Page 1

Original title: My Friend is struggling with Conflicts with Others Published in English by Word Publishing © 2000 Josh McDowell and Ed Stewart. All rights reserved. Les textes bibliques sont tirés de la version Segond 21 Traduction: Nathalie Surre © et édition: La Maison de la Bible, 2009 BP 151, Chemin de Praz-Roussy 4bis, CH-1032 Romanel-sur-Lausanne E-mail: info@bible.ch Internet: http://www.maisonbible.net ISBN 978-2-8260-3532-9 Imprimé en UE

4


Table des matières

>>>>>>>>>

Remerciements. ...................................................................................................... 7 1. L’histoire de Marc........................................................................................... 9 Pause réflexion....................................................................................................21 2. L’histoire de Marc.......................................................................................31 Pause réflexion....................................................................................................37 3. L’histoire de Marc.......................................................................................47 Pause réflexion................................................................................................... 53

5


>>>>>>>>>

Chapitre 1

L’histoire de Marc

L

orsque son père entre dans sa chambre, Marc, quinze ans, sait ce qui va se passer. Durant l’année scolaire, ce genre de conversation se produit au moins une fois par semaine, parfois deux. – Je pensais que tu avais des devoirs à faire, dit le père en ôtant les écouteurs des oreilles de Marc et en les plaçant sur la table de chevet. Marc se hérisse. Il a l’impression d’être un petit garçon lorsque son père lui retire ainsi quelque chose qui lui appartient. Marc, jusque-là allongé sur son lit à écouter de la musique, se redresse. – J’ai des devoirs, dit Marc en montrant la feuille d’exercices de français qu’il tient dans sa main, et je suis en train de les faire. Il en est à la moitié d’un des exercices portant sur des phrases à compléter. 9


Je connais quelqu’un qui a des…

– Tu as conscience que tu travaillerais mieux sans ce bruit qui crépite dans ton cerveau. Le père fait un signe en direction du casque branché sur le baladeur de Marc. Le disque continue à tourner et la musique est perceptible au travers des minuscules écouteurs posés sur la table. – Ce n’est pas du bruit, papa, c’est de la musique, de la musique chrétienne, dit Marc calmement. Il déteste les fréquentes remontrances de son père, qui ne font qu’empirer lorsqu’il manifeste une certaine résistance. Le père met alors ses mains sur ses hanches, sa pose classique, avant de commencer un de ses sermons. – Ce n’est pas de la musique, Marc. Ça ressemble à de la ferraille jetée au fond d’un sac poubelle. Ce n’est pas parce qu’un groupe se dit chrétien que son message vient de Dieu. Marc a envie de débattre sur ce point. − Écoute les paroles, papa, elles sont tout aussi bibliques que n’importe quelle cassette ou disque de cantiques que vous écoutez avec maman. Quant à la musique, c’est plutôt joyeux. Vous avez tellement peur que j’écoute de la musique satanique! Marc a déjà essayé cette approche auparavant, mais les réprimandes de son père n’ont duré que plus longtemps. Aussi il préfère garder la suite de ses pensées pour lui. – Moi-même, je ne parviendrai jamais à travailler avec la télé ou la radio allumée, poursuit le père; cela détruit ta concentration! 10


…problèmes avec les autres

– Peut-être que ça détruit ta concentration, papa, mais pas la mienne. En fait, la musique me détend et m’aide à me concentrer. Ne peux-tu pas accepter que mes habitudes de travail soient différentes des tiennes? Marc sent sa colère monter, mais il reste silencieux. – Tu ne peux pas te permettre de gaspiller ton temps durant tes études, Marc. Tes notes baissent. C’est sérieux, fiston. Tu dois te surpasser si tu veux obtenir les notes qui te donneront accès à l’université. – Papa, j’ai déjà essayé de vous dire que je ne veux pas aller à l’université, répond Marc doucement. En fait, je ne pense pas vouloir entrer à l’université après le lycée. Je veux prendre au moins une année sabbatique pour voyager avec un groupe de chrétiens ou pour partir quelques mois en mission. Peut-être qu’alors je saurais ce que je veux faire de ma vie. Si seulement vous pouviez m’écouter de temps en temps, vous pourriez comprendre ce qui se passe dans ma vie. Mais vous ne vous intéressez qu’à mes notes. – Et ça, c’est quoi? demande son père en pointant une boîte à chaussures. – Ce sont mes cartes de football. – Je vois bien, Marc, que ce sont des cartes de football, rétorque son père sèchement. Ce que je veux dire, c’est que je me demande ce qu’elles font là, à côté de ton lit, pendant que tu étudies? – Papa, je ne passe pas chaque seconde à étudier, répond 11


Je connais quelqu’un qui a des…

Marc aussitôt. Je les garde là afin de pouvoir les regarder lorsque j’ai besoin de faire une pause. – C’est juste une tentation de plus pour te faire perdre ton temps, dit son père fermement. Puis il s’avance et saisit la boîte. Marc l’attrape aussitôt, prêt à la tirer vers lui. – C’est mon passe-temps favori, papa, argumente-t-il. T’inquiète, je ne vais pas rater mon français à cause de quelques cartes que je regarde de temps en temps. Marc s’est autorisé à être un peu sarcastique, mais il aimerait bien reprendre ce qu’il vient de dire. Marc et son père échangent un regard pendant un moment, chacun tenant fermement la boîte de cartes de football d’une main. – Je vais ranger ces cartes ailleurs, comme ça elles ne te distrairont plus, dit le père en commençant à tirer la boîte vers lui. La raison semble dire à Marc de lâcher prise et de mettre fin à la discussion, mais il est trop furieux pour écouter son bon sens. – Elles ne sont pas une distraction, papa, je peux étudier tout aussi bien. C’est alors que l’extrémité de la boîte se déchire du côté de Marc, après une lutte subtile. Plus de trois cents cartes de football jonchent à présent le sol et le lit de Marc. Son père se retrouve avec, à la main, la boîte à chaussures déchirée et soudain vide. Marc souhaiterait ne pas avoir été si 12


…problèmes avec les autres

obstiné, mais il est las de courber chaque fois l’échine quand ses parents tentent de le façonner à l’image de l’étudiant modèle qu’ils souhaitent faire de lui. C’est la première fois qu’il résiste ainsi à son père et il redoute un peu les conséquences éventuelles. Le père inspecte un instant l’amoncellement de cartes, puis fixe son fils du regard. Marc redoute qu’il mette un terme à sa collection de cartes de football. Mais au lieu de cela, le père laisse tomber la boîte sur le sol et ramasse le lecteur ainsi que la boîte de CD disposés sur la table de chevet. – Je ne veux plus jamais voir ça, Marc, annonce-t-il en pointant son doigt en direction du fatras de cartes, et tu n’écouteras plus cette soi-disant musique jusqu’à ce que tes notes soient suffisamment bonnes. Puis il quitte la chambre en fermant la porte derrière lui. Marc est tellement fâché qu’il en pleure presque. Quand ce ne sont pas ses notes ou sa musique que ses parents désapprouvent, ce sont ses vêtements, sa coiffure ou ses amis. Sa collection de cartes de football est «futile» d’après eux. (Il ferait mieux de faire du vélo ou de l’escalade ou quelque chose d’autre qui lui fasse faire de l’exercice.) Lorsque Marc tente d’expliquer ses préférences, ils ne semblent pas y prêter la moindre attention. Et quand il cherche à exhiber sa dernière carte de football ou son CD de musique chrétienne, ses parents ne manifestent aucun intérêt. Marc ne sait pas ce qui l’ennuie le plus: leur désapprobation ouverte ou leur désintérêt passif? 13


…problèmes avec les autres

Marc n’a pas envie de rentrer à la maison. Il sait qu’il sera probablement questionné et critiqué pour son retard. Et il ne peut certainement pas parler à Thomas de sa conversation avec Denis. Mais il sent une étincelle de réconfort et d’encouragement car il sait qu’il n’est plus seul dans sa douleur. Denis est à présent informé et le fait qu’il soit plein de sollicitude pour lui est très important. Cela lui donne la lueur d’espoir qu’un jour ses rapports avec ces trois personnes importantes dans sa vie pourront s’améliorer.

Pause réflexion >>>>>>>>> Est-ce que ta relation avec tes parents ressemble à celle de Marc? As-tu l’impression d’être en conflit avec eux à propos de tout, ou presque? Est-ce qu’à la maison tu entends plus de critiques que de compliments? Est-ce que ta mère ou ton père te reprennent au sujet de ton apparence, de tes manières (ou de ton manque de manières), de ta chambre, de ta musique, de tes amis, de tes notes ou de tes activités? Est-ce qu’ils relèvent facilement tes erreurs et difficilement tes bonnes actions? Est-ce que beaucoup de vos conversations finissent en disputes ou en cris? As-tu l’impression qu’ils s’intéressent davantage à tes frères et 21


Je connais quelqu’un qui a des…

sœurs qu’à toi-même? Te demandes-tu parfois si tes parents t’aiment vraiment? Dans certaines familles, les conflits parents/enfants deviennent si sérieux qu’ils peuvent être décrits comme abusifs. Certains parents négligent les besoins fondamentaux de leurs enfants, comme le besoin d’être logé, nourri, vêtu, soigné, éduqué et autres. Les disputes dégénèrent en agressions physiques ou en insultes. Les enfants qui se trouvent dans ce genre de foyers pourraient se plaindre d’abus physiques, sexuels ou psychologiques auprès des autorités compétentes, et cela en raison du danger imminent pour leur vie et pour leur santé. Toutefois, dans de nombreux foyers tels que celui de Marc, les parents ne sont pas criminellement négligents ou abusifs. En fait, les parents chrétiens de Marc prennent soin de ses besoins et n’abusent pas de lui ou de sa sœur physiquement ou autre. Pourtant, ils peuvent être coupables de leur manque d’attention quant aux nombreux besoins affectifs de Marc. C’est peut-être ce qui se passe dans ta famille. Tes parents t’offrent un environnement sûr et sain dans lequel tu peux vivre et ils prennent généralement soin de ton bien-être physique. Mais vous ne vous entendez pas. De toute évidence, ils ne comprennent pas que pour te sentir aimé et accepté, tu as besoin de quelque chose d’autre que trois repas par jour et un toit. Et que penser des autres relations importantes dans ta vie? 22


…problèmes avec les autres

Est-ce que certaines ressemblent à celles de Marc et son ami Thomas? T’arrive-t-il d’être en bons termes avec quelqu’un pendant une semaine, puis de te retrouver en froid la semaine suivante, à cause de conflits avec cette personne? Qu’il s’agisse de conflits avec tes parents, tes amis ou toute autre personne, le problème reste fondamentalement le même. Tes besoins affectifs sont légitimes et lorsqu’ils sont ignorés, c’est là que le conflit éclate. Si cela décrit certaines de tes relations, il est important que tu comprennes trois choses. Tout d’abord, il te sera utile de saisir la raison pour laquelle les gens ne sont pas attentifs à tes besoins. Deuxièmement, tu dois identifier les besoins spécifiques dans ta vie qui sont négligés ou ignorés par les autres. Troisièmement, il est important de comprendre comment parler à tes parents et aux autres de tes besoins. Ce petit livre va t’aider dans ces trois domaines particuliers. Commençons par évoquer la raison pour laquelle tes parents ne sont pas attentifs à tes besoins. Etre parents n’est pas une mince affaire, et il n’existe pas de parents parfaits. Les adultes doivent jongler avec les nombreuses exigences de la vie outre le fait d’élever leurs enfants. Avec les pressions et les responsabilités du mariage, de la carrière professionnelle, des finances et des activités à l’extérieur, de nombreux parents trouvent difficile de s’occuper pleinement de leurs enfants. Plusieurs raisons expliquent leur manque d’attention face aux besoins de leurs enfants. 23


Je connais quelqu’un qui a des…

Il est possible que tes parents luttent avec les problèmes décrits ci-dessous. La pression financière De nombreux parents travaillent si dur chaque semaine pour nourrir leur famille et payer les factures, que leurs enfants passent parfois au second plan. Certains parents célibataires doivent avoir deux emplois pour arriver à joindre les deux bouts, ce qui leur laisse peu de temps à consacrer aux enfants. Dans les foyers où les parents sont tous les deux présents, tous deux travaillent en général à plein temps. Les pressions financières peuvent être si accablantes qu’ils ont peu d’attention ou d’énergie à consacrer à leurs enfants. Un style de vie agité Les parents s’impliquent souvent d’une manière telle, pour répondre aux exigences d’une vie active, que certaines choses importantes sont laissées de côté. La carrière, l’église et les activités du quotidien les gardent occupés presque jour et nuit. De plus, les activités de leurs enfants (sport, école, leçons de musique, camps, activités de l’église et autres) ne font qu’alourdir un emploi du temps déjà chargé. Ils peuvent se retrouver si occupés à faire des choses pour et avec leurs enfants, qu’ils négligent parfois la responsabilité fondamentale d’être des parents attentifs à leur égard. 24

MB3532-extrait  

Original title: My Friend is struggling with Conflicts with Others Published in English by Word Publishing © 2000 Josh McDowell and Ed Stewa...