Page 1


Je tiens à exprimer toute ma gratitude et mes sincères sentiments de reconnaissance au directeur de mémoire Mr. Adnène BEN NEJMA pour ces conseils judicieux qui m’ont guidé à élaborer ce modeste travail. Je tiens particulièrement à remercier le codirecteur de mémoire Mr. Moncef FOURATI pour son dévouement, sa générosité et la richesse de ses conseils tout le long de la réalisation de ce mémoire. Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont œuvré de près ou de loin pour le bon déroulement de cette étude pour leur présence, leur dévouement et leur humilité. Mes pensées les plus sincères s’adressent à mes parents, ma sœur, ainsi que toute la famille et tous mes amis, pour leur soutien, leurs encouragements et leurs conseils qui n’ont jamais failli.


Introduction ............................................................................................................................ 4 Problématique ......................................................................................................................... 5 Méthodologie........................................................................................................................... 7 CHAPITRE I: DES RACINES ET DES AILES ................................................................. 9 1/ Une richesse historique ................................................................................................ 10 2/ In-Memory ................................................................................................................... 11 3/ Chercher l'erreur........................................................................................................... 13 4/ Les richesses beylicales ............................................................................................... 16 CHAPITRE II: VALORISATION D’UN PATRIMOINE............................................... 27 1/ Vous-avez dit Patrimoine ? .......................................................................................... 28 2/ Législations et institutions patrimoniales ..................................................................... 29 3/ Typologie d'intervention sur le patrimoine .................................................................. 32 4/ Les stratégies d’intervention ........................................................................................ 34 CHAPITRE III: MUSÉOGRAPHIE ET NOTION DU MUSÉE PARTICIPATIF ...... 39 1/ Qu’est ce qu’un Musée ................................................................................................ 40 2/ Les différentes catégories des musées.......................................................................... 40 3/ Qu'est ce que la Muséographie ? .................................................................................. 41 4/ Les bases de la muséographie ...................................................................................... 42 5/ L’aspect participatif des musées .................................................................................. 47 CHAPITRE IV: ANALYSE DES REFERENCES ........................................................... 52 Cité de l'automobile à Milhouse .......................................................................................... 53 Cleveland Museum Of Art à l'Ohio .................................................................................... 60 Musée National du Bardo .................................................................................................... 68 CHAPITRE V:CAS D'ETUDE:PALAIS DU GENERAL KHEIREDDINE PACHA ........... 79 A/ LA GOULETTE ....................................................................................................... 80 1/ Situation géographique et limites ................................................................................. 80 2/ Aperçu historique ......................................................................................................... 81 3/ Lieu de convoitise ....................................................................................................... 82 4/ Parcours touristique...................................................................................................... 83 5/ Repères et monuments………………………………………………………………..84 B/ LA COMMUNE DE KHEIREDDINE ................................................................... 85 1/ Périmetre d'étude et site d'intervention ........................................................................ 85


2/ Morphologique urbaine ................................................................................................ 86 C/ LE PALAIS DU GENERAL KHEIREDDINE ..................................................... 88 1/ Présentation du Palais ................................................................................................. 88 2/ Justification du choix .................................................................................................. 89 3/ Limites et voisinages ................................................................................................... 89 4/ Relevé sur site ............................................................................................................. 90 5/ Eléments graphiques et organisation spatiale ............................................................. 91 6/ Potentialité du site ....................................................................................................... 94 7/ Etat des lieux ............................................................................................................ 100 CHAPITRE VI: RÉPONSE ARCHITECTURALE: TRÉSOR ENFOUI ! .............................. 105 1/ Les objectifs du projet ............................................................................................... 106 2/ Programmation fonctionnelle .................................................................................... 106 3/ Parti architectural ...................................................................................................... 117 4/ Concepts du projet .................................................................................................... 118 5/ Esquisse du projet ..................................................................................................... 119 6/ Eléments graphiques ................................................................................................. 121 CONCLUSION GENERALE ........................................................................................... 122 BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................. 123 TABLE DES FIGURES ..................................................................................................... 125 TABLE DES MATIERES………………………………………………………………..127 ANNEXE …………………...……………………………………………………. ..…….131 Enquête in-situ ............................................................................................................... 132 Les chartes et conventions internationales ..................................................................... 134 Fiche d’évaluation .......................................................................................................... 139


" Je ne prétends (...) pas, en regardant ce sol, faire émerger tout ce qu’il cache. J’interroge seulement les couches de

temps qu’il m’aura fallu traverser auparavant pour parvenir jusqu’à lui; Et pour qu’il vienne rejoindre, ici même, le mouvement – l’inquiétude de mon propre présent

"

Georges Didi-Huberman (2011)


Les ancêtres ont bâti des merveilles pour marquer leur temps dans l'histoire. Chaque civilisation est caractérisée par une architecture spécifique, un savoir-faire dont nous sommes redevables de préserver. Un patrimoine, matériel et immatériel, dont nous sommes aucunement possesseurs mais qui nous a été légué afin de le protéger et de le transmettre aux générations futures. La Tunisie est hautement riche par son histoire et sa culture. Elle a été le berceau de maintes civilisations qui ont laissé derrière elles des chefs-d'œuvre, dont la complexité reste parfois inexpliquée et dont la beauté fait émerveiller des générations. Plus de trente mille sites et monuments sculptent le paysage Tunisien, mais malheureusement seulement neufs sont classés patrimoine mondial. Les enjeux sont donc d'ordre national pour défendre et protéger ce patrimoine. Mais malgré les efforts inouïs et continus pour préserver ces chefs d’œuvre de l’architecture, plusieurs sites et monuments sont abandonnés à leur triste sort. Notre patrimoine beylical ne fait pas l’exception, et, malheureusement, ce qui faisait la fier té de toute une nation, autrefois, est, aujourd’hui, ruine et vestige. L’histoire beylicale fait partie intégrante de notre identité, elle constitue un fragment de notre soi. Renier cette période c’est une partie de nous-même qui risque d’être oublié et dans cette inconscience c’est tout le patrimoine beylical qui est voué à sa perte. Jusqu’à nos jours, aucun musée n’a été dédié spécifiquement à cette période historique. Alors, qu’il est grand temps de mettre la lumière sur les richesses de cette époque et de sensibiliser le citoyen tunisien de son importance car dans son éveil c’est tout un patrimoine qui fleurit.


" Le passé ne livre ses trésors qu’à condition que le présent se soucie de les mettre en valeur " Paul VALEY

Notre patrimoine architectural est le reflet de notre identité de notre mémoire et de notre vécu. Il est de notre devoir de le protéger et de veiller à sa conservation et sa valorisation. Malheureusement les vestiges de notre passé disparaissent peu à peu et notre richesse patrimoniale se trouve particulièrement vulnérable par l'évolution de la vie sociale et économique mais aussi par des actes de vandalisme, ainsi qu'une attitude de désintérêt et de délaissement. L'état du patrimoine beylical est la preuve irréfutable de ce manque de prise de conscience, alors qu’il fait partie de notre histoire et de notre mémoire collective. Posez la question à un citoyen Tunisien et solliciter ses connaissances sur notre patrimoine architectural ; le plus souvent les réponses sont liées aux ruines romaines ou à celles de Carthage, et on oublie l'existence des autres époques historiques et surtout la période beylicale ou on porterait un jugement négatif sur le règne des beys ; des idées inculquées à travers des contes racontés par les ancêtres et une histoire mal transmise au fil des générations. Ceci est dû à un manque de sensibilisation considérable dès le plus jeune âge soutenu par

un système

éducatif

orienté, le

manque

de

projets éducatifs,

cinématographiques ou théâtraux qui traitent ce sujet, des enjeux politiques et une passivité face aux expositions qui se font rares et sous-médiatisées, où la touche créative et attractive n'est pas ressentie. Pourtant, les beys ont gravé leur empreinte dans l'histoire de la Tunisie; un règne de près de quatre siècle durant lesquels notre pays connaitra d'importantes décisions politiques, une promotion des arts (peinture, gravure, dessins…) et l’édification de monuments architecturaux spécifiques; à l’égard de magnifiques palais; témoin de leur richesse et de leur pouvoir. Ces monuments qui, suite à l'abolition de la monarchie et l'avènement de la république, ont été soit transmis aux descendants des beys soit laisser à leur triste sort : squattés par des sans domicile fixe (SDF) ou abandonnés et voués à la dégradation.


Le palais du Général Kheireddine Pacha situé à La Goulette est l'exemple vivant de ce laisser-aller et de cette ignorance du patrimoine beylical. Une majestueuse demeure estivale, située au bord de la mer, qui fût édifiée en 1850 par Ahmed Bey I et offerte au Général Kheireddine qui l'abandonne suite à son voyage à Istanbul. Ce palais passera de main en main ; occupé par les Allemands puis reconverti en Casino, puis en un habitat communautaire, pour retourner entre les mains de la famille beylicale. Mais faute de moyens, le palais est en dégradation et mis en vente au le plus offrant. 

Que faire de ce patrimoine architectural délaissé qui marque l’histoire de la Tunisie, malheureusement ignorée par un grand nombre de citoyens ?

Quel est notre rôle, en tant qu'architecte, dans la prise de conscience de l'importance du patrimoine beylical ?

De quel manière peut-on exploiter ce Palais afin de mettre en exergue son vécu et de valoriser l'histoire de toute une époque oubliée ?


A travers ce mémoire, nous souhaitons redonner vie à notre histoire beylicale qui fait partie intégrante de notre identité tunisienne qui a longtemps était négligée par les citoyens ou souvent mal jugée. Nous essayerons tout au long de notre travail de chercher la vérité et de trouver les solutions adéquates pour faire émerger notre patrimoine beylical et contribuer à la prise de conscience de son importance. Pour cela nous adopterons une méthodologie basée sur trois phases. Nous entamons par une recherche théorique qui dévoilera, en premier lieu, les richesses de l'époque beylicale et l'état actuel de leur patrimoine architectural souvent en état délabré. Ensuite, nous chercherons les solutions de préservation et de mise en valeur adéquates pour protéger ce patrimoine. Pour finalement proposer la réhabilitation en espace d'exposition et d'interprétation comme procédé de sauvegarde patrimonial. La deuxième phase du mémoire sera consacrée à des analyses de projets de références qui illustrent une revalorisation d'un patrimoine architectural par le biais de la muséification, en vue de dégager un programme fonctionnel et des concepts appropriés à notre projet. La troisième et dernière phase de notre mémoire mettra la lumière sur le potentiel de notre support d'intervention, le Palais du Général Kheireddine situé à la Goulette, mais aussi son état actuel et la nécessité de redonner une nouvelle âme au lieu.


1 2

1 Abdennaceur Jemai Les élèves, l’histoire et l’identité acceptée (2005) 2 Abelbasset Belhassen, président de l’Institut arabe des Droits de l’Homme (http://www.huffpostmaghreb.com/2015/03/24/tunisie-education-_n_6931240.html)


1/ Une richesse historique De par sa position stratégique en Afrique du nord, au cœur de la mer méditerranéenne, la Tunisie est l'une des plus anciennes entités politiques du Maghreb. Elle fut convoitée par diverses civilisations portant ainsi près de 3000 ans d'histoire. Le pays a accueilli sur son sol plusieurs cultures qui s'inscrivent dans son identité partant de la civilisation Carthaginoise, la domination des Romains, des Vandales puis des Byzantins. Le VIIème siècle marquera un tournant pour la Tunisie qui s'islamise peu à peu sous le commandement de plusieurs civilisations arabo-islamiques. Au 16éme siècle, le pays devient l'enjeu de la rivalité de mainte puissance successive; l'Espagne, l'Empire Ottoman puis la France. Mais depuis 1957, et avec l'abolition de la monarchie beylicale la Tunisie devient une République qui marche vers la modernisation.

Figure 2/ Frise chronologie de l'histoire de la Tunisie

Figure 1/ Statistique des ères historiques de la Tunisie

Source: Illustration de l'auteur

Source: Illustration de l'auteur

L'histoire de la Tunisie se résume en cinq ères fondamentales avec une domination remarquable de la Civilisation antique avec 51,1 % et qui s'étale sur près de 1461 ans. Suivie par la Civilisation Arabo-islamique avec 31.4% qui elle-même se divise en six époques distinctes la plus importante reste celle des hafsides (trois siècle de gouvernement). En troisième position se situe le Régime Beylical avec pas moins de 13,2% avec un règne total qui s'étend sur près de quatre siècle. Cette ère se distingue par deux époques portant le nom du premier Bey régnant: les Beys Mouradite et les Beys Husseinite.

10


2/ In-Memory Afin de solliciter les connaissances du simple citoyen Tunisien envers son histoire, en particulier celle de la période Beylicale, j'ai mené ma propre enquête (Voir ANNEXE) en m'adressant à un panel de 35 personnes adultes (âgés de plus de 18 ans) de différents niveaux social et intellectuel et les résultats étaient assez surprenant. 2.1/ Culture Générale J’ai commencé par deux questions de culture général qui englobe l'ensemble de l'histoire tunisienne et ses personnages clés: " Que savez-vous sur l'histoire de la Tunisie ? " et " Qui sont les personnages qui ont marqué la Tunisie ? ". Les résultats sont comme suit:

Figure 3/ Statistiques des questions de culture générale sur l'histoire de la Tunisie

Source: Illustration de l'auteur

2.2/ Dynastie Beylicale Ensuite, je me suis spécifier dans mes questions à mon sujet de recherche en visant l'histoire beylicale et que représente-t-elle dans la mémoire collective des Tunisiens et j'ai était assez surpris des résultats. La majorité du panel porte un jugement négatif sur cette période en traitant les beys de despotes, d'avare et d'ignoble traite qui « ont vendu la Tunisie au français pour quelque sou ». D'autre disent que cette époque représente pour eux le luxe, le confort et la vanité. Quelques-uns évoquent leur appartenance à l'Empire Ottoman puis en 1881 ils ont ouvert les portes au français.

11


Ceci m'a poussé à approfondir mes recherches par d’autres questions:    

En quelle année, les beys, ont-ils pris le pouvoir en Tunisie ? Combien d'années a duré le règne des Beys ? D'après vous, combien de Beys ont gouvernés la Tunisie ? Quelles sont les réformes et les importantes décisions politiques prises par les beys ?

Et là, par les réponses données, on commence à appréhender un réel problème par rapport à une inconscience des Tunisiens de leur propre histoire. Des réponses hasardeuses qui relèvent des fois de l'absurde. Beaucoup ignorent le nombre de beys qui ont gouverné et les réponses sont aux alentours de "8 Beys" mais aussi la durée du règnes des beys et croient qu'il était de bref délais " 50 ans, peut-être 100 ans ". A l'annonce de la durée exacte qui est de "27 Beys" pour un règne total de "344 ans", on peut très bien lire sur leur visage l'air ébahi. Aussi, un nombre important était en ignorance total face aux décisions prisent par les beys ou faisait allusion au "traité de bardo" signé par Sadok Bey en 1881, ou encore l'édification de l'école Sadiki. Deux questions informatives ont été accueillies par une réelle stupéfaction.  

Saviez-vous que la Tunisie est le premier pays arabe qui a mis en vigueur la constitution en 1861 ? Saviez-vous que la Tunisie a abolit l'esclavagisme 20 ans avant les Etats-Unis en 1846 ?

Figure 4: Diagrammes des réponses

Source: Illustration de l'auteur

Puis, et afin d'orienter mon questionnaire dans une perspective architecturale, c'est les monuments historiques bâti par les Beys qui étaient mis à l'honneur. Là, les réponses étaient fleurissantes mais concentrés sur l'architecture Palatiale : Palais du Bardo, Palais de la Marsa, Kobbet Lahwa, Kobbet Ennhas ... Ceci prouve que le Tunisien est assez conscient du patrimoine architectural produit à l'époque des Beys mais on sent une nuance de nonchalance envers ce patrimoine matériel.

Quelles sont les causes fondamentales de ce déficit culturel ? Quelles sont les conséquences de cette négligence sur le patrimoine bâti ? 12


3/ Chercher l'erreur Face à cette nonchalance du citoyen Tunisien, j'ai voulu lever le voile du mystère en cherchant les causes aberrantes de cette inconscience envers une histoire qui vaut son pesant d'or dans notre identité tunisienne. 3.1/ Un système éducatif malade Le système éducatif en Tunisie est en crise et souffre de carences multiples, ces dire sont affirmés par Adel Haded, directeur général chargé des programmes et de la formation continue au sein du ministère de l’Education, dans une déclaration au HuffPost Tunisie : « Le système éducatif est malade, les calmants qu’on injecte de temps à autres à travers des réformes périodiques ne marchent plus, tellement inadaptées, pire, ils infectent encore le système».3 Ceci a sans doute des répercutions sur l'enseignement de l'histoire en Tunisie. C'est pour cela que je me suis penché sur les manuels scolaires d'histoire (première source d'information pour les élèves) et le programme pédagogique actuel mis en vigueur dès septembre 2008 par le Ministère de l'Education en Tunisie. En étudiant le sujet de plus près, j'ai constaté quelques aberrations qui demandent rectification. La première chose que j'ai remarquée et que la matière d'histoire n'est enseignée qu'à partir de l'âge de 12 ans. Alors qu'à mon avis il faut sensibiliser les petits dès leur plus jeune âge par des ateliers pédagogiques là où on leur raconte de petits contes historiques, là où les petits peuvent s'adonner à des exercices et des jeux éducatifs sur l'histoire de leur nation.

Des sorties scolaires proposés par le ministère pour des musées et des sites archéologiques qui se font très rares. Figure 5: Programme d'histoire pour les 6 années primaires Source:http://www.edunet.tn/ressources/peda gogie/programmes/social/hist_geo/his_geo_degr e3_3.pdf

Le programme de l'histoire, pour les élèves des 5 ème et 6ème années propose des sorties de classe à des musées ou des sites archéologiques afin d'affirmer les connaissances acquissent dans les cours théoriques Mais malheureusement ses sorties sont restées de l'ordre du théorique car rare sont les écoles qui proposent ce genre de programmes. 3 HuffPost Tunisie, 2015, http://www.huffpostmaghreb.com/2015/03/24/tunisieeducation-_n_6931240.html 13


Figure 6:Analyse du programme pédagogique de l'histoire enseigné Source: http://www.edunet.tn/ressources/pedagogie/programmes/nouveaux_programme2011/preparatoire/social/hist_geo_college.pdf

Le programme d'histoire proposé par le Ministère reste inéquitable. Une dominance des cours qui traitent des mouvements et enjeux politiques qui vont mener à la libération du colonisateur français et la Tunisie après l'indépendance. Suivis par les cours qui mettent en scène la Tunisie Antique à l'époque Carthaginoise et Romaine. Par la suite, c'est l'époque Arabo-islamique qui est à l'honneur et à la dernière place la régence de Tunis ayant une bonne partie au programme de la 6 éme année primaire puis de fins passage en 8 année et les années lycées. Mais aussi on remarque une chronologie historique non respectée perçu au niveau du programme de la 8 année de base, où on démarre l'année avec l'époque hafside puis on passe directement à l'Europe avec une idéalisation du monde occidental en évoquant tout le progrès industriel, technique et scientifique pour revenir à l'époque beylicale et donner une image de crise et de déclin. Ou encore au niveau du programme de la 1ère année secondaire où on passe directement de la civilisation arabo-islamique à l'indépendance.

14


3.2/ Une époque sous-médiatisée La Dynastie Beylicale reste une période sous-médiatisée en Tunisie: depuis l'apparition de la télédiffusion, on y a consacré qu'un seul film documentaire qui traite de la vie des Beys Husseinite intitulé " Beys de Tunis, une monarchie dans la tourmente coloniale" et deux interviews avec l'arrière-petite-fille du dernier bey de Tunis, Lamine Bey. Mais aussi ce n'est que dernièrement, en novembre 2016, qu'une exposition temporaire " L'éveil d'une nation" a été dédiée à la régence de Tunis. 3.2.1/ Eveil d'une Nation La fondation Rambourg en collaboration avec l'INP et le ministère des Affaires Culturelles en Tunisie organisent l'exposition temporaire "l'éveil d'une nation, l'art à l'aube de la Tunisie moderne (1837-1881)" qui met la lumière sur plus de trois cent œuvres et objets : toiles, manuscrits, dessins, costumes, médaillons. L'exposition a ouvert ses portes le 27 novembre 2016 au Palais Ksar Said, situé à quelque mètre . du musée de Bardo et a connu un succès auprès du grand public preuve que le citoyen Tunisien n'est pas contre une vision fraiche et inédite de sa propre histoire.

Figure 7 : Eveil d'une nation Source: http://www.rambourgfoundation.org/fr/

3.2.2/ Bey de Tunis, une monarchie dans la tourmente coloniale Ecrit et réalisé en 2007 par Mahmoud ben Mahmoud, ce film documentaire de 52 minutes à pour thème la monarchie de Tunis en retraçant quelques-unes des pages prestigieuses de la Dynastie Beylicale. De Hussein Ier Bey fondateur de la dynastie Husseinite jusqu'à Lamine Bey, dernier Bey de Tunis, en passant par Ahmed Pacha ou encore Moncef Bey ce film expose les décisions importantes de cette époque mais aussi les heures sombres. .

Figure 8 : Les Beys de Tunis Source: https://www.youtube.com/watch?v=Q1O1HW9GqNk

3.2.3/ Interviews avec Salwa Bey. Deux émissions télévisées ont eu l'honneur d'inviter et d'interviewer l'arrière-petite-fille du dernier Bey de Tunis. Une première rencontre en 2014 sur la chaine Tunisna TV à l'émission " ‫( " إعترافات‬Des révélations) et un second passage en 2015 à l'émission " ‫هكة‬ ‫( "نعيش‬C'est comme ça que je vie) sur la chaine Hannibal TV. Salwa Bey fera l'éloge de son grand-père, Lamine Bey, et racontera sa vie de luxe et de convivialité au sein du Palais à son jeune âge et comment les choses ont basculé en tout autre après l'Independence.

15


3.3.3/ Des enjeux politiques Bourguiba s'érigeait en tant que justicier du peuple et son bienfaiteur. Il avait bien tracé l'avenir de la Tunisie dans son esprit : revendiqué l'indépendance et écarter la famille beylicale du trône afin de se proclamer le premier présidant de la République Tunisienne. En effet, dès le 31 mai 1956, un décret supprimera « tous privilèges, exonérations ou immunités de quelque nature que ce soit jusque-là reconnus aux membres de la famille beylicale »4. Puis le 21 juin 1956, un nouveau décret modifiera les armoiries du royaume et supprimera toute allusion à la Régence de Tunis. Un autre décret approuvé le 3 août empêchera le bey d'exercer son pouvoir réglementaire qui sera transmis au premier ministre, Habib Bourguiba. Puis le 29 juillet 1957 une loi Bourguibienne confisquera les biens meubles: Palais,, bijoux, pièces d'or, tableaux, vêtements, bibelots... qui appartenaient à Lamine Bey et toute sa famille au Figure 9 : Lamine Bey et son premier ministre Bourguiba Source: https://upload.wikimedia.org/wikipedia/ profit de l'Etat Tunisien.

4/ Les richesses beylicales Malgré ce que l'on veut croire et ce qui nous a été raconté de sombres histoires sur les beys, cette dynastie, a connu des jours de gloires, une ère de prospérité et de modernisation à plusieurs niveaux : d’importante décisions politiques tel que l’abolition de l’esclavagisme, des réformes militaires, vestimentaires et maritimes avec Ahmed Bey et le général Kheireddine Pacha, des progrès scientifiques et techniques sous le règne de Hammouda Pacha, des hommes qui ont su défendre l'intérêt général dans les moments les plus difficiles à l'égard de Moncef Bey et bien sur une richesses architecturales avec de somptueux Palais richement décorés. Il est temps de déceler le vrai du faux et de faire émerger notre trésor enfoui et de contribuer à la prise de conscience de l’importance de notre patrimoine Beylicale

4 Décret du 31 mai 1956 sur les droits et obligations des membres de Notre Famille, Journal officiel de la République tunisienne, no 44, 1er juin 1956, p. 720

16


4.1/ Les décisions politiques Durant le régime beylical d’importante décision politique ont été prise qui ont changé l’histoire de la Tunisie. Les plus importants restent : l’abolition de l’esclavagisme en 1846, le pacte fondamental de 1857 qui assure l’égalité devant la loi, la première constitution tunisienne en 1861 qui établit le partage du pouvoir… Aussi, plusieurs réformes, maritime, militaire, vestimentaire auront lieu sous la décision des Beys.

Figure 10: Cérémonie de promulgation du Pacte

fondamental

Source: https://fr.wikipedia.org/

4.2/ Le codes vestimentaires Les beys de Tunis étaient aussi connus pour leurs majestueux costumes, un code vestimentaire inspiré de l'Empire Ottoman qui suscite le pouvoir et l'influence. Mais aussi des reformes vestimentaires d'ordre militaire ont eu lieu afin de mieux organiser les rangs.

Figure 11 : Les uniformes à l'époque beylicale Source: http://abu-dhar-al-ghifari3.blogs pot.com

4.3/ Les trésors et les bijoux Les beys de Tunis étaient connus pour leur luxe et leur somptuosité. Ceci peut s'exprimer par l'acquisition de riches trésors et une magnifique collection de bijoux. Le plus souvent ses biens sont obtenus suite à des batailles gagnées ou comme cadeaux offerts aux beys.

Figure 12 : Les bijoux beylicaux Source: Illustration de l'auteur

18


4.4/ Patrimoine architectural Mais, le patrimoine matériel le plus considérable qui nous a été légué des beys reste leurs somptueux palais et demeures. En effet,f5lors de la dynastie beylicale, l'architecture palatiale a connu un véritable épanouissement, il était courant que chaque bey possédait son propre palais (par respect aux veuves des beys après son décès) mise à part leur demeures estivales, les dars et demeures des hauts placés (Grand vizir, notable, ministre...). Les Palais s’étendaient un peu partout dans la capitale de Tunis mais avec une concentration importante au nordest de la ville. L’air frais, le doux climat et la mer méditerranée ont su charmé et attiré les beys pour s’y installer et ériger de magnifique palais et demeures estivales tel que le palais d’Ahmed Bey à la Marsa, Dar si Naceur Bey à Sidi Bousaid, la demeure estivale de Kheireddine pacha à la Goulette, Dar el Bey à Hammam-Lif …

Figure 15:Palais Beylical du Bardo Source: http://cultpatr.blogspot.com/

Figure 14: Emplacement des Palais Source: Palais Ahmed bey, l’agonie de la noblesse

Les styles architecturaux Ces palais étaient conçus selon le style arabisant5 caractérisé par la monumentalité, une ornementation figurative, l’utilisation des colonnes à fûts cylindriques, l’emploie des arcs outrepassés en plein cintre, les coupoles. Mais aussi on note une influence italienne par la toiture plate, des formes parfaitement rectangulaires, l’utilisation des corbeaux et des corniches et des fenêtres étroites signes de noblesses.

Figure 13: Ecole Sadiki Source: Palais Ahmed bey, l’agonie de la noblesse

5 Dominique Taurisson-Mouret, (2011). Arabisance et néo-mauresque. Rapport de l’architecture moderne au Maghreb à la tradition et au patrimoine, Tunis

19


La décoration Ces palais étaient richement décorer.e6 Très influencé par l'occident, les beys estimaient le baroque italien par-dessus tout: les peintures exécutées sur les plafonds sont souvent des factures italiennes, idem pour les meubles et les accessoires d'ameublement (fauteuils, canapés, tapisseries, lustre de Venise ...). Aussi, l’utilisation de la porcelaine, du marbre, des gravures sur plâtre avec des motifs géométriques, des plantes et des lignes, témoignes de l’influence turcs.

Figure 17 : Décoration intérieure (Palais Ksar Said) Source: https://thedancingrest.com

Les jardins beylicaux Depuis toujours les beys ont cherché la fraicheur des jardins et des vergers qui permettaient aussi aux femmes de profiter du plein air. De plus, les jardins étaient cultivés et permettaient un apport alimentaires, et plus le jardin dit « Jnain » est vaste et étendu plus ceci prouve l’appartenance à une échelle sociale plus élevés. Les jardins sont implantés autour du palais entouré par des palmiers ou des cyprès (arbre devenu très répandu pendant la période beylicale) pour délimiter le terrain. L’accès au palais est tracé par deux rangs de cyprès qui donnait de la pénombre au chemin. Au milieu, un bassin d’eau ou une fontaine ajoutaient de la fraicheur. Le traçage au sol qui découpait le jardin en petite parcelle était orthogonal. Dans l’une des parcelles privées, camouflé par les arbres, les beys construisaient des kiosques en bois pour leur aisance 6

Figure 16: Analyse des jardins beylicaux Source: illustration de l’auteur

Mais alors qu’elle sort est réservé à ce patrimoine bâti de nos jours? 6 Jacques REVAULT, (1980). Palais et demeures de Tunis (XVIème et XVIIe siècle), p42

20


4.4.1/ Des Palais conservés et rénovés Exemple : Palais Kobbet Ennhas Un joyau de l'architecture Palatiale, Kobbet Ennhas a su garder toutes sa beauté et sa splendeur. Edifié en 1756 par le bey Husseinite Mohamed Rachid Bey, le palais est situé sur l'artère principale de la Manouba. Ayant connu une succession de nobles hôtes, l'édifice présentera une grande diversité ornementale. Une décoration du style autochtone, enrichi par des motifs. Le palais est bâti autour d'une grande salle antérieure quadrangulaire qui offre une panoplie de motifs en or et en argent. Le plafond est fait de bois peint riche par des rinceaux. Aujourd'hui, le palais accueille des réceptions, des manifestations culturelles, des séminaires etc. Figure 18 : Kobbet Ennhas Source: http://www.wepostmag.com/

Exemple : Palais Zarrouk (actuellement Beit Al Hikma) Construit en 1860 par le général Ahmed Zarrouk, le palais est caractérisé par un style turc et arabo-andalous. Il sera racheté par Habib Bey en 1922 pour la somme de 400 000 francs, puis son fils Lamine Bey, le choisira comme palais royal pour y résider. Après l'abolition de la monarchie en 1957, l'édifice sera réquisitionné par l'Etat et servira comme siège de "l'Office tunisien de l'artisanat " puis celui de "l'Institut tunisien d'archéologie et d'art " pour finalement passé en 1983 entre les mains de "l'Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts" et devient "Beit Al Hikma".

Figure 19 : Beit Al Hikma Source: http://tunisiens-de-france.com/

21


22


4.4.2/ Des Palais délaissés Malheureusement, certain palais n’ont pas eu cette chance d’être conservé et d’avoir gardé leur lueur d’autre fois. En effet, plusieurs édifices souffrent de négligence et sont abandonnés à leur triste sort. Ceci est dû à une inconscience considérable de l’importance du patrimoine beylicale.

Exemple : Palais de la Mohammedia Suite à son voyage en France Ahmed Bey fut impressionné par le château de Versailles. Dès son retour il entame la transformation du Palais Mohammedia, originellement voulu par Moustapha Bey, pour un complexe de diverses 7 f ambitions du Bey constructions. Selon les le Palais devait éclipser celui du Bardo.7 Figure 21: Les ruines du Palais de la Mohammedia

Exemple : Palais Hammam Lif Séduit par les eaux thermales qui jaillissent de Jbal Boukornine les Beys Husseinites s'installaient en hiver à Hammam Lif. Un pavillon fut construit en 1750 par Ali I Bey puis c'est tout un palais qui prend place sous la décision de Hussein II Bey en 1826; bains privés, salle de repos "Bit-elMakaad" tout pour servir le confort des Beys. Tous les Beys, à l'exception d’Ali III Bey et de son fils Hédi Bey séjourneront dans ce Palais. Malheureusement depuis l'indépendance, ce palais souffre énormément. Il sera reconverti en un centre de formation professionnelle féminine puis en "Oukala". Depuis le Palais est en piteux état et risque la destruction Figure 20 : Palais Hammam Lif (Avant et après l'indépendance)

7 Azzedine Guellouz, Abdelkader Masmoudi et Mongi Smida, Histoire générale de la Tunisie, tome III « Les temps modernes », éd. Société tunisienne de diffusion, Tunis, 1983, p. 372

23


Exemple : Palais Ahmed Bey à la Marsa Un magnifique Palais situé à la Marsa, a été érigé par Ahmed Bey, pour lui servir d'une demeure estivale. Après l'indépendance, faute de moyen, il sera finalement cédé au profit d'un investisseur Saoudien qui exprimera une volonté de le démolir et de le remplacer par un immeuble à vocation commercial. Heureusement, en juillet 2016, il sera classé comme monument historique national. Ceci aurai du permettre une préservation des lieux et d'établir un projet de remise en valeur, mais en vain. Le Palais . est dans un état de délabrement avancé, et squatté par des sans-abris.

Figure 22 : Palais Ahmed Bey à la Marsa Source: http://tunisiens-de-france.com/

D'autres exemples de Palais délaissés

Figure 25 : Palais Kheireddine Pacha à la Manouba

Figure 24 : Casino à Hammam Lif

Figure 23 : Ksar Ben Ayed à Jerba

24


4.4.3/ Palais détruit Exemple : Palais Dar Al-Tej Il a été fondé au début du XIX siècle par Mahmoud Bey et a connu une métamorphose par Mohammed Bey en le modernisant et en lui ajoutant une extension monumentale, faisant de ce palais sa résidence favorite. Henry Dunant, un homme d'affaire suisse, nous décrit les lieux « on trouve une première cour spacieuse, pavée en marbre blanc. Au centre de cetteprivilèges, cour est exonérations une grande fontaine d'albâtre, à troisnature bassins et 8 ou immunités de quelque quesuperposés ce soit jusque surmontés d'une flèche ornée du croissant. Plusieurs portes donnent sur cette vaste cour : l'une de ces portes de style mauresque est en marbres de diverses couleurs [...] Le bey reçoit souvent dans une vaste galerie de style mauresque aux vitraux de mille couleurs, lesquels contribuent à donner aux arabesques du plafond et des parois un aspect fantastique »8 D'importantes décisions politiques qui ont marqué l'histoire de la Tunisie seront prises au sein de ce palais comme les conventions de la Marsa le 8 juin 1883. Mais malheureusement tout le palais sera détruit quelque année après l'indépendance.

Figure 26: Palais Dar Al-Tej Source: http://tunisie.vitaminech.com

4.5/ Conclusion Dans la perte d'un bien matériel c'est une partie de nous-mêmes qui s'efface, c'est une partie de notre identité nationale qui, au lieu de faire notre fierté, tombe à jamais dans l'oubli. Malheureusement, c'est souvent le cas avec notre patrimoine beylical si riche (bijoux, costumes, meubles, art, architecture ....) qui a subi des actes de vandalismes, de vols et de destructions.

8 Henri Dunant, Notice sur la régence de Tunis, éd. Fick, Genève, 1858, p. 56

25


Synthèse

La Tunisie est si riche par son histoire. Elle a connu mainte civilisation qui ont gravé leur empreinte au cours du temps, laissant derrière eux un patrimoine considérable. Mais malheureusement, ces richesses sont des fois oubliées, ignorées et marginalisées, et dans ce manque de conscience c’est notre patrimoine qui est voué à sa perte. Les biens beylicaux ne font pas l’exception. On a vu tout au long de ce chapitre qu’il subsiste une volenté de préserver le patrimoine beylical puisque certain palais ont été rénové et font usage de nouvelle fonction aujourd’hui comme le palais de la Rose, le Palais Saada… Mais plusieurs sont abondonnés et laissés à leur triste sort, sans même dédaigner de leur présence. C’est notre rôle à nous, en tant qu’architecte, de veiller à la préservation de ces édifices et de montrer leur importance.

Comment peut-on sauvegarder ce patrimoine et le mettre en valeur ?

26


1/ Vous-avez dit Patrimoine ? « Le patrimoine est aujourd’hui une notion que tout un chacun se pense en mesure de mobiliser facilement, et pourtant elle n’est pas aisée à définir. »10 A l'origine, la notion de patrimoine tire son nom du latin "patrimonium" qui signifie littéralement "l’héritage du père". Sous cette définition, le patrimoine désigne l'ensemble des biens appartenant à une personne physique légué aux descendants comme "héritage" lors du décès de son légal possesseur: on parle de "masse successorale". En l'occurrence, il fallait attendre jusqu'en 1791, devant l'Assemblée nationale, lors d'un discours cité par Francois Puthod de Maison rouge, pour voir naitre pour la première fois la notion du patrimoine national. « L’orgueil de voir un patrimoine de famille devenir un patrimoine national ferait ce que n’a pas pu faire le patriotisme. » 11

Ce fût, à cet instant, que le mot patrimoine prend une nouvelle étymologie dans un sens élargi au bien collectif de la communauté, de la nation voir même du monde. Dans cette perspective progressive, le patrimoine se définit alors comme toute richesse d'ordre culturel, matériel ou immatériel détenu par une communauté; héritage d'un passé et témoin d'un monde actuel. Le XXème siècle connaitra une évolution dans le domaine du patrimoine rendant plus complexe son approche dans la mesure où les définitions se succèdent révélant des différences notables.

« Aujourd’hui, après de nouveaux enrichissements, certains très récents, le patrimoine peut être considéré comme l’ensemble de tous les biens, naturels ou créés par l’homme, matériels ou immatériels, sans limite de temps ni de lieu, qu’ils soient simplement hérités des ascendants et ancêtres des générations antérieures ou réunis et conservés pour être transmis aux descendants des générations futures en raison de la valeur qu’on leur attribue (historique, esthétique, symbolique, identitaire, etc.). » 12

10 Thibault Le H ́egarat. Un historique de la notion de patrimoine. 2015. 11 Francois Puthod de Maison rouge: Poète et antiquaire. - Membre de la Commission chargée de 1790 à 1793 de la conservation des monuments. - Officier de gendarmerie 12 Flash ton patrimoine: Notice pédagogique, Histoire de la notion du patrimoine. (http://www.flash-tonpatrimoine.fr/Telechargements/notice_hist-patrimoine.pdf)

28


2/ Législations et institutions patrimoniales 2.1/ Charte d'Athènes Les voix se fessaient entendre et les avis se heurtaient : ceux qui réclament haut et fort la restauration des monuments et ceux qui protestaient cette attitude. Face à ce dilemme et aussi pour condamner et limiter les erreurs parfois commises, la nécessité d'organiser et de réglementer les procédures s'imposait. Ce fut le cas avec la charte d'Athènes, en octobre 1931. Une assemblée internationale qui a réuni bon nombre d’experts de plusieurs pays pour étudier et coordonner les différentes façons de veiller à la protection et la conservation des monuments d’art et d’histoire. A la fin de la conférence un document officiel a été approuvé par les représentants des états par le biais d'un vote.

2.2/ Charte de Venise Avec l'évolution scientifique et le progrès technique qu'a connu l'architecture lors de ce siècle, il y a eu nécessité de mettre à jour et d’élargir les principes de la restauration signées lors de la charte d’Athènes. Pour cela architectes et techniciens ce sont réunis, en 1964, afin de promouvoir un nouveau texte réglementaire international de la restauration plus connu sous le nom de la charte de Venise à la lumière de principes plus vastes et plus complexes.

2.3/ ICOMOS (International Council on Monuments and Sites) Afin de mieux contribuer aux respects du règlement établie à l'issue de la charte de Venise, une association mondiale de professionnels fut créer, en 1965, qui est Le Conseil international des monuments et des sites ou Figure 27: logo de l'ICOMOS ICOMOS. Elle veille à la conservation Source: http://australia.icomos.org et à la protection des monuments, des ensembles et des sites du patrimoine culturel. C'est une organisation internationale nongouvernementale ayant comme objectif principal de promouvoir la théorie, la méthode et la technique appliquées à la conservation, la protection et la mise en valeur des monuments et des sites en se référant au texte approuvé lors de la charte de Venise. L’ICOMOS est également mentionnée dans la convention du Patrimoine mondial de l'UNESCO comme organe consultatif qui agit comme conseil scientifique du Comité du Patrimoine mondial pour l'inscription des monuments et sites culturels sur la liste du Patrimoine mondial. 29


2.4/ UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization) En effet, le 16 novembre 1945, suite aux dégâts et aux massacres causés par la Seconde Guerre mondiale, on assiste à la fondation de L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization). Elle a pour objectif de :

Figure 28: Logo de l'UNESCO

« Contribuer au maintien de la paix et de la sécurité en resserrant, par l’éducation, la science et la culture, la collaboration entre nations, afin d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’Homme et des libertés fondamentales pour tous »13 L'Unesco est connu depuis 1972 pour sa liste du patrimoine mondial pour le patrimoine matériel, culturel et naturel. Avec l’entrée en vigueur de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, le programme de la proclamation a pris fin. À l’image du patrimoine mondial, ont été créées des listes : une liste représentative et une liste de sauvegarde urgente, où ont été inscrits les chefs-

Figure 29: Figure 25: Logo du Patrimoine Mondial

d’œuvre précédemment proclamés, et où de nouveaux éléments sont inscrits annuellement.

2.5/ Législations et institutions en Tunisie La législation sur le patrimoine culturel se basera principalement sur les normes françaises. Ce changement institutionnel commencera en 1884 sous le Protectorat français avec la création de la "Commission de la Tunisie" située à Paris. Un an après, on assiste à l'arrivée du premier délégué chargé de cataloguer les différents trésors archéologiques et d'instaurer un service administratif ayant comme objectif de gérer les monuments historiques. A l'issu de cette collecte, la Tunisie assistera a l'inauguration du musée de Bardo situé au palais Beylical. Sous le régime de bourguiba l'attitude vis-à-vis de l'héritage patrimonial était est le rejet total : les habous seront supprimés d'une manière brutal en Juillet 1957, les bâtiments historiques seront laissés, abandonnés en mauvais état et la médina représenter le vestige du passé. Son régime moderniste achevé le démantèlement du système traditionnel de construction « conservation » avec la suppression brutale des habous en Juillet 1957. Des centaines de bâtiments historiques ont été laissés à l'abandon et / ou mauvais état (ASM et al 1974) et la médina était représentée par le régime comme un vestige du passé. 13 Unesco, « Unesco: passé et présent » http://www.unesco.org/archives/new2010/fr/histoire_unesco.html

30


En 1966, le service des antiquités est restructuré comme " l'Institut National d'Archéologie et d'Art " (INAA) et pour limiter les dégâts et dégradations de la vieille ville, le maire de Tunis a vu bon de fonder "l'Association de Sauvegarde de la Médina de Tunis" (ASM) en 1967; un organisme consultatif en matière de protection et de mise en valeur ayant comme but« d’œuvrer pour la protection des ensembles urbanistiques traditionnels, des monuments historiques et de tous les objets à caractère de patrimoine culturel et de mener toute action susceptible d’assurer la préservation et la mise en valeur de la Médina »14

La conservation du patrimoine connaitra désormais des jours meilleurs en 1987 en affirmant par le biais d'un discourt l'air du changement. Chose faite avec une nouvelle législation pour la sauvegarde du patrimoine annoncé en 1990 (Code du Patrimoine, Cdp) et pour le développement urbain (Code l'Urbanisme, CU). En 1993, l'ancien directeur ASM Daouletli a dirigé la transformation de l’INAA à "Institut national du patrimoine" (INP): une institution scientifique et technique chargée d'établir l'inventaire du patrimoine culturel, archéologique, historique, et artistique, de son étude, sa sauvegarde et son développement.

Figure 30: Logo de l'INP

Figure 31 : Histoire de la conservation du patrimoine en Tunisie

14 Statut de l’A.S.M: 29 août 1967, source: http://www.asmtunis.com/historique/

31


3/ Typologie d'intervention sur le patrimoine L'intervention sur le patrimoine bâti est une mission complexe et délicate basée sur un savoir-faire minutieux. L'objectif est de sauver ce patrimoine architectural et de le protéger de toutes formes de menaces susceptibles d'altérer son authenticité. En effet, nous en sommes redevables devant les générations futures et c'est notre rôle à nous, en tant qu'architecte, de veiller à sa conservation et sa mise en valeur. Mais la nature de l'intervention diffère selon les besoins, la réglementation et les idéologies du maitre d'œuvre.

3.1/ La conservation Comme définie Larousse, la conservation est. « L'action de conserver quelque chose dfdf15 intact, de le maintenir dans le même état »15. En effet, la conservation du patrimoine architectural est le processus par lequel la matérialité, l'histoire et l'intégrité conceptuelle du patrimoine bâti et de l'humanité sont prolongées par des interventions soigneusement planifiées tel que:

3.2/ La Restauration Au service de la conservation, elle est généralement définie comme une opération directe sur l'œuvre à "sauvegarder" dans le but de prolonger sa durée de vie et parfaire ses défauts qui altèrent sa lecture. C'est une remise en état d'une œuvre ou d'un édifice en conformité avec historicité initiale. « Elle englobe toutes les interventions et tous les traitements servant à établir, suivant certaines normes, un état historique donné et, par-là, à améliorer la lisibilité et l'intégrité esthétique d'un objet ou d'un bâtiment»16

3.3/ La rénovation La rénovation désigne toute opération par laquelle un bâtiment ou l'un de ses éléments voit sa condition améliorée par l'utilisation de matériaux neufs, modernes en remplacement des parties endommagées ou obsolètes. Le plus souvent il s'agit d'une construction neuve après démolition totale ou partielle de l'édifice. Elle a pour objectif de redonner une nouvelle âme à l'édifice par des techniques modernes et d'actualités. 15 http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/conservation/18371 16 Guide de valorisation du patrimoine rural, Ministère de l'Agriculture et de la Pêche, 2001, p. 27

32


3.4/ La reconversion Un bâtiment est toujours conçu pour une fonction précise ; habitat, commerce, industrie ... Mais dans le monde de l'architecture, l'usage et les besoins évoluent plus rapidement que l'usure des murs et de nombreux bâtiment trouvent de nouvelles destinations. En effet, la reconversion affecte un autre usage à la bâtisse que celui pour lequel elle a été conçue. Des châteaux, des gares, des piscines sont reconvertis en musées. Des usines, des casernes en apparentements ou des lofts .... « La destination et la fonction des édifices sont les conditions passagères de l'Architecture »17 La reconversion comme solution La reconversion tend à réintroduire l'édifice dans son contexte urbain, social et économique. Comme toute autre intervention, elle a pour mérite de protéger le monument et de le conserver et on ne peut considérer la reconversion réussi que si la nouvelle fonction affectée à l'ancien édifice est en parfaite harmonie. La réponse architecturale diffère selon les besoins en termes d'espace et de fonctionnalité, aussi par la stratégie d'intervention choisie par l'architecte.

17 Auguste Perret architecte français, l'un des premiers techniciens spécialistes du béton armé. Source : http://www.arpege-architectures.com/S9E1-2012/COURS%201-2012.pdf

33


4/ Les stratégies d’intervention 4.1/ Extension accolée Cette stratégie permet l'agrandissement de l'édifice, le plus souvent par besoin spatial pour incorporer de nouvelles fonctions. Ceci se traduit par l'ajout d'un nouveau volume en extension accolée à l'ancien bâtiment. Cette extension peut suivre le langage architectural existant ou bien s'exprimer dans un langage contemporain.

Figure 32: Schématisation de l'extension accolée Source: illustration de l’auteur

Exemple: Musée de la dentelle de Caudry Aussi appelé Musée caudrésien des dentelles et broderies, le musée est situé à Caudry, au Nord de la France. Il est installé dans un ancien atelier du centre-ville et retrace l'histoire de l'industrie dentellière du xixe siècle à aujourd'hui.

 Addition d'un nouveau volume accolé à l'ancien  Intégration contemporaine:  Nouveau langage architectural  Matériaux nouveaux

34


4.2/ Extension en hauteur Si le terrain ne permet d'ajouter de nouveaux volumes aux alentours du bâtiment, l'extension en hauteur est le meilleur moyen pour gagner de l'espace. Il s'agit de couronner l'ancien édifice d'une nouvelle strate et toujours selon les choix esthétiques cette superposition peut s'imprégner de l'existant ou marquer son temps en redonnant une nouvelle empreinte à l'ensemble. Figure 33: schématisation de l'extension en hauteur Source: illustration de l’auteur

Exemple: Didden Village Ce projet est conçu par le groupement d'architecte MRDV en 2002 à Rotterdam en PaysBas. Une extension qui permet à la famille Didden de gagner une surface de 45m² couvert divisée sur 2 chambres d'enfants et une suite parentale et 120m² de terrasse aménagée.

 Ajout de deux volumes sur le toit de l'ancien édifice  Marquer la superposition par la différentiation du langage formelle, des matériaux utilisés et surtout par la couleur bleu.  Assurer la liaison avec l'existant par deux escaliers hélicoïdaux

35


4.3/ Intervention à l'intérieur Ce type d'intervention est de plus en plus utilisé, il permet de profiter de toute la splendeur architecturale d'un édifice même s'il tombe en ruine. En effet, l'enveloppe du bâtiment est gardée tel qu'elle est et on vient travailler l'intérieur de l'édifice. La réussite de ce projet réside en la cohérence du programme fonctionnel affecté avec la surface totale disponible au sein du bâtiment existant.

Figure 34: schématisation de l'intervention à l'intérieur Source: illustration de l’auteur

Exemple: Couvent de Sant Francesc Construit au 18 siècle, le couvent de Sant Francesc est situé dans la petite ville catalane de Santpedor. Abandonné en 1835, l'architecte David Closes redonne vie aux ruines de l'église en réamenageant l'édifice en une salle de spectacle tout en gardant l'espace original.  Garder l'enveloppe extérieure intacte.  Des escaliers vitrés escaladent les murs de pierre  L'espace intérieur est réaménagé en une salle de spectacle  Une rénovation simple qui respecte le passé du couvent

36


4.4/ Intervention sur l'enveloppe Dans certain cas de rénovation, les parois de l'édifice peuvent être endommagé: présentant de grave pathologies ( des fissures, enduit effrité, une partie de la paroi qui tombe en ruine) ou des élements peuvent manqués ou être abîmer ( la menuiserie détériorée, le fer forgé en rouille…). Alors, avant même de penser à réaménager l'espace, il faut réparer les parois extérieurs

.

Figure 35: schématisation intervention sur l'enveloppe Source: illustration de l’auteur

Exemple: Vilanova de la Barca L'église de Vilanova de la Barca, datant du 13 eme siècle, se voit renaitre de ces cendres pour devenir une salle polyvalente. Un défi relevé par l'agence d'architecture AleaOlea, l'objectif des architectes était de fusionner l'ancien avec le nouveau d'une manière subtile.

 Plusieurs éléments des parois tombent en ruine et la toiture détruite.  Sauvegarder les éléments qui subsistent tel que l’abside et quelque fraction de la façade.  La structure est renforcée et une toiture en tuile à pignon est ajoutée  Des murs en briques de couleurs blanches se greffent aux ruines de l'église. 37


F18

Synthèse

Aujourd’hui, il esiste plusieurs manières de réinsérer une architecture délaissée et de concevoir avec, afin de l’intégrer dans la ville moderne. La conservation, la restauration, la réhabilitation, le reconversion sont les bons moyens pour préserver ces richesses et des alternative à la destruction. La reconversion est un art qui permet de sauver les bâtiments de l’oubli et d’assurer une continuité sociale et urbaine en affectant un nouveau usage à l’édifice. C’est une transmission qui relie le présent de la société et son avenir.

« Le plus grand défi de l’architecture et de nos villes ne sera plus de construire de nouveau bâtiments mais de transformer les tissus déjà construits »18

Alors quelle nouvelle affectation à notre palais permet de préserver les richesses beylicales ?

18 Jordi Badia, (2005). Un bâtiment, combien de vies? Colloque international à la cité de l'architecture et du patrimoine.

38


1/ Qu’est ce qu’un Musée Selon le dictionnaire Larousse, un musée est un lieu où sont réunies des collections d'œuvres d'art, de bien culturels, scientifiques ou techniques en vue de leur conservation et de leur présentation au public. Depuis sa création en 1946, ICOM (The International Council of Museums), la seule organisation de professionnels à l'échelle mondiale qui veille à la promotion et la protection du patrimoine, n'a cessé de faire évoluer la définition même de musée. La plus récente est adoptée le 24 août 2007 lors de la 22éme Assemblée générale de l'ICOM tenue à Vienne « Le musée est une institution permanente au service de la société et de son développement, ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d'études, d'éducation et de délectation. »19

Figure 36 : Définition de musée Source: http://icom.museum

Figure 37 : Logo d’ICOM Source: http://icom.museum

2/ Les différentes catégories des musées Les musées sont souvent spécialisés, il en existe principalement neuf grandes catégories

        

Archéologie Art Beaux-arts Art décoratif Histoire Histoire naturelle Science Technique Ethnologie

19 Statuts de l'ICOM, adoptés par la 22e Assemblée générale de l'ICOM (Vienne, Autriche, 24 août 2007

40


3/ Qu'est ce que la Muséographie ? La muséographie englobe les différentes techniques de mise en valeur des collections (objets, contenus) au sein des musées. Lorsqu'il s'agit de la réalisation d'une exposition temporaire, on parle alors d'expographie. La muséographie fait appel à des métiers techniques ou scientifiques (architecte, restaurateur ...), mais aussi artistiques (scénographe, installateur lumière...) et des spécialistes de l’étude des musées et des collections dit muséographe.

Figure 38: Les bases de la muséographie Source: illustration de l’auteur

Pour une la bonne appréhension et une compréhension des contenus des règles de bases de muséographie doivent respecter :

41


4/ Les bases de la muséographie 4.1/ Conservation Les œuvres d'art sont exposées à plusieurs facteurs qui peuvent altérer leur authenticité, des facteurs d'ordre physique tel que la lumière, la poussière, la température, d'ordre biologique comme les insectes et les moisissures ou d'ordre humain lié aux gestes quotidiens. Les experts sont amené à offrir les conditions optimales à la bonne conservation de l'objet : Une inertie thermique adéquate, une climatisation adaptée, contrôler la quantité de lumière (naturelle et artificielle).

4.2/ Restauration Certes « mieux vaut prévenir que guérir », mais ceci n'empêche pas que plusieurs objets de collections nécessites des traitements curatifs aux laboratoires. Les récentes recherches scientifiques et progrès techniques en matière de restauration permettent une précision minutieuse des traitements à réaliser ou à éviter afin de préserver leur intégrité Figure 39: Restauration d'une œuvre Source: http://www.estrepublicain.fr

4.3/Organisation spatial du musée 4.3.1/ Espace d'accueil L'espace de transition entre le monde extérieur et l'intérieur du musée. Pour les musées de grande envergure l'espace d'accueil est articulé par un "Atrium": un espace vaste qui peut recevoir des expositions temporaires, caractérisé par une hauteur à plusieurs niveaux, des parois vitrés qui offrent de la lumière au cœur de l'édifice. Au sein de l'accueil on y trouve o o o o o

Un espace d'information Un espace d'exposition temporaire Des espaces de divertissement: Des espaces de vente Les sanitaires

Figure 40 : Atrium du musée Guggenheim Bilbao Source: https://www.khanacademy.org

42


4.3.2/ Espace d'exposition permanente Sans aucun doute, il est l'espace le plus important dans tout le circuit muséal pour lequel les visiteurs viennent pour admirer les différents chefs d'œuvre exposés. Au sein de cette espace on utilisera tous les moyens techniques et solution architecturaux pour une mise évidence optimal des collections et une promenade agréable :

o o o o o

 Des vitrines d'exposition antivol et de conservat  Des panneaux généraux de présentation Des vitrines d'exposition antivol et de conservation  Des panneaux signalétiques  Une circulation fluidede : Horizontale et verticale Des panneaux généraux présentation  Des aménagements qui permettent la détente Des panneaux signalétiques  De la documentation portative dans les salles Une circulation fluide : Horizontale et verticale  Une lumière adéquate et une température idéale. Des aménagements qui permettent la détente

o De la documentation portative dans les salles

o Une lumière adéquate et une température idéale. Figure 41: Différents types de vitrines

4.3.3/ La circulation dans l'espace d'exposition Il est impératif de mettre à l'aise le visiteur tout au long de son parcours basé sur une promenade tant culturelle que touristique et social. La circulation au sein de l'espace d'exposition peut prendre différente forme: 

Parcours linéaire

Le circuit du visiteur est imposé selon une seule direction, toujours vers l'avant, où les œuvres sont soit exposé d'une manière linaire soit de part et d'autre d'une artère principale. Ce type de parcours est surtout utilisé pour les expositions qui présentent un ordre chronologique. 

Figure 42: Parcours linéaire Source: illustration de l’auteur

Parcours circulaire

Le visiteur est libre de choisir son propre parcours puisque les salles d'exposition sont articulées par un espace central de distribution. Ce type de parcours peut être utilisé pour les musées qui présentent différent thème d'exposition. Figure 43: Parcours circulaire Source: illustration de l’auteur

43


Parcours en labyrinthe

Dans ce genre de parcours le visiteur est totalement libre de ces mouvements puisque l'espace présente un aménagement ouvert: aucune contrainte de circulation. Ce type de parcours est utilisé dans les musées décloisonnés où le visiteur progresse selon son rythme dans la découverte des objets. Figure 44: Parcours en labyrinthe Source: illustration de l’auteur

4.3.4/ L'éclairage On ne peut concevoir un musée sans prendre en considération la lumière dès le départ. Pour une mise en valeur idéale de l'objet, l'éclairage est un facteur primordial qui est «capable d'émettre de nombreux "messages" qui peuvent orienter, informer, séparer ou rassembler, cacher ou dévoiler, agrandir ou réduire. »20. On peut classer l'éclairage selon deux types distincts:

Eclairage naturel

Une exposition prolongée de certain objet à la lumière naturel et à la chaleur peut être néfaste et accélère le processus naturel de dégradation. En effet sous la lumière naturelle les couleurs peuvent ternir et les papiers fragilisés.

Solutions proposées.  L'utilisation des filtres anti-ultraviolets et anti-infrarouge  la lumière indirecte: l'objet n'est pas directement exposé au rayon du soleil  Placer l'objet à la lumière du nord (moins de lumière qu'en plein sud). Dans des cas extrêmes, il est préférable d'éliminer la lumière naturelle en condamnant les fenêtres ou en plaçant des rideaux, des stores

Figure 45: la lumière indirecte

20 M. Lehmbruck, "Musée et architecture" Vol. XXVI, 1974

44


Eclairage artificiel

Pour éviter la dégradation des objets par la lumière naturelle, on a recours à l'éclairage artificiel. En effet, l'intensité lumineuse exprimée en Lux est controlable et peut être calculée avec un appareil de mesure le Luxmètre. o 300 lux: Objets peu sensibles: pierre, métal, céramique, verre o 150 lux : Objets sensibles : la peinture à l’huile, bois polychromes, cuir, ivoire, os o 50 lux : Objets très sensibles: aquarelles, soie, textiles, photos, cuir teint De plus l'éclairage artificiel permet une meilleur mise en valeur et on distingue trois techniques d'éclairage: Figure 46: Techniques d'éclairage artificiel

45


4.4/ Mode de diffusion Un musée peut être prévalu et fortement apprécié par la diversité de ses modes de diffusion: par la vue, le toucher, la description verbale. Ceci permettra, sans doute, une variété d'approche et de saisi de l'objet, une meilleure contemplation et des sensations multiples car chaque mode suscitera des sentiments différents.

4.4.1/ Par la vue Pour mieux contempler un objet exposé, il faut s'en approcher, saisir ses détails, aussi prendre du recul et apprécier sa globalité. Pour cela l'espace doit être conçu d'une manière qu'aucun obstacle, entre le visiteur et l'objet, ne doit gêner. Mais aussi l'objet doit être placé à la bonne hauteur pour une lecture optimale qu'il soit accroché ou placé dans une vitrine.

Figure 47: Contempler par la vue

4.4.2/ Par le toucher Rares sont les expositions qui permettent de toucher l'objet mais certains font l'exception et adoptent cette politique. A main nu, avec des gants, c'est un véritable plu value pour le musée qui donne l'occasion aux visiteurs de vivre l'objet autrement surtout pour ceux atteints d'une déficience visuelle. Figure 48: A la rencontre tactile de l'objet

4.4.3/ Par la description verbale Un véritable plus et une occasion inuit de mieux cerner l'histoire de l'objet, les descriptions verbales régit par des guides expérimentés, des audio-guides ou autres techniques est un mode de diffusion en évolution surtout avec le progrès technologique et très apprécié par les visiteurs. Figure 49: Suivez le guide

46


5/ Aspect participatif des musées 5.1/ Des activités éducatives Aujourd'hui, le musée, véritables institutions instructives, prennent leur rôle éducatif très à cœur. En effet de plus en plus de musées, de nos jours, proposent un programme éducatif varié et diversifié afin de sensibiliser les jeunes comme les adultes à l'histoire de leur nation, à la culture et aux richesses patrimoniaux de leur pays.

5.1.1/ Les atliers pédagogiques Dans cette perspective, les musées conçoivent des activités de groupe destinées aux petits et aux grands et essayent de se réinventer chaque jour :  Des visites guidées et des sorties scolaires  Des ateliers de dessins et art plastiques  Des ateliers de travaux pratiques  Des programmes pour les enfants (Réciter des contes, apprendre des chants et des pas de danse...)

5.1.2/ Les formations professionnelles Les services éducatifs destinés aux élèves sont la plupart du temps en relationledirectes avec leur programme Aussi musée offre, désormais, des scolaire, ceci de dans formations l'objectif de etmieux possibilités de consolider l'information et le savoir développement professionnel: des chez les enfants.de formations spécialistes en muséologie, en muséographie et en scénographie, des formations de guides... Mais aussi les musées œuvrent en collaborations avec le ministère de l'enseignement supérieur afin d'encadrer les jeunes étudiants et d'en faire des chercheurs, des conservateurs et des restaurateurs.

Figure 50: Cours de dessin au Louvre Source: https://mauro-bordin.com

Figure 51: Des formations de professionnels Source: https://www.lequotidiendelart.com

47


5.2/ Les nouvelles technologies Avec le progrès de la technologie, les musées verront une opportunité de moderniser leurs modes de diffusion de l'information, des musées à l'image de demain où le public sera pris au jeu par ces méthodes futuristes à l'instar des images virtuelles, des espaces interactifs où le visiteur n'est plus que spectateur mais acteur dans l'exposition.

5.2.1/ Les bornes interactives Mises disposition du du visiteur, visiteur, les Mis à àlaladisposition les bornes bornes interactives, des terminaux informatiques, interactives, des terminaux informatiques, permettent permettent un un accès accès àà des des réseaux réseaux d'information d'information d'une d'une manière manière rapide rapide et et claire. claire. Au Au sein sein d'un d'un musée musée elles elles peuvent peuvent offrir offrir de de nombreux services tels que la billetterie nombreux service tel que la billetterie remplaçant remplaçant ainsi ainsi les les guichets, guichets, l'explication l'explication des différents circuits et salles d'exposition, des informations utiles sur l'objet exposé etc. des

Figure 52: Les bornes interactives

5.2.2/ L'art intéractif Avec les différentes formes d'art traditionnel, le visiteur est surtout réceptif à l'information, mais l'art interactif, une forme d'art dynamique, donne l'occasion au public d'interagir avec l'objet. Généralement basé sur la technologie (capteur de mouvement, projection ...), les installations artistiques interactives offrent de nouvelles expériences.

Figure 53: L'art interactif

5.2.3/ Audio-guide Muni sur les Muni d'une d'une console console et d'un casque sur oreilles le parcours muséal semuséal transforme les oreilles le parcours se en un pur plaisir une plaisir baladeet agréable. transforme en unet pur une Pratiques pour tous les âges, balade agréable. Pratiques pour ce tousgenre les de dispositif a pourderôle de vousa pour guiderrôle tout au âges, ce genre dispositif long de guider votre tout visite et de de votre donner des de vous au long informations utiles sur les objets exposés.

Figure 54: Audio-guide

48


5.2.4/ La réalité augmentée (RA) Permet la superposition de la réalité avec d'autres éléments virtuels (son, images 2D et 3D). Muni d'un simple smartphone ou d'une tablette programmées, la réalité augmentée offre une nouvelle expérience au visiteur d'appréhender l'objet exposé. Il suffit de mettre le dispositif face à l'objet et par un système de capteurs l'oeuvre d'art s'annime sur le support. Figure 55: La réalité augmentée

5.2.5/ La réalité virtuelle (VR) Cette technique simule la présence physique de l'utilisateur dans un environnement artificiel. Il suffit juste de placer un visiocasque et immédiatement, on est plongé dans un autre univers qui fait appel à tous nos sens. Son utilisation est très simple et permet dans une exposition de revivre des scènes historiques dans leur environnement réel.

Figure 56: La réalité virtuelle

5.2.6/ L'impression 3D Permet la réalisation d'objets et de pièces en volume. Couche par couche l'œuvre prend forme. Cette technique est très intéressante pour réaliser des copies d'œuvres réelles en relief, ceci permettra aux visiteurs d'aller au contact directe avec l'objet et de saisir ses différentes lignes. Figure 57: La Jeconde en 3D

5.2.7/ La carte intelligente La carte intelligente est le nouveau gadget utilisé par les musées et qui a fait ses preuves. Accompagné par un identifiant, cette carte permet aux visiteurs de collecter toutes sortes d'information tout au long de sa visite et d'en profiter chez lui.

Figure 58: La carte intelligente

49


5.3/ L'espace interactif Ces espaces sont basés sur un programme interactif qui permet un échange entre l'utilisateur et la machine. L'architecte, en compagnie du muséographe, conçoit ces espaces en intégrant, selon les besoins, les moyens technologiques (présenté auparavant) pour une meilleure interaction et une participation active du visiteur.

Exemple d'espace interactif : Free2choose A la maison d'Anne Frank, un musée situé à Amsterdam, une installation appelée "Free2choose" a été monté depuis 2010 pour inviter les visiteurs à donner leur opinions et voter sur des thématiques ayant pour sujet le racisme, l'intégration, le respect... Une salle munie d'une estrade au centre surmontée de plusieurs stands de vote pouvant accueillir jusqu'à 36 électeurs en même temps et quatre écrans, entourant l'estrade, qui diffusent des reportages sur ces sujets.

Figure 60: Installation "Free2chose" Source: http://bitmove.nl

A la fin de chaque diffusion des questions sont proposées aux spectateurs qui répondent par "oui" ou par "non" grâce aux boitiers électroniques et le résultat est diffusé par la suite. Depuis son édification 10 000 visiteurs ont exprimé librement leur opinion. Ce genre d'installation permet aux visiteurs d'interagir et de participer d'une manière active dans la société et ouvre le champ aux interactions sociales.

Figure 59: enfants qui votent Source: http://bitmove.nl

50


Synthèse

Jusqu'à nos jours, aucun musée n’a été dédié spécifiquement à la régence de Tunis pour retracer l’histoire des beys et de préserver leurs biens patrimoniaux. Pour cela nous opterons pour la muséification comme solution pour non seulement redonner âme à notre palais mais aussi pour présenter aux citoyens tunisien toutes les richesses qui nous ont été légué de cette époque historique. Pour une meilleur attractivité et pour mieux scuciter l’interer des visiteurs nous adopterons l’idée du musée participatif ou le visiteur n’est plus un simple spectateur mais un acteur de l’exposition.

51


1/ Présentation du projet La Cité de l’Automobile de Mulhouse est créé pour permettre la conservation et la présentation de la célèbre collection de voitures particulière des Frères Schlumpf. Pour permettre une meilleure gestion du musée dans le long terme, ses partenaires décident de lancer sa restructuration progressive. En 2001, Le studioMilou architecture est désigné comme lauréat du concours international d’architecture organisé. Le programme architectural de l’opération prévoit la création des éléments suivants :  un nouvel espace d’accueil des visiteurs,  de nouvelles réserves,  de nouvelles salles d’exposition,  un nouvel atelier de restauration des automobiles,  une nouvelle piste d’évolution des automobiles,  de nouveaux locaux pour les activités du musée.

Figure 61: Cité de l'Automobile Source: http://www.citedelautomobile.com/

2/ Situation géographique La cité de l'automobile se situe à Mulhouse, en Alsace, en région Grand Est de la France. Mulhouse, métropole du département du Haut-Rhin, fait partie de la région culturelle et historique d'Alsace. Une ville où le patrimoine est mis en valeur, en effet, elle compte 17 édifices classés monuments historiques, 11 musées 21, 4 parcs.

Figure 62: Situation géographie de la cité de l'automobile

21 http://www.musees-mulhouse.fr/ 54


3/ Contexte historique Anciennement, les locaux abritaient une usine de textile créée en 1880 au sein de la ruche industrielle de Mulhouse. En 1957, l'entreprise est rachetée par les frères Schlumpf. Leur passion pour les voitures de collections et de prestige, les poussent à acheter des véhicules par lots entier et à réparer les vieux modèles en réaménagent l'usine désaffecté en ateliers et en salle d'exposition de leur collections (une grande salle de 17 000m²) mais montrées qu'à de rares visitateurs. En 1981, suite à la condamnation des frères Schlumpf pour des raisons financières, l'association du Musée National de l'Automobile rachète toute la collection et en 1982 le musée ouvre ses portes. En 2001, l'association entame un projet de rénovation, d'agrandissement et de modernisation des espaces qui couvre désormais une superficie de 35 000 m² et collection de 500 voitures.

Figure 63: Reconversions de l'édifice

4/ Les idées maitresses de l'architecte Le studioMilou propose d’intégrer dans la réhabilitation respectueuse des bâtiments existants, deux changements importants : o la création d’une nouvelle passerelle sur le canal, élégante aérienne menant à la nouvelle entrée o l’ouverture de la grande salle sur une piste d’évolution présentant les voitures en mouvement Afin d’optimiser la qualité du projet compte tenu du budget limité, le studioMilou se donne deux directions principales : o des interventions ponctuelles soignées (passerelle, atrium, détails,muséographiques,…) o une restauration minimale de l’ensemble des bâtiments existants

55


5/ Logique de la composition spatiale

Espace d'acceuil

Espace d'activité exterieure (autodrome)

Espace de restauration

Espace d'exposition et de loisir

Espace de réception

Espace de détente

Accessibilité

Parcours linéaire

Parcours en labyrinthe

56


6/ Concepts 6.1/ Processus d’intervention sur le bâti La démarche du studio en matière de réhabilitation de projets va toujours de pair avec un choix subtil des matériaux utilisés, dans un désir de continuité avec l’existant. Dans ce projet, les constructions nouvelles déclinent exclusivement des matériaux déjà présents sur le site (le bois, la brique, l’acier,...) de manière à respecter la cohérence architecturale originelle de ce site patrimonial.

Avant

Nouvelle Extension (Atrium)

Aprés

Bâtiments démolis

Bâtiments rénovés

Nouvel accèes (une pacerelle) Emplacement de la nouvelle extension

6.2/ Une entrée spectaculaire Dès son arrivée sur le parking du musée, le visiteur est frappé par le volume d’entrée et par « son envol de voitures ». Puis, en empreintant la pacerelle, l’œil du visiteur admire la façade spectaculaire du musée; un volume monumental mais de forme géométrique simple en continuité avec l'existant et de matériaux puisés sur place, surmonté par une installation sculpturale d’automobiles suspendues et figée au sein d’un grand cadre fixé en plein

57


Situé au fond de la grande salle d'exposition, toute une partie est consacré aux enfants où ils peuvent apprendre tout en jouant.

Audio-guide

Le musée prop d'animation:se p aux volants des luxe, démarrer d la manivelles, des tonneaux ou le tour à bord d électrique.

Des animatio participatifs

Application Smartphone

Disponible su téléchargeable Smartphone, explique tout l'automobile

Atelier pour les enfants

Téléchargeable sur le site web officiel du musée, vous permet d'organiser votre visite et de découvrir les lieux à l'avance.

58


6.3/ Diversités fonctionnelles

6.4/ Aspect participatif: par les activités

Situé au sein de l'atrium, la 6.5/ Aspect participatif: par lamettechnologie boutique en vente des livres et des revus d'automobile ainsi que d'autre objet de souvenir.


A retenir

Processus d’intervention Démolition partielle de l’ancien bâtiment pour intégrer l’atrium. Réaménagement de l’intérieur pour un parcous muséal

Une entrée spactaculaire Un nouveau volume intégrer à l’ancien en guise d’atrium. Un volume monumentale qui attire les regards.

Une diversité fonctionelle L’ancienne usine a été reconvertie en un musée en integrant de nouvelles fonctionelles : o o o o o o

Atrium (espace d’acceuil) Salle d’exposition thématique Espace de réception Espace de restauration Boutiquet et librairie Caféteria et restaurant

Aspect participatif o Atliers pour enfants o Activités participatives

59


60


1/ Présentation du projet Fondé en 1913 et a ouvert ses portes le 6 juin 1916, le musée d'art de Cleveland contient la plus grande collection d'art aux Etats-Unis. Il a été pensé par les architectes Benjamin Hubbell et W. Dominick sous le style architectural imposé à cette époque pour les musées celui du classicime. Depuis, le musée connaitra plusieurs expansions. La plus importante reste celle de 2005 conçue par l'architecte argentin Rafael Viñoly. L'intervention comprend la réorganisation de la totalité de l'édifice et la rénovation de plusieurs espaces, une extension comprennant deux ailes est ou ouest et une piazza intérieure.

Figure 64: L'extension par Rafael Vinoly Source: http://www.clevelandart.org/

2/ Situation géographie Le musée d'art de Cleveland est situé aux Etats-Unis, dans l'état de l'Ohio. La ville de Cleveland est connu pour ses manifestations culturelles notamment avec son théâtre le "Playhouse Square"; le deuxième plus grand théâtre des Etats-Unis, ces nombreux festivals tout au long de l'année avec ces deux musées d'art; le musée d'art de Cleveland et le musée d'art contemporain.

61


3/ Rénovations et extenions Le bâtiment néoclassique Arts a été construit sur le bord sud du parc Wade par l'entreprise d'architecture locale Hubbell & Benes Le musée ouvrira ses portes au public le 6 juin 1916.

E

n mars 1958, le premier ajout au bâtiment s'ouvrit, doublant l'espace de plancher du musée. Cet ajout, qui se trouvait sur le côté nord du bâtiment original, a été conçu par l'entreprise d'architecture de Hayes et Ruth de Cleveland et a consisté en une nouvelle galerie Espace et une nouvelle bibliothèque d'art.

E

n 1971 Le musée s'est encore développé avec l'ouverture de l'aile nord avec sa façade en granit à deux étages conçu par l'architecte moderniste Marcel Breuer. L'entrée principale du musée s'est maintenant déplacée vers l'aile nord. L'auditorium, les salles de classe et les salles de conférences se sont déplacées dans l'aile nord, ce qui a permis à cet espace dans le bâtiment original d'être transformé en espace de galerie.

E

n 1983, une allée de l'Ouest, conçue par l'entreprise d'architectes Cleveland Dalton, Van Dijk, Johnson, & Partners, a été complétée. Cela a permis d'élargir l'espace de la bibliothèque, ainsi que neuf nouvelles galeries.

E

ntre 2001 et 2012, les ajouts de 1958 et de 1983 ont été démolis et un nouveau bâtiment enveloppant et des ailes est et ouest ont été construits. Conçu par Rafael Viñoly, ce projet a doublé la taille du musée à 55 000 m2. Pour intégrer les nouvelles ailes est et ouest avec le bâtiment Breuer vers le nord, une nouvelle structure a couru le côté sud de l'ajout de 1971, créant ainsi de nouvelles galeries sur deux niveaux ainsi qu'un magasin de musée et d'autres commodités. Viñoly a couvert l'espace créé par la démolition des structures de 1958 et 1983 avec un atrium couvert de verre.

62


4/ Intentions de l'architecte L'architecte Rafael Viñoly prévoit la démolition des extensions de 1958 et 1983 pour donner place à une Piazza intérieure surmontée d'une toiture en verre et en acier légèrement courbée. Cette placette intérieure, illuminée par la lumière du jour, attirera les visiteurs vers le centre du plan et sera un lieu de rassemblement et un espace événementiel.

La restauration complète du bâtiment original (1916) et l'extension de Marcel Breuer (1971) permet de retrouver la fonction initiale d'éducation avec des salles de classe rénovées, des salles de conférences et de performance et un studio d'enseignement à distance. Enfin une extension, deux nouvelles ailes est et ouest qui comprennent un volume de quatre étages contenant des galeries, des commerces et des espaces administratifs. Les deux ailes entourent la place et sont limitées par les deux bâtiments existants

63


5/ Logique de la composition spatiale

Espace d'acceuil

Placette intérieur

Laboratoire

Restaurant et Café

Auditorium

Centre d'apprentissage

Espace d'exposition

Boutique

Bibliothèque 64


6/ Concepts 6.1/ La transparence Lors de sa réflexion, Rafael Vinoly concevra deux galeries de boîtes en verre (Glass Boxs) situées aux extrémités est et ouest du bâtiment original. Une stratégie de reconversion moderne en utilisant la subtilité de la transparence, ces deux galeries feront le point de jonction entre l'ancien et le nouveau. Ancien Bâtiment

Jonction par la transparence

Nouveau Bâtiment

D'une hauteur de 5 mètres, ces boites sont conçues par deux couches de verre séparées par 1m d'espace vide pour des raisons d'isolation thermique et acoustique. L'immense façade en verre permet la pénétration de la lumière du jour au cœur du musée et offre une vue sur le centre-ville.

Figure 65: La transparence

6.2/ La Piazza (placette intérieure) Un espace intérieur de 12 000 m², la placette intérieure est la pièce maîtresse du musée. L'accèes est gratuit pour tout le monde. La piazza offre au musée un espace de rassemblement, de festivités et de rencontre, éclairé par une source de lumière aérienne. Cet espace «a répondu aux problèmes de circulation ainsi qu'à nos préoccupations pour un espace communautaire»22. Au coeur de la placette, on peut observer la cohésion entre la splendeur de l'architecture de l'édifice ancien et le design du nouveau bâtiment.

Figure 66: Placette intérieur

22 Jeffrey Strean, directeur du design et de l'architecture du musée 65


6.3/ Aspect participatif

6.3.1/ Par les programmes éducatifs Art Community: Des ateliers d'art ouvert à tous Art Cart: Au contact direct des objets Art Stories: Des jeux et de la lecture pour enfants Apprentissage active: Des visites guidés et sorites scolaires Apprentissage à distance: Des cours à distance pour tout dans le monde

Figure 67: Programmes éducatifs

Teen- CO.OP: Aux étudiants d'exprimer leur idées créatives

6.3.2/ Par les formations professionnelles Formation pour enseignants: Préparer des programmes pédagogiques enrichissant pour les pour les élèves encadrés par des professionnelles de l'art. Formation au laboratoire: Le musée offre aux jeunes étudiants d'art des bourses et des formations au laboratoire au sein même du musée aux cotés des scientifiques.

Figure 68: Formations professionnelles

6.3.3/ Par les nouvelles technologies ArtLens Studio: Tout un espace interactif où le visiteur devient membre créateur de l'exposition. ArtLens Gallery: Depuis sa rénovation, le musée a introduit les nouvelles technologies dans les galléries d'expositions pour une meilleure interactivité.

Figure 69; Nouvelles technologies

66


A retenir

La transparence Pour créer la continuité entre l’ancien édifice et le nouveau bâtiment l’architecte utilisera la transparence comme moyen de jonction.

Placette intérieure Dans l’articulation de ses nouveaux volumes, l’architecte degage un pation antérieur pour l’aménagé en un placette intérieure

Aspect participatif De nouveaux espaces intéractifs ont été ajouté au programme du musée ou le visiteur devient acteur de l’exposition par le biais des nouvelles technologies

67


68


1/ Présentation du projet Le Musée National du Bardo est le second musée le plus important du continent africain après le musée égyptien du Caire par la richesse de ses collections. Il retrace l’histoire de la Tunisie sur plusieurs millénaires et à travers plusieurs civilisations. Il a ouvert ses portes en 1881 et fut installé dans un palais beylical. Face une hausse considérable de ses visiteurs, un projet de rénovation et d'extension sera commandité par le ministère de la culture en 2003 sous la direction du groupement d'architecte français Codou-Hindley et l'architecte Tunisienne Amira Nouira en vue d’augmenter les capacités d’accueil et d’optimiser la présentation des collections. Le projet fut achevé en 2012.

Figure 70: Musée National du Bardo

2/ Situation géographie Le musée est situé à Bardo, une ville du grand Tunis qui porte une histoire importante surtout lors de la période beylicale. En effet les beys rachèteront le palais hafside du Bardo et le transformeront en une résidence princière pour devenir par la suite un musée.

69


3/ Contexte historique Construit par les souverains hafsides, le palais de Bardo fut racheté en 1643 par hammouda pacha bey el Mouradi et en fit une résidence princière.

Vers 1860 Mohammed Bey construit le Grand Palais, une nouvelle extension du petit Palais. Puis en 1888, suite à un décret Beylical le 25 mars 1885, le palais sera reconvertie en un Musée dit le Musée Alaoui.

Après l'indépendance en 1956, le Musée Alaoui, référence à Ali pacha, changera de nom pour devenir désormais le Musée National du Bardo. Suite aux grands nombres de visiteurs et des objets exposés le musée entame un projet d'extension et les travaux s'achèveront en 2013.

70


4/ Logique de la composition spatiale

Atrium Accueil Cafétéria Salle de conférence Exposition temporaire Exposition permanente Boutique de souvenir Reserve et locaux de restauration Locaux techniques et locaux de maintenance

Vestiaire/ Sanitaire Administration Espace vert Accès principal (public) Accès secondaire

71


Exposition permanente Médiathèque Ateliers pédagogiques Administration Sanitaires

72


5/ Concepts 5.1/ Stratégie d’intervention

Ancien bâtiment

Nouvelle extension

Le palais (l'ancien bâtiment) subira des travaux de restauration. Reconversion de l'édifice: Addition d'un nouveau volume par contraste L'utilisation de la couleur blanche et du vitrage pour une cohérence esthétique avec l'ancien bâtiment 73


5.2 / Qualité spatiale 5.2.1 / La lumière zénithale

Figure 71: Lumière zénithale

Pour un meilleur apport de lumière au sein du musée, les architectes ont choisi de concevoir des ouvertures zénithales pour éclairer l'accueil mais aussi les objets exposés dans les galeries. 5.2.2 / Les passerelles intérieures

Figure 72: Passerelles intérieures

Dans un esprit d'une promenade architecturale, les concepteurs penseront à des passerelles intérieurs mais aussi pour cerner le parcours muséal.

74


5.3 / La scénographie d'exposition 5.3.1 / Une découverte séquentielle murale

Découvrir le même objet exposé sur différents niveaux par des jeux de hauteurs et de mezzanines permet de mieux saisir de l'objet

Figure 73: Découverte séquentielle murale Source: Photographie de l’auteur

5.3.2 / Une découverte séquentielle au sol

Avoir une vision approchée ou une vision plus globale de la mosaïque au sol par un système de vitrage.

Figure 74: Découverte séquentielle au sol Source: Photographie de l’auteur

75


5.3.3 / Une continuité visuelle Susciter la curiosité du visiteur sur l'espace suivant à travers des vitrines d'exposition ouvertes sur les deux espaces. Cette manière d'exposer permet de saisir l'objet sur tous ces angles.

Figure 75: Continuité visuelle Source: Photographie de l’auteur

5.4 / Aspect participatif

Atelier de moulage

Atelier de mosaïque

Atelier de céramique

Animation pour handicapé

76


A retenir

Stratégie d’intervention L’architecte choisira une stratégie acoolée. L’ancien édifice est gardé tel qu’il est et la nouvelle extension juxtapose le Palais.

La qualité spatiale Lumière zénithale La lumière zénithale pénètre par le biais d’ouverture et de verrières installé sur le toit. Des passerelles intérieurs Afin de communiquer entre les espaces des passerelles ont été conçu pour une fluidité de la circulation.

Scénographie d’exposition Pour une approche différente à chaque fois, la scénographie varie pour une meilleur contemplation de l’objet exposé,

77


78


Tout au long de ce chapitre nous allons nous interressés à l’analyse de notre périmètre étude qui est la ville de la Goulette et plus spécifiquement la commune de Kheireddine. Cette région porte le nom du général Kheireddine Pacha comme signe commémoratif à ce personnage symbole de la Tunisie et pour la présence de sa deumeure estival ; le palais du génréal Kheireddine, notre site d’intervention.. L’objectif de ce chapitre est de dégager le potentiel des lieux mais aussi d’analyser l’état du palais pour pouvoir s’orienter par la suite vers des axes conceptuels et de redonner vie à l’existant.


A/ LA GOULETTE 1/ Situation géographique et limites La Goulette, située au nord-est de la Tunisie, est une ville cosmopolite appartenant au gouvernorat de Tunis. Elle est limitée au nord par la ville du Kram, à l'est par la mer méditerranéenne au sud par le port de Rades et à l'ouest par le lac de Tunis.

80


2/ Aperçu historique

Au XVI siècle, la Goulette connaitra une guerre entre les espagnols et l'empire Ottoman. Le fort de la Karraka (qui subsiste toujours) témoigne de cette époque. En 1574, l'empire Ottoman remportera la guerre et depuis la Tunisie est une province Ottomane gouvernée par les pachas puis les deys et enfin les beys. Les palais et les demeures témoignent de cette époque En 1868, un traité tuniso-italien est signé encourageant l'immigration des italiens vers la Tunisie. La Petite Sicile témoigne de l'empreinte italienne à la Goulette Depuis 1950, la Goulette était le vivier de la communauté juive.

81


3/ Lieu de convoitise Bains du Beys Palais Si Taieb Bey Palais Abdeliya

Palais Khaznadar Palais Ahmed Bey Bir el Bey

Palais Si Mostafa Bey

Palais Si Salah Bey Palais Si Naceur Bey

La Banlieue Nord de Tunis est l'un des endroits les plus convoitĂŠs par les beys et leurs souverains

Palais Si Moh ed Bey Bir Merad el Bey Bir el Bey

82


4/ Parcours touristique

La Goulette peut s'inscrire dans un Parcours Touristique alliant des monuments historiques, des sites archéologiques et des parcs. Une voie routière relie déjà le parcours touristique Le Train Goulette-Marsa (TGM) relie déjà le parcours touristique Possibilité de relier la pluparts des sites par voies maritimes 83


5/ Repères et monuments

84


B/ LA COMMUNE DE KHEIREDDINE 1/ Périmetre d'étude et site d'intervention

Périmètre d'étude: Kheireddine Site d'intervention:

Palais du général Kheireddine

La commune de Khereddine, située au Nord de la Goulette fait partie de la délégation de la Goulette. Khereddine est limitée au Nord par la délégation de le Kram, à l'est par la mer, au sud par le canal de Khereddine et à l'est par le chemin ferroviaire du TGM. Notre site d'intervention est le Palais du Général Khereddine situé à l'est de la commune bordant la mer méditerranéenne. 85


2/ Morphologique urbaine 2.1/ Equipements et activités

Zone d'habitat individuel isolé (UAa1) Zone touristique mixte (UTm) Site d'intervention

Palais du Général Kheireddine

Notre périmètre d'étude est principalement une zone d'habitat (dense) Des équipements publics peut variés (hôpital/ Ecole/ Maison de jeune) Manque considérable des activités culturelles et de loisirs Notre site d'intervention s'inscrit dans une zone touristique mixte qui, d'après le PAU (voir Annexe) autorise les activités touristiques (hôtels), les activités d'animation culturelle et de loisir (restaurant, café, cinéma...) et habitations. 86


2.2/ En véhicule ou à pieds

Voie Principale (flux important) Voies Secondaire (flux faible) Voie piétonne Chemin ferroviaire (TGM) Vers le Palais Nœuds

Notre périmètre d'étude est bordé par une voie principale (Avenue Habib Bourguiba) la reliant à la goulette et le Kram. Un accès facile au Palais par véhicule ou à pieds

87


C/ LE PALAIS DU GENERAL KHEIREDDINE 1/ Présentation du Palais Une majestueuse demeure estivale, située au bord de la mer, le Palais fût édifié au milieu du XIXème siècle par le générale Kheireddine qui fit construire, à la même période, deux autres palais à Tunis (place du Tribunal) et à la Manouba 23 .Son style architecturale est inspiré par le style italien. Avant son départ vers Istanbul, Kheireddine Pacha a vendu toutes ses propriétés et le palais est racheté par Cheikh El Islam. Depuis il connaitra plusieurs propriétaires pour finir entre les mains de la famille Beylical. (Voir Annexe)

Figure 76: Palais Kheireddine Pacha

Source: Photographie de l’auteur

D'après les dires d’Omar Bey, époux de Hayet Slim, héritiaire de la moitié du Palais, l'édifice a été vendu à Cheikh el Islam qui a construit une annexe (aile sud) pour sa fille puis il a été loué aux Allemands en 1912 pour en faire une ambassade. Par la suite les juifs ont acheté le palais pour en faire un casino (des peintures sur les murs et des inscriptions sur les portes tel que "entrée des artistes" témoignent de cette époque). En 1920, il est récupéré par Ahmed Beyrem (le grand père de Hayet Bey) et depuis il passe de génération en générations au sein de la famille. Aujourd'hui, faute de moyens pour le rénover, le Palais est mis en vente par la famille pour la somme de 8 milliards de dinar. Le Palais est classé monument historique par un décret datant du 4 juillet 2016. (Voir Annexe). 23

Jacques Revault, Palais et résidences d’été de la région de Tunis (XVIe-XIXe siècles), Paris, , 1974,p. 293

88


2/ Justification du choix La Goulette, une ville cosmopolite, est si riche par son histoire et fût parmi les villes les plus convoiter par les beys. Elle porte en elle un potentiel touristique distinct. Pour cela j'ai choisi de travailler sur cette région et en particulier sur le palais du Général Kheireddine pour tout le potentiel architectural et paysager qu’offre ce palais en vue d’en faire un musée qui retrace l’histoire beylicale et regroupe toutes leurs richesses. En effet, jusqu’à nos jour il ne subsiste aucun musée en Tunisie spécifique à la régence de Tunis.

3/ Limites et voisinages

Site d'intervention:

Palais du général Kheireddine

89


4/ RelevĂŠ sur site

90


5/ ElĂŠments graphiques et organisation spatiale

5/ ElĂŠments graphiques et organisation spatiale 91


Espaces habités par les propriétaires

Espaces loués à l'extérieur

Aile Sud du Palais

Espaces loués au sein du palais

Circulation horizontale

Aile Nord du Palais

Espaces abandonnés

Circulation verticale

Les jardins du Palais 92


93


6/ Potentialité du site 6.1/ Emplacement stratégique

Le Palais est situé dans un emplacement stratégique : Reculer par rapport à l'agglomération, (situé sur la frange côtière) Zone d'habitat calme (pas de gêne sonore)

Ouvre directement sur la mer Un climat modéré (tempérer en hiver et frais en été)

6.2/ Accessibilité Le site offre trois accès différents: Par un axe principal qui donne directement sur le portail du Palais Par une ruelle à l'est du bâtiment qui donne sur l'aile sud du Palais. Par une voie piétonne surnommé "Tapis Rouge".

94


6.3/ Potentiel architectural

Stylistique Un style italianisant par : o o o o

Sa façade sobre Sa toiture plate Ses fenêtres étroites Ses corniches et corbeaux Source: Photographie de l’auteur

Conceptuel Le palais est conçu selon une trame régulière

Un axe de symétrie

Des proportions harmonieuses

Une facilitée de circuler entre les espaces

95


Qualité spatiale Hauteur sous-plafond Des hauteurs sousplafonds magistrales allant de 5,7m jusqu'à 12,75m pour la salle d'honneur Lumière Mise à part les grandes fenêtres, des lucarnes et des lanterneaux permettent la pénétration d'une lumière zénithale. Source: Photographie de l’auteur

Détails architecturaux

o Des corniches composites surmontent le Palais o Des corniches toscanes supportées par des corbeaux surmontent les fenêtres. Style italianisant Source: Photographie de l’auteur

96


o Un fer forgé du style italien ornent les fenêtres du Palais. o Du "Karmoud" vert protègent des pluies o Présence de l'étoile et du croissant témoignent de l'influence turque.

o Une balustrade classique délimite la terrasse extérieure du palais (Influence italienne) o Une rambarde en béton délimite la terrasse de l'étage. Basée sur des formes géométriques simples

o De la faïence style mauresque (arabisant) recouvre le soubassement des murs o Du carrelage en marbre décoré recouvre le sol du Palais.

Source: Photographie de l’auteur

97


o Le Palais présente une menuiserie variée et très riche avec des proportions importantes pour plus de monumentalité.

o Les portes par leurs styles marquent une influence turque

Source: Photographie de l’auteur

Décoration o Des fresques murales et aux plafonds ornent l'intérieur du Palais.

Source: Photographie de l’auteur

98


6.4/ Potentiel paysager

Le site offre une vue imprenable sur la mer et sur Jbal Bou-Garnine

Source: Photographie de l’auteur

Le site offre une vue en hauteur sur la commune de Kheireddine

Source: Photographie de l’auteur

Le site offre plus que 4000m2 de jardin et d'espace extérieur réaménageable. Les jardins de l’aile Nord présente un traçage au sol vers le porche d’entrée et un aménagement par des palmiers Source: Photographie de l’auteur

99


7/ Etat des lieux

7.1/ Aile nord du P

La façade qui donne sur la mer est en mauvaise état: décollement de la peinture, enduit effrité, trace d'humidité, destruction des balustrades

Revêtements dégradés, fissurés et décollés avec affaissement par endroit.

Trace d'humidité au plafond avec décollement de la peinture et enduit effrité. Présence de fissure.

Des espaces abando manquent d'entreti accumulation des dé

La façade principale: décollement de la peinture, absence de la menuiserie par endroit, corrosion du fer forgé.

Le Palais est rich décoré par certain e et bien entretenu


Palais

onnés: ien et échets

hement endroit

Au niveau de l'entrée et à la salle d'honneur un système de voûte en calotte supporte le plancher Pour les espaces à petites proportions un système de voûte en berceau plein cintre supporte le plancher

Un système de voûte en berceau brisé

Les murs sont porteurs en pierre (de 80cm à 110 cm d'épaisseur)

Un système de voûte d'arête qui repose sur des colonnes au niveau de la terrasse.

Le bâtiment présente des anomalies dus au manque d'entretien tel que le décollement de la peinture, l'humidité... Les espaces habités sont entretenus par endroit La structure du bâtiment est en bon état. 100


7.2/ Aile sud du Palais

La façade qui donne sur la mer est en mauvaise état: décollement de la peinture, faïençage, décollement de l'enduit, dégradation de la menuiserie.

Trace d'humidité, remonté d'eau par capillarité et infiltration de l'eau par la terrasse

Circulation verticale en mauvaise état: revêtement décollé, corrosion du fer forgé, dégradation de la menuiserie de la main courante

Espace réaménage: fa carrelage recent.

Terrasse non propre, mal entretenue, présence d'arbre, d'arbuste et des champignons.

Fissure plus au moin avec dégradation de l de la maconnerie.

Espace abondonné: de débrit


is

Un système de poutrelles acier IPN et des voutains en briques supporte les planchers

Les murs sont porteurs en pierre (de 50cm à 80 cm d'épaisseur)

On constate des problèmes structurelles plus au moins grave tel que le décollement totale de l'enduit et apparition de la structure, corrosion de l'IPN, des briques cassés, effondrement du plancher par endroit.

aience et présence

profonde l'enduit et

Le bâtiment présente plusieurs anomalies et des problèmes graves tels que la corrosion, destruction partielle ou totale des murs. Le bâtiment demande beaucoup d'entretien voir même une destruction et une rénovation totale par endroit Les murs présentent quelques anomalies par endroit mais au niveau du plancher on remarque des pathologies graves à résoudre. 101


Les jardins s'étalent sur une surface de 3000 m²

Les jardins sont aménagés par endroit: Un portail en amont d'un chemin tracé au sol qui détermine l'accès au palais. Des palmiers s'articulent autour d'une placette devant le porche d'entrée

Par manque d'entretien des arbres, des arbustes et des plantes batardes ont envahi les jardins.

Les jardins sont laissés à l'abondant: Des débris et des déchets éparpillés par endroit.

Une clôtur les jardins celle de l'ai celle de l'aile


re divise en deux: ile nord et e sud

Etat des constructions : En état délabré, présentant plusieurs anomalies et défigure le paysage.

Plusieurs sont louées d'autre sont condamnées et laissées à l'abondant.

Construites en pierre ou en briques rouge avec une dalle en IPN, en béton ou en tôle.

Ses extensions extérieures occupent une surface de 1000 m²

Les jardins sont mal entretenu, laissé à l'abondant et envahi par les arbres et les déchets. Les extensions extérieures sont en état délabré et certains espaces sont abandonnés Les extérieurs du palais présentent un fort potentiel: une surface vaste (4000 m2), des jardins aménageables et une possibilité de créer des extensions. 102


103


7.4/ Fiche de diagnostic


Synthèse

Tout au long de ce chapitre, nous avons pu dévoiler en premier plan l’importance de la Goulette comme lieu d’implantation pour notre projet (ville cosmopolite historiquement convoité par les beys, peut s’inscrire dans un parcours touristique, riche par ses lieux et activités), et en deuxième plan la commune de Kheireddine, notre périmétre d’étude, comme quartier à animer (manque d’activité culturel et d’activité social) Puis, une analyse de notre support d’intervention, le palais du général Kheireddine, nous a permit de dégager le potetien du lieu (stylistique, architectural, paysagère …), mais aussi l’état délabré du lieu. Pour cela, nous avons établi un diagnostic du palais qui nous a permis de conclure les différentes intervention à réaliser

L’aile NORD

Etat dégradé

Restauration

L’aile SUD

Menaçant ruine

Les jardins

Non-entretenu

Réaménagement

Piteux état

Démolition

Les constructions anarchiques

Renovation

104


1/ Les objectifs du projet Concevoir un projet autonome et rentable

Présenter des lieux de détente et d'échange social.

Offrir des espaces de recherche et d'expérimentation. Faire participer les citoyens pour une meilleure prise de conscience Mettre en valeur notre histoire et notre patrimoine beylical et sensibiliser la population.

2/ Programmation fonctionnelle 2.1/ Les unités fonctionnelles Selon les objectifs dressés ci-dessus, on distingue cinq unités fonctionnelles

Unité participative

Unité Muséale

Unité

de détente et d'échange social

Unité de recherche

Unité administrative

106


2.1.1/ L'unité muséale 2.1.1.1/ L'exposition permanente L'exposition permanente est le cœur même du musée, là où seront exposées les œuvres d'art, les écrits et tout autre patrimoine matériel beylical pour être admiré par le grand public, ceci selon les normes muséographiques énoncées auparavant en utilisant les nouvelles technologies pour une meilleur interactivité. L'exposition permanente suivra un circuit linéaire pour guider le visiteur selon un ordre chronologique (historique) croissant, hiérarchisé sur trois thématiques historiques :

1534

1574

Entre Espagnol et Ottoman

1613

Figure 77: code vestimentaire beylical Source: http://kapitalis.com

1702

Sous le règne Mouradite

Figure 78: Circuit muséal

1702 1957

Sous le règne Husseinite

Source : illustration de l’auteur

2.1.1.2/ L'exposition temporaire Occupe moins d'espace que l'exposition permanente et comme son nom l'indique les objets exposés varient et changent selon le thème de l'exposition et l'événement qui s'y déroule. L'espace sera ouvert au grand public, baigne dans la lumière naturelle, sans obligation de payer pour admirer les œuvres. Figure 79: La transparence pour l'exposition temporaire Source: https://hiveminer.com

107


2.1.1.3/ Auditorium A l'auditorium, suivant un planning et des séances prédéfinies, les visiteurs pourront jouir de plusieurs films documentaires, des pièces de théâtres, des conférences, des séances de débat ayant pour sujet la dynastie beylicale. Les documentaires et les courts métrages seront assistés par la technologie de la réalité virtuelle pour plus de réalisme

Figure 80: Salle de projection Source: http://www.vrac.iastate.edu

2.1.2/ L'unité participative 2.1.2.1/ Les espaces interactifs L'idée des espaces interactifs est de faire participer le visiteur. Ce dernier n'est plus passif face à l'œuvre mais actif, il n'est plus là à contempler l'objet mais aussi à interagir avec et devient acteur de l'exposition. Ceci reste surtout grâce aux nouvelles technologies tel que la réalité augmentée ou encore la réalité virtuelle.

Contempler l'objet

Figure 82: Visiteur acteur de l'exposition Source: http://lynnkiang.com/

Contempler l'objet

+

Interagir avec l'objet

Figure 81: interaction avec l'objet Source: illustration de l’auteur

108


2.1.2.2/ Les ateliers pédagogiques

L'idée est de concevoir des espaces autonomes faisant partie du musée où petits et grands pourront s'adonner à des programmes éducatifs et distrayant sous le thème de "la régence beylicale". Ses espaces seront un bon moyen pour attirer et attiser la curiosité des passants et les inciter à s'inscrire à ses ateliers sans obligation de visiter le musée.

Figure 84: Atelier pour enfants Source: http://www.mulhouse.fr

Projets Cours

Approfondir ses réflexions

Mieux s'organiser et élargir ses connaissances Production vocale

Ateliers pédagogiques Jeux

Travaux Manuels

Accroitre sa créativité

Formations

Gagner en estime de soi en exposant ses travaux

Gagner en socialisation Figure 83: Activités pédagogiques Source: illustration de l’auteur

109


2.1.3/ L'unité de recherche 2.1.3.1/ La bibliothèque

 Un espace publique, où tout le monde peut étudier, faire des recherches et consulter des livres, des magazines et autre documents en relation principalement avec la régence de Tunis.  Une bibliothèque spacieuse (une extension en mezzanine)  Baigne dans naturelle

la

lumière

 Profitant d'une vue sur la mer pour une ambiance calme et sereine Figure 85: Espace bibliothèque Source: illustration de l’auteur

2.1.3.2/ Laboratoire de recherche

 Un espace de recherche, de restauration, de conservation des objets d'art.

 La lumière naturelle doit être réduit et la température modérée pour une meilleur conservation des objets. Figure 86: Espace de recherche Source: http://footage.framepool.com

110


2.1.4/ L'unité de détente et d'échange social 2.1.4.1/ La placette publique

 Un travail sera concentré sur la placette publique puisqu'elle représente les deux tiers de la surface du terrain.  Une placette aménagé et accueillante pour attirer les visiteurs  La placette sera un lieu de rencontre, de détente et d'échange social.

Figure 87: Placette publique Source: illustration de l’auteur

2.1.4.2/ Café et restaurant

 L'établissement comptera un café et un restaurant: des espaces de détente et de relâchement ou les visiteurs peuvent déguster différents plats et se réunir autour d'un café.  Des espaces ouverts à tout le monde  Profite de la vue sur mer Figure 88: Café et restaurant Source: https://www.dreamstime.com

111


2.1.5/ L'unité administrative 2.1.5.1/ L'espace d'accueil

 Une borne informative où les visiteurs peuvent se renseigner sur les différents espaces et activités du musée.  Un espace de vente des tickets pour l'exposition et autre équipement nécessaire à la visite tel que l'audio-guide  L'espace doit être placé à l'entrée du musée pour être visible pour tout le monde

Figure 89: Espace d'accueil Source: http://www.mam-st-etienne.fr

2.1.5.1/ Les bureaux administratifs

 Le musée aura besoin de plusieurs bureaux administratifs afin de gérer l'établissement.

E DE

 Ses espaces seront réservés exclusivement aux personnelles concernés.  Ils seront placés à un endroit reculé avec un accès privé pour le personnelle. Figure 90: Bureaux administratifs Source: http://www.ilgiornaledeltermoidraulico.it

112


2.2/ Le programme fonctionnel et qualitatif

113


114


2.3/ Organigramme spatio-fonctionnel

115


2.4/ Etude des parcours

116


3/ Parti architectural CONNEXION Mer / Voie piétonne (tapis rouge)

Aile Sud

Une connexion entre important :    

4 pole

Aile Nord Aile Sud La mer/ la voie piétonne La placette publique

Aile Nord

Émergence Placette publique Emergence d'un nouveau volume qui assure la connexion

TRANSPARENCE Une transparence qui assure une continuité visuelle

117


4/ Concepts du projet

CONCEPTS DU PROJET

Restauration de l'Aile Nord

Contraste des matériaux (Ancien/ Nouveau) Utilisation des passerelles

4/ Concepts archit

Réaménagement de la placette


Démolition partielle et rénovation de l'aile Sud

Une nouvelle qualité spatiale

Emergence d'un nouveau volume Intégration par contraste/ Respecter le langage existant

tectural

Démolition des constructions anarchiques Introduction de nouvelles extensions


5/ Esquisse du projet

119


Recherche formelle

Les formes existantes

1

Le palais conçu selon le style italianisant

2

Le style italianisant se base sur les formes géométriques simples

3 4 5

Garder le même langage formel

Chercher des rapports d’harmonie (axe, carré…) pour intégrer le nouveau volume

Un nouveau volume qui assure la connexion, qui MARQUE son temps et qui MARQUE l’entrée

120


6/ ElĂŠments graphiques

121


La Tunisie est dotée d’une histoire si riche qui s’étend sur plus de trois mille ans. Elle a connu maintes civilisations qui ont gravé leur empreinte au cours du temps en laissant un patrimoine culturel et architectural inouï. Mais, ce patrimoine n’est pas toujours aussi rayonnant que jadis ; délabré, délaissé et mal entretenu. L’architecture beylicale ne fait pas l’exception. Le paysage tunisien est scul pté par des palais et des demeures estivales qui autrefois faisaient la fierté du peuple. Mais, aujourd’hui ces chefs d’œuvre sont dans un état déplorable et risque l’effondrement. Ceci est dû à un manque de sensibilisation du citoyen tunisien envers son histoire et son patrimoine beylical et on a pu affirmer ses dires par un questionnaire. Malheureusement, par cette nonchalance, ces édifices sont voués à leurs pertes. Nous avons essayé, par ce modeste travail, de partager l’univers beylical et de faire naitre une nuance de conscience chez le citoyen tunisien envers l’importance de sauvegarder notre patrimoine et d’en faire une fierté national. Notre projet se résume en la reconversion du Palais du général Kheireddine suite à une analyse de l’état actuel du bâtiment et de le réintroduire dans son contexte social et urbain. Une nouvelle affection au palais qui verra sa fonction principale (habitat) reconvertie en un musée avec un nouveau programme fonctionnel, conçu selon les critères muséographique. Ce musée se veut participatif, afin d’impliquer et de susciter l’attention du visiteur qui devient acteur de l’exposition.

122


Henri DURANT, (1858). Notice sur la Régence de Tunis. Jacques REVAULT, (1974). Palais et résidences d’été de la région de Tunis (XVI eXIXe siècles) Jacques REVAULT, (1980). Palais et demeures de Tunis (XVIème et XVIIe siècle), Maher KAMOUN, (2006). La régence de Tunis sous le règne des beys (1613-1957) Azzedine Guellouz, Abdelkader Masmoudi et Mongi Smida, (1983). Histoire générale de la Tunisie, tome III « Les temps modernes » Philippe Robert (1989) Reconversions, adaptations (Architecture thématique) Thibault Le H ́e garat, (2015). Un historique de la notion de patrimoine. Charles-André Meyer, (1981). L'architecture Patrimoniale Stefanie Schwab, (2015).Reconversion du patrimoine architectural rural vers une nouvelle forme d'habitat. M. Lehmbruck, (1974) "Musée et architecture" Vol. XXV.

Dominique Taurisson-Mouret, (2011). Arabisance et néo-mauresque. Rapport de l’architecture moderne au Maghreb à la tradition et au patrimoine, Tunis Abdennaceur Jemai, (2005). Les élèves, l’histoire et l’identité acceptée. Emmanuelle Real, (2015). Reconversions. L’architecture industrielle réinventée. Statuts de l'ICOM, adoptés par la 22e Assemblée générale de l'ICOM (Vienne, Autriche) 24 août 2007 Décret du 31 mai 1956 sur les droits et obligations des membres de Notre Famille, Journal officiel de la République tunisienne, no 44, 1er juin 1956, p. 720 Huffpostmaghreb, (2015). Enseignement en Tunisie: Un système "malade" en mal de réformes 123


Wassim HACHED, (2012). Maison de l'architecture Tunisienne, Dar Ahmed Bey: Patrimoine d'aujourd'hui patrimoine d'hier. ENAU Hatem Amri, (2013). Reconversion du palais Ahmed Bey à la Marsa: Centre d'innovation Technologique au Palais Saf-Saf. ENAU Nadia REGAIEG, (1999). Restauration et reconversion du Palais Beylical de HammemLif. ENAU Nadia KHLIFI, (1999). Reconversion d'un Palais en un pavillon de l'architecture Beylicale à la Marsa. ENAU Wissem OUESLATI, (1999). Reconversion du Palais Hassouna Ben Ayed en Musée du costume de Tunis. ENAU Raef BEN SALEM, (2006). Réanimation Palais Abdelliya: Méthodologie d'intervention, Approche architecturale et Urbaine. ENAU Adel JLASSI, (1997). Reconversion du Palais Kheireddine et l'école israélite en Musée de la ville de Tunis. ENAU Yasmine Harzallah, (2016). La recycle: Essai de reconversion d'un patrimoine colonial en espace de récupération Design. ENAU Chema BEN ALI, (2016). Métamorphose-parasitaire: Reconversion de la ferme Grenier d'Or en un hôtel de charme. ENAU

http://www.huffpostmaghreb.com/2015/03/24/tunisie-education-_n_6931240.html http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/conservation/18371 http://www.arpege-architectures.com/S9E1-2012/COURS%201-2012.pdf http://www.rambourgfoundation.org/fr/culture/projet/8 http://www.edunet.tn/index.php?id=1452&lan=2#? http://www.fncaue.com/activites-pedagogiques/architecture-et-reconversion/ http://cultpatr.blogspot.com/2016/12/recostitution-du-palais-beylical-du.html

124


Figure 1/ Statistique des ères historiques de la Tunisie…………………… ............................ 10 Figure 2/ Frise chronologie de l'histoire de la Tunisie ......................................................... 10 Figure 3/ Statistiques des questions de culture générale sur l'histoire de la Tunisie .............. 11 Figure 4: Diagrammes des réponses...................................................................................... 12 Figure 5: Programme d'histoire pour les 6 années primaires ................................................ 13 Figure 6:Analyse du programme pédagogique de l'histoire enseigné………………………....15 Figure 7 : Eveil d'une nation…………………………….. ..................................................................... 15 Figure 8 : Les Beys de Tunis…………………………………………………………………………………………………. ........ 15 Figure 9 : Lamine Bey et son premier ministre Bourguiba ……………………….. ........................... 16 Figure 10: Cérémonie de promulgation du Pacte fondamental ............................................. 18 Figure 11 : Les uniformes à l'époque beylicale ..................................................................... 18 Figure 12 : Les bijoux beylicaux ........................................................................................... 18 Figure 13: Ecole Sadiki ......................................................................................................... 19 Figure 14: Emplacement des Palais ...................................................................................... 19 Figure 15:Palais Beylical du Bardo ....................................................................................... 19 Figure 16: Analyse des jardins beylicaux .............................................................................. 20 Figure 17 : Décoration intérieure.......................................................................................... 20 Figure 18 : Kobbet Ennhas ................................................................................................... 21 Figure 19 : Beit Al Hikma ..................................................................................................... 21 Figure 20 : Palais Hammam Lif (Avant et après l'indépendance) ......................................... 23 Figure 21: Les ruines du Palais de la Mohammedia .............................................................. 23 Figure 22 : Palais Ahmed Bey à la Marsa ............................................................................. 24 Figure 23 : Ksar Ben Ayed à Jerba ....................................................................................... 24 Figure 24 : Casino à Hammam Lif........................................................................................ 24 Figure 25 : Palais Kheireddine Pacha à la Manouba............................................................. 24 Figure 26: Palais Dar Al-Tej ................................................................................................. 25 Figure 27: logo de l'ICOMOS ............................................................................................... 29 Figure 28: Logo de l'UNESCO.............................................................................................. 30 Figure 29: Figure 25: Logo du Patrimoine Mondial.............................................................. 30 Figure 30: Logo de l'INP....................................................................................................... 31 Figure 31 : Histoire de la conservation du patrimoine en Tunisie ......................................... 31 Figure 32: Schématisation de l'extension accolée .................................................................. 34 Figure 33: schématisation de l'extension en hauteur ............................................................. 35 Figure 34: schématisation de l'intervention à l'intérieur ....................................................... 36 Figure 35: schématisation intervention sur l'enveloppe ........................................................ 37 Figure 36 : Définition de musée ............................................................................................ 40 Figure 37 : Logo d’ICOM ..................................................................................................... 40 Figure 38: Les bases de la muséographie .............................................................................. 41 Figure 39: Restauration d'une œuvre.................................................................................... 42 Figure 40 : Atrium du musée Guggenheim Bilbao ................................................................ 42 Figure 41: Différents types de vitrines .................................................................................. 43 Figure 42: Parcours linéaire ................................................................................................. 43 Figure 43: Parcours circulaire .............................................................................................. 43 Figure 44: Parcours en labyrinthe ........................................................................................ 44 Figure 45: la lumière indirecte .............................................................................................. 44 Figure 46: Techniques d'éclairage artificiel .......................................................................... 45

125


Figure 47: Contempler par la vue ......................................................................................... 46 Figure 48: A la rencontre tactile de l'objet ............................................................................ 46 Figure 49: Suivez le guide ..................................................................................................... 46 Figure 50: Cours de dessin au Louvre................................................................................... 47 Figure 51: Des formations de professionnels ......................................................................... 47 Figure 52: Les bornes interactives ........................................................................................ 48 Figure 53: L'art interactif ..................................................................................................... 48 Figure 54: Audio-guide ......................................................................................................... 48 Figure 55: La réalité augmentée ........................................................................................... 49 Figure 56: La réalité virtuelle ............................................................................................... 49 Figure 57: La Jeconde en 3D................................................................................................. 49 Figure 58: La carte intelligente ............................................................................................. 49 Figure 59: enfants qui votent ................................................................................................ 50 Figure 60: Installation "Free2chose" .................................................................................... 50 Figure 61: Cité de l'Automobile ............................................................................................ 54 Figure 62: Situation géographie de la cité de l'automobile .................................................... 54 Figure 63: Reconversions de l'édifice .................................................................................... 55 Figure 64: L'extension par Rafael Vinoly ............................................................................. 61 Figure 65: La transparence................................................................................................... 65 Figure 66: Placette intérieur ................................................................................................. 65 Figure 67: Programmes éducatifs ......................................................................................... 66 Figure 68: Formations professionnelles ................................................................................ 66 Figure 69; Nouvelles technologies ......................................................................................... 66 Figure 70: Musée National du Bardo .................................................................................... 69 Figure 71: Lumière zénithale ................................................................................................ 74 Figure 72: Passerelles intérieures.......................................................................................... 74 Figure 73: Découverte séquentielle murale ........................................................................... 75 Figure 74: Découverte séquentielle au sol ............................................................................. 75 Figure 75: Continuité visuelle ............................................................................................... 76 Figure 76: Palais Kheireddine Pacha .................................................................................... 88 Figure 77: code vestimentaire beylical .................................................................................107 Figure 78: Circuit muséal……………………… ...................................................................107 Figure 79: La transparence pour l'exposition temporaire ....................................................107 Figure 80: Salle de projection ..............................................................................................108 Figure 81: interaction avec l'objet .......................................................................................108 Figure 82: Visiteur acteur de l'exposition ............................................................................108 Figure 83: Activités pédagogiques........................................................................................109 Figure 84: Atelier pour enfants ............................................................................................109 Figure 85: Espace bibliothèque ............................................................................................110 Figure 86: Espace de recherche ...........................................................................................110 Figure 87: Placette publique ................................................................................................111 Figure 88: Café et restaurant ...............................................................................................111 Figure 89: Espace d'accueil..................................................................................................112 Figure 90: Bureaux administratifs .......................................................................................112

126


Sommaire ................................................................................................................................ 2 Introduction ............................................................................................................................ 4 Problématique ......................................................................................................................... 5 Méthodologie........................................................................................................................... 7 CHAPITRE I: DES RACINES ET DES AILES .............................................................. 9 1/ Une richesse historique ................................................................................................ 10 2/ In-Memory ................................................................................................................... 11 2.1/ Culture Générale ................................................................................................... 11 2.2/ Dynastie Beylicale................................................................................................. 11 3/ Chercher l'erreur........................................................................................................... 13 3.1/ Un système éducatif malade .................................................................................. 13 3.2/ Une époque sous-médiatisée ................................................................................. 15 4/ Les richesses beylicales ............................................................................................... 16 4.1/ Les décisions politiques ........................................................................................ 18 4.2/ Le codes vestimentaires ........................................................................................ 18 4.3/ Les trésors et les bijoux ......................................................................................... 18 4.4/ Patrimoine architectural ........................................................................................ 19 4.5/ Conclusion ............................................................................................................. 25 CHAPITRE II: VALORISATION D'UN PATRIMOINE ............................................... 27 1/ Vous-avez dit Patrimoine ? .......................................................................................... 28 2/ Législations et institutions patrimoniales ..................................................................... 29 2.1/ Charte d'Athènes ................................................................................................... 29 2.2/ Charte de Venise ................................................................................................... 29 2.3/ ICOMOS (International Council on Monuments and Sites) ................................. 29 2.4/ UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization) ... 30 2.5/ Législations et institutions en Tunisie ................................................................... 30 3/ Typologie d'intervention sur le patrimoine .................................................................. 32 4/ Les stratégies d’intervention ........................................................................................ 34 4.1/ Extension accolée .................................................................................................. 34 4.2/ Extension en hauteur ............................................................................................. 35 4.3/ Intervention à l'intérieur ....................................................................................... 36 4.4/ Intervention sur l'enveloppe ................................................................................. 37

127


CHAPITRE III: MUSÉOGRAPHIE ET NOTION DU MUSÉE PARTICIPATIF ..... 39 1/ Qu’est ce qu’un Musée ................................................................................................ 40 2/ Les différentes catégories des musées.......................................................................... 40 3/ Qu'est ce que la Muséographie ? .................................................................................. 41 4/ Les bases de la muséographie ...................................................................................... 42 4.1/ Conservation.......................................................................................................... 42 4.2/ Restauration........................................................................................................... 42 4.3/Organisation spatial du musée................................................................................ 42 4.4/ Mode de diffusion ..................................................................................................... 46 5/ L’aspect participatif des musées ................................................................................ 427 5.1/ Des activités éducatives ........................................................................................ 47 5.2/ Les nouvelles technologies.................................................................................... 48 5.3/ L'espace interactif.................................................................................................. 50 CHAPITRE IV: ANALYSE DES REFERENCES ........................................................... 52 Cité de l'automobile à Milhouse .......................................................................................... 53 1/ Présentation du projet................................................................................................... 54 2/ Situation géographique ................................................................................................ 54 3/ Contexte historique ...................................................................................................... 55 4/ Les idées maitresses de l'architecte .............................................................................. 55 5/ Logique de la composition spatiale .............................................................................. 56 6/ Concepts ....................................................................................................................... 57 6.1/ Processus d’intervention sur le bâti ....................................................................... 57 6.2/ Une entrée spectaculaire........................................................................................ 57 6.5/ Aspect participatif: par la technologie .................................................................. 58 6.4/ Aspect participatif: par les activités ...................................................................... 58 6.3/ Diversités fonctionnelles ....................................................................................... 58 Cleveland Museum Of Art à l'Ohio .................................................................................... 60 1/ Présentation du projet................................................................................................... 61 2/ Situation géographie .................................................................................................... 61 3/ Rénovations et extenions ............................................................................................. 62 4/ Intentions de l'architecte............................................................................................... 63 5/ Logique de la composition spatiale .............................................................................. 64 6/ Concepts ....................................................................................................................... 65 6.1/ La transparence ..................................................................................................... 65 6.2/ La Piazza (placette intérieure) ............................................................................... 65 128


6.3/ Aspect participatif ..................................................................................................... 66 6.3.1/ Par les programmes éducatifs................................................................................. 66 6.3.2/ Par les formations professionnelles........................................................................ 66 6.3.3/ Par les nouvelles technologies ............................................................................... 66 Musée National du Bardo .................................................................................................... 68 1/ Présentation du projet................................................................................................... 69 2/ Situation géographie .................................................................................................... 69 3/ Contexte historique ...................................................................................................... 69 4/ Logique de la composition spatiale .............................................................................. 71 5/ Concepts ....................................................................................................................... 73 5.1/ Stratégie d’intervention ........................................................................................ 73 5.2 / Qualité spatiale ..................................................................................................... 74 5.2.1 / La lumière zénithale .......................................................................................... 74 5.2.2 / Les passerelles intérieures ................................................................................. 74 5.3 / La scénographie d'exposition ............................................................................... 75 5.3.1 / Une découverte séquentielle murale ................................................................. 75 5.3.2 / Une découverte séquentielle au sol ................................................................... 75 5.4 / Aspect participatif ................................................................................................ 76 CHAPITRE V: CAS D'ETUDE: PALAIS DU GENERAL KHEIREDDINE PACHA....... 79 A/ LA GOULETTE ....................................................................................................... 80 1/ Situation géographique et limites ................................................................................. 80 2/ Aperçu historique ......................................................................................................... 81 3/ Lieu de convoitise ....................................................................................................... 82 4/ Parcours touristique...................................................................................................... 83 5/ Repères et monuments………………………………………………………………84 B/ LA COMMUNE DE KHEIREDDINE ................................................................. 845 1/ Périmetre d'étude et site d'intervention ........................................................................ 85 2/ Morphologique urbaine ................................................................................................ 86 2.1/ Equipements et activités ....................................................................................... 86 2.2/ En véhicule ou à pieds.......................................................................................... 87 C/ LE PALAIS DU GENERAL KHEIREDDINE ..................................................... 88 1/ Présentation du Palais ................................................................................................. 88 2/ Justification du choix .................................................................................................. 89 3/ Limites et voisinages ................................................................................................... 89 4/ Relevé sur site ............................................................................................................. 90 129


5/ Eléments graphiques et organisation spatiale ............................................................. 91 6/ Potentialité du site ....................................................................................................... 94 6.1/ Emplacement stratégique ..................................................................................... 94 6.2/ Accessibilité ......................................................................................................... 94 6.3/ Potentiel architectural........................................................................................... 95 6.4/ Potentiel paysager ................................................................................................ 99 7/ Etat des lieux ............................................................................................................. 100 7.1/ Aile nord du Palais ............................................................................................. 100 7.2/ Aile sud du Palais ............................................................................................... 101 7.3/ Espace extérieur ................................................................................................. 102 7.4/ Fiche de diagnostic ............................................................................................. 103 CHAPITRE VI: RÉPONSE ARCHITECTURALE:...................................................... 105 1/ Les objectifs du projet ............................................................................................... 106 2/ Programmation fonctionnelle .................................................................................... 106 2.1/ Les unités fonctionnelles .................................................................................... 106 2.1.1/ L'unité muséale................................................................................................ 107 2.1.2/ L'unité participative ......................................................................................... 108 2.1.3/ L'unité de recherche ........................................................................................ 110 2.1.4/ L'unité de détente et d'échange social ............................................................. 111 2.1.5/ L'unité administrative ...................................................................................... 111 2.2/ Le programme fonctionnel et qualitatif .............................................................. 113 2.3/ Organigramme spatio-fonctionnel...................................................................... 115 2.4/ Etude des parcours ............................................................................................. 116 3/ Parti architectural ...................................................................................................... 117 4/ Concepts du projet .................................................................................................... 118 5/ Esquisse du projet ..................................................................................................... 119 6/ Eléments graphiques ................................................................................................. 121 CONCLUSION GENERALE ........................................................................................... 122 BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................. 123 TABLE DES FIGURES ..................................................................................................... 125 TABLE DES MATIERES………………………………………………………………..127 ANNEXE…………………………………………...………………...…...…………...….131

130


131


EnquĂŞte in-situ

132


133


Les chartes et conventions internationales

La charte d’Athènes 1931 24 La charte d’Athènes (1931) est un document officiel, voté au sein d’une assemblée internationale d’experts de nombreux pays réunis pour étudier et coordonner des différentes façons de veiller à la protection et la conservation des monuments d’art et d’histoire. C’est la ‘Conférence’ organisée à Athènes et ouverte le 20 octobre 1931 qui offrit l’occasion de cette réunion. A la fin de la conférence, les représentants des états qui participaient aux travaux inscrits à l’ordre du jour en approuvèrent les conclusions.

C ONFERENCE D ’A THENES 1931 La conservation des monuments d’art et d’histoire ordre du jour de la conférence d’Athènes. Conclusion de la conférence : I. Doctrines, principes généraux  La conférence recommande d’abandonner les restitutions intégrales  Instituer un entretien régulier  Maintenir l’occupation des monuments. II. Administration et législation des monuments historiques :  Droit de la collectivité vis à vis de la propriété privée approprié aux circonstances locales.  L’autorité publique doit prendre en cas d’urgence des mesures conservatoires. III. La mise en valeur des monuments :  Respecter l’entourage des monuments et les perspectives pittoresques.  Mise en valeur par la végétation.  Suppression de la publicité et poteaux télégraphiques. IV. Les matériaux de restauration :  Usage de matériaux modernes comme le ciment en le dissimulant. V. Les dégradations des monuments :  Collaboration entre architectes et représentants des sciences physiques et chimiques  Ne pas enlever les sculptures de leur cadre d’origine et l’exécution de moulages lorsque les modèles originaux risquent de disparaître. VI. La technique de la conservation :  Ruine : anastylose : remise en place d’éléments originaux retrouvés, les matériaux nouveaux doivent être reconnaissables. Collaboration étroite de l’archéologue et de l’architecte.  Monument : analyse scrupuleuses de ses maladies avant toute restauration. VII. La conservation des monuments et la collaboration internationale :  Coopération technique et morale (entre la communauté des états).  Le rôle de l’éducation dans le respect des monuments (habituer l’enfance et la jeunesse à respecter les monuments).  L’utilité d’une documentation internationale - Chaque état publie un inventaire - Chaque état constitue des archives - Publier les méthodes générales de conservation des M.H.  Compte rendu sur l’anastylose des monuments de l’Acropole 24 Fakher KHARRAT, (2014). Théorie législation et types d’intervention

134


La charte de Venise 1964 25 Le texte de la charte internationale de la restauration, connu sous le nom de charte de Venise (1964) a été approuvé et promulgué en conclusion des travaux du IIe congrès international des architectes et des techniciens des monuments historiques réunis à Venise du 25 au 31 Mai1963. Elle fut motivée par la nécessité de mettre à jour et d’élargir la portée des principes de la restauration contenus dans la charte d’Athènes à la lumière de principes plus vastes et plus complexes. ICOMOS (conseil international des monuments et des sites) charte internationale sur la conservation et la restauration des monuments et des sites (charte de Venise1964). La charte de Venise affirme : a) Le caractère scientifique et interdisciplinaire de la conservation et de la restauration (art2) b) Leur finalité à la fois artistique et historique c) Les exigences dues à l’affectation utile des monuments historiques, en elle-même souhaitable, mais sous réserve de n’altérer, ni leur ordonnance, ni leur décor. d) Le caractère exceptionnel lié à des motifs conservatoires ou d’un grand intérêt national ou international, des déplacements d’édifices, de parties d’édifices, ainsi que leur décor peint ou sculpté. e) Le caractère exceptionnel de toute restauration qui doit s’arrêter où commencé l’hypothèse, ou le travail complémentaire imposé pour des raisons esthétiques ou techniques relevant alors de la composition architecturale et porte la marque de notre temps (art9). f) Le respect des apports successifs à l’édification d’un monument, et le caractère exceptionnel du dégagement d’un état sous-jacent lié à son intérêt rare et aux faibles intérêts des parties qui seront enlevés (art11) un tel acte exige une décision collégiale. g) La nécessité de pouvoir toujours, tout en les harmonisant, distinguer de l’original, les parties qui auront dues être remplacées et de ne tolérer des adjonctions que dans le respect de la composition de l’édifice et de son cadre (art12-13).

Quelle conclusion tirer de l’analyse moderne du concept du patrimoine et de sa situation dans le contexte culturel défini par la charte de Venise ? a) C’est essentiellement la dégradation et les risques conséquents qui impliquent la nécessité de la restauration. b) Cette intervention implique de maintenir les matériaux existants furent-ils dégradés dans la mesure où ils peuvent être consolidés et pérennisés de façon interne ou externe.

C’est à ce prix non seulement qu’il est transmis formellement mais témoin aussi de la durée de l’édifice, du temps qui nous sépare de sa naissance, et qui dépasse évidemment, un lien temporaire entre les générations, une authenticité.

25

25 Fakher KHARRAT, (2014). Théorie législation et types d’intervention

135


136


137


138


Fiche d’évaluation

139


140


141


Profile for lh.ahmed

Tresor enfoui ahmed lahbiri  

Tresor enfoui ahmed lahbiri  

Profile for lh.ahmed
Advertisement