Issuu on Google+

ACHIMIYA AHMADA I SONIA AHNOU I MOUNIR ALLAOUI I SHIN OYAMA I SAMIR ARDJOUM I TADANOBU ASANO I OLIVIER AS AYAS I CHARLES BEAUD I LUC BERAUD I MARION BERGER I PAS AL BONITZER I JEROME BONNELL I AHMED BOUGHABA I MICHE UTEL I MATHIEU CAPEL I RAY CARNEY I MARC CARO I JOH ASSAVETES I SOPHIE CATTANI I JEAN-SEBASTIEN CHAUVIN ALTHAZAR CLAES I RAPHAEL CLAIREFOND I CATHERINE CORSIN PEDRO COSTA I EMMANUELLE CUAU I SAMANTHA DE BENDER MARINA DE VAN I ANNICK DELACROIX I JENNIFER DEVOLDER FRANCESCA DOSI I STEPHANE EYNARD I JEAN-PAUL FARGIER EAN-MICHEL FRODON I TOSHI FUJIWARA I PASCAL GASQUET OBIN GATTO I RICHARD GEORGE I MATHIEU GERMAIN I HIDE OSHA I ROBERT GUEDIGUIAN I OLIVIER HADOUCHI I MICHAE ANEKE I MASATO HARADA I TOMOO HARAGUCHI I TOSHIHAR KEDA I KATSUHITO ISHII I SHUNJI IWAI I JEAN-PIERRE JEUNE TAKESHI KITANO I WILLIAM KLEIN I NICOLAS KLOTZ I MIYUK OBAYASHI I SATOSHI KON I AKIRA KUROSAWA I KIYOSHI KURO AWA I PATRICE LECONTE I PASCAL LIEVRE I FREDERIC LOUF ORIN LOUIS I MOUSSA MAASKRI I JACQUES MAILLOT I TERRENC MALICK I VIRGINIE MARCHAND I CHRIS MARKER I TOSHIO MAT UMOTO I ADELE MEES-BAUMANN I TAKASHI MIIKE I CLAUD MILLER I ROKURO MOCHIZUKI I TATSUYA MORI I KOJI MORIMOT KATSUHIDE MOTOKI I GERALDINE NAKACHE I GENJI NAKAMUR SOFIA NOUAR I FEDERICO OLIVIERI I NAGISA OSHIMA I KATSU IRO OTOMO I MACHA OVTCHINNIKOVA I JERZY P I SIMON PEL EGRY I ELISABETH PERCEVAL I STEPHANE PICHELIN I PIERR ITIOT I SEBASTIEN RAULIN I JACQUES RIVETTE I VANESSA ROUS ELOT I JUNJI SAKAMOTO I STEPHEN SARRAZIN I ETTORE SCOL DOROTHEE SEBBAGH I MAKOTO SHINOZAKI I SHELLY SILVER NDREI TARKOVSKI I PACOME THIELLEMENT I PIETRO RORRIGIA I I TOSHIAKI TOYODA I SHINYA TSUKAMOTO I MARTIN VALENT ISAO YUKISADA I AMINA ZOUBIR I ANDREI ZVIAGUINTSEV ACHIMIYA AHMADA I SONIA AHNOU I MOUNIR ALLAOUI I SHIN OYAMA I SAMIR ARDJOUM I TADANOBU ASANO I OLIVIER AS AYAS I CHARLES BEAUD I LUC BERAUD I MARION BERGER I PAS AL BONITZER I JEROME BONNELL I AHMED BOUGHABA I MICHE UTEL I MATHIEU CAPEL I RAY CARNEY I MARC CARO I JOH ASSAVETES I SOPHIE CATTANI I JEAN-SEBASTIEN CHAUVIN ALTHAZAR CLAES I RAPHAEL CLAIREFOND I CATHERINE CORSIN PEDRO COSTA I EMMANUELLE CUAU I SAMANTHA DE BENDER MARINA DE VAN I ANNICK DELACROIX I JENNIFER DEVOLDER FRANCESCA DOSI I STEPHANE EYNARD I JEAN-PAUL FARGIER EAN-MICHEL FRODON I TOSHI FUJIWARA I PASCAL GASQUET


COMITÉ DE RÉDACTION Directeur de la publication Jean-François Jeunet Coordination de la rédaction Mounir Allaoui Stephen Sarrazin Olivier Hadouchi Contributeurs Pacôme Thiellement Jean-Sébastien Chauvin Yuko Sekiguchi Jean-Michel Frodon Chuck Stephens Lorin Louis Stéphane Pichelin Marion Berger Sonia Ahnou Federico Olivieri Samir Ardjoum Samantha de Bendern Katia Kameli Amina Zoubir Richard George Leila Payet (borges) Hachimiya Ahamada Jerzy P. Miyuki Kobayashi Toshi Fujiwara Mathieu Capel Pascal Lièvre Sofia Nouar Ahmed Boughaba Parution bi-annuelle (printemps/automne) Format 13x21cm De 140 à 300 pages 19€ le numéro

Mondes du cinéma. Tel est donc le nom de cette nouvelle revue. Une de plus ? Oui, mais uniquement pour qui ne tient pas compte du désir qui est à son origine, du désir qu’elle veut affirmer et penser. Les revues sont uniques. Elles ne s’additionnent pas quand elles résistent à la norme du compte, quand elles restent fidèles à la singularité de leur désir. Le nôtre peut tenir en deux mots : le monde et le cinéma. Il s’agira pour nous de penser le devenir du cinéma dans le monde et le devenir du monde dans le cinéma. Une vieille histoire. Il y a bien des années Serge Daney liait le cinéma à la promesse du monde, mais si « le cinéma promettait un monde, le monde n’était pas complet. Il était américain à soixante-dix pour cent, le monde ». Rien n’a changé depuis, sinon que le monde s’est globalisé, ou plutôt l’Occident capitaliste, à travers une multiplicité de processus économiques, militaires, techniques, juridiques… qui substituent au monde commun et à ses variations le marché global, un espace indéfini où les objets, les signes, les images, les marchandises circulent plus librement que les gens. Tout cela est bien connu. On sait comment l’unification du monde fait proliférer la misère, les injustices, détruit l’environnement et dissémine l’im-monde. Mais cette occidentalisation du monde n’est qu’une partie du destin de notre planète. Notre revue vient à un moment décisif, riche en possibilités et en risques, où s’opère un réajustement de l’ensemble des rapports de forces et de pouvoir qui ont fait l’histoire depuis des siècles. D’autres puissances émergent. Il ne s’agira pas pour nous de les opposer à l’Occident, rien de plus hasardeux alors que prolifèrent les débats les plus dangereux sur les civilisations, les cultures et que tous croient détenir la vérité, avec ou sans dieu, mais de travailler à déconstruire les partages hiérarchiques du monde, à refuser les identités fermées aux variations du monde. Il n’y pas l’Occident et ses autres, l’Orient, l’Afrique… Il y a le monde, c’est notre seul impératif, c’est à lui qu’il faut rendre justice, en œuvrant à ses devenirs, à son expansion. À l’im-monde de la globalisation, il faut opposer le devenir-monde : le monde des hommes, le monde commun, du sens et des valeurs, le monde des vérités du cinéma.


Mondes du cinéma numéro 4 Automne 2013 Format 13x21 cm 290 pages 19€ TTC ISBN 978-2-919070-95-4

SOMMAIRE Écriture/image Comme ça s’écrit (Stephen Sarrazin) Pascal Bonitzer (propos recueillis par Stephen Sarrazin) Le scénario comme balkanisation (heureuse) (Jean-Paul Fargier) Shelly Sliver (propos recueillis par Stephen Sarrazin) Marina de Van (propos recueillis par Stephen Sarrazin) Jean-Paul Fargier (propos recueillis par Stephen Sarrazin) Last Man Standing (propos recueillis par Stephen Sarrazin) Lost : cause (conversation avec Pascal Lièvre et Pacôme Thiellement) Politique du cinéma Au départ des images, noir (Stéphane Pichelin) Petites réécritures de l’Histoire : multiples reflets du même événement, l’assassinat de Ryôma (Mounir Allaoui) Au sujet de la série d’animation japonaise Bakumatsu Kikansetsu, Irohanihoheto (Mounir Allaoui) Géométrie politique chez Akira Kurosawa : duelle féodalité vs démocratie triangle (Stéphane Pichelin) Kaléidoscope Regards sur le cinéma marocain (entretien réalisé par Sofia Nouar) Un cinéma qui a tout d’un grand mais qui ne le sait pas encore (entretien avec Sofiane Mezache & Yanis Aswari) Tinghir-Jérusalem : les Échos du Mellah, un film aux binômes multiples (Ahmed Boughaba) L’aventure d’un label indépendant : conversation avec Silke Schmickl, directrice de Lowave (Olivier Hadouchi) Images éparses (Mounir Allaoui) Barton Fink ou l’écriture selon les frères Coen (Richard George) Questions à Pascal-Alex Vincent Rencontres par la danse et l’image : Epileptic Opera Butoh (Virginie Marchand)


Mondes du cinéma numéro 3 Printemps 2013 Format 13x21 cm 142 pages 19€ TTC ISBN 978-2-919070-99-2

SOMMAIRE Siècle Chris Marker Chijin no ai (Stephen Sarrazin) Merde in Japan (Jean-Sébastien Chauvin) Giri (Pacôme Thiellement) Rencontre avec Yuko Sekiguchi Autour de Black Rain de Ridley Scott (entretien avec Stephen Sarrazin) Hou Hsiao-Hsien au Japon (entretien avec Jean-Michel Frodon) Un second regard, Sans Soleil mérite d’être vu et revu (Chuck Stephens) Voyage en dépays : Chris Marker (Mounir Allaoui) Le fond de l’air est noir (Stéphane Pichelin) Entre les mains du peuple (Lorin Louis) Kaléidoscope Retour sur le festival panafricain d’Alger (1970) de William Klein (Olivier Hadouchi) Bref état des lieux de la production cinématographique en Afrique (Marion Berger et Federico Olivieri) Dima L’goudem (toujours vers l’avant) (Sonia Ahnou) La violence dans le cinéma algérien (Samir Ardjoum) Entretien avec Samir Ardjoum (Olivier Hadouchi) Art vidéo algérien : une expérience en temps réel (Amina Zoubir) Éloge des possibles et de l’entre-deux, entretien avec Katia Kameli (Olivier Hadouchi) 1er festival du cinéma de Dharamsala (Samantha de Bendern)


Mondes du cinéma numéro 2 Automne 2012 Format 13x21 cm 196 pages 19€ TTC ISBN 978-2-919070-98-5

SOMMAIRE Siècle du cinéma japonais Conforme et corrosif, images de l’après 11 mars 2011 (Stephen Sarrazin) L’ignorance est un crime Kiju Yoshida et la catastrophe atomique (Toshi Fujiwara) No man’s zone (interview de Toshi Fujiwara) Toshio Matsumoto (présentation par Mathieu Capel) Toshio Matsumoto (entretien) Kaléidoscope Blagues à part (entretien avec Vanessa Rousselot) Jerzy, lettres ouvertes à Emmanuel B. (borges) Chris Marker (Mounir Allaoui) J’attends de voir pour me faire ma propre opinion ou le spectateur dans tous ses états [part. 1] (Jerzy Pericolosospore) Un roi mort à New York (borges) Masturbation, images d’un acrte désert, le geste d’une artiste contemporaine (Mounir Allaoui) Bullit/Dialogue (Mounir Allaoui & Yoann Queland de Saint-Pern) Entre le cinéma et la vie (borges) La révolte du peine-à-jouir ou le spectateur dans tous ses états [part. 2] (Jerzy Pericolosospore) Mass effect, jeu vidéo et narration (Richard George)


Mondes du cinéma numéro 1 Printemps 2012 Format 13x21 cm 144 pages 18€ TTC ISBN 978-2-919070-97-8

SOMMAIRE Siècle du cinéma japonais Kurosawa, un siècle de cinéma (Mounir Allaoui) Le linge et le vent, les cheminées et le visage humain : Ozu (borges) Qu’en est-il du cinéma contemporain ? (entretien avec Stephen Sarrazin) Entretien avec Mathieu Capel Hymne de la marine impériale japonaise et cinéma (Mounir Allaoui et Miyuki Kobayashi) Kaléidoscope Images des Comores (Hachimiya Ahamada) Live of Nomomelody (Mounir Allaoui) Compte-rendu du FIFAI à l’île de la Réunion (festival international du film d’Afrique et des îles Funny Games, fragments pour un funny title (borges) Hunter x Hunter : genre, jeux et vilains (Mounir Allaoui) XXth Century Boys, du manga aux films (Richard George) Cinéma liquide (Mounir Allaoui)


Des spectres hantent le monde du cinéma, comme Dieu et le communisme hantaient le petit monde de Don Camillo : les spectres des Cahiers du Cinéma.

COMITÉ DE RÉDACTION Directeur de la publication Jean-François Jeunet Coordination de la rédaction Adèle Mees-Baumann Contributeurs Balthazar Claës (borges) Lorin Louis Mounir Allaoui Nicolas Klotz Pierre-Yves Ducarre Raphaël Clairefond Sébastien Raulin Simon Pellegry Stéphane Belliard Jerzy P. Stéphane Pichelin Pietro Torrigiani Parution bi-annuelle aléatoire… (été/hiver) Format 13x21cm De 300 à 400 pages 22€ le numéro

Nous ne visons pas à les faire revenir ni à les chasser ; nous sommes contre la chasse, aux sorcières, aux bêtes, au Snark et plus encore au Boojum. « Spectres du cinéma ». Une analyse spectrale révélerait la présence des Cahiers et de Marx dans cette construction qui condense deux titres fameux. Qu’on ne se trompe pas sur nos intentions ; nous ne cherchons pas à substituer des spectres à nos vieux Cahiers ou à insinuer qu’ils ne seraient plus désormais que les spectres de ce qu’ils furent, encore moins cherchons-nous à substituer le cinéma à Marx, en opposant à ceux qui cherchent à changer le monde sa simple reproduction divertissante. Un opium contre l’autre. L’opium du peuple contre celui des intellectuels. Si les discours sur le cinéma contiennent nécessairement une rhétorique des drogues, nous ne croyons plus avec Griffith que les artifices de l’opium nous ramènent au paradis, pas plus que nous ne croyons qu’une culture, une religion disposeraient plus que d’autres à faire du cinéma. À ceux qui conseillaient d’apprendre la mise en scène pour comprendre Mizoguchi et non pas le japonais, nous ne disons pas qu’il faut se faire asiatique pour saisir les cinémas asiatiques. Ces histoires de culture ne nous intéressent que modérément, surtout quand elles naturalisent l’histoire et, niant l’universelle capacité des hommes à produire de la vérité au-delà des multiplicités, dérivent avec l’aplomb d’une logique scolastique indigne des médecins de Molière les plans d’immanence de Hou Hsiao-hsien des vertus dormitives de la calligraphie. Que les gens écrivent en arabe, en pictogramme, idéogramme, en forme de coin, en morse, cela ne dispose à rien d’essentiel, pas plus que manger avec des baguettes, ses mains, une fourchette, porter le chapeau, la kippa, le voile ou la culotte ne prédisposent à diriger le monde, et encore moins à égaler le génie de la rebelle, Katharine Hepburn […] Extrait de l’éditorial du numéro un


Spectres du cinéma numéro 2 Été 2013 Format 13x21 cm 340 pages 22€ TTC ISBN 978-2-919070-81-7

SOMMAIRE De la pratique et de la contradiction Autour de Terrence Malick From The Burial to The Wonder (borges) Les chemins de Terrence Malick (borges) Cave Canem, à la poursuite du chien de Malick (Badlands, 1973) (Lorin Louis) Manière de faire : images d’un devenir Malick, Ce qui fait raccord (Simon Pellegry) Malick et la trace (Adèle Mees-Baumann) L’enfant et l’os de dinosaure (Mounir Allaoui) Enfants perdus, parents sauvages, L’Enfant sauvage (Truffaut), The Miracle Worker (Penn) (Jerzy P.) L’horizon de Badlands : notes pour une généalogie achronique (Stéphane Pichelin) De l’émerveillement, l’ignorance est la graine (Simon Pellegry) Admiration de… Machines à voir, machines à ne pas voir : 71 Fragments d’une chronologie du hasard, Funny Games (Haneke) (Jerzy P.) Des histoire(s)… du cinéma Image manquante L’imagerie de la Première Guerre mondiale en 3 films (Lorin Louis) Passion du semblant et montage du réel Deux plans d’un film, autour de La Vie est ailleurs (Simon Pellegry) Valse avec Bachir (Adèle Mees-Baumann) «… Dansez maintenant » Montrer l’exemple au cinéma (Simon Pellegry) (suite page suivante)


SOMMAIRE (suite) Critiques, vos papiers Coppola, entre l’image et l’origine (borges) Holy Motors, un diamant gros comme le Ritz (Balthazar Claës) Vivre, c’est se réfugier (Take Shelter) (Simon Pellegry) Cinéma déjà-mort, Holy Motors, Leos Carax (Pietro Torrigiani) Stéphane Delorme passe en mode radical Le Cheval de Turin, Béla Tarr (Pietro Torrigiani) Cinéma(s), aux marges Champ v.e.r.s.u.s champ (Simon Pellegry) Plan séquence (Stéphane Pichelin)

Nicolas Klotz par Michael Ackerman

Hantologie Des crimes cachés sous la terre Délivrance (John Boorman) (Jerzy P.)


Spectres du cinéma numéro 1 Été 2012 Format 13x21 cm 310 pages 22€ TTC ISBN 978-2-919070-28-2

SOMMAIRE Éditorial Des spectres hantent le monde du cinéma (borges) De la pratique et de la contradiction Tomber et se rétablir. À propos d’une danse dans Paria (Lorin Louis) Subversion du visible (La Blessure) (Lorin Louis) La Blessure/Marie-Antoinette (Sébastien Raulin) Ce qu’ils sont… (Zombies) (Lorin Louis) Traitement spécial de la langue (À propos de La Question humaine) (Lorin Louis) Conjurer le sort (Low Life) (Lorin Louis) Trois monologues pour Low Life (Stéphane Pichelin) Juste une conversation avec… Élisabeth Perceval et Nicolas Klotz (dossier 100 pages) Admiration de… Humanité et cinéma en question (borges) Cinéma aux marges Entretien avec Syd Matters (Raphaël Clairefond) Variation du sujet : playtime Le Petit Pan de mur blanc de Pedro Costa (Raphaël Clairefond) Politique du cinéma Le monde-mouvement (Nicolas Klotz) Passion du semblant et montage du réel Travail de force (Autour de Still Life de Jia Zhang-ke) (Sébastien Raulin) Contre la mort (Autour de En avant jeunesse) (Adèle Mees-Baumann) En avant jeunesse/Still life, à l’épreuve du temps (Raphaël Clairefond) Hantologie Le testament d’Orphée (La Frontière de l’aube) (Balthazar Claës)


JOHN CASSAVETES RÉPONSES DU CINÉMA JAPONAIS HIDEO GOSHA WELCOME IN VIENNA INCIDENCES DE L’IMAGE


Réponses du cinéma japonais contemporain Stephen Sarrazin Format 13x21 cm 460 pages 24€ TTC ISBN 978-2-919070-32-9

Stephen Sarrazin est enseignant de cinéma et vidéoart à l’université Paris 8 ainsi qu’à l’Institut français du Japon. Il fut responsable de programme à l’ESEC (Paris) et professeur aux Beaux-Arts. Critique d’art et de cinéma, il a collaboré à de nombreux magazines en France et à l’étranger dont Art Press, HK Orient Extrême Cinéma, Flash Art, InterCommunication, etc. Spécialiste du cinéma japonais contemporain, il vit à Tokyo depuis 1999. Il fut également consultant à Tokyo auprès de sociétés de production japonaises.

Le titre du livre répond à ceux qui persistent à montrer une image fabriquée de stéréotypes décalés du Japon, ne s’exprimant que par le manga, l’anime ou l’univers yakuza, ou par le cloisonnement de jeunes auteurs dans le cadre de traditions qui ne sauraient les contenir. Ce livre se compose d’entretiens avec plus de vingt réalisateurs japonais contemporains, d’essais et critiques des genres qu’ils pratiquent, de l’anime au fantastique, du film yakuza à la comédie, du film d’auteur au cinéma érotique. Son objectif n’est pas de dégager une théorie d’ensemble, ni d’établir une esthétique dominante au sein du cinéma japonais, mais de mieux saisir comment ces cinéastes nous montrent et nous parlent du Japon aujourd’hui.

Ce que fait ici Stephen Sarrazin est important et magnifique. Chaque nouvelle époque a besoin de quelqu’un qui puisse rassembler, saisir les mouvements, les nouveaux enjeux, il faut qu’une personne émerge pour combler cette tâche, pour tenir ce rôle. Quelqu’un comme Stephen Sarrazin, qui l’a fait comme il se devait, avec intelligence et plaisir, en s’amusant avec les films, permet au lecteur de mieux connaître les réalisateurs japonais, de découvrir le nouveau cinéma japonais de l’intérieur. Il comprend les goûts et l’humeur, les sentiments du cinéma japonais, peut-être mieux encore que les Japonais. Ce sera à nous en premier lieu de lire ce livre. Katsuhito Ishii


SOMMAIRE 1. RENAISSANCE NAGISA OSHIMA - Querelle mon amour GOHATTO DE NAGISA OSHIMA - La Belle est la Bête KITA-NEUROPA TAKESHI KITANO - Qu’est-ce que ça veut dire, cinéphile ? A SCENE AT THE SEA/L’ÉTÉ DE KIKUJIRO - Point Break SHINJI AOYAMA - Bras droit du nouveau cinéma japonais ? MAKOTO SHINOZAKI - E.T. KIYOSHI KUROSAWA - License to Shoot KIYOSHI KUROSAWA ET TATSUYA FUJI - Noh future BRIGHT FUTURE DE KIYOSHI KUROSAWA - La méduse & l’apprenti JUNJI SAKAMOTO - L’homme de l'ouest LA FIN D’UNE ÈRE - Stephen Sarrazin

2. GENRES SHINYA TSUKAMOTO - Faux-semblants SHINYA TSUKAMOTO - Baising in The Rain TAKASHI MIIKE - The Beast in Me TOSHIHARU IKEDA - La bulle et ses petites frayeurs POKEMON - Nouveaux monstres TOMOO HARAGUCHI - L’ami des bêtes SHINJI HIGUCHI - L’Empire contre-attaque KATSUHIRO OTOMO - Gang Leader KOJI MORIMOTO - L’arme secrète SATOSHI KON - Sans faute SATOSHI KON - Kamakura, l’après-midi/Perfect Two SATOSHI KON - Homerun IT’S A FAMILY AFFAIR - L’anime fin-de-siècle LE JAPON A BESOIN DE VOUS ROKURO MOCHIZUKI - Soft & Hard PRETTY IN PINK - Images, puissance X GENJI NAKAMURA - L’école roman porno KATSUHIDE MOTOKI - Belle Prise MASATO HARADA - Rio Tokyo TATSUYA MORI - Histoire d’Aumour

3. POST-KITANO SHUNJI IWAI - Seul dans la foule SHUNJI IWAI - Tokyo est un hôpital LA JEUNESSE SELON SHUNJI : une fille, un garçon ALL ABOUT LILY CHOU-CHOU - L’amour de la musique KATSUHITO ISHII - Boy Wonder KATSUHITO ISHII - Le bon goût : The Taste of Tea ISAO YUKISADA - Bass-o-matic TOSHIAKI TOYODA - La Fureur de perdre TADANOBU ASANO - Yojimbo SUSUMU TERAJIMA - L’Incorruptible FAUTIF - Entretien avec Sono Sion I NEVER SAID IT WOULD BE FOREVER


John Cassavetes Collectif Format 13x21 cm 120 pages 50 photos NB 18€ TTC ISBN 978-2-919070-12-1

SOMMAIRE Odon Abbal Cassavetes en son temps, Shadows Olivier Assayas Cassavetes, posthume Michel Butel Détachement Ray Carney Cassavetes et l’histoire du cinéma américain John Cassavetes Notes sur la réalisation d’un film Annick Delacroix Ne me laissez pas toute seule dans ce film Pascal Gasquet La seconde femme Stéphane Eynard Chutes Pierre Pitiot L’homme qui tenait le monde par le bon bout Martin Valente Cassavetes, de l’amour et presque rien…

Un recueil de textes autour du réalisateur John Cassavetes (Faces, Meurtre d’un bookmaker chinois, Une femme sous influence, Love Streams, etc.) par des specialistes (Ray Carney, LE spécialiste américain de l’œuvre de Cassavetes, avec une longue interview inédite), des réalisateurs (Olivier Assayas, réalisateur entre autres d’Irma Vep, d’Heure d’été, de L’Enfant de l’hiver et dernièrement de la série Carlos et de Après Mai), Martin Valente, réalisateur d’Amateurs et de Fragile[s]), des professionnels du cinéma (Pierre Pitiot, directeur de la médiathèque Fellini à Montpellier et président du festival du cinéma méditerranéen) et des nouvelles d’écrivains inspirées des films de Cassavetes.


Incidences de l’image Mounir Allaoui Format 13x21 cm 120 pages environ 14€ TTC ISBN 978-2-919070-27-5

SOMMAIRE À propos du cinéma et de choses qui le fréquentent régulièrement 1. Le cinéma muet 2. Situation réel/image 3. Quelques œuvres, quelques cinéastes Conversation au sujet du fait que Hou Hsiao-hsien n’est pas juste moderne La temporalité du cinéma de King Hu et Sergio Leone Au sujet de la figure féminine dans The Blade de Tsui Hark Au sujet de la figure de la femme moderne dans L’Eclipse d’Antonioni Au sujet de Robocop

Petites histoires de l’image 1. Civilisation 2. Petites histoires du Japon et un peu d’ailleurs, Histoire/pixels/textes/images : errance à travers quelques régimes de signes Gundam : nature de l’ennemi Petites histoires politiques : image, histoire et violence La politique boite de son indispensable parole fumeuse

Images de l’Art ? 1. Forme taoiste et art 2. Dichotomie art/vie 3. Art du commun, art de l’individu

Montage et réel, mon beau souci 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7.

Elle et moi, on a écrit… Quartier Plaisir coupable face au spectacle Le Cauchemar de Darwin Au sujet de Legend of Zu Au sujet de Lynch, comme cinéaste primitif Peut-être parlera-t-on un jour du genre des robots géants comme d’un genre issu d’un courant post-primitiviste


Welcome in Vienna Georg Stefan Troller Trilogie d’Axel Corti (Traduction Alexandra Cade) Format 13x21 cm 260 pages environ 24€ TTC ISBN 978-2-919070-57-2

Janvier 2014

Ce livre est le scénario des trois films (ou Trilogie) réalisés par Axel Corti entre 1982 et 1986 et intitulés en France Welcome in Vienna. La Trilogie complète a fait l’objet d’une sortie nationale en salles en novembre 2011, puis en DVD en octobre 2012.

Dans mes scénarios, les personnages meurent les uns après les autres ; parfois il est juste fait allusion à leur disparition, qui se produit souvent dans des circonstances comiques. C’est là précisément le sentiment permanent que j’ai éprouvé durant toute mon émigration et dont je me souviens encore : ce sentiment d’ironie. Non pas une ironie joyeuse, non, une ironie meurtrière. La plupart des personnages de ce film ne parviennent plus à donner un sens à leur existence, parce que le monde lui-même les considère comme insignifiants. Lorsqu’ils disparaissent, c’est avec la certitude que leur mort n’a pas plus de poids que leur vie - ils éprouvent donc un sentiment d’ironie. J’espère que cette vision cynique de l’existence est palpable dans tous les dialogues du film. Elle a marqué chaque émigrant ! Toutes les convictions que nous avons pu affirmer par la suite n’ont été qu’un moyen de refouler ce qu’on nous avait fait comprendre clairement, une fois pour toutes : nous n’avions aucune importance. Au fond, lutter simplement pour sauver sa peau, sans poursuivre un but existentiel supérieur, a toujours quelque chose de dérisoire. Georg Stefan Troller


Hideo Gosha, cinéaste sans maître Robin Gatto Format 21x28 cm 500 pages environ Volume richement illustré de nombreuses photos (la plupart inédites) 30€ TTC ISBN 978-2-919070-65-7

Courant 2014

Première monographie en langue française consacrée au réalisateur japonais Hideo Gosha. Même si ce dernier ne jouit pas auprès de la critique officielle de la réputation de ses grands aînés, Akira Kurosawa et Kenji Mizoguchi en tête, son cas méritait tout de même qu’on lui consacrât un peu d’attention – voire beaucoup – afin de défricher rétrospectivement ses créations et de déchiffrer enfin un homme demeuré secret par delà une vie publique agitée, aux relents de soufre... Plus de six années de travail auront ainsi été nécessaires à la réunion des témoignages et des informations qui seront proposés dans cet ouvrage sur la vie du réalisateur et son œuvre.


THÈSES ET MÉMOIRES UNIVERSITAIRES


Trajectoires balzaciennes dans le cinéma de Jacques Rivette Francesca Dosi Format 13x21 cm 620 pages 48€ TTC ISBN 978-2-919070-86-2

Cet ouvrage retrace un parcours inhabituel d’assimilation, d’hybridation et de réinvention du fait littéraire au cinéma. Entre reprise et transformation, Jacques Rivette réalise trois œuvres différemment marquées par une puissante innutrition balzacienne : Out 1, Noli me tangere (1970-71), film fleuve expérimental d’environ treize heures, articulé sur l’improvisation des acteurs et centré sur la quête des Treize balzaciens, La Belle Noiseuse (1991) qui transpose au présent du tournage l’histoire du Chef d’œuvre inconnu en la modifiant partiellement, et Ne touchez pas la hache (2007), film en costume « fidèle à la lettre » à La Duchesse de Langeais. Ces « trajectoires balzaciennes » s’inscrivent dans un réseau complexe de références, d'allusions et de citations qui reflète la construction en toile d’araignée de La Comédie humaine et définit l’articulation composite et hybride de l’œuvre rivettienne. Francesca Dosi, de langue maternelle italienne, est professeur de français langue étrangère en Italie et enseignant-chercheur de cinéma. Elle vit entre Paris et Parme. Membre de l’ÉA 4400 “Écritures de la modernité” (Sorbonne nouvelle Paris 3/CNRS) et des associations internationales « Amis de Balzac » et «Amis de Rimbaud », elle collabore à l’organisation de colloques cinématographiques et publie régulièrement des articles universitaires concernant l’esthétique de l’hybridation. Elle s’occupe des dynamiques d'échange entre littérature et cinéma dans une perspective d’emprunt, de reprise et de réinvention. Son centre d’intérêt est la modernité cinématographique par rapport à l'héritage romanesque du XIXe siècle, mais ses recherches portent aussi sur la mise en question du réalisme au cinéma et, en spécifique, sur les approches ambiguës du réel dans le cinéma italien contemporain. Thèse Université Sorbonne Nouvelle Paris 3


L’Histoire de l’Italie à travers l’œuvre d’Ettore Scola Charles Beaud Format 13x21 cm 180 pages environ 18€ TTC ISBN 978-2-919070-85-5

Cinéaste et scénariste majeur de la comédie italienne, Ettore Scola a été l’auteur de films qui font pleinement partie du panthéon du cinéma italien. Nous nous sommes tant aimés (1974), Affreux, sales et méchants (1976), Une journée particulière (1977) et La Terrasse (1980) ont permis au réalisateur d’accéder à une reconnaissance critique et publique internationale. L’Histoire contemporaine de son pays (du fascisme au miracle économique), mais aussi l’évolution artistique du cinéma italien, constituent des thèmes majeurs de son cinéma. Une cinématographie qui se caractérise par une grande variété formelle, une profonde fantaisie et une représentation très cohérente de l’histoire et de la société italiennes. Charles Beaud est titulaire d’un Master recherche en cinéma obtenu à l’Université d’Aix-Marseille. Il est passionné par le cinéma italien, l’histoire du cinéma, les relations entre le cinéma et l’histoire, la question des genres cinématographiques, la comédie italienne et américaine et le réalisme cinématographique. Master 2 cinéma Université Aix-Marseille


La révélation du temps par les figures sonores dans les films d’Andrei Tarkovski et d’Andrei Zviaguintsev Macha Ovtchinnikova Format 13x21 cm 500 pages environ 42€ TTC ISBN 978-2-919070-87-9

Décembre 2013

Le travail de recherche porte sur les filmographies riches et mystérieuses de deux cinéastes russes : Andrei Tarkovski et Andrei Zviaguintsev. Au moyen de l’analyse des figures sonores, confrontée avec les théories philosophiques et cinématographiques, les principales problématiques du temps au cinéma sont soulevées. L’objectif étant d’éclairer le concept ambivalent de la révélation du temps, il a fallu desceller les correspondances entre les films des cinéastes. L’étude approfondie des figures sonores permet de montrer le cheminement de la représentation du temps. En partant du reflet fidèle de l’écoulement du temps, les cinéastes présentent néanmoins une vision subjective de la durée. Ils confèrent à l’instant, l’unique unité absolue du temps, la puissance de réunir toutes les simultanéités temporelles. L’instant présent devient un dialogue permanent et ambivalent entre le passé réel et le futur virtuel. L’instant a donc rapport avec le réel autant qu’avec l’imaginaire. Mais il est toujours au cœur de la quête du temps absolu et vrai. Une forte aspiration à une réalité intemporelle, à un temps éternel s’observe chez les cinéastes russes. La représentation de ce temps absolu ne s’opère que sous forme d’une révélation spontanée et vraie. Originaire de Russie, Macha Ovtchinnikova s’installe en France en 2003. Durant les deux années de hypokhâgne et khâgne, elle réalise un court documentaire Caraco dans le cadre de l’option cinéma et un projet personnel La Chambre, adapté de la nouvelle de Jean-Paul Sartre. Elle multiplie les expériences sur des tournages de courts et longs-métrages en tant qu’assistante de réalisateur (Americano de Mathieu Demy, Furax de Nathan George, etc). Elle réalise en 2012 le court-métrage Les Variations qui est aussi à l’origine du long-métrage intitulé également Les Variations, dont la sortie à Paris est prévue début février 2014. Elle soutient en juin 2013 à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle le mémoire de Master 2 de cinéma audiovisuel qui portait sur les cinéastes russes Andrei Tarkovski et Andrei Zviaguintsev. Actuellement elle continue son parcours universitaire en doctorat. Master 2 Université Sorbonne Nouvelle Paris 3


The Girl from Monday Hal Hartley Long-métrage, 84’ Couleur et noir & blanc VO anglais sous-titrée français 24€ TTC 3770003-895008

Par le réalisateur de Trust Me et d’Amateur, le premier film de science-fiction de Hal Hartley ! Après des semaines de tournage dans un New York glacial, Hal Hartley achève The Girl from Monday, à Puerto Rico, le 3 février 2004. Il décrit son film comme «un faux film de science-fiction sur la façon dont nous vivons aujourd’hui» et met à l’affiche Sabrina Lloyd (Sports Night, Dopamine), Bill Sage (Evenhand, The Maldonado Miracle et Mysterious Skin), Leo Fitzpatrick (Storytelling, Bully, Personal Velocity: Three Portraits) et la top modèle brésilienne Tatiana Abracos dans le rôle titre. Récit sans concession d’amitié, de sacrifice et d’amour libre à l’âge de l’information, The Girl from Monday montre les tensions d’une société de consommation sans limite et son impact sur la sexualité, la paranoïa anti-terroriste et la difficulté à distinguer des dirigeants élus de dirigeants d’entreprise. Lors d’une interview donnée sur le tournage, Hal Hartley déclarait : Oui, beaucoup de sujets sont abordés. Mais c'est surtout un jeu sur les tendances contemporaines, sur la façon dont la technologie, le consumérisme, la politique nous influencent. Pourquoi choisir d’éditer ce film ? Huit ans après sa sortie, alors qu’il n’a même pas été distribué en France ? Que personne ne l’a vu ou presque ? Précisément pour cette raison : The Girl from Monday est à mon sens le film qui interroge le plus radicalement notre vie au quotidien, dans le fond autant que dans la forme. Et qu’il a disparu, ou plutôt est désapparu, pour cette raison précise et aucune autre […] Mathieu Germain


Une fille venue de l’espace tombe dans l’océan. Être venu d’une lointaine constellation nommée Monday, elle prend la forme d’une belle jeune femme afin de partir à la recherche d’un ami, arrivé des années plus tôt. Elle le soupçonne d’avoir des ennuis et, peut-être, d’être pris au piège dans le corps qu’il a adopté. Là d’où elle vient, les êtres n’ont pas de corps… Mais le monde dans lequel elle vient de tomber est en plein bouleversement… En effet, immédiatement après la « Grande Révolution », la villeétat de New York a été libérée par Triple M, le Major Multimedia Monopoly, qui y a instauré la « dictature du consommateur », assurant par là aux citoyens un choix plus grand, l’autonomie personnelle, la réforme humanitaire et le progrès technologique. Jack Bell travaille pour l’agence de pub qui a propulsé Triple M au pouvoir et se trouve être celui-là même qui a suggéré les fondements de sa politique avec la « Loi sur la valeur humaine ». Tout un chacun est désormais une valeur boursière qui s’échange sur le marché : pour chaque rapport sexuel qui n’aboutit pas à une union, la valeur des participants se trouve augmentée en accord avec l’état du marché. Horrifié par la déshumanisation qui s’ensuit, Jack est également le leader de la Contre-Révolution, dont les partisans perpétuent chaque jour des actes audacieux contre l’empire : faire l’amour juste parce que cela fait du bien, interrompre l’émission des journaux télévisés tenus par l’étatentreprise, distribuer des copies de Walden – ouvrage désormais interdit – et, de manière générale, nuire au système en place.

Une fille venue de l’espace tombe dans l’océan. Être venu d’une lointaine Mais chaque mesure que prend Jack contre le régime semble mettre en danger un de ses amis : Cecile, la jolie jeune cadre avec qui il travaille, William, un adolescent séducteur et hyperactif qui est également le meilleur agent de Jack, ou encore Doc, son confident et informateur à l’hôpital. La fille venue de Monday se terre dans l’appartement de Jack, apprenant peu à peu à utiliser ce corps si nouveau. Jack et Doc ont déjà fait cette expérience. Ils savent que si elle reste trop longtemps et se fait des amis, elle sera prise au piège dans ce corps terrestre et ne pourra plus jamais retourner dans son monde, l’étoile 147X de la constellation Monday. Inévitablement surviennent des actes de bonté, des sacrifices, les êtres s’attachent et notre devoir les uns envers les autres perdure. À la fois tragique, drôle et très beau, The Girl from Monday est un faux film de science-fiction qui parle de la vie telle que nous la menons aujourd’hui.


Biographies Sabrina Lloyd Sabrina Lloyd (Cecile) est connue pour son rôle d’assistante de production dans la sitcom Sports Night de la chaîne ABC, une satire du journalisme et du monde du sport. Elle perce avec le long-métrage Chain of Desire, suivi d’un premier rôle dans Un père en cavale, avec Patrick Swayze. Elle est apparue dans le film Dopamine. Plus récemment, elle a joué dans la série Numb3rs.

Bill Sage Bill Sage (Jack Bell) a étudié la comédie à l’université d’état de New York, à Purchase. En 1991, il apparaît dans les films de Hartley que sont Theory of Achievement et Simple Men. Quelques années plus tard, ils collaborent à nouveau ensemble sur Flirt. Ses apparitions dans des longs-métrages incluent High Art, American Psycho, My Best Friend’s Wife et Mysterious Skin, etc.

Leo Fitzpatrick Leo Fitzpatrick (William) a été remarqué pour la première fois pour le rôle de Telly dans le film de Larry Clark, Kids. Sa collaboration avec Clark continue et il a récemment incarné l’assassin dans Bully. Il est apparu dans le film de Rebecca Miller, Personal Velocity, dans Un amour à New York ainsi que dans de nombreuses séries télé : Sur écoute, Sons of Anarchy, The Practice, Blue Bloods, etc.

Tatiana Abracos Tatiana Abracos (la fille venue de Monday) est mannequin. Elle est brésilienne et s’est récemment lancée dans la production de vin en Californie. The Girl from Monday est son premier rôle.


Interview Hal Hartley Randy Bell, réalisateur de documentaires, a posé ses questions à Hal Hartley durant le tournage de The Girl from Monday. R.B. : D’où vient ce film ? Hal Hartley : C’est venu de cette impression qui me semblait répandue – du moins un grand nombre de personnes semblaient l’exprimer – cette impression que tout est devenu un produit. Ce que cela implique de prendre des morceaux révolutionnaires des années 60 et de s’en servir dans des publicités pour des baskets, un exemple typique. Cette impression que tout est calculé. J’ai bien conscience que ce n’est que du commerce, purement et simplement. Je fais moi-même des films commerciaux. Moi aussi, je vends. Mais j’ai commencé à m’interroger : à quoi cela pouvait mener ? Un autre point est venu de l’idée que plus un consommateur est solvable, plus il doit. Un de mes amis s’est vu retirer sa carte de crédit car il payait comptant chaque mois, ce qui ne rapportait pas d’intérêt à sa banque. J’ai trouvé ça amusant. C’est ce qui m’a amené à utiliser Thoreau – il serait à mes yeux le pire consommateur – car c’est quelqu’un qui souhaite être totalement autonome, parfaitement indépendant. Dans un monde de consommation parfait, il serait l’antéchrist. Ensuite... il s’est passé qu’on m’a demandé de faire un petit film sur le sexe. En fait, ce n’est pas tout à fait exact. C’était censé être un film sexuellement explicite. C’était sa mission : faire un film d’art qui soit sexuellement explicite. À la base j’ai écrit le script sur cette idée. Le projet s’appellait Nova à ce moment-là. Mais les financements se sont évanouis et le projet est tombé à l’eau. Mais j’aimais bien ce que j’avais écrit. Et c’était plus intéressant de travailler dessus sans avoir l’obligation de faire un film interdit au moins de 18 ans. Ça me donnait plus de marge pour l’histoire. Plus de champ pour aborder plus de choses. C’était en 1999. J’avais déjà commencé à travailler sur No Such Thing donc j’ai abandonné pour un moment.

R.B. : Quels lien y a-t-il entre ce film et vos autres œuvres ? H.H. : Je l’ai écrit en même temps que No Such Thing. Et je pense que le commentaire social est similaire dans ces deux films. Et bien sûr, ils utilisent tous les deux des éléments fantastiques : l’un est un film de monstre, l’autre, de science-fiction. Mais j’ai bien plus pensé à The Book of Life, qui était raconté à la manière d’un thriller d’espion-nage. De plus, The Book of Life a également été réalisé en vidéo digitale et non en cinémascope. Et encore plus important, le moteur des deux films est la voixoff, les personnages principaux vivent tous deux une période de grande ambivalence. Jack Bell, dans le film, comme le Jésus de The Book of Life,


s’interroge profondément sur ses motifs et remet eu cause ce qu’il a jusquelà considéré comme la loi. Est-il en train de créer une mythologie pour justifier sa position, qu’elle soit en théorie noble ou non, et en train de perdre le contact avec la réalité ? R.B. : J’ai en effet pensé à The Book of Life quand j’ai lu le script pour la première fois. H.H. : Il y a la structure formelle aussi, la voix-off comme moteur de l’action. R.B. : Oui, mais il y a aussi cet optimisme hésitant sur lequel les deux films se concluent. C’est quelque chose que je trouve spécifique à votre façon de penser. Cet optimisme contrebalancé par le scepticisme ou une sorte de cynisme sceptique. H.H. : J’aimerais clarifier la distinction entre scepticisme et cynisme. Le cynisme c’est l’idée que la majorité des êtres humains sont motivés par leur seul intérêt personnel. Ce n’est pas mon truc. Je veux dire, il y a des personnages dans ces histoires qui sont cyniques, des personnages qui symbolisent un cynisme que les deux films, leurs héros et héroïnes – ceux avec qui on a tendance à s’identifier – combattent. En revanche le scepticisme est très présent. Et j’apprécie que vous ayez associé l’optimisme et le scepticisme. R.B. : Pourquoi la science-fiction ? H.H. : Je n’y ai pas tellement réfléchi. C’est venu tout seul. J’ai exagéré, bien sûr. C’était drôle et un peu triste. J’essayais de décrire ce qu’on ressent ici et maintenant, de nos jours, et ça ressemblait à de la science-fiction. J’ai donc fait de la science-fiction. Vous savez, cela m’a permis d’évoquer beaucoup de choses brièvement. En douceur. En abrégé, en quelque sorte. On spécule sur le futur en étant immergé dans le présent. Je ne vois pas comment faire autrement. Les œuvres de science-fiction que j’apprécie semblent nous montrer quelque chose de nous en nous mettant dans un futur lointain et étrange. C’est ce que j’ai essayé de faire, je crois. Mais pas en imaginant le futur dans cent ou mille ans. Juste une décennie, peutêtre. Voire une année. Je n’ai pas eu l’impression d’écrire de la sciencefiction, en fait. Tout me semblait immédiat, réaliste.


Les Yeux clairs Scénario de Jérôme Bonnell Scénars n° 22 Format 13x21 cm 180 pages environ 18€ TTC ISBN 978-2-919070-50-3

Décembre 2013

Un film de Jérôme Bonnell avec Nathalie Boutefeu Marc Citti Judith Remy Lars Rudolph Introduction et interview de Jérôme Bonnell Scénario complet et dialogues du film

Fanny n’a jamais été tout à fait comme les autres. Différente, mal regardée, mal aimée, elle vit encore chez Gabriel, son frère. Entre l'épouse de Gabriel et Fanny, l’inimitié a été spontanée… Face à une hostilité de plus en plus agressive, Fanny comprend qu’elle doit fuir, quitter la maison familiale et partir sur les traces de son enfance… Traverser la frontière et s’enfoncer dans la forêt…

Heureusement que de rares éditeurs, à l’instar de la société LettMotif, décident courageusement de redonner à l’outil scénario ses lettres de noblesse. Je tiens tout d’abord à préciser que ce ne sont pas des découpages après tournage mais bel et bien des scénarios de films français que publient depuis quelques mois les éditions LettMotif, ce qui ne rend le projet que plus pertinent. Le résultat m’a emballée je dois dire : beau papier, format très pratique (13 x 21), ligne éditoriale séduisante, chaque numéro propose une introduction signée par l’un des scénaristes de l’œuvre, le scénario intégral, mais aussi une fiche technique du film et parfois des interviews en bonus. Nathalie Lenoir


Quand j’étais chanteur Scénario de Xavier Giannolli Scénars n° 23 Format 13x21 cm 160 pages environ 18€ TTC ISBN 978-2-919070-51-0

Janvier 2014

Un film de Xavier Giannoli avec Gérard Depardieu Cécile de France Mathieu Amalric Christine Citti Patrick Pineau Alain Chanone Introduction et interview de Xavier Giannoli Scénario complet et dialogues du film

Alain, 50 ans, est chanteur de bal à Clermont-Ferrand. Il fait aussi les comités d’entreprise et les inaugurations. Il a les cheveux teints et est mondialement connu à Clermont-Ferrand. La chanson était toute sa vie lorsqu’il rencontre Marion...


Chercher le garçon Scénario de Dorothée Sebbagh Scénars n° 17 Format 13x21 cm 180 pages 18€ TTC ISBN 978-2-919070-44-2

Un film de Dorothée Sebbagh avec Sophie Cattani Moussa Maaskri Gérard Dubouche Aurélie Vaneck Introduction et interview de Dorothée Sebbagh Séquencier complet et dialogues du film Cahier photos couleur

Un soir de réveillon en compagnie d’une bouteille de champagne, Émilie, 35 ans, s’inscrit sur Meet Me, célèbre site de rencontres sur internet, avec une bonne résolution pour la nouvelle année : trouver l’amour. Il y a beaucoup d’hommes sur Meet Me : des cyniques, des comiques, quelques loustiques et même de grands romantiques. Émilie est loin d’imaginer ce qui l’attend In Real Life… la vraie vie.


The Girl from Monday Scénario de Hal Hartley Scénars n° 19 Format 13x21 cm 164 pages 18€ TTC ISBN 978-2-919070-47-3

Un film de Hal Hartley avec Bill Sage Sabrina Lloyd Tatiana Abracos Leo Fitzpatrick DJ Mendel Avant-propos de Hal Hartley Scénario complet et dialogues du film Cahier photos couleur

Une jeune femme venue de l’espace tombe dans l’océan. Être venu d’une lointaine constellation nommée Monday, elle prend la forme d’une belle jeune femme afin de partir à la recherche d’un ami arrivé des années plus tôt qu’elle soupçonne d’avoir des ennuis et, peut-être, d’être pris au piège dans le corps qu’il a adopté. Mais le monde dans lequel elle vient de tomber est en plein bouleversement…

Extrait de Walden de Henry David Thoreau

Également disponible avec le DVD du film (VO anglais sous-titrée français)

Format 15x21 cm 164 pages 32€ TTC ISBN 978-2-919070-46-6


Plein Sud Scénario de Luc Béraud Scénars n° 21 Format 13x21 cm 180 pages 18€ TTC ISBN 978-2-919070-49-7

Un film de Luc Béraud avec Patrick Dewaere Clio Goldsmith Jeanne Moreau Guy Marchand Pierre Dux José Luis López Vázquez Scénario de Luc Béraud et Claude Miller Introduction et interview de Luc Béraud Scénario complet et dialogues du film Cahier photos

Le Sud c’est loin, quand on est comme Serge, prof dans une fac à Paris. Le Sud, quand on veut tout plaquer comme Carol, on ne sait pas très bien où c’est, mais on veut y arriver par tous les moyens. Mais pourquoi Carol entraîne-t-elle Serge dans son sillage ? Et quelle force le pousse à la suivre alors qu’ils n’ont rien de commun ? À la gare, Serge se sent observé, il se retourne, Carol est là à le fixer. Derrière le désir que lui inspire ce visage, il sent l’enfance et le rêve, tout ce que la vie lui a appris à oublier. Pour Carol, Serge c’est d’abord un moyen d’échapper au chantage dont elle est victime. Il est sa seule chance, une bouée de secours. Leur première étape vers le Sud, c’est Barcelone. Et la rencontre de Paris se transforme en une passion qui les dévore et les enchaîne. Mais pourquoi Max, qui a tout d’un maquereau, les rejoint-il dans la capitale catalane en se faisant passer pour son demi-frère ? Comment se fait-il qu’Hélène, douce et séduisante, se présente comme la mère de Carol alors qu’elle est sa tante et qu’elle se comporte comme une sous-maîtresse ?


J’aime regarder les filles Scénario de Frédéric Louf Scénars n° 13 Format 13x21 cm 244 pages 18€ TTC ISBN 978-2-919070-29-9

Un film de Frédéric Louf avec Pierre Niney Audrey Bastien Lou de Laâge Introduction et interview de Frédéric Louf Scénario complet et dialogues du film (inclus 2 versions)

La veille du 10 mai 1981, Primo et Gabrielle, 18 ans, se rencontrent. Elle fait partie de la bourgeoisie parisienne. Lui est fils de petits commerçants de province. Ébloui par le charme de Gabrielle et des filles qui l’entourent, Primo bluffe. Il s’invente un nouveau pedigree, ment beaucoup, et compense le vide de ses poches à coup d’audace et d’imagination.

Pourquoi deux versions ? Le scénario de J’aime regarder les filles a connu un parcours très long de quatre ans. Quatre ans et je ne sais plus exactement combien de versions entre celles qui marquent des changements radicaux et celles où j’ai simplement bougé quelques virgules… C’est relativement habituel pour les premiers films, mais lorsque Jean François Jeunet m’a proposé cette édition, je me suis dit qu’il serait intéressant de montrer l’évolution que peut connaître un scénario pendant tout ce temps… Si nous ne publions pas la toute première version, c’est afin de préserver quelques points de repères entre les deux lectures…

Également disponible en version luxe (version 1 du scénario sur papier bouffant ivoire, version 2 sur couché mat, cahier photos couleur)

Format 13x21 cm - 260 pages 24€ TTC ISBN 978-2-919070-64-0


Trois Mondes Scénario de Catherine Corsini Scénars n° 20 Format 13x21 cm 130 pages 18€ TTC ISBN 978-2-919070-48-0

Un film de Catherine Corsini avec Raphaël Personnaz Clotilde Hesme Arta Dobroshi Scénario de Catherine Corsini et Benoît Graffin Scénario complet et dialogues du film

Al est un jeune homme d’origine modeste à qui tout réussit : il se marie dans huit jours avec la fille de son patron et doit prendre la tête de l’entreprise de son futur beau-père. Une nuit, après une soirée arrosée à fêter dignement tous ces projets d’avenir, il renverse un inconnu. Poussé par ses deux amis d’enfance, il abandonne le blessé et s’enfuit. De son balcon, Juliette a tout vu. Hantée par l’accident, elle va aider Vera, la femme du blessé, à retrouver l’homme qu’elle a vu fuir.


Le Voyage en Arménie Scénario de Robert Guédiguian Scénars n° 18 Format 13x21 cm 154 pages 18€ TTC ISBN 978-2-919070-45-9

Un film de Robert Guédiguian avec Ariane Ascaride Gérard Meylan Chorik Grigorian Roman Avinian Simon Abkarian Introduction de Robert Guédiguian Scénario complet et dialogues du film

Se sachant gravement malade, Barsam souhaite retourner sur la terre qui l’a vu naître. Il souhaite également léguer quelque chose à sa fille Anna. Elle est pétrie de certitudes. Il voudrait lui apprendre à douter. Lorsqu’il s’enfuit en Arménie, il prend soin de laisser de nombreux indices pour qu’Anna puisse le rejoindre. Ce voyage obligé dans ce pays inconnu deviendra pour elle ce que Barsam voulait qu’il soit : un voyage initiatique, une éducation sentimentale, une nouvelle adolescence… C’est dans un petit village perdu dans les hautes montagnes du Caucase qu’elle le retrouvera, assis à rêver sous un abricotier en fleur… Sur son identité, sur ses amours, sur ses engagements, Anna doutera et aura grandi.


Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain Scénario de Jean-Pierre Jeunet Scénars n° 4 Format 13x21 cm 140 pages 18€ TTC ISBN 978-2-919070-18-3

Un film de Jean-Pierre Jeunet avec Audrey Tautou Mathieu Kassovitz Dominique Pinon Rufus Yolande Moreau Artus de Penguern Scénario de Jean-Pierre Jeunet et Guillaume Laurant Scénario complet et dialogues du film Introduction et interview de Jean-Pierre Jeunet

Amélie, une jeune serveuse dans un bar de Montmartre, passe son temps à observer les gens et à laisser son imagination divaguer. Elle s’est fixé un but: faire le bien de ceux qui l’entourent. Elle invente alors des stratagèmes pour intervenir incognito dans leur existence. Le chemin d’Amélie est jalonné de rencontres : Georgette, la buraliste hypocondriaque ; Lucien, le commis d’épicerie ; Madeleine Wallace, la concierge portée sur le porto et les chiens empaillés ; Raymond Dufayel alias « l’homme de verre », son voisin qui ne vit qu’à travers une reproduction d’un tableau de Renoir. Cette quête du bonheur amène Amélie à faire la connaissance de Nino Quincampoix, un étrange « prince charmant». Celui-ci partage son temps entre un train fantôme et un sex-shop, et cherche à identifier un inconnu dont la photo réapparaît sans cesse dans plusieurs cabines de Photomaton…


La Cité des enfants perdus Scénario de Jean-Pierre Jeunet Scénars n° 3 Format 13x21 cm 176 pages 18€ TTC ISBN 978-2-919070-15-2

Un film de Jean-Pierre Jeunet avec Ron Perlman Daniel Emilfork Judith Vittet Introduction de Gilles Adrien Scénario de Jean-Pierre Jeunet, Marc Caro et Gilles Adrien Scénario complet et dialogues du film

Krank, un étrange personnage, vit entouré de clones et d’autres personnages encore plus étranges sur une plateforme en mer perdue dans le brouillard. Krank doit, pour ne pas vieillir trop vite, voler les rêves des enfants. C’est pour cela qu’il les enlève de la cité portuaire…

Réjouissons-nous que les éditions LettMotif contribuent à redonner à l’outil scénario ses lettres de noblesse. Quand la plupart de leurs concurrentes n’éditent que des découpages après tournage, elles proposent depuis l’année dernière une collection de véritables scénarios. (scenario buzz)


Delicatessen Scénario de Jean-Pierre Jeunet Scénars n° 2 Format 13x21 cm 120 pages 18€ TTC ISBN 978-2-919070-14-5

Un film de Jean-Pierre Jeunet et Marc Caro

Au milieu d’un immense terrain vague de banlieue se dresse un vieil immeuble.

avec Marie-Laure Dougnac Dominique Pinon Karin Viard Jean-Claude Dreyfus Ticky Holgado

Il est habité par de drôles de gens, aux mœurs plutôt étranges.

Scénario de Jean-Pierre Jeunet, Marc Caro et Gilles Adrien

Il y a aussi les frères Kube qui passent leur journée à fabriquer des boîtes qui meuglent quand on les retourne. Et Mlle Plusse, fille légère. Quant à M. Potin, il est emmuré avec ses grenouilles et ses escargots auxquels il donne des noms grecs. Tous ces gens n’ont qu’une préoccupation : se nourrir.

Scénario complet et dialogues du film

D’abord, il y a la famille Tapioca au grand complet. Et puis M. et Mme Interligator, si désespérément snobs.

Ils sont clients chez le boucher du rezde-chaussée, à l’enseigne Delicatessen qui grince au vent. Pour clore le tout, endessous, dans les égouts, vivent les troglodistes. Ce sont des rebelles. Ceux qui ne mangent pas de viande. Mais dans cet étrange univers, il y a aussi Julie, la fille du boucher. C’est une sorte de Blanche-Neige parmi les ogres : elle joue du violoncelle. Un jour arrive Louison, un gentil qui joue de la scie musicale… Ils étaient faits pour se rencontrer.


Low Life Scénario d’Élisabeth Perceval et Nicolas Klotz Scénars n° 15 Format 13x21 cm 180 pages environ 18€ TTC ISBN 978-2-919070-34-3

Un film d’Élisabeth Perceval et Nicolas Klotz avec Camille Rutherford Arash Naiman Luc Chessel Winson Calixte Textes d’Alain Brossat Luc Chessel Marie-Claude Loiselle Yannick Haenel Romain Lefebvre Scénario complet et dialogues du film

Une communauté de jeunes gens s’organise. Une nuit ils s’opposent à la police venue évacuer un squat d’Africains. Carmen fait la rencontre de Hussain, jeune poète afghan. Fous amoureux, les amants ne se quittent plus. Mais une malédiction plane dans la ville, des papiers portent la mort, des corps tombent. Paniquée à l’idée qu’il se fasse arrêter, Carmen lui interdit de sortir et s’enferme avec lui. Peu à peu, Hussain a le sentiment qu’elle le surveille…


Fragile(s) Scénario de Martin Valente Scénars n° 1 Format 13x21 cm 160 pages environ 14€ TTC ISBN 978-2-919070-14-5

Un film de Martin Valente avec François Berléand Caroline Cellier Jean-Pierre Darroussin Jacques Gamblin Marie Gillain Sara Martins Scénario complet et dialogues du film

Il y a des jours où le destin entrecroise les vies, où les solitudes s’animent sous l’effet du hasard, où un événement bouleverse le cours de plusieurs vies. Six personnages vont se croiser, se réunir, s’abandonner, se retrouver alors que rien ne les prédisposait à se rencontrer. Un lien existe pourtant entre eux. Et le destin va se charger de le leur rappeler. Sara, qui vient de perdre son emploi, est entraînée par sa copine Isa en week-end au Portugal. Paul, dont le dernier film est un échec retentissant, se rend, contre son gré, à un festival à Lisbonne. Yves, pharmacien, a fait le vide autour de lui. Mais ce matin un chien en a décidé autrement… Musicienne, Nina profite d’une tournée pour enfin aller voir son fils de 7 ans qu’elle n’a pas vu depuis des mois… Voilà des semaines que Vince, inspecteur de police, vient chaque jour à l’hôpital jouer de la guitare… Et toujours aussi mal. Hélène ne supporte pas l’idée d’être grand-mère, encore moins lorsqu’on lui demande de garder Ross, son petit-fils…


L’Eau froide Scénario d’Olivier Assayas Scénars n° 14 Format 13x21 cm 100 pages 18€ TTC ISBN 978-2-919070-30-5

Un film d’Olivier Assayas avec Virginie Ledoyen Cyprien Fouquet Laszlo Szabo Jean-Pierre Darroussin Dominique Faysse Scénario complet et dialogues du film Introduction et interview d’Olivier Assayas

1972, près de Paris. Gilles et Christine sont dans la même classe du même lycée de la banlieue ouest. L’un et l’autre, enfants de parents divorcés, sont tous deux livrés à euxmêmes. Mais si Gilles est protégé par l’affection et l’autorité de son père, Christine, elle, est déchirée entre ses parents. Sa mère vit avec un ancien footballeur algérien dont elle partage les convictions scientologistes. Et les conditions plus que précaires de son existence lui ont fait perdre la garde légale de Christine. Son père, inquiet pour l’équilibre mental de sa fille, a décidé de la faire placer en maison de repos, de force s’il le faut. Une seule ouverture dans la vie de Christine, l’amour qui la lie à Gilles, mais Gilles penche encore trop du côté de l’enfance pour en assumer la gravité. Pourtant, cette nuit-là, il va devoir choisir. Christine s’est échappée de l’institution psychiatrique. Et rejoint Gilles à une fête dans une demeure abandonnée parmi les bois. Plus de retour en arrière possible. Elle veut partir. Il y a un horizon abstrait, lointain, une sorte de communauté en Lozère. Gilles va-t-il la suivre ?


Nos Vies heureuses Scénario de Jacques Maillot Scénars n° 12 Format 13x21 cm 166 pages environ 18€ TTC ISBN 978-2-919070-26-8

Un film de Jacques Maillot avec Marie Payen Sami Bouajila Cécile Richard Jean-Michel Portal Camille Japy Eric Bonicatto Scénario complet et dialogues du film Introduction et interview de Jacques Maillot

Six personnages, six amis, six destins croisés : Julie sort de l’hôpital après une tentative de suicide, Ali a quitté le Maroc pour venir étudier en France, Émilie vit une rupture amoureuse, Lucas ne sait plus très bien où il en est, Cécile tue l’ennui en prenant des photos et JeanPaul est un catholique militant… Chacun devra émigrer, devra quitter son identité pour s’inventer un chemin fragile et personnel. Cela n’ira pas sans déchirement, sans combat ni souffrance. Pour trouver quoi ? Un bonheur paradoxal. La joie d’avoir découvert quelque chose à aimer dans ce monde où l’amour est rare.


Très bien, merci Scénario d’Emmanuelle Cuau Scénars n° 11 Format 13x21 cm 116 pages 18€ TTC ISBN 978-2-919070-25-1

Un film d’Emmanuelle Cuau avec Sandrine Kiberlain Gilbert Melki Olivier Cruveiller Scénario complet et dialogues du film Interview d’Emmanuelle Cuau

Alex, comptable, et Béatrice, chauffeur de taxi, forment un couple sans histoires. Mais un soir, Alex se mêle au travail de la police lors d’un contrôle d’identité. Un engrenage implacable et absurde se met alors en marche : il se retrouve au poste, au chômage, et en clinique psychiatrique. Sauf que les fous, ici, ne sont pas ceux qu’on croit…


Une nouvelle vie Scénario d’Olivier Assayas Scénars n° 10 Format 13x21 cm 234 pages environ 22€ TTC ISBN 978-2-919070-20-6

Un film d’Olivier Assayas avec Sophie Aubry Judith Godrèche Bernard Giraudeau Christine Boisson Philippe Torreton Bernard Verlay Scénario complet et dialogues du film Introduction et interview d’Olivier Assayas

Tina a vingt ans. Elle n’a jamais connu son père. Elle vit avec sa mère, Nadine, une femme solitaire subsistant selon la volonté d’anciens amants. Tina est manutentionnaire dans un supermarché et s’apprête à se marier avec Fred, un garçon de son âge un peu gentil, un peu brouillon. À la mort de sa mère, tous ces fragiles repères vont voler en éclats. Et, malgré le pacte qui le lui interdit, elle ira à la rencontre de celui dont elle ignore tout : son père. Mais ce n’est pas à lui qu’elle sera confrontée d’abord. C’est à Lise. Sa demi-sœur. Avant le retour de leur père, elles auront une semaine pour s’observer, se mentir, se chercher. Chacune face au mystère de l’autre.


Voir la mer Scénario de Patrice Leconte Scénars n° 9 Format 13x21 cm 156 pages 18€ TTC ISBN 978-2-919070-24-4

Un film de Patrice Leconte avec Pauline Lefèvre Clément Sibony Nicolas Giraud Gilles Cohen Scénario complet et dialogues du film Introduction de Patrice Leconte

C’est deux frères. Qui habitent Montbard, en Bourgogne. Et qui, pour les vacances d’été, ont décidé d’aller voir leur mère à Saint-Jean-de-Luz. Parce que ça fait longtemps. Parce que ça lui fera plaisir. Ce ne sont pas les parce que qui manquent. Ils ont trouvé un motor-home d’occasion et vont faire la route au rythme du bitume, au gré des envies. C‘est ça l’idée : une diagonale de France entre frères. Sauf que leur tombe dessus une fille qui n’était pas prévue. Une fille attachante. Inattendue. Et qui n’a jamais vu la mer. Ils font donc la route à trois. Et tout doucement, entre désirs diffus et envies cachées, ils réalisent que d’être un trio n’empêche pas de s’aimer. Sans jalousie. Plaisirs partagés.


Un jour mon père viendra Scénario de Martin Valente Scénars n° 8 Format 13x21 cm 148 pages environ 18€ TTC ISBN 978-2-919070-23-7

Un film de Martin Valente

Chloé a tout pour être heureuse.

avec Gérard Jugnot François Berléand Olivia Ruiz

Elle va épouser l’homme qu’elle aime, un ex-champion de tennis reconverti dans les affaires. Ne lui manque que le père idéal pour la conduire à l’autel.

Scénario complet et dialogues du film Introduction et interview de Martin Valente

Qui de Bernard, aristocrate psychorigide et bourré de tocs, ou de Gus, un filou généreux et porté sur l’alcool, sera le père de ses rêves ?


Et soudain, tout le monde me manque Scénario de Jennifer Devoldère Scénars n° 7 Format 13x21 cm 168 pages 18€ TTC ISBN 978-2-919070-22-0

Un film de Jennifer Devoldère

La famille, c’est compliqué…

avec Mélanie Laurent Michel Blanc Florence Loiret Caille Claude Perron Guillaume Gouix

Surtout quand Eli, le père, bientôt 60 ans, attend un enfant de sa nouvelle femme. À l’annonce de la nouvelle, ses deux grandes filles, Dom, qui cherche à adopter, et Justine, qui passe d’un petit ami à un autre sans trop d’état d’âme, sont ébranlées.

Scénario complet et dialogues du film Introduction et interview de Jennifer Devoldère Interview de Mélanie Laurent

Pour se rapprocher de Justine avec qui il n’a jamais pu s’entendre, Eli a la bonne idée de se lier d’amitié avec tous ses ex… À son insu. Mais lorsque Justine tombe de nouveau amoureuse et qu’Eli s’apprête à tout gâcher, la famille est sur le point d’imploser. Est-ce que tout ce petit monde va parvenir à se réconcilier avant qu’il ne soit trop tard ?


L’Enfant de l’hiver Scénario d’Olivier Assayas Scénars n° 5 Format 13x21 cm 160 pages environ 18€ TTC ISBN 978-2-919070-19-0

Un film d’Olivier Assayas avec Clotilde de Bayser Michel Feller Jean-Philippe Ecoffey Marie Matheron Anouk Grinberg Nathalie Richard

Stéphane et Natalia vivent ensemble depuis plusieurs années. Elle est enceinte. Mais entre eux c’est fini et la venue d’un enfant n’y peut plus rien.

Scénario complet et dialogues du film

Stéphane ne veut plus de Natalia et refuse d’admettre qu’il puisse devenir père. Il prend la fuite.

Introduction et interview d’Olivier Assayas

Et rejoint une jeune décoratrice de théâtre, Sabine. Mais celle-ci vit dans l’obsession de l’échec d’une aventure passionnée qu’elle vient de vivre avec un comédien, Bruno, qui l’a brusquement rejetée. Ensemble Stéphane et Sabine, à tâtons, vont essayer de vivre la fragile histoire d’amour qui les attire l’un vers l’autre.


Tout ce qui brille Scénario de Géraldine Nakache et Hervé Mimran Scénars n° 6 Format 13x21 cm 140 pages 18€ TTC ISBN 978-2-919070-21-3

Un film de Géraldine Nakache et Hervé Mimran avec Leïla Bekhti Géraldine Nakache Virginie Ledoyen Linh-Dan Pham Scénario complet et dialogues du film Introduction et interview de Géraldine Nakache et Hervé Mimran

Ely et Lila sont comme deux sœurs. Elles se connaissent depuis l’enfance, partagent tout et rêvent ensemble d’une autre vie. Elles vivent dans la même banlieue, à dix minutes de Paris. Aujourd’hui, Ely et Lila ne veulent plus être à dix minutes de leurs vies. De petites embrouilles en gros mensonges, elles vont tout faire pour essayer de pénétrer un monde qui n’est pas le leur, où tout leur semble possible. Mais tout ce qui brille…


ACHIMIYA AHMADA I SONIA AHNOU I MOUNIR ALLAOUI I SH SSAYAS I CHARLES BEAUD I LUC BERAUD I MARION BERGER ICHEL BUTEL I MATHIEU CAPEL I RAY CARNEY I MARC CARO I JO BALTHAZAR CLAES I RAPHAEL CLAIREFOND I CATHERINE CO ENDERN I MARINA DE VAN I ANNICK DELACROIX I JENNIFER D ARGIER I JEAN-MICHEL FRODON I TOSHI FUJIWARA I PASCAL G HIDEO GOSHA I ROBERT GUEDIGUIAN I OLIVIER HADOUCHI I OSHIHARU IKEDA I KATSUHITO ISHII I SHUNJI IWAI I JEAN-PIER MIYUKI KOBAYASHI I SATOSHI KON I AKIRA KUROSAWA I KIYO OUF I LORIN LOUIS I MOUSSA MAASKRI I JACQUES MAILLOT OSHIO MATSUMOTO I ADELE MEES-BAUMANN I TAKASHI MIIK ORIMOTO I KATSUHIDE MOTOKI I GERALDINE NAKACHE I GE SHIMA I KATSUHIRO OTOMO I MACHA OVTCHINNIKOVA I JE CHELIN I PIERRE PITIOT I SEBASTIEN RAULIN I JACQUES RI ARRAZIN I ETTORE SCOLA I DOROTHEE SEBBAGH I MAKOTO HIELLEMENT I PIETRO RORRIGIANI I TOSHIAKI TOYODA I SHIN OUBIR I ANDREI ZVIAGUINTSEV I HACHIMIYA AHMADA I SONIA TADANOBU ASANO I OLIVIER ASSAYAS I CHARLES BEAUD I LUC B AHMED BOUGHABA I MICHEL BUTEL I MATHIEU CAPEL I RAY AN-SEBASTIEN CHAUVIN I BALTHAZAR CLAES I RAPHAEL CLA UAU I SAMANTHA DE BENDERN I MARINA DE VAN I ANNICK DE YNARD I JEAN-PAUL FARGIER I JEAN-MICHEL FRODON I TOSHI MATHIEU GERMAIN I HIDEO GOSHA I ROBERT GUEDIGUIAN OMOO HARAGUCHI I TOSHIHARU IKEDA I KATSUHITO ISHII I SH LEIN I NICOLAS KLOTZ I MIYUKI KOBAYASHI I SATOSHI KON I ASCAL LIEVRE I FREDERIC LOUF I LORIN LOUIS I MOUSSA M ARCHAND I CHRIS MARKER I TOSHIO MATSUMOTO I ADELE OCHIZUKI I TATSUYA MORI I KOJI MORIMOTO I KATSUHIDE MO EDERICO OLIVIERI I NAGISA OSHIMA I KATSUHIRO OTOMO I M ERCEVAL I STEPHANE PICHELIN I PIERRE PITIOT I SEBASTIE AKAMOTO I STEPHEN SARRAZIN I ETTORE SCOLA I DOROTH éditions LettMotif I PIETRO RORRIGIANI I TOS THIELLEMENT ARKOVSKI I PACOME 105, rue de Turenne ZVIAGUINTSEV I HACHIMIY UKISADA I AMINA ZOUBIR I ANDREI La Madeleine (France) TADANOBU ASANO I OLIVIER ASSAYAS I CHA AMIR ARDJOUM I 59110 Tél. 03 66 97 46 78 EROME BONNELL I AHMED BOUGHABA I MICHEL BUTEL I MA Télécopie 03 59 35 00 79 CHAUVIN I BALTHAZAR CLA OPHIE CATTANI I JEAN-SEBASTIEN E-mail : contact@lettmotif.com MMANUELLE CUAU I SAMANTHA DE BENDERN I MARINA DE OSI I STEPHANE EYNARD I JEAN-PAUL FARGIER I JEAN-MICHE I MATHIEU GERMAIN I HIDEO GOSHA I RO RICHARD GEORGEwww.edition-lettmotif.com ASATO HARADA I TOMOO HARAGUCHI I TOSHIHARU IKEDA I K facebook.com/edition.lettmotif TANO I WILLIAM KLEIN I NICOLAS KLOTZ I MIYUKI KOBAYAS ATRICE LECONTE I PASCAL LIEVRE I FREDERIC LOUF I LORIN LO VIRGINIE MARCHAND I CHRIS MARKER I TOSHIO MATSUMOT


éditions LettMotif (catalogue)