Issuu on Google+

n° 4  2012 le magazine des Electrocracks

Epreuves sectorielles : des élèves sous haute tensi on La loi d’Ohm pour les Nuls A Visé, enseignement rime avec environnement les LED r u s x u e f s n i Ple une initiative de


sommaire

n° 4  2012

4

7

Institut Saint-Joseph Visé

Les médailles belges

EuroSkills 2012

L’école

9

Visite d’entreprise

Dans l’industrie, on en apprend tous les jours

12 Animalement vôtre

Le Sacré-Coeur d’Hasselt

2


SOMMAIRE

Colophon WATT’s UP est une publication de Restez branchés, une campagne menée par Formelec en vue d’attirer les jeunes vers les formations et les métiers de l’électricité.

14

Tout simplement génial

16

back to basics

Teste tes connaissances sur les résistances

Restez branchés Formelec asbl Avenue du Marly 15/8 boîte 2 1120 Bruxelles Tél. 02 476 16 76 Fax 02 476 17 76 www.restezbranches.be info@restezbranches.be

15

Pleins feux sur les LED

Restez branchés est une campagne menée par Formelec à l’initiative de ses partenaires sociaux, à savoir les organisations syndicales CSC-ACV METEA, MWB-FGTB et ABVV-Metaal et les organisations patronales ANPEB, FEDELEC, FEE et NELECTRA. La campagne vise à augmenter l’afflux d’ouvriers dans le secteur des électriciens et s’adresse non seulement aux jeunes et à leurs parents, mais aussi aux employeurs, aux écoles et aux centres de formation.

Editeur responsable: Hilde De Wandeler Concept et réalisation: Link Inc (www.linkinc.be) Rédaction: Link Inc Lay-out: Zeppo (www.zeppo.be) Photos : Christophe Toffolo, Johan Martens, Studio Dann, Sven Van Baarle

19

Remue-méninges

C'est la fête

20

Vou projet s avez un intére Par ssa info@rlez-nous-en nt? estezb s rancheur s .b e

news

3


Quand t n e m e n Enseig rime avec t… n e m e n n Enviro Lancer un projet d’éducation à l’environnement dans son école, c’est avant tout une question de motivation de la part des professeurs, de la direction et des élèves. Comment faire tache d’huile et rendre les élèves acteurs ?

Ñ

4

Dans l’atelier, les jeunes ont conçu de petits automates comme ce mini car-wash


L'école

Au cœur de la Basse-Meuse, juste avant la frontière belgonéerlandaise, WATT's Up a rencontré les élèves de la section «Electricité» de l’Institut Saint-Joseph de Visé. Avec son statut d’école industrielle, elle accorde une attention toute particulière à la qualité de l’enseignement et implique les jeunes dans des projets à la fois concrets et respectueux de l’environnement. Une école avec le vent en poupe… L’idée est de proposer aux élèves la réalisation de projets concrets, qui leur plaisent et les motivent « Quand les projets sont concrets et ambitieux, les élèves vont souvent bien au-delà des exigences du programme », nous confie Monsieur Antoni Gucciardo, titulaire de la 4ème Electricité. Quant aux élèves de 5ème professionnelle, ils ont quitté l’école pendant quelques semaines et ont suivi leurs travaux pratiques dans une maison privée afin d’y réaliser l’installation électrique. L’avantage selon Olivier Thône : « On fait sans cesse le lien entre la théorie du cours et la pratique. C’est très motivant et cela nous donne envie d’aller toujours plus loin. »

Quand le chauffage de l’Institut est tombé en panne, la direction s’est tournée vers les élèves et leur a proposé de participer à la réparation. Monsieur Jean Purnelle, chef d’atelier : « L’école fait confiance aux élèves et leur montre que ce qu’ils ont appris à l’école sera utilisé dans la pratique. Ce sont des élèves de 6ème technique en électricité qui ont fièrement installé un nouveau tableau de commande pour la chaufferie de l’école. »

Des initiatives sensibles à l’environnement… La motivation est le facteur essentiel de réussite d’un projet d’éco-consommation, pour les enseignants comme pour les élèves. Quand on propose aux jeunes un projet qui a de la valeur pour eux et qui améliore leur cadre de vie, ils s’investissent. Ainsi récemment, les élèves se sont démenés pour mettre en œuvre différents projets au sein de l’école: aala réalisation d’une éolienne (plus d’infos dans notre dossier technique, page 6) aaune mare avec commande automatique d'une station de pompage aasix panneaux photovoltaïques placés sur le toit de l'atelier mécanique et orientés au sud. Ces panneaux ont pour but de fournir assez d'électricité pour amortir l’investissement en une seule année. aales élèves de Visé se sont penchés sur la consommation d’énergie de leur école. Après avoir repéré des solutions efficaces, ils ont installé euxmêmes des détecteurs de mouvement afin de réaliser des économies d’énergie au sein des locaux. Ces initiatives laisseront sans aucun doute une trace chez plusieurs de ces élèves, le plaisir de vivre un projet, de donner du sens à des cours théoriques, de protéger son environnement...

5

Quelques c du succèslés

valoriser le

s jeunes et leur projet conserver la mémoire des projets en gardant des traces ph ysiques dans l’établisseme nt scolaire aboutir à des résultats concrets, aus si petits soient-ils.


DOSSIER TECHNIQUE

Une éolienne imaginée et construite par les élèves Hélice 3 pâles

Génératrice

Queue

Capot

Depuis 2010, l’Institut Saint-Joseph s’est lancé dans un véritable projet d’établissement avec la réalisation d’une éolienne.

Dérive Mât

Haubans constitués de 3 câbles

Placée le long de la façade du bâtiment Clé d'or, elle va prouver à tous que l'énergie électrique ne vient pas uniquement des centrales thermiques ou nucléaires. Même avec des pales de faible ampleur, cette éolienne fournit quelques kilowatts lorsque les vents soufflent.

Tendeurs

Piquets

Embase

Comment fonctionne une éolienne ? Le vent pousse sur les trois pales de l’éolienne et les fait tourner. La partie centrale de l’éolienne tourne en même temps. Cette partie est appelée rotor (rotation) et est constituée de plusieurs aimants permanents. Ces aimants passent donc en tournant devant des bobines dont les spires sont conductrices (stator). Ces bobines, qui sont soumises aux flux générés par les aimants (champs magnétiques), produisent une tension électrique. Cette tension est tantôt positive, tantôt négative en fonction du pôle de l’aimant qui passe devant la bobine. Nous avons une succession de pôles nord puis sud passant devant les bobines, et donc une tension positive puis négative puis positive… C’est ce qu’on appelle le courant alternatif. Comme le nombre de bobines dans cette éolienne est un multiple de 3, on a du courant alternatif triphasé sortant par trois fils. Pour coupler ces bobines, il y a deux manières courantes possibles : en étoile ou en triangle.

Régulateur de charge

couplage étoile

Batteries

couplage triangle

L1 L1 V

U

L2 L3 U tension entre lignes V tension de phase (entre ligne et neutre)

U L2 L3 Entre les trois fils, il y aura du 12 V~. Dans le cas de notre éolienne (12 V~ entre L1 et L2, 12 V~ entre L2 et L3 et 12 V~ entre L1 et L3). La fréquence (vitesse de passage des aimants devant les bobines) va dépendre de la vitesse de rotation, et donc de la force du vent.

Merci à Monsieur Sauvage de l’Institut Saint-Joseph pour ses précisions techniques.

6

~


de school EuroSkills 2012

A EUROSKILLS, LES TALENTS BELGES ONT BRILLé SUR LA SCÈNE EUROPÉENNE Pas de F1 sur le circuit, seulement des métiers manuels! Après trois jours de compétition dans le somptueux cadre du Circuit de Spa-Francorchamps, les résultats de l'Euroskills 2012 sont connus. Sur la scène européenne, les jeunes professionnels belges ont décroché pas moins de 14 médailles dont 5 médailles en Or et 8 médaillons d’excellence.

430 jeunes issus des filières manuelles, techniques et technologiques, originaires de 23 pays du monde ont pris part au championnat européen des métiers manuels et techniques. Parmi les médaillés, citons les performances exceptionnelles de nos compatriotes en installation électrique, technique du froid, art floral, mécanique automobile, maçonnerie… Pour partager l’expérience Malgré le temps maussade, une marée impressionnante de jeunes curieux, d’étudiants, de professeurs et de parents ont envahi le Circuit pour découvrir ces métiers peu ou mal connus. Ils sont repartis avec une tout autre image des métiers techniques et manuels. Dans l’espace « CurioCity » les plus jeunes ont pu profiter d’une centaine d’animations afin d’essayer concrètement une foule d’outils et de machines, accompagnés de professionnels désireux de partager leur savoir-faire.

Quels sont les grands principes pour réussir dans cette compétition ?  «C’est comme dans la réalité du travail, il faut collaborer avec les autres corps de métier et coordonner les tâches. On ne peut pas travailler dans sa bulle, sans quoi les autres ne peuvent pas respecter le planning…et c’est le client final qui est pénalisé.» Mr Benoit Tasiaux, Expert chez EuroSkills

 «L’esprit d’équipe est très important : il faut faire confiance aux autres et veiller à ne pas se marcher sur les pieds’.» Mr Antonio Cosy, Médiateur Pédagogique, IPES Herstal

7


EuroSkills 2012

Une moisson très fructueuse pour

nos jeunes talents en Electricité

Pour Watt’s Up, nous avons suivi durant 3 journées les prestations de nos finalistes belges et avons pu apprécier leur talent et leur détermination.

Pierre-Olivier Van Isacker – Médaille d’Or en Installations Electriques et primé par équipe en installations technologiques

Loïc Jouay - Médaille d’Argent en Technicien du Froid A étudié aux Aumôniers du Travail de Charleroi, option Froid Industriel, suivie par une 7ème spécialisation en Climatisation/ Ventilation. Il travaille depuis quelques mois comme Technicien du Froid chez Axima Réfrigeration GDF Suez. Après le Service Après-Vente, il va bientôt rejoindre le Département Montage.

Originaire de Courcelles, il travaille comme Raccordeur chez ORES, à Montignies-sur-Sambre. Son job actuel : raccorder, installer des compteurs électriques et effectuer des dépannages chez le client.

Son challenge à Euroskills ? Réaliser une mini patinoire, raccorder un groupe de refroidissement avec toute une tuyauterie et produire un bac d’eau chaude et d’eau froide.

Sur le stand d’Euroskills, c’est un bon ambassadeur du métier d’électricien : il fait appel aux dernières techniques informatiques et domotiques. Pierre-Olivier a comme mission de réaliser une installation traditionnelle couplée à un système d’alarme et à un système de volets commandés à distance. «Je n'y crois toujours pas», déclarait le Courcellois après la proclamation des résultats. «C'est manifestement ma dernière journée qui m'a permis d'émerger lors de la compétition individuelle. Ce qui a fait la différence? Un travail soigné et précis, tout comme mon lieu de travail !» «Ce fut très intense ! On logeait à Vielsalm, donc nous nous levions chaque matin à 5H30. J’ai été impressionné par le niveau de préparation des autres équipes européennes et je retiendrai toutes les amitiés liées avec les Finlandais et les Luxembourgeois pendant ces 3 jours de compétition.»

«Le plus grand défi pour moi, ce fut de rester concentré à 100% pendant ces 3 jours. On ne peut se permettre aucune erreur de distraction tant le niveau des autres participants est élevé. Il faut écouter les conseils de ton Expert et accepter qu’à 21 ans, on ne connaît pas encore tout…L’esprit d’entraide entre les Belges était impressionnant. Le ✔ pour gagn er en expérie midi et le soir, on se nce professionnelle serrait les coudes et ✔ pour déco on s’encourageait uvrir d’autres façons de travailler les uns les autres. D’ailleurs, toutes ces ✔ pour appo rter un + à to médailles belges, on n C V ✔ pour gagn er en confian est allé les décrocher ce en soi ✔ rendez-vo ensemble!»" us à Li

Pourquoi prendre pa une compé rt à internatiotition nale ?

lle en 2014 ?

8


Visite d’entreprise ATree est spécialisée dans l’automatisation de processus industriels. Quand les autres s’arrêtent, ATree va encore un peu plus loin. Par exemple en aidant les entreprises à faire des économies d’énergie, à exploiter les matières premières au maximum ou à rationaliser leur consommation d’eau. Et tout ça grâce à l’électricité !

‘Dans l’industrie, on en apprend tous les jours’ 9


Visite d’entreprise

Henk Demeulemeester, Filip Martens et Tom Decorte étaient indépendants dans le domaine de l’électricité. Ils travaillaient si souvent ensemble qu’ils ont fini par s’associer pour créer une société. C’est ainsi qu’ATree est née. Tom Decorte : ‘Notre nom vient de A comme Automation, notre core business, et de Tree, qui fait référence au rassemblement des forces de nos trois petites entreprises, ainsi qu’à la structure en arborescence que nous appliquons pour mener à bien nos projets.’

Tom Decorte ×

Faire gagner de l’argent aux clients

Mais que fait-on exactement chez ATree ? ‘Nous imaginons des commandes électriques qui assurent le déroulement parfait des processus industriels. En fait, nous faisons gagner de l’argent à nos clients en optimisant l’efficacité et la rentabilité de leurs machines. Nous partons toujours de zéro. Nous nous réunissons avec les constructeurs pour choisir les moteurs à utiliser, les systèmes de détection, le déroulement du processus… Puis nous élaborons un schéma électrique. Ensuite, nous montons les tableaux électriques, tandis que Henk et Filip commencent à programmer les applications PLC et SCADA. Enfin, nous installons le tout chez le client. Si la phase de démarrage se passe bien, la production peut commencer.’ Des pommes de terre crues aux chips

Dernièrement, nous avons automatisé une ligne de production complète chez Roger & Roger, à Mouscron. Ça ne vous dit rien ? Vous connaissez certainement mieux la marque Croky ! Roger & Roger fabrique un large éventail de snacks à base de pommes de terre, et notamment les chips Croky. Tom Decorte : ‘Le projet Croky a mobilisé quatre hommes pendant tout un mois. Nous avons automatisé le processus de production de A à Z. De l’épluchage des pommes de terre crues à la cuisson au four des pétales de pommes de terre.’ Déchets minimum

Les pommes de terre crues, en flux continu, sont pesées et réparties équitablement entre quatre éplucheuses. Une fois épluchées, les pommes de terre sont emmenées au moyen d’un transporteur à vis sans fin doté d’un système de rinçage à l’eau, jusqu’à une installation de contrôle. Des caméras servent à détecter les mauvaises pommes de terre. Elles sont renvoyées à l’éplucheuse de manière à réduire au maximum le volume de déchets. Après le contrôle, les pommes de terre sont lavées une deuxième fois. Ensuite, les pommes de terre validées sont pesées, pour obtenir une mesure précise de la quantité entrante et sortante. L’intégration de deux modules de pesée a permis de diminuer les déchets de manière impressionnante.

10

Les chips à l’eau

Après la deuxième pesée, les pommes de terre prennent la direction des trancheuses. Après quoi les pétales de pommes de terre sont transportés par eau jusqu’au four. Pourquoi dans l’eau ? ‘Les fins pétales sont bien trop délicats pour un convoi ordinaire. Le fait de les immerger dans l’eau évite de les endommager. L’eau est ensuite extraite au niveau du four.’ Un rendement optimal

Chez Roger & Roger, ATree s’est chargée du câblage, du raccordement et de la programmation de l’installation de production. La base de l’automatisation est un système PLC Beckhoff. ‘Nous allons toujours un peu plus loin. Non seulement nous avons limité le volume de déchets, mais nous avons aussi optimisé le rendement du four. Comme il fonctionne quasi en continu, nous l’alimentons constamment en pétales de pommes de terre. Ce qui évite de gaspiller de l’énergie.’ Un régulateur de fréquence synonyme de durabilité

Mais ce n’est pas encore fini. La consommation d’eau a elle aussi, fait l’objet d’un examen sérieux. ‘En équipant la pompe de circulation d’un régulateur de fréquence, nous avons sensiblement réduit la consommation. C’est simple : une pompe a un certain débit horaire. Donc, si nous faisons tourner la pompe plus lentement grâce à un régulateur de fréquence, nous utilisons moins d’eau. C’est avec ce genre de détail que nous faisons la différence. Après tout, les aspects écologiques prennent de plus en plus d’importance.’ Le diplôme n’est pas important

Chaque année, ATree accueille des stagiaires. ‘Souvent, ils s’intéressent trop aux commandes PLC, alors qu’ils ne maîtrisent pas assez les bases du montage, comme le forage et le rainurage.’ Ce qui ne veut pas dire que l’automatisation industrielle n’est pas passionnante. ‘Au contraire. On ne fait jamais deux fois la même chose. On en apprend énormément tous les jours. Mais on ne sait jamais à quelle heure on aura fini journée. La charge de travail est importante. C’est pourquoi nous n’attachons pas trop d’importance au diplôme de nos nouveaux collaborateurs. Ce qui compte, c’est l’envie d’aller de l’avant.’


Visite d’entreprise

Réfléchir aux problèmes « On fait de tout ici, du montage de tableaux aux raccordements en passant par le câblage. J’ai été jusqu’en septième année en électricité. Je ne préfère pas vraiment une tâche par rapport à une autre. J’aime le changement. L’école apprend les bases, mais c’est sur le terrain qu’on apprend le plus. Ce que j’aime par-dessus tout dans mon job ? Résoudre les problèmes. Je ne dirais pas que mon métier est difficile, mais il est exigeant. Car il demande une attention de tous les instants. » Kevin Coghe, 22 ans, électricien chez ATree

Ordre et propreté « J’ai fait l’électricité en secondaire et je complète ma formation en cours du soir. J’apprends tous les jours chez ATree, c’est motivant. Heureusement, mes collègues sont toujours là pour me donner un conseil ou une astuce. L’ordre et la propreté sont indispensables, pour retrouver rapidement le matériel par exemple. Quand je travaille sur un tableau, je m’arrange pour avoir tout ce qu’il me faut à portée de main. » Steve Vandermeulen, 25 ans, électricien chez ATree

11


Animalement vôtre L’institut technique du Sacré-Cœur met du chien dans un refuge Les élèves de l’institut technique du Sacré-Cœur d’Hasselt (Technisch Instituut Heilig Hart ou TIHH) n’ont pas peur de retrousser leurs manches. Ils aiment mordre à pleines dents dans le boulot. Et ils ne lâchent rien. Ils ont fermé la porte de leur classe, sont montés dans le minibus de l’école, et hop, direction Kortenaken et son refuge pour chiens, un projet de l’asbl limbourgeoise Beestig Onderwijs (que l’on pourrait traduire en français par J’apprends comme une bête). Beestig Onderwijs, c’est un centre d’accueil familial pour chiens abandonnés et un centre d’apprentissage pour jeunes. Quel est le principe ? L’asbl a acheté une vieille maison, toute délabrée. Les jeunes de la région rénovent le bâtiment pour en faire un cadre moderne, contemporain et confortable. Ici – sur un vrai chantier ! – ils peuvent mettre en pratique tout ce qu’ils ont appris à l’école. Les élèves y peaufinent leur apprentissage, les bêtes rugissent de plaisir. Et tout le monde est content...

Ici, on rainure. En haut, on tire des câbles. Dans la pièce à côté, on installe un tableau. Bref : ça bosse dur par ici. Mais, ce qui est bizarre, c’est que ça aboie aussi ! Des aboiements féroces. Des aboiements joueurs. Mais, comme on dit, chien qui aboie ne mord pas…

Les bénévoles se relaient jour et nuit pour garder un œil sur l’ensemble. Les chiens qui souffrent de problèmes comportementaux, et qui trouvent donc difficilement de la place ailleurs, séjournent ici dans une ambiance familiale. Leur comportement est suivi par un professionnel, qui les prépare ainsi à faire le bonheur de leur futur maître. A l’arrière de la maison, les chiens s’entraînent et se dégourdissent les pattes dans une grande prairie.

Le projet en quelques mots

Le programme ‘Beestig (Onder)wijs’ permet aux jeunes issus de différentes écoles et de différentes sections, de travailler ensemble et de faire la démonstration de leurs talents. Ils assurent la rénovation complète du bâtiment : de l’installation électrique au carrelage de la cuisine.

Une quarantaine d’écoles limbourgeoises participent au projet. Depuis le 1er septembre 2012, des centaines de jeunes sont déjà venus sur le chantier. Et pas pour se tourner les pouces ! De l’électricité aux sanitaires, de la comptabilité au site web, tout est entre de bonnes mains grâce aux écoles techniques du Limbourg.

Les travaux de rénovation de la maison (phase 1) ont débuté en décembre 2011 et seront terminés en décembre 2012.

Le TIHH est responsable de toutes les installations électriques. En 2013, les élèves de 5ème professionnelle prendront le relais, avec la rénovation du hangar (phase 2).

Pas un chenil comme les autres

Ici, pas de barreaux ni de sol en béton : nous ne sommes clairement pas dans un chenil comme les autres. Le refuge est abrité dans une maison normale, avec plein de petites pièces séparées où on vit, on cuisine, on travaille et on dort.

12


l i a v a r Un t e u q i t s fanta ‘Plus qu’un centre d’accueil, le refuge est un centre d’apprentissage. Le refuge n’est pas un but en soi, c’est un moyen pour les jeunes de mettre la main à la pâte. La plupart viennent ici en stage de formation. Sur ce plan, les élèves du Sacré-Cœur ont fourni un travail fantastique. Et les formateurs débordent aussi d’enthousiasme. Mais nous impliquons aussi certains jeunes dans le fonctionnement quotidien du refuge, pour le dressage des chiens par exemple. Riet Abrahams, coördinatrice

d’atelier) et Geert Vanmarsenille (chef du projet) nateur ordi Daniel Tielens (co ves ont élè les nt comme nt explique appréhendé le projet :

‘Travailler dans une vraie maison, c’est top. On y apprend beaucoup plus qu’ à l’école.’  ‘Tu dois apprendre à résoudre les problèmes et à tirer ton plan. Où va ce fil ? Et celui-là ? Pourquoi l’interrupteur de la cuisine ne marche pas ?’  ‘A l’école, on travaille toujours dans des conditions idéales : il y a assez de lumière, il fait chaud et tout le matériel est à portée de main. Sur chantier, on découvre la vraie vie : il faut parfois tirer un câble dans un petit coin sombre et difficile d’accès, et il peut faire froid. On voit ce que c’est de travailler sur un vrai chantier.’  J’ai appris à enterrer le câble d’alimentation. Je ne l’avais encore jamais fait. L’important, c’est de se poser les bonnes questions pendant qu’on travaille. Le câble est-il à la bonne profondeur ? Ai-je pris les bons outils avec moi ? Le raccordement est-il ok ?’ Stijn Brouwne

Un plan par étape le schéma à l’école, 1. D’abord, nous avons dessiné s points lumineux, avec la localisation des différent courant. C’est de e pris de es interrupteurs et socl tion ultérieure. Par indispensable pour l’homologa n’était pas mise à la e tant exis exemple, l’installation terre. Inimaginable... r par groupes de 8. 2. Les élèves sont allés travaille aient toute la journée pass ils di, mar du TP Pendant les encastrement des es, sur place. Découpes, rainurag et installation du ret coff du e pos s, boîtiers, câblage système de mise à la terre... 2 petites réunions de 3. Tous les jours, nous tenions soir. Qu’allons-nous chantier : une le matin et une le Quel matériel et quels ? i quo fait Qui faire aujourd’ hui ? ain ? Le planning outils devons-nous emporter dem . doit toujours être à jour 5 jours l’installation était 4. Les élèves ont bossé dur, en t serré. Pas le temps de étai quasi terminée. Le planning bâiller aux corneilles. . Comme dans la vraie 5. Dernière phase : les finitions qui cloche. C’est durant truc t peti un vie, il y a toujours lèmes sont résolus et cette dernière phase que les prob apportées. être vent peu s tion que les améliora

‘C’est un projet fantastique. Nous avons pu toucher à tout. Tout ce qui intervient dans une installation résidentielle. Du début à la fin. Nous travaillons avec un but. Ça n’a rien à voir avec l’école. Nous avons trimé, mais nous en avons aussi retiré énormément. C’est très chouette de bosser comme ça.’ Baris Karabas

Plus d’infos sur www.tihh.be

13


Tout simplement génial

Qui n’avance pas, recule Le secteur des électriciens est constamment en mouvement. Le monde change, les clients revoient leurs attentes à la hausse et notre secteur cherche des réponses à ces défis. L’électricien qui ne suit pas le mouvement fait du sur-place et se retrouve très vite dépassé par les événements…

è

Fin septembre, Brussels Expo a accueilli ECL 2012, le salon professionnel pour l’électrotechnique, l’éclairage, l’automatisation et la sécurisation des bâtiments. L’occasion de découvrir tous les derniers développements et produits de notre secteur. Nous en avons sélectionné deux pour toi. Deux applications concrètes d’une nouvelle technologie de pointe. Deux fleurons du savoir-faire belge et européen.

è La lumière

In or out ? Dans les usines et les immeubles de bureaux, le contrôle d’accès occupe une place de plus en plus importante. Contrôler qui entre ou sort d’un bâtiment, à quelle heure et à quel endroit, voilà qui sera sans aucun doute, un principe de base des applications immotiques du futur.

du futur

Le système Atrium de CDVI Benelux est bien lancé dans la course. Il s’agit d’un système ‘3 en 1’. Ce qui signifie que le contrôle d’accès peut être géré par web, par PC ou de façon autonome. Comme les infos des utilisateurs sont sauvegardées dans le contrôleur, elles peuvent toujours être récupérées en cas de panne informatique. C’est absolument unique dans le monde du contrôle d’accès…

OSR AM Benelux était aussi prés ente, avec une nouvelle lampe LED au design futuriste : la Parathom Classic A. La lampe affiche une durée de vie de 30.0 00 heures et un flux lumineux très élevé (470 à 1055 lumens). Elle existe en trois vers ions, qui remplacent les lampes à incande scence de 40, 60 et 75 watts. Envie d’en savoir plus sur les lam pes LED ? Nous te donnons rendez-vous en page 15.

Plus d'infos sur

Plus d'infos sur

www.cdvibenelux.com

www.osram.be 14


In the spotlight

A toi de jouer !

pleins feux sur les led Qu’est-ce qu’une LED ? LED est l’abréviation de light emitting diode (diode émettrice de lumière ou électroluminescente). Pardon ? Qu’est-ce qu’une diode, alors ? Une diode est un composant électronique qui laisse très bien passer le courant électrique dans un sens, mais pratiquement pas dans l’autre sens. Une diode fonctionne en fait comme un clapet ou une valve électronique. (Pense par exemple à la valve de ton vélo : l’air peut y entrer, mais pas en sortir, sauf si tu appuies dessus.) Le sens de conduction est appelé sens passant et l’autre sens est connu sous le nom de sens bloquant. Quand on envoie un courant électrique à travers une LED dans le sens passant, la LED émet de la lumière.

t D son Les LE oduits des pr ement u q i p y t éens. europ

Tu es toujours là ? OK, faisons un peu la lumière sur les questions suivantes. Les réponses sont disponibles sur www.restezbranches.be/eleves/Remue_méninges

r On peut utilise D une lampe LE mais pour le frigo, pas de préférence pour le four.

Les LED e xistent uniqueme nt en blanc.

Les LED respectent l’environne ment.

Les lampe s LED sont toute s jeunes, ell es ont été inventé es au 21e siècle .

à Les lampes LED réflecteur (retrofit es et LED) sont pratiqu isées peuvent être util dans les anciens atures appareils ou arm er. sans aucun dang

15

le mparer o c r u o P urs e plusie d t n e m D rende euses (LE in m lu s es, source nomiqu o c é s e et lamp es à et lamp L T s e b tu ous ence), n c s e d n r a inc ompare c d r o b d’a devons lement u e s is u ns, p les lume . les kWh


Teste tes connaissances sur les résistances : ! s l u N s e l r u o p m h 'O La loi d Tu as toujours voulu savoir... quel fusible ou quel disjoncteur placer dans un circuit? le type de câble à choisir pour une installation ? si le circuit électrique est suffisamment sûr pour éviter une panne ?

…alors la loi d’Ohm va t’aider !

16


Back to basics

Petit rappel

Comment calcules-tu la force du courant?

Voici le moment venu de rafraîchir tes connaissances sur cette fameuse loi fondamentale. Elle te guidera dans tous les instants de ta vie d’électricien car c'est le principe que tu appliqueras pratiquement partout, que ce soit pour la conception de circuits, le dépannage ou l'analyse. Il est donc indispensable pour tous les électriciens de bien maîtriser ce chapitre.

Si on connaît la valeur de la résistance et la valeur de la tension qui lui est appliquée, on peut calculer le courant qui circule dans cette résistance avec la loi d’Ohm transformée.

U I = — R

MAIS QUI EST OHM ?

U = Rx I

le courant Ampère (A)

C’est en 1827 que Georg Ohm, un professeur allemand, a établi ses lois relatives à la résistance électrique des conducteurs. Ohm détermine que le courant électrique ne circule pas de la même manière dans tous les corps. Certains se laissent moins facilement traverser par l’électricité que d’autres : on dit qu’ils offrent plus de résistance au passage du courant.

la tension Volt (V)

U R = — I la résistance Ohm (Ω)

Appareil de mesure de la résistance L’ohmmètre est un appareil qui permet de connaître la valeur d’une résistance par lecture directe. En réalité, tu vois rarement un ohmmètre seul et tu utilises généralement un multimètre. Il offre l’avantage de mesurer à la fois la résistance, la tension (un voltmètre) et aussi l’intensité (un ampèremètre).

LA RESISTANCE EN THEORIE La résistance électrique d’un conducteur : c’est la difficulté générée par ce conducteur au passage du courant électrique.

 c’est une opposition, un frein qui permet à un maté-

Et qu’avons-n ous retenu de ce chapitre, Professeur O hm ? Le terme rési stance désign

riau de s’opposer au passage du courant.

 elle est souvent exprimée par la lettre R et son unité de mesure est l'Ohm (symbole : Ω).

 La formule :

U R = — I

e une proprié té physique: matériau cond ucteur à rale passage du co ntir le urant électriq ue. Tu dois calcul er une résistan ce en Ohms? Retiens cette formule : Résistance (O hms) = Tension (Vol ts) / Intensité (Ampères) Un bon cond ucteur a une résistance fa laisse facilem ible puisqu’il ent passer le courant Un isolant a une résistance élevée : il off opposition au re une belle passage du co urant l'aptitude d'un

R (la résistance) s’exprime en Ohms (Ω) U (la tension) s’exprime en Volts (V) I (le courant) s’exprime en Ampères (A) Un récepteur (une résistance) soumis à une différence de potentiel U, va être traversé par un courant électrique.L’intensité électrique I qui parcourt un récepteur est proportionnelle à la tension appliquée U et inversement proportionnelle à la valeur de sa résistance R.

U = Rx I

17

V = Ω x A


Back to basics

Teste ta connaissance de la loi d’Ohm Grâce à la loi d’Ohm, tu peux par exemple déterminer la valeur de la résistance R (en Ohms) et donc quel fusible et quel disjoncteur utiliser dans un circuit électrique. Amuse-toi donc à résoudre les problèmes suivants ! Si besoin, ton professeur d’électricité est là pour t’aider.

EXERCICE 1

EXERCICE 4

Une machine à laver consomme 2000 Watts. Ce qui correspond à une résistance de 26,45 Ω. Trouve combien d'Ampères seront nécessaires à son bon fonctionnement sous 230 Volts.

L’intensité du courant dans un radiateur branché sur 220 V est de 6 A. Quelle est la résistance du corps de chauffe ?

EXERCICE 2

EXERCICE 5

Un appareil soumis à une tension de 12 Volts consomme 5 Ampères, quelle est la valeur de la résistance de cet appareil?

Complète le tableau ci-dessous

R (Ω)

I (A)

110

500000 25

EXERCICE 3

400

Nous avons relié une résistance de 12 Ω à une batterie dont la tension nous est inconnue. Nous mesurons dans le circuit un courant de 2 A. Quelle est la tension fournie par la batterie ?

1380

Surfe sur le site www.restezbranches.be/eleves/Remue_méninges pour découvrir les solutions ! 18

0,48 2,5

77000 680

U (V)

0,003


Remue-méninges

C'est la fête! Résistance de terre Pendant notre fête de quartier annuelle, mon voisin m’avait demandé si je connaissais quelqu’un, qui pourrait venir homologuer l’installation électrique de sa nouvelle maison. Je lui ai donné le numéro de téléphone d’un ami, en lui signalant qu’il valait mieux contrôler la résistance de terre avant, pour éviter les mauvaises surprises au moment de la visite d’homologation. Ceci a bien évidemment entraîné la question suivante : peux-tu venir la mesurer ou puis-je le faire moi-même avec un ohmmètre ? Qu’en penses-tu ? Où et comment doit-on mesurer la résistance de terre ? 1. La résistance de terre se mesure avec un telluromètre au niveau du sectionneur de terre. 2. La résistance de terre peut simplement se mesurer avec un ohmmètre au niveau de la borne principale de terre du tableau. 3. La résistance de terre se mesure avec un telluromètre au niveau du sectionneur de terre à côté de la boucle/broche, avec le sectionneur de terre ouvert. 4. La résistance de terre se mesure avec un telluromètre au niveau de la borne principale de terre du tableau.

Retrouve les solutions et quelques explications sur

Surfe sur

ches.be/ n a r b z te s e .r www éninges m _ e u m e R / s e elev

19


NeWS Que penses-tu de ce numéro de WATT’s Up? Tu as une idée d’article qui t’intéresserait? Ou tu aimerais apparaître avec ta classe dans le magazine? Envoie-nous un message à info@restezbranches.be

Stay

tuned

Et si on regardait l’herbe pousser ?

Shut down! Black-out!

Tondre la pelouse, c’est embêtant. Personne n’aime le faire. En plus, les déchets de tonte sont énormes, on ne sait jamais quoi en faire et ça sent vite très mauvais. Mais voilà que les déchets de tonte se révèlent d’une richesse étonnante. En effet, la fermentation de tontes de pelouse mélangées à du fumier produit du gaz méthane, qui peut être utilisé pour produire de l’électricité.

Il arrive parfois que notre pays connaisse des problèmes d’approvisionnement en électricité. Chaque année, le gestionnaire du réseau à haute tension Elia, demande une vingtaine de fois à certaines entreprises de réduire leur consommation pour soulager le réseau à haute tension. Dix entreprises belges ont conclu un contrat en ce sens avec Elia. Elles doivent réduire leur consommation d’au moins 5 MWh, et ce dans les 3 minutes qui suivent la demande d’Elia. Elles reçoivent bien sûr une compensation. Et cela permet de garantir du courant en suffisance à d’autres entreprises, qui ne peuvent en aucun cas s’arrêter.

La tonte de 12.000 hectares (parcours de golf, champs d’aviation, accotements, …) pourrait rapporter 147 millions de kilowattheures par an. Soit assez d’électricité pour 40.000 ménages. Une solution durable, mais malheureusement encore très chère. La tondeuse productrice d’énergie alternative n’est donc encore, qu’un rêve lointain, du moins pour l’instant !

Electromaniaque pour Electroclubbers Tu as un petit frère ou une petite sœur branchée qui aimerait suivre ton exemple ? Tu as un cousin qui est dingue de tout ce qui touche à la technique et à l’électricité ? Ou encore un petit voisin totalement accro à l’électrotechnique ? Donne-leur donc un petit conseil d’ami et envoie-les sur le site web de l’Electroclub : http://electroclub.restezbranches.be/. Il leur suffit de s’inscrire et ils pourront participer à de super concours (et donc gagner des cadeaux !). En tant que nouveaux membres, ils recevront en plus l’Electromaniaque. Un bouquin génial qui leur fera faire leurs premiers pas dans l’univers de l’électricité.

electroclub.restezbranches.be 20

Ensemble, toutes les entreprises peuvent ainsi réduire leur consommation de 200 MWh. Mais cela reste bien sûr une goutte d’eau par rapport au pic pouvant atteindre 14.000 MWh. Elia est donc à la recherche de nouvelles solutions. Ils se sont notamment tournés vers des sociétés de plus petite envergure, qui ne sont pas sur le réseau à haute tension et qui peuvent aussi limiter leur consommation de manière temporaire. Un exemple ? Les exploitations frigorifiques, qui peuvent arrêter leurs installations pendant une courte période sans réchauffement des denrées alimentaires.


WATT's Up n° 4 fr