Page 1

Sommaire Avalanche de projets d’installation de plateformes logistiques à Artenay-Poupry... 2

... et aux Portes de Chambord à Mer 3

La direction de la médecine des forces à Tours

3

La rénovation du palais des sports de Tours programmée 5

Storengy planche sur l’implantation de MéthyCentre 3

Les cuisinières Rosières deviennent chinoises

4

La Wild Code School lève 3 M€

10 octobre 2018 - n ° 7 1 4

La Région à la rescousse des territoires décrocheurs

« L’action économique régionale ne peut se cantonner aux secteurs et aux entreprises de pointe, aux bassins d’emplois les plus dynamiques et à l’appui des métropoles ». Pour Harold Huwart (PRG),

3 Vals Aménagement . . . . . . . . . . .6 AES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4

ritoires industriels hétérogènes. Il faut tenir compte de cette diversité et de certaines vulnérabilités », estime Harold Huwart. Ce parti pris va se concrétiser ces prochains mois par une palette de mesures dont La Lettre Valloire a pris connaissance en avant-première. Le 18 octobre, lors de sa séance plénière automnale, l’assemblée régionale devrait ainsi approuver la création d’un fonds doté de 500 000 € mis à la disposition des tribunaux de commerce. Si la loi interdit de façon générale aux pouvoirs publics d’apporter des aides aux entreprises lorsque des procédures judiciaires ont été enga-

“ L’ACTION ÉCONOMIQUE RÉGIONALE NE PEUT SE CANTONNER AUX SECTEURS DE POINTE le vice-président délégué au développement économique, à l’économie sociale et à l’agriculture de la Région Centre-Val de Loire, l’affaire est entendue. Si les moyens de la collectivité régionale en faveur de l’économie – hissés de 50 M€ à 80 M€ – doivent favoriser l’ascension des « premiers de cordée », ils n’abandonneront pas les décrocheurs. Il en va de « la cohésion de notre tissu économique. Nous sommes une région de ter-

Index

La collectivité régionale ne souhaite pas réserver ses interventions économiques aux secteurs les plus porteurs et aux bassins d’emploi les plus chanceux. Elle va prochainement engager une série de mesures en faveur des acteurs économiques et des territoires fragilisés dont La Lettre Valloire a pu prendre connaissance en avant-première.

7

Alter Equity . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7 Arefim . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 Arefim . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5 Axa Investment Managers . . . . . . . .2 Baytree . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 BNP Paribas-Real Estate Tours . . . . .4 Candy-Hoover . . . . . . . . . . . . . . . . .4 Cap West . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .6 Carrefour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 Cerb . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7 C-Log . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 Concerto . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3 Deret . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 Dior . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5 Engie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3 EWM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4 Forseco . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4 Haier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4 IFCA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4 Isis Medical . . . . . . . . . . . . . . . . . .4 JBI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4 Kühne+Nagel . . . . . . . . . . . . . . . . .2 Lapeyre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3

gées à leur encontre, « il est tout à fait possible d’intervenir en amont, au moment des premières difficultés ou lors des procédures de conciliation », précise le cinquième VP. Les tribunaux pourront opportunément utiliser cette enveloppe susceptible d’être portée à 1 M€. Les tickets devraient être compris entre 30 000 et 40 000 € : « Il ne s’agit pas de grosses sommes, mais de coups de pouce qui peuvent modifier le destin de l’entre-

Mutual Logistics . . . . . . . . . . . . . . .2 Nexity Foncier . . . . . . . . . . . . . . . . .6 Nexity IR Programmes Loire . . . . . . .6 Panhard Développement . . . . . . . . .3 Quadran . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .6 Rosières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4 Sanofi Pasteur . . . . . . . . . . . . . . . .7 Set . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8 SFV . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5 Sté nouvelle Lecointe . . . . . . . . . . .4 Storengy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3 Sun’R . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .6

L’abonné, l’acheteur et l’utilisateur d’une publication ou d’un article sur support papier ou numérique, n’acquièrent qu’un droit d’usage (lecture par une ou plusieurs personnes, archivage à usage personnel et privé). Aucun droit de reproduction, sous quelque forme que ce soit (photocopie, scanner, copie numérique), n’est inclus dans l’acquisition de la publication ou de l’article, si ce n’est celui d’une copie unique destinée à un usage strictement personnel. Toute autre utilisation est donc soumise à accord préalable de l’éditeur. Toute utilisation non autorisée constitue une contrefaçon, délit pénalement sanctionné (jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 1 million d’euros d’amende).

La Lettre Valloire n°714 - 10 octobre 2018 1


À la Une

Affaires

prise ». La Région a également décidé d’agir en faveur du commerce des villes moyennes dont on connaît les difficultés : « Beaucoup de friches pourraient accueillir de nouvelles activités commerciales. On voit se positionner des candidats pour des projets souvent très intéressants qui permettraient de changer le visage des centres villes, mais les loyers sont souvent bien trop élevés », indique Harold Huwart. Fort de ce constat, il va prochainement officialiser la constitution d’un nouveau fonds de 5 M€ qui permettra d’éponger le déficit d’exploitation de commerces repris dans des zones difficiles où sévit une forte vacance. De son côté, la Caisse des Dépôts

débloquera une enveloppe de 5 M€, laissée à la discrétion des sociétés d’économie mixte locales qui souhaiteraient porter l’immobilier pendant la phase de relance. « Notre objectif sur les dix-huit prochains mois, c’est de favoriser la reprise d’une cinquantaine de pas de portes ». Enfin, Harold Huwart précise qu’il n’oubliera pas la région CentreVal de Loire dans le cadre de la mission dite « Territoires d’industrie » que vient de lui confier le Premier ministre. Celle-ci vise à identifier une centaine de territoires à forte identité industrielle, « soit en plein développement, soit en mutation ». Une fois sélectionnés, ils bénéficieront d’une forte mobilisation des pouvoirs

publics (accès facilité au très haut débit, accélération des procédures administratives, accès à des financements). A l’échelle régionale, une dizaine de territoires pourraient être éligibles : le Giennois, le Pithiverais, le Lochois, le pays Dunois, et naturellement la région de Nogent-le-Rotrou, le fief à forte dominante industrielle de Harold Huwart, seraient bien placés. Les conclusions de cette mission seront rendues à Matignon le 5 novembre. Les territoires qui auront été retenus seront connus le 22 novembre lors de la réunion plénière du Conseil national de l’Industrie.

dernière avec son méga-entrepôt de 131 000 m2 géré par le logisticien Kühne + Nagel, envisage déjà 30 000 m2 supplémentaires pour abriter son activité de ecommerce. Enfin, l’opérateur CLog, qui travaille pour plusieurs marques textiles de renom (Damart, Eden Park, Sandro et Maje), a 10 000 m2 en vue. Il reste environ un tiers de cette première tranche de 184 ha à aménager et à commercialiser. Une partie sera disponible dans le courant de l’année prochaine. Pour le solde (environ 40 ha), il faudra au préalable lancer les fouilles archéologiques et enterrer des lignes à haute tension, ce qui repousse les premières constructions à 2020 ou 2021 ; un centre routier, porté par un investisseur privé, est prévu sur 5 ha. Pour la suite, les extensions possibles ne pourront se faire que sur le Loiret – actuellement deux tiers

de l’emprise du parc se trouve sur l’Eure-et-Loir, un tiers sur le Loiret – avec une maîtrise d’ouvrage de la CdC de la Beauce Loirétaine.

Jean-Christophe Savattier

Affaires RCVL • Avalanche de projets logistiques à Artenay-Poupry... La reprise des projets d’installation de plateformes logistiques profite à la zone d’activités bidépartementale d’Artenay-Poupry, gérée par le syndicat mixte présidé par Jean-Louis Baudron, maire de Janville et président de la CdC Cœur de Beauce. La foncière Arefim, aménageur du Cosmetic Park des Trois Arches à Boigny-sur-Bionne (lire page 4), vient de signer pour un bâtiment de 42 000 m2. Une autre foncière projette, quant à elle, de construire 47 000 m 2. Le normand Mutual Logistics, déjà installé sur 12 000 m2 à Ormes (cf. LV n°668), devrait prochainement signer une acquisition foncière pour la construction d’un bâtiment de 30 000 m2. Carrefour, présent sur la zone depuis la fin de l’année 2 La Lettre Valloire n°714 - 10 octobre 2018

41 • ... et aux Portes de Chambord à Mer À Mer, le parc d’activités des Portes de Chambord collectionne aussi les projets logistiques. La société Baytree, une filiale d’Axa Investment Managers, vient d’obtenir les permis et les différentes autorisations pour la construction de trois bâtiments, l’un de 38 300 m 2 et deux autres de respectivement 39 600 m 2 et 52 400 m2. Ils prendront une partie de l’emprise foncière acquise préalablement auprès du transporteur logisticien Deret. Aucun calendrier n’a encore été publié, l’engagement des travaux restant conditionné à la signature d’un ou de plusieurs utilisateurs.


Économie

Affaires

Par ailleurs, Claude Denis, le président de la CdC Beauce Val de Loire, nous confirme que la plateforme logistique de 73 000 m2 construite par Concerto pour le groupe Lapeyre (cf. LV n°709) devrait être réceptionnée au printemps 2019 ; mais une exploitation partielle de ce site, qui emploiera plus de 150 salariés, est envisagée pour la fin de cette année. La construction d’une seconde tranche, comprise entre 30 000 et 40 000 m2, est déjà à l’étude. Enfin, les fouilles archéologiques requises pour une extension de 45 ha du parc d’activité, de l’autre côté de l’A10, viennent de débuter. Un protocole d’accord a été signé dans cette perspective avec Panhard Développement qui envisage d’y lancer plusieurs pro-

jets. Selon les responsables de la CdC Beauce Val de Loire, l’ensemble de ces programmes pourraient susciter la création d’au moins 600 emplois d’ici à 2022.

RCVL • Storengy planche sur l’implantation de MéthyCentre Filiale d’Engie dédiée au stockage souterrain de gaz naturel, Storengy planche sur l’installation aux confins de l’Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher d’une unité expérimentale de méthanation (power-to-gas) baptisée MéthyCentre ; son emplacement devrait être arrêté d’ici à la fin de l’année. Storengy possède déjà une station de stockage de gaz à Céré-laRonde (37), au cœur d'une clairière, proche des vestiges de l'abbaye d'Aiguevives à Faverolles-

sur-Cher (41) ; MéthyCentre devrait se situer à proximité de ces deux communes. L’installation, dont la mise en service est prévue pour 2021, doit permettre de stocker de grandes quantité d’énergie dans le réseau gazier dans l’attente d’une reconversion en électricité ; celle-ci sera rendue disponible en fonction des besoins des consommateurs.

37 • La direction de la médecine des forces arrive à Tours Elle était attendue depuis le début de l’année, suite à l’annonce du député de la 1ère circonscription d’Indre-et-Loire Philippe Chalumeau (LREM). Le direction de la médecine des forces (DMF) s’est installée le 3 septembre sur la BA 705 de Tours-St-Symphorien avec

GRATUIT, OUVERT À TOUS

dans la limite des places disponibles

INSCRIPTIONS RECOMMANDÉES SUR CENTREVALDELOIRE.MUTUALITE.FR (Rubrique Actualités > Événements)

Conférence - Débat

Le French Impact JEUDI 25 OCTOBRE 2018 à 19 H Cité de la Création et de l’Innovation (MAME) 49 Boulevard Preuilly TOURS

Christophe Itier Haut-commissaire à l’Économie Sociale et Solidaire et à l’Innovation sociale

La Lettre Valloire n°714 - 10 octobre 2018 3


Économie

Affaires

ses 125 personnels civils et militaires ; ce service interarmées a pour mission de soutenir les forces en opération et il demande des compétences spécifiques tant en médecine aéronautique que navale et des forces terrestres. La DMF rejoint donc Tours où se sont progressivement installées ces dernières années les services des ressources humaines des trois armées (air d’abord, puis terre et marine). Rappelons que le ministère des armées compte près de 270 000 employés militaires et civils.

37 • Plusieurs arrivées au nord de Tours L’IFCA, un organisme de formation privé pour les secteurs de l’industrie, du BTP, des services et de la sécurité, prend à bail 738 m2 au 3 de la rue René Cassin à Notre-Dame d’Oé, pour des formations en outillage industriel. Sur la même commune du nord de l’agglomération tourangelle, Applications Électriques Services (AES) loue 323 m2 rue de Couleu-

vrou, Isis Medical, un spécialiste de l’oxygénothérapie, vient d’acheter 236 m2 rue Alexandre Calder. Toujours au nord de Tours, l’allemand EWM, un des leaders mondiaux des technologies de soudage, crée sa première agence française sur 350 m2 (175 m2 de bureaux et 175 m2 de locaux d’activités) au 7 rue des Messagers à Rochecorbon. Ces transactions ont été accompagnées par BNP Paribas-Real Estate Tours.

37 • Forseco s’apprête à racheter l’ex-siège de la CdC du Vouvrillon La société tourangelle Forseco, qui propose des formations aux professionnels du BTP, de l’électrotechnique, de la manutention et des transports, s’apprête à racheter pour 750 000 € l’ancien siège de l’ex-CdC du Vouvrillon, à Parçay-Meslay. Il est composé de trois bâtiments situés rue Louis Blériot. Forseco possède actuellement un centre de formation pour intérimaires à Tours-Nord.

18 • Un atelier relais à Vierzon La CdC Vierzon-Sologne-Berry prévoit d’engager la construction d’un atelier relais de 300 m² sur le parc technologique de Sologne en 2019 ; il sera dédié à l’accueil d’entreprises en développement. Par ailleurs, la société de robotique et d’automatisme JBI, basée à Thénioux, s’apprête à acquérir une parcelle de 3 700 m2 sur le parc technologique.

45 • Lecointe s’installe sur la ZAC des Loges à Châteauneuf La Société nouvelle Lecointe, une entreprise de gros œuvre pour les travaux de maçonnerie (démolition, ouvrages de génie civil technique, etc.) basée à Chécy, vient d’acquérir une parcelle de 0,9 ha sur la ZAC des Loges, à Châteauneuf-sur-Loire. L’entreprise va y construire de nouveaux locaux ; elle compte employer une dizaine de salariés à terme.

Focus

Les cuisinières Rosières deviennent chinoises L’usine Rosières (environ 200 salariés) de Lunery, spécialisée dans l’assemblage de fours, de plaques de cuissons et de cuisinières, va passer sous pavillon chinois. La maison-mère italienne, le groupe Candy-Hoover (1,6 Md€ de CA en 2017), vient en effet d’être racheté pour 475 M€ par le gé-

ant chinois de l’électroménager Haier. Le siège européen de Haier sera implanté à Brugherio, près de Milan, où est installé l’actuel siège de Candy, une unité de fabrication ainsi que les activités de R&D. L’opération inquiète naturellement les salariés berrichons qui ont or-

4 La Lettre Valloire n°714 - 10 octobre 2018

ganisé plusieurs débrayages ; les représentants du personnel auraient demandé à rencontrer la direction transalpine au cours du mois de novembre. Rosières était entré dans le périmètre de Candy-Hoover en 1987 ; le groupe italien emploie 5 000 personnes dans le monde, dissé-

minées sur sept sites de production. Après le transfert de son bureau d’études en Turquie, l’usine de Lunery risque également de perdre son activité de pièces détachées (une dizaine de salariés) qui partirait en Italie. Le nouveau propriétaire devra toutefois confirmer ce projet.


Économie

Affaires

Aménagement 45 • Le préfet donne son feu vert au Cosmetic Park orléanais

28 • La CdC entre Beauce et Perche veut sa zone logistique

18 • La CdC Cœur de Berry en voie de démembrement

Le préfet du Loiret a donné son feu vert pour la construction du Cosmetic Park des Trois Arches, un parc mixte d’activités aménagé sur l’ancien site Lexmark à Boigny-sur-Bionne (cf. LV n°686-687) ; le projet est porté par la société rémoise Arefim. L’objectif est de regrouper tous les acteurs de la cosmétique au sein d’une même zone (dans le Loiret, la cosmétique emploie près de 6 600 salariés dans 75 entreprises). Une partie du parc sera dédiée aux espaces naturels et 30 % de sa surface à l’activité économique, tandis que des promenades, un parcours de santé, un terrain de sport et divers équipements collectifs (commerces, restaurants, crèche...) complèteront le programme d’aménagement. Dior devrait signer prochainement pour y construire un espace de stockage de 20 000 m² (cf. LV n°709).

Bernard Puyenchet, le 1er VP de la CdC entre Beauce et Perche, nous confirme que la collectivité a mis à l’étude l’aménagement d’une zone d’activités d’au moins 70 ha qui se déploierait sur les communes d’Illiers-Combray et de Blandainville. « Idéalement situé au pied de l’A11, ce site sera dédié à la logistique », nous indique Bernard Puyenchet, qui ajoute que le programme ne sera pas engagé avant qu’un investisseur ou un utilisateur ait fermement apporté son soutien au projet. Le montant du programme de fouilles archéologiques, qui doit être assumé par la collectivité, s’élève… à 4 M€. « Impossible d’engager à blanc la collectivité sur une telle somme », poursuit Bernard Puyenchet qui souhaite mobiliser tous les acteurs du développement économique, y compris régionaux, en faveur de ce projet.

Déjà assurée de perdre au 1er janvier sa principale commune Mehun-sur-Yèvre (6 600 habitants) au profit de la communauté d’agglomération Bourges Plus, la CdC Cœur de Berry doit désormais affronter les souhaits de départs de Foëcy (2 100 habitants) et de Massay (1 400 habitants) pour la CdC Vierzon Sologne Berry. Comme si cela ne suffisait pas, Allouis (1 100 habitants) veut rallier la CdC Terres du Haut Berry, constituée autour des Aix-d’Angillon au nord de Bourges. Si tous ces départs se confirment, Cœur de Berry ne comptera plus que 7 000 habitants, répartis sur 11 communes dont une seule de plus de 1 000 habitants, Méreau (2 600 habitants). Autant dire que le maintien de l’existence de cet EPCI risque de se poser rapidement.

nagés, tandis que de nouveaux espaces seront créés comme un centre de formation, des salles de musculation, d’hébergement, des espaces de vie, etc. Le projet de construction d’une Arena métropolitaine – dont le coût était estimé à 80 M€ – est abandonné. La fin des travaux est prévue pour 2023, juste avant le début des JO de Paris de 2024. La construction d’une patinoire ludique près des Deux-Lions, au sud de la ville, a également été

annoncée afin de compléter celle du palais des sports.

Équipement 37 • La rénovation du palais des sports de Tours programmée Le maire de Tours, Christophe Bouchet, vient d’annoncer un vaste programme de rénovation de 30 M€ du palais des sports de Tours. Ainsi, la salle Grenon – qui accueille notamment les matchs du Tours Volley Ball – verra sa capacité doubler pour atteindre 6 000 places ; les salles de réception et les vestiaires seront réamé-

18 • Nouvelle phase de réhabilitation du site SFV à Vierzon La CdC Vierzon-Sologne-Berry investit 2 M€ pour la rénovation du clos et couvert de l’îlot B3 du site de la Société Française de Vierzon, qu’elle lancera en 2019. Une partie des anciens bâtiments industriels du machiniste agricole La Lettre Valloire n°714 - 10 octobre 2018 5


Économie

Affaires

a été réhabilitée et accueille le centre de congrès, un cinéma et un bowling. L’îlot B3 pourrait devenir un espace culturel et de loisirs ; la municipalité souhaitait déjà en 2017 y installer l’extension de son musée. Une seconde tranche de 2,3 M€ reste à financer afin de boucler la réhabilitation.

45 • La ferme solaire de Gien sort des cartons Le projet de parc photovoltaïque prévu sur une superficie de 41 ha

18 • Projet de parc photovoltaïque au Châtelet

au nord de Gien, porté par la société Quadran, ressort des cartons (cf. LV n°646). D’une puissance de 30 MWh, il nécessitera l’installation de plus de 90 000 panneaux solaires dont la durée de vie se situe autour d’une vingtaine d’années. L’investissement s’élève à 21,5 M€. Le site, qui sera la plus importante ferme solaire du département, devrait être opérationnel à l’été 2020. Les retombées fiscales pour les collectivités sont estimées à 235 000 € par an.

La société Sun’R porte un projet de parc photovoltaïque au lieudit Les Usages des Arches au Châtelet. Sur 2,4 ha d’une parcelle municipale, ce sont 4 500 modules – pour une puissance de 1,3MWc – qui sont prévus ; ils seront gérés par un petit local technique de 17 m². L’enquête publique doit se terminer prochainement.

démarrer d’ici à la fin de l’année pour une livraison en 2020.

en matière de développement durable.

45 • Nexity en charge de la ZAC des Clozeaux à Mainvilliers

41 • Un ancien collège de Vendôme transformé en logements

Le promoteur Nexity Foncier Conseil a été choisi comme concessionnaire du vaste programme immobilier prévu sur la ZAC des Clozeaux, à Mainvilliers (cf. LV n°688). Il prévoit la construction, sur six années, de 123 logements dont 35 % de logements locatifs sociaux et 25 % de collectifs avec priorité en accession et pour les seniors. Ce nouveau quartier devra respecter les nouvelles normes

Le promoteur Nexity IR Programmes Loire a acquis un terrain sur l’ancien site du collège GérardYvon à Vendôme, démoli il y a quelques années dans le cadre du renouvellement urbain. Il accueillera un programme immobilier de 52 logements sur deux immeubles intégrant une cellule commerçante au rez-de-chaussée de chacun des bâtiments. Deux autres parcelles intéresseraient un autre opérateur.

Immobilier 41 • Nouveau programme immobilier près de la gare de Blois Le promoteur 3 Vals Aménagement vient de boucler la vente de la friche située en face du pont François-Mitterrand, à Blois. L’acquéreur est Cap West, une société spécialisée dans les résidences d’affaires et de tourisme, qui compte y construire une centaine d’appartements meublés pour ce type de clientèle qui recherche un hébergement plutôt économique entre l’hôtel et l’appartement classique. Situé à dix minutes de la gare, le programme, dont le coût est estimé à plus de 4 M€, devrait

Nos prestations : tri classement, externalisation, conservation, élimination recyclage, aménagement mobilier rayonnage,

Tél. 02 47 88 94 03 http://www.centre-archives37.fr/ 6 La Lettre Valloire n°714 - 10 octobre 2018


Économie

Affaires

Formation 28 • Wild Code School lève 3 M€ Le fonds d’investissement Alter Equity a injecté 3 M€ dans la Wild Code School, créée en 2014 à La Loupe par Anna Stépanoff. Le réseau de formation aux métiers du numérique compte 14 écoles en France et en Belgique et souhaite en ouvrir une vingtaine sup-

plémentaires en France et en Europe d’ici à cinq ans, tout en élargissant son offre ; Wild Code School, qui a fondé son développement sur des formations intensives d’une durée de cinq mois pour acquérir les compétences techniques au métier de développeur web et mobile, veut ouvrir ses parcours de formation à de nouvelles fonctions, telles que

data scientist et product manager, sur le même modèle pédagogique de « blended learning », associant e-learning et cours présentiels. Innov’Educ, la société d’exploitaton de Wild Code School, a quasiment doublé son CA en un an (1,9 M€ au 31 janvier 2018, contre 976 000 € un an plus tôt).

dent du Medef régional de 2006 à 2012. Le nouveau président poursuivra le mandat d’Alain Brunaud qui court jusqu’en 2021.

tres ; il succède à Stéphane Thiroloix, le CEO Mayoly-Spindler. Philippe Ivanes occupe aujourd’hui le poste de directeur du site de production et du centre de distribution de Sanofi Pasteur situés sur la commune de Val-de-Reuil (27). Titulaire d’un doctorat en gestion des entreprises, il possède également un master en sciences et technologie de l’université de Strasbourg, ainsi qu’un diplôme universitaire de technologie.

Carnet 18 • Serge Richard président de la CCI du Cher Le vice-président de la CCI du Cher Serge Richard, qui assurait la présidence par intérim depuis le récent décès d’Alain Brunaud, a été élu pour officiellement lui succéder. Âgé de 63 ans, Serge Richard est pdg du centre de recherches biologiques (Cerb) à Baugy ; il a également été prési-

28 • Philippe Ivanes devient président de Polepharma Le conseil d’administration de Polepharma vient d’élire Philippe Ivanes à la présidence de ce cluster dont le siège se trouve à Char-

Bulletin d’abonnement A retourner à MCM Presse - BP 92031 - 37020 Tours Cedex 1 Je soussigné . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

o o

souscris un abonnement d’un an (23 numéros de la lettre bimensuelle + les magazines hors-séries) à La Lettre Valloire. J’adresse un chèque de 380 € (tarif 2018). souscris un abonnement d’un an à Lettre Valloire + (éditions imprimées, envoi e-mail de La Lettre Valloire bihebdomadaire). J’adresse un chèque de 480 € (tarif 2018). Une facture (TVA à 2,1 %) est automatiquement adressée après la réception conjointe de l’abonnement et du paiement.

Entreprise ou organisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Fonction dans l’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code postal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tél. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Fax . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E-mail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur de la publication : François-Xavier Beuzon. Rédaction : François-Xavier Beuzon, Jean-Christophe Savattier, Aurélie Vouteau (édition) et les correspondants pour Orléans, Blois et Chartres (Anthony Gautier et Bruno Villeneuve) et dans le Berry (Serge Daniel). Diffusion : Nadine Gomès. Publicité : AN Média (Aline Noirot) 07 78 25 26 87. Siège social : 14 bd Heurteloup - 37000 Tours - 02 47 70 60 00 - contact@lettrevalloire.com.Tarif de l’abonnement 2018 : 380 € (avec la lettre bihebdo : 480 €). Imprimerie : Dupli-print (Domont). Édité par MCM Presse - SAS au capital de 100 000€ - R.C.S. B 450 613 591 Tours. Numéro de commission paritaire : 0121 I 85872. ISSN 09866523. Dépôt légal à parution. Droits de reproduction et de diffusion réservés. © La Lettre Valloire 2018. www.lettrevalloire.com

Signature et cachet

La Lettre Valloire n°714 - 10 octobre 2018 7


Points Chauds

Vintage L’ancien député socialiste de Tours Jean-Patrick Gille refait lentement surface en se positionnant pour les prochaines municipales. Il se livre depuis plusieurs jours à des attaques en règle contre l’actuel maire radical Christophe Bouchet auquel il reproche son immobilisme dans la gestion des grands projets urbanistiques de la ville. Mais l’ex-premier adjoint de Jean Germain a t-il encore la cote auprès de ses amis socialistes ? Il se dit que la vice-présidente de la Région CentreVal de Loire déléguée à l’éducation Cathy Munsch-Masset, qui vient récemment d’emménager à Tours, pourrait faire de l’ombre au cacique affaibli par une image « un peu vintage », comme le suggère, vachard, l’un de ses anciens supporters.

Une data d’avance Depuis lundi, toutes les EPCI de plus de 3 500 habitants sont dans l’obligation de proposer en accès libre et gratuit l’ensemble de leurs données publiques via une plateforme Open Data. Mais très peu le font. Le 4 octobre, Orléans

Point de vue

SOS Territoires

La Région Centre-Val de Loire vole au secours de ses territoires les plus fragiles. Comme nous l’a indiqué dans un entretien exclusif Harold Huwart, son viceprésident délégué au développement économique (voir la Une de cette édition), l’exécutif régional va prochainement proposer l’adoption de mesures de sauvegarde des entreprises qui se présentent aux portes des tribunaux de commerce, ainsi que la revitalisation des friches commerciales de centres-villes. Missionné par le Premier ministre afin d’identifier une centaine de territoires « en plein développement ou mutation », susceptibles de recevoir l’attention particulière des pouvoirs publics, Harold Huwart devrait proposer l’éligibilité d’une dizaine de territoires régionaux à ce dispositif. Les lauréats seront dévoilés le 22 novembre lors du Conseil national de l’Industrie.

Métropole est entrée dans le (très petit) club des 310 collectivités à s’être mises en conformité avec la loi pour une République numérique : « Les données disponibles peuvent être réutilisées par des citoyens, des entreprises, des startups qui vont s’approprier ces données pour créer des services sur le territoire », souligne Jérôme Richard, conseiller d’Orléans Métropole en charge du digital. Aux autres EPCI de jouer le jeu…

C’est quoi, ce cirque ? Si la métropole tourangelle se flatte de la réussite de la deuxième édition de son fes-

Le maire de St-Avertin renversé Nouvel avatar de la crise municipale dont nous avons fait la Une de notre édition magazine de septembre, vingt des vingt-sept élus de la majorité DVD du conseil municipal de St-Avertin (15 000 habitants) ont démissionné en raison « de désaccords d’orientation et de méthodes de gouvernance » avec le maire UDI de cette commune du sud de l’agglomération tourangelle. En fait, les élus ont réagi au projet de la députée Sophie Auconie de succéder au maire Alain Guillemin, dont elle est proche. Plus du tiers du conseil municipal, fort de trente-deux élus, ayant démissionné, le préfet convoquera des élections d’ici à la fin de l’année. Lui-même membre de l’UDI, Laurent Raymond, cadre dans une structure médico-sociale, conduira la liste des putschistes, soutenue par Jean-Gérard Paumier, président LR du conseil départemental et ancien maire de St-Avertin.

8 La Lettre Valloire n°714 - 10 octobre 2018

tival international du cirque, qui a rassemblé fin septembre 13 000 personnes sur la plaine de la Gloriette, le maire de La Riche, vice-président de Tours Métropole, reste droit dans ses bottes en refusant l’installation du cirque Fratellini sur le parking du centre commercial de sa commune. La cause ? La présence d’animaux dans les spectacles, que l’élu condamne. De son côté, le festival de la métropole a renoncé aux animaux sauvages pour de simples numéros de chiens savants ou de dressage de chevaux. Jusqu’à quand les cirques pourront-ils exhiber ces bestioles sans risquer les foudres d’inspecteurs du travail animal ? Il y a fort à craindre qu’en fait de cirque, il faille bientôt se contenter des numéros de clowns un peu lourdingues qu’affectionnent certains élus métropolitains.

Carton rouge « Ce n’est pas au maire de Tours de se taper le boulot mais il va le faire » : C’est dans ces termes que Christophe Bouchet, le maire radical de la cité tourangelle, a commenté la reprise en main par ses soins du dossier de réaménagement du haut de la rue Nationale – le programme Portes de Loire – notoirement enlisé. L’ex-pré-

sident de l’Olympique de Marseille estime mezza voce que la Société d’équipement de la Touraine (Set), qui gérait ce dossier complexe, a largement contribué à son échec provisoire. Un jugement qu’il convient de rapprocher du carton rouge décerné à Pascal Gomes, ex-directeur général de la Set, dont l’éviction été obtenue par le maire de Tours auprès du conseil d’administration de la Sem. Pascal Gomes a été remplacé par Clément Mignet, le directeur du développement du bailleur Tours Habitat.

Vocation contrariée Originaire du Montargois, le jeune Jonathan Jahan, qui avait interpellé le président de la République au motif qu’il ne trouvait pas d’emploi dans sa branche, l’horticulture, a finalement été embauché comme... cariste dans une entreprise du Gâtinais spécialisée dans les compléments alimentaires et la cosmétique. Le directeur d’une agence d’intérim de Montargis a décidé de lui faire une fleur en lui proposant cette entreprise qui n’a pourtant rien à voir avec l’horticulture. L’histoire ne dit pas s’il a dû traverser la rue pour pousser la porte de l’agence.

Lettre Valloire n°714  
Lettre Valloire n°714  
Advertisement