__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

QUE FAIRE LE WEEK-END ?

janV. / féV. 19

n°167

MagaZine

les glacières de grenoble

Visite urbaine

des frigos nAturels

réVolution en station

Grand format

Au-delà du ski

week-end nordique l’exotisme en destination

montAgne

GAGNEZ

Vos forfaits journées dans les stations alpines

Mensuel gratuit WWW.SPOT-WEB.FR

Édition grenoble


ÉDITO/SOMMAIRE TEXTE : JÉRÉMY TRONC

P.4

janV. / féV. 19

P.6

n°167

En couverture : le tout ski, c’est fini. mais sans le ski, tout est fini. © Kipras Streimikis Unsplash

P.8

P.16

P.18

P.22

P.26

P.28

P.30

CE SERA CANONS L’initiative est louable, la démarche honnête : le département de l’Isère a commandé une étude (indépendante) mesurant les perspectives d'enneigement et les impacts sur les ressources des stations de l'Isère à l'horizon 2025 – 2050, en s’appuyant sur les scénarios du GIEC. Les résultats, présentés à la presse, sont assez optimistes. Le premier volet de l’étude prévoit un maintien de l’indice de viabilité de l’enneigement (fixant les conditions satisfaisantes pour skier) sous réserve d’augmenter la surface équipée en neige de culture de 27% à 42% (sinon l’indice moyen chuterait de 49% à 29% d’ici 2050 pour la pire saison). Il y aurait aussi peu de conflit d’usage pour l’eau selon l’étude, en revanche les petites et moyennes stations devront fortement s’endetter et donc opérer des choix stratégiques d’investissement. Une étude qui valide la position du département (favorable au développement de la neige de culture), lequel souligne le rôle moteur des stations dans l’économie iséroise. Ces stations doivent cependant intégrer individuellement d’autres problématiques : comment faire tourner des canons quand il fait trop chaud ou que des arrêtés sécheresse sont posés ? Quel coût énergétique  ? Quels sont les impacts paysagers et environnementaux des canons et des retenus d’eau  ? Enfin, les vacanciers auront-ils envie de skier sur des bandes de neige de culture entourées d’herbe, comme le dénonce le photographe Marco Zorzanello dans sa bien nommée série de photos «  Snow-Land  » (deux de ses clichés sont visibles dans l’exposition Le rêve blanc au musée dauphinois)  ?

P.4 I EN BREF C’est qui Guy ? Un repair café à Grenoble. Le col de l’Arzelier jette l’éponge. Une fête pour la passerelle... P.6 I VISITE URBAINE Une histoire frigorifique. Les glacières de Grenoble. P.8 I GRAND FORMAT En station : du ski, et bien plus + les news des stations P.16 I ÉVÉNEMENTS Coléoptères, insectes extraordinaires. La Foulée Blanche. Festival Transfo.

Salon Créativa. Biennale internationale du goût. Symphon’ice. Festival Mortel. La Passe-montagne. Nouvel An chinois. Fête du nordique. Place aux jeux ! Hip-hop don’t stop festival. Festival Voir Ensemble. Nuits de la Roulotte. Trans’Vercors Nordic... P.28 I DESTINATION Deux week-ends nordiques. P.30 I CARNET D’ADRESSES La Mesa. Fit et gourmande. Silence.

Janvier - Février 19 / sPot 3


EN BREF

le squelette d’1,8 m inhumé dans la nef serait celui du prieur guy. © Col de l’Arzelier

TEXTE : JÉRÉMY TRONC

© MAG

le col de l’arZelier jette l’éponge

c’est qui guy ?

VISITE / Le Musée archéologique Grenoble Saint-Laurent propose depuis décembre une évolution de son parcours permanent. Un ajout dans la scénographie de l’exposition dévoile l’histoire et l’identité du « Géant  », surnom donné par les archéologues au seul squelette inhumé dans la nef du XIe siècle, parmi les 1500 dépouilles dénombrées sur l’ensemble du site. Selon l’étude anthropologique récente commandée par le musée et les indices retrouvés in situ, il s’agit probablement du prieur Guy, premier ou deuxième dirigeant du monastère de l’époque. Un film d’animation, un nouveau commentaire d’audioguide et une modification de la plate-forme (coût total  : 35  000 €) invitent à prendre connaissance de la vie du premier défunt du musée qui sort de l’anonymat, et à découvrir le processus de son identification. > 2 place saint-Laurent à Grenoble / 04 76 44 78 68

²COLOGIE / Après trois séances de rodage, le premier Repair Café grenoblois a ouvert officiellement ses portes vendredi 11 janvier. Des bénévoles expérimentés vous accueillent un vendredi sur deux pour tenter de réparer vos appareils défectueux et leur donner une seconde vie tout en partageant une boisson et un moment convivial. Une démarche écologique et économique. Vous ne payez la réparation qu’en cas de réussite (5 €). Bien qu’opérationnel, le Repair Café de Grenoble recherche toujours des bénévoles compétents en électricité, électronique, mécanique, informatique, etc. > salle polyvalente, 37 bis rue blanche monier à Grenoble / www.repaircafegrenoble.fr

gagneZ

- 100 forfaits journÓes dans vos stations de ski prÓfÓrÓes grÍce Ë nos partenaires : Les 7 Laux / Alpe du Grand Serre / Autrans-Méaudre / Cœur de Chartreuse / Domaine Oz-Vaujany / Gresse-en-Vercors / La Grave -La Meije - 20 invitations pour le TrophÓe Andros Ë Lans-en-Vercors (25 et 26 janvier 2019) Concours gratuit. Modalités de participation sur www.spot-web.fr/grenoble rubrique concours Spot Grenoble Rejoignez-nous sur

4 sPot / Janvier - Février 19

grenoble sous d’autres angles

TOURISME / L’Office de tourisme de Grenoble lance pour 2019 de nouvelles visites guidées de la ville. Deux quartiers sont mis à l’honneur et auscultés avec les visites « Quartier TrèsCloître » ou « Quartier de l’Ile Verte ». Le parcours «  D’une rive à l’autre  »  (proposé dans le cadre de la restauration de la passerelle Saint-Laurent) vous mènera quant à lui sur les berges de l'Isère et dans le quartier Saint-Laurent. Les visites  «  Grenoble l’Italienne  »  et  «  Grenoble, la Belle Époque et les Années Folles  »  invitent à une immersion plus profonde dans le passé historique et architectural de la commune.  Enfin «  L’histoire des cinémas grenoblois  »  est un circuit  dédié aux  lieux de projections anciens et actuels de la ville. Et, ville écolo oblige, une visite est consacrée au prototype d’habitat écoresponsable  «  Terra Nostra  »  et au parc Flaubert situé juste à côté. > www.grenoble-tourisme.com

© Maarten Sepp

un repair café à grenoble

STATION / la station isèroise avait pourtant réussi son financement participatif destiné à relancer son activité (26 735€ sur 25  000€ espérés). C’était sans compter sur le sabotage d’infrastructures, balayant tout espoir de réouverture cet hiver. Ces dernières années, la mise en service de la station et les coûts de fonctionnement grèvaient le budget de la commune gestionnaire, Château-bernard. le conseil municipal a donc voté jeudi 20 décembre, la "fermeture définitive en tant que régie communale". Mais un groupe de travail est d’ores et déjà annoncé pour imaginer l’avenir de cette station familiale, aux portes du trièves.

2020

INFRASTRUCTURE / C’est l’année où vous pourrez plonger dans la toute nouvelle piscine de l’agglomération grenobloise. Porté par le siVoM du néron, le chantier a débuté en octobre 2018 sur la commune de saint-Égrève. l’investissement de 9,6 millions d’euros est destiné a remplacé deux bassins existants (dont un à saintMartin-le-Vinoux) mais ne répondant plus aux besoins. il devrait en outre permettre des économies sur les coûts d’exploitation. l’équipement comprend : un bassin sportif de 375 m2 et un bassin ludique de 123,5 m2, une pataugeoire, un bassin extérieur de 290 m2 et une aire de jeux extérieurs de 60 m2.

une fête pour la passerelle AM²NAGEMENT / après la réouverture de la passerelle saintlaurent le 21 décembre, grenoble organise une fête le 31 janvier à 17 heures, à l’occasion de l’inauguration officielle. les habitants sont conviés à apprécier l’ouvrage rénové après plusieurs mois de fermeture et de travaux de désamiantage, de sécurisation et de rénovation. Coût de l’opération : 2,31 M€.


Ski de randonnée en Chartreuse - ©Alexandre Gelin


une histoire frigorifique

vISITE URBAINE TEXTE : JEAN-BAPTISTE AUDUC

COMMENT CONSERvER SANS CONSOMMER D’ÉNERGIE ?

© JBA

Tout le monde s’accorde à le dire, 2018 fut une année ensoleillée et chaude, voire un peu trop, rendant l’urgence climatique évidente. Pour se rafraîchir dans les années caniculaires à venir, visite de quelques lieux qui ont trouvé comment faire du froid sans consommer d’énergie… il y a plus de 150 ans.

À

Correncon-en-Vercors, tout près du golf, un trou s’ouvre dans le massif laissant s’échapper un air frais. Cette faille naturelle est une glacière, profonde d’une quinzaine de mètres, et intensément exploitée par l’homme. Au XVIIIe et XIXe siècles, seuls les plus riches des habitants de la vallée en profitent, puis les administrations et les professionnels, cafetiers et épiciers en tête. De la glacière du Vercors, la matière première descendait dans la vallée, extraite à l’aide d’un traîneau, puis conservée dans les chariots dans un mélange de sciure de bois. Ainsi, pendant longtemps, les armoires à glace de Grenoble (les authentiques) étaient approvisionnées toutes les semaines.

les caVes de la frise

Épicière à Eybens dans les années 70, Colette Saget se souvient avoir été approvisionnée pour remplir son armoire à glace. Le chariot est alors déjà remplacé par

6 sPot / Janvier - Février 19

le camion. « Il alimentait un frigo en bois d’un 1,70m de haut. On y entreposait nos yaourts, le lait ou la charcuterie. C’était énorme et toutes les semaines, on y mettait les pains de glace dans le bas », sourit en se souvenant la sémillante octogénaire qui a vite fait changer cette antiquité. « Eybens était alors populaire et le village n’était pas encore peuplé de tous ces grands immeubles », décrit Colette Saget. Outre avoir tenu cette épicerie, elle occupe aujourd’hui 1000 m2 d’une petite cathédrale, toujours à Eybens : les caves de la Frise. Elles sont constituées de quatre cavités distinctes mesurant une dizaine de mètres de hauteur et disposant d’une voûte arrondie en brique. Pour la découvrir, il suffit de remonter dans la rue des Arraults et franchir, entre deux bâtisses anonymes construites à flanc de colline, une porte en pierre magistrale. Détenue par la brasserie du même nom installée près de la gare de Grenoble, la cave de la Frise pouvait garder une température

de 0 ° en étant approvisionnée, par le plafond troué, de gigantesques blocs de glace. Cela a permis, depuis sa construction en 1867 jusqu’en 1939, à la brasserie d’affiner au moins 30 000  hl de bière. Aujourd’hui, deux d’entre elles sont utilisées par Colette Saget et l’association Germ pour développer une champignonnière.

le clairefontaine

Le réemploi immobilier est aussi de mise à Grenoble. Connu jusque-là sous le nom La Clairefontaine, le restaurant de la rue Beccaria cache une ancienne glacière, devenue la salle de réception principale du restaurant. Cette salle ronde et voûtée a navigué sous les attributions : d’abord une salle d’armes, puis appartenant à l’ancienne caserne de gendarmerie, ou chapelle de la prison Saint-Joseph, qui s’étendait à la place du Pathé Chavant. Un nouveau patron est d’ailleurs attendu en ce début d’année dans le curieux restaurant. Les constructions


© JBA

« lA CAvE DE lA FRISE POUvAIT GARDER UNE TEMPÉRATURE DE 0 ° EN ÉTANT APPROvISIONNÉE, PAR lE PlAFOND TROUÉ, DE GIGANTESqUES BlOCS DE GlACE.» En-haut : À eybens, une partie des caves semble suspendue dans le temps. En-bas : mme saget au fond de la fraîche cave de la frise.

© JBA

humaines ont donc perduré, jusqu’à nous, et pourraient bien permettre un abri frais lors des coups de chaud prévus. En revanche, les cavités naturelles disparaissent petit à petit : la glacière de Corrençon nous le prouve. Jusque dans les années  60, la glace s’y élevait encore à 4 mètres de hauteur, mais aujourd’hui, sa présence est presque anecdotique. Elle est de toute manière fermée aux visites depuis 30 ans à cause des éboulements.


GRAND FORMAT TEXTE : MARTIN lÉGER

8 sPot / Janvier - Février 19


du ski, et bien plus EN STATION, l’hEURE EST AUx ExPÉRIENCES

Chamrousse, l’Alpe d’Huez, La Plagne, Val Thorens, etc, ne sont plus seulement des « stations de ski », mais plutôt de véritables « espaces récréatifs en montagne ». Les « hôtes » – plutôt que les « touristes » - viennent y chercher le plaisir de la glisse et/ou une multitude d’expériences, afin de se forger des souvenirs, qu’ils soient sportifs ou non. Focus sur une évolution qui dépasse le simple cadre du marketing.

la station de Chamrousse travaille depuis trois ans par espace thématique. le plan des pistes intègre aussi un plan des différentes activités praticables dans la station. © Fred Guerdin

Janvier - Février 19 / sPot 9


© omas hytte

GRAND FORMAT / DU SKI, ET BIEN PlUS

J

usqu’à un passé récent, l’Alpe d’Huez était la plus grande station de l’Isère, avec ses 220 km de pistes, Chamrousse la station des trois médailles d’or olympiques de Jean-Claude Killy, Autrans et Méaudre de « petites stations » idéales pour l’apprentissage du ski alpin… En d’autres termes, les différents lieux de villégiature pour des «  vacances aux sports d’hiver  » n’étaient jugés qu’à l’aune de critères sportifs. « C’est lié à l’histoire même du ski et des sports d’hiver. En France, le ski a vraiment démarré à travers l’activité sportive, notamment avec les Jeux Olympiques de Chamonix en 1924. La classification des pistes de ski – vert/bleu/rouge/noir – c’est encore une vision sportive. Mais aujourd’hui, on a évolué du sport vers le loisir/plaisir, et même vers l’art de vivre. Un séjour en montagne devient une philosophie, un état d’esprit, une culture avec ses propres valeurs  : les bienfaits naturels (l’air vivifiant, la production de globules rouges..), le dépassement de soi, l’autonomie, la quête de vacances avec du sens (on veut découvrir l’histoire de la station, manger le fromage local, etc). Ça correspond finalement à l’évolution générale de la société  », juge Jean-Marc Silva, le directeur de France Montagnes, l’organisme de promotion des stations de ski françaises.

10 sPot / Janvier - Février 19

« lA MONTAGNE DOIT AUJOURD’hUI êTRE INSTAGRAMMABlE : ON DOIT POUvOIR MONTRER TOUT CE qU’ON FAIT PENDANT SON SÉJOUR SUR lES RÉSEAUx SOCIAUx. » Le projet de «  station du futur  », imaginé par les équipes d’Isère Tourisme et présenté en avril dernier lors du salon Mountain Planet, illustre tout à fait le basculement de simples stations de ski vers de véritables espaces récréatifs à la montagne. Ainsi, selon ce projet, à l’horizon 2030, Chamrousse serait la «  station high tech  » (orientée vers l’innovation technologique, hyper connectée), l’Alpe d’Huez la station «  loisirs  » (on privilégie le plaisir, le partage de temps et d’activités avec sa famille et ses amis), Villard-de-Lans et Autrans-Méaudre les « pleine énergie » (écrins thérapeutiques où l’on prend du temps pour soi, pour se reposer, se régénérer), Saint-Pierre-de-Chartreuse la «  douce  » (en totale reconnexion avec la nature, dans des espaces naturels préservés) et les 2 Alpes l’«  hyper-sport  » (pour la pratique sportive intensive et le dé-

passement de ses limites). Chamrousse, « où une personne sur deux qui vient en séjour ne skie pas  », selon Franck Lecoutre, le directeur de l’office du tourisme, a opéré depuis trois ans une évolution, aussi bien sur le terrain que dans sa façon de communiquer. «  On travaille désormais par espaces thématiques : ski alpin, fun park (pour les nouvelles glisses), family park (avec notre nouvelle piste thématique La montagne de Téo), nordic park (pour le ski de fond, les raquettes, les chiens de traîneaux…), mais aussi les autres activités. Et on n’a d’ailleurs plus un simple plan des pistes, mais un plan global des activités, avec les pistes de ski alpin, mais aussi la plongée sous glace, la motoneige, etc.  On accorde aussi plus d’importance à la mise en scène, avec par exemple des figurines sur les bords de nos pistes ludiques ou des barbecues sur le snowpark.»


quand une personne sur deux qui vient en séjour ne skie pas, il faut proposer d'autres activités © France Montagnes-omas hytte

À l’instar de Chamrousse, la plupart des stations françaises jouent aujourd’hui la carte de la diversification… qui n’est pourtant pas totalement nouvelle. « Déjà, en 1990, avec la campagne publicitaire " La montagne, ça vous gagne  ! ", on montrait d’autres images que le ski – par exemple des chiens de traîneaux – pour faire la promotion des stations. Mais la grosse différence entre cette époque et aujourd’hui, c’est l’évolution des domaines skiables – avec des remontées mécaniques plus performantes et des pistes mieux préparées - et du matériel, les skis tournant beaucoup plus facilement. Avant, pour faire dix descentes, il fallait compter une journée complète. Aujourd’hui, une demi-journée suffit. On a donc libéré du temps aux vacanciers, qui en profitent pour vivre de nouvelles expériences, et ce d’autant plus que les gens sont aujourd’hui beaucoup plus zappeurs. Et avec une quarantaine d’activités proposées en station – luge, tyrolienne, plongée sous glace, chiens de traîneaux, raquettes, ski yoga,etc - il y a le choix », assure Jean-Marc Silva. Si le ski reste un «  pré-requis, un produit essentiel  », il est loin d’être aussi déterminant que par le passé dans le choix d’une station pour un séjour à la montagne, selon Franck Lecoutre, de Chamrousse : « Chaque station essaie de construire sa storytelling à donner à ses clients, pour qu’ils puissent vraiment s’identifier à elle, établir un rapport affectif.

Janvier - Février 19 / sPot 11


GRAND FORMAT / DU SKI, ET BIEN PlUS On essaie de parler de son histoire, de faire rentrer les clients – dont on souhaite qu’ils se sentent davantage des hôtes que des touristes – dans le petit monde de la montagne. Au lieu d’une simple brochure touristique, nous avons désormais un véritable magazine, pour raconter la station, ses acteurs… Je préfère d’ailleurs parler d’espace récréatif de bien-être plutôt que de station, un terme un peu trop réducteur et dépassé». Jean-Marc Silva de France Montagnes abonde dans le même sens : «  Bien sûr, le domaine skiable reste la carte de visite, en particulier pour la clientèle internationale. Mais finalement, ce qui est important, c’est l’expérience qu’on va vivre à la montagne. On n’est plus aujourd’hui sur du ski-exploit. Les gens cherchent avant tout à se faire du bien, à profiter des bienfaits naturels de la montagne, qui doit constituer une bouffée d’oxygène, contrastant avec des villes de plus en plus polluées. Il faut aussi prendre en compte le phénomène de tribu, dans laquelle il y a des skieurs et des non-skieurs. Il faut donc des activités pour tout le monde. Aujourd’hui, c’est celui ou celle qui skie le moins qui va choisir la station.» Sans en être directement à l’origine, les réseaux sociaux ont sans doute accéléré la diversification des activités proposées par les stations. Toujours selon Jean-Marc Silva, « la

d’itinéraires de ski de randonnée balisés, dont huit en Isère : l’Alpe du Grand Serre, les 2 Alpes, Chamrousse, Saint-Pierre-deChartreuse, l’Alpe d’Huez, Oz-en-Oisans, le Col de Porte, Saint-Hilaire-du-Touvet. 2 Le fat bike (notamment dans sa version électrique).

3 Les activités zen, « comme le ski-yoga, avec les effets de

l’altitude qui subliment les bénéfices d’une séance classique de yoga ». 4 La gastronomie. « On est aujourd’hui loin du cliché raclette – fondue – tartiflette. Il y a aujourd’hui une vraie culture culinaire, avec de la bonne cuisine de terroir, un renouveau gastronomique ». On recense d’ailleurs 21 restaurants étoilés au dernier Guide Michelin (onze en Savoie, six en Haute-Savoie, deux en Isère, un dans les Hautes-Alpes, 1 dans les Vosges), dont quatre avec 3 étoiles (« Le 1947 », de Yannick Alléno, à Courchevel ; « La Bouitte », de René et Maxime Meilleur, aux Menuires ; « Les Flocons de Sel », d’Emmanuel Renaut, à Megève ; « La Maison des Bois », de Marc Veyrat, à Manigod).

12 sPot / Janvier - Février 19

3

4

© victoire Joncheray

2

© omas hytte

1 Le ski de randonnée, avec 47 stations françaises disposant

© omas hytte

Parmi la quarantaine d’activités proposées par les stations françaises, Jean-Marc Silva, le directeur de France Montagnes, en voit quatre qui se dégagent :

© omas hytte

les tendances de l’hiVer 2018-19

1


© France Montagnes-omas hytte © France Montagnes-omas hytte

En-haut et en-bas : des stages d'initiation sont proposés pour les disciplines les plus extrêmes.


montagne doit aujourd’hui être instagrammable : on doit pouvoir montrer tout ce qu’on fait pendant son séjour sur les réseaux sociaux. C’est pourquoi on voit par exemple se multiplier les Pas dans le vide (comme le Vertige des Cimes à Lans-en-Vercors, ndlr), parce que ça permet de publier la plus belle photo sur Facebook ou Instagram  ». Les réseaux sociaux permettent aussi aux stations de créer avec leurs clients une relation «  moins commerciale, mais plus conviviale, et surtout plus ciblée  », d’après Franck Lecoutre. Avec l’idée de développer une pratique vieille comme le monde, en l’occurrence le bouche-à-oreille, «  qui reste la meilleure communication qui soit. Mais cela demande aussi une amélioration permanente de la qualité de l’expérience client. Par exemple, sur les pistes, on ne veut plus se contenter d’avoir des vertes, bleues, rouges ou noires. On veut aller plus loin, avoir une ambiance ludique. Et ça va bien au-delà du ski  : on doit s’améliorer sur les stationnements – pour que nos hôtes ne soient pas gênés par les voitures – la gastronomie, la gamme des hôtels, le classement des appartements, etc. » Bref, même si le ski reste une

14 sPot / Janvier - Février 19

© France Montagnes-omas hytte

GRAND FORMAT / DU SKI, ET BIEN PlUS


© omas hytte

Photos : Avec des remontées plus performantes, les stations ont libéré du temps pour les vacanciers qui peuvent plus se détendre ou profiter d'instants en famille.

© omas hytte

locomotive, le succès d’un séjour aux sports d’hiver repose sur le fait que « toutes les expériences de ce séjour soient réussies. C’est pourquoi il faut combiner le ski avec la gastronomie, des activités zen et bien-être, du fatbike, la découverte du patrimoine culturel et historique… On est rentrés par la porte du sport – le ski – mais aujourd’hui on fait vivre des micro-expériences outdoor et quatre saisons. L’idée, c’est que les vacanciers voient qu’il y a tellement d’expériences à vivre en montagne, qu’ils aient aussi l’envie de la découvrir à d’autres saisons  », conclut JeanMarc Silva.


quoi de neuf dans les stations GRAND FORMAT / DU SKI, ET BIEN PlUS

Modernisation ou extension des domaines skiables, développement de nouvelles activités ludiques ou apparition de nouveaux hébergements… Spot fait le point sur quelques-unes des nouveautés majeures de l’hiver 2019.

du snowtubing à chaMrousse et gresse-en-Vercors

Une grosse bouée en guise de luge, lancée sur une piste spécialement aménagée avec des virages et des chicanes : c'est le concept du snowtubing, qui existe depuis plusieurs années au Col de Marcieu, et débarque cet hiver dans deux nouvelles stations iséroises. À Chamrousse, la piste se trouve à la Croix, au sommet du domaine skiable, desservie par un téléski de 200 m de long. Accessible aux skieurs (une descente gratuite entre 10 h et 11 heures pour les détenteurs d'un skipass) comme aux piétons, à partir de 5 ans : de 7 à 12,50 € pour 30 minutes à une heure (aller-retour en télécabine inclus dans certains packages). À Gresse-en-Vercors, la piste (100 m de long et 15 m de dénivelé) est située dans la zone ludique et débutante du bas de la station, avec remontée par le tapis “ âge de glace”. À partir de 7 ans. 7,70 € les 2h ; 11,10 € les 4h ou 15,80 € la journée.

Exit les télésièges à pinces fixes quatre places de La Toura et trois places du Lac Noir, place à un nouvel appareil, le télésiège débrayable huit places de La Toura (sur le trajet du Lac Noir). Cette remontée n'est pas tout à fait nouvelle, puisqu’il s'agit en fait de l'ancien deuxième tronçon du télésiège débrayable des Glaciers, qui a été démonté et réimplanté sur ce secteur qui abrite le snowpark des 2 Alpes, entre 2 570 et 2 830 mètres d'altitude. Il améliore le débit, qui atteint désormais 3 600 personnes par heure, et surtout le confort.

ski nocturne XXl au collet d'alleVard

© Sorin

Comptant déjà parmi les plus grands domaines skiables nocturnes d'Europe, le Collet d'Allevard améliore encore son offre en la matière cet hiver. En plus de ceux des Tufs et du Grand Paul, un troisième télésiège fonctionnera désormais sur les créneaux de ski de nuit (20 à 22h tous les vendredis de la saison ainsi que les quatre mardis des vacances de février, aux mêmes horaires) : celui du Claran, donnant accès à la piste bleue Dahu. Ce sont donc désormais dix pistes éclairées (totalisant 15 km de longueur, sur les 35 km au total du domaine skiable), sur 650 mètres de dénivelé, que vous pouvez dévaler à la lueur des projecteurs. Tarifs : 15 € adultes ; 11,50 € enfants et étudiants (sur présentation d'un justificatif de scolarité), ou à partir de 29,90 € en formule ski de nuit + repas au restaurant.

16 sPot / Janvier - Février 19

un nouVeau caMp de base sportif àcorrençon

© OT Gresse-en-vercors

les 2 alpes : la toura fait peau neuVe

Imaginé et géré par trois sportifs de haut niveau en activité (le fondeur Robin Duvillard) ou jeunes retraités (le couple de biathlètes Marie Dorin-Habert et Loïs Habert), Zecamp est le nouvel hébergement en vogue à Corrençon-en-Vercors. Construit sur les hauteurs du golf, à proximité immédiate du départ des pistes de ski de fond, il propose 16 chambres de deux, quatre ou six personnes, un restaurant ouvert matin (pour le petit déjeuner), midi et soir, aussi bien aux clients de l'hôtel qu'aux personnes extérieures, et toute une série d'équipements particulièrement adaptés aux sportifs (salle de musculation, salle de massage, bains froids pour la récupération, espace de stockage du matériel). En prime, vous pourrez profiter des conseils des trois champions, qui encadrent personnellement des initiations au biathlon et des stages de préparation à la Foulée Blanche. Plus d'infos au 06 13 83 44 93 ou sur www.zecamp.fr


© OT la Rosière

un nouVeau secteur sur le doMaine skiable de la rosière…

© OT Gresse-en-vercors

Deux nouveaux télésièges débrayables six places (Moulins et MontValaisan), donnant accès à cinq nouvelles pistes rouges, et en prime un nouveau point culminant pour le domaine skiable, nichz à 2800 m d'altitude, face au mont Blanc et au mont Pourri. Le nouveau secteur du Mont-Valaisan, situé sur la partie française de l'Espace San Bernardo (le nom du domaine franco-italien constitué de la Thuile côté italien et de la Rosière sur le versant français), à la droite du fort de la Redoute Ruinée, est un investissement d'envergure (15 millions d'euros dépensés), offrant un ski plus technique et de nouvelles possibilités pour les amateurs de freeride.

… et une nouVelle piste noire à gresse-en-Vercors

Localisée dans le secteur de Pierre Blanche et desservie par le téléski éponyme, cette piste de l'Aigle correspond à une ancienne zone horspiste entre deux pistes. Elle ravira les skieurs de bon niveau. Longue de 1,5 km pour 250 mètres de dénivelé, elle est, selon les conditions de neige, damée ou laissée en bosses.

Janvier - Février 19 / sPot 17


ÉvÉNEMENTS

© Pierre-Olivier Deschamps – Agence vU

TEXTE : JÉRÉMY TRONC

jusqu’au 28 juin 20

coléoptères, insectes eXtraordinaires

© B.Boone

EXPOSITION / Puisant dans sa très riche collection entomologique, le Musée des Confluences de Lyon consacre sa nouvelle exposition temporaire aux Coléoptères, « ces insectes si communs, aux caractéristiques pourtant extraordinaires  » promettent les organisateurs. Cette famille d’insectes réserve en effet bien des surprises, que l’exposition valorise dans un parcours en trois parties. La première intitulée " De surprenantes petites bêtes " dévoile leurs étonnantes capacités  : soulever plus de 1000 fois son poids pour l’un, projeter un jet de vapeur d’eau ou résister à des températures de -58°C pour d’autres, ou encore imiter des signaux odorants pour rentrer incognito dans une colonie de fourmis. La deuxième partie fait état des relations complexes entre les humains et les coléoptères  : amis ou ennemis, compagnons de jeu, servant de médicament ou encore de nourriture protéinée pour presque deux milliards de personnes. Enfin, la dernière étape de l’exposition illustre les symboles et les représentations des coléoptères à travers le monde. En Amérique du sud, on utilise leur carapace aux reflets métalliques pour créer des ornements ou des colliers. Au Yucatán, on le porte vivant en broche  ! On part ainsi à la découverte d’un monde paradoxalement méconnu  : les coléoptères représentent plus du quart de la diversité animale et sont présents partout, sauf en Antarctique. Justice leur est rendue dans cette exposition passionnante à coupler avec une visite des collections permanentes ou des trois autres expositions temporaires  : Hugo Pratt  ; Yokainoshima, esprits du Japon et Fêtes himalayennes. > musée des Confluences / Lyon

jusqu’au 05 aVr. 19

le trophée des derby

FREERIDE / La saison de ski a commencé et avec elle, celle des Derbys. Le principe de ces courses de ski est simple : dévaler à toute berzingue une piste non préparée ou un hors-piste en ski, surf, télémark (etc) dans la tenue de votre préférence. Seul le casque est exigé et dans certain cas, une protection dorsale. Ces courses sont rassemblées en un challenge, le Trophée des Derbys. Pour y participer, il suffit d’avoir couru au moins trois derbys. Ça tombe bien, il y en a déjà quatre autour de Grenoble ! Les deux prochains sont la Fare Free Race le 26 janvier à Oz-en-Oisans, et le Derby du Loup le 23 mars à l’Alpe d’Huez. Attention, on n’oublie pas le slogan  : si tu freines, tu payes la tienne  ! > www.oz-en-oisans.com et sur facebook : derby du Loup

18 sPot / Janvier - Février 19


20 janV. 19

fête du ski et de la neige

GLISSE / C’est une journée de promotion du ski et des activités de sports d’hiver placée sous l’égide de la Fédération international de ski, et quelques stations locales y participent. Par exemple Les 7 Laux vous propose des balades en raquettes, du yooner, de la planche à air et du laser biathlon. Si les conditions le permettent, du mushing sera organisé sur la toute nouvelle route forestière construite autour de la station. En plus de cela, le club sportif offrira la possibilité d'essayer le télémark et le monoski aux amoureux des années 80. Enfin, une chasse au trésor permettra de bénéficier de tarifs préférentiels. Du côté de Vaujany vous attendent aussi de nombreuses animations, encadrées par des moniteurs fédéraux : ski alpin, snowboard, télémark, ski forme ou encore biathlon, le tout agrémenté de musique et de boissons offertes. Profitez-en  ! > www.ffs.fr

23 janV. 19

> 27

janV. 19

foulée blanche

© aufildeslumieres-davidboudin

SKI NORDIQUE / C’est le plus grand rendez-vous nordique des Alpes du nord : la Foulée blanche revient à Autrans pour sa 41e édition, bon pied, bon œil. L’année dernière, l'équipe technique de la Foulée et le service des pistes du domaine nordique avait fait évoluer les départs des courses de la masse aux vagues, plus confortables pour les skieurs. Cette année, ils travaillent ensemble pour avoir le maximum de chance d’assurer la liaison entre les deux stations. En 2019, les grands parcours (30 km classique du samedi et 42 km libre du dimanche) relieront donc Autrans à Méaudre, si l'enneigement le permet. Après une dernière édition qui se voulait exceptionnelle,  les différentes journées retrouvent leur ordre habituel : Foulée des jeunes le mercredi, Foulée des enfants le jeudi, Foulée classique le samedi (5, 10 ou 30 km en style classique), et Foulée blanche le dimanche en style libre sur des parcours de 5, 10, 20 ou 42 km. > autrans / www.lafouleeblanche.com


ÉvÉNEMENTS TEXTE : JÉRÉMY TRONC, JÉRÉMY ChAUChE

24 janV. 19

> 31

festiVal transfo

janV. 19

24 janV. 19

janV. 19

> 27

créatiVa

ARTS CR²ATIFS / En pleine vogue du DIY (Do it yourself), le salon Créativa se pose comme le fournisseur commercial de tous ceux qui ont pour hobbie la bricole et la création « fait maison  », version loisirs créatifs. Une sorte de boutique géante en somme, avec plus de 100 exposants présentant les indémodables et les dernières tendances du moment. Il y aura de grandes marques nationales mais également des enseignes locales, des fabricants, détaillants, artisans, créateurs, associations et éditeurs de revues. Toutes les disciplines sont représentées : art du fil, activités manuelles, scrapbooking, beaux-arts, mode, enfants, cuisine, etc. Le concept de Créativa, c’est aussi de proposer des ateliers et des expositions mettant en avant les savoir-faire et les innombrables possibilités de création. À présent, laissez parler votre imagination  ! > alpexpo / www.creativa-grenoble.com

20 sPot / Janvier - Février 19

© pxhere.com

NUM²RIQUE / « Doucement, le numérique s’installe dans nos vies, transforme nos habitudes, change notre quotidien : faire la cuisine, partir en voyage, étudier, trouver l’âme sœur, travailler… Le numérique n’est jamais bien loin.  » Voilà ce que l’on peut lire sur le site du festival Transfo. Doit-on s’en réjouir  ? Comment appréhender cela  ? Le festival, qui penche plutôt du côté des technologies numériques, pose tout de même les questions mais participe plein gaz à cette course moderne dont on a du mal à anticiper les conséquences. Un programme d’animations et de découverte est concocté à destination d’un public très large : petits et grands, pros et amateurs, mini-startups et méga-trusts, curieux et blasés, geeks et néophytes, accros du silicium et fâchés avec l’ordinateur ! La transformation, c’est maintenant. > Programme, animation, lieux : www.festival-transfo.fr

24 janV. 19

> 30

janV. 19

biennale internationale du goût

MIAM / Amateurs de gourmandises, la Biennale internationale du goût revient à Lyon. Une édition sur laquelle planera évidemment l'ombre de Paul Bocuse disparu l'an dernier. Organisée en marge du Sirha, le salon international des professionnels de la gastronomie, la Biennale Internationale du Goût (BIG) propose aux Lyonnais et aux touristes de saliver pendant toute une semaine. Au programme, des visites gourmandes, des distributions de soupes, une vente aux enchères, des rencontres avec les artisans de la gastronomie et des expositions, dont une consacrée à l'excellence en matière de pâtisserie, à l'occasion du 30e anniversaire de la Coupe du monde de pâtisserie. Une édition gourmande que n'aurait pas reniée le Pape de la gastronomie qui s’est éteint, comme ses fourneaux, l’an passé. > www.big-lyon.com


25 janV. 19

> 27

janV. 19

salon interVins

ŒNOLOGIE / Ce salon regroupe environ 65 exposants et tous ont été sélectionnés par les organisateurs  : la bien nommée CAVE (Compagnie des Amateurs de Vins et des Echansons). Quel dur métier ! Cela vous assure d’avoir à faire à d’excellents viticulteurs, tous propriétaires récoltants et proposant d’excellents rapports qualité/prix dans la majorité des grandes appellations. Vous pourrez aussi les tester à votre tour, tout en discutant vignoble, vinification et accord mets/vins. Sont présents aussi des exposants de produits gastronomiques venus de tout l’Hexagone (fromages, chocolat, pains d’épices, charcuterie, produits de la mer…). L’occasion de prolonger un peu les fêtes et de laisser de côté votre régime tout juste commencé. > À Vienne / manège de l'espace saint Germain/ www.vienne-tourisme.com

26 janV. 19

& 27

janV. 19

syMphon’ice

© Pxhere

CASCADE DE GLACE / C’est une nouvelle proposition que l’on doit à Oz-en-Oisans et aux guides de montagne locaux : Symphon’ice se présente comme un rassemblement, LE rassemblement isèrois même, des amateurs de cascade de glace, version piolet/crampon, corde et baudrier. Une pratique extrême, réservée aux montagnards émérites ? Cet événement veut justement aller à l’encontre de cette image. Ainsi des ateliers d’initiation et de perfectionnement accessibles à tous seront mis en place, encadrés par des guides de haute-montagne, avec la possibilité de bénéficier d’un prêt de matériel. L’accès aux cascades de glace et aux ateliers s’effectuera via les remontées mécaniques de la station (télécabine de Poutran et de l’Alpette). Plusieurs zones seront proposées, avec des voies d’initiation et des voies techniques pour une découverte plus complète. > oz-en-oisans / www.symphonice.com


ÉvÉNEMENTS © Ivan Diaz on Unsplash

TEXTE : JÉRÉMY TRONC, AlICE FORGES

26 janV. 19

festiVal Mortel

TEUF DE LA MORT QUI TUE / C’est un nouvel événement, étonnant dans le paysage grenoblois : une fête qui s’inspire du «  dia de los Muertos  », typique de la culture mexicaine. Rien à voir avec la Toussaint puisque dans la tradition mexicaine, on festoie, on danse et on rigole. C’est d’ailleurs ce qui vous sera proposé le 26 janvier à la Halle Clemenceau. Selon les organisateurs  : «  le Festival Mortel est une fête colorée et joyeuse, un véritable spectacle mélangeant la musique aux éléments du cirque et du théâtre. Une parade carnavalesque et sa procession de crânes géants, des concerts, DJs, batucada, zumba, danseurs, acrobates, costumes, effets visuels, maquillage professionnel… une fiesta comme aucune autre.  » Ça vous dit d’essayer  ? > Halle Clemenceau / de 20 à 30 € / 20h à 2h du matin / www.festivalmortel.com

27 janV. 19

29 janV. 19

> 02

féV. 19

la passe-Montagne ciné Montagne et art conteMporain

RAQUETTES / Vin chaud, visite de fermes, pause gourmande, tyrolienne, groupe de musique, pièces de théâtre, mais surtout balades en raquettes dans des décors somptueux : voilà en résumé ce que propose la Passe-montagne depuis maintenant 34 ans. Deux parcours sont organisés, jalonnés de surprises et de curieuses étapes. Nul besoin de casse-croûte puisque le petit-déjeuner, le repas et le goûter sont prévus. Au-delà d’une immersion en Chartreuse, le but est de découvrir les talents culinaires et culturels d’Entremonts. Deux parcours s’offrent aux randonneurs  : l’un de 15 km (D+ 900m) et l’autre de 9,5 km (D+ 500 m). Les préinscriptions se font sur le site ou en contactant l’Aadec aux Entremonts-enChartreuse. Nouveauté cette année  : les passeurs de montagne, une sortie accompagnée d’un guide. > entremonts-en-Chartreuse / www.aadec.fr / 04 79 65 84 03

22 sPot / Janvier - Février 19

FESTIVAL / « Un festival spécial pour les passionnés de sports extrêmes, d'art contemporain et de pastoralisme d’ici ou d’ailleurs…  ». Voilà un événement assez intrigant si l’on se réfère aux thématiques annoncées par les organisateurs. Une drôle d’association qui donne lieu à une programmation hétéroclite dont les thèmes ne se télescopent jamais vraiment. Les curieux piocheront par-ci par-là selon leurs goûts et leurs envies : films documentaires de montagne en Himalaya ou sur les coulisses d’une saison à Chamrousse, long-métrage d’animation Pachamama (très joli, public familial), visite guidée et film hommage à Arcabas, productions très locales (par les Chamroussiens Philippe Halot, Jacques Bayol ou encore Laurent Picard et Nicolas Perrier). Rencontres littéraires, exposition et musique ajoutent une touche d’excentricité au festival. > Cinéma Le schuss / roche-béranger / Chamrousse 1750


© henry & Co. - Unsplash

02 féV. 19

> 10

féV. 19

nouVel an chinois

F³TE 6 LA BAGUETTE / Bienvenue dans l'année 4717, celle du cochon de terre ! Et pour célébrer cet animal sincère et travailleur, comme nous, petite liste des événements lyonnais auxquels participer. Le Nouvel An chinois a lieu, cette année, le 5 février. Le 2 février, de 10h30 à 12h30, le Printemps, en collaboration avec le Nouvel Institut Franco-Chinois, invite à une petite manifestation (arbre à voeux, animations), place de la République. Le 5 février, la Fédération des chefs d'entreprise chinois de Lyon organise une soirée avec buffet, spectacle et musique  à l'Hôtel de Région (réservation obligatoire). Le dimanche suivant (10 février), c'est le quartier de la Guillotière qui se parera de couleurs pour fêter la nouvelle année, avec l'Association des Chinois de Lyon et de la région. On ne manquera pas la traditionnelle danse des  lions, ni les démonstrations d'arts martiaux et autres explosions de pétards. À  la Guillotière, des stands de spécialités culinaires attendront les palais impatients. > soirée à l'Hôtel de région : réservations au 09 67 45 90 88 ou institutshaoyang@gmail.com / fête de la Guillotière : dès 11h30 dans les rues Pasteur et Passet (Lyon 7)

03 féV. 19

fête du nordique

NORDIQUE / Généreuse cette petite station des Coulmes dans le Vercors ! Elle vous invite le 3 février pour sa traditionnelle fête nordique. Sur les contreforts d’un Vercors boisé et préservé, vous pourrez participer à une après-midi de découvertes et d’initiations gratuites aux pratiques nordiques sur le site de ski de fond du Belvédère, à Rencurel. Il y aura des promenades en raquettes avec les accompagnateurs en moyenne montagne des Balcons de l‘Isère, ainsi que des sorties en ski de randonnée nordique (entre le ski de rando et le ski de fond), des initiations au biathlon avec carabine laser ou encore du fat bike électrique. Notez que l’accès aux pistes est offert le temps des activités. Musique et boissons chaudes sont offertes jusqu’en soirée. Généreux on vous dit. > Col de romeyère / rencurel / de 10h à 12h30 et de 13h30 à 16h / 04 76 38 96 61 / www.coulmes-vercors.com


ÉvÉNEMENTS TEXTE : JÉRÉMY TRONC

03 féV. 19

© St Bé en fête

fête de la neige

04 féV. 19

> 10

ANIMATION / C’est une édition exceptionnelle de la Fête de la neige qui se prépare le 3 février, et pour cause : la station de Saint-Bernand du Touvet en profitera pour fêter ses 50 ans  ! En plus du programme traditionnel, des surprises attendent les participants, Mais pour l’instant, chut ! Voici pêle-mêle ce que vous ont concocté les organisateurs  : sculpture sur glace et construction d'igloo coloré, concours du plus beau bonhomme de neige, initiation et démonstration de slackline "givrée", animations sur le front de neige, musique et jonglage, crêpes party. Ne pas oublier le fameux concours d’OGNI (Objets Glissants Non Identifiés). Il se déroule en deux manches avec une finale autour de 17 heures. Rentrent en ligne de compte l’esthétique des engins, leur originalité et la performance sur le parcours imposé. Sportif et artistique. > saint-bernard du touvet / www.stbenfete.fr/blog

féV. 19

LUDIQUE / Et maintenant : Place aux jeux ! On imagine un monsieur Loyal lançant par cette phrase cette grande semaine consacrée au jeu sous toutes ses formes. Elle commence le 4 février à la Bobine avec une soirée jeuX comme elle en propose chaque mois, plutôt axée jeux d’ambiance et légers. L’association Jeux en société prend le relais le lendemain avec une proposition équivalente mais avec des jeux plus diversifiés dont quelques-uns un peu plus costauds. Le K Fée des jeux et la Maison des Jeux, incontournables dans l’agglo pour se divertir, ont chacun de solides atouts pour vous faire jouer le mercredi. S'y colle également le même jour  la Meujeuthèque (plutôt jeux de rôle). Rebelote au K Fée des jeux le jeudi. Toutes ces petites mises en bouche vous préparent pour LE grand week-end proposé à la Halle Clemenceau. Du jeu nonstop en veux-tu en voilà du samedi 10 heures au dimanche 18 heures. Il n’est pas rare d’y apercevoir des acharnés disputer une partie de Clash of Culture à 5 heures du matin. L’immense halle est divisée en de nombreuses zones satisfaisants tous les goûts et toutes les catégories d’âge, de 0 à 100 ans, du jeu le plus léger au plus lourd. La protozone permet de tester des jeux en cours d’élaboration et de voter pour son préféré. L’espace permanent, le plus convoité, rassemble les jeux pour enfants, les jeux de plateau, les jeux du monde, d’adresse ou de casse-tête, l’espace des créateurs et des maisons d’édition, des petites nouvelles aux plus grosses. Et bien jouez maintenant  ! > www.placeauxjeux-grenoble.org

24 sPot / Janvier - Février 19

© Jérémy Tronc

place auX jeuX !


07 féV. 19

> 16

féV. 19

hip-hop don’t stop festiVal

DANSE / Venu tout droit des ghettos américains dans les années 70, le hip-hop s’impose depuis quelques années dans les salles de spectacle. Organisé par l’Heure bleue et la compagnie Citadanse, le Hip-hop don’t stop festival veut témoigner de la grande effervescence de ce mouvement en perpétuelle évolution. Des propositions artistiques d’envergures internationales sont présentées sur les scènes de l’Heure bleue, de l’espace culturel RenéProby, de l’Odyssée et de l’Ilyade. Autres moments forts : les tremplins  pour laisser sa chance à la scène émergente, la soirée battle  qui opposera les meilleurs talents français, et les ateliers, gratuits et ouverts à tous, pour les familles et les enfants, les débutants ou les danseurs confirmés. > www.culture.saintmartindheres.fr

20 féV. 19

> 03 Mars 19

festiVal Voir enseMble

© Bac Films

CIN²MA JEUNE PUBLIC / S’affirmer comme un lieu de découverte, éviter les grosses productions grand public, privilégier les œuvres durablement marquantes, chercher les avant-premières et les réalisations inédites : voilà la ligne à laquelle se tient depuis ses débuts le festival Voir Ensemble et son programmateur Marco Gentil. Les découvertes seront nombreuses pendant 15 jours avec 32 films programmés, courts et longs, pour petits et grands, d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui, et quelques avant-premières. Les thèmes de l’exil et de l’hospitalité ont en partie guidé la sélection des films. Le festival sera d’ailleurs ponctué d’une fête de l’hospitalité le 1er mars en partenariat avec l’association Accueil Demandeurs d’Asile. Les invités sont comme d’habitude très nombreux (Anca Damian, Trevor Hardy, Arnaud Demuynck, Denis Do parrain du festival…), tout comme les animations qui raviront les bambins : ciné-concert, ciné-goûter, ateliers animation… > Cinéma Le méliès / 28, allée Henri frenay / Grenoble / 04 76 47 99 31 / melies@laligue38.org

funan, de denis do

Janvier - Février 19 / sPot 25


ÉvÉNEMENTS

© lyon e-sport 2018

TEXTE :JÉRÉMY TRONC, AlICE FORGES

22 féV. 19

> 24

féV. 19

lyon priMeVère

SALON ²COLO / Les idées, elles naissent souvent, métaphoriquement, dans un terreau. Mais pour que ce terreau soit fertile, il faut travailler le sol. Alors, on sort les outils de jardinage et on s'y met ! T'as ta pelle ? Ton râteau ? Non, rangemoi ces engrais chimiques, c'est un salon écolo, là. Pas moins de 150 associations et 180 producteurs-artisans présentent leurs initiatives pour une société plus écologique, plus responsable et plus engagée. Des thématiques diverses sont abordées : santé, environnement, zéro-déchet, médias, engagement, etc. Le tout, à travers le prisme de l'écologie. On peut se renseigner soi-même aux stands  ou aller écouter les multiples débats.  Les petits peuvent profiter d'un grand espace qui leur est dédié pendant que leurs parents s'imprègnent de nouvelles méthodes pour leur fabriquer, demain, un monde un peu plus sain. La récolte du jardin des idées sera, on l'espère, fructueuse.  > À eurexpo / de 6 à 12 € la journée, 15 € les trois jours, gratuit -12 ans / www.salonprimevere.org

01 Mars 19

22 féV. 19

> 24

féV. 19

lyon e-sport

IRL / La compétition de e-sport revient à Lyon avec deux tournois majeurs : League of Legends et Fortnite. Haut taux de concentration de gamers et d'ordinateurs au mètre carré à prévoir. Il y a là tellement d'ordinateurs que la salle ressemble à une image pleine de pixels. Et pourtant, ce sont bien de vraies gens qui jouent. Deux tournois prévus pour deux célèbres licences du jeu en ligne : 64 équipes s'affronteront sur League of Legends et 48 squads de 4 joueurs rechercheront le précieux Top 1 sur Fortnite. À la clé, un cash prize juteux pour les gagnants. On peut réserver son équipement gaming jusqu'au 11 février ! On retrouvera également une zone d'exposants  pour tester des jeux et du matériel. Rendez-vous geek au possible, la Lyon e-sport proposera aussi son concours de cosplay. Reste à espérer que la connexion du Centre des Congrès tienne le coup cette année. > au Centre des Congrès de Lyon (Lyon 6e) / entrée : 10 €, Pass 3 jours : 25 € / www.lyon-esport.fr

> 09 Mars 19

nuits de la roulotte

CULTURE / On a vite fait de coller des étiquettes aux cultures tsiganes et nomades. Ce festival se propose de les enlever à l’acétone par le biais d’une programmation culturelle pointue étalée sur neuf jours. Les tentes et les chapiteaux s’installeront dans le cœur culturel de Chambéry : le carré Curial. La thématique des cultures tsiganes et nomades est le noyau de  cet événement aux formes multiples, dont la musique  est le principal ingrédient. Ainsi, pas moins de 24 groupes ou compagnies se produiront dans la cité des Alpes. L’art se décline aussi sous d’autres formes, de la musique au cinéma, en passant par le cirque ou, plus méconnus encore, la littérature et le théâtre. > Carré Curial, Place Président f.mitterrand à Chambéry / www.lesnuitsdelaroulotte.com/lasso / 04 56 29 51 54

26 sPot / Janvier - Février 19


© Tomorrowland

03 Mars 19

trans’Vercors nordic

SKI DE FOND / La Trans’Vercors Nordic offre une chance et une expérience incroyables à ses concurrents : la traversée de la Réserve naturelle des hauts plateaux du Vercors, la plus vaste de France. Dans cet immense espace vierge de toute activité humaine, les fondeurs ne participent pas seulement à une épreuve sportive, mais aussi à une aventure nordique sur un itinéraire tracé uniquement à l’occasion de cet événement. C’est 53 km de bonheur et d’efforts pour les sportifs bien entraînés (deux formules au choix  : chrono par équipe de deux ou rando sans classement). Les organisateurs proposent tout de même un format plus court  : une course intergénérationnelle de 18 km permettant de réunir des participants de tout âge (dès 10 ans) dans une ambiance décontractée et fun. Tenue festive acceptée, recommandée même. > Col du rousset > Villard-de-Lans / www.transvercors-nordic.com

09 Mars 19

> 16 Mars 19

toMorrowland winter

²LECTRO / Du 9 au 16 mars, l’Alpe d’huez accueillera la version hivernale d’un des plus gros festivals électro au monde. Pas moins de 30 000 festivaliers sont attendus. C’est peu au regard des 400  000 fans de la version belge estivale mais énorme pour la station uissane qui en attend des retombées mondiales. Tout le domaine skiable sera consacré à l’événement, avec deux scènes installées en montagne et trois au village. Quarante DJs se relaieront pendant sept jours, dans des décors spectaculaires rehaussés de jeux de lumières et de feux d’artifice. L’expérience Tomorroland land a un prix  (825 € minimum le pack 7 jours) qui n’a pas rebuté les festivaliers qui ont épuisé les places en quelques jours. Au total, 2 000 à 3 000 personnes seront mobilisées dans la station pour accueillir les jeunes actifs aisés fans d’électro facile. > www.tomorrowland.com

Janvier - Février 19 / sPot 27


DESTINATION

week-end nordique

TEXTE : JÉRÉMY TRONC

l’ExOTISME EN MONTAGNE Un massif lointain, un point de chute,

des idées de visites, et des suggestions de randonnée : voilà ce que Spot vous propose pour organiser un week-end sous le signe de la raquette, du ski de fond ou du ski de randonnée nordique. Nous avons décliné la formule dans les Hautes-Alpes et dans l’Ain. Bonne balade, partez bien équipés, et faites gaffe aux avalanches.

plans d’hotonnes (plateau du retord, ain)

Plans d’Hotonnes est une des portes d’entrée du domaine nordique du plateau du Retord. Ce coin sauvage de l’Ain propose 150 km d’itinéraires balisés entre forêts, combes, chemins et grandes étendues dégagées. Les adeptes de technique classique ou de skating trouveront leur compte sur les 13 pistes au profil varié. En plus des 11 itinéraires raquettes balisés, Spot vous propose une balade « hors-piste  » pour découvrir les recoins secrets du plateau.

un point de chute

Au bout de la route se trouve un havre de paix... Et il s’appelle le gîte des Pelaz. À 1 100 mètres d’altitude, cette ancienne ferme rénovée du XVIIe siècle n’a aucun voisinage ! En balcon, au-dessus de la plaine, le lieu propose deux gîtes indépendants de 4 et 6 places et un grand gîte de 17 places (tous labellisés gîte Panda et Écogite). Calme et repos sont donc au rendez-vous dans ce coin dépaysant où vous pourrez chausser vos skis ou vos raquettes directement. La cuisine est quant à elle préparée à base de produits bio ou locaux, selon l’inspiration et la générosité des chaleureux gérants. Les Pelaz / 01260 Haut-Valromey / www.gite-jura-lespelaz.com / 04 79 87 65 73

à Voir

> À moins de 600 mètres à vol d’oiseau du gîte des Pelaz se trouve le Gaec des Bergonnes. Ici sont élevées 220 brebis aux normes du bio. Pierre et Priscilla, les deux bergers, proposent toute l’année des visites de leur ferme, des goûters fermiers et des repas campagnards. Ils revendiquent la rusticité de l’accueil et des repas, préparés à base de produits faits maison qui requinquent les plus affamés : fromage bien sûr, mais aussi terrine maison, charcuteries, jus de fruits locaux et bières. Les Bergonnes / 01260 Hotonnes / 06 70 71 55 71 > À ne pas manquer dans le secteur la très jolie exposition d’œuvres d’art en bois tourné. Proposée par le Musée du Bugey-Valroney, c’est une des plus grandes collections en France. Elle raconte aussi par son biais tout un pan de l’activité économique du plateau du Retord et un élément majeur de son identité. 3 rue Centrale / 01260 Lochieu / 04 79 87 52 23

28 sPot / Janvier - Février 19

la rando Crêt du Nû. La vie est bien faite parfois : le départ de cette randonnnée (au choix raquettes, à pied ou en ski nordique) se fait au départ du gîte des Pelaz ou du hameau des Bergonnes où se trouve le Gaec (lire ci-contre à gauche). Des Bergonnes, rejoindre par un chemin balisé la Croix des Terments à l’Est. Emprunter alors le GR 509 (Grande Traversée du Jura) vers le nord, direction La Cha puis l’Angoulot et le Crêt du Nû. Un très joli chemin panoramique offrant des points de vue spectaculaires jusqu’au Mont-Blanc à l’est. Du Crêt du Nû, le chemin se poursuit au nord à travers un bois de feuillus puis parvient à une clairière au lieu-dit le Tumet. De là, prendre à gauche vers l’ouest jusqu’au point 1229 où vous bifurquez plein sud pour amorcer un retour via le point 1239, le Près des Taillis Plat Moteau puis les Bergonnes par La Bobille ou le PR. 10km / 260 d+ / 3 heures / Carte iGn 3231ot massif du bugey


cerVières (hautes-alpes)

À quelques kilomètres de Briançon, le village de Cervières, 1 620 mètres d’altitude, est situé au pied des montagnes marquant la limite entre le Briançonnais et le Queyras. Il a le privilège de posséder une des rares vallées des Alpes occidentales demeurée pratiquement intacte depuis le XIXe siècle. Un vrai régal pour les amateurs de raquettes, de ski de fond et de ski de rando nordique avec des objectifs aux pentes douces, dont le célèbre Col de l’Izoard.

un point de chute

Pour être vraiment tranquille, on cherchera refuge au gîte d’étape de Terre-Rouge, une ancienne ferme restaurée avec goût. Une belle alliance de styles modernes et traditionnels comprenant 10 chambres pouvant accueillir 28 personnes, avec terrasse, salon, cheminée et bibliothèque. Chrystelle et Michel sont aux petits soins pour le service et derrière les fourneaux avec une cuisine traditionnelle de pays savoureuse.

© Jean Pierre Chardon

à Voir

> Le téléphérique militaire de Terre-Rouge, un rare exemple conservé dans les Alpes française, classé Monument Historique. > La Maison Faure Vincent Dubois : bâtisse rurale du XVIIIe siècle située au coeur du village de Cervières. Elle est le témoignage de la vie des montagnards paysans artisans dans la Haute Vallée de la Cerveyrette.

Ci-dessus : à Cervières, on est loin de l’ambiance grosse station et c’est tant mieux ! Ci-contre : à Cervières, des randos faciles sans trop de risques.

Col de l’Izoard. Une balade en raquettes ou à skis évoluant dans des paysages somptueux, sans difficulté particulière. De Cervières, rejoindre le parking du Laus où s’arrête le déneigement de la route. Au-dessus du hameau après le pont, prendre à droite et filer plein sud. Cette trace longe le ruisseau du Col d'Izoard, alternant les passages dans le bois et à découvert. Poursuivre toujours plein sud en fond de vallée jusqu'à la côte 2117 où un virage en épingle à droite fait suite à un pont à gauche. Prendre la trace dans le lit du ruisseau du Col d'Izoard, passer sous le pont de la route, puis continuer dans le ruisseau. On aperçoit alors un gros monolithe vers lequel il faut se diriger. Faire la dernière montée jusqu'au refuge. Pour le col, continuer tout droit dans la pente faible et l'atteindre après avoir coupé deux fois la route. Revenir sur la trace de l'aller jusqu'à la route sous le refuge, puis tourner à droite en descente et la suivre jusqu'au carrefour du sentier de la Mule (panneau à droite). (8) Prendre ce sentier, qui est balisé PR, soit Jaune. Le suivre sur 1,5 km jusqu'à atteindre la crête. Suivre la trace dans le talweg du bois de Péméant sur la gauche en laissant le sentier balisé Jaune filer à droite. Cette descente directe est très aisée et ramène sur une trace au-dessus de celle de l'aller. Suivre cette trace jusqu'au hameau du Laus et revenir alors par la route au parking 9,65 km / d+ 634 m / 3 h / Carte iGn 3536 ot

© M. Pomard

les deuX randos

Bergerie de Peyre Moute. Ce circuit face au sommet de Rochebrune offre une vue exceptionnelle sur la route du Col d'Izoard. Départ de la chapelle Saint-Michel. Monter direction nord par un chemin bien marqué, atteindre les chalets de l'Alp du Pied. Poursuivre toujours direction nord, et passer aux ruines de Garnier. Continuer Nord-Est et atteindre la ruine de l'Alp Haut puis rejoindre l'ex-piste militaire. Prendre alors à droite, pour découvrir sur la gauche la bergerie de Peyre Moute. Le circuit se poursuit à l'Est. Traverser l'ex-piste militaire, aller tout droit et rejoindre alors le sentier montant de Lachau (panneau). Prendre ce sentier direction sud sud-est, puis virer plein sud pour rejoindre le Mur des Aîttes et la route des Fonds de Cervières. Tourner à droite et revenir au parking du point de départ. 7,49km / d+ 604 m / 3 h / Carte iGn 3536 ot

Janvier - Février 19 / sPot 29


CARNET D’ADRESSES

spot a testé pour Vous ! *****

TEXTE : JÉRÉMY TRONC. - JEAN-BAPTISTE AUDUC.

*****

la Mesa

déco chaleureuse et ambiance à la cool à la mesa.© Jérémy Tronc

ARGENTIN / C’est la première empanaderia à avoir ouvert à Grenoble, rue Saint-Laurent. D’autres plus récentes sont apparues çà et là, mais la réouverture de la passerelle SaintLaurent nous a décidé à musarder plutôt de ce côté-ci de l’Isère. Nous poussons donc la porte de La Mesa et nous immergeons dans l’atmosphère colorée et intimiste du lieu, accueillant, comme Anatole qui nous préparera en direct notre commande d’empanadas (des bébés calzones). Ici les produits sont frais, la cuisine faite maison et les recettes changent selon les saisons et le marché, complétant les recettes traditionnelles argentines (importées par Amélie la co-gérante). Cette semaine le potiron-châtaigne est à l’honneur. Nous goûterons aussi le bœuf-olives-oignons, le champignon-persillade et le reblochon-lardon. Recettes validées à l’unanimité par les trois testeurs (bien que la farce du potiron-châtaigne soit restée froide). Bref une adresse agréable où manger dans un cadre décontracté, sans chi-chi. Pour vraiment se la jouer à la mode argentine, on terminera le repas par un maté pris dans une calebasse avec la bombilla. > 73 rue saint-Laurent à Grenoble / 2,5 € l’empanada, 20 € les 10 / 09 87 07 19 59

« lES RECETTES ChANGENT SElON lES SAISONS ET lE MARChÉ, COMPlÉTANT lES RECETTES TRADITIONNEllES ARGENTINES. »

silence. un peu de repos

FLOTTER / Une bulle sensorielle. C'est le concept de Silence, la nouvelle enseigne installée à Grenoble. Cette curiosité vaut le détour puisque l’idée est de se plonger dans une bulle, où l’eau est chargée de sel d’Epsom (du sulfate de magnésium, qui permet au corps de flotter) et dont la température est exactement celle du corps. Pendant une heure, ni l’ouie, ni la vue, ni le toucher ne sont mobilisés. Une coupure totale d’avec un monde trop rapide, trop dense. Outre la curiosité, flotter dans la nuit de cette bulle serait bénéfique pour le corps — l’expérience est auréolée de nombreuses vertus : elle diminuerait des douleurs chroniques, calmerait les personnes victimes d’insomnies, réveillerait la créativité et améliorerait la récupération musculaire. Attention, tout de même, quelques conseils. Avant une séance, mieux vaut passer aux toilettes, ne pas abuser de la caféine et éviter de se raser : coupure et eau salée font rarement bon ménage. > 2 rue de narvik, à Grenoble / 04 76 86 08 74 / contact@experience-silence.com / du lundi au samedi de 9h30 à 14h et de 15h30 à 20h, sauf le mardi matin.

le sel d’epsom permet

30 sPot / Janvier - Février 19

au corps de flotter. © Silence Grenoble

« FlOTTER DANS lA NUIT DE CETTE BUllE SERAIT BÉNÉFIqUE POUR lE CORPS. »


fit et gourMande

SANT² / Manger sain, équilibré, éthique et gourmand, voilà une équation très tendance mais pas toujours facile à résoudre au quotidien. L’atelier Fit et gourmande, ouvert depuis le 9 janvier à Grenoble, peut vous aider à trouver les solutions qui vous correspondent. Derrière le concept, un nom réputé chez les instagrameurs : Mathilde Descot, alias Fit et gourmande, l’influenceuse culinaire aux 10 000 abonnés et aux 100 recettes. « Toutes sont préparées à base de produits sains, bruts, selon des recettes originales évitant le gluten, le lactose, les sucres industriels, les aliments transformés. » L’atelier, qui vient d’ouvrir ses portes, sera le relais, la vitrine de ce savoir-faire. Les clients pourront y trouver des lunch box pour leur repas de midi, des produits d’épicerie fine à acheter, dont les recettes de Mathilde, et enfin des ateliers, un samedi sur deux, permettant de s’initier à cette cuisine saine mais toujours gourmande. > 22 boulevard maréchal foch / 06 63 24 15 99

mathilde, la cuisinière, et laurence, la gestionnaire. © Jérémy Tronc

« DERRIèRE lE CONCEPT, UN NOM RÉPUTÉ ChEz lES INSTAGRAMEURS : MAThIlDE DESCOT. »

prochain nuMéro.

CITY BREAK © Jérémy Tronc

En France ou à l’étranger, des destinations à portée de train pour sortir de la routine, le temps d’un week-end.

Mars 2019 n°168 - sortie le 6 mars.

SPOT est un magazine du groupe UNAGI. 12, rue Ampère - 38000 Grenoble. S.A.R.L. au capital de 97 561,88 euros. RCS Grenoble : 413 508 581. Tél. : 04 76 84 44 60. Fax : 04 76 21 25 11. Mail : contact@spot-web.fr Directeur de la publication : Sébastien Rousset (srousset@groupe-unagi.fr - 04 76 84 44 61) Responsable de rédaction : Jérémy Tronc (jtronc@spot-web.fr - 04 76 84 79 38) Service commercial - Publicité : Sébastien Roy (sroy@groupe-unagi.fr - 04 76 84 79 36) / Mélodie Houet (mhouet@groupe-unagi.fr – 04 76 84 79 30) / Renaud Goubet (rgoubet@groupe-unagi.fr – 04 76 84 44 64) Ont collaboré au numéro : Martin Léger. Jean-Baptiste Auduc. Alice Forges. Jérémy Chauche. Assistante de direction : Magali Pochot (contact@spot-web.fr) Design : www.michelbarthelemy.com Maquettiste : Léa Alvarez Infographiste : Melvin Martin Responsable diffusion : Jean-Maxime Morel Tirage : 30 000 exemplaires en libre service, diffusés par DiffusionActive Impression Rotimpres (Espagne) La rédaction n’est ni responsable des textes publiés qui engagent la seule responsabilité de leur auteur, ni des erreurs ou omissions. Toute reproduction de SPOT est strictement interdite. www.spot-web.fr

Janvier - Février 19 / sPot 31


Profile for Magazine SPOT

QUE FAIRE LE WEEK-END A GRENOBLE ? Mensuel des loisirs urbains, événements et du tourisme régional.  

Magazine SPOT Janvier/Février 2019 - édition GRENOBLE / Tous en stations !

QUE FAIRE LE WEEK-END A GRENOBLE ? Mensuel des loisirs urbains, événements et du tourisme régional.  

Magazine SPOT Janvier/Février 2019 - édition GRENOBLE / Tous en stations !

Profile for lpsgre
Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded