Page 1

HL

Cre a te

Seghier Lynda

PFE mĂŠmo

ire

Institut


epau École Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme El Moudjahid Housine Ait Ahmed

Rapport de projet de fin d’étude Spécialité Architecture, construction et environnement 2019

creH al te Institut Student center

Design school

AU C E N T R E D ’ A L G E R

Lynda Seghier Encadré par: Mme Aïcha Boussoualim M. Mohamed Adel Souami


Je Vous

Remercie! 4


qui tion de ce rapport de PFE Avant d’entamer la rédac le bon des à l’EPAU, Je remercie étu s me de fin la er tur clô vient ner à terme force et le courage de me dieu de m’avoir donné la ce travail mon titude à mes parents et Je tiens à exprimer ma gra qui et i, mo ont toujours été là pour adorable petit frère qui ent rem uliè que j’entreprends et partic ce t tou ns da e rag ou nc m’e ne vous aire PAPA, MAMAN, Dino, je lors de mon cursus universit vous aime. remercierai jamais assez, je ts-encal’égard de mes enseignan à est e nc issa na on rec Ma vouement et M. A.Souami pour leur dé dreurs Mme A.Boussoualim enté et em long de ce semestre mouv et leur implication tout au que j’ai pu également les enseignants ie erc rem Je el. nn tio ep exc act sur la qui ont tous laissé un imp croiser durant mon cursus, ent. rsonne que je suis actuellem future architecte et la pe comaux personnes qui m’ont ac Je présente ma gratitude ures, ille me les urs, avec qui j’ai passé pagné pendant ce parco huit x au , nts au sein de cette école mais aussi les pires mome b et spéciale aux charrette clu on nti me e un ec av R, WE PO MIMIs à l’atelier ID. pensée sans avoir une profonde Je ne peux clore ce texte près, lors rs soutenu, de loin ou de à mes amis qui m’ont toujou ce projet. de l’accomplissement de Lynda Seghier

5


AvantPropos

C

e monde est tel une forêt enchantée ; beau et attrayant de l’extérieur, magique et complexe à l’intérieur, plein d’obstacles et de sortilèges, envoutant tel un agréable piège dont on ne pourra jamais s’échapper. L’architecture, comme tout autre art, est une passion de vie. Que cela soit à travers la construction des châteaux de sables à la plage, des lego ou même des Sims, chaque enfant s’est déjà imaginé architecte. Pour ma part, cet aspect ludique de l’architecture a été un avant-goût ou plutôt la phase de découverte, et même la révélation d’une passion, d’un rêve devenu une réalité ; une réalité rude et délicieuse à la fois.

6


L’architecture m’a été définie comme la parfaite symbiose entre la technicité et l’art. Difficile à assimiler, au départ, mais après les cinq années passées à l’EPAU, je me rends compte que l’architecture est un univers qu’on ne peut réduire à une seule phrase.

l’échange et l’entraide sont des valeurs sûres. Les longues nuits de charrette à la veille des affichages et la satisfaction de la présentation l’attestent. Au delà de la formation, les études d’architecture procurent un réel plaisir à concrétiser ses idées et à en débattre à travers les multiples projets présentés, ce qui fait la singularité de cette spécialité.

En effet, l’architecture compose avec l’ensemble des sciences humaines, l’ingénierie et l’art, mais encore, elle constitue un langage universel compris par tous, Aujourd’hui, je confirme ce qu’on une expression sensitive qu’on m’avait dit le jour de mon insne peut ni cription démontrer «Les physiciens peuvent enterrer : “ L’EPAU ni prouver, leurs erreurs, les architectes seu- e s t OUI, L’ARlement conseiller à leurs clients l ’ é c o l e CHITECde la de planter des plantes grimTURE N’EST vie.” Elle PAS UNE pantes. Aussi devraient-ils al- c o n t r i S C I E N C E ler le plus loin possible de chez bue à la E X A C T E , eux pour édifier leurs premières on la constructions.» ressent, on la vit. Tout Frank Lloyd Wright c o m m e mon parcours d’EPAUtiste. construction de notre individualité, elle aide à surmonter Durant ce cursus, j’ai vécu des difficultés et à relever en dans un stress et une pression permanence des défis. constante, que je n’aurais jamais cru pouvoir supporter. Faire des choix, prendre des Pourtant, l’EPAU a été ma plus décisions, n’est-ce pas là, l’esbelle expérience jusqu’à présent. sentiel pour devenir un membre Dans l’enceinte de cette école, actif de la société.

7


SOMMAIRE Remerciements Avant-Propos

1. 2.

Introducation A. Choix du ACE et de l’atelier ID................ 11 B. S’incruster à Alger......................................... 12 c. Immersion dans le site................................... 14 D. Alger, ville universitaire............................... 16 E. L’université dans le site............................... 18

Processus

de

conceptualisation A. Concept........................................................... 22 B. Stratégie de conception............................ 25 C. Programmation............................................... 26

8


3. 4. 5.

Stratégie

.......................34

Environnementale Échelle

Architecturale

A. Modelage du volume.................................... 38 B. Distribution spatiale Les espaces.................................................... 44 La circulations................................................ 46 C. Enveloppe.........................................................48 D. Installation artistique.....................................52

Dossier Graphique A. Plan de masse...................................................59 B. Plans des étages..............................................60 C.Sections et élévations .................................. 66 D. Ambiances.......................................................... 70

Bibliographie 9


1

Intr o duct i o n


environnement

construction

architecture

ACE

Intégration

L’Atelier ID

Durabilité

L

a question de l’environnement est devenue une réelle préoccupation, principalement dans le domaine de la construction dont l’objectif est d’offrir une plus- value à la qualité de vie actuelle et une durabilité sans affecter le milieu d’implantation.

Mon choix s’est porté sur cet atelier dans l’intention d’ap« L’acte créateur du compositeur est d’uni- porter une réfier dans un tout cohérent des parties dif- ponse à cette : férentes en sauvegardant et en exprimant équation ces différences dans l’oeuvre unique et en combiner l’aspect écolocela donne du sens. » Pierre Riboulet gique, social et économique dans un même projet, et ceci dans l’objectif de réaliser un projet qui s’intégre dans son environnement et qui dure dans le temps.

11


Introduction

S’incruster à Alger

L

e centre ville d’Alger est considéré comme une aire urbaine achevée à cause de sa limite d’emprise au sol, atteinte à la période pré-indépendance, cette saturation foncière a causé une extension anarchique en périphérie au détriment des territoires ruraux et agricoles, en formant des villes-dortoirs ou industrielles sans âme, dépourvues de toute mixité sociale et fonctionnelle, à l’image de Bab Ezzouar pendant les années 80’ ou la nouvelle ville de Sidi Abdellah actuellement.

Fig 01:Plan global de situation

12

Cette croissance rapide et incontrôlée interpelle les écologistes, les urbanistes et les sociologues à agir, afin de contrecarrer ce nouveau model urbain. Une multitude de méthodes et d’outils ont été proposés à travers le monde, on y retiendra le recyclage urbain.

Dans la perspective de ralentir cette frénésie de repousser tous les nouveaux projets en périphérie, et d’apporter un nouveau souffle au cœur d’Alger, nous avons choisi de combler les interstices urbains résultants des démolitions ou des effondrements d’immeubles afin d’aboutir à une cohérence dans le tissu urbain, mais surtout de passer d’une ville figée dans le passé à une atmosphère évolutive, qui vit pleinement sa contemporanéité.


“Le centre de gravité, la clé de voûte, le milieu de l’empire, le pivot du problème, le point G, le cœur de la pastèque. Alger est tout cela et plus encore” Chawki Amari

Fig 02:Localisation du site dans le quartier

L

’interstice qui portera notre projet (voir page 14-15) se situe dans les hauteurs de la rue Didouche Mourad (fig01-02), un site avec une morphologie complexe dont l’exception est d’offrir deux atmosphères opposées. Il constitue une charnière entre deux échelles différentes(fig03) : une jungle urbaine avec une diversité architecturale propre à Alger, et un village paisible avec un esprit de “houma”, ce qui noie notre parcelle dans un enclavement formé par des gabarits variés et des mitoyennetés de toutes parts.

Fig 03: Coupe schèmatique du site

13


Introduction

Immersion dans le site

La localisation

Voirie

Vues

Ensoleillement

Coupe des vues

14


La parcelle

Le dénivelé

S= 1096 m² Densité

Équipement

Mobilité

15


Introduction

Alger, ville univeristaire

L

’université a élu domicile au cœur d’Alger depuis sa naissance, ce n’est qu’après l’indépendance que celle-ci s’est vue rejetée à la périphérie, à l’image des campus américains. Cet acte a aveuli la capitale de toute activité culturelle et éducative, mais qui a tout de même contribué au développement de nombreuses villes comme Boumerdes et Beb ezzouar. La dyade ville-université (fig04)reste un facteur de progression d’Alger. Grâce à la dynamique et la proximité d’une multitude de services

(transport, restauration, logement et autres équipements culturels et de loisir) les centres urbains améliorent le vécu de la population estudiantine en leur offrant la capacité de pratiquer pleinement la ville. L’université incarnera alors, le rôle de médiateur entre la société, la culture et l’économie, en accélérant leur essor avec de nouvelles opportunités qu’offrent l’effervescence et la regénération permanente de la population. Avec cette connectivité, le développement des deux milieux ne peut s’avérer que proportionnel.

Fig 04: Apport réciproque de l’université dans la ville

16


Rue Nocard

Rue Didouche Mourad

Fig 05: Croquis des vues

Au croisé des quatre équipements universitaires d’Alger (La fac centrale, l’école des beaux Arts d’Alger, la Perrine, mais aussi le département d’Architecture d’Alger) qui, malgré leurs situations stratégiques (fig06)et leur rayonnement national, ne manifestent aucun esprit estudiantin se fondant complétement dans un paysage urbain marqué par l’anonymat.

«Les bâtiments d’une uni-

versité ne sont pas des entités isolées dans leur propre contexte. Ils forment un environnement, une enceinte ou un quartier qui soutient les activités de la communauté, ce qui est essentiel pour toutes les institutions éducatives’’» Lam Khee Poh

Fig06: Localisation du site par rapport aux univeristés d’Alger

Notre site, grâce à toutes ses potentialités (voir page 14-15)et dont la vocation est principalement résidentielle, nous offre l’opportunité d’y inégrer un cachet estudiantin à travers un équipement éducatif basé sur l’expression et le partage au profit de tous les universitaires, d’Alger et d’ailleurs.

17


Introduction

l’université dans le site

L

e caractère de notre site nous oriente vers un équipement éducatif qui préservera l’esprit du quartier tout en l’agrémentant avec un nouveau flux estudiantin qui dynamisera la rue Nocard et le dirigera vers l’escalier urbain aboutissant à la rue Didouche Mourad. L’objectif premier est de créer un carrefour de rencontre entre les étudiants des différentes spécialités, un espace de travail qui favorisera l’échange et le partage, ça sera l’élément unificateur des universités du centre.

18


La seconde partie de l’équipement consistera en une école de design dont la vocation est d’offrir une formation complémentaire de cycle court en design d’intérieur, design urbain et paysagisme aux urbanistes, Fig 07: Disciplines du design architectes et artistes. “Le design comme étant un acte de créaElle viendra tion transdisciplinaire (fig 07)visant à apconsolider le porter des solutions aux problématiques renlien avec le contrées par les individus dans un contexte Dépar t ement donné, et ce, en développant des formes d’architecnouvelles et en apportant un sens nouveau ture d’Alger à l’objet de son travail” https://www.zendart-design.fr et l’école des Beaux arts. L’implantation de ce projet au cœur de la capitale, et surtout dans cet ancien quartier résidentiel a pour but d’imprégner ses étudiants des modalités du fonctionnement réel de l’urbain et du traitement du paysage grâce aux différentes atmosphères entourant la parcelle. Il s’agit aussi de s’inscrire dans le parcours artistique déjà entamé (fig08) par l’école des beaux arts où des agences de design, salles d’exposition, espaces artistiques ... se positionnent tout le long de l’axe menant à la place Audin.

Fig 08: Schèma du parcours artistique

19


Pr o c e ss u s de conce p t i on

2


A. B. C. D.

Concept. StratĂŠgie de conception. Programmation. GĂŠnese.


Processus de conception

Le concept

Scénographie Urbaine/ mouvement

Résidentiels

Fig09: Façade des immeubles sur la Rue Didouche Mourad

U

ne simple balade dans les rues d’Alger nous fait plonger dans son passé. Une variété exceptionnelle de langages architecturaux (fig09-10) qui passe d’une écriture classique à un style post-moderniste,

mêlant des maisonnettes, des immeubles résidentiels et des équipements. Paradoxalement, cette dissonance des différents styles parvient à la création d’un tableau très harmonieux.

L

a magie de l’art cinétique consiste en l’interaction qu’elle crée avec l’œuvre d’art, et cela en mettant la perception du spectateur au cœur du mouvement.

22

Fig13: Illustration de Haus studio


Interaction

Fig12: le triangle du design

Démarquation Contraste Équipements

Fig10: Repères du site

Fig11: Ambiances du site

L’étudiant apporte des solutions aux besoins de la société qui sont en perpétuelle évolution, et cela à travers l’art et le design. Ce qui fait de la société une composante mouvante. Notre site qui se trouve noyé dans cette composition hétérogène, Forme une valse de transitions. La diveristé paysagère qu’il présente crée un violent contraste, ce qui produit une illusion de mouvement et de dynamique qu’on vit au rythme de nos pas. Et c’est ainsi, que le passant, perplexe et curieux de découvrir la ville, devient un élément de composition mobile. La cinétique a l’art de faire vivre l’œuvre, elle puise son essence dans l’angle de vue de son observateur.

La cinétique vue par les artistes

Fig14: Labyrintes dichroïque en verre

Christine Wood, une artiste anglaise, utilise du verre sous forme de petits carrés teintés (fig 14)que les rayons du soleil traversent, et dont la réflexion crée différents motifs colorés projetés sur le mur. Elle compose avec la géométrie, les ombres et la perception du spectateur.

23


Processus de conception

Chacun son point de vu !

C

onçu par Paul Scales et l’atelier Kit (Fig15), l’objectif était de créer un objet qui mettra en relation le visiteur avec son espace tout en incitant la surprise. Un cube épuré aux premiers abords, il nous dévoile graduellement sa complexe structure qui met en valeur son environnement à chaque nouvel angle de vue. Fig15: Vues du Reframe

Son application par les architectes

Fig16: Valletta citygate

Renzo piano a utilisé la cinétique dans sa composition de la Valletta city gate (fig16) en créant un contraste légèreté (verre) - massivité, et en transcrivant sur la façade l’illusion d’un mouvement d’ouverture ou de fermeture, dépendant du sens du flux et de l’angle d’observation.

24

Dans cet exemple(fig17), SHoP Architects a traduit la cinétique à travers la juxtaposition de différents planchers, les éléments de circulation mis en évidence, la transparence qui permet de voir la dynamique intérieure et la vocation pluridisciplinaire de ce Q.G d’Uber à San Fransisco.

Fig17: Uber Headquarters


Stratégie de conception

L

e CreHalte institut s’inscrira dans l’esprit du site en apportant une nouvelle touche à ce décor hétérogène, et cela à travers le concept de la cinétique qui sera exploité comme suit:

Brassage Social

Transition Intérieur / extérieur

• Attirer une population jeune

• Inciter à la curiosité en ex-

pour faire revivre le quartier • Favoriser le contacte étudiants - habitants

Différentes perspectives • Offrir

plusieurs vues à chaque espace • Créer la différence à chaque perspective • Relations visuelles interieur/ exterieur

posant l’intérieur

• Créer des espaces de transition

Diversité spatiale et

fonctionnelle • Passage d’un espace à un

autre, d’une activité à une autre • Relation visuelle entre les espaces intérieurs et les espaces de transition

25


Processus de conception

Programmation Que va apporter ce programme à Alger ? • Offrir un nouvel espace de créativité, d’art et de culture pour les amateurs et les passionés.

• Créer un espace de travail et de rencontre, adapté et accessible aux universitaires algérois.

• Élaborer une cohésion entre les étudiants de plusieurs disciplines, mais aussi un contact extérieur à travers des évenements publiques organisés par les étudiants pour la communauté

Fig18: Organisation Programmatique du projet

26


A. Activités

S’instruire

se rencontrer

Se détendre

Travailler

Gérer

partager

Échanger B. Entités

Travail et formation • Ambiance

calme apaisante propice à concentration. • éclairage naturel • Isolation phonique

et la

Partage et échange • Espace

convivial et agréable, ouvert sur des espaces à flux important. • Flexible avec mobilier amovible.

Détente • Espace de repos et de

relaxation avec une ambiance cozy • connecté à l’extérieur visuellement • Accessible à tous les usagés

Gestion • Espace sobre et fonctionnel • à proximité des étudiants • ouvert sur le reste de l’équipement.

27


Processus de conception 28

Travail et formation

DĂŠtente


Partage et ĂŠchange

Gestion

29


Processus de conception

Circuits A. Circuit des futurs designers

L

es futurs designers ont accès à pratiquement toutes les activités que propose l’équipement.

e

NB: La relation spéciale permet un accès directe d’un espace à un autre pour une catégorie spécifique.

30


B. Circuit des étudiants extérnes Les étudiants extérnes ont principalement l’accès au Student Center.

C. Circuit des étudiants extérnes Les espaces de gestion sont conçus selon le besoin des usagers, pour effectuer une gestion autonome de chaque

entité qui sera coordonné dans un espace dominant le tout

31


Stra t ĂŠ g i e Env iron n em ent a le

3


DĂŠveloppement

Durable


Stratégie environnementale

développement durable

Fig19: Principes du développement durable

D

e nos jours, le développement durable est devenu un sujet d’actualité, et un nouveau paramètre à considérer dans de la construction.

«Aujourd'hui la seule condition de survie réside dans l'établissement d'un rapport plus humble avec la planète.»

Alain Gars

le domaine

Il permet une conception et une planification à long terme

34

en améliorant les conditions de vie (fig19) sans mettre en péril l’environnement, et en apportant une plus value à l’économie.

Ces trois éléments réunis permettent de réaliser un projet durable dans le temps, adapté à son contexte.


35


É ch e lle arch itet u ra l e

36

4


A. Modelage du volume. B. Distribution spatiale. • Espaces. • Circulations. C. Enveloppe. 37


architecturale

Modelage volume

Le volume brut

Fig20: Extrusion de la parcelle

Échelle

A. S’ouvrir sur

Fig21: Évidement du volume

38

du

Superficie: 1096 m² Sous-sol: 2 niveaux Gabarit: R+ 7

C

ette étape introductive nous permet de prendre conscience de l’ampleur de la parcelle en volumétrie, de l’espace qu’elle occupe(fig20), de faire ressortir les potentialités et les contraintes qui nous permettront de procéder aux étapes qui suivent.

l’environnement

L

’objectif est d’obtenir des volumes du vide qui permettront d’ALLÉGER l’aspect massif du projet et d’augmenter sa POROSITÉ, et cela à travers un ÉVIDEMENT (fig21)qui sera à l’origine de la création d’une cour extérieure qui servira d’espace de transition entre l’équipement et l’espace urbain.


Fig21: Action environnementale

Fig22: Espace public

C

ette action a permis d’acquérir des points en durabilité et cela en favorisant le renouvellement d’air, en optimisant l’éclairage naturel et l’ensoleillement(fig21) et en offrant plus d’espaces de socialisation et d’échange aux usagers(fig22).

B.

Créer

l’évènement

O

n a entamé la sculpture du volume sur la rue Didouche par un CHANTOURNAGE, dans le but de créer un DÉGAGEMENT donnant sur la voie publique, mais de garantir aussi un prolongement de la PERSPECTIVE. Fig23: Chantournage et Alignement sur la rue Didouche Mourad

U Fig24: Traitement de la perspective en plan

ne remise à niveau de notre volume nous permet d’obtenir un ALIGNEMENT avec les deux immeubles adjacents, cette action permet une INTÉGRATION dans le paysage algérois déjà existant

39


architecturale

Le repère Ce volume vertical(fig25), sur lequel aboutira la perspective, deviendra un nouvel élement d’appel sur la rue Didouche Mourad. Il vient s’inscrire dans la continuité du skyline algérois en s’allignant au couronnement de l’immeuble adjacents.

L’écran

Échelle

Fig26: L’écran sur la rue Didouche

40

Fig25: L’élément d’appel sur Didouche

Fig27: Direction et prolongement de la perspective

La connexion entre les deux volumes verticaux se fait grâce à l’écran(fig26) qui consolide le tout, en ramenant le projet à une échelle humaine en créant un espace semi public. Cet élement adoucit également le changement de direction et prolonge la perspective(fig27).

Fig28: Espace public sur la rue Didouche


C. S’accorder au site

N

otre site est au cœur d’un environnement urbain comprenant une grande diversité de gabarit.

Dans la perspective de s’harmoniser avec ce dégradé paysagé(fig30), un RETRAIT est appliqué pour obtenir un COURONNEMENT (fig29) dont le rôle est de constituer, Fig29: Le couronnement encore une fois, un élément transitoire entre deux échelles urbaines, celle du village et de la ville, mais aussi de reconstituer le coeur d’îlot et de le marquer.

Se fondre dans l’esprit du site

Fig30: Le dégradé paysagé

Bonus écologique

L Fig31: Protection solaire

e retrait créé fait ressortir le couronnement de deux mètres, ce qui procure une PROTECTION SOLAIRE HORIZONTALE (fig30) à la partie basse du volume, et aussi un ESPACE EXTÉRIEUR : un balcon filant au profit de la partie haute.

41


architecturale

D. Profiter de l’éxtérieur Les terrasses

A

fin de pouvoir ouvrir un maximum, un geste de BISEAUTAGE (fig32)a permis de créer UN RETRAIT avec les mitoyennetés, mais aussi de transformer le balcon filant en terrasse.

L

Échelle

Fig32: Le biseautage et les terrasses

es deux TERRASSES: au dernier étage et celle créer par l’action du biseautage(fig32), seront VÉGÉTALISÉES afin de s’inscrire dans la série jardins et espaces verts qui ponctuent Alger, l’objectif premier étant d’offrir des espaces de convivialité, de sérénité et de relaxation aux usagers, afin de mieux apprécier le paysage Algérois dans toute sa splendeure

Le patio

Fig33: Le percement du patio

Le patio représente le poumon de notre équipement(fig33). En plus de ce qu’il apporte sur le plan écologique en terme d’aération, de ventilation et

42

Fig34: Fonctionnement du patio

d’éclairage, c’est un espace de sociabilité et d’échange(fig34). Il garantie également une articulation et un contacte et une continuité visuelle entre les espaces.


Résultat

«L’architecture est jugée par les yeux qui voient, par la tête qui tourne, par les jambes qui marchent. L’architecture n’est pas un phénomène synchronique, mais successif fait de spectacles, s’ajoutant les uns aux autres, et se suivent dans l’espace et dans le temps, comme d’ailleurs le fait la musique.» Le Corbusier

43


architecturale

Distribution s p a t i a l e Les espaces

L

Échelle

e dispatching des espaces au sein de l’équipement(fig36)a été fait selon une logique fonctionnelle (fig35)qui permetterait de se connecter à l’urbain à travers les différents accès proposés.

44

Fig35: Logique de distribution spatiale

Fig36: coupe schèmatique de la distribution spatiale


L

e RDC, étant sur la rue Didouche Mourad dont le flux est important, joue le rôle de filtre au niveau du Hall à double hauteur(fig37).

Fig37: Articulation RDC- student center

L’accès directe mêne vers la bibliothèque. celle-ci est séparée par une coursive de circulation pour atténuer les perturbations sonores de la ville, est l’élement partagé par tous les usagers de l’équipement faisant du RDC l’élément d’articulation. Le second accès de la rue Nocard, moins accéssible, permet l’immersion directe au centre estudiantin, dont l’objectif est de est de dynamiser la ruelle et les escaliers urbains la reliant à la rue Didouche Mourad, mais c’est aussi l’espace propice aux échanges avec les habitants du quartier.

Le design school vient se reposer sur le RDC, ouvert uniquement aux étudiants de l’école, l’accès se fait par une transition constitué par les deux entités

précédentes. ce dernier bénéficie d’une quiétude dû à son éloignement du vacarme urbain et des activités dynamiques, et son altitude lui offre une vue panoramique sur la ville d’Alger et un ensoneillement agréable durant les heures de travail (Fig38)grâce à son orientation Est-Ouest.

Fig38: Emplacement des ateliers

45


architecturale

Distribution s p a t i a l e La circulation Circulation Verticale

D

ans ce projet, la circulation est la pièce maitresse, et a pour rôle d’unifier l’équipement, de servir d’espace de transition et de distribution, c’est un élement de composition fixe mais qui donne une illusion de mouvement par sa fonction(Fig39).

Échelle

Sécurité

Fig40: Sécurité

46

Fig39: Circulation verticale

T

outes les cages d’escalier de distribution sont ouvertes sur l’éxtérieur, ce qui permet une évacuation rapide et facile en cas d’incendie(fig40). Elles offrent également un espace agréable qui permet d’admirer les volumes du vide de l’équipement, qui se résume en un patio (fig41) et un jardin(fig42), la perspective offerte à partir de ces points de vu comprend l’espace urbain algérois.


Circulation Horizontale

L

a ciruclation horizontale distribue les espaces selon une logique de coursive(39), qui fait également office de balcon donnant sur le jardin central du projet ou le patio, Cela permet de minimiser la circulation horizontale en offrant une efficacité de distribution. Fig43: Circulation horizontale

Fig44: Schèma de radiation solaire

La coursive a pour rôle de filtrer les rayons du soleil provenant du sud(fig44), mais aussi de créer une ventillation naturelle grâce à sa relation avec l’extérieur et le patio.

Qualité

Fig41: Vue sur le patio

Fig42: Vue sur l’environnement

47


architecturale

Enveloppe E

n réfléchissant au message que l’enveloppe devait transmettre à son entourage, l’objectif a été de l’inscrire dans une continuité temporelle des langages architecturaux, déjà bien ancrée à Alger. Une architecture qui ne cesse de s’épurer selon une évolution chronologique. Le choix de l’écriture moderne, minimaliste qui mime son entourage a été inévitable pour ce projet.

A. Mimer le site

Échelle

Fig 45: Verticalité et transition dans le site

L

’idée de cette partie, est de s’inspirer des immeubles avoisinants sur la rue Didouche Mourad(fig45-46), en REPRODUISANT la même logique avec une INTERPRÉTATION (fih47)qui découle de l’esprit de notre projet.

Fig 46: Sailli et tripartite dans le site

48

Fig 47: Application sur l’équipement


B. Du contraste au mouvement

U

n rapport plein/vide vient rythmer la façade (fig48) passant d’une surface entièrement vitrée en mur rideau à une parois opaque n’ayant qu’une meurtrière longitudinale, un contraste né suite à cela, et vient concrétiser notre CONCEPT qui génère l’illusion d’un mouvement constant et continue sur chaque élément.

Fig 48: Opacité et transparence

L’aspect brutaliste est accentué par l’utilisation d’un béton brute sur la façade(fig49) repris à partir de l’immeuble des domaines et la cathédrale du sacré cœur, toujours dans l’optique de renforcer le contraste. Quant aux panneaux d’alumiFig 49: Habillage de l’enveloppe nium(fig49), teintés de bleu-gris, viennent s’accorder avec la chromaticité algéroise. L’utilisation de ces deux matériaux affirme l’opposition du léger raffiné et du massif brut.

C. Une constante enveloppante La même logique précédente vient recouvrir l’ensemble de notre projet (fig 50-52). Les ouvertures en damier emprunte le principe des portes fenêtre des immeubles mitoyens pour accomplir une intégration subtile(fig50).

Fig 50: Rapport plein/vide façade EST

49


architecturale

Cadrage de vue En plus du confort visuel (fig51), cette action nous permet de mettre en œuvre un mécanisme de ventilation naturelle. Fig 51: Cadrage de vue

Au coeur du projet

Échelle

Fig 52: Opacité/ transparence de la vue sud

50

Fig 53: Brises soleil verticaux

L’enveloppe se prolonge selon un rythme decrescendo passant d’une ouverture totale à une parois oppaque (fig54). decrescendo Ve r t i c a l e m e n t, la tranasition se fait par le garde-corps opaque de la coursive. Horizontalement, la graduation de l’oppacité se fait grâce à l’élement de circulation.

Fig 54: diagramme Opacité/ transparence


Se protéger du soleil Sur la totalité de l’enveloppe, les ouvertures sont en retrait par rapport à la façade, les éléments qui ressortent en sailli accentuent le caractère brutaliste(fig55). Ces mêmes éléments remplissent la tâche de brises soleil (fig 53) verticaux sur les façades est, sud-ouest et ouest. L’objectif est de procurer un éclairage naturel au long de la journée au profit des usagers, tout en évitant l’éblouissement

Fig 55: éléments en sailli

D. Une transition uniformisée

Fig 56: Façade Ouest

Fig 57: Façade Sud

Fig 58: Façade EST

Un ruban perforé en meurtrières verticales vient envelopper notre projet (fig56-57-58)et l’unifier afin de conserver son intégrité, il constitut également un élément marquant un changement délicat d’activité.

E. Une Ambiance meurtrière Les meurtrières créent un jeu d’ombre en synchronisation avec la course du soleil(fig59). Ce geste subtil crée une animation continue de l’espace intérieur.

Fig 59: Ambiance coursive

51


architecturale

Installation artistique

L

e CreHalTe Institut, temple de l’art et de la créativité, a pour mission de vulgariser ces domaines à travers le partage et l’échange au sein de notre site.

Dans une perspective de rompre avec la sobriété architecturale qui nous a permis de se fondre dans ce milieu urbain, d’apporter de la gaieté au brutalisme adopté,une installation artistique vient pimenter ce paysage et cela, en instrumentalisant la cinétique pour des fins d’attraction et d’incitation à la découverte.

1. Inspirations

échelle

Mes aspirations ont été de mettre l’usager au cœur de l’œuvre artistique, de suciter sa curiosité afin de découvrir et de vivre le moment, un moment en constante évolution. Mais aussi, de l’amener à ouvrir ses yeux et voir, avec un regard nouveau l’environnement qui l’entoure, d’apprécier le cadre qu’il occupe différemment, comme un nouvel événement à chaque instant.

Fig 60: Mirror Mirror, par Soft-Lab

Reflétant l’environnement extérieur adjacent, l’œuvre(fig60) se transforme à chaque rayon solaire mouvant qui la transperce, créant ainsi un jeu d’ombre et de lumière dans une polychromie infinie

«La lumière crée l’ambiance et la sensation d’un lieu, ainsi que l’expression d’une structure.»

52

Le Corbusier


La juxtaposition de cette série d’élèments verticaux, épurés, repris en deux volumes qui s’emboitent, est la création des architectes David Chipperfield(fig61). Un dialogue est produit par cette structure lors des déplacements des visiteurs à l’intérieur. Elle leur fait vivre différentes expériences, et cela grâce à l’illusion optique obtenue qui donne un nouvel aspect à l’installation ,à chaque mouvement, offrant une balade cinétique inédite.

Fig 61: Mirror Mirror, par Soft-Lab

« L’unique chose stable c’est le mouvement, partout et toujours.»

Jean Tinguely

2. La morphologie Pour notre installation, qui marquera l’entrée de l’équipement, nous reprenons cette même logique (fig61) de composition. En dupliquant ce même élément de (fig62) dimensions (HxLxl)4-6m x 1m x 1m. on créera un passage transitoire selon une forme définit qui aura Fig 62: unité duplile rôle d’une cable barrière qui séparera l’intérieur de l’extérieur du projet.

La duplication suivra une forme linéaire donnant le résultat suivant:

Fig 63: Vue du haut (en plan)

Fig 64: Vue en perspective

53


architecturale échelle

Pour des raisons de sécurité, une loge de gardien vient filtrer le flux accédant au sein de l’équipement.

Fig 64: L’ajout de la loge du gardien

Cette dernière est représenté sous forme d’une boite de 11m²x3,5 m, qui viendra se déposer au centre de l’installation artistique(fig64) formant un tout indissociable qui viendra se fondre dans le décor créé.

2. L’habillage

Fig 65: Schèma d’emplacement des matériaux

La teinte polychromique du verre crée une ambiance chaleureuse dont la direction de la lumière projeté dépend de la course du soleil, ce qui la fait changer tout au long de la journée.

54

L’effet mirroir réfléchit les rayons coloré obtenues précédement. Il reflète également des fragments de l’environnement et met en valeur le projet. (fig 66-67-68) Tel un caméléon, cette installation se fond dans l’environnement


3. Les ambiances crées

Fig 66: Vue à partie de la rue Nocard vers la rue Mennanie

«L’essence d’un projet, c’est l’harmonie parfaite entre l’esthètique, l’utile et le juste» Frank Loyd Wright

Fig 67: Vue à partie de la rue Nocard

Fig 68: Vue à partir de l’intérieur du projet

55


Dos sie r gra p h iq u e

56

5


A. Plan de masse B. Plan d’étage C. Sections et élévations D. Ambiances • Extérieures • Intérieures

57


graphique Dossier

Rue Didouche

58

Mourad


PLan de masse

59


graphique Dossier

PLan niveau 1

Rez de jardin

Programme: • • • • • • •

60

Sas Auditorium Régit Cafétéria Salle d’exposition espace d’exposition Sanitaires


PLan niveau 2

Sous-sol

Programme: • • • • •

Espace de co-working Box de travail Bureaux Salle d’impression local technique

61


graphique Dossier

PLan niveau 3

Rez de chaussé

Programme: • • • • • •

62

Hall Bureaux Sanitaires Patio Bibliothèque Espace de stockage


PLan niveau 4

Mezzanine

Programme: •

Bureaux

Salle de lecture

Espace de stockage

PLan niveau 5

Programme: • •

Salle de travail Salle de cours

• •

Hall Atelier

Sanitaires

63


graphique

PLan niveau 6

Programme: • •

Salle de travail Salle de cours

• •

Hall Atelier

• •

Sanitaires Stockage

Dossier

PLan niveau 7

Programme:

• •

64

Lobby Salle de cours

• •

Hall Atelier

• •

Sanitaires Stockage


PLan niveau 8

Programme: • •

Salle d’enseignants Sanitaires

Bureau

Terrasse végétalisée

PLan niveau 9

Programme: •

Salle de réunion

65


graphique

Sections Transversale

16 16 16 15 13 11

Dossier

6

4. 5. 9. 10. 11. 13.

66

Hall Cafétéria Espace de stockage Bureau Espace de coworking Bibliothèque


Longitudianale

16 16 16 15 13 14 11 6

14. 15. 16. 18.

4 9

5

7

Patio Salle de lecture Ateliers Lobby

67


graphique Dossier 68

Élévations

OUEST


EST

69


s e m

b

i

a

n

c

ExtĂŠrieures

A

Vue la rue Nocard

70


Vue la rue Dicouche Mourad vers le sacré cœur

71


s e

Intérieures

Auditorium

A

m

b

i

a

n

c

Cafétéria

72


Salle de travail

Lobby

73


RĂŠf ĂŠ re nc es bib lio gr a p h iqu e

74

6


75


B i b l i o g r a p h i e

Bibliographie 1.OUVRAGES I.Wark, The language of architecture, Rockport, Chine, 2014, 277p Henning Larson, Espaces d’apprentissage, M. Karlen, Space planning Basics, Wiley, Canada,2019, 242 A.Peter Fawsett, Architecture: Design Notebook, Architectural press, Oxford, 1998, 119p Paola Sassi, Stratégies pour une architecture durable, Taylor et Francis, New york, 2006, 312

2. PUBLICATIONS EN SERIE Architecture+Design, An indian journal of architecture, SUNEET PAUL, Vol, Munich : Burda International Holding GmbH, 2018, 122 Rationalist Traces, A.Bekham, Vol77, Angleterre, Helen Castle, 2019,155 Daylight and Architecture magazine, Velux,2006 Reportage d’Architecture, Édition île de France, 2016,424p Texax Architecture, Elizabeth CHU, FAIA, Septembre-octobre 2015, 128p


3. THÉSE Oumaima el Mernissi, Réconcilier l’université et la ville, un projet médiateur à Mohammadia, PFE, École nationale d’Architecture, Maroc Deborat Chappet, : Interstice ; lieu de production, PFE, Ensa Lyon Abdeldjalil Zerouk, Flash care, la passerelle de l’urgence, PFE, EPAU, 2016, 52p Idriss Terfous, Bubble bibliothèque publique à Tafourah, PFE, EPAU,2016, 36p Lyna Meskin, Vers une narration architecturale, récit sur Alger, travaille de fin d’étude, École nationale de Rabat, 2019, 140p Razdjan Hassan, Co-corking hub, Master, Chalmers university, 2018, 96p

4. Webographie http://esse.ca/fr/article/pratiquer-la-ville consulté le 27/08/2019 https://www.hisour.com/fr/kinetic-architecture-28018/ consulté le 05/06/2019 https://www.laboiteverte.fr/des-distorsions-darchitecture/#jp-carousel-56717 consulté le 25/07/2019 https://mymodernmet.com/softlab-alexandria-public-art/ consulté le 19/08/2019

• Autres sites consultés tout au long de l’élaboration de ce travail: https://www.archdaily.com https://www.behance.net https://www.pinterest.fr https://issuu.com


Profile for Lynda Seghier

CreHaLte Institut "Design school & Student center" à la rue Didouche Mourad  

Rapport de Projet de fin d'étude -PFE-

CreHaLte Institut "Design school & Student center" à la rue Didouche Mourad  

Rapport de Projet de fin d'étude -PFE-

Advertisement