Issuu on Google+

LES 14 RENDEZ-VOUS

qu’il ne fallait pas rater  N°137 - Janvier 2014

VOYANCE

Quel avenir pour nos candidats aux municipales ?

MEGÈVE Spécial hôtellerie BARTHOLOGUE

Alexandre Lacazette

INTERVIEW EXCLUSIVE

GÉRARD COLLOMB

Dans sa tête, c’est déjà plié !


Édito Janvier 2014

Dix huitres* pour la quatorze !

Restaurant Spécialités Italiennes

© Jean-Marc Requien

Ça fait guère

’est vrai que ça fait guère. Mais à la guerre comme à la guerre; en ces temps difficiles, il faut savoir se contenter de peu. On nous avait promis la vie en rose, elle s’avère bien morose. Mieux vaut en rire. On peut rire en effet, en lisant l’interview de Gérard Collomb qui, semble-t-il, ne s’est pas aperçu que les promesses roses de ses amis socialistes vivent ce que vivent les roses, l’espace d’un instant… Et malheureusement conduisent à la sinist…rose, poussant les plus optimistes d’entre nous à un pessimisme bien compréhensible. Quand ce n’est pas à la név…rose. Mais, bon ! Écoutons les conseils de notre bon maire. Rions de bon cœur, souhaitons-nous une bonne année et souhaitons à Gégé 1er de ne pas pleurer en mars prochain.

Sib ue t Ta ble au : Pa ul

C

CAFFE

MILANO

*Que les anciens combattants me pardonnent ce jeu de mots commémoratif et néanmoins approximatif !

Justin Calixte Lyonpeople.com n°137 - Janvier 2014 Sur une idée originale de Marc Engelhard et Nicolas Winckler Couverture : Saby Maviel - Mandrak Studio Directeur de la publication Nicolas Winckler nicolas@lyonpeople.com Rédacteur en chef Marc Polisson marco@lyonpeople.com Journaliste Benjamin Solly benjamin@lyonpeople.com Conseillère éditoriale Françoise Petit francoise.petit@lyonpeople.com Graphistes Maquettistes Valérie Barranco valerie@lyonpeople.com & Cyril Tramblay cyril@lyonpeople.com Photographe webmaster Fabrice Schiff fab@lyonpeople.com. Ont collaboré à ce numéro Jean-Marc Requien, Yves Espaignet, Jean-Alain Fonlupt, Christian Mure, Alain Vollerin, Christophe Magnette, Lorène Papazian et Laurette. Photographes Saby Maviel, Val-fpg.com, Alain Rico & Patricia Faure Chef de Publicité Elodie Aguettant elodie@lyonpeople.com 06 11 19 04 43 Assistante commerciale Vérane Letord-Vaché verane@lyonpeople.com Agence Coyote Publiciz Bruce Mathieu bruce@lyonpeople.com 06 15 55 20 52 Supplément gratuit du www.lyonpeople.com. Impression Chirat. Ne peut être vendu. Ne pas jeter sur la voie publique. La reproduction des textes, dessins et photographies publiés dans ce numéro sont la propriété exclusive de Lyonpeople, une marque de Jetpeople.com SARL au capital de 178 030 €. RCS Lyon 493 132 252. Elle se réserve tous droits de reproduction dans le monde entier. Dépôt légal à parution. ISSN : 1952-7772. Abonnement pour 1 an = 49€. 100 000 lecteurs tous les mois Etude Médiamétrie - 05/2005

Lyonpeople est certifié par l’OJD BP 6171 - 69469 Lyon Cedex 06 Tél. : 04.72.82.97.78 Fax : 04.72.43.92.05

MERCIERE & MARRONNIERS

OUVERTURE 7/7 Midi et soir 44, rue Mercière - Lyon 2 Tél. 04 72 41 74 63 9, rue des Marronniers - Lyon 2 Tél. 04 72 41 88 78


Sommaire Janvier 2014

NEWS 8 10 12 14 16 20

Page 20

La vie lyonnaise La vie économique La vie politique La vie culturelle Brèves de comptoir

Bruits de bouchons

STORY 24

Megève People

28

Gérard Collomb

46

Cuisines Bernollin

48

Le Barthologue d’Alexandre Lacazette

50

Lionel Nallet

51

LOU Rugby VS La Rochelle Page 28

VOYANCE

Les candidats aux municipales dans la boule à facettes de Marmor ~ 36 à 44 ~

VU ! 52 Les 14 soirées

qu’il ne fallait pas manquer

Page 61

ET AUSSI...

74

Carnet Mondain

+ d’infos sur www.lyonpeople.com


NEWS LA VIE LYONNAISE / par Marc Polisson

BUS DES NEIGES

RUE MERCIÈRE

Trompette et Caro jouent les pères Noël

Quinze ans après l’aventure du 115, Jean-Claude Caro et Olivier Farissier, les deux trublions de la restauration lyonnaise remettent le couvert cet hiver à la barre du Bus Café. « On est encore capable de vous amuser ! » Attablés sous la verrière du Caro de Lyon, les deux compères sont excités comme des gamins (qu’ils ne cesseront jamais d’être !) Objet de cette frénésie, leur nouvelle aventure. Après nous avoir trimballé boulevard Stalingrad (Le 115), au Palais des Congrès (Le Riad) et quai Maréchal Joffre (La Voile), les deux saltimbanques ont décidé de poser leurs valises en carton au Bus Café. Avec la bénédiction de Sylvain Chérubin (dit Nounours) et de Mathieu Chevalier, ils réchauffent nos longues soirées d’hiver. Epaulés par Sonia et Kouloud (ex Sass), ils ont transformé le lieu dans l’esprit de « La Mangeoire » à Courchevel ou de « La Sauvageonne » à Megève. L’ancien établissement de Michel Dantzekian puis de Benjamin Lavorel a subi une cure de rajeunissement avec de nouvelles lumières, une moquette rouge écarlate, et une terrasse chauffée. A la carte du restaurant – ouvert midi et soir – on retrouve - au côté des mets traditionnels - les grands classiques d’un restaurant de montagne (tartiflettes, fondues, pierrades) préparées par Fabien Payet (ex second de Maurizio au Sass) ainsi qu’un banc d’écailler. C’est la chanteuse Marion qui anime les soirées du jeudi et du vendredi. Bus des Neiges - Bus Café - 18, quai Sarrail (Pont Lafayette) Ouvert tous les jours - midi et soir - Service voiturier (by Lyon Voiturier de l’ami François)

Reportage complet sur www.lyonpeople.com / Les Fêtes

Avis de recherche

Dans le cadre du numéro spécial que nous préparons sur la rue Mercière, nous sommes à la recherche de photos des commerces et restaurants suivants : La Timbale (n°5), Gamba’s House (n°9), L’Haricot et Le Beaujolais (n°31), Little Italy et La Boucherie (n°33), New York Street (n°35), Pettinature di Sergio (n°40), Attitudes Shop et Music Land (n°42), L’Alcatraz (n°44), Façade Café (n°45), La Boulangerie (n°46), Le Fou du Roi (n°50), La Timbale et La Tosca (n°51), La Voile Bleue (n°52), Le Piano (n°53), Le Cicéron et La Cantine (n°54), Le Petit Pub (n°56), Time Zone et La Chope d’or (n°57), Rêve de sable chaud (n°58), Le Saint Louis (n°1), Serrurerie Jacquet (n°62), Linecol Barber (n°63), Le Procope (n°68). Merci de me contacter par mail : marco@lyonpeople.com ou Tel 04 72 82 97 78 «Anamorphose 2 by Skertzo» Ambiance psychédélique dans le second tunnel de la Croix-Rousse

FÊTE DES LUMIÈRES Merci Gégé !

Pour les équipes chargées de l’évènementiel à la Ville de Lyon, c’était l’édition de tous les dangers. Celle à ne foirer sous aucun prétexte à trois mois des élections municipales. Pari réussi. « Le public était une fois encore au rendez-vous pour la 15ème édition de la Fête des Lumières. Au cours de quatre soirées féériques, les Lyonnais et les visiteurs du monde entier ont déambulé ensemble, dans une atmosphère bon enfant. Au fil des parcours à travers toute la ville, chacun a vu surgir l’émotion, à la découverte de créations d’une grande diversité. » Nous n’enlèverons rien à cet extrait du communiqué de presse officiel reproduit ci-dessus. Il reflète parfaitement le ressenti des Lyonnais et des restaurateurs qui, chaque année, donnent la température de l’évènement. Nul besoin de leur enfoncer le thermomètre très longtemps dans le tiroir-caisse pour mesurer leur degré de satisfaction. Tension maximale (dans le bon sens du terme) durant les 4 jours de festivité. Aussi bien en presqu’île qu’à Saint Jean, ça a envoyé de la quenelle et de l’andouillette au-delà de toutes les espérances. Aux halles de Lyon, on n’avait encore jamais vu ça avec des recettes gratinées dépassant les 10 000 euros par jour chez certains cadors de l’huître et des coquillages. Des recettes providentielles qui ont provisoirement nappé de velouté des trésoreries souvent exsangues. Seul bémol, le passage à travers des Brotteaux totalement exclus de la fête faute d’animation. Alors que l’ancienne gare constituait un support idéal pour une mise en lumière de l’ensemble du quartier phare gastro-festif du très droitier 6ème arrondissement. S’agirait-il de représailles politiciennes de la part de Gégé ? On n’ose y croire…

Lyonpeople / Janvier 2014

Business & Fun au rendez-vous d’Eurexpo

Porté sur les fonts baptismaux en 2012 par Didier Mareau, le salon Loisirs d’Eau prépare une 3e édition haut-de-gamme. Rendez-vous les 24, 25 et 26 janvier à Eurexpo. Il n’a pas bu la tasse, bien au contraire ! Le salon avait pourtant fort à faire face à son concurrent international basé à Paris. Mais le petit lyonnais a trouvé son rythme de croisière. Cette année, il attirera 150 exposants, contre 94 en janvier 2013, représentant 300 marques. Pour cette 3e édition, Loisirs d’eau a trouvé un partenaire waterproof avec le pôle de commerces et de loisirs Confluence. « Pour nous, c’était une évidence », confirme le directeur Jérémy Desprets. Comme un avant-goût des festivités qui seront proposées fin janvier, le champion du monde de Fly Board Stéphane Prayat et son acolyte champion du monde de jet-ski Romain Stampers ont effectué une démonstration vertigineuse sur la darse nautique. On retrouvera les acrobates dans le bassin de démonstration de 450 m2 prévu à Eurexpo, notamment lors de la nocturne du vendredi 24 janvier autour d’un dîner-spectacle (sur réservation). Plus d’information : www.loisirs-eau.com

Photos : Muriel Chaulet & Alain Rico 8

3e SALON LOISIRS D’EAU


les Soldes Formidables du 8 janvier au 11 février 2014 *

Serge LESAGE ®

* sur modèles signalés en boutique


NEWS LA VIE ÉCONOMIQUE / par Yves Espaignet

www.lyon-actueco.com

Photos : Fabrice Schiff & DR

NEWS/01

CCI DE LYON

L’année de tous les challenges pour Emmanuel Imberton

A

près la « révolution de palais » de décembre dernier, Emmanuel Imberton s’est immédiatement attaché à montrer sa volonté de réussir la réforme des CCI. Aussi devra-t-il préciser son programme de mesures pour atteindre les objectifs de réduction des coûts de 20% avant la fin du mandat (2 ans) tout en maintenant les services attendus par les entreprises. Il en a fait son cheval de bataille dans son message diffusé par télé web aux entrepreneurs lyonnais le lendemain même de son élection : « le débat sur la réforme 2010 est clos ». Et d’affirmer que « l’échelon régional est le plus pertinent et le plus opérationnel ». Il se veut un « accélérateur de process » pour « assurer une bonne mutualisation des compétences ». En cela, il reste fidèle à sa position de patron engagé qui réclamait lors du meeting national du Medef et de la CGPME, une baisse de la fiscalité et une réduction des dépenses de l’Etat. La CCI de Lyon devra « participer à cet effort collectif » avec pour règle de « faire plus et mieux ». Tout est dit mais le chantier exigera une remise à plat des services, des missions tout en assurant le soutien et le conseil aux entreprises. Emmanuel Imberton a plusieurs atouts. Il a su reprendre le flambeau de la

La cérémonie des vœux du nouveau président de la CCI de Lyon, Emmanuel Imberton, sera à suivre avec attention car loin d’être un traditionnel temps obligé, elle lui permettra de dresser un état de l’institution consulaire et de ses priorités d’action.

présidence, après la mise à l’écart de son prédécesseur à la suite de la démission des membres du bureau de l’institution consulaire. Agir vite mais sans précipitation, s’inscrire pleinement dans la fonction sans pour autant mettre ses pas dans ceux de celui qu’il remplace, tout en assumant le bilan de la première partie du mandat, l’exercice n’est pas impossible pour un homme connu pour ses vertus d’engagement, pour son attachement au travail en équipe. Une équipe mise délibérément en avant lors de sa première conférence de presse où il arrive entouré par celles et ceux qui « poursuivront et termineront le programme de mandat Carnet de routes. » Cette logique d’action collective lui est indispensable dans la restauration de l’image de l’institution consulaire car il le sait, même si cette crise interne a vite été « réglée », elle a laissé le sentiment d’un univers d’affrontements cachés. Dès lors, l’obligation de la proximité avec les entreprises est une priorité absolue. Emmanuel Imberton vient d’effectuer plusieurs visites des agences territoriales, celles-ci sont en prise directe avec les micro-bassins économiques constituant la métropole. Elles constituent un réseau déterminant dans sa stratégie

de refonte des services et d’affirmation de la crédibilité de la CCI. Il devra également trouver de nouvelles ressources et apporter des réponses à plusieurs dossiers. L’ouverture de Place d’Echange, la bourse régionale d’investissement, est attendue… Une solution lyonnaise est recherchée pour la Sepel dont la CCI détient 53% des parts, société exploitant le site d’Eurexpo, ce qui ne pourra que réjouir l’autre actionnaire GL Events. Il reste vigilant sur le dossier des Aéroports de Lyon même si le désengagement de l’Etat n’est plus d’actualité. Enfin, il aura à se pencher sur le dossier sensible du commerce lyonnais, sévèrement éprouvé ces dernières années. Souvent présenté au sein de la CGPME comme un fidèle lieutenant de François Turcas, il devra dégager l’espace de liberté nécessaire pour être un président de CCI reconnu, un responsable de plein exercice. A 55 ans, ce chef d’entreprise (La Cotonnière lyonnaise, une PME de 32 personnes), ancien DRH de grands groupes sait que toutes ses expériences professionnelles seront sollicitées ; il lui faudra également des talents de diplomate tant le monde économique lyonnais compte de personnalités.

NEWS/02

L’AMÉRIQUE DU NORD VIA ICELANDAIR

Si Aéroports de Lyon poursuit son développement et 2013 devrait confirmer cette évolution, il y a lieu de suivre l’actualité de l’aéroport de Genève pour comprendre l’univers concurrentiel du secteur du transport aérien. La compagnie Icelandair a tenu à présenter à Lyon l’ouverture de sa liaison (2 vols hebdomadaires) avec Reykjavik depuis Genève en mai prochain (liaison estivale allant jusqu’à fin septembre). « C’est une nouvelle opportunité pour les habitants de la région lyonnaise de rejoindre l’Islande et l’Amérique du Nord » précise la directrice commerciale de la compagnie islandaise, Bryndis Philibert. En effet depuis la capitale islandaise, les liaisons vers les USA et le Canada sont multiples. Sont desservies notamment les villes de New-York, Boston, Toronto ou encore Anchorage avec un transit d’une heure à Reykjavik. Pour Genève, cette ouverture confirme son essor dans le domaine des lignes aériennes intercontinentales puisqu’en mai dernier, Air China a lancé une liaison directe permanente « Genève-Pékin » avec 3 vols par semaine.

10

Lyonpeople / Janvier 2014

TONY PARKER AMBASSADEUR DU GROUPE LDLC LDLC.com, le groupe lyonnais numéro 1 de la vente de produits numériques sur le web a choisi Tony Parker pour conforter son image de « leader ». Il est vrai que le basketteur est également une « star » sur les réseaux sociaux avec plus 1,5 millions d’amis sur Facebook et de 830.000 « followers » sur Twitter. Un solide relais de croissance pour LDLC fort lui-même de plus de 750.000 amis sur Facebook.


Janvier 2014 / Lyonpeople

11


NEWS LA VIE POLITIQUE / Par Benjamin Solly

Renaud Gauquelin

Jean-François Debiol

Alexandre Vincendet

Jean-Christophe Darne Julien Smati

MUNICIPALES 2014

Rillieux-la-Pape rejoue Dallas

A

u générique, tout y est ! De « l’univers impitoyable » à « la loi du plus fort », Rillieux mériterait son jumelage avec Dallas. Le Château Ranvier, où niche l’Hôtel de Ville, a pris des allures de Southfork Ranch. Et si les Darne ont remplacé les Ewing dans ce remake rilliard de la superproduction américaine, les conflits de pouvoir restent légion et les convoitises exacerbées. Le trait est à peine grossi tant les protagonistes de ce mauvais feuilleton municipal dessinent à la sulfateuse les contours du prochain scrutin. « Rillieux, on dirait une série télé », s’ébaubissait même le 1er fédéral du PS dans le Rhône, David Kimelfeld, sur les ondes de Lyon 1ere. Qu’a donc fait le maire socialiste sortant, Renaud Gauquelin, pour se retrouver sur une telle poudrière ? Cet état des lieux explosif fait dire aux plus fins observateurs de la vie politique locale que Rillieux pourrait bien virer de bord au soir du 30 mars. Une configuration qu’elle n’a plus connue depuis la mandature de Marcel-Yves André, achevée en 1995. Dix ans plus tard, Jacky Darne ne cachait pas une certaine lassitude à l’instant de céder les clés de la mairie à son 1er adjoint Renaud Gauquelin. Lors du congrès des maires du Rhône du 4 novembre 2005, l’édile sortant dénonçait « des considérations, des façons de faire de la politique », assurant que Gauquelin avait « les qualités et les compétences » pour prendre

12

Lyonpeople / Janvier 2014

On ne trouve pas encore des foreuses et des derricks à Dallas-la-Pape. On trouve par contre tous les ingrédients qui ont fait le succès de la célèbre série des années 80.

sa suite. Force est de constater que l’ancien maire de Rillieux (1995-2005) a fait sien ce qu’il dénonçait hier. Il soutient aujourd’hui Jean-Christophe Darne dans sa quête municipale face à Renaud Gauquelin. S’il s’affiche en position non-éligible sur la liste de son fils, Darne père risque même l’exclusion du PS. Un comble pour celui qui en fût le premier fédéral dans le Rhône.

Népotisme à la sauce rilliarde « Le deal entre Darne et Gauquelin, c’était ‘je te laisse la mairie en 2005 mais tu cèdes la place à mon fils en 2014’ », croient savoir les tauliers de la droite locale. L’alliance a fait long feu et tous les pros Darne pointent du doigt le rôle central qu’aurait joué Marc Cachard dans ce revirement. Colistier non-éligible de Gauquelin en 2008, démissionnaire puis nommé directeur de cabinet du maire socialiste, l’homme ne cache pas sa volonté d’emporter la mairie dans les années qui viennent. Conséquence ? A l’approche du scrutin, l’exécutif municipal se déchire. Le « clan Darne », comme le dépeint Gauquelin, assure être soutenu par neuf des quinze adjoints de la Ville. De son côté, le maire sortant joue la continuité et la transparence. Sa désignation comme tête de liste a été actée par le PS dans un exercice interne où Jean-Christophe Darne

n’était pas candidat. Il faut dire que le secrétaire de section du PS de Rillieux-la-Pape n’est autre que… Marc Cachard ! Dernier rebondissement en date, la secrétaire adjointe de la section, Morgane Imani, a préféré s’engager derrière Jean-Christophe Darne.

Julien Smati l’outsider La droite aurait pu faire son beurre de ces conflits internes à la gauche. Désigné par une commission nationale d’investiture exceptionnellement dépaysée à Paris, le « Cochet boy » Alexandre Vincendet, ancien responsable des adhésions au siège de l’UMP à Paris et ex-délégué de la 5e circonscription de l’Ain, souffre d’une image de parachuté. Celui qui attendait l’imprimatur du parti, Julien Smati, a finalement rendu sa carte et se présentera sous les couleurs de son association des Rénovateurs Républicains, fort d’une action de terrain qu’il mène depuis 2008. Quant à Jean-François Debiol, exclu de l’UMP en 2012 pour sa candidature dissidente aux législatives, son attelage avec Philippe Millon, autre « fils de » lancé dans la bataille des municipales rilliardes, semble franchement bringuebalant. A Rillieux, on n’a pas de pétrole, mais on a des candidats !


Janvier 2014 / Lyonpeople

13


Photos : Fabrice Schiff & DR

NEWS LA VIE CULTURELLE / par Jean-Alain Fonlupt

«PRINTEMPS DE PÉROUGES»

Les voix du bonheur

C

ertains diraient que 18 ans c’est l’âge de la majorité… Oublions les clichés d’usage et affirmons avec enthousiasme qu’il s’agit plutôt là du chiffre idéal de l’éternelle jeunesse. Une jeunesse jamais démentie, synonyme d’audace, d’ouverture et d’insatiable curiosité, vertus indispensables à la vitalité qui protège du confortable mais dangereux ronronnement et pousse à l’exigence. Car depuis son origine, l’esprit qui préside aux choix des artistes, des concerts et des spectacles s’ingénie à effacer les frontières entre les genres et les domaines, à décoller les étiquettes souvent tenaces, à lutter contre les a priori pour accueillir dans un grand élan artistiquement fraternel tous les styles et toutes les «écoles». Et c’est bien l’une des singularités de ce «Printemps de Pérouges» que d’ouvrir ses scènes à tous les talents qu’ils soient populaires ou savants, issus de la variété, du rock, du jazz, du slam, du lyrique ou du classique, qu’ils s’adonnent à la poésie ou à l’humour, qu’ils affichent leur ancrage local ou qu’ils débarquent d’autres continents, qu’ils brillent dans l’individualité ou se révèlent dans le groupe et l’unisson… C’est cette liberté de ton, cet éclectisme assumé qui distingue le «Printemps de Pérouges» de la pléthore de rendez-vous construits autour de la musique et du divertissement. Un «électron libre» qui se joue également de l’unité de lieu et n’hésite pas à explorer et investir des sites tout à fait uniques, originaux et parfois même improbables. Et si le désir d’imaginer un festival est né de la visite de la très belle et très ancienne église de Pérouges, la volonté de rayonner depuis ce magnifique épicentre vers d’autres destinations a été reçu comme un choix judicieux de la part d’un public toujours touché par la proposition

14

Lyonpeople / Janvier 2014

Le printemps claironne dans le titre du festival de Pérouges comme un hommage aux talents qui éclosent et s’épanouissent dans l’incroyable diversité des voix… Puisque c’est bien «l’instrument vocal» dans toute sa riche complexité qui est ici en priorité célébré. Un «Printemps» qui respecte le cycle naturel des saisons mais se paye également l’impertinence de perdurer sous des soleils plus timides et des frimas bien hivernaux. Un «Printemps» qui, cette année, en cumule 18 pour un anniversaire joyeux, partageur et intelligemment éclectique ! de proximité. Centrale nucléaire du Bugey, hall de la Gare TGV de l’aéroport Saint-Exupéry, usines de bétonnières Guy Noël ou de construction de murs en béton Spurgin , entrepôt de peinture Gefco, tréfilerie de Meximieux, ferme de Rapan, Parc des Oiseaux (Villars les Dombes)… dessinent un parcours établi comme un trait d’union entre le berceau de la Plaine de l’Ain et des haltes plus citadines (Salle Molière, Sous le Caillou, Comédie Odéon…) ou de plus vastes audiences (Amphi 3000-Cité Internationale, Halle Tony Garnier …). Une «entreprise» artistique qui a su imposer un hétéroclisme généreux, et produire pour le bonheur de tous les publics, avec un savoir-faire très anglosaxon, de l’authentique entertainment … Pour revenir sur ces 18 années de programmation parfois périlleuse mais toujours passionnée, qui, mieux que Marie RigaudBernollin, «l’inventeur» et la directrice de cet événement, pouvait nous en préciser les intentions, nous en détailler les étapes, nous en dévoiler l’organisation et nous faire pénétrer dans les secrets de la coulisse ?

Elsa, Marie et Anne Lise Rigaud. Equipe, façon « puppini sisters» du Printemps de Pérouges

Un esprit «entrepreunarial» Définir la personnalité et le caractère de Marie nécessiterait l’invention d’un nouveau vocable. Tant elle navigue avec maestria entre authentique sensibilité artistique, évaluation réaliste des contingences et permanence de séduction. Un peu muse, un peu glamour, se reconnaîtraitelle dans la contraction joliment hasardeuse de «glamuse», qui pourrait espièglement la résumer ? Très tôt elle se sent musicienne, ce qui l’entraînera à suivre la classe de chant lyrique des CNR (Conservatoire National de Région) de Lyon et Grenoble, à intégrer l’Académie Baroque d’Ambronay de Christophe Rousset fondateur des Talens Lyriques, à passer quelques auditions professionnelles avant de s’intéresser, un peu par hasard, un peu par défi, à l’organisation de concerts. On doit la première édition du festival à une visite impromptue de l’église fortifiée de Pérouges (XVe) avec son ami Stéphane Cayrol. Un acte fondateur qui révélera sa passion pour la voix des autres et le monde du spectacle. Depuis, en belle jardinière des talents, elle consacre son temps avec une étonnante pugnacité, à faire fleurir son «Printemps», en recherche permanente d’artistes à programmer, entre deux rendez-vous pour convaincre, entre deux négociations serrées pour diffuser, entre deux contacts de financement. Elle précise d’ailleurs avec une certaine fierté et une tonalité un tantinet «bravache», dénicher pour son budget, 40 % de fonds privés auprès de ceux qu’elle préfère appeler ses «partenaires-supporters» plutôt que ses sponsors ou


mécènes. Et de conclure le chapitre en signalant que son «Printemps de Pérouges» n’est pas sous perfusion, des toutefois nécessaires, subventions publiques. C’est dit !

diffusée avec le programme du «Printemps de Pérouges» où sont croqués sans complaisance les travers et les exigences du métier et qui aborde avec humour évidemment la personnalité de notre étonnante artiste-organisatrice.

Une fratrie, une équipe, une famille Ses deux sœurs, Anne-Lise et Elsa, l’on rejointe, et, telles les «Puppini Sisters» de l’entreprenariat du spectacle, mettent en commun leurs atouts professionnels. L’une comptable, l’autre ingénieur commercial, viennent en valeur ajoutée et complémentaire, renforcer l’organisation et la gestion de l’ensemble. Rémi, le petit frère, lui regarde tout ça à travers le filtre de la caméra et réalise tous les films et clips promo de l’événement. C’est, nous confie Marie, la flamboyance de cette fratrie, autorisée à la spontanéité et la parfois rude franchise des commentaires qui est à la base de la pérennité du festival. Un esprit de famille adopté par les équipes de quelque 50 bénévoles qui ont su créer des liens de réelle connivence et donner ce supplément d’âme indispensable à la poursuite de l’aventure collective. Une aventure qui occultait un désir profond chez Marie, celui de franchir le pas vers la scène. Une envie longtemps dissimulée sous le boisseau des responsabilités et qui s’affirme enfin dans un tour de chant, façon cabaret, dédié aux auteurs et compositeurs français qu’elle a toujours rêvé de défendre (Vian, Legrand, Gainsbourg, Nougaro…).Et c’est au Théâtre «Sous le Caillou», la petite salle croix-roussienne, qu’elle apparaît avec la complicité de Pascal Coulan, le maître des lieux - dans le halo de la poursuite, blonde et glamour à souhait, swingante, élégante, portée par son interprétation mutine et coquine de standards impérissables, entremetteuse d’univers poétiques qu’elle nous invite à partager dans l’ambiance jazzy des années 40. Un show qu’elle reprendra dès le prochain mois de mars. L’entendre chanter son répertoire de prédilection est un vrai bonheur mais l’écouter raconter de quelle façon elle arrive à ses fins en matière de programmation, n’est pas mal non plus ! Avec le recul et l’expérience accumulée depuis 18 années, elle plonge avec délice dans l’inconscience salvatrice des débuts, la cocasserie et la charge émotionnelle de certaines situations et anecdotes. Des exemples ? La ténacité dont elle a dû faire preuve avec Natalie Dessay son «idole». Un parcours qui l’aura menée plusieurs fois jusqu’à New-York où elle se produisait au MET - pour la persuader de sortir de son répertoire et venir participer au festival… Une relation qui perdure puisque la célèbre soprano colorature est venue à Lyon, grâce à Marie, chanter avec Michel Legrand devant un Amphi 3000 bondé… Emotion encore quand elle convainc et accueille Claude Nougaro pour son dernier spectacle dans le cadre intimiste et historique du Prieuré de Blyes et sert de go-between pour une rencontre amicale entre le fougueux toulousain et la diva internationale… Les stratégies et manigances pour aborder Al Jarreau en passant par-dessus les agents-sbires et les producteurs tatillons, son émotion lorsqu’il l’invite à partager un duo à la fin de son show… Ses deux prestations sur scène avec Roberto Alagna dans «Little Italy» et «Le Sicilien» devant un public bluffé… Son «culot» qui l’amène à aborder Michael Bublé dans le lobby de son hôtel à Las Vegas… Des relations privilégiées avec Marianne James, Diane Tell, Michel Jonasz… et bien d’autres. De plus, Marie ne maniant pas la langue de bois, n’hésite pas à bousculer certains producteurs et organisateurs «intouchables» qui usent et abusent de leur quasi monopole. Autant de challenges et de souvenirs qui marquent et pimentent sa vie artistique et professionnelle. Une vie aventureuse dont on peut découvrir les péripéties dans une savoureuse BD

Natalie Dessay et Michel Legrand

En attendant le «PRINTEMPS» Comme son titre ne l’indique pas, «Le Printemps de Pérouges» n’attend pas les beaux jours pour ouvrir sa programmation. Il s’octroie même, mine de rien, le privilège de bousculer l’ordre naturel des saisons en les traversant toutes, se payant le luxe de faire entendre en plein hiver quelques voix superbement solaires. Comme celles du «Soul Men Trio» qui rassemblera les rythm’n’blues brothers, Vigon et Eric Bamy, associés à un fils du R’n’B, Jay Kani, dans un projet «soul dynamite» digne des meilleurs heures de la mythique «Motown», dans la vaste enceinte de l’Amphi 3000 le 30 janvier. Alors qu’Eric Toulis, coup de cœur 2014 du festival, aura visiter la veille (29 janvier) - avec toute l’énergie et la poésie des artistes de music hall - la chanson, le sketch, le monologue, la parodie, dans la jolie salle rouge de la Comédie Odéon. Voilà de chaleureuses «mises en oreille» qui devraient augurer du meilleur pour la prochaine édition du festival ! Dont on peut, en toute confidence, révéler quelques stars invitées, comme, excusez du peu, EWF (Earth Wind and Fire) le cultissime groupe funky américain (nouvelle salle de Bourg-en-Bresse)… Louis Chedid en retour gagnant avec son CD «Deux fois l’infini»... Thomas Fersen et son univers musical si singulier… Maxime

Foly, Art Mengo, Stanislas, Nilda Fernandez, André Manoukian… Les slameurs-poètes Grand Corps Malade et Abd Al Malik… Les voix du jazz et de la soul Liz Mc Comb, Bobby MC Ferrin, Patricia Barber, David Linx… Les registres lyriques et classiques, Patricia Petibon, Philippe Jaroussky, Laurent Naouri, Stéphane Degout, Jean-François Zygel, les Orchestres de Lyon et d’Auvergne, le Chœur Accentus, l’Ensemble Calliope… Les groupes Chico & The Gypsies, A Filetta, I Muvrini… Les chanteurs a cappella Vocapeople et Naturally 7… Les formations folk Dervish, Vishten… Les humoristes imitateurs, Nicolas Canteloup, Michael Gregorio… Bref, que du beau monde ! Mais, trêve de nostalgie ! Imaginons plutôt, en attendant le «Printemps» et pour passer le plus tendre des hivers, toutes les performances et les bonheurs vocaux à venir. 18e édition du Printemps de Pérouges Du 24 mars au 6 juillet 2014 0 826 30 2468 www.festival-perouges.org www.facebook.com/leprintempsdeperouges Billetterie : Points de vente habituels

Soul Men Earth Wind & Fire

Thomas Fersen

Le Forestier avec «Le cadeau» un dernier album qui porte bien son nom… Michel Jonasz pour le swing et la poésie… l’indispensable Natalie Dessay la fée-marraine de l’événement… Et plein d’autres talents dont l’équipe du «Printemps de Pérouges» nous révèlera bientôt la liste. Une liste qui viendra compléter celle, déjà fort prestigieuse, des invités des 17 éditions précédentes. Des noms qui évoqueront pour chacun d’entre nous, tour à tour, des souvenirs émus, amusés, admiratifs, bouleversants, joyeux, poignants, radieux... Sans prétendre à l’exhaustivité, et en plus de ceux déjà évoqués plus haut, citons, entre autres, les représentants de la chanson française et francophone : Julien Clerc, Raphaël, Michel Fugain, Maurane, Laurent Voulzy, Jacques Higelin, William Sheller, Daniel Lavoie, Michel Delpech, Hugues Aufray, Robert Charlebois, Adamo, Dany Brillant, Liane

Louis Chédid

Michel Jonasz Didier Gustin

Janvier 2014 / Lyonpeople

15


NEWS BRÈVES DE COMPTOIR / par Marc Polisson

Photos : DR

NEWS/01

OPÉRATION CAVE OUVERTE chez Stéphane Ogier

D

’un côté, il y a le Marché aux vins d’Ampuis (du vendredi 17 au lundi 20 janvier) qui constitue chaque année la grand’ messe de l’appellation Côte-Rôtie. Et comme dans tout bon festival, il y a aussi le off avec ses moments forts. Les portes ouvertes de Stéphane Ogier en font partie. « L’occasion de déguster les nouveaux millésimes de ses vins de pays d’exception que sont la Rosine - qu’elle soit issue de syrah pour les rouges ou de viognier pour les blancs et bien sûr cette tendre Âme Sœur, venue de l’autre rive du Rhône, de ce magnifique terroir de Seyssuel dont la reconnaissance très attendue, en tant que terre d’AOC serait largement méritée. Des nectars appréciés des amateurs de vins racés et expressifs, tout comme des chefs et des sommeliers exigeants » dixit Jean-Jacques Billon. Collectionnant depuis des lustres médailles et récompenses, l’année 2013 a vu s’afficher au tableau de chasse de Michel et Stéphane Ogier les félicitations

de Robert Parker (le journaliste vin le plus influent de la planète) qui lui a attribué 3 fois de suite la note maximale de 100 sur 100, ce qui est plutôt rare. « Ce vin est le plus grand vins de Pays que j’ai pu boire, il a les même arômes que La Mouline de Guigal » écrit-il à propos de L’Âme Sœur. Des propos corroborés par le journaliste Michel Bettane dans son Guide des vins de France : « Nous parions que dans 5 ans, le domaine deviendra aussi culte que Chave sur l’Hermitage ». Pour fêter ça, Stéphane Ogier et son associé Eric Carriere, ancien footballeur et présentateur sur C+ de Canal Football Club ont réquisitionné durant 4 jours le barbecue de l’éleveur Guillaume Verdin qui régalera les visiteurs de ses grillades d’agneau. Au rayon « petites gâteries », Philippe Bernachon mettra tout le monde d’accord (vins et chocolat). Cette année c’est le chef Nicolas Michel du restaurant « Le Cotte Roti » à Paris 12eme qui viendra cuisiner le midi. A noter

qu’on le retrouve tous les matins sur France 2 depuis septembre et pour toute la saison dans l’émission « C au programme » de Sophie Davant, où il présente ses recettes. Il a aussi préparé le repas de réveillon présenté le 24 décembre sur Télé matin avec William Leymergie. Après plusieurs mois de télé-réalité, retour à la terre ferme sur le plateau d’Ampuis. Journées portes ouvertes à Ampuis, du 17 au 20 janvier Vendredi 17, samedi 18, dimanche 19 et lundi 20 janvier Domaine Michel et Stéphane Ogier. 3, chemin du Bac - 69420 Ampuis. Tél. 04 74 56 10 75 contact@domaine-ogier.fr

NEWS/02

CLIN D’ŒIL Une poignée de mains historique Que font ces deux auteurs-éditeurs de guide gastronomique quand ils se croisent ? Au mieux, ils feignent l’indifférence et se croisent sans un regard. Au pire, ils se jettent invectives et noms d’oiseaux dans un grand roulement de casseroles et de timbales. Autant dire que la poignée de mains entre Christian Mure (Lyon Gourmand) et Alain Vollerin (Bien manger à Lyon) est à marquer dans les annales de la gastronomie lyonnaise. Il n’y a que dans Lyon People qu’on peut voir ça !

16

Lyonpeople / Janvier 2014

Xavier Bourit déménage. Depuis le 1er janvier, le patron de Moët & Chandon sur la région Rhône-Alpes a pris la direction régionale Grande Distribution Sud-Ouest. *** La 2ème édition du Trophée des Gastronomes de Lyon est annoncée pour le 27 janvier au Château de Sans-Souci à Limonest. Elle mettra en scène 8 cuisiniers amateurs épaulés par 8 chefs confirmés. *** Roy’Halles de Lyon Après le succès de la « Roy’Halle de Rive » organisée à Genève le 21 novembre dernier, Lyon accueille cet événement original et exceptionnel pour le plus grand plaisir des Lyonnais et des entreprises de la région. L’espace d’une soirée, les Halles de Lyon sont entièrement privatisées pour permettre aux gourmets de déambuler avec arrêt aux stands de leur choix pour ravitaillement à volonté. Commissaires de course : Guillaume Chalvin et Pierre-Yves Gas. Mardi 28 janvier 2013 – Réservations au 04 78 44 88 00 ***

Café du Pond Le retour de l’enfant prodigue

Les tubes des Bee Gees, eux de David Guetta... Ça swingue à nouveau le samedi après-midi au Café du Pond. Le reste de la semaine, Fabrice est en cuisine et confectionne des pâtisseries. Après 15 mois d’exil volontaire chez Cuisine et Passion, il a réintégré la maison du prince Albert Dray, place Lyautey. On salue avec joie ce retour au bercail.*** Le B52 en mode clubbing Jusqu’à présent spécialisé dans l’apéro et l’after work, le B52 fait désormais des heures sup’ tous les week-ends avec une fermeture annoncée les vendredi et samedi soir, à 5h du matin. C’est l’un des établissements phares de l’ouest lyonnais et ses propriétaires Marc Chabert, Jean-Paul Donjon et Jean-Charles Glomaud ne ménagent pas leurs efforts pour le maintenir au top. Ça passe par un lifting très réussi opéré par l’architecte Stéphane Revol qui a insufflé de la chaleur à la grande salle et à sa mezzanine habillées en technicolor. A ce nouveau décor, s’ajoutent aussi de nouveaux horaires pour prolonger les afterwork de 19h jusqu’à 4h du matin.


Janvier 2014 / Lyonpeople

17


Photos : Fabrice Schiff

NEWS BRÈVES DE COMPTOIR / par Benjamin Solly

CHAMPIONNAT DU MONDE DE PÂTÉ-CROÛTE 2013 Le gagnant se fait la Malle (à la Rotonde) !

P

etit pâté-croûte est devenu grand ! Portée sur les fonts baptismaux en 2009 par le quatuor Audrey Merle, Arnaud Bernollin, Gilles Demange et Christophe Marguin, la confrérie du Pâté-Croûte peut s’enorgueillir d’avoir réalisé une 5e édition parfaite de son championnat du monde. Plusieurs centaines de personnes ont assisté à la remise des prix précédée par la cérémonie d’intronisation des nouveaux chevaliers de la confrérie du pâté-croûte, au premier rang desquels ont prêté serment Michel Havard « le futur maire de Lyon » dixit Christophe Marguin -, Dominique Loiseau, Daniel Boulud, from NYC, ou encore Jean-Marc Palluy. Entre les murs bachiques de la Maison Chapoutier à Tain-L’Hermitage, c’est le sous-chef du Pavillon de la Rotonde Jean-François Malle qui a décroché la timbale avec son pâté-croûte de volaille de Bresse, foie gras marbré aux trompettes, lard de colonnatta et fine gelée infusée aux champignons rôtis. Le second de Philippe Gauvreau a mis d’accord l’ensemble du jury, composé de chefs étoilés et de MOF, présidé par Dominique Loiseau. Reportage complet sur www.lyonpeople.com – rubrique Gastronomie

Le dessinateur Marc Combas

Le Jury du concours

LES LAURÉATS 2013 1er Prix Chapoutier : Jean-François Malle Le Pavillon de la Rotonde** - Charbonnières les Bains 2ème prix 6ème sens : Keishi Sugimura Le Benaton* - Beaune (21) 3ème prix Eiffage : Lucas Miosotti Les Trois Domes* - Lyon 1er Prix Mumm de la Confrérie du Pâté-Croute : David Guillermain - 33 Cité - Lyon 18

Lyonpeople / Janvier 2014

Michel Havard, nouveau chevalier de la confrérie du Pâté-croute

Patricia Vareilles (TCO) et Audrey Boutron (Lindecker)

Philippe Gauvreau (La Rotonde) et Nico (Lyon People)

Jacques Gerault, ancien Préfet du Rhône et Michel Chapoutier


Pâté en croûte automnal (Pigeon, foie gras, ris de veau et cèpes) Keishi Sugimura sur la 2ème marche du podium

Traditionnel pâté croûte au foie gras & veau moutarde de pistache, griotte, cèpes et paris au vinaigre Aurélien Merot (Brasserie Le Belooga)

Pâté en croûte Richelieu au Foie Gras

Audrey Jacquier (Le Vivarais)

Pâté en croûte au lapin de Clapier & Garenne, foie gras de Canard, Trompettes, Pistaches et gelée de coings David Guillermin (33 Cité)

Pâté en croûte dans sa tradition au ris de veau & foie gras, adouci au lapin et enrichi au lardo Colonato au parfum d’Armagnac Frédéric Cote (Au Colombier)

Dans les traces du pâté en croûte de chevreuil trompette de la mort et foie gras… Bonne Chasse Lucas Miosotti (Sofitel Les 3 Dômes)

Jean-François Malle (Le Pavillon de la Rotonde)

Pâté croûte de volaille de Bresse, foie gras marbré aux trompettes & lard de colonnatta fine gelée infusée aux champignons rôtis

Pâté en croûte Bourgeois au canard, pistaches, noisettes et gelée au Porto Olivier Sauzon (Argenson Gerland)

Les concurrents de la 5ème édition Janvier 2014 / Lyonpeople

19


CÔTE RÔTIE LOVERS L’appellation Côte-Rôtie est l’un des joyaux de la Vallée du Rhône. Partout dans le mode, les amateurs se bousculent pour acquérir ces belles bouteilles qui se font rares. A Lyon aussi, l’appellation a ses « addicts » et à quelques jours du Marché aux Vins d’Ampuis, nous les avons rencontrés. beau-père, Pierre Meunier, viticulteur, lui apprendra le travail de la vigne. Aujourd’hui, la carte du restaurant fait place belle aux vignobles de la Vallée du Rhône mais également à la Bourgogne voisine. « J’aime m’amuser à sortir de la prescription traditionnelle d’un Côte Rôtie des viandes rouges. Auprès de mes convives, cette appellation s’acoquine autour d’un Rouget façon bécasse ou encore avec une Dorade grise sur une réduction de fenouil confit, juste caramélisé». Le poisson sur un Côte Rôtie ! Fabrice Bonnot ose l’accord avec ingéniosité.

FABRICE BONNOT

20

Lyonpeople / Janvier 2014

86ème MARCHÉ AUX VINS D’AMPUIS - CÔTE-RÔTIE Du vendredi 17 au lundi 20 janvier 2014. Le Marché aux Vins d’Ampuis - Côte-Rôtie est LE rendez-vous des amateurs des vins de la Vallée du Rhône septentrionale. 200 vins de 60 domaines et maisons sont proposés à la dégustation : l’occasion unique de se monter une cave de rêve ! www.marche-aux-vins-ampuis-cote-rotie.com

pose à Lyon il y a quelques années déjà. C’est son luthier, Franck Cheval qui l’initie au vin, c’est avec lui qu’il se rend chaque année au Marché aux vins d’Ampuis pour rencontrer les amis, Yves Gangloff et Stéphane Ogier et pour remplir sa cave de Landone de chez Marcel Guigal ou de Jean-Michel Gerin son coup de cœur de l’appellation. « Le Côte Rôtie est comme une courbe de guitare : délicat, féminin, subtil. Le vigneron est le luthier qui sait façonner et créer » annonce Michael l’œil plein de malice.

ODILE MATTEI

Cuisine & Dépendance….au Côte Rôtie Passionné, avec un enthousiasme communicatif, Fabrice Bonnot fait partie de ces chefs « nouvelle génération » qui ont, au début des années 2000, apporté une bouffée d’oxygène à la restauration lyonnaise. La fraîcheur des produits au cœur de sa cuisine, le sens du détail en salle et l’exactitude de la réalisation au piano font de ce chef à la double formation de cuisinierpâtissier une des valeurs reconnues de la ville. « Pour un pâtissier, la précision de l’exécution est une exigence, le cuisinier peut être plus créatif et laisser parler son instinct. Dans ma cuisine, j’associe ces deux faces du métier. On est par là très proche du travail de vigneron qui se doit lui aussi d’être le balancier entre rigueur et création ». Son intérêt pour le vin est décelé à l’âge de 16 ans, lors d’un repas en famille chez Troisgros, autour du fameux lièvre à la Royale accompagné avec justesse d’une belle bouteille de Côte Rôtie. Puis son

Photos Photos: Fabrice : FabriceSchiff Schiff

NEWS BRUITS DE BOUCHONS

Fan de syrah

MICHAEL JONES Le Côte Rôtie est comme une courbe de guitare 60 ans tout pile et 40 années passées en France… « 40-60 », c’est aussi le titre du dernier album de Michael Jones. Le chanteur-guitariste franco-gallois signe là le bouquet final de sa carrière. Celle d’un artiste hors norme, acolyte de Jean-Jacques Goldman, qui se

Odile Mattei est sans contexte une grande dame dans l’univers de la gastronomie lyonnaise. Elle s’engage avec conviction pour la défense des produits des régions Rhône-Alpes et Auvergne dans l’émission « Goûtez-voir », véritable institution sur France 3 RhôneAlpes-Auvergne. C’est une amoureuse de l’instant et des rencontres. Son meilleur souvenir en Côte Rôtie ? « Dans les vignes, assise sur un muret en pierre, discutant avec le vigneron en regardant un cheval labourer… Le vin fait partie intégrante de la culture française. D’ailleurs je valorise le plus souvent possible le patrimoine et le travail de ces hommes et femmes ». Côté cave, c’est une vraie « fan » de la Syrah de la Vallée du Rhône septentrionale avec une analyse de fine connaisseuse, elle apprécie les Cornas pour leur goût du terroir, les Crozes-Hermitage avec leur brillance pleine de fruits et bien évidemment les Côte-Rôtie dotés d’une élégance distinguée.


Janvier 2014 / Lyonpeople

21


NEWS PHOTO PEOPLE

BOUTIQUE DELPOL Crazy Family

Le concept de la photo de famille revisité avec humour et décalage. La mise en scène et le décor à l’image des équipiers de Delphine et Olivier Maurin, place Maréchal Lyautey. Patricia 4 décline également ce projet pour les entreprises «Crazy Company» ou entre amis «Crazy Friend». Photo : Patricia Faure

22

Lyonpeople / Janvier 2014


Janvier 2014 / Lyonpeople

23


Photos : DR

NEWS MEGÈVE PEOPLE / par Nadine Fageol

ON M sans réserve ! En perdant ses atours d’antan le Manège devient M, et Megève de gagner un hôtel cinq étoiles au caractère bien trempé. Matériaux du cru magnifiés par la manufacture Arpin, un raffinement sans ostentation confortée d’une table goûteuse.

L

’indéniable point fort de l’hôtel M est son emplacement privilégié en position surélevée, à trois minutes de la rue piétonne Monseigneur Conseil et à 300 mètres de la télécabine du Chamois. L’enseigne M est la réduction drastique de l’ancien Manège, « nous voulions une référence directe à Megève » comme l’explique son propriétaire François Benais à la tête de Buildinvet, groupe possédant unités hôtelières dans le monde entier spécialisé encore dans la reconversion de sites immobiliers. C’est à Buildinvet que l’on doit la mutation en 175 appartements du Séminaire Saint Irénée à Sainte Foy les Lyon, racheté à l’archevêché de Lyon, où Lyon People a inauguré son numéro spécial en juin dernier… Disons-le tout net, le Manège avait

24

Lyonpeople / Janvier 2014

besoin d’un sérieux rafraîchissement d’autant que lui manquait un lobby digne de ce nom. Comment agrandir sans dénaturer quand en plus pèse la contrainte de hauteur à ne pas dépasser ? L’architecte Jean-Noël Picot n’a eu d’autre solution que de creuser dans le jardin à l’extrême limite des propriétés adjacentes. Un trou de 15 mètres où il loge spa et piscine. Au-dessus et en léger retrait, de manière à ce que le bassin bénéficie de lumière zénithale, il installe les pièces de vie, la salle à manger distribuée en plusieurs espaces dont un salon particulier, le lobby suivi côté rue du bar et ses petits salons et nouveauté le Bistrot que l’on conseille vivement. A terme, une verrière abritera un élégant fumoir. 42 chambres, 21 suites, 3 suites familiales, et une suite royale ouvrant sur

une cour formant un amphithéâtre en bois ourlé de verdure, désormais le Manège devenu M se distingue par son offre qui passe de 4 à 5 étoiles, dans le bâtiment d’origine les chambres de bois clair remaniées au goût du jour et passé la salle à manger les élégantes nouvelles chambres dont une tablette commande l’ouverture de rideaux, écran plat…

Tournez manège ! L’architecte d’intérieur chambérien Alain Perrier soigne un univers léché réchauffant placages en sapin local et pierre de la vallée de l’Arve de fauteuils moutonnant, de fausses peaux de bêtes et surtout d’un impressionnant travail de confection, rideaux, plaids, canapés


SPÉCIAL HÔTELLERIE

feutrés à partir des collections de la manufacture Arpin. L’idée déco à reprendre, peindre en blanc les bois de cerfs et les suspendre en flottaison au plafond ! Au spa protocole Cinq Mondes de rigueur et en cuisine, une curiosité à suivre en la personne de Stéphane Thoréton qui gouverne le piano du Palace de Menthon à Annecy, fer de lance de Buildinvest. 42 ans, Parisien quasi insomniaque, Thoréton cuisine parce que ses parents « le faisaient tellement mal »… S’ensuit un solide parcours démarré à 14 ans, ouverture à Barcelone, gestion traiteur, conseiller culinaire pour Sodexo sur Rolland Garros ou le Grand prix de l’Arc de Triomphe, l’homme est à son aise et se fiche comme d’une guigne des critères d’un certain guide. A lui la liberté, l’homme fort de François Benais décante, actualise la cuisine de pays au nom du goût. Sa salle à manger décomplexée mixte vaisselle design au chic bourgeois de la vaisselle Haviland. Chaque jour, il tourne la page d’un carnet de Moleskine noir ouvert aux paraphes des clients pour inscrire son menu. Au bistrot pour 30 à 60 €, il tombe une terrine pistachée au foie gras parfaitement assaisonnée, maîtrise un onctueux boudin de homard sur un fagot de craquants légumes et fait dans la douceur régressive avec un Mont Blanc crémeux ponctué de bonbons pétillants. Bref le M c’est aussi une cuisine en verve et un personnel aussi jeune que souriant.

Le régressif Mont Blanc de Thoreton

COURSES À L’ABONDANCE Devant, c’est une épicerie chic doublée d’un restaurant avec vue en mezzanine sur le village où l’on s’enfile sans vergogne terrines et fondantes fondues. Derrière, c’est une étable automatisée de 50 vaches. Pchiiii, le lait passe de la trayeuse via un circuit étudié pour rejoindre la citerne direction la laiterie ou direction le milieu ! Soit le centre de production qui alimente le tout Megève (hôtellerie et particulier) en tommes, yaourts, glaces, sorbets, tiramisus et même de divines omelettes norvégienne dont une chocolat chartreuse à se damner. Bref du circuit court rondement établi par Joseph et ses 50 vaches de race Abondance ! La Ferme de Joseph Route du Coin, 74120 Megève. Tél. 04 50 34 36 87 (lafermedejoseph.fr) Janvier 2014 / Lyonpeople

25


LE MONT-BLANC 100 ans après

A

près les 80 ans du téléphérique de Rochebrune et le centenaire de l’office du Tourisme, l’hôtel Mont-Blanc a soufflé ses cent bougies en 2013. Repris par Jocelyne et Jean-Louis Sibuet en 1994, l’établissement mythique de la station a une nouvelle fois joué la carte de l’hospitalité, de l’élégance et du raffinement pour fêter son siècle d’existence. C’est autour de ses hôtes les plus célèbres que le Mont-Blanc a placé cet anniversaire si symbolique. De Jean Cocteau à Sacha Distel, les VIP ont contribué à faire la légende du lieu, inspirant la nouvelle scénographie des suites « Signature » de l’hôtel, rénovées à l’occasion du centenaire. La suite dédiée à Sacha Distel a ainsi été parée de couleurs vives et de motifs des tissus Missoni. La suite « Liaisons Dangereuses » est un clin d’œil au film iconique de Roger Vadim avec Gérard Philippe et Jeanne Moreau, tourné entre les murs de l’établissement en 1952. Enfin, trois suites ont été réinventées autour de l’univers de Jean Cocteau, déjà auteur

26

Lyonpeople / Janvier 2014

de la fresque dite des « Enfants Terribles » sise au restaurant éponyme de l’hôtel. En mars prochain, l’écrivain et compagnon de Jean Marais sera encore mis à l’honneur avec l’organisation d’un prix littéraire qui récompensera un premier roman. Une atmosphère très « nouvelle vague » pour un anniversaire so chic !

Le Mont-Blanc - Hôtel 4* 38 chambres - 11 suites 29, rue Ambroise Martin - 74120 Megève 04 50 21 20 02 - www.hotelmontblanc.com

Photos : T. Shu, F. Ducout, L. Di Orio & DR

NEWS MEGÈVE PEOPLE


Photos : L. Di Orio, L Design, T. Shu, MDM & DR

SPÉCIAL HÔTELLERIE

Un vent de grand nord souffle sur

LE LODGE PARK

I

déal pour passer un week-end cocon et flocons à Megève, le Lodge Park est un écrin alpin à nul autre pareil. C’est dans cet esprit trappeur que l’établissement a laissé généreusement la nature s’immiscer dans son nouveau Spa Pure Altitude. Entre écorce et fourrure, la décoration des cinq cabines de soin arrondies aux couleurs tamisées laisse ainsi planer une douce atmosphère propice à la relaxation. L’harmonie du corps et de l’esprit opère dès les premiers frissons prodigués par les rituels Pure Altitude, à base de plantes de montagnes et d’actifs naturels. Entre lâcherprise, évasion sensorielle et absolu sentiment de quiétude, ce temple du bien-être de 500m2 propose une expérience unique. Le nouvel Espace Wellness est également empreint de la philosophie Pure Altitude. Les énergies des cinq éléments naturels - eau, bois, feu, pierre, plantes - s’influencent mutuellement pour un ressourcement total. Bonne nouvelle, ce nouveau Spa Pure Altitude et son Espace

Wellness sont désormais ouverts à tous ! Cette expédition nordique riche en sensations pour frissonner de bonheur ravira les clients privilégiés de l’hôtel Lodge Park comme les adeptes de passage à Megève. Le Lodge Park propose également une salle de fitness Technogym entièrement équipée et des soins de luminothérapie. A consommer sans modération !

Le Lodge Park - Hôtel 4* 49 chambres 100, rue d’Arly - 74120 Megève 04 50 93 05 03 - www.lodgepark.com

Janvier 2014 / Lyonpeople

27


NEWS EN COUVERTURE

GÉRARD COLLOMB

Dans sa tête, c’est déjà plié ! Candidat à sa succession pour un 3ème mandat de maire de Lyon, Gérard Collomb a accepté le principe d’une interview à bâtons rompus avec l’équipe de Lyon People. A moins de trois mois du 1er tour des municipales, le sénateurmaire porte un regard sans concessions sur son bilan et tente d’esquiver les sujets qui fâchent. Entretien réalisé au bar du Novotel Confluence. Propos recueillis par Benjamin Solly et Marc Polisson - Photos : Saby Maviel

28

Lyonpeople / Janvier 2014


« Dans le gouvernement de François Hollande, j’aurais été malheureux ! » Janvier 2014 / Lyonpeople

29


NEWS EN COUVERTURE

C

e troisième mandat, sera, je le crains, le mandat de trop ! Je trouve qu’il est préférable de partir en pleine gloire que d’être victime de l’usure du temps. » Ces propos de Jean-Marc Requien, votre ami publicitaire qui a fait votre campagne en 1995 et 2001, vous semblent-ils judicieux ? La différence entre Jean-Marc Requien et moi, c’est qu’il est un homme foncièrement pessimiste. C’est pour cela qu’il est réactionnaire (au sens propre du terme). Je suis au contraire un optimiste. Je pense toujours à l’avenir : ne pas se replier sur le passé, envisager le futur pour mes équipes et pour ma ville. Jean-Marc Requien verra que ce troisième mandat sera encore plus important que les deux premiers.

Vous aurez 73 ans en 2020. Vous rêvez d’une longévité à la Gaudin, votre voisin marseillais ? Je ne sais pas, nous n’avons pas exactement le même physique et je ne sais pas si nous avons le même mental (rires). Plus sérieusement, 73 ans, c’est l’âge auquel Raymond Barre est devenu maire de Lyon.

J’ai toujours dit, en riant, que j’aimerais terminer mon dernier mandat comme adjoint à la culture. Il se passe beaucoup de choses de ce côté-là à Lyon. La scène lyonnaise est fabuleuse et je n’ai, hélas, que trop peu de temps à consacrer à ces diverses formes d’expression de la créativité locale. Et sachant que sur le prochain mandat, j’ai encore décidé d’être maire de Lyon… C’est à dire qu’en 2020, on peut imaginer Gérard Collomb prendre modestement place sur une liste ? Cela permettrait tout à la fois d’éviter les conflits de succession et vous occuperiez ce poste d’adjoint à la culture… de Michel Havard ! Comme vous y allez, nous ne sommes qu’en 2014 ! Car tel Cronos dans la toile de Rubens, vous avez dévoré vos enfants « spirituels » Hubert JulienLaferrière ou Nathalie Perrin-Gilbert pour ne pas qu’ils vous détrônent. Comme Raymond Barre l’a fait avec vous, allez-vous confier les clés de la ville à Michel Havard en 2020 ? Mais Nathalie et Hubert sont toujours là ! Sur des Lyonpeople / Janvier 2014

Pour vous avoir suivi en Asie, nous pouvons témoigner de votre excellente forme physique. Vous tournez à quoi ? A la coke ou au pot de côte ?

garantissent sur cette somme 4 ans de loyers au nouvel acquéreur, les Docks Lyonnais. Ce sont ces derniers qui n’ont pas su faire fructifier ce bien. L’erreur fondamentale des Docks Lyonnais, c’est d’avoir surestimé les loyers qu’ils pouvaient percevoir sur ces emplacements. Ils se sont plantés totalement. Ils ont revendu l’ensemble 88 millions d’euros au fonds d’investissement souverain d’Abu Dhabi (Adia). Voyez cette somme et voyez à combien nous avons vendu en 2004. Aujourd’hui avec Adia, nous allons pouvoir reprendre l’aménagement. De grands groupes de mode sont intéressés par Lyon, son centre-ville et souhaitent s’y implanter. La rénovation de l’HôtelDieu impactera aussi positivement le quartier Grolée.

Deux séances de gymnastique assez soutenues, à l’Institut Vendôme en semaine et au Métropole le dimanche. Si certains doutent de ma forme, je les invite à m’accompagner sur une séance. C’est une question de nature. Je ne suis jamais fatigué.

On a du mal à comprendre votre acharnement dans la mauvaise foi. Pouvez-vous, une fois dans votre vie, faire preuve d’humilité en disant aux Lyonnais : « C’est vrai, sur ce dossier, je me suis planté ! »

Certains dossiers ont dû portant vous épuiser, on pense en particulier à celui du Grand Stade de l’OL...

Nous avons perdu cinq ou six ans, je le concède. Mais si je pensais m’être planté, je vous le dirais aussi. Vous verrez que dans les deux ans, ce quartier va revivre.

J’ai une volonté d’acier. Quand on a décidé quelque chose, peu importe les difficultés. Il faut aller jusqu’au bout. Je vais m’atteler à réaliser l’Anneau des Sciences qui bouclera le périphérique lyonnais. Je sais que j’aurai des difficultés extraordinaires. Il y aura des déchainements de contestation. Des gens vont s’opposer sur le fond, d’autres seront plus politiciens pour faire capoter le dossier. A côté, le Grand Stade

Pour revenir à Grolée, Les Docks Lyonnais ont été rachetés par le fond souverain d’Abu Dhabi, la rue de la Ré’ bat pavillon émirati avant une prochaine prise de guerre qatari qui serait l’Hôtel Dieu… Les collectivités locales tirent à ce point le diable par la queue qu’elles sont obligées de s’abreuver au premier puits de pétrole venu ? Nous sommes globalement, en Europe, dans une situation financière extrêmement difficile. Ce n’est pas un scoop. Aujourd’hui, il y a de nouveaux acteurs sur l’échiquier mondial, en particulier du côté des grands investisseurs. Ce sont les pays du Golfe, la Chine, les pays émergents... Mais puisque vous me parlez des Emirats, ils vont venir installer à Lyon leur centre de développement pour la zone Europe. Ils flécheront tous leurs investissements européens depuis Lyon. Je trouve que c’est plutôt une belle réussite pour Lyon, non ?

« La rue Grôlée ? si je pensais m’être trompé, je vous le dirais »

Doit-on alors prendre pour argent comptant la confidence de Georges Képénékian qui, lors de votre déplacement en Asie en juillet 2013, nous confiait que retrouver Gérard Collomb sur les listes électorales lyonnaises en 2020 n’était pas impossible ?

30

listes différentes certes (rires). Pour reprendre votre métaphore, j’ai connu mon épouse Caroline alors qu’elle faisait un mémoire d’Histoire sur cette thématique, sur ces hommes politiques qui dévoreraient tout et tous autour d’eux. Elle avait une image a priori défavorable et nous avons fini par nous marier (rires). Je pense qu’un certain nombre de mes collaborateurs ont un potentiel important pour l’avenir. Il est évident que le successeur sera dans les équipes de la Ville de Lyon ou de la future Métropole.

aura des allures d’entrainement. Mais quand les projets sont fondamentaux pour l’agglomération, je les mène jusqu’au bout avec un certain succès. En parlant de succès, le désert de la rue Grolée est emblématique de votre mauvaise gestion. Vous nous déclariez avant votre réélection en 2008 : « Nous voulons faire aujourd’hui du quartier Grolée, un quartier des références. On veut que ça soit l’avenue Montaigne. » Qu’en est-il 6 ans après ? A l’époque, nous avions dix immeubles du quartier Grolée qui représentaient 30% de logements et 70% de commerces. Nous louions ces locaux à un prix qui était de 30 à 40% inférieur au prix du marché. Ces locaux coûtaient chaque année de l’argent à la Ville. Nous avons envisagé de les vendre. Nous avons d’abord demandé l’avis de Domaines, qui avaient estimé cet ensemble à 59 millions d’euros. Nous avons vendu ces immeubles 87 millions d’euros. Cela représente une année d’investissement de la Ville de Lyon. Pendant une année, nous avons pu investir sans avoir à emprunter. Vous nous disiez aussi: « Ça sera à terme un très beau quartier. Lorsqu’on voudra me donner une rue, on ne dira plus rue Grolée mais rue Collomb. » C’est plutôt parti pour devenir l’impasse Collomb… C’est après que les choses se gâtent. L’acheteur Cargill revend 70% du lot à 117 millions d’euros. Ils

La place des Jacobins ressemble à un désert minéral, alors que tout le monde rêve de verdure en centreville. N’est-ce pas paradoxal alors que vous dirigez la ville avec les Verts ? Lorsque l’on peut remettre de la verdure dans la ville, nous le faisons. Prenez le projet de la rue Garibaldi, le parc Sergent Blandan, les Rives de Saône ou le Clos Layat. Pourquoi nous ne l’avons pas fait sur la place des Jacobins ? Parce qu’en dessous, vous avez des tas de réseaux qui courent. Nous avons replanté là où


GÉRARD COLLOMB nous avions la possibilité de le faire sur cette place, à maxima. Et les Verts que vous me citez sont admiratifs de ce que nous avons fait (rires). Lyon est aujourd’hui l’ambassadeur de la ville-nature. Le week-end, les Lyonnais restent en ville.

Gérard Collomb nous promet à l’avenir de respecter la diversité architecturale de Montchat. Il est grand temps...

Les embouteillages sont toujours la plaie quotidienne qu’endurent des dizaines de milliers d’automobilistes. Le classement publié par le navigateur Tom-Tom fait de Lyon la 3e ville la plus embouteillée de France… Vous savez, il y a quarante classements qui sortent par mois. Nous sommes premiers sur 39 d’entre eux. Tom Tom a réalisé son étude sur la période où le tunnel de la Croix-Rousse était fermé et les travaux sur la rue Garibaldi bouchaient complètement l’axe. Les difficultés de circulation ne sont plus dans la ville mais aux accès de la ville. L’entrée sud de Lyon est un exemple. Et c’est pour cela que je me bats pour réaliser l’Anneau des Sciences et pour réaliser un grand contournement de Lyon. Quand vous faites arriver l’A89 sur une route départementale et qu’on vous renvoie toute la circulation sous le tunnel de Fourvière ou sur le tronçon nord du périphérique, quelle est la pertinence pour ceux qui veulent rejoindre Genève ? Ces erreurs ne sont pas de mon fait. Je vais me battre pour les corriger. Vous en convenez vous-même dans votre précédente réponse, la rue Garibaldi « bouchait complètement » à cause des travaux. Et les exemples sont légions à Lyon…

Vous voyez, en ce moment, c’est vert partout ! Quand vous êtes en voiture, vous avez OnlyMoov’. Si vous êtes en vélo, vous avez le même service avec Géovélo. Il faut être branchés, les gars ! Contrairement à vos engagements de 2008, les artères principales sont toujours très mal synchronisées au niveau des feux. Incompétence de vos services ou sabotage délibéré ? (Il freine sec) Mais si vous voulez on va aller se balader ensemble, vous verrez que tout est synchronisé. Je vais vous faire visiter notre système CRITER qui gère 1 500 carrefours à feux dont 1 100 en temps réel. Nous avons même été labélisés par l’Union européenne qui libère 13 millions d’euros pour son projet Opticities au regard des bons résultats lyonnais dans ce domaine.

Mais mon chauffeur n’avait pas OnlyMoov’ ! J’ai hurlé pendant trois mois pour qu’on lui télécharge l’appli. (Gérard Collomb ouvre l’application sur son smartphone et nous montre la carte interactive de Lyon)

Où est l’art de vivre dans une ville perpétuellement en chantier ? Comptez-vous enfin faire une pause pour permettre aux Lyonnais de respirer ? (A Marco) Mais ce n’est pas possible ! Vous êtes comme Jean-Marc Requien. Vous êtes un pessimiste foncier (rires). Moi, je vois des gens qui respirent tous les week-ends sur les Berges du Rhône, sur les Rives de Saône, dans le Parc Sergent Blandan…. Pour revenir aux deux derniers équipements cités, inaugurés en septembre 2013 alors qu’ils n’étaient pas finalisés, nous vous confions la blague qui circulait à Lyon à ce sujet : «Tu vas à l’inauguration de Collomb ? N’oublie pas ton casque de chantier ! » Ces inaugurations étaient clairement de l’enfumage électoraliste !

Vous utilisez au moins OnlyMoov’ ? Non ? Mais vous vivez dans l’époque d’hier ! (rires) Aujourd’hui, et je vais peut-être vous l’apprendre, nous sommes interconnectés. Prenez l’application OnlyMoov’, vous avez en temps réel les conditions de circulation sur tous les axes lyonnais. Il faut vous expliquer le monde, sinon vous finirez fossilisés (rires). Tout cela concourt à renforcer notre système de plateforme consacrée aux déplacements intelligents, baptisée Optimod’Lyon. Merci pour la leçon Monsieur le Maire, vous qui vous déplacez toujours avec votre chauffeur…

sous mes fenêtres. Aujourd’hui, dans les quartiers de la Croix-Rousse où il n’y a pas de stationnement payant, les gens le demandent. Cela répond à la problématique des voitures ventouses qui squattent des places de stationnement pendant des semaines. La gestion de la ville, c’est le partage de l’espace. Le stationnement payant, c’est une façon de réguler.

La chasse aux automobilistes que vous menez se traduit aussi dans le stationnement payant qui a bondi de 45% sous votre deuxième mandat (de 22 000 à 33 000 places payantes)… Ne croyez pas que je sois obnubilé par une politique anti-voiture. La preuve ? Je vais lancer l’Anneau des Sciences et j’entends déjà certains me dire que je ne pense qu’à l’automobile. Le stationnement payant, ce sont les résidents qui le réclament. Quand je l’ai instauré à la Croix-Rousse, il y avait des manifestations

On s’est bien sûr interrogé sur ces inaugurations. Et j’étends volontairement votre question à l’inauguration du tunnel routier de la Croix-Rousse. Evidemment que nous étions obligés de l’inaugurer avant sa mise en circulation. Nous n’allions pas l’ouvrir et, trois semaines après, le fermer un après-midi pour l’inaugurer. Quant aux derniers ouvrages cités dans votre question, je ne corrobore pas vos soupçons car ils sont ouverts et accessibles au public.

« Il faut être branché les gars ! » Janvier 2014 / Lyonpeople

31


NEWS EN COUVERTURE

Autre mauvais point, le patrimoine. Depuis 12 ans, vous n’avez fait preuve d’aucun respect pour la diversité architecturale de Montchat ou de la CroixRousse… Ces villages dans la ville n’ont-ils d’autre destin que d’être défigurés par les bétonneurs ? Sur la question du patrimoine, nous nous inscrivons dans l’esprit de la charte de l’Unesco, qui nous a valu d’être classé patrimoine mondial. La question n’est pas de figer le passé, mais de le respecter en construisant l’avenir. Nous avons très peu construit à la Croix-Rousse. Sur Montchat, nous sommes en train de réviser le PLU-H, et vous aurez votre classement maison par maison, en respectant les gabarits. On ira jusqu’à la parcelle s’il le faut. Mais que croyez-vous ? Quand les petites villas populaires sont vendues, vous penser que nous, municipalité, pouvons limiter leurs prix de vente ? Il faut préserver mais en même temps densifier la ville, car nous allons accueillir dans les années à venir 150 000 nouveaux habitants. Si je suis populaire auprès des Lyonnais, c’est que je respecte

GÉRARD COLLOMB une doctrine qui me vient de mes études d’Antiquité grecque : « Μηδὲν ἄγαν » qui signifie « rien de trop. » Je ne suis pas un dogmatique.

se fait au détriment de la qualité de vie des résidents. C’est un problème qui engage ceux qui ont construit vis à vis de ceux auxquels ils ont vendu.

Le permis de construire de la nouvelle résidence Lyon Plage, construite sur une zone inondable, a été annulé par le tribunal administratif… Pourquoi êtes-vous parti dans cette galère ?

Toujours au niveau patrimonial, où en est la rénovation de l’église Saint Bonaventure promise dans votre plan de mandat ?

Je ne suis pas parti dans cette galère. Je suis obligé de respecter ce qu’il est légalement possible de faire. Ce ne sont pas des décisions discrétionnaires. Il y a des règles. Il se trouve que la zone était classée inondable et que c’est la préfecture qui l’a classée non-inondable. A partir de là, un permis de construire est accordé. Un recours est déposé, il est jugé. De mon côté, je respecte strictement la loi. Toute la ville est au courant des malversations qui ont entouré la construction de l’hôtel Métropole au début des années 80. Vous étiez dans le 9ème à cette époque, juste en face, et vous n’avez rien vu, rien entendu ? C’est un sujet sensible. Mais les méthodes ont changé entre hier et aujourd’hui. Il y a des choses qui sont légales, d’autres qui ne le sont pas. Je respecte la légalité. Et je m’inscris en faux contre l’idée d’avoir fermé les yeux. Sur le dossier Lyon Plage, je vous renvoie vers le préfet. Comprenez-vous la colère des riverains qui ont été roulés dans la farine ? Je comprends surtout que quand vous avez une belle vue et qu’un immeuble se construit, forcément, cela

Cette église fait partie de nos priorités. Nous avons d’ores et déjà lancé une phase de diagnostic sur l’ensemble du bâtiment. Nous allons, dès le début du prochain mandat rénover un monument qui, en l’état, donne au quartier Grolée un aspect non-qualitatif avec une voirie morte et un bâtiment sombre. Ce sera là l’un des éléments de la redynamisation de Grolée qui se fera dans notre troisième mandat. La gestion des bâtiments de culte fait toujours polémique dans les villes. On se souvient de l’épisode du financement municipal de l’ascenseur de Fourvière. Qu’en pense Gérard Collomb le francmaçon ? (En mode Alain Delon) Quand Gérard Collomb est maire, il est maire. Son opinion privée ne regarde alors que Gérard Collomb. Elle est d’ailleurs plus complexe que certaines pensées binaires. Quand on regarde de plus près l’histoire lyonnaise, on note deux grands courants. Un courant laïc qui était radical, dans la doctrine du solidarisme portée par Alain, doublé d’un courant socialiste plutôt non-étatiste, coopératif, mutualiste, associatif. De l’autre côté, un mouvement chrétien, fondateur du catholicisme social. L’histoire tragique des Canuts a marqué l’ensemble de ces deux

« Sur le dossier Lyon Plage, je vous renvoie vers le Préfet ! » 32

Lyonpeople / Janvier 2014


Janvier 2014 / Lyonpeople

33


NEWS EN COUVERTURE grands mouvements. Cela a abouti à une conception humaniste de la ville et de la société. Je suis très heureux que ces courants puissent se rejoindre dans une conception humaniste de la cité. Pour être plus précis sur la question du patrimoine, il appartient à tous, même quand il est religieux. On peut ne pas être catholique, mais trouver que la cathédrale SaintJean est une pure merveille. Fourvière, c’est aussi une référence, tout comme le Temple du Change et la Grande Synagogue appartiennent au patrimoine lyonnais.

GÉRARD COLLOMB J’espère que je ne suis pas la préhistoire (rires). Le collombisme, c’est une version assez caractérisée du socialisme qui s’inspire de la grande histoire lyonnaise, de Proudhon, Fourrier à Saint-Simon, ces penseurs du socialisme utopique. Je pense qu’il faut avoir des valeurs de solidarité. Faire en sorte que dans nos sociétés chacun puisse avoir la chance de progresser. C’est celle qui a été la mienne alors que j’étais issu d’une famille modeste. Mais il ne faut pas que le socialisme soit un rétrécissement. Il ne faut pas qu’il empêche la dynamique économique. Il ne faut pas qu’il stérilise l’esprit d’initiative. Au contraire, il doit permettre de libérer les énergies. Les Canuts ont créé l’association, la mutualité. On s’associe pour créer, voilà la tradition lyonnaise. Ne gagneriez-vous pas à quitter le PS ? On vous sent parfois prisonnier du dogme de Solférino, notamment quand vous votez au sénat la taxe à 75% dont vous disiez qu’elle était une connerie ?

Quand certains de vos frères relèvent ce que l’on pourrait nommer des « crimes de lèse-laïcité » dans l’investissement de certaines municipalités, avec Lyon au premier rang (subvention au CRCM, ascenceur de Fourvière...), comment le vivez-vous ? Je les renvoie à la loi de séparation des Eglises et de l’Etat. Et à la très belle intervention du rapporteur de la loi, Aristide Briand, qui disait que cette loi n’était pas une loi de sanction mais de liberté des consciences. Je suis dans cette référence d’égale liberté des consciences. C’est ce que je permets à Lyon. Que les catholiques puissent être catholiques, que les juifs puissent être juifs, que les francs-maçons puissent être francs-maçons. Que chacun vive en liberté avec une égalité de droits et de devoirs vis à vis de la cité. Etes-vous toujours actif dans votre loge parisienne « Droiture & Solidarité »? A quelle fréquence ? J’ai bien sûr moins de temps. Mais je présente toujours une planche par an. Plus largement, vos opposants estiment que Lyon est tenue par les réseaux. Qu’en pensez-vous ? Tous ceux qui ont des projets, de l’intelligence, qui sont dans l’innovation ont leur chance à Lyon. Je n’ai jamais demandé, et c’est ce qui fait aujourd’hui mon succès, la carte politique de ceux qui investissent, bâtissent des projets, veulent faire bouger la ville. Nous avons réuni en décembre, à la Cegid, 200 acteurs du numérique pour construire la ville de demain. Je ne suis pas allé voir chacun d’entre eux pour leur demander leur couleur politique, s’ils appartiennent à des réseaux, s’ils sont catholiques, s’ils sont francsmaçons. Je leur demande quel est leur projet pour la ville. Mais encore faut-il en avoir ! Lors de la dernière campagne des municipales, vous disiez « être l’histoire du socialisme à Lyon ». Mais le collombisme est-il réellement opposable au socialisme ?

34

Lyonpeople / Janvier 2014

Si j’étais dans le désespoir social, si j’étais un pessimiste comme Jean-Marc Requien (rires), je pourrais suivre ce raisonnement. Mais je pense que le PS est capable d’évolution. Quand je discute avec un certain nombre de chefs d’entreprises, ils me disent -et cela peut sembler paradoxal- qu’il n’y a qu’un gouvernement de gauche qui puisse débloquer la situation dans notre pays. Je vous accorde que ce n’est pas vraiment l’image que nous en avons aujourd’hui. Mais je pense que sur un certain nombre de blocages ancestraux de nos sociétés, on peut apporter des réponses modernes. C’est pour cela que j’ai créé avec Philippe Aghion notre think-tank réformiste « Des Idées d’avance. » Si les Lyonnais me font confiance aux municipales, cela me donnera beaucoup plus de force pour porter ce modèle au niveau national. N’attendez-vous pas justement des élections lyonnaises qu’elles tournent au plébiscite ? Vous deviendriez ainsi incontournable au niveau national… Mais ce n’est pas une question de ministère, c’est une question de méthode politique. Nous sommes une trentaine de parlementaires dans ce think tank

à porter cette vision. Mon discours, qui ne date pas franchement d’hier, commence à être écouté. Au niveau national, vous souhaitez aujourd’hui être moins un acteur qu’un aiguillon ? Aujourd’hui, je suis dans l’état d’esprit de dire ce qu’il conviendrait de faire au plan national. Pour le reste, mon engagement, va tout entier aux Lyonnais. C’est déjà pas mal.

« Je n’ai aucune inquiétude pour la communauté urbaine » Peu de chances donc de vous voir partir pour un maroquin ministériel si vous êtes réélu maire de Lyon ? Je ne ferai pas ce coup-là aux Lyonnais. Mais vous savez, Alain Juppé a été ministre et en même temps un maire qui a su transformer sa ville. Si le président de la République est dans cette conception-là, soit il accepte que nous fassions des choses ensemble, soit il ne l’accepte pas, ce qui est le cas aujourd’hui. Que ferez-vous si vous perdez le Grand Lyon, et de fait la future Métropole ? Vous m’aviez posé exactement la même question en 2008. Vous avez de la chance, j’ai l’interview avec moi. Vous me disiez à l’époque qu’on ne savait pas ce qu’allaient faire « les petits maires du Grand Lyon » qui ont voté pour moi à la présidence de la communauté urbaine. Je vais vous lire et vous formuler exactement la même réponse : « Je ne les appelle pas les ‘petits maires’ mais ‘les maires des petites communes. J’ai vu qu’on leur voulait beaucoup de mal à ces maires, l’UMP essaie de les faire battre partout. A mon avis, ce n’est pas de bon augure s’ils gagnent, et beaucoup vont gagner. Franchement, je n’ai aucune inquiétude pour la communauté urbaine.» Que vous inspire la faillite de François Hollande ? Vous vous dites finalement « heureusement que je ne suis pas entré dans ce gouvernement ? » Je me dis que j’aurais été malheureux dans ce gouvernement.


MUNICIPALES 2014

SPÉCIAL VOYANCE

Marmor sur la tombe de Maître Philippe au cimetière de Loyasse

MARMOR

Lyon a un incroyable voyant

Y

croire ou ne pas y croire ? Finalement peu importe. Toute sensibilité aux arts divinatoires mise de côté, Marmor est un homme qui mérite le détour. Né d’une mère secrétaire et d’un père commissaire aux comptes, Marmor - Pierre Mollard à l’état civil - voit le jour le 19 février 1948 à l’Hôtel-Dieu. « Je suis un Lyonnais pur jus », aime-t-il à rappeler. Quelques décennies plus tôt, c’est entre les murs du vaisseau lyonnais des bords du Rhône qu’un de ses mentors fit de brèves études de médecine. « Les méthodes de Nizier Anthelme Philippe, dit Maître Philippe, n’étaient pas très populaires à l’époque », glisse-t-il. Marmor partage également avec le mage lyonnais des racines profondément ancrées dans la terre savoyarde. C’est d’ailleurs sur la tombe du Maître, auquel les Lyonnais prêtent des guérisons miraculeuses, que Pierre aime venir se ressourcer. « La tombe de Maître Philippe compose le ‘triangle mystique’ de Loyasse, avec celle de son principal disciple Jean Chapas, mort en 1932, et celle de Jean-Baptiste Willermoz, qui introduisit la franc-maçonnerie à Lyon. » Le centre de gravité de cette géométrie occulte agirait d’ailleurs comme une véritable borne à énergie. Une autre référence lyonnaise accompagne Marmor. Il s’agit du médium Allan Kardec, qui a popularisé un ésotérisme devenu mondain à la fin du XIXe siècle, avec la mode des tables tournantes. « Son Livre des Esprits m’accompagne partout, en premier lieu sur ma table de chevet », confesse-t-il. Plus jeune, c’est avec la boite de magie de Gérard Majax que Pierre tentait de dompter l’invisible.

36

Lyonpeople / Janvier 2014

Passeurs d’âmes, anges gardiens, entités… S’inscrivant dans la grande tradition des mages lyonnais, le médium Marmor valse avec l’occulte et ripoline l’ésotérisme à Myrelingues-la-Brumeuse. Portrait. Texte : Benjamin Solly - Photo : Fabrice Schiff

Après un bac philo passé à Vienne et des études de Droit à Lyon, il se tient éloigné de ce qui composera bien plus tard une seconde vie. « J’ai travaillé pendant de nombreuses années dans l’immobilier, ou je faisais de la prospection de terrain et montais les opérations financières pour les futurs promoteurs. » Marmor n’existe pas encore et Pierre est à mille lieux d’imaginer qu’il pointera un jour le bout de son nez.

Un ange lui rend visite en pleine nuit Sa vie bascule en 2008. « Nous avons tous un ange qui nous protège et qui pilote notre destinée. Le mien est venu me visiter une nuit de l’année 2008, dans un rêve. Il m’a dit que ma voie était ailleurs, que je devais arrêter l’immobilier. » A peine le temps de se réveiller que voilà Pierre participer le même été au festival de la voyance de Fort-de-France en Martinique. Avec une soixantaine de clients par jour, son stand ne désemplit pas. Son coup d’essai est un coup de maître. « C’est vraiment lors de ce festival que j’ai pris conscience de mon don de médium. » C’est également lors de cet évènement qu’il deviendra Marmor. Le speaker l’annonçant au micro écorchait quotidiennement son nom. « De Pierre Mollard, je suis passé à Marmor. » Il fera de ce barbarisme bon enfant, qui signifie « marbre noir » en arabe, son nom de scène. Spécialisé dans la cartomancie et le pendule, Marmor consulte principalement chez l’habitant.

« J’ai besoin de m’immerger dans l’univers de ceux qui font appel à mes services », justifie-t-il. Responsable Rhône-Alpes de la Guilde des Arts divinatoires, il travaille également via son site internet qui tourne à plein régime. Businessman accompli dans une autre vie, il a saisi l’importance d’avoir une visibilité média béton pour mener à bien sa barque. Aussi, l’homme multiplie les contributions, de Tribune de Lyon à l’Echo Beaujolais en passant par Radio Scoop ou Tonic FM. « C’est un métier où l’égo prédomine », sourit-il. A telle enseigne que ses projets pourraient le mener à Paris pour animer la voyance sur une grande antenne radiophonique nationale. En attendant, Marmor a livré ses prévisions pour 2014. Et elles ne sont pas bonnes. Notre médium lyonnais voit les Verts quitter le gouvernement, Manuel Valls devenir Premier ministre d’une équipe restreinte et François Hollande cible d’un attentat en fin d’année. Une France décidément bien moribonde se dessine dans la boule de cristal du médium lyonnais. « Ça tombe bien, je compte finir mes vieux jours à Casablanca », s’esclaffe-t-il.

Pour consulter Marmor, rendez-vous sur le site www.marmor-voyant.com Marmor est présent au Salon de la Voyance de Caluire les 10,11 et12 janvier (Centre Art Vital)


Janvier 2014 / Lyonpeople

37


MOBILIER CONTEMPORAIN

SOLDES SOLDES SUR MOBILIER D’EXPOSITION 24, rue Jarente - 69002 LYON Tél. 04 72 41 17 77 - métro Ampère 38

Lyonpeople / Janvier 2014


SAMEDI 18 - DIMANCHE 19 - LUNDI 20 JANVIER

2014

(Ouverture sans interruption de 10h00 à 19h00)

REMISES EXCEPTIONNELLES

DE 20% SUR LA TOTALITÉ DES COLLECTIONS : CASSINA DE SEDE KNOLL POLTRONA FRAU ZANOTTA Sur mobilier neuf, en stock ou sur commande, modèles et coloris au choix DE NOMBREUSES PROMO SURPRISES VOUS ATTENDENT SUR PLACE 24, rue Jarente - 69002 LYON Tél. 04 72 41 17 77 - métro Ampère Janvier 2014 / Lyonpeople

39


MUNICIPALES 2014

SPÉCIAL VOYANCE

GÉRARD COLLOMB / Né le 20 juin 1947 à Chalon-sur-Saône (71) Gémeaux ascendant Taureau / Astrologie chinoise : Sanglier de feu Marié deux fois, 5 enfants Sénateur-maire de Lyon - Président du Grand Lyon Gérard Collomb n’a jamais consulté un voyant POLITIQUE Gérard Collomb est tout à la fois un tribun et un bourreau de travail. Il cerne les gens et les enjeux au premier coup d’œil. Il s’inscrit dans les pas de Raymond Barre, qui aura été son maître en stratégie politique. Son équipe est une machine de guerre très soudée qui le mènera jusqu’à son troisième mandat. 2014 sera définitivement l’année de Gérard Collomb. Il sera élu maire mais quittera les Lyonnais en cours de mandat pour un ministère. CŒUR Pour moi, Gérard Collomb est un authentique Taureau. Son ascendant prend le pas sur son signe. C’est un homme sensible avec une charge affective très forte, un séducteur conscient de son pouvoir et qui en joue avec délectation. Son couple fusionnel, c’est sa force qui le cimente chaque jour davantage. Ses filles composent son jardin secret et c’est un authentique papa poule. 2014 sera une excellente année pour Gérard Collomb, malgré des trahisons dans son premier cercle. SANTÉ Après une lourde opération chirurgicale il y a treize ans, Gérard Collomb possède une santé à toute épreuve. Cet épicurien, qui fait honneur à la gastronomie lyonnaise, doit continuer son activité physique bihebdomadaire. Ses prothèses de hanche lui donnent des allures de monarque florentin qui siéent parfaitement à sa personnalité. Si je devais donner un tuyau à Gérard, qui n’écoute souvent que lui, je lui conseillerais une bonne cure de magnésium et une marche méditative dominicale.

L’OEIL DE MARMOR

« L’absence d’adversaire charismatique à sa hauteur et le bon score du FN à Lyon renverront Gérard Collomb à la mairie centrale et au Grand Lyon pour un 3e mandat. »

40

Lyonpeople / Janvier 2014

MICHEL HAVARD / Né le 24 mars 1967 à Clermont-Ferrand (63) Bélier ascendant Balance / Astrologie chinoise : Cheval Séparé - 2 enfants Ancien député - Conseiller d’opposition UMP Michel Havard n’ a jamais consulté un voyant POLITIQUE Malgré ses détracteurs, la stratégie de ce bourreau de travail s’avèrera payante… en 2020. L’ascendant balance agit comme un frein et temporise les ambitions de ce fonceur. Son élection à la primaire de l’UMP a pourtant été un déclic positif. Les Lyonnais attendent désormais son programme, mais Michel a très peur que Collomb lui pique ses idées. Il ferait mieux de se méfier des personnes dans son propre camp, qui seront promptes à retirer leurs billes s’il ne remporte pas la maire centrale en mars. CŒUR Michel Havard est un faux timide. Ce charmeur est tout à fait conscient de son pouvoir de séduction. Son côté réservé, le petit doigt sur la couture du pantalon, lui garantit un succès durable auprès de la gent féminine. Ses deux enfants jouent également un rôle majeur dans son équilibre émotionnel. Malheureusement pour celles qui souhaitaient mettre le grappin sur Michel, je vois qu’il n’est plus un cœur à prendre et que son année 2014 devrait se faire à « amour constant. » SANTÉ Michel est un hyper-émotif qui accumule beaucoup de stress. Attention Michel, les émotions rentrées sont autant de petites bombes à retardement ! Mais la mèche de Michel est plutôt longue et l’homme possède une grande capacité à encaisser. Par contre, quand Michel explose, ses collaborateurs s’en souviennent. Des colères homériques qui peuvent parfois rappeler celles de Gérard Collomb. En 2014, Michel doit surveiller sa tension et manger moins vite.

L’OEIL DE MARMOR

« Michel ne sera pas élu maire en 2014 car le FN va réaliser un score inattendu à Lyon. Rendez-vous en 2020. Un nouveau Michel Noir, plus réfléchi et plus consensuel, nous arrive ! »


Janvier 2014 / Lyonpeople

41


MUNICIPALES 2014

SPÉCIAL VOYANCE

DENIS BROLIQUIER / Né 1er novembre 1961 Scorpion ascendant Verseau / Astrologie chinoise : Buffle Marié - 4 enfants Maire du 2e - Conseiller municipal et communautaire Denis Broliquier a déjà consulté un voyant il y a 30 ans (prédiction avérée) POLITIQUE Excellent pédagogue, ce bourreau de travail adore l’effervescence que lui procurent ses fonctions et mandats. Il adore alterner les rendez-vous toutes les demi-heures sur des sujets aussi divers que variés. Homme de réseau, Denis Broliquier sait s’entourer de jeunes prometteurs pour maintenir une émulation constructive autour de lui. Malgré l’accord conclu avec Michel Havard qui prévoit de céder son poste de maire en cas de victoire de la droite et du centre sur le 2e arrondissement, Denis Broliquier conservera sa mairie. CŒUR Denis Broliquier est un charmeur. Chez lui, tout passe par le regard. Ses yeux dégagent une immense force qui fait son pouvoir de séduction. Tout à la fois père de famille attentif et époux irréprochable, Denis Broliquier pourra s’appuyer en 2014 sur sa cellule familiale très solide pour se ressourcer. Il en aura besoin, car le maire du 2e arrondissement va mettre les bouchées doubles en vue des municipales de mars. SANTÉ Avec ses 70 heures de travail hebdomadaires, Denis Broliquier est un hyper actif qui peut faire les frais de son rythme échevelé. Il lui faudra donc aménager des moments consacrés au bien-être dans son emploi du temps de ministre. Pour commencer, je lui recommande de pratiquer la méditation une fois par semaine. Il lui faudra également être vigilant en adoptant un régime adapté, voire se tourner vers l’herboristerie.

L’OEIL DE MARMOR

Denis Broliquier ne passera pas sous la bannière de Michel Havard et ne tiendra pas son engagement de céder son fauteuil de maire. Le 2e arrondissement est son fief et désobéir est parfois un mal nécessaire pour préserver son implantation et ses ambitions. 42

Lyonpeople / Janvier 2014

CHRISTOPHE BOUDOT / Né le 7 août 1969 à Lyon Taureau ascendant Belier / Astrologie chinoise : Buffle Marié, 3 enfants Conseiller régional - Secrétaire départemental du FN du Rhône Christophe Boudot n’a jamais consulté un voyant POLITIQUE Christophe Boudot est motivé et chargé d’énergie positive. Les élections vont agir comme un déclic au niveau de la confiance et de l’estime de soi. L’entourage professionnel va également jouer un rôle majeur. Boudot sait s’entourer de collaboratrices performantes et a fait de gros progrès dans la communication. Il deviendra un tribun reconnu tout en jouant des médias qu’il maitrise désormais. 2014 est l’année charnière de sa carrière politique, ce qui génère un stress chez ce perfectionniste. CŒUR Avec Mercure et Saturne dans son signe, 2014 sera une année importante sentimentalement. Christophe Boudot trouvera auprès de son premier cercle repos et réconfort. Il essaiera de dégager du temps pour ses enfants même si les élections seront très chronophages. Son socle fondamental, c’est la famille. Son épouse sera un soutien permanent et agira comme un coach. Cet amour va se cimenter chaque jour pour devenir plus fort. SANTÉ Christophe Boudot est un bon vivant, à classer du côté des épicuriens. Il devra toutefois s’engager dans un régime -sans trop y croire- avant de succomber aux délices de la gastronomie lyonnaise qu’il adore. Pour autant, Boudot ne rencontrera pas de souci de santé en 2014. Son rythme de vie est rôdé. S’il maintient 7h de sommeil quotidiennes, tout devrait rouler. Je lui conseille toutefois de porter du quartz rose, qui apaisera son stress.

L’OEIL DE MARMOR

Tous les voyants sont au vert pour Christophe Boudot en 2014. Ses supporters nourrissent énormément d’espoir pour les municipales de mars, même si Boudot risque plus, au final, de faire le jeu de Collomb en aspirant les voix de l’UMP.


E

R

E

B

R

A

Z

I

E

R

12 rue royale – 69001 Lyon / Tél. 04 78 23 17 20 / Email. merebrazier@orange.fr /w w w.lamerebrazier.fr Ouvert du lundi au vendredi • de 12h30 à 13h30 et de 19h45 à 21h30

© crédit photo : Mat thieu Cellard

M

BAR À VIN — CAVISTE — TABLE D’HÔTES 14 RUE ROYALE – 69001 LYON TÉL. 04 78 23 24 26 EMAIL. BRAZIERWINEBAR@ORANGE.FR OUVERT DU MARDI AU SAMEDI DE 12H00 À 14H00 ET DE 19H00 À 22H30 Janvier 2014 / Lyonpeople

43


MUNICIPALES 2014

SPÉCIAL VOYANCE

NATHALIE PERRIN GILBERT / Née le 28 août 1971 Scorpion ascendant Sagittaire / Astrologie chinoise : Cochon Séparée - 3 enfants NPG n’a pas donné suite à nos demandes de rencontre avec Marmor POLITIQUE Nathalie Perrin-Gilbert doit choisir entre l’action politique institutionnelle et l’agit-prop, mais ne pourra pas concilier les deux. Sa garde à vue après la mobilisation du collège Truffaut, inique ou justifiée, lui a donné une visibilité qui sera contreproductive à l’heure des urnes. Le grand dilemme de Nathalie Perrin-Gilbert est son tiraillement entre l’éthique de conviction et l’éthique de responsabilité. Elle privilégiera cette dernière en rejoignant au second tour mais la mort dans l’âme les listes de Gérard Collomb, son Œdipe politique. CŒUR NPG n’est pas forcément une femme de pouvoir, mais une dominatrice qui peut faire peur aux hommes. Cette impulsivité cherche à masquer une perpétuelle recherche d’elle-même et une relation à l’égo compliquée. Il lui faut simplifier son image publique, arrêter de théâtraliser sa vie dans chaque action qu’elle mène. Cela lui donne parfois une image réductrice de passionaria, alors qu’elle est en réalité beaucoup plus profonde. Côté foyer, NPG est une excellente mère de famille. En 2014, je lui conseillerai de porter une azurite pour calmer son hyperactivité. SANTÉ NPG est à l’image de son apparence : sèche et tonique. C’est une candidate typique à l’hypertension mais il existe des méthodes pour dompter cette inclinaison épuisante. En plus de l’azurite, je lui conseille de porter en permanence une pierre aragonite. Nathalie Perrin-Gilbert gagnerait également à disposer dans sa chambre et dans son bureau une pyramide énergisante (orgonite). Cette combinaison lui sera bénéfique si elle ajoute des séances de méditation à pratiquer chaque week-end. L’OEIL DE MARMOR

« Je pense qu’il s’agit de la dernière élection de Nathalie Perrin-Gilbert avant d’abandonner la politique. Elle donnera une autre forme à son engagement. Je vois Nathalie Perrin-Gilbert se reconvertir dans l’humanitaire. » 44

Lyonpeople / Janvier 2014

ETIENNE TÊTE / né le 10 janvier 1956 a Nancy Capricorne ascendant Bélier / Astrologie chinoise : Chèvre Marié – 2 enfants Conseiller municipal, communautaire et régional Etienne Tête n’a jamais consulté un voyant POLITIQUE Ce n’est pas une nouvelle, Etienne Tête est bosseur et déterminé. Ce grand amateur d’Alexandre Dumas se retrouve dans le comte de Monte-Cristo. Ils partagent ensemble l’envie de faire jaillir la vérité. Comme Edmond Dantès, Etienne Tête ne lâche jamais sa proie. Organisé et méthodique, il restera en 2014 le cauchemar de Gérard Collomb sur un dossier en particulier : l’interdiction des 4X4 dans le centre-ville de Lyon. CŒUR Retors à l’extrême avec ses adversaires politiques, Etienne Tête n’est pas l’être froid et ultrarationnel dont il a fait sa marque de fabrique dans le domaine public. Son point d’ancrage émotionnel, c’est son couple, ultra-fusionnel. Ce papa très cool saura toutefois faire les gros yeux à l’instant de semoncer ses enfants qui passent, selon lui, trop de temps devant les jeux vidéos. Le magnétisme de son regard et ses talents de prédicateur sauront encore séduire en 2014. SANTÉ Etre le cauchemar d’une bonne partie des décideurs lyonnais n’est pas de tout repos. Il faudra qu’Etienne Tête privilégie les produits bio’ et se tourne vers l’herboristerie. Je lui conseille également de bien insister sur les phases de sommeil, qui lui seront précieuses pour maintenir son rythme soutenu. Malgré une apparence qui pourrait laisser penser qu’Etienne Tête n’est pas un monstre physique, sa capacité à récupérer est aussi forte que sa capacité à encaisser les coups.

L’OEIL DE MARMOR

L’homme est attachant mais veut catéchiser son petit monde, à la manière des mormons. Les élections risquent toutefois d’être difficiles pour n’avoir pas réussi à faire alliance avec le Front de Gauche et Nathalie Perrin-Gilbert.


STYLE

GASTRO Jean Burdy (GH Mumm), Olivier Degand (Hostellerie La Ferme du Poulet), Julie Demont (Maison Chapoutier), Serge Morell (Dumas Morell & Associés) et Arnaud Bernollin

LES CUISINES BERNOLLIN

invitent Olivier Degand

Pour apaiser les frimas de l’hiver, rien de tel que quelques amis réunis autour d’une belle table. Quand sonne l’heure du déjeuner, celle d’Arnaud Bernollin fait toujours recette ! Dans son show-room d’Anse, le cuisiniste a organisé une virée gourmande pilotée par Olivier Degand, le chef de l’Hostellerie La Ferme du Poulet. Dans une ambiance d’auberge espagnole, la directrice des ventes de la Maison Chapoutier Julie Demont est venue avec deux superbes flacons d’Hermitage estampillés ChanteAlouette et Monier de la Sizeranne. Jean Burdy, M. Relations Publiques de la Maison G.H. Mumm, s’est chargé du préambule avec un magnum de brut Cordon Rouge. Maître Serge Morell a lui lâché, le temps du déjeuner, robe et dossiers pour rejoindre la bande. Une année qui démarre tambour battant pour Arnaud et un joli présage pour les festivités qui devraient suivre. En effet, les cuisines Bernollin fêteront leurs 130 ans d’existence en 2014. Belle soirée en vue ! Photos © Saby Maviel - Mandrak Studio

Cuisines Bernollin - 198, allée Viadorée - Anse - Tél. 04 74 67 04 08 Cuisines Bernollin - 5, place Puvis de Chavannes - Lyon 6ème - Tél. 04 78 93 00 61 Olivier Degand et Arnaud Bernollin ont croqué la pomme !

E

n reprenant un monument du patrimoine culinaire caladois, le chef Olivier Degand s’inscrit dans une longue tradition. Celle du beau produit travaillé simplement selon les recettes de la gastronomie locale. L’Hostellerie La Ferme du Poulet, ancienne ferme du XVIIème siècle qui s’étendait à l’époque du Pont de Beauregard dans l’Ain à l’embouchure du Morgon à Villefranche, fait partie de ces lieux où le savoir-faire est encore vivace. Reprise en juin 2012 par Olivier Degand et son épouse Catherine, sommelière et maître d’hôtel, La Ferme du Poulet régale avec spécialités de volailles de Bresse à la crème et aux morilles. Mais Julien n’a pas que le poulailler gourmand ! C’est avec des créations autour du foie gras et de la daurade que le chef a offert une belle émotion gustative aux invités du déjeuner. Un vrai talent, assurément !

Hostellerie La Ferme du Poulet - 180, rue Georges Mangin 69400 Villefranche-sur-Saône - 04 74 62 19 07

« Mac Degand » au foie gras

46

Lyonpeople / Janvier 2014

Bouillabaisse de daurade et ses petits légumes

Pommes façon tatin et sa gousse de vanille, croustillant, glace au miel


PEOPLE SPORT

LE BARTH’ OLOGUE

d’Alexandre Lacazette Chaque mois, un illustre représentant du monde sportif s’allonge sur le divan de l’infirmier Barth, ancien interné des hôpitaux de Lyon qui délaisse caméras et micros pour enfiler blouse blanche et stéthoscope. L’attaquant de l’OL se prête au jeu ce mois-ci sur le divan d’Iceo. Photographe : Saby Maviel

Que fais-tu quand tu ne fais rien ? Ben rien ! (Il sourit) Télévision, PlayStation, je textote, j’ai une grande capacité à glander quand c’est possible…

Quelle est la partie de ton corps que tu détestes ? Pour être sincère, j’aurais aimé être un peu plus grand.

Justement, ton dernier texto, c’était quand et pour qui ? C’était pour Antho Lopes, il m’a demandé si je m’étais bien rendu chez Adidas ce matin. La réponse est oui puisque j’en sors.

Et celle que tu préfères ? (Il hésite à me répondre) Mes fesses ! Tous mes potes me disent que c’est un acquis, moi ça me fait marrer.

Qu’est-ce-que tu sais faire qui surprendrait beaucoup de gens ? (Il réfléchit longuement) Franchement, je ne vois pas. C’est vrai que tu as déclaré que tu ne joueras jamais avec le maillot vert ? C’est exact, je suis un pur Lyonnais, je vais tout faire pour ne jamais porter leur maillot. Quand tu étais petit, à qui voulais-tu ressembler ? À mon grand frère, pour être plus précis je voulais avoir sa base + un peu de mes deux autres frangins. Tu penses souvent à la mort ? À vrai dire presque jamais. On parle souvent de la nouvelle génération à l’OL. Qui est pour toi le meilleur jeune ? Farès Bahlouli, j’ai grandi avec lui, même s’il a 4 ans de moins que moi. Le mec, il fait ce qu’il veut avec le ballon, pour moi c’est lui le plus doué ! Savais-tu que Benjamin Biolay te surnomme Alexandre Lacagnotte ? (Il éclate de rire) Non, je ne savais pas ! En tous cas c’est flatteur, ça veut dire qu’un jour je rapporterai de l’argent au club ou alors que Jean-Michel Aulas est très doué en affaires. Qu’est-ce-que tu détestes dans le milieu du foot ? Le racisme très présent chez les supporters quel que soit le pays. Après je ne connais pas bien les autres milieux mais dans le foot, tu le sens. L’hypocrisie. L’argent aussi, on nous juge systématiquement vis-à-vis du pognon, c’est un faux débat. Les salaires sont proposés aux joueurs, non ? C’est quoi une belle vie pour toi ? La mienne, je vis de ma passion, je suis en bonne santé et tous les gens que j’aime aussi.

48

Lyonpeople / Janvier 2014

A quand remonte ta dernière grosse bringue ? Pour mes 18 ans, tous mes potes étaient là, on a terminé à 6h du matin c’était vraiment quelque chose ! Vivre avec toi, c’est dur ? Franchement je ne crois pas, je ne suis pas du genre casse-couilles. Secrètement, est-ce-que tu envisages d’aller au Brésil pour la Coupe du Monde ? Mais il n’y a rien de secret là dedans, c’est officiel, je rêve d’y aller ! Tu aimes bien être reconnu dans la rue ? Ça dépend vraiment du moment ; quand je suis en famille par exemple, je n’aime que moyennement. En revanche, après les matchs, sentir les supporters tellement heureux de nous voir, oui, ça, ça me fait kiffer ! Quelle musique écoutes-tu à fond la caisse dans ta voiture en ce moment ? Actuellement, c’est Kid Ink mais pas mal de zouk aussi. À quoi penses-tu le matin en te rasant ? Mais je ne me rase pas ! (Il rigole) Même ma barbe, c’est mon coiffeur qui s’en occupe ! Tu vas voter pour les municipales ? Non, la politique ne m’intéresse vraiment pas. Maintenant on change, c’est toi qui me poses une question… Pourquoi m’as-tu choisi pour le Barthologue de janvier ?


ICEO

restaurant paquebot 147, avenue Jean Jaurès Lyon 7 - 04 72 73 00 00

Janvier 2014 / Lyonpeople

49


PEOPLE SPORT

LIONEL NALLET

« Les Six Nations ? Les Bleus finiront 2e ou 3e du tournoi » Meneur d’homme au grand cœur, Lionel Nallet revient pour Lyon People sur l’excellente première partie de saison du LOU, les Bleus et ses projets post-rugby. Propos exclusifs recueillis par Benjamin Solly - Photo : Marc Galaor Lyon People : Lionel Nallet, vous avez reçu un Oscar Midi Olympique pour l’ensemble de votre carrière. Ce trophée, c’est un peu le César d’Honneur qu’on remet à un acteur pour distinguer son œuvre ? Lionel Nallet : Je n’ai jamais eu un prix pour du cinéma, alors je ne peux pas faire de comparatif (rires). Ce trophée est plus dans l’esprit rugby. Ils sont même allés me filmer au milieu des poulets dans la Bresse pour diffuser mon portrait lors de la soirée qui a réuni 1200 personnes. J’avais auprès de moi ma famille mais également mes amis d’enfance, c’était très important pour moi. Vous avez 37 ans, votre contrat se termine à la fin de la saison. A-t-on une chance de revoir Lionel Nallet avec le maillot du LOU la saison prochaine ? Je commence à avoir des soucis physiques. Un peu d’arthrose, des douleurs dans le dos… Je vais voir comment je termine cette saison. Si je continue à souffrir physiquement, la question ne se posera même pas. Le club, le staff et les joueurs ne veulent pas parler d’Objectif Top 14. Force est de constater que les temps de passage du LOU sont plus que satisfaisants… Nous sommes allés chercher certaines victoires avec les tripes, parfois à la sirène. Par rapport à la saison passée, nous sommes contraints d’être humbles. Nous avions presque la même équipe, les mêmes structures et nous n’avons pas été capables de faire de bons matchs. Nous avons aussi été capables du pire. Notamment face à Tarbes et Agen cette année. Il ne faut pas l’oublier. Nous devons rester très prudents.

50

Lyonpeople / Janvier 2014

Le capitaine Nallet est-il responsable de ce changement d’état d’esprit ?

Parlez-moi de ce nouveau restaurant, que vous avez baptisé « Au Champ du Coq »…

J’ai joué mon rôle. Le staff aussi. Les nouveaux membres du staff sont arrivés avec une autorité naturelle, ce qui leur a permis de s’imposer vite auprès des joueurs. Ça se sent sur le terrain. Aujourd’hui, quand on est mené, il n’y a jamais de panique. Il n’y a pas un joueur qui prend la gonfle seul pour tenter d’aller sauver la patrie. On est devenu une équipe.

Nous sommes cinq associés. Il y a Stéphane Labrosse, James Lachanelle, Philippe Allagnat, Seb et moi. Nous avons rencontré James avec Seb, nous avons eu un bon feeling et nous nous sommes lancés dans ce projet. Le concept, c’est un buffet à volonté, chaud et froid, avec une offre de rôtisserie. Le restaurant est déjà ouvert et l’hôtel sera inauguré en mars prochain.

Vous avez été également capitaine des Bleus. Que pensez-vous de la nouvelle génération ?

On évoque également quelques projets dans l’évènementiel avec Sébastien Chabal…

Les Bleus sont présents, ont de l’envie mais ont du mal à être constants. Mais ces Bleus-là démarrent, ils sont jeunes. Certains arrivent avec une vingtaine d’années au compteur et sont là pour s’inscrire dans la durée. Comme quand je suis arrivé chez les Bleus à l’époque, l’équipe se construisait. Le vrai rendez-vous, c’est la prochaine Coupe du Monde en 2015.

Nous travaillons depuis de nombreuses années avec une société parisienne qui s’appelle Nabuchodonosor, qui créé des évènements autour du vin et du rugby dans les restaurants étoilés. Nous montons au pacte d’actionnaires avec les fondateurs pour développer le concept sur Lyon. Nous devrions être opérationnels début 2014. Nous voulons être en place pour le tournoi des Six Nations.

Cette équipe de France terminera le prochain tournoi des Six Nations à quelle place ? Je n’ai pas la moindre idée. J’espère que nous allons battre l’Angleterre à la maison en ouverture du tournoi. Au final, nous serons 2e ou 3e je pense. L’après-rugby, vous y pensez ? J’ai créé il y a six ans un entreprise de mécanique de précision à St-Etienne des Bois, près de Bourg en Bresse avec mon beau-frère Julien Faure. Avec Sébastien Chabal, nous avons également monté un hôtelrestaurant à Meyzieu.

Les débuts à Bourgoin, les Bleus, le Racing, Le LOU… vous faites tout avec Sébastien Chabal ! Nous avons toujours eu un rapport simple vis à vis de notre amitié. On se dit tout. Seb a toujours su mes salaires, j’ai toujours su les siens. Il est au courant de toutes mes affaires, même celles que nous ne montons pas ensemble. Tout a toujours été sain, il n’y a jamais eu d’ambiguïté, ni de jalousie. Ensemble, nous avons encore de belles choses à faire sur et en dehors des terrains.


Bruno Gignoux, ancien président LOU Rugby, Jean-Claude Lassalle (Le Progrès), Léonard et Patrick Gignoux (Mc Donald’s)

L’imitateur Maxence Rissoan, Mélina Robert Michon, vice-championne du monde de lancer de disque, Loïc Fournet, Ostéopathe et Eric Nallet, président délégué Lyon Athlétisme

Caroline et Gérard Collomb avec leurs filles Camille et Clémence

Franck Isaac-Sibille (LOU Rugby), Olivier Ginon, président de GL Events et le professeur Thierry Philip, président de l’Institut Curie

Jacky et Christophe Marguin (restaurant Marguin), Mélina Robert Michon, vice-championne du monde de lancer de disque et Gaspard Marguin

Alain Bonmartin, président de l’Université Claude Bernard Lyon 1 et Catherine Ricard (CCGPME)

LOU - LA ROCHELLE Les Lyonnais champions d’automne !

Les rugbymen du LOU ont offert un très beau cadeau de Noël à leurs supporters et dirigeants en gagnant La Rochelle, deuxième du championnat de Pro D2. Plus de mille participants au repas d’avant match côté partenaires et 7 600 spectateurs côté Matmut Stadium. En tribune officielle, se côtoyaient Gérard Collomb, Michel Havard, Olivier Ginon ainsi que Yannick Brus, entraineur des avants de l’Equipe de France. La réception de La Rochelle était un vrai test match avant la trêve de Noël afin de confirmer la suprématie du LOU sur ce championnat et de lancer sa candidature officielle à la montée en Top 14. La citadelle a pris l’eau, les hommes de Tim Lane ont très bien commencé la partie en jouant avec le vent tout en respectant les fondamentaux et les consignes, ce qui les amenait au vestiaire à la pause sur un score de 20 à 0 en leur faveur. Pris à la gorge, les Rochelais ont réagi dès l’entame de la seconde période qui fut plus laborieuse avec un vent de face très présent, en profitant pour passer quelques points. Score final 25 à 14. Texte : Julien Sanglier - Photos : Saby Maviel

Yann Roubert, président du LOU Rugby, Anne-Sophie Ginon (GL Events) et Cyril Janssen

Léandre Borbon (LOU Rugby) et Yves Gazil (Pia Gazil)

Rachel Maury (Twin Fish design), Yanick Lamia (A Solution), Marie-Odile Fondeur, adjointe au Commerce et Emanuel Chevalier (Emanuel Chevalier Design)

Franck Isaac-Sibille (LOU Rugby), Yannick Bru (Equipe de France) et Olivier Roux (GL Events)

Alexis, Pascal Demirdjian (Audi Delorme-Automobiles), Catherine et Olivier Delorme (Groupe Delorme Automobile)

Michel Havard et le docteur Cyrille Isaac-Sibille Janvier 2014 / Lyonpeople

51


14Événements

PEOPLE EVENTS

VU !

+

de photos sur lyonpeople.com

qu’il ne fallait pas manquer Photos : Val-fpg.com, Alain Rico & Gisèle Lombard

01

AOC SOUFFLE SA PREMIÈRE BOUGIE Halles de Lyon Dominique Pilastre, Christophe Garnier et leur équipe ont reçu amis et clients aux halles de Paul Bocuse, le jeudi 12 décembre pour souffler la première bougie de leur bar à vin restaurant AOC Les Halles. L’occasion pour la centaine d’invités de découvrir ou re-découvrir ce lieu convivial et sa sublime terrasse sous la verrière des halles côté cours Lafayette. Un anniversaire préparé avec le concours de Pierre-Yves Gas (Proxicom).

EDUCTOUR EMIRATES Warwick Reine Astrid

02

A l’initiative d’Emirates Airlines, OnlyLyon et Rhône-Alpes Tourisme, le Warwick Reine Astrid a accueilli une délégation « FAMTRIP » de 11 représentants des principaux « Tour Opérateur » basés à Dubaï, Inde et Chine. Cette opération promotionnelle conjointe est indispensable au lancement sur la scène internationale (Moyen et Extrême Orient) de la ville de Lyon comme une ville touristique. Emirates est la seule compagnie internationale à desservir depuis Dubaï la ville de Lyon. Dubaï est également un HUB incontournable pour toute la clientèle en provenance d’Inde, Chine et d’Asie du Sud-Est/Australie. Leur première étape s’est déroulée à la Reine Astrid le mercredi 4 décembre, autour d’un cocktail dinatoire conviviale et en présence de Blandine Thenet (Directrice de la Promotion, Office du Tourisme de Lyon) et Pierfrancesco Carino (Directeur Commercial Emirates - Sud de la France).

52

Lyonpeople / Janvier 2014

DANIEL BOULUD, AMBASSADEUR DES BOUCHONS LYONNAIS Daniel et Denise

03

Récemment élu président des Bouchons lyonnais, Joseph Viola met les bouchées double pour promouvoir l’association à l’international. Le chef propriétaire de Daniel et Denise a ainsi décidé de nommer des ambassadeurs et c’est le new-yorkais Daniel Boulud qui a eu le privilège de recevoir le premier diplôme en présence de Christophe Marguin, de Gilles Maysonnave (Comptoir Brunet), de Daniel Leron et de Florence Perier (Café du Peintre).


Janvier 2014 / Lyonpeople

53


OL PEOPLE

04

Alexandre et Gérard Collomb, l’horloger Jean-Louis Maier et Maître Richard Brumm, adjoint aux Finances

Monsieur Amory (Delorme Star’s Services), Virginie Adnet (Olympique Lyonnais), Alain Blouzard (Delorme), Franck Bono (Star’s Services) et Thomas Lainé (Volkswagen France)

Philippe Grillot, Pierre Jamet (Cour des Comptes) et Olivier Bernardeau (OL)

Sidney Govou et son agent Frédéric Guerra

Françoise Aulas, Pierre Botton et Julia Adam (Association les Prisons du Cœur)

Nathalie Berberian (Nexity) et Max Vincent, maire de Charbonnières

Dominique Casagrande (Le 1838) et Xavier Daniel (Euro 2016 SAS)

Yaelle Benhamou (Basic Ethnic) et Stephan Fernandez (Restaurant Steff)

Raymone Carlut et Annie Manoukian

Michel Janin Bailly et Emmanuel Amoros

Elliot, Pascale et Fabrice Hoolbecq (Nohao)

Le fleuriste Franck Hernandez

Stade de Gerland

Thierry Philip, maire du 3ème et Jacqueline Godet, présidente nationale de la Ligue contre le Cancer

LES TRIBUNES VIP d’OL - OM Du spectacle pour la 100ème

Bien entendu, on aurait pu rêver meilleure conclusion au vu de la première période menée à train d’enfer par les Lyonnais. Soutenus par un stade archi-comble, les hommes de Rémi Garde ont largement dominé les débats avant d’être rejoint au score par les Marseillais (2-2). La 100ème rencontre opposant les deux Olympiques a donc tenu toutes ses promesses pour la plus grande joie de Manuel Amoros, de Ludovic Giuly et de Sidney Gouvou. A 34 ans, ce dernier pourrait faire son retour dans le groupe pro à l’occasion du mercato. Texte : Marc Polisson - Photos : Saby Maviel

54

Lyonpeople / Janvier 2014

Pascal Blache et Michel Havard

Frédéric Le Bonniec (SSP) et Ludovic Giuly (Waterback)


PEOPLE EVENTS

05

Le colonel Gilles Coulougnon entouré de ses parents Pierre et Nicole et de son frère Pascal

Prisme

LE COLONEL GILLES COULOUGNON Officier de l’Ordre National du Mérite

Les insignes d’Officier de l’Ordre National du Mérite ont été remis au colonel Gilles Coulougnon par le Gouverneur Militaire de Lyon, le Général de Corps d’armée Martial de Braquilanges en présence des députés Christophe Guilloteau et Michel Voisin, membres de la Commission de la Défense nationale et des forces armées. Expert-comptable et expert réviseur agréé en France et en Suisse, il appartient à la réserve opérationnelle du SCA (Service du Commissariat des Armées). Cette distinction récompense cet officier supérieur pour plus de 20 ans d’activités opérationnelles. Photos : Saby Maviel

Saltanat Tashmatova (OIPC Genève), le colonel Gilles Coulougnon, Hugues Pouzet, associé Cabinet Germain & Maureau et son épouse Pascale

Le commissaire divisionnaire Christophe Pernette, directeur de la Police Municipale de Lyon, Thierry Bruel, président Es Tête, le colonel Gilles Coulougnon, le chef Christian Têtedoie, Laurent Duc, président UMIH, Saltanat Tashmatova (OIPC Genève) et Mohamed Soltani, directeur marketing stratégique groupe Schneider Electric Le général de corps d’armée Martial de Braquilanges, gouverneur militaire de Lyon et son épouse Elisabeth

Nicole Coulougnon, Catherine Clerc-Reybier, 1ère adjointe au maire de Charbonnières, Corinne, Charles et Dominique Roure, le colonel Gilles Coulougnon, Pierre-Guillaume Fauchery, Saltanat Tashmatova (OIPC Genève), Aurèle Coulougnon (GdF Suez), Maître Diana Burtony, avocate à Paris

Florence Darbon (Fondation Saint Irénée), Thierry Bruel, président Es Tête, Mohamed Soltani, directeur marketing stratégique groupe Schneider Electric, le lieutenant-colonel Jean-Christophe Barbon, chef de cabinet du Gouverneur militaire de Lyon, Michel et Marie Pakoglou (association Oxygène), le colonel Gilles Coulougnon et Saltanat Tashmatova (OIPC Genève) Karine Lorenzo, expert-comptable associée Novances, Serge Bottoli, ancien président de l’Ordre Régional des Experts Comptables, associé Abscisse compta et le commissaire lieutenant Philippe Mugniéry, expert-comptable associé Sovec Béryl Maillard, consul de Saint-Domingue, Jacques Marcout (Prisme International), Marc Polisson (Lyon People), Saltanat Tashmatova (OIPC Genève), le colonel Gilles Coulougnon, Laurent Duc, président UMIH, Richard Thavel, huissier (SCP Zerbib) et Julien Smati (Smart Angel Media) Le commissaire divisionnaire Christophe Pernette, directeur de la Police municipale de Lyon, son épouse Pascale, brigadier de police, Saltanat Tashmatova (OIPC Genève), le colonel Gilles Coulougnon et Maitre Eric Pelet, avocat à Lyon

56

Lyonpeople / Janvier 2014

Anne-Lise Quemin et Pierre Ricard, le colonel Gilles Coulougnon et le capitaine de Gendarmerie Michel Proudhon, commandant le PSIG de Dardilly


Comme Restaurant en Provence

auffée h c e s s a r r e T Nouvelle cailler ! ’é d c n a b c e v a

t

MENU

Formule

22 €

e à partir d redi i au vend d n lu u d ) n so is (hors bo

t

04 72 74 28 56 apéritifs dînatoires • réunions privées & professionnelles récéptions • réservations & privatisation

di

ndre ouvert du lundi au ve

S

itué sur les bords de Saône à Collonges au Mont d'or, Comme en Provence, élégante bastide du XIXe siècle, vous accueille dans un cadre d'exception 7 jours sur 7 midi et soir sauf le dimanche soir. Vous retrouverez dans un lieu privilégié et rare toutes les saveurs de la Méditerranée grâce à une cuisine simple, légère, fraîche aux milles parfums du Sud.

h00 à 23h00

19 de 12h00 à 14h00 & de

samedi soir

de 19h00 à 23h00

on set • 69006 ly s ro b l ra é n é g 3 avenue ineslyon.com s u o c s in s u o .c www

UB_cousinCousine_V2.indd 1

12h/13h30 Menu

.

.

.

du lundi au dimanche 19h30/21h30 Fermé le dimanche soir

Formule

.

à partir de 22 euros (hors boisson)

28, rue de la Plage 69660 Collonges au Mont D'Or www.commeenprovence.com

Tél. 04 72 27 82 91 28/11/13 15:19


PEOPLE EVENTS

06

Eric Giraud et Jean-Christophe Duc (Chez Antonin)

Pierfrancesco Carino (Emirates) et Eric Vernusse (Banque Rhône-Alpes)

Maître Richard Brumm, adjoint aux Finances et Guy Malher, ancien président de la CCI

Marco Chopin (L’Est), Robert Larcher (Banque Rhône-Alpes) et Albert Dray (Café du Pond)

Eric Lesage (Banque Rhône-Alpes) et Jean-Pierre Vacher (TLM)

Laurent Billard, directeur sortant et David Pereira, nouveau directeur entouré de Gérard Rouches et Eric Lesage

235, cours Lafayette - Lyon 6

BANQUE RHÔNE-ALPES

Un nouveau directeur à l’agence Lyon Lafayette Une centaine de clients ont répondu présent à l’invitation de la Banque Rhône-Alpes afin de saluer le départ de Laurent Billard et l’arrivée de David Pereira, nouveau directeur de l’agence. Ambiance conviviale autour d’un cocktail dinatoire organisé au siège central de la banque. L’équipe Lyon Lafayette

Photos : Fabrice Schiff

Guy Malher, ancien président de la CCI et son épouse Myriam

Nathalie Malher et Agnès Swietowicz (ESFA)

58

Lyonpeople / Janvier 2014

Benjamin Grand (Banque Rhône-Alpes) et Jean-François Gleizal (Cerip Assurances)

Hélène Lejeune, Jérôme Chomel de Varagnes et Françoise Mepillat (Cabinet Equipage)

Guy Brun (Cogedim) et Marie-Josèphe Laurent (Cabinet Brumm)

Patrick Farkas, Patricia Pinamonti (R2I) et Sébastien Pranal (Banque Rhône-Alpes)

L’architecte Christian Compigne et Michèle Voutay

David Pereira (Banque Rhône-Alpes), Marie-Anne et son époux Maitre Jean-Philippe Reverdy (Cabinet Reverdy)


LES 24 RENDEZ-VOUS

Réservez votre emplacement

qu’il ne fallait pas rater

N°140 - Avril 2014

DOSSIER SPECIAL

GOLF QUI A LE PLUS BEAU SWING DE LYON ?

Dis-moi où tu golfes… Les 10 plus beaux trous de Rhône-Alpes Les meilleurs tables sur greens Les rendez-vous people de la saison

PARUTION PRINTEMPS 2014 Contactez le service commercial 04 72 82 97 78 - pub@lyonpeople.com

LP JUILLET AOUT 2013.indd 1

/4 PUB.indd 1

03/01/14 10:13

Marrakech Centre ville Immeuble de prestige neuf Gardiennage – sécurisé 24/24h Piscine – plantations palmiers, jasmins, etc… Salle de jeux – parking en sous-sol

PARTICULIER VEND :

• Appartement entièrement meublé - Salon

- 2 chambres + dressing - 2 salles de bain (baignoire balnéo) - cuisine équipée - terrasse - parking au sous-sol - PRIX : 137 000 €

Pour tous renseignements :

• Appartement non meublé

- Salon

- 1 chambre + dressing - cuisine équipée - salle de bain (baignoire balnéo) - grande terrasse de 42m 2 - parking en sous-sol - PRIX : 140 000 €

06 80 04 70 04

Vols tous les jours LYON-MARRAKECH A/R à partir de 140 euros

03/01/14 10:51


PEOPLE EVENTS

07

Charbonnières

Inauguration du show-room

TERÉO CARRÉ BLEU PISCINES

Malgré un agenda de fin d’année booké, une centaine de personnes a répondu présente à l’invitation de Pierre Bourlier et Louis-Paul Tardy pour inaugurer leur nouveau show-room situé sur la commune de Charbonnières les Bains. Architectes, paysagistes, maçons, pisciniers, amis, familles et élus sont venus saluer la réussite de cette affaire familiale, créée par le regretté José Bourlier en 1975, qui n’a eu de cesse de se développer depuis 38 ans, faisant du groupe Bourlier le plus important de la région Lyonnaise avec plus de 40 salariés. Pierre Bourlier en a profité pour annoncer le lancement officiel de la marque Teréo Piscines, qui rassemble ainsi les trois concessionnaires Carré Bleu Piscines de la région. Une fois le ruban coupé, en présence du maire Maurice Fleury, la manifestation a été suivie par un cocktail proposé par le traiteur Le Sauze, le tout dans une ambiance amicale et conviviale… Photos : Fabrice Schiff

Louis-Paul Tardy, directeur de Teréo Carré Bleu Piscines et sa Team

David Zanella, Nadine Lamberet et son époux Frédéric (Carré Bleu Piscines)

Pierre-Maxime Tardy (Orexad) et Paul Tardy

Max Vincent, maire de Limonest et l’architecte Patrick Deveraux

Pierre Bourlier (Teréo Carré Bleu Piscines) et sa mère Marie

Annie Renard (Carré Bleu Piscines) et Dominique Tardy

Lorenzo Jeauffret, Jeff Lhaa et Grégory Neto (Teréo Carré Bleu Piscines)

Louis –Paul Tardy, directeur de Teréo Carré Bleu Piscines, Norbert Krupa (Société Norbert) et son épouse Claude

60

Lyonpeople / Janvier 2014

Lionel Cherel et Julien Bouquet-Sita (Teréo Carré Bleu Piscines)

Marilyne Favrot, Nathalie Teillard et Stéphanie Maussiere (Teréo Carré Bleu Piscines)

Bruno Ducrot (West Lyon), Hélène Bonhomme (Techlid) et Jean-Loup Barbier (JLB Réalisations)

Laurent Carducci, Denis Pupier et Ludovic Legris (Teréo Carré Bleu Piscines)


PEOPLE EVENTS

Frédéric Fass, Philippe Gauvreau (Restaurant Le pavillon de la Rotonde), le magicien Stefan Leyshon, Aline Germain (Citroën) et Vincent Goyeau (Citroën Evénement)

La salle Magique

08

Caroline Rigondet (Nagabbo), Christelle Cimetière (EMC), Philippe Gauvreau (Restaurant Le pavillon de la Rotonde), Stefan Leyshon et son assistante, Mathias Barsumian (Nagabbo), Elodie et Jean-Baptiste Aguettant (Light-Air)

L’équipe de Citroën, Philippe Gauvreau (Le pavillon de la Rotonde) et le magicien Stefan Leyshon

Les tours de magie très liquide

La Rotonde

Les Nuits Magiques by

CITROËN DS PRIVILÈGE Parce que le rêve et la créativité constituent l’inspiration de la ligne DS, Citroën DS PRIVILEGE - le club réservé aux clients de la ligne DS - a proposé à ses clients d’entrer dans la féerie des fêtes de fin d’année avec «LES NUITS MAGIQUES» sous la forme d’un dîner d’exception animé par le célèbre magicien Stefan Leyshon. Témoins privilégiés du premier spectacle de magie et d’illusion dédié à l’artisanat de luxe, un véritable hommage aux icônes du savoir-faire créatif français… Un salon a été privatisé pour l’occasion au prestigieux Casino le Lyon Vert, tout récemment rénové. Le dîner exclusif élaboré par Philippe Gauvreau, Chef doublement étoilé a accompagné le voyage dans l’univers de l’illusion et du rêve. Un moment unique… www.citroen-ds-privilege.fr pour découvrir les services exclusifs dédiés aux membres du club : événements, séjours, service de conciergerie privée et informations en avant-première Photos : Fabrice Schiff

Les tours de magie très liquide

Yannick Paris (Bouygues Construction) et Fanny Dufrois (Bluestar Silicones)

Stéphanie Liandrat (Rexam) et Nicolas Duhem (Medex)

Matthias Barsumian et Caroline Rigondet (Nagabbo)

Philippe Menguy, Directeur Région Sud-Est et François-Xavier de Soras (Citroën Ecully)

Nicolas Beyrand et Virginie Duboz (Ernst & Young)

Elodie (Lyon People) et Jean-Baptiste Aguettant (Light-Air)

Jean-François Bertha et Evelyne Neyroud Janvier 2014 / Lyonpeople

61


PEOPLE EVENTS

09

Palais de la Bourse

TROPHÉE DES FEMMES DÉCIDEURS 2013

Quatre nouvelles lauréates Créé en 2003 par le Tout Lyon Affiches, le Trophée des « Femmes décideurs » distingue chaque année celles qui, par leur compétence reconnue, symbolisent la réussite économique de Rhône-Alpes. Pour cette 10e édition, qui s’est tenue le 5 décembre dernier dans la salle de la corbeille du Palais de la Bourse, près de 500 invités ont répondu présent. Le président de la Région Jean-Jack Queyranne, le sénateur–maire de Lyon Gérard Collomb et le nouveau président de la CCI de Lyon Emmanuel Imberton ont honoré par leurs discours ces dignes représentantes de la réussite rhônalpine. Catherine Primet a reçu le trophée « Femme de l’Impossible » des mains de Corinne Steinbrecher (Caisse des Dépôts et des Consignations) ; Christine Delpal a été distinguée « Femme d’Audace » par Maria Paublant (Lyonnaise de banque) ; Isabelle Ausset est lauréate du trophée Femme de Conviction remis par Jean-Pierre Roche (Entreprises & Habitat). Le Prix spécial du Jury –composé exclusivement de femmes– est allé à Muriel Pernin (Les Atelières) qui a été mise à l’honneur par la nouvelle élue du bureau de la CCI de Lyon, Nathalie Pradines. Photos : Saby Maviel

Alain Milliat (DG du Tout Lyon Affiches), Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, Elsa Palandjian, déléguée régionale aux droits des femmes et Jean-Paul Mauduy, président de la CRCI

Maitre Géraldine Morris-Becquet (BMB Avocat), Catherine Beroud, et Ariane Guimet (Tout Lyon Affiches)

Jean-Pierre Roche, Elodie Aucourt (Entreprises Habitat) et Bruno de Lavarre (Banque Martin Morel)

Jean-François Challer, infirmier cadre de santé, officier communication à la direction régionale du service santé des Armées, Isabelle Ausset, médecin chef des services,Lieutenant Eloïse Hablot, officier communication de l’officier général de la zone de défense gouverneur militaire de Lyon et Jérome Sallé, conseiller communication du gouverneur militaire de Lyon

62

Lyonpeople / Janvier 2014

Nathalie Pradines, vice-présidente de la CCI de Lyon, Muriel Pernin (les Atelières) et Blandine Vignon (CCI de Lyon)

Romain Boucaud (Voisin), Laurent Bouvier, Président des Toques Blanches et Eric Tandé (F&B Numéric)

Odile Baltazar (EDF), Cédric Vincent (Cédric Vincent domaine viticole) et Magali Sapin (Les Planches)

Nathalie Jourdan, Sandrine Blatrix (Tout Lyon Affiches), Maitre Anne-Marie Regnier


Nathalie Pradines, vice-présidente de la CCI, Géraldine Charoy (Clinique du Parc) et Anne-Sophie Condemine, adjointe au maire de Lyon à l’emploi

Stéphanie Gagnaire (Brice Robert Artur Loyd), Bernard Thollin (Electricfil), Anne Dupraz (CCI de LYON service formation) et Alain Zipper (AZAP)

Fabrice Mirabel, Eric Rennesson (Groupe Roset) et Nicolas Winckler (Lyon People)

Albane Reclus (Groupe Bolorée - Bluely à Lyon) et Philippe Besson (Le Tout Lyon Affiches)

Monique Recchia (Euro Motos BMW), Laurence Pillot (Buffab) et Maitre Alexandra Recchia-Paulin, avocat

Maitre Caroline Brun, avocat et Maitre Catherine Couriol (Colbert Avocat)

Mirella Launay et Agnès Sabbat (Tout Lyon Affiches)

Maitre Caroline Prud’Homme Feillens, notaire, Maitres Sabah Debbah, avocat, (Juris Law et Associés) et Sylvie Hebrard (Tout Lyon Affiches)

Martine Collonge (Lyon Pôle Bourse), Maria Paublant (CIC), Sylvie Boachon (CIC Banque Privée) et Dominique Chavanon (Lyon Pôle Bourse)

Le journaliste Thomas Charrondiere, Magali Krass (Princesse Mag’) et le photographe Angel Sanhueza (Tout Lyon Affiches)

Jade Mabilon, Olivia Brugger (CGI Real Estate) et Nadine Saunier (Regus)

Maitre Géraldine Morris-Becquet (BMB Avocat), Maitre Maryvonne Godivier, avocat, Maitre Samuel Becquet (BMB Avocat) et Marie-Laure Reynaud, présidente de l’association FCE

Françoise Beroudiat, Marie-Claude Mazurel (Maison Chantelot) et Josiette Tumas

Patrick Alibert (GRDF), Françoise Courtine (ERDF) et Alain Zipper (AZAP)

Janvier 2014 / Lyonpeople

63


PEOPLE EVENTS

10

Villeurbanne

LA RENAISSANCE DE PIA GAZIL dignement arrosée « Le Phoenix renait de ses cendres ! » Neuf mois après l’incendie qui a ravagé ses 1700 m2 d’entrepôts situés avenue Paul Kruger à Villeurbanne, Loic Gazil a fêté la reconstruction totale des bâtiments qui abritent les sociétés Pia Gazil Peintures, Solmur Distribution et BDS en présence de 1400 invités, dont une majorité de professionnels du bâtiment. Le plus gros showroom du secteur en Rhône-Alpes a pu compter sur la fidélité de sa clientèle pour écrire une nouvelle page de son histoire. Les institutionnels ont spécialement tenu à accompagner Pia Gazil pour cette inauguration en forme de renaissance, notamment le Grand Lyon et son président Gérard Collomb, les services de la mairie de Villeurbanne et les partenaires financiers. Mention spéciale également pour les collaborateurs de la société dont le professionnalisme aura permis à Pia Gazil de revenir très rapidement sur le devant de la scène. Chapeau bas ! Texte : Benjamin Solly - Photos : Saby Maviel

64

Michel Tretiack, Consuelo Bemou-Ferrat (Socoda) et Guillaume Beuret (Vernis Claessens)

Loïc Gazil (Pia Gazil) et Stéphane Targe (Miroiterie Targe)

Hervé Simon (Icade) et Nicolas Trompille (Iliade Ingénierie)

Maurice Bettant et Laurent Chabbat (Tonic Radio)

Maître Nicolas Bourachot (Cabinet Bret) et Thierry Jalibert, architecte

Patrick Mignola (Groupe Mignola) et Pauline Jalibert (Thierry Jalibert)

Pierre Bouteille et Léandre Borbon (LOU Rugby)

Philippe de Lamarzelle (BLB Constructions) et Loïc Gazil (Pia Gazil)

Maître Alexandre Faure, notaire (Alcaix & Associés) et Maître Stéphane Chouvellon, avocat (Brumm & Associés)

Stephan Andlauer (Actua Kart) et Bruno Trompille (Iliade)

Lyonpeople / Janvier 2014

Sophie Roger (A.26), Gérard Collomb et Dina Servanin (Solmur)


Roger Parducci, frère de Laurence Parducci et Fabrice Durand (Parducci)

Michèle Roche (soc. Roche) et Fabrice Traversa

Isabelle, Manuel, Corinne, Pascal, Lucile et Marie

Michel Le Faou, président de la Sacvl, Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon et Loïc Gazil (Pia Gazil)

Maître Nicolas Bourachot (Cabinet Bret), Mathieu Pédrini (Régie Pédrini), Loïc Gazil (Pia Gazil) et Bertrand Godet, orthodontiste

Laurent Giacomazzo (Tarkett), Patrick Combres et Yannick Dolou (Uzin)

Vincent Chabot (IUT Lyon I), Catherine Lapare et l’artiste peintre Henri Ibara

Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon et Loïc Gazil (Pia Gazil)

Pierre Nallet (Ana-Home Immobilier) et Jean-Marc Brochier (EGA)

Loïc Gazil (Pia Gazil) entouré d’Aurélie Jayed, Laetitia Weiss (Grand Lyon) et Nathalie Tivan (Grand Lyon et mairie de Villeurbanne)

Loïc Gazil (Pia Gazil) bien entouré Janvier 2014 / Lyonpeople

65


PEOPLE EVENTS

11

Cité Internationale

IDRAC PROMOTION 2013 Record battu avec 1000 diplômés !

Foule des grands jours dans de la Cité Internationale. Sur la scène de l’Auditorium Lumière, 981 étudiants issus de 4 des 5 écoles du campus de Lyon - IDRAC (Business school), Sup de Com (école de communication), IET (Environnement) et de l’IEFT (Ecole de Tourisme) - ont reçu leur précieux sésame, marquant leur entrée dans la vie professionnelle. Choisi pour être le parrain de la promo 2013, François Turcas était particulièrement fier et amusé : « Moi qui n’ai pas de diplôme, je suis comblé d’en remettre 981 ce soir » a déclaré à la tribune le président de la CGPME. Et de féliciter Ali Hannas et toute son équipe pédagogique pour la qualité de cette promotion. « Nous avons choisi la voie de l’excellence et nous comptons bien la maintenir » avait pour sa part assuré en préambule le Directeur de l’IDRAC Lyon, en détaillant les lignes fortes de son projet pédagogique qui monte en puissance. « L’avenir est une aventure et non plus un terrain balisé ! » a-t-il conclu avant de laisser la parole à Gérard Collomb, Sénateur-Maire de Lyon, et Jean-Jack Queyranne, Président du Conseil régional Rhône-Alpes, venus féliciter les heureux diplômés.

Remise de Diplômes IDRAC 2013

Texte : Marc Polisson - Photos : Saby Maviel Ali Hannas, (Idrac, Directeur), Stéphane Boiteux (Idrac, Directeur Général), François Turcas (CGPME et parrain de la cérémonie) et Denis de Benazé (Idrac)

Gérard Collomb, Sénateur-Maire de Lyon

François Turcas (CGPME et parrain de la cérémonie), Denis de Benazé (Idrac), Gérard Collomb, Sénateur-Maire de Lyon, Roger Serre (Directeur Général délégué du Groupe IGS)

Jean-Claude Carquillat (Fiducial), Hedwige Moyne (Idrac FC), Yves Lebastard (Toupargel) et Stephan Galy (UPI)

66

Lyonpeople / Janvier 2014

Jean-Jack Queyranne (Président du Conseil régional Rhône-Alpes) et Ali Hannas, (Idrac Directeur)

François Turcas, Eric Jeantet (Président d’Idrac AIPF), Nicolas Reymond (Idrac), Denis de Benazé (Idrac), Hendrik Koopman (ancien Président Idrac), Ali Hannas (Idrac, Directeur) et Patrick Bainvelzweig

Audrey, Valérie, Hedwige, Isabelle, Peggy et Isabelle (Idrac Formation Continue)

Jean-Jack Queyranne (Président du Conseil régional Rhône-Alpes)

Ali Hannas (Idrac, Directeur)

Lamia Messaoud, Valérie Mengoli, Gérald Blanc, Laure Carrier et Marion Guinet (Idrac)

Patrick Bainvelzweig, Zahia Hannas (Merial groupe Sanofi) et Ali Hannas, (Idrac Directeur)

François Turcas (CGPME et parrain de la cérémonie), Virginie Lacroix-Altuna (Idrac), Yves Lebastard (Toupargel) et Ali Hannas (Idrac, Directeur)

Caroline Pinault (Idrac), Ali Hannas (Idrac, Directeur) et Denis Broliquier (Maire Lyon 2)

Denis de Benazé, (Idrac), Roger Serre (Directeur Général délégué du Groupe IGS), François Turcas (CGPME et parrain de la cérémonie), Hendrik Koopman (ancien Président Idrac), Stephan Galy (UPI) et Denis Broliquier (Maire Lyon 2)


PEOPLE EVENTS

12

Richard Drevet (Hyundai) et Delphine Munoz (Garage Métropole)

Le groupe RNBB

Léna (Léna Show Dance)

115, rue Bugeaud - Lyon 6

Festivités de fin d’année

GARAGE MÉTROPOLE

Julie et Annie Berthier (Garage Métropole)

Laurence Dubois (Le Progrès) et Véronique Thomas (AMEG)

Pour leur dernière soirée de l’année, François Munoz, Patrick Vuillemin, Florian et Brigitte de Groulard ont fait place nette pour transformer le Garage Métropole (rue Bugeaud) en véritable salle de jeu géante. Un rendez-vous annuel que ne rateraient pour rien au monde les quelque 500 convives, clients et partenaires, qui ont participé à l’évènement. Pour l’occasion, les chromes des Citroën ont cédé la place aux feutres des billards René Pierre. Le fabricant français de loisirs d’excellence a également sorti de sa boîte à jouets baby-foot et juke-box, alors que s’affichaient aux murs de la concession une exposition inédite des toiles de l’artiste-peintre Brigitte de Groulard. Un moment récréatif, festif et haut de gamme grâce à l’expertise des Domaines qui Montent qui ont assuré côté traiteur et cocktails.

Brigitte, Florian, Léna, François et Patrick

Photos : Fabrice Schiff

François et ses girls

Patrick Vuillemin (René-Pierre) et Florian Groulard (Les Domaines qui Montent)

Michèle Capitain (Michèle Capitain Coiffure), Palma (Secrets de Beauté) et Axelle Simond (Araxxe)

Adelaïde Hoy et Palmyre Gaudoux (Les Domaines qui Montent)

Marwan Najde (Cousins Cousines), Philippe Fertoret (Régie Fertoret) et Mathias Soulier (BAC Architecte)

Emilie Bonnard et Stéphane Galayda (Speed Car Wash)

Alex Gelly (Immobilier) et Marie-Claire Parounakian (Square Habitat)

68

Lyonpeople / Janvier 2014


PEOPLE EVENTS

13

Tedd Connexion : Thierry Mestrallet et son équipe

Benoît Dupré (I-Way) et Alexandre Jeannerod (Euro Sono)

Thibault Di Palma (ORPI Part-Dieu Immo) et Laurent Annino (Artenium)

Le journaliste Pascal Auclair et Sébastien Chaudat (Be-Unlimited)

Sarah et Mickaël Teboul

Coraline Nicolas et Elodie de Oliveira

Claude Chabot, adjoint au maire du 6ème, Albert Dray (Café du Pond), Pascal Blache et Alain Barge (Grand Café de Genève)

Corinne Villejoubert (Petit Futé Lyon), Myriam (Le phare de la Baleine), Nicolas Vial, Muriel Larréché (Le Progrès) et Nathalie Romer Rezgui (Lusso Shoes)

Nawelle Goncalves et Pauline Martin (Café du Pond)

Pierre-Yves Gas (Proxicom), Karène, Jenny, Morgane, Alice, Michel Duong, Céline et Fabrice Mancini

Olivier Chatard (Delta Light) et Gilbert Aiassa

Rebecca Desnoyers et Francis Da Silva (Fran 6)

Gilles Demange (Orosa), Béryl Maillard, consul de St Domingue et Pierre-Yves Gas (Proxicom)

5, av de Saxe

TEDD CONNEXION

inaugure son show-room « In Wall » Créée en 1957, la société Tedd Connexion, qui possède deux boutiques à Lyon, n’en finit pas d’innover. Dernier né des ambitions de son patron Thierry Mestrallet, le tout nouveau show-room « In Wall » reproduit les conditions d’une salle de cinéma. Avec un home cinéma, un système audiovisuel et plusieurs bornes d’amplification, cet espace de 25 m2 scénographié dans la boutique de l’avenue Maréchal de Saxe a été inauguré le 3 décembre dernier. Les 150 convives présents n’auraient loupé pour rien au monde cette nouvelle expérience high tech. Dans « ce magasin de jouets pour grands », comme aime le définir Thierry Mestrallet, les VIP lyonnais s’en sont donnés à cœur joie ! Comme un avant-goût de Noël autour des produits Bose. Photos : val-fpg.com

70

Lyonpeople / Janvier 2014

Thierry Mestrallet (PDG Tedd Connexion), Francis Da Silva (Fran 6), Pierre-Yves Gas (Proxicom), Benoît Dupré (I-Way), Christelle Mestrallet et Alexandre Jeannerod (Euro Sono)


Janvier 2014 / Lyonpeople

71


PEOPLE EVENTS

14

Campus de la Doua

ICE IN LYON

Le Double Mixte chausse ses patins Givré Jacques Chalvin ? Sans aucun doute ! Le directeur général du Double Mixte a installé entre les murs évènementiels du site d’exposition une patinoire éphémère indoor de 375 m2. Mise en place du 23 décembre au 26 janvier, sa programmation thématique devrait ravir petits et grands. La « Ice Academy » proposera des initiations au Hockey sur Glace en partenariat avec le LHC. Le « Ice Fooding Club » sera animé par l’homme venu du froid, le viking Jean-Louis Manoa, autour d’un forfait comprenant menu montagnard et location des patins. Comme un joli préambule aux fêtes de fin d’année, « Ice in Lyon » a été inauguré le 23 décembre dernier avec le concours de l’Equipe de France de patinage artistique. Une première dans l’histoire du Double Mixte ! Photos : Fabrice Schiff

L’Equipe de France de Patinage artistique féminine

Pascale Manoa, le docteur Jean Renaudin et son épouse Laurence

Nico (Lyon People), Pascale Manoa et Philippe Perez (Radio Scoop)

Nathaly Joubert (Bonne Réponse), Stéphane Tardivel (Alma Consulting) et Françoise Neubert (Yachts de Lyon)

Yves Rioton (Séminaires Business) et Pierre-Yves Gas (Agence Proxi’com)

Olivier Job (WI) et Pascalo Delaporte (Perrier Jouët & Ricard)

Marine Jarniat, Béryl Maillard, consul de St Domingue et Laura Comboroure

Christian Mure (Lyon Gourmand) et son épouse Muriel

Marie Guyot (Autrement) et Marco (Lyon People)

François Pierre (My Little Monkey), Julien Mathon et Boris Martin (Info Loisirs)

Jean-Louis Manoa, Yves Markarian (Art’s Vice & Ice in Lyon), Jacques Ruchon (Ski bohême), Pierre-Guy Cellerier (Cellerier) et Jacques Chalvin (Double Mixte)

72

La tartiflette géante préparée par Jean-Louis Manoa et Stéphane Favorit (Café François)

Lyonpeople / Janvier 2014

Michel Lopez (Korloff), Ariane Guimet (Le Tout Lyon Affiches) et Elie Cunat, DG du Groupe Gauduel

Pascal et Caroline Auclair (FMI), Brune, Amaury et Tanguy


Janvier 2014 / Lyonpeople

73


CARNET MONDAIN Naissance 20/12/2013 – Antonin chez Marion et Christian Bondis

Baptême 22/12/2013 – Louis-Antoine Blachier au temple protestant du 7ème

Mariages 02/12/2013 – François Pipala et Michel Barthelet 25/01/2014 – Caroline Ginon et Benjamin Joubert

Disparitions Dans nos intentions de prière, Madame Monique Tronel, le chef Jean Banchet (lire l’hommage de Paul Bocuse dans la rubrique Gastronomie du www.lyonpeople.com), Monsieur Jean Girma, co-fondateur de Jet Services, le Chef Olivier Belval (Mon Bistrot à moi), Monsieur Albert Rosset, Monsieur Guy Thivard, Chef de la Maison Point à Vienne, Monsieur Thierry Stas de Richelle, papa de Jacotte Ginon.

Anniversaire

Prix Eugénie Brazier 2013 Gourmand comme la Provence ! Depuis 2007, ce prix créé par Jacotte Brazier, à travers l’association « Les Amis d’Eugénie Brazier », récompense les ouvrages écrits exclusivement par des femmes et qui font le part belle à la transmission du patrimoine culinaire. Cette année, c’est « La Provence Gourmande » de Jean Giono (Editions Belin) qui a reçu le Grand Prix dans les salons de l’Hôtel de Ville le 10 décembre dernier. Le trophée a été remis à la fille de l’écrivain et auteure de l’ouvrage, Sylvie Giono, par le journaliste et écrivain Denis Jeambar. Le Prix de l’Iconographie est allé à Nationale 7 (Hachette Pratique) de Clémentine Donnaint et Elodie Ravaux. Le Prix du Roman et Essai Gourmand revient à Ito Ogawa pour son « Restaurant de l’amour retrouvé » (Editions Philippe Piquier). Le Prix de la Francophonie, chapeauté par le président du réseau des Maisons de la Francophonie Erick Roux de Bézieux, a retenu « La Cuisine Libanaise » (Editions Païdon) de Salma Hage. Texte : Benjamin Solly - Photographes : Fabrice Schiff & Jeff Nalin

Une tradition qui a du bon au Relais gourmand Pierre Orsi. Comme chaque année, les adhérents du club Privilège de l’Institut Vendôme sont venus entourer leur doyen le jour de son anniversaire : 94 ans au compteur pour Georges Pithioud que nous embrassons affectueusement !

Nominations

Denis Jeambar et Joël Madile, directeur du Grand Lyon à Paris

Daniel Gorrindo, directeur du Lycée Rabelais et Thierry Mourier (Hélène Boucher)

Geneviève Pinget et Joy Corsin

Alain Vigneron (Abel Restaurant), Janine Burdin et son époux Jean-Paul

Marie-Christine Penes et Ghislaine Letievant (Agence immobilière Ghislaine Letievant)

Monique et Frédéric Haehl (Swisspassions), Laurence Renaudin

Les Puces du Canal ont un nouveau directeur en la personne du comédien Brice Fournier, 47 ans. *** Philippe Vidal a été nommé président de la Lyonnaise de Banque. Il succède à Rémy Weber, parti prendre la direction de la Banque Postale. Isabelle Bourgade a été promue directrice générale. *** Maître Pierre-Yves Joly a été élu bâtonnier du Barreau de Lyon pour deux ans.

Messes en mémoire de Louis XVI et pour la France Mardi 21 janvier 2014 à 19h en l’église Saint Denis de la Croix-Rousse, sous la présidence de M. l’abbé Jérôme Billioud. A l’appel de l’Œillet Blanc et de l’Action Française. 4, rue Henon - Lyon 4 Samedi 18 janvier 2014 à 10h30 en l’église de l’Immaculée Conception sous la présidence de M. l’Abbé Eric Pepino, curé de la paroisse et en présence de S.A.R. Le Prince Rémy de Bourbon Parme avec la participation des trompes de la Diane Lyonnaise. A l’appel de Présence du Souvenir Bourbonien en Rhône-Alpes. 137, rue Pierre Corneille – Lyon 3 Renseignements : www.psbenlyonnais.fr et 06 76 79 63 60

Agenda des vœux Lundi 6 janvier à 19h – Sénateur-maire de Lyon Mercredi 8 janvier à 19h – Gouverneur militaire de Lyon Jeudi 9 janvier à 18h – Préfet du Rhône Mardi 14 janvier à 19h – Président du MEDEF Mercredi 15 janvier à 19h – Président de la CCI Lundi 27 janvier à 19h – Président de la CGPME

74

Lyonpeople / Janvier 2014

Reportage complet sur www.lyonpeople.com – Rubrique Les Fêtes



LYON PEOPLE JANVIER 2014