Issuu on Google+


EN Mattia Paco Rizzi (1983, Menton, France) is an hyperactive person in many creative fields,

ranging from music to graffiti, this last one a passion thas has been with him for more than 15 years giving him the cultural and visual background that has nurtured his imaginarium. From 2006, he has focused on using photography and digital media as the base for his artistic exploration, commencing a series of portraits of enigmatic, solitary figures that apear to come out of a surrealist painting. Beggining with a physical transformation of his subjects, Mattia makes a graphic re-interpretation of the main elements that arise in their dreams to reveal an underliying common thread to both dreams and nightmares, expressed not through a description of events but with a language of colour, shape and objects. Without knowing the origin, context or meaning of these symbolic elements, the artist aids the manifestation of an oniric world which then poures back as an artistic shape onto the subject, according to his/her personal characteristics, creating a portrait that exposes the innermost part of themselves, a part that is often hidden by ‘filters’ such as social codes, fears, and any other brakes to the release of the unconscious. This technique brings to life new beings as hybrid and grotesque figures in which the subjects can materialize a less known part of themselves. This type of intimate portraiture doesn’t aim to showcase a standarized beauty but instead turns with fascination towards the unusual aesthetics of the morbid and abnormal. The procedure used by the artist to reach this imagery seems to borrow from the dadaist and surreal movements –from automatic writing to random acts – and even if the approach is not psychoanalitical the result is, as in the oneiric state the uncertainties, fears, desires and all that we can’t overcome, confront or fulfill become manifest -as it has been extensively reseached by psychology from Freud to the present. By interpreting elements from the unconscious of his subjects, the artists places them face to face with themselves, without shields or conditioning, so they can discover new aspects of themselves. To achieve an artistic interpretation of this process, the tools are both the digital or real transformation of the body (referencing tribal or modern body art) as well as the manipulation of these new significant elements. The artist as well becomes an instrument through which the subject’s uncouncious takes shape and is made into a grafic interpretation. Digital media allows the artist to free the imagination from the boundaries set by reality and matter. This constant dichotomy between tridimensional and bidimensional, internal and external, surface and matter, conscious and unconsious, is a constant struggle in which none of the polarities prevails. Perhaps a prophecy of of the new idols to come? If it’s true that the artist is a mirror of society, these totemic beings represent a small victory of humanity, and therefore of an uncouncios feeling that becomes universal in its totality. Text by Daniela Legotta // KoJiKu


FR

Mattia Paco Rizzi (1983, Menton-France) a toujours été une personne hyperactive, dans tous les domaines créatifs, allant de la musique au graffiti, passion qui l’accompagne depuis 15 années , lui conférant un univers culturel qui a empreint son imagination. Il a focalisé son attention vers la technique photographique et son élaboration digitale à partir de 2006 ; instruments qui sont aujourd’hui à la base de sa recherche artistique : en effet, depuis cette date il a initié une production photographique de sujets, qui solitaires et énigmatiques, semblent prendre vie telle la peinture surréaliste. Partant de la modification corporelle du sujet, M.P.Rizzi met en œuvre un remaniement graphique des éléments survenant des rêves de la plupart des sujets photographiés: Ces impulsions révèlent une pensée récurrente, quelle soit rêve ou cauchemar, sans transiter par une description détaillée du fait, mais à travers une grammaire constituée de couleurs, formes, objets. Le monde onirique se manifeste ainsi de part ces éléments symboliques desquels l’artiste ne connaît ni les significations, ni les circonstances d’apparitions. Ceux-ci viennent artistiquement se modeler sur la personne, en base aux diverses caractéristiques individuelles, générant ainsi un portrait dans lequel s’exprime la part la plus intérieure et intime de nous même, part habituellement cachée à travers une manifestation d’écrans (paravent) filtrants, tels que les règles de la société, nos peurs, tous les freins à la libération de notre inconscient. Cette typologie de portraits intimes génère de nouveaux êtres, figures grotesques et hybrides, dans lesquels les personnes dépeintes voient se concrétiser leurs aspects inconnu ou insoupçonné. Ces portraits intimes ne montrent pas une beauté classique mais révèlent une esthétique non standardisée, un charme inhabituel vers l’anormal et le morbide. Le processus selon lequel le jeune artiste en vient à la formulation de ces imaginaires, a certainement quelques liens avec le dadaïsme et le surréalisme, de l’écriture automatique à la création confiée au hasard. Si l’intention n’est intentionnellement psychanalytique, la résultante de ce développement l’est certainement : de part l’état onirique, se manifestent en effet les incertitudes, les peurs et les désirs que l’homme ne réussit pas (sconfiggere) à affronter ou réaliser, comme cela a déjà été étudiée de façon approfondie dans le champs de la psychologie, de Freud nos jours ( Attention aux partisans des différents courants… !) M.P. Rizzi interprète les éléments de l’inconscient des personnes qu’il photographie, lesquelles se trouvent à leur tour confrontée à leur propre égo, sans écrans ni conditionnements, découvrant ainsi de nouveaux aspects d’elle même. L’instrument pour parvenir à la représentation artistique de ce processus est la modification corporelle (déjà présente dans les cultures antiques et traditionnelles jusqu’au mouvement plus récent du Body Art), soit digitale ou réelle, ainsi que l'artiste lui-même qui, en in - conscient interlocuteur, manipule ces éléments riches de significations. L’artiste devient donc l’outil de part lequel les profondeurs de ces éléments prennent forme, donnant ainsi leur propre interprétation graphique. L’élaboration digitale de l’image photographique permet à M. P. Rizzi de libérer l'imagination des limites imposées par la réalité et de la physique de la matière. Si d’une part cet aspect laisse d’ infinies portes ouvertes, d’une autre la graphique tend à uniformiser et homogénéiser sur le même niveau, tant le corps que les signes graphiques, développant la force expressive et l’impact émotionnel qui émerge en majeur partie des dernières images crées par l’artiste. Cette dichotomie continuelle entre la bi et tridimension, entre l’intérieur et l’extérieur, entre les superficies et la matière, entre le conscient et l’inconscient, est une lutte continuelle entre deux polarités, sans qu’aucune prévale sur l’autre. Peut-être une des nouvelles idoles de la prophétie à venir ? Si il est vrai que l’artiste est le miroir de la société, ces êtres totémiques représentent un petit échantillon de l’humanité, et donc un sentiment inconscient qu'il est universel dans son ensemble. Texte de Daniela Legotta // KoJiKu


CN Mattia Paco Rizzi(1983 /芒通/法国)他一直是活跃的人,在 所有领域的有著驚人的创造力,音乐和涂鸦,他的激情 伴随着16年来,给它一个视觉和文化背景,标志着 他的想象。 2006年,他的注意力集中到了摄影艺术和 开发数字工具,形成了他的艺术研究的基础: 因为他开始在该日期的主题照片制作, 孤独和神秘的,像是采取超现实主义绘画生活。从 身体的主体開始,重新修改图形元素, 在拍摄中以夢想為主題:表現以美夢 或恶梦,定期主題,不是通过对事件的详细描述,而是通过语法颜色,形状,物体的 词汇。 梦幻般的世界变成了这些符号元素, 艺术家不知道何种情况下他们會出现。 这是仿照艺术的人,根据個人不同的特点,从而产生一个图片,显示了党外表 更多的内部和自己亲密的,通常隐藏部分,附带: 我们的表现受到“过滤器”,作为社会,我们担心的规则, 任何减缓了我们的潜意识释放。 这种类型的室内肖像创造新的生命和怪诞 ,人们都被混亂的世界重实现黑暗面, 未知的自我。 这些亲密的肖像没有表现出古典的美感,但他们揭示了不同 美学水平不规范,一个不寻常的魅力异常 和病态的。 该方法与该年轻艺术家来到这些图像有一定条件的制定 债务与达达和超现实主义 - 在建立自动写作 分配给该案件 - 如果目标不是表面。该试验的结果,它肯定:在梦的状态,因为它 们揭示不确定性,恐惧和 欲望,人是不能打,对抗或意识到 - 他已经充分 已经在心理学研究领域从弗洛伊德,到现在,这是潜意识的元素, 在之前,他的自我,无屏幕打开,发现作为 自我交流的新方面。加入艺术再现 这次审判是人体修改(在此已经古老和原始文化 甚至在更近的运动,如人体艺术),或数字和实际的,谁是画家本人,接触意识,负 责处理这些方向。 艺术家成为该仪器通过潜意识需要的形状,使 自己演绎的图。 数位摄影图像該藝術家一樣发展同樣释放 由现实所强加的限制想象力和物质的物质性。 这种二分法3D和2D之间继续内外,地表和 的问题,有意识和无意识之间是两个极性,连续奋斗的地方 没有人能战胜对方。也许预言著新偶像 未来?而艺术家是社会的一面镜子,这些人代表的图腾 样品收窄的人性,因此潜意识听到它的全部内容 是普遍的。 文本出自Daniela Legotta // KoJiKu


Lapoya / 2011


Sacrifizio / 2011


Exploit / 2011


Schrrech/ 2011


ReflexChatte / 2010


xxx / 2010


Papiercollier / 2010


PenelopePlease/ 2010


Ipergorky/ 2010


Gemellecaramelle/ 2010


Abomique/ 2009


VeganJihad / 2009


Lackfringecarillon / 2009


PolareRosso/ 2009


SchneeStreifen / 2009


Contact: Mattia Paco Rizzi 142 rue Faubourg de Saint Denis 75010 Paris www.linguamara.com www.flickr.com/linguamara info@linguamara.com // mattiapaco@yahoo.it +33(0)658618622 +39 3355456367


Mattia Paco Rizzi Portfolio