Issuu on Google+

un

mois

à

macon

Le mensuel de la v i e à m â c o n

Marbé à cœur

Mâconhabitat soutient l’activité économique 2009 : Maxime Descombin aurait eu 100 ans

dynamique proche solidaire belle éducative culturelle FEVRIER 09

n° 8 1


Sommaire - ÉDITO

DOSSIER DU mois ....................... p 3

ÉDITO

• Marbé à cœur

Plus proche ma Ville ............... p 4 • L’accueil des tout-petits • Les gestes qui sauvent • Les Rendez-vous de la prévention

Plus solidaire ma Ville ........ p 5 • Un toit pour tous • La jolie recette du lien social • L’envol des Papillons Blancs • 2009 : l’année des Seniors

Plus culturelle ma Ville . ..... p 6 • 2009 : Maxime Descombin aurait eu 100 ans • « L’ovni reggae made in France » • Arnaud Cremet expose à l’EMAP

Marbé dynamisé, Marbé sécurisé, Marbé paysagé, Marbé rénové… Enfin, les travaux commencent ! (cf. dossier du mois page 3) Les tranchées se creusent, signes avant-coureurs du spectaculaire : la démolition des tours au début de l’été. Ce projet porté depuis plus de cinq ans, avec ses délibérations, ses demandes de subventions, ses conventions, ses appels d’offres, ses nombreuses réunions de concertation, ses expositions, ce projet, donc, devient réalité. Que de persévérance et de patience faut-il pour concrétiser notre devise « vivre mieux à Mâcon » ! Vivre mieux à Mâcon est aussi une mission assurée au quotidien. Dès le plus jeune âge, les petits Mâconnais sont chouchoutés (cf. page 4). Plus de 1 000 enfants sont accueillis chaque année dans les crèches ou chez les assistantes maternelles. Mais les modes de vie des parents évoluent, l’organisation du travail change, et la vie familiale se transforme. Pour mieux répondre à ces nouveaux besoins, les parents vont pouvoir exprimer leurs attentes dans une enquête réalisée par les services municipaux. Travailler dans la concertation est une méthode qui fonctionne, il n’y a pas de raison de changer une formule qui marche.

• Une Saint Valentin torride au théâtre

Plus éducative ma Ville........ p 7 • On fait quoi pendant les vacances d’hiver ? • Rencontre à la médiathèque • Une garderie pour la maternelle de Bioux • Carnet d’école : la maternelle de Bioux

Plus belle ma Ville . .................. p 8 • Des dépôts sauvages bientôt verbalisés

Question santé, la Ville contribue à sa manière au bien-être des Mâconnais (cf. page 4). Les premiers rendez-vous de la prévention organisés à la médiathèque pour les 16-25 ans ont été un succès et seront renouvelés. Mâcon anticipe même les cas exceptionnels : 30 agents municipaux ont été formés à l’utilisation des défibrillateurs, installés progressivement dans les différentes structures municipales, tandis que les formations aux gestes de premier secours continuent. 10 000 vies pourraient être sauvées chaque année si 20% de la population était formée ; or seulement 7% des Français le sont. Alors rendez-vous page 4 et contribuez à l’effort national.

• Pour une traversée plus sûre de Flacé • Du nouveau sous les abribus… • Le Pont urbain sud

Plus dynamique ma Ville . .. p 9 • Mâconhabitat soutient l’ activité économique locale • BAGyBAG pose sa 1ère pierre à Loché • La démarche qualité fait son chemin

Plus démocratique ma Ville...p 10

Enfin pour les plus démunis, les partenaires publics et associatifs œuvrent de concert pour que personne ne reste au bord du chemin (cf. page 5). Complémentaires et efficaces, ils se relaient jour et nuit et en cas d’urgence, toute l’année. Et lorsque la température baisse, ils sont encore plus vigilants et veillent à ce que chacun puisse trouver un toit. Grâce à l’action conjointe de tous ces acteurs, soutenus financièrement en partie par la municipalité, Mâcon est placée deuxième ville de Saône-et-Loire pour ses capacités d’accueil. Au cœur de l’hiver, chacun œuvre pour faire obstacle au froid de l’indifférence et qu’ils en soient tous ici remerciés. Car de toutes les sources d’énergie, la chaleur humaine est bien la plus précieuse.

• Groupe des élus Mâcon pour Tous au Conseil Municipal de Mâcon • Groupe des élus de gauche au Conseil Municipal de Mâcon

Plus sportive ma Ville........... p 11 • Fermeture du CREPS : la Ville propose une alternative • Agenda sport : demandez le programme ! • Le Qwan Ki Do se donne en spectacle

racontez-moi ma ville........ p 12 • La passion de la philatélie - épisode 2

2

FEVRIER

09

n°81

Un Mois à Mâcon - Hôtel de Ville quai Lamartine 71018 Mâcon Cedex Tél. 03 85 39 71 35. Site Web : www.macon.fr e.mail : communication@ville-macon.fr Directrice de la publication et Rédactrice en chef : Christine Robin. Secrétariat de rédaction : Laurence Lacour. Journalistes : Céline Peuble, Marie Jules.

Crédits photos : Ville de Mâcon (Patrick Georget Amédée De Almeida) - Fonds Georges Thomas - Pierre Plattier- Michel Horiot Photo couverture : Amédée De Almeida dans le cadre du travail de mémoire réalisé par la Régie Interquartiers de Mâcon. Conception et réalisation : ACTIS Conseil en Communication. Impression et Mise sous film : SN Mâcon Imprimerie. Distribution : Agents de proximité, Ville de Mâcon.

un

mois à mâcon


Dossier DU mois

Marbé à cœur Les travaux préparatoires à la démolition des trois tours de Marbé sont enclenchés La première tranche de travaux réalisés sur le secteur nord du quartier visait à aménager l’espace devant le collège Schuman. Concrètement, un parvis a été réalisé entre le collège et l’école Jean Moulin. Les aires de loisirs ont été intégrées dans ce nouvel espace paysager. Aujourd’hui se dessine sous nos yeux le début de la coulée verte qui traversera le quartier du nord au sud à l’horizon 2012. Au printemps, les plantations et aménagements paysagers réalisés donneront à cet espace une nouvelle dimension plus douce, plus « écologique ». n Avant l’aménagement  paysager du plateau scolaire

n Aménagement  paysager du plateau scolaire

n Agents municipaux, agents Mâconhabitat et des régies de

quartier ont participé à une grande réunion d’information à la Maison de l’Abîme. Chacun d’entre eux est en mesure de renseigner les habitants de Marbé sur les prochaines étapes du projet.

Les barrières de chantier sont en place Il y a quelques jours, les entreprises chargées de la démolition, ont mis en place le barriérage de sécurité autour des bâtiments 1 Churchill, 2 Schuman et 1413 avenue De Gaulle. Concrètement, pour permettre cette opération, il faut reprendre tous les réseaux souterrains alimentant ces tours (eau, EDF, GDF, Télécom, assainissement, etc.). C’est un travail de fourmi où les trous dans la chaussée seront légion. C’est-à-dire que la circulation à travers le quartier sera quelque peu modifiée pendant les prochains mois. Les tours seront démolies juste avant le début des vacances scolaires d’été.

n Marbé en 2012

La sécurité Bien avant le jour J, chaque habitant, résidant dans le périmètre de sécurité sera contacté individuellement et informé : consignes de sécurité, conditions d’évacuation seront expliquées à chacun et prises en compte des contraintes personnelles. Cette première rencontre aura lieu trois mois environ avant le jour J. Puis, une seconde rencontre aura lieu trois semaines avant le tir, et enfin, le jour J, pour l’évacuation, chacun sera « comptabilisé, répertorié, accompagné… » hors du périmètre de sécurité défini par les opérateurs.

La démolition des tours Les opérations préparatoires Outre ces « travaux souterrains », c’est aussi une phase de « déconstruction » qui sera engagée pour enlever tout ou partie des équipements à l’intérieur des immeubles tels que fenêtres, portes, et autres accessoires. Dans le même temps, des opérations de désamiantage en atmosphère confinée seront entreprises par des sociétés spécialisées. La dernière phase de ces travaux préparatoires consistera à « fragiliser » les édifices avant de les faire imploser.

n Les élus se sont rendus sur place le 19 janvier.

+ d’infos

Pour plus d’information sur le projet de rénovation urbaine de Marbé, rendez-vous au Point Information Mairie de Marbé, à la Maison de l’Abîme, tous les jours de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h00.

La démolition par technique d’implosion

Des charges d’explosifs seront disposées par des artificiers pour sectionner les éléments porteurs des édifices. Chaque tour s’effondrera sur ses bases. Cet évènement prévu en début d’été sera très spectaculaire. Viendra ensuite l’opération de déblaiement des matériaux qui durera deux mois environ.

Un important travail de mémoire a été réalisé par les habitants et les associations du quartier. D’autres initiatives sont en cours et vous seront présentées dans un futur numéro. Bien entendu, des réunions de coordination, et d’information avec les habitants sont d’ores et déjà programmées pour suivre les transformations de Marbé. Les témoignages recueillis dans le cadre du travail réalisé par les Régies de quartier ont été exposés au centre social de Marbé et à la salle François Martin, à l’hôtel de ville. Cette exposition sera également présentée à la Médiathèque de Mâcon.

FEVRIER

09

n°81

un

mois à mâcon

3


PLUS proche MA VILLE

Zoom sur…

Les Rendez-vous de la prévention

Le PIJ lance un nouveau rendez-vous d’information trimestriel. La première édition s’est tenue le 7 janvier, de 14h00 à 17h00, à la médiathèque.

« Les actions de prévention, notamment à destination du public des 16/25 ans, font partie de nos priorités » rappelle Véronique Butruille, conseillère déléguée chargée des projets et innovations jeunesse et du PIJ. « C’est dans ce sens que nous avons créé les «  Rendez-vous de la prévention  ». Notre objectif est de sensibiliser les jeunes et leurs familles en proposant une rencontre trimestrielle où chacun peut trouver des infos sur des sujets sociaux qui le touchent particulièrement ». Ainsi, pour la première réunion, les organisateurs avaient choisi d’aborder le problème des dépendances  : alcool, tabac, drogue… « Les thèmes sont choisis en accord avec les différents services oeuvrant en direction des jeunes » poursuit Véronique Butruille. Premier rendez-vous et premier bilan très positif avec près de 80 personnes accueillies à la médiathèque. « Ce qui est intéressant en organisant ces rencontres dans ce lieu de passages et d’échanges privilégiés, c’est de pouvoir toucher un très large public. Pour preuve, le 7 janvier, nous avons reçu beaucoup de mamans avec des enfants en bas âge qui venaient se renseigner pour leurs ados mais aussi leurs conjoints ». Le prochain rendez-vous aura lieu au courant du mois d’avril, durant les vacances de Pâques. Le thème abordé concernera la sécurité routière. Enfin, notons que ce dispositif s’inscrit dans un projet global, à l’échelle de la ville, de sensibilisation et prévention du public jeune. En marge de ces rencontres, les Points enfants loisirs de Marbé, des Saugeraies et des Blanchettes ont travaillé, depuis le mois de novembre 2008 sur une exposition interactive présentée aux familles le 27 février au Kiosque. Renseignements : Point information jeunesse, place Saint-Pierre - 71000 Mâcon. Tél. 03 85 21 91 96.

L’accueil des tout-petits

Quels sont les axes de travail engagés depuis votre arrivée concernant la petite enfance ?

Structure collective ou familiale, gardes régulières ou ponctuelles ? Le service Petite Enfance du CCAS est le partenaire des familles en quête d’un mode d’accueil pour leurs enfants de 0 à 6 ans.

Accompagner

Que ce soit en accueil collectif, régulier, occasionnel ou en accueil familial, la Ville de Mâcon propose aux familles une large palette de solutions pour répondre à leurs besoins. Et parce que les attentes des familles ont évolué en matière de garde des enfants de moins de 6 ans, la Ville de Mâcon a adapté le fonctionnement de ses établissements et services d’accueil. Dans ce sens, les six multi accueils, implantés dans les différents quartiers de Mâcon, se sont tous calés sur un système d’ouverture en continu de 7h30 à 18h30. Chaque établissement peut accueillir de façon régulière ou occasionnelle les tout-petits. Les trois crèches (de Paris, des Blanchettes et multi accueil des Blanchettes) proposent, elles, des accueils réguliers de 4 à 5 jours par semaine (voire 6 pour la crèche familiale) avec des horaires extrêmement larges (de 5h30 à 22h30). L’an passé, plus de 1000 enfants de deux mois et demi à 6 ans ont été accueillis dans les établissements et services petite enfance gérés par le Centre communal d’action sociale.

Simple question à… Jacques Tourny adjoint chargé de la santé publique, de la famille et de la petite enfance.

Parmi eux : près de 450 en accueil régulier et un peu moins de 600 en accueil occasionnel. Enfin, plus de 250 enfants différents ont été accueillis chez les assistantes libérales de Mâcon. Rappelons que pour renseigner les parents, favoriser la socialisation des enfants et éviter l’isolement des assistantes, le CCAS a mis en place le Relais assistantes maternelles (RAM). Sur la commune, on comptabilise pas moins de 131 assistantes maternelles en activité. Rappelons enfin que le budget global de fonctionnement des établissements et services petite enfance s’est élevé à près de 2 900 000 euros en 2008.

« Ce travail porte sur trois points : Les conditions de subventions par la CAF ne permettaient pas une pérennité des actions, les besoins des familles restaient insuffisamment couverts et de nombreuses demandes émanant des communes extérieures demeurent encore non satisfaites. C’est pourquoi une nouvelle convention a été signée avec la CAF afin d’assurer le versement de subventions plus ajustées permettant une sécurisation des actions et la couverture de besoins supplémentaires. Une grande enquête a été lancée auprès des usagers pour mieux répondre à leurs attentes. Le retour de ces questionnaires va nous permettre la mise en place de services complémentaires dans la mesure où leur financement sera assuré. En parallèle, la Ville étudie actuellement avec la CAMVAL une mise en commun des structures petite enfance existantes et leur extension afin de répondre encore mieux aux besoins des usagers qu’ils soient urbains ou périurbains. Ainsi nous espérons donner un «coup de jeune» à la petite enfance.»

+ d’infos

Centre communal d’action sociale Service petite enfance Florence Delaye - 6 place Carnot – 71000 Mâcon Tél. 03 85 39 71 13 - ram@ville-macon.fr Où s’inscrire ? Toutes les inscriptions se font auprès du service Petite enfance du CCAS. Le tarif horaire est établi en fonction des revenus des familles, selon un taux d’effort préconisé par la CAF.

Les gestes qui sauvent Initié à Mâcon en 2003, le cycle de formation aux gestes de 1ers secours, devenue formation de prévention et de secours civiques de niveau 1 (PSC1) a concerné plus 50 personnes cette année. Le point.

En 2008, la formation aux gestes de premiers secours, remplacée par la formation de prévention et de secours civiques de niveau 1 (PSC1) enregistre 36 personnes formées et 21 recyclées. « Depuis le lancement du programme en 2003, c’est près de 400 personnes qui ont été formées : formations initiales et recyclages confondues » rappelle Françoise Albet, du service hygiène et santé de la Ville qui coordonne le dispositif. Toutes ces formations ont bénéficié du financement du Groupement Régional de Santé Publique et de la Ville de Mâcon.

4 un mois à

mâcon

« En 2009, nous poursuivrons ces formations, et notamment beaucoup de recyclages pour les personnes formées en 2004 et 2005. » Désormais, ces stages sont complétés par une démonstration de l’utilisation du défibrillateur qui peut être ainsi appliqué en cas de nécessité par le grand public, d’où le changement d’intitulé (lire encadré ci-contre). Depuis 2007, la Ville de Mâcon s’est dotée de 3 défibrillateurs entièrement automatiques. En 2009, 4 nouveaux équipements accueillant du public seront à leur tour équipés de cet outil qui peut sauver des vies : le Palais des Sports stade nord, le COSEC Schuman, le COSEC St Exupéry et le Stade Champlevert, équipements financés par l’Office Municipal des Sports et la Ville.

AFPS - PSC 1 : qu’est-ce qui change ? La formation Prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC 1) remplace depuis le 1er août 2007 l’Attestation de formation aux premiers secours (AFPS), par arrêté ministériel. En pratique, l’essentiel de la formation reste identique. Quelques modifications ont été apportées aux gestes enseignés, l’évolution majeure étant l’utilisation du défibrillateur automatisé externe (DAE) chez la victime qui ne respire pas. Les titulaires de l’AFPS sont considérés comme titulaires, par équivalence, de l’unité d’enseignement PSC 1, il est cependant fortement recommandé de suivre un recyclage pour maîtriser l’utilisation du défibrillateur. Rappelons que la formation complète, dispensée par la Croix Rouge, se déroule sur une journée et demie (soit 12 heures) et le recyclage dure désormais près d’une journée.

+ d’infos Service hygiène et santé de la Ville de Mâcon Françoise Albet - Tél. :03 85 39 71 76 n °8 1 FEVRIER

09


Durant la période hivernale, du 1er Novembre au 31 Mars, les partenaires de l’urgence sociale renforcent leur vigilance et leurs actions en faveur des personnes sans abri. Les explications de Nadine Aubret, directrice du CCAS.

Agir

n Accueil de nuit : rue des Charmilles

Que prévoit le dispositif d’accueil et d’hébergement d’urgence en période hivernale ? La mise en œuvre repose sur la mobilisation de l’ensemble des partenaires associatifs, des services de l’Etat, des collectivités locales et les hôpitaux. Un suivi des conditions météorologiques est assuré durant cette période par la DDASS. Elle dispose quotidiennement, grâce à Météo France, des prévisions météorologiques à 3 jours pour deux villes en Saône-et-Loire : Mâcon et Autun.

n Accueil de jour : divers services dont une laverie

Lorsque les températures sont annoncées, 3 jours durant, négatives le jour et comprises entre - 5° et – 10° la nuit, la DDASS adresse un fax aux opérateurs (115, accueils de nuits, accueils de jours, CHRS, Samu Sociaux ….). Dans ce cas, il est demandé aux structures de renforcer leur vigilance à l’égard des sans abri, d’ajouter des matelas supplémentaires. Le 115 doit être en mesure de mobiliser des nuitées d’hôtel ; les équipes mobiles du SAMU Social renforcent les tournées quotidiennes et les accueils restent ouverts le week-end et les nuits si nécessaire. Quelle que soit la météo, durant cette période, le SAMU Social assure des tournées chaque soir. Il va au devant des publics, personnes sans domicile, squatters, … pour leur proposer un hébergement ou de la nourriture. Quels sont les hébergements proposés ? A Mâcon, la ville dispose d’un accueil de jour géré par l’Association Le Pont, situé 912 avenue de Lattre de Tassigny. Il est ouvert du lundi au dimanche de 8h30 à 17h00. Les personnes sont accueillies par des professionnels et des bénévoles. Le service propose une aide immédiate et des premiers secours (nourriture, hygiène, vêtements, conseils) et permet d’initier un accompagnement social ou une orientation. - Un CHRS (Centre d’Hébergement et de Réadaptation Sociale) de 45 places géré lui aussi par l’Association le Pont qui accueille des personnes connaissant de graves difficultés d’ordre économique et social avec lesquelles il élabore un projet d’insertion personnalisé. - Un accueil de nuit géré par l’association « l’Accueil des Charmilles », situé 8 rue des Charmilles, qui propose 20 places d’hébergement collectif. Les personnes sans abri

qui y sont accueillies peuvent aussi prendre une douche et un repas et ont la possibilité de rencontrer un professionnel.

n Cuisine et réfectoire de l’accueil de jour

+ d’infos

Numéro vert départemental de l’urgence sociale 24/24 : 115 L’entrée dans ces structures se fait par le biais de ce numéro d’appel gratuit géré par l’Association Le Pont. Cette dernière est informée, en temps réel, de l’occupation de l’ensemble des places du département. En cas de saturation du dispositif, elle peut financer quelques nuitées d’hôtel.

Agenda

2009 : l’année des Seniors Le service personnes âgées du CCAS a déjà établi un programme d’animations à destination de nos aînés*. Des dates clés à noter sur vos agendas ! Jeudi 5 février à 14h00 à la Médiathèque : Diaporama des animations 2008 et présentation du programme 2009. Dimanche 29 mars : Après-midi dansant de 15h00 à 19h00 (lieu à définir). Jeudi 11 juin : Balade en bateau sur la Saône. Mardi 14 juillet : le Sénateur-Maire invite les seniors à participer à un grand goûter dansant au Parc des expositions de 15h00 à 18h00. Jeudi 23 juillet : - Balade Estivale sur les points fleuris de la ville et après-midi détente sur l’Esplanade (horaires et points de ramassage à définir). - Sortie vacances : en réponse au succès rencontré l’an passé, cette année, deux séjours vacances seront proposés au printemps et à l’automne: dates et lieux à définir. 19 au 25 octobre : Semaine bleue (Semaine Nationale des Retraités). Dimanche 8 novembre : Après-midi dansant de 15h00 à 19h00 (lieu à définir). Lundi 14 décembre : repas de Noël au Parc des expositions. Jeudi 17 décembre : visite des illuminations (horaires et point de ramassage à définir). Sans oublier la poursuite des après-midi dansants au Club 400 et l’organisation d’une sortie d’une journée au mois de Mai ou juin 2009.

PLUS solidaire MA VILLE

Un toit pour tous

Centre Communal d’Action Sociale 6 place Carnot - 71000 Mâcon. Claire Delaurat – Khefif Tél. : 03 85 39 71 07. *Ces animations sont réservées aux personnes de 60 ans et plus habitant Mâcon et les communes associées.

La jolie recette L’envol des du lien social

Papillons Blancs

En s’appuyant sur des ateliers cuisine, le CCAS de Mâcon, en partenariat avec le réseau de santé Arc en ciel et le Conseil général, crée du lien social et apprend les bases de l’équilibre alimentaire à des personnes en souffrance.

Depuis 1964, l’association des Papillons Blancs de Mâcon et sa Région, affiliée à l’UNAPEI agit en faveur des enfants déficients mentaux. Rencontre avec son président, Gilles Mauduit.

Tout est parti d’une idée des travailleurs sociaux du CCAS de Mâcon et du Conseil général de Saône-et-Loire. Confrontés chaque jour à des publics en détresse, ils réfléchissent à un moyen de recréer du lien social pour ces personnes mais aussi leur proposer un temps d’éducation à la santé par l’hygiène alimentaire. Le projet d’un atelier cuisine murit. Très vite, ils décident de le confier à l’association Arc en ciel (basée à Montceau-les-Mines), spécialisée dans l’aide aux personnes en souffrance, en cours de réinsertion. A Mâcon, depuis novembre 2008, deux groupes bénéficient de ce dispositif. Le premier réunit une dizaine d’usagers des services sociaux mâconnais de 19 à 50 ans. L’atelier se déroule le jeudi matin entre 9h00 et 12h00, tous les 15 jours, au foyer Marie Darmet. Le second rassemble, quant à lui, une fois par mois, des bénéficiaires FEVRIER

09

n°81

du réseau Arc en ciel. Trois fois par an, les deux groupes se retrouvent pour un temps commun. Le dernier a eu lieu fin janvier, à la maison de quartier de Bioux. Les deux groupes ont cuisiné un couscous géant et participé à une conférence proposée par le Comité départemental d’éducation à la santé (CODES).

+ d’infos CCAS de Mâcon Caroline Andreau Tél. : 03 85 39 72 21

Quelles sont les missions de l’association ? Les Papillons Blancs ont trois missions principales : étudier et défendre les intérêts matériels des enfants, entretenir avec les familles adhérentes l’esprit de solidarité nécessaire et leur apporter, pour les enfants, l’appui matériel et moral indispensable et enfin participer aux différentes commissions où les parents d’enfants sont représentés. En outre, à ce jour, nous assurons la gestion et l’évolution de 3 structures : • Un Institut Médico-Educatif (IME), créé en 1966, dont l’effectif est passé, en 2005, avec la création d’un IMPro, de 20 à 40 enfants et adolescents accueillis, âgés de 6 à 20 ans. • Un Service d’Education Spécialisé et de Soins A Domicile (SESSAD), créé en 1992, qui accueille 22 enfants, âgés de 3 à 16 ans, 16 enfants déficients intellectuels en difficulté d’intégration scolaire et 6 enfants autistes. • Une Structure d’Accueil de Jeunes Autistes (SAJA), créée en 1996, dont l’effectif est passé en 2008 de 5 à 12 enfants et adolescents atteints d’autisme ou de troubles envahissants du développement et de la communication.

La philosophie de ces établissements repose sur la mise en place d’actions éducatives, pédagogiques et thérapeutiques adaptées aux besoins individuels de chaque enfant pour l’accompagner vers une plus grande autonomie et la meilleure préparation possible à son avenir et donc la meilleure intégration possible à son environnement. Quels sont les projets ? Notre volonté est d’augmenter encore les capacités d’accueil…Malgré les efforts déjà engagés, elles restent insuffisantes et de façon très marquée pour la population des plus de 20 ans. Ce manque de places bloque l’admission des plus jeunes à l’IME. La liste d’attente s’allonge chaque année mettant en grande difficulté de nombreuses familles sans solution. Le Comité Régional de l’Organisation Sociale et Médico-Sociale vient d’émettre un avis favorable à la création d’une Unité de Vie pour 12 adultes très dépendants. C’est une heureuse nouvelle !

+ d’infos

Association les Papillons Blancs de Mâcon et sa région Président : Gilles Mauduit, Directeur des établissements : Jean-Louis Bot. 252 route de Mâcon - 71870 Hurigny. Tél : 03 85 34 22 80. Les ressources des Papillons Blancs reposent sur des subventions des collectivités locales et les dons.

un

mois à mâcon

5


PLUS culturelle MA VILLE

Actu Arnaud Cremet expose à l’EMAP L’EMAP, en collaboration étroite avec l’association des parents d’élèves de l’école, expose jusqu’au 13 février le travail d’un jeune artiste, ancien élève, Arnaud Cremet. L’exposition, complétée par deux ateliers assurés par l’artiste, les jeudi 12 et vendredi 13 février, s’inscrit dans une démarche engagée par l’association depuis deux ans. Objectif : mettre en avant le parcours professionnel d’anciens élèves. Diplômé de l’Ecole des Beaux Arts de Lyon et de l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs de Strasbourg, Arnaud Cremet est aujourd’hui illustrateur. Il a créé une multitude de visuels (albums illustrés, couvertures de livres, affiches, jaquettes de CD et DVD...) pour les plus grands éditeurs (Hachette, Livre de poche, EMI, J’ai Lu, Fleurus, Nathan...).Utilisant aussi bien les techniques de création traditionnelles (peinture à l’huile, encre de chine) que numériques, il créé des univers oniriques et fantastiques, influencé par des auteurs comme Kafka ou Edgar Poe. Il travaille actuellement sur l’adaptation d’un conte de Flaubert en bande dessinée : Saint Julien l’hospitalier. Renseignements : EMAP, 16-18 cours Moreau, Association des anciens élèves, nouvelle présidente Lydie Laborie-Fulchic Tél. : 03 85 38 61 46

2009 : MaximeDescombin aurait eu 100 ans Parti en 2003, Maxime Descombin, le sculpteur autodidacte aurait eu 100 ans cette année. Pour célébrer cet artiste hors du commun, l’association pour l’atelier Descombin organise une grande rétrospective, à Mâcon, à l’automne 2009.

Exposer

Sculpteur, scénographe, dessinateur, cartonnier, Maxime Descombin était tout cela à la fois. Né à Puley, en Saône-et-Loire en 1909, successivement tailleur de pierre, puis ornemaniste dans le bâtiment de l’art funéraire, il réalise des portraits et des compositions avant d’effectuer une vaste remise en question qui le conduit, très vite, à l’abstraction et à l’invention de la sculpture sérielle, son apport majeur. Au printemps 1990, alors âgé de 80 ans, soucieux d’assurer la pérennité de son œuvre, il décide de faire don à la Ville de Mâcon du contenu de son atelier de Champlevert (Mâcon) soit la totalité des 372 œuvres, études et maquettes qui s’y sont accumulées pendant plus d‘un demi-siècle. La donation est consentie en vue de la conservation de l’œuvre et de sa présentation permanente au public. Aujourd’hui, plus que jamais, l’association œuvre pour présenter à un large public le travail de l’artiste. Pour Françoise Joly, responsable de l’association pour l’atelier Descombin « Cette rétrospective va nous permettre

de présenter 100 sculptures de Maxime Descombin qui sont actuellement non visibles. Notre objectif est de favoriser la connaissance de son travail et de maintenir vivant l’esprit de ce fabuleux artiste ».

Mieux connaitre l’artiste La rétrospective, présentée à la médiathèque du 15 septembre au 7 novembre 2009, s’organisera autour de 4 axes : le cœur de l’œuvre, le passage à l’abstraction, le rapport à l’architecture et enfin la figuration. Trois conférences seront proposées durant cette période. En marge de cette exposition, des reliefs dynamistiques de l’artiste seront installés à l’Académie de Mâcon. A la galerie Mary Ann, des textes et des encres sur papiers seront dévoilées du 6 octobre au 6 novembre. Enfin, dès cet été, une exposition d’œuvres monumentales pourrait être installée sur l’Esplanade Lamartine. Sans oublier l’ouverture de l’atelier de Champlevert pour les journées du patrimoine, fin septembre et sur demande. « Nous préparons aussi une grande exposition consacrée à Maxime sur la région parisienne » annonce Françoise Joly.

+ d’infos

Association pour l’atelier Descombin rue Claude Guichard – 71000 Mâcon. Daniel Ray, secrétaire - Tél. : 03 85 22 73 56. Visite de l’atelier sur demande.

Un atelier à découvrir L’atelier que Maxime Descombin édifia à Champlevert (Mâcon Sud) fut pendant un demi-siècle le lieu de travail et de méditation du sculpteur. C’est ici que furent conçues ses œuvres monumentales. Cet atelier fut aussi un lieu d’échanges. C’est cet esprit qui perdure aujourd’hui avec les visites notamment des scolaires. En 2008, l’atelier a accueilli 710 personnes. Le travail avec les écoles, mené en partenariat avec l’Education nationale, a fait l’objet d’une très belle exposition en juin dernier. En 2009, ce sont de nouveaux groupes d’enfants d’écoles primaires qui viendront s’imprégner du travail de l’artiste. Rappelons que l’atelier a été réhabilité en 2006 par la Ville de Mâcon, avec l’aide de l’association et le partenariat financier du Crédit Agricole Centre est.

« L’ovni reggae made in France » Une Saint Valentin torride au théâtre On connaissait le théâtre joué en appartement, mais pas encore celui joué en chambre à coucher rythmé par des « passes poétiques » à vivre à deux. Samedi 14 février, le théâtre de l’Unité pose ses décors pour une soirée, très chaude, dans les coulisses de la Scène Nationale. La compagnie propose aux amateurs d’émotions singulières une Saint Valentin inoubliable. Trois représentations d’une heure du spectacle baptisé « Les chambres d’amour » seront proposées. Poésie, érotisme, jeux de miroirs, une mise en scène surprenante…Une expérience à laquelle le théâtre de l’Unité initie avec plaisir depuis plusieurs mois des milliers de spectateurs. Avec une sensualité toute particulière, les acteurs susurrent des poèmes d’amour, chuchotements, ambiance calfeutrée pour quelques instants, on en redemande. Foncez et vivez une Saint Valentin hors du commun.

Renseignements et réservations Tél. : 03 85 22 82 99 Plein tarif : 22 euros Tarif réduit : 15 euros. 19h00 – 20h30 et 22h00 - durée une heure.

6 un mois à

mâcon

Il est parfois des artistes que l’on n’attend pas, dont on ne soupçonne même pas l’existence, et qui pourtant, par la qualité de leur travail, s’imposent dans le paysage musical : on les appelle des “révélations”. C’estlecas de MAXXO, artiste mâconnais qui a su s’imposer en quelques temps comme une des valeurs montantes de la scène française. La tournée de promotion de votre 1er album vient de se terminer et les chiffres parlent de plus de 3 000 exemplaires vendus en France .

Quel message pour les jeunes artistes mâconnais ? « Il faut se battre aujourd’hui pour émerger. C’est un travail de longue haleine. Je n’ai que 24 ans mais je connais les difficultés de monter un projet, de produire un album, d’aller à la chasse aux subventions. Aller à la rencontre de l’autre, partir défendre son projet, rencontrer des élus et des décideurs, c’est aussi cela la réalité d’un projet artistique. New World Design, mon premier album c’est un peu le fruit de tout ça. 2008 a été une année majeure pour moi ; ce sont 45 dates de concerts partout en France, des premières parties de grand artistes internationaux du reggae (Alpha Blondy, Tiken Jah Fakoli, Sinsemilia) ... et la participation à la tournée les Nuit du reggae, dans les zénith de France. Aujourd’hui, mon projet semble intéresser plusieurs partenaires ; la Ville de Mâcon en fait partie. Je souhaite également pouvoir faire partager mon expérience auprès de jeunes qui souhaiteraient se lancer dans la carrière musicale. C’est en ce sens qu’on a pu monter des ateliers de création de Musique Assistée par Ordinateur avec le service Enfance Jeunesse. »

Et quelles sont vos perspectives pour l’avenir ? « C’est tout d’abord, la création et la diffusion de notre second album (pré-production et production du 2ème album de janvier à octobre 2009). On continue de développer les partenariats actifs dans le secteur musical, on sera désormais tourné par MEDIACOM (tourneur entre autres d’Alpha Blondy). C’est l’assurance pour nous de partir sur une tournée d’une soixantaine de dates, en France et à l’étranger. Enfin l’activité immédiate, c’est la sortie du single GAME OVER pour la fin janvier, la réédition du 1er album avec des bonus vidéo du DVD live en mars 2009. »

New World Reggae : un album récompensé d’un Web Reggae Award sur internet ; meilleur album reggae français : ces 13 titres aboutis sont le fruit de 2 ans de travail personnel. En adepte de l’autoproduction, Maxxo a choisi de diriger et de contrôler chaque étape de création et de production (écriture, composition, interprétation, arrangements, enregistrement etc… jusqu’au mastering ! ). Au final, ce jeune homme de 24 ans présente aujourd’hui un album surprenant de maturité et de richesse. “J’ai fait l’album que j’avais envie d’entendre” dit souvent Maxxo. n °8 1 FEVRIER

09


vacances d’hiver ? C’est reparti pour 15 jours de vacances. La Ville a, une fois de plus, imaginé un programme 100% ludique, pédagogique, interactif pour les 3 / 17 ans. Présentation.

S’amuser

CAP Sport et loisirs :

• Pour les 10 / 17 ans : Nouveauté en 2009, le CAP Sport et Loisirs ouvre désormais ses portes dès 10h00. L’équipe propose, chaque matin, des activités délocalisées, au Kiosque, à dominante artistique. Au programme : du 23 au 27 février, un atelier de customisation/création de vêtements et, du 2 au 6 mars, des cours de mixage assurés par le DJ mâconnais OPak. Ces ateliers de deux heures accueilleront 8 jeunes. Sans oublier, tous les après-midis, la pratique d’activités sportives sur site et une journée découverte multisports menée en partenariat avec les associations du complexe des Saugeraies, le 6 mars. • Les sorties : • Les 23 février et 2 mars : découverte équitation au centre hippique de Chaintré. • Le 3 mars : sortie à la patinoire Charlemagne à Lyon. • Les 26 février et 5 mars : sorties au Lasergame.

Les centres de loisirs :

Ils accueilleront les enfants tous les jours durant

Pensez à la mise à jour des dossiers

la période du 26 février au 6 mars, de 7h30 à 19h00 (différentes possibilités d’accueil, demi-journée, journée, semaine avec ou sans repas). • Pour les 3-5 ans : Le centre de loisirs maternel Pillet accueillera les plus jeunes. Au programme : des animations artistiques, sportives, des jeux autour de la thématique Contes et Légendes… • Pour les 6-12 ans : Le site d’Hurigny permettra l’accueil des enfants de 6 à 12 ans, en profitant des nombreuses possibilités qu’offrent les locaux et le parc. Une occasion unique de s’amuser autour des histoires, des mythes et des fictions.

Nouvelle année rime avec nouveaux dossiers. L’ensemble des usagers des différentes structures d’accueil doit penser à remplir un nouveau dossier d’inscription pour la mise à jour des informations. Renseignezvous auprès du Kiosque ou dans les équipements de quartier !

Au cours du premier mandat, le sénateur maire et Catherine Carle Viguier, adjointe chargée de la vie scolaire, avaient déjà invité deux fois les parents d’élèves délégués pour les informer et échanger sur la politique menée en matière d’éducation à Mâcon. En

Stages ados

• Pour les 11-17 ans : Des stages et des activités seront proposés aux adolescents sur l’ensemble des équipements de quartiers ; au programme : stages danse, hip-hop, tournois sportifs, ateliers créationconfection…

+ d’infos

Kiosque rue Gambetta – 71000 Mâcon. Tél. : 03 85 39 18 44. Dates limites d’inscriptions jusqu’au 11 février inclus à 18h00 pour la première semaine et jusqu’au 18 février inclus à 18h00 pour la seconde. Renseignements : sur l’ensemble des équipements de quartiers et au Kiosque, et, à compter du 6 février, sur le site internet de la Ville : www.macon.fr

ce début d’année 2009, Jean-Patrick Courtois tient à rappeler que le domaine éducatif reste au cœur de ses priorités en conviant un certain nombre de parents d’enfants scolarisés à Mâcon. Gestion des 13 écoles primaires et 16 écoles maternelles de la Ville, Temps après l’école, Projet de réussite éducative, Soutien scolaire, Coup de pouce, activités péri-scolaires… Toutes les actions menées en direction des jeunes Mâconnais seront évoquées en présence des élus concernés  : avec autour du maire et de Catherine Carle Viguier, Véronique Butruille et Caroline Theveniaud, mais aussi les responsables des services porteurs. La place dans la ville de l’enfant et de l’adolescent

sera au centre des débats. La rencontre se terminera autour du verre de l’amitié pour des échanges informels et conviviaux. Les parents peuvent d’ores et déjà poser leurs questions par mail : education@ville-macon.fr

C’est la deuxième bonne nouvelle de cette année scolaire 2008-2009 pour le petit établissement situé au cœur du quartier de Bioux ! Après la menace de blocage d’une classe, finalement levée à la rentrée, les familles se réjouissent désormais de l’ouverture d’une garderie dans les locaux de l’école. « Jusqu’à présent les enfants étaient accueillis à la Halte garderie FEVRIER

09

n°81

Installée au cœur du quartier de Bioux, la petite école maternelle du même nom a changé d’équipe à la rentrée, suite à deux départs en retraite. C’est Joëlle Hythier, ex-enseignante à Marie Laurencin, qui a repris la direction de l’établissement. Avec Mireille Baudelin, elle forme un nouveau binôme d’institutrices particulièrement dynamique. Un vent de renouveau et d’ouverture souffle sur l’établissement qui accueille 48 enfants. « Nous avons la chance d’enseigner dans une petite école, située dans un quartier très agréable où les parents s’investissent vraiment » souligne Joëlle Hythier. C’est donc main dans la main, en multipliant les passerelles entre les deux classes, que les deux institutrices ont décidé de travailler. « Notre objectif est de tracer des lignes, aussi souvent que possible, entre les deux niveaux et d’ouvrir au maximum l’école sur l’extérieur ».

de Bioux avant et après le temps scolaire, mais cela posait un problème à cause de l’écart d’âge des enfants, certains n’ayant que 3 mois » rappelle Catherine Carle Viguier, adjointe chargée de la vie scolaire et périscolaire « Dans un souci de services rendus aux familles mais aussi afin d’assurer le bien être des plus petits, nous avons décidé d’ouvrir une garderie périscolaire au sein même de la maternelle ». Depuis le 5 janvier, la garderie accueille les enfants le matin de 7h30 à 8h30, et le soir après la classe, de 16h30 à 18h30.

Focus sur… Le projet « Maisons du monde et de notre quartier »

Cette année, les enseignantes des deux classes ont choisi de travailler sur un projet commun autour des « Maisons du monde et de notre quartier », en s’appuyant notamment sur un cycle d’ateliers mené en partenariat avec l’école municipale d’arts. Huit séances sont prévues, encadrées par deux enseignantes de l’EMAP, Amélie Besson et Anne Bernard. « Les ateliers ont débuté en janvier » explique Joëlle Hythier. « Les enfants se rendent, un vendredi tous les quinze jours, dans les locaux de l’EMAP pour une séance de deux heures ». Objectif de ce projet : enrichir le vocabulaire des élèves avec comme porte d’entrée, l’architecture. « Nous avons la chance d’être entourés par tous les types d’habitats : du grand collectif en passant par le petit immeuble, jusqu’à la maison individuelle ou le jardin ouvrier ». Les « grands » travailleront en particulier sur les façades de leur propre habitat. Quant aux « petits » ils participeront aussi à un projet danse sur la thématique des maisons.

+ d’infos

Service éducation Ville de Mâcon direction : Martine Bouquigny Rodolphe Michel, tél. 03 85 39 71 42

Une garderie pour la maternelle de Bioux Depuis le lundi 5 janvier, l’école maternelle de Bioux est dotée de sa propre garderie périscolaire.

La maternelle de Bioux

Les PEL

• Pour les 6-10 ans : Les 5 Points Enfants Loisirs seront ouverts tous les jours du lundi au vendredi de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00. Les enfants profiteront de ce temps de vacances pour préparer la prochaine édition de Carnaville : décoration de chars, confection de costumes, … Une sortie inter-PEL à la montagne sera proposée durant l’une des deux semaines.

Rencontre à la médiathèque LeJeudi5févrierà18h30,Jean-Patrick Courtois et Catherine Carle Viguier convient plus de 250 parents d’élèves délégués des écoles maternelles et primaires pour présenter les grandes actions en matière d’éducation à Mâcon.

Carnet d’école*…

PLUS éducative MA VILLE

On fait quoi pendant les

n Découverte de l’EMAP pour les petits élèves

de la maternelle de Bioux.

Ecole maternelle de Bioux :

+ d’infos

Ecole maternelle de Bioux Tél. : 03 85 34 18 29

Directrice (2 tout petits et 19 petits) : Joëlle Hythier Enseignante (26 moyens et 9 grands) : Mireille Baudelin Equipe complétée avec deux postes d’Atsem et l’accueil régulier de jeunes stagiaires BEPA de la maison familiale de Pont-de-Veyle. Effectif total : 56 élèves Ouverture d’une garderie périscolaire depuis janvier 2009 (lire article ci-contre). 3, rue de Chardonnay 71000 Mâcon Tél. 03 85 34 18 29 Courriel : 0710189V@ac-dijon.fr *Cette rubrique vous propose de découvrir, chaque mois, une école maternelle ou primaire gérée par la Ville de Mâcon.

un

mois à mâcon

7


PLUS belle MA VILLE

En bref

Le Pont urbain sud – le point sur les travaux : Le pont repose maintenant sur ses appuis définitifs. Le réglage des platines sur lesquelles repose le tablier a été effectué en janvier. Cette structure métallique de plus de 800 tonnes est aujourd’hui recouverte de dalles en béton préfabriqué. Sur ces dalles, qui servent de support, une dalle en béton sera coulée dès que les conditions climatiques seront favorables. Elle recevra ensuite la future couche de roulement (la chaussée), puis enfin les équipements (garde-corps, éclairage, etc.). Les travaux de raccordements sur Mâcon ont déjà débuté : les aménagements généraux de la rue de l’Europe sont en passe d’être terminés. Il restera bien entendu à réaliser les revêtements définitifs des chaussées, trottoirs, plateau traversant devant les commerces et équipements divers. Ces phases seront entreprises juste avant la mise en service. La prochaine étape sera marquée par le démarrage du chantier rue Marcel Paul côté Metso Minérals en attendant que la procédure d’expropriation des terrains de EDF/GDF aboutisse. Alors, le mur de clôture sera démoli et la chaussée élargie, ce qui donnera la véritable perspective d’arrivée de l’ouvrage côté Mâcon. A ce jour le calendrier est respecté et on peut raisonnablement penser que l’ouverture du pont et des voies d’accès tant côté Mâcon que côté Bresse pourra être effective cet été, comme prévu.

Des dépôts sauvages bientôt verbalisés Pour lutter contre l’augmentation régulière des dépôts sauvages d’ordures sur la commune, la prévention ne suffit plus. Un nouvel arrêté va bientôt permettre de verbaliser les citoyens indélicats.

Responsabiliser

« Ça fait un moment que l’on en parle, le projet d’arrêté est enfin prêt et il devrait commencer à être appliqué dans les prochaines semaines. On s’inspire de ce qui a déjà été fait dans d’autres villes, comme Nice, Lyon, Annecy, Bourg-en-Bresse et Tournus » annonce Michel Pacaud, Conseiller délégué chargé de la propreté de la Ville, des espaces verts, de la viticulture et de l’agriculture. L’arrêté en

question, qui porte sur la propreté urbaine, stipulera que tout dépôt sauvage d’ordures ménagères sera passible d’un timbre-amende de 35 euros. La Ville de Mâcon passe donc à la vitesse supérieure, après avoir expérimenté la « méthode douce » sans succès. En effet, ces derniers mois, le SICTOM (qui est chargé de l’enlèvement des ordures sur la commune) avait organisé plusieurs opérations « coups de poing » pour rappeler à tous, commerçants et habitants, qu’ils doivent respecter la loi. Ces opérations consistaient en des tournées en compagnie de la police municipale pour repérer les sacspoubelles abandonnés et ensuite envoyer

Entraîner une vraie prise de conscience

un courrier aux contrevenants. « Il est généralement facile d’identifier les propriétaires des sacs quand ceux-ci contiennent des enveloppes » note Michel Pacaud, qui, en tant que président du SICTOM, participait à ces tournées. Malheureusement, ces initiatives n’ont pas eu l’effet escompté, puisque plusieurs sites du centre-ville, comme le parking Monnier, sont toujours régulièrement envahis de déchets. « C’est d’autant plus rageant que les sacs sont parfois abandonnés à quelques mètres des bacs prévus à cet effet et qui ne sont même pas pleins ! C’est tout simplement de la mauvaise volonté et on espère que la mise en place de cette amende de 35 euros va entraîner une vraie prise de conscience. Et si ça ne suffit toujours pas, on en viendra peut-être à exiger une participation de 50 euros pour les frais d’enlèvement ». À bon entendeur…

Pour une Du nouveau sous traversée les abribus… plus sûre de Flacé Fin 2008, des travaux de voirie ont été réalisés rue de la Liberté. Objectif premier de ces aménagements : la réduction de la vitesse.

La rue de la Liberté (ou RD 82), qui traverse le quartier de Flacé, a fait l’objet de travaux de sécurisation en fin d’année 2008. La largeur des voies a notamment été réduite et des places de stationnement ont été créées, ce qui contribue à faire ralentir les véhicules en offrant une trajectoire moins linéaire. Par ailleurs, un plateau traversant a été aménagé au niveau de la place Albert Desnoyer. Côté stationnement, on note trois nouvelles places « 10 minutes » devant un commerce de la rue de la liberté et la transformation de trois emplacements classiques en « arrêts 10 minutes » rue de la Fontaine. De plus, la Ville en a profité pour procéder à quelques améliorations : devant la résidence Sainte-Eulalie, côté place Albert Desnoyer, le trottoir en gravillon a été recouvert d’enrobé. Ne reste désormais plus que les finitions, à savoir le revêtement en pépite du plateau traversant, ainsi que la signalisation horizontale. Les services techniques attendent les beaux jours pour réaliser cette dernière opération, qui nécessite des températures positives et un temps sec. Enfin, suite à l’agrandissement de la zone d’espace vert sur la place, le service Cadre de vie procèdera, dès le printemps à un réaménagement général avec un renforcement du fleurissement.

8 un mois à

mâcon

Suite à un appel d’offres européen, la municipalité a signé un nouveau contrat de 15 ans avec l’entreprise JC Decaux pour la fourniture, l’installation, l’entretien et l’exploitation du mobilier urbain sur la commune.

nication de 2 m² avec une face pour l’affichage municipal (soit 5 de plus). Principale nouveauté, 15 panneaux non publicitaires (avec deux faces municipales) vont être installés : 10 pour les quartiers, 5 pour les manifestations. Concernant les panneaux de plus grand format (8 m²), on en comptera 21 dont 15 fixes et 6 déroulants (soit 3 de plus au total). Il y aura également, deux colonnes d’affichage culturel (soit 1 de plus) et 15 panneaux d’affichage libre à la disposition par exemple des associations, pour éviter autant que possible les affichages sauvages. Enfin, le contrat prévoit quelques « prestations » en plus de la part de JC Decaux : la remise en peinture des mobiliers une fois durant le contrat, leur nettoyage et leur entretien trois fois par mois, ainsi que leur mise en sécurité dans les 3 heures qui suivent tout acte de vandalisme ou accident.

En reconduisant fin 2008 son contrat avec JC Decaux, la municipalité a accepté d’augmenter le nombre de ses éléments de mobilier urbain, ce qui va aussi permettre de doter Mâcon de la dernière génération de modèles en la matière, encore plus « design ». La mise en place de ces nouveaux éléments va démarrer au premier trimestre 2009 et durer quatre mois. Par rapport à l’équipement existant, la nouvelle offre de l’entreprise prévoit 70 abribus publicitaires (soit 10 de plus), dont 5 présenteront une ligne résolument « contemporaine », ainsi que 5 abribus non publicitaires (soit 1 de plus). Par ailleurs, JC Decaux propose 60 panneaux de commun °8 1 FEVRIER

09


En 2009, Mâconhabitat va injecter pas moins de 36,7 millions d’euros dans l’économie locale, dont 8 millions d’euros qui seront consacrés aux travaux de Marbé. Ces chiffres font de l’Office Public de l’Habitat Mâconhabitat un des tout premiers donneurs d’ordre locaux.

Investir

Constructions, réhabilitations, résidentialisations, marchés d’entretien et de fournitures : en

2008, Mâconhabitat a passé plus de 11 000 commandes auprès des entreprises locales pour un chiffre d’affaires supérieur à 22 millions d’euros. Ces chantiers ont permis à l’OPAC de livrer plus de 70 logements, tout en lançant la construction de plus de 100 nouveaux logements. Alors que 2009 démarre dans un contexte économique tendu, Mâconhabitat poursuit ses investissements et par là -même son soutien à l’activité des entreprises locales, puisque la construction de plus de 200 logements va être initiée dans les mois qui viennent. 2009 marque

notamment le démarrage opérationnel du vaste programme de rénovation urbaine du quartier de Marbé dont l’engagement financier total s’élève à 93 millions d’euros, sur une durée de 5 à 6 ans. Les premières constructions, intégrées dans cette opération, ont déjà démarré : il s’agit de la rue du Beaujolais pour 14 logements et des 16 pavillons de Saint-Jean-le-Priche. D’autres vont démarrer rapidement : les Balcons de la Saône pour 70 logements et une soixantaine le long de l’avenue du Général de Gaulle.

Les marchés de Mâconhabitat courant 2009 Types d’opérations : • Réhabilitation : Blanchettes, Prissé, 8 Rue de Flacé • Restructuration : 6 rue Gambetta • Construction neuves : Balcons de la Saône, 262 rue du Beaujolais, Saint-Clément, Sennecé, Saugeraies-Grand Four • Deconstruction/restructuration : 7 Kennedy • Démolition de 3 tours à Marbé Les entreprises titulaires de ces marchés sont issues des secteurs d’activités suivants : gros oeuvre, terrassement, maçonnerie, menuiserie, plâtrerie, peinture, carrelage, électricité, sanitaire, chauffage, ventilation, toiture, serrurerie, espaces verts, désamiantage/déconstruction, étanchéité, ascenseurs…

n 328, rue du Beaujolais

En bref…

La démarche qualité fait son chemin Depuis quelques semaines, deux nouveaux services municipaux sont certifiés ISO 9001 : il s’agit du service des sports et de l’urbanisme. Enquête de satisfactions, réunions publiques, fiches réclamations : la Ville utilise tous les moyens à sa disposition pour être à l’écoute de la population et ainsi faire progresser le « bénéfice habitant ». Une volonté qui s’exprime aussi et surtout dans la démarche qualité entreprise depuis quelques années. A ce titre, un nouvel audit a eu lieu les 14 et 15 janvier derniers, qui a abouti à la certification du service des sports et de celui de l’urbanisme Pour les sports, l’audit s’est attaché à examiner l’efficacité des processus suivants : attribution des équipements sportifs aux associations, suivi du matériel dans les équipements sportifs, attribution des subventions en fonctionnement aux associations sportives, organisation des centres sportifs du mercredi.

PLUS dynamique MA VILLE

Mâconhabitat soutient l’ activité économique locale

Quant au service urbanisme, il s’agissait d’évaluer la délivrance des actes d’autorisation d’urbanisme, ce qui inclut les permis de construire, d’aménager et de démolir, les certificats d’urbanisme et les déclarations préalables. n St Jean le Priche 16 logements

au Grand Clos

BAGyBAG pose sa re 1 pierre à Loché de nouveaux clients » explique Charles Guitard. Par ailleurs, l’entreprise fait construire juste à côté un autre bâtiment de 600 m² destiné à être loué : les négociations sont en cours et un locataire pourrait être désigné très prochainement.

Pour rappel, les services municipaux déjà certifiés ISO 9001 sont l’accueil central à l’hôtel de ville, le service Etat civil et réglementation, les mairies annexes et le Numéro vert. Par ailleurs, on distingue des services supports qui sont intégrés à la démarche qualité, bien que non certifiés en tant que tel : les bâtiments et moyens généraux (pour la gestion des interventions techniques et le nettoyage des bâtiments), la Direction des ressources humaines (pour tout ce qui relève de la formation du personnel), le service informatique (téléphonie, micro-informatique et serveurs) et le service achat (fournitures administratives et mobilier de bureau).

n Illustration du futur bâtiment

Ayant plus que doublé son activité en quatre ans, cette entreprise spécialisée dans l’emballage textile de prestige devrait intégrer ses nouveaux locaux au printemps prochain. Les travaux ont démarré fin 2008, mais c’est le 30 janvier dernier que Charles Guitard, Directeur de la société BAGyBAG a procédé à la pose officielle de la première pierre sur le chantier, dans la zone de Mâcon-Loché, aux côtés notamment de Virginie de Battista, adjointe chargée de la dynamique économique locale et de l’industrie. Venu de l’univers du textile et notamment du prêt-à-porter, Charles Guitard s’est lancé sur le créneau du packaging textile en rachetant, il y a 4 ans, le fonds de commerce et les clients FEVRIER

09

n°81

de Grosjean BagyBag. Aujourd’hui, la société BAGyBAG est spécialisée dans la fabrication de sacs, pochettes et trousses en tissu, destinés à l’emballage de prestige pour une grande variété de secteurs d’activité : bijouterie, joaillerie, parfumerie et cosmétiques, lingerie, Arts de la table, maroquinerie, vins et spiritueux, chocolatiers, optique, etc. BAGyBAG travaille en partenariat avec un atelier de confection en Tunisie et avec un sérigraphe pour la personnalisation par marquage de ses produits. Les matières premières utilisées sont achetées en France : lin, organza, coton, polyester, feutrine... En passant de 250 m² à 400 m² environ, cette société, qui ne compte pour l’heure que deux salariés, ambitionne avant tout de développer son chiffre d’affaire : « Une fois que j’aurais rationnalisé mes nouveaux locaux, je pourrais partir un peu plus sur le terrain pour démarcher

+ d’infos

BAGyBAG email : contact@bagybag.com www.bagybag.com

un

mois à mâcon

9


PLUS démocratique MA VILLE

Expression des groupes politiques Applicat ion de l’article L.2121-27-1 du CGCT

Groupe des élus Mâcon Pour Tous au Conseil Municipal de Mâcon Les oppositions … Il est bien difficile d’être dans l’opposition sans tomber dans la caricature et l’approximation mais il n’est pas interdit d’essayer d’être constructif, d’autant que la règle démocratique fait que presque tous les élus connaissent alternativement une situation majoritaire ou d’opposition. UNE OPPOSITION CONSTRUCTIVE En général, l’opposition s’affiche, se veut constructive, ce qui sous-entend qu’elle apporte ou souhaite apporter son concours à la construction, à l’élaboration des projets de la majorité. Qu’en est-il à Mâcon ? La présence des élus de l’opposition mâconnaise dans la représentation officielle de la ville de Mâcon est effective à la Communauté d’Agglomération du Mâconnais – Val de Saône, dans de nombreux syndicats (eau, assainissement …) dans les sociétés d’économie mixte telles que la société d’aménagement du mâconnais – Bourgogne du sud (SEMA) qui est un aménageur d’espace d’activités, la SOGEPEM qui gère le parc des expositions ; cette présence lui permet d’intervenir dans l’action journalière et de faire entendre sa voix. L’opposition est – bien évidemment – présente dans toutes les commissions municipales, là où se discutent les projets et propositions y compris à la commission des finances et à la très importante commission des marchés qui a à connaître des appels d’offres et de l’attribution des marchés de travaux, de fournitures et de services. La présence de l’opposition pourrait, selon le rôle qu’elle entend y jouer ou qu’elle y joue – être un contre-pouvoir. Avec un devoir de vigilance et d’alarme en cas de dérapages de la majorité. Les élus

de l’opposition ont une totale possibilité et liberté de paroles et d’analyses dans l’ensemble de ces instances. UNE GARANTIE POUR LA DEMOCRATIE Oui, la présence de l’opposition est en quelque sorte une garantie du bon exercice de la démocratie. Aujourd’hui, à Mâcon, l’opposition ne se prive pas de faire entendre sa différence mais elle se contente trop souvent d’interventions spectaculaires ou partielles sans proposer d’alternatives réelles aux choix de la majorité. Cela n’est pas surprenant dans la mesure où notre majorité, au premier rang de laquelle Jean-Patrick COURTOIS, Sénateur-Maire, est à l’écoute permanente des avis et remarques des citoyens avec le souci permanent de l’intérêt général. Sur le sujet essentiel du budget de la Ville, l’opposition ne fait pas de réelles propositions et on peut regretter qu’elle diffuse parfois des informations erronées sur la situation financière de la Ville qui est bonne. L’évaluation et l’analyse devraient précéder les critiques car la réalité est têtue. Le rôle de l’opposition, avant de critiquer, est d’évaluer les actions mises en place par la majorité sur des éléments réels et contrôlables. Mais, elle doit veiller à ne pas distiller, sans raison, le doute ou la peur du lendemain. UNE OPPOSITION QUI S’OPPOSE On peut comprendre que l’opposition s’oppose même si cette opposition est souvent injustifiée mais l’activité municipale est d’abord une activité de femmes et d’hommes donc perfectible et ce que l’on attend de l’opposition c’est bien de dire ce que qui ne va pas lorsque cela est vrai.

soutiennent pas les projets de la Ville voire les critiquent dans ces assemblées. Les décisions prises par le conseil municipal le sont dans un cadre démocratique où l’opposition s’exprime, quelquefois longuement … Alors comment expliquer que ces projets lorsqu’ils entrent dans les politiques générales du Conseil général ou du Conseil régional n’aient pas l’appui, le soutien de ces conseillers municipaux par ailleurs conseillers généraux ou régionaux. L’intérêt général aurait-il une couleur politique et participer à un projet pour sa ville est-il impossible lorsque l’on est opposant municipal et lorsque l’on participe à la vie démocratique de la ville ? L’abattoir de Mâcon, pour lequel Jean-Patrick COURTOIS, SénateurMaire, recherche une solution pour le maintenir est une bonne illustration de ce qui pourrait se faire entre élus des collectivités intéressées et de ce qui ne se fait pas. Il est du rôle des élus, de tous les élus – au-delà des susceptibilités des uns ou des autres – de travailler ensemble : l’intérêt général s’impose à tous et doit faire taire les conflits ou ambitions. SAVOIR OU L’ON VEUT ALLER Oui l’opposition a un rôle important à jouer mais il lui faut faire autre chose que s’opposer et proposer le contraire de ce que réalise la majorité ou ne rien proposer. Bien sûr, pour avancer des projets, il faut avoir un programme et des propositions. La majorité conduite par Jean-Patrick COURTOIS sait où elle va, elle tient la barre pour réaliser le programme sur lequel elle a été élue en mars 2008 car elle sait « qu’il n’y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va » (SENEQUE)

Mais que penser d’une opposition dont certains membres par ailleurs élus au Conseil général ou au Conseil régional, ne

Les Elus du groupe « MÂCON pour TOUS »

Groupe des élus de gauche au Conseil Municipal de Mâcon Prix de l’eau, les résultats d’une privatisation forcenée Le prix de l’eau est nettement plus élevé à MACON que pour des villes comparables. Quelques exemples pour s’en convaincre. Chambéry : 2,69 euros le m3, Annecy : 2,63 euros, ClermontFerrand 1,98… Et Mâcon : 3,46 * ! Les habitants doivent savoir que ces communes ont un point commun : elles ont toutes choisi une gestion de ce service en régie municipale. Le constat est simple : l’eau « publique » est moins chère que l’eau déléguée à un prestataire privé. Beaucoup de communes, essentiellement de gauche, choisissent ce retour en régie, pour faire baisser les factures : un euro de différence par m3, pour une famille qui consomme en moyenne 120 m3 par an, c’est bien sûr 120 euros d’économies, une somme ! Outre la distribution de l’eau, il faut aussi investir pour assurer son assainissement, le rendement d’un réseau et sa pérennité. Lorsque l’eau est gérée en régie, le prix payé par l’usager est le strict reflet des charges engagées par la commune. Alors pourquoi est-ce plus cher lorsque l’on fait appel à un prestataire ? Comment expliquer des abonnements de 30€ ou de 40€ dans

10 un mois à

mâcon

deux endroits très proches du mâconnais ? Sans doute parce qu’une partie des fonds sert, par exemple, à rémunérer les actionnaires des compagnies fermières ou à financer les autres branches d’activités des dites compagnies, qui d’ailleurs n’ont souvent rien à voir avec ce bien de consommation ?

Décidément, en ce début d’année, le « plus solidaire ma ville » cher à la municipalité résonne mieux à l’oreille de l’actionnaire d’un mastodonte de la distribution de l’eau qu’à celle du modeste contribuable de notre cité.

La majorité UMP a fait, en 2007 et 2008, un choix inverse à toute logique de bonne gestion et de transparence du prix facturé à l’usager, en maintenant l’eau comme un bien marchand. Pour quelles considérations ? Quel poids ont aujourd’hui les élus de Mâcon sur l’opérateur choisi, une fois le contrat signé ? Une réduction cette année de quelques centimes d’euros, une misère....pour dire qu’on baisse le coût pour les familles.

Pierre MARTINERIE

A l’échelle de l’agglomération, on aurait pu parvenir à un prix unique de l’eau, comme cela avait été préparé par la Municipalité de Gauche avant 2001. Ceci aurait permis de supprimer des syndicats, donc des frais de structures, (on en compte trois à proximité de Mâcon), et de régler la disparité de prix entre Mâcon intra-muros et les communes avoisinantes. Et on aurait enfin avancé sur un prix de l’eau unique, pour tous les usagers d’un même territoire.

*eau et assainissement compris. Source Agence de l’Eau Méditerranée Corse

Pour le groupe des élus de gauche au Conseil Municipal : Jean-Marc BRUNIER, Nicole CLEMENT, Joëlle HYTHIER, Pierre MARTINERIE, Joëlle MARZIO, Laetitia NOUET, Yves PAGNOTTE, Olivier TAVIOT et Pierre TERRIER. Contact : Secrétariat des Elus de Gauche Hôtel de Ville - Quai Lamartine-71018 Mâcon Cedex Tél. 03 85 39 71 49 (le matin) ou elusdegauche@ville-macon.fr

n °8 1 FEVRIER

09


C’est désormais officiel : le 1er septembre prochain, le CREPS de Mâcon fermera ses portes. Début janvier, Jean Berthaud, adjoint chargé des sports, nous a présenté la solution proposée par la municipalité. L’objectif est double : sauver des emplois, mais aussi conserver un pôle sportif essentiel pour la ville et la région toute entière.

Zoom sur…

Anticiper

Comment expliquez-vous la décision de l’Etat de fermer le CREPS de Mâcon ? Mâcon, capitale de la Bourgogne du Sud, a la particularité d’abriter le Creps du Lyonnais, ce qui est en contradiction avec la politique de restructuration des CREPS lancée il y a quelques années déjà. En effet, celle-ci avait imposé le principe d’un seul Creps par région, or une anomalie subsistait puisque la région Rhône-Alpes en comptait deux. Même si cette fermeture était prévisible tôt ou tard, c’est un coup dur puisque, fonctionnaires, contractuels et intérimaires confondus, ce sont près de 80 emplois qui devraient disparaître. Que va faire la Ville de Mâcon ? Comme la Ville est déjà propriétaire des terrains, l’idée du sénateur-maire Jean-Patrick Courtois est de proposer à l’Etat de récupérer les structures pour une somme modique, puis de créer une association pour assurer la gestion du site en reprenant une partie des missions du Creps. Une étude est d’ailleurs en cours au sein de l’établissement afin de distinguer les pôles les plus attractifs de ceux qui ne sont pas assez rentables. Le 5 janvier dernier, Jean-Patrick Courtois et moi-même avons reçu MM. Prokop et Humbert, respectivement directeur du CREPS et président de son conseil d’administration pour leur exposer cette solution qui permettrait de sauver une grande partie des emplois. Ils en ont ensuite informé les responsables syndicaux, car il est indispensable

PLUS sportive MA VILLE

Fermeture du CREPS : la Ville propose une alternative

Le Qwan Ki Do se donne en spectacle

que le personnel adhère à notre proposition. Nous avons aussi rencontré, le 12 janvier, le préfet de Saône-et-Loire, qui est favorable à cette initiative. Désormais, on attend la réponse du ministère à notre demande d’entrevue, a priori courant mars. Nous sommes optimistes sur l’issue de cette négociation, car nous arrivons avec des propositions concrètes : on a pris l’initiative, plutôt que de rester les bras croisés.

Pourquoi la ville tient à ce point à sauver cette structure ? Il y a à la fois des raisons humaines et sportives. Avant tout, il s’agit de sauver les emplois qui peuvent l’être, mais aussi assurer la pérennité d’un pôle sportif d’excellence : le Creps est un atout pour la ville et le sport en général. En mai 2008, il a d’ailleurs été certifié ISO 9001-2000, une distinction qui souligne la qualité de ses personnels et de ses équipements, mais aussi son impact sur le bassin de vie de la région mâconnaise dans de nombreux domaines.

Sauver les emplois qui peuvent l’être

Le contexte en quelques mots…

Créé en 1964, le Centre régional d’éducation physique et de sport de Mâcon est un établissement public national à caractère administratif doté de la personnalité morale et de l’autonomie. Cette structure est chargée d’assurer des missions de formation des cadres et des animateurs du sport, que ce soit en formation initiale ou en perfectionnement. Le 16 décembre dernier, le ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative a annoncé que le Creps de Mâcon allait fermer ses portes au 1er septembre 2009. 44 employés (dont 13 contractuels) sont directement concernés par cette fermeture. Pour plus d’informations : www.creps-macon.jeunesse-sports.gouv.fr

Agenda sport : demandez le programme !

Mâcon va accueillir pour la première fois une compétition de Qwan Ki do. Ils seront près de 150 à s’affronter le 14 février prochain au complexe sportif des Saugeraies. Le Qwan Ki Do a fait son apparition, il y a cinq ans, sur l’agglomération. À l’origine, on retrouve un passionné et excellent professeur, Habib Demir, qui avait déjà enseigné cette discipline pendant plusieurs années sur la commune d’Autun. Si cet art martial d’origine sino-vietnamienne a tardé à se faire une place sur Mâcon, le Qwan Ki Do est pourtant quasiment vieux comme le monde, puisqu’il date de l’école des moines Shaolin. « C’est une discipline très complète », explique Habib Demir, ceinture noire 5e dan, « elle mêle à la fois la gymnastique respiratoire, la pratique des armes, le combat en compétition et le combat libre proche de l’affrontement de rue ». Autant dire qu’elle offre un vaste tour d’horizon des différentes techniques de combat, ce qui lui permet de jouir d’une belle réputation dans le milieu. « C’est une forme de Kung-fu très dure où tous les coups sont portés » résume le professeur mâconnais. Pour l’heure, l’association « Qwan Ki Do mâconnais » rassemble une quinzaine de fidèles qui s’entraînent depuis peu au gymnase Mathieu. Cinq d’entre eux se présenteront le 14 février prochain sur le dojo des Saugeraies pour participer à ce premier tournoi interrégional. Une épreuve ouverte aux différents niveaux qui réunira le gratin de la zone sud. Entre 9h00 et 19h00, les candidats feront tout pour briller : le rendez-vous est en effet qualificatif pour les championnats de France prévus au mois de mai prochain à Toulon.

Du rugby au football, en passant par le basket et le handball, le sport mâconnais sera sur tous les terrains en février. Gros plan sur les principaux rendez-vous du mois. Dimanche 8 février :

Basket-ball : ESPM – Saint-Chamond (20h00, salle des sports de Prissé) L’équipe de Jean-François Evert joue un match capital dans la perspective du maintien en Nationale 1. La formation mâconnaise, promue à ce niveau, doit impérativement l’emporter face à un adversaire de son calibre pour s’éloigner de la zone rouge.

de l’UFM lors de cette nouvelle journée du championnat Honneur de la ligue de Bourgogne. Alors qu’ils étaient dans le trio de reléguables en début d’année, les Mâconnais vont tenter de se montrer intraitables à domicile lors de la seconde partie du championnat et notamment face à Saint-Marcel.

Samedi 14 février :

Basket-ball : JCM – Sceaux (20h00, COSEC de Charnay) Les Mâconnaises sont en position idéale dans la course aux play-offs pour la montée en Nationale 1. Attention tout de même, Sceaux débarque avec l’intention de prendre sa revanche après la défaite au match aller.

Basket-Ball : ESPM – Denek (20h00, salle des sports de Prissé) Pour son deuxième match du mois à la maison, l’équipe locale visera une nouvelle fois un succès synonyme d’espoir pour le maintien. Le club du président Raoult doit faire le plein de points à domicile. Denek, autre promu dans ce championnat de Nationale 1 est l’adversaire idéal pour se relancer.

Rugby : ASM – Villefranche (15h00, stade E. Vannier) Match au sommet en Fédéral 2 entre deux équipes candidates à la montée. L ’ASM est toujours dans la course à la montée avant de recevoir les Caladois. À l’aller, les hommes du duo Husson-Perrier s’étaient imposés à Villefranche. Handball : Mâcon - Auxonne (20h45, COSEC Shuman) La seconde partie de saison s’annonce délicate pour les handballeurs du cru qui se retrouvent dans les profondeurs du championnat de pré-nationale. Pour se sauver et assurer le maintien, l’équipe d’Olivier Geoffroy va devoir se montrer intraitable à domicile face à Auxonne, qui évolue dans le milieu de tableau.

FEVRIER

09

n°81

Dimanche 22 février :

Football : UFM – Saint-Marcel FR (15h00, stade P. Guérin). Victoire quasi-impérative pour les footballeurs

Samedi 28 février :

un

mois à mâcon

11


RACONTEZ-MOI ma Ville

La passion de la philatélie - épisode 2 A l’occasion de la sortie, en mars prochain, d’un timbre représentant Mâcon et de la tenue du Salon de printemps de la chambre nationale des experts en philatélie, au Parc des Expositions, Un Mois à Mâcon se penche sur cette discipline qui compte des millions de passionnés. Portrait d’un collectionneur Entretien avec Daniel Guillermin, ancien président du club philatélique mâconnais de 1980 à 2001, de nouveau trésorier depuis 2007 : « Je ne collectionne pas pour la valeur marchande ».

«A événement exceptionnel, exposition exceptionnelle. Dans le cadre du salon de printemps sera présenté le fleuron des plus belles collections polaires mondiales réunies sous le nom « Escales Polaires ». Rencontre avec l’un des organisateurs, le mâconnais François Bergez, ayant participé à une dizaine d’expéditions au Pôle Nord et dans l’Arctique Sibérien. Pourquoi cette exposition ? Nous avons eu envie de raconter l’histoire des grandes expéditions polaires, du début du XXe siècle à nos jours en nous appuyant sur les plus belles collections philatéliques polaires mondiales de Nouvelle Zélande, Etats Unis, des principaux pays européens… et bien sûr de France !

Fils d’une figure mâconnaise du quartier Rambuteau, Daniel Guillermin, 72 ans, collectionne les timbres depuis plus de soixante ans. « J’ai débuté ma première collection à l’adolescence, comme beaucoup de gamins. Je récupérais minutieusement les timbres sur les enveloppes. Puis, lorsque j’ai eu mes premiers revenus, j’ai commencé à acheter. » Juste avant de partir au régiment, le jeune mâconnais se sépare de sa collection pour s’acheter une montre. « C’était une belle bêtise avec le recul mais bon… ». Au milieu des années 70, désormais père de famille, il décide de recommencer une collection avec ses enfants. « Il me semblait que cela les intéressait. En définitive, je pense que j’étais nettement plus passionné qu’eux. » Les enfants abandonnent les timbres, pas Daniel Guillermin. « Je me suis recentré sur une collection de timbres français en neuf et oblitérés ». Comme les « vrais » philatélistes, ce mâconnais pure souche avoue une passion pour les timbres gravés. « C’est sans comparaison avec l’héliogravure ». « Images de chocolat » versus des « œuvres d’art » s’amuse Daniel Guillermin, un poil provoquant. « Les timbres gravés ont tellement de relief ».

« Escales Polaires »

n Daniel Guillermin

Que pourra-t-on voir sur cette exposition ? La particularité de cette exposition réside dans le fait qu’elle réunit, évidement, des timbres, des enveloppes, des cartes postales mais aussi, dans le cadre des scénographies, des animaux, des photos notamment de l’expédition Tara Arctic mais aussi des pièces d’artisanat dolgan, derniers nomades des glaces de l’Arctique Sibérien. En parallèle, nous proposerons un cycle de conférences les trois après-midi animés par le glaciologue Claude Lorius sur la recherche scientifique française dans les régions polaires, Serge Kahn, historiographe des régions polaires sur la présence française en arctique… Bref, nous aurons à Mâcon une manifestation exceptionnelle qui, nous l’espérons, séduira un très large public.

Lorsqu’on le questionne sur le nombre de timbres qui constituent sa collection, il répond avec franchise : « on me pause souvent cette question et je suis absolument incapable de vous répondre. Je peux seulement dire que j’ai beaucoup, beaucoup d’albums ». Désormais, ce passionné reconnaît acheter de moins en moins. « Toujours les timbres de France, bien sûr. Mais c’est déjà énorme en volume chaque année. Ceux de Monaco, d’Andorre, des terres antarctique et australe françaises. J’essaie de remonter dans le temps ». Son plus vieux timbre date tout de même d’avant 1900. « Je suis heureux quand je déniche un timbre qui n’est pas trop cher. Pour moi, la valeur marchande n’est vraiment pas importante ». Et, au fait, que pense-t-il du premier timbre représentant Mâcon édité en 2009 ? « C’est un timbre signé Pierre Albuisson : j’ai dit ça, j’ai tout dit ! Certes, c’est devenu un ami, mais vous verrez le relief, la finesse… Ce timbre aura le cachet de ceux réalisés par des vrais graveurs, tellement reconnaissable et appréciable ».

Les Dimanches de la collection, c’est reparti ! Rendez-vous à partir du dimanche 15 mars pour une nouvelle édition des Dimanches de la collection. Le 3ème dimanche de chaque mois, en matinée, les collectionneurs de timbres mais pas seulement, se retrouvent sur la place aux herbes à Mâcon pour vendre, échanger…

12 un mois à

mâcon

n Parmi les pièces et objets qui seront exposés : cette enveloppe postée en Terre Adélie le 20 janvier 1950

par l’expédition de Paul-Emile Victor. En haut à droite : une molaire d’un mammouth disparu en Sibérie il y a plus de 15 000 ans. Ci-dessus : des pièces d’attelage de traineau sculptées dans l’ivoire de mammouth - Collection François Bergez.

+ d’infos

Club philatélique mâconnais Emmanuel Jallageas - Tél. : 06 86 07 90 73 - cpmacon@free.fr Salon de printemps de la chambre nationale des experts en philatélie du 27 au 29 mars 2009 au Parc des expositions. Horaires d’ouverture de 10h00 à 18h00 et de 10h00 à 17h00 le dimanche. Entrée gratuite. Animation jeunesse. Espace terroirs avec dégustation de produits régionaux. Fête du timbre les 28 février et 1er mars à la salle des fêtes de Sennecé : exposition de la première collectionneuse française de manchots, Ingrid Lefebvre. Entrée gratuite. n °8 1 FEVRIER

09


Un mois à Mâcon - Février 2009 - n°81