Page 1

SOEXTRLIADARITÉ

SUPPLÉMENT SPÉCIAL 47 45, Migros Magazine 8 novembre 2010

Un resto pas comme les autres PAGE 67

La Croix-Rouge au secours des populations civiles

Photo Pierre-Yves

Massot / Arkive

Edition Aar, JAA 3321 Schönbühl-Shoppyland

PAGE 70

ur Tous ensemble po un monde meilleur

Les mille et un visages de la solidarité en Suisse romande. www.migrosmagazine.ch, CONSTRUIRE

NO 45, 8 NOVEMBRE 2010

ne, populaire de Lausan is. Muriset, à la Soupe démun Tout comme Marie Romands s’investissent pour les tre. des milliers de est allé à leur rencon «Migros Magazine»

AUX FOURNEAUX 88

Photo Nicolas Righetti / Rezo

ACTUALITÉ MIGROS 35

Café certifié Utz: responsable et équitable.

Haute gastronomie à quatre mains

EN MAGASIN 83

Baisse de prix au rayon fruits et légumes.

Changements d’adresse: à la poste ou au registre des coopérateurs, tél. 058 565 84 01 E-Mail: serviceabo@gmaare.migros.ch

Bernard Ravet, 19 points au GaultMillau, vient de publier son premier livre de recettes avec l’aide de son fils Guy. Rencontre à Vufflens-le-Château.


NOËL APPROCHE À T Û O G T N A V UN A .0 DE2.11FauÊ2T4.1E2.S 201 Du

PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES

4.50

Bougies cylindriques Rustic 60 x 100 mm orange 60 x 150 mm orange 5.90 60 x 200 mm orange 7.90 Boule Rustic 80 mm, orange 4.90

10.90

Mix Boules Natural Walk* 15 pièces, 3 cm

11.90

Bougie parfumée avec pot en verre Pomme/cannelle, multicolore Orange, multicolore 11.90

* En vente dans les plus grands magasins Migros.

3.90

Bougies à réchaud Pomme/cannelle 9 pièces

15.90

Bougies cylindriques couleur crème l’emballage de 5


À GRANDS PAS!

2.90

4.90

Bâtons de cannelle en fagot*

Étoiles en rotin* 15 cm, rouge avec paillettes rouges

9.90

Noix de Bouddha* sachet de 3 pièces

MGB www.migros.ch W

DU 9.11 AU 15.11.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

4.90

Oreilles d’éléphant* Produits naturels 4 pièces

4.90

Décoration sèche Badam* sachet de 5 pièces

4.90

Twisted Tingting* marron et crème

6.90

Pommes de pin* 3 pièces, nature oblongue

6.90

Pommes de pin* 3 pièces, nature 9–12 cm


4 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

ÉDITORIAL Steve Gaspoz, rédacteur en chef

Une route périlleuse Favoriser l’égalité entre hommes et femmes. Une tâche ardue à

laquelle Patricia Schulz s’attelle depuis près de seize ans comme directrice du Bureau fédéral de l’égalité. Une fonction qu’elle quittera à la fin de l’année, pour poursuivre son combat à l’international en rejoignant le comité d’experts de l’ONU pour l’élimination de la discrimination envers les femmes. L’occasion de nous pencher sur la situation de l’égalité dans la Suisse d’aujourd’hui dans un entretien à lire en page 28. Nul doute que de nombreux progrès ont été effectués, au niveau législatif du moins.

M-Infoline: tél.: 0848 84 0848* ou +41 44 444 72 85 (depuis l’étranger). m-infoline@migros.ch; www.migros.ch M-CUMULUS: tél. 0848 85 0848* ou +41 44 444 88 44 (depuis l’étranger). m-cumulus@migros.ch; www.m-cumulus.ch Adresse de la rédaction: C. p. 1751, 8031 Zurich, tél. 044 447 37 37, fax 044 447 36 02 redaction@migrosmagazine.ch; www.migrosmagazine.ch

Chacun des sexes dispose en effet de droits égaux. Que ce soit face

à l’Etat, la formation, l’emploi, la maladie, la vie, les discriminations ont été officiellement gommées. Ce qui vaut d’ailleurs l’honneur à la Suisse d’occuper la 10e place du classement du World Economic Forum. Mais évidemment, la réalité n’est pas si rose. On a beau se féliciter d’une majorité de femmes au Conseil fédéral, elles restent très rares aux postes clés des entreprises et ce sont toujours elles qui sacrifient leurs études ou leur carrière dès que s’annoncent les joies d’une maternité, etc.

Photos Mischa Imbach, Laurent de Senarclens, LDD, istockphoto

* tarif local

Rome ne s’est pas faite en un jour. L’égalité se construit pierre

après pierre. Promulguer une loi ne change pas les mentalités, les stéréotypes, les cultures. Sans compter qu’en transformant en réalité un principe idéologique, les risques de dérapage sont nombreux. D’ailleurs, n’entend-on pas aujourd’hui déjà de nombreux hommes se plaignant de nouvelles discriminations, en matière de garde d’enfant ou d’emploi par exemple? Donner à l’un sans reprendre à l’autre, voilà le périlleux exercice de l’égalité.

steve.gaspoz@migrosmagazine.ch

Publicité

Rêve d’hiver en Laponie finlandaise Lors de notre circuit riche et varié en voiture de location dans l’hiver nordique, découvrez les paysages enneigés de la Laponie finlandaise et l’imposante région côtière de la Norvège septentrionale. De plus amples informations au tél. 043 211 71 21, www.falcontravel.ch

REPORTAGE 22 La presqu’île d’Olkiluoto, en Finlande, abrite des centrales nucléaires d’un genre nouveau. Elles pourraient servir de modèle à la Suisse. Visite guidée.


CETTE SEMAINE SANTÉ 10

ENTRETIEN 28

Le nombre d’employés qui ont recours à des substances légales ou non pour améliorer leurs performances est en augmentation. Analyse d’un phénomène.

Patricia Schulz, directrice du Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes, quitte ses fonctions après seize ans d’activité. Bilan.

RÉCITS

Dessert

Société

10

Culture

16

Le dopage dans les entreprises. Les chroniques de Jean-François Duval éditées aux PUF.

Energie

La centrale nucléaire du futur existe en Finlande.

ENTRETIEN

Patricia Schulz

ACTUALITÉ MIGROS

Alimentation

Café certifié Utz: doublement savoureux.

Assemblée des délégués

Le «parlement» de Migros s’est réuni pour la 167e fois.

Oceanmania

La récolte des vignettes se termine le 15 novembre.

EN MAGASIN

Noël

22

Une idée de balade automnale: le tour du Grand-Chavalard, au-dessus de la vallée du Rhône dans la région d’Ovronnaz.

CUISINE DE SAISON VOTRE RÉGION

28

35

36

VIE PRATIQUE

Plein air

101

Mieux vivre

107

Voiture

112

Une magnifique balade à faire dans la région d’Ovronnaz. Couple: faire l’amour pour éviter les disputes. La Volvo V70.

39

RUBRIQUES

Migros Flash Temps présents Minute papillon

La chronique de Jean-François Duval.

Pizza

80

Offre aux lecteurs Mots fléchés / Impressum

Baisse de prix

83

RÉUSSITE

Fruits et légumes plus avantageux.

Publicité

C’est ici que se rencontre toute la Suisse. A prix avantageux.

88

Les informations de votre coopérative régionale 95

42

La nouvelle ligne de pizzas surgelées Finizza répond aux goûts de chacun.

85

Des moments de douceur grâce aux fruits surgelés bio.

Bernard et Guy Ravet

Des idées de décoration.

PLEIN AIR 101

|5

Laetitia Porqueddu L’enjoliveuse de manteaux.

6 8 27

115 117 118


6 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

NEWS

Le monde est en fête

Marché de Noël autour de la cathédrale de Munich ou Christmas Shopping dans la scintillante New York avec Hotelplan? Réveillon d’exception à Reykjavik avec Falcontravel? Séjour reposant loin du tumulte en Engadine avec Globus Voyages? Ces voyagistes ont forcément l’offre d’évasion qui vous convient le mieux. Laissez-vous séduire et envoûter par la magie des fêtes de fin d’année. Informations détaillées: www.hotelplan.ch, www.globusvoyages.ch ou www.travelhouse.ch/falcontravel

LE CHIFFRE DE LA SEMAINE

70 000

A l’occasion de la Journée mondiale des animaux, Migros a prélevé, du 21 septembre au 4 octobre, 1% du chiffre d’affaires réalisé sur l’assortiment pour animaux. La somme obtenue de 70 000 francs sera reversée à trois organismes: la Fondation Certodog, la Protection suisse des animaux et la Station ornithologique suisse de Sempach. A Migros, petits emballages riment avec petits prix.

Distributeurs Delizio: échange gratuit Il s’est avéré que les capsules Delizio de la nouvelle génération n’étaient plus compatibles avec les distributeurs de capsules Delizio proposés par Melectronics. Seuls certains modèles sont concernés par ce problème. Les clients en possession d’un tel article peuvent l’échanger gratuitement dans les magasins Melectronics ainsi que les plus grands magasins Migros.

Pour la première fois dans l’histoire de son concours d’art dramatique, le Pour-cent culturel Migros a décerné – outre des prix d’études – des prix d’encouragement. Si les premiers ont pour objectif de permettre aux lauréats de se concentrer entièrement sur leur formation, les seconds visent à soutenir les titulaires lors de la transition entre la fin de la formation et le lancement de leur carrière, souvent difficile. Dans le cadre des auditions organisées à Yverdon-les-Bains et à Zurich, deux jurys internationaux ont décerné quatre prix d’encouragement ainsi que dix prix d’études, dotés de 14 400 francs chacun. Notons encore que, depuis plus de quarante ans, le Pour-cent culturel Migros a déjà investi quelque 36 millions de francs dans la promotion de la relève artistique suisse. Informations: www.pour-cent-culturel-migros.ch/concoursjeunestalents

Photos Pénélope Henriod, Eddy Mottaz, Frédéric Montfort

Soutien aux acteurs suisses

M comme meilleur

Avis aux consommateurs: Migros est 10% son principal concurrent, comme vient de de consommateurs. Non content de ce distributeur annonce une nouvelle baisse

D

ans sa dernière édition, le journal des consommateurs alémanique K-Tipp a comparé les prix de produits conditionnés en petites portions, une solution que privilégient les personnes seules et les ménages peu nombreux. Etant donné que Denner, Lidl et Aldi proposent peu de tels emballages, les journalistes ont pris uni-

quement en considération l’offre de Migros, Coop et Spar. Avec un total de Fr. 75.65 sur quarante articles pris en compte, Migros est 10% meilleur marché que son principal concurrent (Fr. 83.46). La différence est encore plus grande avec Spar qui est 17% plus cher que Migros sur vingt-six articles comparés.


MIGROS FLASH

|7

Energie: Migros récompensée Une nouvelle fois, l’engagement de Migros en faveur de l’environnement a été primé. Fin octobre, le distributeur s’est vu décerner le prix du management énergétique de l’Institut scientifique du commerce de Cologne pour sa politique d’économies d’énergie. Le jury a notamment loué les efforts remarquables de l’entreprise qui, depuis plus de trente ans déjà, œuvre en faveur de la protection du climat. L’utilisation d’énergie renouvelable, le développement de techniques de refroidissement énergétique-

Urs Berger et René Meyer, responsables de la gestion énergétique à Migros, lors de la remise du prix.

ment performantes et la construction de bâtiments écocompatibles ont été salués. Ainsi, avec une puissance de 2,6 mégawatts répartie sur quatorze centrales solaires, Migros fait figure de leader dans le domaine. Tout aussi impressionnant: depuis 1990, la consommation de chaleur a diminué de 40% dans les magasins. Enfin, notons que Migros dispose, avec seize biens immobiliers et 600 000 m2 de surface, du plus grand parc suisse de bâtiments certifiés Minergie.

Paléo: trente livres à gagner

L’ouvrage laisse une grande place aux photographies.

marché

moins chère que le prouver un journal résultat, le de prix. Migros ne se repose toutefois pas sur ses lauriers et annonce une nouvelle baisse de prix. Celle-ci s’élève en moyenne à 7% et concerne quatre-vingts produits de différents secteurs: charcuterie, volaille, surgelés, fruits, légumes et soins bucco-dentaires. A cette fin, Migros investit 25 millions de francs. Lire aussi en page 83.

Edité notamment avec le soutien de Migros, le livre «La magie de l’éphémère»* revient sur les trente-cinq éditions du Paléo Festival. Si les anecdotes savoureuses sont légion, l’ouvrage met aussi à l’honneur les installations artistiques proposées chaque année et laisse une place importante à l’iconographie. Des amusantes photos d’archives aux magnifiques portraits d’artistes, le lecteur plongera avec délice dans l’histoire du plus grand festival open air de Suisse. * En vente dans les plus grands magasins Migros.

A l’occasion de la sortie du livre, «Migros Magazine» met en jeu trente exemplaires de «La magie de l’éphémère». Tentez votre chance en participant: ➔ par téléphone: en compo-

sant le 0901 591 913 (Fr. 1.–/appel depuis un poste fixe) et mentionnez vos nom et adresse. ➔ par SMS en envoyant Chance suivi de vos nom et adresse au 920 (Fr. 1.–/SMS). Exemple: Chance Max Modèle, Rue Modèle 1, 9999 Modèleville. ➔ par internet en vous rendant sur www.migrosmagazine.ch (rubrique «Coup de chance»). Délai de participation: 14.11.2010. Les gagnants seront informés par écrit. Aucun versement en espèces. Tout échange de correspondance ainsi que le recours à la voie judiciaire sont us. exclus.


8 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

SUR LE VIF

Harcèlement publicitaire, que faire? A 8 h le samedi, à 22 h en semaine, les appels indésirables agacent. Comment les éviter? Les conseils de Martin Lüthi, porte-parole de Directories. Même avec un astérisque à côté de son numéro, on reçoit des appels intempestifs. Pourquoi?

Souvent, Directories n’est pas en cause. Les vendeurs en télémarketing ont des listes qui viennent d’ailleurs. Quelqu’un qui participe à un concours par e-mail, téléphone ou en remplissant un coupon est responsable des informations qu’il fournit. Donner son numéro signifie que l’on est d’accord de recevoir de la pub. A quoi sert l’étoile alors?

Nous avons une convention avec l’association interprofessionnelle Callnet.ch qui vérifie toutes les inscriptions avec étoile. Les membres de cette association n’ont pas le droit d’appeler les particuliers avec astérisque dans un but commercial. Si le contrat n’est pas respecté, l’entreprise est punissable.

Comment ne plus être importuné?

Commencer par s’inscrire sur la liste Robinson de l’Association suisse de marketing direct pour obtenir un blocage de la publicité chez les vendeurs d’adresses. Si malgré tout on reçoit un appel non désiré, il faut prendre le numéro et le présenter à son opérateur, qui le suspendra. En dernier recours, il reste la voie juridique. L’usager peut attaquer la compagnie de promotion téléphonique, à ses frais. Et si le numéro est masqué?

L’inscription «numéro indisponible» est douteuse. Chez tous les opérateurs, il existe un service qui permet de ne plus recevoir ce genre d’appels. Propos recueillis par Virginie Jobé Infos: www.directories.ch

TRAIT POUR TRAIT Dessin de Herrmann paru dans «La Tribune de Genève» du 3 novembre 2010

IMPULSIONS Martina Chyba, journaliste et productrice à la TSR.

T’as le Outlook coco Si comme moi vous avez la chance de travailler dans une grande entreprise sur un ordinateur de type PC, alors vous connaissez certainement le calendrier Outlook. Cet outil merveilleux permet de donner des rendez-vous pour des séances. Donc, ça se passe ainsi. Quand on vous convoque pour une séance disons de budget, vous recevez un message

avec des mots clefs du style: séance budget 10 h 30 – 11 h 30 salle MP2057843LX, accepter ou refuser. Ni bonjour, ni s’il vous plaît, ni merci, ni même va te faire cuire un œuf. Le sommet de la convivialité d’entreprise. Vous, comme vous êtes un être poli, et surtout que vous avez peur de perdre votre emploi, vous cliquez sur «Accepter».


TEMPS PRÉSENTS

|9

MES BONS PLANS par Alain Portner, journaliste

Photo Dukas / Catersnews

A voir: Burlesque français. A cause d’un imbroglio juridique, les films de l’enfant naturel de Buster Keaton et de Jacques Tati sont restés invisibles pendant vingt ans. L’occasion donc de se gondoler, en (re)visionnant son œuvre intégrale et restaurée. «Redécouvrir Pierre Etaix», Cinémathèque suisse, Lausanne, 9 au 28 novembre.

DANS L’OBJECTIF

Mais cette machine croit que vous êtes un débile profond incapable de se souvenir d’une heure de rendezvous. Donc AVANT la séance, elle vous bombarde de rappels. Ça sonne: ding dong, dans 15 minutes séancebudgetsalleMP2057843LX. Ding dong, dans 10 minutes, dans 5 minutes, etc. Bref vous arrivez à la séance et vous avez déjà envie de tuer tout le monde. Mais le meilleur, c’est que ce délicieux appareil vous envoie aussi des rappels APRÈS, des fois que vous soyez vraiment débile profond et que vous ayez oublié d’y aller. Ding donc, 15 minutes de retard séance budget salle MP2057843LX. Au secours. Bon il paraît qu’on peut régler ces paramètres, mais moi je ne sais pas faire. D’ailleurs, je n’utilise pas ce calendrier et j’entends 10 fois par semaine «ton Outlook n’est pas à

jour, c’est embêtant pour caler des rendez-vous». Maintenant j’ai décidé de répondre «si, si, il est à jour, mais en fait, je n’ai aucun rendezvous, je ne fais rien». Ça calme. Je pense qu’on devrait introduire ce joli système au sein de notre vie privée. Vous imaginez: repas commun, 19 h 30, salle à manger, accepter ou refuser. Ou bien: devoir conjugal 22 h 30, chambre à coucher, accepter ou refuser. Ding dong, 15 minutes de retard devoir conjugal, chambre à coucher. Prière de reprendre un rendez-vous sur le calendrier Outlook. Oh désolée pas de créneau possible avant trois semaines. Parions qu’avec une gestion aussi efficace, la crise du couple sera résolue aussi rapidement que la crise économique. > Nos chroniqueurs sont nos hôtes. Leurs opinions ne reflètent par forcément celles de la rédaction.

Un phénomène spectaculaire

Contredisant les pronostics alarmistes des experts et des écologistes, plus de 34 millions de saumons sockeye ont investi depuis fin août la rivière Fraser, au Canada, pour frayer puis mourir. Ce fleuve contient la concentration de saumons la plus élevée au monde.

A écouter: Bicentenaire romantique. Brillante, intime, lyrique, mais aussi nostalgique, la musique de Robert Schumann est celle d’un homme qui lutta toute sa vie contre la hantise de devenir fou. «Schumann», concert de soutien en faveur de la Fondation Résonnance. Théâtre de Beausobre, Morges, le 14 novembre. A visiter: Faire tapisserie. Retour en force, pour le meilleur et pour le pire, du papier peint! Ici, ce sont des plasticiens et des designers qui tapissent deux hauts lieux de la culture vaudoise. «Face au mur – Papiers peints contemporains», mudac à Lausanne et Musée de Pully, jusqu’au 13 février. A lire: Islande profonde. Correspondant d’un journal de Reykjavik, Einar attire inexorablement à lui les sombres affaires. Cette fois, la descente aux enfers démarre par ce qui semble être un banal incendie… Et si c’était juste un écran de fumée? «Le septième fils», d’Arni Thorarinsson, Ed. Métailié. Pour annoncer un événement: memento@migrosmagazine.ch


10 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Au travail aussi, le dopage

De la caféine à la pharmacologie, légales ou non, les substances prises pour aider à supporter son Avec plusieurs spécialistes, levons le voile sur une nouvelle préoccupation de santé publique.

J

ules* a 38 ans. Cadre dynamique dans une entreprise de communication, sa carrière semble au zénith. Ce qu’il n’avoue pas, aux autres comme à lui-même, c’est que sa réussite professionnelle ne tient qu’à une surconsommation de nicotine et de caféine. Et que les nuits blanches s’accumulent, de plus en plus difficilement combattues par des somnifères. Il faudra une alerte cardiovasculaire lors de vacances de ski en famille pour que Jules dise stop, se mette en arrêt maladie. Avant de consulter un thérapeute et de remettre complètement en question son rapport au travail.

Une grosse pression sur l’être humain

L’homme moderne est placé devant une triple injonction: devenir célèbre, heureux et performant. Pour la première, on pensera aux héros éphémères de la télé-réalité et au succès planétaire de Lady Gaga en relisant la vieille prophétie d’Andy Warhol: tout le monde peut être connu s’il le veut suffisamment et s’en donne les moyens. La seconde a été verbalisée entre autres par Pascal Bruckner et son obligation du bonheur que la société de consommation nous propose à coups de nouvelles voitures ou de Rolex. Et puis il y a le culte de la performance, avec des dieux du stade comme objets de vénération. Pour en rester dignes, ils enchaînent les exploits, multiplient les victoires, accélèrent la cadence. Aventuriers de l’extrême ou sportifs d’élite, rien ne leur sera pardonné. Leur hypermédiatisation et leur fortune colossale sont à ce prix. Et moi, et moi, et moi, comme dirait Dutronc? Pour supporter les injonctions d’un chef tatillon, accomplir les objectifs d’une hié-

rarchie exigeante ou tout simplement tenir le coup au travail, de plus en plus d’anonymes font comme Jules: ils se dopent. Béquilles chimiques en tout genre, compléments alimentaires et vitaminiques, alcool et caféine à (très) haute dose, nicotine et substances psychoactives diverses forment le joli cocktail du salarié contemporain. L’apanage du trader insomniaque, du cadre sur-stressé ou du publicitaire au nez poudré? Point du tout. Le dopé du quotidien peut tout aussi bien être infirmier, employé de bureau, routier ou étudiant. Chez ces derniers, les filières les plus exigeantes comme la médecine abriteraient même des proportions alarmantes de conduites dopantes. En 2008, le conseiller national jurassien Jean-Claude Rennwald tirait la sonnette d’alarme par le biais d’un postulat. «Alors que le dopage sportif fait scandale, le dopage au travail semble n’émouvoir personne et tend même à se normaliser.» Constatant que tant les milieux de la santé que les syndicats se montrent de plus en plus préoccupés par le problème, l’élu estimait que les pouvoirs publics devaient, à leur tour, réagir. Probablement à la fin de cette année, la Direction du travail devrait livrer les résultats d’une vaste enquête sur le stress professionnel, prenant en compte la consommation de médicaments.

En France, un employé sur dix se dope

Dwight Rodrick, responsable à Addiction Info Suisse (ex-ISPA) de la prévention des addictions en entreprises, s’en dit déjà convaincu: la problématique requiert une attention soutenue. Joignant le geste à la parole, il a ainsi organisé en septembre dernier un colloque pluridisciplinaire sur ce thème. En


RÉCIT SOCIÉTÉ

| 11

envahit le quotidien boulot apparaissent comme beaucoup plus répandues que prévu.

Pression de la performance oblige: de plus en plus de travailleurs se dopent.

France, on parle d’un employé sur dix. Et en Suisse? «Les chiffres précis manquent, admet Dwight Rodrick. Mais en extrapolant, nous arrivons à peu près aux mêmes conclusions.»

Un tabou autour de la prise de substances

Sur le terrain, ce spécialiste constate également une augmentation des cas. «Pas forcément pour se montrer performant, d’ailleurs, simplement pour supporter sa charge de travail, pour tenir le coup. Avec la croyance que l’on ne peut pas faire sans.» Evidemment, le phénomène se heurte à un grand tabou. Pas facile pour la personne concernée d’admettre que sa «béquille» devient tronc d’arbre. Difficile pour la direction d’accepter l’idée que tout ne va peut-être pas si bien. «J’encadre les ressources humaines dans la gestion de ce genre de situation. C’est d’autant plus délicat que l’on se retrouve vite à franchir les limites de la vie privée. En général, je conseille de laisser la porte ouverte pour l’employé. Et j’aide à mettre en place des structures d’encadrement.» Psychiatre spécialiste des stupéfiants et des psychotropes, praticien au Centre hospitalier Marmottan à Paris, Michel Hautefeuille relève pour sa part que, contrairement à l’alcool, finalement considéré comme mettant en danger la santé du travailleur et donc sa performance, «dans le dopage au quotidien, la problématique s’inverse: consommation de produit et rentabilité ne sont plus, en tout cas à court terme, antinomiques.» Bref, même officiellement interdite, pareille consommation serait d’autant mieux tolérée qu’elle est censée participer à la qualité du travail. La compétition professionnelle permanente se double


Škoda

MAINTENANT, VOS AVANTAGES VONT FAIRE DU BRUIT! Jusqu’au 31 décembre 2010. www.profiter-avec-skoda.ch

Škoda Fabia Limousine ŠkodaFabia à partir de CHF 14’990.– (net)* Avantage client jusqu’à CHF 2’020.–*

ŠkodaRoomster à partir de CHF 16’690.– (net)* Avantage client jusqu’à CHF 2’890.–*

* Détails sur www.profiter-avec-skoda.ch Voilà comment profiter des avantages avec votre portable: Télécharger l’application «Paperboy» (iPhone/Android), photographier l’annonce, regarder le contenu.

ŠkodaOctavia Škoda Octavia Combi à partir de CHF 24’740.– (net)* Avantage client jusqu’à CHF 5’020.–*

ŠkodaYeti à partir de CHF 24’990.– (net)* Prime d’échange CHF 1’500.–*

ŠkodaSuperb Combi Škoda à partir de CHF 35’900.–* Prime d’échange CHF 3’000.–*


RÉCIT SOCIÉTÉ

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

| 13

du risque de perdre son emploi, d’autant plus stressant qu’il ne dépend plus désormais seulement de la qualité du travail fourni, ni même du bilan de l’entreprise. Dans le Culte de l’urgence, la Société malade du temps, Nicole Aubert parle d’une «gestion du personnel calquée sur la gestion des stocks dite du flux tendu» avec un souci de rentabilité immédiate et à court terme.

Les effets dévastateurs des open spaces

Le psychanalyste français Stéphane Clerget évoque, pour sa part, des «salariés interchangeables dans des emplois qui n’ont même plus de nom signifiant quelque chose». Les spécialistes de l’ergonomie du travail insistent, eux, sur les effets parfois dévastateurs des open spaces: constamment sous le regard des autres, il faut maintenir l’image de quelqu’un d’à la fois toujours occupé et disponible. Sans oublier d’emmener partout son Blackberry ou son Iphone, «l’hyperoccupation devenant synonyme d’hyperefficacité». Etonnantes, certaines recherches estiment qu’un cadre moyen se voit dérangé toutes les trois ou quatre minutes par un téléphone ou un collègue en quête d’information. Un «zapping professionnel» qui devient une image contradictoire d’un statut professionnel en même temps que de l’épuisement et du stress qu’il produit. Dans ce paysage, note Michel Hautefeuille,

Les personnes qui abusent de substances deviennent peu à peu prisonnières de leur propre système.

la souffrance des salariés ne peut que se développer. Et déboucher sur le besoin de s’aider à tenir le coup par tous les moyens. Psychologue lausannoise spécialisée dans le traitement du burnout, Catherine Vasey en fait le constat presque quotidien. Parce que l’on parle de café, d’alcool ou de cigarettes, voire de substances

Une longue liste de substances «La multiplication des pilules en tout genre est une nouveauté de notre époque. Qu’elles soient supposées efficaces ou qu’elles le soient vraiment, elles ont toutes la même ambition: transformer un quotidien vécu comme insupportable en une succession de moments performants et/ou bénéfiques.» Et Michel Hautefeuille de dresser dans cet ouvrage* une partie de cet inventaire à la Prévert: pilule de l’amour (XTC ou ecstasy), pilule de l’obéis-

sance (Ritaline), pilule anti-sommeil (modafinil), pilule du rajeunissement (mélatonine) ou élixir de jouvence (DHEA ou hormone stéroïde), mais aussi le cortège des drogues stimulantes (comme la créatine ou les amphétamines) ou au contraire normalisantes comme les psychotropes, tranquillisants, sédatifs et autres antidépresseurs comme le célèbre Prozac. Homme d’affaires stressé, cohorte d’angoissés, ados en mal d’expéri-

chimiques qui ne sont plus vraiment considérées comme des médicaments, «les gens n’ont pas conscience que ces toxiques les enferment dans un système dont ils deviennent peu à peu prisonniers.» Un stimulant la journée pour être au top. Les gélules de caféine fortement dosée (CHD pour Caféine Haut Dosage) et les éphédrines

mentation, flippés du vieillissement et autres accros à la performance offrent à cette «chimie du quotidien» un marché en pleine expansion. Pour arrêter le temps, vaincre la déprime, développer des capacités corporelles surprenantes ou une humeur festive permanente. Un envahissement du quotidien qui fait dire à ce psychiatre spécialisé qu’il devient «nécessaire d’organiser une réflexion au niveau de l’ensemble

ont, paraît-il, beaucoup de succès. Contrairement au cocaïnomane, relève Michel Hautefeuille, le but n’est pas ici d’être totalement explosé. «Mais de maintenir un niveau d’excitation constant et compatible avec le milieu professionnel.» Au sortir du travail, il faut faire retomber la

de notre société pour déterminer comment celle-ci veut gérer les produits considérés aujourd’hui comme illicites et les nombreuses molécules psychotropes à venir.» Car comme le montre la lutte antidopage dans le sport depuis l’apparition des drogues de synthèse, «l’interdiction a toujours une molécule de retard». *Michel Hautefeuille, «Dopage et vie quotidienne», Payot, 2009.


14 |

RÉCIT SOCIÉTÉ

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

pression. «Il faut surtout, note Catherine Vasey, rester dans le faire pour ne pas se confronter aux idées qui tournent dans la tête.»

RÉSULTATS DU SONDAGE EN LIGNE

«Avez-vous songé à vous doper au bureau??»

Toujours plus de médicaments

6%

C’est l’heure de l’apéro prolongé, du malaxage de manette ou de smartphone dans des jeux qui évitent de se retrouver avec soi-même. Les soirées à deux ou trois DVD enchaînés font ça très bien aussi. Et le soir venu, bien sûr, écrit Michel Hautefeuille, «trouver le sommeil relève de l’exploit. Pour y parvenir, le sujet doit consommer toujours plus d’hypnotiques.» Ou boire quelques verres supplémentaires. Ce fonctionnement, explique le psychiatre, se caractérise par l’inflation. «Le sujet est persuadé qu’en augmentant les doses, il ira mieux.»

Oui, pour tenir le coup

73 %

Non, jamais

21 %

Seulement avec des Haribos

L’alcoolisme au travail a très souvent des effets désastreux.

Rien de plus faux, naturellement. D’autant que ces Ben Johnson du bureau se dopent souvent en cachette, à l’abri du regard de leurs collègues, et parfois de leurs proches. «Ces dernières années, la gestion du stress au travail est devenue de plus en plus individuelle, explique Marc Loriol,

sociologue au CNRS (Centre national de la recherche scientifique) à Paris. La prise de substances qui s’ensuit est isolée, honteuse.» Pierre Léderrey Photos Getty et Istockphoto

* Nom connu de la rédaction

1185 personnes ont donné leur avis sur notre site internet du 18 au 28 octobre 2010.

Donnez votre avis sur d’autres thèmes sur notre site internet:

www.migrosmagazine.ch

MGB www.migros.ch

Publicité

Tout comme à la pizzeria, mais sans devoir attendre l’addition.

NOUV EAU

Préparées selon la recette italienne originale, elles sont disponibles en différentes épaisseurs et garnies à la main: essayez donc les pizzas Grande Fina et Della Casa!


n o i t c u d é r 2 0 % de

veterie sur toute la du En vente dans tous les points de vente Micasa et les plus grands magasins Migros.

avant 549.– maintenant

440.–

Couette en duvet SANADAUN Pur duvet d’oie, neuf, blanc, à gros flocons, 90 % duvet, 10 % plumettes, diverses dimensions, p. ex. 160 x 210 cm, 800 g Protection contre les acariens, les bactéries et les moisissures 4517.328.123.10

avant 399.– maintenant

320.–

Couette en duvet EXELLENT Pur duvet d’oie, neuf, gris argenté, à gros flocons, 75 % duvet, 25 % plumettes, diverses dimensions, p. ex. 160 x 210 cm, 850 g 4517.326.123.10

avant 199.– maintenant

160.–

Duvet en fibres synthétiques SANAFIBRA 100 % fibres creuses de micropolyester, diverses dimensions, p. ex. 160 x 210 cm, 1680 g Protection contre les acariens, les bactéries et les moisissures 4517.330.123.10

www.micasa.ch

La réduction est valable du 9.11 au 29.11.2010 sur toute la duveterie, excepté les articles M-Budget.


16 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

«Nous sommes des êtres doués pour l’illusion»

Les chroniques de Jean-François Duval pour «Migros Magazine» ont l’honneur d’une publication parisienne dans une maison prestigieuse. «Minute papillon» aux PUF, cela valait bien un entretien.

Lorsque vous avez commencé à écrire ces chroniques il y a trois ans, qu’aviez-vous exactement en tête?

Par opposition au jus de crâne des commentaires d’actualité ou aux grands récits religieux, mythologiques et scientifiques, j’avais envie de redonner le goût de la fable à notre quotidien, de manière minimaliste. Dans un des textes, je parle de Robinson Crusoé qui recueille peu à peu, sur ce que j’appelle les plages du quotidien, les débris qui vont l’aider à reconstruire une embarcation de sauvetage. Nous sommes un peu dans la même situation. A une époque où le monde se désenchante, il est peut-être possible de le réenchanter en s’attachant à des petites choses. Mais qu’est-ce qui a provoqué le naufrage?

Il y a encore cinquante ou soixante ans, les gens avaient des convictions très fortes. Ils croyaient en un Dieu à barbe blanche, ils avaient foi en l’Etat, dans les autorités et les institutions. Il y avait des grandes explications de type freudien ou structuraliste, l’homme semblait explicable, on avait des repères, on arrivait à structurer notre univers. Tout cela s’est plus ou moins effondré. On le voit bien, chacun aujourd’hui élabore ses petites croyances propres, bricole avec des débris...

Que vous moquez à travers les corneilles qui font «Croâââ… croââ…»

Oui et non. Car nous sommes fatalement des boules de croyances, des êtres doués pour l’illusion. Nous déprimons lorsque nous n’arrivons plus à avoir notre dose suffisante d’illusion sur la vie, le monde, les choses qui nous entourent. On atteint à ce moment-là une lucidité qui tue, si l’on perd notre capacité naturelle à projeter une sorte de poudre d’illusion sur le réel. Et le leurre le plus réussi, c’est l’amour. Pour perpétuer l’espèce, pensait Schopenhauer. Proust parle, lui, de maladie.

«J’avais envie de redonner le goût de la fable à notre quotidien» Comment êtes-vous passé du canot de sauvetage de Robinson à l’Arche de Noé, à laquelle vous consacrez aussi une chronique?

C’était en plein hiver, j’étais isolé à la montagne, dans un moment

de crise, l’idée m’était venue d’une nouvelle arche à bâtir pour embarquer le lecteur ou les passagers et tenter de leur faire voir, même si mon caractère est plutôt sombre et mélancolique, des messages ou des signes d’espoir, tels qu’en apporte la colombe. Des brindilles... Une arche où, pourtant, le couple humain occupe une place difficile...

J’ai l’impression que les animaux mettent excellemment en œuvre les moyens dont ils sont pourvus, qu’il existe une adéquation totale entre leur psyché, leur cerveau, leurs actes et leurs intentions. Chez l’homme, qui me paraît parfois la plus stupide des créatures, cette adéquation est nulle. Nous donnons libre cours à nos passions, qui conduisent aux conflits à l’intérieur de soi, à l’intérieur de la famille, à l’intérieur de la société, et entre les nations. Nous pataugeons et ne sommes pas du tout à la hauteur de nos ambitions, de notre désir d’humanité. Vous semblez parfois suggérer qu’il n’en a pas toujours été ainsi...

Les gens du Moyen Age étaient plus vivants que nous dans la mesure où ils vivaient dans un univers beaucoup plus contrasté. Quand ils étaient joyeux, ils étaient


RÉCIT CULTURE

| 17

vraiment joyeux et quand ils étaient tristes, ils étaient vraiment tristes. Aujourd’hui, dans notre société, il y a comme une égalisation des humeurs, permise par un tas de choses, le confort par exemple, qui fait qu’on vit moins intensément, moins dramatiquement que l’homme du Moyen Age qui pouvait, lui, mourir à tout moment.

«Aujourd’hui, il y a comme une égalisation des humeurs» Dans ce contexte, «faire semblant d’exister» c’est une tactique pour exister mieux?

Depuis trois ans, les chroniques «Minute papillon» de Jean-François Duval sont publiées chaque semaine dans «Migros Magazine».

Non, c’est une propension qui nous est devenue naturelle, mais qu’il s’agirait de déjouer. Godard, que je fais parler dans une des chroniques, dit que les seuls âges où l’on existe vraiment sont l’enfance et la vieillesse, parce qu’on se trouve alors dégagé de toute activité, et qu’il n’y a plus rien pour nous distraire, au sens pascalien. On trouve aussi chez Emerson cette phrase qui me convient tout à fait: «N’est riche que celui qui possède le jour.» Ou encore toujours chez Emerson cette réplique d’un chef Peau-Rouge à qui quelqu’un se plaignait de ne pas avoir assez de temps: «Eh bien n’as-tu pas tout le temps qui existe?» Ce que je regrette, c’est que la seule chose que réclame notre société, la seule des nombreuses virtualités de notre personnalité qu’elle sollicite, c’est notre aptitude au travail. Mais Godard a-t-il raison? Depuis que vous avez pris votre retraite, avez-vous retrouvé l’intensité de votre jeunesse?

La façon dont on appréhende le réel au temps de la jeu-


FCM www.migros.ch

Un p l a is i r e n ch a nt é. de contes Chr ist mas Tales L e li v r e r e mp li d e p r alin é s .

MAGIE EXQUISE.

Un livre de contes de Noël assorti de pralinés de rêve: un merveilleux cadeau pour tous ceux qui raffolent d’histoires fantastiques agrémentées de chocolat. www.chocolatfrey.ch


RÉCIT CULTURE

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

nesse, on ne peut évidemment pas la retrouver et si on la retrouve, c’est lorsqu’on devient très vieux. Ma mère a vécu quatre ans en EMS, j’ai bien vu comment les personnes âgées vivent la fin de leur vie. Il se peut qu’à cet âge-là on soit contraint d’en revenir à l’essentiel, qui est de l’ordre de l’événement minuscule. Tandis que, de notre côté, nous passons un temps invraisemblable en blablas et vaines considérations. Concrètement, qu’est-ce qui déclenche une chronique?

J’aime partir de quelque chose de vécu, même si le personnage de Max, qui revient quelquefois, est fictif. Certaines histoires qui lui arrivent me sont partiellement arrivées. D’autres fois, ce sont des histoires survenues à d’autres gens, mais que je ne peux pas désigner nommément. Lorsque je

raconte par exemple une mésaventure de prostate.

accepté aux PUF par Roland Jaccard que je connais aussi.

Vos chroniques vous valent pas mal de courrier. Quel genre de lectorat est le vôtre?

PUF, ça ne fait pas un peu trop sérieux, trop universitaire?

Tout le monde rêve un peu d’être comme Hergé avec des lecteurs de 7 à 77 ans. D’après les échos, j’ai un lectorat de 9 à 99 ans, des pensionnaires d’EMS jusqu’à des fillettes. Un lectorat à 95% féminin. On sait que les femmes lisent plus que les hommes. Au départ, le roman comme genre était destiné aux femmes. Sinon je ne me l’explique pas.

Pourquoi avoir voulu donner une vie parisienne à ces chroniques publiées déjà en Suisse romande?

Le lectorat romand, c’est l’équivalent de trois arrondissements de Paris. Je me suis dit, pourquoi est-

L’ouvrage sera dès le 10 novembre en librairie.

ce que je n’essaierais pas de toucher les Français? J’ai envoyé mes Minute papillon à Denis Grozdanovitch, l’auteur entre autres de L’art difficile de ne presque rien faire, que j’avais rencontré une fois pendant vingt minutes. Il m’a répondu que nous étions «des frères en écriture» et s’est proposé de porter le livre chez deux ou trois éditeurs. Il a été

La collection que Jaccard dirige chez PUF, «Perspectives critiques», tient beaucoup à sa personnalité propre. Il publie essentiellement des textes qui flirtent avec le nihilisme. C’est vrai, j’arrive peutêtre un peu là-bas comme un cheveu sur la soupe. Même si Jaccard m’a dit une fois quelque chose comme: «Est vivant celui qui est encore capable d’apporter du plaisir et de la joie aux autres.» Propos recueillis par Laurent Nicolet Photo Emmanuelle Bayart A lire: «Et vous, faites-vous semblant d’exister?», suivi de «Sur la route avec Marylou», de Jean-François Duval, PUF

Publicité

Réouverture du coffre à jouets le 10.11 à 12h! CHF 299.–

En partenariat avec:

de réductio votre proch n sur ain à Disneylan séjour GRATUIT pour d Paris les moi de 12 ans!* ns

Toy Story 3, DVD, âge recommandé : dès 7 ans 7804.410.82527 *A l’achat du DVD ou du Blu-Ray «Toy Story 3» à MIGROS, bénéficiez de CHf 299.– de réduction sur votre prochain séjour à Disneyland Paris! Valable selon disponibilité. Votre réservation devra être effectuée entre le 11.11 et le 23.12.2010. Valable uniquement dans certains hôtels Disney: Disney’s Sequoia Lodge, Disney’s Newport Bay Club, Disney’s hôtel New York et Disneyland hôtel. Séjour minimum de 3 jours/2 nuits. Date de départ: entre le 2.1 et 5.4. 2011. Offre valable uniquement sur présentation du ticket de caisse MIGROS dans votre agence de voyage Hotelplan. Vous trouverez ces produits et bien d’autres encore dans tous les melectronics et la plupart des magasins Migros. Sous réserve de modifications de prix, de visuels et d’erreurs d’impression. CMR

| 19

Toy Story 3, Blu «-Ray, âge recommandé: dès 7 ans / 7804.410.82529


ANNONCE Publicité

SWISSCOM TV – L’ALTERNATIVE INTELLIGENTE À LA TÉLÉVISION PAR CÂBLE

La télévision numérique en toute simplicité Le raccordement analogique fait place à la télévision numérique d’aujourd’hui. Restez en phase avec votre temps et passez vous aussi au numérique. Swisscom TV vous propose une alternative simple et intelligente à la télévision par câble.

S À VOUFITER: RO P N E ’ D SE

A B E D FRAISCADEAU EN MOIS* 4

U S Q U ’A L E J U 10 B A L VA 20 OFFRE ÉC E M BRE 31 D

DIVERSITÉ

CINÉMA CHEZ SOI

Plus de 50 chaînes francophones Avec plus de 160 chaînes sur Swisscom TV, vous captez plus du double des canaux proposés en télévision analogique par câble. Vous recevez les principales chaînes francophones, les chaînes les plus réputées de la planète, des chaînes thématiques passionnantes et les chaînes régionales (en fonction de leur zone de réception). Suivez l’actualité au quotidien et en continu grâce à de nombreuses chaînes dédiées à

Les documentaires les plus palpitants, les meilleurs concerts et de nombreux films sont disponibles en tout temps.

Le meilleur du cinéma et du divertissement sur pression d’une touche Vivez du grand cinéma à domicile. A toute heure et indépendamment du programme TV. La vidéothèque Swisscom TV comprend plus de 1000 grands films – des grands classiques aux fictions récentes – disponibles à la demande pen-

dant 24 ou 48 heures sur simple pression d’une touche, dès 3.50 (4.50 en haute définition). Des documentaires palpitants, biographies passionnantes et autres concerts complètent cette offre riche et attrayante.

l’information. Savoir, nature, culture, cuisine ou santé: quelle que soit votre soif d’apprendre, étanchez-la en profitant de multiples et captivantes chaînes spécialisées. Avec Swisscom TV plus, vous vivez la télévision aussi en haute définition et son Dolby Digital exceptionnel**. Vous avez en outre le choix entre plus de 130 stations de radio et des milliers de stations de radio Internet du monde entier.

SIMPLE ET PRATIQUE Vous connaissez le problème. Vous avez rendez-vous avec des amis pour une partie de cartes et votre série policière préférée que vous ne manqueriez pour rien au monde passe à la télé. Avec Swisscom TV, pas de problème. Il suffit d’appuyer sur une touche pour programmer l’enregistrement des émissions et les regarder à un moment plus opportun. Quelqu’un vous appelle? Utilisez la fonction pause pour interrompre le programme en cours et le reprendre plus tard sans en perdre une miette. Vous n’avez plus besoin de magazine TV: Swisscom TV affiche sur votre téléviseur un guide électronique des programmes contenant toutes les informations relatives aux programmes de plus de 160 chaînes.


SWISSCOM TV

ZOOM SUR VOS AVANTAGES Simplicité d’emploi Fonctions pratiques: fonction pause, télévision en différé, plus de 100 heures d’enregistrement, guide électronique des programmes TV et bien davantage Plus de 160 chaînes Plus de 1000 grands films sur pression d’une touche Sport en direct Qualité d’image et de son supérieure (également en haute définition: HDTV)

LE BON MOMENT POUR CHANGER

©Keystone/Teleclub

Au cœur de l’action avec Swisscom TV.

TOUS LES MATCHS À DOMICILE

Direct en exclusivité Avec Swisscom TV, les fans de sport bénéficient de l‘une des offres de sport en direct les plus riches d‘Europe: tous les matchs d’Axpo Super League et de Serie A, les meilleurs moments de nombreuses grandes

ligues européennes – Ligue 1, Primera División, Liga Zon Sagres et Bundesliga 1 et 2, tous les matchs d‘UEFA Champions League, les principaux matchs d’UEFA Europa League en direct sur pression d‘une touche.

Sans oublier tous les matchs de hockey suisse de ligue nationale A et certains matchs de ligue nationale B en direct. 2.50 par match: à ce prix imbattable en Europe, toutes les parties se disputent à domicile.

Avec Swisscom TV, plus besoin de raccordement analogique par câble! Résiliez-le en accord avec votre câblo-opérateur ou vos propriétaires et économisez son coût mensuel (généralement compris dans les charges).

COMPARATIF DES OFFRES SWISSCOM TV

OFFRE DE BASE CABLECOM (Télévision analogique par câble)***

Swisscom TV basic (numérique)

Swisscom TV PLUS (numérique)

Frais de base mensuels

24.95/mois***

Seulement 19.- /mois*

Seulement 29.-/mois*

Téléviseurs additionnels

Sur téléviseurs additionnels sans frais supplémentaires

Non disponible sur téléviseurs additionnels

Sur téléviseurs additionnels (max. 2), 10.-/mois/téléviseur

Chaînes

47 chaînes max.

Plus de 160 chaînes, HD suisse** comprise

Plus de 160 chaînes TV également en HD**

Films sur pression d‘une touche

Video on Demand (plus de 1000 films, dès 3.50/Film)

Video on Demand (plus de 1000 films, dès 3.50/Film) également en HD**

Teleclub Live Sport

A la demande 2.50/match

A la demande 2.50/match

Guide électronique des programmes TV Contrôle parental max. 100 heures

Programmation des séries Live Pause Programmation à distance

Dans plus de 160 Swisscom Shops Sur Internet sous www.swisscom.ch/tv Au numéro gratuit 0800 800 800 Dans le commerce spécialisé

Fonction image dans l‘image Fonction enregistrement

OÙ COMMANDER SWISSCOM TV?

via Internet et portable

* Frais de base, plus droits d’auteur obligatoires de CHF 2.25/mois. Durée minimale du contrat 12 mois. Le contrat peut être résilié avant terme pendant les deux premiers mois. Swisscom TV nécessite un raccordement fixe Swisscom (p. ex. EconomyLINE analogique, CHF 25.25/mois, sans présélection d’un autre opérateur) et un accès Internet DSL (p. ex. DSL start 0.–/mois). ** La réception des chaînes HD dépend des performances de votre raccordement. Vérifiez-en la disponibilité sur www.swisscom.ch/checker *** Source: www.cablecom.ch Etat au 1.9.2010. Prix et nombre de chaînes variables en fonction du NPA. Droits d’auteur obligatoires facturés en sus, CHF 2.25/mois. Cablecom propose aussi la télévision numérique, www.cablecom.ch


22 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Au cœur de l’eldorado atomique

La presqu’île d’Olkiluoto en Finlande est une place forte du nucléaire, en avance sur son temps et enviée de partout. Notamment par une Suisse qui songe à renouveler ses centrales et à creuser un emplacement en profondeur pour ses déchets.


REPORTAGE FINLANDE La construction de la centrale a pris un retard important. Elle devait être inaugurée en 2009, mais ne sera mise en service, au plus tôt, qu’à la fin de 2012.

S

ûrement de l’humour finlandais: une grande éolienne accueille le visiteur à l’entrée de la presqu’île d’Olkiluoto, qui abrite, sur 15 kilomètres carrés, tout de même deux centrales nucléaires, une troisième en construction, et bientôt une quatrième. Ainsi qu’un dépôt (lire encadré) pour les déchets faiblement et moyennement radioactifs. Bien qu’idyllique, au milieu des pins, face à la mer, l’endroit fait plutôt saliver les lobbys nucléaires que les voyagistes. C’est

ainsi qu’en septembre dernier le Forum nucléaire suisse avait convié les médias à une petite visite, là-bas, dans cet eldorado atomique, à 270 kilomètres au nordouest d’Helsinki. Bien normal à l’heure où les discussions s’accélèrent sur le renouvellement des cinq vieilles centrales confédérales. Où, aussi, progresse la recherche d’un «site de dépôt en couches géologiques profondes» pour les déchets collatéraux. A Olkiluoto, la troisième centrale en construction – répondant

| 23

La grotte miraculeuse D’abord une route goudronnée en pente douce qui s’enfonce dans les profondeurs de la terre, puis, pour aller plus vite, des ascenseurs, qui conduisent le visiteur 60 mètres plus bas. C’est là que la société finlandaise Posiva Oy entrepose les déchets faiblement et moyennement radioactifs. Son directeur, Reijo Sundell, use d’un argument classique: les déchets prennent très peu de place. Sous nos pieds dorment ceux «des trente dernières années» avec encore suffisamment d’espace pour «ceux des trente prochaines». Le tout dans deux silos de 24 mètres de diamètre et de 34 mètres de profond. Tout cela n’est pourtant que rigolade. La grande affaire, ce sera, d’ici à 2020 et à 420 et 520 mètres de profondeur, l’achèvement d’un lieu de stockage définitif pour les déchets hautement radioactifs et entreposés pour l’heure, comme en Suisse, dans un dépôt intermédiaire. Au bout d’une galerie d’accès de 5,5 kilomètres, des forages de 8 mètres de profond seront pratiqués, où viendront prendre place, à la verticale, les containers de cuivre et d’acier d’un mètre de diamètre, recelant les déchets.

au sobriquet attendu de «OL3» et capable de résister à l’impact d’un avion de ligne – n’est autre que le fameux EPR français nouvelle génération. Premier réacteur à eau sous pression de ce type construit dans le monde, sous la houlette d’Areva. Pas moins de 3500 personnes et 55 nationalités, 8 langues de travail sont à l’œuvre. A partir de 2013, la centrale devrait assurer une production nette de 1600 MW, soit le double de la plus grosse centrale suisse à Leibstadt. Ou encore davantage que Mühleberg et Beznau I et II réunies. Toutes des centrales de deuxième génération. Avec en sus la promesse, selon Jean-Pierre Mouroux, le responsable du projet OL3 chez Areva, «d’utiliser moins de combustibles et de produire moins de déchets». Comment

L’espace vide entre la roche et les containers sera comblé par de la bentonite, «une cendre volcanique naturelle, spécialement traitée, étanche à l’eau». Le challenge de ce genre d’ouvrage est qu’effectivement aucune forme d’eau, à travers les millénaires, n’entre en contact avec les déchets. Reijo Sundell se montre catégorique: une telle installation résistera à des événements aussi extrêmes que des tremblements de terre et une calotte glaciaire qui recouvrirait la planète. Même assurance chez son homologue suisse Markus Fritschi, membre de la direction de la Nagra (Société coopérative nationale pour le stockage de déchets radioactifs): «Le problème du stockage des déchets en couches géologiques profondes est techniquement résolu.» La Suisse a fait le choix de containers en acier qui seront enfouis non pas dans du granit comme à Olkiluoto, mais de l’argile à Opaline. Six sites sont encore sur les rangs pour accueillir dès 2030 les déchets faiblement et moyennement radioactifs et dès 2040 les déchets hautement radioactifs.

dit-on «trop fort!» en finlandais? Sauf que, jusqu’ici, cet EPR a fait parler de lui par ses explosions de coûts – devisé à 3 milliards, il en coûtera au minimum 2 de plus – et ses 3 ans de retard sur les délais. De quoi perdre en rentabilité ce qui a été gagné en production.

Une bataille devant les tribunaux

Depuis, l’entreprise finlandaise TVO, commanditaire, et Areva en sont à se battre devant les tribunaux, histoire de savoir qui va payer l’ardoise. En gros, les Finlandais reprochent aux Français les retards importants pris dans la construction et les Français répliquent en accusant les Finlandais d’avoir lambiné à délivrer les autorisations nécessaires et octroyer une information suffisante aux


24 |

REPORTAGE FINLANDE

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

fournisseurs et sous-traitants (plus de 1700). Dans une atmosphère qu’on pressent glaciale, Jean-Pierre Mouroux et Jouni Silvennoinen, responsable du projet OL3 chez TVO, s’accordent ce matin-là au moins sur une chose: les montants exacts en jeu sont dÊsormais de l’ordre du secret Êconomique.

Près de quatre ans de retard

OL3 en tout cas aurait dÝ être livrÊ clÊs en main au printemps 2009. Il ne le sera, au plus tôt, que fin 2012. Jean Puppin, responsable de la coordination technique du chantier pour Areva, raconte être là depuis 2005. Avant, dans un sourire crispÊ, d’Êvoquer la date de son dÊpart: On verra bien, on ne fait plus de pronostics. En Suisse, l’Inspection fÊdÊrale de la sÊcuritÊ nuclÊaire (IFSN) se montre d’autant plus attentive à ce qui se passe à Olkiluoto que l’intÊrêt de nouvelles centrales rÊside Êgalement dans l’implication des entreprises locales. Des sÊminaires d’information, des cours, des exemples de rÊglementation sont dÊjà mis sur pied dans le cas oÚ le peuple, sans doute en 2013, se prononcera pour de nouveaux rÊacteurs. Axpo, BKW (Forces Motrices Bernoises) et Alpiq sont en tout cas sur les rangs. Les ratÊs de l’EPR finlandais sont Êvidemment pris comme ar-

Sur ce photomontage la nouvelle centrale (tout Ă gauche) et les deux centrales existantes.

gument par les adversaires d’un renouvellement du parc nuclÊaire suisse. Du côtÊ des pro-nuclÊaires on rÊtorque que les retards pris par Areva sont surtout la consÊquence d’une longue pÊriode oÚ l’Europe n’avait plus bâti de centrales – en gros depuis Tchernobyl – et qu’il y avait une nouvelle expÊrience, un nouveau savoirfaire à acquÊrir. Le secrÊtaire du Forum nuclÊaire suisse, Roland Bilang, a ainsi saluÊ les ingÊnieurs d’Areva à Olkiluoto en les qualifiant de pionniers ayant pris des risques dont les autres profiteront.

Une ONG critique la construction

Une ONG comme Sortir du nuclÊaire affirme que les rÊacteurs de troisième gÊnÊration seraient particulièrement dangereux du fait que le système de sÊcuritÊ

n’y est pas sÊparÊ du système d’exploitation, un peu comme si dans une voiture les freins Êtaient dÊpendants du chauffage. JÜrg Starflinger, de l’Institut de gÊnie nuclÊaire de Karlsruhe – une structure cofinancÊe par Areva, – Êtait invitÊ comme expert par le Forum nuclÊaire suisse. Lui assure qu’au contraire les rÊacteurs de la troisième gÊnÊration sont plus sÝrs que leurs prÊdÊcesseurs. Grâce notamment à un rÊcupÊrateur de surface, à l’intÊrieur du rÊacteur, dans lequel le cœur fondu pourrait être refroidi efficacement en cas de fusion accidentelle. Mieux: Les effets seraient alors limitÊs à la centrale elle-même. Croix de bois, croix de fer. Laurent Nicolet,

RÉSULTATS DU SONDAGE EN LIGNE

ÂŤQue faire des dĂŠchets nuclĂŠaires?Âť 1% 6%

Les jeter dans l’ocÊan

71 %

Les envoyer dans l’espace

22 %

Les enterrer

ArrĂŞtons le nuclĂŠaire!

1381 personnes ont donnĂŠ leur avis sur notre site internet du 11 au 21 octobre 2010.

Donnez votre avis sur d’autres thèmes sur notre site internet:

de retour de Finlande Photos Reuters / LDD

www.migrosmagazine.ch

PublicitĂŠ

  

#

 #! #" !  %%   $#"            $          


PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 9.11 AU 22.11.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

NOUVEAU 4.80

Invitez l’Italie dans votre cuisine avec les huit nouvelles pizzas et les deux baguettes de notre assortiment de produits surgelés. Les pizzas à la pâte fine de Finizza ne sont pas seulement délicieusement croustillantes, mais vous transportent à chaque bouchée au pays de la dolce vita.

Pizza Prosciutto Finizza surgelée, 330 g

NOUVEAU 4.90

NOUVEAU 4.60 Pizza Mozzarella Finizza surgelée, 330 g

Pizza Frutti di Mare Finizza* surgelée, 350 g

NOUVEAU 4.90 Pizza Prosciutto & Funghi Finizza* surgelée, 330 g

* En vente dans les plus grands magasins Migros.

NOUVEAU 4.80 NOUVEAU 4.90 Pizza Tonno Finizza surgelée, 335 g

Pizza Verdura Finizza* surgelée, 340 g

MGB www.migros.ch W

DU NOUVEAU SOUS LE SOLEIL MÉDITERRANÉEN.


PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 9.11 AU 15.11.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

T UN AVANT-GOÛ . Du E2.11FauÊ2T4.1E2.S 2010 D

9.70

22.–

12.40

5.20

Raclette Raccard Surchoix, bio 400 g

Fondue moitié-moitié 600 g

Raclette Raccard Family* 900 g

Fromage à raclette fumé Raccard* 200 g

11.90

Fondue Surchoix Swiss-Style* 600 g

10.50

Fondue Surchoix M-Premium* 400 g

* En vente dans les plus grands magasins Migros.

17.50

Fondue aux truffes Sélection* 600 g

MGB www.migros.ch W

POUR LES FROIDES JOURNÉES D’HIVER.


CHRONIQUE MINUTE PAPILLON

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

| 27

Vive les cellules de l’imaginaire! Voici longtemps, quand je faisais Jean-François Duval, mon école de rejournaliste crues, trois de mes camarades et moi-même écopâmes pour une peccadille de quinze jours au clou. C’était à S-chanf, dans les Grisons, mois d’octobre, ciel bleu au-dessus des sommets, merveilleux paysage de forêts, couleurs magnifiques de la vallée! Et nous allions passer notre temps chacun isolé dans une cellule à demi obscure. Midi et soir, des camarades nous apportaient le repas sur le seuil de nos cellules. Ils avaient l’air très inquiets pour nous: «Ça va? tu tiens le coup? C’est pas trop dur?» On les rassurait à l’unisson, mais on voyait bien que cela ne marchait pas. Ils repartaient tout aussi inquiets, et le lendemain, nous les voyions encore plus rongés par le sort qu’ils nous imaginaient. Ma petite amie d’alors était plus perspicace, qui m’écrivit: «Je suis sûre qu’avec ton imagination et un rien de vie intérieure, l’endroit où tu loges pourra te devenir fabuleux.» Elle voyait juste. En réalité (j’exagère à peine), nos camarades n’avaient pas idée de la fête qui régnait dans les quatre cellules de fortune, qui

étaient contiguës. Il faut dire que les parois étaient en vulgaires planches de sa-

pin et que l’on s’entendait très bien de l’une à l’autre – je crois même qu’à hauteur du plafond, les planches laissaient dix centimètres d’espace vide. Nos paroles pouvaient donc s’envoler et circuler tout à loisir, de manière aérienne, entre les quatre cellules. Nous n’avions rien d’autre à faire que de nous raconter des histoires, et nous le faisions avec l’élan de quatre jeunes mousquetaires. Avez-vous idée à quel point chacun de nous est tissé par les histoires qu’il se raconte sur lui-même? J’y vois même la marque de l’humain, notre différence essentielle avec les animaux. Attention, nous ne délirons pas, nous n’affabulons pas! Non, par nos paroles – fussent-elles silencieuses et intérieures – nous mettons constamment en forme le réel. C’est ce qui se passait dans nos cellules. Notre gardien, un fin Suisse alémanique, s’y était luimême mis. A 16 h 30, il nous servait une tasse

de thé, puis nous faisait à haute voix la lecture de Le Rouge et le Noir de Stendhal. C’était exquis, délicieux, surréaliste. Ainsi nos cellules et la petite baraque tout entière devinrent-elles dès le premier jour un lieu tout entier fictionnel. Nous flottions dans d’autres dimensions, ailleurs. Nous avions beau être enfermés, sales, puants, les joues mangées par la barbe, quantité d’his-

toires s’échappaient de nos lèvres, emplissaient l’espace, le métamorphosaient et le paraient de mille couleurs. Je m’étonne que, de l’extérieur, toute la troupe qui s’en allait sur la place de tir monter sur les radars et les canons ne s’apercevait pas à quel point nos quatre cellules de fortune irradiaient et jetaient leurs éclats alentour. Ne trouvez-vous pas que ces soldats, logiquement, auraient dû être attirés vers notre baraque comme des papillons de nuit vers la lumière? Ah! Ce qui la faisait vivre, cette prison, c’étaient les histoires, fables, récits que nous tirions de nos souvenirs ou de nos élans d’imagination. Comme

les parois qui nous séparaient étaient plus fragiles que les murs de Jéricho, d’un souffle, de la plus mince des historiettes, nous les faisions basculer et s’effondrer. Pouvoir de notre vie intérieure, qui est immense, et dont les paroles que nous laissons échapper ne sont même que la partie visible de l’iceberg! Dites, se pourrait-il que cette expérience de jadis soit à l’origine des chroniques que je tiens ici chaque semaine, dans le cadre étroit de cette petite page? L’idée me plaît assez. Imaginez! Pour mon bonheur, vous seriez alors les bienvenus substituts de mes trois interlocuteurs d’autrefois, auxquels j’essaie tant bien que mal de payer une dette de gratitude? Lire également en page 16

Publicité

Notre offre inclut les solitaires

PREMIUM by CARAT

du 26 octobre au 22 novembre

exclusivement sertis de diamants H SI

20%

sur tous les bijoux CARAT Bijoux or 18 carats, perles de culture, argent et acier Genève: Centres commerciaux de Nyon La Combe, Planète Charmilles, Migros Chêne-Bourg, Vibert Vaud: Centres commerciaux de Crissier, MMM Chablais Centre Aigle, Marché Migros Romanel Valais: Centres commerciaux de Martigny-Manoir, Monthey, Migros Brigue, Sierre, Viège, Zermatt

Genève: Centres commerciaux de Balexert et Cornavin “Les Cygnes” Vaud: Centres commerciaux Métropole Lausanne et Métropole Yverdon Valais: Centre commercial Métropole Sion


28 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

«Les stéréotypes réduisent la réalité» Patricia Schulz, la directrice du Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes, quitte ses fonctions à la fin de l’année pour devenir membre du comité d’experts de l’ONU sur l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes.

La Suisse a été classée dixième dans le classement mondial du World Economic Forum sur l’égalité des chances. C’est une victoire pour vous?

Ça me fait évidemment plaisir! Mais il faut prendre ce classement avec nuances. Nous avons gagné des places grâce à l’élection de femmes au Conseil fédéral. Cela ne signifie pas que la situation s’est fondamentalement améliorée dans le monde du travail, que la conciliation de la vie familiale et professionnelle ait été facilitée. Quelle définition donnez-vous à l’égalité?

C’est disposer de droits égaux, ne pas être victime de discrimination ou d’exclusion parce qu’on est une femme ou, le cas échéant, parce qu’on est un homme. Notre activité et notre mandat est de promouvoir l’égalité dans tous les domaines et lutter contre toutes les formes de discrimination directes ou indirectes. Directes par exemple quand seuls les hommes pouvaient étudier à l’université. Indirectes, quand des lois qui ont l’air neutres ont un effet particulièrement défavorable pour l’un des deux sexes. Comme exiger une taille minimale pour entrer dans la police. Les femmes étant en moyenne plus petites que les hommes, elles sont davantage exclues. Cela n’est pas acceptable. Comment procédez-vous pour faire changer les choses?

Nous pouvons nous prononcer sur toutes les lois et ordonnances qui ont trait à la situation des hommes et des femmes. Nous distribuons 4 millions d’aide financière pour les projets qui favorisent l’égalité des chances dans la vie professionnelle. Nous en avons déjà soutenu environ quatre cents. Nous faisons de l’information et de la sensibilisation, et nous menons de nombreux

Bio express

➔ Naissance le 28 juillet 1949 à Genève. ➔ Etudes de droit à l’Université de Genève, licence en 1972, brevet d’avocate deux ans plus tard. ➔ Experte associée pour l’Organisation internationale du travail, à Madagascar entre 1977 et 1978. ➔ Enseignante à la faculté de droit de l’Université de Genève de 1979 à 1993. ➔ Cheffe du Bureau fédéral de l’égalité depuis 1994 ➔ Dès le 1er janvier 2011, membre du comité d’experts de l’ONU pour l’élimination des discriminations envers les femmes, quatre sessions par année.

projets visant à promouvoir l’égalité. Nous mettons à disposition des instruments pratiques pour l’égalité, et nous travaillons en réseau avec de nombreux partenaires, privés et publics. Cela se traduit dans les faits. Il y a notamment l’égalité salariale…

C’est une de nos priorités depuis la création du bureau en 1988. Nous avons édité une brochure qui permet aux femmes de comparer leur salaire à celui de leurs collègues masculins pour des activités équivalentes. Nous aidons aussi les salariées et les responsables hiérarchiques à se préparer aux entretiens annuels de qualification durant lesquels on discute souvent d’un salaire ou d’une promotion et à être attentifs au risque de discrimination inconsciente. Par exemple, si une femme dirige une équipe, il y a de fortes probabilités qu’elle dise «l’équipe a super bien travaillé, on a atteint les objectifs». Un homme dira «j’ai bien mené l’équipe, grâce à moi nous avons atteint les objectifs», et de ce fait, il sera mieux récompensé, alors que leur prestation est de même valeur. Nous avons aussi créé un instrument, LOGIB, qui permet aux entreprises de plus de cinquante employés de vérifier si elles respectent le principe d’égalité des salaires. Comment pouvez-vous vérifier que les PME respectent l’égalité salariale?


ENTRETIEN PATRICIA SCHULZ

Patricia Schulz a été à la tête du Bureau fédéral de l’égalité pendant seize ans.

| 29

Le législateur ne nous a pas donné le droit d’aller regarder dans les entreprises, ni d’agir devant les tribunaux. Les femmes qui s’estiment discriminées doivent agir elles-mêmes. La seule exception est la possibilité pour les syndicats ou les organisations féminines de porter l’affaire devant un tribunal, mais le droit d’action est limité à la constatation d’une discrimination et pas à son éradication. Où en est-on sur le chemin de l’égalité?

On est en route. La Suisse a fait des progrès considérables depuis quarante ans. On était le dernier pays d’Europe à ne pas avoir le suffrage féminin. Il fallait avoir fait l’armée pour accéder à certaines professions, les portes de certaines formations étaient fermées pour les filles. Les jeunes d’aujourd’hui peuvent avoir l’impression que l’égalité est réalisée. C’est vrai sur le plan des lois, mais c’est faux dans la pratique, même si on a nettement progressé. Quand j’étudiais à l’université, nous étions 10% de femmes en faculté de droit. Maintenant elles sont en moyenne 40 à 50%. Oui mais ensuite, pour le doctorat, la proportion de femmes reste faible.

«La Suisse a fait des progrès considérables depuis quarante ans»


5,9%: réduisez de moitié votre taux d’intérêt. Transférez votre crédit privé chez nous. La Banque Migros propose le crédit privé online le plus avantageux de Suisse, ce qui signifie que vous payez en moyenne seulement la moitié du taux d’intérêt habituellement pratiqué sur le marché. Pour transférer votre crédit privé actuel chez nous, il vous suffit de remplir la demande de crédit sur le site www.banquemigros.ch/creditprive et de la transmettre directement online. Pour de plus amples informations, vous pouvez également appeler notre Hotline crédit privé au 0900 845 400 (CHF 1.50/min, depuis le réseau fixe). Un crédit de 10 000 francs à un taux annuel effectif de 5,9% représente une mensualité de 859.50 francs et un coût total d’intérêts de 314 francs sur 12 mois. Avertissement légal: l’octroi d’un crédit est interdit s’il occasionne le surendettement (art. 3 LCD).


ENTRETIEN PATRICIA SCHULZ

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

| 31

«Avoir une vie professionnelle très intense est beaucoup plus facile pour un homme»

C’est une question de verre à moitié vide ou à moitié plein. Il y a vingt ans, on était à 15% de femmes, et aujourd’hui autour de 38%. Mais cela prend du temps, car le doctorat est un engagement de plusieurs années additionnelles. Et là, les femmes sont confrontées au gros dilemme carrière ou enfant. Un problème qui se pose aussi aux femmes qui ne font pas d’études supérieures. Ce choix reste encore le gros problème des femmes?

Oui. Avoir une vie professionnelle très intense est beaucoup plus facile pour un homme. La responsabilité du ménage et des enfants reste du domaine de la femme, même si les hommes veulent davantage assumer leur part. Les gens sont confrontés à de nombreux obstacles, dans l’organisation du travail, dans l’inflexibilité des horaires, le manque de crèches, un système fiscal qui pénalise les couples mariés par rapport aux concubins. Selon le niveau de revenus, le nombre d’enfants et le type d’allocations existant dans un

canton, à partir de deux jours de travail de la femme, cela ne vaut plus la peine financièrement pour le couple marié. Est-ce que l’égalité passe par davantage de crèches?

Les gardes d’enfants sont indispensables. Mais il faut surtout sortir de l’idée que c’est l’affaire des femmes. C’est celle des couples. La manière dont un couple s’organise après la naissance du premier enfant reste pour les prochaines années. Il faut montrer aux hommes qu’il y a des possibilités de s’organiser, par le biais du temps partiel. Les hommes ne sont pas toujours prêts à réduire leur temps de travail, ni d’ailleurs leur employeur.

Beaucoup d’hommes ont peur pour leur carrière et de passer pour peu sérieux. Je suis optimiste, je crois qu’il y a de plus en plus de jeunes hommes qui veulent autre chose qu’un travail à 100%, ils veulent du temps pour équilibrer leur vie professionnelle, familiale, sociale, sportive... Il y aura de plus en plus de

demandes auxquelles les entreprises, si elles veulent une main-d’œuvre qualifiée, devront accéder. La courbe démographique négative en Suisse ira en faveur de cette négociation accrue possible entre employeurs et salariés. Que répondez-vous à ceux qui mettent en doute l’utilité du Bureau fédéral de l’égalité?

Les faits et les statistiques nous montrent que les filles continuent de faire des choix de métier très stéréotypés et finissent plus souvent dans une impasse professionnelle, que la pauvreté touche avant tout les familles monoparentales dirigées par les femmes, qu’elles sont très peu nombreuses dans les postes élevés de l’économie, que la violence dans les relations de couple est fréquente et grave. Ce sont des faits qui persistent, malgré les progrès réalisés. L’égalité n’est pas quelque chose qu’on peut atteindre un jour et se dire «mission accomplie». Est-ce que les médias ont un rôle à jouer de sensibilisation?

Vous avez une grande responsabi-

lité pour tout ce qui concerne l’égalité comme projet de société. Il y a toujours plus de femmes journalistes, mais elles sont souvent actives dans les rubriques moins prestigieuses: santé, culture, société... Surtout, elles sont très peu nombreuses dans les postes les plus élevés, là où se décide ce qui va être publié ou présenté à la radio ou à la télévision, ce qui a pour conséquence que les thèmes qui affectent davantage les femmes ne sont pas traités. On fait trop de stéréotypes?

Beaucoup de gens sont désécurisés à cause des changements économiques et sociaux. Donc rester avec des modèles de rôles classiques est rassurant. Les médias veulent des affirmations claires et tranchées, d’où l’utilité des clichés. C’est dommage, car les hommes et les femmes ont beaucoup d’autres caractéristiques que leur sexe pour les décrire. Les stéréotypes réduisent la réalité. Il y a aussi la question du vocabulaire utilisé (auteure, professeure).


32 |

ENTRETIEN PATRICIA SCHULZ

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

C’est un problème effectivement. Les mots détruisent et construisent la réalité, ils peuvent l’ouvrir comme ils peuvent la fermer. Lorsque les offres d’emploi sont rédigées uniquement au masculin, elles sont beaucoup moins attractives pour les femmes, même si elles ont le profil adéquat pour le poste mis au concours. D’où l’importance d’avoir le vocabulaire juste. Mais ne va-t-on pas trop loin lorsqu’on change le terme «Droits de l’Homme» par «Droits de la personne»?

«Il faut être tenace. C’est une qualité que je me reconnais»

(Surprise) Pourquoi? Non, c’est plus englobant. Il ne s’agit pas de révolutionner la langue ou de changer le titre des traités. La Déclaration des Droits de l’Homme s’appelle ainsi, point final. Mais lorsqu’on en parle, on peut utiliser la terminologie des Droits de la personne ou des Droits humains. Au moment de la révision de la Constitution, des députées romandes se sont plaintes de la formulation sexiste du nouveau texte et ont obtenu que l’on parle de citoyennes et citoyens. Je regrette que l’ensemble de la législation ne soit pas rédigée de manière plus inclusive. Et vous, pourquoi partez-vous à l’ONU?

Le Département fédéral des affaires étrangères m’a demandé si j’étais intéressée à être la candidate de la Suisse pour un siège d’experte dans ce comité d’experts sur l’élimination des discriminations envers les femmes. J’ai été élue. J’en suis vraiment très heureuse, c’est une immense chance de terminer ma vie professionnelle dans ce cadre cosmopolite. J’ai toujours été convaincue de la nécessité de travailler au niveau international en matière d’égalité. Vous partez avec quel sentiment du BFEG?

Avec une immense gratitude pour les seize années passées, d’avoir pu participer à cet effort collectif en faveur de l’égalité. Notre bureau est un bel instrument pour l’égalité. Je pars avec la reconnaissance d’avoir toujours eu le soutien fort des différents chefs du Département fédéral de l’intérieur, Ruth Dreifuss, puis Pascal Couchepin et enfin Didier Burkhalter. Et puis, j’ai travaillé avec une super équipe, ça fait beaucoup pour qu’on continue même s’il y a des difficultés. Il faut être tenace. C’est une qualité que je me reconnais (rires).

Propos recueillis par Mélanie Haab Photos Mischa Imbach

Publicité

au e s i o n st u e n i l a . s um u a o e n s i c o ave Un e t o p a qui p

59.90

LG A133 Avec carte SIM et Fr. 15.– de crédit de conversation, verrouillage SIM / 7945.476

Également en vente à

Prepaid

Vous aimez papoter au téléphone à un prix imbattable? Alors M-Budget Mobile est fait pour vous! Avec M-Budget Mobile, vous téléphonez au tarif unitaire le plus avantageux sur tous les réseaux suisses et vers toute l’Europe (Fr. 0.28/minute, Fr. 0.10/SMS). Complément d’information dans votre Migros ou sur www.m-budget-mobile.ch. Enregistrement obligatoire lors de l’achat. Maximum 3 enregistrements/appareils par personne.


m2, avant 19.90, maintenant

FSC-SECR-0057 / FSC Trademark© 1996 Forest Stewardship Council A.C.

s Prix ba s! garanti

9.95

Sol laminé Swiss Noblesse, 8 mm i é Effets hêtre 2 baguettes et noyer Montepulciano, pose aisée, classe d’usage 32, épaisseur 8 mm, L x l: 138 x 19,3 cm. 8 pièces par paquet de 2,131 m², prix du paquet, maintenant Fr. 21.20, avant 42.40 6410.273/499

avant 399.–, maintenant

239.–

avant 42.90, maintenant

21.45

technologie au lithium-ion Tronçonneuse à chaîne à essence MAC 842 McCULLOCH Moteur à 2 temps 1,6 kW/2,2 CV, guide-chaîne 400 mm, 5,5 kg. 6307.169

Perceuse-visse P i Perceuse-visseuse sans fil DGM 3.6 LI DO IT + GARDEN MIGROS Tension 3,6 V, durée de charge 6–10 h, avec accessoires. TAR* incl., 6160.321

à partir de

11.95 Tréteau télescopique Charge admise 160 kg, réglable en hauteur jusqu’à 1,30 m. 6616.086 avant

49.90, maintenant

24.95

*TAR: taxe anticipée de recyclage, tous les prix sont indiqués en francs suisses.

Liste des magasins et inscription à la Newsletter sur

www.doit-garden-migros.ch

Actions valables du 9.11 au 22.11.10.

Toutes les dispersions Profi blanc pour l’intérieur MIOCOLOR (Excepté Mix). Peinture murale pour intérieur résistante et de haute qualité, mate ou satinée. Par ex. mate, 2,5 l, maintenant Fr. 11.95, avant 23.90 Mate, 10 l, maintenant Fr. 31.95, avant 63.90 6607.301-307


CHANG BONUS

5000 A présent profitez du cours avantageux de l’euro: Fr. 5000.- plus leasing attractif à 4.9%. Si votre voiture a plus de 5 ans, lors de l’achat d’une Ford Kuga neuve vous profiterez d’un Ford Change Bonus de Fr. 5000.-. En plus de la valeur résiduelle de votre véhicule. Le bonus est cumulable avec notre leasing avantageux au taux de 4.9 %. Au cas où votre voiture aurait moins de 5 ans, assurez-vous votre avantage avec nos offres Friendship. Rendez donc visite à votre concessionnaire Ford.

Kuga Titanium 2.0 TDCi, 140 ch/103 kW, prix catalogue Fr. 43’700.-, avec d’équipements supplémentaires (Pack Luxury Fr. 10’300.-), à présent Fr. 49’000.-. Conditions relatives au Change Bonus sur www.ford.ch. Ford Credit Leasing: Fr. 458.-/mois; versement initial Fr. 10’800.-; intérêt nominal 4.9 % assurance mensualités Ford comprise, intérêt effectif 5.01 %. Durée 36 mois, 10’000 km/an. Caution et valeur résiduelle conformément aux directives de Ford Credit. Assurance casco complète obligatoire non comprise. Tous les montants s’entendent TVA de 7.6 % comprise. Il est interdit d’accorder un crédit si celui-ci entraîne le surendettement du consommateur (LCD art. 3). Offres valables jusqu’au 31.12.2010. Toutes les offres ne sont valables que pour les particuliers. Sous réserve de modifications.

ford.ch


ACTUALITÉ MIGROS

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

| 35

PAROLES D’EXPERT

Bon et durable: le degré de torréfaction du café Utz Certified est contrôlé par Raymond Place, de Delica SA.

Doublement savoureux

L’assortiment de base de café Migros sera bientôt entièrement constitué de produits Utz Certified. Pour un prix identique et une qualité inchangée, les clients pourront déguster un bon café tout en faisant profiter les cultivateurs de nombreux avantages.

U

n savoureux parfum de café embaume les halles de Delica, l’entreprise de torréfaction Migros sise à Birsfelden (BL). Ingénieur en technologie alimentaire, Raymond Place extrait d’un torréfacteur à tambour un tube se terminant par une petite pelle. Celle-ci contient des grains qu’il examine pour vérifier leur degré de torréfaction. «C’est bon», déclare-t-il, satisfait. Raymond Place ne vient pas de contrôler un café ordinaire, il a devant lui un produit élaboré durablement, dans le respect de conditions sociales et environnementales. Ce café porte le label Utz Certified, «utz» signifiant «bon» dans un des dialectes mayas.

Traçabilité du café assurée grâce à internet

Depuis 2007 déjà, Migros propose du café Utz Certified. Au départ, seul l’espresso arborait le label. Le distributeur poursuit aujourd’hui sur sa lancée et, d’ici à fin 2010, tout l’assortiment de base de café répondra à ces nouvelles exigen-

ces. Par ailleurs, les restaurants Migros serviront aussi un petit noir durable. Notons encore que les cafés Max Havelaar, Bio, Sélection et M-Budget, ainsi que les spécialités régionales, qui ne font pas partie de l’assortiment de base, ne sont pas concernés par cette mesure. Simultanément à ce changement, certains emballages seront aussi modifiés. La qualité et le goût du café resteront toutefois inchan-

gés. Tout comme le prix. En effet, les coûts supplémentaires découlant du passage aux produits certifiés Utz Certified sont pris en charge par Migros et Delica et ne seront pas répercutés. Un autre avantage de ce label réside dans la transparence. Le code figurant sur l’emballage permet en effet de remonter à la plantation ou à la coopérative via le site www.migros.ch/coffee. Daniel Sägesser

Que signifie Utz Certified? Utz Certified est un programme mondial de certification du café. Derrière ce nom se cache une organisation indépendante sans but lucratif dont le siège est à Amsterdam. Le café Utz Certified est produit dans le respect de normes sociales et environnementales. Les principes économiques ne sont pas non plus oubliés: grâce à l’amélioration des méthodes de culture, les producteurs obtiennent des récoltes plus abondantes et de meilleure qualité. Du fait de ces revenus supérieurs, ils peuvent améliorer leurs conditions de vie.

Hans-Peter Egler est chef de la promotion commerciale au centre de prestations Coopération et développement économiques du Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco).

«Après le pétrole, le café est la matière première la plus importante au niveau mondial. Dans les pays en voie de développement, la production de café représente une source de revenus essentielle. En Tanzanie par exemple, plus de deux millions de personnes gagnent leur vie grâce au café. Le Seco a financé une étude afin de comparer la portée des différents labels de développement durable, dont Utz Certified. Les résultats sont satisfaisants, car comparés aux groupes de producteurs traditionnels, tous les labels analysés présentent des améliorations significatives sur les plans écologique, social et économique. En optant pour le café répondant aux exigences du label Utz Certified pour son assortiment de base, Migros ouvre des débouchés à de nombreux producteurs de café des pays en voie de développement. Et en achetant ce café, les consommateurs suisses ont la possibilité de contribuer directement au développement de ces pays.»


36 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Un esprit de pionnier bien vivant

Communication et vente d’alcool ont été les deux grands thèmes de la 167e Assemblée des délégués de la Fédération des coopératives Migros.

L

evons d’emblée le doute: ce n’est pas demain que l’on verra de l’alcool et du tabac sur les rayons des magasins Migros. Un groupe de travail rassemblant des délégués des dix coopératives Migros a conclu qu’il n’y avait pas lieu de modifier ni d’abroger l’interdiction statutaire de vente de ces produits. Claude Hauser, président de l’administration de la Fédération des coopératives Migros, a expliqué ce qui tend à provoquer la confusion dans l’opinion publique: l’interdiction de vendre de l’alcool et du tabac concerne Migros, mais pas les entreprises appartenant à Migros, telles que Denner, LeShop.ch ou Migrolino. Le point «Communication» de l’ordre du jour, quant à lui, a suscité un débat plus nourri, notamment en raison des échanges sur les thèses d’Adèle et Gottlieb Duttweiler qui avaient eu lieu lors de la précédente Assemblée des délégués. Comme on l’avait déjà constaté, la communication touche particulièrement les délégués et les coopérateurs. Les votes des participants présents sur cette question ont été aussi divers et variés que les régions représentées.

Se faire entendre dans la surenchère des messages

Tous ont cependant un dénominateur commun, que Monica Glisenti, directrice de la communication d’entreprise Migros, a traduit en termes clairs: une bonne communication crée la confiance. Cependant, à l’heure où l’information devient pléthorique, celui qui veut

se faire entendre doit se servir de moyens simples. Non pas au niveau du contenu, mais de leur mise en forme. Marc Engelhardt, chef de la communication marketing de Migros, a bien montré comment l’influence croissante des consommateurs change la donne. Selon lui, internet, et plus particulièrement les réseaux sociaux, sont les déclencheurs d’une démocratisation en règle des médias. Sur ce sujet, Migros reste à l’avant-garde, notamment avec son site Migipedia.

Migros reste très bien positionnée

En tant que présidente, Ursula Nold a ouvert la 167e Assemblée des délégués de la Fédération des coopératives Migros.

Comme Oskar Sager, chef du marketing, l’a bien montré dans son exposé, la marque Migros ne perd rien de sa valeur et de sa considération: «Parmi les fabricants et les commerçants, nous sommes une marque forte très bien positionnée», déclarait-il au moment de commenter la stratégie marketing de l’entreprise. Avant d’ajouter que, dans le futur, on se concentrera à nouveau davantage sur la marque faîtière Migros et ses cinq valeurs fondamentales que sont le développement durable, la régionalité, la suissitude, la fraîcheur ainsi que le rapport qualité/ prix. Enfin, les commentaires de Dieter Berninghaus, chef du département Commerce de Migros, à propos de l’électromobilité et de l’ouverture du premier magasin M-way, ont permis aux délégués de percevoir une nouvelle fois l’esprit de pionnier de Migros. Daniel Sidler Photos Kilian Kessler

Issus des dix coopératives régionales, les délégués forment pour


ACTUALITÉ MIGROS

| 37

TRÉSORS DE NOS ARCHIVES

Un patron proche de ses employés

En 1950, Migros fêtait ses 25 ans. A cette occasion, Gottlieb Duttweiler, son fondateur, a eu la généreuse idée d’organiser une réception à Rüschlikon (ZH) pour les 5000 collaborateurs de l’époque. Ainsi, le 28 août, toutes les entreprises Migros ont fermé

leurs portes et les employés se sont rendus dans la banlieue de Zurich. Un voyage pour beaucoup inoubliable. En effet, Gottlieb Duttweiler est tout d’abord venu – à la nage – à la rencontre de ses invités qui arrivaient dans cinq bateaux à vapeur. Puis, ce patron

décidément pas comme les autres a lui-même servi le repas aux convives. Ce faisant, il prouvait non seulement qu’il était proche des consommateurs, mais surtout qu’il avait su rester en contact étroit avec ses collaborateurs.

LE BAROMÈTRE DES PRIX

Les changements de prix de la semaine

ainsi dire le parlement de Migros.

Migros baisse dès aujourd’hui le prix des boissons énergétiques M-Budget: Energy Drink M-Budget, 250 ml, ancien prix: Fr. –.85, nouveau prix: Fr. –.75 Energy Drink M-Budget, 12 x 250 ml, ancien prix: Fr. 9.90, nouveau prix: Fr. 9.Energy Drink M-Budget, sans sucre, 250 ml, ancien prix: Fr. –.85, nouveau prix: Fr. –.75

Energy Drink M-Budget, sans sucre, 12 x 250 ml, ancien prix: Fr. 9.90, nouveau prix: Fr. 9.Energy Drink M-Budget, 355 ml, ancien prix: Fr. 1.20, nouveau prix: Fr. 1.05 Energy Drink M-Budget, sans sucre, 355 ml, ancien prix: Fr. 1.20, nouveau prix: Fr. 1.05


P.EX. CLIO DÈS

FR. 13 200.–

FR. 2 000.–

D’AVANTAGE SUPPLÉMENTAIRE SUR TOUS LES MODÈLES RENAULT.

Seulement en novembre chez votre partenaire Renault! Infos au numéro gratuit 0800 80 80 77 ou sur www.renault.ch Offre réservée aux clients particuliers (seulement sur les véhicules particuliers) dans le réseau Renault participant jusqu’au 30.11.2010. L’Euro Bonus est cumulable avec les actions en cours. Modèle illustré (équipements supplémentaires incl.): Clio S TCe 100, 1149 cm3, 3 portes, consommation de carburant 5,8 l/100 km, émissions de CO 2 129 g/km, catégorie de rendement énergétique B, Fr. 19 200.– moins prime Fr. 2 000.– moins Euro Bonus Fr. 2 000.– = Fr. 15 200.–. Exemple de calcul: Clio Expression 1.2 75 (3 portes), prix catalogue Fr. 17 200.– moins prime Fr. 2 000.– moins Euro Bonus Fr. 2 000.– = Fr. 13 200.–.


ACTUALITÉ MIGROS

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

A la pêche aux vignettes

Mireille Seiz, 45 ans, avec Léon, 6 ans, et Noémie, 4 ans: «Oceanmania est une bonne façon de découvrir la mer. J’ai seulement acheté l’album, car, sur le prix de vente, un franc revient au WWF. Il faut soutenir cette organisation.»

L’action Oceanmania qui se terminera le 15 novembre est d’ores et déjà un succès. De nombreux clients ont en effet apprécié cette nouvelle collecte d’autocollants. gasins Migros, une pochette contenant cinq vignettes est distribuée (offre jusqu’à épuisement du stock). Sur internet aussi, le succès est au rendez-vous: près de 70 000 poissons-joueurs s’amusent sur www.oceanmania.ch à répondre aux questions d’un quiz. Vous aussi pouvez encore venir agrandir la famille des participants et tenter de gagner un joker 3D. Afin de se rendre compte de l’enthousiasme des Suisses pour Oceanmania, nous avons rencontré des clients à Bülach (ZH). Daniel Sägesser

Esther Hefti, 50 ans: «Je trouve Oceanmania super. Les photos sont magnifiques. Je les collectionne pour mon propre compte et ai profité de mon après-midi de libre pour venir ici. Il me manque encore quatre vignettes.»

Ernst Klauser, 65 ans: «C’est ma femme qui collectionne les autocollants. Moi, j’aime bien le livre. Je suis venu ici exprès pour échanger des vignettes.»

Cordula Mangelsdorf, 37 ans, avec Joshua, 8 ans: «Joshua aime bien pêcher et s’intéresse auxx poissons. Comme il aimerait devenir biologiste marin, Oceanmania lui plaît beaucoup.»

Pe Andrij ic 39 ans: Peter Andrijevic, «Je collectionne et échange des vignettes pour ma nièce. Une fois l’album complet, je pourrai le lui offrir.»

Selina Ga Gassmann, 10 ans: «L images «Les me plaisent beaucoup. J’ J’aime aussi savoir où habitent exactement les habitants des mers, car peut-être j’irai faire de la plongée dans ces régions avec mon parrain.»

Sandra Müller, 36 ans, avec Yannick, 6 ans, et Dennis, 4 ans: «Pour les enfants, c’est très sympa de collectionner les vignettes. Il nouss en ue manque très peu.»

Roge Metz, 37 ans, Simone Roger Me 33 ans, et Michelle, Metz, 5 ans: «Oceanmania est une be idée. Grâce aux échanges belle de vignettes, nous apprenons à co connaître nos voisins dans notre loti lotissement. Chaque jour, des enfa enfants sonnent à notre porte é pour échanger des autocollants.»

Photos Mirko Ries

Q

u’il s’agisse d’anémone plumeuse, de poisson-coffre ou d’éponge tubulaire, tous ces animaux marins exotiques – et bien d’autres encore – sont désormais un peu mieux connus des Suisses grâce à Oceanmania. En effet, depuis le 5 octobre, les clients Migros collectionnent avec passion les vignettes représentant les habitants des mers. Au total, des millions d’autocollants ont déjà été écoulés. L’action se poursuit jusqu’au lundi 15 novembre encore. Rappelons qu’à chaque tranche d’achats de 20 francs dans les ma-

| 39

Il vous manque des vignettes? Vous avez des vignettes à double? Il vous en manque pour terminer termine l’album? Du 16 au 30 novembre 2010 vous pouvez 2010, éc échanger par co courrier jusqu’à qu quarante autocolla lants. Voici comme ment procéder: insc inscrivez sur une feui feuille de papier les numé numéros des vignettes manquant manquantes (au maximum quarante). Ajoutez un nombre équivalent de stickers que vous avez à double ainsi qu’une enveloppe retour affranchie portant votre adresse et envoyez le tout à: Tit-Pit, Oceanmania, Allmendstrasse 8, 8320 Fehraltorf.


2.80 a va n t 3

3.5 0

.–

avan t 3

Banan es Chiq Costa Rica /P uita, anamá , le kg

.60

8.10

Bana n

a va n t 9

es, bio , Ma x H Pérou /Equate avelaar, ur, le kg

Crevett

1.55 a

1.75 av ant 1.9

Charc

uterie

es bio

vant 1.7

5

, marin é e s, su rgelée 20 0 g s,

5

3.5 0

M- Cla ssic les 10 0 , prétranché e, g

Froma M- Cla ge d’Italie D é ssic, p rétranc licatesse hé, les 10 0

avan t 3

.80

g

Poitrin e

de din de Do n prétra nchée Pollo, cuite, , 135 g

a va n t 2

Bais s

e de p rix du rab

a va n t 2

.25

uterie d e ve a u M- C prétra nchée lassic, , les 10 0g

Crev cuites

1.90

2.10

Charc

.–

.10

Froma ge nemen d’Italie Terra t prétr anché Suisse, , les 10 0g

le dès maint enant

sur ce s pr od uit s

4.60

avan t 4

Poitrin

.90

e de d inde D on prétra nchée Pollo, cuite, , 144 g

et de nomb r eu x

aut r es

.

Cuisse


8.90

12.20

avan t 9

a va n t 1 2.80

Cuisse

.60

s de p ou surgelé let M- Class ic, es, 1,5 kg

Eminc

3.90

a va n t 4

é de p oule surgelé t Don Pollo , , 50 0 g

Dentifr ice Micro - Candida Wh it Crysta ls, 75 m e l

8.6 0

13.50

avan t 8

avan t 1 6. –

.30

.90

3.90

vettes Pa s et dé ci c Prawns cortiqu C ées, su osta, rgelée 40 0 g s,

avan t 4

3.6 0

.30

avan t 3 Poulet

entier,

surgelé

Candid

, 1,2 kg

.80

a Mult icare 7 en 1, 75 ml

1.30

avan t 1 .50

e s de poule les 10 0 t Optigal, g

3. 2 5

1.35 a vant 1.5

a va n t 3

5

Escalo Ailes d

e poule tO les 10 0 ptigal, g

pe s de poule les 10 0 t Optigal, g

.35

Lilibigg

s Junio r Mint, 75 ml


42 | Migros Magazine 45, 8 novembre vembre vem bre 2010 20

1re part. Pâtisserie

➔ 2e part. Décoration ➔ 3 e part. Bricolage ➔ 4e part. Traditions

Photos Daniel Winkler, stylisme Monica Keller, assistanat Caroline Busch

Cette année, le sapin de la famille Felix arborera une décoration classique, soit en rouge et or. Les pendentifs scintillants et l’alternance de boules mates et brillantes se chargeront de produire le plus beau des effets.

Croquettes Spruso Frey Kids, 115 g,

Fr. 4.30

Père Noël en chocolat au lait Frey Kids à suspendre, 130 g, Fr. 4.—

Assortiment de chocolats Frey à suspendre, 150 g,

Fr. 4.60


EN MAGASIN

| 43

➔ 5e part. Saint Nicolas ➔ 6 e part. Cadeaux ➔ 7e part. Cadeaux (suite) ➔ 8e part. Menu de fête ➔ 9 e part. Saint-Sylvestre

Scintillements de fête Chaque année, à Noël, la famille Felix se fait plaisir en décorant sa maison. Le résultat est étincelant.

E

veline Felix est d’ordinaire une personne plutôt réservée. Elle aime que son foyer soit bien rangé et que la décoration reste sobre. Mais à l’approche de Noël, elle se laisse volontiers gagner par les rêves de princesse qui animent sa fille de 7 ans, Anna. Pour cette dernière, la maison ne saurait être assez scintillante. C’est qu’il faut faire honneur au Père

Bougies avec photophore, 2 pièces,

Fr. 6.50

Bougies pour le sapin de Noël, 40 pièces,

Fr. 4.50

Noël qui ne manquera pas de venir déposer des cadeaux. Pour que tout soit parfait, Eveline a donc d’ores et déjà décidé de décorer la maison: de la porte d’entrée aux bords de fenêtre, rien n’est oublié. Bon à savoir: cette semaine, multipliez par 10 vos points Cumulus à l’achat de spécialités chocolatées Frey Kids. Silke Bender

Boules de Noël, rouge, 8 cm, 24 pièces,

Fr. 34.90

Boules de Noël, or, 8 cm, 24 pièces,

Fr. 34.90


44 | Migros Magazine 45, 8 novembre vembre vem bre 20 2010

Décorations en métal à suspendre, Fr. 5.90

Etoile à suspendre, Fr. 5.90

Divers rubans, à partir de

Etoile en rotin, diverses tailles, à partir de Fr. 2.90

Fr. 3.-

Nœud à suspendre, Fr. 4.90

Boules en verre, Fr. 6.90

Cœur à suspendre, Fr. 4.90

Patin à suspendre, susp su spen sp endre, Fr. 5.90 en


EN MAGASIN

Nœuds pour cadeaux, 4 pièces,

Fr. 3.90

Muffin in en n verre, ve avec pince de fixation, Fr. 4.90

Gland à suspendre, Fr. 3.90

Boule en verre, Fr. 4.90

Faon, Fr. Fr 3.90 90

Décorations à carreaux à suspendre, Fr. 3.90

Moufles et chaussettes à suspendre, Fr. 3.90

Paire de bottes à suspendre, Fr. 4.90

| 45


46 | Migros Magazine 45,, 8 novembre vembre vem bre 2010 2010

essus: lovés dans leur cor orbe or beille be le, co le comme sur un lit Ci-dessus: corbeille, s, les trois adorables ffaons aons illuminent le corridor. ao de nuages, ion très facile à réal aliser. al Une composition réaliser. se façon d’accueillir ses Ci-contre: quelle merveilleuse mitation sapin invités! La guirlande artificielle imitation les...) est ornée (avantage: elle ne perd pas ses aiguilles...) de de petites d’étoiles rouges en rotin et d’une multitude lampes.

Ils brillent de mille feux dans votre jardin: rennes lumineux Outdoor Flair, effet cristal, LED, 25 cm, Fr. 39.90, 39 cm, Fr. 44.90

Guirlande lumineuse Snowfall Indoor Flair, 180 LED, avec effet chute de neige, Fr. 109.-

Guirlande lumineuse Pearl Light Indoor Flair, 60 LED, Fr. 39.90

Bougies Indoor Flair, rechargeables, LED, 4 pièces, Fr. 14.90

Bougies Indoor Flair, avec station de recharge, LED, 4 pièces, Fr. 29.90


SOLIDARITÉ É EXTRA

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Un resto pas comme les autres PAGE 67

La Croix-Rouge au secours des populations civiles

Photo Pierre-Yves Massot / Arkive

PAGE 70

Tous ensemble pour un monde meilleur

Tout comme Marie Muriset, à la Soupe populaire de Lausanne, des milliers de Romands s’investissent pour les démunis. «Migros Magazine» est allé à leur rencontre.


48 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Sommaire

Soutien au quotidien

DÉFINITION

La solidarité, c’est quoi?

48

Du service civil au bénévolat, définition d’un principe qui revêt des formes multiples.

SOCIÉTÉ

Par où passent vos dons

52

Les 65 millions de francs récoltés pour Haïti ont permis de mettre sur pied plusieurs projets.

REPORTAGE

Un bistrot qui a du cœur

INTERVIEW

70

Le directeur du CICR fait un état des lieux de l’engagement de son organisation en zones de conflits.

ACTUEL

Soutenir les associations

Un don, du temps, une cotisation, des impôts... Définitions d’un principe dont tout le monde reconnaît les bienfaits, sans forcément y mettre sa part de bonne grâce.

67

A La Chaux-de-Fonds, un restaurant tenu par des marginaux tourne à plein régime à midi.

Jakob Kellenberger

Les visages de la solidarité

74

Le Pour-cent culturel Migros aide à la création d’associations. Un groupe de jeunes en a bénéficié.

A

ccueillir des sans-abri autour d’un repas chaud. Porter les commissions d’une personne frêle. Etre en pleine forme et payer son assurance maladie. S’acquitter de ses impôts… Lorsqu’on parle de solidarité, c’est un peu tout cela à la fois qu’on évoque, sans vraiment savoir où s’arrête le devoir et où commence la charité, alors de quoi s’agit-il exactement? D’abord, il faut savoir de quelle solidarité on parle, car ses visages demeurent nombreux. Le point commun: elle engage toujours au moins deux personnes, un donneur et un receveur. Le donneur peut par exemple être l’Etat, qui offre un soutien à ceux qui en ont besoin, via les assurances sociales, AVS, AI, le chômage. Soit un fonds auquel tout un chacun cotise pour éventuellement, un jour, y avoir recours. L’Etat peut aussi redistribuer les richesses entre cantons riches et cantons pauvres (péréquation).

Nécessaire au bon fonctionnement d’un pays

Quant aux autres formes, elles s’expriment au travers de l’aide au quotidien, les dons, le bénévolat, l’engagement au sein de sa communauté (linguistique, corporatiste, religieuse), ou simplement en offrant à l’écoute. En outre, les jeunes hommes sont appelés à être solidaires avec leurs dirigeants, par l’intermé-

diaire de l’armée ou du service civil. La solidarité reste donc nécessaire au fonctionnement d’un pays. «Elle est même une urgence de la société, mais elle n’a pas at-

tions. «Les vieux demeurent très compétents et peuvent donner des conseils, des coups de main, leur réseau, de l’argent... En cela, ils sont utiles à toute la communauté.»

«Autrefois la société était beaucoup plus homogène.» tendu ce jour pour exister. Autrefois, dans les villages, on s’occupait des «vieux», il n’y en avait pas autant qu’aujourd’hui», explique Jean-Pierre Fragnière, sociologue des générations. C’est qu’avant, la société était beaucoup plus homogène, «tout le monde allait à la messe, écoutait la même musique, la solidarité allait de soi», précise le sociologue. A présent, les personnes âgées appartiennent au groupe social le moins exposé à la pauvreté. Le fossé financier s’élargit de 10% tous les dix ans en termes de revenus avec la jeune génération.» D’ailleurs, en général, les personnes âgées se placent plutôt du côté des contributeurs de presta-

Les «abuseurs» du système

Si le bien-être d’une société se mesure à celui de son membre le plus faible (personnes âgées, enfants), cela vaut aussi pour les gens à la santé fragile, pour qui chacun paie sa prime. Mais les grands consommateurs de soins médicaux, tout comme les fumeurs ou les personnes en surpoids, sont pointés du doigt. Avec toujours ce fantasme de bien portants de penser que qui, par son comportement, abuse du système, doit passer à la caisse. Attention danger: «L’idée qu’on paie pour les autres est une grande peur sociale infondée. On vit dans le mythe que les vieux coûtent cher, alors que seuls 5% représente des cas lourds», commente Jean-Pierre Fragnière. Ailleurs, la pilule de la solidarité peine à passer. Celui qui y fait appel via l’assurance invalidité ou le chômage est souvent perçu comme un profiteur ou un fainéant, davantage que pour une personne fragilisée dont il faut prendre soin. «La solidarité s’est individualisée,


SOLIDARITÉ É EXTRA

«Travailler pour les autres me fait du bien» Sothys Chun, 22 ans, effectue son service civil au sein de l’association Sainte-Camille, à Marly (FR), qui s’occupe de personnes handicapées. Un peu dans les soins, un peu dans l’animation. «L’an dernier, j’ai bossé ici comme aide-cuisinier. Je craignais un peu le contact avec ce monde. Mais ça s’est tellement bien passé que j’ai demandé à revenir, cette fois pour travailler avec les résidents.» Son service dure six mois. Tout semble naturel dans ses mouvements, sa manière de taquiner le «colonel», Alfred Aebischer, l’un des pensionnaires. Ingénieur chimiste, donc plutôt rat de laboratoire, Sothys Chun a découvert un nouveau monde. «Cela me fait du bien de travailler pour les autres. C’est très enrichissant.» L’après-midi est consacré à l’atelier bricolage. Les résidents préparent des poupées. Avec une patience infinie, il faut leur expliquer et les encourager. Le colonel est dissipé, préfère faire rire l’assemblée que découper la bouche au poinçon. Le jeune homme l’aide à terminer l’ouvrage. Pour lui, la solidarité, c’est penser aux autres, «les handicapés ont notre priorité, quand quelqu’un a besoin d’aide, il faut être présent. Cela marche aussi au quotidien avec mes amis, et de manière réciproque.»

Sothy Chun, civiliste, et Alfred Aebischer, résident, ont développé une grande complicité.


50 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Marie Muriset, bénévole à la soupe populaire, envisage de travailler avec les marginaux.

«J’ai découvert un monde que je ne connaissais pas» Marie Muriset débarque il y a trois ans à la soupe populaire de Lausanne, avec un immense désir d’aider les gens. «J’ai eu envie de découvrir une réalité que je ne connaissais pas. J’ai rencontré beaucoup de gens à qui je n’aurais jamais osé parler auparavant. Au début, c’était très difficile d’être confrontée à ce monde. A la fin de chaque soirée, on fait un débriefing

avec les bénévoles pour en parler.» Peu à peu, la jeune infirmière de 30 ans a apprivoisé cet espace géré par la fondation Mère Sofia. Et aujourd’hui, elle y vient avec plaisir, tous les mercredis, servir les repas à près de 150 personnes. «Au début, on avait le temps de s’asseoir, il y avait des soirées calmes. A présent, j’ai le sentiment que c’est

toujours plein, davantage de bénéficiaires viennent.» Bien sûr, il y a eu des soirs difficiles, des altercations, elle a même été prise à partie une fois. Mais rien de cela ne l’a découragée. Au contraire. Engagée, Marie Muriset envisage, dans quelques années, de mettre son activité d’infirmière au profit de ces personnes, en travaillant dans

un centre social. «J’ai moins peur de ce monde-là, maintenant que je le côtoie.» La solidarité, pour elle, «ça commence déjà au coin de la rue, en aidant une personne âgée à porter son cabas, ça continue à travers des actions comme la soupe populaire et ça se vit aussi dans le monde du travail, en déchargeant un collègue qui a trop à faire.»


SOLIDARITÉ É EXTRA

par les cotisations de salaire, les impôts et la redistribution des richesses, observe Fabrice Plomb, sociologue de la stratification sociale à l’Université de Fribourg. Cela a un aspect négatif pour ceux qui grignotent ce capital commun et qu’on appelle profiteurs.» En cause, le fossé très riches / très pauvres qui s’est élargi, laissant au milieu une immense classe intermédiaire difficile à délimiter. «Autrefois, on définissait la solidarité à travers la classe ouvrière qui revendiquait une justice sociale. Mais ces structures ont disparu, et il y a désormais un décalage entre le vocabulaire utilisé et ce que ce terme englobe.»

La solidarité comme prévention

Alors quelles solutions pour l’entraide mutuelle? «L’Etat social ne suffit pas pour la créer. Elle doit être tenue par la société civile, par les associations et les philanthropes. Mais cela pose d’autres problèmes, car leurs critères pour apporter leur soutien se révèlent arbitraires. C’est une solidarité passoire, puisque des gens glissent au travers», estime le sociologue fribourgeois. Son collègue valaisan, JeanPierre Fragnière, a un avis tout autre. L’Etat doit être le pilier de la solidarité. «La dynamique actuelle veut consolider les prestations AVS, mais pour que la société fonctionne, il faudrait renforcer les allocations distribuées aux familles. Car plus la pauvreté commence tôt, plus il est difficile d’en sortir. Et cela implique souvent l’échec scolaire des enfants, de mauvais divorces... La solidarité reste une forme de prévention. On ne peut pas laisser les jeunes familles dans le pétrin.»

«On ne peut pas laisser les jeunes familles dans le pétrin.»

Mélanie Haab Photos Pierre-Yves Massot / Arkive

Mme Guedel et Naël ont 88 ans d’écart. Cela ne les empêche pas de rire ensemble lors de l’atelier bricolage de la Roseraie.

Un projet intergénérationnel Pour que les âges se retrouvent et que le fossé des générations ne s’élargisse pas davantage, des projets naissent un peu partout en Suisse romande. A Saint-Imier (BE), le home de la Roseraie a accueilli, en 2007, une crèche. «Il fallait convaincre les résidents qui craignaient le bruit. Mais je suis convaincu qu’il faut dynamiser et décloisonner les EMS», explique le directeur, François Nyfeler. Le décloisonnement prend la forme d’activités en commun: chant, ateliers de cuisine et de bricolage, repas pris en commun... Aujourd’hui, les participants préparent les décorations de Noël pour le hall central. Les personnes âgées présentes sont appliquées sur le collage, les petits – entre 2 et 4 ans – un peu moins. «Ce n’est pas un lieu de fin de vie, mais un lieu de vie tout court», explique Martine Hauser, assistante socio-éducative, qui s’occupe des résidents. L’autre éducatrice, Amandine Guenot, travaille à la crèche Barbapapa. «Au début, je me demandais comment j’allais faire pour travailler avec ces deux classes d’âge très différentes. Et en fait, tout se passe bien.» Les

enfants ont l’air ravis. Naël chatouille Mme Guedel, 91 ans. Norah est très concentrée sur son œuvre. Mme Widmer, 88 ans, met un point d’honneur à ce que tout soit bien aligné. «C’est à nous de leur proposer des animations qui correspondent à tout le monde, estiment les deux responsables. Regardez comme ils s’entraident, les petits ont besoin des conseils des grands, les personnes âgées apprécient cette stimulation.» La crèche a permis aussi à des adultes de mettre les pieds dans un EMS, via leur enfant, et de dépasser leurs a priori face à ce monde, se réjouit François Nyfeler. Certains résidents n’ont plus toute leur tête mais savent encore nouer une serviette autour du cou d’un enfant. L’atelier est terminé, les petits courent partout. Avant de retourner à la crèche, ils se penchent vers leurs aînées et, très délicatement, déposent un bec mouillé sur leur joue. Ils ont compris qu’ils ne doivent pas être brusques avec les personnes âgées. Celles-ci rayonnent de bonheur. La solidarité est réciproque.


52 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Aide en cas de catastrophe

Le long voyage d’un don

De la Chaîne du Bonheur au travail sur le terrain, itinéraire d’un don. A Haïti, la reconstruction bat son plein grâce à vous.

L

e 12 janvier 2010, un effroyable tremblement de terre dévaste Haïti. Bilan: plus de 250 000 morts et 1,5 million de personnes sans abri. La Chaîne du Bonheur (CB) ouvre immédiatement un compte, envoie des communiqués, réalise des spots pour la radio et la télévision. Une journée de collecte est organisée le 21 janvier. A Genève, soixante lignes de téléphone sont mobilisées pour répondre aux appels. Entre 6 heures et minuit, 20 millions de promesses de don sont recueillis. Aujourd’hui, les fonds récoltés s’élèvent à plus de 65 millions de francs. «Il s’agit de la troisième plus grosse collecte jamais réalisée, remarque Caroline de Palézieux, porte-parole de la CB. Nous avons reçu 227 millions de francs en faveur des victimes du tsunami de 2004 et 74 millions suite aux inondations de l’an 2000 en Suisse.» 90% des dons proviennent des particuliers. Et concrètement, lorsqu’on donne 100 francs à la CB, où part cet argent? «Nous finançons des projets soumis par des ONG avec lesquelles nous collaborons contractuellement, explique Caroline de Palézieux. Nous payons par acomptes en fonction des résultats atteints. Dans l’attente, l’argent est placé sur un compte bancaire (la CB tra-

vaille avec sept banques différentes).» Les intérêts acquis permettent de régler, entre autres, les frais de fonctionnement, comme les salaires des dix-neuf collaborateurs en Suisse, ainsi que les dépenses administratives. Le directeur de la CB, avec l’appui de conseillers financiers, décide des endroits où placer les investissements, surveillés par une Commission de gestion financière.

Quinze millions de francs déjà redistribués

La catastrophe haïtienne a bien sûr nécessité une aide d’urgence. Envoi de nourriture, de tentes, de médicaments. Dans ce genre de situation, la CB débloque ses fonds propres avant de recevoir les dons, et les envoie aux ONG partenaires, pour la plupart déjà présentes sur place. «A ce jour, quinze projets d’aide d’urgence et cinq de réhabilitation/reconstruction ont été ou sont financés. Nous avons aidé quinze ONG avec près de 15 millions de francs.» Le reste de l’argent, pour l’instant investi, contribuera aux phases de consolidation. Et comment la CB, qui coopère avec 31 ONG, choisit-elle les élues? «Pour pouvoir nous présenter un dossier, une ONG doit être suisse, collecter les fonds et les gérer en

A Haïti, la reconstruction commence à peine. Des 65 millions de francs de

La Chaîne du Bonheur organise des journées de mobilisation.


SOLIDARITÉ É EXTRA

«Il s’agit de la troisième plus grosse collecte de dons jamais réalisée en Suisse.»

Publicité

Accessibilité pour tous!

dons offerts par les Suisses, 15 ont déjà été distribués.

Suisse, avoir au minimum trois ans d’expérience dans l’humanitaire et opérer dans trois pays au moins», déclare Caroline de Palézieux. C’est le cas de Médecins du monde suisse (MdM), accréditée par la CB depuis deux ans. Cette structure, dont le siège se trouve à Neuchâtel, compte cinq collaborateurs. Elle fonctionne majoritairement grâce aux financements institutionnels, dont ceux de la DDC (Direction du développement et de la coopération, qui appartient au DFAE), de l’UNICEF et de la Loterie romande. «Notre but est de permettre aux habitants d’accéder plus

facilement aux soins, souligne Léonora Rossi, responsable du projet Haïti pour MdM. Nous étions déjà présents à Haïti avant le tremblement de terre. Très rapidement, nous avons été en mesure d’agir.» D’abords avec des fonds propres. Car l’analyse d’un projet par la CB peut prendre un certain temps. «Nous vérifions chaque point lors de séances de commissions afin d’être certains qu’il correspond à des lignes directrices établies selon les collectes, assure Caroline de Palézieux. Par exemple, l’importance de stratégies d’intervention sur le long terme.» En pré-

Procap est la plus grande association suisse d’entraide pour personnes avec handicap. Elle regroupe plus de 20 000 membres répartis dans 45 sections régionales. Procap offre des prestations de conseil à ses membres notamment dans les domaines suivants: droit des assurances sociales, construction, logement et voyages. En outre, Procap permet aux personnes avec handicap l’accès au sport, aux loisirs, à la culture et à une meilleure intégration sociale. Merci de nous soutenir par votre don!

Procap Suisse PC 46-1809-1 www.procap.ch


SOLIDARITÉ É EXTRA sence de responsables de la CB, d’experts, d’un observateur de la DDC et de membres de grandes ONG, tels que Caritas, Terre des hommes et la CroixRouge, les projets sont débattus. Celui de MdM, budgétisé à 1,8 million de francs, a souffert de quelques problèmes. Intitulé «recouvrement de la capacité de soin en santé primaire et nutrition», il couvre la période du 31 janvier 2010 au 31 décembre 2011. «Nous l’avons présenté en mars, indique Léonora Rossi. Et nous avons dû revoir notamment les ressources offertes aux locaux quand nous quitterons les lieux.» Après une deuxième expertise, en mai, et quelques autres changements, le projet a été validé et une partie de l’argent, comme avance opérationnelle, versée en juillet (930 000 francs). Dont 10% au maximum, limite exigée par la CB, partiront dans les frais administratifs.

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Un label de qualité suisse Comment s’assurer qu’un don ira à bon port? En vérifiant que le sigle de la Fondation ZEWO, gage de qualité, apparaît sur les documents fournis par l’ONG. Il s’agit d’un «service suisse de certification pour les organisations d’utilité publique qui récoltent des dons». A ce jour, la Fondation ZEWO, qui compte huit collaborateurs, a audité et labellisé 509 ONG, telles que Rega, Caritas, WWF. Elle répond à toutes les questions des donateurs, par téléphone ou par e-mail. Pour demander une certification, une ONG doit exister depuis au moins deux ans, avoir un siège en Suisse et pouvoir présenter les comptes annuels conformément aux principes comptables développés pour les ONG (Swiss GAAP RPC).

«L’analyse prend de six mois à plus d’une année, souligne Martina Ziegerer, directrice de la Fondation ZEWO. Nous devons vérifier sa transparence et sa fiabilité. Le premier examen coûte en moyenne 5000 francs à l’ONG.» Qui versera ensuite une cotisation annuelle correspondant aux 3/1000 de son chiffre d’affaire à ZEWO. Tous les cinq ans, un nouvel examen indiquera si oui ou non l’ONG continuera à bénéficier du label ZEWO. «Nous contrôlons que les méthodes de collecte de dons ne soient pas agressives et que les ONG suivent notre éthique, fondée sur des standards précis.» La fondation a aussi établi une liste des organisations considérées comme non fiables. «Les

plaintes sous forme d’appels que nous recevons des donateurs nous permettent d’être attentifs aux abus. Il faut notamment se méfier des organismes qui refusent de publier leurs comptes.» A noter toutefois: ZEWO n’accepte pas les ONG dont le but principal est religieux, par exemple les missions, et ne soutient pas non plus les démarches principalement culturelles, politiques et de protection des animaux, de type SPA. Martina Ziegerer précise encore: «Certaines ONG crédibles, comme Médecins sans frontières, estiment être plus connues que notre fondation et pensent ne pas avoir besoin de nos services.» www.zewo.ch/version_f, 044 366 99 55, info@zewo.ch

L’argent ne circule plus après la catastrophe

Les transits d’argent sont effectués entre les banques en Suisse et les collaborateurs présents sur place, «qui en temps normal doivent faire la queue durant des heures pour retirer l’argent, remarque Léonora Rossi. Suite à la catastrophe, les banques étaient inaccessibles. Heureusement, la DDC a pu nous avancer 50 000 francs en liquide.» Car il a aussi fallu remettre sur pied les équipes et les bureaux de MdM touchés par le tremblement de terre. Active dans les régions de Petit-Goâve et Grand-Goâve, l’ONG suit trois axes: santé primaire, malnutrition et santé communautaire, ce qui signifie sensibilisation à l’hygiène et aux maladies. «Nous faisons, entre autres, de la prévention au choléra et sommes préparés à mettre en place des centres de traitement.» Des membres de la CB se sont déplacés par deux fois en Haïti pour vérifier l’avancée des différents projets. «Nous donnons des moyens aux ONG, certifie Caroline de Palézieux. Mais ce sont elles qui réalisent

Médecins du monde suisse, basé à Petit et Grand-Goâve, se tient prêt à affronter l’épidémie de choléra.

l’intégralité des actions d’entraide.» Plus précisément: «Avec 100 francs, nous prenons en charge le coût de guérison de deux enfants qui souffrent de malnutrition aiguë, explique Léonora Rossi. Ou encore, nous fournissons à un dispensaire, transport inclus, le matériel néces-

saire pour cinq accouchements.» Selon les chiffres de la Fondation ZEWO (lire l’encadré), les dons des Helvètes ont dépassé les 842 millions en 2009, sans compter l’apport des legs, des entreprises et des Eglises. Par ménage, cela signifie 400 à 500 francs dépensés pour

une bonne cause. Une contribution qui aide à changer le monde. Au moins un peu. Virginie Jobé Photos CB / MdM

Chaîne du bonheur, www.bonheur.ch; Médecins du monde suisse, www.medecinsdumonde.ch


INCROYABLEMENT FRAIS PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 9.11 AU 15.11.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

Un spouçon d’exotisme: ananas e à la vanille et glac au lemon-grass. Retrouvez la recette h/ sur www.saison.c s le us to m-malin, et ingrédients à votre Migros.

40%

2.90 au lieu de 4.90

Ananas Costa Rica/Panama, la pièce

40%

4.30

au lieu de 7.20

Poitrine de dinde Don Pollo, le lot de 2 finement prétranchée, Allemagne/Brésil, 2 x 129 g

40%

1.05 au lieu de 1.80

Le Gruyère salé (excepté emballages maxi), les 100 g

Les articles M-Budget, Sélection et ceux bénéficiant déjà d’une réduction sont exclus de toutes les offres.


À CONSOMMER FRAIS PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 9.11

Sain et léger: alier filet d’omble chev es avec tomates ceris rôties. Retrouvez la recette / sur www.saison.ch us m-malin, et to tre les ingrédients à vo Migros.

2.95

Poires Louise Bonne Suisse, le kg

1.90

Tomates cerises en grappe Maroc/Espagne/ Italie, la barquette de 500 g

M-Budget

2.95

Poivrons M-Budget Espagne, le filet de 1 kg

Société coopérative Migros Vaud

3.10

au lieu de 3.90

Salade du mois Anna’s Best 20% de réduction 200 g

M-Budget

3.90

Mélange de salade M-Budget 500 g


MODÉRATION! SANS MODÉRATION! AU 15.11.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

15.50

Pommes Golden pour encavage Suisse, le carton de 6 kg

33%

PRIX CRAQUANTS 2,5 kg

2.70

Pommes de terre fermes à la cuisson Suisse, le sac de 2,5 kg

40%

au lieu de 3.40

1.75

Aubergines Suisse, Espagne et Pays-Bas, le kg

Oranges blondes Espagne, le kg

2.25

33%

3.25

au lieu de 4.95

Carottes mixtes, bio Suisse, le kg

au lieu de 2.95

33%

2.95 au lieu de 4.50

Kakis Italie, la barquette de 4 pièces


BIENVENUE DANS LE M PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 9.11

ur A point nommé po de de la la saison: sa doucette, sauté de . chevreuil et raisin tte Retrouvez la rece h/ sur www.saison.c s le m-malin, et tous ingrédients à votre Migros.

30% 7.90

au lieu de 11.30

Lard paysan Malbuner, le lot de 2 prétranché, Suisse, 2 x 130 g

40%

5.90 5.90

Escalope de chevreuil Autriche, les 100 g

1.70

au lieu de 2.15

Saucisse à rôtir de porc 20% de réduction Suisse, les 100 g

Société coopérative Migros Vaud

au lieu de 9.85

Viande de dinde séchée Don Pollo, le lot de 2 prétranchée, Allemagne, 2 x 115 g

30% 2.55

au lieu de 3.65

Jambon Prestige fumé Suisse, les 100 g


ONDE DE LA FRAÎCHEUR. AU 15.11.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

33%

14.50

au lieu de 21.65

Émincé de poulet Optigal, le lot de 3 Suisse, 3 x 222 g

PRIX CRAQUANTS 40%

12.–

au lieu de 20.40

Saumon fumé atlantique Norway d’élevage, Norvège, 300 g

40%

au lieu de 22.–

13.50

Truite saumonée 25% de réduction Suisse, le kg

Côtelettes de porc Suisse, le kg

16.50

au lieu de 23.–

30%

12.–

Miccata de poulet Import, 12 x 50 g

34.– au lieu de 49.–

Entrecôte de cheval Canada, le kg


LA FRAÎCHEUR À PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 9.11

2.–

au lieu de 2.50

9.90

Toutes les pâtes bio 20% de réduction par ex. pâte feuilletée abaissée, 320 g

Hellébore noir la plante

7.80

Roses Starline de 50 cm, Max Havelaar le bouquet de 5

33%

6.–

au lieu de 9.–

Spätzli aux œufs Anna’s Best, le lot de 3 paquets 3 x 500 g

30% 8.10

au lieu de 11.60

Produits Cornatur en lot de 2 par ex. escalopes de Quorn au citron et au poivre, 2 x 200 g

33%

9.– 3.30

au lieu de 4.10

Tresse du patron 500 g Société coopérative Migros Vaud

2.60

au lieu de 3.20

Croissants au beurre précuits l’emballage de 210 g

au lieu de 13.50

Raviolis ricotta/ épinards Anna’s Best ou raviolis à la viande M-Classic, le lot de 3 paquets par ex. raviolis ricotta/épinards Anna’s Best, 3 x 200 g


PORTÉE DE M MAIN. AIN. AU 15.11.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

1.50

au lieu de 1.90

Tous les milkshakes Shakeria 20% de réduction par ex. à la fraise, 250 ml

9.50

au lieu de 12.50

Lait M-Drink UHT Valflora, le lot de 10 20% de réduction 10 x 1 litre

40%

2.15

au lieu de 3.60

Tous les yogourts M-Classic en lot de 6 x 180 g par ex. yogourts mocca, 6 x 180 g

1.95

au lieu de 2.45

Le Tonneau 20% de réduction les 100 g

1.90

au lieu de 2.40

Mousseline à la framboise 20% de réduction 110 g

13.20

au lieu de 16.50

Fondue fraîche le Maréchal 20% de réduction Suisse, 600 g

1.80

au lieu de 2.25

Tous les produits Eimalzin 20% de réduction par ex. drink, 500 ml

20.90 au lieu de 26.20

Fondue Swiss-Style Moitié-Moitié ou Tradition en lot de 2, prête à l’emploi 20% de réduction 2 x 800 g, par ex. Moitié-Moitié


ÉCONOMIES À PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU

50%

33%

4.95

7.60

au lieu de 11.40

au lieu de 9.90

Tous les cafés en grains en sachets de 1 kg* par ex. café Exquisito

Ice Tea en bouteilles PET, en emballages de 6 x 1,5 litre par ex. Ice Tea Lemon

5.50

au lieu de 6.90

Tous les produits Eimalzin 20% de réduction par ex. boisson au malt, 500 g

2.60

au lieu de 3.20

Tous les biscuits Tradition à partir de 2 paquets –.60 de moins l’un par ex. biscuits Vital, 200 g *En vente dans les plus grands magasins Migros.

9.90

Miel de fleurs crémeux ou liquide 1 kg, par ex. miel de fleurs crémeux

5.20

au lieu de 7.80

Sugar Puffs 500 g + 250 g gratuits

40%

8.40 au lieu de 14.–

Mini-Risoletto Frey Classic, Blanco ou Noir, 840 g

4.45

au lieu de 5.60

Biscuits fourrés Duo Keks, le lot de 2 rouleaux 2 x 500 g


NE PAS LOUPER. 9.11 AU 15.11.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

–.75

au lieu de –.95

Toutes les conserves de légumes 20% de réduction par ex. grains de maïs M-Classic, 285 g

30% 8.40

au lieu de 12.–

Huile d’olive Don Pablo* 50 cl et 1 litre, par ex. 1 litre

30% 9.90

au lieu de 14.20

Croissants au jambon Happy Hour, surgelés l’emballage de 2 x 12 pièces

30%

10.70

au lieu de 15.30

Délices de poulet Don Pollo surgelés, élaborés en Suisse avec de la viande de poulet du Brésil, 1 kg

1.80

au lieu de 2.30

Tous les jus de fruits à pépins 1,5 litre et 6 x 1,5 litre 20% de réduction par ex. jus de pomme pétillant, TerraSuisse, 1,5 litre

50%

9.95

au lieu de 19.90

12.50

Tous les chocolats de Noël Frey Kids par ex. trousse garnie de chocolats assortis, 165 g Valable jusqu’au 22.11

9.60

au lieu de 12.–

Menus Sheba en barquettes, le lot de 10 10 x 100 g

Tous les articles de cuisine et les textiles de table Cucina & Tavola par ex. gants isolants «Produit suisse», le set de 2, avec intérieur en fibre de verre et doublure isolante Valable jusqu’au 22.11


PETITES ÉCONOMIES. PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 9.11 AU 15.11.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

3.–

au lieu de 3.80

15.90

Bougies cylindriques couleur crème, le lot de 5

50%

2.95 au lieu de 5.90

Toutes les lignes de couverts Cucina & Tavola par ex. cuillère à soupe Black Pearl, lavable au lavevaisselle*

3.10 11.40

au lieu de 14.40

Revitalisants textiles Exelia, le lot de 2 recharges 5 parfums, 2 x 1,5 litre

79.90 au lieu de 99.90

39.90

Chaussures d’hiver* par ex. Bottes d’hiver pour femme, pointures 36-41 Valable jusqu’au 22.11

Rondelles d’ouate et cotons-tiges Primella, le lot de 2 paquets par ex. rondelles d’ouate, 2 x 80 pièces

Tout l’assortiment de pantalons pour femme et homme (jeans inclus) 20% de réduction (excepté les articles M-Budget et ceux bénéficiant déjà d’une réduction), par ex. jeans pour homme Levis 501 Valable jusqu’au 22.11

*En vente dans les plus grands magasins Migros et **melectronics ou ***Do it + Garden.

au lieu de 3.70

Tout l’assortiment Hygo pour l’entretien des W.-C. à partir de 2 articles –.60 de moins l’un par ex. lingettes Power, 30 pièces Valable jusqu’au 22.11

2.55

au lieu de 3.20

Tout l’assortiment de soins pour bébé Milette 20% de réduction y compris produits de lessive, excepté les couchesculottes shampooing pour bébé, 300 ml Valable jusqu’au 22.11


LISTE D’ÉCONOMIES. OFFRES VALABLES DU 9.11 AU 15.11.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK FRUITS & LÉGUMES

149.–

Ananas, la pièce 2.90 au lieu de 4.90 40% Poires Louise Bonne, le kg 2.95

au lieu de 199.–

Aspirateur VAC 4800*/** puissance 1800 W, filtre HEPA, rayon d’action 9 m, avec accessoires Valable jusqu’au 22.11

Tomates cerises en grappe, la barquette de 500 g 1.90 Pommes de terre fermes à la cuisson, le sac de 2,5 kg 2.70

Bouquet surprise Midi, mélange de fleurs de saison, le bouquet 11.20

Salade du mois Anna’s Best, 200 g 3.10 au lieu de 3.90

Hellébore noir, la plante 9.90

Émincé de poulet Optigal, le lot de 3, 3 x 222 g 14.50 au lieu de 21.65 33% Nuggets de poulet Don Pollo Délice, surgelés, 1 kg 10.70 au lieu de 15.30 30% Saucisse à rôtir de porc De la région, Suisse, les 100 g 1.70 au lieu de 2.15 20% Cervelas, 3 x 2 pièces 4.60 au lieu de 6.90 33% Poitrine de dinde Don Pollo, le lot de 2, finement prétranchée, 2 x 129 g 4.30 au lieu de 7.20 40% Viande de dinde séchée Don Pollo, le lot de 2, prétranchée, 2 x 115 g 5.90 au lieu de 9.85 40%

Flexible de douche en métal chromé convient à toutes les armatures de douche et de baignoire avec raccord 1/2", 180 cm Valable jusqu’au 22.11

Le Gruyère, salé (excepté emballages maxi), les 100 g 1.05 au lieu de 1.80 40% Le Tonneau, les 100 g 1.95 au lieu de 2.45 20%

Pour vos achats, détachez ici.

Branches Frey Kids Classic, avec concours, 30 pièces/810 g 9.40 au lieu de 13.50 30% Biscuits fourrés Duo Keks, le lot de 2 rouleaux, 2 x 500 g 4.45 au lieu de 5.60 Mini-Risoletto Frey, 840 g 8.40 au lieu de 14.– 40% Tous les biscuits Tradition, à partir de 2 paquets –.60 de moins l’un

Tous les cafés en grains, en sachets de 1 kg 33%

Croissants au beurre précuits, l’emballage de 210 g 2.60 au lieu de 3.20

Ustensiles de cuisson en inox et couvercles des lignes Stella, Antares et Gastro par ex. casserole Antares 20 cm, en matériau multicouche de première qualité, pour tous les types de feu (y compris à induction)* Valable jusqu’au 22.11

Tous les chocolats de Noël Frey Kids Points Cumulus x 10 Valable jusqu’au 22.11

Saumon fumé atlantique Norway, 300 g 12.– au lieu de 20.40 40%

Tresse du patron, 500 g 3.30 au lieu de 4.10

au lieu de 69.90

Raviolis ricotta/épinards Anna’s Best ou raviolis à la viande M-Classic, le lot de 3 paquets 33%

Sugar Puffs, 500 g + 250 g gratuits 5.20 au lieu de 7.80

PAIN & PRODUITS LAITIERS

34.95

AUTRES ALIMENTS

Lard paysan Malbuner, le lot de 2, prétranché, 2 x 130 g 7.90 au lieu de 11.30 30%

Truite saumonée entière, Suisse, le kg 16.50 au lieu de 22.– 25%

50%

FLEURS & PLANTES Roses Starline de 50 cm, Max Havelaar, le bouquet de 5 7.80

POISSON, VIANDE & VOLAILLE

9.90

Tous les milk-shakes Shakeria, par ex. à la fraise, 250 ml 1.50 au lieu de 1.90 20%

Fondue Swiss-Style MoitiéMoitié ou Tradition, le lot de 2, fondue prête à l’emploi, 2 x 800 g 20% Fondue fraîche le Maréchal, Suisse, 600 g 13.20 au lieu de 16.50 20% Lait M-Drink UHT Valflora, le lot de 10, 10 x 1 litre 9.50 au lieu de 12.50 20% Tous les yogourts M-Classic en lot de 6 x 180 g, par ex. yogourts mocca, 6 x 180 g 2.15 au lieu de 3.60 40% Mousseline à la framboise, 110 g 1.90 au lieu de 2.40 20%

Toutes les pâtes bio 20%

Tous les produits Eimalzin 20%

Tous les articles de cuisine et textiles de table Cucina & Tavola 50% Valable jusqu’au 22.11 Rondelles d’ouate Primella, 2 x 80 pièces 3.– au lieu de 3.80 Tout l’assortiment de soins pour bébé Milette, y compris produits de lessive, excepté les couches-culottes 20% Valable jusqu’au 22.11 Tout l’assortiment Hygo pour l’entretien des W.-C., à partir de 2 articles –.60 de moins l’un Valable jusqu’au 22.11 Revitalisants textiles Exelia, le lot de 2 recharges 11.40 au lieu de 14.40 Bougies cylindriques couleur crème, le lot de 5 15.90 Toutes les lignes de couverts Cucina & Tavola 50% Ustensiles de cuisson en inox et couvercles des lignes Antares et Gastro 50% Valable jusqu’au 22.11 Tout l’assortiment de pantalons pour femme et homme (excepté les articles M-Budget et ceux bénéficiant déjà d’une réduction) 20% Valable jusqu’au 22.11 Collants, bas et chaussettes de la ligne MOD de DIM pour femme 30% Valable jusqu’au 22.11 Chaussures et bottes d’hiver pour enfant et adulte Valable jusqu’au 22.11

NOUVEAUTÉS

Miel de fleurs crémeux, 1 kg 9.90

Escalopes de porc viennoises M-Classic, surgelées, 4 pièces/520 g 13.80 NOUVEAU Valable jusqu’au 22.11

Ice Tea en bouteilles PET, en emballages de 6 x 1,5 litre 50%

Poulet en croûte M-Classic, surgelé, 2 x 200 g 12.90 NOUVEAU Valable jusqu’au 22.11

Tous les jus de fruits à pépins, 1,5 litre et 6 x 1,5 litre 20%

Bâtonnets salés XL Party, 180 g 2.80 NOUVEAU Valable jusqu’au 22.11

Croissants au jambon Happy Hour, surgelés, l’emballage de 2 x 12 pièces 9.90 au lieu de 14.20 30% Spätzli aux œufs Anna’s Best, le lot de 3, 3 x 500 g 6.– au lieu de 9.– 33% Produits Cornatur, le lot de 2 30% Huile d’olive Don Pablo, 50 cl et 1 litre 30% Toutes les conserves de légumes 20%

NON-ALIMENTAIRE Menus Sheba en barquettes, le lot de 10, 10 x 100 g 9.60 au lieu de 12.– Tout l’assortiment d’aliments secs Asco, par ex. Asco Croc Adult, 4 kg 9.20 au lieu de 11.50 20%

Biscuits de pâte brisée Fiorini, 270 g 3.30 NOUVEAU Valable jusqu’au 22.11 Sweet Air Mahony, 70 g 1.70 NOUVEAU Valable jusqu’au 22.11 Calcium PLUS Actilife 800 mg, 40 comprimés à mâcher 4.90 NOUVEAU Valable jusqu’au 22.11 Comprimés Glucosamine + Chondroïtine Axamine, 60 pièces 27.80 NOUVEAU Valable jusqu’au 22.11 Plat au wok Anna’s Best Mekong, 300 g 4.50 NOUVEAU Valable jusqu’au 22.11

GASTRONOMIE Schublig de St-Gall grillé, qualité suisse, Rösti, Haricots verts braisés + 1 bouteille Vittel 5 dl PET, l’assiette 12.50

Société coopérative Migros Vaud Vous trouverez plus d’informations sur les prix, les produits et les réductions sur les étiquettes des articles dans cet encart.


PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 9.11 AU 22.11.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

NOUVEAU 4.50 Plat au wok Anna’s Best Mekong mélange de légumes frais à cuisiner rapidement au wok ou au micro-ondes, 300 g

NOUVEAU 13.80

Escalopes de porc viennoises M-Classic, surgelées 4 pièces/520 g

NOUVEAU 27.80

Comprimés Glucosamine + Chondroïtine Axamine complément alimentaire contribuant au maintien de la mobilité articulaire, 60 comprimés

En vente dans les plus grands magasins Migros.

NOUVEAU 3.30 Biscuits de pâte brisée Fiorini sans sucres ajoutés, 270 g

NOUVEAU 1.70

Sweet Air Mahony chocolat au lait léger avec éclats de nougat au miel et aux amandes, 70 g

NOUVEAU 12.90 Poulet en croûte M-Classic, surgelé 2 x 200 g

NOUVEAU 4.90 Comprimés Calcium PLUS Actilife 800 mg et ImmunPRO par ex. Calcium PLUS Actilife 800 mg (le calcium est important pour une ossature et des dents en bonne santé), 40 comprimés à mâcher

NOUVEAU 2.80 Bâtonnets salés XL Party 180 g

MGB www.migros.ch W

FAITES LE PLEIN DE NOUVEAUTÉS!


SOLIDARITÉ É EXTRA

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Coup de pouce

Le resto qui a du cœur

Ouvert à tous, mais aux personnes fragilisées en priorité, le restaurant social Ekir à La Chaux-de-Fonds sert des repas complets pour sept francs, mitonnés et servis par des bénévoles pleins d’humanité. Reportage.

Les employés du bistrot social sont tous bénévoles. Considérés comme non rentables par la société, ils ont l’occasion de casser cette image.

L

a Chaux-de-Fonds, cité inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, cité ouvrière durement touchée par la crise. Ce matin-là, couverte pudiquement d’un voile de brouillard, la Métropole horlogère a des airs de ville

fantôme… D’autant que seuls quelques rares quidams arpentent le Pod, son artère principale. La tête rentrée dans les épaules et les mains enfouies dans les profondeurs de leurs poches. Le thermomètre affiche zéro.

On pousse la porte d’un bistrot pas comme les autres: le restaurant social Ekir. Une vague de chaleur nous submerge. Maria Bignens, pilier de l’association qui gère cet établissement, nous accueille avec un grand sourire. A la

cuisine et en salle, s’agite déjà une brigade composée de personnes considérées comme non rentables dans nos sociétés: des gens à la retraite, à l’AI, au chômage ou aux services sociaux. Tous volontaires et solidaires.


68 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Ce lundi-là, Maria et Gregor sont aux fourneaux, Amelia et Didier au service, Nasser et Moussa à la vaisselle. Et il y a aussi Sonia qui est venue donner un coup de main, même si son nom ne figure pas sur le planning hebdomadaire. «Nous sommes une vingtaine de bénévoles pour faire tourner ce lieu du lundi au vendredi, à midi uniquement.» La tension monte. L’heure du coup de feu approche. «Tout est sous contrôle», assure un membre du staff. A la carte aujourd’hui: soupe à la courge, spaghetti bolognaise et mousse au chocolat. Un repas complet et requinquant pour sept francs, le prix d’un paquet de cigarettes! Les boissons, elles, coûtent un franc. «On aimerait disposer de plus de moyens pour pouvoir offrir des menus à une thune.» Actuellement, cet établissement reçoit des aides financières des villes du Locle et de La Chaux-de-Fonds ainsi que de la Commission neuchâteloise de prévention santé. Soit 15 000 francs par année en tout pour un budget oscillant autour des 60 000 francs.

Un peu de pain et de chaleur

Les premiers clients arrivent un peu avant midi. Des habitués pour la plupart, des naufragés économiques pour beaucoup. Des gens de tous âges, d’origines et de cultures diverses. Certains viennent ici pour se nourrir à bon marché, d’autres pour trouver de la compagnie. «Nous, c’est pour nous réchauffer», rigolent deux ouvriers de chantier. Autour des tables, on parle du temps qu’il fait, du match de l’équipe de hockey locale, du dernier buzz politique… Ambiance

Avant de servir la soupe, Maria Bignens, l’une des fondatrices du bistrot, vérifie son assaisonnement.

Paroles de clients Chantal Donzé

58 ans, secrétaire «Je viens ici deux fois par semaine. Pas à cause du prix, mais plutôt pour l’atmosphère conviviale et chaleureuse qu’on y trouve. Et aussi pour ne pas manger seule. C’est un ami qui m’a fait connaître cet endroit que je n’osais pas fréquenter, parce que je croyais qu’il était réservé aux gens dans le besoin. Maintenant, c’est moi qui le fais découvrir aux autres… A Ekir, je côtoie des personnes d’horizons très divers que je ne rencontrerais certainement pas ailleurs. C’est enrichissant. En plus, la cuisine est bonne, familiale. Dans ce restaurant, on se sent un peu comme à la maison!»

typique de ces restos populaires qui donnent un supplément d’âme à nos villes. «C’est un lieu de partage et de convivialité, de solidarité

Michel Buchs

63 ans, rentier AI «Cet été, avec ma compagne, on est venus goûter la cuisine d’Ekir et ça nous a plu. Depuis, je viens tous les jours et mon amie travaille comme bénévole. Le prix des repas est très correct, celui des boissons aussi. C’est drôlement bien pour mon budget. Les menus sont variés et les rations copieuses. On peut même demander un supplément sans que ça fasse d’histoire. La clientèle est mélangée et l’ambiance très sympa. Dans un bistrot «normal», on mange et on part. Ici, on cause avec nos voisins de table. Les discussions se prolongent d’ailleurs souvent au-delà de l’heure du café…»

et de compréhension, un espace de vie, quoi! Et il est ouvert à tous pour favoriser les échanges et les rencontres, parce que nous ne voulions

pas qu’Ekir devienne un ghetto pour gens démunis.» Maria goûte les spaghetti: ils sont al dente. «Mince, il manque le fromage râ-


SOLIDARITÉ É EXTRA

En cuisine, Gregor (à gauche) met la dernière touche avant que Didier (ci-dessus) ne serve, avec style, les trente clients de ce lundi.

«Nous ne voulions pas qu’Ekir devienne un ghetto pour gens démunis» pé!» Sonia court en acheter. Le service sera un peu retardé. Pas de quoi entamer la bonne humeur qui règne dans la salle. Quelques fumeurs profitent même de cette pause impromptue pour aller s’en griller une dehors. Tout est rentré dans l’ordre. Les assiettes fumantes atterrissent en douceur devant les convives. Maria profite de ce bref répit pour siroter son quatrième café de la journée. Elle est là depuis 8 heures. Les commandes de desserts commencent déjà à affluer.

Gregor décore artistiquement les mousses au chocolat d’une noix de crème. Nasser lui montre comment il faut faire. «Ici, personne ne commande, mais tout le monde met son grain de sel…» Un fonctionnement communautaire jusque dans les prises de décision. «La planification de la semaine et les problèmes sont discutés le mercredi soir en assemblée.» Deux bénévoles de «Tables Suisses» débarquent dans les locaux d’Ekir. Les bras chargés de cageots débordant de fruits et de

légumes. «Nous récupérons, chaque jour, les invendus des grandes surfaces pour les redistribuer ensuite à diverses institutions sociales», expliquent-ils. «C’est une manne très précieuse qui vient s’ajouter aux subventions et aux dons que nous recevons», précise Maria, reconnaissante. 13 h 15. Le restaurant commence gentiment à se vider. Une bonne trentaine de repas auront été servis. «Pas mal pour un lundi.» Didier et Amelia dressent les derniers couverts, ceux de l’équipe qui a œuvré aujourd’hui. En échange du travail fourni, ces membres actifs ont en effet droit à un dîner gratuit. L’occasion de débriefer, de déstresser, de dialoguer.

Le respect, la complicité et l’amitié

Quand on leur demande de parler de leurs motivations, ils hésitent. Par pudeur, pour ne pas se mettre en avant. Et puis, après un moment, ils se lâchent enfin: «Ici, on

est tous logés à la même enseigne. J’ai trouvé du respect, de la complicité, de l’amitié.» «Comme je n’ai pas d’argent, je rends service en donnant de mon temps.» «On se sent utile, valorisé et solidaire.» «Ça m’aide à me reconstruire, ça a donné un sens à ma vie.» Depuis l’ouverture de ce resto du cœur en mars 2009, une dizaine de bénévoles ont retrouvé du travail et ainsi pu se réinsérer dans la société. Des vapeurs de la machine à café, une voix s’élève soudain, c’est celle de Sonia qui chante «Ne me quitte pas» de Jacques Brel. «Je ferai un domaine/où l’amour sera roi/ où l’amour sera roi/où tu seras reine…» Alain Portner Photos Xavier Voirol / Strates

Restaurant Ekir, Serre 90, La Chaux-de-Fonds, 032 913 38 26, restaurantsocialekir@gmail.com. Dons: Banque Raiffeisen Montagnes neuchâteloises 2400 Le Locle, compte 23-3107-0, en faveur de Ekir-Manger ensemble, 2300 La Chaux-de-Fonds.


70 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Soutien en temps de guerre

«La solidarité est bien ancrée dans la mentalité suisse» Jakob Kellenberger, président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), parle du rôle décisif de l’institution dans les zones de conflit. Et comme actrice de la prévention de ceux-ci.

Que signifie la solidarité pour vous?

Je me sens proche des personnes qui s’entraident en cas de détresse, que ce soit à l’échelle d’une famille ou du monde entier. Pouvez-vous citer un cas de solidarité exemplaire?

Sur le plan politique, la fondation de l’Union européenne est un modèle, car il s’agit d’un projet de paix solide exigeant beaucoup de solidarité de la part de ses partenaires et créant un sentiment d’appartenance. Les grandes opérations humanitaires ne seraient pas non plus possibles si les Etats n’étaient pas animés par un esprit de solidarité. En refusant d’adhérer, la Suisse se désolidarise?

L’UE ne représente pas la seule forme de solidarité possible. La Suisse accomplit en Europe maintes actions solidaires et la qualité de la coopération au développement helvétique est reconnue internationalement. Mais il est clair qu’un pays comme la Suisse aurait sa place au sein d’une organisation qui a contribué de façon si décisive à établir la paix en Europe. A quel point la Suisse est-elle solidaire, si on la compare aux autres pays?

Il ne faut pas considérer seulement le point de vue de l’Etat. L’aspect décisif, à mon avis, est la solidarité qui anime la population et l’impor-

tance qu’elle revêt à ses yeux. En Suisse elle est bien ancrée et Berne soutient largement le CICR. Comment se manifeste cette solidarité?

On a vu, par exemple, qu’elle était grande lors des catastrophes naturelles. Dans le domaine de l’aide humanitaire aussi, le peuple suisse compte parmi les plus généreux. Le 30 octobre 2010 marquait le centenaire de la mort d’Henri Dunant, fondateur de la CroixRouge. Quelles leçons tirer de lui?

Dans Les Très Riches Heures de l’humanité, Stefan Zweig a écrit que certaines personnes accomplissent les bons actes au bon moment. Henri Dunant en fait partie. Il illustre aussi le pouvoir des mots, car son œuvre intitulée Un souvenir de Solferino (1862) a eu un retentissement incroyable. La lecture de ce livre me remue profondément, encore aujourd’hui. Vous avez en commun d’avoir été confronté au tableau dramatique des victimes de la guerre. Quels sont les moments qui sont le plus restés dans votre mémoire?

Il est toujours bouleversant de voir les blessés de guerre dans les hôpitaux et tout particulièrement les enfants. Je suis également très touché lorsque je rencontre les victimes de mines antipersonnel en Angola ou en Afghanistan, qui ont perdu

leurs jambes et doivent survivre dans un environnement difficile. N’avez-vous jamais peur quand vous voyagez dans un pays en guerre?

Je suis parfois tendu et nous avons tous des craintes de temps à autre. Mais cela ne m’empêche jamais d’aller dans n’importe quelle région où nos collaborateurs sont engagés. C’est ce que l’on attend d’un président du CICR. Je me suis par exemple rendu au Sud-Liban, en Irak, à Gaza, au Darfour et en Afghanistan en temps de guerre. Entre bourreaux et victimes, il n’est pas toujours facile d’y voir clair. Quelle est la position du CICR face à ces difficultés?

Vous avez raison de souligner la complexité. Dans de nombreux conflits aujourd’hui, les alliances peuvent se renverser rapidement. Dans les zones de conflit, le CICR dispose certainement de la meilleure marge de manœuvre. Cela tient notamment au fait que nous dialoguons avec toutes les parties. Nos collaborateurs doivent s’assurer que leur réseau de contacts soit toujours à jour. Le CICR dispose d’un budget de 1,3 milliard de francs. Ce montant suffit-il pour assumer des tâches toujours plus complexes?

Cela représente une somme considérable. Ces dernières

Le «rationaliste discipliné »

Jakob Kellenberger, 66 ans, préside depuis janvier 2000 le Comité international de la Croix-Rouge, qui compte 13 000 collaborateurs. Cet ancien diplomate a intégré le Département fédéral des Affaires étrangères en 1974 et s’est d’abord fait un nom lors des négociations sur l’Espace économique européen (EEE). De 1989 à 1991, il a été négociateur en chef des Accords bilatéraux I entre la Suisse et l’UE. Il est marié à une professeur de langues et père de deux filles adultes. Installé depuis une dizaine d’années à Genève, il se décrit lui-même comme un «rationaliste discipliné».


SOLIDARITÉ É EXTRA

Jakob Kellenberger s’est lui-même fortement investi dans les zones de conflit, «c’est ce qu’on attend d’un président», explique-t-il.


72 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

années, le nombre de nos collaborateurs est passé de 10 000 à 12 000. Lorsque nos ressources ne suffisent pas pour faire face à la situation dans une région, nous nous adressons au pays concerné pour augmenter notre financement. Au Pakistan nous avons par exemple dû mettre en place une grosse structure lors du conflit armé qui a embrasé le nord-ouest du pays. Puis les inondations sont survenues et début septembre 2010, nous avions pratiquement épuisé notre budget consacré au Pakistan. Les délégués du CICR passent six mois à une année dans un pays. Vous soulignez pourtant l’importance des réseaux, n’est-ce pas contradictoire?

Non, nous cherchons le meilleur compromis possible. Dans certains endroits, nous ne pouvons pas non plus demander aux collaborateurs de rester plus d’une année. Ils sont confrontés à de terribles réalités, et doivent digérer ces expériences. En passant trop de temps dans une région, un délégué risque par ailleurs de s’identifier à l’une des parties du conflit, ce qui peut poser problème. La rotation est donc importante, en particulier chez les jeunes délégués. Les chefs de délégation et les coordinateurs restent en revanche plus longtemps en place. Le CICR engageait autrefois des jeunes diplômés sans expérience. Quelle est la situation du recrutement aujourd’hui?

Nous n’avons pas de problème de recrutement. Ces dernières années, nous recevons entre 4000 et 6000 candidatures et nous pouvons entrer en matière sur 300 d’entre elles. Je suis toujours touché de voir combien les jeunes sont motivés à aller travailler dans les régions difficiles. Quelles sont les conditions pour postuler?

Les délégués doivent avoir terminé

leurs études, faire preuve de diplomatie et de grandes capacités d’adaptation, car nous leur demandons d’intervenir dans un large champ d’activités. La lettre de postulation est très importante, car elle nous renseigne sur les motivations du candidat à s’engager au CICR. Ceux qui poursuivent leur carrière dans notre organisation et deviennent chefs de délégation, doivent en outre disposer de qualités de gestion. Certains reprochent au CICR de trop faciliter la tâche aux belligérants et de prolonger les conflits.

Nous n’aidons pas les factions impliquées mais les populations touchées par les conflits. On peut penser de prime abord que nous facilitons la tâche des belligérants en nous occupant des populations civiles, mais personne ne s’en soucie si nous ne le faisons pas. L’argument selon lequel nous prolongeons les conflits s’appuie malheureusement sur une conception trop positive du comportement humain en temps de guerre. Le fait de se retrouver parmi trente organisations différentes représente une autre difficulté.

Il est vrai que les organisations humanitaires se sont multipliées durant ces vingt dernières années. Le travail de coordination a pris du coup une importance considérable. Une coordination efficace consiste à combler les lacunes et à éviter les doublons. A quel moment la délégation du CICR décide-t-elle de se retirer?

Lorsque nous remarquons que nous ne sommes plus acceptés par toutes les forces en présence et que les délégués sont davantage exposés, nous devons remettre notre engagement en question. En Irak, en 2003, nous avons perdu des collaborateurs, notre QG de Bagdad a été attaqué. Il y avait des

Jakob Kellenberger termine en 2011 son troisième mandat au CICR. Il ne se

«Personne ne se soucie des populations civiles si nous ne le faisons pas» dizaines de milliers de prisonniers que le CICR était seul à pouvoir visiter. Il n’était donc pas possible d’abandonner notre mission. Nous avons partiellement poursuivi notre travail depuis Amman en Jordanie, et momentanément fermé nos bureaux au public sauf dans la partie nord du pays.

La neutralité du CICR ne fonctionne pas toujours dans la pratique, notamment en Afrique.

La neutralité et l’indépendance ne sont pas les seuls éléments qui comptent, mais elles sont toutes deux importantes pour nous ménager un accès aux zones de conflit. Nous devons surtout être


SOLIDARITÉ É EXTRA

Chute de cheveux… Cheveux fragilisés… Ongles cassants…

blème pose problème. En Irak, nous avons parfois travaillé sans insignes sur nos véhicules.

Il y avait ce risque en effet. Mais en Afghanistan, les Talibans ne réagissent pas du tout mal à notre emblème. Ils nous connaissent relativement bien et c’est important. Lorsqu’ils étaient au pouvoir, en tant que seule organisation humanitaire présente, nous avons géré le système de santé et pris en main les hôpitaux. L’enjeu est précisément là: les pouvoirs locaux doivent connaître le CICR et savoir quels buts nous poursuivons. Dans quelle direction le CICR compte-t-il se développer pour la période 2011-2014?

prononce pas encore sur la suite.

conséquents et réaliser nos promesses, c’est un point crucial. Si nous annonçons la mise à disposition d’eau potable dans les deux semaines ou l’équipement d’un hôpital pour dans deux mois, nous devons tenir nos délais. Le symbole de la croix est-il parfois problématique?

La question n’est pas si anecdotique, dans la mesure où nos cinq principaux lieux d’intervention se situent tous en terre musulmane: au Pakistan nous sommes présents avec un budget de 135 millions, mais aussi en Afghanistan avec 86 millions, 85 millions en Irak, 76 millions en Somalie et 75 millions au Soudan. Il est néanmoins rare que notre em-

… peuvent être dus à une carence en biotine.

contribue à combler cette carence. La croissance de cheveux et d’ongles sains Des cellules hyperspécialisées (les cellules épidermiques) de la matrice pilaire et de la matrice des ongles se multiplient par division et se déplacent lentement vers le haut . Elles deviennent matures et produisent la protéine kératine. La kératine est le principal constituant des cheveux et des ongles. Elle leur confère leur résistance. Mode d’action de la biotine La biotine agit sur la multiplication des cellules de la matrice pilaire et de la matrice des ongles , stimule la production de kératine et améliore la structure de celle-ci.

Depuis les années 2000, nous avons élargi nos domaines d’activité. Nous voulons nous donner une plus grande marge de manœuvre et intervenir davantage en amont de la violence organisée et des luttes armées et nous mobiliser pour un redressement rapide des situations. A quoi pensez-vous?

Prenons seulement l’exemple des guerres de gangs dans les grandes villes telles que Rio de Janeiro, ou des affrontements interethniques intervenus au mois de juin au sud du Kirghizstan. Le CICR était et est toujours présent dans les deux cas. Comment faites-vous pour vous ressourcer?

Biotine 1 x par jour > réduit la chute des cheveux > améliore la qualité des cheveux et des ongles > augmente l’épaisseur des cheveux et des ongles

Je fais trois fois par semaine du jogging ou du ski de fond en hiver. En été, je pratique la natation. Je mène une vie disciplinée, je n’ai pas de télévision et je ne lis pas la presse. Durant mes loisirs, je m’intéresse à la philosophie et à la littérature.

Propos recueillis par Reto E. Wild et Almut Berger Photos François Wavre/Rezo

Distribution: Biomed AG, 8600 Dübendorf www.biomed.ch

De peur que l’on ne prenne la croix pour cible?

En vente dans les pharmacies et les drogueries.

Veuillez lire la notice d’emballage.


SOLIDARITÉ É EXTRA

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Partage de loisirs

Rassemblement en pleine nuit «Vitamin B», un organisme du Pour-cent culturel Migros, aide à la création d’associations. L’exemple de «Midnight Turbenthal» qui organise des activités sportives pour les ados à l’heure de la disco.

I

Jouer au unihockey plutôt que de zoner

L’association s’est adaptée aux habitudes des ados: la salle de gym ouvre ses portes en fin de soirée. Une quarantaine de filles et de garçons s’y retrouvent pour jouer au football ou s’exercer au breakdance et à l’escalade jusqu’à point d’heure. «Sans Midnight Turbenthal, je passerais mon temps libre à zoner à la gare», raconte Urs Lüthi, 17 ans, apprenti mécanicien. Diana Perini et Sabrina May, toutes deux écolières de 13 ans, sont heureuses de cette nouvelle association: «Le soir, nous n’avons pas le droit de sortir, sauf parfois ici.» L’association n’aurait pas vu le jour aussi facilement sans Vitamin B. Cela fait dix ans que cet organisme duPour-centculturelMigroscontribue à sauvegarder la vie culturelle et associative en Suisse. Sa directrice, Christa Camponovo, a déjà dispensé deux mille conseils. Elle épaule des associations en gestation

Photo Mirko Ries

l est minuit à Turbenthal (ZH): la commune de 4000 âmes s’est endormie sous un ciel d’encre. Seule la salle de gym est éclairée. Les fenêtres laissent passer des éclats de voix diffus et le crissement de semelles de chaussures. Des ados sont engagés dans une partie d’unihockey pendant que d’autres s’agglutinent autour d’un babyfoot. L’ouverture nocturne de la salle de gym est une prestation de l’association «Midnight Turbenthal», créée l’été dernier. Les jeunes ont désormais un lieu de rencontre. «Il n’est pas question de performances sportives, mais de plaisir, de jeux et de défoulement», explique Erna Brüngger (53 ans), présidente de l’association.

Les jeunes du petit village de Turbenthal se retrouvent, le soir, dans la salle de gym plutôt que de traîner dans les bars. Double bénéfice.

Conseils pour créer une association

Naissance de l’association: elle nécessite une assemblée constitutive. Les membres élisent le comité, le «gouvernement» de l’association. L’assemblée accepte les statuts. Ceux-ci définissent le but poursuivi. Ils doivent régler toutes les questions importantes, mais n’ont pas à régler le fonctionnement jusque dans ses moindres détails. Sinon l’association aurait beaucoup de peine à évoluer. Bien faire et laisser dire: chaque membre de l’association en est aussi l’ambassadeur dans son cercle de connaissances. Celui qui se contente de faire du bénévolat seul dans son coin récoltera moins de dons. Les médias, caisse de résonance: pour les associations villageoises, il est important que les médias locaux parlent de leurs activités. L’association devrait aussi avoir un site internet à jour.

mais aussi plus tard quand elles traversent une crise. Pour «Midnight Turbenthal», l’experte a aidé à formuler des statuts (lire encadré). Combien d’associations en Suisse? Même Christa Camponovo ne peut

qu’en donner une estimation approximative, autour de 100 000, soit, au bas mot, 700 000 personnes impliquées. Parmi les organisations poids lourds, on trouve le mouvement scout de Suisse avec ses quel-

que 45 000 membres. Bon nombre de réseaux de soins et d’aides à domicile (Spitex) sont également des associations. Quant aux garderies d’enfants, elles ne sont souvent possibles que grâce à des associations. «Sans elles, une grande partie de la vie s’arrêterait en Suisse», résume la spécialiste. Le fait que cette forme d’organisation soit autant prisée chez nous ne doit rien au hasard. Les associations sont des démocraties en miniature avec des comités élus par les membres et pouvant être remaniés en tout temps.

Un garde-fou contre la faillite

Pourquoi ne suffit-il pas que des gens se rencontrent tout simplement pour réaliser un projet? Pourquoi faut-il des statuts et un comité? «Parce qu’une association peut atténuer les risques financiers», explique Christa Camponovo. Si un groupe d’amis organise un concert dans son village et que la manifestation fait un flop, c’est la faillite personnelle qui les attend. En revanche, s’ils ont préalablement constitué une association, seule la caisse de l’association devrait répondre. «A l’époque de l’individualisme, les associations sont aussi des parcelles de communauté, estime Christa Camponovo. Même de petites associations ont de très forts ancrages dans la vie d’un village ou d’un quartier.» Le paysage associatif suisse est loin d’être figé, immuable. «Midnight Turbenthal» montre aussi comment les associations peuvent être dans l’air du temps. Michael West

Infos sur les activités «Midnight» en Suisse romande sur www.mb-network.ch www.vitaminb.ch (en allemand)


EN MAGASIN

| 75

Parées pour les fêtes: les rampes d’escalier et les colonnes sont particulièrement mises en valeur par les guirlandes de sapin. Et pour un résultat encore plus éblouissant, Eveline n’a pas hésité à les orner de nœuds, de décorations en bois et de faux glands.

Guirlande lumineuse Flocons de neige Indoor Flair, 10 LED, alimentation par piles, Fr. 9.90

Guirlande lumineuse Etoiles Indoor Flair, 10 LED, alimentation par piles, Fr. 9.90

Figurines lumineuses Indoor Flair, LED, alimentation par piles,

Fr. 14.90

Guirlande de Noël, 2,7 m, Fr. 19.90


76 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Pour créer une atmosphère féerique dans votre intérieur, rien de tel que des clochettes en céramique surmontées d’un ange, des lanternes ajourées et des photophores dorés aux motifs variés.

Photophore, avec paillettes blanches,

Fr. 4.90

Bougie parfumée pomme/ cannelle, en bocal, dès Fr. 7.90

Bougie parfumée orange, en bocal, dès

Fr. 7.90

Bougie, 15 x 7 cm,

Fr. 11.90

Bougie givrée, 15 x 7 cm,

Fr. 8.90


EN MAGASIN

| 77

Les bougies, les couronnes et les photophores apportent encore un peu plus de chaleur et de convivialité au coin cheminée.

Pour bien faire ressortir les branches de sapin, associez-les à des bougies de formes et de couleurs variées. Attention: disposez les bougies sur des socles ininflammables et ne les laissez jamais brûler sans surveillance. Veillez aussi à remplacer le sapin devenu trop sec par de nouvelles branches.

Une sécurité optimale pour vos illuminations Guirlandes lumineuses: ne pas installer sur des matériaux inflammables ni près de l’espace de jeux des enfants. Migros propose des modèles pour l’intérieur et l’extérieur dans des emballages de couleurs différentes: – orange pour l’intérieur: les guirlandes lumineuses dans un carton orange doivent être utilisées exclusivement à l’intérieur. La fiche secteur ne doit entrer en contact avec aucun liquide sous peine de court-circuit. – bleu pour l’extérieur: les guirlandes lumineuses dans un emballage bleu sont relativement résistantes aux intempéries. Il faut bien les laisser sécher avant de les ranger afin d’éviter que les gaines plastiques des fils électriques ne deviennent cassantes. Bougies: poser les bougies sur un support résistant au feu et ne jamais les laisser brûler sans surveillance. Ne pas les placer près de rideaux ou d’autres matériaux inflammables. Eviter les courants d’air. Ne jamais laisser les enfants seuls avec des bougies allumées. Placer un seau d’eau à proximité du sapin.

es d ’a u t r n s u r z e r v u D é c o d é c o ra t i o n o e l h/ de s idée .migros.c w ww Bougie Champignon,

Fr. 8.90

Bougie laquée, 13 x 7 cm, Fr. 8.90

Bougie dans une coupelle en céramique, Fr. 7.90


78 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Toujours à l’aise

Les déodorants I am offrent 24 heures de fraîcheur et de protection contre les effluves désagréables.

L

e nez est un organe particulièrement sensible, grâce auquel on peut classer d’emblée une personne comme sympathique, voire incroyablement séduisante. C’est lui qui détermine si telle ou telle odeur corporelle nous plaît ou nous déplaît. Pour la plupart d’entre nous, le mélange de sueur et de bactéries qui se dégage lors de la transpiration est incommodant. C’est pourquoi les Suisses dépensent chaque année près de 65 millions de francs en déodorants pour leur toilette quotidienne. En spray, en stick ou en rollon, les douze anti-transpirants I am offrent à chacun une protec-

tion optimale à un prix abordable, quels que soient les besoins et le type de peau. Les flacons ont été revus afin de gagner en clarté. Les cinq lignes Sensitive (turquoise), Men (bleu foncé), Women (rose), Invisible (bleu ciel) et Young (pink et violet) sont immédiatement reconnaissables à leur code couleur. Avec Invisible et Young, l’assortiment s’est enrichi de deux nouvelles lignes. Les formules des autres soins restent inchangées; seul le parfum de la gamme Women a été amélioré. Avec les déodorants I am, accordez-vous 24 heures de fraîcheur et de protection! DH

Nouveautés Doux et sans alcool Les deux déodorants Invisible ne laissent ni résidu sur la peau ni traces blanches sur les vêtements. Idéal quand on porte des couleurs foncées! Par ailleurs, les deux nouveaux sprays I am Young délicatement parfumés aux fleurs de cerisier ou aux fruits exotiques ont été spécialement conçus pour les jeunes femmes. Sans alcool, ces quatre produits de soin procurent une agréable sensation de douceur.

Deo Roll-on I am Invisible, 50 ml, Fr. 3.50 Deo Spray I am Invisible, 150 ml, Fr. 3.90 Deo Spray tropical feeling I am Young, 150 ml, Fr. 3.90 Deo Spray cherry blossom I am Young, 150 ml, Fr. 3.90

Un bon déodorant permet de se sentir à l’aise en toutes circonstances.


EN MAGASIN

Nouveaux emballages Un lifting et des baisses de prix

| 79

Photo Masterfile

Clairement identifiables à leurs couleurs, les trois lignes Men, Women et Sensitive ont fait peau neuve. La formule et la qualité n’ont en revanche pas changé; seul le parfum des produits pour femme a été amélioré. Par ailleurs, le Stick I am Sport Fitness, très apprécié des hommes, a été rebaptisé Deo Stick I am Men et les lignes Fresh et Fitness ont été retirées de l’assortiment. Enfin, notons que le prix de presque tous les articles a été revu à la baisse.

Deo Stick I am Men Sport, 50 ml, Fr. 3.90 Deo Spray I am Women Sport, 150 ml, Fr. 3.90, Deo Roll-on I am Sensitive, 50 ml, Fr. 3.50


80 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Mamma mia, quelle variété!

Pizza Salame, Tonno ou Verdura? A moins que ce soit Diavolo ou Frutti di Mare? La nouvelle ligne de pizzas surgelées Finizza répond aux préférences de chacun.

F

inizza? Non, ce n’est pas le prénom de la petite amie de Pietro, mais celui d’une nouvelle ligne de pizzas surgelées Migros. Pour son anniversaire, Pietro a créé la surprise en proposant à ses convives un large choix de ces galettes à la pâte très fine. Et il y en a pour tous les goûts. «La pizza mozzarella au basilic et aux petits dés de tomates est ma favorite», déclare avec enthousiasme Cornelia. Patrick préfère quant à lui la Prosciutto & Funghi, tandis que Sonia, qui raffole du poisson, a jeté son dévolu sur la Tonno. Enfin, Pietro, en bon végétarien, ne jure que par la Verdura. La gamme Finizza comprend deux baguettes ainsi que huit pizzas qui se distinguent par leur pâte aussi fine que croustillante. Les gourmands sauront de plus apprécier les généreuses garnitures de ces spécialités proposées à un prix attrayant. Andreas Toelke


EN MAGASIN

| 81

Tous à table!

Les nouvelles pizzas Finizza sont croustillantes à souhait.

Pizza Mozzarella, surgelée, 330 g, Fr. 4.60

Pizza Prosciutto & Funghi, surgelée, 330 g, Fr. 4.90*

Photo Bernd Emmerling, stylisme Eva Müller-Emmerling

Pizza Tonno, surgelée, 355 g, Fr. 4.90

Pizza Prosciutto, surgelée, 330 g, Fr. 4.80

Pizza Verdura, surgelée, 340 g, Fr. 4.80* * En vente au rayon Surgelés des plus grands magasins.


Aux petits soins pour votre budget. Jetzt Maintenant

Jetzt Maintenant

349.–

En exclusivité chez nous

Avant

34.95

50%

Avant

69.90

Puissance 2000 W

449.–

Avec embout supplémentaire pour sols durs Fer à repasser à vapeur MI 5000

Semelle en céramique, arrêt automatique, buse spray d’humidification, fonction autonettoyante / 7177.112

Aspirateur Ultra One

Jetzt Maintenant

39.90

Puissance 2200 W, filtre HEPA H13, rayon d’action 12 m, accessoires: embout 3 en 1, embout effilé, embout pour meubles rembourrés et pinceau à poussière / 7171.309

Avant

59.90

Puissance 2000 W

22%

33% Sèche-cheveux Elegance

3 niveaux de température, 2 de ventilation, touche d’air froid, embout pour onduler les cheveux / 7178.135

25% Jetzt Maintenant

149.–

Jetzt Maintenant

149.– Avant

199.–

3 réglages de nettoyage

Avant

Rasoir Series 3 – 360

Alimentation par secteur/accu, triple système de coupe, coupefavoris, témoin optique de charge, indicateur de remplacement de la cassette de rasage / 7178.495

Brosse à dents à ultrasons Sonicare HX6732/02

Technologie à ultrasons brevetée, 31 000 mouvements/min, minuteur 4 x 30 s, avec 2 brossettes ProResults, station de charge, station de charge de voyage et étui rigide de voyage / 7178.457

Les offres sont valables du 9.11 au 22.11.2010 ou jusqu’à épuisement du stock. Vous trouverez ces produits et bien d’autres encore dans tous les melectronics et les plus grands magasins Migros. FCM

Sous réserve de modifications de prix, de modèles et d’erreurs d’impression.

199.–

Lavable le

25%


EN MAGASIN

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

| 83

Attention, chutes de prix

Bonne nouvelle pour tous les amateurs de fruits et légumes: Migros baisse dès aujourd’hui de 10 à 50 centimes le prix au kilo des pommes, bananes et tomates.

D

ès aujourd’hui, les produits frais sont encore meilleur marché à Migros. «Nous nous engageons pour des prix bas, explique Isabel Läderach, responsable des fruits à Migros. Il nous importe, spécialement dans le domaine Fraîcheur, de pouvoir offrir quelque chose en retour à nos fidèles clients.» Cette nouvelle baisse de prix, qui ressemble fort à un cadeau de Noël avant l’heure, signifie que Migros investira plus de 15 millions de francs pour faire diminuer les prix des fruits et légumes. Cette mesure concerne les pommes, les bananes et les tomates. Bien évidemment, leur qualité reste inchangée; seul le prix baisse (lire ci-dessous). Ainsi, vous pourrez économiser sur plusieurs variétés de fruits et légumes entre 10 et 50 centimes par kilo.

Plai Pl aisirr d’ ai d’au auto au tomn to mne: mn e: les s po pomm mmes mm es,, do es dont nt la Gal ala, a, son ontt déso dé sorm so rmai rm ais ai s meililille me leur le ur march ché ch é à Mi Migr gros gr os.

Photo Masterfile

JJB

Baisse de prix 1

Baisse de prix 2

prix régionaux

* Excepté Bio et M-Budget.

Toutes les pommes* de catégorie 1, le kilo, 20 à 35 centimes meilleur marché:

Tomates en grappe*, le kilo, 30 centimes meilleur marché: prix

régionaux

Baisse de prix 3

Tomates cerises en grappe*, les 500 g, 25 centimes meilleur marché: prix

régionaux

Baisse de prix 4

Bananes Chiquita, le kilo, 20 centimes meilleur marché: Fr. 2.80 au lieu de Fr. 3.–

Baisse de prix 5

Bananes bio Max Havelaar, le kilo, 10 centimes meilleur marché: Fr. 3.50 au lieu de Fr. 3.60


Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Astucieux!

Déjouez la rigueur de l’hiver en revivant des instants de douceur estivale grâce aux petits fruits surgelés bio. Un pur délice!

D

Photo Lotti Bebie

éguster des petits fruits en plein hiver n’a aujourd’hui plus rien d’impossible. La surgélation permet en effet de s’offrir ce plaisir sans rien perdre des vitamines, de la saveur ou du jus des baies. Tant mieux, car les myrtilles et les mûres bio sont véritablement exquises: ces fruits sauvages ont été cueillis cet été à la main dans les forêts, bien loin des routes et des exploitations conventionnelles. Les framboises bio proviennent, elles, de cultures contrôlées. Egalement cueillies à la main, elles sont disposées sur une seule couche afin de ne pas coller les unes aux autres lors de la surgélation. Une solution très pratique pour prélever des portions, que ce soit pour préparer un tiramisù aux baies, un séré aux mûres, un crumble aux framboises ou encore des crêpes ou des muffins aux petits fruits. RG

Framboises bio, surgelées, non sucrées, 300 g, Fr. 5.90*, mélange de baies bio, surgelé, non sucré, 2 x 150 g, Fr. 6.30* * En vente au rayon Surgelés des plus grands magasins.

EN MAGASIN

| 85


Dernier appel de la mer! Les dernières vignettes t’attendent! Ton album est déjà complet? Non? Alors, c’est la dernière occasion de collecter les vignettes et de partir avec nous à la découverte des océans! Jusqu’au 15 novembre, chaque client reçoit un sachet de 5 vignettes par tranche de Fr. 20.– d’achat dans tous les magasins Migros, Do it + Garden Migros, melectronics, Micasa, SportXX y compris Outdoor, les restaurants Migros, sur LeShop.ch et en complément de chaque menu enfant Lilibiggs. 10 sachets maximum par achat. Le précieux album à vignettes avec couverture rigide est en vente dans tous les magasins Migros pour 5 francs seulement, jusqu’à épuisement du stock. Tout est clair comme de l’eau de roche? Alors, c’est parti pour la dernière tournée des vignettes!

www.oceanmania.ch

MGB www.migros.ch W

Dernière opportunité d’acquérir l’alb u à vignettes p m our 5 francs dans les magasins Migros!


EN MAGASIN

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

NOUVEAU À MIGROS

Vivement demain matin

Rares sont ceux qui peuvent résister aux délicieux coussinets de céréales fourrés au chocolat de Kellogg’s. Ceux-ci offrent en effet un contraste parfait entre une enveloppe croustillante et un cœur onctueux. La nouvelle variété Tresor Total Choco vient compléter les coussinets Tresor Choco Nougat. Une raison de plus de se lever du bon pied!

| 87

Tous les bienfaits de l’Islande

Les pastilles à la mousse d’Islande et au sel marin d’Actilife procurent un véritable soulagement en cas d’enrouement, de maux de gorge ou de quintes de toux. La mousse contient des substances mucilagineuses qui se dissolvent avec la salive et forment une couche protectrice dans la bouche, la gorge et le pharynx. Quant au sel marin, il est idéal pour hydrater et protéger les muqueuses des voies respiratoires. Pastilles pour la gorge à la mousse d’Islande Actilife, 20 pièces, Fr. 3.20

Tresor Total Choco Kellogg’s, 375 g, Fr. 4.90*

*En vente dans les plus grands magasins.

NOUVEAU À MIGROS

Sans lactose

Le label Aha! distingue les produits pensés pour les personnes souffrant d’intolérances et d’allergies. Deux yogourts sans lactose (fraise et moka) viennent aujourd’hui compléter cette gamme.

Yogourt fraise ou moka Aha!, 150 g, l’un, Fr. –.85

NOUVEAU À MIGROS

BON & BON MARCHÉ FR. 5.20

Barquettes d’endives

Plat principal pour 4 personnes

➔ Laver 4 endives, détacher les feuilles du trognon. Disposer 1 feuille au centre de chaque assiette. Couper le reste des endives en lanières de 2 cm d’épaisseur, disposer autour de la feuille entière. Env. Fr. 2.50 ➔ Cuire 200 g de lentilles. Laisser refroidir. Couper 1 échalote en petits dés, mélanger avec 5 cs d’huile d’olive, 3 cs de vinaigre de framboise, 1 cc de moutarde douce ou de miel et 1 cs de graines de sésame. Saler et poivrer. Arroser les lanières d’endives de la moitié de cette sauce, mélanger l’autre moitié avec les lentilles. Décorer de persil. Env. Fr. 2.70 ➔ Garnir chaque barquette de 1 à 2 cs de lentilles.

Crème gourmande

Conseil: servir avec un filet de truite fumée.

+

+

Qu’elle soit fouettée ou liquide, la crème entière permet d’affiner de très nombreux mets salés ou sucrés: chocolat chaud, coupe vermicelles et meringues, crème à l’orange, bircher, shake à la banane, émincé à la zurichoise, spaghettis carbonara, potage à la courge, etc. Bien vu: la crème entière bio en brique Tetrapack très pratique est désormais disponible en qualité UHT.

Crème entière bio UHT, 500 ml, Fr. 4.20

NOUVEAU À MIGROS


88 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

C

e qui frappe aussitôt, c’est leur ressemblance. Tout de blanc vêtus, le regard à la fois tendre et direct, l’exactitude au bout des doigts, le père et le fils réinventent les saveurs avec le même élan. Bernard Ravet, 63 ans, se laisse tenter par les propositions novatrices de Guy, 27 ans, qui apprécie la maîtrise de son paternel, précurseur de la gastronomie diététique. Une complicité tranquille que l’on retrouve dans un livre de recettes paru aux Editions Favre. Le tout premier de Ravet. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour offrir d’authentiques délices aux cuisiniers amateurs? «Je ne voulais pas faire comme tout le monde, explique Bernard Ravet. Cela me démotivait. Et puis, les enfants m’ont poussé. Ils voulaient que les gens comprennent ce que l’on réalise ensemble.» Tous leurs plats sont créés à deux. Au calme le dimanche aprèsmidi, dans le salon sur un coin de table, chacun sort son petit cahier à idées. Isabelle, la pâtissière, participe aux rencontres. C’est elle qui se charge de tous les desserts. Vient ensuite Nathalie, la fille aînée, élue sommelière de l’année 2007 par le GaultMillau, qui s’occupe des accords mets et vins. Ruth, épouse et maman, garde un œil sur sa tribu et fignole les décors, gère l’organisation. Une étonnante réussite familiale dont se réjouit le maître des lieux. «Je n’aurais jamais pu imaginer travailler avec mes enfants. Actuellement, je vis mes plus belles années. Et je n’ai aucune envie de m’arrêter.» Fils d’épiciers à Chalon-surSaône en France, le Bourguignon a très tôt frayé avec de bons produits. Son apprentissage derrière les fourneaux, commencé à 14 ans, était une évidence. «Une vocation,

Secrets de cuisine er c’est... Pour vous, cuisin r de transformer Bernard: Le plaisi de la faire vivre la marchandise et les saveurs. pour en apprécier un plaisir. et Guy: Une passion at favori? Quel est votre pl broche. t fermier rôti à la ule po Bernard: Un x bolets. Guy: Le risotto au z-vous pour rien Que ne mangerie au monde? urais al, par principe. J’a Bernard: Du chev cannibale. l’impression d’être eval. ch de Guy: Un steak e? ujours en réserv Qu’avez-vous to e. gruyèr Bernard: Un vieux t. lai Guy: Du vous z-vous ou auriezAvec qui aimerie repas? aimé partager un n anadda, j’admire so Gi Bernard: Léonard e. sit us ré ment et sa travail, son engage st chez , un précurseur. C’e au ise Guy: Bernard Lo . vie ma de s pa meilleur re lui que j’ai mangé le

voilà tout. Comme on devient prêtre ou pianiste. Ça s’est décidé en haut (il montre le ciel, n.d.l.r.).» Il débarque en Suisse l’année de l’exposition nationale, en 1964. Au Buffet de la Gare de Vallorbe, le cuisinier tombe sous le charme de la fille du patron. Ils se séparent le temps que le jeune homme se fasse la main au Pavillon Henri IV à Saint-Germain-en-Laye, à côté de Paris. De retour en Helvétie, Bernard suit sa dulcinée à Zermatt. «Nous avions des salaires de misère et parta-

Les délices des Ravet à la

Avec l’aide de son fils Guy, et de sa petite tribu, Bernard Ravet vient de publier un livre de recettes. à Vufflens-le-Château (VD), 19 points au GaultMillau, ne compte pas prendre sa retraite de sitôt.


CUISINE DE SAISON BERNARD ET GUY RAVET

| 89

COUPER le dessus côté queue et l’enlever comme un couvercle. COUPER en petits dés. FENDRE la peau des châtaignes Tous les plats servis chez les Ravet sont créés à deux.

portée de tous

Le premier en cinquante ans de carrière. Et le propriétaire de l’Ermitage

et les passer au four chaud.

REMPLIR les courges avec la mousse de châtaigne.


PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 9.11 AU 15.11.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

T UN AVANT-GOÛ . DE FauÊ2T4.1E2.S 2010 Du 2 .11

2.15

au lieu de 2.70

20 % de réduction sur les amandes moulues M-Classic 200 g

1.30

Sucre fin cristallisé suisse 1 kg

1.70

Glaçage foncé pour gâteau Patissier 125 g

2.40

Gousses de vanille 8g

3.–

Citrons, bio Espagne/Italie/ Turquie le filet de 3 pièces

8.90

Miel de fleurs liquide 1 kg Société coopérative Migros Vaud

3.95

Noix France le sachet de 500 g

MGB www.migros.ch W

L’HEURE EST À LA PÂTISSERIE.


Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

CUISINE DE SAISON BERNARD ET GUY RAVET

| 91

Depuis 2007, Bernard Ravet (à gauche) et son fils Guy se secondent sans jamais se marcher sur les pieds.

gions un minuscule studio. La propriétaire a dit qu’elle ne pouvait pas nous garder, car nous n’étions pas mariés. Du coup, nous avons couru à Cully (VD) pour officialiser notre union. En vingt-quatre heures, nous étions mariés.» Et trente-trois ans plus tard, le couple semble toujours autant amoureux… Leurs enfants sont nés lorsqu’ils travaillaient au restaurant de l’Hôtel de Ville d’Echallens, avec les parents de Ruth. Etablissement qui leur a permis d’acquérir leur renommée. Avec des horaires difficiles, certes. Mais cela ne les a pas empêchés de s’occuper de leurs trois bambins. Y compris lorsqu’ils se sont installés à l’Ermitage, il y a vingt ans. «Les premiers mois ont été très

pénibles. C’est parti en flèche. Ensuite, avec la crise du Golfe, les clients se sont faits rares. On avait du mal à joindre les deux bouts. Finalement, c’est bien que ces moments-là existent, le contraire ne serait pas naturel. Nous avons réussi à nous sortir de situations difficiles tous ensemble.» Ni nounou ni gouvernante chez les Ravet. Les bouts de chou ont tout partagé avec leurs parents. «Papa a toujours eu du temps pour nous, remarque Guy. Il nous emmenait partout. Quand en Bourgogne les enfants n’étaient pas admis dans une cave, on changeait d’endroit. Et il a su nous faire apprécier sa profession.» Pour lui, choisir ce métier n’est pourtant pas allé de soi. A l’armée, il a préféré devenir chauffeur

plutôt que de rejoindre les cuisines. «Mais après quelques semaines, j’ai ressenti un manque. Dès que je rentrais, j’allais aider mon père. J’ai pris ça comme un signe.» Son apprentissage, il le fera dans le restaurant familial à Vufflens-le-Château. Dans un établissement incontournable depuis vingt ans. Avec des avantages, «papa est juste», et des inconvénients, tels qu’être le fils de. «A l’école, on me mettait la pression. Je n’étais pas noté pareil que les autres. Comme mes parents m’ont d’abord appris le sens du mot travailleur, j’ai fait ce qu’il fallait.» Son parcours l’a conduit à Paris à la table d’Alain Ducasse, puis à New York chez Thomas Keller, où il découvre un nouveau monde pendant un an.

La restauration sept jours sur sept, plus de cent couverts à servir, des arrivages de dizaines de kilos de caviar. «J’ai vu ce qu’il y avait à voir. Et j’ai eu besoin de rentrer. L’appel de la famille, car nous sommes très proches, très soudés.» Mais aux casseroles, chacun sa place. Depuis 2007, père et fils se secondent, sans se marcher sur les pieds. Guy se consacre aux viandes, Bernard aux poissons et au gardemanger. Guy préfère rester dans l’ombre, pendant que Bernard passe en salle pour s’assurer que les hôtes sont conquis. Une collaboration détendue, sans cris et sans esclandres. En cuisine, on se tait. Bernard, zen, est un grand buveur… de thé vert. Et il aime que tout se déroule


Pour 39 francs des assiettes qui ne seront plus jamais ennuyeuses.

tions tenta s e c u Do t ocola ns en ch es pâtisseries boisso Crèmes

ent m e n n Abo pour d’un an et Fr. 39.– adeau: votre ccuisine

glac

de le livre tions en Fr. 15.–. s tenta e c u u r de o «D ne vale ’u d » t t: chocola ez maintenan d n a Comm 848 77 8 8 084

80049526

Vous pouvez aussi commander un abonnement d’une année à Cuisine de Saison pour seulement Fr. 39.– sur www.saison.ch/fr/abo

Le bon goût est toujours de saison.

ttes es rece illeur Nos me


CUISINE DE SAISON BERNARD ET GUY RAVET

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

dans le calme. «Je déteste le bruit. Il y a d’autres moyens de se mettre en valeur. J’ai l’habitude de travailler en silence et de gérer le stress des autres.» Dont celui de son fils, qui admet que sa jeunesse le mène à s’emporter plus rapidement. «Plus il y a de pression, mieux je me porte, rigole-t-il. Mais je ne m’énerve que quand il n’existe pas d’autres solutions.» Son perfectionnisme, selon son père, vire parfois à la maniaquerie. «Il en faut, comme de l’acharnement, de la motivation, pour être tous les jours égal. Et bien sûr du plaisir, pour garder le meilleur.» Pendant que Bernard se balade en forêt, Guy court des marathons. Optimistes et gagneurs, à leur rythme, ils s’unissent dans une quête de simplicité. Les saveurs ne doivent pas se multiplier à l’infini dans l’assiette, «sinon, on ne sait plus ce qu’on mange». Les essais moléculaires, très peu pour eux, «un bon produit ne sera sublimé qu’en étant modifié le moins possible». Sur le podium de l’authenticité, ils restent les premiers. Et sûrement pour longtemps: Léo le petit-fils a l’œil. Virginie Jobé Photos Nicolas Righetti / Rezo

A lire: «Bernard et Guy Ravet, Ruth Nathalie - Isabelle», Ed. Favre.

D savoureuses De recettes sur www.saison.ch Pour s’abonner: 0848 87 7777, abonnements@saison.ch (39 fr. seulement pour 12 numéros)

| 93

Courge pomarine, velouté de potimarron, royale de topinambours et mousse de châtaigne

Une recette de Bernard et Guy Ravet

INGRÉDIENTS POUR 4 ENTRÉES 4 courges pomarines de 200 g Pour le velouté 150 g de potimarron 15 cl de lait 5 cl de crème 1 g de curcuma Pour la royale 350 g de topinambours 20 cl de lait 2 œufs ½ citron 5 g de poivre de Madagascar Pour la mousse 20 cl de lait 60 g de châtaignes

PRÉPARATION

Préparation de la pomarine Couper le dessus côté queue et l’enlever comme un couvercle. Creuser l’intérieur en enlevant les pépins et la pulpe qui s’y attachent avec une cuillère jusqu’à laisser 1 cm d’épaisseur de chair à l’intérieur. Contrôler qu’il n’y ait pas de trou d’air en laissant passer un peu d’eau, sinon boucher avec un peu de chair. ➔ Préparation du potimarron Enlever la peau extérieure et les grains, couper en petits dés de 2 cm. ➔ Préparation de la royale Eplucher les topinambours, laver, couper en petits morceaux et les mettre dans l’eau avec quelques gouttes de jus de citron. ➔ Préparation de la mousse

Fendre la peau des châtaignes et les passer au four chaud 5 minutes en les remuant de temps en temps, puis enlever les deux peaux. ➔ Cuisson du velouté Faire cuire le potimarron 15 minutes à la vapeur température 100 °C. Dans une casserole, porter à ébullition le lait, la crème et le curcuma, ajouter le potimarron, faire cuire 15 minutes en remuant fréquemment jusqu’à ce qu’il tombe en purée. Mixer très fin, assaisonner et réserver. ➔ Cuisson de la royale Egoutter les topinambours, les mettre dans une casserole avec le lait et porter à ébullition. Faire cuire environ 15 minutes, mixer avec 2 œufs entiers, assaisonner et réserver. ➔ Cuisson des courges Si vous avez un four à vapeur: préchauffer le four à 90 °C. Remplir les pomarines aux ¾ avec la royale et mettre au four 20 minutes. La royale est cuite quand elle est prise et ne tremble pas si vous la touchez.

Si vous n’avez pas de four à vapeur: cuire les courges 6 minutes à l’eau bouillante, rafraîchir aussitôt. Déposer les courges dans un plat allant au four, remplir avec de l’eau bouillante, jusqu’à mi-hauteur des courges. Mettre la royale dans les courges aux ¾ de leur hauteur, mettre au four à 95 °C pendant 30 minutes. La pomarine peut être préparée à l’avance. ➔ Cuisson des châtaignes Cuire les châtaignes dans le lait jusqu’à ce qu’elles se défassent, mixer et assaisonner: le mélange doit être liquide, sinon, rajouter un peu de lait. ➔ Finition Tiédir les pomarines au four. Chauffer le velouté et dresser dans les cocottes. Tiédir le lait de châtaigne, faire la mousse avec un mixer et remplir les courges de la mousse. Servir. Préparation: env. 90 min.


ACTION OFFRES VALABLES SEULEMENT DU 9.11 AU 15.11.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

Votre fidélité peut vous mener loin – jusqu’à New York. Contre 10 couvercles de barquettes Sheba, vous recevrez un scintillant pendentif chaussure et vous pouvez gagner une tournée de shopping à New York.

9.60

au lieu de 12.–

www.sheba.ch

Emballage de 10 barquettes Sheba de 100 g 3 variétés 20 % moins cher Veau, volaille ou saumon

Coupon-réponse. Oui, j’aimerais recevoir l’élégant pendentif chaussure à haut talon. Oui, je participe au concours pour gagner une tournée de shopping à New York. Expéditeur:

Madame

Monsieur

Prénom:

Nom:

Rue/N°:

NPA/Localité:

N° de portable:

E-mail:

Langue:

Français

Deutsch

Mon chat s’appelle:

Italiano Il est né le:

Je possède un (des) chat(s) et un (des) chien(s).

Détachez le coupon-réponse, remplissez-le et envoyez-le avec 10 couvercles de barquettes ou 10 languettes de sachets-portions Sheba® sous enveloppe affranchie à: Sheba, Case postale, 8706 Meilen. Délai d’envoi: 30.11.2010. Expédition limitée à la Suisse, dans la limite des stocks disponibles. Un seul pendentif Sheba® en argent par ménage. Pas de versement en espèces. Les expéditeurs acceptent que leur données personnelles soient enregistrées et de recevoir à l’avenir également du courrier de Mars Suisse SA. Les données ne seront pas transmises à des tiers.

Sheba est en vente à votre Migros


Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

VOTRE RÉGION MIGROS VAUD

| 95

Les deux chanceux d’Etoy

Une pièce entièrement relookée façon Micasa, un Ipad offert par Melectronics: l’ouverture dans la commune vaudoise de ces enseignes de Migros a fait deux heureux.

P

lus d’un mois après l’inauguration des nouveaux Micasa et Melectronics d’Etoy, l’ambiance était toujours à la fête pour Claude Bernard et Cindy Ravey le 15 octobre dernier lors de la remise de leur prix. Heureux gagnants de deux concours exceptionnels, le premier a remporté un relooking de son intérieur, tandis que la seconde s’est vu remettre l’un de ces fameux Ipad, que tout le monde convoite. Ces concours ont eu lieu dans le cadre des nombreuses animations liées à la première semaine d’ouverture de ces deux enseignes de Migros. Habitante d’Etoy, Cindy Ravey était en train de passer une commande de marchandises lorsqu’elle a glissé son coupon dans l’urne du premier Melectronics de la région. De son côté, Claude Bernard a eu fort à faire, car il a dû reconnaître l’un des fauteuils de l’assortiment Micasa et cocher la

C’est dans le décor d’un salon Micasa que Claude Bernard (au centre) a reçu son chèque-cadeau des mains de Frédérique Dutoit, FDéco Solutions, en présence de Frank Gervais.

bonne réponse. Le hasard s’est chargé de la suite, permettant à ces deux clients d’être tirés au sort parmi des milliers de participants.

Un relooking sponsorisé par FDéco Solutions

Frank Gervais, gérant du Micasa et Melectronics Etoy, a remis en mains propres son Ipad à la gagnante, Cindy Ravey.

Un succès proportionnel aux lots puisque le relooking à domicile représente une valeur de 4000 francs tout compris. Si Micasa offre le mobilier, c’est FDéco Solutions qui se chargera du reste. Avec son entreprise, Frédérique Dutoit propose ses services et conseils en matière de décoration: «Je suis là pour aider le gagnant à définir le style ainsi qu’à choisir le code couleur de la pièce en fonction de ses désirs.»

Résidant à Tolochenaz, Claude Bernard, lui, n’a plus qu’à décider sur quelle pièce portera son choix. Valable une année, le relooking se fera par étapes, à commencer par une analyse de sa maison: «Dès le départ, je prends le temps d’écouter attentivement les idées et attentes de la personne afin de pouvoir la guider dans la réalisation de son projet jusqu’à ce qu’il devienne réalité.»

Les achats au Micasa d’Etoy

La sélection des différents meubles se fera bien sûr chez Micasa Etoy, où son gérant, Frank Gervais, se fera un plaisir de les accueillir sur une surface de plus de 4000 m².

Avec un assortiment comprenant pas moins de 11 000 produits, gageons que Claude Bernard et sa femme trouveront le mobilier de leurs rêves. L’objectif final pour FDéco Solutions étant «qu’ils se sentent bien chez eux, en harmonie avec leur intérieur, leurs objets, leurs meubles». Aurélie Murris


FÉERIE DU MARCHÉ DE NOËL Laissez-vous charmer par nos marchés de Noël!

Etoy


VOTRE RÉGION MIGROS VAUD

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

| 97

Charles-Henri Leya, gérant de la Migros d’Orbe, et toute son équipe se font une joie de vous servir dans leur nouveau magasin.

Votre Migros Orbe enfin rénovée

Soyez les bienvenus dans votre nouveau magasin! Après treize ans d’exploitation, le supermarché s’est transformé, faisant la part belle aux produits frais.

L

eur caddie dernier cri en mains, les clients – des habitants d’Orbe pour la plupart, mais ils viennent également des localités avoisinantes comme Chavornay, Arnex, Rances ou encore Sergey – ont eu le plaisir depuis le 23 octobre dernier de franchir les portes de leur nouvelle Migros. Plus de barrière, à la place une entrée directe dans le supermarché: «L’approche globale est plus aérée et donc les articles immédiatement visibles pour notre clientèle», se réjouit Charles-Henri Leya, gérant de Migros Orbe depuis novembre 2009. Pour ce faire, «l’assortiment a été totalement remanié, notamment les produits du rayon épicerie qui, par manque de place, étaient jusqu’à maintenant peu mis en valeur.» Tout en conservant une surface de 500 m², dans ces réaménagements, l’accent a avant tout été mis sur les produits frais. En effet, les transformations du magasin – les premières de cette ampleur depuis son ouverture en 1997 – s’inscrivent dans le concept national Migros pour les surfaces de vente de cette catégorie. A savoir, assortiment standard mais fraîcheur accrue. Et qui dit produits frais pense d’abord aux fruits et légumes. Ain-

L’aménagement de l’espace dit «convenience», comprenant les plats cuisinés, vient compléter cette nouvelle mise en avant de la marchandise. Du point de vue du confort d’achat, la clientèle dispose en outre de tout nouveaux caddies en plastique, plus légers et donc plus maniables pour faire ses courses sans s’encombrer. Ces transformations ont évidemment aussi du bon pour les dix-neuf collaborateurs, puisque ces derniers auront désormais plus de facilité à accomplir leurs tâches au quotidien, par exemple approvisionner les rayons. Si ce n’est pas déjà fait, le gérant Charles-Henri Leya et son équipe se feront un plaisir de vous accueillir dans ce magasin remodelé! Aurélie Murris La nouvelle Migros Orbe fait la part belle aux produits frais.

si, l’assortiment a été optimisé afin d’en proposer un choix élargi et varié sur les étals de Migros Orbe. Située directement à l’entrée avec le coin boulangerie, la zone fraîcheur s’en trouve valorisée, donnant une impression de marché authentique.

Au rayon boucherie, bien que le libre-service soit ici toujours de mise, dans le but de garantir un service de proximité, il est aussi possible de passer des commandes spéciales. Une idée bienvenue en cette période de chasse ou dans la perspective des fêtes de fin d’année…

Infos pratiques Migros Orbe Rue des Terreaux 22 1350 Orbe Tél. 024 442 85 50 Horaires: Lundi: 9 h – 18 h 30 Mardi à jeudi: 8 h – 18 h 30 Vendredi: 8 h – 20 h Samedi: 7 h 30 – 17 h


98 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Le sport de ces dames

Trouvant son origine dans l’univers du cirque des années 20, puis pratiquée dans les cabarets pour ensuite devenir une vraie discipline sportive, la pole dance souffre toujours de préjugés.

L

a simple évocation du mot pole dance suffit à susciter des réactions quasi épidermiques. Parfois gênées, parfois intéressées. La pole reste surtout méconnue du grand public quant à ses réelles exigences physiques. Et à son attrait sportif.

Une nouveauté qui s’impose

Depuis plus de dix ans, l’Angleterre et l’Australie sont précurseurs en la matière et considèrent sans complexe la pole dance (littéralement danse-gymnastique pratiquée avec une barre verticale) comme un sport dispensé dans les fitness.

Osez franchir le pas

Yverdon: samedi 13 novembre, de 13 h à 14 h Crissier: samedi 13 novembre, de 10 h à 11 h Renseignements et inscriptions: Ecole-club Lausanne, rue de Genève 35, 1003 Lausanne, 021 318 71 00 Ecole-club Yverdon, ruelle Vautier 10, 1400 Yverdon, 024 423 40 60

Pour la Suisse, il aura fallu attendre plus longtemps pour voir se développer les premières écoles et tendre vers une véritable démocratisation de ce sport. On en veut pour preuve l’organisation des Championnats du monde de pole dance le 3 octobre dernier, à Zurich. Trente-huit concurrentes en provenance de vingt-quatre pays y ont participé. Depuis la rentrée de septembre, l’Ecole-club Migros Vaud a élargi son offre en proposant une nouvelle formule d’abonnement de pole dance. Coralie Bally, enseignante de pole à Crissier et à Yverdon, dispensera ce cours. Séduite par ce sport qui sortait de l’ordinaire, elle a abandonné son activité de comptable pour se lancer dans l’enseignement de la pole dance.

Du sport à l’état pur

Comme toute discipline sportive, le cours commence par une quinzaine de minutes d’échauffement qui incluent une partie renforcement musculaire sans barre. On passe ensuite à l’apprentissage de figures adaptées au niveau de chacune, puis à une chorégraphie dansée, et enfin à un stretching. En clair, un cocktail idéal pour développer la musculation de façon homogène de ces dames.

N’en déplaise à ses détracteurs, la pole dance est vraiment une activité sportive.

Une tenue courte (short) est obligatoire afin que la peau puisse adhérer à la barre. «Beaucoup de femmes repartent chamboulées, satisfaites

d’avoir osé braver l’interdit et contentes d’y être arrivées», se réjouit l’experte en pole dance, Coralie Bally. Eric Beauverd

Adresses Ecoles-clubs: Lausanne: rue de Genève 35, 1003 Lausanne, tél. 021 318 71 00. Vevey: rue des Moulins 11, 1800 Vevey, tél. 021 923 05 05. Yverdon-les-Bains: ruelle Vautier 10, 1400 Yverdon, tél. 024 423 40 60. Internet: www.ecole-club.ch Service culturel et Exploration du monde: rue de Genève 35, 1003 Lausanne. Bureau d’accueil: du lundi au vendredi, de 14 à 18 heures, tél. 021 318 73 50. Fitness ParcM Malley: ch. du Viaduc 1, 1008 Prilly, tél. 021 620 66 66 Eurocentres – séjours linguistiques: rue de Genève 35, 1003 Lausanne, tél. 021 318 71 29 ou 021 318 71 30.


VOTRE RÉGION MIGROS VAUD

| 99

Lausanne, capitale internationale du tennis de table

Bienvenue au premier Swiss Table Tennis Open Lausanne, qui aura lieu les 20 et 21 novembre prochains à la Vallée de la Jeunesse.

C

apitale olympique, Lausanne abrite le siège de 25 fédérations sportives internationales, dont celui de la Fédération internationale de tennis de table. La ville se devait donc d’associer son nom à la première édition du Swiss Table Tennis Open Lausanne les samedi 20 et dimanche 21 novembre prochains. Un événement d’envergure dans un sport qui a connu un fort engouement lors des derniers Jeux olympiques de 2008 à Pékin. Organisé conjointement par la Fédération suisse de tennis de table (Swiss Table Tennis), l’Association Vaud-Valais-Fribourg de tennis de table, la Ville de Lausanne et le Canton de Vaud, ce tournoi international accueillera, au centre sportif de la Vallée de la Jeunesse, 32 hommes et 32 femmes, parmi les meilleurs joueurs et joueuses du monde. Inscrits par leur fédération, les participants ont été sélectionnés en fonction de leur rang. Le tirage au sort des tableaux se fera ensuite selon le classement mondial.

place aux phases finales. L’occasion pour le public de (re)découvir le tennis de table: un sport certes technique, mais «accessible à chacun, peu coûteux et dont la pratique est sans risque pour la santé», s’enthousiasme Yves Odobert.

SportXX, partenaire du tournoi

Désireux de promouvoir le tennis de table dans notre canton, SportXX, l’enseigne sportive de Migros, s’engage en apportant son soutien à ce nouveau défi et encourage le public à y participer. Et pourquoi pas à s’inscrire à l’un des nombreux clubs que compte la région. Actuellement, l’Association VaudValais-Fribourg de tennis de table en dénombre 52 et a 1026 membres à son actif. Aurélie Murris La Roumaine Daniela Dodean, 34e au classement mondial, disputera sa place dans le tableau féminin.

Infos pratiques

Un prize money à la hauteur

Président du comité d’organisation et de l’Association Vaud-Valais-Fribourg de tennis de table et viceprésident de la Fédération suisse de tennis de table, Yves Odobert a pour objectif de «faire de cette manifestation un rendez-vous habituel du calendrier international». Pour y parvenir, les organisateurs marquent un grand coup en offrant le prize money le plus haut de Suisse, avec un total de 30 000 francs. Nul doute que les 64 champions n’en seront que davantage motivés lors des poules qualificatives qui se dérouleront le samedi 20 novembre entre 9 h 30 et 19 h 15! Puis le lendemain de 9 h à 16 h,

Côté masculin, Weixing Chen pointera au 25e rang mondial lors du tournoi.

Swiss Table Tennis Open Lausanne Samedi e: 20 novembre: poules qualificatives,, de 9 h 30 à 19 h 15. Dimanche 21 novembre: quarts, demies et finales, de 9 h à 16 h Lausanne, Vallée de la Jeunesse – centre sportif Tarifs: Fr. 10.- / Fr. 15.- les deux jours Entrée libre jusqu’à 15 ans Renseignements et prélocations: www.sttopen.ch


Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

VIE PRATIQUE PLEIN AIR

| 101

Une magnifique balade audessus de la purée de pois automnale.

Au bord de la mer de… brouillard

Le tour du Grand-Chavalard: une belle randonnée au-dessus de la plaine du Rhône qui permet de s’élever, de prendre de la hauteur afin de s’extraire des brumes matinales et d’admirer les mélèzes d’or avant que ne tombent leurs aiguilles et la neige.

L

e Grand-Chavalard, masse rocheuse haute de quelque 2900 mètres qui domine la vallée du Rhône. En faire le tour prend entre cinq et six heures selon que l’on soit moyen ou bon marcheur.

Pour s’y rendre, deux possibilités: en télésiège depuis Ovronnaz ou en auto depuis le parking de l’Erié (1860 m). Le photographe ayant eu envie de tester sa vieille Fiat, on a donc retenu la seconde option.

De Fully à Chiboz, la route serpente au milieu des vignes, puis des arbres. La Punto s’essouffle tant il y a de la pente. Peu après le village de Chiboz, l’asphalte s’efface pour laisser place à un che-

min blanc. C’est Paris-Dakar dans les Alpes! Parking de l’Erié, tout le monde descend. A voir ce qui lui reste dans le moteur et les amortisseurs, pas sûr que cette voiture passera l’hiver…


Vu à la télé

Plus d’un

million de pièces vendues! Le soutien-gorge à essayer absolument! Aux Etats-Unis, plus d’un million de femmes le portent déjà! Commentaires de nos clientes: «Le soutien-gorge le plus confortable que j’aie jamais porté!» «Plus jamais je ne porterai d’autre soutien-gorge!» «C’est fantastique, on dirait une seconde peau!» «Si seulement tous les habits étaient aussi confortables!» «J’adore la souplesse des bonnets.»

Vous économisez

l’achat 10.– pour de 2 pièces

si U! Aus A E V U NO au! leur pe u o c n e Un dos large pour votre confort

L’incroyable soutien-gorge

Mesurezz ici votre Mesure dessous de ssous de poitrine

Fermeture Ferm eture très facile sur l’avant

Des bretelles élargies pour vous sentir à l’aise

Désormais Désorm ais en vente le slip assorti!

Fr. 29.90

Dessous de poitrine N° d’art. blanc: 1501 Nombre: N° d’art. noir: 1501 Nombre: N° d’art. peau: 1501 Nombre: Slip N° d’art. blanc: 1502 Nombre: N° d’art. noir: 1502 Nombre: N° d’art. peau: 1502 Nombre: Envoyez à:

la pièce

Satisfaite ou remboursée

Comm andez sans risque Co mmandez

D’un confort sans égal! Ce soutien-gorge unique en son genre épouse parfaitement la forme de votre buste et apporte un soutien incomparable à vos seins. Son tissu est d’une texture exceptionnelle et d’une douceur extrême. Ses bretelles, ses coutures et sa fermeture ont été conçues pour qu’il ne serre nulle part et n’entaille pas la peau. Le tissu stretch satiné est d’un confort sans égal. Vous oubliez que vous portez un soutiengorge. Grâce à la souplesse de sa texture, le Magic-Soft s’adapte automatiquement à votre poitrine, quelle que soit la taille des bonnets. Tout ce que vous devrez indiquer lors de la commande est votre dessous de poitrine. Le soutien-gorge, en nylon et spandex, est lavable en machine.

2

“Magic-Soft”

pour seulement

124-140

75 cm 80 cm 85 cm 90 cm 95 cm 100cm Oui, je commande contre facture w1 w2 w3 w4 w5 w6 (10 jours) et participation aux frais s1

s2

s3

s4

s5

s6

h1

h2

h3

h4

h5

h6

S/M w1

L w2

XL w3

s1

s2

s3

Prénom

h1

h2

h3

Nom

Trendmail SA, Service-Center Bahnhofstr. 23, 8575 Bürglen TG Téléphone: 071 634 81 25 Fax: 071 634 81 29 Internet: www.trendmail.ch

Rue/n° NPA/Lieu N° Téléphone

d’envoi: Soutien-gorge Magic-Soft à Fr. 34.90, dès 2 pièces Fr. 29.90 chacun Slip à Fr. 29.90, dès 2 pièces Fr. 24.90 chacun


VIE PRATIQUE PLEIN AIR

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

| 103

À FAIRE DANS LE COIN…

Plouf! Après l’effort, le réconfort… Pourquoi pas en se plongeant dans les bains d’Ovronnaz, un spa d’altitude dans un décor alpin, des thermes modernes axés sur la détente et la remise en forme. Avec bassin intérieur, plans d’eau extérieurs, buses de massage, cascades et whirlpool, jacuzzi et pataugeoire pour les tout-petits. Sans oublier salles de repos et offre wellness pléthorique. Renseignements: www.thermalp.ch, 027 305 11 11.

Slurp! On connaît les vignobles de Fully, notamment parce qu’y travaille une certaine Marie-Thérèse Chappaz. On sait moins, en revanche, que cette commune possède une magnifique forêt de châtaigniers. Une châtaigneraie donc que l’on peut découvrir via un sentier didactique jalonné de 14 panneaux. Durée de ce circuit: 1 h 30 environ. Et ensuite, pour se requinquer, une petite brisolée à déguster à l’Hôtel de Fully qui propose cette spécialité encore jusqu’au 13 de ce mois!

Brrrr! A un jet de pierre de Martigny, dans le village de Dorénaz, il y a une drôle de bâtisse qui se visite à la demande: la Maison des contes et légendes d’Outre-Rhône. Derrière cette porte, s’ouvre un monde fabuleux où tradition orale et imagination débridée font bon ménage. Deux veillées sont au programme de novembre: «Petites histoires pour grandes oreilles» (le 12) et «Mana Kartou, parole profonde» (le 27). Infos et réservations: www.conteslegendes.ch, 079 431 60 80.

Point culminant de la randonnée: le col de Fenestral (2453 m) et le lac supérieur de Fully.

Les pieds bien chaussés et la tête dans les brumes matinales (au sens propre et figuré), on emprunte ce chemin de randonnée de montagne balisé «blanc-rouge-blanc». Pour le côté spectaculaire du panorama à venir, nous avons choisi d’effectuer ce circuit dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Direction donc le Petit-Pré. Premiers pas dans la purée de pois.

Un jardin zen grandeur nature

Pas un bruit. Sous cette couette de vapeur, dans ce froid humide et piquant, la nature semble profondément endormie. Au fur et à mesure que l’on grimpe, le voile s’affine. Il se déchire même par endroits. Noir et blanc au début, le paysage devient sépia avant de se coloriser. Devant nous, un jardin zen grandeur nature aux teintes automnales: jaunes, rouges et vertes. Féerique! Au Lui-d’Août, à 1959 m d’altitude, un ciel bleu comme l’azur nous attend. On tombe les laines polaires. A gauche, un chalet d’al-

Brumes matinales en montant en direction du Petit-Pré.

page. A droite, des installations mécaniques de TéléOvronnaz. On suit ce haut vallon jusqu’au PetitPré (1998 m). Ensuite, un petit couloir nous conduit au plateau marécageux d’Euloi. Tout autour de cet espace plat aussi grand qu’un terrain de foot, des sommets: la Dent-Favre, la Tête-Noire, le Grand-Château… Et face à nous, une incroyable cathédrale de pierre – Le Tita Sèri? – que le vent a sculptée des siècles durant.

Petite pause bienvenue au centre de ce cirque grandiose avant d’attaquer la plus sérieuse montée de cette boucle alpine. Celle qui nous mène, via une combe, au col de Fenestral (2453 m). A l’ombre, l’herbe est blanche, encore gelée. Le corps légèrement penché en avant, on regarde le sentier devant nous, on met un pied devant l’autre, on adopte le rythme supposé des sherpas, on écoute battre notre cœur…


Romance fluviale à Strasbourg

MARCHÉ DE NOËL 2 jours / 1 nuit avec demi-pension sur le bateau

CHF

Prestations incluses:

MS SWISS EMERALD – Bateau 5Deluxe

luxe confortable

   

Votre programme de voyage: 1er jour, Suisse – Strasbourg: votre chauffeur vient vous chercher à votre lieu d’embarquement en car de luxe confortable. Arrivés à Strasbourg, vous rejoignez votre hôtel flottant 5 étoiles – MS SWISS EMERALD. Ensuite, la prochaine sensation de la journée vous attend déjà avec un tour panoramique de la ville afin d‘en découvrir ses beautés. Votre chauffeur vous déposera à l’entrée du marché de Noël où vous commencerez seul votre visite du marché au pied de l’imposante cathédrale de Strasbourg – une sensation à vivre absolument. Finalement, votre journée s’achèvera en toute quiétude à bord de votre confortable hôtel 5 étoiles que vous regagnerez par vos propres moyens. 2ème jour, Strasbourg – Suisse: après un copieux buffet de petit-déjeuner, vos valises devront être prêtes car vous quitterez le bateau dans la matinée. Vous aurez ensuite encore la possibilité de flâner une dernière fois à travers les étalages du plus ancien marché de Noël de France. L’heure exacte du départ vous sera communiquée à bord. Votre chauffeur prévenant vous reconduira finalement à votre lieu d’embarquement initial. Arrivée en soirée à votre lieu de retour choisi. Réservez de suite chez VAC:

7 décembre 2010 :

Fr. 40.–

Ski en Tarentaise COURCHEVEL, MÉRIBEL, VAL D’ISÈRE, LES ARCS ETC.

• Du 16 au 22 janvier 2011 : • Du 6 au 12 février 2011 : • Du 13 au 19 mars 2011 :

Fr. 1’190.–/pers. Fr. 1’250.–/pers. Fr. 1’250.–/pers.

Renseignements et inscriptions :

 1 nuit sur un merveilleux 

Annecy, la Foire de St-André

Voyage en car, 1/2 pension, remontées mécaniques, dès Fr. 1’190.–

 Départ proche de votre domicile  Aller et retour en autocar de

bateau chauffé 5 étoiles deluxe MS SWISS EMERALD 2 visites du marché de Noël (en matinée et soirée) et de la ville de Strasbourg Tour de ville guidé à travers Strasbourg avec un guide francophone expérimenté La demi-pension comporte le buffet de petit-déjeuner et un dîner sur le bateau Taxe sur la valeur ajoutée incluse Documentation de voyage

3 jours du 10 au 12 décembre 2010 : Fr. 365.–

LEMANIA VOYAGES

Appréciez une nuit sur l’hôtel flottant de luxe „MS SWISS EMERALD“! Equipement: 118 cabines confortables prévues pour 140 passagers se répartissent sur 3 ponts et 29 membres d’équipage veillent à votre bienêtre. Un restaurant avec vue panoramique et un bistro vous gâteront avec leurs plats culinaires. Au bar du lido avec sa coupole en verre, vous pourrez admirer une vue panoramique, en vous relaxant autour d’un café ou thé et grignoter gâteaux ou snacks. A bord, un centre de fitness, une bibliothèque et coin internet ainsi qu’un pont supérieur, sans oublier le jacuzzi chauffé 24/24h sont à votre disposition. Votre nid douillet: les cabines sont modernes et bien équipées (env. 15m²) avec grande fenêtre, TV, mini-bar, radio, coffre, sèchecheveux, salle de bains douche et peignoir de bain. Contre un supplément, vous recevrez une luxueuse mini-suite (19m²) ou une suite (30 m²). Les suites disposent d’une fenêtre allant du sol au plafond ainsi que d’un balcon.

19, Avenue du Gd-St-Bernard, 1920 MARTIGNY Tél. 027 722 56 14 info@lemaniavoyages.ch www.lemaniavoyages.ch spinas | gemperle

!

Avec 2 visites du marché de Noël & circuit de la ville gratuits

199.–

Marseille, la Foire aux Santons

Voyage agréable à bord d‘un autocar luxueux: votrevoyagesedérouleradansunautocartrès moderne et luxueux. Lors de votre réservation, communiquez-nous votre ville de départ depuis la Suisse.

Voyage 6010

Choisissez votre lieu de départ Lun 29 Nov Lausanne Vevey Bulle Fribourg Lun 6 Déc Sierre Sion Martigny Monthey Vevey Lausanne

Mar 30 Nov Genève Lausanne Yverdon Neuchâtel Bienne Mar 7 Déc Genève Lausanne Yverdon Neuchâtel Bienne

Mer 1 Déc Lausanne Yverdon La Ch.d.Fonds Neuchâtel Bienne Mer 8 Déc Lausanne Vevey Bulle Fribourg

Prestations non comprises: L’assurance combinée frais d’annulation et aide SOS CHF 15.–. Supplément par pers. (facultatif): pour minisuite CHF 40.–, pour suite CHF 60.–

0848 840 905 ✆ ou sur internet: www.net–tours.ch

La technologie seule ne résout pas tous les problèmes de notre temps. Pour cela, il faut des actes. Pour notre planète. Pour les générations futures. Pour nous-mêmes. Vivre sans gaspiller les ressources de demain nous fera profiter d’une vie plus responsable, plus saine et plus respectueuse. wwf.ch/solution, votre source d’inspiration pour vivre mieux.


VIE PRATIQUE PLEIN AIR

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

| 105

Suivez le guide! Accès: en train jusqu’à Martigny, puis monter dans le car postal qui dessert Ovronnaz, en descendre et prendre le télésiège de Jorasse (cette remontée mécanique est malheureusement fermée depuis le 31 octobre); en voiture, aller jusqu’à Fully, grimper direction Chiboz et continuer jusqu’au parking de l’Erié. Durée: entre 5 et 6 heures. Longueur: 13 km (ajouter 2,5 km pour la boucle depuis Jorasse). Dénivelé: 500 m. Difficulté: pour randonneur entraîné. Equipement: souliers de marche vivement recommandés. Infos pratiques: office du tourisme d’Ovronnaz, 027 306 42 93, www.ovronnaz.ch.

La montée vers le col de Fenestral demande des efforts.

L’effort, heureusement, est récompensé. Comme souvent. De là-haut, la vue s’avère en effet tout simplement à couper le souffle! Quelques cimes émergent de la mer de brouillard, dont le majestueux massif du Mont-Blanc. A nos pieds, le lac supérieur de Fully et ses eaux d’un magnifique vert émeraude. Une escadrille de chocards à bec jaune joue avec les vents. Seule présence animale dans ce décor minéral. Midi. Comme la cabane de Fenestral est fermée et qu’il n’y a pas de baraques à frites le long du parcours (dixit le photographe), on tire notre pique-nique directement du sac. Histoire de prolonger notre halte ici, histoire de profiter plus longuement de ce saisissant coup d’œil. Pas loin, de joyeux retraités vaudois devisent autour d’une bouteille de rouge. Deux, trois oiseaux s’approchent en quête de quelques miettes.

De délicieuses senteurs

Terminé le farniente, il faut se remettre en marche. Cette fois, c’est de la descente, pas très raide. Une odeur de genévrier sauvage chatouille agréablement nos narines. De l’herbe déjà un peu jaunie, dépassent quelques fleurs: des peti-

tes gentianes d’un bleu intense et des benoîtes des montagnes échevelées. On passe au-dessus du lac inférieur de Fully, puis au large du hameau de Sorgno et de sa petite chapelle. Toujours en tenant bien notre gauche. On poursuit notre route à flanc de coteau. Légère montée.

Publicité

Aucun sentiment de vertige grâce au brouillard

Nous voilà maintenant sous la face sud du Grand-Chavalard, sur un sentier longeant des falaises qui doivent tomber à pic jusqu’à la vallée du Rhône. Mais ce jour-là, on ne distingue rien au-dessous de nous, si ce n’est une masse nuageuse compacte et laiteuse. Aucun sentiment de vertige donc, d’autant que le chemin s’est bien élargi. Enfin, on pénètre dans une superbe forêt de mélèzes. Avec leurs troncs ridés et tordus, leurs délicates aiguilles couleur or, ces majestueux conifères ressemblent à de gigantesques bonzaïs taillés par quelques géants de la montagne. Parking de l’Erié à l’horizon. Douloureux retour à la réalité et à notre point de départ. Pas envie de replonger dans les abysses de cette mer de brouillard! Alain Portner

Photos Laurent de Senarclens

MAT EFFECT EYESHADOW

SIF POUR UN REGARD EXPRES

NOUV

EAU!

EXPRESS YOURSELF! WWW.MANHATTAN-COSMETICS.COM

Manhattan Cosmetics est en vente à votre Migros


wwBwILLETS E .das T INF zelt OS: .ch

présente

Théâtre Suisse en Tournée

SION PLACE CES DES POTEN20 11 15 – 22 JANVIER

BILLETS: www.daszelt.ch, Téléphone 0848 00 300 et aux points de vente Ticketcorner

Bar et Lounge dès 18h00 Partenaires nationaux

Médias

Points de vente


VIE PRATIQUE MIEUX VIVRE

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

| 107

Et si on faisait l’amour plutôt que de s’enguirlander?

S’il n’y a pas que le sexe pour unir un couple, il semblerait qu’il contribue à son bon fonctionnement. L’avis de la sexologue française Ghislaine Paris.

C

ourir… Au travail, au cours de yoga, conduire sa fille à sa leçon de violon, faire les courses, nettoyer la cuisinière. En plus, horreur, Monsieur a encore laissé traîner son linge sale dans le salon! Madame est maniaque, et lui, ça l’énerve. Faire l’amour? Dimanche? Impossible, la visite chez tante Augustine est prévue de longue date. Il y a tellement à faire et l’Autre agace, tourmente, irrite. Elle accuse. Il ne se défend même

plus. «Un cercle vicieux s’installe très vite, souligne le Dr Ghislaine Paris, 55 ans, dans son livre Faire l’amour pour éviter la guerre dans le couple. Comme nous sommes agacés, nous avons moins de désir; comme nous avons moins de complicité sexuelle, nous sommes encore plus agacés!» Les moments d’extase sous la couette deviennent rares et il faut s’en inquiéter. «La sexualité différencie un couple d’un duo d’amis.

Sans elle, les partenaires ne forment plus qu’une association patrimoniale, parentale, amicale. Les rapports sexuels doivent avoir une place, à ne pas mettre en rivalité avec d’autres activités.» La sexologue et psychosomaticienne met en garde contre la dévalorisation des rapports intimes. Ni loisir – on ne s’aime pas comme on irait au cinéma ou voir une expo – ni corvée – à bannir, la notion de devoir conjugal – les rencontres charnelles restent

avant tout un moyen d’aller à la rencontre de l’Autre. Et de se débarrasser de son agressivité instinctive. «Le fonctionnement psychologique d’un adulte fait qu’il est difficile de supporter la promiscuité de façon prolongée. Cela crée des tensions inévitables. Dans le couple, la relation sexuelle permet de constituer un lien, grâce à une émotion puissante partagée, qui inhibe l’agressivité.» Car l’acte


ACTION 10.9de015.90 14.9.900 au lieu

statt 19

14.9.900

Collant Opaque Velouté Collant opaque, douce et agréable, très confortable et résistant

Legging Opaque Velouté Legging opaque, moderne, agréable et douce

Legging Fermeture Éclair Legging opaque, moderne avec fermeture éclair

www.dim.ch

OFFRES VALABLES DU 09.11.2010 AU 22.11.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK SUR TOUT L’ASSORTIMENT MOD DE DIM COLLANTS ET LEGGINGS

statt 19

Disponibles dans les plus grand magasins Migros

DIM est en vente à votre Migros

ACTION

OFFRES VALABLES DU 9.11 AU 22.11.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK SUR TOUS LES PRODUITS ELSÈVE DE L’ORÉAL PARIS EN LOT DE 2

7.00

au lieu de 8.80

p. ex. après-shampooing Elsève Color-Vive, en lot de 2 x 200 ml

6.40de 8.00 au lieu

p. ex. shampooing Elsève Nutri-Gloss, en lot de 2 x 250 ml

L’Oréal Paris est en vente à votre Migros


VIE PRATIQUE MIEUX VIVRE

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

demeure violent, intense. Il ne s’agit pas de câlins, mot pudique utilisé par la plupart des conjoints pour signifier leurs ébats et contre lequel la spécialiste s’insurge. Les papouilles et les mamours, c’est très mignon, et important, mais «c’est une manière d’exprimer un mode relationnel immature. Si l’on ne va pas plus loin que les cajoleries, le couple n’est pas abouti.» L’un des risques encourus, modèle que la sexologue rencontre encore souvent: Madame, tout entière dans son rôle de mère, oublie qu’elle n’en reste pas moins une compagne. L’homme redevient alors un enfant ou un ado. «Il réclame du sexe comme un bonbon. Sa femme lui donne s’il a été sage. Résultat: elle va s’éloigner de sa sexualité, car on ne désire pas son enfant. Et il ne va plus désirer sa partenaire, parce qu’on n’est pas attiré par sa mère.» Aïe. Mais comment ne pas se perdre? La réponse reste simple: il faut faire des efforts. Oui, des efforts. «Au sens de travail, d’élaboration, de construction. La sexualité n’est pas naturelle. On ne peut pas la comparer à avoir faim par exemple. Elle est influencée par notre culture, ce qui fait d’ailleurs de nous des êtres civilisés.» Et sensibles à l’art de la séduction. Y compris au quotidien. A savoir, «être capable de montrer à l’Autre son intérêt.» Madame n’oubliera pas de s’exclamer «je te trouve beau». Et Monsieur de chuchoter «je te désire». Avec des gestes tendres et des petites attentions. En évitant toutefois d’essayer de retrouver le ressenti et la fougue des premières fois. «La passion ne dure qu’un temps. Au début, on ne tombe pas amoureux, mais en attirance sexuelle. L’attachement naît ensuite.»

Le rituel aide à souder la relation

Il est nécessaire de combattre la routine, celle qui fait que l’on agit par habitude, sans savoir pourquoi. En revanche, le rituel soude la relation. «Il est chargé de sens. Il apaise et sert de cadre.» L’écoute d’une chanson fétiche, un lieu où l’on aime se retrouver, une date anniversaire à fêter, autant de détails qui évoquent un lien fort.

A lire aussi

L’ouvrage donne des pistes pour retrouver une vie de couple saine et équilibrée.

Idem pour le passage à l’acte, où pour créer connivence et complicité, on peut avoir une certaine façon d’approcher son conjoint. Une question demeure: quand? Planifier, pourquoi pas. Mais sans que cela se transforme en obligation, ce qui tuerait le désir. «Je propose à mes patients de se laisser un moment le soir, quand les enfants sont couchés. Un espace de liberté à eux où ils mettront ce qu’ils veulent, selon leur inspiration.»

Ne surtout pas aller jusqu’au bout de ses fantasmes

L’imaginaire, essentiel selon Ghislaine Paris, aide à s’y préparer. Une pensée sexuelle qui surgit au travail par exemple. Ou un sourire complice lorsqu’on n’est pas seul et que l’on garde en réserve pour plus tard. Aller jusqu’au bout de ses fantasmes aussi? Non, surtout pas, déclare la sexologue. «Car on bascule dans la négation de l’autre, qui devient un objet de plaisir. Une recherche effrénée de la jouissance pour soi mène à l’échec du couple. On se rencontre uniquement pour se satisfaire.» Les recueils qui promettent une «sexualité épanouie», tels que le Kamasutra, ne lui semblent pas non plus une solution. «Le couple doit inventer lui-même des positions pour accéder à une sexualité riche. C’est-à-dire une expérience extrêmement forte à deux, possible si l’on se connaît bien soi-même et que l’on est curieux de soi et de l’autre.» Virginie Jobé

Illustration François Maret

A lire: «Faire l’amour pour éviter la guerre dans le couple» de Dr Ghislaine Paris, en collaboration avec Bernadette Costa-Prades, Ed. Albin Michel.

> Se découvrir. Parler de sexualité en tête-à-tête en évinçant hontes et tabous, facile à dire. Quel moment choisir? Comment bien exprimer ses désirs, ses émotions, sans blesser l’être cher? Et surtout, comment combattre l’autocensure et les a priori. S’ils ne donnent pas de recettes miracles, les deux auteurs de ce guide - un couple de psychosexologues - proposent des outils de communication. Avec une analyse des doutes et des craintes les plus répandus chez les hommes et chez les femmes. «Son propre bienêtre (en l’occurrence le confort physique) est le plus beau cadeau d’amour que l’on puisse faire à son partenaire», déclarent-ils. Au milieu de nombreux exemples, ils évoquent aussi leur vie de couple à eux. «Petit guide du plaisir complice. La communication intime dans le couple» de Carolle et Serge Vidal-Graf, Ed. Jouvence.

> Une nouvelle éducation. Le psychiatre et sexologue Philippe Brenot s’arrête sur les façons de «réconcilier» l’amour, l’affection, la sexualité

| 109

et la tendresse. Son rôle, en tant que thérapeute: «Libérer les hommes et les femmes de leurs fausses croyances pour permettre que s’épanouissent leurs désirs les plus intimes dans le respect des valeurs personnelles.» Passant en revue les préjugés historiques et les timidités contemporaines, le spécialiste donne des clés aux couples du XXI e siècle, dans un vocabulaire simple. «Le sexe et l’amour» de Philippe Brenot, Ed. Odile Jacob.

> Additionner les plaisirs. Chandelles, roses rouges, bulles de champagne, la soirée romantique classique reste indémodable. Et pour séduire efficacement, rien de mieux que le plat maison, composé de trois armes fatales: esthétisme, originalité et saveur, bien sûr. Ce recueil de recettes aide aussi à en mettre plein la vue. «Fleurs d’hibiscus enneigées» et «chrysalides d’écrevisses» ajouteront du piment aux rendez-vous galants de partenaires en devenir ou confirmés. «Leçons de séduction. 50 recettes gastroromantiques» de Tiphaine Campet, Ed. Tana

Publicité

remotiv® 500 peut remotiver lors

• de baisse de l‘humeur • d‘inquiétude • d‘anxiété

Max Zeller Söhne AG 8590 Romanshorn

remotiv® 500 est un médicament phytothérapeutique. Disponible en pharmacie. Veuillez lire la notice d’emballage.


d’en

Haut-Adige / Italie

ns i m a l es t d i t io C o n e nt o p em g i e n

7 jours Fr.

960.-

par pers. en ch. dbl

e

DATES DES SÉJOURS 2011

Ski dans les Dolomites Demi-pension, avec guide accompagnateur du 2e au 6e jour

Amateurs de ski, familles et champions, découvrez un coin de paradis pour la pratique des sports d’hiver. Grâce à des systèmes d’enneigement artificiel toujours plus performants, les conditions d’enneigement sont optimales. Le domaine complet Super Dolomites comprend 4 vallées et quelque 500 km de pistes parsemées de refuges typiques. 1er jour ............................... Suisse - Bressanone

Départ des grandes localités de Suisse romande en direction de Berne, Saint-Gall. Arrêt en cours de route pour le dîner libre en Suisse. Continuation par Landeck, Innsbruck, Brenner. Arrivée à Bressanone. Installation à l’hôtel, cocktail de bienvenue avec mignardises, souper, soirée libre.

2e jour ....................Domaine de l’Alpe di Siusi, ............................................................. Val Gardena

Petit déjeuner buffet. Départ avec un guide accompagnateur pour le domaine skiable de l’Alpe di Siusi, Val Gardena. Les massifs imposants des Dolomites composent le panorama du grand domaine skiable Val Gardena/Alpe de Siusi avec un total de 84 remontées mécaniques et 176 km de pistes. Journée de ski. Dîner libre sur les pistes. Retour à l’hôtel en fin d’après-midi. Souper, soirée libre.

3e jour ............................Domaine d’Alta Badia, .................................Marmolada ou Sella Ronda

Petit déjeuner buffet. Départ avec un guide accompagnateur pour le domaine skiable d’Alta Badia, Marmolada ou Sella Ronda. Journée de ski à la découverte des Dolomites, avec l’Alta Badia, très belle vallée ensoleillée, le glacier de la Marmolada, la « reine des Dolomites », et le carrousel de Sella Ronda, circuit de ski le plus célèbre des Dolomites. Dîner libre sur les pistes. Retour à l’hôtel en fin d’après-midi. Souper, soirée libre. Visitez notre NOUVEAU site Internet :

www.buchard.ch

4e jour ...........................Domaine de Kronplatz

Petit déjeuner buffet. Départ avec un guide accompagnateur pour le domaine skiable de Kronplatz dans la vallée du Pustertal. Première station de ski du Tyrol du Sud avec 100 km de pistes et 30 remontées mécaniques. Journée de ski. Dîner libre sur les pistes. Retour à l’hôtel en fin d’après-midi. Souper, soirée libre.

5e jour ..... Domaine de Latemar, Obereggen

Petit déjeuner buffet. Départ avec un guide accompagnateur pour le domaine skiable de Latemar, Obereggen, avec 40 km de pistes et 18 remontées mécaniques. Journée de ski. Dîner libre sur les pistes. Retour à l’hôtel en fin d’après-midi. Souper, soirée libre.

6e jour .............................. Domaine de La Plose

Petit déjeuner buffet. Départ avec un guide accompagnateur pour le domaine skiable de La Plose, avec 9 remontées mécaniques et 40 km de pistes. Sans oublier la Trametsch, la piste damée la plus longue du Haut-Adige, avec ses 9 km de long et 1400 m de dénivelé, un véritable défi pour tous les skieurs. Journée de ski avec dîner libre sur les pistes et retour à l’hôtel en fin d’après-midi - ou demi-journée de ski, dîner libre, retour à l’hôtel et après-midi libre pour profiter des installations de l’hôtel, visiter votre lieu de villégiature ou faire de la luge. Souper tyrolien et soirée danses tyroliennes.

7e jour.......................................Retour en Suisse

Petit déjeuner buffet. Départ pour le voyage retour. Repas de midi libre en cours de route. Arrivée en Suisse romande en fin d’après-midi.

9 au 15 janvier 13 au 19 février 16 au 22 janvier 20 au 26 février 23 au 29 janvier 27 févr. au 5 mars 30 janv. au 5 févr. 6 au 12 mars 6 au 12 février LIEUX DE DÉPART

Sierre - Sion - Leytron - Martigny Monthey - Chailly - Bulle - Fribourg La Chaux-de-Fonds - Boudevilliers - Neuchâtel Genève - Nyon - Morges - Lausanne INCLUS DANS LE PRIX

Voyage en car tout confort - air conditionné - frigo - W.-C. - vidéo - sièges inclinables - calepied - etc. » Le coup de fendant du patron à l’aller et au retour » Hôtel Löwenhof****, chambre double avec salle de bains, W.-C., etc. » Cocktail de bienvenue avec mignardises » Demi-pension » turc, sauna, bassin Kneipp, piscine chauffée dans la grotte avec cascade » Souper tyrolien et soirée danses tyroliennes » Guide accompagnateur pour les journées de ski » Peignoir de bain et sandales pendant le séjour » Boissons gratuites dans le car durant le voyage aller-retour NON INCLUS DANS LE PRIX

Les repas de midi » Les boissons aux repas » Le forfait Dolomiti Superski pour 5 jours » Assurance annulation et assistance obligatoire (sauf si vous êtes en possession du livret ETI ou d’une assurance similaire) » Supplément chambre individuelle

FORFAITS 5 JOURS DOLOMITI SUPERSKI (à payer sur place en espèces)

9/01 au 5/02/11 6/02 au 19/03/11 Adultes 5 jours...................................... 179,00 € env............203,00 € env. Retraités (nés avant le 27.11.1945) ..161,00 € env.............183,00 € env. Juniors (nés après le 27.11.1994).......125,00 € env.............142,00 € env.

Votre hôtel: Löwenhof**** à Bressanone, accueil attentionné, excellente table et un intérieur qui sort de l’ordinaire. Les chambres sont équipées de tout le confort, salle de bains, W.-C., sèche-cheveux, téléphone, TV satellite, radio, minibar, coffre-fort. Usage gratuit du centre de détente avec bain vapeur turc, sauna, bassin Kneipp, piscine chauffée dans la grotte avec cascade. Devises : euros / Passeport ou carte d’identité valable obligatoire

INSCRIPTIONS ET RÉSERVATIONS Une entreprise familiale à votre service depuis 1953 !

N°1 en Suisse romande

3 adresses pour mieux vous servir

[ VS ] Route de Saillon 13 - 1912 Leytron Tél. 027 306 22 30 - info@buchard.ch [ FR ] Rte de l’Aérodrome 21 - 1730 Ecuvillens Tél. 026 411 08 08 - ecuvillens@buchard.ch [ VD ] Route d’Aubonne 26 - 1188 Gimel Tél. 021 828 38 38 - gimel@buchard.ch


Graphologie Développement personnel Découvrez les secrets de votre personnalité

Notre graphologue étudiera les grandes lignes de votre écriture

Votre analyse gratuite Recopiez ce texte au stylo bille sans oublier de le signer

Amour Santé Chance Travail Réussite

Née d’un mouvement déterminé de la main, l’écriture résulte d’une impulsion émise par le cerveau, centre moteur de l’organisme qui conditionne l’exercice des facultés mentales, les émotions et les sensations. Ce dernier enregistre vos besoins, tendances, désirs et passions. Le mouvement responsable de la trace d’encre, qui correspond donc à une impulsion du cerveau, traduit à la fois la pensée, les remous intimes et la vie physique.

www.graphologie.com

Ne payez rien

Joignez seulement 4 timbres de 1.- à votre envoi pour frais de dossier. Offre réservée aux personnes majeures

Mme Adresse :

Mlle

M.

Nom :

Bon à découper et renvoyer à : Serubi Graphologie – PBM Rue de la Gare 2 – Case postale 170 1162 Saint-Prex

................................................................

Prénom :

...................................................................................

........................................................................................................................................................................................................................

Code postal :

...................

Localité :

Je suis né(e) le : . . . . . . . / . . . . . . . / 19. . . . . . .

....................................................................................................................

J’écris de la main

droite

gauche

Tél. :

...............................................

MMF 08/11/2010


112 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Ma semaine en Volvo V70 Cette grande routière aux allures de paquebot offre un confort de première classe à ses passagers. Idéale pour les longs trajets.

La boîte automatique

Les sièges

Equipés d’un syst ème de protection contre le coup du lapin, ils sont réglables électriq uement sur de nombreux plans. Trois positions pe uvent être mémorisées. Idéal si la voiture est ut ilisée par plusieurs personne s.

La boîte à six vitesses permet également d’intervenir sur le choix des vitesses. Utile lorsqu’on se trouve sur des routes en pente et qu’on ne souhaite pas freiner constamment

Le cofffree

nctionnel et coffre est fo le , es sé en p n Bie le, deux socl . Par exemp ux ie ac sp e ès d tr rme ans la platefo dissimulés d sieurs lu p nt se propo ses. La chargement ent astucieu em ng ra e d ectriquesolutions t assistée él es re ff co u porte d ression de sur simple p re uv o s’ et ment ande. la télécomm

EEt dans la vraie vie, c’est comment une Volvo V70?

Par Leïla Rölli, chroniqueuse automobile Cette semaine, j’ai eu le plaisir de tester un break un peu particulier. Le plaisir, ce n’est pas

exactement le sentiment que j’ai ressenti en découvrant ce véhicule… J’avais surtout peur de ne pouvoir le manœuvrer et de l’emboutir à chaque virage. Il faut dire que la V70 est longue. Très longue. Toutefois, j’ai pris mon courage à deux mains et embarqué dans ce qui avait tout d’un paquebot. Et la croisière…

fut plutôt agréable. Un confort de première classe: des sièges chauffants en cuir moelleux, un GPS avec télécommande, un volant au toucher satiné et pour apaiser mes craintes, une aide au parcage avec détecteur d’obstacle. Bien que cette dernière option me fût très utile, elle n’a malheureuse-

ment pas le pouvoir d’agrandir les places de stationnement… A de nombreuses reprises, j’ai dû renoncer à me garer en latéral alors qu’aux commandes d’une voiture de longueur «raisonnable» j’y serais arrivée sans difficulté. La contrainte de la taille a son importance, certes, mais j’étais loin d’imaginer qu’elle servirait


TEST VOLVO V70

Le tableau de bord

Très intuitif et facile d’utilis ation. L’intensité de l’affichage lu mineux varie automat iquement en fonction de la lumière exté rieure.

Le moteur Le moteur de la dernière V70 fait partie de la nouvelle génération de moteurs à essence qui allient performances et consommation réduite. De plus, l’énergie engendrée par le freinage est récupérée et transformée afin d’atténuer les émissions de CO2.

Fiche technique

m te od st èle é

195 200

180

160 167

m su oye iss nn e e

Emission de CO2 en g/km

120

son sens. Agréable et puissante, elle possède la tenue de route et les ressources nécessaires (203 ch turbo injection) pour faire oublier ses quelques kilos en trop. Mis à part son prix onéreux, la V70 est idéale pour les familles nomades ou pour les grands mangeurs de kilomètres adeptes du covoiturage.

80

ma nature casanière. Un soir d’automne, alors que j’avais rendezvous avec des amis, les parkings affichaient complet et les places XXL se faisaient rares. Je n’ai pas insisté. Je me suis trouvée si douillettement installée que j’ai préféré rentrer chez moi, à 70 km de là. Sur le chemin du retour, j’ai compris que c’est sur les longs parcours que la V70 prend tout

Volvo V70 2.0T Powershift Moteur / transmission: moteur 2.0T turbo à injection directe, 4 cylindres, 16 soupapes, 1999 cm3, 203 ch. Boîte automatique, 6 vitesses. Performance: 0-100 km/h = 8,9 s, vitesse de pointe: 225 km/h. Dimensions: Lxlxh = 482,3 cm x 186,1 cm x 154,7 cm. Poids à vide conducteur inclus: 1629 kg. Consommation: mixte: 8.4 l / 100 km Emission de CO2: 195 g/km. Prix: à partir de 61 000 francs.

| 113


*L’assortiment peut varier selon les coopératives Migros.

2.10 Le Brie 125 g

Les maîtres fromagers de Coeur de Lion ont choisi pour vous: Camembert et Brie, les deux grands fromages à pâte molle au goût typique. Un vrai délice, disponible en petit format.

2.90

Le Camembert 150 g

Coeur de Lion est en vente à votre Migros*

Amandine : la pomme de terre qui a le beurre à lʼintérieur...

En exclusivité dansdans votrevotre MIGROS En exclusivité MIGROS


115 |

OFFRE AUX LECTEURS

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

Vacances à la montagne

Passez un bel hiver en Haute-Engadine à prix doux! Interhome propose aux lecteurs de «Migros Magazine» un rabais de 100 francs sur la location d’appartements à Silvaplana.

Modalité de l’offre Interhome offre 100 francs de rabais sur tous les appartements de vacances de la résidence Margun à Silvaplana-Surlej (Haute-Engadine).

La résidence d’Interhome à Surlej jouit d’une situation centrale dans une région de sports d’hiver.

J

ouissant d’un fantastique panorama sur l’un des plus beaux paysages de Suisse, la localité de Surlej est en plus calme, ce qui en fait le lieu idéal pour accueillir les familles. Découvrez ce joli hameau de la commune de Silvaplana en Haute-Engadine en profitant d’un rabais de 100 francs sur la location d’un appartement de vacances. De la gare de Saint-Moritz, on rejoint Silvaplana en quelques minutes en bus. A Surlej, on trouve un magasin d’alimentation, une boulangerie et une boutique. Il y a aussi un office de poste, une banque, un restaurant ainsi qu’un bar. La résidence Margun Utoring d’Interhome occupe une situation

centrale dans la localité de Surlej. L’immeuble dispose d’un restaurant et d’un local pour ranger les skis. Des places de parc peuvent aussi être louées. D’autres magasins sont situés à seulement deux kilomètres. Un centre thermal est éloigné de 15 kilomètres du hameau. Tout près de la résidence, à 50 m, est installée une école de ski accueillant les enfant dès 4 ans. A côté des pistes.

350 kilomètres de pistes de ski

Sur place, huit remontées mécaniques sont à disposition des sportifs. En comptant celles des alentours, l’offre s’élève à 58 remontées mécaniques donnant

accès à 88 pistes de ski d’une longueur totale de 350 km. La région dispose encore de pistes de snowboard, de snowpark et de halfpipe. La région constitue un paradis aussi pour le ski de randonnée, la randonnée, la luge et le patin à glace, activité à pratiquer sur une surface naturelle ou artificielle. A faire également: curling, golf d’hiver, tennis et squash. A noter que le magasin Corviglia Sport Shop à Saint-Moritz offre aux hôtes d’Interhome et d’Utoring 10% de réduction pour la location de ski et snowboard et 10% de réduction pour les vêtements et équipement.

Validité: Le rabais s’applique à toutes les nouvelles réservations effectuées du 8 au 30 novembre 2010 concernant des séjours d’au moins une semaine entre le 4 décembre 2010 et le 29 janvier 2011. L’offre n’est pas cumulable avec d’autres rabais. Offres supplémentaires: En réservant cette offre, vous pouvez en plus obtenir un forfait ski pour toute la Haute-Engadine avec 10% de rabais. Un bon de consommation pour le restaurant est inclus dans le prix de location. Réservations par internet: www.interhome.ch/ offre-margun Inscrivez le code de réduction PROFIT après avoir indiqué vos données personnelles. Réservations par téléphone ou e-mail: Lors de la réservation, mentionnez le code de réduction PROFIT. Téléphone 0840 84 88 88 E-mail: info@interhome.ch


Vacances Anzère /VS: Fr. 399.– Hôtel Zodiaque

    

Rabais enfants, forfait 4 nuitĂŠes demi-pension, entre di et ve, 4 journĂŠes Ă ski Valable toute la saison sauf 25.12. - 08.01.11 et 19.02. - 12.03.11 TĂŠl. 027 399 16 16 info@anzere-vacances.ch

Entreprises Avant de jeter votre vieux salon,

demandez-nous une offre! Parce que le recouvrement du rembourrage vaut presque toujours la peine. Nous recouvrons Êgalement votre ancien salon d’Êtoffe ou de vÊritable cuir nappa. Service express en 10 jours seulement. Salon de remplacement gratuit. Garantie 10 ans. Conseils à domicile, aussi le soir, dans toute la Suisse. Demandez nos Êchantillons et dÊcouvrez notre assortiment de rêve. Atelier de rembourrage I tÊl. 079 403 39 93 Schoffelgasse 3 I 8001 Zßrich

Formation

ÂŤLe numĂŠro 1 des ĂŠcoles professionnelles Beauty de SuisseÂť

                 



      

Il Êtait une fois un hôtel-restaurant‌

SÊjour Romance dès 250.- p.p. Accueil au champagne dans la chambre Libre accès à notre espace dÊtente Menu gastronomique dans notre restaurant Une nuitÊe avec petit-dÊjeuner buffet

1348 Le Brassus •TÊl. 021 845 08 45 • www.leshorlogers.ch

L’offre de la semaine:

Nadine Strittmatter

www.dobi.ch ¡ T 062 855 22 44

ACTION 30% DE RÉDUCTION VALABLE DU 2.11 AU 15.11.2010 SUR TOUS LES PRODUITS WILKINSON

5.95de 8.50 au lieu

p. ex. Xtreme 3 Sensitive Rasoir jetable en lot de 4+2

www.wilkinson-sword.ch

13.9de019.90 au lieu

p. ex. rasoir Quattro Titanium Precision e avec tondeuse intĂŠgrĂŠ

Wilkinson est en vente Ă votre Migros


MOTS FLÉCHÉS

Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

INSCRIPTION NERVEUX

A gagner

5 bons d’achat Migros d’une valeur de 100 francs chacun.

COPAIN SIGLE D’ INSTITUT

VOLCAN STÉRILES

MÉTICULEUSES FONDÂTES

TÉMOINS ARTICLE CONTRACTÉ

GROS TITRE EN YOU1 GOSLAVIE

6

DOUTER LAIZE

RÈGLE PLATE ÉPAIS

Par courrier (courrier A): Migros Magazine, Mots fléchés, CP, 8957 Spreitenbach Par courriel: www.migrosmagazine.ch/motsfleches Par SMS: envoyez MMF puis la solution au numéro 919 (Fr. 1.-/SMS ) Par téléphone: composez le 0901 567 568 (Fr. 1.-/appel, tarif depuis un réseau fixe) et communiquez la solution ainsi que votre adresse sur le répondeur. Délai: votre carte postale, votre courrier électronique ou votre appel doit nous parvenir au plus tard dimanche 14 novembre 2010, à 18 heures. * E * H * S * A * O * U * O *

I M P E R T I N E N T S * B I

* B O U E U S E * C R E T E S

L A U R A C E E S * I R A I S

* O * O * R R A S S I L L E U T E E * R Monte-escaliers * www.hoegglift.ch V * O * D * P * O * A I * R U M P O N N * E R E I U E * E S HÖGG Liftsysteme AG CH-9620 Lichtensteig Tel. 071 987 66 80

P O S I T I O N N E R I O N S

* N E M A T O D E * A L I T E

A S S E N E * E T E T E R A S

Solution Problème n° 44

Mot: bien-être

Gagnants Mots fléchés n° 43

Sophie Wuthrich, Courrendlin (JU); Manuel Voirol, Sion (VS); Denise Auberger, Clarens (VD); Madeleine Bernardo, Arconciel (FR); Richard Audemars, Bulle (FR).

2

12 XÉNON

Comment participer:

| 117

AXA BRUIT INCONGRU SOÛL

PETITS OS

BAIE BELLES BALLES

9

MÉLODIE SAISON NANTI

5 GRANDE ÉCOLE TEST

ÉLIMA LUI

www.saison.ch

COMIQUE TEENAGER

PLUS MAL

COURROIES

7 EXISTENCES

TERRE GLAISE TROUBLÉS

4 TRÈS COURT DIEU

10

OCÉAN

3 INTOXICATIONS NEIGE

COURT COURS

NOTE

TAUX EXCESSIFS

8 CENTAURE

AIGRI

11

© Alain Dubois

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

IMPRESSUM MIGROS Magazine Construire case postale 1751, 8031 Zurich Hebdomadaire du capital à but social www.migrosmagazine.ch

Projets et évenements: Eve Baumann (responsable), Denise Eyholzer Rédaction: redaction@migrosmagazine.ch Téléphone: 044 447 37 37 Fax: 044 447 36 02

Tirage contrôlé: 502 316 exemplaires (REMP octobre 2010) Lecteurs: 583 000 (REMP, MACH Basic 2010-2)

Rédacteur en chef: Steve Gaspoz Rédacteur en chef adjoint: Alain Kouo

Direction des publications: Monica Glisenti Direction de Limmatdruck SA: Jean-Pierre Pfister Directeur des médias Migros: Lorenz Bruegger

Publicité

Département Magazine: Patricia Brambilla, Laurence Caille, Céline Fontannaz Mélanie Haab, Virginie Jobé, Pierre Léderrey, Laurent Nicolet, Alain Portner

Département Actualités Migros: Daniel Sidler (responsable), Pierre Wuthrich (coordinateur pour la Suisse romande), Béatrice Eigenmann, Andreas Dürrenberger, Florianne Munier, Christoph Petermann, Daniel Sägesser, Michael West Département Shopping & Food: Jacqueline Jane Bartels (responsable), Eveline Schmid (adj.), Heidi Bacchilega, Anna Bürgin, Tina Gut, Dora Horvath, Martin Jenni, Sonja Leissing, Fatima Nezirevic, Nicole Ochsenbein Anna-Katharina Ris Mise en pages: Daniel Eggspühler (responsable), Werner Gämperli (adj.) Layout: Marlyse Flückiger,

Nicole Gut, Bruno Hildbrand, Gabriela Masciadri, Tatiana Vergara Photolithographie: René Feller, Martin Frank, Reto Mainetti Prépresse: Peter Bleichenbacher, Marcel Gerber, Felicitas Hering Service photo: Tobias Gysi (responsable), Christina Rohner (resp. pour la Suisse romande), Cornelia Beutler, Anton J. Erni, Franziska Ming, Susanne Oberli, Olivier Paky, Mirko Ries Correction: Paul-André Loye Internet: Laurence Caille

Secrétariat: Stefanie Zweifel (responsable), Imelda Catovic Simone, Doris Fischer, Nadja Eppenberger, Sylvia Steiner Département des éditions: edition@migrosmagazine.ch Téléphone: 044 447 37 70 Fax: 044 447 37 34 Bernt Maulaz (chef du département), Nadia Falce Abonnements: abo@migrosmagazine.ch Sonja Frick (responsable), Téléphone: 044 447 36 36 Fax: 044 447 36 24 Annonces: annonces@migrosmagazine.ch Téléphone: 044 447 37 50 Fax: 044 447 37 47

Stephan Gartenmann (responsable), Thomas Brügger, Nicole Costa, Yves Golaz, Hans Reusser, Kurt Schmid Service Interne: Nicole Thalmann (responsable), Verena De Franco, Janine Meyer, Danielle Schneider, Jasmine Steinmann Marketing: Jrene Shirazi (responsable), Simone Saner Media Services: Patrick Rohner (responsable), Eliane Rosenast Editeur: Fédération des coopératives Migros IMPRIMERIE Centre d’impression Edipresse, 1030 Bussigny


118 | Migros Magazine 45, 8 novembre 2010

La dame aux manteaux

Bricoleuse, inventive, rêveuse, Laetitia Porqueddu embellit les manteaux, en leur brodant des univers de contes et de feutrine. Descente dans son atelier à Lausanne.

S

es manteaux ressemblent à des tableaux. Ou à des couvertures de livres pour enfants. En tout cas, ils racontent des histoires. Avec des maisons de feutrine qui dansent sous les étoiles, des trains bleus qui ondulent, de grandes fleurs multicolores sur fond de nuit. Quant aux elfes et aux sorcières, ils ne sont jamais loin. Oui, Laetitia Porqueddu, 38 ans, a des doigts de fée et une imagination féconde. Une école d’art au Portugal, où elle a vécu dix ans, un retour en Suisse où elle épouse son premier amour et la voilà mère au foyer à Lausanne, mais pas inactive puisque, depuis deux ans, elle confectionne ces manteaux enchantés. «Je ne suis pas du tout une couturière. En fait, j’achète des manteaux de bonne qualité, en trois coloris, coupés droit ou évasés, et je les customise aux goûts des clients. Si on me commande des escargots ou des éléphants, je m’y mets!» L’idée de départ? Un pardessus acheté à sa fille, qu’elle trouvait particulièrement joli avec ses broderies. Du coup, elle décide de personnaliser son vieux manteau noir à elle avec de la feutrine. «J’ai eu des compliments tout l’hiver!» Début 2009, c’est décidé, elle s’attelle sérieusement à la confection. Installe son atelier au sous-sol de sa maison et investit dans le matériel nécessaire. Bricoleuse, magicienne, créative. Laetitia Porqueddu a toujours inventé des bijoux fantaisie, personnalisé ses habits et son intérieur. Mais avec les manteaux Sapristi, la jeune femme fait un pas vers la professionnalisation. Il lui suffit d’un poinçon à feutrine et de fils de laine pour inventer des décors, des univers touchants et naïfs, dont elle pare les étoffes. Grands arbres, sous-bois, hirondelles, elle découpe, coud, feutre

CCarte d’identité Laetitia Porqueddu, La créatrice cr sur tissu Na Naissance: le 22 décembre 1972 à Lausanne. Et civil: mariée, une fille de 3 ans Etat et une deuxième en préparation. Signes particuliers: enthousiaste, pleine de joie de vivre, imaginative. Elle aime: les échanges humains, tout ce qui est beau, les petits gobelets de chocolat remplis de double crème. Elle n’aime pas: l’égoïsme, l’injustice, les lumières artificielles tôt le matin, la viande et le café. Un grand rêve: suivre un cours de souffleur de verre. Ou parcourir le monde, aller marcher sur des volcans, plonger dans les fonds marins de la barrière de corail australienne ou dans les tréfonds de l’Inde. Vivre des voyages comme des électrochocs, rechercher les extrêmes pour se retrouver seul face à soi-même.

ses motifs au creux des songes, quand sa fille dort, entre 21 h et 2 h du matin. Il lui faut entre quinze et vingt heures pour faire un manteau, autant de modèles uniques, «avec leur âme, leur histoire, leur nom». Oui, car chaque pièce reçoit un titre poétique, comme Souffle elfique, Yourte dans la plaine, Délicieuses bulles ou La nuit tous les chats sont gris… «Le nom apparaît parfois avant, pendant ou après la création. En tout cas, ils sont tous faits avec amour.» A ce jour, elle a réalisé une douzaine de manteaux, pour la plupart déjà vendus. Et s’attelle à toute aiguille à la collection d’hiver. Pas pour elle, mais apporter du rêve aux autres. «Je porte toujours ma vieille pelisse noire, je n’ai pas eu le temps de m’en faire une neuve!» Patricia Brambilla Photos Céline Michel

www.sapristii.ch

MA CRÉATION PRÉFÉRÉE

«Celui-là s’appelle «Spirales infernales». C’était une commande. J’ai choisi les couleurs, la feutrine, mais c’est la cliente qui a voulu les spirales. Ça tombait bien, ce sont des formes que j’aime beaucoup aussi. Elles expriment le retour à l’intérieur de soi, une façon de se recentrer.»


RÉUSSITE LAETITIA PORQUEDDU

| 119

MES INDISPENSABLES «Mes feutrines, de toutes les couleurs, mais assez compactes, sinon elles se défont au moment de la couture. Et je tiens à ce que ce soit résistant et bien fait. Quant aux boutons, je les fabrique moi-même en pâte Fimo. Ils sont très solides et je les trouve plus jolis que les laqués d’origine.»

MON ANIMAL DE COMPAGNIE MA PASSION «Mon moteur, c’est la créativité, concrétiser toutes les idées qui me viennent. Je ne fais pas que des manteaux, même si c’est mon produit de base. J’ai envie de varier, je suis débordante d’idées et j’ai envie de toutes les réaliser. Pourquoi pas des lampes et des coussins?»

«J’en ai deux. «P’tilou», un croisé chihuahua bichon, ultra-nerveux et anxieux, et «Calypso», une vieille chatte assez calme et discrète. Mon mari avait le chat, le chien est notre premier bébé. Aujourd’hui, ils cohabitent très bien… mais c’est le chat qui commande!»

MON PÉCHÉ MIGNON

«J’adore les sushis. Une copine brésilienne m’a appris à les faire. Ce n’est pas compliqué, mais très minutieux. Je fais surtout les makis avec l’algue autour, le riz, du concombre, du saumon ou des œufs de truite.»

MON HOBBY

«Le yoga. J’en fais depuis cinq ans et je pratique deux fois par semaine, surtout si je suis stressée ou que j’ai mal au dos. C’est un temps et un espace pour moi, pour me rééquilibrer et vivre uniquement l’instant présent. Après je me sens remise à neuf et pleine de nouvelles disponibilités pour ma fille.»


REMERCIEZ VOTRE BONNE ÉTOILE! MGB www.migros.ch W

PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 9.11 AU 15.11.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

40%

12.–

au lieu de 20.40

Saumon fumé de l’Atlantique, 300 g d’élevage, Norvège

CARPACCIO DE SAUMON FUMÉ ET BLINIS Recette pour 4 personnes

INGRÉDIENTS: 180 g de farine d’épeautre claire, 1 cc de levure sèche, ½ cc de sel, 1 œuf, 2,5 dl de lait, 2 cs de beurre à rôtir, 300 g de saumon fumé de l’Atlantique, ½ citron, 1 botte de ciboulette, 1 cs d’huile d’olive, poivre, 4 cs de demi-crème acidulée, des câpres selon l’envie. PRÉPARATION: pour les blinis, mélanger la farine et la levure. Ajouter le sel, l’œuf, le lait, puis mélanger le tout en pâte lisse. Laisser reposer 1 h. Faire chauffer un peu de beurre à rôtir dans une poêle antiadhésive. Pour chaque blini, verser env. 2 cs de pâte et les étaler en une galette d’env. 5 cm. Faire dorer les blinis 2–3 min à chaleur moyenne. Les garder au chaud dans le four. Etaler le saumon fumé dans les assiettes. Couper le citron en quartiers. Garnir le carpaccio de citron, ciboulette, quelques gouttes d’huile d’olive, poivre, crème et de câpres selon l’envie. Servir accompagné de blinis.

Câpres 65 g 1.80

Demi-crème acidulée 180 g 1.30

Farine d’épeautre à l’ancienne claire TerraSuisse 1 kg 3.60

Migros Magazin 45 2010 f VD  

SOLIDARITÉÉ EXTRAEXTRA N O 45, 8 NOVEMBRE 2010 Changements d’adresse: à la poste ou au registre des coopérateurs, tél. 058 565 84 01 E-Mail:...