Issuu on Google+

05  2009 01_Coverfinal.indd 1

20/04/09 14:04:15


1RDV.indd 1

23/04/09 9:37:08


Abonnement Recevez Rendez-Vous gratuitement chez vous en envoyant vos coordonnées par mail à rendez-vous@vdl.lu ou par téléphone: 47 96 41 14.

Photo: Julien Becker

A vos marques…

On your marks…

Comme il est désormais de tradition, le week-end de l’Ascension sera à nouveau sportif, festif et culturel, la Ville accueillant la quatrième édition de l’ING Europe Marathon Luxembourg qui se déroulera le 23 mai prochain. Une fois de plus la capitale se transformera en un grand stade mobile animé par des groupes de samba et pléthore d’attractions, tant pour les athlètes venus de tous les coins d’Europe que pour tous les flâneurs et autres curieux. Autre grand thème, occupant une place importante dans l’actualité nationale depuis quelques semaines et développé dans un grand sujet de votre City magazine: les élections législatives et les élections européennes qui auront lieu le même jour, à savoir le 7 juin. Rendez-Vous pose un regard dans les coulisses de ces élections et apporte toutes les explications sur un processus qui exige un colossal effort logistique! Ce magazine de mai consacre également un grand sujet culturel à Paul Kirps, un artiste luxembourgeois né en 1969, dont l’une des œuvres, autoreverse, est entrée dans les collections du Museum of Modern Art de New York (MoMA) et est actuellement montrée au public dans le cadre d’une exposition. Evénement majeur également des dernières semaines, le projet de tram dans la Ville de Luxembourg. Le portfolio ouvre ses pages au projet lauréat du concours d’architectes de la ligne luxembourgeoise. Par ailleurs, l’exposition sur le tram dans la ville au Musée des tramways a connu un tel succès qu’elle sera remontrée au mois de juin à la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie. Une immersion dans la communauté norvégienne dont la fête nationale Grunnlovsdagen est célébrée le 17 mai, la présentation du City Management qui, sous la houlette de Geraldine Knudson, a pour but de favoriser l’attractivité de la ville, de revitaliser le commerce et de soutenir le développement et l’implantation de nouvelles activités commerciales, et les cours de danse pour seniors offerts par le Service des Sports, sont autant de sujets abordés au fil de vos rubriques habituelles.

As is now customary, Ascension weekend shall again be a sporting, festive and cultural occasion, with the City hosting the fourth ING Europe Marathon Luxembourg, which will take place on 23 May. Once again, the capital will be transformed into a huge mobile stadium with entertainment by samba groups and a whole host of attractions, both for the athletes who have come from all corners of Europe and for all bystanders and other onlookers. Another main issue, figuring significantly in the national news over the past few weeks and the subject of a large feature in your City magazine, is the legislative elections and European elections which will take place on the same day, 7 June. Rendez-Vous takes a backstage look at these elections and explains the ins and outs of a process that requires a colossal logistical effort! This May magazine also dedicates a cultural feature to Paul Kirps, a Luxembourg artist born in 1969, one of whose works, autoreverse, has joined the collections of the Museum of Modern Art in New York (MoMA) and is currently on display to the public in an exhibition. Another major event in recent weeks has been the tramline project in the City of Luxembourg. The portfolio section will cover the scheme that won the architects competition to design the Luxembourg tramline. Moreover, the city’s tram exhibition at the Musée des tramways was so successful that it will be shown again in June at the Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie. An immersion in the Norwegian community whose national holiday Grunnlovsdagen is celebrated on 17 May, an introduction to City Management which, under the leadership of Geraldine Knudson, aims to promote the attractiveness of the city, to revitalise business and support the development and establishment of new commercial activities, and dance classes for senior citizens offered by the Service des Sports, are just some of the topics covered alongside your usual sections.

Je vous souhaite une bonne lecture!

Happy reading!

Paul Helminger Bourgmestre de la Ville de Luxembourg

Paul Helminger Mayor of the City of Luxembourg

3 02_p3_Edito.indd 3

24/04/09 15:45:21


Sommaire City Agenda The pocket size day-to-day agenda

Rubriques Find the monthly features in Rubriques

8 City News

Informations pratiques, nouveautés shopping, nouvelles adresses... Practical information, shopping news, new addresses and places to discover...

6 Agenda

Concerts, théâtre, danse, visites thématiques, Classement jour par jour.

38 Expositions Musées, galeries, institutions... toutes les expositions du mois.

56 Listing, cartes, adresses utiles Pour retrouver toutes les adresses des différents lieux en ville.

Highlights The highlights of events, exhibitions and the movie programme

74 Spectacles & Loisirs

62 International Community: Norway 174 nationalities live in Luxembourg… including 320 Norwegians. 174 nationalités cohabitent à Luxembourg… dont 320 Norvégiens.

68 Dansez, c’est bon pour le moral! La Ville de Luxembourg propose des cours de danse aux plus de 50 ans. Dancing, a great pick-me-up! The City of Luxembourg offers dancing lessons to over 50s.

126 Etat de service

Rencontre avec Geraldine Knudson, city manager de la Ville de Luxembourg.

Encounter with Geraldine Knudson, city manager of the City of Luxembourg

128 Adresses utiles

Musées, institutions, théâtres, discothèques... Guide pratique.

Concerts, danse, théâtre, opéras...

102 Expositions Musées, galeries, institutions...

130 Prochainement

Chaque mois, un aperçu des événements et manifestations à venir.

116 Cinéma

L’actualité à la Cinémathèque. Les sorties dans les salles de cinéma de la capitale.

4 03_p4_5_Sommaire.indd 4

23/04/09 14:38:29


Sommaire

Photo: Andrés Lejona

Magazine

Photo: Julien Becker

The Magazine includes portraits, interviews, stories and a portfolio

Am 7. Juni finden in Luxemburg die National- und Europawahlen statt.

Manhattan transfer The Luxembourg arts scene includes well-known figures in the contemporary arts. Take, for example, Paul Kirps.

Full steam ahead On 7 June Luxembourg votes in both national and European parliament elections.

Photo: Julien Becker

22 Startklar

La scène artistique luxembourgeoise dispose, en matière d’art contemporain, de figures largement reconnues à l’échelle internationale. Illustration par l’illustration avec Paul Kirps.

Photo: DR

40 Manhattan transfer

32 Luxembourg Blue Riband

50 Mission 2015

An overview of City of Luxembourg tramline project.

Mission 2015 Un survol du projet de tramway de la Ville de Luxembourg.

With over 100,000 spectators looking on as 8,000 people took part while dusk fell, the 2008 ING Europe Marathon in Luxembourg was a great success. The 2009 edition will hope to be even more a success. Le ruban bleu du Luxembourg Avec plus de 100 000 spectateurs s’étant déplacés pour voir passer les 8000 participants, le Marathon ING Europe 2008 a connu un succès majeur. L’édition 2009 espère rencontrer encore plus de succès.

5 03_p4_5_Sommaire.indd 5

23/04/09 14:38:40


IN & OUT OF THE BOX Let’s give it another thought

Partant d’un panorama de Luxembourg, l’architecte Rodolphe Mertens propose à la Fondation de l’Architecture une vision de la capitale telle qu’elle aurait pu l’être à l’état originel. Tout en incitant à la contemplation, l’illustration, d’une taille imposante, amène le spectateur à retrouver le cadre exceptionnel dans lequel la ville s’est développée au cours de l’histoire.

6 03bis_p6_7_panorama.indd 6

23/04/09 12:00:44


IN & OUT OF THE BOX – Let’s give it another thought. Dimensions: 450 x 200 cm (visuel principal) + 320 x 160 cm (visuel légende). Auteur: Rodolphe MERTENS, Architecte, Luxembourg. Traitement photo, conception, installation: george(s). Production, installation: d’co. A voir du 24 avril au 29 mai 2009, Black Box, Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, 1, rue de l’Aciérie, Luxembourg. T 42 75 55. www.fondarch.lu

7 03bis_p6_7_panorama.indd 7

23/04/09 12:00:51


City News

Regards sur la ville Informations pratiques, nouveautés shopping, nouvelles adresses et endroits à découvrir... Les temps forts de l’actualité citadine sont recensés au fil de ces pages, véritables fenêtres ouvertes sur la capitale en mouvement. Practical information, shopping news, new addresses and places to discover... The major topics of the city news can be found on the following pages, displaying the capital in motion. Textes: Corinne Briault, Alexis Juncosa. Photo ci-contre: Julien Becker.

N o m i n at i o n | N E W A P P OI N TM E N T

Art majeur It’s a fine art Formé in house, Kevin Muhlen est devenu, au travers d’un parcours exceptionnellement rapide, le nouveau directeur artistique du Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain. Soutenu par son prédécesseur, Enrico Lunghi, et appelé à officier aux côtés de Jo Kox, c’est sans complexes et avec enthousiasme qu’il embrasse, à 31 ans, sa nouvelle fonction. «J’avoue que j’ai été extrêmement surpris et heureux de l’unanimité dont a fait preuve le Conseil d’Administration». Au lendemain de sa nomination, Kevin Muhlen n’a rien perdu de cette spontanéité qui en fait un interlocuteur apprécié. Inconnu d’une partie du public, il ne l’est pas du milieu: «On m’a très rapidement mis le pied à l’étrier. Je me souviens notamment de Sous les Ponts le Long de la Rivière II (une exposition collective organisée dans l’espace public, ndlr.). J’ai dû apprendre à négocier avec différents partenaires publics ou privés, gérer un groupe d’artistes... Cela m’a permis de me constituer un réseau et d’acquérir des connaissances précieuses». Le travail de production reste également, pour lui, l’un des souvenirs les plus significatifs de son parcours. Kevin Muhlen: «Su-Mei Tse fut la première artiste avec laquelle j’eus la chance d’apprendre le travail monographique. Elle avait tout le Casino à disposition, il fallait vraiment penser l’espace. Créer ce lien avec un artiste fut une expérience forte», se souvient-il. Tout comme l’aventure de la Biennale de Venise où, en 2007, il fut en charge de la coordination du Pavillon luxembourgeois. Un événement qu’il retrouvera cette année, fort de sa double casquette. Kevin Muhlen: «Travailler sur Venise reste une opportunité et une expérience extraordinaire. Aussi, malgré le travail qu’il y a au Casino, je ne voudrais pas devoir renoncer à ce projet. De plus, la programmation étant bien

avancée, les deux se laissent gérer en parallèle. Concernant le Casino, mon action s’inscrira avant tout dans les axes tels qu’ils ont été définis et présentés. Développement du Project Room et de la bibliothèque, renforcement du lien avec les publics, amplification de l’aspect conférences et des médiations… Tout ceci s’inscrit dans une logique à long terme». Et question sensibilité? «Elle se construira certainement au fur et à mesure de mes prospections. Mais une chose est sûre, outre la valeur intrinsèque de l’œuvre, je suis aussi attaché à son impact purement esthétique. A chacun sa sensibilité. La mienne n’est certainement pas la même que celle de mon prédécesseur. A moi de jouer sur ces différences pour réussir à imposer ma marque au Casino». Having trained in house, Kevin Muhlen has rapid­ly climbed the career ladder and has recently been appointed as the new artistic director at the Casino Luxembourg – forum d’art contemporain. With the support of his predecessor, Enrico Lunghi, and working alongside Jo Kox, the 31-year old is embracing his new role with much enthusiasm and gusto. “I have to admit that I was totally taken aback and extremely pleased that the Board’s decision was so unanimous.” Soon after his appointment to his new role, Kevin Muhlen has not lost any of his spontaneity for which he is so well-liked. Unknown by some sectors of the public; he is a well-known face on the art scene: “My career was given a boost at a very early stage. I particularly remember working on the Sous les Ponts le Long de la Rivière II exhibition (a group exposition that was organised in the public space, ed.). I had to learn how to negotiate with various public and private partners, manage a group of

artists… It enabled me to build up a network of contacts and to acquire invaluable know-how.” He also looks back fondly on his production work as one of the best times in his career. He says: “Su-Mei Tse was the first artist with whom I had the opportunity to learn monographic work. She had the entire Casino at her disposal. We really had to think how to make the best possible use of the space. Forming such a relationship with an artist was a fantastic experience.” As was his participation in the Venice Biennale venture in 2007 at which he was responsible for curating the Luxembourg pavilion. Muhlen will be at this event again this year in his dual role, about which he says: “It is always a unique privilege and experience to work at the Venice event. Despite the work there is to do at the Casino, I wouldn’t want to miss working on this project for the world. As it was all planned well in advance, though, it’s possible to manage both things at once. As for the Casino, the majority of the work that I’ll be carrying out here will be in line with the Casino’s plans to develop the Project Room and the library, strengthen its relations with the public, focus on conferences and mediation work… It’s all part of a long-term strategy.” And what about his own particular interests in art? “I’m sure that I’ll develop my own personal interests as I go about my research work. But one thing is for sure, I’m not just attracted by the intrinsic value of a piece, but also by its purely aesthetic impact. Everyone has their own likes and dislikes, and mine are without doubt not the same as those of my predecessor. It’s down to me to make the most of these differences in taste and to make my own mark on the Casino.”

8 04_p8_20_city_News.indd 8

23/04/09 12:37:14


City News

Kevin Muhlen est devenu, au travers d’un parcours exceptionnellement rapide, le nouveau directeur artistique du Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain. Kevin Muhlen has rapidly climbed the career ladder and has just been appointed as the new artistic director of Casino Luxembourg – forum d’art contemporain.

9 04_p8_20_city_News.indd 9

23/04/09 12:37:18


01h00

2009

Nuit 16/05 16/ 05 du sport

20h00

City News

— Lultzhausen

   Base nautique Kayak nocturne Escalade nocturne Vélo tout terrain

— Bettendorf

   Hall Omnisports Indiaka

— Diekirch

EIT

GRATUIT ETRÉE EN EN TR

j.lu

w ww .sn

TE

ITE -ENTRÉE G ATU RA GR TU ÉE I

ww

   Piscine municipale Plongé Waterpolo Aquajogging    Hall Omnisports / Stade municipal Tarzan-Parcours Handball Spinning Beachvolley    Terrain multisports- Lëmmelsplaz Skate and Fun    Hall Omnisports – Gare Taekwondo    Hall sportif – école primaire Ping Pong Basket

w.

snj.lu

ENTR ÉE G RA TU

— Luxembourg-Ville

or t

Afin d’améliorer et d’intensifier le dialogue avec les citoyens concernant toutes les questions relatives à la politique communale, le collège échevinal a introduit en janvier 2006 une permanence qui rencontre un écho très favorable de la part des citoyens. Le bourgmestre et les échevins sont disponibles tous les mardis de 8 à 9h à l’Hôtel de Ville, Place Guillaume II, pour rencontrer les citoyens. Prochaines dates: les 05, 12, 19/05, les 02, 09, 16, 30/06, les 07, 14/07. In January 2006, in order to promote and improve dialogue with the public with regards to all local Government policy-related issues, the College of Alderman launched a surgery, an initiative that has gone down extremely well with the public. The Mayor and aldermen are available to see the public every Tuesday between 8 and 9 am. Next surgery dates: 5th, 12th and 19th May, 2nd, 9th, 16th and 30th June and 7th and 14th July.

www.rosedeclaire.lu

200 9

— Informations www.snj.lu

Organisateurs FLGym

Avec le soutien de

College of Aldermen receives the public

   Centre sportif René Hartmann Tir à la corde Dance Billard 5 quilles Tennis de table American Football Handball Judo, Ju-Jitsu Wing Tsun    Parc Le’h Escalade nocturne

N

Collège échevinal à l’écoute des citoyens

— Dudelange

duuit sp 16/ 05

Pa rt i C i Pat i o N

   Gare - Hall Omnisport Hiphop Indoor Football Cardio Tae-Bo Tae-Bo Boxe    Limpertsberg – Piscine Water Games Meter fir Meter schwammen Cessange – Terrains de sport Boy Konen      Beachvolley    Hollerich – Skate Park Skateboarding Streetbasket    Kirchberg – d’Coque Parcours gymnique Jeux pédagogiques

Dans le cadre de

Une trentaine d’activités sportives seront proposées sur différents sites lors de la Nuit du Sport. Some thirty sporting activities will be on offer at different locations during the Nuit du Sport.

éVéNEmENt | EVENt

Une nuit sportive Sports night Envie de découvrir des pratiques sportives inhabituelles? Préparez vos chaussures de sport et vos maillots. Le Service National de la Jeunesse, le Département Ministériel des Sports et le Service des Sports de la Ville de Luxembourg organisent la première édition de la Nuit du Sport. La manifestation propose une trentaine d’activités réparties sur une quinzaine de sites. A Luxembourg-Ville, des initiations à la danse hiphop, au Tae Bo et au Futsal seront proposées au hall omnisport du quartier de la Gare, la piscine du Limpertsberg accueillera les water games, les accros et amateurs du beachvolley seront invités à venir nombreux au terrain de sport Boy Konen à Cessange, qui dispose des conditions idéales pour exercer cette discipline. Le Skate Park à Hollerich dédiera ses activités au skate et au streetball, quant à la Coque au Kirchberg, elle permettra de découvrir le Parcours, ce sport à la mode des jeunes est proposé à deux degrés de difficulté lors de cette Nuit du Sport. Toutes les activités sont gratuites et les inscriptions se font sur place le soir même. Les activités sont organisées de manière à permettre une participation sans trop de délai d’attente. Bien que tout le monde soit bienvenu, les activités ciblent prioritairement les jeunes entre 12 et 30 ans. Les communes de Dudelange, Diekirch, Bettendorf et Lultzhausen proposent également des activités sportives alléchantes. Cette manifestation est organisée dans le cadre du plan d’action national Gesond Iessen, méi bewegen. Infos: le 16/05 de 20h à 1h. Programme complet, horaires: www.snj.lu

How would you like to try your hand at some unusual sporting activities? Then dig out your trainers and sports gear because the Service National de la Jeunesse, the Luxembourg Ministerial Department of Sports and the Sport’s Department of the City of Luxembourg are organising the city’s very first Nuit du Sport (Sports night) during which some thirty activities will be on offer at around fifteen different locations across the city. In Luxembourg City, tasters in hip-hop dancing, Tae Bo and Futsal will be given in the sports centre in the quartier de la Gare. The swimming pool in the Limpertsberg area will host water games, and all fans and amateur players of beach volleyball will be invited to head down to the Boy Konen sports ground in the Cessange area of the city, which boasts ideal conditions for beach volleyball games. The skate park in the Hollerich neighbourhood will play host to skating and streetball activities, while at the Luxembourg National Sports and Cultural Centre, D’Coque, in Kirchberg, visitors will be able to have a go at free running, the “in” sport among young people, to be offered at two different levels of ability during the Nuit du Sport. All activities are free and you can register to take part in any of the activities on the night. The organisation of activities will ensure waiting times are kept to a minimum. Although open to all, the activities are predominately aimed at young people between the ages of 12 and 30. The communes of Dudelange, Diekirch, Bettendorf and Lultzhausen will also be putting on a wealth of sporting activities to tempt you. Info: 16th May from 8 pm to 1 am. For timetables and the full programme of activities, go to: www.snj.lu

10 04_p8_20_city_News.indd 10

23/04/09 12:38:54


mydexiacard-magasin-Rendezvous.indd 1

24/04/09 15:53:24


City News C i t o y en | C OMM U N ITY

Une fête entre voisins! Illustration: Stéphanie Poras / INgrid.

Street parties

La fête des Voisins connaît chaque année un succès croissant. Neighbours’ Day is even more popular every year.

Lancée en 2000, la Fête des Voisins est devenue au fil des années un événement incontournable rassemblant quelque 8 millions de voisins à travers l’Europe. A l’occasion de cette dixième édition, le Parlement européen s’investit dans la fête et porte les valeurs de convivialité et de solidarité entre tous les citoyens européens. Tout comme de nombreuses villes en Italie, en France ou encore au Danemark, la Ville de Luxembourg s’associe comme les années précédentes à cette célébration et distribuera des affiches, des ballons afin de permettre à chacun de donner à son immeuble ou sa rue un air de fête et de renforcer les bonnes pratiques de voisinage. L’objectif étant de simplifier l’organisation, le reste n’étant que générosité et enthousiasme pour nouer des relations amicales. Tous les renseignements seront disponibles sur le site Internet de la Ville dans le courant du mois de mai. Infos: Fête des Voisins, 26 mai. www.vdl.lu

Launched in 2000, Neighbours’ Day has become a must-attend event, bringing together around 8 million neighbours across Europe. On the occasion of the tenth anniversary of this event, the European Parliament is putting its all into pre­ parations for the festivities and promoting the values of friendliness and solidarity among all European citizens. Joining many other cities in Italy, France and Denmark, for example, the City of Luxembourg will this year once again be taking part in the celebrations and will be distri­ buting posters and balloons to enable everyone to deck out their building or street for the party and to reinforce the importance of being neighbourly. The objective is to simplify the organisation of the event, allowing generosity and enthusiasm to deepen friendly relations. Further information will be available on the City of Luxembourg’s website in May. Info: Neighbours’ Day, 26th May. www.vdl.lu

Tradition

Piété populaire Remontant au XVIIe siècle, l’Octave, pèlerinage annuel en l’honneur de Notre-Dame de Luxembourg, Patronne de la Ville et du Grand Duché, est la fête religieuse la plus importante du pays. Dès 1625, de nombreux pèlerins isolés et des groupes d’étudiants se rendent dans une chapelle érigée aux Glacis. A partir de 1639, une semaine est consacrée plus particulièrement au pèlerinage et la statue de Notre-Dame est emmenée à l’intérieur de la cité, où elle s’installe définitivement en 1794. Les habitants des villages pratiquent alors le pèlerinage vers la capitale et communient à jeun avant de se rendre au Märtchen déguster le poisson frit. De cette époque viennent les fondements de l’Octave telle qu’on la connaît aujourd’hui. La Place Guillaume abrite le traditionnel marché avec ses stands d’alimentation et de souvenirs, et l’Octave se termine par une procession solennelle. Parallèlement au début des célébrations de l’Octave (le samedi 1er mai) se déroule la troisième Nuit des Cathédrales (le 02/05), les cathédrales des diocèses de Liège, Luxembourg, Metz et Trèves laisseront leurs portes ouvertes pour des concerts, expositions, conférences, spectacles, visites guidées, méditations, prières et temps de silence. Infos: Octave, du 01 au 17/05, Place Guillaume II, Luxembourg

Dating back to the 18th Century, the Octave, the annual pilgrimage in honour of Notre Dame de Luxembourg, patron saint of the City of Luxembourg and of the Grand-Duchy, is the biggest religious festival in the country. From 1625 onwards, a large number of individual pilgrims and groups of students converged in a chapel constructed at Glacis, outside the fortress walls. As of 1639, a week was devoted to the pilgrimage and the statue of Notre Dame was carried into the City of Luxembourg, where it was set down permanently in 1794. Pilgrims from the villages used to pour into the capital and take fasted Communion, before proceeding to the Oktavmäertchen to eat fried fish. The rudiments of the Octave festival as we know it today originate from this period. The traditional market, with its food and souvenir stalls, is held on Place Guillaume, and the Octave ends with a solemn procession. Parallel to the start of the Octave celebrations (on Saturday 1st May), the third Nuit des Cathédrales is to take place on 2nd May, when the cathedrals of the dioceses of Liege (B), Luxembourg, Metz (F) and Trier (D) will be open until midnight, offering concerts, exhibitions, talks, shows, guided tours, meditation, prayer and periods of silence. Info: Octave, from 1st to 17th May, Place Guillaume II, Luxembourg

Photo: Photothèque Ville de Luxembourg

Popular piety

Cette année, le marché de l’Octave ouvre ses portes le 1er mai. This year, the Octave market will open on 1st May.

12 04_p8_20_city_News.indd 12

23/04/09 12:39:02


Pour vous révéler notre dernière œuvre d’art, nous avons fait appel à l’inspiration visionnaire de Robin Rhode, qui s’est servi de la nouvelle BMW Z4 pour exprimer graphiquement la véritable jubilation qu’elle provoque. Evolution remarquable de sa devancière, la nouvelle BMW Z4 dispose d’un intérieur élégant et raffiné, d’un hardtop rétractable, d’une ligne suprêmement belle et d’une motorisation 6 cylindres extrêmement dynamique. Le tout témoigne d’une inspiration exceptionnelle. Cette création se découvre sur www.bmw.lu/z4experience

BMW Z4 Roadster

Le plaisir de conduire

La nouvelle BMW Z4 Roadster. Jubilatoire.

Arnold Kontz 184, Route de Thionville L-2610 Luxembourg Tél. 49 19 41-1 info@arnoldkontz.net.bmw.lu www.arnoldkontz.bmw.lu

Bernard Muzzolini 2, Rue Jos Kieffer L-4176 Esch-sur-Alzette Tél. 57 26 26-1 info@muzzolini.net.bmw.lu www.muzzolini.bmw.lu

Carlo Schmitz 21, Rue de la Gare L-7535 Mersch Tél. 32 91 11 info@schmitz.net.bmw.lu www.schmitz.bmw.lu

Jeannot Schweig 6, Rue Principale L-9806 Hosingen Tél. 92 13 76 info@schweig.net.bmw.lu www.schweig.bmw.lu

Avec les contrats d’entretien avantageux BMW Serenity, votre BMW est maintenue en pleine forme. Votre BMW bénéficie durant 5 ans des services de mobilité BMW Mobile Care. Informations environnementales : www.bmw.lu

Consommation moyenne (l/100km)/émission CO2 (g/km) : 9,4-8,2/219-192

BMW9458_300x230_LU.indd 1

15/04/09 10:38:18


City News

S h opp i n g

Marché du dimanche Sunday market

Photo: G. Fessy©CJCE

Devenu désormais un rendez-vous incontournable tous les troisièmes dimanches du mois pour les amateurs d’achats dominicaux, le Glacismaart s’installe Place des Glacis le 17 mai prochain de 10h à 17h. Fleurs, fruits et légumes, jambons, poulets rôtis, ce grand marché du dimanche est également ouvert aux brocanteurs, marchands de vêtements et textiles; la journée se veut résolument festive et conviviale. A côté des étals des marchands de tous styles où les plus grands peuvent s’approvisionner tranquillement, un programme ludique est prévu pour les enfants. Info : www.vdl.lu

La Cour de Justice des Communautés européennes ouvre grand ses portes au public pour un programme de visites spécial pendant cette journée. The European Court of Justice will be opening its doors to the public for a programme of special tours throughout the day. A n n i v e r s a i r e | C E L E B R AT I O NS

L’Europe en fête

Photo: Confédération luxembourgeoise du commerce

A Europe-wide party

Having firmly established itself as an important date in the diary for Sunday shoppers every third Sunday of the month, the Glacismaart, following its winter break, will be back in place on Place des Glacis on 17th May between 10 am and 5 pm. Selling flowers, fruit and vegetables, hams and roast chickens, this large-scale Sunday market is also open to traders of bric-a-brac, clothes and textiles – guaranteeing a friendly, lively day out. Alongside all the different traders’ stalls, where adults can shop at their leisure, a fun-packed programme of events is provided for children. Info: www.vdl.lu

La Journée de l’Europe, dans tous les États membres de l’Union européenne, est l’occasion de manifestations populaires et de festivités en vue de rapprocher l’Europe de ses citoyens. Audelà de l’aspect festif, c’est aussi une journée d’information et de discussion. Au Luxembourg, les initiatives se multiplieront et tout au long de la journée des spectacles de musique et de danse seront présentés Place d’Armes, des stands d’information permettront de découvrir les aspects culturels et géographiques des 27 États membres de l’Union européenne et renseignent sur les institutions et le fonctionnement de l’UE et il sera aussi possible de visiter le nouveau bâtiment de la Cour de Justice des Communautés européennes ouvrant ses portes au public (14-18h) avec visites de la salle d’audience, la Salle des pas perdus, la Salle des délibérés et la Galerie. Les services de traduction des institutions européennes se présenteront à la Cité Bibliothèque de la Ville de Luxembourg, le Bureau d’information du Parlement européen proposera des ateliers pédagogiques. M. Jacques Schoumaker, participant luxembourgeois au Bocuse d’Or 2009, avec des étudiants du Lycée technique hôtelier de Diekirch, réalisera des pâtisseries pour le public. Sera en outre installée une choice box rue de la Reine, qui permettra aux électeurs de poser leurs questions sur les élections européennes et de s’exprimer sur l’Union européenne. Infos: le 09/05, de 11 à 19h. Programme détaillé: www.europaforum.lu

Europe Day, celebrated in all of the EU member states, is a day of events and festivities intended to bring Europe closer to its citizens. In addition to the festive feel to the day, Europe Day is also a day for information and discussions. In Luxembourg, many activities are being orga­ nised, and throughout the day, music and dance shows will take place. On Place d’Armes, information stalls will provide visitors with cultural and geographical information on the 27 EU member states, as well as information on the institutions and role of the EU. The public will also be invited to visit the new European Court of Justice building (from 2 to 6 pm), with tours of the courtroom, the hall of law courts, the deliberation room and the gallery. The European institutions’ translation departments will be in resi­d­en­ce at the Cité Library, while the European Parliament information office will be holding educational workshops. Together with students from the Diekirch Hotel and Gastronomy School, Mr Jacques Schoumaker, Luxembourg’s candidate in the 2009 Bocuse d’Or culinary competition, will be making pastries for the general public. A choice box is also planned to be set up on rue de la Reine in which voters can ask any questions they may have about the European elections and have their say on the European Union. Info: 9th May, from 11 am to 7 pm. For a detailed programme of events, go to: www.europaforum.lu

14 04_p8_20_city_News.indd 14

24/04/09 16:01:05


MINI@arnoldkontz.lu

MIN1098_Kontz_Cabrio_300x230.indd 1

4/23/09 4:46:38 PM


City News CyEL 2009 | CyEL 2009

L’entrepreneur le plus créatif de l’année Most creative entrepreneur of the year Pour la troisième année consécutive, l’équipe CYEL de la Junior Chamber International Luxembourg (le plus important réseau mondial de jeunes dirigeants et entrepreneurs, qui s’attachent à développer et soutenir des projets remarquables dans ces domaines) était à la recherche de l’entrepreneur le plus créatif du Grand-Duché de Luxembourg pour l’édition 2009 du concours. S’adressant aux jeunes entrepreneurs ayant été remarqués pour avoir utilisé leur imagination, leur créativité dans la résolution d’une problématique ou l’approche du marché, le concours Creative Young Entrepreneur Luxembourg (CYEL) était accessible à tout entrepreneur installé à Luxembourg. Un jury indépendant a évalué les dossiers en vue de sélectionner les 3 finalistes dans la communauté nationale des jeunes entrepreneurs créatifs et annoncera les noms de vainqueurs à la fin du mois de mai. Les finalistes CYEL nationaux seront également nommés comme participants au concours mondial Creative Young Entrepreneur Awards 2009 et auront ainsi l’opportunité de devenir le jeune entrepreneur le plus créatif au monde. Infos: www.cyel.lu

For the third consecutive year, the CYEL team from the Junior Chamber International Luxembourg (the world’s largest network of young managers and entrepreneurs, aimed at developing and supporting outstanding projects in all fields of business) has been on the hunt for the most creative entrepreneur in Luxembourg for the 2009 session of the competition. Aimed at young entrepreneurs who have been noted for their imagination and creativity in solving a problem or in their approach to the market, the Creative Young Entrepreneur Luxembourg (CYEL) competition is open to all entrepreneurs who work within or own a company in Luxembourg. An independent jury has been evaluating the entries in order to select the 3 national finalists and is set to announce the names of the winners at the end of May. The national CYEL finalists will also be nominated as participants in the international Creative Young Entrepreneur Awards 2009 competition and will thus have the opportunity to become the world’s most creative young entrepreneur. Info: www.cyel.lu

J o U r N é E E U r o P é E N N E D E L a m E r | E U r o P E a N m a r i t i m E D ay

Prendre le large! Première édition du genre instituée par la Commission européenne, la Journée Européenne de la Mer se déroulera le 20 mai au cœur de la ville. A Luxembourg, la journée aura pour objectif de faire prendre conscience que l’économie maritime a des répercussions bien au-delà des régions côtières. La journée sensibilisera à l’importance de l’économie maritime et au fait que l’environnement maritime est précieux qu’il faut le préserver. La manifestation se déroulera Place d’Armes et accueillera des espaces informations et animations ouverts au grand public notamment ceux de CFL Cargo et CFL MM assurant le lien du Luxembourg avec la Mer, c’est-à-dire avec les ports maritimes, ceux du secteur du dragage avec les entreprises DEME et Jan de Nul expliquant leurs projets marquants (construction d’îles artificielles à Dubaï), à découvrir aussi une exposition d’un concours photos. L’événement est porté par le Cluster maritime luxembourgeois avec le support de la Commission européenne, associé au ministère de l’Economie et du Commerce extérieur (commissariat aux Affaires maritimes) et la Ville de Luxembourg. Infos: 20/05, Place d’Armes, Luxembourg.

As the first day of its kind to be organised by the European Commission, the European Maritime Day is to be held on 20th May in the centre of the City of Luxembourg. In Luxembourg the objective of the Maritime Day is therefore to inform people of how the maritime economy can have repercussions far beyond costal regions. The event is thus hoped to raise awareness of the important role of the maritime economy. The event will be held on Places d’Armes: information areas, exhibition and activities open to the general public organised by, in particular, CFL Cargo and CFL MM, to promote the link between Luxembourg and the sea, i.e. seaports, and information areas and activities organised by the dredging sector in conjunction with the companies DEME and Jan de Nul, who will present their exciting projects (construction of artificial islands in Dubai). The event will be funded by the Luxembourg Maritime Cluster, with the support of the European Commission, in association with the Luxembourg Ministry of the Economy and Foreign Trade (Commissioner of Maritime Affairs) and the City of Luxembourg. Info: 20th May, Place d’Armes, Luxembourg.

Photo: CmL

Take to the Sea

La Journée Européenne de la mer a pour objet de faire prendre conscience au grand public de l’importance de l’économie maritime. the objective of the European Maritime Day is to raise the general public’s awareness of the important role of the maritime economy.

16 04_p8_20_city_News.indd 16

23/04/09 12:39:13


BUL_AN_RDV.pdf

4/22/09

11:24:10 AM

bulthaup

La cuisine est l’espace de vie par excellence et va bien au-delà d’une simple zone de travail. Nous concevons et réalisons l’aménagement et l’équipement personnalisés de votre cuisine. Comme toujours chez bulthaup.

Espace bulthaup Luxembourg. 123, route d'Arlon L-8009 Strassen. Tél.: +352 45 45 04. bulthaup@anc.lu


B i j o u x | J E W E L L RY

Orfèvre d’art Goldsmith art

Photo: Editus

Photo: Etienne Delorme

City News

D é m é n a ge m en t | new a dd r ess

La Mouerenapdikt quitte la Grand’Rue À pa r a Î t r e | C OMI N G S OO N

Photo: Etienne Delorme

Depuis quelques semaines, l’orfèvre émailleur autrichien Frey Wille s’est installé au coeur de la capitale luxembourgeoise. Créés par des artistes, les bijoux de la marque sont fabriqués à Vienne et possèdent une dimension artistique unique. Les designs sont inspirés par des œuvres célèbres de Monet, Mucha ou Klimt, les éléments décoratifs sont choisis avec soin, et la fabrication reste artisanale, leur conférant une qualité irréprochable. La capacité de production est limitée par souci de maintenir cette qualité irréprochable tant sur le plan technique qu’artistique. Le spécialiste de l’émail propose également dans sa vitrine luxembourgeoise une série d’accessoires. Infos: Frey Wille 83, Grand Rue à Luxembourg, T: 27 47 80 24

A few weeks ago, the Austrian enameller and goldsmith Frey Wille opened its store in the centre of the City of Luxembourg. Designed by artists, Frey Wille jewellery is made in Vienna and has a unique artistic quality. Inspiration for designs is taken from famous works of art by artists such as Monet, Mucha and Klimt. Decorative elements are carefully selected and the pieces continue to be handcrafted today, which affords them a faultless quality. The jeweller has purposely limited its production capacity in order to maintain this level of faultless technical and artistic quality. The enamel specialist also sells a range of accessories in its Luxembourg store. Info: Frey Wille, 83, Grand Rue, Luxembourg. Tel.: 27 47 80 24

Mouerenazdikt pharmacy moves from the Grand-Rue Après 206 années passées Grand-Rue, une des plus anciennes pharmacies du Luxembourg a déménagé. La pharmacie des Nègres, Mouerenapdikt, s’est installée 3, Val Sainte Croix au coin adjacent au square de New York, place de l’Étoile. Profitant de l’occasion, la pharmacie a également changé de nom et les clients peuvent la retrouver désormais sous celui de Ginkgo Apdikt, une référence au Ginkgo biloba, arbre le plus ancien du monde et synonyme de force. Les nouveaux locaux plus modernes et spacieux permettent des référencements de nouvelles marques et de nouveaux services sont proposés: les clients ont la possibilité de déposer leurs ordonnances le matin dans une boîte aux lettres prévue à cet effet et de venir prendre leurs médicaments le soir; ils pourront également passer leurs commandes par e-mail. Infos: Ginkgo Apdikt, 3 val Sainte Croix, Luxembourg. T: 22 21 74, pharmacie@ginkgo.lu After 206 years on the Grand-Rue, one of Luxembourg’s oldest pharmacies has moved. The African pharmacy Mouerenapdikt has moved to 3, Val Sainte Croix, on the corner of square de New York, near place de l’Étoile. To coincide with its new address, the pharmacy has also decided to change its name to Ginkgo Apdikt, a reference to Ginkgo biloba, the world’s oldest tree, known for its powerful properties. Its new spacious modern premises will enable the pharmacy to stock new brands and provide new services. Customers can opt to drop off their prescriptions in a special letterbox in the morning and return to collect them in the evening; alternatively, they can send their orders to the pharmacy by e-mail. Info: Ginkgo Apdikt, 3, Val Sainte Croix, Luxembourg. Tel.: 22 21 74, pharmacie@ginkgo.lu

Editus City, deuxième! Editus City II Pour la seconde fois paraît début mai Editus City avec toujours dans la même optique: aider les férus de shopping et loisirs. Pour sa deuxième édition, le plus jeune des annuaires d’Editus bénéficiera d’un tirage de 75 000 exemplaires, tout en conservant son format de poche grâce auquel il peut accompagner son utilisateur dans tous ses déplacements. Editus City s’adresse aux citadins actifs, résidents, frontaliers, touristes et business touristes, mais également à toute personne adepte du shopping et des loisirs. Il contient, entre autres, des informations pratiques, un calendrier des mani­festations culturelles, près de 60 plans détaillés et des bons de réduction annuels et des coupons de réductions offerts aux utilisateurs par des professionnels présents dans l’annuaire. Le guide sera distribué dans divers endroits de la ville lors de sa parution. Infos: www.edituscity.lu The second edition of Editus City is due out at the start of May, but the idea behind the guide is set to remain the same: to provide a musthave guide for shopping and leisure fans. 75,000 copies of this second edition of Editus’ latest directory are to be printed and its handy pocket format is to be retained, so that users can take it with them wherever they go. Editus City is aimed at people living in the city, locals, borderers, tourists and business tourists, as well as anyone who simply enjoys shopping and leisure activities. The guide contains, among other things, practical information, more than 60 detailed maps, a diary of cultural events and money-off coupons and annual discount vouchers brought to readers by retailers and leisure operators who feature in the directory. The guide will be distributed in various locations around the City of Luxembourg as soon as it comes out. Info: www.edituscity.lu

18 04_p8_20_city_News.indd 18

23/04/09 12:39:19


Photo: Andrés Lejona

City News

La collaboration de la LVI a permis d’agrémenter la nouvelle édition de nouveaux tours. New routes have been added to the new edition, thanks to collaboration with LVI. N o uvelle é d i t i o n | HOT O F F TH E P R E S S

Le Luxembourg à vélo Luxembourg by bike La troisième édition du VeloTour Luxembourg – Les 13 plus beaux circuits-découvertes sur pistes cyclables est parue. Cette réédition entièrement retravaillée, enrichie et pratique a bénéficié de la collaboration et des compétences de la Lëtzebuerger Vëlos-Initiativ (LVI). Cette troisième édition tient compte des plus récents aménagements dans le pays: les tours ont été portés sur deux cartes topographiques dépliables du GrandDuché à l’échelle 1:50.000. Une troisième carte avec les plans des villes de Luxembourg et d’Esch-sur-Alzette au format 1:5.000 contient toutes les pistes cyclables municipales, ainsi que l’emplacement des bornes de location de Vel’oh! et Äre Vëlo, eise Vëlo. En outre, les experts de la LVI ont élaboré plusieurs nouveaux tours qui permettent de découvrir l’important réseau national de pistes cyclables. Les 13 circuits – pratiquement tous en boucle – présentés dans VeloTour Luxembourg sont détaillés dans un livret. Des illustrations et de courts textes descriptifs renseignent sur les curiosités touristiques en marge des routes. Le profil du parcours donne des indications sur chaque tour, sa longueur et permet à tous, sportif accompli ou cycliste du dimanche, de pouvoir profiter de ces itinéraires. Infos: VeloTour Luxembourg – Les 13 plus beaux circuits-découvertes sur pistes cyclables, Editions Guy Binsfeld. Disponible en librairie.

The third edition of VeloTour Luxembourg – Les 13 plus beaux circuits-découvertes sur pistes cyclables (VeloTour Luxembourg, 13 charming tours of discovery on Luxembourg’s cycle paths) is now out. This new edition, edited in collaboration with and benefiting from the expertise of the Luxembourg cycling initiative LVI (Lëtzebuerger Vëlos-Initiativ), has been fully reworked and is up to date and practical. The edition takes into account all the very latest roads and routes in Luxembourg. Routes are marked out on two fold-out topographical maps of Luxembourg, and a third map provides town plans of the City of Luxembourg and the town of Esch-sur-Alzette and includes all the urban cycle paths and locations of Vel’oh! and Äre Vëlo, eise Vëlo bike hire terminals. Moreover, LVI experts have also mapped out several new routes to help cyclists discover Luxembourg’s large network of cycle paths. Illustrations and brief descriptions also provide information on tourist attractions along the way, while tour profiles provide information for each route, as well as route times, making itineraries appealing to everyone, whether keen sportsman or weekend cyclist. Info: VeloTour Luxembourg – Les 13 plus beaux circuits-découvertes sur pistes cyclables, Editions Guy Binsfeld. Available in bookshops now.

20 04_p8_20_city_News.indd 20

23/04/09 12:39:26


Galerie d’Art Contemporain

METZ

Mohamed

Furûsiyya - 100 x 100 cm - Technique mixte sur toile

LEKLETI Exposition du 25 avril au 5 juin 2009

Galerie d’Art Contemporain Quartier de l’amphithéâtre

METZ

à côté du centre POMPIDOU-METZ 69 rue Lothaire 57000 METZ

www.cridart.com


Jean Ensch vom Bierger Center der Stadt Luxembourg. From the City of Luxembourg’s Bierger Center.

05_p22_30_election.indd 22

23/04/09 12:47:20


Wahlen 2009

Startklar Text: Vibeke Walter. Photos: Julien Becker.

A

m 7. Juni 2009 finden in Luxemburg die National- und Europawahlen statt. Für die wahlberechtigten Bürger bedeutet dies ihrer politischen Pflicht nachzukommen; für die Beteiligten hinter und vor den Kulissen der Wahlbüros vor allem jede Menge Arbeit. Das Großherzogtum ist eines der wenigen Länder weltweit, in dem Wahlpflicht besteht. Genau wie z.B. auch in Belgien oder Griechenland sind die wahlberechtigten Einwohner hierzulande seit 1919 per Gesetz dazu verpflichtet, sich mit dem politischen System zumindest per Stimmzettel auseinanderzusetzen. Tun sie dies nicht, drohen Geldstrafen zwischen 200 und 1000 Euros. „Luxemburg ist ein kleines Land, und es ist daher umso wichtiger, dass die Abgeordnetenkammer ihre Legitimierung von möglichst allen Wahlberechtigten erhält“, erklärt Jean Ensch vom Bierger-Center der Stadt Luxemburg. In der Hauptstadt sind

es rund 29 000 Menschen, die im Juni ihre Stimme abgeben müssen: Die Luxemburger für die Wahlen zur nationalen Abgeordnetenkammer (auf luxemburgisch auch Chamber genannt) und zum Europaparlament, für die rund 2800 in das Wählerverzeichnis eingetragenen Ausländer nur für letzteres. „Wir erfassen alle Wahlberechtigten in der Stadt und sorgen für die Aktualisierung der Wählerlisten, z.B. nachdem jemand um- oder weggezogen ist. Außerdem können sich Ausländer bei uns registrieren lassen, um mitwählen zu können“, ergänzt Matthieu Herr vom Bierger-Center. EU-Bürger, die mindestens seit zwei Jahren ihren Wohnsitz in Luxemburg haben, dürfen ihre Stimme bei den Europawahlen auch für einen der Luxemburger Kandidaten abgeben (Anmeldefrist war der 12. März); insgesamt  English version pages 28-30

23 05_p22_30_election.indd 23

23/04/09 12:47:23


Wahlberechtige EU-Bürger dürfen bei den Europaparlament- und Kommunalwahlen ihre Stimme abgeben. EU citizens on the electoral register can vote in European parliament and local government elections.

  stellt Luxemburg sechs Vertreter im Europaparlament. Seit 2005 dürfen ferner alle Ausländer, auch Nicht EU-Bürger, die mindestens seit fünf Jahren hierzulande wohnen, ebenfalls bei den Kommunalwahlen (die nächsten finden 2012 statt) ihre Stimme abgeben. Von 1999 an war dies zunächst nur den EU-Ausländern vorbehalten. Da das Land Luxemburg mit über 40% europaweit einen der höchsten Ausländeranteile verzeichnet (in der Stadt Luxemburg sind es sogar über 60%) eine fast unumgängliche Entscheidung, um möglichst vielen Bürgern die politische Mitsprache zumindest auf Gemeindeebene zu ermöglichen. Im Rahmen einer Gesetzänderung soll die Frist sogar auf mindestens zwei Jahre heruntergesetzt werden. Die Vorbereitungen für die National- und Europawahlen laufen bereits seit Februar auf Hochtouren. 118 Wahlbüros, wovon allein fünf nur für die Briefwahl zuständig sind, werden in der ganzen Stadt verteilt von 8 bis 14 Uhr geöffnet sein. „Wir gehen dabei pragmatisch vor und teilen die Stadt und ihre Viertel je nach Größe, Einwohnerzahl und Infrastrukturen in verschiedene Bezirke auf. Wichtig ist für uns, dass die Bürger wenn möglich in ihrem Viertel wählen gehen können. Dabei schauen wir pro Stadtteil, wie sich die Wähler dem Alphabet nach aufteilen lassen, damit wir pro Wahlbüro um die 200 aber nicht mehr als 400 Wähler haben, da sonst die Säle schnell überfüllt sind und außerdem die anschließende Auszählung sehr langwierig wird. Außerdem ist eine unserer Aufgaben die schriftliche Einberufung zur Wahl sowie die Vorbereitung der Wählerlisten, die einen Tag vor den Wahlen zusammen mit den Stimmzetteln, welche wiederum in einem versiegelten Paket eingeschlossen sein müssen, zu den Wahlbüros gebracht werden“, beschreibt Jean

Ensch die administrative Planung. Der anfallende erhebliche logistische Aufwand wird in enger Zusammenarbeit mit dem hauptstädtischen Service de l´architecte gemeistert. Gemeinsam werden potenzielle Gebäude, wie z.B. Schulen oder Kulturzentren, in der Stadt inspiziert und auf ihre Zugänglichkeit und räumliche Eignung hin überprüft. Die Mitarbeiter des

„ Wir erfassen alle Wahlberechtigten in der Stadt.“

Service de l´architecte müssen zudem sicherstellen, dass am 7. Juni genügend Tische und Stühle und vor allem funktionstüchtige Wahlurnen sowie -kabinen zur Verfügung stehen. Abtrennwände müssen aufgestellt, Beschilderungen korrekt angebracht, Büromaterial sowie getrennte Ein- und Ausgänge vorgesehen werden. „Zuerst klären wir, wie viele Wähler pro Stadtteil aufgeführt sind und wie viele Säle daraufhin notwendig werden. Falls Vereine die von uns gewählten Räumlichkeiten nutzen, müssen wir sie informieren, dass spätestens eine Woche vor den Wahlen dort keine Aktivitäten mehr stattfinden sollten. Außerdem müssen wir uns mit dem Service de l´enseignement absprechen, welche Klassensäle in Frage kommen. Diese werden vor den Wahlen übrigens als letzte ausgeräumt bzw. eingerichtet, damit der Schulalltag möglichst lange ungestört bleibt. Ist die Auswahl abgeschlossen, wird das Hauptwahlbüro über die Verteilung und Lage der verschiedenen 

24 05_p22_30_election.indd 24

23/04/09 12:47:29


2S^cWa#O\a Z¸OdS\W`O^^O`bWS\bOcb`OW\ &#' '#O\aRSb`OW\#O\aR¸c\SVWab]W`S^OaaW]\\O\bSRS^`]U`|a bSQV\W_cSaR¸OdO\Q{Sa{Q]Z]UW_cSaSbRS^ZOWaW`RSd]gOUS`#O\aOcaS`dWQS RS Z¸{Q]\][WS ZcfS[P]c`US]WaS RS ZO []PWZWb{ Rc`OPZS Rc ^Oga Sb RS aSa QWb]gS\a >]c` T}bS` QS #S O\\WdS`aOW`S RS \][P`Scf {d{\S[S\ba aS`]\b ]`UO\Wa{ab]cbOcZ]\URSZ¸O\\{S


Jede politische Liste hat das Recht einen Beobachter in Wahlbüros zu entsenden. Each political party on the electoral list has the right to send an observer to the polling stations.

  Wahlbüros informiert. Am Wahltag selbst steht dann ein Lkw mit einem Mitarbeiterteam für den Notfall auf Abruf bereit, wenn z.B. irgendwo eine Tür nicht aufgeht oder Material fehlt. Die Hausmeister der jeweiligen Gebäude müssen ab 7 Uhr morgens ebenfalls vor Ort sein und dafür sorgen, dass die Räume offen sind“, erläutert Jean Ensch. Besonders aufwändig ist die Organisation der Briefwahl, die man zehn Wochen bis spätestens 30 Tage vor den Wahlen anfragen kann. Die Stimmzettel für die National- bzw. Europawahlen müssen jeweils getrennt voneinander verpackt und anschließend per Einschreiben und Empfangsbestätigung in einem Sammelumschlag zugestellt werden. Jedes Jahr werden für die Stadt Luxemburg bis zu 2000 Anträge auf Briefwahl gestellt. Sie sollte allerdings eine Ausnahme bleiben und nur angefragt werden, wenn ein persönliches Erscheinen im Wahlbüro wirklich unmöglich ist.

„Das Hauptwahlbüro ist per Telefon stets mit den Wahlbüros in Kontakt.“

Nach Schließung der Wahlbüros erfolgt zunächst die Stimmenauszählung für die Wahlen zur Abgeordnetenkammer und erst danach für das Europaparlament. Früher durften die Stimmen zur Europawahl sogar erst nach 22 Uhr ausgezählt werden, wenn man sicher sein konnte, dass europaweit alle Wahlbüros geschlos­sen waren und keine Beeinflussung der Ergebnisse durch Resultate aus anderen Ländern stattfinden konnte. Den Vorsitz über die Wahlbüros in den einzelnen Stadtteilen übt das Hauptwahlbüro aus, das sonst im Cercle Municipal, dieses Jahr jedoch im alten Gerichtsgebäude in der rue du Palais de Justice untergebracht ist. Dessen Präsident, der gleichzeitig auch Präsident des Bezirksgerichts ist, ernennt der Hierarchie der

Gerichtsbarkeit folgend, die Präsidenten der anderen Wahlbüros. Diese wiederum stellen vier Beisitzende sowie vier Ersatz-Beisitzende und einen Sekretär für ihr jeweiliges Büro zusammen. Außerdem hat jede politische Liste das Recht, einen Zeugen, allerdings nur in beobachtender Funktion, in die Wahlbüros zu entsenden. „Die Beisitzenden müssen in der Gemeinde wahlberechtigt und unabhängig sein, d.h. z.B. nicht mit einem der Kandidaten in einem Verwandtschaftsverhältnis stehen. Zusätzlich müssen sie lesen und schreiben können, was vom Sekretär bis zur Gesetzesänderung im Jahr 2003 nicht verlangt wurde“, schmunzelt Jean Ensch. Nachdem die Wahlbüros geschlossen sind, werden vor Ort die Stimmen ausgezählt und die Wahlzettel kontrolliert. Ein nicht ausgefüllter Wahlzettel (bulletin blanc) muss dabei ebenso berücksichtigt werden wie ein ungültiger Wahlzettel (bulletin nul). Dies ist z.B. der Fall, wenn mehr Stimmen als Kandidaten abgegeben oder der Stimmzettel kenntlich gemacht, also z.B. unterschrieben wurde. Anschließend wird ein offizielles Protokoll erstellt und mit den Stimmzetteln in einem versiegelten Umschlag zum Hauptwahlbüro gebracht. Dort wird geprüft, ob die Stimmzettel korrekt bzw. vollzählig abgegeben wurden, das Protokoll ausgefüllt wurde und die Angaben zur Aufwandsentschädigung für die Wahlbüro-Mannschaft vermerkt sind. Als Ort der Stimmen­abgabe ist dieses Büro nicht vorgesehen, allerdings dient es den Wahlbüros als Anlaufstelle, um Problemfälle zu überprüfen bzw. darüber zu entscheiden, oder wenn Wähler z.B. nach einem Umzug nicht wissen, wo sie wählen gehen sollen. Das Hauptwahlbüro ist per Telefon stets mit den Wahlbüros in Kontakt, um seine koordinierende Funktion optimal erfüllen zu können. Zudem beherbergt es das bureau centralisateur der Regierung. Hier werden die nach und nach eintreffenden ersten Resultate aus den Wahlbüros per Computer erfasst und zu Hochrechnungen für die Presse verarbeitet, damit die Bürger so schnell wie möglich darüber informiert werden können, wie sich ihre Wahlpflicht für die weiteren fünf Jahre auf die hiesige Parteienlandschaft ausgewirkt hat.

26 05_p22_30_election.indd 26

23/04/09 12:47:34


LA FOIRE SURPRISES, SAVEURS ET TRADITIONS l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération. / * Données 2009, non contractuelles.

pluS De 8 KiloMÈTreS* De viTrineS DeSTinÉeS Au SHoppinG en FAMille eT enTre AMiS

viniGAST

déguster

MobiGAST cuisiner

FlorivA jardiner

ServiceS

s’informer

SHop’in s’embellir

HeureS D’ouverTure: En sEmainE 14-21h, samEdi Et dimanchE 10-19h, AuTorouTe A1, SorTie 8 www.luxexpo.lu live erliewen!

LEXPO_AD_Printemps_RDV_230x300_0409.indd 1

4/24/09 3:13 PM


118 Wahlbüros sind in der ganzen Stadt verteilt. 118 polling stations are spread throughout the city.

Full steam ahead O

n 7 June 2009 Luxembourg votes in both national and European parliament elections. For those on the electoral register, this means fulfilling their political duty; for those involved behind the scenes and front of house at the polling stations, it means plenty of work. The Grand Duchy is one of the few countries in the world in which voting is compulsory. Just as in Belgium or Greece, for example, citizens on the electoral register have been required to engage in the political system via a ballot paper since 1919. If they fail to do so, they can face fines of between 200 and 1,000 euros. “Luxembourg is a small country, which means it is even more important that elected officials receive their mandate from as much of the electorate as possible,” explains Jean Ensch from the City of Luxembourg’s BiergerCenter. In the capital city that means some 29,000 people will be required to vote in June: Luxembourgers in the elections for the national parliament (the Chamber in Luxembourgish) and the European parliament, as well as some 2,800 foreigners who are registered to vote in only the latter. “We encompass everyone with a right to vote in the city and make sure the electoral register is up to date, for instance if someone moves or leaves

the city. In addition, foreigners can also register to vote with us,” says Matthieu Herr from the Bierger-Center. EU citizens who have lived in Luxembourg for at least two years can vote for a Luxembourg candidate in the European parliament elections (deadline for registration was 12 March). Luxembourg currently has six representatives in the European parliament. Since 2005, all foreigners – including non-EU citizens – who have lived in the country for at least five years are also eligible to vote in local government elections. The next take place in 2012. Previously, from 1999 onwards, only

“ We encompass everyone with a right to vote in the city.”

EU citizens were allowed to vote in the local elections. Because Luxembourg has by far the highest proportion of foreign residents in the EU – 40% of all residents in the country and

28 05_p22_30_election.indd 28

23/04/09 12:47:41


Matthieu Herr vom Bierger Center. From the Bierger Center.

more than 60% of residents in the capital city are non-Luxembourgers – involving as many of them as possible in the political process, at least at local government level, was an inevitable decision. A future amendment to the law is likely to reduce the residency requirement to just two years. Preparations for the national and European elections have been running at full steam since February. 118 polling stations, of which five are responsible only for postal votes, are spread throughout the city. They are open from 8 am to 2 pm. “This is a very pragmatic process that divides the city and its neighbourhoods into electoral districts, taking into account population numbers and infrastructure. We think it is important that citizens can vote in their neighbourhood where possible. We look at how the electorate is distributed alphabetically in each district of the city, so that we have around 200, but never more than 400 voters. Otherwise the polling stations quickly reach their capacity and it also leads to a very drawn out vote count. In addition, it is our job to prepare the written summons to the polls, as well as the electoral lists, which are brought to the polling station the day before the election together with the ballot papers, which are sealed in an envelope,” says Jean Ensch of the administrative planning required for the elections. The substantial logistical endeavour associated with the elections is mastered in close association with the city’s building department. Potential buildings for polling stations, such as schools or cultural centres, are inspected for their accessibility and appropriate space. Building department employees also have to ensure there are enough tables and chairs available, as well as fully functioning ballot boxes and voting booths. Dividing walls have to be erected, clear signs have to be put in place, office equipment installed and separate entrances and exits made available. “First of all we have to check how many voters are registered in each city district and how many rooms we require for them. If a club uses a venue we have chosen, we inform them that no activities can take place in those rooms at

least a week before the elections. We also have to clear with the education department which classrooms will be used. These are the last rooms to be vacated and to have equipment installed, so that the school schedule can continue as normal for as long as possible. Once the selection has been finalised, the chief election office is informed of the distribution and sites of the polling stations. On election day itself a truck manned with staff is on standby in case there is a problem, for instance if a door won’t open or equipment is missing. The caretaker of each building has to be on site from seven o’clock in the morning to ensure the rooms are open,” explains Jean Ensch.

“ The central election office is in constant telephone contact with the other polling stations.”

One of the greatest challenges is the orga­ni­ sation of the postal vote, which can be requested from ten weeks up until a minimum of 30 days before polling day. The ballot papers for the national and European elections have to be packaged separately and sent in one envelope by registered post. For each election, some 2,000 applications for a postal vote are received by the City of Luxembourg. The authorities are adamant, however, that they should remain an exception and should only be requested if it is impossible for the voter to physically turn up at the polling station. After the polling booths have closed, the process of counting the vote begins with the ballot papers for the national parliament. Only after they are completed are the European parliament votes counted. Previously votes for the European elections could only be counted after 10 p.m., when polling stations across  29

05_p22_30_election.indd 29

23/04/09 12:47:44


Das politische System in Kürze The political system in brief Die Abgeordnetenkammer (die luxemburgische Bezeichnung Chamber leitet sich vom französischen Chambre des Députés ab) bildet das Parlament. Sie besteht aus 60 Abgeordneten, die alle fünf Jahre mittels Verhältniswahl vom Volk bestimmt werden. Ihre Rolle ist es, als Teil der Legislative Gesetzesvorschläge zu machen und diese (ebenso wie die Gesetzesprojekte der Regierung) zu diskutieren und anschließend anzunehmen bzw. abzulehnen. Das Land Luxem­ burg ist in vier Wahlbezirke mit unterschiedlicher Abgeordnetenzahl eingeteilt, um so der Bevölkerungsverteilung gerecht zu werden: Zentrum (21), Süden (23), Osten (7), Norden (9). Wahlpflichtig sind alle Bürger über 18 Jahre, die ins luxemburgische Wählerverzeichnis eingetragen sind und ihren Wohnsitz hier haben. Die exekutive Gewalt wird vom Großherzog und der Regierung ausgeübt. Letztere setzt sich aus dem Premierminister, 12 Ministern, einem delegierten Minister sowie einem Staatssekretär zusammen. Beratendes Organ ist der Staatsrat mit 21 Mitgliedern. Seit 2004 wird Luxemburg von einer großen Koalition aus CSV (Chrëschtlech Sozial Vollékspartei) und LSAP (Lëtzebuerger Sozialistesch Aarbechterpartei) unter Premierminister Jean-Claude Juncker (CSV) regiert. Weitere Parteien sind Déi Gréng, die Demokratesch Partei (DP), Alternativ Demokratesch Reformpartei (ADR), Déi Lénk sowie die Kommunistische Partei Luxemburgs (KPL) und Biergerlëscht.

The chamber of deputies forms the parliament. It consists of 60 deputies who are elected for every five years by means of a popular ballot. Its role, as part of the legislature, is to draft bills and, just as it does for the government’s law projects, debate them before either accepting or rejecting them. Luxembourg is divided into four electoral districts represented by different numbers of deputies according to population: the Centre (21), South (23), East (7) and North (9). All Luxembourg citizens over the age of 18 who are registered on the electoral list and are resident in the country are required to vote. Executive power is carried out by the government. The latter also chooses the prime minister as well as 12 cabinet ministers, a designate minister and a secretary of state. The advisory organ is the Council of State, which consists of 21 members. Since 2004 Luxembourg has been governed by a coalation consisting of the CSV (Chrëstlech Sozial Vollékspartei) and the LSAP (Lëtzebuerger Sozialistesch Aarbechtspartei) under the premiership of Jean-Claude Juncker (CSV). Other parties on the electoral lists for the June elections are the Demokratesch Partei (DP), Déi Gréng, Alternativ Demokratesch Reformpartei (ADR), Déi Lénk, the Kommunistische Partei Luxemburgs (KPL) and the Biergerlëscht.

 Europe had closed and it was certain that the results from one country could not influence that of another. The district polling stations all report to the city’s central election office, which is usually housed in the Cercle Municipal but this year is located in the old court of justice buildings in the rue du Palais de Justice. Its president, who is also the president of the district court, names the presidents of the other polling stations according to the jurisdiction’s hierarchy. Each president nominates four deputies as well as four reserve deputies and a secretary for each polling station. In addition, each political party has the right to send a witness, whose rights

After the polling stations have closed the votes are counted and the ballot papers examined. Both blank ballot papers (bulletin blanc) as well as ineligible ballot papers (bulletin nul) have to be accounted for. The latter may occur if more votes than candidates have been submitted on a paper, or if the voter has somehow identified himself, for example by signing the ballot paper. Consequently an official report is made and placed, together with the ballot papers, into a sealed envelope, which is taken to the central election office. Here the validity and completeness of the ballot papers is checked once again, as are the official report and the submission for compensation for the polling station workers. Actual polling booths are not foreseen for the central election office, which serves more as an information and advisory bureau for the other polling stations, providing decisions in problem cases or directing voters who are not sure where they should vote because they have changed address, for example. To fulfil this coordinating role efficiently, the central election office is in constant telephone contact with the other polling stations. In addition it houses the government’s bureau centra­lisateur, which feeds incoming results into a computer which can then calculate poll forecasts for the media, allowing the public to learn as quickly as possible how their decision has shaped the political landscape of Luxembourg for the next five years.

Insgesamt stellt Luxemburg sechs Vertreter im Europaparlament. Luxembourg currently has six representatives in the European Parliament.

“After the polling stations have closed the votes are counted.”

are limited to observation, to each polling station. “The deputies have to be eligible to vote in the commune and must also be independent, that is to say, for example, they cannot be related to any of the candidates. In addition, they must be able to read and write, an aptitude that was not required of the secretary until a law reform in 2003,” says Ensch with a smile. 30 05_p22_30_election.indd 30

23/04/09 12:47:49


1RDV.indd 1

22/04/09 11:15:30


Marcel

Roger

Michel

Monique

Bernard

Frank

Ouille ouille!

Salut toi...

Laisse pas tomber Marcel!

Il est fort ce Michel...

OhĂŠ les vaches!

06_p32_39_marathon.indd 32

Du balai, du balai...

23/04/09 14:35:40


Marathon

LUXEMBOURG’S BLUE RIBAND Text: Brian Power. Illustration: Thomas Aubinet / INgrid.

With over 100,000 spectators looking on as 8,000 people took part while dusk fell, the 2008 ING Europe Marathon in Luxembourg was a great success, attracting a following with both local and international flavours. The 2009 edition, starting at 6pm on May 23, will hope to be even more of a success, being run, as usual, at night with the illumination of torches and showcasing Luxembourg’s unique juxtaposition of the modern and the medieval, from the modern banking district in Kirchberg to the atmospheric narrow streets of the old city, the marathon will offer a cross section of the development of this compact and very European capital city.

Le ruban bleu du Luxembourg. Plus de 100.000 spectateurs s’étant déplacés à la tombée de la nuit pour regarder passer les 8.000 participants, le Marathon ING Europe 2008 du Luxembourg a connu un succès majeur, attirant un public à la fois local et international. L’édition 2009 qui débutera à 18 h le 23 mai prochain espère rencontrer encore plus de succès. Comme toujours, la course se déroulera la nuit, à la lumière des torches. Mettant en avant cette capacité particulière au Luxembourg d’allier architecture moderne et médiévale, passant du très moderne quartier des banques de Kirchberg aux pittoresques rues étroites de la Vieille Ville, le marathon offrira une vision exhaustive de l’évolution de cette capitale très dense et très européenne.

Hip hip...

Vas-y Michel!

Hourra!!! Hourra!!!

33 06_p32_39_marathon.indd 33

24/04/09 15:50:15


Photo: Julien Becker

Erich François, “This is an exclusive Marathon.” «C’est un marathon exclusif».

Confidence: The Organiser

Confiance: L’organisateur

“Our aim was always to show Luxembourg in the best possible way,” says Erich François, Managing Director of Step By Step, the company responsible for organising the ING Europe Marathon in Luxembourg. Running is also a popular activity in this country and that, coupled with the lack of a major annual sporting event focusing on this discipline, convinced him that the city needed a marathon. The first took place in 2006 with 6,000 participants, which then grew to 7,000 the next year. Like 2008, this year’s race will feature 8,000 athletes and, as François points out, “we have 300 more registrations than we had at the same time last year. It will sell out again.” However, this is not the only source of pride for him: the 6pm start time lends the race a unique atmosphere, encourages spectators to take an interest and makes it like a party for the runners. Moreover, according to François, “the average foreign runner spends two and a half days in Luxembourg. This promotes tourism in the city for people who maybe wouldn’t normally think of visiting.” The course layout itself was a challenge, yet has met with almost universal approval from athletes. While François believes it shows the beauty of the city, he also highlights that the course has to be flat enough and fast enough. While it will never be flat enough for potential world record attempts, the marathon here has some compelling strong points: “It is a nice marathon,” François states, “it shows off this beautiful city and the indoor finish in d’Coque is something special.” The ING Europe Marathon Luxembourg is quite an exclusive event, and while he enjoys hearing Luxembourg in the same sentence as New York, London or Paris, François also sees a difference. There are many marathons around the world, but “nowhere has the spectators like Luxembourg.” The event is a source of pride for the organiser, but also for the city and country at large.

«Notre objectif a toujours été de donner la meilleure image possible du Luxembourg», explique Erich François, directeur de Step By Step, la société chargée de l’organisation du Marathon ING Europe du Luxembourg. Courir est également un sport très populaire dans ce pays. C’est cette constatation, combinée à l’absence de grand événement sportif annuel mettant l’accent sur cette discipline, qui a convaincu Erich François que la ville devait avoir son marathon. La première édition de cet événement a eu lieu en 2006 et comptait 6.000 participants, puis 7.000 l’année suivante. A l’instar de 2008, l’édition de cette année comptera 8.000 athlètes et, comme le souligne Erich François, «nous avons reçu 300 inscriptions de plus que nous n’en avions l’an dernier à la même époque. Nous allons encore faire le plein». Mais ce n’est pas sa seule source de fierté: le départ fixé à 18 h donne à cette course une atmosphère unique. En outre, selon Erich François, «un participant étranger passe en moyenne deux jours et demi au Luxembourg. Cela favorise le tourisme en ville et attire des gens qui n’auraient sans cela peut-être jamais envisagé de se rendre au Luxembourg». Le tracé de la course lui-même s’est avéré un véritable défi, mais il a pourtant rencontré l’approbation quasi unanime des athlètes. Même s’il doit être l’occasion de montrer la beauté de la ville, Erich François insiste également sur le fait que le parcours doit être suffisamment plat et rapide. Même s’il ne sera jamais assez plat pour tenter d’y battre un record du monde, ce marathon possède d’incontes­ tables points forts: «C’est un beau marathon, affirme Erich François, il montre à quel point la ville est belle et l’arrivée à la Coque est quelque chose de vraiment spécial». Le Marathon ING Europe du Luxembourg est un événement tout à fait unique, et bien qu’il se réjouisse de constater que le Luxembourg soit cité dans la même phrase que New York, Londres ou Paris, Erich François est néanmoins conscient de sa différence. Il y a beaucoup de marathons à travers le monde, mais «aucun n’attire autant de spectateurs que celui du Luxembourg».

34 06_p32_39_marathon.indd 34

23/04/09 14:35:48


1RDV.indd 1

22/04/09 10:25:40


Photo: Luc Deflorenne

Salut toi...

“back and forth through time: The Marathon route.” Le tracé du marathon.

Variety: The Course

Variété: La course

The Marathon course takes in much of Luxembourg City as it meanders its way through the centre and various close suburbs, affording a view of how the city has changed over the years. Although adjustments to the route occasionally have to be made to take into account road works and maintenance, Erich François believes that roughly 90% of the course has remained the same since the first race. The start and finish of the marathon are situated in Kirchberg, probably the most modern part of Luxembourg. From there, the course crosses the Pont Grande-Duchesse Charlotte, affording the athletes a prospect of the valleys and leafy slopes of the city, before winding its way through the predominantly residential areas of Limpertsberg and Belair. Although a marathon can endeavour to show its host city in the best possible light, the narrow streets and cobblestones of the Grund, Clausen and Pfaffenthal are not conducive to running and it can be considered a bit of a shame that these areas of the city are not used for the race, although practicality and hill gradients must also be taken into account, as well as traffic flow. From the residential districts, the course then crosses the Pont Adolphe and takes the athletes to the slightly down at heel Gare area of the city, a former retailing hotspot that has definitively seen better days. After crossing the Viaduc, the course traverses the rather smarter and pedestrianised city centre, where spectators will be at their most numerous since the beginning, and the athletes, coming towards the conclusion of the race, may need their support the most. Once the Pont Grande-Duchesse Charlotte is crossed for a second time, the course takes a last trip through Kirchberg before finishing up where it started some 42,195 kilometres before: at d’Coque sports centre.

Le tracé du marathon couvre une grande partie de la Ville de Luxembourg et serpente à travers le centre-ville et la proche banlieue, offrant un excellent aperçu de la manière dont la ville a évolué au fil des ans. Bien que son circuit doive parfois être modifié pour s’adapter aux travaux de voirie ou d’entretien, Erich François estime que près de 90 % de la course est identique à la première édition. Le départ et l’arrivée se font au Kirchberg, certainement le quartier le plus moderne de Luxembourg. De là, la course traverse le pont Grande-Duchesse Charlotte, offrant aux athlètes une vue superbe sur les vallées et les collines verdoyantes de la ville, avant de tracer son chemin à travers les quartiers plutôt résidentiels de Limpertsberg et Belair. Un marathon s’efforce bien évidemment de présenter la ville qui l’accueille sous le meilleur jour possible mais les rues étroites et les pavés du Grund, de Clausen et de Pfaffenthal sont peu favorables à la course, le marathon ne traverse donc pas ces parties de la ville, ce qui peut sembler dommage à certains, même si l’on sait que la praticité et l’aspect pentu des collines doivent également être pris en compte, tout comme la fluidité de la circulation. Quittant les quartiers résidentiels, le parcours traverse ensuite le pont Adolphe et conduit les athlètes dans le quartier un peu moins favorisé qui entoure la gare, qui fut jadis très commerçant mais a de toute évidence connu des jours meilleurs. Après avoir passé le viaduc, la course traverse le centre-ville, plus élégant et généralement piétonnier. C’est là que les spectateurs seront les plus nombreux, au moment où les athlètes, en fin de course, auront sans doute le plus besoin de leur soutien. Une fois le pont Grande-Duchesse Charlotte franchi pour la deuxième fois, la course traverse le Kirchberg une dernière fois avant de s’achever là où elle avait commencé, quelque 42,195 kilomètres plus tôt: au centre sportif d’Coque.

36 06_p32_39_marathon.indd 36

24/04/09 15:54:47


Photo: Julien Becker

Frazer Alexander, “Enjoy the race, but be prepared...” «Savourez la course, mais préparez-vous...».

Prepared: The Athlete

Préparé: L’athlète

Frazer Alexander is a captain in the British army, who actively encourages him to pursue his sport. He has been selected to run for them for the past two years and although he has only run two full distance marathons, he has ambitions to do well in this year’s ING Europe Marathon here in Luxembourg, the country in which he was raised. “I have always run a lot, averaging about 60-70 kilometres per week. To train for the marathon I just have to run progressively more: the race prep is about three months.” While he is used to running long distances, he believes that the Luxembourg course is not without its challenges: “there are a lot of corners and slow climbs. And Luxembourg City will have its usual pre-summer Saturday vibe, which will add beauty and colour to the race,” he says. Although most races are not run at night, Alexander believes this will only add to the experience: there will be a different atmosphere on the streets, and “the whole of the city centre will be buzzing with all eyes on you. This motivates and encourages but also adds some pressure,” he states, adding emphasis to the importance of the spectators and perhaps pouring cold water on the notion of the athlete as an individual. So what are his targets for this year? “You have to break the race into manageable chunks and give yourself small goals. However, this year I’d like to finish around 2 hours 40 minutes. I’ll be happy with anything under 2:45.” He seems ready.

Frazer Alexander est capitaine dans l’armée britannique et cette dernière l’encourage fortement à continuer à pratiquer ce sport. Depuis deux ans, c’est lui qu’elle a choisi pour courir en son nom et, bien qu’il ait pour l’instant participé à deux marathons complets seulement, il espère bien se classer lors de la nouvelle édition du Marathon ING Europe du Luxembourg, pays dans lequel il a grandi. «J’ai toujours beaucoup couru, en moyenne de 60 à 70 km par semaine. En vue de m’entraîner pour le marathon, je cours simplement progressivement sur des distances de plus en plus longues: la préparation à la course dure environ trois mois». Bien qu’il soit habitué à courir de longues distances, il est conscient que le marathon du Luxembourg n’est pas sans difficultés: «Il y a beaucoup de virages et de montées lentes. Et la ville aura son habituelle ambiance de samedi d’avant l’été, ce qui ajoutera beauté et couleur à la course», explique-t-il. Bien que la plupart des marathons ne se déroulent pas la nuit, Frazer Alexander estime que cela ne fait qu’ajouter à l’expérience: dans les rues, l’ambiance sera différente, «l’ensemble du centreville bourdonnera d’activité et tous les regards seront tournés vers vous. Cela motive et encourage, mais cela ajoute également une certaine pression», déclare-t-il, insistant sur le rôle important joué par les spectateurs, remettant quelque peu en question la notion d’athlète en tant qu’individu. Alors, quels sont ses objectifs pour cette année? «Il faut diviser la course en plusieurs parties, plus faciles à gérer, et se fixer plusieurs petits objectifs. Mais cette année, j’aimerais terminer la course à environ 2 heures 40 minutes. Je serais heureux de faire un temps inférieur à 2 h 45». Le voilà prêt, semble-t-il.

37 06_p32_39_marathon.indd 37

23/04/09 14:35:55


Photo: Julien Becker

Marc Kayser, “Don’t cut corners!” «Ne coupez pas les virages!»

Ohé les vaches!

Warm-Down: The Doctor

Récupération: Le médecin

Obviously a marathon requires commitment and sacrifice, but athletes must also take care of themselves: as both a doctor and an experienced runner, perhaps Marc Kayser knows this better than most. Relatively simple steps can be taken to minimise the risk of injury, the most common of which to the marathon runner are tendinitis and peristitis, an inflammation of tissue where those tendons used most in running are attached to the bones. To protect against these, Kayser advises “using an adapted running shoe, having a podological examination of functional problems and a tailored training regime.” The nature of the ING Europe Marathon course can see athletes facing problems they may not have in other marathons, particularly the twisting route itself. As Kayser states, “beware of cutting corners: Luxembourg’s course is difficult with many cuts and turns. Also, participants should keep an eye on pace and avoid starting too fast. And, as ever, a proper warm-up and stretching are to be recommended.” For those who are interested in getting into training for a marathon, Kayser suggests having their physical condition examined by a doctor and training in a beginners’ group. Furthermore, the first goal should be “not the time you finish in, but actually finishing in the first place!” There are those who will be more ambitious than that, so what conditions are the most favourable to posting a good time? Low humidity and a temperature of around fifteen degrees, according to Kayser, but first things first: set attainable goals while working towards the ultimate one. This could be the marathon runner’s mantra…

De toute évidence, un marathon exige engagement et sacrifice, mais les athlètes doivent également savoir prendre soin d’euxmêmes: à la fois médecin et coureur expérimenté, Marc Kayser le sait sans doute mieux que quiconque. Des mesures relativement simples peuvent être prises pour minimiser les risques de blessures, la plus courante étant la tendino-périostite, bien connue des marathoniens. Il s’agit d’une inflammation des tissus où ces tendons principalement utilisés pour la course sont rattachés à l’os. Pour prévenir cette inflammation, Marc Kayser conseille «d’utiliser des chaussures de course adaptées, de se faire examiner par un podologue en cas de problème et de suivre un programme d’entraî­ nement personnalisé». La nature même du Marathon ING Europe peut occasionner chez les athlètes des problèmes qu’ils ne rencontrent peut-être pas lors d’autres marathons, en particulier du fait du caractère sinueux du parcours. Comme le préconise Marc Kayser: «Attention à ne pas couper les virages: le parcours du marathon luxembourgeois est difficile, il comporte de nombreux changements de direction et virages. Les participants doivent aussi faire attention au rythme de leur course et éviter de partir trop vite. Et, comme toujours, un bon échauffement et des étirements adaptés sont recommandés». A tous ceux qui souhaitent s’entraîner pour le marathon, Marc Kayser conseille de consulter un médecin pour faire un bilan de santé et de s’entraîner au sein d’un groupe de débutants. En outre, le principal objectif ne doit pas être «le temps réalisé, mais surtout de terminer la course»! Mais certains ont des objectifs plus ambitieux, alors quelles sont les meilleures conditions pour réaliser un bon temps? Un faible taux d’humidité et une température d’environ quinze degrés, selon Marc Kayser, mais il faut d’abord faire les choses dans l’ordre: se fixer des objectifs réalisables tout en s’entraînant pour le but ultime. Tel pourrait être le mantra du marathonien...

38 06_p32_39_marathon.indd 38

23/04/09 14:36:01


Photo: VDL

Getting There

Comment s’y rendre

Because the Marathon will necessarily disrupt traffic, the City of Luxembourg has taken steps to help people get around: on the day, there will be a free bus service to shuttle athletes and spectators alike to and from the Marathon. There are four different routes served by the buses, each one assigned a colour to distinguish it, and each one ultimately terminating at the start/finish location of the Marathon at the Coque. The blue shuttle will depart P&R Bouillon every twenty minutes from 11am until 2pm, and every ten minutes from 2pm until 11.40 pm. It stops at the Glacis and Avenue du X Septembre on the way. The green bus follows the same schedule but departs from P&R Lux Sud and serves the Gare as well as the Glacis and Avenue du X Septembre. The red route serves the Coque from the car parks at Lux Expo and BD Konrad Adenauer in Kirchberg and runs every ten minutes from 11am until 2.30pm, and every five minutes thereafter until 5.30pm. There is then a hiatus in service until 7pm when the bus runs every ten minutes again until 8pm. After that, until 12.05am the service is every five minutes, before reverting to every ten minutes until 2am. Finally the grey route serves the Team Run and stops at the Glacis and the Team Run stop on Rue des Arquebusiers, departing the Coque every ten minutes from 5.30pm until 8.40pm. It will continue running from Rue des Arquebusiers to the Coque every ten minutes from 9.05pm until 9.35pm.

Il est inévitable que le marathon perturbe quelque peu la circulation. La Ville de Luxembourg a donc pris des mesures pour permettre à chacun de se déplacer plus facilement: la journée, une navette transportera gratuitement athlètes et spectateurs vers et depuis le marathon. Quatre lignes de bus seront mises à disposition, chacune sera identifiée par une couleur distincte et aura pour terminus la Coque, lieu de départ et d’arrivée du marathon. Le bus bleu partira du P&R Bouillon toutes les vingt minutes de 11h à 14h, puis toutes les dix minutes de 14h à 23h40. Le trajet comportera un arrêt au Glacis et sur l’avenue du X Septembre. Le bus vert aura les mêmes horaires, mais partira du P&R Lux Sud et desservira la gare ainsi que le Glacis et l’avenue du X Septembre. Le bus rouge desservira la Coque à partir des parkings de Lux Expo et Bd Konrad Adenauer au Kirchberg. Il passera toutes les dix minutes de 11h à 14h30, puis toutes les cinq minutes de 14h30 à 17h30. Le service s’interrompra ensuite jusqu’à 19h puis reprendra toutes les dix minutes jusqu’à 20h. Après 20h et jusqu’à minuit 05, la fréquence passera à cinq minutes, puis à dix minutes jusqu’à 2 heures du matin. Enfin, le bus gris desservira Team Run et stoppera au Glacis et à l’arrêt Team Run situé rue des Arquebusiers, quittant la Coque toutes les dix minutes de 17h30 à 20h40. Le trajet se poursuivra de la rue des Arquebusiers à la Coque toutes les dix minutes, de 21h05 à 21h35.

All the bus routes operate as circuits. See the signs and timetables for more details or possible changes in service.

Toutes les lignes de bus fonctionnent en circuit. Référez-vous à la signalisation et aux horaires pour plus de détails ou pour être informé des éventuelles modifications du service.

39 06_p32_39_marathon.indd 39

23/04/09 14:36:04


Art contemporain

Manhattan transfer Texte: Alexis Juncosa. Photos: Andrés Lejona.

S

ouvent en mal de reconnaissance dans son propre pays, la scène artistique luxembourgeoise dispose pourtant, en matière d’art contemporain, de figures largement reconnues à l’échelle internationale. Illustration par l’illustration avec Paul Kirps, dont l’œuvre autoreverse a marqué de son emprein­te l’exposition collective actuellement visible au Museum of Modern Art (MoMA) de New York. Troisième étage de ce haut lieu touristique de Midtown Manhattan, sortie des escalators. Amateurs d’art et badauds ne peuvent que buter sur l’imposante projection d’autoreverse, une animation du Luxembourgeois Paul Kirps. Nombreux sont les visiteurs de la Grande Région à avoir visité le lieu dans les dernières semaines et vu l’œuvre sans se douter qu’elle English version pages 46-48

07_p40_48_kripps.indd 40

porte les couleurs nationales. Paul Kirps: «Que cette création soit non seulement présentée par le MoMA mais, qu’en outre, elle rejoigne la collection, c’est pour moi un véritable aboutissement». L’artiste n’en est pourtant pas à sa première filiation avec cette Mecque absolue de l’art contemporain. En 2005 déjà, son premier véritable fait d’armes, protekt, l’avait fait atteindre une certaine forme d’immortalité, le même MoMA ayant choisi d’en faire l’acquisition. Pour comprendre cet aboutissement prestigieux, il faut revenir sur un parcours fait de rencontres. «A l’origine, à la sortie du lycée, il y avait ce sentiment que la description que l’on me faisait du graphisme n’était pas complète, ou en tout cas pas la mienne. Je ne me voyais pas limiter cet art à la production de commandes pour des clients. Aussi, très rapidement, j’ai eu envie de retourner le schéma habituel. Mon ambition, c’était de développer une idée, et de trouver 

23/04/09 15:16:26


Paul Kirps

07_p40_48_kripps.indd 41

23/04/09 15:16:30


Protekt (universal protection set), 2002-2003 Œuvre présentée dans l’exposition safe – design takes on risk, MoMA Museum of Modern Art, New York (16/10/2005-02/01/2006)

 quelqu’un à qui la proposer». Une démarche particulièrement audacieuse, que Paul Kirps choisit de faire mûrir hors les murs. Il prend alors son baluchon et entame un long périple initiatique, qui le conduit notamment à l’ECAL de Lausanne, où il accomplira des études en communication visuelle. Paul Kirps: «Il faut se remettre dans le contexte. Les graphistes n’étaient pas les rock stars d’aujourd’hui, ce n’était pas une discipline ‘en vogue’. J’ai pourtant, à partir de ce moment-là, rencontré des gens passionnants. Si je regarde dans le rétroviseur, je crois que je dois beaucoup à ces petites histoires, à ces rencontres fortuites, comme celle avec Ruedi Baur (designer renommé, à qui l’on doit, par exemple, l’identité visuelle et signalétique du Centre Pompidou, ndlr.) à Paris». Le créateur du réseau interdisciplinaire d’Integral Concept sera l’un des premiers à détecter et exploiter le potentiel de Paul Kirps, en lui confiant d’emblée la conception du catalogue de l’agence. Paul Kirps: «Ce fut, pour moi, un apprentissage nécessaire en complément de l’école. J’avais besoin de voir d’autres personnes, de me faire mes propres idées de ce qu’est le graphisme». Lausanne, Vienne, Paris, Amsterdam ou Barcelone, son parcours déborde de ces rencontres initiatrices. Jusqu’à ce retour au Luxembourg, en 2004. Paul Kirps: «C’est un peu la vie qui a décidé pour moi, c’était probablement le bon moment pour revenir. J’étais parti 15 ans, je ne connaissais plus personne au Luxembourg. Mais j’ai rapidement entendu parler de Marie-Claude Beaud, qui préfigurait à l’époque le Mudam». C’est avec protekt, «un projet entièrement autoproduit», sous le bras qu’il part la rencontrer, la connexion est immédiate: «Elle a immédiatement compris ma démarche, j’avais vraiment l’impression que nous parlions le même langage», explique-t-il. Marie-Claude

Beaud lui met alors rapidement le pied à l’étrier, en lui confiant la réalisation d’un ouvrage consacré au photographe japonais Izima Kaoru. Le retour sur investissement ne se fait pas attendre, le livre recevant un prix de l’édition à Barcelone. Mais c’est bien de «protekt» que vint la première consécration à l’échelle internationale. Paul Kirps: «Ce kit visuel – qui propose une gamme d’éléments de protection fictifs

« A l’origine, il y avait ce sentiment que la description que l’on me faisait du graphisme n’était pas complète.»

contre toute situation perturbatrice de la vie quotidienne – fut ma première véritable initiative de développement d’un produit artistique articulé autour d’un langage graphique». Le Mudam en achète 50, mais surtout, le propose au MoMA qui, au travers d’un appel mondial à projets, lance l’exposition Safe-design takes on risk. La corrélation est évidente, à tel point que le MoMA décide non seulement de présenter protekt, mais également de le faire rentrer dans sa collection. Paul Kirps: «Cette requête fut un choc! Que peut-on imaginer de plus prestigieux, surtout qu’il s’agissait de la première exposition au MoMA depuis sa réouverture!» Parallèlement, Marie-Claude Beaud confie à Paul la réalisation d’un visuel magistral sur la vitrine de la BDL au Kirchberg, qui servait alors de Camp de Base au Mudam, toujours en phase de construction. Paul Kirps: «Je fus très honoré 

42 07_p40_48_kripps.indd 42

23/04/09 15:16:35


hori RDV .indd 1

24/04/09 15:48:32


Photo: Paul Kirps

Diamonds (triptych), 2008 Œuvre présentée dans l’exposition Elo. Inner Exile – Outer Limits. Mudam Luxembourg (11/10/2008 – 02/02/2009)

 de réaliser ce travail. D’autant qu’il y avait, dans cette exposition, (Graphique Deluxe, ndlr.) des pointures du design telles que Laurent Fétis, avec lesquelles j’étais invité à faire jeu égal», se souvient-il. Une identité visuelle forte, une reconnaissance assurée, Paul Kirps aurait pu ronronner sagement sur ces bases et s’assurer un avenir, mais cela aurait été mal le connaître, lui et son sens du contrepied: «J’avais envie d’explorer de nouvelles voies, de remettre en question mon

«J’avais besoin de voir d’autres personnes, de me faire mes propres idées de ce qu’est le graphisme.»

travail. Et un matin, j’ai eu cette idée d’animer de drôles de machines – fictives – que je réalisais en montage vidéo à partir de photos de différents appareils – photocopieurs, téléphones, fax… J’ai toujours été comme un gamin devant un

simple toaster», s’amuse-t-il. Il se lance alors dans un véritable travail de bénédictin, préférant aux innombrables outils de création 3D une approche handmade. Paul Kirps: «Même avec des outils modernes, on peut continuer à faire de l’artisanat. autoreverse participe de cette logique». Il s’invente des outils, une esthétique, triture pour la première fois la matière sonore, et va jusqu’à investir 18 mois sur ce projet pour le moins obsessionnel, créant différentes animations de quelques minutes… image par image. Paul Kirps: «J’étais fasciné par la perspective de créer la simple illusion d’une diode qui s’allume». Inventives, extrêmement visuelles, ce sont ces animations – d’abord montrées à Luxembourg dans le cadre d’une Nuit des Musées puis via l’exposition d’ouverture du Mudam, Eldorado – que l’on retrouve au cœur de l’exposition en cours au MoMa: Rough cut: Design takes a sharp edge. Paul Kirps: «Ils ont également choisi de faire rentrer cette création dans leur collection. C’est vraiment un immense honneur, un aboutissement parfait pour autoreverse». Aujourd’hui, de Mother en Suisse, «une création pour laquelle je me suis promené avec 10 kg de matière vinyle autocollante dans le dos pour composer une grande fresque murale» aux «Diamonds» de la récente exposition ELO au Mudam, Paul Kirps continue de s’illustrer précisément là où on ne l’attendait pas. Inutile, donc, de tenter de sonder ses projets: «Il y a une infinité de voies à explorer. Je continuerai à faire ce que j’ai toujours fait: expérimenter, innover, chercher. Je sais que mon avenir peut également dépendre des rencontres que je ferai, comme celle avec Marie-Claude, qui fut pour le moins décisive». Membre désormais éminent d’une génération qui, pour prendre les seuls exemples de Su-Mei Tse, du regretté Michel Majerus ou de Simone Decker, a su sortir la scène contemporaine luxembourgeoise d’une certaine forme de confidentialité, éternellement habité par un regard à l’innocence utile, Paul Kirps s’apprête à reprendre la route, plus réjoui que jamais à l’idée d’affronter les défis artistiques et familiaux qu’il devra mener de front: «Je sais que je n’aurai peut-être plus la possibilité d’investir 18 mois à travailler jour et nuit sur un projet du type autoreverse. Mais j’ai plein de rêves en moi, il ne reste qu’à leur donner vie».

44 07_p40_48_kripps.indd 44

23/04/09 15:16:39


1RDV.indd 1

23/04/09 9:34:48


Photo: MoMA.

Autoreverse (quick-time video), 2004-2005. Vue de l’exposition Rough Cut: Design Takes a Sharp Edge, MoMA Museum of Modern Art, New York. (26/11/08-30/03/09)

Manhattan transfer A

lthough often lacking recognition at home, on the international stage the Luxembourg arts scene includes well-known figures in the contemporary arts. Take, for example, Paul Kirps, whose work autoreverse has made his mark on the current group exhibition at the MoMA (Museum of Modern Art) in New York. On the third floor of this tourist Mecca in Midtown Manhattan, at the exit from the escalators, art lovers and passers-by alike are stopped in their tracks by the impressive screening of autoreverse, an audiovisual work by Luxemburger Paul Kirps. Many visitors from the Greater Region have visited the museum over recent weeks and seen the work without realising that it was actually from their own part of the world. Paul Kirps: “For me it’s a real result that this work is not only being shown by MoMA but has even been added to its permanent collection.” However, this is not the first time this artist has exhibited at the ultimate home of contemporary art. His first real feat of arms protekt took

him into the ranks of the immortals in 2005, when MoMA decided to acquire it. To understand how this outstandingly prestigious result came about, you have to look at a career made up of chance encounters.

“ Initially, I felt that something was lacking in the description I’d been given of the graphic arts.”

“Initially, when I left high school, I felt that something was lacking in the description I’d been given of the graphic arts, or at least that I saw them differently. I couldn’t see myself restricting art to producing commissions for clients. So I very quickly began to feel I wanted to overturn the normal pattern of things. My

46 07_p40_48_kripps.indd 46

23/04/09 15:16:41


Items (sérigraphies), 2006

ambition was to develop an idea, and find someone I could propose it to.” This was a very courageous attitude, and Paul Kirps decided to put it to the test away from home. So he packed his bags and set off on a long preparatory journey. One of the places his travels took him to was the ECAL art college in Lausanne, where he was to complete a course in visual communication. Paul Kirps: “You have to remember what it was like at the time. Graphic artists weren’t the rock stars of today, it wasn’t an ‘in’ discipline. But from that moment on, I began to meet fascinating people. If I look back over the past, I can see that I owe a lot to these little episodes, to chance encounters, such my meeting Ruedi Baur (a well-known designer, responsible, for example, for the visual and descriptive identity of the Pompidou Centre, Ed.) in Paris.” The creator of the Integral Concept cross-disciplinary network was one of the first to sense and exploit the potential of Paul Kirps, initially commissioning him to design the agency’s catalogue. Paul Kirps: “For me, this was the apprenticeship I needed to complete my studies. I needed to see other people, to work out for myself what the graphic arts are.” Lausanne, Vienna, Paris, Amsterdam and Barcelona – his way was strewn with these preparatory encounters, until he came back to Luxembourg in 2004. Paul Kirps: “To some extent life made the decision for me – it was probably the right time to come back. I left 15 years before, and I didn’t know anyone in Luxem­ bourg any more. But I soon heard of MarieClaude Beaud, the director of the Mudam.” He set out to meet her with protekt, “an entirely self-financed project”, under his arm. They clicked immediately. “She understood what I was doing straight away; I really felt we were talking the same language,” he says. MarieClaude Beaud quickly got him into harness by commissioning him to realize a book dedicated to the Japanese photographer Izima Kaoru. The investment soon paid off, when the book won a publishing prize in Barcelona. But it was protekt that gave him his first inter-

national success. Paul Kirps: “This visual set – a range of fictitious items protecting against any situation that might disrupt everyday life – was my first real attempt at developing an artistic product hinging on a graphics language.” The Mudam bought 50, but, more importantly, offered it to MoMA which, with a world-wide call for projects, launched the exhibition Safe-design takes on risk. The correlation is clear, so much so that MoMA decided not only to exhibit protekt, but to a

“ I needed to see other people, to work out for myself what the graphic arts are.”

acquire it for its permanent collection. Paul Kirps: “This came as a total surprise! Nothing could be more prestigious, especially as this was the first exhibition to be held at the MoMA after its reopening!” At the same time, MarieClaude Beaud commissioned Paul to produce a definitive work for the window of the BDL in Kirchberg, temporarily serving as the Base Camp for the Mudam, which was still under construction. Paul Kirps: “It was a great honour for me to do this work, all the more so, as this exhibition (Graphique Deluxe, Ed.) included big names in design such as Laurent Fétis, and I was being treated as their equal” he recalls. With a strong visual identity, and guaranteed recognition, Paul Kirps could have slept soundly on his laurels with his future assured, but that would have been quite unlike him, with his gift for the unexpected: “I wanted to explore new routes, to take a new look at my work, and one morning, I had the idea of animating weird, fictitious machines, that I made by video montage from photos of various appliances – photocopies, phones, faxes, etc. I’ve always been like a child in front of a simple  47

07_p40_48_kripps.indd 47

23/04/09 15:16:43


Photo: Paul Kirps

Mother (Illustration murale), 2008. Exposition personnelle, Basta – Espace d’Art Contemporain - Lausanne. (06/03/2008 – 05/04/2008)

 toaster,” he reflects, amused. He now took a highly painstaking attitude to his work, preferring a handmade approach to the innumerable 3D creation tools. Paul Kirps: “Even with modern tools, you can still produce something handmade. autoreverse is a case in point.” He invented tools, aesthetics, manipulated sound for the first time, and went so far as to invest a whole 18 months on this – to say the least, obsessive – project, creating animations lasting a few minutes… one image at a time. Paul Kirps: “I was fascinated by the prospect of creating the simple illusion of a diode which lights up.” Inventive, highly visual, these are the animations (initially shown in Luxembourg as part of a Nuit des Musées and then at the Mudam opening exhibition, Eldorado) which are the nucleus of the current exhibition at the MoMA, Rough cut: Design takes a sharp edge. Paul Kirps: “They decided to acquire this creation for their permanent collection as well. It is really an immense honour, the perfect outcome for autoreverse.” Today, from Mother in Switzerland, “a work for which I walked with 10 kg of self-adhesive vinyl on my back to compose a huge wall fresco” to Diamonds in the recent ELO exhibition at the Mudam, Paul Kirps is still distinguishing himself just where he’s least expected. So there’s no point in trying to find out what

he’s going to do next. “There are an infinite number of routes to be explored. I’ll continue to do what I’ve always done: experiment, innovate, research. I know that my future may also depend on encounters such as the one with Marie-Claude, which was decisive, to say the least”. Now an eminent member of a generation which, even if we only look at the examples of Su-Mei Tse, the sorely missed Michel Majerus, and Simone Decker, has been able to lift the Luxembourg contemporary scene out of a certain form of

“ Even with modern tools, you can still produce something handmade.”

confidentially, eternally wearing an air of useful innocence, Paul Kirps is preparing to take to the roads again, happier than ever at the idea of confronting the artistic and domestic challenges he will come up against: “I know I may never again be able to work day and night for 18 months on a project like autoreverse. But I still have plenty of dreams, and all I have to do is bring them to life.”

48 07_p40_48_kripps.indd 48

23/04/09 15:16:47


cropmark.lu

nouveaux abonnements 2009/2010

abonnements Grâce aux nouveaux abonnements, découvrez l’oPl à votre rythme 3 cycles philharmoniques

en residence A lA PhilhArmonie directeur musicAl emmAnuel Krivine

Prestige selection decouverte 3 cycles d’initiation jeunes dating: fAmilles

renseignements/reservations

contact

luxembourg ticket t +352 47 08 95-1 ticketlu@pt.lu www.luxembourgticket.lu

oPl, BP 2243, l-1022 luxembourg t +352 22 99 01 info@opl.lu www.opl.lu

LE GOUVER N EM ENT DU G RA N D -DUCHÉ D E LUX EM B OU RG Ministère de la Culture, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

OPL_abos2009_Rendez-vous_230x300.indd 1

MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Service de coordination de la recherche et de l’innovation pédagogiques et technologiques

20/04/09 16:15:27


n o i

5 s 1 s 0 i 2 M

Gou e l r pa our les créé p a g , rts é rg et bourg a p u em éà bo n titu Luxem de Lux ue d’u s , n o M s e c l s A e l i , d l’ vi cM XTR TRA a Ville ans la igne, à ’archite ) LU overnX G U I d l l L à E GIE hé et mway e de la ents d admis up ( f the G bourg e o l r a c tr Du té ect pem ier, st G p o ct, xem ern rand- ojet de ’archit 6 grou ient é rchitec tere nershi of Lu proje er d n s I l G ’a pr va ar a e ic i1 w ft ty ne 5 m ent du rge le hoix d . Parm cinq a binet d frir à l nom joint o the Ci tramli line a ps e o L c f c a a , d ou em am ’s ch e le eE re si ào uc éen , th der th chy an bourg the tr ural gr d to vern dre en cé sur europ didatu celle d pelée ais aus h c r r t u e n n p n , un D Ma vit xem t fo g itec pre prono niveau de ca tenue , est a nnel, m ueil». On 5 blished Grand of Lu rchitec 6 arch ere in ct bein . t e s u e s r t d a tio c y n ’acc e w s’e ours it a ositio andilan nt fonc lieu d , comesta t of th the cit ce of a over 1 , five g proje dilands t a c f n i i e S e f n e op co yant men anage its cho rch. O idatur winni n San is “no a pr vidson seulem son m ponym ations a L s . o r t n e e a d i s i e m é t a r is to unced ide se ir can with th David ct tha and r cou hutz D et «non eux d binet modél avec n e o o g e j c ca s oj ctu n fsc ann rope-w ted th ntest, schutz a pro leasin Directo s Li e un pr respe eur du uelque la mai tedo t n f e h p u i i c t t , o i E L z y l m t t e t s q w ll a b e ra s ec ita Vou h in th firm schu ital tica t su cap étique tz, dir z-vous in dan n integ tha cipate hitect he Cap aesthe lex Lif endez- hip wit g a u e A t ti esth Lifsch Rend rite m e desi par of arc ovide t also ings”. ts for R artners d r c x u e é . u r ise t Al te po ture o e tha will p nal, b rround mmen up in p dPlace g r o o u y men e aven embou The functi h its s firm, c drawn tegrate x n 7 e it d’u nce lu 4/0 0 only ing w ymous ventur ency in – e p 06 l’ag . 12/ re kee e epon ts of a sign ag , e e c i m a r l a h c e tu e r 7 P of t aspe ourg d uxt chitec bourg 4/0 ’Ingéni L 0 n w r – m l io A 6 a fe uxemb osit n de l’ e, Luxe 2/0 re et de p 1 x L E tio am eri tu the nda Ingéni uxtr chitec o L F n ’ io e l’Ar el osit et d Exp ation d d g Fon mbour e Lux

50 08_p50_61_portfolio.indd 50

23/04/09 16:38:38


“ A view of the typical shelter from the air; this is not an imaginary view as many apartments and offices look down onto the tram route so the roof materials and method of drainage (to avoid the buildup of leaves and rubbish) are especially important. Here the view shows the two drainage zones in grey zinc at either end supporting the patinated metal roof with its distinctive circular lenses between. At night these lenses will glow gently when seen from above.” « Vue du dessus d’un abri type. Il ne s’agit pas d’une vue imaginaire car de nombreux appartements et bureaux surplombent effectivement la ligne de tramway. Les matériaux utilisés pour l’auvent et la méthode de drainage (pour éviter l’accumulation de feuilles et de déchets) sont particulièrement importants. Ici la vue montre les deux zones de drainage en zinc gris situées aux deux extrémités du toit en acier patinable, dont on aperçoit au centre les lentilles circulaires caractéristiques. La nuit, vues d’en haut, ces lentilles diffuseront une lumière douce.»

51 08_p50_61_portfolio.indd 51

23/04/09 16:38:42


“ An image looking south on Avenue de la Liberté showing the tram shelter and lighting nestling among the existing handsome trees; there is less traffic to contend with, lower levels of noise and pollution. The wider pavements and clear crossings make the street much more people friendly. Once people become used to moving from side to side as they once used to, more shops and ground level activities will be engendered and the boulevards will genuinely contribute to the social scene rather than, as now, simply be corridors to rush through.” « Vue de l’Avenue de la Liberté, en direction du Sud, montrant l’abri de tram et le système d’éclairage niché parmi les beaux arbres existants. Le trafic à absorber est moins important et les niveaux de bruit et de pollution diminuent. Des trottoirs plus larges et des passages piétons clairs donnent à la rue un aspect plus convivial pour les usagers. Une fois que ces derniers auront pris l’habitude de passer d’un côté à l’autre de l’avenue comme ils le faisaient auparavant, ce trafic devrait permettre d’augmenter la fréquentation des magasins et l’activité en surface. Les boulevards pourront ainsi véritablement contribuer à la vie sociale au lieu de se limiter à de simples couloirs de circulation, comme c’est le cas aujourd’hui.»

52 08_p50_61_portfolio.indd 52

23/04/09 16:38:44


53 08_p50_61_portfolio.indd 53

23/04/09 16:38:46


54 08_p50_61_portfolio.indd 54

23/04/09 16:38:50


“ A view of the Avenue de la Liberté looking north close to the Place de Paris; this shows the new lighting scheme which consists of a series of circular discs suspended over the streets and pavements. The light levels and warmth can be changed throughout the night - bright to respond to human activity or, when there is little going on, dimmed to save energy.” « Vue de l’Avenue de la Liberté, en direction du Nord, près de la Place de Paris, montrant le nouveau système d’éclairage composé de disques circulaires suspendus au-dessus des rues et des trottoirs. Le niveau de luminosité et de chaleur peut être modifié au cours de la nuit - fort en cas d’activité humaine importante ou, quand cette activité est réduite, tamisé pour économiser l’énergie.» 55 08_p50_61_portfolio.indd 55

23/04/09 16:38:52


56 08_p50_61_portfolio.indd 56

23/04/09 16:39:05


“ A night time plan of the area around Place de Paris and the Avenue de la Liberté showing the distinctive street lighting system suspended from catenary cables running diagonally across the boulevard. This diagonal pattern provides great uniformity in lighting at reduced energy levels. Also visible are the blue LED lights in the platform kerb edges indicating that a tram is arriving. The lighting in Place de Paris is also supported from catenary cables - a di-grid that provides the public space with an ephemeral canopy of light that can be tuned to the public events beneath.” « Vue nocturne de la Place de Paris et de l’Avenue de la Liberté montrant le système d’éclairage caractéristique suspendu aux câbles caténaires et traversant le boulevard en diagonale. Cette disposition en diagonale permet un éclairage très homogène tout en réduisant les dépenses d’énergie. On peut voir également les lampes LED bleues intégrées aux bordures du quai et informant les voyageurs de l’arrivée d’un tram. Le système d’éclairage de la Place de Paris est également suspendu aux câbles caténaires - une disposition en diagonale offrant à cet espace public un dais lumineux éphémère pouvant être adapté aux différents événements publics qui y sont organisés.

57 08_p50_61_portfolio.indd 57

23/04/09 16:39:14


58 08_p50_61_portfolio.indd 58

23/04/09 16:39:23


“ A day time view of Place de Paris showing the distinctive lines of Pierre Bleue Belge running parallel to the tram lines that are the hall mark of the paving scheme. These generally provide drainage and in Place de Paris also conceal services (water, power and telecoms) for public events including the Christmas Market, exhibitions and live TV broadcasts. The lines of blue stone provide margins for other high quality materials including silver granite, recycled stone (recovered from the relaying of the streets during this scheme) and elsewhere, smooth asphalt with granite aggregate.” « Vue de jour de la Place de Paris montrant les lignes de pierre bleue belge caractéristiques parallèles à la ligne de tram et constituant l’élément emblématique du système de pavage. Elles sont généralement utilisées pour le drainage mais, sur la Place de Paris, elles permettent également de dissimuler certains réseaux d’alimentation (eau, électricité et télécommunications) lors d’événements tels que le marché de Noël, les expositions et les émissions télévisées. Ces lignes de pierre bleue viennent souligner d’autres matériaux d’excellente qualité, notamment le granit argenté, la pierre recyclée (récupérée lors du changement de revêtement des rues durant ce projet) et ailleurs, un asphalte lisse avec granulat de granit.»

59 08_p50_61_portfolio.indd 59

23/04/09 16:39:32


60 08_p50_61_portfolio.indd 60

23/04/09 16:39:52


Another day time view of Place de Paris. See also page 59. Autre vue de jour de la Place de Paris. Voir ĂŠgalement page 59.

61 08_p50_61_portfolio.indd 61

23/04/09 16:40:09


Kjell Skauland, owner, Scandinavian Company Luxembourg, S.A. Chef d’entreprise, Scandinavian Company Luxembourg, S.A.

Legende bold A. Legende A xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx. Legende B xxxxx xxxxx

09_p62_66_inter_community.indd 62

23/04/09 14:58:04


International Community 174 Nationalities live in Luxembourg, including 320 Norwegians 174 nationalités cohabitent à Luxembourg, dont 320 Norvégiens

Viking Spirit Texts: Deborah Fulton Anderson. Photos: Andrés Lejona.

I

t is one of the wealthiest of European

countries, with one of the highest per capita GNPs (gross national products) in the world. The United Nations consistently ranks it as number one on the “human development” index, meaning that if you’re seeking the best standard of living in education, health care and general quality of life – go north, toward the Arctic, west of Sweden and east of Iceland. Welcome to Norway! Norway’s coastline runs for more than 20,000 kilometers – where modern cruise ships tour along the dramatic fjords and in the northern Artic reaches, the Sámi people still herd reindeer. Strongly nationalistic, the Norwegians may share a history and similar language with their Swedish and Danish neighbours, but they have stubbornly protected their desire to stand alone. Although a member of NATO, the UN and the European Free Trade Association – Norway has twice voted down full membership in the European Union. “We’re about fifty-fifty on the debate, with people in the larger cities and eastern Norway generally in favour, but those in the west and rural north generally against.” Kjell Skauland is a banker-turned-entrepreneur who, in the same year that Norway said nei to EU membership, opened ScanShop here in Luxembourg. “I had already established my import-export business, the Scandinavian Company, in 1991. Three years later we opened our retail store and café.” Claiming “boredom” with the banking business that originally brought him to Luxembourg in 1985, Skauland started his new venture with one idea and one product. “At the time, salmon was a real specialty item here. I began to offer  

Norway Party

Local Sounds from out there

For More Information Consulat Général Royal de Norvège Consule Générale Christine Doerner 10, rue de la Gare 
L-3236 Bettembourg 
 T 511 880
 F 512 863
 E notdoern@pt.lu About Norway Population: 4.660.539 (July 2009 est.) Location: Northern Europe, bordering the North Sea and the North Atlantic Capital: Oslo Government: Constitutional monarchy National Day: Constitution Day, 17 May (1814) Chief of State: King Harald V Head of government: Prime Minister Jens Stoltenberg

Come celebrate each month’s featured country in RendezVous! Sample the culture and cuisine, and dance to the rhythms of the national beat. The party starts at Exit07 at the CarréRotondes and you are invited - all ages and nationalities welcome. Read it here, dance it there. Every month, a different country. On stage this month: The Low Frequency in Stereo + Hypertext.

7 May, 9 pm Feature country:

Norway

CarreRotondes, Bar Exit07 1, rue de l’Aciérie, Luxembourg W www.rotondes.lu Info: Steph Meyers T 26 62 20 07 E steph.meyers@rotondes.lu

63 09_p62_66_inter_community.indd 63

23/04/09 14:58:08


Unni Holtedahl, student and mother of two. Etudiante et maman de deux enfants.

Virtual Norway

Norvège virtuelle

Unni Holtedahl, like most Norwegians, studied foreign languages from an early age. Norway itself has three national languages – Bokmal, Nynorsk and Sámi (spoken by the indigenous Sámi people in the north). English is compulsory from age six. “We then can choose French or German when we’re a little older - I chose French.” Unni continued French studies at the University of Caen in Normandy. Upon returning to Norway, she kept her skills current by working as a tour operator, guiding French tourists through Scandinavia and the Norwegian fjords. Unni was seven months pregnant when she and her husband moved to Luxembourg. “We rented the second house we saw - it’s all I had the energy to deal with!” Now with two small children, Unni is once again a student and connected in a unique way to her native Oslo. “I am studying journalism through a specialized distance learning programme offered by the University of Oslo – a virtual classroom.” She interacts with the forty other students through “synchronous” learning discussions in real time with active participation. “It’s amazing how well it works!”

Comme la majorité des Norvégiens, Unni Holtedahl a étudié les langues étrangères dès le plus jeune âge. La Norvège a ellemême trois langues nationales: le Bokmal, le Nynorsk et le Sámi (parlée par le peuple indigène Sámi, dans le Nord du pays). L’anglais est obligatoire à partir de l’âge de six ans. «On peut choisir le français ou l’allemand quand on est un peu plus âgé – j’ai choisi le français». Unni a poursuivi ses études de français à l’Université de Caen, en Normandie. À son retour en Norvège, elle a pu mettre en pratique ses connaissances en travaillant en tant que voyagiste, guidant les touristes français à travers la Scandinavie et les fjords norvégiens. Unni était enceinte de sept mois quand elle s’est installée à Luxembourg avec son mari. Aujour­d’hui mère de deux enfants en bas âge, Unni est redevenue étudiante et maintient de manière originale ses liens avec sa ville natale, Oslo. «J’étudie le journalisme dans le cadre d’un programme spécialisé d’enseignement à distance offert par l’Université d’Oslo – une salle de classe virtuelle». Elle dialogue avec les quarante autres étudiants par le biais de conversations d’apprentissage «synchronisées» en temps réel auxquelles chacun participe activement. «C’est incroyable comme ça marche bien!».

  smoked and marinated salmon to local restaurants and hotels. I continued to import more products until I had 150 commercial clients.” Realizing the potential market of the thousands of Scandinavians living in Luxembourg, his company began to diversify its products and to import specialty items from not only Norway, but also Denmark, Finland, Iceland and Sweden. Trucks carrying everything from Swedish meatballs to Finnish snack biscuits arrive weekly at the ScanShop. “We even ship special Danish Rugbrød, dark rye, bread dough which we bake fresh every day.” Norwegian specialties line the shelves as well – from Linie Ackavit with its guarantee of having twice traversed the equator, to the “oil of life” (cod liver oil) that Norwegians down daily for health and longevity. Even with ready access to all of these reminders of home, Skauland still misses some of the lifestyle. Like many Norwegians, he has a strong affinity for the rural landscapes and stunning natural scenery there. “We stay in cottages or go camping. In summer, we light fires by the sea and dance!” It is estimated that half the population retreats to such cottages, or hytter, to spend their holidays hiking or fishing. Making the remote accessible seems to be a priority. Norway built the world’s longest road tunnel (complete with caverns “to help refresh the driver”) along the Oslo-Bergen highway in order to boost tourism to the magnificent fjords. The fjords, cut by glaciers and running from 80 to 160 kilometers long, are one aspect of Norway’s long connection to the sea. Oil and gas resources from the North Sea – first tapped in the 1970s – and the resulting wealth have helped subsidize public health and welfare programs. Norway’s oil and tanker fleets are amongst the world’s largest and its fishing industry, which at one time was the main source of income for the country, is still robust. Pickled herring and salmon are still popular with the customers at ScanShop, along with staples such as Danish leverpostej (liver pâté) and Swedish Marabou chocolate. “We now offer books and DVDs, and have expanded to include Scandinavian-designed gifts as well.” Skauland divides his time between the Luxembourg and Belgium ScanShops, with a new store opening near the Brussels EU institutions this month. He will take time out, along with most Norwegians, to celebrate May 17th, Norwegian National Day. In Luxembourg celebrations take place in Bettembourg’s Parc Merveilleux. The local Norwegian community will dress in traditional costumes, children will process through the park dressed in red, white and blue ribbons and at the end are offered as much ice cream as they can eat. No cod liver oil required.

64 09_p62_66_inter_community.indd 64

23/04/09 14:58:10


Esprit viking C

’est l’un des pays les plus prospères d’Europe, avec un PNB (produit national brut) par habitant parmi les plus élevés au monde. L’Organisation des Nations Unies le classe régulièrement numéro un en termes d’indice de «développement humain». Alors si vous cherchez le meilleur niveau de vie en matière d’éducation, de santé et de qualité de vie en général – mettez le cap vers le Nord, vers l’Arctique, à l’Ouest de la Suède et à l’Est de l’Islande. Bienvenue en Norvège! Le littoral norvégien s’étend sur plus de 20 000 km, les bateaux de croisière modernes y naviguent le long des spectaculaires fjords et dans la région du Nord de l’Arctique, et le peuple Sámi y élève encore des rennes. Fortement nationalistes, les Norvégiens ont certes une histoire commune et un langage similaire à leurs voisins suédois et danois, mais ils ont toujours revendiqué leur différence avec obstination. Bien que membre de l’OTAN, de l’ONU et de l’Association européenne de libre échange, la Norvège a voté par deux fois contre son adhésion à part entière à l’Union européenne. «Concernant ce débat, le résultat est à cinqu­ante­-cinquante, les habitants des grandes villes et de l’Est de la Norvège y sont généralement favorables alors que ceux des régions rurales de l’Ouest et du Nord sont généralement contre». Kjell Skauland est un banquier devenu entrepreneur qui, l’année même où la Norvège disait nei à l’adhésion à l’UE, ouvrait sa boutique ScanShop au Luxembourg. «J’avais déjà créé mon entreprise d’importexport, the Scandinavian Company, en 1991. Trois ans plus tard, nous avons ouvert notre magasin de détail et un café». Constatant que le secteur bancaire, qui avait à l’origine motivé son installation au Luxembourg en 1985, le plongeait désormais dans l’ennui, Kjell Skauland débute une nouvelle aventure avec une idée et un seul produit. «À l’époque le saumon était une véritable spé-cialité ici. J’ai commencé à vendre du saumon fumé et mariné à des restaurants et hôtels luxem­bourgeois. J’ai continué à importer de plus en plus de produits jusqu’à atteindre 150 clients professionnels». Prenant conscience du marché potentiel constitué par les milliers de Scandinaves vivant au Luxembourg, son entreprise commence à diversifier ses produits et à importer des spécialités provenant non seulement de Norvège, mais aussi du Danemark, de Finlande, d’Islande et de Suède. Des camions transportant aussi bien des boulettes de viande suédoises que des biscuits finlandais arrivent chaque semaine au ScanShop. «Nous faisons  

Tormod Sveen, marathon runner. Marathonien.

Marathon Man

Marathon Man

They say Norwegians are born with skis on their feet. For Tormod Sveen, it was a pair of running shoes as well. “I’ve always done a lot of sports. Cross-country skiing is great endurance training for running long distances.” Tormod runs marathons and has just completed the Paris Marathon in just over three hours. “My goal is to run one marathon every year until I’m 80!” Tormod was a helicopter pilot with the Norwegian Air Force until a motorcycle accident changed the direction of his life. Though the loss of an arm ended his career as a pilot, Tormod went on to secure an advanced degree in aeronautical engineering and spent seven years with an aerospace technology firm in Paris. He moved to Luxembourg four years ago with his Latvian wife and two children. “I didn’t know what to expect. It took some time to get used to the slower pace here.” His own pace hasn’t slowed - Tormod regularly completes Luxembourg’s ING Marathon. His advice to those attempting a 42.2 kilometer race? “Find your pace” is his first rule. He always accepts the oranges and energy foods offered during the race. “If you don’t eat, you don’t finish!”

On dit que les Norvégiens sont nés avec des skis aux pieds. Dans le cas de Tormod Sveen, aux skis s’ajoutaient des chaussures de course. «J’ai toujours fait beaucoup de sport. Le ski de fond est un sport d’endurance idéal pour s’entraîner à courir de longues distances». Tormod court le marathon et vient de terminer le Marathon de Paris en un peu plus de trois heures. «Mon but est de courir un marathon chaque année jusqu’à mes 80 ans!». Tormod était pilote d’hélicoptère dans la Norwegian Air Force jusqu’à ce qu’un accident de moto vienne bouleverser le cours de sa vie. Bien que la perte de son bras ait mis fin à sa carrière de pilote, Tormod a obtenu un diplôme supérieur en génie aéronautique et a passé sept ans dans une entreprise de technologie aérospatiale à Paris. Il s’est installé au Luxembourg il y a quatre ans avec son épouse lettone et leurs deux enfants. «Je ne savais pas à quoi m’attendre. Il m’a fallu du temps pour m’habituer au rythme de vie plus lent du Luxem­bourg». Mais son rythme à lui n’a pas ralenti – Tormod participe régulièrement au Marathon ING du Luxembourg. Que conseillerait-il à ceux qui souhaitent tenter cette course de 42,2 km? «Trouvez votre rythme» est selon lui la règle d’or. Et manger: «Si vous ne mangez pas, vous n’allez pas au bout!».

65 09_p62_66_inter_community.indd 65

23/04/09 14:58:11


Anne-Lise Zahl Sorensen, Associate Director. Directrice associée.

Bergener Pride “I am from Bergen and - as any Norwegian will tell you - we consider ourselves quite separate from the rest of the country!” Anne-Lise Zahl Sorensen thinks of her home city, the former capital, as one of the most beautiful in Norway. Bergen is the “gateway to the fjords”, surrounded by seven mountains and a historic harbour district renowned for its gabled wooden architecture. “We are also very nationalistic, but in a positive way. Everyone participates in Norwegian National Day — the processions and costumes are part of every village celebration.” Anne-Lise was one of a few young professionals in the 1980s to be selected for a program to promote women in banking management. “I was soon encouraged to go to Luxembourg for a three-month interim position.” She was warned that it might be challenging. “I was eager to take on any challenge!” Twenty-one years later, AnneLise is now an Associate Director at Nordea Bank. Her husband is Danish and their sixteen-year old daughter is used to hearing both languages at home. “She sends me text messages in English, but I always answer in Norwegian!”

Fière d’être originaire de Bergen «Je suis originaire de Bergen et – comme vous le dira n’importe quel Norvégien – nous nous considérons comme bien différents du reste du pays!». Anne-Lise Zahl Sorensen considère sa ville d’origine, l’ancienne capitale du pays, comme l’une des plus belles villes de Norvège. Bergen est la «porte d’entrée vers les fjords», entourée de sept montagnes et d’un quartier portuaire historique réputé pour ses bâtiments en bois à pignons. «Nous sommes aussi très nationalistes, mais de manière positive.» Anne-Lise est l’une des rares jeunes professionnelles à avoir été sélectionnée dans les années 80 dans le cadre d’un programme visant à promouvoir les femmes à des postes de dirigeants dans le secteur bancaire. «On m’a encouragée à rejoindre le Luxembourg pour y travailler en intérim pendant trois mois. J’avais très envie de relever tous les défis qui se présenteraient!». Vingtet-un ans plus tard, Anne-Lise est maintenant directrice associée de Nordea Bank. Son mari est danois et leur fille de seize ans est habituée à entendre les deux langues à la maison. «Elle m’envoie des textos en anglais mais je lui réponds toujours en norvégien!».

 même venir une spécialité comme le Rugbrød (seigle noir), une pâte à pain danoise fraîche que nous faisons cuire tous les jours». Les étagères de la boutique sont également chargées de spécialités norvégiennes de la Linie Ackavit, qui a traversé deux fois l’équateur, à «l’huile de vie» (huile de foie de morue) que les Norvégiens boivent chaque jour pour préserver leur santé et leur longévité. Même s’il a un accès facile à tous ces produits lui rappelant la maison, Kjell Skauland regrette encore certains aspects du mode de vie norvégien. Comme de nombreux Norvégiens, il se sent très proche de la campagne et des paysages saisissants qu’elle recèle. «On passe nos vacances dans un chalet où on fait du camping. En été, on fait du feu au bord de la mer et on danse!». On estime que la moitié de la population séjourne dans ces chalets ou hytter ou passe ses vacances à faire de la randonnée ou à pêcher. Rendre accessible ce qui est isolé semble donc être une priorité pour le pays. La Norvège a construit le plus long tunnel routier du monde (auquel ont été ajoutées des cavernes «pour permettre au conducteur de se rafraîchir») le long de l’autoroute OsloBergen afin d’attirer les touristes vers les magnifiques fjords. Ces fjords creusés par les glaciers et s’étendant sur 80 à 160 kilomètres sont l’une des facettes des relations que la Norvège entretient depuis toujours avec la mer. Les ressources pétrolières et gazières de la mer du Nord – exploitées pour la première fois dans les années 70 – et la richesse qui en a résulté ont permis de financer des programmes de santé publique et dédiés au bien-être de la population. La flotte norvégienne de pétroliers et de tankers est l’une des plus importantes du monde et son secteur de la pêche, qui fut à une époque la principale source de revenus du pays, est encore prospère. Le hareng et le saumon marinés ont toujours beaucoup de succès auprès des clients du ScanShop, tout comme des aliments de base tels que le leverpostej danois (pâté de foie) ou le chocolat suédois Marabou. «Désormais nous vendons également des livres et des DVD et nous avons élargi notre offre pour proposer également des souvenirs et cadeaux de conception scandinave». Kjell Skauland partage son temps entre ses ScanShops du Luxem­ bourg et de Belgique et ouvre ce mois-ci un nouveau magasin à proximité des institutions européennes, à Bruxelles. Comme la plupart des Norvégiens, il prendra le temps de célébrer la Fête nationale norvégienne, le 17 mai. Au Luxembourg les célébrations ont lieu dans le Parc Merveilleux de Bettembourg. La communauté norvégienne locale portera des costumes traditionnels et les enfants, portant des rubans rouges, blancs et bleus, participeront à des processions à l’issue desquelles ils pourront manger autant de glaces qu’ils le souhaitent. Pas d’huile de foie de morue cette fois!

66 09_p62_66_inter_community.indd 66

23/04/09 14:58:13


1RDV.indd 1

22/04/09 11:21:36


Les cours de danse font parcourir la planète et les folklores de tous les pays. The dance classes take you on a journey around the world, allowing you to discover traditions from every country.

10_p68_70_sports.indd 68

23/04/09 13:53:21


Sport

Dansez, c’est bon pour le moral! Texte: Anne Fourney. Photos: Julien Becker.

U

n pas de deux, une farandole, trois petits tours et on rigole. Avez-vous déjà vu des danseurs s’ennuyer? C’est l’une des raisons qui a motivé la Ville à proposer des cours de danse aux plus de 50 ans. Les femmes adorent, les hommes sont plus timides. On dit aussi de la danse qu’elle est une excellente gymnastique pour le cerveau. Cette session mise en place par Sports pour Tous s’adresse aux plus de 50 ans qui souhaitent conserver forme et maintien en travaillant leurs réflexes et leur équilibre. Dans un contexte ludique! Car ce sont des danses de tous les pays qu’il leur est donné de découvrir. Quelques pas de tango ou de salsa, les danses de salon sont aussi au programme. Ces cours ont été mis en place à la rentrée 2007-2008 et sont ouverts à tous et le choix des danses est adapté au niveau des participants, à leur condition physique. Nul besoin d’être un grand sportif pour s’y mettre. L’idée est d’avoir envie de rencontrer du monde, de bouger et de s’amuser. Pas mal comme programme, non? Monique Kieffer, qui dirige les cours au centre d’accueil Grande-Duchesse Joséphine Charlotte: «Le choix des danses est très vaste, on peut les pratiquer seul ou avec un partenaire.» Les messieurs restent un peu timides, puisqu’un seul franchit jusqu’à présent la porte de la salle. Allons, messieurs, il faut équilibrer un peu tout cela! Et la parité, alors?

Les débutants commenceront par des danses toutes simples pour se mettre dans le rythme, et en confiance. Aux Champs Elysées, de Joe Dassin: c’est un exemple. Mais vous pourrez aussi vous essayer à la danse en ligne ou line dance, revenue à la mode chez nous par le biais des fêtes country. Vous amuser avec les danses en cercle, à l’énergie communicative qui en découle, ou – pourquoi pas - aux danses de rue. Le choix est encore plus varié puisqu’il s’étend jusqu’au XVIIIe siècle et parcourt encore bien d’autres époques. Outre les époques, ces séances vous feront aussi parcourir la planète et les folklores de – presque – tous les pays. L’Israël comme la Roumanie s’invitent parmi les participants. Outre la découverte, l’émotion est toujours au rendez-vous, puisque la danse est une expression, celle du corps. Les monitrices qui enseignent selon leur spécialité, ont été formées en Allemagne, où elles retournent chaque année suivre une formation spécifique. «Il est prouvé que la danse améliore la souplesse, la concentration et que c’est aussi un excellent exercice pour le cerveau et la mémoire, souligne Monique Kieffer. C’est aussi très recommandé pour le système cardiovasculaire.» Toutes proportions gardées naturellement. Passé la cinquantaine, il est toujours aussi important de savoir prendre du temps pour soi en s’amusant dans un esprit détendu! Sachant que la danse est bonne pour le moral, aussi.

Danse seniors Réservé aux plus de 50 ans. Gratuit. Service des Sports T 47 96 25 83 ou 47 96 44 00 W www.vdl.lu

69 10_p68_70_sports.indd 69

23/04/09 13:53:24


Dancing, a great pick-me-up! A

La danse est un bon moyen de rencontrer d‘autres passionnés. Dancing is a great way to meet other dance enthusiasts.

Pratique

Practical info

Ce cours est organisé chaque vendredi entre 14h et 15h dans la salle de gymnastique de la Résidence Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte (Konviktsgaart) 11, avenue Marie-Thérèse à Luxembourg. Il est dirigé par des monitrices spécialisées dans le domaine de la danse pour seniors. Pour éviter des chutes, le port de chaussures à semelles propres, réservées à l’usage en salle et qui garantissent aux pieds une aisance des mouvements, est demandé. Il n’y a aucune restriction vestimentaire. Le cours est mixte.

The classes are held every Friday from 2 to 3 pm in the gym at the Résidence GrandeDuchesse Joséphine-Charlotte retirement complex (Konviktsgaart) at 11, avenue Marie-Thérèse in Luxembourg. Classes are taught by instructors specialised in dancing for senior citizens. Participants are asked to wear shoes with clean soles that are worn only in the gym and which will enable them to move their feet freely to help prevent falls. Any clothing may be worn. Classes are mixed.

pas de deux, a farandole, three short twirls and you find yourself laughing. Have you ever seen bored dancers? This is one of the reasons why the City of Luxembourg has decided to offer dancing lessons to the over 50s. Women love the idea; men are rather more reluctant to participate. Dancing is also said to be excellent exercise for the brain. The classes, set up by the Sports pour Tous programme, are aimed at all over 50 who want to keep in shape by working on their reflexes and balance, all while having fun learning dances from around the world! Do you fancy learning some tango, salsa steps or some ballroom dancing? These are just some of the dances you can learn. The classes, which first started in September 2007, are open to all, with dances tailored to participants’ levels of fitness. No need to be particularly good at sport to be able to take part; you simply need to have the desire to meet new people, dance and have fun. Monique Kieffer, who runs the classes at the Résidence Grande-Duchesse Joséphine Charlotte retirement complex, says: “We teach a wide variety of dances, which participants can dance on their own or with a partner.” Men still seem rather reluctant to put their best foot forward, however, as so far only one man has given it a twirl. Beginners’ classes start off with very simple dances to allow you to get into the rhythm and build up your confidence. You can, however, also try your hand at line dancing, now back in fashion in these parts thanks to country music festivals. There is so much to choose from, starting from the 18th century and moving through more recent periods. In addition to allowing you to tap dance through time, the classes also take you on a journey around the world, allowing you to discover traditions from (almost) every country, from Israel to Romania. The classes don’t just provide you with the opportunity to learn new things, but also the opportunity to express yourself, since dancing is a form of bodily expression. The dance instructors, who each teach their individual specialities, were trained in Germany, where they return each year to undertake specialised training. “It’s a well-known fact that dancing improves your flexibility and concentration, and that it is also excellent exercise for your brain and memory,” states Monique Kieffer. “Dancing is also highly recommended as exercise for your cardiovascular system.” For the over 50s, it is still really important to be able to take some time out for yourself, to relax and have a good time, and of course dancing is also a great pickme-up.

70 10_p68_70_sports.indd 70

23/04/09 13:53:29


Lon

Exc

Lancel co

l. d

gch

isp

am

oni

pc

ble

orn

éA

uch

er

an

rner

Exclusif

B

fê a l t ô ient

te des mères

in 2009 u j 4 1 le

Boutique Centre-Ville 32, rue Phillippe II Luxembourg Tél.: (+352) 22 54 81

Boutique Auchan-Kirchberg Kirchberg Luxembourg Tél.: (+352) 42 55 22

www.lamaroquinerie.lu

verti RDV.indd 1

24/04/09 16:13:38


Affiche 300*230.indd 1

22/04/09 9:54:12


Highlights Spectacles Concerts, danse, théâtre, opéras...

Cinéma

Photo: Laurent Henn

L’actualité à la Cinémathèque. Les sorties dans les salles de cinéma de la capitale.

74 Danz Festival Le Transfrontalier 78 New Orleans meets Luxembourg 98 Pitié!

116 Cinéma du Réel 122 Coup de coeur: The Country Teacher 124 The Czech Film Festival

Expositions City Agenda Pocket Guide

Photo: Courtesy of the artist

Musées, galeries, institutions...

102 Large Hadron Collider

Retrouvez tous les rendez-vous culturels également dans le City Agenda

Préventes POUR LES SPECTACLES DANS LES LIEUX SUIVANTS Conservatoire de la Ville de Luxembourg, Grand Théâtre de la Ville de Luxembourg, Théâtre des Capucins, Théâtre National du Luxembourg, Luxembourg City Tourist Office, Orchestre Philharmonique du Luxembourg, Solistes Européens Luxembourg, CCRN − Abbaye de Neumünster LUXEMBOURG TICKET T 47 08 95 1, Lu-ve 10-18h30, www.luxembourg-ticket.lu CONCERTS DEN ATELIER www.atelier.lu AUTRES www.e-ticket.lu 73

11_1_p_73_highlights_sommaire.indd 73

23/04/09 13:46:30


Highlights Spectacles

Spectacles

Ce qu’on entend sur la montagne. Installation sonore par Annick Pütz et Roby Steinmetzer.

74 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 74

23/04/09 14:09:39


Photo: David Verlet

Spectacles Highlights

Da n z F e s t iva l L ë t z eb u er g

Le Transfrontalier

Photo: Víctor Rivera Jovet

Play stop concept / Michaël d’Auzon.

Texte: Corinne Briault. Photo: Laurent Henn

lors des années précédentes, comme (re)venir au Luxembourg, plus spécialement dédié à des artistes de retour à Luxembourg. De même, le programme pour enfants sera très complet, avec notamment le spectacle de la compagnie suédoise Memory Wax, partenaire du réseau international du festival Aerowaves. Tout au long de la semaine, des artistes de Lorraine, d’Espagne, de la Suède se produiront et présenteront spectacles, installations, vidéos, stages au CarréRotondes et autres lieux associés… A découvrir parmi pléthore de manifestations, Ce qu’on entend sur la montagne, une installation sonore par Annick Pütz et Roby Steinmeetzer (24/05), Ven de Entremans, un jeune groupe espagnol ayant gagné le premier prix du concours de danse Certamen Coreografico de Madrid 2008 (24/05), Swan dies of an overdose de Sylvia Camarda (24/05), Song on 3 and 4 and, une chorégraphie de Anka Majcher (24/05), Faites le plein s.v.p. de Jean Guillaume Weis, Equilibrium, a man’s journey de Reveriano Camil (30/05). Une grande fête de clôture réunira les Dj’s The Bud Spencers, We have beards, We are Dj’s… Après Luxembourg, les manifestations investiront les villes de Trèves (du 04 au 07 juin) et de Bytom (du 28/06 au 11/07).

Compagnie Entremans. Photo: Elvire Bastendorff

Pour sa nouvelle édition, le Danz Festival Lëtzebuerg élargit son partenariat en englobant dans la Grande Région la participation du Theater Trier et la ville polonaise invitée de Bytom. Ce réseau grandissant des collaborations et des échanges ouvre ainsi de nouvelles perspectives de promotions aux chorégraphes de chaque pays. Présent dans trois villes, Le Transfrontalier offre un riche programme comportant des manifestations s’adressant à tout un panel de publics. Dans les trois villes, sept chorégraphes internationaux se produiront lors des trois soirées de Volumes, noyau principal du festival, présenté dans les trois villes. Diverses propositions artistiques accompagneront, selon les pays, ces trois volumes. A Luxembourg, le Festival sera présenté au CarréRotondes, où la journée d’ouverture accueillera un stage pour les jeunes, plusieurs spectacles en soirée et le vernissage de l’exposition Absolut Pina de Gert Weigelt, photographe. Consacrée à cette artiste chorégraphe danseuse majeure qu’est Pina Bausch, l’exposition montre des clichés saisis depuis 1975, année de la percée de Pina Bausch avec Le Sacre du Printemps. «La photographie vous apprend à voir et pourrait, en dehors de ses qualités inhérentes, contribuer à rafraîchir, à intensifier la manière de vivre, la manière de voir une pièce de Pina Bausch», explique Gert Weigelt. Le Festival 2009 organisé en collaboration avec CarréRotondes reprendra dans sa programmation des manifestations ayant suscité l’intérêt

Sylvia Camarda.

Danse

o 24-31/05 i CarréRotondes, Luxembourg w Programme détaillé et lieux associés: www.danzfestival.lu

75 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 75

23/04/09 14:09:46


Photo: Philippe Hurlin

Highlights Spectacles

L’œuvre est dédiée au beau-frère du compositeur Jean-Louis Petit, décédé en 2008 à l’âge de 50 ans. Jean-Louis Petit

Soirée concertante Au programme de ce concert figureront notamment trois créations mondiales. Souffle Arachnéen du compositeur français Jean-Louis Petit est une œuvre utilisant avec une égale virtuosité toutes les flûtes traversières allant du piccolo à la contrebasse, qui associe les modes mélodiques d’Olivier Messiaen aux échelles à 12 sons d’Arnold Schoenberg. Elle fut écrite pour le flûtiste Carlo Jans qui sera également le soliste de la soirée. Images du compositeur belge André-Jean Smit. Par ses contours mélodiques, son climat harmonique et ses subtilités de l’orch­es­tra­tion, cette œuvre crée une atmosphère qui, selon la sensibilité de chacun, suggère un tableau poétique et émotif personnel. Elegia du compositeur luxembourgeois Marco Pütz est construite sur le thème du célèbre choral O Haupt voll Blut und Wunden de J. S. Bach. Ce thème apparaît en original dans la partie de hautbois, puis subit des mutations

diverses (miroir, mouvement rétrograde, etc.). Le matériau harmonique très simple, coloré par des instruments à percussion, provient du même choral. Après un court point culminant sonore, l’œuvre se termine dans le calme et la sérénité. Elle est dédiée au beau-frère du compositeur Jean-Louis Petit, décédé en 2008 à l’âge de 50 ans. En outre, les solistes Vania Lecuit et Béatrice Rauchs interviendront comme solistes dans le concerto pour violon et piano de Felix Mendelssohn, tandis que la saxophoniste Anaïs Lorentz interprétera la Fantasia de Hector Villa Lobos. L’orchestre du conservatoire sera dirigé par le compositeur et chef d’orchestre Jean-Louis Petit. Musique classique

o 04/05 u 20h i Conservatoire de Luxembourg, Luxembourg Entrée gratuite. t Résa: 47 96 54 32 ou 47 08 95 1

76 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 76

23/04/09 14:09:50


Photo: Raymond Reuter

Spectacles Highlights

Frank Forst ist Mitglied des Solisten-Ensembles Berlin und des Euphorion-Ensembles. Fagott

Frank Forst Yukiko Sano Le pianiste Jean Muller vient de terminer une intégrale en concert de l’œuvre capitale de Beethoven.

Les Sonates pour piano de Beethoven. Voilà un des monuments phares de la culture (musicale) de l’humanité. La fascination qui émane de ces 32 sonates n’a jamais cessé de croître au cours des deux derniers siècles et pour cause: elles ont été composées par un des plus grands génies de tous les temps à un moment crucial de l’histoire. En effet, le Siècle des Lumières, la Révolution française et la philosophie dialectique ont profondément marqué l’évolution du monde jusqu’à nos jours. Si la musique de Beethoven est toujours aussi bouleversante, c’est que d’un côté, nous la percevons comme une décalcomanie de la société humaine dans toute sa complexité et que d’un autre côté, elle touche au fond de nos âmes les sentiments éternels tels que l’amour, la joie de vivre, l’appréhension de la mort... C’est au piano, instrument à la fois orchestral et intime, et en particulier dans ses 32 sonates, que Beethoven nous livre ses pages les plus personnelles. Le pianiste Jean Muller, qui vient de terminer une intégrale en concert de ce cycle, proposera une introduction dans l’univers de cette œuvre capitale, suivie d’un cours qui permettra d’aborder les aspects pratiques de l’interprétation de quelques sonates choisies (07/05). En guise de clôture de l’évènement, Jean Muller interprétera la Sonate en do dièse mineur (op.27 No2) dite Clair de Lune (08/05). De L. van Beethoven, avec Jean Muller.

Frank Forst wurde 1969 in Aalen geboren und erhielt dort mit elf Jahren seinen ersten Fagottunterricht. Bereits ein Jahr später wurde er bis 1989 Privatschüler von Gerhard Hase in Stuttgart. Während dieser Zeit gewann er 1987 den ersten Bundespreis beim Wettbewerb Jugend musiziert. 1989 - 1992 folgte ein Studium an der Musikhochschule Hannover bei Prof. Klaus Thunemann. 1991 wurde Frank Forst Preisträger des internationalen Musikwettbewerbs Prager Frühling und Stipendiat des Deutschen Musikwettbewerbs mit anschließender Aufnahme in die Bundesauswahl «Konzerte junger Künstler». Von 1990-1992 war er ausserdem Mitglied der Jungen Deutschen Philharmonie. 1996 übernahm er einen Lehrauftrag an der Musikhochschule Hanns Eisler, Berlin als Assistent von Prof. Klaus Thunemann und zum Wintersemester 2002/03 eine eigene Fagottklasse an der Musikhochschule Franz Liszt, Weimar. Mit Beginn des Wintersemesters 2003/04 wurde er dort zum Professor berufen. Frank Forst ist unter anderem als Solist mit Orchestern wie dem Berliner Sinfonie-Orchester, der Camerata Salzburg, dem Philharmonischen Orchester Bremen, der Staatsphilharmonie Rheinland-Pfalz, der Nordwestdeutschen Philharmonie, der Camerata Euopaea und dem Neuen Berliner Kammerorchester aufgetreten. Er ist Mitglied des Solisten-Ensembles Berlin und des Euphorion-Ensembles. Yukiko Sano wurde 1976 in Tokyo geboren und erhielt ihren ersten Klavierunterricht im Alter von drei Jahren. Seit 2003 ist Yukiko Sano als Lehrbeauftragte für Werkstudium an der Hochschule für Musik Franz Liszt Weimar engagiert. Sie ist hier inzwischen für Fagott und tiefe Streicher zuständig. Ausserdem hatte sie im Wintersemester 2006/2007 noch einen Lehrauftrag für Kammermusik inne.

Musique classique

Klassische Musik

o 07/05 u 15-18h o 08/05 u 14-18h i Conservatoire de Luxembourg, Luxembourg t 47 96 52 03

o 09/05 u 16 Uhr o Conservatoire de Luxembourg, Luxembourg w www.luxembourgticket.lu

C o n f é re n ce - C o n cert - C o u r s

32 sonates pour piano

77 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 77

23/04/09 14:09:55


Highlights Spectacles

Πu vre s l u x emb o u r g e o i s e s

Claritmico

Photo: MdL

Le sextuor de clarinettes Claritmico et l’Ensemble de Clarinettes du Conservatoire présentent un programme avec des œuvres de compositeurs luxembourgeois. L’ensemble de clarinettes réalise la création mondiale d’une œuvre de Jean-Paul Frisch sous la direction de Marcel Lallemang. Le sextuor de clarinettes Claritmico interprète des œuvres de René Mertzig, Norbert Hoffmann, Marco Pütz, Claude Lenners et Luc Grethen. Les spectateurs pourront découvrir l’impressionnante variété de timbres et de couleurs des clarinettes du sextuor Claritmico et de l’Ensemble de Clarinettes du Conservatoire de Luxembourg et être surpris par la diversité des sonorités allant du pianissimo le plus doux au forte le plus gigantesque: la puissance de l´orgue alliée à la finesse des vents.

Le sextuor montrera l’impressionnante variété de timbres des clarinettes.

Cette année, plus de 60 musiciens originaires de la Louisiane sont de la partie.

Musique classique

P e n t ec ô t e s o u s l e s i g n e de l a L o u i s i a n e

o 20/05 u 20h i Conservatoire de Luxembourg, Luxembourg, Entrée gratuite t Résa.: 47 96 54 32 ou 47 08 95 1

New Orleans meets Luxembourg 2009 Parades musicales colorées, concerts jazz, rhythm’n blues, Louisiana blues, Mississipi et gospel, marching bands et découvertes culinaires épicées: le festival New Orleans meets Luxembourg, festival d’envergure internationale, gratuit et grand public organisé par le Luxembourg City Tourist Office investit le centre de Luxembourg le week-end de Pentecôte. Pendant ces jours, le centre-ville vibrera sous le signe du swing, de la musique créole et de la convivialité. Pour la quatrième fois, le festival New Orleans meets Luxembourg plongera la ville de Luxembourg dans l’ambiance musicale et culinaire des Etats du Sud américain. Initié pour la première fois à la Pentecôte 2006 par le Luxembourg City Tourist Office grâce aux relations amicales nouées avec la ville de New Orleans, et en tant que projet de solidarité avec les musiciens de la Nouvelle Orléans désemparés après le passage de l’ouragan Katrina, le festival a tout de suite conquis le public luxembourgeois et les visiteurs de passage dans la capitale. Plus de 10.000 amateurs de musique

métissée et de bonne ambiance tout court se sont laissés envoûter en 2006 par l’atmosphère chaleureuse et ont passé des journées entières dans le centre-ville. En 2007 et en 2008, les organisateurs en ont compté 7.000! Le festival doit son succès au mélange de musique entraînante et participative, artistes de qualité, ambiance bon enfant, convivialité et joie de vivre. Ajoutez à cela des espaces culinaires créoles savoureux, et la recette fait école! Cette année, plus de 60 musiciens originaires de Louisiane seront de la partie pour trois jours de musique non-stop mêlant tous les styles de musiques de la Louisiane, des parades de rue, des Mardi Gras dancers, des jam-sessions tous les jours en fin de journée des Gospel Church spirituals, des spécialités culinaires créoles et un brunch créole le lundi de Pentecôte. Festival

o 30/05 – 01/06 i Place Guillaume II, Luxembourg-ville, www.neworleans.lu

78 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 78

23/04/09 14:09:59


Spectacles Highlights

Le jeune virtuose luxembourgeois Francesco Tristano Schlimé jouera sous la direction du renommé chef d’orchestre Mikhail Pletnev.

C o n cert de g a l a

Francesco Tristano Schlimé et l’Orchestre National Russe Dans le cadre de son 35e anniversaire, SOS Villages d’Enfants Monde organise un grand concert de gala. L’Orchestre National Russe jouera sous la direction du renommé chef d’orchestre Mikhail Pletnev avec le jeune virtuose luxembourgeois Francesco Tristano Schlimé. Personnalité atypique du piano, virtuose et audacieux, à la technique incomparable, le jeune Francesco Tristano Schlimé s’affirme comme l’un des meilleurs talents de sa génération. Sa maturité et son ouverture d’esprit lui permettent de maîtriser avec une aisance magistrale tous les genres musicaux. Diplômé de la Juilliard School de New York, des Conservatoires de Bruxelles, Riga et Paris, de Luxembourg pour le piano jazz et de l’Ecole Supérieure de Musique de Catalogne pour la musique contemporaine, il est aussi Lauréat de l’édition 2004 du Concours International de Piano d’Orléans. Né à Luxembourg, Francesco commence le piano à l’âge de cinq ans et se révèle rapidement surdoué. Il donne son premier récital à treize ans et joue ses premières compositions deux ans plus tard. Il va

ensuite parcourir le monde en soliste ou avec de prestigieux orchestres. Tout en s’intéressant à des compositeurs comme Bach, Frescobaldi, Vivaldi, Scarlatti ou Berio, Francesco Tristano Schlimé, mélomane à la soif insatiable de découverte, développe également une passion pour le jazz, la musique contemporaine et électronique. Mikhail Pletnev est un artiste de génie autant qu’un pianiste, un chef d’orchestre et un compositeur qui a réussi à enchanter les publics du monde entier. Il est reconnu internationalement comme l’un des artistes majeurs de notre temps. Pletnev s’est vu gratifier de nombreux prix reconnaissant son talent, notamment une médaille d’or et le premier prix du Tchaikovsky International Piano Competition, en 1978 alors qu’il n’était âgé de seulement 21 ans. En 1990, il fonde le premier orchestre indépendant de l’histoire de la Russie. Souhaitant partager au travers de cet orchestre sa vision des arts de la scène, il a vite été rejoint par les musiciens les plus talentueux de la scène russe dans cette aventure du Russian National Orchestra. Depuis

sa création, l’orchestre, reconnu mondialement par les professionnels et les amateurs de musique s’est produit autant en Isarël qu’au Vatican, et donne régulièrement des concerts sur les cinq continents. Au programme de cette soirée: Nicolai Golovanov: Ouverture Russe, Sergei Prokofiev: Concerto pour Piano n° 3. Soliste: Francesco Tristano Schlimé. Alexander Glazunov: Symphonie n° 6. Francesco Tristano Schlimé et l’Orchestre National Russe ayant décidé de soutenir cette action en renonçant à leurs gages, les bénéfices du concert seront intégralement versés au futur Village d’Enfants SOS de Pskov, à 600 km au nord-est de Moscou.

Musique classique

o 21/05 u 20h i Philharmonie, Luxembourg w www.philharmonie.lu q Avec le soutien de: La Luxembourgeoise, Luxgsm, Sal. Oppenheim, Soludec. En partenariat avec: Luxemburger Wort, RTL

79 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 79

23/04/09 14:10:00


Highlights Spectacles E M A S C H E NG E N I V

Photo: Lukas Beck

Yvetta Slezakova Avec Yvetta Slezakova et Vladimir Berenik aux violons, les étudiants de l’EMA Schengen interprètent des œuvres de compositeurs déportés à Theresienstadt ou jouées dans le cadre de la vie culturelle du camp. Yvetta Slezakova et Vladimir Berenik (violons), Robert Lakatos et Julius Soska (altos), Teodor Brcko et Boris Boho (violoncelles) interpréteront le Trio à cordes, de Gideon Klein, Deux danses hassidiques op.15 de Zikmund Schul, la Danse pour trio à cordes de Hans Krasa, le Quatuor à cordes n°3 de Viktor Ullmann et le Sextuor à cordes n°2 de Johannes ­Brahms. L’Académie Européenne de Musique, Schengen donne la possibilité à de jeunes interprètes de se réunir autour de musiciens confirmés afin de travailler avec eux le répertoire de leur instrument dans un esprit et dans une ambiance, non pas de professeur à un élève, mais bien dans une idée de partage; partager quoi avec les jeunes? Une tradition d’interprétation que les grands représentants du monde musical des différentes époques ont légué avec tant de génie au monde d’aujourd’hui. Cet héritage sacré, il faut continuer à le transmettre aux générations du futur. Ainsi les pédagogues et les élèves de l’Académie Européenne de Musique, Schengen donnent chaque année une série de concerts tel celui proposé au cours de cette soirée.

Adam Fischer est considéré comme un messager inégalé de Haydn.

Ad a m F i s cher

Österreichisch-Ungarische Haydn Philharmonie De la célèbre Représentation du chaos, en passant par la caractérisation musicale pleine d’humour des animaux créés (lions, tigres, cerfs, chevaux, bœufs, moutons, insectes et vers) jusqu’au final polyphonique louant le Seigneur, La Création de Haydn est l’un des plus grands oratorios. Cet oratorio n’est pas seulement l’un des plus grands pour sa signification dans l’histoire de la musique (Haydn a modernisé le genre de l’oratorio par de riches modifications formelles et une nouvelle polyvalence du chœur), mais également pour la distribution de l’orchestre préconisée par Haydn – 120 musiciens et 60 chanteurs ont présenté l’œuvre pour la première fois le 19 mars 1799. Lors du concert à la Philharmonie, vous pouvez vous attendre à une plénitude sonore et à une interprétation qui rend hommage au raffinement trop souvent éludé du compositeur. C’est

en ces termes que le journal viennois Die Presse s’est exprimé sur le fondateur et Chefdirigent de l’Österreichisch-Ungarische Haydn Philharmonie, formée en 1987 et composée de membres du Wiener Philharmoniker et des grands orchestres de Budapest: «Adam Fischer s’est si bien approprié le langage musical de Haydn qu’il est consi­déré aujourd’hui comme son messager inégalé. Ici, le tempo est toujours juste, chaque mesure est marquée par un toucher électrisant, ardent; la force, l’élégance et l’humour essentiels chez Haydn s’unissent en un tout homogène.»

Yvetta Slezakova jouera avec de jeunes interprètes. Musique classique

Musique classique

o 28/05 u 20h i Philharmonie, Luxembourg t 26 32 26 32 w www.philharmonie.lu t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

o 04/05 u 20h i Philharmonie, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu q Abonnement EMA + vente libre. Concert accessible aux détenteurs de la Carte Crescendo

80 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 80

23/04/09 14:10:07


Photo: Aymeric Warmé-Janville

Spectacles Highlights

Arnaud Boukhitine de l’Ensemble intercontemporain. Hugh Masekela a posé les bases d’une musique fusion mondiale. Pa ri s c o s m o p o l i t e

Solistes de l’Ensemble Intercontemporain

7 0 t h ANN I V E R SA RY TOU R

Hugh Masekela

Créé par Pierre Boulez en 1976, l’Ensemble intercontemporain réunit 31 solistes partageant une même passion pour la musique du XXe siècle à aujourd’hui. Sept de ces musiciens hors pair seront à Luxembourg (pour la première fois depuis le fulgurant concert des rainy days en 2005). Leur programme ouvre une fenêtre sur le Paris cosmopolite auquel le Musée d’Orsay aura consacré la veille une grande soirée autour du foisonnement artistique depuis les années 1920. Car le russe Stravinsky ou l’Américain à Paris George Gershwin n’ont pas été les seuls compositeurs étrangers à faire de Paris une étape essentielle de leur cheminement musical. Les compositeurs plus jeunes présentés par l’Ensemble intercontemporain contribuent eux aussi au rayonnement international de la capitale française: Georges Aperghis, né à Athènes, l’Italien Marco Stroppa, le Britannique Jonathan Harvey, le Japonais Fuminori Tanada, Emmanuel Nunes, originaire du Portugal, Michael Jarrell, né à Genève, et enfin Edgar Varèse, Parisien d’origine, mais qui a élu domicile à New York. On peut se demander si les lieux déteignent sur la musique; quoi qu’il en soit, cette soirée composée de différentes œuvres pour solo, duo, trio et quatuor (du classique Densité 21,5 de Varèse à la nouvelle pièce de Michael Jarrell pour cor solo) est un vibrant plaidoyer urbain pour la diversité et l’ouverture.

Hugh Masekela est un trompettiste, cornettiste et bugliste de jazz sud-africain redoutable. Fort de plus de quarante ans de carrière et de trente ans d’exil dus à sa lutte contre l’apartheid, il a joué avec toutes les grandes stars du globe, a sorti de grands hits et a vendu plusieurs millions d’albums. Contraint à l’exil durant l’apartheid en Afrique du Sud et accueilli aux Etats-Unis dans les années 60 par Harry Belafonte, Hugh Masekela, qui fut l’époux de Miriam Makeba, a emporté dans la fuite ses convictions militantes et ses profondes racines musicales. Ce qui lui permit de poser, avec quelques autres, les bases d’une musique de fusion mondiale, et l’a parfois entraîné vers les rivages du disco, ou de l’afro pop. Dans les années 1980, il a réalisé des tournées avec Paul Simon pour l’album Graceland qui rassemblait des artistes sud-africains comme Ladysmith Black Mambazo, Miriam Makeba, Ray Phiri, et d’autres membres de l’orchestre Kalahari, avec lequel Masekela a aussi enregistré. Toujours aussi fameux et respecté chez lui comme à l’étranger, Hugh Masekela continue chaque jour à apprendre la musique, à enregistrer et à œuvrer pour un meilleur avenir pour les jeunes musiciens sud-africains. Hugh Masekela joue en moyenne plus de deux heures devant un public ébahi. Cette année, Hugh Masekela est en tournée pour son 70e anniversaire et présente son nouvel opus.

Musique contemporaine

Musique jazz

o 29/05 u 20h i Philharmonie, Luxembourg t 26 32 26 32 w www.philharmonie.lu t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

o 03/05 u 20h30 i Den Atelier, Luxembourg w www.printempsmusical.lu, www.luxembourgticket.lu

81 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 81

23/04/09 14:10:14


Highlights Spectacles

Arturo Sandoval est l’un des meilleurs trompettistes au monde. V irt u o s e

Arturo Sandoval Considéré par l’ensemble de la scène comme l’un des meilleurs trompettistes au monde, Arturo Sandoval, virtuose et leader du jazz afro-latin, sera pour la première fois de passage à Luxembourg. Un concert pour le moins exceptionnel. Son histoire a tout de ces scénarios dont on fait les romans, et fut même notamment adaptée en téléfilm: For Love or Country: The Arturo Sandoval Story, par Andy Garcia (USA, 2000). Né à la Havane, à des lieues de tout environnement familial propice, Arturo Sandoval doit à l’obtention d’une bourse son parcours dans une école nationale. Initié à différents instruments (trombone, flûte, batterie, trompette…), il devra attendre ses 14 ans pour recevoir en pleine figure l’audition d’un disque comptant, dans ses interprètes, Charlie Parker et Dizzy Gillespie. Son destin est écrit: c’est au jazz qu’il consacrera sa vie. Remarqué dans différents orchestres, convié, en 1967, par Armando Romeu à rejoindre la Orquestra Cubana de Música Moderna, actif, au cours de son service militaire, dans la Banda

del Estado Mayor del Ejercito, il participe à l’explosion des clichés liés à la culture cubaine en rejoignant Irakere, le prestigieux ensemble fondé par le pianiste Chucho Valdés. Lié d’amitié avec celui qui était sa référence et deviendra son mentor, Dizzy Gillespie, il profite, en 1990, d’une tournée en Italie pour quitter le régime cubain et rallier Miami. Citoyen américain depuis 1998, il a, à son compteur, pas moins de 4 Grammy Awards, 6 Billboard Awards et 1 Emmy Award. Capable de s’illustrer aussi bien dans le jazz que le classique, Arturo Sandoval sera, à Luxembourg, accompagné «de la meilleure formation afro-cubaine du moment»: Philbert Armenteros (percussion), Manuel Valera (piano), Ed Calle (sax), Charles Flores (basse) et Alexis Arce (batterie). On devrait, tradition oblige, le voir naviguer d’un instrument à l’autre, dans cette folie du live qui participe à sa légende. | A. J. Musique jazz

o 16/05 u 20h i Den Atelier Luxembourg w www.atelier.lu

82 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 82

23/04/09 14:10:17


Spectacles Highlights

King Pleasure & The Biscuit Boys est sur les routes depuis deux décennies. Swi n g

King Pleasure and the Biscuit Boys & Tipitina King Pleasure & The Biscuit Boys est un des meilleurs combos swing de la planète, c’est une véritable institution! Cette formation semble sortir tout droit d’un film rétro noir et blanc des années 40. Le combo joue un mélange époustouflant de swing et de Kansas City jazz’n blues. Ceux qui croient que le swing est un style qu’il vaut mieux laisser aux Américains doivent se préparer à être contredits. Ce combo british est inclassable! Leurs concerts sont reconnus pour l’incroyable énergie et l’ambiance contagieuses qu’ils dégagent. L’humour fait programme, et l’humour a certainement sa place dans l’histoire du jazz! Véritable locomotive infatigable du groupe, le frontman King Pleasure est une personnalité unique! Les King Pleasure & The Biscuit Boys sont d’ailleurs sur les routes depuis deux décennies et ont joué en Europe, aux

Etats-Unis et en Russie. A leur actif, ils comptent la production de 10 CD, plus de 50 apparitions télévisées et 75 émissions de radio! Les voir en live est une expérience inoubliable. Ils seront précédés sur scène par la formation londonienne Tipitina dont la musique transporte dans la chaleur des nuits de la Nouvelle Orléans. Entre la voix chaleureuse de Debbie Jones et le talent du pianiste Justin Randall et du batteur Gary Barber, Tipitina fait vibrer le public avec une force et une originalité authentiques. Musique jazz

o 15/05 u 20h30 i CCRN Abbaye de Neumünster, Luxembourg Coproduction Luxembourg City Tourist Office – Centre Culturel de Rencontre, Abbaye de Neumünster w www.printempsmusical.lu, www.luxembourgticket.lu

83 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 83

23/04/09 14:10:28


Highlights Spectacles

A c a pe l l a

TAKE 6 Take 6 est reconnu comme l’un des meilleurs groupes a capella du monde. L’ensemble a influencé de nombreux groupes de R’n’B et n’en finit pas d’étonner. Les voix suaves des six chanteurs épousent parfaitement les mélodies et apportent une touche originale à des chansons devenues des tubes mondiaux. Take 6 a été créé en 1980 par Claude McKnight à l’Oakwood College à Huntsville (Alabama). Composée à l’époque de quatre vocalistes gospel, la formation s’est agrandie pour devenir un sextet dont le premier disque en 1988, intitulé Take 6, impressionna fortement la scène musicale. Depuis, le groupe déchaîne l’enthousiasme par son style particulier, un mélange de gospel, jazz, ryhtm’n blues, doo-wop et de pop. Take 6 s’est produit entre autres avec Quincy Jones, Ella Fitzgerald, Stevie Wonder, Al Jarreau. Leur CD actuel The Standard (octobre 2008) est trois fois nominé pour les Grammy Awards. Jusqu’à ce jour, Take 6 est lauréat de 10 Grammy Awards (17 nominations), 3 disques d’or, 1 album platine, 5 Gospel Music Awards (Doves) ainsi que le Soul Train Music Award. Pendant plusieurs années le groupe a été élu Meilleur groupe de Jazz Vocal par les lecteurs du Down Beat Magazine.

Les musiciens de Kolsimcha impressionnent le public grâce à des rythmes explosifs. c u lt u re j u ive

Kolsimcha – The World Quintet Kolsimcha est un ensemble de klezmers contemporain. Ces véritables ambassadeurs de la culture juive mélangent la musique yiddish traditionnelle aux improvisations jazz et à la symphonie, à base de mélodies et de rythmes détonants, et en évitant les clichés. Le son unique de Kolsimcha impressionne le public du monde entier, jusqu’à la Carnegie Hall de New York. Ils ont régulièrement droit à des standing ovations dans les plus grands festivals de jazz, de musique classique et de musique world de tous les continents. Grâce à leur style virtuose, chaud et vivant, les musiciens du World Quintet ont créé une atmosphère unique pour la scène jazz, mais

aussi pour maintes productions de théâtre, de cinéma et même de danse. La clarinette et la flûte, accompagnées d’une rythmique vivace composée d’un piano, d’une contrebasse et d’une batterie, allient les différents styles de musique: improvisations complètes spontanées, éléments classiques virtuoses avec des incursions dans les musiques exotiques du Moyen-Orient. Musique jazz

o 19/05 u 20h i Conservatoire de Musique de la Ville de Luxembourg, Luxembourg w www.printempsmusical.lu, www.luxembourgticket.lu

Take 6 déchaîne l’enthousiasme par son style singulier. Musique jazz

o 17/05 u 20h30 o Den Atelier, Luxembourg w www.printempsmusical.lu, www.luxembourgticket.lu

84 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 84

23/04/09 14:10:31


Spectacles Highlights

Deux personnalités du jazz pour une parfaite mixture. Pops

OPL – James Morrison Le concert annuel Pops at the Phil, tant aimé du public, entame son quatrième round avec l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg et le trompettiste James Morrison, sous la direction de Gast Waltzing. Inspiré par la tradition éclectique des concerts d’orchestre classique/jazz/rock de Boston à Londres, ce mélange des styles présenté par l’OPL ne compte plus ses aficionados à Luxembourg. Deux personnalités du jazz, devenues célèbres pour leurs talents de trompettiste, arrangeur ou encore de compositeur, sont cette fois chargées de concocter une parfaite mixture, Gast Waltzing au pupitre de chef d’orchestre et la star australienne de jazz, James Morrison en special guest. Trompette, trombone, euphonium, piano, tuba, saxophone, Morrison n’est pas seulement un polyinstrumentiste d’une incroyable virtuosité,

mais également un entertainer né. Il a joué aux côtés de Cab Calloway, Ray Charles, B.B. King ou encore le London Symphony Orchestra et le London Philharmonic Orchestra. Son talent exceptionnel n’a jamais manqué de susciter l’admiration de tous: «Man, James Morrison can play – he’s a great musician!», dixit son collègue trompettiste Wynton Marsalis. Quant à Dizzy Gillespie, l’idole de Morrison lorsqu’il était enfant, il dut reconnaître lors de leur concert commun au Montreux Jazz Festival de 1987: «He is one of the best!» Musique jazz

o 06/05 u 20h i Philharmonie, Luxembourg t 26 32 26 32 w www.philharmonie.lu

85 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 85

23/04/09 14:10:33


Photo: Bardur Eklund

Highlights Spectacles

Teitur, a singular name for a singular man.

N o rdic M u s ic E ve n i n g

Photo: Olivier Grachen

Rasmus Lyberth Band & Teitur

Khaled n’a pas son pareil pour enflammer les foules. Libert é

Khaled Quelques jours avant l’Olympia, Rabat ou le festival de musiques métisses d’Angoulême, le roi du Raï Khaled ravira ses fans à Luxembourg. Bien au-delà du succès interplanétaire de Didi ou d’Aïcha, Khaled (Khaled Hadj-Brahim de son vrai nom), le chanteur de Sidi El-Houari (banlieue d’Oran) incarne une musique rurale devenue au fil des années le blues d’Algérie. Si le chanteur n’a pas son pareil pour enflammer les foules par sa convivialité, son chant s’appuie sur une culture orientale métissée où la traditionnelle chanson oranaise (le gharbi) ou marocaine flirte sans vergogne avec le twist, le son psychédélique, la pop, le r’n’b (Benthi) ou le hip-hop (Mon Premier Amour). Et l’on attend avec impatience qu’il nous dévoile quelques bribes de son nouvel album Liberté sorti en avril. Musique du monde

o 07/05 u 20h i Philharmonie, Luxembourg t 26 32 26 32 w www.philharmonie.lu

An amazing evening to discover Nordic Music with singular artists. Rasmus Lyberth possesses a voice like nothing you have heard before. A voice full of passion, strength, softness and love of his unusual and extreme country, Greenland, an island and a country full of beauty, wilderness and contrasts. It’s the world’s biggest island, which is also a part of the Danish realm. Rasmus Lyberth sings with such force and such a strong, melodic voice that makes you listen with your heart. His singing has been described as hearing the icebergs break open. It creates beautiful pictures of the arctic nature, the ice and snow, the white and green, the water and the Northern lights in one’s head. Teitur: a singular name for a singular man. Hailing from the Faroe Islands. Teitur writes songs of immense beauty, they reverberate with an elegiac poignancy and emotion that move the listener with an almost wilting intensity. The influences are diverse, the lyrics stand alone as startling poetry, such is his ability as a storyteller and they recall the Russian greats Chekhov, Tolstoy, Bulgakov, but also American writers like Richard Brautigan and Yates, as he deals with the mundanity and absurdity of everyday life and captures the humor and bleakness in the human condition inside his verse. Musically his vision is equally ambitious; at times he reminds of the dramatic instrumentation of a Krzystof Komeda score or a soundtrack to an Ingmar Bergman film. His new album The Singer is the first evidence of an extraordinary talent about to delicately land upon our shores. An artist whose songs remind you what music can do for the soul! Nordic music

o 09/05 u 8 pm i Abbaye de Neumünster, Luxembourg t 26 20 52 1 w www.ccrn.lu t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu q Organized by Den Danske Forening in collaboration with the CCRN

86 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 86

23/04/09 14:10:39


Photo:Sarah Meadows

Spectacles Highlights

Yacht’s heart is the shows. vide o m u s ic

Yacht Yacht is a lot of things. It’s kind of a band, but it’s mostly a genre-and-media-spanning life project founded and led by Jona Bechtolt of the Northwest’s very own Portland, Oregon. Bechtolt (and new member Claire L. Evans) make anthemic power jams, play them backwards and soak them in nearly-psychedelic cherry cola. Yacht’s heart is the shows: uncluttered, inspiring sessions of damaged dance moves and synchronized crowd-waving, backed by constantly changing elements -- PowerPoint presentations, audience Q&A sessions, and shamanistic video environments. «Yacht smells wonderful. I must say, all the time he spent in our bus, it was as if a cool breeze was blowing through my mind. And good songs, too!» James Murphy, LCD Soundsystem. «Yacht is a true renaissance man, feel his magic zap you with its

lightning bolt made of awesome», Architecture in Helsinki. The same evening, support will be Casiokids. «With their haywire melodies and an exuberant stage show featuring massive puppets, video, and shadow theater they combine electro-pop bliss and indie-kid abandon into one ragtag effusion. Junky analog synths bleat and whistle in a long overture; with the introduction of Windsor-knotted guitars, timbales, and Muppety harmonies, it starts resembling a DiskJokke/ Vampire Weekend mash-up.» (Pitchforkmedia. com review of Togens hule 2008). Electronic music

o 08/05 u 9.30 pm i Exit07 CarréRotondes, Luxembourg w www.rotondes.lu, www.luxembourgticket.lu

87 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 87

23/04/09 14:10:41


Highlights Spectacles

Thieves like us is an elegant starship. T H I E V E S L I K E US

Casiotone For The Painfully Alone Casiotone for the painfully alone is the beatsand-keys solo project of 31 year old singer, songwriter and Chicago resident, Owen Ashworth. Also, Thieves like us, a musical vehicle. Drawing heavy influence from traditional Americana as well as 80’s synth pop and commercial hip hop, the music of Casiotone for the Painfully Alone is a curious mix of austere character studies and playful electronic programming. Live, Owen Ashworth recreates his recordings using a makeshift dub sound­system. Glitchy drum machine rhythms, battery-operated synths, melodic loops, and hand-­triggered samples are routed through various echo boxes and filters to accompany his slow, deliberate vocal style. Also to discover, Thieves like us is a musical vehicle, an elegant starship, pointed straight to the heart of the listener. They align themselves musically with

Europe, and consider Paris their home (although none of them are French). Pontus Berghe (drums) and Bjorn Berglund (keyboards) are from Sweden. Andy Grier (vocals) is from the United States. They met at a picnic in Berlin. People often ask them to describe their sound, and although they encompass a variety of influences, they ultimately consider themselves to be a Pop Band. Yes, the production style is both disco and hip-hop, but the sheer strength of the melodies and emotional depth of the songs makes them classics. Support: Concern.

Electronic music

o 15/05 u 9.30 pm i Exit07 CarréRotondes, Luxembourg w www.rotondes.lu, www.luxembourgticket.lu

88 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 88

23/04/09 14:10:44


Spectacles Highlights

Get Well Soon, this is a spiteful potion of gothic pop from Germany’s favourite one-man band. T R OU B L E B OO K S

Get Well Soon Gothic pop music, guitars, diverse instrumentation… Those two groups are made for you. Ignore the multi-wordage of the title, Get Well Soon, this is a spiteful potion of gothic pop from Germany’s favourite one-man band. Konstantin Gropper lays his baby-Cave vocals over a musical hybrid of Jonathan Fire*Eater/Beirut-like proportions. It’s stirring stuff, especially when Gropper spits out the line “It’s tragic you don’t feel my pity” as the sonic spell sounds like it might be shattered at any moment. A thrilling kiss-off. (Priya Elan/nme). Trouble Books had been releasing limited-edition recordings from their drafty Akron, Ohio living room for several years before

sitting down with blank cassettes to collect all of their best ambient, experimental pop ideas onto one album. Recorded during the cold, abbreviated daylight of early winter,The United Colors of Trouble Books? is all tape warmth, drifting guitar swells, diverse instrumentation, and lopsided loops. RIYL: The Microphones, Yo La Tengo, My Bloody Valentine. Pop noisy music

o 28/05 u 9.30 pm i Exit07, CarréRotondes, Luxembourg w www.rotondes.lu, www.luxembourgticket.lu

89 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 89

23/04/09 14:10:45


Highlights Spectacles

Soap&Skin aka Anja Plaschg is only 18. O u t s ider

Soap&Skin Few musical discoveries in recent years – perhaps ever - have been as staggering as that of Soap&Skin aka Anja Plaschg. The sheer force this young artist (she is only eighteen) injects into her compositions almost beggars belief, her songs consuming every last drop of her with no regard for grace or beauty. They say I’m different – and they have been saying it about Plaschg since she was a little girl in the small South Steiermark village of Gnas, where her parents had a pigfarm. With her punkish looks, ripped clothes and nihilistic attitude to match, she felt like the archetypal outsider, hating piano lessons until hitting her teens when, all of a sudden, piano playing became her elixir. Anja began practising for 12 hours a day, took up the violin as well and composed her first classical pieces for the village music school. Her older brother installed a sound programme

on the computer for her to play around with, and having figured it out for herself, she experimented with productions. Soap&Skin’s first album “Lovetune for Vacuum” is a logical progression from her previously released pieces, an unwavering line of drama, inner conflict and melancholy. The impact of this debut lies in its paradoxicality: remarkably mature on the one hand, yet feeding on unbridled youthful exuberance on the other. The songs you find on the album have been written between 2005-2008 and have been recorded back at Anja’s place – mostly just by herself. Electronic music

o 23/05 u 9.30 pm i Exit07 CarréRotondes, Luxembourg w www.rotondes.lu, www.luxembourgticket.lu

90 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 90

23/04/09 14:10:52


Spectacles Highlights

Un spectre musical largement ouvert. L o c a l S o u n d fr o m o u t t here : N o rway

The Low Frequency in Stereo Une formation recomposée, un nouveau label, une identité renforcée… The Low Frequency in Stereo ne fera pas qu’une escale technique au Luxembourg, 2009 étant, pour nombre d’observateurs, leur année. Ces Norvégiens, consacrés Coolest Rulers of Scandinavia par le magazine Rolling Stone, vous invitent à une plongée dans un univers à la croisée des Sonic Youth, Can et autres Stereolab. Et c’est gratuit! Fondé en 2001, le combo s’est, initialement, imposé dans un registre lo-fi-post rock qu’ils ont eu l’occasion de développer au travers de quelque 350 concerts sur l’ensemble du globe. Remarqués, précédemment, sur le Oya Festival, le South by Southwest, le CMJ ou le plus proche Dour Festival, ils pourraient faire, de 2009, l’année de leur grand retour. Pour ce faire, ils disposent de Futuro, un album dont les 8 titres constituent autant de pépites.

Du post-rock de Geordie La Forge à l’esthétique 60s de Starstruck, du noise jazz (de près de 10 mn) de Solar System à l’envoûtant Bahamas, un spectre relativement largement ouvert qui prend toute sa dimension sur scène. Et pour ouvrir le bal de cette soirée réalisée en partenariat avec le magazine Rendez-vous: Hypertext. Probablement rangés, dans une discothèque idéale, entre les Strokes et les Sonic Youth, ces jeunes Norvégiens sont déjà l’objet de nombreuses attentions. Découvrez-les avant les autres. | A. J. Musique post rock

o 07/05 u 21h i CarréRotondes, Luxembourg. The Low Frequency in Stereo + Hypertext. Entrée libre. w www.myspace.com/lowfrequencyinstereo, www.myspace.com/hypertextband

91 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 91

23/04/09 14:10:59


Photo: Johannes Conen

Highlights Spectacles

Antigone ist eine Figur, die durch ihre eigene Einwilligung von Liebe inspiriert ist. S o ph o k l e s

Antigone.Stimmen Diese Spielzeit präsentiert das Grand Théâtre mit Antigone.Stimmen nach Sophokles sowie Ismène, gleich zwei Umsetzungen des mythologischen Stoffes der beiden ungleichen Töchter König Ödipus. Mitlieben, nicht mithassen ist mein Teil. Ich bin nicht geboren, um Hass zu teilen, sondern Liebe. Antigone ist eine Figur, die durch ihre eigene Einwilligung von Liebe inspiriert ist. Sie ist geboren, um sich in Beziehung zu setzen, um auf etwas zuzugehen, nicht um gegen etwas anzugehen. In ihrer Sprache findet sich kein Widerhall des Krieges, wie etwa bei Kreon. Es ist das Prinzip Liebe, das sie dazu bewegt, einen politischen Raum zu durchschreiten, und einen Gestus auszuführen, der nicht aus polemischer oder aggressiver Absicht geboren ist, sondern aus Treue zu einer Inspiration. Antigone erfährt die Mahnung durch “glänzende” Gesetze. Die Götter selbst beachten glänzende Gesetze, die schon immer existieren, und die ihren Glanz von einer nicht bezeichne-

ten Quelle empfangen. Karin Rehnqvist ist eine der bekanntesten Komponistinnen Skandinaviens. Ihre Kompositionen zeichnen sich durch eine eigene Tonsprache aus, die ihren Vorrat sowohl in der traditionellen schwedischen Volksmusik als auch in den Wurzeln der europäischen Kunstmusik findet. Neben der Chormusik, durch die Karin Rehnqvist zur Musik fand, und die ganz offensichtlich eine Gattung ist, für die sie besonders viel und gerne komponiert, sind Kammermusik und in letzter Zeit vermehrt sinfonische Konzerte die von Rehn­ qvist bevorzugten Gattungen. Inspirations­quellen für viele ihrer Werke sind neben litera­rischen Werken (inkl. Bibel), eigenen Erfahrungen (z.B. Expedition in die Antarktis), Kuriositäten (rückwärts abgespielte Polka) auch Texte von und über Frauen. Die Komplexität ihrer Werke und ungewöhnliche Kompositionsideen führten Karin Rehnqvist schon früh zu internationalem Erfolg. Ihre Werke werden weltweit aufgeführt.

Seit 2004 experimentieren Martina Roth und Johannes Conen an einer Theaterform, die virtuelle und reale Spielebenen und die damit verbundenen Räume zusammenbringt, die sie BewegtBildTheater nennen. Die erste Bewegt­ BildTheater-Produktion Fermé wurde im Auftrag von Luxemburg und Großregion, Kultur­haupt­ stadt 2007 entwickelt, realisiert und am 5. Januar 2007 in der Rue Laurent Menager uraufgeführt. Darauf folgte Neun und Eins mit Uraufführung im Grand Théâtre am 2. Februar 2007 (Koproduktion: BewegtBild, Grand Théâtre, Théâtre d`Esch, CAPe Ettelbruck und Institut Pierre Werner). Nach Sophokles und Nelly Sachs. | Martina Roth.

Theater

o 12/05 u 20 Uhr i Grand Théâtre, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

92 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 92

23/04/09 14:11:04


Photo: Michel Boermans

Spectacles Highlights

Trip t y q u e

Norbert Rutili chante les trois B Après avoir suscité tant d’émotions par le biais de rôles éclectiques interprétés sur les différentes scènes théâtrales luxembourgeoises, Norbert Rutili redonne vie aux textes de Brel, Brassens et Bécaud. Norbert Rutili, accompagné à l’accordéon par Daniel Bertucci, propose un triptyque de trois spectacles, dont chacun sera consacré à l’une de ces grandes figures de la chanson francophone. Au-delà du simple hommage ou du challenge technique, l’artiste invite à un véritable voyage poétique, une occasion de croiser la route de Mathilde et Nathalie mais aussi celle de Jef, de M. Pointu, du vieux Léon, sans oublier Marieke, Madeleine, Margot, Hélène, Prosper ou encore Mademoiselle Lise, bien sûr. Au détour de Vesoul, Bruxelles et Amsterdam puis en passant par la Place Rouge, Varsovie ou encore Knokke-le-Zoute, le parcours s’achève sur les traces de l’émotion au Cabaret de la Dernière Chance (bar du TOL) avec en définitive un rien de nostalgie et un brin d’espoir. Théâtre Musical

o 13, 15/05 u 20h30 i Théâtre Ouvert Luxembourg, Luxembourg t 49 31 66

Ismène incarne la part sensuelle qui existe en chacun de nous. Ya n n i s R i t s o s

Ismène Marianne Pousseur et Enrico Bagnoli nous emmènent sur les traces d‘Ismène, soeur d’Antigone, qui contrairement aux héroïnes tragiques, a choisi la vie et s’est évanouie, rayée de la mythologie, sans avoir pu trouver de terme à son existence. Ismène, opéra pour voix seule, s’inspire du poème homonyme de Yannis Ritsos et se construit sur une composition originale de Georges Aperghis. Ismène la discrète, la passive, la faible, celle qui n’est pas entrée dans la légende au même titre que sa sœur, incarne ici la part sensuelle qui existe en chacun de nous. Telle une jardinière de la mémoire, elle cultive dans la solitude le contact sensoriel avec les éléments de son enfance. En contraste avec l’absolutisme de sa sœur Antigone et la grandiloquence de rigueur au palais de son père Œdipe, naissent à travers elle une pensée, un discours, une vision, qu’elle construit avec lenteur et sérénité. Personnage universel et unique à la fois, Ismène est protagoniste d’un drame qui ne la concerne pas. Le compositeur grec Georges Aperghis a souhaité

écrire une partition pour voix seule, une longue monodie sans instruments avec le texte comme élément fédérateur et déterminant. Une seule voix, son et sens à la fois, contenue dans une enveloppe corporelle qui va bien au-delà de sa propre peau. Un énorme miroir de l’âme. «Pousseur, Bagnoli et Aperghis (avec la collaboration de Guy Cassiers, de Diederick De Cock, de JeanLuc Plouvier) réussissent cette alchimie délicate et bouleversante. Et l’on ne sait plus qui du son, de la lumière, des mots enfantent le sens entre la Grèce mythologique et nous aujourd’hui, et lui donne cette sensualité charnelle, cette respiration scénique et musicale qui nous entraîne dans son propre rythme. Une fascinante création de la compagnie Khroma.» (Le Soir). Musique originale de Georges Aperghis. Théâtre musical

o 15/05 u 20h i Grand Théâtre, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

93 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 93

23/04/09 14:11:11


Highlights Spectacles

Happy Hour Théâtre

Panik am Paradäis mam Christian Kmiotek

E kabarettistesch, satiresche Moment. Happy Hour Théâtre

Patchwork mam Jemp Schuster Eng Stonn laang spillt de Jemp Schuster. Sengem Publikum eppes vir, e verzielt iwwert dat, wat mer all an der Lescht erlieft hunn, wat jiddereen iergert a wat ee freet. Privat, gesellschaftlech a politesch ginn et der laanscht d’Baken, mä och iwwert déi gréisste Katastrof muss ee kënne lästeren a laachen. Dann ass de Frust besser ze erdroen. E kabarettistesch, satiresche Moment ier mer an de wuelverdéngte Feierowend ginn.

Panik am Paradäis ass eng Rees voller Pointen duerch 28 Joer litteraresche Cabaret zu Lëtzebuerg. 1981 huet de Guy Rewenig säin éischte Cabaret Programm Honn déi bäisse billen net geschriwwen, dee gläich e groussen Erfolleg hat. Ee vun de Schauspiller war de Christian Kmiotek an zanterhir hunn de Rewenig an de Kmiotek ëmmer nees zesumme geschafft, an enger ganzer Rëtsch Theaterproduktiounen, bis zum rezente Lokomokabaschi. Et ass also net vun ongeféier, datt de Christian Kmiotek elo mat engem best of vum Guy Rewenig sengen Texter fir de Cabaret optrëtt. Et ass och keen Zou­fall, datt e puer Texter vum Programm zré­ck­gräi­fen op déi legendär Produktioun Oureschlëffer vun 1982, déi de Wee opgemaach huet fir eng nei Form vu Cabaret a Lëtzebuerger Sprooch. Am Verlag ultimomondo as parallel d’Buch Panik am Paradäis erauskom, mat allen Texter a villen Dokumenter. Theater

o 27/05 u 18 Auer i Théâtre des Capucins, Luxembourg Rés.: w happyhour@vdl.lu t 47 96 40 57

D e n T h e at e r . l u

Eng droleg Koppel Kaméidistéck vum Neil Simon. An d’Lëtzebuergescht iwwersat vum Valérie Bodry. Wéi de Felix no fënnef Joer Bestiednis vun senger Fra Frances vrun d’Diir gesat gëtt, hëlt säi Frënd Oskar hie bei sech op. Déi zwee verspriechen sech vun hiirem neien Zesummeliewen nëmme Viirdeeler. Halwe Loyer, hallef sou vill Haushaltskäschten: well si musse jo un hiir gescheeten Dammen Alimenter bezuelen. Mee wat am Ufank ausgesäit wéi eng normal Männer-Wohngemein­schaft, ännert sech ganz séier wann de Felix net méi de Mann, mee d’Fra erauskéiert an éiweg amgang ass ze botzen, ze raumen an ze maachen, dat alles wéi steril ass. Jo aus dem Oscar senger originell-chaotescher Singlewunneng gëtt duerch dem Felix säi Botzfimmel e keimfräie Musterstot. De Buedem blénkt wéi wann en naass wiir, d’Wäsch ass méi wéi propper an den Oscar muss sech abeemol Allméigleches uwinnen fir dat et nëmmen iwwerall schéi propper bleift. Dat geet alles sou laang bis dat hien es enges Dags definitif genuch huet an de Felix kuerzerhand erausgehäit… Dem amerikaneschen Auteur Neil Simon säi Kaméidistéck gehéiert zu deene gréissten Theater­ succès’e weltwäit. Et gouf erfollegräich verfilmt ënnert anerem mam Walter Matthau a Jack Lemmon.

Theater

o 6, 13 & 20/05 u 18 Auer i Théâtre des Capucins, Luxembourg Rés.: w happyhour@vdl.lu ou t 47 96 40 57

Ee Stëck vum amerikaneschen Auteur Neil Simon. Theater

o 6, 7, 8, 9, 19, 20, 22/05 u 20 Auer i Théâtre des Capucins, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

94 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 94

24/04/09 16:04:05


Photo: tnl

Spectacles Highlights

TNL J u g e n dc l u b / TNL K a n n erb ü h n

Schneewittchen und die 7 Sünden Mir wëlle bleiwe wat mir sinn. Mir wëlle genee dat bleiwe waat mir sinn. Mir wëlle genee sou bleiwe wéi mir sinn. Mir wëlle ëmmer d’nämlecht bleiwen. Mir wëlle eis net veränneren. Mir hunn Changementer net gäer. Et ass net schlecht sou wéi et ass. In Schneewittchen und die 7 Sünden wird eine funktionierende Gesellschaft dargestellt. Erfahrung, Respekt, Höflichkeit, Ordnung, Hinnahme, Realismus und Gehorsam garantieren den gesellschaftlichen Frieden. Es ist nicht schlecht so wie es ist. Es ist aber auch nicht wirklich gut. Gerade ist es wieder soweit: Einige noch nicht Integrierte werden abgeholt um eingegliedert zu werden. Doch diese wehren sich und bekommen Unterstützung. Auf die Gefahr hin, im Sumpf des Extremismus zu versinken, versuchen sie das Einheits-Grau der Gesellschaft aufzubrechen.

Edward Albees bestes und bekanntestes Theaterstück. E dwa rd A l bee / S t efa n M a u rer

Auch wenn der Titel heiter und wie eine bloße Variante des Kinderliedes Wer hat Angst vor dem bösen Wolf? klingt, so verbirgt sich doch hinter dieser scheinbaren Harmlosigkeit ein Chaos menschlicher Beziehungen, seelischer Abgründe, eine gegenseitige männlich-weibliche Zerfleischungslust, ein Kampf der Geschlechter, wie er in der dramatischen Literatur nur seinesgleichen bei Strindberg und O’Neill findet. Berühmt wurde das Stück unter anderem auch durch die Verfilmung mit Elizabeth Taylor und Richard Burton im Jahre 1966. Schauplatz ist die Wohnung eines Professors eines amerikanischen Provinz-Colleges, in der sich nachts zwei Ehepaare nach einer Party treffen. Sehr schnell entfacht sich zwischen dem liberalen humanistischen Geschichtsprofessor George und seiner herrschsüchtigen Ehefrau Martha ein Wort- und Streitgefecht, das von reichlichem Alkoholgenuss begleitet wird. Etwas später erscheinen Nick, der rücksichtslose, karrieresüchtige jüngere Biologieprofessor, und Honey, seine naive, den ameri­k­­ani­schen way of life in seiner ganzen Hohlheit und seinem ganzen Konformismus verkörpernde Ehefrau, und werden immer mehr in diese Zimmer-­ schlacht hineingezogen.

Edward Albees bestes und bekanntestes Theaterstück Wer hat Angst vor Virginia Woolf?, das 1962 uraufgeführt wurde und unerhört scharf, böse und schonungslos Beziehungs-Wahrheiten aufdeckt und menschliche Illusionen zerstört, hat auch heute noch nichts von seiner Faszination und Brillanz verloren. Doch Albee will seine Menschen nicht nur ausgeliefert und nackt wie Würmer zeigen, immer wieder spürt man auch das Mitgefühl, die Wehmut und die Ironie, mit denen der Autor seinen Kreaturen begegnet. Großes leidenschaftliches Theater, so schockierend wie läuternd, so unsentimental wie aufrichtig – das ist Edward Albee mit seinem Stück gelungen, über das Carson McCullers schrieb: Es hat die Leidensgröße eines griechischen Dramas, wildesten Humor und düsteren Glanz. Der junge deutsche Regisseur Stefan Maurer, der zum ersten Mal in Luxemburg inszeniert, lässt Albee’s Stück mit bekannten Darstellern aus Luxemburg und Deutschland neu aufleben. Theater

o 9., 14., 15., 16., 18., 20., 28., 29./05, u 20 Uhr i Théâtre National du Luxembourg, Luxembourg w www.tnl.lu q Eine Coproduktion: Kasemattentheater/ Théâtre National du Luxembourg

Photo: tnl

Wer hat Angst vor Virginia Woolf

Eine funktionierende Gesellschaft wird dargestellt. Theater

o 21./05 u 20 Auer o 22./05 u 17h, 20 Auer i Théâtre National du Luxembourg, Luxembourg w www.tnl.lu q Eng Produktioun vum TNL Jugendclub mat der TNL Kannerbühn. Mat der Ennerstëtzung vum Service National de la Jeunesse. Les Ateliers du TNL

95 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 95

23/04/09 14:11:17


Highlights Spectacles

Thomas Brussig debütierte 1991 mit dem Roman Wasserfarben. Th o m a s B r u s s i g

Leben bis Männer REPRISE

Cuisine et dépendances Reprise de la célèbre pièce de Jean-Pierre Bacri et d’Agnès Jaoui, qui expliquent que cette pièce leur a permis de se défouler et de rire des comportements qui nous énervent, des gens qui perdent tout sens critique face à un monde de toc. Jacques et Martine, couple apparemment sans histoire, accueillent de vieux amis qu’ils n’ont pas revus depuis dix ans. Ils ont organisé un dîner en l’honneur du mari de Charlotte, devenu présentateur-vedette à la télévision, en compagnie de Georges, un autre ami et de Fred, l’envahissant frère de Martine. Au cours de la soirée, la tension monte, la présence de celui qui a réussi déchaîne admiration, envie, jalousie et agressivité. Tout cela est vu de la cuisine, où les convives viennent tour à tour se livrer, se plaindre et s’expliquer. Si l’on ajoute à cela une cuillerée de regrets, un soupçon de ressentiments et une pincée de poker, on obtient un repas très salé et une vision saignante du couple... Théâtre

o 01, 06, 07, 08/05 u 20H30 i Théâtre Ouvert Luxembourg, Luxembourg t 49 31 66 w www.tol.lu

Aus Anlass des 20jährigen Jahrestages des Mauerfalls. Einer packt aus. Mehr als 20 Jahre war er der Stratege am Rand, im Training ein harter Knochen, auf dem Platz ein Erlöser. Sein Verein hieß einst Tatkraft Börde und er hat sie alle trainiert von der Jugend bis Männer in der DDR, die er nie hinterfragt hat. Heute versucht er zu verstehen warum sein Schützling Heiko vor Gericht gestellt wird, wegen einer Tat, die er nicht im wahrsten Sinne des Wortes begangen hat, sondern die lediglich befehlsgehorchend und ausführend war. Und der Spieler hat immer der gehorchende Ausführer zu sein… Thomas Brussig, 1965 in Berlin geboren, studierte Soziologie und Dramaturgie und debütierte 1991 mit dem Roman Wasserfarben. 1995 erschien sein in zahlreiche Sprachen übersetzter und auch als Bühnenfassung erfolgreicher Roman Helden wie wir. Sein dritter Roman Am kürzeren Ende der Sonnenallee wurde 1999 zum Bestseller und der Film Sonnenallee zum erfolgreichsten deutschen Film des Jahres. Theater

o 08, 13, 15/05 u 20 Uhr i Abbaye de Neumünster, Luxembourg t 26 20 52 1 w www.ccrn t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu q Eine Produktion von APTC (Association pour la promotion du théâtre contemporain) in Zusammenarbeit mit CCRN

96 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 96

23/04/09 14:11:21


Spectacles Highlights

Humor mit weiblichem Gesicht und Anspruch. Si s t er ’ s Ta l k

Zeriö?! Verdict was described by Agatha Christie as the best play she has written. A g at h a C hri s t ie

Verdict As a psychological drama and as a reflection of the multi-cultural world of London, Verdict remains a remarkably modern and gripping play. Presented by New World Theatre Club. Karl Hendryk and his seriously-ill wife Anya have escaped the dictatorship of their home country and are living in London. Karl is able to make a living teaching at one of the universities, but finances are difficult and he must care for his increasingly embittered wife. He also has a strong but suppressed passion for his secretary Lisa Koletzky. Karl’s desire to raise money for his wife’s treatment leads him to take on a rich but arrogant young student who is herself deeply obsessed by Karl. Her arrival creates a poisonous atmosphere in the house … literally so when Anya is found dead of an overdose! First performed in 1958, Verdict was described by Agatha Christie as “the best play I have written …” Set in the tense and suspicious world of a group of political refugees, it is not so much a detective story as an analysis of the human passions and weaknesses which lead to murder.

Satirisches vu Fraen – Auftaktveranstaltung mit Kabarettistinnen der Ensembles Makadammen, Peffermill(ch)en und mit der Autorin Josiane Kartheiser. Ernsthaft, 2009 darf gelacht werden! Die Stadt Luxemburg und das Cid-femmes präsentieren dieses Jahr Humor mit weiblichem Gesicht und Anspruch. Zum dritten Sisters’ Talk treffen sich die Besten des Luxemburger Frauenkabaretts im Cidfemmes: Zu Akteurinnen von den Makadammen und den Peffermill(ch)en gesellt sich die Autorin spitzer Kabaretttexte, Josiane Kartheiser. Mit der Journalistin Sylvie Flammang vom radio 100,7 diskutieren die Gäste über Frauen als Kabarettmacherinnen ebenso wie über die Darstellung von Frauen im Kabarett: Wie werden Klischees hinterfragt? Wie halten es die Frauen mit Politik und Kabarett? Welche Rolle spielen sie in gemischten Ensembles? Wie sieht es also aus mit Frauen & Humor? Kabarett-Fragen können natürlich nicht nur im Gespräch beantwortet werden: Die Frauen der Runde geben ebenfalls Kostproben aus ihren Programmen. Wie gesagt, es darf gelacht werden! Mit Denise Ruppert, Josiane Fritz, Maggy Molitor, Susy Lentz und Josiane Kartheiser. Und gelacht wird nicht zum letzten Mal: Am 18. Juni geht’s weiter mit einem Vortrag der Koryphäe der Gender-Humorforschung, Professorin Dr. Helga Kotthoff: Wer zuletzt lacht... Neues vom Gelächter der Geschlechter.

Theatre

o 19, 20, 21, 22, 23/05 u 8 pm i Abbaye de Neumünster, Luxembourg t 26 20 52 1 w www.ccrn.lu t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu q Organized by Berliner Grundtheater e.V. in association with the New World Theatre Club and the CCRN

Theater

o 07/05 u 20 Uhr i Bibliothek Cid-femmes; 14, rue Beck Luxembourg t 24 10 95 1 w www.cid-femmes.lu

97 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 97

23/04/09 14:11:25


Photo: Chris Van der Burght

Highlights Spectacles

Photo: Hugo Glendinning

Une sublime transposition musicale de la Passion du Christ.

An exploration of the philosophy and faith behind the Shaolin tradition. Sidi L a rbi C herk a o u i

Sutra After Zero degrees with Akram Khan in 2006 and his choreo­ graphy Myth in 2008, Sidi Larbi Cherkaoui returns to the Grand Théâtre with a completely different production inspired by the skill, strength and spirituality of Buddhist Shaolin Monks. By visiting the Shaolin Temple in China, and working with the Shaolin Monks over several months, Larbi follows a life-long interest by exploring the philosophy and faith behind the Shaolin tradition, its relationship with Kung-Fu, and its position within a contemporary context. He has collaborated closely with Turner prize winner Antony Gormley, who has revitalized the human image in sculpture through a radical investigation of the body as a place of memory and transformation. Polish composer Szymon Brzóska has created a brand new score for piano, percussion and strings. Doté d’une agilité technique sans faille et d’une souplesse qui n’a d’égale que sa légèreté, Sidi Larbi Cherkaoui revient au Grand Théâtre avec une nouvelle création. Après son passage en 2006 dans le splendide duo avec Akram Khan, Zero degrees, il présente désormais Sutra. Sa quête d’une oeuvre-monde ouverte aux cultures les plus diverses l’aura conduit sur les traces de la Chine. Dans Sutra, il s’entoure de moines du temple Shaolin – experts en arts martiaux – dont il apprécie la précision et l’économie des gestes. Après Zero degrees, le plasticien anglais Antony Gormley propose une nouvelle scénographie qui souligne son intérêt pour le corps et la place, parfois solitaire, que celui-ci occupe dans un volume... ou dans le vide. Antony Gormley – Szymon Brzóska – Monks from the Shaolin Temple.

A l a i n P l at e l & F a bri z i o C a s s o l

pitié! Alain Platel et le compositeur Fabrizio Cassol, co-auteurs de vsprs (présenté au Grand Théâtre en 2006), unissent une nouvelle fois leur talent pour partir à la rencontre de la Passion selon Matthieu de Bach, sublime transposition musicale de la Passion du Christ. Après Patchagonia en début de saison, Les Ballets C. de la B. vont une fois de plus nous toucher par leur justesse, la lisibilité de leur propos et la qualité de leur interprétation. Loin de lui l’idée d’adapter purement et simplement l’œuvre de Bach. Fabrizio Cassol invente ici un nouveau récit, qui rompt avec la chronique de l’évangéliste et sa version poétique créée par le librettiste de Bach. S’attachant à exprimer la douleur d’une mère face au sacrifice inévitable de sa descendance – rôle inexistant dans la Passion originale –, Fabrizio Cassol transpose le rôle du Christ sur deux âmes jumelles à la destinée commune. Erbarme dich, l’une des arias les plus célèbres de la Passion tant du point de vue musical que du contenu, constitue le point d’ancrage et de départ de pitié! Alain Platel y aborde le thème de la compassion et du sacrifice ultime: celui de soi. Pour qui ou pour quoi sommes-nous prêts à sacrifier notre propre vie? Voilà la question qu’Alain Platel pose à ses danseurs. «Alain Platel retrouve son complice Fabrizio Cassol, l’homme d’Aka Moon, qui a ciselé une oeuvre d’une force renouvelée. Bach n’a jamais paru si contemporain: […]. pitié! est tout entier traversé de ces sentiments vrais. A sa création belge au très vénérable opéra de Gand, on a vu les spectateurs saisis d’effroi et de plaisir se lever un à un pour applaudir». (Les Inrockuptibles) Danse

o 19, 20/05 u 20h i Grand Théâtre, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

Danse

o 05, 06/05 u 8 pm i Grand Théâtre, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

98 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 98

23/04/09 14:11:31


Spectacles Highlights

Photo: Fanny Vignon

Cirque

SoliloqueS Lauréate de l’opération Jeunes Talents Cirque 2006, la Compagnie Singulière propose un spectacle où prouesses techniques et poésie se mêlent à merveille. SoliloqueS? C’est du cirque, mais pas uniquement. C’est surprenant, mais pas pour ce qu’on croit. C’est une compagnie plutôt singulière: un équilibriste, de l’aérien, un fildefériste, de la danse, de la contorsion, le tout sur les notes rares d’un piano impromptu. SoliloqueS est un spectacle qui touche par la simplicité de ses mots, ses gestes, qui porte un regard sur notre vivre ensemble. Jeune public

o 09/05 u 20h i CarréRotondes, Luxembourg 26 62 2007 w www.traffo.lu t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu q En langue française. A partir de 10 ans, jeunes et adultes

Un spectacle de cirque, mais pas seulement…

Théâtre musical

CoÂ? Très belle petite tranche de poésie pour l’enfance, sur les sens et l’intérêt de la différence, Coâ?(…) séduit par son inventivité. On y plonge les yeux fermés. (La Libre Culture) Aujourd’hui il fait beau. Et même très beau: aujourd’hui il pleut. Et même beaucoup. Et c’est très bien! Lui, Jérémie-le-Crapaud, est heureux: sa maison se remplit d’eau. Elle, elle découvre Jérémie et sa maison. Elle n’aime pas l’eau, ni les vers de terre, ni les poissons, ni les sauterelles rôties à la sauce coccinelle. Pourtant, elle suit Jérémie quand il part pêcher à la ligne... Si je n’aime pas ce que tu aimes, j’aime ce que j’aime, même si t’aimes pas ce que j’aime. Nous sommes différents et c’est très attirant... Mention du jury pour la scénographie – Festival Jeune Public Huy (B) 2002.

Le spectacle séduit par son inventivité.

Jeune public

o 01, 05/05 u 15h o 02/05 u 17h o 03/05 u 11h, 15h i CarréRotondes, Luxembourg t 26 62 20 07 w www.traffo.lu t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu q En langue française, peu de paroles, 3 – 7 ans

99 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 99

24/04/09 16:06:27


Highlights Spectacles

E di t i o n 2 0 0 9

Salsalux Concerts, conférences, soirée de gala avec des Dj’s, la nouvelle édition du festival promet une chaude nuit! Au programme de cette célébration de la salsa, des ateliers de danse seront proposés de 11h à 19h. Ces ateliers sont accessibles à tous (du niveau débutant à celui de salsero expérimenté) et seront conduits par des danseurs régionaux et internationaux. Une conférence autour du thème  La salsa comme véhicule de paix et de tolérance entre cultures  aura lieu à partir de 14h. Cette table ronde accueillera des artistes venus d’horizons très divers, originaires des pourtours de la Méditerranée, de la Mer Noire et de la Mer Rouge (Algérie, Emirats Arabes Unis, Israël, Italie, Maroc, Roumanie). La journée se terminera en beauté avec la soirée gala qui proposera à tour de rôle des spectacles de salsa présentés par des artistes de niveau international et des séances DJ qui permettront aux artistes et au public de se rencontrer et de danser jusque tard dans la soirée (nuit blanche 21-03h). La journée commencera à partir de 10h avec les inscriptions et la vente de tickets. Fête

o 09/05 uà partir de 10h i Abbaye de Neumünster, Luxembourg t 26 20 52 1 w www.ccrn.lu w 47 08 95 1 w www.luxembourg.lu q Organisé par Salsalux en collaboration avec le CCRN

Le groupe Sokan prendra part aux célébrations de la Fête du Travail. 1 er m a i

Fête du Travail, des Cultures et de la Solidarité Nord-Sud

Citizen Havel (Obˇcan Havel), réalisé par Miroslav Janek et Pavel Koutecky au programme du festival. C i n em a

Czech Film Festival Czech Film Festival is a new initiative to cele­ brate the moving image industry talent in the authentic heart of Europe and to showcase the new generation of Czech filmmakers whose work began to appear in the wake of the Velvet Revolution. This film art is rooted in past traditions, yet it reflects a fresh, strong and tempting taste of freedom. Launching on May 1st and running for three weeks in Luxembourg’s temple of art cinema, Utopia will present a series of screenings of eight films that will bring audiences of all ages the best in contemporary Czech drama, comedy, romance, documentary and animation. All of these works are by prestigious award winners and nominees, such as award-winning filmmaker, Jan Sverak and Oscar nominee Ondrej Trojan. The partners involved in the Czech Film Festival project are Amitié Tchèque et Slovaque Luxembourg, the Embassy of the Czech Republic and, of course, Ciné Utopia. It is hoped that this festival will succeed in broadening and enriching Luxembourg’s artistic panorama and that it will become an annual cultural event.

Artistes, spectacles, ateliers, la traditionnelle Fête du Travail rassemble toute une série d’animations comme autant d’invitations à partager le bonheur de vivre ensemble. Qu’on la fasse remonter au 1er pluviôse 1793 (équivalent du 1er mai dans le calendrier républicain), aux manifestations des travailleurs américains de 1886 pour la journée de huit heures ou à la sanglante répression de la manifestation pacifique de Fourmies le 1er mai 1891 (plutôt qu’à l’hypocrite décret pétainiste instituant un jour chômé le 1er mai, alors jour de la Saint Philippe, saint patron du Maréchal collabo, en 1941), la Fête du Travail est une tradition respectée dans de nombreux pays. Le syndicat OGB-L, en collaboration avec le CCR Abbaye de Neumünster, propose de faire de cette journée une fête du travail et des cultures, avec la participation de nombreux artistes et le désir de dépasser les clivages pour partager des émotions et le bonheur de vivre ensemble. Au programme de la musique de tous les horizons avec Alter Djembé, André Mergenthaler, Big Music Band, Blue Messengers, Grégory Ott Trio, Haïdouti Orkestar, Kalima feat. Sascha Ley, Les Gavroches, Sokan, Tradicion, World Squad feat. Benoît Martiny; des spectacles pour grands et petits avec Bimbo Theater, Die Puppenfee, Le chef d’orchestre à la baguette de bambou, Panik am Paradais ; ainsi que divers ateliers d’activités pour les petits et tout petits: château gonflable, face painting, peinture, tatouage au henné, tresses africaines… Fête

Festival

o 01-21/05 i Ciné Utopia, Luxembourg. For further information, programm: w www.utopia.lu

o 01/05 u à partir de 11h i Abbaye de Neumünster, Luxembourg w www.ccrn.lu q Organisé par le syndicat OGB-L en collaboration avec l’ASTI, l’ASTM et le CCRN. Entrée libre

100 11_2_p_74_100_Highlights_spectacles.indd 100

23/04/09 14:11:38


UN MELANGE DE CIRQUE / DANSE / MUSIQUE / ARTS VISUELS ZIMMERMANN & DE PERROT

ÖPER ÖPIS

© Mario del Curto

13 JUIN 2009 À 20H00 14 JUIN 2009 À 15H00

Grand Théâtre de Luxembourg / 1, Rond-point Schuman / L-2525 Luxembourg Informations sous www.theatres.lu / Réservations sous www.luxembourgticket.lu ou par téléphone au +352/47 08 95-1 / Adultes 20 €, Jeunes 8 €

Ann 230x300 OeperOepis RDV def.indd 1

23.04.2009 18:33:24 Uhr


Highlights Expositions

Expositions

Nikolaï Polissky. LHC, 2009. Commande et Collection Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean, Mudam Luxembourg.

11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 102

23/04/09 13:00:26


Expositions Highlights

N I K O L AY P O L I S S K Y

Large Hadron Collider Photo: Nikolaï Polissky, courtesy the artist.

C

ette exposition monographique de Niko- lay Polissky s’inscrit dans le projet Habiter, une série de commandes pour le Grand Hall du musée présentées tout au long de l’année 2009. En 1990, Nikolay Polissky, céramiste de formation et tout d’abord peintre de paysages, emménage dans le petit village à l’abandon de Nikola-Lenivets (littéralement Nicolas-le-Paresseux), dans la région de Kalouga à environ 200 kilomètres de Moscou. En étroite collaboration avec les villageois, il commence à y développer des projets artistiques entre Land Art, architecture et sculpture pénétrable. Ainsi s’élèvent puis disparaissent au fil du temps différentes tours, l’une reprenant les formes babyloniennes des ziggourats, l’autre évoquant les forteresses médiévales, une troisième les célèbres tours émetteurs de Moscou… Ces projets, réalisés avec des matériaux naturels trouvés sur place, s’inscrivent dans le paysage et s’ancrent dans un territoire. Surtout, ils sont imprégnés d’une dimension communautaire essentielle pour l’artiste, tant dans leur réalisation que dans l’usage qu’ils offrent. Œuvres éphémères, elles évoluent selon les saisons, s’improvisent garde-manger, se constituent réser­­ves à bois et s’embrasent à l’occasion de fêtes populaires comme Mardi Gras. Au-delà toutefois de cette existence passagère, elles perdurent dans la mémoire collective et incarnent une forme d’utopie sociale. Les projets de Polissky dans ce village ont d’ailleurs entraîné non seulement un renouveau de l’acti-

vité, mais aussi l’implantation d’autres artistes et, depuis 2006, la création d’un festival international d’architecture ArchStoyanie, donnant à cette province rurale un certain essor culturel. En réponse à une commande du Mudam, Polissky a conçu Large Hadron Collider, librement inspiré de l’accélérateur de particules du même nom inauguré en 2008, le plus grand au monde à ce jour. Avec cette série de cons­tructions monumentales en orme et en jonc, l’artiste investit le Grand Hall ainsi qu’une des anciennes douves de la forteresse sur laquelle est bâti le musée: diverses machines futuristes semblables à des centrales électriques équipées de puissants générateurs d’où émergent d’épais faisceaux de câbles surplombent le visiteur. Par leur facture artisanale et leur aspect rustique, les struc­tures rappellent ces objets anciens issus d’une longue tradition d’art populaire, tout en pré­sentant des réminiscences d’architectures moder­nistes et utopistes russes du XXe siècle. Mar­quant un infléchissement dans la pratique de Polissky, Large Hadron Collider demeure une aventure collective liée à Nikola-Lenivets où l’artiste et son équipe ont collecté le bois et produit l’ensemble des éléments avant de les réassembler au musée.

Exposition

o 07/05 – 13/09 i Mudam Luxembourg t 45 37 85 1 w www.mudam.lu q Partenaire de l’exposition: KBL European Private Bankers

103 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 103

23/04/09 13:00:26


Highlights Expositions

D omini q u e P e t i t gand

La porte ne s’est pas ouverte

Photo: Dominique Petitgand

Les mots sont la matière première des œuvres de Dominique Petitgand; des séquences de mots, extraits d’enregistrements qu’il réalise avec différentes personnes, souvent les mêmes, lors de séances d’enregistrement. Ces fragments de voix sont découpés, isolés, répétés, associés à d’autres fragments sonores, musicaux ou vocaux, et présentés sous de multiples formes: disques, diffusions radiophoniques, installations comprenant plusieurs haut-parleurs agencés dans l’espace d’exposition, ou encore séances de diffusion dans l’obscurité, sur le modèle d’un cinéma pour l’oreille. Mudam a invité Dominique Petitgand à imaginer une installation pour un des espaces du musée. L’installation pour cinq haut-parleurs La Porte ne s’est pas ouverte, conçue pour le Henry J. and Erna D. Leir Pavilion, intègrera la collection du musée.

Vahram Aghasyan, Ghost City, 2005. C-print, 100 x 130 cm. P ho t o

Great Expectations Dominique Petitgand. Dessin préparatoire Installation sonore pour 5 haut-parleurs. Exposition

o Jusqu’au 25/05 i Mudam Luxembourg t 45 37 85 1 w www.mudam.lu

Par une curieuse coïncidence, l’exposition Great Expectations Contemporary Photography looks at today’s Bitter Years arrive au moment même où le monde, secoué par la crise financière, se met à douter. Le souvenir de la grande dépression de 1929 a ressurgi rapidement. L’exposition vient donc à point pour rappeler quelques vérités cruelles sur la situation sociale et morale d’hommes et de femmes pris dans les tourments des conflits modernes. Lorsqu’­Edward Steichen, en 1961, en pleine croissance d’après-guerre, organisa au MoMA de New York The Bitter Years, il voulait exposer aux yeux de ses contemporains la sinistre mémoire de la crise qui avait frappé les ÉtatsUnis durant les années trente. Great Expectations, au printemps 2009, s’inspire librement du thème de Steichen pour évoquer, à travers la photogra-

phie documentaire ou conceptuelle, le territoire conflictuel du monde contemporain tel qu’il est vu par des reporters, photographes ou artistes plasticiens d’aujourd’hui. A découvrir les travaux de: Vahram Aghasyan, Éric Baudelaire, Frédéric Delangle, Martin Eder, Iván Edeza, Lukas Einsele, Patrick Galbats, Dionisio González, Peter Granser, Stanley Greene, Joachim Koester, Laurence Leblanc, Zwelethu Mthethwa, Adi Nes, Suzanne Opton, Ari Saarto, Bruno Serralongue, Melanie Smith, Jules Spinatsch, Sada Tangara, Kai Wiedenhofer… Exposition

o Jusqu’au 14/06 i Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain, Luxembourg t 22 50 45 w www.casino-luxembourg.lu

104 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 104

23/04/09 13:00:31


Photo: Andrès Lejona

Expositions Highlights

Vue de l’exposition Beyond Kiosk – Modes of Multiplication Mudam, Luxembourg.

Photo: Gast Bouschet & Nadine Hilbert

ch r is t oph K e ll e r

Gast Bouschet & Nadine Hilbert.Dreamsequence, 2006-2007. Projection vidéo. 8 min 34 sec. M u tat ions I I

Moving Stills Une série d’œuvres développant une réflexion sur le médium de la vidéo. Cette exposition, organisée en collaboration avec Café-Crème, est réalisée en partenariat avec de nombreux lieux d’expositions à Berlin (Berlinische Galerie, Landesmuseum für Moderne Kunst, Fotografie und Architektur), Moscou (Maison de la Photographie), Paris (Maison Européenne de la Photographie), Vienne (Museum auf Abruf), Bratislava et Rome. Dans la lignée de la première édition, Mutations I, une exposition qui se concentrait sur les changements technologiques et artistiques qui animent le monde de la photographie aujourd’hui, Moving Stills cherche à développer une réflexion sur le médium de la vidéo à travers l’exploration des relations productives entre image en mouvement et image fixe. Une série d’œuvres de la collection Mudam complète le corpus de vidéos proposé par les partenaires du projet. Exposition

o Jusqu’au au 25/05 i Mudam Luxembourg t 45 37 85 1 w www.mudam.lu q Dans le cadre de Mutations II – Mois Européen de la Photographie

Beyond Kiosk Beyond Kiosk – Modes of Multiplication conçu par Christoph Keller compte près de 500 des plus pertinentes publications et travaux d’édition d’art pouvant être consultés dans une présentation originale de Martino Gamper. Cette exposition est l’occasion de voir et de consulter quelques exemples des plus remarquables éditions d’art indépendantes. Près de 500 ouvrages sont rassemblés et sélectionnés par le designer, éditeur et curateur allemand Christoph Keller, fondateur et ancien directeur des éditions Revolver. Les travaux présentés ont été choisis parmi une sélection plus large constituant une archive itinérante. Cette collection est en perpétuelle évolution et comprend actuellement plus de 6.000 exemplaires de livres d’artistes, de périodiques, de vidéos et de supports audio liés à l’art contemporain. Ces documents sont ouverts à la consultation, ce qui en fait une ressource précieuse pour les étudiants, les conférenciers, les artistes et le public en général. Kiosk voyage depuis 2001 et a déjà été exposée dans plus de 20 institutions à travers le monde parmi lesquelles l’ICA de Londres, le Witte de With à Rotterdam, Manifesta 4 à Francfort ou l’Artists Space à New York. L’archive est intégrée depuis fin 2008 dans la collection permanente de la Bibliothèque d’Etat de Berlin. En janvier 2008, Christoph Keller constitue une version comprimée de l’archive Kiosk. Ce projet est intitulé Beyond Kiosk et inclut entre 400 et 500 publications, en plus de 200 éditions et magazines parmi les plus significatives dans le champ de l’édition indépendante de ces dix dernières années. La sélection est faite sur des critères qui mettent en rapport le contenu intellectuel et/ou artistique de l’édition et ses transcriptions graphiques. Cette nouvelle forme d’archive met l’accent sur les possibilités de publication et de distribution alternatives et offre une réflexion sur les idées, les motivations et les stratégies qui motivent les projets d’art développés dans et au-delà de la forme imprimée. A chaque nouvelle exposition, Beyond Kiosk se présente sous une nouvelle forme, la mise en espace de l’exposition étant à chaque fois confiée à un artiste ou un designer différents. Pour le Mudam, c’est le designer italien Martino Gamper qui a été invité à imaginer le dispositif de présentation. Gamper a été récemment remarqué pour son projet 100 Chairs in 100 Days présenté en 2007 au Design Museum de Londres ou pour sa participation à Manifesta 7 en 2008.

Exposition

o Jusqu’au 08/06 i Mudam Luxembourg w www.mudam.lu t 45 37 85 1

105 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 105

23/04/09 13:00:38


Photo: Robert Wedemeyer

Highlights Expositions

Frances Stark. Image Proof, 2007. Techniques mixtes. 236.2 x 182.9 x 4.5 cm. G é n é r at ion

The Space of Words Centrée sur la pratique de onze artistes de différentes générations, l’exposition The Space of Words explore la zone d’hétérogénéité entre mots et espace et s’articule autour de deux directions: la mise en espace du langage et l’évanescence du sens. Une des sources d’inspiration du projet The Space of Words est une conférence donnée en 2004 par le philosophe français Jacques ­Rancière, dont le titre est emprunté pour cette exposition. Dans L’Espace des mots, Rancière prend comme point de départ l’appropriation par Marcel Broodthaers du livre de Mallarmé, Un Coup de dés jamais n’abolira le hasard, remplaçant les mots disposés sur l’espace de la page par des bandes noires qui en annulent le sens, pour penser la surface d’échange entre langage et espace comme un «espace de confron-

tation», basé sur «une pratique du mot et de l’image qui souligne leur écart». The Space of Words s’intéresse à une série de gestes activant différents types d’écarts entre langage et espace: l’effacement, l’altération, la perte de mémoire, l’éclatement du sens ou encore la transposition de l’espace de la page à celui de l’exposition. Un dénominateur commun à ces gestes est le rôle central donné à la notion de lecture et aux processus d’interprétation, d’appropriation et de montage que celle-ci implique. La disparition du sens, les silences et les manques qui caractérisent plusieurs œuvres dans l’exposition fonctionnent alors, pour reprendre les mots d’Edward Ruscha au sujet d’une série de toiles comportant des mots effacés, comme autant d’«espaces pour la pensée». La mise en œuvre de glissements entre langage et

image, entre langage et espace mettant en valeur non pas des rapports d’équivalence mais des dynamiques d’hétérogénéité, résultant parfois en leur effacement mutuel, peut illustrer le type de rapports entretenus par certains artistes contemporains au langage. Artistes: Manon de Boer, Marcel Broodthaers, Aurélien Froment, Ryan Gander, Raymond Hains, Harald Klingelhöller, Dominique Petitgand, Edward Ruscha, Frances Stark, Josef Strau, Tris Vonna-Michell. L’exposition est accompagnée d’une publication rassemblant des textes théoriques, une série d’interviews et des projets d’artistes. Exposition

o Jusqu’ au 25/05 i Mudam Luxembourg t 45 37 85 1 w www.mudam.lu

106 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 106

23/04/09 13:00:44


Photo: MHVL

Expositions Highlights

Le parcours de l’exposition réserve de nombreuses surprises au visiteur. GLAUBENSSACHE

Une exposition pour croyants et non-croyants

les astres et leur position dans le ciel de manière précise et scientifiquement correcte. Cet aspect, bien que présent dans ses recherches et ses préparatifs, est laissé de côté une fois la réalisation de l’œuvre entamée. Dès les premiers tirs, l’artiste accepte de perdre le contrôle sur l’exécution physique de sa pièce et aucune correction ne sera effectuée par la suite. Le visiteur se voit donc confronté à une tentative de l’homme de se mesurer au ciel et de se l’approprier en le recréant à son échelle. Depuis toujours, l’homme tente de «lire» le ciel en lui insufflant ses propres signes. Ici l’action est inversée. L’impalpable et le lointain deviennent matière et espace, permettant une confrontation directe à un niveau purement physique sans toutefois éliminer la question métaphysique fondamentale lors d’une seconde lecture.

Sujet universel s’il en est, chacun dans sa vie a été confronté au moins une fois à sa croyance ou à son incroyance. L’exposition Glaubenssache (Ques­tion de foi) montre pourquoi et comment nous croyons et pourquoi nous nous disputons sur notre foi. Elle offre également un voyage à travers le paysage religieux actuel du Luxembourg. Élaborée par le Stapferhaus Lenzburg, l’exposition est née du contexte des multiples religions en Suisse. La version luxembourgeoise retrace les différentes façons de croire ainsi que l’adaptation des différentes croyances dans un monde où les religions établies semblent attirer de moins en moins d’adeptes. Elle offre également des comparaisons intéressantes entre les pays et intègre les traditions luxembourgeoises avec le culte de la Vierge Marie. Le parcours de l’exposition réserve de nombreuses surprises au visiteur, qui, dès son arrivée, doit choisir entre la porte d’entrée pour les croyants ou celle pour les non-croyants. Il s’agit d’un premier pas qu’il accomplit dans l’analyse de ses propres croyances, d’un encouragement à élargir ses connaissances et sa tolérance par rapport à d’autres convictions. Ne souhaitant pas favoriser la propagation d’une croyance particulière, le but est de familiariser le public avec les différences culturelles existantes entre les différentes religions en montrant que l’acceptation des différences est un enrichissement pour toute culture particulière. L’intérêt et la complexité du sujet ont conduit à l’élaboration d’ateliers spécifiques à destination du jeune public et à un programme de conférences données entres autres par un représentant de chaque culte présent au GrandDuché.

Exposition

Exposition

o Jusqu’au 14/06 i Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain, Luxembourg t 22 50 45 w www.casino-luxembourg.lu

o Jusqu’au 07/06 i Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg t 47 96 45 00 w www.mhvl.lu

Aude Moreau, Tirer le ciel. 2005, plaque de plâtre après tir de balles. Aude Moreau

Tirer le ciel Aude Moreau ne produit pas d’œuvres en tant que telles; son approche artistique consistant plus en une appropriation du lieu mis à disposition pour une période donnée. Dans ce souci de relation et d’interaction avec l’espace, l’artiste crée des œuvres in situ vouées à disparaître à la fin du projet. Ainsi, le temps joue un rôle déterminant dans le travail de l’artiste, qui prend sa forme tant au travers du temps de préparation et d’installation, souvent laborieux, que par la durée de vie réduite de l’œuvre. Ce concept laisse le visiteur avec une impression accrue d’urgence: l’œuvre en tant qu’objet n’est pas une fin en soi, mais représente une étape dans sa recherche artistique dont le caractère éphémère inhérent ne fait qu’accentuer la pertinence. Pour son intervention Tirer le ciel au Project Room, Aude Moreau présente une installation reproduisant la carte du ciel étoilé au-dessus de Luxembourg. Chaque étoile est rendue par l’impact d’une balle de calibre spécifique afin de reproduire les différentes magnitudes des astres visibles. L’artiste ne cherche pas à illustrer

107 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 107

23/04/09 13:00:48


Highlights Expositions F ossil e s

Coquilles coquines

Entre le Sacré et le Profane Les œuvres présentées dans le cadre de l’exposition, toutes issues des collections des banques italiennes, documentent l’une des époques les plus fertiles et les plus stimulantes de la peinture italienne: la période allant de la fin du XVIe à la première moitié du XVIIIe siècle. A découvrir des chefs-d’œuvre des principaux peintres de cette période, de Francesco Albani, de Ludovico Carracci, de Bernardo Cavallino, de Bartolomeo Cavarozzi, de Luca Giordano, de Carlo Maratta, de Guido Reni et d’Alessandro Tiarini. En effet, c’est dans la dernière décennie du XVIe siècle que commence le grand renouveau naturaliste de la peinture italienne qui conduira aux conquêtes grandioses du baroque. En même temps, le processus de sécularisation de l’art s’intensifie et les sujets sacrés se parent de toute la grâce séduisante des œuvres profanes, dans une joyeuse interchangeabilité qui est souvent suggérée par les esthètes et les grands collectionneurs euxmêmes. Le XVIIe siècle est aussi marqué par le développement du collectionnisme: dans les palais des princes comme dans ceux de la petite noblesse apparaissent les quadreries, ces galeries de tableaux typiques avec leurs toiles disposées sur plusieurs rangées et couvrant entièrement les murs. Beaucoup de tableaux

exposés proviennent ainsi de collections aristocratiques très connues, telles les collections Barberini, Pallavicini et Altieri. Aujourd’hui, la volonté affirmée des banques italiennes de créer et d’amplifier des collections d’art, souvent projetées selon des critères scientifiques homogènes et efficaces, apparaît ainsi comme un instrument de protection et de valorisation épaulant ceux mis en place par les institutions publiques. La sélection effectuée en vue de l’exposition a toutefois voulu privilégier la peinture d’histoire centrée sur la figure humaine, que les nombreux textes de l’époque sur le collectionnisme considéraient d’ailleurs comme la plus noble des expressions artistiques. Un art grandiose donc, dont l’exposition veut documenter les différents aspects en confrontant des sujets sacrés et profanes, à l’instar des collectionneurs du passé qui voyaient dans cette variété le parfait équilibre de la culture de leur temps, à mi-chemin entre la sagesse antique et les pratiques dévotionnelles.

Photo: MNHN

C h e fs — d ’ œ u v r e d e la p e in t u r e i tali e nn e d u X V I I e si è cl e

Coquillages, escargots, céphalopodes… L’exposition présente l’histoire naturelle et culturelle d’un groupe d’animaux qui a depuis toujours fasciné l’homme: les mollusques. Grâce aux variations infinies de formes et de couleurs, les coquilles des mollusques, qu’il s’agisse de celles d’escargots, des coquillages ou des seiches, constituent l’objet naturel le plus collectionné, estimé et échangé au cours de l’histoire de l’homme. A l’occasion de cette exposition, hormis la partie dédiée à la biologie et l’écologie des mollusques, une large place sera laissée à l’évolution des mollusques au cours des temps et à l’intrigante relation entre les mollusques (ou plutôt leur coquille) et l’homme. Coquilles coquines permet également d’avoir un aperçu des riches collections du natur musée qui regroupent un grand nombre de fossiles, parmi lesquels de vrais trésors scientifiques comme le plus ancien fossile de pieuvre vieux de 90 millions d’années, présentés pour la première fois au public. Comme d’autres pièces venant du Liban, ce fossile se caractérise par la conservation de sa musculation qui a permis aux chercheurs de découvrir son anatomie en détail. L’exposition montre ainsi les dernières découvertes scientifiques dans ce domaine et offre une plongée captivante dans le monde des mollusques.

Vue de l’exposition. Exposition

o Jusqu’au 16/08 i Musée national d’histoire naturelle – natur musée, Luxembourg t 46 22 33 1 w www.mnhn.lu

Exposition

o Jusqu’au 17/05 i Musée national d’histoire et d’art, Luxembourg t 47 93 30 1 w www.mnha.lu

108 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 108

23/04/09 13:00:57


Expositions Highlights

L u x e mbo u r g con chili

Synergie fugace

La ville de Prague. F o r go t t e n P r ag u e I I

Zoé Valdés. Paolo L e oni

Towers and Bridges

Le Printemps des Poètes

Cette série de photographies permet de découvrir les changements des magnifiques ponts de la ville de Prague, appelée, à juste titre, la ville aux cent tours. L’exposition Forgotten Prague II – Towers and Bridges peut s’appréhender comme la suite d’un premier projet monté en 2006 et qui a connu un grand succès. C’est une sélection de photographies de 1860 à 1941, issues des archives de la Ville de Prague qui seront présentées cette fois. La modernisation précipitée des anciens quartiers de Prague, qui a commencé au milieu du XIXe siècle, était motivée par des raisons économiques. La majorité du bel héritage architectural de la ville qui datait du XIIe au XVIIIe siècles, a été détruit. De grands boulevards ont été tracés, de vieux ponts ont été démolis et le fameux quartier juif situé dans l’ancienne ville a été quasiment rayé de la carte. Seuls cinq synagogues, l’hôtel de ville et le cimetière ont survécu.

Parallèlement au festival, le Printemps cette année propose aussi une exposition de photographies de Paolo Leoni. Les poètes Marc Alyn (France), Linda Maria Baros (Roumanie), Meritxell Cucurella-Jorba (Catalogne/Espagne), Alain Duault (France), Emile Hemmen (Luxembourg), Vénus KhouryGhata (Liban/France), Valter Hugo Mãe (Portugal), Roger Manderscheid (Luxembourg), Salman Masalha (Israël/Palestine), Nohad Salameh (Liban/France), Ronny Someck (Israël), Zoé Valdés (Cuba), Sara Ventroni (Italie) et Alexandre Voisard (Suisse) étaient présents à Luxembourg en 2008 pour un Printemps dont le thème était l’éloge de l’autre. La double figure de l’affiche a inspiré le photographe Paolo Leoni qui, partant de ce visage à demi dissimulé, a choisi de nous révéler le poète, de manière étonnante et baroque… de lui faire tomber le masque!

Exposition

Exposition

o 09 – 26/05 i Abbaye de Neumünster, Luxembourg w www.ccrn.lu q Organisé par Domus pragensis en collaboration avec BohemiaBourg et le Centre Culturel de Rencontre Abbaye de Neumünster (CCRN) et avec le soutien de la Ville de Prague. Sous le haut patronage de l’Ambassade tchèque et à l’occasion de la présidence tchèque du Conseil de l’Union européenne.

o Jusqu’au 24/05 i Abbaye de Neumünster, Luxembourg w www.ccrn.lu q Organisé par le Printemps des Poètes – Luxembourg en collaboration avec les services et centres culturels des Ambassades et le CCRN

Le sculpteur Marco Bustamante et le peintre Fabrizio dont les parcours artistiques se sont enrichis de leurs pérégrinations géographiques sont tous deux originaires du Chili et tous deux aujourd’hui installés au Luxembourg. Les aléas et les opportunités de la vie ont amené les deux artistes à quitter les rives du Pacifique Sud et les ont entraînés à travers l’Asie et l’Europe. Des pays qu’ils ont traversés, du Luxembourg qu’ils ont adopté, ils ont nourri leur créativité. Marco Bustamante a glané des pierres le long de son chemin, «pierres qui portent en elles l’histoire et la mémoire de la terre, une dimension infinie du monde et une vérité intérieure qu’il essaie de retrouver à travers sa démarche d’artiste» (F. Méoule), faisant émerger une relation très intime avec le visiteur. Pour Fabrizio, le concret, le réel est aussi point de départ de chacune de ses toiles. A l’image de son propre parcours et du chemin suivi vers autre chose, vers d’autres flux, vers d’autres visions. Tout comme Bustamante, Fabrizio expose régulièrement au Chili et en Europe. C’est dans une mise en scène commune que les travaux des deux artistes seront présentés dans une exposition qui se veut pause sur le parcours créatif de ces deux artistes qui, par leur regard, apportent du piment à la vision de chacun sur le monde qui nous entoure.

Les nombreux pays que les artistes ont traversés ont inspiré leur créativité. Exposition

o 08 – 24/05 i Abbaye de Neumünster, Luxembourg q Organisé par la Chambre de Commerce Luxembourg-Chili en collaboration avec le Centre Culturel de Rencontre Abbaye de Neumünster (CCRN) w www.ccrn.lu

109 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 109

23/04/09 13:01:02


Highlights Expositions

Groupe

Landscape Le paysage peut être une entité naturelle mais aussi culturelle. Ce qui importe, c’est la répétition de signes particuliers, de motifs ou de structures, qui font apparaître un espace comme une unité. L’exposition landscape rassemble et montre différentes formes de représentations de nature contemporaines. A travers divers médias (vidéo, photo, relief sculpté, peinture murale, sculpture, dessin), le public pourra découvrir des paysages sociaux, des paysages urbains, des paysages faisant office de lieux de crime ou de nature apprivoisée. A voir les travaux de Stephan Balkenhol, Hugo Canoilas, Jürgen von Dückerhoff, Klaus Hartmann, Una Hunderi, Susanne Huth, Federico Herrero, Lutz & Guggisberg, Wawrzyniec Tokarski.

Stephan Balkenhol, Prora 2007, Bois sculpté, 100 x 180 cm.
 Exposition

o Jusqu’au 09/05 i Nosbaum & Reding Art contemporain – 4, rue Wiltheim, Luxembourg w www.nosbaumreding.lu

Bol 011. Mladen Stilinovic. The Pain Game, 1977, photo 20 x 30 cm. A n e xhibi t ion p r oj e c t by Ell e n B l u m e ns t e in

The Pain Game The Pain Game is the title of a work by Croatian artist Mladen Stilinovic from 1977. The piece consists of a photograph of the palm of a left hand with a white cube on it, which has the word PAIN inscribed on each of its surfaces, and a printed text which reads: “Only one player, the dice is cast according to its own rhythm, the game lasts 7 minutes.” The work can be displayed next to a table on which a dice identical to the one in the photograph has been placed, along with an instruction sheet containing the rules of the game. Taking this work as an inspiration and a starting point, the exhibition project The Pain Game is exploring the role of pain as a subject and as an image that has been taken and is again taking on in contemporary art production. In the late 1960’s and 70’s, violence and physical harm against one’s own and the bodies of others (exhibited as videos, photographs and/or performance) were mostly employed as a way to express the perception of the individual’s and its subjectivity’s repression by the state and politics. Today – and this is the initial thesis of this project – the notion of the matter has extended, and pain is not only a medium of protest and resistance, but also a way of both evoking and provoking feeling and emotion. Just as an increasing number of many female teenagers today scratch their forearms with razorblades or knifes in their inability to express sadness, anger, aggression or rage (but also insecurity, affection or even love) in any other way,

the tendency to hurt or attack the other is not only growing amongst young people. The boundaries of one’s own body, as well as the image of the other as an intact physical organism (which actually suffers real damage if intruded – life is indeed NOT a computer game) seem to become virtual, losing the direct connection between emotional and physical components of experience. Artists react to changes and there are a number of artists who express societal discomfort through pain and stressinduced processes. The Pain Game explores both the continuous political implications and conscious applications of pain and the possibility of a more intuitive usage of the topic on the level of emotions and subjectivity. The show ranges from positions from the 60’s to contemporary artistic production and from society as a whole to the private, creating a space full of suspense for the visitor. (Ellen Blumenstein). Suggested artist list: Mladen Stilinovic, Marina Abramovic, Lynda Benglis, Birgit Brenner, Nathalie Djurberg, William Jones, Leigh Ledare, Teemi Mäki, Marlene McCarty, Michael Müller, Gina Pane, Aida Ruilova, Francesc Ruiz, Julia Scher, Ene Liis Semper, Joep van Liefland, Geerten Verheus, Alexandra Vogt. Exposition

o 14/05 – 04/07 i Nosbaum & Reding Art contemporain – 4, rue Wiltheim, Luxembourg w www.nosbaumreding.lu

110 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 110

23/04/09 13:01:05


Photo: Courtesy Nosbaum & Reding, Luxembourg

Expositions Highlights

Pusteblume, 2009 aquarelle et gouache sur papier, 300x400 cm. Dürer

Damien Deroubaix Pour sa troisième exposition personnelle à la Galerie Nosbaum & Reding, Damien Deroubaix s’est provisoirement détourné de l’univers grunge et autres apocalypses sonores, dont les références pullulaient dans ses allégories picturales où les pépées estropiées le disputaient à un bestiaire foutraque, appelant ici à bouffer du béké (Eat the rich), se contenant là d’un yeah un peu con. Réputé pour ses investigations aussi intrépides qu’ambiguës dans le champ de la culture vernaculaire, le plus allemand des peintres français (Thibaut de Ruyter) s’est cette fois-ci inspiré du grand Dürer, plus précisément par sa gravure Nemesis (Das große Glück), dans laquelle la déesse grecque du même nom (qui, comme chacun qui a subi ses foudres le sait, est synonyme de vengeance) est assimilée à sa compère romaine Fortuna (qui, comme chacun qu’elle persiste à bouder le sait, signifie la chance). Illustrant cette duplicité, la figure de Dürer manie à la fois le calice, récompense pour celui qui sait se tenir, et les rênes, châtiment qui attend tous ceux qui se sentiraient pousser des ailes: Zuckerbrot und Peitsche, comme disait Bismarck, une histoire (teutonne?) de carotte et de bâton, en somme. Malgré son titre coquet, Pusteblume, le tableau central de cette exposition sous le signe de la dichotomie dürerienne, si l’on ose dire, a tout du scénario de fin du monde, une impression que vient confirmer son codicille, Spread the disease. Comme quoi, on ne se refait pas. Sous la main de l’artiste, la métaphore du gentil pissenlit, dont le bambin joufflu souffle gaiement les graines, devient synonyme de contagion insidieuse: virus, infections, maladies sexuellement transmissibles, en veux-tu, en voilà. Ce tableau en particulier pourrait emprunter son mode opératoire à Gustav Klimt, dont personne n’ignore plus que les portraits, sous des dehors de dorure, laissent pointer la décadence que l’on est venu à attribuer à l’Europe fin de siècle; passons sur l’actualité de ce genre de constat morbide. Or, loin des séductrices du symboliste viennois, la femme fatale dans l’oeuvre de Damien Deroubaix se présente sous les traits d’une double figure christique lâchée au gré des vents, semonce maléfique que s’apprête à accueillir un champ enjambé par un improbable pont à haubans. Cet aggloméré crucifié d’aigle de deutschemark et de tête de potiche extraite d’un vidéoclip se demande visiblement ce qui lui vaut ce calvaire. La faute à pas de chance, sans doute.

Tina Gillen 1800 M, 2008 acrylic on canvas, 150 x 210 cm. Tina G ill e n

Timberland La peinture et la photographie sont intimement liées dans le travail de Tina Gillen. «Entre le peintre et le caméraman, nous retrouvons le même rapport qu’entre le mage et le chirurgien. L’un observe, en peignant, une distance naturelle entre la réalité donnée et lui-même; le caméraman pénètre en profondeur dans la trame même du donné. Les images qu’ils obtiennent l’un et l’autre diffèrent à un point extraordinaire. Celle du peintre est globale, celle du caméraman se morcelle en un grand nombre de parties, dont chacune obéit à ses lois propres.» Walter Benjamin, L’Œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique (1936). Ce passage du célèbre traité de Walter Benjamin apparaît en exergue d’une réflexion du commissaire d’expositions Frank Maes sur les rapports entre photographie et peinture dans l’œuvre de la peintre d’origine luxembourgeoise Tina Gillen (extraits de la récente monographie Tina Gillen: Necessary Journey, éditée par Oliver Zybok, avec des textes de Steven Jacobs, Frank Maes, Eva Wittocx et Oliver Zybok, publiée par Hatje Cantz, Ostfildern-Ruit, 2009). L’auteur poursuit en précisant qu’au début de sa carrière, l’artiste avait un temps hésité entre les deux disciplines, et développé son travail en deux directions avant de se consacrer exclusivement à la peinture. Pour autant, Tina Gillen ne s’est jamais complètement départie de la photographie, dont elle a au contraire fait le pivot de sa pratique picturale. Points de départ d’une recherche iconographique qui prend forme au cours du travail pictural à proprement parler, les prises de vues photographiques s’avèrent indispensables au processus de réflexion qui caractérise ses œuvres. En adjoignant le regard photographique à l’architecture – l’autre axe majeur de sa recherche picturale – Tina Gillen renvoie à un couple paradigmatique de la modernité (l’œil du cinématographe rencontrant celui de l’architecte), qui devait façonner l’environnement de l’homme futur. La peinture lui permet alors d’aller à l’essence des choses au moyen d’un processus de fragmentation et d’abstraction de l’image de départ. Dans les tableaux de Tina Gillen, stylisation, abstraction et déracinement des motifs se conjuguent pour articuler un univers qui, tout en étant généralement dénué de figures humaines, reflète la condition de l’homme dans son environnement.

Exposition

Exposition

o 14/05 – 04/07 i Nosbaum & Reding Art contemporain – 4, rue Wiltheim, Luxembourg w www.nosbaumreding.lu

o Jusqu’au 09/05 i Nosbaum & Reding Art contemporain – 4, rue Wiltheim, Luxembourg w www.nosbaumreding.lu

111 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 111

23/04/09 13:01:08


Highlights Expositions

Pat r ick M c K inn e y

Here Once Before Né en 1977 à Rhode Island, Patrick ­McKinney a étudié la peinture et l’histoire de l’art à Rhode Island School of Design. En dernière année, il a eu la chance de poursuivre ses études à Rome. Une fois installé dans la capitale italienne, il a pu s’imprégner des œuvres et de l’art du Quattrocento. Pour le jeune artiste, chaque toile est le moyen de raconter une histoire. Patrick McKinney nourrit une réelle passion pour la narration et la peinture figurative. Il travaille dans cette voie depuis ses débuts en cherchant l’inspiration tant dans la littérature que dans les œuvres de Simone Martini, Piero ou chez les préraphaélites. Dans ces derniers travaux, il prend pour modèles ses amis dans le but de capturer les petits détails de la vie contemporaine et familiale. Il stylise ensuite ces personnages en créant autour d’eux un environnement fantastique emprunt de rêve et de fables. L’exposition Here Once Before a pour principal thème la narration. Il s’agit avant tout d’un double dessein: à la fois, se raconter une histoire, et la narrer aux autres. L’anecdotique, le hasard et le rêve sont omniprésents dans les compositions figuratives et emplies de poésie du jeune peintre, dont il s’agit de la première exposition personnelle en Europe. Ainsi, jaguar, crash d’avion, et sommeil d’une jeune femme apparaissent à nos yeux comme autant de rêves éveillés. Poussant sa réflexion et son travail à son paroxysme, Patrick McKinney explore le champ des hallucinations visuelles, à travers une série de toiles semi-abstraites reproduisant des kaléidoscopes en mouvement. Un univers décalé, offrant au spectateur un voyage intérieur. «Je veux pouvoir montrer des personnages, des scènes qui me viennent à l’esprit, avec des techniques différentes en les interprétant comme j’ai envie. La peinture, pour moi, c’est comme de l’exploration. Ce qui m’intéresse, c’est de voir les possibilités d’interprétation qui nous sont offertes», explique-t-il.

Le travail des artistes oscille entre les performances, la sculpture, la photographie et la peinture. M c C all u m / Ta r ry

Photo: Galerie Nordine Zidoun

Shades of Blakes L’exposition propose une réflexion sur la place accordée aux afros dans le cinéma américain. Bradley McCallum & Jacqueline Tarry offrent ainsi leur vision métissée et acérée de l’Histoire noire américaine. La collaboration artistique entre Bradley McCallum et Jacqueline Tarry, vivant à New York, a débuté en 1998. Leur travail, lequel oscille entre les performances, la sculpture, la photographie et la peinture, montre les différences entre les groupes ethniques et les problèmes de justice sociale dans les communautés. Leurs œuvres évoquent aussi l’histoire américaine et sa vision de la famille. On retrouve au cœur de leurs recherches leur propre vécu en tant que couple issu de cultures différentes. La série présentée explore les questions sociales et raciales alors sous-jacentes dans l’industrie du cinéma de l’époque. Ce duo propose différents biais de réflexion sur des thématiques engagées telle que la représentation des artistes noirs américains dans le cinéma des années 60. Utilisant plusieurs techniques artistiques, ils poussent leur réfle­ xion à son paroxysme. Outre le fait que ce couple ose aborder des sujets encore sensibles dans l’inconscient collectif, la prise de risque se fait également technique. McCallum & Tarry ont mis au point

un système absolument novateur, recouvrant leur peinture d’un voile, créant ainsi une impression diffuse de l’image. Ils présentent ainsi au public un travail protéiforme. Le système mis au point est simple: sur des peintures à l’huile, reprenant des images de studios de cinéma des années 60, ils tendent un voile peint du même motif en léger décalage. Ils nous offrent ainsi une véritable relecture du passé, poussant le spectateur à une prise de conscience. Cette série propose un regard corrosif et une interprétation ironique de l’ouverture artistique qu’est censé offrir le cinéma. Pourquoi le monde du 7e Art se retrouve-t-il sclérosé dans des clichés et impose une image caricaturale du bon noir? On assiste ici à la volonté de ces deux artistes de révéler une vérité historique. Le travail de McCallum & Tarry s’impose donc tout naturellement dans une démarche de revendications. Enfin, les artistes imposent au public un questionnement sur la visibilité des minorités. Exposition

o 21/05 – 31/07 i Galerie Nordine Zidoun 101, rue Adolphe Fischer, Luxembourg t 26 29 64 49 w www.galeriezidoun.com

Archway, 2009, huile sur toile, 223 x 173 cm. Exposition

o Jusqu’au 16/05 i Galerie Nordine Zidoun q 101, rue Adolphe Fischer, Luxembourg t 26 29 64 49 w www.galeriezidoun.com

112 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 112

23/04/09 13:01:11


Expositions Highlights

G e o r g e s M e u r an t 

Les objets de Jan Vos expriment une part d’humanité. O bj e t s

Jan Vos L’exposition personnelle de l’artiste hollandais Jan Vos est aussi l’occasion de présenter son nouveau livre d’artiste It’s not always bright and healthy homes édité par la Galerie Toxic. On pourrait aborder le travail de Jan Vos avec des valises contenant plein d’objets différents. A première vue, on pourrait croire qu’elles sont remplies de rebut, des lunettes cassées, des plats sales, des objets trouvés, etc. Mais en y regardant de plus près, tous ces objets se révèlent être de petits bijoux. Jan Vos a la capacité de faire de chaque objet simple et commun quelque chose de spécial. En fouillant dans l’histoire de l’art, on remarque qu’une sculpture de Picasso appelée Tête de taureau de 1943, a quelque similitude avec les objets de Jan Vos. Mais là où Picasso reste toujours un peintre parce qu’il cherche toujours la perfection, Jan Vos est profondément un sculpteur ou un fabricant d’objets, même s’il utilise la peinture, ses peintures sont plutôt comme ses sculptures, elles n’essaient jamais d’atteindre la perfection, mais d’une certaine façon, il va à l’essentiel, à l’essence de l’objet, qui n’a pas besoin de virtuosité ou de perfection. Tout est là et c’est si évident, ces objets communs deviennent de par leur transformation par Jan Vos, quelque chose de poétique, parfois drôle, parfois triste ou mélancolique. L’humour est très important dans le travail de Jan Vos, mais il s’agit plus d’humour noir, un humour qui fait penser finalement à ce que vous voyez. Ceux-ci ne sont désormais plus de simples objets communs, mais ils expriment une part d’humanité, ils expriment quelque chose de très existentiel, tout comme une mélodie triste et douce qui accompagne un vieux film retrouvé.

Transparences, transpositions, transfigurations Chacune des peintures de Georges Meurant se présente comme un patchwork de rectangles colorés. Un patchwork, mais avec ceci de particulier: selon que le regard se pose ici ou là, certains des rectangles s’associent pour n’en former qu’un, qui émerge un moment et qui se défait au profit d’un autre, puis d’un autre encore, toujours différent, la permutation pouvant se poursuivre indéfiniment si on lui en accorde le temps. Le plus étrange et le plus remarquable est que ce mécanisme s’entretient devant nous sans que nous y soyons apparemment pour rien et sans qu’il soit possible de l’arrêter jamais. De nouveaux groupements, de nouveaux sous-ensembles se proposent à nous – imprévisiblement, inépuisablement – cette permutation auto-entretenue marquant le caractère émergent de cette œuvre. L’étonnant, c’est que cette œuvre paraît être et qu’elle est d’ailleurs rigoureusement définie par Meurant, forme après forme, couleur après couleur, qu’elle est l’œuvre la plus voulue, la plus concertée qui soit, alors qu’elle s’avère entièrement libre de ses modes d’apparition. C’est un vrai «miracle» qui s’accomplit là et qui nous éclaire sur le sens de l’art. Peindre, nous apprend-il, c’est moins faire voir que voir faire l’œuvre, la percevoir dans son activité, qu’elle soit flagrante, comme elle l’est dans son cas, ou plus ténue comme elle peut l’être ailleurs. Il est impossible en tout cas de ne pas le voir dans la sienne. Ce qui apparaît crucial et pour la peinture et pour l’esthétique. | Jean Guiraud. Exposition

o Jusqu’au 23/05 i Galerie Toxic 2, rue de l’Eau, Luxembourg w www.galerietoxic.com

Exposition

o 29/05 – 11/07 i Galerie Toxic 2, rue de l’Eau, Luxembourg w www.galerietoxic.com

113 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 113

23/04/09 13:01:14


Highlights Expositions JOe ALLeN

Embracing the light Joe Allen has been exhibiting in galerie Clairefontaine for 15 years. I have been exhibiting in the Galerie Clairefontaine for around 15 years now and Marita Ruiter has not only been my galerist, but someone who has observed my developement through its many transitions giving encouragement, and sometimes even inspiration. I exhibited my Black Paintings series, – it was around the time of September 11th “the attack on New York. Great reviews, no sales! Not surprising. Many thought I was hit with the blues, like everybody else at the time, but that was not the reason for the use of black in these new works. It was twofold, one being my belief that black is a beautiful colour, in all its tonalities, as can be seen in black and white master photographs and early films, and the other being the result of cooling down my palette from the steamy colour paintings I started out with in my early years, through a love of fine tonalities similar to the work of Camille Corot in a way, and gradually and eventually to black. The new paintings I will show in Galerie Clairefontaine are in many ways a reversal of this process. Working slowly from grey tones, replacing them with warmer ones, using black in conjunction with strong colour and the latest work saying Adieu to black altogether. The last three months has not only been a seasonal journey, but a personal one. It is as if I have walked out of the shadows and into the sun, embracing the light. Joe Allen, April 2009.

eLLIOtt erWItt

Personal best Alle Fotografen sind Jäger des Sekundenbruchteils, aber was Elliott Erwitt auszeichnet, ist die Fähigkeit zu erahnen, was das Objekt seines fotografischen Interesses wohl als Nächstes tun wird. Er ist eine Sorte Fotograf, die es bald nicht mehr geben wird. Einer, der sein Herz nahe am Auge hat und damit etwas sieht, was wir alle übersehen: die kleine Komik und kleine Leidenschaft des Alltags, die winzigen Momente, in denen Gesten und Mienen mehr sagen als alle Worte. Über eines seiner Lieblingsmotive, Hunde, sagte sein langjähriger Freund Ernst Haas: Herumstreunende Hunde sind für ihn sehr spezielle Objekte. Er findet, sie führen jenes einsame, grimmige Leben, das für sein Gefühl dem der Menschheit ziemlich ähnelt. In unserer Welt der schnellen TV-Bilder einerseits und den digital geschönten Bildkompositionen von Werbung und Mode andererseits geben Erwitts Arbeiten dem Foto noch einmal seine alte Kraft zurück. Wie kaum ein anderer Fotograf schafft es Erwitt, in seinen Fotos einen Subtext mitzuteilen, eine Emotion, eine Wut, ein wenig Glück, eine Rührung, die man nur erkennt, wenn man genau hinschaut. Wenn man ihn über seine Anfänge als Fotograf befragt, erzählt er folgende Geschichte: «Erst 1950 wagte ich den entscheidenden Schritt. Ich packte meine, wie ich fand, besten Bilder ein und fuhr nach New York, um sie dem großen Fotografen Edward Steichen zu zeigen. Viele Fotografen nahmen mich nicht sehr ernst, aber Steichen schaute lange auf meine Bilder und erkannte, glaube ich, meine Handschrift, meinen Stil. Ich habe ihm viel zu verdanken.» Jochen Siemens. Exposition

o A partir du 22/06 i Galerie Clairefontaine, Espace 2, 21, rue du Saint-Esprit, Luxembourg w www.galerie-clairefontaine.lu

Exposition

o A partir du 13/06 i Galerie Clairefontaine, Espace 1, 7, Place de Clairefontaine, Luxembourg w www.galerie-clairefontaine.lu

ANNA&BerNHArD BLuMe

Trans-skulptur The artist duo Anna and Bernhard Johannes Blume (both born 1937 in Germany), work primarily in the medium of photography. Their works are known internationally and are to be seen in major museum collections. Anna & Bernhard Blume had a solo show at Beaumont Gallery in 2000. That show gave the opportunity to the Luxemburgish public to see works out of the series of Transzendentaler Konstruktivismus, Mahlzeit and Mediumismus and the 24 drawings of the series Die Reine Empfindung signed by Anna Blume. The current show will provide photo-scenes of the series Abstrakte Kunst and 12 new large scale works, Trans-skulptur, which constantly show the processing of making transfers from object to subject and vice versa, moving in relations to each other, in continuing superposing actions. Art History, a theme which was started in the series Transzendentaler Konstruktivismus and than developed further on to transform things as such into mere phenomena. The photographic action series’ final result consists in a picture on digital Epson Fine Art photo print. The final image is prefigured by a long time lasting performing art work session by the artists themselves. It is therefore understandable that not many works exist. In the process, the artists are the mediums and also victims of involuntary constructs. The whitish constructs made of intelligible material try to form logical figures or purer organs of purer reason that have not yet fully come to itself. The work is known as being an icon in the range of photographical contemporary artwork. Exposition

Jusqu’au 20/06 i Beaumontpublic Luxembourg, 21A av. G. Diderich, Luxembourg t 46 23 43 w www.beaumontpublic.com

114 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 114

23/04/09 13:01:24


Expositions Highlights

Allusion à La liberté guidant le peuple créée par une classe de terminale E (ici LAML). S e c t ion a r t s plas t i q u e s

Le Festival d’Architecture a pour objectif d’inviter le grand public à vivre l’environnement bâti au plus près. F E S T I VA L A R C H I TE C TURE 2 0 0 9

Apprendre à voir  ‘

Placé cette année sous le thème Apprendre à voir, ce Festival d’Architecture organisé par la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie est un appel à la sensibilité du public ayant comme but de donner des clefs de lecture pour décoder la qualité de l’environnement bâti et d’élaborer une critique fondée du construit dans un monde en rapide évolution. Au-delà de quelques chefs-d’œuvre connus de tous, la capitale et le pays recèlent de nombreux édifices dignes d’être considérés, dignes d’être remarqués et d’autres banals ou de mauvais exemples. Toutes ces réalisations composent notre cadre de vie quotidienne. L’architecture, la qualité des constructions et leur insertion harmonieuse dans leur milieu environnant, le respect des paysages naturels et urbains ainsi que le patrimoine culturel sont des sujets d’intérêt public. Le Festival d’Architecture a pour objectif d’inviter le grand public à reconsidérer, à parcourir et à vivre l’environnement bâti au plus près. L’intention est d’encourager le développement de connaissances en matière de l’environnement bâti et de le rendre accessible, compréhensible et intelligible à tous. A travers une série de diverses manifestations, ouvertures exceptionnelles, visites, expositions, films, conférences, débats, ateliers pour enfants, projections de films d’architecture…, la Fondation de l’Architecture entend faire partager son souci du bien commun qu’est l’environnement bâti. festival

XPO E L’espace culturel CarréRotondes et l’Association des Professeurs d’Education Artistique APEA organisent, à l’occasion des 30 ans d’existence de la section arts plastiques (section E), une exposition souhaitant présenter la filière artistique et créative de l’enseignement secondaire luxembourgeois. Cet événement prendra place dans les salles d’exposition du CarréRotondes et se déclinera en plusieurs volets, qui présenteront aussi bien la création actuelle dans les classes de section arts plastiques que les carrières entamées après les études faites dans cette filière. Diverses sections arts plastiques (sections E) des lycées participant à l’exposition XPO E: l’Athénée de Luxembourg, le Lycée Aline Mayrisch Luxembourg, le Lycée Classique de Diekirch, le Lycée Classique d’Echternach, le Lycée de Garçons Esch-sur-Alzette, le Lycée de Garçons de Luxembourg et le Lycée Michel-Rodange Luxembourg. Parallèlement à l’exposition, se déroulera également une table ronde (05/05) sur le thème: Stay alive! De la nécessité d’une éducation à l’art (org. APEA).

On Air

Kernel Tourist L’espace Expo du CarréRotondes débor­de de ses surfaces pour investir l’EXIT07. Dédié à accueillir une pièce unique et surplombant le bar, cet espace-écran aux dimensions insolites cherche à offrir de nouvelles perspectives de création comme d’exposition aux artistes invités. Deuxième artiste invité dans le cadre de la programmation On Air, l’artiste/ graphiste Eric Schockmel, ayant récemment participé à l’exposition ELO: Inner Exile – Outer Limits au Mudam, présente Kernel Tourist, une animation 3D puisant dans les vocabulaires visuels de science fiction et de simulations numériques: Video-Loop Projection (200 x 1066 cm). La vidéo sera projetée aux heures d’ouverture de l’EXIT07 et parallèlement à d’autres évènements (dans la mesure du possible).

Exposition

o Jusqu’au 17/05 i CarréRotondes, Luxembourg w www.rotondes.lu q Exposition réalisée en collaboration avec l’Association des Professeurs d’Education Artistique (APEA) et l’Espace culturel CarréRotondes

Video Loop Projection. Exposition

o Jusqu’au 31/05 i EXIT07 CarréRotondes, Luxembourg w www.rotondes.lu

o 07-17/05 i Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, 1, rue de l’Aciérie, Luxembourg t 42 75 55 w Programme détaillé: www.fondarch.lu

115 11_3_p_102_115_Highlights_expositions.indd 115

23/04/09 13:01:28


Highlights Cinémathèque

Cinéma

116 11_4_p_116_119_Highlights_cinematheque.indd 116

23/04/09 15:06:00


Cinémathèque Highlights

Prix Louis Marcorelles

Ecchymoses L’infirmerie scolaire est un refuge intéressant à observer, où peut s’exprimer le malaise scolaire, familial ou personnel et ou peuvent prendre place des questionnements cocasses ou graves sur la vie quotidienne, la famille, l’amour, la société et le futur... Festival

o 27/05 u 20h30 i En présence de Fleur Albert, la réalisatrice

F e s t i va l I n t e r n at i o n a l d e f i l m s d o c u m e n ta i r e s Photo: Bernard Gomez

Cinéma du Réel P r i x d u pat r i m o i n e d e l’ i m m at é r i e l

P

our la première fois au Luxembourg, en partenariat avec Cinéma du Réel et la Bpi, la Cinémathèque accueille le Festival International de films documentaires. Une réflexion stimulante sur la place du documentaire dans le paysage audiovisuel international qui témoigne de l’évolution du statut de ce genre cinématographique entre témoignage et création. Depuis plus de trente ans, Cinéma du Réel est l’un des festivals de documentaires les plus importants d’Europe en même temps qu’un rendezvous majeur de la vie culturelle parisienne. Pour la première fois cette année, plusieurs reprises du palmarès de la 31e édition qui s’est déroulée du 5 au 17 mars, sont organisées dans un réseau de cinémathèques à travers le monde dont la Cinémathèque de la Ville de Luxembourg. «Je voudrais que cette édition reflète une décroissance, une décélération de notre rapport aux images du monde. Réaction salutaire face à l’accélération de l’instant réel dans les divers flux d’images, tous écrans confondus. Nous vivons

Le Pays à l’envers aujourd’hui des mouvements tectoniques importants dans la représentation du réel, doublés d’une crise du langage que nous utilisons pour décrire ce cinéma qui nous habite. Ce qui nous a importé cette année dans le choix des films, c’est de mettre en avant le travail de cinéastes qui filment à hauteur d’Homme. Parce que l’un des enjeux urgents pour le cinéma documentaire est encore et toujours là, plus que jamais, dans la place du cinéaste face à ceux et celles qu’il filme. Filmer l’humain debout. Sans angélisme, ni condescendance. Proposer un cinéma à l’écoute de la rumeur du monde. Une rumeur qui n’est plus sourde et à travers laquelle se manifeste une inquiétude très concrète qui revendique un changement.» Javier Packer-Comyn, directeur artistique du Festival.

De retour à la Guadeloupe, que son père a quitté cinquante ans plus tôt, la cinéaste remonte le temps afin de retracer l’histoire de son nom. Son enquête nous transporte jusqu’à l’époque de l’esclavage. Festival

o 28/05 u 20h30 i En présence de Sylvaine Dampierre, la réalisatrice

Cinéma

o 18-28/05 i Cinémathèque, Luxembourg w www.cinematheque.lu q Pour de plus amples infos: www.cinereel.org

117 11_4_p_116_119_Highlights_cinematheque.indd 117

23/04/09 15:06:01


Highlights Cinémathèque

Une projection de petits bijoux sur l’histoire du jazz. Soirée cinéma – jazz

Jazz Rarities

En attendant la nouvelle édition estivale à la Schueberfouer du désormais célèbre et incontournable Crazy Cinématographe, la folie douce du cinéma forain investit l’EXIT 07. Cette soirée DJ sera hors normes, et présentera un Live-Mix Crazystyle de DJ Kuston Beater qui se déchaîne sur bruit de fond hypnotisant du ronronnement d’un projecteur Cinemeccanica Victoria 5. Les noctambules pourront admirer sous les lumières du discobole les artistes les plus insolites, les comédiens les plus déjantés et les bestioles les plus bizarroïdes de la Belle Epoque, tout en sirotant leurs cocktails favoris au rythme captivant du jongleur de disques le plus branché de Luxembourg. A l’écran le Best of de la toute première édition du Crazy Cinématographe en 2007: hommes-caoutchouc, anarchistes danois, films X-Ray écossais, un chien-pianiste, des féeries psychédéliques, les Kiriki, acrobates japonais… Always look on the crazy side of life!

Louis Armstrong affirmait: What we play is life. La Cinémathèque ouvre sa programmation à la musique jazz au travers de projections de petits bijoux dédiés à des personnalités aussi incontournables que Billie Holliday, Cab Calloway, Django Reinhardt… Louis Schiavo, d’origine corse, est avant tout peintre. Vivant et travaillant à Bastia, il a réalisé de nombreuses expositions à travers le monde et l’on peut actuellement voir ses œuvres à Luxembourg. Louis Schiavo est également un passionné de jazz qui au cours de sa vie à rassemblé une collection importante de films documentaires sur ce sujet et dont il fait don à la Cinémathèque de la Ville de Luxembourg. Ses trésors, parmi lesquels de nombreux incunables, représentent un vrai who’s who de l’histoire du jazz: Louis Armstrong, Ella Fitzgerald, Billie Holliday, Django Reinhardt, Charlie Mingus, Sonny Rollins, Coleman Hawkins, Dizzy Gillespie, Count Basie, Duke Ellington, Bud Powell, Bill Evans, Dexter Gordon, pour ne citer que ceux-là. Et last but not least, Chet Baker, que Louis Schiavo aura personnellement connu…. A l’occasion d’une soirée, Louis Schiavo sera l’invité de la Cinémathèque pour commenter une première sélection de ce matériel dont voici le line-up: Ladies sing the blues avec Dinah Washington: extrait de l’émission TV Startime – The Swingin’ Singin’ Years (USA 1960 / 7’), Billie Holiday: Billie Holiday, ‘Sugar Chile’ Robinson, Count Basie and his Sextet (USA 1951 / 7’). Jazz Fantasies avec Louis Armstrong: A Rhapsody in Black and Blue (USA 1932 / 10’), Cab Calloway: Cab Calloway’s Hi-De-Ho (USA 1934 / 10’), Lionel Hampton: Lionel Hampton and his Orchestra (USA 1949 / 15’). Jazzy Cartoons avec Willie Whopper “Cave Man” (Ub Iwerks / USA 1934 / 5’), The Old Mill Pond (Harman-Ising ‘Happy Harmonies’ / USA 1936 / 8’), Jungle Jive (Walter Lantz ‘Swing Symphony’ / USA 1944 / 5’). Jazz manouche avec Django Reinhardt (Paul Paviot / France 1957 / vo / 22’), texte de Chris Marker, commentaire de Jean Cocteau, récité par Yves Montand. Jazz lyrique, avec Chet Baker Quintet – Love for Sale (10’, Chet Baker, Maurizio Gianmarco, Denis Luxion, Ricardo Del Fra, Donny Donable).

Cinéma

Cinéma

o 22/05 u Ouverture des portes 21h. Début des projections 21h30 i Exit 07, CarréRotondes, Luxembourg. Entrée libre

o 14/05 u 20h30 i Cinémathèque, Luxembourg w www.cinematheque.lu

Une soirée DJ hors normes. w h e n c r a z y C i n e m at o g r a p h e G o e s e l e c t r o

Cinémix Crazy Discographe

118 11_4_p_116_119_Highlights_cinematheque.indd 118

24/04/09 16:10:10


Cinémathèque Highlights

L’Empire des Sens de Nagisa Oshima. P r e m i e r v o l e t: E v e i l d e s s e n s

Sex and the Cinema Parmi les cercles explorés sous le thème Sex and the Cinéma: l’Eveil des sens. «Thème classique par excellence, l’initiation sexuelle est un champ privilégié pour la nostalgie. Les premiers émois, les premières expériences, sont-ils les souvenirs les plus marquants que nous ayons? S’ils ne le sont pas, le cinéma s’emploie à ce qu’ils le deviennent, au besoin par procuration.» (Gérard Lenne). Loin d’être anecdotique ou nécessairement reléguée dans le ghetto du film érotique ou du «X», la représentation de la sexualité au cinéma semble renvoyer à une affinité profonde, voire ontologique entre deux «machines désirantes» (Gilles Deleuze/Félix Guattari): celle de l’inconscient interprété comme une machine à produire du désir, et celle de la production cinématographique vue comme une fabuleuse machine de codage, de sublimation et d’exaltation des flux sexuels. Au cinéma, chaque geste, regard ou modulation de la voix, chaque gros plan ou travelling effleurant un corps humain semble puiser son énergie sémiotique dans les profondeurs d’un vaste sous-texte libidineux. A contrario d’un certain militantisme après-68, pour qui Révolution sexuelle rimait avec permissivité érotique ou pornographique, la façon

du cinéma d’aborder la question de la sexualité sur «mille plateaux» (Deleuze/Guattari) transgresse allègrement les frontières étroites d’un cinéma érotique ou pornographique stricto sensu visant seulement à titiller le désir sexuel. Depuis L’Empire des sens de Nagisa Oshima (photo), le cinéma d’auteur s’est approprié le sexe explicite et non simulé comme argument d’authenticité artistique. Il ne s’agit pas nécessairement ou prioritairement d’exciter le spectateur, et la crudité sexuelle n’a pas toujours une visée érotique, mais une visée de vérité existentielle, souvent réfrigérante. Dans cette optique, la vaste rétrospective Sex and the Cinema, juxtaposant sacralisation et désacralisation de la chair, présentera jusqu’au mois de décembre une phénoménologie sauvage et panoramique de la sexualité au cinéma, organisée en sous-thèmes respectivement «cercles»: L’éveil des sens, Liaisons pornographiques, Obsessions et dépendances, Le Cercle du désir, Sexpertise, Perverse polymorphe, Sexploitation. Cinéma

o Rétrospective jusqu’en décembre i Cinémathèque, Luxembourg w www.cinematheque.lu

119 11_4_p_116_119_Highlights_cinematheque.indd 119

23/04/09 15:06:10


Week-ends à la Cinémathèque Cinéma Paradiso les dimanches à 15h00

Comedy

08/05

Illumination garantie

15/05

The Owl and the Pussycat

18h30

Dans le cadre du cycle Illumination non garantie ! Le cinéma et la foi. Erleuchtung garantiert Allemagne 1999 | vostang | 108’ | c | De: Doris Dörrie | Avec: Gustav Peter Wöhler, Uwe Ochsenknecht, Petra Zieser. Deux frères à la recherche de la paix intérieure. Doris Dörrie raconte les aventures d’Uwe et de Gustav sous forme de comédie et comme toutes les vraies comédies, une histoire qui pourrait à tout moment sombrer dans le tragique. (Attica)

Arthouse

Le Château dans le ciel

THX 1138

Tenku no shiro rapyuta Japon 1986 | vostf | 124’ | c | Dessin animé de Hayao Miyazaki. Magique, poétique, Le Château dans le ciel, aussi touchant que drôle, est mené avec une maestria débordante d’idées mêlée à une fantaisie débridée. De son propre aveu, Le Château dans le ciel est le film préféré de Hayao Miyazaki parmi tous ceux qu’il a réalisés.

65e anniversaire de George Lucas. USA 1971 | vo | 85’ | c | De: George Lucas | Avec: Robert Duvall, Donald Pleasence, Maggie McOmie. Produit par Francis Ford Coppola, le premier film de George Lucas s’inscrit dans la droite ligne de 1984, le roman de George Orwell, imaginant un avenir coercitif et glacé. (Télérama, Guide du Cinéma)

Classics Vendredi

Classics Vendredi 20h30 Sense and Sensibility Samedi 20h The Last Picture Show Samedi

08/05

Charade

09/05

80e Anniversaire de Audrey Hepburn.USA 1963 | vostf+all | 113’ | c | De: Stanley Donen | Avec: Audrey Hepburn, Cary Grant, Walter Matthau. On a d’yeux que pour le marivaudage du couple Cary Grant/Audrey Hepburn. Pour l’élégance de Stanley Donen, qui filme Paris comme personne et passe avec grâce d’une bagarre sur les toits à une promenade romantique. (Télérama, Guide du Cinéma)

The Killing

09/05

USA 1956 | vostf | 84’ | De: Stanley Kubrick | Avec: Sterling Holden, Coleen Gray, Vince Edwards | D’après le livre de Lionel White. Comme souvent chez Kubrick, un grain de sable, dû à la faiblesse humaine, va enrayer le mécanisme, soigneusement mis au point.. Une œuvre superbe! (Télérama, Guide du Cinéma)

22h Cine XXL Dimanche 17h

Panthéon Dimanche 20h30

10/05

USA 1970 | vo | 95’ | c | De: Herbert Ross | Avec: Barbra Streisand, George Segal, Robert Klein | D’après une pièce de théâtre de Bill Manhoff. Adaptation d’une pièce de théâtre écrite par Bill Manhoff et qui marque une rupture dans la carrière de Barbra Streisand. Le personnage de Doris est le premier joué par la comédienne qui ne chante pas. Une comédie tout simplement disjonctée et hilarante!

The Piano

15/05

16/05

70e anniversaire de Harvey Keitel. Australie 1992 | vostf | 120’ | c | De: Jane Campion | Avec: Holly Hunter, Harvey Keitel, Sam Neill. Jane Campion crée une histoire d’amour exemplaire. Les rigueurs de l’époque victorienne, les difficultés de la vie de colons dans les boues néozélandaises sont restituées avec réalisme. Harvey Keitel est ici d’une beauté sauvage, sensuelle et violente à la fois.

Gothic

16/05

In memoriam Natasha Richardson. GB 1986 | vostf | 87’ | c | De: Ken Russell | Avec: Natasha Richardson, Gabriel Byrne, Julian Sands. Ce cinéma semble aujourd’hui oublié, pourtant il mérite d’être salué. Gothic trouve son équilibre entre le kitsch et la virtuosité. Russell retranscrit à merveille un univers gothique et malsain empli de perversités et d’horreurs.

17/05

A Passage to India

Waati

In memoriam Maurice Jarre. GB 1984 | vostf | 164 ’ | c | De: David Lean | Avec: Peggy Ashcroft, Judy Davis, Alec Guinness | Musique: Maurice Jarre, Oscar pour la meilleure musique de film. Une fois de plus, David Lean livre une de ces œuvres-fleuves dont il a le secret. Aventures, exotisme, couchers de soleil, tout est fait pour cerner le monde qui l’intéresse. La musique de Maurice Jarre est magistrale.

Mali 1994 | vostf | c | 140 ’ | De: Souleymane Cissé | Avec: Sidi Yaya Cissé, Lineo Kefuoe Tsolo, Aicha Amerou. Chronique historique, vibrante et sobre qui n’est pas qu’une dénonciation de l’apartheid en Afrique du Sud. Sur les talons de Nandi, l’Afrique s’ouvre, multiple. Le cinéaste nous laisse entrevoir la diversité des cultures et des expériences historiques. (Télérama, Guide du Cinéma)

10/05

Les quatre cents coups France 1959 | vo | 95’ | De : François Truffaut | Avec: Jean-Pierre Léaud, Albert Rémy, Claire Maurier. Avec Le beau Serge et Les Cousins de Claude Chabrol, et A bout de souffle de Godard, c’est le film qui marque l’explosion de la Nouvelle Vague. Il surprend par la justesse du ton, la vérité des personnages, surtout le jeune Jean-Pierre Léaud. Grand Prix de la mise en scène, Cannes 1959. (Larousse, Dictionnaire des Films)

17/05

Pandora and the Flying Dutchman

100e anniversaire de James Mason. USA 1951 | vostf | 122’ | c | De: Albert Lewin | Avec: James Mason, Ava Gardner, Nigel Patrick. Amour fou, vieilles légendes, immortalité et fantastique, voitures de course et corridas: tout ce qu’il faut pour rêver nous est offert par cette œuvre troublante, qui n’a cessé de faire délirer ses exégètes.

120 11_4_p_120_121_Highlights_weekend.indd 120

23.04.2009 12:52:04 Uhr


Le Monstre

22/05

Il mostro Italie 1994 | vostf | 112’ | c | De: Roberto Benigni | Avec: Roberto Benigni, Nicoletta Braschi, Michel Blanc. Ici, Roberto Benigni escalade des échafaudages, entraîne une foule entière à sa poursuite. Les gags visuels sont de savoureuses trouvailles. Ses envolées verbales atteignent un merveilleux absurde! (Télérama, Guide du Cinéma)

Festen

22/05

40e anniversaire de Thomas Vinterberg. Danemark 1998 | vostf | 105’ | c | De: Thomas Vinterberg | Avec: Ulrich Thomsen, Henning Moritzen, Birthe Neumann. Festen est tourné en vidéo, comme ces films amateurs qui constituent le lot de toutes les réunions en famille: ça tremble, ça bouge, ça saute du coq à l’âne. Vive la légèreté de l’infrastructure, qui a permis aux acteurs de vivre intensément ce huis clos. (Télérama, Guide du Cinéma)

Charlotte Gray

23/05

40e anniversaire de Cate Blanchett. GB 2001 | vostf | 121’ | c | De: Gillian Armstrong | Avec: Cate Blanchett, Billy Crudup, Michael Gambon. Cate Blanchett, lumineuse et splendide, illumine l’écran et capte les moindres regards. La mise en scène donne beaucoup de majesté aux décors, souvent magnifiques, du film. Les seconds rôles, sont solidement interprétés! (Allociné)

23/05

Manhattan Murder Mistery

29/05

USA 1993 | vostf | 108’ | De: Woody Allen | Avec: Woody Allen, Diane Keaton, Jerry Adler. Comédie policière jubilatoire, Manhattan Murder Mystery est placé sous le sceau des retrouvailles de Woody Allen avec son ancienne égérie Diane Keaton. Le duo comique ainsi reformé fonctionne admirablement. (Guide des films, Ed. Laffont)

Jackie Brown

29/05

60e anniversaire de Pam Grier. USA 1997 | vostf | 153’ | c | De: Quentin Tarantino | Avec: Pam Grier, Samuel L. Jackson, Robert Forster. Quatre ans après la bombe Pulp Fiction, Tarantino nous offre une histoire façon polar, aux sentiments vrais et aux figures attachantes et crédibles, interprétées par d’excellents comédiens. Même sans drogue ni sang, il brille toujours autant dans l’art du dialogue.

Duet for One

30/05

USA 1986 | vostf | 105’ | c | De: Andreï Konchalovski | Avec: Julie Andrews, Alan Bates, Max von Sydow, Rupert Everett. Réussir un tel film tient du prodige. Ne pas sombrer dans un mélo larmoyant a tout de la mission impossible devant une telle accumulation de situations tragiques. Et pourtant, Konchalovski a su nous émouvoir sans nous apitoyer. (Guide des films, Ed. Laffont)

30/05

The Seven-Per-Cent Solution

Sherlock Holmes contre Jack l’Eventreur

150e anniversaire de Sir Arthur Conan Doyle. USA 1976 | vo | 113’ | c | De: Herbert Ross | Avec: Alan Arkin, Vanessa Redgrave, Robert Duvall | D’après Arthur Conan Doyle. Une parodie particulièrement réussie. L’ensemble est mené à un rythme d’enfer par l’excellente mise en scène d’Herbert Ross. Ce film bourré d’humour est un très grand plaisir!

150e anniversaire de Sir Arthur Conan Doyle. A Study in Terror GB 1965 | vf | 94’ | c | De: James Hill | Avec: John Neville, Donald Houston, John Fraser | D’après Arthur Conan Doyle. Le film reconstitue avec soin l’atmosphère de misère et de mort dans laquelle baigna l’Angleterre victorienne. Cette adaptation très libre des enquêtes du fameux détective ne trahit jamais Conan Doyle. (Télérama, Guide du Cinéma)

Young Sherlock Holmes

24/05

150e anniversaire de Sir Arthur Conan Doyle. USA 1985 | vostf | 124 ’ | c | De: Barry Levinson | Avec: Nicholas Rowe, Alan Cox, Sophie Ward. Histoire délirante, totalement inventée par un scénariste qui s’est amusé à montrer la jeunesse de Sherlock Holmes et la naissance de sa vocation. Effets spéciaux, surprenants décors, hallucinations, cérémonies barbares, tout cela filmé avec beaucoup d’efficacité! (Télérama, Guide du Cinéma)

The Ladykillers

24/05

GB 1955 | vostf | 96’ | c | De: Alexander Mackendrick | Avec: Alec Guinness, Katie Johnson, Peter Sellers. Etre frivole sur un sujet frivole, c’est simplement ennuyeux; être frivole sur un sujet mortellement sérieux, voilà le vrai comique. Appliquant son propre principe au pied de la lettre, Alexander Mackendrick a réalisé l’une des comédies anglaises les plus hilarantes et les plus noires. (Télérama, Guide du cinéma)

Giant

31/05

USA 1956 | vostf | 197 ’ | c | De: George Stevens | Avec: James Dean, Elizabeth Taylor, Rock Hudson, Dennis Hopper. Une saga texane transformée en grand spectacle cinématographique par George Stevens, qui manifeste son sens de l’espace et son goût de l’épopée visuelle. Giant est devenu légendaire parce qu’il fut le dernier film de James Dean, mort une semaine après la fin du tournage. (Dictionnaire mondial des films, Ed. Larousse)

The Damned

31/05

65e anniversaire de Helmut Berger. La caduta degli dei Italie 1969 | voang | 147’ | c | De: Luchino Visconti | Avec: Dirk Bogarde, Ingrid Thulin, Helmut Berger. Le film débute au château Von Essenbeck, plonge dans un pays en pleine déréliction avant de revenir dans cette famille névrotique qui a favorisé l’éclosion du nazisme. Placée au centre du film, une hallucinante bacchanale nazie se termine en orgie homosexuelle et en massacre: la Nuit des Longs Couteaux.

Comedy Classics Vendredi 18h30 Ex Libris Vendredi 20h30

Sense and Sensibility Samedi 20h The Last Picture Show Samedi 22h Cine XXL Dimanche 17h

Panthéon Dimanche 20h30

121 11_4_p_120_121_Highlights_weekend.indd 121

23.04.2009 12:52:14 Uhr


Highlights Cinéma

Coming this month Luxembourg-based international film critic Boyd van Hoeij reviews this month’s coup de coeur (French; recommendation, crush, favourite) as well as an alternative and gives an overview of the other new releases.

A lt e r n at i v e

Sœur sourire

Co u p d e c œ u r

The Country Teacher Though he has worked with big local names, Czech actor Pavel Liska’s best work has been with director Bohdan Sláma (The Wild Bees, Something Like Happiness). For their third and finest collaboration, The Country Teacher, Sláma has perfected his post-Bresson humanism – note the title’s similarity to Diary of a Country Priest – in the story of a gay biology teacher who’s fled to the countryside to escape his parents and a loveless relationship in Prague. Petr (Liska) lodges in a building owned by no-nonsense farmer Marie (Zuzana Bydzovska, equally excellent), who lives alone with her hot-and-bothered teenage son Lada (Ladislav Sedivy). It would be true to say Petr falls in love with Lada (who is decidedly heterosexual) while lonely Marie falls for Petr, but that would betray the naked honesty of the emotions that Sláma and Liska conjure. The flesh is weak and the stakes are high – but in true Bresson fashion, forgiveness is around the corner for those with a good heart. Sláma’s spare style, which combines naturalism and the pastoral, avoids sliding into cliché, even if it is all there for the taking (a biology teacher who can’t accept his own nature goes back to nature). This small, contemporary Czech marvel showcases two bright talents and a sentiment not seen often enough on screen nowadays: sincerity. At Czech Film Festival, Utopia (Bohdan Sláma, Czech Republic/Germany/France, 2008).

Belgian actress Cécile De France became wellknown for her role as the ditzy lesbian friend of Romain Duris in L’auberge espagnole and Les poupées russes, and now has the eponymous lead in the first francophone film from Flemish director Stijn Coninx as another character who is not defined by her sexuality: Sœur sourire. Jeannine Deckers (De France) had a huge hit in 1963 with Dominique (“nique, nique”), while she was still a Dominican sister at a Belgian convent. Her stage name was Sœur sourire (“Sister Smile”), but as she wryly notes in the film, the people who gave her that name obviously did not know her very well. More of a rebel than a pious lady, Jeannine was always looking for ways to express herself. That she was also in love with her best friend (Sandrine Blancke) and didn’t have the tools to handle her fame because of her upbringing, is the sad part of this true story, which finds its way to the screen for the first time (the 1966 Hollywood version of her story was heavily sanitised). Coninx expertly blends humour, drama and the ‘60s setting, while De France’s impresses as the singing nun. At Utopia (Stijn Coninx, France/Belgium, 2009).

122 11_4_p_122_124_Highlights_cinefil.indd 122

23.04.2009 12:57:42 Uhr


Cinéma Highlights

Trouble jeunesse

L’acteur avec l’image la plus «clean» d’Hollywood, Zac Efron, la star des trois High School Musical et de Hairspray, ne chante pas dans son nouveau film 17 Again – mais il ne va pas chercher trop loin non plus: son personnage joue toujours au basket à l’école. Dans cette comédie de l’Américain Burr Steers (Igby Goes Down), Efron incarne la version jeune de Matthew Perry (Friends), un «loser» de 37 ans qui, comme par magie, revit son adolescence, à la différence qu’il se retrouve de nouveau à 17 ans, mais toujours dans le présent et non pas il y a 20 ans. Et plusieurs choses ont changé depuis lors – on ne parle même pas du fait qu’il se retrouvera à l’école avec ses propres enfants. The Boy in the Striped Pyjamas (U) se veut moins léger. Un jeune Allemand déménage à Auschwitz avec sa famille pendant la Deuxième Guerre mondiale et fait connaissance d’une victime qui «habite» juste à côté de leur nouvelle maison. L’Américaine Vera Farmiga (The Departed) vient renforcer une équipe à l’accent fortement anglais: David Thelwis, Rupert Friend et le jeune et talentueux Asa Butterfield. Pendant le mois de mai, Utopia présente le festival du film tchèque, et pour les plus petits et les accros de l’animation, il y a un petit bijou à l’affiche à ne pas rater: Les Nouvelles aventures de la petite taupe (U), un programme de cinq courts métrages animés et sans dialogues de Zdenek Miler, créés entre 1963 et 1974 derrière le rideau de fer tchécoslovaque.

L’été hollywoodien

Le sang et la haine

Le mois de mai signale l’arrivé des «films d’été» selon les calendriers d’Hollywood; des productions à gros budgets, grandes stars, beaucoup d’action et – il faut le dire – moins d’originalité que d’habitude. La preuve: les films pop-corn qui sortiront ce mois-ci au Luxembourg sont tous des «sequels», des suites offertes aux réalisations des années précédentes. A commencer par un nouveau volet dans la saga X-Men, qui se concentre cette foisci sur le personnage de Wolverine, interprété par le maître de cérémonie des récents Oscars: Hugh Jackman. Dans X-Men Origins: Wolverine, le réalisateur sud-africain Gavin Hood (Rendition) raconte l’origine de cet homme-garou. Partagent l’affiche avec Jackman: Liev Schreiber, Danny Huston et Ryan Reynolds. Autre histoire postérieure au premier volet: Angels & Demons de Ron Howard; Tom Hanks y est encore une fois le professeur Langdon après The Da Vince Code. A ses côtés, pour une intrigue au Vatican: l’Ecossais Ewan McGregor, le Suédois Stellan Skarsgard, l’Allemand Armin Mueller-Stahl, l’Italien Pierfrancesco Favino et la belle Israélienne Ayelet Zurer. Le nouveau Star Trek est, par contre, déjà la onzième adaptation pour l’écran de la saga spatiale, et le premier film du genre ne comptant que des nouveaux acteurs (à l’exception de Leonard Nimoy). Le projet, prestigieux, est le deuxième long métrage du réa­li­ sa­teur américain J. J. Abrams (après Mission: Impos­sible III); le réalisateur-producteur est par contre considéré comme l’un des génies de la télé américaine, avec plusieurs titres à succès à son actif, dont Alias et Lost. Le dernier blockbuster prévu pour le mois de mai est un film plus comique: Night at the Museum: Battle of the Smithsonian. Shawn Levy met de nouveau Ben Stiller en scène dans un musée américain pendant sa ronde de nuit. L’acteur français Alain Chabat y campera Napoléon; à ses côtés, on trouve Amy Adams, Owen Wilson et Robin Williams en Théodore Roosevelt.

Le registre de l’horreur est aussi au programme: dans My Bloody Valentine, un «remake» en 3D d’un film culte de George Mihalka de 1981, une petite ville minière américaine secouée par un terrible drame le jour de la Saint-Valentin revit son passé. Avec Jensen Ackles, Jaime King, Kerr Smith et Kevin Tighe et réalisé par le monteur du maître de l’horreur Wes Craven devenu réalisateur, Patrick Lussier (Dracula 2000). Encore des jeunes en péril dans un autre «remake», cette fois-ci du film d’horreur coréen A Tale of Two Sisters, dans The Uninvited, le début à la réalisation de Thomas et Charles Guard. Les frères mettent en scène Emily Browning et Arielle Kebbel qui doivent faire face non seulement à une belle-mère démoniaque, mais aussi à un fantôme qui occupe la maison. David Strathairn (Good Night et Good Luck) est le père des deux filles à peine sorties d’un séjour en psychiatrie. Et finalement le très attendu Millennium 1: Men Who Hate Women, du Danois Niels Arden Oplev (We Shall Over­ come). Le premier volet de la trilogie Millénium introduit le journaliste économique suédois Mikael Blomkvist, Henrik Vanger, grande figure de l’industrie suédoise, et Lisbeth Salander, une jeune femme qui réussit toujours à dénicher des informations introuvables. Basé sur le best-seller de Stieg Larsson.

My Bloody Valentine.

The Uninvited.

Wolverine.

Millennium 1: Men who hate women.

The boy in the striped pyjamas (U).

Tous ces films sont programmés à l'UTOPOLIS, sauf mention (U), Utopia.

123 11_4_p_122_124_Highlights_cinefil.indd 123

23.04.2009 12:57:54 Uhr


Photo: Fabrizio Malteste

Highlights Cinéma

Pavel Liska.

Czech this out

The Czech Film Festival This month, the Czech Film Festival at Utopia will highlight some of the best local films, in honour of the current Czech presidency of the EU. The line-up is impressive in that it offers a nice overview of recent Czech output in various genres in just eight films, ranging from mainstream comedies to award-winning arthouse dramas. Besides Bohdan Sláma’s The Country Teacher (see coup de cœur on the pre­ vious page), here are some of the other films that are part of the programme. One of the most direct pictures of Czech society and the enormous changes it has been through in the last decades can be gleaned from the documentary Citizen Havel, about dissident playwright Václav Havel. The film was shot over more than ten years by director Pavel Koutecky (and finished by Miroslav Janek after the former’s death), and intimately describes the world of Havel from just before his election as last president of Czechoslovakia to his transition to president of Czech Republic and, finally, his political defeat. Havel gave the filmmakers unprecedented access to his persona on the simple condition that the film could not be shown until five years after his presidency ended. His

humour is part of what makes him (and this film) so attractive: “I too will be forgotten,” he once quipped, “so it’s a good thing I’ve got that picture of me and Arnold Schwarzenegger”. The most high-profile Czech film programmed at Utopia is Zelary from director Ondrej Trojan. This rural WWII-themed drama garnered an Oscar nomination for Best Foreign Language film and really launched the career of actress Anna Geislerova, who is terrific as the resistance nurse forced to move to the countryside to keep up appearances. Her lover is played by Ivan Trojan, the director’s brother and one of the most acclaimed Czech actors working today besides the slightly younger Pavel Liska, the lead from The Country Teacher. Ivan Trojan can also be seen in two other films: Václav and One Hand Can’t Clap (Jedna ruka netleská). Both are comedies of sorts, a genre in which Trojan is just as much as home as drama. In the former, which is based on a true story, he plays the eponymous hero, a village idiot who finds himself in prison. His mother then decides to petition president Václav Havel for his freedom. Trojan’s carefully calibrated performance makes sure that his character

never slides into mockery or caricature. In the anarchic and demented One Hand Can’t Clap, Trojan plays a man who owes a lot of money to a village idiot. There isn’t much of a plot beyond that, though there are enough strange goings-on to keep audiences entertained, including a restaurant that’s a cover for a cabalistic anti-vegetarian movement. The film was co-written by Trojan and director David Ondrícek, the son of famous cinematographer Miroslav Ondrícek (Amadeus). The local box-office canon among the titles is Empties (Vratné láhve), a dramatic comedy from father and son Zdenek and Jan Sverák. Son Jan directs, and father again Zdenek writes the screenplay and stars, much like in their Oscarnominated film Kolja. Zdenek plays a retired literature professor who starts working at an empty-bottle counter of a supermarket because he can’t stand to stay at home with his wife. The comedy is gentle and often funny but lacks the socio-political and artistic undercurrents that made Kolja stand out from the crowd. q Czech Film Festival, May 1-21, Utopia

124 11_4_p_122_124_Highlights_cinefil.indd 124

23.04.2009 12:57:57 Uhr


www.graphikatelier.de

www.quattropole.org

Sam

23

11

.00

Fest | Fête transfrontalière QuattroPole

sta

.05

–2

sam

.09 edi

3.0

0h

|

|

Grenzenloses

Saarbrücken

g|

St. Johanner Mark t

»Vielfalt ganz nah«

« Tout près, tout autre »

Mit dem QuattroPole-tag laden Metz, Saarbrücken, Luxemburg und trier ein, die kulturelle, künstlerische und kulinarische Vielfalt des Städtenetzes zu entdecken und gemeinsam zu feiern.

avec la journée quattropole, les quatre villes partenaires Metz, Sarrebruck, Luxembourg et trèves vous invitent à découvrir et fêter leur diversité culturelle, artistique et gastronomique.

KulTur, musiK und unTerhalTung

cuTlure, musiQue, eT diVerTissemenT

KinderProgramm

Programme Pour enFanTs

energieberaTung

conseil en économie d’énergie

sTadTFührungen

VisiTes guidées de la Ville

KosTenloser busTransFer (Anmeldung: www.quattropole.org)

naVeTTes graTuiTes (réservation : www.quattropole.org)

Medienpartner


Etat de service

Questions d’image Texte: Alexis Juncosa. Photos: Andrés Lejona.

E

tablir une image directrice, faire de Luxem­bourg une véritable marque, c’est le défi que conduit Geraldine Knudson, depuis le City Management de la Ville de Luxembourg. Un service ‘pas comme les autres’ aux domaines d’action nécessairement en dialogue avec l’ensemble de la politique communale. En 2007, l’Office des fêtes, foires et marchés, le Service des Relations Publiques et du City Management furent au cœur d’un regroupement pour le moins stratégique. Réunis sous l’intitulé unique de City Management, ils agissent désormais de concert. Geraldine Knudson: «Ils ont ceci en commun qu’ils ont un impact direct sur les différents publics que connaît la ville. L’objectif du City Management est, très clairement, de renforcer la lisibilité de la ville, de lui offrir une image forte et cohérente». Entrée en fonction, au sein du service communication, en 2005, c’est d’abord en qualité de consultante que Geraldine Knudson eut l’opportunité de faire prendre conscience de l’utilité du City Branding: «J’ai, au travers de différentes études développées sur une année entière, réalisé une analyse de l’image de marque de la capitale. Il était primordial de savoir comment, à tout niveau, Luxembourg-ville était perçue. Trois à quatre éléments majeurs se sont rapidement distingués. A commencer par un constat: Luxembourg ne dispose pas d’une perception, mais d’au moins une quinzaine. Gibraltar du Nord, cœur vert de l’Europe, capitale européenne, haut centre patrimonial et culturel… Mais dans le même temps, il ne se dégageait, de ces études, aucune image fédératrice». Reprenant, en juin 2006, le fauteuil de City Manager, il lui fallut, dans un seul et même élan, mettre en œuvre la réorganisation du service et convaincre de l’utilité de la démarche: «Il s’agit non seulement de faire connaître la ville autrement que pour son statut de place financière, mais aussi de valoriser ses atouts, à l’échelle internationale. C’est une ville dynamique, vivante, jeune, à taille humaine, mais qui doit aussi penser aux 15 prochaines années, et donc miser sur la durabilité», explique-t-elle. Proposer et établir une identité en direction des congressistes, des personnels hautement qualifiés – indispensables au déve­ lop­pement de l’économie locale –, des touristes comme des résidents, une action aux premiers effets déjà visibles. Geraldine Knudson: «La

refonte du magazine Rendez-vous fut l’une de nos actions les plus concrètes. Elle s’inscrit dans cette stratégie de communication et d’information. Mais nous pourrions également citer le marketing du projet Hotcity, qui est une initiative pour le moins innovante. Nous travaillons, parallèlement, au développement d’un slogan et d’une campagne d’image de marque pour la Ville, qui devrait être présentés en automne». Un panel d’actions auquel il faut ajouter, notamment, la stratégie commerciale de la ville: «L’accueil réservé par les commerçants est l’un des points sur lesquels nous sommes conscients – en réponse à différentes études – que des efforts doivent être produits. Voilà pourquoi la Ville de Luxembourg a accompagné la fusion des deux associations de commerçants, ce qui permettra de conduire une action mieux coordonnée». Si le City Management est également largement impliqué dans le projet destiné au Centre Hamilius ainsi que l’utilisation et la gérance du bâtiment Cité, l’action ne s’inscrit pas que dans le prospectif. Geraldine Knudson: «Il y a, également, un énorme travail à accomplir sur le champ du perceptif. Notre ville souffre d’une mauvaise appréhension de la qualité de vie qu’elle propose. Ecoles, commerces, culture, services… Il est de notre rôle que chacun se rende compte des richesses à disposition». Et le City Manager de militer, conjointement, pour une professionnalisation du discours, à tous les niveaux: «Je sais que c’est une entreprise de longue haleine, notamment parce que cela passe par une profonde mutation des structures. Nous avons besoin de nous réorganiser, parce que cette stratégie ne peut être conduite sans ces structures. Il faut que le cadre de référence crée l’identité». Bien qu’ayant démontré, avec l’exemple Hotcity, sa capacité d’innovation, la Ville de Luxembourg n’est pour autant pas partie dans une course éperdue à l’expérimentation. Geraldine Knudson: «Il n’est pas nécessaire de réinventer la roue, nous pouvons aussi nous inspirer de ce qui marche ailleurs. Certaines villes, comme Glasgow ou Lille, ont réussi un incroyable travail en matière d’image. Cela commence aussi par un long travail d’accompagnement des utilisateurs de la ville. Il est au moins aussi important de faire parler les gens et de trouver des solutions collectivement que de distribuer un message cohérent vers l’extérieur. Tout est lié».

Chiffres clés Pour plus d´informations Le City Management au travers de quelques chiffres clés La population de la capitale est composée de 65% d’étrangers, qu’il faut informer et orienter (d’où la création du city magazine). 152 nationalités cohabitent paisiblement, manient une multitude de langues et enrichissent le quotidien via leurs cultures et leurs ways of being. Chaque année, pas moins de 10% de la population est renouvelée, soit 8 à 9000 nouveaux arrivants qui, à nouveau, doivent être orientés et informés sur l’offre. Mais surtout: 95% des gens qui ne connaissent pas Luxembourg en ont une perception négative ou neutre. Ce qui rend le City Management et la stratégie en cours d’autant plus légitimes. City Management – some key figures 65% of the capital’s residents are foreigners, who must be given information and guidance (hence the creation of the city magazine). 152 nationalities live peacefully side by side, using a multitude of languages, and enriching daily life with their cultures and their ways of being. Every year, no less than 10% of the population is renewed – in other words 8 to 9,000 new arrivals must be given advice and told what’s available. But, first and foremost, 95% of people who don’t know Luxembourg have a negative or neutral perception of it. And that makes City Management and the current strategy all the more valid.

126 12_p126_127_etat_service.indd 126

23/04/09 14:14:10


Etat de service

Miser sur la durabilité. Aim for sustainability.

Tout est lié. It’s all interconnected.

A Question of Image T

he challenge facing Geraldine Knudson, of the City of Luxembourg City Management, has been how to establish a master image, and make Luxembourg a real brand name. A “different” service for sectors of activity interacting with the whole political arena in the community. In 2007, the Office des Fêtes, Foires, et Marchés, the Services des Relations Publiques, and City Management were brought together to form a highly strategic unit. From now on, coming together under the single title City Management, they are to work together. Geraldine Knudson: “What they have in common is that their direct impact on the various sectors of the public within the city. The aim of City Management is, very clearly, to reinforce the legibility of the city, and give it a strong, coherent image”. It was when she joined the communications department in 2005, initially as a consultant, that Geraldine Knudson had an opportunity to promote the usefulness of City Branding: “Using various studies carried out over a whole year, I analysed the capital city’s brand image. It was vital to know how Luxembourg City was perceived, at every level. Three or four major factors quickly came to light, starting with the finding that there is no one perception of Luxembourg – there are at least fifteen! The Gibraltar of the North, The Green Heart of Europe, The Capital of Europe, The Great Cultural and Heritage Centre… But at the same time, no single image emerged

from these studies that would combine all these aspects.” When she took over the desk of City Manager in 2006, the first thing she had to do was, in a single sweep, reorganise the department and promote the usefulness of the procedure. “It’s not just a matter of making the city known for more than its status as a financial market place; its assets must be promoted on an international scale. This is a dynamic, lively, young city on a human scale, but it must also think of the next 15 years, and aim for sustainability,” she explains. The initial effects of proposing and establishing an identity aimed at not only conference-goers and highly qualified people – who are vital for the growth of the local economy – but also tourists and residents, can already be seen. Geraldine Knudson: “Overhauling the magazine Rendez-vous was one of our most specific actions. This is part of this strategy of communication and information. But we should also mention the marketing of the Hotcity project, a highly innovative initiative. At the same time, we are working on developing a slogan and a brand image campaign for the City, and these will be presented in the autumn”. And the City’s commercial strategy must be added to this panel of actions. “The welcoming attitude of shopkeepers is one of the points where we are aware – from the feedback from several studies – that there’s work to be done. This is why the City of Luxembourg has backed the merger of the two traders’ associations, which

will make it possible to coordinate the work better”. While City Management is also deeply involved in the Centre Hamilius project as well as the use and management of the Ciné Cité building, the task is not only a matter for the future. Geraldine Knudson: “There is also an enormous amount of work to be done in the context of perception. Our city suffers from a poor perception of the quality of living it offers. Schools, shops, culture, services… It is our job to make everyone realise the wealth of resources available”. And the City Manager must strive, jointly, to ensure that the debate involves every profession. “I know that it’s a long-term undertaking, especially as it involves a complete overhaul of the structures. We need to reorganise ourselves, because this strategy cannot work without these structures. The frame of reference must create the identity.” Although it has demonstrated its capacity for innovation, with the example of Hotcity, the City of Luxembourg is nevertheless not being carried away in a mad rush to experiment. Geraldine Knudson: “We don’t have to reinvent the wheel, we can also draw inspiration from what works elsewhere. Some cities, like Glasgow and Lille, have done an incredible job in terms of image. And it all begins with a lengthy work of supporting the users of the city. It is at least as important to get people to talk and to find solutions collectively as it is to transmit a coherent message to the outside world. It’s all interconnected.” 127

12_p126_127_etat_service.indd 127

23/04/09 14:14:15


Adresses utiles Musées, bars, discothèques, galeries d’art, théâtres, salles de spectacles, services de l’Administration de la Ville de Luxembourg. Une sélection d’adresses pour aller danser, assister à un spectacle ou assurer un suivi administratif. Musées

LUXEMBOURG CITY TOURIST OFFICE 30, place Guillaume II (Centre), T 22 28 09, F 46 70 70 touristinfo@lcto.lu, www.lcto.lu Bureau d’accueil touristique et billetterie Luxembourg Ticket: lu-sa 9h-19h, di 10h-18h. Communication et marketing: Promotion culturelle et touristique de Luxembourg-ville et de son image de marque. Service Guidages Luxembourg Convention Bureau: Consultance tourisme d’affaires / encadrement pour organisateurs professionnels de conférences, séminaires et workshops. Organisation de tours guidés et de programmes-cadres. Incoming, élaboration de forfaits touristiques.

Organisation de concerts: (600 par an), festivals et évé­nements culturels: Festival de musique Printemps Musical, Festival de musique New Orleans Meets Luxembourg, Campagne d’été Summer in the City, Fête de la Musique / Concert Knuedler goes classic, Festival de rock en plein air Rock um Knuedler, Blues’n Jazz Rallye, Festival des arts de rue Streeta(rt)nimation, Spectacle eau, sons et lumières laser Meluxina, Festival de musique Live at Vauban,Campagne d’hiver Winter Lights, Cycle des Concerts de Midi, Cycle des concerts publics à la place d’Armes.

CASINO LUXEMBOURG – FORUM D’ART CONTEMPORAIN 41, rue Notre-Dame (Centre) T 22 50 45, F 22 95 95 www.casino-luxembourg.lu info@casino-luxembourg.lu lu-ve 11-19h, ma fermé, je 11-20h, sa-di 11-18h

MUSéE D’ART MODERNE GRAND-DUC JEAN – MUDAM 3, Park Dräi Eechelen (Kirchberg) T 45 37 85 1, F 45 37 85 400 www.mudam.lu, info@mudam.lu lu-di 11-18h, ma fermé, me 11-20h

Théâtres

)

MUSéE NATIONAL D’HISTOIRE ET D’ART Marché-aux-Poissons (Vieille ville) T 47 93 30 1, F 47 93 30 27 1 musee@mnha.etat.lu ma-di 10-17h, je 10-20h

MUSéE NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE – NATUR MUSEE 25, rue Münster (Grund) T 46 22 33 1, F 47 51 52 www.mnhn.lu musee-info@mnhn.lu ma-di 10-18h

lieux de Spectacles

CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE ABBAYE DE NEUMÜNSTER 28, rue Münster (Grund) T 26 20 52 1, F 26 20 19 80 www.ccrn.lu, contact@ccrn.lu

CONSERVATOIRE DE MUSIQUE de la ville DE LUXEMBOURG 33, rue Charles Martel (Merl) T 47 96 55 55 (Standard) T 47 96 54 32 (Réservations) F 44 96 86 www.vdl.lu, cml@vdl.lu

DEN ATELIER 54, rue de Hollerich (Hollerich) T 49 54 66 1

MUSÉE D’HISTOIRE DE LA VILLE DE LUXEMBOURG 14, rue du Saint-Esprit (Vieille ville) T 47 96 45 00, F 47 17 07 www.musee-hist.lu musee@musee-hist.lu ma-di 10-18h, je 10-20h

VILLA VAUBAN musÉe D’ART DE LA VILLE DE LUXEMBOURG 18, avenue Emile Reuter (Centre) www.vdl.lu Réouverture printemps 2010

GRAND THéâTRE 1, Rond-point Robert Schuman (Limpertsberg) T 47 08 95 1 (Réservations) F 46 57 77 www.theater-vdl.lu grandtheatre@vdl.lu

KASEMATTEN-THEATER / SAAL TUN DEUTSCH 14, rue du Puits (Bonnevoie) T 29 12 81 (Réservations) www.kasemattentheater.lu

THéâTRE DES CAPUCINS 9, place du Théâtre (Centre) T 47 96 40 54 (Standard) T 47 08 95 1 (Réservations) F 46 50 65 www.theater-vdl.lu capucins@vdl.lu

THéâTRE NATIONAL DU LUXEMBOURG 194, route de Longwy (Merl) T 26 44 12 70, F 26 44 13 70 www.tnl.lu

THéâTRE DU CENTAURE 4, Grand’Rue (Centre) T 22 28 28 (Réservations) F 26 27 06 33 www.theatrecentaure.lu

THéâTRE OUVERT LUXEMBOURG – TOL 143, route de Thionville (Bonnevoie) T 49 31 66 www.tol.lu

cinÉmas

Billetterie

PHILHARMONIE 1, Place de l’Europe (Kirchberg) T 26 32 26 32, F 26 32 26 33 www.philharmonie.lu

SANG A KLANG Rue Vauban/rue des Trois Glands (Pfaffenthal), www.bluesclub.lu

LUXEMBOURG TICKET Grand Théâtre 1, rond-point Robert Schuman (Limpertsberg) Réservation et vente par téléphone: T 47 08 95 1 F 47 08 95 95 www.luxembourgticket.lu lu-ve 10-18h30 Points de vente en ville: Luxembourg City Tourist Office (Place Guillaume II) Conservatoire de Musique (Merl) Centre culturel de Rencontre – Abbaye de Neumünster (Grund)

Pour faire apparaître votre établissement dans ce listing ou faire connaître son actualité, envoyez un mail avec vos coordonnées complètes à l’adresse suivante: news@rendez-vous.lu

CINéMATHèQUE DE LA VILLE DE LUXEMBOURG 17, place du Théâtre (Centre) T 47 96 26 44 (Standard) T 29 12 59 (Info programme) F 40 75 19 www.cinematheque.lu cinematheque@vdl.lu

CINé UTOPIA 16, avenue de la Faïencerie (Limpertsberg) T 22 46 11, www.utopolis.lu

UTOPOLIS KIRCHBERG 45, avenue J. F. Kennedy (Kirchberg) T 42 95 95 (Standard) www.utopolis.lu

128 13_p128_129_adresses utiles.indd 128

23/04/09 14:18:32


Piscines

BONNEVOIE 30, rue Sigismond (Bonnevoie) T 47 96 34 71 lu, ve, sa 8-20h30 ma, je 7-20h30, di 8-12h

Photos: Raymond Faber, Villa Vauban, Date: 12. 11. 1994, Réf. 1994/151 nég.17, © Copyright Photothè­que, Ville de Luxembourg | © Christophe Olinger | Olivier Minaire | © Patrick Fabre & Sean Hudson | Carlo Hommel, Cinéma Utopolis, Date: 27. 05. 1999, Réf. 1999/133 nég. 12, © Copyright Photothèque, Ville de Luxembourg | © Christophe Olinger, © Patrick Fabre & Sean Hudson | Olivier Minaire | RGBretouche | Philippe Hurlin | Jean Huot | G. G. Kirchner | barth&design

CENTRE BADANSTALT 12, rue des Bains (Centre) T 47 96 25 50 ma-ve 8-21h30, sa 8-20h, di 8-12h

CENTRE AQUATIQUE D’COQUE 2, rue Léon Hengen (Kirchberg) T 43 60 601 lu 12-22h, ma-ve 8-22h, sa 8-18h30, di 9-13h30

Organisateurs d’événements

FONDATION DE L’ARCHITECTURE ET DE L’INGENIERIE 1, rue de l’Aciérie (Hollerich) T 42 75 55, F 42 75 56 www.fondarch.lu lu-je 9-12h30, 14-17h (bureau) lu-ve 10-12h, 14-18h, sa 11-15h (bibliothèque)

ERwuessebildung 5, avenue Marie-Thérèse (Centre) T 44 74 33 40 ma-ve 13-18h

UNITED INSTRUMENTS OF LUCILIN 10, rue de Cessange (Leudelange) T 621 35 53 55, www.lucilin.lu

ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DU LUXEMBOURg 1, Place de l’Europe (Kirchberg) T 22 99 01 1, T 47 08 95 1 (Rés.) F 22 99 98, www.opl.lu

SOLISTES EUROPéENS LUXEMBOURG T 46 27 65, F 22 98 14 www.sel.lu

Appels D’urgence

Sports pour Tous Le programme Sports pour tous mis en place par le Ser­­­­vice des sports de la Ville de Luxembourg propose une large gamme d’activités sportives à tous ceux et celles qui sont soucieux de leur bien-être physique. Aînés, adultes à partir de 16 ans peuvent participer à plus de 140 cours dans les différents quartiers de la ville. Inscription tout au long de l’année. Rens.: Service des sports de la Ville de Luxembourg, 5, rue de l’Abattoir, L-1111 Luxembourg. T 47 96 24 63, 47 96 44 24 Hotline: 691 98 24 63

D:QLIQ Music bar 17 rue du Saint Esprit (Centre) T 26 73 62 info@dqliq.com www.dqliq.com

Carrérotondes 1, rue de l’Aciérie (Hollerich) T 26 62 2007 www.rotondes.lu

PERTE/VOL DE CARTES DE CRéDIT (24h/24) American Express, Bancomat, Eurocard MasterCard, Visa: 49 10 10, Diners Club: 22 76 36 PERTE DE TéLéPHONES MOBILES (24h/24) Luxgsm: 80 02 43 21 Vox: 80 06 16 06 Tango: 80 07 77 77 URGENCES Urgences médicales, pom­piers: 112 (24h/24) Pompiers – ambulance: 44 22 44 Police grand-ducale: 113 (24h/24)

Côté pratique

BIERGER-CENTER Centre Hamilius 51, boulevard Royal L-2449 Luxembourg T 47 96 22 00, F 26 27 09 99 Bierger-center@vdl.lu lu–ve: 8–17h Registre de la population (inscriptions et radiations), certificats, inscriptions sur listes électorales, titres d’identité, passeports, adhésion Chèque-Service Accueil, recensements, cartes d’impôt, légalisations de signatures, copies conformes, recherches d’adresses, vignettes de stationnement résidentiel, déclarations de chiens, paiement des factures communales, etc. Naturalisations: T 47 96 26 40 / 41 86 Info-Conseils / assistant social T 47 96 27 51

CAPEL – CENTRE D’ANIMATION PEDAGO­G IQUE ET DE LOISIRS 4-10, rue de l’Ecole (Mühlenbach) T 47 96 24 42, www.vdl.lu

éTat civil - Hôtel de Ville 42, place Guillaume ll L-2090 Luxembourg T 47 96 – 26 30, F 47 36 53 lu–ve 8–17h, sa 9h30–11h30 Naissances, mariages, décès, légalisation de signatures, copies conformes LEO (Luxembourg Energy Office) Pour toutes vos démarches en matière de fourniture énergétique: 9, bd F.D. Roosevelt L-2450 Luxembourg T 26 39 48 48, F 26 20 24 24 www.leoenergy.lu

IMPOSITIONS communales 9, bd F.D. Roosevelt T 47 96 26 84, F 22 91 36 lu–ve 8–11h30, 13h30-16h30 Taxes communales RECETTE COMMUNALE Bâtiment administratif Rocade 3, rue du Laboratoire L-1911 Luxembourg T 47 96 20 20, F 22 03 36 lu-ve 8h30-11h45, 13h30 -16h30 Recette communale (Encaissement des factures)

CENTRE D’INFORMATION EUROPéEN –Maison de l’Europe 7, rue du Marché-aux-Herbes (Vieille ville) T 43 01 37 833 comm-rep-lux-info@ec.europa.eu lu 13-17h, ma-ve 9-18h, sa 11-16h Information, documentation, assistance personnalisée, conférences, débats, expositions, groupes de visite

Informations Touristiques

OFFICE SOCIAL 24, côte d’Eich L-1450 Luxembourg T 47 96 23 57, F 46 92 01 lu-ve 8-11h30, 13h30-16h30 Aide aux démunis, nuits blanches et taxe sur les amusements publics BIBLIOTHèQUE MUNICIPALE CITé 3 rue Genistre ma-ve 10-19h, sa 10-18h T 47 96 27 32

Archives nationales de Luxembourg Plateau du Saint-Esprit (Centre) T 24 78 66 60, F 47 46 92 archives.nationales@an.etat.lu www.anlux.lu lu-ve 9-11h45 / 13-17h45 sa 9-11h45

Office National du Tourisme Bureaux d’accueil de l’Office National du Tourisme à Luxembourg-Ville (Gare centrale) T 42 82 82-20, F 42 82 82-30 Tlj 9h15-2h30, 13h45-18h Du 1er juin au 30 septembre: Tlj 8h30-18h30, di 9-12h30, 14-18h Fermé le 1er janvier, le 1er novembre et le 25 décembre. info@ visitluxembourg.lu www.visitluxembourg.lu www.agendalux.lu

Transports Autobus de la ville www.autobus.lu Taxis Taxis Colux: 48 22 33 Benelux Taxis: 80 02 51 51 City Taxis: 48 00 58 Aéroport Infos arrivées/départs/retards: www.luxairport.lu

129 13_p128_129_adresses utiles.indd 129

23/04/09 14:18:43


EN COUVERTURE Photographie Julien Becker. Charles, 93 ans, et Maria, 80 ans.

est édité par Mike Koedinger Editions pour le compte de la Ville de Luxembourg. COMITE DE REDACTION Corinne Briault, Alexis Juncosa, Mike Koedinger, Geraldine Knudson, Christiane Sietzen REDACTION Courrier BP 728, L-2017 Luxembourg Téléphone 29 66 18-1 E-mail info@rendez-vous.lu Corinne Briault, corinne.briault@rendez-vous.lu Alexis Juncosa, alexis.juncosa@rendez-vous.lu

Prochainement Sur cette page, retrouvez à chaque parution, notre sélection de manifestations (fêtes, foires, concerts, festivals...) qui vont ponctuer l’actualité dans les prochains mois.

SECRETARIAT DE REDACTION Cynthia Schreiber SUIVI DE PRODUCTION Rudy Lafontaine DIFFUSION Didier Blaes (-28) diffusion@mikekoedinger.com PHOTOGRAPHIE Julien Becker, Etienne Delorme, Andrés Lejona, Fabrizio Maltese ILLUSTRATION Thomas Aubinet pour INgrid (www.INgrid.eu) COLLABORATIONS Deborah Fulton Anderson, Anne Fourney, Duncan Roberts, Vibeke Walter

22 ET 23 JUIN FESTIVITÉS DE LA FÊTE NATIONALE

SAMEDI 27 JUIN END-OF-SEASON PARTY

DIMANCHE 28 JUIN ROCK-A-FIELD

Le 22 juin, prélude à la Fête nationale, avec un feu d’artifice illuminant la Vallée de la Pétrusse et une retraite aux flambeaux dans les rues de Luxembourg, des concerts pop, rock, populaires, des sessions Dj’s. Nuit blanche dans les cafés. Le 23 juin, manifestations officielles avec Te Deum, parade militaire, tir d’honneur des 101 coups de canon. Luxembourg-ville

Le fait que la End-of-season party de la Philharmonie fasse venir les plus grandes légendes des platines s’est ébruité depuis longtemps. Cette fois, le maestro des platines Grandmaster Flash sera présent. De ses légendaires Block parties dans le Brooklyn des années 1970 (quasi la naissance du Hip-Hop) au classique The Message (avec son légendaire groupe de rap The Furious Five) jusqu’à la récente parution de son nouvel album The Bridge (avec entre autres invités et fans, Snoop Dogg, Q-Tip, Busta Rhymes, KRS-One et Big Daddy Kane) – Grandmaster Flash anoblit les platines qu’il transforme en un instrument hautement virtuose. Philharmonie, Luxembourg

Nouvelle édition de l’aventure pour le festival en plein air organisé par Den Atelier. Originalité cette année, les noms n’avaient pas encore été dévoilés, mais il était déjà possible d’acheter des blind tickets. Au programme copieux de cette année: The Ting Tings, Franz Ferdinand, Kings of Leon, Peter Fox, Razorlight, Eagles of Death Metal, Papa Roach. Commune de Roeser

JUSQU’ AU 1 JUIN NEW ORLEANS MEETS LUXEMBOURG Parades musicales colorées, concerts de jazz, rhythm’n blues, gospel, Mississipi, marching bands et découvertes culinaires. Un festival d’envergure internationale, gratuit, grand public et en plein air. DIMANCHE 21 JUIN SUMMER IN THE CITY Fête de la Musique et lancement de la campagne des festivités d’été organisée en ville avec des concerts publics, des festivals de rue, des expositions…

LUNDI 22 JUIN VEILLE DE LA FÊTE NATIONALE Retraite aux flambeaux, feux d’artifice, concerts open-air. MARDI 23 JUIN FÊTE NATIONALE Manifestations officielles. Te Deum, parade militaire, tir d’honneur de 101 coups de canon. DIMANCHE 5 JUILLET ROCK UM KNUEDLER Une quinzaine de groupes se partagent les scènes en plein air. Les concerts sont tous gratuits. SAMEDI 11 JUILLET COURSE DES GARÇONS DE CAFÉ ET DE SERVEUSES A l’instar d’autres grandes villes, la course rassemble tous les professionnels du secteur.

SAMEDI 18 JUILLET BLUES’N JAZZ RALLYE Chaque été, ce fameux jazz et blues marathon entraîne les amateurs de musique et de bonne ambiance dans les cafés et les ruelles des quartiers du Grund et de Clausen à la découverte d’artistes internationaux et nationaux. JUILLET–AOÛT OPEN-AIR FILM FESTIVAL Dans la cour des Capucins. Une programmation pour se faire une toile sous les étoiles. VENDREDI 31 JUILLET ET SAMEDI 1 AOÛT KANNER IN THE CITY Festival pour enfants avec de multiples activités, ateliers et jeux pour enfants. SAMEDI 8 AOÛT STREETA(RT)NIMATION Une trentaine de compagnies animent les rues du centre-ville: acrobates, voltigeurs, musiciens, acteurs de théâtre de rue…

PUBLICITE TEMPO S. A. Téléphone: 27 17 27 27 E-mail: info@tempo.lu Web: www.tempo.lu paraît onze fois par an. TIRAGE 35.000 exemplaires ISSN 2073-414X IMPRESSION Imprimerie Centrale Imprimé sur papier cyclus PROCHAINE PARUTION le 28 mai 2009

MANIFESTATIONS 2009 – LA SÉLECTION DU LCTO JUSQU’AU 3 JUIN PRINTEMPS MUSICAL – FESTIVAL DE LUXEMBOURG Festival unique en son genre proposant des concerts de grande qualité oscillant entre jazz et musique world.

LAYOUT Directeur artistique: Guido Kröger Coordination: Stéphanie Poras Mise en page: Thomas Aubinet, Monique Bernard, Vera Capinha Heliodoro, Nathalie Petit, Maxime Pintadu, Claire Ramos pour INgrid (www.INgrid.eu)

ORGANISATEURS / PRODUCTEURS DU 21 AOÛT AU 9 SEPTEMBRE SCHUEBERFOUER Grande fête foraine sur le champ du Glacis. Fondée en 1340 par Jean L’Aveugle, Comte de Luxembourg, elle perpétue la tradition des grandes kermesses folkloriques. SAMEDI 10 OCTOBRE NUIT DES MUSÉES Dans le cadre de la nocturne annuelle, les collections permanentes et temporaires sont accessibles au public. Programme pluridisciplinaire tout au long de la nuit. DU 12 NOVEMBRE AU 15 NOVEMBRE SCIENCE FESTIVAL Animations, visites permettent de découvrir le monde des sciences et les chercheurs.

Pour apparaître dans les pages du magazine Rendez-vous et son supplément City Agenda, vos événements doivent, désormais, nous être transmis via www.plurio.net, le portail culturel de la Grande Région. Plurio.net réunit, depuis 2004, les partenaires du secteur de la culture de la Grande Région. Il offre à votre événement une visibilité sur la Grande Région et vous permet de collecter des informations précieuses. Inscrivez-vous sur www.plurio.net Deadlines pour l’envoi de vos événements via Plurio.net:

Edition juin 2009: avant le jeudi 7 mai Edition juillet-août 2009: avant le jeudi 4 juin Edition septembre 2009: avant le jeudi 15 juillet Tous les événements seront, dans la limite de l’espace disponible et de leur pertinence, publiés dans le calendrier Au jour le jour de City Agenda (avec une priorité accordée aux événements organisés dans ou aux alentours de la Ville de Luxembourg). La rédaction se réserve le droit de réaliser une sélection d’événements qui seront présentés dans les pages Highlights, une priorité étant accordée aux institutions culturelles de la Ville de Luxembourg (dans la limite d’un quota défini). Aucun événement livré incomplet (photos et textes au format) ne sera pris en compte. Afin de promouvoir au mieux votre événement, nous vous conseillons d’insérer, en complément, une publicité. Renseignements: www.tempo.lu/rendezvous Luxembourg fait partie, avec Metz, Sarrebruck et Trèves, du réseau transfrontalier QuattroPole. www.quattropole.org © Ville de Luxembourg / Editions Mike Koedinger S. A. Tous droits réservés. Toute reproduction, ou traduction, intégrale ou partielle, est strictement interdite sans autorisation écrite au préalable de l’éditeur.

14_p130_prochainement_ours.indd 130

23/04/09 14:27:59


Garage Demuth Junglinster

Garage M. Losch Luxembourg

Garage Roby Cruciani Dudelange

Garage M. Losch Esch /Alzette

LO_AUDI_A5_CABRIO_230x300.indd 1

Consommation moyenne de 6,2 à 8,6 l/100 km selon motorisation. Émissions de CO2 de 159 à 199 g/km.

Garage Castermans Rollingen /Mersch

Garage Martin Biver Weidingen/Wiltz

Autosdistribution Losch Garage M. Losch Importateur Bereldange

Découvrez dès maintenant la nouvelle Audi A5 Cabriolet auprès de votre partenaire Audi.

Avec la nouvelle Audi A5 Cabriolet, vivez l’été plus intensément. Cette voiture d’exception vous ouvre tout un univers de possibilités: raffinement et confort se combinent à la perfection et transforment votre expérience de conduite en un moment précieux. Entièrement automatique, le toit classique en toile s’ouvre en 15 secondes pour vous faire profiter de l’air estival. La capote peut également être actionnée pendant la conduite, jusqu’à une vitesse de 50 km/h, pour vous procurer un maximum de flexibilité. Disponible en motorisations FSI, TFSI et TDI, la nouvelle Audi A5 Cabriolet assure une conduite dynamique et efficiente.

La nouvelle Audi A5 Cabriolet. Plus intense.

www.audi.lu

16/04/09 14:50


1RDV.indd 1

22/04/09 11:28:30


Rendez vous 05-2009