Issuu on Google+

Joshua Harris, auteur de « Jeune homme rencontre jeune fille », est particulièrement apprécié des jeunes pour la pertinence de ses conseils et la proximité de son propre vécu avec leur situation à eux. Il est, depuis trois ans, pasteur de l’Eglise « Covenant Life Church » dans le Maryland (Etats-Unis). Avec sa femme Shannon, ils ont deux enfants.

ISBN: 978-2-8260-3468-1

9 782826 034681

Quand le désir devient trop fort

C

et ouvrage s’adresse aux femmes comme aux hommes, aux filles comme aux garçons. Pourquoi? Parce que la convoitise sexuelle n’est pas un problème exclusivement masculin. C’est un problème humain, qui détruit nos relations et paralyse notre vie spirituelle… On en parle rarement, mais on la vit souvent. Nos yeux sont très sollicités par les journaux, les magazines, les films, les catalogues, et notre cœur est prompt à se laisser aller. Joshua Harris aborde ce sujet actuel d’une façon claire, réaliste et concrète, et nous encourage à soumettre toute notre vie à la seigneurie de Jésus-Christ.

JOSHUA HARRIS

JOSHUA HARRIS


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 3

Joshua Harris

Quand le dĂŠsir devient trop fort


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 4

Titre original en anglais: Not Even a hint Originally published in English under the title: Not Even a Hint by Joshua Harris Copyright © 2003 by Joshua Harris. Published by Multnomah Publishers, Inc. 601 N. Larch Street Sisters, Oregon 97759 USA All non-English language rights are contracted through: Gospel Literature International, PO Box 4060 Ontario, CA 91761-1003, USA

Les textes bibliques sont tirés de la Bible Segond revue, Nouvelle Edition de Genève, 1979 Traduction: Léa Favre & Odile Favre

French translation © et édition: La Maison de la Bible, 2006 Chemin de Praz-Roussy 4bis CH-1032 Romanel-sur-Lausanne Internet: www.maisonbible.net E-mail: info@bible.ch Diffusion en France: La Maison de la Bible 255 rue de Vendôme, F-69003 Lyon Internet: www.maisonbible.net E-mail: diffusion@maisonbible.net ISBN 978-2-8260-3468-1 Imprimé en UE


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 7

Table des matières

Préface

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 009

Première partie La vérité sur l’impureté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 1.«Que ces choses ne soient pas même nommées parmi vous» . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 2. Ce qui est bon aux yeux de Dieu

. . . . . . . . . . . . . . 25

3. Nous ne pouvons nous sauver nous-mêmes

. . . . . . . 35

Deuxième partie Au cœur de la bataille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 4. Un plan sur mesure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 5. Hommes et femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 6. Les rapports sexuels centrés sur soi . . . . . . . . . . . . . 79 7. Une demi-pilule empoisonnée ne vous tuera pas . . . . 91 Troisième partie Stratégies pour un changement à long terme

. . . . . . . . . 103

8. Un policier anti-émeute isolé est un policier mort . . . . 105


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 8

Quand le désir devient trop fort

9. L’épée de l’Esprit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 10. La sainteté est une récolte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 Appendice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 11

Première partie

La vérité sur l’impureté


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 13

Chapitre 1

«Que ces choses ne soient pas même nommées parmi vous» Pourquoi est-il si difficile de vaincre l’impureté?

Nous étions sept, rassemblés au salon. La pièce était mal éclairée. Une feuille de papier passait lentement de main en main. Lorsqu’elle est arrivée à moi, j’ai jeté un rapide coup d’œil à la liste qu’elle comportait, puis, solennellement, j’ai apposé ma signature au bas de la page. Ce «contrat», ainsi que nous l’avions nommé, était un code de conduite strict, une liste de promesses, que chacun de nous s’engageait à tenir durant l’année qui débutait: par exemple, nous lirions notre Bible chaque jour, irions au culte tous les dimanches, apprendrions chaque semaine un verset par cœur, jeûnerions tous les mardis, témoignerions de notre foi à une personne chaque semaine, ne regarderions pas de films, n’embrasserions pas de fille, ne boirions pas d’alcool et ne nous masturberions pas. En fait, je ne me souviens plus de tout ce qui figurait sur cette liste. Je crois qu’elle comportait environ quinze points. En revanche, je me souviens très bien que l’engagement à ne plus se masturber se trouvait en dixième position, et qu’il était vraiment important pour chacun de nous.

«Les Etalons» J’avais 18 ans. Mes six compagnons avaient entre 17 et 24 ans. Cet été-là, nous aidions dans un camp chrétien pour responsables, 13


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 14

Quand le désir devient trop fort qui avait lieu dans le Colorado. Carlos, Clint et moi faisions la vaisselle. Don, Brook, Jon et Scot conduisaient les bus qui permettaient de transporter les participants. Nous nous étions surnommés Les Etalons, selon le nom de la cabane où logeaient plusieurs d’entre nous. Je ne me souviens plus exactement quand cette idée du «contrat» nous est venue à l’esprit. Je suppose que nous voulions des règles. Nous voulions que notre vie plaise à Dieu. Le chemin de la sanctification nous paraissait compliqué, et cette idée de réduire notre foi à une liste de promesses et d’interdictions plus ou moins réalisables était séduisante. C’est ainsi que nous nous étions retrouvés là, dans le salon, chez les parents de Jon, pour signer le «contrat». Une fois que c’était terminé, Jon a placé la feuille par terre, au milieu de la pièce, et s’est mis à genoux. «Allez, les gars, a-t-il dit. Prions pour sceller notre pacte!» C’était assez spectaculaire. Tous en rond, nous nous sommes mis à genoux, la main droite posée sur la feuille. Fermant les yeux et baissant la tête, nous nous sommes exhortés devant Dieu à obéir à chaque règle de cette liste. C’était officiel. Le «contrat» était ratifié. J’en étais sûr, les anges dans le ciel devaient être émerveillés par notre impressionnante démonstration de piété et par la force de volonté qui régnait dans cette pièce. Quelques jours plus tard, nous sommes tous rentrés chez nous. J’étais encore complètement enthousiasmé par ce zèle religieux que nous avions déployé. «Chaque génération a besoin d’hommes de courage, de conviction, de force,… d’hommes de Dieu», pensais-je. Pour moi, j’étais l’un d’entre eux. Cette illusion est tombée au bout de deux semaines, lorsque j’ai enfreint la dixième règle de notre «contrat». L’année qui a suivi, j’ai dû réaliser, de façon très humiliante, à quel point j’étais incapable, par mes propres forces, de parvenir à la sainteté. Et, à ma grande déception, j’ai souvent dû écrire dans mon journal: «Numéro 10, encore une fois…» Toutes mes grandes ambitions, tous mes engagements, tous mes efforts s’avéraient vains. 14


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 15

«Que ces choses ne soient pas nommés parmi vous»

Une lutte qui concerne chacun Aujourd’hui, lorsque je repense à cette année passée sous la tyrannie du «contrat», j’en ris, mais néanmoins, cela m’a permis d’apprendre une leçon très importante: les règles humaines et les lois ne peuvent véritablement transformer la vie d’une personne, surtout dans le domaine de l’impureté et de la convoitise. Bien sûr, la masturbation n’est qu’une des nombreuses manières dont la convoitise sexuelle peut se manifester dans notre vie. Votre lutte contre l’impureté est peut-être différente de la mienne. Peutêtre êtes-vous aux prises avec des fantasmes, à la pornographie sur Internet, ou tenté d’avoir des relations sexuelles hors mariage. Ce ne sont là que quelques exemples, mais la liste est longue. Pour résumer, voici une définition très simple de l’impureté: l’impureté, c’est convoiter la sexualité que Dieu a interdite. Convoiter, c’est vouloir ce que l’on n’a pas, au lieu de se satisfaire de ce que l’on a. La convoitise dépasse la simple attirance; elle est plus qu’une réaction admirative face à la beauté physique, et va plus loin que le désir sexuel naturel. Elle nous pousse à accorder davantage d’importance à ces désirs qu’à Dieu. Elle cherche la satisfaction au-delà des limites que le Créateur a établies. Je commence à penser que l’impureté est le combat de cette génération. Ayant publié deux livres sur le flirt et les fréquentations, j’ai pu réaliser que de nombreux croyants sont concernés par ce problème. En effet, j’ai reçu d’innombrables lettres et courriers électroniques de personnes de tous les âges et du monde entier, en proie à des luttes dans ce domaine. Ces histoires sont déchirantes, et elles concernent autant les hommes que les femmes. Elles montrent comment de «petits compromis» conduisent dans le péché et le regret. Ce sont des histoires de luttes terribles et secrètes quant à la question des relations sexuelles avant le mariage, quant à la pornographie et l’homosexualité. Certains, qui s’étaient promis de rester purs, ne parviennent pas à comprendre aujourd’hui comment ils ont pu tomber aussi bas. Voici un extrait d’une lettre, reçue d’une jeune fille, Chelsea, qui s’est retrouvée prise au piège de la masturbation et de la porno15


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 16

Quand le désir devient trop fort graphie sur Internet. Ces lignes, pleines de désespoir et de frustration, sont loin de concerner un cas unique: Je ne sais plus qui je suis. J’ai terriblement peur… Je fais ce qui est mal, je le sais. J’ai essayé d’arrêter; oui, vraiment, j’ai essayé. La nuit, j’en pleurais amèrement. J’ai prié et tenu un journal. J’ai lu des livres. Je ne sais vraiment plus quoi faire. J’aime Dieu, mais je ne peux pas continuer à lui demander sans cesse pardon pour la même chose. Je sais que j’ai besoin d’aide, mais je ne sais pas où la trouver. Je sais que Dieu a un tout autre plan pour ma vie. Mais ce péché continue à me dominer. Vous retrouvez-vous dans ces lignes? Encore et encore, vous vous efforcez d’y arriver, mais en vain. Qu’y a-t-il de plus décourageant que de perdre la bataille contre l’impureté? Cela mine notre vie spirituelle, affaiblit notre foi, nous empêche de prier et change notre manière de considérer la vie chrétienne. Et, par moments, nous sommes tellement submergés de honte que Dieu nous semble très très loin.

Que faisons-nous de faux? Faut-il qu’il en soit ainsi? N’y a-t-il vraiment pas moyen de remporter la victoire? Christ n’a-t-il pas tout accompli à la croix pour nous? Non, il ne faut pas qu’il en soit ainsi! Dieu ne désire pas que notre vie soit une suite d’échecs sans fin. Chelsea a raison. Notre Père céleste a des projets bien meilleurs pour nous. Sa volonté, ce n’est pas que nous soyons dominés par la convoitise, la mauvaise conscience et la honte. Mais pourquoi, alors, n’expérimentons-nous pas cette vie que Dieu veut pour nous? Que faisons-nous de faux? Si notre combat contre l’impureté est souvent perdu d’avance, c’est parce que nous nous trompons dans trois domaines essentiels: ● ● ●

16

notre conception de la sanctification est faussée, nous ne cherchons pas l’aide à la bonne source, notre motivation pour lutter contre le péché n’est pas la bonne.


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 17

«Que ces choses ne soient pas nommés parmi vous» Mon incapacité à respecter le «contrat» a été la première chose que Dieu a utilisée pour me montrer que ma façon de résister contre l’impureté n’était pas la bonne. Tout d’abord, elle était basée sur ma conception de l’obéissance à Dieu. Je m’étais fixé une règle, croyant pouvoir la respecter: je ne me masturberais pas pendant une année. En fin de compte, je n’avais pas cherché l’aide à la bonne source: je pensais pouvoir vaincre par la force de ma volonté. Ma confiance n’était pas en Dieu, mais en moi-même, Joshua Harris, et en ma capacité de résister à la tentation. Mon zèle ne m’aidait pas davantage. Même si tout, dans ce qui me motivait, n’était pas faux (quelque part, je désirais sincèrement plaire à Dieu), je désirais surtout me «sentir» comme quelqu’un de pur. Voilà ce qui produisait mon zèle. Je voulais pouvoir dire que j’avais résisté au péché. Je voulais montrer à Dieu que j’étais «bien», que j’étais «un chrétien digne de ce nom». Mais bien sûr, toutes ces illusions n’ont pas tardé à tomber. Lorsque j’ai recommencé à péché, mon zèle s’est envolé. Je ne me sentais ni pur, ni digne de l’amour de Dieu. La conscience chargée, j’avais du mal à prier. Alors, faisant appel à toute ma force de volonté, j’ai tenté à nouveau de mettre en échec la convoitise qui assaillait mon cœur. Le résultat: découragement et frustration. Même quand j’aménageais la règle, en me disant: «Je ne le ferai pas pendant neuf mois!» c’était à nouveau le même scénario. Cela vous rappelle-t-il quelque chose? Réalisons-nous que lorsque nous nous appuyons sur notre conception de la sanctification, notre force de volonté et notre zèle, nous courons à l’échec? Si j’ai écrit ce livre, c’est parce que j’ai compris qu’il y avait un autre chemin que celui-là pour ma vie. Pour la vôtre aussi. Dieu, dans sa Parole, nous montre la voie de la liberté. Il nous montre que la seule façon de quitter ce chemin de défaite est de nous soumettre à sa conception de la sanctification, de nous laisser transformer par lui et de recevoir de lui la juste motivation pour lutter contre le péché. 17


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 18

Quand le désir devient trop fort

Conceptions opposées Comment Dieu considère-t-il l’impureté? Jusqu’où nous permet-il de la tolérer dans notre vie? Attention, la réponse n’est peut-être pas celle que nous attendons… En réalité, Dieu dit: «Qu’elle ne soit même pas nommée parmi vous.» Eh oui, c’est bien ça: nada. Niet. Zéro. Je ne dis pas cela pour impressionner. Non, je crois vraiment que c’est ce que Dieu demande à chaque chrétien, quel que soit son contexte culturel et son âge. Et ce n’est pas parce que Dieu est dur, ni parce qu’il est sévère pour le plaisir de l’être; c’est parce qu’il nous aime et parce que nous sommes à lui. C’est parce qu’il est sage et que sa sagesse dépasse notre entendement. Voici ce qui est écrit en Ephésiens 5:3: Que la débauche, ni aucune impureté, ni la cupidité, ne soient pas même nommées parmi vous, ainsi qu’il convient à des saints. Nous verrons plus loin pourquoi Dieu place la barre si haut. Mais notons tout d’abord que ce verset condamne non seulement la débauche, mais aussi toute forme d’impureté. Ainsi, Dieu ne nous met pas en garde contre l’adultère ou les relations sexuelles hors mariage uniquement, mais il désire que nous rejetions toute impureté, tant dans nos pensées que dans nos actes. Il veut nous conduire à rejeter entièrement cette convoitise sexuelle, profondément ancrée dans notre cœur, et jamais rassasiée. Cependant, au lieu de nous soumettre pleinement à cette parole de l’Ecriture, nous nous sommes contentés, pour la plupart, de nous imposer des restrictions, comme celui qui cherche à perdre du poids accepte certaines privations. Nous désirons vraiment nous «améliorer» dans ce domaine, parce que nous savons qu’il n’est pas bon de se laisser aller à la débauche, et parce que nous ne nous sentons pas bien dans cet état. Toutefois, comme un gâteau au chocolat particulièrement riche et nourrissant, l’impu18


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 19

«Que ces choses ne soient pas nommés parmi vous» reté est trop séduisante pour que nous y résistions complètement. «Dieu comprendra sûrement si, de temps en temps, je me permets une petite entorse à mon ‘régime’ pour ‘goûter’ à la convoitise.» (En allant un peu trop loin dans le flirt, en regardant un film douteux, ou en tolérant des pensées impures.) Voilà le genre de raisonnement qui se cache derrière les questions posées depuis tant d’années déjà par les jeunes chrétiens: «Jusqu’ou pouvons-nous aller?» Est-il vraiment un péché de se permettre un «tout petit peu» d’impureté? Nous voyons combien cette tendance à établir des règles nous conduit à «baisser de niveau» par rapport à ce que Dieu nous montre dans sa Parole. On pourrait appeler cela la conception du «un peu ne fait pas de mal». Cette façon de voir paraît raisonnable, et, à y regarder superficiellement, elle semble même réaliste! Le seul problème, c’est que la Bible nous enseigne exactement l’inverse: elle montre qu’«un peu d’impureté» seulement est déjà péché. Voilà pourquoi Dieu nous demande de ne «pas même nommer ces choses». Cela signifie que nous ne pouvons aucunement tolérer l’impureté dans notre vie. Nous devons la rejeter sous toutes ses formes. Cela paraît trop dur? Peut-être avons-nous l’impression que nous ne pourrons jamais atteindre un tel niveau, mais ne nous décourageons pas. C’est tout à fait normal, et c’est exactement ce que nous devrions ressentir…

«Mais c’est impossible!» Lorsque je réfléchissais au titre que j’allais donner à ce livre, quelqu’un m’a proposé I Kissed Lust Goodbye1 . Puisque mon premier livre I Kissed Dating Goodbye avait été bien accueilli, cet ami a pensé qu’il serait bien d’y faire référence dans le titre de celui-ci. 1 Traduction littérale: «J’ai dit au revoir à la convoitise», par analogie avec son

premier livre I Kissed Dating Goodbye («J’ai dit au revoir au flirt»), non encore publié en français. (N.d.E.)

19


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 20

Quand le désir devient trop fort De plus, «dire au revoir à la convoitise», n’est-ce pas justement ce que nous voulons? Malgré tout, cette idée ne me plaisait pas. Elle donnait l’impression que se débarrasser de l’impureté est quelque chose de facile, et que chacun, s’il en a envie, peut simplement le décider. Mais si nous avons déjà essayé d’y renoncer, nous savons qu’il n’en est pas ainsi. L’expérience montre que la convoitise et l’impureté nous séduisent, nous prennent au piège et ne nous quittent pas, même lorsque nous y avons déjà renoncé mille fois. En réalité, l’expression «ne soit pas même nommée», employée dans ce verset de l’épître aux Ephésiens, nous montre que seul Dieu peut produire en nous cette pureté. Il nous est impossible d’y parvenir par nos efforts et nos capacités propres. Les exigences de Dieu vont bien au-delà des règles que nous pouvons nous fixer, et c’est uniquement grâce à la victoire remportée par Christ à travers sa mort et sa résurrection que nous pouvons recevoir la puissance et la motivation qui sont justes et être véritablement transformés. Notre volonté est incapable de briser la force du péché qui nous rend captifs. Le désespoir ou le désir de paraître «bien» ne le peuvent pas non plus. Seule la puissance de la croix le peut. Ce n’est qu’en nous appuyant sur la grâce (cette confiance dans la faveur imméritée de Dieu à notre égard) que nous pourrons avancer sur le chemin de la sainteté, libres de la crainte et de la honte.

«Pour ou contre?» La première fois que j’ai parlé de ce projet de livre à mon beaupère, il m’a demandé, en plaisantant: «Alors, tu es pour ou contre?» J’ai ri et lui ai répondu que j’étais contre et qu’à mon goût, il y avait déjà bien assez de livres prônant l’impureté! Cependant, en réfléchissant, j’ai réalisé que mon but n’est pas de militer contre l’impureté, mais de présenter le plan de Dieu en ce qui concerne la sexualité. C’est certain, l’impureté n’est pas une bonne chose. Mais s’il en est ainsi, c’est parce qu’elle est une perversion de ce qui est bon. 20


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 21

«Que ces choses ne soient pas nommés parmi vous» Beaucoup se trompent en pensant que Dieu est contre la sexualité. En réalité, il est tout à fait pour, puisque c’est lui qui l’a créée! Quelle pensée merveilleuse! Puisque c’est Dieu qui a voulu la sexualité, il n’est pas embarrassé quant à cette question. Le livre du Cantique des Cantiques, dans la Bible, est tout entier consacré à ce thème des relations sexuelles pures dans le cadre du mariage. Ce qui est difficile pour nous chrétiens qui vivons dans ce monde totalement dominé par l’impureté et la convoitise, c’est de ne pas se tromper d’ennemi. Ce n’est pas contre la sexualité qu’il s’agit de combattre, mais contre l’impureté, qui est une perversion de la sexualité. Ainsi, nous pourrons la vivre comme Dieu l’a désiré.

Dieu désire le meilleur Dans son livre Le grand divorce entre le ciel et la terre2, C.S. Lewis utilise une allégorie: il s’agit du «fantôme» d’un homme tourmenté par l’impureté. Celle-ci est représentée par un lézard rouge, perché sur son épaule, qui lui chuchote des paroles séductrices à l’oreille. Lorsque l’homme se plaint du lézard, un ange lui propose de le tuer pour lui. Mais l’homme est déchiré, car d’un côté, il aime l’impureté, et de l’autre, il désire sa mort. En réalité, il craint que la mort de l’impureté ne le tue lui aussi. Il avance donc toutes sortes d’excuses pour ne pas devoir tuer ce lézard dont il dit pourtant vouloir se débarrasser. (Cela ne vous rappelle-t-il pas quelque chose?) Finalement, il accepte que l’ange se saisisse du lézard et le tue. L’ange attrape le reptile, lui brise la nuque et le jette par terre. Une fois le charme de l’impureté brisé, l’homme fantôme redevient un être humain véritable et fort. Et le lézard, au lieu de mourir, se transforme en un splendide étalon. Pleurant de joie et de reconnaissance, l’homme enfourche le cheval et ensemble, ils s’élancent vers les cieux. 2 Le grand divorce entre le ciel et la terre, Editions Raphaël, 1998.

21


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 22

Quand le désir devient trop fort Cette allégorie n’est qu’une image, mais elle montre le rapport entre le fait de mettre à mort l’impureté et celui de trouver la vie. Nous avons parfois l’impression qu’en renonçant à nos désirs impurs, nous nous détruisons nous-mêmes. Mais c’est faux. Rejeter l’impureté ne met pas fin au désir, mais c’est le commencement d’un désir pur, c’est-à-dire du désir créé par Dieu selon ses desseins éternels. Si Dieu nous demande un sacrifice, ce n’est jamais pour le plaisir du sacrifice, mais pour nous conduire dans une véritable joie. A l’autre bout de la perte et du renoncement se trouvent toujours une récompense et un plaisir si grands qu’il est pratiquement impossible d’appeler encore cela un sacrifice. Et ceci est vrai, même si la souffrance et le renoncement à nous-mêmes auxquels Dieu nous appelle durent toute la vie. Si nous désirons remporter la victoire sur l’impureté, nous devons croire de tout notre cœur que Dieu la réprouve, non parce qu’il est contre le plaisir, mais parce que le vrai plaisir, le plaisir pur, fait partie de son plan. Dans son livre Future Grace3 , John Piper écrit: Nous devons combattre le feu avec du feu. Le feu des plaisirs impurs doit être combattu par le feu des plaisirs voulus par Dieu. Si nous essayons de venir à bout du feu de l’impureté par des interdictions et des menaces uniquement, même par les avertissements très sévères de Jésus, ce sera sans succès. Nous devons lutter contre ces choses en nous appuyant sur la formidable promesse d’une joie bien plus grande. Anéantissons le petit plaisir que procure la convoitise par le feu de la sainte satisfaction, voulue par le Créateur. Voulons-nous être délivrés de l’oppression de la convoitise, de la culpabilité et de la honte? L’espérance que Dieu nous apporte est surprenante: il ne nous dit pas de «placer la barre plus bas» pour nous croire capables

3 Signifie: «Grâce prévenante». (N.d.E.)

22


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 23

«Que ces choses ne soient pas nommés parmi vous» d’y arriver seuls. Au contraire, il nous demande de nous soumettre à sa Parole. Et sa Parole est claire: «Que la débauche, ni aucune impureté, ni la cupidité, ne soient pas même nommées parmi vous.» Dieu veut que nous désespérions de nos propres forces, afin de ne plus avoir d’autre choix que de nous abandonner à sa grâce. C’est le mystère de son plan parfait. Dans notre faiblesse, sa puissance nous est donnée. Lorsque nous désespérons de nousmêmes, nous trouvons l’espérance en lui. Et lorsque nous renonçons à l’impureté, nous découvrons que le vrai plaisir ne peut venir que de lui.

23


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 25

Chapitre 2

Ce qui est bon aux yeux de Dieu Est-ce biologique ou est-ce péché?

Le téléphone sonne. – Allô? Salut mon gars, c’est moi. Comment tu vas? C’est mon ami Drew. Au son de sa voix, je devine exactement pourquoi il m’appelle. – Je vais bien. Et toi, comment tu vas? Je m’assois sur le canapé; la conversation sera longue. Drew a besoin de parler d’«elle». – Oh, je vais bien, répond-il. – T’es sûr? – Je sais pas, finit-il par dire. Je suis vraiment idiot. Je l’ai vue aujourd’hui et ne suis pas allé lui parler. Je l’ai juste saluée d’un signe de la main. En fait, je n’arrive pas à être moi-même quand je suis près d’elle. Pourquoi est-ce que je ne peux pas lui parler comme je le fais avec toutes les autres, et me comporter avec elle comme avec tout le monde? – Parce que t’es idiot, lui dis-je en plaisantant. – Je sais! Dans les quarante minutes qui ont suivi, nous avons discuté de la façon dont mon ami devait s’y prendre pour parler avec cette fille qu’il appréciait particulièrement; nous avons réfléchi à ce qui l’attirait chez elle et à ce que cela impliquerait pour eux de commencer à se fréquenter. Puis nous avons, une fois de plus, passé en revue toutes les étapes à respecter jusqu’au mariage. Drew a 25


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 26

Quand le désir devient trop fort bientôt terminé le lycée. Pour la suite de ses études, il doit choisir entre la conception graphique et la photographie. Il doit être sûr de pouvoir gagner sa vie et subvenir aux besoins d’une famille. Je l’ai écouté et j’ai souri. Je suis fier de lui. Il travaille, il se donne, il fait des projets, poussé par le désir de gagner le cœur d’une fille, désir que Dieu a mis en lui. Cette conversation m’a fait repenser aux années qui ont précédé mon mariage, et à tous ces moments où j’ai, moi aussi, vaincu la passivité en persévérant de la même manière que Drew. J’étais frappé de voir comment Dieu, dans son infinie sagesse, a créé l’homme et la femme avec cette attirance mutuelle l’un pour l’autre. Parfois, surtout lorsque j’étais célibataire, j’ai été tenté de considérer ma sexualité davantage comme une malédiction que comme une bénédiction. Mais cette façon de voir est fausse! En réalité, c’est un mensonge de Satan: il veut nous faire croire que notre sexualité est un péché en elle-même. Il sait que s’il peut semer en nous la confusion quant à la différence entre la sexualité voulue par Dieu et la perversion qu’est l’impureté, nos efforts pour combattre le péché seront immédiatement réduits à néant. Ainsi, avant de chercher à saisir pleinement pourquoi Dieu nous met en garde contre toute forme d’impureté, nous avons besoin de comprendre ce qu’est l’impureté et ce qu’elle n’est pas. Et avant de pouvoir lutter contre la convoitise avec détermination, nous devons réaliser que la sexualité est un merveilleux don du Créateur.

Pureté et impureté Ce soir-là, alors que j’écoutais Drew et que je pensais à toute la peine qu’il se donnait pour gagner le cœur de la jeune femme qu’il désirait, dans le sens biblique du terme (et sur le plan sexuel aussi), j’ai réalisé un tout petit peu combien il est bon que Dieu nous ait créés ainsi. Lorsque Dieu a créé l’homme, il savait ce qu’il faisait, n’est-ce pas? «Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et assujettis26


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 27

Ce qui est bon aux yeux de Dieu sez-la», a-t-il ordonné à Adam (Genèse 1:28). Puis, pour le cas où nous aurions été tentés de nous relâcher dans l’accomplissement de cette mission, il nous a dotés de ce formidable «instinct sexuel». Mais en fait, qu’est-ce que la sexualité? Un jour, elle frappe à notre porte et notre vie change à jamais. Alors que pendant les années d’enfance, le sexe opposé nous repousse (les garçons sont grossiers et les filles sont douillettes), tout d’un coup, les choses changent, et le monde est à l’envers. Les hormones se manifestent, le corps se transforme, la pilosité commence à se développer dans des endroits particuliers, puis le désir sexuel s’éveille et commence à «circuler dans nos veines», tel une coulée de lave en fusion. Bienvenue dans la puberté! Bienvenue dans l’humanité! Si Dieu nous a dotés d’instincts, c’est dans un but précis. Par exemple, s’il nous a créés avec la faculté d’éprouver la sensation de faim, c’est pour que nous n’oubliions pas de nourrir notre corps. Et s’il a mis en nous ce désir sexuel, c’est pour qu’hommes et femmes deviennent, et restent, une seule chair, dans le cadre merveilleux du mariage. Non seulement la sexualité permet la procréation, mais, d’une manière qui nous échappe, elle est partie de ce besoin de construire, d’avancer, de vaincre et de survivre qui est le nôtre. Elle est liée à notre créativité et à cette envie de vivre qui est en nous par nature. Le désir sexuel fait partie de l’être humain, créé à l’image de Dieu. Le Fils de Dieu, parfaitement pur, a obéi en tout point aux commandements de Dieu (notamment dans le domaine de la pureté et de la convoitise); mais il était aussi parfaitement homme, donc un être humain avec des désirs sexuels. Dieu n’a pas «simulé» l’incarnation. Il est devenu l’un des nôtres, un homme, vivant, respirant, transpirant, désirant. Jésus n’était pas un «demi-homme», dépourvu de tout aspect sexuel. Il avait le même corps que les autres hommes et les mêmes besoins. Il pouvait voir et apprécier la beauté des femmes. Il était tout simplement un homme… et rien de tout cela n’est péché. Jésus n’est pas venu pour nous délivrer de notre humanité, mais il est entré dans notre humanité pour nous sauver de nos péchés. 27


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 28

Quand le désir devient trop fort Il n’est pas venu pour nous ôter tout désir sexuel, mais il s’est fait homme pour nous affranchir de la puissance du péché et de la convoitise, qui gâchent la sexualité créée par Dieu. Voilà pourquoi il est important de comprendre que sexualité et convoitise sont deux choses différentes. Voici quelques exemples: ●

● ● ●

Il n’est pas impur d’être attiré par quelqu’un et de le/la trouver beau/belle. Il n’est pas impur de désirer ardemment vivre l’acte conjugal. Il n’est pas impur d’y penser avec enthousiasme et passion. Il n’est pas impur d’éprouver une excitation sexuelle sans l’avoir cherché. Il n’est pas impur d’être tenté dans ce domaine.

L’important, dans toutes les situations de ce genre, c’est la manière dont nous réagissons aux pulsions et aux désirs de notre corps. Trouver qu’une personne est attrayante n’est pas mal en soi, mais cela le devient lorsque nous la déshabillons du regard ou que nous imaginons aller plus loin encore. Une pensée d’ordre sexuel qui nous passe par la tête n’est pas forcément péché, mais elle peut rapidement le devenir si elle est entretenue. L’excitation sexuelle dans le cadre du mariage n’est pas un péché, mais elle peut être pervertie par la convoitise si nous ne pouvons pas attendre, ni nous maîtriser. Si nous ne parvenons pas à faire la différence entre sexualité et convoitise, notre combat contre l’impureté sera beaucoup plus dur, et nous risquons soit de finir par la tolérer, sous prétexte qu’elle fait «simplement partie de ce que nous sommes» (ce qui n’est pas vrai du tout), soit de finir par avoir honte de notre sexualité, ce qui n’est pas le but de Dieu. Aucune de ces deux attitudes n’est juste.

Le sentiment de honte Lorsque nous désobéissons aux commandements de Dieu, il est juste d’éprouver un sentiment de honte. En réalité, cela peut même être un précieux cadeau du Seigneur. Ce sentiment de culpabi28


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 29

Ce qui est bon aux yeux de Dieu lité qui nous remplit de honte et cette conscience d’avoir mal agi peuvent nous conduire à la repentance et la restauration. Cela dit, il arrive aussi que l’on connaisse un sentiment de honte injustifié, produit par ce que l’on pourrait appeler une conscience «mal programmée». Cette honte-là monte en nous lorsque nous nous attachons à d’autres valeurs qu’à celles de la Parole de Dieu. Si, en raison de notre éducation, d’un faux enseignement ou d’une expérience sexuelle passée, nous avons honte de certaines choses que Dieu n’appelle pas péché, lui, le Créateur, peut renouveler notre intelligence. Il peut nous aider à considérer la sexualité comme lui la considère. La honte injustifiée peut être dangereuse, car elle sape nos forces, alors que nous en avons besoin pour mener le véritable combat. Si nous avons honte d’être des créatures qui peuvent éprouver des désirs sexuels, nous serons très vite accablés et impuissants, car nous ne nous contenterons pas de lutter contre la convoitise, mais nous nous efforcerons finalement de ne plus être humains! Un moyen de se débarrasser de ce faux sentiment de honte est de parler à Dieu des désirs que nous pouvons éprouver. Permettonslui, par la puissance de son Esprit, jour après jour et instant après instant, de soumettre nos désirs à sa volonté. Voici quelques exemples de prières: ●

Seigneur, merci de m’avoir créé avec des désirs sexuels. Je ne te prie pas de m’en débarrasser, mais de m’aider à t’honorer dans mes pensées et mes actes. Seigneur, en ce moment, tout mon corps aspire au plaisir sexuel. Peux-tu, je te prie, faire taire ces désirs? Mon corps a été créé pour toi et pour la sainteté, non pour le péché. Aide-moi à te glorifier dans mon corps. Seigneur, tu m’as créé pour connaître une satisfaction véritable et durable. Remplis-mon cœur de cette assurance que tu as de bonnes choses en réserve pour moi, des choses bien meilleures que ce que la convoitise peut offrir. Seigneur, merci pour la beauté et pour ma capacité à l’ap29


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 30

Quand le désir devient trop fort

précier. Ce garçon/cette fille est très attirant(e), mais aidemoi, je te prie, à le/la regarder avec pureté. Je ne veux pas le/la convoiter. Aide-moi à le/la voir comme étant une créature faite à ton image, et non comme un objet de convoitise. Seigneur, je suis tenté de chercher ma satisfaction dans l’impureté, là, maintenant. S’il te plaît, aide-moi à trouver ma joie en toi.

Réalisons-nous combien ce genre de prière sincère et humble devant Dieu peut changer notre manière de considérer la sexualité? N’oublions pas que Dieu ne désire pas seulement que nous ayons une haine pour la convoitise; il veut que nous puissions rester reconnaissants pour ce cadeau de la sexualité qu’il a créée.

La véritable nature de la convoitise Puisqu’il est possible d’éprouver un sentiment de honte lorsque cela n’est pas nécessaire, il est d’autant plus important de bien comprendre ce qu’est la convoitise et ce qui en est la cause. Voici comment John Piper, très simplement, définit la convoitise: «La convoitise, c’est le désir sexuel sans l’honneur (ou le respect) et la sainteté.» Lorsque nous convoitons, nous nous attachons au désir sexuel qui, en soi, est bon, et le privons du respect envers les autres et de la crainte de Dieu. La convoitise de la chair est un désir insatiable et idolâtre qui méprise les limites fixées par le Créateur et recherche le plaisir en dehors de Dieu. Dieu dit: «Tu ne convoiteras point» (Exode 20:17). Mais la convoitise nous fait croire que ce que nous n’avons pas est justement ce dont nous avons besoin. La convoitise convoite l’interdit. Elle s’empare, par les yeux, le cœur, l’imagination ou le corps, de ce que Dieu ne nous a pas accordé. Et quelle est la source de la convoitise? Lorsque nous péchons, nous sommes séduits par notre propre désir mauvais. C’est ce qui nous est enseigné dans l’Ecriture. En Jacques 1:14, il est écrit: «Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise.» Et Jésus dit: «Car c’est du cœur que viennent les mau30


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 31

Ce qui est bon aux yeux de Dieu vaises pensées, les meurtres, les adultères, les débauches, les vols, les faux témoignages, les calomnies» (Matthieu 15:19). Ce n’est qu’en réalisant que la source de la convoitise se trouve en nous-mêmes que nous pouvons prendre nos responsabilités et combattre le bon combat. Ceci nous amène à considérer un aspect très important: même si l’impureté est le fruit de nos propres désirs mauvais, lorsque nous la tolérons, c’est Dieu que nous offensons. Lorsque nous décidons de pécher, c’est lui que nous rejetons délibérément: Car Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté, mais à la sanctification. Celui donc qui rejette ces préceptes ne rejette pas un homme, mais Dieu, qui vous a aussi donné son Saint-Esprit. 1 Thessaloniciens 4:7-8 Après avoir commis l’adultère avec Bath-Schéba et même tué son mari, David a reconnu avoir péché avant tout et surtout contre Dieu. Voici un extrait de sa prière: J’ai péché contre toi seul, et j’ai fait ce qui est mal à tes yeux, en sorte que tu seras juste dans ta sentence, sans reproche dans ton jugement. Psaume 51:6 Le péché de David avait affecté d’autres personnes, puisqu’il avait violé Bath-Schéba et assassiné son mari, mais il a finalement réalisé que sa désobéissance était l’expression de sa rébellion et même de sa haine contre Dieu. Ce n’était pas «juste» un adultère. En réalité, tout péché est une trahison envers le Dieu saint. Lorsque nous comprenons que la véritable nature de la convoitise est la rébellion contre Dieu, nous mesurons la gravité du péché, réalisons qu’il ne peut être pris à la légère et, heureusement, désirons plus que jamais une vie de pureté.

Jamais assez Dans le premier chapitre, nous avons cité ce verset d’Ephésiens 5:3: «Que la débauche, ni aucune impureté, ni la cupidité, ne 31


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 32

Quand le désir devient trop fort soient pas même nommées parmi vous, ainsi qu’il convient à des saints.» Mais pourquoi Dieu met-il la barre si haut? Comment peut-il nous demander de ne pas même nommer ces choses s’il sait qu’il nous a créés avec un fort désir sexuel? Si le Seigneur nous exhorte à rejeter toute impureté de notre vie, c’est parce qu’il sait qu’elle ne reste jamais au stade d’une simple «évocation». La convoitise désire toujours ce qui est interdit. Et même si l’objet de ce désir est une chose ou une personne, ce n’est finalement pas l’objet qui compte; ce qui importe, c’est l’acte de désirer. Voilà pourquoi la convoitise ne peut jamais être assouvie. Aussitôt qu’elle possède l’objet convoité, elle désire autre chose. Dans Ephésiens 4:19, Paul décrit ce cercle vicieux de la convoitise. A propos de ceux qui se sont détournés de Dieu, il dit: «Ils ont perdu tout sens moral et se sont livrés à la débauche pour commettre avec avidité toutes sortes d’impuretés.»1 Voilà la conséquence de la convoitise: l’avidité. Même lorsqu’on se livre à toutes sortes d’impuretés, on est toujours remplis de convoitise. La convoitise de la chair est insatiable, que ce soit au niveau des relations sexuelles ou de la pornographie. On peut se vautrer dans la convoitise, mais l’avidité n’en disparaîtra pas pour autant. Celui qui s’y livre finit par être esclave de ses mauvais désirs; il ne peut plus s’en défaire et est sans cesse en recherche de quelque chose d’insaisissable. Dieu dit «ne soient pas même nommées parmi vous», parce qu’il est impossible de céder aux désirs de la chair et de les maîtriser en même temps. Une fois qu’on y laisse prise, l’impureté ne fait que nous dominer toujours plus. Et plus elle nous domine, plus elle nous prive du plaisir pur et véritable que Dieu veut nous donner. On ne peut pas «négocier» avec la convoitise sans en subir les conséquences.

1 Segond 21.

32


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 33

Ce qui est bon aux yeux de Dieu

Accepter la sexualité voulue par Dieu En lisant les chapitres suivants, ne perdons pas de vue cette réalité libératrice: Dieu désire que nous acceptions notre sexualité. Et c’est notamment en remportant la victoire sur la convoitise que nous le pourrons. Mais comment est-il possible d’accepter notre sexualité tout en rejetant l’impureté? Cela n’est-il pas contradictoire? S’il en est ainsi, c’est certainement parce que la société occidentale actuelle définit la sexualité de façon très restrictive. Pour elle, vivre sa sexualité, c’est faire n’importe quoi, pourvu que cela procure un certain plaisir. Ainsi, selon cette mentalité, celui qui renonce à un désir sexuel n’est pas honnête avec lui-même. Mais il y a une grande différence entre vivre sainement sa sexualité et la vivre avec avidité. Celui qui vit dans l’avidité ne peut trouver la véritable satisfaction, pas plus qu’un enfant gâté ne parvient au contentement. C.S. Lewis fait remarquer: «Les affamés pensent sans doute beaucoup à la nourriture, mais les gloutons aussi; les repus, aussi bien que les affamés, aiment l’émoustillement.»2 En tant que chrétiens, nous vivons notre sexualité de manière totalement différente. Nous n’obéissons pas à chacune de nos envies, même si nous ne nions pas leur existence. Au lieu de cela, nous soumettons notre corps à Christ et lui sommes reconnaissants. Pour nous, il en est du désir sexuel comme de tout ce qui fait notre vie. Qu’il s’agisse de la nourriture, de notre argent, de nos amitiés, de nos rêves, de notre carrière, de nos biens matériels, de nos capacités, ou de notre famille: nous soumettons toutes choses au seul vrai Dieu. En d’autres termes, pour vivre une sexualité saine, nous devons la soumettre à celui qui l’a créée. En faisant ainsi, nous ne luttons pas contre notre sexualité, mais nous nous battons pour. Nous la sauvons de la convoitise, qui ne cherche qu’à la détruire. En refu-

2 C.S. Lewis, Les fondements du christianisme, Ligue pour la Lecture de la Bible,

1985.

33


quand le desir ve3

17.2.2006

18:36

Page 34

Quand le désir devient trop fort sant de nous laisser prendre au piège de l’insatiabilité de la convoitise, nous honorons le Créateur, qui nous a dotés d’une identité sexuelle. Lorsque nous pouvons ainsi vivre notre sexualité de façon saine et pour sa gloire, nous sommes en harmonie avec ce que Dieu a voulu pour nous. Il nous a créés pour la sainteté. Jouir de la sexualité dans ce but-là est ce qu’il y a de plus profondément satisfaisant. C’est en recherchant la sainteté que nous pouvons apprécier pleinement ce que Dieu a créé. Et ce qu’il a créé est bon.

34


Quand le désir devient trop fort (MB3468)