__MAIN_TEXT__

Page 1

MAGAZINE MARS 2017 2014 -5€ 5€ MAGAZINE N°42 - DÉCEMBRE

Les fusacs dopent

l’économie régionale Aurélien Chaufour (Anjac)

Le HQ devient Le palmarès des 500 premières le haut lieu du digital à Tours entreprises régionales en partenariat avec


Point de vue

Valeur d’exemple a loi sur le cumul des mandats a montré ses effets pervers lors des élections internes aux conseils municipaux et départementaux qui ont désigné, la même journée du 17 octobre, un nouveau maire pour Tours et un nouveau président pour le Département d’Eure-et-Loir. Dans les pages qui suivent, nous revenons sur ces scrutins houleux qui ont écorné un peu plus l’image des élus auprès du public. À Tours, la bataille des egos a pollué la succession de Serge Babary, devenu sénateur fin septembre après avoir pourtant promis en 2014 d’exercer son mandat « à 100 % ». Du drôle de drame qui s’est joué entre ses adjoints est sorti un outsider qui devra batailler durant les deux ans et demi qui lui restent pour que la municipalité retrouve un peu de sa crédibilité auprès des électeurs. En Eure-et-Loir, la succession à la tête du conseil départemental d’un autre sénateur, Albéric de Montgolfier, a tourné à la confusion après trois tours de scrutin et l’élection, improbable, du doyen d’âge. La fracture entre les deux blocs d’une majorité hégémonique – 28 élus sur 30 la composent – sera bien compliquée à réduire, l’échec du recours déposé par les vaincus n’ayant probablement pas éteint le foyer des ambitions contrariées. Les aléas et les petitesses de la politique locale

L

ne constituent pas, heureusement, la seule matière de cette édition. La reprise économique donne de l’appétit aux investisseurs. Aurélien Chaufour, le patron du groupe Anjac Health & Beauty qui fait notre Une, le prouve en consolidant son pôle industriel santé et beauté avec le rachat du fabricant de poudres de maquillage Aircos, qui se partage entre Orléans et Romorantin. De son côté, le groupe de chimie fine Axyntis de David Simonnet – qui a tâté un moment de la politique avant de revenir aux affaires – engage plusieurs projets industriels capacitaires à Pithiviers où il a décidé de planter son quartier général. Quant au carrossier industriel Trouillet de Neuville-aux-Bois, près d’Orléans, il profite à plein de la reprise du transport routier pour se lancer dans une impressionnante série d’acquisitions. Dans la même veine, le pôle logistique d’Orléans continue de se renforcer. Et à Brezolles, près de Dreux, TIB, un carrossier positionné sur le marché des véhicules de secours, propose avec bonheur à ses clients une formule plus économique et plus soucieuse de l’environnement. Puisse le dynamisme montré par les PME régionales et tous ceux qui créent de la valeur inspirer la gouvernance des collectivités territoriales. Ce sera notre vœu pour 2018…

zon François−Xavier Beu

La Lettre Valloire - Décembre 2017 3


12-13

www.lettrevalloire.com

Ce magazine est un hors-série de La Lettre Valloire, bimensuel d’information politique et économique en région Centre. Édité par MCM Presse SAS au capital de 100 000 € RCS Tours B 450 613 591 Siège social : 14, boulevard Heurteloup à Tours Adresse postale : BP 92031 37020 Tours Cedex 1 02 47 70 60 00 contact@lettrevalloire.com Rédaction : François-Xavier Beuzon (rédacteur en chef) Jean-Christophe Savattier (rédacteur en chef adjoint) Aurélie Vouteau (édition) Ont participé à ce numéro : Serge Daniel Matthieu Letierce Stéphane Messer Stéphanie Payssan Bruno Villeneuve

Points Chauds 6-7

En bref L’actualité du trimestre en bref.

8-9

Le coup du père Térouinard Le 17 octobre, l’ancien maire de Châtillon-en-Dunois a tordu le bras aux pronostiqueurs en décrochant à 80 ans la présidence du conseil départemental d’Eure-et-Loir.

10-11

Maquette : Régis Beaune Publicité : AN Média (Aline Noirot) 07 78 25 26 87 a.noirot@lettrevalloire.com Diffusion : Nadine Gomès

12-13

Crédits photographiques : Cyril Chigot : Une, 46 DR : 6, 7, 8, 11, 12, 13, 15, 16, 18, 44, 18, 49, 50, 51, 52, 54, 56, 57, 58 Eric Legouhy : 10 Jean-Christophe Savattier : 20 Impression : Imprimerie Vincent, Tours (37) Informations légales : Abonnement annuel 2018 (23 numéros + magazines hors-séries) : 380 € Abonnement électronique avec édition bihebdomadaire : 480 € Prix de ce numéro : 5 € CPPAP : 0121 I 85872 ISSN : 1246-4333 Dépôt légal : décembre 2017 Directeur de la publication : François-Xavier Beuzon

MCM presse 4 La Lettre Valloire - Décembre 2017

Bourges veut imprimer sa marque Forte de 100 000 habitants, l’agglomération berruyère mise sur l’industrie et sa situation géographique pour marquer la région de son empreinte. Tours, vaudeville à l’Hôtel de ville Après plusieurs mois d’attente et moult rebondissements, Tours a gagné un sénateur et un nouveau maire. Mais pas le respect des électeurs.

14-15

Tours double son tram Avec la question du tracé de la deuxième ligne de tram se dessine le futur réseau de transports de Tours.

16

Voyage au centre de la ville Un demi-siècle après l’ingénieur Bertin et l’aérotrain d’Orléans,

les navettes autonomes, les télécabines et les drones sont déjà sur route et dans les airs. 18-19

François Vaccaro : « La création d’emploi a perdu de son caractère anxiogène » Pour ce spécialiste tourangeau du droit de travail, les cinq ordonnances réformant le code de travail publiées le 23 septembre permettent de sécuriser les procédures de licenciement.

20

Les DRH cherchent leurs marques Les responsables des ressources humaines peinent à s’intégrer dans les nouveaux modèles économiques.

Le Palmarès

23-42

Le Palmarès des entreprises Pour cette édition 2017, La Lettre Valloire et son partenaire Creditsafe ont classé les 500 premières entreprises de la région Centre-Val de Loire suivant leur chiffre d’affaires 2016.


46

Sommaire

DÉCEMBRE 2017

50-51

Les véhicules de TIB au secours des finances locales Un véhicule sanitaire utilisé par le Samu ou le Sdis peut-il être conçu comme un produit durable ? Pour le carrossier nord-eurélien TIB, la réponse est oui !

du Val de Loire, soutenus par la Région et le Département de Loir-et-Cher, ont lancé pour Noël une méga-opération de communication à destination de la clientèle francilienne. 57

Serious Frames virtualise le patrimoine Les ruines de l’abbaye de Déols se sont virtuellement relevées grâce à la visite interactive sur tablettes mise au point par la société Serious Frames.

57

Montargis aura son port de plaisance Le conseil départemental du Loiret vient de débloquer une enveloppe de 5 M€ pour un projet de halte fluviale à Montargis.

58

Le carnet

Aurélien Chaufour

Économie 43

En bref L’actualité du trimestre en bref.

44

Le HQ, futur haut lieu tourangeau du digital Le startupper Julien Dargaisse vient d’acquérir les étages du bâtiment de la Poste, en plein centre de Tours.

46

48

49

À LA UNE Anjac fait parler la poudre en Val de Loire Anjac Health & Beauty, qui rassemble les activités santé et cosmétiques du groupe Anjac, s’est offert Aircos, un fabricant de poudres de maquillage présent à Romorantin (41) et à Ardon (45).

50

52

Acquisitions en chaîne pour le carrossier Trouillet Le carrossier industriel de Neuville-aux-Bois multiplie les rachats et les implantations avec l’objectif de doubler son chiffre d’affaires d’ici à quatre ans.

54

Les Ateliers d’Orval sur de bons rails dans le Cher L’entreprise berrichonne envisage de construire des voies de garage pour les wagons industriels en fin de vie ou en attente de location.

54

Vergnet confié à un ex-banquier Après s’être donné le temps de la réflexion, les juges orléanais ont confié Vergnet à la société Arum, dirigée par Patrick Werner, fondateur de la Banque Postale.

Axyntis bichonne son usine de Pithiviers Le groupe de chimie fine Axyntis engage à Pithiviers plus de 3 M€ dans différents projets d’investissements. Orléans, centre de gravité logistique Regroupant plus de la moitié des entreprises de logistique de la région, Orléans et le Loiret continuent d’accueillir de nouvelles plateformes.

KSB va augmenter la cadence Pour ses vingt ans, l’usine KSB de Châteauroux passe la surmultpliée. Objectif : augmenter d’un bon tiers sa production de pompes.

55

Les chantiers Les chantiers régionaux en prévision.

56

Noël au château, touristes au balcon Les grands sites touristiques

Nos Infos Services 51

Paroles d’experts nelle L’intelligence émotion comme ressource tre managériale. Avec no e ntr Ce partenaire Focsie

La Lettre Valloire - Décembre 2017 5


Points Chauds

En bref

ANIMAL POLITIQUE Nicolas Sarkozy avait promis à la famille Delord de se rendre à Beauval. C’est chose faite depuis le 22 novembre. L’ex-président de la République a déjeuné au restaurant de l’hôtel des Pagodes avec une vingtaine d’élus locaux et de représentants du monde économique, puis visité le ZooParc, au côté de sa fondatrice Françoise Delord, ses enfants Rodolphe et Delphine et sa belle-fille Sophie. Nicolas Sarkozy, souriant et détendu, a été l’un des rares privilégiés à voir le bébé panda Yuang Meng, né au mois d’août et qui a reçu quelques jours plus tard, et en grande pompe, la visite de sa marraine Brigitte Macron. Le prédécesseur de François Hollande est un peu à l’origine de cette naissance, puisqu’il était intervenu auprès des autorités chinoises pour que ses parents Yuan Zi et Huan Huan puissent rejoindre le Loir-etCher en 2012. Un prêt qui n’est pas gratuit – on parle de 800 000 € par an – mais qui a fait décoller la fréquentation du parc animalier, passée de 600 000 visiteurs en 2011 à 1,5 million prévus cette année.

PRÉOCCUPÉ Philippe Vigier, le député UDI de Châteaudun, se dit de plus en plus préoccupé par les fractures qu’il observe entre les métropoles et les espaces ruraux. Avec ses collègues du groupe parlementaire les Constructifs, il s’apprête à déposer une proposition de loi visant à la création d’une Agence nationale pour la cohésion des territoires. Elle serait, sur le modèle de l’Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine), en charge de la distribution des aides et des soutiens aux territoires ruraux. Décidément, les chantres de la ruralité ne manquent pas à l’appel en Région Centre-Val de

Loire puisque le député de Loir-et-Cher, Guillaume Peltier (LR), occupe déjà ce créneau depuis quelques années.

POPULAIRE Il n’avait guère fait parler de lui durant l’été. Mais sa rentrée est tonitruante. Guillaume Peltier, député de Loir-et-Cher depuis le 18 juin, a annoncé le 19 septembre la naissance des Populaires dans une interview accordée au Figaro. Ce mouvement, nouveau pilier des Républicains, enterre de

facto la Droite forte, créée en 2012 avec Geoffroy Didier : le passage de témoin a été entériné le 30 septembre à Souvigny-enSologne pour la 4e édition de la Fête de la Violette, à laquelle assistait Laurent Wauquiez, déjà grand favori de la course à la présidence des Républicains. Les Populaires comptent notamment dans leurs rangs le maire de Châteauroux Gil Avérous, mais aussi les députés Aurélien Pradié (Lot) et Brigitte Kuster (Paris).

LATIN DE CUISINE « Ce qui est permis à Jupiter n’est pas permis à ses bœufs » : c’est en latin (« quod licet Iovis, non licet bovis ») que le conseiller régional

frontiste Michel Chassier a marqué son opposition au contrôle que souhaite exercer l’État sur les finances des collectivités locales. L’exécutif promet en effet de nouvelles baisses de dotations si les Régions ne diminuent pas de 1,2 % leurs dépenses de fonctionnement. A l’unisson, les élus régionaux tiennent à faire savoir qu’ils n’ont pas de leçon à recevoir de l’État en matière de gestion. In pari causa turpitudinis cessat repetitio (« à turpitude égale, nulle réclamation n’est recevable ») serait-on pourtant tenté d’ajouter.

GENRE À la pointe du progrès et de la lutte contre toutes les discriminations, l’université François-Rabelais de Tours vient de défrayer la chronique en ouvrant les premières toilettes neutres, c’est-à-dire des lieux d’aisance spécifiquement consacrés aux étudiants transgenre. Ces toilettes, qui ne comporteront donc plus de mention les réservant soit à un public masculin, soit à un public féminin, éviteront à ces personnes au genre non défini un choix cornélien et « mortifiant ». Avantage, on ne devrait pas y trouver souvent porte close, ni donc y faire la queue, puisque cette initiative ne devrait concerner qu’une dizaine d’étudiants.

De Thierry Vinçon, maire LR de St-Amand-Montrond (18), à propos de l’ouverture d’un nouvel échangeur autoroutier : « St-Amand-Montrond est vraiment le cul-de-basse-fosse de la région Centre-Val de Loire ! ». De Claude Térouinard, nouveau président LR du Conseil départemental d’Eure-et-Loir, répondant à ses détracteurs après son élection mouvementée et controversée, à l’âge de 80 ans passés : « J’ai peut-être un pied dans la tombe, mais l’autre peut encore botter des

6 La Lettre Valloire - Décembre 2017


Le président du Conseil régional du CentreVal de Loire, François Bonneau, est sorti satisfait de son rendez-vous avec la ministre des Transports Elisabeth Borne. Celle-ci a confirmé le transfert de l’État à la collectivité régionale de trois dessertes ferroviaires (Paris-Orléans-Blois-Tours, Paris-Nevers et Paris-BourgesMontluçon) en assortissant ce transfert des moyens financiers ad hoc, et notamment de l’enveloppe de 500 M€ qui sera versée par les pouvoirs publics pour financer le renouvellement du matériel roulant. Une subvention d’exploitation de 49 M€ sera attribuée en 2018, et prolongée par une contribution dégressive de fonctionnement les années suivantes qui ne devrait jamais être inférieure à 25 M€. En revanche, la ministre des Transports, répondant à une question de Guillaume Kasbarian, député LREM d’Eure-et-Loir, a indiqué que le projet de concession autoroutière de la partie de la RN 154 traversant le département était gelé.

FERRÉ

Y’A DE LA SAMBA DANS L’AIR Courant octobre, la station d’épuration de Luynes est devenue la plus célèbre de France. Le jour de l’inauguration, une photo montrant Philippe Briand et des élus de Tours Métropole couper le ruban, entourés de deux jeunes femmes vêtues de mini-jupes, aura soulevé l’indignation des internautes, criant au sexisme et à la ringardise, et celle de quelques médias nationaux, prompts, comme toujours, à relever le défi de la morale. En fait, les deux jeunes femmes étaient les danseuses d’un

CHIFFRE

DU TRIMESTRE

1 500 000 C’est le nombre de visiteurs qu’aura enregistré le ZooParc de Beauval en 2017, un record absolu. En 2018, les premiers pas du petit panda Yuang Meng devraient permettre de battre un nouveau record. En attendant la nouvelle attraction vedette, la gigantesque serre équatoriale attendue pour 2020.

groupe de samba chargé d’animer l’inauguration de cette station écologique utilisant des plantes tropicales pour éliminer les effluents. Tropiques et

samba font bon ménage, mais pas assez pour les défenseurs de la vertu.

ÉCHAFAUD Jeanny Lorgeoux, battu lors des dernières élections sénatoriales dans le Loir-etCher, a du mal à encaisser sa défaite. Il la vit comme une véritable « exécution politique », commanditée à la fois par Maurice Leroy dans « un souci de vengeance puisque je

l’avais battu il y a six ans (...) et surtout par l’appareil socialiste du Loir-et-Cher emmené par le maire de Blois, Marc Gricourt, qui a laissé se maintenir ses candidats au second tour. » La recherche du soutien de La République en Marche a, en effet, constitué un casus belli pour les caciques locaux du PS. C’est une exécution « préméditée », clame le maire de Romorantin qui met en garde ses bourreaux : « J’ai observé dans l’Histoire que les exécuteurs finissaient toujours sur l’échafaud. » Tremblez, carcasses...

BOULIMIQUE Le président de Chartres Métropole Jean-Pierre Gorges n’est jamais en retard de projets. Complexe commercial de l’Iliade, pôle administratif, extension du Jardin d’entreprises, parc de loisirs moyen-âgeux, c’est en véritable boulimique que l’élu collectionne les chantiers. Dernière idée en date : le maire-président chartrain vient d’annoncer la construction d’un datacenter dont les capacités « dépasseront celles du Crédit agricole installé à Mainvilliers ». Il a également prévu de réorganiser une zone d’activités sur la commune de Lèves.

culs ». De Jean-Gérard Paumier, président du conseil départemental d’Indre-et-Loire, cité par son ancien directeur général des services Gilles Lagarde, lorsqu’il évoque les problèmes à régler dans son département : « On va le faire à la tourangelle ! ». De Wilfried Schwartz, maire de La Riche et vice-président de Tours Métropole Val de Loire à propos du comportement de la Région Centre-Val de Loire dans les discussions sur le contrat régional de solidarité territoriale (CRST) : « la Région ne doit pas se comporter avec la Métropole comme un ministère de tutelle ».

La Lettre Valloire - Décembre 2017 7


Points Chauds

Politique

Le coup du père Térouinard Le 17 octobre, l’ancien maire de Châtillon-en-Dunois a tordu le bras aux pronostiqueurs en décrochant à 80 ans la présidence du conseil départemental d’Eure-et-Loir. Dans ce combat fratricide entre élus de droite, les Chartrains et leurs alliés ont habilement manœuvré pour écarter leurs rivaux de l’Union pour les Euréliens.

Q

Claude Térouinard, nouveau président du conseil départemental d’Eure-et-Loir.

8 La Lettre Valloire - Décembre 2017

ui aurait pu imaginer que la succession d’Albéric de Montgolfier, président du conseil départemental d’Eure-etLoir durant seize ans, serait aussi disputée ? Patron du département à l’âge de 37 ans, quelques semaines seulement après avoir été élu conseiller général d’Orgères-en-Beauce, le rapporteur général du budget de la commission des finances du Sénat avait, de l’avis général, bien mal verrouillé sa succession. « S’il avait désigné clairement un successeur, nous nous serions probablement rangés à son avis », assure Daniel Guéret, adjoint (LR) au maire de Chartres, vice-président et soutien affiché du nouveau président Claude Térouinard. Depuis plusieurs mois, on ne voyait plus beaucoup Albéric de Montgolfier à Chartres et son administration se désespérait de ses absences. Le rapporteur du Budget au Sénat a laissé planer le doute de sa démission jusqu’au dernier moment, attendant d’être certain que la Haute Assemblée resterait majoritairement à droite. Circonstance aggravante, il aurait promis

la tête de l’exécutif eurélien à au moins deux, voire trois de ses viceprésidents. L’écrasante majorité départementale de droite et du centre (28 élus sur 30) est scindée en deux groupes : celui de l’Union pour les Euréliens (UPE), fort de 17 élus, auquel appartiennent Albéric de Montgolfier et ceux que l’on a présentés comme ses successeurs, et celui des Républicains (LR-EL), qui regroupe les 11 autres conseillers de la majorité, dont les 6 élus chartrains. À ces derniers, soudés derrière leur maire et président de Chartres Métropole Jean-Pierre Gorges, se sont adjoints les 4 élus des franges franciliennes (cantons d’Auneau et d’Épernon), ainsi qu’Alice Baudet, binôme sur le canton de Châteaudun de Joël Billard, pourtant pilier de l’UPE. Si tous se retrouvent généralement pour voter les textes, l’entente n’a jamais été au beau fixe entre les composantes majoritaires. Pour désigner le successeur d’Albéric Montgolfier, démissionnaire pour cause de cumul de mandats, le groupe UPE a eu la curieuse idée de réunir la veille du jour de l’élection 16 de ses 17 membres, en « oubliant » d’inviter les 11 élus du groupe des Républicains. Membre de l’UPE mais proche des Chartrains, Claude Térouinard a, quant à lui, décliné l’invitation de son groupe. Dans cette primaire fermée, le maire de Bonneval Joël Billard l’a emporté d’une courte tête (9 voix) sur le Drouais Jacques Lemare (7 voix). Un duel serré entre des élus qui auraient reçu tous deux l’assurance d’un soutien du président sortant. Le vaincu


est ressorti ulcéré de la primaire. Par le passé, on avait déjà promis un siège de sénateur à l’ancien agent d’assurances de Dreux. Cette nouvelle désillusion passe mal : l’Union pour les Euréliens est désormais fracturée. Le lendemain, au 1er tour du scrutin, Joël Billard ne réunit que 13 voix, soit 4 de moins que celles de son groupe. Claude Térouinard, doyen de l’assemblée et candidat surprise à la présidence, en récolte 12, la sienne additionnée des 11 du bloc des Chartrains. On sait que le conseiller départemental de Brou, doyen de l’assemblée, a noué de bonnes relations avec Jean-Pierre Gorges, le maire de la ville-préfecture ; il a même parrainé la candidature de ce dernier à l’élection présidentielle. Sentant la division venir au sein de l’UPE, il a décidé de jouer un coup de poker. Dernier candidat en lice, le divers gauche Xavier Roux remporte 2 suffrages et 3 bulletins blancs complètent l’urne. Au 2e tour, coup de théâtre, l’UPE change de candidat pour investir Gérard Sourisseau, ancien maire de StLubin-des-Joncherets, une manœuvre désespérée destinée à ramener le vote des Drouais. L’opération séduction échoue et le proviseur de lycée à la retraite doit se contenter de 12 voix, 1 de moins que Joël Billard. C’est l’égalité parfaite avec Claude Térouinard, Xavier Roux restant à 2 voix et le nombre de bulletins blancs montant à 4. Le 3e tour devient décisif, la majorité relative étant suffisante. Xavier Roux s’étant retiré, Claude Térouinard récupère 4 voix, celles des Drouais, et décroche une improbable majorité absolue, tandis que le compteur de Gérard Sourisseau reste bloqué à 12, les 2 élus divers gauche de Lucé ayant vraisemblablement voté blanc. L’élection de l’ancien maire de Châ-

tillon-en-Dunois a pris tout le monde de cours. Mais derrière le fort en gueule, qui a commencé son mandat présidentiel avec quelques perles de son cru (« J’ai peut-être un pied dans la tombe, mais l’autre peut encore botter des c… »), se cache un élu matois et expérimenté – maire durant trente-sept ans, conseiller général de-

en déléguant beaucoup » à la chartraine Elisabeth Fromont et au drouais Jacques Lemare, son 2e viceprésident. La nouvelle tête de l’exécutif eurélien veut compenser l’étroitesse des marges dégagées par sa collectivité en aidant les projets « originaux ». Pour le Perche, il a déjà identifié un

“ SI TOUS SE RETROUVENT POUR VOTER LES TEXTES, L’ENTENTE N’EST PAS AU BEAU FIXE ENTRE LES COMPOSANTES MAJORITAIRES

puis 1999 –, diplômé de Sciences Po et pourvu d’une vraie vision de l’avenir ; entre autres tours de force, il a réussi ces dernières années à attirer un centre d’appel du marocain Outsourcia dans sa commune de 800 habitants. Le nouveau président a récompensé ses alliés du groupe LR-EL en leur offrant cinq des neuf vice-présidences, dont la 1ère, attribuée à Élisabeth Fromont, adjointe au maire de Chartres. L’UPE n’en conserve que quatre, perdant en route des piliers comme Joël Billard, Luc Lamirault ou la députée Laure de La Raudière. Du côté de l’administration, un nouveau directeur général des services, JeanCharles Manrique, passé par le conseil départemental du Loiret, remplacera dès que possible Bertrand Maréchaux, un ancien préfet jugé trop proche d’Albéric de Montgolfier. Et trop éloigné des Chartrains... Retenant la leçon Montgolfier, Claude Térouinard s’est aussitôt lancé dans une tournée des territoires. Avec un credo : réconcilier la ruralité et la ville. L’autre tâche sera de « rabibocher », selon une expression qu’il affectionne, les 28 conseillers de sa majorité. Ce ne sera pas chose facile, même en s’appuyant « et

ambassadeur potentiel, très courtisé depuis quelques mois : Stéphane Bern. Le propriétaire du collège royal et militaire de Thiron-Gardais est aussi un proche du président de la République, qui lui a confié une mission sur le patrimoine. Et puis, il y a Chartres. La ville-préfecture, ses 39 000 habitants et son agglomération de 126 000 habitants – 30 % de la population du département – avaient l’impression d’être ostracisés. « On se disait parfois que tout ce qui venait de Chartres déplaisait au conseil départemental », s’étonne Daniel Guéret. « Je souhaite surtout un meilleur équilibre entre les territoires, renchérit son collègue Rémi Martial, maire (LR) de Lèves, une des principales communes de l’agglomération. Tout le monde a besoin des villes. » Avec sa gouaille coutumière, Claude Térouinard a prévenu ses collègues – « Celui qui bave sur Chartres, il dégage ! ». Dorénavant, le Département soutiendra plus franchement les projets chartrains, sans mésestimer les besoins du monde rural, dont le nouveau président est issu. La cathédrale reprend sa place au cœur du Département d’Eure-et-Loir, qu’on se le dise. François-Xavier Beuzon

La Lettre Valloire - Décembre 2017 9


Points Chauds

Politique

Bourges veut imprimer sa Forte de 100 000 habitants, l’agglomération berruyère mise sur l’industrie et une situation géographique privilégiée le long de l’A71 pour marquer la région de son empreinte. Pascal Blanc, maire et président de Bourges Plus, compte mener de front développement économique et rayonnement sportif et culturel. « Dès le début 2018, nous allons mettre en place ce centre de ressources qui doit fédérer les acteurs directs ou indirects des filières concernées et accroître ainsi notre compétitivité. L’objectif est de faire reconnaître notre agglomération comme un pôle d’excellence défense et aéronautique. Nous souhaitons mettre

au développement économique est déjà plus ou moins regroupé (couveuse d’entreprises, centre d’affaires, entreprises innovantes), on doit pouvoir établir des synergies intéressantes pour l’avenir. » Un diagnostic et un état des lieux ont été menés début 2017 avec le cabinet Victanis pour positionner le mieux

“ UNE DEUXIÈME SORTIE D’AUTOROUTE SE SITUERA PLUTÔT ENTRE LE SUD DE VIERZON ET LE NORD DE BOURGES

Pascal Blanc, maire (UDI) de Bourges et président de la communauté d’agglomération Bourges.

A

vec près de 3 500 emplois dans le domaine de la défense et de l’armement sur son territoire – plus des deux tiers des salariés de ce secteur en région Centre-Val de Loire –, Bourges est un poids lourd méconnu. L’idée a donc fait son chemin de créer un Centre d’Informations pour la Défense (CID), destiné à valoriser et à promouvoir les spécificités de ce territoire.

10 La Lettre Valloire - Décembre 2017

en avant nos capacités d’innovation et faire connaître le potentiel du territoire, aussi bien les grands donneurs d’ordre comme MBDA ou Nexter que le réseau de sous-traitants et de cocontractants, précise Pascal Blanc, maire (UDI) de Bourges et président de la communauté d’agglomération Bourges Plus, lui-même ingénieur et ancien cadre de l’Aérospatiale (devenu MBDA). Pour ce faire, nous allons créer un technopôle sur le site Lahitolle, qui abrite déjà un centre d’affaires, l’Insa et des laboratoires. Ce technopôle sera géré par une association que nous allons fonder avec les chambres consulaires et les donneurs d’ordre. Son directeur aura pour but de constituer ce pôle Défense dont les principales activités seront la veille stratégique, le renseignement commercial, le service de porte d’accès aux investisseurs, le soutien aux startups innovantes et de déploiement de l’offre commerciale. Grâce à ce technopôle, où tout ce qui concourt

possible ce centre de ressources sur lequel les entreprises ou les clusters, comme GEAR ou Aérocentre, pourraient s’appuyer pour trouver un relais administratif, politique et économique. « Notre potentiel s’adresse à la Région, mais aussi aux échelons national et même international. Il faut en faire la promotion pour apporter de l’activité économique aux industries en place et donner envie à de nouvelles entreprises de venir les rejoindre. Grâce au CID, nous espérons anticiper les évolutions techniques et les besoins des grands donneurs d’ordre et des industries de pointe, traduire via des startups les technologies aujourd’hui militaires pour des usages civils, comme ce fut le cas pour les drones, et faciliter l’installation de nouvelles entreprises », complète l’élu. Outre la visite de diverses délégations étrangères venues d’Australie ou du Québec, le premier acte fort sera un Forum Défense qui devrait se tenir au printemps.


marque La nouvelle usine Monin

« Nous travaillons en étroite collaboration avec le conseil départemental du Cher pour l’ouverture d’une deuxième sortie d’autoroute qui se situerait plutôt entre le sud de Vierzon et le nord de Bourges. Cela permettrait non seulement de fluidifier et de sécuriser la circulation, mais aussi de créer une nouvelle zone d’activités. Ce qui ne serait pas un luxe, puisque l’on arrive presque à saturation de celles existantes. La zone logistique Intermarché, opérationnelle depuis début 2017, celle de Carrefour, qui entrera en fonction fin mars 2018 sur une emprise foncière importante avec 200 à 300 emplois complémentaires, ou la nouvelle usine du groupe Monin, qui a quitté son site historique en cœur de ville pour s’installer et s’agrandir en périphérie, prouve que notre politique en matière de développement économique fonctionne », justifie le président de Bourges Plus. Si la première partie du mandat de Pascal Blanc aura été marqué par la fin du chantier du Palais des sports du Prado (agrandissement, modernisation et mise aux normes FIBA pour accueillir un Final Four de l’Euroligue féminine de basket), les trois prochaines années s’annoncent intenses avec les constructions programmées d’un tout nouveau centre de congrès et d’un centre aqualudique. « Ces deux investissements

structurants n’auront évidemment pas la même vocation, si ce n’est qu’ils viendront également renforcer notre attractivité et permettront de faire venir sur notre territoire des personnes qui n’iraient pas autrement », explique Pascal Blanc. Si le Palais des sports new look offre de nouvelles opportunités d’accueillir des manifestations sportives au rayonnement international, comme les championnats mondiaux cadets et juniors d’escrime récemment ou les matchs d’Euroligue féminine de Bourges Basket plus régulièrement, la ville n’a pas encore de centre de congrès digne de ce nom. Privé d’une restauration intégrée, le Palais d’Auron ne correspond pas aux critères habituels des salles fréquentées par les congressistes et le besoin est flagrant dans ce domaine. Pour ce qui concerne le centre aqualudique, Pascal Blanc digère mal que ses administrés soient obligés de se rendre à St-Amand-Montrond – «malgré toute l’amitié que je porte à Thierry Vinçon » – pour profiter d’une telle installation. « Outre le fait que cet équipement répondra à un besoin de nos habitants, cela permettra aussi aux Berruyers de s’approprier enfin et de comprendre le bien-fondé de leur agglomération. Ceci dit, vu le coût estimé des deux équipements (entre 25 et 30 M€ chacun), et en dépit du fait que Bourges Plus soit peu endettée – les précédents investissements lourds ont été portés par la Ville, NDLR –, ces deux projets n’aboutiront pas en même temps. L’un passera forcément avant l’autre en fonction des aléas inhérents à ce genre de dossiers. Les études sont menées en parallèle, mais nous n’en sommes pas encore à la pré-programmation. Le premier chantier devra, de toutes les façons et quoi qu’il arrive, débuter au plus tôt fin 2019 », ajoute-t-il.

Quant à la nouvelle maison de la culture, l’autre chantier emblématique de ce mandat, les travaux démarreront fin mars 2018 pour une livraison en juillet 2020. La réhabilitation de l’ancien établissement, trop coûteuse, a été abandonnée au profit de la construction à proximité d’un bâtiment moderne situé aussi place Séraucourt, mais en contrebas de l’actuelle MCB. Celle-ci, qui sera ouverte sur l’extérieur avec de grandes baies vitrées, sera composée de deux salles de 700 et 200 places, de deux salles de cinéma, d’un hall qui pourra accueillir des expos et d’un restaurant. « La nouvelle maison de la culture sera gérée par un Établissement public de coopération culturelle (EPCC) qui produira spectacles donnés sur place ou sur d’autres scènes ou festivals comme Avignon. Elle sera plus ouverte que n’était la MCB. L’EPCC

n’aura pas l’exclusivité de l’utilisation des locaux, qui seront partagés par tous les acteurs culturels locaux », précise le maire. Quant au site historique de la MCB, dont la façade classée a été sauvegardée, il aura vocation à faire vivre le Printemps de Bourges toute l’année, au travers de formations aux métiers des arts et spectacles ou la réception de startups spécialisées dans le numérique. Mais la finalisation de sa programmation ne devrait pas intervenir avant 2021.

La nouvelle maison de la culture de Bourges.

Serge Daniel

La Lettre Valloire - Décembre 2017 11


Points Chauds

Politique

Tours, vaudeville à l’Hôtel Après plusieurs mois d’attente et moult rebondissements, Tours a gagné un sénateur et un nouveau maire. Mais s’il y a une chose que la municipalité n’a pas gagnée, c’est le respect de ses électeurs. Christophe Bouchet, outsider élu maire de justesse, n’a guère plus de deux ans pour redresser la barre. C’est court.

L

Françoise Amiot aurait pu être candidate à la succession de Serge Barbary, ici à ses côtés.

e conomètre de Georges Courteline est monté très haut ces derniers mois dans la ville qui l’a vu naître. Nul doute que l’auteur des « Gaietés de l’escadron » aurait trouvé, comme son contemporain Feydeau, matière à trousser une farce sur la succession du maire de Tours, où se seraient croisés en virevoltant l’amant, l’amoureux transi, l’épouse et le mari trompé. Avec un dénouement en queue de poisson qui a vu le plus discret, mais le plus habile des adjoints de Serge Babary s’installer dans son fauteuil. Un vaudeville, ce sont des portes qui claquent. La première l’a été par Françoise Amiot. Mortifiée que Les Républicains ne l’ait pas désignée candidate aux législatives, l’adjointe à l’urbanisme et aux finances de Serge Babary a démissionné de tous ses mandats sans crier gare le 20 janvier : « Elle a déjeuné avec moi juste

12 La Lettre Valloire - Décembre 2017

avant l’annonce de sa démission et elle ne m’a rien dit », lâchait, dépité, le nouveau sénateur. Diversement appréciée de ses collègues, cette professionnelle des chif-

guant adjoint aux sports Xavier Dateu, vice-président du conseil départemental et membre du Nouveau Centre. Ce hâbleur à l’accent chantant et à la poignée de main facile

“ CHRISTOPHE BOUCHET (UDI) A TISSÉ PATIEMMENT SA TOILE, NÉGOCIANT LES RALLIEMENTS L’UN APRÈS L’AUTRE fres, fondatrice d’un cabinet d’expertise-comptable, était pourtant au nombre des successeurs possibles d’un maire dont on savait qu’il ne rêvait que du Palais du Luxembourg. En se mettant d’elle-même hors-jeu, Françoise Amiot aura oublié une chose. En politique, il faut garder pour soi les blessures d’orgueil. Après ce coup de théâtre, l’intrigue était en place. Le premier à se précipiter sur scène, dans le rôle, taillé pour lui, d’amant volage, a été le frin-

s’est longtemps cru favori des cœurs. Il est vrai qu’après avoir clamé partout qu’il serait le prochain maire de Tours, l’ancien restaurateur a échoué d’un cheveu après le scénario incroyable de la primaire organisée au sein du groupe majoritaire : égalité parfaite sur deux tours et victoire de son adversaire au bénéfice de l’âge. Son vainqueur Christophe Bouchet (UDI) a tissé patiemment sa toile, négociant les ralliements l’un après l’autre, avec des cadeaux pour tout le monde : seize postes d’adjoints, cinq d’adjoints de quartier et dix-sept de délégués – parmi lesquels des élus préposés à l’art de vivre, à la mémoire historique, aux fêtes foraines, au patrimoine automobile, aux subventions... – pour quarante-et-un conseillers de la majorité. Qui dit mieux ? Seuls l’ancien maire et nouveau sénateur (LR) Serge Babary, la députée (UDI) Sophie Auconie et Xavier Dateu n’ont pas obtenu de délégation. En l’occurrence, le rival malheureux a payé son entêtement. En dépit des engagements pris, il a maintenu sa candidature lors du conseil municipal extraordinaire du 17 octobre, face à un Christophe Bouchet officielle-


de ville ment soutenu, cette fois, par Serge Babary. Un baroud de déshonneur qui a échoué : en ne glanant que 15 suffrages, contre 30 à son adversaire, l’adjoint aux sports, mauvais perdant, a aussi laissé en route ce qui lui restait de crédibilité. Dans notre édition du mois de mars, nous avions prévu l’avènement de l’ancien journaliste Christophe Bouchet, qui aura fait fructifier au-delà de tout espoir les 1,62 % recueillis aux législatives de 2012. À son crédit, une bonne présentation de son projet municipal, le 12 octobre, lors de la primaire de la majorité. Un avantage qui a certainement emporté l’adhésion de quelques indécis face à un contradicteur venu, en dilettante, s’exprimer les mains dans les poches. Les challengers ont finalement renoncé pour se ranger derrière l’un des deux candidats. Thibault Coulon, le dernier à se résigner, avait des soutiens de poids, au rang desquels un ancien président de chambre de commerce et une parlementaire en activité. L’adjoint au développement économique a pourtant vite compris qu’il ne pourrait « faire consensus au sein de la majorité pour se présenter ». Une litote, aux termes soigneusement pesés, pour exprimer son impuissance à rassembler audelà du cercle de ses quelques amis du conseil municipal. En échange de son appui à la candidature Bouchet, il aurait reçu l’assurance d’être élu 1er vice-président de la métropole. Le 27 novembre, le conseil métropolitain confiera bien une vice-présidence à Thibault Coulon, mais la… 14e. Une élection tout sauf triomphale. Et il faudra même une intervention du président Philippe Briand pour que 30 – seulement – des 55 conseillers se décident à voter pour lui. C’est le nouveau maire qui sera élu 1er vice-

président de la Métropole, suivant la trace de son prédécesseur. Après avoir longtemps espéré être adoubé comme successeur par Serge Babary lui-même, Jacques Chevtchenko est sorti de scène par la petite porte. Le maire sortant était convaincu que le manque d’empathie de son 1er adjoint lui barrerait inéluctablement la route. Le conseiller régional a donc fait le choix de soutenir Xavier Dateu. Mauvaise pioche, qui lui a valu d’être relégué sur le banc des remplaçants, du poste de 1er à celui de 12e adjoint. In petto, Serge Babary s’était probablement résolu, dès la rentrée, à envisager le moins pire des candidats, Christophe Bouchet. À défaut de partager grand chose, l’ancien et le nouveau maire avaient les mêmes détestations ; et on sait depuis Tocqueville qu’en politique, la communauté des haines fait presque toujours le fond des amitiés. Que dire des trois ans et demi passés par Serge Babary à la tête de la ville ? Beaucoup d’atermoiements, de nondits et d’erreurs d’appréciation, comme celle qui lui a fait valider sans barguigner les indemnités de départ du président du directoire de la SAEM Tours Événements, gratifié à deux ans de la retraite d’un chèque de 950 000 €. À la tête d’une équipe qu’il avait constituée pour participer,

pas pour gagner, le nouveau sénateur d’Indre-et-Loire a commis une première erreur : déclarer d’emblée qu’il ne serait l’homme que d’un seul mandat, réveillant de facto les ambitions de successeurs au fil du temps de moins en moins putatifs. Très vite, en effet, les héritiers auto-proclamés se sont répandus sur celui qui leur avait confié un mandat d’adjoint ; comme souvent, les moins légitimes se montrèrent les plus virulents. La comédie s’est achevée par la défaite en rase campagne du cocu, rôle de composition endossé par Les Républicains. Après avoir conquis en mars 2014 une ville perdue dix-neuf ans plus tôt, le parti de droite l’a remise sur un plateau à l’UDI, quelques mois après la défaite de sa représentante aux élections législatives. En désertant les lieux sans se préoccuper de sa suite, l’ancien patron de Tradutours a fait un joli pied de nez à son camp : Traduttore, traditore, comme disent les Italiens. Privés de députés, de la mairie de Tours, à peine consolés par deux sièges de sénateurs et la présidence du conseil départemental, Les Républicains peuvent ruminer leurs mauvais choix de ces dernières années. Il faudra du temps pour regagner le temps perdu. Peut-être encore dixneuf ans…

Christophe Bouchet récupère la mairie et la 1ère vice-présidence de la Métropole

François-Xavier Beuzon

La Lettre Valloire - Décembre 2017 13


Points Chauds

Territoires

Tours double son tram Avec la question du tracé de la deuxième ligne de tram se dessine l’esquisse du futur réseau de transports de la métropole tourangelle. Un domaine dans lequel les changements d’habitudes et les évolutions techniques s’annoncent rapides.

A

rrivé sur le tard à Tours, le tramway connaît depuis quatre ans une fréquentation bien plus importante que prévu ; celle-ci pousse la métropole ToursVal de Loire à construire une deuxième ligne qui devrait être prête en 2024. Elle partirait du boulevard Tonnellé pour arriver à Chambray-lèsTours en desservant les deux CHU de Bretonneau et Trousseau, le plus important employeur de la région. À terme, La Riche, à l’ouest du boulevard Tonnellé, pourrait profiter de ce

Ligne A existante Projet de la ligne B et ses variantes

14 La Lettre Valloire - Décembre 2017

nouveau mode de transport et obtenir trois arrêts, au prieuré SaintCosme, au jardin botanique et à la mairie. Et ensuite ? L’heure reste aux vœux, parfois aux pressions, car les élus n’ont pas encore arrêté le tracé qui, à 80 %, traversera la ville centre. Cette question

ventre de Tours, mais aussi le commissariat de la rue Marceau, l’institution scolaire Notre-Dame La-Riche et la Cité de la Gastronomie si elle sort de terre un jour. L’Association pour le développement des transports collectifs de Touraine (ADTT) s’est engagée pour ce tracé,

“ ÉVOQUER LA DEUXIÈME LIGNE C’EST AUSSI PARLER DE LA TROISIÈME, CAR L’HISTOIRE DU TRAMWAY NE S’ARRÊTE PAS EN 2017

n’intéresse pas que les politiques, mais aussi les associations et les particuliers. Deux choix sont possibles à l’ouest : l’un par le boulevard Béranger pour rejoindre la place Jean-Jaurès, l’autre par le boulevard Jean Royer, avec un point commun entre les deux, le passage par les casernes Beaumont-Chauveau, 10 ha en pleine ville destinés à devenir un écoquartier. « Les deux itinéraires ont chacun d’énormes avantages, mais aussi d’énormes inconvénients », analyse le nouveau maire (UDI) de Tours, Christophe Bouchet, qui entend bien que les élus tourangeaux, concernés au premier chef, pèsent de tout leur poids pour influer sur cette décision stratégique qui incombe au conseil métropolitain. Les inconvénients sont d’ordre technique – par exemple l’insuffisante largeur des avenues – et financiers, car les expropriations coûtent cher. Au final, l’addition sera élevée, le coût moyen du kilomètre atteignant quelque 25 M€. Des pétitions commencent à circuler en faveur de tel ou tel tracé. Le passage par Béranger permettrait de desservir les Halles, le

car elle estime le flux quatre fois plus important. Autre argument, ce choix obligerait la Ville à repenser le mode de circulation pour l’instant réservé au « tout voiture » sur l’axe Est-Ouest, qui suit les deux kilomètres du long mail formé par les boulevards Heurteloup et Béranger. Ce choix est toutefois contesté par Alain Devineau, qui fut adjoint de Jean Royer puis de Jean Germain : il oppose l’habitat patrimonial du boulevard Béranger, en plein secteur sauvegardé et donc figé, et le fort potentiel de développement du boulevard Jean Royer (l’ex-boulevard Thiers) dans les quinze prochaines années. Au sud, l’ADTT plaide pour qu’après avoir traversé le quartier d’habitat social des Fontaines, le tram longe le parc Grandmont, rejoigne le CHU Trousseau mais soit prolongé sur trois kilomètres, jusqu’au quartier de la Papoterie, en limite de Chambraylès-Tours et de St-Avertin, pour aménager un parking relais. L’association regrette le choix d’éluder le passage à l’Est par St-Pierre-des-Corps. Depuis des années, la maire com-


muniste Marie-France Beaufils plaide en vain pour le raccordement des deux gares par le tramway, avec un tracé longeant le boulevard Heurteloup, puis l’avenue Jean Bonnin, le quartier de La Rabière, la gare TGV et la zone commerciale des Atlantes avant de rejoindre les Fontaines. Pour autant, il faudra bien un jour régler la question de la concurrence entre les gares de Tours et de St-Pierre-desCorps. Beaucoup d’utilisateurs, et notamment des abonnés, trouvent scandaleux l’abandon d’une navette régulière pour les deux kilomètres séparant les deux gares. Le nouveau maire de Tours en fait partie et compte aborder le sujet avec la SNCF. Pour lui, évoquer la deuxième ligne c’est aussi parler de la troisième, car l’histoire du tramway ne s’arrête pas en 2017. Philippe Briand, maire de StCyr-sur-Loire et président de Tours Métropole Val de Loire, a déjà indiqué qu’il faudrait un jour prolonger de 700 mètres la ligne A en direction de l’aéroport ; un chantier qui sera de toutes façons moins lourd à gérer qu’en centre-ville. L’équipement serait encore plus nécessaire si la Métropole se lance dans la construction de la grande Arena (10 000 places) à Tours-Nord plutôt qu’aux Rives du Cher. D’ores et déjà, l’agence d’urbanisme de l’agglomération de Tours (ATU) s’est lancée dans une prospective à l’horizon 2050. Elle parie sur une accentuation d’un développement centrifuge, au-delà des 51 000 entrants enregistrés quotidiennement dans la métropole, laquelle concentre 147 000 emplois pour 300 000 habitants. On sait que 65 communes envoient au moins 40 % de leurs actifs travailler dans le cœur de la métropole. L’agence cible des secteurs à fort potentiel de développement : les deux cliniques (NCT+ à St-Cyr et le pôle

Léonard de Vinci à Chambray), les quartiers des deux grandes usines SKF (St-Cyr) et ST Microelectronics (Tours Nord). « Le transport collectif ne résoudra pas seul cette question. Regardons la situation à Bordeaux : 1 Md€ pour les quatre lignes, et seulement 1 point de part de marché gagné. Le tramway ne répond que partiellement au sujet. Pour autant, il faut le faire. Sur les 25 M€ de coût au kilomètre, 15 servent au transport et 10 à l’espace public. C’est aussi un outil d’embellissement de la ville », estime Jérôme Baratier, directeur de l’agence. Pour lui, la démarche doit être double, avec une action en direction du transport public couplée à une incitation à « collectiviser le transport individuel ». En somme, faire du Blablacar, mais en plus grand. D’autant plus qu’une étude du Crédoc de novembre 2017 montre que la maison individuelle située dans une commune périurbaine reste la panacée résidentielle : « Aux ÉtatsUnis, il existe des voies sur l’autoroute accessibles uniquement aux voitures avec plusieurs personnes à bord, avec un prix de péage différent selon le nombre de voyageurs. Des habitudes commencent à naître sur les grands trajets, mais pas

encore entre domicile et lieu de travail. Tout le monde devrait y réfléchir, y compris les entreprises qui s’acquittent du versement transport. Le cœur d’agglomération devra combiner le maillage du tramway avec des modes de déplacements doux, type piéton ou vélo, et avec des pistes adaptées et des aménagements en bordure des villes. » Comme les fameux parking relais qui, pour l’instant, demeurent peu occupés. Tours en compte six, répartis pour moitié entre le nord et sud. Mais encore rien à l’est et à l’ouest. L’idée serait d’en créer deux nouveaux, l’un à Chambray, l’autre à StCyr, près des cliniques et des centres commerciaux. « Ils devraient proposer des services, au moins numériques », ajoute Jérôme Baratier. L’une des pistes privilégiées pour l’avenir reste le train. L’ATU remarque que Tours se trouve au cœur d’une étoile ferroviaire à huit branches (Saumur, Chinon, Poitiers, Loches, Bourges, Blois, Vendôme, Le Mans), desservant chaque fois des petites gares et permettant un accès direct au cœur de Tours. Les infrastructures existent ; il reste à coordonner leur utilisation. Matthieu Letierce

La Lettre Valloire - Décembre 2017 15


Points Chauds

Territoires

Voyage au centre de la ville En matière de transport, l’imagination est au pouvoir. Un demi-siècle après l’ingénieur Bertin et l’aérotrain d’Orléans, les navettes autonomes, les télécabines et les drones sont déjà sur route et dans les airs. En attendant les trains subsoniques et les engins volants. phérique long de 420 mètres au dessus du Penfeld, entre la rue de Siam et l’écoquartier des Capucins. Un an après sa mise en service, les incidents ont été nombreux et le résultat mitigé, malgré une fréquentation de 720 000 passagers, contre les 675 000 attendus. Orléans a choisi cette technologie pour rapprocher le nouveau quartier Interives et la gare des Aubrais. « Le téléphérique reste accessible, moins de

deaux les a aussi expérimentés. Et La Poste a renoué avec les grandes heures de l’Aéropostale en créant, dans le Var, la première ligne régulière de livraison de colis par drones. À Toulouse, qui accueille déjà Hyperloop, la société Electric Visionary Aircrafts (EVA), bien française en dépit de son nom, va s’installer sur le site de l’ancienne base aérienne de Francazal pour développer son appareil volant

“ LE VIEUX RÊVE DE LA VOITURE VOLANTE RENAÎT GRÂCE AUX DRONES

Le prototype de l’appareil volant électrique et autonome des Toulousains d’EVA volera dans un an.

L

es transports de demain seront révolutionnaires. Des capsules de train subsonique censées rouler à 1 200 km/h dans des tubes basses pressions grâce à une technologie de propulsion par sustentation passive sont développées par plusieurs sociétés, dont Hyperloop, une autre société d’Elon Musk, le fondateur de Tesla. On songe naturellement à son précurseur, l’aérotrain futuriste de l’ingénieur Bertin, dont on voit encore les vestiges du monorail construit en 1968 au nord d’Orléans. En 1974, il avait atteint un record mondial de vitesse : 430 km/h. Deux projets de télécabines ont été défendus durant la campagne des municipales 2014 à Tours : celui des Verts, destiné à relier les gares de Tours et de St-Pierre-des-Corps, et celui de Jean Germain qui devait franchir la Loire au pont de la Motte, à l’ouest de l’agglomération. Le transport aérien de personnes en milieu urbain a déjà séduit les Brestois ; ils ont investi 19 M€ pour un télé-

16 La Lettre Valloire - Décembre 2017

15 M€, et surtout on peut le construire rapidement. Une passerelle aurait nécessité des négociations, des autorisations et un cahier des charges compliqué pour enjamber 380 mètres de voies ferrées », soutenait Charles-Éric Lemaignen, alors président de l’Agglo d’Orléans. On sait que son successeur, le maire d’Orléans Olivier Carré, est plus circonspect et qu’il met en balance, pour un coût à peine supérieur, la construction d’une nouvelle gare aux Aubrais, de l’autre côté des voies. Deux recours ont été introduits contre le projet, dont l’un par l’écologiste Benoît Varin. Loin de partager les idées novatrices de ses homologues tourangeaux, il demande l’ouverture d’une étude de faisabilité pour la construction d’une passerelle au-dessus des voies ferrées ; elle serait, selon lui, beaucoup moins coûteuse. Toujours dans les airs, le vieux rêve de la voiture volante renaît grâce aux drones. UPS y a déjà recours pour l’acheminement de médicaments entre le continent et une île au large de Boston, aux États-Unis ; le CHU de Bor-

autonome ; le premier vol est prévu dans un an. Le jet électrique à décollage vertical de l’allemand Lilium et le taxi-drone de son compatriote Volocopter sont aussi prêts à décoller. Le transport urbain terrestre se modernise aussi. Nous avions déjà évoqué au mois de juin les navettes électriques autonomes des Toulousains (encore !) d’EasyMile et des Lyonnais de Navya. Ces derniers récidivent avec leur projet de taxi autonome Autonom Cab. Les premières expérimentations débuteront au printemps. Il faudra tout de même 250 000 € pour s’en procurer un ! MT et FXB

Les Lyonnais de Navya vont lancer un premier taxi électrique autonome.


L’ESPACE VICTOR LALOUX UN CENTRE D’AFFAIRES AU CŒUR DE TOURS

Domiciliation Location Accompagnement

DOMICILIATION Vous cherchez une adresse fiscale ou commerciale pour votre entreprise ou votre activité professionnelle ?

Préfecture Le Vinci

on Rue Buff

Gare de Tours

rammo e de G Avenu

nt

ger

ay mw A Tra gne i L

t an ill Va

6-8 rue Victor Laloux 37000 Tours contact@espace-laloux.com

up urtelo Bd He

Centre administratif

l asca ise P

www.espace-laloux.com

A10

Bla Rue

02 47 05 00 12

Sortie N°21 À 4 min

d ar ou Éd

an Bd Bér

Mairie de Tours

Office de tourisme

e Ru

ET SI NOUS NOUS RENCONTRIONS ?

La Poste

Palais de Justice

Minimes

tor Rue Vic Laloux

ACCOMPAGNEMENT Vous créez ou développez votre activité ?

ionale Rue Nat

Rue des

on s Sim

La Loire

Jule Rue

LOCATION Vous avez besoin d’une location temporaire d’espace professionnel ?

Rue B. Palissy

ESPACE VICTOR LALOUX

100 m

La Lettre Valloire - Décembre 2016 17


Points Chauds

Social

FRANÇOIS VACCARO, AVOCAT À TOURS ET PARIS, SPÉCIALISTE DU DROIT DU TRAVAIL

«La création d’emploi a perdu Pour ce spécialiste tourangeau du droit de travail, les cinq ordonnances réformant le code du travail publiées le 23 septembre permettent de sécuriser les procédures de licenciement. L’impact sur l’emploi de ce nouveau cadre juridique, qui profite surtout aux plus petites entreprises, ne permettrait pourtant pas de réduire le chômage à court terme. uelle est la philosophie qui anime la réforme du code du travail récemment adoptée ? François Vaccaro : On entend beaucoup de commentaires et de jugements à l’emporte-pièce qui déplorent l’inspiration néo-libérale de cette réforme. C’est une erreur d’appréciation. Je considère, au contraire, que ces ordonnances s’efforcent simple-

Q

ment de débloquer les verrous à l’embauche, des verrous bien connus depuis des années. Les rédacteurs ont raisonné de façon purement technique et pragmatique, peut-être trop au

“ L’INDEMNITÉ NE POURRA EXCÉDER UN MOIS DE SALAIRE SI LES JUGES ESTIMENT QUE L’IRRÉGULARITÉ EST SEULEMENT FORMELLE risque d’un manque de souffle ! Il n’y a pas plus a-idéologique que cette réforme ! Elle tranche avec des années d’empilage de dispositions qui, elles, étaient la conséquence d’une démarche très inspirée sur le plan idéologique. Il s’agissait de protéger à toutva les salariés contre l’exploitation dont ils étaient réputés être les victimes. Certes, le balancier est quelque peu reparti dans l’autre sens, mais il n’y a rien de choquant. La Lettre Valloire : Quels sont, selon vous, les apports les plus décisifs de cette réforme ? François Vaccaro : Tout d’abord, elle sécurise la procédure lorsque l’employeur doit se séparer d’un de ses collaborateurs, ce qui n’est jamais un acte banal, ni facile. Auparavant, les dirigeants d’entreprise, en particulier les plus modestes d’entre eux, tremblaient lorsqu’ils rédigeaient une lettre de licenciement parce qu’ils craignaient à juste titre de perdre devant le conseil des

18 La Lettre Valloire - Décembre 2017

prud’hommes pour licenciement sans cause réelle ni sérieuse, parfois pour de simples raisons de forme ! Cette inquiétude n’est plus de saison. La réforme prévoit pour le chef d’entre-

prise l’utilisation possible d’un formulaire Cerfa qu’il peut télécharger sur internet sous réserve des décrets d’application attendus. Il n’a plus à prendre sa plume… mais juste à remplir des cases. De surcroît, le salarié disposera d’un délai bref pour contester les motifs de cette décision, sans doute une quinzaine de jours, à défaut de quoi, il ne pourra plus obtenir une indemnité au-delà d’un mois de salaire en cas de licenciement non fondé. Ces dispositions vont indéniablement limiter les effets d’aubaine et neutraliser l’intérêt du recours aux prud’hommes. Avec ses mesures, la création d’emploi a perdu un peu de son caractère anxiogène. La Lettre Valloire : La réforme touche-t-elle à la caractérisation des motifs de licenciement ? François Vaccaro : Non, et ce n’est pas le sujet. La définition des motifs de licenciement avait déjà été précisée par la loi El Khomri. Il y a eu juste quelques modifications, comme par exemple le périmètre de l’appréciation du caractère économique des motifs qui s’ef-


de son caractère anxiogène» fectuera désormais strictement à l’échelon national. Pour faire simple, une filiale française d’un groupe international qui traverse des difficultés pourra procéder à des ajustements d’effectif sans craindre d’être condamnée, même si la maison-mère est florissante ! C’est une revendication assez ancienne qui devrait permettre de renforcer l’attractivité du territoire national aux yeux des investisseurs étrangers. Je vous accorde qu’il faudra prévoir dans les décrets d’application un dispositif antifraude pour éviter que les présentations de bilans des filiales françaises soient délibérément dégradées… La Lettre Valloire : La barémisation des indemnités prud’homales constitue-t-elle une autre avancée en matière de sécurisation ? François Vaccaro : Pour les entreprises de plus de 11 salariés, cette barémisation des indemnités prud’homales ne change pas grand chose puisque la grille reprend des montants qui étaient généralement attribués par les juges. Les ordonnances ont simplement intégré la jurisprudence. Il en va tout autrement pour les entreprises de moins de 11 salariés où la grille adoptée correspond à une baisse assez drastique des montants. Elle est certes compensée par une revalorisation générale de 25 % des indemnités légales jusqu’à 10 ans d’ancienneté, mais les plafonds fixés sont très en deçà de ce qui était pratiqué jusqu’alors. La Lettre Valloire : Mais cette différence ne constitue-t-elle pas une violation du principe d’égalité devant la loi ? François Vaccaro : C’est juste mais il faut bien comprendre que le droit du travail est un droit déséquilibré au sein du droit des contrats, puisqu’il consti-

tue un droit de protection d’ordre public du plus faible contre le plus fort. En clair, c’est un droit déséquilibré qui doit tenir compte de la vulnérabilité intrinsèque de l’une des parties. En l’espèce, le gouvernement a considéré que le chef d’une entreprise de moins de 11 salariés peut être apparenté à… un salarié et qu’il convient donc de le protéger. C’est une évolution juridique vraiment très intéressante et novatrice. La Lettre Valloire : D’autres verrous essentiels vous semblent-ils avoir été levés ? François Vaccaro : La création de contrats de travail à temps donné comme le contrat d’opération, qui reprend certaines dispositions du contrat de chantier bien connu des professionnels du BTP, est une bonne mesure. Sa durée sera limitée à trois ans, mais il devrait débloquer l’embauche dans beaucoup de secteurs. Ce qui est

environs de ce seuil. Ceux-ci passaient beaucoup de temps dans les différentes réunions et commissions générées par toutes ces instances. Enfin, la réduction à trois – soit une durée de douze ans – du nombre de mandats successifs pouvant être exercés par un même élu devrait permettre d’atténuer la portée du statut de salarié protégé ad vitam aeternam. La Lettre Valloire : Peut-on espérer que ces mesures produisent rapidement des effets positifs ? François Vaccaro : J’observe que les chefs d’entreprise ont accueilli ces ordonnances avec un certain enthousiasme, en particulier les dirigeants des plus petites entreprises. Ils se disent, pour la plupart d’entre eux, prêts à jouer le jeu. Pour autant, je suis assez circonspect sur les effets bénéfiques à court terme sur l’emploi. D’une part, il est évident, et je le constate dans ma pratique professionnelle, que l’an-

“ LES ORDONNANCES CONSIDÈRENT QU’IL CONVIENT DE PROTÉGER LE CHEF D’UNE ENTREPRISE DE MOINS DE 11 SALARIÉS intéressant, c’est que ce contrat d’opération appartiendra à la catégorie des CDI. Le salarié pourra le mentionner, par exemple, dans le cadre d’une recherche de logements ou d’une demande de prêt bancaire. Par ailleurs, il sera rompu par un licenciement qui, de droit, reposera sur une cause réelle et sérieuse, ce qui protège l’employeur. La création du Comité social et économique (CSE), qui reprend dans les entreprises d’au moins 11 salariés les attributions des délégués du personnel, du comité d’entreprise et du CHSCT (Comité hygiène, sécurité et conditions de travail) va redonner du baume au cœur des dirigeants d’entreprises situés aux

nonce de cette réforme du code du travail a produit un effet d’aubaine. En clair, certains chefs d’entreprise ont attendu la publication du décret pour pouvoir licencier plus facilement. D’autre part, il va falloir absorber dans les semaines et les mois à venir l’impact de la suppression des emplois aidés. Enfin, ces ordonnances ne résolvent pas la question de l’employabilité et de l’inadéquation entre l’offre et la demande sur le marché du travail. Pour toutes ces raisons, je pense qu’il faut s’attendre au mieux à une stabilisation du chômage.. Propos recueillis par Jean-Christophe Savattier

La Lettre Valloire - Décembre 2017 19


Points Chauds

Social

Les DRH cherchent leurs marques Les responsables des ressources humaines peinent à s’intégrer dans les nouveaux modèles économiques où le contrat de travail n’est plus le modèle dominant et où l’ubérisation des fonctions gagne des parts de marché. l’espace économique : « Ces formats types n’existent pas dans la vraie vie à l’état chimiquement pur, mais ils forment le canevas dont s’inspirent, avec des nuances, nombre d’entreprises », a indiqué la responsable. Naturellement, les organisations dites apprenantes, qui sont souvent liées à des activités de prestations intellec-

d’entreprise 3.0, le pouvoir et les prérogatives des directions des ressources humaines tendent à glisser vers les directions des achats », avance ce responsable local des ressources humaines d’un groupe de services informatiques. « Il ne s’agit plus de recruter un salarié, de favoriser son intégration via son épanouissement,

“ LE POUVOIR ET LES PRÉROGATIVES DES DIRECTIONS DES RESSOURCES HUMAINES TENDENT À GLISSER VERS LES DIRECTIONS DES ACHATS

Isabelle Freundlieb (Aract)

L

es DRH ont le blues ! Après avoir été aux avant-postes des réorganisations, parfois brutales, engagées par leurs directions générales, ils doivent aujourd’hui composer avec des modèles entrepreneuriaux disruptifs où ils peinent à trouver leur place. Ce thème fut l’un des principaux fils rouges d’une matinée du Club RH de Pôle Emploi, organisée en septembre dernier à Meung-sur-Loire. Dans un exposé introductif s’appuyant sur un rapport de France Stratégies, Isabelle Freundlieb, la directrice de l’Aract Centre-Val de Loire (Agence régionale pour l’amélioration des conditions de travail), a présenté les quatre modèles entrepreneuriaux– les organisations apprenantes, les plateformes apprenantes virtuelles, le super intérim et le néo-taylorisme– tendant aujourd’hui à s’imposer dans

20 La Lettre Valloire - Décembre 2017

tuelles à forte valeur ajoutée et où la règle de l’emploi en CDI n’a pas été écornée, constituent encore des places fortes des praticiens des ressources humaines : « Ces derniers peuvent aisément déployer leur savoir-faire en matière de cartographie et d’identification des compétences, qu’elles soient internes ou externes, de mobilisation et de motivation des équipes. Ils sont parfaitement dans leur élément et participent parfois directement à l’élaboration de la stratégie de l’entreprise », a commenté un participant à l’une des tables rondes de cette matinée studieuse. Il n’en est pas de même pour les modèles entrepreneuriaux, dits de super intérim ou de néo-taylorisme. « C’est en quelque sorte le modèle Uber », note Isabelle Freundlieb. Dans cet univers, le contrat de travail en CDD ou en CDI ne constitue plus le format dominant puisque le travailleur indépendant tend à se substituer au salarié. Par ailleurs, le niveau de qualification requis pour des tâches d’exécution répétitives est assez faible. « C’est bien simple, dans ces schémas

mais bien d’acheter une prestation, ce qui relève d’une logique tout à fait différente ». Pour cette autre participante, « si nous ne parvenons pas à faire valoir notre valeur ajoutée, les services des ressources humaines verront leurs tâches réduites à des tâches subalternes comme la gestion de la paie ». Au risque d’ailleurs que l’entreprise externalise cette fonction en la confiant à un prestataire hors les murs ! Pour reprendre la main dans ces organisations où leur légitimité est contestée, les responsables RH « doivent faire comprendre aux dirigeants qu’une entreprise, y compris une entreprise fondée sur un modèle low cost, doit être attractive sur le long terme », juge la directrice de l’Aract. Ils peuvent donc jouer les ambassadeurs de leur entreprise et préserver sa réputation sur les marchés de l’emploi, surtout lorsque les savoirfaire ou les qualifications recherchées ne « se bousculent pas au portillon ». Jean-Christophe Savattier


THE GLOBAL BUSINESS INTELLIGENCE EXPERTS

Obtenez le rapport de solvabilité de l’entreprise de votre choix, qu’elle soit en région Centre-Val de Loireou à l’autre bout du monde...

Avec 240 millions de rapports complets sur des entreprises actives dans plus de 90 pays, Creditsafe est le fournisseur d’information financière le plus utilisé au monde.

Un client tarde à vous payer, vous doutez sur un fournisseur ou souhaitez simplement voir comment se porte la concurrence ? Rendez-vous sur www.creditsafe.fr

Testez-nous ! Obtenez un rapport gratuit au 0810 600 397 (prix d’un appel local) ou écrivez-nous à contact@creditsafe.fr www.creditsafe.fr


Économie

Palmarès

Les 500 premières entreprises de la région Centre-Val de Loire

our ce palmarès 2017, La Lettre Valloire a retenu avec son partenaire Creditsafe les 500 premières entreprises possédant leur siège social en région Centre-Val de Loire, classées par chiffre d’affaires décroissant. Ont été retenus pour son établissement les exercices clos en 2016 ou dans les premiers mois de 2017 dont les comptes ont été publiés, ainsi que, pour certaines entreprises qu’il nous semblait important de mentionner,

P

Rang

les exercices clos au 31 décembre 2015, ceux de 2016 n’ayant pas été publiés ou trop tardivement pour figurer dans notre liste. Comme de coutume, nous voulons souligner que cet exercice difficile de classement demande un important travail de vérification et de paramétrage. Nous réclamons l’indulgence de nos lecteurs pour les erreurs et oublis qui auraient pu s’y glisser.

CA (2016)

COMMENT LIRE LE PALMARÈS ?

Raison sociale

Domaine d’activité

Code postal et ville

CA (2016)

1

GROUPE AXÉRÉAL

COMMERCE DE CÉRÉALES ET ACTIVITÉS AGROALIMENTAIRES

45160 OLIVET

2 400 000 000

2

JOHN DEERE

FABRICATION DE MOTEURS DIESEL

45770 SARAN

1 130 766 000

3

MARS PF FRANCE

ALIMENTATION POUR ANIMAUX

45550 SAINT DENIS DE L'HÔTEL

769 439 430

4

PLASTIVALOIRE

PLASTURGIE

37130 LANGEAIS

627 300 000

5

ZODIAC SEATS FRANCE

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS AÉRONAUTIQUES

36100 ISSOUDUN

589 339 000

siège social

La Lettre Valloire - Décembre 2017 23


Économie Rang

Palmarès

Raison sociale

Domaine d’activité

Code postal et ville

CA (2016)

1

GROUPE AXÉRÉAL

COMMERCE DE CÉRÉALES ET ACTIVITÉS AGROALIMENTAIRES

45160 OLIVET

2 400 000 000

2

JOHN DEERE

FABRICATION DE MOTEURS DIESEL

45770 SARAN

1 130 766 000

3

MARS PF FRANCE

ALIMENTATION POUR ANIMAUX

45550 SAINT DENIS DE L'HÔTEL

769 439 430

4

PLASTIVALOIRE

PLASTURGIE

37130 LANGEAIS

627 300 000

5

ZODIAC SEATS FRANCE

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS AÉRONAUTIQUES

36100 ISSOUDUN

589 339 000

6

FRANS BONHOMME

COMMERCE DE GROS DE TUBES ET TUYAUX

37300 JOUÉ LÈS TOURS

525 000 000

7

DAHER AEROSPACE

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS AÉRONAUTIQUES

41400 SAINT JULIEN DE CHÉDON

500 690 958

8

ACTURA (EX-AGRIDIS ET D'CLIC)

COMMERCE D'AGROFOURNITURES

41000 FOSSÉ

431 934 300

9

TAT GROUP

MAINTENANCE AÉRONAUTIQUE

37100 TOURS

419 000 000

10

PPG DISTRIBUTION

COMMERCE DE GROS DE PRODUITS POUR L'HABITAT

45140 SAINT JEAN DE LA RUELLE

340 456 373

11

HERVÉ THERMIQUE

INSTALLATION D'ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION

37300 JOUÉ LÈS TOURS

338 482 932

12

ALLIANCE NÉGOCE

COMMERCE DE CÉRÉALES ET ALIMENTS BÉTAIL

45160 OLIVET

317 406 379

13

CALDEO

COMMERCE DE GROS DE COMBUSTIBLES

45800 SAINT JEAN DE BRAYE

304 767 762

14

PRO A PRO DISTRIBUTION NORD

COMMERCE DE GROS ALIMENTAIRE

45120 CHÂLETTE SUR LOING

303 439 013

15

HITACHI COMPUTER PRODUCTS EUROPE

FABRICATION DE MACHINES POUR L'INFORMATIQUE

45160 ARDON

270 194 000

16

SADEF (MR BRICOLAGE)

COMMERCE DE MATÉRIEL DE BRICOLAGE ET DE JARDINAGE

45380 LA CHAPELLE SAINT MESMIN

264 323 000

17

SEALED AIR SAS

PRODUITS D'EMBALLAGE

28230 EPERNON

257 898 523

18

VORWERK SEMCO

FABRICATION D'APPAREILS ÉLECTROMÉNAGERS

28220 CLOYES LES TROIS RIVIÈRES

253 949 916

19

BMCE (POINT P)*

COMMERCE DE GROS DE BOIS ET DE PRODUITS DÉRIVÉS

45000 ORLÉANS

251 655 726

20

FRAGRANCE PRODUCTION (LANCASTER)

FABRICATION DE PARFUMS ET COSMÉTIQUES

28000 CHARTRES

239 426 188

21

STMICROELECTRONICS TOURS

FABRICATION DE COMPOSANTS ÉLECTRONIQUES

37000 TOURS

215 151 454

22

THERMOR

FABRICATION D'APPAREILS DE CHAUFFAGE

45140 SAINT JEAN DE LA RUELLE

212 556 132

23

SIC (CÉRÉALES DE FRANCE)

COMMERCE DE CÉRÉALES ET ALIMENTS BÉTAIL

28000 CHARTRES

211 556 450

24

LAITERIES HUBERT TRIBALLAT*

PRODUCTION AGROALIMENTAIRE

18220 RIANS

210 137 925

25

AXIANE MEUNERIE

ACTIVITÉS DE MEUNERIE

28000 CHARTRES

207 340 873

26

METALOR TECHNOLOGIES FRANCE

PIÈCES MÉTALLIQUES POUR ÉLECTRIFICATION

28190 COURVILLE SUR EURE

203 236 273

27

ÉTABLISSEMENTS SÉGUREL & FILS

CENTRALE D'ACHATS DE PRODUITS ALIMENTAIRES

28500 GERMAINVILLE

199 027 959

28

MSL CIRCUITS

FABRICATION DE COMPOSANTS ÉLECTRONIQUES

45130 MEUNG SUR LOIRE

185 277 726

29

FEDEX EXPRESS FRANCE

MESSAGERIE, FRET EXPRESS

37200 TOURS

179 046 428

30

FRANCE GÂTINAIS CÉRÉALES

COMMERCE DE CÉRÉALES ET ALIMENTS BÉTAIL

45200 MONTARGIS

172 023 899

31

SWISS KRONO

FABRICATION DE PANNEAUX DE BOIS

45600 SULLY SUR LOIRE

171 371 735

32

MB LOG (MR. BRICOLAGE, BRICONAUTES)

COMMERCE DE MATÉRIEL DE BRICOLAGE ET DE JARDINAGE

45380 LA CHAPELLE SAINT MESMIN

170 944 319

33

INTEVA PRODUCTS

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES

45600 SULLY SUR LOIRE

167 919 962

34

MOY PARK BEEF ORLÉANS (EX-MCKEY FOOD SERVICE) PRODUCTION AGROALIMENTAIRE

45400 FLEURY LES AUBRAIS

165 435 648

35

LEXMARK INTERNATIONAL

45000 ORLÉANS

165 088 828

36

NOVO NORDISK PRODUCTION

FABRICATION DE MÉDICAMENTS

28000 CHARTRES

164 813 820

37

FAIVELEY TRANSPORT TOURS

CONSTRUCTION DE MATÉRIEL FERROVIAIRE

37700 SAINT PIERRE DES CORPS

161 953 562

38

WILO INTEC

FABRICATION DE POMPES

18700 AUBIGNY SUR NÈRE

161 527 868

39

FEDERAL MOGUL OPERATIONS

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES

45140 SAINT JEAN DE LA RUELLE

155 073 548

40

EUROVIA CENTRE LOIRE

TRAVAUX PUBLICS

45590 SAINT CYR EN VAL

154 297 758

41

SCAEL

COMMERCE DE CÉRÉALES ET ALIMENTS BÉTAIL

28000 CHARTRES

152 937 392

42

CAPROGA LA MEUNIÈRE

COMMERCE DE CÉRÉALES ET ALIMENTS BÉTAIL

45200 MONTARGIS

148 718 622

43

ANTARTIC

PRODUCTION AGROALIMENTAIRE

45110 SAINT MARTIN D'ABBAT

147 236 452

44

ROBERT BOSCH AUTOMOTIVE STEERING VENDÔME

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES

41100 VENDÔME

130 945 462

45

DELPHI CONNECTION SYSTEMS FRANCE

FABRICATION DE COMPOSANTS ÉLECTRONIQUES

28230 ÉPERNON

129 435 082

46

ALPLA FRANCE*

FABRICATION D'EMBALLAGES PLASTIQUES

41330 FOSSÉ

125 894 958

47

COROLLE*

FABRICATION DE JOUETS

37130 LANGEAIS

125 512 143

48

ANGELO MECCOLI ET CIE

TRAVAUX PUBLICS FERROVIAIRES

37270 AZAY SUR CHER

125 492 207

49

MAQUET*

FABRICATION DE MATÉRIEL CHIRURGICAL ET MÉDICAL

45160 ARDON

123 570 659

50

DUSOLIER-CALBERSON

MESSAGERIE, FRET EXPRESS

37210 PARÇAY MESLAY

121 196 084

COMMERCE DE MATÉRIELS INFORMATIQUES

*comptes publiés au 31/12/2015.

24 La Lettre Valloire - Décembre 2017


La La Lettre Lettre Valloire Valloire -- DĂŠcembre DĂŠcembre 2017 2016 25 25


Économie Rang

Palmarès

Raison sociale

Domaine d’activité

Code postal et ville

CA (2016)

51

ÉTABLISSEMENTS LORILLARD

MENUISERIE BOIS ET PVC

28000 CHARTRES

120 371 834

52

SURGELÉS DISVAL

COMMERCE DE GROS DE PRODUITS SURGELÉS

45110 CHÂTEAUNEUF SUR LOIRE

118 861 005

53

BAUDIN CHÂTEAUNEUF

BÂTIMENT ET CONSTRUCTIONS MÉTALLIQUES

45110 CHÂTEAUNEUF SUR LOIRE

118 020 207

54

COVERIS RIGID FRANCE

FABRICATION D'EMBALLAGES PLASTIQUES

28700 AUNEAU-BLEURY-SAINT-SYMPHORIEN

117 004 882

55

TECHNOLOGIE SERVIER

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT PHARMACEUTIQUE

45000 ORLÉANS

117 001 117

56

BEAUFOUR IPSEN INDUSTRIE

FABRICATION DE MÉDICAMENTS

28100 DREUX

116 718 748

57

INDUSTRIE CARTARIE TRONCHETTI FRANCE

FABRICATION DE PAPIER SANITAIRE ET DOMESTIQUE

45700 PANNES

113 616 305

58

HONDA FRANCE MANUFACTURING

FABRICATION DE MATÉRIEL DE JARDINAGE

45140 ORMES

110 787 811 107 370 172

59

SANDVIK TOOLING FRANCE

FABRICATION ET NÉGOCE DE PRODUITS SIDÉRURGIQUES

45100 ORLÉANS

60

VILLEMONT ANDRÉ*

COMMERCE DE CÉRÉALES ET ALIMENTS BÉTAIL

36500 ARGY

104 966 590

61

INVACARE POIRIER

FABRICATION DE MATÉRIEL POUR HANDICAPÉS

37230 FONDETTES

104 777 020

62

CHAVIGNY

COMMERCE DE GROS DE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

41100 SAINT OUEN

104 459 900

63

FAMAR ORLEANS

FABRICATION DE MÉDICAMENTS

45071 ORLÉANS

103 901 874

64

SAPA PROFILÉS NORD/OUEST*

MÉTALLURGIE

28110 LUCÉ

101 458 126

65

MR BRICOLAGE

COMMERCE DE MATÉRIEL DE BRICOLAGE ET DE JARDINAGE

45380 LA CHAPELLE SAINT MESMIN

98 931 000

66

SOBLEDIS (CENTRE LECLERC)

HYPERMARCHÉS

41000 BLOIS

97 530 712

67

ALCURA FRANCE

SERVICES MÉDICAUX

36330 LE POINÇONNET

95 615 508

68

GRANDS GARAGES DE TOURAINE

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

37540 SAINT CYR SUR LOIRE

95 345 352

69

FRANCIAFLEX

FABRICATION DE FENÊTRES, STORES ET VOLETS

45430 CHÉCY

94 327 144

70

TDA ARMEMENTS

FABRICATION DE MATÉRIEL MILITAIRE

45240 LA FERTÉ SAINT AUBIN

94 270 581

71

INTERNATIONAL COOKWARE (PYREX)

FABRICATION D'USTENSILES DE CUISINE

36000 CHÂTEAUROUX

94 172 565 92 113 445

72

GROUPE GOYER*

MENUISERIE ET CONSTRUCTION MÉTALLIQUE

41120 FOUGÈRES SUR BIÈVRE

73

ARTUS FRANCE

INTÉRIM

37200 TOURS

89 282 785

74

DERET LOGISTIQUE*

ENTREPOSAGE ET LOGISTIQUE

45770 SARAN

88 524 702

75

INTERSPORT (VAG)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

37540 SAINT CYR SUR LOIRE

88 493 300

76

STERENN & CO*

COMMERCE DE PIÈCES DÉTACHÉES

45590 SAINT CYR EN VAL

86 767 967

77

BERNIER ORLÉANS (PEUGEOT)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

45400 FLEURY LES AUBRAIS

86 603 031

78

MAURY IMPRIMEUR

IMPRIMERIE

45300 LE MALESHERBOIS

86 521 167

79

KONECRANES

FABRICATION DE MATÉRIEL DE LEVAGE ET DE MANUTENTION

28500 VERNOUILLET

86 052 543

80

AUXITROL

FABRICATION DE SYSTÈMES ET CAPTEURS DE MESURE

18000 BOURGES

85 884 907

81

ASCO NUMATICS

FABRICATION D'ÉLECTROVANNES

28110 LUCÉ

85 313 489

82

VALLEGRAIN DISTRIBUTION

COMMERCE DE GROS DE VIANDE DE PORC

28330 COUDRAY AU PERCHE

84 690 009

83

CAB DE PITHIVIERS ET TOURY

COMMERCE DE PRODUITS AGRICOLES

45300 PITHIVIERS LE VIEIL

84 603 900

84

GEORGES MONIN (SIROPS MONIN)

PRODUCTION AGROALIMENTAIRE

18000 BOURGES

82 375 061

85

POLINORSUD

SERVICES POUR INSTALLATIONS NUCLÉAIRES

37420 AVOINE

82 297 000

86

GCP APPLIED TECHNOLOGIES (EX-W.R. GRACE)*

FABRICATION DE JOINTS D'ÉTANCHÉITÉ

28230 EPERNON

81 435 111

87

BEG INGENIERIE

INGÉNIERIE DU BÂTIMENT

45100 ORLÉANS

80 614 999

88

FIABILA

FABRICATION DE PARFUMS ET COSMÉTIQUES

28130 MAINTENON

80 279 954

89

KVERNELAND GROUP FRANCE*

DISTRIBUTION DE MATÉRIEL AGRICOLE

45800 SAINT JEAN DE BRAYE

78 618 934

90

NCT+ SAINT GATIEN ALLIANCE

ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE SANTÉ

37000 TOURS

78 515 462

91

SORODIS (CENTRE LECLERC)

HYPERMARCHÉS

41200 ROMORANTIN LANTHENAY

77 423 313

92

INEO CENTRE

INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES ET DE RÉSEAUX

45000 ORLÉANS

76 912 918

93

COMATELEC SCHRÉDER*

FABRICATION D'APPAREILS D'ÉCLAIRAGE

18400 SAINT FLORENT SUR CHER

76 801 319

94

LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE DU CENTRE OUEST

ÉDITION DE JOURNAUX ET COMMUNICATION

37000 TOURS

76 451 437

95

DAMES DIS (CENTRE LECLERC)

HYPERMARCHÉS

37700 LA VILLE AUX DAMES

76 405 642

96

PAPETERIES PALM (EX-SEYFERT PAPER)

FABRICATION DE PAPIER ET DE CARTON

37160 DESCARTES

76 203 211

97

MBLD*

COMMERCE DE CÉRÉALES ET ALIMENTS BÉTAIL

28000 CHARTRES

75 727 560

98

COGEP

EXPERTISE COMPTABLE ET CONSEILS

18230 SAINT DOULCHARD

75 724 983

99

DE SANGOSSE JARDIN

PRODUITS PHYTOSANITAIRES

37390 METTRAY

75 152 245

HYPERMARCHÉS

28200 SAINT DENIS LES PONTS

74 004 198

100 DUNOIS DISTRIBUTION (CENTRE LECLERC)

*comptes publiés au 31/12/2015.

26 La Lettre Valloire - Décembre 2017


La Lettre Valloire - DĂŠcembre 2016 27


Économie

Palmarès

Rang Rang Raison sociale

Domaine d’activité

Code postal et ville

CA (2015) (2016)

101 LAMIRAULT AUTOMOBILES

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

28630 NOGENT LE PHAYE

73 702 257

102 CHÉCY DISTRIBUTION (CENTRE LECLERC)*

HYPERMARCHÉS

45430 CHÉCY

73 594 003

HYPERMARCHÉS

41100 VENDÔME

73 456 178

104 EIFFAGE ÉNERGIE VAL DE LOIRE

TRAVAUX D'INSTALLATION ÉLECTRIQUE

37300 JOUÉ LÈS TOURS

73 114 734

105 AR INDUSTRIES (EX-FRANÇAISE DE ROUES)

ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES

36130 DIORS

72 622 206

103

VENDÔME DISTRIBUTION

106 RECKITT BENCKISER CHARTRES

PRODUITS COSMÉTIQUES

28000 CHARTRES

72 348 321

107 JAYBEAM WIRELESS

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS DE COMMUNICATION

37400 AMBOISE

72 312 482

HYPERMARCHÉS

37400 AMBOISE

71 798 520

109 AGRALYS THOREAU

FABRICATION D'ALIMENTS POUR ANIMAUX DE RENTE

45270 LADON

71 697 592

110 SAINT-GOBAIN SULLY

FABRICATION DE VITRAGES À HAUTE TECHNOLOGIE

45600 SULLY SUR LOIRE

71 470 546

111 SECO TOOLS FRANCE*

FABRICATION D'OUTILS INDUSTRIELS DE COUPE

18000 BOURGES

71 240 765

112 PRODIA

VALORISATION DE CO-PRODUITS ANIMAUX

45400 FLEURY LES AUBRAIS

70 929 362

113 GROUPE LECOQ

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

28150 BOISVILLE LA SAINT PÈRE

70 616 230

114 AMPLITUDE AUTOMOBILES (BMW)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

37170 CHAMBRAY LÈS TOURS

70 256 392

115 SUEZ RECYCLAGE ET VALORISATION CENTRE-OUEST

COLLECTE ET RÉCUPÉRATION DE DÉCHETS

37270 MONTLOUIS SUR LOIRE

69 921 268

FABRICATION D'ALIMENTS POUR ANIMAUX DE COMPAGNIE

41330 LA CHAPELLE VENDÔMOISE

68 035 970

117 KEOLIS ORLÉANS VAL DE LOIRE

TRANSPORTS DE VOYAGEURS

45800 SAINT JEAN DE BRAYE

68 033 518

118 DANISH CROWN FRANCE

PRODUCTION AGROALIMENTAIRE

45000 ORLÉANS

67 951 731

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

28630 GELLAINVILLE

67 727 063

120 LABORATOIRES CHEMINEAU

FABRICATION DE MÉDICAMENTS

37210 VOUVRAY

64 274 482

121 PÔLE SANTÉ LÉONARD DE VINCI

ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE SANTÉ

37170 CHAMBRAY LÈS TOURS

63 341 480

108

116

119

LA MONTGOLFIÈRE (CENTRE LECLERC)

AFFINITY LA CHAPELLE

AUTO 21 (VAG)

122 INDRAERO-SIREN

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS AÉRONAUTIQUES

36200 LE PÊCHEREAU

63 299 254

123 CPK PRODUCTION (MONDELEZ)*

PRODUCTION AGROALIMENTAIRE

41000 VILLEBAROU

63 117 287

COLLECTE ET RÉCUPÉRATION DE DÉCHETS

45380 CHAINGY

62 957 500

124

SOCCOIM (VEOLIA PROPRETÉ)

125 ANDRITZ

ÉQUIPEMENTS POUR L'INDUSTRIE ET L'ENVIRONNEMENT

36000 CHÂTEAUROUX

62 940 568

126 AXÉRÉAL SERVICES*

TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES

45160 OLIVET

62 023 378

COMMERCE DE GROS ALIMENTAIRE

45400 FLEURY LES AUBRAIS

61 982 507

128 STÉARINERIE DUBOIS FILS

PRODUCTION CHIMIQUE POUR LA COSMÉTIQUE

36300 CIRON

61 807 510

129 SORADIS (CENTRE LECLERC)

HYPERMARCHÉS

37500 CHINON

61 713 844

130 DIRECTLOG

COMMERCE DE GROS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES

45140 ORMES

61 197 610

131 EIFFAGE ENERGIE CENTRE LOIRE

TRAVAUX D'INSTALLATION ÉLECTRIQUE

45100 ORLÉANS

61 103 681

INGÉNIERIE ENVIRONNEMENT

45160 OLIVET

60 798 710

133 DUPONT (BMW)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

45100 ORLÉANS

60 635 915

134 IBIDEN DPF FRANCE

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS POUR LES MOTEURS AUTOMOBILES

45320 COURTENAY

60 082 634

135 SOMADIS (CENTRE LECLERC)

HYPERMARCHÉS

28400 MARGON

60 048 900

136 SOGEA CENTRE (GROUPE VINCI)

BTP ET CONSTRUCTION IMMOBILIÈRE

45770 SARAN

59 635 413

137 REHAU TUBE

FABRICATION DE PRODUITS EN PLASTIQUE

18570 LA CHAPELLE SAINT URSIN

59 630 818

138 EXTRUSION SERVICES (HYDRO ALUMINIUM)*

MÉTALLURGIE

28110 LUCÉ

59 408 793

139 BALSAN

FABRICATION DE TAPIS ET DE MOQUETTES

36330 ARTHON

59 366 935

140

TRANSPORTS DE VOYAGEURS

37700 SAINT PIERRE DES CORPS

59 279 167

FABRICATION DE MATÉRIELS DE LUTTE CONTRE LES INCENDIES

28250 SENONCHES

58 195 069

37300 JOUÉ LÈS TOURS

58 158 500

HYPERMARCHÉS

37100 TOURS

57 873 237

144 MIDI AUTO 28 (PEUGEOT)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

28100 DREUX

57 799 359

145 THÉVENIN*

INSTALLATIONS D'OUVRANTS ET ISOLATION DU BÂTIMENT

45590 SAINT CYR EN VAL

57 489 871

146 AFFINERIE DE PONT SAINTE MAXENCE (APSM)

MÉTALLURGIE

45480 BAZOCHES LES GALLERANDES

57 216 340

147 AVREDIS (CENTRE LECLERC)

HYPERMARCHÉS

28350 SAINT LUBIN DES JONCHERETS

56 030 417

148

FABRICATION DE MATÉRIEL AGRICOLE

45300 ESCRENNES

55 926 611

149 DENIS GIBAUD (RENAULT, OPEL, DACIA)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

36250 SAINT MAUR

55 511 044

150 ANCIENS ÉTABLISSEMENTS BRANGER (AEB)

LOCATION ET VENTE DE MATÉRIEL DE BTP ET INDUSTRIEL

41400 MONTHOU SUR CHER

54 966 808

127

132

AGRIBERIA*

ANTEA FRANCE

KEOLIS TOURS

141 EUROFEU SERVICES

142 SUEZ RECYCLAGE ET VALORISATION OSIS OUEST (EX-SANITRA FOURRIER) COLLECTE ET RÉCUPÉRATION DE DÉCHETS 143

DIS TOURS NORD (CENTRE LECLERC)

JOURDAIN

*comptes publiés au 31/12/2015.

28 La Lettre Valloire - Décembre 2017


TOURS NORD

Disponibilité Avril 2018

Disponibilité 2018

JOUÉ-LÈS-TOURS

EXCLUSIVITÉ

Bel Immeuble de bureaux en R+1 de 950 m² environ

Bureaux climatisés, cloisonnés et équipés en excellent état Terrain clos en plein cœur d’un parc tertiaire, nombreux parkings aériens Excellente desserte et belle visibilité

À ACQUERIR

Locaux d’activités 3 985 m²

Au coeur d’un parc d’activités proche de l’A10 Ensemble immobilier de 3 985m² sur terrain clos et aménagé de 18 850m² Ponts roulants / Hauteur 8 m

À VENDRE

CONTACTEZ NOS ÉQUIPES :

02 47 44 70 58 NOUVEAUTÉ

Bâtiment d’activité de 2.407 m² environ avec possibilité d’extension 2.001 m² d’atelier isolé double peau, 3 portes à quai et 1 porte sectionnelle 406 m² environ de bureaux et locaux sociaux Foncier de 17.185 m² Nombreuses possibilités d’extension

Disponibilité immédiate

ORLÉANS NORD

EXCLUSIVITÉ

Disponibilité immédiate

TOURS

ORLÉANS

transaction.tours@bnpparibas.com

transaction.orleans@bnpparibas.com

02 38 62 09 91 À LOUER / A ACQUERIR

ORLÉANS CENTRE

EXCLUSIVITÉ

Bureaux de 1.149 m², divisible à partir de 375 m²

Environnement de qualité avec belle visibilité Plateaux composés de bureaux cloisonnés et de surfaces en open space Parkings intérieurs. Climatisation Accès PMR

À LOUER

BNP PARIBAS REAL ESTATE TRANSACTION FRANCE, Société Anonyme, au capital de 2.720.000 Euros, dont le siège est situé 167 Quai de la Bataille de Stalingrad 92867 ISSY-LES-MOULINEAUX CEDEX, immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de NANTERRE et inscrite sous le n° SIREN 329 570 857, titulaire de la carte professionnelle Transactions sur Immeubles et Fonds de Commerce et Gestion Immobilière N° 92/A/0361 délivrée par la Préfecture des Hauts de Seine, titulaire d’une garantie financière GALIAN (dont le siège est 89, rue La Boétie 75008 PARIS) pour un montant de 320.000 Euros en ce qui concerne les Transactions et 120.000 Euros pour ce qui concerne la Gestion. Société du Groupe BNP PARIBAS (article 4-1 loi N°70-9 du 02/01/70). Ce document n’est pas contractuel. Les renseignements communiqués le sont à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de BNPP RETF. Conformément à la loi n°78-17 du 6 Janvier 1978 modifiée relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d’un droit d’accès, d’opposition ou de rectification des données vous concernant que vous pouvez exercer par courrier à l’adresse suivante : BNP PARIBAS REAL ESTATE, à l’attention du Coordinateur de la protection des données personnelles, 167 Quai de la Bataille de Stalingrad, 92867 ISSY LES MOULINEAUX Cedex ou par courrier électronique à l’adresse : informatiqueetlibertes.bnppi@bnpparibas.com.

LA RÉFÉRENCE EN IMMOBILIER D’ENTREPRISE EN RÉGION CENTRE

BNP PARIBAS REAL ESTATE,

Toutes nos offres sur bnppre.fr

L’immobilier d’un monde qui change


Économie

Palmarès

Rang Raison sociale

Code postal et ville

CA (2016)

151 SOCIÉTÉ TRAITEMENT CHIMIQUE DES MÉTAUX (STCM) MÉTALLURGIE

45480 BAZOCHES LES GALLERANDES

54 229 358

152 INEO RÉSEAUX CENTRE

INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES ET DE RÉSEAUX

45100 ORLÉANS

54 157 944

FABRICATION DE MATÉRIEL DE PROTECTION

41100 VENDÔME

54 069 900

153

GETINGE LA CALHÈNE

Domaine d’activité

154 TI GROUP AUTOMOTIVE SYSTEMS

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES

37530 NAZELLES NÉGRON

53 846 145

155 ALSTEF AUTOMATION

FABRICATION DE CONVOYEURS

45760 BOIGNY SUR BIONNE

53 775 342

156 SCAC AUTOMOBILES (RENAULT)*

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

18230 SAINT DOULCHARD

53 580 526

157 KOYO BEARINGS VIERZON MAROMME

FABRICATION DE PIÈCES MÉCANIQUES

18100 VIERZON

53 147 237

FABRICATION DE STATIONS DE LAVAGE AUTOMOBILE

45800 SAINT JEAN DE BRAYE

52 992 400 52 772 057

158

WASHTEC FRANCE

159 KULTIVE (EX-SOPA)

PRODUCTION DE LÉGUMES

45640 SANDILLON

160 PITHIVIERS DISTRIBUTION (CENTRE LECLERC)

HYPERMARCHÉS

45300 PITHIVIERS

52 352 680

FABRICATION DE MÉDICAMENTS

41150 CHOUZY SUR CISSE

52 274 695

161

INNOTHÉRA CHOUZY

162 LABORATOIRES SERVIER INDUSTRIE

FABRICATION DE MÉDICAMENTS

45520 GIDY

52 270 000

163 WDK GROUPE PARTNER

COMMERCE DE JOUETS

37310 TAUXIGNY

51 784 600

164 BALGENCIENNE DE DISTRIBUTION (CENTRE LECLERC)

HYPERMARCHÉS

45190 TAVERS

51 470 800

165 DACTYL BURO DU CENTRE

COMMERCE DE FOURNITURES DE BUREAU

18000 BOURGES

51 185 103

COMMERCE DE GROS

45300 PITHIVIERS

51 069 246

166

AGROPITHIVIERS

167 JPL AUTOMOBILES (VAG)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

28100 DREUX

50 273 126

168 FRANCE RESTAURATION RAPIDE (PATAPAIN)

RESTAURATION RAPIDE

18390 SAINT GERMAIN DU PUY

50 111 248

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

45400 FLEURY LES AUBRAIS

50 095 656

169

HOCHE AUTOMOBILES (VAG)

170 EUROCAST CHÂTEAUROUX

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS POUR LES MOTEURS AUTOMOBILES

36 330 LE POINÇONNET

49 859 000

171 CHANTELAT

COMMERCE DE GROS DE COMBUSTIBLES

18140 ARGENVIÈRES

49 824 417

172 FERME DE LA MOTTE

PRODUCTION DE LÉGUMES

41370 TALCY

49 464 781

173 PARAGON IDENTIFICATION

IMPRIMERIE

18410 ARGENT SUR SAULDRE

49 414 441

174 SOCIÉTÉ DE MAINTENANCE PÉTROLIÈRE (SMP)

FORAGE ET ENTRETIEN DE PUITS PÉTROLIERS

45220 CHÂTEAU RENARD

49 104 506

175 CALBERSON LOIRET

MESSAGERIE, FRET EXPRESS

37210 PARÇAY MESLAY

49 103 837

176 ZODIAC HYDRAULICS*

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS AÉRONAUTIQUES

28200 CHÂTEAUDUN

48 955 397

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

41000 BLOIS

48 933 000

177

BEAUCIEL AUTOMOBILES (PEUGEOT)

178 STEF TRANSPORT TOURS

TRANSPORTS ROUTIERS FRIGORIFIQUES

37210 PARÇAY MESLAY

48 818 400

179 VERLINDE

FABRICATION DE MATÉRIEL DE LEVAGE ET DE MANUTENTION

28500 VERNOUILLET

48 710 294

180 VIERZON DISTRIBUTION (CENTRE LECLERC)*

HYPERMARCHÉS

18100 VIERZON

48 518 991

181 LA GRANDE PRAIRIE (HYPER U)

HYPERMARCHÉS

37140 BOURGUEIL

48 343 900

NETTOYAGE DES BÂTIMENTS

45000 ORLÉANS

48 172 200 47 427 878

182

LIMPA NETTOYAGES

183 DYADEM

COMMERCE DE GROS DE MATÉRIEL INFORMATIQUE

37210 PARÇAY MESLAY

184 CILAS

FABRICATION MATÉRIEL D'OPTIQUE

45000 ORLÉANS

47 320 000

TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES

18230 SAINT DOULCHARD

46 920 296

185

UNIROUTE

186 LE TRIANGLE

FABRICATION DE STRUCTURES MÉTALLIQUES

187 LAITERIE DE VERNEUIL (COOPÉRATIVE TOURAINE-BERRY) PRODUCTION AGROALIMENTAIRE

41160 SAINT HILAIRE LA GRAVELLE

46 751 643

37600 VERNEUIL SUR INDRE

46 543 538

188 JUTIN

COMMERCE DE DÉTAIL

37300 JOUÉ LÈS TOURS

46 129 601

189 ÉTABLISSEMENTS JEAN CHANOINE (RENAULT)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

28100 DREUX

45 916 700

190

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

45460 BRAY SAINT AIGNAN

45 514 819

ÉTABLISSEMENTS GILBERT MÉTHIVIER

191 ÉBLY

PRODUCTION AGROALIMENTAIRE

28200 CHÂTEAUDUN

45 498 106

192 LHERMITE AUTOMOBILES CHARTRES (CITROËN)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

28000 CHARTRES

45 261 462

193

PRODUCTION AGROALIMENTAIRE

36100 ISSOUDUN

44 917 409

MALTERIES FRANCO-SUISSES

194 GUILMOT-GAUDAIS

COMMERCE DE PRODUITS ALIMENTAIRES

18520 AVORD

44 680 906

195 ROLAND

LOCATION DE LOGEMENTS

45125 CHÂLETTE SUR LOING

44 663 156

196 LEPLATRE & COMPAGNIE

COMMERCE DE CÉRÉALES ET ALIMENTS BÉTAIL

45130 ÉPIEDS EN BEAUCE

44 253 600

197 EXPLOITATIONS FORESTIERES BARILLET*

EXPLOITATION FORESTIÈRE ET TRAVAIL DU BOIS

45110 CHÂTEAUNEUF SUR LOIRE

44 164 619

198

HYPERMARCHÉS

45600 SAINT PÈRE SUR LOIRE

44 028 226

PERDIS (SUPER U)

199 ÉTABLISSEMENTS RENÉ MAINGOURD*

PRODUCTION DE LÉGUMES EN CONSERVES

45380 LA CHAPELLE SAINT MESMIN

43 500 480

200 GOURNAY DISTRIBUTION (HYPER U)

HYPERMARCHÉS

28500 VERNOUILLET

43 497 555

*comptes publiés au 31/12/2015.

30 La Lettre Valloire - Décembre 2017


Palmarès

Économie Rang

Raison sociale

Domaine d’activité

Code postal et ville

CA (2016)

201 ARTENAY BARS

PRODUCTION DE CÉRÉALES

45410 ARTENAY

43 428 986

202 LEMKEN FRANCE*

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

45760 BOIGNY SUR BIONNE

43 238 938

HYPERMARCHÉS

45130 BAULE

43 217 005

204 OREP

FABRICATION D'EMBALLAGES PLASTIQUES

37600 LOCHES

43 131 328

205 BURBAN PALETTES RECYCLAGE

RECYCLAGE DE PALETTES EN BOIS

45140 ORMES

42 957 200

206 GUINAULT

FABRICATION DE MOTEURS ÉLECTRIQUES

45070 ORLÉANS

42 463 025

207 DACTYL BURO OFFICE

COMMERCE DE FOURNITURES DE BUREAU

18000 BOURGES

42 444 041

HYPERMARCHÉS

37600 LOCHES

42 301 005

209 BD AUTOS 45 (CITROËN ET DS)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

45160 OLIVET

42 227 354

210 ZOO PARC DE BEAUVAL

PARC ZOOLOGIQUE

41110 SAINT AIGNAN

42 215 684

CONSTRUCTION DE BÂTIMENTS INDUSTRIALISÉS

45140 ORMES

41 859 035

212 SOPHARTEX

FABRICATION DE MÉDICAMENTS

28500 VERNOUILLET

41 579 830

213 PRAXY

COLLECTE ET RÉCUPÉRATION DE DÉCHETS

37300 JOUÉ LÈS TOURS

41 437 652

214 FRANCOS*

FABRICATION DE PARFUMS ET COSMÉTIQUES

41000 BLOIS

41 422 588

215 LE FOURNIL DU VAL DE LOIRE

PRODUCTION AGROALIMENTAIRE

37300 JOUÉ LÈS TOURS

41 338 691

HYPERMARCHÉS

28100 DREUX

41 006 522

217 MERCHANDISES AND BUSINESS INTERNATIONAL

CENTRALE D'ACHATS DE PRODUITS NON ALIMENTAIRES

45380 LA CHAPELLE SAINT MESMIN

39 859 914

218 PDG PLASTIQUES*

FABRICATION D'EMBALLAGES PLASTIQUES

45330 LE MALESHERBOIS

39 578 466

HYPERMARCHÉS

37600 PERRUSSON

39 201 702

220 AUDEXIA (VAG)*

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

18230 SAINT DOULCHARD

39 096 018

221 POLYCLINIQUE LONGUES ALLÉES

ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE SANTÉ

45770 SARAN

39 009 743

222 MAPIDIS (SUPER U)

HYPERMARCHÉS

45340 BEAUNE LA ROLANDE

38 904 418

223 CCA HOLDING (PEUGEOT)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

18230 SAINT DOULCHARD

38 730 687

224 LESTRA

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS DE LITERIE

37400 AMBOISE

38 710 250

225 HEXAPAGE FINANCE

COMMERCE DE FOURNITURES DE BUREAU

45770 SARAN

203

208

211

216

219

AVENIR 2000 (SUPER U)

DLD (SUPER U)

OBM CONSTRUCTION

DREUDIS (CENTRE LECLERC)

SOLODIS (CENTRE LECLERC)

38 583 980 *comptes publiés au 31/12/2015.

mmes ieu x no ur ri r les ho m de é nt lo vo la Axéréal a la terr e. pass io n leur lien à en cu ltivan t avec

Axéréal déveoppe deux pôles d'activité complémentaires :

Agricole Métiers du grain - Commerce - Logistique

Agroalimentaire Meunerie - Malterie - Élevage - Activités spécialisées www.axereal.com

32 La Lettre Valloire - Décembre 2017

36 rue de la Manufacture - CS 40639 - 45166 OLIVET Cedex Tél. 02 34 59 51 00 - Fax : 02 72 59 40 10


Rang

Raison sociale

Domaine d’activité

Code postal et ville

CA (2016)

226 HL DISPLAY FRANCE

COMMERCE DE MATÉRIEL DE PLV

37550 SAINT AVERTIN

38 550 177

227 BREMSTAR

COMMERCE DE GROS D'ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES

28110 LUCÉ

38 422 019

228 AGRALYS DISTRIBUTION

COMMERCE DE MATÉRIEL DE JARDINAGE

45160 OLIVET

38 336 639

229 ENTREPRISE BAGOT

CONSTRUCTION DE FOURS INDUSTRIELS ET DE BÂTIMENTS

45680 DORDIVES

38 310 864

230 STA 45 (TOYOTA)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

45400 FLEURY LES AUBRAIS

38 249 899

231 BEAUCE GÂTINAIS CÉRÉALES

COMMERCE DE CÉRÉALES ET ALIMENTS BÉTAIL

45300 PITHIVIERS

38 120 661

232 GERONDEAU

NÉGOCE MULTISPÉCIALISTE EN BÂTIMENT

45770 SARAN

38 051 212

233 JUNGHANS T2M (GROUPE DIEHL)

FABRICATION DE COMPOSANTS ÉLECTRONIQUES

45240 LA FERTÉ SAINT AUBIN

37 878 669

234 RDSL*

ROUTAGE

28410 SAINT LUBIN DE LA HAYE

37 878 654

235 CONFECTION BALSAN

FABRICATION DE TAPIS ET DE MOQUETTES

36130 MONTIERCHAUME

37 708 400

236 LABORATOIRES ARNAUD BIOLYS ORIGET

LABORATOIRES D'ANALYSES MÉDICALES

37170 CHAMBRAY LÈS TOURS

37 515 827

237 WESTROCK PACKAGING SYSTEMS

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS D'EMBALLAGE ET DE CONDITIONNEMENT

36130 DÉOLS

37 456 103

238 FONDIS (CENTRE LECLERC)

SUPERMARCHÉS

37230 FONDETTES

37 289 376

239 EIFFAGE CONSTRUCTION CENTRE

TRAVAUX D'INSTALLATION ÉLECTRIQUE

45000 ORLÉANS

37 248 485

240 TRANSPORTS TENDRON

TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES

45120 CHÂLETTE SUR LOING

37 128 722

241 BARBOT CM (GROUPE FAYAT)

FABRICATION DE STRUCTURES MÉTALLIQUES

37160 DESCARTES

37 120 000

242 RASEC RETAIL*

FABRICATION DE MOBILIER DE MAGASIN

41200 ROMORANTIN LANTHENAY

36 889 597

243 HEXATEL

TÉLÉCOMMUNICATIONS

45100 ORLÉANS

36 832 984

244 CHAMPADIS (SUPER U)*

SUPERMARCHÉS

45420 BONNY SUR LOIRE

36 830 862

245 POLYCLINIQUE DE BLOIS

ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE SANTÉ

41260 LA CHAUSSÉE SAINT VICTOR

36 714 826

246 NR COMMUNICATION

RÉGIE PUBLICITAIRE

37000 TOURS

36 628 193

247 ÉTOILE 45 (MERCEDES)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

45400 FLEURY LES AUBRAIS

36 291 636

248 SFR ASSISTANCE ET CONNECT*

MAINTENANCE INFORMATIQUE

28000 CHARTRES

36 211 192

249 KWS MAÏS FRANCE

COMMERCE DE MAÏS FOURRAGE ET DE SEMENCES

28300 CHAMPHOL

36 195 184

250 ÉTABLISSEMENTS CORNET

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

45300 PITHIVIERS LE VIEIL

36 075 452

*comptes publiés au 31/12/2015.

La Lettre Valloire - Décembre 2017 33


Économie

Palmarès

Rang Raison sociale

Domaine d’activité

Code postal et ville

CA (2016)

251 COOPER CAPRI

FABRICATION DE PIÈCES MÉCANIQUES

41600 NOUAN LE FUZELIER

36 048 887

252 AXXIA (BMW)*

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

18230 SAINT DOULCHARD

35 849 984

FABRICATION DE MOBILIER DE BUREAU

37500 SAINT BENOÎT LA FORÊT

35 836 263

253

CLEN

254 ESPACE AUTO BLOIS (VAG)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

41000 BLOIS

35 701 200

255 INDENA

FABRICATION DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES DE BASE

37000 TOURS

35 684 400

256 COOPÉRATIVE BETTERAVIÈRE D'ARTENAY*

PRODUCTION ET COMMERCE DU SUCRE

45410 ARTENAY

35 538 582

257 CAMSO (EX-CAMOPLAST SOLIDEAL)

COMMERCE DE GROS DE PNEUMATIQUES

45330 LE MALESHERBOIS

35 323 747

COMMERCE DE GROS DE MATÉRIEL INFORMATIQUE

37210 PARÇAY MESLAY

34 907 517

45210 FERRIÈRES EN GÂTINAIS

34 729 124

258

OCTANT

259 REDEX

FABRICATION DE MACHINES OUTILS

260 CHAUX ET MATÉRIAUX D'AMBOISE (GROUPE CHAVIGNY)* COMMERCE DE GROS DE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION 261

PARTNAIRE LOGISTIQUE

INTÉRIM

37530 NAZELLES NÉGRON

34 645 901

45100 ORLÉANS

34 333 963

262 SACRED

FABRICATION DE PIÈCES D'ÉTANCHÉITÉ EN CAOUTCHOUC

28350 SAINT LUBIN DES JONCHERETS

34 147 576

263 VERMON

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS PIÉZOÉLECTRIQUES

37000 TOURS

33 960 617

264 SERVIT (MERCEDES)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

37170 CHAMBRAY LÈS TOURS

33 949 353

265 SOPA

PRODUCTION DE LÉGUMES

45640 SANDILLON

33 574 561

PRODUCTION AGROALIMENTAIRE

45210 LA SELLE SUR LE BIED

33 379 585

266

LOUIS LEMOINE

267 ATELIERS D'ORVAL

FABRICATION ET MAINTENANCE DE MATÉRIEL FERROVIAIRE

18200 ORVAL

33 359 765

268 FENWAL (GROUPE FRESENIUS KABI)

FABRICATION DE PRODUITS DE TRANSFUSION SANGUINE

36400 LACS

33 338 400

FABRICATION D'ARTICLES DE PÊCHE

28630 FONTENAY SUR EURE

33 299 762

269

SENSAS

270 COOPÉRATIVE AGRICOLE DE LA LANDE

PRODUCTION DE LÉGUMES

37330 SAINT LAURENT DE LIN

33 264 195

271 MEDIBIOLAB

LABORATOIRES D'ANALYSES MÉDICALES

45200 MONTARGIS

33 125 452

272 AZYNOX

COMMERCE DES MÉTAUX

37320 ESVRES

33 015 004

273 DELPHARM TOURS

FABRICATION DE MÉDICAMENTS

37170 CHAMBRAY LÈS TOURS

32 712 165

274 COMET

COMMERCE DE GROS DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE

45140 INGRÉ

32 687 335

275 SENALIA UNION

TRANSPORTS ET ENTREPOSAGE DE PRODUITS AGRICOLES

28000 CHARTRES

32 561 801

276 TP BAT*

BÂTIMENT ET CONSTRUCTIONS

45110 CHÂTEAUNEUF SUR LOIRE

32 377 667

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

28630 GELLAINVILLE

32 318 260

277

GARAGE THIREAU (BMW)

278 AMANDIS (INTERMARCHÉ)

HYPERMARCHÉS

18200 SAINT AMAND MONTROND

32 305 783

279 ATLANTIC INTERNATIONAL (THERMOR)

FABRICATION D'APPAREILS DE CHAUFFAGE

45140 SAINT JEAN DE LA RUELLE

32 271 390

280 MAISONING

SERVICES DE DÉPANNAGE À DOMICILE

37700 SAINT PIERRE DES CORPS

32 268 045

281 CEDIB (INTERMARCHÉ)*

HYPERMARCHÉS

28300 MAINVILLIERS

32 168 537

HYPERMARCHÉS

36300 LE BLANC

32 132 131 32 089 130

282

BERRY DISTRIBUTION (CENTRE LECLERC)

283 BIOALLIANCE

LABORATOIRES D'ANALYSES MÉDICALES

45000 ORLÉANS

284 SETRAD

COLLECTE ET RÉCUPÉRATION DE DÉCHETS

45380 CHAINGY

32 042 700

PRODUCTION AGROALIMENTAIRE

28100 DREUX

31 997 389

285

DAMMANN FRÈRES

286 LE SEYEC

TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES

36250 SAINT MAUR

31 957 273

287 FUTUROL

FABRICATION DE PORTES EN MÉTAL

28170 THIMERT GATELLES

31 937 543

288 PISSIER

COMMERCE DE CÉRÉALES ET DE PRODUITS POUR L'AGRICULTURE

41240 BEAUCE LA ROMAINE

31 891 050

289 FERTIRECO

COMMERCE D'INTRANTS AGRICOLES

41000 BLOIS

31 790 921

45000 ORLÉANS

31 639 474

290

ARTS ET TECHNIQUES DU PROGRÈS (GROUPE SERVIER) LOCATION DE BIENS IMMOBILIERS

291 EUROSTYLE SYSTEMS CHÂTEAUROUX

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES

36330 LE POINÇONNET

31 625 900

292 CAP SUD*

LOCATION DE BIENS IMMOBILIERS

36250 SAINT MAUR

31 387 949

293

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

28630 FONTENAY SUR EURE

31 329 673

DAVIS 28 (MERCEDES)

294 GEDIA

FOURNISSEUR D'ÉNERGIES

28100 DREUX

31 255 107

295 W41 TP

COMMERCE DE MATÉRIEL DE TRAVAUX PUBLICS

37210 PARÇAY MESLAY

31 133 680

296 PLÉE CONSTRUCTIONS

CONSTRUCTION DE BÂTIMENTS

37390 CHANCEAUX SUR CHOISILLE

31 076 217

297 TRANSPORTS LUCIEN ROBINET

TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES

45770 SARAN

30 897 688

298

TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES

28800 BONNEVAL

30 679 790

HUBERT*

299 CENTRE SEM

CULTURE DE LÉGUMINEUSES ET PRODUCTION DE SEMENCES

37310 REIGNAC SUR INDRE

30 644 694

300 DURALEX INTERNATIONAL

FABRICATION DE VERRERIE DE TABLE

45380 LA CHAPELLE SAINT MESMIN

30 522 522

*comptes publiés au 31/12/2015.

34 La Lettre Valloire - Décembre 2017


LES SOLUTIONS

PRO DU CRÉDIT MUTUEL

Vous cherchez des solutions ef caces et personnalisées, votre banque est là avec les Solutions Pro.

Caisse Fédérale de Crédit Mutuel et Caisses affiliées, société coopérative à forme de société anonyme au capital de 4 335 204 160 euros, 34 rue du Wacken, 67913 Strasbourg Cedex 9, immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés B 588 505 354, contrôlée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR), 61 rue Taitbout, 75436 Paris Cedex 09, intermédiaire en opérations d’assurances sous le n° Orias 07 003 758 consultable sous www.orias.fr. Contrats d’assurances souscrits auprès d’ACM IARD S.A., ACM VIE S.A. régies par le Code des Assurances ; MTRL, Mutuelle Nationale régie par le livre II du Code de la Mutualité. La Lettre Valloire - Décembre 2017 35


Économie Rang

Palmarès

Raison sociale

Domaine d’activité

Code postal et ville

CA (2016)

301 SES NOUVELLE

FABRICATION DE PRODUITS DE SIGNALISATION ROUTIÈRE

37100 TOURS

30 488 576

302 GÉNÉRALE AUTOMOBILE DE BOURGES (CITROËN)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

18390 SAINT GERMAIN DU PUY

30 440 094

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

45200 MONTARGIS

30 427 569

304 SOBRA

COMMERCE DE GROS DE CÉRÉALES

37800 SAINTE MAURE DE TOURAINE

30 328 744

305 GSE INGÉNIERIE

INGÉNIERIE, ÉTUDES TECHNIQUES

45160 OLIVET

30 328 148

306 FILLON TECHNOLOGIES

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS DE PEINTURE POUR L'AUTOMOBILE

28130 PIERRES

30 194 700

307 KLÉBER MALÉCOT

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

45170 NEUVILLE AUX BOIS

30 189 746

TRANSPORTS ROUTIERS FRIGORIFIQUES

45770 SARAN

30 109 700

309 DURAND

COMMERCE DE CÉRÉALES ET DE PRODUITS POUR L'AGRICULTURE

37220 L'ÎLE BOUCHARD

30 004 143

310 PGA ELECTRONIC

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS AÉRONAUTIQUES

36130 MONTIERCHAUME

29 815 000

HYPERMARCHÉS

36250 SAINT MAUR

29 727 081

312 EGGER RETAIL PRODUCTS FRANCE

NÉGOCE DE BOIS ET DE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

37000 TOURS

29 678 771

313 ACIAL

FABRICATION DE MOBILIER DE BUREAU

41110 SAINT AIGNAN

29 506 100

314 GRANDS GARAGES DU BERRY (PEUGEOT)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

36250 SAINT MAUR

29 453 024

315 GIEN DIS (CENTRE LECLERC)

HYPERMARCHÉS

45500 GIEN

29 413 372

FABRICATION DE MÉDICAMENTS

37260 MONTS

29 391 996

317 PRESTIGE AUTOMOBILES 45 (MULTIMARQUES)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

45100 ORLÉANS

29 302 656

318 JOUÉ DISTRIBUTION (CENTRE LECLERC)*

HYPERMARCHÉS

37300 JOUÉ LÈS TOURS

29 286 221

PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE

45140 SAINT JEAN DE LA RUELLE

29 179 200

303

308

311

316

319

ÉTABLISSEMENTS BASTY PÈRE ET FILS (RENAULT)

STEF TRANSPORT ORLÉANS

BELLEVUE DISTRIBUTION (CENTRE LECLERC)

RECIPHARM MONTS*

COLLECTEAM*

320 EUROFEU

FABRICATION DE MATÉRIELS DE LUTTE CONTRE LES INCENDIES

28250 LE MESNIL THOMAS

29 047 365

321 ONO PACKAGING

FABRICATION D'EMBALLAGES PLASTIQUES

28700 AUNEAU-BLEURY-SAINT-SYMPHORIEN

29 044 724

322 EURO WIPES

FABRICATION DE LINGETTES ET DE COTON IMPRÉGNÉS

28400 NOGENT LE ROTROU

29 014 570

323 ZEP INDUSTRIES

COMMERCE DE GROS DE PRODUITS CHIMIQUES

28210 NOGENT LE ROI

28 956 937

324 GALLIER

SECOND ŒUVRE DU BÂTIMENT

45140 SAINT JEAN DE LA RUELLE

28 892 781

325 ARCH WATER PRODUCTS FRANCE

FABRICATION DE PRODUITS POUR LE TRAITEMENT DE L'EAU DES PISCINES

37400 AMBOISE

28 857 955 *comptes publiés au 31/12/2015.

36 La Lettre Valloire - Décembre 2017


Rang

Raison sociale

Domaine d’activité

Code postal et ville

CA (2016)

326

PROTECTION 24 (GROUPE BNP PARIBAS)

SERVICES DE SÉCURITÉ ET DE TÉLÉSURVEILLANCE

41350 VINEUIL

28 763 343

327

STROMAG FRANCE

FABRICATION DE FREINS INDUSTRIELS

18150 LA GUERCHE SUR L'AUBOIS

28 741 034

328

TRANSPORTS AUTOMOBILES DE SOLOGNE*

TRANSPORTS AUTOMOBILES

41250 NEUVY

28 727 251

329

WARSEMANN AUTOMOBILES BRACIEUX

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

41250 BRACIEUX

28 636 800

330

FRANDIS (SUPER U)

SUPERMARCHÉS

45110 CHÂTEAUNEUF SUR LOIRE

28 526 349

331

ÉTABLISSEMENTS RENAUD

COMMERCE DE CÉRÉALES ET ALIMENTS BÉTAIL

36360 LUÇAY LE MÂLE

28 356 060

332

SOGAREP

GESTION DE RÉGIMES DE PRÉVOYANCE

37530 CHARGÉ

28 347 385

333

AMI CHIMIE

COMMERCE DE GROS DE PRODUITS CHIMIQUES

37310 TAUXIGNY

28 334 179

334

SOMTP CENTRE

COMMERCE DE MATÉRIEL DE TRAVAUX PUBLICS

45750 SAINT PRYVÉ SAINT MESMIN

28 309 263

335

GÉNIE FRANCE

COMMERCE DE MATÉRIEL DE TRAVAUX PUBLICS

28000 CHARTRES

28 270 274

336

HOLDING MEL BRY (SUPER U)

SUPERMARCHÉS

41130 SELLES SUR CHER

28 133 297

337

CLOUÉ JEAN & FILS

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

36240 GEHÉE

27 918 825

338

SAMDIS (CENTRE LECLERC)

SUPERMARCHÉS

18200 SAINT AMAND MONTROND

27 759 754 27 728 270

339

SENIOR FLEXONICS BLOIS*

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES

41000 BLOIS

340

WESER

FABRICATION D'ÉLÉMENTS EN BÉTON POUR LA CONSTRUCTION

37130 MAZIÈRES DE TOURAINE

27 288 945

341

BOURGES DIS (CENTRE LECLERC)

SUPERMARCHÉS

18000 BOURGES

27 205 835

342

SENIOR AEROSPACE ERMETO*

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS AÉRONAUTIQUES

41000 BLOIS

27 194 980

343

MONTAIGNE AUTOMOBILES (VAG)*

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

36000 CHÂTEAUROUX

27 156 577

344

FEDERAL-MOGUL VALVETRAIN LA SOURCE SAS

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES

45070 ORLÉANS

27 126 769

345

MÉROISE DISTRIBUTION (SUPER U)

SUPERMARCHÉS

41500 MER

27 112 056

346

HÔPITAL PRIVÉ GUILLAUME DE VARYE

ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE SANTÉ

18230 SAINT DOULCHARD

27 056 413

347

SIRAGA*

FABRICATION DE MACHINES SPÉCIALISÉES

36500 BUZANÇAIS

26 907 917

348

MARIE-LAURE PROMO-ACTION

MATÉRIEL DE PLV

28400 NOGENT LE ROTROU

26 906 181

349

LES TROIS LABOUREURS

COMMERCE DE GROS DE FRUITS ET LÉGUMES

45480 OUTARVILLE

26 846 345

350

RIWAL FRANCE*

LOCATION DE MATÉRIEL POUR LA CONSTRUCTION

28630 MIGNIÈRES

26 786 206 *comptes publiés au 31/12/2015.

Une équipe réactive, 7J/7, 24h/24 qui vous conseille et organise vos expéditions

Des délais tenus

Des acheminements en France,en Europe et dans le monde

www.100pour100fret.fr

L’expérience et la compétence à votre service 186 avenue Yves Farge - 37700 Saint Pierre des Corps Tél : +33 (0)2 47 44 08 66 - Fax : +33 (0)2 47 44 89 66

© GDR Consulting SAS 2010 - www.gdr-consulting.fr - crédit photos : Fotolia

TRANSPORT NATIONAL ET INTERNATIONAL

contact@100pour100 fret.fr La Lettre Valloire - Décembre 2017 37


Économie

Palmarès

Rang Raison sociale

Domaine d’activité

Code postal et ville

CA (2016))

351 CTSP CENTRE (VEOLIA PROPRETÉ) 352 DU GORD (INTERMARCHÉ)*

COLLECTE ET RÉCUPÉRATION DE DÉCHETS

18000 BOURGES

26 619 800

SUPERMARCHÉS

28000 CHARTRES

26 574 613

LOCATION DE LOGEMENTS SOCIAUX

28110 LUCÉ

26 250 927

354 FACEO FM CENTRE OUEST (VINCI)

ACTIVITÉS DE SIÈGES SOCIAUX

45140 ORMES

26 175 918

355 NUMEN SERVICES

ACTIVITÉ D'ÉDITION

37170 CHAMBRAY LÈS TOURS

26 040 349

356 GROUPE HEXAPAGE

COMMERCE DE FOURNITURES DE BUREAU

45770 SARAN

26 021 561

357 SABOC

COMMERCE DE CÉRÉALES ET ALIMENTS BÉTAIL

37360 ROUZIERS DE TOURAINE

25 950 215

COMMERCE DE GROS DE BOISSONS

36000 CHÂTEAUROUX

25 852 276 25 657 293

353

358

EURE ET LOIR HABITAT

LOGISTIQUE GESTION SERVICES*

359 AX'VIGNE

COMMERCE DE GROS DE FOURNITURES

45160 OLIVET

360 VIGONDIS (SUPER U)

SUPERMARCHÉS

18400 SAINT FLORENT SUR CHER

25 588 887

FABRICATION DE CHAUSSURES

37110 CHÂTEAU-RENAULT

25 448 872

361

ARCHE*

362 PROLUDIC

FABRICATION D'ARTICLES DE SPORT ET DE LOISIRS

37210 VOUVRAY

25 311 753

363 PONT AUTOMOBILES (FORD)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

37170 CHAMBRAY LÈS TOURS

25 294 019

364 AZUR 37

COMMERCE DE VÉHICULES DE LOISIRS

37210 PARÇAY MESLAY

25 285 093

365 DESHAYES NEUVILLE (SUPER U)

SUPERMARCHÉS

45170 NEUVILLE AUX BOIS

25 169 797

COMMERCE DE GROS D'HABILLEMENT

45380 LA CHAPELLE SAINT MESMIN

25 160 127

366

SCAVI EUROPE

367 INITIA FOOD SAS

TRANSFORMATION ET CONSERVATION DE FRUITS

18000 BOURGES

25 150 497

368 AEG POWER SOLUTIONS

FABRICATION DE SYSTÈMES ÉLECTRONIQUES DE PUISSANCE

37170 CHAMBRAY LÈS TOURS

25 000 945

MAROQUINERIE

36300 LE BLANC

24 999 032

369

SAMB

370 COMBUSTIBLE ARNAUD FAVRIL*

COMMERCE DE CARBURANTS

28170 MAILLEBOIS

24 906 392

371 MONDIS VAL DE LOIRE (SUPER U)

SUPERMARCHÉS

37270 MONTLOUIS SUR LOIRE

24 788 084

372 MICHELET AUTOMOBILES (AUDI)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

45400 FLEURY LES AUBRAIS

24 763 427

373 JONADIS (SUPER U)

SUPERMARCHÉS

37360 NEUILLÉ PONT PIERRE

24 667 200

374 CARTONNERIE OUDIN

FABRICATION DE PRODUITS EN CARTON

37320 TRUYES

24 631 600

375 TRANSPORTS BLANCHET

TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES

36400 VERNEUIL SUR IGNERAIE

24 596 857

376 AMAGRI

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

28630 GELLAINVILLE

24 513 000

COMMERCE DE GROS DE PRODUITS ALIMENTAIRES

45160 OLIVET

24 489 126

377

CENTRE BIO

378 SAVIB 18 (MERCEDES)*

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

18000 BOURGES

24 470 374

379 PICHARD PÈRE ET FILS

PRODUCTION DE VIANDE DE BOUCHERIE

28100 DREUX

24 444 170

380 BLOIS WARSEMANN AUTOMOBILES (RENAULT)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

41000 BLOIS

24 304 200

381 MAGRI (PREMDOR)

FABRICATION DE PORTES

45300 THIGNONVILLE

24 270 917

FABRICATION DE CAROSSERIES ET REMORQUES

45170 NEUVILLE AUX BOIS

24 224 550 24 198 265

382

CARROSSERIE TROUILLET*

383 DERET TRANSPORTEUR

TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES

45770 SARAN

384 ÉTABLISSEMENTS MARCHÉ-PERROCHON*

COMMERCE DE CÉRÉALES ET ALIMENTS BÉTAIL

37340 CONTINVOIR

24 160 594

AGENCE DE PUBLICITÉ

37230 LUYNES

24 110 215

385

GESTION MARKETING ET STRATÉGIE (GMS)

386 AXE SYSTEMS

FABRICATION DE PIÈCES MÉCANIQUES

41200 ROMORANTIN LANTHENAY

23 973 900

387 DENTSPLY GAC EUROPE

DISTRIBUTION DE PRODUITS POUR L'ORTHODONTIE

37210 ROCHECORBON

23 936 707

388 LA SOMADIS (SUPER U)

SUPERMARCHÉS

41400 CHISSAY EN TOURAINE

23 880 133

389 ECOFIT*

FABRICATION DE MOTEURS

41100 VENDÔME

23 837 015

390

CULTURE DE LÉGUMINEUSES

37420 AVOINE

23 827 828

TOMATE RABELAIS

391 AMCC FENÊTRES ET PORTES*

MENUISERIE BOIS ET PVC

36000 CHÂTEAUROUX

23 827 340

392 BARBIER*

COMMERCE EN GROS D'ARTICLES DE LA TABLE

37300 JOUÉ LÈS TOURS

23 688 559

393

AGENCE IMMOBILIÈRE

28000 CHARTRES

23 562 758

CHARTRES DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

394 COOPÉRATIVE AGRICOLE DE PUISEAUX

COMMERCE DE CÉRÉALES ET ALIMENTS BÉTAIL

45390 PUISEAUX

23 405 561

395 BOWDEN

FABRICATION DE MATÉRIEL DE LEVAGE ET DE MANUTENTION

45300 BOYNES

23 384 317

396 BERNIER MONTARGIS (PEUGEOT)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

45700 VILLEMANDEUR

23 358 627

397 EFFICO (GROUPE BNP PARIBAS)

GESTION DU POSTE CLIENT

37900 TOURS

23 242 308

398

FABRICATION D'ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

28100 DREUX

23 155 481

KNAUF AMF PLAFONDS ET SYSTÈMES

399 IMPRIMERIE VINCENT

IMPRIMERIE DE LABEUR

37000 TOURS

23 062 190

400 JLC 45

TRAVAUX DE PEINTURE ET VITRERIE

45070 ORLÉANS

22 918 329 *comptes publiés au 31/12/2015.

38 La Lettre Valloire - Décembre 2017


L’IMPULSEUR DE LA CCI TOURAINE FAIT ÉCLORE LES PROJETS

Pour la troisième année consécutive, la CCI Touraine va accompagner pendant un semestre une vingtaine de chefs d’entreprise. Objectif : les aider à accélérer leurs projets de développement et d’innovation.

Philippe Roussy

La CCI Touraine vient de lancer la saison 3 de l’Impulseur, un dispositif d’accélération de projets qui aide une vingtaine d’entrepreneurs, triés sur le volet, à valider puis à développer un nouveau concept. « C’est une formule très innovante », explique Philippe Roussy, président de l’établissement consulaire. « Les chefs d’entreprise regorgent de bonnes idées mais ils manquent de temps et souvent de méthode en interne pour valider et transformer leurs intuitions en business réel et concret ». L’Impulseur leur donne l’opportunité, de construire un projet en le confrontant « à leurs pairs et aux intervenants experts qui les accompagnent pendant toute la durée de la session ». Philippe Roussy souligne que « l’objectif du programme est ambitieux pour les entreprises. C’est pourquoi le dirigeant doit avoir une implication personnelle forte pendant les 6 mois du parcours ». Et d’ajouter : « l’Impulseur s’adresse à des entreprises existantes qui ont un projet stratégique de développement. Leur taille et leur secteur d’activité importent peu, seul comptent le projet et la motivation du dirigeant et de ses équipes ». Le bilan des deux premières saisons est très encourageant : le CA cumulé des entreprises qui ont suivi cet accompagnement s’est accru de 10 %. « Sur les deux à trois prochaines années, les participants ont prévu de procéder

www.limpulseur.fr

à une soixantaine d’embauches, ce qui correspond à 20 % des effectifs », se félicite Philippe Roussy. Selon Laurent Dubreuil, le président de Verrerie Dumas (1,4 M€ de CA), une PME de Noizay qui a intégré la saison 3, « l’Impulseur a déjà le mérite immense d’offrir un temps précieux de réflexion et de prise de distance vis-à-vis du quotidien. Il me permet indiscutablement de sortir la tête du guidon ». L’entrepreneur, à la tête d’une entreprise de 20 salariés aujourd’hui spécialisée dans la verrerie scientifique et technique, nourrit le projet de se diversifier dans la verrerie d’art. « C’est une démarche qui va nous conduire à sortir de notre zone de confort. Ce ne sont pas les mêmes marchés, pas la même communication. Les conseils prodigués par les autres chefs d’entreprise et les intervenants vont donner du muscle et de la cohérence à ce projet ». Cet appui, s’il nécessite du temps, requiert un investissement modeste puisque la session est facturée à chaque entreprise au prix de 3 500 € pour un coût réel de plus de 6 000 €, la différence étant financée par la CCI et les partenaires du programme.

La Lettre Valloire - Décembre 2017 39


Économie Rang

Palmarès

Raison sociale

Domaine d’activité

Code postal et ville

CA (2016)

401 LOIREAUTO (PORSCHE)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

45160 OLIVET

22 827 693

402 HONEYWELL FALL PROTECTION FRANCE

FABRICATION DE MATÉRIEL DE PROTECTION

18100 VIERZON

22 747 651

COMMERCE DE GROS DE VÊTEMENTS

37250 MONTBAZON

22 728 324

404 CLINIQUE DE LA REINE BLANCHE*

ACTIVITÉS HOSPITALIÈRES

45770 SARAN

22 593 239

405 HUMEZ GROUPE (CLAAS)*

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

36250 SAINT MAUR

22 493 140

406 LACOUR CONCEPT

ÉDITION DE LOGICIELS SYSTÈME ET DE RÉSEAU

18230 ST DOULCHARD

22 454 281

407 AQUALTER CONSTRUCTION

INGÉNIERIE ET ÉTUDES TECHNIQUES

28000 CHARTRES

22 394 656

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

28150 LES VILLAGES VOVÉENS

22 349 604

409 SMBP

EXPLOITATION DE CARRIÈRES

28630 BERCHÈRES LES PIERRES

22 348 789

410 SOLANDIS (CARREFOUR MARKET)

SUPERMARCHÉS

37130 LANGEAIS

22 345 804

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

41500 MER

22 299 473

412 SOLFA CARBURANTS

COMMERCE DE GROS DE COMBUSTIBLES

41270 VILLEBOUT

22 211 044

413 CLAIRANNE (INTERMARCHÉ)

SUPERMARCHÉS

18100 VIERZON

22 172 008

414 BISCUITERIE ROUGIER

PRODUCTION AGROALIMENTAIRE

45600 SULLY SUR LOIRE

22 048 872

415 CENTRAGRI

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

18390 SAINT GERMAIN DU PUY

21 960 558

FABRICATION D'EMBALLAGES EN CARTON

45720 COULLONS

21 883 347

417 MATÉRIAUX RÉUNIS (BIG MAT)

COMMERCE DE GROS DE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

45110 CHÂTEAUNEUF SUR LOIRE

21 848 143

418 BERTHAULT

COMMERCE DE GROS DE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

37200 TOURS

21 844 481

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

28110 LUCÉ

21 800 212

420 TRANSPORTS BRUNO ROBERT

TRANSPORT ROUTIER DE FRET

41700 CONTRES

21 668 016

421 DUFADIS (SUPER U)

SUPERMARCHÉS

41110 SAINT AIGNAN

21 645 959

403

408

411

416

419

KAMI

DURET

CHESNEAU AGRITECH

DS SMITH CHOUANARD

PARIS BREST (FORD)

422 GARAGE MAUBLANC (CITROËN)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

36000 CHÂTEAUROUX

21 641 700

423 BENEFAN (INTERMARCHÉ)*

SUPERMARCHÉS

28240 LA LOUPE

21 595 283

424 BOUCHARDIS (SUPER U)

SUPERMARCHÉS

37220 L'ÎLE BOUCHARD

21 578 425

425 CLINIQUE DE L'ARCHETTE

ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE SANTÉ

45160 OLIVET

21 542 966 *comptes publiés au 31/12/2015.

40 La Lettre Valloire - Décembre 2017


Rang

Raison sociale

Domaine d’activité

Code postal et ville

CA (2016)

426 LABORATOIRE BAILLY-CREAT

FABRICATION DE PRÉPARATIONS PHARMACEUTIQUES

28100 DREUX

21 476 574

427 EUROVIA GRANDS TRAVAUX

TRAVAUX PUBLICS

41000 BLOIS

21 406 329

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

37100 TOURS

21 403 373

428

TOYS MOTORS TOURS (TOYOTA)*

429 IRIZAR AUTOCARS

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

37530 NAZELLES NÉGRON

21 358 809

430 DISPAL

COMMERCE DE GROS DE PRODUITS ALIMENTAIRES

45000 ORLÉANS

21 286 013

431 SANDVIK MATERIALS TECHNOLOGY FRANCE

FABRICATION ET NÉGOCE DE PRODUITS SIDÉRURGIQUES

45100 ORLÉANS

21 167 961

432 USINES DE ROSIÈRES

FABRICATION D'APPAREILS DE CUISSON

18400 LUNERY

21 110 875

TRANSPORT ROUTIER DE FRET

41330 FOSSÉ

21 099 017

434 SAVOIE

CONSTRUCTION DE BÂTIMENTS

37170 CHAMBRAY LÈS TOURS

21 090 540

435 GROUPE BÉNARD

COMMERCE DE GROS

37700 LA VILLE AUX DAMES

21 047 748

436 MAISON CONSTRUCTION PERSONNALISÉE RENOV

CONSTRUCTION DE MAISONS INDIVIDUELLES

45650 SAINT JEAN LE BLANC

20 972 555

437 MENUISERIE GÉRARD DUBOIS

TRAVAUX DE MENUISERIE BOIS ET PVC

37800 SEPMES

20 951 227

438 LE JARDIN DE RABELAIS

CULTURE DE LÉGUMINEUSES ET PRODUCTION DE SEMENCES

37420 AVOINE

20 927 335

439 CENTRE ÉLECTRIQUE ENTREPRISE

CONSTRUCTION DE RÉSEAUX ÉLECTRIQUES

18200 SAINT AMAND MONTROND

20 837 510

440 BEIRENS

FABRICATION DE CHEMINÉES INDUSTRIELLES

36500 BUZANÇAIS

20 673 426

COMMERCE DE FRUITS ET LÉGUMES

37000 TOURS

20 609 826

442 SACCAP

FABRICATION D'ARTICLES DE ROBINETTERIE

41000 BLOIS

20 587 895

443 SEPCHAT 28*

COLLECTE ET RÉCUPÉRATION DE DÉCHETS

28800 BONNEVAL

20 554 108

FABRICATION DE PRODUITS ABRASIFS

28000 CHARTRES

20 526 844

433

441

444

TRANSPORTS CATROUX

ESTIVIN-PRIMEURS DE LOIRE

ASAHI DIAMOND INDUSTRIAL EUROPE

445 CDM

FABRICATION D'ARTICLES DE MAROQUINERIE

41400 MONTRICHARD VAL DE CHER

20 491 222

446 CAAHMRO GROUPE

COMMERCE DE GROS DE PRODUITS POUR LA CULTURE

45590 SAINT CYR EN VAL

20 461 375

447 SEMIVIT

ACTIVITÉS IMMOBILIÈRES

37010 TOURS

20 405 704

448 HUSQVARNA CONSTRUCTION PRODUCTS FRANCE*

COMMERCE DE MATÉRIEL DE TRAVAUX PUBLICS

41000 BLOIS

20 397 478

COMMERCE DE DÉTAIL

28630 BERCHÈRES LES PIERRES

20 378 696

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

37070 TOURS

20 347 642

449

SMH ÉQUIPEMENTS*

450 SERVIT VP (MERCEDES)

*comptes publiés au 31/12/2015.

La Lettre Valloire - Décembre 2017 41


Économie

Palmarès

Rang Raison sociale

Domaine d’activité

451 PAULOU (INTERMARCHÉ)

SUPERMARCHÉS

28200 CHÂTEAUDUN

20 345 100

452 TOURAINE AUTOMOBILES (OPEL)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

37540 SAINT CYR SUR LOIRE

20 319 480

FABRICATION DE TUYAUX EN CAOUTCHOUC

28000 CHARTRES

20 287 439

454 BALANCON MALIDOR

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

45300 PITHIVIERS

20 230 851

455 SONAKA*

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

18230 SAINT DOULCHARD

20 224 786

453

MAFLOW FRANCE AUTOMOTIVE

Code postal et ville

CA (2016)

456 AQUALTER EXPLOITATION

DISTRIBUTION D'EAU

28000 CHARTRES

20 215 949

457 GARAGE DES STUARTS (MULTIMARQUES)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

18700 AUBIGNY SUR NÈRE

20 201 731

PROGRAMMATION INFORMATIQUE

45380 LA CHAPELLE SAINT MESMIN

20 179 035 20 152 781

458

PENTALOG FRANCE

459 MB 3.0

VENTE A DISTANCE

45380 LA CHAPELLE SAINT MESMIN

460 DAVID

COMMERCE DE CÉRÉALES ET ALIMENTS BÉTAIL

45200 MONTARGIS

20 149 570

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT PHARMACEUTIQUE

45520 GIDY

20 140 000

461

BIOLOGIE SERVIER

462 BLÉDIS (INTERMARCHÉ)*

SUPERMARCHÉS

37150 BLÉRÉ

20 108 517

463 BANETTE

CENTRALE D'ACHATS ALIMENTAIRES

45250 BRIARE

20 101 537

464 TRUCK & CAR SERVICES

ÉQUIPEMENT AUTOMOBILE

28110 LUCÉ

20 032 896

465 DAWN MEATS FRANCE

PRODUCTION AGROALIMENTAIRE

37250 MONTBAZON

20 025 600

TRAVAUX D'INSTALLATION ÉLECTRIQUE

37070 TOURS

19 989 810

466

LESENS CENTRE VAL DE LOIRE

467 HOUDARD

COMMERCE DE GROS DE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

28110 LUCÉ

19 921 885

468 COFREN

FABRICATION DE FREINS INDUSTRIELS

18100 VIERZON

19 918 506

FABRICATION D'EMBALLAGES EN CARTON

36130 MONTIERCHAUME

19 900 925

469

COVEPA-MICHELS*

470 CHASSAY AUTOMOBILES (MULTIMARQUES)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

37100 TOURS

19 878 939

471 CLIMATELEC

INSTALLATION DE SYSTÈMES DE CLIMATISATION

41700 CONTRES

19 875 383

472 SOCOCHARE (INTERMARCHÉ)

SUPERMARCHÉS

37110 CHÂTEAU RENAULT

19 866 912

473 TIVOLI DISTRIBUTION (INTERMARCHÉ)

SUPERMARCHÉS

36400 LE MAGNY

19 853 700

474 COUTON

COMMERCE DE FRUITS ET LÉGUMES

37000 TOURS

19 781 327

475 JORDENEN

FABRICATION D'OBJETS PUBLICITAIRES

45380 LA CHAPELLE SAINT MESMIN

19 713 458

476 COLIDIS (SUPER U)

SUPERMARCHÉS

45230 CHÂTILLON COLIGNY

19 707 678

FABRICATION D'ACCESSOIRES POUR SALLES DE BAIN

37100 TOURS

19 646 200

477

GELCO

478 OUVRARD TOURAINE

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

37800 SAINTE MAURE DE TOURAINE

19 538 821

479 CEGELEC VAL DE LOIRE

TRAVAUX D'INSTALLATION ÉLECTRIQUE

37070 TOURS

19 504 473

480 BONDAROY DISTRIBUTION*

SUPERMARCHÉS

45300 PITHIVIERS LE VIEIL

19 483 604

481 BURGBAD FRANCE (SEP)

FABRICATION DE MOBILIER POUR SALLES DE BAIN

28130 PIERRES

19 346 849

COMMERCE DE CÉRÉALES ET ALIMENTS BÉTAIL

45720 COULLONS

19 322 323

483 FLYERS INVESTISSEMENTS (SUPER U)

HYPERMARCHÉS

41300 SALBRIS

19 319 445

484 MALÉCOT POIRIER AGRI

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

45170 NEUVILLE AUX BOIS

19 279 367

FABRICATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE

28630 GELLAINVILLE

19 115 143

482

485

SUPLISSON

LEONI CIA CABLE SYSTEMS

486 WARSEMANN AUTO PASSION (VAG)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

37170 CHAMBRAY LÈS TOURS

19 094 574

487 ROGER

SCIERIE ET COMMERCE DE GROS DU BOIS

45310 PATAY

19 074 525

488 BREE

FABRICATION DE COMPOSANTS ÉLECTRONIQUE

45390 PUISEAUX

19 065 364

489 AZAYDIS (CARREFOUR MARKET)

SUPERMARCHÉS

37190 AZAY LE RIDEAU

18 994 302

490

TRAVAUX DE REVÊTEMENT DE SOLS

41000 BLOIS

18 991 554

REVÊTEMENT DE SOLS

491 AUTO CONCEPT 45 (AUDI)*

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

45700 VILLEMANDEUR

18 936 119

492 AUTO VAL DE LOIRE (RENAULT NISSAN)

COMMERCE DE VÉHICULES AUTOMOBILES

45400 FLEURY LES AUBRAIS

18 916 820

493

COMMERCE DE GROS DE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

18000 BOURGES

18 843 306

BROCHARD (BIGMAT)

494 SETEC

TRAVAUX PUBLICS

36130 DIORS

18 842 255

495 SANDVIK COROMANT INSERTS FRANCE

FABRICATION ET NÉGOCE DE PRODUITS SIDÉRURGIQUES

37230 FONDETTES

18 836 404

496 CANDY HOOVER SERVICE

ACTIVITÉS DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES

18400 LUNERY

18 740 516

497 ÉTABLISSEMENTS MARCHAIS

COMMERCE DE CÉRÉALES ET ALIMENTS BÉTAIL

28410 BROUÉ

18 715 217

498

PRODUCTION DE VIANDE DE BOUCHERIE

36000 CHÂTEAUROUX

18 638 044

CHÂTEAUROUX VIANDES

499 SIFA TECHNOLOGIES*

FONDERIE DE MÉTAUX LÉGERS

45070 ORLÉANS

18 593 339

500 BERGERET

ÉTANCHÉIFICATION DES BÂTIMENTS ET OUVRAGES D'ART

37270 MONTLOUIS SUR LOIRE

18 549 840

*comptes publiés au 31/12/2015.

42 La Lettre Valloire - Décembre 2017


CHIMIREC PPM INVESTIT À LA ROCHE-CLERMAULT Le site du groupe Chimirec (131 M€ de CA, 850 salariés) à La RocheClermault, près de Chinon (37), va bénéficier d’un investissement important de 1,5 M€. La direction va installer sur l’une des deux plateformes (PPM 2) de cette unité spécialisée dans la collecte et le traitement des déchets industriels, quatre cuves de 120 000 m3 chacune qui vont lui permettre d’accroître les capacités de traitement des

huiles industrielles (à l’exclusion des huiles moteur). Le programme sera opérationnel en 2018.

LE GROUPE SAINT-GATIEN RACHÈTE LA POLYCLINIQUE DE BLOIS Le groupe tourangeau de cliniques privées SaintGatien a bouclé une nouvelle opération de croissance externe en rachetant la Polyclinique de Blois, ainsi que la

crèche inter-entreprises Parcadix et le centre médical Théraé. L’ensemble, qui emploie 430 salariés pour un CA de 44 M€ (dont 36,7 M€ pour la Polyclinique, selon les chiffres publiés en 2016), renforce le groupe dirigé par Christophe Alfandari qui possède désormais dix-huit établissements à Tours, Blois, Orléans, Bordeaux et en Île-deFrance.

ANIMALIS AURA SA LOGISTIQUE A MEUNG-SUR-LOIRE Le distributeur de produits animaliers Animalis (100 M€ de CA) va s’installer dans 12 000 m² à construire sur la zone d’activités Synergie Val de Loire à Meung-surLoire (45). La plateforme, qui commencera à sortir de terre en mars prochain, devrait être livrée à l’automne 2018 ; une extension de 30 000 m² est possible. L’entrepôt sera dédié au stockage des produits, Animalis souhaitant développer son activité en ligne. Le site devrait employer environ 70 salariés en 2019.

CAP’CINÉMA SE VEND A CGR, SAUF SES SALLES DE BLOIS Deux ans après avoir repris son concurrent Cinémovida et sa dizaine de cinémas de villes moyennes – dont celui de Châteauroux –, le groupe blésois Cap’Cinéma a annoncé le rachat de 22 de ses 24 établissements par le groupe rochelais CGR Cinémas ; les deux groupes sont parfaitement complémentaires, aucun des 50 établissements de CGR ne se trouvant dans une ville où est implanté Cap’Ciné. Avec cette opération, qui aurait été valorisée pour plus de 100 M€ selon la presse financière, le rochelais vient tutoyer le leader français du marché, Pathé Gaumont, qui revendique 71 établissements, soit 1 de moins que n’en possèdera CGR au bouclage de l’opération Cap’Ciné, mais avec un nombre d’écrans supérieur (784, contre 678 après l’opération de rachat Cap’Ciné). Rappelons que dans la région, CGR exploite 2 multiplexes à Tours et 1 à Bourges. Le groupe CGR afficherait un CA de plus de 150 M€, Cap’ Cinéma ayant bouclé le dernier exercice sur un CA de 45 M€. Philippe Dejust, fondateur de Cap’ Cinéma, conservera néanmoins ses deux établissements de Blois, le multiplexe de la zone des Onze Arpents et la salle des Lobis, au centre-ville ; l’ensemble représentait un CA de 7,4 M€ l’an passé. Mérignan à la Ferté-St-Aubin (45), l’entreprise vient d’acquérir une parcelle de 0,19 ha située sur la ZA de la La société DEM Métrologie Chavannerie II, toujours à la (1,1 M€ de CA), qui Ferté-St-Aubin. Elle va propose des prestations construire un bâtiment de d’étalonnage d’instruments 300 m² afin d’accueillir les de mesure, va se doter de activités de l’un de ses nouvelles capacités fournisseurs auquel elle immobilières. Installée sous-traitait une partie aujourd’hui sur la ZA de de son activité.

DEM METROLOGIE VA CONSTRUIRE À LA FERTÉ-ST-AUBIN

La Lettre Valloire - Décembre 2017 43


Économie

Digital

Le HQ, futur haut lieu

tourangeau du digital

Le startupper Julien Dargaisse vient d’acquérir les étages du bâtiment de la Poste, en plein centre de Tours. Il va les transformer en espaces dédiés au co-working et à l’innovation numérique.

Julien Dargaisse au côté de Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’État chargé du numérique.

L

es startuppers peuvent avoir la fibre immobilière. C’est ce que démontre de la plus belle façon Julien Dargaisse, une personnalité bien connue des milieux tourangeaux de l’innovation numérique. Le fondateur de la “startup associative” Palo Altours vient ainsi d’acquérir un ensemble de bureaux dans l’hyper-centre de Tours. Il s’agit des trois niveaux supérieurs du bâtiment de la Poste, l’opérateur n’ayant conservé que le rez-dechaussée pour ses activités commerciales. Sur cette surface de 1 000 m2, idéalement placée à côté du Palais de Justice et de la mairie, « nous avons engagé de très importants travaux de rénovation et de transformation qui vont faire de ce site un haut lieu de l’innovation numérique en Touraine», nous indique Julien Dargaisse. Le site, rebaptisé le HQ pour Headquarter, hébergera notamment une soixantaine de postes de coworking – le startupper m’emploie que rarement la langue de Molière – qui bénéficieront d’infrastructures à haut niveau de service. « Le HQ sera desservi par deux liaisons numériques à très haut débit (1 Giga et 100 Méga) qui seront

44 La Lettre Valloire - Décembre 2017

connectées à la boucle locale exploitée par Tours Métropole Numérique, précise Julien Dargaisse. Nous avons décelé une forte attente pour ce type de services qui est insuffisamment couvert par l’offre immobilière actuelle », poursuit l’entrepreneur qui réfute la moindre volonté de concurrencer le site Mame, la plateforme d’accueil de startups numériques gérée par Tours Métropole Val de Loire. Cette dernière n’aurait pourtant pas entièrement convaincu la plupart de ses occupants ; ceux-ci se plaignent notamment de la poursuite incessante de travaux qui nuiraient considérablement à leur activité et du nombre insuffisant de places de parkings. « Les deux lieux sont complémentaires et ne correspondent pas aux mêmes besoins », esquive prudemment Julien Dargaisse. En témoigne

dédié à l’entrepreunariat numérique, qui accueille aussi le siège de l’association Palo Altours, devraient être ramenées au sein du HQ: « Nous allons développer des formations payantes dédiées à la transformation numérique qui seront proposées aux entreprises. » L’ensemble du projet, qui représente un investissement de 2 M€, est porté par une SCI et une société commerciale dirigée par le fondateur du HQ. Elle s’appuiera sur les apports d’investisseurs privés et d’une avance remboursable de 200 000 € accordée par la Région Centre Val-de-Loire. « Le sujet, c’est de créer un lieu convivial et ouvert autour des thématiques de l’innovation, mais c’est aussi un lieu privé que nous devons évidemment monétiser », prévient Julien Dargaisse qui estime que la société com-

d’ailleurs l’afflux des pré-réservations disponibles « qui dépassent déjà les capacités d’accueil du HQ. » Parallèlement, le HQ se veut aussi un lieu de réception de manifestations orientées sur les questions numériques pouvant, bien sûr, être privatisé. Certaines des activités de la cantine numérique, ce site tourangeau

merciale qui exploitera le site devrait réaliser un CA de 400 000 € la première année. Illustrant l’adage selon lequel on est jamais si bien servi que par soimême, il nous confirme que la société InterviewApp, qu’il a fondée et dirige, pourrait assez rapidement reJCS joindre le HQ.


La Lettre Valloire - DĂŠcembre 2017 45


Économie

Industrie

Anjac fait parler la poudre en Val de Loire

Anjac Health & Beauty, qui rassemble les activités santé et cosmétiques du groupe Anjac, s’est offert Aircos, un fabricant de poudres de maquillage présent à Romorantin (41) et à Ardon (45). Cette opération consolide le pôle régional du façonnier après les acquisitions, plus anciennes, d’Euro Wipes à Nogent-le-Rotrou (28) et des laboratoires Chemineau à Vouvray (37).

A

Aurélien Chaufour

njac Health & Beauty, le pôle santé et beauté du groupe Anjac qui se sépare progressivement de son activité historique de distribution de produits pour le bâtiment, est en passe de devenir un employeur industriel majeur en région CentreVal de Loire. Déjà propriétaire du fabricant de lingettes Euro Wipes à Nogent-le-Rotrou (28) et du façonnier pharmaceutique Chemineau à Vouvray (37), le groupe vient de s’enraciner un peu plus dans le Val de Loire en se portant acquéreur d’Aircos, un sous-traitant leader sur le marché de la poudre à maquillage. Présidée par Frédéric Lancesseur, cette entreprise familiale (145 salariés, 17,5 M€ de CA) dont le siège se situe en région parisienne, exploite deux unités à Romorantin (41) et Ardon (45), respectivement spécialisées dans la fabrication de poudres et l’injection plastique (400 000 pièces, essentiellement des coffrets, produites chaque année).

46 La Lettre Valloire - Décembre 2017

Un tel tropisme régional ne correspond pas à une volonté délibérée des dirigeants d’Anjac. « Le fil rouge de la constitution de ce pôle santé et beauté, c’est avant tout l’innovation, nous indique son directeur général Aurélien Chaufour. Il se trouve

nales d’Anjac Health & Beauty ne sont pas oubliées. Chez Euro Wipes (35 M€ de CA, environ 150 salariés), où sont investis quelque 1 M€ chaque année, un plan de développement capacitaire pour les trois prochaines années devrait être prochai-

“ LE FIL ROUGE DE LA CONSTITUTION DE CE PÔLE SANTÉ ET BEAUTÉ, C’EST AVANT TOUT L’INNOVATION

que les entreprises que nous avons acquises en région Centre-Val de Loire s’inscrivent parfaitement dans ce schéma ». L’intégration d’Aircos au sein d’Anjac va permettre d’accélérer son développement déjà entamé à l’international, notamment aux États-Unis, dans un contexte de grande stabilité managériale puisque les dirigeants en place seront maintenus à leur poste. Naturellement, il n’est pas question de lever le pied sur le front des investissements. L’extension de l’usine Aircos de Romorantin, qui va coûter 2,5 M€, sera naturellement maintenue. « De plus, nous allons engager en 2018 une enveloppe de 500 000 € qui viendra en complément des 500 000 € annuellement investis afin d’acquérir des équipements de packaging dernier cri. Cet indispensable supplément est la conséquence récente de la signature d’un important contrat ». Les deux autres implantations régio-

nement annoncé : « L’un des sujets, c’est de pouvoir lancer en production des lingettes plus techniques, plus proches du dispositif médical », explique le dirigeant. Et chez le façonnier pharmaceutique Chemineau, spécialisé dans les formes galéniques complexes (65 M€ de CA, 300 salariés), on échafaude aussi un programme d’investissement « qui comportera bien un volet capacitaire » Du côté du groupe Anjac lui-même, on tient à maintenir la cadence tant sur « le plan de la croissance organique que de la croissance externe ». Ainsi, le périmètre d’Anjac Health & Beauty pourrait s’élargir avec le rachat de deux entreprises. « Au moins l’une de ces opérations, peut-être les deux, seront réalisées d’ici à la fin de l’année », prévoit Aurélien Chaufour. De quoi venir doper un CA qui devrait s’établir en 2017 aux alentours de 190 M€. Jean-Christophe Savattier


La Lettre Valloire - DĂŠcembre 2017 47


Économie

Industrie

Axyntis bichonne

son usine de Pithiviers

Le groupe de chimie fine Axyntis engage à Pithiviers plus de 3 M€ dans différents projets d’investissements qui vont susciter la création d’une dizaine d’emplois. Mais son président David Simonnet s’est retiré de la course à Isochem, laissant l’américain PMC Chemicals empocher la mise, dont l’usine de Pithiviers voisine de celle d’Axyntis.

David Simonnet (au centre) va installer un laboratoire de R&D à Pithiviers, dans les anciens locaux de 3M Santé.

A

xyntis bichonne sa plateforme industrielle de Pithiviers (45), composée des sociétés Orgapharm et des capacités de 3M Santé rachetées en septembre 2016. Le groupe de chimie fine, emmené par le très entreprenant David Simonnet, va dérouler plusieurs investissements en passe de donner davantage de relief à cette unité de 160 salariés produisant des principes actifs majoritairement destinés à l’industrie pharmaceutique (46 % du CA). Les dirigeants s’apprêtent tout d’abord à engager 1,5 M€ dans une seconde ligne de fabrication de bleu de méthylène. Cet antidote, indiqué dans le traitement de maladies du

48 La Lettre Valloire - Décembre 2017

sang, a recouvré une seconde jeunesse grâce au laboratoire français Provepharm Life Solutions qui propose un produit débarrassé des métaux lourds ; ceux-ci pouvaient, en effet, provoquer d’importants effets secondaires. « Cette nouvelle formulation, désormais autorisée en Europe et aux États-Unis, sera exclusivement fabriquée à Pithiviers », se félicite David Simonnet, qui entrevoit d’autres applications thérapeutiques d’un médicament « pouvant être utilisé comme traceur radiologique en oncologie ou dans le traitement de certaines maladies dégénératives ». Cette seconde ligne devrait être opérationnelle en juin 2018. Forte de ses relations privilégiées avec le groupe japonais Fuji Silysia – qui détient 50 % du capital d’Axyntis à parité avec David Simonnet –, l’usine de Pithiviers va aussi se doter d’un nouveau laboratoire de R&D dans une partie des ex-locaux de 3M Santé. Au prix d’un investissement de 500 000 €, ce module se consacrera à des programmes de développement de silices greffés. Ces composés, spécialité de son actionnaire nippon, sont utilisés en chromatographie, par exemple pour fabriquer et purifier de l’insuline. Enfin, le groupe, qui peut s’appuyer à Pithiviers sur les capacités immobilières léguées par 3M Santé, engage la transformation d’un bâtiment existant en module de fabrication de produits high potent (à

très forte activité) utilisés principalement en oncologie. Ces process spécifiques prohibent notamment tout contact physique des opérateurs avec les composés toxiques manipulés. Plus de 1 M€ sera consacré à ce projet qui n’est pas issu d’un accord préalable avec un donneur d’ordre : « Nous bâtissons une offre qui devrait rapidement trouver des débouchés commerciaux ». Ces programmes capacitaires vont naturellement contribuer à l’accroissement des effectifs. Les dirigeants d’Axyntis s’apprêtent d’ailleurs à intégrer à Pithiviers une dizaine de collaborateurs fraîchement recrutés, auxquels viendront s’ajouter une vingtaine de postes sur les différents sites du groupe. Lors de la présentation de ces projets, David Simonnet a également commenté sa décision de retirer sa candidature à la reprise d’Isochem, qui possède une unité de 96 salariés à proximité des deux usines Axyntis de Pithiviers. Ce retrait a laissé le champ libre à l’américain PMC Chemicals, retenu le 22 novembre par le tribunal de commerce d’Évry : « Les pertes et les besoins d’investissement élevés d’Isochem avaient rendu l’équation financière complexe. Il était difficile de surenchérir sur la proposition de l’américain qui, de surcroît, semble bénéficier du soutien des délégués du personnel d’Isochem ». Jean-Christophe Savattier


Orléans conforte

sa vocation logistique

Regroupant plus de la moitié des entreprises de logistique de la région, Orléans et le Loiret continuent d’accueillir de nouvelles plateformes. La course au gigantisme laisse une place à la haute technologie et à l’écologie.

A

vec plus de 350 000 m2 de nouveaux entrepôts lancés en 2016 et sans doute encore plus cette année, la région Centre-Val de Loire renforce son statut de barycentre français du transport de marchandises. Issu de la géométrie, le terme de barycentre sert à calculer le centre de gravité entre plusieurs points ; en matière de logistique, il désigne la localisation idéale d’un entrepôt par rapport à une zone de distribution. Il est vrai que, de ce point de vue, le Centre-Val de Loire occupe un point stratégique sur l’Hexagone. A tel point, comme l’indiquait le président de la métropole orléanaise Olivier Carré en ouvrant le 19 octobre la réunion du Tour de France de la logistique à Orléans, que certains grands acteurs de l’alimentaire ont choisi le Loiret pour faire transformer le poisson ou le poulet redistribués ensuite dans toute la France, voire au-delà. Une particularité historique, mais qui revêt aujourd’hui une importance vitale car la logistique est devenue un élément clé de la chaîne de valeur du système de production, en amont comme en aval. « Les logisticiens contribuent à l’attractivité territoriale, poursuit Olivier Carré, comme on l’a vu avec Deret qui a favorisé l’installation de son donneur d’ordre Sephora auprès de lui. » Ce n’est pas non plus par hasard si le groupe Carrefour a choisi Artenay pour y faire construire un entrepôt de 135 000 m2, l’un de ses plus importants en France. « Il ne s’agit pas de se lancer dans une course au gi-

gantisme, estime Rémi Goleger, directeur immobilier supply chain de Carrefour, mais tout simplement de répondre aux besoins des consommateurs et de pouvoir approvisionner nos magasins avec le plus d’efficacité possible. »

d’Orléans sortira des cartons, d’autant plus que le financement en a été budgété par la métropole et le Département ; seul l’État temporise. « Prenons garde à ne pas transformer le Loiret en “logistic-land” », prévient toutefois Emmanuel Vasseneix,

“ CAUDALIE ESPÈRE QUE LE PROJET D’ÉCHANGEUR AUTOROUTIER AU NORD D’ORLÉANS SORTIRA DES CARTONS Hervé Sachot, le directeur logistique de Caudalie, ne tient pas un autre langage lorsqu’il explique le choix du site de Gidy, au nord d’Orléans, pour y transférer sa plateforme d’expédition actuellement à St-Jean-de-Braye: « Depuis Gidy transitera toute la production de nos laboratoires partenaires pour alimenter notre réseau de distribution à l’échelle mondiale. » Le fabricant de cosmétiques à base de raisin fonde de grands espoirs sur le développement de la vente en ligne et compte faire passer son effectif de 80 à 180 salariés à court terme. Il a aussi prévu de réduire sa consommation d’énergie de 43 % grâce à la géothermie et au photovoltaïque. Caudalie, tout comme ses voisins Amazon et Deret, espère que le projet d’échangeur autoroutier au nord

président délégué de Loire&Orléans Éco. Le patron de la Laiterie de SaintDenis-de-l’Hôtel (LSDH) souhaite qu’un équilibre soit maintenu tant en terme d’aménagement du territoire que de diversité économique et d’épanouissement professionnel des salariés dans un environnement de plus en plus robotisé. On parle aujourd’hui de “cobotique” pour désigner les nouveaux robots assistant l’humain, comme les exosquelettes qui permettent de décupler la force d’un opérateur dans les tâches répétitives. L’avenir de la logistique en Centre-Val de Loire passera-t-il par la “cobotique” ? Aucun robot n’a encore répondu à la question. Bruno Villeneuve

Au nord d’Orléans, sur la commune de Gidy, Caudalie construit un entrepôt de 12 000 m2 équipé d’un système automatique pouvant gérer 16 000 palettes.


Économie

Industrie

Les véhicules de TIB au secours Un véhicule sanitaire utilisé par le Samu ou le Sdis peut-il être conçu comme un produit durable ? Pour le carrossier nord-eurélien TIB, la réponse est clairement oui ! Avec des économies à la clé pour les acheteurs publics.

L’

entreprise de Brezolles, au nord de l’Eure-et-Loir, réalise aujourd’hui 70 % de son CA (14,5 M€ prévus en 2017) en commercialisant des véhicules sanitaires en partie recyclables. TIB est, en effet, le seul constructeur carrossier en France à proposer des véhicules de secours composés d’un porteur sur lequel vient se greffer une cellule en polyester, entièrement équipée, et transférable plusieurs fois. Pour Philippe Sandrin, pdg de TIB, ce concept de transfert est primordial : « Nos véhicules sont certes plus coûteux à l’achat, de l’ordre de 15 à

20 %. Mais à chaque transfert, tous les cinq ou sept ans, nos clients font une économie de 40 % par rapport à un véhicule complet neuf. Sachant qu’on peut envisager en moyenne quatre permutations par cellule, il est facile d’évaluer rapidement les gains sur une flotte de véhicules. » Pourtant, cette idée n’a pas toujours séduit : « Avant la crise de 2008, nos clients publics n’étaient pas sensibles à cette notion de produits durables, générant des économies à terme. Il leur fallait le meilleur, sans se préoccuper de la notion de coût de possession. Avec la crise, les Sdis (services départementaux d’incen-

die et de secours), notamment, ont dû composer avec des budgets plus contraints. Et la transférabilité de nos cellules a intéressé de plus en plus de clients. » Aujourd’hui, de nombreux Départements et hôpitaux ne jurent que par les produits de la Tôlerie industrielle de Brezolles (TIB). Plus ergonomiques qu’un véhicule tôlé aménagé, les cellules sont plébiscitées par leurs utilisateurs. « Et elles sont particulièrement solides, précise Philippe Sandrin. En 2010, elles ont passé avec succès des crashtests exigeants. Nos cellules bénéficient d’une garantie de dix ans

KSB va augmenter la cadence Pour ses vingt ans, l’usine KSB de Châteauroux passe la surmultipliée. Objectif : augmenter d’un bon tiers sa production de pompes.

P

our les vingt ans de son produit phare, la pompe multicellulaire haute pression (jusqu’à 100 bars) Multitec, l’usine KSB de Châteauroux a fait le show le 14 octobre dernier auprès de 120 clients ou acheteurs potentiels de 24 pays. Boris Lombard, président de la SAS KSB France et pour l’Europe de l’Ouest, était aux côtés de Bruno Monjoint, directeur du site castelroussin, pour présenter les deux dernières déclinaisons grande taille (diamètres 200 et 250 mm)

de cette pompe dévolue au transport ou au traitement de l’eau. Désormais, la gamme Multitec propose huit tailles, quatre petites et quatre grandes, adaptables selon les besoins en débit ou en volume de leur acquéreur. « Nous ne faisons que des pompes à la commande, livrées avec ou sans moteur, pour des utilisations terrestres, maritimes ou aériennes. Notre produit est très modulaire et il peut fonctionner à des températures très variables (jusqu’à + 120°C) ou faire l’objet d’utilisations très corrosives (désalinisation de l’eau de mer ou milieu industriel) », précise Bruno Monjoint. Le site berrichon (120 salariés) bénéficie d’un parc machines très récent : « À Château-

roux, nous n’avons pas seulement la capacité de produire, mais surtout l’intégration du savoir-faire, du développement R&D au SAV. Et nous faisons 75 à 80 % de nos ventes à l’export », poursuit-il. Le groupe a investi 2,5 M€ sur trois ans pour permettre à cette usine d’accueillir deux nouvelles lignes de production dédiées aux grands modèles. Deux cabines de peinture de grande taille sont venues remplacer l’ancien équipement sous-dimensionné. Si onze personnes ont été embauchées depuis 2016, l’entreprise recherche encore deux nouvelles têtes. L’objectif pour KSB Châteauroux est de passer de 3 700 pompes à l’année à 5 000 pour arroser le monde entier. Serge Daniel


des finances locales (cinq ans pour les aménagements) renouvelée à chaque transfert. L’opération permet de changer uniquement ce qui a vieilli et d’adapter le véhicule aux dernières technologies. » La durabilité se diffuse peu à peu dans l’esprit des collectivités territoriales et des acheteurs publics. Ainsi, le Département de Loir-et-Cher a choisi de donner une deuxième vie aux véhicules sanitaires conçus par TIB pour les affecter, après transformation, à des services des communaux. L’entreprise, de son côté, n’hésite pas à racheter et à transformer les châssis libérés de leur cellule sanitaire pour les reconfigurer en vans, en camions-bennes, voire en foodtrucks. Et elle envisage très rapidement d’être référencée par l’Union

des groupements d’achats publics (Ugap). Ce marché potentiel devrait conforter le carrossier dans sa croissance annuelle de 10%. TIB, qui emploie une centaine de personnes, est presque assuré de garder ses clients vingt-cinq à trente ans. « Nous sommes les seuls habilités à effectuer les transferts, explique Philippe Sandrin. C’est la condition sine qua non pour conserver la garantie ! » Pour demeurer le leader du véhicule sanitaire à cellules carrées transférables, la société dépose en moyenne un brevet par an. « Nous sommes l’un des principaux industriels du canton (avec Sacred à St-Lubin-des-Joncherets et Famar à Rémy-sur-Avre, NDLR). C’est un sujet de fierté. Nous embauchons régulièrement et dans beaucoup de métiers différents. Hor-

Qualité de vie au travail

mis la fabrication des panneaux des cellules et les opérations de cataphorèse, nous réalisons tout. C’est notre force. » Un savoir-faire indéniable auquel les acheteurs publics euréliens restent étrangement insensibles !

Philippe Sandrin justifie le surcoût de ses véhicules par les économies réalisées à terme.

Stéphane Messer

Paroles d’experts

L’INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE : UNE RESSOURCE MANAGÉRIALE D’après Daniel GOLEMAN, docteur en psychologie clinique et pionnier dans les années 90 du domaine de l’Intelligence Émotionnelle, 2/3 des résultats d’une entreprise sont dus aux compétences émotionnelles des managers. Les aptitudes de gestion de soi sont fondamentales dans la capacité de reconnaître et maîtriser ses émotions, mais elles ne suffisent pas. En effet, il faut aussi être conscient de ce qui se passe autour de soi, autrement dit de sa perception sociale qui est, elle aussi, essentielle. Elle implique les aptitudes clés que sont l’empathie et l’adaptation d’une vue globale. « Les règles du travail sont en train de changer. Nous sommes jugés à l’aune d’un nouvel étalon. Il n’y va plus seulement de notre intelligence, de notre formation ou de nos compétences ; désormais, dans l’entreprise, on nous évalue aussi sur la qualité de notre rapport à nousmêmes et aux autres. […] Quel que soit le domaine dans lequel nous travaillons, nous pouvons désormais énoncer les critères décisifs pour apprécier notre valeur sur le marché […]. La nouvelle évaluation fait abstraction de la plupart des capacités scolaires. Elle considère comme acquis les aptitudes intellectuelles et le savoir-faire technique requis pour notre travail. En revanche, elle cible les qualités personnelles comme l’initiative et l’empathie, l’adaptabilité et la capacité à convaincre.»1 Si le caractère et la personnalité sont des potentiels de talents humains, reconnus en tant que tels, ils sont à présent définis et mieux appréhendés sous le nom d’Intelligence Émotionnelle. 1- Extrait de L’Intelligence Emotionnelle, Vol. 2

L’empathie, les relations interpersonnelles, la résolution de problèmes et l’optimisme complètent la liste des compétences émotionnelles primordiales dans beaucoup de métiers. De fait, les assistants sociaux, dotés de ces aptitudes et sachant aider à la transformation des émotions en action positive, sont des acteurs de première ligne en entreprise. L’écoute active, empathique et sans jugement, constitue une première étape dans la prise de conscience des émotions et invite à les maîtriser pour ainsi désamorcer les conflits et angoisses à chaud. L’assistant social va aider à créer ou recréer auprès des salariés ou managers qui le sollicitent, le terrain favorable à l’émergence des bases de trois compétences déterminantes dans la réussite professionnelle : la confiance, la faculté d’adaptation et la capacité de coopération. La notion d’Intelligence Émotionnelle étant liée plus particulièrement au management, au leadership, à la gestion des ressources humaines, l’assistant social pratique a fortiori l’Intelligence Émotionnelle au quotidien, à chaque étape de ses suivis individuels, à chaque niveau de hiérarchie dans l’entreprise. Cette aptitude, existant finalement chez chacun, offre aux politiques de QVT un champ infini de ressources permettant un vrai et meilleur échange en entreprise et dans la vie.

FOCSIE CENTRE TOURS

FOCSIE CENTRE BOURGES

FOCSIE CENTRE ORLÉANS

6-8, avenue de l’Alouette - 37200 TOURS Tél. : 02 47 41 41 88 Mail : e.devillele@focsie.fr

18, rue Faraday - 18000 BOURGES Tél. : 02 72 88 23 80 Mail : m.lasset@focsie.fr

16, rue de Gradoux - 45800 SAINT JEAN DE BRAYE Tél : 02 38 72 24 00 Mail : c.gontier@focsie.fr

La Lettre Valloire - Décembre 2017 51


Économie

Industrie

Acquisitions en chaîne pour

le carrossier Trouillet

Le carrossier industriel de Neuville-aux-Bois multiplie les rachats et les implantations avec l’objectif de doubler son chiffre d’affaires d’ici à quatre ans.

É

ric Trouillet, pdg du groupe éponyme, et Damien Herman, son directeur général, sont rentrés plein d’espoir du salon Solutrans qui se tenait fin novembre à Lyon : « Notre stand a été très remarqué et nous avons rencontré beaucoup de clients et de prospects ayant des projets de développement et d’investissement, contrairement à ce qui s’était passé il y a deux ans », se réjouit Damien Herman. Il est vrai que la palette des activités présentées sur le stand du carrossier industriel de Neuville-aux-Bois (45) s’est considérablement enrichie en quelques années : « En plus de nos remorques, qui constituent le cœur de notre métier industriel, nous avons pu présenter des véhicules aménagés pour le transport de fonds ou de personnes à mobilité réduite, suite à notre récente acquisition de Vehixel », précise Damien Herman. La reprise à la barre du tribunal de commerce du carrossier Vehixel, un fabricant de minibus, d’autocars et de véhicules de transport sécurisé

(fourgons blindés) de Bourg-enBresse (01), s’inscrit dans une stratégie de croissance externe initiée en 2012 avec le rachat du fabricant de panneaux composites abraysien Sairp Industries, puis du constructeur vendéen de châssis de semi-remorques Samro. La structuration du groupe s’est poursuivie avec les acquisitions du fabricant sarthois de véhicules frigorifiques Iso Services, puis de CMVI, un atelier de sablage et peinture en Gironde. « Nous avons d’autres projets à l’étude, annonce Damien Herman. Nous sommes toujours à l’affût d’opportunités susceptibles de nous renforcer dans nos métiers. » Car le groupe Trouillet n’est pas seulement présent dans la réalisation de carrosseries industrielles. Depuis 1997, après la transmission de l’entreprise familiale à Éric Trouillet, un service de location de remorques et semi-remorques a été créé. D’abord localisé en Île-de-France, il s’est progressivement étendu à l’ensemble du territoire national avec un réseau fort aujourd’hui de quinze sites de distri-

bution, dont six ont été ouverts durant la seule année 2017. « L’objectif est de mettre en place un maillage national homogène, commente Damien Herman. Dans ce cadre, nous allons prochainement renforcer notre présence en région lyonnaise après avoir procédé de la même manière dans l’Est de la France où nous avons racheté la carrosserie Rodhain, de Nancy, au mois de septembre dernier. Notre grande force réside dans le fait que nous sommes le seul constructeur de véhicules industriels disposant de son propre réseau de distribution. » Le plan stratégique s’appuie sur ces deux axes forts : d’une part la croissance organique avec la création de nouvelles agences et activités, d’autre part la croissance externe avec le rachat d’entreprises ou d’ateliers qui peuvent, à leur tour, devenir des « plaques » de distribution. Dans cette optique, le groupe s’est fixé des objectifs ambitieux à l’horizon 2021 : faire passer sa production annuelle de 4 000 camions à 6 000, augmenter son parc de location de 1 000 véhicules, dont 600 motorisés, et porter son effectif de 500 personnes à 700 à terme. Corollaire de cette expansion, le CA, qui a déjà progressé de 26 % en 2016, devrait doubler d’ici à quatre ans pour atteindre 120 M€. Tout cela sans craindre la concurrence ? « Nous sommes plutôt confiants, conclut Damien Herman. Et puis la concurrence, cela a du bon. Ça vous oblige à être innovant et réactif ! » Bruno Villeneuve

52 La Lettre Valloire - Décembre 2017


La Lettre Valloire - DĂŠcembre 2017 53


Économie

Industrie

Les Ateliers d’Orval sur de bons rails dans le Cher L’entreprise berrichonne envisage de construire des voies de garage pour les wagons industriels en fin de vie ou en attente de location.

E

ntreprise spécialisée dans l’entretien, la réparation et la construction de wagons industriels, les Ateliers d’Orval, installés dans la commune éponyme au sud du Cher, ont investi 2 M€ pour porter la surface de ses bâtiments de production de 15 000 m2 à 17 000 m2. « Nous avons parallèlement acheté 6 ha de terrain afin de construire à

terme des voies de garage de wagons en fin de vie ou en attente de location », annonce David Grolière, directeur industriel de cette entreprise intégrée au groupe Ermewa, une filiale de SNCF logistique. Le projet global est déjà estimé à plus de 1 M€. Ainsi, les Ateliers d’Orval pourront proposer un nouveau service à leur clientèle : « Notre CA sera d’environ 30 M€ cette année. Nous travaillons sur la construction de wagons surmesure. Cela nous différencie de nos concurrents des pays de l’Est. » Les Ateliers d’Orval sont en passe de signer un contrat de construction de 200 wagons hot coils (bobines chaudes) pour l’année 2018, après avoir construit 550 exemplaires l’an dernier de ces wagons de 90 tonnes mis au point pour Arcelor ; ces matériels innovants peuvent accueillir des bobines dont la température s’élève à 500°C.

« Cela permet d’augmenter le tonnage des marchandises transportées et de gagner du temps en supprimant le stockage de refroidissement des bobines. » Les Ateliers d’Orval, devenus début décembre InvehoUFO, emploient actuellement 114 personnes. En partenariat avec les Compagnons du devoir, ils lanceront en janvier une formation d’assembleur, soudeur, chaudronnier : « L’objectif est de former huit à dix personnes sur site car nous rencontrons de réelles difficultés de recrutement pour notre partie construction. » En 2018, l’entreprise développera également la maintenance mobile en intervenant à l’endroit où les wagons sont stationnés. Objectif : les immobiliser le moins de temps possible. Stéphanie Payssan

Vergnet confié à un ex-banquier Après s’être donné le temps de la réflexion, les juges orléanais ont confié Vergnet à la société Arum, dirigée par Patrick Werner, fondateur de la Banque Postale.

C

omme nous l’avions pressenti dans notre édition bimensuelle du 29 novembre, le tribunal de commerce d’Orléans, après avoir un temps privilégié le projet du producteur d’électricité verte Global EcoPower, a finalement choisi de confier les destinées du fabricant orléanais d’éoliennes Vergnet à Arum, une société fondée par Patrick Werner, un énarque de 67 ans reconverti dans la reprise d’entreprises en difficulté après avoir notamment fondé et dirigé la Banque Postale. Associé pour l’occasion à un fonds américain et à Louis Petiet, le pdg de

54 La Lettre Valloire - Décembre 2017

Krief Group que l’on avait entraperçu en 2009 dans la région lors de la reprise – sans lendemain – d’Orléans TV, Patrick Werner s’est engagé à conserver les 131 salariés de Vergnet. L’aixois Global EcoPower (GEP) avait pourtant de sérieux atouts à faire valoir. Une réelle expérience du métier de producteur d’énergie renouvelable, une croissance forte, avec un CA en hausse de 36 % au premier semestre et une progression de 116 % de l’Ebitda, et le soutien du comité d’entreprise de Vergnet alors même que GEP ne proposait de reprendre que

78 salariés. « L’offre de GEP était plus modeste, mais plus réaliste », souligne le représentant des salariés. Que s’est-il passé ? Il se pourrait que l’entregent de Patrick Werner, qui préside depuis quelques mois la Financière Marjos (ex-Clayeux), rachetée pour quelques dizaines de milliers d’euros par Krief Group, ait joué dans ce dossier. Espérons que les financiers, qui auront tout de même à digérer les quelque 26 M€ de passif de Vergnet, sauveront cette ancienne pépite de l’industrie orlénaise. François-Xavier Beuzon


INDRE-ET-LOIRE L’extension et la requalification du parc d’activités de La Boitardière, qui s’étend sur une centaine d’hectares entre Amboise, Chargé et StRègle, entre dans sa phase opérationnelle. À l’ouest, 23 ha vont être aménagés pour accueillir principalement des activités commerciales et de services ; les fouilles archéologiques devraient prochainement commencer pour de premières ouvertures courant 2019 ; un second giratoire sera construit sur la RD 31 pour doubler celui existant. À l’est, sur les communes de Chargé et de St-Règle, 90 ha seront progressivement aménagés pour accueillir des activités industrielles et artisanales.

CHER La municipalité de Boulleret lance un projet de construction d’une nouvelle école maternelle, dont le montant est estimé à plus de 2 M€. Le bâtiment, d’une superficie de 700 m², sera composé de trois halls communicants : un pour les salles de classe et le dortoir, un pour la salle de motricité et l’espace enseignants, et un autre pour le réfectoire et la bibliothèque scolaire. Une consultation des entreprises sera lancée début 2018 pour une livraison prévue en 2019.

EURE-ET-LOIR Une soixantaine de logements promus par Nexity vont voir le jour sur la ZAC du Square, près de la gare de Dreux. Les travaux démarreront prochainement et la livraison est prévue pour 2019. La plupart des appartements ont déjà été réservés, il en reste seulement 13 de disponibles.

INDRE-ET-LOIRE Un promoteur immobilier s’apprête à lancer les travaux d’un immeuble tertiaire de 1 200 m² en R+2 sur

le quartier d’affaires Qualiparc, au sud de la commune de Montlouis-sur-Loire et dans le prolongement du futur quartier des Hauts de Montlouis, qui comptera 810 logements à terme. La communauté de communes Touraine-Est Vallées devrait prendre plus d’un étage du nouvel immeuble pour y installer ses services et y créer un espace de coworking.

LOIR-ET-CHER Dans les cartons depuis plusieurs années, le projet de complexe cinématographique de Romorantin devrait enfin sortir. Il sera situé sur le parking de Brico E.Leclerc. L’équipement, qui prendra le nom de Ciné Sologne, exploitera 5 salles et 775 fauteuils. L’investissement serait de l’ordre de 3 M€. Le début des travaux est prévu pour 2018.

LOIRET La CdC des Loges a voté la réhabilitation de la piscine de Châteauneuf-sur-Loire ; elle comprend la restructuration des bassins intérieurs et extérieurs, la création de jeux d’eau et d’un bassin ludique. L’attribution de l’appel d’offres est prévue pour mars 2018. Le permis de construire devrait être déposé à la fin avril pour un début de construction en octobre 2018 ; le projet s’élève à 5 M€.

Le promoteur Vallogis porte le projet d’un ensemble immobilier pour seniors à Saran au niveau du centrebourg. Il comprendra la construction d’une résidence pour seniors autonomes de 36 logements, un immeuble de 10 logements

ainsi que 10 maisons individuelles locatives. Le montant du programme s’élève à 5 M€. Les travaux débuteront prochainement. Le groupe scolaire Michel de la Fournière (324 élèves), situé dans le quartier de la Barrière St-Marc à Orléans, s’agrandit. La nouvelle école maternelle comprendra sept classes, un accueil périscolaire et un restaurant. Le chantier, dont le coût s’élève à 2,6 M€, devrait s’achever à l’automne 2018.

LOIRET Les travaux de construction de l’immeuble Citévolia (7 000 m²) au cœur de la ZAC Interives, le nouveau quartier d’affaires et d’habitation au nord d’Orléans, ont débuté en octobre. La CCI du Loiret, qui doit déménager dans l’immeuble en 2019, en sera propriétaire dès son achèvement. Sur les 7 000 m², 5 000 m² seront réservés à la CCI et ses partenaires tandis que des commerces s’installeront au rezde-chaussée et le concessionnaire Immorives exploitera un plateau à l’étage supérieur.

La Lettre Valloire - Décembre 2017 55


Économie

Tourisme

Noël au château, touristes au balcon Les grands sites touristiques du Val de Loire, soutenus par la Région et le Département de Loir-etCher, ont lancé pour Noël une méga-opération de communication à destination de la clientèle francilienne. À l’exception du Clos Lucé, la Touraine s’est abstenue. Début décembre, pendant une semaine, des affiches conçues par la société Bambou Médias d’Anne Besnard ont orné les flancs et l’arrière de 1500 bus de la RATP – un tiers du parc de la régie – et les murs et les entrées de 11 stations de métro. Après la campagne d’affichage de la fin de l’hiver dernier (lire notre édition du mois de juin) et ses retombées commerciales inespérées, l’union est censée à nouveau faire la force et remplir des sites touristiques qui font rarement le plein aux premiers froids.

B

eaucoup de châteaux du Val de Loire célébraient déjà Noël à leur manière. Comme Cheverny ou Chambord, qui illuminent leurs façades depuis des années, ou le petit dernier La Ferté-Saint-Aubin, dont les festivités du seul mois de décembre attirent près du tiers de la fréquentation annuelle. Mais cette fois, une méga-opération de communication et de promotion d’envergure associe, ensemble, huit grands sites touristiques du Val de Loire, six dans le Loir-et-Cher (Chambord, Cheverny, Chaumont, Blois, le ZooParc de Beauval et Center Parcs du Domaine des Hauts de Bruyère), ainsi que le Clos Lucé d’Amboise (37) et le château de La FertéSt-Aubin (45). Un budget de 220 000 euros, financé pour près de la moitié par la Région, a été mis sur la table, le Département de Loir-etCher et les sites eux-mêmes complétant l’enveloppe.

56 La Lettre Valloire - Décembre 2017

scène inédite de « La Belle et la Bête » entre la mi-décembre et le début janvier, Cheverny a planté dans ses jardins un grand sapin de Noël et créé un gigantesque calendrier de l’avent. Plus cérébral, Chaumont-sur-Loire s’est revêtu pour l’occasion de « délicats » décors de Noël et des bouquets de la styliste florale parisienne Clarisse Béraud. Beauval, encore tout ému du baptême par sa marraine Brigitte Macron du bébé panda Yuan Meng (« la réalisation d’un rêve »), a tracé un chemin lumineux de guirlandes dans les allées

“ UN BUDGET DE 220 000 €, FINANCÉ POUR PRÈS DE LA MOITIÉ PAR LA RÉGION, A ÉTÉ MIS SUR LA TABLE Rivalisant d’imagination, les huit sites se sont parés aux couleurs de la fête de la Nativité, proposant aux visiteurs des animations originales, tranchant parfois radicalement avec leur offre traditionnelle. À Blois, le château s’en est remis à une armée d’un millier de figurines Playmobil – prêt d’un collectionneur – pour raconter son riche passé. Le Clos Lucé a confié l’embellissement de la demeure de Léonard de Vinci à la décoratrice florale Marjolaine Bougrier, Chambord présente de la mi-décembre à début janvier une mise en

du ZooParc. Et il offre aux enfants des familles logées à l’hôtel des Pagodes de Beauval les magies des contes de Noël. Un effort particulier alors que Noël est plutôt une période creuse pour le site de la famille Delord. Curieusement, la Touraine, à l’exception du Clos Lucé, s’est abstenue de participer à Noël en Val de Loire, alors qu’elle était un partenaire majeur de l’opération de la mi-mars. Ni Villandry, qui nous avait pourtant confié avoir enregistré une fréquentation en hausse de 30 % au mois d’avril, ni le château d’Amboise, ni même les monuments gérés par le conseil départemental d’Indre-et-Loire ont répondu présents. La grande fédération touristique du Val de Loire est encore à construire. François-Xavier Beuzon


Serious Frames

virtualise le patrimoine

Les ruines de l’abbaye de Déols se sont virtuellement relevées grâce à la visite interactive sur tablettes mise au point par la société Serious Frames.

D

e nos jours, on ne se contente plus de la visite passive d’un site du patrimoine. On veut aussi remonter le temps, pour redécouvrir à travers son smartphone ou sa tablette ce qu’étaient ces mêmes lieux à diverses époques. Les expériences de réalité augmentée se sont multipliées. Dès 2014, le château de Selles-sur-Cher a été le pionnier régional avec son parcours de visite 3D sur tablettes conçu par la petite société de Noyers-sur-Cher Les Chemins de Phil et Lou ; Chambord et la société Histovery lui ont emboîté le pas l’année suivante avec l’Histopad, décliné depuis pour divers monuments, comme la Conciergerie, le musée Grévin ou le Palais des Papes en Avignon. Dernier exemple en date, l’abbaye de Déols dans l’Indre. Fort d’un glorieux passé (elle fut notamment résidence papale au XIIe siècle), ce site clu-

nisien a fêté ses 1 100 ans en septembre avec le lancement d’une toute nouvelle application créée par une société locale, Serious Frames. Avant de lancer sa structure en 2015, Olivier Quibel avait déjà réalisé des maquettes holographiques des restes de ce monument religieux emblématique du Berry, ainsi que celles du site gallo-romain d’Argentomagus, au sud de l’Indre. Les cinq employés, installés sur deux sites – l’un à la zone aéroportuaire de Déols, l’autre à La Rochelle – mettent au point des visites virtuelles de sites où l’on peut interagir, comme celle de l’abbaye de Déols, mais aussi des démonstrateurs ou des configurateurs d’objets, de bâtiments ou de concepts à 360°, en technologie HD ou 4K, voire 8K. Pour ce qui est du projet de l’abbaye déoloise, détruite à 90 % et dont seul un clocher subsiste avec quelques fondations ou salles enfouies, trois à

quatre mois ont été nécessaires pour tout reconstituer, avec l’aide d’historiens, de passionnés et de la commune. Aujourd’hui disparus, l’abbatiale, le cloître et les autres bâtiments renaissent ainsi grâce à la magie numérique, offrant aux visiteurs une nouvelle immersion. Parmi les cartons de Serious Frames, figure entre autres innovations la réalisation d’une enquête ludique grâce à un moteur de jeu asymétrique permettant à un même groupe de progresser simultanément et dans des pièces différentes du site déolois. Des nouveautés bien évidemment déclinables pour d’autres SD joyaux du patrimoine.

Montargis aura son port de plaisance Le conseil départemental du Loiret vient de débloquer une enveloppe de 5 M € pour un projet de halte fluviale situé au cœur du quartier Saint-Roch à Montargis.

L

a Venise du Gâtinais veut sa marina ! « L’objectif, c’est de faire de Montargis un haut lieu du tourisme fluvial en aménageant un port de plaisance sur le canal de Briare ; il pourra accueillir en haute saison une cinquantaine de bateaux » indique-t-on à la communauté d’agglomération montargoise (AME). Si l’affaire peut paraître originale, elle vient de connaître une accélération notable. Le conseil départemental du Loi-

ret, qui mesure tout l’intérêt que pourrait présenter cette infrastructure en faveur du développement de l’activité touristique, a débloqué à la minovembre une enveloppe de 5 M€ pour un projet estimé à environ le double. Le site est déjà connu et retenu : il s’agit d’une emprise qui sera aménagée sur l’actuel parking jouxtant le canal de Briare, au cœur du quartier Saint-Roch. Le projet prévoit aussi l’installation de

commerces et l’aménagement d’espaces urbains. Mais il faudra au préalable se débarrasser d’un bâtiment des services techniques des Voies navigables de France et d’un silo désaffecté de la coopérative meunière Caproga. Le décor actuel évoque en effet davantage une friche industrielle que l’image ensoleillée d’une marina ! Le début des travaux est prévu pour 2019 avec une mise en service espérée pour 2021. JCS

La Lettre Valloire - Décembre 2017 57


Carnet

Paul-Yves L’Anthoën a pris le poste de directeur général de la coopérative agricole Axéréal (3,2 Md€ de CA), dont le siège est à Olivet. Cet ingénieur agronome de 47 ans, formation initiale qu’il a complétée d’un MBA à HEC, a vingt ans d’expérience dans le secteur coopératif agricole et agro-industriel en France et à l’international, après être passé successivement chez Roullier, GlonSanders et AgriHub et tout dernièrement chez Terrena. Il succède à Philippe de Raynal, qui a quitté le groupe le 31 mai dernier. RÉGION Deux nouveaux managers de Suez ont pris leurs fonctions à Orléans: Carmine Fariello en tant que directeur d’agence collectivités territoriales Centre-Val de Loire pour l’activité Recyclage & Valorisation et Benoît Biret comme directeur d’agence Centre-Val de Loire pour l’activité eau. Basé à Ormes, Carmine Fareillo managera 300 salariés répartis au sein des exploitations d’Orléans, Blois, Chartres et Dreux ainsi que Tours et Chinon. De son agence orléanaise, Benoît Biret sera en charge, pour sa part, de 200 collaborateurs répartis sur la région Centre-Val de Loire et la Sarthe. Marc Richet a été nommé directeur du comité régional du tourisme (CRT) du Centre-Val de Loire. Il succède à Vincent Garnier et après un intérim assuré par Marie-Estelle Beaudoin. Marc Richet a débuté sa carrière en tant que conseiller technique à la CCI Touraine, son département d’origine ; il dirigeait précé-

demment l’agence de développement touristique des Deux-Sèvres. EURE-ET-LOIR Patrice Bros est le nouveau directeur de l’usine chartraine de Guerlain (350 salariés), dédiée à la fabrication et au conditionnement de produits de soins et de maquillage haut de gamme. Il remplace Jean-Christophe Goursaud, responsable du site depuis neuf ans. Patrice Bros travaille depuis douze ans au sein du groupe LVMH, dont fait partie Guerlain ; il est ainsi passé par plusieurs maisons du groupe dont Christian Dior et Fresh.

KPMG avant de prendre la direction générale des Cidreries du Calvados La Fermière (CCLF) et de contribuer, par acquisitions successives, à la consolidation de ce secteur en prenant la présidence d’Eclor (cidres Loïc Raison et Ecusson, boissons Danao et Sunny Delight), une filiale du groupe coopératif Agrial.

INDRE-ET-LOIRE Christophe Caillaud-Joos a pris le poste de directeur général de la société d’économie mixte Tours Événements, dont la Ville est actionnaire à 83 %. Cette Sem gère le centre des congrès Vinci et le parc des expositions (une centaine de salariés au total). Christophe Caillaud-Joos a dirigé pendant une quinzaine d’années la Cité des congrès de Nantes avant de rejoindre le groupe GL Events qui lui a confié la direction du Palais Brongniart. LOIRET La laiterie de St-Denis-de-l’Hôtel s’est dotée d’un directeur général, Franck Malinowski. Âgé de 53 ans, il a débuté sa carrière comme auditeur financier au sein du cabinet

La Société coopérative agricole d'Eure-et-Loir (Scael) a nommé Jean-

SÉRÉNITÉ

ENVIRONNEMENT 2.0

Virginie Coppens-Menager a pris ses fonctions de directrice régionale de Pôle Emploi, en remplacement de Jean-Marc Vermorel. Après avoir débuté sa carrière comme adjointe du DRH d’une grande entreprise aéronautique, elle a rejoint l’Assédic de la région Centre en 2002 pour occuper la fonction de DRH, puis celle de secrétaire générale. En janvier 2009, à la création de Pôle Emploi, elle est nommée directrice régionale adjointe de Jean-Yves Cribier, alors directeur régional. En juin 2012, elle est appelée à la direction générale pour mener à bien la mise en œuvre de la gestion des ressources humaines des 50 000 collaborateurs de Pôle Emploi.

Auditorium 500 places

Patio extérieur 200 m2

Sous-commission 9 salles

de terrasses en plein cœur de ville

Équipées et modulables de 25 à 143 m2 MODULARITÉ

RÉGION

Espace de réception

Hall d’exposition 1200 m2 Parking

Bar et restaurant

02 38 24 12 12

58 La Lettre Valloire - Décembre 2017

www.centre-conferences-orleans.fr

15 mn à pied de la gare - 1h de l’aéroport d’Orly

08/2016 - www.agence-leitmotiv.fr

RÉGION

Sébastien Loyer au poste de directeur général, en remplacement de Cédric Burg qui a quitté l’entreprise. Jean-Sébastien Loyer était depuis juillet 2016 directeur du pôle agricole de la Scael ; il a débuté sa carrière à la coopérative drouaise Interface Céréales puis l’a poursuivie comme directeur de l’union de commercialisation de grains Terris, un regroupement de la Scael et des coopératives de Bellême et de Bonneval Beauce et Perche.


La Lettre Valloire - DĂŠcembre 2017 59


Profile for Lettre Valloire

Magazine de décembre 2017  

Magazine de décembre 2017 de La Lettre Valloire

Magazine de décembre 2017  

Magazine de décembre 2017 de La Lettre Valloire

Advertisement