Page 1

www.lofficiel.ch

N° 27 Février / Mars 2017 CHF 12

1  

Naomi

Notre icône: PHOTOS exclusiveS


www.lofficiel.ch

Naomi Campbell en Dior

N° 27 Février / Mars 2017 CHF 12

2  

Naomi

Notre icône: PHOTOS exclusiveS

Naomi Campbell trägt XXXYYY www.lofficiel.ch


www.lofficiel.ch

Naomi Campbell en Prada, Kenzo et Alexander Wang.

N° 27 Février / Mars 2017 CHF 12

3  

Naomi

Notre icône: PHOTOS exclusiveS


4  


dior.com – 044 439 53 53


Collection Rose des vents

Or blanc, or jaune, or rose, diamants, lapis lazuli, nacre, opale rose et turquoise.


PHOTOGRAPHED BY BRUCE WEBER


Ohrringe

Aldo

REMIX FASHION Mit Marken von Premium bis Streetwear. Schau dir den Fashion Film mit A$AP Rocky auf zalando.ch an

Anzug

Won Hundred


Top

Puma


numéro

0 1/20 17

Art Directors

LI S A ME T TIER R einh a r d S chmidT

Prepress

MICHAEL WEBER

STAGI A IR E

TAMARA GIULIA S ALATHÉ

R ÉDACTR ICES EN CHEF

LI V IA Z A FIRIOU, ODILE BURGER

M A NAGING EDITOR

MA NOU S TEIGER

m a nou. steiger@loffic iel .ch

TR A DUCTION

FRA NC E OS SOLA , FRA NZ ISK A DENGLER , C ARMEN BERGER , E VA HÜB S C HER , LIA NNE FAT ZER , HELEN NK ABA , MEG ZÜBLIN - DILLON,

SENIOR EDITOR

STÉPHANE BONVIN

Be au t y Editor

Ur sul a Bor er

PUBLICITÉ

E VA FAV RE

A FFINIT Y PRIMEMEDIA LTD. e . fav r e@a ffinity- pr imemedi a .ch +41 21 7 81 0 8 5 0

C AMBRID GE EDITING w w w.cambridge - editing .com

ONT PA RTICIPÉ À CE NUMÉRO Textes SIMONE BAUR, MATHILDE BERTHIER, HERVÈ DEWINTRE, ELSA FERREIRA, VALÉRIE FROMONT, MAUD GABRIELSON, ANNE GAFFIÉ, Jeanne Gautier, MARC HUERLIMANN, AURÉLIA HERMANGE, MÉLANIE MENDELEWITSCH, KRISSI MURISON, CHRISTIN-LUC PARISON, LENA STÄHELI, MÉLODY THOMAS, KAREN ROUACH, LÉA TRICHTER-PARIENTE, NICOLE TRINKLER JANDER, Poppi de Varey

R éa lisation EMILY MICHELLA, DEBORAH REYNER SEBAG

Photogr a phie DEMARCUS ALLEN, SARAH BLAIS, LAETITIA HOTTE, AN LE, THOMAS PICO, PRISCILLA SAADA

St y lisme VANESSA BELLUGEON, JENNIFER EYMÈRE, SIMON GENSOWSKI, MAGALI MARTIN, CHRISTOPHER MAUL

MAQUILLAGE / COIFFURE DANTE BLANDSHAW, RENEE GARNES, SHELLEY BLAZE, HUBERTE CESARION, ROGER CHO, OLIVIER HENRY, PIIA HILTUNEN, DANIELLA KOLLER, HISANO KOMINE, YUJI OKUDA

Service abonnements ABO@LOFFICIEL.CH TEL. 041 329 23 40 – FAX 041 329 22 04 ABONNEMENT ANNUEL (9 NUMÉROS) 1 AN AU PRIX DE CHF 96 (AU LIEU DE CHF 120) SUR WWW.LOFFICIEL.CH

12  


STYLE

  13


internationa l

PUBLISHER A ND EDITOR-IN-CHIEF

M a nagement Internationa l a nd M a rketing

FASHION DIR ECTOR

INTER NATIONA L A DV ERTISING M A NAGERS

MARIE-JOSÉ SUSSKIND -JALOU

Tr a ffic M a nager

K ARIM BELK ACEM BENZEMA

k b . benzem a@jA loumedi agroup.c om TEL +3 3 (0) 1 5 3 01 8 8 3 0

VANESSA BELLUGEON PR ÉSIDENTS

FLAVIA BENDA

f. benda@jA loumedi agroup.com

MARIE-JOSÉ JALOU & MA XIME JALOU editori a l Direction

CEO

EDITOR I A L DIR ECTOR

b . e y mer e@edItionsjA lou.com

EMMANUEL RUBIN

e . rubin@jA loumedi agroup.c om

BENJAMIN E YMÈRE DEPUT Y CEO/COO

EMANUELLE HERMANT

e . her m a nt @jA loumedi agroup.com INTER NATIONA L EDITOR I A L & A RCHI V E M A NAGER

NATHALIE IFRAH

Director of production

MARIA CECILIA ANDRE T TA

m c . Andr e T TA@jA loumedi agroup.c om

n . ifr a h@jA loumedi agroup.c om

j.gl a sgow@ja loumedi agroup.com

Assista nt Director

INTER NATIONA L SA LES DIR ECTOR ITA LI A N M A R K ET

p. s avA ry@jA loumedi agroup.com

A . m a siero@jA loumedi agroup.c om

Joushua Gl asgow

PA SC ALE SAVARY

internationa l editions l’ Offi c iel de l a Mode , Ja lous e , l’ Op t imum , l a R e vue de s Mont r e s , l’ Offi c iel Voyage , l’ Offi c iel 1 0 0 0 Modèl e s , L’ Offi c iel Homme s , l’ Offi c iel A r t, l’ Offi c iel S hopping , l’ Offi c iel C hirur gie Esthét ique , l’ Offi c iel C ent r a l As ie , l’ Offi c iel Aust r a l ie , L’ Offi c iel Az er b a i ja n , L’ Offi c iel Br a s il , L’ Offi c iel Homme s Br a s il , l’ Offi c iel C hin a , l’ Offi c iel Homme s C hin a , l’ Offi c iel A r t C hin a , Ja lous e C hin a , l’ Offi c iel Homme s Ger m a ny, L’ Offi c iel Gr eec e , L’ Offi c iel Indi a , L’ Offi c iel l nd one s i a , l’ Offi c iel Ita ly, L’ Offi c iel Homme s Ita ly, L’ Offi c iel Ja pa n , l’ Offi c iel Homme s Kor e a , L’ Offi c iel L atv i a , L’ Offi c iel L eb a non , l’ Offi c iel Homme s L eb a non , L’ Offi c iel L i thua ni a , L’ Offi c iel M a l ays i a , l’ Offi c iel Moro cc o, l’ Offi c iel Homme s Moro cc o, l’ Offi c iel Me x i c o, l’ Offi c iel Middl e- E a st, l’ Offi c iel Ne w Z e a l a nd, L’ Offi c iel P ol a nd, l’ Offi c iel Russ i a , L’ Offi c iel S a int- B a r th , L’ Offi c iel S ing a p our , l’ Offi c iel S pa in , L’ Offi c iel S w i tz er l a nd, l’ Offi c iel T h a il a nd, l’ Offi c iel Homme s T h a il a nd, l’ Op t imum T h a il a nd, L’ Offi c iel Ne ther l a nds , l’ Offi c iel Homme s Ne ther l a nds , l’ Offi c iel T ur k e y, l’ Offi c iel Homme s T ur k e y, l’ Offi c iel Uk r a ine , L’ Offî c iel Homme s Uk r a ine , L’ Offi c iel V ie tn a m www. loffi c iel mode .c om www. JA lous e . fr www. Loffi c ieLhomme s . fr www. l a r e vuede s mont r e s .c om www. edi t ionsja lou.c om

fina nce a nd a dministr ation

ANGELA MA SIERO

INTER NATIONA L SENIOR A DV ERTISING M A NAGER ITA LY

CLAUDIA DELLA TORRE

c . dell ator r e@jA loumedi agroup.c om DIR ECTOR FINA NCE & A DMINISTR ATION

THIERRY LEROY

t. leroy@jA loumedi agroup.c om

INTER NATIONA L A DV ERTISING M A NAGER

C ARLOT TA TOMA SONI

c .tom a soni@ja loumedi agroup.com Chief a dministr ati v e officer

FRÉDÉRIC LESiOURD

f. lesiour d@jA loumedi agroup.com

Adv ertising M a nager Mil a n

MONIC A TRAINA

m .tr a inA@jA loumedi agroup.com HUM A N R ESOURCE M A NAGER

ÉMILIA É TIENNE

e . e tienne@jA loumedi agroup.c om M A NAGER ACCOUNTA NCY & PRODUCTION

PRODUCT DIFFUSION M A NAGER

JEAN-FRANÇOIS CHARLIER jf.chA r lier@jA loumedi agroup.com

ÉRIC BESSENIAN

e . besseni a n@jA loumedi agroup.com DISTR IBUTIONS M A NAGER

LAHCENE MEZOUAR

FA BR ICATION

l . me zoua r@ja loumedi agroup.com

PR INTING, PRODUCTION, TR ACK ING A ND PA PER SUPPLY BY

ACCOUNT M A NAGER

3, rue du Pont-des-H a lles, 94150 Rungis

n . h aoua s @ja loumedi agroup.com

PHOTOLITHOGR A PH Y

NADIA HAOUA S

GROUP VALPACO

C YMAGINA

IN VOICING

BARBARA TANGU Y

b .ta nguy@ja loumedi agroup.com

LEGA L DEPOSIT N ° de Commission pa r ita ir e 0 318 K 8 0 4 3 4 – IS SN 0 0 3 0.0 4 0 3 Pr inted in EU/Impr imé en UE

communication a nd press THOM AS M A R KO & ASSOCI ATES

EMMANUEL BACHELLERIE

emm a nuel . b@tm a r koagency.com

CÉLINE BRAUN

c eline . b@tm A r koAgency.c om Tel . +3 3 (O) 1 4 4 9 0 82 6 0

A DV ERTISING M A NAGER SW ITZER L A ND

E VA FAVRE

A FFINIT Y- PRIMEMEDIA LTD. E . FAV RE@A FFINIT Y- PRIMEMEDIA .C H +41 21 7 81 0 8 5 0

14  

founders

GEORGES, LAURENT AND ULLY JALOU (†)

PUBLISHED BY JALOU MEDIA GROUP S ARL au c a pita l de 6 0 6 0 0 0 euros S; c el 3 31 5 32 176 0 0 0 8 7 C C P N ° 1 82 4 62 J Pa r is He a d offic e: 5 , Rue Bach aumont, 7 5 0 02 Pa r is Tel . +3 3 (0) 1 5 3 01 10 3 0 - Fa x +3 3 (0) 1 5 3 01 10 4 0


POSSESSION

possession.piaget.com

Boutique Piaget Rue du Rhône 40 - Genève

Boutique Piaget Bahnhofstrasse 38 - Zurich

Boutique Piaget Grendelstrasse 19 - Lucerne


STYLE Nouveau visage

N°27 – Février/MARS 2017

SOMMAIRE

d’Audemars Piguet, l’actrice Freida Pinto nous consacre une interview, à lire page 42.

RENDEZ-VOUS

16 IMPRESSUM 18 ÉDITO 20 CONTRIBUTEURS 23 NUANCIER – FÉE VERTE 176 ADRESSES

NEWS 24 29 30

DE LA MODE, ET DES BIJOUX VEUVE CLICQUOT – «THE CLICQUOT FLAG» LE MONDE SELON WOOLRICH

BIJOUX 34 35 36 38

16  

ANATOMIE D’UNE MONTRE – LE «PIAGET POLO S» DE PIAGET TENDANCES MONTRES– SI LE TEMPS M’ÉTAIT CONTE TENDANCES BIJOUX – STARS ET ÉCLATS GEMMES ET GESTES

Mannequin, mais pas seulement: Adwoa Aboah, en belle compagnie, page 74 et suivantes.

42 FREIDA PINTO – PRINCESSE DE LA VALLÉE DE JOUX

STYLE 48 52 68 69 70 73 76 79

LE SAVIEZ VOUS? MAX MARA FASHION MONTH FILLE DE L’OFFICIEL – ROMINA CHOUN ANATOMIE D'UN SAC – LA BESACE «OBLIQUE» DE DIOR L’AMIE DES FEMMES – DONATELLA VERSACE LE CHOIX DE...SORAYA BAKTHIAR SOIS BELLE ET PARLE – LES WALKYRIES DES PODIUMS CHRONIQUE – LA «LOVE SUITE» DE KIKI

BEAUTY 84 86 87 88

BEAUTY NEWS DETOX – LÉGÈRE ET RAYONNANTE ANATOMIE D’UNE BOUGIE – LE «ROSA MUNDI» DE DIPTYQUE ÎLOTS DE JOUVENCE


Sommaire MODE

94 EN COUVERTURE - NAOMI CAMPBELL 106 NEW SEASON HIT-LIST 118 DOUBLE JEU 128 PUCCI – UNE ROBE TROIS IT-GIRLS 135 L’ART ET LA MATIÈRE – ACCESSOIRES

LA VIE

141 OBJET DE CURIOSITÉ – TOM HIDDLESTON 144 LA RÉVOLUTION DE SATIN – LA FEMME ET LES STUDIOS 159 EN MODE ÉTHIQUE – SIMONE CIPRIANI

TRAVEL

158 TRAVEL NEWS 160 FENDI – AUX MARCHES DU PALAIS 164 LÀ-HAUT, LE LUXE – CHETZERON 170 ANATOMIE D’UNE VOITURE – LA NOUVELLE AUDI Q2

LA NUIT 172 LOUIS VUITTON X UNICEF 173 DÎNER DE GALA AU SIHH 2017

NAOMI

NOTRE ICÔNE PHOTOS EXCLUSIVES

Naomi Campbell trägt X X X Y Y Y www.lofficiel.ch

www.lofficiel.ch

www.lofficiel.ch

La génération Z prouve qu’on peut être bran- chée, porter du Gucci et lutter pour les droits de la femme.

N° 27 Février / Mars 2017 CHF 12

NAOMI CAMPBELL en Dior

N° 27 Février / Mars 2017 CHF 12

NAOMI

NOTRE ICÔNE PHOTOS EXCLUSIVES

Manteau noir en laine et bottines noires, le tout Dior. Pull, Prada. Collier, Pavon NYC. Veste, Kenzo. Short, Boss. Jupe, Alexander Wang. Chaussettes, Sockshop. Souliers, Aquilano Rimondi.

N° 27 Février / Mars 2017 CHF 12

www.lofficiel.ch

178 LE POIDS DES MOTS

NAOMI CAMPBELL, porte un pull Prada, un collier Pavon NYC, une veste Kenzo, un short Boss, une jupe Alexander Wang, des chaussettes Sockshop et des chaussures Aquilano Rimondi.

Dormir au plus près de la salle de légende d’où s’élèvent les plus beaux airs, interprétés par les plus grands talents? Un rêve devenu réalité à l’hôtel The Westin de Hambourg. Venez le partager, page 157.

INSIDER

NAOMI

NOTRE ICÔNE PHOTOS EXCLUSIVES

En Couverture NAOMI CAMPBELL photographiée par AN LE Stylisme CHRISTOPHER MAUL Réalisation VICTORIA PAVON Coiffure DANTE BLANDSHAW Maquillage RENEE GARNES Set Design STEWART GERARD STUDIO

Et l’art, soudain, se fait fonctionnel: un aperçu de la toute nouvelle collection de meubles par Louis Vuitton ainsi que d’autres sources d’évasion, parmi nos Travel News, page 158.

  17


Cette édition, chères lectrices et chers lecteurs, est dédiée aux icônes. Et à quoi les reconnaît-on? Au fait qu’elles défient le temps, et à celui que la légende se soit emparée d’elles, les préservant de l’oubli. C’est le cas de Naomi Campbell, 45 ans, qui commença à fasciner la planète Mode au début des années 90, lorsqu’elle rejoignit la ligue des sublimes super-modèles. C’est cette même Naomi, toujours frondeuse, inclassable et donc terriblement rock’n’ roll qui nous fait l’honneur, ce mois-ci, de poser en exclusivité pour L’OFFICIEL Suisse et de prêter son visage à la couverture de ce numéro. Les photos ont été prises à New York. Et vous le constaterez comme nous: chaque année qui passe semble rendre Naomi plus désirable, plus belle. Et surtout: plus libre.

ÉDITORIAL

Pourtant, tout n’était pas gagné d’avance pour Naomi. Être une pionnière – à savoir le premier mannequin de couleur à la carrière internationale, et donc, le premier top-modèle black comme on disait alors – cela a son prix. Naomi qui a appris de sa mère Valerie à ne faire de sa couleur de peau ni une excuse pour ses échecs ni un frein à ses ambitions, continue d’entretenir avec sa génitrice un rapport complice, renforcé par l’admiration et le respect mutuels. Une remarquable entente que nous avons eu la chance de partager avec ces deux femmes fortes, lors d’un entretien entre filles, plein de jolies surprises mais aussi de grandes questions sur l’engagement, l’amitié et la maternité. Cette Naomi qu’on devine mue par une inextinguible soif de reconnaissance et poussée par le besoin d’être aimée, restera-t-elle la seule des super-modèles à ne pas s’être laissé le temps de devenir maman? Réponse en page 99. Icône au sens plus religieux du terme cette fois, véritable bénédiction pour la mode, c’est le titre dont on aimerait auréoler Simone Cipriani, en reconnaissance pour le mouvement qu’il a lancé, l’Ethical Fashion Initiative. Dans nos pages aussi, il s’engage, et si vous n’étiez pas encore sensibilisés à ces questions, la lecture de son essai, «Vers une mode éthique», ne manquera pas de vous convertir à cette cause d’avenir. Admirable et éclairant – à lire à partir de la page 148. Comme chaque mois, notre chroniqueuse Valérie Fromont nous livre ses petites préoccupations et ses grands bonheurs. Cette fois: comment, quand on est deux parents tout entier avalés par la rude tâche d’avoir deux très jeunes enfants, continuer à rester des amants? Où trouver ce talent? Une escapade amoureuse à Gstaad avec son mari, dans la «Love Suite» de l’hôtel Alpina Gstaad, peut-elle être une parenthèse enchantée et durable? Suivez-la et laissez-vous séduire, en page 77. Tom Hiddleston, lui, est le nouveau visage de Gucci (à découvrir page 141). Et il a, décidément, tout pour plaire. Nul doute que le jeune acteur de 35 ans et d’1,88 mètres maîtrise à la perfection, parmi d’autres rôles de composition, celui du séducteur. Mais a-t-il même besoin de jouer pour plaire?

Une icône. Un pionnier bienheureux. Une chroniqueuse en quête de sensualité. Un séducteur à tomber. Et plein de découvertes. Nous vous souhaitons une très in­ spirante lecture de ce très iconique numéro!

Livia Zafiriou   &  Odile Burger

18  


BASELWORLD.COM

STYLE

Le rendez-vous mondial incontournable de l’horlogerie et de la bijouterie où les acteurs-clés de la branche dévoilent leurs dernières créations et innovations. Prenez part à cet événement majeur et laissez-vous immerger dans le monde de la passion, de la précision et de la perfection.

23 – 30 MARS 2017

  19


Jeune adolescent d’origine vietnamienne, il émigre aux États-Unis où son talent est rapidement reconnu. Aujourd'hui, il est un photographe demandé partout dans le monde, et possède son propre studio à New York. Il shoote pour les magazines les plus tendance comme «Vogue» ou «Nylon» ainsi que pour des marques de luxe comme Bruno Magli ou Bottega Veneta. Les stars aussi lui demandent de tirer leur portrait – Sarah Jessica Parker ou Rebecca Hall. En exclusivité pour L’OFFICIEL Suisse, An Le a photographié Naomi Campbell à New York. Vous trouverez le reportage à partir de la page 93. Attention, apparition d’icône.

L E N A S TÄ H ELI

Petite fille déjà, cette Saint-Galloise de 27 ans aimait les belles choses. Il était donc parfaitement normal qu’elle acquière ses premières expériences auprès de la maison de couture suisse Akris. Avec ses connaissances sur les tissus et la création d'une collection pour bagages, Lena a appris chez «Annabelle» comment faire naître un magazine. C’est alors qu’elle a développé une nouvelle passion: l’écriture et la mise en scène de pages de mode. Il y a

20  

deux ans, Lena avait déjà travaillé comme Editorial Coordinator pour L'OFFICIEL Suisse. Partagée entre joie et tristesse, elle nous avait ensuite quittés pour travailler pour «Elle» et «Harper's Bazaar» à Munich. Experte en bijoux et en montres, elle a sillonné l’Europe, écrit sur les nouvelles tendances et organisé de vastes productions de mode. Bien que Munich soit devenue sa deuxième patrie, elle est revenue à Zurich. Nous nous réjouissons d’entamer avec elle une nouvelle coopération. Et nous vous invitons à découvrir son article «Max Mara Insider» à la page 48.

M AR C H U ERLIMA N N

L’équipe suisse de L’OFFICIEL se réjouit d’accueillir Marc Hürlimann, nommé nouveau rédacteur en chef de l’édition masculine de L’OFFICIEL HOMMES Suisse qui paraît deux fois par an. Marc a pris ses fonctions début 2017. Il apporte sa vaste expérience dans les domaines de la vente, du marketing et des marques et a travaillé pour des marques du luxe. Il a également vécu et travaillé pendant trois ans à New York. Marc Hürli­ mann va repositionner l’édition masculine de L’OFFICIEL Suisse et mettre en route un nouveau concept – à découvrir le 10 mars. Marc a représenté L’OFFICIEL pendant le Salon International de la Haute Horlogerie (SIHH) à Genève lors du dîner de gala de Montblanc où il a fait la connaissance de stars comme Hugh Jackmann, Joan Smalls ou Charlotte Casiraghi. Lisez sa version de cette nuit, en page 172.

U R S U LA BORER

Depuis plus de 15 ans, Ursule Borer ( 4 2 ans) est rédactrice lifestyle pour des publications comme «NZZ am Sonntag», «Beauty Ba la nce», «A n nabel le» ou «Schweizer Illustrierte». Sa quête? Raconter tout ce qui rend la vie (et la peau) plus belle(s). Journaliste spécialisée dans la beauté, elle teste les nouveaux produits et étudie les secrets de la cosmétique du monde entier. Elle aime les voyages, passe volontiers ses nuits à danser et apprécie la bonne cuisine. Nous sommes heureux de lui souhaiter la bienvenue dans notre équipe. Lisez ses conseils à la page 84.

PHOTOS DR, Geri Born

CONTRIBUTEURS

A N LE


P H O T O G R A P H I E : S Y LV A N M Ü L L E R

STYLE

UNIQUE EN SON GENRE

  21


01

E ntrée

22  


NUANCIER

12.

1. 2.

11.

3.

e

é

er eLav couleur

t

F

4.

verte a été déclarée reine de 2017. Coups de cœur et inventaire. À la Prévert.

10.

Réalisation Poppi de Vare y

9.

5.

Photos DR DR;; Certains prix ont été convertis de la devise d’origine et ne reflètent peut-être pas le prix public suisse; Valentino et Rick Owens avec l’aimable autorisation de Trendfortrend.com.

7.

8. 6. 1. Burberry, CHF 2190 2. Etro, CHF 840 3. Marc Jacobs, CHF 95 4. Red Valentino, CHF 920 5. Gucci, CHF 2250 6. Christian Louboutin, CHF 1100 7. Astier de Villatte, CHF 97 8. No°21, CHF 400 9. Charlotte Olympia, CHF 1950 10. Rick Owens, CHF 800 11. Valentino, prix sur demande 12. Givenchy by Riccardo Tisci, CHF 245

  23


NEWS

LA GRANDE ADRESSE

Mode et art sont on le sait d’inséparables amants. Le plus bel exemple nous en est donné par Dior avec le nouveau livre «Dior by Mats Gustavson». L'illustrateur suédois a déjà travaillé pour des publications comme «Harper’s Bazaar» ou «Vogue», et a œuvré comme illustrateur pour le magazine Dior. Avec sa fine peinture à l’eau, il saisit habilement les lignes et les formes des vêtements si typiques de Dior, et les révèle sous un jour nouveau. «Dior by Mats Gustavson», paru aux éditions Rizzoli. CHF 95 www.dior.com

24  

L’adresse historique de Longchamp fait peau neuve. Conçu par l’architecte Eric Carlson, cet espace de 700 m2 fait se côtoyer mode et art, avec des œuvres de Helen Amy Murray, Carlos Cruz-Diez et David Nash. Un it–bag en puissance, le «Paris Premier», entérine ce nouveau départ. 77 Av. des Champs-Élysées, Paris www.longchamp.com

PHOTOS DR

Mats Gustavson x Dior


NEWS

L’amour toujours Qu’y a-t-il de plus beau que l’amour? Bien que la St. Valentin soit déjà passée, ce thème reste de tous les matins chez la marque zurichoise «En Soie». En collaboration avec l’artiste suisse Sebastian Schaub, c’est une collection capsules en cinq chapitres, qui est née. Mission (réussie): nous séduire.

Moderne Ballerina

Bracelet, En Soie, CHF 320. Strehlgasse 26, Zurich www.ensoie.com

Cool, plus cool, encore plus cool, le studio H&M. Inspiré par «le look off–duty» insouciant d'une ballerine en coulisses, la directrice du design et de la création Pernilla Wohlfart a dessiné la collection studio de cette année sous le signe de l’apparence sportive, mixant

matières modernes et fonctionnelles. Cool, vraiment cool. Disponible à partir du 2 mars dans les magasins H&M sélectionnés et en ligne. www.hm.com

  25


NEWS OBJETS DE DÉSIR Ludique et design, la première gamme «Gifting» de Louis Vuitton fait la part belle aux couleurs vives et aux matières nobles. Boîtes gigognes, carnets de notes, jeux de cartes… Chaque objet est une déclinaison décalée du savoir-faire maison. www.louisvuitton.com

Thomas Sabo s’est inspiré du monde de couleurs de l'Afrique pour sa nouvelle collection «African Designs». L'onyx, la nacre ou l'œil de tigre servent de base à des bijoux originaux aux motifs inspirés de paniers ou de têtes d'animaux. La collection comprend 30 pièces. Chaîne en argent sterling, Thomas Sabo, CHF 640. www.thomassabo.com

Le point sur... l.  a . sneaker

Sneakers «Yeezy Boost 350 V2», Adidas x Kanye West, CHF 240. www.adidas.com Sneakers Adidas Originals by Alexander Wang, CHF 200. www.alexanderwang.com

26  

PHOTOS DR

Les sneakers continuent de faire tourner les têtes. Chez Adidas Originals, Kanye West épate sa galerie avec sa «Yeezy Boost 350 V2» dotée d’une semelle antichoc. Tout aussi haut perchée, la première basket d’Alexander Wang pour Adidas mêle sportswear et culture street.


NEWS

LEÇONS DE STYLE AU CINÉMA Robe vintage et mocassins bicolores Il est pianiste de jazz, elle est aspirante comédienne. Peut-on réussir à Hollywood en restant fidèle à ses rêves? Hommage rutilant à la comédie musicale des années 1950, ayant engrangé un recor de sept Golden Globes, «La La Land» est un ballet romantique dansé et chanté par Ryan Gosling et Emma Stone qui peine à garder le rythme mais qui coche toutes les cases du charme vintage et nostalgique. «À Hollywood, on vénère tout mais on ne respecte rien.» «La La Land» de Damien Chazelle.

Jean à zips et sourcils épilés Machos d’un côté de la frontière, pédés de l’autre: dans «Brothers of the Night», magnifique documentaire éclairé au néon rose, l’Autrichien Patric Chiha filme de jeunes Bulgares beaux comme des dieux qui vont se prostituer à Vienne. En jean, t-shirt sérigraphié et blouson de cuir, c’est «Querelle» de Fassbinder à l’heure du sexe mondialisé. Transgenre, transfrontalier: un flou éblouissant. «Brothers of the Night» de Patric Chiha.

Tailleur strict et voilette noire Dans le somptueux «Jackie», Pablo Larraín suit la first lady dans tous ses états après l’assassinat de JFK. En tailleur rose constellé de sang, mousseline du soir ou voilette noire, Natalie Portman offre le fascinant spectacle d’une icône changeant de rôle comme de robe: «Entre la réalité et le spectacle, j’ai perdu le fil.» Un portrait brillant, qui tisse l’émotion avec la critique. «Jacky» de Pablo Larraín.

  27


1

WANTED!

NEWS

À LA LÉGÈRE

Gigi Hadid ne le quitte plus. Révélation du défilé Printemps-Été 2017 de Max Mara, le «BoBag» s’inspire de Lina Bo Bardi, pionnière du mouvement moderne au Brésil. La palette, du nude au rouge, évoque les chefs-d’œuvre de l’architecte, dont le brutaliste musée d’art de Sao Paulo. Sac «BoBag», Max Mara, CHF 990. www.maxmara.com

4

C’est la version moderne et instagramnable de la gitane 2017. Une robe qui flotte sur un fond d’imprimés post-pop. Un bijou étrange mais pur. Sac de nomade, sandales ethniques. Inclassable insouciance. Liberté, je défilerai en ton nom. 1. Bracelet en or jaune, Charlotte Chesnais. 2. Sandales noires en suède, Nicholas Kirkwood. 3. Sac «Un Jour Gulliver» Berluti. 4. Robe, Loewe. Le tout disponible chez Tasoni, St. Peterstrasse 1, 8001 Zürich. Gotthardstrasse 4, 6490 Andermatt www.tasoni.com

28  

L’esprit «Bohème», c’est le panache et l’espièglerie. Appliqué à l’horlogerie Montblanc, cela donne des modèles pétillants sur lesquels chaque détail – le guilloché, les miniatures en or, les motifs peints à la main – exprime une merveilleuse foi en l’avenir. «Bohème Exo Tourbillon Slim Jewellery», boîtier 38 mm en or rouge, diamants, mouvement automatique, bracelet en alligator, Montblanc, CHF 39 000. www.montblanc.com

PHOTOS DR

3

MONTRE «bohème»

2


Advertorial

LE DRAPEAU DES AMOUREUX Par Jeanne Gautier

«Clicquot Flag»

PHOTOS DR

C’est la boisson du bonheur, non? Si. Car aucun breuvage ne marque les événements heureux aussi solennellement que le champagne. Tout commence avec le «plopp!» caractéristique du bouchon de liège, qui sonne comme un signal d’espoir promettant quelques heures sans soucis pendant lesquelles on peut oublier l’agitation du monde autour de soi, pour se focaliser sur le moment présent et pour savourer son importance.

champagne rosé, cette bannière peut être recouverte d’un message affectueux calligraphié par l’expéditeur, et aussitôt dissimulée en tirant sur le cordon ad hoc. Il suffit que le ou la destinataire actionne une nouvelle fois ledit cordon pour que le message caché soit à nouveau visible. Un cadeau parfait pour tous les amoureux. Et pour tous ceux qui veulent encore le devenir.

C’est justement pour ces précieux moments que le fabricant de champagne français Veuve Clicquot a lancé une édition spéciale de la Saint Valentin. Une surprise rehaussée par un cadeau: un petit drapeau. Placé au dos de l’emballage du

«The Clicquot Flag», par Veuve Clicquot, disponible dans toutes les filiales Globus. www.veuveclicquot.com

  29 §


Advertorial

LE MONDE SELON WOOLRICH Quand le style fait la fonction et que la fonction épure le style. Toujours hautement cotée chez les hommes, la célèbre marque américaine séduit les femmes grâce à ses imprimés délicats et ses pièces racées, parfaitement étudiés pour s’adapter aux températures en hausse et aux jours qui rallongent.

PHOTOS DR

Par Jeanne Gautier

30  


Advertorial

fig. 1.0

fig. 1.1

Histoire Tout a commencé vers 1830. Les travailleurs, toujours plus nombreux à s’échiner pour la construction du chemin de fer alors en pleine expansion en Pennsylvanie, ont besoin de vêtements fonctionnels et chauds. John Rich, le fondateur ambitieux de la marque, identifie très rapidement les besoins de ces ouvriers et se met à produire le fameux veston «Railroad Vest», reconnaissable à sa poche extérieure, dans laquelle les cheminots pouvaient ranger leurs montres de poche en toute sécurité, durant leurs heures de labeur. 187 ans plus tard, Woolrich reste une référence pour les vêtements chauds et fonctionnels qui sont toujours produits dans les «Woolrich Woolen Mills» en Pennsylvanie. Collection printemps/été 2017 Mais il y a plus. La marque n’a cessé de se développer et a inscrit, au fil du temps, toujours plus de collections à son répertoire. C’est de ce riche passé mais aussi de cet esprit d’ouverture que se nourrit la collection Printemps/Été 2017 pour femmes, avec ses tenues qui n’ont rien à envier, en matière de fonctionnalité et de protection, aux parkas d’hiver désormais fameuses. Les vêtements mi saison ainsi que les «Charlotte Bomber» ou «Short Parka» offrent à celles qui les portent leur technologie innovatrice et les protègent avec élégance durant l'été. La douceur des teintes comme les verts, les gris et les oranges rajoute un brin de féminité. Malgré la solidité éprouvée de leurs matières, les parkas désormais populaires sont faciles à porter et soulignent avec grâce la silhouette. C’est en collaboration avec l’atelier Olivades, bureau de design spécialisé depuis 1818 dans l’impression offset et la création de tissus en Provence, qu’est née une édition limitée des «Prescott Reversible Parkas» (fig 1.0; fig 1.1.). Cette parka totalement imperméable est réversible et arbore, sur l’une de ses faces, un imprimé inspiré par la flore et la faune de Provence, tandis que l’autre côté joue la carte du sobre. Woolrich x Deus Ex Machina Enfin! Woolrich a enfin créé, en collaboration avec la marque australienne Deus Cycleworks, une version féminine de son «E-Bike». Pesant moins de 15 kg, doté de pneus à toute épreuve et d’une construction robuste, ce vélo est parfait pour la ville ainsi que pour les pistes caillouteuses. www.woolrich.eu

  31


STYLE

02

B ijo u x

32  


Photo Bracelet haute joaillerie «Phenomena Reef» en platine et diamants blancs; bague haute joaillerie «1888 White Master Diamonds» en platine et or jaune sertis d’un diamant blanc couleur V de taille radiant, De Beers. Longue chemise en coton, Céline.

BIJOUX STYLE

Lignes claires, design rare, pierres préciseusement pures. Photographié par LAETITIA HOTTE. À découvrir à partir de la page 36.

  33


BIJOUX

La «PIAGET POLO S»

Icône d’une génération, le célèbre garde-temps revient, plus anticonventionnel que jamais, avec un mouvement automatique de précision logé dans un boîtier en acier. Par Hervé Dewintre

34  

insère un cadran en forme de coussin dans un boîtier rond. Son mouvement automatique révèle discrètement sa beauté grâce à un fond de boîtier saphir. Un bracelet aux maillons assemblés à la main alterne finitions polies et satinées. Plus qu’une montre, une expérience. Précision inutile: elle ne s’adresse, acier oblige, qu’aux caractères bien trempés.

Montre «Piaget Polo S», boîtier 42 mm en acier, fond saphir, cadran bleu, mouvement mécanique à remontage automatique 1110P, étanche jusqu’à 100 m, bracelet en acier avec fermoir repliable, Piaget, CHF 10 500. www.piaget.ch

PHOTO DR

La genèse  Une fois n’est pas coutume, c’est une montre initialement conçue pour les hommes qui risque bien d’affoler cette année les poignets féminins à la recherche d’un gardetemps au design flamboyant et audacieux. Il faut dire que son diamètre42 mm) s’adapte à toutes les envies. Le mythe Tout le monde connaît la «Polo»: créée en 1979 par Piaget, elle est instantanément devenue l’étendard d’une époque où la tiédeur n’était plus de mise. C’est une montre racée, et l’adjectif n’est pas choisi au hasard: les New-Yorkais se souviennent qu’en 1985 l’équipe de polo Piaget a célébré ce bijou horloger en descendant la Cinquième Avenue à cheval. Le savoir-faire  Dotée d’une «forme dans la forme» ingénieuse – la caractéristique de Piaget –, cette nouvelle version


BIJOUX

PHOTO DR

Montre «Altiplano Double Jeu» en or rose, gravures or et diamants, Piaget.

Réalisation Poppi de Vare y

Elles nous laissent le temps de rêver. Des montres qui, à elles seules, murmurent toute une histoire.

Montre «Epure Cypris» en or blanc et hématite polie, Boucheron.

Montre «Le Laurier» en or blanc, serti de diamants taille brillant. Cadran décoré d’or blanc, de diamants taille brillant et de saphirs taille cabochon, Chaumet.

Montre «Panthères et Colibri» en or gris rhodié, or rose, laque et diamants taille brillant, Cartier.

SI LE TEMPS M’ÉTAIT CONTÉ

Montre «Diva’s Dream» en or blanc et diamants, Bulgari.

Montre «Lady Arpels Papillon Automate» en or blanc avec diamants, perles et saphirs, Van Cleef & Arpels.

Montre «Mademoiselle Privé Coromandel» en or serti de neige de diamants, miniature en émail Grand Feu et or sculpté, Chanel.

Montre «Petite Heure Minute Thousand Year Lights» en or rouge, laque incrustée de nacre peinte, boîtier serti de diamants, Jaquet Droz.

  35


Les bijoux précieux traversent le temps, donnant de l’éclat à l’instant présent. Ces bouleversants trésors ne sont jamais plus beaux qu’à même la peau. Démonstration brillante par la grâce de Monica, Freida ou Uma. Réalisation Tamar a Giulia Sal athé

36  

Jaeger LeCoultre Son élégance et sa féminité n’ont d’égales que celles de la «Reverso One», fine et rétro, par Jaeger LeCoultre, maison dont elle est l’ambassadrice. A l’occasion du 73ème festival de Cannes, raffinement et distinction se donnaient rendez-vous au poignet de Carmen Chaplin. Montre «Reverso One» en acier et diamants, cadrans en nacre et en aventurine, Jaeger-LeCoultre.

Harry Winston Le bon goût de Kristen Bell ne s’illustre pas seulement dans le choix de ses toilettes. En joaillerie aussi, elle aime les valeurs sûres, tel Harry Winston et son bracelet «Secret Combination». D’une subtile modernité, il eut le privilège d’accompagner l’actrice à la dernière édition des Golden Globes.. Bracelet «Secret Combination», diamants taille poire, brillant et marquise – et émeraude dissimulée à l’intérieur du bracelet, Harry Winston.

PHOTOS DR

STARS ET ECLATS

BIJOUX


BIJOUX

Bulgari Toute en délicatesse, la subtile Zoe Salanda est apparue aux Golden Globes, cette année, avec des pendants d’oreilles à son image. Collections «Serpenti» par Bulgari. Boucles d’oreilles «Serpenti» en or rose, rubellite et pavage diamants, Bulgari.

Audemars Piguet Au poignet délicat de Freida Pinto, ambassadrice de la marque, la nouvelle «Royal Oak» attire tous les regards: présentée à Florence lors d’une soirée exceptionnelle, cette nouvelle interprétation du classique d’Audemars Piguet, pour dames, intrigue et fascine par l’originalité du travail de l’or martelé. 40 ans après le modèle d’origine, la «Royal Oak» en «frosted gold» réchauffe nos cœurs.

Cartier Monica Bellucci a la présence d’une diva. Il faut bien cela pour ne pas se laisser voler la vedette par ce somptueux collier Cartier «Magie Blanche», porté lors du dernier festival de Cannes. Collier «Magie Blanche», platine, diamants et perles. Le premier rang est amovible et peut être porté seul, de même que le diamant de 20.09 carats, taille rose, Cartier.

Piaget Le glamour semble être son naturel. Une fois de plus, à l’occasion de la première de son nouveau film, «Miss Sloane», l’actrice Jessica Chastain, plusieurs fois nominée aux Oscars, donne une leçon de raffinement. Tout aussi rayonnantes, les boucles d’oreilles «Extremely Piaget». Boucles d’oreilles «Extremely Piaget» en or rose, diamants taille marquise et turquoises véritables, Piaget.

Montre «Royal Oak Frosted Gold» en or blanc ou or rose, verre saphir antireflets, Audemars Piguet.

Van Cleef & Arpels Intrépide, elle ose le vert sur tapis rouge – il lui va si bien! Lors de la présentation du calendrier Pirelli 2017, Uma Thurman, qui en est l’une des illustres protagonistes, était parée par Van Cleef & Arpels. Les nouvelles boucles d’oreilles de la collection «Bouton d’or» ont tout d’un classique.

Tiffany & Co. Elle conjugue l’audace et la classe avec une fraîcheur réjouissante. Halle Berry, sexy en diable, sait comment mettre son décolleté en valeur – et le collier «Tiffany T», par la même occasion… Ici, pour de la réouverture de la boutique Tiffany de Berverly Hills.

Motifs d’oreilles «Bouton d’Or», en or jaune, chrysoprase, onyx et diamants ronds, Van Cleef & Arpels.

Collier à maillons «Tiffany T», en or, Tiffany & Co.

  37


Bijoux Le diamant imprime son manifeste d’éternité dans un dialogue qui fait corps et sens entre le feu des pierres et l’éclat du geste.

Robe chemise en laine et soie, Lemaire.

GEMMES ET GESTES

R é a l i s at ion Emily Minchella Pho t o g r aph ie Laetitia Hotte

louis vuitton Montre «Tambour Slim Bijou Rivière» en or gris et diamants, mouvement à quartz. Page de droite: bracelet en or gris, diamants, perles Akoya et diamants, collection «Acte V–The Escape», Louis Vuitton.

38  


BIJOUX

  39


BIJOUX

40  


BIJOUX

PHOTOS DR

Top col cheminée en viscose, Acne Studios.

harry winston

Page de gauche: Bracelet diamant, dix rangs «Secret Combination» en platine, avec 370 diamants tailles marquise, brillant et émeraude carré. boucles d’oreilles diamants hoop «Secret Combination», avec 128 diamants tailles marquise, brillant et émeraude carrée, Harry Winston.

  41


BIJOUX

Chemise en popeline de coton bleu ciel, Lanvin. Jupe en maille, Joseph.

Dior

Sautoir «Rose des vents» en or blanc, jaune, rose, diamants, lapis-lazuli, nacre, onyx, opale rose et turquoise, Dior Joaillerie. Page de droite: Montre «La Mini D de Dior Satine», 19 mm, boitier en acier, lunette en acier senti de diamants, cadran en nacre rose, bracelet en acier avec boucle déployante en acier serti de diamants, mouvement à quartz, Dior Horlogerie.

42  


BIJOUX

Mannequins: ISABELLE ET CHARLINE @Sportmodels. Stylisme: MAGALI MARTIN. Maquillage: HISANO KOMINE. Manucure: HUBERTE CESARION. Opérateur digital: MA XIME VERRET. Assistant photographie: FRANÇOIS BRIENS.

  43


Freida Pinto

PRINCESSE DE LA VALLÉE DE JOUX 44  

PHOTOS DR

BIJOUX


BIJOUX

La Vallée de Joux semble encore ronronner sous la neige. Venue d’Inde, une princesse moderne nous accorde ce jour-là une audience. Nous sommes au siège de la maison de haute horlogerie Audemars Piguet son ambassadrice, l’actrice Freida Pinto, a décidé de nous enchanter. Par Odile Burger

1

L’OFFICIEL Suisse: Quelles surprises cinématographiques la star de «Slumdog Millionaire» nous réserve-t-elle en 2017? Freida Pinto: C’est une année qui s’annonce vraiment bien. Vont aboutir plusieurs projets très excitants qui m’ont bien occupée ces derniers mois. En premier lieu, il y a le film du réalisateur indien Tabrez Noorani, «Love Sonia», dans lequel j’ai joué. Ce dernier était justement l’un des producteurs de «Slumdog Millionaire». Dans son dernier film, il est question d’exploitation sexuelle et du rôle de ce trafic dans le monde entier, en particulier en Inde. Je suis vraiment très impatiente de découvrir l’accueil qui lui sera réservé, ainsi que sa résonnance médiatique. Par ailleurs, j’ai aussi joué dans une série qui sera diffusée sur Sky Atlantic, et dans «Guerilla». Là encore, je suis impatiente de voir le résultat et les réactions. Il y est question de tellement de sujets intéressants,

extrêmement actuels, très clivants – cela va du Brexit aux violences policières en passant par les relations humaines, lorsque celles-ci sont mises à rude épreuve. Tout cela me touche de près – à la fois ces questions, mais aussi le personnage que je joue. Et n’oublions pas «The Jungle Book»! Lui aussi sortira en 2017. Avec quel réalisateur rêvez-vous de tourner? Je travaille actuellement avec Katja Lund, l’une des coréalisatrices de «City of God». Travailler avec une réalisatrice femme est pour moi une expérience nouvelle, et je me réjouis particulièrement de notre collaboration. Jusqu’à présent, dans les autres domaines où j’en ai eu l’occasion, j’ai toujours eu beaucoup de plaisir à travailler avec des femmes.

  45


BIJOUX

Dans le monde entier, on admire votre style. La mode, c’est vraiment votre passion? J’y accorde une réelle attention. D’abord parce que cela me plaît vraiment – et pas seulement parce que je suis entourée de personnes qui me disent ce que je dois porter. Mon équipe de stylistes est absolument formidable. Mais de façon générale, la mode est pour moi quelque chose de tout sauf superficiel. C’est le genre de questions pour lesquelles je peux vraiment m’enflammer.

46  

Un designer préféré? En ce moment, le premier nom que je citerais, c’est Ferragamo. Le rapport que j’entretiens avec les designers avec lesquels je travaille va bien au-delà de simples questions de mode, au-delà d’un simple échange professionnel. En même temps, il n’est pas si évident de construire une relation où les attentes réciproques ne soient pas compliquées à supporter. Des deux côtés. Le rapport que j’ai avec Ferragamo est par contre presque familial. La maison m’envoie même des fleurs lorsque je séjourne en Italie. Nous avons vraiment une relation très particulière, à laquelle je tiens beaucoup. Et Audemars Piquet, l’entreprise est-elle aussi devenue une sorte de famille pour vous? Absolument. Je n’aime pas les rapports superficiels, je m’en lasse rapidement. Au bout d’un petit moment, les échanges de politesses et autres congratulations, cela devient franchement

PHOTOS DR

Quel rôle rêvez-vous de jouer? Il y a un tas de rôles géniaux que j’adorerais jouer... En même temps, j’aimerais beaucoup travailler en tant que productrice. Je m’implique déjà maintenant de très près dans le travail de mes coproducteurs. C’est un travail que je me verrais très bien approfondir à l’avenir. Et pourquoi pas lui donner la priorité...


BIJOUX 2

ennuyeux. Avec Audemars Piguet, nous entretenons un lien de franchise absolue. Donc en ce sens, oui, Audemars Piguet est aussi une famille pour moi. Et en tant que marque de luxe, qu’est-ce qu’Audemars Piguet représente à vos yeux? Pour moi, une forme de permanence. J’ai d’ailleurs vécu aujourd’hui quelque chose de vraiment très particulier, de très émouvant. J’ai eu l’occasion de toucher des objets datant du XVIIIème siècle. On se sent immédiatement en connexion directe avec le passé, avec la vie des gens d’alors. On a tellement tendance à oublier tout ce qui s’est passé avant nous! Or, c’est justement cette forme de permanence que j’ai eu la chance de pouvoir ressentir lorsque j’ai visité les lieux, aujourd’hui, et lorsque j’ai pu admirer ces montres magnifiques, extraordinairement modernes! C’est vraiment un privilège pour moi que d’avoir même pu essayer certaines de ces montres anciennes. Une expérience rare et délectable – comme lorsque l’on a la chance de pourvoir goûter à un très grand vin. Vous avez grandi à Mumbai, dans une famille de la classe moyenne. À quel âge avez-vous pris conscience du fait que vous étiez une privilégiée? À dire vrai, je n’ai jamais eu l’impression d’être lésée ni de manquer de quoi que ce soit. J’ai toujours été un peu rêveuse, je n’avais pas vraiment les pieds sur terre. C’est certainement la raison pour laquelle il pouvait m’arriver de demander à mes parents des choses qu’ils ne pouvaient pas m’offrir. Ma sœur n’hésitait pas à me remettre les idées en place, elle me

sermonnait: «Tu te prends pour une princesse, ou quoi?» Ce sentiment d’être une personne privilégiée, favorisée, il me vient du rapport que j’ai aux autres, et aussi à mes parents qui m’ont vraiment laissé faire tout ce que je voulais. C’est un privilège d’un autre ordre, bien entendu, mais il est décisif. Quand avez-vous commencé à vous engager pour les droits des femmes? Très jeune. Quand on grandit en Inde, et qu’on voit ce qui se passe autour de soi, quand on lit la presse, on comprend très vite que le monde ne tourne pas très rond. Ou du moins, qu’il se passe certaines choses, dans ce pays, qui doivent changer. Lorsque j’ai ensuite commencé à voyager, avec le succès de «Slumdog Millionaire», j’ai pris conscience du fait que je pouvais faire entendre ma voix. Et c’est à ce moment qu’a débuté ma coopération avec Plan International. Si vous étiez Premier Ministre de l’Inde, quelle est la première chose que vous réformeriez? Il faut tout d’abord que vous sachiez que l’idée de faire carrière dans la politique ne me viendrait pas à l’esprit. Je n’aime pas le ton des échanges en politique. Il est donc catégoriquement exclu que je devienne jamais Premier Ministre! Je ne comprends vraiment pas pourquoi tant de gens semblent s’attendre à ce que je fasse carrière en politique! Bien sûr, j’ai une opinion, j’ai des avis sur les questions politiques, mais je les garde volontiers pour moi. Je veux simplement continuer à travailler dans le domaine qui est le mien, sans avoir à vendre mon âme. 3

1 — L’actrice Freida Pinto pose avec une sublime création d’Audemars Piguet, en or blanc 18 carats, sertie de plus de 10 000 diamants. 2 — Un joyau de rêve: les pointes qui ornent cette pièce féérique semblent rendre un hivernal hommage à la glace partout présente en cette vallée de Joux où ce chef-d’œuvre a vu le jour. 3 — Spectaculaire et mystérieuse création, ce bracelet, qui dissimule une montre, connut une naissance en trois temps: baptisé «Diamond Punk» lorsqu’il fut imaginé, en 2015, on l’a découvert «Diamond Fury» en 2016. Aujourd’hui, il revient sous la dénomination «Diamond Outrage» au SIHH de Genève. Un nom qu’avec ses 10 000 diamants et saphirs bleus ce magistral ouvrage d’orfèvrerie, que l’on croirait venu d’une autre galaxie, mérite amplement.

  47


STYLE

03

S t y le

48  


PHOTOS DR Max mara par Francois Berthoud, Untitled, 2001

STYLE

L'histoire de Max Mara et la tradition artisanale. Voir la page suivante.

  49


STYLE

Le Saviez Vous?

Mara

Ils seront toujours une valeur sûre – les luxueux manteaux Max Mara. Qu’il s’agisse de rééditer un classique ou de créer un nouveau modèle pour la célèbre maison: Ian Griffith, Directeur Créatif, a appris au Royal College of Arts de Londres l’art de combiner avec justesse tradition et innovation. L’élégant Britannique ne cache pas ses références architecturales, la science des formes et des volumes, la quête du juste équilibre dans la construction étant sa grande source d’inspiration. Allure sportive ou élégance chic, coupes sculpturales et matières nobles. La tradition artisanale dans ce qu’elle a de plus rare. Par Lena Stäheli

50  

PHOTOS DR; © Roxanne Lowit

Max


STYLE HÉritage

C’est à Rhège, en Emilie, qu’Achille Maramotti fonda le Max Mara Group, en 1951. Rien d’étonnant à ce que le petit-fils de Marina Rinaldi – grand nom de la mode en Italie –, élevé dans l’école de couture dont sa mère avait la direction, ait eu la vocation. Achille Maramotti n’était pas seulement un tailleur de génie, c’était aussi un visionnaire: convaincu que l’avenir de l’industrie textile en Italie appartiendrait à la confection de masse de produits de haute qualité, il anticipa cette évolution. Et c’est avec la même sûreté d’instinct qu’il confia à des noms comme ceux de Karl Lagerfeld et Jean-Charles de Castelbajac, entre autres jeunes talents de la mode, la direction artistique de son entreprise – autant dire la traduction concrète de sa grande vision.

Dès les premières années, Achille Maramotti fit des manteaux de qualité supérieure sortis de ses ateliers le fer de lance de la marque. Marier l’artisanat italien de longue tradition à la haute couture française, telle était son ambition. Avec le succès que l’on sait. Et le fruit de cette belle union? On citera, évidemment, le chicissime manteau en poil de chameau, un intemporel régulièrement revisité et qui continue de faire de nouvelles adeptes chaque d’hiver. D’autres marques également – neuf à ce jour – parmi lesquelles Sportmax, vinrent s’ajouter à cet empire et illustrent le rayonnement et l’autorité du Max Mara Group dans le monde de la mode. Aujourd’hui encore, les descendants d’Achille Maramotti sont à la tête de l’entreprise. Ils ont récemment confié les rênes de la création artistique à Ian Griffiths et à ses assistants.

2

Un icône – le manteau 101/801

1

De tous les manteaux Max Mara, celui qui se vend le mieux est incontestablement l’impertinent autant qu’élégant 101/801, dessiné par la créatrice française Annemarie Beretta en 1981, directement inspiré par le vestiaire masculin. Réédité chaque année depuis, ce manteau surtaillé, à boutonnière deux rangs, séduit par sa nonchalante élégance et se vend dans le monde entier. On le retrouve chaque hiver dans la nouvelle collection – cette année en noir également ainsi que dans le nouveau coloris «cacha», si subtil. A moins que l’on ne préfère l’édition limitée, la version noire rebrodée, disponible sur: www.maxmara.com

  51


STYLE Made in Italy

Pérenniser le savoir-faire de la maison est un enjeu toujours actuel. Fondée en 1988, la Manufattura di S. Maurizio» a pour ambition de faire fructifier ce patrimoine – la formation d’excellence du personnel ainsi que la recherche technologique en sont les piliers. 100 000, c’est le nombre de pièces textiles produites chaque année par les quelque 225 employés.

La collection Printemps/Été 2017

Le visage de la nouvelle collection n’est autre que celui de Gigi Hadid, splendide dans la combinaison imprimée de palmes tropicales dans laquelle elle inaugurait le dernier défilé en date de la marque. Un nouvel accessoire dont on ne se séparera plus? La visière, directement empruntée aux courts de tennis et aux vacances à Copacabana. C’est en effet en hommage à Lina Bo Bardi, célèbre architecte italienne, brésilienne de cœur, qu’a été élaborée la collection Printemps-Été. Blousons, leggings ou pulls – partout les nouveaux imprimés rejouent joyeusement l’exubérance tropicale. Sans oublier le chic, bien sûr, avec ces contrastes noir / blanc dont Max Mara a le secret.

De l’artisanat à l’art 3

Inspirant, l’iconique manteau 101/801 ne l’est pas seulement pour les clientes Max Mara: Carlos Martinez, Martin Barrat, Miwa Yanagi et Thais Caballero sont quelques-uns des artistes l’ayant audacieusement mis en scène. Stars de leurs photographies ou de leurs installations, le 101/801 démontre avec brio la parenté entre art et artisanat. www.maxmara.com

4

52  

PHOTOS DR

1 — Croquis d’un classique – le manteau 101/801 par Anne-Marie Beretta. 2 — Un Max Mara, sinon rien: Alba Clemente porte gaiment l’iconique 101/801. 3 — Un manteau qui a du chien – avec deux braques de Weimar, en 2001, et une pointe d’ironie, le photographe William Weigman célèbre une bête de mode. 4 — Sous toutes ses coutures: l’essence d’un basique – une œuvre de l’artiste Carlos Martinez, 5 — «Vela y Abstracciòn», en 1997. Carla Bruni, en 1993, photographiée par Max Vadukul.


STYLE

«Ce manteau est un chef-d’œuvre de design. L’adéquation entre forme et matière est optimale. Chaque femme le personnalise en le portant.»

5

  53


STYLE

New York

FashioN Month London

Milan

LES TENDANCES printemps/été 2017 Paris La mode sort de sa bulle. Ses références quittent le Studio54 pour la Provence ou le Colorado, des talismans plein les poches. Dans sa valise? Un peu de cuir, de jute et de Plexiglas, un roman de Giono, des croquis de Watteau… Pas si austère que ça, la nouvelle Calamity écoute Prince en boucle, se repeint les ongles au Stabilo, et rêve de marcher sur Mars. Par K aren Rouach et Mathilde Berthier

54  


STYLE

RODARTE

New York (PRESQUE) TOUT DE SUITE

PHOTOS DR; Marcio Madeira

Dans un pays où la mode est la moins conceptuelle et donc la plus portable, le fameux «see now buy now» qui a fleuri la saison dernière ne pouvait que faire des adeptes. Mais la question qui se posait était plutôt: comment impressionner la nouvelle génération née avec un smartphone dans la main? Par Karen Rouach

T

ommy Hilfiger a fait les choses en grand, organisant une véritable fête foraine sur un quai du port de New York en l’honneur de Gigi Hadid, avec qui la marque a imaginé une collection capsule disponible immédiatement. La fille aux 23 millions d’abonnés Instagram y a défilé avec ses consœurs, toutes vêtues de sweats à capuche, pantalons d’esprit marin, cabans à boutons dorés, marinières façon maillots de sport, ou encore teddys oversize. Autre nouvel adepte du «tout, tout de suite», Tom Ford a cependant montré sa collection bien plus simplement, disponible dès le lendemain en boutique et sur son e-shop. Il avait la tête ailleurs, certainement sur ses nouvelles activités de réalisateur, puisque son long-métrage «Nocturnal Animals» a remporté le Grand Prix du jury à la dernière Mostra de Venise. Alexander Wang, lui, hésite encore. Son vestiaire rebelle et sexy intitulé «Surf & Punk», admiré depuis le premier rang par Madonna et sa fille Lourdes (entre autres), n’est pas disponible sur-le-champ, contrairement à sa capsule avec Adidas Originals, qui a clôturé le défilé en beauté. Même Ralph Lauren, pourtant de l’ancienne école, s’est laissé tenter par cette nouvelle lubie. Il a créé l’évènement en présentant sa «collection de septembre» dans la rue, sur la célèbre Madison Avenue, transformant sa devanture en décor pour son défilé. Les pièces, d’inspiration western mais au sommet du glamour, attendaient déjà les clientes à la sortie du show. Habitué de ce mode de faire, qu’il a déjà expérimenté la saison dernière, Michael Kors a fait dans le romantisme, avec des ensembles

  55


56  

PRABAL GURUNG

skateurs des années 1990, Felipe Oliveira Baptista a souhaité répondre à «l’agressivité de l’époque». De même chez l’Espagnol Delpozo et l’Américain 3.1 Phillip Lim, où les fleurs et la beauté des lignes ont quelque chose de réconfortant. Stuart Vevers chez Coach continue sur la route du succès avec un défilé rock’n roll, mais pas premier degré. Enfin, il n’y a visiblement qu’à New York que des ex-stars des années 1990 peuvent opérer une si belle reconversion. Les sœurs Olsen pour The Row ont convié dans leur boutique new-yorkaise des invités triés sur le volet, et aucune photo ne devait filtrer avant la sortie de cette sublime collection l’année prochaine. De son côté, Victoria Beckham, dont le défilé tombait pile sur la minute de silence du 11 septembre, a ébloui avec des pièces ultra-féminines que l’on aurait, pour le coup, adoré porter dès le lendemain. À noter également, Jonathan Saunders en était à son premier essai chez Diane Von Furstenberg. En cercle très restreint, l’Écossais présentait des robes patchwork en soie aux coupes géométriques. Habitué des podiums parisiens, Akris a défilé à New York pour la toute première fois, et cela lui va très bien. Sa collection influencée par l’artiste Carmen Herrera a tout pour attirer les femmes de bon goût. Sies Marjan, dont le créateur Sander Lak est passé par le studio de Dries Van Noten à Anvers, a conquis le Tout-New York en à peine six mois. Couleur, naïveté et nonchalance caractérisent ce nouveau label dont tout le monde parle.

PHOTOS DR; Marcio Madeira

qui célèbrent le pouvoir des fleurs, et surtout l’amour, de manière tantôt explicite tantôt subtile. Toujours optimiste et décalée, la collection de Jeremy Scott redonnait le sourire aux plus déprimés avec du 100% disco, ses combinaisons à paillettes, ses robes soucoupes volantes et ses perruques pop. Mais quand certains s’adaptent à cette mode à 200 km/h, d’autres font de la résistance. Parmi eux, Marc Jacobs a heureusement trouvé un autre moyen d’attirer l’attention, en présentant dans un théâtre des créatures futuristes, grunge au possible, tout droit sorties d’un manga. Jack McCollough et Lazaro Hernandez pour Proenza Schouler ont amusé leur public déjà conquis avec, entre autres, d’ingénieuses pièces en maille ajourée. Le «see now buy now», très peu aussi pour Rodarte, qui flirte toujours de très près avec la Haute Couture. Romantisme et mélancolie à leur paroxysme dans un décor post-apocalyptique qui sublime les créations des sœurs Mulleavy, pleines de références littéraires et artistiques. Chez Tory Burch, tout est question de contrastes. La East Coast rencontre la West Coast, le chic de la maîtresse de maison ne fait plus qu’un avec le style preppy cool. Du hippie maîtrisé. Chez Boss Women, Jason Wu s’est inspiré de l’artiste David Hockney pour apporter un peu de couleurs vives dans ce monde qui en a, selon lui, grandement besoin. Un souffle d’optimisme qui se traduit par des robes et ensembles colorés à souhait, à la simplicité bienvenue. Au pays du sportswear, Lacoste est roi. Avec cette collection inspirée de Brigitte Bardot dans «Le Mépris», ainsi que des

PROENZA SCHOULER

TOM FORD

PROENZA SCHOULER

STYLE


Paris

STYLE

printemps été - 2017

London Il était une fois... Prise à son tour dans la tempête du «see now, buy now», Londres a pourtant su garder son cap et… ses idéaux. Retour sur quatre jours de prêt-à-fantasmer devenus prêt-à-porter. Par Mathilde Berthier

TOPSHOP UNIQUE

L

’Angleterre tient à ses jardins. Des jardins aux herbes folles, où courent des ingénues prêtes à s’encanailler le soir dans des parkings désaffectés. En 96 heures de fashion week, Londres n’a jamais trahi son irréductible dialectique: la fleur et le béton, le spleen et l’idéal, la tradition et la modernité. Cette ambivalence frôle le sublime chez Simone Rocha. Quarante silhouettes échappées d’un album de Jackie Nickerson déambulent sous les arcs brisés de la Southwark Cathedral. Nonchalantes, ces filles emportent dans leur baluchon des bottes de ferme à talons Plexi, des tailleurs prince-de-galles portés à moitié et des cirés brodés de marguerites. Loin des campagnes d’Afrique australe, la côte bretonne inspire à Erdem une série de robes longues en jute ou en toile de Jouy, assorties de capelines géantes. L’héroïne – une cadette de pêcheur tout droit sortie des années 1900 – n’est pas née pour grandir mais pour contempler la mer. J.W. Anderson aussi s’exile au grand air, mais sans verser dans l’image d’Épinal. L’Irlandais, coutumier des formes hybrides, se laisse tenter par l’organicité du lin ou de la jute. Les charmes de l’artisanat dament le pion aux perfections d’une mode chirurgicale. Anderson aurait-il atteint l’âge de raison? Paul Smith, lui, est sûr de son style. Dans une Central Saint-Martins inondée de fleurs, le designer dévoile

  57


58  

vestiaire alterne volants, ruchés et symboles des mouvements goth’, punk et disco: plateformes XXL, tartans psychédéliques et textures lamées. Pas de pentacle pour Mary Katrantzou, mais des résurgences de l’imaginaire antique. La créatrice grecque voyage sur les traces de ses ancêtres et dévoile une collection hantée par les silhouettes d’Ariane, Hermès ou Athéna. Les damiers sont légion, comme tout droit sortis d’un film de Kubrick. Pour Donatella Versace, la seule mythologie qui vaille est celle du présent. La ligne Versus défile dans les sous-sols en béton armé de la Westminster University, sur une bande-son digne d’une boîte berlinoise. Orchestrée en solo par la designer italienne, cette collection alterne cuirs et jeans bruts, robes bodycon et parkas parachute... pour modeuses de l’extrême. On se rebelle aussi sur le catwalk Molly Goddard. Pour son premier défilé dans le calendrier, la jeune couturière s’intéresse aux tensions adolescentes. Des brindilles à cheveux très courts se déchaînent dans des tutus fluo ou des robes trapèze à smocks (encore eux). Et si la proposition est un peu «verte», elle a le mérite d’être différente, tout comme sa ville. Londres compte une nouvelle perle. PHOTOS DR; Marcio Madeira

un vestiaire au chic flegmatique: pantalons cargo, blouses à smocks et robes en H. L’imprimé floral, signature du maître, est repris dans une version fait-main... énième signe que Londres, précurseur, commence à se lasser du digital. Le savoir-faire est roi à la Makers House, nouveau QG de Burberry. Régi par la confrérie des «New Craftsmen», cet espace lève le voile sur les différents acteurs de l’artisanat: peintres, designers textile, potiers, joailliers... Sur le podium, Christopher Bailey rend hommage à Virginia Woolf avec une centaine de silhouettes – toutes directement disponibles à la vente. Robes jacquard, mailles «tapisserie», collerettes discrètes... les reliquats de l’élégance british – tantôt Renaissance, tantôt victoriens – habillent les deux sexes d’une fantaisie toute mesurée, loin des excès de costumes. Un pied dans le passé, un pied dans le futur, la fille Mulberry est une étudiante bien dans ses richelieus. Pour l’été, Johnny Coca lui concocte des robes-tabliers à volants XXL et des tailleurs façon sleepwear. Le Piccadilly, déclinaison géante du Bayswater, est bien parti pour caracoler en tête des accessoires de l’été. Il n’y a que Christopher Kane pour offrir – sur un carton déposé sur chaque siège – des indulgences à ses invités, sous la coupole de la Tate Britain. Mi-dévote, mi-punk, l’allure de l’été est placée sous le signe de l’accumulation: lurex, dentelle, patchworks et autres collages d’imprimés hétéroclites. D’authentiques crocs parachèvent cet opus virtuose. Chez Preen, pour contrer le cours du temps, on use et on abuse d’amulettes glanées dans des manuels de magie noire. Le

J.W. ANDERSONN

MARY KATRANTZOU

BURBERRY

MARGARET HOWELL

STYLE


Paris

STYLE

printemps été - 2017

Milan Rien que pouR vos vêtements Matteo Renzi, le dernier chef du gouvernent italien, a donné pour la seconde fois le coup d’envoi de la semaine de collections printanières de Milan. C’est dire l’importance de cette industrie, qui se porte bien et le montre si bien. Ici, pas besoin de décors spectaculaires: à Milan, les vêtements se suffisent à eux-mêmes. Par Karen Rouach

ROBERTO CAVALLI

P

armi les grands rendez-vous de la fashion week Printemps-Eté 2017 vue l’automne passé, on citera bien sûr Gucci et sa collection aux nombreuses références qu’il ne faut pas chercher à trier. En effet, Alessandro Michele a mélangé psychédélisme seventies, culture geek, mouvement punk, glamour baroque et esthétique chinoise. Séquence émotion chez Bottega Veneta, qui fêtait ses 50 ans ainsi que les quinze ans de Tomas Maier à la direction artistique. Lauren Hutton et Gigi Hadid, symboles de deux générations, ont fermé ce show à la beauté délicate et raffinée, suivies par toute l’équipe de la maison. Après avoir envoyé ses traditionnelles Siciliennes sur le podium Dolce & Gabbana, le duo de créateurs a organisé un incroyable banquet dans la rue, mais pas n’importe laquelle: sur la mythique Via Montenapoleone, face à sa boutique. Les autres grandes maisons locales ont fait ce qu’elles savent faire de mieux: de la mode portable, plus cohérente que jamais avec leur histoire. En plus d’avoir présenté une collection plus libérée que d’habitude, intitulée «Charmani», Giorgio Armani a créé l’évènement en inaugurant «Emotions of the Athletic Body», une exposition qui rend hommage aux corps des sportifs et sportives à travers des clichés pris de 1985 à nos jours. Miuccia Prada n’a pas pris de risques en proposant ses classiques, quoique bousculés par des brassières brodées de plumes d’autruche, avec pour décor des écrans où son film imaginé avec le réalisateur américain David O.Russell était projeté. Donatella Versace a continué sur la route du sporty, avec de superbes parkas et pantalons de ski, portés par un casting à couper le souffle, rappelant également au passage sa maîtrise du tailoring.

  59


60  

CHRISTOPHER KANE

femmes-enfants, avec dentelle et imprimés paysage dont on ne se lasse pas. Icones intemporelles, tel est le titre de la nouvelle collection Tod’s, qui, comme son nom l’indique, se moque des tendances et mise sur le durable. C’est Rodolfo Paglialunga qui signe désormais les créations de Jil Sander. Celui-ci a pris des risques avec des ensembles à la carrure très prononcée, et des volumes arrondis qui ne plairont pas à tout le monde. Lorenzo Serafini a réussi à attirer l’attention sur Philosophy, autrefois ligne bis d’Alberta Ferretti. La bohème ultra-romantique d’Alberta Ferretti se réveille d’ailleurs bien moins innocente que par le passé, ce qui ne déplaira sans doute pas à la cliente. Pas étonnant à la vue de cette collection portable tout de suite, légère et sexy, furieusement dans l’air du temps. Chez Trussardi, Gaia Trussardi utilise la mode comme une forme de dialogue universel: l’élégance italienne et son héritage bourgeois se mêlent aux dissonances des contre-cultures et de l’ère numérique. Vêtue de jeans oversize ou de microrobes, la fille Dsquared2 aime toujours autant la fête, les imprimés animaliers, le denim glitter, et les épaules eighties. Paniers remplis de fleurs, immenses chapeaux, robes légères et brassières, ça sentait vraiment l’été chez Blumarine. Enfin, dans la famille des extravagants, Philipp Plein a donné sa propre version d’Alice au pays des merveilles, Alice in Ghettoland, avec concert privé de Fergie et Paris Hilton en guest top, tandis que Jeremy Scott pour Moschino a préféré imaginer de véritables poupées de papier.

PHOTOS DR; Marcio Madeira

Fendi emprunte cette saison un chemin plus girly, notamment dans le choix de sa palette de couleurs poudrées, mais la collection de Silvia Venturini Fendi et Karl Lagerfeld reste cependant athlétique et fonctionnelle. Missoni, qui défilait devant un public déjà conquis et pour la plupart vêtu des créations de la maison, a joué sur les superpositions. Un choix risqué mais forcément réussi. Chez Emilio Pucci, Massimo Giorgetti a travaillé presque exclusivement le jersey, même si l’on croit voir du tulle ou de la popeline, pour habiller ses globetrotteuses à l’esprit un brin tribal. Chez Marni, poches et manches voient XXL sur des silhouettes monochromes. Consuelo Castiglioni s’amuse toujours autant avec les volumes, redéfinissant une certaine allure. Chez Salvatore Ferragamo, c’est le studio qui s’est chargé de la collection: celui-ci connaît visiblement bien la maison, tant l’héritage et les codes ressortent de ce cru estival. La mode voyage, preuve que le monde a besoin de s’évader. Et on peut compter pour cela sur Veronica Etro: incorrigible globetrotteuse, la femme Etro nous emmène avec elle en voyage, on ne sait pas bien où, mais certainement dans une Ibiza ou un Marrakech des années 1970. Quoi qu’il en soit, nous la suivons sans hésiter. Plus précis, le directeur artistique de Max Mara nous embarque, lui, en pleine forêt tropicale. La collection s’inspire des voyages au Brésil de l’architecte italienne Lina Bo Bardi, et du modernisme latino-américain. Chez Roberto Cavalli, tout est histoire de patchwork pour Peter Dundas, qui opère un mélange d’inspirations et d’influences: les indiens navajos et apaches, Elvis Presley, les kimonos japonais, les textiles d’Égypte, ou encore l’imprimé jaguar venu d’Afrique. Chez Giamba, Giambattista Valli a fait défiler ses habituelles

GUCCI

MARNI

JIL SANDER

Style


Style

Paris printemps été - 2017

Paris Le bal des débutants Terre de mythes devenue fourmilière créative, Paris a livré un cru d’anthologie, pimenté par un sacré jeu de chaises musicales. La capitale, reine de la mode, s’extirpe enfin de sa cage dorée... Pour mieux garder son titre? Par Mathilde Berthier

CÉLINE

S

ur le papier, la ville rayonne. Elle accouche chaque saison d’une ou deux pépites, qui viennent ajouter leur nom au programme dantesque de la semaine. Et puis elle affiche un mercato digne du football européen. Dès le début de la semaine d’ailleurs, le gotha a de quoi se mettre sous la dent: Olivier Theyskens fait son retour, sept années après avoir quitté Nina Ricci. À une maîtrise parfaite du tailoring, le designer belge associe des jeux de textures et de coupes sensuels et sophistiqués. Les formes droites côtoient drapés et ruchés, tandis que les plumetis, mousselines et cuirs flirtent avec les matières de jour. Simon Porte Jacquemus, lui aussi, tient sa revanche. Boudé deux années de suite par le Prix LVMH, qui lui avait préféré Thomas Tait en 2014, puis les Marques’Almeida en 2015, le Marseillais livre l’une des plus belles collections de la saison. Baptisé «Les Santons de Provence», ce cru voit défiler des Manon des Sources en blouses à dentelles et manches gigot, pardessus de patineuse et canotiers majestueux. Autre pépite du Prix LVMH (édition 2016 cette fois-ci), Glenn Martens de Y/Project détonne avec ses découpes viscérales, fondues dans de la soie, du velours ou de la maille. La jeune garde est dans les starting–blocks, prête à remodeler la mode: Paskal séduit avec son romantisme au laser, Jour/Né oscille entre élégance andalouse et sportswear BCBG... Tout droit débarqué de Los Angeles, Enfants Riches Déprimés questionne les désillusions de la modernité avec son vestiaire unisexe mêlant streetwear et fantasmes arty. Chez Puma, la novice Rihanna amorce un virage à 180°. À mille lieues du gothique, ce second opus est une garde-robe pour Marie-Antoinette hip-hop, cachant leur lingerie sous des hoodys imprimés. La liste est longue, et c’est tant mieux. Preuve que la relève est là.

  61


Style

LOEWE VALENTINO

Pourtant, après l’adoubement, l’étau se resserre. Implacable, la capitale de la mode impose à ses enfants prodiges la tâche, souvent ingrate, de réveiller une belle endormie. Ce que Jonathan Anderson fait chez Loewe, ce que Demna Gvasalia fait chez Balenciaga. Le premier se fait moins radical cette saison, avec des coupes artisanales relevées par une accessoirisation frôlant le génie. Colliers chauve-souris, corsets brutalistes et manchettes «arum» pimentent des robes à l’authenticité proche de la démode. On ne reconnaît plus Balenciaga depuis la nomination du «gourou» de Vetements, le seul aujourd’hui à faire du second degré un argument de vente. Demna Gvasalia prend le temps d’esquisser SA silhouette, délaissant la relative austérité de l’hiver dernier. Épaules eighties, jambes fuselées et drapés à la grecque s’épanouissent dans des couleurs flash et des imprimés franchement kitsch. Rayon accessoires, le cabas Tati est (déjà) détrôné par les sacs «pouf» et «housse de rangement». Ex-disciple devenu maître, Nicolas Ghesquière change de formule chez Louis Vuitton. La marque défile dans sa nouvelle adresse, 23 place Vendôme, devant le gotha du cinéma français et international. Plus minimal, le vestiaire se concentre sur les contrastes de souplesse et de rigidité, de transparence et d’opacité. On est loin de la bikeuse un tantinet K-pop de l’hiver... Ça bougerait donc enfin dans le Triangle d’or? Monument du XXe siècle, Vionnet change du tout au tout. Goga Ashkenazi remet les choses à plat et propose une version épurée et vivifiante des mythes maison. Quelques broderies méta signent ce défilé fondateur: «This piece took 194 hours to make»... Chanel aussi se tourne vers le futur. Un futur de Space Opera, où l’étendard du savoir-faire est brandi par des Stormtroopers en habits de bal: tailleurs en tweed, nuisettes en mousseline et paletots en denim. Karl Lagerfeld est aux commandes de

62  

COMME DES GARçONS

MIU MIU

ce Data Center où l’avenir tient plus du fantasme que des mathématiques... la mode et Paris, n’ont-elles pas toujours préféré les romans aux sciences exactes? Cette saison plus que jamais, la Ville Lumière grouille comme un cycle de Balzac, avec ses faits divers – on parle même d’un hold-up rue Tronchet, à hauteur de plusieurs millions de dollars – et son chassé-croisé de personnages: Anthony Vaccarello chez Saint Laurent, Bouchra Jarrar chez Lanvin, sans oublier la scission du duo Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli, l’une partie chez Dior, l’autre resté à la maison. Six mois après le départ d’Hedi Slimane, Vaccarello annonce la couleur chez Saint Laurent: robes tout cuir, smokings androgynes, vestes de hussard... Le créateur belge fait le job sans se renier, usant avec générosité de l’asymétrie et du caché-dévoilé. De son côté, Bouchra Jarrar investit les salons de l’hôtel de ville pour son premier show chez Lanvin. Au programme: atmosphère de piano-bar et défilé de créatures en sleepwear et robes de cocktail. Le nuancier oscille entre monochromes profonds, reflets irisés et imprimés bouquet. Chez Dior, Maria Grazia Chiuri orchestre un ballet d’escrimeuses volages, qui glissent des tutus sous leurs dossards, et affichent tous types d’opinions: «We should all be feminists» ou «Christian Dior j’adior»... Le final est une authentique partie de tarot brodée dans du tulle. 48 heures plus tard, chez Valentino, Pierpaolo Piccioli fait taire les rumeurs avec sa garde-robe pour tragédiennes un brin hippies. Conçue en collaboration avec la designer textile Zandra Rhodes, cette collection est une relecture libérée du «Jardin des délices» de Bosch. Une balade à qui mieux mieux entre le réel et l’illusoire. Comme Paris sait si bien le faire.


HOT LIST

Bouquet Kitch Avant tout, le printemps reste la saison des fleurs. Une brassée de marguerites, pop ou désuètes, plonge la mode dans un joyeux mamie blues.

Balenciaga

MiChael Kors COLLECTION

Simone Rocha

Miu Miu

Prada

Dolce & Gabbana

Chloé

  63


HOT LIST

DSQUAReD2

SAINT LAURENT

Hussardes La veste d’officier napoléonien, courte et ajustée, rafle tous les suffrages. Arabesques, jacquard et graines d’épinard jalonnent ce reliquat du XIXe siècle.

SACAI

ROBERTO CAVALLI

LOUIS VUITTON

DOLCE & GABBANA

64  


HOT LIST

Space OperA

chanel

L’ombre d’André Courrèges plane sur les podiums de l’été 2017. Go-go boots, formes hybrides et matières lamées habillent des héroïnes venues de Naboo.

LOUIS VUITTON

mugler

cÉline

wanda nylon

VERSUS VERSACE

  65


HOT LIST

Petit trianon

3.1 PHILLIP LIM

Voyage au XVIIIe siècle, à l’heure où MarieAntoinette mimait les bergères d’Arcadie dans son hameau particulier. La scène se joue en robe de gaulle et rubans bonbon, sur fond de toile de Jouy.

MARC JACOBS

GiAMbATTisTA VALLi

66  

FENDI

FENTY X PUMA

MuLberry


HOT LIST

SORCIÈRES DÉVOTES

CHRISTOPHER KANE

Confrontés aux vertiges de la modernité, les créateurs se plongent dans des grimoires pieux ou païens. Pentacles, icônes, croix Ankh et pierres magiques oscillent entre l’ombre et la lumière, l’expressionisme et le baroque.

fausto puglisi

LOUIS VUITTON

Givenchy par Riccardo Tisci

DRIES VAN NOTEN

  67


HOT LIST

Calamity Jane

GiAMbA

À l’Ouest, que du nouveau. Plus minimale qu’hors-la-loi, la cow-girl de l’été s’illustre en Perfecto, santiags et denim brut. Clous et franges se font discrets.

PhilosoPhy di lorenzo serafiNI

Ralph lauren

alexander McQueen

rObertO CAvAlli

68  


philosophy di lorenzo serafini

HOT LIST

stella mccartney

j.w. anderson

jacquemus

victoria beckham

Manon des sources Sur les podiums, l’austérité a du bon. Lin, jute et bure esquissent une mode dépouillée et sublime, pour muses de conte provençal. Le non finito dicte sa loi.

loewe

  69


STYLE www.instagram.com/blaastyle; www.blaastyle.com

ROMINA CHOUN Originaire de Singapour, la Suissesse n’hésite pas à puiser dans les tendances à sa guise, ne retenant, que ce qui lui plaît pour créer une mode qui lui ressemble, à la forte personnalité.

«L’idée que la mode est un mode de vie, c’est l’axe principal de ce que je partage sur Blaastyle. En anglais, «blast» signifie explosion. Et c’est exactement que je cherche à communiquer sur ce blog, une explosion de style. La mode a toujours été une passion et travailler dans cette industrie un de mes rêves d’adolescente. J’ai donc débuté www.blaastyle.com pour trouver une communauté avec qui partager ces centres d’intérêts. Maintenant, je discute également de beauté et lifestyle. J’aime dire que je parle de «fashion as a lifestyle» car pour moi, tout est lié, l’esthétique, les endroits tendance et les voyages! À côté, je suis consultante en digital media. Cela va de la création du contenu – direction artistique ou stylisme – au côté plus stratégique de la profession. J’ai fait HEC, mais honnêtement, je n’ai pas vraiment aimé. Ces études m’ont toutefois permis de développer mes passions pour en faire un business, de lier le côté créatif au côté cartésien. Si vous m’aviez dit un jour que je ferais partie des «filles de L’OFFICIEL», quand j’étais adolescente (et même maintenant) j’aurais étiré mon sourire jusqu’aux oreilles.» L’Officiel Schweiz: Qu’est-ce qui t’attire dans la mode? Romina: J’aime le côté créatif. Comment les créateurs reflètent les envies et tendances de

70  

Abos 2 240

notre société. J’aime aussi l’industrie de manière plus globale, le dynamisme qu’il y a derrière. Comment décrirais-tu ton style? Je n’ai pas un style. Un jour je suis ultra rock, le lendemain j’opte pour un look minimaliste où je m’inspire des lignes graphiques japonaises. Mon style reflète mon état d’esprit. D’ailleurs, je m’habille rarement selon le temps mais plutôt selon mes envies. Cela m’a valu de tomber malade plus d’une fois... On- et off-line, es-tu une personne différente? Lorsque j’ai commencé à discuter de mode et de style sur la Toile, je pensais qu’être stylée, c’était juste être extravagante et différente. Donc, les looks que je partageais, c’était souvent des styles un peu fous ou mes belles pièces. Avec le recul, j’ai compris que ce n’était pas du tout représentatif de qui j’étais. Maintenant, ce que vous voyez sur, par exemple, mon compte Instagram @blaastyle, c’est ce que je vis au quotidien, ce que je porte, ce que je mange et les destinations où je vais. J’aime la photo – c’est important d’avoir un contenu de qualité. Il en va de même pour mes textes. Sinon, je ne partage pas toujours tout sur mes réseaux sociaux. J’aime garder les moments que je passe avec ma famille ou mes amis pour moi – c’est mon intimité.

Instagram Followers 16 400

Qu’est-ce qui te fascine dans le monde digital? C’est une porte vers le monde! Je suis fascinée de voir que je partage des choses avec des gens de Russie, d’Asie ou simplement de Suisse. Je suis fan d’Instagram – faire de belles photos, avoir un feed harmonieux et des légendes qui ont su sens. Sinon, je commence à beaucoup aimer faire des vidéos – c’est encore plus vrai. Tu as parlé de voyages... Ta prochaine destination? Je suis moitié suissesse, moitié singapourienne; j’ai toujours habité à Lausanne et je voyage chaque année à Singapour pour voir mes oncles, tantes et cousins. Mais cette année, j’ai décidé de prendre un nouveau départ en allant m’installer dans mon deuxième chez moi! J’ai hâte de cette nouvelle expérience et de mieux découvrir la culture et l’approche de la mode côté asiatique. Devenir l’une des Filles de L’OFFICIEL, qu’est-ce que cela représente pour toi? L’OFFICIEL est un magazine que j’ai toujours lu et aimé pour son contenu de qualité. Faire partie des «Filles de L’OFFICIEL», c’est une reconnaissance de ce que j’ai accompli et de mon travail.

PHOTOS DR

Bloggeuse,Styliste et Digital Marketing Expert


La besace «Oblique» de Dior

STYLE

Mêlant esprit vintage et allure moderne, le premier accessoire signé Maria Grazia Chiuri pour Dior, a tout d’un futur sac iconique.

Une toile emblématique  Imaginée par la nouvelle directrice artistique de Dior, Maria Grazia Chiuri, la besace «Oblique» tire son nom de la célèbre toile jacquard éponyme créée par Marc Bohan pour la maison dans les années 1970. Une nouvelle ère  Dévoilé lors du défilé présentant la collection Printemps-Été 2017 au musée Rodin, le sac a immédiatement fait sensation. Outre la besace, la ligne comprend un cabas, une cartouchière et un sac shopping pliable. Chaque modèle, fabriqué dans les ateliers Dior en Italie, est décliné dans cette toile «Dior Oblique» originelle de couleur bleue ou en veau lisse bleu foncé.

Par Léa Trichter-Pariente

Classique innovant  S’inspirant des archives, Maria Grazia a insufflé à ce modèle très seventies un élan frais et actuel. Idéal au quotidien, son logo CD vieilli ultra-rétro tranche avec sa large bandoulière ajustable au style contemporain. Un essentiel au chic intemporel.

Besace «Oblique» en toile avec détails en veau bleu marine, Dior, CHF 1 950. www.dior.com

  71


PHOTOS DR, Marcio Madeira, Instagram

STYLE

L’AMIE DES FEMMES

72  


STYLE

Directrice artistique passionnée et businesswoman superactive, Donatella Versace a consolidé l’empire fondé par son frère et fait entrer la marque dans une nouvelle ère que raconte un merveilleux livre. Rencontre avec une femme au sommet de son pouvoir. Par Léa Trichter-Pariente

1

N

ée dans le sud de l’Italie à Reggio Calabria, Donatella a suivi des études de langues à l’Université de Florence avant de rejoindre son frère Gianni dans l’aventure Versace. Sœur, meilleure amie et muse du couturier, elle l’assiste alors sur toutes les collections, prend part à chacune de ses décisions, supervise l’ensemble des légendaires campagnes de pub signées Bruce Weber, Richard Avedon, Irving Penn et Helmut Newton et se voit confier, en 1994, la direction artistique de Versus, la seconde marque à l’esprit rebelle de Versace. Au tragique décès de Gianni, en 1997, elle lui succède naturellement.

Un superbe livre paru chez Rizzoli en fin d’année, retrace les années postGianni. Rythmé par des anecdotes personnelles et illustré d’images d’archive exclusives, l’ouvrage revient sur les looks tapis rouge les plus mémorables, mais aussi sur les campagnes publicitaires des années 1990. Fière de son passé et ancrée dans le présent, Donatella voue un culte à la nouveauté. Après l’Australie et avant Macao en Chine, Donatella vient d’inaugurer le Palazzo Versace de Dubaï, dont elle a conçu la décoration intérieure. Dénicheuse de talents, c’est elle qui a successivement fait appel à Christopher Kane, J.W. Anderson et Anthony Vaccarello

pour réveiller Versus. Fan de musique, elle vient d’annoncer un partenariat inédit avec Zayn Malik, le boy-friend de Gigi Hadid et la toute première pop star à s’aventurer dans l’élaboration d’une collection capsule homme et femme pour Versus. Cette collection Zayn x Versus sera disponible en mai 2017 et une partie des bénéfices sera reversée à des œuvres caritatives. Intuitive et audacieuse, férue d’innovation, Donatella a fait le choix du «see now, buy now, wear now» pour Versus. Entendez que les pièces Versus sont disponibles à l’achat directement après le défilé. Fascinée par le digital et adepte d’Instagram, elle a lancé il y a peu un compte qu’elle alimente

  73


STYLE consciencieusement de post sur sa vie, ses passions et les coulisses de la maison Versace. La collection Printemps-Été 2017, énergique, sportive et néanmoins très féminine, décline le vestiaire idéal d’une femme qui, selon la créatrice, «prend des risques».

LA FEMME SELON DONATELLA L’OFFICIEL: Quelle est votre définition de la femme Versace? Donatella Versace: Il n’y a pas un type de femme précis qui porte du Versace. C’est une attitude et une audace que partagent ces femmes issues de milieux variés et aux expériences très différentes. Ce qui m’importe aujourd’hui, c’est l’individualité de la femme et sa force de caractère. J’aime les femmes qui sont à l’origine de leur propre succès, et au pouvoir véritable.

2

Qu’est ce que la maison Versace a apporté aux femmes depuis sa création? Versace a toujours aidé les femmes à se sentir fortes, puissantes et fières. La femme revient de loin, mais il lui reste encore un long chemin à parcourir. La mode joue un rôle important parce qu’elle s’adresse à des milliards de femmes dans le monde. Versace est synonyme d’émancipation, d’indépendance et de force. Que cherchez-vous à apporter aux femmes via vos créations? Quand je crée mes collections, je pense toujours aux femmes d’aujourd’hui et à la complexité de leurs vies modernes. Elles ont des postes à responsabilités, une famille, des amis, une vie sociale et une vie privée. Mais, surtout, elles ont le contrôle de leur vie. Une force que je cherche à retranscrire dans mes défilés. La mode permet aux femmes de montrer qui elles sont, et de démontrer le pouvoir qu’elles exercent sur le monde. 3

Qu’est ce qui vous satisfait? L’émancipation! Les femmes ont le droit de réaliser tout ce qu’elles désirent.

4

1 — Extrait du livre «Versace» chez Rizzoli, une campagne signée Richard Avedon en 1994. 2 — Donatella Versace avec Naomi Campbell et Kate Moss, en 1998. 3 — Défilé & Backstage Versace PrintempsÉté 2017. 4 — Campagne par Richard Avedon, 1994. Extrait du livre «Versace» chez Rizzoli.

74  

PHOTOS DR

Quel genre de femme admirez-vous? Toutes celles qui se battent pour leurs droits, celles qui, comme moi, sont amoureuses de la vie et tirent le meilleur de chaque instant, tout en étant fidèles et honnêtes envers elles-mêmes.


Le choix de…

STYLE Ma bonne résolution pour 2017 «La plus importante: essayer de méditer 15 minutes par jour.»

Ma découverte de l’année «L’application et le site «Wishi» qui me permet de créer des looks en amont de mes voyages (ce qui m’aide à voyager léger) et de les partager avec mes followers. J’ai même décroché un titre de «online stylist» et je crée des looks sur demande. Une autre découverte c’est la crème pour les yeux «Revival» et la lotion tonique Biologique Recherche «PW 50» que j’applique quotidiennement. Et l’hôtel Six Senses à Oman, un véritable paradis sur terre, idéal pour se ressourcer et un bain de soleil.»

Dans ma garde-robe: une pièce magique qui donne du style à n’importe quelle tenue? «Un sac à dos Chanel.»

Soraya BakhTiar Une règle à ne jamais (jamais!) enfreindre en matière de style? «Porter ce qui nous met en valeur, peu importe la tendance.»

Mon secret de beauté «Se démaquiller matin et soir sans exception. Boire beaucoup d’eau (et de thé vert). La «CC cream» d’Erborian.»

Mes sources d’inspiration

Elle a conquis une véritable armée de followers – près de 80   000! – sans perdre son âme ni son authenticité: Genève, la bloggeuse Soraya Bakthiar, l’une des plus suivies de la blogosphère Suisse, a fait de la toile son véritable «chez soi». Toujours en quête de nouveautés, toujours à l’affut de ce qu’il faut voir et montrer, elle publie – comme elle respire – les trouvailles glanées au cours de ses innombrables voyages. Pour documenter une nouvelle tendance ou capter une image inédite et inoubliable, la ravissante jeune femme d’origine perse et égyptienne est capable de faire le tour du monde. Il faut dire que toutes les conditions étaient réunies pour faire d’elle une chasseuse de tendances hors pair: après ses classes de journalisme au célèbre London College of Fashion et bon nombre de stages – entre autres à «Elle UK» et «Tank Magazine» – Elie Saab a fait d’elle l’une de ses communicantes. Autant d’expériences marquantes et constructives qui ont donné toute sa légitimité et sa pertinence au blog où elle laisse libre cours à sa sensibilité pour la mode, dans toute sa passionnante diversité et son perpétuel renouvellement.

«Ma vie, mes voyages, mes rencontres... mais aussi la musique, les magazines de mode et bien sûr Londres où je vis actuellement. C’est une ville qui grouille, dynamique, un melting-pot de différentes cultures et styles, elle ne cesse de m’inspirer chaque jour.»

Par Manou Steiger

Un bon conseil pour soigner son look même l’hiver Je rêve que je voudrais réaliser (bientôt?) «Un voyage en Australie. Une série de mini vlogs/documentaires sur mes voyages, mes rencontres, mes inspirations, mon job de bloggeuse et de styliste.»

«Un complément de vitamines. Bien hydrater sa peau. En terme de style, miser sur un manteau sympa, j’adore le mien de chez Filles à Papa, en fausse fourrure avec un imprimé étoile une petite touche fun qui rend les tenues d'hiver un peu moins tristounettes est toujours la bienvenue. J’aime bien oser la couleur, surtout le rouge en ce moment, et je sors rarement sans un bonnet ou un chapeau, ces derniers temps, cela complète le look.»

  75


STYLE

Sois belle Hari Nef

Jourdan Dunn

«Sois belle et tais-toi», ce n’est certainement pas le mantra que suit la nouvelle génération de mannequins. À travers les réseaux sociaux et leur engagement personnel, loin des clichés liés à leur plastique, elles développent des personnalités singulières. Portraits de ces nouvelles walkyries des podiums. Par Mélody Thomas

76  

PHOTOS DR

et parle


STYLE «J’adore mon mari, le président Barack Obama, et nos enfants Sasha et Malia» lance Gigi Hadid en imitant Melania Trump lors des derniers American Music Awards. Une référence à un discours prononcé par la nouvelle première dame lors de l’élection présidentielle, copié sur celui de Michelle Obama lors de l’investiture de son mari en 2008. Si, depuis, Hadid a présenté ses excuses, sa prestation marque la nouvelle place qu’occupent les mannequins dans l’espace public. Longtemps, leur rôle a été d’être de belles plantes ou de simples portemanteaux. Des objets souriants, flexibles, qu’il est possible de faire tenir dans n’importe quelle pose. Souvenez-vous de l’exposition «Mannequin – Le corps de la mode» qui s’est tenue aux Docks, cité parisienne de la mode et du design en 2013, et qui retraçait la place particulière des mannequins dans l’industrie de la mode. Le communiqué de presse stipulait: «Empruntant son nom au mannequin en osier des salons de couture du XIXe siècle, le mannequin vivant a pour fonction de porter les modèles devant les clientes comme devant l’objectif tout en gardant ce statut d’objet inanimé qui met en valeur les vêtements pour mieux les vendre.» À cette époque, les clientes sont celles dont on retient les noms, femmes de bonne famille ou célébrités, et, si les images d’archives de cette période sont nombreuses, on ne se souvient ni des visages ni des noms des mannequins. L’émancipation de la femme Ce qui n’est pas le cas de ces wonder women de la mode. Elles ont fait résonner leur nom dans les plus grandes capitales de la mode et ont vu leur visage en couverture des magazines qui comptent. Naomi Campbell, Christy Turlington, Tatjana Patitz, Cindy Crawford, Linda Evangelista et Claudia Schiffer atteignent une popularité qui va jusqu’à dépasser celle des marques pour lesquelles elles défilent. Avec leur silhouette sexy et décomplexée, elles participent au phénomène d’émancipation de la femme qui gagne du terrain en Occident. Tandis que les working girls se battent pour briser le plafond de verre qui les empêche d’atteindre le même statut que les hommes, que les girls bands font

Adwoa Aboah

résonner leur pop girl power à l’international et que les filles de «Sex and the City» affirment un sexpowerment révolutionnaire et humoristique, The Big Six – comme on les appelle – gagnent de l’argent comme aucun autre mannequin avant elles, et développent un culte de la personnalité qui dépasse la sphère mode. À leur manière, elles ont changé la face du mannequinat et certaines ont même utilisé leur notoriété pour mettre en avant des causes qui leur tenaient à cœur. C’est le cas de Naomi Campbell qui, avec Bethann Hardison et Iman, fait partie de la Balance Diversity, une organisation qui lutte pour obtenir plus de diversité ethnique dans l’industrie. Avec leur shame list (la liste de la honte), publiée en 2013, elles ont mis certains designers face au manque flagrant de mannequins de couleur dans leurs défilés, devenant ainsi les premiers modèles de l’industrie à s’engager dans une cause sociale visant à révolutionner leur milieu. Célébrités désabusées 2007. En se connectant sur Internet ou en allumant la télé, nombreuses sont les adolescentes aux yeux écarquillés devant les images de Britney Spears se rasant le crâne sur un trottoir de Los Angeles. Le monde des célébrités ne le sait pas encore, mais quelque chose vient de changer; mannequins stars et célébrités commencent leur ronde de désintox tandis qu’on découvre avec effroi la vie des top-modèles tendance «heroin chic»: drogues et anorexie depuis près de vingt ans. Mais le sifflet de fin de jeu vient de retentir. Cette même année, la française Isabelle Caro, mannequin et comédienne, paraît nue sur une double page shootée par Oliviero Toscani pour lutter contre l’anorexie. La campagne No Anorexia provoque un séisme dans les coulisses feutrées de la mode. C’est avec ces images de célébrités désabusées qu’a grandi la génération des millennials, et c’est cette même génération métissée, connectée et partageant ses opinions qui aujourd’hui prend les podiums d’assaut. En 2015, Cara Delevingne dénonce le harcèlement sexuel dont elle dit avoir été victime depuis ses débuts: «Je suis un peu féministe et ça me rendait malade. C’est horrible et

Ashley Gr aham

  77


STYLE

«C’est avec des images de célébrités désabusées qu’a grandi la génération des millennials et c’est cette même génération métissée, connectée et partageant ses opinions qui aujourd’hui prend les podiums d’assaut.» naomi campbell

78  

PhOTOS DR

dégoûtant. On parle de jeunes filles. Vous commencez quand vous êtes très jeune et (...) vous êtes soumise à... des choses pas très bien.» La même année, Jourdan Dunn défile pour Fashion for Relief contre le virus Ebola qui frappe l’Afrique. À une époque où tout se dématérialise, étrangement, c’est vers la diversité des corps que se tournent les yeux de la mode. Le mannequin de 28 ans Ashley Graham a dévoilé en novembre dernier la poupée Barbie à son effigie. Depuis plusieurs années, Graham lutte contre les idées reçues sur les corps qui ne correspondent pas aux diktats de la société: «Les jeunes filles vont maintenant pouvoir grandir en voyant que leur corps est normal, et je pense que c’est très valorisant, et que ça encourage les jeunes générations» a-t-elle déclaré au «Hollywood Reporter». Pour Cameron Russell, l’autre enjeu principal de la mode, c’est l’environnement. Lorsque l’ouragan Patricia a ravagé le Mexique, elle a appelé ses 59 100 followers à manifester aux côtés du mouvement The People’s Pilgrimage – en compagnie de Lily Donaldson, Stella Maxwell, Bella Hadid, Arlenis Sosa, Toni Garrn, Grace Bol et Barbara Palvin – pour défendre les droits environnementaux. Dans une interview accordée au «Vogue» américain, elle a même soutenu que la mode pouvait être un des leaders du changement: «Nous sommes l’une des industries les plus polluantes au monde, donc changer nos pratiques pourrait avoir un impact massif. Aussi, la mode possède les machines culturelles et médiatiques les plus convaincantes qui existent. C’est une période excitante dans laquelle la mode peut être à l’avant-garde et diriger les débats sur le changement climatique.» Loin de n’être que des pretty faces, les mannequins d’aujourd’hui utilisent leur voix pour mobiliser leur communauté. Les spots des caméras leur suffiront-elles ou certaines se décideront-elles à entrer en politique?


STYLE

TOUT CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR SUR KIKI (sans jamais oser le demander) Lorsque j’ai appris qu’un palace suisse, The Alpina Gstaad, consacrait un espace à la célébration de l’intimité, entendant nourrir à la fois l’âme et les sens, la démarche m’a semblé aussi inédite que désirable. J’ai pris mon mari sous le bras et me suis laissée porter par cette idée. Voici ce que la «Love Suite» m’a appris. Par Valérie Fromont

S

’il fallait un parfait cobaye pour expérimenter l’efficacité d’un séjour dédié au plaisir des sens, il me semble que j’étais probablement l’une des personnes au monde les mieux taillées pour ce rôle. Prenez une mère de deux très jeunes enfants, dont les nuits interrompues moins de trois fois se comptent sur les doigts d’une main ces 6 dernières années, workalcoholic et mariée avec un autre workalcohoolic. Signe particulier: aime faire des gâteaux à 3 étages décorés de smarties selon un ordre et un code couleur très précis entre 23h et 4h du matin pour l’anniversaire de ses enfants à la crèche le lendemain. Vous voyez la gravité du cas? Le séjour était booké, les enfants babysittés, les valises bouclées. Bien sûr, je n’avais pas eu le temps de commander ce déguisement sexy que j’avais vaguement eu l’idée d’acheter. Même si je reste tout de même très perplexe face à cette fille qui dit qu’elle n’a pas eu le temps de commander un déguisement sexy alors qu’elle a quand même trouvé le temps de commander 48 microcadeaux pour le calendrier de l’Avent de ses enfants et 2 poêles en acier inoxydable pour sa batterie de cuisine… «Au diable les maîtresses queues qui attachent l’amour aux queues des casseroles», nous disait Georges Brassens. Cette chanson, «La non-demande en mariage», m’a accompagnée toute mon enfance. Était-il possible que je sois tombée dans le piège et que je sois devenue ce cliché domestique

à la charge sexuelle équivalente à celle d’un moucheron? Non, la ménagère de moins de 50 ans n’est pas morte, venez faire un tour chez moi, elle est en train de mettre une lessive de la main gauche et de boucler un dossier de la main droite (et cette posture n’a malheureusement rien à voir avec l’agilité que requiert parfois le «Kama Sutra»).

La vertu et l’abandon Parce les amis, dans le multipack marketing d’aujourd’hui, je coche pas mal de cases: Business woman? Check. Va à Locarno durant le Festival de cinéma avec ses amis? Check. Abonnements à la saison culturelle pour enfants? Check. Lit les newsletters du «New York Times» et fait même les recettes qui sont à la fin? Check. Ne croyez pas pour autant que je me néglige physiquement. Épilation laser? Check. Pilates et régime paléo? Check. Complètement psychorigide à force d’être vertueuse. Voici le portrait robot, ok légèrement romancé mais à peine, du modèle féminin qu’on nous présente désormais comme une sorte d’étalon. Dans le panier de la ménagère de moins de cinquante ans, la liste des objectifs auxquels souscrire s’est nettement allongée depuis cinquante ans. Tout cela pour vous dire une chose essentielle: non que je sois désireuse de me montrer à mon avantage, car il est bien mince, mais en réalité, tout ce décorum a une face cachée: la fatigue intersidérale qui s’installe. La prééminence de l’image sur la sensation. Et l’oubli d’une valeur cardinale du bien-être, celle du lâcherprise – peut-être même, rêvons un peu – de l’abandon. Sex & the mountains 48h dans la «Love Suite» de l’Alpina Gstaad, c’était donc le programme de choc sensé nous ramener à la vie sensuelle, celle du corps et de l’esprit, voire même, soyons fous, à la vie sexuelle.

  79


STYLE

L’empire des sens C’est ma coach sexuelle, l’écrivaine et chroniqueuse Maïa Mazaurette, qui me l’a appris: le désir n’est rien sans un vrai boulot de service après-vente. «Autant qu’on puisse compter sur la pensée magique (si on s’aime vraiment fort, les fantasmes les plus sophistiqués et les orgasmes simultanés en immersion dans le Pacifique couleront de source) ou sur les Pygmalions, (un jour l’élu/e viendra, qui saura exactement comment me toucher physiquement et mentalement, et son corps sera miraculeusement adapté au mien, au point de jouir en immersion dans le Pacifique au moindre contact auriculaire), une chouette vie sexuelle demande des efforts», explique-t-elle. Des efforts, oui, mais lesquels? Parce que question efforts, au quotidien, on en fournit déjà pas mal. Et c’est bien le problème. Lorsque la vie sexuelle est perçue comme un effort de plus, on retourne direct devant notre série préférée. L’Alpina Gstaad l’a bien compris et organise tout, mais tout, pour vous mettre en disponibilité sexuelle. C’est un voyage au cœur de l’empire des sens, et avant tout au cœur de soimême, qui débute dès que l’on franchit le seuil jamesbondesque du Palace.

80  

Un mari, un amant, une suite Là où commence l’érotisme, c’est exactement là où commence l’attention portée à soi, et à l’autre. Lorsque les questions logistiques n’ont plus de pertinence et que l’on prend le temps de consacrer à chaque chose l’attention qu’elle mérite. C’est se souvenir que l’on a un corps, et que le désir met en branle tant de choses: l’odorat, le toucher, la vue, l’ouïe, le goût. Que ces sens peuvent se combiner ou être privés les uns des autres pour mieux se délecter de l’un par la frustration de l’autre. Que ces sens sont avant tout les marqueurs d’un seuil de perception qu’il ne tient qu’à nous d’élargir: le mystère, l’inconnu, la douceur, la douleur exquise, l’imagination, autant de voyages de l’esprit qui commencent au seuil de la «Love Suite». La chargée de clientèle personnelle qui m’accompagne dans la suite m’explique qu’un ascenseur mène directement au spa et au parking sans passer par la réception, ce qui assure donc une discrétion totale. Une information que je m’empresse de ranger dans un coin de ma tête pour le jour où je reviendrai – qui sait? – avec un amant: le fondement de l’érotisme repose sur l’absence de certitudes. Mais aujourd’hui, c’est avec mon mari que je suis là et la seule incertitude, immense, est la suivante: quelle est la géographie exacte du principe de plaisir à l’œuvre dans notre couple? Quels en sont les contours, les ressorts? J’ai vécu sur l’idée par défaut que le sexe ne demandait aucune attention particulière, et qu’on désirait de la même manière à 40 ans qu’à 20. Question d’éducation, de naïveté, de réserve sans doute. Et la réponse fut cinglante: si le désir est un élan, il est aussi, et peut-être surtout, une idée. Et comme toutes les idées, il a besoin d’être nourri, entretenu, transcendé. Le désir est une chose si mobile. Kiki de Montparnasse, sous les sulfureux auspices desquels cette «Love Suite» de

l’Alpina Gstaad est placée, m’a appris beaucoup, le temps d’un week-end. Mais qui est Kiki? Kiki de Montparnasse, reine du Paris de l’entre-deux guerres, muse de nombreux artistes tels que Man Ray, Modigliani ou Hemingway et célèbre collectionneuse d’amants, est aussi le nom de la marque de lingerie et d’accessoires intimes et coquins d’un luxe extrême. La «Love Suite» est le fruit d’une collaboration entre deux marques à la légende dorée à l’or fin: l’Alpina Gstaad et Kiki de Montparnasse. Désireux d’offrir «une expérience qui remette en question le statu quo», les dirigeants de ces deux entreprises ont concocté cette expérience sur-mesure ou inédite dans le monde du luxe. Au sein d’un temple du luxe dédié au bien-être de ses hôtes, une «Love Suite» pour renaître au plaisir. Le mystère. Peu de photos. Pas de presse. Un texte succinct et évasif sur le site de l’hôtel. En pénétrant dans la «Love Suite», on devine vaguement à quoi s’attendre, sans en connaître aucun contour. Tant mieux: en savoir le moins possible, c’est pouvoir ourler à souhait le champ de notre imaginaire. C’est retrouver, avant même de mettre un pied au cœur de cet environnement cinq étoiles, le chemin des mythes, des fictions, des fantasmes liés à l’idée même de la chambre d’hôtel: «C’est l’imaginaire de la lune de miel offerte par beau-papa, explique Maïa Mazaurette, de l’infidélité secrète, des siestes crapuleuses, du confort en lin couleur crème, des séminaires professionnels qui dérapent, des love-hôtels où tout pourrait arriver… C’est le motel inquiétant et excitant des films de David Lynch, le palace des héritières». Oui, la «Love Suite», c’est un peu tout cela à la fois, et bien plus encore. Retrouvons

PHOTOS DR

Voyez comme cette vie-là semble pour moi l’écho d’une existence lointaine: j’en suis déjà à la moitié de ma chronique et l’approcher, ne serait-ce qu’avec les mots, semble pour moi une entreprise non pas subversive, mais si peu naturelle. Ne voyez pas dans ce portrait de femme au bord de la crise de nerfs une tentative de se dérober au récit de cette expérience qui fut pour moi, je vous le dis sans ambages, aussi étonnante que fabuleuse. Mais ces préliminaires sont essentiels, car ils sont le reflet du mode de vie de tant de gens aujourd’hui, et qui s’avère si peu propice au désir.


STYLE

le chemin des fantasmes. Et pour celles et ceux qui auraient oublié comment faire, un indice: la chambre est remplie de livres, d’œuvres, de films et de musiques qui convoquent un imaginaire amoureux et érotique. De Godard à Newton, de «L’amant de Lady Chatterley» à Anaïs Nin, de «Neuf semaines et demi» à «Casablanca» en passant par «Belle de Jour», c’est toute une constellation d’images et de mots dont la simple évocation suffit, parfois, à faire rosir les pommettes. Au fond de la chambre, il y a une armoire. Ou plutôt une vitrine. Où s’expose et vous contemple toute une collection d’accessoires luxueux signés Kiki de Montparnasse et dédiés au plaisir: des tendres, des sévères, des insolites, des intrigants. Ils sont là, face à nous, à la disposition de notre curiosité et de notre courage, comme le miroir d’une zone aveugle de notre couple. «Eyes Wide Shut». Les fondements. Commençons par nous allonger. Et comme dans les films de Bergman (à la puissante charge érotique), regardons au plafond. Comme chaque planche qui a servi à construire l’Alpina, le bois est patiné par les ans. Un peu plus tard, j’apprends que la décoration de l’hôtel est le fruit du savoir-faire des artisans de la région, qui ont taillé la pierre à la main, travaillé le cuir, le bois de sapin patiné par les ans. Les matériaux avec lesquels ce palace a été édifié sont entièrement locaux. Le sentiment de luxe profondément authentique qui se dégage de l’Alpina Gstaad n’est pas juste un effet de manche: c’est parce que ses fondements puisent dans le respect des gens et du territoire dans lequel il s’enracine, le Saanenland aux courbes si douces et voluptueuses, qu’il exprime un luxe rare, réfléchi, contemporain et ancestral à la fois. Dans ce temple de l’hédonisme, je ne

peux m’empêcher de faire un check-up de mes propres fondements. La vie sexuelle n’est pas une chose extérieure à nous qui nous serait accordée comme une grâce divine. Elle est le reflet intime de nos choix, de notre équilibre, de la place que l’on veut bien accorder au plaisir, et pas seulement sexuel, dans notre vie. Allongée, les yeux plongés dans les méandres des veines de ce bois millénaire, je réalise à quel point la sexualité est un livre ouvert sur nous, sur moi – l’attention portée à soi, à l’autre, au choix d’un partenaire cohérent avec nos envies –, sur l’énergie que l’on a consacrée à faire entendre ces envies et notre capacité à les communiquer. Je réalise que je suis très amoureuse, un peu prude et parfaitement épuisée. Ce premier soir, je m’endors – non pardon, je rêve – et c’est la première des voluptés, immense et merveilleuse, que je m’accorde. Parler, rire ou se taire. A Gstaad, il fait (presque) toujours beau. Pendant que d’autres pataugent dans la mer de brouillard, à l’Alpina, on déguste son petit déjeuner gastronomique en observant les rayons de soleil, cet incomparable allié de la vie en rose, se faufilant dans les rets de la sculpture de Calder qui trône dans le jardin. Ici, l’art est partout: dans les salons, les restaurants, les chambres. L’Alpina Gstaad est un palace où le goût et les collections des propriétaires infusent l’esprit des lieux. «THE DAYS OF THIS SOCIETY IS NUMBERED» peut-on lire sur une œuvre de Rirkrit Tiravanija à côté du feu qui crépite. Dans ce sanctuaire dédié tout entier à l’hédonisme, seul compte le plaisir de l’instant: on jouit de tout. Et d’abord des deux restaurants gastronomiques, Le Sommet et Le Megu, où la gourmandise, les cocktails ayurvédiques et le sparkling saké délient les langues, et nous rappellent combien le plaisir est

intimement lié au partage, au souvenir et à la découverte. Au spa Six Senses ensuite, peut-être le meilleur de Suisse, où la carte des soins, la qualité des prati­ ciens et des infrastructures électrisent chaque parcelle du corps et de l’esprit. Les voici, les préliminaires: dans ces jeux de bouche, dans cette culture du plaisir des sens comme si pour tout lendemain, il n’y avait qu’un «ici et maintenant». Savoir conclure. Je vous ai fait attendre… Justement. Et si c’était l’essence même de l’érotisme? Cultiver le doute, l’anticipation, l’incertitude des dénouements. Apprendre à générer l’attente, la frustration. Faire monter à petits bouillons. Est-on dans le soin? La volupté? L’ascèse? L’érotisme? Installer l’ambivalence et la laisser suspendue aussi longtemps que possible. Chaque minute du séjour est tendue vers l’idée de réinventer et de raffiner l’idée même du plaisir, et d’explorer son infini cortège de représentations. J’ai fini par ouvrir la fameuse armoire, celle qui abrite les secrets de Kiki. Et je sais désormais qu’elle est à ma disposition, à Gstaad, dans ma cuisine, ou au diable vauvert: il suffit parfois d’une idée pour que la «Love Suite» s’ouvre, intacte, devant nous.

www.thealpinagstaad.ch

  81


STYLE

04

PHOTOS SHISEIDO

Be au t É

82  


BeautÉ STYLE

Le dernier cri en matière de cosmétique? À découvrir à partir de la page 82.

  83


L’innovation est la passion et l’obsession de Peter Philips, Creative and Image Director pour Dior Make-up. Ses nouveaux «Lip Lacquer Sticks» semblent même anticiper les rêves les plus fous: irrésistible brillance laquée en toute légèreté et en 18 coloris – du pastel au flashy, sans oublier les rouges passion ni les nude, ce nouveau rouge-soin, enrichi en hydragel, invite au baiser. www.dior.ch

Le printemps est la saison du «glow». Un teint lumineux et sans défaut, c’est la promesse de Shiseido avec sa nouvelle ligne «Synchro Skin Glow Luminizing Fluid Foundation»: une formule légère comme un souffle, élaborée pour faire disparaître les petites imperfections et pour habiller la peau d’un voile d’hydratation. Pour un teint impeccable et radieux. 16 nuances en parfaite osmose avec la peau. À partir de CHF 50 www.shiseido.ch

Échappée belle

L’hiver est long à traverser. Un remède à la grisaille? La nouvelle huile sèche pour le corps de Tom Ford. Comme son nom l’indique, «Soleil Blanc» est un concentré de vacances. Ses notes de cardamome, poivre rose et pistache, mais aussi de jasmin, tubéreuse et d’ylangylang, sans oublier l’ambre, la fève tonka, le benjoin et la coco, en font une parfaite évocation de l’été et de ses plaisirs. Une délicate caresse d’exotisme au quotidien. CHF 85 www.tomford.com

84  

Éclat et fraîcheur

In the Mood for ROSE

La noble opulence de la rose de Damas, la gourmandise de la framboise, du cassis et du litchi: telles sont les notes de cœur de «La Nuit Trésor», la nouvelle eau de toilette de Lancôme, somptueuse ode à la sensualité et à la passion. Plus que jamais, les maîtres-parfumeurs Christophe Raynaud et Amandine Clerc Marie font de ce classique réinterprété une éclatante déclaration d’amour. À partir de CHF 98 www.lancome.ch

PHOTOS DR

Beauty NEWS

À se damner


BeautÉ

Soins pour soi

Coco et ses codes Le sur-mesure? En matière de cosmétique, la réponse individuelle aux souhaits et aux besoins de chacune est possible aussi. Et de plus en plus appréciée. Telle une petite pharmacie où chacune trouvera le soin que sa peau réclame, les six concentrés-sérums de la ligne «Remedies» de Bobbi Brown sont combinables à volonté et peuvent être appliqués seuls ou mélangés à d’autres crèmes et fonds-de-teint de la marque. Sécheresse, irritations, peau grasse ou protection contre les radicaux libres: à chaque mal son remède!

Sucrer, c’est doux!

À partir de CHF 58 www.bobbibrown.ch

Une bouche naturellement parfaite? Sans soins ni peelings réguliers, elle n’en sera pas moins un cauchemar à maquiller. Les make-up-artistes le confirment! Le sucre étant un excellent exfoliant naturel, rien d’étonnant donc à ce que M.A.C propose «Scrubtious», une ligne de peelings gourmands: Sweet Vanille, Candied Nectar, Fruit of Passion, Summer Berry ou Sweet Brown Sugar... l’eau – pardon!, le sucre nous monte déjà à la bouche. Disponible dès mars. À partir de CHF 20 www.maccosmetics.ch

L’audace était sa signature et l’indépendance son inspiration. Oser sortir des sentiers battus, être libre et unique, féminine et forte: tels sont les préceptes selon lesquels Gabrielle Chanel a mené sa vie et construit son œuvre. Les codes qui lui ont valu son succès, Mademoiselle Chanel les brandissait tels un étendard. Au tour maintenant de Lucia Pica, la tout aussi audacieuse Global Creative Director maquillage et couleur, de réinterpréter les «Coco Codes» et d’offrir l’occasion d’inventer et de varier à l’infini les nôtres. Une touche de rouge, la profondeur du noir, une pointe d’or, de blanc et la sophistication du beige – la palette «Coco Code (Création Exclusive) Edition Éphémère» permet à chacune d’inventer ses fards et de jouer avec la lumière. Dans le sillage de Mademoiselle. Stylo yeux, CHF 35. Rouge à lèvres, CHF 46. Ombre à paupières palette, CHF 77. Rouge joues, CHF 60. www.chanel.ch

L’essence de l’hydratation

Les variations de température et d’hygrométrie auxquelles nous soumettons notre peau, en particulier en hiver, la mettent à rude épreuve – pour ne pas dire en état de choc! Ses capacités d’autorégénération et son pouvoir auto-hydratant en sont amoindris. La ligne «Hydra-Essentiel» de Clarins peut les restaurer: dans six textures différentes, adaptées aux besoins très spécifiques de chacune, l’association d’extraits de kalanchoé officinal bio (aux propriétés proches de celle de notre peau) à d’autres actifs restaurateurs, la protègera du dessèchement. Sous toutes les latitudes et en toute saison. Crème, CHF 63. Sérum, CHF 80. www.clarins.ch

  85


Beauté

légère et rayonnante Par Ursula Borer

D e l ’ac er ola p ou r l’éclat et l’effet drainant: le «Contour des Yeux Détox Eclat & Anti-cernes», de Bio Nuxe. w w w.ch.nuxe.com/ de/bio-beaute CHF 40

86  

pour détoxifier son organisme un petit peu chaque jour. A l’inverse, les partisans de la détox active sont convaincus que nos conditions de vie – le climat, la pollution de l’air et des eaux, la qualité de notre alimentation – viennent perturber ce processus naturel. Raison pour laquelle notre organisme a régulièrement besoin d’un petit coup de pouce, une cure ou un jeûne venant le délester de tout ce qui vient perturber son bon fonctionnement et restaurer les fonctions dépuratives de notre appareil digestif. Qu’ils aient raison ou qu’il s’agisse surtout d’un phénomène de mode caractéristique de notre société du bien-être, si soucieuse des choses du corps, le jeûne fait de plus en plus d’adeptes. Une chose est sûre: pratiquée avec mesure par un sujet sain, dans le respect de son bien-être et de ses sensations, une certaine ascèse ne peut pas faire de mal. Quelle que soit la cure ou la méthode choisie, on gagnera, évidemment, à éviter systématiquement ces fameux beauty-killers que nous avons toutes à l’esprit: alcool et tabac, sucre raffiné et édulcorants, sans oublier les graisses saturées. Profiter du grand air aussi souvent que possible et mobiliser son corps de façon douce (la pratique du yoga, en particulier, est idéale), soutenir ses efforts diététiques par de réelles cures de sommeil (on ne négligera pas les siestes non plus!), sont autant de réflexes qu’il faudrait adopter par ailleurs – au moins pour un certain temps. La cosmétique n’est pas en reste: la détox dermatologique est en vogue et permet à notre peau de restaurer ses processus de régénération naturels, cycliques justement. Autre effet positif que l’on ne saurait négliger: éviter les écarts et se discipliner un petit peu rend notre objectif-bikini, pour les beaux-jours, plus réaliste que jamais. Savoir que nous allons l’atteindre: rien que cette pensée nous fait déjà rayonner. Chiche?

Les vertus purifiantes de l’argile font l’unanimité: «Masque Argile», par L’Oréal Paris.

Détoxifiante pendant notre sommeil, gâce au polyphénol C15, l’«Huile de Nuit Détox», par Caudalie.

www.lorealparis.ch CHF 14

www.caudalie.com CHF 22

Les résines tropicales font de ce soin-lotion 3-en-1 un concentré d’efficacité: «Lotion Purifiante Equilibrante aux Résines Tropicales». Signé Sisley! www.sisley-paris.com CHF 85

Enrichi en acide hyaluronique, le sérum «Magnificence Sérum Rouge», de Lierac, combat la glycoxilation trois fois plus efficacement. www.lierac.de CHF 90

PHOTOS DR; Filippo Del Vita / w w w.blaublut-edition.com

Qui ne rêve pas d’aborder le printemps fraîche et resplendissante – à l’image de la nouvelle saison? Certes, les bonnes résolutions ne sont pas faciles à tenir, et le frimas autant que les longues journées d’inertie, passées confinées dans nos intérieurs surchauffés, ne nous rendent pas la tâche facile. Pourtant c’est le moment ou jamais de détoxifier notre organisme. Notre peau nous dira merci. Nous connaissons tous et toutes les bénéfices d’un grand nettoyage de printemps: libérer de l’espace, se débarrasser d’objets devenus inutiles pourrait même faire perdre du poids! Notre corps, lui aussi, veut être délesté des kilos qui nous pèsent (sur le moral, en particulier!) et des toxines qui encrassent sa délicate machine. Indissociables de la culture hindoue depuis près de 4000 ans, les cures ayurvédiques sont plus actuelles que jamais. En Europe, il a pourtant fallu attendre le XIXème siècle pour que le jeûne thérapeutique se popularise: on connaît bien l’influence de l’abbé Kneipp et de ses théories. On pourrait mentionner également les bouillons de légumes prescrits par le médecin allemand Otto Buchinger, ainsi que les cures de petit-lait, fort répandues en Suisse à l’époque. L’une des toutes dernières tendances en matière de détox? Les cures de jus, qui ravissent mannequins et vedettes. Comme les études scientifiques à long terme sur ses bénéfices réels font encore défaut, le jeûne thérapeutique reste un sujet controversé. En effet, il est acquis, dans la médecine occidentale, que les toxines et autres résidus ne stagnent pas dans l’organisme d’un sujet sain. Par conséquent, aucun risque d’encrassement néfaste – pour peu que l’on s’hydrate abondamment! Quand les reins et intestins remplissent normalement leur office, les résidus ou toxines sont éliminés très efficacement. Il suffit donc de boire en quantité normale


BeautÉ

La bougie «Rosa Mundi»  de Diptyque

La célèbre maison de parfums a invité le collectif de créateurs de papiers peints «À Paris chez Antoinette Poisson» à relooker un de ses classiques.

PHOTO: DR

Par Mélanie Mendelewitsch

L’histoire  Celle d’une rencontre entre le légendaire parfumeur Diptyque et le collectif créateur de papiers peints À Paris chez Antoinette Poisson. Connu pour son univers dédié au savoir faire des arts décoratifs du xviiie siècle, le trio transcrit en motif imprimé l’odeur de la bougie «Rosa Mundi». L’identité  Notes phares de cette bougie parfumée d’exception, les deux roses les plus prestigieuses de la parfumerie, la rose de Damas et celle de mai se rencontrent et fusionnent. Cassis, géranium et bergamote viennent rafraîchir cet accord subtil, corsé par un soupçon de litchi.

L’Actualité  Une collection ultra-chic aux accents rétro, dont la bougie «Rosa Mundi», disponible en deux formats, est l’emblème. Pour orner ses parois, le collectif À Paris chez Antoinette Poisson a imaginé des motifs rose pastel sur fond de vert tendre, imprimés manuellement sur papier vergé, soulignés – tradition oblige! – d’un bandeau indiquant les références du modèle et le nom de la maison.

Bougie «Rosa Mundi», Diptyque, CHF 60

  87


Beauté

e venc 88  

PHOTOS DR

de jou

ts o îl


Beauté

Et si l’heure n’était plus au combat contre le temps mais au respect d’un capital beauté lié à notre environnement et à notre mode de vie? Chanel a étudié les «zones bleues», ces aires géographiques où se trouvent de nombreux centenaires pour proposer une cosmétique de la longévité. Par Aurélia Hermange

L

e point commun entre l’île d’Icarie en Grèce, les montagnes de l’Ogliastra en Sardaigne, la péninsule de Nicoya au Costa Rica et l’archipel d’Okinawa au Japon? Une espérance de vie exceptionnelle et un risque de développer cancers ou maladies cardiovasculaires bien plus faible que partout ailleurs: bienvenue en «zone bleue»! C’est en 2000 que le chercheur italien Gianni Pes et le démographe belge Michel Poulain inventent cette expression après avoir découvert dans la province de Nuoro, en Sardaigne, la plus forte concentration de centenaires jamais recensée. Ils tracent les contours de la zone à l’encre bleue sur une carte, ouvrant la voie au chercheur américain Dan Buettner et à son équipe qui identifient à leur tour en 2009 plusieurs communautés présentant ces mêmes caractéristiques de santé et de longévité dans des enclaves géographiques précises. Très différentes les unes des autres sur les plans climatique et culturel, ces zones bleues possèdent pourtant des similitudes qui semblent expliquer l’espérance de vie de leur population. Jusqu’alors, la communauté scientifique s’était majoritairement focalisée sur leur régime alimentaire mais une étude plus approfondie a permis d’identifier d’autres facteurs communs. Des principes de santé holistique Si toutes les zones bleues présentent une alimentation variée, riche en légumes et en fruits cultivés localement ainsi que comprenant très peu de viande et quasiment pas de produits transformés, les chercheurs y ont aussi relevé un dynamisme remarquable. Même centenaires, les hommes et femmes de ces régions restent actifs, avec notamment une pratique quotidienne de la marche. Et beaucoup travaillent encore à plus de 80 ans. Leur philosophie de vie est par ailleurs basée sur

des valeurs simples, comme la famille, et un lien social fort: la cohésion communautaire et le rapport à l’autre priment sur la quête de biens matériels ou la réussite professionnelle et sociale. Partout dans ces enclaves, le stress est mieux géré que dans nos sociétés en perpétuelle ébullition. Ces piliers de longévité font écho aux principes de santé holistique qui se développent partout dans le monde depuis plusieurs années, d’abord en Arizona, berceau de la médecine intégrative qui prône la nécessité de tenir compte du patient sur tous les plans (psychique, biologique et spirituel), mais aussi en Europe où le mouvement slow life ne cesse de gagner discrètement du terrain. Car, on le sait désormais, si nous avons moins de 1 % de chances de devenir centenaires, seulement 10 % de notre espérance de vie dépendent directement de nos gènes, les 90 % restants découlent de notre mode de vie et notre environnement. Nos choix ont donc un réel impact sur notre longévité, d’où le sentiment de plus en plus répandu qu’il est temps de ralentir la cadence pour renouer avec son corps, apaiser son esprit, et mieux profiter du monde qui nous entoure. Éloge de la lenteur «Le principe du slow n’est pas de ralentir coûte que coûte mais de vivre pleinement», explique Pascale Brousse, consultante en bien-être et fondatrice de l’agence prospective Trend Sourcing. «Car à force d’accélérer pour ne pas se laisser déborder par les impératifs de productivité et de croissance, on finit par ne plus être à l’écoute de son corps et par le conduire à son point de rupture.» Et ce n’est pas par hasard si cet éloge de la lenteur et ce besoin de décélérer pour se ressourcer sont actuellement au cœur de la réflexion des philosophes, des médecins ou des cosmétologues: après deux décennies

  89


Beauté d’émerveillement devant les nouvelles technologies et de consommation boulimique, nous commençons à vivre cette frénésie non plus comme une libération mais comme une aliénation. Du fomo, «fear of missing out», l’angoisse constante de manquer une nouvelle ou un événement donnant l’occasion d’interagir socialement, au déferlement permanent des flux d’informations – mails, SMS, tweets, likes et autre posts –, l’esprit sature, s’éparpille, s’épuise et l’équilibre s’en ressent. «Face au stress permanent induit par cette avalanche incessante de sollicitations, c’est même parfois le dégoût et le rejet qui émergent, analyse Pascale Brousse. On quitte Facebook et Twitter. On laisse son smartphone au bureau le soir et le week-end. On ressent le besoin de se déconnecter des biens matériels en recyclant, en faisant le vide, voire en pratiquant la décroissance et en limitant ses achats à ce dont on a vraiment besoin.» En apprenant à renoncer, on se recentre. En cessant de se disperser, on renoue avec l’essentiel. Et on réapprend à prendre le temps. «Une étude que nous avons menée récemment, de la Turquie au Japon, montre que ce qui préoccupe d’abord les gens, c’est de manquer de temps», confirme Nathalie Damery, philosophe et codirectrice du cabinet de conseils l’ObSoCo (l’Observatoire société et consommation). Un phénomène à mettre en parallèle avec l’explosion du hygge danois, cette philosophie du bien-être à mi-chemin entre la slow life et la méditation de pleine conscience adoptée avec succès par le peuple le plus heureux de la planète...

Quatre mécanismes de longévité cutanée Comme le cerveau et le corps, la peau a besoin de passer à la bonne vitesse pour être belle maintenant et le rester longtemps. En tant qu’organe protecteur, elle est directement soumise à l’ensemble des agressions environnementales et biologiques (stress, fatigue, pollution, U.V., tabac, alimentation, etc.) qui accélèrent son vieillissement. D’où la nécessité d’une approche globale de ses besoins, anticipée par Chanel, qui étudie les femmes depuis vingt ans afin de développer une philosophie holistique de la beauté. «Cette vision intégrative nous a amenés à donner une nouvelle orientation à notre vision de l’anti-âge», explique Armelle Souraud, responsable de la communication scientifique internationale de Chanel. «Plutôt que de combattre le temps qui passe, nous avons commencé à étudier la longévité. Nous allons vivre plus longtemps, il s’agit donc de vieillir mieux sur tous les plans: santé, beauté et bien-être.» La maison s’est donc intéressée aux zones bleues dès leur découverte et ses chercheurs ont eu l’idée de croiser leurs connaissances sur le vieillissement cutané avec les dernières études menées sur les centenaires, ce qui a permis de distinguer des similitudes entre leur comportement et celui des peaux capables de conserver leur jeunesse à long terme. La recherche Chanel a ainsi identifié quatre mécanismes biologiques essentiels à la longévité cutanée: l’énergie cellulaire, comparable à l’activité physique quotidienne pratiquée dans

PHOTOS DR

«Nous allons vivre plus longtemps, il s’agit donc de vieillir mieux sur tous les plans: santé, beauté et bienêtre.» Armelle Souraud, chez Chanel

90  


Beauté Une cascade au Costa Rica, dans l’une des régions identifiée comme «zone bleue» autour du monde.

les «zones bleues»; le métabolisme cellulaire, aussi important que l’équilibre alimentaire; l’adaptation au stress cellulaire, capitale pour affronter les agressions quotidiennes; et la communication intercellulaire, essentielle au bien-être de la peau. La marque a ensuite sélectionné une combinaison d’ingrédients capables d’agir sur les quatre fronts. Trois matières premières issues de la pharmacopée traditionnelle des «zones bleues» ont été sélectionnées: le café vert du Costa Rica, riche en molécules antioxydantes, l’olive de Sardaigne, reconnue pour sa teneur en polyphénols et en acides gras essentiels, et le lentisque, un arbuste de Grèce au pouvoir régénérateur. Le «Blue Serum» né de leur association permet d’améliorer la longévité cellulaire et d’activer la jeunesse de l’épiderme: «Ce soin transversal, qui s’adresse à toutes les peaux et tous les âges, véhicule notre vision de la beauté: l’heure n’est plus au combat mais à la bienveillance, avec une nouvelle approche de la jeunesse cutanée. Il est temps de cultiver nos ressources intérieures et de permettre aux femmes de devenir actrices de leur beauté», conclut Armelle Souraud. La manière idéale de permettre à sa peau de passer en zone bleue.

Blue Serum, Chanel, CHF 130.

  91


PHOTO Sarah Blais

STYLE

05

M

92  

ode


STYLE

Une marque culte (Pucci) et 3 it-girls, soient plein de possibilités photographiques piquantes. A découvrir à partir de la page 126.

  93


Mode STYLE

Phot og raph ie An L e 94  

St ylisme C hr i stophER M aul


Mode STYLE

  95


Mode STYLE

96  


Mode

Page de gauche: Casquette, Alexander Wang x Kangol. Boucles d’oreilles à trois rangs, Alexander Wang. Veste en tweed blanc, or et argent, avec galon, Chanel. Manteau en polyester, Xander Zhou. Boots compensées «Kiki», Marc Jacobs. Ci-dessus: Tailleur en tweed blanc, or et argent avec galon, Chanel.

  97


Mode STYLE

98  


Mode STYLE Chapeau noir en laine et velours, Christian Cowan. Robe manches longues pure soie, 3.1 Phillip Lim. Ceinture blanche en veau, Céline. Collants, Wolford. Sandales jaunes tressées, Proenza Schouler.

  99


STYLE Mode

Pull tricoté en laine peignée, Prada. Veste noire entièrement en cuir de veau, Kenzo. Navy short en viscose, Boss. Jupe crayon, Alexander Wang. Chaine, Pavon NYC. Chaussettes résille, Sockshop. Escarpins en soie, Aquilano Rimondi.

100  


Mode

TE X T Krissi Murison; The Sunday Times; The Inter view People

Par KRISSI MURISON

ais la voici qui arrive. Cela fait à peine 35 minutes elle sourit à chacun. Elle porte un jean et elle est juste magnique je l’attends. Et polie, par-dessus le marché. fique, sans tapage ni grands effets. Campbell junior, quant à Cela en deviendrait presque décevant. Et cette elle, drapée dans un manteau de fourrure bleu électrique et amazone, à ses côtés? Il ne s’agit visiblement noir, est bien cette force de la nature, indomptable et indomppas d’une attachée de presse ni d’une assistante. Ce ne serait tée, que l’on imagine: tapageuse, directe, inépuisable. Naturelpas une garde du corps tout de même? lement, elle est d’une beauté incroyable: des lèvres pulpeuses, des cheveux magnifiquement sains et brillants, et, sous sa «Voici ma maman, Valerie». C’est Naomi Campbell, 45 ans, qui parle. «On passe un peu de temps ensemble aujourd’hui, frange marquée, des yeux qui, tels ceux d’un félin, scintillent toutes les deux.» d’un fascinant bleu gris – l’effet, probablement, des lentilles Valerie a dans les soixante-cinq ans et des pommettes… encore qu’elle porte, le ciel lui ayant fait don de très beaux yeux plus magnifiques que celles de sa fille! Elle était danseuse, bruns. Et sous son manteau? Un sobre col à roulé noir et un autrefois. Ses tournées l’ont menée dans le monde entier, long cardigan. Après 30 ans de carrière dans la mode, elle est c’est pourquoi Naomi fut élevée par sa grand-mère. Ça, je le incapable de faire un choix parmi les photos de son livre et de dire laquelle est sa préférée. «Mais sais grâce au livre de Naomi, paru il y a quelques mois et sobrement intitulé j’aime tout particulièrement celles qui Naomi Campbell. En fait, le bouquin me rappellent cette époque géniale où je «… les designers en se présente en deux parties: le premier vivais avec mes girls, quand nous voyavolume est consacré aux photos, sompgions ensemble de ville en ville, de show question ne bookaient tueuses, et aux citations, assez lapien show. Qu’est-ce qu’on s’amusait! Des pas de filles daires, des collègues et ami(e)s de la top. vraies étudiantes dans une colocation!» Ce qui permet de nous faire une certaine Ses girls, ce son évidemment les superde couleur. Je ne pense idée cette fabuleuse créature. Fabuleuse models des années 90: Linda, Christy, pas que cela ait été au sens propre. Dans le volume deux, Cindy, Tatjana, Stephanie, Claudia… on trouve d’autres photos et quelques sont elles, qui, longtemps avant intentionnel de leur part. Ce développements (et arrangements?) Taylor Swift, ont inventé le concept Simplement, autobiographiques, le tout retraçant le de «Girl #squad». Une vraie league de parcours de la belle – du petit chaton tops. Campbell était la seule du clan à la diversité, ce n’est pas innocent de l’école d’art dramatique à ne pas être blanche, et la première top une question dont on se noire à avoir fait la couverture du Vogue la panthère noire de la mode. Celle qui français ou de Time Magazine. Elle est nous fait encore vibrer aujourd’hui. préoccupait à l’époque.» persuadée que cela ne fut possible que Elle est arrivée ce matin de New York, en avion. On l’a aperçue transportée parce que les autres filles la soutenaient en fauteuil roulant dans les couloirs de à fond, qu’elles auraient risqué leur peau l’aéroport, ce qui a ravivé les spéculations (qui ne datent pas pour elle. «Je vais formuler la chose de la façon suivante: les d’aujourd’hui) sur une supposée opération chirurgicale de la designers en question ne bookaient pas de filles de couleur. hanche. Il y a eu démenti, bien entendu, le fauteuil roulant Je ne pense pas que cela ait été intentionnel de leur part. se justifiant par une «légère blessure au pied». Tout ce que je Simplement, la diversité, ce n’est pas une question dont on puis dire, c’est qu’à la voir marcher, il ne semble pas y avoir se préoccupait à l’époque. Alors, mes copines se sont pointées en disant: si vous nous voulez pour le show, il faudra prendre de problème. Naomi aussi.» Sa mère, quant à elle, lui a appris à ne jamais Naomi et sa mère s’installent. Valerie semble être une personne absolument adorable: toute douce et toute silencieuse, faire du racisme une excuse pour ses propres échecs.

  101


STYLE Mode

Manteau noir en crêpe de laine et bottines basses noires, lacées, en agneau frisé et veau, talons en surépaisseurs de cuir doré et semelle or, le tout Dior.

102  


Mode

TE X T Krissi Murison; The Sunday Times; The Inter view People

Modèle NAOMI CAMPBELL @ New York Model Management. Production et direction artistique VICTORIA PAVON. Coiffure DANTE BLANDSHAW @ Rona Represents. Maquillage RENEE GARNES @ Next Artists. Assistants stylisme CHRISTOPHER DANIELS, ASANTE SHAKUR, IVANA IVKOVIC, NINA CHITADZE. Réalisation STEWART GERARD STUDIO.

«Ce que j’avais à faire, c’était trouver de mon côté les moyens «Comment dire… J’ai encore du mal à accepter l’idée que d’atteindre ce que je voulais. Je n’ai pas peur des challenges. l’on puisse me quitter, parce que j’ai moi-même dû quitter Et je peux dire qu’il y en a eu quelques-uns dans ma vie! J’y ai ma mère…» Elle s’interrompt puis reprend sous un angle été confrontée et je les ai surmontés. Un par un.» L’un de ces différent. «Ma mère a dû faire de grands sacrifices pour que défis a priori insurmontables: devenir le visage d’une grande je puisse effectivement aller à l’école où je souhaitais absomarque de cosmétiques. Impossible pour elle, probablement lument suivre ma scolarité. Ma mère devait travailler pour en raison de sa couleur de peau. Elle explique dans son livre: nous, mais elle ne pouvait pas le faire dans notre pays. Alors, «Très jeune, j’ai compris que, dans ma carrière, en tant que elle a simplement fait ce qu’elle pensait être le mieux pour mannequin de couleur, il me faudrait faire d’autres choix moi. A certains moments, j’aurais voulu la voir, mais elle ne et inventer d’autres voies pour gagner de l’argent.» Parmi pouvait pas être près de moi. Elle était mère célibataire, et il celles-ci, elle envisagea le cinéma, la télévision, la création de fallait qu’elle travaille pour que je puisse aller à cette école sa propre marque de parfums et celle de sa propre entreprise géniale où je voulais être inscrite à tout prix.» de communication et d’événementiel: NC Connect. C’est maintenant Valerie que je regarde. Et c’est à elle que je m’adresse: «Pour toi, cela a certainement dû être très dur Elle n’a jamais perdu le contact avec les autres supermodels, en particulier avec Kate Moss, la petite aussi?» «Oui, bien sûr. Parfois, dit Valedernière, qui les rejoignit quelques années rie, ton enfant va mal et tu ne peux pas J’entrais dans l’âge plus tard, à tout juste 17 ans. Pour Naomi, être près de lui, simplement parce que tu de trois ans son aînée, Kate est un peu dois travailler. Mais tu es une mère célibaadulte, je découvrais comme une petite sœur. taire et tu essaies vraiment de faire de ton la vie, et cela, mieux. Je l’emmenais toujours… Naomi, Dans les années 90, Naomi Campbell fut est-ce que tu te souviens des fois où nous fiancée à Adam Clayton, de U2. Ils firent je le faisais – que je le ensemble de très nombreux séjours en allions dans ce petit restaurant?» – «Oui!» veuille ou non – Irlande. En 1999, elle accepta de subir une Un grand cri de joie – Naomi lui coupe la cure de désintoxication pour mettre un parole. «Les tartelettes au pudding! – Et sous le regard du terme à sa dépendance à l’alcool et à la puis aussi la fois où tu m’as passé un savon monde entier. C’était cocaïne. Depuis, elle s’astreint à un promonstrueux parce que j’avais confondu le gramme dans lequel est prévue, chaque couteau et la fourchette! Je ne me rappelle la contrepartie de la jour, une heure de «travail sur soi». Nous plus vraiment de l’endroit, mais qu’est ce chance que j’ai pu avoir que tu m’as grondée!» Sur le moment, n’en saurons pas plus, si ce n’est qu’outre le Pilates, le yoga et les «promenades dans j’avoue avoir du mal à imaginer cette par ailleurs. Le prix à le parc», ce programme implique aussi des Valerie-là. Mais elles semblent être bien payer, en quelque sorte. d’accord toutes les deux quant au fait que rencontres et un suivi. D’après elle, c’est à ce long processus qu’elle doit de s’être Valerie est tout à fait capable d’être sévère. «apaisée». Si elle veut dire par là qu’elle A ses heures. Et à sa façon. serait devenue plus équilibrée et plus modérée, nous ne pouNaomi Campbell est née à Streatham, dans le sud de Londres. vons – à en juger par la Naomi que nous avons ce jour-là sous Son père quitta Valerie peu de temps après qu’elle fut tomles yeux – que lui donner raison. bée enceinte. La mère et la fille vécurent ensuite ensemble, «A certains moments de ma vie, mon comportement…» – en Italie, durant trois ans. Puis Valerie s’installa en Suisse ce qu’elle entame avec ces mots, je le remarque instantanétandis que Naomi rejoignait l’Angleterre, et Londres, pour ment, est une sorte de discours ou d’exposé qu’elle ne fait vivre auprès de sa grand-mère. Elle ne se rendait auprès de pas ici pour la première fois. «J’entrais dans l’âge adulte, je sa mère que pour les vacances. «Parfois, c’était moi qui allais découvrais la vie, et cela, je le faisais – que je le veuille ou la rejoindre, quand j’avais un peu de temps libre», explique non – sous le regard du monde entier. C’était la contrepartie Valerie. A l’âge de cinq ans, Naomi fut inscrite à la «Barbara de la chance que j’ai pu avoir par ailleurs. Le prix à payer, Speake Stage School» d’Acton. Pour se rendre à l’école, il lui en quelque sorte. J’ai commis de grandes erreurs et je me suis fallait prendre le bus, puis le train, et en changer, matin et rachetée depuis. Je ne peux pas revenir perpétuellement sur soir, pour traverser tout Londres. cela et me le reprocher sans cesse. Mais je ne l’oublie pas. Suivre des cours d’art dramatique, était-ce le souhait de J’espère que l’on m’a pardonné comme j’ai pardonné à ceux Naomi? qui m’ont blessée.» Valerie: «Oui, oui. Absolument.» Mais toute cette colère, d’où venait-elle? Interrogée à ce sujet, Moi: «À cinq ans?» elle avait, dans une précédente interview, rapidement évoNaomi: «Je la harcelais déjà pour aller à cette école bien avant qué «la peur de l’abandon». A quoi faisait-elle allusion? d’avoir cinq ans. Les gens lui demandaient: mais pourquoi

  103


Mode

est-ce que tu écoutes une petite fille de trois ans? C’est de la folie! Mais elle leur répondait toujours: Non, non, Naomi sait exactement ce qu’elle veut. Maman, mais qu’est-ce qui a bien pu te pousser à me croire?» Valerie: «Tu passais ton temps à prendre la pose ou à danser.» Naomi: «Qu’est-ce que tu racontes! Je ne prenais pas la pose!» Valerie: «Et comment qu’elle posait! J’ai encore cette photo de toi, tu sais, en pull rose et en jean… Tu étais exactement comme ça! (Valerie agite un bras en l’air et prend une pose tout à fait extravagante; Naomi est un peu gênée.) Tu ne t’en souviens pas?» Naomi: «Non, Maman, je ne me souviens pas.» C’est à 15 ans que Naomi Campbell fut découverte par un chasseur de talents, en rentrant de l’école, alors qu’elle faisait des courses avec deux amies à Covent Garden. Elle se rappelle encore très bien sa stupéfaction lorsqu’elle comprit enfin que ce n’étaient pas ses blondes amies mais bien elle qui avait été repérée et choisie. Ensuite, c’est dans le couloir de leur appartement que Valerie, rentrée à Londres depuis peu, montra à sa fille comment défiler. «Je lui disais: tu ne peux pas copier les autres. Il faut que tu avances sur le podium comme une guerrière, avec ton propre style, rien qu’à toi.» Et c’est ainsi que naquit le style Campbell, ce magique déhanché d’amazone, une façon de parader sur le podium que l’on n’avait encore jamais vue – du moins est-ce ainsi que Vogue décrivit la naissance de la panthère des catwalks. Naomi, quant à elle, se décrit comme une vraie timide, qu’elle n’aurait jamais cessé d’être – même à l’époque où l’on ne pouvait pas ouvrir un magazine de mode sans tomber sur un cliché d’elle, à demi-nue et dans quelque pose aguicheuse. «Quand j’étais plus jeune, je me sentais mal à l’aise lors des shootings pour les maillots de bain ou les dessous. C’est seulement maintenant, à 45 ans, que je me sens assez bien dans ma peau pour prendre plaisir à être photographiée en lingerie.» On ne peut pas dire pour autant que quiconque lui ait, à l’époque, forcé la main: «Non, j’étais de celles qui disent clairement ce qu’elles veulent bien faire. Et ce qu’elles ne feront pas.» A la demande expresse de sa mère, Naomi n’essaya jamais d’entrer en contact avec son géniteur. Mais dès qu’elle eut quitté l’Angleterre, il est clair qu’elle chercha sans cesse, partout, des figures paternelles de substitution. Parmi celles-ci, le créateur français Azzedine Alaïa – qu’elle appelait même

104  

Très tôt au début de sa carrière, Naomi Campbell devint l’une des figures de la «Coalition des Jeunes Femmes Noires dans la mode» (Black Girls’ Coalition), un lobby fondé par deux femmes fortes, l’ex-mannequin et agent Bethann Hardison et le top Iman, la veuve de David Bowie. De saison en saison, Hardison continue de pointer le nombre de mannequins de couleur à défiler. Quand les chiffres tombent, elle et Naomi écrivent aux créateurs pour leur rappeler le rôle actif qu’ils ont à jouer dans la promotion de la diversité. «Certains répondent parfois que c’est une question qui leur était complètement sortie de l’esprit, en toute bonne foi! Notre intention n’est pas de nous en prendre à qui que ce soit.» Mais alors, pourquoi? «L’important, c’est que tu aies clairement conscience de ce que tu montres lors de tes défilés – le monde est un creuset de mélanges et tes clients n’ont pas qu’une seule couleur de peau.» 2

PHOTOS DR; «Naomi Campbell», par Allen Jones et Josh Baker, Taschen, 2016 TE X TE Krissi Murison; The Sunday Times; The Inter view People

1

«papa» et chez lequel elle vivait à chacun de ses passages professionnels à Paris. On pourra également citer le producteur Quincy Jones, qui la désigne lui-même comme sa septième fille. Mais il est probable que le père d’élection qui compta le plus pour Naomi fut feu Nelson Mandela. Elle fit sa connaissance en Afrique du Sud, en 1994. Mandela nommait Naomi sa «petite-fille à titre honorifique». En retour, elle était toujours sur le devant de la scène quand il s’agissait d’organiser une collecte de fonds pour ses œuvres en faveur de l’aide à l’enfance. Avec un incroyable engagement et un incroyable succès. Nous abordons maintenant les actuels conflits raciaux aux États-Unis, et je lui demande si elle soutient le mouvement «Black Lives Matter», celui des activistes américains qui s’engagent contre les violences policières et les inégalités de traitement dans le système judiciaire à l’encontre des Noirs. On se souvient de l’intervention engagée et super-médiatique de Beyoncé, lors du Super Bowl, en soutien à ce mouvement de protestation. «Je ne crois pas qu’il soit moralement acceptable que des personnes perdent la vie à cause d’actes iniques de la police. C’est clairement un mal – et il faut que cela change, sans quoi leurs villes seront déchirées par la violence des révoltes et des conflits», dit-elle. «Je ne suis pas la personne la mieux informée sur ces questions et je ferais sans doute bien mieux de commencer par m’asseoir gentiment et par lire des choses sur le sujet. Mais, oui, je suis d’accord, la vie des Noirs compte, la vie des Blancs compte, chaque vie est précieuse.» Son soupir est éloquent.


Mode

3

4

C’est par l’intermédiaire d’Iman que Naomi fit la connaissance de Bowie. Elle ne souhaite pas s’exprimer sur sa disparition «parce que c’est privé. Mais concernant Iman, perdre son compagnon, c’est très difficile, et elle a toute ma sympathie. C’est une personne que je respecte. Elle a toujours été très franche et très directe avec moi, elle me dit ce qu’elle pense. Il n’y a pas de place dans ma vie pour des gens ‹futiles›. Je n’ai pas de temps à perdre». En 2011, Naomi a joué un rôle décisif dans les démarches ayant conduit à l’internement de son grand ami, le créateur John Galliano, afin qu’il puisse suivre à son tour une cure de désintoxication. On se souvient du scandale qu’avaient provoqué ses déclarations antisémites dans un restaurant parisien, lesquelles avaient conduit à son arrestation. Plus tard, des vidéos ont prouvé que ce n’était pas la première fois qu’il se conduisait de la sorte dans cet établissement. Naomi Campbell consacre tout un sous-chapitre de son ouvrage à l’amitié qui la lie au créateur. J’aimerais lui demander si cela ne la met pas quelque peu mal à l’aise que de prendre ainsi sa défense – connaissant la nature des propos avinés de Galliano et alors qu’il était plutôt connu jusque là pour ses multiples dénonciations de toutes les formes de racisme. Mais elle ne me laisse pas le temps finir ma question et prend les devants: «Je ne me suis pas posé de question. Ton ami va mal, il a besoin d’aide, alors tu décroches ton téléphone et tu passes les coups de fil qu’il faut. C’est une question de vie ou de mort. C’est gave.» Et qu’a-t-elle fait exactement? «Tout simplement, j’ai fait ce qu’il fallait faire – le mettre à l’abri. Tout ce qui comptait, c’était qu’il intègre une structure où il puisse recouvrir la santé. Nous avons tous fait tout ce que nous pouvions pour l’aider. Anna Wintour a été incroyable, avec John, elle est très maternelle. Et tout ça, juste parce que c’est un artiste… Ce que je veux dire, tu vois… Tu bois, quelqu’un te filme sans que tu le saches. C’est horrible. Je n’aime pas les vidéos. Personnellement, je trouve ça horrible.» Des hommes puissants, il y en a eu quelques-uns dans sa vie – Adam Clayton, Mike Tyson, Robert De Niro, le milliardaire russe Vladimir Doronin, l’ex-patron d’écurie de Formule1 Flavio Briatore. Aucune de ces liaisons n’a duré plus qu’un feu de paille. Je me demande s’il n’est pas si difficile d’être Naomi Campbell justement parce que les hommes ont du mal à accepter ce qu’elle est. Ils la voient comme un trophée, ils n’assument pas ce qu’une telle relation implique comme engagement – un vrai travail à plein temps. Elle m’interrompt:

«OK, voilà ce que je vous réponds: Attendez de voir la suite!» Elle rit, puis retrouve son sérieux. «Non, je plaisante. Ma foi, qui sait? En fait, je suis une éternelle romantique, quelqu’un de traditionnel. J’aime aimer. Point.» Et c’est vraiment tout? On ne dirait pas qu’elle badine simplement. Se pourrait-il qu’elle ait rencontré quelqu’un avec qui elle serait prête à envisager d’aller «plus loin»? Vers la fin de l’interview, elle fait une autre remarque qui laisse présager d’une prochaine annonce officielle. Il est justement question de son exceptionnelle longévité dans le business. Les initiés la justifient par sa manière très conséquente de travailler, mais ils évoquent aussi le fait qu’elle soit le seul des super-modèle sà n’avoir pas fait de pause dans sa carrière pour raisons de maternité – je ne peux donc m’empêcher de spéculer à mon tour. Et si, effectivement, le fait de ne pas être mère avait profité à sa carrière? A nouveau, elle ne me laisse pas le temps de finir ma question: «Eh bien, je ne dis pas que je n’aurai pas d’enfants. Je pourrais avoir des enfants. Ce que je ne sais pas, c’est comment cela arrivera. Mais je pense qu’un jour, j’aurai des enfants. Tout le monde pense, d’ailleurs, que je ferai une bonne mère. Et c’est quelque chose que j’ai toujours envisagé. Mais c’est moi qui choisirai le moment où cela arrivera. Je ne me laisse brusquer par personne; j’ai mon propre rythme.» Et même s’il n’y a pas d’homme dans sa vie, sa mère, qui l’a élevée seule, pourrait être un bon exemple à suivre. Une hypothèse que j’ose avancer. «Absolument. C’est tout à fait ça. Je n’ai jamais eu peur de ça. C’est surtout une question de timing, c’est la base. Où vas-tu vivre? Quelles structures envisages-tu pour tes enfants?» Et quel serait le moment idéal, selon elle, pour en avoir? «J’imagine qu’il faut que tu sois posée. Que tu aies un vrai port d’attache. Mais en fait, je ne sais pas trop. C’est une question à laquelle je ne peux pas répondre tant que cela ne m’est pas arrivé.» Et qu’en pense Valerie? Devenir grand-mère, est-ce que ça lui dirait?

1 — Livre «Naomi Campbell», par Allen Jones et Josh Baker, Taschen, 2016. 2 — «The Heat of the Moment» – Naomi Campbell dans «Vogue US», photographiée par Ellen von Unwerth, mars 1998. 3 — Jean-Paul Goude a photographié Naomi à Knysna, Afrique du Sud, pour «Harper's Bazaar USA», septembre 2009. 4 — Paolo Roversi, «Vogue Italy», septembre 1996.

  105


106  

En duo ou en solo. Le corps déployé ou blotti. La silhouette complètement parée de vêtements-bijoux ou métamorphosée par la simplicité de l’habit. Quand les pièces les plus remarquables de la saison imposent leur grammaire du désir.

Photographie : Priscillia Saada Stylisme : Vanessa Bellugeon

Mode


Mode Ava, à gauche: trench-coat en coton, plumes d’autruche et détails Velcro, pull en laine vierge, sac «Paradigme» en cuir madras, Prada. Sandales compensées en cuir verni, Miu Miu. Anine: gilet en laine, chemise en jersey imprimé, jupe matière technique, étole en vison et plumes d’autruche, ceinture et sandales en gomme, sac «Bowling Ribbon» en cuir madras et cuir de veau, Prada.

  107


Mode

Robe en coton et nappa, bottes en veau imprimé croco, Loewe. Boucle d’oreille en plaqué argent, Jennifer Fisher.

108  


Mode Veste et pantalon brodés et chemisier en crêpe de soie, Ermanno Scervino. Boucles d’oreilles dépareillées ornées de pierres et de strass, Marni. Mules mors en cuir, Gucci.

  109


Mode Blazer imprimé Blazer imprimébrodé de python, en brodé detop python, patchwork et pantalon top patchwork et pantalon en jacquard, jacquard,Roberto Roberto Cavalli. Boucles Boucles d’oreilles d’oreilles métal doré, en métal en doré, Hervé Van Hervé Van derSac S ­ traeten. der Straeten. en Sac en python, Miu Miu. python, Miu Miu.

110  


Mode Veste et pantalon en jacquard de soie brodĂŠ et choker en cuir, Gucci.

  111


Mode

Veste en crêpe, blouse en georgette de soie, Michael Kors Collection.

112  


Mode Veste, short et ceinture en denim de coton, Isabel Marant.

  113


Mode Top en soie, coton et velours brodé, chemise à carreaux en coton, Dsquared2

114  


Mode

Veste en toile de coton, pantalon en georgette de soie rebrodée de sequins et ceinture en cuir avec boucles en métal, Ralph Lauren Collection. Sandales plate­f orme en suède, Michael Kors Collection.

  115


Mode

Veste et pantalon en crêpe, body en jersey et sandales en cuir et Néoprène, Versace.

Modèles Ava Hawk McDean et Anine Van Velzen @ IMG Maquillage Daniella Koller Coiffure Yuji Okuda Décoration Eli Serres Assistant stylisme Rémi Meunier Assistant photo Yannick D’Orio

116  


Mode Robe en coton, Kenzo. Boucles d’oreilles en métal doré, Hervé Van der Straeten.

  117


SÉDUCTRICE IMPÉNITENTE, femme de cœur. Et pourquoi pas les deux? En matière de style, rien n’interdit de jouer sur les deux tableaux: pureté d’un côté, espièglerie de l’autre – un duo qui fait mouche.

Phot og raph ie DEMARC U S ALLEN

118  

St ylisme S IMON GEN S OW S K I


Mode Manteau noir en tissu technique gaufré, soutien-gorge noir, culotte tricotée et ceinture tressée en cuir, noire, le tout, Max Mara. Body col roulé blanc, Wolford. Boucles d’oreilles dorées, Ana Khoui.

  119


Mode

Robe asymétrique en soie imprimée avec applications dorées, Louis Vuitton.

120  


Mode

Robe chemise blanche en popeline, Dice Kayek. Bikini noir, smocké, volanté et rebrodé, jupe pissée noire, les deux, Miu Miu. Bottes noires en cuir, Versus Versace.

  121


Mode

122  


Mode Bomber crème en crêpe de Chine volanté d’organza noir et short à volants en cuir noir, les deux, Emanuel Ungaro. Soutien-gorge noir transparent, Yasmine Eslami. Bracelet bicolore, or et argent, Bonheur Jewelry. Spartiates noires et blanches en cuir verni, Christian Louboutin.

  123


Mode

Robe en dentelle crème rebrodée de détails noirs, Stella McCartney. Bracelets en ébène et incrustations d’or rose, Ginette NY.

124  


MOde

Combinaison blanche en twill avec sac-ceinture à porter sur la hanche, Marni. Collier ras du cou en argent et boucles d’oreille triangle, Bonheur Jewelry. Spartiates noires et blanches en cuir verni, Christian Louboutin.

  125


Mode Chemisier crop noir et blanc et pantalon rayé en lin dans les mêmes coloris, Ann Demeulemeester. Ras du cou en argent, Annelise Michelson.

126  


Mode

Pull crème à côtes, en viscose, et short en satin, les deux, Sportmax. Ceinture crème, en crêpe de soie, Elie Saab. Boucles d’oreilles dorées, Ana Khoui. Bikers blanches en skaï, Ellery.

Mannequin Monica Cima @IMG Coiffure Olivier Henry @B Agency Maquillage Piia Hiltunen Assistant stylisme Yoan Pochet Studio The Stackers & Boon Paris

  127


Mode

Jeunes et prometteuses, une influenceuse, une actrice et une artiste s’emparent d’un modèle iconique d’Emilio Pucci, revisité par Massimo Giorgetti, le directeur artistique de la maison florentine. Photographie Sarah Blais  Stylisme Jennifer Eymère  Texte Elsa Ferreira

’est la pièce iconique de Pucci. Une robe fluide, des imprimés pop et un hédonisme assumé. Le luxe fantaisiste de la dolce vita, concentré de la maison florentine fondée en 1948 par le marquis Emilio Pucci, et sous la direction créative de Massimo Giorgetti depuis 2015. «Qu’est-ce que le mot luxe veut dire aujourd’hui?» s’interroge le créateur. «Je pense que le luxe est du temps libre bien dépensé dans de magnifiques endroits.» L’univers graphique coloré de Pucci correspond parfaitement au créateur italien, que l’on connaissait déjà audacieux pour sa marque MSGM.

128  

«La maison Pucci a un héritage colossal, confiait-il l’année dernière à L’OFFICIEL après sa nomination. Au départ, j’étais un peu effrayé par le poids du passé et j’ai fait beaucoup de recherches dans les archives pour réinterpréter les pièces iconiques. Puis j’ai compris que, même si Pucci est une maison historique, elle a une personnalité très jeune: j’ai donc commencé à imposer mon style tout en respectant ses particularités. J’espère avoir fait le bon choix.» Pour incarner l’esprit de la fête et de la jet-set propre à Pucci, trois talents prennent la pose ...


Mode

Robe en jersey imprimé all-over «Bersaglio», sac en cuir de veau, ­Emilio Pucci.

  129


Mode

our la génération des «millennials», le succès naît sur les réseaux sociaux. À 16 ans, la jeune Parisienne Angelina Woreth est connue pour faire partie du «Gucci Gang», une bande de copines à l’allure efficace qui poste des photos sur Instagram. Mine blasée et allure nonchalante, les filles manient les codes de la mode avec brio. Mais Angelina le jure: tout ça n’était pas prémédité et,

130  

dans la vie, elle est plutôt du genre rigolote. Cover-girl de L’OFFICIEL Paris en mars dernier, coup de cœur d’Asos en octobre, Angelina et son gang font parler d’eux dans la presse du monde entier. La classe. Mais Angelina garde la tête froide. Son succès, c’est dans la comédie que la jeune fille voudrait le trouver: «Le jour où j’aurai un premier rôle dans un super film, ce sera quelque chose de concret.»


Mode

Robe en jersey imprimé all-over «Bersaglio», #Emilio Pucci. Chaussettes en coton, Falke. Derbies en cuir, Jonak.

  131


Mode

16 ans, Mackenzie Foy a déjà une carrière impressionnante. Enfant mannequin, elle faisait ses premiers pas devant les objectifs à 3 ans pour Ralph Lauren. Treize ans plus tard, elle tourne dans des blockbusters hollywoodiens et sera à l’affiche avec Keira Knightley, Morgan Freeman et la ballerine Misty Copeland dans l’adaptation de «Casse-Noisette» par Disney. Entre-temps, l’ado workaholic a tourné dans

132  

«Interstellar», «Twilight», a prêté sa voix pour le film «Le Petit Prince» tout en négociant ses passages télé comme une pro – lorsque, par exemple, pour démontrer ses talents de ceinture noire de taekwondo, elle a fait une clef de bras au présentateur du «Tonight Show», Jimmy Fallon. Pour nous, c’est une seconde rencontre avec la demoiselle, qui faisait sa première couv’ avec L’OFFICIEL Paris en février 2013.


Mode

Robe et pochette en jersey imprimé all-over «Labirinto», Emilio Pucci. Bagues vintage.

  133


Mode

artiste de la bande est à l’aise des deux côtés de l’objectif. Mannequin depuis ses 15 ans, Carlotta Kohl s’adonne aussi à la peinture à l’encaustique, une technique à la cire avec laquelle elle crée des toiles douces aux couleurs néon. «Utiliser mes mains, réaliser quelque chose de physique est une expérience créative très différente. C’est incroyablement

134  

thérapeutique et cela m’aide beaucoup», racontet-elle. L’art ? «C’est ma façon de gérer comment je me perçois dans le monde». Et aussi une vision en perpétuelle évolution. La photo passionne la jeune artiste qui aimerait en faire son métier. Sur le shooting, le courant passe avec la photographe, Sarah Blais, qui «sait comment rendre une femme magnifique».


Mode

Coiffure Roger Cho Maquillage Shelley Blaze Set design Daisy Azis @ Studio Maud Vidéaste Shota Sakami Assistante photo Alice Fisher Opérateur numérique Guillaume Mercier Assistante stylisme Alizée Henot.

  135


Mode

Accessoires de luxe et mobilier contemporain partagent une esthétique qui s’attache autant à l’ensemble qu’au détail. Ou quand la forme sublime la fonction.

Réalisation DEBORAH REYNER SEBAG 136  

Photographie THOMAS PICO


Mode

De haut en bas: sandales en chèvre velours, Hermès, CHF 790. Mules en cuir, Bally, CHF 525. Sac «Camera Bag» en cuir grené, Lemaire, CHF 1 173. Sac «Metal Ribbon» en veau, Prada, CHF 1 890. Bibliothèque autoportante «Mortal Coil» (1993), de Ron Arad, à la galerie Downtown, Paris.

  137


Mode

Escarpins en cuir et toile «Monogram», Louis Vuitton, CHF 700. Sac «Lou» en cuir, Sandro, CHF 220. Sac «Bamboo» en cuir et poulain imprimé, Gucci, CHF 3 100. Sandales en cuir, Sportmax, CHF 590. Sculpture en plâtre (circa 1970) de François Salmon, à la galerie Karry, Paris.

138  


Mode

De haut en bas: sac «Dior Oblique» en toile et cuir de veau, Dior, CHF 2 450. Sac «Clasp» et pochette «Croissant» en crocodile, Céline, CHF 21 450 et CHF 7 000. Escarpins plateforme en cuir, Gucci, CHF 910. Paravent «Yellow Screen» de Zoé Ouvrier et fauteuil de Zanuso Marco (années 1970), à la galerie Karry, Paris.

  139


Mode

De haut en bas: escarpins «Tak» en suède, Kenzo, CHF 420. Sac en Plexiglas, détails en cuir et boucle bijou, Ermanno Scervino, CHF 1 460. Sac «Peekaboo» en cuir imprimé, Fendi, CHF 5 190. Sac en cuir nappa brodé de fleurs en cuir verni, Miu Miu, prix sur demande. Consoles «Cubica» (2002) d’Ettore Sottsass, édition Cleto Munari, à la galerie Yves Gastou, Paris.

140  


Mode

De gauche à droite et de haut en bas: sac «Metropolis Oxygen» en caoutchouc, Furla, CHF 150. Sac «Gabrielle de Chanel» en cuir bicolore, Chanel, CHF 3 500. Escarpins «Opium» en cuir verni, Saint Laurent par Anthony Vaccarello, CHF 960. Sac «Ai» en cuir, Akris, CHF 1 790. Paire de consoles de Gerard Kuijpers, à la galerie Yves Gastou, Paris Asstistant stylisme Rémi Meunier.

  141


STYLE

06

l a

142  

Vie


TOM HIDDLESTON

La vie

PHOTO DR; Glen Luchford

Par Anne Gaffié

L’HOMME DE LA SITUATION Thomas William Hiddleston, dit Tom Hiddleston, 35 ans, 1.88 mètres. Un concentré de ce que l’empire britannique fait de mieux. Enfance londonienne dans le quartier de Westminster, études à Eton, à la Royal Academy of Dramatic Art... L’acteur anglais explose en 2011 avec la superproduction «Thor», dans le rôle du «super villain» de l’univers Marvel. Plus 20 kilos de muscles en six semaines, le temps d’une petite formation aux arts martiaux, autant dire que la métamorphose assoit l’homme. Depuis, il enchaîne les records au box-office américain (le premier épisode de «Thor» fera 1,5 milliard de dollars de recettes, le classant cinquième plus gros succès de l’histoire du cinéma américain). Régulièrement annoncé comme le futur James Bond, il a passé un été mouvementé et médiatisé au bras de Taylor Swift et se console

Égérie surprise de la rentrée, l’acteur anglais s’est fait remarquer portant, entre autres, entre autres, de renversants costumes Gucci accessoirisés de fausses Taylor Swift à ses pieds. Gucci ne fait accessoirisé de deux fausses Taylor Swift à ses pieds. Gucci ne fait jamais les choses à moitié, surtout quand il s’agit de lancer une nouvelle ligne tailoring. aujourd’hui comme il peut en 4 x 3 pour la maison Gucci. Les mauvaises langues n’ont pas manqué de noter au passage la troublante ressemblance entre son ex et les lévriers afghans qui l’accompagnent sur l’image. LA SITUATION Cruciale! C’est en effet la première fois depuis l’arrivée d’Alessandro Michele – aux commandes artistiques de la marque italienne – que Gucci envoie un message très fort à l’attention de sa clientèle disons «classique» (celle qui porte des costumes). «Men’s Tailoring» est ainsi présentée comme une inter-collection (l’équivalent de la collection croisière) et elle ouvre, en termes de timing, le bal de la saison Printems-Été 2017. Il était donc important de frapper fort avec cette campagne publicitaire du

photographe maison fétiche Glen Luchford, qui met en scène l’un des hommes les plus bankables du 7e art actuel. LA SITUATION DE LA SITUATION Pour la petite histoire, les photos de la campagne ont été shootées à Los Angeles, Beverly Hills, dans l’incroyable domaine de Dawnridge, ancienne propriété de l’artiste et curateur Tony Duquette. Ce cube de 30 mètres par 30, construit à sa demande dans les années 1950 par l’architecte Caspar Ehmcke, est resté dans son jus d’origine. Pour ceux que ça intéresse, il est accessible sur Airbnb à CHF 2603 la nuit ( 1 seule chambre, mais – 50% si vous louez au mois). Réf. 9647006. @ t w hiddle s t on (1 9 0 0 0 0 0 fol lowers) www.gucci.com

  143


Pa

r

M

au

d

G

ab

ri

el

so

n

N IO

144  

T

SA D T E IN LA RÉVOLU

La pa l ’i r En el nd ité l év la éc e e ust aux ol so h n rie p ue c o p ié au as de ost au té x s e m ss , l p e d la s c ai i d a p ré ’ê m ré so a l oc tr od a ns ns ac cu e e tif e a de le d pa tt ser s d s e e lu st s f tio in ait- e xe u em ns te . E dio m d ? e nq s e uê des s te .

La vie


La vie

  145


La vie

Maria Grazia Chiuri

Gabrielle Coco Chanel

E

n juillet dernier, lors de l’annonce de la nomination de la créatrice italienne Maria Grazia Chiuri à la direction artistique de la maison Dior, les dépêches des journaux débutaient par le même constat: c’était la première fois dans l’histoire de la maison qu’une femme occupait cette position. «Je suis très honorée de rejoindre la maison Dior. C’est une grande responsabilité d’être la première femme à diriger la création d’une maison si résolument liée à l’expression de la féminité», déclarait alors l’intéressée, bien consciente des enjeux et des retombées d’une telle décision. Ce fut, il est vrai, un mini-séisme. Assez fort pour être ressenti et applaudi par la profession. Divulguée en mars 2016, l’arrivée de Bouchra Jarrar chez Lanvin, succédant aux quatorze années de l’ère Alber Elbaz, avait déjà éveillé les esprits. Car, si l’univers du luxe et

146  

de la mode s’adresse toujours principalement à une clientèle féminine, ses artisans restent encore majoritairement des hommes. Selon une enquête menée par le site anglais «The Business of Fashion» lors des présentations de la saison Printemps-Été 2017 (étude menée sur les marques défilant à New York, Londres, Milan et Paris), 40,2 % des créateurs sont des femmes. Un chiffre qui surprend aujourd’hui, mais qui démontre assez bien le chemin parcouru.

La parité, presque «40 %? Je trouve ça très bien! Quand j’ai débuté, je pense que les femmes designers à la tête de leur propre structure ou employées dans des maisons se comptaient sur les doigts d’une main, nous raconte la créatrice française Martine Sitbon, qui

a lancé la marque portant son nom en 1986. C’était d’ailleurs l’une des principales interrogations des journalistes de l’époque: comment une femme seule peut-elle réussir? Je n’en ai pas souffert, je ne prenais pas cela pour une stigmatisation car je n’en avais pas conscience. De plus, à la fin des années 1980, j’ai été choisie par Chloé pour dessiner leurs collections, et c’était après vingt ans de créations signées Karl Lagerfeld. Ils étaient assez novateurs, pour le coup.» Une réflexion partagée par Isabel Marant, qui a lancé sa marque au milieu des années 1990: «Cette proportion de 40 % de femmes ne me semble pas si mal, nous sommes presque à l’équilibre paritaire! Les créateurs hommes ont eu plus de visibilité dans les médias car des rédactrices de mode réputées s’en sont entichées et les ont mis en avant. Le charme masculin y est pour beaucoup, c’est souvent ainsi

PHotos DR; Maripol; Lachlan Bailey May; Lipnitzki; Pia Tryde

Isabel marant


La vie

Jeanne Lanvin

Elsa Schiaparelli

que cela fonctionne». En effet, pour une Carine Roitfeld soutenant Tom Ford, une Marie-Amélie Sauvé épaulant Nicolas Ghesquière ou encore une Babeth Djian défendant Alber Elbaz, combien de rédactrices de mode se toquent d’une créatrice?

Une histoire de femmes «L’habillement est une affaire de femmes dès le Moyen Âge. L’industrie textile est alors menée par les tisserandes, les femmes contrôlaient la fabrication du vêtement domestique au sein du foyer», commente Xavier Chaumette, historien de la mode. Le changement se fait sentir dès le XIVe siècle, lorsque la fabrication tombe sous le joug des tailleurs:«Des pièces pour hommes, fabriquées par les hommes. La femme devient une

Sonia Rykiel

petite main. Elle est dépendante de l’homme, et, pour elle, le rapport au vêtement se résume à être lingère, mercière ou marchande de mode». Comment s’inverse alors la tendance? Par une femme: Rose Bertin, modiste personnelle de Marie-Antoinette, qui fera couler beaucoup d’encre à la cour en devenant l’une des favorites de la reine. «C’est notamment grâce à elle que des femmes d’origine modeste ont eu accès à une professionnalisation au XVIIIe siècle. Elle a eu un rôle primordial dans l’histoire de la mode, on peut la comparer à Gabrielle Chanel ou Madeleine Vionnet. Elles venaient toutes d’un milieu modeste et ont réussi à gagner une position sociale grâce à la mode», s’enthousiasme l’historien. Elles ont aussi contribué à la cause de l’émancipation des femmes. En libérant les corps par leurs créations et en s’imposant comme femmes chefs d’entreprise

à une époque pétrie de contraintes (doit-on rappeler que les femmes n’ont obtenu le droit de vote qu’en 1944 en France et qu’en 1971 en Suisse?), Chanel, Elsa Schiaparelli ou encore Jeanne Lanvin ont ouvert le chemin aux Sonia Rykiel et Rei Kawakubo. Ces pionnières inspirent encore la jeune génération: «Les personnes qui m’ont inspirée, donné envie de faire ce métier, sont toutes des femmes: Vionnet, Madame Grès, Miuccia Prada, Martine Sitbon ou encore Michèle Lamy. Elles renvoient cette image de femmes fortes et indépendantes qui me plaît bien», confie Christelle Kocher, fondatrice du label indépendant parisien qui monte, Koché.

  147


La vie

Rei kawakubo

Phoebe Philo

MiuCcia Prada

Aujourd’hui, beaucoup de créatrices, telle Vanessa Seward, font le choix de monter leur structure et de se lancer dans l’aventure. L’ère est aux businesswomen, qu’elles mènent leur barque tranquillement mais sûrement ou qu’elles construisent un empire, à l’image de Victoria Beckham: il est loin le temps où le milieu de la mode ricanait des velléités créatives de l’ancienne Spice Girl. Pour Floriane de Saint-Pierre, chasseuse de têtes dans le secteur du luxe et fondatrice du cabinet qui porte son nom, cette mise en avant des talents féminins tient également aux grands groupes du luxe qui ont su faire confiance à des femmes: «Kering a nommé Sarah Burton pour succéder à Alexander McQueen. Elle était dans l’ombre et inconnue du grand public, c’était un pari osé mais juste. Le groupe Richemont a su faire émerger Phoebe Philo

148  

chez Chloé alors qu’elle était une inconnue. C’est un message important de voir ainsi de grandes structures faire confiance à des femmes». Phoebe Philo exerce depuis ses talents chez Céline, sous l’égide du groupe LVMH où elle continue à faire des étincelles, tout en ayant délocalisé le studio de création à Londres pour être avec sa famille. On se souvient également de l’annulation du défilé de la marque en mars 2012, alors que la créatrice était enceinte de son troisième enfant. Pour Clare Waight Keller, directrice de la création de Chloé depuis 2011 et qui a annoncé en janvier qu’elle se retirerait, il ne faut pas avoir peur d’abattre quelques préjugés au passage pour s’imposer: «Dans la culture corporate, on a tendance à penser que les hommes ont plus de force pour s’imposer, mais les femmes sont capables de faire le job. Il faut être prête à faire des compromis, et agir comme on croit souvent que seul un homme le pourrait. C’est difficile, beaucoup de

femmes refusent de compromettre ainsi leurs valeurs, mais c’est faisable et important. Chez Chloé, l’entreprise est composée à 80 % de femmes. Et l’ironie est qu’encore aujourd’hui, peu d’entre elles arrivent aux postes très élevés»

Une question de genre? L’avantage premier d’une femme créatrice tient évidemment au fait qu’elle peut plus facilement se projeter dans les vêtements, les appréhender de façon concrète. «On apporte un langage de vérité. Même s’il est important d’avoir toujours une part de rêve, on a en tête la notion du quotidien. Il faut être en connexion avec la cliente, sa réalité au jour le jour», nous explique Vanessa Bruno, dont les créations douces et intemporelles font la joie des femmes depuis vingt ans. Les créateurs hommes ont été, il

PHotos DR; Eiichiro Sakata; Manuela Pavesi; David Sims; Hughes Laurent

Abattre quelques préjugés


La vie

Vanessa Seward

Clare Waight Keller

est vrai, ceux qui ont poussé le plus loin l’image d’une femme fantasmée, à des années-lumière de la réalité. «Les hommes osent souvent aller plus loin dans la création, car ils ne se mettent pas de barrières. Chez un homme, la mode féminine relève souvent du fantasme et n’est pas pensée en termes de contraintes. Je pense notamment à Alexander McQueen ou Christian Lacroix. Coco Chanel ou Sonia Rykiel, par exemple, incarnaient davantage une mode du quotidien», commente quant à elle Isabel Marant. Elle confesse également être entourée uniquement de femmes dans son studio de création: «Ce n’est pas forcément conscient, mais j’ai plutôt tendance à travailler avec des femmes, j’aime voir leurs réactions par rapport aux vêtements. C’est une question de projection immédiate». Pour Floriane de Saint-Pierre, le genre n’a pas sa place dans la recherche du meilleur élément possible: «Le talent n’a pas de genre! Il est en revanche important que la

Stella McCartney

visibilité des talents féminins soit égale à celle des talents masculins, pour que les groupes et marques du luxe puissent toujours faire le choix le plus juste parmi les candidats.»

Vers un avenir radieux L’époque est sans conteste propice à l’émergence de talents féminins. Preuve en sont les concours mis en place par des groupes de luxe, des structures placées sous l’égide du ministère de la Culture ou bien encore des marques mainstream. En 2016, ces prix ont tous été remportés par des filles: la Française Johanna Senyk, fondatrice de Wanda Nylon, a décroché le prix de l’Andam, la Londonienne Grace Wales Bonner s’est attiré les faveurs du prix LVMH ou encore l’Anglaise Hannah Jinkins, qui est repartie avec le prix H&M Design Award. En novembre dernier,

le groupe Kering remettait une flopée de récompenses dans le cadre de sa collaboration avec le London College of Fashion pour une mode éthique et écologique, parrainée par Stella McCartney et la maison Brioni: quatre des cinq prix furent gagnés par des étudiantes. «Cela dit quelque chose, l’époque est sans doute en train de changer. Cela va, j’espère, encourager d’autres jeunes filles à se lancer», commente Christelle Kocher. «Grâce à ces prix, la visibilité est maintenant sur elles. On ne peut plus dire que le vivier de talents féminins n’existe pas», ajoute Floriane de Saint-Pierre. Pour Clare Waight Keller, le débat actuel est plus que positif quant à la suite:«Plus on parle des créatrices, plus cela sera facile pour les générations à venir. Notre génération pave le chemin, c’est important de faire ainsi partie du débat et de soulever les bonnes questions»

  149


EN     MODE ÉTHIQUE

150  

PhotoS DR; Vivienne No.4, Vivienne West wood Campaign, Autumn Winter 2011, Nairobi 2011 Courtesy of Juergen Teller; ITC Ethical Fashion Initiative & Louis Nderi

La vie


La Vie

En créant de très beaux objets, l’Ethical Fashion Initiative œuvre en faveur de la justice sociale, de la réduction de la pauvreté, du développement économique et de l’autonomie des communautés les plus défavorisées. Des projets visionnaires et fonctionnels qui montrent comment, demain, la mode pourrait être l’instrument d’une transition vers un monde plus juste et équitable. Par Valérie Fromont

C

’est un sac comme il en existe des millions d’autres. Il se trouve dans les vitrines d’une enseigne prestigieuse de New York, Londres ou Tokyo. Il attise le regard des femmes, leurs désirs, il déploie les fantasmes. Comme tous ces millions d’autres sacs, celui-ci n’a pas seulement un avenir, il est aussi, déjà, porteur d’une histoire. Celle de sa fabrication, des mains qui ont teint ses fils, tramé sa toile, cousu sa doublure, brodé ses motifs. Au cœur de ses origines, c’est tout un tissu économique et social qui apparaît en filigrane. Les mains qui ont tricoté l’histoire de ce sac-là sont celles des femmes du Mali, du Kenya ou d’Éthiopie qui, grâce à ce sac, ont pu envoyer leurs enfants à l’école, avoir une couverture santé pour leur famille ou installer l’eau courante chez elles. Ce sac-là est un héros, il redéfinit les règles du jeu et change la donne: il porte l’espoir d’un monde meilleur. Sa fabrication a été orchestrée par «l’Ethical Fashion Initiative», un programme basé à Genève et qui œuvre au sein de l’International Trade Centre, une agence conjointe des Nations Unies et de l’Organisation Mondiale du Commerce.

Regardons ce sac de plus près, et lisons son étiquette. On peut y voir le logo d’une marque internationale, comme celui de Vivienne Westwood ou de

Stella McCartney. Ces designers, avec beaucoup d’autres, ont souhaité s’engager dans ce projet de développement

brillant, ambitieux, et parfaitement fonctionnel, qui met en relation les acteurs au cœur de l’industrie de la mode avec des micro-artisans des pays émergents. L’Ethical Fashion Initiative, c’est d’abord de magnifiques produits, tissus, vêtements, bijoux, sacs ou chaussures, nés d’une collaboration entre le savoir-faire de fournisseurs issus de communautés locales et les commandes de maisons de mode internationales. Une véritable plateforme de développement tissée autour des valeurs de responsabilité sociale. «Ce n’est pas de la charité, juste du travail», insiste le fondateur de ce projet, Simone Cipriani. C’est un système qui crée du travail digne, de la beauté, et une amélioration significative des conditions de vie des micro-artisans, et notamment des femmes, qui travaillent en son sein. Dans ce cadre, l’Ethical Fashion Initiative souhaite également soutenir la croissance des jeunes designers et des marques indépendantes émergentes. Que la mode puisse être un véhicule et un puissant acteur du changement social, voici ce que démontrent tous les projets mis en place par l’Ethical Fashion Initiative. Et ça marche.

  151


La vie

L’Officiel: Vous avez fait carrière dans l’industrie italienne du cuir. Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous investir dans ce projet de mode éthique? Simone Cipriani: Vivre en Afrique! Je vivais en Éthiopie et j’ai eu la chance de passer du temps au Kenya, dans un bidonville, avec des missionnaires. C’est là que j’ai découvert les petits artisans, les micro-entrepreneurs africains des bidonvilles, des communautés défavorisées, marginalisées. J’ai découvert qu’ils avaient des

152  

capacités incroyables. Je connaissais le secteur de la mode, le marché. Je savais qu’il y a avait une attention émergente au facteur éthique et à l’engagement social. Et j’ai eu envie de mettre en relation ces capacités avec quelques maisons de mode. Le développement industriel ne m’intéressait plus. Je voulais aider les petits artisans à se développer et créer du travail, de la richesse diffusée, à réduire la pauvreté et à ce que cette démarche ait un impact social positif, notamment pour les femmes et les familles. Quels ont été vos premiers challenges? Prouver qu’on avait la confiance de l’industrie de la mode. Il fallait arriver avec des clients qui disaient: «On va acheter». J’avais déjà des clients de par mon métier. Je suis allé voir la

Simone Cipriani

Coop italienne, Max Mara, Ilaria Fendi Venturini, puis Vivienne Westwood, Stella McCartney, qui nous ont fait confiance. Vivienne est très rapidement devenue le moteur de notre travail. Puis notre réseau s’est étendu. Vous respectez et tirez parti du savoirfaire, des ressources et des spécificités locales. Comment décririez-vous cet échange de savoir-faire? Nous tirons parti d’un patrimoine local qui est avant tout un patrimoine de métiers. Ce que nous amenons, c’est la capacité de travailler avec ces savoir-faire dans une chaîne de fournisseurs pour le marché international. La capacité de gérer une relation commerciale plus structurée, de planifier, d’être en relation avec un client… Et d’aider ces patrimoines à évoluer vers une activité qui puisse être utilisée de façon plus large, plus rentable. Par exemple, quand on a commencé à travailler sur les tissus en Afrique,

nous avions seulement des tissus de largeur limitée. Maintenant, nous faisons des tissus d’une largeur d’1 mètre ou 1,10 mètre. Cela signifie que ces tissus peuvent être utilisés pour l’industrie de l’habillement mais aussi de l’ameublement. Ces fournisseurs ont donc accès à un autre marché. Nous l’avons réalisé grâce à l’introduction de grands métiers à tisser qui n’existaient pas. Ces métiers peuvent être utilisés sans électricité et ce sont des outils qui peuvent être maîtrisés par les femmes des communautés. Aujourd’hui, on a des tisserands formidables qui font de très belles choses. Concrètement, comment est-ce que le travail s’organise? Notre travail de fond consiste à gérer des chaînes de fournisseurs et à les élargir, à avoir de nouveaux artisans impliqués. Mais aussi à favoriser la naissance et la croissance d’une nouvelle génération d’entrepreneurs dans les pays en développement afin que ces entreprises sociales que nous avons créées soient cogérées par des partenaires africains. Et c’est aujourd’hui le cas, après avoir fait beaucoup de mentoring. Puis, chaque saison, les collaborations suivent le cycle de développement de produit de façon identique à ce qui se fait dans l’industrie. C’est une procédure de travail tout à fait normale. Nos projets n’ont rien à voir avec de la charité, c’est juste du travail. Votre vision à long terme mise sur le développement des jeunes designers africains. Afin qu’un jour, ils puissent piloter le développement de produits aux côtés des artisans? Absolument. Une fois ces projets lancés et fonctionnels, nous souhaitons les rendre le plus autonome. C’est pourquoi l’émergence d’une nouvelle génération de designers est essentielle: nous avons fait une sélection de leur travail et nous l’avons présentée dans un contexte international comme la Fashion Week de Milan ou Pitti Uomo. Pouvez-vous nous parler de votre volonté de privilégier les femmes? Elles sont la colonne vertébrale du monde. Et partout, les femmes sont discriminées. Je crois que le grand changement du XXIe siècle, ce sera la pleine accession des femmes à la place qu’elles méritent. En Afrique, les femmes ont un rôle social énorme, car elles sont les agents de changement

PHotos DR; Trevor Stuurman; ITC Ethical Fashion Initiative & Anne Mimault

Ilaria Venturini Fendi, Vivienne Westwood, Stella McCartney, Stella Jean, United Arrows, Camper, Marni ou encore Sass&Bide leur ont déjà fait confiance. Si leurs activités se sont surtout concentrées en Afrique et à Haïti jusqu’à aujourd’hui, d’autres projets voient le jour au Cambodge, en Afghanistan, au Népal et au Tibet. Au-delà de la valeur symbolique et porteuse d’espoir de ce message, le réseau mis en place par l’Ethical Fashion Initiative témoigne de la possibilité, au sein même de l’industrie de la mode, d’échanges responsables d’un point de vue économique et social, culturellement plus riches, respectueux des hommes et de l’environnement. Conscients que les inégalités géopolitiques sont porteuses de tensions croissantes, d’insécurité, de crises environnementales et migratoires, les consommateurs exigent de la part des marques toujours plus de transparence et de respect des valeurs du développement durable. Parce qu’elle est avant-gardiste, visionnaire et un puissant moteur économique, la mode peut, grâce à de nouvelles méthodes de production, contribuer à œuvrer à un monde plus juste. Avant qu’il n’arpente les avenues élégantes du monde entier, un sac, un vêtement, un objet, repose avant tout sur le désir. Celui des femmes et des hommes à la recherche de beauté – qui n’est rien si elle se crée au mépris des autres, moins privilégiés. Qu’est-ce que la beauté si elle ne peut être partagée par le plus grand nombre? Visionnaire, humaniste et fondateur de l’Ethical Fashion Initiative, Simone Cipriani détaille sa vision d’une mode éthique, ouvre de précieuses pistes de réflexion et raconte comment il a mis en place des projets porteurs d’un véritable changement.


La Vie

Tissage Ă la main du coton au Burkina Fasso.

  153


Les consommateurs exigent aujourd’hui de la transparence. Comment peuvent-ils connaître la façon dont vos activités améliorent la qualité de vie des gens avec lesquels vous travaillez? Tisser cette confiance est fondamental, sans quoi on n’a pas la possibilité d’impliquer le consommateur de manière émotionnelle dans l’acte d’achat. Il faut fournir des données très claires et c’est pourquoi nous avons développé le critère de l’évaluation d’impact. Chaque fois que nous avons une commande, nous faisons une évaluation d’impact, à savoir quelle est la situation de la communauté dans laquelle les artisans travaillent avant, et après la production. Ce qu’ils ont gagné, ce qu’ils ont fait avec l’argent, comment la vie de la communauté a été améliorée. La base de notre travail, c’est d’offrir de bonnes conditions de travail à tous ceux qui sont impliqués dans le projet. Récemment, nous avons décidé de faire un pas de plus. Nous avons développé un système de cartographie numérique, qui permet au consommateur de connaître chaque endroit, chaque étape du processus de fabrication de l’objet, de connaître son histoire et celle des personnes qui ont été impliquées dans sa réalisation. Donc si vous prenez par exemple un sac de Vivienne Westwood fabriqué

154  

au Kenya, vous verrez où on a fait le canevas, la peau, la doublure, l’assemblage, toutes les communautés qui y ont œuvré. Vous cliquez et vous voyez les histoires, les lieux, les chiffres. L’entreprise avec laquelle on a développé ce logiciel est un spin-off de Harvard et il sera très prochainement mis en service. Est-ce que ce modèle peut se développer sans qu’il engendre un système avec les mêmes travers d’offre et de demande effréné? C’est un système qui peut grandir beaucoup car on a l’espace pour le faire, mais certainement pas à l’infini. Sans doute faut-il apprendre à consommer de manière différente. Mieux. Un sac à main bien fait, ça doit durer. On ne peut pas avoir un sac qui coûte 25 francs et le jeter après une saison. J’ai un sac de travail que j’ai acheté en Italie il y des années et qui est toujours beau. Plus le temps passe, plus il est beau. C’est le modèle de consommation qui doit changer. Après, on a le problème d’impliquer les artisans dans le système de travail de la mode de manière organique, c’est la question du business model qui est aujourd’hui entièrement centré sur la maximisation du profit et non sur la place des personnes dans le modèle et la chaîne de fournisseurs. Mais cela va changer car ce n’est pas durable. Regardez Brunello Cucinelli: il a changé le modèle de son entreprise pour avoir plus d’espace pour ceux qui travaillent, et des conditions de travail entièrement équitables. C’est à la fois un humaniste et quelqu’un qui a du succès dans la mode. Ça prouve que c’est possible.

Comment les entreprises peuventelles préparer cette transition? Réfléchir à son propre modèle d’entreprise, voir quelle est la place des personnes et de l’environnement dans ce modèle d’entreprise, et commencer à restructurer étape par étape avec des objectifs clairs. Pour changer le modèle d’entreprise, il n’y a pas de recette toute faite. L’essentiel, c’est de toujours réfléchir et de donner la priorité à la place des gens au sein d’un système. Cela change tout. Certains disent que l’appauvrissement des ressources est tel qu’il est trop tard. Comment faites-vous pour garder espoir? Je ne sais pas s’il est déjà trop tard, je ne suis pas scientifique. Je suis un pauvre homme qui travaille dans la mode et le développement. Mais je crois une chose: la vie est belle. Et la vie est belle dans la mesure où on vit avec l’espoir. C’est la raison pour laquelle on tombe amoureux ou que l’on donne vie à des enfants. Si on n’avait pas d’espoir, on arrêterait de vivre aujourd’hui. Donc je suis content d’avoir un espoir, c’est ce qui me fait vivre bien, et j’essaie toujours de le partager avec tout le monde. Pas pour donner le même espoir aux autres, mais pour que chacun développe son propre espoir. Ce que j’ai toujours cherché à faire dans ma vie, c’est de porter cet espoir.

PHotos DR; Karen Walker; ITC Ethical Fashion Initiative & Tahir Carl Karmali; Giovanni Giannoni

positif de la société. Chaque fois qu’on donne du travail à une femme, on donne de l’éducation aux enfants, une couverture santé à la famille, et tant d’autres choses encore. C’est pour cela que nous avons pris cette décision stratégique dès le début.

Un sac de la collaboration spéciale Marni X Isetan, produit par des artisans au Kenya faisant partie du réseau de l’Ethical Fashion Initiative Network.

Une pochette Karen Walker fabriquée par les artisans kényans de Artisan.Fashion.

La vie


La Vie

Un look de la collection U.Mi-1 durant le défilé Generation Africa à Pitti Uomo. Il fait partie d’un programme de l’Ethical Fashion Initiative visant à promouvoir les jeunes designers africains sur la scène internationale.

  155


STYLE

07

tr a v el

156  


STYLE

Sensation de liberté pure. Ou la vue à perte d’horizon telle qu’elle s’ouvre sur les hauts de Crans-Montana, à l’hôtel Chetzeron. A découvrir à partir de la page 162.

  157


STYLE Travel 163 km de Genève

TRAVEL NEWS

Les Alpes. Même les plus urbains de nos contemporains ne sauraient résister à l’appel de leur nature, à couper le souffle, ni au délicieux vertige de la glisse. À Verbier, sport et design se rencontrent au sommet. Le très moderne W, hôtel de prestige récemment inauguré, joue la carte de l’élégance contemporaine pour séduire un public habitué à ce qui se fait de mieux. Son atout? Une vue imprenable, en particulier au lever du jour. De quoi partir sur les pistes du bon pied.. www.wverbier.com

1063 km de Genève Quitte à trembler de froid, autant filer au nord. À Hambourg, précisément, où la flambant neuve «Elbphilharmonie» accueille un imposant «Westin» aux chambres presque entièrement vitrées. À la clef, une vue panoramique sur la ville et sur l’Elbe, que domine le bâtiment signé Herzog & de Meuron. www.westinhamburg.com

9647 Km de Genève

Dans le quartier en pleine mutation de Santa Teresa, à Rio de Janeiro, vient d’ouvrir le M Gallery by Sofitel, reflet du nouveau visage de la ville. Zéro cliché «Do Brazil» ici, puisque le sublime endroit rappelle l’appartement d’un collectionneur, décoré par de jeunes héritiers du modernisme d’Oscar Niemeyer. www.accorhotels.com

158  


Travel STYLE

Travel in Style

Crèmes, bâtons de rouge et pochette parfum font partie de la panoplie de toute travelista qui se respecte. Même si l’on oublie parfois que pour pouvoir l’emporter avec soi dans l’avion, toute cette panoplie doit être déballée, emballée dans d’affreuses pochettes en plastique et replacée dans son sac, une fois le contrôle passé. Avec ses Travel Bags, Claudia May a trouvé une solution élégante à ses menus désagréments et à cette perte de temps: disponible en trois tailles, en différentes couleurs et plusieurs variantes de cuir, ces petits sacs transparents obéissent aux directives de sécurité de l’Union Européenne dans le transport aérien. Ils sont tellement jolis qu’on les glisse fièrement dans ses bagages, dès le départ et jusqu’à la fin des vacances, évitant ainsi les inélégants et agaçants transvasages de produit, avant et après les portails de sécurité.

Louis Vuitton, nomade, toujours En décembre dernier, dans le cadre de la manifestation Design Miami, Louis Vuitton présentait deux nouveaux objets qui enrichissent sa collection de meubles «Objets de Nomades». Avec le nouveaux «Blossom Stool» de Tokujin Yoshioka et l’inédit «Fur Cocoon» des frères Campana, la collection de meubles exclusive de Louis Vuitton compte maintenant quelque 18 pièces. Chacune de ces pièces a été dessinée par des designers renommés comme Atelier Oï, Maarten Baas, Barber et Osgerby ou Damien Langlois. www.louisvuitton.com

Disponible à la parfumerie Osswald ou en ligne. A partir de 80 CHF. www.claudiamay.com

PHOTOS DR; Joe Schildhorn/BFA.com for Louis Vuitton

Alma goes to Hollywood Aucun hôtel ne dégage autant de nostalgie que le «Standard Hotel Hollywood» – l’établissement est par ailleurs l’un des plus fréquentés de Los Angeles. Généralement, la bonne cuisine est pour beaucoup dans le succès d’un hôtel. La meilleure preuve ici, au Standard Hotel Hollywood qui a accueilli le restaurant Alma, six mois, durant l’été 2016, en résidence. Fondé par Ari Taymor et Ashleigh Parsons, l’Alma prend désormais sous son aile tout le service Food & Beverage de l’hôtel, servant ses mets locaux aux clients du restaurant, bien sûr, mais assurant jusqu’au service en chambre. www.standardhotels.com

  159


PHOTOS DR

Aux marches du palais Travel

160  


Travel À Rome, Fendi est chez soi. Et pour recevoir comme il se doit ses clients du monde entier, il lui fallait créer un lieu d’exception. C’est donc au Palazzo Fendi, qui abrite déjà la plus grande boutique au monde de la marque, que sept suites d’un luxe calme ont été inventées. Mobilier griffé, œuvres d’art et vue à couper le souffle en font un des repaires les plus exclusifs de la ville. Par Christian-Luc Parison

L

es belles maisons ont toujours une histoire. Celle du Palazzo Fendi s’inscrit dans le passé aristocratique de la Ville éternelle. Ce bâtiment a en effet été aménagé en 1902 dans un palais de style palladien construit au XVIIIe siècle au carrefour de la via del Corso. À la demande du prince Boncompagni qui voulait en faire la résidence d’une partie de son illustre famille, le célèbre architecte Gaetano Koch en avait signé alors une merveille d’architecture néoclassique. La construction qui domine ce qui est devenu le Largo Goldoni, à l’entrée de la via dei Condotti, a été revue en 2014 et enrichie de caractéristiques inspirées de l’architecture romaine de l’entre-deux-guerres. «Le Palazzo Fendi n’est pas seulement notre plus grande boutique au monde, estime Pietro Beccari, le PDG de Fendi, c’est bien plus qu’un magasin. Il s’agit d’un emblème et d’un symbole de notre ADN. Aucun autre endroit ne permet d’appréhender aussi facilement notre vision très précise et très personnelle du luxe.» Il y a deux façons d’entrer dans le Palazzo. La plus évidente est, bien sûr, de pousser la porte vitrée de la boutique ouverte sur le Largo Goldoni. Plus discrète, l’entrée qui mène aux suites se cache à quelques mètres, via della Fontanella di Borghese. Mais commençons par la boutique: 1000 mètres carrés de beauté et de raffinement. Murs en travertin

blanc, escalier monumental en marbre rouge sombre veiné pour accéder au premier étage (un marbre que l’on retrouvera dans les salles de bains et sur le mur près de la bibliothèque du troisième étage). En clin d’œil au Palazzo della Civilta Italiana (le nouveau siège social de Fendi dans le quartier de l’EUR) qu’il a aménagé l’an dernier, l’architecte Gwenaël Nicolas a reproduit sur un mur les fameuses arches symboles de ce monument des années 1930. Les collections Fendi sont ici admirablement mises en valeur avec une orchestration savamment étudiée. Le travail des artisans de la maison est présenté pour ce qu’il est, une œuvre d’art qui se décline sous forme de tableaux: triangles de fourrure tendus par les inévitables épingles, Baguette Wall où les sacs iconiques sont accrochés à un mur composé de centaines de pointes de cuivre… À l’étage, on s’arrête devant une baie vitrée. Derrière, dans l’atelier de fourrure, les artisans qui ont fait depuis des décennies la réputation de la marque, travaillent sous vos yeux, rasant une peau, teignant une autre, assemblant des pièces d’une finesse et d’une légèreté remarquables.  Les quelques clients qui ont le bonheur de séjourner dans les Palazzo Suites sont accueillis dans une petite réception, et invités à emprunter l’ascenseur direct pour le troisième étage. Celui qui abrite les sept suites récemment ouvertes par le groupe Fendi. Nouvel

  161


Travel

PHOTOS DR

Tout ici porte la marque de la qualité, sans ostentation.

162  


Travel

accueil, tout aussi souriant, de la jeune concierge qui règne sur ce lieu exclusif. Outre les chambres d’une belle superficie (près de 50 mètres carrés pour la plus vaste), l’étage abrite deux salons. Comme dans tout le Palazzo, le mobilier griffé voisine avec l’art: ici ce sont les frères Campana qui ont signé le canapé en fourrure, là les fauteuils sont de Fritz Hansen et près de la bibliothèque garnie de livres d’art trônent des sacs «Baguette» réinterprétés par des artistes contemporains. Sans oublier les photos de Karl Lagerfeld en noir et blanc qui ornent également les murs des suites. Tout ici porte la marque de la qualité, sans ostentation. Les rappels à l’univers Fendi sont permanents, mais discrets. Fourrure encadrée au-dessus du lit king size, grand canapé en cuir surpiqué, photos de Rome par KL, mais aussi œuvres des artistes de la galerie Mazzoleni: La paire d’altères design posée au sol est une invitation non déguisée à rester en forme et l’iPad à votre disposition est chargé d’une foule d’adresses et de conseils de visite et de shopping. Mais ce qui assure le succès de ce refuge cosy, c’est la vue. Les hautes fenêtres vous offrent un panorama d’exception: la via dei Condotti, la piazza di Spagna dominée par l’église de la Trinité des Monts face à vous. Le via del Corso et la piazza del Popolo sur votre gauche… Rome dans toute sa splendeur. Pour le petit déjeuner, il suffit de grimper un étage et de rejoindre le restaurant Zuma, sa terrasse, sa cuisine japonaise, son service stylé. Après Londres, Hong Kong, Miami, New York, Istanbul, Dubai, et avant Las Vegas, le chef allemand Rainer Becker vient d’ouvrir ici sa dixième adresse. Ambiance Izakaya (l’auberge japonaise traditionnelle) dessinée par l’architecte Noriyoshi Muramatsu qui s’est attaché à respecter l’esprit du Palazzo en incorporant les quatre éléments naturels: terre, feu, eau et air. Beaucoup de bois sculpté, céramiques Tohiki, bambous, référence aux toits du Tokyo d’autrefois avec les tuiles Kawara… Au dernier étage, sur le rooftop, le bar lounge est déjà devenu, en moins de six mois, «le» lieu où il faut venir prendre un verre et écouter le DJ en résidence. L’ascenseur circulaire, tout en verre métallisé qui conduit au deuxième étage n’est utilisé que par quelques invités triés sur le volet (meilleurs clients, célébrités, amis de la maison). Le piano nobile (l’étage noble) du Palazzo a en effet été transformé en un lieu privé: l’Appartement Fendi. Conçu par Emiliano

Salci et Britt Moran de Dimore Studio, il déploie tout le faste d’une noble demeure du XVIIIe siècle, revu dans le plus bel esprit déco-design XXIe. À l’image du Foyer avec son daybed signé Gio Ponti et sa console en travertin fabriquée par Oeuffice, éclairés par le superbe luminaire vertical de Dimore Studio, chaque pièce regorge de meubles griffés et de pièces d’art. Plusieurs éléments de mobilier ont d’ailleurs été conçus spécialement pour Fendi par Dimore Studio et présentés à Design/Miami. C’est le cas de l’imposante bibliothèque en métal et verre qui sépare la partie salon de la salle à manger où trône une table en tiges métalliques et plateau de verre, et dont les chaises chiavarine en bois laqué noir peuvent accueillir seize convives. Dans le salon, le fauteuil Miranda de Bruno Mathsson discute avec les fauteuils club contemporains d’Axel Vervoordt, tandis que le salon d’essayage tout en vert pastel, niché dans un angle de l’étage, accueille les clientes sur un divan Fendi en vison rasé. Vous avez dit grand luxe?

Fendi Private Suites: Via della Fontanelle Borghese, 48. Rome. www.fendiprivatesuites.com

  163


164  

PHOTOS DR; Chetzeron

LÀ-HAUT, LE LUXE Travel


Travel

Plus les sentiers sont ardus, plus les sommets sont délicieux. L’hôtel Chetzeron, sur les hauteurs de CransMontana, sait se faire désirer. En jeep, en minibus des neiges, en téléphérique ou à skis, les clients, pour l’atteindre, se lancent dans une véritable équipée. Ce qu’ils vont vivre? Une expérience hors du commun. Au-dessus de tout. Par Simone Baur

  165


Travel

D

u lever du jour à la tombée de la nuit, c’est un fascinant spectacle d’ombres, de lumières et de couleurs toujours changeantes qui se déroule sous nos yeux éblouis. C’est à une ancienne gare d’arrivée de télécabine que le Chetzeron, avec ses 16 chambres et suites, doit sa structure originelle. La transformation du bâtiment en boutique-hôtel dura près de six longues années. Une entreprise audacieuse à laquelle l’hôtelier Sami Lamaa voua sa passion et son énergie, et pour laquelle il s’assura le soutien d’un cabinet d’architectes de Sierre, aussi épris que lui de la vue spectaculaire. Autres points communs: le souci d’authenticité, la mise en valeur de la simplicité et de la noblesse des matériaux, ainsi que l’attention aux détails. Le design réussit le tour de force d’être à la fois puissant et discret. Tout y est mis en œuvre pour ouvrir les lieux sur cette vue imprenable sur les sommets alpins – du Cervin au Mont Blanc.

Il faut dire que, depuis plus d’un siècle, Crans-Montana est l’une des stations chéries des touristes alpins. Le premier hôtel d’altitude y fut ouvert en 1863 par l’entreprenant hôtelier Michel Zufferey et Louis Antille – lié d’amitié à un certain César Ritz. Quelques années plus tard, ce fut au tour d’un médecin genevois de faire construire un sanatorium à Crans-Montana – le premier de la région. C’est d’ailleurs pour l’atteindre que fut goudronnée la première route de la future station. Autre événement fondateur: au tout début du XXème siècle, un Anglais y fit aménager ce qui était alors le tout premier golf d’altitude – un parcours 18 trous – qui eut tôt fait d’attirer bien des amateurs. Dès lors, été comme hiver, les charmes de Crans-Montana eurent de quoi ravir les sportifs de tous horizons. Mais également les têtes couronnées, étoiles du cinéma et autres personnalités de premiers rang venues assister, par exemple, aux Championnats du Monde de ski alpin, aux European Golf Masters, à moins qu’elles ne fassent le déplacement pour certains festivals, tels l’intéressant «Caprices», dédié à la musique. Mais faut-il vraiment un événement exceptionnel pour venir se «mettre au vert» dans ce cadre que l’on qualifierait volontiers de béni des Dieux?

166  

PHOTOS DR; Chetzeron

Moyennant quelques péripéties – les indications données par l’hôtel n’étaient pas des plus claires, et si plusieurs moyens sont à notre disposition pour le rejoindre (chenillette, téléphérique, bus ou sentiers), le Chetzeron ne se gagne pas sans peine – je découvre enfin la chambre 26 avec vue sur la vallée du Rhône. Heureusement, mes bagages ont fait le voyage de leur côté. Je suis, une fois de plus, aimantée par le spectacle que dévoile la large fenêtre, et j’ai hâte de pouvoir prendre confortablement place sur la banquette aménagée pour le contempler et tout oublier. Je découvre bientôt que, même depuis le fond de mon lit, les sommets me sourient. Un luxe tout à fait inédit dont on ne saurait se lasser et que chacune des chambres de l’hôtel offre à ses hôtes. Le lever de soleil est inoubliable. Je n’en recommande pas moins de choisir plutôt les chambres ou suites dites «Vallée Supérieure». Ici, plus qu’ailleurs, le slogan fait mouche: «It’s all about the view». Partout, le minimalisme revendiqué sait se faire accueillant et chaleureux.


Travel

L’immense baie vitrée de l’hôtel – jadis, c’est ici que les cabines téléphériques atteignaient la station

  167


Travel

«it’s all about the view»

La terrasse panoramique pour profiter du soleil en bonne compagnie.

Et au beau milieu des pistes de ski: la piscine, sur le toit du Chetzeron.

168  


Travel

«Vallée Supérieure»: une vue de rêve depuis le fond de son lit.

Retour au Chetzeron où les matériaux naturels utilisés à l’intérieur convainquent – ce ils s’harmonisent avec l’esprit des lieux: le chêne, la pierre, le métal et le cuir ainsi que la laine feutrée dialoguent dans une sobre modernité. Sobres également les coloris choisis, avec quelques accents plus dynamiques judicieusement posés. Au cœur du bâtiment: la réception, bien sûr, le Lounge avec son bar, et le Restaurant Chetzeron. Celui-ci, en dépit de l’impressionnante hauteur sous plafond, n’en est pas moins chaleureux et accueillant. On y prend volontiers son temps. Il faut dire que la vue sur le massif montagneux est fascinante et ne saurait lasser: l’immense verrière se fait oublier, le regard se perd dans la vallée. Le Chetzeron dispose de deux restaurants. Le premier à avoir été rénové, le restaurant panoramique, dispose d’une impressionnante terrasse, très prisée, tandis que le restaurant gastronomique accueille les clients autour du petit buffet pour le brunch du matin ou, le soir, pour un dîner soigné – et un menu de saison, naturellement. Le Chetzeron est particulièrement fier de sa piscine en plein air, sur le toit de l’hôtel, et il y a de quoi – quoique la température de l’eau n’excède malheureusement pas les 33 degrés. Mais il faut l’avoir vue, ne serait-ce que pour prendre bien vite une jolie photo. Pour détendre ses muscles fourbus après l’effort, l’hôtel dispose par ailleurs d’un sauna, d’un hammam et d’une cabine-infrarouges dont on profite volontiers. Certes aimable, le service pourrait toutefois gagner à être plus attentif et prévenant. Le Chetzeron, quoi qu’il en soit, je ne l’oublierai pas, et il vaut bien le détour. PHOTOS DR; Chetzeron; Simone Baur est architecte d’intérieur et bloggeuse: w w w.globalinspirationsdesign.com

www.chetzeron.ch

Savourer un bain chaud avec pleine vue sur les Alpes – immersion au paradis.

TROIS BONNES RAISONS DE METTRE NÉANMOINS LE NEZ DEHORS PLAINE MORTE C’est en funiculaire que vous pourrez rejoindre le glacier de Plaine Morte, à près de 3000 mètres d’altitude. Depuis le plateau haut-alpin, la vue sur la vallée est tout simplement magique. Et c’est un point de départ très prisé des skieurs. www.crans-montana.ch/de/ski

CRY D’ER Juché à une altitude de 2250 mètres (et juste à côté de la station téléski du même nom) vient d’ouvrir «le Cry D’Er»: un complexe comprenant un self, un restaurant et un Club – sans oublier l’immense terrasse avec DJ. Ambiance! La Table propose une cuisine réellement gastronomique. Un plaisir. www.cryder.ch

CRANS AMBASSADOR Le «180° Bar Lounge», sis dans l'hôtel 5 étoiles «Crans Ambassador», entièrement rénové il y a peu, est le lieu idéal pour un après-ski glamour en station. Du chic alpin au mieux de sa forme, dans une atmosphère à la fois élégante et cosy. Pour la suite, je recom– mande la Fondue au Champagne dans le très plaisant Carnotzet by Hublot, où, comme son nom l’indique, l’on pourra découvrir ce qu’est un carnotzet valaisan traditionnel – ici en version (très) chic! www.cransambassador.ch

  169


Par Nicole TRINKLER Jander

N

’allez pas me faire croire que je sois la seule à mener ma petite enquête sur la Toile ava nt un blind-date – il faut bien que Google serve à quelque chose. Certes, j’aime créer la surprise avant. Mais celles que l’on me réserve ne sont pas forcément toutes à mon goût. La prudence est donc de mise. Et puisqu’une journaliste avertie en vaut deux, je m’arme volontiers de quelques renseignements avant un nouveau rendez-vous. Le résultat de mes premières investigations? D’un avis unanime: mon rencard, c’est du sérieux. Une excellente réputation. La confirmation, en forme de révélation, vient plus tard. Précisément lorsque s’ouvrent devant moi les portes du garage AMAG Utoquai à Zurich. Immédiatement, c’est le coup de foudre absolu. Et Alexander Blattert n’y est pour rien, en dépit du sympathique accueil qu’il nous réserve. La Q2 fait tout le travail toute seule. Comme une grande! La première impression est décisive, dit-on. Il paraît que l’on peut s’y fier. Avec la Q2, cela commence très fort. Juste le temps de faire le tour de la compacte et néanmoins impressionnante «petite» dernière des ingénieurs d’Ingolstadt, et de prendre ses mensurations (4,19 mètres de long, pour 1,51 de haut), et je dois bien me rendre à l’évidence: elle a tout pour plaire. Même si je la domine d’une bonne tête, ses proportions semblent parfaites. Signes distinctifs? Comme une

170  

déclaration d’intention, la nouvelle calandre Singleframe, XXL et surélevée, lui donne une allure volontaire, et les larges entrées d’air sciemment exhibés sur les côtés, à l’avant, juste sous le bloc optique, particulièrement anguleux, confirment ce design délibérément masculin. A l’arrière, on retient bien sûr également le long becquet de toit ou «spoiler», au-dessus du hayon, ainsi que le discret mais néanmoins manifeste diffuseur, tous deux originellement réservés aux voitures de courses – une référence citée également dans le nouveau dessin des feux arrière, inédit chez Audi. Concernant les capacités du coffre: son volume de 405 litres peut être plus que doublé lorsque les sièges arrière sont rabattus, avec une contenance totale de 1050 litres. Un autre point marquant qui fait l’originalité du modèle: les fameuses blade, ou montant C, reliant la custode à la lunette arrière. Alexander Blattert se doit de les commenter: «En fonction des souhaits du client, les blade peuvent être délibérément travaillés dans une finition différente. Ou, si l’on préfère, commandés dans la même teinte que le reste de la carrosserie.» Si l’on retrouve, chez la Q2, la ligne de découpe des portières, particulièrement haute et typique de la marque, le travail des flancs du véhicule, sculptés en creux et en arrêtes, est quant à lui une vraie nouveauté et signe sa silhouette. De caractère, elle n’en manque pas, la petite dernière de chez Audi! Avec ses allures viriles, la Q2

PHOTOS DR

Il n’y a pas que la taille qui compte – même les constructeurs automobiles semblent aujourd’hui se rallier à cet avis. Et les SUV ne font plus exception à cette règle. Avec la nouvelle et toute compacte Audi Q2, c’est un petit trésor de design et de technologie qui s’apprête à conquérir l’asphalte. Du raffinement tout terrain.

AUDI Q2

Travel


Travel

s’affirme et s’assume crânement. Comme un jeune loup – des villes. Un condensé de virilité, ce en quoi elle se distingue audacieusement et efficacement des autres SUV que l’on croise actuellement sur nos routes. La Q2, elle, est toute en muscles. Bien sûr, j’ai hâte que l’on m’en remette les clés. Quoique, dans notre cas, celles-ci n’aient plus d’autre utilité que de permettre le déverrouillage du véhicule. Pour démarrer, c’est sur le bouton starter, à droite de la boîte à vitesses automatique, qu’il faut appuyer. Le reste est tout aussi facile. Les commandes sont là où l’on s’attend instinctivement à les trouver: clignotants, phares, commande des vitres, frein à main et système de navigation – en quelques secondes, on se sent comme chez soi. Et c’est un vrai plaisir que de profiter, en toute simplicité, de la riche palette des multiples fonctionnalités offertes par la Q2. Ainsi, en un instant, je me retrouve à écouter ma station de radio préférée. Je vais de surprise en surprise: la Q2 a beau être compacte et moins haute que ses consœurs, jamais je ne me suis sentie aussi en sécurité dans un SUV. Ni aussi à mon aise, d’ailleurs. Il y a réellement de quoi être impressionnée par ce tableau de bord, à la fois épuré et complet, et par les commandes tellement simples d’usage, réellement intuitives. Parlons maintenant de la conduite: le véhicule sait se faire souple et léger en ville, et, dans la forêt, sur un terrain pentu et

nettement plus compliqué, tout se passe mieux que bien. En marche arrière également. Une autre expérience impressionnante, également inédite pour moi: lorsque, toute à ma joie de découvrir ce véhicule, j’en viens à négliger quelque peu la route et à ignorer un passage protégé, le système de contrôle «Pre Safe Front» vient automatiquement pallier mon manque d’attention. Réduisant instantanément ma vitesse, il m’évite de renverser un piéton. Sur le moment, cette relative autonomie de la Q2, qui, sans que je n’aie rien à faire, nous protège tous les deux, est une expérience assez troublante. Ultime surprise: être tombée aussi rapidement sous le charme de ce SUV miniature qui, eu égard à son gabarit, est à ranger dans la catégorie des citadines. Sa connectivité et son système d’info-divertissement en font toutefois un véhicule de la catégorie premium, répondant parfaitement aux attentes des conducteurs d’aujourd’hui – naturellement urbains et parfaitement connectés. Pour ce qui en est de la motorisation, elle est disponible en essence ainsi qu’en diesel, de 116 à 190 chevaux. Le prix du modèle essence d’entrée de gamme – trois-cylindres, 1.0 litre turbo et 116 chevaux – s’élève à 30 700 francs suisses environ. Quand on aime... Surtout qu’avec la Q2, Audi nous donne à nouveau l’envie de croire au grand amour. www.audi.ch

  171


STYLE

08

l a n u it

172  


Louis Vuitton X Unicef

La Nuit

# makeapromise

Paride Toma (General Manager Louis Vuitton Switzerland and Central Europe) et Robert Bloch (directeur récolte de fonds institutionnels à UNICEF)

Jérôme Della Santa et Laura Manco

Par Poppi de Varey

Christelle Huwiler et Emilie Foulastier

Polina Chertok et Ganina Zaira

Wei Jacquemont Stephanie von Smet et Ahmad Mansour 

Livia Zafiriou et Stéphane Bonvin, rédactrice en chef et senior editor de L'OFFICIEL Suisse avec Christine D'Incau Décrevel.

I

l y a un an, Louis Vuitton a fait connaître son engagement en faveur de l’UNICEF, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance. Avec un succès dont il y a de quoi se féliciter. Ce ne sont en effet pas moins de 2,5 millions de francs suisses qui ont été réunis par la marque de luxe en un an au profit des enfants du Nigeria et de la Syrie. A cette importante initiative succède aujourd’hui un projet plus ambitieux encore, avec pour objectif d’apporter soutien et secours dans le monde entier. D’où le lancement, le 12 janvier dernier, d’une nouvelle campagne. Ce jour, rebaptisé pour l’occasion «#makeapromise day», fut celui de la présentation de deux produits Vuitton exceptionnels, un bracelet (CHF 500 et un collier (CHF 600 conçus spécialement pour cette campagne de dons. Ornés tous deux d’un fermoir argenté, ils symbolisent la promesse d’apporter aide et secours aux enfants en situation d’extrême péril et précarité. Afin de donner à cette initiative, relayée sur les médias sociaux, plus de résonance, et afin d’inciter un public plus large à rejoindre le mouvement, la marque a encouragé ses invités, conviés au lancement de ces produits exceptionnels, à diffuser en ligne leurs clichés de cette belle «pinky promise». Monsieur Paride Toma, Directeur Général de Louis Vuitton pour la Suisse et l’Europe Centrale, et Monsieur le Dr. Robert Bloch, Membre du comité directeur de l’UNICEF-Suisse, accueillent leurs invités au flagship store Louis Vuitton de Genève. www.louisvuitton.com

  173


La Nuit

MONTBLANC DÎNER DE GALA AU SIHH 2017

Gwei Lun Mei, Charlotte Casiraghi, Jerome Lambert et Hugh Jackman

Ronja Furrer

174  

Par Marc Hürlimann

Luca Argentero

Charlotte Casiraghi

Pierre Niney


La nuit

G

enève, 16 janvier 2017: la brasserie Les Halles prête son cadre aux festivités organisées par Montblanc. Le 27ème Salon International de la Haute Horlogerie bat son plein. L’occasion est idéale pour le CEO de Montblanc, Jérôme Lambert, de célébrer en grande pompe le lancement de la nouvelle collection horlogère, les nouveaux modèles «TimeWalker», mais aussi de réunir autour de lui quelques personnalités de choix à l’occasion de son départ. Pour quel nouvel horizon et quels grands défis? La direction de l’ensemble du groupe Richemont. Excusez du peu! Venus le féliciter et admirer les nouvelles créations Montblanc, les brillants ambassadeurs de la marque – parmi lesquels Hugh Jackmann, Joan Smails, Charlotte Casiraghi, le comédien français Pierre Niney, Ana Beatriz Barros (l’un des Anges de Victoria’s Secret) et l’acteur italien Luca Argentero – se mêlent aux grands admirateurs de la marque et autres chanceux inconditionnels également conviés à la fête. Des conversations animées et deux grandes tablées pour un dîner glamoureux entre «amis»... de Montblanc! Hugh Jackman

Ari Vatanen

Gwei Lun Mei

Aldo Comas, Macarena Gomez

Ana Beatriz Barros, Jérôme Lambert, CEO Montblanc, Joan Smalls, Neels Visser

  175


Cartier www.cartier.com

Erdem www.erdem.com

Jeremy Scott www.jeremyscott.com

3.1 Phillip Lim www.31philliplim.com

Carven www.carven.com

Ermanno Scervino www.ermannoscervino.com

Jil Sander www.jilsander.com

Acne Studios www.acne.com

Céline www.celine.com

Falke www.falke.com

Jonak www.jonak.fr

Adler www.adler.ch

Chanel www.chanel.com

Fausto Puglisi www.faustopuglisi.com

Joseph www.joseph-fashion.com

Akris www.akris.ch

Chaumet www.chaumet.com

Fendi www.fendi.com

Kenzo www.kenzo.com

Alberta Ferretti www.albertaferretti.com

Chloé www.chloe.com

Fenty x Puma by Rihanna www.puma.com

Lanvin www.lanvin.com

Alexander McQueen www.alexandermcqueen.com

Christian Cowan www.christiancowan.com

Filles à Papa www.fillesapapa.com

Lemaire www.lemaire.fr

Alexander Wang x Kangol www.alexanderwang.com

Christian Dior www.dior.com

Furla www.furla.com

Loewe www.loewe.com

Ana Khouri www.anakhouri.com

Christian Louboutin www.christianlouboutin.com

Gareth Pugh www.garethpughstudio.com

Louis Vuitton www.louisvuitton.com

Ann Demeulemeester www.anndemeulemeester.com

Christian Wijnants www.christianwijnants.com

Giamba www.giamba.com

Maison Margiela www.maisonmargiela.com

Annelise Michelson www.annelisemichelson.com

Christopher Kane www.christopherkane.com

Ginette NY www.ginette-ny.com

Marc Jacobs www.marcjacobs.com

Anya Hindmarch www.anyahindmarch.com

Coach www.coach.com

Givenchy www.givenchy.com

Marni www.marni.com

Aquilano Rimondi www.aquilanorimondi.it

David Koma www.davidkoma.com

Gucci www.gucci.com

Mary Katrantzou www.marykatrantzou.com

Audemars Piguet www.audemarspiguet.com

De Beers www.debeers.com

Haider Ackermann www.haiderackermann.com

Max Mara www.maxmara.com

Audi www.audi.com

Dice Kayek www.dicekayek.com

Harry Winston www.harrywinston.com

Michael Kors www.michaelkors.com

Balenciaga www.balenciaga.com

Diesel Black Gold www.diesel.com

Hermès www.hermes.com

Miu Miu www.miumiu.com

Bally www.bally.ch

DKNY www.dkny.com

Hervé Van der Straeten www.vanderstraeten.fr

MSGM www.msgm.it

Balmain www.balmain.com

Dolce & Gabbana www.dolcegabbana.com

Isabel Marant www.isabelmarant.com

Mugler www.mugler.com

Bonheur Jewelry www.bonheurjewelry.com

Dries Van Noten www.driesvannoten.com

Issey Miyake www.isseymiyake.com

Mulberry www.mulberry.com

Boss www.hugoboss.com

Dsquared2 www.dsquared2.com

J.W. Anderson www.j-w-anderson.com

Nina Ricci www.ninaricci.com

Bottega Veneta www.bottegaveneta.com

Elie Saab www.eliesaab.com

Jacquemus www.jacquemus.com

Olympia Le-Tan www.olympialetan.com

Boucheron www.boucheron.com

Ellery www.ellery.com

Jaeger LeCoultre www.jaeger-lecoultre.com

Paco Rabanne www.pacorabanne.com

Bulgari www.bulgari.com

Emanuel Ungaro www.ungaro.com

Jaquet Droz www.jaquet-droz.com

Paskal www.paskalclothes.com

Burberry www.burberry.com

Emilio Pucci www.emiliopucci.com

Jason Wu www.jasonwustudio.com

Paul Smith www.paulsmith.co.uk

Calzedonia www.calzedonia.com

Emporio Armani www.armani.com

Jennifer Fisher www.jenniferfisher.com

Philosophy di Lorenzo Serafini www.philosophyofficial.com

ADRESSES

Mode

Vous trouverez, sur le site de toutes les marques citées, l'adresses des boutiques qui les vendent ou celles des points de vente les plus proches. 176  


ADRESSES

Piaget www.piaget.com

Vivienne Westwood www.viviennewestwood.com

Pierre Hardy www.pierrehardy.com

Walter Steiger www.waltersteiger.com

Prada www.prada.com

Wanda Nylon www.wandanylon.fr

Preen by Thornton Bregazzi www. preenbythorntonbregazzi. com

Wolford www.wolfordshop.ch

Proenza Schouler www.proenzaschouler.com Rag & Bone www.rag-bone.com

Xander Zhou www.xanderzhou.com Yasmine Eslami www.yasmine-eslami.com

Ralph Lauren www.ralphlauren.com

BEAUTÉ

Roberto Cavalli www.robertocavalli.com

Biologique Recherche www.biologique-recherche. com

Rodarte www.rodarte.net

Chanel www.chanel.com

Ron Arad www.ronarad.com

Erborian www.erborian.com

Sacai www.sacai.jp

Caudalie www.caudalie.com

Saint Laurent par Anthony Vaccarello www.ysl.com

L'Oréal Paris www.lorealparis.ch

Sandro www.sandro.com Sies Marjan www.siesmarjan.com Simone Rocha www.simonerocha.com Sockshop www.sockshop.co.uk Sportmax www.sportmax.com

Sisley www.sisley-paris.com Lierac www.lierac.de Bobbi Brown www.bobbibrown.ch Clarins www.clarins.ch Tom Ford www.tomford.com

Stella McCartney www.stellamccartney.com Tiffany & Co. www.tiffany.com Tommy Hilfiger www.tommyhilfiger.com Trussardi www.trussardi.com Vacheron Constantin www.vacheron-constantin. com Valentino www.valentino.com Van Cleef & Arpels www.vancleefarpels.com Véronique Leroy www.veroniqueleroy.com Versace www.versace.com Victoria Beckham www.victoriabeckham.com Vionnet www.vionnet.com

Monica Cima photographié par DeMarcus Allen porte une robe bain de soleil orange en crêpe de Chine par Christian Wijnants.

  177


Insider

mais un background qui dérange une partie de l’opinion: le top british concentre tous les paradoxes du fashion feminism.  Parce que la mode reste une commerce, pour s’offrir le t-shirt «We should all be Feminist» du défilé Printemps-Été 2017 de Dior, il faut compter un demi-Smic. Même chose pour le «Thanks Girls» de Stella McCartney et le «Shut that guy up» d’Olympia Le-Tan. Le vêtement militant est une nouvelle poule aux œufs d’or des marques de luxe… Mais l’émulation générée n’a pas de prix. Instagrammé, twitté, snapchaté des millions de fois, le message finit par sensibiliser. En 2013, Petra Collins avait suscité une véritable tempête médiatique en créant pour American Apparel le T-shirt «Period Power», représentant un vagin en période menstruelle; dans la foulée, cette jeune Canadienne voyait son compte Instagram censuré pour une simple photo d’elle en petite culotte, le sexe non épilé. Le troisième millénaire est-il condamné à un féminisme de papier glacé, consensuel et anti-trash, en accord tacite avec le diktat de la «parure» dénoncé par Simone de Beauvoir dans «Le Deuxième sexe»? La génération Z, Petra Collins en tête, prouve qu’on peut être branchée, porter du Gucci et lutter pour les droits de la femme. La mode y trouve son compte. Rappelons que, au-delà des joutes mercantiles, Christian Dior, Coco Chanel, André Courrèges et Sonia Rykiel n’ont pas fait que créer des vêtements, ils ont réinventé la femme.

Sage ou trash, le T-shirt militant investit les défilés et les réseaux sociaux. Inspirée du féminisme des années 1970, la tendance interroge : la mode a-t-elle sa place dans la lutte ? Décryptage. Paco Rabane

178  

Par Mathilde Berthier

Dior

PHOTOS DR; Liza Cowan, Image Bank; Marcio Madeira

ne manif en petite robe noire et slingbacks dorées: géniale pour certains, incongrue pour beaucoup, déplacée pour d’autres, l’idée est signée Karl Lagerfeld. Retour en octobre 2014, sous la verrière du Grand Palais, pour le défilé Chanel Printemps-Été 2015: au mégaphone, Cara Delevingne harangue une foule de révolutionnaires en culottes courtes. «Ladies First», «Women’s rights are more than alright», des slogans inspirés du MLF en côtoient d’autres, plus politiquement corrects: «Be your own stylist», «Tweed is better than tweet», etc. Le débat est lancé. Car, si la mode peut se targuer de donner le pouvoir au beau sexe, les ressorts du phénomène oscillent entre bons sentiments et stratégies marketing. Un an plus tard, quand Cara Delevingne (encore elle) s’exhibe avec une réplique du célèbre t-shirt militant «The future is female», la communauté lesbienne s’insurge. Aux États-Unis, le slogan de la militante Liza Cowan, inauguré en 1975 par sa compagne, la chanteuse folk Alix Dobkin (en photo), est chasse gardée, autant que le poing levé du Women’s Lib, repris par Monique Wittig et les pionnières du féminisme français dans les années 1970. Cara Delevingne, icône gay s’il en est, a beau reverser une part des bénéfices à Girl Up, la campagne des Nations unies en faveur des adolescentes des pays en voie de développement, on l’accuse de dénaturer un message à caractère contestataire. Des intentions louables,

Profile for L'Officiel Schweiz/Suisse

L'OFFICIEL No.27 Feb/Mar 2017 FR  

L'OFFICIEL No.27 Feb/Mar 2017 FR  

Advertisement