__MAIN_TEXT__

Page 1

Un magazine politique Mensuel

Un magazine politique Mensuel

Issue 1806 - Février 01/02/2021

Issue 1806 - février 01/02/2021

Nancy Pelosi : La Calamity Jane de la politique américaine www.majalla.com

Macron peut-il effacer la mémoire de la guerre d’Algérie ? Politique 10 ans après la révolution tunisienne : Jasmin ou Cactus ?

Interview Chalghoumi à «la Majalla» : Portrait d‘ un Imam pas comme les autres www.majalla.com

Culture Jack Lang à «la Majalla« : Le monde arabe est ma passion


Un magazine politique Mensuel

Issue 1806 - Février 01/02/2021

Toutes les nuances du gris…

30

à l’assaut de la pollution plastique océanique 36

Saad Ramadan à «Majalla» : J’ai vécu une «histoire d’amour» avec ses Régime du jeûne 58 intermittent délices et ses amertumes Éditeur en chef

HH Saudi Research and Marketing (UK) Ltd

Secrétaire de Rédaction

10th Floor Building 7 Chiswick Business Park 566 Chiswick High Road London W4 5YG

Ghassan Charbel Un magazine politique Mensuel

www.majalla.com/eng

64

Mostafa El-Dessouki

03 01/02/21

Tel : +44 207 831 8181 - Fax: +44 207 831 2310


S

napshot

4

01/02/21


Des gens sont vus faire du shopping dans la vieille ville de Tunis, Tunisie, le 27 janvier 2021. Le parlement tunisien a approuvĂŠ le remaniement ministĂŠriel proposĂŠ par le Premier ministre Hichem Mechichi le 26 janvier 2021. Moh sq Tunis, Tunisie /EPA Photos

5

01/02/21


S

napshot

Une femme passe devant une fresque sur le thème du Coronavirus, faisant la promotion de l’utilisation d’un masque facial dans un lieu public, à Sebokeng, Vereeniging, Afrique du Sud, jeudi 28 janvier 2021 )AP Photos(

6

01/02/21


7

01/02/21


Encouverture Algérie, l’impossible oubli

Macron peut-il effacer la mémoire de la guerre d’Algérie ? Paris de notre correspondant : Khaled Saad Zaghloul Conformément à la mission que lui avait confiée le Président de la République Française Emmanuel Macron, le 24 juillet 2020, le professeur d’histoire Benjamin Stora a remis, ses conclusions et recommandations dans un rapport sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie. Le Président a salué la qualité de ce travail conduit dans un esprit d’ouverture, d’écoute et de respect de tous. Il a souligné sa volonté de poursuivre le travail de mémoire, de vérité et de réconciliation engagé au cours des dernières années dans notre pays et dans ses liens avec l’Algérie. Le Président Français engagera, sur la base de ce travail, plusieurs initiatives concrètes afin d’avancer sur un chemin de reconnaissance de toutes les mémoires et d’apaisement. Il a souhaité que ces initiatives permettent à la France de porter un regard lucide sur les blessures de son passé, de construire, dans le temps long, une réconciliation des mémoires et soient tournées vers la jeunesse en France et en

Algérie, dans une démarche d’éducation et de transmission. Nombre de propositions du rapport nécessiteront une instruction confiée à une commission « Mémoires et Vérité» associant plusieurs personnalités et présidée par Benjamin Stora. Emmanuel Macron a enfin souligné son souhait que tous ceux dont les vies ont été bouleversées par l’histoire de la guerre d’Algérie soient pleinement associés aux commémorations du 25 septembre (Journée nationale d’hommage aux Harkis et aux membres des formations supplétives de l’armée française en Algérie), du 17 octobre 1961 et du 19 mars 1962. Il est clair que Macron rêve d’un traité avec l’Algérie. Mais celle-ci n’a voulu jusqu’à présent que réécrire son histoire et celle de l’Algérie. Pour l’an prochain, on ne célébra pas une fête pour la France, mais plutôt un double anniversaire pour l’Algérie. Il y aurait deux dates en tête: le 18 mars 2022, les 60 ans des accords d’Évian, suivis, le 5 juillet, par les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, pour certains partisans de l’Algérie française célèbreront à Paris en cachette, le 182e anniversaire de la conquête de l’Algérie. Or, le président français aimerait parvenir à un traité de réconciliation entre

08

01/02/21


Le professeur d’histoire Benjamin Stora avec le Président de la République Française Emmanuel Macron

Paris et Alger, mais sous quelle forme ? C’est pourquoi il fait appel à l’historien Benjamin Stora qui connait bien les deux pays un peu plus que les autres. Né à Constantine en 1950, pied-noir, arrivé en métropole en juin 1962 avec ses parents, Stora s’est fait connaître dans le militantisme de gauche avant d’évoluer vers des positions plus sobres, à mesure qu’il se concentrait sur l’histoire des relations franco-algériennes. Dans le récit national français, observe-t-il, l’Algérie a été ensevelie par Mai 68, six ans à peine après la fin de la guerre ; il note que 4 000 livres et Mémoires ont été publiés sur le sujet de 1960 à 2010, mais cela ne représente que le quart du nombre d’ouvrages parus en même temps sur Napoléon.

Les grandes lignes du rapprochement mémoriel franco-algérien

L’historien dans son rapport dresse un état des lieux sur le chemin accompli par la France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie, et propose des gestes susceptibles de contribuer à l’apaisement et à la sérénité de ceux que la guerre d’Algérie a meurtris, tant en France qu’en Algérie. Il estime que le préalable de ce travail est de sortir de la «communautarisation des mémoires » qui s’est installée depuis la fin de la guerre, conduisant les

09

01/02/21

Il est clair que Macron rêve d’un traité avec l’Algérie, Mais celle-ci n’a voulu jusqu’à présent que réécrire son histoire différents groupes qui y ont pris part (Algériens, soldats français, pieds noirs, intellectuels engagés pour ou contre l’Algérie française, etc.) à « être enfermés dans leur propre souffrance sans reconnaître la souffrance des autres groupes». Selon lui, il existe une série de rapprochements mémoriels possibles, notamment sur la question des disparus. Il en préconise un guide. Sur les essais nucléaires, il recommande une reconnaissance par la France des lieux de ces dix-sept essais dans le Sahara réalisés jusqu’en 1966 et éventuellement les indemniser, Stora appelle également à plus d’efforts de la part des autorités françaises et algériennes pour identifier les victimes des essais nucléaires ajoutant que le même effort devrait être fait à propos de l’utilisation du napalm par l’armée française. Enfin, il propose la mise en valeur de plusieurs personnalités, dont Gisèle Halimi, l’avocate française très investie contre la torture et le viol des femmes pendant la guerre d’Algérie,


et la reconnaissance par la France de l’assassinat de l’avocat nationaliste algérien Ali Boumendjel, pendant la bataille d’Alger en 1957,serait un geste fort, qui permettrait d’incarner les évènements, comme lorsque Macron a admis la responsabilité de la France dans la mort du militant proFLN Maurice Audin.

Les 22 recommandations du rapport Stora

Le rapport de l’historien remis mercredi 20 janvier à Emmanuel Macron recommande la mise en place d’une commission « Mémoire et Vérité » chargée d’impulser des initiatives mémorielles communes entre la France et l’Algérie. L’historien propose que cette commission soit composée de « différentes personnalités engagées dans le dialogue franco-algérien », comme Fadila Khattabi, présidente du groupe d’amitié France-Algérie de l’Assemblée nationale, Karim Amellal, ambassadeur, délégué interministériel à la Méditerranée, des intellectuels, médecins, chercheurs, chefs d’entreprise, animateurs d’associations… Cette commission pourrait formuler des recommandations sur les 22 points suivants :

Macron est le premier chef d’État français à être né après la fin de la guerre d’Algérie, mais il s’est aventuré sur un terrain sensible

Commémorations

Poursuivre les commémorations, comme celle du 19 mars 1962 demandée par plusieurs associations d’anciens combattants à propos des accords d’Evian, premier pas vers la fin de la guerre d’Algérie. D’autres initiatives de commémorations importantes pourraient être organisées autour de la participation des Européens d’Algérie à la seconde guerre mondiale ; du 25 septembre, journée d’hommage aux harkis et autres membres de formations supplétives dans la guerre d’Algérie ; du 17 octobre 1961, à propos de la répression des travailleurs algériens en France. A tous ces moments de commémoration pourraient être invités les représentants des groupes de mémoires concernés par cette histoire.

Témoignages

Organiser le recueil par cette commission de la parole des témoins frappés douloureusement par cette guerre pour établir plus de vérités et parvenir à la réconciliation des mémoires.

Emir Abdelkader

Construire une stèle à l’effigie de l’émir Abdelkader, qui lutta contre la conquête de l’Algérie par la France au milieu du XIXe siècle, à Amboise (Indre-et-Loire), où il vécut en exil entre 1848 et 1852. Le monument pourrait être érigé à l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, en 2022.

Ali Boumendjel

Reconnaissance par la France de l’assassinat de l’avocat Ali Boumendjel, ami de René Capitant et dirigeant politique du nationalisme algérien, tué pendant la bataille d’Alger, en 1957. Ce geste ferait suite à la déclaration du

10

01/02/21

Le professeur d’histoire Benjamin Stora


Le journaliste politique français Jean-Michel

président Emmanuel Macron concernant Maurice Audin en septembre 2018.

Disparus

Œuvrer à la publication d’un « guide des disparus » (algériens et européens) de la guerre d’Algérie, sur la base des recherches du « groupe de travail » créé à la suite de la déclaration d’amitié signée lors de la visite du président François Hollande à Alger en 2012. Ce groupe avait été mis en place pour permettre la localisation des sépultures des disparus algériens et français de la guerre d’indépendance. Il devra poursuivre son travail. Essais nucléaires et mines Poursuivre le travail conjoint concernant les lieux des essais nucléaires français en Algérie, réalisés entre 1960 et 1966, et leurs conséquences, ainsi que la pose des mines aux frontières.

Restes humains

Poursuivre l’activité du comité mixte d’experts scientifiques algériens et français chargés d’étudier les restes humains de combattants algériens du XIXe siècle conservés au Muséum national d’histoire naturelle.

Harkis

Voir avec les autorités algériennes la possibilité de faciliter les déplacements des harkis et de leurs enfants entre la France et l’Algérie.

Oran, juillet 1962

Mettre en place une commission mixte d’historiens français et algériens pour faire la lumière sur les enlèvements

11

01/02/21

Jean-Michel Aphatie déclare que, la France « doit des excuses à l’Algérie» et assassinats d’Européens à Oran en juillet 1962 ; entendre la parole des témoins de cette tragédie.

Cimetières européens et juifs

Encourager la préservation des cimetières européens en Algérie (travaux, entretiens, réhabilitations des tombes), ainsi que des cimetières juifs (comme ceux de Constantine et de Tlemcen). Noms de rues A l’instar de la mesure instaurée par le président de la République visant à donner à des rues de communes françaises des noms de personnes issues de l’immigration et de l’outre-mer, inscrire des noms de Français d’origine européenne particulièrement méritants, en particulier médecins, artistes, enseignants, issus de territoires antérieurement placés sous la souveraineté de la France.

Archives

Activer le groupe de travail conjoint sur les archives, constitué en 2013 à la suite de la visite du président Hollande en 2012. Le groupe s’est réuni à six reprises, jusqu’au 31 mars 2016. Ce groupe de travail sur les archives devra faire le point sur l’inventaire des archives emmenées par la France et laissées par la France en Algérie. Sur la base de ce travail d’inventaire, certaines archives (originaux) seraient récupérées par l’Algérie. Celles laissées en Al-


gérie pourront être consultées par les chercheurs français et algériens. Le « comité de pilotage » pourrait proposer la constitution d’un premier fond d’archives commun aux deux pays, librement accessible.

Visas de chercheurs

La coopération universitaire pourrait, avant le règlement de la domiciliation des archives, trouver un moyen pour chacune des parties de montrer la volonté de transparence du passé commun. La France proposerait ainsi de donner chaque année à dix chercheurs, inscrits en thèse sur l’histoire de l’Algérie coloniale et la guerre d’indépendance dans un établissement universitaire algérien, la possibilité d’effectuer des recherches dans les fonds d’archive en France. Le visa de chercheur à entrées multiples serait d’une durée de six mois, pouvant être prolongé de trois mois, ce qui correspond à une année universitaire. Le chercheur pourrait ainsi effectuer des allersretours en fonction des besoins de sa recherche. Ce visa

Le passé colonial de la France en Algérie est un traumatisme qui continue de façonner la France moderne

pourrait être renouvelable. Afin que ces recherches puissent effectuées dans de bonnes conditions matérielles, un accord serait passé avec le Centre national des œuvres universitaires (Cnous) pour mettre à disposition une chambre au sein d’une cité universitaire proche des lieux d’archive dans des modalités pratiques à approfondir. Enfin, ces étudiants pourraient bénéficier pendant leur séjour en France de la même bourse d’étude que les étudiants français inscrits en thèse, au prorata de la durée de séjour.En parallèle, des étudiants français, dans un nombre qui reste à discuter avec les autorités algériennes, devraient pouvoir bénéficier d’un visa à entrées multiples et d’un accès facilité aux archives algériennes concernant la même période.

Edition

Favoriser la diffusion des travaux des historiens par la création d’une collection « franco-algérienne » dans une grande maison d’édition. L’objectif serait de poser des bases communes aux mémoires particulières, de définir un cadre acceptable par tous, des deux côtés de la Méditerranée.

Traductions

Créer un fonds permettant la traduction du français vers l’arabe et de l’arabe vers le français d’œuvres littéraires et à caractère historique. Ce fonds pourra également prendre en charge les écrits de langue berbère.

Programmes scolaires

Accorder dans les programmes scolaires plus de place à

12 01/02/21

After decades in a French museum, the skulls of 24 Algerians decapitated for resisting French colonial forces were formally repatriated to Algeria. (AP Photo)


Le président algérien Abdelmadjid Tebboune assiste aux funérailles des combattants de l’indépendance algérienne tués lors de la résistance populaire algérienne contre le colonialisme français à Alger, Algérie le 05 juillet 2020. )Getty(

l’histoire de la France en Algérie. A côté d’une avancée récente – ne plus traiter de la guerre sans parler de la colonisation –, il convient de généraliser cet enseignement à l’ensemble des élèves (y compris dans les lycées professionnels).

Jeunes créateurs

Aller vers la mise en place d’un office franco-algérien de la jeunesse, chargé principalement d’impulser les œuvres de jeunes créateurs (œuvres d’animation, courts-métrages de fiction, création de plate-forme numérique pour le son et l’image).

Musée

Réactiver le projet de musée de l’histoire de la France et de l’Algérie, prévu à Montpellier et abandonné en 2014. Colloque Organiser en 2021 un colloque international dédié au refus de la guerre d’Algérie par certaines grandes personnalités comme François Mauriac, Raymond Aron, Jean-Paul Sartre, André Mandouze et Paul Ricœur.

Exposition

Organiser en 2021 au Musée national de l’histoire de l’immigration une exposition ou un colloque sur les indépendances africaines.

Gisèle Halimi

Entrée au Panthéon de Gisèle Halimi, grande figure de l’opposition à la guerre d’Algérie.

13 01/02/21

Canon Baba Merzoug

Créer une commission franco-algérienne d’historiens chargée d’établir l’historique du canon « Baba Merzoug » ou « La Consulaire », ravi lors de la conquête d’Alger en 1830 et installé à l’arsenal de Brest, et de formuler des propositions partagées quant à son avenir, respectueuses de la charge mémorielle qu’il porte des deux côtés de la Méditerranée.

En Algérie, le rapport accueilli froidement

A Alger,le rapport de Stora n’a encore suscité aucune réaction officielle en Algérie, mais les médias et les historiens sont critiques, les avis sont partagés. Mais le rapport de l’historien, ne suscite pas d’enthousiasme. Pour les algériens, la France doit présenter des excuses sur les crimes coloniaux. Elle le fera tôt ou tard. Des dizaines de milliers d’Algériens sont morts pour l’indépendance de l’Algérie. Il est temps que l’Algérie forge elle-même son propre et véritable récit.

» Rien de nouveau «

Les médias algériens ont accueilli avec froideur le travail de Benjamin Stora. « Un rapport vide de contenu, ce n’est pas ce que demande l’Algérie. La France continue de nier les crimes et les massacres de la période coloniale », souligne la chaîne privée El Bilad. Le journal arabophone El Khabar juge de son côté que le rapport ne fait pas de différence « entre le bourreau et la victime ». En Algérie, ses homologues historiens déplorent que le principe d’excuses ait été écarté de son travail. Pour le


chercheur en histoire Lamine Belghith, le rapport Stora est une image de « ce qui est déjà enseigné dans les écoles françaises sur la période coloniale». « Rien de nouveau », tranche-t-il. Le débat dans les médias et sur les réseaux sociaux s’est concentré sur la question de la reconnaissance des crimes de la période coloniale et le refus de la France de présenter des « excuses » aux Algériens. L’historien Amar Rekhila estime le rapport à contresens des déclarations d’Emmanuel Macron en 2017. En visite à Alger, alors candidat à la présidentielle, avait qualifié la colonisation de « crime contre l’humanité ». « Macron est revenu sur ses engagements », juge-t-il. D’autres universitaires et chercheurs relèvent que le rapport aborde sommairement la question des archives, dont Alger réclame la restitution totale. Ils lui reprochent de citer uniquement le cas de l’avocat nationaliste Ali Boumendjel, mort sous la torture en 1957 en pleine « bataille d’Alger », en oubliant les autres militants tués par les soldats français.

La France continue de nier les crimes et les massacres de la période coloniale », souligne la chaîne privée El Bilad

Pour Stora, le spécialiste de l’histoire algérienne, la repentance ou son refus enferment Paris et Alger dans une polémique politique, qui les empêchent d’affronter pleinement leur douloureux passé mémoriel. Stora affirme que la décision de présenter des excuses formelles de la France à l’Algérie est du domaine du “politique”. Il appelle à plutôt se concentrer sur des “travaux pratiques” qui permettent de réconcilier les mémoires dans les deux pays. L’historien regrette les critiques émises à l’encontre de son rapport en Algérie et l’absence de réaction officielle d’Alger. Il appelle d’ailleurs le président algérien Abdelmadjid Tebboune à s’exprimer afin d’enclencher une dynamique qui permette des avancées concrètes sur des sujets comme l’ouverture des archives, les disparus et l’éducation.

Pas de réaction officielle

Dans la classe politique Algérienne, peu de réactions au rapport. Le FLN, ancien parti unique, garde le silence. Et certains commentateurs n’ont pas manqué de s’interroger sur le mutisme d’Abdelmadjid Chikhi, conseiller du président Abdelmadjid Tebboune sur les questions de la mémoire, supposé être « l’interlocuteur » algérien de Benjamin Stora. Harcelé de questions par les journalistes, il s’est contenté de répondre qu’une réaction serait donnée lorsque le rapport de Stora serait reçu « d’une manière officielle ». « Ce rapport ne nous a pas été adressé officiellement et nous ne pouvons pas réagir sur la base de ce qui a été rapporté par la

14 01/02/21

d’archive prise le 30 juillet 1957 montre des Algériens arrêtés par les parachutistes du colonel français Bigeard sur la place du gouvernement (actuellement place des Martyrs) dans la capitale Alger )Getty(


Une photo montre une vue du Maqam Echahid, un monument en béton commémorant la guerre d’indépendance d’Algérie, le 21 janvier 2021 à Alger )Photo / AFP(

presse. Les relations entre Etats ne sont pas gérées comme ça », a-t-il déclaré Il est clair que le président Macron veut soigner les blessures du passé qui ont laissé des traces et des effets dans l’esprit de tout un peuple et notamment sur les 7 millions algériens de France dont certaines minorités n’ont pas l’amour de la France dans leur cœur, on a observé les sifflements de l’hymne national pendant les matchs de foot, les drapeaux salis, signe de mépris et de non-respect au pays d’accueil. Alors quesymboles par excellence de l’identité nationale, drapeaux et hymnes nationaux sont sanctuarisés par la loi dans de nombreux pays qui ont inclus dans leur Code pénal des peines plus ou moins sévères. En France, la loi instituant le délit d’outrage à « la Marseillaise » et au drapeau tricolore a été adoptée en janvier 2003. Elle prévoit des peines allant jusqu’à six mois de prison et 7 500 euros d’amende. Il aura fallu les sifflets du match France - Algérie en 2001 pour que l’on s’en préoccupe. » Lors de cette rencontre explosive, le Premier ministre Lionel Jospin n’avait pas quitté le stade et sa ministre des Sports, MarieGeorge Buffet, qui cherchait à calmer le jeu, avait reçu en plein visage une bouteille d’eau. Le 11 mai 2002, lors de la finale de la Coupe de France Bastia - Lorient, « la Marseillaise » avait été huée par les supporteurs. Jacques Chirac, tout juste réélu président de la République, avait quitté la tribune. Certains algériens souffrent de l’éternel problème d’identité, ils ne sont ni algériens complétement malgréqu’ils sont

15

01/02/21

L’histoire de la colonisation et de la guerre ne se raconte pas de la même façon à Alger qu’à Paris nés et vivent en France, ni français malgré leurs cartes d’identités, certains aussi peuvent facilement tomber comme khaledkelkal et les frères kouachi tombent facilement dans les pièges des organisations terroristes. Bien que les nouvelles générations n’aient pas connut cette période sombre de l’histoire, mais ce que les français ignorent que le devoir de mémoire se transmet de père en fils et de mère en fille. Il est donc souhaitable que cette période noire de l’histoire se ferme avec ses plaies, et dignement pour les deux pays.c’est peut-être après avoir réussi cette réconciliation avec l’histoire, qu’on ne trouverait plus un seul terroriste issue de la rébellionde l’immigration « maghrébine contre le pays colonisateur ». Si on ne peut pas dire que certains peuples souffrent d’untrop de mémoire, comme s’ils étaient hantés par le souvenirdes humiliations subies lors d’un passé et aussi par celui desgloires lointaines,on ne pourrait pas dire au contraire qued’autres peuples souffrent d’un défaut de mémoire commes’ils fuyaient devant la hantise de leur propre passé. L’histoire de la guerre d’Algérie est une plaie


vive entre le deux pays qu’il conviendrait de soigner dignement et profondément, les exactions commises lors de la période coloniale ne trouveront d’exutoire que dans une repentance sincère et officielle pour réconcilier les deux peuples

Le pardon peut-il guérir

Emmanuel Macron est le premier chef d’État français à être né après la fin de la guerre d’Algérie (1954-1962) mais il s’est aventuré sur un terrain sensible plaine de sable mouvant où les six derniers présidents français avaient hésité à mettre les pieds. Le passé colonial de la France en Algérie est un traumatisme qui continue de façonner la France moderne. Les millions de résidents français qui, à des degrés divers, ont des liens avec l’Algérie, ont des vues divergentes de l’histoire coloniale et de la guerre, rendant risquée toute clarification politique officielle. L’histoire de la colonisation et de la guerre ne se raconte pas de la même façon à Alger qu’à Paris, mais même à l’intérieur de la France, il n’existe pas de récit unifié sur la signification de la période. D’où la proposition phare du rapport Stora : la création d’une commission « Mémoire et Vérité » à laquelle il reviendra d’impulser des initiatives communes entre la France et l’Algérie sur les questions de mémoires.

Aphatie a commenté. Il souhaite des excuses de la France

Intervenant sur une chaîne française France 2 lors d’un débat sur la colonisation française, Jean-Michel Aphatie dé-

clare que, la France « doit des excuses à l’Algérie » dont la colonisation (1830-1962) « ne ressemble à aucune autre » colonisation de par sa violence. Qualifiant la colonisation Française « d’acte politique impensé », ajoutant, « Nous ne savons pas pourquoi la France a conquis Alger (le 5 juillet) 1830. C’est un acte politique impensé ».L’Algérie était un département Français, cette histoire est singulière, et il faut la regarder sous trois angles, la conquête, l’exploitation, et la guerre.

La Colonisation Algérienne ne rassemble à aucune autre colonisation

En effet, le journaliste politique français Jean-Michel Aphatie qu’à l’époque Charles-Philippe de France, connu sous le nom de Charles X, « était basculé par les Libéraux en France, lequel mène une opération militaire pour sa gloire personnelle ».Vingt-cinq jours plus tard, Charles X « perd le pouvoir le 30 juillet 1830 et Louis Philippe lui succède », précisant que c’est « à partir de là que va commencer la conquête de l’Algérie (qui) était tellement violente, qu’en 1845 il y a eu une campagne de presse européenne pour la dénoncerJean-Michel Apathie s’est encore une fois prononcé pour « déboulonner » le maréchal colonisateur Bugeaud, « figure de cette barbarie » et « assassin », en demandant que la Ville de Paris débaptise l’avenue qui porte son nom, qualifiant de « scandale » qu’une avenue soit baptisée du nom du maréchal Thomas Bugeaud qui « s’est comporté comme un boucher ».

16 01/02/21

Photo prise le 04 juin 1958, le général français Charles de Gaulle prononce un discours sur le balcon du bâtiment du gouvernement général sur la place du forum à Alger )Photo / AFP(


Photo prise le 14 décembre 1956, des suspects se tiennent contre le mur avant d’être interrogés à la suite d’une attaque dans un café maure du quartier de Belcourt à Alger. / AFP

Thomas Bugeaud était l’un des militaires chargé de la conquête de l’Algérie en 1844–1845. Nommé gouverneur général, il y a pratiqué « les enfumades » (mort par enfumage d’Algériens enfermés dans des grottes).Sur ses consignes, « plus de 1 000 hommes, femmes et enfants de la tribu des Ouled Riah qui s’étaient réfugiés avec leur bétail dans une grotte du Dahra, près de Mostaganem », en 1845, ont par exemple été asphyxiés. « Je regrette que des générations d’Algériens soient privées de leurs droits et spoliées de leurs terres ». JeanMichel Aphatie, s’est montré en colère et désolant, affirmant que des générations d’Algériens étaient privées de leurs droits et spoliées de leurs terres.Selon lui, la France est responsable de la non-scolarisation, de cinq générations en Algérie, « On a volé les terres aux Algériens, on a empêché la scolarisation de cinq générations d’Algériens, condamnés à l’ignorance et à l’analphabétisme ».

Trop-plein d’Histoire

C’est un exercice difficile que d’écrire sur la colonisation et la guerre d’Algérie, car longtemps après s’être figée dans les eaux glacées de l’oubli, la guerre d’Algérie est venue s’échouer, s’engluer dans le piège fermé des mémoires individuelles. Au risque ensuite d’une communautarisation des mémoires. Aujourd’hui, en France, plus de 7millions de résidents sont toujours concernés par l’Algérie, ou plutôt, pour être totalement exact, par la mémoire de l’Algérie. Hautement prob-

17

01/02/21

Il est souhaitable que cette période noire de l’histoire se ferme avec ses plaies, mais dignement pour les deux pays lématique, celle-ci fait l’objet d’une concurrence de plus en plus grande. Pour les grands groupes porteurs de cette mémoire, comme les soldats, les pieds-noirs, les harkis ou les immigrés algériens en France, l’enjeu quelquefois n’est pas de comprendre ce qui s’est passé, mais d’avoir eu raison dans le passé. La mémoire n’est pas seulement connaissance ou souvenir subjectif de ce qui a eu lieu, surgissement du passé dans le présent, elle se développe comme porteuse d’affirmation identitaire et de revendication de reconnaissance. Des deux côtés de la Méditerranée, la colonisation et la guerre ont laissé des traces. Pour témoigner de ce passé longtemps gardé sous silence, compétition victimaire et de la reconstruction de récits fantasmés, on verra que la liberté d’esprit et le travail historique sont des contre-feux nécessaires aux incendies de mémoires enflammées, surtout dans la jeunesse », souligne Benjamin Stora dans son rapport. Et d’emprunter la belle formule de son confrère Pierre Nora : « Si la mémoire divise, l’Histoire peut rassembler. »


I

nterview

Chalghoumi à «la Majalla» : «Je défends la liberté mais j‘ai perdu ma liberté»

Portrait d’un Imam pas comme les autres Par khaled Saad Zaghloul - Paris

naïveté, considère celui qui vit sous protection policière depuis longtemps, les pouvoirs en EuConnu sous la dénomination d’ « imam de Dran- rope ont laissé s’installer « ce cancer » à partir cy », une ville de la banlieue parisienne, Hassen des années 1980 via les émissaires du prédicaChalghoumi (âgé de 48 ans) est devenu une per- teur qatari Youssuf al-Qardaoui, souvent réfugiés sonnalité médiatique à la suite de ses prises de politiques. Les Frères musulmans ont alors, selon positions en faveur du rapprochement avec la lui, commencé à mettre en place leurs structures. communauté juive et Israël, ses prises de posi- Un pays comme le Qatar la Turquie ont finance tion contre l’intégrisme et ses combats contre ces structures à partir des années 1990, comme les frères musulmans, ainsi par ses combats pour en France qui accueille la plus grande population la République française. Originaire de Tunisie, musulmane du continent. Chalghoumi estime que après avoir fait ses études religieuses à Lahore et cette vision idéologique de la religion oppose les « bons musulmans » de l’islam politique, aux auà Damas, il devient imam en France à Drancy. tres musulmans qui sont nécessairement de mauDe cette ville, les premiers convois de déportés vais adeptes. Ainsi que l’Occident vu de manière juifs vers Auschwitz ont eu lieu en 1942. Dep- purement négative face au monde musulman. uis une vingtaine d’années, l’imam Chalghoumi L’islam politique recherche la confrontation, commémore la mémoire des déportés juifs dans même la guerre civilisationnelle, pense-t-il, entre sa ville, ce qui lui a valu de lourdes menaces de deux mondes et modes de pensées inconciliables. la part de musulmans pro-palestiniens. Il est alors Selon cette personnalité religieuse, les Frères mudevenu un symbole d’amitié entre musulmans, sulmans et les salafistes ont une veritable haine juifs, chrétiens et athées, favorisant le dialogue de l’Occident, donc de l’Europe dans laquelle interreligieux et la concorde entre les personnes. nombre d’entre eux vivent, et se représentent les Partisan d’un « islam des Lumières », il s’oppose à musulmans comme d’éternelles victimes. l’instrumentalisation de la religion par les Frères musulmans. Pour l’imam de Drancy et Prési- Fervent partisan d’un islam de tolérance, Chalgdent de la Conférence des imams de France, leur houmi met en avant l’importance de la ( mouwa« islam politique » est l’ennemi de l’islam. Par tana ), de se sentir citoyen du pays dans lequel

18

٠١/02/21


Hassen Chalghoumi

on vit. Il répète qu’il est nécessaire de respecter la culture, les valeurs et l’histoire de l’Europe. Dans cet esprit, il prône une entente entre tout le monde, avec les chrétiens et juifs, arguant des nombreuses occurrences dans le Coran mentionnant le respect des « gens du Livre ». Il deplore l’implantation de l’islam politique dans certaines mosquées, dans des prêches, sur internet. Près de 1.000 morts sur le sol européen sont le résultat des idées qu’il combat fermement. Des présidents Nicolas Sarkozy à Emmanuel Macron, en passant par des dirigeants européens, l’imam de Drancy ne cesse de les appeler à lutter efficacement contre cette idéologie importée sur ce continent. Favorable au développement d’un islam apaisé, sans ressentiment, il en joint les Gouvernements à former des imams européens, afin d’endiguer les composantes de la religion qui prônent la haine et qui ont un échoauprès de la jeunesse musulmane.

Le cible des milliers de menaces

L’imam Hassen Chalghoumi connu comme un pourfendeur de l’intégrisme islamiste, fait depuis que Daesh existe, l’objet de «menaces exacerbées», notamment après la mort de Samuel Paty, selon son avocat Me David-Olivier Kaminski, qui a aussi adressé trois plaintes au parquet de

19 ٠١/02/21

Chalghoumi est alors devenu un symbole d’amitié entre musulmans, juifs, chrétiens et athées Paris, également, concernant les menaces «par milliers» et la «fatwa» dont Hassen Chalghoumi, fait l’objet..donc il y a eu trois enquêtes notamment ouvertes pour «menaces de mort», à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes, le 8 novembre dernier. «L’une porte sur des faits d’apologie du terrorisme et de menace de mort, une autre sur des faits de provocation à la commission d’atteinte à l’intégrité physique ou à la vie et la dernière sur des faits de menaces de mort», a précisé le parquet. Certains lui valent critiques et menaces, largement relayées sur internet. «Il ne s’exprime pas au nom des musulmans mais est une des voix, et défend les valeurs de la République», a souligné son avocat. Chalghoumi qui est connu des grands chef d’état et de gouvernement du monde entire parfois il a des liens d’amitié solides avec certains souverains arabes et français, a notamment été la cible du collectif pro-palestinien Cheikh Yassine,


dont le fondateur Abdel hakim Sefrioui, un militant islamiste radical, a été mis en examen dans l’enquête sur l’assassinat de Samuel Paty. Le collectifavaitdéclenchéen 2010 une cabale contre cet imam, en manifestant pendant des mois devant la mosquée de Drancy. Deux membres de l’organisation avaient même été condamnés à deux mois de prison avec sursis pour avoir tenté de s’introduire au domicile de l’imam. Régulièrement menacé par les extremists politiques et religieux, l’imam nous explique: «Je vis avec ça, le matin quand je me réveille. Je me dis: «Tu risques ta vie ».C’est le prix que je paye. Je défends la liberté, mais j’ai perdu ma liberté. » L’imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, an-

Chalghoumi est devenu une personnalité médiatique à la suite de ses prises de positions en faveur du rapprochement avec la communauté juive et Israël

nonce être prêt à prendre la tête du Conseil national des imams. Conseil national des imams: « Je suis prêt à servir », confie l’imam de Drancy Emmanuel Macron a demandé au Conseil français du culte musulman (CFCM) une charte des principes de l’islam de France. Si cinq fédérations au sein du CFCM ont accepté de la signer, trois manifestent désormais leur refus et se désolidarisent. L’imam de Drancy en Seine-Saint-Denis, revient sur cette division. «L’initiative est courageuse de la part d’Emmanuel Macron, au sein de la division du CFCM se cache l’ingérence étrangère et l’islamisme. C’est une charteré publicaine qui prouve que l’islam est une religion de paix et d’amour, en respect des lois de la République». L’imam de Drancy, qui publie un livre Les Combats d’un Imam de la République, estime qu’il «ne faut pas se limiter aux fédérations», influencées «par leur mouvance ou pays d’origine» et que cette charte sera signee par la majorité des 2.000 imams de France si la question leur est posée. «Je trouve qu’il faut voir le statut d’imam, qu’ils aient leur indépendance. Ils ont une vision éclairée, en rapport avec l’idéologie française ». La loi sur le séparatisme est là pour protéger les

20

٠١/02/21


musulmans ? Hassen Chalghoumi soutient d’ailleurs cette loi confortant les principles républicains. «La loi separatism est là pour protéger les musulmans, la masse, je la soutiens totalement. On a des valeurs qui protègent les croyants et les noncroyants, la loi sur le séparatisme inquiète les islamistes, cette minorité qui fait du tort .» Quant à la jeune Mila, harcelée pour avoir tenu des propos envers les musulmans. «Je soutiens Mila », declare l’imam de Drancy. Je suis en désaccord avec elle, mais je respecte ses paroles. Une minorité répond par la haine, la violence, les menaces, c’est ce qu’on veut combattre. Je la soutiens, je dénonce et condamne la violence et le harcèlement qu’elle subit .» Critiqué par plusieurs figures de l’islamen France, car il n’est pas comme les autres, Hassen Chalghoumi explique être «une voix parmi d’autres ». «Je n’ai jamais parlé au nom des musulmans, je parle en tant qu’imam, que président de la conférence des imams de France. Je défends la liberté, mais j’ai perdu ma liberté ».

l’imam Chalghoumi commémore la mémoire des déportés juifs dans saville, ce qui lui a valu de lourdes menaces de la part de musulmans pro-palestiniens à y prendre part. »Je suis prêt à servir les imams, explique-t-il. Tant qu’il y a l’intérêt général et un islam de lumière ».

«L’imam Google est hélas plus puissant que l’imam Chalghoumi, déplore-t-il enfin, critiquant l’inaction des GAFA face à certains comportements en ligne. Au lieu de nous rapprocher, c’est la division, la haine, le racisme qui monte. Comme ils ont eu le courage de supprimer les comptes d’un ancient président, j’espère qu’il aura le courage de supprimer les sites islamistes.» Chalgoumi espère de vivre comme tout le monde en paix et sérénité sans qu’il soit obligé de se Quant au conseil national des imams, dont la déplacer avec une protection policière, mais pour création a également été demandée par Emma- cela, les esprits intégristes doivent disparaitre du nuel Macron, Hassen Chalghoumi se déclare prêt sol français… Le chemin est encore très long.

21 ٠١/02/21


P

olitique

10 ans après la révolution

tunisienne : Jasmin ou Cactus ? Par Emna Darwazi Dix ans après la révolution tunisienne, qu’est-ce qui a changé ? L’argent volé aux Tunisiens est encore en Suisse… Des organisations de la société civile ont révélé que la valeur des avoirs gelés de la famille de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali, en Suisse, est estimé à 320 MD. Le 19 janvier 2011, la Suisse avait ordonné le gel à titre préventif des avoirs de Ben Ali et de sa famille, un gel dont le délai légal peut aller jusqu’à dix ans. Ces organisations appellent le président de la République, Kais Saied, à demander une prorogation de l’application des mesures de gel, dans le cadre de la coopération judiciaire entre la Tunisie et la Suisse. Selon ces organisations, la Tunisie risque de perdre ces biens détournés par le clan de l’ancien président Ben Ali, en raison de l’expiration du gel de ces biens, mardi 19 janvier 2021. Elles déplorent le fait que les gouvernements qui se sont succédé n’aient pas traité convenablement le dossier de la restitution des avoirs spoliés, ‘’un dossier prioritaire’’ pour tous les Tunisiens. ‘’Pendant ces dix longues années, les gouvernements qui se sont succédé n’ont eu que négligence, conflit d’intérêt et mépris envers leurs propres citoyens (…) Ce dossier aurait dû être considéré comme primordial, essentiel et urgent’’, indique un communiqué commun de plusieurs ONG tunisiennes. En effet, parachever le processus de restitution des biens de l’Etat tunisien est ‘’un devoir moral’’ envers les Tunisiens, lit-on dans le communiqué signé par dix associations, dont Avocats sans frontières, le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), Al-Bawsala, le ‘’Réseau tunisien de la justice transitionnelle’’ (RTJT).

Où en est la liberté d’expression en Tunisie ? Des centaines de jeunes et d’activistes de la société civile se sont rassemblés, mardi 26 janvier, à l’Avenue Habib Bourguiba, au Bardo, devant le Parlement, réclamant ‘’Travail, Développement, Liberté et Dignité’’. Ils revendiquent le droit à la liberté d’expression. Ces manifestations coïncident avec la tenue de la plénière du vote de confiance aux nouveaux ministres proposés par Mechichi dans le cadre d’un remaniement. Les protestataires ont tenté de parvenir au siège du Parlement, mais ont été empêchés par les forces de sécurité, massivement déployées aux alentours du Palais du Bardo. L’accès aux différentes avenues et rues menant au Bardo a été bloqué par les forces de l’ordre. Des dizaines de citoyens et de véhicules n’ont pas pu rallier les lieux du rassemblement des manifestants. Dans une déclaration accordée à ‘’La Majalla’’, l’analyste politique tunisien, Moncef Aouissaoui, est revenu sur la situation de la liberté d’expression en Tunisie. ‘’Il est évident aujourd’hui que le statut de la liberté d’expression en Tunisie est le seul et le plus important acquis de la révolution, encore préservé, malgré les tentatives de certains partis et gouvernements successifs d’assujettir les médias et de les restreindre sous diverses formes’’, at-il affirmé, ajoutant : ‘’Malgré les tentatives de certaines parties, au pouvoir et en dehors du pouvoir, qui visent à restreindre la liberté d’expression, ils n’ont pas réussi à bâillonner ou à réduire les voix libres des Tunisiens et des Tunisiennes, grâce l’attachement indéfectible des journalistes, des blogueurs, des activistes et militants de la société civile à ce droit garanti par la Constitution de la Deuxième République. Ceci se reflète dans le nombre de dossiers de corruption, de dépassements et abus et que les médias et les militants de la société civile ont découverts et dénoncés afin de faire face à la corruption, lutter contre ce phé-

22

01/02/21


Des centaines de mani� festants crient des slogans contre la violence et contre Ennahdha, devant le palais de Bardo, le 18 décembre 2021

nomène, défendre la transition démocratique et pacifique et contribuer à son renforcement et à son soutien au profit d’un État civil et démocratique pour tous les Tunisiens.’’ Les manifestations secouent le pays : troubles nocturnes et actes de vandalisme… Dix ans après la révolution tunisienne, les manifestations continuent de secouer le pays et les secteurs-clés se sont détériorés. Est-ce à cause de l’instabilité politique dans le pays qui s’est reflétée dans les gouvernements qui se sont succédé durant cette décennie ? Voici ce qu’en pense Moncef Aouissaoui qui souligne que le dernier avertissement lancé par le Fonds monétaire international à la Tunisie concernant la possibilité de dépasser le déficit budgétaire à 9% du PIB et les anticipations de sa hausse à plus de 11%, traduisent l’ampleur de la crise économique dans notre pays. ‘’Ce déficit économique, à son tour, a eu des répercussions majeures sur les conditions sociales dans diverses régions du pays et a touché toutes les catégories et régions. Les conséquences sont désastreuses et se sont reflétées dans les récentes manifestations qui ont coïncidé avec la célébration du dixième anniversaire de la révolution. Des manifestations, des troubles nocturnes, des actes de vandalisme, et des attaques contre des propriétés publiques et privées dans un certain nombre de gouvernorats du pays ont eu lieu récemment. Un mouvement populaire a rassemblé des

23

01/02/21

Dix ans après la révolution tunisienne, les manifestations continuent de secouer le pays et les secteurs-clés se sont détériorés. manifestants qui ont soulevé des slogans de développement, d’emploi et de dignité nationale, reflétant la véritable image des conditions du peuple tunisien des années après la révolution et l’ampleur de la colère et de la souffrance que vivent les Tunisiens qui revendiquent leur droit au travail et à une vie décente et ce, depuis le déclenchement de la Révolution de la liberté et de la dignité (10 décembre 2010-14 janvier 2011).’’ Aouissaoui estime que tous les domaines et secteurs ou presque ont été touchés, comme le commerce, qu’il soit local ou destiné à l’exportation, le secteur du textile, de l’habillement et de l’agriculture, et le secteur du tourisme, en particulier, qui a été fortement endommagé après la révolution en raison des opérations terroristes après la révolution qui ciblaient divers endroits du pays, comme le musée national du Bardo à Tunis et la zone touristique de Sousse.


P

olitique

Il explique que plusieurs facteurs ont contribué à atteindre ces résultats décevants, notamment l’échec de la plupart des gouvernements à prendre des décisions qui amélioreraient les conditions économiques et sociales, l’absence de programmes économiques globaux, ainsi que l’instabilité politique qui a caractérisé cette décennie et contribué à alimenter les conflits entre les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. ‘’Ces faits et données de terrain mettent en évidence et sans aucun doute l’échec de tous les gouvernements successifs après la révolution à adopter une approche développementale et des mesures bien adaptées et réalistes qui améliorent la situation économique et sociale et les conditions de vie d’un peuple qui a tant souffert avant la révolution et qui, malheureusement, continue de souffrir. La plupart des revendications des Tunisiens tournent autour du développement et de l’emploi, surtout dans les régions intérieures du pays, ainsi que l’amélioration de leurs conditions de vie, qui ont été encore plus affectées après la révolution en raison de la

Pendant ces dix longues années, les gouvernements qui se sont succédé n’ont eu que négligence, conflit d’intérêt et mépris envers leurs propres citoyens.

flambée des prix et de l’absence de réformes profondes’’, ajoute l’analyste. Entre Kais Saied et Hichem Mechichi, le divorce est consommé! Les tensions semblent s’intensifier entre Saied et Mechichi ! Un froid s’est installé entre les deux depuis quelques temps. La communication est quasi-absente entre les deux parties. Et nous avons pu le remarquer clairement ces derniers jours avec le remaniement ministériel que le chef du gouvernement avait effectué, le 16 janvier 2021, et qui a laissé les différends et les divergences remonter à la surface. Voici la liste des nouveaux ministres désignés par le chef du gouvernement : *Youssef ZOUAGHI : Ministre de la Justice *Walid DHAHBI : Ministre de l’Intérieur *Abdellatif MISSAOUI : Ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires Foncières *Ridha BEN MOSBAH : Ministre de l’Industrie et des PME *Soane BEN TOUNES : Ministre de l’Energie et des Mines *Youssef FENNIRA : Ministre de la Formation professionnelle, de l’Emploi et de l’Economie sociale et solidaire *Zakaria BELKHOJA : Ministre de la Jeunesse et des Sports *Oussama KHERIJI : Ministre de l’Agriculture, de la Pêche et des ressources hydrauliques *Youssef BEN BRAHIM : Ministre de la Culture Ce remaniement ayant concerné 11 postes, a suscité la colère du président de la République, Kais Saied, qui a

24

01/02/21

Des centaines de jeunes et d’activistes se sont rassemblés près du Parlement, au Bardo, le 26 janvier 2021


Le président de la république, Kais Saied, avec le chef du gouvernement, Hichem Mechichi

estimé qu’il n’a pas respecté les dispositions de la Constitution, l’article 92 en l’occurrence qui stipule que l’amendement de la structure gouvernementale intervient après délibération du Conseil des Ministres. ‘’Votre remaniement n’a pas respecté les dispositions constitutionnelles de délibérations en conseil des ministres et autres procédures, des ministres proposés sont sous poursuites judiciaires et ne seront pas admis à prêter serment, si investis, la représentation de la femme est minorée…’’, a lancé Saied, lors de la réunion du Conseil de sécurité, tenue, lundi 25 janvier 2021, au Palais de Carthage. Le président a, également, dénoncé l’absence de femmes dans la nouvelle équipé proposée. ‘’Récemment la tension entre le chef du gouvernement et le président de la République est montée d’un cran. Cette crise résulte de la déception de Saied à l’égard de Mechichi en raison de son parti pris en faveur des partis de la coalition au pouvoir dans le but de rester à la tête du gouvernement et garantir sa ceinture politique. Mechichi avait proposé onze ministres appartenant aux partis de la coalition au pouvoir, Qalb Tounes et Ennahdha, notamment, sachant que Saied est en conflit politique avec ces deux partis suite à leur implication présumée dans des dossiers de corruption liés aux élections présidentielle et législatives de 2019’’, affirme l’analyste politique, Moncef Aouissaoui, qui explique que la tension entre les deux palais trouve, également, son origine dans le conflit de pouvoir, l’incohérence des positions et la décision de Mechichi de renverser le ‘’gouvernement du président’’ en opérant un remaniement et éliminant les ministres qui soutiennent le

25

01/02/21

Les tensions semblent s’intensifier entre Saied et Mechichi ! Un froid s’est installé entre les deux depuis quelques temps. président de la République, Kais Saied, dont le ministre de l’Intérieur, sous prétexte de leurs mauvaises performances. ‘’À première vue, la bataille entre Saied et les partis de la coalition au pouvoir est liée à la corruption, mais en profondeur, elle est liée à la tentative de résilier la légitimité électorale, car Ennahdha et son allié, Qalb Tounes, veulent que la composition du gouvernement reflète les résultats des élections législatives de 2019 et se compose de ministres appartenant aux partis à la tête du Parlement, tandis que Saied estime que le rejet du gouvernement proposé par Habib Jemli a retiré le tapis sous les pieds du mouvement Ennahdha, déjà en tête des dernières élections législatives’’, précise-t-il, avant de conclure que Kais Saied estime que les personnalités à qui il confie la formation du gouvernement doivent faire correspondre leurs choix aux siens, et pour cette raison, les partis de la coalition au pouvoir ont obligé Mechichi à changer l’identité du gouvernement d’un gouvernement ‘’technocratique’’ à un gouvernement partisan.


P

olitique

Frédéric Lumbu Panda, expert africain, à «Majalla» :

La situation actuelle de l’Etat post - colonial est une véritable tragédie Par : Nasreddine Ben Hadid

bre Echange Continentale Africaine (ZLECAF).

Il est vrai que l’Afrique n’est pas une, au niveau des ressources, des capacités, et même de la qualité de la vie, mais persiste toujours en prononçant ce mot une image plus grise (foncée par moments) que blanche. Pour comprendre et faire la lumière sur cette situation anachronique, «Majalla» a rencontré Frédéric Lumbu Panda.

L’Etat post-colonial africain a pris sa légitimité, dans sa promesse de prospérité, partage des richesses, et respect des droits de l’individu. Comment évaluez-vous la situation ?

Notre invité est licencié en sciences et gestion et il a un Master en gestion de la politique économique/de l’université de Kinshasa. Acteur de la société civile, évoluant dans le secteur d’encadrement des petits commerçants dans les zones frontalières, plus dans le cadre du projet de facilitation du commerce dans la région des grands lacs. Il est aussi expert dans le groupe de travail du Cabinet du Ministre du Commerce Extérieur pour la mise sur pied ou la création et Intégration de la RD Congo dans la Zone de Li-

L’évaluation de la situation post coloniale doit se faire autour des aspects suivants : politique, socio-économique, sécuritaire, sanitaire et environnemental. En effet, la démocratie tant recherchée par les pères fondateurs africains est loin d’être réalisée. En termes clairs, la situation actuelle de l’Etat post colonial africain, montre l’échec de la tentative de construction de cette entité. Une véritable tragédie, qui en menace l’existence. Une mauvaise gestion des capacités de survie, (force productrice), des capacités de cohésion (force culturelle), etdes capacités d’action (force de défense) dont il a la charge de conduire la destinée.

26

01/02/21


Que le modèle soit libéral ou socialiste, les Etats africains n’ont pas pu engendrer le développement. Sommes-nous devant une mauvaise application du choix (libéral ou socialiste), ou devant un mauvais choix, tout court ? Le modèle libéral ou socialiste n’a pu pas engendrer le développement des pays africains, suite à l’absence des études approfondies pour voir lequel des modèles, conviendrait pour tel ou tel pays compte, tenu de ses réalités ou des richesses dont dispose le pays en question. Loin de toutes ces réalités, les pays africains pour la plupart ont sombré dans le désespoir et une profonde misère. En d’autres termes, les africains ont fait du copier-coller, ainsi ces deux modèles ont été essoufflés et n’ayant pas su relever les différents défis des pays africains. En outre, l’application du modèle libéral ou socialiste en Afrique a été la duplication parfaite de ce qui se fait enl’occident, et cela sans tenir compte des réalités socio-économique et politique africaines. Les pays africains, doivent comprendre et maitriser les tenants et les aboutissants du fonctionnement de ces modèles (libéral et socialiste) pour les adapter aux réalités propres qui sont africaines. Je considère personnellement que le

27

01/02/21

problème se situe au niveau des mauvais choix et de compréhension de fonctionnement de ce modèle. Les investissements, et les échanges commerciaux des pays africains, se font pour plus de 75% avec des partenaires non-africains. Comment expliquez-vous ce phénomène ? Surtout en remédier ? Les statistiques montrent que les investissements et échanges commerciaux des pays africains se font avec les partenaires autresqu’africains. Ceci se justifie par le fait que, les pays africains d’une manièregénérale sont producteurs presque des mêmes produits, et sans transformation aucune. La plupart de ces richesses ne sont même pas consommées sur place. A titre illustratif, les pays africains sont producteurs des produits miniers,a gricoles,forestiers,pêches … Pour y remédier, il s’avère primordial que les africains puissent maitriser la science, la haute technologie qui leur permettraient d’implanter et installer des industries de transformations mêmes légères soient-elles, pour donner une plus-value à nos produits afin de renverser la tendance en prenant un nouvel élan. Il serait aussi important de diversifier nos économies au lieu de se focal-


P

olitique

iser sur les matières premières qui pour la plupart sont à la base du malheur des états africains et qui crée l’insécurité, les rebellions, des groupes armés qui occasionnent les pillages des ressources naturelles, les guerres, massacres, tueries et déplacements forcé des populations.

ment africain.

Le monde entier est entré en état d’alerte à cause du Coronavirus, sans trop accorder l’importance qu’il faut, à Ebola ou au paludisme, entre autres. Comment expliquez-vous la chose ? L’Afrique porte l’image des «aides, malgré une Aujourd’hui, le monde entier est en état d’alerte richesse plus que conséquente. Comment con- suite à la pandémiedu Coronavirus sans trop accorder l’importance qu’il existe d’autres maladies vertir les richesses en développement ? L’Afrique jusqu’à preuve du contraire, porte la aussi mortelles, telles que : Ebola, paludisme… casquette d’un éternel assisté, malgré l’immensité LA COVID-19, étant une nouvelle maladie, la de ses ressources naturelles, comme nous l’avons logique voudrait qu’on accordeplus d’attention à dit ou expliqué à la 3èmequestion, l’Afrique ne cette dernière, qui demeure encore un mystère, dispose pas encore des industries capables de car les scientifiques ont du mal à s’entendre sur prendre en charge nos produits en vue d’une le protocole du traitement à administrer aux patransformation quelconque, pour leur donner une tients. Aussi, mêmesles différents vaccins propocertaine valeurajoutée. La présence de ces usines sés ont du mal à faire l’unanimité. ou industries impliquerait la création d’emploi (la demande de la main d’œuvre), la recherche Toutes les firmes ou les grandes multinationales, technologique, la création des richesses. Tous surtout dans les secteurs pharmaceutiques ont ces éléments mis ensemble pourraient booster le mobilisé suffisamment de fonds en vue de réaldéveloppement. iser du profit, par la production de vaccins, pouvant lutter contre ce virus et surtout la production Pour convertir les richesses en développe- à grande échelle des différents types de vaccins. ment, les dirigeants africains doivent penser à En dernier ressort, il revient aux dirigeants afleur propre modèle économique et politique ou ricains d’opérer le choix rationnel et judicieux bien tirer les aspects positifs du socialisme et pour éviter tout effet surprise, par la résurgence du libéralisme pour en faire un modèle propre- d’Ebola et paludisme.

28

01/02/21


R

apport

L’Afrique et le vaccin du Coronavirus

Toutes les nuances du gris… Par: Nasreddine Ben Hadid Nkengasong : «Nous ne pouvons pas attendre. Il ne s’agit pas d’une vaccination contre la polio ou la rougeole». Moeti: «Découvrir de nouvelles variantes n’est pas surprenant mais certains de ces changements peuvent être préoccupants» Ihekweazu: «Une autre variante a été découverte au Nigeria, mais des recherches sont toujours en cours pour déterminer si “elle peut être associée à de quelconques changements sur sa mortalité» Ngong : « les pays africains doivent se préparer dès maintenant pour le premier jour de disponibilité du vaccin». Kimathi : l’Afrique doit poursuivre ses efforts concertés pour répondre conjointement à la pandémie - y compris le développement, la production et la distribution duvaccin». A l’école primaire, on a eu droit à des cartes terrestres, colorées par pays. Avec le temps, ces cartes ont pris les couleurs de la démographie, de la production agricole, industrielle, ou tout autre indicateur, essentiellement les indices économiques. Actuellement, la carte la plus importante à constater, est celle de la propagation du Coronavirus, aussi bien le nombre des malades, des hospitalisés, que des morts. Une autre carte, non moins importante, est celle de la vaccination des populations, à l’échelle mondiale. Elle prendra deux couleurs et leurs nuances. Le noir

concernerait les pays qui n’ont pas entamé la vaccination, tandis que le blanc concernerait les pays, qui éventuellement arriveraient à couvrir toute la population, ou du moins la plus large proportion possible. A différentes vitesses… A l’heure actuelle, et encore pour plusieurs mois, la carte serait prédominée par la couleur noire, avec quelques «ilots» de gris. Certes, le noir est encore omniprésent, mais le gris commence à élargir son domaine. Certainement, après quelques mois, la couleur grise prendra le pas, avec quelques virages vers un blanc pas très éclatant. En superposant la carte de la vaccination sur celle du développement des pays, on remarquerait une analogie surprenante. Les pays riches et développés, ont commencé à accomplir des pas de géants, et commencent à virer à un gris qui s’éclaircisse d’un jour à l’autre, tandis que des masses noires restent inchangées, ou presque, dans les pays pauvres.

La part de l’Afrique Nul besoin de lire dans une boule de cristal, pour être certain que le continent africain serait presque tout en noir, sur la carte de la vaccination. Encore pire, rares ou même très rares les pays, qui ont pris contact avec l’un des laboratoires pharmaceutiques produisant une des variétés du vaccin. Il va de soi que rares sont les pays africains qui disposeraient des moyens financiers pour acquérir les

30

01/02/21


John Nkengasong, di� recteur de l’Africa CDC

vaccins, et encore des moyens logistiques pour entreposer les vaccins. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), a demandé à ce que «la communauté internationale» prenne en charge la vaccination des populations des pays pauvres. Certes, des vœux louables, mais aussi, faut-il ne pas oublier que la vaccination est une affaire de «gros sous» et même de milliards de dollars. Un pactole que les firmes pharmaceutiques ne veulent et ne peuvent laisser filer. Sur le plan des déclarations, le Centre de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC), ainsi que l’agence spécialisée de l’Union africaine (UA), ont exhorté les gouvernements africains à«prendre en urgence des mesures pour être prêts à fournir aux populations les vaccins contre le Coronavirus» L’UA a annoncé avoir obtenu 270 millions de vaccins anti-Covid pour le continent, dont la plupart des pays n’ont pas les moyens de financer l’immunisation de leur population.

Où en est l’Afrique dans la course aux vaccins?

pas d’une vaccination contre la polio ou la rougeole. Nous devons le faire rapidement. Nos économies souffrent, nos populations meurent», avant d’ajouter : «Il n’y a absolument aucune raison pour que des préparatifs accélérés n’aient pas lieu». Selon lui : «les Etats devaient agir rapidement pour organiser les sites de stockage dans les grandes villes, former les personnels de santé, sécuriser l’approvisionnement de matériel comme les aiguilles, et créer des systèmes efficaces de suivi des vaccinations effectuées», avant de préciser que «les gouvernements seraient dans les prochains jours en mesure de commencer à passer commande via une plateforme de l’UA. Selon cette dernière, au moins 50 millions de doses seront disponibles entre avril et juin». Vaccins à temps L’Africa CDC a fixé un objectif de 60% d’Africains vaccinés contre la Covid-19 en 2021 et 2022. Ceux Quant à John Nkengasong, directeur de l’Africa CDC, de l’UA - fournis par Pfizer-BioNTech, AstraZeneca il a déclaré : «Nous ne pouvons pas attendre. Il ne s’agit et Johnson & Johnson - viendront en complément de

31

01/02/21


MatshidisoMoeti, directrice pour l’Afrique de l’Organisation mondiale de la Santé

ChikweIhekweazu, directeur du Centre national pour les maladies infectieuses

transmissible et a été retrouvée pour l’instant dans trois autres pays du continent, le Botswana, la Gambie et la Zambie. Douze laboratoires africains travaillent ensemble et ont actuellement séquencé 5.000 échantillons du viDes variantes nouvelles rus, une opération essentielle pour détecter de potenDr Matshidiso Moeti, directrice pour l’Afrique de tielles nouvelles souches, leur dangerosité, leur niveau l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), s’est dite de propagation et de pénétration. Selon la professeure «préoccupée» par la découverte de plusieurs variantes Francisca Mutapi : «Nous avons besoin de davantage du virus sur le continent. «Découvrir de nouvelles de séquençage, nous devons connaître notre épidémie variantes n’est pas surprenant», a-t-elle rappelé, «mais pour pouvoir la combattre». certains de ces changements peuvent être préoc- «Une autre variante a été découverte au Nigeria, mais cupants». Et finir par conclure : «Mais sincèrement, des recherches sont toujours en cours pour déterminer nous pensons qu’il y a de fortes chances qu’elle soit si “elle peut être associée à de quelconques changements sur la circulation de l’épidémie ou sur sa morprésente dans d’autres pays aussi». Des études récentes ont révélé que la variante du vi- talité», a précisé le Dr Chikwe Ihekweazu, directeur rus présente en Afrique du Sud, la 501Y.V2, est plus du Centre national pour les maladies infectieuses. ceux sécurisés via Covax, une initiative de l’OMS et de partenaires privés, qui vise un accès équitable aux vaccins.

L’Afrique a enregistré 3,1 millions de cas de Covid%3,5( 19du total mondial) et environ 75.000 morts (%2,4 du total).

Que faire L’Afrique a enregistré 3,1 millions de cas de Covid-19 (3,5% du total mondial) et environ 75.000 morts (2,4% du total), mais le nombre de tests reste très insuffisant. Les contaminations ont augmenté en moyenne de 18% par semaine, avec une progression particulièrement significative dans l’Ouest et le Sud du continent.

32

01/02/21


Lolem B. Ngong, professionnel de la santé publique mondiale

Dr George Kimathi spécialiste du développement de la santé

Selon Lolem B. Ngong professionnel de la santé publique mondiale : «Non seulement les Africains doivent participer aux essais de vaccins, mais les pays africains doivent se préparer dès maintenant pour le premier jour de disponibilité du vaccin. La préparation consiste à s’assurer que les vaccins quittent le site du fabricant, arrivent dans un aéroport de Lagos, d’Addis-Abeba ou de Ndjamena, etc., et sont finalement acheminés vers un centre de santé à Maridi, Kumbo et Khayelitsha. La préparation du vaccin COVID-19 exige des pays qu’ils le fassent : 1. Déterminer les critères d’éligibilité - qui sera prioritaire et pourquoi ; en se rappelant que la plupart des calendriers de vaccination ciblent actuellement les enfants ; 2. Elaborer une stratégie solide de distribution du vaccin ; 3. Identifier où le vaccin sera administré et par qui (médecins, infirmières, etc.) ; 4. Elaborer un plan solide d’achat, de chaîne d’approvisionnement et de distribution ; 5. Disposer d’un plan de durabilité pour garantir la disponibilité et l’accès continus au vaccin COVID-19». . Le Dr George Kimathi spécialiste du développement de la santé, considère que «le nationalisme en matière de vaccins est en hausse. Les pays impliqués dans le développement des vaccins donnent la

33

01/02/21

Très rares les pays, qui ont pris contact avec l’un des laboratoires pharmaceutiques produisant une des variétés du vaccin. priorité à leurs populations et vont probablement accumuler les vaccins. Malheureusement, en ce qui concerne les maladies infectieuses, personne n’est à l’abri tant que nous ne sommes pas tous à l’abri», avant d’ajouter que «dans le même temps, l’Afrique doit poursuivre ses efforts concertés pour répondre conjointement à la pandémie - y compris le développement, la production et la distribution d’un vaccin COVID-19. Dans le cadre du Consortium de l’Union africaine pour l’essai clinique du vaccin COVID-19 et de la plate-forme d’achat commun de médicaments, les États membres devraient négocier des accords d’accès favorable au vaccin. Soutenir l’assistance financière et technique à des pays tels que l’Afrique du Sud, le Kenya et le Sénégal, entre autres, pour la production locale de vaccins serait une grande victoire».


R

apport

Le ministre de la Santé Publique, Dr. Faouzi Mehdi

Coronavirus : En Tunisie, le vaccin se fait attendre…

Par Emna Darwazi

Plusieurs pays arabes ont reçu des doses de vaccin anti-Covid, à l’instar de l’Algérie et du Maroc, mais qu’en est-il de la Tunisie ? Les contaminations et les décès vont crescendo dans le pays méditerranéen. Un confinement général de quelques jours a été imposé sur l’ensemble du territoire du 14 au 17 janvier

Autorisation de commercialisation exceptionnelle et provisoire au Vaccin russe ‘’Spoutnik’’ sur le marché tunisien.

2021. Les mesures préventives ont été renforcées. Cependant, cela n’a pas été suffisant pour ralentir la vitesse de la propagation du virus. Des records de contaminations se sont multipliés. 81 décès supplémentaires et 1438 nouvelles contaminations suite à une infection par le Coronavirus ont été enregistrés le 29 janvier 2021. Le nombre total des décès liés au Coronavirus, depuis son apparition en Tunisie, s’élève ainsi à 6680, à la même date. Solidaire, l’Algérie partagera ses premiers vaccins avec la Tunisie … L’Algérie partagera ses doses de vaccin anti-Covid avec la Tunisie, a révélé le ministre tunisien des Affaires étrangères Othman Jerandi.

‘’L’Algérie va les partager avec la Tunisie’’,

34

01/02/21


Le roi Mohammed VI du Maroc vacciné contre le Coronavirus, à Fès, le 28 janvier 2021, Balkis Press/ABACA

a fait savoir Jerandi, à l’issue d’une rencontre avec le président tunisien, Kais Saied, le 13 janvier 2021. ‘’C’est un engagement fort de l’Algérie pour la fraternité entre nos deux pays’’, a-t-il indiqué, ajoutant que ‘’le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, avait lui-même suivi ce dossier’’. La campagne de vaccination contre le Coronavirus a démarré, jeudi 28 janvier 2021, au Maroc. Quant à l’Algérie, les premières doses du vaccin russe Spoutnik V sont arrivées, vendredi 29 janvier, par vol militaire. La première personne vaccinée, Docteur Selatnia Imen, a reçu, le vaccin, samedi 30 janvier. La Tunisie, qui a changé de ministre de la Santé deux fois depuis la propagation de l’épidémie dans le pays, a annoncé une campagne de vaccination prévue pour le deuxième trimestre 2021 et a multiplié par là même les contacts diplomatiques pour acquérir le vaccin anti-Covid. Autorisation de commercialisation exceptionnelle et provisoire au Vaccin russe ‘’Spoutnik’’ sur le marché tunisien

35

01/02/21

L’Algérie partagera ses doses de vaccin anti-Covid avec la Tunisie. Le ministère de la Santé a annoncé, dans un communiqué, que la commercialisation exceptionnelle du vaccin russe anti-Covid ‘’Spoutnik’’ sera autorisée provisoirement et ce, après avoir évalué le dossier présenté de la part du laboratoire par une équipe d’experts relevant du laboratoire national de contrôle des médicaments et du centre national de pharmacovigilance ainsi que des experts en virologie, en toxicologie, immunologie et des maladies transmissibles. Le ministre tunisien de la Santé a, également, souligné que la priorité de vaccination sera accordée aux personnes âgées (plus de 60 ans), les professionnels de la santé et les personnes atteintes de maladies chroniques. La vaccination sera gratuite, volontaire et facultative.


R

apport

Un voilier géant

à l’assaut de la pollution plastique océanique Paris par notre correspondant : Khaled ZaadZaghloul L’histoire d’amour d’Yvan Bourgnon avec la mer date de sa plus tendre enfance. « Dès l’âge de 8 ans, j’ai eu la chance de faire le tour du monde avec mes parents, pendant quatre ans». Aventurier et navigateur aux multiples records, il a vu les océans se dégrader sous ses yeux, souillés notamment par la pollution plastique. Lors de ses courses transatlantiques, Yvan Bourgnon est souvent entré en collision avec des containers en 2015 notamment, dans le golfe de Gascogne, lors de la Transat Jacques Vabre, l’obligeant à abandonner la course - ou d’autres OFNI (objets flottants non identifiés) qui lui ont fait prendre conscience de l’augmentation de la pollution plastique. Mais The SeaCleaners et le projet Manta sont vraiment nés du choc qu’il a ressenti lorsqu’il a réalisé l’ampleur de cette pollution dans certaines régions du monde où il naviguait. « Quand j’ai fait le tour du monde en catamaran de sport, en solitaire de 2013 à 2015, j’ai été sidéré de découvrir que les endroits vus enfant et dont je me souvenais comme étant sauvages, paradisiaques, étaient devenus de véritables décharges à ciel ouvert », nous confie le navigateur franco-suisse. Grand responsable de cette situation ? Le plastique,

une invention humaine qui ne date que des années 1950. « De retour en France, j’ai décidé d’agir et j’ai créé́ The Sea Cleaners en 2016 », nous déclare Yvan Bourgnon. « Projet-phare de The Sea Cleaners, le Manta est le fruit de trois années de recherche et développement. Ce navire unique au monde est un catamaran géant, le premier bateau-usine capable de collecter et valoriser en mer de grandes quantités de macro-déchets plastiques flottants. Sa conception biomimétique inspiré de la raie Manta (d’où son nom), son système de propulsion hybride novateur et son alimentation par des sources d’énergies renouvelables permettront au Manta de fonctionner la plupart du temps de manière autonome», nous explique le Président-Fondateur de The SeaCleaners. Grâce à une combinaison unique de moyens de collecte, le Manta, long de 56 m, avec une envergure de 46 m lorsque ses systèmes de collecte de surface seront déployés, et haut de 62 m, sera en mesure de ramasser aussi bien les macrodéchets flottants que les débris plus petits à partir de 1 cm, jusqu’à un mètre de profondeur. Le Manta sera le seul bateau de travail au monde capable de gérer à bord 100 % des déchets plastiques collectés en mer grâce à son usine embarquée. Ils y seront triés manuellement, traités et valorisés grâce à

36

01/02/21


Yvan Bourgnon Synthes3D for The Sea Cleaners

une unité de conversion énergétique par pyrolyse, capable de transformer l’intégralité du plastique collecté en énergie, avec une empreinte environnementale minime. Avec une capacité de collecte et de traitement des déchets de 1 à 3 tonnes par heure, l’objectif du Manta est de débarrasser les océans de 5 000 à 10 000 tonnes de déchets plastiques par an.

Bourgnon :« Dès l’âge de 8 ans, j’ai eu la chance de faire le tour du monde avec mes parents, pendant quatre ans»

La propulsion du navire sera quant à elle assurée par un système hybride sur mesure combinant 1 500 m2 de voiles installées sur des gréements automatisés et des moteurs à propulsion électrique. L’électricité sera produite par une série d’équipementsembarqués de production d’énergies renouvelables (deux éoliennes, des hydro-générateurs, près de 500 m2 de panneaux solaires photovoltaïques) et par une unité embarquée de valorisation énergétique des déchets. Ce système unique et novateur permettra au Manta de fonctionner 50 à 75 % du temps en moyenne de manière autonome, sans utiliser d’énergie fossile, avec une empreinte environnementale réduite au strict minimum.

ers. Chaque jour, plusieurs centaines de personnes seront accueillies à bord du navire pour des conférenceséducatives et des activitéspédagogiques sur la pollution plastique. 200 m2, dont une salle de conférence pouvant accueillir 80 personnes, seront dédiés à cette mission. « Chez The SeaCleaners, nous allons déjà sensibiliser les gens dans les écoles, les entreprises ou dans des festivals notamment, car chaque geste compte, et la réduction du plastique se fait à la source ! », explique Yvan Bourgnon.

Au-delà de sa vocation de « nettoyeur des mers », trois autres missions sont assignées à ce navire-usine, faisant du Manta une solution complète de lutte contre la pollution plastique, à la fois corrective et préventive. Après trois semaines de collecte en mer, les escales du Manta lui permettront d’assurer la mission de sensibilisation et d’éducation que s’est fixée The SeaClean-

La vocation du Manta est également d’être un bateau de démonstration technologique pour accompagner les acteurs locaux dans le développement et la structuration de filières locales de gestion et de valorisation des déchets. Dans une optique de transfert de compétences et de codéveloppement, des visites seront organisées à bord pour les décideurs politiques,

37

01/02/21


industriels et économiques des régionsconcernées, afin d’adapter aux contextes locaux les solutions présentes sur le Manta, notamment les Mobula (petits bateaux de collecte), l’usine de tri et de préparation des déchets, l’unité́ de valorisation énergétique des déchets ainsi que les technologies de navigation propre du Manta, pouvant servir au développement des “green ships” et “smart ships”. Bateau-ambassadeur, il s’agira pour The Sea Cleaners de montrer que les technologies de collecte et de valorisation des déchets plastiques marins sont efficaces et abordables. En favorisant un modèle de duplication, l’objectif de l’association est d’ouvrir la voie en étant un pionnier, en incitant d’autres acteurs à s’emparer du problème et à agir, que ce soit des col-

The SeaCleaners et le projet Manta sont nés du choc qu’il a ressenti lorsqu’il a réalisé l’ampleur de cette pollution

lectivités, des entreprises privées ou des Etats. Le Manta accueillera également des équipes scientifiques à son bord, pour des missions au long cours. 6 à 10 chercheurs internationaux seront accueillis en permanence. Ils auront à leur disposition des salles de travail, deux laboratoires et tous les équipements océanographiques nécessaires pour mener à bien des missions de géolocalisation, quantification et caractérisation des déchets. L’ensemble des résultats de ces missions sera publié et les données mises à disposition en open data afin d’améliorer la lutte contre la pollution plastique océanique et de faire avancer la recherche scientifique. Le Manta sera mis à l’eau en 2024 : « Nous avons l’intention d’organiser notre première mission en Méditerranée, au large de la Tunisie, de l’Egypte ou encore du Liban, mais également d’aller en Mer Rouge et dans le Golfe persique car nous savons que la problématique des déchets plastiques se pose en Arabie Saoudite ou à Bahreïn notamment. Nous mettrons ensuite le cap vers l’Asie du Sud-Est », nous confie le navigateur franco-suisse. En effet, aucune zone du monde n’est épargnée par ce fléau pointe encore Yvan Bourgnon : « Est-ce que

38

01/02/21

Crédit Yvan Bourgnon Synthes3D for The Sea Cleaners


Synthes3D for The Sea Cleaners

vous vous rendez compte que chaque minute, 17 tonnes de déchets plastiques sont déversées dans les océans ? Soit 9 à 12 millions de tonnes chaque année. Selon l’ONU, cela coûte 13 milliards de dollars par an à la société. Face à cette donnée, notre bateau ne coûte « que » 30 millions ! Avec 400 Manta, on pourrait d’ici 2030 débarrasser les océans d’une grande quantité de ses déchets». Mais attention, cela ne veut pas dire qu’il faut continuer de produire et de consommer toujours autant de plastiques, non ! « Car de toutes façons, si aucune mesure ambitieuse n’est prise, en 2050, il y aura plus de déchets plastiques que de poissons dans les océans », déplore-t-il. Le Manta interviendra principalement sur des secteurs stratégiques où la pollution plastique marine est particulièrement dense : zones côtières, rivières, embouchures des grands fleuves et estuaires. Navire hauturier, le Manta sera également capable d’intervenir rapidement dans les zones polluées à la suite d’une catastrophe naturelle ou climatique (cyclones, tsunamis...). « Les gens doivent garder en tête qu’il est urgent d’agir à la source car chaque année, 1,5 million

39

01/02/21

Il a vu les océans se dégrader sous ses yeux, souillés notamment par la pollution plastique d’animaux meurt à cause de la pollution plastique, mais aussi plus de 100 000 mammifères marins et 1 million d’oiseaux ! Alors oui à la prévention et à la sensibilisation mais oui aussi à l’action ! », ajoute avec fougue le skipper. Yvan Bourgnon précise enfin que l’association The Sea Cleaners n’est pas destinée à vendre des bateaux mais travaille pour le bien commun : « Un bateau comme celui-ci vaut 30 millions d’euros et nous avons déjà réuni un tiers de son financement. Nous sommes aujourd’hui à la recherche de nouveaux mécènes pour démarrer la construction en 2022. 50 entreprises françaises et étrangères nous accompagnent déjà, mais nous avons également de nombreux dons de particuliers. C’est formidable de voir ces entreprises et ces citoyens prendre conscience du problème et s’engager avec nous dans cette aventure. »


S

ociété

Les stéréotypes du vieillissement et leurs effets sur la santé des personnes âgées Par Emna Darwazi

silence dans l’absence d’informations ?

Les stéréotypes sont des mythes incontestés ou des croyances associées à une catégorie qui sont répandues et ancrées dans des contextes verbaux, écrits et visuels au sein de la société. Ils jouent un rôle important dans la façon dont nous pensons et interagissons avec les individus. Les termes ‘’personnes âgées’’, ‘’ vieilles personnes’’ ou ‘’séniors’’, sont utilisés de manière interchangeable en littérature, politique ou presse pour désigner les personnes qui sont âgées de 55 ans ou plus. En effet, le vieillissement est un processus individualisé et complexe; pourtant, il continue d›être stéréotypé, en particulier, dans les cultures occidentales.

Les stéréotypes du vieillissement sont des généralisations sur la façon dont les personnes âgées devraient se comporter et vivre. Ils sont dans la culture contemporaine, en particulier, en Amérique du Nord, majoritairement négatifs, et caractérisent la vie des personnes âgées de santé dégradée, de solitude, de dépendance et de mauvais fonctionnement physique et mental. Les opinions sur la vieillesse et le regard que les personnes âgées ont d›eux-mêmes sont complexes, multidimensionnels et dynamiques. En d›autres termes, les stéréotypes sur le vieillissement sont des constructions sociales qui sont nées dans un contexte socio-historique bien déterminé, et interprétées individuellement.

La discrimination sur la base de l’âge est peu dénoncée. Faut-il chercher les raisons de ce

Pour vivre et vieillir sainement, nous devrions éradiquer les préjugés âgistes.

La discrimination sur la base de l’âge semble être moins exercée dans le monde arabe, en comparaison avec les pays occidentaux. C’est ce que confirme la psychologue tunisienne Rania Bellaaj. ‘’Je pense que, contrairement à plusieurs pays de l’Ouest, le monde arabe donne une valeur augmentée aux personnes âgées. C’est principalement parce que les pays arabes

40

01/02/21


représentent généralement une société basée sur l’esprit de la communauté. Ça fait partie de leur valeur de prendre soin des personnes âgées. Néanmoins, on peut trouver une discrimination surtout en milieu de travail contre les personnes âgées, car leur performance est diminuée’’, explique la psychologue. personnes âgées de toutes les catégories d›âge. Les niveaux de respect les plus faibles ont été Discrimination et attitudes négatives à l›égard signalés dans les pays à revenu élevé. des personnes âgées… Une nouvelle analyse de l›OMS montre que ‘’Cette analyse confirme que l›âgisme est les attitudes négatives à l›égard des personnes extrêmement courant. Pourtant, la plupart des âgées sont répandues. Elles affectent leur santé gens ne sont absolument pas conscients des physique et mentale. stéréotypes subconscients qu›ils entretiennent sur les personnes âgées’’, a déclaré John Beard, Pas moins de %60 des personnes interrogées, Directeur du Département Vieillissement et dans le cadre de l’enquête ‘’World Values qualité de vie à l›OMS. ‘’Tout comme le sexisme Survey’’ menée par l›OMS, ont déclaré que les et le racisme, il est possible de changer les personnes âgées ne sont pas respectées. Plus de normes sociales. Il est temps d›arrêter de définir 000 83 personnes dans 57 pays ont participé à les gens en fonction de leur âge pour que nos l›enquête qui a évalué les attitudes à l›égard des sociétés soient plus prospères, plus équitables et

La discrimination sur la base de l’âge est peu dénoncée.

41

01/02/21


S

ociété

plus saines’’, a-t-il ajouté. Quelles sont les conséquences de ces pratiques discriminatoires ? Les attitudes négatives à l›égard du vieillissement et des personnes âgées ont des conséquences importantes sur la santé physique et mentale des personnes âgées. Les personnes âgées, qui se sentent un fardeau, considèrent leur vie comme moins précieuse, ce qui les expose à un risque de dépression et d›isolement social. Des recherches récemment publiées montrent que les personnes âgées qui ont des opinions négatives sur leur propre vieillissement, ne se remettent pas aussi bien de leur handicap et vivent en moyenne 7,5 ans de moins que les personnes ayant des attitudes positives. ‘’Les personnes âgées deviennent de plus en plus sensibles psychologiquement et leurs réactions émotionnelles face à ces discriminations peuvent avoir beaucoup d’impacts négatifs sur leur bienêtre. Les besoins psychologiques principaux de l’être humain sont: la compétence, l’autonomie et l’appartenance à un groupe. Par conséquent, la discrimination va engendrer des conséquences négatives comme la dépression, car ces personnes peuvent se sentir incapables et isolées de la société’’, explique Rania Bellaaj. Les stéréotypes affectent la santé mentale des

Les attitudes négatives à l›égard du vieillissement et des personnes âgées ont des conséquences importantes sur la santé physique et mentale des personnes âgées.

personnes âgées… ‘’Le développement de l›adulte et de la personne âgée montre le changement au niveau des performances cognitives. En effet, l›évolution cognitive générale, évaluée par le test de Wechsler, démontre que les performances non verbales diminuent avec l›âge, tandis que les performances verbales restent stables’’, indique Ines Ben Slima, psychologue de la famille. Si la diminution des capacités physiques et cognitives peut être expliquée en termes physiologiques, les facteurs psychosociaux et socioculturels jouent, également, un rôle clé dans ce processus. La recherche en gérontologie et en psychologie traditionnelles a démontré les effets des stéréotypes du vieillissement sur la santé des personnes âgées. Les chercheurs ont identifié de nombreuses théories sur l›impact des stéréotypes du vieillissement sur les personnes âgées. Dans ce cadre, des études expérimentales impliquant l›activation de stéréotypes ont montré que les stéréotypes négatifs implicites (subtils / subconscients) et explicites (conscients) peuvent avoir des effets néfastes sur les performances des personnes âgées dans les tâches physiques et mentales. Dr Brad Meisner, professeur à l›École de kinésiologie et des sciences de la santé de York, a mené une méta-analyse pour comparer la force des effets positifs et négatifs des stéréotypes d›âge sur les résultats comportementaux chez les personnes âgées. Il a découvert que, quel que soit le type de conscience principale, la discipline d›étude, la méthode ou le groupe de participants, l›amorçage négatif de l›âge a eu un effet plus fort (presque trois fois plus important) sur la performance des personnes plus âgées pendant les tâches physiques et mentales. La plupart des études sur la discrimination sur la base d’âge se concentrent sur les effets contraignants des stéréotypes négatifs sur la santé d›une personne âgée et sur les moyens de minimiser / contrer ces effets. Les résultats

42

01/02/21

Phil Decressac.


Le monde arabe donne une valeur augmentée aux personnes âgées. âgées américaines avaient les opinions les moins positives du processus de vieillissement par rapport aux personnes âgées chinoises. Existe-t-il des solutions pour contrer le phénomène de l’âgisme ? Voici ce que propose la psychologue tunisienne, Ines Ben Slima, comme solutions pour contrer le phénomène de l’âgisme, soulignant par là même qu’il faut travailler sur les approches neurologique, psychologique et sociale : 1. Travailler sur la maturité biologique et les processus de changement. 2. Travailler sur la notion de l›adaptation chez les personnes âgées par rapport au système social et à ses changements. 3. Travailler sur les aspects spécifiques ‘’les caractéristiques individuelles’’ et les facteurs culturels. 4. Travailler sur le développement de l›intelligence pour améliorer les capacités de nombreuses études expérimentales menées d›attention et de concentration. par Becca Levy, professeur de psychologie à Michael Schöll, professeur associé et membre l›Université de Yale, et ses coéquipiers pour de l›équipe basée à l›Université de Lund et tester la mémoire, les compétences d›écriture à l›Université de Göteborg, estime que pour à la main et la capacité de marche ont indiqué réduire l›impact de la menace stéréotypée, il faut que l›exposition subliminale à des stéréotypes accorder aux personnes âgées plus d’autonomie, d›âge négatifs tels que (le niveau d›éducation, surtout par rapport aux décisions personnelles l›utilisation antérieure de l›ordinateur ou le lieu qui concernent leur santé. de résidence) peut avoir un impact négatif ou entraîner un changement dans la performance Il convient d’ajouter, également, que la Journée dans ces domaines chez les personnes âgées et internationale des personnes âgées, célébrée le augmenter le stress cardiovasculaire chez eux. 1er octobre, met en lumière les contributions En plus de ces effets sur les performances, Levy a importantes que les personnes âgées apportent montré que les stéréotypes liés au vieillissement à la société et sensibilise aux problèmes et aux peuvent influencer la volonté de vivre des défis du vieillissement. personnes âgées. De plus, l›influence de ces formes discriminatoires D›ici 2025, le nombre de personnes âgées de 60 sur la santé des personnes âgées peut varier ans et plus doublera et, d›ici 2050, il atteindra 2 d›une culture à l›autre. Par exemple, en utilisant milliards dans le monde, la grande majorité des une approche interculturelle, Becca Levy et personnes âgées vivant dans des pays à revenu Ellen Jane Langer (professeur de psychologie faible ou intermédiaire. Pour vivre et vieillir à Université Harvard) ont mené une étude sainement, nous devrions éradiquer les préjugés comparative et ont constaté que les personnes âgistes.

43

01/02/21


C

ulture

Jack Lang à «la Majalla « : Le monde arabe est ma passion Propos recueillis à Paris par Khaled Saad Zaghloul Le Haut conseil de l’Institut du monde arabe qui rassemble tous les chefs d’Etat, les ministres, les ambassadeurs de France et des pays arabes, puis le Conseil d’administration se sont réunis à Paris. À l’unanimité, Jack Lang a été reconduit à la tête de l’institution pour trois ans. Ce Grand Ministre de la Culture français de 1981 à 1986, puis de 1988 à 1993, et aussi de l’Éducation nationale de 2000 à 2002, le fidèle des fidèles de Fran-

çois Mitterrand a été nommé par François Hollande en 2013 à la présidence de l’IMA (l’institut du monde arabe). Sous la houlette de Jack Lang, l’Institut du monde arabe, qui avait été construit par Jean Nouvel et inauguré en 1987. Né en 1939, diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris, Docteur en Droit et agrégé de Droit Public et de Sciences Politiques, Jack LANG a été professeur de Droit Public et Doyen de la Faculté de Droit de Nancy. En 1963, il crée et devient Directeur du Festival international de théâtre universitaire de Nancy avant de prendre la direction en 1972 du Théâtre National de Chaillot. Sa carrière politique débute en 1977 comme Conseiller de Paris. Maire de Blois de 1989 à 2000, il est, également, député pen-

44 01/02/21


Le ministre de la culture Jack Lang avec notre correspondant à Paris

dant plus de 20 ans, d’abord du Loir-et-Cher, puis du Pas-de-Calais. En 1997, il devient Président de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée Nationale. Il est, également, Président du jury au Festival du Film de Berlin et prend la direction du Piccolo Teatro de Milan. De 2000 à 2002, il rejoint le gouvernement du Premier ministre Lionel Jospin en tant que ministre de l’Éducation nationale. Jack Lang a également été Conseiller spécial du Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-Moon, sur la question de la piraterie internationale. En 2013, le Président de la République François Hollande le nomme à la présidence de l’Institut du monde arabe. Il est, également, l’auteur de très nombreux ouvrages et articles de référence. La Majalla a rencontré ce monument culturel français et le grand ami des arabes. La Majalla : Vous étiez la joie des socialistes pendant 25 ans, et maintenant vous êtes l’homme le plus populaire de France pour la troisième année consécutive, quel est votre secret ? Jack Lang : Il est difficile de parler de soi même, mais je n’ai pas de secret je crois que les citoyens de France

45

01/02/21

ou d’ailleurs ont besoin de se reconnaitre à travers des personnalités qui ont une vision positive concrète et vivante de la société j’ai eu de la chance d’être le seul ministre de la culture de François Mitterrand et de disposer des moyens et d’une liberté sans précédent, les actes que j’ai pu aboutir ont touché les cœurs des gens et aujourd’hui encore très nombreux institutions que j’ai créé ou encouragé, le Louvre l’opéra la bibliothèque de France lima la fête de la musique et tant d’autres sont aujourd’hui là, elles portent témoigne d’une époque où le président de la république et son équipe dirigeait les affaires de l’état à la fois avec efficacité et enthousiasme. Vous savez que je suis un promeneur, j’aime me promener dans la rue et lorsque les gens me rencontrent je sens qu’ils aiment ce rapport direct facile sincère et humain avec eux souvent les jeunes et d’autres je suis heureux de voir aussi d’autres jeunes viennent du monde et témoignent leur admiration sur ce que j’ai fait , je ne cherche pas à me faire applaudir il me prennent comme un grand frère ou père, cette sympathie et cette popularité me permet d’engager une conversation facilement avec toutes les personnes que je rencontre par hasard, j’aime les écouter ou les aider parfois à travers mes amis ou mes élèves, ils me racontent des histoires très passionnantes


sur leurs vies sur leurs espoir ou sur le changement de enfants la passion de la culture vivante. La Majalla : Parlez-moi de votre merveille que vous la société dans ce monde qui bouge. avez créée avec votre ami le grand François MitterD’où vient votre culture encyclopédique ? On dit que rand qui est l’IMA, devenu l’un des monuments culvous lisez trois ou quatre livres par jour, est-ce vrai ? turels de Paris, et que les présidents français et étrang- Non c’est faux, je lis qu’un livre par jour,mais je vais ers visitent souvent pour voir la magnifique œuvre de 3 fois par semaine à l’opéra ou au théâtre ou au ciné- l’architecte Jean Nouvel. ma, presque tous les jours c’est ma passion.Je regrette - Oui, Jean nouvel, était un jeune architecte inconnu il avec ce covid-19 que les activités sont arrêtées. Vous avait 26 ans que j’ai découvert, je l’ai choisi pour consavez que parmi les choses que je regrette aussi,ce struire un institut qui fait le pont entre le monde arabe que les jeunes n’aime pas la culture, j’aimerais qu’on et la France.Il est devenu une star mondial grâce à cet donne à tous les enfants en France et ailleurs, ce lien œuvre , je me réjouis que depuis ma nomination à la directe avec la culture vivante pas seulement la cul- tête de l’institut du monde arabe, le président François ture académique, ou la culture triste, et qu’ à l’école hollande est venu 4 fois et Sarkozy 2 fois et le présiet partout, on puisse donner aux enfants le goût et le dent Macron plusieurs fois ainsi que les souverains plaisir de l’art et de la culture,je pense qu’ils réussir- arabes, européens, les princes et les ministres aussi. aient mieux dans la vie, car le chemin de l’art et de la culture ouvre souvent vers la langue et les mathéma- *Quand est-ce l’idée de l’institut du monde arabe est tiques et d’autres savoirs, j’aimerai qu’on éduqueaux née en réalité ? - En fait, vers la fin des années 1970, le gouvernement français est plus que jamais conscient de l’absence de représentation du monde arabe en France alors que la France entretient des liens historiques anciens avec une grande partie des États qui composent le monde arabe. Depuis 1926, date à laquelle l’État a fait construire la Grande Mosquée de Paris, il manquait un lieu laïque pour valoriser la civilisation du monde arabe, son savoir, son art, son esprit et son esthé-

Je suis heureux d’être en contact directe avec le monde arabe ; sa culture est ma passion

46

01/02/21


tique. La volonté puissante des politiques de créer un pont entre l’Orient et l’Occident donne naissance le 28 février 1980 à l’idée de fondation de l’Institut du monde arabe, un établissement placé sous l’autorité morale d’un Haut Conseil, composé des représentants de tous les États membres de la Ligue arabe, et financé par la France et les États arabes. *Donc ce n’est pas Mitterrand qui a eu l’idée ? - Bien sûr que si, il l’a même concrétisé, mais c’est Valéry Giscard d’Estaing qui a été le premier à envisager un organisme de ce type afin d’apaiser les tensions du moment et de permettre des collaborations créatrices au lendemain de la première crise pétrolière. Très vite, à l’automne 1981, le président François Mitterrand augmente considérablement l’ampleur du projet en faisant en sorte que lui soit attribué un lieu en bord de Seine : une parcelle de terrain de l’université de Jussieu jusque-là inutilisée. Il m’avait consulté et j’ai beaucoup réfléchit j’ai lancé un concours est alors lancé auprès de jeunes talents pour concevoir un écrin exceptionnel au cœur du Quartier latin. Jean Nouvel, Pierre Soria, Gilbert Lezènes et Architecture Studio sont choisis (l’architecte-conseil saoudien Zyad Zaidan est également consulté). J’ai choisi Jean Nouvel il avait du talent son œuvre m’avait plu. L’IMA s’est inscrit très rapidement dans le paysage culturel parisien et confère un rayonnement nouveau à la culture arabe

47

01/02/21

en France et en Europe. La Majalla : Vous y organisez des évènements culturels phares ? -Tout à fait, nos expositions permettent tous les jours au public de l’IMA de se confronter à ce monde singulier et bouillonnant. on a organisé des expositions phares comme celle très remarquée sur Les Chrétiens d’Orient ou sur le pèlerinage à la Mecque, Le pèlerinage a des racines qui remontent à la période antéislamique. Depuis l’instauration de l’islam, c’est-à-dire depuis tantôt quinze siècles, le hajj est l’occasion d’une rencontre religieuse, mais aussi sociale et culturelle, de millions de Musulmans de toutes origines ethniques et géographiques. C’est pour cela que j’ai invité les Théologiens, lettrés, artistes, commerçants, politiques ou simples croyants,qui ont fait de la Mecque, pendant quelques jours, un microcosme universel. Avec L’exposition Hajj je voulais présenter le pèlerinage à la Mecque dans ses diverses dimensions et à travers leur évolution historique. Expérience mystique individuelle, de méditation religieuse, source d’inspiration artistique et d’échanges transculturels, ces multiples facettes du pèlerinage sont présentées au public à travers des objets d’art médiéval, manuscrits et enluminures, tissus d’apparats et offrandes. La dimension contemporaine est largement présente, avec le regard d’artistes saoudiens sur le pèlerinage, les nombreux


C

ulture

dialogue entre le monde arabe, la France et l’Europe. Cet espace pluridisciplinaire est un lieu privilégié d’élaboration de projets culturels, bien souvent pensés en collaboration avec les institutions, les créateurs et les penseurs du monde arabe. L’IMA s’ancre pleinement dans le présent. Il se veut le reflet de toutes les énergies du monde arabe. Il entend ainsi marquer sa place unique dans le paysage des institutions culturelles. Aucun autre établissement dans le monde ne propose un éventail de manifestations aussi élargi en lien avec le monde arabe. Débats, colloques, séminaires, conférences, spectacles de danse, concerts, films, ouvrages, rencontres, cours de langue, de civilisation, grandes L’Institut du monde arabe a également vocation à créer des passerelles en multipliant les collaborations avec des associations, des établissements scolaires et des hauts lieux culturels européens tels que La *L’institution s’affirme comme un outil culturel et Comédie-Française, Bozar à Bruxelles, le Louvre ou diplomatique d’exception au service des relations encore la Maison européenne de la photographie. De nombreux projets sont en cours notamment grâce à franco-arabes - Tout à fait, vous savez que l’IMA a été élu « Marque l’ouverture d’une université de tous les savoirs (projet Culturelle Européenne 2014 » lors de la soirée « sous réserve de financements) et qui viendra compléAwards des Marques Européennes de la Culture (9e ter l’édition des Rendez-vous de l’Histoire du monde édition) » (Berlin - 30 octobre 2014). En 2017, l’IMA arabe. a fêté ses 30 ans et continue de remplir sa mission au fil d’expositions patrimoniales variées qui toutes La Majalla : Je vous vois dans toutes les fêtes nationont rencontré leur public, dont « L’épopée du canal de ales des ambassades arabes à Paris ou dans leurs pays Suez. Des pharaons au XXIe siècle », « Cités millé- comme invité d’honneur naires. Voyage virtuel de Palmyre à Mossoul »; et « -Je suis heureux d’être en contact directe avec le Foot et monde arabe. La révolution du ballon rond monde arabe, sa culture est ma passion, c’est pour», qui vient d’ouvrir ses portes.L’Institut du monde quoi, je ne rate jamais les fêtes nationales des pays arabe a été conçu pour établir des liens forts et dura- arabes, nous avons reçu des grande artistes du cibles entre les cultures pour ainsi cultiver un véritable néma égyptienne je suis très heureux de rencontrer les grands du monde les princes des pays du Golfe nous avons très grand nombre des projets communs et concrets.J’étaisinvité en Egypte au festival du cinéma du Caire ils m’ont rendu hommage et à mon amiYoussefChahine, j’ai même organisé en avril 2019.un festival du Drama arabe à l’IMA .Son altesse l’émir du Qatar Tamim ben Hamed Al Thani m’a invité à l’inauguration de la bibliothèque du Qatar et aussi à l’inauguration du muse du Qatar, j’étais invité aussi lors de l’inauguration du Muséd’AbouDhabiqueJean Nouvel a construit. je réfléchis avec les princes des Emirats et du Qatar et de l’Arabie Saoudite à des séries plans de coopérations entre l’institut et leurs muprojets architecturaux d’aménagements des lieux saints et la parole des pèlerins. Le regard occidental n’est pas oublié : peintres orientalistes, voyageurs et chroniqueurs se sont interrogés sur cet évènement central de l’islam, croisant des thèmes communs aux deux civilisations : universalisme, figure d’Abraham, rapport à l’autre. C’était un grand succès nos expositions parfois organisées en partenariat avec des pays arabes. De nombreuses autres activités à l’IMA ont lieu : importante bibliothèque, concerts, conférences, performances, festivals. Cet institut a pour vocation d’accroître la connaissance et le rayonnement de la culture du monde arabe à Paris.Son musée s’est enrichi d’une donation de 1 500 œuvres d’artistes contemporain comme celui du collectionneur libanais Claude Lemand, qui l’ont fait passer au rang de plus grand musée d’art du monde arabe d’Europe.

Je défends l’islam et les musulmans, car je connais la vérité de cette religion, je sais aussi que les musulmans sont les premiers victimes des terroristes

48 01/02/21

Oum Kalthoum


sés nationaux c’est un lien solide et sérieux que garde avec nos amis arabes qui sont désireux comme nousmêmes de construire des projets communs et d’aller plus loinque les projets.J’ai eu honneur aussi de rencontrer les souverains arabes, rois, princes et présidents à paris et dans leur pays j’ai eu l’occasion de les saluer,je leur ai dit ma gratitude et présenté l’amitié la France je vais parfois seul et parfois avec ma femme. *Vous êtes l’ami de tous les arabes, vous étiez le seul responsable qui pouvait voir en même temps les princes MBS et MBZ et TAMIM pendant qu’ils étaient en conflit, maintenant ils se sont réconciliés grâce à l’initiative du prince héritier du royaume saoudien Mohamed Ben Salman, que pensez-vous de cette réconciliation et de la déclaration de solidarité adoptée à l’occasion du Sommet de Coopération du Golfe qui s’est tenu le 5 janvier à Al-Ula, en Arabie Saoudite? - Je suis très heureux de cette excellente initiative qui témoigne la clairvoyance et la sagesse du jeune prince

49 01/02/21

héritier saoudien MBS, car ils sont des pays frères je ne suis pas ministre des affaires étrangère mais je voyais que cette tension entre ces pays arabes du golfe avait trop duré et qui n’a fait que du mal aux arabes et à nous les français et m’ a fait beaucoup de peine car ils sont des pays amis et frères, le monde arabe devrait s’unir et pas se diviserPour nous ,la stabilité, la sécurité et le développement économique et culturel de la région passent par une coopération étroite entre les membres du Conseil de Coopération des États Arabes du Golfe. Je ne peux me substituer aux différents gouvernements, mais à travers la culture et l’histoire qui nous uni tous nous avons manifesté notre fidélité et amitié aux pays arabes nous avons des liens solides et historiques avec tout le monde arabe nous sommes heureux et fiers de son altesse royal MBS quiavait réussi avec courage et dignité cette réconciliation avec le petit frère qui est le Qatar. La France salue chaleureusement, et se félicite du rapprochement engagé entre les membres du Conseil de Coopération des États Arabes du Golfe. L’ouverture des frontières


C

ulture

qui a été annoncée le 4 janvier représente une étape positive importante dans ce processus de réconciliation. Je salue particulièrement la médiation de l’État du Koweït, le rôle des États-Unis et les efforts de tous les pays qui ont permis d’aboutir à ce résultat. *En quelle langue (anglais ou arabe) parlez-vous avec les princes arabes? - Vous savez que je me réjouis énormément, car il y a beaucoupde princes arabes parlent français comme le prince Tamim ben Hamed Al Thani que je connais bien il parle un français admirable ainsi que son frèreMohamed son conseiller diplomatique et sa sœur Sheikha Mayassa je connais aussi des hauts responsables, certains princes Saoudiens, émiratis, koweitiens et des autres pays du golfe sont francophiles ou francophones. Moi-même je suis fière d’être arabophone. Vous savez que L’institut du monde arabe a mis en valeur l’apprentissage de la langue arabe pour le sort de cette magnifique langue.

; je suis un homme de culture et il suffit de lire le Qûran et l’histoire des musulmanset ce qu’ils ont offert au monde dans toutes les domaines, pour connaitre et aimer cette culture, nous avons organisé un musé sur le rénové arabe le monde arabe ont réalisé des merveilles dans toutes les domaines positive dans la recherche, science, philosophie, culture, médecine, architecture, art etc le président a inauguré l’évènement. Nous avons organisé avec un grand succès l’exposition sur la Mecque à laquelle nous avons invité tous les représentants de toutes les religions monothéistes en présence du premier ministre ; chaque Français musulman ou non doit engager une action pour que l’islam soit reconnu dans toute sa dignité l’Islam est synonyme de paix et non pas de violence. Vous avez raison de dire que nous en occident avons connu cela dans d’autres religions au sein même de la religion catholique, l’acquisition en Espagne et ailleurs par exemple, il y a eu des déviations pour des raisons diverses ces barbares comme vous dite utilisent la religion pour exercer le pouvoiret exercent une sorte de dictature religieuse ils font mal considérable à la religion et aux musulmans et au monde arabe. Je défens l’islam cat c’est une religion de respect et de non pas d’agression, c’est la raison pour laquelle il faut combattre ces intégristes c’est pourquoi le président de la république a demandé de faire sortir une loi contre les séparatistes religieux on doit monter le vrai visage de l’islam.

*Vous êtes le plus grand défenseur de l’islam lorsqu’il est attaqué en France par le front national ou par les médias et certains Français qui font l’amalgame après les attentats commis par des barbares qui n’ont rien à voir avec l’Islam, alors que le monde occidental a eu ses propres terroristes religieux au sein du christianisme mais on n’a jamais prononcé le terme « terroriste chrétien » mais ici on entend souvent « les terroristes islamistes » -Je défends l’islam et les musulmans car je connais *On a remarqué que vous êtes aussi amoureux de« la vérité de cette religion, je sais aussi que les mu- l’art et la poésie arabes » sulmans sont les premiers victimes des terroristes - Effectivement et j’en suis fière, vous savez qu’au tournant du XIXe et du XXe siècle, alors que l’histoire de l’art commence à s’intéresser au monde islamique, la question passionne les savants européens et surtout français. Un art a-t-il pu naître « du sol stérile de l’Arabie, où vivaient de frustes populations bédouines, de « race » sémite ? Si le sujet fait autant débat, c’est sans doute que le terme « arabe » luimême est polysémique. Pour certains, il ne s’applique qu’aux habitants « originels » de la péninsule Arabique, c’est-à-dire essentiellement des Bédouins nomades, peuples du désert, dont la principale tradition artistique est poétique. Pour d’autres, il englobe, de manière plus vaste, toutes les populations, à l’origine

Nous sommes heureux et fiers de son altesse royal MBS qui avait réussi avec courage et dignité cette réconciliation avec le petit frère qui est le Qatar

50 01/02/21


Asmahan

de productions riches et diversifiées, qui ont adopté l’arabe comme langue vernaculaire. Fortement teinté de racisme, ce débat s’est éteint de lui-même après le milieu du XXe siècle. Les historiens d’art ont généralement adopté l’expression « art islamique », ou « arts de l’Islam », en considérant l’Islam comme une vaste civilisation, rassemblant des peuples, des religions, des langues et des cultures différentes. Car si un élément devait caractériser la production artistique du monde arabe, c’est sans doute le fait que, placé à un carrefour entre Europe, Afrique et Asie, celui-ci s’est enrichi au contact de cultures diverses et a donné naissance à un art aux expressions riches et multiples.

La poésie, art arabe par excellence Quant à la poésie, je pense que s’il doit exister un art purement « arabe », c’est sans doute dans la littérature qu’il faut le chercher. La poésie était pratiquée dès avant l’islam par les tribus bédouines du désert d’Arabie. Les arabes étaient champions du monde de la poésie, au cours du VIe siècle de l’ère

51 01/02/21

chrétienne, le poète était le porte-parole de sa tribu, qui en défendait l’honneur lors de joutes régulières. L’éloge, personnel ou du groupe, est prépondérant. Après la naissance de l’islam, de nouveaux thèmes viennent enrichir le répertoire : satires, célébrations bachiques, odes à l’amour, chastes ou érotiques, poèmes mystiques. Comme d’autres, la poésie arabe est destinée à être déclamée. Le poème est une musique, l’alternance des syllabes longues et courtes lui confèrent son rythme particulier. Chaque vers, composé de deux parties, suit la même construction tout au long du poème. Seize mètres canoniques ont été codifiés dans les premiers siècles de l’Islam, mais des variations existent selon les régions et les époques. De nos jours, la poésie demeure prisée dans le monde arabe. Les concours télévisés de récitation de poésie rassemblent des milliers d’amateurs. Tout en continuant de porter une attention au rythme et à la musicalité du vers, les poètes d’aujourd’hui se sont progressivement affranchis des formes et des mètres classiques, au profit du vers libre.


C

ulture

*Vous savez que chez nous la musique et la danse, sont compagnes de la poésie - Oui tout à fait, si la poésie est musique, la musique arabe ne saurait se passer de la poésie. Dans l’Arabie préislamique, les poètes étaient également des chanteurs, et les voix de certaines femmes accompagnaient les armées à la guerre. Malgré une réticence religieuse vis-à-vis de la musique, la civilisation de l’Islam a largement développé l’art musical, à la fois en contexte profane, pour accompagner les célébrations des âges de la vie et les banquets, et en contexte religieux. Si l’appel à la prière du muezzin peut parfois être comparé à un chant, ce sont surtout les mystiques soufis qui ont développé cette pratique, afin d’atteindre une pureté spirituelle et d’entrer en communion avec Dieu. La musique arabe a puisé à de nombreuses sources byzantines et surtout persanes. L’interprète principal, chanteur ou instrumentiste, se livre le plus souvent à l’improvisation sur l’un des modes définis par les théoriciens du Moyen Âge d’après des conceptions mathématiques. Le chant, qui met en valeur le texte poétique, est particulièrement prisé, mais les instruments sont aussi utilisés : en premier lieu le luth, ou oud, mais aussi les percussions et les instruments à vent. Si les instruments arabes ont gagné l’Europe dès l’époque médiévale, à partir du XVIIIe siècle, les influences occidentales se font à leur tour sentir dans le monde méditerranéen. En 1869 ouvre au Caire un opéra. Au XXe siècle, les styles se mélangent et revivifient la tradition musicale arabe, portée par de

J’ai eu de la chance d’être le seul ministre de la culture de François Mitterrand et de disposer des moyens et d’une liberté sans précédent

grandes divas comme Oum Kalsoum ou Fayrouz. Dans le monde arabe, la musique accompagne aussi les danseurs. Très loin de l’image de la « danse du ventre », popularisée pendant la colonisation, puis dans les films égyptiens des années 1960, les danses arabes se signalent par leur diversité. Comme ailleurs, elles se pratiquent en groupe ou en solo, par des hommes, des femmes, ou des ensembles mixtes. Imprégnées de traditions d’Afrique noire, d’Andalousie, des mondes turc et berbère, etc., les danses du monde arabe ont aussi exporté certaines de leurs traditions. Le domaine a connu, depuis les années 1980, un profond renouvellement, avec le développement de chorégraphies « savantes » contemporaines, mais aussi de mouvements comme le hip hop. *Quelles sont vos activités pour 2021 ? - Pour le cette année 2021, on organise beaucoup d’évènements tout en respectant les consignes et la sécurité sanitaire, mais nous allons rendre un hommage unique aux plus grandes artistes femmes de la

52 01/02/21

Dalida


Fayrouz

musique et du cinéma arabes du XXe siècle, avec une exposition événement qui célèbre à la fois leur histoire et leur héritage contemporain. Dès cet été, un avant-goût musical en est donné sur le toit de l’Institut avec l’ouverture de l’IMA Summer Club, le club éphémère« rooftop » de l’Institut. 3 mars 2021 - 25 juillet 2021 Expositions.

D’Oum Kalthoum à Dalida L’exposition ‘’Divas’’, d’Oum Kalthoum à Dalida dresse les portraits épiques et étonnants des divas de l’« âge d’or » de la chanson et du cinéma arabes, à travers un parcours abondamment nourri de photographies d’époque, souvent inédites, d’extraits de films ou de concerts mythiques, d’affiches cinématographiques au graphisme glamour, de magnifiques robes de scène, d’objets personnels et d’interviews rares. D’Oum Kalthoum à Warda alDjazaïria, d’Asmahan à Fayrouz, de Laila Mourad à Samia Gamal, en passant par Souad Hosni, Sa-

53 01/02/21

bah sans oublier la toute jeune Dalida, l’exposition se veut un fabuleux voyage au cœur des vies et de l’art de ces chanteuses et actrices de légende, mais également une exploration des changements profonds qu’elles ont portés. Icônes intemporelles, femmes puissantes, symboles adulés dans les sociétés arabes d’après-guerre, ces divas aux carrières exceptionnelles s’imposent du Caire à Beyrouth, du Maghreb à Paris, incarnant une période d’effervescence artistique et intellectuelle, une nouvelle image de la femme, ainsi que le renouveau politique national qui s’exprime du début des années 1920, notamment en Égypte, jusqu’aux années 1970. L’exposition met ainsi en lumière, à travers ces divas, l’histoire sociale des femmes arabes et la naissance du féminisme au sein de ces sociétés patriarcales, leur participation au panarabisme et aux luttes d’indépendance dans les contextes de la colonisation et de la décolonisation, et – avant tout – leur rôle central dans les différents domaines artistiques qu’elles ont contribué à révolutionner.


O

pinion

Biden et les travaux d’Hercule Le nouveau Président américain Joe Biden a fort à faire. Les récents événements ont fracturé encore plus les États-Unis et la réconciliation n’est pas chose aisée. À l’intérieur de son parti, la gauche pousse avec force dans l’autre sens. Mais la constitution de son gouvernement montre qu’il ne cède pas aux pressions, il gouvernera au centre.

Par: Ahmed Charaï

Ainsi, le département d’État, le Conseil National de Sécurité ou encore la CIA ont été confiés à des personnalités d’une grande expérience diplomatique. Joe Biden veut revenir au multilatéralisme, redonner à l’Amérique son influence sans que cela ne soit fait dans la tension permanente. Sur le plan du climat, John Kerry reviendra dans l’accord de Paris très rapidement, pour des questions environnementales évidentes, mais aussi des investissements d’avenir et du rôle politique des USA, qui ne peuvent s’exonérer de ce combat mondial. Sur le plan géostratégique, la ligne Biden, c’est la désescalade. Avec la Chine, où il voudrait que le conflit commercial, cette compétition « déséquilibrée» se règle dans la négociation, sans rien céder sur les intérêts économiques; contenir la Russie et son intrusion avérée dans la marche des institutions américaines, mais aussi sa participation active à des conflits où les intérêts américains sont en jeu. La partie la plus complexe se joue au Moyen-Orient. La fin du boycott du Qatar est assurément une bonne nouvelle, un casse-tête en moins à gérer. Il y a des alliés traditionnels à rassurer, qui sont frileux vis à vis de l’Iran. Les dernières normalisations arabes avec Israël, dont les deux priorités sont la sécurité et la prospérité économique, laissent à penser qu’il y a un contexte nouveau. L’accord sur le nucléaire est le point d’achoppement. La nouvelle administration n’exclut pas d’y revenir sous conditions. L’Iran doit cesser son agressivité envers ses voisins, cesser d’être un vecteur d’instabilité et maîtriser son arsenal de missiles balistiques. Des courants de pensée en Iran expriment la possibilité d’un deal allant dans ce sens y compris vis-à-vis d’Israël. On peut imaginer une pacification, rampante, à petit pas, entre ces deux pays contre la poursuite du programme nucléaire iranien à caractère civil et la levée des sanctions. Pour la région d’Afrique du Nord, la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur son Sahara est irréversible et c’est un acquis. Mais pour que cette région devienne une zone de stabilité, face aux intempéries du Sahel, il faut construire le Grand Maghreb. Cela constituerait un pôle de croissance, mais aussi une ouverture vers l’Afrique, sur les plans économique, sécuritaire et d’influence, face à une Chine qui a avancé ses pions. Ces travaux d’Hercule seront la vraie priorité de Joe Biden.

54

01/02/21


Un magazine politique Mensuel

Issue 1806 - FĂŠvrier 01/02/2021

Nancy Pelosi : La Calamity Jane de la politique amĂŠricaine www.majalla.com


A

rt

A l’intention d’immigrer en Egypte

Saad Ramadan à «Majalla» : J’ai vécu une «histoire d’amour» avec ses délices et ses amertumes Beyrouth : Sarah Abdou Les histoires d’amour nous donnent l’illusion d’être parfaites, mais ne résistent pas aux tempêtes, et ne connaissent pas toujours par des fins heureuses, qui contrastent avec les débuts glorieux. Tel est l’avis exprimé par le chanteur libanais Saad Ramadan dans sa dernière chanson «Histoire d’amour». Il nous ouvre son cœur, à travers cette interview, révélant qu’il a vécu la réalité de la chanson avec son amour, et évoquant les souvenirs des premiers jours de cette relation, qui ne meurent pas, mais résonnent toujours dans l’âme. * À la fin de 2020, vous avez lancé une chanson réaliste qui relate des événements réels, une «Histoire d’amour» qui raconte, la rupture d’une relation que nous avions imaginée parfaite, alors que le destin est parsemé de déception et de séparation. L’avez-vous vécue ? - J’ai chanté une «Histoire d’amour» il y a un an et reporté

Je garde mon secret et je deviens faible devant ma bien-aimée

son lancement en raison des circonstances actuelles, et pendant cette période, j’ai découvert à quel point elle est réelle. J’ai traversé une situation personnelle qui m’a fait découvrir encore plus le sens de la chanson. Je l’ai vécue à la lettre, et j’ai découvert après sa sortie qu’elle incarne vraiment ma relation avec ma bien-aimée. Donc les mots sont très sincères et profonds. «Qu’on me raconte une histoire d’amour, qui a fini telle elle a commencé. Les plus célèbres histoires ont mal fini». Même Roméo et Juliette ont fini par se quitter. Le public a adoré la chanson et salué son réalisme. J’ai collaboré avec le poète Ali al-Mawla, le compositeur FadlSuleiman et l’arrangeur Elia Nesta. Le clip a été réalisé par KifahBallani. * Voulez-vous dire que vous avez rompu avec votre bienaimée ? - Je pense que notre histoire est terminée. Après 5 ans d’amour, j’ai cru que cette relation serait parfaite, mais son éclat n’a pas duré. Tout ce que j’ai vécu pendant cette année a été traduit dans la chanson. J’ai vécu une «Histoire d’amour» avec ses délices et ses amertumes. Comme le précisent si bien les paroles : «L’amour est un mode de vie, et pas uniquement des sensations. L’amour a besoin d’être vécu, et non pas d’être senti». * L’explosion du port de Beyrouth vous a fait pleurer, et en solidarité avec ses victimes et blessés, vous avez lancé la

58

01/02/21


L’artiste libanais Saad Ramadan

chanson «Les douleurs de Beyrouth»… Qu’est-ce qu’elle présente pour toi ? - Parmi plus de trente chansons que j’ai interprétées dans ma carrière artistique, «Les douleurs de Beyrouth» est celle que j’ai le plus chantée de tout mon cœur. Il m’a fallu seulement une heure pour la préparer, et je l’ai chantée avec amertume. Même si je n’étais pas touché physiquement, je me suis senti brisé de l’intérieur. Psychologiquement, j’étais ébranlé… J’ai 34 ans et je n’ai jamais ressenti le sentiment de mal comme cela m’est arrivé avec l’explosion du port, la blessure était grande et je voulais traduire mes sentiments à ce moment-là, alors j’ai contacté l’écrivain Mazen Daher, qui a écrit les paroles de la chanson en introduction : «Lève-toi, et protège-nous. Beyrouth, reine du monde, que Dieu a dessinée». Sur une musique de Salah Al-Kurdi, et un arrangement d’Elia Nesta. Je l’ai chantée accompagnée par un piano. Les gens ont été touchés par la chanson et ils m’ont dit : «Nous avons pleuré», et j’ai en fait pleuré au moment où elle a été enregistrée. Je l’ai aussi chantée sur la scène de l’Opéra égyptien lors de ma participation à la 29e édition du «Festival de la musique arabe» en novembre dernier, et c’est l’une des chansons avec lesquelles les fans d’opéra ont le plus interagi. Comme la chanson ne dépasse pas une minute et demie, j’ai demandé à son auteur de la rallonger. Je l’ai chantée sur scène et mes sentiments étaient, ce jour-

59

01/02/21

Je rêve de fonder une famille, et être acteur me séduit là, indescriptibles. La blessure était très profonde, car j’ai chanté de tout mon cœur». * Comment était le retour sur scène après 9 mois d’absence ? - J’ai senti que c’était mon premier concert, comme si je montais sur scène pour la première fois, d’autant plus que la scène est spéciale, Car le Théâtre de l’Opéra constitue pour tout artiste débutant ou expérimenté, un rêve, sans oublier un public mélomane. Je me suis senti en examen et non dans un concert. Excité de rencontrer la foule, de monter sur scène et de chanter. Une expérience que j’ai savourée. Je suis également fier de ma participation au «Festival de la musique arabe» en tant que plus jeune artiste libanais de ma génération, et pour la quatrième fois, tout y est différent. Espérons qu’on reprendra une vie normale après l’épidémie du Coronavirus. L’art est une humeur plus qu’un métier, et si je ne suis pas de bonne humeur, je ne peux pas chanter. Nous avons été psychologiquement détruits au Liban, mais la vie continuera…


A

rt

* A la lumière des crises dans lesquelles nous vivons au Liban, avez-vous pensé à immigrer ? J’ai pensé à le faire et pris la décision de m’installer en Egypte, et j’avais l’intention d’y rester, après le concert de l’Opéra, mais je suis revenu. Et je devais visiter le Caire après le Nouvel An, et m’y installer pendant environ deux mois pour préparer un nouvel album, mais l’épidémie du Coronavirus m’en a empêché. J’aime mon pays et je ne souhaite pas émigrer, mais si la crise économique persiste, la situation va pousser la jeunesse à quitter le pays. * Vous aviez l’intention de voyager en Egypte pour préparer un nouvel album, le projet est-il toujours valable ? - Je ne travaillerai pas sur un album, mais plutôt sur des singles, et au vu des conditions dans lesquelles nous vivons, la création vise à marquer la présence, et nullement à gagner de l’argent. Nous sommes les otages des circonstances qui nous entourent, et il nous est difficile de penser à demain. Uniquement au jour le jour, comme on dit. A l’image des paroles d’une chanson que j’ai présentée depuis quelques années : «Je ne sais rien, même mon prénom, je l’ai oublié», ajoute-t-il en plaisantant. * Quel souhait portez-vous pour votre pays ? - Après le déclenchement de la Révolution du 17 octobre, j’ai parié sur la honte des politiciens que je déteste tous. J’ai espéré qu’ils rendraient l’argent volé au peuple, mais il s’est avéré qu’ils étaient impolis et sans conscience. Mon pays ne se calmera pas tant l’équipe politique au pouvoir n’aura pas disparu. «Que Dieu nous en soulage». Les gens sont attachés à un fil d’espoir et le changement doit venir. Il est entre les mains de la jeune génération. Cette génération qui ne trouvera pas d’emploi, encore moins de soutien. La jeunesse va opérer des changements, et ne plus permettre à quiconque de s’en moquer, ou acheter leurs voix. A mon avis, tout changera aux prochaines élections.

J’ai le cœur brisé suite à l’explosion du port. «Les douleurs de Beyrouth» est la chanson que j’ai chantée de tout cœur

-* Vous avez participé avec votre voix à la série «Une seconde chance», où vous avez chanté «Ahwak» du regretté Abdelhalim Hafedh. Allons-nous vous voir en acteur ? - L’idée de jouer est présente. Après avoir obtenu mon diplôme universitaire, j’ai obtenu une licence en sciences musicales il y a cinq mois. J’ai l’intention de suivre des cours de théâtre, c’est ce sur quoi je me concentre maintenant, car on m’a proposé de participer à de nombreuses œuvres, mais j’ai refusé et je ne l’ai pas regretté en espérant réussir dans un rôle qui me ressemble. Ce qui compte le plus pour moi, est de porter un ajout à ma carrière, car je ne suis pas prêt à démolir ce que j’ai construit au cours des 12 dernières années. * Quels sont les moments les plus heureux de votre vie, qui ne quittent pas votre mémoire ? - De nombreuses étapes de la vie qui ne quittent pas ma mémoire. Une année s’est écoulée au cours de laquelle j’ai parcouru le monde pour tenir concerts et festivals, remportant de nombreux succès. Ces jours restent inoubliables… Les premiers jours d’amour ont été «fous», des moments que j’ai vécus avec ma bien-aimée. Je n’ai pas oublié, même si l’été de l’année 2020 a été «le meilleur été». J’ai fait du tourisme au Liban et j’ai passé du temps à faire de la randonnée, du hiking, de la méditation et du vélo. * Vous n’avez pas rompu avec vos followers. Vous avez

60

01/02/21

J’ai pensé à immigrer et pris la décision de m’installer en Egypte


L’amour ne disparait pas au moindre problème, et nos beaux souvenirs ne meurent pas, mais palpitent plutôt avec nos âmes!

chanté pour eux depuis chez vous pendant la période du confinement. Quel est le rôle des réseaux sociaux dans votre vie ? Les réseaux sociaux sont très importants dans ma vie et j’y consacre beaucoup d’efforts, car ils me rapprochent du public, et à travers eux je mesure le taux de réussite de mon travail en termes d’audience et de tendance. * Avez-vous un rêve récurrent ? - Le rêve d’être acteur. Celui d’acquérir une renommée internationale et pas seulement au niveau arabe, également. Mon grand rêve, est de fonder une famille solide, et d’avoir des enfants. * Quelle est la personne devant laquelle vous êtes faible ? Je ne fais pas partie de ceux qui montrent leur faiblesse, j’essaye généralement de la cacher, mais une fois tombé amoureux, je deviens plus faible devant ma bien-aimée, car elle est mon miroir. *Pourriez-vous reprendre avec votre ancien amour ? L’amour ne disparait pas au moindre problème, et nos beaux souvenirs ne meurent pas, mais palpitent plutôt avec nos âmes ! L’idée du retour est toujours présente, car la bien-aimée est le refuge et la sécurité, mais la vraie sépara-

Après la révolution libanaise, j’ai compté sur la honte des politiciens. Je ne peux être tranquille avant leur départ. tion commence avec l’absence de l’empressement... * À qui faites-vous confiance pour tous vos secrets ? - Je suis une personne de nature franche et transparente, mais je garde mes secrets pour moi. Du moment où j’ai décidé de garder un secret, personne ne peut le savoir. Depuis plus de 5 ans, j’ai caché l’identité de ma bien-aimée, et personne n’a pu rien découvrir. * Qu’allez-vous présenter après «Histoire d’amour» ? - Je pense présenter une chanson au rythme des pays du Golfe, et une autre égyptienne. Je veux, aussi, chanter en dialecte tunisien, en plus de préparer une chanson libanaise pour laquelle j’ai collaboré avec Ali al-Mawla, Salah alKurdi et Elia Nesta.

61

01/02/21


Po

rt

ra

it

Nancy Pelosi : La Calamity Jane de la politique américaine Par :Nasreddine Ben Hadid Dessin : Ali Al-Mandalawi 1- Si Donald Trump devait citer une personne qui n’a cessé de lui mettre les bâtons dans les roues, Nancy Pelosi tiendra certainement le haut de cette liste. - Personne ne peut oublier l’image de cette femme, qui a osé déchirer le discours, que le président américain a tenu devant la Chambre des représentants des ÉtatsUnis, devant tous les présents et même les téléspectateurs du monde entier. - Aucun homme ou femme politique, ne peut vouer envers Donald Trump autant de haine et de mépris, allant même jusqu’à le traiter de «détraqué mental». 2- Elle est née, et a grandi dans une famille italo-américaine catholique, nombreuse. - Nancy Patricia Pelosi, née D’Alesandro le 26 mars 1940 à Baltimore. - Elle est la seule fille d’une famille italoaméricaine catholique de six enfants. - Son frère Thomas D’Alesandro III, également démocrate, est maire de Baltimore de 1967 à 1971. 3- Femme politique qui a pu escalader les marches du parti Démocrate. - Membre du Parti démocrate et présidente de la Chambre des représentants des ÉtatsUnis de 2007 à 2011 et depuis 2019. - Résidente de San Francisco, elle siège depuis 1987 à la législature fédérale pour

la Californie. - Choisie comme chef de groupe des démocrates en 2003, elle est élue présidente de la Chambre des représentants en 2007. 4- Elle est la première femme à accéder au poste de présidente de la Chambre des représentants. - Le républicain John Boehner lui succède en 2011, à la suite de la défaite du Parti démocrate aux élections de 2010. - Redevenue chef de groupe, elle retrouve la présidence en 2019. - Devenue l’un des plus importants acteurs politiques depuis l’élection du président Donald Trump. 5- Un mariage fructueux et surtout un rayonnement important. - Elle épouse en 1963 un investisseur immobilier, Paul Pelosi, qui fait fortune et avec qui elle a cinq enfants. - Nancy Pelosi déclarait en 2006 la troisième fortune du Congrès (16 millions de dollars). - Elle était alors classée comme la 48e femme la plus puissante au monde par le magazine Forbes. En 2007, elle était classée 26e. 6- Un parcours riche, et une ascension fulgurante. - Après des études à Washington, D.C.,

62

01/02/21

elle part pour San Francisco et devient porte-parole du Parti démocrate pour la Californie du Nord. - A 47 ans, Nancy Pelosi est élue à la place de Sala Burton décédée d’un cancer. - En 1993, son district est redécoupé et devient le 8e district de Californie, englobant la ville de San Francisco. 7- Présidente de la Chambre, et figure de marque des Démocrates. - Nancy Pelosi est désignée, le 16 novembre 2006 à l’unanimité par les élus du parti à la Chambre des représentants pour qu’elle soit leur candidate à la présidence de la chambre basse du Congrès. - Est élue présidente de la Chambre des représentants des États-Unis le 4 janvier 2007, - Faisant d’elle la première femme élue à cette fonction. 8- Trump, toujours Trump, et éternellement Trump. - Nancy Pelosi peut se vanter, et écrire dans ses mémoires, qu’elle est celle qui a forcé le pouvoir législatif à juger un président deux fois. - Elle manœuvre encore et le fera pour que les élus sanctionnent Donald Trump, - De la sorte, privé l’ex-président, s’il est sanctionné, de se présenter aux prochaines élections présidentielles.


H

ealth

Favorise la perte de poids, et réduit les facteurs de risque associés aux maladies cardiaques et au diabète.

Régime du jeûne intermittent Harvard : «Majalla»* Les gens qui ont essayé différents types de régimes amaigrissants sont conscients des problèmes qu’ils cachent. Les régimes hypocaloriques laissent la personne fatiguée, affamée et de mauvaise humeur, tan-

dis que les régimes pauvres en glucides, ou ce que l’on appelle le régime Keto, génèrent une envie de certains aliments et provoquent de la constipation. Les gens ont également du mal à suivre un régime pauvre en graisses, car, contrairement à la croyance populaire, ils n’aident pas à prévenir les maladies

64

01/02/21


cardiovasculaires. Aujourd’hui, un nouveau régime se répand, connu sous le nom de jeûne intermittent. Il est basé sur une approche différente qui détermine les heures de repas plutôt que la quantité de nourriture (voir «Qu’estce que le jeûne intermittent ?»). Le Dr Eric Reem, professeur d’épidémiologie et de nutrition à la TH Chan School of Public Health de l’Université Harvard, estime que le changement qu’impose le jeûne intermittent peut être plus admissible pour certaines personnes. Certaines études courtes suggèrent que les gens adhèrent aux régimes de jeûne intermittent au même degré que les autres régimes, et peut-être plus. Dans un article scientifique publié dans la revue «Foods» en 2019, il a été déclaré que le jeûne intermittent favorise la perte de poids et peut contribuer à réduire les facteurs de risque associés aux maladies cardiaques tels que le diabète, l’hypertension artérielle, les troubles lipidiques sanguins et l’inflammation. D’autre part, le Dr Reem a évoqué le manque de preuves suffisantes concernant l’effet à long terme de ce régime et le fait qu’il n’y avait que deux longues études que j’avais menées, chacune d’entre elles pendant un an. Il faut également noter que le nombre de personnes ayant suivi le jeûne intermittent pendant des années n’est pas important,

Un régime qui focalise principalement sur le moment (et non sur le type) des régimes constitue un moyen approprié de perdre du poids et d’améliorer la santé cardiovasculaire. contrairement au régime méditerranéen et au régime végétarien, qui sont associés à une meilleure santé cardiaque et des proportions physiques.

Qu’est-ce que le jeûne intermittent

Le jeûne intermittent limite le nombre de repas ou la quantité de nourriture qu’une personne mange, ou dans certains cas, les deux. Ce type de régime diffère des autres régimes par un facteur, à savoir qu’il oblige ceux qui le suivent à manger dans un délai précis qui ne dépasse pas huit heures par jour. Par exemple, une personne qui suit un régime à jeun intermittent est autorisée à manger entre neuf heures du matin et cinq heures de l’après-midi et à jeûner pendant les seize heures restantes. Ce régime dépend également d’autres approches, notamment le jeûne intermittent avec des jours alternés ou le jeûne d’une journée complète, mais les deux ne nécessitent pas un jeûne complet, car celui qui les suit choisit un jour ou deux pendant la semaine pour le jeûne, et ne consomme qu’entre 400 et 600 calories. Les autres jours, cette personne peut reprendre ses habitudes alimentaires. La forme la plus réussie de jeûne intermittent est basée sur le principe du régime 5 : 2, qui repose sur une alimentation normale pendant cinq jours et la détermination du nombre de calories pendant deux jours non consécutifs. Dans le jeûne intermittent, qui dépend des jours de changement, la personne suit un régime hypocalorique des jours non consécutifs.

Avantages évolutifs

Le Dr Reem révèle que les personnes souffrant de surpoids ou d’obésité veulent souvent essayer le jeûne intermittent, car il présente des avantages supplémentaires qui contribuent à son succès en plus de ses avantages évidents liés à la santé cardiaque. Premièrement, cette stratégie est un choix logique d’un point de vue

65

01/02/21


H

ealth

évolutif, comme les premiers humains en ont été témoins au cours de leur évolution lorsque la nourriture était en excès et que parfois en manque, et ils vivaient dans une évolution synchronisée avec le cycle naturel du jour et de la nuit, ce qui signifie que notre métabolisme s’adapte pour mieux fonctionner en périodes de faim et d’alimentation pendant la journée et pendant le sommeil la nuit. De nombreuses études montrent que manger la nuit est significativement lié à la prise de poids et au diabète, et une étude a même révélé que cela augmentait le risque de crise cardiaque chez

De nombreuses études montrent que manger la nuit est significativement lié à la prise de poids et au diabète, et une étude a même révélé que cela augmentait le risque de crise cardiaque chez les hommes qui mangent des repas légers pendant la nuit par rapport à ceux qui ne prennent pas de repas le soir.

les hommes qui grignotaient pendant la nuit par rapport à ceux qui ne mangeaient pas le soir. Deuxièmement, le jeûne intermittent met en évidence certains des aspects positifs d’autres types de régimes, tout en évitant leurs aspects négatifs. Reem considère que «les gens qui essaient de jeûner pendant une journée entière ou de jeûner intermittent remarquent rapidement le nombre de calories présentes dans certains aliments, ce qui les aide à choisir des aliments qui leur donnent une sensation de satiété malgré le nombre réduit des calories». En outre, ce type de régime est plus facile à respecter, car il ne nécessite pas qu’une personne compte constamment les calories et soit patiente avec une sensation de faim et un manque d’énergie.

Brûler les graisses stockées

Le jeûne périodique stimule le même processus de combustion des graisses qui se produit avec les régimes Keto ou faibles en glucides. Keto est abrégé en «cétose», ce qui signifie le processus métabolique qui commence dans le corps humain après l’épuisement du glucose (la source d’énergie préférée du corps) pour commencer à brûler les graisses stockées. Le corps entre dans le processus de cétose après seulement 12 heures d’abstention de manger, ce que beaucoup font toute la nuit avant de «rompre le jeûne» avec un repas du matin. (Le repas du soir sabote ce processus.) Le régime Keto vous maintient dans un état de cétose le plus longtemps possible car il vous incite à éviter les glucides qui fournissent à vo-

66

01/02/21


tre corps du glucose et le pousse ainsi à utiliser les graisses comme source d’énergie. Cependant, certains nutritionnistes craignent que le régime Keto, qui se compose souvent de grandes quantités de viande et d’œufs, puisse nuire au cœur, et ils considèrent le jeûne intermittent comme une option plus saine, surtout si une personne suit un régime alimentaire équilibré composé de grains entiers, de noix, de légumineuses, de fruits et de légumes riches en aliments qui réduisent Risque de maladie cardiaque. Cependant, les régimes à jeun intermittent ne dictent pas les types d’aliments qu’une personne devrait manger. À cet égard, le Dr Reem admet qu’en tant que scientifique des épidémies alimentaires, cela le rend un peu anxieux, car manger des hamburgers et des frites pendant cinq jours et un petit-déjeuner hypocalorique un jour par semaine n’est pas une alimentation saine. Mais Reem considère que commencer tout type de régime est une bonne idée comme prélude au changement et suggère que ceux qui souhaitent commencer par un régime 5 : 2 ou un régime qui contrôle le moment des repas, il est conseillé d’ajouter progressivement des aliments sains au menu après avoir commencé à perdre du poids. Ne vous attendez pas à des résultats rapides, car les personnes qui choisissent le régime de jeûne intermittent perdent du poids lentement, à raison de 227 à 454 grammes, par semaine. Mais un déclin lent et régulier est considéré comme la durabilité la plus saine et à long terme en matière de perte de poids.

67

01/02/21

Les personnes qui choisissent le régime de jeûne intermittent perdent du poids lentement, à raison de 227 à 454 grammes, par semaine. Mais un déclin lent et régulier est considéré comme la durabilité la plus saine et à long terme en matière de perte de poids. Avant d’essayer le jeûne intermittent

Le Dr Reem conseille à ceux qui souhaitent essayer le jeûne intermittent de discuter de la question avec le médecin avant d’entamer le régime, car sauter certains repas et déterminer le nombre de calories consommées par jour peut être dangereux pour les personnes souffrant de maladies telles que le diabète. Les longues périodes de jeûne provoquent également des perturbations du sodium, du potassium et d’autres minéraux essentiels chez les personnes qui prennent des médicaments pour la tension artérielle ou pour le cœur. * Santé Harvard


S

PORT

La Tunisienne Ons Jabeur à «Majalla» avant le début du grand défi :

Mon objectif est d’accéder au top 10 du monde du tennis Le Caire : Abdelhakim Mohamed La joueuse Tunisienne de tennis Ons Jabeur, a confirmé que ses ambitions en 2021 consistent à se hisser dans le classement mondial qu’elle a atteint en 2020, et se placer dans les 30 premiers, avant d’ajouter dans une interview exclusive accordée à ’’La Majalla’’, qu’elle vient d’entamer une phase de préparation intense aux EAU, pour se préparer à l’Open d’Australie. Aussi, malgré sa sortie au huitième de finale du championnat d’Abou Dhabi, elle considère avoir réalisé de nombreux acquis au niveau technique, notamment la préparation pour le championnat d’Australie, et toutes les compétitions auxquelles elle participera en 2021. La joueuse explique que, malgré les progrès enregistrés au cours de l’année écoulée et les nombreuses réalisations, l’activité sportive s’est arrêtée et a été gelée dans plusieurs pays, pour cause des mesures de prévention contre le Coronavirus. Situation qui l’a empêchée de progresser. Elle a souligné avoir de grandes ambitions. Le premier consiste à faire partie du top 10 au niveau mondial, avant d’ajouter qu’elle s’investit pleinement pour concrétiser cet objectif, avec l’espoir de ne point connaitre de blessures, qui l’éloigneraient des compétitions. Précisant qu’elle s’est sentie tellement honorée de sa nomination en tant que ‘’Meilleure sportive de l’année’’ en Tunisie, son pays natal. Néanmoins, elle œuvre pour hisser très haut le nom de son pays dans les forums internationaux, et qu’elle travaille dur et se

concentre sur ce sujet. Ons Jabeur a souligné qu’elle s’intéresse au football, et naturellement, elle soutient l’équipe nationale de son pays, les Aigles de Carthage, sans s’intéresser à une équipe en particulier. Sans oublier de préciser qu’elle aime le football anglais et espagnol. Ons Jabeur est la fleur du sport tunisien et arabe, et la star de l’année écoulée dans son pays pour ses grandes réalisations, malgré la suspension de l’activité sportive longtemps en raison du Coronavirus, après que ses performances aient atteint leur apogée en 2020, en obtenant des résultats sans précédent dans le monde arabe et atteignant le quatrième tour de l’Open de France de tennis (Roland Garros), et le huitième tour de l’Open d’Australie. La Fédération internationale de tennis a considéré cette joueuse de tennis professionnelle, classée 31e, dans sa dernière mise à jour en décembre dernier, comme une source d’inspiration pour les jeunes joueurs de tennis arabes. Reste qu’Ons ne veuille guère que son rêve se limite à 2021. Ons Jabeur est née le 28 août

68

01/02/21


Ons Jabeur, joueuse de Tennis

1994 dans le gouvernorat de Monastir, en Tunisie, et a commencé à jouer au tennis à environ six ans. Elle a rejoint ensuite la capitale Tunis pour s’entraîner à l’Institut des Sports à El-Menzah, qui est un lycée sportif national pour jeunes athlètes du pays, où elle est restée plusieurs années. Elle s’est également entraînée en Belgique et en France, à partir de 16 ans. Aussi, a commencé à jouer dans la Ligue du tennis des jeunes en août 2007 avec sa compatriote Nour Abbas, elle a remporté son titre de double lors de sa première participation au Lebanon Open Tennis Championship, après qu’elle ait remporté son premier titre en simple en janvier 2009 aux championnats de tennis juniors de Fujairah aux Émirats arabes unis, où elle a également remporté un autre titre en double avec Nour Abbas. La même année, elle a commencé à remporter plus de succès dans les tournois de haut niveau, en se classant deuxième au championnat international marocain des jeunes. Elle a remporté le championnat international juniors SMASH de deuxième classe en Égypte, tous deux en simple. Elle a fait ses débuts dans les tournois du Grand Chelem junior à l’US Open 2009, perdant son match d’ouverture contre Laura Robson. Elle s’est ensuite bien lancée dans les tournois majeurs à partir de mai 2010, puis à Roland-Garros, et a battu la troisième tête de série Irina Khromacheva en demi-finale, avant de terminer sa deuxième par-

69 01/02/21

Je n’arrêterai pas de rêver, mon classement 31ème ne sera pas la fin de mes ambitions ticipation devant Jelena Svitolina, et a également ébloui le monde à Wimbledon 2010, où elle a atteint les quarts de finale du simple et les demi-finales en double. Son rêve ne s’est pas limité aux compétitions juniors, puisqu’elle a réussi à remporter son seul titre au tournoi de Roland Garros, pour devenir la première femme du monde arabe et d’Afrique à remporter le championnat du Grand Chelem Junior, et la première jeune femme tout court. Depuis la victoire d’Ismail El Shafei du titre de Wimbledon des jeunes en 1964. L’athlète tunisienne a entamé une carrière professionnelle et a fait ses adieux aux championnats juniors, en participant aux compétitions de qualification à Wimbledon et à l’US Open en 2013, et s’est hissée à la 139e place pour la première fois. À l’international, la star tunisienne a participé à toutes les épreuves en simple des grands tournois en 2017, 2018 et 2019 jusqu’à ce qu’elle réalise un grand exploit à l’Open d’Australie 2020, pour apparaître pour la première fois dans la liste des 50 meilleures


joueuses de tennis professionnels après le tournoi. Est également devenue la première femme arabe et africaine à atteindre un quart de finale d’un grand tournoi. Son ambition ne s’est pas limitée à ce stade. Le mois suivant, Jabeur continua d’avancer après avoir récolté deux cartes importantes lors de deux tournois au Moyen-Orient. Elle a eu une balle de match contre Simona Halep, deuxième tête de série, lors de sa défaite au deuxième tour aux championnats de tennis de Dubaï. Elle a ensuite atteint les quarts de finale de l’Open du Qatar, où elle a battu la numéro trois mondiale Karolina Plskova au troisième tour. Le 26 août 2020, Ons Jabeur a réalisé un exploit historique en grimpant à la 31e place du classement WTA. Ons Jabeur se confie, à ‘’La Majalla’’, sur ses rêves et ses ambitions pour la nouvelle année : * Comment avez-vous vu vos adieux au championnat d’Abu Dhabi récemment ?

Je soutiens les Aigles de Carthage dans le football et j’adore la Ligue anglaise et espagnole.

- Tous les sports ont été touchés par les mesures préventives relatives au Coronavirus. J’ai arrêté de pratiquer et de jouer pour une période assez longue. Je suis venue à Abu Dhabi pour entamer une période de préparation pour la nouvelle année, j’ai participé au tournoi, mais j’ai perdu en 8ème tour contre la Biélorusse Arena Sabalenka. Je vais me concentrer pour la prochaine période sur le championnat australien. * Quels sont vos rêves pour la nouvelle année ? Je rêve d’améliorer mon classement mondial, et je cherche à faire partie du top 10, surtout que l’année dernière a été difficile. * Mais vous avez atteint votre apogée la saison dernière ? - Oui ... J’ai obtenu de bons résultats, mais la saison s’est arrêtée et l’activité sportive a été gelée, en raison des mesures préventives contre le Coronavirus. Je suis restée longtemps sans pratiquer, à savoir de mars septembre. Situation qui a quelque peu affecté mon niveau, mais je cherche à tout dépasser, et concrétiser de nouveaux exploits. *N’est-il pas difficile d’accéder au top 10 mondial ? Je suis de votre avis, mais les rêves n’ont pas de limites… Il suffit uniquement de travailler pour concrétiser nos ambitions.

70 01/02/21

Elle s’est entrainée en France et en Belgique dès l’âge de 16 ans


Elle a commencé à jouer au tennis dès l’âge de six ans

* Comment évaluez-vous votre progression vers la 30e place du classement mondial, publié il y a quelques heures ? Je pense que je suis sur la bonne voie... Certains voient que j’ai réalisé un exploit et je le vois aussi, mais en réalité, j’ai encore beaucoup de rêves à réliser, je n’arrêterai pas de rêver. *Quels sont vos rêves pour l’Open d’Australie ? J’espère y faire de nouveaux progrès, malgré les difficultés auxquelles nous sommes confrontés à cause du Coronavirus, nous sommes arrivés ici et avons été soumis à l’isolement à l’intérieur de l’hôtel pendant une période de 14 jours. * Comment vous entraînez-vous pendant cette période ? J’essaye autant que possible de continuer mon programme d’entrainement. Je fais des exercices dans ma chambre et dans les couloirs. Je me sens investie d’une grande volonté pour défier les circonstances. * Quel est votre commentaire au sujet de votre nomination au titre du meilleure sportive de votre pays ? C’est un grand honneur pour moi, et mon objectif dans la période à venir consiste à hisser le drapeau tunisien dans les forums internationaux, et je m’efforce à travers mes entrainements à réaliser ces rêves.

71 01/02/21

Mayar Shérif dispose d’un merveilleux talent. Un avenir radieux l’attend, à condition qu’elle se concentre sur l’entrainement. * Que pensez-vous du rendement de l’Egyptienne Mayar Shérif ? J’espère que le nombre des joueuses arabes sera plus grand. Mayar Shérif trace bien son parcours, et a devant elle un bel avenir dans le monde du tennis. * Que lui conseillez-vous ? - J’espère qu’elle se concentrera entièrement sur le jeu et l’entraînement. C’est une joueuse talentueuse et elle peut aller loin, si blessures ne la maintiennent pas l’écart. * Qui suivez-vous en football ? - Sans aucun doute, je suis le football et je soutiens mon pays, la Tunisie, mais je n’ai pas choix particulier concernant les clubs internationaux. J’ai tendance à préférer la Ligue espagnole et anglaise.


Macron peut-il effacer la mémoire de la guerre d’Algérie ?  

Macron peut-il effacer la mémoire de la guerre d’Algérie ?  

Profile for majalla