Issuu on Google+

01_Cover.indd 1

22/04/08 11:08:44


4/7/08

12:06 PM

Page 1

EN VENTE CHEZ LES DISTRIBUTEURS OFFICIELS ROLEX. INFO: +32 2 627 57 81

300408_RDV_Rolex_MalePocket:300408_RDV_Rolex_MalePocket

HYDRONAUT II Mouvement mécanique à remontage automatique. Lunette tournante unidirectionnelle permettant de contrôler le temps de plongée et d’observer les paliers de décompression. Glace saphir, couronne de remontoir vissée. Etanche à 200 m. Boîtier acier 41 mm.


Evénement sportif, festif et culturel préfigurant un mois de mai emmenant dans son sillage de multiples manifestations, la troisième édition de l’ING Europe Marathon Luxembourg le 3 mai, célébrera de la plus belle manière l’arrivée des beaux jours. Ce rendez-vous phare transformera également la ville en une gigantesque piste de course à pied et mettra en effervescence tous les quartiers de notre capitale. En mettant en avant dans ce numéro de mai le commerce en ville et surtout ceux dont l’unique vocation est de le rendre aussi attrayant que possible – à savoir les responsables de l’Union commerciale de la Ville de Luxembourg sous l’égide de leur nouveau président Michel Rodenbourg – ce sont toutes les mesures que l’Union commerciale se propose de mettre en œuvre qui vous sont détaillées dans ce magazine. Au nombre de celles-ci: la mise en place d’une crèche où les plus petits pourront s’amuser tandis que leurs parents font leurs achats, ainsi qu’un service de livraison de ces mêmes achats à l’endroit où les clients auront garé leur voiture. Autre point de discussion, la prolongation des heures d’ouverture, qui ne correspondent pas toujours aux attentes des clients. Le deuxième grand sujet de votre city magazine vous mettra l’eau à la bouche puisqu’il y est question d’art culinaire et de gastronomie. Rendez-vous s’est offert un petit tour des popotes et nous propose, au travers de quelques exemples illustrant l’offre abondante en ville, une découverte de cours de cuisine originaux et d’ateliers culinaires plus ou moins confidentiels. Apprentissage, échange d’idées et de recettes culinaires, ces cours ont cependant en commun la convivialité et la bonne humeur qui y règnent. Avant de prendre l’air avec l’arrivée des beaux jours, le photographe Andrès Lejona nous entraîne dans une tournée des bars et des bistrots pour y observer les amateurs de jeux de toutes sortes s’adonner religieusement à leur passe-temps favori: des fléchettes au babyfoot en passant par les jeux de quilles, le poker et autres machines à sous. Une immersion dans la communauté argentine, dont la Fête nationale se déroule le 25 mai, Jos Neuser, collectionneur de tracteurs anciens et chef de secteur auprès du Service des Parcs de la Ville et une invitation du Service des Sports à venir pratiquer le Tai chi chuan au Parc de Merl, sont autant d’autres sujets abordés au fil de vos rubriques habituelles. Je vous souhaite une bonne lecture! Paul Helminger Bourgmestre de la Ville de Luxembourg

Photo: Julien Becker

Faites vos jeux…

Place your bets… Sporting, festive and cultural events are coming in the month of May, bringing in their wake many different activities including the third Luxembourg ING Europe Marathon on 3rd May the best way to celebrate the arrival of summer. This major event transforms the city into a giant running track and gives life to all areas of our capital. This month, Rendez-vous City Magazine focuses on shopping in the city and above all on those whose only purpose it is to make it as attractive as possible - namely, the members of the Union commerciale de la Ville de Luxembourg under the auspices of their new president, Michel Rodenbourg – and details all the measures suggested by the UCVL, notably developing a crèche where children can amuse themselves while their parents make a few buys, along with a delivery service where their shopping can be delivered to their car. Extended opening hours are also discussed as they do not always correspond to client’s expectations. The second major topic of your city magazine will make your mouth water as it’s about culinary arts and food. Rendez-vous has treated itself to a small cooking tour and offers you some examples illustrating the large amount of courses available in the city and a discovery of more or less exclusive original cooking and culinary workshops. Learning, exchanging ideas and recipes, these courses are above all convivial and great fun. Before taking the air with the arrival of summer, the photographer Andrés Lejona will take you on a tour of bars and bistros to observe lovers of all sorts of pub games religiously indulging in their hobbies: from darts to table football, skittles, poker and slot machines. Through the usual sections of the magazine, you will be able to immerse yourselves in the Argentinian community, whose national holiday is on 25th May; meet Jos Neuser, collector of rare tractors and foreman at the City’s Park Services and have a go, on the invitation of the Service des Sports, at Tai chi chuan in Merl Park. Enjoy your reading! Paul Helminger Mayor of the City of Luxembourg

3 02_3_Edito.indd 3

22/04/08 17:30:45


Sommaire

The Magazine includes portraits, interviews, stories and a portfolio.

Magazine 20 Shopping made easier Luxembourg’s shops offer great prices and the best

40 Happy Hour Die Geschichte des Kapuzinertheaters

selection in the Greater Region, says the Union Commerciale de la Ville de Luxembourg. The shopowners’ organization wants to make sure people hear this message, and find ways to make shopping in Luxembourg even easier, and more enjoyable.

26 Le shopping facile

Les commerces du Luxembourg proposent des prix avantageux et la meilleure sélection de toute la Grande Région. L’organisation des propriétaires de commerces tient à ce que ce message soit entendu et souhaite rendre le shopping à Luxembourg encore plus facile et plus agréable.

(Théâtre des Capucins) ist voller Wandlungen: 1623 zunächst als Kloster erbaut, wurde es später unter dem Regiment französischer Revolutionstruppen zum Lagergebäude umfunktioniert.

46 Happy Hour The history of the Capucins Theatre is one

of change: originally built as a monastery in 1623, it was later converted for use as a warehouse by the occupying French revolutionary troops. It was only in 1869 that the building was first used as a theatre.

30 Tous aux poêles! Remise à l’honneur, la cuisine est au goût

50 Jeux en société Sous l’Antiquité, on s’y adonnait déjà volontiers

du jour. On parle aujourd’hui de créations et d’arts culinaires, de cuisine moléculaire…

en public et leur succès ne s’est pas démenti au fil des siècles. Andrés Lejona nous fait découvrir les jeux actuels.

Stand by your pans! Now back in fashion, cooking is the flavour of the day. It’s all about creativity, culinary arts, molecular cooking...

Parlour games In Antiquity, we were already playing them in public and their popularity has not diminished over the centuries. Andrés Lejona makes us discover today’s games.

4 03_4_5_Sommaire.indd 4

22/04/08 17:33:38


Find the monthly features in Rubriques.

Rubriques 6 City News Informations pratiques, nouveautés shopping, nouvelles adresses... Practical information, shopping news, new addresses and places to discover...

62 International Community: The Immigrant’s Dance 162 nationalities live in Luxembourg... including 75 Argentinians. 162 nationalités cohabitent à Luxembourg... dont 75 Argentins.

68 Une école modèle

Rendez-Vous presents the highlights of events, exhibitions and the movie programme.

Highlights

Le nouveau complexe foyer scolaire implanté dans le quartier de Hamm est un projet innovateur en matière de développement durable.

76 Spectacles et loisirs

69 A model school

102 Expositions

The new school common room complex built in Hamm is an innovative project in terms of sustainable development.

70 Le repos du guerrier urbain

Une sélection des événements du mois.

Une sélection des expositions du mois.

16 Cinéma 1 Les différents cycles, les événements live à la Cinémathèque et les sorties du mois.

On les voit se mouvoir dans la brise du parc de Belair. Mais très vite, le regard se porte sur les visages concen­trés et paisibles de ces pratiquants de Tai chi chuan.

72 The rest of the urban warrior We see them move in the breeze in Belair Park. But our gaze quickly focuses on the concentrated and peaceful faces of these Tai chi chuan practitioners.

city_agenda_cover_mai.pdf

3/04/08

13:53:23

05

126 Adresses utiles

Musées, institutions, théâtres, discothèques... Guide pratique

128 Passion commune

Avec plus de 3.000 collaborateurs, la Ville de Luxembourg est l’un des principaux employeurs du pays. Dans ses rangs, des passions secrètes. Ce mois-ci, découverte du hobby de Jos Neuser.

With over 3,000 employees, the City of Luxembourg is one of the country’s leading employers. Discover some of their secret hobbies. This month, Jos Neuser.

130 Prochainement

Chaque mois, un aperçu des événements et manifestations à venir.

The pocket size day-to-day agenda.

City Agenda 6 Agenda Concerts, théâtre, danse, visites thémathiques, programmes cinéma... Classement jour par jour.

44 Expositions Musées, galeries, institutions... toutes les expositions du mois.

56 Listing, cartes, adresses utiles Pour retrouver toutes les adresses des différents lieux en ville. 5

03_4_5_Sommaire.indd 5

23/04/08 12:35:58


City News

Regards sur la ville Informations pratiques, nouveautés shopping, nouvelles adresses et endroits à découvrir... Les temps forts de l’actualité citadine sont recensés au fil de ces pages, véritables fenêtres ouvertes sur la capitale en mouvement. Practical information, shopping news, new addresses and places to discover... The major topics of the city news can be found on the following pages, displaying the capital in motion. Photo: Andrés Lejona

Leonor Comin, directrice de la galerie Zidoun à Luxembourg, souhaite offrir au public amateur d’art un lieu de découverte d’artistes émergents. Director of the Zidoun gallery in Luxembourg, wants to offer the art loving public a place to discover emerging artists.

6 04_6_17_city_News.indd 6

22/04/08 18:08:46


City News

e x p o s i t i o n | e x H I B ITION

Plus près des toiles Art up close Ouverte simultanément à Luxembourg et à Paris, la Galerie Nordine Zidoun, installée en lieu et place de l’ancienne galerie Nosbaum et Reding, accueille en son nouvel espace toutes les disciplines artistiques, de la peinture à la sculpture en passant par les installations ou la photographie. «L’idée, avec l’ouverture des deux galeries, parisienne et luxembourgeoise, n’est pas de les faire vivre en parallèle, ni qu’elles soient complémentaires, mais bien qu’elles coexistent, qu’il y ait une cohésion entre elles, et qu’elles soient comme deux images, comme les deux éléments d’un même tout. Si la peinture est très présente, la galerie est ouverte à tous les supports de création. Nous souhaitons plutôt offrir une représentation aux jeunes artistes contemporains, en majorité d’Amérique du Nord, encore peu visibles en Europe», ajoute Leonor Comin, directrice de la galerie à Luxembourg. Une fenêtre ouverte sur la jeune création contemporaine, nord-américaine, mais également européenne, avec des artistes tels que, notamment, Patrick Mc Kinney (peinture), Jeremy Wagner (peinture), Adam Parker Smith (sculpture), Renee Cox ( photographe), Yvon Gérard (photo) ou Jin Meyerson, artiste peintre représenté à Luxembourg en exclusivité via la Galerie Zidoun. Le but avoué étant d’offrir aux amateurs et aux collectionneurs un lieu de découverte de ces talents internationaux émergents. Ce qui devrait donner sa patte à la Galerie Zidoun? «L’ambition de la galerie est de pouvoir mettre plus en avant les artistes afro-américains, assez peu représentés en général dans le monde de l’art et qui ont une démarche réellement intéressante dans le sens où l’on retrouve dans leurs travaux une portée historique et politique héritée de tout un vécu». Afin de promouvoir ses artistes et de se positionner sur le marché, la jeune galerie s’est exposée fin avril à Lille Art Fair, nouveau grand salon européen des passionnés des Arts, aux côtés de quelque 80  galeries prestigieuses et des plus grands artistes internationaux du moment. Un premier pas vers les grands rendez-vous internationaux des amateurs d’arts prévus dans les mois à venir. Galerie Nordine Zidoun Art contemporain 101 rue Adolphe Fischer, Luxembourg Infos: 26 29 64 49, www.galeriezidoun.com

Opened in both Luxembourg and Paris, the Nordine Zidoun Gallery, established in the same location and in replacement of the old Nosbaum and Reding Gallery, welcomes in its new space all artistic disciplines, from painting to sculpture through to installations and photography. “The idea, with the opening of two galleries, one in Paris and one in Luxembourg, is not for them to exist in parallel, or to be complementary, but for them to co-exist in true cohesion and to be like two images, two aspects of the same whole. Even if we give priority to painting, the gallery is open to all forms of artistic creation. Rather, we want to showcase young contemporary artists, mostly from North America, who rarely exhibit in Europe”, adds Leonor Comin, director of the Luxembourg gallery. An open window onto young contemporary artistic creation, North American, but also European, with artists such as, Patrick Mc Kinney (painting), Jeremy Wagner (painting), Adam Parker Smith (sculpture), Renee Cox (photography), Yvon Gérard (photography) and Jin Meyerson, a painter represented in Luxembourg exclusively by the Zidoun Gallery. The nominal goal is to offer art lovers and collectors a place to discover these emerging international talents. Does this make the Zidoun Gallery stand out? “The gallery’s ambition is to be able to promote Afro-American artists, generally not very well represented in the art world, and who have a really interesting approach as we find in their work an historical and political significance borne from actually lived experiences”. In order to promote its artists and position itself on the market, the young gallery held an exhibition at the end of April at the Lille Art Fair, a large, new European fair for those devoted to art, alongside some 80 prestigious galleries and the most renowned international artists of today. An initial step towards the great international gatherings of art lovers planned for the coming months. Nordine Zidoun Contemporary Art Gallery, 101 rue Adolphe Fischer, Luxembourg Information: 26 29 64 49, www.galeriezidoun.com

7 04_6_17_city_News.indd 7

22/04/08 18:08:49


Photo: Etienne Delorme

City News

T r a n s p o rt s | T r a n s p o r t

Baptême de l’air First flight

Photo: Andrés Lejona

Cette fois ça y est, le nouveau terminal A de l’aéroport du Findel ouvre ses portes au public. En effet, lux-Airport va procéder le 21 mai à la mise en exploitation des nouvelles installations: à la clé, une capacité accrue, un système de tri des bagages high-tech, mais aussi plus de confort. Les journées portes ouvertes qui se sont déroulées fin avril ont permis de visiter l’environnement aéroportuaire et d’accéder, de façon exceptionnelle, aux zones stratégiques, telles que la halte ferroviaire ou le système de tri de bagages.

This time we have taken off! The new terminal A at Findel airport is opening its doors to the public. On 21st May lux-Airport will therefore put its new facilities into operation: an increased capacity, a high-tech baggage sorting system, but also more comfort. The open days that took place at the end of April made it possible to visit the airport environment and have exceptional access to strategic areas, such as the station and the baggage sorting system.

Emmanuel Moine, chef de cuisine du nouveau restaurant Last Supper. Emmanuel Moine, chef de cuisine of the new restaurant, the Last Supper. G a s t r o n o m i e | G A STRONO M Y

Tous en Cène! Dinner at the Last Supper! Projet ambitieux s’il en est, le Last Supper ouvrira ses portes le premier juin prochain en plein cœur du quartier du Kirchberg, dans le bâtiment Ellipse, nom prédestiné. L’endroit accueillera sur 800 m2, un restaurant de 140 couverts, un bar lounge où sera proposée une sélection de cocktails, le tout «dans une ambiance très baroque, élégante et branchée, inspirée directement du tableau de Vinci représentant le dernier repas du Christ», précise Josette Schmit, responsable du restaurant. Dorures, jeux de miroirs et de lumières tamisées… la décoration a été imaginée par l’architecte internationalement réputé Miguel Cancio Martins, ayant réalisé, entre autres endroits tendance à travers la planète, le Man Ray de Paris et New York, le Buddha Bar à Paris, le Pacha à Marrakech et L’Opium d’Alzingen. Ce qui n’est sans doute pas dû au hasard puisque Nico Lanter, aux commandes de L’Opium, est également à l’initiative du projet Last Supper. Semi-gastronomique, le restaurant «offrira une carte changeant tous les mois, avec une cuisine française aux influences du monde, explique Emmanuel Moine, chef de cuisine. Nous proposerons également une formule affaires à midi et une sélection de vins du monde au verre pour accompagner au mieux les plats. Le matin seront servis des petits déjeuners, les après-midis, de la petite restauration, style tapas ou pâtisseries». Enfin, un sushi-shop haut de gamme permettra aux amateurs de déguster les sushis sur place, de les emporter ou de se les faire livrer à domicile. Last Supper, ouverture prévue en juin. 33, Avenue Kennedy, Luxembourg-Kirchberg

An ambitious project if ever there was one, the Last Supper will open its doors on 1st June in the heart of the Kirchberg district, in the superbly named Ellipse building. Spread over 800 m2, the Last Supper will include a restaurant with 140 covers and a lounge bar offering a selection of cocktails, all “in a very baroque, elegant and trendy setting, directly inspired by Da Vinci’s painting depicting the last supper”, explains Josette Schmit, the restaurant’s manager. Gilding, mirrors and ambient lighting…the decor was the brainchild of the internationally renowned architect, Miguel Cancio Martins, who, among other places across the globe, is responsible for Man Ray Paris and New York, the Buddha Bar in Paris, Pacha in Marrakech and Opium in Alzingen. Clearly, this is not coincidental since Nico Lanter, in charge of Opium, is also behind the Last Supper project. As a semi-gourmet restaurant, the Last Supper “will offer a different menu every month, with globally-influenced French cuisine”, explains Emmanuel Moine, chef de cuisine. “We are also offering a business special at lunchtime and a selection of world wines by the glass to best accompany the meals. Breakfast will be served in the morning and, in the afternoon, there will be light tapas-style meals and pastries”. Finally, a high-end sushi-shop will enable lovers of sushi to eat it there and then, take it away or have it delivered to their homes. Last Supper, opening scheduled for June. 33, Avenue Kennedy, Luxembourg-Kirchberg

8 04_6_17_city_News.indd 8

22/04/08 18:08:52


1RDV.indd 1

15.04.2008 15:51:54 Uhr


City News N o u v e l alb u m | NE W alb u m

Petits moments de bonheur Little moments of happiness

Ce nouvel album est la création la plus personnelle de Thorunn. This new album is Thorunn’s most personal creation.

«Cet album, c’est vraiment moi. Il est le reflet de ma vraie personnalité et il livre tout ce que je portais en moi depuis longtemps de frustrations, d’humour, d’amour, de joie et de tristesse», explique Thorunn à propos de son prochain album Superfishreality. Disponible dès la fin mai, ce nouvel opus est sans aucun doute la création la plus personnelle de la jeune artiste d’origine islandaise qui est intervenue au chant, à l’écriture et à la composition. Oscillant entre pop enjouée, mélodies accrocheuses et chansons plus intimistes, «chaque morceau est une tranche de vie, parfois des histoires personnelles, parfois de personnes proches. Je ne me suis imposé aucune contrainte, ni sur les textes, ni sur les musiques. Je voulais montrer mon vrai point de vue sur la vie, dire que lorsqu’on prend les choses avec humour, il existe plein de petits moments de bonheur dans l’existence». Voyage entre Luxembourg et Stockholm, où elle a travaillé avec Erik Bernholm pour les mélodies, ce nouvel album est aussi une dédicace à toutes les âmes positives et productives, en premier lieu les musiciens «pour cette raison, il s’agit de Thorunn et des Woggiebears… c’est un peuple fabuleux que j’ai inventé et qui m’accompagne dans l’aventure!». Pour célébrer la sortie de Superfishreality, Thorunn et les Woggiebears donnent un grand concert gratuit fin mai. Thorunn et les Woggiebears – Superfishreality. Dans les bacs le 22 mai. Concert gratuit le 29 mai, 20h30, Melusina, Luxembourg

“This album is really me. It’s a reflection of my true personality and it expresses everything that I have been carrying inside me for such a long time: frustration, humour, love, joy and sadness”, explains Thorunn about her next album Superfishreality. Available the end of May, this new opus is without doubt the most personal creation from the young artist, originally from Iceland, who is involved in singing, writing and composition. Mixing cheery pop, catchy melodies and more intimate ballads, “every line is a slice of life, sometimes personal stories, sometimes loved ones. I didn’t restrict myself at all, neither in the lyrics nor in the music. I wanted to show my real take on life, to say that when you take things with humour, there are plenty of little moments of happiness in life.” A journey between Luxembourg and Stockholm, where she worked with Erik Bernholm on the melodies, this new album is also dedicated to all the positive and productive individuals, first and foremost the musicians: “this is why it’s about Thorunn and the Woggiebears. They’re a made-up people that I invented and who accompany me on the adventure!” To celebrate the release of Superfishreality, Thorunn and the Woggiebears will be putting on a large, free concert at the end of May. Thorunn and the Woggiebears – Superfishreality. Available 22nd May. Special free concert 29th May, 8:30 pm, Melusina, Luxembourg

D i ma n ch e | SUN DAY

Courses en ville

Parallèlement au marché se tenant régulièrement les mercredis et samedis sur la Place Guillaume II, le quartier du Limpertsberg accueille désormais tous les mois, un grand marché dominical. Les 18 mai, 15 juin, 20 juillet, 19 octobre et 16 novembre prochain, de 8 à 18 heures, sur le champ des Glacis, se retrouveront à nouveau des stands et des artisans qui proposeront des articles d’alimentation, de bricolage, des vêtements, des fleurs... ainsi qu’une brocante. L’occasion de faire ses courses de produits frais et issus de l’artisanat, de déambuler dans les allées fleurant bon la nourriture, ou de chiner tout simplement en profitant de la quiétude du dimanche. Prochain marché: dimanche 18 mai, de 8 à 18h, Place des Glacis, Luxembourg

In addition to the market held every Wednesday and Saturday in Place Guillaume II, from now on the Limpertsberg district is holding a large Sunday market every month. On 18th May, 15th June, 20th July, 19th October and 16th November, from 8 am to 6 pm, on the Glacis field, once again there will be stands and tradesfolk selling articles of food, household items, clothes, flowers… as well as a flea market. An opportunity to shop for fresh produce and craft items, to wander around the stalls with the lovely smell of food, or simply hunt for antiques while enjoying the quietness of a Sunday. Next market: Sunday 18th May, from 8 am to 6 pm, Place des Glacis, Luxembourg

Photo: Andrés Lejona

City shopping

Le marché dominical se tient une fois par mois. The Sunday market is held once a month.

10 04_6_17_city_News.indd 10

22/04/08 18:08:53


1RDV.indd 1

22.04.2008 11:14:36 Uhr


Photo: Speeddqting.lu

City News

De nombreuses possibilités de rencontres... Endless dating possibilities... R e n c o n t r e s | Dat i n g

Furtivité durable Let us introduce you Question: qu’est-ce qui peut durer entre quatre minutes et toute une vie? Le speeddating, bien sûr! Le principe en est connu. Faire se rassembler dans un cadre chaleureux un groupe de femmes célibataires (d’alliance et de cœur), ainsi qu’un groupe d’hommes dans le même état. Chacun s’installe à la table d’une jeune femme et dispose de quatre minutes (pas une de plus), pour que l’alchimie prenne (ou pas). Quoiqu’il en soit, à l’issue de cette rencontre brève, mais forcément intense, les messieurs sont priés de quitter la table de leur hôtesse d’un instant. Tel un vol de bourdons dans un champ de primevères fraîchement écloses, ils rejoignent alors une autre jeune femme pour entamer un nouvel échange... C’est la recette appliquée par Speeddating.lu selon l’adage «Let us introduce you». Leurs événements se déroulent à Luxembourg à l’Art Café, à l’Apoteca ou encore au Coshoola. Le 21 mai, ils ont programmé un Mega Event qui aura lieu simultanément dans les trois lieux précités. Les groupes seront formés en fonction des langues pratiquées par les candidats à la romance et RTL saisira l’occasion pour tourner un film à l’Art Café, qui aura pour objet un couple de speeddaters. Ces derniers seront par la suite suivis (avec leur accord!) dans leur quête... Ceux qui ne souhaitent pas participer au reportage de RTL sont priés de s’inscrire plutôt pour l’Apoteca ou le Coshoola. Les célibataires (speeddaters ou non), s’il en reste (!), seront conviés à 22h30 à l’Apoteca à une Mega Single Party... Speeddating Mega Event, le 21 mai,19h à l’Art Café, à l’Apoteca ou encore au Coshoola. Programme détaillé sur www.speeddating.lu, inscriptions en ligne à partir du 1er mai.

Question: what can last between four minutes and an entire lifetime? Speeddating of course! The concept is well known. Bring together in a warm setting a group of single women (unmarried and unattached), and a group of men in the same situation. Each man sits at the table of a young woman and has four minutes (not one more), to let the chemistry work its magic (or not). But, at the end of this brief, but inevitably intense encounter, the men must leave their young lady’s table immediately. Like a flight of bumblebees in a field of budding primroses, they then join another young woman to strike up a new conversation. This is the order of play with Speeddating.lu true to the tagline “Let us introduce you”. The events take place in Luxembourg city at Art Café, Apoteca and Coshoola. On 21st May, they have scheduled a Mega Event which will take place simultaneously in these three venues. Groups will be formed according to the languages spoken by the romance-seekers and RTL will seize the opportunity to make a film at Art Café, the subject of which will be a couple of speeddaters. They will then be followed (with their agreement!) in their quest. Those who do not want to participate in the RTL film are asked to register for Apoteca or Coshoola instead. At 10:30 pm singles (speeddaters or not), if there are any left (!), will be invited to Apoteca for a Mega Single Party. Speeddating Mega Event, 21st May, 7 pm at Art Café, Apoteca and Coshoola. Detailed programme on www.speeddating.lu, registrations online from 1st May.

12 04_6_17_city_News.indd 12

22/04/08 18:08:56


1RDV.indd 1

22.04.2008 11:52:33 Uhr


City News R e s ta u r at i o n | D i n i n g o u t

Fusion sans profusion

Photo: Etienne Delorme

Fusion without profusion

Carlos Manso propose une cuisine légère au restaurant K’ramba. Carlos Manso proposes a light cooking at the K’ramba restaurant.

«Nous avons tenté de réaliser une fusion entre le Daiwelskichen et le Batucada». Ces deux restaurants appartiennent déjà à Carlos Manso qui pratique la restauration depuis 17 ans. «La différence: au K’ramba, la cuisine est plus légère». On peut ainsi déguster des carpaccios légers ou encore des ceviche, plats de poisson marinés à cru dans du jus de citron, très prisés en Amérique du Sud. Les sushis sont également au menu, car le chef est originaire de Hong-Kong et trois fondues différentes permettent de passer un bon moment entre amis. Le plat du jour comprend toujours au minimum trois légumes différents extra frais. «Notre décoration est très originale, avec des racines aquatiques suspendues au plafond et au bar», ajoute Carlos Manso. Le K’ramba a pris ses quartiers dans l’une des plus vieilles maisons du Luxembourg, classée par l’Unesco. Restaurant-bar K’ramba, 6, rue de la loge, Luxembourg. Infos:26 27 03 25

“We have attempted to achieve a fusion between Daiwelskichen and Batucada”. Both these restaurants already belong to Carlos Manso who has been in the restaurant business for 17 years. “The difference: at K’ramba, the cooking is lighter”. Here you can try light carpaccios or ceviche, raw fish marinated in lemon juice and very popular in South America. Sushi is also on the menu, because the chef is from Hong Kong, and 3 different fondues mean eating out with friends has never been more enjoyable. The dish of the day always includes a minimum of three different extra-fresh vegetables. “Our decor is also very original, with visually stunning aquatic roots suspended from the ceiling and the bar”, adds Carlos Manso. K’ramba is based in one of the oldest houses in Luxembourg, classified by UNESCO. K’ramba restaurant-bar, 6, rue de la loge, Luxembourg. Information:26 27 03 25

C o n c o u r s C Y E L | C Y E L C O M P ETITION

Récompenser la créativité

Pour la deuxième année consécutive, le Creative Young Entrepreneur Luxembourg (CYEL), concours organisé par la Jeune Chambre Economique de Luxembourg a clos récemment son appel à candidature aux jeunes entrepreneurs ayant été remarqués pour avoir mis en œuvre leur imagination, leur créativité dans la résolution d’une problématique ou l’approche du marché. JCI (Junior Chamber International) est le plus important réseau mondial de jeunes dirigeants et entrepreneurs qui s’attachent à développer et soutenir des projets remarquables dans ces domaines. Le 4 juillet prochain, un jury indépendant remettra leurs prix aux trois finalistes nationaux dans la communauté nationale des jeunes entrepreneurs créatifs au Siège social d’ArcelorMittal à Luxembourg. A cette occasion, les gagnants de CYEL recevront les prix offerts par le gouvernement du Luxembourg comme une marque de reconnaissance, d’honneur et la célébration du rôle de la créativité et de son succès. Les finalistes nationaux participeront au concours mondial Creative Young Entrepreneur Awards 2008 qui se déroulera cette année New Dehli en Inde et auront ainsi l’opportunité de devenir le jeune entrepreneur le plus créatif au monde. Infos: www.cyel.lu

For the second year running, the Creative Young Entrepreneur Luxembourg (CYEL) competition organised by the Young Economic Chamber of Luxembourg has recently closed its call for applications to young entrepreneurs noted for having used their imagination and their creativity to solve a problem or provide another point of view on the market. JCI (Junior Chamber International) is the world’s largest network of young leaders and entrepreneurs who are committed to developing and supporting noteworthy projects in these areas. On 4th July, an independent jury will award their prizes to three national finalists in the national community of young creative entrepreneurs at the head office of ArcelorMittal in Luxembourg. Here, the CYEL winners will receive prizes awarded by the government of Luxembourg as a mark of recognition, honour and celebration of the role of creativity and its success. The national finalists will participate in the international competition, Creative Young Entrepreneur Awards 2008, which will take place this year in New Delhi in India and will then have the opportunity to become the most creative young entrepreneur in the world. Information: www.cyel.lu

Photo: cyel

Awarding creativity

Les finalistes nationaux participeront au concours mondial en Inde. The national finalists will participate in the international competition in India.

14 04_6_17_city_News.indd 14

22/04/08 18:09:03


11/04/08

14:08

Page 1

*Quoi d’autre ?

177410-LUXavr08RDVGCIIB2L 230X300SP:p1

*

Rue Louvigny 21 1946 Luxembourg www.nespresso.com


Photo: Etienne Delorme

City News

C ha r i t e | C ha r i t y

Asie pour les mineurs Asia for minors La Croix-Rouge luxembourgeoise convie le 31 mai 2008 ses gé­néreux invités à la soirée China Club meets Red Cross. L’occasion de passer une soirée divertissante (avec ou sans cocktail/dîner), en compagnie d’au­ tres participants qui auront éga­­le­ ment joué le jeu du code ves­timentaire asiatique-glamour. Au cours du dîner, une grande tombola sera organisée, puis c’est DJ Shanu qui réjouira les oreilles au magasin Namur de Hamm à Luxembourg. Tandis que les cœurs, eux, seront ravis de permettre à des enfants défavorisés de partir en colonie de vacances, grâce aux recettes des entrées et de la tombola. Informations et réservation sur www.croix-rouge.lu

On 31st May, the Luxembourg Red Cross is inviting its generous guests to the China Club meets Red Cross evening; an opportunity to spend an entertaining evening (with or without cocktail/dinner), in the company of other participants dressed to impress in Asian-glamour style. During dinner, a grand tombola will be drawn, then DJ Shanu will play into the night at the Namur store in Hamm, Luxembourg. Meanwhile, you will be delighted to learn that profits from the entrance tickets and the tombola will enable disadvantaged children to go to summer camp. Information and reservations at www.croix-rouge.lu

Les bornes permettent de chercher les stations les plus proches en ville. The terminals allow to look for the nearest stations in town. V e l’ o H | V e l’ o H

Flexibilité grâce à deux formules d’abonnement Flexibility thanks to two types of subscription Depuis la fin du mois de mars, le système Vel’oh! fonctionne à Luxembourg. Grâce à l’abonnement hebdomadaire (prix: 1 €) vous pouvez louer un vélo autant de fois que vous le souhaitez pendant 7 jours. Pour obtenir un ticket 7 jours, rendez-vous sur l’une des 25 stations Vel’oh! La borne vous indique également où vous pouvez déposer votre vélo et combien il reste de places et de vélos disponibles à chaque station de la ville. Muni de votre carte bancaire, suivez le menu sur l’écran de la borne, qui vous proposera de prendre un abonnement courte durée et de choisir un code secret. Vous recevez un ticket indiquant un numéro d’identifiant que vous devrez taper avant chaque location. La première demi-heure est gratuite, au-delà des 30 minutes vous payez le coût du service. Avec l’abonnement longue durée (prix:15 €) vous pouvez louer un vélo autant de fois que vous le souhaitez pendant un an. Le paiement de l’abonnement s’effectue par prélèvement automatique, une fois par an. La première demi-heure de chaque trajet est gratuite. Pour recevoir un abonnement longue durée, remplissez le formulaire d’abonnement disponible en ligne sur le site www.veloh.lu ou à l’Hôtel de Ville, au BiergerCenter ou au bureau d’accueil du LCTO, Place Guillaume II. Les deux abonnements nécessitent une caution de 150 € qui n’est prélevée que si vous n’avez pas respecté les conditions générales d’accès et d’utilisation ou si le vélo n’a pas été rendu dans un délai de 24 heures. Infos: www.veloh.lu

The Vel’oh! system has been operating in Luxembourg since the end of March. With the weekly subscription (price: € 1) you can hire a bicycle as many times as you want over 7 days. To get hold of a 7 day ticket, head for one of the 25 Vel’oh! stations. The terminal also shows you where you can drop off your bicycle and how many places and bicycles there are available at each of the city’s stations. Using your bank card, follow the on-screen menu at the terminal, which will ask you to take out a shortterm subscription and choose a secret code. You receive a ticket with an identification number that you must enter each time you hire a bicycle. The first half-hour is free; after the first 30 minutes you have to pay for the service. With the long-term subscription (price: € 15) you can hire a bicycle as many times as you want over one year. The subscription is paid once a year by direct debit. The first half-hour of each journey is free. To sign up for the longterm subscription, complete the subscription form online at www.veloh.lu or at the Hôtel de Ville, Bierger-Center or the reception of LCTO, Place Guillaume II. Both subscriptions require a deposit of € 150 which is only debited if you have not respected the general terms of access and use or if the bicycle has not been returned within 24 hours. Information: www.veloh.lu

16 04_6_17_city_News.indd 16

22/04/08 18:09:09


City News B o n n e tabl e | G OO D F OO D

Parfums d’embruns

Photo: Etienne Delorme

A taste of the sea

La poissonnerie est alimentée par le marché de Rungis plusieurs fois par semaine. The fishmonger is supplied by the Rungis market several times a week.

Initiée par un banc de poissons l’année passée, la poissonnerie de la Brasserie Guillaume permet aux palais les plus exigeants, et ce depuis quelques semaines, d’acheter poissons et fruits de mer frais. La célèbre maison du carpaccio et du homard propose ainsi aux amateurs de choisir sur ses étals les produits de la marée du jour, les achats étant effectués plusieurs fois par semaine par l’écailler de la maison au marché de Rungis à Paris. La poissonnerie permet également aux clients de se voir préparer (sur réservation) des cuissons de homards et des plateaux de fruits de mer (huîtres ouvertes ou fermées), de passer des commandes spéciales que la maison essaiera de trouver à Rungis, ou encore de choisir un poisson sur l’étal ou hors carte et qui sera préparé par la cuisine, suivant l’envie, afin de le consommer sur place. Enfin, pour ceux qui reçoivent chez eux, il est également possible d’effectuer ses achats en semaine de 8 à 22h et le dimanche de 11h30 à 22h). Brasserie Guillaume, 12-14 Place Guillaume II, Luxembourg. Infos: 26 20 20 20

Starting with a fish stall last year, for the past few weeks the fishmonger of the Brasserie Guillaume has enabled those with the most demanding palate to buy fresh fish and seafood. The celebrated maison du carpaccio et du homard offers enthusiasts the possibility to choose from its stalls produce caught the same day, since purchases are made several times a week by the maison oysterman at the Rungis market in Paris. The fishmongers also allows customers to see lobsters and seafood platters (open and shut oysters) being prepared and cooked (on reservation), to place special orders that the maison will attempt to source at Rungis, or to choose a fish on the stall or offmenu which will be prepared by the kitchen, as desired, to eat in. Finally, for those who receive home deliveries, it is also possible to make your purchases in the week from 8 am to 10 pm and on Sundays from 11:30 am to 10 pm. Brasserie Guillaume, 12-14 Place Guillaume II, Luxembourg. Information: 26 20 20 20

Festivites | Festivities

Européens de tous les pays...

C’est désormais une tradition, et ce vendredi 9 mai l’Europe sera à nouveau dignement fêtée. Le thème de cette année est axé dans toute l’Europe sur le dialogue interculturel, et le Luxembourg y fera honneur, notamment en présentant un programme culturel très varié. «Cette année, nous avons la chance de pouvoir investir la place Guillaume II (Knuedler). Ce que nous ferons le vendredi pour éviter le télescopage avec le weekend de la Pentecôte consécutif», précise Victor Weitzel, responsable de l’Europaforum. De midi à vingt-trois heures, des stands de tous les pays d’Europe accueilleront les visiteurs tout autour de la place, tandis que se succéderont sur la scène dressée pour l’occasion des artistes représentant la diversité de la culture musicale de nos voisins européens. Les occasions seront multiples de découvrir la culture de nos voisins. Sont parties prenantes de ce projet la représentation des Communautés européennes, le bureau d’information du Parlement européen, le Gouvernement luxembourgeois ainsi que la Ville de Luxembourg. Fête de l’Europe, 9 mai, Place Guillaume II, Luxembourg

It has become a tradition, and this Friday 9th May Europe will be celebrated in style once again. The theme for this year is centred around the whole of Europe on intercultural dialogue, and Luxembourg will be honouring it, in particular by presenting a very varied cultural programme. “This year, we have the chance to take over place Guillaume II, which is what we will be doing on Friday to avoid overlapping with the consecutive weekend of the Pentecost”, explains Victor Weitzel, head of the Europaforum. From midday to eleven pm, stands from all European countries will welcome visitors all around the place, while artists representing the diversity of the musical culture of our European neighbours will follow one another onto the stage fitted out for the occasion. There will be plenty of opportunities to discover the culture of our neighbours. The following are partners of this project: representation from the European Communities, the information office of the European Parliament, the Luxembourg Government and the City of Luxembourg. Fête de l’Europe, Place Guillaume II, Luxembourg, 9th May

Photo: Etienne Delorme

Europeans from all countries...

La diversité des cultures représentées caractérise la Fête de l’Europe 2008. The diversity of cultures represented characterises the Fête de l’Europe 2008.

17 04_6_17_city_News.indd 17

22/04/08 18:09:13


1RDV.indd 2

22.04.2008 10:32:32 Uhr


1RDV.indd 3

22.04.2008 10:33:01 Uhr


The UCVL is developing a crèche where shoppers can drop off their children while they shop. L’UCVL met en place une garderie où les clients pourront laisser leurs enfants lorsqu’ils iront faire leurs achats.

05_20_28_commerces_services.indd 20

23/04/08 11:32:51


UCVL

Shopping made easier Text: Mike Gordon. Photos: Luc Deflorenne

L

uxembourg’s shops offer great prices and the best selection in the Greater Region, says the Union Commerciale de la Ville de Luxembourg. The shop-owners’ organization wants to make sure people hear this message, and find ways to make shopping in Luxembourg even easier, and more enjoyable. Rendez-Vous City Magazine spoke to recentlyelected UCVL president Michel Rodenbourg to hear what his organization has planned. “Luxembourg’s shopping offers a choice you do not find anywhere else in the Greater Region, with offerings in every price range”, says Michel Rodenbourg, president of the Union Commer­ ciale de la Ville de Luxembourg, the organi­ zation of the city’s shopkeepers. “The city of Luxembourg has so much culture and history, concentrated in one small spot, which makes it really interesting for tourism, and for shopping for people coming from abroad.” Rodenbourg was elected as president of the UCVL last year with a mandate to renew an organization that was seen as less than dynamic. In one year, under Rodenbourg, the organization’s membership

has soared from 300 to 400, representing 65% of city shops “without really chasing new members,” he says. “This makes us really happy because that’s a testimony of support that we really need, and it gives us credibility that helps us get support from the municipality.” Rodenbourg says this support has taken the form of a €180,000 allocation in the city’s 2008 budget to support UCVL projects. “It’s actually one of the conditions I had when entering this commitment, because if you want to promote Luxembourg as a city of commerce, of shopping, you need means,” he says. Putting these means to good use, the UCVL is developing a crèche where shoppers can drop off their children while they shop. The service will be located near the eastern end of the Grand-Rue, at the corner of Rue du Nord and Rue du Palais de Justice. “There will be an animation by professionals to give the kids a nice time,” Rodenbourg says. It will be open for a  French version pages 26-28

21 05_20_28_commerces_services.indd 21

24/04/08 11:54:13


In one year, under Rodenbourg, the organization’s membership has soared from 300 to 400. Sous la direction de Michel Rodenbourg, le nombre des membres de l’association est passé en un an de 300 à 400.

  maximum of about 30 children aged 3-11 years, during shopping hours. Work on the project is ongoing, but Rodenbourg says the crèche should be open for business by mid-May. The crèche won’t be free of charge, says Rodenbourg. “We have to pay for the service and I think people will understand that it cannot be free because we have people working there to take care of the kids.” Pricing has yet to be established. But Rodenbourg expects that shop-owners will eventually give out vouchers for a given number of hours. Rodenbourg explains that the crèche concept came to be a UCVL project after they looked at how such a service was offered in all major shopping malls. “We have something much more attractive than any shopping mall, with the flair and the ambience you have in town,” said Rodenbourg. “A shopping mall will never have that. A shopping mall will have other advantages. So let’s try to get as close as possible to the advantages shopping malls offer to their customers and a crèche operation is one of them.” The crèche project is just one of several UCVL projects with a similar aim, says Rodenbourg. “We intend to offer more and more comfort to the customers visiting the city of Luxembourg to shop.” One such project would be to make the shopper’s arrival in town easier. “We’re doing some very intense thinking on how to make it easier for the customer to arrive by car in the town,” he adds. The UCVL is seriously considering a project to provide valet parking service, along with car washing. Another project focuses on relieving shoppers of the need to carry their purchases around with them. Rodenbourg foresees a system whereby a retailer can dial up a service that could take the customer’s boxes or bags and deliver them to a pickup area located in one of several city parking garages. When the shopper is finished for the day, he or

she simply returns to the car, drives to the pickup area, and has the boxes or bags put in the car. “This is part of our effort to create new ways of making shopping more attractive in our city,” says Rodenbourg.

“ This is part of our effort to innovate new ways of making shopping more attractive in our city.”

The shopkeepers’ association is also hard at work on developing its website, cityshopping.lu. Rodenbourg says the site contains more and more information about UCVL member shops, including photographs, and will eventually list the type of goods they sell, including brands. There’s also an interactive map of the centre showing the locations of member shops, and live parking lot information showing where there’s space. “So if you’re walking around with a PDA, you can go on the Internet and get the information,” says Rodenbourg. He says the need to promote shopping in Luxembourg was made clear with a recent study by CETREL, the company that handles credit card payments which showed that Luxembourg residents spent about €1 billion a year outside of the country. Calculating an average VAT of about 10% to take account of the different rates on various products, Rodenbourg estimates that this amounts to about a €100 million loss for the country’s tax-collectors. In response, the government, in consultation with the Confédération 

22 05_20_28_commerces_services.indd 22

24/04/08 11:58:32


big tepee piramid lamp outdoor furniture and lighting design. JosĂŠ A. GandĂ­a

Centre commercial Langwies 2 L-6131 Junglinster tel: (00352) 26 78 28 88 fax: (00352) 26 78 28 90 ibettendorf@firstfloor.lu

Luxemburgo 08 2.indd 1

GANDIA BLASCO T.+ 34 902 530 302

www.gandiablasco.com

17/04/2008 12:35:41


Luxembourg punches well above its population weight for high-end fashion retail. L’offre en articles de mode haut de gamme dépasse largement la demande.

 Luxembourgoise du Commerce, a national body whose membership overlaps with that of UCVL, launched a €2.5 million a year program to position Luxembourg as a shopping attraction for the Greater Region. “It’s been very successful”, says Rodenbourg. “The big deal is the communications campaign launched throughout the Greater Region. It brings in a lot of new customers to Luxembourg with a message focussing on our price situation and the variety of products we can offer.” This message is necessary to fight

“We have something much more attractive than any shopping mall.”

some negative perceptions about Luxembourg as a place to shop, says Rodenbourg. One misperception is that Luxembourg’s prices are high. Rodenbourg points to recent research done by Test-Achats, the Belgian consumer’s association, that compared prices in cities from Northern France, Western Germany, Holland and Belgium, as well as Luxembourg. It emerged from this research that Luxembourg’s prices were beaten only in Northern France, but lower than everywhere else. This is partially due to the lower VAT on products in Luxembourg, Rodenbourg says. Another misperception that’s fed by unrealistic ideas about parking among Luxembourg residents, says Rodenbourg, is that it’s impossible to park your car in Luxembourg. “This is not true – it’s just a matter of perception,” says Rodenbourg. “Even the price of parking is among the lowest in Europe, despite what people from Luxembourg think.” Rodenbourg points out a conundrum facing Luxembourg retailers given the €1 billion spent outside the country. “Luxembourgers, when asked why they spend money abroad – they mention the prices, the range of products on offer, and quality of service,” Rodenbourg says. “We also have people from abroad spending money here, a smaller amount, but it cannot be neglected. So we asked those

people why they shop in Luxembourg – they say because of the price, because of the range of products on offer and because of the quality of service. Houston, we have a problem.” Rodenbourg concedes that certain products and services are just not available in Luxembourg – if you want to shop at Ikea, you’ve got to leave the country. While Luxembourg punches well above its population weight for high-end fashion retail, certain brands are still not available. However, he says: “These perceptions mean we have to communicate and explain to people what Luxembourg is really all about.” Another issue for the UCVL is to decide whether today’s opening hours are adequate. Rodenbourg thinks many of his members are a bit out of touch with how some of their customers live their lives. “Some shopkeepers are not aware of how the younger generation function in their work life,” he says. “It seems they start later in the morning but they work later in the evening. Some day, shopkeepers will have to match with these kinds of working hours.” Rodenbourg says he expects to see shops stay open later in the next couple of years. A longer-term project for the shopkeepers association is to repopulate central Luxembourg. “Among European capital cities, Luxembourg centre has the lowest resident density,” says Rodenbourg. “You can almost say no one lives there.” Residential spaces in the centre were converted to offices when financial institutions first came to Luxembourg in the 1970s. Many of those firms have now moved out to Kirchberg or Cloche d’Or, but the spaces they occupied stand empty. Rodenbourg says the UCVL is calling on the government to pass a law asking landlords to renovate their apartments for residential use, on pain of heavy taxation if they don’t. “This would give shops in the city centre access to customers who live nearby, reducing the need to attract people to come in from further away.” Rodenbourg faces the coming years with confidence – the UCVL is growing, shopkeepers are interested in improving what they offer, the government is on board, and new developments, such as a major department store in the block between the Hamilius bus station and the Grand-Rue, will continue to improve shopping in Luxembourg.

24 05_20_28_commerces_services.indd 24

24/04/08 11:55:27


Untitled-2 1

03.01.2012 17:20:37 Uhr


Le shopping facile L

es commerces du Luxembourg proposent des prix avantageux et le meilleur choix de produits de toute la Grande Région, déclare l’Union Commerciale de la Ville de Luxembourg. L’association des commerçants tient à ce que ce message soit entendu et souhaite rendre le shopping à Luxembourg encore plus facile et plus agréable. Le city magazine Rendez-Vous s’est entretenu avec le nouveau président de l’UCVL, Michel Rodenbourg, pour connaître les projets de cette association. «Le shopping à Luxembourg vous propose un choix que vous ne trouverez nulle part ailleurs dans la Grande Région, avec des offres dans toutes les gammes de prix», déclare Michel Rodenbourg, président de l’Union Commerciale de la Ville de Luxembourg, l’association des commerçants de la ville. «La ville de Luxembourg concentre énormément de culture et d’histoire en un espace restreint, ce qui est très intéressant pour les touristes et les personnes venues de l’étranger faire du shopping». Michel Rodenbourg a été élu président de l’UCVL l’année dernière, avec pour mis­ sion de rénover une organisation alors perçue comme peu dynamique. Sous sa direction, le nombre des membres de l’association est passé en un an de 300 à 400, soit 65% des commerces de la ville «sans avoir véritablement dû chercher de nouveaux membres», déclare-t-il. «Nous en sommes vraiment ravis, car il s’agit d’un témoignage de soutien dont nous avons véritablement besoin et qui nous donne la crédibilité nécessaire pour trouver de l’aide auprès de la municipalité». Michel Rodenbourg explique que cette aide s’est faite sous forme d’une subvention de 180.000 € provenant du budget 2008 de la ville et desti­ née à soutenir les projets de l’UCVL. «C’est en fait l’une des conditions que j’ai posées lorsque j’ai pris mes fonctions de président, car il faut des moyens pour promouvoir Luxembourg en tant que ville phare du commerce et du shopping», déclare-t-il. Faisant bon usage de ce financement, l’UCVL met actuellement en place une garderie où les clients pourront laisser leurs enfants lorsqu’ils iront faire leurs achats. Cette crèche se trou­

vera à l’extrémité est de la Grand-Rue, au coin de la Rue du Nord et de la Rue du Palais de Jus­ tice. «Des professionnels proposeront des animations aux enfants», explique Michel Rodenbourg. La garderie pourra accueillir jusqu’à 30 enfants âgés de 3 à 11 ans pendant les heures d’ouver­ ture des magasins. Le projet est en cours de réalisation, mais devrait, selon Michel Roden­ bourg, ouvrir ses portes mi-mai. Cette garde­ rie ne sera pas gratuite, prévient-il. «Nous devons payer le service et je pense que les gens comprendront que nous ne pouvons pas proposer cette prestation gratuitement, car nous devons employer des personnes pour s’occuper des enfants». Les prix sont encore à détermi­ ner, mais il est probable que les commerçants distribuent des coupons donnant droit à un

« Nous voulons offrir toujours plus de confort aux clients qui visitent la ville de Luxembourg».

certain nombre d’heures de garderie. Michel Rodenbourg explique que le concept de gar­ derie adopté par l’UCVL s’inspire du service proposé dans les principaux centres commer­ ciaux. «Avec le style propre à la ville et l’ambiance qui y règne, nous avons plus à offrir que les centres commerciaux», affirme Michel Rodenbourg. «Un centre commercial n’aura jamais de tels atouts, même s’il a d’autres avantages. Nous devons donc, dans la mesure du possible, proposer des services aussi attractifs que ceux offerts par les centres commerciaux. L’opération garderie en fait partie». Selon Michel Rodenbourg, cette garderie n’est qu’un des nombreux projets de l’UCVL ten­ dant vers le même objectif. «Nous voulons offrir toujours plus de confort aux clients qui visitent la ville de Luxembourg». Un autre de ces autres projets consisterait à faciliter l’arrivée des

26 05_20_28_commerces_services.indd 26

23/04/08 11:33:03


UCVL is also to decide whether today’s opening hours are adequate. L’UCVL doit également déterminer si les heures d’ouverture actuelles sont adaptées.

clients en ville. «Nous réfléchissons très sérieusement à des solutions pour faciliter l’arrivée en ville des visiteurs qui s’y rendent en voiture», ajoute le président de l’association. L’UCVL pense également mettre en place un service de voiturier et de lavage de voiture. Un autre projet consisterait à éviter aux visiteurs d’avoir à transporter leurs achats avec eux lors de leur shopping. Michel Rodenbourg envisage notamment la création d’un ser­ vice venant prendre les sacs du client chez le commerçant pour les apporter ensuite à un point de collecte situé dans l’un des parkings de la ville. Lorsque la personne a fini son shopping, elle n’a plus qu’à retourner à sa voi­ ture et à se rendre au point de collecte où ses courses seront chargées dans son véhicule. «Ce projet s’intègre dans notre politique visant à faire de la ville un lieu de shopping toujours plus attrayant», déclare Michel Rodenbourg. L’association des commerçants travaille éga­ lement au développement de son site web, cityshopping.lu. Le site contient de plus en plus d’informations sur les commerçants membres de l’UCVL, notamment des photos, et on y trouvera bientôt la liste des produits proposés, y compris par marques. Le site pro­ pose également une carte interactive du cen­ tre-ville indiquant l’emplacement des boutiques. On peut également s’informer en direct sur

les parkings et les possibilités de stationne­ ment. «Si vous avez un PDA, vous pouvez vous connecter à Internet et obtenir toutes ces informations», explique Michel Rodenbourg. C’est une étude récente du CETREL, société en charge des paiements par cartes, qui a permis de mettre en avant la nécessité pour le Luxem­ bourg de promouvoir son offre commerciale. Cette étude indique que les habitants du pays dépensent environ un milliard d’euros par an en dehors du pays. Sur la base d’une TVA moyenne d’environ 10% prenant en compte les différents taux variant selon les produits, Michel Rodenbourg estime que la perte pour les services fiscaux luxembourgeois s’élève à environ 100 millions d’euros. En collaboration avec la Confédération Luxembourgeoise du Commerce, organisme national dont fait partie l’UCVL, le gouverne­ ment a réagi en lançant un programme de 2,5 millions d’euros sur un an pour faire de Luxembourg un haut lieu du shopping de la Grande Région. «L’opération a été un succès», confirme Rodenbourg. «L’élément central est la campagne de communication lancée dans toute la Grande Région. Elle permet d’attirer de nombreux nouveaux clients à Luxembourg en mettant l’accent sur notre excellent positionnement en matière de prix et sur la variété des produits que nous proposons». Une telle

campagne est nécessaire pour combattre cer­ tains préjugés sur le Luxembourg comme lieu de shopping, déclare Michel Rodenbourg. L’un de ces préjugés consiste à penser que les prix y sont élevés. Michel Rodenbourg cite une étude menée il y a peu par Test-Achats, une association de consommateurs belge, qui a comparé les prix pratiqués dans certaines villes du nord de la France, de l’ouest de l’Al­ lemagne, en Hollande, en Belgique mais aussi au Luxembourg. Il s’avère que les prix prati­ qués au Luxembourg sont plus bas que par­ tout ailleurs, sauf le nord de la France, en partie parce que la TVA est moins élevée au Luxembourg. Autre perception erronée ali­ mentée par les a priori qu’ont les habitants du Luxembourg à propos du stationnement: il serait impossible de s’y garer. «Ce n’est pas vrai – c’est juste une question de perception», déclare le président de l’UCVL. «Les tarifs de stationnement sont même parmi les plus bas d’Europe, contrairement à ce que pensent les Luxembourgeois». Michel Roden­ bourg évoque l’énigme que constitue pour les commerçants luxembourgeois ce milliard d’euros dépensé en dehors du pays. «Lorsque vous leur demandez pourquoi ils dépensent leur argent à l’étranger, les Luxembourgeois évoquent les prix, l’éventail de produits proposés et la qualité du service», explique Michel   27

05_20_28_commerces_services.indd 27

23/04/08 11:33:05


Another project would be to make the shopper’s arrival in town easier. Un autre projet consisterait à faciliter l’arrivée des clients en ville.

 Rodenbourg. «Il y a également des personnes qui viennent de l’étranger dépenser leur argent ici, certes en plus petit nombre, mais ce n’est pas négligeable. Nous leur avons donc demandé pourquoi elles faisaient leurs achats au Luxembourg – elles ont répondu que leur choix était motivé par les prix, l’éventail de produits proposés et la qualité du service. Houston, nous avons un problème». Michel Rodenbourg admet néanmoins que certains produits et services ne sont pas disponibles au Luxembourg – si vous voulez faire des achats chez Ikea, il faut aller à l’étranger. Si l’offre en articles de mode haut de gamme dépasse largement la demande de la popula­

«Ce projet s’intègre dans notre politique visant à faire de la ville un lieu de shopping toujours plus attrayant».

tion, certaines marques restent introuvables. Mais, comme l’explique Michel Rodenbourg: «L’existence de tels a priori montre que nous devons mieux communiquer et expliquer aux gens ce qu’est réellement le Luxembourg». L’UCVL doit également déterminer si les heures d’ouverture actuelles sont adaptées. Michel Rodenbourg est convaincu que de nombreux membres de son association ne sont pas très au fait du style de vie de leurs clients. «Certains commerçants ignorent tout du fonctionnement de la jeune génération

dans sa vie professionnelle», explique-t-il. «Il semblerait que les jeunes commencent à travailler plus tard le matin, mais quittent leur travail plus tard le soir. Un jour ou l’autre, les commerçants devront s’adapter à ce type d’horaires». Selon Michel Rodenbourg, les commerces resteront ouverts plus longtemps dans les quelques années à venir. L’un des projets à long terme de l’association est de repeupler le centre de Luxembourg. «Le centre de Luxembourg a la densité de population la plus faible de toutes les capitales européennes», déclare Michel Rodenbourg. «Quasiment personne n’y vit». Les espaces résidentiels du centre ont été transformés en bureaux lorsque les institutions financières ont investi pour la première fois le Luxembourg dans les années 70. Beaucoup de ces entreprises ont maintenant déménagé au Kirchberg ou à la Cloche d’Or, mais les locaux qu’elles occu­ paient sont demeurés vides. L’UCVL fait appel au gouvernement afin que soit votée une loi demandant aux propriétaires de rénover leurs appartements dans le but de les louer, au risque d’être lourdement taxés s’ils s’y refusent. «Les personnes qui vivent dans le quartier auraient accès aux commerces du centre-ville, nous aurions ainsi moins besoin de chercher à attirer une clientèle plus éloignée». Michel Rodenbourg envisage avec confiance les années à venir – l’UCVL est en pleine expan­ sion, les commerçants sont soucieux d’amélio­ rer leur offre, le gouvernement a donné son approbation, et les nouveaux projets prévus, notamment la construction d’un grand maga­ sin entre le Centre Hamilius et la Grand-Rue, continueront d’améliorer l’offre shopping de Luxembourg.

28 05_20_28_commerces_services.indd 28

23/04/08 11:33:08


RDV230x300-FR.indd 1

18/04/08 9:17:01


06_30_38_ateliers_culinaires.indd 30

23/04/08 12:57:44


Cuisine: cours et ateliers

Remise à l’honneur, la cuisine est au goût du jour. On parle aujourd’hui de créations et d’arts culinaires, de cuisine moléculaire… Les étagères des libraires regorgent d’ouvrages spécialisés, de collections destinées aux cuisiniers du dimanche, aux paresseuses, aux nuls, aux pères… Les bestsellers se déclinent à toutes les sauces et loin des romances habituelles, ils expliquent désormais aux lecteurs les 1001 façons de faire un gâteau, ou taillent une bavette avec un chef étoilé. Remettre la main à la pâte est du dernier cri. Emboîtant le pas à cette tendance, les marmitons stagiaires enfilent désormais leurs tabliers et passent derrière les fourneaux. Gastronomes avertis, amateurs curieux, épicuriens, hommes, femmes, enfants, entreprises se pressent dans les ateliers et les cours de cuisine, dont l’offre est aussi étendue que les goûts, les envies et les sensibilités. De l’asso­ ciation de quartier à l’atelier privé, des services de la Ville, en passant par les séances de cuisine confidentielles, de la meilleure façon de faire une béchamel à l’art de recevoir ses amis pour un apéritif prolongé, petit tour des popotes…

Tous aux poêles! Textes: Corinne Briault. Photos: Andrés Lejona

Stand by your pans! Now back in fashion, cooking is the flavour of the day. It’s all about creativity, culinary arts, molecular cooking... The shelves of bookshops are heavy with specialised books and series for Sunday cooks, lazy women, beginners, fathers...The best-sellers come in all flavours and are far from the typical romantic novel, they explain to readers a 1,001 ways to bake a cake or learn how to cook with a Michelin-starred chef. It’s now highly fashionable to get your hands dirty. Following this trend, wannabe chefs put on their aprons and roll up their sleeves. Connoisseurs, curious enthusiasts, epicureans, men, women, children or corporate clients crowd into workshops and cooking courses that are as various as tastes, aspirations and sensitivities. From the neighbourhood association to the private workshop, from community services to exclusive cooking classes, from the best way to make a Béchamel sauce to the art of receiving friends for a long aperitif, let’s see what’s on offer...

06_30_38_ateliers_culinaires.indd 31

23/04/08 12:57:52


Dans son Atelier, Bertrand prône «l’envie de passer un bon moment, de se retrouver par le biais de la cuisine». In his workshop, Bertrand advocates the wish “to have a good time, to get together through cooking activities”.

La cuisine plaisir

The pleasure of cooking

«L’Atelier de cuisine est loin d’un cours didactique. Ce serait plu­ tôt un lieu d’échanges, où l’on se relaxe, où l’on prend du plaisir et l’on en donne, explique Bertrand. C’est aussi une manière détournée de montrer que même ceux qui ne cuisinent pas d’ordinaire ont des talents cachés, que chacun est capable de réa­ liser quelque chose». Ouvert il y a trois ans par cet ancien manager en milieu hôtelier, passionné de cuisine et fortement marqué par une mère et un grand-père affairés aux fourneaux, l’Atelier de Cuisine n’impose rien à ses élèves, mais répond aux demandes. Dans les cuisines, la convivialité prime sur la compétitivité et l’on travaille sur les produits frais et de saison, les sensibilités de chacun: «lorsque j’ai un groupe, je me renseigne sur ce qu’ils sou­ haitent faire, je demande s’il y a des allergies alimentaires, des végétariens, si l’on part sur des préparations d’entrées, de plats chauds, thaïs, italiens, si l’on décline les façons d’utiliser une épice, une herbe aromatique, de cuisiner des produits rapportés de voyage… L’idée est de proposer des plats que chacun pourra ensuite réaliser à la maison. J’essaie également, au travers de toutes les recettes élaborées, de faire passer un message d’équilibre alimentaire». De 7 à 77 ans, quelles que soient les nationalités, l’Atelier de cuisine est ouvert à tous, il suffit d’être motivé et de vouloir passer un bon moment. Bertrand propose aux enfants des ateliers entre copains, des anniversaires. «J’ai eu des enterrements des vies de jeunes filles, et pas mal d’hommes qui s’étonnent eux-mêmes et découvrent que cuisiner, ça peut être sympa aussi! Au lieu d’envoyer leurs cadres sauter à l’élastique, de grandes socié­ tés préfèrent aujourd’hui le cooking team-buiding!». La dégustation est ensuite la somme des récompenses et le moment de vérifier le travail fait en amont, «de prouver à chacun ses compétences cachées en matière de cuisine et pour certains de découvrir que certains produits qui leur avaient laissé de mauvais souvenirs d’enfance peuvent être délicieux suivant les prépa­rations. Il suffit de vouloir tenter l’expérience!».

“L’Atelier de cuisine is far from a didactic course. It is rather a place for exchanging ideas, relaxing, giving and taking pleasure, explains Bertrand. It is also a way of showing that everyone who does not normally cook has hidden talents and that everyone is capable of making something”. Opened three years ago by this former hotel manager, passionate about cooking and strongly influenced by a mother and a grandfather busy in the kitchen, l’Atelier de Cuisine imposes nothing on its students but meets their demands. In the kitchen, the conviviality wins over competitivity and only fresh seasonal produce are used and the course takes into account everyone’s sensitivity: “when I receive a group, I try to find out what they want to do, I ask if anyone has any food allergies, if anyone is a vegetar­ ian, if they want to begin with starters, hot dishes, Thai or Italian food, if they want know how to use spices, aromatic herbs or to cook products brought back from a holiday. The idea is to teach them how to cook dishes they can cook at home. Through all theses recipes, I also try to pass on the message of a healthy diet”. From 7 to 77, regardless of nationality, l’Atelier de cuisine is open to all, you just need to be motivated and want to have a good time. Bertrand offers workshops for children, groups of friends or birthdays. “I have had Hen Parties, and quite a lot of men who astonish themselves and discover that cooking can be great fun! Instead of sending their executives Bungee Jumping, big companies prefer team-building cooking courses!” The tasting is the reward and the moment to test the results, “to prove that everyone has a hidden talent for cooking, and for some to discover that some products that left bad memories from childhood can be delicious if well prepared. You just need to be ready to experiment!” L’Atelier de Cuisine Bertrand, 346 A, route de Longwy, Luxembourg. Reservation and registration: 26 38 34 28. Courses for adults, young gourmets, Team Building, tasting evenings, birthdays. Price: depending on the chosen workshop, from 38 to 80 euros.

L’Atelier de Cuisine Bertrand, 346 A, route de Longwy, Luxembourg. Réservation et inscription: 26 38 34 28. Cours pour adultes, pour petits gourmands, Team Building, soirées dégustations, anniversaires gour­ mands. Tarif: en fonction de l’atelier choisi de 38 à 80 euros.

32 06_30_38_ateliers_culinaires.indd 32

24/04/08 11:51:53


06_30_38_ateliers_culinaires.indd 33

23/04/08 12:58:04


Dans les cuisines des Gentlemen’s cooking, l’ambiance est à la fois studieuse et potache. In the Gentlemen’s cooking kitchens, the atmosphere is simultaneously studious and light-hearted.

A gentlemen’s agreement

A gentlemen’s agreement

Tout a débuté il y a un an, lors d’une soirée d’anniversaire. «C’était une blague, nous avons plaisanté et cherché à fonder un club. Au lieu de créer celui des hommes battus, nous avons préféré la cui­ sine comme thème fédérateur! C’est tout de même mieux, plaisante Norbert. Nous faisions tous plus ou moins la cuisine et nous avons alors décidé de créer le Gentlemen’s Cooking Club, c’est le nom officiel». Pareil aux clubs très fermés de l’establishment anglais, ce club n’est ouvert qu’à ses membres fondateurs et les femmes n’y sont pas admises. «Bien sûr, si quelqu’un veut inté­ grer le club, nous lui ouvrons les portes, mais ce n’est pas public. Ce sont des connaissances, parce qu’il s’agit surtout de passer un bon moment entre amis». Les premières séances se sont ainsi tenues sous la direction d’un chef cuisinier: «c’était comme un vrai cours de cuisine. Il élaborait les menus, et nous avons appris pas mal de choses sur les modes de cuisson, la façon de faire des sau­ ces, comment cuisiner des poissons, de la viande. Aujourd’hui, nous sommes huit ou dix à chaque séance et chacun propose des plats selon ses envies. On va faire le marché pour trouver tous les ingré­ dients et on partage les frais». Quant à l’endroit, il s’agit du showroom de l’entreprise de Norbert, créateur de la société Unikat. L’ambiance est à la fois studieuse et potache dans les cuisines: «ici nous avons de la place. Ce qui prime c’est le plaisir, le fait de pas­ ser un moment agréable, de manger ensuite nos menus, car il y a toujours entrée, plat et dessert. Nous échangeons des idées, des recettes que nous pouvons refaire chez nous à la maison. Nos fem­ mes sont ravies et cela nous excuse aussi de ne pas faire de sport!». Le cercle très fermé du Gentlemen’s Cooking Club a cependant fait une entorse à son règlement: «exceptionnellement nos compagnes ont été admises pour la première fois en avril dernier, mais seulement à la dégustation! Pour l’instant le Club leur reste tout de même fermé».

Everything began about a year ago, during a birthday party. “It was a joke; we joked about starting a club. Instead of creating a club for battered men, we chose cooking as a common theme! It’s better! jokes Norbert. We more or less all cooked, so we decided to create the Gentlemen’s Cooking Club, which is its official name”. Similar to the very exclusive clubs of the English establishment, this club is only open to its founder members and women are not admitted. “Of course, if someone wants to join the club, he will be welcome, but it’s not for the general public. The members are all friends, because it’s above all about having a good time together”. The first meetings held were supervised by a Head Chef: “it was like a real cooking course. He created the menus and we have learnt many things on cooking methods, how to make sauces, how to cook fish and meat. Now we are eight or ten at each meeting and everyone suggests the dishes of his choice. We go to the market to find the ingredients and we share the costs”. As for the place, it is the showroom of Norbert’s company, Unikat. In the kitchen, the atmosphere is studious and light-hearted: “here we have room. What is most important is the pleasure, the fact of having a good time, of eating the dishes we have prepared, because there is always a starter, main course and a dessert. We exchange ideas and reci­ pes we can cook at home. Our wives are delighted and this is our excuse for not doing any sport!” The Gentlemen’s Cooking Club is a very closed circle but has nevertheless relented on its rules: “exceptionally, our wives and girlfriends were admitted for the first time last April, but only for a tasting! For the moment the club remains closed to them”.

34 06_30_38_ateliers_culinaires.indd 34

23/04/08 12:58:20


Cheezy Crust Fun

Pour 2 à 3 personnes : Prix pizza Large + 1 €

Du 03 mars au 08 juin 2008 Pain à l’ail Spicy Garden 2 tranches : 1,70 € 4 tranches : 3,20 € 6 tranches : 4,00 €

Spaghetti Jardinier

Assortiment Malibu 5,10 €

place d´armes tél.: 460 777

-

strassen tél.: 317 390

-

Le cocktail « Blue Lagoon » 5,50 €

Photos non contractuelles.

8,60 €

beggen tél.: 422 990

C´EST TROP BON ! www.pizzahut.lu

RDV-230x300-Pizza0168.indd 1

18/04/08 10:05:33


Sylvie Kieffer, conseillère de santé, explique à ses élèves comment adopter des habitudes alimentaires saines. Sylvie Kieffer, hearth consultant, explains to her pupils how to adopt healthy eating habits.

Un esprit sain dans un corps sain A healthy mind in a healthy body Au service de ses citoyens, la Ville de Luxembourg est également soucieuse de leur santé. Depuis plus d’une dizaine d’années, elle organise des cours de cuisine saine par le biais de son Service de l’enseignement. «Il suffit parfois de légers changements dans ses habitudes alimentaires pour améliorer la qualité nutrition­ nelle et diététique de ses repas. En règle générale, on peut dire qu’actuellement les gens mangent trop et mal. Trop de graisses saturées, d’huiles raffinées, de viandes, de fromages et pas assez de fruits et légumes frais ou d’aliments riches en fibres», explique Sylvie Kieffer, conseillère de santé et chargée de cours. Ainsi, après un volet théorique où sont abordés différents thèmes portant sur les principes nutritionnels de base, Sylvie Kieffer donne à ses élèves quelques recommandations afin d’adopter de bonnes habitudes alimentaires. «Les participants ont tous les âges, de 16 à 70 ans et veulent tous apprendre à cuisiner sain au quotidien. J’élabore les menus, nous en discutons, ils peuvent me faire des suggestions et ensuite, par petits groupes, ils préparent suivant un roulement à chaque session, une entrée, un plat un dessert. J’essaie de leur faire découvrir les saveurs d’une alimentation à base de produits com­ plets, je leur apporte des recettes, des trucs et astuces pour faire des salades appétissantes et variées, des mueslis frais, des desserts. Nous apprenons aussi à faire du pain à base de farine complète que nous moulons ici avec notre propre machine. Bien entendu, nous dégustons nos préparations après chaque séance. Les participants découvrent une nouvelle façon de se nourrir!» Cours de cuisine saine pour adultes, 2, rue A. Kayser (Ecole), Luxembourg Belair, les mardis et mercredis, 18h30-21h30. Rensei­ gnement et inscription: Service de l’enseignement de la Ville de Luxembourg: 47 96 23 35 / 47 96 23 36. Tarif: 85 euros pour les habi­ tants de la ville de Luxembourg et 100 euros pour les participants venant d’autres communes.

Always at the service of its inhabitants, the City of Luxembourg is concerned for their health. For more than a dozen years, the Education Service has organised health conscious cooking courses. “It is enough sometimes to slightly change your eating habits to improve the nutritional and dietetic quality of your meals. Generally peo­ ple eat too much and badly. Too much saturated fat, refined oils, meat, cheese and not enough fresh fruit and vegetables or food rich in fibre”, explains Sylvie Kieffer, health consultant in charge of the course. After a theoretical introduction on different themes focused on nutritional principles, Sylvie Kieffer gives her students some tips about how to adopt good eating habits. “The participants are of all ages, from 16 to 70 and all want to learn a healthier way to cook from day to day. I prepare menus, we discuss them, the participants can make suggestions and then, in small rotating groups, they prepare a starter, a main course and a dessert. I try to make them discover the flavours of a diet based on complete prod­ ucts; I give them recipes, ideas and tips to prepare appetising and varied salads, fresh muesli and desserts. We also make bread with whole flour that we cook here with our own machine. Of course, we taste our own cooking at each session. The participants dis­ cover a new lifestyle through eating!” Healthy cooking courses for adults, 2, rue A. Kayser (School), Luxembourg Belair, Tuesdays and Wednesdays, 6:30 pm-9:30 pm. Information and registration: Service de l’enseignement de la Ville de Luxembourg: 47 96 23 35 / 47 96 23 36. Price: 85 euros for the inhabitants of the City of Luxembourg and 100 euros for partici­ pants coming from other areas.

36 06_30_38_ateliers_culinaires.indd 36

23/04/08 12:58:33


1RDV.indd 1

21.04.2008 9:42:21 Uhr

attrayant.

Garage Roby Cruciani Dudelange

Garage Demuth Junglinster

Garage Castermans Rollingen/Mersch

Garage M. Losch Luxembourg

LO_AUDI_A4_230X300.indd 1

Consommation moyenne de 5,7 à 9,2 l/100 km selon motorisation. Émissions de CO2 de 149 à 219 g/km.

Garage M. Losch Esch/Alzette

Garage Martin Biver Weidingen/Wiltz

Garage M. Losch Bereldange

Autosdistribution Losch Importateur

Votre partenaire Audi aime vous fasciner. Demandez-le-lui.

litres, la nouvelle Audi A4 Avant offre un espace intelligent et son compartiment à bagages de haute qualité offre de multiples déclinaisons.

confort et espace fascinant. Disposant d’un volume de chargement de 1430

Son comportement de conduite est devenu encore plus dynamique, assurant un équilibre parfait entre sportivité,

La nouvelle Audi A4 Avant s’exprime par ses lignes marquantes et son design

4/18/08 2:44:59 PM

La nouvelle Audi A4 Avant. Le plus beau break – un nouveau plaisir de conduire.

L’avance par la technologie www.audi.lu


Tous les participants au cours de cuisine de l’ESACE sont animés par l’envie d’apprendre. All the participants in the kitchen of ESACE are driven by the wish to learn.

Comme à la maison…

Just like home...

«Lorsque la cuisine du Centre culturel a été inaugurée, nous nous sommes dit que ce serait dommage de ne pas l’utiliser!», s’amuse Théo Schreiber, président de l’Entente des Sociétés de l’Ancienne Commune d’Eich (ESACE asbl). Décision a ainsi été prise de pro­ poser les premiers cours de cuisine en février de cette année, après approbation du projet par le ministère de l’Education nationale. Ouverts à tous, dispensés par Viviane Schintgen, cuisinière et Viviane Ant, qui après sa formation à l’école hôtelière a tenu son propre établissement hôtelier à Clervaux, «ces cours sont bâtis sur huit séances, qui suivent le déroulé d’un menu. C’est-à-dire qu’on apprend à réaliser un apéritif, ensuite des potages, des salades, des poissons, des viandes, des desserts. Le dernier cours, nous ver­ rons comment décorer des assiettes. Il y a en majorité des jeunes hommes à nos cours, mais tous les participants sont animés par le désir d’apprendre. Nous élaborons des menus que chacun peut préparer à la maison, cela va du coq au Riesling, à la sauce Béar­ naise ou encore comment confectionner différentes vinaigrettes… La cuisine de tous les jours en quelque sorte, celle que l’on peut aussi préparer à l’avance pour être avec ses invités lorsqu’on reçoit chez soi et pour passer un maximum de temps avec ses hôtes plutôt qu’en cuisine», ajoute Viviane Ant. Bonne ambiance et convivialité règnent dans les cuisines et après une première session de cours réussie, l’essai se transformera: «Nous prévoyons d’autres sessions après la période estivale. Au menu,cette fois, nous proposerons peut-être d’apprendre à réaliser des spécialités typiquement luxembourgeoises, ou pourquoi pas de confectionner tout un menu de Noël, des petits fours jusqu’au dessert».

“When the kitchen of the Cultural Centre opened, we thought it would be a shame not to use it!”, jokes Théo Schreiber, President of ESACE asbl (Entente des Sociétés de l’Ancienne Commune d’Eich). The decision was therefore taken to offer the first cooking courses in February this year, after approval of the project from the Minister of National Education. Open to all and run by Viviane Schintgen, chef and Viviane Ant, who, after her training at catering school, ran her own hotel in Clervaux. “These courses are based on eight sessions, following the creation of a menu. One learns how to make an aperitif, soups, and salads, cook fish and meat, and make desserts. During the last course, we will learn how to layout a dish. The majority on the course are young men, but all the par­ ticipants are driven by a desire to learn. We develop menus that everyone can prepare at home, such as “coq au Riesling”, with Béarnaise sauce or even how to make different salad dressings… Everyday cooking in some way, food that can be prepared in advance so you can be with your guests when you have a dinner party rather than in the kitchen”, adds Viviane Ant. Good atmosphere and conviviality prevail in the kitchen and after the first successful session, the try will be converted: “We plan other ses­ sions after the summer period. On the menu this time, we will maybe offer typical Luxembourg specialities, or why not put together a Christmas menu, from petits fours to dessert”. Cooking courses at the Entente des Sociétés de l’Ancienne Commune d’Eich (ESACE asbl), Cultural Centre of Beggen, 26 B, rue de Roche­ fort, Luxembourg. Wednesdays from 7:30 pm to 9:30 pm. Informa­ tion and registration: 78 95 03. Price: 130 euros.

Cours de cuisine de l’Entente des Sociétés de l’Ancienne Commune d’Eich (ESACE asbl), Centre culturel de Beggen, 26 B, rue de Roche­ fort, Luxembourg. Les mercredis de 19h30 à 21h30. Renseignement et inscription: 78 95 03. Tarif: 130 euros.

38 06_30_38_ateliers_culinaires.indd 38

23/04/08 12:58:51


Du 1er juin au 15 septembre

Casa Nova s’agrandit!

ACERBIS BELL ATO DESALTO

FLE XFORM FLOU FSM

POLIFORM POLTRONA FRAU PORADA

RIMADESIO WIT TMANN Z ANOT TA

Offres spéciales du 2 au 24 mai

Venez profiter de conditions exceptionnelles sur tout le mobilier présenté au rez-de-chaussée.

Du 1er juin au 15 septembre, Casa Nova agrandit son espace d’exposition sur trois niveaux. Durant la période des travaux, le premier étage de notre magasin restera ouvert en permanence.

Mobilier, décoration et architecture d’intérieur

RENDEZ-VOUS Letzebuerg 230*300.i1 1

Avenue de la Porte-Neuve

⎢ ⎢ ⎢ Luxembourg

Tél. 22 26 27

info@casanova.lu

www.casanova.lu

22.04.2008 9:17:18 Uhr


Den Blick nach vorn verliert Marc Olinger nicht aus den Augen. Marc Olinger does not lose sight of the road ahead.

07_40_48_marc_olinger.indd 40

23/04/08 12:10:37


Kapuzinertheater

Happy Hour Text: Vibeke Walter. Photos: Andrés Lejona

D

ie Geschichte des Kapuzinertheaters (Théâtre des Capucins) ist voller Wandlungen: 1623 zunächst als Kloster erbaut, wurde es später unter dem Regiment französischer Revolutionstruppen zum Lagergebäude umfunktioniert. 1869 fand es seine eigentliche Bestimmung als Theatersaal, den ersten der Stadt Luxemburg überhaupt, und übernahm eine maßgebliche Rolle als Pionierreiter in Sachen Theater. Lange Zeit war das Kapuzinertheater unbestritten der kulturelle Mittelpunkt der luxemburgischen Hauptstadt, die mit Spielstätten nicht unbedingt reich gesegnet war. Erst Anfang der 60er Jahre kam mehr Bewegung in die Szene, als das Grand Théâtre (Néien Theater) am Glacis errichtet wurde und nach und nach kleinere Bühnen wie das Kasemattentheater, Théâtre du Centaure oder das Théâtre Ouvert du Luxembourg (TOL) entstanden. Von einem eigenständigen, professionellen Luxemburger Theaterleben konnte jedoch noch kaum die Rede sein. Marc Olinger, Schauspieler und langjähriger Direktor des Kapuzinertheaters,

hat diese Entwicklung hautnah miterlebt. 1972 begründete er das TOL und übernahm dessen Leitung, bis er 1985 zum Kapuzinertheater wechselte, das nach achtjährigen Renovierungsarbeiten wieder eröffnet worden war: “Unsere Aufgabe und auch mein Wunsch war von Anfang an, aus dem Kapuziner ein Produktionstheater zu machen und den Spielplan vorrangig mit eigenen Inszenierungen in den drei Landessprachen, luxemburgisch, deutsch und französisch zu gestalten. Dies ist bis heute unser Hauptanliegen. Das Grand Théâtre war ja zunächst ein reines Gastspielhaus ohne eigene Inszenierungen. Wir waren eine Art Lokomotive, die den einheimischen Theaterbetrieb in Schwung brachte.“ Inzwischen werden im Kapuzinertheater pro Saison zwischen sechs und elf Eigenproduktionen, davon ein bis zwei in luxemburgischer Sprache, auf die Bühne gebracht. Eine konsultative Programmkommission mit rund 15 Mitgliedern aus Theater- und Literaturbetrieb  English version pages 46-48

41 07_40_48_marc_olinger.indd 41

23/04/08 12:10:39


Photo: Andrés Lejona

Pro Saison werden zwischen sechs und elf Eigenproduktionen auf die Bühne gebracht. Between six and eleven in-house productions are staged at the Capucins Theatre each season.

 sowie der Politik entscheiden über die von Marc Olinger vorgeschlagenen Stücke. Angesichts der überschaubaren Größe Luxemburgs werden sie hier meist nur einige Male aufgeführt und gehen wenn möglich anschließend im benachbarten Ausland auf Gastspiel-Tournee, was nicht zuletzt einheimischen Schauspielern die Chance dazu gibt, sich auch auf internationalen Bühnen einen Namen zu machen. Probleme, die entsprechenden finanziellen Mittel von politischer Seite zur Verfügung gestellt zu bekommen, hat es laut Olinger nie gegeben. Schließlich fungieren das Kapuzinertheater sowie das Grand Théâtre als städtische Betriebe mit entsprechender Unterstützung der öffentlichen Hand, aber auch einer gewissen „Kontrolle“ durch die bereits erwähnte Programmkommission. „In den letzten Jahren ist unser Budget regelmäßig erhöht worden. Das hat es uns ermöglicht, unsere künstlerischen Mitarbeiter stets angemessen zu bezahlen. Intern haben wir ein hochprofessionelles Team für Bühnenbau entwickeln können, für dessen erstklassige Arbeit wir auch von ausländischen Kompanien viel Lob erhalten“, sagt der Theatermann nicht ohne Stolz. Für eigene Produktionen stehen dem Kapuzinertheater pro Saison rund 800,000 € zur Verfügung; für Gastspiele rund 300,000 €. Bis zu 20 Produktionen aus dem Ausland werden pro Spielzeit gezeigt. „Meistens sind es Stücke, die hierzulande nicht sehr bekannt sind oder aber von der Inszenierung her so aufwendig sind, dass sich für uns eine Eigenproduktion nicht lohnt“, erklärt Marc Olinger. Eine enge Zusammenarbeit besteht dabei vor allem mit dem Nationaltheater Nizza und dem Théâtre du Chêne Noir aus Avignon. Aber auch die einheimische Kollaboration mit dem hiesigen Grand Théâtre funktioniert gut. So wird für bestimmte Koproduktionen des

Kapuzinertheaters, wie z.B. im Mai für das Stück Faces nach dem Film von John Cassavetes, das „Studio“ des Grand Théâtre genutzt. Als ein weiteres Anliegen hat sich in den vergangenen Jahren der pädagogische Bereich herauskristallisiert. „Zum einen versuchen wir moderne, zeitgenössische Autoren einem breiten Publikum in Luxemburg bekannt zu machen. Zum anderen bringen wir auch Klassiker auf die Bühne und haben hier vor allem ein junges Publikum, sprich Schüler und Studenten im Blick. Wir haben eine Arbeitsgruppe mit Lehrern

„Wir waren eine Art Lokomotive, die den einheimischen Theaterbetrieb in Schwung brachte.“

aus dem Gymnasialzweig ins Leben gerufen, die sich einmal pro Trimester trifft, um zu schauen, welche Themen gerade im Unterricht durchgenommen werden. Daraufhin erarbeiten wir szenische Produktionen, die in den Schulen aufgeführt und anschließend diskutiert werden. Die Nachfrage seitens der Lehrer ist sehr groß“, beschreibt Marc Olinger das erfolgreiche Prinzip, Theater direkt in die Schulen und somit an die Jugendlichen zu bringen. Dass der Wind in der heimischen Theaterlandschaft mittlerweile etwas stürmischer bläst und die Kulturschaffenden angesichts steigender Konkurrenz neue Nischen kreieren müssen, steht außer Frage. Die zahlreichen kleineren Bühnen, das Grand Théâtre sowie das Théâtre National du Luxembourg in Luxemburg-Stadt oder aber die 

42 07_40_48_marc_olinger.indd 42

23/04/08 12:10:45


Minist_Transp_Sympa_RV_Lux 28_031 1

28/3/08 16:07:36


Die zalreichen kleineren Bühnen, das Grand Théâtre sowie TNL haben das Angebot deutlich positiv belebt und erweitert. The small theatres, the Grand Théâtre in the city and TNL have all expanded their programmes with new vigour.

Theater-Kostproben 2008

Theatre tasters 2008

Im Juni wird das Programm des Kapuzinertheaters für die nächste Spielzeit vorgestellt. Hier bereits vorab einige der Höhepunkte: „Die Probe (Der brave Simon Korach)“ des Schweizer Dramatikers Lukas Bärfuss („Die sexuellen Neurosen unserer Eltern“) „L’Incroyable Voyage“ des französischen Dramatikers Gilles Granouillet „Professor Unrat“ von Heinrich Mann in einer Inszenierung von Claude Mangen Im Dezember 2008 wird das Kapuzinertheater im „Studio“ des Grand Théâtre in einer Koproduktion mit dem Nationaltheater Nizza die französische Uraufführung des Stücks „Rock’n’Roll“ von Tom Stoppard auf die Bühne bringen. Das Stück war eines der größten Erfolge der Londoner Theatersaison 2006/2007 und schlägt als „aufregende Revue aus der bewegten Zeit der 60er und 70er Jahre eine Brücke zwischen populärer Unterhaltungskultur und dem Zusammenbruch des Kommunismus“. Théâtre des Capucins (9, place du Théâtre, L-2613 Luxembourg), Tel. 4796-4054, Fax 46 5 065, capucins@vdl.lu, www.theatres.lu Reservierungen unter Tel. 47 08 95-1, Fax 47 08 95 95, ticketlu@pt.lu, www.luxembourg-ticket.lu

In June the Capucins Theatre will unveil its programme for the coming season. As a foretaste, we list a few highlights here: Die Probe (Der brave Simon Korach) by Swiss playwright Lukas Bärfuss (Die sexuellen Neurosen unserer Eltern) L’Incroyable Voyage by French playwright Gilles Granouillet Professor Unrat by Heinrich Mann in a production by Claude Mangen In December 2008, the Capucins Theatre, in cooperation with the National Theatre of Nice, will present a French premiere of Tom Stoppard’s Rock’n’Roll in the Studio of the Grand Théâtre. The play was one of the biggest hits of the 2006-07 London theatre season and was hailed by the New York Times as “A passionately acted, decades-spanning tale of love, revolution and music.” Info: Théâtre des Capucins (9 place du Théâtre, L-2613 Luxembourg). Tel: 47 96 45 04, Fax: 46 50 65, capucins@vdl.lu, www.theatres.lu Reservations: tel. 47 08 95-1, Fax 47 08 95-95, ticket@pt.lu, www.luxembourg-ticket.lu

  Kulturfabrik und das Theater in Esch/Alzette haben das Angebot deutlich positiv belebt und erweitert. „Der Qualität kommt das sicher zugute. Ein wenig zum Nachteil gerät es jedoch neuen oder ungewöhnlicheren Inszenierungen, da man

eine Stunde zu uns anstatt in der rush hour im Stau zu stehen“, so Olinger schmunzelnd. Auf bewährte Kost und ein spezifisches Theaterklientel allein kann man sich nicht länger verlassen, wie z.B. auch der Abwärtstrend des Boulevardtheaters im Nachbarland Frankreich gezeigt hat. Dennoch sieht Marc Olinger gerade für diese „leichte“ Sparte wieder eine wachsende Nachfrage und möchte in der nächsten Saison u.a. mit „Le nombril“ von Jean Anouilh anspruchsvolle Stücke aus dem französischen Repertoire ‚pour le grand public’ anbieten. Den Pioniergeist hat der umtriebige Theatermann nicht verloren, auch wenn seine Funktion als „Direktor auf Lebenszeit“ im Hinblick auf Erneuerung und Innovation etwas befremdlich erscheinen mag. „Das ist sicher eine besondere Situation, die aber auch den Vorteil hatte, dass ich vieles an Strukturen für das Kapuzinertheater aufbauen konnte, das zunächst lediglich als Annex des Grand Théâtre gedacht war. Wir haben mit unseren Eigenproduktionen die Möglichkeit genutzt zu zeigen, dass es auch anders geht, und dazu brauchte es einfach einen langen Atem und langjährige Überzeugungsarbeit“, so Marc Olinger. Auf die Entwicklung, die er als Pionier ‚par la force des choses’ hierzulande mit initiiert hat, und die daraus resultierenden professionellen, kreativen Potenziale blickt er mit einer gewissen Genugtuung zurück. Den Blick nach vorn verliert er dabei nicht aus den Augen.

„Wir haben mit unseren Eigenproduktionen die Möglichkeit genutzt zu zeigen, dass es auch anders geht.“

eher auf die sicheren Werte setzt und bekanntere Stücke aufführt, um ein breites Publikum anzuziehen“, gibt Marc Olinger zu bedenken. Gelohnt haben sich seiner Meinung nach in den letzten Jahren spezifische Angebote wie die Happy Hour, bei der mittwochs ab 18 Uhr in der Theaterbar bei einem Drink und Häppchen kürzere Texte oder szenische Lesungen gegeben werden: „Damit erreichen wir besonders die mittlere Altersgruppe zwischen 30 und 45 Jahren, die, wie wir festgestellt haben, ohnehin wieder verstärkt ins Theater geht. Es ist doch besser, sie kommen nach der Arbeit erst einmal 44 07_40_48_marc_olinger.indd 44

23.04.2008 12:35:37 Uhr


qui vous La banque qui vous soutient

soutient B A NKING - INSURANCE - L EAS I NG WWW.ING.LU

Let’s talk about your future


In Juni wird das Programm des Kapuzintheaters für die nächste Spielzeit vorgestellt. In June the Capucins Theater will unveil its programme for the coming season.

Happy Hour T

he history of the Capucins Theatre is one of change: originally built as a monastery in 1623, it was later converted for use as a warehouse by the occupying French revolutionary troops. It was only in 1869 that the building was first used as a theatre. Indeed, the Capucins was the first theatre in the city of Luxembourg and it quickly adapted to its role as a pioneer in the dramatic arts. For a long time the Capucins Theatre remai­ ned the undisputed focal point of culture in the capital city, which was hardly embarrassed with riches in terms of venues. Real momen­ tum was only gathered in the 1960’s with the building of the Grand Théâtre (Neien The­ ater) on the Glacis and the emergence of more and more smaller venues such as the Casemates theatre, Théâtre du Centaure and the Théâtre Ouvert de Luxembourg (TOL). Even so, Luxembourg could hardly boast an independent, professional theatre industry. Marc Olinger, actor and long-time director of the Capucins Theatre, experienced the devel­ opment of the theatre in Luxembourg at first hand. He had founded the TOL in1972 and remained its artistic director before moving to the Capucins Theatre in 1985. The theatre had re-opened after an eight-year renovation programme: “From the very start, our mission, which had also been my ambition, was to make the Capucins a repertory theatre and to fill the schedule with our own productions in the three languages of the country, Luxembourgish, German and French. To this day that remains our main purpose. The Grand Théâtre was initially purely a host venue for touring companies with no productions of its own. We

were, in a way, the engine that pulled the local theatre industry into motion.” In the mean­ time, between six and eleven in-house pro­ ductions are staged at the Capucins Theatre each season, including one or two in Luxem­ bourgish. A consultative programming com­ mittee, comprising 15 representatives from

“ We were, in a way, the engine that pulled the local theatre industry into motion”

theatre, literature and politics, decide whether to accept Olinger’s production proposals. The very size of the country means that many productions are only given a limited theatrical run in Luxembourg, but then, if possible, head out on tour in neighbouring countries. This gives local acting talent a chance to make a name for themselves on the international stage. Olinger says he has never had any problems obtaining the requisite financial assistance from politicians. After all, the Capucins, like the Grand Théâtre, functions as a city institution and therefore has the sup­ port of the public authority – although that is also accompanied by a certain amount of con­ trol in the form of the programming commit­ tee. “In the past few years our budget has been increased regularly. That has allowed us to pay our artists an appropriate wage. And internally

46 07_40_48_marc_olinger.indd 46

23/04/08 14:01:25


Das Theater versucht moderne, zeitgenössische Autoren einem breiten Publikum in Luxemburg bekannt zu machen. The theater is trying to introduce a wider audience in Luxembourg to modern and contemporary playwrights.

we have been able to develop a highly professional stage design and set construction team whose first-rate work has received much praise from foreign theatre companies,” Olinger says with some pride. The Capucins Theatre receives 800,000 euros for its own productions per season, with a further 300,000 euros at its disposal to host touring companies. Around 20 productions from abroad are staged each season.

“We have used the opportunity, via our own productions, to demonstrate that things can be different.” “Mostly they are works that are not so wellknown here or which require an extravagant staging that would be too much for us to put on as our own production,” Olinger explains. Close cooperation for many visiting productions has been established with the National Theatre of Nice and the Théâtre du Chêne Noir from Avignon. But domestic cooperation with the Grand Théâtre is also bearing fruit.

Some of the Capucins’ own productions, such as the May production of Faces, based on the John Cassavetes’ film, are staged in the Studio of the Grand Théâtre. The theatre has also developed its pedagogical services over the past few years. “On the one hand we are trying to introduce a wider audience in Luxembourg to modern and contemporary playwrights. On the other hand we also stage the classics aimed at a younger audience, such as schoolchildren and students. We have called together a working group made up of high school teachers, which meets once each term to examine what sort of themes are being tackled in the curriculum. Based on this, we develop small-scale productions that we perform at the schools and which the students then discuss. We have great demand for this service from teachers,” says Olinger of the theatre’s programme to take theatre directly into schools. There is no question that there is a new wind blowing through the local theatre scene and that cultural initiators will have to find new niches in the face of increasing competition. The small theatres, the Grand Théâtre and the Théâtre National du Luxembourg in the city, as well as the Kulturfabrik and the municipal theatre in Esch-sur-Alzette have all expanded their programmes with new vigour. “Quality has definitely profited from this. But new or  47

07_40_48_marc_olinger.indd 47

23/04/08 12:11:00


Das Kapuzinertheater hat ein hochprofessionelles Team für Bühnenbau entwickelt. The Capucins Theater has developed a highly professional stage design team.

  unusual productions have suffered slightly, because the trend is to attract a wide audience by staging well-known works,” Olinger says thoughtfully. What has paid off, in his opinion, are the specific programmes that have been developed over the past few years, such as the Happy Hour every Wednesday at 6 p.m. in the Capucins theatre bar. Audiences can enjoy a drink and a snack during which short extracts and readings are performed. “This allows us to reach the medium age group between 30 and 45 who, we have noticed, are starting to frequent the theatre again in numbers. But it is better for them if they come to us for an hour after work rather than sit in a traffic jam during rush hour.” It is clear that theatres can no longer rely on tried and tested fare for a specific audience, as evidenced by the decline of boulevard theatre in neighbouring France. Nevertheless, Olinger has noticed a growing demand for this light segment and has plans to programme more challenging works from the French popular repertoire such as Jean Anouilh’s Le nombril. Despite being named director for life, which might seem incongruous with regards innovation and renewal, it is clear that Olinger has lost none of his pioneering spirit. “It is certainly a special situation, but it also has been advanta-

geous in allowing me to build the structure of the Capucins Theatre, which was at one stage thought of merely as an annexe to the Grand Théâtre. We have used the opportunity, via our own productions, to demonstrate that things can be different. But it has required patience and years of trying to convince others,” says Olinger. He can reflect on the development of the theatre in Luxembourg and today’s professional and creative potential – which, as a pioneer, he helped initiate – with a certain amount of satisfaction. But that does not mean that he has lost sight of the road ahead.  

48 07_40_48_marc_olinger.indd 48

23/04/08 12:11:05


le green_energy 100% d’énergie renouvelable avec LEO. À travers vos gestes quotidiens, faites-en pour la planète. Avec LEO, passez à une énergie 100% verte. Énergie hydraulique Énergie éolienne Énergie biomasse Énergie photovoltaïque

70% 20% 9% 1%

Coût supplémentaire: 0,00475 euros/kwh htva soit 12 à 24 euros par an selon le type de ménage

100% renouvelable Un geste fort et pourtant simple: pour passer au tarif green_energy, il suffit de téléphoner au 26 39 48 48 ou de vous rendre à notre Centre Clients (offre limitée aux clients de la Ville de Luxembourg). Disponible au même tarif pour tous les clients professionnels. Luxembourg City Energy Provider, au service des clients de la Ville de Luxembourg www.leoenergy.lu • T. 26 39 48 48

LEO_AD_Green_Energie_230x300.indd 1

4/23/08 5:42:40 PM


Sous l’Antiquité, on s’y adonnait déjà volontiers en public et leur succès ne s’est pas démenti au fil des siècles. Qu’ils soient d’adresse, de hasard ou de réflexion, ces jeux − plus souvent électroniques de nos jours − auront plus particulièrement la faveur de l’une ou l’autre des nombreuses communautés qui composent le Luxembourg. AndrŽs Lejona les a photographiés dans les bars, où ils sont alors à la fois but et prétexte, divertissement et lien social.

Jeux en société Parlour games. In Antiquity, people were already playing them in public and their popularity has not diminished over the centuries. Whether games of skill or chance or brain teasers, these games − mostly electronic these days − will appeal specifically to any one of the numerous communities that make up Luxembourg. AndrŽs Lejona has photographed them in bars where they are both the aim and the pretext, ­entertainment and social cohesion. 50 08_50_61_portfolio.indd 50

23.04.2008 11:27:59 Uhr


51 08_50_61_portfolio.indd 51

23.04.2008 11:28:06 Uhr


52 08_50_61_portfolio.indd 52

23.04.2008 11:28:13 Uhr


53 08_50_61_portfolio.indd 53

23.04.2008 11:28:21 Uhr


54 08_50_61_portfolio.indd 54

23.04.2008 11:28:27 Uhr


55 08_50_61_portfolio.indd 55

23.04.2008 11:28:34 Uhr


56 08_50_61_portfolio.indd 56

23.04.2008 11:28:41 Uhr


57 08_50_61_portfolio.indd 57

23.04.2008 11:28:49 Uhr


58 08_50_61_portfolio.indd 58

23.04.2008 11:28:55 Uhr


59 08_50_61_portfolio.indd 59

23.04.2008 11:29:03 Uhr


60 08_50_61_portfolio.indd 60

23.04.2008 11:29:10 Uhr


Billard. Pool SANTOLA, 223, rue Rollingergrund

Flipper. Flipper game Brasserie NEW QUASAR, 8, av. Pasteur

Jeu de Poker. Poker game MARX Bar, 42-44, rue de Hollerich

Jeu de football électronique. Electronic football game PACHA, 156, av. du X septembre

Baby Foot. Foosball table CAFE NEW SOCIETY, 84, av. Victor Hugo

Machine à sous. Slot machine CLUB SKYLINE, 2, rue de l’eau

Jeu de palet. Air Hockey Q 45, Cinema Utopolis, 45,av, J.F.Kennedy

Jeu de fléchettes. Darts SCOTT’S, 4, Bisserwee

Jeu de Quilles. Bowling game CAFE BEAULIEU, 25, rue Felix de Blochausen

Jeu d’échecs. Chess game CAFE INTERVIEW, 21, rue Aldringen

61 08_50_61_portfolio.indd 61

24/04/08 11:45:04


Dino Manniello, osteopath and tango/salsa dance enthusiast. Ostéopathe et passionné de tango et de salsa.Legende bold A. Legende A xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx. Legende B xxxxx xxxxx

09_62_67_inter_community.indd 62

24/04/08 11:38:37


International Community 162 nationalities live in Luxembourg, including 75 Argentinians 162 nationalités cohabitent au Luxembourg, dont 75 Argentins

The Immigrant’s Dance Texts: Deborah Fulton Anderson. Photos: Andrés Lejona

T

he Latin beat in Luxembourg continues

to flourish as the small but proud Argentinian community celebrates the culture and dance of its immigrant past. “I am Porteño, from the port side of Buenos Aires, and this is where the Tango found its roots!” Dino Manniello describes the dance of Argentina with an enthusiastic charm. “The Tango is often referred to as the music of the immigrants to Argentina.” Like the millions of Italians and Spanish immigrants who came to Argentina in the early 20th century, the tango culture is crossing borders again with a resurgence in popularity, picking up the rhythm of a mix of cultures along the way. Today in Buenos Aires (literally the “Fair Winds”, a namesake from the Italian sanctuary of Bonaria) the ethnic diversity of 13 million inhabitants is played out in the vibrant streets of “a city that never stops”, according to Manniello. “When you are in Argentina you hear tango and salsa all the time, you have it on your brain, and you move!” In Luxembourg, the opportunity to hear the Latin beats of tango and salsa arrives this month with the opening of Salsalux 2008, the third Salsa Congress hosted in the Grand Duchy, and Dino Manniello will be the master of ceremonies. “This music has only been in Luxembourg for about 15 years. When I was young we had to play scratchy old recordings just to hear it. Now we in the Latin community – we meet and we dance!” The son of Italian immigrants to Argentina, Dino came to Luxembourg when he was only eleven years old. “My aunt spread the news to my family about the benefits of living here.” Settling in was difficult, however. “We were the only ‘foreign family’ living in our village. School was difficult. Learning French and Luxembourgish was difficult.” But 31 years later the immersion paid off. Dino now speaks 

Argentina About Argentina Population: 40,301,927 (July 2007) Capital: Buenos Aires Government: Republic National Day: Revolution Day, 25 May Chief of State: President Cristina Fernandez de Kirchner For More Information Ambassade de la République Argentine Mr. Marcelo Giusto, Chargé d’Affaires Av Louise 225, 1050 Brussels T (+32) 2 647-7812, F (+32) 2 647-9319 E info@embargentina.be Cultura Latina Luxembourg asbl E info@salsalux.com Argentina in Luxembourg SalsaLux 2008 15-18.5.08, Halle Victor Hugo Av Victor Hugo, L-1750 Luxembourg W www.salsalux.com Restaurant Argentino Patagonia 373, route de Thionville, L-5887 Hesperange T 36 00 95 E patagonia373@hotmail.com

Famous Argentinians Jorge Luis Borges,writer Juan Perón and Eva Perón, former President and his popular wife Ástor Piazzolla, Tango composer Diego Maradona, football player Xul Solar, painter and sculptor Quino, cartoonist (Mafalda) Juan Manuel Fangio, Formula 1 driver Adolfo Pérez Esquivel, Nobel Peace Prize Mercedes Sosa, singer Che Guevarra, revolutionary Expressions Che, quieres un mate? Do you want to drink a mate? Toma mate y avìvate! Look alive, cheer up! Quédate piola! Be Cool! Yo, Argentino! Hey, I’m Argentinian!

Latina Wines 20, rue de Bettembourg, L-5810 Hesperange T 26 44 04 14

63 09_62_67_inter_community.indd 63

24/04/08 11:38:44


Ibel Gatto, artist and lawyer. Artiste et avocate .

Bohemian at heart “I come from a family of lawyers – my father and both my brothers. I am very rational!” Ibel Gatto is a corporate tax lawyer at Ferrero International. It is not legal tomes, however, that fill her apartment in Luxembourg. Instead, there are paints, brushes and colourful canvases that display her parallel passion for art. “My mother is an artist, and she ensured that we had a broad education in the arts growing up in Buenos Aires.” A painter since childhood, winning contests in Argentina, Ibel recently exhibited her work with other Latin artists in the Undergrund Gallery in the Grund. Ibel links her creative spirit to that of the Argentinian temperament itself. “Things are always changing there, politically and economically. You have to be adaptable to survive. It is a place that inspires movement!” Here in Luxembourg, she continues to experiment with colours and composition in her paintings. “It is like therapy – al­though I never know exactly how a painting will turn out. Between the rational and the intui­tive – the intuitive usually wins!” www.ibel-gatto.com.ar

Bohémienne dans l’âme «Je viens d’une famille d’avocats – mon père et mes deux frères. Je suis donc très rationnelle!» Ibel Gatto est avocate fiscaliste chez Ferrero International. Néanmoins, ce ne sont pas les ouvrages juridiques qui remplissent son appartement luxembourgeois, mais plutôt les pots de peinture, pinceaux et autres toiles colorées qui montrent la passion parallèle qu’elle entretient pour l’art. «Ma mère est une artiste et elle a souhaité que nous recevions une formation artistique très large durant notre enfance à Buenos Aires». Passionnée de peinture depuis l’enfance, Ibel a récemment exposé son travail avec d’autres artistes d’Amérique latine à la Galerie Undergrund du Grund. Ibel fait le lien entre sa créativité et le tempérament argentin lui-même. «Les choses changent sans cesse là-bas, politiquement et économiquement. Il faut savoir s’adapter pour survivre. C’est un endroit qui inspire le mouvement!» Ici au Luxembourg, elle continue à expérimenter couleur et composition dans ses œuvres. «C’est comme une thérapie – bien que je ne sache jamais vraiment ce qu’une peinture va donner. Entre rationnel et intuition – c’est généralement l’intuition qui l’emporte!»

  seven languages, which has helped his participation in salsa conferences all over the globe. “I was just dancing for fun until two very dynamic teachers came to Luxembourg and encouraged me.” At congresses in Paris, Barcelona, New York and London, participants learn new steps and choreography. “It’s huge. People come from everywhere to see the dance spectaculars – to participate and to learn. Not to mention the parties!” The local Cultura Latina Luxembourg is organizing this month’s festivities spanning four days in the Halle Victor Hugo, where professional dancers and World Competition champions from New York to Barcelona will entertain and hold workshops. Amongst them will be an “Ambassador of the Tango”, Graciela Heredia, who promotes classical Argentinian Tango around the world under the patronage of the Embassy of Argentina. Dino confirms her technique. “The way Graciela teaches is so simple and yet so effective – in one hour you will be dancing tango!” When first introduced in the 1920’s, the tango was a forbidden dance for women because of its scandalous, subculture nature. In Buenos Aires, tango-dancing schools (known as academias) were for men only. This quality of machismo aggressiveness is built into the “authentic” tango styles still seen today. “In tango it is the man who dictates what moves the woman will do.” Dino adds laughing, “But only in the dance!” Tango grew up in the streets, the workingman’s dance of bars and bordellos. Since its beginning, the fortunes of tango have also been tied to government regimes in Argentina – flourishing in the limelight under Juan Peron but declining later as military dictatorships banned public gatherings. Since the 1990’s, though, the tango in its many forms has been gaining huge numbers of fans in cities around the world. In Buenos Aires, tanguedias (tango places) and milongas (a meeting place as well as a tango-type dance) are thriving. “Some are like disco shows, where you sit and have dinner while watching orchestras and dance extravaganzas,” Dino confirms. “Others are just small, intimate cafés where you can dance until six in the morning!” When he is not dancing or singing (performing with local salsa orchestra Salsabor for seven years), Manniella practices osteopathy, having received a doctorate degree from the University of Lugano. He divides his time between Luxembourg and Spain, and returns to Buenos Aires whenever possible. “You sit in a sidewalk café, drinking mate. You feel special. And always, there is the music!”

64 09_62_67_inter_community.indd 64

23.04.2008 11:54:09 Uhr


La Danse des immigrants L e Luxembourg continue à vibrer à l’unis son des rythmes latins, grâce à la communauté argentine – certes petite, mais fière – qui célèbre la culture et la danse issues de tout un passé d’immigration. «Je suis Porteño, c’est-à-dire originaire du port de Buenos Aires, et c’est là que se trouvent les racines du tango!» Dino Manniello décrit cette danse venue d’Argentine avec un charme plein d’enthousiasme. «On fait souvent référence au tango comme étant la musique des immigrants venus d’Argentine.» Tout comme l’ont fait les millions d’Italiens et d’Espagnols ayant immigré en Argentine au début du 20e siècle, la culture du tango traverse à nouveau les frontières et connaît un regain de popularité, empruntant sur son parcours les rythmes d’autres cultures. Aujour­ d’hui, la diversité ethnique des treize millions d’habitants de Buenos Aires (littéralement Bons Vents, un homonyme du sanctuaire italien de Bonaria) se voit dans les rues toujours animées d’une «ville qui ne s’arrête jamais» , selon Dino Manniello. «Lorsque vous êtes en Argentine, vous entendez du tango et de la salsa tout le temps, ces musiques s’insinuent dans votre cerveau, et vous bougez!» Au Luxembourg, c’est au mois d’avril que vous aurez la possibilité de vibrer aux rythmes latinos du tango et de la salsa à l’occasion de Salsalux 2008, la troisième édition du Congrès de la Salsa qui se déroulera au Grand-Duché et dont Dino Manniello sera le maître de cé­rémonie. «Cette musique n’est connue au Luxembourg que depuis quinze ans environ. Quand j’étais jeune, il fallait écouter de vieux disques rayés pour l’entendre. Maintenant, au sein de la communauté latino, on se rassemble et on danse!» Fils d’Italiens ayant immigré en Argentine, Dino est arrivé au Luxembourg à seulement onze ans. «Ma tante avait expliqué à ma famille tous les avantages de vivre au Luxembourg». S’intégrer fut néanmoins difficile. «Nous étions la seule famille d’étrangers du village. J’avais des difficultés à l’école. Apprendre le français et le luxembourgeois était difficile». Mais 31 ans plus tard, cette immersion s’est avérée payante. Dino parle maintenant sept langues, ce qui l’a bien aidé lors de sa participation à des confé­ rences sur la salsa dans le monde entier. «Je dansais juste pour le plaisir jusqu’à ce que deux professeurs très dynamiques arrivent au Luxembourg et m’encouragent». Lors  

Diego Castello, owner of Restaurant Argentino Patagonia and Latina Wines. Propriétaire du restaurant Argentino Patagonia et de Latina Wines

Argentina in Luxembourg

L’Argentine au Luxembourg

Diego Castello’s popular restaurant, Patagonia, features Argentinean specialties – beef asada (barbecue style) and parrillada (mixed grill) – along with wines that he imports directly from the Mendoza and Patagonia wine-growing regions. Diego: “Argentina is actually the fifth largest producer of wine in the world.” The restaurant is named for the stunning southern region of Argentina. “It has a natural beauty that takes your breath away.” The Patagonia region’s phenomenal variety takes in alpine lakes, the glaciers along the Chilean border and continues all the way to the Fin del Mundo in Ushuaia, contending to be “the southern-most city in the world.” It was neither the restaurant nor the wine import business that brought Diego to Luxembourg. A professional football player in Buenos Aires and Toronto, Diego came to Europe to play semi-professionally for Belgium, and eventually for Luxembourg, where he first learned about the wine business. A natural entrepreneur, he soon founded Latina Wines, offering wines and products from Latin America. The Lux­ embourg Patagonia’s loyal clientele appreciates the warm Argentinian welcome extended by Diego and his family.

Le très populaire restaurant de Diego Castello, Argentino Patagonia, propose des spécialités venues d’Argentine – bœuf asada (style barbecue) et parrillada (grillades variées) – ainsi que des vins qu’il importe directement de Mendoza et des vignobles de Patagonie. Diego reconnaît: «L’Argentine est en fait le cinquième plus grand producteur de vin au monde». Le nom choisi pour son restaurant fait référence aux superbes paysages du Sud de l’Argentine. «La beauté naturelle de cette région est à couper le souffle.» L’incroyable variété des paysages de Patagonie va des lacs alpins aux glaciers bordant la frontière chilienne, en allant jusqu’à la Fin del Mundo, à Ushuaia, qui se targue d’être «la ville la plus australe du monde». Joueur de football professionnel à Buenos Aires et Toronto, Diego est venu en Europe pour jouer en semiprofessionnel d’abord en Belgique, puis au Luxembourg où il a débuté son activité en tant qu’importateur de vins. Il crée Latina Wines qui propose des vins et produits provenant d’Amérique latine. La clientèle luxembourgeoise du Patagonia apprécie le chaleureux accueil argentin que leur réservent Diego et sa famille.

65 09_62_67_inter_community.indd 65

23.04.2008 11:54:17 Uhr


Elisa Jensen Labiano, training consultant, entrepreneur, marathon runner, mother. Consultante en formation, chef d’entreprise, marathonienne et maman.

In Constant Motion Elisa Jensen Labiano radiates an energy that she attributes directly to her Argentinian roots. “People think I infuse caffeine into my veins at night!” A native of Lomas de Zamora, Elisa’s family is of Spanish and British descent. “Argentina is a melting pot of European cultures.” The family moved to the United States when she was ten, and Elisa has lived in Paris, Brussels and Buenos Aires before coming to Luxembourg in 1998. “I am happiest when I am learning, when I am challenged.” Elisa’s strong sense of entrepreneurship motivated her to found the Second Degree adult education program soon after arriving in Luxembourg. “When we came here there were no ‘leisure courses’ available. So I found seven teachers, seven classrooms and started distributing brochures.” Today, there are over 20 different courses offered from Indian Cooking to Practical Photography (taught by Elisa’s husband and professional photographer, Robin). Elisa is currently a training consultant for the Personal Efficiency Program (PEP) and she epitomizes what she teaches. Mother of two and a marathon runner, Elisa stays a más andar in constant motion.

En perpétuel mouvement Elisa Jensen Labiano dégage une énergie qu’elle attribue directement à ses origines argentines. «Les gens pensent que je m’injecte de la caféine dans les veines la nuit!» Native de Lomas de Zamora, la famille d’Elisa a des origines espagnoles et anglaises. «L’Argentine est un melting pot de cultures européennes». Elisa a également vécu à Paris, Bruxelles et Buenos Aires avant d’arriver au Luxembourg en 1998. «C’est quand j’apprends, quand je dois faire face à de nouveaux défis que je suis la plus heureuse». C’est son fort esprit d’entreprise qui a incité Elisa à créer son association d’enseignement pour adultes peu après son arrivée au Luxembourg. «Lorsque nous sommes arrivés ici, il n’y avait pas de cours du soir.» Aujourd’hui, son association propose plus de 20 cours différents, de la cuisine indienne à la pratique de la photographie. Elisa est actuellement consultante en formation auprès du Programme d’Efficacité Personnalisé (PEP) et elle incarne à merveille ce qu’elle enseigne. Mère de deux enfants et marathonienne, Elisa demeure a más andar: en perpétuel mouvement.

    des congrès qui se tiennent à Paris, Barcelone, New York et Londres, les participants apprennent de nouveaux pas et de nouvelles chorégraphies. «Il y a un monde fou. Les gens viennent de partout pour voir les spectacles de danse – pour participer et apprendre. Sans parler des soirées!» L’association locale Cultura Latina Luxembourg organise les festivités qui se dérouleront ce mois-ci pendant quatre jours à la Halle Victor Hugo, et où danseurs professionnels et champions du monde venus de New York ou de Barcelone se chargeront du spectacle et organiseront des ateliers. On trouve parmi eux une Ambassadrice du tango, Graciela Heredia, qui fait la promotion du tango argentin classique dans le monde entier sous le patronage de l’Ambassade d’Argentine. Dino confirme l’excellence de sa technique. «La manière dont Graciela enseigne est si simple et pourtant tellement efficace – après une heure de cours vous savez danser le tango!» A sa création dans les années 20, le tango était interdit aux femmes du fait de sa nature scandaleuse et subversive. A Buenos Aires, les écoles de tango (connues sous le nom d’aca­ demias) étaient réservées aux hommes. Cette agressivité quelque peu machiste fait encore aujourd’hui partie intégrante du tango authen­ tique. «Dans le tango, c’est l’homme qui dicte les mouvements que doit faire la femme», ajoute Dino en riant, «Mais pour la danse seulement!» Le tango est né dans la rue, c’est la danse des ouvriers dans les bars et les maisons closes. Dès ses débuts, le destin du tango fut également lié aux différents régimes politiques que connut l’Argentine – mis à l’honneur sous Juan Peron, il déclina ensuite lorsque les dictatures militaires interdirent tout rassemblement public. Cependant, depuis les années 90, le tango et ses multiples fa­cettes ont vu le nombre de leurs adeptes augmenter dans toutes les villes du monde. A Buenos Aires, les tanguedias (lieux où l’on danse le tango) et les milongas (qui désignent un lieu de rencontre mais aussi un type de tango) se multiplient. «Certains ressemblent à des clubs disco où vous vous asseyez et dînez tout en admirant le spectacle somptueux offert par les orchestres et les danseurs», explique Dino. «D’autres sont simplement de petits cafés intimes où vous pouvez danser jusqu’à six heures du matin!» Lorsqu’il ne danse pas ou ne chante pas (il se produit depuis sept ans avec l’orchestre de salsa local, Salsabor), Dino pratique l’ostéopathie, étant titulaire d’un doctorat obtenu à l’Université de Lugano. Il partage son temps entre le Luxembourg et l’Espagne et retourne à Buenos Aires aussi souvent que possible. «Vous vous asseyez à la terrasse d’un café, à boire du maté. Vous vous sentez spécial. Et comme toujours, il y a la musique!»

66 09_62_67_inter_community.indd 66

23.04.2008 11:54:24 Uhr


1RDV.indd 1

21.04.2008 17:41:06 Uhr


Environnement

Une école modèle Texte: Corinne Briault. Illustration: Maxime Pintadu (StudioForEditorialDesign)

L

e plan d’action environnemental adopté en 2007 (magazine Rendez-Vous de janvier 2008), concrétise et traduit la volonté de la Ville de Luxembourg de prendre en considération et de concilier les impératifs touchant à de multiples domaines, qu’ils soient environnementaux, sociaux ou économiques, afin d’intégrer les problématiques environnementales dans chacune de ses actions. Le nouveau complexe foyer scolaire implanté dans le quartier de Hamm est, à ce titre, un projet exemplaire et innovateur en matière de développement durable. Achevé en novembre 2007, le complexe école - foyer scolaire se trouve à côté du site scolaire existant à Hamm, une disposition choisie dans le but de renforcer non seulement le caractère du centre de quartier socio-éducatif, mais également de réduire les trajets à parcourir grâce à la proximité avec les habitations. Suivant le standard maison passive, le bâtiment offre la possibilité de réduire la consommation d’énergie primaire et d’augmenter la part des énergies renouvelables avec un coût de construction (462 € HTVA/m3) démontrant qu’une construction écologique peut rester économiquement avantageuse, contrai­ rement à de nombreuses idées reçues. Ses besoins en énergie thermique sont minimaux et couverts par une chaudière centrale à pellets en bois, partagée avec l’école existante. Des capteurs solaires photovoltaïques installés sur la toiture contribuent à la production d’électricité à partir de ressources renouvelables. En outre, pour sa construction, les besoins en énergie primaire ont été réduits pour la production des matériaux de construction, notamment parce que le bâtiment est essentiellement construit en bois, matière première renouvelable. La consommation d’énergie est également réduite grâce à des technologies de pointe: régulation de l’éclairage par la lumière du jour, détecteurs de présence, ventilation centrale automa­­tisée. Quant aux alentours du bâtiment, ils sont entretenus par le service des parcs de la ville qui n’utilise ni engrais ni herbicides et produit son propre terreau pour les plantes sur son site à partir des

déchets verts de la ville. Construits avec des matériaux naturels, l’intérieur du bâtiment assure un climat sain entre autres grâce à l’utilisation de crépis en argile, régulant l’humidité et des plantations intérieures, répondant également aux critères de maison passive. Dans un but de préservation des ressources naturelles, l’eau pour les toilettes et pour l’arrosage des plantations est prélevée sur un réservoir de récupération des eaux pluviales, permettant une économie d’eau potable de l’ordre de plus de 200 000 litres annuels. Pour un usage rationnel, toutes les robinetteries utilisées par les enfants sont munies d’un dispositif d’arrêt automatique. Par ailleurs, afin de favoriser le cycle naturel de l’eau, les surfaces en dur des alentours sont construites en matériaux perméables permettant l’infiltration des eaux pluviales dans le sol. A Hamm, comme dans toutes les autres écoles, le service de l’enseignement applique depuis 2007 des critères environnementaux stricts lors de l’achat de matériel d’école et de papier (100% recyclés). Le mobilier de l’école répond à des critères écologiques stricts, la ville utilisant, en outre, des produits de nettoyage et d’entretien adaptés au traitement de surface des matériaux écologiques. Une action est en cours pour acheter du matériel d’école produisant un minimum de déchets (réduction des emballages, pièces rechargeables…) et le nouveau bâtiment profite du système performant de tri et de collecte séparée des déchets géré par le service d’hygiène de la ville. Des démarches ont été entamées en vue de l’obtention du label Superdréckskëscht pour le foyer scolaire. Doté de sa propre cuisine, le foyer offrira aux enfants des repas et collations conformes au cahier des charges du CAPEL en faveur d’une nutrition saine et équilibrée. Enfin, les utilisateurs du nouveau bâtiment suivront une formation les engageant à des comportements responsables (gestion de l’énergie, gestion des déchets…) et des actions de sensibilisation des enfants sont également prévues (Fair Trade et découverte de la biodiversité locale). Autant de réalités développées et représentatives à plus d’un titre des actions durables définies par la Ville.

Pratique Pour plus d’informations Site web: www.vdl.lu (Rubrique Environnement et mobilité) Pour vos questions sur: L’énergie T 47 96 24 86, E energieberodung@vdl.lu Le chauffage urbain  T 47 96 30 55 Les déchets  T 47 96 36 40, E hygiene@vdl.lu L’eau potable  T 47 96 28 83 ou 47 96 25 74 Les infrastructures en forêt  T 47 96 25 65, E forets@vdl.lu Les activités pour jeunes pendant les vacances  T 47 96 32 73, W www.capel.lu Les activités pour jeunes à la Haus vun der Natur  T 47 96 68 66, E hausnatur@technolink.lu Les canalisations T 47 96 25 17, E canal@vdl.lu

68 10_68_69_environnement.indd 68

23.04.2008 11:09:19 Uhr


Construction écologique

A model school T

he environmental action plan adopted in 2007 (Rendez-Vous magazine, January 2008), firmly establishes and reflects the commitment of the City of Luxembourg to recognize and balance the requirements of so many areas, whether environmental, social or economic, so as to integrate environmental issues into each of its actions. In this respect, the new school common room complex (foyer scolaire) built in Hamm is an exemplary and innovative project in terms of sustainable development. Completed in November 2007, the school common room complex is next to the existing school site in Hamm, an arrangement chosen with the aim of not only strengthening the character of the central social and educational quarter, but also of reducing journey times thanks to its proximity to housing. In accordance with the passive house standard, the building has the potential to reduce primary energy consumption and to increase the share of renewable energies with a construction cost (€ 462 (excl. VAT)/m3) that demonstrates that an ecological building can still be economically viable, contrary to many misconceptions. Its thermal energy needs are minimal and covered by a central wood pellet heater, shared with the existing school. Photovoltaic solar panels installed on the roof contribute to the generation of electricity from renewable sources. Furthermore, for its construction, the primary energy needs were reduced for the production of construction materials, in particular because the building is essentially made of wood, a renewable raw material. The energy consumption is also reduced thanks to advanced technology: lighting regulation by daylight, presence detectors, automated central ventilation. As for the surroundings of the building, they are maintained by the City’s parks department which uses neither fertilisers nor herbicides and uses its own compost produced from the City’s green waste for the plants on site. Built with natural materials, the interior of the

building ensures a healthy climate inter alia thanks to the use of clay rough-casting, regulating the humidity and the indoor plants, as well as fulfilling the passive house criteria. In an attempt to conserve natural resources, water for the toilets and for watering the plants is taken from a rainwater holding tank, enabling more than 200,000 litres of drinking water to be saved each year. For effective use, all the taps used by the children are equipped with an automatic cut-off device. Furthermore, in order to encourage the natural water cycle, the hard surfaces of the surroundings are built of permeable materials allowing for the infiltration of rainwater into the earth. In Hamm, as in all the other schools, since 2007 the teaching department has applied strict environmental measures when buying school equipment and paper (100% recycled). The school furniture meets strict ecological requirements, with the City also using cleaning and maintenance products adapted to the surface treatment of ecological materials. Action is underway to buy school equipment that produces minimum waste (reduction in packaging, rechargeable batteries, etc.) and the new building benefits from the efficient system of sorting and separately collecting waste managed by the City’s health department. A process is in place to obtain the Superdréckskëscht label for the school common room complex. Equipped with its own kitchen, the common room will offer the children meals, snacks and drinks that comply with CAPEL specifications in favour of healthy and balanced nutrition. Finally, users of the new building will be trained in adopting responsible behaviour (energy management, waste management, etc.) and actions to raise the children’s awareness are also planned (Fair Trade and discovery of local biodiversity). Many projects have been developed and represent, in more ways than one, the sustainable actions set out by the City.

Un projet de construction? Pourquoi ne pas choisir des méthodes soucieuses de l’environnement naturel et de votre bien-être personnel: - les matériaux de construction renouvelables (p.ex. bois) sont naturels, assurent une bonne isolation thermique et procurent un climat intérieur agréable, - les produits naturels pour la finition intérieure (argiles, peintures à l’eau, …) sont dépourvus de substances chimiques nocives et protègent ainsi votre santé, - des surfaces externes perméables (pavés drainants, …) favorisent l’infiltration et délestent la canalisation, l’utilisation d’eau pluviale soulage votre facture d’eau potable, - la plantation de haies, arbres et arbustes indigènes contribuent à la biodiversité en ville. Pour plus de détails: Construction écologique: OekoZenter Lëtzebuerg (bauberodung@oeko.lu , tél.: 43 90 30 45). Aménagements extérieurs écologiques: Administration des Eaux et Forêts (jean-claude.kirpach@ef.etat.lu, francine.michels@ef.etat.lu, tél.: 40 22 01 310) ou Haus vun der Natur (tél.: 29 04 04 1).

Ecological construction A building project? Why not use methods respecting the environment and your personal well-being: - renewable construction materials (i.e. wood) are natural, they assure good natural thermal insulation and provide a pleasant indoor climate, - natural interior finishing products (clay, water based paints, ...) contain no harmful chemical substances for your health, - external permeable surfaces (draining paving stones, ...) encourage infiltration and relieve pipes. Using rain water saves on your water bill, - planting indigenous hedges, trees and shrubs contributes to the bio-diversity of the City. For more details: Ecological construction: OekoZenter Lëtzebuerg (bauberodung@oeko.lu, tel.: 43 90 30 45). Exterior Ecological Planning: Water and Forests Administration (jean-claude.kirpach@ef.etat.lu, francine.michels@ef.etat.lu, tel.: 40 22 01 310) or Haus vun der Natur (tel.: 29 04 04 1).

69 10_68_69_environnement.indd 69

23.04.2008 12:45:27 Uhr


11_70_72_sports.indd 70

23.04.2008 11:30:35 Uhr


Sport

Le repos du guerrier urbain Texte: Anne Fourney. Photos: Andrés Lejona

O

n les voit se mouvoir dans la brise du parc de Belair. Par tous les temps ou presque. Ces mouvements qui intriguent et font sourire. On a parfois envie de se moquer, il faut bien l’avouer! Mais très vite, le regard se porte sur les visages concentrés et paisibles de ces pratiquants de Tai chi chuan. Chaque vendredi à 14h30, ils se retrouvent autour de leur enseignant, Christian Colombo. Un jeune homme au visage poupin, le teint rose et le sourire aux lèvres. Originaire de ­Hambourg, en Allemagne, il s’est installé au Luxembourg il y a environ six ans. Proche de la nature, Christian Colombo est naturopathe et exerce la médecine chinoise. Enfant, il pratiquait déjà un art martial, sous une forme plus «tonique»: le Kung fu. Il sympathise avec ses enseignants chinois et c’est lors d’un voyage en Chine qu’il découvre le Tai chi chuan. Il n’a pas cessé depuis de s’investir dans cette discipline. Le Tai chi chuan est souvent perçu comme une sorte de gymnastique par les Occidentaux. Il s’agit pourtant d’un art martial dit «interne» qui s’inspire des techniques de combat des samouraïs. «Il existe cinq principales écoles de Tai chi dans le monde. Toutes tirent leur origine du Tao, philosophie ancestrale chinoise.

Celui que j’enseigne à Merl est de style Yang. C’est une forme simplifiée, créée dans les années cinquante», précise Christian Colombo. «La pratique repose sur trois piliers essentiels: la respiration, les mouvements et l’aspect spirituel, l’état de conscience». Une notion que l’on retrouve, omniprésente, dans le bouddhisme notamment. Le Tai chi peut rapidement s’inscrire dans un art de vivre. Le fait de développer ces mouvements avec le rythme lent qui s’y prête amène de suite l’esprit à se calmer. Un décalage particulièrement apprécié dans nos existences où tout se vit en accéléré! «Tout le monde peut pratiquer à partir de 14 ans et ce jusqu’à un âge très avancé. Le Tai chi ne requiert pas une condition physique ou une souplesse particulières. L’idée est de développer un mouvement de façon naturelle, sans frustration. Chacun peut s’adapter en douceur. Il n’y a pas de pratiquants plus doués que d’autres. Chacun peut donc y trouver son compte puisqu’il n’est pas question de performance, comme on nous le demande si souvent aujourd’hui». Une pause bienvenue en pleine jungle urbaine. Et à voir le visage de Christian Colombo, il est certain que le Tai chi chuan contribue à maintenir en bonne santé: ce jeune homme qui affiche une trentaine d’années est en réalité âgé de 42 ans!

Tai chi chuan pour plus d’informaton Christian Colombo M 691 848 695 E lgtq@lgtq.org ou Romain Engels T 4796-2521 E rengels@vdl.lu Pour se rendre au parc Belair: bus lignes 10 et 11 Pour les habitants de la ville de Luxembourg, par cours et par saison: 30 euros ; passe-partout: 110 euros. Pour les habitants des autres communes: par cours et par saison: 60 euros; passe-partout: 220 euros.

71 11_70_72_sports.indd 71

24/04/08 11:47:31


The rest of the urban warrior W

Le Tai chi chuan est un art martial s’inspirant des techniques de combat des samouraïs. Tai chi chuan is a martial art inspired by Samurai combat techniques.

Tai chi tous temps

Tai chi in all weather

Les cours de Tai chi chuan proposés par Sports pour tous ont lieu chaque vendredi à 14h30 au parc Belair à Merl, par tous les temps. Si la météo est vraiment trop mauvaise, un repli est prévu soit sous l’auvent du café du parc ou dans la salle de gymnastique dans la rue de l’Abattoir. Les pratiquants sont aisément repérables si l’on souhaite les rejoindre pour faire un essai. Et comme cet horaire ne convient pas à tous, il est envisagé de proposer un stage durant l’été: à suivre (de près)! En dehors de ce projet, les cours n’ont pas lieu durant les vacances scolaires.

The Tai chi chuan courses offered by Sports pour tous take place in all weather each Friday at 2:30 pm in Belair Park in Merl. If the weather is particularly bad, they meet under the awning of the park cafe or in the gymnasium, rue de l’Abattoir. The participants are easily recognisable if you want to join them and have a go. As this time is not convenient for everyone, there are plans to offer a course in the summer: watch this space (closely)! Besides this project, the courses do not take place during the school holidays.

e see them move in the breeze in Belair Park. Whatever the weather, or almost. These movements intrigue and make the spectator smile. We sometimes feel like mocking them, let’s face it! But our gaze quickly focuses on the concentrated and peaceful faces of these Tai chi chuan practitioners. Every Friday at 2.30 pm, they gather around their teacher, Christian Colombo, a young baby faced man with a pink tint and a smile on his lips. Originally from Hamburg, in Germany, he arrived in Luxembourg around six years ago. Close to nature, Christian Colombo is a naturopath who practices Chinese medicine. As a child, he already practiced martial arts, in the most “dynamic” form: Kung Fu. He became friend with his Chinese teachers and while on a trip to China, he discovered Tai chi chuan. Since then he has never stopped practicing this discipline. Tai chi chuan is often perceived as a type of gymnastics by Western people. Yet it is an “internal” martial art inspired by Samurai combat techniques. “There are five principal schools of Tai Chi in the world. They all take their origin from Tao, the ancient Chinese philosophy. The method I teach at Merl is the Yang style. It is a simplified form created in the 1950s. The practice is based on thee essential pillars: breathing, movement and the spiritual aspect, the state of consciousness” explains Christian Colombo. A notion that is omnipresent, notably in Buddhism. Tai Chi can quickly become a way of life. Developing these movements at a slow rhythm immediately leads to a calmer spirit. A change particularly appreciated in our fast paced lifestyle! “Everyone can take part from 14 years of age to the elderly. Tai Chi does not require any particular fitness or suppleness. The idea is to develop movement in a natural way, without frustration. Everyone can learn at their own pace. Nobody is more gifted than anyone else. Everybody can find something from it as it’s not about performance, unlike what is so often demanded today”. A welcome break in the urban jungle. And when you see Christian Colombo’s face, you realize that Tai chi chuan is good for your health: this young man looks in his thirties but is in fact 42!

72 11_70_72_sports.indd 72

23.04.2008 11:30:41 Uhr


38991_Ann.RV.230x300 1

16/04/08 15:03:51


Adresses utiles Musées, bars, discothèques, galeries d’art, théâtres, salles de spectacles, services de l’Administration de la Ville de Luxembourg. Une sélection d’adresses pour aller danser, assister à un spectacle ou assurer un suivi administratif. Musees

LUXEMBOURG CITY TOURIST OFFICE 30, place Guillaume II (Centre), T 22 28 09, F 46 70 70 touristinfo@lcto.lu, www.lcto.lu Bureau d’accueil touristique et billetterie Luxembourg Ticket: lu-sa 9h-19h, di 10h-18h. Communication et marketing: Promotion culturelle et touristique de Luxembourg-ville et de son image de marque. Service Guidages Luxembourg Convention Bureau: Consultance tourisme d’affaires / encadrement pour organisateurs professionnels de conférences, séminaires et workshops. Organisation de tours guidés et de programmes-cadres. Incoming, élaboration de forfaits touristiques.

Organisation de concerts: (600 par an), festivals et évé­nements culturels: Festival de musique Printemps Musical, Festival de musique New Orleans Meets Luxembourg, Campagne d’été Summer in the City, Fête de la Musique / Concert Knuedler goes classic, Festival de rock en plein air Rock um Knuedler, Blues’n Jazz Rallye, Festival des arts de rue Streeta(rt)nimation, Spectacle eau, sons et lumières laser Meluxina, Festival de musique Live at Vauban,Campagne d’hiver Winter Lights, Cycle des Concerts de Midi, Cycle des concerts publics à la place d’Armes.

CASINO LUXEMBOURG – FORUM D’ART CONTEMPORAIN 41, rue Notre-Dame (Centre) T 22 50 45, F 22 95 95 www.casino-luxembourg.lu info@casino-luxembourg.lu lu-ve 11-19h, ma fermé, je 11-20h, sa-di 11-18h

MUSEE D’ART MODERNE GRAND-DUC JEAN – MUDAM 3, Park Dräi Eechelen (Kirchberg) T 45 37 85 1, F 45 37 85 400 www.mudam.lu, info@mudam.lu lu-di 11-18h, ma fermé, me 11-20h

Theatres

)

MUSEE NATIONAL D’HISTOIRE ET D’ART Marché-aux-Poissons (Vieille ville) T 47 93 30 1, F 47 93 30 27 1 musee@mnha.etat.lu ma-di 10-17h, je 10-20h

MUSEE NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE – NATUR MUSEE 25, rue Münster (Grund) T 46 22 33 1, F 47 51 52 www.mnhn.lu musee-info@mnhn.lu ma-di 10-18h

lieux de Spectacles

CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE ABBAYE DE NEUMuNSTER 28, rue Münster (Grund) T 26 20 52 1, F 26 20 19 80 www.ccrn.lu, contact@ccrn.lu

CONSERVATOIRE DE MUSIQUE de la ville DE LUXEMBOURG 33, rue Charles Martel (Merl) T 47 96 55 55 (Standard) T 47 96 54 32 (Réservations) F 44 96 86 www.vdl.lu, cml@vdl.lu

DEN ATELIER 54, rue de Hollerich (Hollerich) T 49 54 66 1

MUSEE D’HISTOIRE DE LA VILLE DE LUXEMBOURG 14, rue du Saint-Esprit (Vieille ville) T 47 96 45 00, F 47 17 07 www.musee-hist.lu musee@musee-hist.lu ma-di 10-18h, je 10-20h

VILLA VAUBAN GALERIE D’ART DE LA VILLE DE LUXEMBOURG 18, avenue Emile Reuter (Centre) www.vdl.lu Fermée pour rénovation

GRAND THEATRE 1, Rond-point Robert Schuman (Limpertsberg) T 47 08 95 1 (Réservations) F 46 57 77 www.theater-vdl.lu grandtheatre@vdl.lu

KASEMATTEN-THEATER / SAAL TUN DEUTSCH 14, rue du Puits (Bonnevoie) T 29 12 81 (Réservations) www.kasemattentheater.lu

THEATRE DES CAPUCINS 9, place du Théâtre (Centre) T 47 96 40 54 (Standard) T 47 08 95 1 (Réservations) F 46 50 65 www.theater-vdl.lu capucins@vdl.lu

THEATRE NATIONAL DU LUXEMBOURG 194, route de Longwy (Merl) T 26 44 12 70, F 26 44 13 70 www.tnl.lu

THEATRE DU CENTAURE 4, Grand’Rue (Centre) T 22 28 28 (Réservations) F 26 27 06 33 www.theatrecentaure.lu

THEATRE OUVERT LUXEMBOURG – TOL 143, route de Thionville (Bonnevoie) T 49 31 66 www.tol.lu

cinemas

Billetterie

PHILHARMONIE 1, Place de l’Europe (Kirchberg) T 26 32 26 32, F 26 32 26 33 www.philharmonie.lu

SANG A KLANG Rue Vauban/rue des Trois Glands (Pfaffenthal), www.bluesclub.lu

LUXEMBOURG TICKET 1, rond-point Robert Schuman (Limpertsberg) Réservation et vente par téléphone: T 47 08 95 1 F 47 08 95 95 www.luxembourgticket.lu lu-ve 10-18h30 Points de vente en ville: Grand Théâtre (Limpertsberg) Luxembourg City Tourist Office (Place Guillaume II) Conservatoire de Musique (Merl) Centre culturel de Rencontre – Abbaye de Neumünster (Grund)

Pour faire apparaître votre établissement dans ce listing ou faire connaître son actualité, envoyez un mail avec vos coordonnées complètes à l’adresse suivante: news@rendez-vous.lu

CINEMATHEQUE DE LA VILLE DE LUXEMBOURG 17, place du Théâtre (Centre) T 47 96 26 44 (Standard) T 29 12 59 (Info programme) F 40 75 19 www.cinematheque.lu cinematheque@vdl.lu

CINE UTOPIA 16, avenue de la Faïencerie (Limpertsberg) T 22 46 11, www.utopolis.lu

UTOPOLIS KIRCHBERG 45, avenue J. F. Kennedy (Kirchberg) T 42 95 95 (Standard) www.utopolis.lu

126 13_126_127_adresses utiles.indd 126

22/04/08 18:20:09


Piscines

BONNEVOIE Rue des Ardennes (Bonnevoie) T 47 96 28 89 lu, ve, sa 8-20h30 ma, je 7-20h30, di 8-12h

Photos: Raymond Faber, Villa Vauban, Date: 12. 11. 1994, Réf. 1994/151 nég.17, © Copyright Photothè­que, Ville de Luxembourg | © Christophe Olinger | Olivier Minaire | © Patrick Fabre & Sean Hudson | Carlo Hommel, Cinéma Utopolis, Date: 27. 05. 1999, Réf. 1999/133 nég. 12, © Copyright Photothèque, Ville de Luxembourg | © Christophe Olinger, © Patrick Fabre & Sean Hudson | Olivier Minaire | RGBretouche | Philippe Hurlin | Jean Huot | G. G. Kirchner | barth&design

CENTRE BADANSTALT 12, rue des Bains (Centre) T 47 96 25 50 ma-ve 8-21h30, sa 8-20h, di 8-12h

CENTRE AQUATIQUE D’COQUE 2, rue Léon Hengen (Kirchberg) T 43 60 601 lu 12-22h, ma-ve 8-22h, sa 8-18h30, di 9-13h30

Sports pour Tous Le programme Sports pour tous mis en place par le Ser­­­­vice des sports de la Ville de Luxembourg propose une large gamme d’activités sportives à tous ceux et celles qui sont soucieux de leur bien-être physique. Aînés, adultes à partir de 16 ans peuvent participer à plus de 140 cours dans les différents quartiers de la ville. Inscription tout au long de l’année. Rens.: Service des sports de la Ville de Luxembourg, 5, rue de l’Abattoir, L-1111 Luxembourg. T 47 96 24 63, 47 96 44 24 Hotline: 691 98 24 63

Organisateurs d’evenements

FONDATION DE L’ARCHITECTURE ET DE L’INGENIERIE 1, rue de l’Aciérie (Hollerich) T 42 75 55, F 42 75 56 www.fondarch.lu lu-je 9-12h30, 14-17h (bureau) lu-ve 10-12h, 14-18h, sa 11-15h (bibliothèque)

INFO-VIDEO-CENTER 5, avenue Marie-Thérèse (Centre) T 44 74 33 40 ma-di 13-18h

UNITED INSTRUMENTS OF LUCILIN 10, rue de Cessange (Leudelange) T 621 35 53 55, www.lucilin.lu

Appels D’urgence PERTE/VOL DE CARTES DE CREDIT (24h/24) American Express, Bancomat, Eurocard MasterCard, Visa: 49 10 10, Diners Club: 22 76 36 PERTE DE TELEPHONES MOBILES (24h/24) Luxgsm: 80 02 43 21 Vox: 80 06 16 06 Tango: 80 07 77 77 URGENCES Urgences médicales, pom­piers: 112 (24h/24) Pompiers – ambulance: 44 22 44 Police grand-ducale: 113 (24h/24)

D:QLIQ Music bar 17 rue du Saint Esprit (Centre) T 26 73 62 info@dqliq.com www.dqliq.com

ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DU LUXEMBOURg 1, Place de l’Europe (Kirchberg) T 22 99 01 1, T 47 08 95 1 (Rés.) F 22 99 98, www.opl.lu

SOLISTES EUROPEENS LUXEMBOURG T 46 27 65, F 22 98 14 www.sel.lu

Transports

Cote pratique

BIERGER-CENTER Centre Hamilius 51, boulevard Royal L-2449 Luxembourg T 47 96 22 00, F 26 27 09 99 Bierger-center@vdl.lu lu–ve: 8–17h Registre de la population (inscriptions et radiations), certificats, inscriptions sur listes électorales, titres d’identité, passeports, recensements, cartes d’impôt, légalisations de signatures, copies conformes, recherches d’adresses, vignettes de stationnement résidentiel, déclarations de chiens, paiement des factures communales, etc. Naturalisations: T 47 96 26 40 / 41 86 Info-Conseils / assistant social T 47 96 27 51

CAPEL – CENTRE D’ANIMATION PEDAGO­G IQUE ET DE LOISIRS 4-10, rue de l’Ecole (Mühlenbach) T 47 96 24 42, www.vdl.lu

Autobus de la ville www.autobus.lu Taxis Taxis Colux: 48 22 33 Benelux Taxis: 80 02 51 51 City Taxis: 48 00 58 Aeroport Infos arrivées/départs/retards: www.luxairport.lu

ETat civil - Hotel de Ville 42, place Guillaume ll L-2090 Luxembourg T 47 96 – 26 30, F 47 36 53 lu–ve 8–17h, sa 9h30–11h30 Naissances, mariages, décès, légalisation de signatures, copies conformes LEO (Luxembourg Energy Office) Pour toutes vos démarches en matière de fourniture énergétique: 9, bd F.D. Roosevelt L-2450 Luxembourg T 26 39 48 48, F 26 20 24 24 www.leoenergy.lu info@leoenergy.lu

IMPOSITIONS communales 9, bd F.D. Roosevelt T 47 96 26 84, F 22 91 36 lu–ve 8–11h30, 13h30-16h30 Taxes communales RECETTE COMMUNALE Bâtiment administratif Rocade 3, rue du Laboratoire L-1911 Luxembourg T 47 96 20 20, F 22 03 36 lu-ve 8h30-11h45, 13h30 -16h30 Recette communale (Encaissement des factures)

CENTRE D’INFORMATION EUROPeEN –Maison de l’Europe 7, rue du Marché-aux-Herbes (Vieille ville) T 43 01 37 833 comm-rep-lux-info@ec.europa.eu lu 13-17h, ma-ve 9-18h, sa 11-16h Information, documentation, assistance personnalisée, conférences, débats, expositions, groupes de visite

Informations Touristiques

OFFICE SOCIAL 24, côte d’Eich L-1450 Luxembourg T 47 96 23 57, F 46 92 01 lu-ve 8-11h30, 13h30-16h30 Aide aux démunis, nuits blanches et taxe sur les amusements publics BIBLIOTHEQUE MUNICIPALE CENTRE E. HAMILIUS 51, bd Royal (Centre) T 47 96 27 32 http://bimu.vdl.lu bibliotheque@vdl.lu ma-je 10-19h, ve 10-18h, sa 15-17h

Office National du Tourisme Bureaux d’accueil de l’Office National du Tourisme à Luxembourg-Ville (Gare centrale) T 42 82 82-20, F 42 82 82-30 Tlj 9h15-2h30, 13h45-18h Du 1er juin au 30 septembre: Tlj 8h30-18h30, di 9-12h30, 14-18h Fermé le 1er janvier, le 1er novembre et le 25 décembre. info@ visitluxembourg.lu www.visitluxembourg.lu www.agendalux.lu

Archives nationales de Luxembourg Plateau du Saint-Esprit (Luxembourg-Ville) T 24 78 66 60, F 47 46 92 archives.nationales@an.etat.lu www.anlux.lu lu-ve 9-11h45 / 13-17h45 sa 9-11h45

127 13_126_127_adresses utiles.indd 127

22/04/08 18:21:32


128 14_128_129_passion commune.indd 128

22/04/08 18:15:21


Passion commune

« Actuellement, nous possédons une quinzaine de tracteurs. La plus ancienne pièce de la collection: un Farmall de 1932. Nous avons aussi une vraie rareté, un Hürlimann de 1948. J’ai une fascination pour toutes ces vieilles machines et leur mécanique. Comme tout collectionneur, je cherche la pièce rare, le petit bijou, c’est comme vivre sans cesse une chasse aux trésors. Mon rêve: acquérir deux tracteurs d’exception, un Lanz Eil Bulldog ou un Lanz Bulldog 12ch!» Jos Neuser est Chef du secteur centre au Service des parcs de la ville de Luxembourg.

“ Currently, my brother and I – he is as passionate as me – possess 15 tractors. The oldest item in the collection is a 1932 Farmall. We also possess a very rare piece, a 1948 Hürlimann, of which only 100 were made. I have a fascination for these old machines and their mechanics. Like any other collector, I am always searching for the rare piece; it is a never ending treasure hunt, trying to find the pot of gold. My dream: to acquire two exceptional tractors, a Lanz Eil Bulldog or a Lanz Bulldog 12hp!” Jos Neuser is head of the park services for the city centre of Luxembourg. Photo: Andrés Lejona.

129 14_128_129_passion commune.indd 129

22/04/08 18:15:31


En couverturE Photographie Andrés Lejona

est édité par Mike Koedinger Editions pour le compte de la Ville de Luxembourg. COMITE DE REDACTION Corinne Briault, Mike Koedinger, Géraldine Knudson, Christiane Sietzen REDACTION Courrier BP 728, L-2017 Luxembourg Téléphone 29 66 18-1 E-mail info@rendez-vous.lu

Prochainement

Corinne Briault corinne.briault@rendez-vous.lu Philippe Koessler philippe@mikekoedinger.com

Sur cette page, à chaque parution, un survol des événements à venir. Réservez-leur dès à présent une place de choix dans vos agendas!

DIRECTION ARTISTIQUE Guido Kröger, Elisa Kern (StudioForEditorialDesign) SECRETARiat DE REDACTION Nathalie Lemaire SUIVI DE production Rudy Lafontaine DIFFUSION Rudy Dropsy (-28) diffusion@mikekoedinger.com PHOTOGRAPHIE Julien Becker, Luc Deflorenne, Etienne Delorme, Andrés Lejona

Samedi 21 juin Rock-A-Field Troisième édition de l’aventure Rock-A-Field proposée par l’Atelier. Le festival en plein air se déroulera cette année un samedi, la soirée pourra donc facilement se prolonger dans le cadre naturel exceptionnel de l’immense clairière près du village de Roeser, au sud de Luxembourg ville. Sept noms ont déjà été dévoilés: The Verve (photo), Mando Diao, Babyshambles, Unkle, The Cribs, Panik, Culcha Candela. D’autres artistes devraient encore confirmer leur présence dans les prochaines semaines, à découvrir sur le site Internet www.atelier.lu/raf. Commune de Roeser, Luxembourg

22 et 23 juin Festivites de la Fete nationale Le 22 juin, prélude à la Fête nationale, avec un feu d’artifice illuminant la Vallée de la Pétrusse et une retraite aux flambeaux dans les rues de Luxembourg, des concerts pop, rock, populaires, des sessions Dj’s. Nuit blanche dans les cafés. Le 23 juin, manifestations officielles avec Te Deum, parade militaire, tir d’honneur des 101 coups de canons. Luxembourg-ville

Les 18, 19, 20 juin Sweet Dreams! Un projet artistique multidisciplinaire qui décrit la vie et les caractéristiques de la capitale luxembourgeoise vue et reconnue par les yeux observateurs d’une équipe internationale d’artistes venant du théâtre, de la danse, des arts plastiques… pour donner naissance à un spectacle qui reprend la ville dans ses multiples visages extérieurs et ses complexes facettes intérieures. Sweet Dreams! de Gianfranco Celestino représente la deuxième partie de The Luxembourg Project qui a démarré en 2007 avec la pièce dansée Crossing Town. Grand Théâtre, Luxembourg

Samedi 21 juin Fete de la Musique Knuedler goes classic: concert en plein air avec le concours de l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg Place Guillaume II et concerts gratuits dans la ville, rue du Saint-Esprit, à Gasperich et même au Bambësch. www.fetedelamusique.lu Dimanche 6 juillet Rock Um Knuedler Chaque année, 16 groupes se partagent les deux scènes en plein air Place Guillaume II. www.rockumknuedler.lu

De juillet a septembre Visites du Palais Grand-Ducal Ouvert au public exclusivement pendant l’été. Infos à partir du mois de mai: www.lcto.lu Du 15 juillet 15 septembre City Safari Tour Pas besoin de Jeep, de casque ou de tenue de camouflage pour emprunter la piste. C’est à pied que l’on découvre les animaux de la ville de Luxembourg. www.lcto.lu Samedi 19 juillet Blues’n Jazzrallye Chaque été, ce fameux jazz et blues marathon fait marcher les villes basses de Clausen et Grund sur leur tête. www.bluesjazzrallye.lu Les vendredis et samedis de juillet et aout Summer Follies Open-air Film Festival dans la cour des Capucins. www.vdl.lu Juillet Kanner in the City Grand festival pour enfants avec différentes activités, ateliers et jeux.

Les 26 et 27 juillet Anno Domini 1408 Fête médiévale avec un marché médiéval, des troubadours, des animations de rue, un camp médiéval, des jeux pour enfants, un cortège médiéval et des musiciens ambulants. Samedi 9 aout Street(Art)nimation Zone piétonne de la ville haute. Une trentaine de compagnies de voltige sur échasses, acrobates, musiciens, acteurs de théâtre de rue. www.streetartnimation.lu Du 23 aout au 11 septembre Schueberfouer Grande fête foraine sur l’immense champ du Glacis. www.schueberfouer.lu Septembre Meluxina Spectacle débutant à la nuit tombante sur le rocher du Bock et la rivière Alzette. Effets d’eau et de lumière laser, images géantes et riche trame sonore. www.meluxina.lu

COLLABORATIONS Deborah Fulton Anderson, Mike Gordon, Anne Fourney, Vibeke Walter Mise en page StudioForEditorialDesign, M&V Concept ABONNEMENTS Recevez Rendez-Vous gratuitement chez vous en envoyant vos coordonnées par mail à l’adresse suivante: rendez-vous@vdl.lu (objet du mail: abonnement) ou par téléphone: 47 96 41 14. PUBLICITE TEMPO S. A. Téléphone: 29 66 18-1 E-mail: info@tempo.lu Web: www.tempo.lu paraît onze fois par an. Tirage 35.000 exemplaires Impression Imprimerie Centrale Imprimé sur papier cyclus

Manifestations 2008 – la selection du lcto Du 21 juin au 14 septembre Summer in the City Campagne des festivités d’été organisée en ville avec concerts publics (Rock um Knuedler…), Salon de jazz (tous les mercredis), Salon de Musique Ambiante (tous les vendredis), festivals de rues, expo­­­­sitions, concerts Place d’Armes, etc. www.summerinthecity.lu

ILLUSTRATION Elisa Kern, Vera Capinha Heliodoro, Maxime Pintadu, Claire Ramos, Stéphanie Poras

Octobre et novembre Festival Live at Vauban Festival d’automne de renom (rock, pop, jazz, blues). www.liveatvauban.lu Samedi 11 octobre Nuit des Musees Entre 18h et 1h du matin, les collections permanentes et temporaires sont accessibles au public. Avec un programme pluridisciplinaire de danse, musique, live acts, etc. www.lcto.lu, www.statermuseeen.lu De novembre 2008 a janvier 2009 Winterlights Festivités d’hiver de la ville avec une panoplie de manifestations: concerts Gospel, expositions, cortège de la Saint-Nicolas, Marché de Noël, ventes dominicales, etc. www.winterlights.lu

Prochaine parution le 29 mai 2008 Organisateurs / producteurs Pour être annoncés dans les pages Highlights du magazine et de son supplément City Agenda, vos événements doivent parvenir à la rédaction exclusivement via le lien www.rendez-vous.lu/agenda et dans le respect des délais suivants: Edition juin 2008: avant le jeudi 8 mai 2008 Edition juillet-août 2008: avant le jeudi 5 juin2008 Edition septembre2008: avant le jeudi 7 août 2008 Tous les événements seront, dans la limite de l’espace disponible et de leur pertinence, publiés dans le calendrier Au jour le jour de City Agenda (avec une priorité accordée aux événements organisés dans ou aux alentours de la Ville de Luxembourg). La rédaction se réserve le droit de réaliser une sélection d’événements qui seront présentés dans les pages Highlights, une priorité étant accordée aux institutions culturelles de la Ville de Luxembourg (dans la limite d’un quota défini). Aucun événement livré incomplet (photos et textes au format) ne sera pris en compte. Afin de promouvoir au mieux votre événement, nous vous conseillons d’insérer, en complément, une publicité. Renseignements: www.tempo.lu/rendezvous © Ville de Luxembourg / Editions Mike Koedinger S. A. Tous droits réservés. Toute reproduction, ou traduction, intégrale ou partielle, est strictement interdite sans autorisation écrite au préalable de l’éditeur.

130 15_130_prochainement_ours.indd 130

22/04/08 18:11:53


1RDV.indd 1

16.04.2008 16:19:43 Uhr


Créez votre timbre avec votre photo préférée!

meng.post.lu

Le courrier personnalisé

O f f i c e d e s T i m b r e s - L-2 9 9 2 L u xe m b o u r g - Té l é p h o n e : 4 0 8 8 8 8 4 0 - w w w. p t . l u

504020_ODT_anniversaire_230x300.indd 1

4/23/08 9:38:15 AM


Rendrez-vous 05-2008