Page 1

Rémunération et pouvoir d’achat

Emploi et insertion

] Activités sociales et culturelles

Conditions de travail

S’engager

]

Pour l’augmentation du pouvoir d’achat Défendre le pouvoir d’achat passe principalement par la revalorisation du salaire. C’est dans cet esprit que la CFDT a négocié des augmentations générales garanties pour toutes et tous dans les accords salariaux. D’autres formes de rétribution s’ajoutent au salaire : l’Intéressement avec son supplément, la Participation, le PERCO. La CFDT par son investissement constant sur ces sujets prend en compte cette réalité par des propositions innovantes.

http://cfdt.francetelecom.fr/index.php

www.f3c-cfdt.fr


100 000 salarié(e)s bénéficient d’augmentations salariales en 2011, quel que soit leur statut, par : ■ La

revalorisation France Télécom :

des

compléments

+ 100 euros en 2010 et 300 euros en 2011, pour les non cadres, + 4,5 % ou 150 euros garantis pour les cadres, sur la période de 2009 à 2011. Plus une prime complémentaire pour atteindre les 500 euros garantis en 2010 et 2011.

L’accord salarial signé par la CFDT en 2011 : ■ Conforte les mesures en faveur des bas

salaires, par la défense du pouvoir d’achat des non-cadres aux plus faibles rémunérations et des cadres sous le plafond de la Sécurité Sociale. ■ Définit les mesures spécifiques pour la

réduction accélérée des écarts salariaux entre les femmes et les hommes. ■ Prévoit une clause de revoyure entre l’en-

treprise et les syndicats (octobre 2011) en fonction de l’inflation. ■ Garantit des augmentations générales

pour tous, y compris pour les cadres afin de limiter l’hyper-individualisation des salaires. ■ Augmente le Complément France Télé-

com (CFT) des non-cadres fonctionnaires mis au régime sec par le gel des salaires fonction publique.

Quelques chiffres ■ 100 000 salariés bénéficient d’augmen-

tations salariales en 2011, quel que soit leur statut. ■ 60 000 salariés ont épargné dans le Plan

d’Épargne Retraite Collectif (PERCO) avec un abondement par l’entreprise à hauteur de 2 100 euros pour la période allant de 2009 à 2011. ■ 12 200 € c’est le gain moyen (pour un

salaire annuel de 30 000 euros /an) des accords d’intéressement, avec son supplément, et celui de la participation pour les années 2009 - 2010 - 2011. ■ 13,5 % c’est, en moyenne, le pourcentage

de salaire qu’ont rapporté à chaque salarié, l’intéressement et la participation, ces trois dernières années. ■ 1 syndicat (la CFDT) s’est engagé pour en-

cadrer les Parts Variables Vendeurs (PVV) et en finir avec l’absence de notification, la variation des objectifs au jour le jour, la non prise en compte des absences… Ce texte d’accord n’est malheureusement pas applicable puisqu’aucun autre syndicat n’a voulu s’engager aux côtés de la CFDT.


Grâce aux accords signés par la CFDT, j’ai gagné en 2011 : Niveau moyen d’augmentation salariale

+ 2,5% ou 500 euros bruts annualisés

Intéressement (*)

1 450 €

Supplément d’intéressement

550 €

Participation (*)

2 200 €

Abondement PERCO

800 € (*) Montants pour un salaire moyen de 30.000 € bruts annuels (la rémunération moyenne brute, en bande C, était de 29 364 euros en 2010).

Pour le salaire, la CFDT agit pour : ■ L’augmentation du pouvoir d’achat

par l’attribution de mesures collectives significatives, pour tous à une date unique. ■ Des mesures individuelles basées sur

des critères objectifs pouvant être réellement contestés par le salarié. ■ La prise en compte des plus faibles

rémunérations, par des mesures « coup de pouce », pour réduire les écarts dans l’échelle des salaires. ■ La suppression des écarts salariaux

constatés entre les femmes et les hommes. ■ L’augmentation annuelle des Complé-

ments France Télécom. ■ La revalorisation des indemnités et pri-

mes (astreintes, transports, nuit...).

Pour l’Épargne Salariale, la CFDT agit pour : ■ La monétisation de quelques jours (5 par

an, comme l’autorise la loi) du Compte Épargne Temps (CET) vers le PERCO. C’est un moyen pour les salariés de se construire un dispositif supplémentaire pour leur retraite, sans que l’épargne retraite ne se substitue aux régimes obligatoires de retraite par répartition. ■ La possibilité pour les salariés d’avoir

plus de liberté de choix pour la destination des abondements. ■ Une orientation des fonds issus de

l’épargne salariale vers des investissements socialement responsables.


Et ne rien lâcher...

] Voter pour la CFDT ] c’est : ■ Réduire

les écarts dans l’échelle des salaires par des mesures « coup de pouce » et « égalité professionnelle ». ■ Augmenter les Compléments France Télécom. ■ Garantir à toutes et tous des mesures collectives, à une date unique d’augmentation salariale. ■ Revaloriser les primes et indemnités. ■ Obtenir un abondement unique quel que soit le support de placement.

http://cfdt.francetelecom.fr/index.php

Fédération Communication, Conseil, Culture CFDT. Graphismes mes / Illustrations : LilaVert.com / Crédits photo : Istockphoto

En combinant à la fois le levier des salaires, mais aussi celui des parcours professionnels, personne ne doit être dans une impasse en termes d’évolution salariale. La CFDT poursuivra son action afin d’encadrer durablement les dispositifs de rémunération variable pour plus d’équité, de stabilité et de transparence.

www.f3c-cfdt.fr


Emploi et insertion

Activités sociales et culturelles

] Conditions de travail

Rémunération et pouvoir d’achat

S’engager

]

Pour la défense de l’emploi dans les territoires 7 accords majeurs signés par la CFDT défendent l’emploi, favorisent l’insertion des jeunes, améliorent les parcours professionnels et les fins de carrières des plus âgés et garantissent l’égalité d’accès à l’emploi pour toutes et tous. C’est par l’engagement de la CFDT que ces garanties collectives et individuelles sont applicables aux personnels cadres et non cadres de notre entreprise.

http://cfdt.francetelecom.fr/index.php

www.f3c-cfdt.fr


La CFDT s’était engagée auprès des salariés à défendre les conditions et l’environnement de travail ainsi que les conditions d’emploi pour tous. Dès 2009, notre organisation syndicale a donc prioritairement négocié :

Les conditions d’accès à l’emploi pour tous ne sont pas en reste avec le renouvellement de deux accords triennaux l’un sur l’égalité professionnelle et l’autre sur l’emploi des personnes en situation de handicap.

■ Les conditions de maintien de l’em-

ploi sur les territoires avec l’arrêt des mobilités forcées. ■ Des outils alternatifs à l’arrêt d’activités

comme les solutions de Télétravail. ■ Des conditions de fin de carrière pour cel-

les et ceux qui peuvent progressivement quitter l’entreprise avant la retraite, en accompagnant de nouveaux recrutés.

Mais la CFDT s’est également fortement engagée dans la négociation sur l’insertion des jeunes, pour laquelle elle a obtenu un accord spécifique. Des avancées significatives sont ainsi contractualisées avec l’entreprise pour le recrutement de nouvelles compétences dans l’entreprise : il était temps !

Quant à l’accord de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC), il est centré sur l’emploi, ses perspectives et les parcours professionnels et s’articule avec les autres accords. Ainsi, il innove par une approche «locale» de la gestion des emplois et des compétences, déclinée au plus près des territoires (bassins de vie), revendiquée depuis plusieurs années par la CFDT.

Défendre les embauches et les conditions d’emploi Avec une moyenne d’âge de 48 ans et e 30 000 départs en retraite dans les dix ans, ans il était fondamental d’aménager la 2ème partie ie e de carrière du personnel. L’accord séniors de novembre 2009, permet à ceux qui le souhaitent de partir plus tôt sans que les conditions de travail de ceux qui restent soient dégradées (2 000 recrutements minimum pour compenser les Temps partiels) ! Parallèlement, la CFDT revendiquait depuis 2009 un accord spécifique pour l’embauche et l’insertion des jeunes enfin conclu en février 2011. Il s’inscrit dans l’engagement de France Télécom de 10 000 recrutements sur 3 ans.


Quelques chiffres ■ 4 500 alternants et 2 500 stagiaires

L’emploi et les territoires Depuis mars 2010, la mobilité à l’initiative de l’entreprise devient exceptionnelle. Elle est donc basée essentiellement sur le volontariat. De plus, grâce à l’accord télétravail obtenu par la CFDT en juin 2009, des solutions alternatives, tant individuelles que collectives, ont stoppé des mobilités géographiques imposées. L’accord GPEC, signé en mars 2011, doit permettre à chaque salarié de mieux se situer dans l’entreprise et sur son « territoire de vie ». La maîtrise du parcours professionnel est facilitée. Il doit aussi permettre à chaque salarié de progresser d’au moins un niveau au cours de sa carrière.

Des conditions d’accès à l’emploi pour tous Après l’ère dévastatrice des suppressions d’emplois, le taux de féminisation de l’entreprise est descendu à 36 %, en 2010. Avec le dernier accord Égalité Professionnelle de mai 2011, cette tendance sera inversée : des efforts significatifs sont portés sur les recrutements avec l’objectif de faire progresser le taux de féminisation d’au moins 1% par an. Pour la CFDT, l’insertion c’est aussi pour les personnes en situation de handicap. Ainsi, le dernier accord fixe un taux d’emploi de 5 % et créé un dispositif d’aménagement de fin de carrière spécifique pour ces personnels (TPSTH).

par an, pour les trois ans à venir (accord Insertion des jeunes signé en 2011). ■ 3 800 salariés ont déjà aménagé leur

fin de carrière en TPA, TPS ou/et TPI*. En contrepartie 2 000 recrutements minimum compenseront à terme, les temps partiels (accord séniors de novembre 2009 et ses deux avenants). ■ 1 200 embauches en CDI parmi les

alternants. Ce coup de jeune, l’entreprise en a besoin pour préparer l’avenir et réussir le transfert des connaissances et du savoir-faire des séniors vers cette jeune génération qui arrive. ■ 1 161

télétravailleurs fin 2010, 862 avenants ou protocoles d’accord relatifs au télétravail alterné à domicile ont été signés et 299 relatifs au télétravail en bureaux satellites.

■ 547 embauches sur 3 ans pour les

personnes en situation de handicap (accord signé en 2011). ■ 200

bassins de vie, au sein de 83 bassins GPEC. C’est la fin de la gestion centralisée au niveau national de l’emploi et des activités : une approche territoriale revendiquée par la CFDT !

■ 20 sites supplémentaires ont retrou-

vé une activité, en 2011, alors qu’ils auraient été tout simplement rayés de la carte (accord Télétravail 2009). *Temps Partiel Aidé / Temps Partiel Sénior / Temps Partiel Intermédiaire.


Et ne rien lâcher... La CFDT demande avec force la poursuite et l’accélération des recrutements sur tout le territoire et de nouvelles perspectives de parcours professionnels sur tous les métiers. Après cette période nécessaire d’engagement, la CFDT exige des actes pour changer fondamentalement les méthodes de gouvernance de l’entreprise.

c’est : ■ Faire

respecter la mise en œuvre des accords à tous les niveaux de l’entreprise.

■ Négocier

un nouveau dispositif de fin de carrière dès 2012.

■ Veiller

à la localisation des emplois et des activités dans les bassins de vie.

■ Favoriser

les transferts transgénérationnels de compétences en revendiquant l’insertion de jeunes dans tous les services.

■ Clarifier

les dispositifs de promotion pour éradiquer les discriminations.

http://cfdt.francetelecom.fr/index.php

Fédération Communication, Conseil, Culture CFDT. Graphismes mes / Illustrations : LilaVert.com / Crédits photo : Istockphoto

] Voter pour la CFDT ]

www.f3c-cfdt.fr


Activités sociales et culturelles

Conditions de travail

] Rémunération et pouvoir d’achat

Emploi et insertion

S’engager

]

Pour une offre sociale et culturelle de qualité Pour en finir avec les lourdeurs, les non réponses du CCUES et des prestations trop compliquées, parfois source d’injustice, la CFDT propose le projet liberté. Le CE devient le point d’accueil unique à des prestations simplifiées pour tous. Fidèle à ses valeurs d’équité, de transparence, d’innovation et de solidarité, et à partir de constats partagés avec vous, la CFDT a construit son offre sociale et culturelle.

http://cfdt.francetelecom.fr/index.php

www.f3c-cfdt.fr


Le projet liberté CFDT

CE

GUICHET Vacances

BOUQUET Enfants

Billetterie

CESU

BOUQUET Liberté

Simplification et qualité d’accueil Le Comité d’Établissement (CE) comme guichet unique pour l’accès à toutes les prestations et un service de qualité avec : - Un accueil téléphonique digne de ce nom. - Un seul contrôle annuel des droits. - Un accusé de réception pour chaque commande. - Une réponse à chaque question.

Événementiel


Pour accéder à plus d’offres en toute liberté

Les vacances « où je veux, quand je veux » ■ Les billets de train, d’avion, de ferry, les

Un Bouquet Enfants plus équitable Deux prestations à choisir parmi les cinq proposées (garde d’enfants, centres de loisirs sans hébergement, rentrée scolaire, classes vertes, vacances scolaires). Pour les vacances scolaires : des centres de vacances davantage contrôlés, un large choix de destinations et d’activités. Des aides équitables pour des tarifs identiques quelle que soit la ville de départ.

Une Billetterie plus ambitieuse Doublement de l’aide pour plus d’accès aux spectacles vivants, au cinéma, aux événements sportifs, avec chaque année 25 billets à prendre en toute liberté et l’affranchissement gratuit pour l’envoi des billets cinéma.

Un Bouquet Liberté plus varié Parce que chacun a ses propres passions, la CFDT proposera une aide pour la pratique d’une activité sportive ou culturelle, une sortie loisir... à utiliser en toute liberté.

Un Événementiel plus innovant Pour contribuer aux événements de la vie, aux fêtes de fin d’année, aux actions de solidarité, ou encore pour proposer des bons plans. Par ailleurs, l’aide sur le CESU sera maintenue.

factures d’hôtels et de tous les gîtes référencés bénéficieront d’une participation sur présentation de facture. ■ Pour obtenir les meilleurs prix, un ache-

teur négociera auprès des prestataires, des réductions significatives, des séjours dernière minute ou spécifiques pour les salariés de France Télécom. ■ Le report de l’intégralité de l’aide sur

l’année suivante sera possible. Une aide quelle que soit la durée des vacances.

Aide Guichet vacances QF

% maxi facture

Aide CFDT*

Aide 2011

0

80 %

900

700

1

60 %

800

600

2

60 %

700

500

3

60 %

650

450

4

60 %

600

400

5

45 %

550

350

6

45 %

550

350

7

45 %

500

300

8

45 %

500

300

9

45 %

450

250

10

30 %

450

250

11

30 %

400

200

12

30 %

400

200

13

20 %

230

150

*L’abondement des chèques vacances sera déduit du montant total d’aide disponible sur l’année.


Et ne rien lâcher... Avec son projet la CFDT s’engage à vous offrir plus de liberté, dans le cadre d’un budget responsable et maîtrisé, au travers de bouquets offrant un large choix de prestations et plus d’équité dans la répartition des aides. Le Projet Liberté CFDT, c’est aussi une organisation plus efficace pour plus de simplicité : chaque CE comme guichet unique pour des prestations attractives proposées et accessibles à toutes et à tous.

■ Accéder

à toutes les prestations depuis le CE (inscriptions, commandes, renseignements, réclamations, etc).

■ Bénéficier d’une aide vacances dès le 1er jour

avec un choix plus large de prestataires. ■ Garantir une aide équitable sur les vacances

enfants quelle que soit la ville de départ. ■ Obtenir

des réductions tarifaires grâce à la mise en place d’une centrale d’achat.

■ Bénéficier

d’un doublement de l’aide sur les billets de spectacles.

http://cfdt.francetelecom.fr/index.php

Fédération Communication, Conseil, Culture CFDT. Graphismes mes / Illustrations : LilaVert.com

] Voter pour la CFDT ] et le projet LIBERTÉ, c’est :

www.f3c-cfdt.fr


Conditions de travail

Rémunération et pouvoir d’achat

] Emploi et insertion

Activités sociales et culturelles

S’engager

]

Pour le bien-être au travail Les cinq dernières années ont été marquées, à France Télécom, par une souffrance au travail avec de nombreux drames humains. L’hypercentralisation des décisions a fait voler en éclats les collectifs de travail et les pressions excessives ont généré un mal-être au travail. Ces dérives des années passées se sont traduites par plus de pénibilité et de stress. La CFDT continue à agir pour l’amélioration des conditions de travail et se mobilise afin de redonner du sens au travail et du bien-être aux salariés.

http://cfdt.francetelecom.fr/index.php

www.f3c-cfdt.fr


Pour que les salariés retrouvent bien-être et santé au travail, il faut revoir en profondeur l’organisation et la charge de travail et rendre la parole aux salariés cadres comme non-cadres. Il faut leur redonner de véritables marges de manœuvre pour l’exercice de leur métier et changer, en profondeur, les méthodes de management. Les mesures d’urgence adoptées fin 2009 étaient indispensables mais elles ne sauraient suffire ! Les changements doivent s’inscrire durablement. Exigeante pour améliorer les conditions de travail, la CFDT : ■ S’est

engagée dans les négociations puis la signature de plusieurs accords entre 2009 et 2010. ■ A obtenu en 2011, un accord-cadre qui permet d’expérimenter localement des solutions négociées d’amélioration des situations concrètes des salariés. Cette déconcentration du dialogue, au plus près des salariés, est pour la CFDT le moyen pragmatique d’avancer en trouvant les équilibres nécessaires entre dimension sociale et dimension économique.

Environnement et ergonomie de travail sont aussi au cœur de l’action CFDT. En finir avec un Système d’Information complexe, prévenir les risques liés à trop de déplacements, à trop d’isolement, à trop de bruit, etc. sont autant de revendications que la CFDT continuera de porter. Enfin, les cadres, qui ont connu eux aussi une dégradation sans précédent de leurs conditions de travail, doivent être confortés et reconnus dans leur rôle et placés à nouveau au cœur des « organisations de travail ».

Quelques chiffres ■ 2 730 salariés soumis à la manutention

de charges, à des postures ou à l’exposition à des températures extrêmes. ■ 1 161 télétravailleurs fin 2010 :

862 en télétravail alterné à domicile, 299 en bureaux satellites. ■ 11 511 personnes travaillent sur écran

et sont soumises à des contraintes organisationnelles (centres d’appels,...). ■ 28 % des salariés sont sous surveillan-

ce médicale renforcée. ■ 16 médecins recrutés en 2010 pour

6 départs. France Télécom doit poursuivre son effort de recrutement. ■ 1 procédure de recours inscrite dans

l’accord sur l’organisation du travail : toutes les décisions managériales défavorables aux salariés (recrutement, promotion, rémunération, etc.) doivent être motivées et notifiées par écrit et peuvent faire l’objet d’un recours. ■ 400 travailleurs cycliques de nuit vont

bénéficier d’un Compte Épargne Temps lié à la pénibilité. ■ 1 définition du stress au travail,

partagée entre syndicats et entreprise (accord sur l’évaluation et la prévention des Risques Psycho Sociaux de mai 2011). L’entreprise sort ainsi du déni de souffrance et de stress au travail.


Défendre l’environnement et l’ergonomie du poste de travail Le dogme de l’open space n’est plus acceptable : le bruit, le manque de confidentialité, l’éclairage ou la température, des locaux inadaptés, la place des collectifs de travail, etc. Pour la CFDT, les améliorations doivent être négociées localement, expérimentées puis déployées lorsqu’elles s’avèrent bénéfiques. Les promesses d’amélioration du Système d’Information tardent à se matérialiser. La CFDT demande l’ouverture d’une négociation sur l’environnement et le poste de travail pour que chacun dispose d’applications plus ergonomiques et dont il a besoin.

Pour les conditions de travail, la CFDT revendique : ■ L’organisation des tours de congés cal-

culée sur un taux d’absence d’au moins 50 % et la création de congés « jokers ». ■ Une pause supplémentaire de 10 minutes

en cas de vacation de minimum 6 heures pour les services des centres d’appels. ■ L’aménagement

des horaires (temps convenu, horaires variables, etc.) pour concilier vie privée et vie professionnelle.

■ La

reconnaissance de la pénibilité physique et mentale et la limitation des temps d’exposition aux risques par : la prévention, la reconnaissance des effets différés, la répartition et la compensation équitables, l’anticipation des parcours professionnels.

Agir sur l’organisation du travail L’entreprise doit déployer des organisations du travail favorisant l’autonomie et accordant davantage de latitude aux salariés dans leur travail. Pour la CFDT, cela passe aussi par un volume suffisant d’emplois. La CFDT poursuivra son action pour que l’entreprise sache reconnaître le travail bien fait et que chacun(e) retrouve fierté et satisfaction du travail réalisé.

Le droit d’expression des salarié(e)s La CFDT a obtenu que les salariés puissent s’exprimer librement sur les problèmes rencontrés dans l’exercice de leur métier. Pour les cadres, ce droit d’expression, revendiqué par la CFDT, est clairement précisé dans l’accord sur l’organisation du travail. Les managers, et plus particulièrement les managers de proximité, ont un rôle essentiel pour apprécier et réguler la charge de travail de leurs équipes au quotidien. Leur rôle est central pour mettre en adéquation les moyens et les objectifs. Ils sont au cœur des circuits d’information de l’entreprise et moteurs des apprentissages collectifs. La CFDT a obtenu que le droit d’expression et le pouvoir d’intervention leur soient reconnus. La CFDT sera particulièrement exigeante pour que ces droits essentiels soient une réalité dans les pratiques de l’entreprise.


Et ne rien lâcher... L’entreprise doit redonner à chaque salarié les marges de manœuvre nécessaires à l’exercice de son métier. Le mal-être au travail n’est pas une fatalité. Les négociations menées depuis trois ans ont commencé à produire leurs premiers effets, mais le changement tarde à se concrétiser partout. La CFDT poursuivra son action avec exigence pour que l’amélioration des conditions de travail se traduise dans la réalité quotidienne de toutes et tous.

] Voter pour la CFDT ] c’est : pour des organisations du travail innovantes donnant plus d’autonomie aux salariés. ■ Négocier localement les conditions d’amélioration du quotidien des salariés dans le cadre de l’accord sur les expérimentations. ■ Garantir le droit d’expression des salariés et le droit d’intervention des cadres. ■ Agir pour que soit reconnu et renforcé le rôle central des managers de proximité. ■ Imposer la reconnaissance et la compensation de la pénibilité et limiter les temps d’exposition aux risques.

http://cfdt.francetelecom.fr/index.php

Fédération Communication, Conseil, Culture CFDT. Graphismes smes / Illustrations : LilaVert.com

■ Agir

www.f3c-cfdt.fr

Plaquettes de Campagne de vote CFDT - Orange  

4 Plaquettes de Campagne de vote CFDT - Orange / Novembre2011 regroupant les actions du syndicat sur 4 thèmes : travail, remuneration, emplo...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you