Page 1

MADAME MAGAZINE

Madame M A G A Z I N E

DE C E M B RE 2015 DE C E M B E R 2015

CULTURE Jimmy Nelson Khalil Gibran Abu Dhabi Classics DDW... PORTRAITS Cツ四ine Cousteau Noor Shamma Lina Farra Jody Ballard... Decembre 2015 / December 2015 _MADAME COVER_DEC15.indd 1

12/11/15 8:35 AM


__EDITO_OCT15.indd 1

11/7/15 12:38 AM


OWNER & C.E.O. Catherine GILBERT REDACTION – EDITORIAL Rédactrice en chef – Editor-in-Chief Christel de NOBLET Assistante de rédaction Tonya DICKENSON Secrétaire de redaction - Editor assistant Marc d’ANGLURE Journalistes - journalists Marina de BLONAY Katrine BREKKE Sandrine GELEIJNS Bénédicte GIMONNET Tina HARALDSSON Fabien MAHATSIANGY Henriane MOURGUE-d’ALGUE Christel de NOBLET Valérie WARD Traductions - Translations Marc d’ANGLURE Catherine de MONTPEZAT PUBLICITE -ADVERTISING Directrice commerciale – Sales manager Isabelle QUESTEL isabelle@madame-magazine.com advertising@madame-magazine.com Communication & PR Johan GILBERT johan@madame-magazine.com Nous contacter-contact us: E.A.U. / U.A.E. H3J FZ LLC Office 430, Building B Al Saaha Offices – Souk Al Bahar Old Town Island – Burj Khalifa District P.O. Box 487177, DUBAI – U.A.E. Tel: +971 55 611 62 42 / +971 55 35 45 207 FRANCE: MADAME MAGAZINE 13 place des tilleuls, 60680 JONQUIERES contact@madame-magazine.com Tel: +33 621 17 44 93

DECEMBRE 2015 DECEMBER 2015

EDITO Le dernier numéro de l’année 2015 de Madame Magazine est à l’image de ce qui nous tient à cœur : des portraits de femmes engagées et battantes comme Céline Cousteau, Lina Farra ou Jody Ballard, des aventures vécues en équipe où la rencontre est riche de l’Autre, comme cette odyssée des Sœurs des Sables ou les périples des petites cartes postales de Noor Shamma. De belles personnes, mais aussi de beaux objets pour embellir notre quotidien: avec les produits de SLL et d’Orfelia, Madame Magazine finit l’année sous le signe de la lumière et de la douceur et souhaite à tous ses lecteurs de nombreux moments lumineux et heureux...

The last issue for 2015 of Madame Magazine reflects what matters to us: big-hearted and strong-willed women that embraced life such as Céline Cousteau, Lina Farra or Jody Ballard, as well as team adventures where the encounter with Others makes it worthwhile, like in the odyssey of the Sand Sisters or in the amazing story of the peregrinations of the little postcards of Noor Shamma. Beautiful persons as well as elegant objects that transform our everyday life: with the products of SLL and Orfelia, Madame Magazine softly finishes the year under the sigh of light and gentleness and wishes to its many readers many bright and happy moments...

Conception Graphique Anton Cruz Impression / Printing Masar Printing & Publishing Distribution

Directrice générale / Managing Director

MADAME MAGAZINE

Catherine GILBERT Aimez-nous sur facebook – Like us on facebook “Madame Magazine”

Madame M A G A Z I N E

DE C E M B RE 2015 DE C E M B E R 2015

A Publication by  

CULTURE Jimmy Nelson Khalil Gibran Abu Dhabi Classics DDW...

H3J H3J FZ LLC

FZ LLC Magazine online sur www.madame-magazine.com

__EDITO_DEC15.indd 2

Retrouvez votre magazine en ligne sur Read your magazine online www.madame-magazine.com

PORTRAITS CŽline Cousteau Noor Shamma Lina Farra Jody Ballard... Decembre 2015 / December 2015

Copyright: "All rights reserved. No part of this publication may be reproduced without w r it ten per m ission f rom t he publ isher ".

Madame Magazine is part of Fujairah Media Free Zone – Creative City

_MADAME COVER_DEC15.indd 1

12/11/15 8:35 AM

ESPRIT - New festive and winter collection.

12/11/15 9:39 AM


SOMMAIRE / CONTENT

28 96

64 CULTURE

86

4 News de luxe 10 EMIRATI EXPRESSIONS IV: CONVENTIONS OF ARTS 16 RENCONTRE AVEC TROIS ARTISTES In conversation with three artists 24 ABU DHABI CLASSICS 28 JIMMY NELSON 36 ED DUR 40 KHALIL GIBRAN 46 AGENDA CULTUREL Cultural agenda

TENDANCES – TRENDS 50 KATYA KOVTUNOVICH 58 SCARABEE 62 SHOPPING

36

50

LA VIE DANS LE GOLFE LIFE IN THE GULF 64 68 78 86

QASR AL MUWAIJI DUBAI DESIGN WEEK CELINE COUSTEAU LA FEMME DU MOIS The Woman of the month JODY BALLARD 90 SAND SISTERS 96 THE POSTCARD INITIATIVE 102 LINA FARRA 110 YASALAM

EVASION – ESCAPING 116 HATTA

MAISON – HOME 122 SLL 130 ORFELIA 134 RECIPES

BIEN-ÊTRE ET LOISIRS WELLBEING AND LEISURE 140 ZAROOQ 146 ADRESSES ADDRESSES 2

__CONTENT_DEC15.indd 2

12/11/15 9:39 AM


__CONTENT_DEC15.indd 3

12/11/15 9:39 AM


NEWS DE LUXE DECEMBER 2015

VACANCES D’HIVER EXTRAORDINAIRES AVEC BENTLEY

EXTRAORDINARY WINTER BREAKS WITH BENTLEY

Les amateurs de voyage du Moyen-Orient peuvent désormais réserver leurs vacances d’hiver dans la première auberge de montagne de Bentley Motors à Kitzbühel, en Autriche. Entouré de pics et de vallées à couper le souffle, niché dans l’un des endroits incontournables et des plus exclusifs des Alpes, le chalet luxueusement meublé offre un refuge incomparable. Le bâtiment historique était à l’origine la maison forestière et remonte à 1919, année de la création de la marque Bentley Motors. Il est aujourd’hui géré par Bentley Motors en partenariat avec l’hôtelier Richard Hauser. Le Bentley Lodge est situé au pied de la célèbre descente de ski alpin, la Hahnenkammrennen sur la «Streif» et à seulement 500 mètres du centre ville de Kitzbühel.

Middle East travel aficionados can now reserve their winter breaks at Bentley Motors’ first ever mountain lodge in Kitzbühel, Austria. Surrounded by breath taking peaks and valleys while being nestled in one of the most exclusive Alpine hot spots, the full-serviced and luxuriously furnished chalet offers an unrivalled hideaway amid Kitzbühel. The historic building was originally the forester’s lodge and dates back to 1919, the same year that Bentley Motors was founded, and is now managed by Bentley Motors in partnership with hotelier Richard Hauser. The Bentley Lodge is located right at the foot of the famous downhill ski race, the Hahnenkammrennen at the ‘Streif’ and only 500 meters away from the Kitzbühel City Centre.

4

NEWS_DEC15.indd 4

12/11/15 9:38 AM


News

LE RETOUR DE SANTANA À DUBAÏ

SANTANA RETURNS TO DUBAI

Carlos Santana, figure légendaire dans l’histoire de la musique, sera l’invité du prochain Emirates Airline Dubai Jazz Festival®. Ses compositions qui mélangent rock latino, blues, jazz et world musique, et son tempo langoureux, ha r mon ieu x et ent ra î na nt va enthousiasmer les spectateurs lors de la 14ème édition du festival, le 26 Février 2016 au Dubai Media City Amphithéâtre. « Nous som mes t rès heu reu x d’annoncer le retour de la légende en 2016; un artiste emblématique comme Santana va sans aucun doute attirer les foules de tous âges et aussi des différents pays de la région » a déclaré Anthony Younes, PDG et fondateur de Chillout Productions. Billets en vente exclusivement auprès de Ticketmaster sur www.ticketmaster.ae prix: de AED 395 à AED 1450. Plus d’informations sur www.dubaijazzfest.com

Carlos Santana, a legendar y f ig ure in musical histor y, will bring to t he audience his creat ive and fiery fusion of Latin rock with blues, jazz and world music, and his vibes of love, harmony and positivity on February 26 at the14th edition of the Emirates Airline Dubai Jazz Festival® 2016 at Dubai Media City Amphitheatre. We are very excited to announce t h e r e t u r n of t h e l e g e nd i n 2016; icons li ke Santana wi l l surely attract the crowd from all generat ions and also from countries in the region.” stated Anthony Younes, CEO and founder of Chillout Productions. Tickets are on sale exclusively from Ticketmaster on www. ticketmaster.ae prices: from – AED 395 to AED 1,450. For more information, visit www.dubaijazzfest.com

NEWS_DEC15.indd 5

12/11/15 9:38 AM


BABILOU DOWNTOWN DUBAI

BABILOU DOWNTOWN DUBAI

Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de France aux Emirats Arabes Unis, M. Michel Miraillet et le Consul général de France à Dubaï et aux Émirats du Nord, M. Majdi Abed ont inauguré Babilou Downtown le 25 Novembre, montrant leur soutien à la croissance du leader européen de l’enseignement précoce. La prestigieuse société française, le Groupe Babilou, a ouvert sa première crèche à Downtown Dubai cette année et a annoncé l’ouverture prochaine de la deuxième à Umm Suqeim. Cet établissement représente une étape importante dans le développement international de Babilou puisque le groupe a décidé, en 2014, d’étendre ses activités hors d’Europe, où il gère déjà un réseau de 850 crèches et centres d’apprentissage précoce. Babilou Downtown se trouve au rez-de-chaussée du bâtiment 8 d’Emaar Boulevard Walk. Pour plus de détails: appelez 800 BA BI LOU (222 45 68), visitez www.babilou.ae ou Babilou Middle East sur Facebook, Twitter et Instagram.

His Excellency the Ambassador of France to the UAE, Mr. Michel Miraillet and the General Consul of France in Dubai and the Northern Emirates, Mr. Majdi Abed inaugurated Babilou Downtown on November 25th, showing their support to the growth of the European Early Education Leader. The prestigious French company, Babilou Group, opened its first Signature Nursery in Downtown Dubai this year and announced the opening of its second branch in Umm Suqeim in the coming few weeks. This Nursery represents a milestone in Babilou’s international development since the group decided, in 2014, to expand its operations outside Europe, where it is already managing a network of 850 Nurseries and Early Learning Centers. Babilou Downtown is located at the ground floor of the Emaar building 8 Boulevard Walk. For more details: Call 800 BABILOU (222 45 68), visit www.babilou.ae or Babilou Middle East on Facebook, Twitter and Instagram.

6

NEWS_DEC15.indd 6

12/11/15 9:38 AM


News

KLM DREAMLINER

KLM DREAMLINER

Le premier Dreamliner de KLM a atterri à Abu Dhabi après son vol inaugural en provenance d’Amsterdam. Abu Dhabi est la première route de KLM à être desservie par le nouvel avion. Ce vol quotidien arrive à Abu Dhabi d’Amsterdam, avant de continuer vers Manama, Bahreïn. En classe affaires, les passagers apprécieront les 2.07m de leur siège en position allongée, d’une totale intimité et de l’accès direct à l’allée. Les passagers voyageant en classe économique apprécieront les nouveaux sièges, qui offrent 40% d’inclinaison supplémentaire

KLM’s new Boeing 787-9 Dreamliner arrived in Abu Dhabi, on November 23rd after its inaugural flight from Amsterdam. Abu Dhabi is the first KLM route to be served by the new aircraft. The KLM daily flight arrives in Abu Dhabi from Amsterdam, before continuing on to Manama, Bahrain. In business class, passengers will enjoy 2.07m long full flat seats, full privacy and direct access to the aisle. Passengers travelling in economy class will appreciate the new seats, which offer 40% more recline.

NEWS_DEC15.indd 7

12/11/15 9:38 AM


MOHAMED AL JABERI

MOHAMED AL JABERI

Le photographe émirien, Mohamed A l Jaberi a officiellement inauguré son exposition de paysages qui s’étend sur 60 mètres au sein des impressionnants jardins intérieurs de l’hôtel Grand Hyatt et présente des œuvres qui saisissent les Émirats Arabes Unis dans toute leur splendeur. Vivant à Al Ain, Mohamed a commencé son cheminement dans la photographie il y a sept ans avec pour mission d’être reconnu à l’échelle internationale afin de mettre en valeur le talent des photographes professionnels émiriens dans le monde. Toujours à la découverte de nouveaux paysages naturels et d’expériences qui changent la vie, ses œuvres évoquent un sentiment de vraie sérénité. L’exposition est ouverte 24 heures sur 24 au niveau inférieur du lobby du Grand Hyatt Dubaï jusqu’à fin janvier 2016.

Emirati fine art, nature and la ndscape photog rapher Mohamed Al Jaberi officially inaugurated his exhibition, which spans across a total distance of 60 meters inside t he i mpressive i ndoor gardens of the Grand Hyatt hotel and showcases works capturing the UA E in its entire splendor. Living in Al Ain, Mohamed began his journey in photography seven years ago with a mission to be recognized internationally to showcase t he talent of professional Em irat i photographers to the world. Always in search of new natural landscapes and life changing experiences; his works evoke a sense of true serenity. The exhibition is open 24 hours a day on the lower lobby level at Grand Hyatt Dubai until the end of January, 2016.

Information www.grandhyatt.com

NEWS_DEC15.indd 8

12/11/15 9:38 AM


News

AUDEMARS PIGUET MALL OF THE EMIRATES En partenariat avec le plus grand détaillant de montres suisses du Moyen-Orient Ahmed Seddiqi & Sons, la plus ancienne entreprise familiale d’Horlogerie, Audemars Piguet, a dévoilé aujourd’hui son nouveau concept de boutique au Mall of the Emirates. Située au niveau 1 du centre commercial, la boutique met en valeur les montres emblématiques ainsi que des pièces de la nouvelle collection pour les amateurs et les collectionneurs de montres.

AUDEMARS PIGUET MALL OF THE EMIRATES In partnership with the Middle East’s largest Swiss watch retailer Ahmed Seddiqi & Sons, the oldest family owned Horlogerie brand, Audemars Piguet, today unveiled its new design concept at its flagship boutique at Mall of the Emirates. Situated on Level 1 of the mall, the boutique showcases emblematic timepieces as well as pieces from the new collection for watch enthusiasts and collectors.

NEWS_DEC15.indd 9

12/11/15 9:38 AM


EMIRATI EXPRESSIONS IV: CONVENTIONS OF ARTS Quinze artistes émiriens explorent et s’interrogent sur les frontières entre Art et Design

Fifteen Emirati artists explore and question the boundaries between Fine Art and Design 10

EMIRATI EXPRESSION_DEC15.indd 10

12/11/15 9:38 AM


Culture

Khalid Mezaina, The Cultural Foundation 1, 2015. Pen on paper, 59.4 x 84.1 cm

Traduction Catherine de MONTPEZAT

«Emirati Expressions» organisée par Maisa Al Qassimi1 et Reem Fadda2 revient pour sa quatrième édition à Manarat Al Saadiyat et dans des clubs communautaires autour d’Abu Dhabi. «Emirati Expressions IV: Conventions of Arts» qui présente le travail de quinze artistes émiriens est une exposition plutôt stimulante qui ose remettre en question le lien et les frontières entre les deux disciplines traditionnellement distinctes: Beaux Arts et Design. Dans les deux domaines il est en effet question d’idées créatives et de concept intégré aux contenus esthétiques et/ou intellectuels pour produire des œuvres qui vont plaire. La différence frappante est cependant la fonctionnalité et l’éventuelle production commerciale des objets de design, tandis que les œuvres d’art sont considérés comme de «l’art pour l’art»3. Les artistes émiriens de cette exposition ont volontairement décidé de brouiller ces frontières en présentant des projets qui oscillent naturellement entre

Bénédicte GIMONNET

“Emirati Expressions” curated by Maisa Al Qassimi1 and Reem Fadda 2 is coming back in its four t h edition in Manarat Al Saadiyat and community clubs around Abu Dhabi. “Emirati Expressions IV: Conventions of Arts” showcasing the work of 15 Emirati artists is a rather stimulating exhibition as it dare question the link and boundaries between t wo t radit ionally dist inct disciplines: Fine A rt and Design. Both fields are indeed about creative ideas and concept embedded with aesthetic and/or intellectual content to produce engaging pieces. The striking difference is however the functionality and possibly commercial production of Design objects, whereas Art pieces are considered as “Art for Art’s sake” 3. The Emirati artists of this show have intentionally decided to blur these boundaries, presenting projects that oscillate naturally between Design and Fine art. Artworks

11

EMIRATI EXPRESSION_DEC15.indd 11

12/11/15 9:38 AM


Maryam Al Suwaidi,

The 8 Point Bench, 2015. Wood and concrete, 29 / 50 x 160 x 45 cm

design et art. Parmi les oeuvres on peut voi r des vêtement s (Sumayyah Al Suwaidi), des photos (Ammar Al Attar), des meubles (Maryam Al Suwaidi), des installations vidéo interactives ( H ind Bin Demait han), des peintures (Alia Lootah), des illustrations, sculptures grand format et installations (Khalid Shafar, Zeinab Al Hashemi), et u n st ud io où les a r t istes vont travailler tout au long de l’exposition. «Chaque édition d’Emirati Expressions est bâtie autour d’une idée unique qui reflète les thèmes communs entrelacés dans les diverses pratiques des artistes ém i r iens contempora i ns», a commenté Maisa Al Qassimi. «Pour l’exposition de 2015, nous abordons le thème de la fonction et de la convivialité dans l’art, en faisant valoir que les beauxarts pourraient être appliqués pour l’utilisation et l’interaction

include wearable textiles (Sumayyah Al Suwaidi), photography (Ammar Al Attar), furniture design (Maryam Al Suwaidi), interactive video installations (Hind Bin Demaithan), paintings (Alia Lootah), illustrations, large-scale sculptures and installations (Khalid Shafar, Zeinab Al Hashemi), and a live studio where artists will be working throughout the exhibition. “Each edition of Emirati Expressions is driven by a unique curatorial idea that ref lects on the shared themes interwoven in the diverse practices of contemporary Emirati artists,” commented Maisa Al Qassimi. “For the 2015 exhibition, we engage with a theme of function and usability in art, arguing that fine art could be applied for use and dynamic interaction. Objects steered towards social engagement produce tangible cultural relationships that enhance Hind Bin Demaithan

...w hay hy ilyama’a (...and this is a get together) 2011-2015. Embroidered cushions, digital screens, iPhone, camera, projector, 2.7 x 4.7 x 4 m

12

EMIRATI EXPRESSION_DEC15.indd 12

12/11/15 9:38 AM


Culture

Lamya Gargash

dynamique. Les objets orientés vers l’engagement social produisent des relations culturelles tangibles qui améliorent et font progresser leur identité comme œuvres d’art. Les arts des Émirats Arabes Unis ont toujours recherché une pratique plus communautaire, plus sociale i n spi ré e pa r de s i n st it ut ion s cult urelles dynamiques, en mélangeant design fonctionnel et créat iv ité est hét ique. En faisant dialoguer ces artistes et ces œuv res, l’ex posit ion el le même est devenue un processus de création artistique, de réflexion e t d ’e n g a g e me nt ave c d ive r s participants et les sphères plus larges de la société des Emirats Arabes Unis». Parallèlement à l’exposit ion principale de Manarat Al Saadiyat, les artistes ont été invités à produire des œuvres in situ inspirées par les clubs sociaux divers et historiques d’Abu Dhabi, y compris l’Emirates Writers Union, A rmed Forces Officers’ Club, Abu Dhabi Theatre, the Sudanese Club and the Yacht and Sailing Club.

and further their identities as artworks. The arts of the UAE have traditionally sought a more communal, socially based practice inspired by dynamic cultural institutions, and blend functional design with aesthetic creativity. In setting these artists and artworks into dialogue, the exhibition itself has become a process of art making, reflection and engagement with diverse participants and the wider societies of the UAE.” A longside the main exhibition at Manarat A l Saadiyat, artists have been invited to produce site-specific works inspired by Abu Dhabi’s diverse and historic social clubs, including the Emirates Writers Union, Armed Forces Officers’ Club, Abu Dhabi Theatre, the Sudanese Club and the Yacht and Sailing Club.

Alia Lootah,

Relative Perceptions 1, 2015. Oil on canvas, 180 x 200 cm

13

EMIRATI EXPRESSION_DEC15.indd 13

12/11/15 9:38 AM


Reem Fadda dit: «Divers clubs culturels des EAU, qui proposent des activités de l’art au sport et facilitent les interactions entre les diverses communautés sont des centres d’engagement social avec des adhésions multiculturelles et de riches archives. La recherche sur les identités historiques et contempora i nes de ces clubs sociaux était la toile de fond pour cette exposition, incitant public et artistes à réfléchir sur la communauté et la ville. En remplaçant les restrictions de la séparation disciplinaire et conceptuelle p a r l ’e x p é r i m e n t a t i o n mu l t id i s c ipl i n a i r e , c e t t e génération d’artistes émiriens développe une structure d’art immersive, engagée et socialement pertinente.»

Reem Fadda says: “T he UAE’s various cultural clubs, which celebrate activities from the arts to sports and facilitate interactions between diverse communities, form hubs of social engagement with multicultural memberships and rich archives. Research into t he h istor ic and contemporary identities of these social clubs was the backdrop for this exhibition, allowing the artists and us to ref lect on the community and cit y. By replacing t he st r ic t u res of d isc ipl i n a r y and concept ual separation wit h mult idisciplinar y experimentation, this generation of Emirati artists is developing a body of immersive, engaged, socially relevant artwork.” Nasir Nasrallah,

The Cultural Foundation 1, 2015. Pen on paper, 59.4 x 84.1 cm

Ammar Al Attar,

Prayer Room Abu Dhabi 10, 2015. Laserchrome print on KODAK Endure Photopaper, 156 x 125 cm

14

EMIRATI EXPRESSION_DEC15.indd 14

12/11/15 9:38 AM


Culture

Salem Al Qassimi, Bilingual Perspectives, 2014. Computer generated font, projector and sensor, dimensions variable

Tout au long de l’exposition, «Emirati Expressions IV: Conventions of Arts» proposera également à la communauté artistique des EAU ainsi qu’au public, une série de manifestations, de conférences et d’ateliers. Artscape sera également de retour en février 2016.

Throughout the exhibition, “Emirati Expressions IV: Conventions of Arts” will also present a series of public events, artists’ talks and workshops that engage with the UAE’s arts community and wider population. Artscape will also return in February 2016.

1

Maisa Al Qassimi, Directeur des Programmes, Guggenheim Abu Dhabi, Abu Dhabi Tourism & Culture Authority

1

2

Reem Fadda, conservatrice adjointe, Art du Moyen-Orient pour le projet Solomon R. Guggenheim d’Abu Dhabi

2

”L’art pour l’art” (de la phrase française du début du XIXe siècle «L’art pour l’art” de Théophile Gautier) condense l’idée que l’art a sa propre valeur et devrait être jugé en dehors de tout autre domaine. Il exprime une philosophie que la valeur intrinsèque de l’art, et le seul «vrai» art, est dissociée de toute fonction didactique, morale, ou utilitaire.

3

3

INFORMATIONS ET RÉSERVATIONS: Manarat Al Saadiyat, Abu Dhabi www.saadiyatculturaldistrict.ae Email: manaratalsaadiyat@tcaabudhabi.ae Tel: 02 675 5800

Maisa Al Qassimi, Programmes Manager, Guggenheim Abu Dhabi, Abu Dhabi Tourism & Culture Authority Reem Fadda, Associate Curator, Middle Eastern Art for the Abu Dhabi Project of the Solomon R. Guggenheim “Art for Art’s sake” (from the early 19th century French sentence “L’art pour l’art” from Théophile Gautier) condenses the notion that art has its own value and should be judged apart from any other field. It expresses a philosophy that the intrinsic value of art, and the only “true” art, is divorced from any didactic, moral, or utilitarian function.

FOR INFORMATION AND BOOKINGS: Manarat Al Saadiyat, Abu Dhabi www.saadiyatculturaldistrict.ae Email: manaratalsaadiyat@tcaabudhabi.ae Tel: 02 675 5800

15

EMIRATI EXPRESSION_DEC15.indd 15

12/11/15 9:38 AM


EMIRATI EXPRESSIONS IV: CONVENTIONS OF ARTS

Rencontre avec trois artistes In conversation with three artists Bénédicte GIMONNET

KHALID SHAFAR

KHALID SHAFAR

Né en 1980 à Dubaï, Khalid Shafar travaille dans le marketing et la communication pendant près de sept ans avant d’obtenir un diplôme des beaux-arts et d’architecture d’intérieur (Central Saint Martins College of Art and Design à Londres, Royaume-Uni, et Centre for Fine Woodworking à Nelson, Nouvelle-Zélande). Souhaitant vivre sa passion pour le design, Khalid quitte le marketing et lance sa propre marque “Khalid Shafar” en 2010 pour laquelle il crée des objets de décoration intérieure originaux inspirés de récits. En Novembre 2012, il inaugure son premier hall d’exposition «KASA».

Born in 1980 in Dubai, United Arab Emirates, Khalid Shafar worked in marketing and communication for almost seven years before completing a degree in Fine A r ts in I nterior Design (Cent ral Saint Martins College of Art and Design in London, UK, and Centre for Fine Woodworking in Nelson, New Zealand). Following his passion for design, K halid left marketing, launched his own brand “Khalid Shafar” in 2010 that creates quirky interior space objects out of stories. In November 2012 he inaugurated his first showcase space ‘KASA’.

Madame Magazine - Khalid, vous avez été sélectionné pour faire partie d’Emirati Expressions IV. En tant que designer, pouvez-vous nous dire votre sentiment à ce sujet? Khalid Shafar - Je suis très honoré et enthousiaste

Madame Magazine - Khalid, you have been selected to be part of Emirati expressions IV. As a designer, can you tell us your feeling about it? Khalid Shafar - I am very honored and excited

16

CONVENTIONS OF ARTS_DEC15.indd 16

12/11/15 9:37 AM


Culture

de faire partie d’Emirati Expressions IV, parce qu’il s’agit une exposition très spécifique où les artistes et les designers ont été sélectionnés afin de présenter ensemble leurs créations. Dans ce contexte, je suis décidé à me lancer des défis et à créer une installation plutôt que des meubles ou des objets afin de répondre à l’exigence d’Emirati Expressions IV. Le résultat est assez réussi je crois parce que les artistes et les designers ont tous réussi se fondre dans le travail collectif.

to be part of Emirati Expressions IV, because it is a very specific exhibition where artists and designers were selected to produce a show together. In this context I have decided to challenge myself and create an installation rather than furniture or object to meet the requirement of Emirati Expressions IV. The result is I think quite successful because artists and designers all managed to melt everything together.

17

CONVENTIONS OF ARTS_DEC15.indd 17

12/11/15 9:37 AM


M M - Pouvez-vous nous pa rler de vot re installation? KS - L’installation de la cabine qui évoque les réflexions d’un paysage marin est inspirée par un morceau de l’histoire d’Abu Dhabi Sailing Yacht Club, une image d’un bateau amarré au club. Celui-ci a été offert par le Koweït au début des années 70 à feu Sheikh Zayed et a été utilisé par lui et ses clients comme un “pont d’observation” lors des compétitions de voile. Dans mon installation de cabine, je veux recréer l’expérience de visionnement aujourd’hui, lier en quelque sorte le passé et le présent, sentir le calme et la douceur en opposition à l’adrénaline des courses à la voile. Je veux que le spectateur sente cette expérience de haut en bas. D’abord, vous voyez les réflexions sur les murs (reflets du ciel bleu sur l’eau) et vous êtes curieux de savoir d’où il vient: le plafond est en verre bleu et 400 agals1, une forte référence aux nombreux hommes de la région et du Golfe qui sont venus pour regarder ce sport. Ensuite, vous entrez dans la cabine pieds nus et vous sentez la douceur de la moquette aux couleurs du désert, montrant le contraste entre l’eau et les dunes, indiquant que le bateau original n’est jamais allé dans l’eau mais sur le sable. 1 Corde noire que les Arabes entourent autour de leur tête pour tenir le keffieh

MM - Can you tell us about your installation? KS - The cabin installation that evokes the reflections of a seascape is inspired by a piece of history of Abu Dhabi Sailing and Yacht Club, an image of a boat docked at the club. This boat was originally given by Kuwait in early 70’s to late Sheikh Zayed and was used by him and his guests as a “viewing deck” during sailing competitions. In my cabin installation I want to mimic the experience of viewing in today’s time, link somehow the past and the present, feel the calmness and softness in opposition to the adrenaline of the sailing races. I want the viewer to sense this experience from top to bottom. First you see the reflections on the walls (reflections of the blue sky onto the water) and you are curious about where it comes from: the ceiling is made of blue glass and 400 agal , a strong reference to the numerous local and GCC men who came to watch the sport. Then you enter the cabin barefoot and you feel the softness of the carpet with the colours of the desert, showing the contrast between water and desert, and indicating that the original boat was never actually in the water but on the sand. 1 Black cord that Arabs wind around their heads to hold down the kaffiyeh.

18

CONVENTIONS OF ARTS_DEC15.indd 18

12/11/15 9:37 AM


Culture

ZEINAB AL HASHEMI

ZEINAB AL HASHEMI

Zeinab Al Hashemi a étudié le design graphique à l’Université Zayed. Ses premières œuvres d’art, sont souvent inspirées des traditions culturelles des Émirats Arabes Unis (artisanat ém i r ien). Z ei nab a beaucoup exposé dans les EAU, et en 2012, elle a participé au programme de résidence organisée par la Fondation Delfina de Londres, en partenariat avec la Dubai Culture and Arts Authority et Tashkeel, Dubaï. Son talent est reconnu comme une nouvelle tendance d’artistes indépendants alliant art et design de façon contemporaine.

Zeinab Al Hashemi studied graphic design at Zayed University. She began to make pieces of art, her subject matter often growing out of the cultural traditions of the United Arab Emirates (Emirati crafts). Zeinab has exhibited extensively in the UAE, and in 2012 she participated in the residency program organized by Delfina Foundation, London, UK, in partnership with the Dubai Culture and Arts Authority and Tashkeel, Dubai. Her talent is recognized as a new trend of independent artists combining art and design in a contemporary way.

Madame Magazine - Zeinab, pourriez-vous nous décrire l’inspiration derrière votre pièce “Camoulflage” dans Emirati Expressions IV? Zeinab Al Hashemi - “Camoulflage”, avec son double sens de “chameau” (camel) et “camouflage”, ressemble à des dunes de sable, mais est en fait un morceau futuriste d’un désert de forme polygonale. Il est fait de peaux de chameaux en référence à l’utilisation du chameau dans

Madame Magazine: Zeinab, could you tell us the inspiration behind your “Camoulflage” piece in Emirati Expressions IV? Zeinab Al Hashemi - “Camoulflage”, with its double meaning of “camel” and “camouflage”, looks like sand dunes but is in fact a futuristic piece of a polygon shaped desert. It is made out of camel hides referencing the use of the camel in our region, looking back at its history

19

CONVENTIONS OF ARTS_DEC15.indd 19

12/11/15 9:38 AM


notre région, à son histoire et sa fonctionnalité (déplacement des nomades, utilisation de chaque partie du chameau). Je voulais faire ressortir ces références dans mon travail mais en les adaptant et en les présentant de manière contemporaine. Le chameau n’est aujourd’hui plus utilisé pour des raisons de survie: posséder un chameau est devenu un vrai luxe!

and its functionality (historic nomad travelling, use of every piece of the camel). I wanted to capture these references in my piece but adapting and presenting them in a contemporary way. The camel today is indeed no longer used for survival reasons: owning a camel has become a real luxury!

MM - Je remarque qu’il est permis de toucher et de s’asseoir sur votre oeuvre. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi? ZAH - Quand on m’a invitée à participer à cette exposition, la question était «l’art peut-il être fonctionnel?”. Eh bien, je veux que mon travail soit en interaction avec le public. Dans “Camoulflage« Je veux que les visiteurs aient la sensation du cuir et qu’ils s’asseyent dessus, qu’ils puissent regarder l’oeuvre de différents points de vue et voir les différents tons de cuir, comme les différentes nuances du sable dans le désert. Je considère ce travail comme une oeuvre publique. Elle ne vise pas à être réservée uniquement aux amateurs de Beaux-Arts.

MM - I notice we are aloud to touch and seat on your piece. Can you explain? ZAH - When I was invited to participate to this show, the question was “Can art be functional?”. Well, I want my work to be interacting with the audience. In “Camoulflage” I want the public to get the sense of the feel of the leather and to seat on it. The viewers can look at the piece from different perspectives and see the different tones of the leather just like the different shades of the sand in the desert. I consider this work as a public piece. It is not meant to be for an audience interested only in Fine Art.

20

CONVENTIONS OF ARTS_DEC15.indd 20

12/11/15 9:38 AM


Culture

SUMAYYAH AL SUWAIDI

SUMAYYAH AL SUWAIDI

Sumayyah Al Suwaidi est une artiste émirienne aux talents multiples basée à Abu Dhabi. Elle est diplômée de La Higher Colleges of Technology (master en arts et industries créatives). Sa passion pour l’art numérique naît en 1996 et en 2001 elle publie son premier recueil de peintures numériques inspirées par feu Sheikh Zayed Bin Sultan Al Nahyan. Elle expose son travail dans les Émirats Arabes Unis et à l’étranger, et en 2007 elle commence à organiser des expositions d’art. Plus tard, elle lance Abu Dhabi Fashion Days. Son travail est également vendu lors de ventes aux enchères de charité comme chez Christie à Dubaï en 2012.

Sumayyah Al Suwaidi is an awarded and multi talented Emirati artist based in Abu Dhabi. She graduated from The Higher Colleges of Technology with masters in Arts & Creative Industries. Her passion for digital art was born in 1996 and in 2001 she released her first collection of digital paintings inspired by the late Sheikh Zayed Bin Sultan Al Nahyan. She has been showcasing extensively her work in the UAE and internationally, and in 2007 started to curate art exhibitions. Later she organized Abu Dhabi Fashion Days. Her work has also been sold during charity auctions such as Christie’s in Dubai 2012.

Madame Magazine - Pouvez-vous nous parler de votre collection d’œuvres présentées dans cette exposition, allant de la mode et du design d’intérieur (robes, sacs, montres, coussins) aux peintures numériques? Sumayyah Al Suwaidi - L’ensemble de cette collection est intitulé «Retour à la nature». Elle est inspirée par

Madame Magazine - Can you explain us your collection of digital works presented in this exhibition, ranging from fashion and interior design (dresses, bags, watches, cushions) to digital paintings? Sumayyah Al Suwaidi - This entire collection is entitled “Back to nature”. It is inspired by the

21

CONVENTIONS OF ARTS_DEC15.indd 21

12/11/15 9:38 AM


l’observation de l’usage excessif de la technologie dans notre vie quotidienne. Je veux vraiment revenir à nos origines; avant les humains, il y avait des animaux, des oiseaux, des fleurs (motifs que vous trouverez dans mon travail). Je veux apprécier ce que Dieu nous a donné. Nous n’aurions rien si la nature n’était pas là et si nous ne l’utilisions pas dans tout ce que nous faisons (produits naturels dans l’industrie textile par exemple).

observation of excessive use of technology in our daily life. I want indeed to go back to our origins; before humans there were animals, birds, f lowers (patterns that you f ind in this work). I want to appreciate what god gave us. We would not have what we have if nature was not here and we use it in everything we do (use of natural products in the textile for example).

MM - Considérez-vous cette collection comme de l’art ou du design? Quel est l’avantage? Pouvezvous expliquer votre processus créatif ? SAS - «Retour à la nature» est pour moi le lien entre l’art visuel et les produits de la vie quotidienne. Les organisateurs voulaient quelque chose d’interactif,

MM - Do you consider this entire collection as Art or Design? What is the edge? Can you explain the creative process behind it? SAS - “Back to nature” is for me the connection between visual art and the daily life products. The curators wanted something interactive, something

22

CONVENTIONS OF ARTS_DEC15.indd 22

12/11/15 9:38 AM


Culture

que les visiteurs pouvaient prendre avec eux après l’exposition ou même porter pendant celle-ci. Donc, j’ai commencé avec la partie artistique, les tableaux originaux numériques. Puis j’ai créé quatre tissus différents. Une fois qu’ils ont été imprimés, j’ai fait des recherches approfondies sur différents modèles adaptés à chaque tissu et créé les robes de couture exposées dans Emirati Expressions IV. Comme pour les sacs et les coussins, elles ont été faites avec des tissus différents. Les montres unisexes sont fabriquées à partir d’argent et de laiton en différentes tailles pour aller à tout le monde. Vous ne pouvez pas acheter les robes couture, mais les pièces limitées telles que les montres, les sacs et les coussins sont en vente à la boutique de Artyfact à Manarat Al Saadiyat, avec des caftans et des cardigans à des prix raisonnables.

that the visitors could take with them after the show or even wear during the show. So I started with the artwork, the digital original paintings. Then I created and made four different fabrics. Once they were printed, I made extensive research on different fashion designs suitable for each fabric and created the couture dresses exhibited in Emirati Expressions IV. As for the bags and cushions, they were made with different fabrics. The unisex watches are made out of silver and brass with different sizes for everyone. You can’t buy the couture dresses but the limited pieces such as the watches, the bags and cushions are for sale at the Artyfact store in Manarat al Saadiyat, along with caftans and cardigans at a reasonable price.

Pour plus d’informations sur les artistes et designers: For more information about the artists and designers: www.khalidshafar.com ; www.zeinabalhashemi.com ; www.sumayyahalsuwaidi.net

23

CONVENTIONS OF ARTS_DEC15.indd 23

12/11/15 9:38 AM


Abu Dhabi Classics 2015-2016 Innove Abu Dhabi Classics 2015-2016 Innovates Marina de BLONAY

Pour sa deuxième saison à la tête de Abu Dhabi Classics, Ronald Perlwitz a mis à nouveau au centre de sa programmation la musique de chambre en invitant le Belgrade Philharmonic String Quartet pour une série de deux concerts dans l’Emirat d’Abu Dhabi. «La musique de chambre, nous confiait-il à l’issue du premier concert, apporte un équilibre assez central à la programmation de notre saison musicale. Nous essayons de montrer tous les aspects de la musique classique et il nous semble important de pouvoir faire revivre la culture des salons du XVIIIème et du XIXème siècle en Europe. Cette scène plus intimiste apporte une toute autre relation à la musique classique. Certes, un concert symphonique c’est impressionnant, mais l’émotion que nous avons vécu ce soir est très particulière à la musique de chambre.» Fondé en 2011 par des musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Belgrade, cette jeune formation s’est rapidement imposée comme l’un des meilleurs quatuors

For his second year at the head of Abu Dhabi Classics, Ronald Perlwitz has once again placed chamber music at the heart of his programming. This year he invited the Belgrade Philharmonic String Quartet to perform a series of two concerts in the Emirate of Abu Dhabi. “Chamber music, as Ronald explained after the concert, brings a fairly central balance to our overall musical season. We try to show all aspects of classical music, and it is important to revive the XVIIIth and XIXth century tradition of the salons in Europe. This more intimate scene forms a different relationship with music. A symphonic concert is certainly impressive, but the emotion we experienced tonight is very specific to chamber music.” Founded in 2011 by musicians from the Philharmonic Orchestra of Belgrade, this young ensemble has rapidly established itself as one of the finest quartets of Eastern Europe. Jelena Dragnic and Aleksander Latkovic, first violinist and first cellist of the Orchestra respectively,

24

ABU DHABI CLASSICS_DEC15.indd 24

12/11/15 10:08 AM


Culture

de l’Europe orientale. Jelena Dragnic et Aleksander Latkovic, premier violon et premier violoncelliste de l’Orchestre Philharmonique de Belgrade, l’altiste Boris Brezovac, et le violoniste Vladan Lonar, ont offert au public qui s’est massé dans le petit théâtre de Manarat une performance vibrante et toute en nuances. La première partie s’est ouverte par le Quatuor à cordes n 10, Op. 74 de Ludwig van Beethoven. Un choix presque incontournable alors que Beethoven est souvent considéré comme le père fondateur de cette

violist Boris Brezovac and violinist Vladan Loncar, offered a vibrant and nuanced performance to a packed audience in the small theatre of Manarat. The first part of the concert opened with String Quartet No.10, Op.74 by Ludwig van Beethoven; an almost inevitable choice. Although he was not its instigator, Beethoven is often considered the founder of this musical tradition, as he was the one who contributed to establishing the genre. Joined on stage by the great clarinestis, Ognejen Popvic, the concert continued

25

ABU DHABI CLASSICS_DEC15.indd 25

12/11/15 10:08 AM


tradition musicale, même s’il n’en est pas l’instigateur, tant il a contribué, au travers de ses seize quatuors à cordes, a imposer cette forme musicale. Rejoint sur scène par le formidable clarinettiste, Ognejen Popvi, le concert s’est poursuivi avec le Quintette pour clarinette et cordes en si mineur, op. 115 de Brahms, nous faisant ainsi faire un saut de près d’un siècle dans le répertoire de la musique de chambre. C’est au cœur des dunes spectaculaires du désert de Liwa, à Qasr al Sarab, que le Quatuor se déplaçait pour leur deuxième concert à Abu Dhabi. Un choix audacieux et innovant de la part de Ronald Perlwitz. Il est vrai que de proposer un concert de musique de chambre en extérieur nous emmène très loin de la tradition des salons. L’idée n’est pas folle pour autant. «Le désert est un endroit très solitaire. On n’a pas besoin d’y amener de grands orchestres. Un petit groupe devant ce panorama magnifique sera un moment absolument magique. Alors pour nous, c’est une aventure, car ce sera une première. Nous avons beaucoup d’expérience à Al Ain, où nous programmons régulièrement des concerts au fort de Al Jahili, mais là nous voulions voir comment nous pouvions amener la musique dans cet endroit. Et puis, la musique, et en particulier la musique classique c’est tout un mélange de musique et de silence ; c’est un jeu avec le silence. Se rendre dans l’endroit le plus silencieux qui existe sur terre, ça a du sens.» Les musiciens qui se produisaient pour la première fois au Moyen-Orient nous confiaient être flattés et curieux de cette aventure dans le désert. Aleksandar Latkovi affirmait que pour lui, jouer dans des lieux

with the Quintet for Clarinet and Strings in B minor, op.115 by Brahms, making us take a leap of almost a century in the repertoire. For their second concert in Abu Dhabi, the Belgrade String Quartet moved to the heart of the spectacular dunes of the Liwa desert, in Qasr al Sarab. A bold choice on the part of Ronald Perlwitz. An outdoor chamber music concert is far removed from the tradition of the salons, yet the idea is not without a certain appeal. “The desert is a very lonely place, explains Ronald. We do not need to bring big orchestras there. For us it is an adventure, it will be a first. We already have a lot of experience in Al Ain, where we are regularly programming concerts at Al Jahili Fort, but this year we wanted to see how we could bring music to this place. Music, and especially classical music, is a mix of music and silence; it is a dialogue with silence. Going to the quietest place that exists on earth has some sense.”

26

ABU DHABI CLASSICS_DEC15.indd 26

12/11/15 10:08 AM


Culture

anodins c’est une manière de faire évoluer la musique classique, car cela permet de toucher un public très différent que celui qui a l’habitude de se rendre dans les salles de concert. Il n’était évidemment pas question d’offrir le même programme que pour le concert de Manarat. Les programmateurs ont ainsi fait le choix judicieux de proposer au public, entre autres, le Quatuor à cordes en fa majeur de Maurice Ravel, qui dit-on, fut inspiré par les Contes des Mille et Une Nuits. Mais, nous confiait Aleksandar Latkovi, «moi qui suit très emprunt de culture française, c’est avant tout à Saint-Exupéry que je vais penser dans cet endroit»!

The musicians, who were performing for the first time in the Middle East, were said to be very curious and excited about this adventure in the desert. Aleksandar Latkovic explained that, for him, playing in innocuous places is a way forward for classical music. It allows them to reach a very different audience than the concert hall regulars. For this unique concert, the String Quartet in F major by Maurice Ravel was selected. It is said that it was inspired by the Tales of the Arabian Nights. But Aleksandar Latkovic confided: “as I am steeped in French culture, it is above all Saint-Exupery that I will think of in this place!”

27

ABU DHABI CLASSICS_DEC15.indd 27

12/11/15 10:08 AM


Avant qu’ils ne disparaissent... Un témoignage du photographe Jimmy Nelson Galerie “Empty Quarter”, du 9 Novembre 2015 au 10 Janvier 2016

Before they pass away A testimony from photographer Jimmy Nelson At the Empty Quarter Gallery from 9th November 2015 till 10th January 2016

Bénédicte GIMONNET

Imaginez sillonner le globe pendant quatre ans à la rencontre des peuples indigènes des contrées les plus reculées de la planète. Imaginez réussir à établir un contact avec ces autochtones, être le témoin de leurs traditions, partager leurs rituels et enfin, gagner leur confiance afin d’avoir le privilège de les photographier, de les immortaliser. «Before they pass away » est le titre de ce projet colossal, pari ambitieux du photographe britannique Jimmy Nelson, qui entreprend un voyage extraordinaire entre 2010 et 2014. Il parcoure le monde à la rencontre

Photos Jimmy NELSON

Imagine travelling around the world for four years to encounter the furthest indigenous cultures of the planet. Imagine establishing contact with these remote communities, witness their traditions, share their rituals and at last build enough trust to have the privilege to photograph and immortalize them. “Before they pass away” is the title of this colossal and ambitious project from British photographer Jimmy Nelson who undertakes an extraordinary journey between 2010 and 2014. He travels from remote

28

JIMMY NELSON_DEC15_v2.indd 28

12/11/15 9:37 AM


Culture

Š Jimmy Nelson Pictures Yangshuo Cormorants - China, 2005 Cormorant Fishermen, Yangshuo

29

JIMMY NELSON_DEC15_v2.indd 29

12/11/15 9:37 AM


de 35 tribus, du fin fond de l’Asie à l’Afrique et dans les régions les plus inaccessibles d’Europe, d’Amérique latine et du Pacifique Sud. “Je voulais créer un document photographique esthétiquement ambitieux qui résisterait au passage du temps, un corpus d’œuvres qui s’imposerait en tant qu’archive ethnographique irremplaçable d’un monde disparaissant à la vitesse grand V,” explique le photographe. L’exposition “Before they pass away” est présentée par la galerie « Empty Quarter » basée au DIFC à Dubaï du 9 Novembre 2015 au 10 Janvier 2016. Elle regroupe une sélection de photographies remarquables qui reflètent le témoignage et la vision très personnelle du voyageur et photographe. Par ailleurs, ce projet est intentionnellement un catalyseur qui provoque controverse et débat sur l’authenticité de ces cultures fragiles, qui disparaissent peu à peu et essaient de survivre dans le monde du XXIème siècle.

Asia to Africa, from Europe to South America and South Pacific. “I wanted to discover how the rest of the world is threatening to change the way of life of these communities forever” explains the photographer. “But most importantly, I wanted to create an ambitious aesthetic photographic document that would stand the test of time “. “Before they pass away” is an exhibition held at the DIFC based Empty Quarter Gallery in Dubai. From 9th November 2015 till 10th January 2016 the gallery presents a selection of these remarkable photographs reflecting the very personal vision and testimony of traveller and photographer Jimmy Nelson. Besides this project is also intended to be a controversial catalyst for further discussion as to the authenticity of these fragile disappearing cultures, trying to survive in our 21st century world. Jimmy Nelson who is a photographer and artist, not a studied scientist considers himself as a self-trained

Jimmy Nelson Pictures Perak Ladies Thikse Monastery, Ladakh - India, 2012 - Ladakhi, India

©

30

JIMMY NELSON_DEC15_v2.indd 30

12/11/15 9:37 AM


Culture

Jimmy Nelson est un photographe, un artiste, mais ne se considère pas comme un scientifique. Il se revendique plutôt comme un ethnologue et anthropologue visuel autodidacte, dont la grande curiosité le pousse toujours à la quête de réponses à ses questionnements et à l’envie de nous conter des histoires. Il veut nous éveiller à la variété fascinante de ces communautés indigènes, grâce à son appareil photo analogique et grand format (4x5), choix guidé par son impératif esthétique. “Le détail auquel on arrive grâce à des négatifs aussi importants permet une plongée extraordinaire dans la vie émotionnelle et spirituelle des derniers peuples indigènes du monde», précise-t-il sur son site internet. «Cela glorifie la créativité unique qui leur est propre avec leurs visages peints, leurs corps scarifiés, leurs bijoux, coiffures et langage rituel.”

ethnologist and visual anthropologist who through curiosity is trying to find answers and tell stories, through the lens of his 50-year-old 4x5in camera. He explains: “ I wanted to create an awareness for the fascinating variety of the culture- and history charged symbols of the people, reflecting their rites, customs and traditions, that had hitherto has not existed”.

MADAME MAGAZINE IN CONVERSATION WITH JIMMY NELSON. Madame Magazine - Jimmy, could you tell us how this amazing journey to encounter some of the most remote cultures of our planet nested in your mind? What were your primary intentions and did you reach your expectations? Jimmy Nelson - Being the son of an oil company geologist, I grew up as “a Nomad child”, so I guess I was very lucky that by

31

JIMMY NELSON_DEC15_v2.indd 31

12/11/15 9:37 AM


Jimmy Nelson Pictures Maasai - Manyara Village, Rift Escarpment - Tanzania, 2010 - Maasai, Tanzania

©

RENCONTRE AVEC JIMMY NELSON Madame Magazine - Jimmy, pouvez-vous nous dire comment a émergé l’idée de ce voyage extraordinaire à la rencontre des peuples indigènes les plus isolés de notre planète? Quelles étaient vos intentions et avez-vous atteint vos objectifs? Jimmy Nelson - Mon père travaillait comme géologue dans une compagnie pétrolière. J’ai donc grandi comme un « enfant nomade» et j’ai eu la chance à l’âge de 12 ans d’avoir vu de notre monde bien plus de choses que certaines personnes en une vie entière. Grâce à ces voyages, j’ai été, bien jeune, très intéressé et admiratif de cultures et traditions différentes. A l’âge de 16 ans, alors que j’étais pensionnaire dans un collège anglais, je me suis réveillé un jour complètement chauve en raison d’une erreur médicale. Du jour au lendemain je suis

the time I was 12 I had seen more of the world than some people will see in a life-time. Due to all the traveling, at a young age I was very interested in and a great admirer of different cultures and traditions. When I was sixteen I woke up bald, due to a medical error, at that time I attended a boarding school in the UK. From one day to another I turned from a regular child into a skinhead. To try and fit in I went off to Tibet, one of the few countries in the world where a big percentage of the people is bald. This is where I think my passion and curiosity for different people and traditions really developed. Having spent the better part of 40 years traveling around the world, I became in more recent times acutely aware of the homogenization of the world, due to extraordinary technological advances with

32

JIMMY NELSON_DEC15_v2.indd 32

12/11/15 9:37 AM


Culture

passé du statut d’enfant «normal» à celui de «skinhead». Afin de trouver une solution pour «m’intégrer» et m’accepter, j’ai décidé de partir au Tibet, un des rares pays au monde où la majorité des gens est chauve. C’est là, je pense, que ma passion et ma curiosité pour les autres peuples et leurs traditions se sont développées. Ayant passé la plus grande partie de mon temps à voyager autour du monde ces 40 dernières années, je suis récemment devenu vraiment conscient de l’homogénéisation de notre monde, en raison des extraordinaires avancées technologiques, avec la digitalisation globale. Nous sommes tous sur le point de perdre notre authenticité culturelle. Avec ce projet, j’ai essayé de documenter cette authenticité et de la préserver pour les générations à venir. Je ne peux pas empêcher le monde de changer, mais j’espère provoquer une certaine prise de conscience de ces cultures magnifiques.

©

global digitalization. We are all on the verge of loosing our cultural authenticity. With the project I tried to document this authenticity to preserve them for the generations to come. I’m not expecting to stop the world from changing, but I hope to create some awareness for these beautiful cultures. MM - What did you learn from this unique experience on a personal point of you and what would you like to share with us? JN - What I most learnt was that the message I was trying to communicate was far more important than the photograph itself - the soul behind the pictureand to trust people. And it’s not always about what you achieve: failing can be a great advantage. It’s healthy to fail, to hurt, to get burned. Only then do you know your borders and what you can and can’t do.

Photo ©Jimmy Nelson Pictures - Himba, Namibia

33

JIMMY NELSON_DEC15_v2.indd 33

12/11/15 9:37 AM


Culture

MM - Qu’avez-vous appris personnellement de cette expérience unique et que voulez-vous partager avec nous? JN - J’ai appris en fait que le message que je veux faire passer ou plutôt l’âme derrière la photo est bien plus important que l’image elle-même. J’ai aussi appris à faire confiance aux gens. Tout ne tourne pas toujours autour de notre réussite: l’échec peut avoir un grand avantage. Cela peut être bénéfique aussi d’échouer, de se faire mal ou de se brûler les ailes. Ce n’est seulement après, que vous connaissez réellement vos limites, que vous savez ce que vous pouvez accomplir ou pas. MM - L’ensemble de votre œuvre, réalisée grâce à un appareil analogique grand format, est d’une beauté à couper le souff le et très poétique. Je suppose qu’elle reflète votre vision très personnelle des peuples dont vous avez dressé le portrait en tant qu’artiste et non scientifique. Toutefois cette collection de photographies a été sévèrement critiquée (en particulier par Survival International) car elle ne semblait pas être conforme à la «réalité» de ces cultures indigènes. Comment souhaitezvous que le public appréhende votre travail? Quel message voulez-vous lui adresser? JN - Je trouve très condescendants les portraits conventionnels de groupes ethniques un peu naïfs «assis dans la saleté survolés de mouches », je dirais même plus: c’est du chantage émotionnel, une façon pour certaines organisations caritatives d’attirer la sympathie et l’argent du public. Nous devrions au contraire célébrer la beauté de ces autochtones, et non pas les prendre de haut. Les photos que je fais d’eux sont respectueuses et les glorifient. Je les mets sur un piédestal : cela permet de réellement prendre conscience de notre valeur et de l’extraordinaire beauté des divers peuples sur notre planète. Au sujet de Jimmy Nelson Jimmy Nelson, né au Royaume Uni en 1967 débute comme photographe en 1987. A l’âge de 19 ans, il traverse seul le Tibet à pied pendant un an : son carnet de voyage avec ses images inédites d’un Tibet inaccessible est publié.

MM - The body of work you produced thanks to your 50 -year-old 4x5in camera is breatht a k i n g l y b e a ut i f u l and poetic. I believe it ref lects your very personal vision of the people you portrayed as an artist, not a scientist. However this collection of photographs have been severely criticized (in particular by Survival International) for not rendering the accuracy or reality of these cultures. How do you want the public to understand your work and what is your message? JN: I think the conventional portrayal of ingenuous groups ‘sitting in dirt with flies all over them’ patronizing, adding it is emotional blackmail - a way for charities to extract sympathy and money from the public. We should be celebrating the beauty of these people, not patronizing them. My photos of them are dignified and respectful. I put them on a pedestal: a realization of how valuable we are and how extraordinarily beautiful the diverse peoples of the planet really are. About Jimmy Nelson Jimmy Nelson (UK, 1967) started working as a photographer in 1987. When he was 19 years old he set off on his own to traverse the length of Tibet on foot. The journey lasted a year and upon his return his unique visual diary, featuring revealing images of a previously inaccessible Tibet, was published.

34

JIMMY NELSON_DEC15_v2.indd 34

12/11/15 9:37 AM


©

Il travaille rapidement pour diverses publications prestigieuses internationales, en tant que photojournaliste, couvrant de nombreuses régions d’Asie et du Moyen Orient. Début 1994, il réalise en collaboration avec son épouse hollandaise « Literary Portraits of China », un projet de 30 mois qui les emmènent aux confins de la nouvelle République Populaire de Chine. Les images sont alors exposées au Palais du Peuple de la place de Tienanmen à Pékin. A partir de 1997, la carrière de Jimmy s’oriente vers la publicité commerciale pour de grandes marques mondiales. Il continue parallèlement à réaliser des photos de peuples indigènes dans des contrées reculées. Les expositions photos internationales qui en découlent sont à l’origine du projet «Before they pass away» en 2010.

Jimmy Nelson Pictures Jimmy Nelson

Soon after, he was commissioned to cover a variety of culturally newsworthy themes in Asia and Middle East for many of the world leading publications. In early 1994 he and his Dutch wife produced “Literary Portraits of China”, a 30 months project that took them to all the hidden corners of the newly opening People’s Republic. Upon its completion the images were exhibited in the People’s Palace on Tiananmen Square, Beijing. From 1997 onwards, Jimmy began to undertake commercial advertising assignments for many of the world’s leading brands. At the same time he started accumulating images of remote and unique cultures. International exhibitions created the subsequent enthusiasm for the initiation of “Before they pass away” in 2010.

35

JIMMY NELSON_DEC15_v2.indd 35

12/11/15 9:37 AM


L’Histoire gravée dans la roche La vie aux Emirats Arabes Unis il y a 2000 ans History written in stone Life in ancient UAE Traduction Marc d’ANGLURE Photos Sharjah Museums Department

Établis à la croisée des routes commerciales de l’Est et de l’Ouest, les Emirats Arabes Unis ont joué un rôle spécial dans la préservation des artefacts de l’époque préislamique à la fois locaux mais également ceux apportés de la Mésopotamie (l’Irak), du Yémen, des États Helléniques dont l’Iran, l’Inde et l’Empire Romain. L’exposition «Ed-Dur: A Glimpse into Civilisations » au Muée d’Archéologie de Sharjah donne une idée de la manière dont vivaient les gens dans cette région il y a 2000 ans, notamment leurs échanges commerciaux. On y donne également une idée du visage de la religion locale avant la création de l’Islam. Parmi les nombreux objets que l’on peut y trouver, on notera, par exemple, la présence de pièces, épées, têtes de flèches, bijoux, pots à la fois en pierre et en céramique ainsi que diverses figurines et statues taillées dans de la roche. Tout ceci dépeint donc une image de la vie au Moyen-Orient il y

By Katrine BREKKE

Sitting in the crossroads of trading routes between the east and west for millenniums the UAE is in a special role when preserving artifacts of pre-Islamic period both locally and travelled here from Mesopotamia (modern day Iraq), Yemen, the Hellenistic states including Iran, India, and The Roman Empire. T he ex h ibit ion “E d-D u r: A Gl i mpse i nto Civilizations” at Sharjah Archaeology Museum gives a peephole into how people lived in this region about 2000 years ago, trading and exchanging goods like today. We also get an idea regarding the religion in this region before Islam was embraced. Coins, swords, arrowheads, jewellery, glass, pots from ceramic and stone, different figurines, and stone sculptures are among the various items that you can enjoy and which tell the story about life and trading in the ancient UAE. In this period the

36

ED-DUR_DEC15.indd 36

12/11/15 9:36 AM


Culture

Nasir Al Darmaki, Curator of Sharjah Archaelogy Museum and HH Sheikh Salim bin Abdulrahman Al Qasimi

a bien longtemps ; d’autant plus qu’à cette période, le climat étant plus doux et donc présentant plus de pluie, la population était davantage nomade, se déplaçant selon les saisons. Une inscription en araméen partiellement décodée disant «shams» (soleil en arabe) fut trouvée proche du temple à Ed-Dur. La présence d’une lampe à huile en bronze (probablement romaine) ainsi que de bruloirs à encens et de deux statues d’aigles sans têtes placées de chaque côté de l’entrée de la structure laissent penser qu’il s’agit précisément d’un lieu dédié au Dieu du Soleil «shams».

climate was milder with more rain than present days, and the people were semi-nomadic and thus shifting locations according to season. A partially deciphered inscription in Arameic saying ‘Shams’ (sun in Arabic) was found on a stone nearby the temple excavated in Ed-Dur. A long with a bronze oil lamp (possibly of Roman origin) and stone incense burners inside the building, and two headless eagle statues on either side of the largest entrance of the temple suggests this was built for the sun deity ‘Shams’.

37

ED-DUR_DEC15.indd 37

12/11/15 9:37 AM


Tout com me aujou rd’hu i, le commerce était développé, l’exposition soulève donc la question suivante : le célèbre port d’Omana ne serait-il pas le port d’Ed-Dur sur la côte d’Umm Al Quwain ? Ed-Dur était l’endroit principal où les caravanes de la civilisation continentale de Mleiha vendaient leurs biens. Ces derniers étaient ensuite transportés par chameaux jusqu’au port. Les marchandises en provenance du Yémen et d’Inde quant à elles venaient à Ed-Dur afin d’être troquées contre des produits amenés de Mésopotamie par navire. D’Ed-Dur des dattes, du fer et divers produits importés étaient vendus et acheminés vers la Méditerranée, le Golfe Arabe, l’Inde, certains allant même jusqu’en Chine et en Bactriane (Afghanistan).

Just as today, the trading was extensive and the exhibition poses a quest ion whet her t he famous port of Omana, which f lourished from the first century BC and the first century AD, in fact could be the port of Ed-Dur at the coast of Umm Al Quwain. Ed-Dur was the main place for the caravans of the inland civilization of Mleiha to sell their goods carried by camels to the port. Imported goods via ships from Yemen and India came to Ed-Dur and exchanged goods with ships arriving from Mesopotamia. From Ed-Dur commodities such as dates, iron and imported goods were sold and transported further to the Mediterranean, the Persian Gulf, and India, some reaching as far as China and Bactria (modern day Afghanistan). Nasir Al Darmaki, Curator of Sharjah Archaelogy Museum and HH Sheikh Salim bin Abdulrahman Al Qasimi

38

ED-DUR_DEC15.indd 38

12/11/15 9:37 AM


Culture

The oldest pearl in the world dates back 7500 years and was excavated from a cemetery in Umm Al Quwain. It is now displayed at Sharjah Maritime Museum. Excavations in the UAE have been going on for over 50 years with teams from countries such as France, Denmark, Belgium, and Germany, documenting what we know of the lives of the people in the UAE the past 7000 years. With destruction of ancient sites and objects in our day and age’s war and areas of conf lict, how important it is to preserve what we know and what we have from the past. La perle la plus ancienne du monde, vieille de 7500 ans, fut déterrée d’un cimetière à Umm Al Quwain et est dorénavant présentée au Musée Maritime de Sharjah. Ces excavations aux EAU existent depuis plus de 50 ans et ont été menées par des équipes venant de France, du Danemark, de la Belgique et d’Allemagne et ont pour objectif l’étude de la vie des peuples des EAU au cours des 7 derniers millénaires. Cet objectif est d’autant plus mis en valeur qu’en cette période de conflits et de guerres dans cette partie du monde particulièrement instable, trop de reliques du passé sont détruites. Il devient donc d’autant plus important et difficile de préserver les traces de l’histoire de ces cultures.

L’exposition «Ed-Dur: A Glimpse into Civilisation. A Collection from Umm Al-Quwain Museum» durera du 28 Octobre 2015 au 26 Mars 2016 et résulte de la collaboration entre le Département des Musées de Sharjah et le Département d’Archéologie et du patrimoine d’Umm Al-Quwain.

The exhibition “Ed-Dur: A Glimpse into Civilization. A Collection from Umm Al-Quwain Museum” runs from October 28 2015 to March 26 2016, and is a collaboration between Sharjah Museums Department and the Department of Archaeology and Heritage in Umm Al Quwain.

Différents programmes seront accessibles de décembre à février. Heures d’ouverture du Musée d’Archéologie de Sharjah: Samedi, Lundi et Mardi: 8 h00 – 20h00 Vendredi: 16h00 – 20h00 Dimanche: Fermé Enfants (moins de 13 ans): Gratuit Adultes (plus de 13 ans): 5 AED

There are different programs to join in December, January, and February Sharjah Archaeology Museum opening hours: Saturday, Monday to Thursday: 8:00am – 8:00pm Friday: 4:00am – 8:00pm Sunday: closed Children (under 13 years): Free Adults (13+ years): 5AED

www.sharjahmuseums.ae/Our-Museums/Sharjah-Archaeology-Museum.aspx

39

ED-DUR_DEC15.indd 39

12/11/15 9:37 AM


40

GIBRAN_DEC15.indd 40

12/11/15 9:36 AM

Š Kahlil Gibran, The Sad Mona Lisa, 1910, Gibran National Committee.


Culture

KHALIL GIBRAN

“Sad Mona Lisa” et d’autres dessins et peintures d’un poète “Sad Mona Lisa” and other artworks from a poet Traduction Catherine de MONTPEZAT

Jusqu’au 10 décembre, découvrez la face moins connue du poète américano-libanais Gibran, dans l’exposition Dessins de Gibran: Une perspective humaine au Sharjah Art Museum qui présente la plus grande collection d’œuvres de Gibran aux EAU. Khalil Gibran (1883-1931), dessinateur autodidacte a grandi au Liban. Encouragé à poursuivre le dessin en arrivant aux Etats-Unis, il entre en contact à Boston avec des artistes et devient membre du cercle artistique où il rencontre Mary Elizabeth Haskell qui sera une amie fidèle et une fervente admiratrice. Alors qu’il est âgé de 19 ans, sa mère, un frère et une soeur décèdent en l’espace d’une année - une tragédie qui eut certainement un impact sur l’esprit du jeune homme.

Katrine BREKKE

Until December 10 discover the lesser-known side of the American-Lebanese poet Gibran in the exhibition Drawings of Gibran: A Humane Perspective that runs at Sharjah Art Museum. The exhibition is the largest collection of Gibran’s work displayed in the UAE. Khalil Gibran (1883-1931) grew up in Lebanon. He left Lebanon for the USA in 1895 with his mother, brother and sisters. Self-taught in sketching and drawing, he was encouraged to continue when he arrived in the USA. In Boston he was introduced by his teachers to several artists and became a member of the artistic circle where he met Mary Elizabeth Haskell who became a lifelong friend and supporter. When Gibran was 19, his mother, brother and one sister died

41

GIBRAN_DEC15.indd 41

12/11/15 9:36 AM


within a year, a tragedy that De 1908 à 1910, il étudie à © Kahlil Gibran, The Blind, 1915, Gibran National Committee. must have had an impact on Paris avec le sculpteur Auguste the young man’s mind. Rodin sans pour autant cesser From 1908 to 1910 he studied d’écrire et de peindre. in Paris with the sculptor Les 30 œuvres d’art de Khalil Au g ust Rod i n but never Gibran exposées à Sharjah sont stopped writing and painting. des aquarelles, des fusains, Khalil Gibran’s 30 works of des manuscrits. Alors que sa art in watercolour, charcoal and poésie est considérée comme handwritten manuscripts are romantique, ses peintures displayed in Sharjah. While sont plus sy mbol iques et his poetry is considered to be esthétiques, portraits classiques romantic, his artworks are idéalisés exprimant des thèmes more symbolic and aesthetic universels tels que la recherche with classic, idealized portraits de vérités éternelles. Les expressing universal themes silhouettes semblent f lotter such as the search for eternal and dans l’air, libérés des entraves definite truths. The figures seem matérielles terrestres, mais to float in the air freed from the dans le même temps reliant material shackles on earth but at the same time linking the le monde spirituel et le monde physique. Les couleurs spiritual and the physical worlds together. The subdued sobres, les contours doux et flous des personnages et colours, the soft and blurred outlines of the figures and leurs yeux rappellent les œuvres de Léonard de Vinci.

42

GIBRAN_DEC15.indd 42

12/11/15 9:36 AM


Culture

Kahlil Gibran, Portrait of a Young Woman with Head Inclined 1908-1910, Gibran National Committee.

Š

43

GIBRAN_DEC15.indd 43

12/11/15 9:36 AM


© Kahlil Gibran, Self Portrait, 1908, Gibran National Committee.

© Kahlil Gibran, A Man with Beard, 1909, Gibran National Committee.

© Kahlil Gibran, A Woman in profile, 1919, Gibran National Committee.

© Kahlil Gibran, Four Faces, 1925, Gibran National Committee

44

GIBRAN_DEC15.indd 44

12/11/15 9:36 AM


Culture

«La Mona Lisa triste», peinte en 1910, est sans doute la sœur de Gibran qui est décédée à l’âge de 14 ans de la tuberculose. Les paysages de Gibran sont plus colorés et donnent une sensation de forte connexion avec le monde réel, comme si la nature et sa beauté étaient la source du bonheur sur terre. Les premiers écrits de Gibran sont en arabe, mais les suivants sont en anglais. Sa célèbre série de poèmes recueillis dans Le Prophète est constamment réimprimée et traduite dans 40 langues. D’abord publié en 1923 Le Prophète est l’un des livres les plus vendus aux ÉtatsUnis au XXème siècle. Au Liban Khalil Gibran est toujours considéré comme un poète majeur.

their eyes recall works by Leonardo da Vinci. “The Sad Mona Lisa”, painted in 1910, is presumably Gibran’s sister who died at the age of 14 from tuberculosis. Gibran’s landscape paintings are more colourful and give a feeling of stronger connection with the real world, as if the nature and its beauty were the source of happiness on earth. Gibran’s earliest writings were in Arabic, but he later turned to the English language. His well-known series of poems collected in The Prophet is still printed and is translated into 40 different languages. First published in 1923 The Prophet is one of the best selling books in the United States in the 20th century. In Lebanon Khalil Gibran is still considered a major poet.

Sharjah Art Museum opening hours: Saturday to Thursday: 8:00am – 8:00pm, Fridays 4:00am – 8:00pm Entry: free ; www.sharjahmuseums.ae/Our-Museums/Sharjah-Art-Museum.aspx

45

GIBRAN_DEC15.indd 45

12/11/15 9:36 AM


Agenda culturel et artistique décembre 2015 et janvier 2016 En ces mois de décembre et de janvier, le beau temps nous invite dehors et nous incite à sortir des chemins battus

Cultural and Arts Guide December 2015 and January 2016 The nice weather invites us outdoors and further afield...Here are our picks

Compiled by Henriane Mourgue d’Algue ABU DHABI 1 - 2016 Mubadala World Tennis Championship/Zayed Sports City/ 31 décembre 2015- 2 janvier 2016 Nadal, Tsonga, Anderson, Wawrinka, Ferrer et Raonic seront tous au rendez-vous de ce tournoi à la fois spectaculaire et intime. www.mubadalawtc.com

ABU DHABI 1 - 2016 Mubadala World Tennis Championship/Zayed Sports City/ Dec 31- Jan 02 Nadal, Tsonga, Anderson, Wawrinka, Ferrer and Raonic will all be there for a spectacular yet intimate tennis tournament. www.mubadalawtc.com

1

46

AGENDA_DEC15.indd 46

12/11/15 9:36 AM


Culture

2

2 - Abu Dhabi Classics ProgrammeSinfónica de Galicia: Malher 6/ Emirates Palace/ 13 janvier 2016 L’orchestre symphonique de Galicie jouera la pièce centrale de l’œuvre symphonique de Malher, sa 6ème Symphonie. Tickets en vente sur www.ticketmaster.ae

2 - Abu Dhabi Classics ProgrammeSinfónica de Galicia: Malher 6/ Emirates Palace/ January 13, 2016 TCA Abu Dhabi is proud to welcome the Spanish leading orchestra which will be playing the central piece of Mahler’s Symphonic Oeuvre, the 6th Symphony. Tickets are on sale on www.ticketmaster.ae

47

AGENDA_DEC15.indd 47

12/11/15 9:36 AM


3

3 - 2016 Abu Dhabi HSBC Golf Championship/ Abu Dhabi Golf Club/ Du 21 au 24 janvier Cette année célèbre le 11ème anniversaire de cette compétition de golf qui fait partie du Tour Européen. Le nombre de spectateurs reste encore limité pour le moment et il est très agréable de pouvoir voir de tout près plusieurs des meilleurs joueurs mondiaux s’affronter. www.abudhabigolfchampionship.com

3 - 2016 Abu Dhabi HSBC Golf Championship/ Abu Dhabi Golf Club/ January 21-24 This year is the 11th anniversary of the golf tournament which is part of the European Tour and has some of the world’s top players coming to Abu Dhabi. The atmosphere is fantastic and it is not too crowded yet, so you can get up close and personal. www.abudhabigolfchampionship.com

AL AIN 4 - Marché d’Artisanat Traditionnel/ Al Qattara Oasis/ les jeudis, vendredis et samedis jusqu’au 30 mai 2016 Si vous êtes à Al Ain, profitez-en pour faire un tour à

AL AIN 4 - Traditional Handicraft Market/ Al Qattara Oasis/ Thursdays, Fridays and Saturdays until May 2016 If you are in Al Ain, go and have a look at this traditional market where 30 local families showcase their handicrafts. www.abudhabievents.ae

4

DUBAI 5 - Standard Chartered Dubai Marathon 2016/Umm Suqeim Road & Jumeirah Beach Road/ January 22 One of the favourite races of the year, the Dubai Marathon includes some of the fastest world’s runners. www.dubaimarathon.org

48

AGENDA_DEC15.indd 48

12/11/15 9:36 AM


5

Culture

6

ce marché traditionnel où 30 familles d’artisans locaux vous proposent leurs produits. www.abudhabievents.ae DUBAI 5 - Standard Chartered Dubai Marathon 2016/Umm Suqeim Road & Jumeirah Beach Road/ 22 janvier Le Marathon de Dubaï est l’un des grands rendez-vous de la saison athlétique. Cette année encore, les meilleurs marathoniens seront présents. www.dubaimarathon.org SHARJAH 6 - Walls and margins/Barjeel Art Foundation/ jusqu’au 1er février La Barjeel Art Foundation présente une exposition d’œuvres d’art qui explorent les effets et les conséquences de barrières établies, tant physiques qu’idéologiques. www.barjeelartfoundation.org

AGENDA_DEC15.indd 49

SHARJAH 6 - Walls and margins/Barjeel Art Foundation/until February 1 The Barjeel Art Foundation presents works of art which tackle the effects and consequences of established walls and barriers, both physical and ideological. www.barjeelartfoundation.org

12/11/15 9:36 AM


KATYA KOVTUNOVICH

A Milan 2015 At Milano 2015 Dans le cadre de toutes les Expositions universelles, chaque pays participant se voit attribuer une journée pour célébrer et mettre en valeur sa culture et son patrimoine. Pour marquer cette occasion spéc ia le, la jou r née a été consacrée à la juxtaposition du patrimoine du pays et de son interprétation moderne, et Katya Kovtunovich, styliste de mode basée à Dubaï, a été invitée par l’Expo 2020 pour présenter son travail dans le cadre des célébrations à Milan. La créatrice est réputée pour être la première à introduire

As part of every World Expo, each participating nation is allocated a day to celebrate and showcase their country’s culture and heritage. To mark this special occasion, the day has been dedicated to the juxtaposition of the country’s her itage and its moder n i nter pretat ion, and K at ya Kovtunovich, a Dubai-based fashion designer has been invited by Expo 2020 to showcase her work as part of the celebrations in Milan. Known to be the first designer to introduce the modern take on the traditional Arabic fabric,

50

KATYA KOVTUNOVICH_DEC15.indd 50

12/11/15 9:35 AM


Tendances Trends

51

KATYA KOVTUNOVICH_DEC15.indd 51

12/11/15 9:35 AM


une touche moderne au tissu arabe traditionnel. Sa collection est inspirée par la beauté authentique du Sadou, un matériau largement utilisé dans les Émirats Arabes Unis pour l’ameublement. Créée dans le but de faire entrer le patrimoine bédouin dans le XXIème siècle, Katya commente sa collection, “je romps les limites de l’utilisation conventionnelle du Sadou pour repenser son rôle traditionnel en mettant au devant de la scène ce tissu haute couture totalement

Katya’s Collection is inspired by the authentic beauty of Sadou, a material widely used in the UAE for upholstery. Created with the aim to take the Bedouin heritage into t he 21st cent ur y, Kat ya comments on her collection, “I break boundaries of the conventional use of Sadou, re-thinking its traditional role and giving it the central stage and limelight as a fully functional high fashion fabric. I love seeing new potential in people, places and fabrics.

52

KATYA KOVTUNOVICH_DEC15.indd 52

12/11/15 9:36 AM


Tendances Trends

53

KATYA KOVTUNOVICH_DEC15.indd 53

12/11/15 9:36 AM


54

KATYA KOVTUNOVICH_DEC15.indd 54

12/11/15 9:36 AM


Tendances Trends

Katya Kovtunovich wearing her sadou collection at Expo Milano 2015

fonctionnel. J’aime voir un nouveau potentiel chez les personnes, les lieux et les tissus. Il est naturel pour moi de voir la beauté dans l’invisible le bédouin est comparé à l’aristocrate, le désert à la vie citadine, le rudimentaire au raffiné, le patrimoine au moderne. Les cultures, les lieux et des références

It’s natural for me to see the beauty in the unseen the Bedouin is juxtaposed with the Aristocratic, the Desert with the City life: rough with refined, heritage with modern. Cultures, places and opposite ethnic references are all mixed up creating a new synergy and new reality”.

Katya Kovtunovich at Milano Expo 2015

55

KATYA KOVTUNOVICH_DEC15.indd 55

12/11/15 9:36 AM


56

KATYA KOVTUNOVICH_DEC15.indd 56

12/11/15 9:36 AM


Tendances Trends

ethniques opposés se mélangent pour créer une nouvelle synergie, une nouvelle réalité “. Une collection unique d’une designer d’origine russe, qui utilise un tissu traditionnel arabe, qui travaille à Dubaï à la création de vêtements modernes qui plaisent aux femmes du monde entier - c’est en soi une représentation de ce qu’est Dubaï - un mélange des cultures mondiales, des visions et des expériences qui relient les esprits et créent un avenir.

A unique collection from a Russian-born designer, using traditional Arabic fabric, work ing in Dubai and creating modern clothes that appeal to women worldwide – is in itself a representation of what Dubai is all about – a global mix of cultures, visions and experiences that connects minds and creates a future.

57

KATYA KOVTUNOVICH_DEC15.indd 57

12/11/15 9:36 AM


SCARABEE La boutique cadeau par excellence The quintessential gift shop Sandrine GELEIJNS

Depuis une quinzaine d’années, c’est devenu une habitude pour les résidents et les touristes de passage aux Emirats que d’admirer la vitrine du magasin Scarabée, que ce soit celui du Marina mall d’Abu Dhabi ou du souk de Madinat Jumeirah de Dubaï. Ce qui différencie cette boutique des autres, c’est le flair de sa propriétaire, Colette Makar, pour dénicher des bijoux et autres objets originaux, lors de ses pérégrinations à travers les différents salons d’exposition et lors de ses voyages, notamment dans son pays d’origine: l’Egypte.

Translation: Joelle Vives

Over the past 15 years, it has become a habit for residents and tourists visiting the UAE to admire t he window displays of Scarabee, in eit her t he Marina Mall, Abu Dhabi or the souk of Madinat Jumeirah, Dubai. What differentiates this shop from others, is the flair of its owner, Colette Makar, who has the uncanny ability of unearthing jewellery and other original objects, when attending various exhibition fairs and on trips, especially to her native country: Egypt.

58

SCARABEE_DEC15.indd 58

12/11/15 9:35 AM


Tendances Trends

59

SCARABEE_DEC15.indd 59

12/11/15 9:35 AM


Parmi l’ensemble des créateurs présentés dans le magasin, il en est un dont les objets attirent immédiatement le regard: Romero Britto, l’artiste brésilien célèbre de par le monde pour ses oeuvres empreintes de pop art. En effet, après plusieurs années d’étroite collaboration, Colette est très fière de représenter, en exclusivité, depuis quelques mois, la marque Britto dans tous les pays du Golfe.

Of all the designers represented in the store, there is one whose pieces immediately catch the eye: Romero Britto, the internationally renowned Brazilian artist famous for his pop art. Indeed, after several years of close cooperation, Colette is very proud to represent, for already a few months now, in exclusivity, the Britto brand in all Gulf countries.

60

SCARABEE_DEC15.indd 60

12/11/15 9:35 AM


Tendances Trends

Suite à l’officialisation de leur partenariat, Romero Britto a crée une nouvelle figurine sous la forme d’un dromadaire. Baptisée Carioca elle sera dévoilée au grand public, et par conséquent disponible à la vente, dès le mois de novembre de cette année. Parés des couleurs qui rappelent celles de ces pays désertiques de bord de mer, ces dromadaires seront tous signés de l’artiste lui même, ce qui fera de ces objets de véritables pièces de collection.

Upon formalizing their partnership, Romero Britto created a new figurine in the shape of a dromedary, named Carioca. It will be unveiled to the general public and available for sale as of November this year. Wrapped in colours that remind one of those seaside desert countries, these camels are all signed by the artist himself, which will make these objects genuine collector’s items.

61

SCARABEE_DEC15.indd 61

12/11/15 9:35 AM


Shopping Wish List

Liste Au Père Noël

Guerlain

2 1

MÉTÉORITES FLOCONS ENCHANTÉS Poudre Sublimatrice Visage et Décolleté Édition limitée

Light-Enhancing Powder Face and Décolleté Limited edition

Parmigiani Fleurier

TONDA 1950 POPPY Avec son aspect solaire et ses tonalités euphorisantes, la Tonda 1950 Poppy vous garantit des moments de bonheur With its sunny face and euphoric colours, the Tonda 1950 Poppy is guaranteed to make you smile

62

SHOPPING_DEC15.indd 62

3

L’artisan Parfumeur

AMBER Un parfum emblématique de la Maison depuis plus de 30 ans. Des accords harmonieux de mélisse combinés à la vanille, le patchouli, la fève tonka, le benjoin et l’encens An emblematic scent of the Maison for more than 30 years. Harmonious accord of balm notes combined with vanilla, patchouli, tonka bean, benzoin and incense

12/11/15 9:46 AM


2

4

T Tendances T Trends

Caudalie

PARFUM DIVIN Une rose, un peu de vanille, du musk, quelque chose de merveilleusement doux…

A rose, a little vanilla, musks, something wonderfully smooth…

Bottega Veneta

KNOT EAU FLORALE Des notes de rose et de pivoine associées à la douceur du musc, de la mandarine, du néroli et de la lavande, soulignées par le bois de cèdre et la fève tonka Notes of Rose and Peony layered with the softness of musk, mandarine, neroli and lavender, underscored by the earthiness of cedarwood and tonka beans

Bentley

CONTINENTAL HANDBAG Le sac à main Continental, baptisé d’après l’emblématique Bentley GT, se réinvente dans une taille plus petite et de nouvelles couleurs pour rafraîchir la collection automnale

6

The Continental handbag, named after the iconic Bentley GT, is reinvented in a new, smaller size and new colours to refresh the collection for Autumn

5

7

Saint Honore

ARTCODE LADY Le maître horloger revisite les proportions élégantes, délicates de cette montre classique en apportant une touche d’innovation The master watchmaking maison revisits the delicate, elegant proportions of this beautiful classic and brings it an innovative touch

63

SHOPPING_DEC15.indd 63

12/11/15 9:47 AM


Qasr Al Muwaiji Traduction Catherine de MONTPEZAT

Ne manquez pas l’ouverture du Qasr Al Muwaiji, symbole de l’histoire de l’Emirat d’Abu Dhabi et composante importante du site du Patrimoine Mondial de l’UNESCO d’Al Ain. Inscrits en 2011, les sites culturels d’Al Ain (Hafit, Hili, Bidaa Bint Saud et les oasis) témoignent d’une très ancienne sédentarisation à partir du Néolithique dans un milieu désertique. Parmi ces vestiges remarquables, on trouve des tombes circulaires en pierre (vers 2500 avant J.-C.), des puits et une série de constructions en terre crue: constructions résidentielles, tours, palais et bâtiments administratifs. Hili présente par ailleurs l’un des plus anciens exemples d’af laj, un système

Christel de NOBLET

Do not miss the opening of Qasr Al Muwaiji, a symbol of Abu Dhabi’s rich heritage and an important component of the UNESCO World Heritage Site of Al Ain. Listed in 2011, t he Cu lt ura l Sites of A l A in (Hafit, Hili, Bidaa Bint Saud and Oases Areas) testifies to sedentary human occupation of a desert region since t he Neolit hic period. Remarkable vestiges in the property include circular stone tombs (ca 2500 B.C.), wells and a wide range of adobe constructions: residential buildings, towers, palaces and administrative buildings. Hili moreover features one of the oldest examples of the sophisticated

64

QASR AL MUWAIJI_DEC15.indd 64

12/11/15 9:35 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

sophistiqué d’irrigation datant de l’Age de bronze. Ce site apporte un important témoignage de la transition dans la région, passée d’une culture de la chasse et de la cueillette à la sédentarisation. L’exposition permanente du musée raconte l’histoire du fort, dès les premières traces archéologiques de vie à l’oasis, jusqu’à nos jours.

af laj irrigation system which dates back to the Iron Age. The site provides important testimony to the transition of cultures in the region from hunting and gathering to sedentarization. The museum’s permanent exhibition will tell the story of the fort, from the earliest archaeological traces of life at the oasis, through to present day.

65

QASR AL MUWAIJI_DEC15.indd 65

12/11/15 9:35 AM


Through a curated public programme of interactive activities and performances, visitors will be introduced to the Fort and its history. As a historic Fort and place of rule within the city of Al Ain, Qasr Al Muwaiji was home to generations of the Al Nahyan family including HH Sheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan, who was born there in 1948. Through a comprehensive conservation programme started in the late 1970s and extended in 2009 to include archaeological excavations, preservation measures and restoration interventions, Qasr al Muwaiji has

La Mosquée - The Mosque

Grâce à l’organisation d’un programme d’activités interactives et à des représentations, les visiteurs sont initiés à la forteresse et à son histoire. A la fois Fort et lieu historique de commandement au sein de la ville d’Al Ain, Qasr Al Muwaiji a abrité plusieurs générations de la famille Al Nahyan y compris SA Sheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan, qui y est né en 1948. Bénéficiant d’un programme complet de préservation qui a débuté à la fin des années 1970 et qui a été étendu en 2009 pour y inclure des fouilles archéologiques, à des mesures de conservation et à des interventions de restauration, Qasr al Muwaiji a

The Majlis

66

QASR AL MUWAIJI_DEC15.indd 66

12/11/15 9:35 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

été soigneusement réhabilité en mettant en valeur ses caractéristiques architecturales d’origine, tout en adaptant sa fonction initiale de Fort pour devenir un musée. Une exposition permanente dédiée au Président de la Nation, SA Sheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan, raconte les moments significatifs de son enfance, son leadership et ses vastes réalisations nationales. Elle met également en évidence la chronologie des membres de la famille régnante d’Abu Dhabi associés à Qasr al Muwaiji, et l’histoire de l’évolution de la famille Al Nahyan.

been carefully rehabilitated to emphasize its original architectural features while adapting its original function as a Fort to become a museum. A permanent exhibition dedicated to the President of the Nation, HH Sheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan, will narrate significant moments of his early childhood, leadership and vast national achievements. This exhibition will also highlight the chronology of the members of Abu Dhabi’s ruling family associated with Qasr al Muwaiji, and the history and progression of the Al Nahyan family.

Plus d’information sur www.qasralmuwaiji.ae

For more information www.qasralmuwaiji.ae

67

QASR AL MUWAIJI_DEC15.indd 67

12/11/15 9:35 AM


Tout ce que vous devez savoir sur Dubai Design Week Rétrospective de son édition inaugurale All you need to know about Dubai Design Week A retrospective review of its inaugural edition Traduction Catherine de MONTPEZAT Photos Dubai Design Week Saviez-vous que New-York, Paris, Pékin, Tokyo, Stockholm, Beyrouth et d’autres villes à travers le monde ont leur propre “Design Week”? Eh bien, nous avons de bonnes nouvelles pour les amateurs de design dans la région: Dubaï a lancé en Octobre 2015 sa première “Semaine du Design de Dubaï” (DDW) dans le tout nouveau “d3”, Dubai Design District et dans toute la ville. Si vous n’avez pas réussi à faire le tour de cette manifestation de six jours, Madame Magazine y était et a rencontré les commissaires et le directeur de l’événement. Des installations publiques sont encore visibles dans la ville et le prochain événement de design dans notre calendrier est Design Days Dubai en mars 2016.

Bénédicte Gimonnet

Did you k now t hat N Y, Paris, Beijing, Tokyo, Stockholm, Beirut and many other cities around the world have their own “Design Week”? Well, we have good news for Design lovers in the region: Dubai has launched in October 2015 its inaugural “Dubai Design Week” (DDW) in the brand new “d3”, Dubai Design District and all across the City. If you didn’t manage to visit the six-days event, Madame Magazine was there for you and has met the curators and fair director. Public design installations are still around the City and the next design event in our calendar is Design Days Dubai in March 2016.

68

DUBAI DESIGN WEEK_DEC15.indd 68

12/11/15 9:34 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

d3

Conçue et gérée par Art Dubai Group, DDW est organisée en partenariat avec Dubai Design District (d3) et est soutenue par Dubai Design & Fashion Council et Dubai Culture & Arts Authority (Dubai Culture). Présentant le meilleur du design contemporain à la fois du Moyen-Orient mais aussi du reste du monde, DDW vise à consolider la réputation de la ville comme capitale du design de la région, à attirer dans la ville les professionnels, les amateurs et les visiteurs curieux de design pour une célébration d’idées novatrices au sein d’un éventail de plateformes créatives, couvrant les installations publiques, l’architecture, les produits, le design graphique et industriel.

Conceived and managed by the Art Dubai Group, DDW is held in partnership with Dubai Design District (d3) and is supported by the Dubai Design & Fashion Council and the Dubai Culture & Arts Authority (Dubai Culture). Showcasing the best of contemporar y design from bot h t he M iddle East and across the world, DDW aims to cement the city’s reputation as the design capital of the region, attracting professionals, aficionados and design-curious visitors to the city for a celebration of innovative ideas across a range of creative platforms, spanning public installations, architecture, product, industrial and graphic design.

69

DUBAI DESIGN WEEK_DEC15.indd 69

12/11/15 9:34 AM


d3, le nouveau hub de Design et d’Art qui héberge DDW est dans sa première phase d’achèvement: d’ici 2018, d3 vise à présenter une communauté créative de plus de 90 000 m2, destinée à inspirer les designers émergents et les artistes, et à y attirer les touristes. Mohammad Saeed Al Shehhi, Chief Operating Officer de d3 explique: “Dubai Design Week a été un énorme succès pour la ville de Dubaï et un véritable test pour d3 en termes de concept et d’infrastructure. Je suis ravi de dire que DDW nous a donné la preuve non seulement que d3 «œuvre» comme un lieu, mais que sa mission - fournir au secteur créatif dynamique de Dubaï une plate-forme dédiée qui peut agir comme un centre international du design dans le Moyen-Orient - est opportune, bienvenue et, surtout, nécessaire”.

The new Art and Design hub d3 hosting DDW is in its first phase of completion: by 2018, d3 aims to feature a one million square foot Creative Community, inspiring emerging designers and artists, and attracting tourists to the area. Mohammad Saeed Al Shehhi, Chief Operating Officer of d3 explains: “Dubai Design Week was a tremendous success for the city of Dubai and a real test of d3 in terms of both concept and infrastructure. I’m thrilled to say that DDW gave us proof not only that d3 ‘works’ as a venue, but that its mission – to provide Dubai’s dynamic creative sector with a dedicated platform that can act as an international focus for design in the Middle East region – is timely, welcome and, above all, necessary.”

Parmi les événements passionnants, des conférences et des ateliers, principales attractions de la première édition de DDW étaient situés dans d3: - La foire commerciale de design Downtown Design, sous le patronage de Son Altesse Sheikha Latifa bint Mohammed bin Rachid Al Maktoum (troisième édition en Octobre 2015) mettait en vedette plus de 90 marques et 25 pays. - Le premier Global Grad Show (GGS) réunissait des projets de 10 des plus grandes universités de design du monde, et présentait une exposition de la prochaine génération de l’innovation.

Among exciting events, talks and workshops, the main attractions of the first edition of DDW were located in d3: - Design Trade Fair Downtown Design held under the patronage of HH Sheikha Latifa bint Mohammed bin Rachid Al Maktoum (third edition in October 2015) featuring more than 90 brands and 25 countries. - The world’s first Global Grad Show (GGS) bringing together projects from 10 of the world’s leading design universities, and presenting an exhibition of the next generation of innovation.

ARCLINEA Convivium Design Kitchen from Arclinea Designed by Antonio Citterio

ABWA UAE, exterior

70

DUBAI DESIGN WEEK_DEC15.indd 70

12/11/15 9:34 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

- Purpose-built pavilions ABWAB integrated into the walkways of “d3”, inviting visitors to journey through design from six MENASA countries, united by the theme “Games: The Element of Play in Culture” - The first in a new annual series of Iconic City exhibition, Brilliant Beirut exploring from 1950 until 2015 the impact of local urban dynamics in the areas of design, production and creative culture. DDW features as well a series of Installations, 13 specially commissioned sculptural, architectural and experimental pieces located around the City, including d3, Al Fahidi Historical Neighborhood, Tashkeel, The Beach by Meraas and City Walk by Meraas. - Des pavillons construits spécialement ABWAB intégré dans les allées de “d3”, invitaient les visiteurs à voyager à travers le design de six pays du MENASA, unis par le thème “Jeux: Les éléments du jeu dans la culture” - La première d’une nouvelle série annuelle d’expositions Iconic City, Brillant Beyrouth explorait l’impact des dynamiques urbaines locales dans les domaines du design, de la production et de la culture créative de 1950 jusqu’en 2015. DDW propose aussi une série de 13 installations, sculpturales, architecturales et expérimentales commandées spécialement et placées dans la ville, y compris à d3, dans le quartier historique d’Al Fahidi, Tashkeel, The Beach par Meraas et City Walk par Meraas. Rencontre avec la directrice de l’événement et les commissaires d’exposition.

RUE KOTHARI, DIRECTRICE DE DOWNTOWN DESIGN

In conversation with Fair Director and curators

RUE KOTHARI, FAIR DIRECTOR Madame Magazine - Could you give us an account of the 3d edition of Downtown Design? Rue Kothari - Dubai Design Week’s commercial centerpiece, the third edition of trade fair Downtown Design, has been the most successful to date, firmly establishing the fair as the leading design trade event in the region. Pre-registrations increased by 25%, and visitor numbers surpassed all expectation – current estimates suggests that more than 10,000 people crossed the threshold over the fair’s four days. In addition, a deluge of positive feedback from industry representatives, buyers and brands has led to a surge in demand for space at the 2016 edition, already exceeding Destination

Madame Magazine - Pourriez-vous nous faire un bilan de la 3e édition de Downtown Design? Rue Kothari - Pièce maîtresse commerciale de Dubaï Design Week, la troisième édition de Downtown Design a été la plus réussie à ce jour, établissant fermement la foire comme le premier événement commercial de design dans la région. Les pré-inscriptions ont augmenté de 25%, et le nombre de visiteurs a dépassé toutes les attentes - les estimations actuelles suggèrent que plus de 10.000 personnes ont franchi le seuil de la foire durant les quatre jours. En outre, un déluge de

71

DUBAI DESIGN WEEK_DEC15.indd 71

12/11/15 9:34 AM


Global Grad Show Overall

commentaires positifs de représentants de l’industrie, d’acheteurs et de marques a conduit à une hausse de la demande d’espaces pour l’édition 2016, qui dépasse déjà les niveaux de cette année, ce qui signifie qu’il est pas trop tôt pour suggérer que la quatrième édition de Downtown Design 2016 sera le plus grand et encore plus influent.

BRENDAN MCGETRICK, COMMISSAIRE D’EXPOSITION DE GLOBAL GRAD SHOW Madame Magazine - Comment la première édition de GGS a-t-elle été reçue par le public et les professionnels, et est-ce qu’une deuxième édition est prévue pour l’année prochaine? Brendan McGetrick - Je pense que la première édition de GGS a été très bien reçue, s’y je me réfère aux commentaires des visiteurs et de la presse. Le point central - que la beauté d’un design est dans son idée autant que dans son esthétique - a fait son chemin et a ajouté à la définition généralement plus inclusive du design mis en avant à DDW, pa r rappor t à des événements si m i la i res da ns d’autres lieux.

MoreSky Aldana Ferrer Garcia

Global Grad Show Oblio Meg Czaja

this year’s levels, meaning it’s not too early to suggest that Downtown Design’s fourth edition in 2016 will be the biggest and most influential yet.

BRENDAN MCGETRICK, GLOBAL GRAD SHOW’S CURATOR Madame Magazine - How was the first edition of GGS received by the public and professionals, and is a second edition of GGS planned for next year? Brendan McGetrick - I think the first edition of GGS was received very well, based on the responses I

72

DUBAI DESIGN WEEK_DEC15.indd 72

12/11/15 9:35 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

Le fait que nous ayons pu accueillir autant de designers a créé une atmosphère extraordinairement intime et conviviale dans laquelle les visiteurs de tous âges et de tous milieux pouvaient s’intéresser non seulement au design mais aussi aux questions sociales et technologiques qui ont inspiré les projets présentés. Nous travaillons déjà sur un plan pour l’année prochaine. Nous sommes contents de la première édition, mais, à mon avis, elle n’a représenté qu’une fraction de ce que Global Grad Show pourrait être. Nous allons bientôt approcher les nombreuses universités, en particulier dans la région, qui ont exprimé leur intérêt et sommes déjà en pourparlers avec les étudiants qui ont participé à l’élaboration d’un programme d’événements plus large pour l’année prochaine.

RAWAN KASHKOUSH, DIRECTEUR CRÉATIF D’ABWAB Madame Magazine - A-t-il été diff icile ou bien gratif iant de travailler avec 6 équipes internationales de designers et quels sont les commentaires des exposants et du public pour cette première édition? Une deuxième édition est-elle prévue pour l’année prochaine? Rawan Kashkoush - ABWAB a appelé 6 pays de la région à produire des œuvres sous un concept commun, le thème universel du jeu. L’étendue de l’interprétation par les équipes de design était parfois très différente ou étonnamment similaire, faisant basculer mon

heard from visitors and the press. The show’s central point - that the beauty of a design is in its idea as much as its aesthetic - came through and I think added to the generally more inclusive definition of design put forward at DDW, as compared to similar events in other places. The fact that we were able to include so many of the designers in the exhibition made for an extraordinarily intimate and social atmosphere in which visitors of all backgrounds and ages could engage not only design but also the social and technological issues that inspired the design projects on show. We are already working on a plan for next year. We were happy with the first edition but, in my opinion, it was a fraction of what Global Grad Show could be. We will soon be approaching the many universities, particularly in the region, who have expressed interest in participating and are already in conversation the students who have just participated about developing a more expansive events program for next year.

RAWAN KASHKOUSH, CREATIVE DIRECTOR OF ABWAB M adame M agazine - How cha l leng ing or rewarding was it to work with 6 international teams of designers and what is the feedback of both exhibitors and public for this first edition of ABWAB? Is a second edition planned for next year? Rawan Kashkoush - ABWAB summoned 6 countries from the region to produce works under a common

Abwab Pakistan Pavilion Latto

Abwab UAE Pavilion Conceptual Sketch Heard

73

DUBAI DESIGN WEEK_DEC15.indd 73

12/11/15 9:35 AM


expérience personnelle de surveillance du processus vers l’identification des qualités qui ont tendance à être essentiellement humaine de celles qui sont des adaptations culturelles. Le regroupement du produit des recherches créatives en une exposition unique en six parties a été possible grâce à l’emballage commun; les pavillons, identiques dans leur exécution, différents dans leurs natures remplies de sable. Le résultat était cohérent mais il a finalement démontré les différences entre les pays de la MENASA, en particulier ceux du Moyen-Orient, à des publics internationaux qui ont plébiscité cette plateforme sans précédent pour la définition des perspectives qui sont souvent floues. ABWAB a résonné pour les publics régionaux comme un point de fierté de leurs nations respectives, avec une visibilité dans les médias sociaux et les nouvelles plates-formes, attirant une attention bien nécessaire sur l’industrie régionale nouvellement établie du design, montrant qu’elle était déterminée et convaincante. L’année prochaine verra plus de pays, un nouveau thème, une plus grande ABWAB.

RANA SALAM, COMMISSAIRE D’EXPOSITION D’ICONIC CITY, BRILLIANT BEYROUTH Madame Magazine - Comment le public réagit-il à cette exposition? Rana Salam - La réponse à Brilliant Beyrouth, ville invitée à la récente DDW, a été incroyablement réconfortante. Nous avons eu des professionnels qui

©

Electra Events & Exhibitions Abwab Tunisia Pavillion

concept, the universal theme of play. The breadth of interpretation by the design teams was at times wildly different and at others strikingly similar, turning my personal experience of surveilling the process into one of identifying the qualities that tend to be essentially human and those that are cultural adaptations. Collecting the products of the creative investigations into a six-part unified exhibition was maintained by the common packaging; the pavilions, identical in their execution, different in their sand-filled characters. The result was cohesive but ultimately demonstrated the differences between countries in the MENASA, particularly those of the Middle East, to international audiences who praised the unprecedented platform for defining perspectives that are often blurred. ABWAB resonated with regional audiences as a point of pride for their respective

74

DUBAI DESIGN WEEK_DEC15.indd 74

12/11/15 9:35 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

Brilliant Beirut Rana Salam StudioPortrait

nations, being celebrated on social media and news platforms, bringing much-needed attention to the newly established regional design industry as one that is equally determined and compelling. Next year will see more countries, a new theme, a bigger ABWAB.

RANA SALAM, CURATOR OF ICONIC CITY, BRILLIANT BEIRUT Madame Magazine - How did the public respond to this exhibition? Rana Salam - The response to Brilliant Beirut being guest city at the recent DDW was overall

ont débattu de la diaspora libanaise de l’architecture et du design venue faire cheminer leurs jeunes adultes à travers l’histoire du Liban, des visiteurs internationaux et des particuliers disant qu’ils avaient à présent envie de visiter le pays. Mais le plus important était que la plupart des gens avaient trouvé cela intéressant et éducatif. Nous avons eu un très grand nombre de réactions à l’exposition de - ça me donne envie de visiter le pays, ou revisiter, des sourires, des « wow », des questions curieuses, des «OMG» cool - aux visiteurs qui photographiaient le mur de signatures Brillant Beyrouth pour des photos de mode.

Deconstruction Zone by Coletivo Amor de Madre

75

DUBAI DESIGN WEEK_DEC15.indd 75

12/11/15 9:35 AM


CYRIL ZAMMIT, COMMISSAIRE D’EXPOSITION DES INSTALLATIONS M a d a m e M a g a z i ne - C o m m e nt l e s installations dans la ville ont-elles été reçues par le public? Certaines d’entreelles deviendront-elles permanentes et où? Cyril Zammit - Il est très rare d’avoir la chance de découvrir les installations dans les rues de Dubaï. Nous avons obtenu une réponse très positive car elles créent une opportunité d’ouvrir un dialogue entre un emplacement et ses visiteurs. Nous avons choisi des endroits très spécifiques à Dubaï cette année: d’un endroit populaire comme The Beach par Meraas à une partie plus historique de la ville, Al Fahidi. À Dubai Design District, nous avons également eu quelques installations qui mettaient en vedette la diversité du monde du design. Nous discutons avec les institutions pour garder certaines d’entre elles en place, par exemple Meraas a dores et déjà décidé de prolonger le temps initialement prévu pour 3 des installations qu’ils soutiennent.

Installations Detritus Wall Ali Alsammarraie

incredibly heartwarming. We had professionals debating architecture and design Lebanese Diaspora coming to “walk” their young adults through the history of Lebanon, international visitors discussing Lebanon and individuals saying it encouraged them to visit the country. What was most important was that much of the feedback was that people found it interesting and educational. We had a range of reactions to the exhibit from - this makes me want to visit, or revisit, smiles, wows, curious questions, OMG cool and visitors photographing the Brilliant Beirut signature wall for fashion shoots.

CYRIL ZAMMIT, CURATOR OF INSTALLATIONS

Installations twotone fragments of now -d3

Madame Magazine - How were the installations received by the public all around Dubai? Will some of them become permanent and where? Cyril Zammit - It is very rare to have the chance to discover installations in the streets of Dubai. We got a very positive response as it creates a chance to own a dialogue between a location and its visitors. We chose very specific places in Dubai this year: from a popular location such as The Beach by Meraas to a more historical part of the city, Al Fahidi. At Dubai Design District, we also had some installations that showcased the diversity of the world of design. We are speaking with institutions to keep some of them in place for example Meraas has decided to prolong the time initially dedicated to 3 of the installations they supported.

76

DUBAI DESIGN WEEK_DEC15.indd 76

12/11/15 9:35 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

MM - Le prochain événement de design à Dubaï sera Design Days Dubai en mars 2016. Pourriezvous nous en donner un aperçu? CZ - Nous célébrons notre 5ème édition. Nous ne pouvons pas divulguer beaucoup de choses encore, mais le spectacle offrira un nouveau look avec de nouvelles sections et une focalisation accrue sur la façon de collectionner et d’acheter des éditions rares et limitées. Nous avons aussi de nouveaux exposants prévus, apportant un regard neuf sur le design. Design Days Dubai est la foire de design la plus diversifiée au monde qui se concentre presque exclusivement sur le design contemporain. Ce qui est rare dans le monde du design de nos jours.

MM - The next design event in Dubai will be Design Days Dubai in March 2016. Could you give us a glimpse of how exciting it will be? CZ - We are celebrating our 5th edition. We cannot disclose much yet but the show will offer a new look with new sections and an enhanced foc us on how to col lec t a nd pu rchase r a re and limited edition design. We also have new exhibitors announced bringing a fresh look at design. Design Days Dubai is the world’s most diverse design fair that almost only focuses on contemporary design. This is rare in the design world these days.

Installations Zeinab Alheshemi, Truss T. Meraas City Walk

77

DUBAI DESIGN WEEK_DEC15.indd 77

12/11/15 9:35 AM


PORTRAIT DE FEMME PORTRAIT OF A WOMAN

CÉLINE COUSTEAU

La planète en héritage The planet inherited Ecrit et traduit par Valérie Harzic WARD Photos Cause Centric Productions

Céline Cousteau porte un nom célèbre, celui de son grand-père, l’explorateur qui a ouvert la voie à bien d’autres aventuriers, le Commandant Jacques-Yves Cousteau, et le nom de son père, Jean-Michel Cousteau, cinéaste, avec plus de 70 films à son actif. Lorsque l’on passe un moment avec Céline, ce qui saute aux yeux c’est sa spontanéité, sa facilité à aller vers les autres et sa soif d’apprendre. Elle a sillonné les mers, parcouru des kilomètres en Alaska par des températures polaires, nagé avec des piranhas, un anaconda et des requins, et pourtant c’est elle qui s’interroge et s’intéresse à ceux qui l’entourent. Son enfance lui a permis de découvrir les gens et la flore à bord de la Calypso lors des expéditions scientifiques et de mieux comprendre les enjeux d’une cohabitation respectueuse entre notre planète et l’Homme.

Céline Cousteau bears a famous name, her grandfather’s, the explorer who paved the way to many other adventurers, Commander Jacques-Yves Cousteau, and the name of her father, Jean-Michel Cousteau, a film director with over 70 films to his credit. When you spend time with Céline, it is striking to see how spontaneous she is, to witness her ability to reach out to others and her thirst for learning. She has criss-crossed the seas, travelled extensively in Alaska by polar temperatures, swam with piranhas, an anaconda and sharks, and yet it is her who shows interest in those around her and asks them numerous questions. Her childhood has given her the opportunity to discover people and flora during the scientific expeditions on board Calypso and to better understand the stakes involved in the respectful cohabitation of our planet and humans.

UNE FEMME ENGAGÉE

A WOMAN WITH AN ENDURING COMMITMENT

Céline n’a pas attendu d’être mère, il y a 3 ans et demi, pour s’impliquer dans la protection du monde dans lequel elle vit. Elle n’aime pas s’éloigner de son fils mais peut compter sur la complicité de son mari franco-australien,

Céline did not wait to become a mother, 3 and a half years ago, to get involved in the protection of the world in which she lives. She does not enjoy being far from

78

CELINE COUSTEAU_DEC15.indd 78

12/11/15 9:34 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

caméraman, rencontré sur le terrain, qui comprend qu’elle a un rôle à jouer pour sensibiliser les gens aux défis environnementaux de demain. Son atout principal est sans aucun doute son côté caméléon: ces dernières années elle a tantôt dormi au fond de la jungle amazonienne pour sensibiliser la planète aux droits des indiens sur leur territoire ancestral,

her son but she can count on her Franco-Australian husband, a cameraman she met on the field, who understands she has a role to play in raising awareness to tackle the environmental challenges we are facing. Her main asset is undoubtedly her ability to adapt: in recent years while she sometimes slept in the heart of the Amazonian jungle to defend the rights of the Indians in

79

CELINE COUSTEAU_DEC15.indd 79

12/11/15 9:34 AM


tantôt fréquenté le gotha pour défendre la protection marine aux cotés de La Prairie et de la Fondation Prince Albert ll de Monaco. En parfaite globe-trotter, elle peut passer 5 mois (au total) en Amérique du Sud pour filmer un documentaire en 12 épisodes pour la télévision chilienne («Océan: le Chili face à la mer ») ou fouler les tapis rouges de Los Angeles et de Cannes pour présenter un film avec son père et son frère Fabien. Son expérience de photographe, de réalisatrice de documentaires et son engagement lui ont valu de devenir membre du Conseil des Océans du Forum Economique Mondial - dont les recommandations servent de lignes directrices à Davos - et d’être invitée à de nombreuses conférences internationales dont la COP21 à Paris. Elle a aussi choisi de soutenir d’autres

their ancestral territory, she also attended main events in the presence of international stars to defend Marine Protection alongside La Prairie and Prince Albert ll of Monaco Foundation. A confirmed globetrotter, she can spend 5 months (in total) in South America to film a 12-part documentary series for Chilean television (“Ocean: Chili overlooking the sea”) and walk down the red carpet in Los Angeles or Cannes to present a film with her father and brother, Fabien. As a photographer, film director and activist, her experience is valued to the extent that she has become a member of the Council on Oceans of the World Economic Forum - their recommendations are the guidelines of Davos - and to be invited as a guest speaker at international conferences such as COP 21 in Paris.

80

CELINE COUSTEAU_DEC15.indd 80

12/11/15 9:34 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

organismes, comme TreadRight Foundation, en faveur de la conservation des espèces en péril, ou la Fondation Jane Goodall, pour laquelle était aux Emirats Arabes Unis en octobre dernier. En tant qu’Ambassadeur de la Fondation active dans plus de 130 pays, Céline représentait le Dr Jane Goodall, une primatologue britannique réputée de 81 ans, dont les travaux ont profondément transformé le rapport entre l’homme et le chimpanzé. Avec le concours précieux de la directrice générale Tara Golshan, Jane Goodall a mis en place le programme «Roots & Shoots», soutenu par Céline. Initié en 1991, il permet aux enfants, aux adolescents et aux adultes bénévoles de travailler ensemble afin d’améliorer l’environnement, la protection des animaux, l’aide sociale et le soin à autrui, grâce à des projets à l’échelle locale. La Fondation fournit des ressources gratuites aux enseignants et sert de plateforme aux jeunes qui viennent chercher des idées de projets réussis. L’engouement est tel à travers le monde que le programme peut afficher fièrement une chaîne solidaire de 150.000 membres de la maternelle à l’université.

She has a lso decided to support other organisations like the TreadRight Foundation, promoting the conservation of endangered species or the Jane Goodall Foundation, for which she travelled to the United Arab Emirates last October. As Goodwill Ambassador of the Foundation, operating in more than 130 countries, Céline spoke on behalf of Dr Jane Goodall, a highly regarded 81-year-old Brit ish primatologist whose work has drastically changed the relationship between humans and chimpanzees. With the precious help of Executive Director Tara Golshan, Jane Goodall has set up the “Roots & Shoots” programme, supported by Céline. The project, initiated in 1991, enables children, teenagers and volunteers to work together to improve the environment, provide animal protection, social assistance and care to others through community-based projects. The Foundation offers

81

CELINE COUSTEAU_DEC15.indd 81

12/11/15 9:34 AM


DE NOUVEAUX DÉFIS L’aspect le plus intéressant de la personnalité de Céline est sans doute son parcours atypique : née en Californie d’une mère photographe et d’un père explorateur et réalisateur, cette voyageuse dans l’âme, polyglotte, a étudié la psychologie puis les relations internationales et interculturelles aux Etats-Unis, où elle a décroché son Master. Inspirée par les photographies de sa mère, prises aux quatre coins du monde, et par les films de son père, elle même exploratrice, elle décide de sauter le pas en passant derrière la caméra en tant réalisatrice de documentaires, puis face à la camera pour des chaines de télévision prestigieuses comme CBS ou Discovery Channel, participant ainsi à près d’une vingtaine de reportages et documentaires.

free resources to teachers and serves as a platform to youngsters who are seeking for ideas to develop successful projects. The project has generated considerable interest around the world, to the extent that the programme is now followed by 150,000 members, from kindergarten to University, forming a solidarity chain.

NEW CHALLENGES The most interesting aspect of Céline’s personality probably is her atypical background. She was born in California. Her mother was a photographer and her father an explorer and filmaker. The polyglot and avid traveller studied Psychology, followed by lnternational and lntercultural Training in the United States, where she obtained her Master’s degree. Nourished by her mother’s photographs, shot worldwide, and her father’s films, she became an explorer and decided to take the plunge behind the camera when she started filming her own documentaries and later became an on-camera

82

CELINE COUSTEAU_DEC15.indd 82

12/11/15 9:34 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

En 2015 elle fonde The Céline Cousteau Film Fellowship. L’association à but non lucratif permet aux réalisateurs en herbe, aux créateurs de tous types et aux personnes engagées de partager leur vision du changement par le biais de l’image, élément clé de la communication contemporaine. Ambassadeur permanent du développement durable et légataire avec sa famille de l’héritage Cousteau, elle rend hommage à son grand-père en 2011 à l’occasion de son 100e anniversaire en créant « Ocean Inspiration », qui célèbre la mer et met en valeur ceux qui contribuent à sa sauvegarde ou sa connaissance. Des scientifiques aux danseurs, des musiciens aux réalisateurs de films, tous ont trouvé leur place dans cet hommage à l’homme qui a inspiré des générations d’explorateurs, de scientifiques et de protecteurs de l’environnement. Le fil conducteur du travail de Céline est sans conteste l’art de raconter. C’est sûrement cette passion

presenter for prestigious television channels such as CBS or Discovery Channel. She took part in more than 20 TV programmes and documentaries. ln 2015 she founded The Céline Cousteau Film Fellowship, a non-profit organisation that empowers young aspiring filmmakers, creators and activists to promote change through images, the key to modern communication. As a permanent sustainable development Ambassador and as the representative, alongside her family, of the Cousteau legacy, she honoured her grandfather in 2011 on the occasion of his 100th anniversary through “Ocean lnspiration”. The film celebrates the sea and those who contribute to its safeguarding and its knowledge. lt also gives the floor to scientists, dancers, musicians and filmmakers who pay a tribute to the man who inspired generations of explorers, from scientists to conservationists.

83

CELINE COUSTEAU_DEC15.indd 83

12/11/15 9:34 AM


qui l’a amenée à créer CauseCentric, une société de production qui « amplifie la voix des grandes causes ». L’une de celles qui lui tient le plus à cœur est celle des indiens de la Vallée du Javari, à la frontière entre le Brésil et le Pérou. Elle a découvert l’Amazonie lors d’une expédition de son grand-père dans les années ’80 sur la Calypso. Elle y est retournée en 2006 et 2007 dans le cadre du documentaire que réalisait son père, revenu voir ce qu’étaient devenu la région et ses habitants. En 2010 c’est la tribu des marubo qui a interpelé Céline sur ses problèmes de santé, certains indiens étant décimés par l’Hépatite B, la tuberculose et la malaria. Le temps de récolter les fonds, elle a tenu promesse, revenant 3 ans après pour sensibiliser le grand public à la fragilité des indiens

The main thread of Céline’s work is undoubtedly the art of storytelling. This passion has led Céline to create CauseCentric, a production company that “amplifies the voice of great causes”. One of them, dear to her heart, is that of the lndians of the “Vale do Javari”, on the Peruvian-Brazilian border. She discovered Amazonia during one of her grandfather’s expeditions in the 1980s on board Calypso. She went back in 2006 and 2007 when her father decided to shoot a documentary witnessing what the inhabitants and the region had become. ln 2010 the marubo tribe approached Céline about its health problems: some of the lndians were decimated by Hepatitis B, tuberculosis and malaria. lt took her 3 years to raise the money but she kept her promise, coming back to leverage public awareness to their cause and isolation – it can take more

84

CELINE COUSTEAU_DEC15.indd 84

12/11/15 9:34 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

et à leur isolement (il faut parfois faire plus de 14h de bateau pour arriver au prochain village). Sur les 6000 indiens qui vivent dans la région, entre 1500 et 2000 n’ont jamais eu de contact avec le monde tel que nous le connaissons. Le film «Tribes on the Edge» (Tribus en marge) sera présenté au Brésil, au Festival de Rio en 2016. Lorsque l’on demande à Céline, issue de la 3e génération d’explorateurs Cousteau, si elle préfère être sur terre ou sous l’eau, elle répond qu’elle souhaite établir un pont entre les êtres humains et l’environnement, aussi bien sur l’eau que sous l’eau. Elle semble avoir intrinsèquement besoin des deux. Peut-être parce que ce qui l’intéresse en réalité est surtout ce qui relie la terre à la mer: l’aventure humaine.

than 14 hours by boat to reach to the next village. Out of the 6,000 lndians who live in the region, 1,500 to 2,000 of them have never had any contact with the ouside world. The film Tribes on the Edge will be presented in Brazil, at the Rio festival in 2016. lf you ask Céline, third-generation Cousteau explorer, if she prefers to be on earth or under water, she responds she wishes to establish a link between humans and the environment, beneath and above the sea. She seems to need both, intrinsically. Maybe because what really matters to her is what connects the earth to the sea: human adventure.

www.celinecousteau.com ; www.tribesontheedge.com ; www.rootsandshoots.org

85

CELINE COUSTEAU_DEC15.indd 85

12/11/15 9:34 AM


LA FEMME DU MOIS WOMAN OF THE MONTH

JODY BALLARD

Collaborer, Coopérer, Créer Collaborate, Cooperate, Create Traduction Marc d’ANGLURE

Qui est la femme derrière le Women’s Heritage walk? (voir article précédent) Généreuse, positive, énergique, bref, une âme si charitable que ses amies disent d’elle «Elle brille.» Madame Magazine ouvre ses pages à Jody Ballard. Pendant de nombreuses années, Jody Ballard pratiquait la marche avec d’autres mères: «Au cours de ces promenades, j’ai appris à apprécier le pouvoir de la collaboration féminine lorsqu’on laisse libre cours à sa créativité et à sa curiosité. Si on y ajoute le désir d’améliorer les conditions de vie de nos enfants, nos mariages et nos communautés, ses marches donnaient souvent lieu à de longues discussions. Qu’il s’agisse tout simplement de partage de recettes de cuisine ou d’astuces pour l’éducation de nos enfants ou de sujets plus profonds comme nos rêves et nos objectifs, une nouvelle conscience de nous-mêmes et de nos besoins voyait le jour. En travaillant sans relâche à la mise

Propos recueillis par Henriane Mourgue d’ALGUE

Who is the woman behind the Women’s Heritage Walk (see previous article)? Generous, positive, energetic, a real giving soul, her friends say that: “She shines.” Madame Magazine opens its pages to Jody Ballard. For many years, Jody Ballard used to go hiking with other mothers: “During these hikes, I learned the power of female collaboration and unimpeded creativity and curiosity. This coupled with a desire to improve the circumstance of our children, marriages and community. As we walked, we talked. Sometimes sharing stories of recipes or child rearing practices, but mostly we gave voice to our dreams, new awareness of our needs and ourselves. We worked hard to construct substantive programs, spending days upon days working without thought for recompense. Without verbalizing it, we knew our reward came in giving and not only taking.

86

WOMAN OF THE MONTH_DEC15.indd 86

12/11/15 9:34 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

87

WOMAN OF THE MONTH_DEC15.indd 87

12/11/15 9:34 AM


88

WOMAN OF THE MONTH_DEC15.indd 88

12/11/15 9:34 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

en place de projets qui nous tenaient à coeur sans en attendre aucune récompense, nous nous sommes rendues compte sans avoir réellement besoin de le dire que cette dernière se trouvait dans le don lui-même. La COLLABORATION passe avant tout par la formation d’une équipe équipe, lieu de coopération. Cette équipe, lorsqu’elle créée dans le but d’améliorer communauté, soude des liens profonds entre les femmes. L’union des énergies vers un même objectif est incontournable. Je suis intimement convaincue que cela vient d’un besoin profond de mettre en commun nos ressources afin de survivre dans un monde compétitif, ainsi que de la croissance de com mu nautés couplée à l’abandon de la famille nucléaire. E ncou rager les fem mes à s’associer afin de contribuer ensemble à la communauté demeure une mes principales priorités. La synergie qu’ont les femmes travaillant vers un but commun lorsqu’elles s’entraident, s’inspirent, sympathisent et deviennent complices, n’a pas de prix. Lorsqu’un objectif noble est trouvé et que le projet sert une cause supérieure au service de soi-même, les femmes sont là pour y participer. C’est cette expérience qui a servi de base dans l’élaboration de nombreux projets que j’ai mis en place au cours des trente dernières années et qui culmine dans le Women’s Heritage Walk à Abu Dhabi. Avec ce projet, j’ai bien appris ma leçon en traversant les montagnes : les femmes sont nourricières et s’impliquent activement dans la vie de leur famille et de leur communauté si elles ont le temps et les ressources nécessaires. C’est au cours de ce travail désintéressé et actif que le projet et la femme qui le porte prennent leur envol. Le bonheur véritable ne se trouve pas dans la satisfaction permanente de ses propres besoins mais lorsque l’on ouvre son esprit à la possibilité de mieux servir ceux que l’on aime ainsi que la communauté qui nous entoure.

To COLLABORATE is to team up, and cooperate w it h each ot her. T h is team ing up, when done for t he bet ter ment of a com mu n it y, c reates a subst ant ive bond bet ween women. To be able to combine forces with one goal or allegiance is necessary. I believe it is a deeply seated need borne from a necessity to pool resources to survive in a world focused on competition, and the growth of communities alongside the abandonment of the nuclear family. Encouraging women to seek out those like-minded and put their heads together and contribute to community remains a high priority for me. Fraternize, co-teach, c on s pi r e , s y mp at h i z e , empat hize and be in cahoots with each other. Everyone benefits. The synergy of women working toward a valued goal is priceless. When a more significant purpose is found, and the project serves a greater good and to one more meaning than serving one’s self; women will line up to get involved. T his experience ser ved as the base for multiples of programs I developed over the last thirty years and culminates in the Women’s Heritage Walk in Abu Dhabi. With this project, I learned my lessons well as I walked that mountain in my polka dot lycra t ights. Women are nur t urers and engage act ively when g iven t i me a nd resou rces, t hey will care for their families and their community. Both the project and each woman f lourish in the self less acts of worthwhile, relevant work. True happiness is not achieved by repeatedly meeting our own needs. When we open our minds to the possibilit y of bet ter ser ving t hose we love and the community surrounding us, we discover the satisfaction we seek.

89

WOMAN OF THE MONTH_DEC15.indd 89

12/11/15 9:34 AM


90

SAND SISTERS_DEC15.indd 90

12/11/15 9:33 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

Sœurs des Sables Sand Sisters Traduction Marc d’ANGLURE

Le Women’s Heritage Walk qui va d’Al Ain à Abu Dhabi honore les femmes des Emirats Arabes Unis qui accomplissaient cette épreuve deux fois par an il n’y a pas si longtemps qu’on le croit. Au mois de mars prochain, quarante-deux femmes, tant émiriennes qu’expatriées, suivront les traces de leurs prédécesseurs en accomplissant ce périple historique. Créée par Jody Ballard (voir son portrait à la rubrique Femme du Mois),

Tina Haraldsson Edited by Christel de NOBLET

The Women’s Heritage Walk from Al Ain to Abu Dhabi honors the women of the United Arab Emirates who made this journey twice a year not so long ago. Next March, forty-four women, Expat as well as Emirati women walking in the footsteps of their predecessors, will ret race t his historical t rek. This walk was created by Jody Ballard (see her portrait in the woman of the month) as part of a program to develop strength and endurance in a

91

SAND SISTERS_DEC15.indd 91

12/11/15 9:33 AM


cette marche fait partie d’un projet «women can» («les femmes peuvent») qui vise à développer force et endurance. L’année dernière elles étaient 28 femmes de 11 pays à entreprendre les 140 km séparant Al Ain d’Abu Dhabi. Armées de bâtons de marche, de Camelbaks remplis d’eau et pleines d’impatience nous nous lançons en direction des dunes. La bonne humeur est au rendezvous et nous sommes libres de tout soucis. Nous passons à coté de fermes de chameaux, sommes rattrapées par leurs troupeaux et accostées par des gens

“women can” project. Last year, they were 28 ladies from 11 countries to walk the traditional route of 140 km between Al Ain and Abu Dhabi. “On the first day, in the rising sun, we lined up at Al Bada Resort, on the outskirts of Al Ain. With walking sticks in hand, Camelbaks filled up with water and full of anticipation we marched off into the dunes. We were chatty and spirits were high. We passed camel farms, were overtaken by camel herds, and would be approached by people appearing seemingly from nowhere. We came upon a Falconer,

92

SAND SISTERS_DEC15.indd 92

12/11/15 9:33 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

qui semblent apparus de nulle part. Nous rencontrons un fauconnier qui nous montre ses merveilleuses créatures et nous offre du café au fond des vagues ensablées. En chemin, je prends conscience de la difficulté de vivre sans assistance dans le désert alors que nous, nous avons tentes, sacs de couchage, vivres prêts à consommer et des réserves d’eau supplémentaires qui nous sont amenées chaque soir en voiture. Tout ceci est un véritable rappel d’humilité surtout lorsqu’on se souvient que les femmes d’antan qui accomplissaient ce périple le faisaient en ne prenant avec elles que ce qu’elles pouvaient porter

who showed his beauties and offered Arabic coffee in the remote dunes. I soon realized how hard it would be to survive out there without assistance. We had tents and sleeping bags transported, food cooked and extra water. All this humbled me to consider how women from the not so distant past survived during these treks with only that which they could bring with them on camels and donkeys. I feel a kinship with those ladies and have a renewed respect for them and this country. For us it was mainly about achievement, for them it was all about survival.

93

SAND SISTERS_DEC15.indd 93

12/11/15 9:33 AM


Thanks to sisterhood, buddyship and all those training hours spent in the desert over the past four months, the walk was a revitalization experience. The positive spirit and our common objective of getting everybody safely through this adventure pulled us through. We were in it together. Collaboration

avec leurs chameaux et leurs ânes. Cette expérience m’a donné la sensation d’un lien qui s’est établi entre elles et moi et d’un respect renouvelé envers ces femmes et ce pays: alors que pour nous il ne s’agit que d’une épreuve, pour elles il en allait de leur survie. Grâce à la solidar ité fém in ine, la camaraderie et de nombreuses heures passées à s’entrainer dans le désert au

94

SAND SISTERS_DEC15.indd 94

12/11/15 9:34 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

and teamwork made it happen. We took turns walking slowly in the back, keeping the spirit up, or faster in the front, leading the group with a GPS. But most of all it is the openness, the sharing of thoughts and experiences, the comforting, and the fun, that brought on a real sisterhood that has stayed on. We often refer to ourselves as sand-sisters now. A trek such as this, over some time, becomes beautifully monotonous, with moments of silence, stunning nature, fantastic support and shared inner thoughts of many kinds. It also serves as a mechanism that with the combined gifts of time and subtle stimulation allow you to get in touch with your inner self. Still, on behalf of us all I dare say that the walk changed us. I know for myself, it changed me for life.”

cours des quatre derniers mois, cette marche est une expérience enrichissante. L’esprit positif et l’objectif partagé de s’assurer que tout le monde arrivera sans encombre sont les moteurs principaux qui nous permettent d’arriver à bon port. Nous faisons face à l’adversité ensemble et vivons l’expérience en équipe. A tour de rôle nous marchons doucement à l’arrière du groupe pour soutenir le moral des troupes, ou en tête plus rapidement, menant le groupe à l’aide d’un GPS. Plus que tout cela, c’est le partage des expériences, tant faciles que plus ardues, l’ouverture d’esprit collective et la bonne ambiance générale qui nous amènent à comprendre qu’une véritable sororité s’est installée et, depuis, nous nous désignons régulièrement comme Sand-Sisters (Sœurs des Sables). Une marche telle que celle-ci, avec le temps, devient superbement monotone, parsemée de moments de silence, de panoramas stupéfiants, de soutien phénoménal et de pensées intimes partagées. Elle en devient même un mécanisme qui, armée des dons du temps et de stimulations subtiles, permet d’apprendre à se connaitre soi-même. C’est ainsi que, de la part de nous toutes, je me permets d’affirmer que cette expérience nous a changées ; pour ma part, à vie.»

www.womensheritagewalk.com

95

SAND SISTERS_DEC15.indd 95

12/11/15 9:34 AM


D’une carte postale à la «postcard initiative» Comment suivre le courant et votre cœur From a postcard to the postcard initiative: how to follow the flow and your heart Traduction Catherine de MONTPEZAT

Madame Magazine - Présentez nous votre «postcard initiative». Noor Shamma - En janvier dernier, j’ai décidé de me lancer dans une activité tangible, unique, tout au long de l’année 2015. En même temps, j’avais ce fort sentiment que quelque chose manquait dans ma façon de communiquer. Je passe la plupart de mon temps collée à mon téléphone et je sentais en quelque sorte que, malgré toute la technologie moderne, je désirais ardemment une connexion, une autre forme de contact. Je me souviens très bien que ma grand-mère nous appelait toujours le même jour chaque semaine. C’était un rituel et nous étions tellement enthousiastes. Avoir

Henriane Mourgue D’ALGUE

Madame Magazine - Tell us about the postcard initiative. Noor Shamma - Last January, I decided to commit to a single tangible activity throughout 2015. At the same time, I had this strong feeling that something was missing out in my way of communicating. I spend most of my time glued to my phone and I somehow felt that despite all the modern technology, I was longing for connection, some other form of contact. I remember vividly that my grandmother used to call on the same day every week. It was a ritual and we were so excited, having to wait patiently for our turn to talk to her and when it came, it was pure joy! Unfortunately, we have lost that sense of

96

POSTCARD_DEC15.indd 96

12/11/15 9:33 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

à attendre patiemment pour lui parler et quand c’était notre tour nous étions si heureux! Malheureusement, nous avons perdu le sens de l’anticipation et voilà pourquoi j’ai décidé de lier l’engagement et la connexion: j’ai annoncé sur ma page Instagram que j’enverrai une carte au hasard chaque semaine de 2015. J’ai alors demandé à mes lecteurs de m’envoyer leurs adresses postales s’ils souhaitaient en recevoir une... telle était ma résolution: 1 carte postale par semaine, 52 cartes postales... Je n’aurais jamais imaginé ce qui a suivi... MM - Et...? NS - Le lendemain, j’ai envoyé ma première carte. Comme preuve, j’ai pris une photo de moi, ou plus précisément de ma main, mettant la carte dans une boîte aux lettres rouge Emirates Post pour que mes followers sur les médias

anticipation and that’s how I decided to link commitment and connection: I announced on my Instagram page that I would be sending out a random postcard every week of 2015. I then asked my readers to send their postal addresses if they wanted a postcard…Such was my resolution: 1 postcard per week, 52 postcards...I would never have imagined what followed... MM - And...? NS - The next day, I sent my first postcard. As proof, I took a picture of me, or more precisely of my hand, posting the card in a red Emirates Post mail box and I let my followers on social media know. By mid-February, I had received over 70 postal addresses. I kept my promise and sent a postcard a week, each time posting on social media a photo of my hand and the red box…Things

97

POSTCARD_DEC15.indd 97

12/11/15 9:33 AM


sociaux soient informés. À la mi-février, j’avais reçu plus de 70 adresses. Je tenais ma promesse et j’envoyais une carte postale par semaine et chaque fois j’affichais sur les médias sociaux une photo de ma main et de la boîte à lettres rouge ... Les choses sont devenues virales rapidement car les gens me taguaient à chaque fois qu’ils voyaient une boîte postale rouge: «Nous avons pensé à vous Noor ». Si je me base sur mes connaissances en communication, cela ressemble bien à la reconnaissance d’une marque. J’ai été impressionnée et flattée. MM - Qu’écriviez-vous sur les cartes postales et à qui les envoyiez-vous? NS - Dans le monde entier: aux Emirats Arabes Unis, Canada, Australie, États-Unis, Egypte, Espagne, Tunisie, Jordanie, Sénégal, Taiwan ... Si je suivais la personne à travers les médias sociaux, j’écrivais quelque chose que je pensais être pertinente pour elle, toujours avec une note positive. Pour les autres, je leur souhaitais juste bonne chance et ou j’écrivais quelque chose à propos de leur ville...

went viral quickly with people tagging me each time they saw a red post box: «We thought of you Noor». Based on my communication background, this started to feel like brand recognition. I was amazed; and flattered. MM - What were you writing on the postcards and where were you sending them to? NS - I was sending postcards all over the world: to the UAE, Canada, Australia, US, Egypt, Spain, Tunisia, Jordan, Senegal, Taiwan…If I was following the person through social media, I would write something that I felt might be relevant to them, always with a positive note. For others, I just wished them luck and smiles or wrote something relevant to their cities… MM - This is when you unexpectedly received an email from the CEO of Emirates Post… NS - Can you imagine my surprise? He gave me an award and we toured Emirates Post facilities! And before that, my story has been featured on the front page of The National and in Gulf News!

98

POSTCARD_DEC15.indd 98

12/11/15 9:33 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

MM - C’est à ce moment que vous avez reçu un e-mail inattendu du directeur général de la Poste des Emirats... NS - Pouvez-vous imaginer ma surprise? Il m’a remis un prix et nous avons visité les installations d’Emirates Post, tandis que mon histoire est parue sur la première page de The National et de Gulf News! MM - Et où cela vous mène-t-il? NS - Comme je suis aussi une artiste, la Fondation Noor Dubai m’a demandé de faire don d’une peinture. C’est là que j’ai pris connaissance de leur travail et que je me suis passionnée par la cause. [ndlr: la Fondation Noor Dubai est un organisme sans but lucratif créé par Son Altesse Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum dont le but est d’éliminer toutes les formes de cécité évitable dans le monde]. Leur impact est incroyable; ils aident des centaines de milliers de personnes ayant une déficience visuelle chaque année. J’ai alors décidé de participer. MM - et c’est donc ainsi que la « postcard initiative» a débuté... NS - En effet. Grâce aux médias sociaux, j’ai contacté cinquante artistes locaux et internationaux. Un par un, je leur ai demandé de contribuer avec une oeuvre et de faire un don. L’argent allant à la Fondation Noor Dubaï

MM - And where did the f low then take you? NS - Since I am also an artist, I was asked by the Noor Dubai Foundation to donate a painting. This is when I was exposed to their work and I became so passionate about the cause. (ed: the Noor Dubai Foundation is a non-for-profit organization created by H. H. Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum whose purpose is to eliminate all forms of preventable blindness in the world]. Their impact is amazing; they help hundreds of thousands visually impaired people per year. I decided there and then that I wanted to contribute. MM - and so did the postcard initiative start… NS - Indeed. Using social media, I contacted 50 local and international artists. One by one, I asked them to contribute an artwork and pay a donation. The money would go to Noor Dubai Foundation and I would produce postcards with the artwork. For the artist, it was good publicity…I received 42 contributions from 30 artists of 18 different crafts and from 14 nationalities. From the beginning, I wanted the works to be diverse, from painters and photographers of course but also from fashion designers, wedding planners, jewellery designers, graphic designers, cake artists, pottery makers, embroidery artists and doll makers. I designed a standard postcard «dedicated to the gift of sight»: on the front, you find the work of the artist and at the back, you have the title of the work, the name of the artist and the logo of Noor Dubai. From the

99

POSTCARD_DEC15.indd 99

12/11/15 9:33 AM


et les œuvres d’art servant à produire des cartes postales. Pour l’artiste, c’était une bonne publicité... J’ai reçu quarante deux contributions de trente artistes de dix huit techniques différentes et de quatorze nationalités. Dès le début, je voulais que les œuvres soient diverses, de peintres et de photographes, bien sûr, mais aussi de créateurs de mode, de planificateurs de mariage, de créateurs de bijoux, graphistes, artistes pâtissiers, potiers, brodeurs et fabricants de poupées. J’ai conçu une carte postale type «dédiée au don de la vue»: au recto, figure le travail de l’artiste et au verso le titre de l’œuvre, le nom de l’artiste et le logo de Noor Dubai. A partir des oeuvres reçues, j’ai créé les séries I et II et j’ai commencé à les vendre le premier jour du Ramadan. Le succès a été impressionnant. Jusqu’ici, l’initiative a permis de rendre la vue de plus de 300 personnes dans les pays en voie de développement. MM - Incroyable, quel impact! NS - Oui, qui aurait imaginé... Je suis maintenant dans le processus de finalisation de la série III qui devrait être lancée prochainement.

submissions received, I created Series I and II and I started selling them on the first day of Ramadan. The success was overwhelming. So far, the initiative has helped restore the sight of more than 300 persons in developing countries. MM - Amazing, what an impact! NS - Yes, who would have thought… I am now in the process of finalising series III which should be launched soon. MM - What has been the best part for you so far? NS - This has been an amazing experience, but I would say the people who trusted me in the beginning and believed in the cause – these hold a special place in my heart; this of course, in addition to the great impact of the initiative on people in the developing countries. MM - What is next for the postcard initiative? NS - Honestly, I do not know…This journey has and is taking me places, like a postcard; it is leading me… so I guess that I will just go with the flow!

M M - Quelle a été la meilleure partie pour vous jusqu’à présent? NS - Cela a été une expérience incroyable, surtout les personnes qui m’ont fait confiance dès le début et qui croyaient à cette cause - ceux-ci occupent une place spéciale dans mon cœur, en plus de l’impact de l’initiative sur les gens dans les pays en voie de développement. MM - Quelle est la suite de la postcard initiative? N S - Hon nêtement , je ne sais pas... Cette aventure m’a emmenée et m’emmène très loin, comme une carte postale; elle me conduit... donc je suppose que je vais me laisser porter par le courant!

100

POSTCARD_DEC15.indd 100

12/11/15 9:33 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

Si vous souhaitez soutenir la postcard initiative, veuillez contacter Noor Shamma: Instagram noorshamma, Twitter noorshamma et Facebook Noor Shamma. Les cartes postales sont vendues 200 AED le paquet de 20. Noor Shamma est responsable du service communication et presse de Paris Sorbonne Abu Dhabi. Elle est aussi artiste et entrepreneur. Son site internet www.noorshamma.com

If you want to support the postcard initiative, please contact Noor Shamma: Instagram noorshamma, Twitter noorshamma and Facebook Noor Shamma. The postcards are sold for AED200 for a pack of 20. Noor Shamma is the Head of Communication and Public Affairs at Paris Sorbonne Abu Dhabi. She is also an artist and an Artpreneur. See www.noorshamma.com

101

POSTCARD_DEC15.indd 101

12/11/15 9:33 AM


102

LINA FARRA_DEC15_8pages.indd 102

12/11/15 10:13 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

LINA FARRA S’arrêter, réfléchir et contempler Une leçon de vie par la photographe américano-libanaise Découvrir son premier livre: “000000|FFFFFF d.e.c.o.d.i.n.g”

Pause, think and contemplate A lesson of life through the lens of Lebanese-American photographer Discovering her first book: “000000|FFFFFF d.e.c.o.d.i.n.g” Traduction Marc d’ANGLURE

Bénédicte GIMONNET

103

LINA FARRA_DEC15_8pages.indd 103

12/11/15 10:13 AM


Nous avons parfois le privilège de rencontrer des personnes qui nous inspirent, à la fois dévouées, passionnées et qui réussissent dans tous les domaines. Lina Farra a tout accompli: femme d’affaires de renom, photographe professionnelle et mère de trois enfants. En novembre 2015, elle présente à Dubaï son premier livre de photographie, «000000|FFFFFF d.e.c.o.d.i.n.g» entièrement conçu à partir de récits et de photos de ses différents voyages autour de la planète. Ce livre est une collection d’images très personnelles disposées selon plusieurs thèmes tels que «Terre», «Humain», «Religion», «Vie» ou «Amour», appuyées par de courtes histoires poétiques ou philosophiques. Ainsi, «000000|FFFFFF d.e.c.o.d.i.n.g» est une «tentative d’élucider le mystère de la vie» en «explorant le sens de notre existence» nous explique Lina qui, en 2014, initia le projet en tentant de poser des questions telles que «la technologie a-t-elle vraiment amélioré notre vie? L’ère de l’information a-t-elle apporté plus ou moins d’amour dans la vie des humains?» A la recherche de réponses, Madame Magazine a rencontré cette photographe primée et narratrice hors pair.

Sometimes we have the privilege to meet very inspirational people, who are dedicated, passionate and successful, whatever domain they are interested in. Lina Farra has done it all: accomplished businesswoman, professional photographer and mother of three. In November 2015, she launches in Dubai her first book of photography, “000000|FFFFFF d.e.c.o.d.i.n.g” that she designed entirely including narratives and photographs of her different journeys around the globe. This book is a collection of very personal images arranged in different themes, such as “Earth”, “Human”, “Religion”, “Life” or “Love” highlighted with short private poetic and philosophical narratives. The book “000000|FFFFFF d.e.c.o.d.i.n.g” is an “attempt to unlock the code of life” by “exploring the purpose of human existence”, explains Lina who initiated the project in 2014 to prompt questions such as: “Has technology really improved our life? Has the age of information brought more or less love into the lives of humans?” In search for some answers, Madame Magazine met the award-winning photographer and unique storyteller.

104

LINA FARRA_DEC15_8pages.indd 104

12/11/15 10:14 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

M adame M agazine - L ina, vot re l iv re de photog raph ie du monde n’est pas qu’une compilation d’images née de 12 ans de voyages, c’est véritablement un parcours très personnel et philosophique. Quelles sont les leçons de vie les plus importantes que vous ayez apprises et que vous souhaiteriez partager avec nous? Lina Farra - C’est en déversant tout ce qui me tenait à cœur qu’est né 000000|FFFFFF d.e.c.o.d.i.n.g. Decoding est un livre de poésie et de photographie qui présente l’histoire de mes périples à travers 22 pays avec des photos prises au cours de ces 12 années. Le but de Decoding n’est donc pas de prendre les photos parfaites ou d’écrire avec une plume splendide, mais de porter un regard franc sur la réalité. En tentant de déchiffrer le code de la vie à travers mes images et mes paroles, j’invoque le but même de l’existence de l’Homme. J’essaye de piquer l’intérêt avec des images fortes et des textes concis. J’ai également contrasté des moments similaires vécus par des personnes différentes, voire se situant aux extrémités du globe. Enfin, je guide le lecteur vers une réflexion sur la condition humaine afin qu’il parvienne à la pensée suivante: «Alors que nous sommes tous différents, nous ne sommes qu’un.»

Madame Magazine - Lina, your unique book of world photography is not only about compiling images throughout 12 years of traveling, it is rather a very personal visual yet philosophical journey. What are the most important lessons of life you would like to share with us? Lina Farra - I poured my heart out on paper and then 000000|FFFFFF d.e.c.o.d.i.n.g was the result. Decoding is a photographic and poetic book that depicts the story my journey across 22 countries, with images captured over a span of 12 years. Decoding is not about perfect shots and writing polished prose, but it is meant to be a reality check. While attempting to unlock the code of life through images and words, I beckoned the very purpose of human existence. I tried to provoke one’s curiosity with strong images and minimal words. I also contrasted similar moments lived by different people on opposite sides of the globe. And I intentionally goaded the reader to reflect on the state of human conditions, while guiding them to the realization that “although we are different, we are ONE”.

105

LINA FARRA_DEC15_8pages.indd 105

12/11/15 10:14 AM


MM - Quels sont les instants qui vous ont le plus touchée? LF - Il était 5h du matin lorsque je fus réveillée par le bruit fort de l’Océan Indien, tel un géant qui inspire et expire profondément. Étant donné l’obscurité, je ne voyais rien de mon environnement, d’autant plus que j’avais atterri depuis quelques heures à peine. Accompagnant le rythme musical des flots, j’entendis des voix humaines qui battaient au même rythme. Je pensai qu’il devait s’agir d’un exercice militaire. Sans savoir où je me dirigeais, je pris ma caméra et sortis afin de suivre ce bruit; les rayons de lumière couplés à la luminosité de la pleine lune commençaient à peine à éclaircir les cieux sombres. Tandis que je quittais l’endroit où je logeais, j’aperçus quelque chose qui fit bondir mon cœur de joie: une femme priant dans une église à ciel ouvert. La scène était tout simplement PARFAITE et je me mis donc à prendre photo sur photo tout en m’avançant d’un pas de plus en plus confiant. Alors que je m’avançais, les voix devinrent de plus en plus distinctes jusqu’à ce qu’enfin, la scène se dévoile dans sa totalité. Sous mes yeux, des kilomètres et des kilomètres de côte le

MM - What are the special moments that touched you the most? LF - It was 5a.m. when I woke up to the loud sound of the Indian Ocean. It was as if a giant was deeply inhaling and exhaling. I was totally unaware of my surrounding, as it was dark and I had just landed a few hours before. Accompanying that musical beat of water, I also heard rhythmic human voices. I thought to myself that this must be an early-risers group exercising, or some sort of army drill. So, not knowing where I was going, I grabbed my camera and ventured out to follow the sound. The dark skies where starting to light up with very faint rays. And the full moon did help in breaking up the monotony of the clear black skies. As I exited the premises of where I was staying, a praying woman from an open-air church was the first ‘set on the scene’ to greet me. My heart jumped with joy - this was just PERFECT. I started clicking away and my

106

LINA FARRA_DEC15_8pages.indd 106

12/11/15 10:14 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

long desquels somnolait l’océan somnolait le géant ainsi que la source des voix : des pêcheurs affairés autour du filet gigantesque qu’ils avaient jeté aux flots. À chaque fois qu’ils hissaient le filet, l’océan hissait dans le sens inverse jusqu’à ce que, in fine, le filet soit sorti complètement des f lots et les poissons argentés disposés en cercle afin d’être partagés équitablement. Si ceci n’est pas la vie en communauté, qu’est-ce donc? MM - Vous êtes une femme accomplie qui semble jongler parfaitement entre carrière de femme d’affaires, photographe et mère de famille. Quel est votre secret? LF - Ma passion est mon carburant : quand vous aimez véritablement faire quelque chose, vous vous donnez à fond. Mais je suis une mère d’abord, le reste vient ensuite. Mes enfants sont une source de soutien

steps became more assertive. The recurring voices became more distinct as I got closer. Finally, the whole scene displayed itself. Miles and miles of shore and the source of the rhythmic voices turned out to be fishermen pulling in the huge net they had cast. Every time they tugged, the ocean tugged back. Eventually, the net was ashore and the silver fish were put in a circle and evenly shared. If this isn’t community living, what is? MM - You are an accomplished woman who seems to juggle perfectly well your successful career as a businesswoman, a photographer and mother of three. What is your secret? LF - Passion is my fuel. When you love something, you give it your all. I am a mother first and the rest comes second. My kids have been a great support. You can say we grew up together! I got them all involved in all the things I love: my photography, my work as

107

LINA FARRA_DEC15_8pages.indd 107

12/11/15 10:14 AM


a marketer and my fitness activities. They helped me carry and set up my photography equipment. They visited the dark room, I even taught them Photoshop. In marketing, they learnt branding inside out. In fitness, the three of them have maintained a healthy lifestyle. It starts and ends with them. And for that, I am thankful. MM - You donated part of the sales proceeds to the “Teach a child” foundation. Can you explain why this foundation in particular? LF - I believe that education is the solution to many of the human problems. It raises the level of consciousness irrespective of gender or race. To act upon my belief, I asked for a neutral foundation that contributed to children’s fabuleuse et vous pourriez même dire que nous avons grandi ensemble! De plus, je les ai tous impliqués dans mes activités: ma photographie, mon travail en tant que femme d’affaires et mon activité de fitness. Ils m’ont aidée à déplacer et mettre en place mon matériel de photographie, ont visité la chambre noire ; je leur ai même appris Photoshop. En marketing, ils ont appris tout de l’univers de l’image des marques et sur le plan du fitness, les trois sont en bonne forme physique. Tout commence et finit avec eux, et pour cela je leur suis reconnaissante. MM - Vous avez fait don d’une partie de vos recettes à la fondation «Teach a Child». Pourquoi ce choix? LF - Je suis convaincue que la solution à de nombreux problèmes auxquels nous sommes confrontés passe par l’éducation car elle élève la conscience sans se soucier du sexe ou de la race. Afin d’agir dans ce sens, j’ai cherché une fondation neutre qui contribuait au développement de l’éducation des

108

LINA FARRA_DEC15_8pages.indd 108

12/11/15 10:14 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

education. Unfortunately, in Lebanon, it is hard not to have politics and religion out of the equation. But I was lucky to find “Teach A Child”. It’s all give and take; and everyone should give back when possible. I would like to make my difference no matter how small. As co-inhabitants of this marvelous planet, we need to learn, apply, and share what we’ve learnt.

enfants. Malheureusement, il est difficile au Liban de ne pas avoir religion ou politique dans l’équation mais j’ai réussi à trouver «Teach a Child». Chacun devrait trouver un moyen de rendre ce qu’il a reçu au cours de sa vie à la société et je voudrais changer le monde, même de manière très modeste. En tant que cohabitants de cette merveilleuse planète, nous nous devons d’intégrer, appliquer et transmettre ce que l’on a appris.

000000|FFFFFF d.e.c.o.d.i.n.g est disponible en ligne (e-book): amazon.com | authorhouse.com | antoineonline.com. Édition limitée à couverture rigide disponible à: Virgin and Antoine bookstores (Beirut) Galeries Artsawa et Empty Quarter (DIFC Dubai), magasins Virgin Megastore au Mall of the Emirates, Dubai Mall et Yas Mall.

000000|FFFFFF d.e.c.o.d.i.n.g is available online (e-book): amazon.com | authorhouse.com | antoineonline.com. Limited edition hard cover available in: Virgin and Antoine bookstores (Beirut) Artsawa Gallery and Empty Quarter Gallery (DIFC Dubai), Virgin Megastore in Mall of the Emirates, Dubai Mall and Yas Mall.

109

LINA FARRA_DEC15_8pages.indd 109

12/11/15 10:14 AM


YASALAM 2015 Le rythme capital d’Abu Dhabi Abu Dhabi’s Capital rhythm Textes et photos Fabien MAHATSIANGY

Avec la saison plus clémente, le grand cirque de la Formule 1, est revenu planter ses tréteaux dans la terre sableuse de Yas Island, comme il le fait depuis plusieurs années. Le Grand Prix n’ayant plus grand intérêt depuis le sacre, en cours d’année, de Lewis Hamilton, c’est vers sa caravane que l’attention se tourne. Comme c’est traditionnellement le cas lors de toutes les étapes de la compétition, le rugissement des moteurs fait place, une fois la nuit tombée, aux envolées rageuses des guitares, des cuivres et des voix. Cette année, avec le retour en force des concerts internationaux gratuits sur la Corniche d’Abu Dhabi, la programmation voit grand, large, et ne craint pas de faire le plus grand bruit possible.

Back with a more lenient season is the Formula One circus, pitching tent on the sandy shores of Yas Island, just like it had in the past years. The Grand Prix itself has lost most of its sportily attractiveness, once Lewis Hamilton had been crowned Champion in earlier stages. So all the attention fell on the musical caravan that surrounded this year’s edition. Nested in some sort of tradition around each of the Formula One acts, once the terrifying roaring of the engines has come to an end, by nightfall, dramatic and tough chants of guitars, brass and human voices take the floor. This year, witnessing the revival of the Corniche branch of the festival, Yasalam 2015’s international set program went big, large and gorgeously noisy.

110

YASALAM_DEC15.indd 110

12/11/15 9:32 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

Enrique Iglesias

Les possesseurs de tickets pour le show automobile se sont précipités au sein de la Du Arena, qui jouxte le circuit, afin de se pâmer devant Enrique Iglesias, de se trémousser au son de Blur, ou de céder aux mélodies rock ciselées de Florence + The Machine. Sans conteste, ces trois concerts forment la plus belle offre pop/rock de l’année et l’organisateur, ThinkFlash, qui connaît décidément la musique, n’a pas lésiné pour proposer des artistes qui ont tous, sans exception, occupé dans les mois précédents les tout premiers rangs dans les

Malikah

Ticket holders for the F1 race ran to the Du Arena, next to the track, in order to swoon over Enrique Iglesias, to headbang on Blur’s tunes or to surrender to the sharp pace of Florence + The Machine hit list. Those 3 concerts were, undoubtedly, the most prominent pop/ rock events of the year. The organizer, ThinkFlash, didn’t spare any effort in this 2015 issue: main stage acts which, with no exception, had reached the highest ranks in recent worldwide charts and awards. The festival opened with an Arabian Night, on the 26th

111

YASALAM_DEC15.indd 111

12/11/15 9:32 AM


Enrique Iglesias

classements des ventes mondiales d’albums. C’est une Nuit Arabe qui a ouvert le bal; le 26 novembre, avec des artistes aussi divers que DJ Said Mrad, Fares Karam et sa musique libanaise traditionnelle, l’Emiratie Aryam et Cheb Khaled pour un Raï mâtiné de world music. Succès garanti. Pour les moins privilégiés, ou ceux que le sport automobile laisse indifférents, direction la Corniche. Sur une scène qui retrouve enfin son public, une série de concerts a enflammé les nuits de la capitale. Avec un parfait équilibre entre la scène locale (Fayez Al Saeed, Omar Marzouqui), régionale (Wael Kfoury) et internationale (Point of View, Faithless), “Live On The Corniche” donne dans tous les styles, dans

of November, featuring DJ Said Mrad, Fares Karam and his traditional lebanese music, the Emirati power singer Aryam and Cheb Khaled delivering a mix of enchanted Raï and world music. All of them performed with great success. Less privileged audience, or the ones who were not particularly fond of car races, gathered at the Corniche. On this revived stage, a series of concerts set the capital nights on fire. Combining local (Fayez Al Saeed, Omar Marzouqui), regional (Wael Kfoury) and international (Point of View, Faithless) acts, “Live On The Corniche” displayed all sorts of musical genres: everyone could easily find free access to their favourite hits. It is worth noting that in the very specific alchemy of the festival,

112

YASALAM_DEC15.indd 112

12/11/15 9:32 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

tous les genres : chacun a pu y trouver aisément son compte - à Malikah tous les sens du terme puisque ces concerts étaient gratuits. On note que dans l’alchimie particulière de cette série de concerts, ce sont les musiques électroniques et hip hop qui dominent, suivant une recette qui a déjà fait ses preuves en 2012 et 2013. L’année dernière, la Corniche avait perdu le rythme de ce qui s’appelait alors “Beats on The Beach”, dans lesquels Jimmy Cliff, Speed Caravan, l’Orchestre national de Barbès ou encore Kelly Rowland et son rap pas très sage, s’étaient illustrés. Le public, toujours aussi nombreux à se presser sur la plage où est dressée la scène, est aussi bigarré que le panel d’artistes qu’il est venu écouter. Qu’y a-t-il de commun entre Arwa,

electronic music and hip hop were consistently represented. This recipe shaped the winning combo in previous editions of what was then called “Beats On The Beach”, in 2012 and 2013. Renowned players of those key Yasalam issues were, among others: Jimmy Cliff, Speed Caravan, l’Orchestre national de Barbès, or the untamed rap music of Kelly Rowland. The crowd, breaking any previous record, was as diverse as the artists themselves. There was Arwa, a Yemeni crowned star in the whole Arab world, Malikah, French-Lebanese rap performer coming straight from the noxious French rap scene in Marseille, or J. Cole, another rap singer emerging from Jay-Z’s galaxy of talents. What do they all have in common? Easy: an audience where

113

YASALAM_DEC15.indd 113

12/11/15 9:32 AM


star Yéménite qui brille sur toutes les scènes du monde arabe, Malikah, franco-libanaise issue de la scène rap sulfureuse de Marseille, J. Cole, un autre rapeur issu de la galaxie Jay-Z? Ce point commun est la jeunesse présente en masse, toutes origines confondues, qui donne par sa ferveur une image du pays assez différente de ce à quoi le Guide Vert nous avait préparé. Une jeunesse éclatante, débordant de santé et animée par l’envie saine de se retrouver autour d’hymnes contemporains inconnus aux moins jeunes. Yasalam 2015 a réuni en tout près d’une trentaine d’artistes, et peut se targuer d’avoir fait vibrer, depuis sa création en 2009, plus d’un million de spectateurs. Un tour de force qui n’a peut-être pas d’équivalent dans les pays du Golfe, et qui s’établit désormais comme un événement à ne pas manquer.

Blue

Enrique Iglesias

Florence + The Machine

a cheering youth gave to the world an image of Abu Dhabi that isn’t quite the one that could be expected at first glance. A healthy youth, only driven by shared contemporary musical culture, the kind of which older people wouldn’t stand a chance to reckon. Yasalam 2015 displayed more than 20 different multi-award artists. It has attracted in its shiny nets more than a million attendees since it has been created in 2009. This is something that has no match in the Arab world, setting really high standards for a rendezvous that can’t be missed.

114

YASALAM_DEC15.indd 114

12/11/15 9:33 AM


La vie dans le Golfe Life in the Gulf

Malikah

115

YASALAM_DEC15.indd 115

12/11/15 9:33 AM


HATTA Un havre de paix au milieu des montagnes A heaven of peace in a mountain refuge Ecrit et traduit par Valérie Harzic WARD

L’e n c l a v e d e H a t t a , aux portes du Sultanat d’Oman, fait curieusement pa r t ie de l’ E m i r at de D uba ï. Ce découpage inhabituel date de l’époque où les habitants des différents Etats de la Trêve* vivaient sous la protection d’un Sheikh, qui lui-même faisait allégeance à l’émir de son choix. Après l’indépendance en 1971 ce découpage a perduré, ce qui explique que Sharjah et Fujairah ont également des enclaves dans le pays.

The Hatta enclave, at the doorsteps of the Sultanate of Oman is, surprisingly, part of the Emirate of Dubai. These unusual boundaries date back to the times when t he i n habit a nts of t he different Trucial States* were under the protection of a Sheikh who pledged his allegiance to the Emir of his choice. After the 1971 independence these bou nda r ies rema i ned, which explains why Sharjah and Fujairah also have enclaves in the country.

* Etats de la Trêve : 1820-1971 * Trucial States : 1820-1971

116

HATTA_DEC15.indd 116

12/11/15 9:32 AM


Evasion Escaping

117

HATTA_DEC15.indd 117

12/11/15 9:32 AM


Hatta se prête aux promenades au grand air et aux week-ends prolongés. Vous serez d’abord impressionnés par l’une des seules montagnes du pays, le Mont Hajar, qui culmine à 1180 mètres, à la frontière avec le Sultanat d’Oman. Vous y découvrirez pas moins de 11 chemins de randonnée (de 1h30 à 18h), une vue spectaculaire et, si vous avez de la chance, vous croiserez des chèvres, des dromadaires, des ânes, et des gazelles des montagnes. Après avoir emprunté la route qui serpente à travers la roche et les wadis**, vous redescendrez vers le «Heritage Village», ouvert en 2001, qui vous permettra d’imaginer le mode de vie des émiriens d’autrefois. Ce village reconstitué comprend des maisons traditionnelles, des artisans et deux tours, appelées « les deux roches » du XVIIIe siècle dominant le village. Elles ont longtemps servi à protéger Hatta des dangers extérieurs. L’architecture des maisons reflète les efforts entrepris par les générations précédentes pour s’adapter à des conditions de vie difficiles, avec peu de ressources naturelles dans une nature hostile et une chaleur ** wadis : cours d’eau parfois asséchés

Hatta is the perfect place for a day out and extended weekends. At first you will be impressed by one of the only mountains of the country, Mount Hajar, which peaks at 1,180 metres, near the Omani border. You will have the choice between 11 different hiking trails (1h30 to 18h long!), a spectacular view and, if you are lucky, you will see goats, camels, donkeys and mountain oryx. After taking the road that winds through the mountain and after discovering the wadis** you will descend to the Heritage Village that opened its doors in 2001. It will enable you to get a feel of how Emiratis used to live long ago. This reconstituted village consists of traditional houses, craftsmen and two 18th century towers that overlook the village, once called “the two rocks”. They have long been used to protect Hatta from external danger. The architecture of the houses illustrates the efforts undertaken by previous generations to adapt to harsh living conditions, with scarce natural resources, a hostile nature and intense heat several months during the year. To address these issues the inhabitants built houses with the material available near them, in particular sludge covered with palm leaves. To improve ventilation locals built wind towers that expelled hot air while still letting the breezes blow through. As you will see as you stroll through the “ancient” village, the houses were ** wadis : the valley of a stream that is usually dry except during the rainy season

Falaj

118

HATTA_DEC15.indd 118

12/11/15 9:32 AM


Evasion Escaping

étouffante pendant de longs mois de l’année. Pour y remédier les habitants construisaient leur logement avec les matériaux disponibles, notamment la boue recouverte de feuilles de palmier. Pour améliorer la ventilation, les autochtones bâtissaient des tours à vent qui permettaient d’expulser l’air chaud tout en laissant entrer la brise dans la maison. Comme vous le constaterez en vous promenant dans le village d’«antan» les habitations étaient organisées autour d’une grande cour qui donnait accès aux différentes pièces de la maison : les espaces publics étaient dévolus aux hommes, les espaces intérieurs aux femmes. La datte, élément central de l’alimentation pendant des Hatta rock pools siècles (des traces de dattes ont

organized around a wide courtyard which gave access to the different rooms of the house; public spaces were dedicated to men, interior spaces to women. Dates have been a key element of their diet for centuries (date traces were even found in local inhabitants that lived 7,000 years ago). Together with camel milk they provided most of the nutrients. They were eaten fresh, boiled or stored in palm leaves and were a main component of their diet thanks to the quality of their vitamins but also to the quality of the tree. Everything could be used in the plant: its inner core, to feed in livestock; its wood to built boats; its leaves to weave fans, baskets, mattresses or toys. Before you explore the dam area, take a detour into the

119

HATTA_DEC15.indd 119

12/11/15 9:32 AM


Heritage Village

même été retrouvées dans l’alimentation de la population il y a 7000 ans), constituait, avec le lait de chamelle, un apport nutritionnel important. Conservées dans des feuilles de palmiers, mangées fraiches ou bouillies elles étaient aussi utiles de par leur apport en vitamines que grâce au palmier-dattier lui-même. En effet, tout est utilisable dans cette plante : son noyau, pour le fourrage du bétail, son bois pour la construction de bateaux, ses feuilles pour tresser des éventails, des paniers, des matelas ou des jouets. Avant d’aller à la découverte du barrage faites un détour par la mosquée Juma, le plus ancien bâtiment de Hatta, qui date de 1780, situé non loin du Heritage Village. Vous vous rafraîchirez en admirant l’ingéniosité du système d’irrigation traditionnel, le falaj, qui vous permettra de passer d’agréables moments dans les palmeraies. Un peu plus loin, au Hatta Dam vous pourrez voir des oiseaux d’une trentaine d’espèces se reposer ou boire l’eau bleu-vert du barrage, très imposant, dans un cadre superbe avec une vue magnifique. Pour admirer la verdure vous pourrez aller au Hatta Hill Park pique-niquer dans les aires aménagées ou au Hatta Fort Hotel, un ancien Relais et Châteaux, où la détente est au programme. Les petits chalets au pied des

Juma mosque, the oldest building in Hatta, that dates back to 1780, located near the Heritage Village. Get some fresh air by the falaj, a smart traditional irrigation system, where you will enjoy your time in the palm tree plantations. Enjoy the view from the Hatta Dam where more than 30 species of birds come to rest or to drink the blue-green water of the large construction built in a stunning environment. In order to admire the greenery you will have to go to Hatta Hill Park and have a picnic in the dedicated areas or to go to Hatta Fort Hotel, a former Relais & Châteaux, where you will be able to relax. The chaletstyle houses near the lawn encourage visitors to take a nap on the freshly-cut grass. When you get up you will be surprised by the surrounding mountains in a country where there is mainly sand. If you have a 4-wheel drive you should not leave without stopping at Hatta Rock Pools, a very busy place. You will leave behind the Crystal and Jeema factories were natural water from the region is bottled. After crossing the Omani border you will reach the natural pools. You will find a rocky road and your trip will be a bit rough, but at the end of the road

120

HATTA_DEC15.indd 120

12/11/15 9:32 AM


Evasion Escaping

étendues de pelouse sont propices à la sieste sur l’herbe fraîchement coupée. En levant la tête on est surpris par les montagnes environnantes, peu courantes dans ce pays plutôt désertique. La visite ne serait pas complète (si vous avez un 4x4) sans un arrêt au Hatta Rock Pools, un lieu de plus en plus fréquenté. Sur la route vous laisserez derrière vous les usines de mise en bouteille des eaux de source de la région : Crystal et Jeema. Apres avoir passé le poste frontière vous arriverez aux piscines naturelles qui sont sur le territoire omanais. La route est rocailleuse et votre parcours sera mouvementé. Mais au bout du chemin vous découvrirez la beauté naturelle de l’eau de source qui coule dans la roche, les petites cascades et la profondeur de ces piscines hors du temps. Le spectacle est néanmoins gâché par le nombre de débris que les visiteurs laissent derrière eux, malgré les groupes de bénévoles qui se relaient régulièrement pour nettoyer le lieu.

you will be amazed by the beauty of the natural fresh water springs that flow on the rocks, the small waterfalls and the deep timeless pools. Nonetheless the sight is ruined by the number of debris people leave behind them in spite of the constant efforts regularly deployed by volunteers.

Heritage Village: Saturday to Thursday, 7:30 – 20:30 and Friday 14:30 – 20:30. You will not be able to cross the Omani border with your Emirati ID, you will need to show your passport.

Heritage Village: du samedi au jeudi de 7h30 à 20h30, le vendredi de 14h30 à 20h30. Attention: la carte d’identité ne suffit pas, vous devrez prendre votre passeport pour passer la frontière omanaise puis entrer à nouveau en territoire émirien.

121

HATTA_DEC15.indd 121

12/11/15 9:32 AM


SPOT LUMIÈRE LED Quand le design rencontre la technologie LED

When design meets LED technology Sophia SAHL

A la fois utile et esthétique, la lumière s’invite dans l’univers des designers de SPOT LUMIÈRE LED. Cette société nous offre un large choix d’avancées lumineuses: meubles, décorations et luminaires sont issus d’une combinaison entre mobilier moderne et technologies LED. SPOT LUMIÈRE LED arrive aujourd’hui à Dubaï après un véritable succès sur la Côte d’Azur.

Translation Marc d’ANGLURE

Combining both the useful and the aesthetically pleasing, light pours in the SPOT LUMIÈRE LED’s designers’ world. Combining modern furniture and LED technology, this company brings forth a large selection of luminous products: from basic furniture to decorations and luminaries. After a triumphal run on the French Riviera, SPOT LUMIÈRE LED now comes to Dubai.

122

DECO_SLL_DEC15.indd 122

12/11/15 9:31 AM


Maison Home

123

DECO_SLL_DEC15.indd 123

12/11/15 9:31 AM


SLL propose toute une gamme de produits originaux (en vente sur leur plateforme internet) agrémentés de lumières et couleurs variées. Le principe est d’associer le mobilier design contemporain avec la technologie LED: on y trouve donc différents types d’objets liant l’esthétique à l’utile comme des pots, tables, bars ou transats intérieurs et extérieurs. Leur particularité réside dans le fait qu’ils produisent tous une lumière plus ou moins puissante, mais toujours singulière. Une grande gamme de luminaires ou d’objets de décoration est aussi proposée par le site de SLL qui représente plus d’une trentaine de marques et de designers prestigieux afin d’offrir plus de possibilités en fonction des goûts et

From their platform online, SLL offers a wide variety of original products that shine from a multitude of coloured lights. The main idea behind this is to bring together contemporary designer furniture and LED technology: this gives birth to various beautiful yet useful objects such as tables, bars and deckchairs both suited for the indoors or the outdoors. The fact that these are unique stems from the light that they all emit in varying strengths but always in their own fashion. Furthermore, a vast array of trendy luminaries and decorative baubles is equally offered by SLL’s website which represents dozens of brands and prestigious designers such as to offer as much possibilities and

124

DECO_SLL_DEC15.indd 124

12/11/15 9:31 AM


Maison Home

des styles de chacun. L’entreprise commercialise ainsi les mobiliers d’une dizaine d’enseignes de luxe comme des suspensions incrustées de cristaux Swarovski, des lustres délicatement raffinés produits par Masiero, ou encore des meubles futuristes Vondom. SLL a depuis sa création gagné en notoriété et travaille aujourd’hui avec tout type de particuliers et

adaptability to cater to every individual’s tastes and affinities. Therefore, the company sells furniture from several high-end brands like Swarovski crystalsincrusted candelabras, Masiero chandeliers or even Vondom futuristic cabinets. Since its inception, SLL has steadily gained in notoriety and has now reached a status allowing it to

125

DECO_SLL_DEC15.indd 125

12/11/15 9:31 AM


de professionnels, allant du CNRS à Paris, à la marque Citroën ou encore la SBM à Monaco. Si la particularité du mobilier SLL vient en grande partie de son usage intensif de la technologie LED, il devient donc intéressant de savoir ce qu’est précisément cette technologie innovatrice. Le terme LED est en fait un acronyme venant de l’anglais «Light Emitting Diode» qui désigne un nouveau type d’ampoule basse consommation. De plus, la LED a pour avantage d’avoir

work with a multitude of partners: from the CNRS in Paris, to Citroën and Monaco’s SBM. If SLL’s creativity and unique spirit stems from their intensive use of LED technology, ith then follows that it may be interesting to find out what exactly this LED technology is. LED is actually an acronym for “Light Emitting Diode” and designates a new type of light source. Furthermore, LED have an amazing lifespan averaging around thirty thousand hours and

126

DECO_SLL_DEC15.indd 126

12/11/15 9:32 AM


Maison Home

une durée de vie moyenne de trente mille heures et de consommer jusqu’à dix fois moins que l’halogène pour créer une atmosphère tout aussi unique. Spécialisée en mobilier de luxe, SLL fabrique tous ses produits en Europe afin de garantir une excellente qualité et de respecter les normes d’un produit durable. Le site internet propose des livraisons partout dans le monde via un achat en ligne, mais ce n’est pas tout: en avril dernier, l’équipe a décidé de s’installer à Dubaï afin

use up to ten times as little energy as halogens to create the same mystical atmosphere. Specialised in luxury furniture, SLL makes all its wares in Europe in order to insure an excellent quality and respect the norms for a durable product. A lt hou g h t he S L L we b s i t e a l r e a dy of fe r s international delivery via online purchasing, the SLL team has recently decided to settle in Dubai in order to be able to cope with the growing demand

127

DECO_SLL_DEC15.indd 127

12/11/15 9:32 AM


from both private and professional clients who have decided to come to SLL for their qualifications in the field of luminous furniture. Associated with architects as well as yacht and interior designers, SLL has just been referenced to the Middle Eastern Jumeirah Group and have since then obtained exclusivity contracts in the Arab Gulf for the commercialisation of the brands Philippe Boulet and Sander Mulder.

de répondre à une demande croissante de particuliers et professionnels faisant appel à leurs compétences en matière de mobilier lumineux. Associée à des cabinets d’architectes, des décorateurs d’intérieur et du yachting, SLL vient d’être référencée auprès du Groupe Jumeirah au Moyen Orient et d’obtenir un contrat d’exclusivité pour la commercialisation des marques Philippe Boulet et Sander Mulder dans le Golfe.

128

DECO_SLL_DEC15.indd 128

12/11/15 9:32 AM


Maison Home

www.spot-lumiere-led.com

129

DECO_SLL_DEC15.indd 129

12/11/15 9:32 AM


Que la lumière soit! Let there be light! Christel de NOBLET

Madame Magazine a rencontré Pascale Sabri, la femme qui se cache derrière Orfelia, une marque qui présente sa première collection de luminaires au design contemporain et qui a été lancée lors du salon Index de Dubai en 2015.

Madame Magazine talks to Pascale Sabri, the gifted woman behind Orfelia, a studio currently presenting its first collection of handmade contemporary design lighting, which was launched during the 2015 Index Dubai Design show.

Madame Magazine - Comment passe-t-on des médias et de la communication à la conception de luminaires? Pascale Sabri - Depuis que je suis une toute petite fille, j’ai toujours adoré travailler avec mes mains m’efforçant d’aider mon père et mon-grand-père à fabriquer quelque chose. Je déteste appeler un réparateur lorsqu’un appareil tombe en panne, je préfère apprendre à faire moi-même. En 2012, après une carrière de quinze années dans le marketing, la publicité, les médias et la communication, j’ai vu une pub pour un lustre magnifique et je me suis dit: je peux créer quelque chose de magique comme cela ! Je décidai sur le champ qu’il était temps pour moi de faire ce que j’aime par dessus tout: imaginer des objets et les fabriquer moi-même, avec l’idée que le luminaire de luxe était le parfait challenge. Je choisis dès le début de n’utiliser que des matières premières originales de haute qualité. J’obtins un prêt qui me permis de commencer à restaurer un ancien entrepôt industriel qui est aujourd’hui notre atelier au Liban.

Madame Magazine - How does one go from media and communication to light design? Pascale Sabri - I’ve loved working with my hands ever since I was a little girl, helping my dad and grandfather making and building things. I’ve always had the hardest time calling repair people when something needs fixing or making around the house, always prefer to learn and do it myself. In 2012, after a career of fifteen years in marketing, advertising, media and communication, I saw an ad for a gorgeous chandelier and said to myself: I can create something magical like this! I decided right then and there it was time for me to start doing what I deeply loved: imagining things and making them myself, and I thought high-end design lighting was just the prefect type of challenge I needed. I chose right from the beginning I would only use original top quality raw material and components, got a business loan and started fixing an old industrial warehouse into what is today our workshop in Lebanon.

130

ORFELIA_DEC15.indd 130

12/11/15 9:31 AM


Maison Home

MM - D’où vient le nom de votre studio? PS - Nous voulions un nom qui pourrait facilement être orthographié en français, anglais et arabe (étant moi-même à la fois française et libanaise). Nous avons recherché les sources de lumière et découvert l’existence d’«Orfelia fultoni», une créature éclatante qui vit dans les parois des grottes en Nouvelle-Zélande leur donnant des éclats de lumière bleue. MM - Quelles sont vos sources d’inspiration? Comment travaillez-vous? PS - J’essaie autant que possible de ne pas regarder du tout ce que les autres font pour garder un esprit frais. J’ai créé notre première collection en partant de zéro, m’inspirant de tout ce qui se trouvait autour de moi, spécialement de la nature et de l’atmosphère, mais presque jamais de lampes. Je dessine au crayon tout ce qui me passe par l’esprit et si la semaine suivante cela me plait toujours, je vais de l’avant et fais les recherches, puis je me procure la matière première nécessaire pour un prototype que je fais ensuite à l’atelier. Si une expertise que je ne possède

M M - Where does the name of your studio come from? PS - When looking for a name we wanted something that could easily be spelled in French, English and Arabic (being myself both French and Lebanese). We researched sources of light and discovered the existence of the “Orfelia Fultoni”, a glowing creature that lives in the walls of caves in New Zealand and gives those walls sparkles of blue light.

131

ORFELIA_DEC15.indd 131

12/11/15 9:31 AM


pas est nécessaire - du crochet par exemple - je recherche les personnes compétentes autour de moi, de préférence des femmes courageuses qui ont besoin de travailler. M a is l a plupa r t du t e m p s , j ’e s s a y e d e nouvelles techniques (c o m m e t r a v a i l l e r moi-même le plât re et le béton), cela me donne une merveilleuse sensation de liberté et de bonheur. MM - Où trouvezvous vos «Maîtres artisans”? PS - Mon frère Dominique, qui est un artisan étonnant aux talents multiples, est de retour de France pour prendre en charge l’atelier. D’autres sont trouvés par le bouche à oreille. Je ne recherche pas seulement les bonnes compétences, mais aussi l’ouverture d’esprit, l’ingéniosité et une attitude posit ive, quelqu’un qui ne me dira jamais que quelque chose « ne peut être fait». MM - Quels sont vos projets concernant les Émirats Arabes Unis? PS - Parce que j’ai déménagé avec ma famille à Abu Dhabi il y a un an, je suis en train d’y créer d’une succursale là où je serai en mesure de produire ce qui doit être livré localement. Cela devrait voir le jour avant la fin de l’année. Pendant ce temps, les personnes intéressées par la conception à la main des éclairages contemporains peuvent voir notre première collection et de nouveaux produits sur notre site web. Nous commercialisons principalement auprès des professionnels - architectes d’intérieur, designers et

MM - What are your sources of inspiration? How do you work? PS - I try as much as possible to not look at all at what others designers do to keep a fresh mind. I created our first collection from scratch, inspiring myself from anything and everything around me, especially nature and moods I like but almost never lamps. I draw anything that goes through my mind with a pencil and take it from there; if the week after I still like it, I go ahead and research, then get the raw material needed for a prototype that I then make at the workshop. If expertise is needed that I do not have -e.g. crochet– I look for and commission competent people around me, preferably courageous women trying to help themselves and families. But most of the time I research and try new techniques myself (such as working with plaster and concrete), it gives me a wonderful feeling of freedom and happiness. MM - Where do you find your “ maîtres artisans”? PS - My brother Dominique, who is an amazing multitalented craftsman, has returned from France to be in charge of the workshop. Other artisans are found through word of mouth and then trial and error. I do not only look for the right skills but also for an open mind, resourcefulness and a positive attitude, someone who will never tell me that something ‘cannot be done’. MM - What are your plans regarding the UAE? PS - Because I moved with my family to Abu Dhabi one year ago, I am in the process of establishing a branch of the company there, where I will be able to create and make what needs to be delivered locally. This should see the light before the end of the year. Meanwhile, people interested in design handmade contemporary

132

ORFELIA_DEC15.indd 132

12/11/15 9:31 AM


Maison Home

décorateurs. Mais nous sommes également heureux d’accueillir les particuliers qui peuvent commander en nous contactant par le biais de notre site internet. La plupart de nos modèles peuvent être faits sur commande dans différentes couleurs, matières et tailles. Nous faisons aussi des pièces en édition limitée pour des clients et des architectes privés pour des maisons particulières, des hôtels et des restaurants.

lighting can see our first collection and new products on our website. We mainly market to the trade -i.e. interior architects, designers and decorators- but we’re also happy to accommodate individual buyers who can order by contacting us through our website. Most of our models can be made to order in different colors, material and sizes. We make limited edition pieces for private clients and architects alike such as for special houses, hotels and restaurants.

orfelia.com

133

ORFELIA_DEC15.indd 133

12/11/15 9:31 AM


BON APPÉTIT MADAME QUELLES QUANTITÉS PRÉVOIR POUR LE RÉVEILLON ?

FOOD QUANTITIES FOR FESTIVE MEALS

1 baguette pour 3 personnes 1 pain pour 5 5 à 6 flûtes de champagne par bouteille 1 bouteille de vin pour 4 personnes 10 boules de glace dans un litre

1 baguette for 3 persons, 1 bread for 5. 5-6 flutes of champagne per bottle 1 bottle of wine for 4 persons 10 scoops of ice cream in one litre

La dinde trône traditionnellement sur nos tables de Noël. Prenez soin de l’emballer dans une feuille d’aluminium pour démarrer la cuisson et, 30 min avant la fin, ôtez l’alu, pour laisser la peau dorer. Ne percez pas la peau si des cloques de forment (elles hydratent la chair) et arrosez de temps en temps la bête avec son jus. Une farce ajoute de la saveur à la chair. Que ce soit pour une dinde, un chapon, une poularde ou toute autre volaille, il vaut mieux attendre 15 min après la cuisson pour la découper (on la laisse en attente dans le four entrebâillé). Vous verrez c'est bien plus facile et la chair est plus moelleuse. La volaille reste une pièce de choix pour nos tables de fêtes. Compter 250 g par personne (poids avec os). Sortez-la du réfrigérateur une bonne heure avant de la cuire (en cocotte ou au four). Côté cuisson, pour une dinde compter 25 min/500 g, un chapon 30 min/500g, une poularde 40 à 45 min/500 g Petit rappel, lorsque vous avez une viande à cuisiner, il est important de la sortir du réfrigérateur 1 heure avant, afin qu'elle revienne à température ambiante. La caramélisation des sucs se fera d'autant mieux, elle sera plus tendre et le goût n'en sera que meilleur. Pensez-y aussi pour vos volailles de Noël

Turkey traditionally stands on our Christmas tables. Cover it with aluminum foil to start cooking and, 30 minutes before the end, remove the aluminum, so the skin can brown. Do not pierce the skin when cooking (the juice moisturizes the meat) and baste from time to time the poultry with its juice. A stuffing adds flavor to the meat. Whether for turkey, capon, chicken or other poultry, wait 15 minutes after cooking to cut it (leave it in the half open oven). It's much easier and you will get moister slices. Poultry remains a centrepiece on any Christmas table. We recommend 250 g per person (including bones). Remove from the fridge an hour before cooking (casserole or oven). Cooking time for a turkey is about 25 min/500 g, for a capon 30 min/500 g and for a fattened chicken 40-45 min/500 g Reminder: When you cook meat, it is important to remove it from the refrigerator 1 hour before cooking to bring it to room temperature. The caramelization of the juices will be even better, it will be more tender and the taste will be better. Think of it for your Christmas poultry too.

Foie gras: d’oie ou de canard? Le foie gras de canard est plus "rustique"; son goût est plus riche. Le foie gras d'oie est plus délicat, avec un goût doux et crémeux. Il est meilleur lorsqu'il est servi frais - mais pas trop froid - pour accentuer son arôme et sa texture crémeuse. Placez la boîte ou le bocal au réfrigérateur pendant quelques heures, mais sortez-la à la température ambiante une demi-heure avant de servir.

Foie gras: Goose or duck? Duck foie gras is more "rustic"; its taste is richer. Goose foie gras is more delicate, with a gentle and creamy taste. Foie gras is best when served cold, but not too cold, to accentuate its aroma and creamy texture. Place the can or the jar in the fridge for a few hours but take it out to room temperature for half an hour before service.

134

RECIPES_DEC15.indd 134

12/11/15 9:31 AM


Maison Home

135

RECIPES_DEC15.indd 135

12/11/15 9:31 AM


FOIE GRAS AUX PARFUMS D’ORIENT

FOIE GRAS SPRING ROLLS

Pour 4 personnes Ingrédients 200 g de Bloc de Foie Gras 100 g de vermicelles de riz 4 galettes de riz 1 carotte, 1 poivron, 1 brocoli 1 petit oignon rouge Quelques pois gourmands Un peu de salade mesclun, 8 feuilles de basilic 1 cuillère à café d’huile de sésame 3 cuillères à café d’huile de tournesol Le jus d’un citron vert Poivre concassé, Fleur de sel Sauce soja

Serves 4 Ingredients 200 g block of foie gras 100 g rice vermicelli 4 rice papers 1 carrot, 1 green pepper, 1 broccoli 1 small red onion, Some snow peas A bit of mixed salad leaves, 8 basil leaves 1 teaspoon sesame oil 3 teaspoons sunflower oil The juice of one lime Crushed pepper, fleur de sel Soya sauce

Préparation

Preparation

Faire cuire les vermicelles 4 min. dans de l’eau bouillante salée, égoutter et laisser refroidir. Éplucher les légumes, les tailler finement et les faire cuire 2 min. seulement pour qu’ils restent croquants. Préparer les rouleaux de printemps : Faire tremper les galettes de riz dans de l’eau froide. Déposer sur chacune une feuille de salade, des vermicelles, des légumes et quelques petits cubes de foie gras. Rabattre les bords vers l’intérieur et rouler les galettes sur elles-mêmes. Préparer la salade : Émulsionner les 2 huiles et le jus de citron vert, saler et poivrer. Mélanger les vermicelles et les légumes restant. Ajouter le basilic et la vinaigrette. Servir avec la sauce de soja.

Cook the vermicelli 4 min in salted boiling water, drain and leave to cool. Peel the vegetables, cut them finely and cook 2 min to keep them crunchy. Prepare the spring rolls: Soak rice papers in cold water. On each sheet arrange salad leaves, vermicelli, vegetables and some small cubes of foie gras. Fold the edges inward and roll. Prepare the salad: Emulsify oils and lime juice, salt and pepper. Mix the remaining vermicelli and vegetables. Add basil and dressing. Serve with soya sauce

136

RECIPES_DEC15.indd 136

12/11/15 9:31 AM


Maison Home

137

RECIPES_DEC15.indd 137

12/11/15 9:31 AM


138

RECIPES_DEC15.indd 138

12/11/15 9:31 AM


Maison Home

SOUPE « PHO » AU FOIE GRAS ET PETITS LÉGUMES

"PHO" SOUP WITH FOIE GRAS AND VEGETABLE

(Sur une idée de Maxime Lafranceschina, Meilleur Ouvrier de France Primeur)

(By Maxime Lafranceschina, Meilleur Ouvrier de France Primeur)

Pour 4 personnes Ingrédients 1 foie gras cru entier déveiné Pour le bouillon : 2 carottes 1 poireau 2 branches de céleri 1 oignon 10 g de gingembre frais

Serves 4 Ingredients 1 whole raw foie gras deveined For the broth: 2 carrots 1 leek 2 stalks celery 1 onion 10 g fresh ginger

Pour la garniture: 2 carottes 1 courgette, quelques radis 100 g de céleri rave 1 petit navet 1 poignée de pousses d’épinards 1 poignée de graines germées 2 cives, coriandre

For the garnish: 2 carrots 1 zucchini, few radishes 100g celeriac 1 small turnip 1 handful of spinach leaves 1 handful of sprouted seeds 2 chives, coriander

Préparation

Preparation

Pour le bouillon: Éplucher et émincer finement les ingrédients du bouillon. Les mettre à cuire dans 2 litres d’eau salée bouillante pendant 40 min. Passer au chinois, et réserver le bouillon au chaud. Pour la garniture : Tailler finement les légumes de la garniture. Les mettre à cuire quelques minutes dans le bouillon afin qu’ils restent croquants. Sortir le foie gras du réfrigérateur et le couper en tranches de 2 cm d’épaisseur. Faire pocher les tranches de foie gras dans le « Pho » 30 secondes, ajouter les graines germées, les pousses d’épinards et la coriandre ciselée. Servir dans de grands bols.

For the broth: Peel and finely chop the ingredients of the broth. Cook them in 2 liters of boiling salted water for 40 minutes. Strain and keep the broth warm. For the garnish: Finely cut the vegetable. Cook them a few minutes in the broth so they stay crunchy. Remove the foie gras from the refrigerator and cut into 2 cm thick slices. Poach the slices of foie gras in the "Pho" 30 seconds, add the sprouts, the baby spinach and chopped coriander. Serve in large bowls.

139

RECIPES_DEC15.indd 139

12/11/15 9:31 AM


ZAROOQ* La voiture de course des sables, fabriquée aux Emirats Arabes Unis

The sand-racing car, made in UAE «La Zarooq Sand Racer est la première voiture spécialement conçue pour le désert des UAE» explique le directeur de Zarooq et ancien champion de course français Bruno Laffite. «Les Emirats Arabes Unis sont célèbres pour leurs déserts incroyables, les safaris et les courses de dune. Nous avons donc décidé de réu n i r une équipe pour concevoir et construire la voiture dont nous avons tous rêvé, spécialement destinée à la course dans le désert», expl ique le d i recteu r

“The Zarooq Sand Racer is the first car specifically designed for the UAE deser t,” says Za rooq D i rec tor a nd for mer French racing champion Bruno Laffite. “The UAE are famous for amazing deserts, extreme safari motorspor t and dune racing. So we decided to assemble a team to design and build the car we have all dreamed about, specifically made to race in the desert”, says Za rooq d i rector Mohammed Al Qadi, ex Senior Director Operations of Yas Marina Circuit.

140

ZAROOQ_SAND-RACING_DEC15.indd 140

12/11/15 9:30 AM


Bien-etre et loisirs Wellbeing and leasures

141

ZAROOQ_SAND-RACING_DEC15.indd 141

12/11/15 9:31 AM


de Zarooq, Mohammed Al Qadi, ex-directeur des opérations du Circuit de Yas Marina, Abu Dhabi. Le résultat est la Zarooq Sand Racer, une voiture de série, homologuée pour la route, capable d’avaler les dunes, au rapport poids-puissance d’une supercar, avec un cockpit fermé et l’air conditionné. La Zarooq Sand Racer a été designée aux EAU par Anthony Jannarelly. Ce dernier a dessiné la Lykan Hypersport, voiture phare utilisée dans Fast and Furious7, fabriquée aux EAU en partenariat avec JJSpecial. Le châssis de haute performance a été conçu en collaboration avec Campos Racing. Le moteur en position centrale arrière facilite le franchissement

The result is t he Zarooq Sand Racer, a road legal production car capable of eating dunes with t he power-to -weight rat io of a supercar and a stunning look. The car combines high performance with innovative features and an iconic look. It’s a powerful racing car yet designed to be on t he road as well, and tailored to the desert with a closed cockpit and air-conditioning. The Zarooq Sand Racer was designed in the UAE by Anthony Jannarelly - the man behind the Lykan Hypersport star car used in Fast and Furious 7 - and is made in the UAE in partnership with JJ Special.

142

ZAROOQ_SAND-RACING_DEC15.indd 142

12/11/15 9:31 AM


Bien-etre et loisirs Wellbeing and leasures

143

ZAROOQ_SAND-RACING_DEC15.indd 143

12/11/15 9:31 AM


de dunes et l’équilibre lors des sauts autorisés par un fort débattement de suspension. «Nous avons décidé de construire une voiture de course - rien de moins», explique Bruno Laffite. L’intérieur, très orienté performance, comme on peut s’y attendre d’une véritable voiture de course, dispose de finitions en fibre de carbone. Comme la Zarooq est faite main, de nombreuses options sont disponibles sur mesure en termes de performances, infotainment, d’équipements ou de carrosserie L’équipe va également lancer un championnat monotype aux EAU avec un châssis préparé course, des offres de préparation et d’entretien course avec aussi

The high performance chassis was designed in cooperation with Campos Racing GP2 and winners of the Formula E world championship. The engine is central-rear mounted to ease dune crossing and the suspension travel guarantees balance when jumping. “We set out to build a racing car - nothing less!” says Bruno Laffite. The interior, as performance oriented as you would expect from a true racing car, features stunning carbon fiber. Since the Zarooq Sand racer is handmade, many bespoke options are available in terms of performance, infotainment, equipment or car bodies. The team will also launch a dedicated singlemake championship in the UA E with dedicated

144

ZAROOQ_SAND-RACING_DEC15.indd 144

12/11/15 9:31 AM


Bien-etre et loisirs Wellbeing and leasures

la participation d’anciens instructeurs de Formule1 (ex-Winfield). Zarooq investit aussi actuellement à Dubai dans un «circuit tout-terrain en sable». “La piste permettra aux résidents et sociétés des EAU, ainsi qu’aux touristes étrangers, d’essayer la Zarooq Sand Racer », explique Iannis Mardell. Les voitures peuvent être précommandées dès maintenant pour des premières livraisons début 2016. Les 20 premières voitures seront une édition spéciale inaugurale. Prix, selon le modèle, l’édition et Options: 80.000 à 160.000 $. Poids| 950 kg - Debattement | 350-450 mm - Puissance | 300-500 hp - Moteur | 3.5l V6 * Le nom de la voiture vient du serpent le plus rapide du désert, le Schockari Sand Racer - en émirien «Zarooq».

racing chassis preparation for the Zarooq Sand racer, maintenance and racing packages e.g. with the participation of Formula One (ex-Winfield) instructors. Zarooq is currently investing in a “ Dubai off-road racing circuit. “The track will allow UAE residents and companies, as well as foreign visitors, to try the Zarooq Sand Racer”, says Iannis Mardell. Cars can be pre-ordered now and expect first deliveries in early 2016. The first 20 cars will be a Special Inaugural Edition. Price, depending on Model, Edition and Options: $80.000 to 160.000. Weight | 950 kg - Suspension | 350-450 mm travel - Power | 300-500 hp - Engine | 3.5l V6 *The name of the car was inspired by the fastest and most agile snake in the desert, the Schockari Sand Racer - in Emirati: Zarooq.

145

ZAROOQ_SAND-RACING_DEC15.indd 145

12/11/15 9:31 AM


ADRESSES ADDRESSES NEWS DE LUXE Mohamed al Jaberi Grand Hyatt Sheikh Rashid Road Dubai 04 317 1234 dubai.grand.hyatt.com Babilou Downtown Dubai Boulevard Walk Emaar building 8 ground floor. 800 BABILOU (222 45 68) www.babilou.ae Babilou Middle East on Facebook, Twitter and Instagram.

CULTURE ALLIANCE FRANCAISE Al Bateen, 1 rue Khalifa Al Suwaida Development, Sortie 19 de la rue 32, à coté de l’Ambassade d’Irlande, face à l’école Al Ittihad, villa 71.. P.O. Box 2646 Abu Dhabi - UAE 02 6666 232 / 0507157591 www.afabudhabi.org www.facebook.com/Alliance.Francaise.Abou.Dabi PARIS SORBONNE ABU DHABI Reem Island +971(0) 265 69 330 admissions@psuad.ac.ae www.sorbonne.ae 146

ADDRESSES_DEC15.indd 146

12/11/15 9:30 AM


Bien-être et loisirs Wellbeing and leisure

Institut Français des Emirats Arabes Unis Ambassade de France / French Embassy Etihad Tower n°3, 22ème étage PO Box 4014 Abu Dhabi www.if-uae.com facebook: www.facebook.com/ institutfrancais.deseau Twitter: www.twitter.com/IFintheUAE Instagram: www.instagram.com/institutfrancaisuae contact.institutfrancaisuae@gmail.com Librairie française Culture&Co Yas Viceroy Abu Dhabi AL Nasr Plaza ST 10 - Oud Metha metro station DUBAI +971 4 357 3603

TRADUCTEURS – TRANSLATORS Christine Brazeau-Bodart Translator – Interpreter – Copywriter Membre de la Société française des traducteurs English <> French +971 501 53 19 77 & +33 (0)6 20 63 17 79 Skype: cbrazeau14 (identify yourself clearly) christine.brazeau@sfr.fr TENDANCES – TRENDS Scarabée Marina Mall Shopping Center, Level 1 Abu Dhabi, +971 2 681 2831 +971 2 681 2438 Souk Madinat Jumeirah Dubai, UAE, +971 4 368 6518 scarabee-uae.com 147

ADDRESSES_DEC15.indd 147

12/11/15 9:30 AM


Wellbeing and leisure Bien-être et loisirs

BIEN ÊTRE ET LOISIRS - WELLBEING AND LEISURE - Mieux vivre - better life Cécile de La Ruelle Thérapies Humanistes Adultes et enfants & Rééquilibrages énergétiques cecile.delaruelle@gmail.com 050 522 73 01

VOTRE PUBLICITÉ DANS MADAME MAGAZINE YOUR ADVERTISING IN MADAME MAGAZINE CONTACT: advertising@madame-magazine.com +971 5 56 11 62 42

148

ADDRESSES_DEC15.indd 148

12/11/15 9:30 AM


NEWS_OCT15.indd 13

11/7/15 12:38 AM


NEWS_OCT15.indd 11

11/7/15 12:38 AM

Madame dec 2015  

Fashion, news, current events

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you