Issuu on Google+

Numéro 8 – Printemps / Été 2014

14e Biennale de Venise – la maison passive – architecture et sport – WW+

Printemps / été 2014

Magazine d’architecture luxembourg

051 – Grand sujet : 14e Biennale de Venise 068 – Habitat : la maison passive | 092 – Entreprises & collectivités : architecture et sport 107 – Portrait : WW+ 8

www.archiduc.lu Luxembourg 7,50 € 5 453000 010008

08


La métamorphose, une histoire Hermès

Les Nécessaires d’Hermès Carrés d’assise en taurillon Essentiel et tissu 13, rue Philippe II Luxembourg Tél. (352) 220 981 Hermes.com

PUB_HERMES.indd 2 11_240X300_Archiduc_Luxembourg_FR.indd 1

3/31/14 17:53 06/03/14 19:18


Édito Tous les deux ans, le monde de l’architecture se donne rendez-vous à Venise. Cette année, le calendrier est un peu bousculé et au lieu de commencer en septembre, la Biennale d’architecture de Venise commencera en juin pour durer six mois. Autre grande nouveauté, toutes les expositions de la Biennale – pavillons nationaux y compris – sont rassemblées autour d’un grand thème de recherche suggéré par Rem Koolhaas, directeur de cette 14e édition. Le pavillon luxembourgeois ne déroge pas à la règle et participera à cette grande réflexion sur l’évolution de la modernité depuis ces 100 dernières années. Notre grand sujet vous permettra de découvrir dans le détail cet événement d’envergure. Notre dossier « Habitat » est consacré à la maison passive, type de construction qui, d’ici trois ans, va devenir la nouvelle norme. Les bâtiments conçus pour la pratique du sport seront, quant à eux, le sujet d’étude de notre dossier « Entreprises et collectivités ». Au cœur d’Archiduc, vous retrouverez la carte blanche, confiée pour ce numéro à Bernard Randaxhe (Pomfluo), qui présente une étude et une réflexion sur la représentation numérique de l’architecture. Enfin, pour le portfolio, c’est le bureau WW+ qui est invité à nous présenter son approche de l’architecture et ses projets. Sans oublier les pages d’actualité et les pages de notre partenaire, la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie. Céline Coubray, rédactrice en chef

003 3


Vous êtes créatif. Vous avez des idées, des projets ... peut-être un peu audacieux ! Depuis 40 ans, Prefalux maîtrise les matières et les techniques, innove, améliore sans cesse ses compétences et la qualité de ses services. Pour que vos envies se concrétisent.

www.prefalux.lu

PRE_14063_ANNONCE_THEATRE_archiduc.indd 2

24/03/14 08:53


PRE_14063_ANNONCE_THEATRE_archiduc.indd 3

24/03/14 08:53


N’HÉSITEZ PAS À NOUS CONTACTER POUR PLUS D’INFORMATIONS.  NOS DEVIS SONT GRATUITS.

26 33 89 - 1 info@rollinger.com

Spécialisés dans le domaine de l‘installation de chauffage, nous proposons les différents systèmes disponibles : • • • •

chaudière à fioul ou à gaz pompe à chaleur (air/eau, air/air, géothermie) installation solaire thermique radiateur classique ou chauffage au sol

006_007_PUB_ROLLINGER TOITURES OPTION.indd 6

Rollinger Chauffage Sanitaire S.A. 50, rue de Prés · 7333 Steinsel heures d’ouverture lu–ve: 08:00 – 12:00 & 13:00 – 18:00 sa: 08:00 – 13:00 www.rollinger.com follow us on facebook.com/rollinger.info

Forts d‘une expérience de plus de 100 ans nous proposons toutes sortes de solutions dans le domaine de l‘installation sanitaire : • nouvelles installations et transformations • salles de bains (conception & réalisation) • traitement des eaux (adoucisseur,

techniques de tuyauterie)

• récupération d‘eau pluviale

4/3/14 10:52


· depuis 1908 ·

• • • • •

pompe à chaleur (air/eau, air/air, géothermie) installation solaire thermique ventilation mécanique contrôlée récupération d‘eau pluviale chaudière à condensation (gaz, fioul), ou au bois/pellets

006_007_PUB_ROLLINGER TOITURES OPTION.indd 7

• • • • • • • • •

panne de chaudière petites réparations sanitaires entretien de la ventilation mécanique contrôlée entretien chauffage (chaudière, pompe à chaleur) recherche de fuites vérification de tuyauteries entretien adoucisseur entretien pompe de relevage  entretien solaire

4/3/14 10:52


008

www.archiduc.lu

010-048 actualité Concours, dernières livraisons, Royal20, le réaménagement de la vieille ville, Design City, des livres, en Belgique, l’agenda…

051-066 grand sujet Venise 2014 | 052 Fundamentals | 056 Modernity – loved, hated or ignored ?

068-081 habitat La maison passive | 069 Pour mieux comprendre la maison passive | 072 Passif familial | 076 Produits

092-105 Entreprises & COLLECTIVITÉS Architecture et sport | 093 Du sport à l’école | 096 Détente et architecture

107-122 portrait WW+ | 108 Architecture, et plus encore | 110 Portfolio | 122 Interview


009

064 La Fondarch, la recherche, les archives | 066 … mais aussi

080 Du passif, pour tous

SOMMAIRE

083-090 carte blanche La couleur des ombres

100 Produits | 104 Un hall pour le karaté

123-129 partenariat Les pages de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie


www.archiduc.lu

actualité

010 1

Pour demain

C’est le groupe composé de Tetra Kayser, Cialux et RE Design qui a remporté le 1er prix du concours organisé par la Ville de Luxembourg pour la con­ception et la construction de logements sociaux, et la conception, la construction et la vente de logements à coût modéré, le tout sur cinq parcelles mises à dispo­sition par la Ville aux abords de la rue de l’Avenir au Limpertsberg. Ces immeubles doivent offrir 60 logements à prix abordable pour une population mixte. La livraison pourrait avoir lieu dans le courant de l’année 2017. 2 et 3 EY fait construire son nouveau siège au Kirchberg. La conception architecturale a été confiée à Sauerbruch Hutton International. Le suivi du chantier est assuré par Architecture et Environnement (ingénierie : Goblet Lavandier & Associés et InCA – Ingénieurs Conseils Associés). Le bâtiment offrira une piazza publique qui donnera accès aux commerces situés en rez, alors que les cinq autres étages seront réservés aux bureaux. À l’arrière, une autre piazza sera réservée aux usagers du site. Les 31 000 m2 répondront à un passeport énergétique de classe B. La façade sera un système complexe de deux couches optimisant les échanges énergétiques, la transparence et l’opacité tout en combinant un jeu de couleurs, signature du bureau berlinois. La livraison du bâtiment est prévue pour fin 2015.

De nouveaux projets sont en cours, des concours ont été remportés. Résumé en images de ce qui s’est passé ces derniers mois et qui verra le jour demain.

2

1

4

Le concours d’idées lancé par le Fonds Belval pour les jardins de la future bibliothèque universitaire a été remporté par UrbaLab (Bulle Chauliac, Emmanuel Bossanne, Olivier Hirsch) avec le projet « Le Palimpseste en mouvement ». Le jardin est conçu comme une mise en abîme du passé industriel du site, en trois tableaux, avec un sol métallique qui laissera voir la végétation en dessous, et des étendues d’eau. Un jardin en évolu­tion et ludique qui invite à la contemplation.

4

5


011

5

Le Fënsterschlass va être rénové. Dreyer Ruppert Real Estate a confié la mis­sion architecturale à Christian Bauer & Associés Architectes (ingénieurs : InCA – Ingénieurs Conseils Associés et JSE – Jean Schmit Engineering). La façade classée monument national sera restaurée alors que l’arrière du bâtiment sera démoli et reconstruit en béton. Le rez-de-chaussée accueillera deux commerces et les étages des logements répondront à la classe énergétique B. 6

3

8

7

7 et 8 C’est Fabeck Architectes qui a remporté la consultation lancée par l’Administration communale de Mersch pour la revalorisation du quartier « Centre de Mersch ». Les objectifs étaient de revaloriser le quartier sous l’angle du développement durable et d’une planification intégrative de 17 ha, conceptualiser une nouvelle identité pour ce quartier, adapter la programmation urbaine dans le but d’améliorer la qualité de vie, optimiser le concept de mobilité et des infrastructures techniques et préparer la définition d’un avantprojet de plan directeur cadrant le développement du quartier en question.

w

PLus d’infos : www.archiduc.lu

© Ville de Luxembourg-Tetra Kayser; Sauerbruch Hutton International; UrbaLab; cba; Architecture et environnement; Fabeck Architectes

6

L’administration communale d’Ettelbruck a confié à Architecture et Environnement la conception d’une nouvelle maison relais. D’une capa­cité d’accueil de 300 enfants, elle suit la topo­graphie et s'échelonne sur la hauteur du terrain. Chaque salle de séjour est pourvue d’un espace extérieur qui peut également servir d’accès. Le bâtiment est conçu dans un souci de minimiser les pertes d’énergie et d’optimiser l’énergie nécessaire. Livraison en 2017.


012

actualité

1 et 2 Le nouveau pont reliant Grevenmacher à Wellen a été mis en service le 15 octobre 2013, rendant le trafic routier transfrontalier à nouveau possible. L’Administration des ponts et chaussées avait décidé de remplacer le pont de Grevenmacher en raison de sa vétusté et chargea les ingénieurs d’InCA de sa conception et CDCL de s’occuper des travaux. Le nouveau pont à tablier en dalle orthotrope à quatre travées est d’une longueur de 213 mètres.

www.archiduc.lu

Äddi a merci !

Aperçu de chantiers qui viennent d’être livrés au Grand-Duché de Luxembourg.

3 et 4 Dans le cadre de sa restructuration et relocalisation sur le site de Capellen, la banque Catella a demandé au bureau Moreno (chef de projet : Yannick Adam) de travailler sur le rebranding de ses espaces d’accueil. Ainsi, la banque scandinave a souhaité que le changement de mentalité et de culture de l’établissement se ressente dans les aménagements intérieurs qui se veulent non ostentatoires, honnêtes et humains. On trouve donc beaucoup de bois et de textile, du design scandinave (Muuto, Hay, etc.) conférant un esprit plus « maison » qu’établissement bancaire. Ce même langage architectural permet de ne pas créer de rupture entre le front et le back-office, marquant par là même une évolution des mentalités, vers moins de grandes démonstrations. 5 et 6 Les annexes du palais de la Cour de justice de l’Union européenne ont été rénovées. Dominique Perrault et Architectes Paczowski et Fritsch sont les architectes de ces bâtiments. Il s’agit d’une mise en conformité des annexes A, B et C (datant respectivement de 1985, 1987 et 1990) avec les nouvelles normes en matière de sécurité et de sûreté. Une modernisation des bâtiments s’est également imposée. Grâce à cette remise à niveau, les services délogés ont pu être réintégrés dans le complexe immobilier de la Cour de justice de l’Union européenne depuis l’automne 2013.

3

4

5

6


013 7 et 8 L’ancien Hôtel de ville dans le centre de Differdange a été réaménagé et agrandi avec une nouvelle annexe. Ce centre culturel abrite, outre la bibliothèque, la salle des fêtes et une salle multifonctionnelle, ainsi que l’école de musique de Differdange. Le projet issu de 2005 d’un concours d’architecture de la Commune de Differdange est réalisé par le bureau witry & witry architecture urbanisme. 1

2 w

PLus d’infos : www.archiduc.lu

© CDCL, Eric Chenal, Agence Blitz, Willi Filz

7

8


014

actualité

www.archiduc.lu

2

Royal20 Auteur : Céline Coubray

Monsieur de Portzamparc, comment ce projet est-il arrivé entre vos mains ? « Il s’agit d’une commande directe de la part du propriétaire, Leasinvest.

Christian de Portzamparc

1

L’immeuble présente pour sa façade principale une impressionnante membrane de verre. 2

Vue de l’intérieur de l’immeuble 3

Vue du bâtiment à l’arrière et de la passerelle habitée w

PLus d’infos : www.royal20.com www.archiduc.lu

Le nouvel immeuble de bureaux Royal20, propriété de Leasinvest, a été dévoilé lors du dernier MIPIM à Cannes. La conception architecturale revient au bureau de Christian de Portzamparc qui a bien voulu répondre à nos questions.

3

Quelle identité avez-vous souhaité donner à cet immeuble de bureaux ? « Dans le respect des règles d’urbanisme imposées par la Ville et d’une program­mation de bureaux en blanc, nous avons imaginé un bâtiment composé de deux corps : l’un avec une présence sculpturale sur le boulevard Royal, l’autre en fond de parcelle relié par une passerelle habitée. Cette composition permet de tirer profit d’une parcelle étroite et très profonde, tout en dégageant des vues directes pour les bureaux en fond de parcelle. La création de deux cours patio permet également de créer des espaces en entresol éclairés naturellement. Comment avez-vous envisagé l’inté­gration urbaine de ce bâtiment situé sur un boulevard emblématique de la ville, et sa relation avec les autres immeubles ? « La présence urbaine du bâtiment se traduit sur la rue par une géométrie composée de plans verticaux en verre sérigraphié blanc qui drapent la façade d’une peau diaphane enveloppante depuis la façade sur le boulevard Royal vers le cœur de l’îlot. Sur la droite, la relation avec le bâtiment voisin est traitée par une partie de façade légèrement en retrait de l’alignement formant joint creux et percée de baies simples régulièrement disposées.

Comment seront traitées les autres façades ? « En fond d’îlot, l’ensemble des façades est traité suivant un principe de marque­terie d’aluminium et de verre. La passerelle habitée, véritable trait d’union entre les deux bâtiments, est traitée avec des châssis en bande horizontale et des allèges en aluminium. Quel sera le traitement des toitures ? « Les toitures sont traitées comme une cinquième façade, avec des zones accessibles en bois, d’autres minérales. Aucun élément technique n’est visible en toiture. Quelles sont les spécificités remarquables de cet immeuble ? « On peut en relever plusieurs : la façade sur le boulevard Royal est composée de verre sérigraphié blanc sur la face extérieure intégrant un éclairage LED ; des terrasses accessibles ; un accès au parking souterrain par une montée voiture ; une performance environne­mentale BREEAM very good, classée catégorie B ; l’utilisation d’énergie renouvelable solaire pour la production d’eau chaude ; les plafonds froids réversibles à haut rendement (1,15) ; l’éclairage LED dans les bureaux et communs. Comment avez-vous répondu à la demande de flexibilité pour l’aména­gement intérieur ? « Les plateaux de bureaux livrés en pla­teaux libres sont tramés tous les 1,20 m offrant le maximum de flexibilité dans les choix de cloisonnement des bureaux. Quel aspect l’immeuble aura-t-il la nuit ? « La façade sur le boulevard et en retour intègre un système d’éclairage LED inséré dans le vitrage, permettant de transformer l’immeuble en un corps luminescent. Quel est le calendrier de ce chantier ? « La démolition du bâtiment existant a été réalisée en octobre 2013 et la livraison est prévue pour le premier semestre 2015. »

© Atelier Christian de Portzamparc-Leasinvest, Nicolas Borel

1

Quel dessin avez-vous suivi pour modeler la façade ? « Comme évoqué précédemment, le règlement d’urbanisme autorise un jeu savant de parties saillantes et de retraits, offrant une liberté à la volumétrie. Ainsi chaque plan, chaque arête respecte scrupuleusement les règles imposées.


VENDU

HIGHLIGHTS IN REAL ESTATE Specialized in selling or renting outstanding architecture – discover the difference at livin.lu VENDU

VENDU

LOUÉ

015_PUB_LIVIN.indd 15

T (+352) 26 47 76 www.livin.lu 3/31/14 17:56


016

www.archiduc.lu

actualité

Basse énergie version XXL

© Andrés Lejona

Architectes Paczowski et Fritsch vient de livrer une maison unifamiliale à Rameldange. Située sur un terrain en pente et offrant une vue magnifique, la maison s’ouvre largement sur le jardin et s’intègre harmonieusement dans le paysage. Elle répond à la classe énergétique B, ce qui s’est avéré un véritable défi étant donné la taille de la maison. Un patio offre une source de luminosité à la façade avant. Les matériaux utilisés sont le béton vu avec un calepinage de planches et le bois. L’escalier est particulièrement magistral.

w

Plus de photos : www.archiduc.lu

Petit budget, grand effet

3 1

Le restaurant Réimerwee a été rénové par Arlette Schneiders Architectes suite à un concours organisé par Luxexpo. Le budget très restreint a contraint les concepteurs à trouver des solutions inventives, comme le choix des baladeuses de chantier placées librement

à travers tout le restaurant. Le reste du budget a été consacré aux travaux indispensables (traitement du sol existant, peinture, mobilier du restaurant). L’espace VIP a été transformé en tente dont l’ambiance lumineuse peut varier grâce aux LED de couleur.

1

La salle de restaurant 2 et 3 L’espace VIP

© Antoine Huot

2


Verrières modulaires VELUX Développées en collaboration avec Foster + Partners

Réinvention du concept de la verrière:

système préfabriqué de “ Leverrière assure un processus

d’installation simplifié et une fermeture rapide de l’enveloppe du bâtiment.

Brent Møller Architecte MAA, Design industriel VELUX Ce nouveau concept de verrière complètement préfabriquée, et adaptée à tous les bâtiments commerciaux, offre non seulement tous les avantages d’un système modulaire, mais se fait également remarquer par son design élégant et par ses performances énergétiques impressionnantes. Plus d’info sur: velux.be/verrieresmodulaires

017_PUB_VELUX.indd 17 VELUX_ad_ARCHIDUC_240x300.indd 1

3/31/14 17:57 13/03/14 16:31


018

www.archiduc.lu

actualité

De Oversteek

Un bâtiment pour les objets précieux

© Thea Van den Heuvel, Ney Poulissen Architects & Engineers

Laurent Ney et Chris Poulissen (Ney Poulissen Architects & Engineers), en collaboration avec Atelier Veldwerk, ont livré fin novembre 2013 le pont « De Oversteek » (maître d’ouvrage : BAM, Max Bögl). Suite à un concours remporté en 2009, ils ont eu l’opportunité de construire ce pont le plus long des Pays-Bas, situé à Nimègue. Pour répondre à la montée des eaux, ce pont doit enjamber la rivière et se poursuivre sur les berges pour atteindre une longueur totale de 1,2 km. L’arcade, pièce principale de l’ouvrage, mesure 285 m. Cet ouvrage d’art est une construction d’un très haut niveau d’ingénierie et de langage formel, parvenant à mettre en œuvre pour les travées d’accès des techniques de construction traditionnelles (béton coulé sur place et maçonnerie en briques), sans oublier l’échelle humaine. Le résultat est un ouvrage intégré dans son paysage tout en étant très contemporain. w

PLus d’infos : www.ney.lu np-bridging.com

Du nouveau en cuisine

Le Luxembourg Freeport est en cours de construction près du Cargo Center à l’Aéroport de Luxembourg. Imaginé par le bureau d’architecture suisse 3BM3, le team Design&Built de la Compagnie de construction luxembourgeoise (CDCL), soutenu par les bureaux architecture + aménagement, Simon-Christiansen et rigot + rieben, a repris la conception et la réalisation du bâtiment dans son entièreté. Luxembourg Freeport est un hub logistique hautement sécurisé pour l’entreposage, dans des conditions de conservation et de préservation optimales, d’œuvres d’art et antiquités, de métaux précieux, bijoux, vins fins, livres et manuscrits précieux. La première phase du projet porte sur une surface brute totale d’environ 22 000 m2 pour un investissement d’environ 55 millions d’euros. Le premier coup de pelle de ce projet, dont le maître d’ouvrage est The Luxembourg Freeport Real Estate SA, avait symboliquement été donné le 14 novembre 2012. Le gros oeuvre fermé a été achevé le 16 décembre. La date de l’inauguration du bâtiment est fixée au 17 septembre 2014.

© Luc Deflorenne

PAG recherche participation citoyenne

w

PLus d’infos : www.nomadkitchen.com www.supergrau.de

Norbert Brakonier développe depuis 2010 la marque Nomad Kitchen Cubes et fabrique des modules de cuisine mobile. Cette année, à l’occasion du salon imm Cologne, il a présenté une nouvelle collection : Design Line, réalisée en collaboration avec le

fabricant de meubles allemand SUPERGRAU. L’idée principale de cette nouvelle ligne est de combiner des surfaces esthétiques, des matériaux de haute qualité et des couleurs atemporelles. Un beau développement de cette initiative locale !

La Ville de Luxembourg lance son nouveau PAG et souhaite impliquer la population dans le processus de réflexion. Pour cela, un questionnaire a été mis en ligne et des « réunions de dialogue » dans les différents quartiers sont organisées. Une conférence finale aura lieu en juillet. Ce processus de participation est considéré comme une étude importante pour la Ville de Luxembourg, qui la prendra en considération pour compléter le travail des experts et des consultants externes. La Ville présentera son nouveau PAG en 2015. www.vdl.lu


019_PUB_GEBERIT.indd 19

3/10/14 11:28 AM


020

www.archiduc.lu

actualité

Le club privé House 17 a ouvert ses portes le 29 janvier dernier. Il prend place dans un immeuble historique appartenant au Fonds d’investissement de la vieille ville. Le bâtiment de 960 m2 répartis sur cinq étages a été restauré avec l’aide du bureau InCA. Il s’agit d’une maison de maître qui fut autrefois la Justice de paix, après avoir été une fabrique de chicorée. L’aménagement intérieur a été confié au bureau de Stefano Moreno. Ce dernier a développé un concept de club moderne, en forme d’hommage à Piero Fornasetti, tout en noir et blanc. Au rez-de-chaussée se trouvent un bar et un restaurant, où la couleur noire prédomine. Des panneaux acoustiques réalisés sur mesure permettent d’atténuer le bruit de la salle et d’améliorer le confort et la confidentialité. Dans les étages, des lounges (fauteuils et tables basses), salles de réunion, bibliothèque et salle de jeux sont aménagés pour se répondre les uns aux autres, le style du mobilier balançant entre néo-classicisme et contemporanéité. Sous les combles, on trouve un charmant bar, tout en blanc. Des touches de couleurs (revêtement des fauteuils, objets, coussins) ponctuent l’espace.

© Éric Chenal

Club contemporain

1

2

1

Une des salles de réunion, lumineuse et confortable. 2

La cage d’escalier rappelle l’aspect historique de la maison.

w

PLus d’infos : www.moreno.lu www.house17.com

3

La salle de restaurant dont les fenêtres donnent sur la rue. 3

© Ferdinand Graf Luckner

Campus à Mamer

1

Atelier d’Architecture et de Design Jim Clemes a réalisé pour la commune de Mamer un complexe scolaire qui regroupe tous les besoins scolaires de l’entité, y compris un hall sportif, un restaurant pour les élèves et un centre culturel. Le campus, pouvant accueillir 1 100 élèves, se compose de plusieurs bâtiments qui s’alignent le long d’une promenade piétonne. Les différents cycles (précoce, préscolaire, primaire) ainsi que la maison relais et le hall

2

sportif sont spatialement séparés dans différents bâtiments et en même temps reliés dans un même campus par les espaces verts environnants. Le centre culturel Kinneksbond clôture le complexe scolaire vers la route d’Arlon et marque une entrée représentative pour le campus. L’extension de l’école primaire a été achevée en octobre 2013. www.clemes.lu

3 1

Facade principale

2

Vue latérale

3

Détail des matériaux utilisés

w

PLus de photos : www.archiduc.lu


in collaboration with

021_PUB_MENUISERIE MSE.indd 023_PUB_INSIDE 23 21 027_keller 2.indd GROUP.indd 1

&

4/3/14 18:54 9:10 12/09/13 17:52 16/04/13


022

www.archiduc.lu

actualité

Une nouvelle vie pour le Conservatoire

© Jessica Theis

Les travaux d’extension du Conservatoire de la Ville de Luxembourg ont commencé côté sud de l’actuel bâtiment. La mission architecturale a été confiée à Christian Bauer & Associés qui se chargera également de la rénovation énergétique de la façade existante. « Nous avons conçu cette extension dans le respect de l’existant, construit dans les années 1980 et qui a une forte personnalité. Le bâtiment et son extension garderont cette impression d’ensemble. Les différentes étapes de construction seront lisibles, mais elles n’entreront pas en conflit entre elles. Le bâtiment initial étant conçu comme un élément rayonnant, nous avons conservé cet esprit et l’extension prend la forme d’un grand demi-cercle », précise Christian Bauer. La nouvelle construction hébergera des salles d’études d’art dramatique, d’art lyrique, de danse et de musique avec des locaux annexes. L’entrée actuelle desservira également l’extension, liée à l’ancien bâtiment par ses extrémités. Les aménagements extérieurs sont réalisés en coopération avec le bureau Peter Latz + Partner. L’acoustique est réalisée en collaboration avec Xu Acoustique, qui est également intervenue à la Philharmonie. Le bâtiment devrait être livré pour le premier semestre 2015.

QUATRE questions à Eric Chenal

© Christian Bauer & Associés

Eric Chenal nous présente sa nouvelle série de portraits de bureaux d’architectes qui sera publiée sur www.archiduc.lu.

© Eric Chenal

Immeuble citadin

C’est dans un immeuble historique situé au numéro 28 de la rue Notre-Dame que l’architecte Diane Heirend (ingénieur génie civil : Daedalus Engineering) a procédé avec beaucoup de sensibilité à une importante restau­ration et extension de cette habitation avec un commerce en rez-de-chaussée et dans la cave voûtée. Travaillant en collaboration avec le Service des sites et monuments, elle a choisi de repenser la circulation verticale et la répartition des espaces au sein de cet immeuble étroit. Grâce à cela, la lumière pénètre jusqu’au fond de l’immeuble et les espaces de vie, relativement petits, sont optimisés dans leur configuration. www.dianeheirend.com

Pouvez-vous nous présenter ce projet ? « Je photographie des lieux de création dédiés à l’architecture. Les images du cadre de travail et les détails révélateurs de l’ambiance professionnelle sont présentés en diptyques pour former des correspondances uniques de chaque espace traversé. Comment procédez-vous ? « Je fonctionne comme en reportage, ce qui m’intéresse c’est d’accueillir ce qui s’offre. Je rassemble les visuels sans a priori pour trouver dans un deuxième temps une forme d’ordonnancement original. Les correspondances se composent sur le fond et sur la forme, l’esthétique compte autant que le ‘trait d’union’. Pourquoi avez-vous eu envie d’initier ce travail ? « Plusieurs raisons m’ont engagé dans ce projet. La première est liée à cette passion durable pour ‘l’art et la manière’, toutes les occasions sont bonnes pour découvrir l’élan créatif. L’architecture ensuite, parce que je m’interroge de plus en plus sur la question de l’équilibre entre le vide et le plein. La lecture enfin de Kodachrome, livre dans lequel Luigi Ghirri donne à voir des associations de photographies qui stimulent les interprétations… Quels types d’espaces approchez-vous ? « Pour le moment, j’ai approché des bureaux, des cabinets, des ateliers d’architecture de toute taille. Dans le futur, j’aimerais élargir cette démarche à d’autres ‘artisans’ qui œuvrent au service du jeu savant des volumes et de la lumière. »


Clarté. LINCOR – Le luminaire à LED LINCOR, au design mince et discret, trace une ligne élégante à travers la pièce. Avec une section carrée de seulement 63 × 63 mm, il souligne les architectures de conception linéaire. L’éclairage combiné indirect-direct offre une excellente qualité de lumière.

Zumtobel. La Lumière.

023_PUB_ZUMTOBEL.indd 23 LINCOR_240x300fr_Archiduc.indd 1

zumtobel.com/lincor

3/31/14 17:51 26.03.14 08:30


024

www.archiduc.lu

actualité

Maison Victor Hugo

© BSARC

© Keven Erickson

trois questions à SchemelWirtz

C’est à Altwies que le projet de la Maison Victor Hugo va être construit par Bourguignon Siebenaler (BSARC). Il s’intègre naturellement dans le paysage et permet par sa géométrie la liaison entre les différents niveaux du site. La maison regroupera une salle polyvalente (avec foyer et bar), une école de musique et des salles pour les associations locales. L’implantation de la maison permet de redéfinir un nouveau

architect@work Architect@work, salon professionnel destiné aux architectes et ingénieurs, est organisé pour la première fois au Luxembourg par Kortrijk Xpo en collaboration avec l’OAI. Archiduc est également partenaire de cet événement et y présentera le 23 avril le 10x6 Architecture et transformation. Dans une ambiance propice aux échanges, ce salon permet de découvrir les stands de fabricants et distributeurs (pas de revendeurs) d’enveloppe du bâtiment, équipement du bâtiment et équipement technique. Chaque exposant, sélectionné par un comité d’experts, ne présente que ses nouveautés. L’événement à Luxembourg sera placé sous le thème « Architecture et minéralité ».

w

PLus d’infos : Les 23 et 24 avril, à Luxexpo, www.architectatwork.lu

centre au village, les liaisons avec les autres espaces alentour sont également retravaillées par la même occasion. Les matériaux retenus pour l’extérieur font écho au grès local. Un motif en relief de rythme musical d’une partition d’un piano mécanique se déploie sur la façade. Les matériaux intérieurs sont adaptés à l’usage d’une école tout en répondant aux besoins de régulation acoustique.

SchemelWirtz fête à la fois les 20 ans de la création du bureau et les 10 ans de partenariat avec P.Arc Luxembourg. L’occasion de poser trois questions aux responsables : Carlo Schemel et Patrick Wirtz. En 20 ans, vous avez pu réaliser un certain nombre de projets. Quel est celui qui a représenté le plus grand défi ? Patrick Wirtz : « En ce qui me concerne, ce serait le projet de rénovation et transformation mené dans la vieille ville à Luxembourg, car mêlant aspect historique et complexité technique. Je citerai également le centre de conférences puisqu’il représente 15 ans d’activité professionnelle, d’un chantier de grande envergure, avec des moyens importants. Carlo Schemel : « De mon côté, je retiendrai le château d’eau à Leudelange, ainsi que le réamé­nagement des bains municipaux à Luxembourg-ville. Pour ce dernier projet, il s’agissait d’un des premiers chantiers avec un budget conséquent pour l’époque et dans un lieu bien connu du grand public. Il a aidé à faire connaître notre bureau. Cette année est aussi le 10e anniversaire de P.Arc Luxembourg. Pou­vez-vous nous rappeler de quoi il s’agit ? C. S. : « P.Arc Luxembourg est né avec le projet de concours pour le laboratoire national d’analyses. Il s’agit d’une association entre SchemelWirtz et le bureau suisse IttenBrechbühl. Cette première collaboration, humainement très positive, a donné suite à de nombreux autres projets comme ‘H2O’, ‘Cubus’ ou le futur siège de RTL. Quels sont les avantages pour SchemelWirtz de s’associer avec IttenBrechbühl ? P. W. : « IttenBrechbühl a un très grand savoir-faire dans de nombreux domaines, une force de production très conséquente, une qualité ‘Made in Swiss’… Cette collaboration nous fait découvrir d’autres manières d’aborder un projet, de le développer, ce qui a été très bénéfique pour notre bureau. » C. S. : « Nous travaillons ensemble dans une grande confiance mutuelle, sur des relations d’honnêteté et d’amitié. »


ADV Studio FM milano / ph. Beppe Brancato + Studio Pepe

CONVIVIUM kitchen from the Arclinea Collection, design Antonio Citterio ML-INTERIOR DESIGN 24, route de Luxembourg - L-7240 Bereldange T +352 26332852 F +352 26332853 www.ml-interiordesign.lu www.arclinea.com | www.gamma.arclinea.it Follow us on

025_PUB_ML INTERIOR.indd 25 033_PUB_ML INTERIOR DESIGN.indd 33

3/31/14 18:05 11/09/13 10:52


026

Le duo franco-britannique composé de Stéphanie Delcroix (curateur et théoricienne de l’art) et Michael Pinsky (curateur et artiste) a remporté l’appel à candidatures organisé par le Fonds Belval pour le programme « Public Art Experience ». Ils auront donc comme mission d’assumer le poste de directeur de la première résidence d’artistes dont les projets finaux seront installés dans l’espace public à Belval. Cette première édition répondra au thème de la « transformation ». Chaque bâtiment ou lieu sera l'occasion de développer un aspect de cette thématique. Au total, six artistes seront invités et auront chacun un thème autour duquel ils devront établir leur proposition artistique. Par ailleurs, une réflexion en relation avec l'urbanisme et la transformation de la ville et l'espace urbain sera menée à travers des conférences, des tables rondes ou des rencontres avec les artistes. Delcroix-Pinsky a déjà réalisé plusieurs projets d’art dans l’espace public dont RELAY dans le quartier de King’s Cross à Londres pour lequel ils avaient invité Jacques Rival, Richard Wentworth, Felice Varini, Marjetica & ooze. delcroixpinsky.com

Royal Grace

© Polaris Architects

Scan 14

© Fabeck Architectes

DelcroixPinsky à Belval

www.archiduc.lu

actualité

Fabeck Architectes a remporté en 2013 le premier prix du concours restreint pour la construction d’un immeuble administratif (1 733 m2) situé à l’angle du boulevard Royal et de l’avenue Pescatore (maître d’ouvrage : Luxland). Le contexte urbain avoisinant est principalement composé de belles demeures historiques et de bâtiments de bureaux plus récents. L’imminente proximité avec le parc a influencé l’architecte qui s’est inspiré de la structure des arbres pour développer le concept des façades : le socle évoque des troncs d’où partent les étages qui sont de plus en plus filigranés au fur et à mesure que l’on s’élève, conférant à l’ensemble une impression de légèreté et d’élégance. Le projet est actuellement en phase d’autorisation. 4, boulevard Royal, www.fabeck.lu

Une cabane pour abribus

Dans le cadre du Festival des cabanes 2013, organisé par le Service national de la jeunesse et l’Ordre des architectes et des ingénieurs-conseils (OAI), un concours s’adressait aux étudiants en architecture ou ingénierie. C’est le projet des étudiants en architecture Tamara Kahn et Thierry Neu qui a été retenu par le jury. Ainsi leur projet a été construit et inauguré le 14 février pour servir d’abribus à l’arrêt « Ellergronn » du réseau des transports publics d’Esch-sur-Alzette. w

PLus d’infos : www.cabanes.lu, www.oai.lu, www.snj.lu

Le CRP Henri Tudor accueille le séminaire Scan 14 dédié à la conception architecturale numérique. L’édition de cette année sera consacrée au thème des interactions des maquettes numériques. Elle vise à réunir aussi bien les professionnels de la construction que les chercheurs et les étudiants. Les contributions couvriront trois points de vue : les approches et pratiques professionnelles, les études et recherches scientifiques, et les démarches pédagogiques. Du 18 au 20 juin, http://scan14.construction.tudor.lu

La santé à Bascharage

Une rénovation et un agrandissement sont en cours au Lycée technique pour les professions de santé à Bascharage. La maîtrise d’ouvrage est assurée par le ministère du Développement durable et des Infrastructures – Administration des bâtiments publics. La mission architecturale est confiée à Atelier du Sud, l’ingénierie en génie civil à Icône et l’ingénierie en génie technique à BLS Energieplan. L’ancienne partie « CITO » classée par la commune sera conservée et adaptée en partie. D’autres bâtiments vétustes seront détruits et une nouvelle construction sera réalisée à la place. www.archiduc.lu


ErgoSystem® vous offre les meilleurs sièges : Confortable et conçus pour leur forme et fonction.

Prenez place: le tabouret FSB 82 8243 convainc en prix et prestations. Avec son assise pivotante et ses 4 pieds très stables en inox, il est le parfait siège de douche pour la salle de bains, dans la douche ou encore à l’évier. L’agréable surface d’assise pivotante en PUR procure un sentiment de plus grand confort. Pour plus d’infos sur le tabouret FSB 82 8243 et les autres sièges de douche d’ErgoSystem® de FSB, prenez contact avec Aurélien Piedfort : aurelien.piedfort@fsb.be · www.fsb.be

027_PUB_FSB.indd 27 FSB-Anz_ErgoSystem-Sitze_ARCHIDUC_240x300.indd 1

3/31/14 18:06 24.03.14 16:02


028

C’est dans le cadre des Impressions d’architecture de la Ville de Briey qu’est organisé le Prix du livre d’architecture. Le Grand Prix du livre d’architecture revient cette année à Reconquérir les rues – Exemples à travers le monde et pistes d’action de Nicolas Soulier aux Éditions Ulmer, 2012. Parmi les membres du jury, on a pu compter Christian Bauer, architecte, et Enrico Lunghi, directeur du Mudam. Des mentions du jury ont également été attribuées à Histoire de construire de Patrick Bouchain, Loïc Julienne et Alice Tajchman aux Éditions Actes Sud et à Architecture & Écologie – Comment partager le monde habité ? de Grégoire Bignier aux Éditions Eyrolles. www.nicolassoulier.net, www.ville-briey.fr

www.archiduc.lu

Our House Carole Schmit et François Thiry, architectes à la tête du bureau Polaris, viennent de faire éditer chez Maison Moderne le livre Our House. Deux projets de maisons particulières y sont présentés à travers de nombreuses photographies d’Eric Chenal. « Ces projets relèvent d’une architecture personnelle et expressive qui répond à la fois de manière précise aux besoins et envies de nos clients, mais aussi à une quête créative qui nous est propre, expliquent Carole Schmit et François Thiry. C’est un livre qui témoigne de la jeune architecture au Luxembourg, avec un format relativement modeste qui est bien en correspondance avec son contenu. Il ne s’agit pas d’une plaquette de présentation, mais d’un véritable ouvrage de photographies, un projet éditorial qui questionne la manière de parler et de montrer l’architecture contemporaine. » Cet ouvrage signé du nom des architectes, et non pas du bureau Polaris, marque un tournant dans le développement de leur travail : « Nous mettons en œuvre certains projets qui vont au-delà de la pratique que notre bureau Polaris propose à ses clients, une démarche très objective, orientée performance / service / qualité. Il s’agit ici d’architecture subjective, d’une démarche presque autobiographique. » Les textes, loin d’une apologie, donnent la parole directement aux maîtres d’ouvrage, pour qu’ils s’expriment eux-mêmes sur leur projet. On peut également lire des témoignages personnels sur l’habitat de Bart Lootsma, Fabrizio Gallanti et Christoph Grafe. Une exposition des photographies d’Eric Chenal est organisée à la Fondarch du 27 juin au 20 septembre. 25 €, 144 pages, bilingue français / anglais, en vente sur www.maisonmoderne.lu/eshop

© Maison Moderne

Prix du livre d’architecture 2013

actualité

Quelle architecture après le désastre ? L’architecte japonais Toyô Itô, dont le travail est mondialement reconnu et à de nombreuses reprises récompensé (Lion d’Or à la Biennale de Venise en 2002, Pritzker Prize en 2013…) s’interroge sur comment construire après un événement aussi destructeur que la catastrophe qui a touché le Japon en mars 2011. Après une étroite collaboration avec les sinistrés, il donne forme au concept de « Maison pour tous » et poursuit actuellement le travail avec de

nouvelles constructions. Dans l’ouvrage, il revient sur ses projets, mais également sa carrière et, en s’appuyant sur le traumatisme que vient de vivre son pays, approfondit sa « réflexion active » sur ce qu’est l’architecture et ce qu’elle devrait devenir. L’architecture du jour d’après, de Toyô Itô, collection « Réflexions faites », Les Impressions nouvelles, 192 pages, 20 €. www.lesimpressionsnouvelles.com


Disponible à DELVAUX NAUTILUS IDROS 11, rue de Contern · L- 5955 Itzig · Tel +352 36 05 90 Showroom · Tel +352 43 75 80 · Fax +352 36 05 93 info@delvaux.lu · www.delvaux.lu

029_PUB_DEDON.indd 29 DEDON_SWINGREST_Archiduc_240x300.indd 1

www.dedon.de

3/31/14 18:07 13.03.14 10:33


World Congress 1500+ ATTENDEES

40+ SPEAKERS

7>22FIABCI MAY 2014 World

Bad Boll

030

ngress 40+ SPEAKERS

0+ COUNTRIES

50+ COUNTRIES

GUEST SPEAKERS 30+ EXHIBITORS

30+ EXHIBITORS

50+ PARTNERS

Economist and Thinker SPEAKERS The man at the origins of the Third Industrial Revolution.

50+ PARTNERS

ZHANG YUE

Founder, BROAD Group The famous chinese billionaire who built a 30-story building in 15 days.

RUDY RICCIOTTI

50+ PARTNERS

ZHANG YUE

RUDY RICCIOTTI

L’Atelier d’Architecture et de Design Jim Clemes travaille actuellement à la réalisation gymnaseGroup avec une aire de jeux (22 x 45 m), divisible Founder,d’un BROAD Architect & Engineer en trois unités pour un complexe scolaire à Bad Boll (Allemagne). La nouvelle The famousrecevra chinese billionaire who of thequi Grand Prixenvie National construction une apparence moderne etWinner accueillante, donne built a 30-story building in 15 days. de faire du sport. La salle de sport, qui devient un élément marquant -du centre d’Architecture France. scolaire qui accueille 550 élèves, s’ouvre avec de grandes surfaces vitrées et permet des vues vers l’extérieur et à l’intérieur du bâtiment. w

RUDY RICCIOTTI

50+ PARTNERS

www.archiduc.lu

Ferme maraîchère

GUEST SPEAKERS

JEREMY RIFKIN

RS

30+ EXHIBITORS

ROBERT JAMES OLIVIER International Property Management Professor,

Master’s Programme, Department of Economics, SciencesPo d’Architecture - Fran

ROBERT JAMES OLIVIER

PLus d’infos : www.clemes.lu Architect & Engineer Discover the complete program, speakers and register now International Property

Management Professor, usingPrix theNational code APR2103 on: www.fiabci65.com Winner of the Grand d’Architecture - France. Master’s Programme, Department of Economics, SciencesPo d’Architecture - France.

Fabeck Architectes récompensé ROBERT JAMES OLIVIER

Discover the complete program, speakers and register now Architect & Engineer International Property

usingPrix theNational code APR2103 on: www.fiabci65.com Management Professor, Winner of the Grand d’Architecture - France. Master’s Programme, Department of e Economics, SciencesPo d’Architecture - France. La 65 édition du congrès

mondial du FIABCI se tient à Luxembourg du 20 au 22 mai. Pendant trois jours, les professionnels de l’immobilier se Property ogram, speakers and register now International rassemblent autour d’une Management Professor, 2103 on: www.fiabci65.com riche programmation ponctuée par des conféMaster’s Programme, Department of rences sous le thème onomics,général SciencesPo d’Architecture - France. de « Building Humanity » (e.a. Jeremy Rifkin, Zhang Yue, Rudy Ricciotti, Pooran Desai), Le bureau de Tatiana Fabeck s’est vu récompensé par l’AIT Plateform Office ainsi que des débats Architecture dans la catégorie « Best innovative concept » pour le projet d’experts, des workshops K Point au Kirchberg. Le bâtiment (maître d’ouvrage : Allfin) a été réalisé en ou des expositions. Le programme est divisé collaboration avec le bureau Archi2000. Le bâtiment s’inscrit dans une trame en demi-journées, chacune urbaine très ordonnée et dialogue avec son environnement grâce à sa forme, dédiée à un thème (Cities ses matériaux et son expression architecturale. Le projet se présente en tant & Technology, Finance & que monolithe de facture simple en forme de « H » reposant sur un socle Tax, Architecture & Urban cristallin, ludique, l’ensemble disposant d’un excellent facteur de compacité. Design, etc.). La cérémonie Le bureau Fabeck Architectes a été mandaté par le cabinet d’avocats de gala de remise des prix Loyens & Loeff pour l’aménagement intérieur des plateaux en surface de du FIABCI Prix d’excellence international est organisée bureaux ainsi qu’en un espace fitness et un restaurant. Le concept s’est basé le 21 mai. Cette réunion sur un choix de matériaux nobles et limités et un apport maximal de lumière internationale est aussi naturelle vers les circulations intérieures. une occasion unique pour rencontrer d’autres acteurs w du secteur et profiter d’un PLus d’infos : networking ciblé. www.fabeck.lu www.fiabci65.com

© Fabeck Architectes

ROBERT JAMES OLIVIER

Le bureau de Stefano Moreno s’est vu confier, suite à l’échec d’un pré-projet avec un autre bureau, le projet de construction d’une ferme maraîchère biologique à Haltinne (Belgique) en collaboration avec le bureau Made Architecture (Philippe Bosch). ll s’agissait de faire revivre un potager historique du 15e siècle de près de 60 ares attenant au château. Pour cela, les anciens murs d’enceinte ont été remis en place, le quatrième mur fermant la propriété étant l’unité d’exploitation. Celle-ci, réalisée avec un budget très serré, est construite en ossature bois légère et répond à des critères écologiques. Par exemple, la chaudière fonctionne avec du bois provenant des forêts voisines et permet de chauffer la maison et les serres. La maison s’ouvre de part et d’autre du beau terrain, avec d’un côté le potager et de l’autre un étang. Le bâtiment, au vocabulaire architectural contemporain, abrite à la fois l’unité d’exploitation maraîchère, un magasin et une habitation, le tout en un seul tenant et avec un même aspect fonctionnel, sans gestuelle inutile. Le projet a été livré en 2013 et est actuellement en activité. www.moreno.lu

© J.M. Bouvy

Congress à Luxembourg

50+ COUNTRIES

actualité

© Atelier d’Architecture et de Design Jim Clemes

h


045_PUB_NORBERT BRAKONNIER.indd 45

3/31/14 18:21


032

www.archiduc.lu

© Arlette Schneiders Architectes

actualité

2

3 1

Réaménagement de la vieille ville Auteur : Céline Coubray

1

Perspective des aména­gements futurs de la rue Sigefroi. 2

Vue de la rue Notre-Dame vers la place Clairefontaine. 3

Croquis représentant le futur aménagement rue de l’Eau / rue du Rost.

La Ville de Luxembourg va se lancer, dès septembre 2014, dans un vaste chantier de réaménagement de la vieille ville dont le concept général a été confié à Arlette Schneiders Architectes.

Les travaux sont prévus par phases, ce qui permettra de ne pas entraver la circulation et les activités commerciales existantes. L’objectif de ce chantier, qui durera environ sept ans, est de donner plus d’harmonie et de cohérence à l’ensemble, tout en améliorant la qualité de vie des riverains, commerçants et visiteurs ainsi que le raccordement visuel et matériel des différents espaces, sans oublier la mise en valeur du bâti historique, patrimoine mondial de l’Unesco. Des fouilles archéologiques seront menées progressivement par le Centre national de recherche archéologique. Un revêtement en granit beige Pour cela, les revêtements de sol hétéroclites seront remplacés par des dalles de granit beige. « Ces modifications ont déjà été réalisées depuis 2009 à la rue de l’Eau, qui a servi d’exemple grandeur nature », explique Shaaf Milani-Nia, architecte pour le Service de l’urbanisme / police des bâtisses de la Ville

de Luxembourg. « L’esthétique et le fonctionnel sont optimisés dans ce choix de revêtement, souligne Arlette Schneiders. Le réaménagement prévoit également de recréer des terrasses, des places publiques ou encore des parvis. Les transitions seront plus douces. » Des places et des terrasses Ainsi, les places s’étendront vers les rues et les rues se confondront avec les places. L’espace des piétons s’unifiera avec celui des automobilistes, incitant ces derniers à rouler calmement sur cet espace partagé avec les piétons. Une meilleure accessibilité est également recherchée, facilitant l'accès pour les personnes à mobilité réduite, les poussettes, les livraisons... On pourra aussi compter sur du nouveau mobilier urbain dessiné par le bureau d’Arlette Schneiders. La rue du Rost bénéficiera d’un nouvel aménagement composé de deux plateaux accessibles d’un côté par une rampe, de l’autre par des escaliers. Une placette de forme conique verra ainsi le jour devant l’entrée du Palais grand-ducal. La rue Sigefroi sera également le lieu de nouveaux aménagements permettant de mieux définir l’espace. Des zones spécifiques seront créées pour chaque fonction

(parvis devant l’église St-Michel, terrasses permanentes de restaurants et cafés, zones de circulation distinctes entre les piétons et les voitures). Les rue NotreDame, rue de la Boucherie, rue du Fossé et rue du Nord-Côte d’Eich seront également réaménagées, ainsi que les parties des rue du Curé, rue du Marché-aux-Herbes et Grand-Rue situées dans le quartier de la vieille ville. Des blocs en pierre et bornes seront placés ponctuellement, délimitant des espaces à l’usage exclusif des piétons. Un nouvel éclairage public sera en outre mis en place. Il est aussi à noter qu’environ 60 nouveaux arbres seront plantés. Placés partiellement selon une direction transversale par rapport à l’axe de la rue, ces groupements d’arbres fonctionneront comme des barrières visuelles. Outre les aménagements des espaces en surface, d’importants travaux d’infrastructure (canalisation, électricité, téléphonie, etc.) sont planifiés et coordonnés en un seul chantier pour minimiser les nuisances.

w

PLus d’infos : www.vdl.lu www.arlette-schneiders.lu


le linge de maison

l’atelier de couture l’entreprise de peinture le papier peint

l’atelier de tapisserie

l’objet

le mobilier le tapis

le revêtement de sol

033_PUB_LUCIEN SCHWEITZER.indd 33

3/31/14 18:10


034

actualité

Trois questions à Kevin Muhlen

© Marc Wilwert

Un nouvel immeuble pour la Bourse

www.archiduc.lu

© Luc Deflorenne (archives Maison Moderne)

Au mois de mai, le Casino Luxembourg va accueillir sur sa façade une nouvelle œuvre de Lang/ Baumann. Kevin Muhlen, directeur artistique, nous explique ce projet.

La Bourse de Luxembourg a déménagé au 35A, boulevard Joseph II, dans un nouvel immeuble conçu par architecture & urbanisme 21 worré & schiltz (maître d’ouvrage : Congrégation des Sœurs hospitalières de Sainte Élisabeth, ingénieurs : Schroeder & Associés, Bétic). L’aménagement intérieur a été réalisé par l’atelier d’architecture et de design Jim Clemes. Cet immeuble administratif de 4 500 m2 a été conçu pour être loué étage par étage, le rez-de-chaussée pouvant être occupé par un commerce (d’où une hauteur sous-plafond plus importante que dans les

étages et une générosité dans les surfaces vitrées). « L’immeuble est un projet de coin que nous avons voulu souligner en construisant une surhauteur, explique Yvore Schiltz. Par le jeu des biais et des saillies, nous avons marqué la position singulière de cet immeuble au croisement de deux axes de circulation et donné un rythme à la façade travaillée en dégradé de couleurs. Pour autant, ce jeu de couleurs reste discret et l’immeuble s’insère aisément dans le tissu urbain. » L’immeuble répond à la classe énergétique B et a été certifié Valideo (certificat belge de construction durable).

© Eric Chenal

Architecture bangladaise

w

PLus d’infos : www.fondarch.lu, www.friendship.lu

L’ONG Friendship et la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie au Luxembourg organisent l’exposition An Architecture of Responsibility – Un-poor spaces for the most need-full, présentant des maquettes et des photos des projets réalisés au Bangladesh par l’architecte Kashef Chowdhury. Parmi les architectes de la jeune génération, Kashef Chowdhury est assurément l’un des plus en vue, aussi l’un des plus soucieux de ne pas se laisser emporter par les contraintes et les facilités, réelles ou feintes, du moment. Il s’est particulièrement fait remarquer par sa réalisation du Friendship Center, un centre de formation érigé dans le nord du pays. Le vernissage de l’exposition sera précédé par une conférence de l’architecte. Exposition « An Architecture of Responsibility – Un-poor spaces for the most need-full » du 13 au 31 mai 2014, Salle d’exposition de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie. Vernissage le 13 mai à 19 h 30. Conférence : « Responses to restraints: architecture of the essential » par Kashef Chowdhury, le 13 mai, à 18 h 30, Auditorium du CarréRotondes.

Monsieur Muhlen, quelle est la genèse de ce nouveau projet ? « Nous avons saisi l’occasion du don de l’association des Amis des musées pour lancer un appel à concours auprès de cinq artistes afin de réaliser une intervention artistique permanente sur la façade du Casino, côté rue Notre-Dame. Ont été invités Alan Fertil et Damien Teixidor, Judith Fegerl, Martine Feipel et Jean Bechameil, Sabrina Lang et Daniel Baumann, Jacob Dahlgren. Un jury composé de représentants des Amis des musées, du Casino, de l’Administration des bâtiments publics et de la Ville de Luxembourg a choisi le projet Beautiful Step n°10 de Lang / Baumann, des artistes qui aiment particulièrement intervenir dans l’espace public et /  ou en lien avec des architectures. De quoi s’agit-il ? « Il s’agit d’une sculpture praticable, un balcon tronqué en pyramide qui sera installé dans le châssis d’une fenêtre, permettant ainsi un dialogue entre l’espace intérieur et l’espace extérieur. Il aura une profondeur de 3 mètres et sera réalisé en fibre de verre. Les visiteurs pourront y accéder depuis l’intérieur grâce à un escalier amovible. Cette proposition est à la fois discrète et présente, invite à la participation et correspond bien à l’identité du Casino. Quels sont les enjeux de cette installation ? « Nous avons remarqué qu’il n’était pas si aisé de s’approprier cette façade. La rue est étroite, avec peu de recul, et la façade a beaucoup de fenêtres. L’approche de Lang / Baumann est ludique, vivante, mais relativement complexe à mettre en œuvre. C’est pour cela que nous travaillons actuellement à sa réalisation technique avec des ingénieurs, pour sécuriser l’installation sans intervenir de manière irréversible sur la façade. » L’œuvre sera visible à partir du 17 mai. www.casino-luxembourg.lu, www.langbaumann.com


www.cdclux.com

FERNANDO FARIA DA SILVA MATOS, GRUTIER CHEZ CDCL DEPUIS 3 ANS

CDCL rend hommage à ses 600 collaborateurs, femmes et hommes responsables qui, chaque jour, bâtissent avec passion, savoir-faire et inventivité un avenir meilleur.

BÂTIR ENSEMBLE L’AVENIR EN CONFIANCE 035_PUB_CDCL.indd 35 CDCL_Archiduc_AP 240x300.indd 1

3/31/14 18:11 24/03/14 16:25


036

Suite à l’assemblée générale ordinaire, l’ALI (Association luxembourgeoise des ingénieurs) a renouvelé partiellement ses membres du conseil d’administration. Yves Elsen a été confirmé comme président. Tracol Rénovation s’est vue décerner le label de qualité « Sécher a Gesond mat System » par l’Association d’assurance accident pour sa gestion efficace de la sécurité et de la santé au travail. Tracol Rénovation est ainsi la première entreprise de construction à laquelle ce label est attribué. L’OAI organise un voyage d’études à Moscou du 28 mai au 1er juin. Plus de renseignements : www.oai.lu. Dans le cadre de sa consultation publique pour le nouveau plan d’aménagement général, la Ville de Luxembourg organise des réunions de dialogue dans les différents quartiers de la ville. Les prochaines réunions se tiendront : pour les quartiers de Merl / Belair / Hollerich le 22 avril, pour les quartiers de Cents / Hamm /  Pulvermuhl le 24 avril, pour le quartier de Bonnevoie le 29 avril, pour le quartier de Limpertsberg le 6 mai, pour les quartiers de Kirchberg / Kiem /  Weimershof le 8 mai, et pour les quartiers de la gare / ville haute le 13 mai. Plus de renseignements sur www.vdl.lu.

© Teisen Giesler Architectes

Les rotondes, second round

© Jessica Theis

Le ministère du Développement durable et des Infrastructures et myenergy ont mis en place le Pacte Climat qui vise à inciter les communes luxembourgeoises à jouer un rôle actif en matière de lutte contre les changements climatiques. Stadtbredimus est la première commune certifiée (2e niveau de certification). Par cette convention, la commune s’engage à la mise en œuvre d’un système de gestion de sa politique énergétique et climatique et d’un système de comptabilité énergétique pour ses infrastructures et équipements communaux. En contrepartie, l’État apporte un soutien financier et technique.

10x6 architecture et transformation

Archiduc et le paperJam Business Club organisent un 10x6 Architecture placé sous le thème de la transformation. 10 architectes ont la parole pendant six minutes pour présenter un projet de transformation d’habitat, de bureau ou de commerce. Les transformations peuvent représenter un défi particulièrement difficile et intéressant à relever. Il faut en effet prendre en compte le bâti existant, l’adapter à son nouveau programme, intégrer les souhaits des maîtres d’ouvrage tout en respectant les

règles d’efficacité énergétique… Les participants sont Eve-Lynn Beckius (Bel.architecture), Arnaud de Meyer (Steinmetzdemeyer), Stéphane di Carlo (EGB Hornung & Associés), Monique Etienne (Klein & Muller), Tatiana Fabeck (Fabeck Architectes), Diane Heirend (Diane Heirend architectes), Claudine Kaell (Kaell Architecte), Jean Petit (Jean Petit Architectes), Lisi Teisen (Teisen-Giesler Architectes), Anouk Thill (A+T Architecture). Mercredi 23 avril, à 18 h 30, à Luxexpo. En partenariat avec Architect@work.

Mapping Luxembourg

© www.mapping-luxembourg.lu

News express

www.archiduc.lu

actualité

Le Musée d’histoire de la Ville de Luxembourg et les Archives nationales de Luxembourg ont mis leurs ressources en commun pour développer un outil visuel novateur où le passé et le présent se rencontrent. www.mapping-luxembourg.lu permet de visualiser des cartes et des vues historiques sur fond de la topographie urbaine actuelle grâce aux vues aériennes de Google Earth. Ce sont ainsi 50 bâtiments historiques et 13 surfaces cartographiées entre le 17e et le début du 20e siècle qui sont marqués par des tags interactifs et pour lesquels les internautes peuvent obtenir des informations complémentaires.

Après de longs mois de suspens, les travaux ont repris aux rotondes à Bonnevoie. Les travaux de réaménagement sont confiés au bureau Teisen-Giesler Architectes qui travaille en collaboration avec le Service des sites et monuments nationaux et l’Administration des bâtiments publics pour remettre en état ces bâtiments qui accueilleront les activités culturelles du CarréRotondes. Installé provisoirement depuis 2008 à Hollerich dans des locaux appartenant à Paul Wurth, l’espace culturel prépare son déménagement pour la fin de l’année 2014 pour la Rotonde 1 et dans le courant du premier trimestre 2015 pour la Rotonde 2. Après une réduction budgétaire conséquente (le budget s’élève aujourd’hui à 16 millions d’euros), des solutions ont été trouvées : « La Rotonde 1 sera nette et propre, dégageant même une certaine impression de noblesse, explique Lisi Teisen. Elle accueillera Traffo, des loges, l’Open Square, l’espace d’exposition. La Rotonde 2 ne pouvant être remise en état pour accueillir correctement le public, faute de budget, nous avons choisi d’y installer un système de ‘box in a box’ dans laquelle prendra place l’Exit07. Toutefois, nous avons prévu des percées dans cette boîte, ce qui permettra quand même de profiter visuellement de l’espace de la Rotonde 2, sans y avoir accès. » Les structures installées à l’intérieur des rotondes sont construites en bois, dans le même esprit que ce qui avait été fait pour La Serre Bleue en 2007. Entre les rotondes se trouvera « Container City » qui accueillera des salles de workshops et d’ateliers pour les enfants. Cette installation provisoire pourra dans le futur être déplacée à l’intérieur de la Rotonde 2. Les bureaux prendront place dans un bâtiment déjà existant, comme en 2007, avec toutefois quelques travaux d’aménagement. Un pavillon technique est construit à la lisière du site. www.rotondes.lu, www.teisen-giesler.lu, www.archiduc.lu


Votre dressing à votre mesure Votre dressing se doit d’allier harmonie et fonctionnalité. Marc Reding et son team d’architectes d’intérieur vous conseilleront et agenceront avec vous un environnement en parfaite harmonie avec vos goûts et votre style de vie.

⎢ ⎢

Mobilier, décoration et luminaires 26, avenue de la Porte-Neuve L - 2227 Luxembourg Tél. 22 26 27 info @casanova.lu www.casanova.lu

037_PUB_CASA NOVA.indd 37

3/31/14 18:16


038

STEINMETZDEMEYER a confié à Archibooks la réalisation de leur monographie, L’Essence du lieu, qui sortira début mai. À travers cet ouvrage, ils reviennent sur leur approche, celle du contexte initial, placée au cœur de chaque projet. L’importance du lieu sous-tend leur démarche, permettant d’en révéler tout le sens. Plus qu’un portfolio, cet ouvrage rassemble des approches, des partis pris, les choix réalisés par Nico Steinmetz, Arnaud De Meyer et leur équipe pour faire vivre le lieu et créer leur architecture. Textes de Romain Zattarin, français / anglais, 216 pages, 26 euros. 22

MONDORF INTERVENTION CONTEMPORAINE ET MÉMOIRE D’UN LIEU

52

KRTMRG 0611

MATÉRIALITÉ ET EXPRESSION CONTEMPORAINE EN MILIEU RURAL

Enfin, grâce à la topographie des lieux, la salle des fêtes s’agrémente de gradins et d’un espace scénique à l’extérieur permettant d’organiser des spectacles et évènements en plein air. Cette démarche de mesure et de préservation de l’esprit du lieu s’applique également à la réhabilitation des anciens bâtiments des thermes. Les architectes décident ainsi de conserver intacts un très grand nombre de matériaux de construction de l’époque pour les réemployer, comme autant de témoins d’histoire et de patrimoine encore vivant. A contrario, tout ce qui nécessitait une intervention nouvelle, comme les aménagements, percements, mobiliers, éléments architecturaux divers, ainsi que les éléments techniques, portent le sceau d’une architecture contemporaine assumée. Ils indiquent les marqueurs du temps et montrent combien les époques peuvent cohabiter de façon quasiment symbiotique, en parfaite harmonie avec les éléments d'origine, sans mimétisme primaire.

108

Les thermes s’articulaient autour de différentes salles de bains reliées par un grand couloir baigné de lumière et ornées de vitraux sur les parties supérieures. Ces couloirs ont été conservés en l’état −avec l'envie de les rendre au public − et remis en perspective grâce au foyer central. Les salles qui autrefois accueillaient les bains ont, quant à elles, été converties en bureaux administratifs, salles de réunions et de séminaires, restaurant-brasserie et salle de jeux. Concevoir des lieux de vie ouverts et chaleureux Le reste du projet consiste en l’aménagement du Quai Fleuri et de la Source Kind. Les architectes ont souhaité que ces deux espaces soient ouverts, chaleureux et conviviaux. Les travaux les plus conséquents se concentrent alors sur le pavillon de la Source Kind. Il est particulièrement modifié afin de le transformer en orangerie et le rendre plus accessible.

Une nouvelle peau en verre remplace des vitres opaques pour gagner en lumière et en transparence. Cela en fait un lieu accueillant, dans un esprit « serre », propice à la promenade et à la détente. Un escalier et un ascenseur sont conçus pour permettre une liaison directe entre les deux niveaux du parc. On y prévoit également la création d’une salle d’exposition.

Maître d’ouvrage : privé Ingénieur en stabilité : Ney & Partners Collaborateurs : F. Legros, M. Vereecken, R. Fichant Photos : Christof Weber

Cette maison est située au cœur de Dalheim, un petit village rural au linéaire urbain cohérent, au sud du Luxembourg. Construite sur les vestiges d’une ancienne grange, ses fondations ont été conservées comme support du projet.

STEINMETZDEMEYER a ainsi relevé le défi de donner du sens à l’intervention, en conservant la mémoire du lieu, en démontrant combien l’équilibre à trouver entre deux époques, plusieurs styles et une finalité plurielle constitue une véritable mission d’architecture.

DES MAISONS DANS LA PENTE

Pour leur projet d’habitation, les maîtres d’ouvrage avaient des besoins simples, mais très précis : une maison facile à vivre dans laquelle chacun aurait sa place de liberté.

FACE À LA TOPOGRAPHIE

109

Les architectes ont avant tout cherché à intégrer la maison dans ce contexte rural en réinterprétant la forme des constructions agricoles du village. L’utilisation de certains matériaux de la région de manière contemporaine fut aussi une piste de travail. La première idée fut de conserver la forme initiale de l’ancienne grange. Les volumes de la maison, de taille modeste, s’inscrivent dans la continuité des constructions de la rue.

156

DBLN 0214

LANDMARK TOWER UN PHARE POUR DUBLIN

© Valentiny hvp architects

g+p muller architectes a reçu la commande directe de la commune d’Hesperange pour la conception d’un nouveau centre culturel. Le programme comporte une salle de spectacle de 300 places, un bar-foyer, un restaurant pouvant fonctionner indépendamment de la salle de spectacle et deux niveaux de bureaux à l’usage de la commune. Un parking souterrain de 40 places complète l’ensemble. La salle de spectacle est orientée côté rue et s’ouvre sur le foyer largement vitré avec terrasse orientée au sud et donnant sur le parc voisin. De l’extérieur, le futur centre culturel est une imbrication de plusieurs volumes, chaque volume abritant une fonction. Une partie des étages de bureaux se situent en porte-à-faux, créant en rez une entrée couverte. Les travaux commencent ce printemps 2014 et la livraison est prévue pour 2017. www.mullerarchitectes.lu

Valentiny livre son Mozarteum Brasileiro Theatre

Monographie pour STDM

Maître d’ouvrage : Dublin Docklands Development Ingénieur en stabilité : Ney & Partners Collaborateurs : H. Bohrer, C. Schuman, O. Vess Images : InVisible

PILB 0514 Maître d’ouvrage : privé Ingénieur en stabilité : Ney & Partners Paysagiste : Joseph Pletsch Collaborateurs : A. Deheneffe, D. Bouche, A. Rock, G. Troch Photos : Christof Weber

Ces tours restent malgré tout des objets passionnants auxquels beaucoup d’architectes souhaiteraient se confronter. Même si STEINMETZDEMEYER n’a pas encore eu à se mesurer à la construction de tels bâtiments, ils ont eu à réfléchir à deux objets en décalage d'échelle, l’un à Dublin et l’autre à Luxembourg, dans le cadre de concours. Dialogue avec la ville, sobriété et équilibre des lieux guident régulièrement le travail des architectes, plus encore avec ce type de projet. Comment faire pour concilier ces échelles et le contexte urbain, comment faire pour conserver une expression architecturale, sans tomber dans une certaine banalité ou son contraire, la forme à tout prix au mépris des utilisateurs, des riverains. La réponse se trouve dans la question.

Le projet de construction de la Landmark Tower entre dans le cadre d’un processus de régénération des docks de la ville de Dublin. Autrefois cœur économique par son activité portuaire, ce quartier en friche représente, au début des années 2000, une formidable possibilité pour la ville de Dublin de se redévelopper sur le front de l’océan. Le programme comporte la construction de bureaux, d’un hôtel, mais aussi et surtout la construction du studio d’enregistrement du groupe de rock U2, véritable icône de la ville. Au total, la Ville a reçu près de 523 propositions. Après quelques vicissitudes réglementaires et juridiques, le lauréat est désigné en 2007. Le choix des jurés s’est porté sur une agence de Dublin. Mais la crise passant par là, le projet ne verra jamais le jour...

C’est que leur projet prend pleinement conscience de la mémoire du lieu, celui dans lequel il doit s’inscrire. Il crée du lien avec la ville tout en rappelant l’histoire des docks. C’est de cette symbiose que la construction projetée prend son origine. Trois entités se dégagent pour former un ensemble très pertinent qui s’élève sur 17 étages, soit environ 60 mètres. Au sol, le bâtiment joue la transparence pour permettre des regards croisés et renforcer ainsi ce rôle de trait d’union dans l’histoire et les parties de la ville. Longitudinal, il se développe au rythme de poteaux croisés qui s’alternent successivement. Il est occupé par des restaurants et des pubs aménagés entre des containers-services, ce qui lui confère un côté urbain et vivant en recréant une allée le long du port.

Maison corse

© Moreno

Nouveau centre culturel à Hesperange

www.archiduc.lu

actualité

Pour cette maison privée, le bureau de Stefano Moreno a dû composer avec un projet livré clé sur porte. Les propriétaires du bien, conscients de la qualité du terrain et de sa vue, ont accepté d’acquérir un permis de bâtir de promotion, tout en faisant appel à un architecte en parallèle pour tirer le maximum de qualité de cet objet. Il en résulte une maison de vacances pouvant également servir à la location, dont le moindre détail a été optimisé pour ajouter une qualité architecturale. Le projet comprenait une mission d’architecture intérieure très complète (allant jusqu’à l’achat de la vaisselle et du linge de toilette) réalisée en collaboration avec Eléonore De Ville. www.moreno.lu

Le 15 mars 2014 a été inauguré le Mozarteum Brasileiro Theatre, un ensemble architectural dédié à la musique conçu par François Valentiny à Trancoso (Brésil). Composé de deux auditoriums, huit salles de répétition et d’un foyer-bar, un des grands enjeux du projet était l’acoustique des salles de concert. « Pour la salle fermée, qui présente quand même des murs ouverts, nous sommes à un temps de réverbération de 1,9, ce qui est comparable aux meilleures salles de concert internationales. » Quant à l’auditorium à ciel ouvert, le résultat devrait également être très satisfaisant. « Ma philosophie pour ce projet est de garder caractère et authenticité pour cet auditorium. Je ne veux pas d’un son uniformisé à cause d’un système électronique. Il est intéressant de garder une identité acoustique liée au site. J’aime la perfection quand elle n’est pas perfectionniste et je suis sûr que, parce que nous sommes en pleine nature et à ciel ouvert, nous entendrons le chant des oiseaux à certains moments. » L’ensemble du projet a respecté le budget de 25 millions de réaux brésiliens, soit 8-9 millions d’euros. « C’est environ un tiers de ce que coûte une salle de concert en Europe, mais cela s’explique par plusieurs facteurs dont les coûts liés aux installations techniques et de finitions qui sont très différents. » www.hvp.lu www.musicaemtrancoso.org.br

w

w

Plus de photos : www.archiduc.lu

PLus photos : www.archiduc.lu


039_PUB_CARRIERES 39 047_PUB_CARRIERES FEIDT.indd 47 FEIDT.indd 1

3/31/14 18:14 11/09/13 10:56 17/04/13 11:35


040

www.archiduc.lu

actualité

2

1

Paul Priestman présentera ses projets en matière de transports publics lors d’une conférence. 2

Dans le cadre du parcours Design Shops, Tapis Hertz expose les créations de Jan Kath. 1

La ville ouverte au design Auteur : France Clarinval

3

Bruno Carvalho et son iConfess font partie de l'expostion Never for Money... 4

Les architectes de Encore Heureux signent l'installation Overshoot dans le parc de la Kinnekswiss. 3

4

Pendant plusieurs semaines, la biennale Design City transformera Luxembourg en laboratoire d’idées et plateforme d’expérimentation et de présentation. Réalisée par le Mudam avec la collabo­ ration de la Ville de Luxembourg, la troisième édition se développera sous la thématique « Into the Process : une remise en question sociétale des fonctions du design ». Deux pôles principaux retiendront l’attention : l’espace public de la Kinnekswiss et les salles du Mudam. Dans le parc municipal, plusieurs interventions répon­dent aux problématiques spécifiques de l’endroit. Les architectes du bureau Encore Heureux s’inspirent de la foire voisine et proposent Overshoot, une grande structure en bois qui supporte neuf balançoires en ligne, à différentes hauteurs, pour s’adresser à tous les âges. Une grande enseigne couronne le faîtage en inscrivant le mot « Overshoot », référence à la notion du jour du dépassement, date à laquelle l’humanité aura épuisé les stocks de ressources naturelles que la planète peut offrir en une année. Cette installation propose donc une double expérience entre détente et prise de conscience. Les graphistes du studio

Maurice + Paula complètent le dispositif par une signalétique ludique et appropriée. Au Mudam, ce sont 13 designers portugais et luxembourgeois qui participent à l’exposition Never for Money, Always for Love. À travers des projets spécifiques, ils élaborent une réflexion critique sur les modes de production et leurs rôles dans le quotidien des utilisateurs. Leurs créations remettent en question les méthodes de conception traditionnelles pour mieux envisager les défis actuels de la durabilité et d’économie. Design City, c’est aussi un foisonnement de conférences, de cours et colloques, un Marché des créateurs, de nombreuses expositions parallèles ainsi qu’un parcours « off » chez des designers, des commerçants de la Ville et des institutions partenaires.

w

PLus d’infos : Into the Process à la Kinnekswiss, à partir du 23 avril. Never for Money, Always for Love, jusqu’au 15 juin au Mudam. www.designcity.lu


043_PUB_LEYENDECKER.indd 43 Archiduc_avril.indd 1

3/31/14 18:19 25.03.2014 12:35:54


042

Un hôtel Pullman à Bruxelles

www.archiduc.lu

L’hôtel Atlas fait peau neuve

© Serge Anton

ue giq l e B

actualité

PER / USE

Le design belge s’est enrichi d’une nouvelle marque, PER / USE, qui développe des collections de mobilier domestique marquées par le savoir-faire des méthodes artisanales et une attention portée aux matériaux naturels. La direction artistique a été confiée à la Tchèque Lucie Koldova. Elle s’entoure de jeunes talents européens (Dan Yeffet, José Cabrita, Patrick Séha) pour créer des meubles aux lignes atemporelles, dont ces tables d’appoint Levels. Les valeurs-clés de la marque sont annoncées comme étant « crafts & soul ». PER/USE sera présent au salon Intérieur à Courtrai en octobre. www.peruse.be

Le premier hôtel Pullman en Belgique a ouvert à Bruxelles-Midi. C’est l’architecte d’intérieur et designer Jean-Philippe Nuel qui a eu en charge son aménagement. Inspiré par la localisation de l’hôtel, il a imaginé un univers à la fois empreint de douceur pour pouvoir se retirer du tumulte de la gare, sans pour autant renier le mouvement. L’escalier qui relie le lobby aux lieux de vie dans les étages est pensé comme un point de repère et un élément identitaire. Les chambres sont inspirées de l’univers du voyage ferroviaire (banquettes, repose-bagages). 1, place Victor Horta à Bruxelles

© Martti Kapanen, Alvar Aalto Museum

Inventaires

www.jeanphilippenuel.com www.pullmanhotels.com

Une nouvelle adresse pour MAD Brussels

Les lumières d’Aalto

Pionnier du design organique et figure emblématique de l’architecture et du design scandinaves, Alvar Aalto (1898-1976) est une source inépuisable d’inspiration pour les générations actuelles. Conçus comme des œuvres globales, ses projets incluent mobilier et luminaires dans un esprit humaniste. C’est son travail sur l’éclairage artificiel, inspiré de la lumière nordique, que GrandHornu Images a décidé d’explorer en détail. Alvaro Aalto. Lightings. Exposition présentée jusqu’au 4 mai. www.grand-hornu-images.be

Cet hôtel 3 étoiles situé dans le quartier branché de Dansaert à Bruxelles a été repris en main pour sa décoration intérieure par les designers d’intérieur Michel Penneman et Jade Vijt, associés à l’architecte Olivier Hannaert. On y trouve du mobilier sur mesure (console de bureau, table de chevet, miroir de salle de bains, dressing) et une version inédite d’une suspension de Sylvain Willenz. Toutes les chambres sont identiques, mais chacune évoque un styliste qui contribue à la vie du quartier à travers un mood board intégré dans un miroir. 30, rue du Vieux-Marché-aux-Grains à Bruxelles www.atlas.be

MAD Brussels (Mode & Design Center Brussels) va disposer prochainement de nouveaux locaux dans le quartier de Dansaert à Bruxelles. Le coup d’envoi des travaux a été donné en janvier 2014 et la livraison du chantier est prévue pour 2015. Ce sont en fait trois bâtiments industriels en enfilade (surface totale : 3 000 m2) qui sont confiés, suite à un concours lancé par la Ville de Bruxelles, au bureau d’architectes V+ (Vers plus de bien-être) pour le réaménagement des espaces intérieurs et aux designers du collectif Rotor pour les façades et le mobilier fixe. Plutôt que de procéder à une démolition des bâtiments existants, il s’agira d’une transformation qui conservera les éléments intéressants de ces architectures, tout en optant pour un concept dont le fil conducteur est la couleur blanche. 10, place du Nouveau-Marché-aux-Grains à Bruxelles

www.madbrussels.be www.vplus.org www.rotordb.org

La Fédération Wallonie-Bruxelles, en collaboration avec l’agence à la promotion internationale Wallonie-Bruxelles Architectures (WBA), a fait paraître un nouveau tome de la collection Architectures Wallonie-Bruxelles Inventaires # Inventories. Cet ouvrage dresse un portrait de l’architecture récente en Wallonie et à Bruxelles et rassemble une sélection de 30 projets construits ou des actions culturelles. La direction de l’ouvrage a été confiée au collectif Orthodoxe, la photographie à Maxime Delvaux (dont nous avons déjà pu découvrir le travail lors de la Biennale de Venise 2012 pour l’exposition Post-City). Orthodoxe a choisi d’explorer la production architecturale de 2010 à 2013 à travers cinq thématiques : contemporanéité, représentation, médiation, écologie
 et cosmopolitiques. Les textes sont signés par des auteurs belges et étrangers tels que Maarten Delbeke, Bruno Marchand, Audrey Contesse, Françoise Fromonot, etc. Bilingue français / anglais, 190 × 255 mm, 224 pages, 25 €


INTERIEURS INDIVIDUELLS

.CUISINES .POGGENPOHL® .HÄCKER® .TABLES .CHAISES .AMENAGEMENTS D’ESPACES SUR MESURE

Kiricheneck 3 | L-9990 Weiswampach | Tel.: 97 81 97 • Fax: 97 81 98 | info@kuechendries.lu Heures d’ouvertures: Ma.-Ve. 8.00 > 12.30 & 13.30 > 18.00 | Sa. 9.00 > 12.30 & 13.30 > 16.00 | fermé le dimanche et le lundi

www.kuechendries.lu

041_PUB_KUCHE DRIES OPTION.indd 41

3/31/14 18:17


044

www.archiduc.lu

actualité

ue giq l e B

2

1

Halle communale et réaménagement des places centrales de Gand par Robbrecht en Daem architecten et Marie-José Van Hee architecten. 2

Weekend House à Merchtem de OFFICE Kersten Geers David Van Severen. 1

Prix belge 2013 pour l’architecture et l’énergie Auteur : Céline Coubray

3 3

Computer Shop à Tielt de OFFICE Kersten Geers David Van Severen. 4

Tour de cuisines Elishout à Anderlecht de Xaveer De Geyter Architects.

w

PLus d’infos : www.fab.arch.be 4

Le 10 décembre 2013, les deux prix belges bisannuels pour l’architecture et l’énergie 2013 ont à nouveau été attribués, au Bozar à Bruxelles. Le Prix belge pour l’architecture 2013 revient à Robbrecht en Daem architecten et à Marie-José Van Hee architecten pour la Halle communale et le réaménagement des places centrales de Gand. Les autres lauréats du Prix belge de l’architecture 2013 sont dans la catégorie logement individuel : Weekend House à Merchtem de OFFICE Kersten Geers David Van Severen ; dans la catégorie logement collectif : habitations avec jardins et bureau à Anvers de Collectief Noord ; dans la catégorie non résidentielle privée : Computer Shop à Tielt de OFFICE Kersten Geers David Van Severen ; dans la catégorie non résidentielle publique : tour de cuisines Elishout à Anderlecht de Xaveer De Geyter Architects. Le Prix belge pour l’énergie 2013 revient à buro b pour l’immeuble Stebo à Gand. Les autres lauréats du Prix belge de l’énergie 2103 sont dans la catégorie logement individuel : maison mitoyenne Putman à Waregem de denc!-studio ; dans la catégorie logement collectif : immeuble à appartements Les Courses à Ixelles de MDW Architecture.


s r i s é d s vos désirs vaou carré arré

au c

Menuiserie Kraemer S.àr.l.

8, Fräschegaass

L-9353 Bettendorf

info@menuiseriekraemer.lu

Menuiserie Kraemer S.àr.l. 031_PUB_MENUISERIE KRAEMER.indd 31

ANNONCE A4.indd 1

8, Fräschegaass

F +352 80 85 49

www.menuiseriekraemer.lu

L-9353 Bettendorf

info@menuiseriekraemer.lu

T +352 80 92 19-1

T +352 80 92 19-1

www.menuiseriekraemer.lu

F +352 80 85 49 3/26/14 16:55 07.02.2014 14:43:53


046

www.archiduc.lu

actualité

Save the date L’actualité architecturale est riche en événements. Un calendrier pour ne rien rater et tout découvrir.

évÉnement fondation

1er avril > 11 mai Exposition

La ville tournée vers l’espace public

En collaboration avec le Cercle Cité et la Ville de Luxembourg, cette exposition itinérante sillonne l’Europe et permet au public de découvrir les lauréats du 6e Prix européen de l’espace public urbain. De 11 h à 19 h, Ratskeller, entrée libre, tous les jours

23 > 24 avril

7 mai 2014

Architect@work

La sidérurgie liégeoise du 17e au 21e siècle : évolution des technologies et du lieu de travail

Salon

Salon professionnel réservé aux architectes, ingénieurs-conseils, architectes d’intérieur, urbanistes-aménageurs, archi-/ing-paysagistes et autres prescripteurs. De 13 h à 20 h, Luxexpo (10, circuit de la Foire internationale à Luxembourg), www.architectatwork.lu

3 mai > 4 juillet

Conférence

Conférence de François Pasquasy, ingénieur civil métallurgiste, présentée dans le cadre du festival de la culture industrielle et de l’innovation, cycle « Sidérurgie – passé / présent ». À 19 h 30, Bâtiment Massenoire (avenue du Rock’n’Roll, face à la Rockhal, à Belval), www.fonds-belval.lu

évÉnement fondation

Festival

Festival de la culture industrielle et de l’innovation

23 avril Conférence

10x6 Architecture et transformation : habitat, bureaux, commerces

À 18 h 30, organisé par Archiduc et paperJam Business Club, en partenariat avec le salon Architect@work, Luxexpo (10, circuit de la Foire internationale à Luxembourg), inscription sur club.paperJam.lu

Premier Festival de la culture industrielle et de l’innovation organisé sur initiative de la Fondation Bassin Minier en collaboration avec de nombreux acteurs de la région sud du Luxembourg dont le Fonds Belval qui participe à cet événement avec plusieurs manifestations : un cycle « Sidérurgie – passé /  présent », une journée de conférences sur le thème « Architecture et travail » et la fête des hauts fourneaux (4 au 6 juillet). www.festivalbassinminier.lu

08 mai

Conférence

WW+ : Architecture ? Project management ? Or… ?

Dans le cadre des conférences « évolutions », le bureau d’architectes basé à Esch-sur-Alzette et Trèves présentera ses projets et sa vision de l’architecture. À 19 h, Auditorium de la Banque de Luxembourg (boulevard Royal à Luxembourg), entrée libre

évÉnement fondation

13 mai

évÉnement fondation

Conférence

Responses to restraints: architecture of the essential Par l’architecte bangladais Kashef Chowdhury. En collaboration avec l’ONG Friendship. À 18 h 30, Auditorium du CarréRotondes (1, rue de l’Aciérie à Luxembourg), www.fondarch.lu

évÉnement fondation

13 mai

Vernissage

An Architecture of Responsibility – Un-poor spaces for the most need-full

Vernissage de l’exposition de l’architecte bangladais Kashef Chowdhury. En collaboration avec l’ONG Friendship. À 19 h 30, salle d’exposition de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie (1, rue de l’Aciérie à Luxembourg), www.fondarch.lu

13 > 31 mai Exposition

An Architecture of Responsibility – Un-poor spaces for the most need-full

Exposition présentant des maquettes et des photos des projets réalisés au Bangladesh par l’architecte Kashef Chowdhury. Organisée en collaboration avec l’ONG Friendship, salle d’exposition de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie (1, rue de l’Aciérie à Luxembourg), www.fondarch.lu

17 > 22 mai Congrès

65th FIABCI World Congress

La 65e édition du congrès mondial du FIABCI se tient à Luxembourg. Cet événement rassemble les professionnels de l’immobilier autour d’une riche programmation (conférences, débats, workshops, expositions). www.fiabci65.com

21 mai

Cérémonie de gala

FIABCI Prix d’excellence

Dans le cadre du 65th FIABCI World Congress, la cérémonie de gala de remise des prix du FIABCI Prix d’excellence international est organisée à la Rockhal. www.fiabci65.com

Suite de l’agenda >page 48


CONTRÔLE TECHNIQUE pour la souscription de l’assurance décennale et l’inspection par l’organisme agréé, effectué par nos experts indépendants.

ASSISTANCE TECHNIQUE pour la réalisation des façades et des verrières, réalisée par nos spécialistes dans la construction innovante.

AUDIT TECHNIQUE

MAS, Museum aan de Stroom, Anvers, Belgique.

des structures portuaires, assuré par nos experts du secteur de l’eau.

Votre tranquillité d’esprit passe par nos experts. Dans tous les secteurs de la construction : bâtiments, mobilité, eaux et énergie, les 50 ingénieurs spécialistes Secolux ont pour mission de vous garantir ce qu’il y a de plus précieux, votre sérénité. Ils maîtrisent - dans un esprit permanent de pragmatisme économique - la qualité, le respect des normes, la sécurité ainsi que l’innovation durable dans les moindres détails. Votre tranquillité d’esprit est à ce prix.

047_PUB_SECOLUX.indd 47 4011-SEC-ANNONCE_ANVERS_REV_ARCHIDUC.indd 1

3/31/14 18:22 12/03/14 14:11


048

www.archiduc.lu

actualité

Save the date (suite) 21 mai

15 juin

20 juin

Sidérurgie et paternalisme dans la vallée de la Fensch

Op der Schmelz

Der Klang der Industrie

Conférence

Conférence de Michel Printz, président de l’association Les Amis d’Adrien Printz, présentée dans le cadre du festival de la culture industrielle et de l’innovation, cycle « Sidérurgie – passé / présent ». À 19 h 30, Bâtiment Massenoire (avenue du Rock’n’Roll, face à la Rockhal, à Belval), www.fonds-belval.lu

3 juin

Conférence

Le bois dans la construction

Conférence organisée par la Chambre des métiers en collaboration avec l’OAI sur l’utilisation du bois dans la construction. De 13 h 30 à 18 h, à la Chambre des métiers (2, circuit de la Foire internationale à Luxembourg)

Événement

Apéro-Diskussioun mat Schmelzaarbechter, Ingenieuren an Historiker. À 11 h, Bâtiment Massenoire (avenue du Rock’n’Roll, face à la Rockhal, à Belval), www.fonds-belval.lu

Richard Ortmann, Musiker, Uta C. Schmidt, Kunsthistorikerin, Michael Bereckis, Musiker. Um 19 h 30, www.fonds-belval.lu

18 > 20 juin

évÉnement fondation

Séminaire

Scan 14

Exposition

Modernity – loved, hated or ignored?

Exposition du pavillon luxembourgeois à la Biennale de Venise. Exposants : Stéphanie Laruade, Bohumil Kostohryz, Sophie Langevin, Nuno Lucas da Costa. Pour plus d’informations, voir notre dossier p. 51. Ca’ del Duca, Venise

26 juin

Vernissage

La conférence SCAN réunit les professionnels concepteurs, les chercheurs et les étudiants. Elle a pour ambition de rassembler les approches professionnelles pratiques, les études et modélisations scientifiques, ainsi que les démarches pédagogiques dans une dynamique de partage et d’échange. Au CRP Henri Tudor, http://scan14.construction. tudor.lu

Vernissage de l’exposition Our House d’Eric Chenal

évÉnement fondation

27 juin > 20 septembre

Exposition de photographies d’architecture par Eric Chenal. À 19 h, salle d’exposition de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie (1, rue de l’Aciérie à Luxembourg), www.fondarch.lu

19 juin

Conférence

Francis Kéré : Architektur zwischen Kulturen

L’architecte burkinabé établi à Berlin, lauréat de nombreux prix d’architecture, présentera sa conception originale de l’architecture. À 19 h, Auditorium de la Banque de Luxembourg (boulevard Royal à Luxembourg), entrée libre

évÉnement fondation

4 > 6 juillet 3 juillet Conférence

Gonçalo Byrne : contemporanéité et architecture

L’architecte portugais reconnu bien au-delà des frontières de son pays présentera ses réalisations et ses nombreux projets. À 19 h, Auditorium de la Banque de Luxembourg (boulevard Royal à Luxembourg), entrée libre

évÉnement fondation

4 juillet

Exposition

Le colloque a pour objectif de relever le rôle dans le passé et le présent de la conception architecturale des lieux de production et les lieux de travail administratif, scientifique et créatif. À partir de 9 h, organisée par la Fondation Bassin Minier et le Fonds Belval, en collaboration avec la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie Luxembourg dans le cadre du Festival de la culture industrielle et de l’innovation, Bâtiment administratif (1, avenue du Rok’n’Roll à Belval), traduction simultanée français-allemand /  allemand-français, détail du programme sur www.fonds-belval.lu

Our House

évÉnement fondation

7 juin > 23 novembre

Événement

Exposition de photographies d’architecture par Eric Chenal présentée en parallèle de la sortie du livre Our House (édité par Maison Moderne). Salle d’exposition de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie (1, rue de l’Aciérie à Luxembourg), www.fondarch.lu (fermeture pendant deux semaines en août, dates à confirmer)

Séminaire

Architecture et travail. Du site industriel à la ville du savoir

Fête des hauts fourneaux à Belval

Le début d’une nouvelle ère sur le site de Belval sera célébré le 4 juillet par une fête populaire autour de la première mise en lumière des vestiges industriels d’après la conception de l’artiste allemand Ingo Maurer. À partir de ce week-end, les hauts fourneaux seront accessibles au public en visite libre. Visites guidées sur réservation. Place des Hauts Fourneaux, avenue du Rock’n’Roll à Belval, organisé par le Fonds Belval dans le cadre du Festival de la culture industrielle et de l’innovation initié par la Fondation Bassin Minier, programmation détaillée sur www.fonds-belval.lu, www.festivalbassinminier.lu


FAUT-IL POSSÉDER UNE FORTUNE POUR ÊTRE BIEN CONSEILLÉ ?

Banque et Caisse d’Epargne de l’Etat, Luxembourg, établissement public autonome, 1, Place de Metz, L-2954 Luxembourg, R.C.S. Luxembourg B 30775

PR I VAT E B A N K I N G

Petit trésor ou grosse fortune, votre patrimoine se fera entendre auprès de la BCEE ! Forte de son expertise, de sa stabilité et de son réseau d’agences étoffé, la BCEE est idéalement placée pour gérer votre capital et vous offrir un service de Private Banking résolument centré sur vos besoins. Trouvez le centre financier BCEE le plus proche sur www.bcee.lu ou appelez le (+352) 4015-4040.

BCEE Private Banking : Votre patrimoine mérite attention

PRB5-Fortune_24x30.indd 1

24/01/2014 11:56


MATERIEL ELECTRIQUE

TRADITION

DESIGN ECLAIRAGE INDUSTRIEL

DOMOTIQUE

Visitez nos salles d’exposition et de vente ou consultez nos experts pour vous informer et vous conseiller

ELECTRICITE & LUMIERE SOUS TOUTES SES FORMES Fondée en 1925, Minusines S.A. est aujourd’hui le leader du marché luxembourgeois de la distribution à valeur ajoutée de matériel électrique et d’éclairage. M I N U S I N E S S . A . l e p a r t e n a i r e d e t o u s l e s m a î t r e s d ’o u v r a g e , a r c h i t e c t e s , b u r e a u x d ’é t u d e s , é l e c t r i c i e n s e t i n s t a l l a t e u r s 8, Rue François Hogenberg - L-1735 LUXEMBOURG B.P. 2212 - L-1022 LUXEMBOURG +352 49 58 58 -1 +352 49 58 66/67 info@minusines.lu

www.minusines.lu

annonce_minusines_2014_ok.indd 1

04/02/14 16:28


grand sujet

051 14e Biennale internationale d’architecture de Venise Géographie : Venise

Croatie

Italie

Bosnie

14e Biennale d’architecture de Venise

Venise 2014

La 14e édition de la Biennale internationale d’architecture de Venise accueille comme commissaire général Rem Koolhaas qui a choisi comme thème « Fundamentals ». Ainsi, les expositions temporaires, tout comme les pavillons nationaux, répondent à une même perspective de recherche. Le pavillon luxembourgeois ne dérogera pas à la règle. Aussi, pour bien comprendre de quoi il retourne, nous présenterons d’abord le cadre général de recherche de cette biennale, avant de consacrer plusieurs pages précisément au projet luxembourgeois mené par Stéphanie Laruade, Bohumil Kostohryz, Sophie Langevin et Nuno Lucas da Costa.

Venise, Italie 412 km2 270 835 habitants 657 hab / km2 45°26’04’’ N 12°20’20’’E 3 m d’altitude

052 Fundamentals

056 Modernity – loved, hated or ignored?

064 La Fondarch, la recherche, les archives

066 …Mais aussi


052

Biennale de Venise

Fundamentals Le commissariat général de la 14e édition de la Biennale de Venise a été confié à Rem Koolhaas qui orchestre Fundamentals, un projet en plusieurs volets.

© Courtesy of OMA / Photography by Fred Ernst

Auteur : Céline Coubray

Bio express de Rem Koolhaas 1944 Naissance à Rotterdam 1975 Crée OMA (Office for Metropolitan Architecture) avec Elia et Zoe Zenghelis et Madelon Vriesendorp 1978 Publie Delirious New York 1995 Rassemble tout le travail de OMA dans l’ouvrage S,M,L,XL de 1 200 pages et marque un jalon parmi les ouvrages d’architecture 2000 Pritzker Prize 2010 Lion d’or pour l’ensemble de sa carrière à la Biennale de Venise Architecte, urbaniste, théoricien de l’architecture, Rem Koolhaas a étudié à Londres et aux États-Unis. Avant d’être architecte, il a été journaliste et l’écriture est restée un élément central dans sa pratique architecturale. En parallèle de son travail architectural avec OMA, Rem Koolhaas explore des disciplines non architecturales comme la politique, l’édition, les médias, la mode et la sociologie, à travers son think-tank et unité de recherche AMO. Les visiteurs de la Biennale ont d’ailleurs pu découvrir en 2010 et 2012 les projets « Cronocaos » et « Public Works ». Parmi les bâtiments récents réalisés par OMA, on peut citer le siège de la télévision centrale chinoise (CCTV) à Pékin, le siège de la Banque Rothschild à Londres, le Wyly Theatre à Dallas ou encore le Prada Transformer à Séoul. OMA est actuellement en chantier pour la Bourse de Shenzhen, le siège de G-star à Amsterdam ou encore le Centre des arts vivants à Taipei.

w

Plus d’infos : www.labiennale.org

www.archiduc.lu

grand sujet 14e Biennale de Venise

Pour cette 14e édition, le commissaire général de la Biennale, l’architecte néerlandais Rem Koolhaas, a proposé de placer toute la Biennale sous une même volonté de recherche, repositionnant le sujet d’étude sur l’architecture ellemême et non pas sur les architectes et leurs projets, tout en regardant en arrière pour mieux analyser notre présent, et donc envisager notre futur de manière plus consciente. Plus qu’une « simple » exposition mettant en scène des travaux et idées d’architectes, l’exposition de cette année est donc le résultat d’une recherche menée par Rem Koolhaas et une équipe de chercheurs. La Biennale se présente par conséquent comme un très vaste laboratoire, encore plus que les années précédentes. Fundamentals est à lire comme une mise en écho et une complémentarité entre trois projets : Elements of Architecture, Absorbing Modernity 1914-2014 et Monditalia. Chacun à leur manière apporte un élément de réponse à la question de savoir comment nous sommes arrivés aujourd’hui à un effacement des caractéristiques nationales au profit d’un style architectural moderne, mais totalement uniformisé. « Après plusieurs biennales d’architecture consacrées à la célébration du contemporain, Fundamentals porte un regard sur les histoires, essaie de restituer comment l’architecture s’est retrouvée dans cette situation et spécule sur son futur », précise Rem Koolhaas.

Elements of Architecture À l’image du monde de l’art, le milieu architectural se replonge dans une investigation de ses racines plutôt que de chercher à définir ce qu’est l’architecture contemporaine. Alors que les éditions précédentes mettaient en exergue le fossé qui se creusait de plus en plus entre l’architecture contemporaine et les utilisateurs, Rem Koolhaas identifie et présente les éléments de notre architecture passée qui pourraient nous servir de référence pour régénérer la relation entre l’utilisateur et l’architecture. C’est ce qui sera montré dans Elements of Architecture dans le pavillon central des Giardini. Cette exposition passe au microscope les « fondamentaux » de nos bâtiments, utilisés par n’importe quel architecte à travers le monde, à savoir le sol, les murs, le plafond, le toit, la porte, la fenêtre, la façade, le balcon, le couloir, l’escalier, la rampe… Alors que ces éléments semblent à première vue immuables, ils sont en fait les révélateurs de composants instables, relevant des préférences culturelles, de symbolisme oublié, d’avancées technologiques, de mutations accélérées par les échanges globaux, les considérations climatiques, les valeurs fluctuantes du confort, des désirs mystiques, les calculs politiques, les réglementations, l’économie néolibérale, les nouvelles règles digitales, sans oublier parmi tout cela les idées de l’architecte. En regardant de plus près les éléments architecturaux partagés par toutes les cultures, l’exposition repousse le discours architectural au-delà de ses para-

1

mètres habituels et invite le public dans une exploration des dimensions familières, effacées, et même visionnaires de l’architecture. Ces éléments de recherche sont le fruit d’un travail d’équipe composée principalement de Rem Koolhaas, AMO, Harvard Graduate School of Design, Stephan Trüby, Manfredo di Robilant.

Absorbing Modernity 1914-2014 C’est sous cette thématique « parapluie » que Rem Koolhaas a non seulement informé mais invité les pavillons nationaux à participer à la Biennale. Chacun peut saisir cette invitation pour montrer le processus d’effacement des caractéristiques nationales en architecture en faveur d’une adoption presque universelle d’un seul langage moderne et d’un seul répertoire de typologies. « Cette proposition a largement été

» Suite page 54


053

2

« Fundamentals porte un regard sur les histoires, essaie de restituer comment l’architecture s’est retrouvée dans cette situation et spécule sur son futur » Rem Koolhaas

3

1

Maquette de l’exposition Elements of Architecture qui sera présentée dans le pavillon central des Giardini. 2

Les couloirs de l’abbaye Welbeck. 3 ©  Courtesy la Biennale di Venezia, Rem Koolhaas

Reconstitution d’un toit réalisé selon la technique Yingzao Fashi. 4

Modèles d’escaliers présentés au Friedrich Mielke Institute of Scalology.

4


054

www.archiduc.lu

grand sujet 14e Biennale de Venise

acceptée et ainsi, les pavillons nationaux contribuent et participent à l’ensemble des investigations rassemblées sous le titre de Fundamentals », précise Paolo Baratta, président de la Biennale de Venise dans sa note d’intention. Alors que cela faisait encore sens il y a 100 ans, en 1914, de parler d’architecture « chinoise », « indienne » ou « suisse », cette différenciation aujourd’hui s’est largement estompée, due à divers facteurs comme les guerres, les différents régimes politiques, les différents niveaux de développement économique, les mouvements nationaux et internationaux d’architecture, les amitiés, les talents individuels, les avancées technologiques. On peut alors se poser la question de savoir si l’identité nationale a été sacrifiée au profit de la modernité. Les pavillons nationaux présentent ce thème chacun à leur manière pour tenter de décrypter comment ce phénomène se manifeste dans leur pays. Des études de cas précis participant à un grand ensemble d’analyses.

Monditalia Profitant du fait que Venise accueille également une biennale de musique, cinéma, théâtre et danse, Rem Koolhaas saisit l’opportunité pour inclure ces disciplines dans sa réflexion et présentation. Monditalia, présenté à l’Arsenal, qui devient une immense scène dédiée à la performance, met donc en écho ces disciplines pour mieux faire ressortir les contextes dans lesquels l’architecture peut être conçue ou imaginée. L’élément fédérateur est l’Italie, traitée sous tous les aspects possibles : architectural, politique, économique, religieux, technologique, industriel. Les directeurs des autres biennales ont été sollicités pour mener à bien une programmation créant un portrait révélateur du pays d’accueil qui, par son fort foisonnement de talents créatifs et ses turbulences politiques, s’avère être un prototype éclairant de l’époque actuelle. En parallèle à tous ces événements, on retrouve, comme les années précédentes, les « Biennale Sessions », un programme dédié aux universités et écoles d’architecture. Les « Meetings on Architecture » sont enrichis cette année d’un programme « Weekend Specials », conçu comme une part importante de Monditalia. Ce programme regroupe des conférences, work­ shops, performances et débats qui sont organisés tout au long des six mois de l’exposition.

Absorbing Modernity 1914

Absorbing Modernity 2014

Calendrier

Journées professionnelles : 5 et 6 juin Inauguration et cérémonie de remise des prix : 7 juin 9e Festival international de danse contemporaine : du 19 au 29 juin Biennale College-Theatre : du 26 juillet au 9 août 71e Festival international du film de Venise : du 27 août au 6 septembre 58e Festival international de musique contemporaine : du 3 au 12 octobre


055

1

La Corderie est envisagée comme un lieu permettant les échanges et les débats. 2

Axonométrie des espaces de scène à la Corderie. 3

Le mur, un concept qui a évolué. 4

Monditalia est l’occasion de s’interroger sur les espaces sacrés.

©  Courtesy la Biennale di Venezia, Rem Koolhaas

1

2

4

Publications

3

Le catalogue officiel de la Biennale reprendra les trois sections et les événements parallèles (350 pages). En anglais et italien. Le Petit Guide reprend l’essentiel de ce qu’il faut savoir pour profiter pleinement de la Biennale. En italien et anglais. Elements of Architecture est un ouvrage consacré à la recherche, réalisé par une équipe de chercheurs sous la direction de Rem Koolhaas.


056

grand sujet 14e Biennale de Venise

Pavillon luxembourgeois

Modernity – loved, hated or ignored ? C’est un collectif pluridisciplinaire qui a été choisi par les membres du jury pour représenter le Luxembourg à la 14e Biennale d’architecture de Venise. Nous les avons rencontrés pour qu’ils nous présentent leur démarche et leur projet.

Auteur : Céline Coubray

Infos Modernity loved, hated or ignored? Date : Du 7 juin au 23 novembre 2014 Heures d’ouverture : Du mercredi au lundi, de 11 h à 19 h Adresse du pavillon luxembourgeois : Ca’del Duca Corte del Duca Sforza San Marco 3052 I-30124 Venezia Vaporetto : (ligne 2) Accademia (ligne 82) San Samuele Exposants : Stéphanie Laruade, Bohumil Kostohryz, Sophie Langevin, Nuno Lucas da Costa Commissaire : Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, Luxembourg Avec le soutien du : Ministère de la Culture, Luxembourg Blog : www.loved-hated-ignored.com

Pour cette Biennale, le rôle des pavillons nationaux est encore plus important que les autres années. Rem Koolhaas, commissaire général de cette quatorzième édition, a souhaité associer de manière très étroite les pavillons nationaux à sa recherche sur le thème « Absorbing Modernity ». Ainsi, les commissaires des pavillons sont non seulement informés de la thématique, mais également invités à participer à cette recherche collective, visant à pointer ce qui fait la modernité et son évolution dans chaque pays depuis un siècle. Suite à un appel à projets lancé par la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, mandaté par le ministère de la Culture pour mettre en œuvre l’exposition présentée dans le pavillon luxembourgeois, c’est le collectif composé de Stéphanie Laruade, architecte, Bohumil Kostohryz, photographe et architecte, Sophie Langevin, actrice et metteure en scène, et Nuno Lucas da Costa, journaliste, qui a remporté les faveurs du jury avec un projet intitulé Modernity – loved, hated or ignored ? Au moment où nous les avons rencontrés, fin mars, ils sont encore en pleine élaboration de leur exposition, cette dernière n’ouvrant que le 7 juin. Plongée au cœur d’un work in progress. Qu’est-ce qui vous a motivés à présenter votre dossier de candidature pour l’exposition du pavillon luxembourgeois ? Stéphanie Laruade : « Bohumil et moi-même avons eu l’occasion de réaliser précédemment, et à plusieurs reprises, des scénographies d’expositions, notamment lorsque je travaillais pour le bureau de Michel Petit. Nous avons également réalisé une exposition collective de photographies, qui a été présentée à Prague, Paris et Rennes. Puis, je me suis installée à mon compte depuis un peu moins de trois ans et nous nous sentions alors prêts à relever le défi de concevoir et réaliser une nouvelle exposition. Dès que le thème de la Biennale a été annoncé, nous avons eu une idée. Notre axe de développement est resté le même depuis le début. Nous avons commencé à réfléchir, à développer notre concept. Par la suite, nous avons reçu le mémo que Rem Koolhaas a envoyé à tous les commissaires des pavillons. Nous étions exactement dans la même direction ! Il suggérait de s’approprier la question, d’ouvrir le champ de réflexion. C’est précisément ce que nous faisons.

» Suite page 58

www.archiduc.lu


057

« Luxembourg est peu concerné par le phénomène de l'effacement des traditions nationales, car le pays n’a jamais été meneur dans les styles architecturaux » Bohumil Kostohryz


Biographies

Stéphanie Laruade Agence Laruade architecte. Née en 1975 à MontereauFault-Yonne (France). Étudie à l’École d’architecture de Paris-Conflans et à la Faculté Technique d’architecture de Prague. Architecte et urbaniste. Vit et travaille à Luxembourg. www.laruade.com

Bohumil Kostohryz Agence Boshua sarl. Né en 1972 à Pisek (République tchèque). Étudie à la Faculté Technique d’architecture de Prague. Photographe et architecte. Vit et travaille à Luxembourg. www.boshua.com

Sophie Langevin Née en 1970 à Carthage (Tunisie). Formée à la Kleine Academie de Bruxelles, à l’École du Théâtre de l’Ombre à Paris et au Conservatoire de Luxembourg. Comédienne et metteure en scène. Vit et travaille à Luxembourg. www.sophielangevin.com

Nuno Lucas da Costa Né en 1977 à Luxembourg. Licencié en langues et littératures modernes (Université de Coimbra) et Master en histoire européenne contemporaine (Université du Luxembourg). Journaliste. Vit et travaille à Luxembourg.

grand sujet 14e Biennale de Venise

Comment votre équipe s’est-elle constituée ? Sté. L. : « J’ai eu l’idée du concept que nous avons développé avec Bohumil. Nous avons eu le désir d'élargir le spectre des talents et approches pour faire ce travail de recherches et d'analyse. Bohumil Kostohryz : « Cela fait plusieurs années que je suis le travail d’actrice et de mise en scène de Sophie et que je la photographie sur scène. Une relation d’amitié s’est créée entre nous. Nous organisons depuis un certain temps des soirées home cinema, où nous projetons des films très divers, et une connivence de goût et de curiosité s'est créée, un appétit partagé des formes expérimentales, mais aussi des polars. Sté. L. : « Nuno, qui est intervenu dans la première phase de notre travail, nous a aidés, grâce à son expérience de journaliste, à aborder et déchiffrer les archives journalistiques. Pouvez-vous nous expliquer quelle est votre approche du sujet proposé par Koolhaas, « Absorbing Modernity » ? Sté. L. : « Nous nous sommes demandé quel regard ont les citoyens sur leurs bâtiments. En connaissent-ils l’histoire ? Nous souhaitions aller au fond des choses. Au moment où nous commencions à travailler, le procès du Bommeleeër était sur le devant de la scène. Il y avait toutes ces histoires de recherches, d’archives à nouveau ouvertes après plusieurs années. B. K. : « Notre approche de l’exposition est aussi l’occasion de relever un nouveau challenge. Comment pouvons-nous aborder la question de l’exposition d’architecture en apportant quelque chose de nouveau ? Est alors venue cette idée de l’enquête, qui induit une structure, une forme narrative propice à capter l’attention du public dans une grande manifestation comme une biennale, et qui rejoint nos goûts personnels. Sté. L. : « Avec cette approche, nous souhaitons récol- Comment avez-vous sélectionné les bâtiments qui sont ter les petites histoires du quotidien pour comprendre au cœur de vos enquêtes ? Sté. L. : « Nous avons d’abord fait une sélection large la grande histoire. pour restreindre le choix par la suite. Comme dans Comment avez-vous procédé alors ? toute enquête, nous avons aussi suivi des fausses pistes So. L. : « Nous avons créé un personnage, une enquê- et des enquêtes qui nous ont emmenés dans des trice : Jane Doe, avec laquelle nous allons pouvoir suivre impasses. Nous avons finalement arrêté notre choix sur l’enquête, mettre en scène les recherches, illustrer l’his- cinq types de projets différents, bien sûr tous construits toire. entre 1914 et 2014 et représentatifs à nos yeux de la Sté. L. : « Un de nos points de référence a été la série modernité. Nous voulions avoir des objets qui soient Twin Peaks de David Lynch. Nous avions envie de nous représentatifs de l’essor de Luxembourg et pour lesinspirer de cette ambiance transposée à Luxembourg. quels nous avons un certain recul dans le temps. Ce Nous avons choisi cinq lieux emblématiques de la sont des projets modernes, qui résistent au temps et modernité. qui nous font encore vibrer aujourd’hui. So. L. : « Ce prétexte de l’enquête nous permet de porB. K. : « Rem Koolhaas évoque la chute de la modernité ter un regard extérieur sur nos sujets d’étude. Dans une et un effacement des traditions nationales au cours des enquête, tout est à découvrir. Grâce aux références 100 dernières années. Luxembourg est moins concerné cinématographiques, il est possible de jouer avec la par ce phénomène, car le pays n’a jamais été meneur mise en scène, d’apporter une dimension ludique à dans les styles architecturaux. Il n’y a pas de ‘style’ notre présentation. Nous nous sommes aussi inspirés luxembourgeois, puisque c’est une architecture marquée de l’univers des enquêtes de Colombo dans la high par les influences de ses voisins. Nous ne nous sommes society  américaine de Los Angeles. donc pas véritablement attardés sur cet angle d’analyse. B. K. : « Il se trouve que notre envie de mise en scène et de narration trouve également un écho dans la proposi- Vous avez dû toutefois vous poser la question de ce tion de Koolhaas, qui, lui aussi, tire profit des ressorts et qu’est la modernité ? Sté. L. : « Bien sûr. Nous avons fait le tour des diffépotentialités qu’offre la mise en scène dans l’espace de l’Arsenal. Il a également invité les autres biennales, rentes définitions. Sans avancer une nouvelle thèse sur théâtre, cinéma, danse à participer, ce qui nous conforte ce qu’est la modernité, nous avons simplement essayé d’en explorer toutes les facettes. dans nos choix. © Margueritte Langevin

058

www.archiduc.lu


059

L'équipe pluridisciplinaire au travail à la table et sur le terrain.

B. K. : « À certains moments, la modernité a été une nécessité, une question de survie. Ce n’est pas forcément une volonté au départ, mais bien une nécessité qui aboutit à un geste, un mouvement naturel du progrès humain. Sté. L. : « Nous avons aussi trouvé dans nos recherches un article éclairant de Michel Rasquin, ancien ministre des Affaires économiques, intitulé ‘Moderniser ?’, dans lequel il s’interroge sur ce que cela veut dire de moderniser et sur la capacité du Luxembourg à créer l’homme moderne. Revenons à votre protagoniste. Comment Jane Doe va-t-elle procéder pour révéler cette modernité ? Sté. L. : « Elle va se comporter différemment dans chacune des cinq enquêtes, puisque les contextes sont à chaque fois différents. Elle va fouiller dans les archives, publiques ou privées, décrypter des rapports de chantier, récolter des témoignages de voisins, de personnes âgées, faire des interviews de protagonistes, de descendants des architectes en charge des projets, lire la presse de l’époque. Chaque rencontre ou découverte l’amène vers une nouvelle piste et l’histoire se construit comme cela, indice après indice. Les chemins de l’investigation vont être différents pour chaque objet. Ils pourront toucher tour à tour l’architecture, la technique, le social, les faits divers, la politique ou la dimension émotionnelle. C’est aussi un peu notre façon de travailler à nous trois, symboliquement.

» Suite page 60

« Un de nos points de référence a été la série Twin Peaks de David Lynch. Nous avions envie de nous inspirer de cette ambiance transposée à Luxembourg » Stéphanie Laruade


060

grand sujet 14e Biennale de Venise

Recherches dans les archives, rencontres et interviews comme travail de préparation.

So. L. : « Cette approche nous permet également de ne pas restreindre notre analyse à la seule lorgnette luxembourgeoise. Parfois, Jane Doe va devoir aller enquêter à l’étranger, se renseigner sur des éléments qui dépassent le simple cadre national. Comment allez-vous transmettre ces enquêtes aux visiteurs ? B. K. : « Chaque enquête aura une présentation différente. Mais pour chacune, il y a un journal, un cahier qui cumule les découvertes faites jour après jour. Ce sont les notes de notre enquêtrice. On y trouve par exemple les projets non retenus d’un concours, la correspondance entre l’architecte et d’autres confrères, des notes de témoignages… C’est une accumulation chronologique de petites histoires, de ressentis, de recherches qui vont être par la suite exposés et nous révéler comment cette modernité a été acceptée, rejetée, ou ignorée. Sté. L. : « Comme dans un puzzle, chaque pièce va former une grande image. À l’instar de Georges Perec dans La vie mode d’emploi, nous naviguons entre l’infiniment petit et l’infiniment grand. So. L. : « Nous allons également utiliser les artifices de la mise en scène avec les jeux de lumière comme au théâtre, le montage vidéo, etc.

Mais c’est très difficile d’arriver à organiser cette masse d’informations… Sté. L. : « Pour arriver à construire correctement ces histoires, nous n’avons pas hésité à regarder d’autres exemples, à nous former. So. L. : « Nous nous sommes inspirés du travail de l’artiste américain Marc Lombardi, qui représente sur de grandes feuilles de papier des schémas traitant d’affaires contemporaines et mettant en relation des institutions, des politiciens, des faits… Par ces mises en relation, il porte un regard nouveau sur ces affaires. Il présente toutes les informations et les met en lien. Nous procédons de la même manière pour créer une nouvelle structure narrative. Nous retraçons les chemins sinueux parcourus par les hommes dans leur quête de modernité. Sté. L. : « J’ai aussi suivi par internet la présentation de thèse d’un criminologue suisse. Cela m’a appris à rendre lisibles les informations, à ne pas se perdre dans la masse des données récoltées. Grâce à cela, nous avons appris que les criminologues se basent sur trois schémas : spatial, temporel ou encore relationnel. Et comment arriver à garder les visiteurs en haleine ? B. K. : « À chaque nouvelle découverte, il faudra faire un choix qui renvoie aussi à sa propre identité. Les

www.archiduc.lu


061

enquêtes se structurent de façon à inviter les visiteurs à faire eux-mêmes leur propre enquête. Ils deviennent acteurs, suivent un jeu de piste. Ils peuvent par exemple suivre l’idée de l’architecte ou les petites histoires satellitaires. Il y a les évidences et les fausses pistes. Différents niveaux de lecture sont possibles, ce qui laisse aussi la possibilité aux visiteurs de ne faire que passer rapidement dans les salles et de ne voir que les grandes lignes, ou au contraire, pour ceux qui le souhaitent, d’y passer beaucoup plus de temps et de se plonger pleinement dans le détail de chaque enquête.

Internet vous a-t-il été d’une grande aide ? B. K. : « Nous nous sommes bien entendu servis d’internet et de Facebook, mais nous avons aussi découvert les limites de cet outil. Pour les périodes qui nous concernent, il y a finalement assez peu d’informations sur internet. So. L. : « Il y a toutefois un blog qui nous a beaucoup inspirés, celui de David Liaudet, archipostcard.blogspot.com. Certaines de ses archives seront d’ailleurs présentées dans l’exposition.

Ce sont surtout des archives papier alors ? Sté. L. : « Oui, nous avons exploré les archives municiComment avez-vous abordé la source particulière que pales, nationales, les photos conservées à la photosont les archives ? thèque de la Ville de Luxembourg, au CNA. Mais nous Sté. L. : « Nous avons lu entre autres le dernier livre avons aussi consulté des archives privées, celles des de Michel Serres, Petite Poussette, qui aborde la ques- architectes et des riverains. tion de la sélection et la juxtaposition des informations, comment organiser les données. Nous nous Que nous apprennent finalement tous ces documents ? Sté. L. : « Avec toutes ces histoires, on peut s’interroger sommes aussi imprégnés des écrits de Michel Foucault sur les archives. Cela nous a aidés à savoir com- sur le futur. Ces documents nous racontent toute la ment se comporter face à cette mémoire, à cette ‘masse place que peut prendre un bâtiment, sa durée dans le complexe, dense, vaste, massive de l’ensemble des choses temps, l’indifférence qu’il peut susciter, son non-entrequi ont été dites dans une culture, description de toutes tien. On s’aperçoit que l’histoire se répète, qu’il y a une vies, activités sourdes et en même temps bavardes des forme d’universalité dans les histoires architecturales. choses dites à travers une culture’, pour reprendre les On regarde l’histoire, mais ces documents nous éclairent aussi sur ce qui se passe aujourd’hui. » mots de Foucault.

Le comité d’experts Le comité d’experts a été chargé de sélectionner le projet d’exposition pour le pavillon et d’accompagner les lauréats dans leur process créatif. Joseph Abram, professeur à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy (F), chercheur au Laboratoire d’Histoire de l’Architecture Contemporaine et commissaire de l’exposition Architectures en Lorraine (1945-2015) dans le contexte territorial de la Grande Région, Centre Pompidou-Metz (ouverture prévue pour juin 2016). Jill Mercedes, artiste, a participé à la Biennale d’art de Venise en 2007 dans le pavillon luxembourgeois avec le projet Endless Lust. Gabriele Diana Grawe, curatrice à la Villa Vauban (L) et auteure de Call for Action. Mitglieder des Bauhauses in Nordamerika (VDG, 2002). Nico Steinmetz, architecte et urbaniste, associé du bureau STEINMETZDEMEYER (L) et président de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie. Tatiana Fabeck, architecte, Fabeck Architectes (L), vice-présidente de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie. Andrea Rumpf, historienne de l’art et manager culturel, directrice de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie (L).


grand sujet 14e Biennale de Venise

www.archiduc.lu

© Bohumil Kostohryz

062

L’appel à projets

La Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie au Luxembourg, commissionnée par le ministère de la Culture pour organiser la contribution luxembourgeoise à la Biennale, a procédé à un appel à projets international. Pas moins de 35 participants âgés de 30 à 60 ans et formant 11 équipes pluridisciplinaires venant d’Allemagne, d’Autriche, de Belgique, de France et du Luxembourg ont ainsi soumis leur projet au comité d’experts internationaux chargé de sélectionner le projet d’exposition du pavillon luxembourgeois.

w

Plus d’infos : www.labiennale.org www.fondarch.lu www.archiduc.lu www.laruade.com www.boshua.com www.sophielangevin.com

« Cette approche nous permet également de ne pas restreindre notre analyse à la seule lorgnette luxembourgeoise » Sophie Langevin


063 Catalogue

TimeLine Rem Koolhaas a invité chaque commissaire de pavillon national à envoyer une sélection de trois images commentées, représentatives selon eux de l’évolution de la modernité pour leur pays. Voici le choix des commissaires luxembourgeois.

1957 Luxemburg, Europas hauptstadt? En mars 1957, Victor Bodson, ministre luxembourgeois des Transports, annonce devant un journaliste allemand des projets très ambitieux. Il déclare vouloir mettre à la disposition de la Communauté des terrains gratuits pour la construction de leurs bâtiments administratifs et résidentiels et annonce la construction du plus grand pont en béton du monde avec une longueur de 450 m destiné à relier le centre-ville au Kirchberg, territoire prévu pour la Communauté européenne.

1962 2 avril 1962, premier coup de pelle du pont « Grande-Duchesse Charlotte »

« Nous avons choisi de présenter pour le catalogue de la Biennale un même objet vu à travers différents regards et différentes époques. On passe de l’utopie à la construction, pour finir à son existence. C’est le cheminement d’une idée à sa réalité. » Stéphanie Laruade

2014 Un site de 365 ha en plein développement Le plateau du Kirchberg, quartier de l’Europe et place financière, est en constante expansion depuis les années 1960. D’ici l’an 2020, la population active passera de 33 000 à 44 000 tandis que les habitants vont pratiquement tripler, jusqu’à 16 400 dans une vision à long terme.

© Frankfurter illustrierte N°1; Théo Mey, Photothèque de la Ville de Luxembourg; Bohumil Kostohryz

Ce pont métallique à béquille ouvre la ville sur un tout nouveau quartier à construire : le Kirchberg, site des futures institutions européennes. Ce projet, issu d’un concours international dont le lauréat est l’architecte allemand Egon Jux, deviendra le symbole de la modernité au Luxembourg.


064

grand sujet 14e Biennale de Venise

Dans le contexte

Des changements et nouveautés sont apparus à l’occasion de cette 14e Biennale. Pouvez-vous nous détailler les conséquences que cela a eu sur l’exposition du pavillon luxembourgeois ? « Nous avons été informés très tôt de la thématique de recherche mise en place par Rem Koolhaas, beaucoup plus tôt que les autres Andrea Rumpf, directrice de la Fondation années. Cela nous a permis de travailler bien de l’Architecture et de l’Ingénierie, en amont et de mettre en place un projet s’exprime à l’occasion de la préparation de l’exposition pour le pavillon luxembour- encore plus ambitieux. Au niveau du calengeois à la Biennale de Venise et replace cet drier, nous bénéficions désormais du même événement dans un contexte à plus longue temps de travail et de recherche que celui accordé pour la Biennale d’art. De plus, le perspective pour la Fondation. changement de calendrier de la Biennale, avec Auteur : Céline Coubray une ouverture en juin au lieu de septembre, nous offre une visibilité plus importante. C’est un symbole fort dont nous nous réjouissons. Pour la première année depuis que nous participons, le directeur de la Biennale s’intéresse vraiment aux pavillons nationaux et les inclut dans son concept global. Rem Koolhaas est le premier commissaire à ne pas uniquement se concentrer sur ‘ses’ expositions, mais cherche à mettre en relation les pavillons nationaux avec les autres expositions.

© Julien Becker (archives Maison Moderne)

La Fondarch, la recherche, les archives

Andrea Rumpf, directrice de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie

1

Dans les archives de la Fondarch, on trouve des plans ou encore des affiches de présentation de projets. 2

La Fondarch possède des archives de dessins et d’affiches de diverses provenances. 3

Les maquettes d’architecture font partie des objets conservés par la Fondarch.

Que pensez-vous du sujet choisi par Rem Koolhaas pour les pavillons nationaux ? «  Le sujet choisi pour les représentations nationales, ‘Absorbing Modernity 1914-2014’, est un sujet qui répond pleinement aux préoccupations actuelles de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie. Nous sommes conscients que la recherche est un axe important de l’architecture et nous souhaitons plus le développer dans les mois et les années à venir. Depuis 2010, nous lançons des appels à projets pour l’exposition présentée dans le pavillon luxembourgeois à Venise, dans la Ca’del Duca. Ces appels à projets nous permettent de concevoir des expositions entièrement produites par la Fondation de l’Architecture et qui peuvent être présentées par la suite à Luxembourg. Cela offre une occasion de présenter internationalement puis localement un état de la recherche élaborée par des acteurs de notre territoire. Par ailleurs, les recherches faites pour réaliser ces expositions servent également à alimenter la recherche académique menée par la Fondation.

1

d’histoire de l’architecture contemporaine. Par ailleurs, il a lui-même été commissaire de nombreuses expositions d’architecture. C’est un ‘architecte-scientifique’ qui a de multiples expériences et réflexions à partager et à communiquer. Ceci nous donne la possibilité d’ouvrir le débat au-delà de Luxembourg. Nous ne nous concentrons pas exclusivement sur nos propres réflexions luxembourgeoises, mais nous menons une approche qui nous est propre et une réflexion singulière sur ce thème général qu’est ‘Absorbing Modernity’. Cette exposition représente aussi, pour la Quels moyens la Fondation a-t-elle particu- Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, lièrement mis en œuvre cette année pour un moment propice pour développer une répondre à cet axe de développement ? méthodologie de recherche sur l’histoire de « Cette année, la Fondation a choisi de s’en- l’architecture au Luxembourg. tourer d’un comité d’experts qui non seulement nous a aidés à choisir le projet qui nous De quelle manière l’équipe sélectionnée faitsemblait le plus pertinent, mais qui, égale- elle écho à cette volonté ? « L’équipe sélectionnée pour la Biennale a ment, accompagne les commissaires tout au long de leur travail de recherche et de concep- choisi sa propre méthodologie et manière de tion d’exposition. Pour cela, le choix des considérer la recherche. Aucun des membres membres du comité est primordial. Nous de l’équipe n’est proprement scientifique ni sommes très contents de pouvoir compter sur issu du milieu de la recherche, mais ils ont su Joseph Abram comme président. C’est un développer leur propre méthodologie de traenseignant confirmé, qui a une grande habi- vail et ont eu accès à de nombreuses archives tude et expérience à mener des travaux de qu’ils mettent en valeur sous forme narrative. recherche, puisqu’il fait partie du Laboratoire Cette démarche permet de rendre accessibles

www.archiduc.lu


065

2

© Boshua

leurs résultats aussi bien aux amateurs d’architecture qu’aux professionnels, qui pourront aller encore plus en profondeur si cela les intéresse, et mettre en relation leurs propres connaissances avec ces résultats. Et le succès de leurs recherches prouve que le travail dans les archives n’est pas la seule affaire de quelques spécialistes dans leur tour d’ivoire. Et dans le futur, comment la Fondation compte-t-elle s’approprier cette thématique de la recherche ? « Dans le futur, nous souhaitons ouvrir la porte à d’autres méthodologies pour travailler avec les archives. Nous souhaitons lancer cette discussion en 2015 et profiter de cette occasion pour proposer de nouveaux sujets de recherche, créer un cadre permanent pour accompagner et promouvoir la recherche en architecture en collaboration avec le futur Master en architecture à l’Université du Luxembourg et d’autres écoles de la Grande Région et au-delà. Nos activités d’archivage et de recherche nous permettront une confrontation dynamique du passé avec le présent afin de mieux comprendre les enjeux actuels et futurs de la création architecturale et du développement urbanistique. Cette démarche sera aussi bénéfique pour professionnaliser les archives de la Fondarch.

La Fondation possède en effet un fonds qu’elle souhaite étudier et mettre en valeur, tout en l’enrichissant par le biais d’une politique d’acquisition. Pour cela, nous envisageons de délocaliser notre espace d’archivage dans un lieu plus adapté, offrant de meilleures conditions de stockage. Ce déménagement sera accompagné par une approche professionnelle de gestion de ces collections d’archives. Nous avons entamé les premières démarches en ce sens depuis 2012 et avons fait le nécessaire pour que ce nouveau développement puisse voir le jour en 2014-2015, en partenariat avec l’OAI. Notre démarche passera d’une approche personnelle et intuitive à l’application d’un cahier des charges précis et professionnel. Ces nouveaux sujets de recherche seront aussi l’occasion pour la Fondation de développer de nouveaux sujets d’exposition et d’aller au-delà des présentations venant de l’étranger ou de monographies d’architectes. »

3

« Les membres de l’équipe ne sont pas des scientifiques, mais ils ont su développer leur propre méthodologie et ont eu accès à de nombreuses archives qu’ils mettent en valeur sous forme narrative »


066

www.archiduc.lu

grand sujet 14e Biennale de Venise

D'autres expositions

… Mais aussi Impossible de citer l’ensemble des pavillons nationaux qui participent à la Biennale de Venise, que ce soit dans les Giardini ou à travers la ville. Petit zoom sur nos voisins français et belges.

Auteur : France Clarinval

1

Time, Space, Existence

Du 7 juin au 22 novembre 3659, Strada Nuova www.palazzobembo.org

3 1 et 2 La villa du film Mon Oncle ou Jean Prouvé, deux figures emblématiques de la modernité en France. 3 et 4 Comment l’architecture intérieure évolue pour intégrer les éléments vernaculaires. C’est la question posée par l’équipe belge. 2

4

Pour le pavillon français, c’est l’historien de l’architecture Jean-Louis Cohen qui a été désigné comme curateur de l’exposition, sous le titre « Modernité : promesse ou menace ? ». Il s’agit de porter un regard sur les fondamentaux de l’architecture française depuis un siècle, avec une visée prospective. Jean-Louis Cohen propose une lecture critique du chemin de l’architecture française vers la modernité et en dégage les caractères principaux : « Depuis 1914, la France aura au moins autant absorbé la modernité qu’elle l’aura façonnée. La modernité a rencontré la réforme sociale, matérialisant de grands espoirs, comme l’accession à des logements de qualité et à des services collectifs pour les classes défavorisées. » Le commissaire a opté pour une démarche thématique à travers quatre salles. D’abord le rêve d’une vie rendue plus facile par la machine, qui tourne parfois à la farce, comme on le voit avec la villa Arpel dans Mon Oncle de Jacques Tati. Ensuite, à travers Jean Prouvé, qui est passé de la production de composants pour les édifices conçus par d’autres à la création de maisons préfabriquées en métal. Puis, autour de la préfabrication, que Le Corbusier appelle de ses vœux lorsqu’il revendique que la grande industrie s’empare du bâtiment. Enfin, avec les quartiers d’habitation qui sont créés dans la périphérie des villes françaises. Ces deux pavillons sont installés dans les Giardini.

De son côté, l’exposition du pavillon belge est proposée par l’équipe Bernard Dubois, Sarah Levy, Judith Wielander et Sébastien Martinez Barat, qui envisage de considérer la façon dont la modernité se trouve absorbée par des pratiques habitantes au sein des intérieurs construits en Belgique entre 1914 et 2014. Sous le titre « Intérieurs, notes et figures », l’objectif est de témoigner de l’importance du patrimoine intérieur, car il répond à de nouveaux enjeux auxquels les pratiques architecturales contemporaines vont devoir répondre. Or, ce patrimoine est à ce jour peu exploré et peu documenté. L’équipe part de l’observation suivante : « Derrière la constance des façades, la ville se fabrique par un métabolisme intérieur et une variété de situations en phase avec la diversité des modes de vie. » Les intérieurs s’adaptent au contexte et aux besoins de l’habitant. L’exposition s’attache donc à considérer la « culture architecturale vernaculaire caractéristique des transformations auxquelles ces pratiques donnent lieu ». C’est donc un état des lieux des façons d’habiter qui sera présenté au sein du pavillon belge, principalement sous forme d’une archive photographique qui couvrira les différentes typologies de ce dernier siècle. Chacune des images sera complétée par un dessin et une analyse écrite. L’aspiration de l’équipe est « d’offrir des perspectives d’avenir quant aux pratiques de l’espace construit ».

© collection privée / Edmond Remondino / D. R.

Rodolphe Mertens a été invité à participer à l’exposition collective Time Space Existence présentée par le curateur Rene Rietmeyer. En deux lieux (au Palazzo Mora et au Palazzo Bembo), une centaine d’architectes issus de 40 pays présentent les évolutions actuelles des pensées de l’architecture, en soulignant les questions fondamentales autour des mots-clés Temps, Espace et Existence. L’exposition offre une grande diversité de présentations (modèles, concepts, résultats de recherche, des rêves, des espoirs et des idées), en combinant des propositions architecturales classiques avec des éléments artistiques surprenants. Toutes les présentations sont soit spécifiques au site, spécialement conçues pour cette exposition ou proviennent directement de l’atelier de l’architecte. Pour ce projet, qui s’inscrit dans la continuité de l’exposition collective à laquelle il avait participé il y a deux ans, Rodolphe Mertens propose une installation en continuité avec la thématique de la Biennale et s’interroge sur le génie du lieu. À travers le récit d’une promenade, il déploie une cartographie personnalisée, un itinéraire imaginaire jalonné par une série de réflexions par rapport au lieu et à l’espace.


bulthaup b3 suit des convictions, et non des tendances éphémères. bulthaup b3 unit précision et cuisine hautement personnalisée. L’amour du détail joue un rôle tout aussi important que le concept architectonique global, ce qui fait de chaque cuisine bulthaup une oeuvre absolument unique, pour un travail sur mesure authentique, parfaitement adapté à l’espace et à tous ses occupants.

Espace bulthaup Luxembourg 32, route d'Arlon L-8008 Strassen Tél.: +352 45 45 04. bulthaup@anc.lu

067_PUB_BULTHAUP.indd 67

4/1/14 9:58


www.archiduc.lu

068 habitat Ce dossier s’adresse aux particuliers qui souhaitent être informés sur des thématiques en lien avec l’espace domestique.

La maison passive

À partir de 2017, toute nouvelle construction au Grand-Duché de Luxembourg devra répondre aux critères de la maison passive. L’occasion de faire le point sur ce type de construction.


069

Parole d’expert

Pour mieux comprendre la maison passive Afin de mieux comprendre ce qu’implique une construction passive, nous avons rencontré Gilbert Théato, directeur de myenergy.

Auteur : Céline Coubray

oublier que plus on construit de manière compacte, plus la classe A sera aisée à atteindre. Quels sont les équipements spécifiques à prévoir pour une maison passive ? « Il y a bien sûr la ventilation mécanique contrôlée avec récupérateur de chaleur. Cet équipement ne prend pas beaucoup de place, la taille d’une grosse boîte grosso modo, mais il faut prévoir la tuyauterie dans les dalles et les plafonds pour le système d’aspiration et d’extraction de l’air avec son architecte. La maison passive consomme peu de chauffage, mais il faut quand même prévoir une chaudière. Pour une maison bien isolée, nous préconisons souvent la pompe à chaleur, mais n’importe quel système de chauffage convient, au gaz, au mazout, au bois, etc. Il est même désormais possible de se chauffer avec un poêle, car les fabricants ont développé des modèles spécialement adaptés pour les maisons passives. Pour la production d’eau chaude sanitaire, on peut soit faire un raccordement sur la chaudière ou alors utiliser un appareil qui combine production de chaleur et transforme la chaleur récupérée par la ventilation pour la production d’eau chaude sanitaire. Cet appareil permet de faire la synthèse entre la ventilation et la production de chaleur.

Gilbert Théato est directeur de myenergy.

myenergy, qu’est-ce que c’est ?

myenergy a été créée sous forme Monsieur Théato, pouvez-vous nous rappeler de groupement d’intérêt éconoquels sont les critères à atteindre pour obtenir mique (GIE) et se définit comme la structure luxembourgeoise en la certification passive ? matière d’information et de « Pour avoir une maison passive, il faut que conseil dans les domaines de le passeport énergétique atteigne le niveau A l’efficacité énergétique et des dans les trois classes énergétiques, à savoir : sources d’énergie renouvelables. l’isolation, la performance énergétique et les Ses missions reposent sur trois émissions de CO2. Actuellement, l’obligation domaines d’activités : l’information pour les nouvelles constructions est au et la sensibilisation, le conseil de niveau BC. En 2015, nous serons en AB et en base et le conseil à la politique 2017 en AA. Il faut également que la maison énergétique. myenergy est soutesoit parfaitement étanche à l’air. Le test nue par l’État du Grand-Duché d’étanchéité doit être de n50 < 0,6/h. C’est de Luxembourg, représenté par pour cela qu’une installation de ventilation le ministère de l’Économie, le mécanique contrôlée (VMC) avec récupéraministère du Développement tion de chaleur est obligatoire. Un autre cri- La géothermie, est-ce un plus ou est-ce oblidurable et des Infrastructures, tère est également l’absence d’installation de gatoire ? ainsi que le ministère du Logement. « Ce n’est pas du tout obligatoire. De plus, il climatisation fixe. faut savoir que ce type d’installation ne peut Quelles sont les différences entre la classe B et pas être installé partout sur le territoire du la classe A ? Grand-Duché, et ce pour cause de protection « Il n’y a pas de grande différence. Le A est du B des eaux propres à la consommation. Pour amélioré. L’isolation thermique et l’étanchéité à protéger les nappes phréatiques, les forages l’air sont encore plus fortes. Mais le principe sur certaines zones sont interdits. Il faut donc général est le même : il s’agit d’une maison très bien se renseigner au préalable si on choisit bien isolée avec une ventilation maîtrisée. d’installer un système géothermique, soit auprès de l’administration de la gestion des Quels sont les points délicats dans une maison eaux, soit auprès de nos services. passive ? « D’une manière générale, il faut porter une attention particulière à l’ensemble des élé« Il s’agit d’une maison ments de construction, car chaque étape peut très bien isolée avec avoir une incidence sur l’ensemble. Mais c’est une ventilation maîtrisée » tout à fait faisable ! Et il faut bien sûr veiller à Gilbert Théato la suppression des ponts thermiques. Peut-on construire une maison passive si son terrain n’est pas bien orienté ? « Absolument. Une maison peut être passive même si elle est orientée au nord. Il faudra simplement adapter l’isolation en conséquence, car l’apport solaire sera moins important en période de chauffage. Construire avec des murs mitoyens, est-ce un avantage ou un inconvénient ? « Ce n’est pas du tout un inconvénient, plutôt un avantage, car cela fait une ou plusieurs façades en moins à fortement isoler puisqu’elles seront accolées à des habitations également isolées et chauffées. Par ailleurs, il ne faut pas

Il y a quelques idées reçues sur les maisons passives, comme le fait que ces maisons coûtent plus cher. « C’est vrai qu’elles coûtent plus cher à construire, car nous sommes dans une démarche plus qualitative. Mais les coûts de consommation énergétique sont très largement diminués par la suite, et le confort de vie général est fortement augmenté. Il ne faut pas oublier non plus qu’une maison passive aura certainement une meilleure qualité de revente dans l’avenir.

» Suite page 70


070

www.archiduc.lu

habitat

Les cinq principes de base d’une maison passive

A

B

A

B

3 Enveloppe du bâtiment étanche à l’air

1 Fenêtres à bilan énergétique positif

© Source: myenergy

4 Isolation thermique efficace

2 Construction sans pont thermique

L’air intérieur vicié est extrait de la maison pour être rejeté à l’extérieur.

Est-ce que les maisons passives sont plus sujettes aux moisissures ? « Non, au contraire puisqu’elles sont en permanence ventilées et très bien isolées, avec une température intérieure stable. Les moisissures apparaissent quand il y a une concentration d’humidité et des murs froids. Les maisons passives sont-elles très chaudes en été ? « Pas si elles ont une protection solaire et une isolation adaptées. Le gouvernement a d’ailleurs un subside ciblé sur ce besoin. La ventilation mécanique contrôlée fait-elle du bruit ? « Non, pas si elle est correctement installée ! La maison passive a-t-elle forcément une toiture plate ? « Non, il n’y a aucune obligation. Si on privilégie les toitures plates, c’est souvent pour des questions de langage architectural et aussi

parce que les toitures à pans représentent plus de surface extérieure à isoler. Est-il possible de bénéficier d’aides financières ? « Le gouvernement aide financièrement la construction des maisons passives à hauteur maximum de 29 000 euros par maison. Des aides complémentaires peuvent être obtenues pour les installations techniques, comme les protections solaires, la pompe à chaleur, les chaudières à bois, etc.

Passeport énergétique

Certificat de performance énergétique d'un bâtiment d'habi No. Passeport

Comment les maîtres d’ouvrage peuvent-ils s’assurer que les entreprises qui interviennent sur leur chantier sont aptes à construire du passif ? « Il existe différents labels et certifications. myenergy a mis en place un label de qualité : ‘Certified’. Il y a aussi le label de ‘Passivhausplanner’ délivré par le Passivhaus Institut pour les architectes et ingénieurs. Beaucoup d’architectes et d’ingénieurs au Luxembourg ont cette certification. Il y a aussi un certificat pour les artisans délivré par la Chambre des métiers : le certificat ‘Artisans certifiés maison passive’ et le label ‘Energie fir d’Zukunft +’. D’une manière générale, nous travaillons activement à la formation et la promotion des cols bleus. Nous sommes actuellement dans la mise en œuvre du plan Luxbuild2020 qui vise à mieux préparer le secteur à la construction passive qui sera obligatoire en 2017 pour toute nouvelle construction. myenergy travaille sur ce sujet avec l’IFSB et la Chambre des métiers de manière très active. »

No. expert Date d'établissement

P.100401..123.1.N

123456

Classe de performance énergétique

01.04.2010

Classe d

Besoins économes Bâtiment neuf

B

Peut-on ouvrir les fenêtres d’une maison passive ? « Oui, bien sûr. Même s’il n’est pas utile d’ouvrir les fenêtres pour des besoins de ventilation puisque l’air de la maison est en permanence renouvelé grâce à la VMC. Il faut aussi savoir que si on ouvre les fenêtres en période hivernale, la maison mettra plus de temps à se réchauffer, car l’inertie thermique est plus forte et la puissance de chauffage plus faible.

A

Classe de performance énergétique

B C D

Classe de perf

Classe d'isolat

E Bâtiment ancien

A

L’air froid extérieur est réchauffé et entre dans la maison.

5 Ventilation contrôlée avec récupérateur de chaleur Dans l’échangeur de chaleur, l’air frais venant de l’extérieur passe à côté de l’air chaud extrait. L’appareil peut transmettre jusqu’à 90 % de la chaleur à l’air frais, et ainsi le préchauffe avant de rentrer dans la maison.

F G H

Niveau de perf

I hoher Energiebedarf

le bâtiment UneInformations maison passiveconcernant au Luxembourg qui a un passeport Type de bâtiment habitat individuel énergétique avec toutes ses classes énergétiques en A. Nombre de logements Paramètres de calcul Adresse (Rue) Adresse (Code postal/localité) Année de construction bâtiment Année de construction installation chauffage Année de construction installation ECS

1 Bâtiment neuf Exemple 123 Exemple 2010 2010 2010


071_PUB_elcom.indd 71 03_71_ADVERTORIAL_71_fin_vektor.indd 71

4/3/14 14:48 03/04/14 14:26


072

Livraison de projet

Passif familial

C’est sur une parcelle singulière que le bureau STEINMETZDEMEYER a construit pour le compte d’une famille une maison passive dans un village situé non loin de Luxembourg. De cette spécificité cadastrale, il a fallu tirer le maximum d’atouts.

Auteur : Céline Coubray

www.archiduc.lu

habitat

C’est dans un village situé non loin de Luxembourg qu’une famille avec trois enfants a demandé au bureau STEINMETZDEMEYER de leur construire leur nouvelle maison qu’ils souhaitaient passive. La géométrie de la parcelle, longue et étroite, et la volonté de construire une maison passive ont induit la forme de la maison : compacte et tout en longueur. Pour autant, il n’était pas question de mettre de côté les qualités architecturales. Lors de la conception, une autre donnée importante était à prendre en compte : parce que le sol naturel est de mauvaise qualité, il était impossible d’envisager de faire des caves. Les espaces techniques ne pouvaient donc pas être enterrés. Pour remédier à cela, les architectes ont choisi de regrouper les locaux techniques à une extrémité de la maison, au nord, avec une enveloppe d’isolation différente du reste de l’habitation. Par chance, une construction sur une profondeur de 25 m était possible et a permis de mettre sur un même niveau les locaux de service et les espaces de vie. Mais cela a impliqué un défi supplémentaire à relever : une enveloppe thermique complexe à mettre en œuvre.

très limitées. La façade à l’est est plutôt pleine, à l’exception d’une fente placée dans la partie haute du mur qui permet de capter la lumière sans avoir de vue sur les voisins. Pour prolonger la lumière de la façade sud, l’espace de vie du rezde-chaussée bénéficie d’une double hauteur, ce qui permet de faire entrer la lumière à l’étage.

Choix de construction Pour pouvoir réaliser une construction passive, les choix structurels ont été adaptés. Le gros œuvre est réalisé en béton. Ainsi, les fondations et la dalle entre le rez-de-chaussée et le premier étage participent à l’inertie thermique, en emmagasinant la chaleur et en la redistribuant progressivement. Le reste de la maison est construit avec une peau en bois. Le gros œuvre ne concerne donc aucune façade. « Nous avons introduit une partie des techniques dans les

Le programme Le programme était chargé. La famille souhaitait avoir des espaces de vie généreux (cuisine, espace salon-salle à manger avec un coin feu et de l’espace pour un piano à queue), trois chambres et une salle de bains pour les enfants, une suite parentale, une chambre d’amis, un espace de vie à l’étage pour la bibliothèque, TV, jeux des enfants. Le reste du terrain sera consacré au jardin dans lequel on trouve également une piscine chauffée. Comme la maison a une toiture plate, il n’y a pas d’espace de grenier. Pour répondre à ce programme chargé, il était nécessaire d’utiliser au maximum la surface constructible. Seule une façade a été travaillée en oblique, ce qui évite une relation trop directe avec les voisins proches et permet de créer des perspectives pour les chambres des enfants placées à l’ouest. La chambre parentale quant à elle est placée côté sud.

1

2

1 et 2 La structure de la maison est réalisée en béton. 3 et 4 La façade sud de la maison est largement vitrée pour permettre l’entrée de lumière et de chaleur dans la maison.

Orientation Le terrain étant orienté est, les apports de lumière principaux proviennent des façades est et ouest qui bénéficient d’ouvertures astucieusement positionnées. Car il y avait également un autre facteur à prendre en compte pour la conception : la proximité des voisins qui jouissent également de parcelles étroites et donc exploitent également au maximum la largeur de leur parcelle. Les fenêtres doivent donc permettre de prendre la lumière tout en se jouant du vis-à-vis. La façade qui pointe vers le sud a pu être largement vitrée. Des protections solaires automatiques régulent l’ensemble. Un atout pour capter un maximum de lumière naturelle et d’apport de chaleur. Les marges de main-d’œuvre pour orienter la maison étaient

4

5

La maison se situe sur un terrain étroit et long, ce qui a impliqué une construction tout en longueur.

3


073

planchers en béton, explique Arnaud de Meyer. Le fait d’avoir des planchers en béton assure également une meilleure acoustique entre les étages. Cela aurait était possible avec des planchers en bois, mais au prix d’une isolation acoustique plus intense. La toiture et les façades sont traitées comme une peau qui vient protéger ce gros œuvre. » Ce choix permet par ailleurs d’éviter de nombreux ponts thermiques.

Technique L’ensemble de la maison est équipé d’une ventilation mécanique contrôlée, la distribution se faisant dans les dalles fines, l’extraction au rezde-chaussée et la distribution par pulsion est placée dans l’isolant. Pour le chauffage, c’est une chaudière au gaz qui a été installée avec une distribution du chauffage par le sol. Un puits

» Suite page 74

5


074

canadien situé à côté de la maison préchauffe l’air de ventilation évitant ainsi le refroidissement du logement par l’introduction d’air neuf et participe à la réduction de la consommation énergétique. La toiture est isolée par une couche d’Isofloc de 40 cm d’épaisseur et de la fibre de bois placée vers l’extérieur. Ce système évite la surchauffe en été, car la fibre de bois absorbe la chaleur et évite la pénétration de chaleur à l’étage. Par-dessus cette isolation, on trouve en plus une membrane blanche qui reflète la lumière. L’ossature bois est réalisée grâce à des profilés composés qui assurent une meilleure isolation. « D’une manière générale, la technique de cette maison a été très complexe à mettre en place et a demandé de nombreuses études et beaucoup de travail de la part de notre équipe, souligne Nico Steinmetz. En plus, comme nous ne laissons rien au hasard, nous nous imposons des contraintes supplémentaires pour bien aligner les châssis par rapport aux isolants. »

www.archiduc.lu

habitat

6

7 6

La suite parentale, orientée sud, bénéficie de très grandes baies vitrées. 7

À l’étage, une ouverture dans le haut des murs permet l’entrée de lumière sans avoir de vis-à-vis avec les voisins.

Expression architecturale

8

Et le passif pour demain ? En 2017, toute nouvelle construction devra être passive. Mais cet exercice peut, pour plusieurs raisons, devenir périlleux. « Le passif peut être difficile à réaliser en milieu urbain dense, car l’orientation importe beaucoup pour arriver à ce niveau énergétique et l’apport solaire peut être un vrai obstacle. Nous sommes également parfois à la limite du possible avec les matériaux, car à force de rajouter des couches d’isolants, nous nous heurtons à des difficultés d’inflammabilité et de résistance. Le passif est très complexe et sa mise en œuvre pose beaucoup de questions. Toutefois, chaque projet permet d’avoir une approche différente. En aucun cas ces contraintes techniques ne doivent être généra-

L’espace de vie bénéficie d’une double hauteur.

8

« Le passif peut être difficile à réaliser en milieu urbain dense » Arnaud de Meyer

trices de l’architecture. Il faut pouvoir maintenir des vues entre intérieur et extérieur, préserver la magie de chaque lieu. La technique doit être un ingrédient en plus du projet global. Il est aussi intéressant de se préoccuper de la démolition de ce type de projet. Aujourd’hui, le tri des matériaux de démolition est relativement simple, mais dans le futur, par l’adjonction de ces multiples isolants qui sont imbriqués les uns dans les autres, les démolitions seront inévitablement beaucoup plus complexes », conclut Arnaud de Meyer.

© Catherine Thiry

« Les calculs dictent beaucoup de choses, tout comme le budget. Notre liberté d’expression est circonscrite, mais il ne faut pas pour autant se limiter à ces contraintes et parvenir à les dépasser pour maintenir une bonne qualité d’expression architecturale », précise Nico Steinmetz. « Avec les constructions passives, poursuit Arnaud de Meyer, nous avons une obligation de résultat. Il faut énormément suivre les entreprises qui interviennent sur les chantiers, car la moindre erreur a de lourdes conséquences sur l’ensemble. Il faut s’assurer que le choix des matériaux et équipements qui ont été réalisés par l’équipe de conception soit bien mis en œuvre sur le chantier et non pas remplacé par un autre produit qui pourrait paraître similaire, mais qui n’aurait en fait pas les mêmes qualités ou performances… Ce type de chantier complexifie et augmente la responsabilité des architectes. C’est un exercice qui reste encore difficile, malgré notre expérience dans le domaine. »


maison M. Hobscheit

Châssis Passif Coljon:

l’économie d’énergie adaptée à tous les styles Le système innovant de fenêtre Avantis 95 associant la solidité, la robustesse de l’aluminium et les performances thermiques exceptionnelles répond à la fois aux critères des constructions passives et aux exigences de l’architecture contemporaine. Fonctionnel et flexible » Coefficient de déperdition thermique minimal Uf ≤ 0,8 W/m2K , requis pour les menuiseries dans les maisons passives, certifié par les organismes officiels « Passive House Institute » et « IFT Rosenheim ». » Stabilité garantie permettant la réalisation de surfaces vitrées de grandes dimensions avec la possibilité de mise en œuvre de battants d’une surface de 1600 mm de largeur x 2400 mm de hauteur. Les battants peuvent supporter un poids jusqu’à 170 kg. » Eventail très varié de configurations: - ouvrant à la française, oscillo-battant, ouvrant à soufflet, porte-fenêtre. - fenêtres combinées

Performant et fiable » le système se distingue par le niveau de performance atteint et les résultats exceptionnels des tests obtenus dans des conditions extrêmes: - Classification: C5, E1200, 4 (EN12210/12208 /12207) » Coefficient de transmission thermique: Uf ≤ 0,8 W/m²K (1,23 m x 1,48 m, avec vitrage triple Ug 0.7, intercalaire thermique) » Tests d’endurances Mécanique: class 4, effort de manœuvre: classe 1 suivant EN13155

La variante Avantis 95 HV (ouvrant caché est également disponible) pour toute documentation ou information à ce sujet merci de nous contacter.

Ces produits seront présentés par Sapa à Architect@Work - 23 et 24 avril, stand 151, LuxExpo - Luxembourg-Kirchberg.

Menuisier professionnel Sapa Building System: Entreprise Coljon 69, rue de Hobscheid, L-8422 Steinfort

Contact:

Tél. : (+352) 39 52 80 • Fax : (+352) 39 52 81

Mr. Vincent Frankowski

E-mail: contact@coljon.com

Tél. : 691200411

www.coljon.com

075_PUB_SAPA.indd 75

vincent.frankowski@sapagroup.com

www.sapabuildingsystem.lu

4/1/14 10:00


076

www.archiduc.lu

habitat

Produits

Des fenêtres adaptées Les fenêtres et les baies vitrées sont un point auquel il faut faire particulièrement attention pour réaliser une maison passive. Sélection de produits spécialement conçus pour ce type de construction.

Energy Plus Bois

Bilky Passive

EcoPlus3

ProSol TF

Accordéon mixte

Boe Passiv

Avantis 95

Artline XL

Mira Therm

Geneo

Bois abouté

Ces fenêtres et portes-fenêtres jusqu’à quatre vantaux sont composées de dormant et ouvrant de 92 mm d’épaisseur constitués de trois couches en épicéa enchâssant deux couches isolantes en liège. Triple vitrage de 44 mm d’épaisseur. Étanchéité assurée par joints élastomères. www.ewitherm.com

Sélection : Céline Coubray

Alphawin

Questy

Aerotherm

Bois et aluminium FW 50+.SI

Gamme de fenêtres certifiées (PHI Darmstadt) avec système d’ouvrant caché. Disponible en différents types d’ouverture (coulissante, française, soufflet, etc.). Installation sans pont thermique. Performance pouvant aller jusqu’à Uw = 0,64 W / m2K (Ug de 0,5 W / m2K). Produit démontable et recyclable. www.optiwin.net

Profilé en sapin rouge norvégien lamellé avec procédé Thermowood® qui améliore les performances thermiques du bois. Les chambres étanches à l’air offrent une valeur d’isolation supérieure à un profilé en bois massif. www.afinco-nv.be

Fenêtre mixte triple vitrage. Cadre extérieur en aluminium avec isolation en polystyrène, monté sur profilés intérieurs (dormant et ouvrant), proposé en trois essences de bois lamellécollé. Nombreuses finitions intérieures lasurées et teintes extérieures thermolaquées. www.pierret-system.com

Ces châssis adaptés aux maisons passives et basse énergie combinent le bois et l’aluminium. Différents types de verre conçus pour les maisons passives peuvent y être adaptés. Ces profils boisaluminium, droits ou ondulés, sont également disponibles avec une isolation en cellulose. www.afinco-nv.be

Baie triple vitrage à cadre en bois et aluminium. Ouverture accordéon sur plus de 10 mètres de longueur possible. Vantaux coulissants montés sur rails de roulement et de guidage en acier inoxydable. Profilés minces en pin ou épicéa lamellé-collé certifié PEFC. Finition par lasure à base aqueuse. www.solarlux.fr

Ces façades vitrées pour maisons passives peuvent être réalisées en aluminium. La variante SI réduit les déperditions d’énergie au minimum. La valeur U peut atteindre jusqu’à 0,78 W / m2K, facteur d’influence des vis inclus et avec une épaisseur de panneau de remplissage de 48 mm (triple vitrage). www.schueco.com

Menuiserie extérieure en bois intégrant des carrelets à âme alvéolaire. Disponible en pin sylvestre, mélèze ou chêne lamellé-collé. Dormant et ouvrant de 98 mm d’épaisseur. Remplissage par triple vitrage de 40 mm d’épaisseur. www.menuiserie-billiet.com

Menuiserie extérieure à coupe droite en carrelets de chêne clair, avec triple vitrage. Modules de 2,6 m (L) x 2,3 m (H) composés d’un grand châssis fixe et d’un ouvrant étroit et vertical toute hauteur. Ferrures cachées et vitrage avec verre de contrôle solaire et joint d’étanchéité Epdm. www.boehlerfenster.com

Système d’isolation combinant bois et aluminium. La température de surface est augmentée en bordure de verre à l’intérieur de l’ouvrant et dans le domaine du raccord de construction. Le montage avec des clips ou attaches tournantes permet une aération arrière optimale des profils aluminium isolés. www.schreinerei-hoffmann.com

Triple vitrage, bois certifié FSC, montage réalisé à la main, les vernis et les peintures sont réalisés à partir d’huile végétale. Les fenêtres triple vitrage en chêne ont une valeur Uw = 0,92 W / m2K. Ces fenêtres conviennent parfaitement à un usage résidentiel. Également disponibles en porte vitrée. www.ecoplus.co.uk

Ces fenêtres en aluminium ont une profondeur de construction du dormant de 95 mm. Ce châssis est désormais disponible en ouvrant caché. Les dimensions maximales des fenêtres sont de 1 600 x 2 400 mm. L’isolation thermique a un coefficient Uf = 0,690,91 W / m2K. Existe aussi en porte. www.sapabuildingsystem.com

Premier système de profilés pour fenêtres renforcé dans la masse avec de la fibre de verre. Avec l’adjonction d’un vitrage adapté, ce système convient aux maisons passives. Il est également recyclable. Grâce à la fibre de verre, des formes particulières (triangles, cercles…) sont réalisables. www.fenetrepassive.lu

Ce système qui peut être associé au système Schüco FW50+. II convient pour une utilisation fonctionnelle multiple et, étant en verre isolant semi-transparent, il prend en charge la protection contre les intempéries, l’isolation thermique, la protection solaire, la production d’énergie. www.schueco.com

Ce système de baies vitrées coulissantes est adapté aux maisons passives. Il offre d’excellentes performances d’étanchéité, des propriétés écoénergétiques et une transparence optimale. Isolation : Uw = 0,85 W / m2K avec Ug = 0,7 W / m2K, dimensions 4 000 mm (L) x 2 600 mm (H). www.sapabuildingsystem.com

Profil arrondi de 92 mm de section à quadruple joint. Parclose d’épaisseur variable accueillant un triple vitrage à feuillure de 44 à 54 mm, deux lames de 16 mm au gaz argon. Ouvrant coulissant ou oscillo-battant sur pivot un ou deux vantaux. Proposées en trois essences de bois. www.menuiserie-blanc.com


Mowo, vous présente le meilleur du design contemporain. Découvrez nos marques prestigieuses dans le domaine de l’ameublement et des cuisines de luxe.

Mowo : Meubles 111, route de Luxembourg, Bereldange | Cuisines 68, rue de l’Alzette, Steinsel | T 33 17 33 1 | info@mowo.lu | www.mowo.lu | Join us on

077_PUB_MOWO.indd 77 05178_MOWO_AnnARCHIDUC_03-14.indd 1

4/1/14 10:02 27.03.14 09:43


078

www.archiduc.lu

habitat

Produits

Chauffer et ventiler

Le chauffage, même si les maisons passives en demandent très peu, et la ventilation sont deux équipements clés pour un bon confort de vie dans une maison passive.

Thor

Sélection : Céline Coubray

Ce poêle a une structure étanche qui ne compromet pas les performances de la maison passive. Il utilise l’air extérieur grâce à la technologie Oyster. Ce modèle aux dimensions compactes fonctionne avec du bois. Il peut être relié à des canalisations pour un chauffage de plusieurs pièces. www.mcz.it

Stub Overnight

Ce poêle peut être installé dans les maisons passives grâce à son système étanche. Grâce au matériel réfractaire qui accumule la chaleur produite par le feu, il diffuse de la chaleur jusqu’à 12 h après la dernière charge de bois. Ses dimensions sont compactes (51,4 x 157,2 x 51,4 cm). www.mcz.it

Woodpell

Prima Combi

Chaudière à granulés bois en deux puissances de 16,3 et 26 kW pour alimentation d'un chauffage central. Corps en fonte, silo de 470 kg de capacité. Chambre de combustion voutée influençant les valeurs d’émission. Écran pour gestion du fonctionnement et programmation. www.viadrus.cz

Chaudière de 24 kW de puissance fonctionnant avec des pellets bois, céréales ou noyaux. Intègre un contrôleur d’oxygène avec sonde pour l’optimisation de la combustion. Comprend un système d’allumage électrique, régulateur de tirage et agitateur avec motoréducteur séparé. www.blacksmith-france.com

Ceries

Baltic G

KWB Easyfire

Golf Midi plus

P1

Combi universal

Ditra-Heat-E

Comfoair 160

Vort Prometeo

Focus F 200

KWL EC 270

HCV 3

Chaudière alimentée par différents types de granulés (bois, agropellets, céréales) programmable pour le chauffage et / ou la production d’ECS. Allumage automatique par souffleur à air chaud. Alimentation par silos de stockage de 350 ou 730 litres. Existe en deux modèles de puissance. www.hsfrance.com

Sol tempéré électrique adapté aux maisons passives, en chauffage d’appoint ou dans les bâtiments occupés de manière occasionnelle. Natte mince à plots, en polypropylène non-tissé en face inférieure. Pose directe sous le revêtement carrelé. Liberté d’agencement des surfaces. www.schluter-systems.fr

Chaudière compacte avec brûleur automatique à granulés de bois (de 15 à 23 kW de puissance). Allumage automatique et entretien manuel aisé du foyer, des surfaces d'échange et du brûleur. Disponible en deux modèles, pour chauffage seul ou avec production d'eau chaude sanitaire. www.hsfrance.com

Centrale double flux avec certification passive à 89 %, à installer dans un local isolé. Régulation à débit constant. Adapté au logement T1-T2. L’installation peut être murale ou au plafond. Régulation quatre vitesses sur boîtier. Protection antigel par réduction du débit d’air soufflé. www.zehnder.fr

Chaudière à granulés bois proposée en sept puissances de 8 à 35 kW. Système de combustion équipé d’un brûleur à poussée inférieure. Échangeur thermique à nettoyage automatique. Dispositif de maintien de la température. Décendrage automatique. Panneau de commande avec écran. www.kwb.at

Système de ventilation double flux à deux entrées et deux sorties équipé d’un récupérateur de chaleur. Groupe échangeur en polyéthylène, enveloppe externe polypropylène expansé et télécommande en ABS. Intègre un by-pass automatique pour la ventilation et une protection hors gel. www.vortice-france.com

Pompe à chaleur destinée au chauffage. Cet équipement est très silencieux grâce à une triple suspension du compresseur. Puissances allant de 6,6 à 22,8 kW. Température d’admission jusqu’à 65 °C possibles de série. www.ochsner.fr

Récupérateur de chaleur pour la ventilation de surfaces allant jusqu’à 150 m2. La plage de débit est de 60 à 200 m3 / h. Appareil équipé de l’échangeur de chaleur à canaux à contre-courant. En option, échangeur de chaleur enthalpique. Commande par écran tactile ou par un clavier. www.paul-ventilation.fr

Chaudière à pellets de format compact fournissant jusqu’à 10 kW de puissance de chauffe. Allumage automatique. Peut stocker jusqu’à 32 litres de granulats bois. Intègre un boîtier de commande tactile. Possibilité de fonctionnement indépendant de l’air ambiant. www.froeling.com

Groupe double flux avec certification passive à 89 % (pour 120 m3 / h). Adapté pour les logements T3-T5 avec ou sans puits canadien. Filtres intégrés G4 ou F7. Régulation quatre vitesses sur boîtier. www.heliosventilatoren.de

Cette pompe à chaleur sert au chauffage et à la production d’eau chaude. Elle est unique en son genre pour la combinaison personnalisée et optimisée de toutes les sources de chaleur air, eau glycolée, géothermie directe. Son installation est facile et son encombrement faible. www.ochsner.fr

Groupe double flux avec certification passive à 80 %. Régulation à débit constant avec sonde hygrométrique intégrée pour une ventilation selon les besoins. Modèle destiné à une installation dans un placard. Débit max. 250 m3 / h. Filtres intégrés G4 ou F7. www.dantherm.com


Enduits de façade AquaBalance Un séchage plus rapide. Des façades durablement belles et pour longtemps à l’abri des salissures végétales.

Qualité et durabilité pour vos extérieurs

Weber 844, la colle à carrelage et étanchéité, tout en un. Réduit le risque d’efflorescence et de dégâts de gel. Hautement flexible et étanche à l’eau. Produit en deux composants pour carrelage et pierre naturelle intérieur et extérieur. weber.xerm

844

Notre équipe de professionnel se tient à votre entière disposition pour vous conseiller les meilleurs matériaux de construction

BATI C Bertrange

BATI C Roost

BATI C Roodt /Syre

30, rue de l’Industrie L-8069 Bertrange Tél. 40 21 22-1

12, ZA Jauschwis L-7759 Roost Tél. 26 88 70-1

1a, route de Grevenmacher L-6912 Roodt sur Syre Tél. 77 05 05-1

www.bati-c.com 079_PUB_BATI C.indd 79 BATIC0290_Ann240x300_Archiduc.indd 1

4/2/14 15:39 01.04.14 11:01


080

Logement collectif

Du passif, pour tous

Alors que certains acteurs privés n’osent pas encore franchir le pas, la Société nationale des habitations à bon marché a choisi de faire construire au Kirchberg des immeubles à programme mixte tout en se donnant comme objectif d’offrir aux résidents des logements passifs.

Auteur : Céline Coubray

Guy Entringer dirige depuis cinq ans la Société nationale des habitations à bon marché.

La SNHBM, qu’est-ce que c’est ?

Constituée en 1919, la Société nationale des habitations à bon marché (SNHBM) exerce une activité de promoteur social à travers le pays entier. Les logements se caractérisent par un rapport qualité / prix particulièrement avantageux. Ils sont vendus à des personnes qui ne sont pas propriétaires d’un autre logement, qui habiteront elles-mêmes le logement et qui répondent à certaines conditions de revenu. La cession du terrain a lieu sur base d’un droit d’emphytéose concédé sur 99 années.

w

PLus d’infos : www.snhbm.lu

www.archiduc.lu

habitat

Depuis quelques années, le Fonds Kirchberg cherche à introduire plus de mixité au Kirchberg. C’est ainsi que certains terrains ont pu être acquis par la Société nationale des habitations à bon marché (SNHBM) pour y faire réaliser des logements sociaux. Toutefois, qui dit logement social ne dit pas forcément moindre qualité architecturale. La preuve en est avec la construction de cinq immeubles à appartements dans le quartier du Grünewald (lot 2 et 13), face au Rehazenter. Suite à un concours, ce sont les bureaux STEINMETZDEMEYER (lot 2) et AllesWirdGut (lot 13) qui ont reçu la mission architecturale de ces ensembles. De plus, ces habitations répondront à la classification énergétique de classe A, donc passive. « La SNHBM se donne un objectif bien particulier pour ces résidences puisque nous souhaitons proposer des logements passifs, explique Guy Entringer, directeur de la SNHBM. Il s’agit à ma connaissance du plus grand projet immobilier en classe A actuellement en cours de réalisation. Nous devons, en tant que promoteur public, donner l’exemple et être à la pointe du progrès. De plus, nous souhaitons montrer qu’il est possible de construire en passif tout en conservant des prix raisonnables, puisque le prix de vente de ces logements est de 3 000 € / m2 avec un terrain en bail emphytéotique. » Au total, ce sont 124 logements qui sont en cours de construction, répartis dans cinq immeubles. Afin de répondre à la demande et d’assurer une mixité, 20 des 124 appartements sont réservés au marché locatif social. Tous répondront à la classification passive. Par contre, les espaces des rez-de-chaussée destinés à accueillir des crèches, cabinets médicaux ou bureaux seront en classe B. « Nous fournissons des logements sociaux, mais la qualité de ces immeubles au Kirchberg ne sera pas moins bonne que celle fournie par les promoteurs privés, précise Guy Entringer. Je ne vous cache pas que ce projet est très important pour nous ! Dans tout le pays, nous sommes en train de construire 280 logements. Ce projet de Grünewald représente donc 44 % de notre parc en construction. C’est très conséquent. » Cependant, ce chantier n’est pas sans difficulté. « Les entreprises sont encore en train de se former à ces nouvelles méthodes de construction. Les chefs d’entreprise sont très volontaires, mais ce qui compte, c’est la formation des ouvriers qui sont sur le chantier. Et de ce point de vue, il faut être vigilant. Pour ce type de construction, chaque élément doit être parfaitement exécuté, sinon c’est tout l’ensemble qui vacille. Chaque petite erreur peut avoir de grandes conséquences. Les entreprises de construction sont entrées sur le chemin du passif, mais la marge de progression est encore importante. » Les immeubles bénéficieront du raccordement au chauffage urbain et seront construits avec les dernières innovations en matière de construction passive. Dans la mesure du possible, des matériaux durables sont également utilisés. Les acquéreurs, au moment de la remise des clés, recevront une formation

pour leur expliquer comment fonctionne l’immeuble et comment se comporter à l’intérieur de celui-ci pour une utilisation optimale. « Les dernières avancées techniques facilitent grandement la vie dans un habitat passif, précise Guy Entringer. Ainsi, même les personnes qui n’ont jamais eu l’occasion de vivre dans un appartement en classe B, par exemple, pourront facilement s’adapter à la classe A. Ce type de construction apporte en plus une grande amélioration du confort de vie pour les habitants. » La SNHBM en tout cas a fait le choix de montrer la voie et d’être innovatrice en matière de logement social. Un choix courageux et prescripteur qui sera livré au premier semestre 2015.


081

Résidences Alcor et Mizar Architectes : AllesWirdGut 2 immeubles

Nombre d’appartements : 56 (de 59 m2 à 116 m2) Tous les appartements sont destinés à la vente. Occupation des rez-de-chaussée : cabinets médicaux (566 m2) et une crèche accueillant 50 enfants (730 m2) qui sera exploitée par la Ville de Luxembourg. Les sous-sols comportent 67 emplacements de parking, 56 caves, les buanderies, etc.

© SNHBM - AllesWirdGut ; SNHBM - STEINMETZDEMEYER

Le projet se démarque par l’organisation interne des logements : tous les logements ont au moins deux orientations, dont une au sud-est et une au sud-ouest ; les loggias sont orientées au sud pour tous les séjours et les petits balcons sont orientés au nord.

1

Résidences Altaïr, Deneb et Vega Architectes : STEINMETZDEMEYER 3 immeubles

Nombre d’appartements : 68 (de 1 à 4 chambres) Surface totale : 12 000 m2 hors sol, 4 000 m2 sous-sol Occupation des rez-de-chaussée : bureaux et cabinets médicaux Stabilité : T6 / Ney & Partners Techniques spéciales : Dalzotto & associés

« Nous devons, en tant que promoteur public, donner l’exemple et être à la pointe du progrès » Guy Entringer

1

2

Les résidences Alcor et Mizar sont conçues par AllesWirdGut et présentent la particularité d’être blanches côté rue et noires pour leur façade arrière. 2

La résidence Altaïr est conçue par STEINMETZDEMEYER (image de concours). 3

Les résidences Deneb et Véga de STEINMETZDEMEYER accueilleront au rez-de-chaussée des bureaux et des cabinets médicaux (image de concours). 3


Moroccoâ&#x20AC;&#x2122;s rural textile culture has attracted a great deal of attention from the international art world over the past 15 years. Much of this interest has been generated by a new generation of dealers and collectors who have used their understanding and appreciation of abstract modern art to judge these minimalist and often asymetric rural weavings. Berber rugs have always been produced mainly for the personal needs and domestic use of the different ethnic groups. Each rug is a remarkable handcrafted and authentic piece of folk art. Each rug is unique.

Photo : Catherine Thiry / Conception : arnaud mouriamĂŠ graphicdesign

Our Moroccan vintage tribal rug collection features handselected, one of a kind luxurious 100% wool Azilal, Beni Ouarain, Boujaad, Ourika, Rhamna and Boucharouite rugs.

Beautiful vintage berber rugs Handmade Jewellery & Homeware 3, rue du Nord | L-2229 Luxembourg-Ville | tel. +352 691 250 251 | contact@maalem.lu | www.maalem.lu 11 - 6 pm wednesdays, fridays, saturdays and by appointment

Ann. Designmag2014-v3e.indd 1 082.indd 82 1Archiduc.indd 1

MaaleM 06/03/2014 11:09 4/3/14 17:17 10:50 4/2/14


LA COULEUR DES OMBRES


Je m’en souviens très bien : cela fait maintenant 21 ans que j’ai approché pour la première fois l’infographie 3D. Pour l’anecdote, et pour ceux à qui cela parle, on était toujours sous DOS, et mon 486DX33 était correctement équipé d’un coprocesseur mathématique, accessoire indispensable pour l’utilisation d’applications multimédia. 3D Studio, programme d’Autodesk, existait depuis seulement trois ans, et on pouvait pousser la résolution de travail de l’écran jusqu’à du 640 par 480 pixels (sic !). Le premier contact a été franchement excitant, et naturellement plein de promesses. En tant qu’étudiant en architecture, vous imaginez ? Avoir le pouvoir de manipuler les volumes, les couleurs, et la lumière, en temps réel (ou pas loin), et directement en perspective ! Très vite, les images générées par cette nouvelle discipline ont intégré les présentations de projets architecturaux. D’abord sous la forme de simples perspectives filaires, pour ensuite devenir de plus en plus élaborées. Le défi était alors technique : maîtriser suffisamment l’outil logiciel pour garder l’exclusivité et l’innovation dans la représentation. Depuis lors, logiciels et machines ne vont cesser d’évoluer, à une vitesse incroyable, alimentant le germe d’un nouveau Graal : le photoréalisme. Et il fut vite accessible, ce Graal. Du moins théoriquement.


Pour la première fois dans l’histoire de la communication, il est possible de générer entièrement un cliché « photographique » depuis une machine. Le stade (ultime ?) est techniquement atteint, où il devient très difficile de faire la différence avec une photographie du réel. Cet aboutissement technologique permet dès lors l’anticipation visuelle « parfaite » d’une idée. Il n’y a plus de limite. Un mur peut être créé pierre par pierre, une forêt, feuille par feuille, une ville, quartier par quartier, sous un soleil éclatant, une pluie battante, une brume du matin, au printemps ou en hiver… « C’est fantastique ! » pourrait-on se dire… Je me pose encore la question aujourd’hui. Comme la majorité des métiers de la création, faire de l’image, c’est se mettre au service d’une intention. Au départ d’une demande, un projet précis : une volumétrie, des matériaux, un contexte et, de préférence, une idée. Si la base de la production n’est « que » paramétrage appliqué des données transmises, qu’en est-il de la représentation de l’idée ? Le vocabulaire de l’architecture doit faire place à celui de la photographie : choix d’un point de vue, d’une palette chromatique, d’une exposition lumineuse, d’une profondeur de champ. Mais, à la différence de la simple photographie (par opposition à la photographie d'art), le but à atteindre n’est pas de capter la richesse visuelle d’un moment, mais bien de la (re)créer ! C’est un acte sensible. Beaucoup plus long à développer et à maîtriser que la technique, car principalement nourri du ressenti et de l’expérimentation personnels.

La maîtrise de l’image est devenue une véritable maîtrise de la plastique instantanée. L’image doit interloquer au premier regard. Elle doit faire passer son message sur le peu de temps qu’on lui accorde. Et de préférence, en une seule fois. À coups de retouches, de décrassages, de corrections, de rééchantillonnages et autres altérations parfaitement dosées, la réalité est aujourd’hui littéralement sublimée. Pour devenir un véritable monde visuel parallèle, d’une pureté plastique parfaite, où ne se regarde plus que ce qui est éclairé. Dès lors, face à cet enchantement artificiel perpétuel, comment pouvoir encore appréhender le réel ? Comment s’en faire une idée qui soit la sienne, plutôt que celle d’un autre ? Pour ma part, c’est d'abord d’en être conscient. C’est arrêter de vivre un concert via l’écran de son portable. C’est prendre le temps de poser son regard. C’est faire une pause, et essayer d’appréhender pleinement un moment, un lieu, lorsque l’on croit être interpellé. Laisser son regard déambuler là où il a envie d’aller. Sans interprétation. Sans second sens. Sans empressement. Avec la pratique, c’est prendre le temps d’essayer d’en discerner les couleurs, le chaud, le froid, le clair, le sombre, l’harmonieux, le complémentaire. C’est laisser le temps à ses pupilles de passer de la lumière à l’obscurité. Et voir la couleur des ombres.

Bernard Randaxhe

De manière naturelle, j’ai commencé par regarder et analyser les images d’autrui. Dans les magazines, les livres, puis sur internet et ce, depuis des années maintenant. Une image ou une photo me touche ? Je prends le temps de m’arrêter et de faire ma petite analyse. Tant sur le fond que sur la forme. Si c’était encore faisable systématiquement, il n’y a pas si longtemps que ça, c’est devenu ingérable aujourd’hui. En cette ère de médiatisation toute puissante, les images s’avalent par milliers, tous les jours, et sur tout type de support. Elles sont le vecteur instantané de tout ce qui se voit, de tout ce qui se fait, sur l’entièreté de la planète. Leur ascendant sur les autres modes de communication est lent, mais certain. On peut aujourd’hui trouver des magazines dits « d’inspiration », où il n’y a plus une ligne de texte mais seulement des images en pleine page. On peut également faire appel à des sites internet, pour répertorier et afficher en un mur infini les images que l’on ne veut pas perdre. On peut lancer une recherche Google par image, sans mot écrire. On lit les titres du Monde via Facebook, à condition de s’être arrêté sur l’image à la une. Et chacun devient acteur de cette prolifération : avec son smartphone, par exemple, on peut prendre n’importe quel cliché, le rendre « arty » en lui appliquant un filtre savamment prédéfini, et le diffuser instantanément sur le réseau…

Bernard Randaxhe est architecte, spécialisé dans la conception et réalisation 3D. Après une activité professionnelle au sein de m3 architectes et Moreno Architecture, il a créé son propre studio Pomfluo. Se définissant comme un «archigraphiste», ses compétences et son savoir sont sollicités pour mettre en forme divers projets architecturaux. Sensible et intéressé aux métiers de la création, il travaille pour des architectes, des artistes, des designers et des agences de communication. www.pomfluo.com


095_PUB_ACREALUX.indd 95

4/1/14 10:04


entreprises & collectivités

www.archiduc.lu

092 entreprises Ce dossier s’adresse aux entreprises et collectivités qui souhaitent être informées sur des thématiques en lien avec les espaces collectifs.

& collectivités

Architecture et sport Que ce soit à l’école, pour un établissement municipal ou autre, les établissements sportifs demandent des architectures répondant à des besoins spécifiques. Ce dossier offre un panorama élargi de ce qui se fait actuellement au Luxembourg.


093

Collectivités

Du sport à l’école

À la rentrée de septembre 2014, le nouveau lycée technique de Junglinster accueillera ses premiers élèves. Ils bénéficieront d’un vaste établissement bien équipé, notamment au niveau sportif. La conception architecturale est l’œuvre de g+p muller architectes.

Auteur : Céline Coubray C’est entre Junglinster et Gonderange, au niveau du nouveau contournement, que le lycée de Junglinster est construit. À partir de septembre 2014, le lycée ouvrira ses portes et près de 1 500 élèves pourront venir suivre leur enseignement, qu’il soit classique ou technique pour les plus âgés.

1

Implantation Le plan d’implantation du lycée est simple : il s’agit de plusieurs ailes reliées entre elles par une galerie. Les fonctions du bâtiment sont réparties de manière rationnelle : les espaces sociaux (complexe sportif, restaurant, cafétéria, salle des fêtes) d’un côté et scolaires (salles d’enseignement, ateliers, administrations) de l’autre. Les espaces sociaux sont par ailleurs prévus pour être utilisés indépendamment de la vie du lycée par la commune. L’accès au complexe sportif se fait par l’entrée principale. Il est en relation directe avec la salle des fêtes, la cafétéria et le restaurant. Il profite de cette façon d’une situation centrale par rapport aux activités sociales du Lycée. « Nous avons souhaité placer le complexe sportif dès l’entrée du bâtiment, précise Guittou Muller. Nous ne voulions pas d’espaces repoussés au fin fond du terrain, mais au contraire, que ces espaces soient les premiers que l’on voit en arrivant sur le site. Grâce aux grandes baies vitrées, les usagers ont une vue plongeante sur le hall sportif et la piscine. Cela confère immédiatement de la vie au bâtiment. » Les architectes ont également tiré profit de la pente du terrain pour intégrer naturellement ces équipements. En les plaçant en contrebas, ils évitent la création d’un haut volume qui aurait coupé la perspective et l’harmonie de l’ensemble architectural. Les vestiaires sont placés sous le parvis, répondant au besoin d’intimité sans baie. Parce que la commune dispose d’infrastructures extérieures situées à proximité du nouveau lycée, il n’était pas nécessaire de construire d’aire sportive extérieure. Les lycéens se rendront à ces équipements par un chemin piéton et un pont encore à construire.

Programme L’école dispose d’un hall sportif, d’une piscine et d’un ensemble de vestiaires.

2

Le hall multisport a une configuration classique. Puisque des équipements extérieurs complètent ce hall, les besoins étaient un peu moindres que d’ordinaire. C’est pour cela que le hall présente deux axes et non trois. Le hall, de 7 m de hauteur sous plafond, peut être séparé en deux salles par un rideau suspendu rigide, ce qui permet à deux classes de s’exercer en même temps. La piscine a une longueur de 25 m et six couloirs de natation. Le plateau est amovible, sa profondeur variant de 1,80 m à 60 cm. Elle peut donc servir aussi bien pour de la natation que pour des cours d’aquagym ou d’apprentissage par exemple. Les vestiaires sont divisés en deux ensembles, l’un pour le hall de sport, l’autre pour la piscine. Les besoins et cheminements variant en fonction d’une utilisation pour la piscine ou pour le hall, l’aménagement intérieur des vestiaires est adapté. Chaque ensemble de vestiaires donne directement sur son équipement. Ils sont éclairés grâce à des puits de lumière placés sur le parvis.

Fiche technique Maître d’ouvrage : Ministère du Développement durable et des Infrastuctures Département des travaux publics Administration des bâtiments publics Division des travaux neufs Architecte : g+p muller architectes Ingénieurs : Daedalus Engineering Citeg / BLS Energieplan Localisation : Junglinster Coût de construction brut : 80 millions d’euros Loi : 18 mars 2008 Début du chantier : avril 2010 Ouverture : septembre 2014

Choix des matériaux L’ensemble du projet repose sur l’utilisation du béton vu associé au bois (chêne), au verre et à l’acier. Les façades sont en plaques de béton ou en fibre de verre. Les espaces sportifs répondent à la même logique de matériaux. Les grandes baies vitrées permettent un apport important de lumière naturelle et limitent donc l’usage d’éclairage artificiel. On trouve ainsi de grandes baies vitrées au nord et à l’ouest, complétées par des ouver-

» Suite page 94

1

La salle multisport bénéficie d’une entrée de lumière naturelle généreuse. 2

Les équipements sportifs du lycée technique de Junglinster se trouvent dans l’aile gauche donnant sur le parvis.


094

www.archiduc.lu

© G+P Muller architectes

entreprises & collectivités

3

tures en toiture. Pour limiter les apports de chaleur calorifique, des surfaces vitrées colorées sont réparties tout le long des façades. Différentes couleurs ont été choisies pour donner plus de vie et d’animation à la façade. Du côté du hall de sport, les couleurs choisies sont le vert et le jaune. Pour offrir une entrée de lumière maximale à la piscine, la partie supérieure du mur séparant le hall sportif de la piscine a été vitrée. Une autre vue directe est également aménagée entre la cafétéria et la piscine. Pour l’acoustique, les architectes se sont adjoint les services d’un acousticien. Des panneaux de bois perforés ont été intégrés judicieusement dans ces différents espaces, tout en essayant de maintenir un maximum de plafonds en béton vu.

Concept énergétique Toute l’enveloppe énergétique du bâtiment est très performante. La spécificité des espaces sportifs est qu’ils bénéficient d’une ventilation mécanique complémentaire à la ventilation naturelle du bâtiment. Le bâtiment et la piscine sont chauffés grâce à une chaudière à copeaux de bois, du bois qui provient directement des forêts étatiques voisines et qui est transformé également à proximité. Au-delà de l’intérêt écologique de ces installations, il y a également un intérêt pédagogique pour ces élèves de lycée technique.

4

3

Les vestiaires permettent un accès direct à la salle de sport. 4

Plan général d’implantation. 5

Vue aérienne du lycée. 5


PANTONE

NOIR

MAISONS UNIFAMILIALES À GREVENMACHER CLASSE ÉNERGÉTIQUE : A/A/A

F O N D S P O U R L E D É V E L O P P E M E N T D U L O G E M E N T E T D E L’ H A B I TAT D I P L Ô M É P O U R R É A L I S E R D E S É TA B L I S S E M E N T S D U R A B L E S www.fondsdulogement.lu

091_PUB_FOND DU LOGEMENT.indd 91

4/1/14 10:03


096

Livraison de projet

Détente et architecture La Ville de Differdange a ouvert un nouveau complexe aquatique à Oberkorn, Aquasud, qui regroupe piscines, espace wellness et fitness dans un lieu dont la qualité architecturale fait partie du projet.

Auteur : Céline Coubray

Fiche technique Client : Ville de Differdange Maître d’ouvrage : Tralux Construction Exploitant : Vert Marine Architecte : m3 architectes Génie technique : Goblet Lavandier & Associés Génie Civil : Schroeder & Associés Bureau de contrôle : Secolux Technique Fluides : Ingemed Acousticien : SPC Acoustique Physique du bâtiment : BSP Ingenieurgesellschaft Surface brute : 10 200 m2 Surface nette : 9 550 m2

www.archiduc.lu

entreprises & collectivités

C’est à proximité du stade et d’un vaste parking couvert que le nouveau complexe Aquasud est sorti de terre. Fruit d’une consultation ouverte par la Ville de Differdange en 2009 sur le modèle « PPP » (public private partnership), ce complexe aquatique est la preuve que des projets de qualité peuvent émerger de ce type de procédure. Le constructeur Tralux s’est entouré d’un gestionnaire-exploitant, Vert Marine, et des visions des architectes et ingénieurs m3 architectes, Schroeder & Associés, et Goblet Lavandier & Associés. Grâce à cette dynamique consultative mise en place dès le début du projet, l’architecte a pu être associé très tôt dans le dialogue de conception et avoir une bonne connaissance des éléments à prendre en compte dans l’exploitation. Cette démarche a permis d’optimiser les qualités constructives et esthétiques au regard des besoins d’usage et d’entretien. « Ce projet de centre aquatique s’insère dans un secteur qui est très compétitif au Grand-Duché, précise Jürgen Simon, architecte associé chez m3 architectes. Les investisseurs avaient conscience du fait que la qualité architecturale du projet serait une plus-value à ne surtout pas négliger. Et cette orientation n’a jamais été remise en question. »

Le site Le centre aquatique se trouve sur un terrain en pente où existaient précédemment des bassins extérieurs, un terrain de foot et des cours de tennis. Les architectes ont donc choisi de tirer profit de cette déclivité et de ne pas terrasser de manière outrancière. Pour cela, ils ont étagé les espaces en rez-de-chaussée, ce qui a permis par la même occasion de créer trois zones distinctes entre les bassins (loisirs, natation et apprentissage / pataugeoire).

Extérieurs Vu de l’extérieur, le bâtiment est relativement simple : un grand bloc massif noir ponctué çà et là par des baies. Cette sobriété esthétique est contrecarrée par l’intervention de Sumo, street artist reconnu pour la qualité de ses graffitis, qui propose ici une longue fresque colorée dont le motif évoque l’univers de la baignade. Des détails de cette fresque sont repris comme éléments de repère dans l’aménagement intérieur. m3 architectes a également été chargé de la conception des espaces extérieurs qui sont aménagés en 1

2


097

3

« Les investisseurs avaient conscience que la qualité architecturale du projet serait une plus-value à ne surtout pas négliger » Jürgen Simon

zones de baignade, espaces verts et aire de jeux pour les plus jeunes. La partie wellness à l’étage dispose par ailleurs d’espaces extérieurs avec bassin à bulles, saunas et terrasse de repos. Le bureau d’architectes a prêté une attention particulière aux cheminements entre les différentes zones du site pour que les utilisateurs puissent se déplacer en toute sécurité et avec fluidité. L’ensemble du bâtiment et des équipements est d’ailleurs accessible aux PMR (rampes, ascenseur et matériel spécifique pour la piscine).

Hall et vestiaires « Les visiteurs qui arrivent dans le complexe ont dès l’entrée une vision d’ensemble du rez-de-chaussée grâce aux généreuses baies vitrées. Le bâtiment se présente à eux », précise Jürgen Simon. L’acoustique a particulièrement

été soignée dans cet espace souvent propice aux éclats de voix. Des panneaux de bois perforés sont placés à des endroits stratégiques et contrastent avec les murs en béton vu. On trouve, comme dans l’ensemble du bâtiment, de nombreux angles ouverts et positionnés de manière décalée afin de créer une dynamique. Une fois passés par l’accueil, les visiteurs accèdent aux vestiaires qui ont fait l’objet d’une étude approfondie pour optimiser la circulation et la répartition dans l’espace. Les clubs sportifs et écoles bénéficient d’une entrée et d’espaces séparés. Au sol, on remarque l’utilisation d’un matériau innovant : le bituterrazzo qui, outre ses qualités esthétiques et fonctionnelles, est travaillé sans aucun joint. Les couleurs calmes des vestiaires contrastent avec les dessins de Sumo. Le revête-

» Suite page 98

1

L'extérieur est volontairement simple et massif. 2

L’intervention de Sumo donne un caractère spécifique au bâtiment. 3

La sortie des vestiaires est caractérisée par un voile de béton penché.


098

www.archiduc.lu

entreprises & collectivités

5 4

Le whirlpool extérieur 5

Vue de la pataugeoise 6

Entrée du hammam

4

ment mural dans les vestiaires est différent du pataugeoire bénéficie de créations de lumihall et de la partie piscine, ce qui permet d’iden- naire et de mobilier spécifiques qui dynatifier simplement et intuitivement les espaces. misent efficacement l’espace.

L’espace aquatique est conçu comme une île. En sortant des vestiaires, on approche de l’eau par la « plage » après avoir traversé « les rochers ». La sortie des vestiaires est en effet travaillée en un voile de béton penché et surbaissé ce qui permet de créer un paysage lorsqu’on le regarde depuis l’autre côté du bassin. L’espace aquatique se déploie selon un plan en éventail, surmonté d’une charpente en bois, dont le cœur est le bloc en béton structuré qui abrite les autres zones du site (hall, vestiaires, wellness, fitness, bar, administration). Deux sortes de béton sont employées : le béton vu pour la structure et le béton coffré à aspect bois pour le reste. L’acoustique est optimale grâce à des panneaux perforés au-dessus des zones de circulation et des tissus d’absorption au-dessus des bassins. Le mobilier, également conçu par le bureau d’architectes, est réalisé soit en béton et structure par la même occasion l’espace, soit en matériau composite blanc (banque d’accueil des maîtres nageurs, mobilier de rangement d’appoint). L’identité visuelle de l’exploitant Vert Marine basée sur le vert et le bleu est déclinée dans l’ensemble de l’espace à travers des éclairages spécifiques et l’adjonction de zones vertes autour de certains bassins. Ces derniers éléments sont certainement les compromis les plus évidents accordés par les architectes. La

Wellness, fitness, restauration Ces autres espaces publics d’Aquasud se situent à l’étage et sont équipés de leurs propres vestiaires. Bien que le langage architectural soit homogène dans l’ensemble du bâtiment, les espaces wellness dégagent une ambiance plus intime (mobilier en bois, lignes calmes). Pour la partie hammam, l’utilisation du carrelage prédomine, traitée dans un esprit mauresque contemporain. Pour les saunas, le vert, le rouge et le jaune sont combinés pour créer des ambiances différentes. L’éclairage est travaillé spécifiquement pour chaque lieu (lumière indirecte, ciel « étoilé », lumière tamisée). L’alliance de la fonctionnalité et de l’esthétique est toujours poussée à son maximum, créant des espaces à forte identité et à haute qualité architecturale. La salle de fitness et la partie bistrot avec terrasse bénéficient d’une vue directe sur les bassins. Pour les salles de sport, le revêtement de sol rouge confère immédiatement une impression de dynamisme. Les espaces sont conçus pour être modulables et s’adapter aux besoins de l’exploitant.

© Christof Weber

La piscine

6 W

Plus d’infoS : www.m3architectes.lu, www.vert-marine.com


viridis

La porte haut de gamme pour intérieur et extérieur

25, rue G-D Charlotte I L-7520 Mersch I T 32 00 72 1 I www.hoffmannfreres.lu 101_PUB_HOFFMANN FRERES.indd 101 HF_ANN_Archiduc_2014.indd 1

4/1/14 10:07 28/03/14 16:55


99

www.archiduc.lu

entreprises & collectivités

Produits

Pour l’amour du sport

Les équipements sportifs requièrent des aménagements spécifiques. Les sols en particulier doivent répondre à des exigences de sécurité, de fonctionnalité et de confort. Sélection de quelques produits adéquats. Sélection : Céline Coubray

Regupol AG

Revêtement de sol pour piste d’athlétisme synthétique pour le sport de compétition internationale. La partie supérieure est une couche imperméable avec des granulats EPDM dispersés à refus. Les sous-couches sont des rouleaux en caoutchouc polyuréthane. www.berleburger.com

Taraflex Multi-Use 5.0

Omnisports Compact

Omnisports Speed

Compaxol

Rocket

Silver Knight Fitness

Ce revêtement de sol pour l’intérieur est spécialement adapté pour la polyvalence des salles de sport aux zones multiactivités. Il est parfaitement adapté à la pratique sportive de débutants. Résistant au poinçonnement, il est disponible en différents coloris. www.gerflor.be

Grâce à l’usage du caoutchouc vulcanisé, ce revêtement intérieur convient aux salles de fitness, espace de poids libre ou aux cours collectifs. Il présente des qualités d’absorption sonore, est résistant à l’abrasion et aux chocs. Il peut également être utilisé en zone humide. www.gekips.com

Ce revêtement de sol en PVC est conçu pour les zones dites non sportives (de stockage) à proximité des surfaces de jeux. Il peut toutefois proposer un aspect identique à la surface de jeux en étant associé à une sous-construction Lumaflex. www.tarkett.fr

Ce revêtement de sol vinyle intérieur est particulièrement recommandé pour la pratique du badminton et du tennis de table. Il facilite les changements rapides de direction tout comme les rebonds vifs. Il peut être utilisé de manière permanente ou démontable. www.graboplast.com

D’une épaisseur de 3,45 mm, ce revêtement est recommandé pour les salles annexes et circulations. Lorsqu’il est associé à la sous-construction Lumaflex Duo, il est conforme à la norme européenne EN 14904 régissant les sols sportifs. www.tarkett.fr

Ce sol en vinyle est conçu pour détruire plus de 99 % des bactéries susceptibles d’être présentes sur ce type de revêtement, sans utiliser de produit chimique. Il est donc recommandé pour les halls d’aérobic, les salles de gymnastique et les salles de cardio. www.graboplast.com

Regupol EPDM

Revêtement de sol pour l’extérieur avec réduction de force qui permet un excellent rebond du ballon. Il est antidérapant et présente une haute qualité d’élasticité. Il peut être permé­ able ou imperméable. Résistant aux pointes et aux UV. Disponible dans de nombreux coloris. www.berleburger.com

Proflex M

Parquet sportif avec d’excellentes caractéristiques d’absorption de chocs tout en assurant un rebond de balle régulier. Idéal pour la pratique du basket à haut niveau, car limite les risques de traumatismes causés par les fréquences élevées des entraînements. www.tarkett.fr

Caillebotis

Ce revêtement en caillebotis antidérapant est conçu pour les espaces humides. Il est très résistant aux substances chimiques, en particulier en milieux acides ou chlorés. Sa structure moléculaire non poreuse assure une bonne hygiène et s’oppose à l’implantation de bactéries. www.gekips.com

Everroll

Ce revêtement de sol convient aux surfaces très fréquentées ou sollicitées d’une autre manière où l’on demande une robustesse élevée. De plus, il a un bon effet d’isolation acoustique et thermique et il est souple à la marche. Il convient donc particulièrement à la pratique du golf. www.berleburger.com

Grabosport Prima

Ce revêtement de sol vinyle intérieur est recommandé pour les écoles de gymnastique, et peut être aussi utilisé pour les entraînements réguliers de clubs et les événements sportifs récréatifs. Également adapté à la pratique de l’indoor hockey. www.graboplast.com

Gazon synthétique

Taraflex Sport M Performance

Sportec

Matchwinner

Spécialement adapté à la pratique du football, le gazon synthétique offre un entraî­ nement dans les meilleures conditions, quelle que soit la météo. Il peut également être combiné au gazon naturel. www.dessosports.com

Écologique, confortable, amortissant, insonorisant, ce revêtement en rouleaux est facile d’entretien et de mise en place aisée. Il est particulièrement recommandé pour les salles de fitness. Il est composé de granulats de caoutchouc recyclé et d’EPDM. www.gekips.com

Revêtement pour l’intérieur adapté à la pratique multisport. Grâce à la sous-couche à cellules fermées, les chutes sont amorties tout en diminuant la résonance acoustique. Le traitement photo réticulé antiencrassement permet d’éviter les brûlures. www.gerflor.be

Ce gazon synthétique d’extérieur est spécialement conçu pour les terrains de hockey. Des lignes blanches, jaunes ou rouges peuvent être ajoutées de manière définitive. Il peut également être utilisé pour l’intérieur et associé au Matchpad pour une plus grande absorption des chocs. www.playrite.co.uk


ELECTRICITY · NETWORKING L I G H T I N G · SMARTHOUSE

visitez onmoss showro

FOURNISSEUR DE SYSTÈMES ÉLECTRIQUES, DOMOTIQUES, AUDIOVISUELS,

DE SÉCURITÉ, RÉSEAUX INFORMATIQUES ET LUMINAIRES.

Z.I. ZARE EST L-4385 EHLERANGE TEL: (+352) 44 15 44-1 - FAX: (+352) 45 57 73 E-MAIL: CONTACT@ZENNER.LU

099_PUB_MARCO ZENNER.indd 99

WWW.ZENNER.LU WWW.SMARTHOUSE.LU

4/1/14 10:06


102

www.archiduc.lu

entreprises & collectivités

Produits

Du mobilier adapté

Vestiaires, bancs, gradins… Les espaces dédiés au sport demandent d’être meublés avec du mobilier adapté aux besoins des sportifs. En voici quelques exemples. Sélection : Céline Coubray

Caja Magica

Neo

Areal Bench

Paxa

Gradins télescopiques qui sont facilement mis en place. Divers choix de sièges à dossier escamotable. Un système de plateforme est également disponible. www.telescopicplatforms.com

Banc en bois avec construction en tube carré en acier, avec traite­ ment époxy. Les lattes sont en listeaux de bois dur, arrondies et laquées en couleur naturelle. Des lattes en plastique peuvent également être montées pour les milieux humides. Grille porte-chaussure en option. www.gekips.com

Sur une âme en métal, l’assise de ce banc peut être en métal ou en bois. Disponible en plu­ sieurs dimensions, il peut être utilisé aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. www.nola.se

Ce banc, dessiné par Blenda Design, dévoile un design immédiatement reconnaissable. Il met en valeur les matériaux utilisés et le contraste entre le bois et le béton. Des modules de liaison courbes permettent des agencements ondulants. Pour l'intérieur et l’extérieur. www.nola.se

Kajen

Robustes

Tempo

Kourouma

Lisu suspendu

Lisu Drapeau

Oon Cub

Industriel

Alfa TTEZ

En L

Vestiaire rétro

MINIMA

Au premier regard, ce banc semble conventionnel et pour­ tant, son design est tout à fait singulier. Il peut être combiné à d’autres éléments de la même collection comme des bancs avec dossier. www.nola.se

Ces casiers sont réalisés dans un plastique ultra-résistant. Ils sont faciles à mettre en œuvre puisqu’empilables par emboîte­ ment. La fermeture se fait par moraillon, serrure à clé ou à code, et monnayeur. Disponible en 10 couleurs. www.evp.fr

Bancs à associer aux vestiaires industrie, particulièrement indiqués pour les gymnases et les vestiaires en général. Très robustes, ils peuvent éga­lement être utilisés dans d’autres lieux. Ils sont munis d’un espace chaussures. www.dieffebi.fr

Dessinés pas Xavier Pauchard, ces vestiaires peuvent être aménagés à l’intérieur avec des étagères ou des penderies. Disponibles en unité simple ou double. www.tolix.fr

Casier à serrure codée tempo­ risée (de 1 à 9 heures). Les portes en polycarbonate transparent ultra-haute résistance permettent un contrôle visuel sans ouverture. Les armoires peuvent être composées de 1 à 3 colonnes et de 3 à 6 cases. www.gekips.com

Ces tribunes escamotables télescopiques ont une structure en acier et un plancher en bois stratifié. Chiling automatique des sièges. Différents modèles d’assises possibles. www.ezcarayinternacional.es

Ces panneaux de signalétique prévention incendie sont à la fois photoluminescents pour une visibilité dans l’obscurité, écrits en braille et en relief pour les personnes à déficience visuelle. Réalisés en aluminium, ils sont laqués d’époxy vert sécurité. www.marcal.fr

Ces armoires sont conçues pour réduire l’encombrement tout en optimisant le nombre de compartiments. Réalisées en tôle d’acier, elles sont par­ faitement adaptées pour les vestiaires d’équipement sportif. www.dieffebi.fr

Éclairage de sécurité autonome à deux faces LED pour une instal­ lation suspendue, doté d’un corps rectangulaire et d’arêtes vives, composé d’une carcasse en synthétique et d’un diffuseur en polycarbonate. Support tubu­ laire en acier. Fournit un éclairage et une signalisation permanente. www.daisalux.com

Ces vestiaires métalliques répondent à un esprit rétro. Sa largeur de 420 mm assure une utilisation confortable. Les charnières sont dotées d’un système anticambriolage avec rotation de 180°. Dispo­ nibles en de nombreux coloris. www.evp.fr

Éclairage de sécurité autonome à deux faces LED pour une instal­ lation apparente en drapeau, doté d’un corps rectangulaire et d’arêtes vives, composé d’une carcasse en synthétique et d’un diffuseur en polycarbo­ nate. Fournit un éclairage et une signalisation permanente. www.daisalux.com

Ces casiers au design sobre permettent de stocker en toute sécurité les effets personnels grâce à la serrure à code. Disponible en 19 finitions de porte et différentes tailles de casiers. www.gekips.com


Tendances 2014

Nos principaux fournisseurs :

Nos services :

Tissus :

- conseil et prise de mesures à domicile, - devis gratuits - pose de rideaux et stores de tout genre, - pose de moquette et de tapis d’escalier - option de tapis à domicile et livraison gratuite

Jab, Chivasso, Creation Baumann, Casamance, Christian Fischbacher, Sahco, Pierre Frey et Designers Guild

Stores et tringles : Copa Home, Mhz et Interstil Tapis :

Jab, Jan Kath, Designers Guild, Missoni Home, Arte Espina, Paulig et Zollanvari

Du 28 avril au 25 mai, exposition des tapis du designer JAN KATH en collaboration avec le MUDAM et dans le cadre de DESIGN CITY à Luxembourg-Ville. Luxembourg-Ville: 44, Grand-Rue Bertrange: 259, rue de Luxembourg | Tel.: 22 73 27 Bertrange: route d’Arlon | Tel.: 26 31 02 40 Shopping Center www.tapishertz.lu

103_PUB_XX.indd 103 TAPIS0232_ann_archiduc_240x300.indd 1

4/3/14 15:54 03.04.14 15:18


104

www.archiduc.lu

entreprises & collectivités

En chantier

C’est à Strassen, sur le site de l’actuel club de karaté et de tir à l’arc, que va se construire le nouveau hall national de karaté. La commune de Strassen a souhaité se doter de ce nouvel équipement qui permettra d’organiser des rencontres internationales. Elle a passé pour cela une commande directe auprès d’Architectes Perry Weber et Associés pour réaliser un nouL’administration communale de Strassen veau hall fonctionnel, tout en répondant à une a confié au bureau Architectes Perry Weber et Associés la construction du nouveau hall enveloppe budgétaire relativement serrée. national de karaté, qui pourra également Optimiser le terrain servir aux autres arts martiaux.

Un hall pour le karaté Auteur : Céline Coubray

1

Vue latérale du bâtiment. 2

Vue latérale et arrière du bâtiment. 3

« Afin de limiter les coûts, un terrassement trop important était à éviter, explique Claudius Panaitescu, architecte associé. Le site est dès lors utilisé de manière optimale, en déplaçant les couloirs de tir à l’arc et en positionnant le bâtiment à la limite de la zone constructible. Ceci a été possible grâce à un reclassement des limites de construction par l’Administration des ponts et chaussées qui a anticipé les modifications qui seront apportées prochainement à la sortie d’autoroute. » Le bâtiment est construit en ossature bois sur pilotis, libérant le sol pour y installer le parking. « La salle de combat se situe donc à l’étage », précise l’architecte. L’entrée du site sera également déplacée et intégrera un accès par le bus de la ligne régulière de la Ville de Luxembourg.

1

2

« L’ensemble du projet est conçu dans une logique fonctionnelle et de recherche d’efficacité » Claudius Panaitescu

1 250 m2 pour les combats

La façade principale, la nuit. 4

La maquette permet de comprendre l’orientation du bâtiment sur le terrain. 5

Détail de la façade. 6

Vue depuis les gradins sur les pistes de combat.

4

5

« Le cœur de la nouvelle construction sera le hall de combat qui devra accueillir six tatamis de compétition, avec une table d’arbitrage et l’équipement adéquat aux rencontres internationales, explique Claudius Panaitescu. Un espace d’accueil du public est également nécessaire, la jauge étant de 300 spectateurs, le hall pouvant accueillir un total de 500 personnes. En dehors des temps de compétition, la salle servira aux entraînements réguliers des clubs. » La future construction s’articule en deux volumes imbriqués sur trois niveaux. Les espaces se répartissent en locaux réservés à la pratique sportive et aux spectateurs, et en locaux secondaires. Pour les principaux espaces, on trouve au premier étage une salle de karaté de 1 250 m2, qui peut être cloisonnée en trois zones également adaptées pour d’autres arts martiaux, et une salle de musculation attenante, et au second étage, un bar / cafétéria avec vue sur la salle de sport formant avec les gradins (fixes en béton et mobiles en bois) et les locaux sanitaires le niveau réservé aux spectateurs. Pour les locaux secondaires, on trouve, au rez-de-chaussée, quatre bureaux administratifs avec salle de réunion, sanitaires et réserve, des locaux techniques, dont un dépôt de matériel desservi par un monte-charge et accessible depuis l’extérieur, et la zone d’accueil des sportifs et du public, avec une billetterie. Le premier étage est plus spécialement destiné aux sportifs avec les vestiaires, infirmerie, local

3

6


105

Fiche technique Maître d’ouvrage : commune de Strassen Architecte : Architectes Perry Weber & Associés Project manager : HBH Génie civil : Tecna Génie technique : Betic Coordinateur sécurité santé : Rausch & Associés Bureau de contrôle : LuxControl Budget : 5 127 580 euros (prix de construction du hall seul, hors démolitions, aménagements extérieurs, honoraires et TVA). La commune de Strassen finance environ 40 % du projet et la Fédération luxembourgeoise des arts martiaux environ 60 %. Surface rez-de-chaussée : 890 m2 et 780 m2 pour le parking couvert Surface 1er étage : 2 140 m2 (dont 1 250 m2 pour la salle de karaté)

© Architectes Perry Weber et Associés

régie et sanitaires. À noter que les vestiaires sont accessibles par deux couloirs, dont un réservé à la circulation « pieds nus » en contact direct avec la salle de karaté et servant de zone tampon entre ces deux fonctions. « Nous avons aussi cherché à limiter au maximum les déplacements et les trajets à l’intérieur du bâtiment. » Par ailleurs, celui-ci est totalement accessible aux personnes à mobilité réduite.

température intérieure conseillée pour la salle de sport est de 15 °C. Nous atteindrons cette température par un système d’aérothermes associé à un bon coefficient d’isolation et une ventilation contrôlée pour le renouvellement de l’air. » La façade nord est largement ouverte alors que la façade sud est plus refermée, évitant ainsi des protections solaires. L’éclairage artificiel sera obtenu grâce à des LED, économiques. Les façades seront recouvertes d’un Principe constructif et bardage de plaques d’Eternit qui seront disrecherche d’efficacité posées de manière à remplacer les volets. Leur découpe sera aussi optimisée dans leur forme « L’ensemble du projet est conçu dans une logique afin d’avoir le moins de chutes possible par fonctionnelle et de recherche d’efficacité, annonce rapport à la taille standard. L’économie se fait Claudius Panaitescu. Il est aussi pensé de manière donc à l’échelle entière du bâtiment. écologique, ce qui est une évidence pour nous. C’est pour cela que nous avons choisi une construction en ossature bois avec des pans verticaux en voile de béton et une isolation en laine de bois. Une partie du parking est perméable à l’eau, seules les bandes W de circulation étant imperméables. Les finitions plus d’infos sur : sont minimalistes, le béton laissé brut. Nous ne www.perry-weber.lu mettons du carrelage que là où cela est nécessaire. W L’enveloppe énergétique est aussi conçue pour être Une vidéo de présentation facile à entretenir tout en étant efficace puisque le du projet est disponible sur : bâtiment sera basse énergie (catégorie BB). La www.archiduc.lu

Surface 2e étage : 890 m2 d’espaces ouverts au public : gradins, cafétéria et locaux sanitaires Volume construit : 21 200 m3 Salle de karaté : 1 250 m2 et 6 tatamis Gradins : 220 m2 pour 300 spectateurs Début des travaux : mai 2015 Durée des travaux : +/- 2 ans


Sur rendez-vous ou par téléphone Plus d’infos : www.myenergy.lu / Hotline 8002 11 90

106_PUB_ MY ENERGY.indd 106

4/3/14 15:02


portrait

107

WW+

Sur une invitation de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, WW+ donnera une conférence pour présenter son travail et son approche de l’architecture. À cette occasion, Archiduc consacre son portfolio à ce bureau d’architecture luxembourgeois.

Textes : Céline Coubray avec WW+ Photos : Linda Blatzek

Architecture ? Project management ? Or... ? Conférence le 8 mai 2014 à 19 h, dans l’auditorium de la Banque de Luxembourg


108

www.archiduc.lu

portrait WW+

WW+

Architecture, et plus encore Alors que le bureau a fêté ses 10 ans d’existence en 2013, Luc Wagner fait le point sur l’identité de WW+ et ses perspectives de développement.

Auteur : Céline Coubray Le bureau WW+ a une approche singulière de son métier. Loin de se contenter de réaliser des projets de conception architecturale, le bureau y intègre le project management, ce qui lui permet de mener les chantiers qui lui sont confiés selon une vue d’ensemble globale. Grâce à ces compétences croisées, les projets sont poussés aussi loin que possible du point de vue de la conception tout en ayant en trame de fond, une étude optimisée de rentabilité. Grâce à cette approche, il propose à ses clients une offre intégrée. Il est aussi par là même apte à travailler sur des projets de faisabilité, de programmation et des concours. Son approche de l’urbanisme, par exemple, est donc non seulement conceptuelle, mais traite également de l’organisation périphérique qui en découle.

Du project management pour aller plus loin « Notre premier projet a été celui du magasin Boesner à Perl en Allemagne, explique Luc Wagner, un des deux partenaires, avec Jörg Weber. Dans une structure assez simple, nous avons mis en valeur certains éléments architecturaux, trouvé une proposition qui le distingue des autres bâtiments de la zone commerciale, tout en respectant le budget. Pour cela, notre travail de project management a été primordial dans la bonne conduite de ce chantier. » Au fur et à mesure, le bureau se fait connaître, la confiance gagne. « Au début, nous avons réalisé de nombreux projets sous l’angle du project management, précise Luc Wagner. Cela a été le cas pour la revalorisation du centre-ville d’Esch-sur-Alzette, un projet diversifié, pour lequel nous avons réalisé des aménagements extérieurs, des infrastructures. Nous sommes intervenus sur l’aménagement du parking souterrain et avons coordonné le concours pour l’aménagement de la place de l’Hôtel de ville. Cependant, nous n’avons pas réalisé du project management au sens classique du terme. Notre façon de travailler inclut plus de stratégie, prend en compte une réflexion politique. Nous avons également dû veiller à garder le centre-ville opérationnel pendant les travaux. » Grâce à cette approche singulière, les communes et investisseurs viennent vers eux pour leur confier des projets urbains de grande envergure. C’est ainsi qu’ils sont amenés à travailler sur le plan urbain, PAP et le management global à Junglinster. Ils ont aussi élaboré le calcul du business

plan, les démarches avec les différentes instances et le mode de développement du chantier.

L’importance des concours L’essor de WW+ a également été possible grâce à l’importante participation du bureau à des concours nationaux et internationaux. Ces concours lui ont donné l’occasion de mieux se faire connaître, y compris du point de vue de l’architecture. « De nombreuses personnes ne comprenaient pas ce que nous faisions, si nous étions plutôt en charge de l’architecture en général ou du project management. Les concours ont permis de clarifier ceci. » Récemment, on peut saluer le 1er prix obtenu lors du concours du Besucherzentrum für die Gärten der Welt Berlin (centre de visiteurs pour les Jardins du monde à Berlin).

Une multitude de compétences « Nous souhaitons travailler en proposant une offre intégrée avec toutes les compétences que nous avons au sein de notre bureau, explique Luc Wagner. Nous pouvons aisément intégrer l’urbanisme, l’organisation, les calculs de rentabilité, l’architecture, travailler au début du projet sur des calculs de faisabilité, de la programmation. » C’est ainsi qu’il parvient à mener des projets d’échelle et de programmation très divers : l’aménagement du parc Ouerbett à Kayl et la construction du pavillon Madeleine (primé en 2012 aux Luxembourg Green Business Awards, Prix d’excellence au FIABCI et à l’European and International Property Award), des équipements techniques (Maison de la biomédecine à Belval, Station des pompes Sudcal à Esch-sur-Alzette), mais aussi des maisons unifamiliales, des immeubles de bureaux (SGL, Bank of China à Luxembourg), des hôtels (Hôtel Heil à Lösnich, Nells Park à Trèves), des maisons relais et des 1

4


109

1

La nouvelle salle de réunion de WW+ 2

Les bureaux 3

L'accueil 4

L'ancien bâtiment avant les travaux de réaménagement 2

5

Détail d’aménagement

3

écoles (à Schouweiler, à Mondercange, à Wadern-Dagstuhl), des projets d’urbanisme (à Contern, Mondercange, Junglinster, Huncherange).

L’Allemagne comme terrain de développement Mais cette activité ne se limite pas au Grand-Duché et l’Allemagne a toujours fait partie des développements du bureau. « Jörg Weber, l’autre partenaire du bureau, est originaire de Trèves, précise Luc Wagner. C’est tout naturellement que nous avons donc ouvert un bureau dans cette ville et que nous souhaitons développer nos activités en Allemagne. Au moment où nous avons décidé de faire de nombreux concours, nous nous sommes rapprochés des étudiants de Trèves pour nous aider dans les dossiers. C’est ainsi que nous avons commencé à ouvrir un bureau dans cette ville. » Un certain nombre de projets ont d’ailleurs déjà été réalisés dans ce pays. « Il est toujours intéressant d’être sur plusieurs marchés en parallèle, confie Luc Wagner. Nous avons envie de nous faire un nom en Allemagne et d’y développer notre activité. Le concours remporté pour les jardins du monde à Berlin conforte nos choix et commence à asseoir notre notoriété sur ce territoire. Nous sommes aussi architectes exécutifs sur le projet de la Bibliothèque nationale conçu par Bolles + Wilson (Münster), et travaillons en partenariat avec Behles & Jochimsen (Berlin) pour la Maison des matériaux II à Belval. »

5


110

Fiche technique

Projet 1

Aménagement extérieur : Wich Architekten (Munich)

Madeleine et Ouerbett

Ingénieurs-conseils : Schroeder & Associés (Luxembourg)

Construction du restaurant Pavillon Madeleine et aménagement du parc Ouerbett.

Année de réalisation : 2009

Le restaurant Pavillon Madeleine, récompensé par pas moins de 10 prix d’architecture nationaux et internationaux, s’intègre parfaitement dans le nouveau parc Ouerbett qui représente dorénavant la nouvelle oasis verte du centre de la commune de Kayl-Tétange située au sud du Grand-Duché. Sous les auspices de Lea Linster, lauréate elle aussi de nombreux prix dont, entre autres, le plus prestigieux concours mondial de cuisine, le Bocuse d’Or, cet ouvrage a été minutieusement développé et soigneusement exécuté. Ainsi, le restaurant dispose d’une cuisine « open cooking » et les adeptes de la bonne cuisine peuvent se régaler non seulement avec des plats culinaires locaux simples, mais de très haut niveau, mais peuvent simultanément suivre l’évolution de leur repas, en « jetant un coup d’œil » discret derrière les fourneaux.

Localisation : Kayl, près du centre Maître d’ouvrage : Commune de Kayl Superficie : 145 m2 (bâtiment), 2,5 ha (parc)

www.archiduc.lu

portrait WW+

1

3

2

4


111

1

Le garde-corps du pont 2

Vue extérieure sur le restaurant 3

Plan de situation 4

Le pont illuminé 5

Vue intérieure de la cuisine ouverte

5


112

Fiche technique Aménagement extérieur : Wich Architekten (Munich) Ingénieurs-conseils : GK Engineering (Esch-sur-Alzette), Schroeder & Associés (Luxembourg) Années de réalisation : 2010-2011 Localisation : Centre de Mondercange Maître d’ouvrage : Commune de Mondercange Superficie : 1 490 m3 (garderie), 7 500 m2 (centre), 3,22 ha (parc)

www.archiduc.lu

portrait WW+

Projet 2

Mondercange Construction d’une garderie, réaménagement du centre de Mondercange et conception du parc Molter. Le concept architectonique de la garderie comprend la réhabilitation du bâtiment en conservant très largement l’ancienne structure de la grange, tout en prenant en compte les exigences d’utilisation d’une garderie moderne. Cette garderie a aussi été dotée d’un nouveau terrain de jeux pour petits enfants qui pourra également être utilisé par la crèche voisine. Grâce à ces nouvelles installations et ses effets de synergie, l’ensemble du centre-ville autour de l’église a pu être revalorisé de manière architectonique et créatrice. Le parc Molter, situé légèrement à l’ouest du centre, représente un espace de détente et de loisirs au niveau local et permet ainsi une liaison pédestre ou cyclable essentielle.

1

2

1

Le parc Molter 2

Le centre de Mondercange 3

La garderie 4

Vue intérieure de la garderie 3

4


113

Fiche technique Aménagement extérieur : Wich Architekten (Munich) Année de réalisation : 2011 Localisation : Centre de Junglinster Maître d’ouvrage : Commune de Junglinster Superficie : 3,5 ha

1

Projet 3

Junglinster Réaménagement du centre de Junglinster (1er prix d’un concours d’architecture). Le fondement du concept comporte une succession de places s’étendant de la place de l’Église au nord, en passant par la place Junglinster et la place de la Culture dans le nouveau centre, jusqu’à la nouvelle place des Fêtes près du Centre d’Intervention situé dans la zone industrielle Laangwiss. L’Ernz Noire est déboisée et renaturée dans le secteur de cet axe urbanistique. Elle est accompagnée à l’ouest par une esplanade au bord de l’eau, à laquelle s’annexent la nouvelle zone résidentielle qui s’ouvre entre le centre-ville et la nouvelle place de la Culture, près du Centre de la jeunesse et de la culture, dans la partie sud de la zone de concours.

1

Le nouvel aménagement en perspective 2

Extrait du plan de situation 2


114

Fiche technique Partenaires : Luxengineering Bevilacqua & Associés (Luxembourg), arc2lab Architekten (Munich) Ingénieurs-conseils : GK Engineering (Luxembourg) Année de réalisation : 2009 Localisation : Esch-Belval Maître d’ouvrage : Le Fonds Belval (bâtiment), Université du Luxembourg (aménagement intérieur)

www.archiduc.lu

portrait WW+

Projet 4

BIOTECH Construction d’un laboratoire de biomédecine. Le bâtiment « House of Biomedicine » s’entend comme un corps de bâtiment de structure simple, cubique, érigé de par une exigence fonctionnelle. Il est encadré par les structures en acier des hauts fourneaux et le bâtiment de « l’incubateur d’entreprises ». Le bâtiment correspond par son empreinte (footprint) exactement au terrain. Le programme d’utilisation de l’espace a été conçu avec le maître d’œuvre afin de pouvoir réaliser techniquement les possibilités d’extension souhaitées dans les laboratoires.

Superficie : 3 460 m2

2

1

Haut fourneau face au laboratoire 2

Vue de la façade Est 1

Fiche technique Partenaire technique : Goblet Lavandier & Associés (Luxembourg) Ingénieurs-conseils : Schroeder & Associés (Luxembourg) Année de réalisation : 2009 Localisation : Esch-sur-Alzette Maître d’ouvrage : Sudcal Superficie : 1 200 m2

Projet 5

SUDCAL Construction d’une station de pompage pour un chauffage urbain. La station de pompage se situe à un endroit très représentatif, à l’entrée nord-est de la ville d’Esch-surAlzette. Tout d’abord technique, ce bâtiment détient la particularité d’absorber les énergies et de les transporter dans l’environnement sous forme de chauffage urbain. Les propriétés particulières du treillis métallique révèlent différents scénarios lumineux offrant ainsi des effets intéressants de jour comme de nuit. Concernant la matérialité, l’accent a été mis sur les aspects écologiques, économiques et sociaux.

Le bâtiment et sa cheminée


115

Projet 6

Fiche technique

SGL

Partenaire : Atelier d’Architecture Danielle Weidert (Beidweiler)

Réaménagement et extension d’un bâtiment administratif SGL rue Schiller. Un immeuble de bureaux de six étages des années 60 a été transformé et reconçu. Le bâtiment se situe à Luxembourg-ville et fait partie d’un complexe de constructions dites « en carré ». La cubature existante et les hauteurs d’étages de l’ancien immeuble de bureaux ont dû être conservées conformément aux réglementations de la ville. À l’exception de l’ossature béton, soit les poutres et les plafonds, rien n’a été conservé de l’ancienne structure du bâtiment. Vu que l’utilisateur final n’était pas encore défini au début de la phase de conception et afin de garantir une flexibilité maximale, il a été décidé de poser la distribution verticale, soit les cages d’escaliers, les cages d’ascenseurs, les installations sanitaires, les couloirs et les locaux techniques au centre du bâtiment.

Ingénieurs-conseils : Simon – Christiansen & Associés (Capellen) Année de réalisation : 2008 Localisation : Luxembourg-ville Maître d’ouvrage : Consorts Weidert SLGH (Luxembourg) Superficie : 3 000 m2

1

Le nouveau bâtiment dans son contexte urbain 2

Détail de la façade 2

1

Fiche technique

Projet 7

Ingénieurs-conseils : BEST Ingénieurs-Conseils (Luxembourg)

NCR Transformation d’une usine à café en cabinet d’avocats (NCR). 

Année de réalisation : 2011 Localisation : Luxembourg-ville

Ce projet concerne le bâtiment d’une ancienne usine à café, utilisé temporairement en tant qu’école d’arts martiaux, qui a été transformé et agrandi pour une nouvelle utilisation en cabinet d’avocats. L’intérieur du bâtiment a été énucléé afin de retrouver la générosité du tracé d’origine. L’installation d’une grande lucarne au-dessus de l’espace de tête reconstitué laisse pénétrer la lumière naturelle du soleil sur tous les étages jusque dans le hall d’entrée. Grâce à ses mesures et l’installation de cloisons en verre entre les espaces de bureaux, le bâtiment est désormais baigné de lumière, la communication entre les collaborateurs et les clients est améliorée et des contacts visuels fascinants sont créés.

Maître d’ouvrage : Wakilha (Luxembourg) Superficie : 400 m2

2 1

Vue extérieure 2

Vue intérieure 1


116

www.archiduc.lu

portrait WW+

Fiche technique Partenaires : Werner Schaack (Trèves), HDK Dutt+Kist (Sarrebruck) Ingénieurs-conseils : Bureau d’ingénieurs Dieter Lohner (Trèves), Bureau d’ingénieurs Rittgen (Trèves) Année de réalisation : 2013 Localisation : Bitbourg (D) Maître d’ouvrage : Commune de Bitbourg (D) Promoteur : GBT Wohnungsbau et Treuhand AG (Trèves) Superficie : 7 800 m2 (bâtiment), 0,35 ha (campus Postareal)

1

Projet 8

Postareal Bitburg Construction d’un bâtiment de commerce et d’habitation « Postareal Bitburg » (1er prix d’un concours d’architecture). Le nouveau quartier de la Poste constitue, en bordure des anciennes limites de la ville, comme entrée de la zone piétonne, un nouveau point de rencontre pour les visiteurs et les habitants de la ville de Bitburg. Ce projetclé, grâce à de nouveaux bâtiments durables de haute qualité et une mixité urbaine de commerces, de services et d’habitat adaptés, veille à faire revivre le site.

2

1

La maquette du projet 2

Perspective 3

Plan de situation 3


117

Projet 9

Fiche technique

CARPEL 1.1 Construction d’un bâtiment de commerce et d’habitation Carpel 1.1. Le projet Carpel 1.1 se situe sur la route d’Arlon à Strassen. La route d’Arlon est l’artère principale entre Luxembourg-Centre et le secteur nord-ouest de Luxembourg. La résidence « Roméo et Julia » est le premier bâtiment construit dans la zone d’aménagement « Wunnen am Duerf ». Le bâtiment se compose de 10 cellules commerciales ainsi que de 20 appartements. Les zones commerciales se trouvent principalement le long de la route d’Arlon ainsi qu’au rez-de-chaussée des

deux corps de bâtiment. Les 20 appartements ont de 60 à 240 m² de surface habitable. La partie du bâtiment qui marque l’entrée de « Wunnen am Duerf » est revêtue d’une enveloppe de verre que l’on retrouve aussi dans les espaces commerciaux du rez-de-chaussée. Les étages en retrait sont pourvus de panneaux composites. Les corps de bâtiment sont reliés au soussol par un parking souterrain de 100 places de stationnement.

Projet 10

Ingénieurs-conseils : TR Engineering (Luxembourg) Année de réalisation : en cours de réalisation Localisation : Strassen Maître d’ouvrage : Carpel Superficie : 3 552 m2 (bâtiment), 3 996 m2 (terrain)

Fiche technique

MK28

Ingénieurs-conseils : GK Engineering (Esch-sur-Alzette)

Construction d’une maison unifamiliale MK28.

Année de réalisation : 2010

La maison individuelle et les aménagements extérieurs correspondants ont été réalisés sur un terrain non bâti de la ville d’Esch-sur-Alzette. La construction est jumelée et s’aligne dans sa hauteur au bâtiment voisin, de sorte à bien s’intégrer dans la rue. Du fait de son adossement, la maison d’habitation atteint une capacité de trois niveaux habitables, de combles et d’une cave complète supplémentaire. Il a ainsi été possible de réaliser, sur une surface relativement restreinte, une habitation confortable pour une famille de cinq personnes.

Localisation : Esch-sur-Alzette Maître d’ouvrage : privé Superficie : 201 m2


118

www.archiduc.lu

portrait WW+

Fiche technique Année de réalisation : en cours de réalisation Localisation : Berlin (D) Maître d’ouvrage : Grün Berlin GmbH Superficie : 2,1 ha

1

Projet 11

Les Jardins du Monde Construction du centre de visiteurs « les Jardins du monde », Berlin (1er prix du concours limité à un nombre restreint d’architectes). La particularité en matière de géologie et géographie des « Jardins du monde » marque l’intégralité sculpturale et typologique de la structure du futur centre de visiteurs. Le concept architectural, la scénographie des différentes unités et la conception des aménagements extérieurs émanent avec cohérence de l’espace naturel existant.

3


119

2

1

Perspective extérieure 2

La maquette du concours 3

Perspective intérieure 4

Le plan de situation

4


120

www.archiduc.lu

portrait WW+

Concours

Chronologie des compétitions nationales et internationales de WW+ de 2005 à 2013, dotées d’un prix, d’une distinction spéciale du jury ou d’un placement notable.

1

2

3

2009 Construction d’une auberge de jeunesse sur le territoire du château Vogelsang dans la région d’Eiffel (D) 2008 Partenaires : Tatiana Fabeck Réaménagement de l’espace Architecte, Luxembourg (L), 2005 public de la « Porta Nigra » Réhabilitation du bâtiment Ernst+Partner LandschaftsarDéveloppement d’un concept à Trèves (D) « Laiterie du Nord » (Laduno) chitekten, Trèves (D) urbain multifonctionnel pour Aménagement extérieur : à Erpeldange, Nordstad (L) Maître d’ouvrage : Deutsches le centre de Dudelange (L) Terra Nova Landschaftsarchitek- Partenaires : Tatiana Fabeck Jugendherbergswerk, LandesAménagement extérieur : tur, Munich (D) Architecte, Luxembourg (L), verband Rheinland e.V. (D) Wich Architekten, Munich (D) Maître d’ouvrage : Terra Nova LandschaftsarDistinction : 2e prix Maître d’ouvrage : Ville de Trèves (D) chitektur, Munich (D) Ville de Dudelange (L) Construction du musée e prix Distinction : 3 Maître d’ouvrage : Distinction : 2e prix Association Agricole Luxlait (L) « Fundación Arquitectura Construction d’une école pri- Distinction : 1er prix Contemporánea » maire et réaménagement du 2007 à Cordoue (E) Construction de l’ambassade centre-ville à Leudelange (L) Réaménagement du centre Partenaires : Encarnacion Luna Partenaires : Team 31, turque à Berlin (D) de Junglinster (L) Almendros, Juan Antonio Ruiz Partenaires : EC Arch, Istanbul Luxembourg (L), Terra Nova Partenaires : Wich Architekten, Perez, Granada (E) (TR), Terra Nova Landschaftsar- Landschaftsarchitektur, Terra Nova LandschaftsarchiMaître d’ouvrage : Fundación Munich (D) chitektur, Munich (D) tektur, Munich (D) Arquitectura Contemporánea (E) Maître d’ouvrage : Maître d’ouvrage : Maître d’ouvrage : Résultat de la compétition : Commune de Leudelange (L) République de Turquie (TR) Commune de Junglinster (L) retenu parmi les 20 premiers Distinction : 1er prix Distinction : 4e prix Distinction : 1er prix (nombre de participants : 280)

2010 Réhabilitation de l’ancienne caserne française « EstienneFoch » Aménagement extérieur : Ernst+Partner Landschaftsarchitekten, Trèves (D) Maître d’ouvrage : Landesgartenschau Landau 2014 (D) Résultat de la compétition : mention du jury

Construction de l’école d’enseignement spécialisé « auf der Bult » à Hanovre (D) Aménagement extérieur : Ernst+Partner Landschaftsarchitekten, Trèves (D) Maître d’ouvrage : Région de Hanovre, représentée par l’autorité des finances, bâtiments et technologies de l’information (D) Résultat de la compétition : mention du jury

Construction d’une crèche « St. Peter » à Trèves Aménagement extérieur : Terra Nova Landschaftsarchitektur, Munich (D) Maître d’ouvrage : Ville de Trèves (D) Résultat de la compétition : participation au 3e tour

Construction du lycée « Stefan Andres » à Schweich (D) Partenaire : Dietrich Untertrifaller Architekten, Bregenz (A) Maître d’ouvrage : Landkreis Trier-Saarburg (D) Résultat de la compétition : participation au 3e tour


121

4 1

5 1

Projet de réaménagement du centre-ville de Leudelange 2

Projet « Square Mile » à Belval 3

Plan de situation à Erpeldange, Nordstad 4

Le site Villeroy & Boch à Mettlach 5

Projet pour l’ambassade turque à Berlin 6

Projet pour l’agrandissement du Centre d’innovation à Aalen (D)

6

2011 Réhabilitation de l’ancien bâtiment administratif de la poste en local de bureaux et commerces au « Kornmarkt » à Trèves (D) Aménagement extérieur : Ernst+Partner Landschaftsarchitekten, Trèves (D) Maître d’ouvrage : Trier Core s.a. (D) Distinction : 1er prix Construction d’un bâtiment de commerce et d’habitation sur l’ancienne place du « Postareal Bitburg » (D) Partenaires : Werner Schaack, Trèves (D), HDK Dutt+Kist, Sarrebruck (D) Maître d’ouvrage : Commune de Bitbourg (D) Distinction : 1er prix

Agrandissement du Centre d’innovation Aalen (D) Aménagement extérieur : Ernst+Partner Landschaftsarchitekten, Trèves (D) Maître d’ouvrage : Ville de Aalen (D) Distinction : 2e prix Réaménagement d’un parc résidentiel dans le cœur historique « St. Elisabeth » à Trèves (D) Partenaires : Architekt Werner Schaack, Trèves (D), Ernst+Partner Landschaftsarchitekten, Trèves (D) Maître d’ouvrage : Angela von Cordier-Stiftung, Linz am Rhein (D) Distinction : 5e prix

Construction de l’école « Hudelen » à Schifflange (L) Partenaires : Dietrich Untertrifaller Architekten, Bregenz (A), Ernst+Partner Landschaftsarchitekten, Trèves (D) Maître d’ouvrage : Commune de Schifflange (L) Distinction : 3e prix

2012 Développement d’un concept urbain multifonctionnel et durable à Rengsdorf (D) Aménagement extérieur : Ernst+Partner Landschaftsarchitekten, Trèves (D) Maître d’ouvrage : Commune de Rengsdorf (D) Distinction : 4e prix

Réaménagement de l’ancien pont « Römerbrücke » et de ses abords à Trèves (D) Aménagement extérieur : Terra Nova Landschaftsarchitektur, Munich (D) Maître d’ouvrage : Ville de Trèves (D) Résultat de la compétition : mention du jury

Construction d’un bâtiment technique et administratif pour la KNE à Niederprüm (D) Partenaires : Werner Schaack, Trèves (D), HDK Dutt+Kist, Sarrebruck (D) Maître d’ouvrage : Kommunale Netze Eifel-AöR (D) Distinction : 2e prix, projet admis après procédure de négociation

Reconversion d’un site industriel en lieu d’habitation à Bern (CH) Partenaires : Metron Bern AG, Bern (CH), R+T Topp HuberErler Hagedorn, Darmstadt (D) Maître d’ouvrage : Fonds für Boden- und Wohnbaupolitik der Stadt Bern (CH) Résultat de la compétition : 2e tour

Reconversion d’un site industriel en lieu d’exposition, de commerce et de rencontre sur le site V&B à Mettlach (D) Aménagement extérieur : Ernst+Partner Landschaftsarchitekten, Trèves (D) Maître d’ouvrage : Villeroy & Boch (D) Distinction : 1er prix

2013 Construction du centre de visiteurs « les Jardins du monde », Berlin (D) Maître d’ouvrage : Grün Berlin GmbH (D) Distinction : 1er prix


122

www.archiduc.lu

portrait WW+

Interview

WW+ Auteur : Céline Coubray

Monsieur Wagner, comment le bureau WW+ est-il né ? « Jörg Weber et moi-même travaillions tous les deux pour le bureau de Jim Clemes à l’époque. Au cours d’un déjeuner à la Kulturfabrik, nous nous sommes dit que cela serait une bonne idée de monter un bureau ensemble. C’était en 2002. L’idée a germé petit à petit et nous avons créé WW+ le 7 janvier 2003. Que signifie votre nom « WW+ » ? « Il s’agit tout simplement des deux initiales de nos noms de famille. Nous y avons adjoint le ‘+’ car il nous semblait évident dès le début que d’autres collaborateurs allaient nous rejoindre. Cela marque aussi un esprit de flexibilité et de développement qui nous caractérise bien.

« Avec WW+, nous souhaitons introduire une autre manière de mener les projets » Luc Wagner

Quelle était alors votre philosophie ? « Notre philosophie à l’époque, mais elle est toujours valable aujourd’hui, était de faire des études intégrées tout en respectant les coûts et le timing des projets qui nous étaient confiés. Nous ne souhaitions pas faire que de l’architecture et du design, ni du project management au sens classique du terme. Nous souhaitions également amener beaucoup de qualité dans l’exécution technique. C’est évident que certains détails peuvent être identiques d’un projet à l’autre et il n’y a pas besoin de réinventer la roue à chaque fois. Notre ligne de direction pouvait être alors ‘robuste et simple’. Ne pas nous perdre dans la sophistication, mais s’assurer de la bonne cohérence d’un projet et d’un très bon niveau de qualité globale. Avec WW+, nous souhaitions introduire une autre manière de mener les projets. C’est pourquoi le project management occupe une grande place dans l’activité de notre bureau. C’est une discipline qui est tout à fait complémentaire de l’architecture. Nous voulions pouvoir mener les projets en gardant un œil sur le budget et le timing, tout en conseillant aux clients d’aller le plus loin possible dans le design, pour avoir un retour sur investissement optimal. En associant le project management à l’architecture pure, nous pouvons avoir une vue très complète sur les projets que nous gérons et les amener loin dans leur conception et réalisation.

permis de développer nos idées et de nous introduire dans un réseau d’architectes, d’envisager des collaborations avec des bureaux internationaux. En 2010, 2011 et 2012, nous avons réduit le rythme à 10 concours par an et mis l’accent sur le marketing. Mais cela a fini par porter ses fruits ? « Oui, heureusement ! Grâce aux concours remportés, notre équipe s’est naturellement agrandie et nous avons depuis 2011 un second bureau à Trèves. Notre démarche a montré qu’il est important d’offrir une stratégie, un concept global et pas seulement un projet d’architecture un peu isolé. Il est important de montrer qu’il y a aussi une réflexion de rentabilité derrière le projet de design architectural. Et cela peut s’appliquer aussi bien à l’échelle des collectivités publiques, des entreprises et des particuliers.

Cela implique aussi forcément une réflexion par rapport au développement durable. « Oui, cela est une évidence pour nous et il nous semble tout à fait naturel de chercher les meilleures solutions énergétiques possibles pour chaque projet. Si Depuis la création, des choses ont-elles évolué ? nous travaillons sur un projet d’urbanisme, il est « Nous avons choisi de provoquer notre essor en partici- évident que l’écologie y joue un rôle primordial. pant à de nombreux concours. Au début, nous étions surtout reconnus pour notre travail de project management, Avez-vous construit une identité stylistique au fur cela n’a donc pas été facile. De plus, le project management et à mesure de vos projets ? « Nous restons ouverts à la demande de nos clients. est généralement réalisé par des bureaux d’ingénieurs, et non pas par des architectes. Nous avons donc décidé Il est évident que si quelqu’un nous demande de de dédier une personne à cette tâche à plein temps. Elle construire une villa romaine, nous lui dirons gentiment ne faisait qu’introduire des dossiers de candidature ! que cela ne pourra pas être réalisé avec nous… TouteNous en avons déposé beaucoup, sans avoir de résultat… fois, nous n’imposons pas un style trop affirmé. Nous C’était difficile, nous étions jeunes, avec encore peu de restons dans l’esprit d’une architecture contemporaine, références… Mais nous avons persévéré. Nous faisions flexible et fonctionnelle, avec des formes simples, des jusqu’à 30 candidatures par an. Cela nous a par ailleurs lignes claires, sans surcharge de matériaux. »

WW+ Domaine d’activité :

architecture, urbanisme et project management Localisation :

53, rue de l’Usine L-4340 Esch-sur-Alzette et Südallee 41b D-54290 Trier

Créée en :

2003

Partenaires :

Luc Wagner (*1969) et Jörg Weber (*1968)

Équipe :

40 collaborateurs, dont la plupart sont architectes

Site web :

www.wwplus.eu


FONDARCH

www.fondarch.lu

London, Exhibition Road Royal Borough of Kensington and Chelsea

Biennale d’architecture, pavillon du Luxembourg pages 124-125

Exposition : La ville tournée vers l’espace public pages 126-127

Plateforme d’échange et d’action page 129

123


124

FONDARCH

www.fondarch.lu


FONDARCH

www.fondarch.lu

125

TION A T I INV 14th International Architecture Exhibition Biennale di Venezia 2014 Fundamentals La Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie Le ministère de la Culture ont le plaisir de vous inviter au

PAVILLON DU LUXEMBOURG   Modernity – loved, hated or ignored?  Journées presse : 05 + 06/06/2014 de 10 h à 19 h

Vernissage : 06/06/2014 à 19 h

Exposition : 07/06-23/11/2014 11 h-19 h / fermé le mardi

Commissaire : Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie au Luxembourg

Curateurs exposants : Stéphanie Laruade, Bohumil Kostohryz, Sophie Langevin, Nino Lucas Da Costa

Comité d’experts : Jo Abram, Tatiana Fabeck, Gabriele Diana Grawe, Jill Mercedes, Andrea Rumpf, Nico Steinmetz


126

FONDARCH

www.fondarch.lu

Exposition

La ville tournée vers l’espace public La Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie et le Cercle Cité Luxembourg proposent de découvrir l’exposition de la 6e édition du Prix européen de l’espace public urbain, sélection parmi 347 projets dans 36 pays. Intitulée La ville tournée vers l’espace public, cette exposition sillonnant l’Europe permet au public d’avoir une vision inédite de la transformation des espaces publics en Europe.

Le Prix européen de l’espace public urbain est une initiative du Centre de culture contemporaine de Barcelone (CCCB) qui, en 1999, à l’occasion de son exposition La Reconquête de l’Europe, a voulu être témoin du processus de récupération des espaces publics dans beaucoup de villes européennes.

inhérentes à la notion d’espace public, ce Prix est le seul en Europe à appréhender un espace à la fois public (ouvert et d’accès universel) et urbain (la ville européenne par excellence, dense et compacte). Il se distingue ainsi d’autres initiatives pour mettre l’accent sur le caractère relationnel et civique de l’espace urbain.

Le Prix est né afin de reconnaître et promouvoir le caractère public des espaces urbains ainsi que leur capacité de cohésion sociale. En intégrant les ambiguïtés

Le Prix a plusieurs singularités ; purement honorifique, il est décerné à la fois à l’architecte et à l’administration publique (maire ou représentant politique) qui a

pris la décision d’investir dans un espace public défini. Il ne vise pas en priorité les grandes opérations urbanistiques, mais surtout les petites interventions de chirurgie urbaine destinées à améliorer les conditions de vie des citoyens. La priorité est donnée à l’architecture à vocation sociale plutôt qu’aux interventions esthétiques ou spectaculaires, réunissant les architectes émergents ou inconnus et les stars de l’architecture mondiale. La vocation européenne du Prix, tout en préservant les particularités locales, permet d’exalter les traits communs des interventions urbanistiques partout en Europe, visant à promouvoir une certaine identité européenne dans le domaine de l’architecture. À l’occasion de Design City 2014, l’exposition au Ratskeller du Cercle Cité contribue à ouvrir la discussion autour du sujet de l’espace public qui concerne tous les citoyens. L’installation Going Public, dans la petite salle, invite le visiteur à participer activement en partageant ses suggestions et ses propres expériences sur le territoire de la ville de Luxembourg afin de contribuer à l’amélioration de la vie urbaine au quotidien.

* Exposition au Ratskeller, rue du Curé, du 02/04 au 11/05/2014. Entrée libre, tous les jours de 11 h à 19 h.

Madrid, the constructions also protected spaces of public interest

* Institutions participantes : The Architecture Foundation (Londres), Architektur Zentrum Wien (Vienne), Cité de l’Architecture et du Patrimoine (Paris), Nederlands Architectuurinstituut (Rotterdam), Museum of Finnish Architecture (Helsinki), Deutsches Architekturmuseum (Frankfurt). Liens utiles : Archive européenne de l’espace public http://urban.cccb.org/archive, (1 370 projets dans 600 villes européennes), Bibliothèque urbaine http://urban.cccb.org/library (réflexion théorique et pluridisciplinaire), www.publicspace.org.


FONDARCH

www.fondarch.lu

127

London, Exhibition Road, Royal Borough of Kensington and Chelsea

Nantes, Philippe Ruault


128

FONDARCH

www.fondarch.lu


FONDARCH

www.fondarch.lu

Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie

Plateforme d’échange et d’action Faisant rebattre le cœur de l’ancien site sidérurgique de Hollerich depuis son OPA amicale sur le grand bâtiment phare de ce quartier en 2006, la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie est l’acteur le plus important dans le domaine de la Baukultur au Luxembourg. Depuis sa création en 1992, l’organisation non gouvernementale à but non lucratif a su promouvoir la qualité de l’environnement bâti comme valeur essentielle de la société contemporaine. Plateforme d’échange et de rencontre pour un large public, de l’amateur curieux ou citoyen engagé au décideur politique ou acteur professionnel, la Fondation organise un large programme culturel répondant à la diversité de ses publics : cycles de conférences et de débats, expositions temporaires, visites guidées, ateliers pédagogiques, le Prix luxembourgeois d’architecture, le Pavillon de la Biennale d’architecture de Venise, etc. Ses séries de pub-

lications, sa bibliothèque d’architecture riche de plus de 5 800 ouvrages anciens et récents et ses archives offrent au public des outils de recherche et de documentation complémentaires. L’équipe professionnelle de la Fondation est épaulée par une quarantaine de bénévoles engagés aux différents niveaux de sa structure. La collégialité et la multidisciplinarité de ses organes et de ses groupes de travail font l’originalité de cette institution culturelle. Elles permettent de suivre et de débattre des actualités et des questionnements de la création architecturale au Luxembourg et dans le monde en prenant en compte des perspectives variées et inédites. Sa notoriété, son ouverture vers d’autres acteurs de la culture et de la société et son expertise font de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie un partenaire fortement sollicité pour des collaborations nationales et internationales.

Pour suivre les actuali de la Fonda tés tion, inscrive z-vous à sa new sletter www.fond arch.lu

Équipe professionnelle : Andrea Rumpf, directrice  Thomas Miller, assistant de programmation Iyoshi Kreutz, assistante administrative Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie 1, rue de l’Aciérie – L-1112 Luxembourg Tél. : +352-42 75 55 E-mail : office@fondarch.lu

Soutenez-nous ! La Fondation est financée à 85 % par des moyens privés et a besoin de vous ! En devenant donateur, vous ne marquez pas seulement votre soutien moral à sa cause d’utilité publique, mais vous investissez dans la mise en œuvre de sa programmation au profit de notre environnement bâti. Le formulaire d’adhésion a été remplacé par un formulaire de don qu’il suffit de compléter en ligne sur www.fondarch.lu rubrique « Fondation / Souteneznous » (paiement en ligne via PayPal, virement ou ordre permanent).

Membre institutionnel de : // EFAP European Forum for Architectural Policies // ICAM International Confederation of Architectural Museums // ICOMOS International Council of Monuments and Sites // MUSCON European Museum Network Conference

Partenaire principal :

Avec le soutien de :

Cercle des partenaires :

129


130

www.archiduc.lu

OURS Maison Moderne Media Sales Téléphone (+352) 27 17 27 27 Fax (+352) 26 29 66 20 E-mail mediasales@maisonmoderne.lu Courrier BP 728, L-2017 Luxembourg Directeur commercial Francis Gasparotto Chargée de clientèle Archiduc Audrey Gollette

Magazine d’architecture luxeMbourg Numéro 8 – Printemps / Été 2014

14e biennale de Venise – la Maison passiVe – architecture et sport – WW+

Printemps / été 2014

régie publicitaire

studio graphique 051 – Grand sujet : 14e biennale de Venise 068 – Habitat : la Maison passiVe | 092 – Entreprises & collectivités : architecture et sport 107 – Portrait : WW+ 8

www.archiduc.lu Luxembourg 7,50 € 5 453000 010008

001_Cover_8.indd 1

08 4/1/14 3:32 PM

Magazine d’architecture Luxembourg Numéro 8 - Printemps / été 014 Édité en collaboration avec la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie Ce magazine a été publié le 17 avril 2014 à 5 000 exemplaires.

Maison Moderne Studio Téléphone (+352) 27 62 12 62-1 Fax (+352) 27 62 12 62-84 E-mail studio@maisonmoderne.lu Directeur Guido Kröger Directeur artistique Olga Silva Studio manager Stéphanie Poras Mise en page Tae Eun Kim (coordination), Stéphane Cognioul, Zoë Mondloch Impression Imprimerie Centrale Distribution Valora Services Luxembourg

Publication du prochain numéro : 9 octobre 2014 Pour joindre les collaborateurs par e-mail, suivez le modèle : prenom.nom@maisonmoderne.lu

ÉDITEUR

Maison Moderne ™ www.maisonmoderne.lu Téléphone (+352) 29 66 18-1 E-mail publishing@maisonmoderne.lu Courrier BP 728 L-2017 Luxembourg Bureaux 10, rue des Gaulois, Luxembourg-Bonnevoie Fondateur et CEO Mike Koedinger Directeur administratif Étienne Velasti ISSN 2219-4231 Maison Moderne est un partenariat de Francis Gasparotto, Jean-Michel Gaudron, Mike Koedinger, Guido Kröger, Rudy Lafontaine et Thierry van Ingelgom.

Rédaction

Téléphone (+352) 29 66 18-1 Fax (+352) 29 66 19 Courrier BP 728 L-2017 Luxembourg Rédactrice en chef Céline Coubray (celine.coubray@maisonmoderne.lu) Comité de rédaction Mike Koedinger, Céline Coubray, Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie Journaliste France Clarinval Correction Sarah Lambolez, Cynthia Schreiber, Muriel Dietsch

NTnS E M NE aussi u e

N chiduc, c’est titre ABbO à Ar exister un onner e S’a

de fair resse. façon de p

Luxembourg 1 an = 2 numéros 15  € (frais d’envoi inclus) 2 ans = 4 numéros 25  € (frais d’envoi inclus) Europe 1 an = 2 numéros 20  € (frais d’envoi inclus) 2 ans = 4 numéros 35  € (frais d’envoi inclus) Virement sur le compte IBAN: LU87 0019 1655 8851 4000, BIC CODE: BCEELULL de MM Publishing and Media S.A. en précisant vos coordonnées et, si vous désirez recevoir une facture acquittée, une adresse e-mail.

Appel à participation pour le prochain magazine Architectes, ingénieurs, urbanistes, votre actualité nous intéresse ! Faites-nous parvenir vos derniers projets, participations à des concours, les changements dans votre bureau, vos publications… Nous avons besoin d’un texte explicatif et de visuels (photos, perspectives, simulations 3D, croquis…) en 300 dpi, 10x15 cm minimum. Deadline : 20 juin 2014 Les prochains dossiers seront consacrés aux piscines et plans d’eau et à l’architecture des transports. Contactez-nous pour parler de vos projets et réalisations.

Please Recycle

Vous avez fini de lire ce magazine ? Archivez-le, transmettez-le ou bien faites-le recycler ! Finished reading this publication? Archive it, pass it on or recycle it.

Tous droits réservés. Toute reproduction, ou traduction, intégrale ou partielle, est strictement interdite sans l’autorisation écrite délivrée au préalable par l’éditeur. © MM Publishing and Media S.A. (Luxembourg) Maison Moderne ™ is used under licence by MM Publishing and Media S.A. Conformément à l’article 66 de la loi du 8 juin 2004 sur la liberté d’expression dans les médias, la présente mention est obligatoire «une fois par an, au premier numéro diffusé». Nous avons choisi de la publier chaque mois. La société éditrice d’Archiduc est détenue indirectement, par une participation excédant 25%, par Mike Koedinger, éditeur domicilié au Luxembourg. La direction générale et la gestion journalière sont de la responsabilité de Mike Koedinger.

Contact : Archiduc BP 728, L-2017 Luxembourg celine.coubray@maisonmoderne.lu

www.archiduc.lu Le site internet d’Archiduc, c’est : des news régulières sur l’actualité de l’architecture au Grand-Duché, un calendrier des événements, conférences, rencontres à ne pas rater, le magazine à feuilleter online, des portfolios d’architectes et une newsletter bimensuelle.


131_PUB_ VOLA.indd 131

4/1/14 10:08


Baies vitrées coulissantes jusqu‘à 12 m² Transparence maximale jusqu‘à 4,50 m de hauteur Entraînement et verrouillage électrique (optionnel) Valeur Uw < 0,80 W/m²K Triple vitrage répondant aux normes basse énergie Confort d‘utilisation maximum

30 years of excellence

www.kellerag.com

www.minimal-windows.com

Nous sommes à la FOiRE DE PRiNtEmPS RENDEZ-NOUS ViSitE !

10 - 18 mai 2014 Stand 3D22

2000 m² d‘exposition 7000 m² de surface de production

132_PUB_ KELLER.indd 132 KEL_Archiduc-04-2014_MW_240x300_4c.indd 1

4/1/14 10:10 05.03.2014 15:06:35


08 archiduc 2014