Page 1

1

Révisions Gala Eté


Le Bureau des Eleves de l’Ecole du Louvre vous présente

gala

8 juin

Horaires Première partie

Deuxième partie

18h 30 - 23h30

23h30 - 6h

Aile de Flore

River’s King/Escale du Louvre (quai de Seine)

Tarifs Première partie

Deuxième partie

Pack adhérent

20€

15€

28€

2


Sommaire Révisions Quel film regarder pour réviser ?........P.6-7 L’Horoscope des examens.................P.8-9 Le choix de la rédac’ : les anecdotes inutiles apprises depuis qu’on est à l’école..........................P.10-11 Louvr’Boîte à Mèmes.....................P.12-13 Test : Allez-vous avoir votre année....P.14-15

Gala Dégotez une licorne ou comment pécho le seul mec hétéro, célibataire ET canon de l’École du Louvre............................P.17-18 La route de la Soie en jeux................P.19-22 Les mots-mélés de la route de la Soie...P.23 Courrier du palpitant..........................P.25 Soie, un amour pas piqué des vers..P.26-27 Passion lumière : faire la route de la Soie en films...............................................P.28 Journal de bord d’un navigateur dont vous êtes le héro.....................................P.29-34 Get ready with me : nuit de Gala.....P.36-37 Le choix de la rédac’ : votre appropriation culturelle préférée..........................P.38-39

3

Été Le test poilu : quelle épilation du maillot êtes-vous ?..................P.43-44 Le carte postale : du kitch au beauf...................P.46-47 Le guide du rattrapeur : profitez de ses vacances d’été quand on doit réviser.....................................P.48-50 Le jeu des maillots de bain.......P51-52 Taslimiam : Taslimiam se bourre la gueule....................P-53 Le test alcoolisé : quel cocktail êtesvous ?......................................P.54-56 Brève histoire de l’architecture des châteaux de sable....................P.57-58 Le jeu Stéphane Berne des spécialités de France................................P.60-61 Le choix de la rédac’ : votre pire souvenir vacances.................................P.62-63 Passion lumière : « Blockbuster de l'été ».....................................P.64-65 Le test globe-trotteur : quel voyageur êtes-vous ?..............................P.66-68 Les mots-mélés.......................P.69-70 Les solutions des jeux.............P71-74 Crédits photographiques.......P.75


Edito

Pour finir l’année en bôté, votre dévoué Louvr’Boîte vous offre un monde aux mille et une splendeurs, dis-moi lecteur n’as-tu jamais laissé parler ton coeur ? Nous avons décidé de nous plier en trois pour ce hors-série. En ces quelques étapes, il vous accompagnera le long de ce douloureux chemin jusqu’à la rentrée, et donc vers le prochain numéro. Au menu : • En mise en bouche, une petite dépression sur son lit de révisions, • En plat de résistance, des saveurs orientales avec sa sauce d’appropriation culturelle, • Pour finir, une farandole de jeux à faire sur la plage à la place de vos révisions de rattrapages.

Comme votre cahier de vacances Passeport CM1/CM2, ce numéro promet des heures de procrastination et d’amusement, comme les activités de groupe à la maison de retraite. Tel l’aventurier solitaire, le lecteur est le roi de la Terre, son surnom Samouraï du Soleil, il resplendira dans ses plus beaux atours le jour du Gala. Sur ces bonnes paroles néo-colonialistes, le Louvr’Boîte vous souhaite du courage pour les révisions, une bonne gueule-de-bois post-gala et pour cet été une bonne raie bronzée ! Elise Poiret et Yvine Brie Au Lait

Louvr’Boîte Neuvième année N°46 0.50 cts

Ecole du Louvre, Bureau des Elèves, Porte Jaujard, Place du Carrousel, 75038 Paris cedex 01

Directrice de publication : Sophie Leromain. Rédactrices en chef : Elise Poirey et Yvine Briolay. Relecture : Camille Giraud et Salomé Moulain. Maquette : Lisa Fidon et Clémentine Canu. Couvertures : © Lise Thiérion, modèles Yvine Briolay, Ivane Payen, Jeanne Spriet, Morgane Vitcoq.

louvrboite.fr Tél. : +33 (0) 1 42 96 58 13 Courriel : journaledl@gmail.com Facebook : fb.com/louvrboite Twitter : @louvrboite Instagram : instagram.com/louvrboite

Ont contribué à ce numéro, dans l’ordre alphabétique : Anaïs Achard, Inès Amrani, Yvine Briolay, Clémentine Canu, Lisa Fidon, Taslima Gaillardon, Camille Giraud, Laureen Gressé-Denois, Yann Koebel, Sophie Leromain, Salomé Moulain, Ivane Payen, Alexa, Elise Poirey, Jeanne Spriet, Lise Thiérion, Morgane Vitcoq.

ISSN 1969-9611. Dépôt légal : Mars 2017 Imprimé sur les presses de l’Ecole du Louvre (France). Sauf mention contraire, © Louvr’Boîte et ses auteurs

4


Révisions 5


Quel film regarder pour réviser ?

Elise Poirey et Yvine Briolay

Puisqu’en septembre, il n’y a pas (encore) beaucoup de cours, voici une liste non-exhaustive de quelques films très sérieux pour préparer votre année ; préparez vos mirettes, vous allez en prendre plein les yeux.

1ère année

Bloc 1 • Archéologie égyptienne : Mission Cléopâtre « pas de palais, pas de palais » • Art de l’Inde : Mohenjo Daro Les films historico-romantiques aux costumes merveilleux : on ADOREUH. • Archéologie nationale de la préhistoire à l’époque mérovingienne : RRRrrr !!! « Il va faire tout noir » • Archéologie orientale : Prince of Persia Les jeux vidéos sont mieux, mais bon c’est une liste de films alors… Bloc 2 • Archéologie grecque : L’attaque de la Moussaka Géante Parce que la moussaka ressemble un peu aux cheveux de L. Laugier. • Archéologie romaine : Gladiator Parce que ça va te manquer les mecs qui se battent à poil dans la poussière. Malheureusement l’équipe de rugby de l’EDL joue habillée… • Archéologie étrusque : Crime au Cimetière Étrusque Parce que de toute façon toutes les tombes étrusques sont un peu un crime. • Archéologie chrétienne : Le Prince d’Égypte OK ça se passe en Égypte, et OK se sont des hébreux, mais il n’y avait rien d’autre, et puis c’est une scène vétérotestamentaire… • Arts de la Chine (et du Japon) : Mulan Pour Mushu, et les Zenmu Shou.

2ème année Bloc 1 • Art du Moyen Âge : Merlin l’enchanteur Parce que c’est un peu le Dumbledore de l’époque… • Art de la Renaissance : Les Borgia Sexe, alcool et religion, les trois crédo de l’EDL… Non j’déconne, on n’a pas le temps. Bloc 2 • Arts de l’Inde : Indiana Jones et le Temple Maudit On regrette tous l’absence de spé Indiana Jones… 6


• Arts de l’Islam : Aladdin « Je vais t’offrir un monde aux 1001 merveilles » … Pléiades.com Bloc 3 • Arts précolombiens : Kuzco Malheureusement on n’apprend pas la recette des gougères aux épinards en cours… • Arts de la Chine et du Japon : Princesse Mononoké Parce qu’un chargé de TD un peu trop canon nous l’a conseillé. • Art de Byzance : Théodora, Impératrice de Byzance « Si elle avait eu plus de trous elle aurait su comment les combler… »

3ème année Bloc 1 • Art des Temps modernes (XVIIe) : Cyrano de Bergerac L’une des rédactrices nie toute ressemblance entre son nez et celui du protagoniste principal. • Art des Temps modernes (XVIIIe) : Marie-Antoinette Sofia Coppola Fever. Bloc 2 • Art du XIXe siècle : Abraham Lincoln, Chasseur de Vampire Parce qu’en plus d’interdire la vente d’esclaves, il a failli nous éviter Twilight. • Art du XXe siècle : Le Chien Andalou C’est Dalì, ça se passe de commentaires. Bloc 3 • Art populaire français : Germinal Le seul moment où on étudie les pauvres à l’EDL. • Arts d’Afrique : Kirikou Il n’est pas grand, mais il est vaillant. • Arts d’Océanie : Lilo et Stitch C’est en Amérique, mais bon quitte à être paumé dans l’océan avec des fleurs…

Autres • Iconographie : Hercule Parce que des petites figures noires qui chantent, c’est quand même plus marrant que le vrai cours… • Travaux Dirigés devant les Oeuvres : La Nuit au Musée Pour toutes les nocturnes que tu vas passer au Louvre. • Histoire des Collections : Belphégor Toujours moins chiant que le vrai cours… 7

• Techniques de création : Les rédactrices se refusent à traiter le sujet


Ton horoscope des exams (garde la pêche ma caille)

20 février au 20 mars

21 mars au 20 avril

21 avril au 21 mai

Taureau : Tu as préparé des exercices de respiration afin de te détendre. Tu souffles comme un boeuf, on n'entend que toi. L’intégralité de l’amphi te hait.

Poisson : Ton voisin de table va vomir son petit déj’ à base de cassoulet sur ta copie. C’est triste. Stay strong buddy.

Bélier : Tu y vas au talent comme disent les jeunz’. Un(e) vrai(e) fonceur(se) ! Comme tu dis toujours, et les gens t’admirent pour ça, “Sur un malentendu, ça peut passer”.

22 mai au 21 juin

22 juin au 21 juillet

22 juillet au 22 août

Gémeaux : Tu as oublié de t’inscrire aux examens, quel dommage ! Pourtant tu avais si bien révisé… À l’année prochaine !

Cancer : YOLO j’ai envie de dire. Tu es, certes, un être très émotif ; rassemble donc toute cette force sensorielle et vends nous du rêve ma poule ! Just Do It.

Lion : Ta stratégie de réussite? Faire échouer les autres ! Tu as donc prévu un max de bonbons aux emballages bien bruyants pour mettre tout le monde bien à l’aise ! Bravo champion !

8


Par Taslima Astrologue diplômée

9

23 août au 22 septembre

23 septembre au 20 octobre

21 octobre au 22 novembre

Vierge : Tu es un génie, on te fait passer sans que tu n’aies besoin de te présenter aux exams. Tout le monde est conscient de ta supériorité naturelle. Je t’aime. (En vrai tu vas peut-être redoubler.)

Balance : Tu es prêt(e), tu as tes crayons taillés et tes ongles manucurés. Malheureusement tu te présentes le mauvais jour, c’était hier… Déso!

Scorpion : Tu n’as plus d’encre, tu vas devoir écrire avec ton sang pendant trois heures… Diantre!

23 novembre au 21 décembre

22 décembre au 20 janvier

21 janvier au 19 février

Sagittaire : Avec toi tout est à double tranchant ; tu peux tout aussi bien être un winner absolu qu’un(e) vrai(e) raté(e). Dans tous les cas tu fais les choses à fond et ça c’est beau. Nous t’adorons dans tes réussites comme dans tes échecs.

Capricorne : Personne n’est aussi bien organisé que toi, c’est dans la poche. Bravo. “Fingers in the nose” comme disent les gros cons.

Verseau : Tu t’en bats la race et t’as bien raison. Tu débarques ivre mort en rageant contre ce système élitiste d’examens de merde ; de toute façon l’an prochain tu pars élever des lamas au Népal. Chapeau l’artiste.


Le choix de la Rédac ‘ « Je suis très heureuse de savoir que le peintre chinois Liang Kai a fini sa vie alcoolique en « cherchant ouvertement l’inspiration créatrice dans l’alcool, suivant en cela une tradition bien établie chez les lettrés ». » Yvine

« Le mot « scacchiato » (ou « méplat » en français) a été donné à cette technique en référence à un petit pain florentin, la « scacchiata », qui a une forme aplatie. Même si je ne pourrai jamais recaser le lien entre un relief de Donatello et du pain dans une copie, je l’utilise néanmoins comme moyen de mnémotechnique. » Ivane

LES ANEC DEPUIS QU

« Mon choix était tout préparé : le fait que Michael Ventris ait décrypté le linéaire B dans les années 1950, un des seuls souvenirs que j’ai de l’archéologie grecque. MAIS en allant vérifier l’orthographe du nom de cet homme, je me suis rendu compte qu’en fait, ce cher Michael n’avait rien fait, mais qu’il avait juste POMPÉ les travaux d’Alice Kober. J’aimerais donc rétablir une vérité : Michael Ventris n’a pas déchiffré le linéaire B, il a juste rajouté des signes que Alice Kober n’avait pas terminé de traduire, car elle est morte trop tôt. Je me permet d’ajouter : MORT AU PATRIARCAT. » Elise

10


« Cours organique de Grandes Demeures, un jeudi soir, alors que tu es fatiguée de ta journée et que soudain tu te réveilles en entendant ton professeur parler de l’inventaire des meubles en 1589 de Catherine de Médicis, réalisé par Edmond Bonnaffé, qui indique qu’elle possédait des pavillons doublés de taffetas noirs, blancs et verts pour son fauteuil d’affaire. Jusque là, a priori tout va bien. Sauf que voilà, petit détail diablement croustillant : la reine-mère prenait grand soin de ces pavillons puisqu’ils servaient à l’isoler du froid quand elle allait évacuer les pruneaux (aliments dont elle raffolait) sur ce fameux “fauteuil d’affaire”. L’image a créé un sacré bug dans ma tête. Anecdote très chic à ressortir, garantie ou remboursée par la maison d’Écouen ! » Laureen

CDOTES INUTILES APPRISES U’ON EST À L’ÉCOLE

« Chez les Nuer au Soudan, une pratique familiale récurrente est qu’une femme peut être épousée au nom d’un homme mort par un parent de cet homme mort. Les enfants qui naissent de cette union sont considérés comme étant ceux de cet homme mort, le but étant de poursuivre sa « lignée ». Pratique non? Ah, et comme ce cours sur la famille était assez dense en anecdotes en ce genre, petit bonus : les enfants de votre belle-mère ou beau-père dans une famille recomposée mais qui n’ont aucun lien du sang avec vous sont officiellement vos « quasi-frères » et « quasi-soeurs ». (oui, l’Anthropo c’est cool) » Jeanne

« Maintenant, je sais que « copronyme » signifie « dont le nom est une ordure ». De quoi briller en société. (ndlr : « copronyme » peut aussi signifier « dont le nom est couvert de fiente ») » Morgane 11


Louvr’boîte à mèmes Par Lise Thiérion, Anna & Louise

On ne va pas se le cacher, les révisions sont une étape capitale dans la vie de tout étudiant qui se respecte et on en a plein les baskets. Mais ne t’inquiète pas, nous aussi on lutte tous les jours contre les tentations du monde extérieur. Alors voici quelques vignettes inspirées d’une histoire vraie : la tienne.

Quand tu ne sais plus où regarder pour chercher ta motivation.

Quand tu te mets en position latérale de sécurité (P.L.S. pour les intimes) à la vue de tout ce que tu as à apprendre.

Quand tu t’accroches à ta thermos de théine/caféine pour essayer de te booster devant tes clichés (si « thermos » est un nom féminin regarde dans ton Larousse).

Quand tu décides de faire une pause bien méritée de 5 minutes et que ça part littéralement en cacahuètes.

12


1h37 plus tard, tu perds encore ton temps à regarder tes identifications Facebook dans des mèmes sur les révisions.

Toi cherchant la position la plus confortable pour une efficacité optimale.

Toi et tes potes en train de faire le bilan de vos connaissances.

13

Quand finalement vous décidez d’y aller au talent, ou pas.


Allez-vous avoir votre année ? Elise Poirey À l’approche des examens, il y a toujours une interrogation qui nous obsède : va-t-on réussir ou échouer ? Pour apprendre à ne plus douter de vous, et peut-être même arrêter de réviser dès maintenant, le Louvr’Boîte vous a concocté un test très sérieux et difficile. 1 - Qu’est-ce que vous évoque le mot « Nabuchodonosor » ? Une bouteille de 15L « À vos souhaits » Un doliprane 2 - Quel est votre Carpaccio préféré ? Saumon Tomate Boeuf 3 - Pourquoi, par qui, furent construites les pyramides ? Par Moïse pour faire un grenier à blé Par les extraterrestres pour avoir une piste d’atterrissage Par les égyptiens pour faire parler les curieux 4 - De quelle couleur étaient les temples grecs ? Bah blanc teubée À paillettes roses À paillettes vertes 5 - Qui sont Michelangelo, Donatello, Raffaello et Leonardo ? Les tortues ninja Les totally spies Les super nana 6 - Qu’est-ce que La Laitière ? Une marque de yaourts Une race de vache Une dame qui vend du lait 7 - Qu’est-ce qui caractérise un artiste ? Sa carte du PCF Sa solitude L’incompréhension du monde vis-à-vis de ses oeuvres

14


Vous avez un maximum de , vous irez aux rattrapages Vous n’aurez peut-être pas votre année du premier coup, car je crains que vous n’ayez encore quelques lacunes. Néanmoins, en vous motivant un peu, et en mettant de côté vos vacances, vous devriez pouvoir y arriver ! Vous avez un maximum de , vous allez redoubler Malheureusement, la tentation de la plage, des mojitos et des feux de camp sera trop forte, et vous n’aurez pas vos rattrapages. Redoubler n’est pas non plus la fin du monde, et dites-vous que tous les vrais sont passés par là. Vous avez un maximum de , vous allez quitter l’école Ça arrive même aux meilleurs, sans citer certains de nos profs…

15


GALA LA ROUTE DE LA SOIE

16


Dégotez une licorne, ou comment pécho le seul gars hétéro, célibataire ET canon de l’École du Louvre Par Aphrodite Bonjour et bienvenue dans cet article fantaisiste et idéaliste au possible, affichant un objectif aussi mirifique que le rêve de valider le premier cycle de l’école du Louvre sans jamais passer par la case « rattrapages ». Je veux bien entendu parler de la capture (pardon, de la séduction) d’un homme hétérosexuel, célibataire et beau dans notre si belle école. En suivant ce mode d’emploi en cinq étapes, vous parviendrez peut-être (ça n’est malheureusement pas certain) à atteindre votre objectif, pendant le gala ou pas.

1

- Première étape : le repérage Ça semble couler de source, mais croyezmoi, ça n’est pas toujours facile. Repérer un individu de sexe masculin dans le paysage presque exclusivement féminin de l’école, ça va, on peut toutes le faire. Mais pour ce qui est de connaître son orientation, c’est une autre paire de manches. Pour cela, observer ses fréquentations peut être d’un grand secours. Par exemple, si vous voyez ledit garçon embrasser sa petite amie, c’est mort. Il a beau avoir l’orientation qui vous convient, il ne fait pas partie de la catégorie « célibataire » nécessaire à l’application de ce mode d’emploi. Par contre, si vous remarquez qu’il ne lit jamais ses SMS en affichant un sourire béat sur son visage, vous avez peut-être une chance.

2 17

- Deuxième étape : la première approche C’est déjà super génial de l’avoir repéré. Maintenant, il faut penser à la phase d’approche, et pour cela, une discussion ou simplement quelques mots échangés autour d’un verre à la cafétéria sont tout à fait valables. Pour cela, plusieurs idées (vous êtes libre de choisir votre thème ou sujet préféré, ce ne sont ici que des suggestions) : essayez de connaître sa spécialité à l’école. S’il est en « Patrimoine

technique et industriel », la discussion sera un peu plus difficile à engager que s’il est en « Peinture écoles étrangères ». Si un tel cas de figure se présente, essayez de glisser le nom d’un film, d’un livre, ou même d’un jeu vidéo qu’il aime et que vous pouvez faire semblant d’aimer et/ou de connaître aussi. S’il est réactif et anime la discussion, félicitations, il a mordu à l’hameçon.

3

- Troisième étape : évincer les autres prétendantes Il y en a forcément. Une fois lesdites prétendantes débusquées, il faudra trouver un moment où elles sont avec la proie, et intervenir juste après (ou même pendant) afin de paraître plus intéressante ou attirante. Par exemple, si vous entendez votre crush, au détour d’une cigarette, parler du dernier film d’un réalisateur que son interlocutrice ne connaît pas, foncez sur Internet, bouffez la bibliographie la plus complète possible sur le réalisateur en question – tout cela en moins de trente secondes histoire que votre proie n’ait pas le temps de partir – et revenez, triomphante, en faisant semblant d’entendre le nom de l’objet de vos recherches tout à fait par hasard, avant d’engager la discussion en laissant le moins


de temps de parole possible à la prétendante qui vous fait face. Si elle part reprendre un café en vous abandonnant la proie, c’est gagné. Répétez cette opération autant de fois qu’il y a de prétendantes à évincer.

4

- Quatrième étape : choisir le bon moment Il vous reste maintenant à choisir le moment propice pour passer à l’action. Organisez un petit apéro chez vous ou au square du Vert-Galant (sur l’île de la Cité) une fois que la Seine aura retrouvé un niveau normal, sortez boire un verre avec un groupe d’amis, etc. À peu près tous les moyens sont bons tant que vous êtes en groupe (la proie ne doit pas se sentir menacée, gardez cela en tête). Le gala de l’école est une excellente occasion : champagne, apéro, soie et ambiance cosmopolite : cette année, toutes les conditions sont réunies pour mener à bien une opération de drague haute en couleurs. Une fois la sauterie (sans mauvais jeu de mots) organisée, arrangez-vous pour vous retrouver seule à seul avec votre crush : asseyezvous près de lui sans sembler y prêter attention, orientez le sujet de la discussion de façon à ce que vous ne soyez que deux à pouvoir en parler (exemple : le peintre Akseli Gallen-Kalela, dont seul.e.s les élèves en spé « Histoire de l’art au XIXe et début du XXe siècle » qui sont au moins en deuxième année, pourront vous parler facilement).

5

et votre crush, vous avez l’impression que ses yeux scintillent autant que les bijoux provenant des tombes princières perses de l’Acropole de Suse (ceux qui sont tout dorés avec, entre autres, des pierres bleues et oranges). Tous les éléments sont maintenant réunis. Et là boum. Votre pote bien relou vient de trébucher en vous renversant tout le contenu de son verre au visage. Le drame. La catastrophe. Vous ne savez plus comment réagir, alors vous ne faites rien pendant ce qui vous paraît être une éternité. Après une éclipse aux toilettes pour vous nettoyer le visage et reprendre vos esprits, vous décidez que l’humour est encore la meilleure stratégie à adopter. Après être revenue sur le lieu de la fête, vous installez votre pote relou sur une chaise avec une bouteille d’eau d’un litre et retournez continuer la discussion avec votre crush. Il vous trouve courageuse et, au terme de la soirée, l’un raccompagnant l’autre ou vice versa, la bonne humeur de la soirée aidant, tout cela finit dans une ambiance tout aussi chaleureuse sous la couette. En vous souhaitant bonne chance et une bonne recherche,

- Cinquième étape : passer à l’attaque Cette fois, ça y est. L’ambiance est chaleureuse, quelques verres d’alcool Que Zeus soit avec vous. vous donnent le sourire facile à vous

18


La route de la soie en jeux Chloé-Alizée Clément

Les examens sont passés, à vous les vacances ! Histoire de conclure votre année en beauté, vous décidez de partir sur les traces de la Route de la Soie. Cependant, votre périple s’annonce plus ludique que prévu… Etape 1 : Istanbul ~ C’est Byzance à Constantinople ! La première étape de votre voyage vous mène à Istanbul, ville plurimillénaire. Lors d’une balade dans la ville, vous tombez par le plus grand des hasards sur une équipe d’archéologues déjantés cherchant à reconstituer une mosaïque datant de la dynastie Macédonienne… Ému par leur dévouement, vous décidez de les aider… Consigne ~ Ceci est un puzzle (merci Captain Obvious) : à vous d’assembler les pièces pour découvrir l’apparence de cette fameuse mosaïque…

19


Etape 2 : Les Caravaniers ~ Une longue traversée du désert… Après avoir été chaleureusement remercié par vos nouveaux amis archéologues, vous embarquez dans une caravane et entamez la suite de votre périple (quitte à voyager sur la Route de la Soie, autant pousser l’expérience jusqu’au bout !). Entre deux arrêts dans des villes ornées de mosquées et parfumées d’encens, vous traversez de grandes étendues ensablées avec peu de choses à admirer sinon le ciel bleu. Vous décidez donc de vous occuper en jouant… Consigne ~ A vous de trouver les mots selon la définition proposée, ainsi que le mot caché dont les lettres sont indiquées en orange dans la grille.

1- Pas très bien rangé. Aussi un lieu de rencontres. > 2- Il surveille tes moindres faits et gestes pendant tes TDO. > 3- Ludovic Laugier est mondialement connu pour son… > 4- Fleuve, pas loin de Mohenjo Daro. > a- Hallucination du désert, mais sans champignon. > b- Le Roi des Conquérants. > c- Religion très diffusée via la Route de la Soie. > d- Moyen de locomotion dans le désert. > e- Boisson ou El-Dorado en plein cagnard. > 20


Etape 3 : L’Inde ~ La folie des temples Suite à votre longue traversée, vous voici arrivé dans le pays de l’hindouisme ! Hommage à vos cours avec Thierry Zéphir s’impose, vous improvisez une visite des plus grands temples du pays. Ces bâtiments grandioses ont beau être assez similaires, à force d’en prendre plein les yeux, vous vous mettez à en apprécier toutes ces nuances qui font de chaque temple un lieu unique… Consigne ~ Voici les relevés de deux temples indiens. Ils ont beau se ressembler fort, ils possèdent chacun des caractéristiques qui leur sont propres. A vous de trouver 6 différences !

A

B 21


Etape 4 : La Chine ~ À l’assaut de la tombe de Qin Shi Huangdi ! Bienvenue en Chine ! Vous êtes presque au bout de votre voyage (qui vous mènera jusqu’en Corée et au Japon). Bien que cette figure ne soit pas directement liée au développement de la Route de la Soie plus tardif, impossible pour vous de ne pas aller découvrir la tombe du premier empereur de Chine ! Mais après un si long voyage, vous êtes incapables de vous en tenir à la vue de la grandiose armée de soldats en terre cuite qui garde le mausolée. Alors c’est décidé : vous êtes le premier archéologue à pénétrer dans le tombeau de Qin Shi Huangdi… Consigne ~ Equipé de votre masque à gaz pour éviter les vapeurs de mercure, à vous de trouver le chemin qui vous mènera jusqu’à la salle centrale de ce labyrinthe, ultime demeure de l’auguste empereur Qin…

22


Mots-mélés de la route de la soie J _ _ _ _ : Chihiro aussi part en voyage C _ _ _ _ _ _ _ : Money money, et ça change du troc V _ _ _ _ _ _ : La città dell’ amore C _ _ _ _ _ : Chacun sa route, chacun son X _ _ _ : Enfin arrivés au bout, à nous la soie ! M _ _ _ _ _ _ _ _ : Le Livre des Merveilles C _ _ _ _ _ _ _ : Parce que seul et à pied, c’est tout de suite moins fun S _ _ _ _ _ : Végétation limitée I _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ : Vive la mondialisation B _ _ _ _ _ _ : Merci Constantin

23


CHLOÉ-ALIZÉE À SINGAPOUR

24


Courrier du palpitant Cher Journal, Je n’ai pas de costume pour le Gala, je suis moche et j’ai pris douze kilos pendant les révisions. Aide-moi !

Chère amie, Tes kilos sont une bénédiction. Ta mocheté ne tient qu’à ta subjectivité. Tu as encore du temps avant le Gala pour trouver un costume. Tu es jeune, belle, intelligente (même si tu as redoublé, ouioui.), le monde est à tes pieds et tu rayonneras au Gala telle Aphrodite sortant de son coquillage. En plus, avec tes nouveaux kilos, tu atteins la perfection de la Naissance de Vénus de Cabanel : que demande le peuple ?

Cher Louvr’Boîte, Ma pire ennemie sera au Gala. Des idées pour lui pourrir sa soirée ? Merci pour ton aide.

Chère Mademoiselle, Au choix, tu peux : tomber sur son costume et le déchirer malencontreusement cacher la paire de baskets qu’elle avait prévu pour la deuxième partie du Gala. Elle sera obligée de danser en talons toute la nuit, ce qui promet ampoules et frustration pique-lui son mec ou chope sa target, redoutablement efficace.

Cher Louvr’Boîte, Est-il de mauvais goût de se vêtir comme une statue du temple de Khajuraho pour être sûr de pécho ? Ma libido crie au loup. Merci de ton aide.

Cher ami, Nous te conseillons plutôt la tenue des statues du temple de Surya pour éviter de te faire coffrer pour exhibitionnisme. En plus, t’auras des bottes, c’est mieux pour marcher dans Paris.

Ô cher journal, Je ne vis plus que pour embrasser la fille de mes rêves sur la péniche au gala ! Le problème, c’est qu’elle pense que je suis gay, et veut que je me déguise en eunuque, ce qui gâcherait mon potentiel sexy. Que faire ?

Pauvre petit, Si elle veut te voir en eunuque, je ne pense pas que se soit une personne très fun. Change de target ! Voici mon numéro : 06.69.87.36.23.84

25


Soie, un amour pas piqué des vers Salomé Moulain

Besoin d’un peu de tendresse dans ce monde de brutes, d’une petite touche de beauté dans cette laborieuse période pré-examen appelée révisions ? Une pause aussi douce qu’une écharpe en soie enroulée soigneusement autour du cou vous ferait du bien ? Soie est fait pour vous ! Un livre court, plein de malice et de poésie, qui plus est sur le thème de l’Extrême-Orient rêvé, interlude parfait pour garder en tête la beauté du monde dans ces difficiles épreuves à venir. Ce roman, proche de la nouvelle, est très facile à lire et nous plonge au XIXe s. dans le petit village drômois du joli nom de Lavilledieu, dans le sud de la France. Cette région est encore aujourd’hui connue pour avoir été l’un des principaux foyers de l’élevage des vers à soie. « On était en 1861. Flaubert écrivait Salammbô, l’éclairage électrique n’était encore qu’une hypothèse et Abraham Lincoln, de l’autre côté de l’Océan, livrait une guerre dont il ne verrait pas la fin. » Malheureusement, une épidémie décimant son élevage force notre héros Hervé Joncour à parcourir monts et déserts afin d’atteindre le Japon. L’archipel, isolé depuis longtemps du reste du monde, lui permettrait en effet d’acquérir des œufs sains. Le sériciculteur (éleveur de vers à soie, vous vous coucherez moins bête) effectue quatre expéditions dangereuses et illégales, dans cette contrée inconnue. L’histoire est racontée telle une comptine rythmée par les aller-retours du héros entre la France et le Japon et dont les trajets sont identiques à la façon d’un refrain. À la manière du Fabuleux destin d’Amélie Poulain, la narration est ponctuée d’anecdotes et d’habitudes étranges chez les personnages. Par exemple, Baldabiou (même les noms sont bizarres), le mentor de notre héros, joue tous les jours au billard contre lui-même, mais en tant que manchot. Et le jour où le manchot battra l’autre… ce qui devra arriver arrivera. Mais la beauté de ce livre, c’est surtout sa poésie. La narration est si rythmée qu’on y verrait presque des proses. Certaines scènes paraissent presque enfantines tellement elles sont narrées simplement et joliment. Les répétitions appuient cette douceur du récit qui pourtant n’est pas si naïf que cela. Les personnages, si rapidement décrits, prennent étonnamment une profondeur particulière. Le mystère, au centre de l’intrigue réside dans une femme, là-bas, à l’autre bout du monde, « dont les yeux ne sont pas orientaux » et dont on n’entendra jamais le son de la voix. Elle

26


est belle évidemment mais aussi intrigante, on ne sait pas qui elle est mais elle est là et c’est sa présence qui perturbe l’harmonie qu’il y avait dans la vie du jeune Hervé.  » Sur ce rien, sur cet échange de regard, se base toute une mélancolie, la romance se développe autour d’un amour qui n’existe pas. C’est dans cette étrangeté que se trouve la puissance de Soie. L’italien Alessandro Baricco, l’auteur, se nourrit des mystères et des rêves qui habitent l’imaginaire collectif autour du Japon pour en créer un mythe. Il brode son histoire faite de jolis mots et de belles tournures pour créer une étoffe soyeuse qui vous réchauffe le cœur tout en froissant vos émotions (tout n’est pas rose non plus, c’est pas de la guimauve quand même !) par moments. Mais on ne s’arrête pas là, car bien que ce livre ait à peu près notre âge (publié en 1996 en Italie et 1997 en France), il a été réédité dans une nouvelle version récemment (2012, c’est pas si loin). C’est Rebecca Dautremer, connue pour son album Princesses oubliées et inconnues, illustratrice de renom qui a fait revivre sous son doigté la magie de Soie. Ce sont plus de quatre-vingt dix planches qui ont été réalisées afin de donner vie à ce roman. Des crayonnés à la gouache, ces planches, suaves et sensuelles, entretiennent le mystère dans la mesure où la mystérieuse japonaise qui n’en est pas une, n’est pas représentée. Rebecca Dautremer joue avec la narration et y répond, elle narre, elle aussi les trajets, énumère les lieux, illustre des anecdotes. On retrouve ainsi un inventaire d’objets réchappés d’un incendie, un catalogue d’empreintes de petits oiseaux qui s’échappent de la page, des personnages tout droit sortis d’une encyclopédie et du fil de soie bien évidemment. Découvrez une autre version de la route de la soie que celle qu’on connaît tous (en tout cas qu’on pense connaître), qui traverse des tourbillons amoureux comme des labyrinthes de mots. Soie est un roman à lire et à relire qu’on apprécie tant pour son écriture que son esthétique. Vous allez aimer redécouvrir le sens du mot Amour, tout comme celui du mot Soie.

27


Passion lumière

Faire la route de la soie en films Yvine Briolay

Bon. Vous voulez vous préparer pour le Gala, mais à part essayer une énième fois votre costume de lumière et procrastiner pour ne pas réviser vos oraux de spé vous ne savez pas quoi faire ? Vous avez envie de voyager mais votre budget ne vous permet même pas d’aller au-delà de Melun ? Courrez chez votre loueur de cassettes VHS et mettez-vous dans l’ambiance avec ces quelques chefs-d’oeuvres (ou pas, voire absolument pas) du cinéma et des séries ; les pays de la Route de la Soie s’offrent à vous à travers toutes les époques. Départ en Occident : Netflix (ou Pirate Bay, selon votre porte-monnaie et votre audace contre Hadopi) vous propose la série Marco-Polo (2014), vingt épisodes de cinquante minutes pour assouvir votre désir d’aventures dans un univers où dominent cupidité, trahison, intrigues sexuelles et rivalités. Je tiens à préciser que dans la série, Marco Polo apprend le Kung Fu auprès d’un maître chinois. Venise : Puisqu’il fallait à cette liste sa dose de comédie romantique fondante, Dangerous Beauty (La Courtisane en VF, 1998) devrait satisfaire vos envies de vie de cour, de conflits et d’amour dégoulinant de drame, le tout dans la Venise du XVIe siècle. Terre Sainte : Kingdom of Heaven (2005), Orlando Bloom en forgeron bâtard d’un grand seigneur qui part pour la Terre Sainte défendre Jérusalem contre Saladin, c’est un grand oui. Perse : Prince Of Persia : les Sables du Temps (2010). Une énorme daube - pire que les autres qui se sont glissées dans cette liste. En fait vous feriez mieux de jouer au jeu vidéo dont est tiré le film, mais bon, je tiens une rubrique cinéma, je dois m’en tenir à vous conseiller des films.

Iran : Persepolis (2007), film d’animation, récit autobiographique de Marjane Satrapi qui vous transportera dans le Téhéran des années 80. Inde : Devdas (2002), incroyable comédie romantique musicale bollywoodienne avec Shah Rukh Khan dans le rôle titre (cet acteur est un dieu vivant en Inde). L'histoire du film se passe au début du XXe siècle et raconte l'amour impossible entre deux personnes appartenant à deux milieux différents, un Roméo et Juliette raconté par Thierry Zéphir. Chine : La Légende du Scorpion Noir (2008), se déroule au Xe siècle et raconte la vengeance de la femme et du fils de l’empereur de Chine, lâchement assassiné par son frère. Corée : Si vous avez loupé Mademoiselle (2016) par Park Chan-Wook, rattrapez-vous tout de suite. Le film est incroyable, les images sont belles à en pleurer, et l’histoire vous tiendra en haleine jusqu’à la dernière minute. Japon : Le Château de l’Araignée (1976) chef-d’œuvre d’Akira Kurosawa, ce film est une adaptation dans le Japon médiéval du MacBeth de Shakespeare. La rédaction décline toute responsabilité en cas d’ennui devant un film de merde.

28


Journal de bord

d’un navigateur dont vous êtes le héros

Laureen Gressé-Denois

« Nous y voilà mon enfant, te voici assez grand ! Le moment est venu ! » La voix de Père résonna dans ma tête et, confortablement installé dans le fauteuil du salon familial, l’annonce tant attendue m’en fait presque tomber mon édition du Livre des Merveilles au sol. Après toutes ces années, j’allais enfin pouvoir partir ! C’est que je les avais tous lus, les récits de voyages  européens ! Je connaissais désormais toutes les techniques de navigation complexes du English Pilot de John Sellers en 1689 et avais dévoré les vingt-six cartes hydrographiques du Neptune oriental de 1745 de d’Après de Mannevillette. Je vais enfin pouvoir faire le petit tour du monde obligatoire pour tout bon jeune aristocrate et voir en vrai les indigènes portraiturés par Sidney Parkinson lors des expéditions Cook ! « Quand puis-je embarquer, Père ? » - J’ai parlé avec notre ami Tavernier… Tu sais, le descendant de Jean-Baptiste Tavernier… Comme si je ne le savais pas… Jean-Baptiste, c’était juste LE grand voyageur pionnier de la Route des Indes moderne ! Mon agacement est vite remplacé par l’excitation… Mais…. Mes bagages ! Je n’avais encore rien pu préparer ! « Tu partiras après-demain, sourit mon père. N’es-tu pas heureux ? » Aïe… Décidément faire les bagages va être aussi compliqué que le rush de révisions de fin d’année à la faculté de géographie marine ! Si vous décidez de partir dans votre chambre, lisez le n° 6. Si vous préférez courir annoncer la nouvelle à vos amis, lisez le n°3. Si vous vous sentez plutôt l’envie d’une collation en compagnie de votre maître spirituel, lisez le n°9.

2

Je les regardai tous. Chacun des visages. Les reverrai-je seulement un jour ? Ma sœur joue encore machinalement avec ses mèches brunes en boudant. Elle a toujours été plus tête brûlée que moi, et me savoir parti et elle toujours en Europe la frustre profondément. Mère a le regard voilé de larmes. Il est toujours compliqué de voir son enfant partir. Quant à Père, il rayonne de fierté. Je vais découvrir le monde et revenir en véritable adulte responsable, du moins c’est ce que raconte la légende… Mon petit frère, enfin, s’amuse encore sur le tapis avec un petit bateau en bois qui était autrefois mon jouet. « Alexander… Viens à table pour l’amour de Dieu ! C’est son dernier repas ! » Le petit ange bouclé releva la tête et se précipita pour s’accrocher à mes genoux. « Ze veux pas que tu partes... » renifla-t-il en passant une main sur ses yeux ensommeillés.

29


Il se faisait déjà tard. Il faut dire que nous mangions bien après notre heure habituelle, Mère ayant insisté pour qu’un repas digne d’un roi me soit présenté. Je ris et embrassai le champ d’aurore de ses cheveux en les ébouriffant de ma main par la suite. Alexander me sourit, rassuré, et partit rejoindre sa place. Les domestiques arrivèrent avec une multitude de plats contenant des mets savoureux. Poulet tandoori, bœuf massala, agneau madras embaumaient désormais la pièce de leurs suaves volutes. Nous dégustâmes avec une certaine excitation ces mets. Néanmoins, il en restait encore pour tout un régiment de Sa Majesté ! Bientôt, l’annonce de monter en nos chambres fut faite et je me résolus à glisser dans mes draps pour ma dernière nuit française. La nuit à peine commencée, les heures s’égrènent rapidement et c’est enfin le jour J ! Allez au numéro 7 !

3

« Ouch ! Mais où nous as-tu donc amenés ? Dans le purgatoire des abeilles ? » Thomas rugit une nouvelle fois au contact de l’aiguille dans sa chair. Tristan rit. « On dirait la marquise de Soissevin qui s’évanouit lors des soirées de l’ambassadeur d’Angleterre ! », se moqua ce dernier. - Très drôle ! Tu verras quand il te les mettra. Tu prieras avec empressement pour ton salut ! AÏE ! » Le vieil asiatique lui planta une nouvelle aiguille dans la peau. Je m’amusais beaucoup de voir mes amis s’agiter face à cette médecine étrange à leurs yeux. Personnellement, je me laissais faire sans crainte, oubliant parfois même que c’était bien de petites piqûres que l’on me faisait. « Rappelle-moi un peu pourquoi on fait ça ?!» se plaignit encore Thomas. - Pour me permettre de me détendre avant ma longue expédition. Savais-tu que cela ne fait que depuis peu que l’acupuncture a été apportée en Europe ? Au Japon, on appelle ça le « zhenjiu ». C’est un Hollandais, Willem Ten Rhyne, qui l’a apporté en 1679 de Nagasaki. - Sincèrement, répondit Tristan, je crois que Thomas vient de maudire cet homme sur l’instant ! Nous rîmes tous deux en entendant l’intéressé grommeler et grimacer sous une nouvelle pique bien placée. Maintenant que vous êtes plus zen pour votre voyage, envie de rendre visite à votre cousin le futur duc de Choiseul (paragraphe 4), ce bellâtre narcissique ? ou de faire un petit tour à la librairie pour parfaire vos connaissances avant le voyage (paragraphe 12) ?

4

À la cour de Versailles, dans les jardins, je réussis à distinguer mon oncle le duc de Choiseul, ministre de Sa Majesté le roi Louis XV, jouant aux échecs. Je me doutais bien que je le trouverais ici. Néanmoins, même si j’éprouvais une extrême bonté pour lui, il en était tout autre pour Claude-Antoine-Gabriel, son fils adoptif. Ce bellâtre n’avait de cesse de toujours se comporter en homme imbu de lui-même. Bien évidemment, je le reconnus un peu plus loin, faisant rire ces dames qui l’accompagnaient, abritées par leurs ombrelles. « Et vous savez, Mesdames, ô belles nymphes que dis-je ! Savez-vous qu’au fond du jardin de mon merveilleux domaine de Chanteloup se cache la plus lumineuse et exquise architecture jamais conçue ? » l’entendis-je leur demander. Elles étaient pendues à ses lèvres avec des soupirs de curiosité. « Votre pagode construite entre 1775 et 1778, oui mon cher cousin, nous le savons fort bien. Cessez donc de toujours nous le rappeler, cela perd à force de son charme.» - Mais que diable ! Vous ici !, s’étouffa-t-il. - Eh oui, Claude-Antoine ! Vous n’avez pas l’air bien aise de me voir fortuitement apparaître … - C’est que je contais les exploits de notre architecte Le Camus qui l’a

30


construite en s’inspirant de ce qu’il a vu aux Indes et… - Mesdames, je vous en prie, ne l’écoutez pas. Quel ennui comme discours ! Croyez-moi, cousin, votre pagode est bien petite par rapport aux miennes… - Les vôtres ?! - Mais tout à fait, sachez que j’en verrai en vrai des milliers très bientôt ! Je pars demain aux Indes ! La fortune sourit toujours aux vrais aventuriers !, ris-je de bon cœur face à sa mine déconfite et verte de jalousie tandis que, désormais, c’était à mes bras que s’enroulaient les douces mains de ces dames émerveillées. Après cette bonne leçon d’humilité, il est temps de rentrer chez soi. Rendez-vous au dernier repas de famille au paragraphe 2 !

5

Le brouhaha montait en crescendo au fur et à mesure que j’arrivais vers le marché… Là, beaucoup de commerçants arrivaient sur la Seine avec de nombreuses cargaisons amenées en France depuis Le Havre, Lorient, Nantes ou encore Marseille... Les étales étaient toutes entièrement occupées par des produits du lointain, savoureuses chimères exotiques, étoffes de aux chatoyantes couleurs… À côté de ces présentoirs si exceptionnels se trouvait le « carreau », où sous des portiques et galeries couvertes de rez-de-chaussée de maisons, criaient des vendeurs que leurs produits des « piliers des Halles » étaient tout aussi bons mais moins chers que « ces produits d’animaux sauvages des Indes ». Quels ignorants faisaient-ils. Rien de leur beurre, de leur pain ou de leur fromage ne valait l’exquis arrivage des mers et des routes des confins de la Terre. Tandis que je me faisais cette juste réflexion, je sentis une petite main agrippé ma bourse. « Eh ! Petit ! » Trop tard. Interloqué et figé, j’observai interdit le petit chenapan fuir avec mon argent. Après avoir ressaisi mes esprits et m’être maudit d’être si rêveur, je décidai de poursuivre mon petit voleur… Aïe, il est temps de vite se mettre à courir ! Si vous souhaitez vous diriger vers la rue de la Coquillère, lisez le 10 ! Toutefois, si vous pensez que le voleur se cache rue de Grenelle, lisez le 8 !

6

J’ouvris mon sac de voyage en riant tout seul de joie. Quelle félicité inattendue ! Partir ! Partir ! Quelques affaires par-ci par-là tirées de mon armoire quand, enfin, sur une étagère, je redécouvris un sac en toile dans lequel j’avais mis les trésors que j’amassais au marché de Paris depuis des années. Il y avait des bouts d’étoffes de nuances magnifiques, dans les tons rouges grâce à la garance utilisée pour la coloration. On appelait ces tissus des indiennes. J’avais réussi à me procurer ce splendide échantillon grâce à la contrebande des Halles. Elles avaient été interdites à l’importation par Louvois en 1686 car elles concurrençaient les textiles français, mettant ainsi à mal le mercantilisme du royaume. Certaines manufactures françaises avaient bien essayé de les imiter comme Marseille, Mulhouse, ou Bolbec ! Mais rien ne valait une vraie indienne venant de là-bas. Dans mon sac se trouvaient aussi des épices… J’adorais en ouvrir les pots parfois, avant de dormir, pour en humer les essences. C’était un voyage sensoriel admirable. Du poivre de Goa amené par les Hollandais, de la muscade des îles Moluques, du gingembre de Calicut, du curry de Madras, de la cannelle de Daman ! J’avais aussi d’autres nombreux trésors ! Des perles d’Ormuz, de la laque japonaise, de la soie chinoise, de l’huile essentielle de bois de Siam, des pierres précieuses de Houghli, de l’ébène de Mombassa ! Avec délice, je plongeai mon doigt dans chacune des épices pour en découvrir la substance gustative ! Habituellement, je ne les prenais pas toutes en même temps, mais j’étais si excité et heureux de partir que cette envie me parut soudain bien innocente !

31


Maintenant que votre sac est prêt, il va falloir vous procurer quelques vivres pour le voyage. Le lendemain matin, vous filez au marché au paragraphe 5 !

7

Le port fourmillait de personnes en plein travail. Nous étions partis tôt ce matin de Paris pour arriver à Nantes où je devais embarquer sur le Joseph Vernet. Ma famille m’accompagnait et le jeune Alexander refusait de quitter ma main qui enveloppait la sienne. En arrivant dans la ville portuaire, nous avions pu apercevoir les manufactures à l’arrière de la grande cité. On y filait le coton rapporté des Amériques. Chaque port européen avait sa spécialisation d’industrie mercantile sur place. Hambourg était connu pour ses raffineries de sucre, Le Havre pour ses grands ateliers de poissonnerie, Bordeaux pour sa place de la Bourse. Sur les quais, des subrécargues surveillaient pour les douanes les descentes de cargaison. Nous passâmes devant un navire qui amenait sur terre des balles de tabac venues de Virginie. Les deux-tiers allaient être réexportés vers l’Allemagne du Nord. Des produits européens manufacturés sont eux embraqués pour les Indes, afin de les échanger contre des produits exotiques. Ainsi, un navire menait à son bord de lourds tonneaux de vin de Madère et un autre un important chargement de corail de Livourne. Enfin, nous arrivâmes devant le Joseph Vernet. Après de derniers adieux à ma famille, je rejoignis un équipage fort jeune, tout comme moi. Ils devaient avoir entre vingt et trente ans, pas plus. Il y avait pas mal d’officiers qui les regardaient avec dédain : ils gagnaient un salaire en moyenne deux fois plus important que ces pauvres fils de la côte qui s’étaient engagés. Nous mîmes les voiles et bientôt, le port si fourmillant de vie de Nantes disparut à l’horizon. Je me résolus à retourner en cabine, mon rang me permettant d’avoir une couche plus confortable. La nuit fut assez agitée. Si vous êtes allé dans votre chambre au tout début de l’aventure (paragraphe 6) lors de vos préparatifs, lisez le paragraphe 11 ! Sinon, continuez à lire le paragraphe 7 ci-dessous ! Je ne sus si c’était le roulis du navire sur les flots auquel j’étais encore bien peu habitué qui vint perturber mon sommeil ou si c’était l’excitation du voyage qui me tenait éveillé. Je décidai alors d’aller faire un tour sur le pont. Là, sous le firmament des navigateurs perdus qui y cherchaient leur route parmi les étoiles, je me mis à rêver de ce que j’allais découvrir. « Vous n’arrivez pas à dormir jeune homme ? » Le capitaine Tavernier me tapota amicalement l’épaule. « Comme je vous comprends, sourit-il, devinant mes pensées. Moi aussi, quand j’ai embarqué pour la première fois, je m’imaginais trop les lointaines contrées pour domir ! Vous ne serez pas déçu, croyez-moi ! Bienvenue à bord vers les Indes, mon ami ! » Son visage rayonnait de sincérité et d’émerveillement, comme s’il apercevait déjà les terres au loin. Je suivis son regard vers l’horizon et je pus moi-aussi rêver de la fabuleuse aventure qui nous attendait !

8

Essoufflé, j’arrivai enfin rue de Grenelle. Elle faisait l’angle avec la Halle aux blés mais beaucoup de marchands y étaient également installés. Je m’arrêtai à un premier étal en posant ma main sur le bois un instant, afin de reprendre mon souffle. Le gredin m’avait échappé ! Interloqué de me voir dépité et grommeler, un vieux commerçant au ventre gonflé par l’alcool (indice donné par son haleine que je sentais malgré le comptoir qui nous séparait) rit en me voyant. « Dites donc, Monsieur ! En voici une course effrénée !» - Ah c’est que, Monsieur, sachez que je viens de me faire dérober ma bourse ! - C’est chose courante ici, savez-vous… Mais dites-moi, qu’est-ce qu’un homme de votre statut, aux vues de vos atours, vient faire aux Halles de Paris ? On ne voit pas souvent ici des clients pareils ! - J’embarque demain pour les Indes… Je souhaitais quelques produits un peu plus distingués que les simples bouillies données aux équipages. Le vieil homme m’observa avec un air heureux. « Les Indes ! Ah vous verrez, Monsieur ! Voilà un bien drôle d’endroit ! Vous savez, cela fait des années que je fais la route vers les sublimes contrées des Indes ! » - Vraiment ? m’écriai-je.

32


- Oui, regardez par vous-même ! Je suis commerçant de peaux et fourrures… En réalité je suis russe, même si à force de voyager, j’ai perdu mon accent. Les routes continentales vers les Indes sont bien connues grâce aux cartes de Ferdinand von Richthofen mais à cause des Perses safavides, nous avions perdu le contrôle de la route… Heureusement, depuis la mort du shah Abbas III, nous avons pu à nouveau y avoir accès! Les Juifs de Boukhara nous accompagnent en Chine. Là, en échange de nos cuirs et fourrures sibériennes, on peut avoir du thé vert, de la soie, des objets laqués… Il me montra d’un fier geste de la main son étal. « Bon ce qui est plus embêtant, c’est que depuis le traité de Kiakha en 1728, nos échanges sont organisés selon un calendrier commercial strict. Vous savez, les Indes, ça se mérite ! Figurez-vous qu’il y a deux chemins possibles pour relier Moscou à Pékin… Soit on passe par la Mandchourie, soit par la Mongolie. On met à peu près six mois en caravane pour faire le trajet. En général, on s’arrête aussi à Irkoutsk pour faire les dernières foires russes. De là, on ne met plus que soixante-dix jours pour parvenir à destination… » Je buvais littéralement ses paroles. Les heures s’égrenaient et j’avais complètement oublié mon petit voleur ! Le Russe rit et pour me dédouaner, m’offrit un grand pot de thé vert dit « Long Jing » de la province de Zhejiang, soit le « puits du dragon » en chinois… Vous vous ferez une tasse de thé plus tard ! Vous avez complètement oublié votre rendez-vous chez le vieux sage Yu Ling ! Il est temps de lire le paragraphe 3 !

9

« Ah vous partez aux Indes ! Et bien mon cher, vous allez nous en revenir transformé ! » Le marquis de Lévesque déposa sa tasse dans sa soucoupe et poussa un long soupir. Nous étions au café Procope, l’un des nombreux cafés ayant ouvert en Europe depuis que ces grains ont été importés sur le continent. Il aimait le commerce mais étant de la noblesse d’épée, il ne pouvait pas devenir armateur. Cela était mal vu par son rang de se mêler aux bassesses d’un emploi ou d’un travail rapportant de l’argent. Je me souviens que Père disait souvent que son ami, alors qu’il n’était encore qu’un jeune homme, avait convoité le poste de gouverneur de Pondichéry en 1742. Le roi lui avait préféré Joseph Duplex qui était enfin revenu douze ans plus tard avec six millions de livres de rentes. Mon ami -que dis-je, presque mon père spirituel !- en avait été fou de rage, d’autant que Duplex se vantait bien de tout ce qu’il avait vu et gagné. « Mais dites-moi, vous ramènerez de bons produits n’est-ce pas ? » Son regard semblait soudain luire d’un vorace feu de curiosité. « Des tomates comme celles ramenées par Colomb ou encore… hmmm… comment cela s’appelle déjà… ces espèces de fruits rouges à grains d’or rapportés par l’officier Amédée-François Frézier… » - Des fraises, Monsieur, ris-je de bon cœur. Venues tout droit de chez les Indiens Mapuches… Mais vous savez, cela provient des Amériques… Moi je pars aux Indes ! Et de toute manière, je doute de pouvoir ramener quoi que ce fût sans que cela ne soit contrôlé à l’arrivée. - Pas si vite jeune homme, dois-je vous rappeler ce que je vous ai appris ? Tout marin a le droit de ramener avec lui une toute petite quantité de produits qui ne sera pas taxée à l’arrivée et qu’il pourra vendre à qui il veut, au prix qu’il veut ! C’est le droit de pacotille ! Enlevez ça à votre équipage et vous êtes un capitaine de navire mort avant même d’avoir rejoint les côtes françaises ! - Il faudrait déjà y aller pour une pareille mutinerie liée à cette raison. - Vous ne croyez pas si bien dire, mon ami ! Et encore ! Ce n’est qu’un risque parmi tous les autres ! La course des corsaires est toujours dangereuse ces derniers temps. Tenez, j’avais une connaissance parmi la compagnie des Indes orientales française qui m’avait raconté qu’en février 1745, sept vaisseaux français -dont le sien qui venait avec deux autres de Chine-, avaient été pris par des corsaires anglais dans le détroit de Bangka. La cargaison de trois millions de livres a été raflée. Le pire est que cet ami, Pierre Poivre, y a perdu un bras, emporté par un boulet de canon et a été fait prisonnier pendant cinq mois sur l’île de Batavia ! Vous venez d’avaler votre café de travers et commencez à tousser comme un damné. Décidément, le marquis de Lévesque sait rassurer ! Pour vous remonter le moral, vous pouvez soit aller vous détendre chez le vieux sage Yu Ling au paragraphe 3 ou aller vous changer les idées à la librairie, paragraphe 12 !

33


10 11

Rue de la Coquillère. Je regardai, affolé en tous les sens. Parbleu ! Le gredin m’avait échappé ! Furieux d’avoir été semé, je décidai de rentrer chez moi, me souvenant alors que je me devais annoncer à mon cher cousin mon départ. L’heure de la vengeance avait sonné et je n’allais sûrement pas me présenter à Versailles dans ce pitoyable accoutrement !

Votre cousin ne s’attend vraiment pas à votre annonce ! Vous allez enfin pouvoir le prendre à votre tour de haut. Versailles vous attend au paragraphe 4 !

Je ne sus si c’était le roulis du navire sur les flots qui vint perturber mon sommeil ou si c’était mes nausées qui me tenaient éveillé. Je décidai alors d’aller sur le pont supérieur prendre l’air. J’eus à peine le temps d’arriver en haut, que je me mis à rejeter à la mer mon dîner de la veille. Les effluves d’épices me revinrent en bouche. « Si seulement je n’avais pas décidé il y a deux jours dans ma chambre de goûter toutes les épices de mon armoire d’un coup ! Avec en plus le monstrueux repas d’hier, voici mon estomac bien balloté ! Le voyage commence mal ! » me maudis-je en refoulant une seconde nausée tout en m’accrochant tant bien que mal au bois. - Vous n’arrivez pas à dormir jeune homme ? Le capitaine Tavernier me tapota amicalement l’épaule et rit en voyant le mal qui me rongeait. « Comme je vous comprends, sourit-il, devinant mes pensées. Moi aussi, quand j’ai embarqué pour la première fois, je n’ai pas réussi à m’habituer aux tumultueux flots ! Le mal de mer, on ne sait si on l’a que la première fois qu’on lève l’ancre ! Ne vous inquiétez pas ! Plus que plusieurs mois de voyage et vous êtes sorti d’affaire en revoyant la terre ferme  ! Au fait, bienvenue à bord vers les Indes, mon ami ! » Son visage rayonnait d’amusement et d’attendrissement, comme s’il se revoyait à mon âge. Ah oui ! Finalement j’avais hâte d’arriver là-bas pour retrouver la santé et vivre pleinement sans autre incident la fabuleuse aventure qui nous attendait !

12

À la librairie, refuge secret de mes rêveuses pensées, je retrouvai mon étagère préférée : les récits de voyage. Après avoir les avoir tous lus assidûment, j’allais moi-même à la rencontre de tous ces peuples  ! Il fallait que je puise encore tout ce que je pouvais apprendre au maximum avant mon départ. J’avais beaucoup aimé également les inventaires du monde… En 1694, Pierre Pomet avait écrit une Histoire des Drogues à l’attention des apothicaires, Nicolas Monardes avait lui recensé six cents plantes exotiques, Lafitau en 1724 avait rédigé tout un livre sur les Mœurs des sauvages américains comparées aux mœurs des premiers temps. J’avais d’ailleurs trouvé ce dernier assez étrange et troublant, avec des planches de gravures comparant les modes indigènes aux modes antiques… « Vous ici ! Avez-vous déjà terminé le dernier ouvrage emprunté ? » Je me retournai et vis et M. Feder, le libraire, me dévisager amicalement. « Bonjour M. Feder ! Hélas non ! Pas encore ! Le roman de Swift sera ramené par ma sœur sans doute car moi je ne le pourrai pas. J’embarque demain pour les Indes…» - En voilà une bonne nouvelle ! s’exclama le cinquantenaire d’une voix enjouée. Mais ne partez pas si vite, mon bon ami  ! Attendez ici ! Il partit dans sa réserve et revint quelques instants après avec un très beau livre relié. « Vous êtes mon principal emprunteur, et le plus assidu et curieux en plus ! Laissez-moi vous offrir mon volume préféré de la série Des Lettres édifiantes et curieuses avec les fameuses missives du père jésuite François-Xavier d’Entrecolles ! » Je le remerciai d’un sourire rayonnant. D’Entrecolles était un personnage si captivant ! Missionnaire en Chine, c’est lui qui avait révélé à l’Europe les secrets de fabrication de la soie et de la porcelaine chinoise. Il avait, pendant des années, observé les artisans de porcelaine de Jingdezhen. Grâce à lui, on avait su bien exploité les gisements de kaolin découvert en 1780, donnant ainsi naissance à la porcelaine de Limoges ! On dit qu’il savait parler jusqu’à sept langues, dont le mandarin ! Si seulement mon voyage aux Indes pouvait autre aussi prolifique pour les Européens ! En serrant comme un précieux trésor votre nouveau livre, vous rentrez heureux chez vous pour votre dernier repas avant ce tant attendu départ ! Direction le paragraphe 2 !

34


35

CHLOÉ-ALIZÉE AU JAPON


Get ready with me : nuit de Gala Morgane Vitcoq

« La rédaction se désolidarise complètement de cet article. Ces conseils sont à suivre à vos risques et périls. Amicalement, le Louvr’Boîte. »

Salut à tous les amis, j’espère que vous allez bien. Aujourd’hui, un article un peu spécial, puisqu’il s’agit de nous préparer ensemble à pécho de la gonz être la plus belle pour aller danser. Puisqu’il ne s’agit plus d’un mystère pour personne, nous allons nous apprêter sur le thème de LA ROUTE DE LA SOIE. Avouez que ça vend du rêve. Première chose : se reposer et se détendre. Un gala, cela se prépare des semaines à l’avance, et il va falloir s’économiser, de façon à être dans une forme olympique sur le dancefloor de la traditionnelle péniche. Evitez les sorties la semaine précédant le Gala.

Ce temps de repos peut aussi être rentabilisé en cherchant des inspirations de costume lié au thème. Les différents costumes sont toujours une source d’émerveillement, et il est beaucoup plus sympa de jouer le jeu ! Pour cela, rien de plus simple : un article dans ce numéro est destiné aux films de la route de la soie. De quoi trouver de belles idées ! Le soir même, avant toute préparation, il est essentiel de MANGER. Bien que la première partie dispose d’un buffet bien fourni,

36


il est toujours mieux de préparer son estomac aux divers alcools qu’il ingurgitera en seconde partie de soirée. Et même si tu as décidé d’être raisonnable ce soir, on te connaît : prends tes dispositions. Dans le même temps, il est de bon ton de placer au pied du lit une bouteille d’eau fraîche. À cinq heures du matin, elle sera la bienvenue.

La poudre de riz coûte un bras et tu n’as pas le temps d’aller en chercher en urgence ? Tu ne sais pas appliquer du khôl ? Ton rouge à lèvre ne rend pas le rouge que tu escomptais ? Pas de souci. J’utilise personnellement les crayons de couleur aquarellables ! Une goutte d’eau sur la pointe, et la matière s’applique sur mon visage comme n’importe quel make-up haut de gamme ! Tips de pro : si tu veux une couleur plus foncée, attends que la première couche sèche et repasse le crayon ! N’oublie pas de préparer un petit nécessaire de soirée, que tu puisses glisser dans ta poche ou dans ton sac à main : une pièce d’identité, un téléphone portable, et quelques deniers. Par ailleurs, les espèces ont cela de plus sur la carte bancaire qu’elles évitent les surprises le lendemain quant aux dépenses effectuées. La superbe tiare indienne que tu as achetée aux puces ne tient pas sur ta tête? Je te conseille d’y aller à la super glue. Être une déesse le temps d’une nuit, ça n’a pas de prix. En cas d’allergie, sache que la boule à zéro revient à la mode. À l’usage des personnes en talons : embarquez dans un petit sac des chaussures de rechange confortables ! De toute façon, le vestiaire est gratuit. Et pour ceux qui viendront avec une cortège royal digne de Soliman le Magnifique, comprenant éléphants, girafes, pages et autre concubines, nous vous prions de laisser tout ce petit monde à l’entrée du bateau. Merci de votre compréhension. 37


Le choix de la Rédac ‘ « La pacifique guerre des mots en « -a » et « -e » en Alsace pour savoir qui du Haut-Rhin ou du Bas-Rhin a créé telle ou telle exquise invention culinaire régionale. Bredala/Bredele, Bibalakas/Bibelekaes… Et puis quand il s’agit de boire un verre de Glühwein (« vin chaud » pour les non-initiés), tout le monde est d’accord et enterre la choucroute de guerre… Avis aux Strasbourgeois, moi je n’oublie pas et puis sans vouloir être frahr -Gott sei dànk!- la Mulhousienne que je suis est pour les bredalas et bibalakas! #TeamA » Laureen

VOTRE APPR

« Le fait que le “burger” soit devenu un des symboles des USA et du développement de la société de consommation, et qu’on leur attribue toujours cette fabuleuse invention. Alors qu’il s’agissait en réalité du « Hamburger », sandwich mangé par les pauvres petits ouvriers dans les cantines de Hamburg. Rétablissons donc la vérité : Allemagne > USA. » Jeanne

38


« Quand les magazines et les gens pas cultivés crient à l’appropriation culturelle lorsqu’un créateur européen fait du wax, alors que c’est un motif créé par les hollandais au début du XIXe siècle. » Elise

ROPRIATION CULTURELLE PRÉFÉRÉE

« Les canadiens sont taxés d’appropriation culturelle de la part du Québec, en ayant fait de la poutine - spécialité culinaire purement québécoise - leur plat national. Ils ont volé la poutine aux québécois, et c’est une appropriation culturelle bien délicieuse. » Yvine

39


40


41

MORGANE À ST-MALO


42


43


44


45

YVINE À SAN REMO


46

46


47

47


48


-

Ç

S

49


50


51

51


52


53


54

54


55


^

.a

^

e.

us

56


.

57


ème

tore de gravitas e sabliri

des fortifications de goémon s'élevant dans le ciel tel un affront fait à Dieu luimême

58


59


60


61


62


63


64


65


66

66


Après le succès de son premier test (que Psycho Magazine a voulu nous racheter), Louvr’Boîte a décidé de réitérer l’expérience. Découvrez aujourd’hui quel voyageur sommeille en vous, car même si les vacances d’été sont déjà terminées, il n’est pas trop tard pour préparer celles de l’an prochain.

67


68


69

69


70


71

71


Correction jeux Correction les jeux de la route de la soie : Mots-croisés : 1- Pas très bien rangé. Aussi un lieu de rencontres. > Bazar 2- Il surveille tes moindres faits et gestes pendant tes TDO. > Vigile 3- Ludovic Laugier est mondialement connu pour son… > Shampoing 4- Fleuve, pas loin de Mohenjo Daro. > Indus a- Hallucination du désert, mais sans champignon. > Mirage b- Le Roi des Conquérants. > Alexandre c- Religion très diffusée via la Route de la Soie. > Bouddhisme d- Moyen de locomotion dans le désert. > Chameau e- Boisson ou El-Dorado en plein cagnard. > Oasis Mot à trouver : CARAVANSERAIL Jeu des différences : Le sommet du temple A Une boule en moins sur le registre médian à droite sur le temple B La forme en haut de l’élévation juste avant le Shikara est différente L’escalier d’accès au temple Il y a deux colonnes à l’entrée du temple B contre 3 pour le A Le palmier Labyrinthe :

72

72


Mots-mélés de la route de la soie :

Le jeu des maillots de bain : E, C, A, B, D Le jeu Stéphane Bern des spécialités de France : A.i.11 : Les Andouilles de Vire B.h.3 : Les Tripes de Caen C.f.12 : Les Bêtises de Cambrai D.l.2 : Les Biscuits Roses de Reims E.j.9 : Le Brie de Meaux R.k.6 : La Madeleine de Commercy G.m.13 : Le Rillon de Tours H.n.1 : Les Cannelés de Bordeaux

73

I.b.14 : Les Pruneaux d'Agen J.o.8 : Les Zézettes de Sète K.d.7 : Les Marrons Glacés de Privas L.c.5 : Le Nougat de Montélimar M.g.4 : Les Melons de Cavaillon N.a.10 : Les Calissons d'Aix-en-Provence O.e.15 : Les Citrons de Menton


Correction Mots-mélés vacances :

74


Photographiques

Crédits 75

P. 2 : © BDE École du Louvre P. 5 : © Morgane Vitcoq P. 8-9 : © Alexa P. 12-13 : © Lise Thiérion, modèles Louise, Anna et Lise Thiérion P. 16 : © Lise Thiérion, modèle Yvine briolay P. 19-21-22 : © Chloé-Alizée Clément P. 26-27 : © Salomé Moulain P. 29 : Laureen P. 34-35 : © Anaïs Achard P. 35 : © Morgane Vitcoq (dragon) P. 38-39 : © Morgane Vitcoq P. 40 : © Alexa P. 43-44 : REDIFUSION P. 46 : © Envy P. 48 : © Inès Amrani P. 49 : © Morgane Vitcoq P. 50 : REDIFUSION P. 56 : REDIFUSION P. 57 : © Inès Amrani P. 57 : By Mike Prince from Bangalore, India (Essaouira Beach) [CC BY 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0)], via Wikimedia Commons P. 58 : By Ganímedes (Own work) [CC BY-SA 4.0 (https:// creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons P. 59 : REDIFUSION P. 62-63 : © Envy P. 64 : © Chloé-Alizée Clément P. 67 : © Yvine Briolay P. 69 : © Chloé-Alizée Clément P. 70 : © Inès Amrani


76

Profile for Louvr'Boîte

LB HORS-SÉRIE : Révisions - Gala Eté 2018  

Louvr'Boîte Hors-Série Révisions, Gala Routes de la Soie et Eté 2018

LB HORS-SÉRIE : Révisions - Gala Eté 2018  

Louvr'Boîte Hors-Série Révisions, Gala Routes de la Soie et Eté 2018

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded