Page 1

SÉRIE D’ÉTÉ 18

Suisse-France-Allemagne: Bâle, la réussite transfrontalière.

Edition Aar, JAA 3321 Schönbühl-Shoppyland

www.migrosmagazine.ch, CONSTRUIRE

NO 31, 2 AOÛT 2010

SOCIÉTÉ 12

Maître Barillon, un bon maître

Photos François Wavre-Rezo / Keystone

Le célèbre avocat tout comme d’autres personnalités romandes disent leur amour pour les chiens.

ACTUALITÉ MIGROS 51

Cap sur la détente avec Migros et les transports publics. EN MAGASIN 52

Un brunch au fil de l’eau.

Changements d’adresse: à la poste ou au registre des coopérateurs, tél. 058 565 84 01 E-Mail: serviceabo@gmaare.migros.ch


MAINTENANT À VOTRE MIG PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES

LA SUISSE EN0.7 FauÊ23T.8E.20!10 Du 2

1.35

au lieu de 1.70

20 % de réduction sur le Tilsit surchoix, les 100 g

2.70 Plateau de fromages surchoix per 100 g

40%

9.90

au lieu de 16.50

Boules de chocolat Frey, Giandor, Lait extrafin ou assorties, en sachet de 750 g p. ex. assorties 750 g

Société coopérative Migros Genève * Vendredi et samedi seulement.

5.75

au lieu de 7.20

20 % de réduction sur tout l’assortiment de chocolat Frey Swiss, à l’exception des emballages géants et multiples p. ex. tablettes souvenir, 3 x 100 g

6.80

Eimalzin le sachet de 500 g


ROS: LES SEMAINES SUISSES! DU 3.8 AU 9.8.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

7.90

au lieu de 9.90

0.60

Yogourt M-Classic pomme/mangue 180 g

4.30

Mûres, Suisse la barquette de 250 g

20 % de réduction sur la viande des Grisons prétranchée,Suisse 110 g

33%

5.80

Tomates cerises en grappe, Suisse la barquette de 500 g

6.70

au lieu de 10.10

Confitures Extra en lot de 3 framboises/ abricot/fraises 3 x 500 g

30%

2.25

3.30

Tresse au beurre TerraSuisse* 500 g

au lieu de 3.25

Tous les jus nectars et smoothies Sarasay p. ex. Florida Orange 1 litre

4.–

Pâté maison Rapelli prétranché Suisse les 100 g


4 | Migros Magazine 31, 2 août 2010

ÉDITORIAL Steve Gaspoz, rédacteur en chef

A chacun sa bête Il y a ceux qui aiment les chiens et ceux qui aiment les chats. Aussi

irrationnel que cela soit, il apparaît quasi impossible de concilier les deux. Pourquoi? Nul ne sait réellement. D’ailleurs dans notre sondage sur internet, vous êtes 36% à avoir déclaré préférer les chats aux chiens et seulement 9% à n’apprécier ni l’un ni l’autre. Dans ce numéro, nous avons pris le parti de ne nous intéresser qu’à la première catégorie de personnes, ceux qui apprécient les chiens, quitte à laisser de côté près de la moitié de nos lecteurs.

M-Infoline: tél. 0848 84 0848* ou +41 44 444 72 85 (depuis l’étranger). m-infoline@migros.ch; www.migros.ch M-CUMULUS: tél. 0848 85 0848* ou +41 44 444 88 44 (depuis l’étranger). m-cumulus@migros.ch; www.m-cumulus.ch Adresse de la rédaction: C. p. 1751, 8031 Zurich, tél. 044 447 37 37, fax 044 447 36 02 redaction@migrosmagazine.ch; www.migrosmagazine.ch

Des chiens, il y en aurait près d’un demi-million à travers le pays.

Parmi eux, des gros, des petits, des grands, des bruyants, des beaux, des forts, des fourbes, bref de tous les styles et donc pour tous les goûts (mis à part pour les amateurs de chats). Autant dire qu’il ne vole pas sa réputation de meilleur ami de l’homme. Et comme les amis ne courent pas les rues, c’est avec soin que chacun choisit son toutou. D’après son caractère, son apparence, sa race, l’image qu’il renvoie, ou mille et une autres bonnes raisons. Le tout avec l’unique souci de trouver la combinaison miracle. Qui se

Photos et illustration Carine Roth-arkive.ch / Nicolas Righetti-Rezo / LDD/ Christian Lindemann

* tarif local

ressemble s’assemble, dit-on des couples. Certainement un peu fort pour les binômes humain-canidé, mais pas totalement ridicule. Certes, tous les propriétaires de fox terrier ne sont pas des excités de petite taille et les amateurs de bouvier bernois de sympathiques gros nounours, mais qui n’a jamais été frappé par une étrange similitude de comportement ou de traits physiques entre un chien et son maître? Quatre Romands confient en page 12 comment ils ont choisi leur ami à quatre pattes et pourquoi ils le chérissent.

Quelques pages plus loin, c’est aux oiseaux marins que nous nous sommes intéressés. La catastrophe pétrolière du golfe du

Mexique nous a abreuvés d’images tragiques de volatiles mazoutés à l’agonie. Chaque année, ils sont des milliers à travers la planète à vivre la même fin misérable à cause de la négligence humaine. En vous rendant à la page 78, vous découvrirez le fonctionnement de l’un des plus grands centres internationaux de réhabilitation des oiseaux marins en Afrique du Sud.

steve.gaspoz@migrosmagazine.ch

RÉUSSITE 86 Le Morgien d’adoption Philippe Dionigi a une passion particulière: il fige à l’encre de Chine les propriétaires de Harley Davidson et leurs machines. Rencontre.


CETTE SEMAINE MIEUX VIVRE 73

EN CUISINE 60 A l’occasion de l’année Chopin, la pianiste Elizabeth Sombart sort un coffret dédié au compositeur et prépare pour «Migros Magazine» un délicieux dessert: une couronne de Chopin.

La tradition d’enterrer sa vie de garçon ou de jeune fille est toujours très vive. Tour d’horizon des choses à faire et à ne pas faire.

RÉCITS Société

Tel chien, tel maître? Comment choisit-on son toutou? L’avis de quatre personnalités romandes.

VOTRE RÉGION

12

18

Reportage

22

La Bibliothèque nationale sur la voie de la numérisation.

26

Paysannerie

32

Normes sociales

35

L’engagement de Migros pour un monde équitable.

Tour de Suisse

Quatre excursions détente sélectionnées pour vous.

51

En Afrique du Sud, dans un centre spécialisé, des bénévoles soignent des oiseaux blessés ou mazoutés. Reportage.

52 56

CUISINE DE SAISON Elizabeth Sombart

Publicité

C’est ici que se rencontre toute la Suisse. A prix avantageux.

Animaux

78

Grandir

82

La sophrologie pour les petits.

Migros Flash Vous et nous Temps présents Mots fléchés / Impressum

60

6 9 10 85

RÉUSSITE

Philippe Dionigi

Le dessinateur de Harley.

EN MAGASIN Un brunch au fil de l’eau La renaissance de l’épeautre

73

RUBRIQUES

ACTUALITÉ MIGROS A la rencontre d’un éleveur suisse d’autruches.

67

Mieux vivre

Les enterrements de vie de jeune fille / de garçon. Afrique du Sud: un centre pour volatiles en détresse.

ENTRETIEN Alain Tanner

Les informations de votre coopérative régionale

VIE PRATIQUE

Série d’été

Bâle, la réussite transfrontalière.

ANIMAUX 78

|5

86


6 | Migros Magazine 31, 2 août 2010

Quand les enfants testent les glaces Migros

NEWS LE CHIFFRE DE LA SEMAINE

1 300 000

Les pics de chaleur de la première moitié du mois de juillet ont eu un effet direct sur le développement du chiffre d’affaires de certains produits Migros. Ainsi, en une seule semaine, le distributeur a vendu près de 1,3 million de glaces. Il faut remonter à la canicule de 2003 pour retrouver pareils chiffres.

Midor, le glacier Migros, a invité plus ster d’une centaine d’écoliers à venir déguster d’éventuelles nouvelles spécialités. Car qui de mieux qu’un enfant sait le goût que doit avoir une glace?

Le Pour-cent culturel Migros et Caritas main dans la main Le Pour-cent culturel Migros et Caritas Suisse ont décidé d’unir leurs forces. Désormais, les détenteurs de la CarteCulture de l’association caritative pourront bénéficier de réductions sur différentes offres culturelles parrainées par l’institution Migros. De plus, lors d’une phase d’essai qui a débuté le 1er août 2010, les titulaires de ladite carte se verront accorder un rabais de 50% sur les cours de l’Ecole-club Migros, pour autant que les frais d’écolage ne dépassent pas 1000 francs. En Suisse romande, la CarteCulture est actuellement disponible à Fribourg et dans les environs. Caritas prévoit d’étendre sa zone de validité à d’autres régions.

L

es enfants sont incorruptibles. Pour eux, c’est bon ou ça ne l’est pas», résume Stefan Eberle, de Midor SA, l’entreprise Migros élaborant les glaces du distributeur. Pour la sixième fois, il a donc invité des écoliers à venir tester de nouvelles spécialités. C’est connu, les enfants aiment les bonbons acidulés, mais transposés en bâtons glacés, ces arômes plaisent-ils encore aux jeunes dégustateurs. Et que penseront-ils de cette nouveauté à l’ananas et à la fraise?

www.carteculture.ch

Le nouveau sac Migros bientôt là Les sacs arborant les œuvres des enfants qui ont remporté le concours de dessin ayant pour thème la biodiversité connaissent un grand succès: plus de la moitié des 300 000 cabas ont déjà trouvé preneur. Dès la semaine prochaine, un nouveau modèle viendra compléter la collection: sur ce sac édité à 100 000 exemplaires, les dessins de vingt-quatre autres dessinateurs en herbe ont été imprimés.

LE PRODUIT FRAIS DE LA SEMAINE

MIGROS

Avec le label «C02», Migros distingue les articles de son assortiment présentant le meilleur bilan climatique. Désormais, les sachets de poudre Handymatic peuvent arborer fièrement ce logo. En effet, l’organisation indépendante Climatop a démontré que l’empreinte climatique de cet article était 25% plus faible que celle d’un autre produit de vaisselle. Pour parvenir à cette conclusion, le cycle de vie (soit de la fabrication des substances actives à l’élimination des emballages et des eaux usées en passant par l’élaboration du produit vaisselle, son transport et son utilisation) de plusieurs détergents a été pris en compte. Si les sachets de poudre Handymatic font si bonne figure, c’est surtout parce qu’ils sont efficaces à basse température. www.migros.ch/CO2champion

Photos Martina Laco, Angela Koch, bab.ch/stockfood

Un produit de vaisselle écologique

A consommer sans modération Liquide restant après avoir élaboré le beurre et enrichi par la suite de ferments lactiques supplémentaires, le babeurre distille un goût légèrement acidulé et étanche la soif. Pauvre en matière grasse (maximum 1%), il affiche seulement 35 calories par 100 ml et est riche en calcium, protéine et vitamine B2. A boire nature ou mixé avec des fruits.

Malgré une euphorie rie certaine, les écoliers ont pris leur rôle trèss à cœur. C’est qu’il fallait à la fois noter la saveur et la consisstance du produit. L’enjeu était de taille: la glace ayant remporté la meilleure note sera disponible l’année prochainee ins dans les magasins Migros.


MIGROS FLASH

|7

Pour l’excellence au quotidien

Migros Premium, la dernière des lignes Migros, est synonyme de produits de haute qualité proposés à bon prix. Elle se compose d’articles des secteurs Epicerie et Produits frais du distributeur qui ont été regroupés sous une appellation commune et dont le prix est resté inchangé. Les premières références Migros Premium ont fait leur apparition à la mi-avril. Aujourd’hui, la gamme compte une vingtaine d’articles, tels des mini-légumes, un tartare de bœuf (surgelé) ou une pâte feuilletée au beurre. Si environ nonante produits arboreront le nouveau visuel d’ici à la fin de cette année, l’assortiment comptera près de trois cent cinquante articles d’ici à fin 2011. Migros Premium est disponible dans les magasins Migros, sur LeShop.ch et dans les Migrolino. www.migros.ch/premium

Les enfants ont noté avec soin les nouvelles glaces Midor.

Un triathlon personnel, c’est trois fois plus de plaisir! En combinant différents tronçons de SuisseMobile, vous pourrez aisément organiser un triathlon personnalisé. Et tant pis si l’ordre des disciplines diffère quelque peu. Dans la région du lac des Quatre-Cantons, par exemple, SuisseMobile propose un itinéraire qui convient aussi aux familles. 1. Randonnée: le départ est donné à Werthenstein (LU), facilement accessible en train. Le tronçon 26 de la Via Jacobi vous mène jusqu’à Willisau (14 km) en passant notamment par un pont en bois couvert datant de 1775.

avoir pédalé durant 37 km à travers une nature magnifique, vous arrivez à Lucerne. 3. Natation:

Soyez actif avec SuisseMobile. 2. A vélo: arrivés à Willisau, vous prenez possession de vos vélos (préalablement réservés) à la gare BLS. L’itinéraire (tronçon 2 Luzerner Hinterland – Rigi) longe entre autres un étang naturel protégé. Après

lorsque les vélos ont été déposés à la gare, vous pouvez enfin plonger dans le lac. Lucerne propose de très belles plages (Lido, Seebad, plage du Tribschen). En tant que partenaire officiel de SuisseMobile, Migros participe à l’entretien des plus beaux itinéraires du pays. www.migros.ch/suissemobile


NO UV EA U

with

Rexona

natural naturalmineral

48h Protection déo. Laisse respirer votre peau

Achat minimal: Fr. 5.60 Valable du 3.8. au 16.8.2010

VALEUR FR.

2.50

RABAIS

Rexona Natural Mineral (Variantes Fresh & Pure)

Utilisable dans les plus grands magasins Migros de Suisse. 1 coupon de rabais par offre sera accepté. Non cumulable avec d’autres coupons.

Contient des minéraux naturels Laisse respirer la peau

Osez. Découvrez la nature.

Rexona est en vente à votre Migros


VOUS ET NOUS

Migros Magazine 31, 2 août 2010

|9

«Les tâches obsolètes sont souvent l’épine dorsale des organisations» Michel Grosbois «Migros Magazine» no 28 du 12 juillet. A propos de «Sur le vif» - La fin du citoyen-soldat?

«Chaque pays a une armée»

Je ne connais pas l’expérience militaire vécue de Luc Recordon pour se permettre d’évoquer des tâches obsolètes au sein de l’armée. C’est un peu comme dans un hôpital, si nous ne considérions que les médecins et pas le service de nettoyage. Les tâches obsolètes sont souvent l’épine dorsale des organisations qu’elles soient militaires ou pas. Quant à une hypothétique menace, M. Recordon a sans

doute raison. Hélas l’histoire de notre civilisation, et pas seulement celle de la Confédération, a démontré le côté fragile d’une période de paix. (…) Toutefois, il ne faut pas confondre volontariat et obligation de servir. (…) Servir, c’est «s’acquitter de certains devoirs», nous vivons dans un système social où cette tâche existe. Qui plus est, celle-ci est particulière à notre Etat fédéral, car il fait confiance au citoyen en lui accordant la responsabilité de son matériel, chose assez unique de par le monde. (…) Il s’agit d’une chose extraordinaire, cette confiance entre le peuple «armé» et son fédéralisme. Le jour où nous

perdrons cela, nous effacerons un lien entre le peuple et le gouvernement. (…) Pour clôturer ma réponse, je terminerai en disant que chaque pays a une armée sur son territoire, si ce n’est pas la sienne, c’est celle d’un autre pays.

Michel Grosbois, Gland

«Pas que des ouvriers!»

Ainsi, Luc Recordon trouve l’armée «obsolète», alors qu’il a lui-même des idées reçues dépassées sur cette institution (...). Non, il n’y a pas que des

juristes dans l’artillerie. Et ayant servi dans l’infanterie, je peux confirmer qu’on n’y met pas que des ouvriers, puisque, moi-même étudiant en Lettres, j’y ai côtoyé des étudiants en droit (puis des avocats) ainsi que des menuisiers et déménageurs: c’est donc bien un ciment social, n’en déplaise à Luc Recordon. Dans l’infanterie il y a même pléthore d’étudiants, car on ne sait pas où les mettre ailleurs! Et dans l’aviation, arme sophistiquée par excellence, une de mes connaissances qui y a servi est agent d’assurances avec une formation de peintre en bâtiment. Jan Imhof,

Genève

Ecrivez-nous! Un article de «Migros Magazine» vous fait réagir? Ecrivez-nous en mentionnant clairement vos nom, prénom, adresse et numéro de téléphone: Migros Magazine, Boîte aux lettres, case postale 1751, 8031 Zurich; redaction@migrosmagazine.ch Publicité

ACTION

OFFRES VALABLES SEULEMENT DU 3.8. AU 16.8.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

50%

7.20

au lieu de 14.40

Girl Tropical Power

Natural Extracts* 2 in 1

Sport Defence*

Rexona gel douche Tropical Power Quattro, 2in1 Quattro, Sport Quattro,Natural Extracts Quattro, Sport Defence Quattro 4 x 250 ml

Sport * Disponibles dans les plus grand magasins Migros

Rexona est en vente à votre Migros


10 | Migros Magazine 31, 2 août 2010

SUR LE VIF

Verrouillez vos voitures! En juin, des dizaines de voitures ont été visitées ou volées en Suisse romande. Leur point commun: elles n’avaient pas été verrouillées. Le point avec Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police cantonale vaudoise. Les vols sans effraction, un phénomène courant?

Oui, on traite ce genre de cas régulièrement. Les statistiques 2009 du canton de Vaud montrent que sur 2869 vols dans des véhicules, 950 concernaient des voitures non verrouillées. Il s’agit donc toujours du fait de bandes?

Non. On parle aussi de délit d’occasion. Une personne isolée se promène dans un parking, essaie d’ouvrir toutes les voitures sur une rangée, en trouve une non verrouillée… Mais à quoi pensent donc les gens qui ne ferment pas leurs portières à clé!

On peut mettre ça sur le compte de la négligence. Soit ils oublient de verrouiller leur véhicule, soit

ils s’imaginent qu’ils ne risquent rien. Selon la LCR, ils sont pourtant tenus de se prémunir contre une utilisation illicite de leur voiture. Si celle-ci est impliquée dans un accident, le propriétaire peut être sanctionné. Constate-t-on également beaucoup de vols aux feux rouges?

Ce genre de vol à l’astuce, où par exemple le délinquant dérobe un sac sur le siège passager pendant qu’un complice distrait le conducteur, est assez courant. Sans tomber dans la parano, il faut rester prudent. Des précautions simples peuvent être prises pour éviter de faciliter le travail des voleurs, comme verrouiller ses portières même lorsqu’on roule et ne pas laisser ses valeurs en évidence. Propos recueillis par Tania Araman

TRAIT POUR TRAIT

IMPULSIONS

Dessin de Mix & Remix paru dans «L’Hebdo» du 29 juillet 2010

Jean Ammann, journaliste et chroniqueur «La Liberté».

La rage de dent: un luxe Sur le dos, la gueule ouverte, les branchies béantes, dans la position glorieuse du poisson agonisant, il me vint une réflexion saugrenue: le mal aux dents est-il un luxe, un caprice ou un loisir? Car si le mal aux dents n’est rien de tout ça, pourquoi n’est-il pas pris en charge par les assurances maladie? On dirait que le système de santé considère le mal aux dents

comme une opération esthétique: le Suisse soigne ses caries comme d’autres se font retendre la peau du cou, par coquetterie. Or, on choisit rarement d’avoir mal aux dents. Tiens! Aujourd’hui, je vais avoir mal aux dents: un bon abcès, une bonne éruption de sagesse dentaire ou un vieux plombage à faire sauter, voilà qui meublera mon lundi.


TEMPS PRÉSENTS

| 11

MES BONS PLANS par Virginie Jobé, journaliste

Photo Kristin Heinichen-AP / Keystone

A écouter: La musique, c’est fantastique. Pour sa 19e édition, le festival rock d’Avenches propose de l’éternel, de Status Quo à Placebo, du lourd, genre Monster Magnet, du français sur le retour, Axel Red et Florent Pagny, et du vrai suisse barjo, entre autres, Explosion de caca. La scène électro promet aussi de bonnes vibes. Rock Oz’Arènes, du 11 au 14 août.

DANS L’OBJECTIF

Souvent, le traitement s’impose et la douleur n’est pas facultative. Des lancées au froid, puis au chaud, enfin au tiède. Quand on respire, ça tape, on voudrait expirer. On n’a pas le courage d’en finir avec cette vie qui, en dehors de 32 protubérances de moins en moins émaillées, est supportable. Alors, on prend rendezvous. Une secrétaire vous demande sans rire: «C’est une carie d’un quart d’heure ou de trois quarts d’heure?» Il faudrait rappeler à la secrétaire que le médecin-dentiste, le membre de la prestigieuse Société suisse d’odonto-stomatologie, c’est l’autre. Le client ou le patient n’est pas d’ordinaire celui qui pose le diagnostic. Une heure et demie à extraire un amalgame qui ne s’appelle plus plombage, les yeux fixant la lampe dans un face-à-face hypnotique. Et donc cette question qui traversa

mon esprit: si les dents appartiennent bien au corps humain, pourquoi ne sont-elles pas assurées au même titre que les os ou les ganglions; si même les maladies honteuses sont couvertes, pourquoi tant de pudeur vis-à-vis des affections odontologiques? Dans ce pays, la rage de dents est interdite aux pauvres. C’est une injustice de plus. A mon humble avis, les dents ont leur place dans l’assurance de base: de nombreuses études ont prouvé toute l’utilité des dents dans le processus de la mastication, luimême étant une étape de la digestion sans laquelle il devient difficile à un primate de survivre. Je ne vois pas où finit le tube digestif de base et où commence le tube digestif complémentaire. > Nos chroniqueurs sont nos hôtes. Leurs opinions ne reflètent par forcément celles de la rédaction.

Record battu

Ces étudiants de la Brigham Young University (Utah, Etats-Unis) ont battu, lundi dernier, le record du monde de bataille de bombes à eau. Au total, 3927 étudiants se sont lancé 120 232 ballons remplis d’eau en moins de dix minutes. Il a par contre fallu quarante-huit heures aux organisateurs pour remplir les sphères en plastique de liquide.

A lire: Fresque de frasques. En 1978, Michel Audiard a pondu son dernier livre, récompensé par le Prix des Quatre jurys. Réédité cette année, ce roman, parfois autobiographique, révèle le Paris popu, aussi drôle que sombre. Et derrière la gouaille, la profondeur d’un grand homme. «La nuit, le jour et toutes les autres nuits», Ed. Denoël. A voir: Limites de l’engagement. Frère et sœur, Luchini et Viard s’inquiètent du mariage «blanc» d’un père humaniste avec une jolie femme de l’Est. Un film qui ironise sur les incohérences de la gauche caviar française. Le propos amuse, et perturbe… «Les invités de mon père» d’Anne Le Ny, en DVD dès le 4 août. A visiter: Last minute. Derniers jours pour découvrir une expo de dessins suisses qui réunit quarante artistes contemporains. Du crayon sur papier au jeu vectoriel, en passant par des installations, pas de doute: cet art n’est pas mort! «Voici un dessin suisse (1990-2010)», Musée Rath, Genève, jusqu’au 15 août. Pour annoncer un événement: memento@migrosmagazine.ch


12 | Migros Magazine 31, 2 août 2010

Tel maître, tel chien Comment l’homme choisit-il son meilleur ami à quatre pattes? Parce qu’il lui ressemble ou qu’il lui attribue ses propres qualités? Eclairage et tour d’horizon en Romandie.

I

ls sont près d’un demi-million en Suisse à japper, aboyer, clabauder, grogner, clatir, nasiller. Plus de 500 000 Rex ou Milou, chiens de ferme, de poche, de chasse, d’apparat, mais surtout de compagnie. Car c’est bien cet animal domestiqué il y a 12 000 ans qui est considéré comme le meilleur ami de l’homme. Selon les chiffres de l’Office fédéral vétérinaire, les Helvètes affichent une préférence pour les chiens de type bergers (collie, beauceron, border collie, berger allemand et malinois) qui représentaient un peu moins de 20% de la population canine en 2008, devançant les terriers, retrievers et chiens d’agrément.

Une dimension narcissique dans le choix de l’animal

Choisir un animal, un acte anodin? Pas tout à fait. Dans un récent ouvrage, les chercheurs en psychologie Serge Ciccotti et Nicolas Guéguen relèvent qu’on choisit un animal comme un compagnon de vie (bipèdes) avec une dimension narcissique, puisque ce qui nous est familier nous plaît davantage. «Il semblerait que des gens qui estiment posséder plutôt telle ou telle caractéristique physique opteraient plus favorablement pour des chiens possédant également cette caractéristique physique, comme un long nez mince chez un homme et un long museau mince chez le chien.»

Des résultats qui en disent long

Lors d’une expérience rapportée par les auteurs, des étudiants ont réussi à réunir le maître et son chien (de race, car ses caractéristiques sont plus nettes) dans 64% des cas, soit une proportion trop élevée pour relever du hasard. Mais si une ressemblance au niveau de la taille, la pilosité, l’attractivité, la percep-

tion du capital sympathie ou de l’énergie ne peut pas être établie, il pourrait s’agir de caractéristiques plus subtiles telles que l’élégance, le style ou la prestance. De manière générale, les auteurs ont constaté lors d’une autre expérience que la présence d’un chien influence positivement la perception que les autres ont de son maître, «un peu comme si nous ne pouvions dire que du bien des gens qui se trouvent en présence d’un chien». Reste qu’il n’est pas rare de trouver une ressemblance physique entre un maître et son chien. Dans son exposition présentée à Paris, le photographe Antoine Schneck présente soixante portraits de canidés, appartenant à Isabelle Adjani, Yves

Saint-Laurent ou Valéry Giscardd’Estaing. Et les Romands, comment choisissent-ils leurs toutous? Nous avons posé la question à quatre d’entre eux. Laurence Caille Photos François Wavre-Rezo / Michael Wildi-RDB

Serge Ciccotti et Nicolas Guéguen, «Pourquoi les gens ont-ils la même tête que leur chien?», Dunod, 100 Petites expériences de psychologie. Jusqu’au 26 septembre, exposition de photographies d’Antoine Schneck «Leur chien» au Musée de la chasse et de la nature, 62, rue des Archives, à Paris. www.chassenature.org

Lire la suite en page 15

Yann Tellenbach et Colby Les chiens, Yann Tellenbach a grandi avec. Au point d’avancer que sa passion pour les canidés molossoïdes est presque génétique puisque son arrière-grand-père déjà avait ce type de chiens. Ce n’est donc pas étonnant que cet homme de 35 ans actif dans l’événementiel se soit retrouvé durant plusieurs années à la tête de l’Association Molo’s, l’association romande de connaissance et d’intégration des molossoïdes. A côté des poules, poissons tropicaux et batraciens,

le Vaudois possède un pit-bull – Colby, 5 ans - et deux bull-terriers de 6 ans, Yul et Foxy. Ses trois chiens ont été recueillis après avoir été abandonnés. Une ressemblance physique avec ses chiens? «Pas du tout. Mais il est vrai que certains imaginent que les propriétaires de chiens de type molossoïde correspondent à un type particulier de personnes. Dans l’imaginaire de certains, le propriétaire d’un pit-bull ne peut que faire partie de la racaille.»

Quant au caractère, Yann Tellenbach avoue «un côté têtu et jusqu’au-boutiste comme mes chiens». Mais la comparaison s’arrête là, car si ses animaux sont vifs et actifs, le propriétaire se décrit comme calme et posé. Lui ne considère pas Colby, Yul et Foxy comme des membres de la famille, «mais du foyer». S’il ne les vendrait pour rien au monde, il qualifie de drame le fait que «le chien devienne une sorte de palliatif affectif et qu’on lui accorde une place qui n’est pas la sienne».

Yann Tellenbach a été pendant plusieurs années à la tête de Molo’s, l’association romande de connaissance et d’intégration des molossoïdes.


RÉCIT SOCIÉTÉ

| 13

Lolita: «Au niveau du caractère Tosca me ressemble.»

Lolita Morena et son chien Tosca Membre du comité central de la Protection suisse des animaux, Lolita Morena ne pourrait pas concevoir une vie sans compagnons à quatre pattes. Sa grande famille comprend des chats, un cheval, un âne, un poney et trois chiens: Tosca, croisée Malamon et border collie, et Titus, un berger des Marennes, tous deux approchant les 10 ans, ainsi que Kiko, un ratier du Jura âgé de moins de 1 an. Ses trois fidèles amis, d’autres les ont choisis pour elle, sinon elle adopterait tous les chiens d’un refuge, un trait qu’elle a peut-être hérité de son grand-père qui récupérait les animaux abandonnés. Titus, c’est plutôt lui qui a choisi sa maîtresse. «C’était son destin de me croiser au Colisée à Rome à ce moment-là.» De Tosca, la cheffe de meute «intelligente et hypersensible», à Titus, extrême-

ment gentil et qui lui a demandé beaucoup de patience pour gagner sa confiance, en passant par le petit dernier Kiko qui ne fait que des bêtises, chacun a ses particularités. Des couples maître et chien qui se ressemblent, «il y en a plein, c’est incroyable les similitudes, le mimétisme qu’il peut y avoir». Mais pas en ce qui la concerne elle. «Au niveau du caractère, Tosca me ressemble le plus, constate Lolita Morena. Physiquement, elle est blanche, n’est pas svelte et a les poils ras.» Pour rien au monde, Lolita ne vendrait ses animaux. «Mais si on m’annonçait que j’allais mourir, je pourrais les confier à quelqu’un de confiance. Mon souci premier, c’est le bien-être de mon fils et après celui de mes animaux. J’en prends la responsabilité jusqu’au bout.»


NOUVEL ÉCLAT POUR SON CHEZ-SOI! PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 3.8 AU 16.8.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

Des produits de nettoyage respectueux de la nature: grâce à leurs nouvelles formules, les détergents écologiques Migros Plus sont encore plus efficaces et plus biodégradables. Effectuez votre ménage en toute bonne conscience!

NOUVEAU 4.70 Détergent pour salle de bain à l’acide lactique naturel le flacon de 750 ml

NOUVEAU 3.50 Crème détergente au pouvoir naturel du citron et à l’extrait de jojoba 500 ml

NOUVEAU 3.30

NOUVEAU 4.70

Détergent universel au pouvoir naturel du citron 1 litre

Détergent pour vitres à l’alcool naturel le flacon de 750 ml

NOUVEAU 2.90

NOUVEAU 3.40 Détergent au vinaigre de pomme naturel le flacon de 1 litre

Détergent pour W.-C. à l’acide acétique le flacon de 750 ml


Migros Magazine 31, 2 août 2010

RÉCIT SOCIÉTÉ

| 15

Jacques Barillon et Tadjik Fondateur de l’Association suisse des propriétaires de chiens (Prodog), Jacques Barillon possède lui-même trois bergers allemands – Tadjik, Télème, Diego – et deux mastiffs – Tosca et Ulysse – âgés entre 15 mois et 8 ans. Si chacun a ses propres qualités, tous ont un caractère très équilibré, doublé d’une grande sociabilité. «J’ai un lien particulier avec chacun d’eux», explique leur maître qui dit les avoir choisis «par coups de cœur successifs», ajoutant que «peut-être les coups de cœur furent réciproques...» Quid de la ressemblance entre maître et chien? «Je dirais cela du caractère et de la personnalité, ne serait-ce que parce que le lien qui unit le maître et son chien est intense et que celui-ci, par fidélité, loyauté et une forme de mimétisme, finit souvent par ressembler à celui-là.» Y aurait-il une ressemblance physique entre Me Barillon et ses chiens? «Non, pas précisément. Et ce d’autant moins que, depuis mon enfance, j’ai été entouré de chiens de races très différentes, du yorkshire au mastiff…» Jacques Barillon dit aimer tous les animaux en général, précisant que le chien est celui qui lui correspond le mieux. Que lui apportent ses chiens? «Ce que toute forme de passion produit sur celui qui l’éprouve: un infini bien-être. De plus, ils m’apaisent et contribuent à l’un de mes loisirs préférés: les randonnées que nous faisons ensemble, été comme hiver. Mais, malgré toute l’affection qu’il lui porte, le maître - surtout s’il a plusieurs chiens – doit nécessairement rester le chef de la meute, pour reprendre un terme de spécialiste comportemental.» Pour un million de francs, vendrait-il un de ses compagnons? «Mes chiens sont des membres de ma famille. Vendriezvous l’un des vôtres?»

Jacques Barillon: «J’ai choisi mes chiens par coups de cœur successifs.»


16 |

RÉCIT SOCIÉTÉ

Migros Magazine 31, 2 août 2010

Mady Rudaz, Eurêka et Tango Pour le moment, Mady Rudaz et Alain Morisod vivent en compagnie de deux chiens: Tango, un épagneul breton de 13 ans, et Eurêka, un labrador chocolat de 5 ans. Le premier, son mari a craqué pour lui lorsqu’il tournait une émission dans un refuge. «J’ai une belle complicité avec Tango, il est tout le temps collé contre moi», raconte Mady. La seconde chienne est née dans l’élevage de connaissances. Comme elle ne pouvait pas faire de petits, Mady et son mari l’ont adoptée. «On a dû lui apprendre à se familiariser avec les gens.» Une ressemblance entre maître et chien? «Je suis sûre que quand on vit ensemble, on doit déteindre l’un sur l’autre», glisse-t-elle. D’ailleurs, des mémères qui ressemblent à leur chien-chien, elle en a déjà vu et a parfois l’impression qu’on choisit le chien qui nous ressemble le plus. «Je ne pourrais vivre sans chien, Alain non plus. Ils nous procurent une présence constante qui fait du bien», explique Mady ajoutant leur parler tout le temps et vivre avec eux le jour, la nuit. «Il n’y a pas de tabou, pas d’endroit où ils ne peuvent pas aller.» Pas question non plus de s’en séparer pour de l’argent. «Qu’est-ce que je ferais avec un million? L’argent ne remplace pas ces bébêtes qu’on caresse, papouille. Ils remplacent volontiers un somnifère», dit-elle en rigolant. «La présence des chiens est calmante, ça vaut tout l’or du monde.»

Mady Rudaz, la compagne d’Alain Morisod, avec Eurêka et Tango.

RÉSULTATS DU SONDAGE EN LIGNE

Le chien... 9% 36 %

je déteste les animaux

je préfère les chats

20 % 35 %

le mien fait partie de la famille

un animal sympa

1221 personnes ont donné leur avis du 12 au 22 juillet 2010

Donnez votre avis sur d’autres thèmes sur notre site internet:

www.migrosmagazine.ch

Publicité

info@handilift.ch info@handilift.ch

info@handilift.ch A votre service 24 heures 7 res jours /7 /7 7 jours


Ca rte G r va cad a le ea t ur u de M ui Fr igro t! .3 s 0. d’u – ne

Vacances inoubliables à prix de rêve nuits

pour l e t ô à l’h sonnes 2 per

Jusqu’à 50% d’économie, 100% de plaisir C’est aussi simple que cela: Commandez un chèque hôtelier freedreams – 3 nuitées pour 2 personnes – pour seulement Fr. 75.–. Sélectionnez votre hôtel de choix du guide hôtelier, qui vous sera envoyé avec les chèques ou sur www.freedreams.ch. A l’hôtel vous ne payez que le petit-déjeuner et le repas du soir. Ainsi vous économisez jusqu’à 50% pour un séjour en demi-pension, mais vous profitez à 100% du service et du confort. De plus, nous vous offrons à la commande de deux chèques freedreams une carte cadeau Migros d’une valeur de Fr. 30.–! Maintenant aussi dans un coffret cadeau Téléphonez nous ou visitéz notre site internet.

Libre choix parmi près de 3000 hôtels 3 et 4 étoiles dans 18 pays européens – dont plus de 250 en Suisse!

p.ex. hôtels en ville

hôtels bien-être

hôtels adaptés aux familles

Partir en vacances ■ OUI, je profite de votre offre spéciale et passe commande pour .................. chèque(s) hôtelier(s) freedreams au prix de Fr. 75.– (Veuillez compléter du nombre souhaité) Pour chaque commande de 2 chèques hôteliers freedreams je recevrai en plus à titre gratuit: Carte cadeau Migros d’une valeur de Fr. 30.– Madame

Monsieur

Prénom/Nom

Rue

NPA/localité

Téléphone

Date de naissance

Je règle:

E-Mail (Si vous êtes intéressé pour recevoir les informations sur freedreams en ligne, veuillez indiquer votre E-Mail ici)

■ 10 jours date de facture / ou avec ■ VISA Card ■ MasterCard / EUROCARD ■ AMERICAN EXPRESS Card

Numéro de la carte

Lieu/date

Carte valable jusqu’au Signature

Chaque chèque donne droit à 3 nuitées pour 2 personnes dans l’un des près de 3000 hôtels partenaires freedreams en Suisse et dans toute l’Europe. Validité des chèques: au minimum 1 an. Avec votre commande, vous recevez en outre gratuitement l’édition actuelle du guide hôtelier freedreams (frais d’administration Fr. 4.95). Délai d’envoi pour commandes de l’offre spéciale: 31.10.2010. L’offre n’est valable que pour les clients domiciliés en Suisse et dans la Principauté de Liechtenstein.

Commandes et informations: Téléphone: 0848 88 11 99 (tarif local) les jours ouvrables de 8h à 18h, www.freedreams.ch

hôtels balnéaires etc.

BB020810F

Échappez au train-train quotidien et laissez vous dorloter. Grâce à l’utilisation des capacités hôtelières restées libres, avec freedreams, c’est simple – et avantageux:

GRATUIT

Bon de commande a envoyer à DuetHotel AG, chèque hôtelier freedreams, Haldenstrasse 1, case postale, 6342 Baar. Plus simple encore par Fax: 0848 88 11 66


4/6 Bâle, la semaine prochaine:

18 | Migros Magazine 31, 2 août 2010

Carte d’identité Nombre d’habitants: 191 500. Superficie: 37 km2. Composé de trois localités: Bâle, Riehen et Bettingen. La cité est l’une des plus denses de Suisse. Les frontaliers: 31 000 frontaliers travaillent à Bâle-Ville. 16 000 viennent d’Alsace, 15 000 d’Allemagne. Taux de chômage: 4% Economie: l’industrie chimique constitue 33% de l’économie de Bâle-Ville et le secteur financier 11%.

Bâle, la réussite frontalière

Alors qu’à Genève et dans d’autres villes romandes les frontaliers sont accusés de voler le travail des Suisses, la cité du Laekerli accueille 31 000 travailleurs allemands et français en bonne intelligence.

A

llez bitte einsteigen.» L’affichette tape contre la vitre du tram 11, direction Saint-Louis, en Alsace. A l’image de la réalité linguistique de la région, le slogan fait la promotion du nouveau site d’information des transports publics lancé par la Suisse, la France et l’Allemagne. Car chaque matin, 31 000 pendulaires enjambent les frontières, qui serpentent entre routes, habitations et industries, pour venir travailler à Bâle-Ville. Avec ses Laekerli, ses pralinés et ses pains au chocolat, la confiserie Bachmann est une petite institution du centre-ville. Bientôt septuagénaire, la maison compte 80 employés pour faire tourner les trois magasins et les laboratoires. Une petite moitié vient d’Alsace. Deux sont Allemands, les autres sont Suisses. Florent Loeb, 31 ans, boulanger-confiseur, a pris sa voiture aux petites heures pour rejoindre l’arrière-boutique, à un jet de pierre du Rhin. Depuis son village près de Mulhouse, il roule une demiheure. Une routine. Cela fait neuf ans que le pâtissier travaille en

Suisse. Sa motivation? Comme pour l’immense majorité des Alsaciens, nombreux dans les secteurs de la vente et de la restauration, le revenu, plus élevé. «Je suis venu directement après mon apprentissage. Au début, on est au Smic en France.» Autre avantage: les banques françaises proposent des taux d’intérêt variables et non fixes pour les devises étrangères. «C’est du simple au double. Je n’aurais jamais pu m’acheter la maison que je visais en travaillant de l’autre côté.» Et depuis ces dernières semaines, la dégringolade de l’euro met du beurre dans les épinards des frontaliers.

Le dialecte alsacien en perte de vitesse

Avec son collègue Gian, Florent communique dans un mélange de suisse-allemand, de français et d’anglais. «Je ne sais pas l’alsacien (n.d.l.r: dialecte alémanique de la même famille que le bâlois et l’allemand parlé à la frontière ), alors c’est parfois un peu compliqué.» Une difficulté que rencontre toujours davantage la nouvelle génération.

«L’alsacien se perd, du coup les jeunes ont plus de peine à trouver du travail à Bâle», déclare Daniel Siggen, 65 ans, né à 3 kilomètres de la frontière, côté France, tout en fonçant des moules à tartelette. Le déficit linguistique de la jeune génération pousse aujourd’hui l’Alsace à investir dans l’enseignement de la langue de Nietzsche. Car Bâle, 190 000 habitants, constitue incontestablement le pôle économique fort de la région et garantit de bonnes perspectives d’emploi.

«En Suisse, le rythme est plus soutenu»

Raoul Lehmann sort les pains surprise du four. Il est 11 heures, sa journée est bientôt terminée. D’ici peu, il rejoindra Meyenheim et sa famille près de Colmar. Cela fait douze ans que l’Alsacien est boulanger à Bâle. «En Suisse, le rythme de travail est plus soutenu. On fait davantage d’heures en France, mais il y a un peu moins de stress.» Un Allemand, un Suisse ou un Alsacien? A l’embauche, la question de la nationalité ne semble pas se poser. «On prend ceux qui se pré-

sentent», répond, pragmatique, Gregor Bachmann, directeur de la confiserie. C’est que les voisins font partie des meubles depuis longtemps. Au Moyen Age déjà, la cité rhénane était une terre de passage et d’accueil. «Personnellement je n’ai pas l’impression de changer de pays pour venir travailler», commente Christine Mutter-Sène, assistante de direction. Seuls les contrôles occasionnels rappellent à l’Allemande de Lörrach qu’elle passe en Suisse. Même le paysage fait illusion: avec les années, le tissu urbain s’est peu à peu unifié pour ne former qu’une seule région. Cette cohabitation de longue date semble largement contribuer à la paix des nations. «Les Bâlois n’ont pas l’impression que les frontaliers leur volent leur travail. Au contraire ils ont conscience que, sans eux, notre économie ne tournerait pas», se réjouit Guy Morin, président de la ville de Bâle. Pour appuyer ses dires, le magistrat Vert souligne que l’UDC, qui fait pourtant 14%, ne s’en est jamais pris aux frontaliers, contrai-


Gandria

SÉRIE D’ÉTÉ AUX FRONTIÈRES DE LA SUISSE

Suisses, Français et Allemands font tourner les magasins Bachmann. Ici, de g. à dr.: Gregor Bachmann (CH), Catherine Grieneisen (F), Daniel Siggen (CH), Christine Mutter-Sène (D) et, derrière, Florent Loeb (F).

| 19


T N E M E T I U T A R Testez G nt a r u d e t t e l l i G les produits * ! e t t e l l i G i a s s e ’ d s e n i a m e s s e l Avant le rasage

rès p a u a e p la e is Apa le rasage.

ence Pour une différ ucher. to perceptible au

U A E V U O N ente en v à votre

Migros

Testez-les maintenant * et vous serez remboursés! La ligne de soins pour hommes Gillette

* Remboursement du prix d’achat après renvoi du ticket de caisse et du formulaire dûment complété à l’adresse suivante: Arvato services, mot-clé „Gillette Testwochen“, Case Postale 1144, Aerogare Fret, 1211 Genève 5 Offre valable jusqu’au 30.11.2010. Vous trouverez plus d d’’informations ainsi qu’ qu’un formulaire de remboursement sur www.gillette.com/de-de En vente dans les plus grands magasins Migros

Gillette est en vente à votre Migros


SÉRIE D’ÉTÉ AUX FRONTIÈRES DE LA SUISSE

Migros Magazine 31, 2 août 2010

| 21

La confiserie Bachmann – trois magasins et laboratoires – compte 80 employés.

Les Fähri bâlois permettent de traverser le Rhin en trois minutes.

rement à ce qui se passe dans d’autres villes, notamment romandes. «Nous avons une droite moins virulente qu’à Genève.» Des arguments économiques favorisent également la bonne entente: un taux de chômage de 4%, conforme à la moyenne helvétique. «Nos entreprises créent de l’emploi. En Suisse, mais aussi en Alsace et en Allemagne. Toutes les entreprises chimiques sont implantées des trois côtés de la frontière. Cela crée une certaine forme d’équilibre.»

Une coordination entre les trois pays

La premier contrat international remonte à 1948, lorsqu’il s’est agi de réaliser l’aéroport de Mulhouse. Et depuis les années 1960, les collaborations transfrontalières n’ont cessé de s’intensifier. Aujourd’hui, les trois pays sont représentés au sein de l’Eurodistrict trinational de Bâle. Purement consultatif, cet organe permet de coordonner les projets de développement et d’aménagement du territoire. «Entre voisins, il y a toujours des conflits mais l’Eurodistrict, au sein duquel toutes les communes de la région sont représen-

tées, permet de les résoudre rapidement», se félicite Guy Morin. Pour autant, la cité rhénane n’a pas éliminé tous ses problèmes frontaliers. Parmi les sujets qui fâchent: le trafic. Aujourd’hui, seulement 15% des déplacements transfrontaliers se font en transports publics contre 60% en ville de Bâle. La faute, notamment, à un réseau moins développé en Allemagne et surtout en France. Du coup, attente dans les embouteillages et chasse à

Une sculpture a été posée à la croisée des trois pays.

la place de parc font partie du quotidien de nombreux résidents. «Il devient de plus en plus important d’offrir une alternative, car on s’attend à ce que la mobilité transfrontalière augmente», réagit Alain Groff, chef du Service cantonal de la mobilité. Un projet de réglementation du parcage a d’ailleurs échoué devant les urnes en juin dernier. Reste que l’agglomération s’est déjà dotée d’un RER entre l’Allemagne et la Suisse; une ligne de

tram menant jusqu’à Weil am Rhein (D) est en construction et des pourparlers pour un projet similaire côté France sont en cours. «Nous faisons œuvre de pionnier, se félicite Alain Groff. Depuis la Seconde Guerre mondiale, aucune ligne de tram transfrontalière n’a été construite en Europe.» «Allez bitte einsteigen», dit bien le slogan…

Céline Fontannaz Photos Nelly Rodriguez / Keystone

Qu’y faire? ➔ Carrefour géographique et culturel, Bâle offre de nombreuses occasions de sorties et buts d’excursions; l’Office du tourisme (Steinenberg 14) propose plusieurs brochures touristiques en français. www.basel.com. ➔ La vieille ville, remarquablement bien conservée. Les monuments historiques sont regroupés dans le Grand-Bâle, qui se parcourt aisément à pied: le Münster, la Marktplatz et son

Rathaus, actuellement en rénovation, la Barfüsserplatz… ➔ Traversée du Rhin. Il vaut la peine d’emprunter les Fähri pour passer sur l’autre rive, sur le Petit-Bâle. Les barques à fond plat profitent du courant pour se déplacer le long d’un câble en moins de trois minutes. ➔ Les cultureux en auront pour leur compte. Bâle compte près de trente musées, parmi lesquels des trésors: tels que le musée

Tinguely, le Kunstmuseum, le Musée du papier (Papiermühle), la Fondation Beyeler, à Riehen. ➔ Le port et le Dreiländereck («le coin des trois pays»). Depuis le centre, tram 14. Une fusée en aluminium arborant les drapeaux suisse, français et allemand posée à la croisée des trois pays symbolise la situation frontalière de Bâle. De là, on peut suivre l’activité du port fluvial, le seul de Suisse.


22 | Migros Magazine 31, 2 août 2010

La mémoire de la Suisse numérisée

A l’heure du digital et des livres électroniques, la Bibliothèque nationale suisse scanne au compte-gouttes ses ouvrages pour les mettre à la disposition du public. La faute à un budget limité et à des collections encore récentes. Le point avec sa directrice, Marie-Christine Doffey.

La Bibliothèque nationale suisse a la mission de conserver tout ce qui se rapporte à la Suisse.

Effectivement. Mais il est toujours difficile de dire «tout». Nous avons pour tâche de conserver aussi ce qui est publié à l’étranger sur la Suisse et il est parfois difficile d’être informé de toutes les parutions. Nous avons également des accords avec les bibliothèques cantonales pour une meilleure répartition. La BN compte 5,2 millions de documents imprimés, conservés depuis sa fondation, en 1895. Et nos collections commencent à partir de 1848, date de la création de l’Etat fédéral. A l’heure du numérique et du livre électronique, vous vous êtes lancés dans une opération de digitalisation.

Depuis 1992, notre mandat s’est élargi. Nous collectionnons aussi le matériel audiovisuel ainsi que les sites web, la documentation électronique. C’est ce que nous appelons les ouvrages nés sous forme numérique. Il sort tellement de choses que nous sommes obligés d’être sélectifs.

Et il y a les documents de la BN que vous faites numériser...

Oui. Dans le but de faciliter l’accès aux documents utiles, pour les chercheurs, les étudiants et le public. Actuellement, seul le 5% des collections est consulté, et nous aimerions augmenter ce pourcentage. 5%, n’est–ce pas très peu?

Il s’agit d’un pourcentage assez

normal pour une bibliothèque nationale. Nous sommes une bibliothèque de «dernier recours». L’usager vient à Berne s’il n’a pas trouvé ce qu’il cherchait ailleurs. Que numérisez-vous?

Nous avons opté pour une digitalisation sélective. Entre autres, la presse suisse qui constitue une de nos priorités. Nous avons déjà digitalisé une partie de la presse romande. Mais aussi notre collection de 45 000 affiches. Des périodiques. Des documents audiovisuels, iconographiques et nous proposons depuis peu un service de livres à la carte (lire encadré). Certains documents sont consultables uniquement depuis la BN, d’autres sont directement accessibles via internet. Il faut savoir que nous sommes une institution récente, donc bon nombre de livres ne sont pas encore libres de droits. On ne peut pas digitaliser les œuvres de Charles-Ferdinand

«Nous n’avons pas de projet avec Google mais restons ouverts à la discussion»

Ramuz par exemple, car cela ne fait pas septante ans qu’il est mort. Enfin, la numérisation coûte très cher. Quel est votre budget?

Nous disposons d’environ 300 000 francs. (n.d.l.r.: moins de 1% du budget global de la BN, qui s’élève à 36 millions de francs) Une paille par rapport à l’Union européenne, qui a investi 120 millions d’euros pour 2009 et 2010 pour son programme de bibliothèque numérique européenne, Europeana!

Oui. Comme nous n’appartenons pas à l’UE, nous ne pouvons disposer de cet argent et nous devons nous débrouiller autrement. C’est un peu frustrant, je l’admets. Nous devons trouver d’autres fonds et des partenariats, notamment avec des privés, tels que des éditeurs, pour la presse, par exemple, ou avec d’autres bibliothèques. Google a récemment numérisé 100 000 livres issus des fonds de la Bibliothèque cantonale et universitaire à Lausanne. Et-ce une piste pour la Bibliothèque nationale?

Actuellement, nous n’avons pas de projet de numérisation avec Google, mais nous restons ouverts à la discussion. Encore une fois, nous sommes une institution jeune, donc bon nombre de livres ne sont pas encore libres de droits. Et Google s’intéresse à des


REPORTAGE BIBLIOTHÈQUE NATIONALE

| 23

«Nous conservons les documents originaux quels qu’ils soient» La Bibliothèque nationale archive, préserve, classe les documents publiés qui font l’histoire du pays, en son siège à Berne. Et si l’heure est à la digitalisation, la BN continue à accueillir des millions d’objets tangibles. Des livres pour l’essentiel, mais aussi des images, des photos, des négatifs, des fonds littéraires... «Depuis dix ans, on continue d’acquérir 60 000 nouvelles publications par année», confie sa directrice, Marie-Christine Doffey. Et pas question d’y renoncer. «Nous conservons les documents originaux quels qu’ils soient. Si c’est du papier, on le garde. Si le support est numérique, on doit faire en sorte qu’il soit lisible.» Tous les nouveaux arrivants passent tous entre les mains du service de conservation, composé d’une vingtaine de personnes. «Les

publications de ces cinquante dernières années sont disponibles en prêt. Les autres sont consultables sur place», précise André Page, responsable du service. La tâche des experts consiste à évaluer s’il faut prodiguer ou non des soins préventifs ou palliatifs aux documents. Dans certains cas, il s’agira de renforcer la reliure et, très souvent, pour les publications parues entre 1840 et 1985, de procéder à la désacidification du papier. «Sans quoi, le support se désagrège et il y a un risque de perte d’informations.» L’opération permet de prolonger la durée de vie des documents d’un facteur quatre au moins. C’est à Wimmis (BE) chez Nitrochemie que la BN fait traiter 40 tonnes d’ouvrages par année, pour un montant d’un million de francs.

La collection de 45 000 affiches suisses du XIXe siècle à nos jours est accessible en ligne.

Marie-Christine Doffey, directrice de la Bibliothèque nationale suisse.

L’une des priorités de l’institution: numériser la presse suisse.


ANDALOUSIE

Prestations incluses:

 Vols de Genève vers Malaga aller/retour avec Easy Jet ou avec SWISS  Taxes d‘aéroport  Transferts de l’aéroport à l’hôtel choisi en bus spécial  7 nuitées dans l’hôtel choisi  Demi-pension avec buffets  Assistance de voyage francophone  Documentation de voyage Et excursion de 4 jours conseillée  Trajet en bus moderne climatisé  Assistance par un guide francophone diplômé  Tous les prix d’entrée compris

Profitez d’une réduction de CHF 300.incluse dans le prix d’action! Valable pour les réser vations jusqu’au 29 août!

Dates et prix

re c t s i d s l Vo e nève de G

Villages blancs typiques d‘Andalousie

Votre lieu de vacances

Cordoue

Hôtel Luca Costa Lago ★★★★ www.lucahotels.com

Cet hôtel urbain de trois étoiles, situé à env. 750 m de la plage et à 100 m du centre de Torremolinos convient à des clients entreprenants et décidés. Situation: tout proche de l’hôtel, restaurants et diverses possibilités d’achats et de divertissements. Hébergement: 415 chambres modernes et équipées avec climatisation, bain ou douche/WC, TV-sat., téléphone, coffre-fort louable et balcon. Equipements: hall d’entrée avec réception et lobby bar, restaurant buffets, salle de TV, piscine avec pool bar et terrasse solarium.

Prestations non comprises: L’assurance combinée frais d’annulation et aide SOS CHF 35.– • Frais de réservation CHF 10.– par personne • Excursions facultatives • Supplém. chambre individ. par personne/semaine: Hôtel Natali CHF 149.–, Hôtel Luca Costa Lago CHF 199.–.

Andalousie

L’Andalousie, la deuxième plus grande Séville Grenade province d’Espagne, offre des payMalaga Ronda sages variés avec de longues plages Gibraltar Torremolinos sur la côte et des sommets montagneux à l’intérieur des terres. Torremolinos, cet Méditerranée ancien village de pêcheurs a su tirer profit de ses atouts touristiques tels que le front de mer s’étendant sur de vastes plages ainsi que la vieille ville invitant à flâner.

Hôtel Natali ★★★

Voyage 3910 A Semaine prolongation 349.– 399.– 499.–

– . 9 9 6

Sud de l‘Espagne

www.hotelnatali.com

Hôtel Luca Costa Lago, demi-pension Voyage 3910 B Prix normal Prix d‘action Semaine 1 semaine 1 semaine prolongation 1099.– 799.– 349.– 1149.– 849.– 399.– 1199.– 899.– 499.–

Réservez de suite chez VAC à La Chaux-de-Fonds:

CHF

Cet hôtel 1ère classe fort apprécié, profite de sa situation centrale mais tranquille tout en affichant d’excellents prix et prestations. Situation: l’hôtel Costa Lago n’est qu’à 150 m du front de mer. Le centre et ses rues animées sont atteignables en 15 minutes à pied ou avec un bus de transport public. Hébergement: 296 chambres avec bain/WC, sèche-cheveux, climatisation, téléphone, coffre-fort louable, TV par satellite et balcon. Equipement/divertissement: l’hôtel offre un très bel hall d’entrée avec réception, restaurant, bar, boutique ainsi que la piscine avec une grande terrasse et snack-bar. Le soir, des animations musicales et dansantes vous attendent au bar.

Vols de Genève le dimanche avec SWISS et le mardi avec Easy Jet. Vols de Zurich le mercredi avec SWISS Septembre mar 7 14 21 28 mer 1 8 15 22 29 dim 5 12 19 26 Octobre mar 5 12 19 26 mer 6 13 20 27 dim 3 10 17 24 31 Novembre mar 2 9 16 23 30 mer 3 10 dim 7 14 Supplém. vols avec SWISS: CHF 50.– par pers. Hôtel Natali, demi-pension Prix normal Prix d‘action 1 semaine 1 semaine 999.– 699.– 1049.– 749.– 1099.– 799.–

1 sem llement à onne excepti

tion

P r i x d ‘a c aine

Patrie du Sherry et du flamenco

Hôtel Natali

✆ 0848 840 905

ou sur internet: www.net–tours.ch

Lundi au vendredi 7h30 à 20h et samedi 8h à 12h

La piscine de l‘hôtel Luca Costa Lago

ns 4 e xc u rs ioia l CHF c à p r ix s pé

249.–

Découvrez les curiosités de la région Découvrez sans faire et défaire vos valises! Malaga: Tour panoramique de Malaga et de ses jardins, du port et du splendide point de vue du Gibralfaro. Halte dans une bodega typique pour goûter au délicieux vin de Malaga. Grenade: En route vers la Sierra Nevada et Grenade, la ville enivrante dont l’influence musulmane reste présente et la splendeur passée rejaillit à tout moment en visitant le sublime palais de l’Alhambra et les jardins du Generalife. Cordoue: Visite de l’ancienne capitale provinciale du Califat de Cordoue, qui fut considérée au 10è siècle déjà, comme l’une des plus érudites et des plus brillantes villes d’Europe comptant env. 1000 mosquées et 600 stations thermales. Séville: Visite de Séville, la capitale andalouse. Au travers des ruelles étroites aux cours intérieures bordées de fleurs, vous ressentirezlerythmeenvoûtantduflamencoetlajoiedevivre des sévillans. Toute la nostalgie typique de cette superbe ville se cache aussi dans ses édifices architecturaux et ses grandioses monuments. Excursions supplémentaires: Si vous le désirez, vous pouvez encore réserver sur place une excursion supplémentaire vers Gibraltar ou bien vers Ronda.

Vos avantages –  Des prix très bas grâce à la vente directe  Nous sommes membre du fonds de garantie légal de la branche suisse du voyage  Droit de résiliation gratuit dans un délai de 7 jours après réservation effective Organisation et réalisation: net–tours, Glattbrugg


REPORTAGE BIBLIOTHÈQUE NATIONALE

Migros Magazine 31, 2 août 2010

projets de masse. Il ne voudrait pas numériser une centaine de livres seulement.

(qui réunit les catalogues des bibliothèques européennes), nous participons de facto à Europeana.

Auriez-vous un problème de déontologie à collaborer?

On peut déjà télécharger certains documents numérisés de la BN sur son livre électronique ou son Ipad. Est-ce que ces instruments représentent un danger pour une bibliothèque?

Cela pose évidemment toujours des questions. C’est de l’argent public qui a été investi dans l’acquisition des collections. Google garantit un accès libre. Mais les règles établies seront-elles toujours les mêmes dans dix ans? Cela dit, le projet de bibliothèque numérique de Google a eu le mérite de servir de catalyseur et a poussé l’UE à lancer son grand projet Europeana. La BN prend-elle part à la bibliothèque numérique Europeana?

Nos documents digitalisés seront intégrés dès le premier trimestre 2011, si tout va bien. Comme nous participons à The European Library

Absolument pas, au contraire. C’est très positif. Ils permettent un accès facilité aux collections.

Et vous, avez-vous fait l’acquisition d’un livre électronique?

Non, je dispose d’un Iphone qui me permet de télécharger des livres et des documents. Mais j’ai testé l’Ipad. C’est complémentaire au livre papier. Le livre électronique éveille d’autres sensations, le contact physique est différent. Céline Fontannaz Photos Nelly Rodriguez

| 25

Commande directe en ligne

«D’ici à 2015, nous espérons numériser 3 millions de pages, voire davantage. Nous en sommes déjà à 1,5 million», indique Liliane Regamey, responsable de la section Utilisation. Le scannage de masse ne s’effectue pas dans les sous-sols de l’institution bernoise mais est externalisé. La BN dispose néanmoins de matériel pour son usage interne et pour les commandes particulières. Envie de lire Zwingli en version originale? Depuis un mois environ, Monsieur et Madame Tout-lemonde ont la possibilité de commander, directement à partir du catalogue de la BN (Helveticat), une reproduction numérique d’un ouvrage qu’ils souhaitent, à la condition qu’il ne soit plus soumis au droit d’auteur. Le programme est européen et baptisé EOD (pour eBook on Demand). (http://books2ebooks.eu/odm/html/nb/fr/ eodoverview.html). La BN a le projet, pour 2011, de mettre sur la Toile 160 titres d’ouvrages rares sous le label Helvetica rara et, enfin, de créer une liste d’ouvrages de référence autour de la thématique de l’histoire de l’éducation et de l’enseignement. Pour accéder aux documents mis en ligne par la BN www.nb.admin.ch/themen/

Publicité

14 

ex

ECH

A

L NTI

LON

cl

us

if



ACTION POINTS FLORALP POUR ÉCOLIERS

Collectionnez 14 points figurant sur les emballages Floralp et vous recevrez une boîte de crayons pratique, gravée à votre nom, avec 8 crayons de couleur Caran d′Ache, une gomme, un taille-crayon et une règle. Informations sur www.floralp.ch / Infoline 031 359 57 00 . Délai de commande : le 30 août 2010

COMMANDE

ex. Boîte de crayons N° 114 423 / Gravure (max. 20 caractères) : Prénom / Nom Rue / N° NPA / Lieu Tél. E-mail

□ Monsieur □ Madame

Année de naissance

Envoyer le coupon-réponse complété et 14 points par boîte de crayons dans une enveloppe à : Producteurs Suisses de Lait PSL, Primes Floralp, Case postale, 3024 Berne. Le timbre postal fait foi pour le délai de commande (30 août 2010), livraison des boîtes vers fin septembre 2010. Si vous commandez plusieurs boîtes de 350.107.202 crayons, veuillez utiliser la feuille séparée pour les gravures supplémentaires.


26 | Migros Magazine 31, 2 août 2010

Monsieur «le drôle de zèbre», comme vous appelaient vos parents, vous allez recevoir un Léopard d’honneur. Vous laisserez-vous griser par la jungle du cinéma une dernière fois?

Non, c’est fini. Tout à coup, j’ai même le sentiment, très curieux, que c’est loin derrière moi, que je vis une autre vie. Il y a trop de problèmes aujourd’hui dans le cinéma. En 1960, j’étais le premier en Suisse à me battre contre des moulins à vent. A l’époque, on avait une petite association, un peu combattante. Maintenant, c’est devenu une espèce de grosse bureaucratie. Après cinquante ans, je n’en peux plus de ces histoires. Quel est votre quotidien aujourd’hui?

Il est dans ma tête. Je ne lis plus de romans, uniquement des essais. Et je retourne à des choses anciennes. Je relis Pasolini par exemple. Je suis le fil d’une pensée. On peut trouver ça… Enfin, Pasolini ou Platon, on ne peut pas dire que c’est ringard. Je ne veux plus qu’on me raconte des histoires. Je vais marcher aussi, toujours au même endroit. Je regarde les nuages, je médite ou je ne pense à rien, je me laisse aller. C’est difficile d’apprendre à ne rien faire, mais on y arrive.

«Je suis un menteur qui cherche la vérité»

Le cinéaste Alain Tanner va recevoir un Léopard d’honneur au Festival de Locarno, qui se déroulera du 4 au 14 août. L’occasion d’une rencontre chez lui à Genève, dans une ambiance cinématographique, les volets légèrement fermés, sous les volutes de ses cigarettes.

Dans votre film «La ville blanche», Bruno Ganz quitte son travail sur un bateau pour séjourner à Lisbonne. Le temps de ne rien faire, ce qui pour lui ne ressemble pas aux vacances. Car en vacances, on est tout le temps occupé. C’est votre cas?

Oui, je ne fais rien (rires). Bon, le personnage frise un peu la folie à la fin. C’est basé sur un truc très personnel. A 21 ans, j’ai travaillé en tant qu’écrivain de bord dans la marine marchande, de l’administratif. Je pensais à voir le monde et j’ai vécu de très grands moments de bonheur, et de solitude. Car il y a huit heures de travail, huit de sommeil et il reste surtout les huit autres, planté dans une cabine ou sur le pont, avec peu de rapports avec l’équipage. Un peu comme dans le cinéma?

Dans votre livre «Ciné-mélanges», vous écrivez avoir été très seul lors des tournages…

Les équipes de cinéma sont formées de bons vivants. Le soir, tout le monde disparaît pour longtemps… Moi, je ne peux pas. Uniquement pour des questions de travail. Je dois absolument penser à ce que je vais faire le lendemain. Je le regrette, quand je les vois sortir faire la bamboula ou aller dans un bon resto. Mais, je reste assez

rigoureux et m’enferme seul dans ma chambre d’hôtel. Pour relire le scénario, faire des corrections dans le dialogue. Je me mets complètement dans la journée du lendemain. Sur un tournage, je suis très sérieux. En tant que cinéaste, vous vous sentez plutôt «menteur qui cherche la vérité», comme l’un de vos personnages, «voleur» ou «pauvre type», selon vos

anciens propos?

(Silence). Menteur qui cherche la vérité, en volant quelques éléments qui ne m’appartiennent pas au réel. Pauvre type, c’était une boutade. Je dis que les cinéastes sont des pauvres types parce qu’ils n’arriveront jamais à atteindre le niveau de spiritualité et de beauté de la musique. Quelques fois, on s’en approche, mais… La pratique du cinéma rend ça très difficile. On est soumis à mille aléas. Au


ENTRETIEN ALAIN TANNER

| 27

Bio express

Alain Tanner: «Il est rare que je revoie mes films.»

travail de quinze personnes qui vous entourent, d’abord. Et à la météo, pour des raisons économiques. J’aime que cela ne dure pas plus de deux mois. Après cette période, tout le truc est épuisé, y compris le rapport aux acteurs, personnages, lieux, techniciens. Même si je les ai adorés! Je n’ai jamais eu de conflit sur les tournages. Si je le sens arriver, je pars par la tangente. Il me faut du silence et de la paix pour penser. Ce que je

ne peux pas avoir si tout le monde s’engueule autour de moi. Etes-vous déçu par certains de vos films?

Cela peut arriver. Par Le Retour d’Afrique, par exemple. Il contient trop de bavardages. Je ne l’ai pas revu depuis vingt ou trente ans. D’ailleurs, il est rare que je revoie mes films. Juste par petits bouts, pour m’amuser et me dire, tiens, c’était plutôt bien. En général,

cela se passe dans un festival, quand il n’y a pas un bistrot d’ouvert et qu’il pleut. Je vais m’asseoir dans la salle et, parfois, j’ai de très bonnes surprises. Par exemple?

Un film comme La salamandre, que je ne trouvais pas bon. Cela faisait six mois qu’il était à l’affiche à Paris et je me disais, que se passe-t-il? J’ai fini par comprendre pourquoi il avait marché très

➔ Né en 1929 à Genève. ➔ Fonde un ciné-club genevois en 1951 avec Claude Goretta. ➔ Pendant deux ans, devient écrivain de bord dans la marine marchande. ➔ En 1955, travaille au British Film Institute à Londres. Tourne «Nice Time», avec Claude Goretta, Prix du Festival du Film Expérimental à Nice en 1957. ➔ En 1962, fonde l’Association suisse des réalisateurs. ➔ Collabore avec la Télévision suisse romande, réalise entre autres «Docteur B, médecin de campagne» et «Les Apprentis». ➔ En 1968, initie le Groupe 5, société de production, composée de Soutter, Goretta, Lagrange, Roy, puis Yersin. «Charles, mort ou vif», qui incarne les débuts du Nouveau cinéma suisse, est Léopard d’or au Festival de Locarno en 1969. ➔ «La salamandre» (1971) fait un million d’entrées aux Etats-Unis et un million en Europe. «Jonas qui aura 25 ans en l’an 2000», sorti en 1976, a également marqué les esprits. ➔ Filmographie sélective: «Le milieu du monde» (1974), «Les années-lumière (1981, Grand Prix au Festival de Cannes), «Dans la ville blanche» (1982, César du meilleur film francophone). ➔ En 2003, annonce que «Paul s’en va» sera son dernier film. ➔ En 2007, publie «Ciné-mélanges» aux Editions du Seuil. ➔ En 2008, devient docteur honoris causa de l’Université de Lausanne.

fort… C’est ça, en fait, qui vous dérange…

Non… Enfin, en partie, les gens riaient trop. On y trouve des pointes d’humour, comme dans tous mes films. J’ai compris après que ce film, son esprit, qui sortait de Mai 68, entrait dans une mouvance puissante. A l’époque, j’ai comblé une demande du public qui n’était pas satisfaite. Il y


ACTION OFFRE VALABLE DU 03.08 AU 16.08.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

2.50

® Petit fruits Kleenex

Toutes fraîches à votre Migros: les nouvelles boîtes Kleenex®.

Kleenex est en vente à votre Migros


Migros Magazine 31, 2 août 2010

ENTRETIEN ALAIN TANNER

avait un trou, je l’ai bouché sans le savoir. Je l’ai revu il y a cinq ou six ans, au festival de Locarno, la salle était pleine. Je me suis assis dans un coin pour voir la qualité technique. Après cinq minutes, j’ai oublié ça et je me suis laissé aller. Et j’étais sidéré. Je me suis dit, incroyable, ce que c’est bon (Il éclate de rire). Le jeune public a adoré. Même effet avec «Jonas qui aura 25 ans en l’an 2000», un grand succès…

J’ai mis de côté ce film un moment. Du reste, il s’est mis de côté tout seul, car lié à une période très précise. Dans les années 80 – quand l’horreur a commencé, qui persiste jusqu’à aujourd’hui et va continuer longtemps – Jonas a pris un coup de vieux. On aurait dit une fresque historique en costume. Et maintenant, c’est le film le plus jeune que l’on puisse voir. Cette phrase n’est pas de moi, tout le monde le dit. Il fait un tabac partout où il a passé, il provoque un enthousiasme incroyable.

Myriam Mézières et Jean-Luc Bideau dans «Jonas qui aura 25 ans en l’an 2000» (1976).

Comment le vivez-vous?

Je suis content. A mon âge, on n’a plus son avenir devant, on a une réflexion sur le passé, ce qu’on a réalisé. Si les gens me disent, c’est bien ce que t’as fait, je suis heureux. Cela prouve que mes films vivent encore aujourd’hui. Vous n’êtes pas aigri.

Ah non. C’est ce qu’on a cru quand j’ai déclaré arrêter le cinéma. J’ai un plaisir fou maintenant. La plus belle chose qu’il peut y avoir dans la vie, c’est de ne pas avoir de projet de film! (Rires) Quand on voit les jeunes qui mettent cinq ans à galérer pour passer trois semaines au cinéma, dans une salle de 60 places… Cela demande un tel effort de marketing. Il faut créer un événement. Il n’y a qu’Ursula (Meier, pour le film «Home», n.d.l.r.) qui y soit arrivée. Votre dernier film, «Paul s’en va», n’a pas rempli les salles…

Je voulais des poignées de spectateurs, et j’ai eu des toutes petites poignées (rires). C’est vrai, il n’y a plus de place pour ce

Alain Tanner, en 2003, sur le tournage de son dernier film, «Paul s’en va».

| 29


Sol laminé Swiss Prestige, 7 mm Aspects érable, Butternut, hêtre Louisiana et chêne Rustico. Pose aisée, classe d’usage 31, épaisseur 7 mm, L x I: 138 x 19,3 cm, 9 pièces par paquet = 2,397 m2. Prix d’un paquet: maintenant Fr. 19.05, avant 38.10 Jusqu’à épuisement du stock, 6410.277/278/466/559

m2, avant 15.90, maintenant

7.95 Produit suisse

s Prix ba ! s i t n a r a g

FSC-SECR-0057 / FSC Trademark© 1996 Forest Stewardship Council A.C.

surface nervurée

Sur tous les gants de jardinage

avant 79.–, maintenant

59.– charge admise par rayon: 150 kg

Étagère pour charges lourdes Tatra H x L x P: 180 x 90 x 45 cm, galvanisée, avec 5 rayons. 6034.229

Par ex. gants de jardinage pour femme, maintenant Fr. 2.60, avant 3.90 Par ex. lot de 3 paires de gants de jardinage pour femme, maintenant Fr. 4.60, avant 6.90 Gants de travail en cuir, maintenant Fr. 5.25, avant 7.90 6311.ss.

Sur tout l’outillage électrique DO IT + GARDEN MIGROS

avant 89.– maintenant

44.50

Aspirateur liquides-solides BT-VC 1250 EINHELL Puissance d’absorption: 1250 W, cuve en matière synthétique: 20 l, tuyau d’aspiration: Ø 36 mm. TAR* incl., 6166.334

*TAR: taxe anticipée de recyclage, tous les prix indiqués en francs suisses.

Vous trouverez la liste complète des magasins sur

www.doit-garden-migros.ch Actions valables du 3.8 au 16.8.10, sauf indication contraire.

Par ex. meuleuse angulaire DGM 125, maintenant Fr. 29.40, avant 49.– Scie sauteuse DGM 750, maintenant Fr. 35.40, avant 59.– Perceuse-visseuse sans fil DGM 14,4, maintenant Fr. 59.40, avant 99.– Marteau perforateur sans fil DGM 14,4 LI, maintenant Fr. 107.40, avant 179.– TAR* incl., 6160.ss.


ENTRETIEN ALAIN TANNER

Migros Magazine 31, 2 août 2010

«Avec la 3D, le cinéma quitte le réel pour aller vers une espèce d’imaginaire pauvre»

genre de cinéma. On sort des films au prix d’énormes difficultés, mais on n’arrive plus à les montrer, voilà le problème. La faute à qui?

Une évolution générale, liée à l’arrivée de la télé, puis d’internet. A un transfert du lieu de l’image. Vous ne voulez plus entendre parler de télévision. Pourtant, c’est elle qui vous a fait connaître…

Quand elle est arrivée ici, on n’avait pas le choix, il n’y avait rien d’autre, pas de cinéma. Tous les cinéastes passaient par la télévision. On était très libres. On faisait des trucs, je vous jure! Je me souviens avoir réalisé un portrait d’une heure sur un garçon de café du Buffet de la Gare deuxième classe de Lausanne. J’ai monté ce film uniquement sur une symphonie de Mozart. Et ça passait en prime time. Aujourd’hui, si vous osez le faire, les gens sortent dans la rue avec des bâtons pour hurler: c’est où la télévision qu’on aille tout casser? Vous êtes déçu par le public actuel?

Pffff, par le public, oui. Mais je fais une distinction entre public et spectateur. A la télévision, il n’y a

que du public. Je ne la regarde pratiquement plus. A part un ancien film. Ou un match de foot, de temps en temps… Ah oui?

J’étais footballeur dans mon jeune âge. En dépit de tout ce qu’il y a autour, du fléau social absurde que c’est devenu, le jeu et le geste demeurent. Cela vous gêne qu’on regarde vos films sur un petit écran?

Non, pas du tout. Mais pas sur un téléphone portable. Là, je sors mon parapluie et je tape. Il y a une géométrie de l’œil et de la chose regardée qui n’est pas possible sur une montre bracelet, parce que ce sera bientôt le cas. Ce n’est pas de la nostalgie envers la salle de cinéma, mais... Le cinéma était un spectacle collectif. On entrait avec trois cents personnes. Devant la télé, quelque chose se perd. J’ai vu énormément

de films avec une salle qu’on sent. On partage le film. Internet, le numérique, vous vous en méfiez. Bizarre, puisque vous avez bénéficié d’incroyables inventions…

Oui, par exemple de la caméra Eclair-Coutant, qui était un bouleversement technologique. Toutes les télévisions du monde ont acheté ces caméras, on pouvait faire du son direct. Ce n’est pas le numérique en soi qui me dérange, je m’en fous. C’est la 3D, le cinéma qui quitte le réel pour aller vers une espèce d’imaginaire pauvre qui ressemble plus à du jeu vidéo qu’à de l’invention. Faire du cinéma, ça a toujours été une évidence pour vous?

J’ai essayé différentes choses. La peinture, vers 16-18 ans, parce que mon père était peintre, un très bon aquarelliste. Tout ça, c’est de lui (Il

montre un mur du salon). J’ai bazardé tout ce que j’ai fait, c’était nul. Après, je me suis acheté une clarinette parce que j’adorais Johnny Dodds, le plus grand clarinettiste de jazz de l’époque. Mais, je ne faisais que des canards, donc je me suis débarrassé de l’instrument. En mer, j’écrivais des poèmes. Ils ont tous été bouffés par les poissons! Je les ai jetés dans l’Atlantique Sud, je trouvais ça mauvais. Je n’ai pas assez de discipline pour être écrivain. Non, il n’y a que le cinéma qui a marché, un peu. Vous ne pensez pas avoir d’héritier en tant que cinéaste.

Personne ne m’a imité. Je suis devenu un modèle quand un film faisait des entrées (rires). Contrairement à ce que certains pensent, je n’ai jamais eu de message à donner, ni aucune envie de prêcher pour l’humanité souffrante. Même si j’ai tourné des films engagés, en prise avec le moment que je vivais. Et en toute liberté. J’ai eu de la chance. Propos recueillis par Virginie Jobé Photos Keystone / LDD Infos sur le 63e Festival de Locarno, du 4 au 14 août: www.pardo.ch

Publicité

Faites votre facture avec moi. 9.80 / mois

L’abonnement de téléphonie mobile le plus avantageux

Sony Ericsson Vivaz Appareil photo 8 mégapixels, quadribande, HSPA, GPRS, EDGE, bluetooth, lecteur MP3, mémoire extensible jusqu’à 16 Go avec carte microSD, sans abonnement Fr. 449.– / 7945.457 * Abonnement M-Budget Mobile de 24 mois. À la conclusion d’un nouvel abonnement M-Budget Mobile (Fr. 9.80/mois), durée minimale de l’abonnement de 24 mois, sans carte SIM de Fr. 40.–.

www.m-budget-mobile.ch

Également en vente à

9.80 / mois

L’abonnement de téléphonie mobile le plus avantageux

Fr. 0.–* F 0 *

Fr. 49.–*

| 31

Nokia X6 Appareil photo 5 mégapixels, Mobile Internet, WiFi (WLAN), écran tactile, mémoire interne 8 Go, récepteur GPS intégré avec application Nokia Maps, sans abonnement Fr. 449.95 En vente à


32 | Migros Magazine 31, 2 août 2010

Au royaume des géants à plumes

Dans sa ferme, Cornel Eberle élève avec succès près de cent cinquante autruches. Ces oiseaux d’origine africaine se sont parfaitement habitués au climat suisse et sont appréciés pour leur viande à la fois maigre et saine.

Cornel Eberle a pourtant l’air parfaitement détendu, même si une autruche un peu plus audacieuse fait mine de lui dérober ses lunettes avec son bec. «Ce dernier n’est pas dangeFromages From Fr omag ages ag es fins, fin variétés rares de légumes reux, et les risques de ou méthodes originales de production: blessure sont faibles, asles paysans suisses savent se montrer sure l’éleveur. Il faudrait novateurs. Ces hommes et ces femmes, plutôt se méfier des «Migros Magazine» a décidé de les coups de pied de l’animal, car ses pattes se présenter dans une série de reportages. terminent par de puisVous y apprendrez comment leurs produits santes griffes. Cela dit, passent des champs et des étables à nos quand il est bien traité tables et comment ces agriculteurs et ne se sent pas menatrouvent de nouveaux débouchés grâce à cé, cet oiseau est des leur inventivité. Pour Migros, une paysanplus pacifiques.» nerie tournée vers l’avenir constitue un Dans sa ferme située partenaire de choix. près de Mörschwil (SG), Cornel Eberle s’est spécialisé dans l’élevage d’autruches depuis seize ans. Il aca scène fait quelque peu pen- corde beaucoup d’importance à ser au film Jurassic Park: leur bien-être. Ces oiseaux ponquand Cornel Eberle ouvre la dent et couvent leurs œufs dans la porte de l’enclos entouré d’impo- ferme, où ils vivent en famille. Ils santes barrières et s’avance sur le se sont tout de suite habitués au vert pâturage planté de pommiers climat de la Suisse orientale. «Par à haute tige, les autruches accou- contre, la neige semble peu leur rent de tous côtés. Bien que cet convenir. Non pas à cause du froid, oiseau ne pèse pas loin de 100 ki- mais de la réverbération qui les los, il se déplace avec agilité sur ses aveugle», explique l’éleveur. longues pattes. Son aspect a quelque chose de primitif qui semble Des meringues à base nous ramener tout droit à la Pré- d’œufs d’autruche histoire, à commencer par sa taille Les autruches disposent d’espaces insolite: le cou tendu, l’autruche intérieurs bien aménagés et peuatteint en effet jusqu’à deux mè- vent s’ébattre quasiment tous les tres cinquante de haut. L’agricul- jours en plein air dans leur enclos teur semble ainsi presque dispa- de 3,5 hectares. Leur alimentaraître parmi ses géants à plumes. tion se compose d’herbe fraîche,

SÉRIE

Nos paysans sont innovants

L

Une différence de taille! Lukas, l’aîné des enfants Eberle, présente côte à côte un œuf d’autruche et un œuf de poule.

de foin, de céréales ainsi que de betteraves. Les autruches vivent une dizaine d’années en captivité, mais celles qui sont élevées pour leur viande ont une durée de vie de 16 mois. «Ici nous leur épargnons le stress du transport, car nous disposons d’un abattoir», indique l’agriculteur. Sa ferme produit environ cinq tonnes de viande par année. Elle comprend un magasin, un restaurant et livre également plusieurs commerces. « Si la chair d’autruche est plus juteuse que celle des autres volailles, elle est tout aussi maigre et donc saine.» Les œufs géants, dont l’épaisse coquille évoque la porcelaine, trouvent aussi des débouchés. Et Esther Mettler, employée du ma-

gasin de la ferme, de nous présenter des meringues confectionnées par le boulanger du village. Pour la famille Eberle qui se compose de Cornel, de sa femme Regula et de leurs trois enfants, l’autruche constitue une solide base de revenus. Le couple Eberle a d’ailleurs développé un modèle économique pertinent. La ferme est ainsi devenue un but d’excur-


ACTUALITÉ MIGROS Rien à craindre de ces animaux exotiques: Cornel Eberle sait d’expérience que lorsqu’elles sont bien traitées, les autruches sont pacifiques.

| 33

LE BAROMÈTRE DES PRIX

Changements de prix de la semaine

Les amateurs de cuisine indienne vont être ravis: la pâte de curry et la préparation d’épices Tandoori de Jaipur coûtent désormais Fr. 3.60 au lieu de Fr. 3.80, l’une. Quant à la sauce Tikka Masala de Jaipur, elle passe de Fr. 5.90 à Fr. 4.50.

NEWS

Migros renonce aux colorants azoïques

sion apprécié pour les sorties d’entreprises. La seule vue des animaux exotiques permet en effet à certains hommes d’affaires stressés de se sentir dépaysés et d’oublier les soucis quotidiens.

Quand la ferme se transforme en music-hall

«C’est toujours mieux si l’agriculteur peut contrôler le plus possible

la chaîne de valeur ajoutée», estime Cornel Eberle. C’est la raison pour laquelle cet éleveur s’occupe aussi de commercialiser la viande qu’il produit. Toutefois, l’homme fourmille encore d’autres idées pour faire connaître sa ferme. Ainsi, l’été prochain, Le magicien d’Oz sera à l’affiche de cette exploitation décidément pas comme les autres. De

nombreux comédiens amateurs monteront sur les planches à cette occasion. La scène elle-même promet d’être gigantesque, à la mesure des oiseaux géants qui peuplent les lieux: pas moins de trois cents tonnes de balles de foins seront utilisées pour créer un décor féerique et champêtre. Michael West Photos Marvin Zilm

Parce que les colorants azoïques pourraient provoquer une hyperactivité chez l’enfant, l’Union européenne a décidé de placer dès la fin juillet 2010 un avertissement sur les emballages des confiseries qui en contiennent. Cette décision se fonde sur une étude britannique datant de 2007. Les autorités suisses ont pour leur part renoncé à appliquer cette mesure, car, selon l’Office fédéral de la santé publique, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), s’appuyant sur certaines analyses scientifiques, a mis en doute la validité de cette étude. Migros a cependant décidé d’agir. Ainsi, dès à présent, les chewing-gums pour enfants Fruity Fresh ne contiennent plus que des colorants naturels. Et les bonbons en gomme vont prochainement suivre le mouvement. A noter que tous les produits Lilibigs sont d’ores et déjà exempts de colorants azoïques. «D’ici à mai 2011, l’intégralité des denrées s’aligneront sur cette mesure», déclare Sabine Bochenek, responsable du secteur nutrition et santé de Migros.


COMME UN AIR DE RENTRÉE.

39.90

Cartable Herlitz simple heart ou scorpion

24.90

Sac à dos pour enfants Junior Active, rose ou bleu marine

19.90

Sac pour l’école enfantine Bob l’éponge

4.90

Carnet à spirales Animal ou 12 crayons de couleur p. ex. carnet à spirale Animal* A4, divers motifs

6.90

Baignoire avec canard pour trombones*

1.90

Porte-documents Animal divers motifs * En vente dans les plus grands magasins Migros.

3.90 Porte-clés canard*


ACTUALITÉ MIGROS

Migros Magazine 31, 2 août 2010

| 35

Equité sur toute la ligne

Partout dans le monde, Migros s’engage pour que ses fournisseurs respectent certaines règles sociales minimales et offrent ainsi de bonnes conditions de travail à leurs ouvriers. Le succès est au rendez-vous.

V

oilà plus de treize ans maintenant que Migros oblige ses fournisseurs à respecter des conditions de travail sociales. Parmi elles, citons l’interdiction du travail des enfants, des salaires équitables ou encore un environnement de travail sûr. Beaucoup de ces règles ont été réunies par la suite par l’organisation faîtière du commerce européen dans un code de conduite appliqué actuellement sous la forme d’un standard BSCI (pour «Business Social Compliance Initiative»). Aujourd’hui, cette base sert de plateforme aux entreprises commerciales qui veulent examiner et améliorer les normes sociales de leurs fournisseurs.

Depuis sa création en 2003, la BSCI est aussi représentée en Suisse – Migros compte d’ailleurs parmi ses initiateurs. A fin 2009, plus de 90% des fournisseurs de produits alimentaires et non alimentaires du distributeur avaient déjà signé le code de conduite, s’engageant ainsi à respecter des règles strictes. Les résultats de l’an dernier montrent qu’environ cent trente partenaires de Migros se sont soumis à une autoévaluation, et que cent soixante autres fournisseurs ont été audités par une organisation externe. Et la tendance est à la hausse. En effet, les signataires du code de conduite doivent tôt ou tard se faire contrôler. Daniel Sidler

Le code de conduite de la BSCI exige que les enfants fréquentent l’école plutôt que l’usine.

«Des progrès sont possibles»

Jan A. Eggert, chef de la BSCI dont le siège est à Bruxelles, évoque les succès obtenus grâce à l’application des standards sociaux et éthiques.

Photo TOPIC Media

Qu’a réalisé la BSCI depuis sa création?

Grâce à notre initiative, plus de cinq cents entreprises se préoccupent aujourd’hui de normes sociales dans le monde. Nos membres ont organisé plus de 15 000 contrôles dans des usines et des entreprises agricoles. Avec quels résultats?

Dans des pays comme l’Inde ou la Chine, nous trouvons de

nombreux points faibles. Nous offrons alors aux producteurs un soutien technique et mettons en place un second audit. Mais nous ne tolérons en aucun cas le travail des enfants et le travail forcé. Quelles irrégularités observezvous le plus souvent?

Il s’agit avant tout d’un dépassement des horaires de travail réguliers ainsi que des manquements dans le paiement des

heures supplémentaires et des prestations sociales. Et où se situent les grands défis selon vous?

Nous avons à cœur de sensibiliser les producteurs sur place et leur offrons par exemple des formations. De plus, nous organisons des tables rondes réunissant fournisseurs, autorités, organisations et représentants des ouvriers. Le but est de rechercher des solutions communes.

Comment voyez-vous l’avenir en tant que chef de la BSCI?

Il est extrêmement difficile de changer les conditions existantes. Des progrès sont possibles, certes, mais il faut beaucoup de patience. En revanche, je suis positivement surpris de voir comment des entreprises concurrentes sont capables de collaborer entre elles dans le cadre de la BSCI.

Propos recueillis par Martina Bosshard


ACTION –.60 DE RÉDUCTION SUR CHAQUE PAQUET DE BISCUITS CREA D'OR DÈS L’ACHAT DE 2 ARTICLES. PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRE VALABLE DU 3.8 AU 9.8.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

2.80

au lieu de 3.40

Biscuits au beurre et aux amandes Créa d’Or, 125 g

1.90

2.35

2.90

Croquandines aux amandes Créa d’Or, 100 g

Nobilé Créa d’Or 175 g

3.10

2.70

2.50

Mini assortiment Créa d’Or 108 g

Florentin Créa d’Or 100 g

Harmonie Créa d’Or 100 g

au lieu de 2.95

au lieu de 3.70

au lieu de 3.50

au lieu de 3.30

au lieu de 2.50

Kipferl à la vanille Créa d’Or 100 g

au lieu de 3.10


ACTUALITÉ MIGROS

Migros Magazine 31, 2 août 2010

| 37

Un critique de haut vol

L’aérostier Andreas Zweifel est un utilisateur enthousiaste de Migipedia. Ses commentaires et ses critiques sont précieux pour le développement de la plateforme internet.

A

ndreas Zweifel aime quitter le plancher des vaches à bord d’une montgolfière. «Un vol en ballon est infiniment plus beau qu’en avion, assure l’aérostier qui aime voir défiler les paysages sous ses pieds. Au lieu de voyager dans une boîte en métal, on vogue en plein ciel. Pour peu, on aurait le sentiment d’en faire partie.» Ce sympathique trentenaire est membre d’un club d’amateurs zurichois d’aérostats existant déjà depuis un siècle. S’il prend volontiers son envol lors de ses loisirs, ce coopérateur Migros, spécialiste des technologies de l’information, a toutefois les pieds bien sur terre. Il suit avec intérêt le développement de Migipedia, la nouvelle plateforme internet de Migros, tout en l’observant d’un œil critique. Le site www.migipedia.ch permet actuellement aux clients de donner leur avis sur près de 5000 produits. Les nombreux commentaires constituent un lexique Migros constamment alimenté par les expériences quotidiennes des consommateurs.

Un site toujours plus utile

«L’idée de départ de Migipedia me paraît très bonne», indique Andreas Zweifel. Mais l’informaticien ne se départit pas de son sens critique et enrichit le site de remarques pertinentes. «Je ne comprends pas pourquoi Migipedia ne

permet que d’évaluer des produits. J’aimerais aussi pouvoir donner mon avis sur les magasins.» Ce client Migros trouve par exemple peu pratique que les rayons des produits frais soient parfois disposés directement après l’entrée. «Tout au long de mes courses, je dois alors faire attention à ce que ma salade et les fruits ne soient pas écrasés par les autres produits que je place dans mon chariot.» Andreas Zweifel est en revanche enthousiasmé par certains centres commerciaux Migros, comme le Shoppi & Tivoli dans la banlieue ouest de Zurich. «Il y a de nombreux comptoirs de vente et l’ensemble du magasin est très accueillant.» Les utilisateurs comme Andreas Zweifel sont très précieux pour Migipedia, car «la critique constructive est très instructive, explique Ben Proske, responsable général de la plateforme internet. L’idée de pouvoir aussi noter les magasins est pour moi une suite logique du développement de Migipedia. Nous allons en discuter avec la direction du marketing et les responsables des coopératives régionales.» Il faut dire que le site se trouve encore en phase «Beta», c’est-à-dire en pleine évolution. Des changements sont donc encore possibles. Au final, la plateforme devra satisfaire le plus grand nombre d’utilisateurs.

Migipedia, le site qui vous ressemble

Quand Andreas Zweifel ne vole pas en ballon, il surfe sur Migipedia, où ses avis sont pris en considération.

«Je trouve très bonne l’idée de Migipedia. C’est bien que Migros s’intéresse à l’avis et aux propositions de ses clients.»

«Sur Migipedia, je n’aimerais pas seulement pouvoir noter des produits de l’assortiment, mais aussi les magasins Migros.»

Michael West Photo Keiko Saile

Sur www.migipedia.ch, les clients peuvent actuellement échanger leurs avis sur près de 5000 produits Migros. Les utilisateurs ont aussi la possibilité d’exprimer des souhaits et des critiques sur le site lui-même. Ainsi, Migipedia se dotera peu à peu de nouvelles fonctions.


ACTION OFFRES VALABLES DU 3.8 AU 16.8.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK RÉDUCTION SUR TOUS LES PRODUITS NIVEA HAIRCARE ILLUSTRÉS

3 pour 2

9.90

au lieu de 14.85

Shampooing en lot de 3 For Men, Volume Sensation, Beautiful Age, Intense Repair, Nutri Cashmere, Diamond Gloss, Color Crystal Gloss 3 x 250 ml

NOUVE

NOUVE

AU

AU

7.35

Après-Shampooing en lot de 2 Intense Repair, Nutri Cashmere, Diamond Gloss, Color Crystal Gloss 2 x 200 ml

LA BEAUTÉ EST SOIN

www.NIVEA.ch

au lieu de 9.20

Nivea est en vente à votre Migros


INCROYABLEMENT INCROYABLE ENT FRAIS PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 3.8 AU 9.8.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

es Savourez vos soiré s estivales avec ce èque crudités avec past et dip au citron. Recette sur alin ww.saison.ch/m-m

40%

1.20 au lieu de 2.–

Pastèques Italie/Espagne, le kg

40%

3 pour 2

9.60

3.15

au lieu de 5.25

Mozzarella Alfredo 3 x 150 g

au lieu de 14.40

Saumon fumé atlantique Norway, le lot de 3 d’élevage, Norvège, 3 x 75 g

Les articles M-Budget, Sélection et ceux bénéficiant déjà d’une réduction sont exclus de toutes les offres.


IRRÉSISTIBLE PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 3.8

de Savourez une sala fruitée: salade ches de nectarines et pê à la mélisse. Recette sur -malin www.saison.ch/m

2.70

Groseilles Suisse, la barquette de 250 g

2.30

Nectarines Italie/Espagne, le kg

2.20

Colraves bio Suisse, le kg

Société coopérative Migros Genève

2.40

Courgettes Suisse, le kg

1.90

Salade saveurs d’été Suisse, les 100 g


MENT FRAIS. MENT AU 9.8.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

PRIX CRAQUANTS 50%

2.60

Salade Little Gem Sucrine Suisse, de la région, la barquette de 300 g

2.10

Pousses de haricots mungo bio Suisse, de la région, le sachet de 250 g

2.40 au lieu de 4.80

Pommes de terre fermes à la cuisson Suisse, le sac de 2,5 kg

le kg

4.70 Maïs sucré de Suisse

50 0 g 4.80

Tomates bio Suisse, de la région, le kg

2.70 Raisin blanc sans pépin Italie, la barquette de 500 g


QUAND LA FRAÎCHE PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 3.8

Accompagnée d’un icé, steak de cheval ép de la sa un délice divin: erez grecque. Vous trouv la recette sur www. , saison.ch/m-malin nts ie éd gr et tous les in bien frais à votre Migros.

30% 2.55

au lieu de 3.70

Steak de cheval Canada, les 100 g

3 pour 2

7.80

au lieu de 11.70

Knackerli M-Classic, le lot de 3 paquets Suisse, 18 pièces/660 g

Société coopérative Migros Genève

7.90

au lieu de 9.90

Viande des Grisons 20% de réduction prétranchée, Suisse, 110 g

18.90

au lieu de 31.50

Escalopes de dinde Le Gaulois France, le kg


UR SE M MET ET À TABLE. AU 9.8.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

4.50

au lieu de 6.50

Chipolatas de veau lardées, TerraSuisse 6 pièces Suisse, l’emballage de 260 g

PRIX CRAQUANTS 40%

1.25 au lieu de 2.10

Fromage d’Italie, TerraSuisse prétranché, Suisse, les 100 g

30%

1.65

au lieu de 2.10

Ailerons de poulet Optigal nature Suisse, les 100 g

2.25 au lieu de 3.25

Gigot d’agneau Nouvelle-Zélande et Suisse, les 100 g

30%

2.60

au lieu de 3.30

Brochette mix grill Suisse, les 100 g

3.–

au lieu de 4.40

Suprême d’Eglefin Atlantique Nord-Est, les 100 g


RENDEZ-VOUS DU CÔ PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 3.8

4.95

au lieu de 6.20

3.75

Toutes les pâtisseries à la framboise 20% de réduction réfrigérées, par ex. gâteau à la framboise, 2 parts/340 g

Toutes les minitartelettes en lot de 4 25% de réduction par ex. tartelettes de Linz, 4 pièces/ 300 g

–.55

au lieu de –.70

Toute la gamme des sérés aux fruits 125 g, par ex. quark séré aux fraises

au lieu de 5.–

9.50

au lieu de 12.50

Lait entier UHT Valflora, le lot de 10 20% de réduction 10 x 1 litre

40%

2.90

Yogourt Dessert aux fruits des bois 2 x 90 g

Société coopérative Migros Genève

29.90 au lieu de 49.90

Phalaenopsis, 2 panicules env. 15 cm

12.90

Roses avec hypericum, Max Havelaar le bouquet de 10


TÉ DES M MARAÎCHERS. ARAÎCHERS. AU 9.8.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

10.90

au lieu de 14.40

Saucisses de veau à rôtir avec purée de pommes de terre ou émincé de veau à la zurichoise Anna’s Best, le lot de 2 3.50 de moins par ex. saucisse de veau à rôtir avec purée de pommes de terre, 2 x 380 g

5.10

Saladbowl Ricca 210 g

2.60

Couronne soleil bio 360 g

50%

5.85

au lieu de 11.70

Tortellonis à la ricotta et aux épinards M-Classic, le lot de 3 paquets 3 x 250 g

7.90

au lieu de 13.20

Pizza Anna’s Best Prosciutto 1 kg

6.30

au lieu de 7.65

Tous les fromages fondus en tranches par ex. Gruyère, 30 tranches/600 g

4.20

Pâte à enrober 200 g

1.35

au lieu de 1.70

Tilsit surchoix 20% de réduction les 100 g


À LA CHASSE AUX PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU

40%

4.30

4.–

au lieu de 5.10

au lieu de 7.20

Petites meringues au chocolat, 350 g ou biscuits mousse, 290 g 20% de réduction par ex. petites meringues au chocolat

Glace en gobelets individuels M-Classic, le lot de 4 ice coffee, banana split ou japonais, 4 x 90 g

2.85

au lieu de 3.60

Gommes aux fruits, le lot de 2 paquets 20% de réduction par ex. poissons acidulés Gomz, 2 x 150 g

1.65

au lieu de 2.25

Tous les biscuits Créa d’Or à partir de 2 paquets –.60 de moins l’un par ex. bricelets, 100 g

7.20

au lieu de 9.60

Tablettes de chocolat Frey, le lot de 6 25% de réduction Truffes, Mocca, Pralinor, Splendor ou Amandes/ noisettes, par ex. Truffes, 6 x 100 g

40%

4.10

au lieu de 6.90

Röstis Original en sachet alu, le lot de 3 3 x 500 g

7.60

au lieu de 9.50

Tous les cornets Crème d’or en emballages multiples 20% de réduction par ex. cornets au chocolat, 6 pièces


BONNES AFFAIRES. 3.8 AU 9.8.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

6 pour 4

30%

4.60

11.50

au lieu de 6.95

au lieu de 16.50

Toutes les eaux minérales S. Pellegrino, le lot de 6 par ex. S. Pellegrino, 6 x 1,5 litre

Crevettes crues Black Tiger Pelican, surgelées d’élevage, Viêtnam, 750 g

9.90

au lieu de 12.60

Farce pour vol-auvent M-Classic, le lot de 3 20% de réduction à la viande ou mélange de champignons, par ex. farce pour vol-au-vent aux champignons et à la viande, 3 x 500 g

30% 1.75

au lieu de 2.50

Tous les jus, nectars et smoothies Sarasay par ex. cocktail de nectars, 75 cl

7.80

au lieu de 9.75

Aliments humides Exelcat en sachets, 12 x 100 g, ou en barquettes, 8 x 100 g 20% de réduction diverses variétés, par ex. ragoût au saumon, 12 x 100 g

50%

7.95

au lieu de 15.90

Total Minimax par ex. produit de lessive complet Total Minimax, champion CO2, 1,65 kg Valable jusqu’au 16.8


ÉCONOMISEZ FÛTÉ. PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 3.8 AU 9.8.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

11.40

au lieu de 14.40

Revitalisants textiles Exelia, le lot de 2 recharges 20% de réduction 5 parfums différents, par ex. Exelia Florence, 2 x 1,5 litre

40%

1.80 au lieu de 3.–

Tous les désodorisants Migros Fresh (excepté les emballages multiples), par ex. Press & Go Migros Fresh Flower Valable jusqu’au 16.8

15.80 au lieu de 21.–

Lessive pour le linge fin Yvette, le lot de 2 recharges par ex. Yvette Care, 2 x 2 litres

6.10

au lieu de 7.60

Serviettes à démaquiller et mouchoirs en papier Linsoft en emballages multiples par ex. serviettes à démaquiller Linsoft, le lot de 4, 4 x 150 pièces

5.30

au lieu de 6.80

Produits contre l’incontinence Secure à partir de 2 articles 1.50 de moins l’un (excepté les sachets hygiéniques), par ex. Secure light plus, 24 pièces Valable jusqu’au 16.8

29.90

Mocassins pour femme* cuir véritable, pointures 36-41, aussi disponible en noir Valable jusqu’au 16.8

* En vente dans les plus grands magasins Migros, ** Micasa ou *** melectronics.

à partir de

9.90

Chaussures de loisirs* couleurs et pointures diverses Valable jusqu’au 16.8


LISTE D’ÉCONOMIES. OFFRES VALABLES DU 3.8 AU 9.8.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

4.45

FRUITS & LÉGUMES Pastèques, Italie/Espagne, le kg 1.20 au lieu de 2.– 40%

au lieu de 5.60

Nectarines, Italie/Espagne, en panier de 1 kg 2.30

Tous les détergents spéciaux Pial et Potz 20% de réduction par ex. produit d’entretien pour les parquets Pial*, 1 litre Valable jusqu’au 16.8

Salade Méditerranée Anna’s Best, 250 g 3.20 au lieu de 3.80 Légumes asiatiques, de Thaïlande, les 100 g 2.05 au lieu de 2.60 Pommes de terre fermes à la cuisson, le sac de 2,5 kg 2.40 au lieu de 4.80 50%

POISSON, VIANDE & VOLAILLE Steak de cheval, du Canada, les 100 g 2.55 au lieu de 3.70 30% Emincé de bœuf seshuan, de Suisse, les 100 g 3.40 au lieu de 4.25 Brochette mix grill 1 pièce, de Suisse, les 100 g 2.60 au lieu de 3.30 Grillades tessinoises, de Suisse, les 100 g 1.90 au lieu de 2.40 Ailerons de poulet épicés, de Suisse, les 100 g 1.65 au lieu de 2.20 Escalopes de dinde Le Gaulois, de France, le kg 18.90 au lieu de 31.50

19.90

Fromage d’Italie, TerraSuisse, les 100 g 1.25 au lieu de 2.10 40%

Couverture d’été en polaire Roger*/** 150 x 200 cm, divers coloris Valable jusqu’au 16.8

Viande des Grisons, de Suisse, 110 g 7.90 au lieu de 9.90 Knackerli M-Classic, le lot de 3 paquets, Suisse, 18 pièces/660 g 7.80 au lieu de 11.70 3 pour 2 Pâté mignon de porc, de Suisse, les 100 g 3.40 au lieu de 4.30 Saumon fumé atlantique Norway, le lot de 3, 3 x 75 g 9.60 au lieu de 14.40 3 pour 2 Crevettes crues Black Tiger Pelican, surgelées, 750 g 11.50 au lieu de 16.50 30%

179.–

au lieu de 199.–

Canon IXUS 110 or ou argent*/*** 12,1 mégapixels, écran 2,8", zoom opt. 4x, stabilisateur d’image, vidéo HD Valable jusqu’au 16.8

Pour vos achats, détachez ici.

Salade de fruits de mer, d’Italie, les 100 g 2.65 au lieu de 3.37 Paëlla Valenciana, de Suisse, les 100 g 2.50 au lieu de 3.10 Sushis Hazuki, élaborés en Suisse, l’assortiment de 13 pièces 22.–

PAIN & PRODUITS LAITIERS Tilsit surchoix, les 100 g 1.35 au lieu de 1.70 Tous les fromages fondu en tranches, par ex. Gruyère, 30 tranches/600 g 6.30 au lieu de 7.65

Mozzarella Alfredo, 3 x 150 g 3.15 au lieu de 5.25 40% Tous les sérés aux fruits, 125 g, par ex. séré aux fraises –.55 au lieu de –.70 Lait entier UHT Valflora, le lot de 10, 10 x 1 litre 9.50 au lieu de 12.50

FLEURS & PLANTES Roses avec hypericum, Max Havelaar, le bouquet de 10 12.90 Phalaenopsis env. 15 cm, 2 panicules 29.90 au lieu de 49.90 40%

AUTRES ALIMENTS Tablettes de chocolat Frey, le lot de 6 x 100 g 25% Tous les biscuits Créa d’Or à partir de 2 paquets –.60 de moins l’un Petites meringues au chocolat, 350 g ou biscuits mousses, 290 g 20%

NON-ALIMENTAIRE Toutes les lessives Total Minimax 50% Valable jusqu’au 16.8 Lessive pour le linge fin Yvette, le lot de 2 recharges, 2 x 2 litres 15.80 au lieu de 21.– Revitalisants textiles Exelia, le lot de 2 recharges 20% Tous les détergents spéciaux Pial et Potz 20% Valable jusqu’au 16.8 Tous les désodorisants Migros Fresh (excepté les emballages multiples) 40% Valable jusqu’au 16.8 Produits contre l’incontinence Secure (excepté les sachets hygiéniques) à partir de 2 articles 1.50 de moins l’un Valable jusqu’au 16.8 Serviettes à démaquiller Linsoft, le lot de 4 boîtes, 4 x 150 pièces 6.10 au lieu de 7.60 Mocassins pour femme 29.90 Valable jusqu’au 16.8

Tous les cornets Crème d’or en emballages multiples 20%

Chaussures de loisirs à partir de 9.90 Valable jusqu’au 16.8

Toutes les mini-tartelettes en lot de 4 25%

Couverture d’été en polaire Roger, 150 x 200 cm 19.90

Toutes les pâtisseries à la framboise, réfrigérées 20%

Canon IXUS 110 doré ou argenté 179.– au lieu de 199.–

Glace en gobelets individuels M-Classic, le lot de 4 gobelets, 4 x 90 g 4.30 au lieu de 7.20 40%

Aliments humides Exelcat en sachets, 12 x 100 g, ou en barquettes, 8 x 100 g 20%

Gommes aux fruits, le lot de 2 paquets 20% Tous les jus, nectars et smoothies Sarasay 30% Toutes les eaux minérales S. Pellegrino en lot de 6 6 pour 4 Röstis Original en sachet alu, le lot de 3, 3 x 500 g 4.10 au lieu de 6.90 40% Farce pour vol-au-vent M-Classic, le lot de 3 20% Saucisses de veau à rôtir avec purée de pommes de terre ou émincé de veau à la zurichoise Anna’s Best, le lot de 2 3.50 de moins Steaks végétariens au poivre Cornatur, 400 g 7.20 au lieu de 10.40 Tortellonis à la ricotta et aux épinards M-Classic, le lot de 3 paquets, 3 x 250 g 5.85 au lieu de 11.70 50% Œufs frais suisses, élevage au sol, la boîte de 10 pièces 3.65 au lieu de 4.55

NOUVEAUTÉS Crème fraîche bio, 200 g 3.15 NOUVEAU Valable jusqu’au 16.8 Lanières de poulet, 130 g 4.90 NOUVEAU Valable jusqu’au 16.8 Filets de tilapia Pelican nature, surgelés, 300 g 7.50 NOUVEAU Valable jusqu’au 16.8 Tartelettes aux fruits, 2 pièces/300 g 4.80 NOUVEAU Valable jusqu’au 16.8 Biscuits smiley Eimalzin, 120 g 2.90 NOUVEAU Valable jusqu’au 16.8 Sauce aux herbes aromatiques, bio, 35 g 2.30 NOUVEAU Valable jusqu’au 16.8 Asco Vitaflex, 154 g 6.90 NOUVEAU Valable jusqu’au 16.8 Linsoft Magic, lingettes rafraîchissantes, 10 pièces 2.90 NOUVEAU Valable jusqu’au 16.8

GASTRONOMIE Menu Duo, Ragoût de bœuf (Suisse), spirales au beurre, ratatouille + Vittel 50 cl 12.50 au lieu de 18.– Valable du 2.8 au 7.8

Société coopérative Migros Genève Vous trouverez plus d’informations sur les prix, les produits et les réductions sur les étiquettes des articles dans cet encart.


BONNES NOUVELLES! PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 3.8 AU 16.8.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

NOUVEAU 4.80 Tartelettes aux fruits 2 pièces/300 g

NOUVEAU 2.90 Eimalzin Smiley biscuits croustillants fourrés à l’eimalzin, 120 g

NOUVEAU 4.90 Lanières de poulet grillées, Brésil, 130 g

NOUVEAU 2.30 Sauce aux herbes aromatiques, bio 35 g

NOUVEAU 7.50

Filets de tilapia Pelican nature surgelés, goût neutre, idéal en grillade ou à la poêle, 300 g

NOUVEAU 6.90 Asco Vitaflex favorise la mobilité articulaire chez les chiens adultes et âgés, 154 g

NOUVEAU 2.90

NOUVEAU 3.15 Crème fraîche, bio 200 g

En vente dans les plus grands magasins Migros.

Linsoft Magic lingettes rafraîchissantes compressées, emballées individuellement, 10 pièces


ACTUALITÉ MIGROS

Migros Magazine 31, 2 août 2010

| 51

T TOUR DE SUISSE ««2 pour 1: voyager à travers la Suisse», l’action dd’été de Migros et des transports publics.

INSTANTS DÉTENTE

Que ce soit au Swiss Holiday Park de Morschach ou au parc aquatique Bernaqua, le temps est à la détente et à l’amusement.

Quatre excursions détente au choix

A tester seul ou à deux: le toboggan Xtube du Burgerbad de Loèche-les-Bains.

Adieu stress, bonjour allégresse

Détente, décompression, relaxation: profitez des «offres combinées RailAway CFF 2 pour 1» pour oublier le quotidien.

S

e faire du bien tout en découvrant la belle Helvétie: voilà aussi l’un des buts de l’action Migros «2 pour 1: voyager à travers la Suisse». En tout, vingt-six «offres combinées RailAway CFF 2 pour 1», dont quatre ayant pour thème la détente, attendent les clients Migros. A Loèche-les-Bains (VS), par exemple, les visiteurs laisseront

leurs petits tracas aux vestiaires du Burgerbad et profiteront du plus grand centre thermal des Alpes. Pas moins de dix bassins situés au pied d’un impressionnant cirque montagneux attendent les curistes. Buses massantes, bains bouillonnants et douches en cascade seront bien sûr au programme de la journée bien-être. Quant aux plus audacieux, ils s’élance-

ront, assis sur une bouée, du haut du toboggan Xtube. Situé aux portes de Berne dans le centre Westside, le parc aquatique Bernaqua invite de son côté les clients Migros à découvrir ses thermes romano-irlandais. Ces derniers allient les bains de vapeur de la Rome antique aux bains d’air chaud et sec irlandais. Rien de tel pour lâcher prise.

L’action «2 pour 1: voyager à travers la Suisse» permet à deux personnes de voyager pour le prix d’une seule. Les vingt-six «offres combinées RailAway CFF 2 pour 1» comprennent le déplacement en transports publics et une offre additionnelle pour deux personnes, et ce, dans trois types de catégorie: aventure, détente et panorama. La prestation ferroviaire la plus avantageuse et la prestation supplémentaire la moins chère étant gratuite. Informations détaillées sur l’action et les destinations: www.migros.ch/ voyageratraverslasuisse.

➔ Bains thermaux Burgerbad de Loèche-les-Bains ➔ Swiss Holiday Park de Morschach ➔ Parc aquatique Bernaqua ➔ Aquarena de Bad Schinznach


52 | Migros Magazine 31, 2 août 2010

TOUR DE SUISSE 1re partie: sur l’alpe ➔ 2e partie: vive le 1er Août! ➔ 3e partie: un brunch sur l’eau ➔ 4e partie: à la ferme ➔ 5e partie: autour du feu

Mal de mer interdit Dans la cuisine du bateau, Jan prépare un copieux brunch pour tout l’équipage. Yogourt framboise M-Classic, 180 g, Fr. –.60 Yogourt moka M-Classic, ferme, 180 g, Fr. –.60 Pink Grapefruit Sarasay Nectar, 1 l, Fr. 1.80*/** au lieu de Fr. 2.60 Nescafé Gold de Luxe, 100 g,

Fr. 6.95

Choco Noir, 200 g, Fr. 3.20* Tasse avec croix suisse, porcelaine, Fr. 3.90 Tresse au beurre TerraSuisse, 500 g, Fr. 3.30 Croissants au beurre, l’un,

Fr. –.85

* En vente dans les plus grands magasins. ** Prix action valable du 3 au 9 août 2010.

Baies des bois Farmer Croc, 500 g,

Fr. 4.60

Müesli M-Classic, 150 g, Fr. -.95

Eimalzin Crisp, 400 g,

Fr. 3.30*

Lait Drink UHT bio, 1 l, Fr. 1.70

* En vente dans les plus grands magasins.


EN MAGASIN

| 53

Le bon air du large

A Bâle, les trois compères que Migros suit depuis trois semaines ont décidé d’aider une musicienne à nettoyer le pont de son bateau.

A

près avoir organisé une fête du 1er Août à Zermatt (lire notre précédente édition), Jan, Stéphanie et Gabriel se rendent à Bâle. Là, Anmari Wili, une pianiste-compositrice, les accueille sur sa péniche. Pour peu, on sentirait l’air du large, car finalement Rotterdam n’est pas si loin… Mais fini de rêvasser: Stéphanie et Gabriel doivent maintenant

nettoyer le pont. Le capitaine, Hans Baumgartner, les encourage et les incite à frotter, frotter et encore frotter. Pendant ce temps, Jan prépare un copieux brunch pour tout l’équipage ainsi que pour les invités d’Anmari. L’ambiance est au beau fixe. C’est sûr, la journée s’annonce belle. Martin Jenni

Alors Alor que Jan prépare le déjeuner déj dans la cabine, Stéphanie et Gabriel nettoient n le pont sous so la direct direction du capi capitaine.

Tresse au beurre précuite M-Classic, 600 g, Fr. 4.50

Jus d’orange Anna’s Best, 75 cl, Fr. 3.10


54 | Migros Mig g Magazine 31, 2 août 2010

TOUR DE SUISSE

Au fil de l’eau

Rien de tel qu’un bon brunch sur un bateau pour bien commencer la journée. Pain mi-blanc TerraSuisse, 500 g, Fr. 1.15 Jambon de derrière TerraSuisse, les 100 g, Fr. 2.90 Gala Nature, 80 g, Fr. 1.95 Yogourt M-Classic, divers arômes, 180 g,

Fr. –.60

White Cranberry Nectar Sarasay, 1 l, Fr. 2.-** au lieu de Fr. 2.90 Couronne de Sils TerraSuisse, 300 g, Fr. 2.50

Photos Lucas Peters

** Prix action valable du 3 au 9 août. En vente dans les plus grands magasins.

Beurre bio, 200 g, Fr. 4.20 Cottage Cheese M-Classic, nature, 200 g,

Fr. 1.65

Brie M-Classic, 200 g, Rosettes de Tête de Moine, les 100 g, Fr. 4.90

Fr. 3.30


EN MAGASIN

| 55

SUISSEMOBILE

Les plus beaux itinéraires de Suisse Soutenu par Migros, SuisseMobile est un réseau national promouvant la mobilité douce. Il regroupe les plus beaux itinéraires du pays pour la marche à pied, le vélo, le VTT, le patin à roulettes et le canoë. SuisseMobile informe les utilisateurs sur les tracés et les offres via internet ainsi que par le biais de guides et de cartes. Le site web est particulièrement attrayant: des cartes interactives permettent de sélectionner les itinéraires d’une région et de les imprimer à l’échelle souhaitée. Par ailleurs, ceux-ci fournissent aussi des informations sur les transports publics et des offres spécifiques telles que les points de location élos de vélos.

Jambon fumé bio, les 100 g,

Fr. 4.40*

* En vente dans les plus grands magasins.

Lard à griller M-Classic, les 100 g, Fr. 1.95

Œufs pour pique-nique bio, 50 g+, 4 pièces,

Fr. 3.75

Le long du fleuve Le sentier du Rhin longe la rivière en empruntant les anci anciens chemins des pêch pêcheurs. Il traverse la vieille ville de Bâ Bâle, le port et des forêts om ombragées. De Des panneaux ab abordent des th thématiques cult culturelles, histor historiques et écolog écologiques en rapport avec le Rhin. La promena promenade plaira à tous ceux qui aiment Pour flân flâner. Trois heures se rendre suffisent pour sur le sentier du Rhin, qui relie parcourir les 13 km le vieux Bâle à Kaiseraugst, la de cette belle promeilleure solution est menade. Bon à d’emprunter un taxi savoir: le dénivelé fluvial, le «Rhytaxi». est d’à peine 30 m. www.suissemobile.ch


56 | Migros Magazine 31, 2 août 2010

Renaissance de la nature

L’épeautre était déjà cultivé en Suisse au Moyen Age. Aujourd’hui, grâce notamment au label TerraSuisse, cette céréale connaît un véritable engouement.

F

ritz Schär, un paysan de HauteArgovie, cultive de l’épeautre par tradition, mais aussi et surtout par conviction. Ici, sa famille produit des céréales depuis quatre générations: «Au début, on se moquait de nous. Nous avons été les premiers à réintroduire la culture de l’épeautre dans la région.» Alors que la plupart des autres agriculteurs préféraient miser sur

le blé, plus rentable, les Schär ont en effet privilégié cette céréale qu’ils jugeaient plus respectueuse de l’environnement: «L’épeautre est plus robuste et a donc besoin de moins de traitements; il pousse presque tout seul et appauvrit moins les sols.» Par contre, après que le grain a été battu, il est nécessaire d’enlever la balle qui le protège des in-

tempéries. Cette opération, qui n’existe pas pour le froment, est assez onéreuse. Au XIIe siècle déjà, Hildegard de Bingen, une religieuse allemande, vantait les vertus de l’épeautre. Pour elle, celui-ci est «de nature chaude, plein de force et rend joyeux». Depuis sa redécouverte, l’épeautre est beaucoup utilisé en cuisine. Fritz Schär a

ainsi pu doubler la surface vouée à cette céréale, la portant à 2,7 hectares. Et la demande ne cesse de croître. Depuis 1996, l’agriculteur produit selon les directives IP-Suisse de l’épeautre ancien issu uniquement de vieilles variétés suisses qui n’ont pas été croisées avec du froment. Son succès semble lui donner raison. Silke Bender


EN MAGASIN

| 57

Entre ses champs et la lisière de la forêt, Fritz Schär a laissé des zones en friche, des surfaces dites écologiques qui abritent des coléoptères, de même que des faons et des renards qui adorent se cacher dans les hautes herbes.

Soutien à la biodiversité

Photo Jorma Müller

En 2008, Migros a lancé le label TerraSuisse en collaboration avec IP-Suisse et la station ornithologique suisse de Sempach. Aujourd’hui, plus de 14 000 agriculteurs participent à ce programme. TerraSuisse garantit – aujourd’hui, demain et après-demain – une agriculture proche de la nature et respectueuse des animaux. Le label s’engage principalement à sauvegarder la biodiversité de la faune et de la flore. Les cultures intensives traditionnelles sont en effet responsables de l’extinction de nombreuses espèces végétales et animales. Les agriculteurs IP-Suisse qui vendent leurs produits sous le label TerraSuisse sont tenus de respecter

des critères écologiques stricts. Le colza et les céréales sont ainsi cultivés dans le respect de la nature: recours minimal aux engrais, aucune utilisation de régulateurs de croissance et de pesticides (fongicides et insecticides). Fritz Schär a par exemple investi 24 000 francs dans l’acquisition de tuyaux facilitant l’épandage du fumier. Avec ce système, la terre est mieux nourrie, les évaporations d’ammoniac limitées et les mauvaises odeurs diminuent, conformément à une des nombreuses mesures de protection des ressources. En complément du label bio, TerraSuisse renforce l’engagement de Migros dans le développement durable. www.migros.ch/terrasuisse

TerraSuisse et l’ONU, qui a déclaré 2010 «Année internationale de la biodiversité», s’engagent en faveur d’une plus grande diversité de la faune et de la flore.

Festival d’épeautre Son goût puissant ainsi que ses précieux nutriments font de l’épeautre un ingrédient recherché dans la cuisine diététique.

Cornettes d’épeautre à l’ancienne TerraSuisse, 500 g, Fr. 3.50

Tagliatelles d’épeautre à l’ancienne TerraSuisse, 500 g, Fr. 5.50

Farine d’épeautre à l’ancienne TerraSuisse, 1 kg, Fr. 3.50

Pain rustique à la farine d’épeautre TerraSuisse, 500 g, Fr. 4.50

Petits pains à l’épeautre précuits TerraSuisse, 4 pièces, Fr. 3.50


NOUVEAU PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRE VALABLE DU 3.8 AU 16.8.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

EFFET ANTIRIDES 3D Le soin intensif antirides concentré avec effet liftant comble les rides de l’intérieur et affermit de façon ciblée. Efficacité prouvée Roll-on antirides Zoé Revital 15 ml

18.50


EN MAGASIN

Migros Magazine 31, 2 août 2010

NOUVELLE RECETTE

BON & BON MARCHÉ

Pétillant

Jarimba! Non, il ne s’agit pas d’un cri de ralliement, mais du nom d’une boisson rafraîchissante, désormais disponible dans une nouvelle recette exempte d’édulcorants artificiels. Au choix: Citro, Himbo (framboise), Orange et Orange-Mango ainsi que les versions light Grapefruit, Citro et Orange. Jarimba Orange, 6 x 1,5 l, Fr. 8.40

FR. 12.60

NOUVEAU À MIGROS

Si l’habit ne fait pas le moine, l’emballage élégant de la barre Frey d’Or Noir en fait tout de même un objet de convoitise. A base de cacao maigre et d’éclats de noisettes croustillantes, cette spécialité est désormais disponible par lot de cinq, pour le plus grand bonheur des familles! Frey d’Or Noir, 5 pièces, 105 g, Fr. 2.20

Lasagnes à la ratatouille

Pour un plat de 20 x 30 cm

Mâchez et buvez: les nouveaux bonbons Filled Fruit de Smams ont un cœur liquide des plus fruités. Un véritable délice pour le palais à découvrir sans tarder. Filled Fruit Smams, 200 g,

➔ Couper en dés 250 g d’aubergines, 100 g de poivrons jaunes et 200 g de courgettes. Hacher fin 1 petit oignon et 1 gousse d’ail. Faire revenir les légumes dans 4 cs d’huile d’olive. Ajouter 1 boîte (400 g) de tomates pelées hachées. Assaisonner avec du sel, du poivre et des herbes italiennes. Laisser mijoter 10 minutes. Env. Fr. 5.40

NOUVEAU À MIGROS

➔ Préparer 1 portion de sauce béchamel, ajouter le zeste d’un citron bio. Couper en tranches 150 g de champignons de Paris, faire revenir brièvement dans 2 cs d’huile d’olive et incorporer à la sauce. Env. Fr. 3.70

Etonnant

Fr. 3.90

Fondant

➔ Garnir le plat à gratin en alternant les couches de ratatouille, de lasagnes fraîches et de sauce aux champignons. Cuire 25 min au four préchauffé à 200 °C. Env. Fr. 3.50

+ NOUVEAU À MIGROS

Amusant Enfin un biscuit qui fait sourire petits et grands! Les nouveaux Smiley d’Eimalzin n’arborent pas seulement un visage sympathique, ils sont aussi délicieux. En effet, ce sandwich de sablés est fourré à la savoureuse pâte d’Eimalzin. Smiley Eimalzin, 120 g, Fr. 2.90* * En vente dans les plus grands magasins.

| 59

+


60 | Migros Magazine 31, 2 août 2010

U

ne grande tunisienne blanche et un châle immaculé jeté sur l’épaule gauche. Une croix scintillante autour du cou et deux madones aux oreilles. Elizabeth Sombart apparaît. Comme une vision, sortie de nulle part, soudain elle est là. Elle a le halo d’un ange, mais quand elle parle, sa voix est grave. Des mots pris dans les octaves du bas qui révèlent une immense force intérieure. Sûr que cette pianiste virtuose, 51 ans, a une volonté hors du commun. Une vie de gammes et de concerts, d’honneurs et de galas, entièrement dédiée à la musique classique. Qu’elle a portée dans les plus grandes salles du monde, à Paris, Londres, New York. Mais pas seulement. Plus attirée par l’ombre des humbles que les projecteurs de la gloire, elle a vite choisi d’autres lieux. Comme les EMS, les hôpitaux, les prisons. Convaincue que la bataille de l’orgueil ne mène nulle part et que la musique est un accomplissement, bien au-delà d’un faire-valoir ou d’une seule démonstration de technicité. Une beauté qu’elle rêve encore d’amener en un lieu précis: en Israël, le temps d’un concert pour la paix, avec l’Orchestre Solidarité Résonnance, qu’elle est justement en train de créer. «La musique est le lieu, si elle est bien jouée, d’une communion possible de ce qu’il y a d’universel entre tous les hommes.» Elle est comme ça, Elizabeth Sombart, virevoltante et austère, lumineuse et empreinte d’une profonde conviction. A peine incarnée, discrète sur sa vie terrestre, comme si elle habitait ailleurs. Dans la musique, sans aucun doute. «Oui, le piano a été ma première maison, et l’est toujours. C’est un espace poétique et le laboratoire intérieur de

Secrets de cuisine er, c’est… Pour vous cuisin mmunier, offrir. Aimer, partager, co at favori? Quel est votre pl . Je surtout à la tomate , J’adore la fondue me en mê , ée er toute l’ann pourrais en mang été!

au z-vous pour rien Que ne mangerie monde? de de Caen… Les tripes à la mo e? ujours en réserv Qu’avez-vous to J’adore o. st pe la sauce au Des pâtes avec de e et liv d’o e uil te un peu d’h les pâtes avec jus un ail frotté. un z-vous partager Avec qui aimerie repas? urais la s pour lui parler, j’a Avec Jésus. Non pa imeJ’a . is pour être en lui parole coupée! Ma ma r un repas avec rais aussi partage rciée n’ai pas assez reme je grand-mère, que . ais im l’a je e assez dit qu et à qui je n’ai pas

toutes les découvertes et émerveillements.» Gamine, elle se réfugiait sous le piano de sa mère et se laissait envelopper par les sons. Elle n’en est jamais vraiment ressortie. «La musique consolait et me faisait entrer dans un monde au-delà des limites. C’est une invitation royale à laquelle j’ai voulu répondre toute ma vie.» A 17 ans, celle qui a grandi dans une famille de quatre enfants, au pied d’un château à Strasbourg, n’a pas hésité à prendre la route pour suivre son premier maître, Bruno Leonardo Gelber, jusqu’en Argentine.

Elizabeth Sombart, la pianiste

Pour l’année Chopin, la musicienne sort un coffret dédié au compositeur. Et interprète aux fourneaux une une couronne de Chopin!


CUISINE DE SAISON ELIZABETH SOMBART

Elizabeth compare la musique à la cuisine, «cet art qui transforme la matière en quelque chose d’éphémère, qui nous donne le goût de l’éternité.»

des anges

pâtisserie parfumée à la violette en son honneur:

| 61

VERSER la farine en une seule fois dans le mélange d’eau, de beurre, de sel et de sucre. PRESSER les cassis à travers une passoire. BADIGEONNER de glaçage.

Décorer de violettes givrées ou de sujets en sucre.


62 | Migros Magazine 31, 2 août 2010

Et puis, un chemin de croix. Un divorce, un enfant perdu. Mais, comme une contre-partie, elle s’est remplie d’énormes quantités d’amour. Mystique, un peu. Croyante, assurément. Illuminée? «J’essaie d’être moi-même un pont, un instrument le plus transparent possible. Quand je joue, je dis toujours que c’est un quatre mains céleste.» Elle est entrée en musique comme on entre dans les ordres. Avec la même ferveur. Se penche sur une partition de Mendelssohn comme si elle allumait un cierge. Les yeux mi-clos, les mains qui respirent, comme des offrandes sur le clavier du Fazioli noir laqué. «Le travail du pianiste, c’est comme une liturgie, un sacerdoce. On fait chanter le piano, on transforme la matière, la finitude des sons en poésie et on retourne au silence.» Comme saint François d’Assise, elle se soumet aux trois vœux, de pauvreté, d’obéissance, de chasteté. Avec une évidente simplicité. «Oui, il faut être obéissant aux lois qui gèrent les relations sonores. S’appauvrir de tout ce qui voudrait se dire en nous, enlever le mauvais moi pour que la musique puisse s’exprimer. Alors on devient chaste, c’est-à-dire unifié corps et âme.» Portée par cette foi vibrante, elle a créé la Fondation Résonnance à Morges en 1998, et en plusieurs villes du monde. Une école qui prend le contre-pied des conservatoires traditionnels, puisqu’il n’y a ni concours d’admission, ni examens, ni limites d’âges et que les cours y sont gratuits. «Il faut arrêter de juger, je n’aime pas parler de génie. On doit être porteur de bénédictions pour nos élèves. Chacun est doué à sa juste mesure.» Six professeurs pour une centaine de participants, dont une de 85 ans. Avec cette pédagogie du souffle, élément clé de son enseignement musical. «On ne joue pas du piano avec les doigts, mais avec le diaphragme. Le geste sur le clavier n’est pas une chose en soi, mais la conséquence d’une respiration intérieure. Une respiration qui permet de vivre l’unité entre soi, l’instrument et la musique.» Ses mots se font marteaux quand il s’agit de parler de la mo-

«Le travail du pianiste, c’est comme une liturgie, un sacerdoce. On fait chanter le piano, on transforme la matière, retourne au silence.»

«J’ai fait vœu de gratuité. Je n’ai jamais donné une leçon ni un concert pour de l’argent.» dernité. Pour elle, la musique ne peut être que tonale et s’arrête à Bartók, sans parler du rock, «cette gangrène malfaisante». «Dès qu’elle est déstructurée, il n’y a plus d’harmonie. J’ai étudié la musique contemporaine, j’en ai écouté, tout le monde connaît Boulez, mais personne ne peut siffler deux notes. Alors que Chopin, je le situe tout en haut de la porte du Ciel.» Elle rayonne, compare encore la musique à la cuisine, «cet art qui transforme la matière en quelque chose d’éphémère, qui nous

donne le goût de l’éternité». Et tout en fouettant délicatement les baies de cassis avec le même sens de la perfection qu’elle met à interpréter un choral de Bach, elle semble à peine de notre temps. Ne cède pas à la tentation de goûter la crème, elle qui jeûne régulièrement pour affiner son oreille. Ne possède ni compte en banque ni carte bancaire, a toujours vécu de la charité de ses amis, parfois dormi dans sa voiture, parfois dans des châteaux. «J’ai fait vœu de gratuité. Je n’ai jamais donné une leçon ni un concert pour de l’argent.

J’ai eu la chance de toujours trouver des gens qui m’ont aidée, des banquiers tombés du ciel, des mécènes. Toujours il y a eu la Providence pour la fondation et pour moi.» Elizabeth Sombart, on s’en doute, ne s’éloigne jamais longtemps de son piano. Juste le temps de prendre chaque jour son bâton de pèlerin pour trouver des sponsors. Et assurer la survie de son école. Une tâche ingrate qui ne lui enlève pas une once d’émerveillement. «Les grâces sont plus grandes que les croix dans nos vies. Je me réjouis d’avoir encore un jour pour devenir meilleure. Vous savez, je vis avec le remords perpétuel de ne pas donner assez.»

Patricia Brambilla Photos Nicolas Righetti / Rezo

Infos sur www.resonnance.org


CUISINE DE SAISON ELIZABETH SOMBART

| 63

La couronne de Chopin

La recette d’Elizabeth Sombart

INGRÉDIENTS POUR 6 PERSONNES 220 g de cassis 1 cs de jus de citron 100 g de sucre 4 feuilles de gélatine 4 cs de sirop, p. ex. de violette ou de cassis 2,5 dl de crème quelques gouttes d’essence de violette selon les goûts 150 g de sucre glace 1 blanc d’œuf

la finitude des sons en poésie et on

De savoureuses recettes sur www.saison.ch Pour s’abonner: 0848 87 7777, abonnements@saison.ch (39 fr. seulement pour 12 numéros)

Pâte à choux: 1,5 dl d’eau 75 g de beurre 1 pincée de sel 1 cc de sucre 90 g de farine 3 œufs

PRÉPARATION 1) Pour la pâte à choux, porter à ébullition l’eau avec le beurre, le sel et le sucre. Y verser la farine en une seule fois. Travailler avec une cuillère en bois jusqu’à ce que la pâte se détache du fond de la casserole. La mettre dans une jatte et laisser tiédir. Incorporer les œufs un à un. 2) Préchauffer le four à 200 °C. Dessiner un cercle d’env. 12 cm de Ø sur un papier sulfurisé. Remplir une poche à douille lisse (n° 12) de pâte à choux. Dresser une couronne de pâte sur le cercle dessiné sur le papier, puis une deuxième couronne accolée à l’extérieur de la première, et enfin une troisième dessus, au centre des deux. Faire cuire 25-30 min au milieu du four. Laisser reposer 10 min dans le four éteint, porte entrouverte, puis laisser refroidir sur une grille à pâtisserie. 3) Entre-temps, égrapper les cassis. Les porter à ébullition avec le jus de citron et le sucre et laisser

mijoter 4 min. Les presser à travers une passoire et laisser tiédir. Faire tremper la gélatine dans de l’eau froide. Chauffer le sirop. Essorer la gélatine et la faire fondre dans le sirop. Incorporer le coulis de cassis et laisser refroidir. Fouetter la crème. Ajouter la préparation au cassis et mélanger. Selon les goûts, parfumer à l’essence de violette. 4) Mélanger le sucre glace avec le blanc d’œuf. Couper horizontalement le gâteau en deux. Répartir la crème de cassis sur la partie inférieure. Poser le couvercle. Badigeonner de glaçage. Suggestion Décorer de violettes givrées ou de sujets en sucre. Préparation: env. 40 min; cuisson au four: env. 30 min Valeur nutritive Une part, env. 9 g de protéines, 29 g de lipides, 66 g de glucides, 2350 kJ / 560 kcal


64 | Migros Magazine 31, 2 août 2010

PETIT PRÉCIS CULINAIRE

Poisson rime avec bon

Savoureux et bénéfique pour la santé, le poisson ne devrait pas être consommé que le vendredi. Andrea Pistorius du magazine «Cuisine de Saison» en est convaincue.

L

e poisson est la composante essentielle d’une alimentation équilibrée. Savoureux et sain, il permet de varier vos menus et apporte à votre organisme de nombreux éléments nutritifs que vous ne trouverez pas dans d’autres aliments. Pour toutes ces raisons, il est recommandé de manger du poisson une à deux fois par semaine, de préférence grillé ou à la vapeur pour préserver toutes ses vertus. Vous vous en doutiez: le poisson frit est déconseillé – n’en déplaise aux Britanniques qui raffolent de leurs célèbres «fish & chips» – car il absorbe beaucoup de gras lors de la friture, ce qui altère sa proportion d’acides gras et annule une partie de ses bienfaits.

Poisson d’eau douce ou de mer?

En Suisse, pays qui regorge de lacs et de rivières, on apprécie évidemment beaucoup les poissons d’eau douce. Victime de leur succès, ces derniers commencent à se faire rares tant dans les eaux helvétiques que sur les cartes des restaurants. Il n’en a pourtant pas toujours été ainsi, comme en témoigne la création, il y a plus de quarante ans, de la Confrérie du poisson d’or qui a pour but d’encourager la consommation de poissons suisses. Il faut dire que dans les années 1960, les produits de la mer faisaient de l’ombre aux spécialités indigènes. Aujourd’hui, les membres de cette association ont souvent bien du mal à s’approvisionner localement. Ils se tournent donc vers l’importation, notamment pour des espèces emblématiques telles que la perche et la féra.

Selon l’Office fédéral de l’environnement, la Suisse a importé en 2009 plus de 53 000 tonnes de poissons. La demande semble donc grande. Paradoxalement, on ne compte que peu d’élevages en Suisse. Il n’y a ainsi que trente sites de production de truite dans notre pays, contre trois cents rien qu’en Bavière.

La perche

La perche d’eau douce est connue finé et pour être un poisson raffiné urmets pauvre en arêtes. Les gourmets apprécient sa chair peu grasse. Conseil: si en Suisse romande, on déguste volontiers les filets de perche meunière, les cuisiniers d’outre-Sarine aiment les préparer en beignet.

Poisson frais ou congelé?

La préférence des gourmets et des amateurs de poisson en général va bien souvent aux produits frais. C’est pourquoi la chaîne du froid ne doit absolument pas être interrompue. Un poisson congelé à très basse température juste après la capture doit être conservé dans de la glace jusqu’à sa consommation. Une fois décongelé, il faut le cuisiner sans attendre, et surtout ne jamais le congeler à nouveau. Les signes ne trompent pas: un poisson qui n’a pas été placé en permanence dans de la glace commence très vite à pourrir. La chair devient molle, les branchies se colorent, les yeux s’enfoncent et, chez les poissons d’eau douce, le film visqueux disparaît. Sans oublier l’odeur désagréable qui s’en dégage… Un poisson congelé doit être stocké à –18 °C. Trois degrés de plus ou de moins entraînent déjà une détérioration de la qualité du produit. Le poisson doit être décongelé au réfrigérateur puis consommé rapidement. Pour le poisson frais, le plus sûr est de le préparer le jour même de l’achat, bien qu’il puisse être entreposé encore deux jours au réfrigérateur.

La féra Appelée aussi palée selon les lacs où elle est pêchée, la féra adore les eaux dont la température oscille entre 2 et 6 °C. Ce poisson est particulièrement apprécié des gourmets du fait de son fumet odorant. Conseil: placer les filets de féra dans un plat à gratin beurré, recouvrir de poireau, d’oignons et de gingembre finement hachés, arroser de sauce soja et cuire au four.


CUISINE DE SAISON

La truite

| 65

Sa chair est si courtisée qu’il est désormais rare de trouver des truites dans nos rivières. Par chance, il est facile d’en faire l’élevage. Conseil: qui n’a pas envie de cuisiner achètera des filets de truite fumés qu’il disposera sur des tranches de pain noir grillé et qu’il accompagnera d’une mousse de raifort. Simple et délicieux.

L’omble chevalier

Appartenant à la famille des salmonidés, l’omble chevalier est un poisson rare, savoureux et dont l’élevage est difficile. Conseil: une recette simple consiste à préparer l’omble chevalier en papillote. Poser le poisson sur du papier aluminium, ajouter des lamelles de fenouil et des tomates cerises coupées en deux, saler, poivrer, arroser d’un peu de vin blanc et de jus de citron et enfourner.


30% DE RÉDUCTION. SUR TOUS LES PRODUITS SARASAY. PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 3.8 AU 9.8.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

30% 2.25

au lieu de 3.25

Jus Sarasay 100 % fruits Florida Orange 1 litre

30%

1.80

au lieu de 2.60

Nectar Sarasay Pink Grapefruit* 1 litre * En vente dans les plus grands magasins Migros.

30%

1.80

au lieu de 2.60

Nectar Sarasay à l’orange sanguine* 1 litre

30%

30% 1.95

au lieu de 2.80

Nectar Sarasay Red Cranberry 1 litre

2.–

au lieu de 2.90

Jus Sarasay 100 % fruits Citrus Mix* 1 litre


Migros Magazine 31, 2 août 2010

VOTRE RÉGION MIGROS GENÈVE

| 67

Professions Migros

Migros Genève tient à offrir le meilleur environnement de travail à ses collaborateurs. Alexandra Pereira suit une formation continue de chargée de sécurité CFST.

A

lexandra Pereira s’est familiarisée avec l’esprit Migros alors qu’elle travaillait en magasin pour financer ses études d’histoire et de philosophie à l’Université de Genève. Pendant six ans, deux jours par semaine, elle a officié à la caisse clients pour enregistrer les achats, à la caisse centrale pour mettre à jour les comptes du magasin et au rayon fleurs pour couvrir les Genevois de bouquets multicolores. A la fin de ses études, elle a rejoint l’équipe de sécurité de Migros Genève et entamé une formation qui se terminera en décembre.

Alexandra Pereira: «En matière de sécurité, le bon sens est un allié précieux.»

Prévenir, intervenir, informer

Photo Christian Marchon

Alexandra Pereira, sur quels dossiers travaillez-vous actuellement?

Avec mes collègues, nous menons une campagne de formation et d’information sur les produits chimiques en entreprise, les détergents notamment. Certains peuvent être corrosifs, d’autres irritants. Comment les stocker, les manipuler, se protéger? Comment agir en cas d’accident? Je prépare aussi une étude sur les rayons fruits et légumes et la problématique du port de charges. Dans le domaine de la restauration, je recherche un modèle de chaussures de sécurité pour les collaboratrices, qui allie protection, confort et esthétique.

Pourquoi avoir choisi la sécurité pour entrer dans la vie professionnelle?

C’est un univers passionnant. Aujourd’hui, on aborde la sécurité dans sa globalité; on considère aussi bien les aspects de la santé du collaborateur que son environnement de travail. Certains risques sont méconnus. J’apprécie également le fait d’être en contact avec l’ensemble des collaborateurs. Dans l’équipe de sécurité, nous fonctionnons aussi en tant que consultants pour nos collègues qui achètent des produits ou de l’équipement. Qui sont vos partenaires de travail?

A l’interne, nous privilégions le partenariat entre services, notamment avec celui des affaires sociales, la commission du personnel et le centre de formation pour tout ce qui touche à la prévention. A l’externe, nous conduisons plusieurs

opérations avec la Suva. Nous collaborons avec l’Office cantonal de l’inspection et des relations au travail (OCIRT) et organisons plusieurs exercices d’évacuation avec la Sécurité civile. Quels sont les accidents les plus fréquents?

Les principaux accidents que nous déplorons sont dus à des chutes de plain-pied, des trébuchements sur divers obstacles ou des glissades sur sol mouillé. En deuxième position, viennent les chocs contre une palette, un rayon ou un autre objet. Comment informez-vous les collaborateurs?

Dans notre équipe, nous tenons à rencontrer un maximum de collaborateurs pour leur expliquer de vive voix que toutes les mesures de

sécurité sont prises en leur faveur, pour les protéger et non pour les contraindre. Pour être mises en pratique, il est primordial que ces mesures soient comprises et acceptées. Nous rappelons également les consignes sur les tableaux d’affichage de chaque service, sur le site intranet d’entreprise – où j’ai mis en ligne tous nos programmes et actions – et lors des diverses séances de départements. Quelles sont les qualités utiles lorsqu’on travaille dans la sécurité?

Avoir un sens global de l’observation: par exemple, être à même d’évaluer l’espace nécessaire pour l’exercice de telle ou telle activité, les conditions d’éclairage, de bruit, etc. Le bon sens est un allié précieux. Isabelle Vidon


sur tous vos achats*

Ce samedi dans tous les magasins et restaurants Migros de Genève, Nyon et Gland

y compris: SportXX, Micasa, melectronics, print-shop, Do it + Garden Migros, Brico-loisirs, Carat bijouterie

M-CUMULUS,

VOTRE FIDÉLITÉ RÉCOMPENSÉE ! La carte CUMULUS est gratuite, simple et avantageuse. Vous collectionnez des points tout simplement lors de votre passage en caisse. Tous les deux mois, vous recevez des bons CUMULUS de Fr. 5.−, Fr. 10.− ou Fr. 20.− selon votre total de points. Ces bons CUMULUS vous permettent de régler vos achats à Migros.

Demandez dès aujou rd'hui votre cart e CUMULUS en magas in

* Ne sont pas concernés: prestations de service, taxes de recyclage, E-loading, cartes téléphoniques, cartes cadeaux, vignettes vélo, billets de spectacle. Non cumulable avec d’autres promotions exprimées en pour cent et multiplication de points CUMULUS. Cartes acceptées: M-Card, Postcard, Maestro, Visa, Mastercard, American Express, JCB.

www.migrosgeneve.ch


VOTRE RÉGION MIGROS GENÈVE

Migros Magazine 31, 2 août 2010

| 69

Genève en mode SlowUp

La fête de la mobilité douce se déroulera ce dimanche 8 août sur la rive gauche. Migros est partenaire.

P

lus de 25 000 cyclistes, patineurs, adeptes du roller et de la trottinette ou marcheurs sont attendus dimanche entre 10 et 16 heures à l’occasion du SlowUp! Chaque participant peut circuler à son rythme, commencer le parcours où il le souhaite et s’arrêter quand et où il le désire. Il n’y a ni départ ni arrivée officiels, l’unique obligation résidant dans le sens du parcours à respecter. Grâce au soutien des communes de Cologny, Vandœuvres, Meinier, Choulex, Gy, Corsier, Collonge-Bellerive, Vésenaz et de la Ville de Genève, 29 km de routes et chemins secondaires seront fermés à la circulation et mis à la totale disposition des participants. Le Village SlowUp sera opérationnel dès 9 heures sur le quai Gustave-Ador, avec les partenaires habituels. De multiples animations et concours ainsi que des stands d’informations et de location de vélos seront ouverts. Plusieurs haltes et visites seront organisées par des communes et des particuliers le long du parcours, permettant à chacun d’aller à la découverte de sites et de domaines magnifiques (tables pay-

Henri Dès chantera le 20 août.

Bim Badaboum Les stands SportXX assureront un service de réparation pour maintenir le bon déroulement de la manifestation.

sannes, dégustation des produits du terroir). Trois «Help Points» jalonneront également le parcours pour assister les coureurs. L’association PROCAP, Association suisse des invalides, s’associe à la manifestation avec un parcours spécialement aménagé: WC pour handicapés, panneaux solaires pour recharger les batteries des fauteuils et signalétique adaptée renforceront l’accessibilité du SlowUp aux personnes à mobilité réduite.

Depuis plusieurs années déjà, Migros et SportXX sont les sponsors nationaux de cette manifestation. Cette année encore, les zones de repos Migros inviteront à la détente. Des jeux seront également organisés et les produits Migros Bio, bâtons Farmers et eaux minérales Aproz assureront un ravitaillement équilibré. R.P.

Plus d’infos sur www.migros.ch/sponsoring, www.slowup.ch www.fetesdegeneve.ch

Pregny Festival

Le folklore suisse invite à la danse…

La quatrième édition du festival de musiques traditionnelles suisses sur terre genevoise se déroulera dimanche 8 août dès 11 heures sur les hauts de Pregny-Chambésy. Au programme: cor des Alpes et jodel avec Les joyeux Fa Dièse de Genève, le Jodlerklub Edelweis de Fribourg, Guguluesch de Berne, Kapelle Promillos d’Appenzell et Hobby Krainer-Quintett de Berne. On dégustera sur place les traditionnels röstis et les amateurs de chopes apprécieront les bières artisanales genevoises de la Brasserie des Murailles. Quant aux enfants et à leurs parents, ils pourront découvrir les animaux R.P. de la ferme et de nombreux artisans. Plus d’infos sur www.pregny-alp.ch

Le festival international pour jeune public se tient à Chêne-Bougeries du 19 au 22 août! Dans les parcs Stagni et Sismondi ainsi que dans la salle communale, cent spectacles, cinquante ateliers et sept scènes vont pimenter la vie des bambins et de leurs parents. Parmi les têtes d’affiche, citons Henri Dès, Sonia Grimm, le cirque Starlight, Gaëtan, Les Minuscules de la Compagnie Remue-Ménage, le Kunos Circus, Brice Kapel, Alain Schneider, Le Beau Lac de Bâle, la compagnie Makadam. Pour organiser la troisième édition de ce festival, trois papas poules ont choisi de privilégier les activités familiales, la découverte des arts, les rencontres entre les générations et les cultures, le respect de l’autre et R.P. l’écologie.

Festival pratique Billets en vente notamment au Stand Info Balexert ainsi que sur place selon stocks disponibles. Entrée: 8, route du Vallon, à Chêne-Bougeries. Trams: 12/16/17. Bus: 20/27/34. Parking gratuit.


VOTRE RÉGION MIGROS GENÈVE

Migros Magazine 31, 2 août 2010

| 71

L’Usine à Gaz dévoile son programme

Danse, théâtre, chansons et musiques seront à l’honneur de la saison culturelle nyonnaise.

P

our cette saison 2010-2011, une multitude d’artistes d’horizons très différents ont répondu présents pour témoigner de la richesse et du dynamisme du spectacle vivant. A l’Usine à Gaz à Nyon, ils nous invitent à nous questionner sur notre relation à l’autre, notre insertion dans le grand tout, nos amours, nos peurs et nos haines, nos rires et nos larmes. Les spectacles, d’abord, enchanteront le public avec des propositions variées. La compagnie Greffe/Cindy Van Acker présentera Nixe et Obtus, deux solos de danse. Maud Liardon explorera la face cachée de Marilyn Monroe dans Zelda Zonk, œuvre mêlant à la fois danse, musique et vidéo, tandis que la compagnie Ieto surprendra le public avec un numéro de cirque novateur. Le collectif La Dernière Tangente donnera à voir sa nouvelle création pluridisciplinaire et l’Ôdieuse Compagnie emmènera les spectateurs sur les routes avec Molly à vélo, personnage drôle et tragique qui se découvre une vocation de championne de cyclisme. Philippe Soltermann de la compagnie ad-apte, pour sa part, se jouera des conventions et de la bienséance dans Le réflexe de la complainte. Enfin, c’est avec à la fois gravité et légèreté que la compagnie La Bocca Della Luna abordera le thème de la maladie d’Alzheimer dans On n’est pas là pour disparaître.

Cinq spectacles jeune public

Les spectateurs en herbe ne seront pas en reste puisque cinq spectacles jeune public leur sont proposés. Sélène et Sémaphore livreront un conte sur la différence, le Théâtre des Marionnettes de Genève présentera une pièce tirée d’un al-

La Compagnie Ieto présentera un numéro de cirque surprenant.

bum de Grégoire Solotareff, Sylvie Santi communiquera le bonheur de jouer avec les mots aux enfants dès 3 mois avec Va-nu-pied sur la langue et la compagnie Clandestine, qui recourt au papier sous toutes ses formes pour créer personnages et décors, présentera C’est pas pareil! La compagnie Arniphone, quant à elle, invitera les enfants à participer à la réalisation de la bande-son de films muets. Sous la bannière des musiques d’ici et d’ailleurs, l’Usine à Gaz accueillera le groupe sud-africain Tumi And The Volume, dont le nouvel album Pick a dream enthousiasme la critique, la Palesti-

nienne Kamilya Jubran accompagnée du trompettiste et musicien électronique bernois Werner Hasler, la chanteuse chinoise Gong Linna, Slow Joe & the Ginger Accident, groupe composé de musiciens français et d’un vieux crooner indien, ainsi que les inclassables Reines Prochaines.

Au micro: Jean-Louis Murat, K ou encore Clarika

La chanson sera également à l’honneur avec Clarika, Jean-Louis Murat, Allain Leprest et K. En outre, divers chanteurs et chanteuses rassemblés pour l’occasion rendront hommage à Alain Bashung

dans le cadre d’un partenariat avec l’opération Label Suisse. Zaz, Open Season, We Have Band, Sly Johnson ou encore Kaolin s’ajouteront au programme dans le cadre de soirées dédiées aux musiques actuelles. A noter que des formules d’abonnement permettent de bénéficier de réductions selon le nombre de spectacles et concerts sélectionnés (adultes, jeune public ou panaché). Informations et prélocations sur www.usineagaz.ch Billets en vente au Service culturel Migros Genève, à Stand Info Balexert et à Migros Nyon-La Combe.

Changements d’adresse: les changements d’adresse sont à communiquer à la poste. Le journal suivra automatiquement à la nouvelle adresse. Pour plus d’infos sur la Société coopérative Migros Genève: www.migrosgeneve.ch


20% DE RÉDUCTION. SUR TOUS LES CORNETS CRÈME D’OR EN EMBALLAGES MULTIPLES. PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 3.8 AU 9.8.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

7.60

au lieu de 9.50

Cornets Crème d’or vanille bourbon 6 pièces

5.75

au lieu de 7.20

Cornets mini Crème d’or vanille et chocolat 12 pièces

6.55

7.60

au lieu de 9.50

Cornets Crème d’or cappuccino* 6 pièces

au lieu de 8.20

7.60

Cornets midi Crème d’or pistache et framboise* 6 pièces

Cornets Crème d’or stracciatella italiana 6 pièces

* En vente dans les plus grands magasins Migros.

au lieu de 9.50


Migros Magazine 31, 2 août 2010

VIE PRATIQUE MIEUX VIVRE

| 73

Ce soir, j’enterre ma vie de célibataire

La tradition de célébrer une dernière fois son passé de garçon n’a jamais été aussi vive. Et chacun redouble d’originalité. Tour d’horizon.

C’

était le deuxième plus beau jour de ma vie, après, évidemment, mon mariage, sourit François, un Fribourgeois de 30 ans. Mes amis m’ont concocté une journée défi autour du thème Les chevaliers du zodiaque, LE dessin animé de mon enfance. A chaque défi emporté je gagnais un morceau d’armure en alu ou en carton!» Les copains de François n’iront pas de main morte sur les épreuves, toutes plus loufoques les unes que les autres. «Au début, je ne portais qu’un t-shirt et des leggins noirs très très moulants et une ceinture (en fait du scotch de chantier gris). A chaque défi, je gagnais une partie du costume: un casque de vélo avec une extension pégase, des épaulettes, des protège-bras en carton...»

Une dernière grande fête entre amis

Le terme d’enterrement de vie de célibataire désigne cette soirée organisée par le témoin du futur marié (respectivement de la mariée), à la veille de la cérémonie. Il s’agit de marquer le passage à la vie de couple par une dernière soirée de débauche entre filles ou entre garçons. Lors de cette fête, toutes les extravagances sont permises, afin que les futurs époux prennent conscience de ce à quoi ils renoncent en s’unissant. «C’est à la fois un rite de passage qui marque la transition d’un mode de vie à un autre et un rituel d’adieu, qui marque le renoncement à l’insouciance», observe Caroline Henchoz, sociologue

spécialiste de la famille et des dynamiques intergénérationnelles. Autrement dit, cela montre combien, aujourd’hui encore, nous avons besoin de marquer symboliquement les étapes de la vie. En 2009, 41 500 mariages ont été célébrés en Suisse, selon l’Office fédéral de la statistique. Soit

potentiellement plus de 80 000 enterrements de vie de célibataire, même s’il est difficile de cerner ce qui tient davantage du souper entre copines et ce qui tient du véritable rituel. «Alors que le mariage est la célébration du couple, l’enterrement de vie de célibataire est la célébration de l’individu.»

Une chose est sûre, cette fête ne date pas d’hier. Au contraire, elle est presque aussi vieille que le mariage. A l’origine, elle était réservée aux hommes, manière de rompre les liens avec la vie de débauche qu’ils avaient pu vivre jusque-là. Sous Louis XV, on parle d’aller «jeter sa gourme», c’est-


Livraison e l i c i m o àd

e t i u t gra 8.2 du 3.8 au 23.

010

Ménagez votre dos et votre porte-monnaie: Micasa vous livre gratuitement à domicile tous les meubles rembourrés, les tables de salle à manger, les chaises, les armoires et les lits.

onom Vo u s é c CH F

is e z

199.90 Exemple de la table GIGANTE

Livraison comprise CHF 1999.–

onom Vous éc CHF

114.50

Exemple de l’armoire à portes suspendues MODUL

Livraison comprise CHF 1145.–

o n o m is Vo u s é c Exemple du salon d’angle rembourré CUBIK

Livraison comprise CHF 2399.–

www.micasa.ch

CH F

ez

239.90

isez


VIE PRATIQUE MIEUX VIVRE

Migros Magazine 31, 2 août 2010

| 75

Dix bonnes idées ➔ Une visite dans un parc aventure ou rallye. ➔ Un saut à l’élastique, vol en parapente ou parachute. ➔ Une escapade dans une ville européenne. ➔ Un cours de cuisine ➔ Une journée à thème, avec déguisement. ➔ Apprendre à faire un nœud de cravate et changer une roue. ➔ Une visite au spa. ➔ Un tour de karting. ➔ Une pyjama party. ➔ Un défi à relever.

Ce qu’il faudrait éviter En soi, rien n’est interdit lors d’un enterrement de vie de célibataire. Tout dépend de la victime et de ce qu’elle est prête à faire. Inutile de ridiculiser la personne ou de l’humilier. Un bon repas vaut parfois mieux qu’une danse forcée sur une table, alors que le promis est du genre timide. En vrac: ➔ Les strip-teaseuses / Chippendales. ➔ Faire participer les ex. ➔ Faire des choses illégales. ➔ Aller contre la volonté du fiancé. ➔ Ne pas du tout marquer le coup.

à-dire faire des bêtises. Pendant ce temps, les jeunes filles tricotaient au coin du feu, sous l’œil attentif de leurs parents. Des bêtises, François en a fait ce jour-là. «Trouver des objets improbables dans un sex-shop, boire un verre de différents alcools, retrouver ma femme les yeux bandés dans le hall du Comptoir de Fribourg... Le fil rouge consistait en des autocollants Chevaliers du zodiaque, avec des signes astrologiques, que je devais faire signer aux gens (trois signatures par signe).» «Cécile était la dernière de notre bande à se marier. Après toutes les crasses qu’elle nous avait faites, nous cherchions à lui rendre la monnaie de sa pièce, se souvient avec malice Florine. Dans la voi-

ture, nous lui avons bandé les yeux et nous l’avons déposée dans une grande bâtisse. Nous sommes parties. Elle s’est donc retrouvée dans un couvent tenu par des religieuses, pour expier toutes ses fautes. Le lendemain, nous sommes allées la rechercher pour une journée au spa. Elle nous a avoué avoir eu des

envies de meurtre, avant de se calmer et de trouver la situation hilarante.» Peu importe donc ce qu’on y fait, pourvu que l’enterrement de vie de célibataire soit festif. «Il se fête entre pairs, loin du contrôle des aînés, voire du conjoint. C’est un moment sans tabou, et qui per-

met toutes les libertés, pourvu qu’on s’amuse. Rien de plus catastrophique qu’une soirée où on s’ennuie», explique Caroline Henchoz. En général, seul le futur époux / la future mariée porte un costume lors de cette journée. «Etre le seul déguisé


76 |

VIE PRATIQUE MIEUX VIVRE

revient aussi à se désigner publiquement comme étant celui qui va changer de statut. Les épreuves préparées par les amis contraignent souvent le promis ou la promise à aller vers les autres gens (pour des gages ou vendre de petits objets), c’est-à-dire à se présenter et à affirmer publiquement son passage à un nouveau statut social.» La sociologue poursuit en prétendant que ces épreuves sont aussi une manière d’affirmer sa solidarité avec ses amis, dire qu’on reste l’un des leurs. «Mais tout cela reste bien sûr symbolique.»

Une tradition qui se réinvente constamment

Toutefois, cette tradition de l’enterrement de vie de célibataire n’est-elle pas de facto condamnée, avec l’augmentation des couples vivant en concubinage et la diminution des mariages? Non, estime

Caroline Henchoz, elle est appelée à renaître sous une autre forme. «On le voit déjà avec la pendaison de la crémaillère par exemple, qui peut être un moyen de fêter une mise en ménage. Au Québec, on organise des fêtes de l’amour, pour célébrer une union sans que cela ne soit associé au mariage ou à aucune forme d’institutionnalisation de leur relation. Les moyens de marquer les temps forts sont multiples, car les gens aiment se retrouver pour faire la fête.» «Entrer le soir dans un bistrot de Fribourg avec le costume intégral reste un souvenir incroyable, rit François. Et dire que pendant ce temps-là ma femme se baladait en Blanche-Neige avec ses sept «naines» dans toute la ville! Evidemment, après on s’est dit oui, rien ne pouvait être pire que cette journée!» Mélanie Haab Illustrations Christian Lindemann

Migros Magazine 31, 2 août 2010

EN BREF

La vaisselle cassée

Une variante toute suisse de l’enterrement de vie de célibataire consiste à casser de la vaisselle lors de cette soirée. Attention, uniquement des assiettes, tasse ou bocaux, sinon gare aux malheurs. Le verre représente le bonheur, et un miroir brisé prédit sept ans de malheur. Le bruit de la vaisselle qui se casse est censé éloigner les mauvais esprits pour protéger la future union. Une autre tradition consiste à prendre le pantalon du fiancé et le soutiengorge de la promise et à les brûler ensemble. Les cendres sont ensuite enterrées avec une bouteille d’alcool fort, pour être dispersées une année après le mariage.

Des proverbes «Que redoute-t-on quand un homme fixe sa vie avant d’avoir «mené la vie de garçon»? On craint que la solidité du mariage ne résiste pas au déchaînement subit de l’instinct viril. Juste crainte, mais qui n’est pas moins fondée pour la femme.» Ainsi s’exprimait le politicien français Léon Blum à propos de l’enterrement de vie de garçon. Toujours emplies de sagesse, les citations rappellent également le caractère hautement symbolique de cette dernière soirée. «Entre fiançailles et mariage, le diable court» signifie que c’est bien juste avant la célébration que le danger est le plus grand pour le couple.

Publicité

Cette semaine croissant et café

3.50

Cette semaine tartelette aux fruits et café

3.50

Durée de l’offre du 3 au 9.8.2010, dans la limite du stock.

C’est ici que se rencontre toute la Suisse. À prix avantageux.


20% DE RÉDUCTION. 20 % DE RÉDUCTION SUR TOUT L’ASSORTIMENT PARTY. PROFITEZ-EN MAINTENANT! OFFRES VALABLES DU 3.8 AU 9.8.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK

rs Servez ces cracke es us ie lic dé avec de e sauces dip comm st par Be ’s na celles d’An exemple.

1.50

au lieu de 1.90

Bretzels salés Party 230 g

1.50

au lieu de 1.90

Bâtonnets salés Party, longs 250 g

1.60

2.15

Crackers salés Party 180 g

Crackers pizza Party 150 g

au lieu de 2.–

au lieu de 2.70

1.90

au lieu de 2.40

2.05

au lieu de 2.60

Turtles Party 150 g

* En vente dans les plus grands magasins Migros.

2.15

au lieu de 2.70

Gâteaux apéritifs Party 250 g

Cocktailbox Party* 300 g


78 | Migros Magazine 31, 2 août 2010

Un centre pour oiseaux en

Sur quelque 4000 volatiles affectés par la marée noire dans le golfe du Mexique, plus de 500 ont retrouvé le chemin des airs grâce à des structures de réhabilitation spécialisées. Pour mieux comprendre leur travail, rendez-vous en Afrique du Sud.

S

auter dans une piscine pour rattraper un espiègle cormoran, forcer un manchot à avaler tout rond un poisson, assister à un lâcher de pélicans… Tout sauf banale, la vie quotidienne dans un centre de réhabilitation pour oiseaux marins! Certes, aucune plate-forme pétrolière n’a récemment explosé au large du Cap, mais le personnel de SANCCOB (Southern African Foundation for the Conservation of Coastal Birds) ne chôme pas pour autant.

Malades ou attaqués par d’autres animaux

«Les fuites mineures d’hydrocarbures nous amènent régulièrement de nouveaux oiseaux mazoutés, explique Nola Parsons, la vétérinaire en titre du centre. Notamment en hiver (la période s’étendant d’avril à septembre dans l’hémisphère sud), lorsque les courants marins se déplacent en direction des côtes.» Ajoutons que les patients à plumes peuvent également être les victimes de maladies, d’attaques d’autres animaux – notamment les phoques – ou, pour les plus jeunes, d’abandon par leurs parents. «Depuis la création de SANCCOB en 1968, plus de 86 000 oiseaux ont été remis sur pattes, poursuit Nola Parsons. Des recherches universitaires ont par ailleurs prouvé que la population de manchots du Cap – une espèce menacée – est actuellement de 19% supérieure à ce qu’elle aurait été sans notre contribution.» De quoi motiver la dizaine de bénévoles locaux ou internationaux qui œuvrent au quotidien dans les locaux du centre. Car SANCCOB fonctionne avant tout sur un système de volontariat. «Sans cela, nous ne tournerions pas», confirme Nola Parsons. Et Zach Pearl, un étu-

Une bénévole nettoie un oiseau mazouté à l’aide d’un savon spécial.


VIE PRATIQUE ANIMAUX

| 79

détresse diant américain de 21 ans, de renchérir: «Je sens que ma présence est utile ici.» Pour ce futur vétérinaire, l’expérience servira avant tout à étoffer son CV. Pour d’autres, il s’agit d’occuper utilement des vacances ou un congé sabbatique, ou de satisfaire un intérêt de longue date pour les oiseaux. «J’ai toujours été fascinée par les pingouins et les manchots», reconnaît Jenny Sims, une jeune Anglaise de 23 ans. 8 h: réunion matinale autour du panneau d’affichage afin de se partager les tâches du jour. A la tête de chaque service, un membre de l’équipe fixe, épaulé de quelques bénévoles. Si SANCCOB est surtout réputé pour son travail sur les manchots, goélands, cormorans, mouettes, fous du Cap et pélicans trouvent également refuge ici, répartis dans les divers enclos et volières du centre. Ces jours-ci, on compte environ une trentaine de patients mais ce chiffre peut grimper jusqu’à cent en période calme et atteindre les milliers en cas de marées noires. Les plus mal en point sont dirigés vers les soins intensifs. Tout au long de leur séjour à SANCCOB, leur état de santé est contrôlé, leur traitement modifié et leur capacité à nager – pour les manchots – évaluée. Une fois le volatile remis sur pattes, il sera relâché dans son environnement naturel avec, en souvenir de son passage au centre, une bague qui permettra de suivre son évolution. 8 h 10: au boulot! Pour les bénévoles fraîchement débarqués, il s’agit avant tout d’apprendre les ficelles du métier. Car, à première vue, la tâche n’a rien d’évident! L’objectif: maintenir fermement un manchot entre ses cuisses, en utilisant une seule main pour à la fois empêcher sa tête de bouger – sous

peine de morsure – ouvrir grand son bec à l’aide de deux doigts et tendre son cou pour qu’il ne s’étouffe pas. L’autre main devant rester libre pour attraper, au choix, médicaments, poissons ou tube qu’il faudra enfoncer délicatement le long de la gorge de l’oiseau. Toute une technique! «Au début, je n’osais pas toucher les oiseaux, confie d’ailleurs Jennie Bancroft. J’avais trop peur de

me tromper, de leur faire mal.» Les choses ont bien évolué pour cette retraitée de 64 ans, originaire de Johannesburg. Voilà cinq ans qu’elle travaille à SANCCOB deux ou trois jours par semaine et, à présent, c’est elle qui enseigne aux nouveaux venus l’art de prendre soin des manchots, cormorans et autres volatiles. La matinée se poursuit. Administration de médica-

Victimes et rescapés Dans le golfe du Mexique Près de 4000 oiseaux, 700 tortues, des dizaines de mammifères marins… La marée noire dans le golfe du Mexique n’a pas fini de compter ses victimes. Recouvertes de mazout, la plupart achèveront leur existence en mer ou sur une plage. Pour les survivants, traumatisés et affaiblis par l’épreuve, une lueur d’espoir: les centres de réhabilitation de l’International Bird Rescue Research Centre. Là, ils seront lavés, nourris et soignés, avant d’être finalement remis en liberté. A ce jour, plus de 500 oiseaux ont retrouvé le chemin des airs… L’évolution de la situation sur le Net: www.ibrrc.org

préservation des oiseaux marins. Plus de 41% de la population de manchots du Cap avaient été mis en danger. Le bilan en quelques chiffres: ➔ Environ 19 000 manchots mazoutés. ➔ 16 163 manchots réhabilités. ➔ 1963 manchots décédés (soit seulement 10,6% de ceux admis aux centres – pour l’occasion, SANCCOB avait ouvert un autre centre). ➔ 12 000 bénévoles impliqués (environ 1000 par jour) sur une période de deux mois. ➔ 400 tonnes de sardines (40 millions de poissons) consommées.

A SANCCOB Dernière catastrophe de taille à laquelle le centre sud-africain a dû faire face: la marée noire du «MV Treasure» en juin 2000. 1300 tonnes de fuel avaient été libérées, causant la crise la plus sérieuse du monde en matière de

Le centre accueille une majorité de manchots.


Soulager

Vacances Hôtel Mirabeau**** Crans-Montana Semaines des Aînés, dès CHF 686.–

les maux de genoux

7 jours demi pension avec activités Informations au Tel: 027 480 21 51

Entreprises Avant de jeter votre vieux salon,

demandez-nous une offre! Parce que le recouvrement du rembourrage vaut presque toujours la peine. Nous recouvrons également votre ancien salon d’étoffe ou de véritable cuir nappa. Service express en 10 jours seulement. Salon de remplacement gratuit. Garantie 10 ans. Conseils à domicile, aussi le soir, dans toute la Suisse. Demandez nos échantillons et découvrez notre assortiment de rêve. Atelier de rembourrage I tél. 079 403 39 93 Schoffelgasse 3 I 8001 Zürich Adria-Italie-Cesenatico. BiondiHotels Panoramic terr. panoramique, plage de sable, Paradise enf., pools+parking+miniclub+vélo+parasol+bateau, 3 menus p. compl. dès Fr. 89.– 90.– , rabais fam. Tél. 0039 0547 85388, www.biondihotels.it

L’offre de la semaine:

Marcher sans difficulté, monter des escaliers et danser: 32 aimants enlèvent les douleurs de vos genoux. wwf.ch/solution, votre source d’inspiration pour vivre mieux.

L’orthopédiste japonais, le Dr. Yamamoto, a mis au point une nouvelle sorte de genouillère, flexible, avec 32 aimants incorporés. En effet, les aimants sont régulièrement utilisés par les japonais pour soulager les douleurs. Les aimants diminuent les blocages qui provoquent la douleur. De plus, la genouillère dispense une chaleur bienfaisante. La genouillère vous garantit une diminution du mal de genoux, ou nous vous remboursons. Pouvez-vous imaginez à nouveau courir comme un jeune chevreuil, monter des escaliers, danser, faire du jogging, ou simplement apprécier un jour sans maux de genou. La genouillère Yamamoto peut être portée par tout le monde (sauf les personnes qui ont un pacemaker). Enfilez simplement la genouillère et selon l’intensité de la douleur, portez-la quelques heures ou même pendant toute la journée. Les aimants sont si petits qu’ils n‘empêchent en aucun cas les mouvements du genou.

Bon de commande

Family Hit Offrez-vous une pause à Morschach au Swiss Holiday Park. Le parc de villégiature et de loisirs avec bien-être & spa, sport & jeu, baignade et expériences culinaires. • • •

3 où 5 nuitées en chambre famille comprenant le buffet du petit-déjeuner Sport et jeux à discrétion fin au 19.00 h Accès gratuit à l'espace sauna, au parc aquatique et au centre de fitness et de test

Prix par personne Enfant 3 – 6 ans Enfant 7 – 11 ans Enfant 12 – 15 ans

de CHF 345.– resp. de CHF 575.– de CHF 129.– resp. de CHF 200.– de CHF 213.– resp. de CHF 320.– de CHF 273.– resp. de CHF 400.–

(Quantité) Genouillère Yamamoto, nº Art. 1401 la pièce Fr. 49.90 Swiss Holiday Park CH-6443 Morschach Téléphone 041 825 51 00 info@shp.ch www.swissholidaypark.ch

Nom

Prénom

Rue/n° Code postal/ville N° de téléphone Envoyer à:

Trendmail SA, Service-Center, Bahnhofstr. 23, 8575 Bürglen Tél. 071 634 81 25, Fax 071 634 81 29, www.trendmail.ch

122-58

Oui,veuillez m’envoyer contre facture (à 10 jours) et frais d’envoi:


VIE PRATIQUE ANIMAUX

Migros Magazine 31, 2 août 2010

Les bénévoles s’occupent en moyenne d’une soixantaine de volatiles.

Un moment émouvant: un pélican est rendu à la vie sauvage.

ments, réhydratation – au moyen de seringues remplies d’eau et de tubes – préparation des poissons pour le repas, nettoyage des enclos et des piscines, à grand renfort de désinfectant, admission des nouveaux arrivants, rangements divers et variés: l’heure du repas est bien vite arrivée. Soixante minutes à paresser au soleil, l’occasion d’admirer le cadre magnifique de SANCCOB: les locaux se situent en effet dans une banlieue de la ville, très judicieusement nommée Table View. La montagne de la Table domine l’horizon, tantôt entourée de brume, tantôt se détachant nettement sur un ciel azur…

rable, la vétérinaire doit se résoudre à mettre fin à ses souffrances. «Il faut penser avant tout à sa qualité de vie. Un manchot avec une nageoire fracturée ne pourra plus évoluer dans l’eau par exemple. Quel genre d’existence peut-il alors espérer?» Si Nola Parsons n’a aujourd’hui aucune difficulté à prendre ce genre de décision, elle doit parfois se justifier auprès des bénévoles qui, bien souvent, ont tendance à trop s’attacher aux oiseaux dont ils s’occupent. «A mes débuts à SANCCOB, se souvient Jennie Bancroft, j’étais tombée amoureuse d’un jeune manchot prénommé Charlie, résident permanent du centre. Puis il a attrapé la malaria. Il est mort quelques jours plus tard. J’étais inconsolable. Depuis, je ne m’autorise plus à m’attacher à ce point aux oiseaux. Je les aime, mais lorsqu’ils meurent, je me dis qu’au moins on a tout essayé pour les sauver.»

Photos C. Owen / C. Olivier / SANCCOB / T. Araman

Une opération minutieuse

L’après-midi, rebelote, la plupart des patients devant recevoir au moins trois doses de médicaments en une journée. Un programme bien huilé? Certainement. Mais la journée est souvent marquée d’événements imprévus comme une course poursuite à travers le centre pour rattraper un cormoran avide de liberté ou une sortie en bateau pour relâcher des manchots au large de leur colonie: «Un moment très émouvant, raconte Jenny Sims. On réalise vraiment l’importance de notre travail.» Dans la liste des tâches moins coutumières: le traitement des oiseaux mazoutés. Durant une heure, le volatile est maintenu dans

un bassin rempli d’un savon spécial dilué dans l’eau. On procède alors au nettoyage systématique de chaque partie de son corps, au moyen parfois d’une brosse à dents sur les endroits les plus touchés. Puis l’oiseau est rincé, l’état de ses plumes inspecté. Au besoin, on recommence l’opération. «Il s’agit d’une expérience particulièrement éprouvante pour l’oiseau, reconnaît Nola Parsons. D’ailleurs, certaines personnes estiment que le jeu n’en vaut pas la chandelle et qu’éthiquement il vaudrait mieux laisser mourir ces oiseaux. Mais des études ont montré que les chances de réhabilitation existent bel et bien.» (lire encadré) Comme dans tout hôpital, il arrive qu’un patient perde la vie. «Parfois, nous ne savons même pas ce qui a causé le décès, admet la vétérinaire.» Lorsque le mal dont souffre l’oiseau est manifestement incu-

Débuts dans une baignoire Le SANCCOB a connu des débuts épiques… dans une baignoire! Anglaise établie au Cap, Althea Louise Burman Westphal s’intéressa rapidement au sort des manchots. Lors de la marée noire d’Esso Essen en 1968, elle décida d’accueillir chez elle les victimes et mit sa salle de bain à

disposition pour nettoyer les oiseaux. Un bassin a ensuite été installé dans le jardin d’Althea, avant qu’elle ne se procure du matériel plus adapté. L’Anglaise entreprit alors un long processus pour sensibiliser le gouvernement aux problèmes des manchots et pour récolter des fonds. SANCCOB était né…

| 81

Donner un petit nom aux patients, une pratique courante? «On ne peut pas s’en empêcher, reconnaît Jenny Sims. Chaque manchot a un caractère bien particulier. Comme George le curieux… il avait vraiment l’air de s’intéresser à tout.» SANCCOB n’encourage toutefois pas ce genre d’habitude: il s’agit de ne pas accoutumer les oiseaux à la vie en captivité. «Le danger de les apprivoiser existe, mais il est minime, rassure Nola Parsons. Les manchots adultes par exemple retrouvent rapidement leurs instincts naturels. Avec les bébés, c’est une autre histoire. Mais c’est un risque à prendre si l’on veut les soigner.» 17 h: la journée prend fin. Un membre de l’équipe fixe restera joignable toute la nuit, prêt à agir en cas de nouvelle arrivée. Quant aux bénévoles, ils goûteront un repos bien mérité et compareront avec fierté leurs blessures – car, avec toute la bonne volonté du monde, impossible d’éviter de temps à autre les morsures, il s’agit tout de même d’animaux sauvages – avant de reprendre du service le lendemain. Certaines vocations seront nées: en ce qui concerne Zach l’Américain, l’aventure en Afrique du Sud lui a donné envie d’offrir de son temps aux oiseaux du golfe du Mexique… Tania Araman, de retour d’Afrique du Sud

Plus d’infos: www.sanccoob.co.za


82 | Migros Magazine 31, 2 août 2010

Quand Chérubin apprend à se détendre et à s’aimer La sophrologie, technique de relaxation et de connaissance de soi, s’adresse aussi aux enfants. En quoi cela peut-il leur être utile? Les lumières de thérapeutes.

L

es bouts de chou ont leurs soucis, aussi. Enurésie, tics, agressivité, peurs, turbulence, insomnies, difficultés scolaires, stress. «La sophrologie permet un déblocage, un déparasitage vis-à-vis de parents et enseignants qui sont parfois très exigeants, signale Monique Gilet, auteure de L’enfant et la sophrologie. Je traite les problèmes de socialisation et d’affirmation de soi. Mais je ne réalise pas de psychothérapie. Je parlerais plutôt d’une sorte de rééducation.»

«Il suffit de recevoir des sensations»

Apprendre à «accueillir ses émotions», comme le dit joliment Cécile Prêtre, sophrologue à Delémont. «Il n’y a pas d’échecs en sophrologie. Contrairement à la relaxation pure qui parfois ne permet pas de se détendre. Il suffit de recevoir les sensations. On rétablit ainsi un lien avec soi, sans jugement et sans a priori. Ce n’est pas une question de performance.» La sophrologue Monique Gilet, maman de six enfants, explique que lors des séances individuelles, elle n’admet pas la présence des parents. «Il s’agit de mettre l’enfant en confiance et d’établir une relation de respect. La relation qui se crée entre le thérapeute et le bambin, l’alliance sophronique, ne doit pas impliquer de complicité. Nous parlons de l’évolution des symptômes

avant ou après la séance avec les parents. Mais tout ce qui est dit pendant demeure secret.» Cécile Prêtre passe du temps à l’expliquer aux parents jurassiens. «Père et mère peuvent encourager, s’intéresser à la démarche. Mais, il est nécessaire qu’ils comprennent que pour se renforcer, se prendre en charge, se responsabiliser, l’enfant doit faire le travail seul.» Annie Van Praet, sophrologue à Préverenges, constate que les émotions, même chez les enfants, sont souvent «trafiquées, car on ne veut pas les reconnaître. Si on apprend à un enfant qu’elles font partie de la vie, il saura les canaliser, les gérer, éliminer le négatif.» Un plus pour de nombreux élèves, paralysés par la crainte des autres, de rougir, de s’exprimer en groupe et qui du coup ont mal au ventre dès que l’on prononce le mot école. S’ils acceptent de jouer le jeu. «Le consentement de l’enfant reste fondamental. Inutile de le forcer à venir, on ne pourra pas avancer.»

Deux pôles: la conscience de son corps et l’imaginaire

Et comment se déroulent les séances, concrètement? La sophrologie, lorsqu’elle s’adresse aux petits, fait fonctionner deux pôles importants du patient: la conscience de son corps et son imaginaire. «Je commence par demander à l’enfant ce qu’il aime, afin qu’il se sente à l’aise, déclare Monique Gilet. Ce qui ne va

pas, il le dira au fil des séances. Une fois, et nous n’en reparlerons plus. Cela restera un secret.» Le travail consiste ensuite à lui faire prendre conscience de sa respiration, de ses bras, de ses pieds, de ses mains, de chaque partie de son anatomie, grâce à différents mouvements et à des jeux. «L’enfant a un corps qui répond très vite. Si quelque chose l’inquiète, il souffrira de la tête, du ventre.» Et lorsque l’on met le doigt sur son bobo, on passe à autre chose. Pour qu’il ne s’arrête pas uniquement sur les points négatifs.

Comme un rêve éveillé

Une fois détendu, Chérubin pourra entrer en état de sophronisation. «Cela ressemble à un sommeil éveillé, qui ressemble aux moments où il rêvasse.» Assis dans un pouf qui épouse la forme de son corps, il a l’impression d’être dans un nid, en sécurité, ce qui l’aide à somnoler. Débute alors une histoire que raconte la sophrologue. L’univers des symboles, arc-en-ciel, animaux, mer et chemins, la thérapeute conduit le bambin, en fonction de ce qu’il apprécie, dans une sorte de rêve. «La visualisation favorise dans la pratique la réalisation des projets imaginés.» Les contrariétés et déceptions se dissipent grâce aux créations de l’imaginaire. Certains graviront des montagnes, d’autres s’envoleront avec les nuages, au son d’une musique apaisante.


VIE PRATIQUE GRANDIR

| 83

La sophrologie pour les enfants en Suisse romande Quelques noms de thérapeutes et idées de cours qui suivent la méthode du fondateur de la sophrologie, le professeur Caycedo. Certaines assurances complémentaires prennent en charge, ou du moins en partie, les séances de thérapie. Ne pas oublier de se renseigner auparavant… ➔ A Genève: le sophrologue François Roch reçoit des enfants, de manière individuelle, qui souffrent de problèmes de concentration, d’angoisses et aussi pour la préparation aux examens. Infos: www.sophrologie-geneve.ch

➔ A Neuchâtel: l’Ecole-club Migros présente des cours de sophrologie pour les enfants dès le 9 septembre. Infos: www.ecole-club.ch/fr

➔ A Bulle (FR): le sophrologue Cédric Castella rencontre des enfants qui souffrent de problèmes d’angoisses, face à une séparation ou à des difficultés scolaires. Infos: www.interagir.ch

➔ A Préverenges (VD): Annie Van Praet propose des séances de sophrologie aux enfants dès 4 ans. Tristesse, colère, peur, elle leur apprend à gérer leurs émotions. Infos: www.sophrologie-lausanne.ch

➔ A Moutier (BE): en plus de séances individuelles avec les enfants qui manquent d’attention, d’estime de soi ou encore ont des problèmes à l’école, Jean-Marie Jolidon prépare chaque année

La sophrologie permet le rétablissement d’un lien avec soi.

Le voyage imaginaire terminé, la sophrologue l’aide à se réveiller par des étirements, des exercices de respiration. «Il est indispensable qu’il se réapproprie le monde extérieur avant de quitter une séance. Le visage s’apaise, il sourit.» Ne lui reste plus qu’à dessiner ce qu’il vient de vivre, ce qui favorise aussi son retour à la réalité. «Les enfants n’ont pas de barrière, souligne Cécile Prêtre. Ils mobilisent très bien leurs ressources, car ils n’analysent pas comme les adultes.» La sophrologue jurassienne, qui travaille par-

des ateliers découvertes destinés à tous les bambins. Dès 5 ans. Infos: appeler le 032 493 55 14.

➔ A Delémont (JU): Cécile Prêtre, qui dirige un espace bien-être, Source Vive, accueille des bambins dès 6 ans en séances individuelles (peurs, manque de concentration, baisse scolaire, troubles du sommeil) et suggère des ateliers à la carte, avec un minimum de quatre enfants. Infos: appeler le 032 422 84 43.

➔ A Grimisuat (VS): dans son cabinet, Arielle Mabillard rencontre des adolescents principalement atteints par le stress et désirant retrouver confiance en soi. Infos: appeler au 079 778 79 25.

➔ En Suisse: Claudia Sanchez et Ricardo Lopez ont créé en 1985 la «sophrologie ludique» pour le enfants des rues en Colombie. L’Académie suisse de sophrologie a reconnu le concept en 1991. Il s’agit d’une «pédagogie créative du développement personnel et de la connaissance de soi. Elle encourage l’autonomie de manière pratique et progressive.» La plupart des sophrologues utilisent cette méthode, ou s’en inspirent, dans leur travail avec les petits. Des cours sont donnés dans différentes villes et deux séminaires par an sont dédiés aux ados et jeunes adultes. Pour en savoir plus: www.sophrologieludique.com; www.sophro.ch Plus d’infos en Suisse romande: www. helptel.info/MedNatSophrologie.aspx

fois en atelier avec plusieurs participants, remarque que l’énergie de groupe peut être très porteuse. «La sophrologie est une technique qui permet de se relier à soi-même, d’avoir conscience de qui on est, de son potentiel. Après, cela va audelà de soi, on s’ouvre aux autres. On fait rayonner sa personnalité.»

Virginie Jobé Photos Plainpicture

A lire: «L’enfant et la sophrologie» de Monique Gilet, Ed. Desclée de Brouwer (2010).


ACTION

OFFRES VALABLES SEULEMENT DU 3.8. AU 9.8.2010 OU JUSQU’À ÉPUISEMENT DU STOCK SUR TOUS LES DUO

2.853.60 au lieu

Duo Ficelles de goût fraise et champignons en mousse sucrée

Le duo apprécie par tout le monde! Ficelles de goût fraise et champignons en mousse sucréé en vente à votre Migros


MOTS FLÉCHÉS

Migros Magazine 31, 2 août 2010

CHOISIT FROTTÉE D’HUILE

INNOCENT LOCATEUR

A gagner

5 bons d’achat Migros d’une valeur de 100 francs chacun.

RÉFUTÉE PÉRIODE CHAUDE

PAR SAINT CURÉ

NOTE SAINT

| 85

REPEUPLÉE MOUETTES

10 CÉRÉMONIAL ÉLUS

POISSON PLAT

7

DANS

12

Comment participer: Par courrier (courrier A): Migros Magazine, Mots fléchés, CP, 8957 Spreitenbach Par courriel: www.migrosmagazine.ch/motsfleches Par SMS: envoyez MMF puis la solution au numéro 919 (Fr. 1.-/SMS ) Par téléphone: composez le 0901 567 568 (Fr. 1.-/appel, tarif depuis un réseau fixe) et communiquez la solution ainsi que votre adresse sur le répondeur. Délai: votre carte postale, votre courrier électronique ou votre appel doit nous parvenir au plus tard dimanche 8 août 2010, à 18 heures. * B * O * U * P * I * V * B *

P R O C E S S I O N N A I R E

* O P E R A T O I R E S * I N

D * I * R U I L L A P O S I T A N * S E S Monte-escaliers * www.hoegglift.ch E N L I S * R * P E L I N E E I D E R S E E * I * R E S S HÖGG Liftsysteme AG CH-9620 Lichtensteig Tel. 071 987 66 80

* S I L * A * O * B * E S S E

I S O L A N T S * L A S * A R

6

PLATINE

* E N A N T H E M E S * A I R

A S S I S E * R E D O N N E E

TONDU

3 PÂTÉ VILLE BELGE

VIN BLANC

MINOU

1

11

ORIENT

PEUR

4

CONTRE

ÉLIMÉS GRAND LAC

SITUÉ POUFFÉ

Mot: investisseur

DOYENNES

www.saison.ch

9

Solution Problème n° 30

CRI DE DOULEUR FILLE

CORPS SIMPLE

POÈTE RUSSE PETITE ÎLE

Gagnants Mots fléchés n° 29

Gabi Dupraz, La Conversion (VD); André Imhof, La Chaux-deFonds (NE); Laurence Gros, Savigny (VD); Catherine Niklas, Lausanne (VD); Odette Roh, Genève (GE).

PAS PAYÉS

BÊTISIERS

CHAMPS

VALSERAI

ALE

À TOI

PROSPÈRES

À ELLE

TITANE

8

PRONOM

5 DRAP PROTECTEUR

CROCHET

2 © Alain Dubois

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

IMPRESSUM MIGROS Magazine Construire case postale 1751, 8031 Zurich Hebdomadaire du capital à but social www.migrosmagazine.ch

Projets et événements: Eve Baumann (responsable), Denise Eyholzer Rédaction: redaction@migrosmagazine.ch Téléphone: 044 447 37 37 Fax: 044 447 36 02

Tirage contrôlé: 508 186 exemplaires (REMP octobre 2009) Lecteurs: 601 000 (REMP, MACH Basic 2010-1)

Rédacteur en chef: Steve Gaspoz Rédacteur en chef adjoint: Alain Kouo

Direction des publications: Monica Glisenti Direction de Limmatdruck SA: Jean-Pierre Pfister Directeur des médias Migros: Lorenz Bruegger

Département Magazine: Patricia Brambilla, Laurence Caille, Céline Fontannaz Mélanie Haab, Virginie Jobé, Pierre Léderrey, Laurent Nicolet, Alain Portner

Département Actualités Migros: Daniel Sidler (responsable), Pierre Wuthrich (coordinateur pour la Suisse romande), Béatrice Eigenmann, Jonas Hänggi, Florianne Munier, Christoph Petermann, Daniel Sägesser, Michael West Département Shopping & Food: Jacqueline Jane Bartels (responsable), Eveline Schmid (adj.), Heidi Bacchilega, Benjamin Bögli, Anna Bürgin, Tina Gut, Dora Horvath, Martin Jenni, Sonja Leissing, Fatima Nezirevic, Nicole Ochsenbein Anna-Katharina Ris Mise en pages: Daniel Eggspühler (responsable), Werner Gämperli (adj.) Layout: Diana Casartelli,

Marlyse Flückiger, Nicole Gut, Bruno Hildbrand, Gabriela Masciadri, Tatiana Vergara Photolithographie: René Feller, Martin Frank, Reto Mainetti Prépresse: Peter Bleichenbacher, Marcel Gerber, Felicitas Hering Service photo: Tobias Gysi (responsable), Christina Rohner et Pénélope Henriod (resp. pour la Suisse romande), Cornelia Beutler, Anton J. Erni, Franziska Ming, Susanne Oberli, Olivier Paky, Keiko Saile Correction: Paul-André Loye Internet: Laurence Caille

Publicité

VOTRE HÉRITAGE, C’EST L’AVENIR DE NOS PATIENTS

Pour commander notre brochure legs, contactez-nous au 0848 88 80 80. WWW.MSF.CH | CP 12-100-2

Secrétariat: Stefanie Zweifel (responsable), Imelda Catovic, Doris Fischer, Cony Kappeler, Sylvia Steiner Département des éditions: edition@migrosmagazine.ch Téléphone: 044 447 37 70 Fax: 044 447 37 34 Bernt Maulaz (chef du département), Nadia Falce Abonnements: abo@migrosmagazine.ch Sonja Frick (responsable), Téléphone: 044 447 36 36 Fax: 044 447 36 24 Annonces: annonces@migrosmagazine.ch Téléphone: 044 447 37 50 Fax: 044 447 37 47 Stephan Gartenmann

(responsable), Thomas Brügger, Nicole Costa, Yves Golaz, Hans Reusser, Kurt Schmid Service Interne: Nicole Thalmann (responsable), Verena De Franco, Janine Meyer, Danielle Schneider, Jasmine Steinmann Marketing: Jrene Shirazi (responsable), Simone Saner Media Services: Patrick Rohner (responsable), Eliane Rosenast Editeur: Fédération des coopératives Migros IMPRIMERIE Centre d’impression Edipresse, 1030 Bussigny


86 | Migros Magazine 31, 2 août 2010

Il dessine des motos et des hommes

Philippe Dionigi fige en noir et blanc des harleyistes et leurs machines, cumulant joliment ses deux passions de toujours: le dessin et la route en V-Twin. Rencontre du côté de Morges.

P

hilippe Dionigi, dit Phil, 58 ans, biker. Ce Morgien d’adoption, né du côté de Paris, sillonne les routes d’ici et d’ailleurs sur son Heritage Springer de plus de dix ans avec le gilet en cuir et les bagues en argent. Son cœur, lui, serait plutôt d’or, un peu à l’étroit dans son ancien boulot de responsable commercial. «Je dessine depuis l’enfance. C’est mon grandpère qui m’a initié au portrait.» Jusqu’à l’année dernière, le joli coup de crayon de Phil croquait des copains et quelques nus. «Et puis un jour, mon regard s’est attardé sur les nuages qui couraient sur le chrome des phares. Et je me suis dit que j’allais tenter de concilier mes deux passions.» L’idée? Des portraits de motards avec leurs Harley ou leur moto sortant de l’ordinaire, en situation et en noir et blanc. Phil commence par ce qui lui tombe sous la main, un compagnon de virée ou quelqu’un croisé sur la route. «Il y a quelques semaines, j’ai discuté avec un Ecossais qui roulait sur une moto superbe, transformée en Bobber. J’ai pris quelques photos, et je vais lui envoyer son portrait.» Son épouse et lui se sont largement occupés de l’apprentissage de son neveu. Cela lui a permis de combler une partie de son ignorance mécanique. Une connaissance indispensable lorsqu’il s’agit de détailler un cylindre ou une transmission. En juin, après une vingtaine de petits tableaux et les encouragements de ses amis, un article dans la presse spécialisée française fait vibrer son portable. Les comman-

Carte d’identité Philippe Dionigi, dessinateur. Naissance: 31 janvier 1952, à Creil près de Paris. Etat civil: marié avec Isabelle (d ui tr te ix ans). (depuis trente-six Signe particulier: je me rase le crâne depuis une vingtaine d’années. Bien avant la mode. Il aime: la franchise, Giacometti, le printemps, le «Yes, we can». Il n’aime pas: l’hypocrisie, les voyages organisés, l’hiver, les sushis. Un grand rêve: vivre le plus longtemps possible à deux.

des commencent à arriver. Les demandes d’expos aussi. Et après un mois et demi chez le concessionnaire local Biker’s Point, Phil s’apprête à emmener ses œuvres dans une célèbre enseigne lyonnaise. Ce talent ne fera sans doute pas un métier, mais le Vaudois espère se faire connaître suffisamment pour développer une activité régulière. «J’aime bien la sobriété. A part ma signature, qui est l’empreinte de mon index en rouge, je travaille en noir et blanc, à l’encre de Chine, sans forcément dessiner l’ensemble de la machine. A partir d’un point de vue ou d’un pneu à peine esquissé, j’essaie de rendre mon dessin vivant, comme si l’on voyait soudain la moto arriver ou partir.» Histoire que l’imagination, elle aussi, se mette en route. Pierre Léderrey Carine Roth / arkive

Sur internet: http://black1.bleublog.lematin.ch

L’OBJET QUE JE NE QUITTE JAMAIS

Mon appareil photo. En ce moment, un Nikon F80. Je me balade tout le temps avec, pour immortaliser une belle moto, un paysage ou une personne que je croise.


RÉUSSITE PHILIPPE DIONIGI

MON HOBBY Me balader en Harley, bien sûr, pour des longues vacances comme pour des petits «runs». Même l’hiver, lorsque le temps le permet. Je ne pose jamais mes plaques. Et je ne nettoie pas ma moto à chaque averse, elle est faite pour rouler.

| 87

MA DESTINATION DE RÊVE

L’île de Paros, dans les Cyclades grecques. Préservée du tourisme de masse parce qu’il n’est pas simple d’y parvenir, j’y ai retrouvé le petit village de Naoussou, trente ans après l’avoir aperçu la première fois. En plus, je ne suis pas sûr que l’on y retournera.

MON PLAT DE CHOIX Le poisson. Je ne suis pas très viande. Et pas bière non plus, d’ailleurs. Alors un poisson grillé, l’été sur une terrasse à Uzès où mon épouse et moi descendons souvent en vacances, c’est le bonheur.

MON ART

J’essaie toujours de rendre mon dessin vivant, comme si l’on voyait soudain la moto arriver ou partir.

MON LIEU PRÉFÉRÉ Le port de Morges, où j’habite depuis dix-huit ans, et ses deux guérites. Je m’y arrête souvent pour rêvasser. Parfois on aperçoit au loin le Mont-Blanc en arrièreplan, c’est magnifique.


2 POUR 1: COLLECTEZ DES VIGNETTES ET PARTEZ À LA DÉCOUVERTE DE LA SUISSE!

Collectez des vignettes et profitez des 26 «offres combinées RailAway CFF 2 pour 1». Du 20 juillet au 23 août 2010, chaque client recevra une vignette par tranche de CHF 20.– d’achat dans tous les magasins Migros, Do it + Garden Migros, melectronics, Micasa, SportXX y compris Outdoor, sur LeShop.ch, ainsi que dans les restaurants Migros. 10 vignettes maximum seront distribuées par achat, et ce uniquement jusqu’à épuisement du stock. Ces 26 «offres combinées RailAway CFF 2 pour 1» comportent le voyage avec les transports publics et l’offre sélectionnée pour deux personnes (p. ex. Zoo de Bâle, Papiliorama ou Swissminiatur Melide), le tout pour le prix d’une personne; elles s’appliquent sur les prestations ferroviaires et complémentaires les plus avantageuses. Vous trouverez la brochure accompagnée du feuillet de vignettes et toutes les informations à votre Migros ou sur www.migros.ch

Migros Magazin 31 2010 f GE  

Un brunch au fil de l’eau. EN MAGASIN 52 ACTUALITÉ MIGROS 51 SOCIÉTÉ 12 SÉRIE D’ÉTÉ 18 Changements d’adresse: à la poste ou au registre des...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you