Issuu on Google+

C LUB LIBRE Magazine

GIE L A T NOS

Américaines & Anciennes

CONSEIL PRATIQUE COMPRENDRE VOTRE CARBURANT

NOUVELLE RUBRIQUE LES VEHICULES DE VOTRE JEUNESSE

DECOUV ERTE

2 AUTOS, 2 MEMBRES - LA POMPE ESSENCE - NOSTALGIE : VELO SOLEX

BALADES TOURISTIQUES - REPORTAGES SORTIES - FESTIVITE FIN D’ANNEE


EDITO INFO MAG Président Julien Gomes mail; claeadordogne@aol.fr tél: 06.14.34.57.12 Vice Président (Américaines) Eric Plailly mail; erwan218@aol.com tél: 06.49.63.32.45 Vice Président (Anciennes) Michel Angelini tél: 06.26.31.64.68 Trésorier Eric Cournede tél: 06.84.60.35.86 Secrétaire Jean Christophe Lareynie tél: 06.81.69.19.72 Secrétaire Adjoint Thierry Dubois Organisation / staff Roland Epaule. Réalisation du Magazine Julien Gomes Ont collaborés

Michel Angelini, JM Dessart

Eric Plailly, Sylvie menanteau Siege social Club Libre des Américaines & des Anciennes Maneyrol RN89 24120 Pazayac

2012, année enrichissante en balades touristiques, belles expositions. Des invitations de club amis, nous ont permis de faire des rencontres et de crée de belles amitiér. Permettant aux nouveaux arrivants et aux clubs amis de faire connaitre la bonne ambiance qui règne au sein de notre club. Ils ont pu découvrir le dernier grand rassemblement du Club ou 94 personnes se sont réunies à Voutezac pour finir l’année tous ensemble dans la bonne humeur, un succès une fois de plus au rendez-vous. Mais c’est aussi un magazine que tout le monde à bien accueilli, nous attendons la version papier réclamée par beaucoup de personnes, sans oublier notre page Facebook ou invités et membres du club peuvent continuer à partager leurs passions. 2013, la naissance d’un tout nouveau rassemblement mensuel qui se déroulera toute l’année le 3eme dimanche de chaque mois. Nous vous attendons donc ce dimanche 20 janvier sur le parking de LECLERC à BRIVE. Tous les visiteurs pourront se rencontrer autour de notre passion qu’elle soit en 2 ou 4 roues. 2013, sera marqué par la fusion des deux logos du Club Libre. Tous les membres sont invités à donner leurs idées de sorties, comme certains l’ont déjà fait. Vos suggestions seront étudiées par le bureau mis en place. D’autres surprises vous attendent tous au long de l’année. Pour commencer vous allez découvrir votre magazine dans sa nouvelle conception, il restera ainsi pour les prochaines diffusions, avec un contenu plus riche, plus de photos, plus de reportages et surtout une participation active de membres voulant nous faire découvrir leurs passions. Bonne Lecture à tous Bonne et heureuse Année 2013 Julien Gomes

CLAA 02


Sommaire 04 HISTOIRE

La pompe à essence objet culte

08 BALADE TOURISTIQUE Découverte, Passion

10 DECOUVERTE 2 Hommes, 2 Autos

22 UNE LEGENDE Le Vélo Solex

26 FESTIVITE 2012

Repas de fin d’année du Club

32 RASSEMBLEMENT Sportif et collection

34 JEUNESSE

Automobile & Motocycle

36 REPORTAGE

Passion autour des USA

43 RETROSPECTIVE Images 2012

46 LA TANT ATTENDUE Ford Mustang Fastback 1967

49 CONSEIL PRATIQUE Comprendre votre carburant

54 INFO CLUB 56 VOUS AVEZ LA PAROLE

CLAA 03


La Pompe à essence, est pour nous actuellement quelque chose de banal, on s’arrête à la station, on prend le pistolet, on appui, et on met de l’essence. Mais, qu’en était-il au début de l’ère automobile, c’est cette histoire que j’aimerai vous faire connaitre jusqu’aux 1960, et découvrir que la pompe à essence est devenue au fil du temps un objet culte de collection .....

CLAA 04


Histoire, «La Pompe à Essence»

D

u début de l’ère automobile, la façon de remplir son réservoir n’était pas banale et je dirai même « un peu dangereuse», car à l’époque on stockait le carburant dans des futs ou bien dans des bidons plombés, à la marque de son choix. L’automobiliste qui désirait se ravitailler en essence devait faire transvaser dans le réservoir de son véhicule le contenu de plusieurs bidons de cinq litres, sans aucune sécurité, que ce soit pour le pompiste, ou le client. Ces bidons ou futs étaient remplis à l’aide d’appareils à jaugeurs d’un principe très simple, installés dans les entrepôts ou les raffineries des sociétés pétrolières. On trouvait ces futs aux 4 coins de la ville, la plupart du temps à côté des magasins d’alimentation, et de tous les endroits où la population pouvait se réunir. Il faut prendre en compte, qu’en ce début de siècle peu de véhicules roulaient. Pendant la première décennie du 20e siècle, un nouveau type de consommateur est né« l’automobiliste ». Des voitures peu dispendieuses, telle la Ford modèle « T », comble le rêve des gens de posséder une voiture. Le besoin de fournir d’une façon rapide et propre pour transférer CLAA 05

l’essence en vrac jusqu’aux réservoirs des automobiles devient à ce moment un enjeu crucial. La pompe à essence vint rapidement répondre à ce besoin, et la pompe à restriction fut le premier principe à faire son apparition. Ce premier type de pompe fut inventé, en 1898, par un jeune norvégien dénommé John J. Tokheim, travaillant dans une entreprise mécanique, qui est amené à manipuler régulièrement l’essence stockée dans son ate-

Types mono-jaugeur ou bi-jaugeurs de gauche à droite modèles sur fût, sur chariot-citerne (dit « le char romain ») et fixe sur colonne. lier. Néanmoins, il est conscient du risque que constitue le stockage de ce liquide inflammable dans un lieu où de nombreuses étincelles surgissent de toutes parts. Il imagine ainsi une cuve de stockage ensevelie à l’extérieur de l’usine, reliée par une pompe à eau modifiée. Son invention lui confère un avantage supplémentaire : celui de connaitre précisément la quantité de carburant distribué. »»»»


Son invention remporta un vif succès, en offrant un service de proximité. Il devint commun de voir une pompe à essence voisine d’un magasin d’alimentation, d’un bureau de poste ou d’autres endroits où la population se réunissait. La quantité de pompe à essence se multiplia rapidement dans tous les pays, proportionnellement au développement de l’automobile. A la fin des années 1910, la pompe à essence visible fut inventée et fabriquée pour l’automobiliste méfiant. Les consommateurs voulaient voir la quantité exacte d’essence qu’on transférait dans leurs réservoirs. Ces pompes furent construites avec un grand cylindre de verre permettant de voir, et vérifier la quantité de gallons d’essence vendue. Alors que les stations-services évoluaient, certaines devinrent de véritables chefs-d’œuvre alliant architecture et couleurs spectaculaires. Les pompes à essence de l’époque ne furent pas en reste, le design évoluant jusqu’à devenir grandiose. Les plus impressionnantes jamais construites, mesurant jusqu’à 10 pieds de hauts suscitent toujours l’admiration, en rappelant de nombreux souvenirs là où elles sont exposées. À la fin de 1920, les premières pompes à mesures mécanique furent introduites. Parmi celle-ci on trouva les pompes à cadran. Elles furent appelées ainsi à cause de leur indicateur pour la quantité de gallons d’essence ressemblant à une horloge. Durant cette période les stations de remplissage, se modernisent

et deviennent de véritables stations-services, telles que nous les connaissons aujourd’hui. Elles furent introduites par les compagnies pétrolières en partie à cause de la grande dépression, et cherchent à soutirer plus de dollars à l’automobiliste s’arrêtant faire le plein. Des actions telles que : vérifier l’huile du moteur, remplir le radiateur d’antigel, gonfler les pneus, et nettoyer le parebrise deviennent partie intégrante de l’expérience. Les pompes à cadrans symbolisent définitivement le début de la station-service. Du fait de leur production limitée, les pompes à cadran sont rares, et très recherchées des collectionneurs. Durant les années 1930, la pompe à essence approche de sa maturité. La compagnie Veeder-Root invente « l’ordinateur » pour la pompe à essence, et l’ère moderne de la distribution d’essence débute. Avec l’arrivée des ordinateurs, les manufacturiers de pompe à essence commencent à travailler l’esthétique. Le style

art-déco est omniprésent à cette époque, et plusieurs superbes modèles furent fabriqués durant cette décennie. L’architecture particulière des stations-service se marie bien souvent au design des pompes qui les accompagnent. L’amour des gens pour l’automobile s’épanouit, »»»» CLAA 06


Les pompes à essence symbolisent clairement l’époque ‘‘ art-déco ‘‘ ....

et l’essence s’achète à prix modique service inclus L’apparence était tout ce qui importait dans ces annéeslà, et les pompes à essence de cette époque symbolisent clairement l’époque « art-déco » vécue en Amérique. Même si la deuxième guerre mondiale gêne le développement de l’industrie pétrolière l’étoile Texaco, le coquillage Shell, la rose blanche de Canadian Oil Companies, la feuille d’érable de Supertest, et tous les autres logos des compagnies pétrolières sont des symboles reconnus pour leur qualité. Après la guerre, dans les périodes 50 /60, les pompes à essence, et les automobiles vivent l’influence notable de l’industrie aéronautique de l’époque. Le style aérodynamique-moderne est à la mode, et donne aux stations-service et pompes à essence une image de rapidité, et d’efficacité. Cette époque fut la période de gloire des stations-service. Les enseignes émaillées étaient utilisées en abondance afin de produire une présence marketing encore plus grande. Avec une industrie automobile maintenant profondément ancrée dans la culture, la consommation d’essence vit un engouement jamais connu auparavant. Une visite à la station-service locale était un voyage en soi, un rituel social que personne ne déclinait. Les pompes à essence de cette époque sont maintenant devenues un icône du paysage d’hier... Enquete Julien Gomes Photos Internet CLAA 07


BALADE TOURISTIQUE AUTOMNALE Texte & Photos Julien Gomes

21 OCTOBRE 20


012

U

ne journée qui commençât très mal, des trombes d’eau en cette matinée, que faire !!!! Annuler cette dernière sortie ou bien prendre le risque de continuer. J’ai opté pour la deuxième alternative, elle fut bonne pour les 17 équipages présents pour cette dernière « balade automnale touristique de l’année ». Même si nous avons roulés sous la pluie en cette matinée, c’est sous le soleil que nous avons rejoints Marcillac la Croisille, lieu de notre déjeuner. Et c’est sous un magnifique soleil et la douceur que nous avons put profiter de notre balade. Nous avons découverts un lieu chargé d’histoire que sont le viaduc du Rocher noir, ainsi que le barrage de L’aigle noir ou le gigantisme à impressionné toutes les personnes présentes. Nous avons clos cette superbe journée à Clergoux devant un verre de l’amitié.


DECOUVE

FORD MUSTANG GTA 1967 DE DAVID JAUBERT Ford a en quelque sorte réinventé l’automobile pour les jeunes Américains issus du ‘‘baby boom’’ et blasés des grosses voitures lourdes et massives. Reportage Julien Gomes


ERTE


Mustang emblème de la jeunesse Américaine

L

igne, agressive, coût modéré, grande fiabilité et nombreuses options proposées, telles sont les principales caractéristiques de la Mustang qui firent son grand succès à travers le monde. De ce succès ne peut être écartée la personne de Lido Anthony (Lee) Iaccoca. Ce fils d’immigrants italiens obtient un diplôme supérieur de Mechanical Ingineering à l’université de Princeton, qui lui permet d’accéder au poste d’ingénieur aux études des transmissions de la Ford Motor Company. Il intègre en 1956 une concession Ford en Pennsylvanie, où il lance une incroyable campagne commerciale locale qui deviendra nationale étant donné son succès :» 56 $ par mois pour une Ford 1956 «. Cette initiative attire nombreux consommateurs et aide à la vente d’environ 72 000 modèles millésime 1956. Tout ceci le fait remarquer auprès de Robert Mc Namara, le président de la compagnie. Sur proposition d’Henry Ford Il, il devient vice président de la Ford Motor Co, dix- huit jours après son 35èmeanniversaire. En novembre 1960, il est nommé General Manager de la firme à l’ovale bleu, en remplacement de Robert Mc Namara qui accepte le poste de ministre de la Défense au sein de l’administration du nouveau Président, John F. Kennedy.

Le film mythique de James Dean, «la Fureur de vivre» est le plus bel exemple (aujourd’hui totalement hors de propos) de cet envie de la jeunesse américaine de sortir du carcan traditionaliste et conservateur. La future Ford Mustang devra donc avoir une allure sportive, des performances à l’avenant, des pièces issues de la grande série et corollaire de ce dernier point, être vendue à un prix abordable. En renfort de cette préparation, une campagne marketing sans précédent est organisée par la Ford Motor Company. Ainsi, lorsque la Mustang 64 et demi (le demi signifie chez les Américains que la Mustang a démarré sa commercialisation en cours d’année) est commercialisée, les concessionnaires Ford ne savent plus où donner de la tête les premiers jours tant les commandes affluent en masse : 22 000 commandes passées le premier jour ! Il faut reconnaître que la compétition, les concepts cars présentés et la campagne marketing agressive à souhait, de même que son design sans faille ont servis à l’image de marque de la Mustang , et ce qui ne gâche

Coupé de base moins cher qu’une Coccinelle .... rien, son prix des plus concurrentiels : Le coupé de base équipé du 6 cylindres en ligne et de sa boîte mécanique à 3 rapports coûte en effet un peu moins qu’une Coccinelle ! Son succès dépasse toutes les prévisions et espérances de Lee Iaccoca et son équipe qui avaient prédit une production annuelle de 100 000 exemplaires. En réalité, après 12 mois de commerciaCLAA 12


lisation, ce sont 417 000 Ford Mustang qui sont sorties des chaînes de production ! Dès l’année 1966, la Ford Mustang a dépassé le million d’unités produites. Un record pour une voiture de sport, qui restera longtemps inégalé.

1966, la Ford Mustang a dépassé le million d’unités ...... Initialement proposée en deux carrosseries : coupé et cabriolet, Ford va doter sa Mustang d’une troisième variante en coupé Fastback dès septembre 1964. Détail amusant, si cette dernière variante a été la plus boudée lors de sa période de commercialisation, c’est elle aujourd’hui qui remporte les suffrages des amateurs de Mustang.

En 1967, on remarqua un premier changement de modèle sur la Mustang. Les feux arrière étaient devenus concaves. La longueur et la hauteur avaient été augmentées de 2.7 et 5 pouces respectivement. On avait placé sous le capot le premier gros moteur: un 390 p.c. (pouces cubes) développant 320 hp, en option bien sûr pour quelques 264$ de plus; une aubaine si on considère la performance offerte. Il y eu aussi un moteur 427 à 410 hp et un autre à deux carburateurs 4 V (barils) à 425 hp. La production de Mustang avait été réduite à 472,000 unités, à cause de l’arrivée de la Camaro en 1967. Il y eu une version GTA avec le moteur 390. Ford produisit 475,344 Mustang en 67 (toutes versions confondues). Arrêtons-nous la, nous pourrions remplir le magazine sur ce véhicule mythique qu’est la Ford Mustang. Une dernière chose avant de découvrir la Ford Mustang GTA 1967 de notre ami David, Ford a ainsi produit Entre 1964 et 1973, 2 978 372 Mustang MkI, n’est-ce pas une belle preuve de réussite !!!!! CLAA 13

Le saviez-vous D’où vient le nom de mustang. 2 hypothèses circulent : la première, début 1964 elle est connue sous son nom de code d’étude: T-5. C’est John Conley, un employé de l’agence de communication de Ford, la société J. Walter Thompson, qui suggère le patronyme Mustang, cheval sauvage d’Amérique du Nord ! La deuxième pourrait provenir du légendaire avion de chasse américain de la seconde guerre mondiale, le « P-51 Mustang ». Cependant, le « nom P-51 Mustang » de l’avion, aurait été nommé ainsi d’après le cheval, possiblement parce que l’avion faisait rappeler, aux concepteurs, les chevaux courant dans les plaines américaines. Mais le patron de Ford ne voulait pas voir apparaître un emblème d’avion sur cette voiture. Qu’il soit cheval ou avions, ce nom fait l’unanimité, le sculpteur Charles Keresztes fut chargé de réaliser le logo qui ornera les millions d’exemplaires qui sortiront des usines Ford !


Ford Mustang V8 390 ci 1967 (GTA) caractéristique d’origine. Type du moteur 8 cylindres en V Energie Essence Alimentation Carburateur Holley quatre corps 600cfm Distribution Arbre à cames central Nombre de soupapes 2 par cylindre Alésage & Course 102.87 x 96.01 mm Cylindrée 6384 cm3 / 389,6 ci Compression 10.5 : 1 Puissance (SAE) 320 ch (SAE brut) Tr/min Couple 579 Nm / 427 lb-pi à 3200 tr/min Boite de vitesse automatique C6 3 rapports Puissance fiscale 37 chevaux Direction crémaillère assistée Freins AV Disques, Freins AR Tambours Longueur 466.3 cm Largeur 180.1 cm Hauteur 131.1 cm Poids (vide) 1806 kg (sur data plaque) Tarif d’époque de 24.079 exemplaires / $2592 + option GTA $215

Ford Mustang V8 390 ci 1967 (GTA) caractéristique configuration actuelle. Carburateur Holley 700 cfm, double pompe secondaires mécanique. Pipe admission Edelbrock Performer 72 CC. Filtre à air K & N Piston Ross, segmentation chrome mobilème Bielles fonte qualité supérieure Equilibrage pistons et bielles à moins 1/2 grammes L’ensemble piston segments, bielles +- 1700 grammes. Réalésage bloc et vilebrequin «Austan Bergerac» Big Bloc est passé de 6384 cm3 à 6573 cm3 Elargissement des canalisations de lubrification du bloc (palier de vilebrequin + arbre à cames) Arbre à came Edelbrock 272° de durée Carter d’huile Milodon, Fitre K & N et radiateur additionnel, pour une contenance de 8 litres huile Modul 300 V, avec une pompe à huile très haut débit. L’allumage électronique, tete d’allumeur Summit, Bobine MSD blaster et fil de bougie 8mm Echappement 2 4/1 Hooker et ligne 2 pouces (complètement libéré), qui va dans un futur proche remplacée par une ligne inox 2.5 pouces. Chaine cinématique quand à elle est composée par un convertisseur de couple TCI 1100 tours, suivie d’une boite C6 TCI 41100 actionné par levier B&M permettant passage de vitesse par impulsion, (comme une boite séquentielle) Pont 9 pouces avec un ratio de 3.25


de Mustang, tous les matins en prenant le car, je passais devant le garage Feniou, et je bavais en regardant un coupé Hard Top 1968 vert Bullit qu’il restaurait, c’était en 1990. Bien des années plus tard, j’ai concrétisé mon rêve en achetant la mienne, c’était en 2003. Deux ans plus tard en 2005 je l’ai faite restaurer dans le même garage et faite repeindre dans sa couleur d’origine « Candy Appel Red » David Jaubert, quand la passion nous vient de notre enfance.

Q J: que t’apporte le club ?

Le club m’apporte le fait de connaitre d’autres personnes qui roulent en Anciennes ou AméDavid est rentré dans le club en juin 2009, bien ricaines. La convivialité lors des rassembleintégré parmi les membres et surtout qui a ments, sans oublier le fait de faire des balades trouvé d’autres passionnés au sein du club, de sympathiques avec de beaux sites à visiter. ce modèle mythique qu’est la Ford Mustang. Question Julien: d’ou te vient cette passion pour les Américaines?

Q J: que désirerais tu améliorer dans le club ?

Cette passion pour les Américaines me vient des séries TV américaines de l’époque évidemment Starsky et Hutch dans leur tomate rouge à bande blanche comme l’appelle Hutch « la Ford Grand Torino de 1974 » Pour ce qui est de la Mustang cela remonte quand j’étais petit « tout piot » ; il y avait un dessin animé qui s’appelait »Turbo » ou il y avait une Mustang 66 cabriolet rouge. Ensuite un film avec « Bebel » le Marginal ou il conduit une Mustang 68 noir, « évidemment il l’écrase contre un pylône ». Le clou du spectacle avec le film ou un coupé Mustang Fastback vert de 1968 immatriculé JJZ 109, bien entendu vous aurez reconnu Bullit ou Steve Mac Queen fait une des plus longues poursuites automobile dans les rues de San Francisco contre une Dodge Charger 68 noir qui finit sa course en explosant dans une station-service, tandis que Steve et sa Mustang finissent leur course dans le fossé de l’autre côté de la route. Adolescent je rêvais déjà

Je ne vois rien à améliorer ça me va tel que c’est.

CLAA 15


DECOUVE

ROLLS ROYCE SILVER SPIRIT 1981 DE DAVID LEGGETT Après une longue carrière de quinze ans, la Silver Shadow cède la place en 1980 à une nouvelle génération, celle de la Silver Spirit. Dévoilée au salon de Paris, la nouvelle voiture est la cousine de la Bentley Mulsanne Reportage Julien Gomes


ERTE


Rolls Royce Silver Spirit

E

Entre l’âge d’or des sixties et la renaissance néoclassique fin de siècle, les années 70 à 90 passent pour une sombre période en matière de luxe automobile Britannique. Précarité financière, style amnésique et compromis douteux avec Spirit of Ecstasy (« Esprit d’extase ») surnommée la Flying Lady (« Dame volante ») la statuette mascotte de RollsRoyce, fut créée en 1911 par le sculpteur anglais Charles Sykes pour enjoliver les bouchons de radiateur de la marque. La statuette représente une jeune femme dans une attitude dynamique inclinée vers l’avant ses bras sont lancés haut en arrière et ses vêtements se gonflent dans son dos dans le prolongement des bras, dans un mouvement évoquant des ailes. Les premières Rolls étaient livrées avec un simple bouchon de radiateur. Lord Montagu , un riche amateur de la marque britannique, avait chargé un de ses amis, sculpteur Charles Sykes, de créer une statuette pour sa voiture, celle-ci, appelée « The Whisper » (« Le chuchotement ») montrait une jeune femme avec ses vêtements au vent et un doigt sur les lèvres.. Les bouchons de radiateurs personnalisés étaient devenus très populaires et il fut décidé que la marque prestigieuse Rolls-Royce se devait d’avoir son propre symbole à la proue de ses voitures, Montagu présenta Charles Sykes à Claude Johnson, le président-directeur de la marque. En 1911, il sculpta la célèbre statuette, une variation du « The Whisper ». Elle devait inspirer « l’esprit de la Rolls-Royce, précisément : la vitesse et le silence,…». La statuette, proposée en option jusqu’au début 1920, avant de devenir un élément « standard », était plaquée d’argent jusqu’en 1914. Elle sera ensuite faite d’acier inoxydable, mais on peut néanmoins la commander en argent ou même en or. De nombreuses variations ont existé, il y a même eu une Spirit of Ecstasy agenouillée.

la grande série en sont les corollaires. Le phénomène n’épargne par RollsRoyce dont les Silver Spirit et Spur symbolisent la cristallisation technologique d’une firme trop sous-dimensionnée pour lutter à armes égales avec les géants Daimler-Benz et BMW. Sans nier les vérités criantes, nous voyons les choses quelque peu différemment. 1980. Durement touché par une décennie de crise, de chocs et de grèves, l’exatelier du monde n’en finit plus de décliner. Récemment portée au pouvoir, une dame de fer à la bouche de Marylin et aux yeux de Caligula impose sa stratégie du choc néo-libéral aux canards boiteux nationaux. Rolls-Royce n’est cependant pas le plus à plaindre. La mise au point ruineuse du réacteur RB211, qui entraîna la faillite de 1971, est déjà loin dans les mémoires. Désormais séparée de sa maison mère, la division automobile a depuis rejoint l’équipementier militaire Vickers. En 1978, Rolls Royce bat tous ses records de production. Cette année-

Un budget serré de 28 millions de livre Sterling. là, 3347 carrosses sortent de l’ancienne usine de moteur d’avion de Crewe, dans le Cheshire. Il faudra attendre le siècle suivant et les capitaux de VW pour pulvériser ce chiffre. Modèle phare de la gamme, la Silver Shadow s’est imposée comme la Rolls la plus vendue de l’histoire. Entre 1965 et 1980, on en compte 30.000 exemplaires, soit plus du double CLAA 18


du double que le modèle précédent, l’iconique Silver Cloud… Le projet « SZ » destiné à remplacer la Silver Shadow n’a bénéficié que d’un budget serré de 28 millions de livre Sterling. «Tout juste de quoi payer la note d’électricité annuelle de GM, diront les mauvaises langues». C’est pourtant une

Une carrière de 18 ans, pour une berline luxueuse..... La Silver Spirit reprend le V8 de 6,7 litres de la Silver Shadow II, ainsi que la transmission automatique Hydramatic Turbo. Sa suspension a été modifiée avec un système de correction d’assiette de marque Girling.

berline tout à fait contemporaine, fidèle aux formes cubiques alors en vogue, que RollsRoyce dévoile au salon de Paris, en octobre 1980, la nouvelle Silver Spirit, est présentée comme la nouvelle génération devant succéder à la Silver Shadow. Si elle s’avère techniquement proche de sa devancière (même plate-forme et moteur identique), son esthétique a été profondément remaniée. Oeuvre du designer autrichien Fritz Feller, la Silver Spirit est plus basse de quatre centimètres et plus large de neuf par rapport à la Silver Shadow. Des vitres galbées et une surface vitrée augmentée, qui réduit la hauteur des flancs, lui confèrent un look plus moderne. La Silver Spirit apparaît comme la première Rolls-Royce à être dotée d’une mascotte rétractable. Construite en Angleterre depuis ces débuts en 1980, la Silver Spirit finira sa carrière en 1998. La Silver Seraph lui succèdera au salon de Genève de 1998. CLAA 19

Le 22 avril 1933, Henry Royce décède à l’âge de 70 ans. Le logo Rolls-Royce avec un simple double R pour symboliser l’alliance des deux fondateurs Charles Rolls et Henry Royce, imprimé en rouge, est alors imprimé en noir pour marquer la disparition de son dernier fondateur.


Rolls Royce Silver Spirit ( 1980/1988) Type du moteur 8 cylindres en V Energie Essence Alimentation 2 Carburateurs horizontaux SU avec starter automatique Distribution Arbre à cames central Nombre de soupapes 2 par cylindre Alésage & Course 101.40 x 99.10 mm Cylindrée 6750 cm3 Compression 9 : 1 Puissance 240 ch à 4000 t/min Tr/min Couple 450 Nm à 2000 tr/min Boite de vitesse automatique Turbo-Hydramatic GM400 3 rapports à commande électrique Puissance fiscale 37 chevaux Direction crémaillère assistée Freins AV Disques ventilés, Freins AR Disques Longueur 466.3 cm Largeur 180.1 cm Hauteur 131.1 cm Poids (vide) 2245 kg

Au cours d’une carrière de 18 ans, le modèle va connaître plusieurs évolutions : • Le V8 recevra le système d’injection électronique Bosch KE-Jetronic, d’abord sur les voitures destinées au marché américain, puis sur l’ensemble de la production. • La voiture sera également dotée du freinage ABS Bosch (Mark II). • La Mark III concerne des améliorations apportées à la culasse du V8 (quelques chevaux supplémentaires). • La Mark IV verra l’abandon de l’appellation Silver Spirit, remplacée par Park Ward, tandis qu’une Silver Dawn sera commercialisée sur le marché d’outre-Atlantique. • En 1997, tous les modèles seront dotés de l’empattement long, ainsi que d’un turbocompresseur Garrett. Construite en Angleterre depuis ces débuts en 1980, la Silver Spirit finira sa carrière en 1998. La Silver Seraph lui succèdera au salon de Genève de 1998.

CLAA 20


Viscount, Vickers Vanguard, et le VC10 », tous sont propulsés avec les réacteurs de Rolls-Royce. (Avon, Dart, Tyne, Conway).

David, ou le rêve devient réalité

Q J: que t’apporte le club ?

M’apporte l’enthousiasme pour les belles voitures, anciennes, américaines et d’être David un pure Anglais, qui vit mainte- réunis tous ensemble. nant dans la region, est rentré au Club par le plus grand des hasard, un jour de novembre il avait un petit souci avec sa Rolls Royce Silver Spirit de 1981 (si ma mémoire est bonne c’était le démarreur). Je lui ai proposé de venir au repas de fin d’année Q J: que désirerais tu améliorer du Club en decembre 2011, et d’apprécier dans le club ? l’ambiance. C’est ce qu’il fit, et depuis c’est un fidèle des sorties et balades touristiques Je pense aucune amélioration à voir, les , accompagné de sa compagne Denise. balades, les rassemblements, l’ambiance sont très appréciés chez nous et bien sur le magazine. Question Julien: d’où te vient cette passion pour Rolls Royce ? Quand J’ai eu ma première voiture, La Austin Seven Ruby de 1938, sur la route vers l’usine de mon travail à VickersArmstrongs a Weybridge, je me suis souvent arrêté devant un garage à Hampton Court car le propriétaire avait 3 ou 4 Rolls-Royce des années 1930 à vendre. A cette époque (dans les années 1956/1957) les prix varient de 150 à 350 Livres, mais c’est trop d’argent pour un simple apprenti, donc ce fut un rêve, qui est devenu réalité maintenant. Mais aussi tous les avions construits à l’usine ou je travaillais, « les Vickers Valiant, Vickers CLAA 21


Naissance d’une légende

M

Enquete Julien Gomes

aurice Goudard et Marcel Mennesson, tous deux Centraliens, sont les créateurs de la société Solex. Cette société a été créée vers 1905 pour fabriquer des radiateurs centrifuges, puis des carburateurs. C’est en 1916 que Marcel Mennesson fait une demande de brevet pour un moteur auxiliaire à loger au centre de la roue arrière, ce brevet lui sera accordé le 31 décembre 1917. Un second brevet déposé le 31 décembre 1918 et délivré le 26 mai 1919 concernera un deux-roues complet prévoyant : un cadre composé d’un tube unique de large section allant de la selle à la colonne de direction en passant par le repose pied, ainsi qu’une suspension avant par fourche pendulaire. Ces brevets ne seront jamais suivis d’une mise en production.

La naissance d’un mythe.... Ce n’est qu’en 1940 que Marcel Mennesson fait réaliser un prototype de moteur de 38 cm3 de cylindrée. Les caractéristiques sont celles du vrai Solex, avec entre autres, une transmission par galet ; le cylindre décalé par rapport à l’axe de la roue ; et l’essence, pompée en sus, est renvoyée dans le réservoir. En décembre 1940, ce moteur est installé sur un vélo d’homme Alcyon à grandes roues de 700, couleur noir à filets or, c’est donc le premier modèle de Vélo Solex.

Premier prototype de Solex 1940

Modèle pré-série de Solex, 1942

Lorsque le 7 juillet 1943, parait dans le journal officiel un décret du 5 juin officialisant une nouvelle catégorie de deuxroues motorisés «les bicyclettes à moteur de secours d’une cylindrée au plus égale à 50 cm3», c’est la porte ouverte à la production en série. Chez Solex, le modèle est arrêté en 1942 et, dans un premier temps, il sera produit près de 700 modèles de pré-série jusqu’en 1946 qui seront confiés au personnel afin d’opérer les améliorations qui aboutiront à la version définitive du printemps 1946. CLAA 22


C’est donc en avril 1946 que seront vendus les premiers Vélo Solex, ils sont produits à Courbevoie à la cadence de 15 machines par jour et ils coûtent 13 600 Fr pièce. La cylindrée du moteur est portée à 45 cm³ pour délivrer une puissance de 0,4 CV à 2000 tr/min. En 1947 débutent les modifications du Vélo Solex et le pétrolier British Petroleum crée la Solexine, un mélange prédosé essence/ huile, qui réduit le calaminage. Ce carburant est vendu dans les stations-service Solex en bidon métallique de 2 l. En 1948, la production atteint les 25 000 unités, et le prix est de 19 418 Fr. En 1949, la production passe à 36 000 unités, on estime d’ailleurs que l’on vendait plus de 100 Solex par jour ouvrable. Le modèle de 1951, voit son prix augmenter et passer à 32 500 Fr... On atteint 100 000 exemplaires en 1953, et ce Solex est d’ailleurs le dernier représentant des bicyclettes à moteur de secours. Le succès est incontestable, les machines sont fournies par 50 aux concessionnaires, qui les payaient comptant. Ceci était possible puisque les commandes étaient passées trois mois à l’avance. De plus, on rapporte que se déroulait une sorte de marché noir qui permettait d’obtenir CLAA 23

une machine dans des délais plus courts. Cette année là, la demande est telle, que la production est répartie sur 3 usines. A partir de 1954, les modèles sont définis par des numéros, comme le solex 330 qui se différencie de son prédécesseur par un porte-bagages en tôle emboutie et un moteur d´une cylindrée portée à 49 cm³. La puissance est maintenant de 0,5 CV. Le 660 sort en 1956. Il est équipé d´un tout nouveau cadre avec repose-pieds et le design de la partie motorisation change légèrement : le réservoir et l´habillage du volant magnétique sont désormais nervurés et le phare intégré au capotage du moteur. En 1957 le 1010 arrive sur le marché. Le cadre est identique à celui du 660 mais le moteur a été retravaillé : nouvel ensemble piston–cylindre »»»»»


Le 1010 est équipé en 1959 de roue de 550 et prendra la désignation 1400. En 1960, l´embrayage automatique centrifuge fait sont apparition sur le modèle 1700. A l´arrêt, le moteur est en prise sur le galet, ce qui permet son démarrage en poussant le Solex. Le refroidissement du moteur nécessaire lors des arrêts rendus possibles est réalisé par de l´air poussé au moyen d´ailettes positionnées sur le volant magnétique. La capacité du réservoir est portée à 1,4 litre.

Une erreur de parcours De 1968 à 1974, sera produit le «Micron», c’est un cyclomoteur qui mélange des roues de scooter

Confirmation d’un mythe !!!! Le seul et l’unique, le 3800 .. Ces évolutions continuerons jusqu’ en 1966 ou sortira le 3800, qui possède un meilleur couple afin d’augmenter les performances en côte. En 1968, Solex diversifie le 3800, en proposant des modèles de couleur (bleu ou rouge), dit 3800 «luxes». En 1967, il sera vendu 287 119 unités ; en 1968, 286 431. En 1971, c’est la sortie du 5000, qui se vendra en même temps que le 3800. Ce nouveau modèle est plus bas et existe en quatre couleurs : jaune Palma, orange, bleu atoll, blanc névé. Son prix est de 529 F en 1971 et il sera produit jusqu’en 1980. En 1973 la gamme propose le 5000 en version pliable, c’est le «PliSolex» qui se plie sur la base de la poutre centrale. Ce modèle est vendu 715 F en 1974 alors que le 5000 est à 584 F. Le PliSolex sera produit jusqu’en 1978.

et un moteur de 3800, et qui ne possède pas de pédalier. En outre, il nécessite à l ’époque le port du casque, la carte grise, une immatriculation, et le permis de conduire. C’est un modèle qui s’est vendu en parallèle du 3800 et qui ne se vendra pas à plus de 4000 exemplaires pendant toute sa durée

de production. 1969 apparaît «Flash» qui deviendra le «6000» en 1972. C’est un cyclomoteur avec une transmission à cardan, et un frein à disque à l ’arrière, un moteur de 1,4 cv pour une vitesse de 40 Km/h (contre 30 Km/h pour le 3800). CLAA 24


La fin du mythe Le 29 janvier 1974, Félix Goudard s’éteint à l’age de 86 ans, il était chargé du réseau commercial mondial de la société Solex. Cette même année, Renault prend le contrôle de VéloSolex. La filiale «Renault Moteurs Développement» échange à la fin de l’année sa participation majoritaire de 51% chez Vélo Solex pour une participation minoritaire de 15% chez Motobécane. Motobécane arrête donc immédiatement la production des 6000 et des Ténor, qui sont directement concurrents avec certains produits de leur gamme. Les 3800 sont donc maintenant produits à Saint-Quentin dans les usines de Motobécane. En 1977, le 3800 est monté avec un nouveau phare arrière plus large. En 1986, il est équipé de leviers de freins droits, et de catadioptres sur les fourches arrière et avant. En 1983 Motobécane devient MBK, c’est le début de la prise de pouvoir du groupe japonais Yamaha. Le 3800 est produit jusqu’en 1988, mais les ventes ne sont plus que de 7077 en 1980 et 2 787 en 1981. La chaîne de montage MBK de l’usine de SaintQuentin, s’arrête donc le 7 novembre 1988 avec la production de 100 exemplaires qui seront pour la grande majorité vendus aux enchères au profit des «resto du coeur».

En 1998, le groupe Magneti-Marelli (Fiat) reprend la marque Solex. Il accorde au hongrois Impex une licence d’exploitation, mais cette aventure se terminera par une faillite. En juin 2004, le groupe Cible rachète la marque en vue de commercialiser l’e-Solex : le Solex électrique.

CLAA 25


Festivité 2012 Texte Julien Gomes photos des membres

16 Décembre 2012 à eu lieu notre dernier rassemblement de l’année, réunissant le club des américaines et des anciennes pour le repas de fin d’année. La journée a commencé par la visite du moulin de Pazayac (24), ou Dany, le propriétaire nous a fait découvrir la fabrication de l’huile de noix ainsi que tous les dérivés qu’une noix peut apporter. Apres une dégustation des produits réalisés au moulin, direction la salle des fêtes à Voutezac (19) pour la suite du programme dans la joie et la bonne humeur.94 personnes sont venus pour passer une journée sous le signe du rock’n’roll (thème de cette journée).Le groupe : « les AméricanRoots de Limoges », ainsi que notre DJ préféré Jean Christophe Lareynie allait nous mettre une ambiance du tonnerre. Les curieux on put voir une quinzaine de belles voitures sur le parking de cette nouvelle salle.

Club Libre des Américaines & des CLAA 26


Danse, musique, vidéo d’époque sur le Rock’n’roll, superbe décoration, voilà le portrait dressé. Nous avons pu découvrir tout au long du repas, les talents cachés de certains de nos membres. Rigolade avec des sketches Jean François Van Mieghem, des chansons interprétées par Guy Pajot et surtout de Simone (la maman de Claude) qui avec ses quatre-vingt-quatorze printemps a su conserver une très belle voix. Pour que cette journée soit une belle réussite, voilà les ingrédients nécessaires. Ne pas oublier aussi les efforts fournis par une équipe soudée pour la préparation de tout cela.

CLAA 06

s Anciennes CLAA 27

»»»»»


Visite du matin Moulin de Pazayac Fabrique d’huile de Noix...

Les Meilleurs moment... Déco de la Salle à Voutezac...

Les AméricanRoots de Limoges....

Elvis est de retour...


Nos ravissantes serveuses ...

Nos Pin up d’une journée ...

Nos intervenants qui ont vaincu le trac ....

94 ans et toujours une maqgnifique voix, Simone la Mére de Claude Arnou...

Une tradition, distribution de roses aux femmes de cette journée .....

Ambiance Rock’n’roll

Le grand gagnant de l’affiche Collector Serge Tournarie

»»»»»


Une équipe dévouée... Des bénévoles plus nombreux.....

Un grand bravo à toutes l’équipe, par son investissement tout au long de cette année 2012 ainsi qu’à tous les bénévoles qui tous les ans sont de plus en plus nombreux à vouloir s’investir au sein du Club. Et un grand merci à vous tous pour le soutien que vous nous donnez tout au long de l’année. Vous êtes nombreux à nous faire part de votre satisfaction pour la dernière journée du Club, ce qui donne du baume au cœur à toute l’équipe.

CLAA 30


Un artiste dans le Club Térence, le fils de Jean Christophe et Stéphanie (Chevrolet Camaro 1998), nous a réalisé la déco de l’entrée. Ce jeune homme de 17 ans qui fait des études de graphiste sur la région de Bordeaux a un grand talent : donnez lui une bombe de peinture et vous verrez le résultat !!!!

Nous le remercions d’avoir dit «oui» pour réaliser cette déco. La tâche ne fut pas simple surtout avec mes exigences, vous me connaissez. Tout le monde à put ainsi apprécier le travail effectué pour le jour des festivités. Nombreux mon dit : « bravo pour sa réalisation ». Nous lui souhaitons tous le succès mérité pour l’avenir. Et peut-être l’année prochaine, qui sait ? Un futur déco !!!!!

CLAA 31


U

ne douzaine de véhicule du club était présent en cette belle journée ensoleillé du 26 Aout, pour venir compléter les nombreux véhicules des clubs régionaux, à Brive la Gaillarde (place de Lattre de Tassigny). Texte & photos Julien Gomes

Rassemblement véhicule Sportif et Collection

CLAA 32


Pas belle la vie... Nadia & Fernand

Brive la Gaillarde (19) 26 Aout

Cette manifestation était organisée par le Club Team 4 anneaux Limousin. Même si ce ne fut pas une sortie officielle du Club, (le but étant de jouer le jeu de la communication entre Club et de pouvoir ainsi rencontrer d’autres passionnés), les membres du Club ayant bien joués le jeu. CLAA 33


Votre jeunesse Automobile ou Motocycle, Alain Perrugia, (Cadillac convertible 1968) Ma première voiture achetée 500Frs en 1971 (Simca aronde 1957,moteur Flash)

Simca 1100TI achetée neuve en 1973 j’ai eu le bonheur d’être le deuxième acquéreur sur Argenteuil(95)

Claude Arnou (Chevrolet caprice Classic 1979)

Simca Vedette 1957 Petite crevaison à Sommières en 1963

Citroen Traction 15 de 1955 (à l’arriere plan) avec ma Mere Simone et son beau pere Serge Citroen Traction 15 de 1951 .

Fernand Chaigne (Buick Delta 88 1967)

Ma première voiture une Studebaker champion 1950. Equipée d’un cylindre en ligne de 16 cv, acquise en 1960 j’avais 19 ans. photo prise en 1961, à Maisons-Laffitte ou nous habitions

CLAA 34


Chevrolet impala 1960, Photo prise au port d’Etaples Pas de calais. On voit Nadia et sa copine Madéle sur le capot. Nous étions en vacances c’est ma 5e voiture, petite anecdote la façon dont je l’ai eue est drôle, j’avais une Ford Tbird 1960, j’étais allé chez mes parents à côté du champ de course de Maisons-Laffitte. Un voisin de mes parents est venu me voir, il avait un bruit bizarre sur son auto, il me la fit essayer et ce bruit était le cardan de sortie de boite. Alors il a voulu le faire enlever par la casse, il s’est renseigné on lui donnait 5000af, il a préféré me la vendre, j’ai acheté le croisillon 8100af je l’ai remonté et j’ai roulé avec voilà.

Eric Cournede (Ford Mustang Fastback 1967) Julien Gomes (Chevrolet Bel air 1957) Eric (à gauche) et son frere , 1 an de permis de conduire avec notre Golf GTD c’était en 1988 dans une station de ski.

Ma Motobecane 1949 prise à l’ile d’oleron en 1998

David Leggett (Rolls Royce Sylver 1981) David avec son Austin Seven Ruby de 1938. en angleterre.

Jean Christophe Lareynie (Chevrolet Camaro 1998) Ma 1er auto une Renault 11 turbo de 1985, avec un kit zender c’était en 1991 chez mes parents à Terrasson

Continuez à m’envoyer pour la nouvelle rubrique, « Votre jeunesse automobile & motocycle » Vous avez des photos du passé, concernant le thème de l’automobile, ou de la moto, qu’elles soient de votre jeunesse, de vos parents, ou grands parents, envoyez-les moi avec une petite légende. à ; claeadordogne@aol.fr , CLAA 35


Un Homme, une Femme, des voitures, des caravanes, des passions autour des USA. Texte JM Dessart, photos archives JM Dessart

Suite à la suggestion de notre cher président dans le news n° 4 de lui transmettre des photos anciennes de voitures et autre, l’idée m’est venue de rédiger ce petit article en mêlant un peu les photos d’époque, et la découverte d’une famille et de ces passions.

En regardant cela j’aurais pu devenir collectionneur de tracteur :

des prédispositions pour le remorquage..... C’est enfant que le virus m’a contaminé, séries télévisées, voitures américaines miniatures matchbox, un copain de mon père mécano spécialiste Opel et américaine, devant le garage du quel je pouvais admirer Cadillac, Chevrolet et Oldsmobile, à chaque visite ou pour les entretiens des différentes voitures General Motors Europe (Opel) de mon père. Début des années 70


Après les premières priorités de la vie courante, que la passion pour l’autoPontiac Trans mobile américaine s’est exprimée. En sport GT 3.8 V6 1997 alors que la famille s’agrandie et 1995 caravane que l’achat d’un monospace devient pliante Rapido Export 1980 une nécessité, après un voyage au Ca«camping en nada où il était très présent nous flasBretagne» hons sur le Pontiac Trans sport avec ces 7 places son nez de TGV et sa motorisation 3.8 l à la sonorité typiquement américaine, et sa boite auto (1 de nos critères de sélection dont l’éventail de choix était restreint Espace Renault v6, ou Chrysler voyageur seuls concurrents sur ce créneau). C’est au volant de cette première américaine que nous avons pris goût à la conduite américaine « coulée » type cruis’in, au bruit feutré du V6, au couple de ce moteur de grosse cylindrée. Le doigt était mis dans l’engrenage infernal et sans retour possible.....

Oldsmobile Cutlass convertible 1972, caravane pliante Rapido Confort début 70 sur la route de Réalmont

Lors de notre premier festival country de Mirande la même année, nous avons fait la connaissance des propriétaires d’une autre américaine atypique, sur laquelle Marie-Pierre pourtant pas très branchée voiture a succombé, l’AMC Pacer. Le prochain projet était dans les têtes, le virus progressait. L’avènement a été plus long mais en 2004 se sont des fausses jumelles qui sont arrivées dans le garage, une Pacer station wagon v8 de 1979 et un cherokee Briarwood 6cyl 4 litres (façon woody) de 1991. CLAA 37

En 1999 c’est après la vente de ma Honda 125, et, passée l’idée de la remplacer par un gros cube avec obligation de passer le permis moto et un plaisir jugé un peu égoïste avec 3 enfants qui se battront pour monter dessus, qu’est venu le projet « d’investir » dans la voiture ancienne et plutôt américaine. Après plusieurs pistes et un cahier des charges ciblé, nous avons flashé sur une Oldsmobile Cutlass convertible 1972 dont le contraste des couleurs, la large calandre agressive et les formes évocatrices nous ont fait craqués. L’achat s’est concrétisé en 2000. AMC Pacer SW V8 1979 à Mirande en 2004

2005 à Pont de Salars (12)

Jeep Cherokee Briarwood 1991, caravane pliante Rapido Export 1980 Rassemblement RCCF (Rétro Camping Club de France) juillet

»»»»»


La fréquentation des festivals américains pendant les vacances d’été avec le problème d’hébergement avec les enfants, m’ont vite fait envisagé d’assortir aux voitures anciennes, une caravane légère sensiblement d’époque afin d’avoir un attelage homogène. Le virus évoluait et mutait. En 2005 les festivals se sont faits en ancienne et caravane.

Jeep Cherokee Briarwood 1991 et Airstream Trade Wind Rassemblement RCCF (Rétro Camping Club de France) juin 2005 au camping Belrepayre Trailer park à Mirepoix (09)

Et puis de fil en aiguille par cette nouvelle passion (due surement au camping pratiqué depuis le plus jeune âge) nous avons fait plusieurs sorties avec hébergement en caravane américaine (Mirepois dans l’Ariège, Chateauroux).

Oldsmobile 1972 Airstream Sovereign 1969 Chateauroux 2007 chez Mike, l’airstream a été vendue depuis

Celles-ci combinées à 2 voyages dans l’ouest des USA en 2006 et 2008, nous ont fait franchir un nouveau pas dans la lente évolution de « l’Americanomania » dont nous ne guérirons sans doute pas, la recherche et l’achat en 2010 une airstream GlobeTrotter 1969 ramenée du Maine, via la Belgique.

Avion Travel Trailer, Petrified Forest, Arizona, 2008

CLAA 38


Plus de 900 kms de traction de l’Airstream avec le Cherokee, ont démontrés la limite de celle-ci pour tracter ce type de caravane, il fallait donc penser à trouver autre chose.

Sur le port de Zeebrugges Belgique fin juin 2010

Festival country Gramat 2010

C’est ce qui fini par se réaliser en avril 2011, avec l’arrivée dans le cheptel US d’un Dodge Ram 1500 quad cab 5,7 Hemi, GPL qui est tout à fait adapté au remorquage de charges lourdes et dont le gabarit et beaucoup plus en rapport avec celui de l’airstream.

Dodge Ram 2003 et Airstream Globe Trotter 1969 Airstream Safari 1965 Camping municipal Aiguillon Festival Nicole 2012

CLAA 39


Soleil radieux pour l’edition 2012 des Pistons de la Glane (Haute vienne) Reportage; Philippe Desbordes, Photo Jean Pierre Leveque et Comité des Piston de Glane

C’est sous un soleil radieux qu’a eu lieu l’édition 2012 des Pistons de la Glane à Saint Brice sur vienne (87) le 23 Septembre 2012. Une vingtaine d’américaines étaient présentes (dont des membres du Club Libre des Américaines de Limoges et de Club amis) et se sont retrouvées autour d’un bon pique-nique. Se mélangeant parmi les nombreuses françaises allant des années 40 à 70 ainsi que quelques anglaises qui avaient aussi fait le déplacement. A noter la présence en force du club VW, cox, combi ainsi que des buggys étaient pleinement de la partie. Au total c’est une centaine de véhicules venant de tous les départements limitrophes, donnant aux visiteurs venus nombreux un panel varié du monde de l’automobile de collection « et comme je dis il y en avait pour tous les gouts. ». Rendez-vous pour l’édition 2013 sous le même soleil.


Périgueux / Trélissac rendez-vous mensuel Club ami « Les Cabossés » Texte & photos Julien Gomes,

1 an déja... « Les Cabossés » avait convié le Club Libre des Américaines & des Anciennes à fêter avec eux l’anniversaire de la création de leur association qui organise tous les 2eme Dimanche de chaque mois un rassemblement réunissant les véhicules d’hier à aujourd’hui sur le parking de Leclerc Trélissac (24). C’est dans une ambiance chaleureuse que tous ces passionnés d’automobile sont venus le 11 Novembre 2012 trinquer et partager un petit casse-croute offert à tous, pour fêtes leur 1 ans de création. Nous leur souhaitons longue vie….

CLAA 41


Corrèze Téléthon Tour 2012 Texte et photos Julien Gomes

Corrèze Téléthon Tour 2012, s’est donné rendez-vous sur l’esplanade du plan d’eau d’Objat ou 6 véhicules du club Libre des Américaines & des Anciennes ont participés à cette action. Apres une matinée ou les visiteurs purent admirer la quarantaine de véhicules qui étaient exposés. Tout ce beau monde prit par de petites routes de campagne l’Espartignac ou un Pot au feu bien chaud attendait nos participants. Apres s’être rassasiés nous priment la direction de Uzerche « point final de cette action de solidarité » ou nous attendait le Club d’Uzerche.

08 Décembre

CLAA 42


Retrospective 2012 en Images

CLAA 43


CLAA 44


Le club, c’est en 2012: - Bonne humeur - Passion - Découverte - Contact Humain - Complicité - 23 sorties

CLAA 45


La tant attendue .. Texte et photos Julien Gomes

Après 3 mois d’attente, de stress, d’énervement, d’angoisse et de doute, la belle vient enfin d’arriver en ce 10 Novembre 2012.

Un transporteur très sympa vient livrer un cadeau de Noël avant l’heure à Collec auto. Eric un membre heureux...

vient accueillir sa nouvelle Mustang Fastback 1967 tant attendue. Là on peut découvrir le bonheur sur le visage d’Eric qui reste devant, comme un gamin qui découvre son 1er jouet à Noel. Allez un bon nettoyage car le trajet a été long depuis le Havre. Un lavage réalisé dans les règles de l’art par Caroline....


Encore quelques minute, et la voila sur son nouveau territoire .....

Petite inspection pour découvrir d’éventuels défauts, rien de méchant Eric est content .....

1er nuit pour «la belle» dans la région, enfin .... Nous lui souhaitons de prendre autant de plaisir à parcourir nos routes de campagne, qu’avec ses autres autos qu’il à vendu pour acquérir « cette belle ». Bonne route à toi ….. CLAA 47


E U Q I T A R P L I E S N CO


Comprendre votre carburant pour votre ancienne Enquete Julien Gomes

Un carburant est un combustible qui alimente un moteur thermique. Celui-ci transforme l’énergie chimique du carburant en énergie mécanique. Voila en deux mots le principe du carburant de votre véhicule. Mais voila la composition de votre carburant à bien changé au fil du temps, mais qu’en est-il aujourd’hui pour continuer à faire rouler nos anciennes. Je vais vous faire un résumé de ce qu’il en est actuellement en restant assez objectif. Depuis le 1er janvier 2000 le supercarburant plombé a été retiré de la distribution. Pour le remplacer, les pétroliers ont mis au point un vague ersatz (comme on va le voir) : le supercarburant ARS (anti récession des soupapes) dans lequel (pour schématiser…) le plomb est remplacé par le potassium. Les collectionneurs habitués à remplir leurs réservoirs au plombé se sont alors posés plein de questions : que mettre dans les soutes de leur machine : Super ARS, SP95, SP98, E10, bio Ethanol…. Vaste sujet, en fait, vaste et controversé. Je peux vous dire que l’on pourrait remplir le magazine sur ce sujet. Quelle essence employer : sans plomb 95 ou 98, avec ou sans additifs. Premier élément l’indice d’octane :

Véhicules avant 1939 dont l’indice d’octane était de 50 à 60. Le SP 95 est l’essence la plus proche. Véhicules d’après guerre dont l’indice d’octane était de 69 à 78. Le SP 95 est l’essence la plus proche. Véhicules des années 1970 dont l’indice d’octane était de 85 à 93 Le SP 95 est l’essence la plus proche. Nota: A partir des années 1970 les culasses des véhicules US sont équipées de sièges et soupapes renforcées et en France seul Simca se démarque. Les véhicules aux moteurs performants ou de compétitions étaient équipés de sièges et soupapes renforcées donc l’essence SP 98 convient. CLAA 50


Deuxième élément : En fonction des critères moteurs suivants : (a retrouver sur le carnet d’utilisateur du véhicule) Vitesse inférieure à 4500/5000 tours minute équipé de sièges rapportés : SP 95 Vitesse supérieure à 4500/5000 tours minute : SP 98 Un taux de compression compris entre 7 et environ 8 : SP 95 Un taux de compression compris entre environ 8 et 10.5 : SP 98 Troisième élément : Le besoin en octane sera plus élevé si : la culasse et le bloc-moteur sont en fonte, l’emplacement de la bougie est dans une zone froide, les sièges de soupapes sont étroits et la chambre de combustion a une forme « baignoire». L’indice d’octane sera moindre si : la culasse est en aluminium,les chambres de combustion sont hémisphériques, les bougies sont dans une zone chaude, les sièges de soupapes sont larges, la tubulure d’admission est longue et il n’y a qu’un seul carburateur. Les véhicules antérieurs à 1923 roulaient avec de l’essence non plombée. - pour les véhicules Européens cette limite est repoussée à 1931. - les véhicules Européens postérieurs à 1945 ont fonctionné à l’essence plombée. - les véhicules militaires postérieurs à 1939 ont connu l’essence plombée. Et si on parlait du E85 ou bio éthanol; Pour ma part ceux qui me connaissent savent que j’ai roulé pendant plus d’un an et demi avec du E85 et ceci à 100 %. La seul chose que j’ai faite c’est de régler ma carburation, changer ma pompe à essence (qui était d’époque) et mes durites d’essence (non prevues pour le 95). Elle fonctionnait à merveille, et plus agréable sans perte de puissance. Point négatif c’est que cela augmentait la consommation de 10 à 15 % en fonction de la conduite Mais à l’époque où je roulais au E85 il était vendu 0.70 cts, et on ne trouve pas assez de station éthanol (donc obligation de regler la carburation à chaque fois que je devais mettre du carburant sans plomb). Mais pourquoi je roule plus avec du E85 ?, c’est que total Brive la seule station de la région a arrêté d’en vendre (d’après les propos du propriétaire pas assez rentable) et la seule station la plus proche est à Trelissac soit un peu plus de 50 km de mon domicile, du coup je suis repassé au 98 en intercalant avec du E10( qui contient 10% éthanol et Photo Thomas Riaud 85 % de 95). CLAA 51


(Texte prit sur le site flexogreen), permettant de rétablir quelque vérité. Mythe : L’éthanol fait chauffer le moteur. Vérité : Il y a une raison pour laquelle beaucoup de moteurs hautes puissances roulent à l’alcool pur. La combustion se fait à plus basse température, gardant un refroidissement du moteur. L’éthanol, une forme d’alcool, mélangé à l’essence agit de la même façon sur votre moteur. La température est donc inférieure en Ethanol et non supérieure. Mythe : L’éthanol est mauvais pour les injecteurs de carburant. Vérité : Les oléfines dans l’essence entraînent des dépôts qui peuvent encrasser les injecteurs. En revanche, l’éthanol brûle à 100/100 et ne laisse aucun résidu, ainsi il ne peut pas contribuer à la formation de dépôts. L’éthanol garde réellement les injecteurs de carburant plus propres et en améliore les performances. De plus, l’éthanol n’augmente pas la corrosion et il n’abîme pas les joints ou les valves. Mythe : E85 éthanol est corrosif. Vérité : Oui l’éthanol est corrosif, mais pas beaucoup. L’essence est corrosive aussi. L’éthanol est biodégradable dans l’eau. Ainsi, il a une tendance à contenir et attirer l’eau. Ce ne sont pas les propriétés corrosives de l’éthanol qui peuvent endommager votre véhicule, c’est l’eau qui peut rouiller l’installation carburant d’un véhicule de l’intérieur à l’extérieur. Les véhicules d’aujourd’hui (depuis le milieu des années 80) ont des installations carburant qui sont faites pour résister au carburant moteur corrosif et à la rouille de l’eau. En outre les processus de distillation d’aujourd’hui sont supérieurs à ceux d’avant. Nous avons maintenant de meilleures techniques pour dessécher l’éthanol ou réduire la teneur en eau. D’autre part, le gaz contient de l’eau aussi. N’avez-vous jamais entendu parler du gaz sec ? Mythe : Si je mets de l’éthanol E85 dans mon véhicule fonctionnant à l’essence uniquement, cela va l’abîmer. Vérité : Un réservoir ne s’abîme pas. Quelques revendeurs répandent des rumeurs et prennent $300-$3000 pour un réservoir d’E85 accidentellement utilisé. Cette utilisation peut causer des ratés du moteur. Votre voyant moteur va s’allumer (check engine orange). Si vous devez accidentellement mettre de l’E85 dans votre véhicule, vidanger le réservoir, mettre du SP95 et tout ira bien. Si vous utilisez de l’E85 dans un véhicule sans kit de conversion ou n’acceptant pas le flexfuel, vous pouvez abîmer votre moteur. Un kit bien installé ne laisse apparaître aucun check engine.

CLAA 52


Mythe : L’éthanol corrode les lignes de carburant. Vérité : L’éthanol garde réellement votre système de carburant propre comparé à l’essence sans plomb. Dans les réservoirs de carburant sales, l’éthanol détache les contaminants et résidus qui peuvent être récupérés dans votre filtre à essence. La crépine de la pompe aussi peut être bouchée. Dans des voitures plus anciennes, particulièrement celles construites avant 1975, le remplacement du filtre résoudra le problème. Et si vous continuez à utiliser le mélange éthanol/essence, votre filtre restera plus propre pour améliorer la performance de votre moteur. Mythe : L’éthanol n’est pas bon pour les voitures anciennes. Vérité : Beaucoup de voitures anciennes ont été conçues pour fonctionner avec de l’essence plombée, avec le fil fournissant l’octane nécessaire pour la performance. Cependant, même les grands changements intervenus dans la composition de l’essence au cours de ces dernières années n’ont pas affecté la performance des moteurs anciens. L’éthanol, un additif naturel et renouvelable, augmente les niveaux d’octane de 3 points et fonctionne parfaitement dans les moteurs plus anciens. Voilà ce qu’on pourrait dire sur le carburant qui existe à l’heure actuelle, à l’aube de la disparition du sans plomb 98 et voir même du 95 qui est de plus en plus remplacer dans nos cheres station par du E10. Il faudra bien trouvez une alternative pour pouvoir continuer à rouler avec nos anciennes, sinon à force d’écouter à droite ou à gauche nous laisserons nos véhicule de collection sur 4 parpaings dans nos garages. Je ne pense pas que ce soit le but recherche par tous les passionnés, donc faite vous plaisir roulez et profiter de vos autos. Etats-Unis : l’éthanol, star de la course 500 miles d’Indianapolis. Depuis 2006, le biocarburant et plus précisément l’éthanol s’invite dans cette célèbre course. Chevrolet a d’ailleurs dévoilé 2 Corvettes Pace Cars différentes et charismatiques fonctionnant à l’E85,

Corvette Z06 à l’E85 (505 cv)

Corvette Pace Car à l’E85 (436 ch) CLAA 53


Dates à retenir 20 Janvier 2013 Rendez vous mensuel parking de Leclerc Brive (19) 17 Fevrier 2013 Rendez vous mensuel parking de Leclerc Brive (19) 17 mars 2013Rendez vous mensuel parking de Leclerc Brive (19) 31 Mars 2013 Balade touristique «sortie décrassage» Dans votre prochain magazine. Découvertes: 2 Hommes, 2 automobiles. Résumés des sorties Des Reportages Des infos du Club Et bien d’autres surprises vous attendent

INFO CLUB Nous aimerions votre participation active dans notre magazine, vous avez sans doute des anecdotes, des expériences vécues, concernant notre passion commune « L’AUTOMOBILE », sous toutes ses formes, que ce soit, des participations à des rassemblements, des visites dans des lieux mythiques, etc. etc., que vous aimeriez faire partager à l’ensemble du Club, en publiant des photos et vos commentaires pour insertion dans le magazine. Continuez à m’envoyer pour la nouvelle rubrique, « Votre jeunesse automobile & motocycle » vos photos du passé, concernant le thème de l’automobile, ou de la moto, qu’elles soient de votre jeunesse, de vos parents, ou grands parents, à claeadordogne@aol.fr , avec une petite légende. Votre Président Julien

CLAA 54


Le Club Libre des Américaines & des Anciennes organise un nouveau rassemblement Mensuel à partir du 20 Janvier 2013. Il aura lieu tous les 3emes dimanche de chaque mois, de Janvier à Novembre, et se tiendra sur le parking du Centre Leclerc de Brive la Gaillarde (19) de 9h à 13h. Tous les passionnés seront les bienvenus, qu’ils soient possesseurs de véhicules de Collection, d’américaines, Hot Rod, Custom, Véhicules de Prestige, Motos Anciennes ou Harley Davidson, et pourront bien sur partager leur passion commune. « Les véhicules ne respectant pas le thème du rassemblement ne pourront être exposés sur la zone d’exposition. » Merci de votre compréhension Renseignements Club Libre des Américaines & des Anciennes Julien 06 14 34 57 12

Eric 06 49 63 32 45

Michel 06 26 31 64 68

Partenaires

http://lemoulindemaneyrol.e-monsite.com

CLAA 55


VOUS AVEZ LA PAROLE ... Tout d’abord je vous félicite pour le magazine N°4, tout est bien construit, surtout sur le reportage de votre adhérent qui possède la Cadillac 1968, et en plus je le trouve beau avec sa petite amie !!!!!!!, j’espère qu’ils seront bientôt sur d’autre magazine ...... Le «Maitre» prend de l’assurance dans le montage du Magazine. Cela fait très plaisir de voir ces photos sur ces pages on a l’impression de participer un peu. Merci pour ce moment de plaisir et vive les voitures Américaines. Didier (Mercury Monterey 1963) J’ai été averti ce matin de l’arrivée du magazine, mais je n’ai pu l’ouvrir que ce soir, autant dire que la journée a été longue. Après les bravos qui sont de rigueur sur tout ce travail accompli, je veux te remercier du fond du cœur pour les termes bienveillants et sympathiques que tu as utilisé pour parler de mon auto et de moi-même. Je me rends compte que je ne suis pas assez souriant sur les photos et en général, pourtant je vis de grands moments de bonheur au club. Je vais donc travailler mon image pour qu’elle soit plus avenante. Et ça, ce sera une réussite de plus à mettre au crédit du Club. Amicalement Jean Francois (Lincoln continental MkIV 1976)

Alain (Cadillac Deville Convertible 1968) Je viens de me régaler en lisant tous les différents reportages du magazine et particulièrement celui de la N7. Je tiens vraiment à te féliciter ainsi que toutes les personnes qui ont participées a la création du magazine car j’imagine que cela doit être un travail titanesque. Je pense que l’impression sur papier devrait avoir du succés.je suis acheteur de tous les magazines!!!! Merci a toi et a toute l’équipe qui t’entoure pour votre disponibilité et générosité. Jean Christophe (Chevrolet Camaro 1998) Encore un super magazine, comme prévu Marie-Pierre l’a lu avant moi, Bravo pour le super boulot, mais dis-nous comment fais-tu? Tu ne dors pas? Ou tu as trouvé le moyen de transférer directement tes pensées ou idées sur le PC ? de Marie Pierre merci et bravo tu as encore fait un super travail Jean Maurice & Marie Pierre (Oldsmobile Cutlass Convertible 1972

Super le magazine n°4 tu m’en envoi un je te Superbe couverture, toujours impatient de le règle et tu me dis combien il coute merci. voir le contenu, pas beaucoup de club, ont la Superbe photos « super!!!! On en veut un!!!!» chance d’avoir un magazine comme ça. Christian & Momo (Lincoln limousine Town Car 1989)

Jean Louis (Chevrolet Pick Up Custom 1946) CLAA 56


C’est toujours avec un très grand plaisir que je redécouvre, à chaque fois , le magazine du» Club Libre». Vincennes en Anciennes, dont je fais partie, (par intermittence, 6 mois à Sarlat et 6 mois au Perreux sur marne), développe sous la responsabilité de ses administrateurs, et plus particulièrement de son président Michel Romanet-Perroux des activités régulières du même ordre que les tiennent. Et, je salue le travail colossal qu’il est nécessaire pour réaliser un magazine, aussi bien traité qu’il est. Je me suis permis de transférer le magazine à Michel, pour qu’il puisse en prendre connaissance, et qui sait, peut-être des rencontres ultérieurs entre clubs ? Très cordialement, et encore bravo Christian (Club Amis) Je viens de «feuilleter» ton magazine pour la première fois, auparavant je ne l’avais pas vu. Eh bien je vous adresse toutes mes félicitations pour cette réalisation où tous les articles m’ont intéressé, je ne passe pas la brosse à reluire, c’est vraiement ce que je pense. A bientôt, donc. Amitiés.

Merci à tous nous avons passe une très agréable journée Marie-pierre (Epouse de jean Maurice Oldsmobile convertible 1972) sur Facebook du club Superbe journée bravo Claude (Chevrolet Caprice classic 1979) sur Facebook du Club Et oui encore une bonne journée passée ensemble, visite intéressante et enrichissante le matin et repas avec bonne animation musicale et autre et toujours une déco sympa, bravo les huissiers!!!! Toujours une bonne ambiance sans prise de tête, des déguisements sympas..... Encore trés bien et bravo à toute l’équipe organisatrice pour tout le boulot de préparation. Longue vie au bureau et au club du quel est fait plaisir d’être adhérent. A transmettre aux autres membres du bureau, bravo et merci pour le dévouement. ean Maurice (Oldsmobile Cutlass Convertible 1972

René (Club ami) On en veut un exemplaire si c’est possible Edgard (sur Facebook du club) On en veut un exemplaire si c’est possible Philippe (Chevrolet Silverado pickup 1995 )

Bonne route sans pluie, Soleil à l’arrivée, température extérieure terrasse à midi : 16°c merci à vous pour cette excellente journée ! Cathy & Alain (Chevrolet Corvette C6 2006)

Sur la journée du 16 Decembre Excellente journée !!!!! a l’année prochaine biz biz !!! Delphyne et Ritchie (Volva 480 coupé) sur Facebook du club CLAA 57

Cette page est à vous, vous avez des choses à dire, bonne ou mauvaise, n’hésitez pas !!! Envoyez les-nous à claeadordogne@aol.fr elles seront diffuser.


BOUTIQUE CLUB DVD 5 € DVD du Club Libre des Américaines, regroupant les sorties US 2011. UNIQUEMENT SUR RESERVATION, COMMANDEZ DES LE

DVD 10 € DVD Club Libre des Américaines & des Anciennes, regroupant les sorties mutuelles 2011 en double DVD. UNIQUEMENT SUR RESERVATION, COMMANDEZ DES LE

Casquette du Club 15 € Club Libre des Américaines. ou Club Libre des Anciennes 3 coloris au choix ; - Bleu Foncé - Beige - Blanc Contact; Julien 06.14.34.57.12 // Eric 06.49.63.32.45 // Michel 06.26.31.64.68

CLAA 58



Magazine du Club Libre N°5 Oct, Nov, Decembre 2012