Issuu on Google+

Edition Aar, JAA 3321 Schönbühl-Shoppyland

www.migrosmagazine.ch, CONSTRUIRE

FÊTES DE FIN D’ANNÉE 10

Joyeux Noël!

Illustration Marlyse Photos Lukas PetersFlückiger / François Wavre-Rezo

Découvrez «Un Noël bon comme le pain», un conte de la journaliste Martina Chyba spécialement écrit pour «Migros Magazine».

Changements d’adresse: à la poste ou au registre des coopérateurs, tél. 058 565 84 01 E-Mail: serviceabo@gmaare.migros.ch Publicité

NO 52, 21 DÉCEMBRE 2009


NOUS VOUS SOUHAITONS D’EXCEL PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES

irée Ne passez plus la so en cuisine! Avec la veau, fondue chinoise de ain chacun mettra la m erez uv à la pâte. Vous tro s et de tous les ingrédient dans délicieuses sauces ros. votre magasin Mig

40%

19.5032.50 au lieu de

Jambon roulé de cuisse Quick, cuit pasteurisé, le kg

6.90

Fondue chinoise de bœuf frais* les 100 g

18.9de025.20 au lieu

Assortiment de 3 saumons fumés* 300 g

* En vente dans les plus grands magasins Migros.

5.90

Salami aux truffes Sélection les 100 g

4.25

Assortiment pour gril de table* les 100 g


ELLENTES FÊTES DE FIN D’ANNÉE. DU 22.12 AU 28.12.2009 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

12.90 Composition festive la pièce

5.90

Mini-courgettes* 200 g

4.80

Mini chou-fleur et brocoli* 2 pièces

3.50 Mini-épis de maïs* 125 g

4.50 Mini-pois mange-tout* 250 g

5.90

Mini-poivrons* 150 g

5.90

Mini-carottes* 200 g


4 | Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

ÉDITORIAL Steve Gaspoz, rédacteur en chef

Récit 18

Seul l’esprit compte Noël est enfin arrivé! Depuis des semaines, difficile de sortir

dans la rue, discuter avec des amis ou planifier ses fins de semaine sans qu’il ne soit question de la grande échéance de décembre: Noël. De nombreuses fêtes se perpétuent depuis «la nuit des temps» ou peu s’en faut, mais Noël est la seule dont la popularité croît encore d’année en année. Il n’y a qu’à voir les statistiques des achats de cadeaux, le développement des marchés de Noël ou encore l’avènement des boutiques entièrement dédiées à cette fête.

M-Infoline: tél. 0848 84 0848* ou +41 44 444 72 85 (depuis l’étranger). m-infoline@migros.ch; www.migros.ch M-CUMULUS: tél. 0848 85 0848* ou +41 44 444 88 44 (depuis l’étranger). m-cumulus@migros.ch; www.m-cumulus.ch Adresse de la rédaction: C. p. 1751, 8031 Zurich, tél. 044 447 37 37, fax 044 447 36 02 redaction@migrosmagazine.ch; www.migrosmagazine.ch

Sœur Odette, diaconesse de Saint-Loup, se bat pour les défavorisés, qu’ils soient alcooliques à Neuchâtel ou sans domicile fixe à Paris.

A tel point que l’on en vient à en oublier le sens. L’Enfant Jésus perd

du terrain au profit du gros bonhomme au costume rouge et blanc, et de ses cadeaux par milliers (lire notre entretien en page 22). A se plonger dans l’histoire, on constatera que depuis le XIXe siècle, Noël n’a cessé de vivre des mutations. D’une fête essentiellement religieuse, elle est devenue petit à petit la célébration de la famille, des retrouvailles «du clan». Aujourd’hui que les liens se disloquent, les présents gagnent en importance.

Un cadeau, c’est comme un signe de ralliement. Petit ou grand, il Photos Xavier Voirol-Strates / Mathieu Rod / Pierre-Yves Massot-arkive.ch / Christophe Chammartin-Rezo.ch

* tarif local

doit faire plaisir tout en ayant du sens et respecter certaines règles tacites – sa valeur notamment – mais largement partagées. Et puis, il y a le poids de la tradition. Chaque famille, qu’elle soit reconstituée, monoparentale ou classique, a mis sur pied au fil des générations son propre déroulé de la fête. Certains commencent le 24 décembre, d’autres le 25. Les uns se rendent à la messe de minuit avant de réveillonner en famille. Tandis que les autres s’échangent les cadeaux selon un rituel très précis.

Et puis il y a ceux qui restent seuls. Isolement choisi ou subi,

parce que les êtres chers sont loin, ont disparu ou se sont distanciés. D’un autre côté, c’est aussi le moment de tous les possibles. «L’esprit de Noël» conduit à s’ouvrir à l’autre, à faire des efforts pour partager son bonheur et aller à la rencontre d’autrui. Espérons qu’il en ira de la sorte cette année encore. Car, comme dans le conte de Noël de Martina Chyba (lire en page 10), dans la vraie vie aussi, la fête n’est jamais aussi belle que quand elle est partagée. Joyeux Noël à vous toutes et tous!

steve.gaspoz@migrosmagazine.ch

Cuisine de saison 42 Pour «Migros Magazine», le Père Noël en personne livre sa recette exclusive de la dinde aux marrons.


CETTE SEMAINE

|5

Reportage 14 A Cointrin, plus de 400 employés assurent la sécurité des passagers et de l’aéroport. Plongée dans l’envers du décor.

Réussite 62 Dans son atelier fribourgeois, la céramiste et sculptrice Mathilda Raboud crée de jolis anges terriens et joufflus. Rencontre.

RÉCITS Noël

CUISINE DE SAISON 10

Le conte inédit de Martina Chyba.

Aéroport de Genève

14

Pour les défavorisés

18

Sœur Odette, la Mère Teresa du Val-de-Travers.

22

La sociologue a décortiqué nos habitudes de consommation.

26

Depuis quarante ans, Migros soutient des jeunes artistes.

EN MAGASIN

VIE PRATIQUE Mieux vivre

54

Psychologie

57

Lorsque parents et enfants renouent le contact.

Migros Flash Temps présents Minute papillon

21

Mots fléchés / Impressum

61

La chronique de Jean-François Duval.

7 8

RÉUSSITE 28

Mathilda Raboud

Publicité

Le bon goût est toujours de saison. Commandez vite votre abonnement! Tél. 0848 877 848, www.saison.ch

49

RUBRIQUES

ACTUALITÉ MIGROS

Concours de cuisine Sélection: une adolescente de 15 ans conquiert le jury

Les informations de votre coopérative régionale

Comment ne pas déprimer pendant les fêtes de fin d’année.

ENTRETIEN

Pour-cent culturel Migros

42

VOTRE RÉGION

Dans les coulisses de la sécurité de Cointrin.

Martyne Perrot

Le Père Noël

62


Pour la liste au Père Noël. Maintenant

En exclusivité chez nous

599.– Avant

799.–

Épilation définitive

Maintenant M Mai inte ntenan t nantt

799.– Avant

899.–

Largeur 24,5 cm

25% Épilateur laser LAHR 60

Épilation simple et sûre, la technologie laser élimine les poils à la racine, supprime jusqu’à 60 poils en quelques secondes, alimentation secteur, avec mallette / 7178.478

En exclusivité chez nous

Machine à café automatique EA 8010

Maintenant nte enan nantt

199.– Avant

Mode économie d’énergie, service gratuit en 48 h en cas de réparation pendant la durée de la garantie, programme de nettoyage et de détartrage automatique, dimensions (h x l x p): 36,5 x 24,5 x 33 cm / 7173.653

229.–

Puissance 1800 W

Maintenant M inte Mainte Mai ntenan t nan nantt

179.– Avant

249.–

Réchaud électrique

25% Aspirateur Ergospace ZE351

Filtre HEPA, rayon d’action 13 m, embout supplémentaire pour sols durs, pare-chocs, régulation de la puissance, accessoires 3 en 1 sur l’appareil / 7171.288

Les offres sont valables du 22.12.2009 au 4.1.2010 ou jusqu’à épuisement du stock. Vous trouverez ces produits et bien d’autres encore dans tous les magasins melectronics et les plus grands magasins Migros. FCM

Sous réserve de modification de prix, de modèles et d’erreurs d’impression.

Service à fondue au fromage Rössler Avec 6 assiettes, 6 fourchettes à fondue et caquelon à fondue de l’entreprise suisse Rössler / 7173.635


MIGROS FLASH

Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

A la rencontre du monde rural

Photographiez une Suisse champêtre et remportez peut-être de magnifiques prix.

|7

LE CHIFFRE DE LA SEMAINE

1

Avec un chiffre d’affaires estimé à 670 millions de francs pour 2009, Migros est numéro 1 dans le domaine de la restauration en Suisse, a indiqué «Gastro Journal» dans un récent classement. Notons que le distributeur compte 193 enseignes (restaurants Migros, Gourmessa & Take away, etc.) contre 148 pour le second du classement: Mc Donald’s. La chaîne de fast foods escompte, elle, réaliser un chiffre d’affaires de 649 millions de francs cette année.

LE PRODUIT FRAIS DE LA SEMAINE

Le bon goût du large

Les moules, c’est comme les roses: elles sont bien plus belles lorsqu’elles sont ouvertes. Si la plupart des fleurs ne se consomment pas, les moules font le bonheur des gourmets qui aiment bien manger sans avoir à passer des heures derrière les fourneaux.

hiver, les champs recouverts de givre et la lumière souvent limpide offrent de belles possibilités. Les clichés pris devront entrer dans une des cinq catégoriessuivantes:animaux, plantes, fermes et coutumes, paysage ainsi que travail et technique. Ils sont à envoyer jusqu’au 31 janvier 2010.

A gagner: de nombreux prix d’une valeur totale de 25 000 francs. Déjà plus de 2200 photographes ont fait parvenir près de 6000 clichés aux organisateurs du concours. Dépêchez-vous de faire de même.

Photo bab.ch/stockfood

S

outenu par Migros, le concours de photos de l’Union suisse des paysans, lancé au printemps dernier, entre dans la dernière ligne droite. Profitez des vacances scolaires ou des jours fériés à venir pour aller à la rencontre du monde rural et photographier une Suisse typique. En

Informations et conditions: www.agriculture.ch

Publicité

Nouveau dans l’assortiment Sélection. Panier-cadeau Sélection Ces produits Sélection choisis avec soin sont un véritable régal pour les yeux et les papilles. Un cadeau parfait pour les tous les gourmets. CHF 78.–

Sirop d’hibiscus La cuisson lente, effectuée par petites portions, ainsi que la composition, mariant les extraits de mauve et d’hibiscus du Nigeria, confèrent à ce sirop un arôme incomparable. 50cl, CHF 6.90 Plus de 200 produits Sélection sont disponibles dans les plus grands magasins Migros et sur www.LeShop.ch www.migros.ch/selection

Tagliolini al tartufo ed aroma di tartufo La truffe noire d’été du Piémont confère à cette spécialité préparée à la main une saveur sans pareille. 250g, CHF 8.80


8 | Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

SUR LE VIF

Le don, entre obligation et altruisme Swissfundraising, association spécialisée dans la récolte de fonds pour les organisations à but non lucratif, le confirme: chaque année les dons augmentent au mois de décembre. Acte de charité ou obligation? Le point avec Gérald Berthoud, anthropologue et professeur honoraire à l’UNIL. Pourquoi est-on plus généreux à l’époque des Fêtes?

A Noël, la société crée un climat d’union, d’oubli des problèmes quotidiens, d’abondance que l’on ne peut pas vivre seul. Il faut le partager. Personne n’est simplement isolé dans sa famille, chacun appartient à une société. Dès lors, la pauvreté devient gênante. Etre charitable, une obligation sociale?

D’une part, il y a une obligation morale, vécue comme un choix individuel, pur et libre. Et de l’autre, la société nous indique un certain nombre de voies et de comportements justes à suivre. Avant, on donnait par charité chrétienne, et maintenant?

En partie par mauvaise conscience.

Mais aussi parce que nous nous rendons compte que si les inégalités croissent au-delà de certaines limites, notre sécurité et notre bien-être sont en danger. Peut-on continuer à joyeusement fêter au milieu d’un monde dans lequel les gens ont comme seul souci de se demander ce qu’ils vont manger le lendemain? Alors, on donne. En général, de petites donations par rapport à notre niveau de vie. Avec la crise, l’altruisme rencontre-t-il ses limites?

C’est difficile à dire. Une enquête d’opinion en Suisse vient de montrer que les Helvètes n’étaient pas préoccupés par la crise. Il faudrait une détérioration extrêmement forte du niveau de vie pour que les dons baissent.

Propos recueillis par Virginie Jobé

TRAIT POUR TRAIT

IMPULSIONS

Dessin de Mix & Remix paru dans «L’Hebdo» du 17 décembre 2009

Baronne Nadine de Rothschild

Familles, je vous hais-me Grande première cette année pour le réveillon de Noël: votre fils vient avec sa seconde femme, enfin sa nouvelle compagne… Le seul petit problème, c’est qu’elle sera accompagnée de ses enfants, enfin deux sur trois, le plus jeune ayant voulu rester avec son père. Il y aura aussi bien sûr votre fille qui s’est pacsée l’année dernière avec un charmant monsieur qui, lui, avait déjà trois enfants de deux femmes différentes. Seront-ils là? Mystère. En re-

vanche, vous pouvez compter sur vos petits-enfants, les «vrais», enfin seulement Julien et Eglantine, Guillaume et Flore ayant préféré partir faire du ski avec le nouveau compagnon de la première femme de votre fils… Vous avez du mal à suivre? Je vous comprends. Le charme des familles recomposées? Je continue à le chercher. Vous avez voulu bien faire, être à la page, montrer votre ouverture d’esprit. Avec méthode, vous avez


TEMPS PRÉSENTS

|9

MES BONS PLANS par Patricia Brambilla, journaliste

Photo Dukas / Rex

A lire: La passion sublimée. Quand Marina rencontre le Loup des Steppes, le mystérieux Oleg, toute la Russie des tsars vacille. Un brin de plume élégant pour une histoire tchekhovienne et ultra-romantique. Ou comment l’étreinte d’un jour peut contenir l’amour de toute une vie. «L’étreinte» de Barbara Fournier, Ed. Edimento.

DANS L’OBJECTIF

dressé des listes. Vos enfants, leurs descendances et les pièces rapportées, qui vont et viennent. Vous avez fait des ensembles, rangé par catégories, écrit une note explicative devant chaque prénom. Mais au fil des mois, tout est à refaire. Ah ça va être facile au pied du sapin! Qu’allez-vous offrir à ces enfants que vous ne connaissez pas? Et eux que peuvent-ils attendre de vous? Qui êtes-vous d’ailleurs pour eux ? Mamie 2, grand-maman 3? Je ne veux pas non plus imaginer la scène où tout ce petit monde va commencer à s’énerver et à se dissiper… Quelle autorité aurez-vous sur eux? Déjà que vous n’en aviez pas beaucoup sur vos propres enfants. «Familles, je vous hais.» La phrase est d’André Gide et elle appelait à s’évader du carcan familial, lieu clos où l’on étouffe. C’est sûr qu’aujourd’hui avec tout ce passage, il y a plus d’air! Mais est-ce qu’on respire

mieux pour autant? Les enfants ont plusieurs papas, plusieurs mamans, une douzaine de demi-frères et de demi-sœurs… Sauf que, la famille se transformant en petite communauté au nombre de membres fluctuant, elle a bouleversé notre style de vie et les cadres de notre société. Est-ce sain pour l’équilibre d’un enfant? Je pose juste la question. Heureusement votre dernier fils n’est pas encore marié. D’ailleurs, il ne le souhaite pas. Un souci de moins pensiez-vous. Que nenni! Voilà qu’il vient de vous annoncer qu’il profiterait de cette belle réunion de famille pour vous présenter officiellement son copain… Oui, vous avez bien entendu. Vous avez gardé le self-control qui vous caractérise et pensé intérieurement: «Au moins, je n’aurai pas de problème avec leurs petits-enfants!» Mais rien n’est moins sûr… Joyeux Noël!

Mon grand sapin, roi du foyer…

Greig Howe, un père de famille de 36 ans résidant à Bournemouth (GB), n’a pas fait les choses à moitié cette année pour Noël… Afin de décorer sa maison, il a acheté ce sapin de plus de 15 mètres de haut. Pour le faire rentrer dans la bâtisse, il a scié l’arbre en trois parties et installé un morceau à chaque étage. Le sapin a ensuite été décoré de 200 boules et de 2000 bougies électriques.

> Nos chroniqueurs sont nos hôtes. Leurs opinions ne reflètent par forcément celles de la rédaction.

A voir: La beauté de l’ellipse. Dans une Espagne fantomatique, un tueur black contemplatif boit des expressos au fil d’une intrigue en forme de rébus. Une échappée solitaire d’une grande beauté formelle, exercice de style brillant aux clins d’œil référentiels dont l’intrigue tient dans l’un de ses petits bouts de papier avalés par le héros. «The Limits of Control», de Jim Jarmusch, en salle. A visiter: Dans l’atelier. Une centaine de livres à son actif. Catherine Louis, illustratrice neuchâteloise pour les enfants, ouvre les coulisses de son imaginaire. Un parcours interactif pour les 6-12 ans. Et les plus grands... «Histoires d’images». Vallée de la Jeunesse, Lausanne. www.catherinelouis.ch A écouter: Contes et chants de Noël. Il y a d’abord la voix de Prisca Antille pour raconter la magie de l’avent. Et puis, il y aura leurs voix à eux, alto, soprano, basse et tenor pour un quatuor enchanté. Pour déguster Noël en primeur. Le 23 déc. à 18 h 30. Salle Charrat muse, Martigny. www.charratmuse.ch Pour annoncer un événement: memento@migrosmagazine.ch


10 | Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

Un Noël bon comme le pain Pour les fêtes de fin d’année, «Migros Magazine» vous offre un conte exclusif de Martina Chyba, journaliste et productrice à la Télévision suisse romande.

24 décembre au soir NOËL AU MAC DO

’était un père divorcé, de toute CDo évidence. Il était assis au Mac avec son fils de 8 ans. L’enfant

était hypnotisé par l’écran de son jeu vidéo portable; le père, lui, regardait par la vitre et ne voyait pas grand-chose: quelques passants attardés et pressés avec des paquets-cadeaux dans les bras et deux dealers qui piétinaient dans la rue. Il baissa les yeux sur son fils. Et sur sa vie aussi. Un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires pour l’enfant. Tout le reste pour le travail. Il fallait payer la pension, le nouvel appartement, les paquets de raviolis précuits à manger devant la télé. Il fallait payer ses erreurs aussi. Oui, c’était un peu la honte de venir manger au Mac Do le 24 au soir. Mais préparer un Noël dans l’appartement, faire un sapin, tout ça, c’était ridicule. De toute façon, le petit s’en foutait, il n’aimait rien d’autre que les hamburgers, les frites et la Playstation. Le père termina son Big Mac et un filet de mayonnaise resta croché sur sa barbe de trois jours. Il avala sans mâcher le pain aussi ramolli que son esprit. Franchement dégueulasse ce bun: rond, régressif, fade, comme une vie de père fraîchement séparé. Le fils passa sa main sur son menton pour signaler à son père qu’il était sale à cet endroit. Puis il prononça les premiers mots de tout le repas: -Bon, on y va?

NOËL AU BOULOT

E

lle était productrice à la radio. Femme de tête, femme de carrière, femme d’argent disait-on autour d’elle. Elle était au bureau, devant son ordinateur. Il n’y avait pas beaucoup de messages aujourd’hui, à part quelques Allemands qui proposaient des trucs cochons. En fait, elle n’était pas absolument obligée d’être là, elle aurait dû laisser les journalistes planifiés ce jour s’occuper des news, et prendre congé pour passer la soirée avec son compagnon. Mais elle n’avait pas pu. Une femme comme elle bossait le soir de Noël, c’était comme ça. Elle regarda l’heure: 20 h 03. C’était le moment de descendre à la cafétéria. Comme tous les employés ce jour-là, elle avait reçu un bon pour un «repas de fête» et le présenta à la caisse en soupirant. Sur son plateau, il y avait des toasts avec du saumon fumé et deux rosaces de beurre, de la dinde au miel avec purée de pommes de terre et haricots verts ainsi qu’une tranche de bûche industrielle au chocolat. Elle salua quelques personnes d’un signe de tête et s’assit seule à une table. Elle commença à tartiner un toast mais le beurre trop dur fit un trou dans le pain de mie. Finalement, elle prit un morceau de saumon dans ses doigts et le mâcha comme ça, en lisant le journal. Elle finit par sucer le petit champignon en sucre qui était posé sur la bûche. Puis elle se leva: -Bon, on y va.

NOËL EN TROUPEAU

étaient-ils exactement? C ombien 20? 22? 25 peut-être. Des tan-

tes, des cousins, des beaux-frères, des vieux dodelinant de la tête, des enfants hurlant, parmi lesquels il devait y avoir les siens d’ailleurs. Egaré au milieu de ce troupeau devait également se trouver son mari. Etait-ce vraiment ça une fête de famille? Durant l’année, elle faisait déjà des doubles journées. Au mois de décembre, c’étaient des triples journées. En plus du boulot et des enfants, il y avait les cadeaux à trouver, la maison à décorer, les biscuits à fabriquer, les habits de ski à acheter, les vacances à organiser, les jambes à épiler, une robe de réveillon à trouver, et l’ordonnance pour les antidépresseurs à renouveler. Mais le pompon, c’était le 24 au soir. Des hordes familiales dévastant le buffet et dévorant les cadeaux… ou l’inverse. Et elle? Elle était ce que l’on appelait la «maîtresse de maison», ce qui signifiait en fait «esclave de toute la famille». Elle n’aimait pas les gros mots, mais c’était peu de dire que Noël lui fichait les boules. Elle était en train de sortir des blinis tout prêts du micro-ondes. Avec un peu de beurre salé et un morceau de foie gras, hop, le tour était joué et cela faisait illusion. Elle prit le plateau et se donna du courage tout bas: -Bon, on y va…


CONTE DE NOËL

NOËL EN SOLO

I

«De toute façon, le petit s’en foutait, il n’aimait que les hamburgers, les frites et sa Playstation»

ls avaient passé 41 ans ensemble. Quarante et un Noëls tous les deux, sans leurs familles respectives, qui n’avaient jamais accepté leur mariage. Et elle n’était plus là. Il n’était pas du genre à rester assis devant le sapin avec un plaid ou un chat sur les genoux. Plutôt du genre à tourner en rond comme un robot ménager, sans savoir quoi faire, paniqué à l’idée de fondre en larmes. Du genre à finir par regarder la soirée du réveillon sur la TSR, en zappant de temps en temps sur TF1. C’était pathétique et il le savait. Mais elle ne reviendrait jamais et ça il le savait aussi. La vie continuait et avançait comme le tapis roulant du supermarché sur lequel il avait posé du pain noir prédécoupé, un petit pot d’œufs de lompe, une boîte de 4 œufs pour faire une omelette et une demi-bouteille de vin bon marché. Il avait allumé une bougie rouge, car c’était sa couleur préférée à elle. Il prit les œufs pour attaquer l’omelette; ma foi, cette année, Noël ne sentirait pas la cannelle mais l’œuf. Ça rimait avec veuf… Son esprit se brouillait et ses œufs aussi. Il remit de l’ordre dans tout ça et composa son petit

| 11

plateau-repas. Mais au moment de manger il ne put pas et décida de sortir se promener dans le froid. -Bon, on y va…

NOËL DE LÀ-HAUT

la fée du pain était déLqu’ilà-haut, sespérée. Vous ne croyez pas existe une fée du pain? Vous

avez tort. C’est la seule fée qui a vraiment une raison d’avoir une baguette. La fée du pain donc, contemplait ce pitoyable spectacle. Elle ne pouvait pas sentir ce genre de Noël, justement parce qu’il ne sentait rien. Quoi? Il n’y avait pas d’odeur de pain? Cette odeur qui réjouissait le cœur et le corps des humains depuis plus de 10 000 ans? Elle n’était pas la fée de l’argent, il y en avait assez qui se disputaient pour ce rôle. Elle était la fée du pain. Sa mission était d’expliquer que dans la vie, le plus important n’était pas l’argent, mais le blé. Et que l’argent n’avait pas d’odeur, le pain si. La fée prit sa baguette et commença à l’émietter. Les petits morceaux de pain voletèrent dans les airs et se déposèrent dans tous les foyers qui vivaient un jour de Noël ennuyeux… comme un jour sans pain. Le père divorcé du Mac Do se leva pour sortir. En récupérant sa veste, il aperçut une grosse miette de pain d’apparence croustillante, par terre, entre deux serviettes pleines de ketchup. Cela lui parut incongru et il pensa soudainement à sa mamma, qui tous les dimanches faisait la pizza. La journaliste et productrice de la radio vit


12 | Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

qu’une grosse miette de pain s’était insérée entre les lettres Q et W de son clavier d’ordinateur. Elle la retira avec précaution et la roula quelques instants dans ses doigts en se demandant ce qu’elle faisait là. La mère de famille épuisée ramassait les papiers cadeaux chiffonnés lorsqu’elle s’étonna de trouver une grosse miette de pain sous le sapin, à côté d’un nœud argenté et d’une étiquette déchirée. Elle décida de tout planter là, monta dans la chambre et se coucha. Le veuf revint de sa promenade et s’empara de son plateaurepas. C’est alors qu’il nota la

présence d’une grosse miette de pain posée sur son omelette froide. Il se souvint qu’à Noël, sa défunte femme faisait toujours du pain aux noix.

25 décembre au matin divorcé s’était levé tôt et Lsinesee père mit à farfouiller dans la cuiavec l’idée saugrenue de

confectionner une pizza. Certes, il n’y avait dans la maison ni levure ni mozzarella. Mais, aussi surprenant que cela puisse paraître, l’enfant arriva et se bougea: sur internet il trouva une recette et pour le reste il téléphona sans scrupules à son copain Paolo dont le père gérait justement une pizzeria. Deux heures plus tard, le père pétrissait la pâte et c’était bon, c’était doux, c’était tiède, c’était même carrément sensuel. Il avait lui aussi son cadeau de Noël; malaxer cette pâte à pizza était l’acte le plus érotique qu’il avait vécu depuis son divorce. Père et fils aplatirent la pâte avec une bouteille vide, étalèrent la purée de tomates, éparpillèrent la mozzarella et le jambon, et bientôt une odeur délicieuse remplit la maison. productrice de radio se leva Ltesatardbio-énergétiques-peu-caloriet sortit son livre de recet-

ques. Elle mélangea de la farine d’épeautre et de la farine mi-blanche et y ajouta tout ce qui restait de fruits secs: abricots, poires séchées, noisettes, graines de tournesol, etc. Son pain aux fruits gonfla comme un joli sein sous le désir. Ce n’est probablement pas tout à fait par hasard que l’on appelle cela une miche. Elle prit son pain bouillant dans les mains et eut subitement envie de réchauffer aussi le reste de son corps. Lorsqu’elle sonna chez son compagnon le 25 décembre à midi et qu’il ouvrit, il fut très surpris.

mère de famille se réveilla cuLDansarieusement de bonne humeur. le salon pourtant c’était com-

me à Wall Street un vendredi noir: plein de papiers par terre. Sans rien ranger, elle prépara un kilo de pâte à tresse. Et pendant que la pâte levait, elle se prit un petit café. Les enfants étaient arrivés avec leurs jouets, ils eurent chacun droit à un petit bout de pâte pour composer une forme de leur choix. Ce matin-là, les enfants ne regardèrent pas la télé, ils restè-

«La mère de famille décida de tout planter là» rent devant le four, scotchés. Le mari aussi vint se montrer, par onde l’odeur alléché. Tout le monde tournicotait dans la cuisine en n pyjama. Finalement, un Noël en famille, c’était peut-être ça. e veuf solitaire se souvint int de ce Lcertains que disait feu sa chèree épouse matins: «A partir de

60 ans, si tu te lèves et que tu n’as mal nulle part… c’estt que tu es mort!» Il avait mal aux articulations, donc tout allait bien, il était en vie et il allait le faire aire son pain. Il prit un reste de farine bise qui traînait là depuis plusieurs mois. Il devait même y avoir quelques mites dedans; mais ma foi, à la guerre comme à la guerre, bien cuit, avec des cerneaux erneaux de noix, un


CONTE DE NOËL

| 13

«Ils se retrouvèrent tous ensemble au troisième» bon vieux Valaisan d’origine savait toujours faire ça. C’est à ce moment-là que quelqu’un sonna. C’était la voisine du troisième, la famille avec les trois enfants. -Bonjour, je ne veux pas vous déranger, mais ce matin nous avons croisé le monsieur divorcé du cinquième avec son fils. Et les enfants ont voulu se montrer leurs cadeaux. Puis c’est le bel homme du deuxième qui est passé nous demander si on avait du beurre, car il avait son amie à manger. Et bon, finalement tout le monde est resté chez nous pour un brunch de Noël. Il y a du pain, de la tresse, de la pizza, chacun amène ce qu’il a et… comme on sait que vous êtes seul cette année, si vous vouliez aussi venir, ça nous ferait plaisir. C’est ainsi qu’ils se retrouvèrent tous ensemble au troisième à tartiner sur le pain frais et sur le temps qu’il faisait. Là-haut, la fée du pain n’en perdait pas une miette. Soudain, un enfant s’écria: -Maman, regarde! Tout le monde se tourna vers le petit qui pointait son doigt en direction de la fenêtre. Il neigeait. Mais était-ce bien de la neige? De près, cela ressemblait étrangement à de la farine qui tombait. Martina Chyba Illustrations Marlyse Flückiger


14 | Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

Plus de 400 personnes travaillent à Cointrin pour contrôler les passagers ou pour assurer la sécurité de l’aéroport.

Aéroport de Genève: dans les coulisses de la sécurité En huit ans, Cointrin est passé de 8 à 11,5 millions de passagers à accueillir. De quoi redoubler de prudence et s’assurer que la sécurité tienne la route. Reportage juste avant les grands départs de fin d’année.

C

haque année, des records sont battus au niveau du nombre de passagers. Surtout en période de vacances. Rien que pour aller au parking, les gens font la queue. Ils sont stressés. Nous, nous devons rester calmes», remarque Samantha Borlat, respon-

sable du bureau de la migration au sein de la Police de la sécurité internationale (PSI). Un service unique en Suisse de 210 policiers armés, dont une quinzaine de femmes, créé en 2001. Qui forme, entre autres, des spécialistes tel le groupe PORTO, actif lors des dé-

tournements d’avion, en appui du groupe d’intervention de la gendarmerie. «Nous avons eu huit détournements en vingt-cinq ans à l’Aéroport international de Genève. C’est l’aéroport où il y en a eu le plus en Europe», souligne le major Peter Brander, chef rempla-

çant à la PSI. Par ailleurs, 279 colis suspects ont été inspectés en 2008. Les vacanciers oublient régulièrement leurs bagages dans le hall… Accueil et protection rapprochée de présidents et autres personnalités d’importance, utilisa-


REPORTAGE COINTRIN

| 15

Peter Brander, chef remplaçant à la Police de la sécurité internationale.

«A Genève, nous avons eu huit détournements en vingt-cinq ans» bitués, qui errent dans l’aéroport. Un phénomène assez nouveau selon l’îlotier. «Depuis deux ou trois ans, on rencontre des SDF, des jeunes, qui nous racontent leur histoire et ont besoin de soutien.»

Dans la cellule de dégrisement

tion de chars Piranha, patrouilles sur le tarmac – avec des radars! Rouler trop vite autour des pistes conduit à une dénonciation – les agents de la PSI sont prêts à réagir à tout moment. «L’aéroport est une véritable petite ville», sourit l’îlotier Daniel Schoppe, qui effec-

tue un travail de proximité auprès des commerces et restaurants de l’aérogare. «Notre travail est de plus en plus un travail social. Les gens nous déballent leur vie. On les écoute, parfois ils nous serrent la main. Une femme m’a même fait la bise.» Sans compter les ha-

Le policier est parfois amené à conduire des personnes en état d’ébriété au «violon», une pièce quelque peu austère, munie de toilettes et d’une couverture. «Nous avons environ deux cas de dégrisement par mois. En général, cela se passe dans l’aéroport. Mais le commandant de bord peut aussi renvoyer un passager saoul.» Dans les sous-sols, la PSI accueille également les cas de refoulement et des «inadmissibles», «des cas lourds, des histoires de stupéfiants,defauxdocuments…», signale Samantha Borlat. Dans des dortoirs aménagés, travailleurs au

noir ou escrocs, ils ne font que passer et «moins on en sait sur eux, mieux c’est», affirme le capitaine Bertrand Campeol, responsable de l’aéroport pour la PSI. «Il y a peu d’opposition. Sur cent personnes, trois posent problème.»

Une collection de documents falsifiés

Dans les bureaux de la PSI, douze tiroirs rassemblent des milliers de faux passeports, triés par ordre alphabétique d’après les nationalités. «Certains sont complètement fantaisistes et n’existent dans aucun pays, indique Samantha Borlat. En 2008, on en a découvert 280.» Des agents spécialisés scrutent les pièces d’identité avec des loupes, des ondes, des UV. Depuis l’entrée de la Suisse dans l’espace Schengen, la manière de contrôler les passagers a changé. «On ne vérifie que les papiers des personnes qui sont en dehors de cet es-


MISE EN BOUCHE. PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 22.12 AU 28.12.2009 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

s Pour mettre vos invité r un en appétit, offrez-leu comapéritif savoureux ac us pagné de snacks. Vo réing les s trouverez tou curti dients à des prix pa dans lièrement attrayants . os votre magasin Migr

3.55

2.45de 3.10

Sanbittèr San Pellegrino 6 x 10 cl

Parmigiano Reggiano Keil Italie, les 100 g

au lieu de 4.45

2.60 3.30 au lieu de

Aperitivo 6 x 10 cl

3.–

au lieu de 3.80

20% de réduction sur toutes les noix Excellent par ex. noix au wasabi Excellent, 150 g

* En vente dans les plus grands magasins Migros.

3.10 3.90 au lieu de

20% de réduction sur toutes les noix Excellent par ex. noix mélangées Excellent, 170 g

au lieu

6.10

Chips Sea Salt and Black Pepper Sélection* 150 g

7.80

Petali Grano Olive Sélection* 150 g


REPORTAGE COINTRIN

Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

| 17

aux ordures. On a de quoi préparer des tartiflettes géantes tous les jours ici», rigole Bertrand Stämpfli. Mais interdiction de se servir ou de le donner à des associations caritatives. «On ne peut pas offrir, à quiconque, quelque chose que l’on considère comme dangereux…»

Le sirop d’érable fait réagir les machines à rayons X Samantha Borlat, responsable du bureau de la migration au sein de la PSI.

«En 2008, nous avons découvert 280 faux passeports» pace, avec l’aide des gardesfrontières, explique la policière. Ce qui fait que les Anglais et les Américains, qu’on contrôlait moins avant, sont aujourd’hui soumis à des vérifications systématiques. Une situation pas toujours évidente…» Par contre, les destinations critiques – que les policiers ne nommeront pas – restent toutes hors Schengen, «ça, ça nous arrange», rigole-t-elle. De l’humour, il en faut, en toutes circonstances, même et surtout lorsque l’on se retrouve face à des passagers angoissés, énervés, dépités de réaliser au dernier moment que leur passeport n’est pas en règle. Des Suisses qui ont oublié de regarder la date de validité du papier d’identité par exemple. Si les étourdis arrivent deux heures avant l’embarquement, pas de soucis! Un passeport provisoire peut être réalisé en quarante-cinq minutes pour la «modique» somme de 150 francs. Cette pièce d’identité ne sera valable que pour la durée du voyage. «A Noël, comme durant les vacances estivales, on en produit plus de 300 par mois. Le reste de l’année, c’est en moyenne neuf par jour.» Ses papiers en ordre, ses bagages de soute enregistrés, le voya-

geur doit encore franchir les portiques magnétiques. 200 agents de sûreté de «formation maison» s’investissent dans la «lutte contre les atteintes faites à la sécurité du vol aéronautique, renseigne Bertrand Stämpfli, porte-parole de l’aéroport genevois. Nous ne sousestimons aucun danger. La suspicion plane sur tous. Une maman avec un bébé, une nonne en cornette, un homme à la mine patibulaire, les terroristes ont toutes les formes.»

Une personne choisie selon une certaine fréquence

La présence d’un body scanner – un scanner corporel qui permet de voir à travers les vêtements – n’est pas du tout envisagée à Genève. Certains passagers continuent donc à endurer une fouille. La faute à pas de bol. «Suivant une certaine fréquence, une personne est tirée au sort et subit une palpation», déclare le porte-parole. Selon un protocole bien défini, qui vient d’être revu suite aux soucis de grippe A (H1N1): l’agent de sûreté ne fouille plus le passager de face, mais de dos. Un moment désagréable obligatoire pour les personnes en chaise roulante ou qui portent un pacemaker.

Les employés de l’aéroport, tout comme les voyageurs, doivent passer par un PIF (point d’inspection filtrage), leurs sacs également. Avec le temps, Bertrand Stämpfli s’est procuré une boucle de ceinture qui s’enlève facilement et ne laisse jamais de monnaie dans ses poches. Sur le tapis roulant, les sacs, les vestes et les chaussures défilent devant les yeux concentrés d’un agent de sûreté qui sera permuté toutes les vingt minutes, afin d’éviter la fatigue. Des objets, parfois étranges, méritent réflexion. «Des menottes en fourrure… Nous les confisquons, informe le porte-parole. Même si, depuis 2002, le cockpit reste fermé durant tout le vol.» Les objets saisis peuvent être récupérés à l’aéroport dans un délai de trente jours. Après cela, ils finissent à la poubelle ou dans «Le Musée». Une sorte de vitrine où dorment des exemplaires uniques de chaque trouvaille insolite: armes factices, matraques, briquets avec couteau à cran d’arrêt ou en forme de grenade… Quant à la nourriture, aux parfums et aux flacons divers de plus de 100 ml: directement dans la benne! «Le reblochon acheté à la ferme juste avant le départ finira

En soute, avec un permis, on peut transporter n’importe quelle arme à feu. Seules les munitions sont déposées dans des boîtes spéciales. Les valises en soute ne sont ouvertes qu’en présence de leur propriétaire, dans la «pièce de réconciliation». Et qu’est-ce qui fait réagir les machines à rayons X? Les cartouches de gaz ou, plus étrange, un gros pot de crème pour le corps ou une bouteille de sirop d’érable par exemple, dont la densité, la composition en carbone et le poids rappellent les explosifs. Une fois les vérifications effectuées, le passager se trouve en zone «propre» où il peut à sa guise acheter de la nourriture et de l’alcool. Mais là, attention au contrôle douanier… Virginie Jobé

Photos Pierre-Yves Massot / arkive.ch

RÉSULTATS DU SONDAGE EN LIGNE

«Vous sentez-vous en sécurité dans un aéroport?» 6%

Je ne sais pas

15 % Non

79 % Oui

1141 personnes ont donné leur avis du 7 au 17 décembre 2009.

Donnez votre avis sur d’autres thèmes sur notre site internet:

www.migrosmagazine.ch


18 | Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

C

e matin-là, un voile de brume recouvre le pays de la fée verte. Le centre de Couvet est presque désert. Seuls quelques passants osent affronter le froid mordant. La porte du Foyer l’Etoile s’ouvre sur un couloir long et peu éclairé. «Bonjour! C’est moi l’enfant terrible du Valde-Travers!» La voix claire de Sœur Odette résonne, suivie d’un bref éclat de rire. En haut d’un escalier apparaît la silhouette énergique de notre hôte. Elle est vêtue, comme chaque jour que Dieu fait, d’une robe couleur bleu de travail, l’habit des diaconesses de la Communauté de Saint-Loup.

Un lieu de vie en guise de bureau

Un poêle à mazout dispense une douce chaleur dans la pièce où cette alerte septuagénaire reçoit d’habitude les alcooliques, leur entourage ainsi que toutes les personnes isolées ou démunies qui la sollicitent. Ça ressemble à une sorte de salle à manger. «Ce n’est pas un bureau ici. Plutôt un lieu de vie et de rencontres.» Il n’est d’ailleurs pas rare qu’elle partage un repas avec ses protégés. «On se sent plus proche, ça facilite la relation de confiance.» Elle cuisine et les convives débarrassent la table. «Pour qu’ils se sentent chez eux, pour que cette maison soit aussi la leur.» Ce foyer d’accueil et de passage, Sœur Odette l’a créé voici bientôt vingt-sept ans. «J’étais persuadée au fond de mon cœur que je devais l’ouvrir.» Elle s’est forgé cette intime conviction à force de côtoyer des alcooliques à l’hôpital de Couvet, où elle travaillait comme infirmière. «Des drames terribles, une période rude», résume-t-elle sobrement. La jeune femme qu’elle était alors avait l’impression de poser des emplâtres sur des jambes de bois. «On les remettait sur pied, ils sortaient, mais la plupart d’en-

La religieuse, qui revient d’un séjour à Paris auprès des SDF, se sent chez elle dans la pièce commune du Foyer l’Etoile, qui fait office de bureau, de salle à manger et d’atelier de couture.

tre eux retombaient dans l’alcool et finissaient par mourir.»

Ni morale ni prescription de médicament

Avec sa foi à déplacer des montagnes, le caractère bien trempé de ses ancêtres de la vallée de Joux, l’aide de quelques bénévoles et la

générosité de la population, cette religieuse protestante a donc allumé cette «Etoile» qui sert de balise à tous les accros du goulot, à tous ces naufragés qui cherchent à retrouver le droit chemin de l’abstinence. Elle n’y prescrit aucun remède miracle. Elle ne fait ni morale ni

prosélytisme. «De toute façon, mon habit dit qui je suis.» Elle offre juste une bonne rasade d’amour, un accompagnement thérapeutique professionnel («J’ai suivi une formation intensive en alcoologie à Amiens.»), ainsi qu’un soutien bienvenu aux familles souffrantes.


RÉCIT SŒUR ODETTE

| 19

cette occasion, Sœur Odette et ses ouailles sont évidemment allées à la rencontre des SDF. «Ils ont changé. Ils ne sont pas forcément sales et débraillés comme les clochards d’antan. On les reconnaît à leur visage fermé, ruiné par la tristesse, les intempéries, la mauvaise alimentation, et aussi par l’alcool et la drogue. Mon cœur pleure pour eux.» Son regard se voile.

Une vocation née d’un séjour en sanatorium

«La Mère Teresa du Val-de-Travers»

Le cœur de Sœur Odette, diaconesse de Saint-Loup, bat pour les défavorisés. Son Foyer l’Etoile à Couvet (NE) sert de balise aux alcooliques qui cherchent le chemin de l’abstinence. Sa mission hivernale à Paris réchauffe l’âme et le corps des sans-abri.

Des aiguilles et une pelote de laine reposent sur la chaise à côté d’elle. «Ah ça, c’est mon autre coup de folie!» Les chaussettes qu’elle s’apprête à terminer serviront à réchauffer les pieds d’un sans-abri parisien. «Je me rends là-bas chaque fin d’année depuis vingt ans. J’y ai découvert le

monde de la grande pauvreté, de la misère, de la détresse.» Au début, elle fonctionnait comme aide de cuisine. Puis elle a eu l’idée de lancer une récolte de couvertures de lit et de sacs de couchage usagés. Avec un succès qui a plus que largement répondu à ses prières.

Son dernier séjour sur les bords de la Seine remonte à un petit mois. Avec un groupe de volontaires, elle a acheminé le matériel collecté ainsi que tous les bonnets, écharpes et chaussettes tricotés par des bénévoles jusqu’au quartier général de l’Armée du Salut qui se charge de la distribution. A

Celle que les gens d’ici surnomment affectueusement «la Mère Teresa du Val-de-Travers» n’est toutefois pas prête à rendre les armes. Même à 75 printemps. «La retraite, ça signifierait la cessation de mon ministère… Je me sens beaucoup trop vive pour m’arrêter, pour rejoindre ma communauté.» Elle puise son incroyable vitalité, sa force inoxydable dans cette vocation qu’elle a commencé à se forger à l’adolescence, durant son séjour de deux ans au sanatorium de Leysin où elle était soignée pour une tuberculose, par des diaconesses de Saint-Loup. «En portant attention aux plus défavorisés, j’essaie à mon tour de faire le bien, tout simplement.»

Alain Portner Photo Xavier Voirol / Strates

Contact Pour atteindre Sœur Odette, solliciter son aide, faire un don (elle ne touche aucune subvention pour son action), envoyer du matériel ou des restes de laine, voire commander le livre «Un pont d’amour vers les autres» qu’André Chédel lui a consacré, une seule adresse: Foyer d’accueil l’Etoile, rue Saint-Gervais 8, 2108 Couvet. Tél. 032 863 21 91


ACTION OFFRES VALABLES SEULEMENT DU 22.12.2009 AU 04.01.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK SUR TOUS LES PRODUITS SHEBA

Pour la fête de l ’amour, nous avons

aussi pensé à votre plus beau cadeau. 3.80

au lieu de 4.80

Tout l’assortiment Sheba 20% de réduction par ex. Sheba Ocean 4 x 100 g barquettes

Les meilleurs moments sont ceux que nous passons ensemble. Chacun a son charme particulier. Par exemple il y a l’heure des repas Sheba, si savoureux et si variés. Leurs ingrédients sont sélectionnés et préparés avec le plus grand soin. C’est la plus belle déclaration d’amour qui soit.

Deux vies. Un amour. Sheba est en vente à votre Migros


CHRONIQUE MINUTE PAPILLON

Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

| 21

D’une nativité à l’autre Un passionnant dossier dans le nuJean-François Duval, méro de décembre journaliste de Philosophie Magazine, qui se fonde sur un article paru cet automne dans la revue Science, me réjouit particulièrement. On y récapitule d’abord ce que je sais depuis un bon bout de temps, ayant eu le privilège, comme journaliste, d’interviewer quelques paléoanthropologues très pointus. 1. Au contraire de l’image encore véhiculée par certains musées ou manuels scolaires, l’évolution des hominidés n’a pas été linéaire. L’homme n’était pas au départ une sorte de petit singe rabougri qui se serait, par étapes, redressé pour devenir le bipède que nous croisons et saluons sur nos trottoirs. 2. L’évolution de l’homme a été bourgeonnante, foisonnante. Nous formions une immense fa-

mille, avec quantité de cousins et cousines. Un dessin donnerait à cette évolution la forme d’un buisson aux pousses très diverses. Parfois, plusieurs sortes d’hominidés ont vécu en même temps sur notre planète. Leurs restes ont pour nom Orrorin (6 millions d’années), Toumaï (7 millions d’années), homo habilis, homo ergaster, homo erectus et j’en passe. 3. De même que les espèces de chevaux, qui étaient multitude, et dont le cheval d’aujour-

d’hui n’est que l’ultime représentant, les nombreuses branches d’hominidés qui ont vécu sur notre planète ont toutes disparu. A l’exception d’une seule: nous autres, homo sapiens, qui ne sommes que la plus jeune (200 000 ans), la plus verte mais aussi la dernière pousse de la dernière branche du buisson de jadis. 4. Nous avons des cousins encore plus éloignés qu’Orrorin ou Toumaï : les anciens grands singes,

dont les descendants actuels sont le chimpanzé, le bonobo, le gorille et l’orang-outan (on reconnaît un grand singe à ce que, comme nous, il est dépourvu de queue). Nous partageons avec eux un ancêtre commun, encore non identifié, qui devait vivre il y a 8 ou 9 millions d’années. A quoi ressemblait-il? C’est là que l’article de Science devient renversant. Car un nouvel hominidé nous est né. Son nom est Ardi. De fait, il a été découvert en 1992, mais ce n’est qu’aujourd’hui que les lumières de cette découverte parviennent jusqu’à nous. Elle tend à bouleverser tout ce que nous pensions de l’ancêtre commun qui chapeaute les hommes et les grands singes. Selon Science, l’étude d’Ardi, âgé seulement de 4,5 millions d’années, conduit en effet à un constat révolutionnaire. Voici: tout indique que notre ancêtre commun ne marchait pas à quatre pattes, mais était DÉJÀ un bipède. Il marchait sur ses

DEUX pieds. De là, on peut inférer, dit un peu abruptement Philosophie Magazine, que «ce n’est pas l’homme qui descend du singe, mais l’inverse: le singe descend de l’homme», ou, à tout le moins, d’un bipède. Avouez que ça vous en fiche un coup! On ne sait trop pourquoi les grands singes, alors qu’ils avaient des aïeux marchant sur leurs deux jambes, ont tout à coup décidé de se déplacer sur quatre membres (était-ce pour gagner la sécurité des arbres?) mais notre branche d’hominidés, elle, a préféré évoluer la tête haute, bien campée sur ses deux pieds. En vérité, l’homme, dans ses multiples avatars, se serait toujours tenu DEBOUT, les mains libres d’aller et venir à leur guise, de cueillir des pommes ou de peloter la poitrine d’Eve. Pour moi, alors qu’on approche du 31 décembre, c’est la révélation de l’année! Elle ne remet aucune-

ment en cause l’histoire de l’évolution humaine selon Darwin (méfions-nous des créationnistes qui s’efforcent de récupérer Ardi à leurs fins): vous et moi n’avons pas été créés tels quels, et restons le produit d’une longue évolution. N’empêche, ce m’est un vrai cadeau de Noël d’apprendre que nos plus lointains aïeux n’étaient pas les quadrumanes que je croyais, et qu’en cas d’éventuelles rencontres dans l’au-delà, nous pourrons accorder le rythme de nos pas et parcourir main dans la main les vertes prairies du paradis.

Publicité

1.00 ct de diamants, qualité H SI, sertis or 18 carats

valable du 1er décembre au 2 janvier

1’ 2 0 0. –

au lieu de GENÈVE VAUD VALAIS

2 ’00 0 .–

la bague

bijoux agrandis

Centres Commerciaux de Balexert, Cornavin"Les Cygnes", Nyon La Combe, Lancy-Onex, Planète Charmilles et Migros Chêne-Bourg, Vibert Centres Commerciaux de Migros Crissier, Métropole Lausanne, MMM Chablais Centre Aigle et Forum Montreux, Marché Migros Romanel, Midi-Coindet Vevey, Migros Métropole Yverdon Centres Commerciaux de Métropole Sion, Martigny-Manoir, Monthey et Migros Brigue, Sierre, Viège, Zermatt


22 | Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

Faire ses courses à Noël, plaisir ou horreur?

Les deux. Le discours dominant veut que cela soit une corvée. En même temps, sans parler de véritable plaisir, on prend cette tâche très au sérieux. Pas moins de 90% des Français, et des Suisses aussi j’imagine, s’y soumettent. Il s’agit d’une sorte d’obligation rituelle, de devoir, malgré la critique de l’hyperconsommation dans laquelle on vit réellement. Une critique tout sauf nouvelle…

En effet, j’ai retrouvé des attaques contre la surconsommation à Noël dans des journaux destinés aux dames de la bourgeoisie du début du XXe siècle, en France et en Angleterre. Contre cette fête marchande que les protestants considéraient comme les «nouvelles bacchanales». A Noël, on s’est toujours permis des excès. A la cour de Louis XIV, on s’offrait des oranges, un fruit exotique extraordinaire à l’époque. C’est intéressant de voir qu’ensuite l’orange est devenue le cadeau du pauvre, de nos grands-parents. Notre façon de fêter Noël date de l’Angleterre victorienne.

Plus précisément, le réveillon date de la moitié du XIXe siècle. On assiste alors à un transfert de la fête religieuse sur la fête familiale. Du rituel religieux, on passe en quelque sorte au rite privé. Cela devient un des grands rassemblements annuels de la famille, un refuge face à la société qui s’industrialise rapidement. L’enfant prend une importance considérable. On le gâte. Les cadeaux sont d’ailleurs une vraie affaire d’Etat.

Ils doivent être beaux, avoir du sens et il est nécessaire d’y mettre le prix. Selon Claude Lévy-Strauss, on peut parler d’une sorte de don qu’on fait à ceux qui vont nous succéder et nous survivre. C’est à l’avenir qu’on offre un présent, une offrande. L’enfant devient le petit Dieu de la maison. Dans l’inconscient collectif, Noël est comme un rite d’initiation. Des idées très anciennes perdurent à travers les contes et légendes. Les nuits sont longues durant le solstice d’hiver. L’enfant est en ce sens toujours un passeur, de la vieille année à la nouvelle.

Martyne Perrot, ethnologue et sociologue: «Noël demeure une fête très conformiste.»

«A Noël, on se permet

C’est le dernier moment pour courir les boutiques, à la recherche de l’objet rare qui saura émouvoir. L’achat d’un présent, de la dinde ou des guirlandes participe aux joies et aux calamités de fin d’année. Auteur de «Faire ses courses», la sociologue Martyne Perrot décortique nos habitudes et nos nouvelles traditions.


ENTRETIEN MARTYNE PERROT Bio express ➔ Née en 1946 à Chelles, dans la banlieue parisienne. «Je fais partie de la génération du baby boom, une génération très gâtée pour Noël. Quand j’étais gamine, j’adorais les comédies musicales. Il n’y a pas un film américain d’après-guerre sans une scène à Noël. Un univers incroyable, le miracle de Noël.» ➔ Etudes d’ethnologie puis de sociologie à Paris, à la Sorbonne et à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). ➔ En 1979, entre au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), qu’elle ne quittera plus. A beaucoup travaillé sur le milieu rural, le paysage, l’habitat, les problèmes de migration, les femmes agricultrices. ➔ Parmi ses ouvrages publiés: «Les mariées de l’île Maurice» (1983), «Ethnologie de Noël, une fête paradoxale» (2000), «Noël est-il vraiment un cadeau?» (2003), «Faire ses courses» (2009). ➔ Actuellement, participe à une recherche en équipe sur l’alimentation des migrants marocains et maliens en France. ➔ Travaille au Centre Edgar Morin et à l’EHESS. ➔ Mariée, un fils de 21 ans.

tous les excès» Un passeur pour qui Noël est devenu un droit selon vous.

Oui, presque. Avant, il y avait Saint-Nicolas et le Père Fouettard, qui réprimandait l’enfant. Lorsque le Père Noël, passé par les EtatsUnis, est devenu un personnage distributeur, sans conditions, avoir des cadeaux s’est transformé en un droit de l’enfant et un devoir pour les parents.

Mais le Père Noël est né bien avant Coca-Cola?

C’est un personnage de l’hiver très archaïque qui a pris plein de formes différentes. En France, au début du XXe siècle, on avait encore l’image d’un pauvre colporteur maigrichon sur des chemins enneigés. Alors qu’à la même époque aux Etats-Unis, le Père Noël devenait un symbole du capitalisme,

des enfants et de la réussite à l’Américaine. Coca-Cola n’a fait que le fixer dans sa bonhomie et ses couleurs rouge et blanche. Des dessinateurs venus de Londres, d’Allemagne – cela est dû à l’émigration aux Etats-Unis – vont reprendre ce personnage, le transformer. Et peu à peu, cette nouvelle physionomie va se diffuser en Europe. Avec différentes variations régionales. Il s’agit d’un immigrant exemplaire, un personnage métissé, hybride. Une figure d’ancêtre universel. Magique, il fait peur aux enfants, car ils ne le voient pas, contrairement à Saint-

| 23

Nicolas. Ceux qui le rencontrent dans les magasins savent que c’est un faux. J’ai interviewé des parents qui, pour préserver la légende, laissaient des traces de coton par terre pour simuler des morceaux de barbe perdus en route. Dans «Faire ses courses», vous expliquez qu’au quotidien se rendre dans les magasins avec sa progéniture a un rôle pédagogique. Qu’en est-il au moment des fêtes?

Je suis allée au rayon jouets du Bon Marché à Paris dernièrement. Et j’ai pu constater que beaucoup de parents continuent à éduquer leurs enfants entre les rayons. On se comporte différemment selon que l’enfant croit ou ne croit plus au Père Noël. Dans le premier cas, s’il choisit un cadeau trop onéreux, on ruse. En disant par exemple, «cette année le Père Noël n’est pas très riche». Et quand l’enfant n’y croit plus, comme pour les courses quotidiennes, on observe sa conduite et on en profite pour lui faire la leçon. Avec un paradoxe: on le met en garde devant la surconsommation et on lui achète ce qu’il veut. Souvent, c’est la mère qui les accompagne, seule. Si au quotidien elle renforce ses liens biologiques avec l’enfant en le nourrissant, à Noël, elle va choisir les cadeaux au final. D’après les statistiques, la corvée des commissions demeure la tâche ménagère la moins inégalitaire…

C’est vrai au niveau du temps passé à effectuer ces tâches. Les hommes aiment aller au marché, chez les petits commerçants. Alors que la femme, en général, fait ce qu’il y a à faire au supermarché. Les couples sont toutefois de plus en plus nombreux à aller ensemble au magasin. Mais à des endroits différents. A Noël, Monsieur ira chercher le vin pendant que Madame s’occupera de la dinde. Cependant, l’achat des cadeaux se réalise plutôt en couple. Reste la question du choix, qui s’opère selon des règles… invisibles.

On sait tous qu’un mari ne va pas offrir à sa belle-mère un plus beau cadeau qu’à son


24 |

ENTRETIEN MARTYNE PERROT

Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

On le vendait sur les marchés de Noël aussi. Les troubadours chantaient sur le parvis des églises près de cet arbre. Le sapin représente l’hiver et la renaissance, parce qu’il ne perd pas ses aiguilles. Symbole de la nature qui va se renouveler, c’est un arbre sacré, l’arbre de lumière dans toutes les légendes. Il faut attendre la moitié du XIXe siècle pour que la reine Victoria décore un sapin au château de Windsor. En France, la belle-fille de Louis-Philippe s’y mettra. Le sapin arrivera dans tous les foyers au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. Plus je vous écoute et plus je me dis que l’on crée de la tradition à chaque Noël.

«On refait la famille à Noël, on la reconstruit» épouse. Si vous offrez un cadeau à vos neveux, il ne sera pas plus important que celui donné à votre enfant. Les petitsenfants ne distribuent pas d’argent aux grands-parents, même s’ils ont 40 ans. Tout cela n’est écrit nulle part. Mais nous appliquons tous très fidèlement ces règles, qui reflètent nos relations dans la famille et nos rôles respectifs. Ces cadeaux maintiennent l’équilibre familial, peuvent aussi le restaurer. Quand on offre un présent, cela veut dire, «je t’apprécie selon le degré de parenté qu’il y a entre nous». Faire des cadeaux à Noël, c’est «parler famille». La mère dispose d’une place de choix dans la distribution.

Les mamans sont très gâtées, mais ce privilège reste ambigu, car on leur offre plutôt des choses utiles, ménagères. Le plus souvent, elle prépare le repas et c’est encore sur elle que repose le succès du réveillon. Et réussir le réveillon reste un leitmotiv. Les magazines féminins regorgent chaque année de propositions de cadeaux, décorations, recettes, etc. Comment réaliser un bon dessert ou fabriquer ses cadeaux. Cette fête demeure très conformiste. Dans les petits livres destinés aux enfants sur

Noël, anciens comme nouveaux, on retrouve toujours le papa, la maman et les enfants réunis. On va jusqu’à se rassembler malgré une séparation.

On «refait» la famille à Noël, on la reconstruit. On renouvelle l’idée que l’on se fabrique de la famille. Même les couples divorcés s’arrangent, souvent, pour fêter ensemble quand les enfants sont petits. J’ai rencontré une jeune femme qui m’expliquait que cette année, elle devrait se rendre à cinq réveillons, entre l’ancienne famille et la nouvelle. A cette période, de nombreuses personnes sont déprimées non seulement parce qu’elles sont seules, mais surtout parce que leur image de la famille ne correspond plus. Par contre, il y a très peu de suicides à cette époque. Les associations caritatives ne manquent pas, encore une tradition victorienne, de charité. Les gens culpabilisent. Le 24, les bénévoles sont trop nombreux par rapport à la demande... Pour les indigents comme pour les nantis, admirer les vitrines appartient aussi à la tradition.

Depuis le début du XXe siècle, on «voit» Noël. Au Bon Marché, déjà à la fin du XIXe, on découvre la

première vitrine animée, l’explorateur du pôle Nord, Peary, mis en scène avec un énorme ours. On aime regarder les vitrines parce que c’est féerique. Une jolie sortie avec les enfants. Comme, après la Deuxième Guerre mondiale, se rendre au cinéma pour regarder le film de Noël est devenu une habitude. On assiste aussi à l’extension des marchés de Noël, à quoi est-ce dû?

A l’attrait du commerce bien sûr. Parce que les gens du marketing savent très bien utiliser les sentiments. Noël reste une fête sentimentale. Les marchés jouent sur le désir de tradition et le fait de redonner un sens à Noël. C’est lié aussi à la mode des produits de terroir, l’envie d’authentique. Chose assez drôle: dans les cabanons aujourd’hui, il y a de moins en moins de produits de Noël. Cette «tradition» est complètement recréée. Le marché de Noël à Paris par exemple n’a jamais existé. Il était présent à Strasbourg en Alsace au Moyen Age, on y achetait des sapins notamment. L’apparition du sapin de Noël est estimée au XVe siècle, en Allemagne d’abord.

Oui, complètement, on la réinvente. La bûche que l’on mange date du début du XXe siècle par exemple. Une idée de génie d’un pâtissier parisien. Reprendre la bûche que l’on met dans la cheminée et en faire un dessert a tout de suite plu. Les «traditions» culinaires sont mouvantes, basées sur la nostalgie d’un mode de vie passé. La dinde, c’est pareil, on ne la mange qu’au XIXe. On voit que les traditions régionales reculent un peu devant elle. A l’époque, des femmes marseillaises ont tout mis au clou pour avoir une dinde ce soir-là. Au bout d’un moment, on assiste à une uniformisation et depuis une vingtaine d’années, une envie de tradition se réaffirme. On va rechercher d’anciennes traditions et on en crée de nouvelles. Et l’on contribue ainsi au paradoxe de notre société, je vous cite: «combler les siens en participant à la plus grande dépense collective de l’année».

Cet argent dépensé, cette consommation extrême, tout cela est lié à un sacrifice fait sur l’autel de la famille pour resserrer les liens et préserver l’intimité autour de l’enfant. Virginie Jobé Photos Kaï Jünemann

A lire: «Faire ses courses», Ed. Stock; «Ethnologie de Noël, une fête paradoxale», Ed. Grasset; «Noël est-il vraiment un cadeau?», Ed. de l’Hèbe.


MGB www.migros.ch

Un éclat de douceur. . Prestige de Chocolat Frey

MAGIE EXQUISE.

Certains vœux se réalisent. Laissez-vous séduire par les délicieuses spécialités enrobées d’une couche de chocolat noir et de chocolat au lait. Des instants de pur bonheur à offrir ou à déguster soi-même sur chocopoesie.ch.


26 | Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

Soutien aux artistes

Emmanuel Pahud, flûtiste

«Ce prix m’a permis de quitter le foyer familial et d’aller étudier au Conservatoire de Paris, la meilleure école du monde», se souvient Emmanuel Pahud, actuellement première flûte de la très prestigieuse Philharmonie de Berlin. «Ces bourses permettent aussi de combler les inégalités entre l’origine des étudiants», explique le trentenaire genevois. Sacré «Instrumentiste de l’année 1997» aux Victoires de la musique et nommé Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres en France, Emmanuel Pahud donne près de 150 concerts par an à travers le monde. Il a enregistré de nombreux disques encensés par la critique.

Depuis quarante ans, le Pour-cent culturel Migros distribue des prix d’études à de jeunes artistes en devenir. Beaucoup d’entre eux se sont, depuis lors, fait un nom dans leur discipline.

P

our de nombreux artistes, les prix d’études du Pourcent culturel Migros constituent une aide plus que bienvenue au début de leur carrière. Ces soutiens financiers permettent par exemple de payer une partie de leur formation et de pouvoir ainsi se concentrer sur leur art, sans avoir à courir les petits boulots pour survivre au quotidien. Mieux encore: certains jeunes talents particulièrement doués reçoivent des conseils et se voient désormais offrir la chance de

pouvoir se produire sur scène, à l’occasion de tournées des Migros-Pour-cent-culturel-Classics. C’est en 1969 que les premiers prix d’études ont été alloués. Depuis lors, 2700 bourses ont été distribuées pour un montant de près de 35 millions de francs. Aujourd’hui, le Pour-cent culturel Migros soutient les jeunes artistes dans plusieurs disciplines: musique instrumentale, danse, musique de chambre, art dramatique, chant et théâtre de mouvement (cirque, pantomime).

L’engagement du Pour-cent culturel Migros ne s’arrête bien sûr pas là. Des contributions financières permettant de tourner des films ou d’enregistrer des CDs ainsi que des garanties de déficit peuvent par exemple aussi être octroyées. Ces mesures, assurément, enrichissent l’offre culturelle suisse. Infos et conditions: www.pour-centculturel.ch/concoursjeunestalents

Paris, La Guadeloupe ou le Golfe Persique à des prix renversants

ACTIONS MERRY CRUISE-MAS La Romana

dès CHF

1795.–*

Tortola Saint-Martin

Antigua

Costa Mediterranea ****

Bahrain

Dubai Fujairah

Guadeloupe

Avec nous, vous recommencerez à croire au Père Noël : Commencez 2010 en beauté et mettez le cap sur Paris, les perles des Antilles ou sur le golfe Persique.

Abu Dhabi

vols et taxes portuaires incluses

Costa Mediterranea, Les Antilles Cat. Prix Version Version officiel courte longue No. 24 No. 25

Costa Luminosa, Golfe Persique Cat. Prix Version Version officiel courte longue No. 28 No. 29

I1 I2-I3 E1 E2 B1 - B3 B4 - B6 B7 - B9

I1 - I2 I3 - I4 E1 E2 B1 - B2 B3 - B5 B6 - B8

3310.– 3560.– 3610.– 3740.– 4230.– 4440.– 4580.–

1895.– 1995.– 2095.– 2195.– 2295.– 2395.– 2495.– 2190.– Sur dem. 50%

Muscat

Sainte-Lucie

Prix par personne en occupation double (CHF)

Intérieure standard Intérieure supérieure Extérieure (vue limitée) Extérieure standard Balcon standard Balcon supérieur Balcon deluxe 3e./ 4e. lit sup. adulte 3e./ 4e. lit sup. enfant Supplément Single

Catalina Island

vols et taxes portuaires incluses !

2395.– 2495.– 2595.– 2695.– 2795.– 2895.– 2995.– 2690.– Sur dem. 50%

2890.– 3120.– 3240.– 3410.– 3600.– 3880.– 4090.–

1795.–* 1895.– 1995.– 2095.– 2295.– 2395.– 2595.– 1990.– Sur dem. 50%

2095.– 2195.– 2295.– 2395.– 2595.– 2695.– 2895.– 2290.– Sur dem. 50%

No. 24 & 25 : Costa Mediterranea**** 23.01.10 / 30.01.10 / 06.02.10

No. 28 & 29 : Costa Luminosa**** 10.01. / 17.01. / 24.01. / 31.01. / 07.02.10

No. 24, version courte (9 jours) : vols aller/retour au départ de Bâle, transferts sur place inclus et 1 semaine de croisière aux Antilles.

No. 28, version courte (9 jours) : vols aller/retour (Eco) au départ de Zurich, transferts sur place inclus et croisière d’une semaine dans le Golfe Persique.

No. 25, version longue (12 jours) (supplément culture) : voyage aller/retour en TGV jusqu’à Paris, 2 nuitées d’hôtel***+ au centre de Paris, vols aller/retour directs de Paris à La Guadeloupe et 1 semaine de croisière aux Antilles.

No. 29, version longue (12 jours) (supplément culture): vols aller/retour au départ de Zurich, 2 nuitées d’hôtel**** à Dubai, transferts sur place inclus et croisière d’une semaine dans le golfe persique.

VOTRE CADEAU DE NOËL DE NOTRE PART:

Naviguez sans être menés en bateau !

Une vignette 2010 par cabine réservée définitivement jusqu'au 5 janvier 2010.

IMPORTANT : Le nombre de cabines disponibles à ce prix spécial est limité. Le prix des vols est sous réserve d’ajustement si la classe de réservation est complète. De ce fait, il est conseillé de réserver rapidement. Prestations incluses : Acheminement aller retour selon programme, croisière dans la catégorie de cabine choisie, pension complète à bord, libre utilisation des infrastructures, spectacles et divertissements, disco et musique live, taxes portuaires. Prestations non-incluses : Boissons et dépenses personnelles, excursions facultatives guidées, pourboires (Euro 6.– par jour par pers.), assurance annulation facultative (de CHF 30.– à 65.– par pers.), frais de dossier (CHF 20.– par facture).

Téléphone 021 351 89 89

www.cruisecenter.ch

21.12.09 ergoasw.ch

Publicité


ACTUALITÉ MIGROS

| 27

Photo Bruno Maillard

Marie-Claude Chappuis, mezzo-soprano

Mezzo-soprano fribourgeoise, Marie-Claude Chappuis se produit à Berlin, New York, Amsterdam ou Salzbourg sous la direction des plus grands chefs d’orchestre: Riccardo Muti, John Eliot Gardiner, Nikolaus Harnoncourt, Riccardo Chailly. Actuellement à Vienne pour des représentations de l’«Oratorio de Noël» de Bach, la cantatrice sera à la fin de l’année au Grand Théâtre de Genève dans «L’Etoile» de Chabrier, avant de chanter «Idomeneo» de Mozart à Zurich. «Le prix d’études a constitué une aide très précieuse pendant ma formation au Mozarteum de Salzbourg. J’ai ainsi pu me loger et payer les frais d’écolage», explique MarieClaude Chappuis, qui a vu se prolonger ce soutien durant trois ans. «Outre l’aspect financier, cette bourse donne confiance en soi. Les membres du jury sont très exigeants et recevoir une telle aide constitue une belle reconnaissance des gens du métier. Cela donne de l’élan.»

Publicité

50% DE RÉDUCTION

Energizer soutient le projet d’UNICEF et de la Fondation Nelson Mandela “Des écoles pour l’Afrique”. Plus d’informations sous http://www. energizer-eu.com/ swiss/promo

15.90 au lie

u de 31.80

Piles alcalines Energizer Ultra+ AA/LR6 en lot de 16

Les piles usagées doivent être rapportées au point de vente.

VALABLE DU MARDI 22.12.2009 JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

Energizer est en vente à votre Migros


28 | Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

Début novembre, «Migros Magazine» lançait un grand concours de cuisine. Près de nonante cuisiniers amateurs ont alors imaginé un repas de fête à partir de spécialités de la ligne Sélection.

Un talent inné

Elue cuisinière de l’année 2009 par le guide gastronomique «Gault Millau», Käthi Fässler a choisi l’heureuse gagnante du concours de cuisine Sélection: il s’agit de Laura Haensler, 15 ans!

L

e concours Sélection a connu un grand succès. Près de nonante cuisiniers amateurs ont imaginé un menu de fête (entrée, plat, dessert) à partir de trois corbeilles de produits de la ligne Sélection (lire notre édition du 2 novembre 2009). Si un jury s’est réuni pour sélectionner les six finalistes, c’est Käthi Fässler, élue cuisinière de l’année par le guide Gault Millau, qui a eu le privilège de sacrer le gagnant, en l’occurrence Laura Haensler, une adolescente de 15 ans! N’allez pas croire, cher lecteur, que la cheffe ait été plus clémente du fait du jeune âge de la finaliste. Les recettes et les photos envoyées étaient réellement de haut niveau. Invitée ensuite à cuisiner avec

Käthi Fässler, la lauréate n’a pas déçu la cuisinière de l’année. En effet, Laura a tout simplement un talent inné. Cette jeune Argovienne s’est prise de passion pour la cuisine il y a quatre ans. Tout a commencé avec des saucisses de Vienne en croûte… Aujourd’hui, les plats sont plus raffinés. Pour le plus grand plaisir de ses amis et de sa famille, dont son père qui lui a donné le goût de cuisiner. Actuellement lycéenne, Laura réfléchit à l’idée de commencer un apprentissage de cuisinière. Au vu de son menu, nous ne pouvons que l’encourager à se lancer. Martin Jenni Photos René Ruis Recettes Laura Haensler

Gagnante du concours Sélection, Laura (à dr.) a fait montre d’un talent certain en cuisine. De quoi impressionner Käthi Fässler, élue cuisinière de l’année par le guide «Gault Millau».


EN MAGASIN

| 29

Rangs 2 à 6:

Voici ci-après les autres lauréats du concours Sélection. En photo: leurs propositions d’entrée.

2e place: Camille Grisel, d’Icogne (VS), et sa mousse de saumon fumé au crabe.

3e place: Caroline Sonderer, d’Appenzell, et ses Spicy Red Prawns.

4e place: Denise Pfammatter, de Berne, et son tartare de crabe et saumon.

5e place: Emm Brandenberger, de Mollis (GL), et ses crêpes au saumon.

6e place: Susanne Graf, de Bienne, et ses verrines de saumon et crevettes Tail On.


C’EST BON POUR LE MORAL! MORAL! PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 22.12 AU 28.12.2009 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

mais Une entrée idéale, également un plat principal: salade de e chicorée avec sauc aux noix et feta. Recette sur www.saison.ch 2 Mot-clé: salade33

le

kg

4.80

Chicorée lavata Italie, le kg

2 kg

3.90

Clémentines Espagne, le filet de 2 kg

50%

6.15

au lieu de 12.30

Tortellonis M-Classic à la ricotta et aux épinards en lot de 2 2 x 500 g

40%

17.90

Bouquet de roses le bouquet

1.–

au lieu de 1.70

Tilsit surchoix la pièce d’env. 400 g, les 100 g

Les articles M-Budget, Sélection et ceux bénéficiant déjà d’une réduction sont exclus de toutes les offres.

3.25 4.10 au lieu de

Salade de fête Anna’s Best 20% de réduction 250 g

8.80 9.80 au lieu de

Tourte forêt-noire avec décorations de Noël 1.– de moins 440 g Valable jusqu’au 24.12


IRRÉSISTIBLE RRÉSISTIBLE PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES

isme Un soupçon d’exot pour améliorer ux l’ordinaire: roulea s, de jambon aux œuf sur tte ce sauce curry. Re www.saison.ch 00 Mot-clé: jambon3

30%

2.10 3.05 au lieu de

Jambon de derrière, TerraSuisse Suisse, les 100 g

2.90

au lieu de 3.60

Tous les Birchermüesli Heidi en lot de 2, 2 x 200 g par ex. aux baies

50%

1.65

au lieu de 3.30

Noix de jambon fumée Suisse, les 100 g

33%

2.80

au lieu de 3.50

Tous les drinks au bifidus, 6 x 65 ml par ex. à la fraise

9.60

au lieu de 14.40

Pizzas Lunga Prosciutto ou Hawaï Anna’s Best en lot de 3 par ex. Prosciutto, 3 x 270 g


MENT ENT FRAIS. DU 22.12 AU 28.12.2009 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

30%

30%

4.45de 6.40

23.45

au lieu

au lieu de 33.50

Entrecôte avec beurre aux herbes gratuit g viande suisse, les 100

30%

1.55

au lieu de 2.25

Escalopes de poulet Optigal de Suisse, grand emballage, le kg, en libre-service

2.55

au lieu de 3.20

Bâtons fourrés aux noisettes ou chaussons aux poires 20% de réduction par ex. bâtons fourrés aux noisettes, 4 pièces/220 g

Saucisse de Lyon en tranches, les 100 g

au lieu de

Filets de saumon suprême élevage/Norvège, les 100 g

au lieu

Salade de rampon bio de Suisse, les 100 g

30%

30%

3.20 4.60

2.80de 3.50

1.60

au lieu de 2.–

Gruyère surchoix les 100 g

–.75 1.20 au lieu de

Litchis de Madagascar, les 100 g

Société coopérative Migros Aar


ÉCONOMIES PAR POIGNÉES. PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 22.12 AU 28.12.2009 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

50%

7.30

au lieu de 9.20

Crème fouettée Valflora en bombe, le lot de 2, 2 x 250 ml

NOUVEAU 14.50

Ligne de soins Zoé Revital avec formule améliorée! par ex. crème de jour raffermissante Zoé Revital IP 15 au Liftonin et au Pearlpurin, 50 ml Valable jusqu’au 4.1

1.45

au lieu de 1.85

Tous les jus, nectars, smoothies et boissons Super Fruits Sarasay 20% de réduction par ex. jus de fruits multivitaminé, 50 cl

30%

90.–

au lieu de 180.–

Autocuiseurs Kuhn Rikon* par ex. Duromatic, 5 litres Valable jusqu’au 4.1

30%

19.90

5.50

Toutes les boîtes de bureau* par ex. Spacebox avec 5 tiroirs, dimensions: 33 x 28,5 x 32 cm Valable jusqu’au 18.1

Tous les papiers à photocopier Papeteria, FSC (excepté M-Classic) par ex. papier à photocopier A4, 80 g/m2, blanc, 500 feuilles Valable jusqu’au 18.1

au lieu de 29.–

40%

5.30

au lieu de 8.90

Toutes les enveloppes Papeteria en emballages géants* (excepté M-Classic), par ex. enveloppes C5, sans fenêtre, 100 pièces Valable jusqu’au 18.1 * En vente dans les plus grands magasins Migros.

au lieu de 7.90

30%

20.30 au lieu de 29.–

Tous les classeurs en emballages géants de 10 pièces* couleurs: blanc, noir, bleu Valable jusqu’au 18.1


ÉCONOMISEZ AVEC PLAISIR. PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 22.12 AU 28.12.2009 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

Charcuterie

Restaurants Migros

Saucisse de porc à griller, 20% de réduction 2 x 120 g 3.60 au lieu de 4.50 Roastbeef cuit, en tranches, les 100 g 5.90 au lieu de 7.20

du 20.12 au 2.1 Hit de la semaine: Steak de porc, Sauce aux champignons des bois (provenance: Suisse) Gratin de pommes de terre, Haricots au miel et Etoile de Noël gratuite 13.80

29.90

Salami Classico, 20% de réduction les 100 g 3.50 au lieu de 4.40

Céréales Weetos, Weetabix et Fit Flakes par ex. Fit Flakes, 500 g 3.20 au lieu de 4.80

Traversins de plumes Mony en lot de 2** garnissage: pures plumettes duveteuses de canard, neuves, housse: 100% coton doux, lavable à 40 °C, par ex. 2 x 65/100 cm Valable jusqu’au 4.1

33%

Fruits Papaye du Brésil, la pièce 2.90 au lieu de 3.80 Poires Conférence de Suisse, le kg 2.70 au lieu de 3.70 Avocat du Chili, la pièce 1.40 au lieu de 2.40

Fromage

40%

Fromage à la coupe: Emmental affiné en grotte les 100 g 2.10 au lieu de 2.60 Fromage à la coupe: Roquefort les 100 g 3.10 au lieu de 3.90

Poisson Suprême de cabillaud, Atlantique nord-est/ sauvage, les 100 g 3.80 au lieu de 4.60 Queues de crevettes 4/6 décortiquées, les 100 g 5.90 au lieu de 6.90 uniquement avec service

7.40 9.90 au lieu de

Papier hygiénique et lingettes imprégnées Hakle 25% de réduction par ex. Hakle camomille* 12 rouleaux

Produits pour l’apéritif Valable jusqu’au 4.1 Chips Zweifel, 170 g, 280 g et 300 g 1.– de moins, par ex. chips au paprika Zweifel, 280 g 4.65 au lieu de 5.65

Viande Rumpsteak de bœuf, 20% de réduction viande suisse, les 100 g 4.95 au lieu de 6.40 Filet de bœuf viande suisse, les 100 g 6.95 au lieu de 8.50

Volaille Mini-filets de poulet Optigal de Suisse, les 100 g 3.10 au lieu de 3.70 uniquement en self-service

7.10

au lieu de 8.90

Tous les produits I am for men et I am shaving 20% de réduction par ex. rasoir à 3 lames I am for men Matrix 3

50%

15.90

au lieu de 31.80

Piles Energizer Ultra+ AA en lot de 16 Valable jusqu’au 4.1 Société coopérative Migros Aar *En vente dans les plus grands magasins Migros, ** Micasa et *** melectronics.

444.–

Appareil photo numérique / Panasonic TZ7 EG-K* *** 10,1 mégapixels, écran 3", zoom opt. 12x (25-300 mm), stabilisateur d’image opt., vidéo HD


36 | Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

Entrée: trio de la mer

Bouchées croustillantes 50 g de pâte à strudel, 10 g de gingembre, ½ citron vert, 2 brins de citronnelle, 3 cs d’huile, huile à frire, fleur de sel. Couper la pâte à strudel en lanières. Râper finement le gingembre. Prélever le zeste du citron vert et exprimer le jus. Retirer les feuilles extérieures de la citronnelle, hacher finement la partie intérieure. Mélanger l’huile avec la citronnelle, le gingembre, le jus et le zeste de citron vert. Tourner les lanières de pâte et faire frire jusqu’à ce qu’elles dorent. Egoutter sur du papier ménage. Ajouter un peu de fleur de sel. Crevettes 4 crevettes Tail On, ½ piment, 10 g de gingembre, 1 cs d’huile, 2 cs de vin blanc, 10 g de beurre, sel, poivre. Inciser les crevettes en conservant la queue intacte. Epépiner le piment et hacher finement avec le gingembre. Faire chauffer l’huile, cuire les crevettes, ajouter le piment et le gingembre. Mouiller avec le vin blanc. Ajouter le beurre. Saler, poivrer.

Chutney de pomme 1 pomme, 1 échalote, 1 cs d’huile, 2 cs de vin blanc, 1 cc d’Aceto balsamico bianco, 1 cc de sucre brut, cardamome en poudre. Peler la pomme et couper en dés. Hacher l’échalote. Etuver le tout dans l’huile. Mouiller avec le vin blanc et le vinaigre balsamique. Rectifier l’assaisonnement avec le sucre et la cardamome. Laisser mijoter 5 minutes.

Réduction à la pomme 3 cs de jus de pomme, 1 dl d’Aceto balsamico di Modena, 1 cs de miel. Mélanger les ingrédients et faire réduire afin que la masse épaississe. Tartare de saumon 100 g de saumon fumé royal, 1 oignon nouveau, 1 citron vert, ciboulette, 1 cc de moutarde, 1 cs de mayonnaise, 1 cs d’Aceto balsamico bianco, sel au poivre et à la mélisse. Couper le saumon en dés. Hacher l’oignon. Prélever le zeste du citron vert et exprimer le jus. Hacher la ciboulette. Mélanger le tout avec la moutarde, la mayonnaise et le vinaigre balsamique. Assaisonner avec le sel au poivre et à la mélisse.

Salade de tomates tièdes 200 g de tomates cocktail, 1 oignon nouveau, basilic, 2 cs d’huile d’olive, 1 cs d’Aceto balsamico bianco, 1 cs d’Aceto balsamico di Modena, sel, poivre. Préchauffer le four à 200° C. Disposer les moitiés des tomates sur une plaque, cuire env. 10 minutes. Hacher toutes les tomates grossièrement. Hacher finement l’oignon et le basilic. Mélanger le tout avec l’huile d’olive et les vinaigres. Saler, poivrer. Coiffe de pâte feuilletée 1 abaisse de pâte feuilletée, huile d’olive, fleur de sel. Découper des rondelles de pâte feuilletée de 4 cm de diamètre. Badigeonner d’huile d’olive, parsemer de fleur de sel. Faire dorer env. 10 min au four à 200° C. Mousse de raifort ½ citron vert, 50 g de mascarpone, 50 g de demi-crème fouettée, raifort, 2 cc de crème fraîche, sel, poivre. Prélever le zeste du citron et exprimer le jus. Mélanger avec la crème et le mascarpone. Râper le raifort, ajouter avec la crème fraîche. Saler, poivrer. Velouté au crabe 200 g de pommes de terre, 1 échalote, 1 cs d’huile, 1 cs de vin blanc,


EN MAGASIN

| 37

Pour préparer son trio de la mer, Laura avait choisi les produits Sélection suivants dans la corbeille «Entrée»:

❷ ❸

Le trio de la mer: tartare de saumon, velouté de pommes de terre au crabe et chutney de pommes aux crevettes.

❹ ❺

❻ 1. Sel au poivre et à la mélisse, 46 g, Fr. 7.50 2. Huile d’olive italienne, 2,5 dl, Fr. 19.3. Chair de crabe cuite, surgelée, 200 g, Fr. 12.80

4 dl de bouillon de légumes, ½ dl de cr crème entière, sel, poivre, 100 g de chair de crabe cuite. Pe Peler les pommes de terre et couper en dé dés. Hacher l’échalote. Etuver le tout da dans l’huile. Mouiller avec le vin blanc et le bouillon. Cuire à feu doux pendant 10 minu nutes. Mixer et affiner avec la crème. Sa Saler, poivrer. Répartir la chair de crabe da dans des tasses. Recouvrir de potage. Pr Présentation Le tartare est dressé à l’aide d’un petit mo moule et coiffé d’une rondelle de pâte. Il est e servi avec la mousse au raifort et la sa salade de tomates. Le chutney est surmo monté d’une bouchée croustillante. La ré réduction à la pomme décore l’assiette.

4. Crevettes Tail On, les 100 g, Fr. 6.20 5. Tomates cocktail, 200 g, Fr. 3.50 6. Saumon fumé royal, 100 g, Fr. 13.90

Dernières finitions avant de servir le trio de la mer (de g. à dr.): les deux cuisinières enlèvent les traces de potage sur le bord de la tasse à espresso, la crevette est déposée sur le chutney de pomme, et le tartare de saumon a été formé dans un petit moule.


38 | Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

Plat principal: poitrine de poulet au miel de thym

Poitrine de poulet 4 poitrines de poulet nourri au maïs, sel, poivre Tellicherry, 2 cs de beurre, 1 cs de miel de thym. Préchauffer le four à 80° C. Saler et poivrer le poulet. Faire dorer dans 1 cs de beurre. Chauffer le miel et le reste de beurre. Badigeonner la viande, cuire au four à 80° C pendant 15 à 20 minutes. Sauce au miel 3 cs de porto, 2 cs d’Aceto balsamico di Modena, 2,5 dl de bouillon de poule, 1 cs de miel de thym, 10 g de beurre froid. Porter le porto, le vinaigre balsamique, le bouillon et le miel à ébullition et laisser réduire un peu. Incorporer le beurre à l’aide d’un fouet.

Chou-fleur et brocoli 4 petits bouquets de chou-fleur et de brocoli, sel, 4 cs de graines de courge, cardamome en poudre, 2 cc de sucre, huile de noix, huile d’olive grecque Koroneiki. Cuire chou-fleur et brocoli dans de l’eau frémissante. Griller les graines de courge dans une poêle. Ajouter la cardamome. Saupoudrer de sucre et laisser caraméliser un peu. Saler. Mélanger les légumes avec quelques gouttes d’huile de noix et d’olive et les graines de courge. Galettes de polenta 125 g de polenta «2 minutes», 0,5 l d’eau, 50 g de fromage à pâte molle

Pour accompagner la poitrine de poulet et sa sauce au miel: petits choux-fleurs et brocolis ainsi que polenta au fromage.

Riesling & Sylvaner, noix muscade, poivre, sel, 25 g de beurre. Verser la polenta dans l’eau bouillante. Cuire env. 2 min tout en remuant. Couper le fromage en morceaux. En réserver quelques-uns pour le décor. Incorporer le reste. Assaisonner de muscade, saler et poivrer. Disposer la polenta sur une plaque et laisser refroidir. Découper à l’aide d’emporte-pièces et dorer dans la poêle avec le beurre.


EN MAGASIN

| 39

Pour préparer sa poitrine de poulet, Laura avait choisi les produits Sélection suivants dans la corbeille «Plat principal»:

w

❸ ❹ ❺ ❻

1. Aceto balsamico di Modena, 2,5 dl, Fr. 23.— 2. Huile d’olive grecque Koroneiki, 2,5 dl, Fr. 16.80 3. Miel de thym, 250 g,

Fr. 5.40*

4. Poivre Tellicherry, 45 g, Fr. 5.20

Que ce soit pour trancher parfaitement un morceau de viande ou pour napper de sauce un plat avec une cuillère, Käthi Fässler dévoile ses astuces de professionnelle à Laura, sa talentueuse élève d’un jour.

Pour son menu de fête, Laura a encore utilisé d’autres ingrédients comme deux variétés de vinaigre, du chou-fleur, des brocolis, des oignons nouveaux, des pommes, des pommes de terre, de la ciboulette, de la cardamone, de la noix muscade, des citrons verts, du gingembre, etc.

5. Fromage à pâte molle Riesling & Sylvaner, 125 g,

Fr. 4.20

6. Poitrine de poulet suisse nourri au maïs, 100 g, Fr. 5.90 * En vente dans les plus grands magasins.


40 | Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

Dessert: une douce tentation

Tartelettes Tatin 2 pommes, 2 dl de Cabernet, 2 cc de jus de citron, 130 g de sucre, 10 g de beurre, 1 abaisse de pâte feuilletée. Préchauffer le four à 200° C. Peler et évider les pommes, couper en quartiers puis en lamelles. Laisser mariner le tout 10 min dans le Cabernet et le jus de citron. Faire fondre le sucre dans une casserole et laisser caraméliser légèrement sans remuer. Ajouter le beurre. Répartir ce mélange dans de petits plats à gratin. Disposer les lamelles de pommes sur le caramel. Découper des rondelles de pâte feuilletée du diamètre des plats et en recouvrir les pommes. Faire dorer 20 minutes. Retourner délicatement. La tartelette Tatin, la glace Fior di Latte et la mousse au Moscato couronnent le repas de fête: les cuisinières et leurs hôtes sont ravis.

Glace Fior di Latte 120 g de sucre brut, 8 rondelles de pommes séchées, glace Fior di Latte, mélange de poivre et de fleurs, sucre candi aux fleurs. Faire caraméliser le sucre dans une casserole sans remuer. Tourner les rondelles de pommes des deux côtés et laisser refroidir. Former des boules de glace et dresser sur les rondelles de pommes. Saupoudrer de mélange de poivre et de fleurs et de sucre candi aux fleurs.

En savoir plus sur Sélection: http://selection.migros.ch

Mousse au Moscato 2 dl de Moscato, 3 dl de crème entière, mélange de poivre et de fleurs, sucre candi aux fleurs. Verser le Moscato et la crème dans un siphon. Charger 1 ou 2 cartouches et secouer. Dresser dans des verrines. Saupoudrer de mélange de poivre et de fleurs et de sucre candi aux fleurs. Temps de préparation Compter 3,5 h (entrée: 2 h, plat principal: 45 minutes, et dessert: 45 minutes).


EN MAGASIN

| 41

Pour préparer sa douce tentation, Laura avait choisi les produits Sélection suivants dans la corbeille «Dessert»:

❹ ❸

1. Moscato, sans alcool, 75 cl, Fr. 6.90 2. Cabernet, sans alcool, 75 cl, Fr. 6.90 3. Rondelles de pommes, 130 g, Fr. 8.20 4. Glace Fior di Latte, 450 ml, Fr. 8.80

La cuisinière 2009

Cerise sur le gâteau: une feuille de menthe sur les tartelettes Tatin. Le dessert de Laura n’a toutefois pas seulement fière allure, il est également délicieux.

Cela fait maintenant treize ans que Käthi Fässler et sa brigade pleine d’entrain régalent les convives du Hof Weissbad, près d’Appenzell, avec une cuisine de grande qualité. Un fait qui n’a pas échappé au guide «Gault Millau», qui a sacré la cheffe «Cuisinière de l’année 2009». L’Appenzelloise aime son travail, l’esprit d’équipe qui règne au Hof Weissbad et – bien sûr – le fromage d’Appenzell. www.hofweissbad.ch

5. Mélange de poivre et de fleurs, 35 g, Fr. 5.90 6. Sucre candi aux fleurs, 50 g, Fr. 5.90


42 | Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

J’

aimerais tous les voir crever, étouffés de dinde aux marrons.» Du temps a passé depuis cette charge de Renaud, le chanteur énervant. Mais si les complaintes et les révoltes s’usent, la dinde, elle, demeure. Il suffit en tout cas de croire au Père Noël. Le voici donc, le vénérable personnage – le Père Noël, pas le chanteur énervant – aux fourneaux, pour une cuisine vraiment de saison. Il est arrivé un peu essoufflé. Il explique que depuis l’invention de la messagerie électronique, petites pimbêches et grands garnements l’abreuvent de listes de cadeaux trois fois plus longues: «C’est la malédiction du copiercoller. En plus, ils connaissent tous mon adresse par cœur: hottemail.com, trop facile à retenir. Oups, voilà les très nombreux lecteurs de Migros Magazine au courant.»

Légendaire bonhomie retrouvée

Mais le temps de fendre, d’ébouillanter et d’égoutter un bon kilo de marrons, et l’éleveur de rennes le plus célèbre du monde a retrouvé toute sa légendaire bonhomie. «Vous connaissez le proverbe: c’est quand il est abattu qu’on voit la grandeur de l’arbre. Pas terrible votre sapin à ce propos, si je peux me permettre. Vous avez ressorti celui de l’année dernière ou quoi?» Si on lui demande à quoi il occupe son temps le reste de l’année, l’homme à la houppelande cramoisie soupire: «J’ai un petit job à l’Office du tourisme de Laponie. En réalité je fais tout le boulot. A part moi, vous savez ce qu’ils ont à vendre? Des gros tas de neige.» Après un bref retour en cuisine – coupage des pommes, grillage du lard, etc. – et une petite lampée au passage de la fameuse

Secrets de cuisine us, c’est… Cuisiner pour vo Noël. L’affaire de la Mère rire. ur po ça Non, je dis

ujours Qu’avez-vous to vous? en réserve chez ueur de baies liq Une bouteille de écialité lapone. sp e des marais, un fronter les longues Excellente pour af îneau. nuits glacées en tra us ne mangeriez Qu’est-ce que vo de? pour rien au mon es de la Mère Noël. um lég x au e up La so rire. Non, je dis ça pour at favori? Quel est votre pl flambé e nn Le steak de re des marais. ies ba à la liqueur de z-vous Avec qui aimerie s? pa re un er partag la Mère Noël. uf sa i qu rte N’impo rire. Non, je dis ça pour

liqueur de baie des marais, le Père la Glace, comme on l’appelle en Russie voisine, reprend son récit: «Je suis peut-être un peu injuste avec mes amis Lapons. Ils sont malins, les Lapons. Vous savez combien ils ont de saisons? Huit!»

Les jolis noms des saisons

Et le Père Noël d’énumérer sur les doigts de ses moufles: il y a «l’hiver glacé», «la neige portante», «le dégel», «le soleil de minuit», «les moissons», «le flamboiement des couleurs de l’automne», «la neige noire» et enfin,

Quand le Père Noël se met Incontournable, la dinde aux marrons. A plat légendaire, cuistot hors du commun. Qui d’autre?


CUISINE DE SAISON

HACHER les échalotes et le persil. MÉLANGER la farce avec les marrons et les pommes.

Le Père Noël coupe patiemment les pommes en quartiers.

aux fourneaux

FICELER la dinde après l’avoir farcie.

| 43


44 | Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

last but not least, «la nuit polaire» qui s’achève, tiens, tiens, le soir de Noël. «Comme on dit là-bas, raconte la Père Noël, c’est une période d’obscurité totale, donc le moment idéal pour se remettre de toutes les mauvaises fatigues de l’année et se concentrer, pour une fois, sur l’essentiel: dormir, réfléchir, manger. Dites, vous ne trouvez pas que ça sent le brûlé?» Un léger début d’incendie vite maîtrisé, puis la dinde replongée dans le jus de son droit chemin, notre Père Noël entrouvre un volet, histoire d’évacuer les colonnes de fumée noirâtres. «Tiens, il commence à neiger. Vous connaissez le proverbe: neige avant Noël, fumier pour le seigle.»

Le proverbe de la taupe enterrée

Puis, après une courte pause pour allumer un cigare en chocolat, suivie d’une nouvelle contemplation de la campagne toute blanche, le bavard barbu reprend: «Remarquez il y a aussi un proverbe qui dit: taupe loin enterrée, l’hiver va durer. Vous les avez enterrées où, vous, cette année, vos taupes?» Un silence un peu opaque s’installe. Le Père Noël reprend une dernière lampée de liqueur de baie des marais et explique qu’on lui pose souvent la question à propos des fameux rennes (Rangifer tarandus) qui tirent le traîneau: c’est quoi comme sorte? Car il en existe sept sous-espèces, que le cuistot d’occasion énumère volontiers sur les doigts de ses moufles: il y a tarandus tarandus, en Scandinavie et en Sibérie, tarandus fennicus, en Finlande et en Carélie, tarandus platyrhynchus en Norvège, tarandus caribou au Québec et au Labrador, tarandus granti, au Yukon et en Alaska, tarandus groenlandicus, au Groenland comme son nom l’indique, et tarandus pearyi», au nordouest du Canada.

Toutes les trente minutes, le Père Noël arrose la dinde avec un peu de jus de cuisson.

«J’ai donné un joli prénom à chacun de mes rennes» Alors qui? «Fastoche, grommelle le Père Noël, un de chaque, comme ça j’évite le débat sur l’identité nationale et le choc des civilisations. Et je leur ai donné à chacun un joli prénom, pas de jaloux.» Le Père Noël énumère sur les doigts de ses moufles: il y a donc Tornade, Danseur, Furie, Fringant, Comète, Cupidon, Eclair, Tonnerre et bien sûr le célèbre Rudolf, qui montre la voie avec son nez rouge fluorescent. Si on lui signale que ça fait neuf, le Père Noël se gratte le som-

met du capuchon, se ressert un tout dernier, promis-juré, petit verre de liqueur de baies des marais et s’exclame: «Le réchauffement climatique, vous avez jamais entendu parler? Deux espèces ont déjà disparu, tarandus eogroenlandicus, le frère de l’autre, et tarandus dawsoni, en Colombie-Britannique. Mais pas de souci, vous connaissez le proverbe: «Dieu sauve le renne.» Laurent Nicolet Photos Christophe Chammartin / Rezo

D savoureuses De recettes sur www.saison.ch Pour s’abonner: 0848 87 7777, abonnements@saison.ch (39 fr. seulement pour 12 numéros)


CUISINE DE SAISON

| 45

Dinde aux marrons et aux pommes Une recette du Père Noël. Plat principal pour 6 personnes.

INGRÉDIENTS 500 g d’échalotes 2 brins de persil 150 g de beurre 2 dl de vin blanc 3 cs de fond de veau 1 cs de thym séché 3 feuilles de laurier 150 g de lard 500 g de pommes, p. ex. reinette 1 kg de marrons surgelés 1 dinde d’env. 3 kg 75 g de raisins secs 2 cs de romarin séché 1 cs de graines de coriandre sel, poivre 1 dl de cognac

PRÉPARATION

Adaptation de la recette Yann Schirardin

1. Pour le jus de cuisson, hacher les échalotes et le persil. Faire suer 1 cs d’échalote dans un peu de beurre. Mouiller avec le vin, 0,5 dl d’eau et le fond. Ajouter le persil, le thym et les feuilles de laurier. Faire mijoter env. 30 min. 2. Pour la farce, couper le lard en lanières et les pommes en quartiers. Faire revenir séparément les marrons et les pommes dans un peu de beurre. Réserver. Griller le lard avec les raisins secs. Ajouter le reste des échalotes, le romarin et la coriandre. Faire blondir le tout. Mélanger avec les marrons et les pommes.

3. Préchauffer le four à 175° C. Rincer l’intérieur et l’extérieur de la dinde sous l’eau froide, puis éponger. Farcir la dinde avec la moitié de la farce. La ficeler. L’enduire d’un peu de beurre et la frotter avec le sel. La disposer dans une cocotte et la faire rôtir au four durant env. 2 h 15. L’arroser toutes les 30 min avec un peu du jus de cuisson préparé. La température à cœur doit être d’env. 85° C. 4. Avant de découper la dinde, la laisser reposer avec le reste de la farce durant 15 min dans le four éteint. Pour la sauce, déglacer les

sucs de cuisson avec le cognac, verser le tout dans une casserole, ajouter l’éventuel reste du jus de cuisson et porter à ébullition. Faire réduire un peu. Ajouter 75 g de beurre en remuant. Saler et poivrer. Trancher la dinde. La servir avec la farce et la sauce. Suggestions ➔ Remplacer les marrons surgelés par des frais. Les ébouillanter, les peler et les cuire dans du lait. ➔ Accompagner de chou rouge ou de choux de Bruxelles et de spätzlis.

Préparation env. 1 h; cuisson au four: env. 2 h 15 Valeur nutritive par personne, env. 66 g de protéines, 33 g de lipides, 72 g de glucides, 3800 kJ / 900 kcal


46 | Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

Yogourt

PETIT PRÉCIS CULINAIRE

Sur la voie lactée

Des bactéries sont ajoutées au yogourt et transforment le lactose en acide lactique. Astuce: ayant tendance à cailler, le yogourt n’est jamais cuit, mais plutôt ajouté aux plats après la cuisson.

Bien plus qu’une boisson, le lait permet d’élaborer de nombreux produits. Andrea Pistorius, collaboratrice au magazine «Cuisine de Saison», nous en dit plus.

Un produit naturel à haute valeur nutritive

Le lait est et reste un produit naturel, même si, pour des questions d’hygiène et de conservation, il subit une pasteurisation, une haute pasteurisation ou une upérisation. L’homogénéisation empêche de plus la séparation de la crème et du lait. Et le fait de l’écrémer en partie ou complètement permet d’obtenir de la crème ainsi que des variétés de lait plus légères. Notons que durant tous ces procédés, la haute valeur nutritive du lait reste en grande partie inaltérée.

Pourquoi le lait est-il parfois difficile à digérer?

La lactase est une enzyme qui fractionne le lactose en galactose et en glucose. Produite dans notre tube digestif, elle permet de digérer le lait et ses dérivés. Si cette enzyme naturelle n’existe pas (même partiellement), le lactose ne peut être décomposé et donc pas non plus utilisé par le corps: on parle alors d’intolérance au lactose ou d’incapacité à digérer le lactose. Il existe aujourd’hui

dans le commerce un grand nombre de produits laitiers (lait, yogourt, séré) spécialement conçus pour les personnes souffrant d’une intolérance au lactose.

Recette du gâteau au séré sucré

Beurrer un moule à charnière, y disposer une pâte brisée. Bien piquer la pâte avec une fourchette. Battre en mousse 4 jaunes d’œufs avec 200 g de sucre. Incorporer 500 g de séré-crème par portions. Ajouter 500 g de crème acidulée, 2 cs de fécule de maïs, 2 cc de pulpe de vanille, 2 cc de zeste de citron râpé ainsi que 1 cs de jus de citron et 100 g de raisins secs. Battre 4 blancs d’œufs en neige, incorporer délicatement. Répartir la masse sur la pâte. Préchauffer le four à 200° C. Cuire le gâteau pendant 1 h et laisser refroidir 5 h au réfrigérateur avant de servir.

Recette de la crème chantilly

La véritable chantilly est de la crème aromatisée avec du sucre glace et de sucre vanillé. Elle entre dans la composition de nombreux desserts et permet également de confectionner des vacherins, des crèmes bavaroises, etc. En voici la recette: battre fermement 250 ml de crème entière. Ajouter 2 cs de sucre glace et 1 sachet de sucre vanillé Bourbon. Continuer de battre jusqu’à ce que la crème monte. Pour la rendre plus aérienne, on peut y incorporer 1 blanc d’œuf battu en neige. Dans ce cas, la crème doit être utilisée dans les 2 h pour éviter qu’elle ne retombe.

Séré

Pour élaborer du séré, on fait fermenter du lait écrémé par adjonction de bactéries lactiques. Après fermentation, on sépare les éléments solides et liquides. Astuce: à déguster sur des tartines de pain.

L’ALTERNATIVE Photos Fotolia, iStockphotos

A

u commencement était le lait. Qu’il soit maternel, de vache, de brebis, de bufflonne ou de chèvre, il constitue depuis des siècles une source d’alimentation essentielle, car il contient de précieuses protéines, du calcium et des vitamines nécessaires au bon fonctionnement du corps. Mieux encore: le lait se décline en de nombreux produits: crème, yogourt, séré, fromage, etc.

Lait de soja

Produit à partir de graines de soja et d’eau, le lait de soja est une alternative végétale au lait de vache. Il est particulièrement apprécié par les personnes allergiques au lait de vache, car il peut être utilisé pour la préparation de nombreux plats, même si le bon goût du lait ou de la crème manquera.


CUISINE DE SAISON Crème Lorsqu’on la fouette, la crème peut doubler de volume. Avant de commencer, il est conseillé de la réserver au frais, tout comme la jatte et le fouet. Astuce: plus la crème est riche en matières grasses, plus elle se prête à l’opération.

Crème fraîche

Lorsqu’on enrichit de la crème non pasteurisée avec des bactéries lactiques et la laisse fermenter, il se développe un goût acidulé, qui s’adoucit avec le temps. C’est ainsi qu’on obtient la crème fraîche. Astuce: la crème fraîche peut être utilisée dans des soupes et des sauces, car elle ne caille pas.

| 47


Pas encore de cadeau? 299.–

+

2 jeux + manette comprise

Ensemble XBox Elite Value 120 Go Console XBox avec prise HDMI ainsi que jeux «Pure» et «Lego Batman» / 7852.870

69.90

Manette sans ffil il pour XBox 360 0 et e PC

99.90

7852.857

le jeu

Forza Motorsport 3 / 7853.001.08987

Lips – Number One Hits, avec micro / 7853.001.09538

Les offres sont valables jusqu’au 15.1.2010 ou jusqu’à épuisement du stock. Vous trouverez ces produits et bien d’autres encore dans tous les magasins melectronics et les plus grands magasins Migros. FCM

Sous réserve de modification de prix, de modèles et d’erreurs d’impression.


Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

BRÈVES

Produit de la semaine

Sticks d’ail en sachet de 70 g au prix du jour. Ces tiges d’ail donnent un goût particulier tout en douceur à tous les mets. Idéales dans les soupes, les sauces ou dans la salade, elles sont les fleurs de l’ail et poussent en surface.

Offre Ecole-club Défense pratique contre le hacking. Découvrez les méthodes et outils des hackers. Augmentez ainsi la prise de conscience des risques liés à la sécurité et affinez les mesures de protection et de défense. Ce cours est destiné à des spécialistes IT. Informations complémentaires sur: www.ecole-club.ch/business ou au 0844 373 654.

InterMezzo Le culte autour de Finn, locataire du parc aux ours de Berne, a pris des proportions flirtant gaiement avec le grotesque. Ci-après un exemple parmi d’autres. Une personne probablement bien intentionnée a demandé gratuitement à plusieurs reprises et dans différents points de vente Migros du saumon, prétendument pour le fameux Finn. Les réponses, négatives, l’ont laissée dans l’incompréhension la plus totale, surtout quand on lui a expliqué que l’ours, même sans le saumon de Migros, bénéficiait des soins les plus attentifs en prenant pour modèle le slogan «Pain pour le prochain, saumon pour Finn». Quelle leçon tirer de cette histoire? Si vous avez envie d’un tournedos, demandez au boucher s’il en offre un gracieusement à Finn.

VOTRE RÉGION MIGROS AAR

| 49

Les collaboratrices et collaborateurs de Migros Aar vous souhaitent de

très belles fêtes!


50 | Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

«Migros ne ferait jamais une chose pareille!» Chers coopérateurs, chers clients,

S

uite à la crise financière et aux bonus exorbitants des banquiers, les médias ont beaucoup parlé de la perte de crédibilité de certains milieux. Au final, beaucoup se sont posé la question à quoi ou à qui puis-je encore accorder ma confiance? Certains ont même été jusqu’à se demander si quelqu’un pouvait encore la mériter? Pour moi, la confiance est générée par une personne ou une entreprise agissant dans le cadre de valeurs communes ou dans le respect de principes moraux. Elle ne se commande pas. «Crois-moi» est une invitation inutile et qui sera ignorée ou en tout cas mal perçue, car la confiance ne peut s’établir qu’en réponse à un comportement et des actions qui la font naître. Pendant ses presque huitantecinq ans d’existence, Migros a bâti la confiance pas à pas, jour après jour. Aujourd’hui, elle jouit dans notre pays du crédit le plus important de la part du public. Ce précieux atout doit être entretenu avec beaucoup d’attention. C’est pourquoi tous les signaux d’alarme s’allument chez moi lorsque nous recevons des lettres de clients nous accusant d’abus de confiance. «Il est certain que Migros ne ferait jamais une chose pareille», est ma première réaction à la lecture d’un courrier contenant des reproches. Toutefois, ma certitude que Migros ne peut pas commettre de telles erreurs ne doit pas m’entraîner à sous-estimer les remarques faites. Celles-ci doivent être prises comme une invitation personnelle, sans tergiversation, à me mettre à la place du client. Pourquoi en effet quelqu’un prendrait-il la peine de porter ces faits à notre connaissance? Que s’est-il

Beat Zahnd, directeur Migros Aar.

passé qui a pu engendrer de tels reproches à notre encontre? Je tiens toujours à connaître exactement les circonstances précises de l’incident. Le bénéfice du doute (in dubio pro reo) qui profiterait à l’accusé, donc à Migros Aar, ne peut sous aucun prétexte entrer en ligne de compte. Chez nous, le plaignant a toujours raison et si on veut l’exprimer en d’autres termes, on peut le traduire par: «Le client est roi.» La confiance que celui-ci nous accorde doit être préservée et ne peut donner lieu à aucun compromis.

Une formule idéale? Trois exemples vont illustrer mon propos. Vous savez probablement que le conditionnement de l’eau minérale M-Budget a passé de 1,5 litre à 2 litres. Il est fort probable que ce changement a provoqué chez vous une réaction. «Trop lourd, trop encombrant, peu pratique» ont donc été les commentaires qui ont souvent accueilli cette nouveauté. Malgré des investissements importants, Migros reviendra à l’ancienne bouteille plus petite. Car la confiance ne

s’établit que lorsque nous prenons conscience de vos désirs et commentaires et que nous agissons en conséquence. Le deuxième exemple concerne le nouveau type de supermarché du centre commercial Shoppyland. Ce nouveau concept plaît à nos clients qui le trouvent fort pratique. Rien d’étonnant à cela, car, pour établir et réaliser notre concept de magasin 2010 au Shoppyland, nous n’avons rien fait d’autre que de réunir et d’analyser vos envies, remarques et attentes. Nous les avons collectées dans des milliers de questionnaires et les avons transposées en mesures concrètes. Le dernier et troisième cas concerne Thoune où nous n’avons pas hésité, malgré un risque infime, à fermer le centre commercial pour dix jours, afin d’effectuer certains travaux de démolition sans aucun danger pour nos clients et collaborateurs. Et ceci pendant la période commerciale des cadeaux de Noël, malgré les pertes et les coûts que cette fermeture entraîne! Je pense que ces trois exemples sont des preuves de confiance réciproque, de respect et de considération. Pour être tout à fait clair: Migros Aar existe grâce à ses 12 000 collaborateurs. Ces personnes font des erreurs comme vous et moi. Les relever, les admettre et la prochaine fois mettre un M de plus à meilleur est un petit – mais important – pas en direction de davantage de confiance. Au nom de tous les collaborateurs, je vous remercie pour la confiance que vous nous avez accordée tout au long de cette année et vous souhaite, à vous et vos familles, de belles fêtes et une bonne et heureuse année 2010. Avec mes meilleures salutations. Beat Zahnd Directeur Migros Aar


VOTRE RÉGION MIGROS AAR

Saskia Würsten, Utzigen

| 51

Niklas Beutler, Langnau

Lukas Ehrbar, Péry

Cartes de Noël 2009

Nina Reber, Heimberg

Septante-cinq enfants de collaborateurs de Migros Aar ont participé au traditionnel concours. Nous vous présentons le résultat de leur travail.

C Valentina Bärfuss, Thoune

omme d’habitude, il n’a pas été facile pour le jury de sélectionner six cartes parmi les septante-cinq ravissantes reçues. Voici tout de même le réVo sultat de leurs délibérations et les six cartes de Noël officielles de 2009. Les six gagnants recevront cinquante exemplaires de leur œuvre et tous les participants une carte-cadeau Migros. (Bo)

Vanessa Insalaco, Granges


VENTES DURANT LES JOURS DE FÊTE SAMEDI 26 DÉCEMBRE 2009 ET SAMEDI 2 JANVIER 2010 CANTON D’ARGOVIE ET DE SOLEURE Ouverture normale dans tous les magasins.

t ssortimen sur tout l'a s ompris de Migros y c . s pécialisé marchés s

CANTON DE BERNE Gstaad, Interlaken*, Meiringen, Zweisimmen Veuillez tenir compte des horaires d'ouverture du magasin sur place. VOUS TROUVEREZ ÉGALEMENT TOUTES LES HEURES D’OUVERTURE SUR WWW.MIGROS-AARE.CH * Y compris les marchés spécialisés.

Société cooperative Migros Aar

VENTES NOCTURNES DANS TOUS LES MAGASINS DE LA SOCIÉTÉ COOPÉRATIVE MIGROS AAR (CANTONS AG, BE, SO): MERCREDI 23 DÉCEMBRE 2009, OUVERTURE JUSQU’À AU MOINS 20 HEURES


Actuell du 20 décembre 2009 au 2 janvier 2010

Menu de fête Steak de porc aux champignons des bois, gratin de pommes de terre et haricots au miel + biscuit de Noël gratuit (Viande suisse)

13.80 Dessert de fête Café/Thé avec Croquant Noisette

4.90


54 | Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

Au secours, j’ai le blues pendant les Fêtes!

Alors que la plupart des gens sont en train de décorer leur maison et préparer les cartes de vœux, d’autres broient du noir et attendent avec impatience le 3 janvier. Conseils pour éviter cette déprime.

D

ans les rues, tout est prêt: les décorations scintillent, les arbres sont richement garnis, les vitrines sont pleines de neige artificielle et de guirlandes. Les gens se bousculent pour dénicher leurs derniers cadeaux de Noël.

Pour nombre de personnes, Noël rime avec déprime.

Pendant ce temps, Jessica* reste cloîtrée chez elle. Les symptômes annuels qu’elle attendait n’ont pas manqué de faire leur apparition mi-novembre: nervosité, angoisses, idées noires, mauvaise humeur… «La période des Fêtes de fin d’année est toujours terrible,


VIE PRATIQUE MIEUX VIVRE entre le stress et les tensions familiales. Un mois à l’avance, ma mère m’appelle déjà pour savoir où l’on fêtera et ce que je compte offrir à mon frère!» Les Noëls de son enfance sont pourtant heureux. Une innocence qui perdure jusqu’à l’âge de 20 ans, lorsqu’elle se rend compte que «Noël, ce n’est plus si drôle qu’avant, qu’il y a souvent de grosses engueulades familiales et un stress important, car il faut fêter huit fois.» Lorsqu’elle dit qu’elle déprime, son entourage réagit négativement: «Ils me disent que ce n’est pas le moment de faire mon caprice, que je dois être heureuse pour les autres!» Comme Jessica, ils sont beaucoup à souffrir durant cette période. Certains spécialistes avancent même le chiffre d’une personne sur trois (sans qu’il y ait d’étude approfondie sur le sujet). En cause: souvent une solitude pesante, un deuil, un divorce houleux. Mais pas uniquement: «Les fêtes sont toujours des rappels du passé. Souvent aussi, elles sont ennuyeuses à mourir et on déprime à l’avance», explique Josiane Charmillot, psychologue psychothérapeute FSP à Bienne. Dans nos contrées occidentales – et dans tous les films –, Noël est LA fête de la famille. On s’y retrouve autour d’un sapin, alors que dehors il neige à gros flocons, on discute, on rit, on s’embrasse. Nulle part, on ne suggère qu’il existe un droit à la tristesse, à la non-envie de célébrer Noël. «On les pointe

Si ça ne va vraiment pas

Si la déprime ne passe pas, vous pouvez en parler. Des associations se tiennent à votre écoute 24 heures / 24. La Main Tendue au 143 répond par téléphone ou par courriel. Pour les jeunes adultes (18-25 ans) ou les jeunes parents, l’association Telme répond aux questions sur www.telme.ch. La Fédération suisse des psychologues a mis des conseils sur son site pour savoir si une consultation est recommandée: www.psychologie.ch

du doigt, on leur dit qu’ils n’aiment pas leur famille s’ils ne participent pas. Il faut se libérer de ces chaînes imaginaires, ne pas culpabiliser de ne pas aimer les fêtes. On n’est obligé de rien», insiste la psychologue. Si Jessica a le moral en berne à l’approche des Fêtes, c’est aussi parce que son père est décédé il y a quelques années. «Ça a cassé quelque chose. Avant, on ne se posait pas de questions, Noël se passait toujours au même endroit, selon le même schéma. Tout a été chamboulé et la famille s’est un peu perdue. Encore aujourd’hui, on recherche une stabilité.» Lors de la veillée, tout le monde se retrouve et de vieilles rancœurs reviennent sur la table. «Les conflits de famille peuvent être réactivés. Des colères, des déceptions refoulées refont surface», note Josiane Charmillot. Et même si elles ne sont pas dites, la personne en souffrance les ressent fortement. «On n’est pas fait de morceaux de vie, on réagit par rapport aux éléments du passé qui ressortent.»

Demander de l’aide au besoin

Mais alors, existe-t-il une solution miracle pour éviter le blues de Noël? «S’il revient chaque année, c’est peut-être parce qu’il y a un malaise plus profond avec la famille. Une consultation peut alors s’avérer bénéfique, estime la psychologue. Mais tout ne doit pas être figé dans une seule manière de faire. On devrait aussi accepter que passer les Fêtes seul ne signifie pas que personne ne nous aime.» Pour survivre à l’onde de choc, Jessica a inventé une nouvelle méthode cette année: «J’ai préparé tous mes cadeaux début novembre, lorsqu’il n’y avait encore personne dans les magasins. J’ai dit à ma famille et à celle de mon mari qu’on ne fêterait Noël qu’une seule fois, chez moi, le 24 au soir. Et tant pis pour ceux qui ne viendront pas, je ne veux plus me stresser.» Depuis peu, son petit garçon de 3 ans commence à prendre conscience de ce qu’est Noël et se réjouit. «Ses yeux pétillent, il se précipite chaque matin sur les portes du calendrier de l’avent. Je retrouve

| 55

Dix conseils pour éviter la déprime 1. Vivez Noël pour vous aussi: offrez-vous un cadeau. Pas juste une pâtisserie à la boulangerie du coin, un vrai: un parfum, des bottes, un voyage. 2. Pratiquez un sport. Une promenade quotidienne de 30 minutes, du bowling. Si vous préférez rester à la maison, essayez la Wii, courbatures garanties! 3. Si la perspective d’être seul durant les Fêtes vous effraie, allez tendre un coup de main aux soupes populaires et passer la soirée avec les gens qui y seront. 4. Bricolez, occupez-vous les mains et l’esprit: des décorations de Noël, un puzzle, une porte à repeindre... feront l’affaire. 5. Surtout, ne restez pas seul à ruminer. Appelez un ami, sortez boire un verre. Ne vous isolez pas. 6. Vous pouvez tenter les techniques du yoga: asseyez-vous confortablement en tailleur, fermez les yeux et respirez profondément plusieurs fois de suite, jusqu’à ce que la sensation de calme intérieur vous envahisse. 7. Faites plaisir aux autres, que leurs yeux brillent. Le bonheur est contagieux. 8. Dites-vous que vous n’êtes obligés à rien. Vous n’aimez pas Noël? Ne fêtez pas Noël. Et surtout ne culpabilisez pas! 9. Rêvez! Evadez-vous, imaginez-vous sur une île, étendu au soleil, inventez-vous un scénario pour vous échapper quelques heures de la réalité. 10. Profitez de l’hiver pour faire revivre tous les souvenirs d’enfance: se rouler dans la neige, luger, faire des bonshommes de neige.

un peu cette magie. Ma grosse dépression des fêtes de fin d’année est peut-être terminée. C’est sûr, je serai toujours nerveuse, mais je me laisse mieux vivre.» Apprivoiser Noël, c’est peutêtre la clé du problème, prendre les choses comme elles viennent et sa famille comme elle est. Car même si l’agitation dans les rues

commence déjà fin novembre, il reste onze mois de sérénité. «A contrario, certaines personnes dépressives se sentent plus heureuses à Noël, car elles voient plus de gens, elles sont mieux entourées», conclut Josiane Charmillot.

Mélanie Haab Photo bab.ch

*prénom d’emprunt

Publicité

Bien dormi? zeller sommeil forte – avec valériane et houblon

• favorise

l‘endormissement et un sommeil réparateur

• 1 comprimé 1 heure avant le coucher

Max Zeller Söhne AG 8590 Romanshorn

zeller sommeil forte est un médicament phytothérapeutique. Disponible en pharmacie et droguerie. Veuillez lire la notice d‘emballage.


Publireportage

La cuisine de grand-maman est la meilleure! Les plats préférés de grand-maman maintenant à votre Migros.

Vous appréciez la cuisine de caractère et adorez les petits plats que mitonne votre grand-maman? Réjouissez-vous: des mets classiques helvétiques sélectionnés retrouvent le chemin de la table, simplement et rapidement, grâce aux menus tout prêts «Grandmaman» d’Anna’s Best. Lorsque la cuisine sent le pot-au-feu, la pu-e rée de pommes de terre, les petits pois ou le rôti, les souvenirs d’enfance refont surface.. Aujourd’hui, comme hier, rien n’est meilleurr qu’un savoureux menu fraîchement préparé é par grand-mère. Pourtant, lorsqu’on essaie e e de concocter les mets traditionnels comme son aïeule, le résultat est rarement à la hau-teur: le bon livre de recettes ou le temps à consacrer à la cuisine font défaut. Adieu ju-teux rôti de porc! La tradition au goût du jour La cuisine rustique et patriotique est à la mode: jeunes et moins jeunes redécouvrent les spécialités d’une époque oubliée. Leur préparation, en revanche, est restée compliquée pour beaucoup. Qui sait encore mitonner une bonne sauce dans les règles de l’art? Aujourd’hui, peu de gens ont le temps et l’envie de se plonger dans la préparation de recettes bien helvétiques, de rechercher les ingrédients nécessaires et de les mitonner longuement. Heureusement, à Migros, les plats de grand-maman sont à portée de main. Rapidement et simplement. Tous les jours dimanche Grâce à la nouvelle ligne d’Anna’s Best, vos mets préférés de la cuisine de grand-maman sont prêts en un tour de main. Il suffit de

réchauffer les menus prêts à l’emploi et de les déguster. Naturellement, tous les plats «Grand-maman» sont préparés d’après des recettes originales issues de l’époque de votre aïeule. Anna’s Best. Le temps de vivre.

*

*E En vente uniquement i d dans les plus grands magasins Migros.

Le secret de grand-maman Sur chaque emballage, «Grandmaman» dévoile un secret de cuisine. Par exemple le piquage de la viande avec des pruneaux: une méthode éprouvée pour éviter que la viande ne se dessèche lors de la cuisson. Les fruits apportent en prime une note sucrée toute particulière au rôti. Vous en apprendrez davantage sur «Grand-maman» ici la semaine prochaine!


VIE PRATIQUE MIEUX VIVRE

Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

| 57

Papa, et si on reparlait?

L’arrivée d’un gendre, d’une belle-fille ou de petits-enfants met parfois à mal les relations entre parents et enfants. Il est cependant possible de dépasser ces conflits qui s’avèrent hautement utiles pour grandir. Une piste avec la thérapie Imago.

U

ne mère et sa fille qui ne se parlent plus depuis une année. Un père qui coupe les ponts avec ses parents parce qu’ils n’acceptent pas sa femme: une fois adulte, et a fortiori lorsqu’on devient soi-même parent, il arrive que les relations avec ses propres géniteurs se compliquent, parfois jusqu’à la rupture. Comment renouer le dialogue et retrouver une relation saine? Rien d’impossible pour Carla et Carlo Trippi. Afin de restaurer les relations en souffrance entre enfants adultes et parents, ces deux thérapeutes installés à Lausanne utilisent un outil généralement employé pour remettre un couple sur pied: la technique Imago.

Construire un pont entre deux personnes

«Cette méthode est très particulière et précise pour créer de la relation. Et à partir du moment où les personnes sont en relation, les problèmes se résolvent», affirme Carla Trippi. Qui insiste sur la différence entre communiquer et être en relation. «On peut faire passer un message sans être en relation, qui signifie construire un pont entre les deux personnes, avec les yeux, les oreilles, le cœur, être véritablement présent.» Physiquement aussi. Dans ses séances, la thérapie Imago invite ainsi les

Il existe des outils pour restaurer une relation brisée entre enfant et parent.

deux protagonistes à s’asseoir très proches l’un de l’autre, face à face. Et Carla Trippi d’évoquer cette mère et sa fille qui, grâce à cet intense échange visuel déjà, ont rétabli le contact en une rencontre,

Imago et la Maison du couple

Fondée par le psychologue américain Harville Hendrix, la thérapie relationnelle Imago propose aux couples d’accueillir conflits et frustrations comme autant d’opportunités de croissance pour eux et pour chacun des partenaires. Carlo Trippi et sa femme l’ont développée en Suisse et ont ouvert la Maison du couple, à Lausanne, qui travaille avec cette méthode. Régulièrement, ils organisent aussi des stages parentsenfants. En 2010, la Suisse romande comptera une quarantaine de thérapeutes formés à la technique Imago.

Plus d’infos sur: www.imago-therapie.com et www.lamaisonducouple.ch

pleurant ensemble des larmes de réconciliation. Encore faut-il que les deux parties soient d’accord de faire ce premier pas, de collaborer en acceptant d’essayer une ou deux séances de thérapie. Ce qui n’est pas gagné d’avance quand les deux partenaires ne se parlent plus ou campent chacun sur ses positions… L’expérience fait pourtant dire à la thérapeute qu’en général les parents acceptent ce genre de demande venant de leur enfant, parce qu’ils sont rarement heureux quand il y a une rupture. Bien sûr, il y a des cas extrêmes où le mieux à faire c’est justement de couper les liens et de faire un travail de distance, explique Carla Trippi. Parce que

les parents toxiques ou destructeurs existent, si on parle d’abus, de viols ou de manipulation. «Les parents sont des personnages tellement importants. Il s’est passé tant de choses avec eux depuis notre naissance.» C’est simple, pour Carla Trippi, tous les conflits entre parents et enfants adultes sont reliés à des problématiques vécues dans l’enfance. Comme des blessures qui sont réactivées. Voilà qui expliquerait leur complexité, la douleur et toutes les fortes émotions qu’ils entraînent. Par exemple, une dispute tournant autour du nouveau gendre qui fait l’objet de critiques de la part des beaux-parents tire peut-être ses origines


58 |

VIE PRATIQUE MIEUX VIVRE

d’une attitude intrusive que les parents avaient déjà quand leur fille était petite. Parfois, les grands-parents reproduisent aussi avec leurs petits-enfants des comportements qui fâchaient déjà leurs propres enfants. «Dans les dialogues spécifiques que propose la méthode Imago, les problèmes d’enfance sont rapidement visibles. C’est un outil très puissant pour visiter cette période de vie. Et surtout pour réparer», assure Carla Trippi. Mettre au jour les blessures du passé, nettoyer la plaie et la panser pour en sortir adulte, et régler ses problèmes en tant qu’adultes et non plus en petit enfant de sa maman: tout un programme qui ne commence en tout cas pas en cherchant un coupable.

Etre avant tout à l’écoute de l’autre

«Dans notre démarche, le but n’est pas de savoir qui a tort et qui a raison. Chacune des deux personnes en conflit a sa vision. Les deux sont valables. L’important, c’est d’être à l’écoute de l’autre, même si on n’est pas d’accord. Il y a deux mondes: chacun invite l’autre à visiter le sien, à le comprendre. Et on évolue ensemble: il y a à apprendre des deux côtés. On découvre l’homme ou la femme en face de soi et non plus seulement le parent ou l’enfant.»

Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

choses, mais qui produisent de grands effets. «Quand les gens savent faire ce dialogue, ils peuvent continuer sur le même mode.»

Se demander ce que l’on veut exactement

«Passer du reproche à la demande, c’est la clé pour nous», appuie Carla Trippi. Nous sommes en effet tous très doués pour critiquer et reprocher, mais que voulonsnous exactement? Se poser la question et y répondre, c’est gagner des semaines et des semaines de thérapies. Et qu’on se rassure tous: nos conflits avec nos parents ne sont pas complètement inutiles. C’est même ce qui contribue le plus à nous faire grandir! «Il faut aussi voir ce que le mauvais côté des parents apporte!» C’est comme ça que les enfants évoluent, développent des capacités particulières (laissé à lui-même, un enfant développera par exemple une créativité incroyable). Pour Carla Trippi et son mari, les points d’accroche sont autant de possibilités de travail sur soi, d’opportunités de se créer une vie différente de celle de nos parents. «Les conflits que nous avons avec nos parents, nos enfants ou nos conjoints sont nos maîtres!» Isabelle Kottelat

Les retrouvailles entre enfant et parent sont parfois très intenses.

Des services de médiation

Lorsque le dialogue ne se renoue pas, mais que des petits-enfants se trouvent par exemple pris entre deux feux, il existe des organismes spécialisés dans la médiation entre parents, enfants et grands-parents. Ainsi l’Ecole des grands-parents (EGP), à Lausanne, travaille à la prévention des ruptures familiales et soutient les grands-parents en difficulté en proposant notamment une permanence téléphonique gratuite «Allô Grands-parents», le lundi de 15 à 17 heures au 021 311 13 39, ou des consultations juridiques individuelles destinées exclusivement aux questions de grands-parents, en particulier sur le droit de visite de leurs petits-enfants. Plus d’infos sur: www.lausannefamille.ch/EGP Plus d’adresses sur: www.lafamily.ch

Après la visite du passé, la démarche s’attelle ainsi à la construction de l’avenir. Avec du concret. «Nous demandons à chacun de faire quelque chose que l’autre demande,

pendant un temps limité.» Du genre «j’aimerais que tu m’appelles une fois par semaine ou par mois pour me demander comment je vais». Il s’agit souvent de petites

Photos Getty et Plainpicture

Publicité

Simple et avantageux, seulement 28 ct/min. 59.90

LG KP 235, avec carte SIM et Fr. 15.– de crédit de conversation, verrouillage SIM / 7945.404

M-Budget Mobile ne vous facture que 28 ct/min pour u les ap appel appels p s vers tous les réseaux suisses et vers toute l’Europe. Vous trouverez plus de renseignem renseignements ements dans votre Migros et sur www.m-budget-mobile.ch www m budget mobile ch Enregistrement obligatoire lors de l’achat. Maximum de 3 enregistrements/appareils par personne.

Également disponible chez melectronics et dans tous les Swisscom Shops.


ACTION OFFRES VALABLES SEULEMENT DU 22.12 AU 29.12.2009 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK SUR TOUS LES PRODUITS CANTADOU SALADE & APÉRITIF

Invitez la Provence à l’apéritif

33%

1.95de 2.90 au lieu

Cantadou Salade & Apéritif*

*Disponibles dans les plus grand magasins Migros

Cantadou est en vente à votre Migros et sur LeShop.ch


u ! t a alés nan et s inte ks Ma snac on ray

Gran Pavesi – le snack pour l’apéro à l’italienne.

Formation École Professionnelle Massages et Naturopathie

'3+0. ( !&47)& &, ( 51+.144&

$$$-#2/%3061,"34-*#

App. vacances &"?7@ 85 $"?<<17 +---C@"?<<17?C=()

' <105B ! <" @59"?75: @608?1@ 82@ %BC 34DCA: ".."B659576@ 82@ %BC ,3DCA: =0B5 6(5B9"<5 3 @59C %BC 4DDCA $"?<<17?A#"="7=5@ D>4 ;3> *, /4

L’offre de L’offre de la semaine:

Entreprises RECOLOREZ VOTRE SALON CUIR ou recouverture cuir ou tissu

026 656 15 22 – www.cuir-leder.ch

CHALETS TRAEGER SA A le plaisir de vous annoncer sa grande vente de Mobilhomes Au camping Les Lacustres

1470 Estavayer-le-Lac

102 rendez-vous reportés. 5 ans sans aller au cinéma. 1 nouveau remède contre le cancer découvert. Votre don nous permet de soutenir les chercheurs qui s’engagent dans la lutte contre le cancer. Grâce à vous, de plus en plus de personnes ont une chance de guérison. CP 30-3090-1

Env. 20 modèles exposés Prix de déstockage usine, les meilleures offres qualité/prix Rendez-vous conseillé, n’hésitez pas Hans-Jörg von Allmen se tient à votre disposition au +41 79 358 45 34 et 026 663 41 00 e-mail: henritraegersa@bluewin.ch site: www.chalets-traeger.ch

VERRE D'ALORS! Roulez gratuitement une année sur l'autoroute!

Nouvelle année = nouvelle vignette autoroutière Sur présentation de cette annonce, pour chaque réparation ou chaque remplacement de pare-brise vous recevrez gratuitement une vignette 2010! (Offre valable du 1er décembre 2009 au 31 janvier 2010)

Gran Pavesi: salé, non salé ou aux olives – trois variétés offrant une grande diversité de délicieux amuse-bouches pour l’apéro.

Gran Pavesi est en vente à votre Migros

Muri BE Berne Bienne Horw Hunzenschwil Oberwil Urdorf St-Gall Winterthour Zofingen Zurich Oerlikon Genève Givisiez Neuchâtel Villars-Ste-Croix Camorino Losone Pambio-Noranco

Thunstrasse 162 Bethlehemstrasse 40 Rue du Milieu 16a Altsagenstrasse 5 Hauptstrasse 12 Feldstrasse 11 Heinrich-Stutz-Strasse 2 Langgasse 137 Tössfeldstrasse 35 Untere Brühlstrasse 50 Siewerdtstrasse 99 Avenue Blanc 53 Route du Crochet 1 Rue des Draizes 80 Croix du Péage 28 Via Monda 1 Via Arbigo 78 Via Cantonale

031 938 48 48 031 994 19 80 032 341 64 91 041 342 14 40 062 897 58 90 061 403 10 20 044 777 25 30 071 244 57 41 052 214 11 15 062 752 05 15 043 333 52 83 022 731 84 90 026 466 56 01 032 731 03 45 021 351 78 78 0840 30 60 90 0840 30 60 90 0840 30 60 90

Que pour les personnes privées! Validité dans les filales DESA.

Le spécialiste tout près de chez vous!

infonord@desa-autoglass.com www.desa-autoglass.com


MOTS FLÉCHÉS

Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

LIER DES BRANCHES TAXÉES

BRILLANTE SIDÉRURGIES

A gagner

5 bons d’achat Migros d’une valeur de 100 francs chacun.

PROCHE PATRIE D’ ABRAHAM

POISSON FATIGUÉ

ALCALOÏDE TOXIQUE DUPÉ

RÉDUCTION

7

6

PAYE AMOUREUSE

DÉVÊTUE

9 SINGE

Comment participer:

* A * A * B * L * T * S * U *

S P E C I A L I S A T I O N S

* P R I O R A T * I R R E E L

P E R E N N I S A T I O N * O

* E * O R T I S E U R * R I E S

www.saison.ch

* T O N G

R E M U A

* E S * E T I R N *

* E T * E * T * T * M A R I A

T R A N S F I G U R A T I O N

EXHIBERA COPAIN SUR LA TAMISE

FLEUR NAVIRES

Par courrier (courrier A): Migros Magazine, Mots fléchés, CP, 8957 Spreitenbach Par courriel: www.migrosmagazine.ch/motsfleches Par SMS: envoyez MMF puis la solution au numéro 919 (Fr. 1.-/SMS ) Par téléphone: composez le 0901 567 568 (Fr. 1.-/appel) et communiquez la solution ainsi que votre adresse sur le répondeur. Délai: votre carte postale, votre courrier électronique ou votre appel doit nous parvenir au plus tard dimanche 27 décembre 2009, à 18 heures. * A N I S E R A * A I R E N T

C I T E E * S O U P L E S S E

Solution Problème n° 51

Mot: gérontologue

Gagnants Mots fléchés n° 50

Nathalie Caillet, La Chaux-de-Fonds (NE); Anny Seydoux, La Tourde-Trême (FR); Luisella Clerici, San Nazzaro (TI); Gustave Savioz, Ayent (VS); Michelle Lamotte, Moudon (VD).

| 61

3

10

5 GROS TITRE HABILETÉ

ÉCLOSE FLEUVE

CHARRUES

1 SUR-TILLE

VOYAGERA TRIBU ISRAÉLITE

LITANIE

RADIUS MARIAGE

PAREILS PATRIE DE ZÉNON

CERTAIN MANIPULÉE

OISEAU RIVIÈRE SUISSE

FLÂNER

4

LOUPAI

12 GRAVERAI

PAS PAYÉ

8

RIDEAUX USE LENTEMENT PRINCE TROYEN

11

RICHES EN

2 GRAINS

© Alain Dubois

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

IMPRESSUM MIGROS Magazine Construire case postale 1751, 8031 Zurich Hebdomadaire du capital à but social www.migrosmagazine.ch Tirage contrôlé: 508 186 exemplaires (REMP octobre 2009) Lecteurs: 612 000 (REMP, MACH Basic 2009-2) Direction des publications: Monica Glisenti Direction de Limmatdruck SA: Jean-Pierre Pfister Directeur des médias Migros: Lorenz Bruegger

Responsable de projets: Ursula Käser Rédaction: redaction@migrosmagazine.ch Téléphone: 044 447 37 37 Fax: 044 447 36 02 Rédacteur en chef: Steve Gaspoz Rédacteur en chef adjoint: Alain Kouo Département Magazine: Patricia Brambilla, Laurence Caille, Mélanie Haab, Virginie Jobé, Pierre Léderrey, Laurent Nicolet, Alain Portner

Département Actualités Migros: Daniel Sidler (responsable), Pierre Wuthrich (coordinateur pour la Suisse romande), Béatrice Eigenmann, Jonas Hänggi, Florianne Munier, Christoph Petermann, Daniel Sägesser, Michael West Département Shopping & Food: Jacqueline Jane Bartels (responsable), Eveline Schmid (adj.), Heidi Bacchilega, Anna Bürgin, Tina Gut, Dora Horvath, Martin Jenni, Fatima Nezirevic, Nicole Ochsenbein Anna-Katharina Ris Mise en pages: Daniel Eggspühler (responsable), Werner Gämperli (adj.) Layout: Diana Casartelli,

Marlyse Flückiger, Nicole Gut, Bruno Hildbrand, Gabriela Masciadri, Tatiana Vergara Photolithographie: René Feller, Martin Frank, Reto Mainetti Prépresse: Peter Bleichenbacher, Marcel Gerber, Felicitas Hering Service photo: Tobias Gysi (responsable), Regula Brodbeck (resp. pour la Suisse romande), Anton J. Erni, Franziska Ming, Susanne Oberli, Olivier Paky, Christina Rohner, Ester Unterfinger, David Zehnder Correction: Paul-André Loye Internet: Laurence Caille Secrétariat: Jana Correnti (responsable),

Publicité

VOTRE HÉRITAGE, C’EST L’AVENIR DE NOS PATIENTS

Pour commander notre brochure legs, contactez-nous au 0848 88 80 80. WWW.MSF.CH | CP 12-100-2

Imelda Catovic, Cony Kappeler Sylvia Steiner Département des éditions: edition@migrosmagazine.ch Téléphone: 044 447 37 70 Fax: 044 447 37 34 Bernt Maulaz (chef du département), Simone Saner Abonnements: abo@migrosmagazine.ch Sonja Frick (responsable), Téléphone: 044 447 36 36 Fax: 044 447 36 24 Annonces: annonces@migrosmagazine.ch Téléphone: 044 447 37 50 Fax: 044 447 37 47 Reto Feurer (chef du département), Nicole Costa, Verena De Franco, Silvia Frick, Yves Golaz,

Janine Meyer, Janina Prosperati, Hans Reusser, Patrick Rohner (chef projet média), Eliane Rosenast, Kurt Schmid, Jasmine Steinmann, Nicole Thalmann Marketing: edition@migrosmagazine.ch Téléphone: 044 447 37 70 Fax: 044 447 37 34 Jrene Shirazi (cheffe du département) Editeur: Fédération des coopératives Migros IMPRIMERIE Centre d’impression Edipresse, 1030 Bussigny


62 | Migros Magazine 52, 21 décembre 2009

Mathilda et ses anges

Depuis une quinzaine d’années, la Fribourgeoise Mathilda Raboud crée des anges. Et ses compagnons de vie joufflus et terriens n’ont rien de messagers éthérés. MES PASSIONS

P

artout des anges. Au milieu du jardin, sur le pas de la porte de la maison, accroché à la façade. Dans l’atelier, dans l’habitation, ainsi qu’une nuée d’exemplaires dans la caverne d’Ali Baba en attente de nouveaux propriétaires. Depuis près d’une quinzaine d’années, la céramiste et sculptrice Mathilda Raboud donne naissance à des êtres «censés faire du bien, apporter un message de bonheur». Faire des anges: un besoin vital pour Mathilda Raboud qui trouve là un moyen d’exprimer sa fantaisie et sa poésie. C’est dans son enfance qu’a débuté ce compagnonnage. «Ma mère m’a donné le goût de la prière, se souvient-elle. Moi, je ne parle pas d’église. Je suis croyante, mais j’avance à ma manière. Les anges m’aident à me construire.» Elle s’adonne à la céramique «avec un esprit d’enfance» confiant vivre des moments d’extase dans son travail. Voilà qui explique pourquoi cette femme menue malaxe la terre chaque jour depuis une vingtaine d’années, soulevant parfois des pièces très lourdes. Ces pièces en terre, en grès, en porcelaine incarnent la liberté, la bonté et la joie de vivre. Ses créatures sont assez éloignées de la représentation du bambin joufflu aux boucles d’or. «Mes anges sont terriens, précise Mathilda Raboud. Ils ne sont pas éthérés dans le ciel.» Bedonnants, l’œil rieur voire coquin, ils ont parfois un petit côté grotesque. Ses créations n’entonnent pas de Gloria. Mais racontent des histoires. «Je la commence et celui qui achète la pièce la poursuit.» Elles se déroulent jusqu’en Autriche, au Canada et aux Etats-

CCarte d’identité Mathilda Raboud, Ma cé céramiste et sculptrice

«La spiritualité et la terre sont mes deux passions que je réunis grâce aux anges.» Son attachement à la terre, cette fille de paysans l’exprime notamment à travers cet ange planté au milieu du jardin.

Naissance: 14 avril 1969. Etat civil: célibataire, maman d’une fille de 16 ans. Signe particulier: je suis passionnée par la vie. J’aime découvrir le côté positif des choses. Je me fais souvent du bien, je suis assez égoïste. Elle aime: manger, dormir, vivre, marcher, le respect, la joie, l’amour, la méditation. Elle n’aime pas: le gaspillage, l’injustice, le manque de tolérance. Un grand rêve: travailler le plus longtemps possible. La création me fait vivre.

Unis. «L’art doit surprendre, faire du bien, ajoute-t-elle. Il faut qu’il y ait de la magie.» Cette persévérance teintée d’audace et de malice a valu à Mathilda Raboud le Prix du Créa d’Or à Genève en 2003 et le premier prix du 13e concours fribourgeois d’art populaire en 2008. Mais davantage que gagner, Mathilda Raboud considère que l’important est de participer à des concours et d’échanger avec les autres artistes. Toute l’année, les anges accompagnent l’artiste. Pas seulement à l’approche de Noël. Cette fête évoque pour elle le plus beau cadeau de sa vie: sa fille. Laurence Caille Photos Mathieu Rod

Sur internet: www.ventre-a-terre.ch

MON ANGE PRÉFÉRÉ Je l’appelle «Mon ange». Il tient une corde, mais ce n’est pas pour me pendre (rires)… On peut rencontrer de grandes difficultés. Je lui demande de m’élever audessus de la terre pour voir les problèmes sous un autre angle.


RÉUSSITE MATHILDA RABOUD

| 63

MON ATELIER C’est un endroit de création, où je peux m’exprimer, créer, travailler les matières sans avoir peur de salir. J’y suis tranquille. Mon atelier est un lieu d’ouverture et de rencontres.

MON PLAISIR ESSENTIEL Ce compagnon incarne le repos nécessaire à avancer pour être content dans la vie, c’est essentiel. Je ne supporte pas la suractivité.

MON LIEU PRÉFÉRÉ MON LIVRE J’aime les séries policières, j’ai beaucoup apprécié les «Frères Karamazov» de Dostoïevski. Je me retrouve dans les états d’âme, ça me fait du bien. Je me replonge aussi volontiers dans les contes soufis. «Maktub» de Paulo Coelho est un livre dans lequel je pioche volontiers. Il peut faire du bien à plein de gens en ouvrant au hasard et lisant une des courtes histoires.

J’aime voyager, mais mon lieu préféré, c’est chez moi. Son bonheur, on se le construit où l’on est. J’ai souvent voulu partir. Mais finalement, où j’ai souffert mille morts, j’ai aussi vécu mille joies. C’est un endroit qui m’a tout le temps permis de me ressourcer. Cette ferme m’a délivré des trésors.


AUSSI DÉLICATS QUE DÉLICIEUX. PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 22.12 AU 28.12.2009 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

lais! Un régal pour le pa Pain grillé au sur culatello. Recette www.saison.ch 300 Mot-clé: culatello

5.95 8.60 au lieu de

Jambon cru de Parme Beretta prétranché, Italie, 95 g

13.60

Culatello di Parma Sélection Italie, les 100 g

6.70

Jambon cru de la grange Heidi prétranché, Suisse, les 100 g

5.90

Jambon cru des Grisons finement prétranché, Suisse, les 100 g

7.–

Jambon cru Rapelli San Pietro prétranché, Suisse, les 100 g


Migros Magazin 52 2009 f AA