Page 1

LES BONNES QUESTIONS M at t h e w S. Harmon

Quand on se retrouve face à la Bible, on peut être quelque peu déboussolé: comment la comprendre et en tirer profit pour notre vie de tous les jours? L'auteur retrace la véritable histoire du monde, telle que la raconte l'Ecriture, pour nous aider à discerner le fil rouge de ce gros livre, lui-même composé de plusieurs livres. Il signale les pièges à éviter. Puis il propose un certain nombre de questions – les «bonnes questions» – à poser au texte pour en tirer des enseignements pertinents. Un outil précieux, utile pour les lecteurs novices de la Bible et pour ceux qui aimeraient un renouvellement dans la façon dont ils l'abordent. Après une formation en communication, Matthew S. Harmon s'est tourné vers la théologie. Depuis 2006, il est professeur de Nouveau Testament au Grace College and Theological Seminary à Winona Lake, dans l'Indiana (U.S.A.). CHF 11.50 / 9.90 €

ISBN 978-2-8260-3580-0

M at t h e w S . H a r m o n

SE POSER

La Bible: SE POSER LES BONNES QUESTIONS

La Bible:

lA bIbLE: SE POSER LES BONNES QUESTIONS

M at t h e w S. Harmon


Matthew S. Harmon

La Bible: se poser les bonnes questions


La Bible: se poser les bonnes questions Titre original en anglais: Asking the Right Questions: A Practical Guide to Understanding and Applying the Bible Copyright © 2017 by Matthew S. Harmon Published by Crossway, a publishing ministry of Good News Publishers Wheaton, Illinois 60187, U.S.A. This edition published by arrangement with Crossway. All rights reserved. Copyright © et édition française: La Maison de la Bible, 2019 Case postale 50 Chemin de Praz-Roussy 4bis 1032 Romanel-sur-Lausanne, Suisse Tous droits réservés. E-mail: info@bible.ch Internet: http://www.maisonbible.net Traduction: Colette Gauthier-Carr Sauf indication contraire, les textes bibliques sont tirés de la version Segond 21 © 2007 Société Biblique de Genève http://www.universdelabible.net Conception couverture: Jordan Singer et Olivier Leycuras ISBN édition imprimée 978-2-8260-3580-0 ISBN format epub 978-2-8260-0379-3 ISBN format pdf 978-2-8260-9631-3


Table des matières

Remerciements................................................................................. 7 Introduction..................................................................................... 9 Première partie. La pose des fondations......................................13 1. Une histoire dans laquelle nous figurons...........................15 2. Un outil de Dieu pour nous transformer............................ 31 Deuxième partie. La lecture de la Bible........................................43 3. Un texte à lire comme Jésus le lisait...................................45 4. Un texte écrit pour nous mais pas adressé à nous.............55 5. Quatre questions fondamentales........................................63 Troisième partie. La lecture de notre vie...................................... 75 6. Un mode de vie inspiré de l’Evangile..................................77 7. Une condition déchue..........................................................87 8. La solution de l’Evangile......................................................97 9. Un texte à appliquer à notre vie entière...........................105 10. La capacité d’obéir.............................................................. 117 Conclusion....................................................................................125 Ressources supplémentaires.......................................................127 1. Conseils pour comprendre et appliquer différents types de textes..................................................129 2. Message aux pasteurs, enseignants et responsables de groupes d’étude biblique....................133 3. Récapitulation....................................................................137 Index des références bibliques.....................................................139


Introduction

S

on excitation est contagieuse. Mallika n’est chrétienne que depuis quelques mois, mais sa vie a déjà commencé à changer. Elle a trouvé une joie et une paix toutes nouvelles qui transcendent les circonstances. Si les portes de son Eglise locale sont ouvertes, il y a de grandes chances pour que vous l’y trouviez. Elle aime chanter les cantiques et les hymnes de louange qu’elle y apprend. Tout au long de ses journées, elle prie spontanément pour les situations et les personnes qu’elle rencontre. Elle commence même à parler de Jésus à ses collègues et à ses voisins. Puisqu’elle n’a pas grandi dans une famille chrétienne, tout ce qui concerne sa relation avec Jésus-Christ est totalement nouveau pour elle. Il n’y a qu’un seul problème: elle ne sait pas comment comprendre la Bible et la mettre en pratique. La femme qui l’a conduite vers le Christ lui a parlé de l’importance de la lire et la méditer de façon régulière, mais elle ne lui a pas donné les outils nécessaires pour cela. Tous les dimanches, le pasteur met l’accent sur la Parole de Dieu et encourage l’assemblée à l’étudier personnellement. Devant une telle tâche, Mallika est désemparée. Chaque fois qu’elle ouvre ce gros livre, son découragement grandit. Laura est croyante depuis qu’elle a huit ans. Ses parents ont lu la Bible avec elle et l’ont encouragée à participer aux activités de jeunesse de son Eglise. Quand le moment est arrivé de choisir une orientation après le lycée, elle a opté pour une formation en lettres et sciences sociales et humaines dans une petite université chrétienne. Elle savait qu’elle y aurait de nombreuses occasions de fortifier sa foi. Dès le premier jour, elle s’est engagée à

Introduction

9


apporter une contribution active aux divers ministères de l’école et de l’Eglise locale. Cependant, malgré sa participation constante aux activités spirituelles, Laura éprouve des difficultés à passer régulièrement du temps seule avec la Parole. Elle a du plaisir à être présente lors des temps de méditation organisés par son école et à écouter les sermons du pasteur. De temps à autre, elle assiste même aux moments d’étude. En dépit de tout cela, quand elle se retrouve seule, ouvre la Bible et essaie de l’appliquer à sa vie, elle est frustrée. Elle s’est même inscrite à un cours facultatif censé vous aider à étudier la Bible, mais la méthode que son professeur utilise est si compliquée qu’elle n’a jamais le temps d’essayer de l’appliquer. Depuis plusieurs années, Tobe est un membre actif de son Eglise. Un beau jour, on lui demande de prendre en charge un petit groupe. Lorsqu’il est venu au Christ, il avait la trentaine, et il a participé aux activités de son Eglise pendant quinze ans. Sans être un spécialiste de la Bible, Tobe l’ouvre presque tous les jours. Parfois, il lit même des livres qui approfondissent sa compréhension de la Parole et décrivent la manière de mener une vraie vie de chrétien. Lors des rencontres hebdomadaires de son petit groupe, destinées à discuter de la prédication de la semaine et du passage sur lequel elle était basée, Tobe est souvent déçu et même frustré. Trop souvent, leurs discussions s’égarent sur des sujets qui n’ont pratiquement rien à voir avec ce dont traite le passage biblique concerné; ou alors, la conversation reste superficielle et n’aboutit pas à une réflexion sur la manière dont les vérités présentes dans le passage pourraient changer leur vie. *** Peut-être pouvez-vous vous identifier avec Mallika, Laura ou Tobe parce que votre expérience est similaire. Et même si elle est 10

La Bible: se poser les bonnes questions


différente, nous avons tous, à un moment donné, des difficultés à comprendre la Bible et à l’appliquer à notre quotidien. Nous sommes convaincus que comprendre ce texte et mettre ses enseignements en pratique sont des éléments essentiels à notre marche avec Jésus, mais nous ne nous sentons pas équipés pour faire cela de façon satisfaisante. Pourquoi une tâche si essentielle à la vie chrétienne est-elle parfois si difficile à accomplir? La Bible est un gros livre qui parle de nombreuses choses différentes. En l’ouvrant, comment parvenir à trouver les points les plus importants à considérer? Pour bien lire un texte, il est important d’identifier son genre. Quel type d’ouvrage la Bible est-elle donc? Pourquoi Dieu nous l’at‑il donnée? Elle-même, nous aide-t‑elle à comprendre comment l’aborder? Un autre élément qui rend la compréhension et la mise en pratique de la Bible difficiles, c’est le fait qu’elle est issue d’un monde très différent du nôtre. Certaines histoires ou certains personnages nous paraissent très étranges et même, parfois, choquent notre sensibilité moderne. Comment comprendre ces passages et les appliquer à notre existence quotidienne? Il doit bien exister un moyen, simple et pratique pour tous, de comprendre et appliquer leurs enseignements. En écrivant ce livre, c’est ce que je cherche à vous communiquer. L’outil principal que nous apprendrons à utiliser se compose d’une série de questions (d’où le titre!). Les questions que nous nous posons lorsque nous lisons la Bible déterminent largement la manière dont nous la comprendrons et la mettrons en pratique. Par conséquent, si nous souhaitons la comprendre et la mettre en pratique correctement, nous devons nous assurer que nous nous confrontons aux bonnes interrogations. Comment donc découvrir quelles sont les bonnes questions à poser? Savoir à quel type de livre nous avons affaire, savoir ce dont Introduction

11


il parle, de qui il parle et connaître la raison pour laquelle Dieu nous l’a donné, tout cela correspond à des éléments extrêmement importants. Ce sont des bases qui nous aideront à déterminer les questions à nous poser pour le comprendre. Si notre but n’est pas seulement de comprendre la Bible mais aussi de la laisser nous guider, nous devons également apprendre à porter un juste regard sur notre vie. En tant que disciples du Christ, nous avons à saisir le processus de base de la vie chrétienne: nous détourner du péché (la repentance) et placer notre confiance dans la personne de Dieu et dans ce qu’il a fait pour nous (la foi). A partir de là, nous pouvons poser les questions clés qui nous permettront de mettre la Bible en pratique. Le programme peut sembler bien chargé pour un livre de taille aussi modeste, mais, à la fin de sa lecture, vous disposerez de quatre outils simples pour extraire les idées essentielles de n’importe quel passage biblique. Vous connaîtrez aussi les quatre questions simples susceptibles de vous aider à comprendre comment appliquer la Parole de Dieu afin de pouvoir grandir dans votre relation avec le Seigneur. Après tout, en tant que disciples du Christ, nous ne devrions rien désirer plus intensément que de voir se développer notre amour pour lui et notre obéissance envers lui. En fait, pourquoi ne pas prendre tout de suite un moment afin de demander à Dieu d’utiliser ce livre pour vous aider à vous rapprocher de lui? Etes-vous prêt(e)? Commençons donc par une vue d’ensemble: de qui et de quoi parle la Bible.

12

La Bible: se poser les bonnes questions


Première partie La pose des fondations


1. 

Une histoire dans laquelle nous figurons

T

out le monde apprécie une bonne histoire. Qu’il s’agisse d’enfants suppliant leur père de leur lire une fable avant de s’endormir ou d’amis se retrouvant pour regarder un film, tout le monde aime écouter (et raconter) de bonnes histoires. Rappelezvous la dernière fois que vous avez retrouvé un ami de longue date: votre conversation comprenait sûrement une ou deux histoires. Cependant, les histoires ne sont pas seulement utiles pour divertir ou pour transmettre des informations. Elles façonnent ce que nous croyons quant à notre identité, quant à la raison pour laquelle nous existons, quant au type de personne que nous devrions être et quant au monde dans lequel nous vivons. Que nous en ayons conscience ou non, nous relions automatiquement toutes nos expériences à ce qui nous paraît être la véritable histoire du monde. La vision que nous avons du monde a, par nature, la forme d’une histoire. La Bible décrit la véritable histoire du monde: comment sont réellement les choses et comment elles devraient être. Or, notre péché nous y rend aveugles. Laissés à nous-mêmes, nous percevons par défaut notre vie à travers le filtre des fausses histoires proposées par notre société ou par notre propre imagination. Cependant, lorsque nous naissons de nouveau, l’Esprit de Dieu ouvre notre cœur et notre esprit pour les rendre aptes à saisir ce que la Bible dit au sujet de Dieu, à notre sujet et au sujet du monde qui nous entoure. Ainsi, si nous souhaitons comprendre Une histoire dans laquelle nous figurons

15


véritablement qui nous sommes, la raison pour laquelle nous existons, le genre de personne que nous devrions être et le monde dans lequel nous vivons, nous devons commencer par comprendre le sens de l’histoire biblique, de la Genèse à l’Apocalypse. Cela peut sembler plutôt intimidant; après tout, la Bible est bel et bien un gros livre! C’est pourquoi je souhaite commencer par vous en donner une vue d’ensemble. Dans ce but, j’ai partagé l’histoire en six parties: la création, la crise, les alliances, le Christ, l’Eglise, l’achèvement.

La création La première phrase de la Bible pose le cadre dans lequel comprendre la nature du monde qui nous entoure: «Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre» (Genèse 1.1). En tant que créateur, le Seigneur a toute autorité sur tout ce qui existe. Il a créé le monde de telle façon qu’il reflète sa sagesse et sa beauté. Parmi tout ce qu’il a créé, son chef-d’œuvre, c’est l’être humain. Celui-ci est le seul au sujet duquel il est dit que Dieu l’a fait à son image. Pour que nous ne passions pas à côté de ce point essentiel, cette idée est énoncée quatre fois en l’espace de deux versets (Genèse 1.26-27)! Dieu nous a créés pour que nous portions son image et reflétions son caractère. Nous sommes faits pour être les miroirs de sa beauté et de sa gloire. Ce que les êtres humains pensent, croient, désirent et font devrait refléter le caractère divin, lorsqu’ils entrent en relation avec lui, les uns avec les autres et avec la création. En tant que porteurs de l’image divine, nos premiers parents, Adam et Eve, reçoivent une mission. Dieu leur commande de dominer sur toute la création, sous son autorité. En quelque sorte, il les fait rois (Genèse 1.28). Il les place dans le jardin d’Eden (son sanctuaire sur la terre) où ils assument le rôle de prêtres et sont 16

La Bible: se poser les bonnes questions


chargés de maintenir sa pureté (Genèse 2.15-17). Dieu fait des êtres humains les médiateurs de sa présence dans le monde. Dieu ne nous a pas créés pour que nous vivions dans l’isolement mais pour que nous fassions l’expérience de la communauté. Cette intention est la plus évidente dans la relation conjugale: un homme et une femme ne font qu’un (Genèse 2.18-25). Même en dehors du couple, Dieu a conçu les êtres humains de telle manière qu’ils dévoilent mieux ses perfections ensemble qu’en tant qu’individus isolés.

La crise Le tableau paisible de Genèse 1–2 ne dure pas longtemps. Dieu a averti Adam et Eve que, s’ils mangent de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, ils mourront (Genèse 2.15-17). Satan, sous l’apparence d’un serpent, les convainc de se rebeller contre le Seigneur et de manger le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal (Genèse 3.1-6). Au lieu de devenir pareils à Dieu (ce que Satan leur avait promis), ils éprouvent les sentiments de culpabilité et de honte provoqués par la désobéissance envers le Créateur (Genèse 3.7). L’harmonie dont ils jouissaient avec lui et l’un avec l’autre a disparu. Au lieu de courir vers Dieu, ils essaient de se cacher de lui (Genèse 3.8). Quand Dieu s’adresse alors à eux, il leur annonce un jugement. Le serpent est condamné à ramper et à manger la poussière de la terre. Mais, plus important, en présence d’Adam et Eve, Dieu fait une promesse au serpent: Je mettrai l’hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance: celle-ci t’écrasera la tête et tu lui blesseras le talon. Genèse 3.15 Une histoire dans laquelle nous figurons

17


Dieu dit en fait: «Tu as peut-être vaincu Adam et Eve, mais le jour viendra où un descendant d’Eve t’assénera un coup fatal. Tu lui infligeras certes une blessure, mais lui, il t’écrasera sous ses pieds et fera en sorte que tous mes plans s’accomplissent.» Le jugement qui tombe sur Adam et Eve ne se fait pas non plus attendre: la femme accouchera dans la douleur et sera constamment opposée à la domination de son époux dans le mariage; quant à l’homme, il rencontrera de grandes difficultés dans son travail. La création elle-même est affectée, puisque Dieu prononce une malédiction contre elle. Finalement, lorsque la vie de l’être humain arrivera à sa fin, il retournera à la poussière dont il a été tiré. On peut se demander: «Pourquoi Adam et Eve ne meurent-ils pas immédiatement?» En fait, ils meurent, mais pas de la manière attendue. La mort ultime est spirituelle par nature; elle est la conséquence du péché qui rompt la relation entre Dieu et l’être humain. A l’instant même où Adam et Eve se rebellent contre le Seigneur, ils meurent spirituellement. La mort physique qui s’ensuit, des centaines d’années plus tard, est simplement la conséquence finale de leur péché. Néanmoins, les paroles de jugement ne sont pas les dernières concernant les êtres humains. Même s’il a tous les droits de mettre immédiatement fin à son projet et de les détruire pour les punir de leur rébellion, Dieu choisit de faire preuve de compassion. Il sacrifie des animaux et utilise leur peau pour couvrir l’homme et la femme; il couvre ainsi symboliquement leur péché (Genèse 3.21). Mais le mal est fait. Leur désobéissance a ouvert la porte à la mort qui ravage la création. Celle-ci n’est désormais plus qu’un pâle reflet de sa gloire originelle. Dès ce moment, le péché et la mort se répandent comme un feu de brousse. La situation s’envenime tellement que Dieu envoie un déluge qui élimine toute l’humanité, à l’exception de Noé et de sa 18

La Bible: se poser les bonnes questions


famille (Genèse 6–9). Cependant, même cette purge de la terre entière ne change pas le cœur humain ni ses tendances au mal et au péché. Peu de temps après leur sortie de l’arche, Noé et sa famille prouvent qu’ils ne sont pas différents d’Adam et désobéissent à l’ordre divin de se reproduire, de devenir nombreux et d’occuper toute la terre (Genèse 9.1). Cette rébellion les amène à construire la tour de Babel, autour de laquelle ils se rassemblent pour se faire un nom sous le ciel. Le Seigneur exerce alors son jugement en les dispersant par le biais de différentes langues (Genèse 11.1-9). L’avenir paraît plutôt sombre, mais Dieu n’a pas dit son dernier mot.

Les alliances Pour introduire celui qui écrasera la tête du serpent dans le monde, Dieu conclut toute une série d’alliances. Une alliance est un engagement solennel que le Seigneur prend, vis-à‑vis d’une personne ou d’un groupe spécifique, d’être quelqu’un ou de faire quelque chose de particulier. Les promesses qu’il fait, accompagnées du serment de les réaliser, en font partie intégrante. On peut déceler les indices d’une alliance avec Adam, et Dieu en conclut clairement une avec Noé (Genèse 6.18; 9.16-17), mais notre point de départ sera Abram (appelé plus tard Abraham) et sa femme stérile Saraï (appelée plus tard Sara). Dieu leur fait une promesse stupéfiante, surgissant apparemment de nulle part: Quitte ton pays, ta patrie et ta famille et va dans le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai, je rendrai ton nom grand et tu seras une source de bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront et je maudirai ceux qui te maudiront, et toutes les familles de la terre seront bénies en toi. Genèse 12.1-3 Une histoire dans laquelle nous figurons

19


Le Seigneur dévoile ici la manière dont il va introduire celui qu’il a promis d’envoyer et qui écrasera la tête du serpent: il fera d’Abraham une grande nation, et il bénira toutes les nations de la terre à travers lui. Par le biais de sa descendance, il accomplira son plan: gouverner la création par l’intermédiaire de l’humanité. Un jour, Sara donne naissance à Isaac, le fils promis au travers duquel Dieu réalisera sa promesse (Genèse 17.15-21; 21.1-7). Plus tard, le Seigneur renouvelle sa promesse avec le fils d’Isaac, Jacob (renommé Israël), et finalement avec ses douze fils, dont les douze tribus d’Israël sont issues (Genèse 26-50). Des centaines d’années plus tard, les descendants d’Abraham se sont multipliés de façon exponentielle, mais ils sont esclaves en Egypte (Exode 1). En réponse à leurs prières implorant la délivrance, Dieu suscite Moïse pour faire sortir son peuple d’Egypte (Exode 2–6). Par l’intermédiaire de celui-ci et de son frère Aaron, il inflige toute une série de plaies à l’Egypte (Exode 7–12). Le point culminant en est la mort des premiers-nés (marquée par l’institution de la Pâque). Moïse guide les Israélites hors d’Egypte, à travers la mer des Roseaux et jusqu’au pied du mont Sinaï (Exode 13–19). Quand ils arrivent là, Dieu vient à leur rencontre. Il dit à Moïse d’adresser ce message au peuple: Vous avez vu ce que j’ai fait à l’Egypte et la façon dont je vous ai portés sur des ailes d’aigle et amenés vers moi. Maintenant, si vous écoutez ma voix et si vous gardez mon alliance, vous m’appartiendrez personnellement parmi tous les peuples, car toute la terre m’appartient. Vous serez pour moi un royaume de prêtres et une nation sainte. Exode 19.4-6 Dieu est en train de faire une nation des descendants d’Abraham. En les décrivant comme un «royaume de prêtres», il leur 20

La Bible: se poser les bonnes questions


confie un rôle différent de celui d’Adam et Eve. Alors que ceux-ci étaient appelés à être des prêtres rois gouvernant la création depuis le jardin d’Eden, Israël est appelé à être un royaume de prêtres qui sera une bénédiction pour les nations depuis le pays de Canaan. L’alliance que Dieu conclut au mont Sinaï est un moyen temporaire de préserver la lignée de celui qui écrasera la tête du serpent et de mettre son peuple à part des autres nations. Il donne la loi (partie intégrante de cette alliance) au peuple afin de lui apprendre comment vivre en tant que royaume de prêtres (Exode 20–31). Cependant, tout comme Adam et Eve, les Israélites échouent dans leur tâche. Et pas qu’à moitié: moins de quarante jours après que Dieu leur a parlé depuis le mont Sinaï, ils adorent un veau d’or (Exode 32–34). Le Seigneur leur pardonne, mais c’est le début d’une longue liste d’épisodes où ils adorent d’autres dieux. Après avoir erré pendant quarante ans dans le désert (Nombres 13–36), ils pénètrent finalement dans le pays promis sous la direction de Josué, successeur de Moïse (Josué 1). Au cours de la vie de Josué, Israël prend possession de la majeure partie de Canaan (Josué 2–24). Cependant, des poches de résistance subsistent et, au cours des centaines d’années qui suivent, ces populations oppriment périodiquement Israël (Juges 1–16). Une telle oppression représente le jugement divin contre l’idolâtrie du peuple. Quand celui-ci prie pour demander la délivrance, Dieu suscite des juges chargés de le libérer. Le même scénario se répète encore et encore. Quelque chose doit changer. Quand ils en ont assez, les Israélites demandent à Dieu de leur donner un roi (1 Samuel 8). Ils veulent être comme les autres nations. Mais c’est là le problème: ils ne sont pas censés être comme les autres nations! Ils sont censés être un royaume de prêtres, une nation sainte mise à part par Dieu pour refléter son caractère aux yeux du monde. Malgré tout, l’Eternel leur donne un roi, similaire à ceux des autres nations: un homme appelé Saül, qui est grand, Une histoire dans laquelle nous figurons

21


fort, beau et riche (1 Samuel 9–15). Cependant, celui-ci ne lui est pas dévoué, et il le rejette finalement. A sa place, il consacre par onction David (1 Samuel 16.1-13). Homme selon le cœur de Dieu, celui-ci deviendra la norme à l’aune de laquelle tout autre souverain sera jugé. Un jour, Dieu fait une promesse incroyable à David: Quand ta vie prendra fin et que tu seras couché avec tes ancêtres, je ferai surgir après toi ton descendant, celui qui sera issu de toi, et j’affermirai son règne. Ce sera lui qui construira une maison en l’honneur de mon nom, et j’affermirai pour toujours le trône de son royaume. Je serai pour lui un père et il sera pour moi un fils. S’il fait le mal, je le punirai avec le bâton des hommes, avec les coups des humains, mais je ne lui retirerai pas ma grâce comme je l’ai fait avec Saül, que j’ai écarté de ton chemin. Ta maison et ton règne seront assurés pour toujours après toi, ton trône sera affermi pour toujours. 2 Samuel 7.12-16 David reçoit la promesse qu’un de ses descendants sera à la tête d’un royaume éternel et construira un sanctuaire pour Dieu afin qu’il demeure avec son peuple. Le Seigneur révèle ainsi qu’il poursuit encore et toujours le même but: régner sur la création au travers de l’humanité, pour manifester sa propre gloire. Cette promesse se réalise en partie avec le fils de David, Salomon: il élargit les frontières de son royaume et construit un temple afin que le Seigneur y habite (1 Rois 1–10). Cependant, tout comme les autres Israélites avant lui, il finit par échouer et se met à servir les dieux de ses épouses étrangères (1 Rois 11). Le pays commence sa descente aux enfers et se partage entre les royaumes du nord (Israël) et du sud (Juda; 1 Rois 12). La situation empire 22

La Bible: se poser les bonnes questions


tellement que Dieu envoie d’abord Israël (2 Rois  17), puis Juda (2 Rois 25) en exil. Tandis que les royaumes d’Israël et de Juda tombent toujours plus dans l’idolâtrie, Dieu suscite des prophètes. Ceux-ci annoncent le jugement imminent, mais aussi l’espoir d’une restauration. Des hommes comme Amos et Osée parlent de la venue du jour du Seigneur, moment où Dieu prononcera son jugement contre ses ennemis et contre son peuple rebelle; mais ils annoncent aussi un rachat pour ceux qui seront restés fidèles. Ils parlent du jour où le peuple de Dieu, incluant des Juifs et des non-Juifs, vivra sous l’autorité d’un roi issu de David. Dieu transformera non seulement son peuple, mais aussi la création elle-même, afin de leur accorder pour toujours sa présence. Plus tard, des prophètes comme Esaïe, Jérémie et Ezéchiel développent les prophéties d’Amos et d’Osée en signalant la promesse divine d’une nouvelle alliance: Voici que les jours viennent, déclare l’Eternel, où je conclurai avec la communauté d’Israël et la communauté de Juda une alliance nouvelle. Elle ne sera pas comme l’alliance que j’ai conclue avec leurs ancêtres le jour où je les ai pris par la main pour les faire sortir d’Egypte. Eux, ils ont violé mon alliance, alors que moi, j’étais leur maître, déclare l’Eternel. Mais voici l’alliance que je ferai avec la communauté d’Israël après ces jours-là, déclare l’Eternel: je mettrai ma loi à l’intérieur d’eux, je l’écrirai dans leur cœur, je serai leur Dieu et ils seront mon peuple. Personne n’enseignera plus son prochain ni son frère en disant: «Vous devez connaître l’Eternel!» car tous me connaîtront, depuis le plus petit jusqu’au plus grand d’entre eux, Une histoire dans laquelle nous figurons

23


déclare l’Eternel. En effet, je pardonnerai leur faute et je ne me souviendrai plus de leur péché. Jérémie 31.31-34 Je vous donnerai un cœur nouveau et je mettrai en vous un esprit nouveau. Je retirerai de votre corps le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair. C’est mon Esprit que je mettrai en vous. Ainsi, je vous ferai suivre mes prescriptions, garder et respecter mes règles. Ezéchiel 36.26-27 Dieu écrira sa loi directement sur le cœur de son peuple. Un pardon total et définitif sera accordé. La purification de toute impureté et de toute idolâtrie sera une réalité. Le Seigneur donnera aux siens un cœur et un esprit nouveaux, et ils lui obéiront. Son Esprit habitera en eux et les rendra obéissants. Quand cette nouvelle alliance sera établie, le peuple de Dieu sera marqué par une connaissance personnelle du Seigneur, basée sur un pardon définitif des péchés et exprimée par une obéissance totale du cœur. Tout cela sera accompli au travers de celui qui écrase la tête du serpent: un prophète plus grand que Moïse, un prêtre plus grand qu’Aaron, un conquérant plus grand que Josué, le plus grand des fils de David, un roi plus sage que Salomon, le serviteur du Seigneur. Il obéira là où Adam, Noé, Israël, David, Salomon et le reste de l’humanité ont échoué. Guidé par l’Esprit, il suscitera le peuple de Dieu et ceux-ci vivront sous son autorité dans un nouveau ciel et une nouvelle terre. Dieu accomplira son projet de gouverner toute la création au travers de l’humanité. Toutefois, alors que l’Ancien Testament s’achève, la question qui se pose est la suivante: «Quand viendra donc celui qui a été promis?» 24

La Bible: se poser les bonnes questions


LES BONNES QUESTIONS M at t h e w S. Harmon

Quand on se retrouve face à la Bible, on peut être quelque peu déboussolé: comment la comprendre et en tirer profit pour notre vie de tous les jours? L'auteur retrace la véritable histoire du monde, telle que la raconte l'Ecriture, pour nous aider à discerner le fil rouge de ce gros livre, lui-même composé de plusieurs livres. Il signale les pièges à éviter. Puis il propose un certain nombre de questions – les «bonnes questions» – à poser au texte pour en tirer des enseignements pertinents. Un outil précieux, utile pour les lecteurs novices de la Bible et pour ceux qui aimeraient un renouvellement dans la façon dont ils l'abordent. Après une formation en communication, Matthew S. Harmon s'est tourné vers la théologie. Depuis 2006, il est professeur de Nouveau Testament au Grace College and Theological Seminary à Winona Lake, dans l'Indiana (U.S.A.). CHF 11.50 / 9.90 €

ISBN 978-2-8260-3580-0

M at t h e w S . H a r m o n

SE POSER

La Bible: SE POSER LES BONNES QUESTIONS

La Bible:

lA bIbLE: SE POSER LES BONNES QUESTIONS

M at t h e w S. Harmon

Profile for La Maison de la Bible

La Bible: se poser les bonnes questions (MB3580)  

Quand on se retrouve face à la Bible, on peut être quelque peu déboussolé: comment la comprendre et en tirer profit pour notre vie de tous l...

La Bible: se poser les bonnes questions (MB3580)  

Quand on se retrouve face à la Bible, on peut être quelque peu déboussolé: comment la comprendre et en tirer profit pour notre vie de tous l...

Advertisement