Il était XII fois

Page 1


Il était XII fois

I


.

Avertissement

IL EST FORTEMENT RECOMMANDÉ DE PORTER UNE ARMURE LORS DE LA LECTURE DE CES MERVEILLEUSES AVENTURES, CAR ON NE SAIT JAMAIS…

PEUT–ÊTRE VERREZ VOUS SORTIR DE LA RELIURE MILLE FIGURES DE DRAGONS OU DE MONSTRES À RAYURES! II


Il était XII fois

Recueil de contes Créé par les élèves de l’école LONGPRÉ

III


Les éditions Marchand d’idées 177 Chemin du pont, Piedmont (Québec) J0R 1K0 514.432.2707 www.marchandidees.com

Illustrations de la couverture Titre du livre

Jérémy Desmarais Camillia Machabée-Sercia Laurence Beaupré

Dépôt légal, 2e trimestre 2012 Bibliothèque et archives nationales du Québec. Bibliothèque et archives du Canada ISBN: 978-2-9812372-8-6 Tous droits réservés. Aucune reproduction de ce livre n’est permise sans l’approbation des auteurs et des éditeurs. Imprimé au Québec Copyright © 2012 éditions Marchand d’idées

IV


Mot de la directrice C’est avec une très grande fierté partagée avec toute l’équipe école que nous vous présentons notre livre intitulé « Il était XII fois ». Vous y trouverez douze contes écrits et illustrés par les élèves de chacun des douze groupes qui composent notre adorable milieu. Tout le monde a travaillé très fort pour y arriver, les élèves, le conseil des élèves, le comité du plan de réussite, les enseignants et les enseignantes ainsi que l’artiste qui nous a accompagnés dans ce projet, Monsieur Marc Sauvageau. C’est notre système d’émulation mis en place au début de l’année qui a inspiré ce livre. Lors de la rentrée, les élèves ont découvert, sous leur chaise, un carton de couleur qui les reliait à un château. Il y avait trois couleurs possibles et le choix des élèves s’est fait de façon aléatoire. La couleur jaune représentait le château Lanoue, la couleur bleue représentait le château Nelson et la couleur verte représentait le château de Bretagne. Les noms des châteaux sont en fait le nom des rues qui encadrent l’école. Les élèves ont, par la suite, reçu un bracelet de la couleur de leur château indiquant également le nom de leur château. Ils ont aussi élu deux représentants par château qui ont formé notre conseil des élèves et, à chaque geste positif des élèves, nous avons remis des écus que les élèves ont cumulés dans leur coffre aux trésors.

V


Tous les deux mois environ, nous avons fait une cérémonie à saveur médiévale au cours de laquelle nous avons gratifié les élèves du château qui avaient amassé le plus d’écus. Ce projet a fait naitre un fort sentiment d’appartenance et a été très rassembleur. Nous avons voulu aller encore plus loin avec un projet d’écriture collective aboutissant à la publication d’un livre qui sera non seulement déposé dans notre bibliothèque scolaire, mais également dans les bibliothèques nationales du Québec et du Canada. Dans notre livre, vous retrouverez donc des histoires de châteaux, de princesses, de dragons et tous les personnages à caractère médiéval qui ont cohabité avec nous toute l’année. Grands et petits ont écrit, illustré, enregistré et assisté à toutes les étapes de fabrication d’un livre. Ils ont fait preuve d’une très grande créativité et nous avons tous appris beaucoup!! C’est un beau cadeau que nous nous offrons et que nous vous offrons et qui, nous l’espérons, sera conservé parmi les plus beaux souvenirs de tous. Par cette lecture, je vous souhaite de retrouver votre cœur d’enfant. Nathalie Deslauriers,

Directrice

VI


Mot du conseil d’établissement Bravo à tous les élèves pour leur implication dans ce beau projet. C’est avec beaucoup d’intérêt que le conseil d’établissement a suivi l’évolution de vos contes. Nous sommes très fiers de vous et nous avons très hâte de vous lire. Nathalie Q uevillon

Présidente du CE

VII


Mot de l’artiste L’école Longpré, c’est une directrice avec une grande ouverture d’esprit et une vision moderne de l’éducation, une équipe de travail dynamique, un comité du plan de réussite dévoué, des jeunes enjoués et un conseil d’élèves hyper allumé. C’est toujours un immense plaisir de me retrouver à vos côtés pour développer des projets plus grands que nature. Vous êtes vraiment forts! Votre dévouement et votre engagement sont contagieux. Grâce à vous, je pousse toujours plus loin ma créativité. Merci! Le succès commence par une graine que l’on sème. Ce sont souvent de simples gestes posés lors de l’enfance qui forgent la personnalité de l’adulte de demain. J’espère que ce projet aura eu cette force de vous propulser vers l’avant.

Par le biais de cette grande aventure artistique, j’ai exploré différents châteaux, vécu des péripéties miro-­‐ bolantes, voyagé dans le temps, mais surtout dans le monde imaginaire des jeunes d’aujourd’hui. J’espère que vous vous sentirez transportés autant que je l’ai été en lisant et en écoutant chacun des petits bijoux littéraires qui s’offrent à vous dans ces pages.

Bonne écoute!

Marc Sauvageau

Marchand d’idées

VIII

Bonne lecture!


À tous ceux et celles qui font partie des 50 ans d’histoire de notre petite école.

À Monsieur Thomas Duzyk, directeur général de la Commission Scolaire des Affluents, qui a aussi été directeur à l’école Longpré en 1981 et 1982. L’année 2012 marquera pour Monsieur Duzyk l’accomplissement d’une carrière remplie de passion tout comme cette grande oeuvre.

IX


X


J’écris les livres que j’aimerais lire. — Jacques Attali —

XI


Table des matières

Marinoire et le château de glace ________ p.13 La bataille du prince Arthur __________ p.19 Dagobel : le roi déterminé _____________ p.23 La journée du banquet _______________ p.29 Un drôle de farfadet ________________ p.35 Le dragon Léon ____________________ p.41 Farfoulou et les arbalètes_____________ p.47 Marc le vaillant combattant __________ p.53 Albert et le trésor mystérieux __________ p.59 Une aventure en or _________________ p.67 Les grands secrets __________________ p.73 Le mystère du joyau d’or _____________ p.79 Remerciements ____________________ p.85 Une création de… __________________ p.89

XII


Groupe 001 Josée Bélanger

13


I

l y a de cela très longtemps, par une nuit froide remplie d’étoiles, Marinoire cherchait un château. Elle voulait trouver un prince et une princesse pour les mettre dans un donjon.

Marinoire est une méchante fée. Elle peut transformer les choses. Marinoire prononce une formule magique :

« Ibrikidibri, alacazoum, abracadabra, POUF!!! » 14


15


Le château se change en château de glace. Elle emprisonne le prince Éric et la princesse Réponse dans le donjon de la grande tour. La rivière autour du château se change en banquise de glace. Le harfang des neiges espionne. Il vole, il bat des ailes en silence. Il vole, il vole silencieusement pour aller le dire au chevalier du roi et de la reine. Il trouve le chevalier Arnaud, dans la forêt de sapins. Le chevalier galope jusqu’au château sur son cheval Mirini. Il entre par le pont-levis. Marinoire l’attaque avec sa chaine, son loup et son dragon. Le chevalier se bat avec son épée pointue. 16


Il gagne. Il casse toute la glace autour, dans et sur le château. Il libère le prince et la princesse.

17


Le roi et la reine applaudissent le chevalier Arnaud. Ils organisent un grand souper. Ils vont boire et manger. Il y aura un gâteau au chocolat avec des fraises. Ils lui donnent un cadeau, une médaille et une nouvelle épée en or avec des pouvoirs. C’est la fin de l’histoire.

18


Groupe 002 Nathalie Aubé

19


I

l était une fois, il y a très, très longtemps, un prince courageux nommé Arthur. Il était un chevalier connu à travers tout l’univers, car il aidait toujours les gens. Il vivait dans un château situé très loin dans une forêt. Le

20


Prince Arthur vivait seul avec son cheval Cabriole. Un beau matin, le Prince Arthur se réveille de bonne heure, car il entend des bruits étranges. Il se dirige à sa fenêtre et il est alors très surpris : il voit une armée de morts-vivants et de fantômes devant son château. Tout à coup, le prince voit cent fantômes près de lui. Ils avaient traversé les murs du château pour venir attaquer Arthur plus rapidement. Le chevalier a très peur, mais grâce à son courage, il court chercher son épée ainsi que son bouclier magique dans sa cachette secrète. Il a alors l’idée d’utiliser sa catapulte pour combattre les morts-vivants et ses armes magiques pour faire la guerre aux fantômes.

21


Après sept longs jours de combat, le plan du Prince Arthur fonctionne enfin. Cette semaine a été la plus épuisante de toute sa vie !! Après une longue nuit de sommeil, le Prince Arthur décide d’aller se promener tranquillement dans la forêt avec son cheval Cabriole. Sur la route, deux fantômes apparaissent devant lui et lui disent d’une voix douce : — Maintenant que vous avez gagné la bataille, grand chevalier Arthur, nous voulons être à votre service. VOUS êtes notre maitre ! À partir de ce jour, le Prince Arthur vécut heureux dans son château en compagnie de ses nouveaux amis les fantômes.

22


Groupe 101 Christine Lavigne Annie Ladouceur

23


I

l était une fois un roi grincheux et riche qui s’appelait Dagobel. Il gardait son or bien précieusement dans de grosses poubelles grises.

Il habitait un minuscule château vraiment dégoutant. La mousse verte sortait des fissures, les toiles d’araignée couvraient tous les coins et les déchets débordaient par le toit. 24


Dagobel était toujours marabout car il n’avait pas encore trouvé sa reine. Un jour, il vit une belle princesse vêtue d’une robe rose. Son cœur s’enflamma. Ses yeux se remplirent d’étoiles. Il courut jusqu’à elle pour lui dire : — Épousez-moi maintenant, s’il vous plait! La princesse répondit : —

NON!

Puis, poursuivit chemin.

son

Le malheureux pleura toutes les larmes de son corps. Il fit couper ses cheveux, rasa sa barbe, prit un bain et acheta de nouveaux habits. En plus, il commença à faire de la course à pied et à manger plein de légumes. Puis, il accourut pour demander à la princesse de l’épouser. Elle dit :

25


NON!

Et poursuivit son chemin. Le roi se remit à pleurer encore et encore. Il se retroussa les manches et fit bâtir un immense château fort. Il équipa ses chevaliers d’armures, d’épées et de chevaux. Puis il invita la princesse à faire un tour sur son cheval blanc. Il voulait lui montrer son domaine. Elle accepta. Dagobel lui redemanda de l’épouser. Elle dit : — Votre château est beau, votre cheval est beau et vous êtes beau, mais je refuse, et elle poursuivit son chemin. Le roi Dagobel ne pleura pas. Il alla réfléchir très fort. Puis il accrocha une lettre d’amour à une branche et attendit. Lorsqu’elle vit la lettre, elle sut qu’elle lui était destinée. Le roi lui proposait une super chasse 26


au trésor. Elle suivit donc les flèches qui la mena dans la plus belle pièce du château. En ouvrant la porte, elle trouva, sur un tapis de velours, un coffre en or. Elle l’ouvrit et découvrit de magnifiques bijoux : bagues, colliers, bracelets et même une couronne avec des diamants. Le roi Dagobel lui redemanda de l’épouser. La princesse lui dit : — Oui! Mais à une condition! J’accepte, seulement si vous donnez les bijoux aux paysans du Royaume afin qu’ils puissent nourrir les enfants et cultiver leur champ. Finalement, c’est dans une belle calèche tirée par un cheval blanc que les amoureux firent leur entrée. Pour remercier le roi de sa générosité, les paysans choisirent d’offrir la plus belle bague du coffre à la nouvelle reine. Les amoureux vécurent heureux et eurent beaucoup, beaucoup d’enfants!

27


28


Groupe 102 Sylvie Brodeur

29


L

a reine Capucine habitait un château dans la ville de Bretagne. Elle avait reçu une invitation pour assister à un grand banquet au château Nelson, avec des reines, des rois, des princes, des princesses et des chevaliers. Lorsque la journée du banquet arriva, le carrosse et le cheval qui devaient la conduire avaient disparu. Il faut dire que le cheval aimait beaucoup se promener. Il avait donc fui avec le carrosse. Que fera la reine Capucine? Un brave chevalier vint lui offrir de les retrouver. Il partit donc à la recherche du carrosse de la reine Capucine. Il parcourut les mers, les forêts et les champs. Sur son chemin, il rencontra un méchant dragon. Celui-ci l’attaqua et cracha du feu dans la figure du chevalier. 30


Le brave chevalier sortit son épée pour se défendre, puis le dragon tomba dans la mer. Quelques jours après, il rencontra une licorne très gentille. Ils bavardèrent et le chevalier lui demanda de l’aider à trouver le carrosse de la reine.

31


La licorne ne voulait pas. Elle était trop occupée à décorer sa corne frontale. Le chevalier continua son chemin et rencontra un elfe dans un arbre qui savait où était le carrosse. Il lui dit que le carrosse se trouvait au château Lanoue. Il se rendit au château Lanoue pour récupérer le carrosse et alla le porter à la reine Capucine. La reine vit le brave chevalier arriver avec son carrosse et son cheval. Elle était très contente de les retrouver. Capucine remercia le chevalier, puis elle l’invita à l’accompagner au banquet. Tous les deux partirent dans le carrosse pour aller au banquet. 32


Lorsqu’ils arrivèrent au château Nelson, il y avait beaucoup de gens qui dansaient et mangeaient. Ils passèrent une agréable soirée à cette grande fête.

33


34


Groupe 201 Anne-Marie Lebel

35


U

n beau matin, le chevalier Claude de Longpré se réveille doucement. Il ouvre les jolis rideaux de sa fenêtre et constate qu’il y a eu de la pluie pendant la nuit. Il regarde au loin et il voit un

ciel.

arc-en-

Il se rappelle alors de la vieille légende que ses ancêtres lui avaient racontée.

36


On dit qu’il y a un drôle de farfadet qui tient un gros trésor au pied des arcs-en-ciel. Le chevalier décide d’aller chercher le trésor. Il va à l’écurie et grimpe sur son cheval brun. Il se dirige vers

l’arc-en-ciel.

Arrivé au pied de l’arc-en-ciel, Claude de Longpré veut s’emparer du trésor. Le petit farfadet refuse de lui donner tout de suite et lui pose un défi presque impossible: le cheva

37


lier devra aller sur le sommet de l’arc-en-

ciel s’il veut le trésor. Le chevalier retourne au château pour se prendre une longue échelle. Il revient et essaie d’appuyer l’échelle sur elle tombe toujours.

38

l’arc-en-ciel, mais


Il est découragé. Claude de Longpré marche avec son cheval en cherchant une nouvelle idée. Tout à coup, son cheval renifle un objet brillant par terre. Il se met soudainement à voler. Le chevalier prend l’objet dans ses mains et découvre que c’est un pot de poudre magique.

Il décide d’inspirer une grande bouffée de poudre magique et il s’envole lui aussi. Il se rend au sommet de l’arc-en-ciel multicolore. Il crie très fort au farfadet de le regarder. Il a remporté son grand défi.

39


Finalement, le drôle de petit farfadet donne le fabuleux trésor à Claude de Longpré. Le farfadet va raconter l’exploit de Claude à travers le pays. Le chevalier de Longpré a été le premier à réussir ce grand défi. C’est pour se souvenir de son exploit que notre belle école porte le nom de Longpré.

40


Groupe 202 Sophie Nepveu Annie Ladouceur

41


I

l y a très longtemps, dans un village vivait un dragon nommé Léon. Ce dragon était très maladroit, mais très gentil. Lorsqu’il éternuait il crachait du feu. Il était allergique au pollen. Chaque printemps, il devait partir très loin de chez lui, sinon il brulait tout le village. Il partait en pleurant vers un vieux donjon abandonné.

42


Sur sa route, il rencontra le petit prince Éloi. Éloi se demandait pourquoi Léon pleurait. Léon lui expliqua qu’il partait chaque printemps car sinon en éternuant, il mettait le feu partout. Il avait un sérieux problème.

Mais comment régler ce problème? Éloi avait entendu parler d’un arc magique qui avait le pouvoir de guérir les allergies. Mais, cet arc était caché dans la grotte profonde du vieux sorcier Sarazin le malfaisant. Les deux amis sont donc partis vers la grotte. Une fois dans la grotte, ils ne devaient pas faire de bruit, car le sorcier dormait. Alors qu’ils faisaient attention, le dragon maladroit a marché sur une branche et a fait du bruit, ce qui réveilla le sorcier.

43


— Que faites-vous avec mon arc magique? Espèce de voleur! C’est alors que nos deux amis furent pris et le sorcier les enferma dans une immense boite de carton. Mais comme le dragon pouvait cracher du feu, il fit bruler toute la boite. Éloi et son ami le dragon Léon s’enfuirent à toute vitesse. Ils réussirent à regagner leur village sans être suivis. Le sorcier était en colère de voir sa grotte toute en flamme. À cause de la fumée, il ne put suivre les deux amis. C’est ainsi qu’Éloi put délivrer Léon de ses allergies : en lui envoyant une flèche sur une fesse « Ouch! ». Léon n’a plus jamais eu d’allergies. Il pouvait enfin rester chez lui et même aller jouer avec son nouvel ami Éloi.

44


45


46


Groupe 301 Madeleine Laveaux

47


I

l était une fois, il y a de cela trop longtemps, dans un château recouvert d’or, vivaient un roi, une reine, une princesse et Farfoulou, le fou du roi. Le roi, dans le but de marier sa fille, invita tous les chevaliers de son royaume à un tournoi d’arbalète. Ces derniers ne devaient apporter que leurs flèches, car le roi fournissait les armes. Le jour du tournoi arriva enfin, mais le roi se leva avec un mal de gorge insupportable.

Ah! Ah! Aaaaaaaah!

Atchoum!

48


Il demanda donc à son fou de s’occuper du tournoi d’arbalète. À cause du mal de gorge du roi, Farfoulou comprit : — Trouve-toi une cachette. Le fou du roi alla se cacher dans la pièce où se trouvaient les arbalètes. Étant très maladroit, il trébucha et fit tomber toutes les armes, ce qui fit un bruit terrible. Le roi accourut et quand il vit le dégât, il se mit à pleurer :

BOOM! BANG! BOOM!

— Tu as brisé mes arbalètes, tu brises toujours tout! J’ai autant de peine que le jour où tu as brisé le vase de ma grand-mère. Farfoulou dit qu’il allait tout réparer et il recolla toutes les arbalètes sauf une qui n’avait pas été brisée. Peu de temps après, les chevaliers arrivèrent. La princesse les observait et se demandait bien qui deviendrait son mari.

49


Elle en vit un qui lui fit peur et dit à sa mère qu’elle ne voulait pas qu’il gagne. La reine alla donc voler les flèches du chevalier, mais celui-ci s’en aperçut et fut si fâché qu’il décida de partir. Farfoulou décida alors de se déguiser en chevalier pour le remplacer. Le tournoi commença. Un après l’autre, les chevaliers manquaient la cible, car les arbalètes se brisaient, la colle ne tenait pas. Le fou du roi, déguisé en chevalier, fut le dernier à essayer. Évidemment, il avait pris la seule arbalète en bon état. Il visa la cible et l’atteignit en plein centre!! Tous applaudirent ce chevalier inconnu. La princesse le reconnut. Elle fut surprise, mais elle se mit à rire. Elle était si contente que ce soit Farfoulou qui deviendrait son mari, car il l’avait tout le temps tellement fait rire. 50


Le roi hésita à donner la main de sa fille à son fou, mais la princesse semblait si heureuse qu’il accepta. Et c’est ainsi qu’ils continuèrent de vivre tous les quatre très heureux dans le château recouvert d’or. Hip hip hip!

Hourra!

51


52


Groupe 342 Monique Charland

53


I

l y a très longtemps, dans un petit village isolé au fond de la forêt, vivait un pauvre paysan nommé Marc. Il habitait une petite chaumière avec sa femme et ses deux enfants. Il se sentait bien malheureux, car depuis des années, il enviait l’impressionnante armure de son frère, le grand chevalier au service du roi François 1er. — Quelle injustice! s’exclama-t-il. Mon propre frère, ce vaillant combattant, qui connait tant de gloire! Et moi qui n’ai presque rien à me mettre sous la dent. Il décida alors de demander conseil à son vieil ami le Dragon des Mers qui habitait l’océan tout près. Il arpenta les sentiers de la grande forêt et se rendit jusqu’à la mer. Il expliqua à l’énorme bête, la raison de sa visite. Le dragon l’écouta attentivement et lui dit :

54


— Je pourrai t’aider, mais à une condition : si tu deviens chevalier, tu devras partager ta richesse. Marc hocha la tête en guise d’approbation. Il avait toujours été un homme très généreux. — Tu plongeras dans la douve ceinturant le château, poursuivit le dragon. Tu y trouveras une clé qui te guidera vers une porte. Marc le remercia de tout son cœur et se dirigea à l’instant même, vers la douve. Il plongea sans hésiter dans l’eau glacée et découvrit la clé qui le mena vers une grande porte située sous le donjon du château. Il réussit à l’ouvrir sans difficulté. — Oh! Nom s’exclama-t-il.

de

Dieu!

Lorsqu’il aperçut ce qui se présentait devant lui. Là, sur le sol humide d’un

55


minable cachot, gisait son frère. Il était maigre et avait le teint blême. — Mais, que s’est-il passé? lui demanda le paysan. — Je me suis fait voler par de sales brigands, grommela le prisonnier. L’un d’eux m’a sauvagement attaqué et jeté dans cette geôle. Ils sont partis avec tous mes biens. — Il faut faire vite, répliqua Marc. Allons voir le roi pour le mettre au courant de ta mésaventure. Tous deux se rendirent alors au palais. L’empereur fut agréablement surpris de revoir son vaillant chevalier. Sa joie se répandit dans tout le royaume et en guise de remerciement, il proclama Marc 56


« Grand Chevalier de Sa Majesté ». De retour à son village, le brave homme fut accueilli en véritable héros. On accourait de partout en chantant :

♬♪♬♩♩♩♪♬♪♬ « Voilà Marc le vaillant! » « Voilà notre fier combattant! » Ils dansèrent toute la nuit sous le regard amusé du dragon.

57


58


Groupe 401

Johanne Cournoyer Annie Ladouceur

59


I

l y a fort longtemps, dans un pays lointain, au XIVe siècle, vivait dans un château majestueux, un fou du roi qui se prénommait Albert. Ce jeune homme était courageux, drôle, mais malheureusement maladroit. Au crépuscule, par une belle soirée d'été chaude et humide, Albert décida d'aller prendre un peu d'air frais. En marchant sur le sentier, il aperçut au loin une lumière scintillante et brillante. Curieux comme il est, Albert décida d'y jeter un coup d'œil. Il s'approcha de la source lumineuse et il remarqua une fabuleuse épée argentée. Soudainement, il entendit d'énormes pas, il décida d'aller se cacher derrière un buisson épineux. Comme il est maladroit, il trébucha sur une souche, et bascula dans le buisson.

60


— Aïe! Nom d'un dragon! s'exclama Albert. Les énormes pas se rapprochaient de plus en plus. — Ohé, ohé qui es-tu jeune homme et que faistu ici? — Je e e e… Je me prénomme Albert et je travaille en tant que fou du roi pour le Seigneur Didier. Toi, qui es-tu et que viens-tu faire ici? demanda Albert. — Je suis un armurier et je suis venu récupérer ma sublime création, mon épée argentée. Lors de la dernière bataille, l'ennemi voulait mon épée alors, je l'ai enfoncée dans le sol et j'ai transpercé un objet dur. Je suis revenu vérifier ce que c'était.

61


62


Alors, les deux compagnons soulevèrent l'épée avec une force colossale. Ils découvrirent l'inscription suivante:

« Toute personne ouvrant ce coffret découvrira un trésor grandiose. »

En ouvrant celui-ci, ils s'aperçurent qu'il y avait un parchemin scellé à l'intérieur. Le fou du roi révéla à l'armurier un secret que nul ne connaissait: — Quiconque brise le sceau du parchemin devra trouver le trésor dans les trois jours suivants. Ensuite, l'armurier brisa le sceau et les deux amis suivirent le chemin de la carte. Ils marchèrent en sifflotant joyeusement.

63


Tout à coup, ils tombèrent dans un tunnel obscur.

Après quinze minutes de marche, ils aperçurent au loin une luciole qui les amena près 64


d'un immense rempart. Ils escaladèrent le mur de pierre et se retrouvèrent dans la chambre royale. Soudain, ils entendirent des gardes arriver. Albert et l'armurier étaient affolés. Mais le pauvre Albert, fit tomber un pot. — Ah nom d'un dragon! dit-il mécontent. À ce moment, le Seigneur Didier arriva et lui dit: — Je t'ai cherché depuis ce matin où étais-tu? — Nous sommes à la recherche d'un trésor caché dans le château. Le Seigneur regarda le plan et découvrit l'indice permettant de trouver ce fameux trésor. L'indice était de formuler trois fois FAUCON, DONJON et DRAGON et à ce moment précis des diamants scintillants tombèrent du plafond. — Eh bien! dit le Seigneur, grâce à votre franchise et votre courage, nous allons partager ce fabuleux trésor. Depuis ce temps, nos amis vécurent heureux et eurent de multiples fous rires.

65


66


Groupe 501

Isabelle Payette

67


I

l y a fort longtemps, vivait dans un immense château près d’un village, un brave archer nommé Arthur. Dès son jeune âge, il apprit à manier habilement l’arc en atteignant sa cible à l’aide d’une seule flèche. Un bon matin, son fidèle ami le roi Gustave lui confia le secret du gantelet d’or tant convoité. Il lui dit que seul un archer d’une aussi grande précision pouvait profiter des pouvoirs de ce gant. Celui-ci permet d’améliorer la vitesse et la force des flèches lancées. Arthur démontra rapidement son gout de l’aventure, mais il resta surpris lorsque le roi lui mentionna que le gantelet d’or était emprisonné dans une tour voisine. Il se questionnait sans cesse : allait-il réussir à se le procurer?

Dès le lendemain, Arthur prit son sac, ses flèches et son arc puis il partit à la recherche du fameux trésor. Il dut parcourir quelques heures en forêt avant d’apercevoir la tour 68


recherchée. Rendu tout près de son but, l’archer remarqua une rivière agitée lui empêchant de traverser. Heureusement, ce dernier organisa son plan. Arthur sortit alors une corde de son sac qu’il attacha à l’une de ses plus grandes flèches et la tira sur un immense tronc d’arbre pour ensuite se hisser de l’autre côté. Une fois arrivé sur l’autre rive, il ouvrit les portes de la tour. À sa grande surprise, debout devant lui, se tenait son pire ennemi, l’archer Eugène. Les deux hommes s’échangèrent un regard et chacun d’eux sut ce que l’autre venait faire dans cet endroit. Eugène s’empressa donc de le pointer à l’aide d’une de ses flèches. Se sentant aussitôt menacé, Arthur lui proposa un défi de taille afin que les archers sortent sains et saufs de cette aventure. Le défi consista à abattre un oiseau du haut de la tour afin de se mériter le gantelet d’or.

69


Confiant qu’il gagnerait, Eugène accepta l’offre et déclara la chasse ouverte. Du haut de la tour, Arthur vit un aigle au loin qui s’approcha d’eux. Les deux archers se mirent en position et c’est Arthur qui parvint à atteindre l’oiseau. Son tir fut si précis que l’aigle tomba rapidement sur le sol. Avec fierté, Arthur regarda son adversaire nerveux qui s’était emmêlé dans son arc et d’un pas confiant alla s’emparer du gantelet.

70


De retour au château, Arthur montra avec fierté le gantelet d’or au roi. L’archer se dit très courageux d’avoir rapporté ce trésor. Il partagea sa joie en allant le montrer à tous les gens du château. Finalement, le roi Gustave lui réserva un accueil digne des plus grands héros et lui organisa une grande cérémonie. Depuis son magnifique exploit, personne n’essaya de détruire le château puisqu’Arthur devint le meilleur archer de tous les temps.

71


72


Groupe 562 Fany Bergeron

73


I

l était deux fois, en 1525, dans une contrée éloignée, des jumelles identiques qui étaient fort différentes. L’une d’elles aimait les jolies robes, les bijoux de grande valeur et les soirées de bal grandioses. L’autre avait plus d’affinité pour le tir à l’arc, les joutes équestres et la chasse aux sangliers. Haaa oui!! Elles étaient toutes deux bien différentes! Cependant, une chose les unissait: elles partageaient toutes les deux de bien lourds secrets. Pour connaitre ces dans le passé…

secrets, il faudra retourner

Le 15 juillet 1524, il faisait nuit et Anna se préparait à entrer dans un tunnel

secret,

construit sous la douve du château, qui menait à une cathédrale. Tous les soirs, Ève, sa sœur jumelle, tenait la garde devant l’entrée. Anna 74


allait rejoindre Louis-Philippe, son grand amour. Louis-Philippe était aussi l’écuyer du roi George, le père des jumelles. Seule Ève était au courant de ces rendez-vous

secrets

dans la cathédrale.

Le lendemain, le roi George fut mis au courant de cette histoire. C’est le prêtre qui les avait surpris qui alla en informer le roi. Celui-ci fit une terrible colère, car ses filles étaient promises à de vieux rois d’Espagne et d’Italie. Convaincu qu’une sorcière les avait ensorcelés avec un philtre d’amour, le roi déclara la chasse aux sorcières dans tout le royaume. De plus, il annonça qu’il jetterait l’écuyer dans la douve remplie de crocodiles féroces. Lorsque les jumelles apprirent la nouvelle, elles étaient très fâchées contre

75


leur père. Malgré la chasse aux sorcières, elles décidèrent d’aller en voir une pour avoir une fiole de potion afin d’endormir les crocodiles.

Le jour où Louis-Philippe devait mourir, elles saupoudrèrent de la potion partout dans l’eau de la douve et rapidement, tous les crocodiles 76


s’endormirent. Avant qu’il ne soit jeté à l’eau, les jumelles firent un clin d’œil à LouisPhilippe. Celui-ci fit semblant de se noyer et rendu au fond, pour que personne ne le voit, il nagea jusque de l’autre côté du château. En sortant de l’eau, il retrouva les deux jumelles dont Anna qui pleurait. Il l’embrassa et courut au loin se cacher dans un autre village. Par un matin pluvieux, la sorcière qui avait aidé les jumelles décida de se venger contre le roi et son idée de chasse aux sorcières. Elle prit une aiguille et la trempa dans un poison très puissant et mortel. Puis, elle se rendit au château déguisée en jolie servante pour servir le roi. La sorcière plaça discrètement l’aiguille

empoisonnée dans une chaussure du roi. Un peu plus tard, lorsque le roi mit ses chaussures, il se sentit piqué, poussa un cri atroce et se tordit de douleur avant de s’effondrer sur le sol. Au moment où le cœur du roi cessa de battre, celui de la sorcière se remplit de joie.

77


Un an plus tard, lors du couronnement d’Anna et d’Ève, il y eut un mariage, celui d’Anna avec son charmant écuyer Louis-Philippe accompagnés de leurs jumeaux.

78


Groupe 601 Nathalie Therrien

79


P

ar un beau coucher de soleil, en pleine saison de sècheresse, le seigneur du Royaume de l’Est accueillait les Royaumes de l’Ouest et du Nord pour célébrer la naissance de son nouveau-né dans la salle de bal.

Pendant toute la soirée, tous festoyaient en l’honneur du futur seigneur. Durant un touchant discours du Seigneur Dédale, on enten80


dit un énorme vacarme venant de la réserve. Deux imposteurs du Royaume du Sud s’étaient introduits clandestinement à la cérémonie et avaient réussi à se faufiler dans la réserve pour y détruire tous les barils d’eau. Au même moment, on découvrit que la cotte de mailles royale forgée d’or avait été dérobée.

CATASTROPHE! Une lettre avait été déposée à la place du joyau. On pouvait y lire :

« Nous possédons maintenant l’armure d’or. Si vous voulez la recupérer, envoyez un brave chevalier de chacun de vos châteaux. Si ceuxci réussissent à pénétrer dans le Royaume du Sud, nous concèderons la cotte de mailles et deviendrons vos serviteurs. Par contre, si nous vainquons, nous la garderons et prendrons le contrôle des trois royaumes. Nous aurons tous les pouvoirs! »

81


Aussitôt, le Seigneur Dédale rassembla d’urgence tous les braves chevaliers. Il les convoqua dès l’aube à venir participer à la sélection des trois chevaliers. De plus, Sa Majesté offrait des centaines d’écus, une épée et un bouclier de pierres magiques à celui qui lui rapporterait l’objet précieux. Le lendemain matin, comme convenu, les courageux chevaliers étaient présents. Ils durent relever plusieurs défis organisés par le roi. Ce sont les chevaliers Élenia, Alvatrix et Trévix qui furent choisis pour la mission. Ils préparèrent leurs armes, cuirasses et torches pour être prêts dès la tombée de la nuit. Le moment venu, les élus se mirent en chemin. Ils avaient à peine fait quelques pas qu’ils aperçurent un grand guerrier sur son cheval. Le brave Trévix fonça sur lui et l’acheva avec son épée. Durant sa chute, le guerrier blessa Trévix à un pied. 82


Celui-ci ordonna aux deux autres de continuer alors que lui rebroussa chemin. Après une très longue marche, Élenia et Alvatrix arrivèrent à la frontière du royaume du sud. Elle décida de partir en direction du pont-levis, alors que lui choisit de faire le tour. Il tomba tout à coup dans une espèce de fosse où il aperçut une porte. Il l’ouvrit lentement. Ce passage semblait être un couloir qui menait directement dans le château.

83


Il vit une lumière et s’empressa d’avancer. À sa grande surprise, il rencontra le roi du Sud qui trônait tout près de la cotte de mailles. Ce dernier félicita Alvatrix, lui rendit l’armure et signa un pacte de paix. Le brave revint au château de l’Est avec Élenia où ils furent applaudis par tous. Le seigneur Dédale les remercia et remit au vainqueur l’épée et le bouclier de pierres magiques comme convenu. Alvatrix décida de partager les écus avec les deux autres braves chevaliers et en profita pour demander la main d’Élenia qui accepta. Au même moment, une grande pluie tomba et mit fin à la sècheresse.

84


Remerciements

85


En tout premier lieu, nous remercions les élèves pour leur implication dans le projet. Le conseil des élèves composé de : Laurie Rivet, Florence Longpré, Olivier Caron, Frédérique Gaumerd, Lydia Cosmos et Zoé Bergeron qui a organisé les concours de la page couverture et du titre accompagné de Monsieur Daniel Lavoie et Madame Madeleine Laveaux. Tous les enseignants et les enseignantes qui se sont investis auprès des élèves dans leur classe pour l’écriture des contes et les illustrations : Madame Josée Bélanger, Madame Nathalie Aubé, Madame Christine Lavigne, Madame Sylvie Brodeur, Madame Anne-­‐Marie Lebel, Madame Sophie Nepveu, Madame Madeleine Laveaux, Madame Johanne Cournoyer, Madame Monique Charland, Madame, Isabelle Payette, Madame Fanny Bergeron, Madame Nathalie Therrien et Madame Annie Ladouceur. Le comité du plan de réussite qui a pensé, créé, organisé et motivé les troupes : Monsieur Michel Venne, Madame Isabelle Payette et Madame Annie Ladouceur. Les membres du comité tiennent à souligner l’apport inspirant de Monsieur Jacques Taillefer et Madame Joanne Saint-­‐Onge qui ont gracieusement donné de leur temps et partagé leur talent ainsi que leurs connaissances concernant l’époque médiévale. 86


Le conseil d’établissement, les autres membres du personnel ainsi que les parents qui ont soutenu le projet et qui ont encouragé les enfants à donner le meilleur d’eux-­‐mêmes. Un gros merci à madame Claudine Sauvageau d’avoir pris le temps de nous lire et de nous corriger afin que nous puissions apposer, en toute confiance, le logo de l’orthographe rectifiée sur notre chef d’œuvre. Le dernier, mais le plus important, car sans lui rien n’est possible, Monsieur Marc Sauvageau, notre artiste accompagnateur qui construit des chefs-­‐d’œuvre à partir de simples petites idées...

87


88


Une création de…

89


Classe 001 Josée Bélanger

Koralie Beaulieu Diya-­‐Rayan Boussaa Rodolfo-­‐Emanuel Camargo Zacarias Anne-­‐Sophie Dupré-­‐Garnier Marianna Faure Lana Gendron Olivier Généreux Richer Lafleur Benjamin Lapointe Diaz Thomas Lavoie Léonnie Machabée-­‐Sercia William Paul Dante Reis Jayson Rivard Ted Neïssant Saint-­‐Louis Jessica Samson Frédérick Webster

Classe 002 Nathalie Aubé

Marc-­‐André Bays Michaël Bizier Danika Bosisio Anaïs Chouinard Eliézaire Désiré Malorie Desmarais Zachary Hassoune Cossette Lauryna Lajoie Jason Lessard Norah Mapp Victoria Matteau Robin Perras

90

Olivier Robert Jules Robinson Luca Sauvé Émile Tardif Justin Turcotte

Classe 101 Christine Lavigne Annie Ladouceur

Mathys Bonin-­‐Pearson Mathieu Caron Jérôme De Lottinville Daly Mike Dormeus Bryan Figueroa Quezada Olivier Girard Lucas Hachey Laurie-­‐Ann Hébert Anne-­‐Marie Huot Hugo Lambert Noémie Laramée Jérémie Marchand Zoë Monteath-­‐Bricault Selyan Ouazidane Mya Paquette Kim Senneville Ludovic Ste-­‐Croix Noémie Ste-­‐Marie Raphaël Therrien Samuel Vary Guerrero Alexandre Vincent-­‐Puertas


Classe 102 Sylvie Brodeur

Médéric-­‐Alexis Bélair Lauranne Bélisle Lyna Bouali Marie Bourassa Marc-­‐Antoine Charlebois William Cossette Raphaëlle Daigle William-­‐P David Danik Deschênes Richer Godon Xavier Grondin Jacob Harper Mathias Huard Elysabeth Jean Eugénie Lafleur Carl Lessard Charlie Létourneau Mya Mapp Christophe Martineau Nycolas Mondou Sacha Raymond-­‐Newman Derek Therrien

Classe 201 Anne-­‐Marie Lebel William Afshar Jade Armstrong Nasrallah Assli Roselyne Beaulieu Anthony Bernier Coralie David Emmy Desmarais Daphné Desrosiers

Éloïse Gagnon Arianne Hébert Luca Ialenti Amira Lachapelle Audrey Lacombe Thomas Ladouceur Nathan Lauzon Alicia Lefebvre-­‐Paul Matis Morin Loïc Normandin Étienne Robinette

Classe 202 Sophie Nepveu Annie Ladouceur

Emile Bouchard Remy Brouard Charles Caouette Audrey Chayer Xavier Chouinard Antoine Conroy Juliette Dassylva Eve Desaulniers Alyssa Djaco-­‐Morin Olivier Faure William Gauvin Zachary Gendron Neyssa Joachim Sarah Locas Nathan Machabée-­‐Sercia Justin Marois Katherine Ouimet Océane St-­‐Louis Axelle St-­‐Pierre Charlie Vignola

91


Classe 301 Madeleine Laveaux

Florence Archambault Eve Bergeron William Boyer Raphaël Giroux Alexe Goupil Émile Grondin Tristan Hachey Émmie Houle Nicolas Jasmin Daphnée Lagrois Félix Lapostolle Thierry Lefrançois Maxime Legault Selena Marquez Sarah-­‐Jeanne Matteau Catherine Ouellet Jérémy Parent Tristan Paul Didrot Perrin Élia-­‐Ève Pierre Naïka Barbara Rebecca Florence Simard Dimitru Sirb Coralie Ste-­‐Croix Samuel Synnet

Classe 342 Monique Charland Justin Belisle Emerik Boyer Annalena Gilbert Samuel Girard Déïtane Godon

92

Laflèche-­‐ Raphaël Lafleur Léane Lapierre Alexis Perras Rosie Poirier Samuel Rivest Maïla Rondeau Élizabeth Savoie Laurence Cléroux Jade Faucher Marie-­‐Michèle Lacombe Josh Langlais Jessyka Latour Joey Loiselle Camillia Machabée-­‐Sercia Thalie Perron Anthony Pinet-­‐Barlow Simon-­‐Pierre Savoie Hichem Sehabi Raphaël Tremblay

Classe 401 Johanne Cournoyer Annie Ladouceur

Laurence Beaupré Carolane Boulet Justine Caluori Mathis Caron Laurie-­‐Anne Coulombe Coralie Duque Laurent Gagnon Fannie Gendreau Juliette Harper Mitchell Joachim Amélie Joncas Émile Létourneau


Laura-­‐Gabrielle Maltais Keyla Marquez Laurent Martineau Mathis Martineau Camille Ouimet Maxim Papillon Charles Picard Xavier Potomski Jérémy Rivet Samuel Senneville Kévyn St-­‐Louis-­‐Paquette

Classe 501 Isabelle Payette

Gabriel Bernier Léa Boulanger Jacob Caouette Philippe Castonguay Laurie Chiasson Alexandre Defoy Félix Gagnon Marion Gaumerd Iman-­‐Sophie Gilbert Eugène Godon Taha-­Chahine Hamitouche Maude Jasmin Laetitia Lachapelle Jacob Lamarche-­‐C. Gyselann Larose Érika Legault Mara Jade Morin Sammy Normandin Christian Ouellet Charlotte Philie Amélie Robert Anthony Rodrigue

Sarah Samson Viviane Soubry Rosalie Trudel Camille Vézina

Classe 562 Fany Bergeron

Léane Allard Zoé Bergeron Marc-­‐Antoine Chayer Lydia Cosmos Laurence Dassylva Sasha Dionne-­‐Laforest Maude Fonseca Benjamin Lapierre Jonathan Lemieux Arnaud Marois Megan Peticlerc Laury Caron Gabriel Choquette Jordan Cypihot-­‐Arcamone Jérémy Desmarais-­‐Monette Richelle Godon Jadia Gosselin Antoine Grondin Jérémi Labonté Florence Longpré Bryan Mailhot Camille Martineau Laurie Rivet Gabrielle Tremblay Xavier Vignola

93


Classe 601 Nathalie Therrien

Dhia Eddine Assli Jessy Alexander Beaudoin Samuel Bonin-­‐Pearson Olivier Caron Mariane Charlebois Thomas Comeau Loïc Dagenais Arielle Daguerre Nicolas Duquette Moïsha Estime Samuel Faucher Frédérique Gaumerd Jérémy Hamelin Élizabeth Hovington Mégane Lambert Tatiana Larivière Marc-­‐William Lefebvre Katherine Lemire Charles Ouellet Stevens Pierre Mathieu Plante Antoine Poirier Maxime Rioux Philip Snyder Mighel Ste-­‐Croix Vivianne Ste-­‐Marie

94


95


Achevé d’imprimer au mois d’avril de l’an 2012 sur les presses de Sprint Média à Montréal, Québec

96



Millions discover their favorite reads on issuu every month.

Give your content the digital home it deserves. Get it to any device in seconds.