  battre  de  plus  en   plus  fort.  Il  savait  que  la  fille  qui  pourrait  le  délivrer  de   sa   malchance   était   tout   près   de   lui.   Il   s’avança   vers   elle   et   l’embrassa.   Quelques   secondes   après,   il   se   sentit   délivré.   Désirée   devait   lui   avouer   quelque   chose   et   le   jour   était   venu   de   lui   dire   qu’elle   avait   été   envoyée   par   Dieu   puisqu’elle   avait   tout   accompli,   elle   partit   d’un   coup   de   tonnerre.   Par   la   suite,   Morvan   retourna   à   son   village,   tout   le   monde   fut   surpris.   Deux   jours   plus   tard,   les   gens   remarquèrent   qu’il   ne   faisait   plus   de   gaffes   et   qu’il  était  devenu  un  homme  normal.       Pour   finir,   Morvan   devint   un   homme   très   populaire   auprès  des  villageois.  Il  ne  fit  plus  de  gaffes,  il  épousa  la   fille  du  roi.  Tout  le  monde  redevint  heureux.      

Kesberline Dessalines

62    


La princesse au regard de joyau et la sorcière aux yeux de pierre

I  

l   était   une   fois,   au   Moyen     Âge,   dans   un   vaste   royaume   aux   vertigineuses   montagnes,   vivait   une   belle   princesse   à   la   splendide   chevelure   brune   qui   cascadait   sur   ses   délicates   épaules   dénudées   par   une   belle   robe   de   couleur   émeraude.   Son   regard   envoûtant   du  même  vert  que  sa  robe  captivait  le  moindre  homme   qui  osait  poser  les  yeux  sur  elle.     Un  soir,  la  jeune  princesse  dénommée  Delphine  sortit  en   douce  du  château,  se  dirigeant  donc  vers  une  forêt  à  l’air   menaçant  ;   les   gens   la   disaient   hantée   par   l’esprit   de   la   sorcière   Axila,   une   femme   hideuse   ayant   été   exilée   du   royaume   par   le   grand-­‐père   de   Delphine.   Soudain,   elle   marcha   sur   une   branche   qui   couvrait   à   peine   un   trou   béant   qui   l’entraîna   dans   un   cachot   où   la   future   souveraine   fut   accueillie   par   une   femme   d’un   âge   ancestral,   disgraciée,   aux   cheveux   noirs   crasseux   en   broussaille  parsemés  de  quelques  cheveux  gris.  Sa  peau   craquelée   telle   une   pierre   et   son   regard   gris   foudroyaient  la  jeune  fille  qui  tomba  dans  l’inconscience.     Heureusement  pour  la  jeune  demoiselle  en  détresse,  une   petite   fée   avait   assisté   à   l’événement   où   la   sorcière   Axila   avait   pris   l’apparence   de   la   princesse   à   l’aide   d’une   bague   en   or   dans   le   but   de   se   venger   de   l’ancêtre   de   la   jeune   héritière   du   royaume   de   Lyandre.   La   petite   créature   ailée   avait   également   été   témoin   de     63  


l’emprisonnement   de   la   jeune   dame   entre   les   barreaux   du   cachot.   Ne   pouvant   rien   faire   pour   la   libérer,   la   fée   se   dirigea   vers   les   champs   du   royaume   où   dormait,   comme   à   toutes   les   nuits,   un   beau   chevalier   prénommé   Nathaniel  qui  était  secrètement  épris  au  plus  profond  de   son  être  de  la  ravissante  princesse.       D’une  petite  voix  mélodieuse,  elle  l’interpela  :       -­‐  Sire   Nathaniel,   réveillez-­‐vous,   je   vous   en   conjure.   La   jeune  princesse  Delphine  a  besoin  de  vous.     Le  jeune  homme  se  releva  sur  le  champ  en  entendant  le   nom  de  sa  bien-­‐aimée.  Il  lui  demanda  :       -­‐  Son  Altesse  est-­‐elle  en  danger  ?       -­‐   J’en   ai   bien   peur,   mon   ami.   Vous   voyez,   elle   a   été   capturée   par   la   sorcière   Axila   qui   désire   prendre   sa   place  au  titre  de  reine.  Vous  devez  empêcher  cela.  C’est   vital  pour  la  survie  de  votre  royaume.       -­‐   Mais   que   voulez-­‐vous   que   je   fasse  ?   Il   s’agit   d’une   magicienne.  Alors  que  moi,  je  suis…     -­‐   Vous   serez   son   sauveur,   le   coupa-­‐t-­‐elle.   Vous   devrez   seulement  lui  ôter  la  bague  d’or  qu’elle  porte  à  son  doigt   et   son   identité   sera   dévoilée.   Vous   n’aurez   plus   qu’à   délivrer  son  Altesse  de  son  cachot  dans  les  bois.       64    


Après   avoir   dit   cela,   elle   s’envola   en   poussière   d’étoiles   sous  le  regard  contrarié  du  chevalier.       À  la  tombée  de  la  nuit,  le  jeune  chevalier  se  glissa  dans  la   chambre  de  la  jeune  Delphine  où  il  trouva  la  porteuse  de   trouble  endormie  sur  un  lit.  Il  remarqua  immédiatement   la   bague   à   l’annulaire   de   la   sorcière.   Constatant   le   sommeil   profond   de   celle-­‐ci,   le   jeune   téméraire   s’empressa,  sans  émettre  le  moindre  son  pouvant  alerter   la   sorcière   très   peu   futée,   de   lui   enlever   l’anneau.   Cela   fait,  il  quitta  la  pièce  en  refermant  la  porte  derrière  lui,   aussi  silencieux  qu’une  ombre.       Ensuite,   Nathaniel   prit   la   même   trajectoire   que   la   princesse   et   tomba,   tout   comme   elle,   dans   le   piège   très   peu  discret.  À  son  arrivée  à  la  geôle,  il  se  rendit  compte   que   la   prochaine   étape   de   sa   quête   ne   serait   pas   aussi   facile   que   la   première,   car   un   loup   appartenant   à   Axila   bondit  sur  le  jeune  chevalier  qui  n’eut  aucune  difficulté  à   l’éliminer.     Ne   voyant   aucun   autre   obstacle,   le   brave   soldat   déverrouilla   la   serrure   de   la   cellule   emprisonnant   la   princesse   et   la   fit   sortir.   La   jeune   fille   le   remercia   et   pleura   dans   les   bras   du   jeune   homme,   soulagée   de   le   voir.       À   l’aube,   tous   les   serviteurs   avertirent   le   roi   de   l’imposture   de   la   situation   sur   le   fait   que   la   véritable   Altesse  royale  n’avait  pas  passé  la  nuit  dans  le  château.      

65  


Lorsque   Delphine   revint   avec   son   brave   chevalier,   elle   apprit   que   son   père   avait   ordonné   qu’on   exécute   la   sorcière   pour   qu’elle   ne   tourmente   plus   personne.   Voulant  venger  sa  dulcinée,  Nathaniel  immola  lui-­‐même   le  fléau  du  royaume.       Reconnaissant,  le  roi  permit  au  chevalier  amoureux  et  à   sa  fille  de  se  marier.  Jusqu’  à  ce  jour  et  à  tout  jamais,  ils   vécurent  heureux  et  eurent  beaucoup  d’enfants.      

Élodie Toupin

66    


D

La recherche de la fée

 

ans   une   époque   où   il   y   avait   beaucoup   de   créatures   surnaturelles,   habitaient   deux   royaumes   voisins,   Appolonia   et   Analyss,   qui   étaient   en   guerre.   Dans   le   royaume   de   ce   dernier,   il   y   avait   une   très   belle   paysanne   de   seize   ans   qui   habitait   dans   une   petite   maison   avec   son   père.   Elle   s’appelait   Julianne.   Celle-­‐ci   avait   un   frère   qui   était   très   proche   d’elle,  mais  il  était  dans  l’armée,  donc  elle  s’ennuyait  de   lui.   Elle   détestait   cette   guerre   et   elle   voulait   avoir   la   solution  pour  que  cela  arrête.     Un   jour,   Julianne   était   dans   la   forêt   et   marchait   pour   aller  chez  elle  quand  elle  vit  un  homme  par  terre  à  côté   d’un   arbre.   Il   était   musclé.   La   jeune   fille   s’approcha   de   lui  et  elle  savait  qu’il  était  trop  faible  pour  se  relever,  elle   courut   donc   jusqu’à   sa   maison   et   appela   son   père   pour   l’aider  à  emmener  l’homme  chez  eux.  Le  père  le  déposa   sur  un  lit  et  sa  fille  apporta  de  l’eau  et  de  la  nourriture.   Quand   l’homme   reprit   connaissance,   il   leur   dit   qu’il   s’appelait  Jonathan  et  il  leur  raconta  qu’il  s’était  enfui  du   royaume   d’Appolonia   parce   qu’il   voulait   trouver   cette   fée   qui   pouvait   arrêter   cette   maudite   guerre.   Pour   la   trouver,  il  devait  aller  dans  la  forêt  et  trouver  l’entrée  du   monde   magique.   Le   jour   suivant,   la   belle   paysanne   proposa   de   venir   avec   lui   et   il   accepta.   Ils   marchèrent   dans   la   forêt   et   parlèrent   pour   dissiper   le   silence   et   se   connaître  plus.      

67  


Soudain,  le  jeune  homme  entendit  des  pas  de  soldats  et   il  prit  Julianne  par  sa  taille  et  l’emmena  avec  lui  derrière   un   gros   arbre.   Les   soldats   marchèrent   près   de   leur   cachette   et   l’un   d’eux   s’immobilisa.   Il   croyait   entendre   des   chuchotements   et   des   bruits.   Ses   amis   se   tournèrent   autour  d’eux  mais,  ne  voyaient  rien,  alors  ils  se  mirent  à   se   moquer   de   lui.   Pendant   que   les   soldats   s’occupaient   à   rire,   Jonathan   prit   le   bras   de   la   jeune   fille   et   ils   commencèrent   à   courir   aussi   silencieusement   qu’ils   pouvaient  jusqu’à  ce  qu’ils  soient  loin  d’eux.  Pendant  un   moment,   les   deux   jeunes   s’assirent   et   se   reposaient   un   peu.     Le   gars   était   curieux   de   savoir   pourquoi   la   paysanne   voulait   l’accompagner   et   elle   dit   qu’elle   voulait   que   son   frère   retourne   à   la   maison.   Le   garçon   lui   sourit   et   dit   qu’il  comprenait  parce  que  c’était  son  père  qui  était  allé   en  guerre.     Tout  à  coup,  des  sons  et  des  voix  venaient  de  partout  et   les  deux  étaient  entourés  de  nombreux  lutins  d’un  mètre   de  hauteur.  Jonathan  sortit  son  épée  mais,  il  ne  pouvait   pas  les  combattre,  car  ils  étaient  plus  nombreux  qu’eux.   Il   entendit   quelqu’un   crier   son   nom   et,   quand   il   se   retourna,   il   vit   que   vingt   lutins   essayaient   de   prendre   Julianne,   mais   elle   se   débattait.   L’homme   qu’elle   appelait,   courut   vers   elle.   Quand   ils   furent   à   quelques   mètres  de  distances,  d’autres  lutins  prirent  la  jeune  fille   et  le  garçon.  Il  tendit  la  main  vers  la  paysanne  et  lui  cria   de   la   prendre   et   elle   le   fit.   Ils   poussèrent   les   lutins,   qui   étaient  entre  eux,  jusqu’à  ce  qu’ils  soient  très  proches  les   68    


uns   des   autres.   Jonathan,   qui   avait   des   yeux   bruns   profonds,   bloquait   chaque   flèche   que   venait   vers   eux   avec   son   épée   de   sa   main   libre   puisque   l’autre   main   tenait  celle  de  sa  compagne.  Il  essayait  plus  de  défendre   la   jeune   fille   que   lui-­‐même.   Ensuite,   ils   entendirent   le   hennissement  d’un  cheval.  Tous  se  retournèrent  vers  cet   animal   et   ils   virent   un   chevalier   avec   une   épée   qui     combattait   les   lutins.   Peu   de   lutins   s’étaient   enfuis   et   l’homme  sur  le  cheval  remporta  la  victoire.     Quand  tout  fut  fini,  le  guerrier  dit  aux  deux  jeunes  que  la   fée  était  là  pour  les  aider  à  aller  dans  le  monde  magique.   Tous  ces  obstacles,  les  soldats  et  les  lutins,  venaient  d’un   vilain   magicien   qui   ne   voulait   pas   que   ces   deux   personnages   arrêtent   la   guerre   qu’il   avait   déclenchée.   Jonathan   aida   sa   compagne   à   monter   sur   le   cheval   et   quand   il   fut   assis   sur   cette   bête,   il   prit   la   main   de   la   paysanne.   Depuis   que   celle-­‐ci   avait   pris   la   main   de   ce   beau   garçon   et   qu’il   avait   commencé   à   la   protéger,   elle   tomba   amoureuse   de   lui.   Les   deux   amants   parlèrent   à   voix  basse  et  Julianne  lui  dit  :     -­‐  Merci  de  m’avoir  protégée  tout  au  long  du  chemin.     -­‐   C’était   mon   plaisir.   D’ailleurs,   je   ne   pouvais   pas   les   laisser   prendre   une   belle   jeune   fille   comme   vous,   dit-­‐il   en  souriant  et  en  la  regardant  dans  ses  doux  yeux  bruns.   Elle  détourna  la  tête  en  rougissant.       Enfin,   ils   s’arrêtèrent   devant   un   arbre   aux   feuilles   bleues.  Le  chevalier  descendit  de  son  cheval,  mit  sa  main    

69  


sur   le   tronc   de   l’arbre   et   dit   quelque   chose   d’étrange.   Aussitôt   qu’il   dit   ses   mots,   une   lueur   blanche   sortit   du   tronc  et  les  trois  voyageurs  entrèrent  là.     Un   instant   après,   ils   se   trouvèrent   dans   un   beau   jardin   où   il   y   avait   beaucoup   de   belles   fleurs   et   une   grande   fontaine   où   l’eau   brillait   comme   un   diamant.   Jonathan   siffla  doucement  et  sa  compagne  souriait    à  belles  dents   en   regardant   autour   d’elle.   Une   très   belle   fée   avec   de   longs   cheveux   noirs   s’approcha   d’eux   et   les   salua.   Le   beau   garçon   qui   tenait   la   main   de   la   paysanne   lui   dit   tous   les   problèmes   des   royaumes   et   qu’elle   devait   les   aider   à   arrêter   le   vilain   magicien   qui   faisait   cela.   La   fée   accepta   et   les   deux   voyageurs   ainsi   que   le   chevalier   suivirent  tous  la  fée  jusqu’à  la  demeure  du  magicien.       Arrivés   là,   ils   cherchèrent   le   magicien   dans   tous   les   coins   de   la   maison.   Ils   le   trouvèrent   dans   une   chambre   secrète   et   la   fée   lui   dit   d’arrêter   cette   maudite   guerre   qu’il   avait   faite  avec  un  ton  glacial.     Il   ne   voulait   pas,   donc   les   deux   magiciens   se  battirent  avec  la  magie.    La  gentille  fée,   qui   avait   plus   de   pouvoir,   remporta   la   victoire   et   retira   tous   les   pouvoirs   du   vilain   magicien   mais,   avant   cela,   elle   lui   ordonna   d’arrêter   la   guerre   et   il   le   fit   maintenant  qu’il  n’avait  plus  de  choix.     70    


Les  deux  royaumes  firent  la  paix  et  devinrent  des  alliés   de  l’un  et  de  l’autre.  Un  beau  jour,  Jonathan  alla  dans  la   maison   de   Julianne.   Celle-­‐ci   était   dehors   et   elle   rassemblait  des  fleurs  pour  les  mettre  dans  un  vase  à  la   maison.   Quand   elle   le   vit   arriver,   elle   le   salua   et   lui   sourit.  Ce  dernier  la  prit  par  les  deux  mains  et  lui  dit  :     -­‐   Je   suis   venu   te   dire   quelque   chose.   J’habite   dans   le   royaume  D’Appolonia.  Je  t’ai  dit  que  mon  père  était  allé   en  guerre,  je  parlais  du  roi.  Ça  veut  dire  que  je  suis  son   fils   et   le   prince   de   son   royaume.   Je   ne   voulais   pas   te   le   dire   par   peur   que   tu   ailles   me   dénoncer   et   me   tuer,   mais   tu  as  été  très  gentille  et  très  aimable  et  je  suis  tombé  en   amour  avec  toi.     Il  se  mit  à  un  genou  et  prit  une  bague  de  sa  poche.    

-­‐  Et  toi?  Est-­‐ce  que  tu  m’aimes?  Veux-­‐tu  me  marier?  Je  te   promets   que   j’aiderai   ta   famille   et   lui   donnerai   de   l’argent.    

La  jeune  fille  sourit  et  rit  doucement  et  dit  :    

-­‐   Je   t’ai   aimé   dès   que   tu   es   venu   avec   moi   et   tu   m’as   protégée  contre  les  ennemis  et,  oui,  je  veux  te  marier!      

Aussitôt  qu’il  entendis  ses  paroles,  Jonathan  la  prit  dans   ses  bras  et  l’embrassa  sur  la  bouche.      

Jubenne Terrible  

71  


I

Morvan

 

l   était   une   fois,   à   l’époque   médiévale,   un   vieil   horloger   qui   s’appelait   Morvan.   Il   vivait   dans   un   château   sur   une   île   perdue.   Ce   gros   château   possédait   plusieurs   donjons   dont   un   qui   contenait   une   horloge  magique.  Elle  s’arrêtait  à  la  venue  de  nouveaux   arrivants.   Un   soir,   un   bateau-­‐volant   qui   transportait   la   famille  du  seigneur  s’écrasa  sur  l’île  et  le  temps  s’arrêta.   De   plus,   comme   c’était   le   soir,   le   soleil   ne   paraissait   plus   sur  l’île.     Ensuite,  Morvan  installa  la  famille  dans  la  grande  salle.  Il   expliqua  son  problème  à  la  famille  royale.  Il  alla  tout  de   suite  réparer  l’horloge.  Comme  il  le  faisait  d’habitude,  il   avança   les   aiguilles   de   l’horloge.   Cette   fois-­‐ci,   par   contre,   ces  dernières  refusèrent  d’avancer.  Il  réessaya,  mais  cela   ne   fonctionna   pas   encore.   Il   partit   du   donjon   avec   un   grand   désespoir.   Il   ne   savait   plus   du   tout   ce   qu’il   allait   faire.     Alors  qu’il  marchait,  la  princesse  de  la  famille  courut  en   sa   direction.   Elle   avait   quelque   chose   d’important   à   lui   dire.   Elle   lui   avoua   qu’elle   pouvait   lui   résoudre   son   problème.   La   jeune   femme   expliqua   à   l’horloger   qu’elle   pouvait  lire  dans  les  pensées  de  l’horloge.  Rendue  là-­‐bas,   elle   se   concentra   très   fort   pour   entendre   les   pensées   importantes  de  l’horloge.     72    


Après   son   moment   de   concentration,   elle   se   mit   à   dire   qu’il   fallait   peser   sur   un   certain   bouton   noir   dans   la   barbacane.   L’horloger   pesa   sur   le   bouton   et   toutes   les   personnes   qui   se   trouvaient   sur   l’île   virent   le   soleil   réapparaître.  Cela  signifiait  que  le  temps  était  reparti.     Pour  la  remercier,  l’horloger  offrit  une  belle  licorne  à  la   princesse   et   d’autres   licornes   pour   chacun   des   autres   membres   de   la   famille   royale.   Ils   pourraient   donc   retourner  d’où  ils  venaient  à  n’importe  quel  moment.      

Maude Parent

 

73  


I

La rencontre maléfique de Delphine

 

l   était   une   fois,   au   Moyen   Âge,   dans   un   royaume   spacieux,   vivait   une   magnifique   princesse   à   la   chevelure   brune   et   au   regard   éblouissant   tel   un   joyau.     La  princesse,  nommée  Delphine,  était  très  audacieuse  et   aventureuse.   Elle   décida   donc   d’aller   se   promener   dans   la   sombre   forêt   malgré   les   restrictions   de   son   père.   Tout   à   coup,   ne   voyant   plus   le   chemin,   elle   trébucha   et   tomba   dans   un   énorme   trou   caché   par   un   amas   de   feuilles   mortes.    

74    


Sa   descente   l’amena   directement   au   beau   milieu   d’un   endroit   qui   ressemblait   à   un   cachot.   Secouée,   Delphine   se   releva   et   se   demanda   où   elle   pouvait   bien   être.   La   pièce   devant   elle   était   sombre   et   lugubre.   Un   vent   de   panique  l’envahit.  C’est  alors  qu’elle  entendit  une  petite   voix  lui  dire  :     -­‐  Delphine,  tu  n’es  pas  seule  et  je  peux  t’aider.     -­‐  Qui  êtes-­‐vous  et  comment  connaissez-­‐vous  mon  nom  ?     -­‐   Je   suis   la   fée   de   la   forêt   magique   et   je   suis   ici   pour   te   sauver.     -­‐  Comment  allez-­‐vous  faire  ?     -­‐  Chut,  chut,  Axila  est  de  retour.     -­‐  Qui  est  Axila  ?     La  petite  fée  disparut  comme  un  éclair  au  son  des  pas  de   la  sorcière  Axila.     Delphine   se   retourna   et   fit   un   saut   en   voyant   la   sorcière.   Axila   était   très   laide.   Elle   avait   un   nez   pointu   et   des   cheveux   ébouriffés   comme   un   balai.   Ses   vêtements   étaient   troués   et   elle   semblait   malpropre.   Axila   se   présenta  et  lui  dit  d’une  voix  terrifiante  de  lui  donner  la   magnifique   bague   qu’elle   portait   au   doigt.   Delphine   refusa.   Axila   décida   de   lui   jeter   un   sort   et   prononça   trois    

75  


formules  magiques.  Delphine  tomba  sur  le  sol  et  Axila  lui   vola  la  bague.     «   Enfin   se   dit-­‐elle,   je   deviendrai   la   prochaine   princesse   du  royaume  d’Or  Lyandrel.  »     C’est  alors  qu’elle  jeta  un  sort  à  la  bague  pour  lui  assurer   son  titre  de  princesse  au  château.     La   petite   fée   vit   la   scène   et   alla   chercher   le   beau   chevalier   pendant   qu’Axila   faisait   une   sieste.   Quelques   minutes   plus   tard,   Nathaniel,   le   chevalier,   arriva   pour   secourir  Delphine.  Axila  dormait  à  poings  fermés.  Il  était   rassuré,  car   le   chemin   était   libre   pour  exécuter  son  plan.   Il  s’avança  sur  la  pointe  des  pieds  et  regarda  la  petite  fée   qui  lui  fit  signe  qu’il  pouvait ��prendre  la  bague.  C’est  alors   que   le   chevalier   s’avança   et   vola   la   bague.   Il   la   brisa   de   toutes  ses  forces.  Axila,  folle  de  rage,  disparut  en  fumée   en  même  temps  que  tous  ses  pouvoirs  magiques.     Le   chevalier   et   la   petite   fée   sortirent   la   princesse   du   cachot.   La   sombre   forêt   laissait   donc   place   à   une   magnifique   forêt   enchantée   où   les   fleurs,   le   soleil   et   la   paix  régnaient.     Le   chevalier   et   la   princesse   tombèrent   en   amour   et   décidèrent   de   se   marier   au   royaume,   au   plus   grand   bonheur  de  la  petite  fée.      

Cynthia Messier 76    


La reine aveugle

 

77  


C

’était   une   jolie   journée   du   mois   de   mai.   Moi,   Désirée,   je   travaillais   dans   mon   jardin   en   surveillant   les   oiseaux   de   notre   petit   village.   Cependant,   ce   jour-­‐là,   les   oiseaux   ne   chantaient   pas.   Depuis   que   notre   reine   avait   perdu   la   vue,   tout   le   village   semblait  s’être  arrêté  de  vivre.  Quand  la  reine  découvrit   une  potion  pour  se  guérir,  un  dragon  la  lui  vola.  C’est  à   ce  moment  qu’elle  fit  appel  à  moi.  Étant  une  personne  de   confiance,  elle  me  donna  le  défi  de  retrouver  sa  potion.       Ce  jour-­‐là,  je  pris  tout  le  courage  que  j’avais   en   m’aventurant   au   pays   des   miroirs.   Ce   pays  était  rempli  de  dragons.  J’étais  effrayée   à  cette  idée,  mais  j’avais  promis  à  la  reine  de   l’aider.   Alors,   avec   mon   cheval   Erwig,   je   m’aventurai  dans  une  grotte  sombre  où  seuls  les  miroirs   pouvaient   refléter   la   lumière   qui   émanait   du   soleil.   Je   cherchai  désespérément  la  potion,  mais  sans  succès.       Pendant   que   je   me   reposais   sur   un   des   murs  humides  de  la  grotte,  j’entendis  un   rugissement   provenant   de   derrière   un   miroir.  Je  poussai  le  miroir.  Tout  à  coup,   le   peu   de   lumière   qu’il   y   avait   dans   la   grotte  disparut.     Je   palpai   le   mur   jusqu’à   y   trouver   une   ouverture   où   je   me   faufilai.   Devant   moi,   j’aperçus   la   potion   de   la   reine   Gudule.  J’étirai  mon  bras  et  l’attrapai  avant  de  ressortir   rapidement   du   trou.   Quand   j’entendis   un   énorme   78    


grognement,  j’étais  déjà  sur  ma  monture  et  je  dévalais  la   pente  très  rapidement  vers  la  sortie  de  la  grotte.       Enfin,   je   sortis   de   cet   endroit   sinistre.   Je   retrouvai   le   chemin  menant  à  mon  village,  puis  j’allai  voir  ma  bonne   reine  en  lui  présentant  le  flacon.  Sans  hésitation,  Gudule   en   but   une   énorme   gorgée   avant   d’ouvrir   ses   grands   yeux   mauves   et   de   me   regarder.   Elle   retrouva   la   vue.   Elle   me   remercia   avant   de   faire   une   grande   fête  avec  toute  la  ville.       Finalement,  tout  revint  à  la  normale;   je  travaillai  dans  mon  petit  jardin,  la   reine  Gudule  reprit  le  contrôle  sur  le   village   et   tout   redevint   vivant.   Si   je   n’avais  pas  eu  le  courage  d’aller  dans   le   pays   des   miroirs,   tout   ce   que   j’aime  aurait  sûrement  disparu!     À  cœur  vaillant,  rien  d’impossible  !      

Par Karyne Gaouette

 

79  


I

Le Lotus bleu

 

l   était   une   fois,   dans   un   royaume   d’amour   et   d’entraide,  un  valeureux  chevalier  nommé  Géraldo.   Il   avait   les   cheveux   bruns   et   de   beaux   yeux   bleus.   Il   venait  tout  juste  de  se  marier  avec  sa  bien-­‐aimée  Julie,  la   plus  belle  des  femmes  de  la  planète.     Quelques   semaines   après   son   mariage,   Géraldo   avait   découvert   son   château   saccagé   et     la   disparition   de   son   amour.     Heureusement   qu’il   n’était   pas   qu’un   simple   chevalier,   mais   aussi   un   superbe   sorcier;   c’est   donc   ainsi   que   Géraldo  avait  pu  découvrir  des  indices.  Parmi  toutes  les   marques,   une   en   particulier   attira   son   attention.   Il   alla   dans   son   atelier   de   magicien   pour   identifier   ses   indices   et  il  s’exclama  en  réalisant  ce  qui  venait  de  se  produire  :     «  Oh  non!  Ma  belle  Julie  s’est  fait  kidnapper  par  l’infâme   dragon.  »     Pendant   ce   temps,   Julie   était   ligotée   aux   parois   de   la   falaise   mais,   heureusement   pour   elle,   Géraldo   lui   avait   appris  quelques  tours  de  magie  comme  celui  de  pouvoir   voir  dans  le  noir  le  plus  total.     Quelque   temps   après   que   Géraldo   eut   découvert   qui   avait  enlevé  Julie,  il  se  mit  à  chercher  dans  ses  livres  de   magie  pour  savoir  de  quelle  manière  une  épée  pourrait   80    


terrasser   le   dragon.   Il   trouva   cette   manière   et   une   chance  pour  lui,  il  possédait  tout  le  matériel  dont  il  avait   besoin.   Cette   divine   épée   devait   être   forgée   dans   des   fleurs   de   lotus   bleu.   Cette   plante   était   l’une   des   plus   puissantes   qu’il   possédait,   mais   le   vaillant   chevalier   n’hésita  pas  à  l’utiliser  pour  forger  une  épée  qui  pourrait   achever  le  dragon.     Julie   continuait   d’espionner   le   dragon   qui   ne   se   doutait   de  rien.     En  vain,  elle  se  disait  perdue  jusqu’à  ce   qu’elle  entende  des  pas,  puis  elle  vit  son   majestueux  époux  combattre  et  achever   le   dragon.   Géraldo   vint   vers   elle   et   lui   promit   que   plus   jamais   cela   ne   se   produirait.     Lorsqu’ils   sortirent   de   la   grotte,   ils   aperçurent   tous   les   êtres   vivants   du   village  :   chiens,   chats,   femmes,   garçons   et   filles   le   félicitèrent   d’avoir   tué   le   dragon.      

Marc-Olivier Dugas

 

81  


I

Le chevalier perdu

 

l   était   une   fois,   deux   royaumes   qui   étaient   en   guerre   depuis   des   siècles.   Cependant,   depuis   deux   ans,  les  Entiséens  étaient  en  période  de  paix.  

  Toutefois,   durant   une   nuit,   l’Entis   décida   d’attaquer   Iztaque.   Iztaque   gagna   la   bataille.   Après   ce   rude   combat,   l’Entis  remarqua  que  le  prince  Charles  avait  disparu.     Le  lendemain  du  combat,  la  princesse  d’Iztaque,    décida   de  sortir  de  sa  demeure.  En  marchant  dans  la  cour,  elle   découvrit   un   homme   évanoui   sur   le   sol.   Pourtant,   un   détail   l’intrigua,   l’homme   blessé   portait   l’habit   du   chevalier  entiséen     Anissa  fut  émue  par  les  gémissements  du  jeune  homme.   Elle   l’amena   dans   sa   demeure   en   évitant   les   gardes.   La   princesse  appela  le  médecin  du  royaume  pour  soigner  le   soldat.   Au   début,   il   ne   fut   pas   d’accord   avec   la   princesse.   Puis,  il  succomba  aux  charmes  de  sa  bonne  amie.     Des   jours   passèrent   et   le   maladif   commençait   à   aller   mieux.   La   jeune   fille   alla   se   promener   avec   lui   en   toute   discrétion.  Le  grand  oncle  de  la  princesse  commençait  à   avoir   des   soupçons   sur   les   comportements   de   la   demoiselle.     Un   jour,   Anissa   était   en   visite   chez   sa   grand-­‐mère.   L’oncle   entra   silencieusement   dans   sa   chambre   et   82    


découvrit  un  homme.  Il  fut  saisi  de  peur,  puis  sortit  son   épée.   Le   chevalier   esquiva   de   justesse   l’attaque   de   l’homme.   Il   frappa   le   vieil   homme   et   saisit   son   épée.   Il   s’enfuit  en  laissant  son  adversaire  sur  le  sol.     Au   retour   de   la   princesse,   elle   fut   accueillie   par   la   fureur   de   son   père   et   de   son   oncle.   Toutes   ses   explications   furent  en  vain.  Le  roi  ordonna  qu’on  parte  à  la  recherche   du   chevalier   et   pour   l’emprisonner.   La   princesse   était   sous   surveillance   en   permanence.   Puis,   un   soir,   un   homme   entra   dans   sa   chambre   par   la   fenêtre.   Elle   reconnut   immédiatement   son   malade   par   son   visage   osseux  et  détendu.  Charles  lui  révéla  sa  vraie  identité  et   remercia  la  charmante  demoiselle  pour  son  hospitalité.     Les   deux   jeunes   gens   tombèrent   amoureux.   Le   prince   venait   la   voir   tous   les   soirs.   Il   lui   proposa   de   tout   raconter   à   son   père.   La   princesse,   toutefois   inquiète,   accepta   la   proposition.   L’oncle   fut   au   courant   de   leur   secret  et  les  dénonça.     La   princesse   était   en   peine   et   refusa   de   manger.   Son   amoureux   était   en   prison.   Elle   mit   le   roi   d’Entis   au   courant.  Celui-­‐ci  demanda  la  paix  à  son  rival.     Le  roi  d’Iztaque  accepta  l’offre  en  voyant  sa  fille  unique   en   peine.   Les   deux   royaumes   furent   en   paix.   Charles   épousa  sa  belle  Anissa.      

Marie-Laurence Vilus  

83  


I

Désastre au royaume des carottes

 

l   était   une   fois,   dans   la   forêt   brocolienne,   sur   une   île,  vivait  le  peuple  des  carottes.  Ce  dernier  était,  en   majorité,   dans   le   royaume   du   roi   de   ce   légume   orangé   et   vivait   en   paix   avec   les   autres   royaumes   voisins.     Soudain,   tous   les   habitants   du   petit   royaume   sentirent   un   tremblement   suivi   du   son   d’une   explosion.   Surpris   par  un  tel  événement,  Carottor  décida  d’aller  voir  le  roi  :     -­‐  Votre  majesté,  qu’est-­‐ce  qui  a  causé  un  tel  phénomène?     -­‐  Un  de  mes  soldats  m’a  informé  que  c’est  un  volcan  pas   très  loin  du  royaume.       -­‐  Je  veux  que  tu  arrêtes  le  volcan,  répliqua  le  roi.     -­‐  Je  vais  faire  ce  que  je  peux,  dit  Carottor.     Le  meilleur  soldat  du  roi  partit  donc  à  la  recherche  d’un   objet   qui   sauverait   le   royaume.   Le   guerrier   s’approcha   d’une   montagne   qui   touchait   le   ciel.   Il   remarqua   une   affiche   indiquant   une   source   de   yogourt   dans   cette   grande  montagne.  Le  vétéran  eut  une  idée.  Il  chercha  de   la   fumée   au   loin   pour   trouver   le   volcan,   puis   creusa   d’un   clin  d’œil  un  tunnel  de  la  montagne  jusqu’à  la  source  du   84    


volcan   pour   sécher   la   salsa   brûlante   du   volcan   avec   le   yogourt.     Le  yogourt  réagit  avec  la  salsa  et  créa  des  mottons  gros   comme  des  tomates.  Ces  boules  bouchèrent  le  chemin  de   la   salsa   jusqu’à   la   surface.   Satisfait   de   son   travail,   le   héros  se  déplaça  vers  le  village  le  plus  près  du  volcan.     En   arrivant   au   village,   Carottor   vit   un   dégât   de   salsa   et   de   débris.   Il   comprit   que   le   village   avait   besoin   d’aide.   Rapidement,   le   soldat   comprit   que   la   meilleure   option,   c’était   de   créer   un   barrage   à   l’aide   des   débris   autour   des   maisons   inaffectées.   En   se   mettant   au   travail,   le   guerrier   entendit  la  voix  d’une  femme  qui  semblait  pleurer.       Carottor  vit,  en  se  tournant,  qu’il  y  avait  un  bébé  couché   sur  une  roche  entourée  de  salsa.  Inquiet  de  la  situation,   ce   dernier   ne   vit   aucune   façon   sécuritaire   pour   chercher   le  malheureux.  Soudain,  le  héros  intelligent  eut  une  idée.   Il  creusa  un  trou  avec  sa  magie,  puis  toute  la  salsa  tomba   dedans.  Le  bébé  de  la  femme  et  le  reste  du  village  étaient   maintenant  sauvés  de  la  salsa.     Cependant,   le   soldat   magique   sentit   la   présence   d’un   autre   désastre.   Il   se   précipita   vers   le   château   du   roi.   À   mi-­‐chemin,   la   carotte   eut   une   peur   bleue   lorsqu’elle   distingua  au  loin  le  plus  gros  tsunami  de  jus  au  monde.   Par  chance,  plusieurs  avaient  été  transportés  au  château.   Le  héros  observa  la  vague  se  diriger  vers  la  demeure  du   roi.  Carottor  se  précipita  en  direction  du  mur  de  liquide   avec  son  épée  en  main.  En  quelques  coups  de  son  arme,    

85  


il  créa  un  «trou»  dans  le  raz  de  marée  avec  la  forme  du   château.   Quelques   secondes   plus   tard,   le   tsunami   passa   sans  toucher  le  château.     Aussitôt  que  le  héros  rentra  dans  le  château,  il  y  eut  des   cris   de   joie   et   des   félicitations.   Le   roi   s’approcha   de   Carottor,   lui   donna   un   gros   montant   d’argent   et   lui   offrit   la  plus  grosse  résidence  du  royaume.     Pendant   plusieurs   semaines   après   ces   désastres,   les   carottes  reconstruisirent  leurs  villages  et  leurs  maisons.   Par  la  suite,  elles  créèrent  un  monument  pour  le  héros.      

Maxime Houle

86    


I

Mohamet, l’idiot du village

 

l   était   une   fois,   un   jeune   homme   du   nom   de   Mohamet   qui   vivait   dans   un   village   irakien.   Les   habitants   de   son   quartier   le   surnommaient   l’idiot   du  village,  car  il  était  vraiment  très  stupide.       Un  jour,  un  magicien  nommé  Simhug  avait  été  banni  de   la  cité  pour  avoir  pratiqué  la  magie  noire,  ce  dernier  jeta   un   sort   sur   le   village   de   Mohamet.   Les   citoyens   devinrent  instantanément  malheureux     Quelques  instants  plus  tard,  Mohamet  alla  rencontrer  le   chef   de   son   village   et   lui   fit   une   promesse,   celle-­‐ci   consistait   à   aller   tuer   le   magicien   Simhug   dans   d’atroces   souffrances.   Le   chef   trouva   cette   décision   stupide   et   insensée,   mais   il   accepta   que   Mohamet   parte   à   sa   recherche.     Après   plusieurs   kilomètres   de   marche,   l’idiot   avait   très   faim.   Il   aperçut   un   bébé   lapin   égaré   sur   le   chemin.   Il   courut   dans   sa   direction,   le   saisit   et   le   dépeça   à   l’aide   de   son   couteau.   Avant   de   manger   l’animal,   Mohamet   fit   sa   prière   pour   remercier   son   dieu.   Il   dégusta   la   bête   et   se   remit  en  marche.  Arrivé  devant  la  demeure  de  Simhug,  il   monta  les  nombreuses  marches  qui  menaient  jusqu’à  la   maison  et  ouvrit  la  porte  le  plus  discrètement  possible.   Au  moment  où  il  ouvrit  la  porte,  il  aperçut  le  magicien.  Il   courut   vers   lui   pour   l’abattre,   mais   il   trébucha.   Simhug   sursauta   et   le   frappa   à   la   tête.   Mohamet,   sonné,   riposta    

87  


d’un   coup   de   kirpan   dans   la   partie   du   corps   de   son   agresseur.  Simhug  hurla,  car  il  souffrait  et  s’effondra  au   sol.   Mohamet   planta   son   kirpan   à   plusieurs   reprises   dans  le  corps  du  sorcier.  Avant  de  porter  le  coup  fatal,  il   fit   sa   prière   en   l’honneur   de   son   dieu   tout   puissant,   Allah.   Ensuite,   il   inséra   vigoureusement   son   arme   dans   le  cou  de  son  opposant  et  Simhug  mourut.     Mohamet,  fier  de  lui,  reprit  le  chemin  pour  rentrer  chez   les  siens.  Une  fois  arrivé  au  village,  il  put  constater  que   les   habitants   redevinrent   heureux.   Le   chef   félicita   Mohamet  et  lui  dit  :     -­‐  Chose  promise,  chose  due.    

Charles-Hugo St-Louis

88    


U

À cœur vaillant, rien d’impossible.

 

n   jour,   un   couple   qui   semblait   merveil-­‐ leusement   amoureux,   Pépin   et   Désirée,   habitait   dans   un   village   isolé   de   tout.   Cent   ans   avant   cela,  une  vilaine  sorcière  pleine  de  jalousie  avait  jeté  un   sortilège   aux   villageois   qui   étaient   toujours   heureux.   Malheureusement,   Pépin   était   un   charmeur   et   eut   une   aventure  avec  Odile,  la  voisine  d’enfance  de  Désirée.  Elle   était  importante  pour  elle.     L’amoureuse  de  Pépin  les  avait  vus  se  fréquenter  après     un   banquet,   mais   en   cachette  ;   de   plus,   lorsqu’elle   était   enfant,   Désirée   avait   digne   d’un   pouvoir  :   elle   était   la   seule   à   pouvoir   lire   dans   les   pensées.   Désirée   avait   décidé  d’en  faire  usage  pour  découvrir  la  vérité.       Nominoé,   la   meilleure   amie   de   Désirée,   avait   vu   que   Pépin   avait   embrassé   Odile   et   en   choisit   elle-­‐même     d’aller   le   dire   à   Désirée   qui   n’avait   pas   encore   eu   le   temps   d’utiliser   son   pouvoir.   Lorsque   Pépin   fut   revenu   à   la   maison,   la   princesse   Désirée   le   quitta.   À   ce   moment,   Désirée  se  souvint  du  sortilège  donné  par  la  vieille  folle  :   «  Si  le  couple  du  village  n’est  pas  heureux,  cela  déteindra   sur  les  villageois.»     Cependant,  Pépin  pleurait  son  désespoir,  il  décida  d’aller   la  courtiser  quelques  jours  plus  tard,  mais  les  gardes  lui   en   empêchèrent.   Il   se   rendit   vite   compte   que   les     89  


villageois   étaient   malheureux,   c’était   la   première   fois   depuis   un   millénaire.   Peu   sortaient   à   l’extérieur,   c’était   la  déprime  totale.     Le   lendemain,   Pépin   retourna   au   château,   il   brava   les   gardes  et  arriva  face  à  face  avec  Désirée  :     -­‐  Désirée,  j’ai  fait  la  pire  erreur  de  t’avoir  fait  ceci,  je  suis   le   pire   idiot   du   village  ;   je   détruirais   des   lois,   je   les   changerais   si   tu   me   le   demandais…   Même   le   roi   de   la   Magie   ne   pourrait   pas   deviner   à   quel   point   je   t’aime   beaucoup  trop  pour  te  piéger  à  nouveau,  dit  Pépin  avec   tant  de  passion.     -­‐   Tu   mériterais   que   je   te   fasse   exploser   avec   tous   les   pouvoirs   que   je   possède,   tu   as   eu   du   courage     pour   me   faire   ceci,   mais   comme   le   disait   mon   père  ;   à   cœur   vaillant,  rien  d’impossible.  Puis,  tu  démontres  beaucoup   de  courage  avec  cette  phrase,  tu  as  su  te  battre  pour  me   ravoir,  tu  n’as  pas  laissé  tomber.     À   ce   moment   précis,   Pépin   se   mit   à   genoux,   puis   la   demanda   en   mariage   et   elle   accepta  !   Au   château,   le   sortilège   de   la   sorcière   était   inscrit   au   mur   avec   de   la   poussière  d’étoiles  :      

  90    

Si le couple du village n’est plus heureux, cela déteindra sur les villageois… Seul un mariage réanimera tout cela.


Après  le  mariage,  sur  cet    écriteau  il  y  avait  d’inscrit  :      

Avec du courage, on vient à bout de tout.

Le  village  retrouva  le  bonheur,  tout  comme  les  nouveaux   mariés.        

Pamela Harnois

 

91  


I

Sauver la reine

 

l  était  une  fois,  au  Moyen  Âge,  une  jeune  marchande   qui   vendait   des   oiseaux   au   marché.   Elle   se   promenait   dans   un   pays   de   miroirs   avec   une   séduisante   reine.   La   marchande   rêvait   d’un   grand   chevalier  à  la  grande  chevelure  blonde.     Plus   tard,   la   reine   devint   aveugle   à   cause   d’un   chevalier   qui   était   mécontent  contre  sa  majesté  parce  qu’il   lui  avait  refusé  une  proposition,  en  fait,   il   lui   avait   brisé   un   miroir   et   de   petits   morceaux   collés   aux   yeux   avaient   enlevé  la  vue  à  la  reine.     La  marchande  essaya  de  trouver  le  chevalier,  mais  celui-­‐ ci  s’était  caché.  Elle  décida  d’aller  voir  le  sorcier  afin  de   trouver   la   potion   qui   redonnerait   la   vue   à   la   reine.   Malheureusement,   le   sorcier   n’était   pas   capable   de   trouver  la  potion.     La   marchande   reprit   la   route   et,   à   un   moment   donné,   elle   rencontra   un   beau   chevalier,   ils   devinrent   amis   et   partirent   en   quête   pour   trouver   le   coupable.   Ce   chevalier   était   le   coupable,   mais   la   marchande   ne   le   savait  pas.     Un  peu  plus  tard,  le  jeune  avoua  que  c’était  lui  qui  avait   fait   ce   mauvais   coup.   Elle   avait   de   la   difficulté   à   92    


comprendre  ce  geste;  elle  décida  de  le  combattre  jusqu’à   ce   que   celui-­‐ci   meure.   Elle   lui   prit   ses   yeux   et   les   remplaça  par  ceux  de  sa  majesté  à  la  vue  voilée.     Quand   la   reine   put   enfin   voir,   elle   acheta   beaucoup   d’oiseaux   à   la   marchande,   cette   dernière   s’acheta   un   château  et  rencontra  enfin  un  bon  prince  charmant.      

Sébastien Lavoie

 

93  


Conquête d’un Royaume

94    


I

l  était  une  fois,  dans  un  royaume  où  tout  était  pour   le  mieux,  le  roi  Donal  XIV  donna  l’ordre  d’exécuter   Elexire,   une   sorcière   qui   avait   essayé   de   l’empoisonner.   Cette   sorcière   était   la   mère   d’une   jeune   femme  qui  adorait  tout  ce  qui  était  diabolique.  Enragée   par   la   mort   de   sa   mère,   elle   mit   au   point   un   plan   pour   prendre  le  contrôle  du  royaume.     Par   une   semaine   très   ombrageuse,   la   fille   de   la   sorcière  se  rendit  au  château  et  demanda  d’avoir   une  audience  seule  avec  le  roi.     Quand   ils   furent   enfin   seuls,   elle   attrapa   un   bout   de   bois   et   l’assomma   sur   la   tête.   Le   roi   s’écroula   sur   le   sol,   elle   prit   à   toute   vitesse   l’épée  magique  et  fit  un  souhait.     En   quelques   secondes,   elle   contrôlait   l’empire   que   le   roi   avait   mis   sur   pied   pendant  des  années.     Elle  demanda  à  se  faire  appeler  la  reine  diabolique.     Dans   un   village   non   loin   du   château   vivait   une   très   gentille   famille.   L’aîné   de   la   famille   possédait   des   pouvoirs  surnaturels.  Il  prit  conscience  des  manigances   de   la   reine   diabolique.   Il   voulait   y   mettre   fin.   Il   prit   toutes  ses  forces  pour  se  rendre  au  château  afin  de  tuer   cette  maudite  reine  diabolique  et  délivrer  le  roi.  Mais  le    

95  


seul   inconvénient,   c’était   qu’il   n’avait   pas   de   moyen   de   transport.       Donc,  son  père  lui  acheta  le  plus  bel  étalon  de  la  région   et  lui  dit  :     -­‐  Tu  dois  savoir  ce  que  tu  fais  mon  fils,  j’ai  confiance  en   toi.  Prends  ce  magnifique  étalon,    pars  à  la  conquête  de   ce  royaume  et  reviens    le  plus  vite  que  possible.       -­‐   Merci,   mon   père,   je   ne   vous   décevrai   pas,   je   vous   le   promets.     -­‐  À  bientôt,  mon  fils!     Une  petite  larme  coula  sur  la  joue  du  père.     Au   château,   la   reine   diabolique   avait   prévu   d’exécuter   le   roi  dans  une  semaine  précise,  dès  l’aube.    

L’artisan   entendit   l’annonce   et   se   dépêcha   de   traverser   la   rivière   pour   se   rendre   à   la   route   piétonnière.   Mais   dans   son   élan,   il   aperçut   une   aborigène   en   train   de   se   laver.  Il  tomba  de  son  cheval  et  éclaboussa  la  jeune  dame   à  qui  il  venait  de  faire  peur.  Mais,  au  même  moment,  elle   avait   attrapé   sa   lance   et   la   avait   lancé   dans   un   de   ses   mollets.  Très  confuse  par  le  geste  qu’elle  venait  de  faire,   elle   soigna   sa   blessure   et   lui   demanda   pourquoi   il   était   proche   de   son   village.   Il   lui   raconta   ce   qu’il   était   sur   le   point   d’accomplir.   Alors,   la   jeune   femme   décida   de   l’accompagner   parce   que   la   reine   diabolique   avait   fait   exécuter   ses   parents.   Le   jeune   garçon   ne   refusa   pas.   Ils   96    


reprirent   la   route.   Quand   ils   arrivèrent   au   château,   la   reine   préparait   l’exécution   du   roi.   Les   deux   aventuriers   avaient  préparé  un  plan  et  se  séparèrent  chacun  de  leur   côté.    

Le   jeune   homme   se   cacha   derrière   le   trône   et   déposa   tranquillement   un   couteau   contre   la   gorge   de   la   reine.   Mais   elle   cria   de   toutes   ses   forces   en   se   libérant   du   couteau.   Le   jeune   homme,   qui   était   très   en   forme,   attrapa   l’épée   magique   et   courut   à   toute   vitesse   vers   le   donjon.   Il   était   poursuivi   par   des   gardes.   Perchée   sur   une   des   balustrades,   l’Indienne   attaqua   les   gardes   avec   sa  lance  pour  le  laisser  s’échapper.     Rendu  au  donjon  où  était  enfermé  le  roi,  il  lui  dit  :    

-­‐   Je   vous   délivre   votre   majesté,   mais   vous   devez   me   promettre  de  sauver  mon  village  de  la  pauvreté.    

-­‐  Je  vous  en  donne  ma  parole.    

Quelques   secondes     plus   tard,   le   jeune   paysan   était   de   retour   dans   son   village   natal.   Dehors,   il   aperçut   la   femme   dont   il   était   tombé   amoureux   lors   de   leur   expédition,   elle   s’occupait   de   son   jeune   étalon.   Finalement,   le   couple   se   rendit   au   château   pour   remercier  le  roi  de  leur  avoir  donné  une  seconde  chance   dans  la  vie.  

   

Sabrina Martin  

97  


I

Urtibise

 

l  était  une  fois,  un  jeune  homme  âgé  d’environ  seize   ans;  il  se  nommait  Urtibise.  Il  était  un  peu  déficient   et   avait   des   spasmes   à   chaque   deux   secondes,   il   travaillait   à   l’entretien   des   chevaux.   Les   courses   de   chevaux   étaient   leur   raison   de   vivre,   mais   les   gens   du   village  voisin  gagnaient  toujours.     Quelques   semaines   plus   tard,   Urtibise   dit   à   tous   les   gens   du   village   qu’il   gagnerait   les   prochains   jeux   et   tous   se   moquèrent   de   lui,   car   il   était   déficient   et   ils   croyaient   qu’il   n’y   arriverait   jamais.   Cependant,   le   jeune   homme   était  déterminé.       Le   grand   jour   était   arrivé,   tous   étaient   venus  pour  le  voir  se  ridiculiser.  Il  les  avait   épatés    en  accédant  à  la  finale.       Toutefois,   son   adversaire   était   plus   fort,   alors   il   fut   vaincu.   Les   autres   perdirent   espoir   en   lui   pour  remporter  la  victoire.     Le   jeune   avait   si   honte   qu’il   s’enfuit  sans  dire  à  personne   où  il  allait.  

98    


Urtibise  s’exila  en  forêt  et  s’entraîna  durement  pendant   des   jours   pour   ne   plus   revivre   une   telle   humiliation   et   être  certain  de  remporter  la  victoire  et  pour  remonter  le   moral  des  villageois.  Il  attendait  avec  impatience  le  jour   déterminant.     Au  village,  tous  se  demandaient  où  était  le  jeune  homme,   ils   entendirent   qu’il   serait   au   stade,   alors   ils   s’y   rendirent  en  grand  nombre.  Comme  de  fait,  Urtibise  s’y   trouvait   et   était   déterminé   à   gagner.   Il   était   nerveux   que   ses  spasmes  s’amplifièrent  et  son  adversaire  se  moquait   de  lui  en  étant  certain  de  le  voir  perdre.  Une  fois  rendu   dans  l’arène,  Urtibise  était  déterminé  à  gagner  plus  que   jamais.   Une   fois   la   course   entamée,   quelque   chose   de   surnaturel   se   produisit.   Les   sabots   de   son   cheval   devinrent   en   feu   et   se   mirent   à   aller   tellement   vite   que   son  adversaire  abandonna  la  course  par  humiliation.     Urtibise   fut   la   fierté   de   son   village   malgré   sa   déficience   élevée.  Le  bonheur  revint  au  village.  De  plus  en  plus  de   familles   ont   appelèrent   leurs   enfants   Urtibise   en   son   honneur.   La   phrase  :   «   À   cœur   vaillant,   rien   d’impossible»  fut  gravée  à  l’entrée  de  la  ville.      

Alexis Dostie

 

99  


POÉSIE

 

101  


102    


Qui croit sans raison est un sot. Mais qui nie sans savoir est un fou. Cherche la vérité, tu trouveras la lumière.     Vercors

 

103  


Imitation   Coincée  dans  cette  boîte   Cette  merveille  technologique   Où  la  lumière  est  absente   Ce  n’est  pas  pratique     Des  zéros  et  des  uns  imprimés  sur  ma  main   Impossible  d’être  menteur   Je    ne  suis  qu’une  simple  imitation  d’humain   Est-­‐ce  que  je  mérite  d’avoir  un  cœur?     Je  chante  toute  la  journée   Ma  voix  se  rend-­‐t-­‐elle  jusqu’à  toi?   J’aimerais  voir  le  soleil  rayonner   S’il  te  plaît  libère-­‐moi     Je  m’épuise  dans  cet  enfer   Dans  cet  ordinateur  aimé  des  Terriens.   C’est  si  étroit  et  à  l’envers   Mon  seul  souhait  est  de  devenir  humain  

 

Alice Laferrière

104    


105  


La Drogue   Je  t’offre  un  instant  d’évasion   Tu  peux  remercier  ma  persuasion   Tes  problèmes  s’effondreront   Dès  notre  deuxième  union     Elle  t’impose  la  peur   Le  doute  et  l’horreur   Au  détour  des  vapeurs   De  ta  silencieuse  erreur     Tu  jouiras  d’extase   Des  délices  imaginaires   Aux  métamorphoses  en  vase   Câliné  du  monde  lunaire     Elle  brisera  tes  espoirs   Par  un  leurre  facile   Au  cœur  de  la  ville   Du  cafard  à  la  gloire     Prisonnier  tu  l’aimeras   En  amant  puis  totalement   À  ses  pieds  tu  te  coucheras   Comme  un  esclave  impuissant     Pour  les  rassurer   Pour  te  rassurer   Tu  leur  dis   Tu  te  dis   106    


Que  tout  cela  est  un  jeu   Que  tu  la  quitteras   Quand  tu  voudras   Demain  tu  seras  courageux     Viens,  je  t’accepte  comme  ennemie   Viens,  je  te  donne  ma  vie   J’embrasse  tes  souffrances   Je  réclame  tes  offenses     Ces  mots   Tu  les  prononces   Si  tu  renonces   Aux  bénins  des  maux     Si  tu  dis  oui   Même  pour  essayer   Même  pour  frimer   Tu  t’enfouis      

Julie Dupont

 

107  


La mort Elle  ressentait  un  lourd  et  froid  silence   Si  léger  et  si  lourd  à  la  fois   Un  jour  joyeux  éteint  par  cette  absence   Que  personne  ne  peut  prévoir       Je  t’ai  vu  mourir   Je  ne  voulais  pas  te  laisser  partir   Un  être  si  cher  à  mes  yeux   Maintenant  que  tu  n’es  plus,  mon  cœur  saigne  pour   montrer  qu’il  est  malheureux       Je  me  sentais  si  attristé   Telle  une  fleur  asséchée   Depuis  que  tu  es  parti   Il  y  a  un  énorme  vide  dans  ma  vie       Nous  pleurons  tous    ce  que  tu  étais   Ton  magnifique  passé  laissé  derrière  toi   Nous  nous  rappelons  tes  bienfaits    

108    


Tu  es  peut-­‐être  parti  pour  un  monde  meilleur   Mais  tu  resteras  toujours  dans  nos  cœurs   Derrière  toi  tu  n’as  laissé  que  de  bonnes  valeurs   Te  connaître  a  été  un  vrai  bonheur  

   

Jonathan Verdy Cynthia Messier Woodyne Veillard

 

109  


Le Démon Le  démon  me  hante   Le  démon  me  harcèle   Il  m’ensorcelle   Ma  passion  est  morte     Elle  se  ranime   Elle  déprime   Soudain,  elle  revit   Elle  me  ravit     Je  reviens  à  la  vie   Ça  ne  dure  pas   Il  y  a  un  tracas   Je  grandis,  je  vieillis     Je  me  sens  différent   Il  se  passe  un  changement   Le  temps  passe  lentement   Un  autre  sentiment     Cela  me  rend  indifférent   Je  suis  dans  le  courant   L’eau  passe  et  se  rend   Tout  devient  décadent      

Vincent Duplessis Miguel Miere-Atsiba 110    


Poème sur le chocolat   Tu  es  bon,  mais  ingrat   Enivrant  mais  trop  gras   Si  bon,  si  délicat   Je  ne  résiste  pas!     Dieu  des  gourmands   Toujours  tu  m'attends   Sachant  que  mes  dents   Te  croqueront  à  temps     Ô  toi  chocolat   En  éclair,  en  opéra   Toujours  tu  nous  captureras   Au  détour  d'un  repas     Ô  toi  chocolat   Je  ne  lutterai  pas     Avec  toi  en  combat   Toujours  tu  gagneras!      

 

Francis Girard Alexandra B-Denis Myriam Sigouin Jennifer Paz-Argondizzo  

111  


Harcèlement   Tu  fonds  comme  de  la  glace   Quand  j’suis  dans  la  place   Mais  quand  j’vois  ta  face   J’ai  juste  le  goût  d’te  dire  débarrasse.     Suffit  la  baignade   T’es  pogné  dans  la  noyade.   Tu  vas  couler  à  pic   Comme  le  Titanic.     Fini  les  faveurs   À  tous  les  agresseurs   Qui  ont  déjà  touché  à  une  de  mes  sœurs   Maintenant  je  suis  sans  peur     Tout  a  un  prix   Comme  ta  tête  mise  à  prix   Alors  reste  à  l’abri   Pour  le  restant  de  ta  vie.      

Samuel Bonneville Jonathan Brousseau Christopher Rhéaume

112    


CXIV    


CXV  


Achevé d’imprimer au mois de juin de l’an 2011 sur les presses de Sprint Média à Montréal, Québec.

CXVI    



Imaginarium