Page 1

Bulletin bois 107/2013 Immeubles de logements Résidence Villa Lugano Immeuble de logements ‹Müsli›, Elm Bâtiments locatifs ‹Le Clos des Forches›, Martigny Immeuble Giesserei, Winterthour Ensemble de logements Gutenberg 4, Rapperswil-Jona Maison multifamiliale Kirchrainweg, Kriens

Les deux corps de bâtiment principaux de l’immeuble Giesserei à Winterthour et leurs ailes latérales forment une cours propice aux échanges entre les habitants. Architecte: Galli Rudolf Architekten AG ETH BSA, Zurich


Immeubles de logements – le bois fait son nid

Le dynamisme de la construction en bois dans le domaine des immeubles résidentiels, dont ce Bulletin bois se fait l’écho, se traduit par de multiples réalisations d’importance qui émergent dans toutes les régions de Suisse. Est-il donc possible de déceler une tendance générale à travers ces objets? Ce qui frappe pourtant au premier abord c’est leur diversité. Diversité des programmes: immeuble de standing pour la résidence Villa Lugano, bâtiment destiné à accueillir les jeunes couples de la commune à Elm ou ouvrages favorisant les échanges entre voisins, la mixité sociale et intergénérationnelle pour Winterthour ou Kriens. Diversité des systèmes constructifs: des systèmes désormais classiques en poteaux-poutres pour Winterthour, en ossature pour Rapperswil-Jona, à l’émergence de nouvelles méthodes constructives à l’image des panneaux massifs contrecollés mis en œuvre pour les immeubles de Martigny et de Kriens. Diversité des façades: tantôt minérales, tantôt faites de panneaux synthétiques, elles peuvent être constituées de lambris, de lattes, parfois même mobiles. Les mesures constructives de protection incendie sont alors intégrées de manière sensible et participent activement à leur expression. Complémentarité également entre les matériaux: si l’utilisation du bois en structure est pour l’heure limitée à six niveaux, il peut être mis en œuvre au-delà, comme à Lugano, dans des façades rideau épousant une structure métallique. Le bois fait alors preuve d’une efficacité particulière puisque la couche isolante peut être intégrée dans l’ossature et l’acier protégé de l’incendie par les revêtements des parois. La structure bois s’adapte dans ce cas aux tolérances réduites qu’elle partage avec son homologue métallique. C’est un principe semblable qui est adopté à Elm lorsqu’il s’agit de réaliser une enveloppe performante pour un bâtiment au cœur de béton et de brique. Unité aussi lorsque, grâce à ses multiples facettes, le bois s’adapte à chaque situation et crée ainsi la cohérence entre les objets décrits dans ce fascicule: celle de la réponse pertinente aux contraintes induites par

2330

le projet. Unité enfin dans sa durabilité: si les aspects de stockage du CO2 ou de la faible énergie nécessaire à sa transformation sont unanimement reconnus, d’autres perspectives sont mis en évidence par les réalisations présentées. En effet outre le pan écologique, le développement durable implique aussi les volets social et économique. Ainsi l’immeuble de Rapperswil-Jona offre-t-il des emplois dans la commune en recourant au bois pour son chauffage à travers la valorisation des déchets issus de l’exploitation des forêts communales, tout comme l’immeuble d’Elm qui fait appel aux pellets. La haute qualité de l’isolation des ouvrages de Martigny et Kriens leur permet d’exploiter une source durable grâce à une pompe à chaleur eau-eau pour Martigny, alimentée par une installation photovoltaïque en toiture à Kriens Ainsi trois aspects de la construction en bois peuvent être mis en évidence par les ouvrages résidentiels décrits dans ce Bulletin bois: d’une part l’apparition de nouvelles formes structurelles avec l’émergence des panneaux massifs contrecollés, d’autre part l’apparition du bois au côté d’autres matériaux où il fait montre de sa complémentarité et enfin sa participation cohérente à un développement intégrant l’ensemble des aspects de la durabilité. Mais immeubles de luxe ou bâtiments destinés à accueillir les jeunes couples de la commune, lieux de vie où se côtoient grands-parents et petits enfants, le bois habille les espaces et les rend chaleureux. N’est-ce donc pas ce à quoi les habitants sont le plus sensibles, après tout, lorsqu’ils regagnent leur nid?

Roland Brunner Communication technique Lignum


Résidence Villa Lugano Lugano, plus grande ville du Tessin, représente non seulement un centre cosmopolite mais constitue également un lieu apprécié de villégiature à taille humaine au parfum méditerranéen. Ainsi Lugano, pôle commercial et financier d’importance, est une cité agréable, abritant des parcs fleuris, des villas de charme et des édifices sacrés au style baroque. Logée dans cet écrin, la Résidence Villa Lugano accueille des logements au standard élevé. La nouvelle construction se situe à proximité du centre-ville, en retrait cependant des artères fréquentées, ce qui lui assure calme et tranquillité. Sa situation lui permet de profiter de manière optimum des infrastructures, avec notamment un accès facilité aux transports publics, aux commerces ainsi qu’aux loisirs. L’ouvrage de sept niveaux d’une profondeur de 11,4 m s’oriente selon un axe sud-ouest nord-est. Formant comme une arche sur les cinq premiers niveaux, des coursives de liaison lui procurent du caractère et lui offre une certaine intimité. Les fenêtres en bandes continues marquent l’expression de la façade et soulignent le volume, tandis que des balcons arrondis décalés dans la hauteur lui confèrent une subtile élégance. Alors que le rez de chaussé est dévolu aux bureaux, les étages accueillent 16 logements de 60 à 170 m2, deux attiques avec terrasse privative, et un duplex. Les deux niveaux souterrains quant à eux comprennent garages, caves et locaux techniques. En raison du nombre de niveaux qui interdisait l’usage du bois, la structure porteuse est entièrement réalisée en acier. Cette construction légère a été préférée à la construction massive, afin d’éviter de fonder la construction sur pieux en raison

de la mauvaise qualité du terrain. La structure métallique est constituée de pilier RRW 180 x 6,3 et de sommiers IPE 360 sur lesquels prennent appui les éléments de plancher en structure mixte acier béton sur tôles nervurées. Les dalles ainsi formées de 11,4 m de portée s’étendent sur la largeur du bâtiment, ce qui a permis de faire l’impasse sur des parois intérieurs porteuses, maximisant ainsi la liberté de configuration des appartements. Les installations sont menées dans les cages d’escalier et d’ascenseur en béton coulé sur place, ou dans des gaines techniques indépendantes. La structure porteuse d’un bâtiment de sept niveaux doit posséder une résistance au feu R60 (icb). La structure métallique est bien incombustible, mais en cas d’exposition directe à l’incendie, celle-ci subirait une perte de résistance à cause des températures élevées. Elle doit donc être munie d’un revêtement ou d’une peinture EI60. Les éléments sandwich en façade prévus initialement auraient donc nécessités un revêtement supplémentaire. Dans la suite du projet, des éléments de façade en ossature bois ont fait montre de leur pertinence, car il était alors possible d’y intégrer les profilés en acier. De cette manière les exigences de protection incendie étaient remplies, et avec elles l’isolation thermique atteignait également la valeur souhaitée – une solution performante qui a su convaincre les concepteurs, le maître d’ouvrage mais également le constructeur métallique. Le principe de la façade ventilée a cependant été maintenu, et la couche extérieure est constituée de panneaux en polymère acrylique à charge minérale pour les allèges, ainsi que de panneaux aluminium sandwich en complément des fenêtres en bande. Puisque le revêtement de façade, basé

sur des matières synthétiques, est classifié comme combustible, des mesures semblables à celle s’appliquant à un bardage bois ont été prévues: une couche incombustible d’une épaisseur minimale de 10 mm à l’arrière de l’espace de ventilation, respect d’une fonction de compartimentage EI30 pour les parois extérieures non porteuses, ainsi que tabliers pour l’interruption de la ventilation à chaque étage. Lors de l’adjudication de la construction en bois, la planification de la construction métallique était déjà achevée. L’élaboration, la production et le montage de la construction en bois a donc eu lieu sur des bases semblables à celles de la structure métallique. Ce choix s’est traduit par une haute sécurité de la planification tout en réduisant les tolérances. Par exemple la position de l’ensemble des têtes de boulons a pu être déterminée sur la base des plans 3D de la construction métallique, ce qui a permis d’entailler les pièces de bois correspondantes en atelier. En revanche, la reprise des faibles entraxes de l’ossature métallique s’avéra inusuel pour la construction en bois ce qui a conduit à des formats relativement faibles des 175 éléments couvrant les 2200 m2 de façade. La livraison des composants sur le chantier a été étagée d’entente avec le constructeur métallique. Le montage des panneaux en bois par étage s’est donc effectuer simultanément à celui des éléments métalliques. Par exemple les sommiers n’ont été montés qu’après la mise en place des façades bois. Loin du sectarisme, cette construction hybride a fait la démonstration de sa pertinence, de la complémentarité entre les matériaux et de la gestion efficace des interfaces, qui ont permis un montage synchronisé en collaboration entre les entreprises bois et acier.

2331


Lieu Via Vanoni 4, 6900 Lugano Maître d’ouvrage Reosa Real Estate Opportunities SA, Lugano Architecte SGB & Associati Sagl, Giubiasco Ingénieur civil Wetter AG, Stetten (acier), Studio d’Ingegneria R. Prati, Lugano (béton) Physique du bâtiment Studio d’Ingegneria Visani Rusconi Tallerie SA, Taverne Protection incendie Studio d’Ingegneria Visani Rusconi Tallerie SA, Taverne (concept), Laube SA, Biasca; Ingénieur spécialiste: Martin Hügli Entreprise bois Laube SA, Biasca Bois mis en œuvre Bois massif recollé 125 m3; Panneaux: OSB 18 mm 1640 m2, plaques de plâtre fibrées 12,5 mm 2800 m2 Coûts CHF 16,5 millions Surface de terrain 1500 m2 Surface de plancher 275–480 m2 Volume bâti 8300 m3 et 12 800 m3 sous terrain Durée de construction 2010–2012 Photographe Franco Mattei, Claro

2332


Coupe longitudinale

Rez-de-chaussée

1er étage

6e étage

20 m

2333


Axonométrie de la structure

Détail de la liaison plancher - paroi extérieur: les parois extérieures en bois non porteuses assurent la protection par revêtement de la structure métallique, lui permettant d’atteindre la résistance au feu prescrite. Composition paroi extérieur: Plaques de plâtre fibrées 2 x 15 mm Lattage 40 mm/Isolation Frein vapeur Montants 240 mm/Isolation OSB 18 mm Feuille pare pluie Sous construction en aluminium 2 x 40 mm, croisée Panneaux de revêtement de façade 12 mm Détail

2334


2335


Immeuble de logements ‹Müsli›, Elm Elm, dans l’arrière-pays glaronnais, est un village de montagne confronté à un certain dépeuplement. Les appartements en location sont en effet une denrée rare, et plus encore les logements économiques. L’immeuble de logements ‹Müsli› comble ainsi une lacune importante. Lors d’une assemblée de la commune en automne 2008, les jeunes d'Elm ont interpelé la municipalité afin qu’elle agisse contre le manque de logements. En étroite collaboration entre le conseil communal, les locataires intéressés et un promoteur immobilier ancré dans le tissu local, un projet comprenant douze logements a été élaboré. Un bâtiment de trois niveaux s’élève ainsi depuis 2010 au nord de la commune d’Elm sur une parcelle située entre la route principale et la rivière Sernf. Il abrite les douze logements planifiés, six 4½-pièces et six 3½ pièces, dont une partie est adaptée aux personnes âgées ou aux occupants à mobilité réduite. Chaque logement dispose en outre d’une place de stationnement dans le garage au sous-sol. La ressource bois abondante à Glaris est valorisée à plusieurs niveaux dans la réalisation: non seulement comme matériau d’une partie de la structure, pour le revêtement de façade et pour l’aménagement intérieur, mais également comme vecteur énergétique grâce à l’installation d’une chaudière à pellets.

2336

Le sous-sol, les cages d’escalier et les dalles sont en béton, tandis que les cloisons intérieures au rez et au premier étage ainsi que les murs de séparation entre logements font appel à la maçonnerie. Les parois extérieures sont en ossature bois préfabriquée alors que la toiture, constituée d’éléments en caisson en bois, reçoit une couverture économique en plaque de fibrociment. Chaque appartement comprend un vaste balcon en façade sud et un généreux séjour de hauteur surdimensionnée. Le décalage des étages qui en résulte, s’exprime également dans la toiture conçue en shed. L’immeuble s’oriente donc dans sa forme vers les bâtiments industriels qui parsèment la campagne alentours. Le revêtement constitué d’un lambris de Douglas alternativement vertical ou horizontal, contribue cependant à intégrer l’ouvrage à l’environnement villageois. Les fenêtres panoramiques, disposées vers le nu extérieur de la façade, sont protégées par des cadres en Douglas, et reçoivent à l’intérieur une tablette d’assise en épicéa. L’aménagement intérieur fait également la part belle au bois pour les parquets dans les chambres, pour la réalisation des armoires intégrées, ainsi que pour les différentes portes.

Situation


Lieu Müsli 17, 8767 Elm Maître d’ouvrage Marti AG Immobilien & Projektentwicklung, Matt Architecte Marti AG Architekten, Matt Ingénieur civil TBF – Marti AG, Schwanden Ingénieur bois Marti AG Holzbau, Matt Entreprise bois Marti AG Holzbau, Matt Bois mis en oeuvre Carrelets d’ossture et BLC 142 m3; Panneaux trois plis et OSB 3530 m2; Revêtement de façade: lambris Douglas 20 mm 630 m2 Coûts CFC 1–5 CHF 3,42 millions Coûts CFC 2 CHF 3,26 millions dont CFC 214 CHF 628 000.– Surface de terrain SIA 416 1480 m2 Surface de plancher SIA 416 1353 m2 (niveaux aériens), 475 m2 (sous-sol) Volume bâti SIA 416 6100 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 534.– Durée de construction Mai 2010 – mai 2011 Photographe Rasmus Norlander, Zurich/Stockholm

2337


Coupe longitudinale

Rez-de-chaussée

1er étage

2e étage

2338

20 m


Composition toiture: Couverture fibrociment Lattage 60 mm Contre-lattage 60 mm Lé de sous-toiture Eléments en caisson: panneau trois plis 27 mm nervures 180 mm/Isolation panneau trois plis 27 mm, apparent Composition paroi extérieure: Panneau trois plis 15 mm (2e) ou OSB 15 mm, peinture couvrante (rez, 1er) Montants 180 mm/Isolation Panneau de fibres isolant 52 mm Lattage 27 mm Lambris Douglas 20 mm

Coupe façade

2339


Bâtiments locatifs ‹le Clos des Forches›, Martigny Situé à quelques encablures des Follatères sur le coude de la vallée du Rhône, les nouveaux bâtiments s’orientent au sud-est vers le soleil levant. Erigé sur une parcelle triangulaire, les immeubles, constitués de deux corps principaux en ligne brisée, abritent au total 80 logements de 2,5 à 4,5 pièces bénéficiant du label Minergie. Ce quartier de Martigny profite d’un développement important avec notamment la proximité d’un centre commercial qui offre aux habitants de nombreuses commodités. Le centre-ville se trouve lui aussi à deux pas, notamment grâce à une passerelle haubanée en bois massif qui franchit la Dranse un peu plus au sud. La construction des deux corps constitue la première étape de la valorisation d’un plus vaste espace qui accueillera à terme un deuxième ensemble d’une envergure semblable. Les ouvrages permettront ainsi d’offrir un panel étendu d’appartements à la location, dans un contexte urbain qui s’ouvre néanmoins largement vers la nature et les pentes boisées des sommets alentours. Les différentes tailles de logements offerts favorisent en outre la mixité sociale. Les deux bâtiments du ‹Clos des Forches› s’articulent autour d’une large esplanade centrale arborisée propice à la détente, agrémentée d’une place de jeux pour les enfants. Le soleil couchant étant masqué par les contreforts des Dents du Midi, les deux corps s’orientent au sud-est pour profiter des gains solaire en hiver. De profonds balcons évitent cependant la surchauffe estivale et des protections mobiles adéquates, disposées en façade, favorisent un

2340

ombrage efficace en cas de besoin tout en procurant, le cas échéant, un surcroît d’intimité. Les espaces de nuits sont disposés quant à eux au nord où les façades ne sont percées que de fenêtres, offrant ainsi une efficacité maximale à l’isolation périphérique crépie aux tons pistache. Les appartements, fonctionnels et de haut standing, se regroupent autour des coursives extérieures qui, en retrait de la façade, assurent la distribution. A l’exception du rez-de-chaussée, qui comprend les accès, les locaux techniques et les caves, des coursives de distribution et de certains voiles de stabilisation réalisés en béton, les quatre niveaux supérieurs accueillant les logements sont constitués de bois panneautés à cinq couches pour les parois et les planchers, soulignant ainsi le caractère résolument écologique de la construction. Le bois disparait cependant derrière les panneaux de plâtres rendus nécessaires par le concept constructif de protection incendie. Le nombre de couches et leur épaisseur ont été adaptés à la résistance au feu et à la fonction de compartimentage prescrite. Dans la zone des balcons en revanche, le bois reste apparent et apporte une note chaleureuse à ces espaces qui permettent d’étendre à la saison chaude les lieux de vie à la faveur de vastes baies vitrées. Grâce à la rationalité du plan et à la préfabrication en atelier, l’ensemble a pu être érigé en un temps record. En considérant par ailleurs la sollicitation sismique importante de la plaine du Rhône, le choix du bois, par son poids réduit, permet d’atténuer notablement les sollicitations sismiques reprises par les voiles de stabilisation en béton. Si le bâtiment ne comporte pas de sous-sol en

raison de la proximité de la nappe, il profite de celle-ci pour assurer l’apport thermique à l’aide de pompes à chaleur et d’un puits de 30 m de profondeur. Cette source de chaleur écologique est ainsi en parfaite adéquation avec le standard Minergie des appartements qui composent cette réalisation d’exception.

Situation


Lieu Rue des Follatères 56–64, 1920 Martigny Maître d’ouvrage Econ Home SA, Wollerau Architecte Tau Architectes – Gilbert Favre, M. Arch. FSAI/SIA, Sion; collaboratrice: Sandrine Jaunin Ingénieur bois Indermühle – Bauingenieure, Thoune Ingénieur civil BPA Ingénieurs civils, Sion Protection incendie Cedotec, Le Mont-sur-Lausanne; Ingénieur spécialiste: Daniel Ingold Physique du bâtiment bS_Bruno Schroeter, saxon Etude géologique BEG – Bureau d’études géologiques SA, Aproz Entreprise bois Zimmerei Kühni AG, Ramsei Bois mis en œuvre Bois panneauté à cinq plis, épicéa, env. 1800 m3 Coûts CFC 2 CHF 16,1 millions dont CFC 214 CHF 2,3 millions Surface de terrain SIA 416 9464 m2 Surface de plancher SIA 416 7720 m2 Volume bâti SIA 416 29 500 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 545.– Durée de construction septembre 2010 – mars 2012 Photographe Corinne Cuendet, Clarens

2341


20 m

Coupe

Plan 1er étage

2342

40 m


Composition toiture: Gravier 50 mm Feutre anticontamination Etanchéité bicouche Isolation 300 mm Pare-vapeur Alourdissement 30–60 mm Bois massif contrecollé 5 couches 110 mm Composition plancher: Chape ciment 70 mm, peinte Feuille PE Résilient acoustique 30 mm Alourdissement 100 mm Bois massif contrecollé 5 couches 110 mm Plaque de plâtre cartonné 15 mm Composition plancher terrasse: Résine étanche Chape ciment 75–100 mm Feuille PE Alourdissement 130 mm Bois massif contrecollé 5 couches 110 mm

Coupe façade

Composition paroi extérieure: Plaque de plâtre cartonné 15 mm Bois massif contrecollé 90 mm Isolation périphérique 220 mm Crépi 5 mm, teinté

2343


2344


Immeuble Giesserei, Winterthour En 2011, la coopérative de logements à but non lucratif Gesewo, en collaboration avec l’association des maisons intergénérationnelles, s’est intéressée à une parcelle sur l’ancien site de Sulzer dans les hauteurs de Winterthour afin d’ériger un vaste ensemble de logements. Un complexe a donc vu le jour au standard Minergie-P-Eco, en accord avec les principes qui fondent les deux associations. Le lotissement de Giesserei s’autogère selon le principe de l’association. Une coopérative d’habitation a donc été fondée et son comité s’occupe des questions générales d’organisation et de la vie communautaire en s’appuyant sur différents groupes de travail qui sont responsables de la concrétisation. Ils ont ainsi axé leurs réflexions sur la mixité sociale souhaitée, orientation stratégique qui a pour bonne part déterminé le choix des options du plan d’affectation de la nouvelle construction. D’un point du vue de l’urbanisme, le plan directeur fixait les conditions cadres de l’intervention pour laquelle l’empreinte et l’échelle de l’ancienne zone industrielle ont été conservée. Deux bâtiments de six étages s’orientent donc selon un axe nord-sud, reliés à chaque extrémité par deux ailes de hauteurs inférieures. L’ensemble délimite ainsi une cour, valorisée comme espace collectif qui s’anime grâce différentes plantations de buissons et de fleurs. Au rez un restaurant, des appartements, des espaces commerciaux et un centre de dance pour personnes victimes de lésions cérébrales donnent de plus sur ce domaine. Un réseau ramifié de cheminements et d’espaces communs relie les différentes entrées des bâtiments et crée ainsi des liens de voisinage. L’aspect des façades longitudinales est marqué par les vastes balcons, reliés entre eux par une

strate praticable qui court le long des façades. Entre ceux-ci des vides sur la hauteur de deux étages marquent la séparation: il se crée alors un jeu entre les espaces privatifs sur un étage et les zones communes qui s’étendent sur la hauteur du bâtiment. Les lattes horizontales rouge sombre des gardes corps entrent alors en relation avec les claustras verticaux mobiles et procurent ainsi à la façade un aspect toujours changeant, selon la fantaisie des occupants. L’ensemble des 155 appartements sont traversants et la conception modulaire permet à chaque cage d’escalier de distribuer entre trois et quatre logements de 1½ pièce à 7 pièces, ou une unique habitation comprenant jusqu’à 9 pièces, cette dernière occupant alors l’ensemble d’une trame. Grâce à la flexibilité de la structure, il est possible de regrouper plusieurs petits appartements en une unité de taille supérieure, ou d’adapter la taille des locaux. Le hall d’entrée, le couloir et le salon sont des zones interconnectées qui distribuent les espaces de nuit. Le concept pertinent de répartition spatiale favorise ainsi le mélange des générations souhaité. Le niveau souterrain et les cages d’escalier qui stabilisent le bâtiment sont en béton armé. Le reste de la structure est en bois de type poteaux poutres, composée d’éléments de plancher et de toiture reposant sur des sommiers continus longitudinaux, prenant à leur tour appui sur des poteaux de 3-4 m d’entraxe. Les résistances au feu prescrites de REI60/EI30 (icb) pour les corps de bâtiment principaux ainsi que de REI30 pour les bâtiments de la cour, sont atteintes par des revêtements qui participent également à l’isolation phonique. Les éléments de plancher et de toiture sont en poutres simples entre les sommiers noyés dans la hauteur de la structure. Les champs latéraux sont constitués d’éléments nervurés, de 5 m de portée, tandis que la section intérieure, de 3 m de portée, est en planches juxtaposées. Les poteaux en lamellé collé sont intégrés aux parois extérieures non porteuses ou apparents à l’intérieur des appartements et dimensionnés alors pour le cas feu. Leur espacement réduit permet de limiter la portée des sommiers et par là même leurs dimensions.

Situation

2345






Rez-de-chaussée

2346

40 m

1er étage


Coupe A

Coupe B

Coupe C

F7.6



2e étage

5e étage

2347


Lieu Ida-Sträuli-Strasse 65 – 79, 8404 Wintertour Maître d’ouvrage Gesewo, Genossenschaft für selbstverwaltetes Wohnen, Wintertour Direction du projet Architektick, Zurich Architecte Galli Rudolf Architekten AG ETH BSA, Zurich Direction des travaux ph baumanagement ag, Frauenfeld Architecte paysagiste Rotzler Krebs Partner GmbH, Wintertour Collaboration concept colloristique Pascal Seiler, Gampel Physique du bâtiment et acoustique BAKUS, Akustik & Bauphysik GmbH, Zurich Ingénieur CCVS ADVENS AG, Wintertour Ingénieur électricité EGO Elektrikergenossenschaft, Wintertour Minergie-Eco Bau- und Umweltchemie AG, Zurich Ingénieur bois Indermühle Bauingenieure HTL SIA, Thun Protection incendie Josef Kolb AG, Romanshorn; Ingénieur spécialiste: Holzbaubüro Reusser GmbH, Wintertour Entreprise bois Knecht AG, Oberwil, ainsi que ARGE MGH Giesserei avec Implenia Bau AG, Zurich, et Brunner Erben AG, Zurich Bois mis en oeuvre Structure: bois lamellé collé, bois massif recollé et éléments en planches juxtaposées 2400 m3; Panneaux: trois plis 20 600 m2, OSB 11 800 m2; Revêtement de façade: lambris 12 400 m2; sol de balcon 5100 m2 Coûts CFC 2 CHF 61,1 millions Surface de terrain 11 037 m2 Surface de plancher SIA 416 29 265 m2 Volume bâti SIA 416 96 367 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 645.– Durée de construction Avril 2011 – janvier 2013 Photographe Hannes Henz, Zurich

2348


15

Composition toiture: Végétation extensive Etanchéité Isolation avec forme de pente Pare-vapeur Eléments nervurés: panneau trois plis 19 mm nervures 280 mm/Isolation OSB-3 12 mm, joints étanches Lattage sur étriers souples 58 mm Plaques de plâtre cartonné 2 x 15 mm Composition plancher: Chape anhydre 60 mm Résilient acoustique 2 x 20 mm Granulés dans nid d’abeille 30 mm Eléments nervurés: panneau trois plis 27 mm, joints étanches nervures 280 mm/Isolation 100 mm Non tissé Lattage sur étriers souples 58 mm Plaque de plâtre cartonné 2 x 15 mm Composition paroi extérieure: Plaques de plâtre cartonné 2 x 12,5 mm Montants métalliques 50 mm/Isolation OSB-3 15 mm, joints étanches Montants 240 mm/Isolation/Poteaux structure 240 x 240 mm Lattage 80 mm/Isolation Plaque de plâtre fibrée 15 mm Papier coupe vent Lattage 2 x 30 mm Lambris sapin/épicéa Coupe façade

2349


Ensemble de logements Gutenberg 4, Rapperswil-Jona Depuis 2001, la municipalité de RapperswilJona a créé en trois phases près de 70 logements et douze maisons en rangées dans le quartier de Gutenberg. Cette offre est désormais étendue par une quatrième étape matérialisée par un groupe de deux immeubles, dont la durabilité est le maîtremot. Dans ces conditions, le choix du bois apparaissait comme naturel, tout comme la certification Minergie des bâtiments. L’ensemble se situe à proximité du centre de Jona, et profite d’une desserte en transport public idéale avec les trains de banlieue et les bus. Une piste cyclable populaire qui relie le centre des deux entités de Rapperswil et Jona passe en outre directement devant les constructions. Le projet, avec sa forme polygonale fluide, réagit de manière sensible à sa situation particulière dans un environnement urbain hétérogène, ainsi qu’à la forme triangulaire de la parcelle. Un corps de bâtiment marquant offre une note urbaine au carrefour des deux principales rues qui bordent le complexe. En liaison avec celui-ci, le deuxième immeuble s’étend le long de la rue au nord, et dégage ainsi un vaste espace au sud qui, avec son caractère semi-public, procure une qualité de vie supplémentaire à l’ensemble. Cette nouvelle approche, non conventionnelle, offre une ambiance particulière au quartier qui acquiert une nouvelle identité. Les deux corps de bâtiment forment comme un portail d’entrée à l’ensemble Gutenberg 4. La zone centrale qui assure la distribution est aussi une place de jeu et de délassement pour les habitants des immeubles. Des buissons et des arbres au fût élancé animent l’espace et créent un filtre vers le voisinage. Avec les commerces au rez-de chaussée du bâtiment de tête, cet espace est encore valorisé et met l’ensemble en relation direct avec la rue située au sud. Le complexe intègre des locaux à vélo et un parking souterrain pour 24 véhicules, alors que les places visiteurs sont reportées en extérieur tout à l’ouest de la parcelle. Les bâtiments bénéficient à la fois de l’exposition au sud vers les alpes glaronnaises et de la vue au nord sur la colline boisée du Meienberg. Le lattage de façade horizontal en bois crée l’unité entre les bâtiments et sa finition gris argent confère au complexe immobilier un aspect élégant. Les mises en retrait subtiles des façades structurent les corps de bâtiment, différencient les espaces extérieurs et permettent un aménagement individuel des appartements. Des vis-à-vis directs sont en outre évités. La position légèrement surélevée du rez-de-chaussée par rapport à la cour offre aux zones d’entrée un caractère généreux et assure dans le même temps une certaine intimité aux logements situés au même étage. Les 21 appartements se développent selon une trame simple, et sont conçus comme des unités spatiales fluides avec de grandes ouvertures. Avec la disposition indépendante de la cuisine et des locaux secondaires, les logements acquièrent un caractère de loft. Au sud, la loggia est en connexion directes avec les espaces intérieurs grâce aux larges baies vitrées qui s’étendent sur la hauteur de l’étage. Les espaces de vie s’en trouvent augmentés d’autant et le revêtement en lattes de la façade et les stores extérieurs en tissu forment un filtre ajustable. Grâce aux portes coulissantes séparant à l’intérieur les différentes zones, l’utilisateur peut

2350

choisir librement la répartition spatiale et varier ainsi les liens visuels. Les deux étages souterrains et les cages d’escalier sont réalisés en béton, tandis que le reste de la structure des immeubles de quatre niveaux est en bois, ce qui fait de l’ensemble la première réalisation de ce type dans la région. Des planchers mixtes bois béton, dont la partie bois est constituée de section en lamellé collé disposées horizontalement, remplissent les exigences d’isolation phonique et de protection incendie. Afin de former les diaphragmes de stabilisation en toiture, un revêtement en OSB a été disposé sur les lamellé collé couchés, surmonté d’un complexe de toiture compact. Les parois extérieures porteuses sont en ossature, toute comme la majorité des cloisons intérieures non porteuses. Afin d’éviter un développement de l’incendie en façade inacceptable, des tabliers horizontaux ceinturent le bâtiment et sont complétés par des interruptions verticales de la ventilation dans les zones clé. Lorsque la distance entre les blocs est inférieure au minimum requis, des mesures complémentaire tels qu’un revêtement avec fonction de protection incendie à l’arrière de l’espace ventilé ou des vitrages résistants au feu qui ne peuvent s’ouvrir qu’à des fins d’entretien ont été disposés. Afin de concrétiser le standard Minergie, une ventilation douce avec récupérateur de chaleur a été installée et l’enveloppe hautement isolée intègre des fenêtres bois métal avec vitrage triple. Le chauffage est assuré par une chaudière à plaquettes et une installation solaire, située sur la toiture végétalisée, permet de produire l’eau chaude sanitaire. Les besoins énergétiques sont ainsi couverts pratiquement dans leur totalité par des sources renouvelables. Le choix d’une chaudière à plaquettes se réfère également à l’aspect économique du développement durable. En effet, la commune dispose de sa propre entreprise forestière qui gère environ 400 ha de forêt. Lors de l’exploitation, de nombreux déchets de bois peuvent être ainsi valorisés dans cette installation, ce qui permet de créer non seulement de la chaleur, mais également des emplois.

Situation


2351


Coupe A

2352

20 m


Rez-de-chaussée

1er et 2ème étage

40 m Attique

Coupe B

Coupe C

2353


Composition toiture: Substrat 80 mm Antiracinaire 20 mm Couche de séparation Etanchéité Isolation 160 mm Isolation avec forme de pente 50–150 mm Pare-vapeur OSB 22 mm Lamellé collé couché 180 mm Vide d’installation 132 mm/Lattage sur étriers souples/Isolation 60 mm Plaque de plâtre cartonné 18 mm Composition plancher: Revêtement de sol 10 mm Chape ciment 80 mm Couche de séparation Résilient acoustique 20 mm Isolation 20 mm Plancher mixte bois-béton: béton 120 mm lamellé collé couché 160 mm Vide d’installation 132 mm/Lattage sur étriers souples/Isolation 60 mm Plaque de plâtre cartonné 18 mm Composition paroi extérieur: Plaque de plâtre fibrées 15 mm Lattage 60 mm sur étriers souples/Isolation OSB 15 mm, joints étanches Montants 200 mm/Isolation Plaque de plâtre fibrées 12,5 mm Lattage 50 mm/Isolation Papier coupe-vent Lattage 50 mm Lambris épicéa ajouré 40 mm, prégrisé Composition dalle sur rez: Revêtement de sol 10 mm Chape ciment 80 mm Pare-vapeur Résilient acoustique 20 mm Isolation 180 mm Isolation 20 mm Béton armé 250 mm

Coupe façade

2354


Lieu Pius-Rickenmann-Strasse 4/6/8, 8640 Rapperswil-Jona Maître d’ouvrage Commune de Rapperswil-Jona Architecte roosarchitekten gmbh, Rapperswil Architecte paysagiste Zschokke & Gloor, Jona Ingénieur civil Huber & Partner AG, Rapperswil Physique du bâtiment Zehnder & Kälin AG, Winterthour Ingénieur CCVS Tri Air Consulting AG, Jona Ingénieur électricité Grögli.ch AG, Rapperswil Géologie Grübeli AG, Jona Ingénieur protection incendie Josef Kolb AG, Romanshorn Ingénieur bois Josef Kolb AG, Romanshorn Entreprise bois Hector Egger Holzbau AG, Langenthal Bois mis en œuvre Structure: bois massif recollé 147 m3, lamellé collé 561 m3; Panneaux: bois massif contrecollé 15 m3, lamibois 4 m3, trois plis 27 mm 247 m2 et 49 mm 646 m2, OSB 15 mm 938 m2 et 22 mm 1265 m2, plaques de plâtre fibrées 12,5 mm et 15 mm 7080 m2; Revêtement de façade: lattes 2250 m2 Coûts CFC 1–9 CHF 18,1 millions Coûts CFC 2 CHF 16,1 millions dont CFC 214 CHF 3,3 millions Surface de terrain 3918 m2 Surface de plancher SIA 416 5690 m2 Volume bâti SIA 416 16 897 m3 (bâtiments), 1046 m3 (loggias) Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 900.– (bâtiments et loggias) Durée de construction Mars 2011 – février 2013 Photographe roosarchitekten gmbh, Rapperswil

2355


Maison multifamilliale Kirchrainweg, Kriens Cette réalisation est le premier immeuble de logements de Suisse centrale à répondre aux exigences du label Minergie-A-Eco. L’ouvrage fait la démonstration qu’une solution durable peut également être esthétique et économique. La concrétisation des objectifs concernant les aspects communautaires, d’accès aux personnes à mobilité réduite, de flexibilité et de bien-être a dirigé le processus de conception. L’ancien site de l’usine d’outillage Bollmann, situé au centre de Kriens, a été reconverti et accueille dorénavant plusieurs immeubles de logements. La parcelle jouxte d’un côté le centre historique du village, de l’autre elle s’ouvre sur les espaces verts à proximité. La construction forme avec trois autres bâtiments un ensemble favorisant la mixité sociale et l’habitat intergénérationnel. L’ensemble de l’immeuble et ses abords, ainsi que les espaces privatifs extérieurs, sont conçus de manière à ne pas présenter de barrière architecturale. Le rez-de-chaussée intégrant les locaux annexes est accessible de plein pied, tandis qu’un ascenseur conduit dans les étages où l’ensemble des circulations sont dépourvues de seuil. Un éclairage de qualité dans la cage d’escalier combiné à des contrastes dans les tons des parois, facilitent en outre l’orientation des personnes mal-voyantes. Le concept spatial et structurel est aisément modulable en fonction de l’évolution de la situation familiale des occupants ou de modifications de l’affectation. La disposition des appartements intègre une large entrée en forme de loggia qui les divise en deux unités distinctes: d’un côté une chambre avec sa pièce d’eau, de l’autre l’appartement à proprement parler avec la cuisine, le séjour, les locaux sanitaires et

2356

les espaces de nuit. Chaque logement est organisé de façon à ce que le regard puisse porter au loin malgré le contexte urbain. Les fenêtres disposées de manière réfléchie assurent une répartition optimale et agréable de la lumière du jour et soulignent l’aménagement intérieur. La combinaison des matériaux de parement présentant une haute capacité thermique associés à une protection solaire efficace assure un confort élevé en été. Dans le domaine de l’environnement, une attention particulière a été portée à limiter à la fois le besoin en énergie primaire et les émissions de gaz à effet de serre que ce soit dans le domaine de la construction, de l’exploitation ou pour la mobilité. Ces deux valeurs se situent en dessous des valeurs cible de la voie SIA vers l’efficacité énergétique et remplissent donc clairement les objectifs de la société à 2000 Watts. La cage d’escalier, le niveau d’entrée et l’étage du loft sont en béton recyclé, tandis que l’excavation nécessaire à la réalisation des niveaux souterrains a été réduite dans la mesure du possible. L’utilisation du bois réduit la charge sur les fondations de 30 %, ce qui limite d’autant l’énergie grise liée à leur réalisation. 85 % des 230 m3 de bois mis en œuvre proviennent en outre des forêts de la région lucernoise, et cette proportion passe à 95 % si l’on considère l’origine suisses des forêts. Cette proportion élevée a donc valu à l’ouvrage d’être distingué par le Certificat d’Origine Bois Suisse Les parois bois sont constituées d’une couche porteuse de 35 mm de panneaux lamellés recollés. Des nervures disposées vers l’extérieur servent à stabiliser la plaque et au montage de l’isolation. Les planchers sont constitués d’éléments en caisson réalisés également sur la base des mêmes panneaux. Ils restent apparents

dans les locaux où ils sont munis d’un traitement anti-UV. Le revêtement de façade ventilé est formé d’un lambris vertical en Douglas indigène brut de sciage. En raison de la classification de protection incendie comme bâtiment de trois niveaux comprenant deux sous-sols, aucune mesure particulière au niveau de la ventilation du bardage n’était nécessaire. Cependant, lorsque la façade s’étend sur quatre niveaux, des interruptions de ventillation ont été disposées dans les zones de transition entre le socle massif et la partie bois. Le besoin en chaleur pour l’eau chaude sanitaire est clairement plus élevé que son pendant pour le chauffage, grâce à une enveloppe du bâtiment particulièrement performante. L’apport thermique est assuré par une pompe à chaleur et distribué dans les appartements par un chauffage au sol. L’installation photovoltaïque en toiture fournit plus d’électricité que n’en nécessite la pompe à chaleur, l’aération douce et les appareils auxiliaires, le surplus étant le cas échéant réinjecté dans le réseau. Des conduites de faible longueur et des robinetteries munies d’économiseur permettent en outre de réduire la consommation d’énergie dévolue à l’eau chaude. De même les appareils électriques et l’éclairage possèdent une étiquette énergétique bien en dessous des prescriptions légales. Ces équipements peuvent être de plus contrôlés en fonction de la charge dans le circuit. Les prévisions météorologiques sont également intégrées dans le pilotage et la disponibilité de l’électricité est communiquée en temps réel aux habitants. Ces mesures permettent d’adapter la demande à la production de l’installation photovoltaïque. En ce qui concerne les déplacements, l’immeuble joue la carte de la mobilité douce: juste


à côté de l’entrée se trouve le dépôt à vélo et Il est possible d’entrer dans les appartements directement avec la remorque à vélo pour les enfants ou les achats quotidiens. La taille des loggias d’entrée permet par ailleurs de la stocker directement dans les appartements. En cas de besoin, une station Mobility est située à proximité et pour ceux qui le préfèrent, les transports publics, dont les arrêts sont situés à moins de 100 m, bénéficient d’une fréquence élevée et rallient directement la gare de Lucerne.

Situation

Lieu Kirchrainweg 4a, 6010 Kriens Maître d’ouvrage Kirchrainweg AG, Kriens Stratégie et conception générale e4plus AG, Kriens Architecte aardeplan ag, Baar Ingénieur civil FMB Engineering AG, Baar Ingénieur électricité NET-DESIGN AG, Lucerne Concept de technique du bâtiment Zurfluh Lottenbach GmbH, Lucerne Architecte paysagiste Freiraumarchitektur GmbH, Lucerne Ingénieur bois AG für Holzbauplanung, Rothenthurm Entreprise bois Walter Küng AG, Alpnach Dorf, et Pius Schuler AG, Rothenthurm (production des panneaux recollés) Bois mis en œuvre Structure: bois massif recollé 48 m3, bois massif 34 m3, lamellé collé 2 m3; Panneau: panneaux recollé 96 m3, trois plis 5 m3, panneaux de fibre 5 m3; Façade: lambris Douglas 15 m3, Sous-structure 7 m3; Carrelet de fenêtre 6 m3; Produits à base de bois pour aménagement intérieur 15 m3 Coûts CFC 2 CHF 4,35 millions dont CFC 214 CHF 651 000 Surface de terrain 762 m2 Surface de plancher SIA 416 1442 m2 Volume bâti SIA 416 4424 m3 Prix/m3 SIA 416 (CFC 2) CHF 985.– Durée de construction Mars 2012 – avril 2013 Photographe Gabriel Ammon, Fotoagentur AURA, Luzern

2357


Coupe

Coupe longitudinale

0:

%2 *6



.6

Niveau entrée

2358

20 m

Niveau loft


Composition toiture: Couverture Lattage 30 mm Contre lattage 120 mm Lé d’étanchéité Panneau trois plis 27 mm Structure pour pente Panneau de fibres 16 mm Lattage 60 mm/Isolation Elément plaque: nervures 300 mm/Isolation Panneau lamellé recollé 35 mm, apparent Composition planchers: Revêtement de sol 15 mm Chape sèche 80 mm Résilient acoustique 30 mm Lattage 120 mm/Granulés Eléments en caisson: panneau lamellé recollé 35 mm nervures 220 mm/Isolation 60 mm, granulés dans les zones de bord panneau lamellé recollé 35 mm, apparent Composition paroi extérieure: Panneau lamellé recollé 35 mm, apparent Montants 260 mm/Isolation Lattage 80 mm/Isolation Panneau de fibres 22 mm Coupe-vent Lattage 30 mm Lambris Douglas 25 mm, brut de sciage Composition plancher sur loft: Chape sèche 50 mm Résilient acoustique 40 mm Béton armé 250 mm

Coupe façade

.6

%2

6

0

*

6

%260 *6

.6

1er et 2éme étage

Attique

2359


Lignum Holzwirtschaft Schweiz Economie suisse du bois Economia svizzera del legno Mühlebachstrasse 8 En Budron H6, CP 113 CH-8008 Zurich CH-1052 Le Mont sur-Lausanne Tél. 044 267 47 77 Tél. 021 652 62 22 Fax 044 267 47 87 Fax 021 652 93 41 info@lignum.ch cedotec@lignum.ch www.lignum.ch www.lignum.ch Bulletin bois, juin 2013 Editeur Lignum, Economie suisse du bois, Zurich Christoph Starck, directeur

Rédaction Roland Brunner, Lignum, et Denis Pflug, Lignum-Cedotec Conception graphique BN Graphics, Zurich Impression Kalt-Zehnder-Druck AG, Zoug Administration, abonnements, expédition Andreas Hartmann, Lignum

ISSN 1420-0252

Le Bulletin bois paraît quatre fois par ­année, en allemand et en français. Abonnement annuel CHF 48.– Publications isolées CHF 20.– Classeur (10 numéros) CHF 140.– Classeur vide CHF 10.– Prix sous réserve de modifications. Les membres de Lignum reçoivent le Bulletin bois et le Lignatec gratuitement. Les droits pour la publication des diffé­rents objets présentés restent réservés aux architectes respectifs. Les informations publiées ont été recueillies auprès des concepteurs.

Profile for Lignum

Bulletin bois 107/2013  

Immeubles de logements

Bulletin bois 107/2013  

Immeubles de logements

Profile for lignum