Cohabiter le stade, cohabiter la ville : Glasgow

Page 1

COHABITER LE STADE ET LA VILLE

GLASGOW


2


3


UNE VILLE, DEUX ÉQUIPES ET UNE RIVALITÉ QUI DÉPASSE LES LIMITES DU STADE.

4


SOMMAIRE

1. GLASGOW

6

INTRODUCTION CARTE DES SUPPORTERS DANS LA VILLE

6 8

2. RANGERS VS CELTICS

10

HISTOIRE PALMARÈS MAILLOTS STADE IDENTITÉ RELIGION

12 16 20 22 26 28

3. THE OLD FIRM

34 5


GLAS

INTRODUCTION

GOW

6

GLASGOW


Glasgow est la principale métropole d’Ecosse et la troisième ville du Royaume-Uni. Ici, les confrontations entre les deux plus grands clubs de football du pays, le Celtic F.C. et le Rangers F.C., sont devenues un terrain d’expression privilégié et violent, de tensions communautaires issues d’un clivage religieux entre une majorité protestante et une minorité catholique, mais aussi d’un conflit social et économique.

VILLE PROTESTANTE

En 1560, la Réforme sépare le Royaume d’Ecosse avec l’Eglise catholique romaine et aboutit, du point de vue religieux, à l’établissement d’une église conforme aux thèses calvinistes, et, du point de vue politique, au triomphe dans ce pays de l’influence de l’Angleterre sur celle de la France. GRANDE FAMINE ET IMMIGRATION IRLANDAISE

Glasgow connaît ensuite une grande vague d’immigration en provenance de l’Irlande Catholique lors de la grande famine du 19ème siècle qui tua plus d’un million d’irlandais et força deux millions d’entre eux à fuir le pays. Très pauvre et stigmatisée, la communauté irlandaise s’est ensuite peu à peu développée, s’attirant les foudres des écossais protestants et conservateurs. PIRE ESPÉRENCE DE VIE DU ROYAUME-UNI

Comme dans des villes comme Manchester ou Liverpool, Glasgow pâti depuis les années 1970 du déclin industriel imposé par Margaret Thatcher, et causant encore de lourds problèmes sociaux, économiques mais aussi sanitaires. Glasgow est la ville du Royaume-Uni où l’on meure le plus jeune avec une espérence de vie autuor de 73 ans pour un homme et 79 ans pour une femme. Dans certains quartiers dans l’Est de la Ville, l’espérence de vie y est même la plus basse en Europe (environ 53 ans pour un homme habitant à Calton) alors que d’autres quartiers plus aisés comme Govan, on vit en moyenne jusqu’à 80 ans. GLASGOW

7

INTRODUCTION


RÉPARTITION DES SUPPORTERS DANS LA VILLE ET ESPÉRANCE DE VIE MOYENNE POUR UN HABITANT DE CES QUARTIERS

Celtic Rangers Espérance de d’un homme moyenne (années)

60

70

80

GOVAN

IBROX STADIUM

GOVAN Govan est un district au bord du fleuve Clyde anciènnement animé par l'acitivité des chantiers navals. De nos jours, c'est un quartier jeune et dynamique, il abrite bon nombre de startups et d’installations culturelles comme le Glasgow Science Center. Ce quartier est également connu pour ses pubs traditionnels et ses édifices victoriens en grès rouge, ainsi que pour les matches de football des Rangers au stade Ibrox. Ici l’espérence de vie pour un homme se situe autour des 80 ans. CARTE

8

GLASGOW


PARK HEAD

PA R

K

H

EA

D

CELTIC PARK

Parkhead est un quartier situé dans le East End de Glasgow. Le quartier était connu pour ses usines de charbons aujourd’hui fermées. Ce quartier est touché par la toxicomanie le tabagisme et l’alcoolisme, l’éspérence de vie pour un homme y est autour de 55 ans. C’est l’une des plus faibles d’Europe. GLASGOW

9

CARTE


SUPPORTER DU CELTIC DANS LE QUARTIER DE PARKHEAD (2003)

10


MARCHE LOYALISTE DU PARTI ORANGISTE DANS LES RUES DE GOVAN (2019)

11


12

C


RAN GERS

13


CELTIC

Le Celtic Football Club, communément appelé « Celtic Glasgow » est un club de football écossais fondé le 6 novembre 1887 par Frère Walfrid, un ecclésiastique originaire d’Irlande, à Parkhead, un quartier à l’Est de la ville de Glasgow.

La création de ce club permettrait d’aider financièrement la communauté irlandaise de la ville de Glasgow, très pauvre, issue de l’immigration. Dans les années qui suivent, le club devient le porte-drapeau et un élément de fierté la communauté irlandaise en Écosse, puis dans le monde entier. Ses couleurs (blanche et verte), son logo (le trèfle à quatre feuilles) rappellent les origines irlandaises du club.

HISTOIRE

14

GLASGOW


Le Rangers Football Club, communément appelé « Glasgow Rangers », est un club écossais de football. En 1872, 4 jeunes écossais eurent l’idée de créer leur propre équipe de football à Glasgow.

RANGERS

Ils l’appelèrent les Rangers, d’après le nom d’une équipe de rugby anglaise dont ils avaient lu le nom dans une revue. Le mot Rangers peut désigner des gardes forestiers, des policiers, ou des militaires. Les Gers ont construit leur identité en réaction aux vagues d’immigration irlandaise et au rival du Celtic. Jusqu’en 1989, le club a ainsi refusé d’engager des joueurs ou dirigeants catholiques. Les couleurs du club utilisent le Royal blue combiné au rouge, rappelant ainsi son attachement au Royaume Britannique. GLASGOW

15

HISTOIRE


DESSIN DE BROTHER WALFRID, FONDATEUR DU CETIC GLASGOW FOOTBALL CLUB.


LA PREMIÈRE ÉQUIPE DES RANGERS COMPRENANT LES QUATRES FONDATEURS, LES FRÈRES MOSES MCNEIL ET PETER MCNEIL, PETER CAMPBELL ET WILLIAM MCBEATH (1874)


Le Celtic fait partie en 1890 des dix membres fondateurs de la Scottish Football League, qui organise depuis le championnat d’Écosse.

39

COUPES DE LA LIGUE ÉCOSSAISE (SCOTTISH LEAGUE CUP)

51

CHAMPIONNATS D’ÉCOSSE (SCOTTISH PREMIERSHIP)

CELTIC

COUPES D’ÉCOSSE (SCOTTISH FA CUP)

19

1 COUPE D’EUROPE DES CLUBS CHAMPIONS (CHAMPIONS LEAGUE)

THE LISBONS LIONS

L’heure de gloire du Celtic sonne en 1967, quand sous la direction de Jock Stein, il devient le premier club britannique à remporter la Coupe d’Europe des clubs champions, la plus prestigieuse des compétitions européennes. Les Bhoys réalisent cette saison-là l’exploit de remporter les cinq compétitions auxquelles ils participent, aveca un effectif composé uniquement de joueurs de la région de Glasgow. Le Celtic reste par ailleurs l’une des meilleures équipes d’Europe jusqu’au départ de Stein en 1975. PALMARÈS

18

GLASGOW


Les Rangers font partie des dix fondateurs de la Scottish Football League et évoluent sans discontinuité en première division du championnat depuis 1890 jusqu’en 2012.

33

27

CHAMPIONNATS D’ÉCOSSE (SCOTTISH PREMIERSHIP)

COUPES DE LA LIGUE ÉCOSSAISE (SCOTTISH LEAGUE CUP)

54

COUPES D’ÉCOSSE (SCOTTISH FA CUP)

RANGERS

1

COUPE DES VAINQUEURS DE COUPE (CUP WINNER’S CUP)

En 1961, il est le premier club britannique à atteindre une finale de compétition européenne, à savoir la Coupe des vainqueurs de coupe réunissant les vainqueurs des coupes de chaque pays, qu’il remporte finalement en 1972. En 2008, le club atteint la finale de la Coupe de l’UEFA. DESCENTE AUX ENFERS

En février 2012, le club est conduit à la liquidation, et est exclu du championnat du fait de l’importance de ses dettes auprès du fisc britannique et devra évoluer en division 4 pour la saison 2012-2013. Il faut attendre la saison 20152016 pour voir le club assurer sa remontée dans l’élite du foot écossais après quatre ans de purgatoire dans les divisions inférieures. GLASGOW

19

PALMARÈS


LA LÉGENDE DU CELTIC BILLY MCNEILL AVEC LA COUPE DES CLUBS CHAMPIONS (1967)

20


LE CAPITAINE DES RANGERS AVEC JOHAN CRUYFF AVANT LA FINALE DE LA COUPE DES VAINQUEURS DE COUPE EN 1972, CONTRE L’AJAX D’AMSTERDAM.

21


“THE HOOPS”

CELTIC

Le premier jeu de maillots du Celtic Football Club est blanc à col vert, avec en guise d’écusson une croix celtique de couleur rouge. Le passage aux rayures vertes, couleur symbolique de l’Irlande, et blanches se fait début 1889. D’abord verticales, les rayures deviennent horizontales à l’été 1903. Les grands succès connus par le club les années suivantes favorisent l’adoption définitive de ce maillot par le club et ses supporters.

MAILLOT

22

GLASGOW


RANGERS

ROYAL BLUE

A la création du club en 1873, le maillot était Light Blue pour le distinguer des maillots Navy blue utilisé habituellement par les équipes écossaises de l’époque. Par tradition loyaliste, le club adopte le Royal Blue en 1883. En 1921 les chaussettes deviennent noires, cette tenue restera inchangée depuis.

GLASGOW

23

MAILLOT


CELTIC PARK

Capacité : 60 857 places Prix moyen par place : 15 livres Taux de remplissage moyen : 96%

LISBON BOYS STAND

CELTIC

NORTH TAND JANEFIELD STREET

MAIN STAND KERRYDALE STREET

JOCK STEIN STAND

Le « Paradise », comme le surnomment les supporters du fait de sa proximité avec un cimetière (Janefield Cemetery), est situé dans le quartier de Parkhead, à l’est de Glasgow. Le stade ouvre ses portes le 20 août 1892. Entre 1996 et 2002 le Celtic Park est entièrement rénovée pour devenir le deuxième plus grand stade d’Écosse, derrière Murrayfield Stadium comprenant 60 857 places assises. Trois des quatre tribunes ont été reconstruites sur deux étages, celles derrière chaque but étant rebaptisées « Jock Stein » et « Lisbon Lions » en référence aux légendes du club.

STADE

24

GLASGOW


IBROX STADIUM Capacité : 50 987 places Prix moyen par place : 35 livres Taux de remplissage moyen : 95%

RANGERS

MAIN STAND

GOVAN STAND

COPLAND STAND

BROOMLOAN STAND

Le stade des Rangers est l’Ibrox Stadium depuis les origines du club et est sa propriété. Ce stade d’environ 50 987 places est l’un des deux stades écossais à avoir obtenu le label « stade 5 étoiles » décerné par l’UEFA. Lieu de deux catastrophes meurtrières en 1902 et 1971 mais également de certaines des plus grandes pages du football écossais, l’Ibrox est l’un des stades les plus mythiques de Grande-Bretagne. Le public de l’Ibrox Stadium fait partie des plus fidèles d’Europe. En effet, les 50 000 sièges du stade sont remplis pour la plupart des matchs de championnat avec un taux de remplissage dépassant chaque année les 95 %. L’ambiance qui y règne est réputée partout en Europe.

GLASGOW

25

STADE


26


27 FAÇADE DE L'IBOX STADIUM MAIN STAND


“ UP THE 28

S”


“ GOD SAVE THE QUEEN” 29


IRISHS LOGO DE L'IRLA (IRISH REPUBLICAN LIBERATION ARMY)

CELTIC

[...] So read the roll of honour for Ireland’s bravest men We must be united in memory of the ten England you’re a monster, don’t think that you have won We will never be defeated while Ireland has such sons [...] REFRAIN DE LA CHANSON ROLL OF HONOUR DU GROUPE IRLANDAIS THE IRISH BRIGADE

Dans les rangs du Celtic, on défend fièrement son appartenance à l’Irlande. Certains groupes de supporters expriment régulièrement leur soutien à l’Irish Republican Army (IRA), parti indépendantiste irlandais. L'identité politique assumée de certains fans du Celtic, exprimée à travers de nombreux chatns pro-IRA embarassent le club et les instances du football écossais. Lors d'un match contre Aberdeen en novembre 2011, la Green Brigade, groupe ultras du Celtic, avait déployé un message s'opposant au port d'un coquelicot en soutien aux soldats anglais morts au combat sur le maillot des joueurs du club comme le veut la tradition britannique. La même année, le gouvernement introduit le « Offensive Behaviour at Football Act », une loi qui interdit toute offense, insulte à l'encontre de quelqu'un lors d'un match de football. IDENTITÉ

30

GLASGOW


BRITISHS

LA BANNIÈRE DE ULSTER EST UN SYMBOLE LOYALISTE RENVOYANT APPARTENANT À L’IRLANDE DU NORD, PROTESTATNE ET FIDÈELE À LA COURONNE D’ANGLETERRE

RANGERS

Hello, Hello We are the Billy Boys Hello, Hello You’ll know us by our noise We’re up to our knees in Fenian blood Surrender or you’ll die For we are The Brigton Derry Boys «BILLY BOYS», EST UN CHANT LOYALISTE, SIGNATURE D’N GANG PROTESTANT DE GLASGOW DIRIGÉ PAR BILLY FULLERTON DANS LES ANNÉES 1920.

Les Rangers de Glasgow, club préféré de la bourgeoisie écossaise ont toujours clamé leur fidélité à la couronne d’Angleterre. Le club prête allégeance à la reine et les drapeaux de l’Union Jack flottent régulièrement dans les tribunes de l'Ibrox Stadium. Les supporters vénèrent les Billy Boys, gang anti-catholique et unioniste qui sévissait dans les rues du Glasgow des années 1920. Certains groupes de supporters entretiennent des liens étroits avec les loges maçonniques écossaises et les mouvements orangistes

GLASGOW

31

IDENTITÉ


32


33


CATHOLICS CELTIC

Le Celtic Football Club est profondément lié avec ses origines catholiques Irlandaise. Parmi les supporters du club à Glasgow, 74% d’entre eux se revendiquent fidèles à l’Eglise Catholique Romaine.

CROIX CELTIQUE SYMBOLE DE L'ÉGLISE CATHOLIQUE D'IRLANDE

RELIGION

34

GLASGOW


LE BUISSON ARDENT SYMBÔLE DE L'ÉGLISE RÉFORMÉE D'ÉCOSSE FONDÉ PAR JOHN KNOW ET 1590 SUR LE MODÈLE PRESBYTÉRIEN CALVINISTE

RANGERS

PROSTESTANTS

Le Rangers FC est, depuis sa création, profondément ancré dans la population protestante. Parmi les supporters des «Gers» à Glasgow, 65% se revendiquent être protestants.

GLASGOW

35

RELIGION


CÉLÉBRATION DE LA PREMIÈRE APPARITION DE NOTRE-DAME DE LOURDES, CELTIK PARK (1958)

PORTRAIT DE LA REINE ACCORCHÉ AU MUR DU VESTIAIRE DES RANGERS

36


37


THE OLD FIRM HAINE, PASSION ET DÉBORDEMENTS

38


En 2011, on compte près de 400 rencontres de Old Firm dans l’histoire des deux clubs. Ces matchs, qui donnent systématiquement lieu à un emballement médiatique en Écosse, se déroulent dans une atmosphère de forte tension qui se prolonge régulièrement par des violences entre les communautés. Dans l'histoire des derbys, on estime que 8 personnes auraient étés assassinés pour motif de rivalité(s) footballistique et/ou religieuse à Glasgow.

L’origine du surnom donné au derby entre les Rangers et le Celtic trouve son origine au début du 20ème siècle. L’un des deux clubs prêta un jour un gardien de but à l’autre pour pouvoir disputer un match de coupe face à Hibernian le club d’Edimbourg. Un journaliste local, outré par le procédé déclara que ces deux clubs formaient une « Old Firm » (vielle combine). Il n’en fallait pas plus pour que le nom reste, même si dans les faits, les deux clubs perdront rapidement cette complicité. LES DÉBUTS DE LA RIVALITÉ (1888-1950)

Le premier derby entre les deux clubs, joué en mai 1888, se scellera par une victoire 5-2 du Celtic, score toutefois banal pour l'époque. Avec le légendaire Willy Maley comme président, le Celtic va rapidement se professionnaliser, et l'influence des prêtres catholiques fondateurs du club va diminuer. Le président engage des joueurs de tout le pays et de toutes confessions. Il n'existe, à cette époque, aucune rivalité Celtic-Rangers, la ville de Glasgow possédant une dizaine de clubs. Mais, dès 1909, à Hampden, lors d'un match opposant le Celtic aux Rangers, des supporters s'attaquent aux forces de l'ordre. Ceci fut à l'origine d'une centaine de blessés. Aussi grave fut l'événement, il ne fut pas considéré à l'époque comme la conséquence de la rivalité entre les deux clubs. La communauté irlandaise, défavorisée dans la société écossaise, va alors pouvoir posséder un élément de fierté avec le Celtic qui fait partie des grands clubs du championnat écossais. La communauté protestante et les ouvriers de souche écossaise voient en l'arrivée de la communauté irlandaise une concurrence déloyale. Ceux-ci vont se regrouper dans le club des Glasgow Rangers. C'est à cette époque d'ailleurs, vers 1915, que l'Irlande affirme sa GLASGOW

39

THE OLD FIRM


1. CELTIC VS RANGERS, HAMPDEN PARK (1909)

2. ÉMEUTES APRÈS LA FINALE DE LA COUPE D'ÉCOSSE, HAMPDEN PARK (1980)

40


volonté de détachement de l'île, avec notamment les Pâques sanglantes en 1916. Les supporters du Celtic soutiennent leur île natale avec leurs chants, renforçant ainsi l'opposition avec des écossais attachés à l'Empire. Les tribunes d'Ibrox Park vont donc se remplir de plus en plus de banderoles "anti-Celtic". LA HAINE GRANDIT (1950-1970)

Au fil des années, les deux clubs et leurs supporters vont se radicaliser. Le sectarisme manifeste des Rangers et son orientation politique rejaillit directement sur les supporters. Ces derniers, comme ceux du Celtic, vont utiliser les stades de football comme véritables tribunes politiques. Ainsi, en s’affrontant, le Celtic et les Rangers transportent, au-delà des frontières irlandaises, l’opposition entre l’IRA (Armée Républicaine Irlandaise) et l’UDA (Association de Défense de l’Ulster). Pourtant, malgré les accusations de fanatisme religieux lancées envers les deux clubs, leurs dirigeants respectifs hésitent à prendre position. Les dirigeants des Rangers refusèrent systématiquement d’admettre que le sectarisme était « institutionnalisé » au sein du club, tandis que toute tentative d’associer le Celtic à l’IRA était catégoriquement démentie du côté du Celtic Park. Pourtant, les matchs entre les deux équipes ont toujours entraîné des troubles et le problème, notamment à partir de la deuxième moitié des années soixante-dix, n’a cessé de s’amplifier, la violence devenant de plus en plus difficile à contrôler. Mais, à Glasgow, les conséquences de la rivalité entre les deux clubs sont visibles bien au-delà du simple jour de match. Ainsi, les années quatre-vingt dix marquèrent le début d’une ère d’agressions « en pleine ville », et différents supporters, portant les « mauvaises » couleurs, au mauvais endroit et au mauvais moment furent assassinés pour des motifs purement religieux. L'APOGÉE DE LA VIOLENCE (FINALE COUPE D'ÉCOSSE 1980)

Le 10 mai 1980, le Celtic remporte la finale de la Coupe d'Ecosse aux dépens des Rangers (1-0 a.p.). Une célébration est organisée en l'honneur des vainqueurs, au sein d'Hampden Park, comme le veut le protocole. Enivrés par leur succès, des supporters du Celtic en profitent pour envahir la pelouse. Ils sont rapidement rejoints par leurs rivaux. S'en suivent des affrontements enragés. Des spectateurs se battent comme ils le peuvent. Avec leurs mains, au mieux, avec des bouteilles, canettes et briques, au pire. Les forces de l'ordre sont débordées. Après ce soulèvement, les deux équipes sont sanctionnées d'une amende de 20 000 livres chacune. Le dispositif policier est, lui, mis en cause : la plupart des officiers étaient postés à l'extérieur de l'enceinte. A l'intérieur, il n'y en avait... que douze. Des mesures sont prises par le parlement : l'alcool est interdit dans les stades écossais. Cette interdiction existe encore aujourd'hui, à quelques exceptions près. GLASGOW

41

THE OLD FIRM


1985

1990

42


MARK WALTERS, PREMIER RANGER NOIR (1988)

Devant tant de débordements, les deux clubs ont tenté, au cours des dernières années, soutenus par les politiques de la ville, d’améliorer la situation et d’apaiser les tensions. En 1988, déjà, l’arrivée au poste d’entraîneur des Rangers de Graeme Souness permit de mettre fin à la politique de recrutement sectaire du club. Il décida en effet que pour que le club soit le plus compétitif possible, il se devait de recruter les meilleurs joueurs, peu importe leurs convictions religieuses. En janvier 1988, Souness fait signer Mark Walters. C'est le premier joueur noir de l'histoire du club, ce qui provoque la colère des supporters, qui brûlent écharpes et tickets d'abonnement à Govan. JUDAS JOHNSTON

Le 10 juillet 1989, Maurice Johnston, catholique et ancien du Celtic signe pour les Rangers. Le coup porté à la politique sectaire du club fut retentissant, mais les supporters, attachés aux traditions, acceptèrent difficilement cette évolution. Dès le lendemain de la signature, plusieurs centaines d’entre eux brûlèrent leurs écharpes et déchirèrent leurs abonnements. Dans la continuité, les présidents des deux équipes rivales appelèrent en plusieurs occasions leurs supporters à arrêter d’entonner des chants provocateurs ou orientés politiquement. Pourtant, malgré ces quelques soubresauts, l’attitude des deux clubs demeure ambiguë et confuse concernant la question du sectarisme religieux, et les dirigeants hésitent à prendre position, de peur de provoquer l’ire des supporters, attachés à une histoire et à des valeurs communes, et peu enclins au changement.

Mais le sectarisme demeure avant tout ancré dans la société de Glasgow. Enracinés dans cette dernière et intégrés dans son histoire, les derbys entre le Celtic et les Rangers sont devenus, au fil des années, un terrain d’expression d’un conflit récurrent qui frappe la ville. Il convient donc, pour la société de Glasgow toute entière, de réfléchir sur son passé, afin d’en finir une bonne fois pour toute avec le sectarisme et les tensions entre protestants et catholiques. En cela, le football, à condition que les deux clubs opèrent un jour un véritable rapprochement, est susceptible de jouer un rôle moteur dans l’évolution socioculturelle de la ville. En 2004, le journaliste Franklin Foer révèle que les admissions aux urgences hospitalières sont multipliées par neuf les soirs de Old Firm, et surtout que huit décès sont imputables aux combats entre supporters à Glasgow entre 1996 et 2003. GLASGOW

43

THE OLD FIRM


44


45