Page 1

Bulletin bois 71/2004 Extension et agrandissement Agrandissement et transformation d'une maison familiale, Bützberg Agrandissement et transformation d'une maison familiale, Küsnacht Dix nouvelles chambres pour l'hôtel de L’Aubier, Montézillon Atelier Pedro Pedrazzini, Lavertezzo Piano Extension de l'Hôtel de Ville, Poschiavo Quatre classes sur pilotis, Begnins Extension d'un centre scolaire, Unterkulm

Atelier Pedro Pedrazzini à Lavertezzo Piano: un nouvel espace de travail et une extension de la surface d'exposition. Architectes: Nicola Baserga et Christian Mozzeti, Muralto Photographe: Stefano Mussio, Locarno


Nouvelle structure, nouvel espace

Il y a peu, le numéro 69 du ‹Bulletin bois› présentait le thème de la rénovation vu sous l'angle de l’intervention directe sur le bâtiment. Les objets figurant dans cette précédente édition étaient caractérisés par des projets portant soit sur des surélévations de bâtiments existants, soit sur le maintien de la substance construite tout en modifiant l’affectation et le volume habitable. En reprenant le même thème, mais en traitant cette fois les agrandissements et les extensions, le présent ‹Bulletin bois› propose une nouvelle approche où les avantages du bois sont à nouveau mis en valeur. Ce thème s'inscrit dans une des préoccupations urbanistiques actuelles: la densification de l'espace construit. En matière de logement, de nouvelles exigences ont vu le jour au cours des vingt dernières années: le besoin en surface habitable par personne a considérablement augmenté et des espaces de vie plus ouverts ainsi que de la lumière naturelle en abondance font partie des nouveaux standards. Les nouveaux logements se construisent de plus en plus dans la frange des grandes villes, à portée des infrastructures et des divertissements offerts par ces dernières. Il reste que, dans les zones urbanisées, vu la rareté des surfaces constructibles, le prix des terrains élevés et les coûts de construction, il faut choisir entre deux concepts: démolir pour reconstruire ou transformer, surélever ou agrandir le bâti existant. En Suisse, les mentalités penchent souvent pour la seconde solution, que ce soit par esprit conservateur, par amour du compromis ou par esprit d’économie. Les maîtres de l'ouvrage privés investissent toujours plus dans des travaux d'extension, maintenant constant, année après année, le volume de ce segment du marché. Cette tendance joue en faveur du matériau bois qui offre, par exemple, une durée de montage courte et à sec donc une mise hors d’eau rapide et sans temps de séchage. Le bâtiment existant peut continuer à être exploité avec un minimum de nuisances. Le faible poids propre du bois ainsi que ses importantes capacités portantes permettent d’envisager des surélévations ou des extensions élancées et audacieuses tout en étant libre de conserver ou de réaffecter les parties existantes.

1250

Les sept projets de ce numéro illustrent ces différentes possibilités. Les deux maisons individuelles devaient répondre à des motivations identiques: pouvoir disposer d’espaces et de surfaces supplémentaires. A Bützberg, la topographie, la disposition des étages et le besoin d’un espace couvert pour le stationnement ont conduit à une extension surélevée. A Küsnacht, le choix s’est porté sur un agrandissement de plain-pied et sur deux niveaux. Une autre approche réside dans la recherche de la meilleure intégration à un environnement naturel, construit ou topographique. Dans le cas de l'hôtel de L’Aubier, la nature fait partie intégrante de la philosophie de l’ensemble du projet et donc du projet d’extension, alors qu’à Lavertezzo, les abords extérieurs mouvementés de l'atelier de sculpture sont exploités pour servir d'espace d'exposition. Dans le cas de l'Hôtel de Ville de Poschiavo, la souplesse d'utilisation des espaces de travail était le critère décisif. Grâce, entre autres, à l'utilisation de cloisons non porteuses et à un plancher technique, cette exigence a pu être remplie. Pour l'école de Begnins, le bois a été choisi en raison de son excellent rapport entre performance technique et poids propre. Le résultat propose une construction en ossature bois plutôt originale, perchée sur des poteaux en acier et revêtue de plaques de polycarbonate. Enfin, pour l'école secondaire d'Unterkulm, la construction à ossature bois a permis, grâce à une durée de chantier très courte, d'agrandir le complexe scolaire tout en permettant à l'école de continuer à fonctionner normalement avec un minimum de nuisances. Dans le domaine de la densification du tissu urbain, les avantages présentés par la construction en bois peuvent être mis à profit pour d'autres types de construction, comme par exemple les bâtiments en bois à plusieurs étages. Un prochain ‹Bulletin bois› traitera de ce sujet ainsi que des concepts constructifs et des critères essentiels qui s’y rapportent. Roland Brunner, Responsable de la communication technique de Lignum


Agrandissement et transformation d'une maison familiale, Bützberg

Située au cœur de l’ancien quartier résidentiel du Bützberg, cette maison familiale est implantée sur une parcelle étroite et allongée avec un accès direct à la route cantonale. Le terrain, légèrement en pente, a permis de réaliser une greffe bien particulière sur la façade arrière de cet archétype de la villa des années 30: l’adjonction, au niveau du rez-de-chaussée, d’un parallélépipède en bois posé en porte-à-faux sur un cadre métallique. Le volume créé sous la nouvelle annexe peut ainsi être utilisé comme couvert à voitures ou comme abri de jardin. La dimension des pièces, l’organisation et les proportions spatiales de cette petite villa d’avant guerre n’étaient pas à même de répondre aux besoins des nouveaux propriétaires, un jeune couple avec plusieurs enfants. Grâce à l’obtention d’une dérogation au règlement de construction, un agrandissement a pu être envisagé. Il a pris la forme d’un important volume en bois rapporté sur la façade nord de la maison permettant ainsi de doubler la surface du rez-de-chaussée. L’installation de la pièce de séjour dans cette spacieuse extension a été accompagnée d’un réa-

ménagement aux standards actuels de la cuisine existante. Celle-ci dispose désormais d’un accès direct dans le nouveau séjour. La création de cette extension a également permis d’aménager une terrasse sur une partie de la toiture, accessible depuis la salle de bain de l'étage. Depuis l’intérieur du salon, la présence toute proche de grands arbres donne le sentiment d’être suspendu au milieu d’une forêt, à l’image de la cabane de notre enfance. Le concept d'agrandissement choisi par l’architecte se prêtait particulièrement bien à une matérialisation en ossature bois préfabriquée en atelier. Grâce à un poids propre réduit et à la bonne rigidité de l’ensemble, l’extension en bois s’est contentée de deux zones d'appui: côté amont, elle est liée à la maison existante qui fait également office de contreventement pour la nouvelle structure et, côté aval, elle repose en porte à faux sur un cadre en acier encastré dans deux murs de soubassement en béton armé. La structure du plancher se compose d'un solivage de 120 x 240 mm avec isolation cellulosique intégrée, recouvert d’un panneau à copeaux orientés (OSB) supportant un plancher en lames de mélèze. La face inférieure reçoit

un panneau contreplaqué peint. Les façades sont réalisées en ossature bois revêtue d'un bardage vertical en mélèze non traité de section rhomboïde. La structure de la toiture plate ventilée est identique à celle du plancher; elle est revêtue côté intérieur d'un panneau trois plis alors que la face supérieure reçoit un panneau de fibres mou. L'ensemble de la toiture est revêtu d’une couche de végétation extensive, la zone accessible de la terrasse étant protégée par un clayonnage en lames de chêne. La structure de la toiture et celle du plancher travaillant dans le même sens, une poutre en acier a été intégrée transversalement dans l'épaisseur de la toiture. Elle permet de descendre les charges jusqu'au cadre métallique supportant l'ensemble à travers les parois latérales et par l’intermédiaire de deux étais cylindriques en acier. Ces deux poteaux de faible section sont situés directement en face des éléments dormants des portes-fenêtres afin de ne gêner ni le passage ni l’ouverture. Une loggia s'étend sur toute la largeur de l'annexe. Cet espace extérieur peut être fermé par des claustras coulissants en mélèze.

1251


Revêtement extérieur (largeur env. 70 cm) entre existant et annexe (depuis l'int.): Lé de façade noir Lattage horizontal 30 x 60 mm, peint en noir Lattage vertical 10 x 30 mm, peint en noir Bardage horizontal mélèze rhomboïde ajouré, longueur 65 mm, largeur 22 mm, joint 25 mm

Détail Coupe horizontale

Composition toiture: Végétation extensive 80 mm Etanchéité deux couches Couche séparative liège aggloméré Lambris épicéa/sapin 27 mm Sous-toiture ventilée avec pente 60 x 60–120 mm Panneau isolant en fibres de bois 24 mm Solivage 60 x 240 mm/Isolation cellulosique Panneau 3 plis 27 mm, clous visibles Composition façade (de l'int.): Panneau de plâtre armé aux fibres 15 mm Ossature 60 x 180 mm/Isolation cellulosique Panneau isolant en fibres de bois 24 mm Lattage vertical 10 x 60 mm Lattage horizontal 30 x 60 mm Lambrissage vertical mélèze 22 mm Composition plancher: Lames mélèze 22 mm Panneau à copeaux orientés (OSB) 18 mm Solivage 120 x 240 mm/Isolation cellulosique Détail Coupe verticale sur façade

1252

Panneau contreplaqué 27 mm, peint


Lieu Bernstrasse 44, 4922 Bützberg (BE) Maître de l'ouvrage Herbert Moser, Bützberg Architectes Campanile & Michetti Architekten, Berne; collaboratrice: Petra Burkhard Ingénieur civil Rolf Gilgen, Herzogenbuchsee Entreprise et ingénieur bois W. Schär Holzbau AG, Grossdietwil Bois mis en œuvre Bois de structure: ossature 4,5 m3; Panneaux à copeaux orientés (OSB) 18 mm 50 m2, 3 plis 27 mm 110 m2, isolants en fibres de bois 24 mm 70 m2, contreplaqués 27 mm 50 m2; Revêtement: lambris épicéa/sapin 27 mm 50 m2, bardage mélèze 22 mm 80 m2 Volume SIA 305 m3 (extension) Prix/m3 (CFC 2) CHF 525.– (extension) Coût de construction CHF 355 000.– (transformation et extension) Durée de construction 5 mois Année de construction 2003

entree

evtl.schrankeinbau später,durch bauherrschaft

Coupe longitudinale

Rez inférieur

Rez supérieur

Etage

1253


Agrandissement et transformation d'une maison familiale, Küsnacht

Située dans une zone de villas de la rive est du lac de Zurich, cette construction des années 60 comportait, à l’origine, un plan en L. L'intervention a permis, sans augmenter notablement la surface d’habitation, de changer radicalement l’expression du bâtiment et de réorganiser complètement l’aménagement spatial du logement. Leurs enfants devenant grands, les propriétaires du bâtiment ont constaté que l’organisation spatiale de la maison ainsi la surface habitable ne correspondait plus aux besoins de la famille. Il a donc été décidé de faire construire une annexe et de transformer le bâtiment existant. Dans le projet élaboré par les architectes, un parallélépipède rectangle en bois d’une hauteur de deux niveaux occupe la place de l’ancienne terrasse. A l'étage, il a permis l’installation de deux chambres supplémentaires destinées aux enfants tandis qu’au rez-de-chaussée, l'espace du séjour a pu être agrandi. De nouvelles salles d'eau ont été créées et la chambre des parents a été dotée d’une salle de bain attenante. Au rezde-chaussée, la cuisine a été réaménagée aux standards actuels et a vu sa surface plus que doubler. Une paroi mobile permet d’ouvrir le coin à manger sur l’espace de séjour. Ces aménagements font que la

maison paraît plus grande qu'elle ne l'est en réalité, l’accroissement de surface effectif n'étant que de huit mètres carrés. Le volume de l'annexe dépasse le bâtiment existant aussi bien en largeur qu'en longueur. Il procure à l'ensemble une nouvelle expression d’une géométrie très affirmée et offre des relations différenciées entre l'intérieur et l'extérieur. Une nouvelle terrasse, disposée perpendiculairement à l'annexe, crée une liaison extérieure entre cette dernière et le bâtiment existant. L'entrée a été déplacée pour amener les visiteurs sur la face arrière de la maison. Les deux façades de l'annexe sont réalisées en ossature bois. Elles sont revêtues d'un bardage horizontal en Redwood brut de sciage traité. La façade côté terrasse comporte une grande baie vitrée au rez-dechaussée alors que la partie supérieure ne comporte aucune ouverture. Sur la façade ouest, les percements dessinent clairement les deux niveaux du bâtiment. Au rez-dechaussée, les lames ajourées du bardage passent devant le bandeau vitré, elles sont orientées horizontalement et font office de brise-soleil fixe. A l'étage, la lignée de fenêtres peut être obscurcie par des volets à glissière. La toiture plate non ventilée repose sur un système de plancher à caissons avec isolation intégrée. L'étanchéité est assurée par un lé bitumineux polymère sur

lequel vient se poser une couche de protection sous forme d’un second lé bitumineux recouvert d'une couche de céramique. La structure horizontale de l'étage fait appel également à un plancher à caisson sur laquelle est coulée une chape ciment avec chauffage au sol intégré et revêtement en carreaux de céramique. Les revêtements intérieurs des parois de façades sont constitués de panneaux en bois massif peints.

Composition toiture: Lé bitumineux recouvert d'une couche de céramique Lé bitumineux polymère deux couches Isolation 50 mm Elément caissons 160 mm isolé Panneau massif 15 mm, peint Composition plancher: Carreaux céramique Mortier de pose Couche étanche Chape ciment 36–60 mm avec pente, partiellement chauffage au sol Isolation 20 mm Elément caisson 160 mm isolé Panneau massif 15 mm, peint Composition façade (de l'int.): Panneau massif 15 mm, peint Panneau à copeaux orientés (OSB) 18 mm Pare-vapeur Ossature 60 x 180 mm/Isolation laine de roche Panneau isolant en fibres de bois 16 mm Lattage vertical 30 x 50 mm Bardage Redwood brut de sciage avec couche de protection

Détail Coupe sur façade

1254

Coupe transversale


Rez-de-chaussée

Etage

Lieu Glärnischstrasse 2a, 8700 Küsnacht (ZH) Maître de l'ouvrage K. + U. Fanger Schiesser, Küsnacht Architectes burkhalter sumi architekten gmbh, Zurich; collaborateurs: Benedikt Sunder-Plassmann, Andrea Roth Direction des travaux Christoph Eisenhut, Küsnacht Ingénieur civil K. Blöchlinger Ing.-Büro, Küsnacht Ingénieur bois Saxer Holzbau GmbH, Zurich Surface parcelle 534 m2 Volume SIA 750 m3 (transformation), 132 m3 (agrandissement) Prix/m3 SIA (CFC 2) CHF 525.– (agrandissement) Coût de construction env. CHF 540 000.– (total) Durée de planification 6 mois Durée de construction 3 mois Année de construction 2000

1255


1256


Dix nouvelles chambres pour l'hôtel de L'Aubier, Montézillon

Dominant le lac de Neuchâtel, le complexe de L'Aubier n'a cessé de se développer depuis sa création en 1979. Composé à l'origine de l'ancienne ferme et d'une auberge villageoise, il s'est doté, quelques années plus tard, d'un nouvel hôtel de 15 chambres et d'une ferme moderne. La rénovation de l'auberge a permis d'agrandir le restaurant, qui propose les produits biologiques élaborés sur place, de créer des salles de séminaires et d'ouvrir un magasin comprenant une boutique, des livres, des vêtements, des produits alimentaires et cosmétiques biologiques. L'ensemble des activités de L'Aubier, gérées par une société anonyme comprenant près de 800 actionnaires-sympathisants, est basé sur une intégration cohérente des aspects écologiques et culturels les plus variés avec les impératifs d'une économie durable. Au fil des années, L'Aubier est devenu un lieu de rencontre, de détente et de travail de plus en plus prisé. Pour répondre à la demande croissante de places d'hébergement pour les séminaires, et en prévision de l'affluence attendue pour l'exposition nationale de 2002, une annexe a été implantée dans la pente au nord du site, à cheval sur le parking existant. Réalisée sur pilotis, la construction modulaire en bois a permis de conserver les places de stationnement existantes. L'annexe est composée de dix chambres de 20 m2 comprenant chacune un bloc sanitaire, une armoire, un lit de 140 cm et une place de travail. Chaque chambre corres-

pond à un module de 3,20 m x 7 m entièrement préfabriqué en atelier sur la base d'une ossature en sapin indigène avec isolation dans l'épaisseur de la structure. Le choix des matériaux de construction et d'aménagement a fait l'objet d'une attention particulière, tout comme dans les autres bâtiments du complexe. Le certificat d’économie durable vient d’ailleurs d’être décerné à L’Aubier par l’Association Oe-plus avec la distinction maximale de 5 bouquetins. La face inférieure des planchers, au-dessus des places de parc, est revêtue d'un panneau ininflammable. La face supérieure reçoit un panneau à copeaux orientés (OSB) servant de support à un parquet massif en sapin ciré. Les revêtements intérieurs sont composés de panneaux de plâtre armé aux fibres peints. Les faces extérieures visibles ont été revêtues d'un panneau OSB puis d'un lambrissage horizontal ajouré en mélèze non traité. Lors du montage sur le chantier, les modules ont été juxtaposés parallèlement, en un groupe de sept et un autre de trois chambres, légèrement décalés verticalement. Un escalier couvert articule les deux groupes de modules. Au nord, une coursive à l'air libre distribue les chambres aux noms qui font rêver: ‹Il était 1 fois›, ‹Avec 3 fois rien›, ‹Aux 4 coins du monde›, ‹Le grand 8›. Chaque module dispose d'un petit balcon privatif donnant sur le lac. Cet espace extérieur est formé par le prolongement des solives du plancher intérieur et dispose d'un brise-soleil sous forme de pergola. Les cadres de fenêtre sont en épicéa peint.

L'annexe dispose d'une sous-station reliée à la chaufferie centrale. Le concept énergétique global est basé sur la volonté d'utiliser le moins possible d'énergie non renouvelable, et donc de peser le moins possible sur l'environnement. Des plaquettes forestières, un produit résultant du déchiquetage de bois non utilisé pour la construction ou l'aménagement, couvrent plus de la moitié de la production de chaleur de base. La deuxième source d'énergie – ici le gaz propane – alimente les cuisines et un groupe chaleur-force, qui couvre le tiers des besoins en électricité du complexe et permet d'abaisser la demande de pointe. L'eau servant au rinçage des WC, à une partie de l'alimentation des machines à laver et aux besoins du rural, provient de la récupération des eaux de pluie sur le toit de la ferme. L'annexe est couverte d'une toiture plate végétalisée à culture extensive. Ce type de toiture permet de différer l'écoulement des eaux pluviales par rétention dans le substrat.

Situation

1257


Lieu L'Aubier, Montézillon, 2037 Montmollin (NE) Maître de l’ouvrage L'Aubier SA, Montmollin Architectes Atelier d'architecture K. Hofmann Sàrl, Lausanne; collaborateur responsable: Michel Gailloud Ingénieur Bernard Mathey, Montézillon Entreprise bois Geiser Rudolf Charpente SA, Tramelan Bois mis en œuvre Bois de structure: BLC 14 m3; massif épicéa 19.8 m3; Plancher: épicéa (chambres) 201 m2; ajouré chêne (coursives) 78 m2; Panneaux: multiplis 310 m2; Façades: lambourdes mélèze 160 m2 Volume SIA 2434 m3 Durée de construction 4 mois (y. c. projet et préfabrication; montage en 5 jours) Année de construction 2000

Elévation ouest

1258

Plan


Composition toiture: Substrat /Végétation extensive Lé d'étanchéité Panneau 3 plis Chevrons 80 x 160 mm/Isolation minérale Barrière vapeur Panneaux de plâtre armé aux fibres 2 x 12,5 mm Panneau translucide sur chevrons

Composition façade (de l'int.): Panneaux de plâtre armé aux fibres 2 x 12,5 mm Ossature 160 x 160 mm /Isolation minérale Panneau à copeaux orientés (OSB) Lambourde verticale Lambris mélèze ajouré

Composition plancher: Parquet sapin ciré Lambourde Panneau à copeaux orientés (OSB) 15 mm Solivage 80 x 160 mm /Isolation minérale Panneau de plâtre armé aux fibres 15 mm

Détail Coupe sur façade nord

1259


Atelier Pedro Pedrazzini, Lavertezzo Piano

Situé sur la commune de Lavertezzo dans le Val Verzasca, le nouvel atelier du sculpteur tessinois Pedro Pedrazzini est implanté sur une parcelle située en contrebas de la route cantonale, en limite de zone forestière. Dans ce lieu à la topographie complexe, les architectes ont réussi à traiter de façon sobre et convaincante zones hautes et basses, espaces intérieurs et extérieurs, zones de travail et zones d’exposition, ancien et nouveau, afin que l'artiste puisse disposer d’un lieu adapté à l’épanouissement de son art. A l’origine, l’atelier du sculpteur comprenait un corps principal en maçonnerie et une annexe. Le projet de rénovation conserve le premier et démolit l'annexe existante pour la remplacer par deux nouvelles constructions. Le bâtiment existant abrite au rez-dechaussée un espace d'exposition ouvert au public et un atelier de peintre à l'étage. L’agencement de ces trois volumes autour d’une cour permet de définir des espaces extérieurs de caractères très différents, comme la place devant l'atelier ou la terrasse au-dessus du bâtiment de liaison. Ces espaces font partie intégrante du concept d'exposition développé pour l’artiste. L'atelier proprement dit, une halle parallélépipédique entièrement réalisée en bois, constitue la nouvelle annexe. Elle est reliée à la maison existante par un corps de bâtiment en béton armé d’un seul niveau abritant un local de modelage et des locaux

1260

sanitaires et techniques. Surmonté d’une toiture terrasse protégée des regards par un mur/paravent en béton armé, cet espace, accessible depuis le bâtiment existant, est destiné à accueillir des expositions en plein air. L'atelier est composé de deux parties, un grand volume se développant sur une double hauteur où se situe l'espace de travail proprement dit et un volume bas et allongé, accoté à la façade sud, destiné à l’entreposage des matériaux. Au plafond de l’atelier, un rail métallique traverse la halle sur toute sa longueur pour aboutir au milieu de la cour. Il permet de déplacer, à l’aide d’un palan mobile, les sculptures de grandes dimensions. Dans la partie supérieure de la façade nord, une série de grands vitrages fixes laissent pénétrer une lumière adiabatique diffuse et régulière favorable au travail de l’artiste. Le système constructif mis en œuvre pour la réalisation de l'atelier est constitué d’une série de cadres en bois lamellé collé, disposés transversalement, entre lesquels sont insérés des éléments préfabriqués en ossature bois. Les sections des poutres horizontales en BLC ont été dimensionnées en tenant compte des surcharges ponctuelles occasionnées par le transport de lourdes charges à l’aide du palan mobile. Les vitrages des fenêtres fixes ont été posés sur le chantier. Les façades, d’une hauteur de près de 4 mètres sont revêtues d'un bardage vertical en pin Douglas. La toiture, de type toiture

chaude, est composée d’un panneau contreplaqué de 30 mm, d'une barrière vapeur, d'une isolation en laine minérale, d'un lé bitumineux et d'une couche de végétation extensive. A l'intérieur, la structure ainsi que les revêtements en panneaux à copeaux orientés (OSB) sont laissés à l’état brut et sans traitement. L'entrepôt situé sur la façade sud n'est pas doté d’isolation thermique. La toiture est constituée d’un simple panneau contreplaqué de 30 mm et revêtu d'un lé bitumineux. Le revêtement extérieur fait appel à des panneaux contreplaqués marine lasurés de 15 mm posés sur lattage. L'entrepôt est accessible aussi bien de l'atelier que de l'extérieur.

Situation


Coupe longitudinale à travers l'atelier

Elévation ouest

Rez-de-chaussée

Etage

1261


Lieu Zone Cazzana, 6633 Lavertezzo Piano (TI) Maître de l'ouvrage Pedro Pedrazzini, Bugaro, Lavertezzo Piano Architectes Nicola Baserga et Christian Mozzeti, Muralto; collaborateur: Sacha Denicolà Entreprise bois Gebr. Bissig Holzbau GmbH, Altdorf Bois mis en œuvre Bois de structure: BLC 5 m3, ossature 5 m3; Panneaux à copeaux orientés (OSB) 18 mm 150 m2, Panneaux: contreplaqués 30 mm 90 m2, contreplaqués marine 15 mm 50 m2; Plancher: lames sapin/épicéa 36 mm 65 m2; Façade: pin Douglas 24 mm 100 m2 Volume SIA 330 m3 Prix/m3 SIA (CFC2) CHF 450.– Année de construction 2001

Composition façade (de l'int.): Panneau à copeaux orientés (OSB) 18 mm Carrelet 60 x 120 mm /Isolation laine minérale/ Ossature BLC 140 x 140 mm Pare-vent Lattage vertical 30 mm Lattage horizontal 30 mm Lambrissage pin Douglas 24 mm

Détail Coupe horizontale sur angle

Composition toiture plate: Végétation extensive Lé bitumineux Isolation laine minérale 120 mm Pare-vapeur Panneau contreplaqué 30 mm Poutre BLC 140 x 390– 440 mm

Composition plancher: Lames de plancher sapin/épicéa 36 mm Lattage 80 x 60 mm /Isolation laine minérale Lé bitumineux Dalle béton Détail Coupe verticale

1262


Extension de l'Hôtel de Ville, Poschiavo

Situé dans la vallée grisonne du Valposchiavo, l’Hôtel de Ville et sa nouvelle annexe en bois sont implantés près de la gare, à la périphérie ouest du village de Poschiavo. L’ancien édifice, entièrement rénové et flanqué de son pair moderne, regroupe désormais tous les services administratifs de la commune. Construit en 1862 par l'architecte Tomaso Olgiati pour la compagnie de chemin de fer Bernina, le bâtiment d'origine a été acquis par la commune en 1943. La nécessité de restaurer l’édifice étant latente depuis les années 70, la commune a successivement organisé trois concours d'architecture, pour finalement attribuer le premier prix à un bureau d'architecture de Poschiavo. Le budget total pour les travaux était limité à CHF 3,5 millions. Parmi les exigences mentionnées dans le programme du concours figurait la notion de respect du bâtiment existant et de l'architecture typique du quartier alentour. C'est en travaillant sur la compacité, la fonctionnalité, la simplicité et la durabilité dans le sens d'une faible consommation énergétique que les architectes ont développé le concept d'un bâtiment jumeau, monolithique, légèrement décalé mais relié au bâtiment existant. L'annexe se lit comme un bâtiment indépendant, de même volumétrie, dont l'expression contemporaine stricte met en valeur l'ancien édifice. La totalité du bois de construction utilisé pour le nouveau bâtiment provient de la région soit environ 160 m3 de bois rond. La plus-value générée par la nouvelle construction, de la planification jusqu'à la

préfabrication et au montage, a été réalisée dans la région. Le programme exigeait un maximum de flexibilité dans la répartition des espaces afin de pouvoir en modifier l'affectation. L'objectif a été atteint en créant, à chaque niveau, une double rangée de poteaux délimitant un passage central flanqué d’armoires faisant office de cloisonnements. Les bureaux modulables se situent de part et d’autre de ce passage. L'ancien bâtiment ayant conservé la plupart des fonctions préexistantes, l'agrandissement reçoit surtout de nouvelles fonctions. Le rez-de-chaussée est occupé par une salle de conférence et les bureaux des services. Au premier étage se trouve l'administration interne alors que le deuxième étage abrite la chancellerie, le bureau d'état civil ainsi que le cabinet du président communal (podestà). Les agencements intérieurs sont volontairement spartiates. Chaque étage est accessible par la cage d’escaliers de l'ancien bâtiment ou par un ascenseur installé dans la nouvelle construction. La structure périphérique du nouveau bâtiment est en ossature bois de 160 mm d’épaisseur. Un noyau décentré en béton armé contenant les installations techniques et la cage d'ascenseur fait office d’élément de contreventement. Une double rangée de poteaux de 200 x 400 mm, portant des sommiers doubles de 180 x 300 mm subdivise chaque niveau en trois parties. Cette structure, assemblées à l’aide de tôles métalliques, permet de descendre les charges de la toiture et des étages jusqu’au sous-sol et de réduire la portée des planchers. Ceux-ci sont constitués de solives de

140 x 220 mm revêtues d’un sous-plancher sur lequel repose un plancher technique permettant la distribution du câblage des réseaux informatiques et téléphoniques. Ces éléments en béton sont posés sur une feuille de caoutchouc servant d'amortisseur phonique. Ce plancher technique a également été posé dans le bâtiment existant. Les revêtements intérieurs, parois et fauxplafonds, sont constitués de panneaux de plâtre cartonné. L’apport de chauffage pour les deux bâtiments est assuré par une pompe à chaleur. Les radiateurs de l'ancien bâtiment ont été conservés, tandis que la nouvelle partie est chauffée par un système d’aération contrôlée avec récupération de chaleur. La toiture froide à quatre pans est revêtue de plaques de cuivre et les façades de panneaux de ciment armé de fibres de couleur. L'expression extérieure est renforcée par une trame stricte de fenêtres en bois métal.

Situation

1263


Composition toiture: Couverture cuivre Couche de séparation Lambrissage 27 mm Chevron 100 x 140 mm

Composition plancher combles: Lambrissage 27 mm Solivage 140 x 220 mm /Isolation laine minérale 160 mm Frein vapeur Lattage /Languettes Panneau de plâtre cartonné 18 mm

Composition plancher entre étages: Moquette Elément à caisson dans chape anhydrite 130 mm Feuille caoutchouc Lambrissage 27 mm Solivage 140 x 220 mm /Isolation laine minérale 100 mm Lattage /Languettes Panneaux de plâtre cartonné 18 mm

Composition façade (de l'int.): Panneaux de plâtre cartonné 2 x 15 mm Frein vapeur Ossature 80 x 160 mm /Isolation laine minérale Lambrissage 24 mm Sous-construction métallique /Vide de ventilation 140 mm Lattage vertical 30 x 60 mm Panneau de ciment armé aux fibres 8 mm, teinté rouge

Détail Coupe sur façade

1264


Lieu Via da Crot, 7742 Poschiavo (GR) Maître de l'ouvrage Commune de Poschiavo Architectes Gervasi et Wyss, Poschiavo; direction du projet: Daniel Wyss Ingénieur E. Toscano AG, Poschiavo; M. Passini Entreprises bois Gervasi + Co, Poschiavo; Crameri Vincenzo, Poschiavo Bois mis en œuvre Bois de structure: toiture 11 m3; plancher 23 m3; façade 18 m3; Lambrissage bois massif 51 m3 Volume SIA 2295 m3 (nouvelle construction) 2621 m3 (bâtiment existant) Coût de construction CHF 3,588 millions (rénovation et annexe) Durée de construction juin 1999 –décembre 2000

Coupe longitudinale

Coupe transversale

Rez-de-chaussée

1er étage

1265


Quatre classes sur pilotis, Begnins

Situé sur la Côte, dans la commune viticole de Begnins, le Collège de l’Esplanade a été construit entre 1992 et 1995 dans le cadre de l’aménagement du centre du village éponyme. Il accueille les collégiens de l’agglomération et de plusieurs communes environnantes. Au début des années 2000, le manque de classes s’est fait sentir et, en 2002, la décision de construire une extension de quatre classes supplémentaires a été prise par les autorités communales. Une première étude prévoyant l’implantation d’un pavillon dans la cour du collège a rapidement été écartée, la cour de récréation devenant trop exiguë. L’idée de créer deux pavillons montés sur pilotis s’est alors imposée comme étant celle qui permettait de préserver l’intégralité de la surface de la cour, offrant en prime, deux préaux couverts aux dimensions généreuses. Deux pavillons sont donc suspendus audessus de la cour, au niveau du premier étage du collège. Ils sont reliés au bâtiment principal par des passerelles fermées à la manière des satellites dans les aéroports. La répartition en deux fois deux classes a permis une meilleure distribution des élèves sur l’étage et un allégement du dispositif rapporté en optant pour une exploitation maximale des espaces de services existants. Si le budget restreint imposait un choix constructif simple, efficace et économique, la légèreté s’est également révélé être un critère déterminant. En effet, la présence

Coupe longitudinale

1266

sous la cour d’un parking souterrain de trois niveaux ayant ses propres règles statiques et géométriques interdisait l’implantation d’une extension de type traditionnel. De plus, les appuis des nouvelles classes devaient impérativement se situer dans le prolongement des éléments structurels du parking. Le choix s’est donc porté sur deux boîtes légères en bois reposant sur des piliers métalliques positionnés en fonction de la structure du parking. Un gain de poids important pour une résistance élevée, de bonnes capacités d’isolation et la possibilité d’une mise en œuvre rapide ont été des arguments décisifs en faveur du bois. Les autorités, quant à elles, ont été sensibles à des arguments de l’ordre du développement durable avec l’utilisation d’une matière première directement issue des forêts communales. Les parois de chaque pavillon sont en ossature bois; la toiture est constituée d’éléments à caisson préfabriqués intégrant des surfaces d’absorption acoustique au plafond. Le plancher est composé d’un système de solives renforcé par des sommiers au droit des piliers. Les poteaux de la structure porteuse verticale sont en acier au niveau de la cour et en bois au niveau supérieur. Ils sont décalés sur l'intérieur des salles de classes en raison de la position des piliers du parking souterrain situé sous le préau. Une des particularités structurelles du projet réside dans l’optimisation et dans la disposition des poteaux afin de garantir à la fois la reprise des charges

verticales et la stabilisation des pavillons, tout en limitant l’emprise de ceux-ci sur la cour. Le revêtement de façade, léger et économique, est composé de plaques de polycarbonate. Il offre une bonne intégration avec le bâtiment existant et constitue un ‹manteau de pluie› efficace, qui permet, en outre, de jouer sur la translucidité, la transparence, les reflets ou les prises de lumière différenciées. Les parois intérieures sont revêtues de panneaux à copeaux orientés (OSB) peints. Le revêtement de sol est constitué d’un parquet en lamelles de chêne en pose parallèle.

Situation et plan


Lieu 1268 Begnins (VD) Maître de l’ouvrage Commune de Begnins Architectes Pascal de Benoit et Martin Wagner architectes SA, Lausanne; collaboratrice responsable: Rosella Tufarolo Ingénieurs bois Charpente Concept Thomas Büchi SA, Perly; chef de projet: Reto Emery Entreprises bois JPF Construction SA, Bulle; fourniture lamellé-collé: Ducret-Orges SA, Orges; fourniture caissons porteurs: Lignatur, Waldstatt Bois mis en œuvre Bois de structure: BLC 90 m3; Panneaux à copeaux orientés (OSB) 15 m3 Volume SIA 2411 m3 Prix /m3 SIA (CFC 2) CHF 507.– Année de construction 2003

1267


Composition toiture: Gravier 50 mm Complexe isolant étanche 90 mm Lé d’étanchéité Elément caisson 240 mm Sommier BLC 360 x 200 mm

Composition façade (de l'int.): Panneau à copeaux orientés OSB 4 15 mm Frein vapeur Ossature bois 120 x 60 mm / Isolation laine minérale Panneau de fibres 22 mm Connecteur 30/24 mm Polycarbonate 8 mm

Composition plancher: Parquet chêne 23 mm Panneau de particules 25 mm Panneau phonique 30 mm Panneau à copeaux orientés OSB 4 30 mm Frein vapeur Solive BLC 100 x 550 mm / Isolation laine minérale 120 mm Profilé HEB 300/300 mm Profil en tôle pliée 180/14 mm Détail Coupe sur façade


Extension d’un centre scolaire, Unterkulm

Implanté le long de la route principale d'Unterkulm, commune située à quelques kilomètres au sud d'Aarau, l'établissement scolaire est articulé en trois parties: l’ancienne école datant de la fin du 19ème siècle, un bâtiment scolaire avec salle polyvalente datant de 1939 et une extension des années 70. La dernière intervention, au style contemporain très affirmé, parachève l’ensemble. Malgré un budget particulièrement serré, les architectes ont abordé ce projet en travaillant sur l’organisation du lieu, la redistribution des fonctions et sur l’identité visuelle des différentes parties de cet ensemble. L’orientation des nouvelles salles de classe, face au terrain de sport, a permis de redonner un centre aux bâtiments du groupe scolaire. La rénovation et la création d’un foyer, à l'articulation des deux parties du bâtiment datant de 1939, ont permis de clarifier cette partie du complexe. Une réorganisation claire et un regroupement des fonctions en trois parties distinctes ont pu être opérée: la salle polyvalente existante, la partie administrative dans l’aile ouest de 1939 et les classes dans l’agrandissement des années 70 ainsi que dans la nouvelle extension. Le foyer, aux dimensions généreuses sépare et lie à la fois ces trois parties et joue le rôle d’espace multifonction. L’ensemble des locaux de la seconde (1939) et de la troisième étape (1970) ont été assainis. Les travaux, réalisés durant l’année scolaire, ont nécessité une gestion complexe des locaux. Afin de limiter les coûts, l’annexe de

deux niveaux comprenant les salles de classe ne comporte pas de sous-sol ce qui a permis de réduire la durée ainsi que les nuisances dues au chantier. La nouvelle extension en bois regroupe sept classes, dotées chacune d’un local attenant destiné aux travaux pratiques de sciences naturelles et au rangement du matériel didactique. Les murs de façades, intégrant une isolation en fibre minérale de 200 mm, les murs de refends et les planchers sont en ossature bois. Les façades sont revêtues de panneaux de verre sérigraphiés derrière lesquels on perçoit les contrecœurs en panneaux trois plis lazuré brun rouge. Ce revêtement a également été utilisé pour l’extension des années 70 qui a ainsi été assainie thermiquement. Les éléments préfabriqués en bois comprenaient les fixations des vitrages, les pans de verre étant posés sur le chantier. Les fenêtres procurent un éclairage naturel optimal dans les salles de classes et la protection solaire est assurée par des stores avec revêtement métallique offrant une lumière régulière non éblouissante. Les revêtements intérieurs des classes sont constitués de panneaux contreplaqués bouleau préfabriqués et posés en atelier. Dans les classes, des armoires/cloisons intègrent espaces de stockage, plans de travail et lavabo. Les espaces de circulation sont revêtus de tapisseries en fibres de verre, les contrecœurs sont en panneaux de ciment armé aux fibres et, dans le hall, qui bénéficie d’un éclairage zénithal, et le foyer, le revêtement de sol est en asphalte coulé poncé afin de lui donner un aspect

noble mettant en valeur ces espaces de transition. Le hall central est revêtu de matériaux incombustibles. Ces choix ont été dictés par une réflexion approfondie sur l’harmonie des couleurs et des matériaux permettant un passage sensible de l’ancien au nouveau afin de donner une unité à l’ensemble.

Situation

1269


Composition toiture: Végétation extensive Lé d'étanchéité Isolation 200 mm Pare-vapeur Elément caisson: Panneau 3 plis 27 mm Solivage BLC 60 x 280 mm /Isolation Panneau 3 plis 27 mm Lattage /Isolation 50 mm Lé apparent Panneau contreplaqué perforé (acoustique) bouleau 15 mm, lasuré

Composition plancher: Linoléum 4 mm Asphalte coulé 30 mm Couche de séparation Panneau isolant 33/31 mm Panneau carton alvéolé avec remplissage marin 30 mm Elément caisson: Panneau 3 plis 27 mm Solivage BLC 60 x 280 mm /Isolation Panneau 3 plis 27 mm Lattage /Isolation 50 mm Panneau contreplaqué perforé (acoustique) bouleau 15 mm, lasuré

Composition façade (de l'int.): Panneau contreplaqué bouleau 15 mm, lasuré Sous-construction 30 mm /Isolation Panneau à copeaux orientés (OSB) étanches à l‘air Ossature 60 x 200 mm /Isolation Panneau 3 plis 19 mm, lasuré Vide de ventilation 110 mm /Fixation verre Panneau verre sécurisé monocouche Détail Coupe sur façade

1270

10 mm avec sérigraphie


Lieu Hauptstrasse 28-30, 5726 Unterkulm (AG) Maître de l'ouvrage Commune d'Unterkulm Architectes Ernst Niklaus Fausch Architekten ETH/SIA GmbH, Aarau; collaborateurs: Franziska Irniger, Marcel Eichenberger Ingénieurs civils Wilhelm + Wahlen, Dipl. Bauingenieure ETH/SIA, Aarau Ingénieurs bois Makiol + Wiederkehr, Beinwil am See Acousticiens G. Bächli AG, Ingenieurbüro für Akustik und Lärmbekämpfung, Baden Entreprise bois Hector Egger Holzbau AG, Langenthal Bois mis en œuvre Bois de structure: BLC 80 m3, ossature 30 m3, bois massif épicéa 5 m3; Panneaux: 3 plis 27–40 mm 1360 m2; à copeaux orientés (OSB) 25 mm 395 m2, feuilleté collé 33 mm 800 m2, contreplaqué bouleau 15 mm 1250 m2, de plâtre armé aux fibres 15 mm 1050 m2; Façade: panneaux 3 plis épicéa 19 mm 370 m2 Coût (CFC 1–9) CHF 10,4 millions CHF 6,5 millions (nouvelle extension) Durée de construction Juin – juillet 2003 (nouvelle extension) Février 2004 – avril 2005 (assainissement)

Coupe transversale

Coupe longitudinale

Etage

Rez-de-chaussée

1271


Lignum Holzwirtschaft Schweiz Economie suisse du bois Economia svizzera del legno Falkenstrasse 26 CH-8008 Zurich Tél. 01 267 47 77 Fax 01 267 47 87 info@lignum.ch www.lignum.ch

En Budron H6, CP 113 CH-1052 Le Montsur-Lausanne Tél. 021 652 62 22 Fax 021 652 93 41 info@cedotec.ch

Bulletin bois, juin 2004 Editeur Lignum, Economie suisse du bois, Zurich Christoph Starck, directeur Responsable Roland Brunner

1272

Rédaction Roland Brunner, Lignum, avec André Carlen et Joëlle Cornuz, Lignum-Cedotec Conception graphique BN Graphics, Zurich Photographies Corinne Cuendet, Clarens (Maison à Bützberg); Hannes Henz, Zurich (photos d'intérieur, Maison à Küsnacht); burkhalter sumi architekten gmbh, Zurich (photos d'extérieur, Maison à Küsnacht); Corinne Cuendet, Clarens (Hôtel L’Aubier); Stefano Mussio, Locarno (Atelier Pedro Pedrazzini); Gervasi und Wyss, Poschiavo (Hôtel de Ville à Poschiavo); Jacqueline Mingard, Chavannes-près-Renens (photos d'intérieur, Ecole à Begnins); Pascal de Benoit et Martin Wagner architectes SA, Lausanne (photos d'extérieur, Ecole à Begnins); Hannes Henz, Zurich (Ecole à Unterkulm) Administration, abonnements, expédition Andreas Hartmann, Lignum

Impression Kalt-Zehnder-Druck, Zug ISSN 1420-0252 Le Bulletin bois paraît quatre fois par année, en allemand et en français. Abonnement annuel CHF 48.– Publications isolées CHF 15.– Classeur CHF 80.– Classeur vide CHF 10.– Prix sous réserve de modifications. Les membres de Lignum reçoivent le Bulletin bois et le Lignatec gratuitement. Les droits pour la publication des différents objets présentés restent réservés aux architectes respectifs. Les informations publiées ont été recueillies auprès des concepteurs.

Profile for Lignum

Bulletin bois 71/2004  

Extension et agrandissement

Bulletin bois 71/2004  

Extension et agrandissement

Profile for lignum