Page 1


glossairep.01-21

5/04/05

16:18

Page 1

Le présent document raconte l’événement “Lille 2004 Capitale Européenne de la Culture”, soit une année complète de création proposée à travers la région Nord/Pas-de-Calais et la Belgique. Il n’est en aucun cas un catalogue. Pour connaître l’intégralité des manifestations, nous renvoyons le lecteur vers les programmes édités durant l’année 2004 et le site internet www.lille2004.com. Le symbole (f) permet de naviguer d’article en article, pour une meilleure compréhension des grands concepts et événements Lille 2004. Bonne lecture !

For our English-speaking readers: This document tells the tale of "Lille 2004 European Capital of Culture": a whole year of cultural activities proposed across the Nord/Pas-de-Calais region and in Belgium. You will find from page 58 the complete translation of the texts, presented in the same order as in the French version. The (>) symbol indicates cross-references in the text, and is intended to help give a better understanding of the main concepts and events of Lille 2004. We hope you enjoy reading our A-Z!

Conception, rédaction et réalisation graphique : Laurent Tricart Traduction : Tony Coates - Iconographie : Lightmotiv (sauf indications contraires en légendes) ... avec le regard précieux de toute l’équipe de Lille 2004, qu’elle en soit chaleureusement remerciée !

1

lille2004lille


glossairep.01-21

5/04/05

16:18

Page 2

sommaire

ENGLISH VERSION P58 > P 64

A AH, QUE DE MONDE ! AMBASSADEURS AMÉNAGEMENT ANNEAUX DE VITESSE ARCHITECTURE ARTIFICES ARTISTES ARTS VISUELS ASSOCIATION LILLE HORIZON 2004 AUBRY (MARTINE)

J p4 p4/5 p5/6 p6 p7 p8 p8/9 p10 p11 p11

JEU JONES (BILL T.) JUMPER

p33 p34 p34

K KUSAMA (YAYOI)

p34

p12 p13 p13 p14 p14

M

B BARNUM DES POSTES BEFFROIS DE LA CULTURE BELGIQUE BILLETTERIE BUDGET

C CAPITALES EUROPÉENNES DE LA CULTURE CINÉMA CIRQUE CITÉ IDÉALE CLUBBING COLLECTIVITÉS PUBLIQUES COLLOQUES (CULTURE) COMMERçANTS COMMUNICATION COMMUNAUTÉ URBAINE CONSEIL GÉNÉRAL DU NORD CONSEIL GÉNÉRAL DU PAS-DE-CALAIS CONSEIL RÉGIONAL DU NORD/PAS-DE-CALAIS CULINAIRE (ART)

p15 p16 p16 p16 p17 p17 p17 p18 p18 p19 p20 p20 p21 p21

D DANSE DÉAMBULATIONS DÉMOCRATISATION DESIGN DRÉANO (LAURENT)

MÉDIA MAISONS FOLIE MÉTAMORPHOSES MONDES PARALLÈLES MEXIQUE MUSIQUES

N NEW YORK

p34 p35 p36 p36

p37 p38/39 p40/41 p42/43 p44 p44 p44

O OUVERTURE ! OPÉRA

p45 p45

P PARTENARIAT (PRIVÉ) PATRIMOINE PISCINE PRODUCTION

p46 p47 p47 p47

Q QUARTIERS

p48

RACINES RAMBLA RUBENS

p24 p25 P25 P26/27 P28

P28 p29 p30 p30

p49 p49

T TERRITOIRE LILLE 2004 TECHNIQUE TOURISME THÉÂTRE TRANSFRONTALIERS (PROJETS) TRI POSTAL

U URBAINE (CULTURE) V VILLES

G

p48 p49 p49

S SAISONS SPECTACLE VIVANT

F FÊTES FORÊT SUSPENDUE FUSILLIER (DIDIER) FUTUR

LAND ART LIEUX LILLE LITTÉRATURE

R P22 p22 p23 p23 P24

E ENFANCE ET JEUNESSE ETAT EUROPE EQUIPE EXTÉRIEURS

L

P50 p51 p51/52 p52 p52 p53 p54 p54/55

GÉANTS GÊNES GENÈSE GIRAFES GRANDES FIGURES DU NORD

p31 p32 p32 p32 p33

W WAZEMMES

p56

X X (INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS)

p 56

Y YOGA

p 56

H HABITANTS

p33

Z

I INTERMITTENTS

p33

ZINGARO ZZZZZZ

p 57 p 57


glossairep.01-21

5/04/05

ili

16:18

Page 3

lille2004lille liiiliiiliiiliiiliiiliiiliiili C A P I TA L E E U R O P É E N N E D E L A C U LT U R E

préambule

D

e la fête d'ouverture qui accueille le 6 décembre 2003 entre 600 000 et 1 000 000 de visiteurs à la fermeture le 28 novembre 2004 du Tri Postal, le lieu symbolique de l'événement, Lille 2004 aura proposé pas moins de 2 500 manifestations : spectacles, expositions, grandes fêtes populaires, métamorphoses urbaines... Toute l'année durant, ces projets se sont nourris de l'implication des habitants et d'une exigence artistique de premier plan. Et ces 2 500 manifestations se sont déroulées - c'est une première pour une Capitale Européenne de la Culture - sur 193 communes de la région Nord/Pasde-Calais et de Belgique ! C'est tout un territoire transfrontalier qui aura accueilli plus de 9 millions de visiteurs, parmi lesquels nombre de touristes européens (Allemagne, Grande-Bretagne, Pays-Bas…). La ville de Lille a connu une augmentation de 30% de sa fréquentation touristique. La population de la région s'est également investie à travers le bénévolat des 17 800 Ambassadeurs de Lille 2004 impliqués dans la préparation de nombreux événements. Les grandes expositions ont connu des fréquentations records : 301 000 visiteurs pour Rubens au Palais des Beaux-Arts de Lille, 251 000 visiteurs au Tri Postal de Lille sur l’année, 214 000 pour Mexique-Europe au Musée d’Art Moderne de Villeneuve d’Ascq, 128 000 visiteurs pour Picasso à la Piscine de Roubaix, 110 000 pour l'égyptologue Auguste Mariette à Boulogne-sur-Mer, 80 000 pour les Beffrois de la culture, 59 000 pour

les installations de l'Eglise Sainte Marie-Madeleine de Lille, 28 500 pour Ousmane Sow à Mons-enBaroeul… A l'occasion de Lille 2004, des programmes d'aménagement urbain et de réhabilitation du patrimoine ont permis, des deux côtés de la frontière franco-belge, d'offrir pour les années futures de nouveaux équipements culturels : douze maisons Folie, des lieux d'exposition, la réouverture de l'Opéra de Lille ou encore une Halle de glisse dédiée aux nouveaux sports.

rom the opening celebration on 6 December 2003, which welcomed between 600,000 and 1,000,000 visitors, until the closing of the Tri Postal, the Lille 2004 venue par excellence - , on 28 November 2004, Lille 2004 proposed no less than 2,500 events: performances, exhibitions, festivities, metamorphoses… Throughout the year, the overall project enjoyed the wide participation of local people and was reflected in events of the highest artistic quality. Moreover, these 2,500 events took place in 193 cities, towns and villages of the entire Nord/Pas-deCalais region and Belgium - a first for a European Capital of Culture!

F

Indeed, during Lille 2004, the crossborder territory (or Euroregion) welcomed 9 million visitors, including many European tourists: from Germany, the United Kingdom, Holland… The city of Lille witnessed a 30% increase in tourist visits. The local population was involved to the extent that 17,800 Ambassadors of Lille 2004 volunteered to help in the preparation of events. The major exhibitions were enjoyed by record numbers of visitors: 301,000 came to see Rubens at the Palais des Beaux-Arts of Lille; 251,000 visited exhibitions in the Tri Postal over the year; 214,000 came to see MexiqueEurope at the Musée d'Art Moderne in Villeneuve d'Ascq; 128,000 came for

3

L'événement Lille 2004 a donc participé au développement d'un territoire durablement inscrit au cœur de l'Europe. Et révélé ses facilités d'accès tout comme le dynamisme, la jeunesse et la modernité de sa population. Après Lille, il faudra attendre 2013 pour qu'une ville française soit désignée Capitale Européenne de la Culture. En 2005, la ville de Cork (Irlande) prend le relais. Bonne chance !

Picasso in the Piscine of Roubaix; 110,000 for the Egyptologist, Auguste Mariette, in Boulogne-sur-Mer; 80,000 for the Beffrois de la culture; 59,000 for the installations in the Eglise Sainte Marie-Madeleine de Lille; 28,500 for Ousmane Sow in Mons-en-Baroeul… In the context of Lille 2004, urban development and heritage regeneration programmes enabled the creation, - on both sides of the Franco-Belgian border - , of new cultural infrastructures for years to come: twelve Maison Folies, new and improved exhibition venues, a refurbished Opera house and a new sports park for freestyle skateboarding and BMX. Hence, Lille 2004 European Capital of Culture participated in the continuing development of a territory placed at the heart of Europe. It also revealed the ease of accessibility of the region, coupled with the dynamism, youth, and modernity of its population. After Lille, we will have to wait until 2013 before another French city is nominated as European Capital of Culture. In 2005, the city of Cork in the Republic of Ireland takes up the baton. Good luck!

lille2004lille


glossairep.01-21

5/04/05

16:18

Page 4

Le char du Groupe F ouvre la parade de la fête d’ouverture, le 6 décembre 2003

A AH,

QUE DE MONDE

!

Oui, entre 600 000 et 1 000 000 (on ne saura jamais !) de participants à la fête d'ouverture (fOuverture) de Lille 2004 le 6 décembre 2003, le désormais fameux bal blanc. “Trop fort”, “Lille, reine de la fête”, “le carnaval avant l’heure” lira-t-on dans la presse. Ce n'était que le début…

AMBASSADEURS Ils étaient 17 800, pour la plupart originaires de la région, résidents en Nord/Pas-de-Calais ou expatriés à travers la planète ; étudiants, salariés ou retraités ; 17 800 bénévoles prêts à apporter leur soutien à Lille 2004. Les motivations étaient diverses : certains souhaitaient bousculer l'image d'une région trop souvent caricaturée en noir et gris ; d'autres voulaient approcher l'événement, les équipes et les artistes ; certains (les plus jeunes) pensaient Lille 2004 comme un apprentissage… Présents tout au long de l'année, chaque jour dans les lieux Lille 2004 (fles maisons Folie), au cœur de l'organisation lors des grands rassemblements (fles fêtes), les Ambassadeurs auront été l'un des moteurs de la Capitale Européenne de la Culture. Distribution de documents Lille 2004 par les Ambassadeurs, Braderie de Lille, sept. 2003 Photo : Julien Corbeel

lille2004lille

4


glossairep.01-21

5/04/05

16:18

Page 5

AMBASSADEURS (SUITE) Le bénévolat est depuis longtemps un incontournable des grandes manifestations culturelles. Lille 2004 apporte sa touche personnelle en jouant de son territoire : non seulement, les Ambassadeurs sont représentants de l'événement culturel mais aussi de leur ville ou quartier. A Lille Moulins, les Ambassadeurs du quartier répondent présents à l'invitation du plasticien Georges-Pascal Ricordeau qui leur propose d'expérimenter sa technique d'œuvres tressées. L'exposition se fera dans la Brasserie des Trois Moulins, maison Folie “du quartier”… La Condition Publique (maison Folie de Roubaix) acceuille les Ambassadeurs roubaisiens pour son festival Extramundi. La ville de Roubaix a d'ailleurs retenu la leçon : elle propose désormais à ses habitants de devenir «Ambassadeur de Roubaix» ! Pour témoigner à sa manière de l'événement, Bajou, Ambassadeur Lille 2004, tournera 46 vidéos sur l'année ! Beaucoup mettent en ligne leurs photos. On voit se multiplier les “blogs”. Des sites internet parallèles viennent apporter l'information. A la fin 2004, certains souhaitent rester en contact et soutenir d'autres événements et d'autres terDistribution de documents Lille 2004 par les ritoires. Ambassadeurs, Braderie de Lille, sept. 2003 Photo : Julien Corbeel

AMÉNAGEMENT A l'instar de la plupart des Capitales Européennes de la Culture, la Ville de Lille et l'ensemble des collectivités territoriales engagées dans l'événement ont profité du statut de Capitale Européenne de la Culture pour mettre en oeuvre ou accélérer des programmes d'aménagement de l'espace public, de réhabilitation du patrimoine (f) et de création ou de rénovation d’équipements culturels. Parmi les équipements publics, on note évidemment le programme ambitieux des maisons Folie (f), la rénovation complète de l'Opéra de Lille (f) ou encore du Musée de l’Hôtel Sandelin (Saint-Omer).

Opéra de Lille

Musée de l’Hôtel Sandelin, Saint-Omer

5

lille2004lille


glossairep.01-21

5/04/05

16:18

La Piscine, Roubaix

Page 6

Le Parc de la Deûle

La Halle de glisse

AMÉNAGEMENT (SUITE) L'espace public a principalement été transformé à travers l'aménagement de ramblas, promenades urbaines. Entre la gare Lille-Flandres et le Quai du Wault, la Ville de Lille a ainsi redéfini son centre-ville. A Villeneuve d'Ascq, un Chemin des amoureux a offert un nouvel espace piétonnier pour traverser la ville. A Roubaix, la place des Martyrs de la Résistance est redessinée, afin de prolonger les travaux menés dans le cadre de l’ouverture de La Piscine, Musée d'Art et d'Industrie André-Diligent. En marge de ces promenades urbaines, on imagine également de nouveaux équipements comme, à Lille-Sud, un espace pérenne intégralement dédié aux nouveaux sports : la Halle de glisse, un véritable “temple de la glisse”, avec ses 4 000m2 couverts et ses espaces extérieurs, entièrement pensés pour les skates, rollers et autres BMX. Enfin, parallèlement aux transformations urbaines, l'année 2004 voit la concrétisation de l'aménagement (prévu depuis 1968 !) d'un parc naturel métropolitain (le Parc de la Deûle), imaginé comme le “poumon vert” de la métropole lilloise. Lille Métropole Communauté Urbaine, les villes d'Houplin-Ancoisne, Santes, Wavrin puis Don, Haubourdin et Seclin s'engagent dans un projet de développement d'activités respectueuses de l'environnement et d'amélioration du paysage. Piloté par l’Espace Naturel Métropolitain, le Parc de la Deûle est inauguré au printemps 2004 (fLand art). Cependant l'aménagement des 650 hectares se poursuivra jusqu'à la fin de la décennie. L’ensemble de ces programmes d'aménagement réalisés à l'occasion de la Capitale Européenne de la Culture ont été financé par les collectivités dans le cadre des procédures de droit commun ; on peut estimer ces investissements à un budget d'environ 70 millions d'euros.

ANNEAUX

DE VITESSE

L’un des concepts à l’origine de Lille 2004. Une conjugaison inédite de l’espace et du temps pour, notamment, imaginer une nouvelle approche conjointe du territoire eurorégional et de l’offre culturelle. Oublions les distances, la montre (les horaires) et les transports (la machine) pour vivre un événement dépassant les réflexes habituels, réclamant une disponibilité et offrant une liberté de choix. Avec 2 500 événements proposés à travers 193 villes partenaires, il est bel et bien question de “temps choisi” et non simplement de “temps libre”. Et pour emprunter les anneaux de vitesse, rien de mieux que les bottes du Jumper (f)… Au coeur des anneaux de vitesse, la gare Lille-Flandres, métamorphosée par le designer français Patrick Jouin.

lille2004lille

6


glossairep.01-21

5/04/05

16:18

Page 7

ARCHITECTURE Associée au design (f), c’est l’une des thématiques fortes de la troisième saison (4 sept. – 28 nov.2004). On découvre ainsi de surprenantes visions du futur et des propositions artistiques qui influencent et/ou s’inspirent de notre quotidien. C’est l’occasion d’une réflexion sur la ville du XXIe siècle, des mutations passées et présentes (Lille, Métropole en Europe exposition imaginée par l’Agence de développement et d’urbanisme de Lille Métropole ; La ville qui fait signes au Fresnoy de Tourcoing) mais aussi d’hommages appuyés aux grands architectes d’aujourd’hui (Christian de Portzamparc pluriel et singulier au Palais des Beaux-Arts de Lille) comme de demain (Nouvelles tendances de l’architecture à la maison Folie de Lille Moulins). De singuliers gestes architecturaux sont également à découvrir en parcourant les expositions design qui multiplient les croisements entre disciplines. L’année européenne de la culture se clôt ainsi en proposant in fine “d’emporter Lille 2004 chez soi, au quotidien”.

Christian de Portzamparc dévoile au Palais des Beaux-Arts de Lille sa méthodologie et ses influences.

7

lille2004lille


glossairep.01-21

5/04/05

16:18

Page 8

ARTIFICES De la fête d’ouverture à la fête de clôture, dans les remparts des huit villes des Forts et Lumières, les artifices du Groupe F resteront parmi les moments de magie de l’année. Le feu, majestueux.

ARTISTES Ils sont au coeur de Lille 2004. Ils impulsent les idées, l’énergie, la créativité et le rythme de la Capitale Européenne. 17 000 artistes ont participé à l’aventure. Un chiffre incroyable, qui témoigne de l’ampleur de l’événement.

Saburo Teshigawara © Dominik Mentzos

lille2004lille

8


glossairep.01-21

5/04/05

16:18

Page 9

ARTISTES (SUITE) Les origines géographiques sont multiples : près de 50% proviennent de la région Nord/Pas-de-Calais ; 33% de l’étranger et 17% de France. Une diversité de “cultures” dans laquelle on notera une présence importante des artistes asiatiques. La Chine et le Japon figurent incontestablement parmi les terreaux artistiques d’aujourd’hui. En 2004, les deux contrées sont valorisées par un Monde Parallèle. Tout comme Montréal et nos cousins québecquois. En parallèle, le Festival Sacrés belges (au Théâtre missionné et à la maison Folie d’Arras), le Monde Parallèle Gand Cru et de nombreux spectacles sont également venus prouver la vitalité de la scène artistique d’outre-Quiévrain. Le design néerlandais est à l’honneur en troisième saison avec Droog Design et AVL (f Design). L’Afrique invitée également, avec le Sénégalais Ousmane Sow, un Monde Parallèle Afrique qui traverse l’Afrique de l’Ouest ou encore le Maghreb, notamment programmé par l’association lilloise Attacafa. Le doyen des artistes est d’ailleurs le maître de la rumba congolaise. Wendo Kolosoy, 83 bougies au compteur !

Les gnawas de Marrakech dans les douces nuits de Wazemmes en août.

Rencontre au sommet : l’Opéra de Shanghai et le roi de la rumba congolaise, Wendo Kolosoy. Le monde entier s’est donné rendez-vous à Lille.

9

lille2004lille


glossairep.01-21

5/04/05

16:18

Page 10

ARTS VISUELS Pilotées par Caroline David et Richard Castelli et nourries des propositions des conservateurs régionaux, les expositions, installations et interventions Lille 2004 auront à la fois dévoilé l’art contemporain, pisté les propositions pour le futur, valorisé les grands maîtres et mis en exergue le patrimoine classique. Aux côtés du phénomène Rubens (301 287 visiteurs au Palais des Beaux-Arts de Lille pour une rétrospective unique), de Mexique-Europe allers-retours (213 633 visiteurs au Musée d’Art Moderne de Villeneuve d’Ascq) de l’égyptologie d’Auguste Mariette (Château-musée de Boulognesur-Mer, 110 000 visiteurs) ou de Picasso objets de peintre (La Piscine de Roubaix, 127 988 visiteurs), on trouve donc les expositions du Tri Postal de Lille (251 455 visiteurs), la jeune création japonaise d’Akimahen (maison Folie de Lille Wazemmes, 10 000 visiteurs) ou encore une rétrospective Ousmane Sow (maison Folie de

aujourd’hui de lieux désacralisés que des musées. Durant sa première saison (6 déc. 2003 – 5 mars 2004), Lille 2004 travaille notamment autour de la thématique du futur (f) ; les grandes utopies d’aujourd’hui et le futur antérieur (celui de nos ancêtres) s’entrechoquent dans des expositions-événements (Robots!, Voitures du Futur, Cinémas du Futur…) qui captent l’attention du grand public. On fête également le Flower power, soit les fleurs des maîtres européens du XVIIe aux audaces psychédéliques des contemporains. Annette Messager travaille sur la mémoire de l’Hospice Comtesse

Enfin, la troisième saison (4 septembre – 28 novembre 2004) se penche sur l’art dans notre quotidien avec les thématiques de l’architecture (f) et du design (f). Les Arts appliqués sont également à l’honneur (Picasso, Matisse…) tout comme l’art mexicain avec l’événement Mexique-Europe au Musée d’Art Moderne à Villeneuve d’Ascq. Au total, la Capitale Européenne de la Culture aura proposé pas moins de 200 expositions et installations plastiques.

Ousmane Sow au Fort de Mons (Mons-en-Baroeul) Robots! au Tri Postal (Lille) Le design, Etrange et familier à l’Hospice Comtesse (Lille) Rubens au Palais des Beaux-Arts (Lille)

Mons-en-Baroeul, 28 520 visiteurs). De la même manière, la Capitale Européenne de la Culture choisit à la fois de valoriser les musées de l’Eurorégion et de mettre en exergue de nouveaux lieux d’exposition. Tout au long de l’année, le public (re)découvre le patrimoine muséal d’une région particulièrement riche en ce domaine mais investit également des endroits atypiques (le 2004 à Euralille, au cœur d’un centre commercial ; le Tri Postal anciennement dévoué aux postiers ; les maisons Folie…). C’est une évidence : les arts visuels se nourrissent autant

lille2004lille

La seconde saison (6 mars – 3 sept. 2004) est évidemment marquée par le “phénomène Rubens”(f), l’exposition lilloise et ses satellites : Rubens contemporain (On a choisi Rubens au Palais Rameau de Lille), Rubens contre Poussin (Arras)… On visite autant Watteau (Valenciennes), Auguste Mariette (Boulogne-sur-Mer) ou encore Ingres (Cambrai) que les jeux vidéo de Game on (Lille) ou la création contemporaine des Afriques (Lille).

10


glossairep.01-21

5/04/05

16:18

Page 11

ASSOCIATION LILLE HORIZON 2004 De janvier 2000 au présent bilan, l’événement Lille 2004 a été porté par l’association Lille Horizon 2004. Présidée par Martine Aubry, maire de Lille, elle se nourrit de l’apport de 42 membres réunis au sein de trois collèges (culturel, économique et institutionnel). On trouvera ci-dessous la composition* du Conseil d’Administration.

PRÉSIDENTE Martine Aubry COLLÈGE INSTITUTIONNEL Catherine Cullen Jean-Raymond Degrève Martine Filleul Loïc Leserre Dominique Plancke Daniel Percheron Catherine Génisson Bernard Derosier Renaud Tardy Dominique Dupilet Alain Lefebvre

Pierre Mauroy Jean Delebarre Marc-Philippe Daubresse René Vandierendonck Jean-Pierre Balduyck Jean-Michel Stiévenard Christian Massy Stefaan de Clerck Jean-Pierre Detremmerie Michel Delebarre Personnalité associée : Richard Martineau

COLLEGE ECONOMIQUE

COLLÈGE CULTUREL

Bruno Bonduelle Jacques Coulon Emmanuel d’André Jean-François Dutilleul Claude Lamotte Bernard Lecomte Bruno Libert Dominique Roquette Patrick Van den Schrieck Luc Vanoverschelde

Bernard Agnias Alain Tapié Jean-Claude Casadesus Gilles Defacque Jean Michel Gourden Nabil El-Haggar Alain Fleischer Jean-Claude Malgoire Joëlle Pijaudier Stuart Seide * Composition du C.A en mai 2004

AUBRY (MARTINE) “Rendre aux gens du Nord la fierté de leur région et de leur culture, leur procurer de belles émotions”. Interrogée fin novembre 2004, la Maire de Lille et Présidente de l’association Lille Horizon 2004 rappelle ainsi ce qu’était son “rêve” pour Lille 2004. La première magistrate de Lille s’est totalement investie dans le projet, et ce dès 1998 et la nomination de la ville au titre de Capitale Européenne de la Culture pour 2004. Elle souhaite un événement qui “incarne (notre) attachement collectif à (nos) racines” mais qui soit aussi “une magnifique occasion pour se projeter dans le futur”. Un travail d’équipe, mené avec Didier Fusillier (directeur) et Laurent Dréano (coordinateur général), a permis de mener à bien cette aventure de quatre années, de réunir les moyens nécessaires à sa réalisation et de défendre le dynamisme d’une région et de ses habitants.

Laurent Dréano, coordinateur général et Martine Aubry, présidente de Lille 2004. Et la forêt !

Marc Ménis, le “meneur de fêtes”, Didier Fusillier, Martine Aubry et Catherine Cullen, adjointe à la culture de la Ville de Lille, présentent la fête finale, le 10 novembre.

11

lille2004lille


glossairep.01-21

5/04/05

16:18

Page 12

B BARNUM DES POSTES

Un village de chapiteaux dressé à Lille de la fin avril à la mi-juillet 2004. Nouveau cirque (Le Prato), pop anglaise, clowns, danse hiphop, accordéon (Wazemmes l’accordéon), diva punk, marionnettes Le Barnum, côté buvette... du troisième type (La Licorne), jazz déviant, football humoristique, percussions à gogo (Adriem), sonorités tziganes (Le Tire-Laine), electro clash (15.8), tournoi de pétanques, Christophe (celui des Mots bleus) et Keziah Jones (celui du blue funk) : on croisera de tout au Barnum. Un esprit festif et créatif, la crème de la création régionale, un joyeux mélange des disciplines et des ambiances concourt à en faire l’un des lieux phare de l’année. Le Barnum des Postes, c’est initialement la volonté d’implanter l’esprit Lille 2004 à la confluence des quatre quartiers les plus populaires de Lille. Une ambiance festive et une exigence artistique de premier plan portée par Olivier Sergent, chef de projet. Symboliquement, la première représentation donnée par les artistes du Prato sous le chapiteau du Centre National des Arts du Cirque est dédiée aux enfants du quartier. Neuf semaines durant, on y multiplie d’ailleurs les stages de pratiques artistiques. Et, au total, le Barnum accueillera 32 000 spectateurs. Le 13 juillet, plus de 2 000 spectateurs acclament des tarafs - venus aussi bien de l’Europe de l’Est que de l’Est de Lille – et célèbrent la fermeture d’un lieu certes éphémère mais qui aura durablement marqué les esprits.

Farid’O, le hip-hop originaire de Lille.

Le Prato vient ouvrir le Barnum des Postes avec son Opéra Bouffe Circus : un vrai numéro d’équilibriste. Plus douce sera la chute...

lille2004lille

12


glossairep.01-21

5/04/05

16:18

Page 13

BEFFROIS DE LA CULTURE Une initiative du Conseil Régional Nord/Pas-de-Calais, de son Président Daniel Percheron et de son Vice-président en charge de la culture Ivan Renar, qui souhaiteront, tout au long de l’année, pleinement jouer la carte de la “décentralisation régionale”. Les Beffrois de la culture sont la rencontre entre des chefs d’œuvre prêtés par les grands musées nationaux et des villes dépourvues de toute institution muséale. En janvier, Le Penseur de Rodin trône fièrement dans le hall de l’Hôtel de Ville de Liévin (Pas-de-Calais). Un symbole. Le premier mois (le premier beffroi), 12 000 visiteurs se pressent pour découvrir des chefs d’oeuvre jusqu’ici réservés à des lieux encore intimidants. Toute l’année, tout au long de douze thématiques mensuelles, cet appétit culturel ne sera jamais démenti. En plein été, le beffroi d’Aulnoye-Aymeries ne désemplit pas d’une foule venue admirer Picasso. Déjà, une réflexion est entamée pour faire perdurer ce souffle né à l’occasion de Lille 2004. Et en fin d’année, on apprend l’ouverture à Lens, en 2008, du Louvre II !

Chef d’oeuvre : Les Glaneuses, de Millet

Autour Autour Autour Autour Autour Autour Autour

de Rodin (Janvier) : Liévin. de Camille Corot (Février) : Saint-Pol-sur-Ternoise. du Vase des Éléments (Mars) : Avesnes-sur-Helpe. de Chagall (Avril) : Orchies. Autour de Picasso (Août) : Aulnoye-Aymeries. de Fernand Léger (Mai) : Aniche. Autour de Jean Dubuffet (Septembre) : Carvin. de Jean Tinguely (Juin) : Denain. Autour de Rembrandt (Octobre) : Hesdin. de Chardin (Juillet) : Licques. Autour de Jean-François Millet (Novembre) : Auxi-le-Château. Autour de Guardi et de Manet (Décembre) : Steenvoorde

13

lille2004lille


glossairep.01-21

5/04/05

16:19

Page 14

BELGIQUE

Marthe Wéry et ses monochromes colorés dans le fabuleux Musée des Beaux-Arts de Tournai

Lille 2004 n’a eu cesse d’oublier les frontières (fTransfrontaliers, fTerritoire). Aussi, toute l’année, on travaille avec la Communauté Française de Belgique ainsi qu’avec les villes flamandes. Des conventions sont signées avec les maires de Courtrai (Stefan de Clerck), Mons (Elio di Rupo), Mouscron (Jean-Pierre Detremmerie) et Tournai (Christian Massy). Les liens sont géographiques, historiques et culturels. Un passé commun mène à des allers-retours réguliers. Feria Musica, compagnie belge de cirque-théâtre transporte son Vertige du papillon au Phénix de Valenciennes en janvier. En mars, on inaugure Choiseul, maison Folie de Tournai. Rubens est célébré (aussi) à Anvers. En juin, la monographie Marthe Wéry au Musée des Beaux-Arts de Tournai s’inscrit naturellement dans le programme Lille 2004. Le festival de jazz de Bruges est labellisé. Juillet voit un détonnant Monde Parallèle Gand mettre en ébullition la maison Folie de Lille Wazemmes. Et en septembre, les Routes et couleurs de la pierre viennent mettre en exergue les activités traditionnelles du Tournaisis autour de la pierre.

BILLETTERIE Du 6 décembre 2003 au 28 novembre 2004, plus de 2,8 millions de billets ont été émis. C’est la consécration d’un long travail de mise en réseau de Lille 2004, de ses multiples partenaires culturels et des grands opérateurs de billetterie en France. Nombre de structures de la région profitent ainsi pour la première fois d’une “mise en vente” nationale.

BUDGET Le programme d’activités de Lille 2004 s’élève à 73,7 M d’euros (483 MF). Un budget dans la moyenne des capitales européennes de la culture, intégralement respecté, et ce alors qu’il concerne une manifestation déployée sur 193 communes ! De 2000 à 2003, il aura fallu travailler dans le détail avec chacuns des partenaires pour finaliser ce budget.

Les collectivités publiques contribuent au financement de ce budget : La Ville de Lille (8 M€) Lille Métropole Communauté Urbaine (13,7 M€) le Conseil Régional du Nord - Pas de Calais (10,7 M€) le Conseil Général du Nord (6,7 M€) le Conseil Général du Pas-de-Calais (3,35 M€) l’Etat et ses différents Ministères (13,7 M€ y compris Fonds Feder) Et d’autres financements en provenance de l’Union Européenne, des villes et de collectivités de l’Eurorégion (4,5 M€) Le monde économique (82 partenaires privés) participe fortement à Lille 2004 (13 M€)

Photo : Julien Corbeel

lille2004lille

14


glossairep.01-21

5/04/05

16:19

Page 15

C

CAPITALES EUROPÉENNES DE LA CULTURE Les capitales européennes de la culture ont été créées par les ministres de la Culture de la Communauté Européenne, sous l’impulsion de Mélina Mercouri et Jack Lang. Athènes devient en 1985 la première ville désignée. La manifestation a été conçue pour contribuer au rapprochement entre les cultures. Etre désignée Capitale Européenne de la Culture représente l’opportunité exceptionnelle d’affirmer son positionnement au sein de l’échiquier culturel européen et de bénéficier de retombées importantes en matière touristique et médiatique. Dès leur lancement, les capitales européennes de la culture ont rem- Braderie de Lille 2003, les visiteurs découvrent le programme de Lille 2004 (Photo : Julien Corbeel) porté un vif succès auprès du public et des médias. Glasgow s’est transformée depuis 1990 en laboratoire culturel ; Anvers a accru son rayonnement sur tout le nord de l’Europe. Ces événements montrent la capacité de chacun à bâtir des partenariats et générer des dynamiques avec les institutions politiques, les acteurs culturels, économiques et sociaux. Deux éléments sont inhérents à toutes les capitales européennes de la culture : le programme artistique allie des contenus artistiques internationaux et la richesse née de la diversité locale. Chaque ville désignée s’efforce de rendre cet événement accessible aux publics européens et locaux. Même si chaque ville a bâti une programmation en fonction de son contexte culturel, politique, économique et social, trois tendances apparaissent. Glasgow 90 ou Porto 2001 ont choisi d’axer leur programme sur la construction de nouvelles infrastructures. D’autres comme Florence 86 ou Dublin 91 ont privilégié une programmation sous la forme d’un festival. Enfin, certaines comme Anvers 93 ou Helsinki 2000 ont envisagé le programme sous l’angle de thématiques artistiques. Cette troisième approche se développe au fil des ans, car cette démarche permet une meilleure lisibilité du programme auprès du public qui a parfois la possibilité de choisir entre plus de 800 événements dans une année. Lille innove en étant la première ville à s’étendre sur un territoire eurorégional et en mettant en jeu toute une population.

1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998

Athènes Florence Amsterdam Berlin Paris Glasgow Dublin Madrid Anvers Lisbonne Luxembourg Copenhague Thessalonique Stockholm

1999 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013

Weimar Rotterdam et Porto Bruges et Salamanque Graz Lille et Gênes Cork Patras Luxembourg et Sibiu Liverpool et Stavanger Linz et Lituanie Allemagne et Hongrie Finlande et Estonie Portugal et Slovénie France et Slovaquie

15

En 2000, 9 villes ont été désignées : Avignon, Bergen, Bologne, Bruxelles, Cracovie, Helsinki, Prague, Reykjavik, Saint-Jacques de Compostelle

lille2004lille


glossairep.01-21

5/04/05

CINÉMA

16:19

Page 16

Le 7e art, abordé de manières multiples : d’une exposition sur les Cinémas du futur (des œuvres immersives et interactives) à une leçon de choses par Jean-Luc Godard au Fresnoy de Tourcoing (Collages de France)… Des courts-métrages sont réalisés par de jeunes étudiants européens à l’occasion des grandes fêtes Lille 2004. Les salles de la région organisent des thématiques liées à la programmation (Egypte, New York, Shakespeare…) Et Lille 2004 apporte son soutien à Gay Kitsch Camp, association lilloise qui organise le festival Question de Genres : fin 2004, on découvre de nombreux films mythiques dans toute la métropole. Cinéma du futur : Teiji Furuhashi et ses fantômes

Le (nouveau) cirque est à l’honneur dès décembre 2003 avec Le Prato et son Rayon burlesque qui accueille notamment les merveilleux fous volants trapézistes des Arts Sauts. Les Feux d’hiver du Channel de Calais accueillent le talentueux Johan Le Guillerm. Les Belges de Feria Musica s’installent à Valenciennes, la Cie Cahin-Caha et le Théâtre La Licorne au Barnum des Postes. Le Centre régional des arts du cirque de Lomme finit l’année avec la Cie Ici ou Là. Et le Zem Théâtre invite à la maison Folie de

CIRQUE

Wazemmes les étudiants fraîchement émoulus de l’école du Crac. Talents en perspective... Les voltiges époustouflantes des Arts Sauts, invités par Le Prato

CITÉ IDÉALE C’est la participation de l’Education Nationale à Lille 2004 : un vaste programme associant des centaines d’établissements scolaires de l’Académie de Lille (écoles, collèges, lycées professionnels et lycées d’enseignement général) autour de la thématique de la cité idéale. Les élèves ont travaillé autour de multiples disciplines artistiques (littérature, architecture, gastronomie…) en se faisant l’écho d’un “futur idéal” et du “nouvel art de vivre” souhaité par Lille 2004. Plus de 900 projets ont ainsi vu le jour, en marge d’une fréquentation assidue des événements Lille 2004 par les établissements scolaires. Et quelques classes ont participé directement à des projets intégrés dans la programmation officielle. Le collège Léon Blum (Wavrin) a travaillé autour du Land Art dans le Parc de la Deûle (fLand art). Le Lycée Le Corbusier (Tourcoing) a lui collaboré avec François Morellet pour sa métamorphose urbaine A la place des bleuets. Le Collège Carnot (Lille) s’investit dans les Granddaughters de Miwa Yanagi à l’Eglise Sainte Marie Madeleine. Une année scolaire vraiment unique…

lille2004lille

16


glossairep.01-21

5/04/05

16:19

Page 17

CLUBBING Dans une région depuis toujours adepte des musiques électroniques – fin des années 80, les premiers clubs techno d’Europe étaient situés à quelques encablures de Lille, côté belge – le clubbing se devait de rythmer l’année européenne de la culture. C’est donc dès la fête d’ouverture, un immense dancefloor à l’échelle de la ville, où l’on entend ausi bien les pulsions électroniques de Le Tri Postal au coeur de la nuit... Pierre Henry que celles des Dj’s anglo-saxons. Dès les premiers week-ends, c’est aussi l’invraisemblable succès des Nuits du Tri Postal : une heure de file minimum pour accéder au lieu central de Lille 2004 ! Art Point M, ces Roubaisiens adeptes des décalages horaires, invitent la crème internationale des Dj’s et valorisent un mode de vie hyper urbain dans leur Laboratoire Factory. Le 20 novembre 2004, la fête de clôture s’ouvre avec un après-midi électronique “animé” par Laurent Garnier et réservé… aux moins de 12 ans !

COLLECTIVITÉS PUBLIQUES L’ensemble des collectivités publiques – Europe, Etat, Région, départements, Communauté urbaine et toutes les villes (f) partenaires – se sont impliquées dans l’événement Lille 2004. Une participation financière exceptionnelle, un relais d’information et la (co)production ou (co)réalisation d’événements. Cet engagement dépasse même la frontière, avec l’apport de sept communes belges. Lille 2004 est la première Capitale Européenne de la Culture d’une telle ampleur territoriale. Il faut notamment y voir le signe d’une région qui aspire, depuis la crise économique des années 70, à un “changement d’image”. “Penser le Nord autrement ? Lille 2004 aura réussi là où trente ans de campagnes publicitaires ont échoué pour tenter de changer notre image. C’est comme ça. En 358 jours” écrira finalement La Voix du Nord le 11 décembre 2004.

COLLOQUES (CULTURE) Forcément, à l’occasion d’un pareil événement, la question de la culture, de sa place dans la cité, se devait d’être posée. Cité Philo mène des soirées débat toute l’année. En février, à l’occasion des Journées nationales du livre ATD Quart monde, on débat sur “l’accès à la culture comme moyen de lutte contre l’exclusion”. Au 2/3 du parcours (septembre), à l’initiative de Martine Aubry, on échange au Conservatoire de Lille, sous une appelation générale : “La culture, une exigence collective”. L’opération se prolonge jusque début décembre. Parmi les invités/intervenants, on note la présence de sociologues (Pierre-Michel Menger, Guy Saez, Bernard Lahire), philosophes (Marie-José Mondzain), économistes (Françoise Benhamou, Yann-Moulier Boutang), de personnalités politiques (Jack Ralite, sénateur de Seine Saint Denis), professionnelles (Sylviane Manuel, de la coordination Île de France des intermittents du spectacle)... Les artistes témoignent : Frank (chanteur de Marcel et son orchestre), Michel Quint et Ricardo Montserrat (écrivains). En novembre, l’Aéronef (Lille) accueille également trois jours de réflexion sur la culture, sur une initiative de Nabil El-Haggar, Vice-président de l’Université Lille I.

17

lille2004lille


glossairep.01-21

5/04/05

16:19

Page 18

COMMERCANTS Trois cents cinquante commerçants lillois ont soutenu la Capitale Européenne de la Culture en adhérant au label “Commerçant Lille 2004”. Leurs vitrines seront ainsi aux couleurs de l’événement tout au long de l’année. Le Groupement des Acteurs Economiques Lillois organisera même une série d’expositions (Art au cœur) dans une vingtaine d’échoppes du centre-ville. et les initiatives individuelles amènent à la réalisation de produits siglés Lille 2004. De la vaisselle, de la lingerie (une jarretière !), de l’alimentaire (du pain et des chocolats Lille 2004 !), des objets d’art (céramique sérigraphiée...). Au final, l’ensemble des unions commerçantes de la ville se déclareront satisfaites des retombées de l’événement.

COMMUNICATION Sous la direction d’Anne-Françoise Lemaître, l’équipe communication de Lille 2004 a travaillé à la fois à promouvoir la Capitale Européenne de la Culture auprès des habitants de la région Nord / Pas-de-Calais et auprès de publics plus éloignés. Double ambition, celle de la notoriété internationale et de la proximité. Une cellule tourisme (f) travaille auprès des plus grands tour-opérateurs européens quand, dans le même temps, un partenariat est conclu avec le quotidien régional La Voix du Nord. Des lettres d’information électroniques partent vers 25 000 abonnés dans le monde entier quand les Ambassadeurs aident à une distribution de tracts dans les rues… Le site Internet (www.lille2004.com, designé par une agence valenciennoise : Atypic Lab) reçoit la visite de 100 000 internautes par mois. Une communication qui s’adapte aux différents publics (aux différentes cibles), des supports évidemment multiples (papier, Internet, téléphonie mobile, affichage, signalétique urbaine…) et une politique ambitieuse de partenariats (structures publiques comme privés) contribuent à propager l’information Lille 2004 au plus près de tous ces publics.

lille2004lille

18


glossairep.01-21

5/04/05

16:19

Page 19

COMMUNAUTÉ URBAINE (LILLE METROPOLE COMMUNAUTÉ URBAINE) Pierre Mauroy, Président de LMCU, s’investit pleinement dans le projet Lille 2004 dès ses origines. Il souhaite un événement révélateur “de la diversité d’une métropole et de son versant transfrontalier”. Guidée notamment par Jean-Michel Stiévenard (maire de Villeneuve d’Ascq et Vice-président de LMCU) et Jean Delebarre (chargé des grands événements) l’institution choisit d’aider tout particulièrement le programme des Métamorphoses (f), pour favoriser “les nouveaux espaces urbains, la promenade et les modes de déplacement doux”. Autre thématique forte, le Parc de la Deûle (fAménagements) et le Land Art (f) de Jacques Simon. Enfin, Lille 2004 est l’occasion pour LMCU de promouvoir deux grandes expositions en troisième saison : MexiqueEurope, Allers-Retours 1910-1960 au Musée d’Art Moderne à Villeneuve d’Ascq et Lille Métropole en Europe au 2004 à Euralille (fArchitecture). Euralille, avec la “botte” de Christian de Portzamparc, au coeur d’une exposition particulièrement chère à L.M.C.U : Lille métropole en Europe. (photo © Max Lerouge)

19

lille2004lille


glossairep.01-21

5/04/05

16:19

Page 20

CONSEIL GÉNÉRAL DU NORD Plusieurs principes d’action prévalent dans la participation du Conseil Général du Nord à l’événement Lille 2004 : la restauration et promotion du patrimoine bâti (Forts et lumières), les richesses de l’histoire (les expositions Matisse et la couleur des tissus ou Couleur, travail et société), la Littérature (f) et les pratiques culturelles traditionnelles (les Géants, les fanfares). Des thématiques défendues depuis 1998 et particulièrement valorisées, sous l’égide de Bernard Derosier, en 2004. Aux côtés de ces grands principes, l’institution s’engage également dans des projets dédiés aux pratiques culturelles des adolescents. Ainsi, Renaud Tardy, le vice-président en charge de la culture, voit dans Game on, exposition consacrée au jeu vidéo (fJeu), “l’un des événements de l’année”.

CONSEIL GÉNÉRAL DU PAS-DE-CALAIS

Eté 2004, le Groupe F enflamme les fortifications de Maubeuge pour Forts et lumières

Pour le Conseil Général du Pas-de-Calais, Lille 2004 est une “occasion supplémentaire de mettre en lumière” les investissements culturels du département. Le Musée des Beaux-Arts et de la dentelle à Calais (Rêve/robe), la réouverture du Musée de l’Hôtel Sandelin de Saint-Omer, les échappées poétiques de Culture Commune avec les Rendez-vous cavaliers (fDéambulations), le Théâtre missionné d’Arras ou encore l’événement Auguste Mariette au Château-musée de Boulognesur-Mer (fGrandes figures), Le Président du Conseil Général Dominique Dupilet et son prédécesseur Roland Huguet engagent l’institution aux côtés de Lille 2004. Les chemins cavaliers de Culture Commune passent même... par la piscine de Liévin. Baignade-spectacle !

lille2004lille

20


glossairep.01-21

5/04/05

16:19

Page 21

CONSEIL RÉGIONAL DU NORD:PAS-DE-CALAIS Un concept initié par Daniel Percheron et son vice-président en charge de la culture Ivan Renar (à qui succède Catherine Génisson en cours d’année) : Autour de Lille 2004, pour irriguer l’ensemble de la région avec des manifestations fortes. Les Itinérances symphoniques de l’orchestre national de lille traversent 16 villes. On donne de l’opéra dans la rue avec la Clef des chants et Oposito (f Déambulations). Les Beffrois de la Culture (f) emportent les grands musées au coin de la rue et attirent, au final, plus de 80 000 visiteurs. Au total, l’expérience Autour de Lille 2004 se déplace à travers 45 lieux dans 35 villes. Le Conseil régional soutient les manifestations qui favorisent la création et l’accès de tous aux pratiques culturelles sur l’ensemble du territoire et menées par Lille 2004 avec ses partenaires culturels. Splendeur de l’Egypte ancienne, à Boulogne-sur-Mer.

COULEURS Un thème cher aux initiateurs du projet, présent dès les premières réflexions. L’idée d’un territoire en “technicolor” pour mettre en avant sa richesse et sa diversité. Les couleurs Lille 2004 sont présentes dans toutes les manifestations, comme dans la signalétique urbaine. Elles ont envahi les paysages et rythment les (3) saisons. Et la fête finale sera “De toutes les couleurs”. Avec même ses girafes (f) rouges en guise de mascottes.

CULINAIRE (ART) Des cuisines dans les maisons Folie. La cantine de Gilberto pour le Monde Parallèle Gênes. Une boîte Todi qui marque la rencontre entre un grand chef, deux designers et les élèves d’une école hôtelière de la région : des mets inédits dans une présentation très tendance. Miss China et l’art du ravioli à savourer au Tri Postal pendant un Monde Parallèle Chine. La Condition Publique de Roubaix qui offre un barbecue mitonné par des chefs. Jacques Bonnaffé régale ses convives autour d’un banquet (fLittérature). Un traditionnel bar à lait lors du Monde Parallèle Pologne. La Place des Buisses (Lille) transformée en Maquis africain. Et, en guise de plat principal, la compagnie anversoise Laïka qui joue 5 jours durant son Patatboem à la maison Folie de Wazemmes : sur scène, musiciens et comédiens font de la préparation d’un succulent repas un vrai spectacle. 2004, convivial et goûtu.

Chaud devant ! Laïka à Wazemmes, un spectacle à savourer (photo. P. Deprez)

21

lille2004lille


glossairep.22-39

5/04/05

D

16:26

Page 22

De la rigueur d’un William Forsythe et de son Ballet de Francfort à l’humour décalé d’un Martin Bélanger, la danse se vit comme un grand écart entre des formes “classiques” et des approches beaucoup plus contemporaines. Bill T. Jones (f) a ouvert l’année. Les festivals Borderline (piloté par le Manège de Maubeuge), Solo Soli (Le Vivat d’Armentières), Le Delta (piloté par Lille 2004) ou encore Latitudes contemporaines offrent jeunes talents et têtes d’affiche. Andrès Marin importe le flamenco, Ginette Laurin une touche canadienne, Salia nï Seydou la transe africaine et Saburo Teshigawara une étonnante chorégraphie pour jeunes aveugles à l’Opéra de Lille. Et Farid Berki s’exporte jusqu’en Chine, le temps du festival Les quais de Chine à Dunkerque.

DANSE

DÉAMBULATIONS Les métamorphoses (f) sont une invitation à parcourir la ville. Les Rendez-vous cavaliers organisés dans le Bassin minier du Pas-deCalais par Culture Commune (Scène nationale) sont une déambulation artistique à travers les “cavaliers”, ces anciens chemins miniers. La New-yorkaise Fiona Templeton emmène une centaine de spectateurs dans un parcours à travers les rues de Lille. Les Montréalais de Farine Orpheline offrent une visite multimédia du quartier de Lille-Wazemmes. Avec A la vie à l’amour, un opéra déambulatoire imaginé par Oposito / La Clef des chants, les grands airs lyriques traversent littéralement 12 centrevilles de la région. Tout comme les parades des grandes fêtes (f).

Les Fenêtres qui parlent affichent les oeuvres de plasticiens à même la rue. Dans sa Mémoire du vin, le metteur en scène colombien Enrique Vargas invite le spectateur à un voyage onirique à travers un labyrinthe imaginé au cœur du Palais Rameau de Lille… En 2004, les déambulations auront été multiples. Le visiteur / spectateur est amené à découvrir des propositions artistiques qui bousculent les traditionnels rapports scène/salle, œuvres/musée. Depuis, notamment, le développement du théâtre de rue dans les années 80, c’est au coeur de multiples réflexions d’artistes. Lille 2004 y ajoute une volonté forcenée d’emmener l’œuvre jusqu’au spectateur.

A la vie à l’amour, et en plein air : Oposito et la Clef des chants transportent l’opéra dans les centre-villes

lille2004lille

22


glossairep.22-39

5/04/05

16:26

Page 23

DÉMOCRATISATION C’est l’un des objectifs initiaux des politiques culturelles engagées en France depuis vingt ans : démocratiser les pratiques et les espaces culturels. Tant dans sa programmation que sa communication, Lille 2004 participe à cette démarche. A travers de multiples actions de sensibilisation - un travail de fond mené avec les enseignants dans les écoles (fCité idéale), les relations avec les centres sociaux, les relais de quartier - l’accès du public aux manifestations est préparé et facilité. De surcroît, les lieux (f) Lille 2004 sont des lieux “désacralisés”. Une politique tarifaire volontariste est également inhérente à cette démarche. Au Tri Postal, on visite trois expositions pour 5 et 3 euros. Nombre de manifestations dans les maisons Folie sont en accès libre. La grande exposition sur Auguste Mariette à Boulogne-sur-Mer est accessible pour 1,5 euros. Les Mondes Parallèles s’ouvrent par un concert gratuit. Les métamorphoses sont évidemment en accès libre. A partir de la seconde saison, des plages horaires hebdomadaires offrent un accès gratuit à de grandes expositions : Rubens au Palais des Beaux-Arts de Lille, le Tri Postal... Des choix faits en termes de billetterie qui s’inscrivent dans des dispositifs de médiation mis en place depuis longtemps par les collectivités locales. Les Crédits Loisirs ou autres Chèques culture permettent de profiter de tarifs préférentiels.

DÉSIGN Associée à l’architecture (f), c’est l’une des thématiques fortes de la troisième saison (4 septembre – 28 novembre 2004). Au Tri Postal, les trublions (et “découvreurs” de talents) Droog Design (Amsterdam) invitent la crème des designers européens (Open borders, etc.) ; le collectif AVL (Rotterdam) et son mentor Joep van Lieshout installent leur AVL ville ; le Frac Nord/Pas-de-Calais dévoile les plus belles pièces de sa collection design. A l’Hospice Comtesse, le Walker Art Center de Minneapolis installe des créations très étranges et familières… Et Lille s’associe pour le coup à Courtrai, ville design depuis toujours. Une façon “d’installer Lille 2004 chez soi, au quotidien”. Oui, c’est du design... En troisième saison, Droog Design invite les plus gonflés des designers européens

23

lille2004lille


glossairep.22-39

5/04/05

16:26

Page 24

DREANO (LAURENT)

Mars 2005 : un nouveau bureau, ça met toujours de bonne humeur ! © Daniel Rapaich / Ville de Lille

E

Lorsque le futur coordinateur général de Lille 2004 débarque à Lille en 2000, il n’a pour lien avec la région “qu’un” grand-père originaire de Lens. Mais l’ancien directeur de la programmation artistique de la Grande Halle et du Parc de la Villette s’échine depuis des années, comme Didier Fusillier, à capter l’air du temps et les créations les plus modernes. En outre, pour un Laurent Dréano qui travaille depuis longtemps sur des programmes d’échanges interculturels européens, une Capitale Européenne de la Culture est un champ d’action naturel. Après 16 années passées à La Villette, le voilà donc à Lille. Laurent Dréano va apporter à l’aventure la rigueur du gestionnaire, une certaine poésie de la science politique (193 villes, deux départements, une région, deux pays à embarquer dans une même aventure…) et des réflexes de programmateur. Le duo Fusillier-Dréano anime une équipe toujours active, prête à mener de concert grands concepts et petits détails, programmation et gestion. Touché par la richesse des contacts établis, Laurent Dréano adopte la région Nord/Pas-de-Calais. Aussi, fin 2004, lorsque Martine Aubry lui demande de devenir son directeur général adjoint chargé de la culture en Mairie de Lille, il accepte.

ENFANCE ET JEUNESSE “Tout le programme de Lille 2004 a été pensé pour un enfant de dix ans, des Mondes Parallèles aux expositions, à la recherche de l’émerveillement” explique Didier Fusillier à la Voix du Nord. Au-delà de spectacles “jeune public” et de l’accessibilité des lieux Lille 2004 aux scolaires, la philosophie vis-à-vis des plus jeunes privilégie l’interactivité et la “pratique” des arts. Ainsi, deux projets phares représentent la “ligne” Lille 2004. Le Satellite des sens d’AVL (fDesign), une exposition itinérante qui va traverser plus de 150 villes de la Région : dans un jouet gigantesque, les élèves des écoles maternelles explorent un monde basé sur les cinq sens. Des milliers d’enfants vont pratiquer ce Satellite toute l’année durant. Tout aussi interactif et “moderne”, le projet Art Basics for children : la maison Folie de Lille Moulins accueille à son ouverture ce studio d’apprentissage des arts dédié aux enfants à partir de 4 ans. De la même manière, Lille 2004 va initier, avec l’Education Nationale, la thématique de la Cité idéale qui proposera à des dizaines de milliers d’élèves d’avoir une pratique artistique durant l’année (fCité idéale).

Bienvenue dans le Satellite des sens. Dans 150 villes de la région, on s’amuse dans ce studio mobile. Plus de 12 ans, s’abstenir... (Photos Julien Corbeel)

lille2004lille

24


glossairep.22-39

5/04/05

16:26

Page 25

ETAT L’Etat à travers différents Ministères* a fait le choix de “concentrer son soutien à Lille 2004 sur les actions qui ont un caractère pérenne”. Le travail avec les services de l’Etat s’est engagé très tôt avec les ministres de la Culture (Catherine Trautmann, Catherine Tasca, Jean-Jacques Aillagon). Elargi à une concertation et un dispositif interministériel, le soutien financier de l’Etat à Lille 2004 a été acquis par un accord conclu avec le Premier ministre Lionel Jospin et “resigné” par Jean-Pierre Raffarin le 4 décembre 2002. Ce soutien est mis en oeuvre par les services de l’Etat (sous la coordination du Préfet de région) et par un travail étroit avec le ministère de la Culture et la Direction régionale des affaires culturelles. Les deux ministres de la Culture qui vont se succéder en 2004, Jean-Jacques Aillagon et Renaud Donnedieu de Vabres, et la ministre déléguée aux Affaires européennes Claudie Haigneré vont venir en métropole lilloise pour célébrer la Capitale Européenne de la Culture.

A travers le Ministère de l’Ecologie et du Développement durable, l’Etat a notamment soutenu le Monde Parallèle de l’Eau bleue.

*Culture et Communication, Jeunesse, Education Nationale et recherche, Ville et rénovation urbaine, Fonction Publique, réforme de l’Etat et Aménagement Urbain (DATAR), Equipement, Transports, Logement, Tourisme et Mer, Sports, Ecologie et Développement Durable, Affaires Etrangères

EUROPE La Commission Européenne salue “une ville transfrontalière et européenne, à la vocation internationale réaffirmée et développée”. En visite à Lille, Viviane Reding, Commissaire européen en charge de l’éducation et de la culture, note “l’implication des Lillois, le projet citoyen, l’aspect transfontalier et plus particulièrement la constitution du réseau européen des maisons Folie”. C’est sous sa houlette que l’Europe choisit, via ses programmes (Culture 2000 et Interreg 3), de financer en direct Lille 2004. Par ailleurs, des fonds structurels ont été levés dans le cadre des procédures de droit commun (Feder).

25

Nouvelle venue dans l’Union européenne en 2004, la Pologne est célébrée à travers un mémorable Monde Parallèle qui se donne à Douai et Lille. Un projet soutenu par l’Union.

lille2004lille


glossairep.22-39

5/04/05

16:26

Page 26

EQUIPE GRANDS ÉVÉNEMENTS ET FETES Coordination artistique : Marc Ménis Conseil artistique : Hervé Brisse, Sylvain Cioffini, Louis Bouchard, Dominique Thomas et Loïc Magnant Direction technique : Marc Blanc Assistantes : Violaine Crespin et Soizick Lucas Régies générales : Jean-Baptiste Cousin, Marie Clemm, Christophe Dubois, Dimitri Chilitopoulos, Delphine Grand, Marc Lelou, Marc Lemaine, Eric Malvezzi, Bob Passion, Christophe Regolle, Jean-Louis Rousset, Patrick Zamparini RELATIONS EXTERIEURES ET PROJETS Relations avec les villes et programmation de projets : Emmanuel Vinchon Assistante de projets : Lucie Pollet Développement local et relations avec les associations : Nicolas Fauquet

DIRECTION Directeur : Didier Fusillier Coordinateur général : Laurent Dréano Adjointe de direction : Emilie Wacker avec Lucie Pollet, assistées de Javier Notario Rocha ARTS VISUELS, ARCHITECTURE, EXPOSITIONS Programmation et coordination : Caroline David Assistantes de programmation : Natacha Borel, Odile Werner, Marie Fernandez avec Eric Delbaere SPECTACLE VIVANT-DESIGN Programmation et coordination : Caroline Naphegyi Adjointe de programmation : Virginie Pringuet assistées de Julien Carrel, Benjamin Lignereux, Kevin Ambrogi, Charlotte Spire Avec Julie Colcanap CONSEIL ET PROGRAMMATION ARTISTIQUES Conseiller artistique général : Richard Castelli assisté de Sophie Houlbrecque, Anne-Gaëlle Picart, Nathalie Delassis et Mélanie Esteves Conseillers artistiques spectacle vivant : Eliane Dheygère, Jean-François Driant, Caroline Sonrier, Didier Thibaut ENFANCE ET JEUNESSE, LITTERATURE Programmation et coordination : Kathrin Müller assistée d'Elsa Buteau et Charlotte Bunel Rédaction des cahiers de documentation pédagogique : Delphine Deparis-Yafil PROJETS URBAINS, TRANSPORTS ET MÉTAMORPHOSES Coordination : Marie Werner, assistée de Mathilde Rambaud et Maïmouna Fall

lille2004lille

ADMINISTRATION Administratrice : Dominique Lagache Contrôle de gestion : Elizabeth Planchon et Claude Anzieu Comptabilité générale : Chantal Dupond assistées de Catherine Coulon, Ouahida Elkabir, Lara-Myriam Nourman, Delphine Proot Expertise en comptabilité sociale : Claude Rabuteau ACCUEIL Accueil et standard : Catherine Gillot Laura Vedel, Anne Trassaert, Anne Coppin et Agnès Courboulay Entretien et service : Nathalie Duhaut et Miloudi Chouja PRODUCTION Administration de production : Stéphanie Campagnie Administration déléguée : Claire Séité Barnum des Postes, Mondes Parallèles et spectacles vivants : Olivier Sergent (programmation), Sylvia Desroses (musiques actuelles) Mondes Parallèles, spectacles vivants et fêtes : Anne Rogeaux, Hermann Lugan, Laure Comte, Géraldine Fricard, Théophile Savin, Olga Tkachenko, Pierre Gochard, Vanessa Lassaigne, François Vasseur Maisons Folie : Thomas Delamarre, Corinne Decka, Laurent Paingault Expositions : Marie Wood Comptable de production : François Martin Logistique : Cécile Guionnet et Isabelle Bru Accueil artistes : David Broutin, Nathalie Delassis TECHNIQUE Direction et coordination techniques : Frédéric Platteau Assistantes : Justine Caillau, Mariama Diallo Régie technique générale : Marc Zegrodzki Etudes techniques : Jean-Michel Castagné, Stéphane Urvoy et Sandra Haize

26

Direction technique des expositions : Laurent Poutrel et Antoine Marchon assistés de Laetitia Rouiller et Stéphanie Linxe, Avec Jacky Lautem Régie des expositions : Anthony Barrault, Sébastien Bernière, Benoît Boucly, Philippe Colpin, Rodolph Desmedt, Etienne Fauquet, Patrick Fiers, Nicolas Hennebo, Christophe Tristram Direction technique des métamorphoses : Patrick Landa et Grégoire Cartillier assisté de Corinne Decka, Laure Belaz, Thierry Lucas, Fabrice Chaînon Régie générale : Benoît Boucly, Christophe Gury Régie générale du Tri Postal : Laurent Thiollet et Frédéric Jaskowiak Direction technique des maisons Folie : David Bausseron et Ian Letort assistés de Sylvie Parisot et Olivia Adamski Régie générale : Sébastien Bausseron, Vincent Cabaye, Bernard Duployez, Paul Kubis, Sylvain Laval, Mathieu Lecompte, Bertrand Perrot, Emmannuel Podsany, Gervais Robin, Michel Siraux Direction technique Barnum : Thierry Montaigne assisté de Violaine Crespin Régie générale : Guy Fabre assisté de Romain Kaikinger et Régis Schrieke Régie spectacles vivants : Francisco Linares, Laurent Lecomte avec Stéphane Brosse et Romain Gintzen Electricien et maintenance projets urbains : Didier Depauw Gardiennage Tri Postal : Hervé De Cauwer Coursiers : Bachir Gordo et Jérémie Welch Satellite des sens : Henri Petiaux Informatique : Olivier Delcroix, Stéphane Triboult Avec l'aide précieuse de tous les machinistes, techniciens et régisseurs lumière, son, vidéo, électriciens, sondiers, runners, roads, coursiers, manutentionnaires et falleros. COMMUNICATION / TOURISME / PRESSE Coordination générale et relations publiques : Anne-Françoise Lemaître COMMUNICATION Assistantes communication : Florentine Bigeast, Celia Albo, Climène Koechlin Création et exécution graphiques : Crystèle Petit assistée d'Alexie Hiles Responsable éditorial et rédacteur : Laurent Tricart Assisté de Fleur Richard et Sophie Suraniti Webmaster : Maxime Morel Assistant de rédaction : Thibaud Lemire Traducteur/interprète : Tony Coates Coursier : Jamal Oulad Fatouna


glossairep.22-39

5/04/05

16:26

Page 27

RELATIONS PUBLIQUES ET MÉDIATION Coordination : Rosalie Lakatos et Aurélie Leclercq Relations avec les commerçants : Carine Créquy et Sylvain Fraccola Relations avec les Ambassadeurs : Charlotte Limousin Barnum : Hortense Perreaut, Malik Moujouil Maisons Folie : Fanny Fortin, Azdine Souali et Jeanne Menguy PRESSE Coordination des relations avec la presse : Olivier Célarié Assistants : François Rousseaux, Pascal Biencourt, Vanessa Duret Et les équipes de Claudine Colin et Bodo. TOURISME Coordination : Benjamin Bellet assisté de François Annycke et Annick Berner BILAN / ÉVALUATION Clara Massin et Thomas Werquin PARTENARIAT/MECENAT Coordination et programmation de projets : Thierry Lesueur Relations avec les partenaires : Phillippe Révillon, Renate Schäfer et Alix Faure Prospection : Alexandra Dhorne BILLETTERIE Organisation générale : Jean-Christophe Rouvet Responsable billetterie et coordination : Marion Fraccola Responsable billetterie : Julie Theunynck Comptabilité : Dalila Benotmane Assistante billetterie : Christelle Peramato Billetterie scolaire : Cécile Le Calvez Equipe de billetterie : Sophie Basoglu, Mohamed Benamar, Clémence Bizien, Emilie Blanchard, Cécile Blasset, Ségolène Breugnot, Antoine Campagnie, Marion Charpentier, Perrine Cuisiner, Pauline Delattre, Marilyn Delerue, Aurélie Delevoye, Hamdiatou Dia, Vanessa Ducoin, Nathalie Faidherbe, Corinne Fauche, Karen Fayette, Isabelle Felix, Anne-Claire Fontaine, Elodie Frappier, Noémie Gosse, Hélène Guinard, Audrey Jeamart, Karine Lafay, Maxime Lancelle, David Lasserre, Gaëtan Lignier, Christelle Ndeze, David Sid, Maud Thuillier, Aude Vergos Coursier : Fabrice Bogaert ACCUEIL DES PUBLICS Coordination du service : Fabrice Bongiorni assisté de Vanessa Delattre, Anais Goussin, Alice Petrovska, Delphine Proot, Mohammed Smyej Chefs de salle : Michael Ben Faour, Caroline Bruet, Pierre Cecchini, Mehdi Cherki, Céline Dal, Estelle Demade Pellorce, Isabelle Doutremer, Juliette Dupont-Bartélémy, Sylvain Fraccola, Fatima Hassouna,

François Jolivet, David Lacomblez, Fatima Ladrouz, Annabelle Louf, Naïma Mansri, Erell Melscoët, Emmanuel Nzengu, Jérôme Pruvost, Fabien Thurotte, Thierry Zubaslki Et tous nos médiateurs agents d'accueil : Céline Achille, Kamal Akka, Marius Aldea, Assia Ammour, Florie Andreges, Somaya Aqad, Marie Argoub, Camille Auribault, Quentin Baekelandt, Achta Bantsimba, Philippe Barbier, Mélanie Baudin, Emilie Bayard, Chérifa Benabed, Eva Berg, Yasmina Bibane, Jonathan Blieck, Cédric Bodel, Joseph Borel, Alexandre Bousset, Aurore Brément, Heidy Bricout, Laurène Bricout, Elisa Broodthuis, Céline Broutin, Lionel Buffet, Léo Buyle, Emilien Cathelain, Aude Catoire, Wafaa Chaoui, Ingrid Clerbout, Christine Coat, Sarah Coquelle, Racha Daher, Céline Debray, Mathieu Deletain, Aurélie Delfy, Valérie Delhaye, Marine Denoyelle, Alice Depuydt, Arnaud, Descamps, Thomas Deschamps, Diamilatou Diallo, Elyse Dournel, Morgan Dreux, Julien Dusouchet, Catherine Duverger, Fabrice Elise, François Evrard, Eva Faklya, Catherine Figueira, Cathy Fiorenza, Juliette Flodrops, Pauline Fougnies, Gwendoline Galland, Jeanne-Marie Gaudrin, Emile Godron, Hanan Griba, Hellen Halftermeyer, Isaïe Halle, Farid Hamidat, Mohamed Hassan Ismail, Céline Haultcoeur, Myriam Herman, Maud Hubert, Kathrin Humpert, Maeva Justice, François Ladsous, Caroline Lagneaux, Arnaud Lajeunesse, Yannis Landrin, Isabelle Laskowski, Théo Rotha Leang, Cédric Leclerq, Dorothée Lecolley, Joël Lefevre, Sophie Lefevre, Carine Lelièvre, Maxime Leroy, Sébastien Liagre, Vincent Libert, Minerva Llacer Gomez, Nabila Madani, Pascal Manga Dara, Audrey Marsat, Estelle Martin, Jean Baptiste Masse, Blanche Mathé, Caroline Matton, Wafaa Mbarki, Bruno Mebenga, Bénédicte Merlin, François Mesmacque, Peggy Moglia, Isabelle Monvoisin, Marthe Mutte, Rabii Nachit, Orane Najih, Jean-Claude Ngom, Alexis Nivelle, Cécile Nolf, Olivier Paolucci, Andréa Pavarotti, Guillaume Pelinski, Charlotte Petitpré, Julien Pichon, Mélanie Playe, Dominika Puszczynska, Alice Priori, Fei Qiao, Benoît Queste, Marion Ricard, Fabrice Robyn, Carmen Roman, Arnaud Rousseaux, Bilakani Sabi, Sophie Sand, Naïma Sardi, Pierre Séneschal, Julien Sigal, Johannes Stockner, Florian Terryn, Dominic Tomasic, Maud Torre, Adeline Vandamme, Romanie Vandecandelaere, Jérémy Vasseur, Laetitia Waquier, Willy Whelan, Audrey Wieczorek, Sabrina Zammit, Hua Zhang

Coordination technique : Françoise List Régie technique : Christian Tellier, Helen Solère et Christophe Tristram Avec Ingrid Delattre Axel Choplain, Et les équipes de restauration et d'accueil NOS STAGIAIRES Emilie Amiach, Guy Arthur, Cathy Augustin, Oliwia Baran, Raphaëlle Beck, Nicolas Berthelot, Flavia Bueno, Anne-Rose Caulliez, Simone Cheetmam, Lei Chen, Antoine Cochain, Anne Collet, François de Domahidy, Domitille Delaporte, Mathilde Delhaye, Audrey Desse, Amandine Dossin, Agnès Duchanaud, Jimmy Farreyrol, Olivier Fauquemberghe, Isabelle Felix, Pierre Fenet, Rémi Firinciogulari, Elise Frouson, Antoine Gallet, Lydia Gaillard, Christophe Gambier, Clémence Godet, Marie Gouriano, Véronique Guillou, Alexandre Guirkinger, Stéphanie Hermandesse, Laurent Lasseli, Mathilde Lavenne, Kateline Le Meliner, Emilie Le Tallec, Amélie Leclercq, Mélanie Lecointe, Philippe Lefèvre, Lei Lei, Li Dan, Erila Liuzzi, Frédéric Lohrer, Cyrielle Lombaert, Frédéric Loubert, Marie Robert, Aurélie Marquise, Elise Menand, Guillaume Meysonnier, Ana Montaner Pelaes, Sindy Moreau, Virginie Morgant Clotilde Noël, Sophie Pautrat, Véronique Perus, Kevin Petitprez, Isabelle Phu, Anne-Gaëlle Planche, Sophie Revel, Carlos Ribera, Clémence Riche, Sabine Sachter, Nasser Saouti, Isis Sarion, Julie Ségui, Audrey Six, Audrey Spas, Amélie Stern, Megumi Takasugi, Guenaëlle Terrien, Alina Tudor, Marie Verhaegue, Inga Van Göeler, Emmanuelle Watter, Wei Liu, Vanessa Yvanne, Erika Zimmermann, Oriane Zlotek. Et toutes les équipes des structures et associations culturelles, des partenaires institutionnels et privés ; et tous les professionnels de la culture qui ont collaboré à la programmation, la production et la réalisation des spectacles, expositions et fêtes de Lille 2004. Avec une mention spéciale pour Floriane Gabriels (coordinatrice Lille 2004 pour la Ville de Lille) et Sylvain Gagné pour la mise en route Et les Ambassadeurs * Tous n’ont pas été présents en simultané, mais tous ont participé !

PROTOCOLE Coordination : Marie Werner Gestion des invitations : Magali Avisse et Maud Vaillant Accueil des délégations et des invités : Maïmouna Fall Accréditations et invitations : Gönul Ozdemir et Roberta Giordano

27

lille2004lille


glossairep.22-39

5/04/05

16:26

Page 28

EXTÉRIEURS De vieux proverbes idiots prétendent que dans le Nord, il “pleut tous les jours” (sic) même si (et là c’est vrai) les gens du coin “ont le soleil dans le cœur”. Et que toute activité en plein air serait donc largement improbable. Pourtant, on a passé quasiment toute l’année 2004 dehors, le nez en l’air pour admirer des spectacles de rue, des métamorphoses urbaines, participer à des fêtes ou pour goûter à des festivals. On a même vu des spectateurs s’adonner à de furieuses parties de pétanque lors du Festival Wazemmes l’accordéon ou encore au Barnum des Postes ! Comme dans le Midi !

Et si on suivait les pigeons ? Les Rendez-vous cavaliers, au grand air

F FÊTES

Des fanfares pour les Fallas ! Place du Concert, dans le Vieux-Lille, une fiesta où l’on se serre, puisqu’il ne fait que quelques degrés dans la nuit de ce 3 avril 2004.

L’année 2004 a été rythmée par six grandes fêtes populaires, orchestrées par l’équipe de Marc Ménis. Dès les premières réflexions autour de l’événement, l’idée de ces temps forts était présente. Une évidence dans une région “où l’on sait si bien faire la fête”. Fêtes d’ouverture (fOuverture !) et de clôture (fGirafes), ouverture de deuxième saison (reggae, Higelin et brioches : de Wazemmes à l’aube), fête traditionnelle (fles Géants), fête autour du patrimoine (Forts et Lumières dans huit villes fortifiées du Nord/Pas-de-Calais), fête pour se remémorer les origines espagnoles de Lille (les Fallas, des sculptures éphémères brûlées). Chacun de ces événements aura mobilisé plusieurs dizaines de milliers de personnes et largement contribué à la notoriété de Lille 2004 en dehors des frontières de la région.

lille2004lille

28


glossairep.22-39

5/04/05

16:26

Page 29

FORÊT SUSPENDUE L’une des icônes de Lille 2004 : une forêt suspendue à douze mètres du sol, arbres plantés à l’envers pour nous inviter à lever la tête ! L‘une des métamorphoses urbaines qui aura énormément contribué à promouvoir la Capitale Européenne de la Culture, tant localement qu’internationalement. Ce geste artistique insensé – signé des scénographes angevins de Lucie Lom – va se promener à Roubaix, Arras, Lille et Hellemmes. Et finit sa course dans un luxueux almanach publié par le quotidien Libération célébrant “trente années de révolution culturelle”. …

La forêt à Roubaix...

... puis à Arras...

et à Lille... avant Hellemmes.

29

lille2004lille


glossairep.22-39

5/04/05

16:27

Page 30

FUSILLIER (DIDIER) “Ma première inspiration fut ce livre de Julien Gracq, Les eaux étroites. Tout Lille 2004 est dans ce livre qui raconte comment les planètes créent l’énergie et des liens de constellations. C’est l’idée des réseaux, des lieux de passages et de mouvements (les maisons Folie). Pendant six mois, je n’avais pas de bureau, à l’abri de toute influence. Rien n’était encore fait, tout fut pensé en avril – mai 2000.” Avant d’être un dénicheur de talents et un agitateur persuasif, le directeur de Lille 2004 est un homme de concepts. Métamorphoses, maisons Folie, Mondes Parallèles, cité idéale, fêtes et couleurs, anneaux de vitesse : Lille 2004 aura effectivement démarré autour de motsclés devant déboucher sur une programmation et une communication propres à la Capitale Européenne de la Culture. Des concepts sur lesquels il travaille rapidement avec les artistes et structures culturelles de la région. Au cœur de ces concepts, une envie de modernité et de transgression, véritables leitmotivs qui ont guidé toute la carrière de ce natif de Valenciennes. Dès les années 80, il transforme Maubeuge (où il dirige le Manège et le festival des Inattendus) en Shanghai, Londres, plonge la ville en pleine science-fiction. En 1993, il importe cette modernité et ce goût pour l’apport des nouvelles technologies dans l’art à la Maison des Arts et de la Culture André Malraux à Créteil dont il devient le directeur. Visionnaire, donc. Et persuasif. Avec Martine Aubry et Laurent Dréano, il a fallu convaincre l’ensemble des partenaires, publics et privés de les suivre dans cette aventure un rien démesurée. Au final, c’est toute une région qui va s’engouffrer dans Lille 2004. Et qui aujourd’hui avoue sa fierté. En 2005, Didier Fusillier dirige toujours le Manège de Maubeuge et la M.A.C de Créteil. A la demande de Martine Aubry et du Conseil d’administration de l’association, il réfléchit aux suites de Lille 2004 et travaille déjà sur de nouveaux événements.

FUTUR Des robots dans le métro, des comédiens de cire, une machine à gratter, des sols écrans, une maison portable, un aquarium interactif, des habitats gonflables pour une expédition sur Mars, des cannes à pêche virtuelles, des meubles nomades, des vêtements convertibles, une piste d’atterrissage pour Ovnis, des armes légumes, une veste sac de couchage, une ville en gâteau(x)... En 2004, on a incontestablement croisé des pistes à suivre.

Une ville à manger...

Des habitats gonflables...

Des rencontres du troisième type...

lille2004lille

30


glossairep.22-39

G

5/04/05

16:27

Page 31

GÉANTS L’une des six grandes fêtes populaires de Lille 2004. Et un hommage, évidemment, aux grandes traditions du nord, hommage mené de concert avec le Conseil Général du Nord. Deux cent trente géants - en provenance de toute la région mais aussi de chez nos voisins européens – défilent le 10 juillet dans les rues de Lille. Certains sont accompagnés de leurs fanfares. La plupart racontent de vieilles histoires locales. Tous affirment la fierté de nos communes. Sous une pluie de confettis, ils dansent dans un gigantesque rigodon final dirigé par Hervé Brisse, comme la région n’en avait jamais connu. La fête a failli ne pas avoir lieu : en matinée, les conditions météo frôlaient la catastrophe. A 13h, le vent emporte les nuages au loin. Soleil. Miracle ? Le lendemain, Marc Ménis, Marc Blanc et Sylvain Ciofini, les “meneurs” de géants, les conduisent à Douai rejoindre les fameux Gayant.

On a craint la pluie pour la fête des géants. Ce ne seront que.. des confettis

Les hôtels en paraissent tout... petits...

31

lille2004lille


glossairep.22-39

5/04/05

16:27

Page 32

GÊNES

GENESE

L’autre Capitale Européenne de la Culture. Genova 2004 célèbre aussi Rubens, valorise son ouverture sur la Méditerranée et son patrimoine touristique. Des artistes génois sont invités à Lille à l’occasion du dernier des Mondes Parallèles, en novembre 2004. Lille “envoie” à Gênes des métamorphoses urbaines et des artistes de la métropole. Les deux villes collaborent également à travers des échanges d’œuvres (un Goya part à Gênes, un Caravage arrive à Lille).

En parallèle à la candidature de Lille à l’organisation des Jeux Olympiques (Lille 2004, déjà), le Comité Grand Lille* (présidé successivement par Emmanuel d’André et Bruno Bonduelle) soumet à Pierre Mauroy l’idée de jouer la carte de la culture pour s’engager dans un événement valorisant la métropole lilloise. Le maire de Lille se saisit de l’idée et choisit de présenter la candidature de sa ville au titre de Capitale Européenne de la Culture. En 1998, la ville obtient ce titre... pour 2004 ! Pierre Mauroy demande à Martine Aubry, alors sa première adjointe, de piloter un comité de programmation. L’année suivante, Didier Fusillier est choisi pour mener à bien l’aventure. L’association Lille Horizon 2004 est créée en 2000. *Le Comité Grand Lille regroupe des décideurs de la métropole lilloise qui militent pour la “revalorisation” du territoire métropolitain.

Goya, fraîchement arrivé à Gênes

GIRAFES Les girafes rouges de la Compagnie Off qui s’ébrouent sur la rambla lilloise lors de la fête de clôture De toutes les couleurs figurent aujourd’hui parmi les images inoubliables de Lille 2004. Majestueuses, elles marquent les esprits au point d’être choisies par la Voix du Nord pour la couverture de son album photo rétrospective de l’année 2004. Les girafes de la Cie Off en pleine action

lille2004lille

32


glossairep.22-39

5/04/05

16:27

Page 33

GRANDES FIGURES DU NORD La Capitale Européenne de la Culture est l’occasion d’hommages à Watteau (Valenciennes), Matisse (Le Cateau-Cambrésis), Auguste Mariette (Boulogne-sur-Mer) mais aussi au contemporain Eugène Leroy (Roubaix). “Les provinces de Flandre et du Hainaut ont enrichi leur vision singulière de l’art à travers des créateurs que les musées du Nord proposent aujourd’hui comme de grands éclaireurs. Rubens était un phare. Il ouvrait la voie à d’autres figures” écrivait-on dans le volumineux dossier de presse donné aux journalistes dès décembre 2002. Ces grandes figures du Nord seront particulièrement à l’honneur durant la deuxième saison (6 mars – 3 septembre 2004). Une figure d’Egypte pour honorer une grande figure du Nord : Auguste Mariette Pacha

Au fil d’une vie... Eugène Leroy, d’autoportraits en autoportraits, à la Piscine de Roubaix.

H

HABITANTS

A l’instar du Prato (théâtre lillois), Lille 2004 est un projet international de proximité. Dès le début 2002, des rencontres régulières avec les habitants au sein des différents quartiers, mobilisent la population. A Lille, on travaille au sein d’Ateliers urbains de proximité. A Roubaix et à Mons-enBaroeul, un même effort de proximité est mené autour des maisons Folie. Le “recrutement” d’Ambassadeurs (fAmbassadeurs) emmène Lille 2004 dans les villes et quartiers de la Région. L’équipe organisatrice sélectionne des projets d’habitants et d’associations. Les 12 maisons Folie créent un maillage unique de nouveaux lieux, dédiés notamment à la rencontre entre habitants et artistes installés en résidence.

I

INTERMITTENTS

Difficile de recenser le nombre précis d’intermittents ayant travaillé pour des structures partenaires de Lille 2004. Seule certitude : pour la seule année 2004, l’association Lille Horizon 2004 a employé 485 intermittents. Et ce, dans un contexte mouvementé : la remise en cause de leur statut à l’été 2003, qui fragilise la situation des artistes et techniciens du spectacle, mais qui n’a pas pour autant généré d’annulation durant “l’année lilloise”. L’ampleur des productions, la diversité des projets montés dans le cadre de la Capitale Européenne de la Culture ont montré, s’il en était besoin, l’importance d’un statut de l’artiste et la nécessité d’une réflexion sur le financement de la culture. Artistes et intermittents participeront aux forums culture (f Colloques) organisés à l’initiative de Martine Aubry à l’automne 2004.

33

J

JEU

A vous de jouer titrait une exposition au Forum des sciences de Villeneuve d’Ascq. Alors, on a joué. Au jeu vidéo, dans la brillante exposition Game on, imaginée par le Barbican de Londres et dévoilée pour la première fois en France au Tri Postal. A des jeux traditionnels, lors de l’événement La ville du jeu, concocté par la ville de Wattrelos. Et à des jeux uniques, imaginés par le collectif Bazato et transportés à Roubaix, Lille et Maubeuge.

lille2004lille


glossairep.22-39

5/04/05

16:27

Page 34

JONES (BILL T.)

K KUSAMA (YAYOI) La psychédélique Yayoi Kusama, icône du Flower Power, offre à Lille une métamorphose pérenne. Un rêve pacifiste idéalement planté au coeur des anneaux de vitesse (f), entre les deux gares lilloises. Le signe pour les visiteurs qu’“il se passe quelque chose à Lille”.

L’un des plus grands chorégraphes contemporains. Et quasiment un parrain pour Lille 2004. Bill T. Jones est au cœur du Monde Parallèle New York en décembre 2003, le premier des trente mondes parallèles de l’année. Il est également le premier artiste à fouler les planches du “nouvel” Opéra de Lille.

Sous la botte (de Portzamparc) la tulipe (de Kusama)

JUMPER La mascotte de Lille 2004, étonnant petit poucet chaussé de bottes qui évoque étrangement la tour de Christian de Portzamparc. On le verra partout, y compris dans des détournements non autorisés. Chaque semaine, la Voix du Nord lui donnera la parole dans ses deux pages consacrées à Lille 2004. On le verra même dessiné sur le visage de participants à la fête de clôture. Adopté par les habitants de la planète Lille 2004, il restera sans doute le symbole de cette dynamique culturelle. Le Jumper a été imaginé par Designlab, studio graphique bruxellois.

L

LAND ART

A l’initiative de la Communauté urbaine de Lille, Jacques Simon, paysagiste de renom, métamorphose le Parc de la Deûle (fAménagements) : une expérience (réussie) de Land Art pour mêler avec bonheur une respiration au plein air et des propositions artistiques. Un dimanche à la campagne : le bonheur !

lille2004lille

34


glossairep.22-39

5/04/05

16:27

Page 35

LIEUX Outre le Tri Postal (f) et le Barnum des Postes (f), les lieux Lille 2004 ont accueilli des projets directement produits par l’Association Lillle Horizon 2004. Le 2004 à Euralille (au cœur d’un centre commercial !), l’Eglise Sainte Marie-Madeleine (une église désacralisée) et les deux maisons Folie lilloises. Des espaces atypiques ou éphémères. Une centaine d’agents d’accueil et de médiateurs, dirigés par Fabrice Bongiorni, ont fait vivre ces lieux au jour le jour. Lumineux ! Erwin Redl s’empare de l’Eglise Sainte Marie-Madeleine. Des milliers de diodes pour un résultat vertigineux.

35

lille2004lille


glossairep.22-39

5/04/05

16:27

Page 36

LILLE “Elle n’est plus seulement une ville industrielle décatie, enfoncée dans une crise dont elle ne parvient pas à sortir. C’est aussi une cité moderne, au riche passé historique, tournée vers l’avenir, et par ailleurs un lieu de villégiature agréable.” Le Monde, 20 novembre 2004

“Si Lille 2004 ne fut pas conçue comme une opération promotionnelle, l’effet est là, incontestable : la métropole du Nord a gagné en visibilité, imposant son image de capitale euro-régionale” La Croix en janvier 2005. “L’effet fierté. Capitale européenne de la culture, la ville a renforcé un changement d’images amorcé avec le TGV. (…) +30% de fréquentation des hôtels lillois, qui ont vu débarquer massivement les Anglais, près de 44 000. (…) Surtout, les Français sont venus au nord. Rien que pour Lille 2004. Et ont découvert que la ville est belle” Libération en décembre 2004.

“Lille s’exprime en lettres capitales” 24 Heures (Suisse), 13 mai 2004 “La renaissance de Lille la Flamande” Courrier International, 18 mars 2004 “Allons-y, Lille, dans un futur technicolor” Transatlantic (USA), 2004

“Lille, une capitale culturelle comblée” Le Figaro, 21 novembre 2004

“Lille 2004 laissera des traces visibles” Les Echos, 8 décembre 2003

LITTÉRATURE Sous la maîtrise de Kathrin Muller, la littérature prend notamment la forme d’une commande de huit nouvelles. Parrainées par Marie Desplechin, les Migrations sont distribuées gratuitement dans les lieux Lille 2004 mais aussi dans les gares de la région. Mobilité oblige. Mobilité festive avec le Banquet du faisan de Jacques Bonnaffé - des mots mis en sauce - qui se donne dans sept villes de la région. Toute l’année, les librairies se mobilisent - rencontres, concours... Le Conseil Général du Nord travaille à un festival autour de la Villa du Mont Noir, espace de résidences pour auteurs européens. Enfin, partagé avec Gênes, le dernier Monde Parallèle de l’année est dédié à la chose écrite. On accueille pour des lectures, concerts et spectacles Théo Hakola, Robin Renucci, Jeanne Balibar, Rodolphe Burger, Pierre Alféri, Oscar van den Boogard… A table ! En plus, c’est Jacques Bonnaffé qui régale !

lille2004lille

36


glossairep.22-39

5/04/05

16:27

Page 37

MÉDIA En 2004, 3 500 journalistes ont été reçus par les équipes de presse dirigées par Olivier Célarié (à Lille) et Bodo et Claudine Colin (à Paris). Ils ont transporté en Europe et dans le monde entier l’image dynamique de Lille 2004.

Un jeu de mot intraduisible, pour dire que Lille “ne compte pas pour du beurre”... Le Times est enthousiaste, quelques jours après la fête d’ouverture...

Plus de 2 000 reportages audio-visuels ont été réalisés. France 3 consacre ses soirées du 6 décembre 2003 et 20 novembre 2004 aux fêtes d’ouverture et de clôture. Sur la même chaîne, un numéro spécial de l’émission “Des racines et des ailes” va contribuer à diffuser l’image de Lille 2004 dans toute la France. De la même manière, les quatre “spéciales Lille” de France Inter ou encore le “24h à Lille” de TV5 attirent les visiteurs à Lille et renforcent l’adhésion des habitants du Nord/Pas-de-Calais au projet. Les télévisions étrangères ne sont pas en manque : Euronews, (chaîne européenne reçue par 148 millions de foyers dans 79 pays), en Belgique (RTBF, Télé 21, VRT), Allemagne (ZDF, Arte, Kölnische Runschau), Italie (Sky TV) ou encore des télévisions coréenne, espagnole, britannique... La presse écrite est tout aussi présente. La presse régionale est particulièrement prolixe avec près de 5 000 articles, suppléments spéciaux... Tous les quotidiens nationaux ont consacré plusieurs colonnes à Lille 2004 (1 500 articles recensés). La presse internationale consacre plus de 1 400 aticles à Lille 2004. En Europe : la Belgique évidemment très présente avec plus d’un millier d’articles publiés dans 127 titres, notamment Le Soir, La Libre Belgique, Le Vif, de Morgen, de Standaard... En Allemagne, plus d’une centaine d’articles publiés dans 86 journaux régionaux et nationaux dont Frankfurter Allgemeine Zeitung, Der Spiegel, Die Zeit, Gästezeitung, Sonntag Aktuelle, Journal für die Frau, Frankfurter Undschau, Deutschland Radio, Alive TV… Le Royaume-Uni : parutions dans The Times, The Daily Mail, The Guardian, The Daily Express, The Daily Telegraph, The Sunday Time, Sunday Express, The Liverpool Daily Post. L’Italie, en intelligence avec Gênes 2004, vient voir Lille : Il Giorno, Gente Viaggi, Tuttoturismo, Glamour Italie, Bell’Europa, Il Secolo… L’Espagne : une vingtaine de journaux espagnols dont El Pais et El Mundo. A noter également, le Time magazine américain qui publie une incroyable photo de la foule sous les arches de Jean-Claude Mézières (fMétamorphoses) dans son édition du 24 décembre 2003 ; des Etats-Unis viennent également The Chicago Tribune, The Wall Street Journal, New York Post. On voit à Lille le Elle Russie, les chinois Beijing Youth Daily et Beijing Today), le japonais Nikkei (3 millions d’exemplaires !)...

La Une de La Voix du Nord le dimanche 21 novembre 2004

37

lille2004lille


glossairep.22-39

5/04/05

16:27

Page 38

Arras, l’Hôtel de Guines

Courtrai, l’Ile Buda

Lambersart, le Colysée, Lille Moulins, la Brasserie des Trois moulins

Maubeuge, la Porte de Mons

Lille, maison Folie de Wazemmes

M

MAISONS FOLIE

L’héritage de Lille 2004. Douze nouveaux lieux implantés à travers le territoire Lille 2004 (Nord/Pas-de-Calais, Belgique) dans des sites inédits, anciennes usines ou lieux de patrimoine. Des lieux de fête qui rassemblent artistes et habitants. Les résidences de création sont largement favorisées à travers des équipements idoines. Ces équipements pérennes sont aujourd’hui, en 2005, le symbole de Lille 2004. La volonté de désacraliser les temples de la culture, la transversalité entre disciplines, la proximité avec les habitants des quartiers : au-delà de leurs spécificités propres, elles partagent quel-

lille2004lille

38

ques missions fondatrices. 2004 aura donc été une année de “mise en bouche” pour ces équipements. Ouvertes pour la plupart à l’orée de la seconde saison Lille 2004, elles rencontrent immédiatement la curiosité des publics. Et enregistrent d’étonnants succès. Le Fort de Mons accueille 25 000 visiteurs pour une rétrospective Ousmane Sow. On fait la queue lors des soirées Ejanaika Party (Monde parallèle Japon) à la maison Folie de Wazemmes. L’ouverture du Colysée de Lambersart voit une foule compacte savourer les bords de la Deûle…


glossairep.22-39

5/04/05

16:27

Page 39

Roubaix, la Condition Publique

Tourcoing, l’Hospice d’Havré

Tournai, Choiseul

Mons (B), les Arbalestriers

Villeneuve d’Ascq, la Ferme d’en haut

Mons-en-Baroeul, le Fort de Mons

Chaque maison Folie accueille à la fois des artistes locaux (“du quartier”) et des invités (inter)nationaux. A l’Hospice d’Havré, on voit les associations locales défendre le patrimoine tourquennois quelques jours avant que ne débarquent des tangeros argentins pour un bouillant Monde Parallèle Tango. L’Hôtel de Guines présente la crème de la jeune création belge et les jeunes musiciens du Conservatoire d’Arras. A la Condition Publique de Roubaix, à l’invitation de Manu Barron, la programmation fait se croiser Manu Chao et des Dj’s lillois… A Tournai, Choiseul fait se rencontrer les plasticiens Jean-Claude Saudoyez (Belgique) et Freddy Bienvenu Tsimba (Congo). L’Ile Buda offre une création franco-belge, Dédé le taxi. Les Arbalestriers de Mons

39

accueille une Triennale de l’affiche politique, rencontre entre graphistes de 50 pays... Et les habitants suivent, et participent. A la Brasserie des Trois Moulins, des Ambassadeurs et habitants du quartier pratiquent le tressage de sacs plastiques, selon la méthode de Georges-Pascal Ricordeau. A la Ferme d’en haut, c’est Olga Boldyreff qui initie aux joies du tricotin ! L’année aura été riche, prometteuse. L’après 2004 commence donc maintenant, immédiatement, dans les maisons Folie. A suivre…

lille2004lille


glossairep.40-64

5/04/05

16:33

Page 40

MÉTAMORPHOSES

La figure de proue de Lille 2004. Un concept fort : donner la ville (ses rues, ses bâtiments…) aux artistes. Imaginer un “décalage urbain” dans lequel se dévoilent des installations hors normes, des carillons modernes (les nouveaux jaquemarts), des microfolies et des lumières d’artistes. Une forêt suspendue (f), une gare en rose (Patrick Jouin et Hervé Descottes), une piste de décollage pour ovnis (Jean-Claude Mézières), un serpent lumineux (Daniel Buren), des projections cinétiques dans le métro (Bernard Godbille et Pierre Semal), un labyrinthe olfactif (Serge Lutens), un “cube à rêves” (Walter van Beirendonck), un pavillon du thé chinois reconstruit à l’identique, un estaminet-dînette (François Azambourg), une source d’abondance (François Boucq), une jungle de bambous (Bambuco), un carillon de monstres (Hannes Heiner et Dead Chickens)… A Dunkerque (photo) puis à Lille, la jungle de bambous de Bambuco offre une architecture inédite sous notre latitude.

Grâce à l’imagination de Jean-Claude Mézières (le créateur de Valérian), la rue Faidherbe (Lille) devient un chemin vers les étoiles... Qui se déplacera à Dunkerque, Lens, Lomme et Maubeuge. Bienvenue sur la rambla du futur !

lille2004lille

40


glossairep.40-64

5/04/05

16:33

Page 41

L’Eglise Saint-Christophe de Tourcoing n’en revient toujours pas : le coeur gonflable de François Boucq bat la mesure de la ville.

Sarkis illumine la verrière du Palais Rameau.

Après la science-fiction... la Chine ! En mars, la rue Faidherbe vit sa deuxième métamorphose et devient la Rambla de Shanghai.

Sitôt l’arrivée en ville, les métamorphoses plongent les visiteurs dans l’univers Lille 2004. Dévoilées (pour cause de montage) quelques jours avant l’ouverture officielle de la Capitale Européenne de la Culture, ces métamorphoses urbaines vont donner la couleur de ce qui va suivre. Au gré des saisons, elles se déplacent à travers le territoire régional, et s’installent même comme des signes pérennes dans le Pas-de-Calais (Lumières d’artistes à Béthune, au Touquet et au Mont Saint-Eloi). Les métamorphoses resteront comme LA signature de Lille 2004.

La Ronde de nuit de Daniel Buren, fascinante... jusqu’à l’hypnose.

41

lille2004lille


glossairep.40-64

5/04/05

16:33

Page 42

MONDES PARALLÈLES L’ossature de Lille 2004 : trente deux week-ends thématiques (de New York à Gênes, en passant par le Japon, l’Afrique, la Soupe, la Great Black Music, Montréal, la Pologne, l’Eau bleue…) pendant lesquels on dort peu pour enchaîner expositions, spectacles, performances, concerts gratuits et nuits au Tri Postal. Des concentrés de programmation audacieux, privilégiant les découvertes. A Lille mais aussi dans le Bassin minier du Pas-de-Calais (les Rendez-vous cavaliers), à Boulogne-sur-Mer (l’Egypte), à Roubaix (la Jamaïque), à Valenciennes (Jazz et musique baroque), ces Mondes Parallèles réinventeront Lille 2004 quasiment chaque semaine. Quel rythme !

Le légendaire Fred Wesley ouvre la Great Black Music avec un concert gratuit sur la Grand’Place de Lille.

L’Opéra de Shanghai dévoile ses traditions millénaires

Ginette Laurin révèle la danse de Montréal à l’Opéra de Lille.

lille2004lille

42


glossairep.40-64

5/04/05

16:33

Page 43

NEW YORK-40°//N

JAPON-35°//N

PIANO(S) FESTIVAL-50°//N

EAU BLEUE-50°//N

ROBOTS !-50°//N

MÉTROPOLE TANGO-34°//S

MAXIMAL-50°//N

FOLIES DE MAUBEUGE-50°//N

GREAT BLACK MUSIC-41°//N

RENDEZ-VOUS CAVALIERS-50°//N

ART.M-50°//N

LE CAIRE-30°//N

MAISONS FOLIE-50°//N

GAND-51°//N

BORDERLINE-50°//N

MARRAKECH-31°//N

CHINE-31°//N

TOURNAI-50°//N

LE DELTA-50°//N

MEXIQUE-20°//N

MONTRÉAL-45°//N

AFRIQUE-26°//S-14°//N

SOUPE-50°//N

SOLO SOLI-50°//N

POLOGNE-50°//N-52°//N

ILES SONORES-50°//N

JAMAÏQUE-18°//N

DESIGN-50°//N

LES FÊTES GALANTES-50°//N

LITTÉRATURE-50°//N

ACCORDÉON-50°//N

GÊNES-44°//N

Une plongée dans l’Eau bleue, un Monde Parallèle à consommer sans modération. On ira même jusqu’à prendre son maillot de bain et à se noyer sans retenue dans les mélodies subaquatiques de Michel Redolfi. La piscine Marx Dormoy de Lille, telle que vous ne l’avait jamais entendue !

43

lille2004lille


glossairep.40-64

5/04/05

16:33

Page 44

MEXIQUE A travers l’exposition phare Mexique-Europe, allers-retours 1910-1960, l’art mexicain est décliné dans la troisième saison. On (re)découvre pour l’occasion des merveilles signées Diego Rivera, Frida Kahlo ou encore José-Clemente Orozco. L’événement est accompagné d’une expo Hervé di Rosa à Villeneuve d’Ascq et de spectacles. Frida Kahlo, Autoportrait au collier d'épines et au colibri, 1940 (détail) Huile sur toile, 62,2 x 47, 6 cm, Collection d'art, Harry Ransom Humanities Research Center, University of Texas at Austin

N

MUSIQUES

Première mégalopole invitée à Lille, premier Monde Parallèle. Du 12 au 14 décembre 2003. Théâtre déambulatoire (Fiona Templeton) ou engagé (Ping Chong), clubbing jubilatoire (Galapagos club) ou déviant (Richard Move), danse contemporaine (Bill T. Jones), rythmes electro (Dj Spooky) ou songwriting éclairé (Joseph Arthur), murs graffés (Tats Cru)… New York donne le ton.

Un concert par jour : Gomm, révélation de l’année. Des régionaux réclamés dans tout l’hexagone fêtent leur premier album au Grand Mix de Tourcoing

La musique, c’est d’abord Jean-Claude Casadesus et l’orchestre national de lille qui ouvrent le bal (fOn ouvre !), explorent le piano le temps d’un époustouflant Monde Parallèle, rendent hommage à Rubens ou encore à Boulez. Hommage également aux compositeurs minimalistes américains, le temps d’un Monde Parallèle Maximal où l’on croise aussi bien Steve Reich et Terry Riley que des trublions de la scène electro : Coldcut, Plaid, Andrea Parker... L’Aéronef (Lille) célèbre lui le Brésil et le Japon, la Condition Publique (Roubaix) la Jamaïque, les Arcades (FâchesThumesnil) les musiques du soleil, le Phénix (Valenciennes) la musique baroque, le Nautylis (Comines) le Mexique... La chanson française, le rock, les musiques du monde et les musiques électroniques sont également valorisés par l’opération Un concert par jour. Sous la houlette du Réseau Raoul, neuf salles de la région se répartissent la tâche pour accueillir... un concert chaque jour ! Têtes d’affiches internationales, jeunes pousses locales : la programmation est riche et vient attester de la vitalité du réseau local des musiques actuelles. On navigue à travers les genres, sur tout le territoire Lille 2004. En marge du Réseau Raoul, on peut assister à des événements comme Placebo sur la grand’place d’Arras, Keziah Jones ou encore Christophe au Barnum des Postes (f), le festival des Nuits secrètes à Aulnoye-Aymeries, les concerts d’ouvertures des Mondes Parallèles qui nous promènent à travers le monde... Tous les genres sont représentés à travers les quelques 1 400 concerts donnés en 2004.

lille2004lille

NEW YORK

44

La danse à nu, façon Bill T. Jones © Lois Greenfield

L’équilibre, version Joseph Arthur


glossairep.40-64

5/04/05

O

16:33

Page 45

OUVERTURE !

Enfin ! Le 6 décembre 2003, après quatre années de préparation intensive, on ouvre l’année européenne de la culture avec (sur une idée d’Alain Fleischer) un mémorable bal blanc. Jean-Claude Casadesus et l’orchestre national de lille offrent les premières notes, avec le Chant des chemins de fer d’Hector Berlioz et des oeuvres de Piotr Moss et du chef d’orchestre. Jorge Orta redessine les murs de la ville à coup de projections technicolores (fOpéra). Le Tire-Laine, Sabor de Brazil ou encore l’Attacafa entraînent la parade. Le Groupe F donne une leçon de pyrotechnie. Et Ivan Smagghe et The Hacker font sonner les sonorités électroniques dans une immense rue Nationale transformée en piste de danse. Le thermomètre doit culminer à 2°... Peu importe : la nuit est superbe.

Jean-Claude Casadesus © Asap : Bruno Arnold / Yves Vranken

OPÉRA L’art lyrique en 2004, c’est Jean-Claude Malgoire qui offre à l’Atelier Lyrique de Tourcoing une cuvée exceptionnelle, les Nuits lyriques 2004. La Clef des chants qui s’essaie à la rue avec A la vie à l’amour (fDéambulations). C’est aussi l’occasion de la réouverture de l’Opéra de Lille, après quatre années de travaux. Sous la direction de Caroline Sonrier, l’institution lilloise offre une programmation faite à la fois d’oeuvres du répertoire (Don Giovanni mis en scène par David Mc Vicar, Madama Butterfly mis en scène par Jean-François Sivadier et dirigé par Pascal Verrot, Tamerlano dirigé par Emmanuelle Haïm, Avis de tempête de Georges Aperghis), de résidences de musiciens (l’ensemble Ictus, Emmanuelle Haïm qui prépare des Cantates italiennes d’Haendel) mais aussi de danse contemporaine (William Forsythe, Saburo Teshigawara).

La façade de l’Opéra de Lille, métamorphosée le 6 décembre 2003 par les projections de Jorge Orta.

45

lille2004lille


glossairep.40-64

5/04/05

16:33

Page 46

P

PARTENARIAT

Une première en France : 82 entreprises soutiennent un événement culturel ! Un chiffre unique : 17,6 % du budget de Lille 2004 provient de ce mécénat. “Est-ce du mécénat, du sponsoring, du parrainage ou de tout un peu ? Est-ce une nouvelle forme de mécénat au service de la régionalisation ?” s’interroge le magazine spécialisé L’Actualité du mécénat d’entreprise. Il y a incontestablement une volonté, celle d’imaginer, audessus de ces nuances, de véritables partenariats. Cinq partenaires officiels s’engagent à hauteur de 1,1 million d’euros : SNCF, EDF, Carrefour, Accor et SFR. Ils joueront un rôle incontestable de moteur. Par ailleurs, de nombreux entrepreneurs de la région aiment à défendre leur territoire, trop souvent réduit à des clichés. Mais il faut ajouter à ce volontarisme entreprenarial celui du Conseil d’administration de l’association Lille Horizon 2004, persuadé dès les premières heures de Lille 2004 que la réussite du projet ne sera possible sans l’implication des forces économiques. Une équipe, dirigée par Thierry Lesueur, travaille spécifiquement sur le sujet du mécénat. Au final, et avec la souplesse du dispositif Lille 2004 qui offre des projets de natures différentes, c’est donc plus de 80 partenaires (partenaires officiels, partenaires grand projet ou fournisseurs officiels) qui vont s’engager, sur des apports variant de 7 000 à 1 100 000 euros. Des apports financiers, en nature et en savoir-faire indéniables, mais qui ne doivent pas masquer d’autres implications des entreprises : elles sont relais d’information et de communication et mobilisent leurs salariés. Elles participent pleinement à l’adhésion des habitants de la région à l’événement Lille 2004. Lille 2004 a donc initié une interface originale entre deux univers que l’on s’efforce toujours de séparer. Il en est né une étonnante émulation. Laquelle fera probablement école. “Rapprochés par l’intérêt collectif, élus et artistes ont découvert des possibilités insoupçonnées de collaboration et aimeraient les faire perdurer” écrit au final L’Actualité du mécénat d’entreprise.

SNCF EDF Carrefour Accor SFR

Lecocq Méert Microsoft Renault Transpole TSB Computer Vinci Park Champagne Jacquart

Partenaires Média

Partenaires grands projets

Partenaires officiels

La Voix du Nord / Grand Partenaire Média France 3 Radio France TV 5 Arte C9 Télévision Les Inrockuptibles Paris Première

Fournisseurs Officiels Air France ABX Logistics Cafés Méo Coca-Cola Eau Minérale Saint Amand GL Events IEC-ASV Interbrew JCDecaux

lille2004lille

3 Suisses International Auchan Banque Populaire du Nord Banque Scalbert Dupont Bonduelle Centre Commercial Euralille Caisse des Dépôts et Consignations Chambre de Commerce Dalkia Nord Doublet EU-Japan Fest Japan Committee Eurostar France Telecom Gaz de France La Mondiale La Part des anges La Poste La Redoute Pays de la Faience de Desvres (Ani-C, Atelier Céramique Régnier, Faiencerie d’Art de Desvres, Herbeau Production)

46

Quest International Rabot Dutilleul Tollens Vinci (Elige) Universal Music France Aéroport de Lille Altéo ARC international Citroën Daxon Deloitte Time Desseilles Fédération Régionale des Travaux Publics Finaref Fondation France Télécom Forbo Sarlino Iguzzini KPMG L’Artesienne LVMH MACIF Mercedes-Beinz Lille/Fond. DaimlerChrysler Multiplast Norpac Prolitec Seigneurie SLIH- Société Lilloise d’investissement hôtelier Société des Eaux du Nord VPS - Video Projection Systeme


glossairep.40-64

5/04/05

16:34

Page 47

PATRIMOINE

PISCINE

A l’occasion de Lille 2004, d’importants programmes de réhabilitation du patrimoine sont menés. A Lille en particulier, avec les efforts conjoints de la Ville, du Conseil Général du Nord et de l’Etat qui mènent à des travaux de première importance sur des églises (Saint-André, SainteCatherine, Saint-Etienne, SainteMarie Madeleine, Saint-Maurice), des Portes (Roubaix, Gand, Paris) ou encore sur des bâtiments comme le Palais Rameau, la Salle des fêtes de Fives ou encore le Palais Rihour. Un travail sur le patrimoine qui accompagne d’autres efforts en matière d’aménagement (f).

Evidemment au premier plan, la fameuse Piscine de Roubaix (alias le Musée d’art et d’industrie André-Diligent), chef d’oeuvre art déco, qui vécut en 2004 une année exceptionnelle avec les 127 988 visiteurs de l’exposition Picasso. Mais il y eut d’autres piscines, plus “incongrues”. Celle de Mouscron (Belgique), dont le bassin et les cabines sont investis par JeanMarc Chotteau pour un vibrant témoignage sur la mémoire ouvrière locale. A Liévin, c’est la Cie Hendrick Van der Zee et Komplex Kapharnaum qui font plonger les spectateurs pour l’un des trois Rendez-vous cavaliers de Culture Commune. Et à Marx-Dormoy (Lille), Michel Redolfi invite à écouter ce que les fonds sous-marins ont à nous raconter...

PRODUCTION Bien sûr, il y a l’aspect pharaonique de Lille 2004. On dénombre ainsi plus de 675 conventions signées avec les partenaires culturels de la Capitale européenne de la culture. Dont plus de 150 contrats de coproduction ou coréalisation. Auxquels on ajoutera l’ensemble des projets menés à 100% par l’équipe de Stéphanie Campagnie, toutes ces métamorphoses, ces mondes parallèles ou ces expositions proposées dans les Lieux Lille 2004. Et les douze maisons Folie ! Pourtant, à l’image du projet dans sa globalité, ce qu’on retiendra, c’est la diversité des genres. Les coproductions et coréalisations se mènent aussi bien avec des équipes internationales, nationales que régionales. Les projets s’avèrent aussi bien des soirées que, parfois, des festivals s’étendant sur plusieurs semaines...

Le Chant du dire-dire, par la compagnie Dixit Materia. L’une Les Voyageurs, une exposition menée par l’agence lilloise des jeunes pousses révélées par le Zem Théâtre à la maison Dailylife. En 2004, elle se promène à travers les maisons Folie. Ici, à Villeneuve d’Ascq. Folie de Lille Wazemmes.

47

lille2004lille


glossairep.40-64

5/04/05

16:34

Page 48

Q Pour la fête des Fallas, chaque quartier lillois avait imaginé sa falla. Ici, celle du Faubourg de Béthune, de Lille-Sud et de Saint-Maurice, croquées par Louis Bouchard, fallero en chef.

QUARTIERS Un travail intense avec les Mairies de quartier ; la fête des Fallas qui a vu chaque quartier créer sa falla ; le Barnum des Postes (f) planté à la confluence de quatre quartiers ; le Parc des nouveaux sports de Lille Sud, dédié à la glisse et inauguré en fanfare avec Ghostface Killah et Marcel et son Orchestre ; deux maisons Folie à Wazemmes et Moulins évoqués dès 2001 dans des Ateliers Urbains de Proximité... Lille 2004 a effectivement traversé tous les quartiers lillois. De surcroît, le festival des 10 Vagues, qui se diffuse dans toute la ville, est particulièrement dynamique en 2004.

RACINES

R

Les Fanfares et les Géants (f) (manifestations portées par le Conseil Général du Nord), les Fallas (Lille l’espagnole), les Rendez-vous cavaliers qui travaillent la mémoire du Bassin minier du Pas-deCalais, la fête d’ouverture le jour de la Saint-Nicolas… Les racines de Lille : Lydéric et Phinaert, géants de toujours.

lille2004lille

48


glossairep.40-64

5/04/05

16:34

Page 49

RAMBLA La nouvelle promenade urbaine, qui traverse Lille, épicentre des grandes fêtes et des métamorphoses(f). Le cœur de la ville qui insuffle l’énergie de Lille 2004 à toute la ville. Une rambla, à l’espagnole.

RUBENS LE phénomène Rubens. La figure de proue de Lille 2004 : en 2000 (la genèse), l’annonce d’une grande exposition Rubens au Palais des Beaux-Arts de Lille marque déjà l’ambition de la Capitale Européenne de la Culture. C’est le symbole de la volonté d’offrir l’excellence et l’universalisme. Et ce sera le cœur d’une politique de développement touristique. Au terme d’une exposition conçue sous la direction de Arnauld Brejon de Lavergnée, il y aura bien le succès attendu : 301 287 visiteurs, en provenance de toute l’Europe ...Et les connexions avec Anvers (Rubens collectionneur), Arras (Rubens contre Poussin) et l’art contemporain (On a choisi Rubens) qui représentent la diversité du territoire et des points de vue de la Capitale Européenne de la Culture.

S

Trente artistes contemporains s‘emparent du maître : On a choisi Rubens au Palais Rameau (Lille).

SAISONS

Lille 2004, une année, trois saisons, trois couleurs : Saison 1 6 déc. 2003 - 5 mars 2004 Saison 2 6 mars - 3 sept. 2004 Saison 3 4 sept. - 28 nov. 2004

SPECTACLE VIVANT Sous la direction de Caroline Naphegyi, et grâce à un réseau impressionnant de scènes et structures, Lille 2004 a présenté tous les pans des arts de la scène d’aujourd’hui. Art lyrique (fOpéra), cirque (f), danse (f), musique (f), théâtre (f), à travers des formes classiques comme des propositions très modernes. Et, globalement, Lille 2004 est l’occasion de mettre en valeur ce réseau régional qui, depuis toujours, fait du Nord/Pas-de-Calais l’une des régions les plus vivantes de l’hexagone. Au Tri Postal, l’ensemble Ars Nova joue le compositeur Luc Ferrari et ses dissonances audacieuses dans le cadre du festival Audioframes

49

lille2004lille


glossairep.40-64

5/04/05

16:34

Page 50

T TERRITOIRE LILLE 2004 D’Hesdin à Anvers, de Boulogne-sur-Mer à Mons-Belgique, Lille 2004 a travaillé sur un territoire énorme. L’Eurorégion est désormais une réalité ! Les 7 Vallées ? Le Boulonnais ? L’Artois ? L’Avesnois ? Non ! Le Canal Beagle, Terre de Feu... Le temps d’une aventure, le territoire Lille 2004 s’est étendu jusqu’à la sompteuse Patagonie ! © Manuel Da Mota

lille2004lille

50


glossairep.40-64

5/04/05

16:34

Page 51

TECHNIQUE Bel exploit réalisé par Frédéric Platteau et ses équipes : assurer le montage, l’exploitation et le démontage de centaines de métamorphoses, expositions, fêtes et spectacles. Avec les traditionnels numéros d’équilibriste, propres à ce type d’événements : “réhabiliter” le Tri Postal et y monter 3 expositions de taille (Robots !, Voitures du futur et Prime time) le tout en cinq mois à peine, dans un lieu finalement prêt à accueillir le public dès le 6 décembre 2003. Au même moment, la seule fête d’ouverture nécessite 450 techniciens : régisseurs, manutentionnaires, éclairagistes, sonorisateurs… L’ensemble des métiers du spectacle est présent. Certaines périodes de l’année s’avèrent particulièrement “chargées” : pendant quelques jours, en juillet, on frôle les 200 techniciens pour assurer à la fois le démontage du Barnum des Postes (f), le lancement du spectacle de Zingaro (f) et la fête des Géants (f).

Fin novembre 2003, on monte la Forêt...

...suspendue pendant...

...trois semaines à Roubaix.

TOURISME Symbole d’une réussite : Lille devient en 2004 une destination particulièrement prisée. Depuis une dizaine d’années déjà, les touristes montrent le bout de leur nez dans la capitale des Flandres. Mais en 2004, et avec les efforts d’une commission Tourisme présidée par Martine Filleul, d’une équipe coordonnée par Benjamin Bellet, de l’Office de Tourisme de Lille et de l’ensemble des professionnels, on entend partout parler allemand, anglais, espagnol, japonais, néerlandais… Les hôtels affichent très régulièrement complet. Et les Lillois sentent bien que le phénomène est massif. Aujourd’hui, l’on dispose de nombreux chiffres qui viennent étayer ce sentiment d’un véritable phénomène 2004. Qui pourrait, de surcroît, rapidement se pérenniser.

Dès le 6 décembre, on admire la Forêt suspendue, et ce pendant pendant deux mois à Roubaix.

51

lille2004lille


glossairep.40-64

5/04/05

16:34

Page 52

TOURISME (SUITE) Plus de 70 tour-opérateurs, dont les principaux d’Europe, ont inscrit Lille dans leurs brochures 2004. Pour plus de la moitié d’entre eux, c’est une première. Et beaucoup s’engagent à continuer. L’engouement pour Lille et la région s’est aussi confirmé sur les salons touristiques de la fin 2004 auxquels l’Office du Tourisme de Lille ou le Comité Régional de Tourisme Nord-Pas de Calais ont pu participer. Autre repère : une fréquentation de l’Office de Tourisme de Lille qui explose littéralement. Elle augmente de 66% en moyenne sur la période décembre 2003-novembre 2004, avec une pointe de 8 000 personnes pour la seule journée du 6 décembre. Quant à la part de clientèle étrangère a augmenté de 50% par rapport à 2003. Dans un contexte national tendu, l’hôtellerie lilloise tire son épingle du jeu, avec une augmentation de fréquentation moyenne de 24,6% par rapport à l’année décembre 2002-novembre 2003. Les touristes étrangers jouent un grand rôle dans ces bons chiffres. On note ainsi une fréquentation accrue de 160% des clients néerlandais ! Le nombre de nuitées croît également (+27,2%). Le constat, plus modéré dans la métropole lilloise, marque une augmentation de 1,8% de la fréquentation. En région, l’ensemble des Offices de tourisme des villes organisant des manifestations connaissent eux une hausse de fréquentation. On constate l’importance des “groupes organisés” dans la fréquentation des grandes expositions des musées régionaux. Au Musée des Beaux-Arts d’Arras, La querelle du coloris, Rubens contre Poussin est fréquentée à 61% par des groupes. n

Leçon de théâtre : Tierno Bokar par Peter Brook

THÉÂTRE Du dépouillement magistral de Peter Brook (Tierno Bokar au Théâtre du Nord) à l’exubérance post-reality show de Constanza Macras (Back to the present à l’Idéal de Tourcoing), le théâtre est multiple à Lille 2004. Les Météores de l’Hippodrome de Douai accueillent les créations africaines. Le Bateau Feu (Dunkerque) part, lui, vers les Quais de Chine. Jean-Marc Chotteau travaille à Tourcoing autour de la mémoire ouvrière. Dominique Sarrazin et la Découverte évoquent eux la période de l’occupation. Les Scènes étrangères de la Rose des Vents (Villeneuve d’Ascq) poursuivent ce rôle essentiel de défrichage de la création internationale. A Lille Fives, on joue le théâtre technologique du canadien Denis Marleau. Le Théâtre d’Arras invite les décalés Délices dada et Cartoun Sardines. Stuart Seide et le Théâtre du Nord revisitent, en six temps, le géant Shakespeare.

TRANSFRONTALIERS (PROJETS) Oublions la frontière ! Ou plutôt, captons l’énergie de la frontière… Depuis longtemps déjà, les structures culturelles (et les publics) de la région Nord/Pas-de-Calais ont appris à travailler avec leurs confrères belges. Le Prato (Lille), la Rose des Vents (Villeneuve d’Ascq), le Manège (Maubeuge) ou encore l’Aéronef (Lille) sont des habitués du transfrontalier. Lille 2004 vient appuyer cette tendance. Symbole incroyable : trois des douze maisons Folie (f) – L’Ile Buda de Courtrai, les Arbalestriers de Mons, Choiseul de Tournai - sont en Belgique ! Un programme d’équipement de cette envergure qui traverse la frontière, c’est probablement une première… En parallèle, les projets artistiques ne manquent pas. Le festival Borderline rassemble huit structures culturelles, moitié françaises moitié belges. Pour le Monde Parallèle Solo soli, on danse (contemporain) des deux côtés de la frontière. Rubens est à Anvers, dans son versant collectionneur. Le designer anversois Walter van Beirendonck offre une microfolie (fMétamorphoses). Nombre de géants (fGéants) viennent d’outre-Quiévrain. En septembre, Tournai offre un Monde Parallèle lié à son patrimoine, l’occasion d’un magnifique spectacle de rue…. Le mois suivant, Audioframes, festival dédié aux bidouilleurs sonores, se tient dans le même temps à Lille et Courtrai.

La Triennale de l’affiche politique, aux Arbalestriers de Mons

lille2004lille

52


glossairep.40-64

5/04/05

16:34

Page 53

TRI POSTAL LE lieu Lille 2004. Naguère dédié aux postiers, cet imposant bâtiment de 5 500 mètres carrés répartis sur trois étages va, en quelques semaines, devenir l’emblème de la Capitale Européenne de la Culture. Les expositions et installations y sont diablement contemporaines (Robots !, Voitures du Futur, Game On, Audioframes, Gonflables !...) et pourtant grand public. Les nuits clubbing (f) qu’on y donne marquent rapidement les esprits. Bref, un lieu immédiatement adopté… Le Tri Postal, c’est aussi un lieu d’accueil, de billetterie, un bar idéalement mis en scène par B-Architecten et le jeune architecte lillois Ludovic Smagghe, une boutique, des artistes qui en septembre “vivent” à l’intérieur de l’installation d’AVL (fdesign)… le tout à quelques encablures des deux gares lilloises, au cœur des anneaux de vitesse (f) chers à Didier Fusillier. “Il se passe quelque chose dans ce lieu” entend-on-ci et là. Au point que chacun de souhaiter que le “tripo”, après 2004, ouvre à nouveau ses portes. Un accord est trouvé avec le Réseau Ferré de France, propriétaire des lieux, pour pouvoir encore disposer du lieu pendant cinq ans. Oui, l’après Lille 2004 se fera aussi au Tri Postal.

Les nuits Audioframes accueillent Genjini, trio électronique lillois.

53

lille2004lille


glossairep.40-64

U

5/04/05

16:34

Page 54

V

URBAINE (CULTURE)

Farid Berki et Melting Spot, originaires de Tourcoing, étoiles du hip-hop hexagonal

Un symbole : en 2004 la Villette choisit de travailler hors les murs et d’exporter son festival Les Rencontres. Lille et Roubaix accueilleront donc la crème des créations hip-hop du moment. Lille 2004 va régulièrement témoigner de la “vitalité culturelle des banlieues” et notamment des créateurs régionaux. Farid Berki (et sa compagnie Melting Spot, à Lille et Dunkerque) ou encore Farid O’ vont démontrer leur savoir-faire de chorégraphe. Au Barnum des Postes (f), on croise, le temps d’une semaine, toutes les facettes du hiphop : danse, rap, graff‘… Le rap est à l’honneur avec deux festivals organisés par les associations Call 911 et Papsoon Waz. Le graff’ resplendit également sur les murs du Tri Postal avec une gigantesque fresque du collectif new-yorkais Tats Cru. Enfin, moment magique, l’Aéronef accueille le mythique Dj Kool Herc, pionnier du dj’ing, le premier à avoir fait un art de l’utilisation de 2 platines disque… A 2 heures du matin, toujours pas fatigué, Kool Herc viendra improviser un second “set” au Tri Postal. Une sacré vitalité !

Accrorap et Brahim Bouchelaghem, l’une des révélations des Rencontres 2004 de la Villette

lille2004lille

54

VILLES

De Roubaix qui, sous l’impulsion de René Vandierendonck, annonce 25 projets (expositions, métamorphoses… et une gigantesque maison Folie !) aux villages des Weppes qui organisent des ballades à travers leur (champêtre) territoire, la participation des 193 villes (et inter communales) à Lille 2004 va être multiple. C'est Emmanuel Vinchon qui coordonne pour Lille 2004 l'implication de ces partenaires. Nombre de villes vont “profiter” de l'énergie Lille 2004 pour valoriser leur patrimoine. Hem met à l'honneur les vitraux de la Chapelle Sainte-Thérèse, réalisés par Alfred Manessier. Dominique Riquet, maire de Valenciennes, choisit d’honorer Watteau, originaire de la ville. Etaples organise une exposition sur l'Ecole d'Etaples. Des villes comme Le Quesnoy ou encore Bouchain profitent de l'initiative Forts et lumières (fFêtes) pour travailler autour de leurs fortifications… Certaines villes choisissent de s'associer entre elles (Croix, Marcq-en-Baroeul, Marquette et Wasquehal) pour mettre sur pied un événement commun. D’autres préfèrent se tourner vers de lointaines contrées. Dunkerque, avec son Musée portuaire et son Musée des Beaux-Arts, emmenée par Michel Delebarre, rêve de l’extrême-orient. Douai, et son festival Les Météores vogue vers l’Afrique. Béthune, elle, part à la quête d’un passé théâtral espagnol. Ainsi, chacun s'approprie Lille 2004 à sa manière. Le logo de Lille 2004 est “détourné” officiellement par chacune de ces communes. Dans les villes et villages, les drapeaux et calicots à l'effigie du jumper (f) rappeleront toute l'année aux habitants et visiteurs qu'il existe comme une évidente communauté d'esprit dans cette région. Un symbole ? Embarqués dans la même aventure, Lille (212 000 habitants) et Torcy (142 âmes)...


glossairep.40-64

5/04/05

16:34

ACHICOURT AIRE SUR LA LYS ANICHE ANNAY SOUS LENS ANSTAING ANZIN ARMENTIÈRES ARRAS ARQUES AUBERS AUCHEL AULNOYE AYMERIES AUXI LE CHÂTEAU AVESNES SUR HELPE AVION BACHY BAILLEUL BAISIEUX BAUVIN BAVAY BEAUCAMPS LIGNY BEAURAINVILLE BERCK SUR MER BERGUES BÉTHUNE BEUVRY LA FORET BILLY BERCLAU BONDUES BOUCHAIN BOULOGNE SUR MER BOURBOURG BOUSBECQUE BOUVINES BRAY DUNES BRUAY LA BUISSIÈRE BUYSSCHEURE CALAIS CAMBRAI CAMPHIN EN PÉVÈLE CARVIN CAUDRY CHERENG CLARY COMINES CONDÉ SUR L’ESCAUT COURCELLES SOUS LENS CROIX CYSOING DECHY DENAIN DESVRES DIMONT DON DOUAI DOUCHY LES MINES DUNKERQUE ELEU DIT LEAUWETTE EMMERIN ENGLOS

Page 55

ENNETIERES EN WEPPES ERQUINGHEM LE SEC ESCOBECQUES ETAPLES SUR MER

MEURCHIN MONS EN BAROEUL MONTREUIL SUR MER MONT SAINT ELOI MONTIGNY EN GOHELLE MONTIGNY EN OSTREVENT MOUVAUX

FACHES THUMESNIL FEIGNIES FOREST SUR MARQUE FOURMIES FOURNES EN WEPPES FRETIN FROMELLES

NEUVILLE EN FERRAIN NOEUX LES MINES OIGNIES ONNAING ORCHIES

GOMMEGNIES GOSNAY GRAVELINES GRUSON

PÉRENCHIES PERNES EN ARTOIS PERONNE EN MELANTOIS PETITE FORET POLINCOVE PONT A VENDIN

HALLUIN HAUBOURDIN HAUTMONT HAZEBROUCK HELLEMMES HEM HESDIN HELFAUT HENIN BEAUMONT HOUPLIN ANCOISNE HUCQUELIERS

QUESNOY SUR DEULE QUIEVRECHAIN RADINGHEM EN WEPPES RAIMBEAUCOURT RECQUIGNIES RONCQ ROUBAIX ROUSIES ROUVROY

JEUMONT LALLAING LA MADELEINE LAMBERSART LANDRECIES LEFFRINCKOUCKE LENS LE CATEAU CAMBRÉSIS LE MAISNIL LE PORTEL LE QUESNOY LE TOUQUET LESQUIN LEWARDE LEZENNES LIBERCOURT LICQUES LIÉVIN LILLE LILLERS LINSELLES LOMME LOOS LOOS EN GOHELLE LOUVROIL

SAILLY LES LANNOY SAINGHIN EN MÉLANTOIS SAINGHIN EN WEPPES SAINS DU NORD ST AMAND LES EAUX ST JANS CAPPEL ST MARTIN LEZ BOULOGNE ST OMER ST POL SUR TERNOISE SALLAUMINES SAMER SANTES SARS POTERIES SECLIN SEQUEDIN SIN LE NOBLE SOLESMES STEENVOORDE TAISNIERES SUR HON TEMPLEMARS TRESSIN TORCY TOURCOING

MARCQ EN BAROEUL MARQUETTE LEZ LILLE MARQUISE MASNY MAUBEUGE MAZINGARBE

VILLENEUVE D’ASCQ VILLERS POL VILLERS PLOUICH WALLERS WAMBRECHIES WARNETON WASQUEHAL WATTRELOS WATTIGNIES WAVRIN WERVICQ SUD WILLEMS WINGLES WIMEREUX WORMHOUT 7 VILLES BELGES ANVERS COMINES WARNETON COURTRAI GAND MONS MOUSCRON TOURNAI 15 INTERCOMMUNALES Communauté d’Agglomération de l’ARTOIS Com. d’Agglomération d’HENIN CARVIN Com. d’Agglomération de LENS-LIÉVIN Com. d’Agglomération de MAUBEUGE-VAL DE SAMBRE Com. d’Agglomération de la PORTE DU HAINAUT Com. d’Agglomération VALENCIENNES METROPOLE Communauté de Communes de l’ARTOIS Communauté de Communes de la Région de DESVRES Communauté de Communes du Canton d’HUCQUELIERS Communauté de Communes d’ORCHIES-BEUVRY Communauté de Communes du VAL DE CANCHE ET D’AUTHIE Syndicat Intercommunal LYS NORD METROPOLE Syndicat Intercommunal de PÉRENCHIES-VERLINGHEM PLAINE DES WEPPES VAL DE MARQUE

VALENCIENNES VENDEVILLE VENDIN LE VIEIL VERQUIN VIEUX CONDÉ

55

lille2004lille


glossairep.40-64

5/04/05

16:34

W WAZEMMES

Page 56

Un quartier bouillonnant, “l’autre coeur” lillois de Lille 2004. Avec sa maison Folie, ses associations hyperactives comme Wazemmes l’accordéon, le Zem Théâtre, les Ajoncs, la Malterie, Eolie Songe, La Cie des Astres, le Tire-Laine, Montevideo... L’Attacafa (scène nomade) vient y faire chaque année son Festival international de la soupe, toujours aussi goûtu en 2004. La seconde saison de Lille 2004 s’ouvre le 6 mars sur une fête intitulée De Wazemmes à l’aube...

Dans la nuit, la maison Folie de Wazemmes brille de mille feux...

X

Y

(INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS)

Effectivement, pour suivre tous les événements de l’année, il fallait plutôt être zen....

YOGA

Certains laissent entendre que l’on a pu voir des instantanés érotiques, des bouts de création pornographique, ou même des extravagances anatomiques… Alors, avez-vous bien visité les installations d'AVL au Tri Postal (fDesign) ? Le Monde Parallèle Chine, là aussi dans les recoins du Tri Postal ? Akimahen, la jeune création japonaise, à la maison Folie de Wazemmes ? Le freak-show de Richard Move à l'Aéronef ? Les stripteaseuses invitées par Art Point M dans leur Laboratoire factory (fClubbing) à Roubaix ? En est-on seulement sûr ?

Pour être zen, il y a le yoga, mais aussi le Taï-Chi. Démonstration, lors du Monde Parallèle Chine, en mars

lille2004lille

56


glossairep.40-64

5/04/05

16:34

Page 57

Z ZINGARO

Complet. Plus une place. Les Chevaux de vent, dernière création en date de Bartabas et sa troupe, fait le plein à Lille. Une ode aux divinités tibétaines, magique et mystique… Dans un espace spécialement dédié à Zingaro (f technique - avec l'aide du Conseil Général du Nord), quinze représentations attirent 20 748 spectateurs. Avec Rubens, le phénomène de l'année ?

ZZZZZZZZZ Ca y est : le 29 novembre 2004, au petit matin, on peut aller dormir… Zzzzzz

57

lille2004lille


glossairep.40-64

5/04/05

16:34

Page 58

ENGLISH VERSION Groupe F set off its concert of fire during the white ball, great opening event of Lille 2004

(A) AH QUE DE MONDE ! (AMAZING) Yes, between 600,000 and 1,000,000 people participated in the opening celebration of Lille 2004, on 6 December 2003, for the now famous bal blanc. And this was just the beginning… AMBASSADEURS (AMBASSADORS) 17,800 people, mostly from the Nord/Pas-de-Calais region, either residents or expatriates spread across the world; students, professionals, retired people; these volunteer Ambassadors were ready to bring their support to Lille 2004. Their motivations were varied: some wished to transform the caricatures often vehicled about the region being tern and grey; some wished to get closer to the events, the organisation and the artists; some (younger) Ambassadors lived Lille 2004 as a learning experience… Present all year round, on an everyday basis in the Lille 2004 venues (Maison Folies >), at the heart of the teams involved in organising the major events (Les Fêtes>), they were an important engine room in the European Capital of Culture. Volunteers have long played a key role in major international cultural events. Lille 2004 brought a personal touch by involving Ambassadors in their local territory; the Ambassadors represented not only the main cultural event but also their town or district. In Lille Moulins, the Ambassadors from the district responded positively to the invitation of the artist Georges-Pascal Ricordeau, who explored with them his techniques of plastic weaving. The Condition Publique (Maison Folie of Roubaix) welcomed Ambassadors from the city to take part in the Extramundi festival. One Lille 2004 Ambassador, named Bajou, made 46 video films during the year. Many put their films online. Personal “blog” websites blossomed, as well as alternative sites giving information. At the end of Lille 2004, some Ambassadors wish to stay involved and support other events in other places. AMENAGEMENT (DEVELOPMENT) Along with previous European Capitals of Culture, the city of Lille and the surrounding municipal authorities took the opportunity of the European Cultural Capital status to accelerate improvements in public spaces, heritage sites, amenities and service provision. Amongst the new amenities, we can note the ambitious Maisons Folie (>) programme, the renovation of the Lille Opera house or Musée de l’Hôtel

lille2004lille

Sandelin (Saint-Omer). Public spaces have been transformed, principally, by the development of ramblas or urban walkways. Between the Lille-Flandres train station and the Quai du Wault, the city of Lille has thus redefined its city centre. Alongside these central redevelopment projects, other new facilities were constructed: such as the new urban sports park in Lille-Sud for skateboarders and BMX. Finally, in tandem with the urban development above, the year 2004 witnessed the completion of the first stages of a vast regeneration programme (first planned in 1968!) the length of the river Deûle. This natural park is imagined as the “green lungs” of the Lille metropolitan area. Lille Métropôle Communauté Urbaine and the towns of Houplin-Ancoisne, Santes, Wavrin then Don, Haubourdin and Seclin have committed themselves to a development project which respects the environment and improves the landscape. Overseen by the Espace Naturel Métropolitain, the Parc de la Deûle was officially opened in Spring 2004. The whole 650 hectares will continue to be developed until the end of the decade. These regeneration programmes which formed part of the European Capital of Culture required a budget of some 70 million euros, coordinated by the municipal authorities concerned and by Lille 2004. ANNEAUX DE VITESSE (SPEED RINGS) One of the original concepts of Lille 2004. A unique interlinking of time and space to create and explore, notably, a new coherent approach enjoining the territory of the Euroregion and the cultural activities on offer. We enjoy an event which went beyond our usual frames of reference, bringing with it a feeling of availability and a freedom of choice. With 2,500 events proposed in 193 partner towns, it was now really a question of “chosen time” rather than “free time”. And to take advantage of these Speed rings, what better to use than the ten league boots of Jumper (>). ARCHITECTURE In conjunction with design (>), this was one of the main themes of the third season (4 September – 28 November 2004). We discovered herein surprising visions of the future and artistic proposals which influenced, or were inspired by, the everyday. It was the opportunity to reflect upon the city of the 21st century, plus past and present mutations (Lille Métropole en Europe; La ville qui fait signes at the Fresnoy in Tourcoing), but also tributes duly paid to great contemporary architects (Christian de Portzamparc pluriel et singulier at the Palais des

58

Beaux-Arts in Lille) and those of tomorrow (Nouvelles tendances de l’architecture in the Maison Folie of Lille Moulins). Unusual architectural concepts were also to be discovered when visiting the design (>) exhibitions, which deliberately blurred the boundaries between disciplines. The European year of culture hence closed with the in fine proposal “take Lille 2004 home with you, in your everyday lives”. ARTIFICES (FIREWORKS) From the opening celebration to the grand finale, on the ramparts of the eight towns featured in the Forts et Lumières, the firework displays of the Groupe F remain in memory amongst the most magical moments of the year. Majestic fire… ARTISTES (ARTISTS) They were at the heart of Lille 2004: bringing ideas, energy, creativity and rhythm to the Capital of Culture. 17,000 artists took part in the adventure. An incredible figure, bearing witness to the sheer size of the event. The geographical origins of the artists were varied: almost 50% came from the Nord/Pas-de-Calais region; 33% were from abroad; and 17% from other regions of France. A diversity of cultures which was felt in particular by an important number of artists from Asia. China and Japan figure amongst the most fertile territories of artistic creativity today. In 2004, the two countries were each put in the spotlight for a week-end Monde Parallèle (>). As was Montreal and our cousins from Quebec. Equally, the Sacrés Belges Festival (in the Théâtre Missionné and the Maison Folie of Arras), the Monde Parallèle Gand Cru and numerous other performances proved the ongoing vitality of the Belgian artistic scene. From Holland, we were treated to the latest in design during the third season with Droog Design and AVL (>Design). Africa played a key part too, with the Senegalese artist Ousmane Sow, a Monde Parallèle Afrique which journeyed across West Africa, and events about the Maghreb organised notably by the Attacafa association. The oldest artist to participate in Lille 2004 was the master of the Congolese rumba: Wendo Kolosoy, 83 years young! ARTS VISUELS (VISUAL ARTS) Piloted by Caroline David and Richard Castelli, - in tandem with proposals put forward by regional curators -, the exhibitions, installations of Lille 2004 revealed contemporary and future art, showed the


glossairep.40-64

5/04/05

16:34

Page 59

work of great masters and highlighted classical heritage. Alongside the Rubens phenomenen (>), from Mexique-Europe, to Egyptology and Auguste Mariette (Boulogne-sur-Mer castle museum), to Picasso peintre d’objets (La Piscine de Roubaix), we witnessed also the Cinémas du futur (le 2004 à Euralille), Robots (le Tri Postal de Lille), young Japanese creativity at Akimahen (Maison Folie de Lille Wazemmes) or a Ousmane Sow retrospective (Maison Folie de Mons-en-Baroeul). In the same way, the European Capital of Culture chose to highlight the museums of the Euroregion as well as underline the importance of new exhibition venues. Throughout the year, the public (re)discovered the many great museums of the region, and also visited numerous atypical venues for the displaying of art (Le 2004 à Euralille in the heart of a shopping centre; the Tri Postal formerly occupied by postmen; the Maisons Folie…). It goes without saying: the visual arts feed upon “unartistic” venues as much as museums. During its first season (>), Lille 2004 paid close attention to the theme of the future; contemporary utopian ideas and the future of yesterday (as imagined by our ancestors) rub shoulders in exhibitions such as Robots!, Voitures du Futur, and Cinémas du Futur which capture the imagination of the general public. Flower Power was also all the rage; and Annette Messager worked on the theme of memory in the Hospice Comtesse. The second season (>) was marked by the “Rubens phenomenen”. The public enjoyed Watteau (Valenciennes), Auguste Mariette (Boulogne-surMer) and Ingres (Cambrai), as well as video games at Game On and contemporary African art, Les Afriques (both Lille). Finally, the third season (>) looked at art in our everyday life through the themes of architecture (>) and design (>). The applied arts were also fêted (Picasso, Matisse…), as was Mexican art with the major Mexique-Europe exhibition at the Musée d’Art Moderne in Villeneuve d’Ascq. In total, the European Capital of Culture proposed over 200 art exhibitions and installations. ASSOCIATION LILLE HORIZON 2004 From January 2000 to the present overview, the Lille 2004 event has been managed by the Association Lille 2004. Presided by Martine Aubry, Mayor of Lille, it boasts 42 board members regrouped within three colleges (cultural, economic and institutional). See Conseil d’Administration (Board of Members) in French version. AUBRY (MARTINE) “To make the people of the North proud of their region and their culture, to provide beautiful emotions”. At the end of November 2004, the Mayor of Lille and President of the Association Lille Horizon 2004 reminded us of her “dream” for Lille 2004. Lille’s highest magistrate is totally behind the project, as soon as 1998 when Lille is nominated for the title of European Capital of Culture for 2004. She puts forward her wish for an event which “incarnates (our) collective attachment to (our) roots”, but which is also “a magnificent opportunity to project ourselves into the future”. In total symbiosis with Didier Fusillier (Director) and Laurent Dréano (General Coordinator), Martine Aubry injected her dynamism, over four years, into the preparation of the event.

(B) BARNUM DES POSTES A village of circus tents set up in Lille from the end of April to mid-July 2004. New circus, British pop, clowns, hip-hop dance, accordion, diva punk, puppetry of the third kind, deviant jazz, football comedy, percussions a go-go, gypsy music, electro clash,

a pétanque tournament: all these things and more were on the menu at the Barnum. A festive and creative spirit, the crème of local artists, a joyous mix of disciplines and atmospheres combine to make it one of the key venues of the year. The Barnum des Postes was initially an idea to implant the spirit of Lille 2004 at the crossroads between four of the least privileged districts of Lille. A festive atmosphere with a drive for artistic excellence, as envisaged by Olivier Sergent, project manager. Symbolically, the first performance given under the big top was made especially for local children by the Centre National des Arts du Cirque. For nine full weeks, artistic disciplines were performed on stage as well short initiation courses organised. In total, the Barnum welcomed 32,000 people. On 13 July, more than 2,000 spectators applauded the tarafs, - who came from Eastern Europe and the East of Lille -, and celebrated the closing of a shortlived but unforgettable venue. BEFFROIS DE LA CULTURE (CULTURE IN OUR BELFRIES) An initiative on behalf of the Conseil Régional Nord/Pas-de-Calais and its President Daniel Percheron and his vice-president Ivan Renar. The Beffrois de la culture was the making available of masterworks loaned by major national museums to regional towns having no museum of their own. In January, The Thinker by Rodin sat proudly in the Town Hall of Liévin (Pas-de-Calais). A symbol. Indeed, the first month saw 12,000 visitors keen to discover masterworks hitherto reserved only to somewhat intimidating venues. All year round, through twelve monthly themes, the appetite for culture did not diminish. At the height of summer, the belfry of Aulnoye-Aymeries was full of admiring crowds for the visit of works by Picasso. Already, plans are afoot to ensure that this dynamism started during Lille 2004 should continue. And, at the end of the year, the announcement was made that the Louvre II annexe will open in Lens in 2008! BELGIQUE (BELGIUM) Lille 2004 wished constantly to go beyond its own borders and reach out to its neighbours (> Transfrontalier). Many events were organised with the towns and the French Community of Belgium. The geographic, historical and cultural links; a common past, brought forth cross-border collaborations. Feria Musica, the Belgian theatre-circus company transported its Vertige du papillon show to the Phénix (Valenciennes) in January. In March, Choiseul, the Maison Folie of Tournai was opened. In March, Rubens was also celebrated in his former home in Antwerp. In June, Marthe Wéry’s monographic exhibition in the Beaux-Arts museum of Tournai took its natural place in the Lille 2004 artistic programme. And in September, the Routes and couleurs de la pierre series of events successfully highlighted the traditional stone working activities from in and around Tournai. BILLETTERIE (TICKETING) From 6 December 2003 to 28 November 2004, more than 2.8 million tickets were emitted. This marked the consecration of a much hard work to create a network between Lille 2004, its many cultural partners and the existing ticket agencies in France. BUDGET The programme of activities of Lille 2004 amounted to 73,7m (483 MF). This is an average budget for European Capitals of Culture, yet it concerned a uniquely large scale event embracing 193 municipalities! See Budget details in French version. CAPITALES EUROPEÉNNES DE LA CULTURE (EUROPEAN CAPITALS OF CULTURE) The European Capitals of Culture were created by

59

the Ministers of Culture of the European Union. Athens became the first Cultural Capital of Europe in 1985. The event was conceived in order to help bring together different cultures. To be named as European Capital of Culture represents an unparalleled opportunity to assert the city’s identity on the European cultural map, as well as generating important media and tourism interest. From their inception, the European Capitals of Culture enjoyed great success both with the general public and the media. Glasgow has transformed into a laboratory for culture since 1990; Antwerp has seen its notoriety enhanced across Northern Europe. These events show the capacity for people to build partnerships and generate dynamism with political institutions, and cultural, economic and social bodies. Even if each town has built their programming according to its cultural, political, economic and social context, three trends have appeared. Glasgow 90 or Porto 2001 chose to base their programming upon the construction of new infrastructures. Others like Florence 86 or Dublin 91 envisioned the programme in the form of a festival. Still others, like Antwerp 93 and Helsinki 2000, envisaged a series of artistic themes. This third approach has been developed over the years, as this way allows a better legibility of the programme for the public, who sometimes have the choice between over 800 events in one year. Lille innovated by being the first city to extend the event across a whole Euroregional territory: 193 towns and cities. See list of previous European Capitals of Culture in French version

(C) CINEMA The silver screen, seen in various ways: from an exhibition on the Cinémas du futur (immersive and interactive works) to a lesson in things by Jean-Luc Goddard (Collages de France) … Film shorts were made by young European students on the occasion of the Lille 2004 great celebrations. CIRQUE (CIRCUS) The nouveau cirque is involved all year long: with Le Prato, the Arts Sauts, the Belgian circus company Feria Musica, the Cahin-Caha Company and the Théâtre de la Licorne, Johan Le Guillerm... CITÉ IDEALE The participation of the State schools in Lille 2004: a vast programme associating hundreds of primary, secondary and technical schools from the Academy of Lille, around the theme of the cité idéale. Pupils were encouraged to take part in numerous artistic disciplines (literature, architecture, gastronomy…), thinking about an “ideal future” and a “new art of living” as inspired by Lille 2004. Over 900 projects came about, in tandem with a large numbers of visits to Lille 2004 events and exhibitions by schoolchildren. Some classes participated directly in projects which were included in the official artistic programme… CLUBBING In a region ever open to electronic music, - at the end of 1980s, the first techno clubs in Europe burst on the scene nearby, over the Belgian border -, night-clubbing was rightly at the heart of the rhythm of the European year of culture. Starting on the opening celebration, an immense dancefloor on the scale of a whole city pumped out electronic sounds by Pierre Henry as well as Anglo-Saxon DJs. From the early week-ends, the outstanding success of the Nuits du Tri Postal became evident: one hour queue to get in to the central venue of Lille 2004! Art Point M, the collective from Roubaix so fond of time travel, invited the crème of international DJs

lille2004lille


glossairep.40-64

5/04/05

16:34

Page 60

and promoted hyper urban lifestyles in their Laboratoire Factory. And on 20 November 2004, the grand finale of Lille 2004 opened with an electronic music afternoon… reserved for kids under 12! For the occasion, the top French DJ, Laurent Garnier, hosted the show behind his record decks. COLLECTIVITES PUBLIQUES (PUBLIC AUTHORITIES) The full complement of public authorities - Europe, the State, the Region, the départements, the Communauté urbaine and all the partner towns – embraced the Lille 2004 project. Outstanding financial input, a grand-scale information network and the (co)production and (co)realization of events. The contribution of seven Belgian communes saw participation transcend national borders. Lille 2004 is the first European Capital of Culture to spread out over such a large geographical zone. COLLOQUES (CULTURE) (CONFERENCES) Appropriately, for an event of this kind, the question of culture as a social vector came to the fore. Twothirds of the way into the year (September), on the initiative of Martine Aubry, the question was debated at the Conservatoire de Lille by leading philosophers, economists, artists and sociologists. This exercise was repeated in December, as the year reached its close. In November, the Aéronef (Lille) welcomed three days of debate, this time on the initiative of Nabil el Haggar, vice-President of Lille I University. COMMERÇANTS (LOCAL BUSINESSES) Three hundred local businesses supported the European Capital of Culture by adhering to the “Commerçant Lille 2004” label scheme. Their shop windows displayed the colours of the event throughout the year. In addition, the Group of Lille city centre businesses (GAEL) organised a series of exhibitions (Art au coeur) in some twenty town centre premises. Some of these local businesses even produced special Lille 2004 products, including bread, chocolate and lingerie! At the end of the event, all of the commercial and economic bodies of the city centre expressed their satisfaction with the effects of Lille 2004. COMMUNICATION Under the stewardship of Anne-Françoise Lemaître, the communication team of Lille 2004 worked both on the promotion of the European Capital of Culture to the local and regional audience, as well as to the wider European audience. International notoriety, through an almost entirely bilingual communications effort carried out by Tony Coates, coupled with proximity or legibility on a local level were the dual aims of the team. A tourism (>) department worked in conjunction with the biggest European tour operators, whilst, at the same time, a partnership was reached with the major regional newspaper la Voix du Nord. Electronic newsletters were sent to over 25,000 subscribers across the globe, and the Ambassadors helped with the distribution of leaflets in the street… The website received 100,000 visitors per month. The communications strategy was adapted to different target audiences, through multiple forms (paper, Internet, telecommunications, posters, urban signposting…) and an ambitious partnership policy (public and private structures), in order to communicate as best and closely as possible to a diverse audience. COMMUNAUTE URBAINE (LILLE METROPOLITAN AUTHORITY) Pierre Mauroy, the President of the Lille Métropole Communauté Urbaine (LMCU), becomes fully involved in the Lille 2004 project from the outset, aiming to create an event which would reveal “both the diversity of the metropolis itself and its cross-

lille2004lille

Flower Power exhibition in Lille’s Palais des Beaux-Arts

border potential”. In order to achieve this, the organisation chooses to give particular support to the Métamorphoses (>) programme. Another important focal point is Jacques Simon’s Parc de la Deûle and Land Art (>) projects. Lastly, Lille 2004 is the perfect opportunity for the LMCU to promote the large third-season exhibition Mexique-Europe, Allers-Retours 1910-1960 at the Musée d’Art Moderne in Villeneuve d’Ascq. CONSEIL GÉNÉRAL DU NORD Several types of actions typified the participation of the Conseil Général du Nord in Lille 2004: the restoration and promotion of heritage buildings (Forts et Lumières); the recognition of historical treasures (Matisse et la couleur des tissus and Couleur, travail et société exhibitions); Literature (>); and traditional cultural cutoms (Géants, brass bands > Racines). These causes have been championed since 1988 and were given full prestige under the aegis of Bernard Derosier when, in 2004, the Conseil became involved in further related projects. Hence, Renaud Tardy, the vice president in charge of culture picked out ‘Game on’, an exhibition devoted to video games, as « one of the events of the year ». CONSEIL GENERAL DU PAS-de-CALAIS For the Conseil Général du Pas-de-Calais, Lille 2004 is seen as an « extra opportunity to highlight » the département’s cultural initiatives. The Musée des Beaux Arts and the lace museum in Calais, the re-opening of the Musée de l’Hôtel Sandelin de Saint-Omer, the romantic excursions organized by Culture Commune in the form of the Rendez-vous cavaliers (> Déambulations) and the projects entrusted to the Théâtre d’Arras…The chairman of the Conseil Général, Dominique Dupilet and his predecessor Roland Huguet oversaw the organisation’s commitment to Lille 2004. CONSEIL RÉGIONAL DU NORD/PAS-DE-CALAIS Daniel Percheron and his vice president in charge of culture, Ivan Renar, (replaced by Catherine Génisson during the year), create an initiative called Autour de Lille 2004, designed to offer memorable events to the entire region. The Orchestre National de Lille visits 16 towns thanks to the Itinérances symphoniques project. Opera is performed in the street, featuring La Clef des Chants and Oposito (> Déambulations). Les Beffrois de la Culture bring the museum experience to the street corner, ultimately attracting 80,000 visitors. Overall, the Autour de Lille project reaches 45 venues in 35 towns. COULEURS (COLOURS) Colours were a main theme in the conceptualisation of Lille 2004. The idea was for the territory to show its rich diversity through « technicolour ». The colours of Lille 2004 were present in all corners of the Euroregion, through events and signposting, and each of the three seasons had its predominant colour.

60

CULINAIRE (ART) (CULINARY ART) Kitchens in the Maison Folies. An Italian canteen for the Monde Parallèle Gênes. A Todi box is the combination of the talents of a grand chef, two designers and the students of a local hotel and catering school: unique dishes in a contemporary serving concept. The art of steamed ravioli to savour in the Tri Postal during the Monde Parallèle Chine. The Condition Publique in Roubaix hosts a barbecue of international cuisine. Jacques Bonaffé regales guests at his banquets (> Literature). A traditional Polish milk bar for the Monde Parallèle Pologne. And, for the main dish, the Laïka company from Antwerp serves up 5 days of musical theatre at the Maison Folie of Wazemmes in the form of a delicious meal prepared by performing musicians. 2004, a year of taste and conviviality.

(D) DANCE Compare the rigour of William Forsythe to the quirky humour of Martin Bélanger, and the difference between classical forms and a more contemporary approach couldn’t be greater. Bill T. Jones (>) opened the year. Festivals like Borderline (run by le Manège, Maubeuge), Solo Soli (Le Vivat, Armentières), Le Delta (run by Lille 2004) and Latitudes contemporaines offer a blend of new talent and headline acts. Andrès Marin imports the flamenco, Ginette Laurin brings a Canadian touch, and Saburo Teshigawara creates an amazing choreography for a young blind group at the Opéra de Lille. Meanwhile Farid Berki finds success abroad, as far afield as China, in the festival Les quais de Chine. DÉAMBULATIONS (WANDERINGS) The Métamorphoses (>) were an invitation to stroll around the city. The Rendez-vous cavaliers organised in the Pas-de-Calais mining region, south of Lille, by Culture Commune, were an opportunity to wander along old horse tracks rediscovering the mining heritage and enjoying artistic interventions. The New York artist, Fiona Templeton, took dozens of visitors on a zany tour of the streets of Lille. Montreal collective, Farine Orpheline concocted a multimedia visit of the Lille-Wazemmes district. With A la vie, à l’amour, a wandering opera, Oposito / Le Clef des chants took fine arias to the streets of twelve city centres of the region. Festivities and parades travelled too. The Fenêtres qui parlent initiative saw artworks reach street level. In his Mémoire du vin, the Columbian director, Enrique Vargas, invited the spectator on a dream-like voyage through a labyrinth set up within the Palais Rameau of Lille… In 2004, walkabouts and wanderings were of various kinds. The visitor / spectator was invited to discover artistic proposals which upset the traditional notions of stage / venue and works / museum. Since


glossairep.40-64

5/04/05

16:34

Page 61

the development of street theatre in the 1980s, art forms have become more mobile. Lille 2004 carried forward its wish to bring works to the spectator, and vice versa. DÉMOCRATISATION (CULTURAL ACCESSIBILITY) One of the principle objectives of French cultural policy in the past twenty years: the democratisation of cultural practices and venues. Through its programming and communication choices, Lille 2004 strove to be a vector in the democratisation of culture. To this end, a deliberately accessible ticketing policy was adhered to. In the Tri Postal, visitors could enjoy three exhibitions for 3 or 5 euros. Many exhibitions in the Maison Folies were free. The Mondes Parallèles each opened with a free concert… DESIGN Alongside Architecture (>), Design was one of the main themes of the third season. In the Tri Postal, the thought-provoking team from Droog Design (Amsterdam) invited the crème of European designers; the AVL collective installed their AVL ville; the Frac Nord/Pas-de-Calais unveiled the most striking works from its design collection. In the Hospice Comtesse, the Walker Art Center from Minneapolis proposed Strangely Familiar design concepts… And Lille joined forces with Courtrai in Belgium, a wellknown city for design. These Design events enabled visitors to “take Lille 2004 home, in [their] everyday lives”. DRÉANO (LAURENT) When the future General Coordinator of Lille 2004 arrived in Lille in the year 2000, his “only” link with the area was a mining grandfather from Lens. But, like Didier Fusillier, the former director of the Grande Halle and the Parc de la Villette (Paris) had already spent years uncovering the latest artistic trends and talents. Moreover, Laurent Dréano had long been working in the field of European intercultural exchanges, making a European Capital of Culture a natural step forward for him. Laurent Dréano brought to Lille 2004 a managerial rigour, a certain political savoir-faire, and his instincts of an artistic programmer. Alongside Didier Fusillier, Laurent Dréano coordinated the team on an everyday basis. And adopted the Nord/Pas-de-Calais as his home. Accordingly, when at the end of 2004, Martine Aubry asked him to become the new director of culture for the city of Lille, he was pleased to accept.

(E) ENFANCE ET JEUNESSE (CHILDREN AND YOUTH) Special events for the younger audience were organised, as well as group visits to exhibitions. Moreover, young people were encouraged to engage in the philosophy and practices of the arts through interactive projects. A good example of this is the Satellite des sens by AVL (> Design): in essence a giant green peanut in which thousands of children played during its extensive tour of more than 150 towns in the region.. We can also note the Art Basics for children project in the Maison Folie de Lille Moulins, where children from the age of 4 learned about artistic disciplines. Finally, the notion of the « Ideal City » formed the backbone for many initiatives in state schools, throughout the year (> Cité idéale). ÉQUIPE (TEAM) See French version ETAT (THE STATE) The State, through its different Ministries, chose to support in particular the long term perennial aspects of the Lille 2004 project. The three Ministers of Culture who officiated during the preparation of the European Capital of Culture were

Catherine Trautmann, Catherine Tasca and JeanJacques Aillagon. Successive Prime Ministers, Lionel Jospin and Jean-Pierre Raffarin underwrote the financial support for Lille 2004. During the year itself, Lille received visits from Jean-Jacques Aillagon and then his successor at the Culture Ministry, Renaud Donnedieu de Vabres. EUROPE The European Commission saluted « a cross-border city with a European and international vocation ». Upon a visit to Lille, Viviane Reding, the European education and culture commissioner praised the project, in particular the network of Maison Folies. Europe provided financial support to Lille 2004 within the framework of the Culture 2000 and Interreg 3 programmes, and Feder structural funds. EXTÉRIEURS (OUTSIDE) Despite Lille’s (unjustified) reputation as a place where the sun never shines, we found ourselves spending the year outdoors : admiring the urban metamorphoses, being entertained by street performances, and enjoying· the festival atmosphere!·

(F) FÊTES The year 2004 was punctuated by six popular celebrations, orchestrated Marc Ménis and his team. This provided a notion of regular high-points in the year, in a region already reputed for being a great place to « have a good time ». The opening celebration (> Ah, que de monde !) and grand finale (> Giraffes), opening of the second season, a traditional festival (> Géants), celebrations of heritage sites (Forts et Lumières in eight Northern towns), a celebration of Lille’s Spanish roots (the Fallas, ephemeral sculptures burnt to the ground). These events mobilised several thousand people and contributed to the notoriety of Lille 2004 across the region and beyond its borders. FORÊT SUSPENDUE One of the lasting icons of Lille 2004: a suspended forest twelve metres above ground with trees planted upside down! This urban metamorphosis helped promote the European Capital of Culture on a local and international level. Imagined by the Lucie Lom team of scenographers, the forest made successful visits to different cities of the region, including Roubaix, Arras, Lilleand Hellemmes. FUSILLIER (DIDIER) As well as being a discoverer of talents and a persuasive agitator, the director of Lille 2004 is above all a man of concepts. Métamorphoses, Maison Folies, mondes parallèles, cité idéale, fêtes et couleurs, anneaux de vitesse: Lille 2004 began around these key words which, in turn, led to an artistic programme and specific communications ideas for the European Capital of Culture. He communicated rapidly with artists and structures of the region to see these concepts taken on board. At the heart of these concepts lies the desire for modernity and transgression: veritable leitmotivs behind the career of this native of Valenciennes. In the 1980s, he transformed repeatedly the town of Maubeuge (where he directs the Manège theatre and the Festival des Inattendus) into Shanghai and London, and placed the town in the midst of a science fiction tale. In 1993, he imported his modernity and taste for new technologies in the arts into the Maison des Arts et de la Culture André Malraux at Créteil (a suburb of Paris) by becoming its director. In 2005, Didier Fusillier is still the director of the Manège in Maubeuge and the M.A.C of Créteil. He is also working on plans for a biennial which will begin in Lille in 2006!

61

FUTURE Robots in the underground metro, actors made of wax, scratching machines, screens in the floor, a life-size astroport, portable houses, inflatable clothes for a week-end on Mars, virtual fishing rods, vegetable weapons, nomadic furniture, a sleepingbag jacket, interactive aquariums, a city made of biscuits… In 2004, we had a glimpse of the future in the making…

(G) GÊNÈSE (IN THE BEGINNING…) The Comité Grand Lille, with its successive presidents Emmanuel André and Bruno Bonduelle, seized upon the dynamic of Lille’s bid for the 2004 Olympic Games, and, with the strong support of the Mayor, Pierre Mauroy, Lille was nominated in 1998 as future European Capital of Culture. Martine Aubry took the project forward, appointing Didier Fusillier and a team of artistic programmers and administrators. GÉANTS (GIANTS) One of the six big popular events of Lille 2004, and a tribute to one of the great Northern traditions. Two hundred and thirty giants - from all around the region and other European countries – parade down the streets of Lille on July 10, some of them accompanied by their own brass band. In a thick rain of confetti they dance a gigantic rigadoon, a finale like the region has never seen before. The next day Marc Ménis, Marc Blanc and Sylvain Ciofini, the «leaders» of the giants, take them off to Douai. GENOA The other European Capital of Culture. Genoa 2004 also celebrates the work of Rubens, develops its outlets in the Mediterranean and its tourist trade. Genoese artists are invited to the last of the Mondes Parallèles in November 2004. Lille «sends» some métamorphoses and artists. The two cities also collaborate by exchanging works of art (a Goya painting goes to Genoa, and a Caravage work comes to Lille). GIRAFES (GIRAFFES) The sight of the red giraffes of the Compagnie Off making their way through the Lille ramblas on the grand finale on 20 November 2004, is one of the lasting images of Lille 2004. GRANDES FIGURES DU NORD (GREAT NORTHERN FIGURES) The European Capital of Culture is the chance to pay hommage to Watteau (Valenciennes), Matisse (Le Cateau-Cambrésis), Auguste Mariette (Boulogne-sur-Mer), as well as contemporary artist Eugène Leroy (Roubaix). These great Northern figures are presented during the second season.

(H) HABITANTS (LOCAL PEOPLE) Lille 2004 is a grass-roots project, involving regular meetings with local people from each “quartier” from early 2002. They are soon stirred into action. The «recruitment» of Ambassadors (>Ambassadors) spreads the Lille 2004 project around the towns and districts of the region. The team of organizers selects projects put forward by local residents and associations. The 12 Maisons Folie create a unique network of new venues, whose primary function is to encourage the coming together of local people with the artists at work there.

lille2004lille


glossairep.40-64

5/04/05

16:34

Page 62

(I)

(L)

INTERMITTENTS (CONTRACT WORKERS IN ENTERTAINMENT) It is hard to determine the exact number of intermittents who worked for Lille 2004’s partners on an associated project. One thing is certain, that in 2004 alone, the association Lille Horizon 2004 employed 485 intermittents. This happened at a time of turmoil, the summer of 2003 when their rights were under review. The scale of production and the diversity of projects undertaken in the context of the European Capital of Culture demonstrates, as if it was necessary, the importance of the artist’s rights and the need to seriously reconsider the way culture is financed. Despite this, not a single event was disrupted. Artists and intermittents participated in culture forums (>Colloques) initiated by Martine Aubry in the autumn of 2004.

LAND ART Jacques Simon, the renowned landscape artist, transforms the Parc de la Deûle (>Aménagements). A successful experiment in Land Art happily combines the virtues of a breath of fresh air with artistic invention. A Sunday in the countryside, what could be better?

(J) JEU (GAMES) A vous de jouer (Your turn to play) is the title of an exhibition held at the Forum des Sciences in Villeneuve d’Ascq. Game on, created by the London Barbican and the Museum of Scotland, comes to France for the first time. Traditional games are the order of the day in the town of Wattrelos (La ville du jeu). The Bazato collective takes a travelling exhibition of innovative game concepts to Roubaix, Lille and Maubeuge. Next player shoot again….

Dead Chickens’s mechanical creatures in Tourcoing

LIEUX (VENUES) In addition to the Tri Postal and the Barnum des Postes, Lille 2004 venues played host to projects directly produced by the Association Lille Horizon 2004, such as «Le 2004 à Euralille» (in the middle of a shopping centre!), the Eglise Sainte MarieMadeleine (a converted church) and the two Maison Folies in Lille. A host of unusual or temporary installations, staffed by a team of around a hundred hospitality and welcoming agents led by Fabrice Bongiorni.

LITTÉRATURE (LITERATURE) Under the leadership of Kathrin Muller the literary project is defined by the commissioning of eight short stories. Endorsed by Marie Desplechin, the Migrations novellas were distributed free of charge in Lille 2004 venues and in the regions’s railway stations. The notion of mobility is important to the project, one which Jacques Bonnaffé serves in a tasty sauce with his Banquet du faisan, in seven towns of the region. Local bookshops are actively involved all year, organizing meetings and competitions. The Conseil Général du Nord puts on a festival based on the Villa du Mont Noir, where European authors come to work. Finally, the last Monde Parallèle of the year, shared with Genoa, is dedicated to the written word.

(M)

Peter Greenaway’s installation in Eglise Sainte-Marie Madeleine

JONES (BILL T) One of the greatest contemporary choreographers, and virtually a godfather to Lille 2004. Bill T Jones is a central figure in the Monde Parallèle New York in December 2003, the first of thirty monde parallèle events in 2004. Also the first artist to tread the boards of Lille’s «new» opera house. JUMPER Lille 2004’s mascot, this wondrous Tom Thumb type character wears seven league boots. He can be spotted everywhere, and is known to take some unauthorized detours. He is also seen painted on the faces of participants in the grand finale. Adopted by inhabitants of planet Lille 2004, he will doubtless be the lasting symbol of the cultural project. The Jumper was dreamt up by Designlab, graphic designers based in Brussels.

(K) KUSAMA YAYOI The psychedelic icon of Flower Power Yayoi Kusama gives Lille a lasting métamorphose. A pacifist’s dream planted in the midst of the speed rings between Lille’s two railway stations, and a signal to visitors that there’s something going on in Lille.

lille2004lille

MAISONS FOLIE The ongoing heritage of Lille 2004. Twelve new venues across the Lille 2004 territory (Nord/Pas-deCalais, Belgique), in original settings, converted factories or sites of local patrimony. They are festive venues which bring artists and local residents together. Creation is a firm priority, with the most suitable equipment provided. These facilities are intended for future use, and, now, in 2005, they are a symbol of Lille 2004. Beyond their specific characteristics, they represent several fundamental objectives: the desire to take away the sacred aura of existing temples of culture, to explore the crossover potential of disciplines, and to encourage the sense of community with local residents. Mostly open by the beginning of the second Lille 2004 season, they are immediately met by the curiosity of the public, recording some notable successes. A rich and promising year. The post-2004 period starts now, with no respite, in the Maisons Folie. To be continued… See list of Mondes Parallèles in French version. MÉDIAS (MEDIA COVERAGE) In 2004, 3,500 journalists were received by the teams led by Olivier Célarié (in Lille) and Bodo and Claudine Colin (in Paris). More than 1,500 radio and TV reports were made. The written press was very present. The local press wrote over 5,000 articles and dedicated special supplements to the event… All national French newspapers consecrated column space to Lille 2004 (over 1,000 articles written). See the details of media coverage (TV, radio, newspapers, magazines) in French version

62

METAMORPHOSES The figurehead of Lille 2004, and a powerful concept: to give the city (its streets and buildings) to the artists. The invention of an urban transformation with unusual installations, such as modern chiming clocks and lighting displays. A hanging forest (>), a pink railway station (Patrick Jouin and Hervé Descottes), an astroport for passing spaceships (Jean-Claude Mézières), a luminous serpent (Daniel Buren), kinetic projections in the underground metro (Bernard Godbille and Pierre Semal), an olfactory labyrinth (Serge Lutens), a «dream cube» (Walter van Beirendonck), an authentic reconstruction of a Chinese tea pavillion, François Azambourg’s micro-restaurant, François Boucq’s source d’abondance, a bamboo jungle (Bambuco), a menagerie of mechanical monsters Hannes Heiner and Dead Chickens)… The métamorphoses put visitors straight into the spirit of Lille 2004. Unveiled a few days before the official opening of the European Capital of Culture, these urban metamorphoses set the tone of the following events. The different seasons take them to different parts of the region. They are among the most memorable features of the 2004 event. The métamorphoses will remain THE hallmark of Lille 2004. MEXIQUE (MEXICO) The major exhibition Mexique-Europe, allers-retours set the tone for a third season in which Mexican art featured strongly. Works by Diego Rivera, Frida Kahlo, José-Clemente Orozco and Hervé di Rosa are displayed. MONDES PARALLELES The backbone of Lille 2004: thirty-two themed weekends (New York, Genoa, Japan, Africa, the Soup Festival, Great Black Music, Montreal, Poland, l’Eau Bleue (Blue Water)… There’s no peace for the wicked with a continuous line-up of exhibitions, shows, performances, free concerts and nights at the Tri Postal. A concentrated, audacious programme, with a blend of well-known and new talent on view. These Mondes Parallèles reinvent Lille 2004 almost every week, setting quite a pace! MUSIQUE (MUSIC) Jean-Claude Casadesus and the Orchestre national de Lille open the ball (>Opening!), explore the beauty of piano music in an amazing Monde Parallèle and pay hommage to Rubens and Boulez. Respects are also paid to America’s minimalist composers, in a Monde Parallèle Maximal where we come across Steve Reich and Terry Riley, as well as


glossairep.40-64

5/04/05

16:34

Page 63

troublemakers from the electro scene such as Coldcut, Plaid and Andrea Parker… The Aéronef (Lille) celebrates Brazilian and Japanese culture, while the Condition Publique (Roubaix) explores Jamaica, the Arcades (FâchesThumesnil) celebrates Afro-Caribbean music, and the Phénix (Valenciennes) explores baroque music. Finally, new French song, rock and electronic music can be enjoyed in the A-concert-per-day programme. Thanks to the Réseau Raoul, nine venues in the region join forces to organise a concert per day. From international headline acts to budding local talents, the choice is varied and provides proof of a vibrant local musical network. It’s left to us to navigate around the different genres on show in the Lille 2004 region.

(N) NEW YORK The first megalopolis invited to Lille and the first Monde Parallèle. 12 to 14 December 2003. Itinerant theatre (Fiona Templeton), political theatre (Ping Chong), exhilarating clubbing (Galapagos club), weird clubbing (Richard Move), contemporary dance (Bill T. Jones), electro rhythms (DJ Spooky), enlightened songwriting (Joseph Arthur) and graffiti (Tats Cru)… …New York sets the tone.

(O) (OUVERTURE) OPENING! At last! On 6 December 2003, after 4 years of intense preparation, the European year of culture is opened by a memorable White Ball (an idea by Alain Fleischer). Jean-Claude Casadesus and the orchestre national de Lille play the first notes, with Hector Berlioz’s Chant des chemins de fer. Jorge Orta redefines the walls of the city with his amazing technicolour projections (> Opéra). The Tire-Laine company, Sabor de Brazil and Attacafa inject their energies into the parade. Groupe F provide the fireworks. Ivan Smagghe and The Hacker transform the rue Nationale into a gigantic dancefloor. The temperature is 2°C... Who cares? The night is superb. OPERA In 2004, Jean-Claude Malgoire brings a choice offering to the Atelier Lyrique de Tourcoing in the form of Les Nuits lyriques 2004. La Clef des chants try out their street theatre with the show A la vie à l’amour (>Déambulations). Lille 2004 is also the occasion for the re-opening of the Opéra de Lille, after 4 years of renovation. Under the leadership of Caroline Sonrier the Opera offers a blend of classical works (Don Giovanni by David Mc Vicar, Madame Butterfly by Jean-François Sivadier, Tamerlano directed by Emmanuelle Haïm, Georges Aperghis’s highly contemporary Avis de tempête), more modern music (the Ictus ensemble, Emmanuelle Haïm) and contemporary dance (William Forsythe, Saburo Teshigawara).

the participation of big economic partners. A special team led by Thierry Lesueur concentrates on the issue of patronage. These efforts bring rapid results. 5 official partners (investing 1.1 million euros each) get involved: SNCF, EDF, Carrefour, Accor and SFR. Their input is vital. Ultimately, - thanks to the flexibility of the Lille 2004 organisation, which offers a wide variety of projects -, more than 80 partners (official partners, major project partners or official suppliers) commit themselves to investments ranging from 7,000 to 1,100,000 euros. These investments, payments in kind and contributions of practical expertise, were of undeniable importance. However, we should not overlook other forms of contribution from companies, who also relayed information and mobilized their employees. In short, they fully participated in the raising of support for the Lille 2004 event from local people. Hence Lille 2004 created an original interface between 2 worlds which we are always at pains to keep apart. A surprising spirit of emulation arose from this approach, which looks likely to gain widespread acceptance. «United by a collective concern, local leaders and artists discovered brand new ways of collaborating, and no doubt wish to make it last», concluded L’Actualité du Mécénat d’entreprise. PISCINE (SWIMMING POOLS) Firstly, there is the famous Piscine of Roubaix (alias the Musée d’art et d’industrie André Diligent), the splendid art deco building. The museum had an outstanding year in 2004, particularly with its Picasso exhibition. The swimming pool in Mouscron was transformed by Jean-Marc Choteau in hommage to the industrial past of the town. In Liévin and Lille, special performances offered the opportunity to spectators to take to the water in search of unique artistic experiences… PRODUCTION There is of course a Pharaonic side to Lille 2004. Over 675 agreements were signed with the cultural partners of the European Capital of Culture. Among them, over 150 coproduction or codirecting contracts. Add to that all the projects led with full gusto by Stéphanie Campagnie’s team, the métamorphoses, the mondes parallèles and the exhibitions in the Lieux Lille 2004. Not to mention the twelve Maison Folies!

(R) RACINES (ROOTS) Les Fanfares et les Géants (>), the Fallas (Lille l’espagnole), the Rendez-vous cavaliers, devoted to the Nord/Pas-de-Calais mining region, and the opening ceremony on Saint Nicholas’ day: all events based on the cultural roots of the Nord/Pas-de-Calais RAMBLA The new urban promenade, across Lille, was the epicentre of large-scale events and métamorphoses (>). Running right through the heart of the city, distributing energy to the rest of the city. Una rambla, as the Spanish say. RUBENS The Rubens phenomenon became so significant that his very name was the figurehead of Lille 2004. First came the announcement in 2000 of a large Rubens exhibition at the Palais des Beaux Arts. This initiative signalled the ambition of the European Capital of Culture, and was symbolic of the desire to offer excellence and universalism. It also served as a foundation of the policy for the development of tourism. The anticipated success came true: 301287 visitors from all over Europe… Connections with Antwerp (Rubens collectionneur), Arras (Rubens contre Poussin) and contemporary art (On a choisi Rubens) represent the diversity of the region and the outlook of the European Capital of Culture.

(S) SAISONS (SEASONS) (3) 1: 6 December 2003 > 5 March 2004 2: 6 March > 3 September 2004 3: 4 September > 28 November 2004 SPECTACLE VIVANT (PERFORMING ARTS) Thanks to the leadership of Caroline Naphegyi and an impressive network of venues and organisations, Lille 2004 was able to present all the different aspects of the latest performing arts scene. Circus(>), dance(>), music(>), theatre(>).

(P) PARTNERSHIPS (Private) For the first time in France, 82 firms support a cultural event! An astounding 17.6% of the Lille 2004 budget comes from this patronage. Many local entrepreneurs enjoy fighting for their region, which has too often been represented in clichés. This factor partly explains the surprising statistics. But this entrepreneurial voluntarism is complemented by the determination of the Conseil d’administration of the association Lille Horizon 2004, who are convinced from the outset that the success of the project wouldn’t be possible without

Le Prato’s funny show Gamberges

63

lille2004lille


glossairep.40-64

5/04/05

16:34

Page 64

(T) TECHNICAL Frédéric Platteau pulled off a great exploit: the setting up, exploitation and dismantling of hundreds of métamorphoses, exhibitions, parties and live shows. Among the traditional balancing acts such an enterprise implies, we can note the «rehabilitation» of the Tri Postal and the setting up of three sizeable exhibitions (Robots! Voitures du futur and Prime time). In merely five months, this venue was made ready to receive the public on 6 December 2003. At the same time, the opening ceremony alone required 450 technicians: stage managers, handlers, lighting engineers, sound engineers… All the professions of the entertainment industry were represented. Some parts of the year were particularly intense. For several days in July it took nearly 200 technicians to undertake the dismantling of the Barnum des Postes(>), the launching of Zingaro’s show (>) and the Fête des Géants (>). TERRITOIRE (TERRITORY) From Hesdin to Antwerp, Boulogne-sur-Mer to Mons-Belgique, Lille 2004 covered a huge territory. The Euroregion now really exists! (>see map) THEATRE From the masterly sobriety of Peter Brook (Tierno Bokar at the Théâtre du Nord) to the post-reality exuberance of Constanza Macras (Back to the present at the Idéal de Tourcoing), theatre is abundant during Lille 2004. The Météores of the Hippodrome de Douai host African shows. Jean-Marc Chotteau works in Tourcoing on the theme of working-class history. Dominique Sarazzin and la Découverte evoke the wartime Occupation period. The Scènes Etrangères of the Rose des Vents (Villeneuve d’Ascq) carry on this groundwork. The technological theatre of Canadian Denis Marleau is performed in Lille Fives. The Théâtre d’Arras invites the totally zany Délices dada and Cartoun Sardines. Stuart Seide and the Théâtre du Nord revisit Shakespeare in six episodes. TOURISM The success of 2004 can be seen in the way Lille became such a highly prized destination. Tourists had already been flocking to the capital of Flanders for a decade or so. But in 2004, thanks to the efforts made by a special commission for tourism presided over by Martine Filleul, a Lille 2004 team co-ordinated by Benjamin Bellet, the Office de Tourisme de Lille and all sorts of other professionals, Lille became a city where you could hear German, English, Spanish, Japanese and Dutch spoken everywhere…Hotels regularly had to put out the «no vacancies » sign. And the people of Lille could sense that something massive is going to happen. Today, we have statistics which support the feeling that 2004 was a real phenomenon. Moreover, it could well continue. Over 70 tour operators, including the biggest in Europe, added Lille to their 2004 brochures. It was the first time for over half of them. Many are commited to continuing. The infatuation with Lille became clear in the tourism salons held at the end of 2004 with the participation of the Office du Tourisme de Lille and the Comité Régional de Tourisme of the Nord-Pasde-Calais. Another indicator is the dramatic rise in the number of visitors at the Office de Tourisme. A 66% average rise over the December 2003-November 2004 period, with a peak of 8,000 people in a single day on 6 December. The number of foreign visitors rose by 50% compared with 2003. In a general climate of tension in France, Lille’s hotel business played a smart game, achieving an average rise of 24.6% in custom compared to December 2002-November 2003. Foreign tourists

lille2004lille

played a major part in this improvement, as the 160.3 % rise in Dutch customers illustrates! The number of hotel nights booked also rose, by 27.2%. Results are more moderate in the wider metropolis, with a rise in visits of “only” 1.8%. Overall, we may observe a diversification of custom in the hotel trade, with a notable influx of German visitors. This continues to establish Lille as a holiday destination. In the region, all tourist offices who were active in organizing events enjoyed an increase in visits. We can observe the importance of «organized groups» visiting large exhibitions in regional museums.

hip-hop acts. Lille 2004 regularly represents the «cultural vitality of the suburbs» and that of regional artists. The likes of Farid Berki (and his company Melting Spot in Lille and Dunkirk) and Farid O’ show their expertise as choreographers. All aspects of hip-hop (dance, rap, graffiti) are performed at the Barnum des Postes (>). Two rap festivals are organized. Graffiti is also on show at the Tri Postal with the gigantic fresco of New Yorkers Tats Cru.

TRANSFRONTALIERS (PROJETS) (CROSS-BORDER PROJECTS)

VILLES (TOWNS). From Roubaix, who announced 25 projects (exhibitions, métamorphoses and a Maison Folie) to the Weppes villages who organised walks around the surrounding countryside, the participation of the 193 towns and villages is multi-facetted. Emmanuel Vinchon co-ordinates the participation of these partners for Lille 2004. Hence everyone interprets Lille 2004 the way they want. The Lille 2004 logo is officially «re-modelled» by each of these smaller towns. Throughout the towns and villages, the flags and banners bearing the effigy of the Jumper (>) remind inhabitants and visitors of the existence of a genuine sharing of ideas and values in the region. Is it a sign? We can compare two places involved in the same adventure: Lille (212,000 inhabitants) and Torcy (142 souls)…

Forget the border! Or rather, capture its energy… Lille 2004 reinforced the tendency of cultural organisations from the Nord/Pas-de-Calais to been able to work with their Belgian counterparts. It is highly symbolic that three of the twelve Maisons Folie (>) are in Belgium. This is probably the first time such a large-scale logistical outfit crossed a border. There were plenty of artistic projects to go with it. The Borderline festival brought together eight organisations, four of them French and four of them Belgian. The Monde Parallèle Solo soli offered

(V)

(W) WAZEMMES A vibrant part of the town, and the «second pulse» of Lille 2004, with its Maison Folie, hyperactive associations like Wazemmes l’accordéon, the Zem Théâtre, les Ajoncs, la Malterie, la Cie des Astres, le Tire-Laine, Montevideo, L’Attacafa… Zao Wou-Ki’s exhibition in Dunkerque

contemporary dance on both sides of the border. Rubens could be found in Antwerp, in his collector’s guise. In September, Tournai put on a Monde Parallèle related to its traditions, and provided the setting for some magnificent street entertainment…The month after, Audioframes, a festival devoted to innovators in sound techniques, was held in Lille and Courtrai at the same time. TRI POSTAL THE venue of Lille 2004. In a matter of weeks, this imposing 5500 sq. m, three-storey building, formerly for postal workers, becomes the emblem of the European Capital of Culture. The exhibitions and installations are daringly contemporary (Robots! Voitures du Futur, Game On, Audioframes, Gonflables!…) yet pleasing to all the family. The clubbing (>) nights quickly make their mark, and in short, the place is immediately adopted…The Tri Postal is also a welcome area, a ticket outlet, a bar - perfectly designed by B-Architecten and Ludovic Smagghe (a young architect from Lille) - and a boutique. In September, a group of artists actually «live» inside their AVL installation (>design)… All this took place a stone’s throw from Lille’s two railway stations, amidst the speed rings (>) Didier Fusillier so appreciates. “Something’s really going on in this place”, you heard people say. So much so that people are now hoping for a bright future for the venue.

(U) URBAN CULTURE In 2004, La Villette decides to export its festival ‘Les Rencontres’. Lille and Roubaix host the latest

64

(X) X-RATED Some will have you believe they saw glimpses of eroticism, moments of pornography or even some anatomical eccentricities. Did you visit the AVL installations at the Tri Postal (>Design)? Or the Chinese Monde Parallèle, which also took place in the nooks and crannies of the Tri Postal? The young Japanese art of Akimahen, at the Maison Folie of Wazemmes? The Richard Move freak-show at the Aéronef? The striptease artists invited by Art Point M (> Clubbing)? It’s difficult to be sure of what went on, unless you were there in the flesh….

(Y) YOGA Of course, to keep up with all the events of the year, you needed to learn to relax…

(Z) ZINGARO Sold out. Not a single seat left. Les Cheveux de vent, the latest show by Bartabas and his company, sells out in Lille. This ode to magical and mystical Tibetan divinities was performed fifteen times in an arena which was specially dedicated to Zingaro (>technical – with the aid of the Conseil Général du Nord), attracting 20,748 spectators. Possibly the event of the year, along with Rubens.


Lille2004 de A à Z  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you