Page 1

printemps 2016

La légende du Bourbon 3 musts pour son minibar

Le paradis du kitesurf

ferrari 488 gtb 670 chevaux sous le capot

Cabo de la Vela

7

itinéraires à couper le souffle

Motocyclettes d’aventure

+

Voyage sur les chemins de fer

Les meilleures mécaniques de 2016

Bandon Dunes

Voyage de golf entre chums

Échec & mat

mode printanière

Vol.7 No1 Printemps 2016 PP 41771514

mazda CX-9

Élégance et innovations

1991 Boulevard Périgny, suite 202 Chambly QC J3L 4C3


homme magazine printemps 2016

18 | technologie Messieurs, à vos tabliers!

Supposons que vous vouliez impressionner madame avec un souper romantique aux chandelles. Supposons que passer la journée dans la cuisine n’est pas votre activité préférée. Pas de panique!

20 | technologie Si le Dadbod n’est pas dans vos objectifs de mise en forme…

Il existe même de grandes entreprises bien connues du monde des technologies et de l’électronique qui vous invitent fortement à faire exactement le contraire : vous tenir en bonne forme.

22 | suggestions musicales Par Valérie Thérien

24 | suggestions littéraires Par Valérie Thérien

26 | sport Sur les flots au bout du monde

L’envie de prendre le large vous a gagné ? Vous feriez sans doute un excellent candidat pour Cabo de la Vela !

32 | mode Échec & Mat

Photographe Geneviève Charbonneau Réalisation Martin Boucher

40 | grooming Tout ce que vous devez savoir sur le rasage

Comme pour les coupes de cheveux et les vêtements, elle suit une mode : tantôt fournie, tantôt inexistante. Quoi qu’il en soit, la barbe est un symbole de masculinité.

44 | économie Le Québec, spécialiste du luxe en forêt

La France a ses Vuitton, l’Allemagne ses Volkswagen, l’Italie ses Gucci… Et le Québec ? Sa forêt boréale !

46 | mode Printemps coloré

Photographe : Yan Bleney Direction artistique : Pierce Atkinson (Judy Inc.)

8

printemps 2016


homme magazine printemps 2016

50 | voyage Sept itinéraires de train grandioses

Question de vous donner l’envie de voir du pays, Homme propose sept itinéraires de chemins de fer grandioses à faire rêver.

54 | mixologie Le whisky de l’Oncle Sam

Le bourbon, cette simple bière « flat » vieillie en fût, est l’une des appellations de la famille des Whiskys.

56 | adrénaline Choisissez votre aventure

Une belle manière d’insuffler un peu d’excitation dans l’horaire, une fois sorti du bureau, est d’enfourcher une motocyclette et de se taper quelques belles routes.

62 | politique La légalisation du pot en 5 points

D’ici à ce qu’on puisse s’acheter du pot en toute légalité au coin de la rue, voici tout ce qu’il faut savoir sur le projet du premier ministre canadien.

64 | passion Bandon Dunes

Un voyage de golf entre passionnés sur une destination à l’aura mythique où se mélangeraient camaraderie, compétition intense et amour profond du golf.

10

printemps 2016


64


homme magazine printemps 2016 74 | Entre nous La voiture électrique pour tous, pas pour demain, mais…

76 | anecdote Figurants malgré nous !

Les constructeurs automobiles s’amusent parfois au détriment des journalistes.

77 | sur le radar Le curieux monde de l'automobile.

80 | objectif Performance Par Jeremy Allan Glover

82 | dévoilement Mazda CX-9

Élégance et innovations.

86 | supervoiture Ferrari 488 GTB

Lignes spectaculaires et… 670 chevaux.

92 | contact Range Rover

Place au moteur diesel.

96 | contact Nissan Titan

Une agréable surprise.

98 | contact Jaguar XF

La tradition modernisée.

104 | essai Toyota Prius

Remaniée, mais fidèle à ses origines.

108 | techno Moteur diesel

Une source de confusion.

110 | envoyé spécial Salon de Los Angeles

Mais où est la Giulia?

12

printemps 2016


homme magazine

Suivez-nous dès aujourd'hui !

printemps 2016

Éditeur Frédéric Couture 514 394-7156 poste 201 fredc@lexismedia.ca V.-P. développement des affaires Mélanie Lebeault 514 394-7156 poste 211 melanie@lexismedia.ca Collaborateurs rédactionnels François Doucet (francois.72@icloud.com), Denis Duquet, Mireille Gendron, Alain McKenna, Costa Mouzouris, Judith Plamondon, Patrice Plante, David Riendeau, Valérie Thérien Photographes Yan Bleney, Geneviève Charbonneau Collaborateurs artistiques Pierce Atkinson (Judy Inc.), Martin Boucher, Sarah Jade Champagne, Amélie Ducharme, Michael Leblanc (Dulcedo), Michael Manoukian, Alfredo Prado Graphisme Z Communications Réviseure/Correctrice Cassandra Poirier

14

printemps 2016

Ventes Nationales Frédéric Couture 514 394-7156 poste 201 fredc@lexismedia.ca Amy Knowles 416 560-5700 amy@jkmedia.ca Service aux abonnés Lexis Media Inc 1991 Boulevard Périgny, suite 202 Chambly (Qc) J3L 4C3 www.boutiquelexismedia.ca Courriel : abonnement@lexismedia.ca Téléphone : 514-394-7156 Télécopieur : 514-394-7157 Coûts abonnements Le prix de l’abonnement est de 25 $ (4 numéros) et de 40 $ (8 numéros) taxes incluses, au Canada seulement. Distribution Messageries Dynamiques Imprimé au Canada Homme magazine est publié 4 fois par année par Lexis Média Inc.

Contributions : Homme Magazine s’engage à considérer avec la plus grande attention tous les manuscrits et photos qui lui seront adressés. Les contributions non acceptées ne seront retournées à l’auteur que si ce dernier en fait la demande formelle. Homme Magazine n’est pas responsable des contributions qui lui sont envoyées. Exclusivité : toute reproduction intégrale ou partielle du contenu é ­ ditorial de Homme Magazine est formellement interdite sans l­’autorisation de l’éditeur. Le contenu du magazine ne peut être reproduit sans autorisation écrite. Homme Magazine se dégage de toute responsabilité concernant le contenu des publicités publiées dans ses pages. Les opinions exprimées dans les articles ne sont pas nécessairement partagées par l’éditeur.

Homme Magazine reçoit, de temps à autre, des commentaires et des documents non sollicités. Homme Magazine peut utiliser, reproduire, publier, rééditer, distribuer, garder et archiver les textes ou les documents soumis, en tout ou en partie, sous quelque forme ou sur quelque support que ce soit, sans aucune rémunération que ce soit. Cet énoncé de s’applique pas aux textes et aux documents soumis par les collaborateurs et les pigistes dans le cadre des pratiques courantes de l’industrie. Photographies intérieures (sauf indications contraire) © Shutterstock. Tous droits réservés. Dépôt Légal - Bibliothèque et Archives du Québec Dépôt Légal - Bibliothèque et Archives Canada. ISSN 1918-6630 H No client : 7288490 Convention de poste publication no.41771514


collaborateurs #nos experts

Martin Boucher Styliste pour HOMME depuis les débuts, il a aussi le mandat de la direction artistique et de la coordination des séances photo mode du magazine. Dans le domaine du vêtement pour hommes, Martin peaufine sa vision du style depuis plus de 10 ans. Ayant collaboré sur différents projets (musique, mode, télé, etc.) il aime être en constante évolution tout en partageant sa grande passion pour la mode masculine. Pierce Atkinson J’ai étudié en Design d’Architecture à Montréal et j’ai fait la transition à styliste d’accessoires il y a deux ans. J’aime beaucoup ce que je fais et je m’amuse quand j’aide à créer des concepts comme des dîners sexy ou des brochures pour la rentrée des classes. Je ne suis pas assis à un bureau à longueur de journée et c’est rare que je travaille de 9 à 5 ; et je ne changerais rien. Ce que j’aime le plus en tant que styliste, c’est qu’il n’y a jamais un studio identique. J’ai aussi la chance d’explorer la ville de Montréal pendant que je magasine dans les boutiques d’accessoires et les magasins vintages.

David Riendeau Un brin casse-cou, David Riendeau pratique le métier de journaliste avant tout pour raconter l’histoire de gens passionnants et voir du pays. Plume versatile, il collabore notamment à La Presse et L’Actualité. Lorsqu’il n’est pas perdu dans la jungle, on le retrouve à pédaler sur les routes du Québec. Actuellement, il termine son premier roman. Il écrit dans les pages Adrénaline et Voyage de la revue Homme. 16

printemps 2016

Yan Bleney Ce que Yan Bleney aime le plus faire est de se réinventer. Son parcours commence à 16 ans, avec un désir de devenir photo­reporter. Il est toujours aux aguets d’apprendre de nouvelles techniques et de nouvelles lumières. Il trouve son inspiration sous plusieurs aspects; entre les livres d’architectures, l’art des rues new-yorkaises ou encore à travers les défilés de la Haute Couture parisienne. De la peinture à la cinématographie, un rien lui permet de peaufiner sa propre vision qu’il a de la photographie. Avec plus de 15 ans d’expérience dans l’industrie, il a su accumuler les publications de tout genre, que ce soit de la mode masculine à la photographie d’objets. L’émotion est son motif de créer, il espère simplement transcender cette passion qu’il a pour les gens, la beauté et la vie.

Geneviève Charbonneau Il n’y a aucun doute, Genevieve Charbonneau est une photographe pleine d’énergie qui travaille depuis 10 ans et qui est passionnée par son métier. Depuis l’âge de 14 ans, elle voulait être photographe de mode en collant des feuilles de magazines sur ses murs de préfini en zigzag des années 70, sur la rue d’Argenteuil à Laval, et elle a réussi à percer dans ce milieu qu’elle adore. Elle se dit souvent qu’elle a de la chance de faire ce qu’elle aime. Lorsqu’un membre de l’équipe trouve sa journée difficile, elle ajoute : « On pourrait tous travailler dans un Perrette de 15 h à 11 h », donc on n’a rien à se plaindre.


Patrice Plante Patrice est chef mixologue au bistro L’Atelier Tartares et Cocktails à Québec et chroniqueur cocktails à Salut, Bonjour! Il possède aussi sa chronique sur l’histoire des spiritueux à ÉNERGIE 98.9 et à Signé M. À l’automne 2015, il fonde l’École de mixologie Patrice Plante qui possède des succursales à Québec, Montréal et Sherbrooke, ainsi que Monsieur Cocktail, une entreprise dédiée à l’art du cocktail et au bonheur de partager des créations liquides. On peut le suivre sur patriceplante.com et monsieur-cocktail.com

© Jean Larouche

Valérie Thérien Depuis l’obtention d’un baccalauréat en Études cinématographiques de l’Université Concordia en 2007, Valérie a été journaliste culturelle et éditrice pour différents médias. Animée par les arts au quotidien, elle aime aussi beaucoup les roadtrips et les frittatas. L'album qui a changé sa vie? When the Pawn... de Fiona Apple. Le meilleur souvenir de sa c ­ arrière? Recevoir un câlin de Daniel Lanois.

Costa Mouzouris Ancien rédacteur en chef du magazine Cycle Canada, il écrit sur les motos depuis plus d’une dizaine d’années et est actuellement pigiste pour les revues spécialisées motos et autos.

Denis Duquet Chroniqueur automobile à temps plein depuis plus de trente ans, Denis Duquet a été rédacteur en chef de plusieurs publications, notamment de Touring, le magazine du CAA. Pendant 16 ans, il a été chroniqueur automobile attitré du journal La Presse et en 2000, il a pris la tête de la revue Le Monde de l’auto qui est toujours publiée. ­Coauteur du Guide de l’auto depuis trois décennies, il participe depuis 1999, en tant que chroniqueur, à l’émission télévisée du même nom présentée au canal MAtv. Il fait également partie de l’équipe de rédaction du site www.guideautoweb.com. Il agit à l’occasion à titre de consultant.

Judith Plamondon Judith Plamondon est une journaliste et réalisatrice indépendante. Passionnée d’actualité, elle aime les histoires bien racontées, qu’elles soient en mots ou en images. La politique, la culture et l’économie font partie de ses sujets de prédilection.


© Thibault Buslot

Alain McKenna Alain McKenna est journaliste et chroniqueur depuis la fin des années 90, couvrant les domaines de l’électronique, des nouvelles technologies, de l’automobile, des médias et de la finance. Il a écrit pour les plus grands quotidiens québécois, est auteur de quatre livres et est un intervenant régulier sur les ondes des télés et radios québécoises sur divers sujets d’actualité. Ça ne l’empêche pas d’aimer relaxer de temps en temps afin de se déboucher une petite bière, brassée localement, une excellente façon de voyager et de découvrir de nouveaux coins de pays. On chuchote entre les branches qu’il est aussi redoutable aux commandes de son barbecue… 17


Messieurs, à vos tabliers !

18

printemps 2016


techno

#cuisine

S

upposons que vous vouliez impressionner madame avec un souper romantique aux chandelles. Supposons que passer la journée dans la cuisine n’est pas votre activité préférée. Pas de panique ! D’abord, il existe une foule de gadgets et d’appareils conçus exprès pour faire de vous le prochain Louis-François Marcotte… Ensuite, mettez-y donc l’effort. Elle le mérite bien !

Par Alain McKenna

Le frigo branché de Samsung Samsung persiste et signe : si un jour le frigo intelligent existe, il sera griffé de son logo. D’ici là, on fait les choses, une à la fois. Son plus récent modèle, appelé le frigo Family Hub, a quatre portières, dont une dotée d’un grand écran multifonctions de 21,5 pouces. L’appareil affiche les événements marquants à l’agenda, fait un diaporama tiré des photos de vos téléphones Android, et peut même afficher le signal télé tiré de votre téléviseur Samsung pendant que vous allez préparer le dîner. Samsung va un peu plus loin : dans certaines régions d’Amérique du Nord, il sera possible de commander des items en épicerie directement à partir de l’écran de son frigo. À court de beurre ? Quelques tapotis du bout du doigt et c’est réglé. Pas mal. Mais ça a un prix : 5 000 $ pour le modèle de base. R2D2 que la réfrigération soit avec vous Les frigos se suivent et se ressemblent. Pas celui-là. En fait, il ressemble à autre chose complètement, puisqu’il s’agit d’une réplique exacte du robot R2-D2 du plus récent Star Wars, approuvée par Lucasfilm, en plus. Conçu par la société Haier, ce mini frigo est non seulement capable de contenir une demi-douzaine de vos bières préférées, il est aussi excellent pour refroidir le champagne qui amorcera du bon pied votre têteà-tête… Et sans effort de votre part, puisqu’il ira vous porter la bouteille directement, ce petit frigo étant télécommandé. Rien de moins. Et si, malgré tous vos efforts de séduction, madame doit s’affairer ailleurs après le repas, pas de problème : R2-D2 est muni d’un projecteur HD et de haut-parleurs, pour diffuser le film de votre choix… Pas mal. Seul hic, son prix : l’appareil coûte 10 000 dollars. De quoi passer du côté obscur !

Caméra pour frigo de Smarter Le frigo est la vedette incontestée de toute bonne cuisine, et c’est pourquoi plus de la moitié des applications de cuisine branchée se concentrent autour de cet électroménager. Et si ça fait des lunes qu’on promet l’avènement du premier frigo véritablement intelligent, on ne peut pas dire qu’il ait réellement vu le jour… Bref, en attendant, la société Smarter propose un outil qui pourrait compenser. Sa caméra pour frigo prend un cliché de son contenu chaque fois que la porte s’ouvre (et que la lumière s’allume), et vous la rend disponible pour consulter sur un téléphone intelligent. Pratique quand, une fois à l’épicerie, on ne se souvient plus si on a encore de l’ail, de la laitue, du lait, ou quoi encore, à la maison. Suffit de jeter un coup d’œil à son téléphone, et le tour est joué. Ça vaut amplement les 100 $ exigés, et ça évitera à votre guacamole de manquer de coriandre… Keurig Kold les capsules à l’assaut de votre minibar Madame souhaite une Margarita, mais vous n’avez aucune idée si c’est à base de brandy, de tequila, ou des deux ? Vous pouvez toujours le Googler. Mieux, dotez-vous d’une machine Kold de Keurig (400 $), insérez la capsule conçue à cet effet, et laissez la magie de l’électronique opérer… Si on se fie à la popularité des machines à café Keurig, malgré tous les tracas causés par leurs capsules non recyclables, aucun doute que la Kold connaîtra le même succès auprès des propriétaires de bars de sous-sol qui préfèrent le rôle de client que de barman… Et si madame change d’idée, ou que la Margarita, ce n’est juste pas son truc, aucun problème. Soda, cola, thé glacé, et quoi encore, la nouvelle machine de Keurig peut tout faire… même des boissons sportives ! iCuisine la popote branchée La société allemande iCuisine ne veut pas vous empêcher de mettre la main à la pâte, bien au contraire. Sa gamme comprend une vingtaine d’accessoires de cuisine qui simplifient toutefois le boulot. Une planche à découper intégrant une balance, une spatule avec thermomètre intégré, et un moule à gâteau capable de mesurer la température de son contenu et d’émettre une alerte quand le tout semble cuit à point… Voilà qui devrait vous permettre de vous approprier le surnom de Grand Chef sans trop de soucis… Et évidemment, tout ça passe par une connexion sans fil à votre téléphone ou tablette, via l’application iCuisine, laquelle vous permet aussi de suivre le niveau de fraîcheur de vos ingrédients, histoire de ne pas avoir à cuisiner avec une viande hachée datant d’il y a deux semaines…

« L’appareil affiche les événements marquants à l’agenda, fait un diaporama tiré des photos de vos téléphones Android, et peut même afficher le signal télé tiré de votre téléviseur Samsung pendant que vous allez préparer le dîner. »

19


techno

#mise en forme

Si le Dadbod

n’est pas dans vos objectifs de mise en forme…

Ah, la mode… Avez-vous remarqué comment tout le monde s’est fait pousser une barbe longue de même en même temps, il y a deux ans ? Avec une casquette à palette droite ? Pour faire différent, en plus ? C’est ça, la mode. Et depuis l’an dernier s’ajoute celle du Dadbod, selon laquelle on devrait tous avoir la forme d’un fût de bière pour plaire à madame. Heureusement, personne ne vous oblige à suivre la mode… Par Alain McKenna

En fait, il existe même de grandes entreprises bien connues du monde des technologies et de l’électronique qui vous invitent fortement à faire exactement le contraire : vous tenir en bonne forme. Et pas seulement pour faire scintiller le regard de votre douce moitié, mais pour vous assurer une forme physique à l’avenant, du genre à vous préparer à courir un marathon, si vous êtes ambitieux, ou à tout le moins, de pouvoir tenir pendant tout un match de hockey bottine avec fiston, si vous êtes plutôt du type familial.

Casio WSD-F10

Casio WSD-F10 Naturellement, quand ce n’est pas une mode, c’en est une autre, et celle des bracelets et des montres d’entraînement connectés n’échappe pas à cette règle. Ainsi, c’est avec un niveau de surprise pas trop élevé qu’on a appris que Casio, qui fabrique des montres parmi les plus attrayantes quand on pratique du plein air, peu importe sa forme, et qu’on n’a pas le goût de flamber une partie de son REÉR pour une Suunto ou une Garmin, va mettre en marché une montre connectée à système Android Wear. Même, notre réaction était l’inverse : « Ah non ! Une autre montre qu’on devra charger tous les soirs ! » On aurait dû savoir que Casio avait un as dans sa manche (ajusté, au niveau du poignet, comme il

se doit !). Sa smartwatch WSD-F10 est animée par Android Wear, est dotée d’un boîtier étanche et ultra résistant, répondant aux normes militaires américaines, et affiche toute l’information qu’on peut tirer de son téléphone Android sans avoir à le sortir de sa poche. Un accéléromètre, un gyromètre, un magnétomètre, un altimètre, et quoi encore, fournissent toute l’information nécessaire sur votre état du moment et sur votre environnement immédiat. En prime, son écran possède un mode monochrome étirant la durée d’une charge de sa pile sur 30 jours. Un mois ! Là, tu parles. Ne manque qu’un capteur GPS, mais ça, votre téléphone s’en chargera. 500 $

« pour vous assurer une forme physique à l’avenant, du genre à vous préparer à courir un marathon, si vous êtes ambitieux, ou à tout le moins, de pouvoir tenir pendant tout un match de hockey bottine avec fiston, si vous êtes plutôt du type familial. »

20

printemps 2016


Motorola Moto 360 Sport

Ça s’ajoute aux fonctions de base d’Android Wear, notamment, un stockage musical accessible avec un casque Bluetooth et des applications faisant le suivi de notre activité physique. Eh bien, tout ça y est. Mais, car il y a toujours un mais, la 360 Sport en paie le prix du côté de son autonomie, la pile étant fortement sollicitée par tous ces capteurs, et dans l’ensemble, les applications d’entraînement pour Android Wear sont très peu nombreuses. En tout cas, la Moto 360 Sport est au moins plus jolie que ses rivales, incluant l’affreuse Fitbit Surge…

Microsoft Band 2

Motorola Moto 360 Sport Motorola vend déjà la Moto 360, une des montres connectées les plus séduisantes sur le marché, tant pour homme que pour femme. L’édition 360 Sport (380 $) a été conçue en réaction aux critiques qui déploraient l’absence d’une version plus robuste, et surtout plus autonome, de ce modèle. Ça signifie l’usage de matériaux mieux adaptés pour le boîtier et le bracelet, un affichage pouvant être clairement lisible même sous les puissants rayons du soleil, et une antenne GPS permettant de s’y retrouver sans avoir de téléphone dans ses poches.

Microsoft Band 2 Le Band s’est avéré une belle surprise, signée Microsoft, l’an dernier. Laid et malcommode, il avait au moins le mérite d’être précis dans son évaluation de l’activité physique de son utilisateur, d’offrir un mode d’évaluation du sommeil fonctionnel, et d’afficher, au besoin, toutes les alertes provenant de son téléphone intelligent, soit-il animé par iOS (Apple), Android (Google), ou Windows Phone (Microsoft). Dans ce dernier cas, on pouvait même effectuer certaines commandes vocales grâce à Cortana, l’assistant virtuel de Microsoft. Pas mal ! Le Band 2 est la suite logique et il reprend les mêmes fonctions de base. Il troque l’écran recouvert d’une couche protectrice plutôt fragile par

un écran tout aussi tactile, mais muni d’un verre Gorilla Glass à l’épreuve des égratignures. Ça devrait lui assurer une meilleure durabilité. Pour le reste, une autonomie de 2 à 3 jours, et un prix de détail de 300 $ auquel on peut déduire jusqu’à 50 $ si on donne son vieux bracelet connecté en échange, en font un compagnon d’entraînement attrayant, et presque pas trop cher. En tout cas, pour le prix, ça vaut mieux qu’un abonnement au gym, surtout si vous êtes du type à prendre un abonnement annuel et à arrêter d’y aller après un mois… Auquel cas, mode pas mode, on pourra toujours vous féliciter pour votre superbe Dadbod l’été prochain !

21


musique

#à découvrir

Par Valérie Thérien

facebook.com/geoffsauve

Geoffroy

Pusha T Le vétéran et sous-estimé rappeur originaire de la Virginie Pusha T a lancé en décembre King Push – Darkest Before Dawn : The Prelude, sorte d’introduction pour un autre album à venir cette année, son troisième si l’on ne compte pas les trois autres qu’il a faits avec son frère alors qu’ils

22

printemps 2016

formaient Clipse. Le disque propose des collaborations de gros calibre : Kanye West, Timbaland, The-Dream, A$AP Rocky et Jill Scott, entre autres. King Push est assez court, mais réussit fort bien à nous garder en haleine pour la suite. À voir au Club Soda à Montréal le 1er avril.

good-music.com

On l’a découvert à la populaire émission La Voix l’année dernière. Le chanteur montréalais Geoffroy Sauvé a pris son temps pour bien choisir sa maison de disques (Bonsound), puis a lancé une première carte de visite, Soaked In Gold, en novembre dernier. Sur ce court premier EP - qui inclut le single ultra-accrocheur « You Say » -, Geoffroy mêle sa douce voix et ses talents d’auteur-compositeur à une sauce électro, courtoisie du beatmaker Prince Club. À découvrir pour les amateurs d’électro dans le style de Chet Faker.


savagesband.com

Savages

jasonbajada.net

C’est lourd, sombre et ça dégage. Savages est un groupe noise-rock londonien de quatre femmes révélé en 2013 avec l’album rentre-dedans Silence Yourself, finaliste au prix de musique le plus prestigieux en Angleterre, le Mercury Prize. On retrouve dans leur musique l’intensité de Joy Division et l’énergie de Sleater-Kinner, par exemple. Elles remettent ça en 2016 avec un deuxième disque, Adore Life, qui se veut encore plus ravageur selon les principales intéressées. Et en concert, elles sont assez déchaînées, merci. À voir au Théâtre Corona à Montréal le 2 avril.

Jason Bajada

Il chante l’amour depuis une dizaine d’années. Après plusieurs albums en anglais, dont l’excellent Loveshit, Jason Bajada est débarqué chez l’étiquette Audiogram (Daniel Bélanger, Alex Nevsky) avec son premier disque dans la langue de Molière en 2013, Le résultat de mes bêtises.

L’exercice était fort réussi alors cet hiver l’auteur-compositeur-interprète poursuit son chapitre en français avec Volcano, disque de 10 pistes folk-rock où il assume un côté kitsch et où ses musiciens - dont Olivier Langevin de Galaxie - se permettent de belles envolées. 23


littérature #suggestions

Par Valérie Thérien

Whitehorse Première partie de Samuel Cantin, ­ ditions Pow Pow É

Dans sa première BD Phobies des moments seuls, son personnage de Marcus Pigeon était confiné à une station spatiale et son quotidien devenait de plus en plus loufoque. Dans ce premier volet de Whitehorse, sorti à la fin 2015, c’est un peu plus réaliste, mais les péripéties sont dans le même genre d’humour noir. On suit un jeune homme, Henri, en couple avec Laura, une actrice à la veille d’avoir le rôle de sa vie avec le réalisateur de l’heure. Le hic ? Henri déteste ce cinéaste, qui est pourtant un Dieu aux yeux des autres.

Travaux manuels Sous la direction de Stéphane D ­ ompierre, Éditions Québec Amérique

Suite au succès du recueil de nouvelles érotiques Nu, publié il y a un peu plus d’un an et dans lequel Stéphane Dompierre (Fâché noir) s’entourait d’une dizaine d’auteurs pour tenter d’émoustiller les lecteurs, il remet ça avec un second livre collectif. Parmi les 16 auteurs qui tenteront de nous donner des chaleurs : Sarah-Maude Beauchesne du blogue Les Fourchettes, ­Stéphanie Boulay du duo musical Les Sœurs Boulay, le prolifique comédien et dramaturge Simon Boulerice ainsi que celui qui a écrit le romanchoc Charlotte before Christ en 2012, Alexandre Soublière.

Quand j’étais Théodore Seaborn Martin Michaud, Les Éditions Goélette

Très divertissant ce nouveau roman policier du « maître du thriller québécois » Martin Michaud! L’auteur nous tient en haleine pendant plus de 400 pages et, tel un autre maître (du suspense), Alfred Hitchcock, joue avec la psychologie de ses personnages. Ça commence raide : un homme en sévère dépression ne vit que de Coffee Crisp et de la commission Charbonneau. Puis, un après-midi, il croise son sosie, un professeur aux agissements louches. L’homme deviendra obsédé par son sosie et sera mêlé à des situations dangereuses, jusqu’en Syrie, entre autres.

Fiston Jonathan Roberge, VLB éditeur

Le testament de conseils de Jonathan Roberge : Fiston, c’est l’une des plus drôles et populaires webséries québécoises des dernières années. En plus d’avoir une suite depuis novembre, mettant en vedette père et fils (Papa, diffusée sur le site de TVA), Fiston a maintenant un 24

printemps 2016

petit frère sous forme de livre qui agit à titre d’accompagnement idéal pour tout fan de la websérie. Si vous avez apprécié les nombreux conseils humoristiques de papa Jonathan sur votre écran, vous en aurez encore plus à lire dans les pages du livre. Et ça vous fera sans doute redécouvrir les meilleurs sketchs.


sport

#kitesurf

La puissance du vent soulève l’acrobate au-dessus de leur tête pour le déposer comme par magie 10 mètres plus loin sur l’eau sous le regard ébahi des spectateurs. »

Sur les

flots au bout du monde L’envie de prendre le large vous a gagné ? Vous feriez sans doute un excellent candidat pour Cabo de la Vela, une destination hors des sentiers battus qui a gagné le cœur des adeptes de kitesurf avec un savant mélange de vents favorables, de dépaysement et de rusticité. Texte et photos David Riendeau

U

favorables 11 mois par année. Il n kitesurn’en fallait pas plus pour attirer feur tranche les mordus de cette spectaculaire la mer des discipline du monde entier. Caraïbes à plus de Atmosphère 20 nœuds de bout du monde vers un groupe de curieux Se rendre à Cabo de la Vela par ses postés sur la rive. Une propres moyens relève de la petite fraction de seconde avant aventure, ajoutant sans doute à la collision, l’acrobate l’aura du site. Toutes les heures, donne un coup de barre. des voitures quittent Riohacha pour Son cerf-volant change traverser une vaste plaine recouaussitôt de cap. La puisverte d’arbustes épineux jusqu’à sance du vent soulève Uribia. La ville constitue le principal « Pour moi, le kitesurf est une le sportif au-dessus de façon d’oublier mes petits tracas foyer de population des Wayuus qui leur tête pour le dépoquotidiens. Une fois dans l’eau, occupent la péninsule depuis des ser comme par magie je ne pense plus qu’au cerftemps immémoriaux. À travers la volant et à la planche. Tout le 10 mètres plus loin sur foule de petits hommes à la peau reste s’efface. » l’eau sous le regard ébahi obscurcie par le soleil et de femmes des spectateurs. Bienveaux élégantes robes, on se fraye un chemin nue à Cabo de la Vela, paradis de la voile. jusqu’au marché public, c’est là que partent les Peu de sites concentrent autant de conditions camionnettes en direction de Cabo. Une fois les idéales pour le kitesurf que ce minuscule passagers entassés comme des sardines au village de pêcheurs dans la péninsule de La milieu des caisses de nourriture et des poules – Guajira, au nord-est de la Colombie. Imaginez probablement leur souper – le pick-up s’élance une baie aux eaux dociles balayée de vents dans le désert.

26

printemps 2016


27


adrénaline

Où pratiq u er ? Colombie - Barlovento, Cabo de la Vela barloventokb.com - Nina Kite, Riohacha États-Unis - Cape Hatteras Québec - Cindy Hook Sports Aventure, Îles-de-la-Madeleine cindyhook.com - Kiteforce, Montréal kiteforce.ca

28

printemps 2016

#kitesurf


sport

#kitesurf

« Le kitesurf n’étant pas sans danger, mieux vaut apprendre auprès d’un instructeur qualifié. S’il est à l’aise sur l’eau, un débutant peut espérer naviguer de façon autonome après 10 heures de cours. »

Faire ses premi è res armes « S’initier au kitesurf est avant tout une affaire de patience et de concentration », m’explique Victor Garbo qui m’a enseigné quelques jours plus tôt les rudiments de cette discipline à Riohacha, une autre destination de voile de la côte colombienne qui s’adresse plutôt aux sportifs avertis. « Pour moi, le kitesurf est une façon d’oublier mes petits tracas quotidiens. Une fois dans l’eau, je ne pense plus qu’au cerf-volant et à la planche. Tout le reste s’efface. »

Après une heure de route, le véhicule bifurque sur un sentier poussiéreux qui s’enfonce dans une forêt de cactus hauts de plusieurs mètres. Enfin, le chemin s’ouvre sur la mer des Caraïbes dans toute sa majesté. Pas surprenant que la mythologie wayuu a localisé l’entrée du paradis – le Jepira – quelque part entre derrière les collines rocailleuses près de ce modeste village où la pluie n’est pas tombée depuis des années. Des chaînes d’hôtels ont voulu implanter des tout-inclus dans la baie, mais les Wayuus ont refusé. Ce territoire, aussi aride soit-il, leur est sacré. Plage, soleil et poisson frais Les journées s’écoulent doucement à Cabo de la Vela. Les kitesurfeurs passent de la plage à leur hamac après avoir attaqué un succulent plat de fruits de mer fraîchement pêchés. Il n’est pas rare de compter une dizaine de cerfs-volants voguer en même temps jusqu’au coucher du soleil. Le soir, les gens se réunissent autour d’une bière et d’une guitare. Toutefois, les amateurs de voile qui débarquent dans la région doivent s’attendre à vivre

Après s’être familiarisé avec l’équipement, l’élève débute sur la rive avec une voile d’essai, plus petite que celle qu’il utilisera sur l’eau. Le pratiquant obéit aux mêmes lois physiques que la navigation à voile. Il doit piloter son cerf-volant à l’aide d’une barre où sont reliés des câbles de traction. Une légère flexion du bras permet d’aller à bâbord ou à tribord. Au contraire, un geste trop brusque fait plonger la voile.

« Les journées s’écoulent doucement à Cabo de la Vela. Les kitesurfeurs passent de la plage à leur hamac après avoir attaqué un succulent plat de fruits de mer fraîchement pêchés. »

de façon rustique durant leur séjour. Frappé d’une grande pauvreté, Cabo de la Vela n’a pas accès à l’eau courante, aussi faut-il se doucher à l’aide d’une chaudière. Quant aux maisons, elles sont alimentées en électricité seulement quelques heures après le coucher du soleil par des génératrices. Cela dit, ces inconvénients pèsent peu dans la balance en comparaison de l’expérience enrichissante qui attend les visiteurs.

Une première tentative permet de constater que maintenir en stabilité son cerf-volant n’est pas une mince tâche. Une fois qu’il aura maîtrisé ses techniques de pilotage, le débutant est accroché à une voile plus grande. Ensuite, il pourra se jeter à l’eau pour ses premiers décollages. Inutile de dire qu’il faut garder la bouche fermée tout au long de l’exercice, au risque de boire la grande tasse ! Le kitesurf n’étant pas sans danger, mieux vaut apprendre auprès d’un instructeur qualifié. S’il est à l’aise sur l’eau, un débutant peut espérer naviguer de façon autonome après 10 heures de cours. 29


sport

#kitesurf

« Le pratiquant obéit aux mêmes lois physiques que la navigation à voile. Il doit piloter son cerf-volant à l’aide d’une barre où sont reliés des câbles de traction. »

Les gens vivaient dans la peur. À mesure que la tranquillité est revenue, Cabo s’est ouvert aux visiteurs, mais l’endroit était surtout connu pour ses paysages de carte postale. Des amateurs qui étaient de passage se sont aperçus que le site était parfait pour le kite. Maintenant, nous recevons des kitesurfeurs et des débutants de partout dans le monde. »

« À mesure que la tranquillité est revenue, Cabo s’est ouvert aux visiteurs, mais l’endroit était surtout connu pour ses paysages de carte postale. »

30

printemps 2016

Un sport et ses espoirs L’engouement autour de cette destination de kitesurf est plutôt récent, constate Andrés Palderama qui a ouvert la première école de voile du village, sept ans plus tôt. « Le narcotrafic empêchait tout développement touristique dans la région. On raconte même que les grottes servaient de cachettes aux bandits.

Gonzalo Castro, un instructeur qui s’est établi à Cabo, fonde l’espoir que la venue de kitesurfeurs améliorera le quotidien des Wayuus. « Pour remercier la communauté de nous avoir permis d’ouvrir une école, nous avons initié deux jeunes du village au kitesurf. C’est fascinant de voir à quel point ils apprennent vite. Présentement, ils nous donnent un coup de main. Un jour, ils deviendront instructeurs et ils pourront compter sur une source de revenus autre que l’élevage et la pêche. »


31


Échec & Mat Photographe Geneviève Charbonneau | Réalisation Martin Boucher


Veston le 31 350$ Simons Chemise Le 31 69$ Simons Pantalon le 31 150$ Simons Chaussures Tod's 520$ chez Holt Renfrew


section #section

34

printemps 2016


Pull S.N.S. Herning 325$ chez Simons | Pantalon Circle of gentleman 325$ Escarpins Aldo 125$ | Sac bandoulière Hugo Boss 515$ chez Simons | Panama Larose Paris 295$ chez Simons

Chemise Paul Smith 550$ chez Simons | Pantalon Michael Kors 195$ chez Simons


section #section

36

printemps 2016


Veston et pantalon Le 31 275$, 125$ chez Simons | Col V Fred Perry 175$ chez Simons Bottillons Aldo 150$ | Ceinture Matinique 99$ | Bracelet Tateossian 215$ chez Simons

Blouson de jeans Naked&Famous 190$ chez Simons | Polo Circle of Gentleman 175$ | Pantalon Prada 910$ chez Holt Renfrew Lunettes Ray-Ban 200$ chez Holt Renfrew | Montre Shinola 720$ chez Holt Renfrew | Foulard de poche Paul Smith 105$ chez Holt Renfrew


section #section

38

printemps 2016


Modèle Michael Leblanc (Dulcedo) | Mise en beauté Amélie Ducharme | Assistants photo Sarah Jade Champagne et Michael Manoukian | Assistant styliste Alfredo Prado

Habit Philippe Dubuc 1300$ | Chemise Circle of gentleman 255$ | Chaussures Steve Madden 150$ chez Browns Montre Gucci 1400$ chez Holt Renfrew | Bas Paul Smith 39$ chez Simons

Veston Angelico 795$ chez Simons | Chemise Circle of gentlemen 255$ | Pantalon J Lindeberg 265$ chez Simons Chaussures Lanvin 675$ chez Holt Renfrew | Foulard de poche Paul Smith 105$ chez Holt Renfrew


mode

#grooming

T OU T C E Q U E V OU S D E V E Z S AV O I R S U R L E

rasage Comme pour les coupes de cheveux et les vêtements, elle suit une mode : tantôt fournie, tantôt inexistante. Quoi qu’il en soit, la barbe est un symbole de masculinité. Malgré tout, il arrive que certains hommes la négligent. Que ce soit par manque de temps ou de connaissance, il n’est pas rare de voir des barbes inégales ou qui vont dans toutes les directions. Pas très joli, tout ça ! Et les produits que nous pouvons retrouver dans les grandes surfaces ne sont pas toujours appropriés pour la santé de la peau. Julien Blanchard, cofondateur de l’entreprise Groom, nous offre ses meilleurs conseils en matière de barbe et de moustache. Voici tout ce que vous devez savoir sur la barbe ! Par Mireille Gendron

Distinguons le vrai du faux Il n’est pas facile de différencier le vrai du faux lorsque nous regardons une publicité à la télévision, dans le journal ou à la radio. La société de consommation fait également en sorte que nous sommes portés à toujours renouveler les outils que nous utilisons, d’où la popularité des produits jetables. Selon Julien Blanchard, les vrais bons outils pour la barbe ont bien failli disparaître il y a quelques années. D’ailleurs, ces mêmes bons outils étaient difficilement accessibles au Québec. Il fallait alors se tourner vers les États-Unis pour se les procurer. Pas toujours évident ! On se retrouve donc face à un éventail de produits et d’accessoires qu’on peine à connaître et à comprendre. Par exemple, est-ce vrai qu’un rasoir à plusieurs lames limite l’irritation faite à la peau durant le rasage ? C’est faux ! Plus il y a de lames, plus le nombre de points de pression sur la peau augmente. Pourtant, 40

printemps 2016

plusieurs compagnies de rasage nous bombardent ce message. Avez-vous aussi déjà vu une publicité qui vous présente un homme qui se rase à partir du dessus de sa tête jusqu’au bout de son menton ? Un seul trait. Est-ce possible ? Pourtant, c’est bien ce qu’on essaie de nous faire croire. Selon Julien, il est préférable d’effectuer plusieurs petits traits. C’est à s’y méprendre ! Il faut aussi se méfier des charlatans qui tentent de vendre des produits qui promettent de faire pousser la barbe. Vous savez, un produit qui permet de « ­patcher » la barbe, couvrir les inégalités, etc. Méfiez-vous ! De plus, un produit vous promettant de vous donner une barbe riche et soyeuse peut s’avérer très chimique et vous causer des dommages irréparables. Messieurs, soyez prudents ! Suivez plutôt ces 5 ­commandements pour bien la raser. Vous ne le regretterez pas !

« Pour les barbus qui ne veulent rien savoir du rasage, votre tâche n’est pas plus facile. Le nettoyage de la barbe est un incontournable. »


section

#section

5 commandements p o u r b ie n gérer v otre rasage

1. T  out d’abord, le meilleur moment pour se raser est après la douche. L’eau chaude permet d’ouvrir les pores de peau, ce qui diminue l’irritabilité de celle-ci. L’idéal est aussi de se raser le matin. Toutefois, ne vous rasez pas dès le réveil! Il est préférable d’attendre une quinzaine de minutes avant de s’exécuter afin de permettre aux muscles de votre visage de se détendre et à vos poils de se redresser. 2. Le rasoir de sûreté ou le « safety razor » comme disent les anglophones, est un rasoir à une seule lame, ce qui réduit considérablement l’irritation que le rasage peut occasionner. Il est préférable d’utiliser un rasoir de ce genre si vous désirez un travail net et professionnel. Savez-vous pourquoi on le nomme ainsi ? Car les risques de se blesser sont moins élevés avec ce type de rasoir. En fait, une seule portion de la lame est visible; cette portion est suffisante pour offrir un rasage de près et efficace, mais pas assez pour engendrer des coupures. Par contre, il est bien important de savoir comment l’utiliser et comment l’entretenir. Après le rasage, prenez le temps de bien le rincer avec de l’eau chaude pour éliminer tous les résidus d’huile ou de savon. Laissez le sécher à l’air libre et rangez-le par la suite pour éviter que vous ou quelqu’un d’autre se blesse !

3. Il est également primordial de bien préparer sa peau pour le rasage. C’est pourquoi il est important d’utiliser une huile à rasage ou de la mousse dense, afin de bien positionner le poil et ainsi faciliter le rasage. De plus, il peut être avantageux d’investir dans une crème ou une huile de qualité. Votre peau sera beaucoup moins endommagée et se régénérera mieux avant le prochain rasage. 4. Apaiser la peau après le rasage est aussi nécessaire pour préserver l’apparence de celle-ci. Cette action permettra de diminuer les rougeurs, les boutons et ainsi préparer votre peau pour votre prochain rasage. Elle permettra également de désinfecter la peau, qui aura été mise à rude épreuve durant le rasage. Un bon après-rasage sera habituellement fait avec des ingrédients naturels qui encourageront la peau à mieux récupérer et non à l’assécher. 5. Finalement, on ne devient pas expert du rasage du jour au lendemain. Aussi dommage que cela puisse paraître, il faut de la pratique pour bien se raser. Utiliser un nouveau rasoir ou de nouvelles huiles ou crèmes nécessitent du temps à maîtriser. Ne vous en faites pas ! Soyez patients et vous verrez rapidement les résultats tant espérés. N’hésitez pas à aller chercher de l’aide et à demander des conseils à plus connaisseurs que vous, comme des barbiers. Ils seront ravis de vous guider ! 41


4

mode

#grooming

accessoires essentiels

p o u r u n b o n rasage

Qu’est-ce que les entreprises Groom Inc. ? L’idée de Groom est venue de trois amis, Julien Blanchard, Maxime Leclerc et Étienne Côté, qui ne trouvaient pas des produits de rasage et pour la barbe de qualité, ici au Québec. Confectionnés à la main à partir d’ingrédients naturels, les produits Groom sont élaborés, testés et produits dans leur atelier à Montréal. Les produits ne contiennent aucun parabène, colorant, parfum artificiel ou dérivé de pétrole; seulement les meilleurs ingrédients naturels, sélectionnés pour leurs qualités. Le tout est soigneusement produit en petits lots pour assurer f­ raîcheur et qualité optimale. 1. Rasoir de sûreté : Le rasoir de sûreté est celui qui possède le meilleur ratio qualité/sécurité. Vous obtiendrez un résultat beaucoup plus net et professionnel. Bien qu’il paraisse dispendieux aux premiers abords, il vous sera beaucoup plus économique à long terme de vous le procurer.

3. Blaireau  : le blaireau est une petite brosse de plus en plus populaire qui permet de créer une mousse dense et de bien étendre le produit de rasage utilisé. Le blaireau permet d’assouplir le poil et ainsi faciliter le rasage.

2. Huile à rasage : L’huile à rasage, comme son nom le dit si bien, se concentre davantage sur la préparation de la peau pour le rasage. Cette huile va non seulement hydrater et nourrir la peau, mais elle va également offrir une couche de protection. Elle aidera aussi à prévenir l’irritation et la sécheresse dues au rasage, ainsi que les poils incarnés et les coupures.

4. Après-rasage  : L’après-rasage permet d’hydrater, de revigorer et d’apaiser la peau à la suite du rasage. Encore une fois, soyez vigilants lorsque vous cherchez un aprèsrasage. Recherchez les produits avec des ingrédients naturels qui n’assécheront pas votre peau.

42

printemps 2016


ĂŠconomie

#tourisme de luxe

44

printemps 2016


Québec Le

spécialiste du luxe en forêt

La France a ses Vuitton, l’Allemagne ses Volkswagen, l’Italie ses Gucci… Et le Québec ? Sa forêt boréale ! Si la Belle Province n’est pas reconnue pour ses produits de luxe, elle a mis les bouchées doubles pour se distinguer auprès d’Américains et Européens fortunés en quête d’expériences inédites de plein air et d’aventures.

P

Par Judith Plamondon

êche au saumon, chasse au caribou, à l’ours noir ou encore au cerf de l’île d’Anticosti : le Québec regorge d’activités qui font le plaisir des amateurs de grands espaces bien nantis. L’industrie génère à elle seule près de 110 millions de dollars par année. Selon la Fédération des pourvoyeurs, les établissements travaillent fort pour satisfaire cette clientèle sélecte. « Ils vont chercher des chefs de grands restaurants, ils rénovent les chalets. Ce n’est plus seulement de la chasse qu’ils offrent, mais de véritables expériences de confort et de gastronomie », indique M. Duchaine. On compte 615 pourvoiries au Québec en 2016, dont une quarantaine d’établissements cinq étoiles. Le repère des stars et politiciens Chaque année, des PDG de multinationales, politiciens et stars séjournent dans le Camp Bonaventure, l’une des

pourvoiries de pêche au saumon parmi les plus luxueuses de la province. Propriétaire de l’établissement gaspésien depuis 1993, Glenn Legrand s’est d’ailleurs fait un point d’honneur de ne pas dévoiler leurs noms. S’il est tenu au secret sur les identités de ses clients, il ne cache pas leur nationalité : Américains, Russes, et récemment même Israéliens. « Près de 75 % de notre clientèle est étrangère, dit-il. Le Québec est très réputé pour la pêche au saumon d’Atlantique. C’est ici que nous avons les rivières les plus claires au monde. » Pour leur offrir tout le confort possible, il pense au moindre détail : des chocolats sur les oreillers chaque matin jusqu’au DVD de photos que l’on envoie à la fin du séjour. Le propriétaire doit aussi répondre à tous les caprices de ses protégés. « Des Américains m’ont réclamé des cigares Cohiba, une fois. Ce sont des cigares cubains qui valent 1 000 $ la boîte, se rappelle-t-il en riant. Heureusement que l’on connaît du monde. On a réussi à les obtenir. »

« Le Québec s’améliore de plus en plus dans le domaine, assure Simon Duchaine, de la Fédération des pourvoiries du Québec. Les pourvoiries font toutes un effort en ce moment pour décrocher l’étoile supplémentaire. »

L e lu x e da n s le G rand N ord Si certains touristes se rendent dans des pourvoiries luxueuses avec tout le confort d’un Hyatt, d’autres délaissent avec plaisir les 5 étoiles pour se lancer dans l’aventure du Grand Nord québécois et poser le pied sur des territoires encore vierges. « Les gens qui voyagent dans le Grand Nord dépensent beaucoup d’argent pour venir. Mais ils cherchent avant tout l’aventure à la rough. Ils n’hésitent pas à troquer le confort pour la grandeur des paysages », constate Isabelle Dubois de l’Association touristique du Nunavik. Pourtant, les prix sont encore plus élevés que dans les pourvoiries. Un séjour d’une semaine peut coûter plus de 7 000 $, notamment en raison du prix des billets d’avion, selon Aventures Inuit, une coopérative qui organise des voyages au profit de la communauté inuite. Parmi les excursions les plus populaires : profiter des plus grandes marées au monde pour partir observer les ours polaires en canot. Là encore, la clientèle internationale domine. « Ce sont principalement des professionnels : des avocats, des médecins d’Europe et des États-Unis, indique Sean McDonagh, d’Aventures Inuit. Ils sont aussi intéressés par la culture locale que par les paysages et la faune. » Lui aussi doit composer avec des demandes parfois atypiques. « On m’a demandé d’organiser une activité de chasse au morse, mais j’ai refusé, car c’était trop dangereux », dit-il. L’organisme accommode pour l’instant de 80 à 100 touristes par année. Mais la demande est grandissante pour découvrir les splendeurs du Nunavik, assure Isabelle Dubois. « Avec le fameux Plan Nord, ça a fait boule de neige, dit-elle. Et c’est sûr que le réchauffement climatique a créé un sentiment d’urgence. » 45


coloré Printemps

PhotographE : Yan Bleney direction artistique : Pierce Atkinson (Judy Inc.)

Boutons de manchettes Simons 325$ | Tateossian Lunettes Simons 199$ | Ray-Ban Noeud papillon | Simons 39$ Chaussures Simons 175$ | Comme des Garçons pour Converse

46

printemps 2016


Chaussures Aldo 200$ | Mr. B's Lunettes Simons 159$ | TOMS Portefeuille Simons 175$ | Paul Smith Cravate Banana Republic 74$ Chemise Simons 135$Â

47


Chemise Simons 135$ | Giovanni Rosmini Cravate Simons 150$ | Paul Smith Ceinture COS 59$ Portefeuille COS 35$ Lunettes Simons 199$ | TOMS

48

printemps 2016


Chaussures Simons 175$ | Comme des Garรงons pour Converse Bagues Simons 80$ chacune | Vitaly Noeud papillon Simons 99$ Ceinture COS 49$ Portefeuille Simons 435$ | Paul Smith Foulard COS 89$

49


voyage #train

Sept itinéraires de train

grandioses

Un périple en train ramène souvent le voyageur à une vérité (parfois oubliée) : l’itinéraire est souvent plus intéressant que la destination. Question de vous donner l’envie de voir du pays, Homme propose sept itinéraires de chemins de fer grandioses à faire rêver. Par David Riendeau

50

printemps 2016

De Banff à Vancouver (Canada) Ce circuit de 4 jours/3 nuits dans les Rocheuses canadiennes s’avère à la fois un voyage dans l’espace et l’histoire. C’est sur cette voie ferrée que le dernier piston du chemin de fer du Canadien Pacifique a été enfoncé. En roulant sur la mythique voie ferrée qui a uni l’est et l’ouest du pays, vous découvrirez des paysages à couper le souffle. Depuis la ville de Banff, le Rocky Moutaineer se dirige vers Kamloops, à l’intérieur de la

Colombie-Britannique. Le train traverse de vastes territoires sauvages au relief accidenté. Vous verrez de spectaculaires canyons, des lacs cristallins et de majestueuses montagnes aux sommets enneigés. Après avoir franchi la ligne continentale de partage des eaux, le Rocky Mountaineer descend par la vallée du fleuve Fraser jusqu’à Vancouver. Combien : 2 049 $ CAD rockymountaineer.com


La Vallée sacrée (Pérou) Déposer son sac à dos à bord du Belmond Hiram Bingham rendra inoubliable toute aventure au Pérou. Ce service de train exclusif vers le Machu Picchu offert par Perurail peut accueillir 84 passagers. Ces derniers auront droit à un brunch gourmet et seront accompagné d’un guide. Les passagers embarquent à Cusco, ville coloniale au charme magnétique. Un verre de pisco sour à la main, ils auront le loisir d’admirer les magnifiques paysages de la Vallée sacrée composés de villages aux tuiles rouges et de hautes montagnes rocailleuses surmontées d’énigmatiques forteresses. Après avoir dépassé les ruines d’Ollantaytambo, la voie ferrée pénètre dans la jungle, longeant une rivière tumultueuse jusqu’au pied de la cité perdue des Incas. Combien : 280 $ US perurail.com La Vallée du Rhin (Allemagne)

Le Transalpin (Nouvelle-Zélande)

Lors de votre prochaine escapade en Europe, prévoyez faire un crochet par la Vallée du Rhin, en Allemagne. Un train panoramique longe la rive occidentale du fleuve au cœur d’une bucolique région vinicole aux collines verdoyantes. Les passagers embarquent à Mainz, village qui a vu naître l’inventeur de l’imprimerie, Gutenberg. L’itinéraire traverse plusieurs hameaux dominés par les châteaux médiévaux de Marksburg, Stahleck et Katz. Le périple de 100 km prend fin à Koblenz, au pied de la forteresse d’Ehrenbreitstein. Les détenteurs d’une passe Eurail – qui permet de visiter plusieurs pays du vieux continent à un prix réduit – peuvent emprunter ce chemin de fer aux paysages idylliques. Combien : 20-60 Euros bahn.de

Un voyage à bord du train qui relie Christchurch à Greymouth donne un accès privilégié aux beautés naturelles de la Nouvelle-Zélande, un pays riche en contrastes géographiques. Le train part tous les matins depuis la capitale. La ligne de chemin de fer parcourt d’abord les terres agricoles des plaines de Canterbury avant de passer à un cheveu de vertigineuses gorges le long de la rivière Waimakariri. Le train s’aventure ensuite dans le décor époustouflant des Alpes. Les passagers arrivent à Greymouth sur la rive occidentale de l’île le jour même. Deux options s’offrent à eux : retourner à Christchurch ou explorer cette région faite de glaciers et de rivières sauvages. Combien : 190 $ CAD kiwirailscenic.co.nz 51


voyage #train

Du Cap à Dar es Salam (Afrique) Que diriez-vous d’observer les zèbres galoper dans la savane africaine tout en dégustant un excellent cru sudafricain ? The Pride of Africa permet de vivre un safari haut de gamme en recréant le romantisme et l’élégance des grands voyages du siècle dernier. L’opérateur propose divers itinéraires, dont une traversée du continent noir de 15 jours. Partant du Cap, le train mène les passagers à la réserve Madikwe Game, refuge de l’éléphant, du rhinocéros noir et du lion. 52

printemps 2016

L’odyssée se poursuit à travers les plaines du Botswana et du Zimbabwe pour s’arrêter aux spectaculaires chutes Victoria, larges de 1 700 mètres. L’aventure prend fin à Da es Salaam, sur la côte de la Tanzanie. Dans la voiture-restaurant, décorée dans la plus pure tradition victorienne, le personnel sert les meilleurs vins régionaux aux gentlemen et aux ladies, en tenue de soirée, étiquette oblige. Combien : 11 850 $ US rovos.com


Les montagnes du Colorado (États-Unis) Ici, le plaisir de s’émerveiller devant les paysages montagneux du Colorado se joint à la sensation unique de monter dans un authentique train de l’époque du Far West. Le dernier clou de la ligne de chemin de fer qui relie les villages de Durango et Silverton est planté en 1882. Depuis, l’antique locomotive à vapeur alimentée au charbon mène inlassablement ses passagers dans l’arrière-pays. Vous aurez la chance d’admirer de majestueux canyons et les forêts de la Réserve naturelle de San Juan tout en vous mettant dans la peau des cowboys et des pionniers qui ont fait le même itinéraire un siècle auparavant. Combien : 62 $ US. durangotrain.com

Le Triangle d’or (Inde) Le Maharajas Express promet de faire découvrir à ses passagers les splendeurs de l’Inde tout en leur réservant un traitement princier. Après une cérémonie d’accueil, les visiteurs sont invités à s’installer dans leur cabine où un majordome se tient à leur disposition 24/7. Ce « palais sur roues » pouvant accueillir 88 passagers compte 14 ­voitures-lits dont un réservé à la suite présidentielle avec deux chambres, une aire commune et une spacieuse salle de bain. Les

deux restaurants, le bar et le lounge sont décorés dans l’esprit des salons orientaux. L’entreprise propose notamment un séjour de 4 jours/3 nuits dans le Triangle d’or formé des villes de Delhi, Agra et Jaipur. Taj Mahal, bazars aux mille couleurs, forteresses du R ­ ajasthan et rugissements de tigre sont au programme. Vous aurez même l’opportunité de jouer au polo sur un éléphant ! Combien : 3 850 $ US maharajas-express-india.com

53


mixologie #bourbon

Le

whisky de l’Oncle Sam

Le bourbon, cette simple bière « flat » vieillie en fût, est l’une des appellations de la famille des Whiskys. Il est depuis 1964 le spiritueux officiel des États-Unis (par sceau présidentiel !), mais la légende du bourbon remonte à bien plus loin. Pas mal, pour de l’alcool de blé d’Inde, non ? Par Patrice Plante | photo Annie Ferland

Bourbon, tout le monde ! Si l’on sait qu’il se distille au Kentucky depuis le 18e siècle, on se demande encore qui d’Elijah Craig, d’Evan Williams ou de Jacob Myers a le droit d’en être nommé l’inventeur. Même chose pour le nom : comté de Bourbon au Kentucky ou rue du même nom à La Nouvelle-Orléans ? On l’sait pas plus ! Ce qui compte, c’est que ce spiritueux ambré, création des immigrants irlandais et écossais, est de retour en grâce et qu’il est le devoir de tous les hommes de l’apprécier à sa juste valeur.

Un peu d’histoire C’est au 18e siècle que l’on voit les premiers balbutiements du bourbon aux États-Unis. Beaucoup d’hommes se lancent alors dans la distillation du maïs et la production de bourbon et en font un commerce florissant aidé, entre autres, par l’insecte nommé le Phylloxéra. Ce dernier décime les vignes de vins et de cognac en France, rendant d’autres spiritueux plus populaires, et changeant ainsi le cours de l’histoire. Le cognac fut remplacé par du rye ou du bourbon dans plusieurs cocktails classiques.

Pour avoir le droit de dire qu’il est du bourbon, l’alcool doit respecter de strictes conditions, parmi quatre principales : • Être produit aux États-Unis ; • Être fait à 51 % ou plus de maïs ; • Être vieilli dans des fûts de chêne blanc neufs et noircis à la fumée ; • Être embouteillé à au moins 40 % vol. d’alcool.

De 1920 à 1933, l’industrie des whiskys américains connaît une chute vertigineuse causée par la Prohibition et l’industrie du bourbon ne s’en remettra qu’à partir des années 1980, pour finalement redevenir le whisky le plus vendu aux États-Unis en 2010 (position détenue jusqu’alors par le whisky canadien). Au fameux Kentucky Derby (la plus importante course de chevaux des États-Unis), il se sert plus de 120 000 Mint Juleps en deux jours !

Parlons vieillissement Comme vous, messieurs, le bourbon prend ses galons et gagne en assurance en vieillissant. On dit même que plus il reste longtemps en barrique, plus il plait aux dames, car il est plus doux, plus vanillé sans perdre son mordant.

C’est dire comment, au Kentucky, on ne rigole pas avec l’un des quatre « piliers » de l’État (le bourbon, le tabac, les chevaux et les jolies femmes !). Ingrédient essentiel du Old Fashioned et du Mint Julep, on comprend pourquoi les Kentuckiens recommandent : Keep your friends close and your bourbon closer !

54

printemps 2016

Trouver l’intrus!

Bien que faisant partie d’une catégorie à part (Tennessee Whisky), ce bon vieux Jack est un proche parent du bourbon. Voici donc trois musts à avoir sous la main. Jack Daniel’s Old No.7 Sa réputation n’est plus à faire. Avec son mélange de maïs (80 %), de seigle (8 %) et d’orge maltée (12 %), il donne des arômes de vanille et de caramel. En bouche, il est moelleux et rond avec une finale franche et persistante. Code SAQ : 00041384 Jim Beam White Label Ce bourbon possède un goût suave, mais puissant avec une finale boisée. Ça sent bon la vanille et le foin fraîchement coupé ! Code SAQ : 11 975 399 Maker’s Mark On le reconnait facilement grâce à son goulot recouvert de cire rouge. Rond et riche, il a des accents de fruits rouges mûrs, de vanille et de cannelle. Si vous n’aimez pas déjà le bourbon, c’est lui qui vous fera tomber en amour avec ce spiritueux. Code SAQ : 10 817 807


LE ROUGE GORGE Le cocktail qui ravivera toutes les passions et qui plaira autant à la gent féminine qu’aux damoiseaux. Un délicieux mélange de bourbon mâle à la rencontre de la soie féminine du sirop, la pincée de sel élève toutes les saveurs de l’Angostura aux épices séduisantes. Quoi demander de mieux pour charmer une conquête ? En s’armant du panache d’un nœud papillon en bois « Monsieur Pap ». - 1 oz de bourbon - 0.75 oz de jus de citron frais - 0.75 oz de sirop simple (ou sirop Universel Monsieur Cocktail) - 0.25 oz d’amer Angostura - Pincée de sel de mer - Zeste de citron (pour décorer) 1. Dans un shaker, ajouter tous les ingrédients et mélanger avec de la glace. 2. Filtrer au tamis fin dans un verre à martini ou une coupe à champagne préalablement refroidie. 3. Décorer d’un zeste de citron.

55


adrĂŠnaline #libertĂŠ

56

printemps 2016


section

#section

C h o isissez votre

aventure 57


adrénaline #liberté

BMW R1200GS/R1200GS Adventure

Nous essayons tous de rompre avec le quotidien ou, du moins, nous devrions si nous voulons demeurer sains d’esprit. Pour plusieurs, cette rupture implique un peu d’aventure, que ce soit le camping, le saut en parachute, l’escalade ou le voyage. Une belle manière d’insuffler un peu d’excitation dans l’horaire, une fois sorti du bureau, est d’enfourcher une motocyclette et de se taper quelques belles routes. Parfois, il s’agira de routes moins empruntées, un peu perdues et non pavées. Par conséquent, si vous planifiez une excursion sur deux roues sur surface variée, il est peutêtre le temps de vous procurer une motocyclette d’aventure. Par Costa Mouzouris

« En 1980, BMW inventait le créneau des motocyclettes d’aventure, tel que nous le connaissons aujourd’hui, avec la R80G/S. »

C

es machines polyvalentes sont assez puissantes pour transporter tout ce dont vous et votre partenaire de route aurez besoin pour une aventure de fin de semaine… et plus longue, même. Leur suspension est réglée pour accommoder les chemins moins doux. En somme, c’est l’équivalent d’un VUS sur deux roues et comme les VUS, il y en a pour tous les goûts; certaines misent sur le confort, comme la Cadillac Escalade, la performance, comme la Porsche Cayenne, ou les parcours hors route, comme le Jeep Wrangler Rubicon. Beaucoup de motocyclettes d’aventure sont équipées des technologies les plus récentes et chacune offre la possibilité de vivre des heures de plaisir.

58

printemps 2016

Voici quelques choix populaires pour 2016 Aprilia Caponord 1200 Aprilia est probablement le moins connu des trois fabricants italiens de moto­ cyclettes dans notre liste. La Caponord 1200 est tout indiquée pour l’aventure sur route. Son moteur bicylindre en V de 1197 cm³ produit 125 chevaux. La version Travel Pack de 15 995 $, montrée ici, est munie des technologies les plus modernes. Parmi ses caractéristiques, notons le système antipatinage, trois modes de conduite (Sport, Touring et Rain), le régulateur de vitesse et le système de réglage électronique de la suspension qui tient compte des irrégularités de la route et d’autres facteurs afin d’ajuster instantanément l’amortissement et même la précharge du ressort arrière. La Caponord est également munie de valises de 29 litres, d’une béquille centrale, de protège-mains, d’un pare-brise ajustable et de freins ABS. aprilia-canada.ca

BMW R1200GS/R1200GS Adventure En 1980, BMW inventait le créneau des motocyclettes d’aventure, tel que nous le connaissons aujourd’hui, avec la R80G/S. Après quelques générations, elle s’est transformée pour devenir la R1200GS, perçue par plusieurs comme la reine de sa catégorie. Elle est équipée de la plus récente version du moteur Boxer de 1 170 cm³ refroidi à l’eau et qui développe 125 ch. La GS de base a un prix de départ à 19 400 $, tandis que la R1200GS Adventure se vend à partir de 21 750 $. L’Adventure est la monture qu’il vous faut si vous prévoyez sortir régulièrement des sentiers battus. Elle est équipée de roues « tubeless » à rayons (par opposition aux jantes moulées moins robustes de la GS de base), d’une suspension étendue, d’un alternateur plus puissant, d’un réservoir à essence plus grand, d’un pare-brise plus grand et de protecteurs de moteur. Les freins ABS, le système de contrôle de la stabilité, les poignées chauffantes et les deux modes de conduite sont offerts de série sur les deux bolides. bmw-motorrad.ca


BMW S1000XR La S1000XR de BMW s’inspire de la performance de la moto sport S1000RR. Son moteur 4 cylindres en ligne de 999 cm³ produit 160 chevaux, soit 38 de moins que la RR, mais il est toutefois réglé pour produire un couple étendu. C’est ce qui fait que la XR s’inscrit dans la catégorie des motocyclettes d’aventure. Ses roues de 17 pouces accommodent un grand choix de pneus, tandis que sa position de conduite relevée offre beaucoup plus de confort que sa sœur plus sportive. À 17 600 $, elle est plus abordable que la R1200GS, mais elle est moins bien équipée. En option, on y trouve entre autres le système antipatinage, le réglage électronique de la suspension, le régulateur de vitesse et les poignées chauffantes. bmw-motorrad.ca

« Ducati est une marque italienne bien connue. Les bolides qui sortent de son usine de Bologne dégagent la performance pure. »

Ducati Multistrada 1200/1200 Enduro Ducati est une marque italienne bien connue. Les bolides qui sortent de son usine de Bologne dégagent la performance pure. La Multistrada ne fait pas exception. Son moteur bicylindre de 1 198 cm³ affiche une puissance impressionnante de 160 chevaux. Le cadre de la Multistrada s’inspire du châssis de course de Ducati et lorsqu’on y ajoute le réglage électronique de la suspension et les modes de conduite (tous des options), la moto se transforme en un rugissant bolide vous permettant de dévorer les chemins les plus reculés simplement en appuyant sur un bouton. La nouveauté pour 2016 est la Multistrada 1200 Enduro qui fait passer la Multistrada à un niveau d’aventure encore plus intense. Elle est munie d’une suspension étendue semi-active, d’un réservoir à essence de 30 litres et de roues « tubeless » à rayons, plus robustes. La roue avant de 19 pouces améliore le contrôle sur chemins de terre (la Multistrada de base est munie d’une roue avant de 17 pouces). Les avantages hors route de la version Enduro ajoutent 3 000 $ au prix de la Multistrada de base, 19 395 $. canada.ducati.com Ducati Multistrada 1200/1200 Enduro

Honda Africa Twin La Honda Africa Twin constitue le plus récent ajout du fabricant japonais dans la catégorie Aventure et elle est clairement destinée aux amateurs d’aventures hors route. Elle arbore le même style que les motos qu’on voit se démener lors du Rallye Dakar. Sa performance hors route promet d’être l’une des meilleures du créneau. La Africa Twin est munie d’un moteur bicylindre de 998 cm³ jumelé à une transmission manuelle ou une transmission à double embrayage pouvant être actionné à l’aide d’un bouton ou de façon entièrement automatique. C’est la seule moto dans sa catégorie à être munie d’une roue avant de 21 pouces et d’une roue arrière de 18 pouces, ce qui facilitera la tâche lorsque vous voudrez y installer de véritables pneus hors route. Elle est également munie de freins ABS et d’un système antipatinage. Mais ce qui surprend le plus avec la Africa Twin est son prix de base, soit 13 999 $ ; pour 1 000 $ de plus, vous obtenez un embrayage double. motorcycle.honda.ca Honda VFR1200X La Honda VFR1200X est disponible en Europe depuis 2014, mais c’est une nouvelle édition qui s’amène dans le marché nord-américain. Elle est basée sur la moto de tourisme VFR1200F, lui empruntant son moteur V-4 de 1 237 cm³ réglé à 127 ch.. Comme la Africa Twin, elle est disponible avec transmission manuelle ou à embrayage double. Elle est équipée de freins ABS et d’un système de contrôle du couple à trois niveaux. Pour 2016, elle reçoit quelques mises à niveau (si on la compare aux modèles européens précédents), y compris une transmission à embrayage double amélioré et un pare-brise ajustable. C’est un bolide plus gros et plus puissant que la Africa Twin, parfait pour parcourir de plus longues distances sur le bitume. La VFR1200X est également plus dispendieuse, soit 17 999 $ pour le modèle à transmission manuelle et 18 999 $ pour le modèle à embrayage double. motorcycle.honda.ca

59


adrénaline #liberté

Yamaha Super Ténéré/ES

Elle est équipée de valises rigides assorties, de protège-mains, d’un parebrise ajustable et de freins ABS, le tout pour 14 999 $, seulement 1 000 $ de plus que la génération précédente qui ne comprenait pas de valises. kawasaki.ca KTM 1290 Super Adventure Comme le suggère son nom, la KTM Super Adventure est tout indiquée si vous cherchez à intensifier vos aventures sur deux roues. Bien qu’elle ne soit pas en principe destinée à parcourir les chemins de terre comme la KTM 1190 Adventure R, elle n’en est pas moins puissante. Son moteur bicylindre de 1 301 cm³ produit 160 ch, égalant la BMW S1000XR et la Ducati Multistrada 1200, mais avec un couple maximal de 103 lb-pi, 20 de plus que la BMW et 3 de plus que la Ducati. Certes, son prix de vente de 22 499 $ semble élevé, mais cela comprend

60

printemps 2016

un ensemble électronique complet : modes de conduite sélectionnables, système antipatinage, freins ABS réglables hors route, régulateur de vitesse, suspension semi-active réglée électroniquement, système de surveillance de la pression des pneus, feux de virage à DEL et système de retenue empêchant la moto de reculer lors de départs effectués sur une pente. L’ensemble comprend également des poignées chauffées, un pare-brise ajustable et un réservoir à essence de 30 litres. ktmcanada.com Moto Guzzi Stelvio 1200 NTX Simplement dit, l’italienne Stelvio 1200 NTX de Moto Guzzi est l’une des meilleures aubaines de ce groupe de motos

d’aventure. Pour 16 290 $, elle est munie d’un moteur bicylindre en V 90 degrés transversal de 1 151 cm³ produisant un très respectable 105 ch avec un couple maximal de 83 lb-pi. Mais il y a plus. Elle comprend également un système antipatinage, des freins ABS, un réservoir à essence de 30 litres, un pare-brise ajustable, une hauteur d’assise réglable, une suspension réglable, des protège-mains, des protecteurs de moteur, un réservoir à essence de 30 litres, un sabot moteur et des valises latérales d’aluminium. Ça en fait beaucoup pour le prix, mais avec la Stelvio de Moto Guzzi, vous obtenez également un bolide qui a du caractère. motoguzzi-canada.ca KTM 1290 Super Adventure

Kawasaki Versys 1000 LT - 14 999 $ La Kawasaki Versys 1000LT est issue de la lignée Ninja, comme le démontre son moteur 4 temps en ligne de 1 043 cm³ qui, malgré le fait qu’il a une puissance de seulement 118 ch, produit un couple de 75 lb-pi. Elle fut redessinée en 2015, lui conférant une allure plus profilée avec une tête de fourche plus attrayante rappelant ses racines Ninja.


Triumph Tiger Explorer XR/XC

Triumph Tiger Explorer XR/XC Triumph occupe une place unique dans le créneau des motocyclettes d’aventure. La Tiger Explorer est la seule à être munie d’un moteur à trois cylindres. Ses 1 215 cm³ et 135 ch lui confèrent la fluidité d’un quatre cylindres, mais avec le couple puissant d’un bicylindre (89 lb-pi).

« Triumph occupe une place unique dans le créneau des motocyclettes d’aventure. »

BMW S1000XR

« La S1000XR de BMW s’inspire de la performance de la moto sport S1000RR. »

Suzuki V-Strom 1000 Si la Stelvio est l’une des meilleures aubaines de cette liste de motos d’aventure, la V-Strom 1000 de Suzuki, à 12 399 $, est la plus abordable. Mais cela ne veut pas dire que le fabricant a lésiné sur les caractéristiques et fonctions. Entièrement redessinée en 2014, la V-Strom est munie d’un moteur bicylindre en V de 1 037 cm³ produisant 99 ch et un couple de 75 lb-pi, ce qui la place au même niveau que les motos les plus dispendieuses en terme de puissance. Côté équipement, elle est équipée de freins ABS, d’un système antipatinage et d’une suspension réglable, une fonction que plusieurs motos plus dispendieuses n’ont pas. Donc si vous désirez vous procurer une moto pour faire de la distance, mais votre budget est limité, l’argent que vous économisez en vous procurant la V-Strom 1000 pourra être investi sur une multitude d’accessoires, comme des valises latérales de 55 litres, une valise arrière de 35 litres, un support pour appareil GPS, des feux auxiliaires HID et des barres de protection pour le moteur. suzuki.ca

La gamme Tiger Explorer a été rafraichie pour 2016. Deux modèles de base sont offerts, soit la XR, qui est orientée davantage vers la route, avec ses jantes moulées, et la XC, qui aime bien rouler là où il n’y a pas d’asphalte avec ses roues à rayons robustes. Chaque modèle comporte différentes versions, ajoutant des systèmes électroniques évolués, des poignées et une selle chauffantes, une suspension semi-active et des accessoires de tourisme comme des fixations de bagages, des protège-mains et des barres de protection du moteur. Les prix n’étaient pas disponibles lors de l’impression; les prix des modèles de base 2015 étaient 17 699 $ pour la XR et 19 299 $ pour la XC. triumph-motorcycles.ca Yamaha Super Ténéré/ES Cela fait plusieurs années que la Super Ténéré de Yamaha existe. Aujourd’hui, elle est aussi puissante et capable qu’elle l’était le jour de son lancement. Comme plusieurs des motocyclettes d’aventure dans cette liste, elle est propulsée par un moteur bicylindre en ligne de 1 199 cm³. Elle est munie d’un système antipatinage, qui gère ses 110 ch et son couple maximal de 86 lb-pi, et d’un sélecteur de trois modes de conduite, qui permet de régler l’engin pour différentes conditions. La moto est également munie de série d’un régulateur de vitesse pour les longues portions d’autoroute. En 2015, Yamaha lançait une version tout équipée, la ES, pour 1 000 $ de plus que les 16 599 $ du modèle de base. Cela vous donne une suspension semi-active électronique. Notez que les deux modèles comprennent des valises d’aluminium anodisées en noir fournissant 63 litres d’espace de rangement. Pour 2016, Yamaha offre la Super Ténéré dans un superbe fini noir et jaune pour son 60e anniversaire. yamaha-motor.ca 61


politique

#lĂŠgalisation

pot

La lĂŠgalisation du

en 5 poin ts

62

printemps 2016


Les libéraux de Justin Trudeau avaient promis de légaliser la marijuana en campagne électorale. Maintenant qu’ils dirigent le Canada, ils ont bien l’intention d’aller de l’avant avec cet engagement. D’ici à ce qu’on puisse s’acheter du pot en toute légalité au coin de la rue, voici tout ce qu’il faut savoir sur le projet du premier ministre canadien. Par Judith Plamondon

Un ex-policier à la tête du dossier Justin Trudeau a en effet réitéré durant son discours du Trône, en décembre dernier, que la légalisation de la marijuana récréative faisait partie des objectifs de son gouvernement. En janvier, le premier ministre a annoncé que ce serait le député libéral Bill Blair, un ancien chef de la police de Toronto, qui piloterait ce dossier. Des activistes ont toutefois dénoncé le choix de Trudeau de confier ce mandat à un ancien policier. Les forces de l’ordre sont reconnues pour être des championnes de la prohibition du cannabis, déplorent-ils.

Ailleurs au pays, l’idée de vendre du cannabis dans les magasins réservés à l’alcool fait aussi son chemin. En Colombie-Britannique, l’Association des magasins privés d’alcool réclame le monopole de la vente de marijuana. Le syndicat des employés de la LCBO, en Ontario, s’est aussi prononcé en faveur de cette option.

« En légalisant le pot, le gouvernement permettra aux Canadiens de fumer ou cuisiner le cannabis et ses dérivés, pour des raisons médicales ou simplement pour le plaisir. »

Long processus Ce n’est pas demain la veille qu’on pourra s’acheter un joint en toute légalité au Canada. Le processus qui mènera à cette légalisation s’annonce long. La première étape consiste à former un comité comprenant des membres issus des gouvernements de toutes les provinces et territoires du pays. Une fois ce comité mis en place, il entreprendra une série de consultations avec des experts en santé publique, en toxicomanie et en sécurité. C’est avec les membres de ce comité que le député Bill Blair élaborera le cadre législatif entourant la ­légalisation de la marijuana. Car les lois qui encadrent la vente du pot varient grandement d’un territoire à l’autre. Au Colorado, par exemple, il faut être âgé de plus de 21 ans pour acheter du cannabis. Les résidents peuvent se procurer jusqu’à 28 grammes par transaction, tandis que les touristes sont limités à 7 grammes. Du cannabis à la SAQ ? Des experts ont évoqué la possibilité que le cannabis récréatif soit vendu dans les succursales de la SAQ. Le syndicat des employés s’est d’ailleurs montré ouvert à cette option. Aura-t-on un jour des pastilles de goût associées à des produits du cannabis ? C’est à suivre !

Légalisation, décriminalisation ou prohibition Pour bien comprendre le projet de Justin Trudeau, il faut distinguer « décriminalisation » et « légalisation ». Dans le cas d’une décriminalisation, la substance demeure interdite, mais elle entraine de simples amendes plutôt que des accusations criminelles.

Les libéraux de Justin Trudeau souhaitent aller bien plus loin. En légalisant le pot, le gouvernement permettra aux Canadiens de fumer ou cuisiner le cannabis et ses dérivés, pour des raisons médicales ou simplement pour le plaisir. Comme la cigarette et l’alcool, la production et la vente du cannabis seront encadrées par l’État. Durant leur décennie au pouvoir, les conservateurs de Stephan Harper étaient opposés à toutes formes de légalisation ou décriminalisation. Ils prônaient pour leur part la voie de la prohibition. Ailleurs dans le monde Depuis quelques années, on assiste à une vague de légalisation du cannabis à l’échelle mondiale. L’Uruguay a franchi ce pas en 2013. Plus encore, elle a même nationalisé sa production et sa distribution. C’est donc l’État qui encaisse tous les revenus engendrés par la vente du cannabis. Du côté de nos voisins du Sud, quatre États américains ont légalisé le cannabis, soit l’État de Washington, le Colorado, l’Oregon, l’Alaska, en plus de la capitale, Washington D.C. Contrairement à la croyance populaire, les Pays-Bas n’ont pas légalisé la consommation et la vente de marijuana, mais les autorités la tolèrent en petite quantité. Même chose pour l’Espagne et le Portugal.

63


Pacific Dunes No.11 64

printemps 2016


passion

#golf

Dunes Bandon

Le rendez-vous avait été fixé pour 7hoo, on se rencontrerait sur le boulevard Ryan près de l’aéroport. Il avait une vague idée de l’endroit, mais eut tout de même recours au GPS de son portable afin de se laisser guider pas-à-pas vers le début de l’aventure. Alors qu’il voyait la petite flèche de son écran se rapprocher du point de rencontre, il sentit en lui grandir une excitation toute particulière. Le genre d’excitation qui s’emparait de lui alors que, tout jeune, il posait la main sur la porte de l’ultime friandise, celle du 24 dans son calendrier de l’avent. Il savait qu’en ouvrant le 24, le grand jour était enfin arrivé et que les boites mystérieuses, ornées de ruban rouge et de choux dorés, déposées au pied du sapin allaient dévoiler leurs secrets. Par François Doucet | Photos Wood Sabold

L

es mois précédents avaient servi de tremplin à cette excitation. Leur groupe s’était assemblé naturellement, un petit noyau lançant à des cibles bien choisies le même appât bien alléchant : un voyage de golf entre passionnés sur une destination à l’aura mythique où se mélangeraient camaraderie, compétition intense et amour profond du golf. Difficile, pour tout amateur un tant soit peu renseigné, de ne pas sauter sur une telle occasion, une sorte de pèlerinage obligé quoi ! L’assemblage du groupe fût rapide, ils seraient 8 à vivre Bandon Dunes… L’orchestration des préparatifs serait le liant qui servirait à tisser chez chacun la toile d’excitation et d’anticipation. Il fallait trouver consensus et mode

de fonctionnement sur une foule de détails techniques ; mode de transport, type de logement, nourriture, format des compétitions, équipes, enjeux… bref, il fallait s’organiser ! Au fur et à mesure que des questions étaient soulevées, on constituait des agendas et on tenait des réunions afin de clarifier les points à résoudre. Chaque réunion était suivie d’un compte rendu faisant état des décisions prises sur le déroulement. Tous les sujets étant passés au peigne fin.

commentaires loufoques, des défis lancés, un peu d’intimidation théâtrale entre futurs adversaires pour préparer le terrain des compétitions, bref, chacun y allait de ses meilleurs élans pour ajouter à la symphonie. Le groupe apprivoisait graduellement à travers ce rituel la dynamique qui régirait leurs échanges sociaux au moment où ils se retrouveraient tous sur le même nénuphar à vivre ce qu’ils avaient ensemble imaginé et dessiné.

Les échanges de courriels qui suivaient les rencontres ressemblaient au chant des grenouilles au crépuscule. Le courriel livrant le compte rendu de réunion faisait office de premier coassement perçant le silence puis s’enchainait rapidement une multitude d’échos… Des

Dans la liste des sujets à planifier, celui qui souleva le plus les passions fut sans contredit l’organisation des compétitions. Huit golfeurs, une douzaine de matchs à jouer, un peu de testostérone, et voilà réuni tout ce qu’il faut pour alimenter les 5 à 7 jusqu’au grand départ.

« Un voyage de golf entre passionnés sur une destination à l’aura mythique où se mélangeraient camaraderie, compétition intense et amour profond du golf. » 65


passion #golf

Old Macdonald No.7

Après de longs échanges et périodes de négociation, on tomba d’accord sur la formule suivante ; on formerait 4 équipes de deux golfeurs qui s’affronteraient dans un tournoi à la ronde et le classement des équipes après cette portion déterminerait les positions de départ pour la demi-finale et la finale. La constitution des équipes s’était faite par alliance naturelle ce qui formait des duos avec de fortes affinités, crucial tout de même lorsque l’on va passer ensemble une semaine complète 24 sur 24 à vivre et à respirer au rythme du golf… Son partenaire à lui se nommait Clément. Ils se connaissaient depuis plusieurs années, s’étant rencontrés alors que Clément était client de l’entreprise pour laquelle il bossait à l’époque et qui œuvrait dans la distribution de matériaux de construction. Des liens d’amitié s’étaient formés entre eux comme c’est souvent le cas lorsque l’on côtoie des gens sur une longue période. Clément se trouvait 66

printemps 2016

« Huit golfeurs, une douzaine de matchs à jouer, un peu de testostérone, et voilà réuni tout ce qu’il faut pour alimenter les 5 à 7 jusqu’au grand départ. » sur la banquette arrière du véhicule qui était conduit par son frère. À mesure qu’ils approchaient du point de départ, il savourait le moment en silence laissant son regard flotter vers l’extérieur du véhicule sans chercher quoi que ce soit, trop absorbé à imbiber toute l’ivresse qui coulait en lui. Bandon Dunes avait quelque chose de spécial. Il n’en était pas à ses premières expériences côté voyage de golf. Depuis au moins une quinzaine d’années, il s’adonnait à ce genre de rituel et souvent plus d’une fois par année. Il avait vu et vécu une tonne de destinations différentes avec toutes sortes de groupes, alors qu’est-ce qui faisait en sorte que ce voyage avait sur lui cet effet ? Croisant brièvement le regard de son frère qui était au volant du véhicule,

il se demanda si lui aussi vivait cette même excitation qu’eux, qui avaient partagé ensemble la grande majorité de ces aventures. C’est à ces questions qu’il réfléchissait alors qu’ils arrivèrent à l’adresse recherchée. C’était un bâtiment commercial sobre comme on en voit des centaines dans tous les parcs industriels. On pouvait distinguer à l’avant une portion bureau avec ce qui semblait tout de même être une entrée luxueuse. Ne sachant pas exactement où se diriger, ils immobilisèrent la camionnette devant l’entrée et il eut le mandat de se rendre à l’intérieur chercher les instructions de stationnement. Une dame élégante postée à la réception l’accueillit et répondit à ses interrogations avant même qu’il


Bandon Trails No.1 67


passion #golf

eut le temps de les formuler. « Vous venez pour le voyage à Bandon Dunes, et vous êtes avec le groupe de M. Fortier ? Nous vous souhaitons la plus cordiale des bienvenues chez Execaire et espérons que votre expérience avec nous sera des plus agréable. Les autres sont arrivés, pour les rejoindre vous n’avez qu’à faire le tour du bâtiment sur la droite, un préposé vous ouvrira la barrière de sécurité et vous indiquera où aller. » Pas plus compliqué que cela et tout en douceur par-dessus le marché. Il sauta dans le véhicule et transmit ces indications à ses deux compagnons de route. Quelques secondes plus tard, ils se retrouvèrent à l’arrière du bâtiment et virent au loin l’attroupement. Ils s’approchèrent doucement, se stationnant à la hauteur de leurs compatriotes. Leur arrivée officialisa la réunion complète du groupe. On pouvait sentir presque une atmosphère de carnaval. Comme pour officialiser le début des festivités, il fallait se laisser aller au rituel des grands saluts. Pas le petit bonjour poli que l’on s’échange avec une poignée de main lorsque l’on se croise au quotidien, non le vrai de vrai ! Celui qui vient spontanément du cœur, du plus profond de l’âme et qui agit comme une parenthèse signifiant que ce qui se vivra entre ce salut et le prochain du même genre sera sans contredit un des grands moments de la vie de

© Charles-André Fortier

chacun, le genre de moment dont on reparlera encore et encore jusqu’à la tombée du rideau de nos vies. C’est donc par une franche poignée de main masculine avec le poing en l’air, suivie d’une accolade épaule contre épaule, que le voyage de Bandon Dunes prit son envol. Regroupés au milieu des valises et sacs de golf, ils allumaient ensemble par leurs

étreintes la mèche de ce spectaculaire feu d’artifice d’émotions que serait les prochains jours et qui leur ferait sortir bien des « Oh » et des « Ah » de contemplation. Le premier moment d’extase se trouvait à quelques centaines de pieds d’où ils étaient rassemblés, une longue silhouette noire racée et féline qui se tenait face à l’entrée d’un immense entrepôt. Face à sa tanière, la bête les attendait comme une panthère noire prête à bondir sur le tarmac en direction des pistes. C’est grâce à leur contact Fortier qu’ils firent la découverte de l’univers du jet privé. Un luxe certes, mais Bandon Dunes ne méritait rien de moins. Ça prenait le traitement royal et ils ne furent pas déçus… champagne à la main, ils prirent place à bord.

© Charles-André Fortier

68

printemps 2016

Si Bandon Dunes était au golf ce qu’un somptueux repas 7 services est à la restauration, le voyagement qui en temps normal aurait dû être une épreuve se transforma en une mise en bouche aux saveurs somptueuses. Tous les irritants de leur traversée continentale disparurent pour ne laisser place qu’à l’excitation de découvrir les secrets de leur destination. Le fuselage transforma, sans qu’ils s’en


Bandon Dunes No.15

« Les terrains démontrèrent fièrement pourquoi les sommités et experts du golf les classaient systématiquement parmi les meilleurs terrains à jouer en Amérique du Nord. » rendent compte, l’énergie de leurs retrouvailles en tremplin d’anticipation de ce qu’ils vivraient lors des prochains jours; le golf comme il fût créé, l’adrénaline de la compétition et la franche camaraderie du partage d’une passion. Livrant l’efficacité promise, ils purent sans difficulté, grâce à leur félin noir à turbine, se rendre à destination à temps pour fouler en reconnaissance la journée même de leur départ les terres sacrées de Bandon Dunes. Les découvertes de la première ronde, du premier souper et de la première nuitée les rendirent pleinement excités. Ils étaient comme un wagon de montagne russe ayant atteint son plus haut sommet et dont la moitié de ses wagons sont sur la pente descendante. Les jours de la montée avaient paru longs, mais chacun savait qu’une fois la descente amorcée, les prochains jours du voyage allaient filer à

un train d’enfer comme le manège qui plonge vers la terre en quasi chute libre arrachant à tous les occupants des cris de joie libres de toute contrainte. On savait qu’en moins de deux, les cris de joie se transformeraient par la force gravitationnelle en grognements sourds signifiant l’arrivée imminente du sentiment d’apesanteur provoqué par la remontée du train suivie peu après par la fin du tour de piste. Bandon Dunes durant les jours suivant opéra sa magie sur le groupe tout entier. Les terrains démontrèrent fièrement pourquoi les sommités et experts du golf les classaient systématiquement parmi les meilleurs terrains à jouer en Amérique du Nord. Si les terrains volaient la vedette, c’est qu’ils étaient mis en évidence par toute une pléiade d’acteurs de soutien livrant leur performance respective avec brio. Nourriture, hébergement,

logistique des déplacements et harmonie générale des installations méritaient tous également un Oscar pour leur performance. Nos huit compagnons furent entièrement séduits par l’expérience de Bandon et la camaraderie qui s’installa au milieu de leurs festins nocturnes n’eut d’égal que l’intensité des compétitions que chaque lendemain amenait. Même leur demi-finale fut le théâtre d’un événement rarissime : un feu de broussailles sur le terrain força l’évacuation des golfeurs et annula ainsi la ronde décalant la finale à une date ultérieure. Elle serait donc longue en bouche cette finale tout comme les superbes Pinots noirs de l’Oregon dégustés aux abords de ce 18e coincés entre la mer et le coucher de soleil… Leur avion se rapprocha en silence de son grand hangar. Il put distinguer par le hublot leurs véhicules stationnés tout près. La fin du voyage était imminente, ce serait bientôt le temps des grands saluts, le temps de fermer la parenthèse… 69


abonnement

Homme #28 | Volume 7 No.1 Printemps 2016

□ 4 numéros

□ 8 numéros

[25,00$ taxes incluses]

Prénom

[40,00$ taxes incluses]

Nom

Adresse

App.

Ville

Province

Code Postal

□ e n ligne

Téléphone

□ master card □ visa □ chèque

boutiquelexismedia.ca Libeller le chèque au nom de Lexis Média inc.

No. de carte de crédit * Cette offre est valide au Canada.

Expiration (mois | année)

Signature


G iulia alfa romeo Salon de Los Angeles

Dévoilement en première nord-américaine de sa nouvelle berline sport

Range Rover

Un moteur diesel pour plus de performances

Nissan Titan XD

Un nouveau joueur pour la concurrence

Mazda CX-9 dévoilement

Élégance et innovations

+

Jaguar XF

Un look plus sportif et sophistiqué

+

Ferrari 488 GTB

Lignes spectaculaires et… 670 chevaux


section #section

72

printemps 2016


section

#section

73


entre nous

par denis duquet

La voiture électrique pour tous,

D

pas pour demain, mais…

epuis les derniers accords de Paris portant sur les changements climatiques, plusieurs inconditionnels de la voiture électrique ont crié victoire. Finie la domination des voitures polluantes à moteur thermique utilisant des ressources non renouvelables ! Mais il ne faut pas sabrer le champagne tout de suite puisque même si les ventes des voitures électriques progressent aussi bien dans notre province que partout au Canada, vous devez avouer que les progrès sont relativement modestes. À date, cela représente moins de 1 % du parc automobile. En outre, la technologie en est encore à ses premiers balbutiements. Sur le plan technologique, une voiture électrique, ce n’est pas sorcier. Le moteur utilisé ne comprend que deux pièces, dont une mobile, le rotor, ce qui simplifie de beaucoup l’entretien mécanique et améliore la fiabilité. Pour le reste, c’est comme une voiture conventionnelle avec des freins, des pneumatiques, des systèmes de stabilité et tous les autres accessoires de sécurité des véhicules conventionnels. Par contre, le talon d’Achille de ce type de transport est d’avoir besoin de piles électriques pour alimenter le moteur. Ce qui oblige l’utilisation de bornes de recharge. Mais puisque celles-ci sont encore en quantité très limitée, le propriétaire d’une voiture électrique dont le rayon d’action est d’environ 150 km sur la majorité des modèles existants est limité dans ses déplacements. Et il doit avoir une bonne connaissance de l’emplacement des bornes de recharge. Celles-ci en plus sont limitées géographiquement et leur nombre toujours assez restreint. Il se peut qu’une fois rendu à un point de recharge, celui-ci soit déjà occupé. Si les Tesla proposent une autonomie de plus de 300 km, leur prix est prohibitif pour la grande majorité des automobilistes.

Il faut trouver des solutions afin d’augmenter le rayon d’action. Et pour plusieurs ingénieurs aux idées futuristes, la solution n’est pas nécessairement par l’utilisation d’immenses et d’énormes batteries qui coûtent très cher, qui sont très lourdes et même parfois polluantes à produire et à recycler. Selon plusieurs, l’énergie solaire serait une solution intéressante. En effet, les cellules photovoltaïques présentement développées sont de plus en plus performantes et plusieurs chercheurs prévoient que d’ici trois décennies, il ne serait pas impossible d’avoir des voitures dont la carrosserie serait constituée de milliers de ces cellules qui alimenteraient une pile capable de fournir l’énergie nécessaire au moteur. De plus, en France, on est à développer des routes constituées de ces cellules photovoltaïques qui permettraient de fournir l’énergie nécessaire aux automobiles qui emprunteraient ces routes en plus d’illuminer les rues le soir. La batterie placée dans les entrailles d’une auto et rechargée par une borne fixe est une solution des premiers débuts. Plusieurs chercheurs se penchent vers des solutions plus souples, plus rassurantes et même plus écologiques. On a développé de petites éoliennes d’une grande efficacité qui pourraient s’améliorer au fil des années. Pourquoi ne pas en placer quelquesunes sur les carrosseries des voitures, ce qui produirait ainsi une énergie renouvelable à l’infini et ce qui permettrait d’augmenter le rayon d’action des voitures électriques sans devoir se promener avec le fils pour brancher sa voiture quelque part. Et après avoir parlé à quelques ingénieurs de différentes compagnies, ce n’est pas utopique, pas du tout. Somme toute, la voiture électrique telle qu’on la connaît sera certainement remplacée par des véhicules beaucoup plus efficaces en fait de gestion d’énergie et qui en plus, si la tendance se poursuit, proposera la conduite autonome. Les deux prochaines décennies méritent donc d’être fort intéressantes.

« la voiture électrique telle qu’on la connaît sera certainement remplacée par des véhicules beaucoup plus efficaces en fait de gestion d’énergie et qui en plus, si la tendance se poursuit, proposera la conduite autonome. »

74

printemps 2016


anecdote

Figurants malgré nous !

Les constructeurs automobiles s’amusent parfois au détriment des journalistes. J’en ai eu une autre preuve tout récemment dans le cadre du Salon de l’auto de Los Angeles tenu en novembre dernier. En effet, Ford avait, comme c’est l’habitude, invité un groupe de journalistes provenant du Canada, des États-Unis et du Mexique à assister à ce salon et au dévoilement des nouveautés de ce constructeur. Une fois arrivés à l’hôtel, on nous a annoncés sous le sceau du secret de se présenter dans la salle de réunion de l’hôtel réservé par Ford afin de se diriger à un événement spécial. Rien de plus. par denis duquet

U

ne fois au rendezvous, on nous a appris que nous allions assister à l’enregistrement de l’émission Jimmy Kimmel Live sur le réseau ABC dont les studios sont situés sur Hollywood Boulevard. Mais contrairement à ce à quoi on s’attendait, nous n’avons pas été dirigés vers le studio d’enregistrement proprement dit, mais dans une salle attenante que dans l’industrie télévisuelle américaine on appelle le « Green Room » qui est situé en périphérie de la salle d’enregistrement. Et le seul contact que nous avons eu avec cette émission et son enregistrement a été par le biais d’écrans géants placés dans cette salle qui était en fait un ancien bar converti. Puis, une fois l’émission terminée, et sans trop nous expliquer ce qui se passait, on nous a incités à quitter les lieux, traverser Hollywood Boulevard pour prendre place sur une terrasse qui avait été installée dans l’entrée principale du Théâtre Dolby. Une scène

avait été montée et on s’attendait à ce que la nouvelle Ford Escape y soit dévoilée. Je me comptais chanceux, puisque, pour une des rares fois, j’étais assis à la seconde rangée ce qui me permettait de pouvoir prendre de bonnes photos du véhicule une fois celui-ci dévoilé. Puis, le maître de cérémonie a introduit Guillermo, le faire-valoir de Jimmy Kimmel, à prendre place plus ou moins volontairement dans une pignada géante. Puis, deux assistants déguisés en bûcherons se sont mis à frapper la pignada jusqu’à ce que les portières s’ouvrent. Surprise, plus de Guillermo ! C’est alors que le maître de cérémonie s’est écrié : « Guillermo Escaped ». Bref, moi qui croyais prendre de belles photos, j’étais cuit. Puis, dernière nous, sur Hollywood Boulevard, Guillermo est apparu au volant de la nouvelle Escape. Toute cette mise en scène semblait quelque peu farfelue. Pourquoi demander aux journalistes d’assister à une séance de magie plus ou moins réussie et ne pas pouvoir filmer ou photographier puisque le dévoilement

proprement dit s’est déroulé sur la rue avec l’arrivée du véhicule vedette ? J’ai eu la réponse quelques heures plus tard en visitant le site de la compagnie Ford au Salon de l’auto alors qu’on y présentait une vidéo fort bien léchée de cette mise en scène du dévoilement mettant en vedette Guillermo et l’Escape. Somme toute, les journalistes présents ont servi de figurants dans le cadre de cette mise en scène destinée aux réseaux sociaux et au site Internet de Ford. Il faut préciser qu’une fois le dévoilement « spécial » terminé, on avait installé un modèle Escape 2017 dans une galerie commerciale avoisinante afin que nous ayons tout le temps voulu pour l’examiner de près. Enfin, le lendemain, lors de la journée de presse du Salon de l’auto de Los Angeles proprement dit, nous avons eu droit à un dévoilement conventionnel de ce véhicule et on a pu également visionner ce vidéo dont nous étions les figurants. Je suis donc en mesure de dire que j’ai participé à un vidéo tourné à Hollywood.

« lors de la journée de presse du Salon de l’auto de Los Angeles proprement dit, nous avons eu droit à un dévoilement conventionnel de ce véhicule et on a pu également visionner ce vidéo dont nous étions les figurants » 76

printemps 2016


sur le radar

#nouvelles

Mazda

croit toujours au moteur rotatif

Au dernier Salon de l’auto de Tokyo, Mazda a dévoilé le prototype de la voiture sport RX-VISION à moteur rotatif. Il s’agit bien entendu d’un concept, mais ce dernier est la preuve que le constructeur japonais n’a jamais renoncé au moteur rotatif. Même si ce dernier n’est plus fabriqué en série, Mazda continue le développement de ce moteur à rotors triangulaires qui réussit à produire une puissance élevée par rapport à une faible cylindrée. La RX-VISION représente la vision du futur d’une voiture sport au design KODO dotée d’un moteur à l’avant et d’une propulsion à l’arrière et alimentée par le moteur rotatif SKYACTIV-R de nouvelle génération dont on n’avait jamais fait mention auparavant.

Mazda a réussi à commercialiser le moteur rotatif en l’intégrant à sa Cosmo Sport en 1967. Seul constructeur de véhicules automobiles à fabriquer le moteur rotatif en série, Mazda a poursuivi ses efforts visant à améliorer la puissance de sortie, l’économie d’essence et la durabilité, et a connu, en 1991, la victoire sur le circuit des 24 heures du Mans avec une voiture sport équipée de ce type de moteur. Au fil des ans, ce moteur a connu une carrière parsemée de hauts et de bas avant d’être retiré du marché. Mazda n’a jamais cessé de croire aux possibilités de ce moteur. En nommant son nouveau moteur rotatif SKYACTIVR, la société manifeste la mise au point d’une nouvelle génération de ce type de moteur.

77


sur le radar #nouvelles

Alfa Romeo modernise son écusson L’un des écussons les plus prestigieux et les plus élégants de l’industrie automobile est celui d’Alfa Romeo. Mais pour le maintenir au goût du jour, la direction a décidé de rajeunir ce légendaire écusson. On n’a rien fait de spectaculaire ou de radical, mais on a éliminé certains éléments qui alourdissaient la présentation et modernisé l’allure du logo en

éliminant la séparation de couleur entre la croix représentant la ville de Milan et le serpent. Le fond est maintenant homogène et texturé tandis que le serpent, emblème de la famille Visconti, a été légèrement redessiné. Le résultat final est plaisant, plus allégé et facilement identifiable.

La Volvo XC-90

nommée­ « Véhicule utilitaire­ nord-américain de l’année » 78

printemps 2016

Le même regroupement de journalistes qui décerne le prix de la « Voiture nordaméricaine de l’année » fait de même pour la catégorie des camionnettes et des véhicules utilitaires. Cette année, c’est la Volvo XC90 qui a devancé la camionnette Nissan Titan XD et la Honda Pilot.

Ce prix est la preuve que le programme de relance de la marque Volvo porte ses fruits. D’ailleurs, tous les mois, aussi bien au Canada qu’aux États-Unis, les ventes de cette marque ne cessent de progresser.


Buick vole la vedette à Detroit

Le Salon de l’auto de Detroit a toujours été reconnu pour la qualité des voitures-concepts qui y sont dévoilées. Cette année, de l’avis de la majorité, c’est la Buick Avista qui a littéralement « volé le show » et qui permet de croire que cette marque est sur la bonne voie aussi bien en fait de design que de qualité du produit. Et les performances sont au rendez-vous grâce à la présence sous le capot d’un moteur V6 biturbo de 400 chevaux propulsant les roues arrière.

La Honda Civic

nommée « Voiture nord-américaine de l’année » Honda a complètement transformé la Civic tant sur le plan de la mécanique que de l’esthétique et cet effort lui a permis de décrocher le titre de « Voiture nord-américaine de l’année. » Ce prix est remis par un groupe de 53 journalistes automobile du Canada et des États-Unis et il est unique parce qu’au lieu d’être attribué par une seule publication ou station de radio

ou de télévision, il est remis par des journalistes automobile regroupés en une association indépendante. Soulignons l’utilisation, pour la première fois, de la technologie de moteur turbo de Honda dans une Civic. Les deux autres finalistes étaient la Chevrolet Malibu et la Mazda MX-5.

La voiture épate par son style, caractérisé par l’absence de montants B conventionnels entre les portes et les glaces latérales arrière. La calandre de l’Avista comporte le nouvel insigne ailé à trois boucliers de la marque sur un arrière-plan de treillis tridimensionnel. Les jantes en alliage sont de 20 pouces tandis qu’on dénote l’absence des prises d’air traditionnelles de la marque, les légendaires « portholes », qui sont remplacées par des prises d’air avec accent chromé. 79


objectif

Photos Jeremy Allan Glover

Performance

Une fois que l’hiver nous aura quittés, ce sera la période des courses de toutes sortes, des voitures performantes pouvant donner leur plein rendement sur les routes estivales. C’est aussi le temps de sortir le véhicule que

80

printemps 2016

vous avez modifié afin de lui donner ce caractère exclusif qui fait tourner les têtes. Une fois de plus, Jag nous propose un échantillonnage de ces différentes facettes du Monde de l’auto.


Cette camionnette Ranger n’est plus en production depuis quelques années, mais cela n’empêche pas les amateurs du genre de trouver le moyen d’en améliorer l’apparence, les performances et le comportement routier. En voici un bel exemple de modification songée.

Un duel de « drifting » au Circuit Icar, voilà de quoi ­enthousiasmer les passionnés de conduite spectaculaire. Ces coudes à coude sont des duels passionnants.

Avant l’arrivée de la Civic Coupé haute performance, la version Si est le modèle le plus sportif avec une puissance de plus de 200 chevaux et plusieurs mordus en profitent pour hausser la puissance de cette voiture et la rendre encore plus performante.

Si une Subaru vous dépasse en piste, il y a de fortes chances qu’elle ait été préparée par Lachute Performance, le meilleur préparateur Subaru au Canada.

81


Mazda CX-9

#dĂŠvoilement

82

printemps 2016


Élégance et innovations Lorsque la première CX-9 est arrivée sur le marché en 2006, son succès a été immédiat.

83


Mazda CX-9

#dévoilement

Il s’agissait en effet de la première de sa catégorie à proposer une silhouette très élégante aux accents sportifs et un habitacle avec trois rangées de sièges dont l’accès aux dernières places était plus facile que la moyenne. Ce n’était que le début puisque le comportement routier était quasiment sportif dans une catégorie qui est loin de l’être, tandis que le moteur V6 était à la hauteur tout comme le rouage intégral reconnu comme l’un des meilleurs. Photos Mazda Canada

T

ant et si bien que la publication américaine Motor Trend lui décernait le titre d’Utilitaire de l’année en 2007. Mais bien des choses ont évolué durant ce temps. Tout d’abord, Mazda a complètement remanié sa gamme de moteurs avec l’adoption de la technologie SKYACTIV qui permet de combiner performances et économie de carburant. Toutes les grandes familles de modèles ont été redessinées en plus de la création d’une nouvelle catégorie avec la CX-3, un VUS sous-compact à la fois sportif et pratique. Il ne restait plus qu’à remanier la CX-9, la doyenne et la plus luxueuse de la famille, afin de l’adapter aux nouvelles exigences du marché. KODO grand format En plus de développer le système SKYACTIV qui comprend moteurs,

84

printemps 2016

transmissions et plateforme, Mazda a adopté la nouvelle philosophie de design KODO qui signifie l’âme du mouvement, une façon de traduire par des formes le lien entre le pilote et son véhicule. Les premiers éléments dessinés en respectant cette philosophie ont été louangés pour leur allure sportive, leur élégance et leur originalité visuelle. Mais tous ces véhicules étaient de format relativement moyen tout au plus. Cette fois, c’est une première pour un design KODO, un VUS grand format. Il est intéressant de voir comment les stylistes ont su intégrer la grille de calandre typique de Mazda qui est juste de la bonne dimension. Elle est encadrée par des blocs optiques de dimensions relativement modestes qui épousent la forme frontale des ailes. L’autre point dominant en fait de style est la présence de prises d’air verticales légèrement inclinées vers l’avant et placées à chaque extrémité du pare-chocs.


« Somme toute, le nouveau CX-9 a toutes les chances d’être encore plus populaire que son prédécesseur. »

Les parois latérales sont tendues avec des passages de roues plus larges à l’avant qu’à l’arrière. En fait, les stylistes ont mis l’accent sur la tension des tôles. La section arrière est très discrète avec des feux circulaires relativement petits reliés par une bande de chrome placée juste sous la lunette. Ça pourrait être fade, mais ça ne l’est pas. Mais le point fort du nouveau CX-9 est son habitacle de présentation classique qui agence fort bien le cuir, l’aluminium brossé et les bois exotiques. Cette Mazda est la plus luxueuse de la marque, elle propose même un intérieur à la hauteur des modèles concurrents se vendant beaucoup plus cher. Les trois rangées de sièges permettent d’accueillir sept occupants et le fait d’avoir augmenté l’empattement de

55 mm permet de bénéficier de plus de places. La génération précédente était l’une des plus conviviales pour accéder à la dernière rangée et cette nouvelle venue la surpasse, il est même possible d’avancer et de basculer la seconde rangée sans être obligé d’enlever un siège d’enfant si celui-ci est installé. Solution technique astucieuse L’ancien modèle était propulsé par un moteur V6, comme c’était la norme à l’époque, mais les lois environnementales plus strictes et le désir de réduire la consommation de carburant incitent les constructeurs à adopter des solutions techniques plus originales. Il est quelque peu curieux de constater le choix d’un moteur quatre cylindres de 2,5 litres turbo pour déplacer un VUS de ces dimensions.

Mais il s’agit d’un quatre cylindres de nouvelle technologie et celui-ci n’a rien en commun avec les moteurs poussifs et anémiques de jadis. La technologie a fait d’énormes progrès tant et si bien qu’il est possible aujourd’hui d’avoir des moteurs quatre cylindres sous le capot de Cadillac, de MercedesBenz et plusieurs autres marques sans qu’ils soient pénalisés en fait de performances. Grâce à une utilisation très astucieuse d’un turbo à débit variable, les ingénieurs ont réussi à développer un moteur capable de produire 310 livres pieds de couple à partir de 2 000 tr/m, tandis que la puissance maximale est de 250 chevaux. Le secret de ce moteur est son collecteur d’échappement de type 4, 3, 2, 1 à pulsations. Il en résulte une vive réaction dès qu’on appuie sur l’accélérateur et il est certain que ce moteur est loin d’être un élément négatif. Somme toute, le nouveau CX-9 a toutes les chances d’être encore plus populaire que son prédécesseur. On a vraiment visé dans le mille.

« Le point fort du nouveau CX-9 est son habitacle de présentation classique qui agence fort bien le cuir, l’aluminium brossé et les bois exotiques. »

85


86

printemps 2016


Ferrari 488 GTB #supervoiture

Lignes spectaculaires et‌

670 chevaux

87


Ferrari 488 GTB #supervoiture

« On retrouve une planche de bord qui ressemble d’assez près à celle de la défunte 458, mais en plus raffinée avec de légères retouches afin d’en améliorer le look et la fonctionnalité. »

88

printemps 2016


Ferrari 488 GTB #supervoiture

En mars 2015, le monde de l’automobile a été ébloui lors du dévoilement de la Ferrari 488 GTB au Salon de l’auto de Genève. Cette nouvelle venue était appelée à remplacer la 458 Italia et elle a causé une commotion chez les inconditionnels de la marque : le moteur V8 atmosphérique de 4,5 litres était remplacé par un moteur turbo de 3,9 litres ! Mais si la cylindrée est réduite, on a gagné en puissance alors que ce moteur produit 670 équidés par rapport aux 540 du moteur atmosphérique. Photos Ferrari Canada

O

n retrouve une boîte automatique à 7 rapports comme sur la 458, mais les passages des rapports sont nettement plus rapides. De plus, cette transmission à double embrayage est pourvue d’un système de gestion variable de la ­suralimentation qui distribue le couple 561 lb-pi de manière optimale. Les rapports de boîte sont spécialement étudiés pour obtenir des performances hors norme, mais également pour obtenir un régime moteur assurant une bonne sonorité du moteur. Cette astuce permet quand même à un moteur turbo d’avoir le son authentique d’une Ferrari.

« La silhouette est typique à la marque, mais il faut souligner qu’elle n’est pas nécessairement spectaculaire comme l’est La Ferrari, mais c’est élégant et sportif dans l’ensemble tout en assurant une certaine filiation visuelle avec la 458. »

La silhouette est typique à la marque, mais il faut souligner qu’elle n’est pas nécessairement spectaculaire comme l’est La Ferrari, mais c’est élégant et sportif dans l’ensemble tout en assurant une certaine filiation visuelle avec la 458. Soulignons la présence à l’avant de deux larges prises d’air à chaque extrémité. Les stylistes du Centre de design de Ferrari ont en plus repris les flancs échancrés de la 308 GTB. L’aérodynamique de la voiture est très poussée afin d’assurer une stabilité remarquable à grande vitesse. C’est ainsi qu’une portance négative de 325 kg est générée à 250 km/h grâce à des dispositifs aérodynamiques, notamment un soubassement aéro­dynamique à générateurs de tourbillons, afin d’augmenter la portance négative tout en réduisant simultanément la traînée. Soulignons que l’aileron arrière est de type soufflé tandis que l’on note la présence de deux tuyaux d’échappement contrairement à trois sur la 458. 89


Ferrari 488 GTB #supervoiture

L’un des objectifs de l’équipe de développement était de réaliser une voiture capable d’être l’une des plus rapides Ferrari de l’histoire tout en demeurant complètement contrôlable, même à la limite, par des conducteurs de tous niveaux. C’est pourquoi les commandes dynamiques de la 488 GTB ont été optimisées. Elles comprennent une nouvelle version du système Side Slip Angle Control (SSC2) intégré avec le système de contrôle de la traction F1-Trac et avec le différentiel électronique E-Diff. Ce dernier contrôle également les amortisseurs actifs afin d’optimiser les performances, la traction et la stabilité latérale en tout temps. Le SSC2 analyse constamment les forces latérales générées et intervient auprès des autres éléments afin de rendre la voiture ultra stable. 90

printemps 2016

Dans l’habitacle, on retrouve une planche de bord qui ressemble d’assez près à celle de la défunte 458, mais en plus raffinée avec de légères retouches afin d’en améliorer le look et la fonctionnalité. La console entre les sièges est plus dégagée et simplifiée. Le volant à trois branches comprend toujours de multiples commandes dont la « manettino » qui permet de sélectionner les modes de fonctionnement. Les sièges sont plus confortables qu’auparavant tandis que leur support latéral pour les cuisses est meilleur. Mais ce qui compte, c’est la performance et l’agrément de conduite. La 488 GTB a bouclé le circuit de Fiorano en 1,23 minute. Ce qui en fait la seconde Ferrari la plus rapide après la LaFerrari. Selon les données du constructeur, il faut 3,0 secondes pour boucler le

« Selon les données du constructeur, il faut 3,0 secondes pour boucler le 0-100 km/h tandis que le 0-200 km/h est l’affaire de 8,3  secondes. »

0-100 km/h tandis que le 0-200 km/h est l’affaire de 8,3 secondes. Il se peut que certains puristes déplorent la disparition des moteurs atmosphériques et leur sonorité tant appréciée, mais on ne peut ignorer le progrès. La sonorité du V8 turbo est différente, mais tout de même excitante. Et il est difficile de renier les performances de ce bolide qui devrait passer à l’histoire.


section Range Rover #section #contact

92

printemps 2016


section

#section

Place au

moteur diesel Il est vrai que les moteurs diesels ont fait les manchettes au cours des récents mois et pas nécessairement pour les bonnes raisons. Mais il ne faut pas oublier que tous les constructeurs n’ont pas été impliqués dans cette aventure assez rocambolesque. En fait, pour les véhicules utilitaires sport, l’utilisation de moteurs diesels est une solution fort intéressante, car elle permet de compter sur un couple généreux qui convient très bien à l’utilisation anticipée de ces modèles. Et en plus, la consommation de carburant est inférieure à celle d’un moteur à essence. Photos Range Rover Canada

93


Range Rover #contact

Dans la catégorie des VUS de luxe, la majorité des modèles concurrents à Range Rover propose de tels moteurs. Le temps était donc venu de pouvoir offrir une solution similaire chez le constructeur britannique. C’est ce qui a été fait pour l’année modèle 2016 alors que les Range Rover et Range Rover Sport pourront être commandés avec le tout nouveau moteur V6 turbo diesel 3,0 litres. Et même si ce constructeur innove à ce chapitre sur notre continent, il faut savoir qu’il propose une motorisation diesel sur plusieurs de ses modèles sur de nombreux marchés, en Europe et en Afrique, notamment. On a fait ses devoirs Compte tenu de la réputation de fiabilité incertaine de cette marque, il est normal pour plusieurs personnes de s’inquiéter de l’arrivée d’une nouvelle mécanique sous le capot des deux modèles mentionnés ci-haut. Pourtant, ils n’ont pas à s’en faire, car on a pris les précautions nécessaires pour rendre cette mécanique non seulement efficace, mais robuste et durable. D’ailleurs, ce moteur est commercialisé sur d’autres marchés et sa fiabilité ne devrait pas être en cause. De plus, il a été revu afin de l’adapter à nos conditions d’utilisation et d’optimiser si possible sa fiabilité. Par exemple, le bloc moteur est en fonte CGI, ce qui le rend très résistant. En plus, l’assemblage de ce moteur fait appel à des 94

printemps 2016

boulons très robustes et à des jupes de bloc très profondes. Pour le rendre le plus propre possible en fait de gaz d’échappement, le système de recirculation des gaz est à basse pression dans le but de réduire le niveau d’oxyde d’azote. Toujours au chapitre du système antipollution, on fait appel à un système d’injection d'urée dans l’échappement. En outre, on a beaucoup travaillé à l’insonorisation afin de réduire le plus possible les cliquetis souvent associés au moteur diesel. D’ailleurs, lors de ma première prise de contact, j’ai dû vérifier l’écusson à l’arrière du véhicule pour m’assurer qu’il s’agissait d’une version Td6. En fait, ce moteur produit 255 chevaux et surtout 440 lb-pi de couple. Il est associé à une transmission ZF automatique à huit rapports. Soulignons au passage que la commande de la transmission est constituée d’un gros bouton placé au centre de la console et qui se soulève lorsqu’on lance le moteur. Performant ce V6 Il y a une couple de décennies, les moteurs diesels étaient tellement anémiques, qu’on ne songeait même pas à les offrir avec une transmission automatique. Grâce aux raffinements technologiques, de nos jours, ce type de moteur est tout aussi performant que ses vis-à-vis à essence. Ce V6 3 litres permet

« Puisque la plupart des propriétaires de Range Rover feront du hors route, le constructeur nous a fait franchir une route dans le désert qui mettait à l’épreuve le système sophistiqué de gestion de la traction intégrale. »


« Derrière le volant, on n’a pas l’impression de piloter un véhicule aussi volumineux et ce gros toutterrain est d’une surprenante agilité. Il y a bien un roulis en virage, mais il est fort bien contrôlé. »

« Ce V6 3 litres permet d’atteindre rapidement les limites de vitesse légale et l’accélération se fait de façon linéaire. De plus, sur la grande route, il est toujours relativement silencieux et ne rechigne jamais à la tâche. »

d’atteindre rapidement les limites de vitesse légale et l’accélération se fait de façon linéaire. De plus, sur la grande route, il est toujours relativement silencieux et ne rechigne jamais à la tâche. Bien entendu, ce nouveau moteur est associé à un rouage d’entraînement intégral d’une très grande sophistication qui permet d’affronter des routes quasiment impraticables sans coup férir. Amenez-en des obstacles ! Lors de la présentation de ce nouveau moteur, la compagnie Range Rover nous a permis de rouler pendant plusieurs centaines de kilomètres sur les grandes routes afin de pouvoir évaluer le rendement de ce moteur. Comme mentionné précédemment, il est fort bien adapté aux besoins de la circulation sur les autoroutes et sur les routes secondaires. Mais puisque la plupart des propriétaires de Range Rover feront du hors route, le constructeur nous a fait franchir une route dans le désert qui mettait à l’épreuve le système sophistiqué de gestion de la traction intégrale. Ce système a fait ses preuves depuis quelques années et on peut le régler en fonction des conditions routières par le biais du système Terrain Response qui permet d’adapter le rendement du moteur, les réglages de la suspension et de la boîte automatique aux conditions du moment. Il s’agit de choisir les bons réglages, d’enclencher le régulateur de descente et de déterminer une vitesse maximale de descente. Par la suite, que l’on monte ou descend, le système se charge de tout. On peut régler également la vitesse du bout des doigts avec le régulateur de croisière. Bien entendu, il ne s’agit pas de descendre ou de rouler à tombeau ouvert lorsque les conditions routières sont quasiment

impraticables, il faut procéder avec grandes précautions. Après un avant-midi de conduite hors route, je suis en mesure de vous affirmer que ce système électronique fonctionne à merveille et fait d’un néophyte un baroudeur expérimenté de la conduite hors route. Ce système de gestion automatique de la traction et le régulateur de descente sont enclenchés à de très basses vitesses ce qui signifie que le régime moteur est bas. Le couple généreux de ce moteur diesel est donc un facteur fort utile pour pouvoir maintenir une progression homogène. Agile malgré tout Chaque fois qu’on prend le volant d'un Range Rover, on se demande bien comment ce véhicule va se débrouiller aussi bien sur les routes secondaires que dans la circulation urbaine, compte tenu de leur vocation de véhicule tout-terrain et également en fonction des dimensions qui sont passablement généreuses. Heureusement, derrière le volant, on n’a pas l’impression de piloter un véhicule aussi volumineux et ce gros tout-terrain est d’une surprenante agilité. Il y a bien un roulis en virage, mais il est fort bien contrôlé. Il est vrai que le modèle Sport est plus agile en raison de ses dimensions plus modestes, mais il est surprenant de constater que le gros Range Rover se débrouille de façon impressionnante. Bref, l’arrivée de ce moteur rend le véhicule encore plus attrayant, pour autant que la fiabilité soit au rendez-vous. D’importants progrès ont été réalisés à ce chapitre au cours des dernières années, mais il reste à convaincre les acheteurs de la situation. Quoi qu’il en soit, l’expérience de conduite avec ce nouveau moteur sous le capot est concluante.

95


Nissan Titan #contact

« Le Titan XD est conçu pour supporter le moteur Cummins et les lourdes charges qu’il peut transporter et tracter.  »

surprise

Une agréable La première génération de la camionnette Titan de Nissan n’était pas dans le coup et cela à pratiquement tous les chapitres. Pas surprenant qu’elle ait passé les dernières années en fin de classement au chapitre des ventes. Mais on ne s’est pas tenu pour battu chez Nissan, on s’est retroussé les manches et on a concocté la XD, une camionnette qui nous fait rapidement oublier sa devancière. Photos Nissan Canada

96

printemps 2016

En tout premier lieu, on a eu la bonne idée de développer une version se situant entre les modèles 1500 et 2500, ce qui la met dans une classe à part.

Lorsque la gamme sera complétée, elle comprendra plusieurs versions, notamment un modèle 1500 propulsé par un moteur V8 de 5,6 litres à essence entièrement revu. Mais le premier modèle à être commercialisé sera propulsé par un moteur Cummins turbodiesel 5,0 litres d’une puissance de 350 chevaux et 555 lb-pi de couple. Ce qui assure une capacité de remorquage de 12 000 lb et une charge utile de 2 000 lb. Ce moteur est couplé à une transmission automatique Aisin à 6 rapports.

Un costaud Le Titan XD est conçu pour supporter le moteur Cummins et les lourdes charges qu’il peut transporter et tracter. Le nouveau châssis en échelle à poutres fermées a été renforcé pour une utilisation commerciale. Il comprend également un empattement plus long de 50 cm. En plus, il est doté d’une nouvelle suspension conçue pour les véhicules lourds. La suspension avant à double triangle avec barre stabilisatrice a été renforcée et la suspension d’essieu arrière rigide comprend des ressorts à lames et des amortisseurs bitubes. Un différentiel arrière à commande de blocage électronique est également disponible en option.


« Le nouveau Titan se démarque par une suspension étonnamment confortable pour une camionnette aussi robuste. Ce modèle est bien né et la concurrence a de quoi s’inquiéter. »

Sur la liste de nouveaux équipements de remorquage disponibles en option figurent une commande de frein de remorque intégrée, un dispositif de stabilisation de la remorque, un mode remorquage/transport de charge avec contrôle de la vitesse en descente et un système de vérification de fixation de la remorque par témoin lumineux permettant à une personne d’accrocher seule une remorque. En plus, une gamme d’attelages est offerte en option, notamment un attelage en col de cygne intégré au cadre et facilement accessible dans la caisse. Toujours au chapitre de la caisse de chargement, le système de rails d’arrimage Utili-track comprend quatre attaches en alliage d’aluminium qui se déplacent et se verrouillent n’importe où le long des rails donnant à l’utilisateur des possibilités d’arrimage infinies.

Le nouveau modèle peut être équipé en option de deux boîtes de rangement verrouillables intégrées à la caisse, dissimulées à la vue au niveau de la rue. Luxueux et pratique L’habitacle fait rapidement oublier celui de la première génération. La présentation est moderne et pratique. Tous les boutons sont maintenant regroupés par type de fonction et placés selon leur fréquence d’utilisation. Les autres caractéristiques intérieures comprennent sept poignées de maintien, des vide-poches sur le côté de la console, des prises de courant de 12 V et de 120 V et la chaîne Rockford Fosgate à 12 haut-parleurs. Finalement, le nouveau Titan se démarque par une suspension étonnamment confortable pour une camionnette aussi robuste. Ce modèle est bien né et la concurrence a de quoi s’inquiéter.

« La présentation est moderne et pratique. Tous les boutons sont maintenant regroupés par type de fonction et placés selon leur fréquence d’utilisation. »

97


98

printemps 2016


Jaguar section XF

#contact #section

modernisĂŠe La tradition

99


Jaguar XF #contact

« C'est la partie avant qui est la plus caractéristique alors que la grille de calandre est plus verticale que précédemment. » CCCC

100

printemps 2016


Jaguar XF #contact

Lorsque la première génération de la XF est apparue il y a un peu moins d’une décennie, sa silhouette marquait un abandon des silhouettes traditionnelles pour une présentation vraiment plus moderne et définitivement éloignée des styles conservateurs adoptés par le passé. Cette année, le XF est complètement transformé même si sa silhouette ressemble d’assez près au modèle qu’il remplace. Photos Jaguar Canada

« Le modèle précédent se démarquait par son élégance. Toutefois, il lui manquait ce petit air agressif souvent affiché par les concurrents germaniques. Cette fois, on a modifié la silhouette afin d’accentuer le caractère du coupé quatre portes en faisant appel à un toit nettement plus incliné vers l’arrière. »

Ce faisant, Jaguar adopte plus ou moins la même politique que les constructeurs allemands qui préfèrent une évolution de style plutôt qu’une transformation radicale tous les six ans. Par contre, la XF propose une grande différence sur le plan technique, puisque cette nouvelle venue est dotée d’une carrosserie tout en aluminium ou presque. Le modèle le plus huppé de la gamme, le XJ avait adopté cette technologie au début de la décennie et maintenant le modèle intermédiaire de la famille Jaguar suit son exemple. Étant donné que ce matériau est de plus en plus à la mode chez plusieurs constructeurs, nombreuses sont les personnes s’imaginant qu’il s’agit des premiers balbutiements du constructeur britannique avec ce métal ultraléger. Bien au contraire, Jaguar a été l’un des pionniers de l’utilisation de l’aluminium dans ses voitures et même la légendaire XK-E des années 60 possédait

plusieurs composantes en aluminium. Cette fois, par ailleurs, la technologie est plus sophistiquée ce qui permet de rendre la carrosserie plus rigide. Détail à souligner, les portières et le couvercle du coffre sont en acier ce qui est assez surprenant puisque la majorité des autres constructeurs utilise l’aluminium pour ses éléments. Chez Jaguar, on souligne que ce choix permet d’obtenir une meilleure répartition des masses. Quoi qu’il en soit, l’utilisation d’une carrosserie en aluminium permet de réduire le poids de 61 kg pour le modèle à propulsion et de 120 kg pour une version possédant le rouage intégral. Pour en terminer avec l’aluminium, il faut souligner qu’au cours des 10 dernières années, l’utilisation de ce matériau autant par Jaguar que par Range Rover a permis à ces deux constructeurs d’acquérir une bonne expérience dans la maîtrise de la construction de voitures utilisant l’aluminium. 101


Jaguar XF #contact

Look plus sportif Le modèle précédent se démarquait par son élégance. Toutefois, il lui manquait ce petit air agressif souvent affiché par les concurrents germaniques. Cette fois, on a modifié la silhouette afin d’accentuer le caractère du coupé quatre portes en faisant appel à un toit nettement plus incliné vers l’arrière. La voiture est légèrement plus courte (7 mm) tandis que l’empattement a été allongé de 51 mm. Ce qui permet de réduire le porte-àfaux avant et d'accentuer le caractère sportif de cette voiture. En plus, cet empattement plus long permet d’offrir plus d’espace aux passagers des places arrière. Mais c’est la partie avant qui est la plus caractéristique alors que la grille de calandre est plus verticale que précédemment. Celle-ci surplombe une large prise d’air tandis que de chaque côté du pare-chocs on retrouve également deux ouvertures permettant à l’air de circuler dans les puits de route et ainsi optimiser le coefficient aérodynamique. Cet afflux d’air frais doit avoir une influence positive pour refroidir les freins avant. Dans l’habitacle, on retrouve la même présentation sophistiquée et moderne. On a conservé le bouton de changement de vitesse qui se soulève lorsqu’on lance le moteur. Mieux encore, les buses de ventilation pivotent sur elles-mêmes lorsque

le moteur démarre. Il faut souligner que les instruments sont tout électroniques et sont affichés dans un écran de plus de 12 pouces tandis que l’écran d’affichage tactile est de dimensions fort généreuses avec ses 10 pouces. Bien entendu, les matériaux sont de qualité et la finition très sérieuse est capable de soutenir la comparaison avec les meilleures voitures asiatiques germaniques de cette catégorie. Exclusivité du V6 Dès le début, le XF est offert avec un moteur V6 3 litres disponible en deux versions. On a abandonné le quatre cylindres qui équipait précédemment la version de base. Les modèles S, les plus huppés, sont dotés de la version de 380 chevaux de ce moteur 3 litres suralimenté par compresseur. Les autres versions proposent un même moteur, toujours suralimenté, mais sa puissance doit concéder 40 chevaux au modèle plus cher. Cette Jaguar peut être commandée avec roues motrices arrière ou encore avec rouage intégral. Peu importe le moteur choisi, la seule transmission disponible est une boîte automatique à huit rapports qui est adaptée à chacune des deux versions du moteur. Bien entendu, des palettes placées derrière le volant permettent de gérer le passage des rapports. Parmi les autres caractéristiques techniques, il faut souligner une suspension adaptative offerte en option

« Bien entendu, les matériaux sont de qualité et la finition très sérieuse est capable de soutenir la comparaison avec les meilleures voitures asiatiques et germaniques de cette catégorie. »

tandis que les amortisseurs standards de type passif ont été révisés. Enfin, la suspension arrière est à lien intégral. Pour compléter le portrait technique, soulignons que la direction est à assistance électrique tandis que le système de vecteur de couple fait appel aux freins pour stabiliser la voiture en virage ou lors d’une perte possible de contrôle. Superbe routière La nouvelle XF s’est améliorée sur le plan technique, mécanique et esthétique. Reste à savoir si elle livre la « Dans l’habitacle, on retrouve la même présentation sophistiquée et moderne. On a conservé le bouton de changement de vitesse qui se soulève lorsqu’on lance le moteur. »

102

printemps 2016


« l’amélioration de la gamme des modèles Jaguar se poursuit et avec l’arrivée imminente du modèle compact XE, le constructeur anglais pourra soutenir la comparaison avec la plupart de ses concurrents à ce chapitre. »

marchandise sur la route. Sa devancière était très prisée au chapitre de la conduite et il serait surprenant que cette voiture régresse à ce chapitre. Dans le cas de la présentation de ce modèle, j’ai eu la possibilité de conduire les deux versions, et peu importe le choix qu’on pourrait faire à l’achat, on ne sera pas déçu puisque cette voiture affiche un comportement routier excessivement neutre et un agrément de conduite fort relevé. Cette neutralité en virage est facile à expliquer, puisque la répartition du poids de 50 : 50 est parfaite. De plus, il est important de souligner la rapidité des passages de rapports de cette transmission à huit rapports. On a à peine appuyé sur la palette de passages des rapports que s’est fait, et on peut les effectuer en succession

sans problème. La direction pourrait être un peu moins assistée, mais la plupart des gens ne devrait pas trouver à redire. Bref, l’amélioration de la gamme des modèles Jaguar se poursuit et avec l’arrivée imminente du modèle compact XE, le constructeur anglais pourra soutenir la comparaison avec la plupart de ses concurrents à ce chapitre. Ajoutez l’arrivée d’un VUS, F Pace, lui aussi tout nouveau, l’offre est fortement bonifiée. Toutefois, le pire est à faire, soit convaincre les acheteurs que les problèmes de fiabilité de la marque sont chose du passé. Pourtant, au cours des dernières années, la cote de fiabilité des Jaguar s’est grandement bonifiée. Reste à rendre cette information crédible.

103


Toyota Prius #essai

Remaniée,

mais fidèle à ses origines

104

printemps 2016


105


Toyota Prius #essai

Le temps passe rapidement. En effet, mine de rien, la Prius de Toyota est commercialisée chez nous depuis 1997, soit un peu moins de 20 ans. Au début, il s’agissait plus ou moins d’une curiosité aussi bien en raison de sa silhouette pour le moins particulière et de sa motorisation hors de l’ordinaire. En effet, pour la première fois, un moteur thermique et un moteur électrique travaillaient en harmonie pour réduire la consommation de carburant et les gaz à effet de serre. Photos Toyota Canada

La première génération ne brillait pas tellement au chapitre de la tenue de route tandis que son freinage qui régénérait l’énergie donnait parfois des sueurs froides aux conducteurs. Mais Toyota croit fortement en la Prius et l’a continuellement améliorée au fil des années. La tenue de route et les performances ont progressé tandis que l’habitacle était plus cossu et plus confortable. Sans oublier la légendaire fiabilité de la marque. La Prius n’est plus une curiosité, mais un modèle très populaire qui jouit d’un nombre sans cesse croissant 106

printemps 2016

d’inconditionnels. Pour continuer cette progression, l’édition 2016, soit la quatrième génération, bénéficie d’une nouvelle silhouette, d’une plateforme remaniée et d’un groupe propulseur plus raffiné. Originale et spacieuse La silhouette est toujours à part, avec sa carrosserie en forme de coin, son arrière tronqué affublé d’une vitre en partie inférieure du hayon tandis que la section avant se démarque par une grille de calandre très étroite.

La nouvelle version propose le même look que précédemment, mais de nombreuses touches le rajeunissent notamment à la partie avant dont les feux de route et les prises d’air sont de même mouture que ceux utilisés sur certaines Lexus. Mais on peut affirmer sans risque de se tromper que les gens n’achètent pas une Prius pour son allure. Par contre, son habitabilité est impressionnante alors que quatre adultes de grande taille peuvent confortablement prendre place à bord. Et sur ce modèle, on a placé les


nouvelles batteries ion-lithium sous le siège arrière tant et si bien que le coffre à bagages est un tantinet plus spacieux que celui de la Camry. La planche de bord est l’objet de plusieurs retouches, mais on a conservé les cadrans indicateurs au centre, sur la partie supérieure de la planche de bord tandis qu’on retrouve l’écran indicateur en partie centrale inférieure. Le levier de vitesses est directement placé sous ce dernier. Soulignons que le mode « P » est actionné par un bouton à part.

De prime abord, on retrouve toujours sous le capot un moteur quatre cylindres 1,8 litre de Cycle Atkinson plus ou moins identique à celui utilisé sur la version précédente. Cependant, il a connu de nombreuses améliorations afin d’améliorer son rendement, assurer une meilleure évacuation des gaz tandis qu’on a redessiné plusieurs éléments afin de réduire la friction interne.

Cette présentation est de type « on aime ou on n’aime pas », mais il faut encore déplorer la dureté des matériaux utilisés pour la planche de bord.

La même philosophie a présidé à la révision de la transmission à rapports continuellement variables et du moteur électrique. Ce dernier est plus petit et plus léger tandis que la transmission permet une meilleure transition entre les moteurs thermique et électrique.

Raffinements d’abord La plate-forme est toute nouvelle et elle propose une rigidité en torsion améliorée de 60 %. De nouvelles méthodes de fabrication font appel à des éléments collés, des soudures au laser et à de l’acier plus rigide et plus léger.

Typiquement Prius Toutes ces améliorations ont permis de réduire la consommation de carburant, de passer plus en douceur du mode électrique à thermique tandis que le comportement routier est correct. La tenue en virage est neutre,

mais il faut déplorer une direction trop assistée tandis que le bruit provoqué par les pneumatiques s’infiltre trop dans l’habitacle. Mais il est certain que le comportement routier sans histoire, une fiabilité à toute épreuve et une impressionnante consommation de carburant, 4,2 l/100 km, sont autant d’éléments qui influencent les acheteurs pour autant que ceux-ci ne soient pas à la recherche d’une sportive.

« La silhouette est toujours à part, avec sa carrosserie en forme de coin, son arrière tronqué affublé d’une vitre en partie inférieure du hayon tandis que la section avant se démarque par une grille de calandre très étroite. »

« On a conservé les cadrans indicateurs au centre, sur la partie supérieure de la planche de bord tandis qu’on retrouve l’écran indicateur en partie centrale inférieure.  »

107


moteur diesel #techno

Une source de

confusion

Les récents déboires des moteurs diesels produits par Volkswagen ont mis ce type de moteur à la une de l’actualité. Ce qui est quand même un fait rare, puisque les moteurs de type diesel ne sont pas nécessairement très populaires sur notre continent. Par ailleurs, en Europe surtout, il y a plus de voitures équipées d’une telle motorisation que celles dotées d’un moteur à essence. Mais même sur le vieux continent, on essaie de réduire les ventes des diesels, car ils émettent de fines particules dans l’air qui sont responsables de la pollution atmosphérique et provoquent des cancers. Malgré cette caractéristique négative, force est d’admettre que ce type de moteur propose plusieurs avantages.

extraordinaire. Tellement que les constructeurs n’osaient pas les offrir avec une transmission automatique. Seules les boîtes manuelles équipaient les voitures à moteur diesel. De nos jours, l’injection directe et de multiples améliorations dans le dessin des chambres de combustion permettent d’obtenir des performances vraiment intéressantes et de réduire également le bruit provoqué par ces moteurs qui étaient autrefois très bruyants. Le niveau sonore provoqué par ces moteurs est réduit et de plus, on a réussi à encapsuler le compartiment moteur afin de réduire le tintamarre et le cliquetis si longtemps associé à cette technologie. Un autre élément qui entre en ligne de compte ; le prix du carburant. En effet, dans plusieurs pays, le gazole utilisé

« De nos jours, l’injection directe et de multiples améliorations dans le dessin des chambres de combustion permettent d’obtenir des performances vraiment intéressantes et de réduire également le bruit provoqué par ces moteurs qui étaient autrefois très bruyants. »

Sans vouloir entrer dans une longue discussion technique, soulignons que le moteur diesel ne possède pas de bougie d’allumage, la détonation du mélange giclé dans les cylindres s’effectue par la compression plus élevée que la moyenne qui provoque un échauffement des gaz et sa combustion. Cette technologie exige bien entendu un bloc moteur beaucoup plus robuste afin de pouvoir subir ce taux de compression plus élevé. En contrepartie, cela explique la longévité de ce type de moteur qui est également très populaire dans l’industrie du camionnage. Il y a la robustesse du bloc moteur, mais il faut également ajouter le fait que ces moteurs tournent à bas régime ce qui réduit de facto l’usure des cylindres. Quant à la puissance et au couple de ses moteurs, il y a une bonne nouvelle et une mauvaise nouvelle. La mauvaise nouvelle, c’est qu’en général, la puissance est plutôt limitée, ce qui n’en fait pas naturellement le choix des conducteurs sportifs. Par ailleurs, un couple qui est pratiquement le double de la puissance permet de compenser. Auparavant, les véhicules à moteur diesel installé sous le capot des voitures de tourisme étaient d’une lenteur

108

printemps 2016

sur les voitures à moteur diesel est environ 20 % plus économique à l’achat que l’essence. Et il faut également ajouter que la consommation des moteurs de ce type est nettement réduite par rapport à celle d’une voiture à essence. Deux raisons pour les rendre populaires. Sur notre continent, les prix du gazole fluctuent énormément et aux États-Unis, par exemple, le prix de ce carburant fluctue en fonction du mazout. Un hiver rigoureux et les prix grimpent, un hiver clément et les prix sont à la baisse. Finalement, ce type de moteur produit de l’oxyde d’azote qui n’est pas tellement convivial pour l’environnement. Les législateurs ont adopté des règles très sévères concernant le pourcentage toléré. Pour rencontrer ces règles, la plupart des constructeurs font appel à l’injection d’urée dans les gaz d’échappement et de filtre à particules pour capter les fines particules de suie émise par ce carburant. Ces récents progrès incitent le public à se tourner de plus en plus vers ce type de moteur sur notre continent. Reste à savoir maintenant quelle tendance prendra le marché d’autant plus que la sensibilité des gens envers des voitures plus propres s’accentue de façon accélérée.


MC

MC

Dr John Ellis introduit la première huile de graissage à base de pétrole pour les moteurs.

Valvoline met au point la X-18, une huile monograde qui peut remplacer 18 différents lubrifiants automobiles particuliers.

Valvoline introduit la première huile de course et la plus vendue de tous les temps.

Valvoline introduit MaxLife , la première huile pour les moteurs à kilométrage élevé.

18 6 6

1939

1965

2000

MD

1895

1954

1996

2013

La voiture qui remporte la première course automobile en Amérique du Nord utilise l’huile à moteur Valvoline.

Valvoline introduit l’huile tout climat, toute saison; ainsi, il n’est plus nécessaire de changer de type d’huile chaque saison.

Valvoline introduit DuraBlend , la première huile à moteur au mélange synthétique.

Valvoline introduit son premier programme de garantie sur les pièces du moteur, offrant jusqu’à 500 000 km de protection.

MD

Valvoline a inventé la catégorie de l’huile à moteur il y a près de 150 ans – et n’a pas cessé d’innover depuis ce temps.

PLUS DE 140 ANS SOUS LE CAPOT ©, 2015, Ashland

MC

Marque de commerce, Ashland ou ses filiales, déposée dans divers pays.


Salon de Los Angeles #envoyé spécial

110

printemps 2016


section

#section

Giulia? Mais oĂš est la

111


Salon de Los Angeles #alfa romEo

« Cette nouvelle venue a vraiment fière allure et elle sera considérée dans les années à venir comme étant l’une des belles réussites esthétiques de ce constructeur. »

112

printemps 2016


À Los Angeles, pour le dévoilement en première nord-américaine de sa nouvelle berline sport, la Giulia Alfa Romeo n’avait pas lésiné sur les moyens. En effet, au lieu de se contenter d’un dévoilement sur le plancher même du salon, on avait installé une tente de dimensions imposantes juste en face de l’entrée principale. Et pour pimenter les choses, on avait réuni au moins une cinquantaine de voitures de la marque, toutes des classiques qui ont fait se pâmer plusieurs des personnes présentes. Et pour donner plus de soin à l’ambiance, on avait engagé Willie J. Laws, un chanteur de blues de la région de Boston qui avait été invité spécialement pour cette occasion. Bref, de l’ambiance, il y en avait.

E

Photos : Alfa Romeo

n plus, sous la tente, on avait aménagé des gradins qui pouvaient accueillir au moins 1 000 spectateurs et l’ambiance était surchauffée. Il y avait une telle affluence que les retardataires n’ont pu prendre place dans cet amphithéâtre temporaire. Puis, ce fut le temps de la pr ésentation que seul un certain nombre de personnes ont pu voir, car une bonne majorité s’était découragée d’attendre à l’extérieur et avait préféré se rendre dans l’édifice principal, au kiosque Ford, où on y présentait la toute nouvelle Escape quelques minutes plus tard. Le dévoilement de la Giulia s’est effectué de façon assez traditionnelle. En tout premier lieu, sur l’estrade de présentation, on retrouvait la légendaire

33 Stradale 1968 qui a quitté la scène quelque seconde avant l’introduction du grand patron d’Alfa Romeo en Amérique, Reid Bigland qui a pris quelques minutes pour expliquer la présence du célèbre trèfle à quatre feuilles, le quadrifoglio, arboré sur toutes les voitures sportives de la marque, pour ensuite nous parler de la vedette de la journée. Bien entendu, après un jeu de lumière et de la musique assourdissante, la voiture est apparue sur la scène pour ensuite s’immobiliser. C’est alors que Monsieur Bigland y est allé d’un discours dithyrambique, on ne s’attendait pas à autre chose, vantant en long et en large les mérites de cette nouvelle venue. Et sans doute parce que la production ou la demande sera limitée, il a souligné qu’il s’agissait d’une voiture exclusive dont les propriétaires seront dans une bande à part.

113


Salon de Los Angeles #alfa romEo

Comme beaucoup de journalistes présents avaient raté cette présentation, ils sont retournés à la tente de présentation une couple d’heures plus tard. Oh surprise ! La trentaine de voitures historiques avait disparu, pire encore, on était en train de désassembler les gradins, la tente et tout ce qui l’entourait. Mais où était passée la Giulia ? Par réflexe, la plupart des gens se sont dirigés vers le kiosque Fiat compte tenu de l’origine italienne de deux marques. Peine perdue. Mais ils ont au moins eu la chance d’assister au dévoilement de la nouvelle Fiat 124, la version italienne de la Mazda MX-5. Incidemment, c’était quelque chose d’entendre le présentateur vanter les qualités du moteur Fiat de cette voiture et de l’élégance des lignes. Tout cela alors que les personnes présentes savaient pertinemment qu’il s’agissait d’une Mazda MX-5 à quelques exceptions près, dont le moteur devrait théoriquement être plus fiable que celui fourni par Fiat. Mais on s’éloigne du sujet. Comme le plan des exposants n’était pas tellement clair à ce chapitre, nombreux étaient les journalistes automobiles qui se croisaient dans les salles des exhibitions et se

114

printemps 2016

demandaient entre eux : « As-tu vu la Giulia ? » Malheureusement, la réponse était négative la plupart du temps. Puis, j’ai eu l’occasion de rencontrer un collègue de la région de Toronto qui venait de découvrir l’endroit où était cette mystérieuse Italienne. En effet, standing oblige, on l’avait placée tout près des marques de prestige germaniques et japonaises. Il faut dire que le jeu en valait la chandelle, puisque cette nouvelle venue a vraiment fière allure et elle sera considérée dans les années à venir comme étant l’une des belles réussites esthétiques de ce constructeur. Les

stylistes ont réussi à combiner une silhouette élégante et sportive à la fois, sans tomber dans l’exagération en fait de passages de roues élargies, de multiples prises d’air et autres gugusses du genre. Et la mécanique annoncée est à souligner avec un V6 2,9 litres turbo de 505 chevaux! Bref, la Giulia s’est laissée désirer pendant une couple d’heures, mais une fois rendu à son kiosque, elle a séduit celles et ceux qui avaient raté son dévoilement. Reste à voir maintenant quel sera l’accueil des acheteurs.


section

#section

115


Homme Printemps 2016  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you