__MAIN_TEXT__

Page 1

Bulletin bois 126/2018 Accueil préscolaire Ecole maternelle, Ipsach Espace de vie enfantine EVE-Monthoux, Meyrin Jardin d‘enfants Räsch, Obfelden Crèche à La Chapelle-Les Sciers, Grand-Lancy Jardin d‘enfants Zelgli, Kleinandelfingen Garderie pour l’hôpital universitaire, Zurich Surélévation de l’accueil de jour ‹Arche›, Wallisellen Crèche Cassarate, Lugano

Les volumes de l’école maternelle à Ipsach aident à sensibiliser les enfants aux rapports de voisinage et à la vie collective. Architecture: bauzeit architekten GmbH, Bienne


Intérieurs structurés, extérieurs perméables Les huit projets documentés dans les pages qui suivent ne peuvent pas mieux illustrer la citation de Winston Churchill: ‹Il n’y a pas de meilleur placement pour un pays que de mettre du lait dans ses enfants›. – Une prise de position qui sonne juste et affiche sa responsabilité politique. La mise à disposition de places en garderies ou en crèches devient une mesure qui paraît aujourd’hui toujours plus évidente puisqu’elle accompagne une évolution de société, où les parents sont de plus en plus souvent tous deux actifs professionnellement. Lorsqu’une construction neuve s’impose, dont la complexité est l’expression d’exigences difficiles à concilier, elle peut mener à des solutions architecturales riches en singularité. Quand l’extérieur est l’occasion d’ouvrir son regard vers la nature, l’espace intérieur ne devient alors qu’une part de la perception mise en scène. Des zones protégées peuvent ainsi devenir des sas entre un intérieur fortement structuré et un extérieur qui paraît plus sauvage et digne d’aventures. On découvre en parcourant ce cahier que la matérialité des différents espaces intérieurs, intermédiaires ou extérieurs, acquiert parfois des réalités qui ne présentent pas toujours le bois de manière ostentatoire. Nonobstant, les exemples rassemblés correspondent à des solutions techniques pertinentes et présentent une image qui honore le bois et ses qualités. Roland Brunner et Audanne Comment Communication technique Lignum

Lieu Höhestrasse 9a+b, 2563 Ipsach Maître d’ouvrage Einwohnergemeinde Ipsach Architecte bauzeit architekten GmbH, Bienne Ingénieur civil Weber + Brönnimann AG, Berne Physique du bâtiment Grolimund + Partner, Berne Ingénieur CVCSE MSR-Technik, Orpund Ingénieur bois Indermühle Bauingenieure GmbH, Thoune Construction bois Hector Egger Entreprises bois AG, Langenthal (charpente), Brodbeck AG, Bienne (parquets), Sabag AG, Bienne et Schreinerei Hübscher + Partner AG, Bienne (aménagements intérieurs) Bois mis en œuvre BLC et bois massif 280 m3, lambris de façade 66 m3 Coûts CFC 1–5 CHF 4,9 millions Coûts CFC 2 CHF 4,3 millions dont CFC 214 CHF 0,956 million Surface de terrain SIA 416 21806 m2 (parcelle totale) Surface bâtie SIA 416 853 m2 Surface de plancher SIA 416 930 m2 Volume bâti SIA 416 3213 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC2) 1340.– Durée de construction Octobre 2014 – juin 2015 (1ère étape), Octobre 2015 – juillet 2016 (2ème étape) Photographe Yves André, Vaumarcus

2994


Ecole maternelle, Ipsach Les volumes en bois sont caractérisés par des tonalités vives: une dominante jaune-rouge est associée à une cour intérieure, tandis qu’un camaïeu de verts et jaunes instaure un dialogue avec l’environnement végétal dans lequel il s’insère. Le bâtiment qui répond au standard Minergie-P-Eco possède des panneaux solaires intégrés en toiture. L’école maternelle qui borde une zone résidentielle se situe sur un coteau qui descend vers le nord-ouest, jusqu’au lac. Deux volumes sont implantés dans la partie inférieure de la parcelle, plus plate et mieux ensoleillée. Ainsi, le cordon boisé situé en haut du terrain est préservé. Les bâtiments sont organisés en un seul niveau inséré dans la topographie, tandis que les salles se tournent vers le soleil. L’ampleur et la géométrie du projet sont en rapport avec l’environnement bâti; une implantation dans la pente procure des échappées visuelles en direction du lac. De par son organisation spatiale, des formes simples sont assemblées en un tout organique qui propose une variété d’espaces de jeux et de détente à l’extérieur. Le passage facilité entre intérieur et extérieur sensibilise les enfants de manière ludique et protectrice à la vie collective et aux rapports de voisinage. Pour chacun des bâtiments, deux unités d’ac-

cueil définissent une cour commune, liées entre elles par un espace couvert servant d’entrée et de vestiaires. La répartition en deux volumes permet d’aménager différents espaces extérieurs ensoleillés et protégés du vent, partiellement dans la pente. Ces emplacements peuvent servir pour des activités à la fois communes et individuelles. À l’exception des vestiaires, toutes les salles offrent une généreuse vue vers un environnement végétal. Au centre, une grande salle lumineuse devient le cœur de la crèche. Pour des activités plus calmes ou pour de plus petits groupes, une mezzanine offre une certaine intimité, de même qu’une salle attenante aux dimensions plus modestes. La volumétrie est conçue pour stimuler et animer les contraires. En outre, la disposition des plans est compatible avec le programme d’école à horaire continu mis en place.

Situation

2995


10 m

2996

Maternelle 2: Coupe


Maternelle 1: Niveau -1

10 m

Maternelle 1: Niveau 0

Maternelle 1: Galerie

2997


Composition de la toiture: Installation photovoltaïque Elément de fixation Contre-lattage 100 mm Lé de sous-couverture Elément en caisson: panneau trois plis 40 mm nervures 280 mm/isolation panneau trois plis 27 mm Pare-vapeur Lattage 120 mm/Isolation Lattage 30 mm Laine acoustique Panneau trois plis 19 mm, perforé Composition de la paroi extérieure: Lambris vertical 22 mm, à joints ouverts Lattage 2 x 20 mm Lé de façade Panneau en fibres de bois 60 mm Lattage 100 mm/Isolation Montants 240 mm/Isolation Panneau OSB 15 mm Panneau trois plis 19 mm Composition de la dalle: Parquet 9 mm Chape 86 mm, avec chauffage au sol Pare-vapeur Isolation 20 mm Isolation 180 mm Protection hydrofuge Béton armé 200 mm Béton maigre 50 mm Coupe constructive

2998


Détails en toiture: Le faîte et les arêtes de la toiture à faible pente sont conçus comme des joints résistants à la flexion grâce à l'intégration d'éléments de remplissage à la jonctioin des caissons. Des renforts en lamibois assurent la transmission des efforts de traction.

2999


Espace de vie enfantine EVE-Monthoux, Meyrin Dans le Grand Genève, une crèche conçue en éléments modulaires prend place au milieu d’un parc. Rationnelle, elle apporte une solution simple et esthétique aux besoins urgents en places d’accueil. La commune de Meyrin, située à 6 km du centre de Genève, a connu une spectaculaire transformation amorcée dans les années soixante. L’implantation d’une cité satellite a propulsé le village rural de 3000 âmes en une cité moderne comptant près de 19 000 habitants au début des années huitante. Aujourd’hui, Meyrin présente l’image d’une ville périurbaine, avec des habitations bien ordonnées entrecoupées de larges zones industrielles. L’espace de vie enfantine de Monthoux est implanté non loin du cœur de l’ancien village, sur une parcelle où se dresse déjà une école. Proche de quartiers d’habitation, il jouxte l’Hôpital de la Tour et voisine avec une étendue de bitume, un parking situé aux pieds d’entrepôts. L’ouvrage s’organise sur un seul

3000

niveau. Il oppose une expressivité simple et sans ostentation face à un environnement complexe et se concentre dans le dialogue noué avec l’espace de verdure qui l’accueille. L’attention portée par les concepteurs à cette pièce du patchwork bâti demeurée inoccupée lui donne un nouveau statut de parc arboré. En effet, l’étendue verte devient une précieuse respiration qui donne sens à l’implantation d’un espace de vie enfantine. Pour répondre aux contraintes du projet, rapidité d’exécution, qualité spatiale et maîtrise des coûts, les architectes proposent une solution modulaire en bois. La crèche de 570 m2 devait en effet être livrée en un temps exceptionnellement court. Une année seulement après les premières discussions, le bâtiment prenait vie et accueillait quatre-vingt-deux enfants en âge préscolaire. Le terrain en légère déclivité permettait d’imaginer un volume bas, ouvert sur les quatre côtés et prolongé sur son pourtour par des coursives. Ces dernières servent de voies d’évacuation en cas d’incendie. Bien plus, elles

deviennent des aires de jeux et d’exploration pour les enfants, zones intermédiaires entre le parc et ses herbes folles, et l’univers structuré et parfois animé des salles d’accueil. Les enfants dont certains passent des journées entières à la crèche ont entre 0 et 5 ans. Ravis de maîtriser la verticalité, les plus grands exercent leurs talents en gambadant à qui mieux mieux. Avec de vastes espaces de circulation, l’espace de vie enfantine de Monthoux répond avec générosité à leur besoin naturel de mouvement. À l’extérieur, une longue rampe traverse le parc et mène les bambins, les poussettes et leurs parents jusqu’aux abords du bâtiment. Là, un large vestibule donne accès à une rue intérieure qui dessert le volume sur toute sa longueur. La distribution de 70 m est ponctuée de trois vestiaires surmontés par des lanterneaux qui modulent une lumière naturelle et rendent son parcours plus vivant. Les salles d’accueil au nombre de six forment une bande continue orientée au nord-ouest. Couplées par deux, elles peuvent fonctionner ensemble ou séparé-


ment grâce à de grandes portes qui coulissent. Dans chacune d’elles, une salle de change traitée comme un noyau détaché, permet de distinguer une zone arrière occupée par des salles de sieste. Une seconde bande continue orientée au sud-est accueille la cantine, en lien avec une cuisine professionnelle où se préparent les repas, des salles de réunion et divers espaces secondaires. La construction en bois préfabriquée adopte les dimensions maximales pour un transport par camions. Des éléments de plancher s’insèrent au-dessus de fondations ponctuelles en béton reliées par des longrines en acier. Des sommiers disposés longitudinalement soutiennent la toiture plate. Le gros-œuvre est achevé en trois semaines seulement, limitant d’autant les nuisances pour le voisinage. Dans un souci de rationalité, deux principaux types d’ouverture se répètent sur les façades. Répondant aux exigences cantonales de haute performance énergétique, une épaisse isolation périphérique minérale est disposée sur les parois extérieures,

puis crépie en blanc. Sa neutralité contraste avec deux bandes horizontales en bardage de mélèze. Il est composé de lattes de 120 par 60 mm qui protègent la coursive et habillent la toiture. Le ton légèrement rosé du Douglas naturel inspire le choix des coloris dans les aménagements intérieurs, avec des tons doux composant un univers neutre. Avec le temps, le bois exposé des façades a grisé uniformément, se mêlant plus intimement encore à son cadre végétal.

P

P

Situation

3001


Lieu Rue Alphonse-Large 12, 1217 Meyrin Maître d’ouvrage Service d’urbanisme, travaux publics, énergie – Commune de Meyrin Architecte Christian Dupraz Architectes, Genève; chef de projet: Javier Gonzalez Ingénieur civil Thomas Jundt Ingénieurs Civils SA, Carouge Ingénieur CVS Energestion SA, Les Acacias Travaux préparatoires Rampini & Cie SA, Vernier Entreprise générale ERNE AG Entreprises bois, Laufenburg Bois mis en œuvre Bois massif 260 m3; Panneaux: plaques de plâtre fibrées 5100 m2, particules de bois liées au ciment 2200 m2; Revêtement extérieur et garde-corps en lattes de Doulgas 45 m3 Coûts CFC 1–9 CHF 7,6 millions TTC Coûts CFC 2 CHF 5,2 millions TTC dont CFC 214 CHF 1,8 million TTC Surface de terrain SIA 416 7275 m2 Surface de plancher SIA 416 1585 m2 Volume bâti SIA 416 7108 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC2) CHF 700.– Durée de construction septembre 2014 – janvier 2015 (bâtiment), 2016 (aménagements extérieurs) Photographe Laura Keller Sanna pour Christian Dupraz Architectes

Niveau 0

Coupe longitudinale

3002

20 m


3003


3004


Composition de la toiture: Graviers 40 mm Etanchéité de toiture Isolation avec pente Pare-vapeur Panneau OSB-4 24 mm Solives/Isolation minérale 280 mm Plaque de plâtre fibrée 15 mm Composition des parois extérieures: Crépi Panneau de fibres de bois tendre 80 mm Montants/Isolation minérale 180 mm Pare-vapeur Plaque de plâtre fibrée 15 mm Peinture Composition de la dalle: Linoléum 2,5 mm Chape avec chauffage au sol 100 mm Panneau OSB-4 25 mm Montants/Isolation minérale 280 mm Panneau OSB 15 mm

Coupe constructive

3005


Jardin d‘enfants Räsch, Obfelden Obfelden, situé entre Zurich et Zoug, jouit d’un cadre champêtre qui attire de nouvelles maisons. Au centre du village, entre l’église et un petit ruisseau, une construction provisoire datant des années septante est remplacée par un volume en bois prenant la forme d’un solitaire, posé sur un plateau vert. Le concept s’inspire de la découverte ludique des formes, silhouettes ou structures spatiales qu’offrent les maquettes en carton. Il prend comme référence les principes formels qui régissent les bâtiments classiques, comme la Villa Rotonda d’Andrea Palladio, datant de la Renaissance. Un plan en croix grecque apparaît, où se rencontrent des surfaces carrées. Un grand toit coiffe le bâtiment tel un chapeau. Il vise à rendre la nature accessible aux enfants tout en les protégeant des intempéries. Sous ce toit, les espaces d’enseignement sont comme de grandes niches. Entre celles-ci, des chemins de liaison, des corridors et des zones calmes se créent. Trois crèches sont disposées dans les angles, le quatrième étant occupé par de petits

Situation

3006

groupes s’exerçant à la psychomotricité, à la peinture et au bricolage. Des toilettes et des douches, un local de nettoyage et des rangements complètent le programme. Au centre, l’espace en double hauteur est illuminé par un puits de lumière qui mène le regard vers les courbes ascendantes d’un escalier. Le chemin qui conduit l’enfant à la crèche est ponctué d’événements, une place de jeux, un bassin recueillant l’eau de pluie, des marches qui mènent à l’avant-toit, et finalement la porte à franchir avant de parvenir au vestiaire. Apprendre et jouer, les deux verbes s’exercent en toutes occasions: dans les crèches, sur les galeries qui s’ouvrent sur des doubles hauteurs, sous la véranda en bois ou dans le jardin. La maison en bois s’offre donc à l’enfant qui perçoit son environnement à travers ses sens, et devient une expérience non seulement olfactive, auditive ou sensorielle, mais lui fournit également l’occasion d’apprendre les dimensions, les perspectives ou les proportions. La structure est taillée dans un bois indigène. Les surfaces intérieures, tout comme les lambris

en façade sont issus de résineux. Les sols à l’intérieur et les marches d’escalier sont en frêne massif, la terrasse en mélèze. Des fondations ponctuelles sont reliées par des longrines métalliques qui portent les dalles nervurées, ainsi que la toiture à chevrons préfabriquée. Les parois sont en ossature bois. La grande toiture végétalisée de 950 m2 s’appuie à la fois sur ces parois et sur une structure périphérique en poteaux-poutres. Autour du bâtiment poussent de nombreux buissons et arbres, entre lesquels sont disposés des équipements de jeux, un foyer pour des moments autour du feu et des cabanes d’osier. L’eau de pluie récoltée en toiture devient une mélodie jouée par la saillie d’un dégorgeoir qui s’écoule vers le jardin. L’ensemble de la structure réalisée en essences locales a obtenu un Certificat d’origine bois Suisse.


Lieu Räsch 15, 8912 Obfelden Maître d’ouvrage Ecole primaire Obfelden Architecte Melk Nigg Architects AG SIA, Zoug Architecte paysager Hager Partner AG, Zurich Ingénieur civil Gruner Berchtold Eicher AG, Zoug Ingénieur énergie & environnement Olos AG, Baar Géologue Schläpfer & Partner, Ingenieurbüro AG, Zurich Physique du bâtiment RSP Bauphysik AG, Lucerne Concept éclairage Neue Werkstatt GmbH, Winterthour Ingénieur bois Lauber Ingenieure AG, Lucerne Entreprise bois PM Mangold Entreprises bois AG, Ormalingen Bois mis en œuvre Structure: BLC 67,9 m3, Epicéa/sapin massif 7,3 m3 et mélèze 3,9 m3, poutres contrecollées 99,3 m3, panneaux de grands formats 80 mm 2,2 m3; Panneaux: OSB 10 m2, trois plis 27 mm 3655 m2 et trois plis perforés 850 m2, monocouche 27 mm 44 m2; diverses lattes 4,1m3; lambris de façade en épicéa/sapin, brut de sciage 300 m2; parquet en frêne 820 m2; Distinction ‹Certificat d’origine bois Suisse› pour la structure (100 % de bois suisse, exigences minimales fixées à 80 %) Coûts CFC 1–9 CHF 4,2 millions Coûts CFC 2 CHF 3,0 millions dont CFC 214 CHF 0,99 million Surface de terrain SIA 416 1936 m2 Volume bâti SIA 416 4719 m3 (niveaux 0 et +1), 460 m3 (sous-sol), 5179 m3 (total) Prix/m3 SIA 416 (CFC2) CHF 580.– Durée de construction Septembre 2016 – avril 2017 Photographe Laurent Burst, Zoug/Berlin, © Melk Nigg Architects AG SIA, Zoug

3007


Niveau 0

Niveau +1

3008


Coupe longitudinale

Coupe transversale

10 m

3009


3010


Composition de la toiture: Végétalisation extensive 80 mm Protection des racines 20 mm Etanchéité Isolation 100 mm Elément nervuré: panneau trois plis 27 mm nervures 260 mm Lattage 50 mm/Isolation 30 mm Panneau trois plis 19 mm, avec perforations acoustiques Composition de la dalle, niveau +1: Parquet en frêne 22 mm Panneau trois plis 27 mm Elément nervuré: nervures 220 mm/isolation 80 mm bandes de panneaux trois plis 27 x 300 mm Lattage 30 mm Plaque de plâtre fibrée 15 mm Lattage 30 mm Isolation 30 mm Panneau trois plis 19 mm, avec perforations acoustiques Composition des parois extérieures: Lambris vertical en épicéa/ sapin 22 mm, brut de sciage Lattage horizontal 27 mm Lattage vertical 30 mm Panneau de fibres de bois 52 mm Montants 200 mm/Isolation Lé étanche à l’air Panneaux trois plis 27 mm Composition de la dalle, niveau 0: Parquet en frêne 22 mm Lattage 100 mm/Isolation Etanchéité à l’air Elément nervuré: panneau trois plis 27 mm nervures 220 mm/isolation Panneau trois plis 27 mm Panneau de fibres de bois 20 mm

Détail

3011


Crèche à La Chapelle-Les Sciers, Grand-Lancy Dessinés comme deux pièces complémentaires, une crèche et son préau s’emboîtent l’une à l’autre. Quand la première accueille près d’une centaine d’enfants, le second s’ouvre vers un site magnifique. Les dernières terres agricoles du secteur La Chapelle-Les Sciers avaient été décrites dans le plan directeur cantonal genevois en 2003 comme étant favorables à une extension urbaine. À terme, mille-trois-cents logements, des commerces, des bureaux, des écoles et une crèche doivent donner vie à un nouveau quartier, érigé à cheval sur deux communes, Plan-les-Ouates et Lancy. En 2011, le concours organisé pour la réalisation d’une crèche est donc lancé. Le projet gagnant propose un volume sur deux niveaux. Sa géométrie repliée forme deux ailes qui enserrent une pièce à ciel ouvert. Cette dernière communique avec un vaste préau, platelage en bois mettant en valeur un environnement arborisé, dont deux grands cèdres qui le transperce. Le volume bâti

3012

et la surface plane composent deux parts d’égales valeurs. Ils s’imbriquent l’un dans l’autre, dessinant un assemblage précis en queue d’aronde. Ce geste est symbolique. Il évoque bien évidemment le bois, reconnaissant ses qualités pour accompagner les étapes de l’enfance. Les architectes reprennent des images évoquées par le matériau, l’instrument de musique, les pavillons dans les arbres, le jouet en bois et créent des associations d’idées pour finalement, donner de l’épaisseur au projet et lui insuffler un caractère qui colle à l’imaginaire des enfants. Dans les espaces intérieurs, la minéralité du béton brut domine. Par petites touches, le béton est réchauffé grâce à des menuiseries qui agissent par contraste. Dans les ailes, les quatre salles d’activités accueillent les différents groupes d’âge. Elles offrent des vues croisées qui les rendent perméables. À travers ces regards échangés de l’intérieur vers l’extérieur, ou de l’intérieur vers le monde intérieur d’en face, l’atmosphère des salles d’activités s’adoucit, influencé par une vision constante

sur le bois posé en façades. En effet, l’équilibre entre bois et minéralité se renverse à l’extérieur, mettant en exergue une essence noble et durable, le chêne. Celui-ci s’appuie sur un socle en béton et habille les ossatures en bois des parois extérieures, toutes préfabriquées en atelier. Les ouvertures sont traitées comme des formes simples, dont les proportions restent familières malgré des variations de dimensions et de hauteur. Elles sont soulignées par de lourds encadrements qui se rapprochent, se touchent, et parfois deviennent continus, notamment au niveau des vitrages ouverts sur l’escalier central. Les châssis des fenêtres sont en chêne, ainsi que les tablettes, ceci dans un souci de grande cohérence. L’épaisseur des façades qui correspond aux exigences cantonales de très haute performance énergétique, permet d’y accueillir discrètement des grilles de protection, visibles dans certaines embrasures. Elles communiquent avec des vantaux qui ventilent et refroidissent les salles durant la nuit, sans craindre ni vandalisme ni pluie battante.


Situation

Coupe

20 m

Niveau 0

Niveau +1

3013


Lieu Route de la Chapelle 20, 1212 Grand-Lancy Maître d’ouvrage Ville de Lancy Architecte Lacroix Chessex, Genève Ingénieur civil Perreten & Milleret, Carouge Entreprise bois Vial Charpentes SA, Le Mouret Bois mis en œuvre Bois duo en épicéa pour les ossatures 29 m3, revêtement de façade et embrasures en lames de chêne 26 m3 Coûts CFC 1–9 CHF 11,9 millions TTC Coûts CFC 2 CHF 9,3 millions TTC dont CFC 214 CHF 565 900.– TTC Surface bâtie SIA 416 821 m2 Surface de plancher SIA 416 1979 m2 Volume bâti SIA 416 317 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC2) CHF 1280.– Durée de construction Mars 2014 – août 2015 Photographe Joël Tettamanti, Lausanne

3014


Composition de la toiture: Couverture en zinc Voligeage 30 mm Lattage 60 mm Etanchéité Panneaux de fibres de bois 24 mm Carrelets 250 mm/Isolation Pare-vapeur Béton 280 mm Lattage et contre-lattage 130 mm Isolation phonique ponctuelle Panneaux en bois perforés 20 mm Composition des parois extérieures: Bardage vertical 25 mm Lattage croisé 2 x 27 mm Lé de façade Panneaux de fibres de bois 24 mm Montants 160 mm/Isolation OSB 15 mm Pare-vapeur Supports verticaux 60 mm/Isolation Panneaux de fibres de moyenne densité, avec placage 20 mm

Coupe constructive

3015


Crèche Zelgli, Kleinandelfingen La nouvelle crèche Zelgli se substitue à un bâtiment des années cinquante qui ne pouvait accueillir qu’un nombre restreint d’enfants. Avec une géométrie octogonale qui lui donne son caractère particulier, ce pavillon d’un seul niveau réagit à un contexte naturel, en bordure de village. Il s’ouvre vers les cultures céréalières et s’imprègne de l’ambiance des jardins potagers qui s’étalent à ses pieds. De ce fait, le cadre végétal cohérent et presque romantique est maintenu intact. Coiffé de trois toits en bâtière posés en série, son apparence est familière à celle des maisons traditionnelles. Le bâtiment est aligné dans un axe nord-sud, reprenant l’orientation du volume auquel il se substitue. Les deux salles principales et les espaces de groupes attenants s’ouvrent ainsi dans trois directions. En plaçant le volume au centre de la parcelle, les espaces extérieurs qui gravitent autour restent bien proportionnés pour accueillir les jeux ou les moments de détente des enfants. Des pavés hexagonaux mènent à un vestibule rhomboïde. C’est là que les enfants retirent leurs chaussures et enfilent les savates disposées la veille dans des casiers. Ils se dirigent ensuite vers les deux salles principales, à droite et à gauche de l’entrée. Quelques enfants mettent directement le cap vers la salle de groupes attenante, et quelquesuns partent à l’assaut de l’escalier étroit qui les mène au niveau de la toiture, avant que l’éducatrice ne les appelle pour les rassembler en cercle. Dans un recoin, une pièce permet aux éducateurs de se retirer pour préparer les prochaines activités. La crèche est conçue sur la base de triangles isocèles. Sa forme s’adapte à la parcelle, mais découle également d’une volonté manifeste de jouer avec le potentiel et la richesse spatiale du triangle. Au final, des espaces très différenciés s’associent les uns aux autres. Dédiés à la sieste ou aux jeux, ils stimulent l’enfant et l’accompagnent dans ses découvertes et ses apprentissages. Pour des raisons budgétaires, le projet n’a pas de sous-sol. L’école primaire

offre en effet suffisamment de surfaces de dépôts ou de rangements qui compensent l’absence de caves. Extérieurement, une peau en écailles de tuiles émaillées de couleur bleu indigo brille au soleil. Sa surface se perçoit différemment selon l’ambiance lumineuse de la journée, d’un blanc réfléchissant, il peut virer vers un bleu profond qui réagit agréablement parmi les verts dominants. Les grandes surfaces vitrées font pénétrer un flot de lumière à l’intérieur des pièces qui accompagnent les activités des enfants et offrent une belle qualité lumineuse. La succession des salles et la position des portes offre des perspectives multiples sur l’extérieur, optimisant la surveillance de différentes places de jeux. Par temps clair, l’enseignement qui se déroule à l’extérieur procure des stimulations nouvelles. Dans le jardin, des moyens paysagers simples sont employés pour aménager les alentours en sous-espaces, propices à l’esprit de découvertes qui gouverne les enfants. Le tracé arrondi d’une haie dessinant le pourtour de la parcelle augmente leur sécurité. Un accès par un portail central, tout comme le nouveau trottoir qui borde la rue, rendent plus sûr le cheminement vers la crèche. Une petite place agrémentée par une fontaine est créée au croisement des deux rues qui longent la parcelle et aménage une belle entrée. La crèche est conçue en ossature bois et répond aux exigences du label Minergie. En outre, l’entier du bâtiment recourt à des matériaux écologiques. Sa préfabrication conduit à une grande rapidité de montage sur place. Les pans de la toiture constituent des diaphragmes. Leurs surfaces planes ne mettent pas en péril la grande hauteur des baies vitrées. De plus, leur aspect lisse diffuse mieux la lumière vers l’intérieur. Le plan octogonal de la crèche offre également des avantages structurels, en évitant des efforts concentrés retransmis dans les fondations. Un grand soin a été apporté à la résolution des cheneaux intégrés. Leur pente a été étudiée, et les éventuelles faiblesses au niveau de l’enveloppe thermique ont été écartées.

Situation

3016


Lieu Zelglistrasse 256, 8451 Kleinandelfingen Maître d’ouvrage Ecole primaire Andelfingen Architectes Consortium Meyer Stegemann Architekten AG et Hunkeler Hürzeler Architekten AG, Schaffhouse Ingénieur civil Bachmann Stegemann + Partner AG, Andelfingen Physique du bâtiment Zehnder & Kälin AG, Winterthour Planification en domotique Rolf R. Mäder Haustechnikplanung, Schaffhouse Planification électricité Elektro Design + Partner AG, Winterthour Ingénieur bois IHT Rafz Ingenieurholzbau + Entreprises boistechnik GmbH, Rafz Entreprises bois Strabag AG, Lindau Bois mis en œuvre BLC 70 m3, Panneaux: trois plis 27 mm et 42 mm 975 m2, OSB 15 mm et 25 mm 1365 m3, panneaux en fibres de bois 35 mm 12 m3 Coûts CFC 1–5 CHF 2,176 millions TTC Coûts CFC 2 CHF 2,026 millions TTC dont CFC 214 CHF 445 500.– TTC Surface de terrain SIA 416 1893 m2 Surface bâtie SIA 416 458 m2 Surface de plancher SIA 416 568 m2 Volume bâti SIA 416 2412 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC2) CHF 840.– Durée de construction Décembre 2014 – juillet 2015 Photographe Hannes Henz, Zurich

3017


Niveau 0

3018

Niveau +1

5m


Coupe longitudinale

10 m

Composition de la toiture: Couverture en tuiles émaillées Lattage pour tuiles 30 mm Contre-lattage 60 mm Etanchéité Panneau de fibres de bois 120 mm Elément en caisson: panneau trois plis 27 mm nervures 200 mm/isolation OSB-3 25 mm, et joints étanches au vent Plafond acoustique suspendu avec plaques de plâtre perforées 100 mm Composition en bordure de la toiture: Couverture en tuiles émaillées Lattage pour tuiles 30 mm Contre-lattage 60 mm Etanchéité Panneau de fibres de bois 100 mm Panneau trois plis 27 mm Elément en caisson: panneau trois plis 27 mm nervures 200 mm/isolation OSB-3 25 mm, et joints étanches au vent Plafond acoustique suspendu avec plaques de plâtre perforées 100 mm

Coupe constructive

Composition des parois extérieures: Couverture en tuiles émaillées Lattage pour tuiles 30 mm Contre-lattage 30 mm Etanchéité Panneau de fibres de bois 35 mm Montants 240 mm/Isolation Panneau OSB-3 15 mm, et joints étanches au vent Plaque de plâtre fibrée 15 mm

3019


Garderie pour l‘hôpital universitaire de Zurich En raison d’un urgent manque de places pour la garderie destinée au personnel de l’hôpital universitaire à Zurich, un nouveau volume accueille désormais trois différents groupes d’enfants, âgés de 4 ans au plus. Cette annexe interagit directement avec la structure déjà en place. Les deux bâtiments sis au 12 et 16 de la rue Sonnegg, construits en 1855, respectivement 1857, font figure de solitaires entourés d’un jardin, environnés aujourd’hui de barres urbaines datant de la fin du 19ème siècle. L’annexe reprend à peu de chose près l’emprise au sol d’un bâtiment démoli en 1985. Le nouvel immeuble, qui s’implante à l’arrière de la bâtisse existante, adopte une hauteur comprenant quatre niveaux. Il forme un dos vis-à-vis d’un chemin d’accès et sépare ainsi clairement l’entrée du jardin. La liaison entre les bâtiments se crée au niveau de la véranda. Elle couvre un passage qui mène au rez-de-chaussée vers les deux entrées des immeubles, et poursuit vers le jardin. L’emprise au sol est réduite grâce à un porte-à-faux qui s’étend au sud et reprend le poids des trois niveaux supérieurs. Le jardin ainsi préservé est mis en valeur et gagne en qualité. La hauteur du nouveau bâtiment

Situation

3020

s’adapte aux gabarits existants. La toiture légèrement inclinée souligne la subordination de l’agrandissement envers la vénérable bâtisse. Le rez-de-chaussée est dédié aux usages communs; local à poussettes, WC et douche adaptés aux personnes handicapées. Une salle de mouvements dispose quant à elle d’un accès direct au jardin. Chacun des étages supérieurs accueille une unité regroupant dix à douze enfants. Une grande salle de jeux orientée au sud est entourée de zones de repos, d’un coin cuisine et de vestiaires situés à l’entrée, en lien avec des sanitaires. Chaque étage accueille en sus un local indépendant; un atelier au premier étage, au second, un vestiaire pour le personnel, et au dernier niveau, un bureau servant également de salle de réunion. Le renoncement à un sous-sol, ajouté à une portance très inégale du terrain, constituent des arguments décisifs en faveur d’une construction légère, ce qui a permis des économies substantielles au niveau des fondations. Cellesci prennent la forme d’un radier en béton coulé sur une isolation incompressible. Cette solution permet de répartir les charges de manière uniforme sur le terrain. Le système porteur en poteaux-poutres s’intègre aux parois. Quelques éléments forment des treillis répartis sur la hau-

teur du bâtiment et stabilisent l’ensemble. Les façades ventilées sont revêtues de panneaux à base de ciment, superposés de sorte à former de larges rainures verticales. La toiture plate et les planchers sont constitués d’éléments en bois préfabriqués d’une portée allant jusqu’à 6 m, pour une résistance au feu REI 60. Une chape sèche, recouverte d’un linoléum bleu ou de PVC dans les salles d’eau, est formée de deux plaques de plâtre fibrées qui évitent la propagation des bruits de pas d’un étage à l’autre. De plus, les caissons multiples en bois composant les planchers sont étudiés spécifiquement afin d’empêcher les vibrations et la transmission des bruits d’impact. L’acoustique des salles est améliorée par un plafond perforé absorbant les sons aériens. Le bois marque l’ambiance intérieure de la grande salle de jeux grâce des panneaux trois plis habillant les parois. Partout ailleurs, ces dernières sont recouvertes de plaques de plâtre fibrées, répondant à des exigences de protection incendie. Parfois deux plaques sont même superposées, améliorant les performances phoniques, puis peintes dans des tons ivoire clair. La cage d’escalier incombustible est en construction métallique. L’exigence d’incombustibilité s’appliquant également au revêtement extérieur en raison de la proximité


avec les immeubles voisins, celle-ci est assurée par l’emploi de panneaux fibrociment. Ils donnent à la façade un caractère minéral qui s’intègre dans le paysage bâti. De même, les proportions des ouvertures sont analogues aux fenêtres existantes. Des embrasures métalliques accueillent des châssis en bois, dont les contrecœurs sont conçus à bonne hauteur pour les enfants. À l’intérieur, la construction en bois reste apparente grâce au traitement brut des plafonds, ce qui rend les espaces plus chaleureux. Les matériaux choisis sont tous perméables à la diffusion de vapeur et contribuent à un meilleur confort des locaux. L’énergie de chauffage est fournie par le réseau à distance de l’EPFZ. Par contre, l’alimentation en eau chaude provient d’un bâtiment voisin situé à la rue Culmann. En plaçant les cuisines et les salles d’eau au-dessus du local technique, l’espace nécessaire aux installations est réduit au strict minimum. Le jardin, qui profite toujours d’un bon ensoleillement, n’est que très peu empiété par la nouvelle construction. Il offre une aire de jeux pour plus d’une centaine d’enfants accueillis aujourd’hui par la crèche, avec une topographie et un aménagement permettant une grande variation dans leurs activités de jeux et de découvertes.

3021


Lieu Sonneggstrasse 16 et Culmannstrasse 4, 8006 Zurich Maître d’ouvrage Direction de la santé du Canton de Zurich, Office des bâtiments, Zone 4 Architecture et gestion de projet Zinsli Magdeburg Architekten AG, Zurich Ingénieur civil Knecht et Würmli, Porta AG, Zurich Planification électrique Armin Spaltenstein, Kloten Planification CVC RT Haustechnik GmbH, Zurich Planification S MS-Plan & Partner AG, Urdorf Aménagement de jardin Spielträumer, Toni Anderfuhren, Bauma Ingénieur bois Lauber Ingenieure AG, Lucerne Entreprises bois Kost Entreprises bois AG, Küssnacht am Rigi (structure), et Lignatur AG, Waldstatt (production de caissons) Bois mis en œuvre: Structure: BLC 20 m3, bois contrecollé 21m3; caissons multiples pour planchers 240 mm 339 m2, caissons multiples en toiture 220 mm 114 m2; Panneaux: trois plis 19 mm 155 m2, OSB 15 mm 432 m2, plaques de plâtre fibrées 1680 m2, panneaux de fibres de bois MDF, ouverts à la diffusion de vapeur 335 m2; Revêtement de façade: panneaux de particules liées au ciment 18 mm 433 m2 Coûts CFC 1–9 CHF 2,9 millions Coûts CFC 2 CHF 2,4 millions dont CFC 214 CHF 0,76 million (y compris façade, fenêtres et escaliers métalliques) Surface de terrain SIA 416 1570 m2 (sans bâtiment existant) Surface bâtie SIA 416 118 m2 (contruction neuve seulement) Surface de plancher SIA 416 490 m2 Volume bâti SIA 416 1470 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC2) CHF 1630.– Durée de construction Avril 2014 – février 2015 Photographes Hannes Henz, Zurich, et Jörg Magdeburg, Zurich

3022


Coupe transversale

20 m

Implantation

3023


Niveau 0

3024

Niveau +1


Niveau +2

Niveau +3

10 m

3025


AxonomĂŠtrie de la structure

3026


Composition de la toiture: Végétalisation extensive Etanchéité Isolation 160 mm Etanchéité de chantier Panneau OSB 15 mm Elément en caisson multiple préfabriqué 220 mm, avec isolation 60 mm Composition des parois extérieures: Panneau de particules liées au ciment 18 mm Lattage 30 mm Panneaux de fibre de bois de moyenne densité MDF, ouverts à la diffusion de vapeur 16 mm Montants 240 mm/Isolation Lé d’étanchéité à l’air Plaque de plâtre fibré 15 mm ou panneau trois plis 19 mm Composition de la dalle: Revêtement de sol 10 mm Chape avec plaques de plâtre fibrées 2 x 12,5 mm Isolation mousse rigide 30 mm Egalisation alvéolée 60 mm Panneau OSB 15 mm Elément en caisson multiple préfabriqué 240 mm, avec perforations acoustiques

Plan, coupe, élévation de la façade

3027


Situation

3028


Surélévation de l’accueil de jour ‹Arche›, Wallisellen L’accueil de jour ‹Arche› est un ouvrage en bois récent de trois niveaux. En 2016, une surélévation augmente sa capacité. Même si le nouveau volume, également conçu en bois, fonctionne de manière indépendante, il reproduit une configuration flexible en plan, déjà adoptée dans les étages inférieurs. L’espace d’accueil réalisé en 2009 visait à regrouper les enfants d'âge préscolaire et scolaire sur un seul site. Implanté à côté de l’école ‹Alpen›, le volume orienté est-ouest, était desservi par la rue ‹Alter Kirchweg› au sud et le chemin piétonnier ‹Ruhgässli› au nord. Le bâtiment marquait une limite entre une zone résidentielle et un nouvel espace public. Le pignon sud sur rue présentait trois étages en porte-à-faux, identifiant la tête du bâtiment. Au nord, le volume inscrit dans la pente du terrain ne révélait plus qu’un seul niveau. De ce fait, des accès de plain-pied desservaient chaque étage, ce qui améliorait l’indépendance entre les diverses fonctionnalités présentes dans le bâtiment. Un terrassement de la pente, le long du bâtiment, permettait d’exploiter le terrain dans le prolongement des espaces intérieurs. L’accès pour les activités parascolaires s’organisait au nord, en face de l’école; l’entrée de la crèche s’ouvrait sur le quartier résidentiel à l’ouest; et un troisième accès, qui menait à une cantine scolaire, était desservi par la rue. Tandis que les abords à l’ouest servaient de lieu de découverte et de jeux, un parc planté d’arbres majeurs offrait un espace de détente vers l’est. À l’intérieur du bâtiment, la crèche et l’activité parascolaire restaient autonomes l’un de l’autre. Les deux unités qui s’organisaient sur des étages différenciés, étaient spatialement aménagés pour offrir une bonne flexibilité d’usage. Aujourd’hui, la surélévation perpétue l’idée d’une séparation fonctionnelle grâce à un nouvel accès indépendant matérialisé par un escalier extérieur en béton. Celui-ci est positionné hors du volume bâti et complète une desserte interne, un escalier et l’ascenseur, qui sont prolongés d’un niveau. À l’intérieur du volume, un généreux vestibule s’ouvre sur les différentes zones d’activités. Reprenant le plan des étages inférieurs, les pièces humides sont intégrées dans un noyau central, tandis que la cuisine se place à côté de la cage d’escalier. Cette disposition offre une continuité dans le passage des gaines techniques. La nouvelle structure comprend trois grandes

salles à manger espacées par de petites salles de jeux. À nouveau, les salles communiquent entre elles et assurent une flexibilité d’usage. Le couloir débouche au sud sur une grande salle lumineuse destinée aux activités physiques. La surélévation, clairement lisible, est mise en évidence par la matérialisation du revêtement de façade. Deux bandeaux de lames horizontales, posées en partie haute et basse, enveloppant la zone de raccord entre les deux volumes, contrastent avec un lambris vertical posé à hauteur des fenêtres. La logique structurelle de la surélévation reprend le système développé dans les étages inférieurs. Quatre axes placés dans le sens longitudinal, et qui superposent parois extérieures et intérieures, dessinent les portées principales. En surélévation, la construction du plancher respecte ce même écartement: des solives en bois lamellé-collé de 200 x 300 mm reposent sur quatre séries de profilés métalliques posés dans le sens longitudinal, redessinant les axes. Des éléments en caisson unidirectionnels complètent le dispositif. Malgré l’absence d’anticipation, la surélévation n’a nécessité aucun renforcement des parois intérieures porteuses. Un double plancher isolé par une couche de granulats, sur laquelle est posée une chape flottante habillée d’un revêtement continu, répond aux exigences de protection phonique, en particulier vis-à-vis des bruits d’impact. Les nervures en toiture s’appuient uniquement sur les parois extérieures. L’isolation et le réseau de ventilation partagent le plan des nervures, d’une hauteur de 600 mm. La transmission des charges du toit aux fondations s’opère par un renfort ponctuel de la face interne des éléments de façades, et va constituer un appui pour le plancher de la surélévation. L’étage supplémentaire, le traitement de sa façade et les renforts structurels dans les étages inférieurs respectent les normes de protection incendie. De plus, la totalité du bâtiment est maintenant équipée de sprinklers. Le double choix du concept incendie et de la solution structurelle, avec un renfort ponctuel opéré sur l’existant, a mené à une intervention rapide sur place, sans interruption des différentes activités se déroulant dans les étages inférieurs. Le maître de l’ouvrage souhaitait explicitement un climat intérieur sain, exigence déjà formulée pour le projet initial. Cette contrainte est reconduite et appliquée en phase de surélévation.

3029


Niveau 0

3030

Niveau +1


Coupe longitudinale

20 m

Coupe transversale

Niveau +2

Surélévation

3031


Lieu Alter Kirchweg 6, 8306 Wallisellen Maître d’ouvrage Direction des écoles de Wallisellen Représentant du maître d’ouvrage Landis AG Ingénieur civile + Planer, Geroldswil Architecte Schmitter Architektur AG, Aarau Entreprise générale et direction des travaux Holzbau Zehnder Holz + Bau AG, Winterthour Ingénieur civil Bona + Fischer Ingenieurbüro AG, Winterthour Physique du bâtiment Braune Roth AG, Rorschacherberg Planification en domotique Brunner Haustechnik AG, Wallisellen Ingénieur bois et spécialiste incendie Makiol Wiederkehr AG, Beinwil am See Bois mis en œuvre Poutres et BLC 170 m3; Panneaux: OSB 15 mm 1000 m2, trois plis 27 mm 2200 m2 et sans formaldéhyde 27 mm 500 m2, lamibois 69 mm 650 m2, plaques de plâtre fibrées 800 m2, panneaux de fibres de bois 35 mm 650 m2; Revêtement de façade: lambris en sapin 320 m2 Coûts CFC 2 CHF 2,99 millions dont CFC 214 CHF 0,85 million Surface bâtie SIA 416 700 m2 Surface de plancher SIA 416 675 m2 Volume bâti SIA 416 2800 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC2) CHF 1070.– Durée de construction Mars 2016 – juillet 2017 Photographies Schmitter Architektur AG, Aarau

3032


Composition de la toiture: Végétalisation extensive 70 mm Etanchéité Voligeage 27 mm Lattage avec pente 0–120 mm Lé de toiture Elément nervuré: nervures 600 mm, avec contre-flèche/ panneaux de fibres de bois 35 mm et isolation 300 mm lamibois 69 mm Pare-vapeur Suspension et revêtement Composition de la dalle en surélévation: Revêtement de sol 15 mm Plaques de plâtre fibrées 2 x15 mm Isolation 2 x 30 mm Elément en caisson nouveau: panneaux trois plis 27 mm nervures 200 mm/isolation 120 mm panneaux trois plis 27 mm Espace ventilé 100 mm Elément en caisson existant: panneau OSB 25 mm nervures 300 mm/isolation panneau trois plis 27 mm Pare-vapeur Suspension et revêtement Raccord en toiture: Les nervures sont reliées au sommier en BLC de 200 x 380 mm grâce à des sabots de solives. Le sommier, renforcé à la compression perpendiculaire, prend appui sur des poteaux en BLC de 180 x 360 mm. Passage dans les dalles existantes: Un profilé métallique HEA 450 reprend les charges des nouveaux éléments en caisson. Un profilé RND d’un diamètre de 80 mm assure la transmission des charges à travers les dalles existantes vers les poteaux en BLC de 180 x 120 mm.

Coupes sur paroi interne et sur paroi externe

3033


Crèche Cassarate, Lugano Le quartier de Cassarate est une extension du XIXe siècle consolidée ces dernières décennies. La présence du jardin d’enfants va accentuer ses qualités urbanistiques en opérant une réorganisation architecturale. La morphologie de cette partie de la ville est composée de bâtiments de trois à huit niveaux, avec bien souvent des commerces en front de rue. Certains se tiennent cependant en retrait et protègent leur intimité derrière un petit jardin. Le tissu bâti du quartier révèle une profonde hésitation entre une ville compacte du XIXe siècle et les utopies modernes, préférant des plots isolés dans la verdure. Les vides entre les bâtiments, sans appartenir à l’espace public, ont tendance à devenir des lieux sans qualité. Une meilleure définition tout comme une articulation convaincante des espaces extérieurs va guider l’intervention. En effet, le bâtiment est positionné pour agir sur les qualités urbanistiques du quartier. Complétant une construction scolaire, une structure à damiers, dans laquelle la salle de gymnastique, la nouvelle crèche, l’école primaire et un préau couvert représenteraient les cases noires. Les cases blanches quant à elles, seraient symbolisées par trois espaces ouverts: une place de sports close, une place de jeux destinée à la crèche et une cour de récréation appartenant à l’école primaire servant également d’accès. Des parcours piétonniers relient ces différentes surfaces et font du campus un espace poreux. Chaque espace extérieur se différencie par son degré d’accessibilité, respectivement d’intimité. Ils se distinguent les uns des autres, soit par une légère différence de niveau, soit par un traitement différencié de leur matérialité, ou par des plantations et du mobilier urbain qui marquent leurs périmètres. Au sol, un pavage est posé en continu et apporte un caractère uniforme aux espaces extérieurs. Quelques exceptions sont toutefois reconnaissables: une étendue d’herbes accueille les jeux d’enfants des plus petits, séparée de la rue par une pergola utile à des rangements; un sol en galets marque l’accès à l’école; enfin un revêtement synthétique coloré identifie le préau couvert. Les espaces extérieurs ne sont pas exclusivement destinés à une utilisation scolaire. Les surfaces de jeux et le terrain de sports sont

3034

également accessibles aux habitants du quartier en dehors des heures scolaires, et deviennent des lieux où les jeunes aiment à se retrouver. À l’intérieur de la crèche, des cours ombragées d’arbres sont réservées à leurs petits occupants. Sur le périmètre du campus, les plantations d’arbres sont densifiées et améliorent la couverture végétale. Ils concourent à la définition spatiale des chemins qui relient le quartier à la rivière Cassarate et dessinent autour du carré de l’école un îlot vert. La crèche est conçue sur un seul niveau. Seule la zone d’entrée se distingue par une façade plus élevée, ce qui permet de placer l’administration à l’étage et aère la composition des modules. Le bâtiment fonctionne à la manière d’une petite ville dont chaque unité d’enseignement représente une maison. Chacune est reliée à un petit jardin planté d’un arbre fruitier. Les 56 modules – 35 pleins, 13 vides, 8 couverts – sont comme des blocs de construction surdimensionnés qui se combinent et forment une structure de base pour bâtir la crèche. La répétition d’un module, sous la forme d’un volume irrégulier, construit des séquences rationnelles menant à des situations d’une grande richesse spatiale. Chaque unité d’enseignement est composée de cinq modules: un pour la garde-robe, un pour les sanitaires, un pour la salle à manger, et deux pour les activités calmes. Les deux modules destinés aux activités en mouvement sont partagés par deux unités d’enseignement. Les modules, qui ont des liens fonctionnels précis entre eux, sont groupés différemment dans les diverses unités. La tension entre l’irrégularité géométrique du module et l’effet de sa répétition lui donne, avec le contour mouvant de son toit, une expression plastique forte. Les espaces intérieurs s’écoulent avec fluidité d’un module à l’autre et permettent une bonne flexibilité d’utilisation. Une rue centrale couverte forme l’axe d’entrée. En hiver, elle est fermée par des portes coulissantes en verre et utilisée comme espace de jeux, salle de fêtes, pour des expositions ou des petits marchés. En été, elle se transforme en pergola et devient une place de jeux ombragée. La nouvelle crèche, conçue en bois massif, est exécutée en deux phases. Grâce à la préfabri-

cation, aucune interruption dans l’activité de la crèche n’a été nécessaire. L’emploi de bois pour les parties structurelles offre une uniformité d’ambiance avec l’aménagement intérieur. Le bois, par ses capacités isolantes, atteint d’ailleurs plus facilement un haut standard énergétique. Les parois en panneaux lamellé-croisé reçoivent une isolation extérieure. La façade est ventilée et habillée de peuplier thermo-traité. Deux panneaux se superposent pour atteindre la hauteur totale. Le joint qui en résulte dessine une ligne horizontale visible aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. Par l’interruption et le changement de direction des panneaux inférieurs, les franchissements, fenêtres et portes, sont intégrés dans le concept du module. La stabilisation des parois est assurée par des porteurs verticaux intégrés dans le plan de l’isolation. En toiture, des pannes en BLC ont des sections qui se réduisent à seulement 60 x 400 mm. Elles sont couvertes par des panneaux trois plis qui rigidifient l’ensemble et de ce fait, rendent les modules stables. Les toitures chaudes sont habillées d’une résille en frêne thermo-traité, qui unifie leur paysage à celui des façades.


1 Salle de gymnastique 2 Place de jeux 3 PrĂŠau 4 Ecole 5 Cour 1

2

3 4 5

Situation

Implantation

3035


Coupe longitudinale

Coupe transversale

Niveau 0

Niveau +1

3036

40 m


DĂŠroulement des ĂŠtapes de construction

3037


Composition de la toiture: Résille en frêne thermo-traité Sous-construction Dalles ciment Etanchéité Isolation 260 mm Pare-vapeur Panneau trois plis 19 mm Pannes en BLC 60 x 400 mm Composition des parois extérieures: Lambris en peuplier thermo-traité Sous-construction Lé de façade Nervures 160 mm/Isolation 170 mm Pare-vapeur Panneaux lamellé-croisé 80 mm Composition de la dalle, niveau 0: Revêtement de sol magnésien Chape 91mm Chauffage au sol Isolation phonique 30 mm Isolation 100 mm Pare-vapeur Béton armé 120 mm Agrégats en verre multicellulaire 450 mm

3038

Coupe constructive


Lieu Via Concordia 4, 6900 Lugano Maître d’ouvrage Città di Lugano, Dicastero Edilizia Pubblica e Genio Civile Architecte Bruno Fioretti Marquez Architekten, Lugano/Berlin Direction des travaux Rolando Spadea Sagl, Lugano Aménagements extérieurs Capatti Staubach, Berlin (D) Ingénieur bois et construction Borlini & Zanini SA, Mendrisio/Pambio Noranco Physique du bâtiment physARCH Sagl, Viganello Planification CVS Arge A. Reichlin et M. Gavazzini Planification électricité C & C Electric SA, Lugano Entreprises bois Veragouth AG, Bedano (construction), et RWD Schlatter AG, Roggwil (aménagements intérieurs) Bois mis en œuvre Panneaux lamellé-croisé 80 mm 130 m3 et 160 mm 70 m3, BLC 70 m3, nervures 1800 m, panneaux trois plis 19 mm 2000 m2, lambris en peuplier thermo-traité 1600 m2, résille en frêne thermo-traité 2000 m2 Coûts CFC 1–9 CHF 12,7 millions Coûts CFC 2 CHF 9,9 millions dont CFC 214 CHF 3,6 millions Surface utile 1602 m2 Surface brute au sol 2290 m2 Volume brut 6966 m3 Durée de construction Juillet 2010 – août 2014 Photographe orsenigo_chemollo, Alessandra Chemollo, Venezia Marghera (I)

3039


Lignum Holzwirtschaft Schweiz Economie suisse du bois Economia svizzera del legno Mühlebachstrasse 8 CH-8008 Zurich Tél. 044 267 47 77 Fax 044 267 47 87 info@lignum.ch www.lignum.ch

En Budron H6, CP 113 CH-1052 Le Montsur-Lausanne Tél. 021 652 62 22 Fax 021 652 93 41 cedotec@lignum.ch www.lignum.ch

Bulletin bois, mars 2018 Editeur Lignum, Economie suisse du bois, Zurich Christoph Starck, directeur

Rédaction Roland Brunner, Lignum, et Audanne Comment, Lignum-Cedotec Conception graphique BN Graphics, Zurich

Le Bulletin bois paraît quatre fois par année, en allemand et en français. Abonnement annuel CHF 48.– Publications isolées CHF 20.– Classeur (10 numéros) CHF 140.– Classeur vide CHF 10.– Prix sous réserve de modifications.

Administration, abonnements, expédition Lignum, Zurich

Les membres de Lignum reçoivent le Bulletin bois et le Lignatec gratuitement. Les droits pour la publication des différents objets présentés restent réservés aux architectes respectifs. Les informations publiées ont été recueillies auprès des concepteurs.

ISSN 1420-0252

Hotline – Service technique: 021 652 62 22 Nos spécialistes répondent gratuitement à vos questions tous les jours de la semaine entre 9 h et 17 h.

Impression Kalt Medien AG, Zoug

Profile for Lignum

Bulletin bois 126/2018  

Accueil préscolaire

Bulletin bois 126/2018  

Accueil préscolaire

Profile for lignum