Page 1

n째113

/ mars 2010 / GRATUIT

TOULOUSE Cultures et tendances urbaines


Sommaire Let’smotiv - mars 2010 #113

Maggie Cheung © Feng Hai // © Grégoire Bernardi - Elisabeth Blanchet // © Nicolas Fleuré

6 News

12

Objets 16 Reportage Fixies : radiographie d'une nouvelle sous-culture

24

Portfolio Clemens Behr : entre street art et graff en 3D Événement Festival Garorock 40 Musique Hot Chip, Sourya, Hindi Zahra, Éric Lareine et Fantazio… 32

52

Cinéma Tony Gatlif, Festival Zoom Arrière, Soul Kitchen… 62 Mode Dressing project par Nicolas Fleuré

70

Rencontre Géraldine de Margerie (Dictionnaire du look) 76 Portfolio Brian Walker, chantre de la cause féminine ? 82 Exposition Bolivie, espoirs et quotidien, Jaume Plensa… Agenda

92

Théâtre & Danse Le Grand Inquisiteur, Dom Juan de Molière… Agenda 102 Chroniques livres, cd, dvd et jeux vidéo 108 Agenda concerts

120

Culture Club

124 Guide restaurants, bars & clubs

130 Le mot de la fin Un truc cool par Brock Davis


Let’smotiv Toulouse 18 rue des Couteliers - 31000 Toulouse Tél : +33 561 14 03 28 - Fax : +33 561 14 25 22 redaction.tlse@letsmotiv.com Let’smotiv Toulouse est édité par la S.a.r.l. Urban Press Membre du réseau Let’smotiv Magazines Urban Press, S.a.r.l. au capital de 7 622 euros RCS Toulouse 424 996 304 Dépôt légal à parution - ISSN : 162 119 44 Directeur de l’édition : Laurent Buoro Rédaction : C. Lafontan - Léa Daniel - Baptiste Ostré Graphiste : C. Gentillon - pao.tlse@letsmotiv.com Publicité: Stéphanie Ganet - pub.tlse@letsmotiv.com

Let’smotiv Méditerranée

BP 2172 - 34027 Montpellier Cedex 1 Tél : +33 499 61 51 12 - Fax : +33 467 92 26 43 redaction.med@letsmotiv.com

Let'smotiv Bordeaux

31-33 rue Buhan - 33000 Bordeaux Tél : +33 556 52 09 95 - Fax : +33 556 52 12 98 redaction.bordeaux@letsmotiv.com

Let'smotiv Lyon

5 place Louis Chazette - 69001 Lyon Tél : +33 482 53 05 71 - Fax : +33 482 53 05 70 redaction.lyon@letsmotiv.com

Ont collaboré à ce n° : Thibaut Allemand, Clemens Behr, Emma Belasco, Grégoire Bernardi, Marc Bertin, Faustine Bigeast, Elizabeth Blanchet, Gautier Blondel, Mathieu Dauchy, Fanny Delporte, Tiphaine Deraison, Julie Duquenne, Julie Fauré, Nicolas Fleuré, Youness Hamelat, Valérie Lassus, Hakima Lounas, Alex Masson, Nicolas Mathé, Ariane Mélazzini-Déjean, Michel Paquot, Brian Walker Couverture : Brian Walker, www.lickthesun.com

Let’smotiv Lille

114 rue Barthélemy Delespaul - 59000 Lille Tél : +33 362 64 80 09 - Fax : +33 362 64 80 07 redaction.nord@letsmotiv.com

Let’smotiv Bruxelles

114 rue Barthélémy Delespaul - F-59000 Lille Tél : +33 362 64 80 09 redaction.bruxelles@letsmotiv.com

Let'smotiv Portugal

Rua Ofélia da Cruz Costa, 922, 2°dto, 4455-138 Lavra Tél : +351 968 604 752 revista.sai@letsmotiv.com

Let’smotiv est une publication d’Urban Press, www.urban-press.com 18 rue des Couteliers - 31000 Toulouse Tél : +33 561 14 03 28 - Fax : +33 561 14 25 22 - info@urban-press.com Directeur de la Publication : Laurent Buoro Directeur du Développement : Loïc Blanc

Publicité Nationale : Stéphanie Ganet, +33 561 14 78 37 pub@letsmotiv.com

Rédacteur en chef : Nicolas Pattou Rédactrice en chef adjointe : Léa Daniel Secrétaires de rédaction : Carole Lafontan, Judith Oliver

Régie publicitaire : Proxirégie : salvatore@proxiregie.fr

Direction Artistique : pao@letsmotiv.com Cécile Fauré, Christophe Gentillon

Impression : Imprimerie Ménard, 31682 Labège Papier issu de forêts gérées durablement

Administration : adm@urban-press.com

www.letsmotiv.com L’éditeur décline toute responsabilité quant aux visuels, photos, libellé des annonces, fournis par ses annonceurs, omissions ou erreurs figurant dans cette publication. Tous droits d’auteur réservés pour tous pays. Toute reproduction, même partielle, par quelque procédé que ce soit, ainsi que l’enregistrement d’informations par système de traitement de données à des fins professionnelles, sont interdites et donnent lieu à des sanctions pénales. ı Magazine gratuit - Membre de l’OJD, Bureau de la presse gratuite d’information. Ne pas jeter sur la voie publique.


Hall Bazaar 8, rue Baour Lormian - 31000 Toulouse


En bref…

© Elliott Erwitt, Magnum Photos

Un Américain à Paris Alors que l’Agence Magnum vend ses archives pour assurer son avenir, Elliott Erwitt, l’un de ses plus illustres représentants, expose à Paris. Un retour à la maison pour cet Américain de 81 ans, fils d’immigrés russes, né en France. Doté d’un sens de la dérision féroce, Erwitt a été portraitiste de stars, photojournaliste, avant de se distinguer avec de surprenants clichés de chiens. Personal Best, sélection de ses œuvres favorites, met fin à plus de 20 ans d’absence dans la capitale. À voir à la Maison Européenne de la photographie (MEP) jusqu’au 4.04. ❥ www.elliotterwitt.com

L’affaire tourne au sale ?

© DR

Télex

On savait Tintin un tantinet ethnocentrique, voici que sa famille joue la censure. Les éditions Moulinsart s’acharnent en effet contre Gordon Zola, l’auteur d’une série de romans parodiques intitulée Les aventures de Saint-Tin. À l’issue d’une saga... judiciaire cette fois, le tribunal a débouté les accusations de contrefaçon et de plagiat pour ne garder que le « parasitisme  ». L’auteur de L’ire noire, Saint-Tin au Gibet, du Crado Pince Fort ou encore de L’Affaire tourne au sale a fait appel au nom du droit à la parodie. ❥ www.leopardmasque.com L’armée de l’air américaine a dû retirer une campagne télévisée qui utilisait abusivement un titre des White Stripes. Le duo refuse que « Fell in Love with a Girl » encourage « le recrutement dans une guerre qu’il ne soutient pas », sans préciser s’il s’agit du conflit en Irak ou en Afghanistan. // Le Mandala fête ses 25 ans ! 3 soirées au programme : les 5, 6 et 7.03. Entrée libre sur invitation. www.lemandala.com


news |

7

Les Pavillons isolés

© DR

Curry and Coco © DR

Depuis 2007, les Pavillons Sauvages ont accueillis pas moins de 1500 groupes. Une belle performance pour cette frichette culturelle et associative mainte fois menacée par les pouvoirs municipaux. Souhaitons-leur de ne pas s’arrêter là : rénovée depuis le 15 janvier, la salle de diffusion peut désormais accueillir 150 à 200 personnes. Travaux d’isolation, de correction acoustique et d’agrandissement se sont succédés l’été dernier et cet hiver. Des aménagements rendus possibles grâce aux concerts de soutien et à l’implication des adhérents. Reste que les Pavillons n’en ont pas encore fini : la Commission de sécurité leur impose également de créer une seconde porte de sortie, un sas et un pare-feu… ❥ Soutenez-les : lespavillonssauvages.org

Poney Poney Ride Ride

Le Tilt : une prog’ extraball

Rompre avec l’académisme des contests de snowboards. C’est dans cet état d’esprit qu’ont débuté en 2002 les Poney Session, sous l’égide des Denjos Brothers. Du 19 au 21.03, St-Lary accueille la 8e édition de cet évènement de la boardculture. La thématique ? Vikings et drakkars sur le snowpark  ! Entraînement le vendredi, contest le samedi et Best Tricks le dimanche. Et le samedi, soirée à l’ambiance très funk avec le Bernard’s band (dès 22 h). ❥ 05 62 39 50 81, www.poneysession.com

Il y a 8 ans, le Tilt prenait le pari que la technologie numérique allait révolutionner les échanges entre l’image, la musique et l’art en général. Un festival visionnaire donc au vu de la teneur du programme cette année. Installation multimédia, concours de remix et création de clip, spectacles mêlant danse, jonglage, théâtre et art numérique ainsi que deux soirées électro de haut vol avec en vrac Yuksek, Mr Oizo, le Peuple de l’Herbe et bien d’autres. ❥ 17 au 20.03, Perpignan, 04 68 51 64 40, www.tilt-festival.org

C’est la révolution dans les toilettes : un supermarché de Grande-Bretagne commercialise du papier toilette enrichi en cachemire. À 2,60 € pièce, c’est toujours moins cher qu’un pull ! Pas très classe, mais tout confort. // Erratum : l’auteur de l’article sur le collectif eBoy dans notre numéro de janvier 2010 est Laurent Berneron. Il précise que « les eBoy  se défendent de tout message politique et sociétal dans leur travail ».


news |

8

L’Islande, nouvel Eldorado ? Le monde du journalisme, en perpétuelle quête de liberté et d’indépendance, aurait-il trouvé son Eldorado en Islande ? Le Parlement islandais réfléchit à la question en examinant un projet de loi (IMMI : Icelandic Modern Media Initiative) visant à renforcer la législation sur les libertés de la presse sur Internet. De facto, il s’agit surtout d’attirer groupes de presse et journalistes étrangers afin de rétablir l’économie du pays, frappé de plein fouet par la crise. Soutenu par le célèbre site de scoops Wikileaks, le texte prônerait, entre autres, une protection accrue des sources sur la toile, ainsi que l’interdiction pure et simple du filtrage. Par ailleurs, Alain Genestar prendrait déjà des cours d’islandais.

© DR

© DR

Traverser l’écran

Haïti, c’est pas fini

Art vidéo, performance, photographie, multimédia et une dizaine de lieux : les 13e Rencontres Traverse Vidéo luttent contre crises et pessimismes. «  Ça vaut la peine » proclame cette nouvelle édition qui tient à montrer que la création peut rester vive, malgré les contraintes qu’elles soient financières ou idéologiques. Une programmation iranienne permet ainsi de se rendre compte de l’inventivité d’artistes obligés de composer avec les moyens du bord. ❥ À voir du 10 au 27.03, 05 62 13 10 00, www.traverse-video.org

Après la soirée au Bikini, la mobilisation en soutien à Haïti ne faiblit pas. L’association Esp organise en effet un concert le 17.03 au Ramier (start 21 h). Et autant dire que le monde culturel sait se montrer généreux puisque plus de trente artistes ont accepté de venir bénévolement. On citera en vrac Manuel Delsol, Motherfunck, le collectif Slam Jam qui fera une démo de breakdance ainsi que les DJ Peyo, Gravebongaz ou Ashanti. Avec V-jing toute la soirée et performance graff par Snake. ❥ Le tout pour 5 €.

Télex

Le festival d’arts visuels Manifesto lance son appel à auteurs pour sa prochaine édition (16.09 au 10.10). Photographie, installations, performances liées à l’image sur des thèmes libres. Date limite de réception des dossiers le 30.03 // Jusqu’au 14.03, les amateurs de poker peuvent se qualifier en ligne pour la première Coupe de France de poker. www.poker.fr


news |

10

Où sont les femmes ? Le mois de février a été fécond en recherches fantasques sur la gent féminine. On a ainsi appris, grâce à deux universités australiennes, que le nombre d’amants d’une femme tient moins à sa beauté qu’à la diversité de ses gènes (dits CMH). Quelques jours plus tard, un tout autre sondage, anglais celui-ci (Philips Sensual Massagers), confirmait les talents prophétiques de Lio : les brunes embrasseraient mieux (51 %) et seraient plus douées pour la conversation (63 %). L’on désespérait de découvrir quelque chose de sérieux quand sortit une étude sur les entreprises du CAC40, prouvant que plus la direction est féminisée, plus l’entreprise est performante. À retrouver dans la revue du CNRS, Travail, genre et sociétés. Ouf !

© DR

© DR

Assassin des seins

Futurama

Le Saint des Seins ne se voue pas qu’au rock. Le hip-hop y fait son apparition avec une soirée 100pit Party le 27.03 (23 h). Le 100pit crew, collectif qui aime volontiers malmener le hip-hop de papa, sera rejoint par le DJ du mythique posse Assassin, Dj Duke. Ce dernier sera quelques heures plus tôt (17 h) à Gibert Joseph pour un showcase avec Madzkilla Saw, figure montante de la scène toulousaine. Assassin n’est pas en reste : le crew de Rockin’ Squat vient de sortir un dvd live de leur dernier concert à l’Olympia. ❥ myspace.com/streettrashrecords

Non, il ne s’agit pas de l’autre série de Matt Groening (le créateur des Simpsons), mais de la 10e édition du Carnaval de Tournefeuille, piloté par l’Usine. Le 27.03, la parade en danse et en musique auprès de M. Carnaval se pare d’une bonne dose d’anticipation. Les enfants sont invités à imaginer le visage que prendra leur ville dans 10 ans et à envahir les rues de leurs idées. Tournefeuille dans 10 ans ? Pourquoi pas un monde aquatique  ? ❥ 27.03, 16 h, gratuit, Tournefeuille (bd. Montel), 05 61 07 45 18

Télex

Poésies et performances pour le 2e festival Les Perforeilles. Du 11 au 13.03 au Théâtre du Hangar, et dans le cadre du Printemps des poètes : une vingtaine d’artistes pour des rencontres poétiques. http://theatrelehangar.over-blog.fr // Un évènement glisse (ski, snow, télémark) ouvert aux compétiteurs ou skieurs lambda ? C’est le 4e Open d’Ascou (09), le 7.03. www.ascou-ski.com


news |

12

À géométrie variable Pour la petite marque Spinthread, la recette du bonheur tient à quelques fils de coton et une toute petite chaînette. Travaillés par des orfèvres, ces matériaux bruts deviennent des bijoux poétiques. Colliers, broches... même les plus rétives se laisseront hypnotiser par les motifs géométriques en trompe-l’oeil fabriqués main par Marañón. ❥ Bijoux par Spinthread sur Etsy ou Flickr.

Mon oeil ! Bless – duo terrible made in Berlin – a conçu une collection de vêtements et d’accessoires printaniers mêlant l’insolite et l’insolent. Ines Kaag et Désirée Heiss détournent les codes et s’en amusent. La chemise se greffe au t-shirt, le col tailleur au pull trop long... les lunettes ne laissent rien filtrer, mais donnent à voir ! Union et opposition, voilà les thèmes qui ont inspiré leurs créations. Oserons-nous ? ❥

Lunettes, de Bless : 255 €.

Souvenir, souvenir

Vintage, rigolo, décalé... ces cadres photo vous détourneront de vos écrans plats souvent trop fades. Et pour une fois, c’est vous la star du programme ! Soapstar Frame sur Urban Outfitters, environ 20 €.


20 AVRIL Licence Nous Productions 2 142 638 - artwork : vu intĂŠgral

AU ZENITH de toulouse LOCATIONS : www.avosbillets.com

www.theprodigy.com


news |

14

Desperate housewife Le jour, c’est une table basse comme une autre. Idéale pour une tea party entre amis. Le soir, on range le service en porcelaine car Home Disco sort le grand jeu ! Des rayons laser, des fumigènes à gogo, des enceintes haute-fidélité... il n’y a plus qu’à brancher un iPod et c’est parti pour une nuit de folie. L’auteur de cet objet futuriste n’est autre que Moritz Waldemeyer, ingénieur et designer bien connu pour ses collaborations avec Bono, Rihanna ou plus récemment avec Ok Go. Sa passion... les Leds. Ces petites lumières nouvelle génération qui consomment peu d’énergie. Cette disco table a été créée en réponse à un challenge créatif lancé en décembre dernier par le magazine Wallpaper*. Attention, danseuse non fournie ! ❥ Prix sur demande.

Un grand bond en avant En novembre 2009, c’est l’euphorie. Supra crée l’événement dans le petit monde de la sneaker. La marque de footwear annonce que la Skytop a pris quelques centimètres (ciel !). Son nouveau profil devrait faire des jaloux sur le marché : protection contre le froid, flexibilité maximale pour faire corps avec son skate, caoutchouc vulcanisé... Trois coloris sont proposés. Ils ne sont pas faciles à trouver et encore moins à porter. ❥ Skytop II, de Supra : 109 € pour les noires ; 139 € pour les 2 bleues et les blanches.

Hissez le pavillon ! On avait aperçu des docks iPod en forme de gramophone, mais celui-ci dépasse toutes nos attentes ! Cette création signée Matt Richmonds, directement inspirée des appareils de la belle époque, cultive habilement une vraie fausse usure. Ce bijou n’est, hélas (temporairement) plus disponible. ❥ iVictrola Gramophone, 425 $ pièce.


bar à vins - tapas - restaurant

Les Fabuleux Festins

carte originale et inédite de cuisine fusion et tapas gastronomiques Ambiance lounge & Artistique

Mix : DJ Baba Raspopov & Aston

www.lesfabuleuxfestins.com Ouvert le soir du mercredi au samedi - Tél. 05 61 62 08 31 Entre les parkings Jean Jaurès et St-Aubin | 32, rue Gabriel Péri 31000 Toulouse


reportage |

16

Un groupe d'amis dans le quartier de Bricklane, dans l'est de Londres.


texte ¬ Elisabeth Blanchet - photos ¬ Gregoire Bernardi - Elisabeth Blanchet

Une idée fixed


reportage |

18

Oubliez les tenues en lycra flashy du tour de France, les dimanches matin à faire du VTT, la mode est au fixie, ces vélos à pignon fixe, sans freins, câbles, ni dérailleur. En provenance de New York, cette nouvelle star du bitume se répand comme une traînée de poudre, semant sur son passage suées et sueurs froides. Pirouette en plein cœur de l'East End londonien, à la découverte d'une nouvelle sous culture.

O

scar déboule, perle au front, au Magasin 14, un repaire particulièrement hype de l'East End londonien. À partir de cette enseigne, le quartier autour de la Truman Brewery s'est transformé en véritable « Fixieland  ». Les bécanes flambant neuves s'entremêlent. Au milieu d'elles, ce grand adolescent dégingandé retrouve ses potes dans cette toute nouvelle boutique spécialisée dans les fixies. «  Pour faire simple, m'explique Oscar reprenant son souffle, un fixie est un vélo qui ne possède pas de roue libre. Son pignon est fixe  ». Fièrement, il me désigne le sien, spécialement taillé pour sa passion : les pirouettes à bicyclette. Car, dans le monde du pignon fixe londonien, Oscar est la star du « trickriding », comprenez « sauts à vélo ». Et c'est au Magasin 14 qu'il retrouve les autres kiddies, ces désaxés adeptes des cascades.

Sur les chapeaux de roue Curieuse de voir ce dont l'étoile montante de la scène londonienne est capable, je me laisse entraîner dans un hangar désaffecté. En chemin, nous rencontrons son ami Tom, alias Taliban Tomahawk (surnom dû à sa chevelure et sa barbe proéminentes), qui pratique une discipline cousine sur BMX. Les deux garçons empilent savamment palettes et morceaux de contreplaqué pour bâtir un tremplin de fortune. Le jeu des figures commence. Tom carbure à la Foster. Oscar reste sobre. Mais, tous deux enchaînent des gamelles qui font froid dans le dos. Le ballet des « tricks  » se déroule sous mes yeux grand ouverts, jusqu'à ce que sonne l'heure du pub !

Rétropédalage De retour à Brick Lane, je suis attendue par des hordes de fixies, plus trendy les uns que les autres. La mode >


Oscar Khan fait ses «tricks » à Brick Lane et discute avec son ami Tom.


reportage |

20

Départ d'une « alleycat », course de coursiers, dans le quartier de Clerkenwell.


Photo en haut : Papillon dans sa tenue de coursière. Photo en bas : les jambes et le vélo de Justina, ex-coursière et toujours Fixie !


reportage |

22

Aidan lors d'un entraînement de Polo Bike à Elephant & Castle, dans le sud de Londres.

« C'est comme si on ne faisait plus qu'un avec la machine. » du vélo à pignon fixe a connu une véritable envolée depuis 2006. À l'origine de cette tendance, les fameux cyclo-coursiers new-yorkais, qui ont progressivement contaminé leurs confrères londoniens. À l'instar de Stéphanie, alias Papillon, qui navigue dans les rues de la capitale britannique depuis 12 ans. « Quand on est coursier, c'est beaucoup plus adapté de rouler en fixie  : les vélos sont plus légers, plus faciles à entretenir. » Et puis, il y a les sensations. « Pédaler constamment, être en cadence avec le mouvement de la circulation. C'est comme si on ne

faisait plus qu'un avec la machine », poursuit-elle, triomphale. Cette impression de fusion, relevée de jouissives poussées d'adrénaline (pas de freins, rappelons-le), devait forcément faire des émules.

Réaction en chaîne C'est ainsi que sont apparus, il y a quelques années, ceux que les messengers s'empressent d'appeler les fakengers. « Des faux coursiers  », sans message à délivrer – qui transforment le fixie en pratique à la mode et l'assortissent de toute une panoplie tendance : du casque au sac en passant par les chaussures qui se


reportage |

23

Deux utilisateurs de fixies à Shoredich, un quartier branché dans l'est de Londres.

clipsent aux pédales. On est alors en 2006 et les trottoirs de la City deviennent le théâtre d'une guerre sans précédent. Les fakengers ouvrent les hostilités en s'immisçant dans le circuit fermé des coursiers, fréquentant les mêmes pubs, s'incrustant aux fameuses alleycats (courses à thèmes organisées par la profession) et aux Rollapaluza (courses de vitesse sur vélo fixé au sol). Entre flots d'insultes sur la voie publique et répliques cinglantes sur le net, les tensions montent d'un cran. Jusqu'à ce que, finalement, les coursiers old school mettent de l'eau dans leur bière.

Gonflés à bloc « On a toutes sortes de clients ici », confie Aidan, 23 ans, employé du Magasin 14. « La simplicité du vélo,

sa forme épurée attirent beaucoup. On peut choisir les pièces et créer son propre fixie pour moins de £1000. » Le sien, spécialement conçu pour le Bike Polo, traîne dans un coin. Aidan est devenu ces deux dernières années un joueur invétéré. Initié par quelques dizaines de fakengers nonchalants le dimanche après-midi sur une aire de jeux de Brick Lane, le Bike Polo compte désormais plusieurs ligues à Londres, des championnats d'Europe et du monde ! Et Aidan prend ça très au sérieux. Au point de nous fausser compagnie en pleine conversation pour un championnat à Karlsruhe. Tant pis, allons trinquer avec Papillon. Elle a fini sa journée et m'attend à la Foundry, le pub repaire des coursiers et des fixies... hard core. /


Clemens Behr 3 D, installation, graphisme // Dortmund, Allemagne // www.clemensbehr.com

Happy origami Vous voulez faire plaisir à l’artiste allemand Clemens Behr ? Offrez-lui des déchets : boîtes en carton, bons vieux scotchs bien épais ou même sacs poubelle. Il transformera cet improbable stock en œuvre d’art éphémère. À tout juste 24 ans, cet étudiant en design graphique cite le mouvement dada, Marcel Duchamp ou Kurt Schwitters comme références. Et dresse un pont solide entre l’Arte Povera (ses installations sont toujours composées de matériaux pauvres « au charme esthétique particulier »), le street art novateur de Blu et le graff en 3D de Daim. Un joyeux bordel coloré, explosif même. Un véritable maillon fort entre l’ingéniosité du motion design de Pierre Vanni et l’onirisme des bricolages du génialissime Michel Gondry. Comme ce dernier, Clemens Behr préconise une spontanéité à toute épreuve, reconnaissant se passer de croquis pour mieux suivre l’image qu’il a en tête. Cette démarche caractérise d’ailleurs tout son cheminement artistique. Au détour d’une rue ou dans l’intimité d’une galerie, il construit son monde avec le cœur, à la manière d’un enfant qui jouerait avec des montagnes de Lego®. Baudelaire a écrit : « Le génie, c’est l’enfance retrouvée à volonté ». Cet adage a, sans aucun doute, trouvé son incarnation en Clemens Behr. /

texte ¬ Carole Lafontan


portfolio |

25

â?– Remember Tomorrow, Barcelona (2009)


1


2

3

4

❖ 1. Autoportrait, Barcelona (2009) - 2. Sans légende - 3. Installation en extérieur, Barcelona (2009) 4. Mur réalisé pour Zooom Prod., Salzburg (Autriche)


❖ 1. 3. Dark graffiti scenes - 2. Logo par bishop pour le site toutpourlesyeux.com en extérieur, ❖ Installation Candlestickmaker - Barcelona (2009) 4. Hello ice - 5. Artwork du 2e album de l'artiste roumain


1

2

❖ 1. Installation dans le métro, Barcelona (2009) - 2. Exposition à la boutique Heimatdesign, Dortmund (2008) - 3. Installation géante dans la Galerie Seize, Marseille (2009)


3


événement |

32

Gar’o’rock alternatif Dossier réalisé par ¬ Y. Hamelat, B. Ostré, N. Mathé, M. Bertin, G. Blondel, T. Deraison et J. Duquenne

Premier festival de la saison, Garorock propose cette année encore un savoureux mélange des genres issus de la scène émergente, avec du rock bien sûr, mais pas seulement. On ne change pas une formule qui gagne. Alors pour sa 14e édition, le festival Garorock de Marmande ne promet pas la lune, mais de rester fidèle à ses valeurs. À base de rock principalement, mais surtout d’artistes émergents. « On préfère faire découvrir au public plein de groupes surprenants, plutôt que de seulement tabler sur deux ou trois têtes d’affiche », explique Ludovic Larbodie, directeur artistique et fondateur de l’évènement qui attend cette année pas moins de 250 bénévoles, 250 techniciens et 50 000 visiteurs. Excusez du peu. Alors d’Izia, la déjantée fille d’Higelin, au trip-hop des Britan-

niques d’Archive en passant par le pape du reggae ivoirien Alpha Blondy ou le grand retour sur scène des métaleux de Sepultura, pas moins de soixante-dix artistes aux influences parfois diamétralement opposées défileront du 2 au 4 avril prochains sur les scènes de Garorock. Une programmation éclectique, mais pas forcément voulue. « On ne se met aucune barrière de style, témoigne Ludovic. Les groupes qui viennent sont ni plus ni moins ceux qui m’ont marqué sur scène cette année. Parfois il n’y a pas de reggae, cette année oui ; ça dépend du cru ». Ou des disponibilités. Ainsi, alors qu’ils


événement |

33

Sepultura © DR

« 70 artistes aux influences parfois diamétralement opposées défileront sur les scènes de Garorock. » n’avaient pu honorer l’invitation l’an dernier, les Canadiens de Duchess Says, les Italiens de Crookers ou encore les Australiens de Pendulum ont répondu présents pour cette édition. Mais pour les organisateurs de concerts, la vraie bête noire, c’est surtout l’annulation de dernière minute. Et si ça n’est arrivé à Garorock « qu’une seule fois en trois ans  », avec les Rinôcérôse,

l’expérience a bien failli se renouveler l’année dernière avec le chanteur des Babyshambles. « Pete Doherty avait annulé quasiment toutes ses dates, mais il a bien voulu venir à Marmande car on lui a mis à sa disposition un jet privé  », se souvient Ludovic. Un caprice qui heureusement pour le budget n’arrive pas trop souvent ! >


CEA © DR


Izia © Julien Mignot

Wax Tailor © Mathieu Zazzo

Miss Platnum © DR

Delinquent Habits © DR


Le pass

de la rédaction

Heavy Trash © DR

Vendredi 2 avril

Heavy Trash [rock’n’roll]

Krazy Baldhead [électro]

www.heavytrash.net

www.myspace.com/krazybaldhead

En vacances prolongées du Blues Explosion, Jon Spencer a déclaré sa flamme rockabilly à Matt Verta-Ray (Madder Rose, Speedball Baby). Trois brûlots au compteur en 5 ans, inutile de dire qu’il ne s’agit nullement d’un sport ni d’un passe-temps. Le duo d’essence rare gomina/Gibson est la réincarnation - stupéfiante de classe - de la flamme primitive rock’n’roll. Amours défuntes, riffs assassins, jupes plissées, hymne au cunnilingus («  Gatorade  »), si le monde tournait rond, Heavy Trash serait LA religion œcuménique.

En dépit d’un patronyme emprunté au répertoire de Bob Marley, Krazy Baldhead, 34 ans, natif du sud de la France, néo-parisien, percussionniste, jazzman (10 ans de conservatoire), ingénieur du son d’une radio en prison, goûte peu au reggae, revendiquant pêle-mêle : Chemical Brothers, Bill Evans, A Tribe Called Quest, Joy Division, Gong, Miles Davis ou Prefuse 73 ! Refusant l’étiquette de DJ, il se produit souvent caché derrière son laptop, épaulé par un VJ, bien décidé à défendre son premier opus The B-Suite (Ed Banger Records, 2009).

The Sollilaquists of Sound [hip-hop] www.myspace.com/solilla

Le rappeur Sage Francis, influent musicien de renom, se révèle également un directeur artistique plus que pointu : après C.R Avery et son beatboxing hobo folk, voici sorti de sa casquette The Sollilaquists of Sound. À la croisée des racines et de l’abstraction, leur hip-hop s’inscrit dans une veine funk et new jazz très proche de Fat Jon et de l’esprit japonais. Les quatre d’Orlando viennent témoigner leur désarroi via No More Heroes (Anti/ Epitaph) : il serait temps de s’en rendre compte.


Nneka [world]

Mr Oizo [électro]

www.nnekaworld.com

www.myspace.com/oizo3000

S’il y a bien un pays en Afrique où la musique sait aisément traverser les frontières, c’est bien le Nigeria. Sur les traces des Fela/Femi Kuti, Keziah Jones et consorts, la relève est déjà bien assurée. Voix soul écorchée par un passé heurté, consolidée d’une foi de charbonnier, Nneka sonne comme un bombardement émotionnel intense, explosant au passage les barrières de style : reggae, hip-hop, folk ou afrobeat. L’ombre de Lauryn Hill que l’on se plaît à lui coller sur le dos, ne lui va, d’ailleurs, pas si mal.

Génie musical (« Flat beat ») et cinématographique («  Steak  »), Quentin «  Mr. Oizo  » Dupieux a terrassé la concurrence avec Lambs Anger, dernier album électroniquement déviant à la pochette surréaliste à souhait. De Sébastien Tellier à Jamelia, en passant par sa collègue de bureau Uffie, l’homme élève en secret un beat des temps modernes, entre parodies robotiques, ambiances funky et groove menaçant… Un inconfort propre à provoquer quelques douleurs cervicales mais absolument uniques. Voire inoubliables.

Gizelle Smith & The Mighty Mocambos [funk] www.myspace.com/gizellesmithmusic

Gizelle Smith n’a pas attendu la sortie de son premier album (This is Gizelle Smith & The Mighty Mocambos chez Soulbeats records) pour frapper un grand coup. Autoproclamée « Golden girl of funk », cette Anglaise sensuelle en diable s’est faite remarquée avec le single « Working Woman », rapidement playlisté en club. Associée à The Mighty Mocambos, groupe originaire d’Hambourg, la belle déploie une voie chaleureuse sur des mélodies qui sentent bon le vintage. Vieux micros, vieux amplis, cuivres, orgue ou percus, la démarche est assumée jusqu’au bout. Le résultat est aussi frais qu’énergique. >

Mr Oizo © DR

événement |

37

Samedi 3 avril


événement |

38

Dimanche 4 avril

Alborosie [reggae]

Doctor Flake

www.myspace.com/alborosie

[trip-hop]

Plus dansant et festif que le roots, moins superficiel que le dancehall, le son d’Alborosie occupe une place à part dans l’univers reggae. Premier artiste italien à s’y imposer, ce bidouilleur de génie cultive, à l’image des légendaires Sly & Robbie, l’art du riddim qui claque. Depuis son studio jamaïcain, il met régulièrement son savoir-faire au service d’artistes renommés et en solo c’est pas mal non plus. Sa voix éraillée a conquis le milieu sur les tubes « Herbalist  » ou «  Kingston town ». Une valeur sûre pour chauffer l’ambiance.

doctorflake.free.fr

Il serait injuste de réduire Doctor Flake à sa seule technique. La tentation est pourtant grande. Depuis 2001, ce Savoyard trace son chemin dans le sillage des Dj Shadow et autres Wax Tailor, défrichant des espaces d’abstract hip-hop à coup de samples. La méthode est précise, chirurgicale – ce n’est pas un hasard si son premier album était judicieusement intitulé Intervention Chirursicale. Elle serait stérile sans le supplément d’âme qui se dégage de chaque titre. Chaleur, profondeur : les atmosphères que sa musique déploie n'ont pas de limite.

Mos Def [hip-hop]

www.myspace.com/mosdef

Après le très personnel Black on both sides, le MC de Brooklyn défend son dernier effort en date, The Ecstastic, produit par Mr Flash, french DJ du crew Ed Banger. Mos Def, flow et charisme impressionnants, déroule plus de 10 ans de carrière. Il retrouvera sur scène ses compagnons de longue date De La Soul et Talib Kweli avec lequel il formait Black Star, figures tutélaires d’un certain hip-hop 90’s versant côte est de haute tenue. Partageant son temps entre cinéma et musique, sa venue constitue un événement. /

Mos Def © DR


De la Soul © DR

Infos pratiques ❥ Vendredi 2 Avril Grand Chapiteau : • Popof Live (Fr-Electro) • Pendulum Dj Set (AusElectro/Drum’n Bass) • Crookers (It-Electro) • Raggasonic (Fr-Ragga) • Archive( Uk- Rock/TripHop) • Mickey 3d (Fr - Chanson) • Nouvelle Vague (Fr- New Wave) • Cea (Can-Hiphop, Funk) Hall Expo Digitick : • Le Matos (Can- Electro) • Rootz Underground (Jamaique, Reggae) • Le Peuple De L’herbe ( Frelectro, Rock) • Heavy Trash (Us- Rock Punk) • Izia (Fr, Rock Soul) • Solillaquists Of Sound (Us, HipHop, Electro) • United FOols (Fr, Hip-Hop Jazz) Petit Chapiteau : • Noob (Fr-Electro) • Scratch Perverts (Uk, Electro) • Deliquent Habits (Us-Hip-Hop) • Pony Pony Run Run (Fr-Power Pop, Electro) • Poni Hoax (Fr, Pop Rock) • Krazy Baldhead (Fr-Electro) • Casa Crew (Maroc-Hiphop) • The Jouby’s (FrSoul,Ska)

Samedi 3 Avril Grand Chapiteau : • The Whip (Uk, Electro Rock) • Mr Oizo (Fr, Electro) • Wax Tailor (Fr- Trip Hop) • Ghinzu (Bel, Rock) • Alpha Blondy (Cote D’ivoire, Reggae) • Gizelle Smith & The Mighty Mocambos (Uk, FunK) • Rebelution (Us, Reggae Rock) Hall Expo Digitick : • The Subs (Belgique, Electro Techno) • Don Rimini (Fr, Electro-Techno) • New Politics (Danemark, Rock) • Nneka (All, Soul Hip-Hop) • Java (Fr, Rap Musette) • Danakil (Fr, Reggae) • Hypnotic Brass Ensemble (Us, Hip-Hop Jazz) • X Syndicate (Fr, Punk Rock)

Petit Chapiteau : • Mikix The Cat (Fr, Electro) • Duchess Says (Can, Electro) • Miss Platnum (All, Hip-Hop/ R&B) • We Have Band (Uk, Electro Pop) • Eiffel (Fr, Rock) • The Heavy (Uk, Rock Soul) • ThE Bewitched Hands On The Top Of Our Head (Fr, Pop / Psyché) • Zak Laughed (Fr, Pop/Rock)

Dimanche 4 Avril Grand Chapiteau : • Dj Pone (Fr, Hip-Hop/Electro) • The Bloody Beetroots (It, Electro/Punk) • De La Soul (Us, Hip-Hop) • Mos Def (Us, Hip-Hop) • Sepultura (Brésil, Metal) • Renan Luce (Fr, Chanson) • Alice Russell (Uk, Soul Pop) • The Jessie Rose Trip (Uk, Pop Soul) Hall Expo Digitick : • Doctor Flake (Fr, Hip-Hop/Triphop) • Antipop Consortium (Us, Experimental Hip-Hop) • Alborosie (Jamaique, Reggae) • Chicks On Speed (All-Esp-Us, Electro) • Mass Hysteria (Fr, Metal) • Piers Faccini (Fr, Folk Rock) • Pacovolume (Fr, Pop) Petit Chapiteau : • Le Catcheur Et La Pute (Fr, Electro Rock) • Loo&Placido (Fr, Bootlegs) • Zenzile (Fr, Dub Electro) • Skip The Use (Fr, Disco Punk) • Ce’cile (Jamaique, Dancehall) • Zebra Live (Fr, Bootlegs Rock/ Funk/Big Beat) • Ultra Vomit (Fr, Punk Metal Parodique) • Disiz La Peste (Fr, Rap) • Opium Du Peuple (Fr, Pop Punk)

festival garorock 2010 :

14e Rencontres des Cultures Alternatives Du 2 au 4.04, 30,80 / 35e par soir - Pass 3 jours : 73e (uniquement en prévente), Marmande (47), 05 53 64 44 44, www.garorock.com


musique |

41

Sourya Euro-stars Interview propos recueillis par ¬ Hakima Lounas photo ¬ © Églantine Aubry

Sourya n'est ni une championne de patinage artistique, ni la nouvelle chanteuse à la mode à Damas. Non, Sourya c'est le groupe parisien qu'Alan McGee, patron de Creation Records et leader d'opinion s'il en est, décrit comme le meilleur groupe français actuel. Vous l'aurez compris, la pop mélancolique du quatuor aura séduit les Angliches avant nous (déjà 30 dates au compteur dans la perfide Albion). Calé sur le réseau de Greenwich, Let'smotiv donne la parole aux auteurs du vibrant Dawdlewalk, de passage pour les 4e Curiosités du Bikini.


musique |

42

« Content d'avoir le même problème que Bénabar ! »

Comment définissez-vous votre musique ? On associe des sons acoustiques à une production électronique. Comme, on écoute beaucoup d'électro, cela nous semble naturel... On est de vrais nerds ! Notre studio, c'est comme un laboratoire dans lequel on passe notre temps à triturer des sons. Pendant que vous cherchiez un label, les baby rockers vendaient leurs disques par milliers. Pas trop dégoûtés ? Au début, oui. Comme on ne joue pas la même musique que ces groupes, les maisons de disques ne s'intéressaient pas trop à nous. Mais dans l'absolu, c'est pas plus mal, en sortant notre disque plus tard, on ne s’est pas fondu dans la masse. Et les journalistes sont d'ailleurs plutôt enthousiastes. Les majors vous reprochaient notamment de chanter en anglais...

Oui... Au moment d'écrire les chansons, l'anglais est venu naturellement. Certaines maisons de disques nous ont demandé de tout traduire. On a refusé. Pas question de faire des concessions ! Pourquoi les Anglais ont-ils été plus réceptifs à votre musique ? Phoenix et Sourya, même combat ? Écoute, si on pouvait avoir le même parcours que Phoenix, ça nous irait très bien ! C'est quand même un groupe international qui vend des millions de disques aujourd'hui... Bien sûr, on aimerait être plus connus en France aussi, mais les Anglais ont été plus réceptifs. Et d'ailleurs, finalement, l'intérêt des Anglais a suscité l'intérêt des Français ! Que pensez-vous justement de la scène pop rock française ? On a très peu d'affinités avec les groupes de pop français, on trouve qu'ils se prennent trop au sérieux. On veut avant tout s'amuser sur scène. Après musicalement, on ne cherche pas à copier des groupes comme Neimo ou Brooklyn, mais on travaille un peu avec The Agency. En live, vous utilisez une Nintendo DS. C'est votre petit côté kids ? Quand on tournait en Angleterre, on a dû trouver un moyen de voyager léger pour limiter les dépenses. Julien a pris un ordinateur et un petit synthé, Rudy aussi tandis qu'Arnaud


avait sa boite à rythmes. Et moi (ndlr Sourya), j'ai découvert le programme synthétiseur de la Nintendo DS. C'est venu comme ça et maintenant c'est de notoriété publique. Pour ou contre le piratage ? Quand l'album est sorti, j'attendais qu'une chose : qu'il soit piraté ! Pour l'instant on est vraiment dans une phase où ça nous permet de nous faire connaître. Un mois après la sortie, on le trouvait en téléchargement sur Internet. J'étais vraiment content.

Content d'avoir le même problème que Bénabar (rires) ! Finalement, les gens viennent plus nombreux aux concerts, et Sourya en live, pas moyen de le pirater... /

Dawdlewalk Black Noise | Rough Trade

Les Curiosités du Bikini : SOURYA + Gush + lilly wood & the prick + international hyper rythmique 27.03, 20 h 30, Bikini, grat / 5 €, 05 62 24 09 50, www.lebikini.com


musique |

45

Sous le feu

des projections texte ¬ Youness Hamelat - photo ¬ Uniform Motion © DR

Il s’en est fallu de peu, mais c’est finalement l’électro de Dilemn et le duo rock Cats On Trees qui représenteront Toulouse au Printemps de Bourges. Pas déboussolé pour autant, Uniform Motion s’en retourne vers son public toulousain pour un concert au Cri de la Mouette. En lever de rideau de la mystérieuse Mia Doï Todd, tout droit débarquée de Los Angeles. Pas avare de curiosité, Erich accueille dans sa péniche, via l'association La Petite, Mia Doï Todd, une voix d’outre-Atlantique quasi inconnue de par nos latitudes. Et pourtant, du haut de ses 35 piges et de ses huit disques, cette dernière est loin d’être une petite chanteuse folk à la mode. Le timbre spirituel et vaporeux de cette Pocahontas psychédélique vogue au milieu de mélodies lascives, au carrefour d’une Tracy Chapman et d’une Alela Diane. Une sensualité qui a su inspirer récemment Michel Gondry pour le clip coloré de Open your heart, un des derniers titres de la chanteuse. Cette soirée, placée sous le signe de la folk donc, verra également la paire franco-britannique Uniform Motion monter à bord du navire. Stoppés aux portes du Printemps de Bourges, les deux acolytes font de la performance musico-visuelle, leur cheval de bataille. Une musique 2.0 qui rime avec folktronica, où la voix d’Andrew Richards cohabite avec le talent artistique de Renaud Forestié, illustrant chaque morceau d’un univers dessiné en live. La fusion d’arrangements électronique et acoustique (« Roll Over  », à écouter d’urgence) n’est pas sans rappeler CocoRosie ou Noah and the Whale, mais l’ambiancé générée par le duo, notamment sur leur tout nouvel album Life, accouche d’une originalité rare et rafraîchissante. / ❥

MIA DOÏ TODD + UNIFORM MOTION 24.03, 21 h, 5 à 8 €, Le Cri de la Mouette, 05 62 30 05 28, www.lecridelamouette.com


musique |

46

Association de malfaiteurs texte ¬ Carole Lafontan - photo ¬ Fantazio © Hélène Bozzi

Au début, il y a le roi. Fantazio de son doux nom. Chantre de l’underground, pape de la musique improvisée qui remue les tripes. Le genre tatoué par la vie, abîmé par l’ennui. Puis, affinité oblige, il y a Lareine. Éric, de son prénom. Écorché-vif qui balade sa libre poésie ici et ailleurs. Et sort un nouvel opus, après 12 ans d’absence discographique. Il y a bel et bien des soirées qui fleurent bon la résistance. Sur la scène française, Fantazio et Éric Lareine ne sont pas de simples pions qu’on balade à loisir. C’est le moins que l’on puisse dire. Sont pas prêts de baisser leurs frocs devant le showbiz et ses sbires, ceux-là. Bien au contraire. Pourquoi ? Et bien, parce qu’ils jouent dans la cour des faiseurs de rêves. Leurs règles ? Ne pas en avoir. Arriver là où on ne les attend pas, faire jaillir l’impromptu, le sauvage. Armé de sa complice contrebasse, Fantazio est connu pour agiter la culture partout où elle peut se glisser : troquets, rues, métro, squats… Son dernier opus Cinq mille ans de danse crue et de grands pas chassés (La Triperie/Pias, 2009) témoigne d’une énergie sans faille. Waouh, ce que ça remue. Cet électron libre vient avec toute sa fine équipe : guitare, trombone, DJ, VJ… Mais surtout, il répond à l’invitation de son pote toulousain, pour fêter la sortie de Éric Lareine et leurs enfants (Le Chant du Monde/Harmonia Mundi). Entouré par des musiciens de haut-vol (F. Cavallin, F. Gastard, P. Maupeu), ce dernier porte un blues rock teinté de jazz exploratoire. De voir tout ce beau monde réuni dans le bel écrin du Bikini, ça fout des frissons. Alors, on s’habille tout de blanc (Popay, artiste prolixe parisien et auteur de la pochette du Sweet little mother fuckin’ show de Fantazio, fera de la sérigraphie avec le public) et on fonce vers Ramonville… / ❥

Éric Lareine & leurs enfants + Fantazio 31.03, 20 h 30, 12 à 15 €, Le Bikini, 05 62 24 09 50, lebikini.com, myspace.com/ericlareine, fantazio.org (gagnez votre place pour le concert sur letsmotiv.com)


musique |

48

texte ¬ Mathieu Dauchy - photo ¬ © DR

Hot Chip, Classés X

Alexis Taylor et Joe Goddard sont de faux moches. Le récent album One Life Stand a fait tomber le masque : les Anglais de Hot Chip n’étaient pas vraiment des geeks. Déjà Made in the Dark nous apprenait qu’on avait affaire à des génies. Désormais on le sait : Hot Chip est un groupe de romantiques éclairés. Ces petites canailles reviennent avec un album estampillé « euro-dance » par la presse musicale, porté par un sémillant single (« One Life Stand ») qui laisse présager une nouvelle explosion de parquets. Alors oui, Hot Chip nous invite encore à verser de la sueur dans les verres de bière (avant de les renverser sur le voisin), mais on ne succombe pas aussi vite à ses charmes que du temps d’« Over And Over ». Sous un kitsch apparent, One Life Stand fait preuve d’une gravité et d’une maturité évidentes, multipliant les rythmiques complexes et les dissonances ordonnées. Ce n’est peut-être pas le meilleur album des Anglais, mais il atteste d’un changement majeur : sans renier un hédonisme de bon aloi, Hot Chip élargit son spectre musical quitte à se trouver à l’étroit dans la catégorie « pop électronique enjouée ». Les âmes (et oreilles sensibles) peuvent donc se mêler aux clubbers sans problème. Les compositions du facétieux quintette sont justement taillées pour le croisement des genres. / ❥

Hot Chip 16.03, 20 h 30, Le Bikini, 22 € / 23 €, 05 62 24 09 50, www.hotchip.co.uk


Ce mois-ci, au forum de la Fnac Toulouse Wilson, miniconcerts et rencontres avec :

Mars Les Plastiscines Crédit photo : Yaniv Edry

(rock) miniconcert

Vendredi 12 mars à 17h30

Vicente Pradal Trio (musique du monde) miniconcert

Mercredi 17 mars à 17h30

Le Duo des non (Humour)

rencontre

Jeudi 18 mars à 17h

Angelo Debarre (Jazz manouche)

miniconcert

Jeudi 25 mars à 17h30

Eric Antoine (Humour) rencontre

Vendredi 26 mars à 17h

Carmen Maria Vega (Chanson) miniconcert Mercredi 10 mars à 17h30

Desberg & Labiano dédicace BD

Samedi 27 mars à 15h

Tout le programme sur

www.fnac.com/toulouse


musique |

50

texte ¬ Léa Daniel - photo ¬ © DR

Hindi Zahra, beautiful woman

Classée musique du monde, Hindi Zahra chante avant tout la petite musique de son monde. Avec les mélodies qu’elle étrenne dans Handmade, elle raconte la grande histoire de la vie. Sa plume bien trempée dans un encrier épicé, Hindi Zahra parle d’amour, de magie, de danse et de philosophie... sans chichi. Doucement, la magie opère. Dire que la musique de cette artiste d’origine berbère et touareg est métissée serait une évidence. Du blues, du folk et un soupçon de reggae croise le fer à la mode orientale. Heureusement, ce n’est pas un melting pot d’influences sympathiques mais délavées par le soleil au zénith. Non ! Hindi Zahra, l’autodidacte a fait émerger un style personnel et inclassable à force de sillonner les routes, les bars et les salles. Voix et guitare se répondent, se disputent, se séparent. Mais se retrouvent toujours enlacées dans la portée. Un rien négligée, la belle brune n’a pas que des tubes à son palmarès, mais a su garder le meilleur. Avec « Beautiful Tango », elle signe une piste diablement bien foutue, soutenue par un clip réalisé par Tony Gatlif. Du cousu main avec une bague à chaque doigt ! /

Hindi Zahra + Julien Pras + Kestekop 5.03, 20 h, 16 à 20 €, Le Phare (formule club), 05 34 30 17 48, www.premiere-pression.com


cinéma |

52

Liberté Entretien avec Tony Gatlif À l'heure où des familles de Roms continuent à être expulsées de nos villes, le dernier film de Tony Gatlif rappelle le triste épisode de leur déportation pendant le iiie Reich. Liberté se déroule dans un village lambda, hostile à l'arrivée sur ses terres d'une famille de gitans, persécutée par la police française et menacée par l'occupant allemand. Seuls Théodore, le maire du village et Mademoiselle Lundi, l'institutrice, sont prêts à risquer leur vie pour leur éviter le camp d'extermination. Rencontre avec Tony Gatlif, réalisateur et fervent militant de la cause gitane.


propos recueillis par ¬ Fanny Delporte photo ¬ Philippe Quaisse

Pourquoi vous êtes-vous intéressé à cette période de l'Histoire ? L'extermination, pendant la 2e guerre mondiale, des tziganes en France fait partie intégrante de notre patrimoine. Et pourtant très peu de gens sont au courant. Je voulais que ce film soit un témoignage, amorce un travail de mémoire car ces camps étaient en France, et ces manouches bien Français.

Ils étaient clairement identifiés (grâce à une fiche anthropométrique), mais cela ne les a pas empêché d'être envoyés dans les camps. Et à la fin de la guerre, personne n'a été là pour dire : « l'Europe a massacré plus de 250 000 tziganes ». Pourquoi ne montrez-vous pas la souffrance dans les camps ? Par pudeur. Je me souviens avoir été  >


traumatisé, à 25 ans, par un film qui traitait des camps de concentration. Le réalisateur faisait un travelling sur les fils barbelés du camp, finissant sa course sur un homme mort, accroché aux fils. Chercher à faire de l'esthétique, des plans travaillés avec une chose si terrible, j'ai trouvé cela affreux. Je voulais seulement aborder le sujet à travers l'histoire de ces deux Français qui ont risqué leur vie pour les tziganes, à une époque où ils étaient totalement diabolisés. Un geste magnifique. Comment expliquez-vous qu'il existe si peu de documents relatifs à cette extermination ? Contrairement à ce que l'on pourrait croire, il existe des centaines de rapports de gendarmes à propos des

persécutions de tziganes, des photos nazies qui les assimilent à des animaux... Cette méconnaissance vient du fait que les tziganes sont toujours considérés comme des sous-hommes. Et puis, ils ont une culture particulière. Par exemple, ils ont une peur bleue des fantômes. Pour eux, ce sont de vrais revenants qu'il ne faut pas déranger. Cela explique l'absence de revendication de leur part. En parler, c'est empêcher ces morts d'être en paix. Enfin, notre rapport au passé est différent. Pour nous, ressasser le passé est une façon d'avancer pour mieux vivre ensemble. Pour eux, l'oubli total est nécessaire. Comment le film est-il accueilli ? Partout où je suis allé, que ce soit en Amérique, au Canada ou en Ukraine,


cinéma |

55

les gens étaient surpris d'apprendre qu'en France il existait, du nord au sud, pas moins de 40 camps de concentration gérés par les nazis ou les gendarmes. Des camps similaires à ceux d'Auschwitz : mêmes poteaux, fils barbelés, miradors, gardiens, etc. Pourquoi ne pas avoir plutôt évoqué la situation actuelle des tziganes en France ? Parce qu'il faut commencer par le début. Si nous étions tous au courant de cette extermination, les tziganes ne seraient peut-être pas traités comme ils le sont actuellement. Aujourd'hui encore, on ne sait rien d'eux, on les trouve emmerdants. Ils ont un carnet anthropométrique, alors qu'ils sont présents sur notre territoire depuis des siècles et possèdent la nationalité… Il faut absolument rappeler d'où ils viennent. C'est seulement à partir de là qu'ils seront - non pas aimés - mais acceptés. Pour en venir aux acteurs, est-il vrai qu’ils n’ont pas eu accès au scénario ? Oui, c'est exact. Cela ménageait une certaine spontanéité dans le jeu. Seul James Thiérrée (ndlr. petit fils de Charlie Chaplin), qui interprète Taloche, l'a eu en main. Il en avait besoin pour ❥

« Il existait en France des camps d'extermination de tziganes. » apprendre la langue et construire son personnage, de loin le plus complexe de tous. Il devait notamment trouver des acrobaties, des pas de danse : il ne pouvait pas improviser totalement. On a été surpris de ne pas entendre, comme dans Gadjo Dilo ou Transylvania de la musique tzigane... Oui, elle n'avait pas sa place dans Liberté. C'est quand même l'histoire d'une traque. Impossible d’y associer une musique traditionnelle joyeuse. Elle a été remplacée par un thème magnifique, qui traverse tout le film. Puis, il y a le générique de fin chanté par Catherine Ringer. Sa voix correspond très bien à l'univers musical tzigane : elle chante fort et avec beaucoup d'émotion. Avez-vous rencontré des difficultés avec la production ? Oui, comme tout le monde. Mais le jour où je fais un film pour plaire à mes producteurs, j'arrête le cinéma pour faire de la musique. /

LIBERTé De Tony Gatlif. Avec James Thiérrée, Marc Lavoine, Marie-Josée Croze... Sortie le 24.02


cinéma |

56

22e Rencontres Cinéma d’Amérique Latine

L’indépendance au centre des ébats propos recueillis par ¬ Baptiste Ostré - photo ¬ Pajerama © DR

10 jours, pas loin de 200 films, plus de 70 salles à Toulouse et en région. Les 22e Rencontres Cinéma d’Amérique Latine prennent le pouls de la création ciné latino. Une production foisonnante qui n’hésite pas à se tourner vers le passé pour mieux renouveler son langage cinématographique. Affirmer que le cinéma d’Amérique Latine provoque l’engouement serait aller un peu vite en besogne. Bien que récemment rentré du festival Sundance avec trois prix, le ciné latino sort difficilement des cercles cinéphiles. Ce n’est pas faute de talents. Au premier rang desquels, celui de Carlos Reyga-

das, chef de file du nouveau cinéma indépendant mexicain que ces 22e Rencontres… permettent de découvrir en huit films. Récompensé d’une Caméra d’or à Cannes pour son premier long (Japón), c’est avec Batalla en el cielo, fascinant film sur l’enlèvement, que Reygadas acquiert une notoriété


internationale. Dans son sillon, s'épanouissent de jeunes cinéastes éclatant les structures narratives et stylistiques. Révolution du cinéma mexicain, révolution mexicaine tout court : 11 films, fictions et documentaires, s’emparent de ce morceau historique, de la lutte pour l’indépendance au mouvement zapatiste. L’indépendance est à nouveau au centre des débats avec une théma❥

tique sur le cinéma LGBT (Lesbien, Gay, Bi et Trans). Sur un continent très marqué par son conservatisme, ce cinémalà tente d’exister et de témoigner de l’évolution des comportements. À cette programmation en salles obscures se greffent des expositions, concerts et rencontres littéraires : le panorama culturel est à l’image du continent. Vaste et bouillonnant. /

22e Rencontres Cinéma d’Amérique Latine, 19 au 28.03, Cinémathèque, Gaumont Wilson, Utopia, ABC, Instituto Cervantès…, 3,5 à 6 €, 05 61 32 98 83, www.cinelatino.com.fr La prog : Nuit cinéma en construction, nuit Viva Mexico, Bicentenaire des indépendances en Amérique Latine, Muestra de films LGBT, Mexique : cinéma indépendant et contemporain, Cine Sin Fronteras, Apéros-concerts, Expositions…


cinéma |

58

texte ¬ Baptiste Ostré - photo ¬ Maggie Cheung © Feng Hai

Zoom Arrière : in the mood for Maggie

Elle a marqué les esprits dans In the mood for love. Maggie Cheung, présidente et invitée d’honneur du 4e festival Zoom Arrière, n'a rien d'une femme glaciale. Plus piquante et sensuelle qu’hésitante et distante. « Ce qui l’intéresse, c’est le cinéma dans un sens vif, humain, avec une modernité un peu nerveuse » déclarait à son sujet Olivier Assayas, son ex-mari avec qui elle tournera Irma Vep et Clean. Dans ce dernier, qui lui vaudra un prix d’interprétation à Cannes en 2004, son personnage est plus ressemblant : une femme naviguant entre plusieurs pays. Car Maggie Cheung est elle-même le fruit d’une culture anglo-saxonne (elle passera son enfance en Angleterre) et asiatique (où elle deviendra une icône dès l’âge de 19 ans). Souvent comparée à Lauren Bacall pour le duo qu’elle forma sur sept films avec Tony Leung – ce dernier devenant le Humphrey Bogart hongkongais -, elle s’inscrit parfaitement dans l’édition 2010 du festival toulousain, centré sur l’âge d’or des stars hollywoodiennes. Également très porté sur le cinéma muet (projection du Lodger d’Hitchcock, atelier autour du film Le secret d’Alta Rocca), Zoom Arrière fait coup double : Maggie a longtemps été célébrée pour son interprétation de Ruan Lingyu, comédienne emblématique du muet chinois, dans le film Center Stage. Rare sur les écrans, l’actrice sera présente à la Cinémathèque du 5 au 7.03. Rencontre avec le public le 6.03 à 20 h à l'UGC. / ❥

Festival Zoom Arrière : 2 au 13.03, Cinémathèque, ABC, UGC…, Toulouse et Midi-Pyrénées, 3 à 15 €, 05 62 30 05 62, www.lacinemathequedetoulouse.com La prog : Boulevard du Crépuscule, Le port de l’angoisse, Eve, Colloque Loin d’Hollywood, ciné-concerts…


cinéma |

60

texte ¬ El Borbah - photo ¬ Gordon Timpen, Corazon International, Pyramide Distribution

Soul Kitchen

ou quand Akin se paye une tranche Il existe en anglais une expression pour exprimer le bien que font certaines œuvres : « it´s food for the soul ». On pourrait la traduire en français par : « c’est de la nourriture pour l’âme ». Soul Kitchen, le dernier film de Fatih Akin (Head-on, De l’autre coté) implique qu’il existe aussi un équivalent en allemand. Soul Kitchen, c’est d’abord le nom d’un restaurant. Les tables, chaises et assiettes sont mal assorties, mais la clientèle y revient toujours. Tout va donc dans le meilleur des mondes jusqu’à ce que Zino, le patron, connaisse quelques embûches : des arriérés d’impôts, un vieux pote qui veut à tout prix relooker l’endroit et sa copine qui veut se barrer en Chine. Alors Zino prend l’option de la fuite en avant : il décide de rejoindre sa douce et laisse les clés du resto à son frère, tout juste sorti de prison. La suite ? On la voit venir de loin, mais les détours qu’elle prend pour arriver font tout le sel de cette chaleureuse comédie où l’on finit par s’attabler avec plaisir. D’autant plus qu’Akin, qui nous avait habitués à un ton plus noir, semble s’épanouir dans cette humeur aussi légère que communicative. On sort de Soul Kitchen avec l’impression de ne pas avoir payé cher pour une jolie tranche de vie. / ❥

Soul Kitchen De Fatih Akin. Avec Adam Bousdoukos, Birol Ünel, Moritz Bleibtreu… Sortie le 17.03


T-shirts - Flocage - Adhésif - Bâche 51 rue des Couteliers, Toulouse 05-34-31-50-83


mode |

62

Anaelle : Robe Shyde (chez E2M@), Emeline :Chemise Sophie, Jeans et ceinture Golden Goose Deluxe Brand (GGBD) Charlotte : Pull Superdry, Ceinture Karen Millen


Photographe ¬ Nicolas Fleuré // Stylisme ¬ Nicolas Fleuré et Emmanuel Delpiroux // Maquillage ¬ Charlotte Descouens Coiffure ¬ Rémi Fournier // Modèles ¬ Anne-Sophie, Emeline, Anaëlle, Charlotte et Margaux

Dressing project


AnaĂŤlle : Combinaison Franklin & Marshall


Charlotte : Pull Superdry, Ceinture Karen Millen, Collants New Look


Charlotte : Débardeur Blend She, Salopette en jeans Notify (à l’Atelier)


AnaĂŤlle : Robe Shyde (E2M@), Collants Dim


Anne-Sophie : Cardigan Hurley, Jeans Bershka, Collants Dim, Escarpins Zara


Émeline : Robe Gestuz (chez Lili Léone)


BOBO

ient style, vier (Mar ty) all Margerie) et Oli e dans une rdr so dé Géraldine (de du sé et sens maîtri décontraction » bon enfant. e casual wear ambiance « barb


mode |

71

Géraldine de Margerie Danse avec les looks Propos recueillis par ¬ Thibaut Allemand Photos ¬ Olivier Marty

Le Dictionnaire Du Look répertorie, avec ironie, les allures d’aujourd’hui, de la caillera au bobo, du teufeur au punk à chien, de l’emokid au bcbg. Un ouvrage qui a divisé la rédaction. « On nous le présente comme de la pop sociologie ? Et puis quoi encore ? Pourquoi pas de la physique quantique à la cool tant qu’on y est  !?  » s’offusquaient certains. On a donc pris le parti d’en rire, prenant l’ouvrage pour ce qu’il est : une chouette lecture de plage en plein hiver, un livre léger et mordant écrit par des gens sérieux mais pleins d’humour. Puis, on a contacté Géraldine de Margerie. Charmante, sympathique, parfois imprécise, mais enthousiaste. Capable aussi de saillies ultra-parisianistes qui pousseraient l’ironie au stade terminal, si elles n’étaient tristement sérieuses. Converser avec elle, c’est un peu comme s’habiller le matin : il faut trier.


EMO

Bling Bling

re

derriè n mal de vivre Elodie cache so . mment effilée va sa e ch mè une

Comment avez-vous eu l’idée d’un tel livre ? Ayant été mannequin pour des marques comme APC ou Vanessa Bruno, je connaissais l’envers du décor. Et puis, j’ai toujours aimé cataloguer les jeunes, les styles, et je me suis rendu compte qu’il manquait un outil pour comprendre d’où venaient ces différents looks, du port du baggy aux chaussures délacées. Dans les années 1980, Hector Obalk, Alexandre Pasche et Alain Soral avaient signé Les mouvements de mode expliqués aux parents. C’est une véritable bible, beaucoup plus sociologique et uni-

Manteau de fourrure, cha înes en or, lunettes de marque : le rappeur ST porte sur lui l'équivalent du PIB de la Côte-d'Ivoire.

versitaire que notre ouvrage (ndlr : n’exagérons pas  !). Avec Olivier Marty, on voulait la réactualiser. Et créer un herbier du look qui recenserait tous les socio-types, mais de façon détachée et drôle, beaucoup plus ludique. Cet humour, était-ce une façon de vous protéger de vos éventuels détracteurs ? Derrière, il y a quelque chose de sérieux. Cela dit, je voulais que ce soit un peu taquin, car cette recherche du look par les jeunes est touchante. C’est important pour eux et ça l’est aussi pour moi.


mode |

73

looké-décalé

Alicia ou la Passion de la toile de Jouy, des brillants aux oreilles et des bracelets fantaisie.

sunset beach ée privée. » « Désolé, c'est une soir

« On voulait créer un herbier du look, drôle et ludique. » Cela m’a replongée dans mon adolescence, où il fallait, chaque jour, choisir ses vêtements pour montrer qui l’on est, s’inventer et exister par ses habits. Aviez-vous fixé un quota de profils pour votre livre ? Au début, j’avais relevé plus d’une centaine de socio-types. J’en ai conservé une cinquantaine, et exclu certains, assez isolés et très

urbains. Il y avait de nombreux profils gays, comme la « coiffeuse  », par exemple, qui est le prototype de l’homosexuel de province, avec des mèches, un peu ringardos (rires). Il y avait également « l’hétéronormé », soit un gay qui s’habille comme un hétéro. Comment avez-vous enquêté ? Je suis allée sur le terrain. Je connaissais certains socio-types >


mode |

74

« Le punk à chien n’est pas facile d’approche. » gays ou bobos dans mon entourage. Mais je suis allée à la rencontre des skateurs, des baby-rockeurs ou des emo. C’était très important de passer quelques aprèsmidis avec eux, d’entendre leur façon de s’exprimer. D’ailleurs, d’une tribu à l’autre, un mot ne veut pas dire la même chose – le squat du baby rockeur n’a rien à voir avec celui du punk à chien, par exemple. Pour les emos, je les ai découverts à Bastille, puisqu’ils y passent leurs journées assis sur les marches. Ils étaient heureux de pouvoir rétablir la vérité sur quelques clichés  : ils véhiculent une image morbide alors que ce sont des gamins épanouis ! Des clichés que vous entretenez vous-mêmes, en transcrivant leurs citations en langage sms… Oui, mais ils ont tous des blogs, et écrivent tous comme ça. C’est la génération « Kikoolol », ils ne sont pas illettrés, mais écrivent n’importe comment ! Y a t-il eu des tribus plus difficiles à joindre ? Le punk à chien n’est pas facile d’approche, mais un ami bosse dans le milieu associatif, et j’ai pu en rencontrer certains. Bon, j’avoue que pour les cailleras, en

tant que fille, on n’a pas hyper envie d’aller traîner en cité. Et c’est par le biais de Mohamed, qui pose dans la catégorie rappeur bling bling, que j’ai pu faire connaissance avec des amis à lui. Et c’était super, car la caillera qui pose dans le livre est très drôle, avec beaucoup de recul sur sa culture, adorable, gentil et bien élevé (ndlr. incroyable !). Ce sont les deux seuls socio-types que j’ai eu du mal à appréhender. Quel socio-type ne pouvez-vous pas supporter ? Les « sunset beach ». Voir quelqu’un avec une Rolex et des lunettes Dolce&Gabbana, ça m’effraie un peu. C’est très drôle de voir des gens se dire branchés, alors qu’ils ont tout faux. Justement, le no-look n’est-il pas traité avec un peu de mépris ? Pas du tout, c’est de la taquinerie. J’adore le « no-look » aussi. La majorité des gens sur terre est « nolook  » et on l’est tous à nos heures. Le «  no-look  » est plus libre, et ne mise pas sur l’apparence pour exister. On peut évidemment penser, au premier abord, qu’il est sans saveur et sans conversation. Mais chaque personne est merveilleuse (sourire ironique) !


Punk à chien Luc, jamais sans son chie

n.

Quelles sont vos prévisions pour les six mois ou l’année à venir ? Le filon baby rocker est épuisé, laissant place à d’autres branches du rock. Tout ce qui est redskin, ska ou rockabilly va cartonner. Les redskins et rockab’ d’aujourd’hui ont quarante-cinq ans, mais on voit de plus en plus de mômes de dix-sept ans en Fred Perry et consorts. Je ne parle bien sûr que de modes populaires, sous les projecteurs. Le « looké-décalé » va perdurer, ainsi que « l’ultra classique », ce que les magazines féminins appellent le tradi-branché. Je déteste cette appellation, c’est un mélange entre un look sophis❥

baby-rockeur mine décoiffée : T-shir t déchiré et ti indemne sor pas st Arthur n'e de son week-end.

tiqué moderne et un classicisme BCBG – comme dans les films de Claude Sautet, en somme ! En conclusion, quelle est la différence entre la mode et le look ? Le look est une réappropriation subjective de la mode ou comment un individu écrit sa propre mode en s'inspirant ou non des tendances du moment. Il a davantage à voir avec une personnalité, un style qu'avec un phénomène de société. La mode est une tendance universelle vestimentaire, matérielle, intellectuelle, à une époque donnée à laquelle on choisit ou non de se plier. /

À lire / Dictionnaire Du Look, Géraldine de Margerie (texte) et Olivier Marty (photos), éd. Robert Laffont


portfolio |

76

Brian Walker Photographie, graphisme // Australie // www.lickthesun.com

texte ¬ Youness Hamelat

Like a robot À l’ère du numérique, tout semble possible. On « Photoshop(e)®  », on agrandit, on retouche, on efface tout et on recommence. Une méthode «  tableau magique » qui permet certainement aux pseudo photographes de pulluler. Discerner le bon grain de l’ivraie relève de la haute voltige, mais il y a des indices qui ne trompent pas. Comme chez Brian Walker, qui signe notre couverture, ce mois-ci. L’Australien fustige avec brio, et non sans humour, toute une iconographie populaire autour de la publicité et de l’évolution de la mode. Un peu à l’image de David Lachapelle, dont 1 il avoue s’inspirer. La femme-objet y apparaît sous des angles surréalistes, tantôt poupée, tantôt mannequin ou automate. Réducteur ? C’est normal, le photographe joue la carte de la provocation jusque dans les mises en scène colorées et décalées des corps, souvent peu vêtus, immortalisés dans des postures étranges. Affichée sous un abribus, l’image donnerait de l’urticaire à n’importe quelle Isabelle Alonso. Et pourtant, entre irrationnel et hyperréalisme, derrière ses images parodiques, une dimension féministe ne semble pas exclue. De là à voir Walker comme un chantre de la cause féminine... il n’y a qu’un pas que l’on n’osera guère franchir. /


2


3


4


5

❖ 1. Greasy Spoon, 2007 / 2. Send and Receive, 2008 / 3. Redrum, 2007 / 4. Lipstuck, 2007 / 5. Fifty Lashes, 2007 / 6. Noodle Philosophy, 2007


6


expositions |

83

Jaume Plensa : le fond et la forme texte ¬ Youness Hamelat - photo ¬ Sans Titre © ADAGP, Francisco Artigas

Acteur majeur de la scène artistique internationale, l’Espagnol Jaume Plensa se dévoile à la Plateforme d’art de Muret, dans une exposition baptisée Trans-figuration. Si ses qualités de sculpteur ne sont plus à démontrer, un pan de son œuvre reste dans l’ombre. Des dessins qui donnent une deuxième dimension à ses créations géantes. Ceux qui s’intéressent à la sculpture moderne connaissent Jaume Plensa pour ses œuvres monumentales. On se souvient, par exemple, de son imposante production Nosotros, magistrale silhouette humaine constituée de lettres, qui, en mars 2009, trônait sur le parvis du Grand Palais à Paris. Ou, un an plus tôt, la géniale Conversation à Nice pour la place Masséna de la capitale azuréenne. De nombreux esthètes s’accordent d’ailleurs pour dire que la maestria du Catalan a réconcilié l’art moderne avec le statuaire, enterré par l’avant-garde du XXe. Comment ? En parvenant au colossal sans utiliser les matériaux traditionnels de la sculpture (la pierre notamment), lourds et opaques. Fer, aluminium, bronze, verre façonnent les collections anthropomorphiques de l’artiste. Mais ce dernier a également donné un second volet à son œuvre. Un pendant en deux dimensions, sur papier, répondant directement aux volumes. Réalisé à partir d’œuvres de la collection des Abattoirs, l’exposition Trans-figuration dévoile ce subtil jeu de correspondances où les techniques se confondent. Où des visages xylographiés donnent la réplique à une carcasse de fer oxydé. Où les frontières entre évocation humaine et animale, réalisme et mysticisme, sont entièrement brouillées. / ❥

Trans-figuration Du 9.03 au 22.04, Plateforme d’Art de Muret (la Théâtrerie), 05 34 63 98 19, www.mairie-muret.fr


1 - Cédric Bouteiller, NYC 215 2 - Stéphane Cipre, Liberty Enjoy 3 - Stéphane Cipre, Art Sangle

2

1

3


expositions |

85

C’est beau une ville… texte ¬ Nicolas Mathé - photos ¬ © DR

Une expo collective, soit des oeuvres de plusieurs artistes sur un même thème, cela peut s’avérer un poil capilotracté, comme on dit. Pour le coup, la sélection faite pour Urbanity à la galerie Alain Daudet apparaît en tous points cohérente et livre une vision tout en paradoxes des métropoles, à la fois rassembleuses et isolantes, fascinantes et pernicieuses. Dissipons d’entrée tout malentendu. Urbanity n’est pas une expo sur les cultures urbaines tel qu’on l’entend ces dernières années. La ville n’est pas ici un support mais une source d’inspiration pour les 7 peintres, photographes et sculpteurs exposés. Inquiétante et floue dans les peintures faites d'ombres et de reflets du Laotien Van Tam, plus abstraite et flashy dans les photos-montage du globe-trotter toulousain Olivier Lile. Chacun, à sa manière, exprime une fascination pour les métropoles mais au final, par delà les images et à travers la densité, c’est surtout une vision acérée de l’urbanité et de ses modes de vie que livrent ces artistes. Ainsi entre peinture, graphisme et arts numériques, Cédric Bouteiller nous plonge dans un New-York intemporel où la surabondance de messages sublimino-publicitaires donne le vertige. Une société de consommation inévitable quand on parle de grandes villes et dont le sculpteur Stéphane Cipre s’amuse à déjouer les codes avec notamment sa Statue de la Liberté qui brandit en guise de flambeau « Enjoy », le slogan d’une célèbre marque de soda. Et comme pour illustrer le sort de l’individu perdu dans cette jungle, Richard Orlinski sculpte lui des crocodiles aux surfaces lisses et brillantes qui, lorsqu’on les admire, reflètent notre propre instinct animal. Reste à savoir qui de l’homme ou de la ville apprivoise l’autre. / ❥

Urbanity Du 4.03 au 10.04, Galerie Alain Daudet, 05 34 31 74 84, www.galerie-art-alain-daudet.com


expositions |

87

Bolivie au présent

texte ¬ Nicolas Mathé - photo ¬ Yatiri, guérisseur durant la Ch'alla © Alex Finestres

De cette Amérique du Sud qui fait rêver tant de voyageurs, la Bolivie n’est pas le pays le plus évoqué, loin de là. Alors à l’occasion du festival Rencontres Cinémas d’Amérique Latine, l’association Micmaac tente de rééquilibrer la balance en mettant à l’honneur les oeuvres d’Alex Finistres, un jeune photographe qui a vécu trois ans en Bolivie. L’expo, conçue en trois étapes dans trois lieux différents, se veut un témoignage historique - via les clichés de l’investiture d’Evo Morales par les autorités indigènes en 2006 - mais aussi et surtout du quotidien. Une évocation de cette société andine à travers ses rites ou des détails plus insignifiants en... noir et blanc ! Le choix peut surprendre tant le potentiel de couleurs semble foisonnant mais l’artiste prend le parti d’aller à l’encontre du folklore qui fonde en partie notre vision d’un pays sud-américain. Une manière radicale d’évacuer d’emblée la carte postale pour mieux nous immerger dans le pays. Et un choix assurément esthétique tant le noir et blanc se révèle judicieux pour rendre compte de la profondeur des regards et de ces visages marqués par la vie. Au final, Alex Finistres nous livre un magnifique panorama qui sera complété par une conférence (15.03, 17 h 30, Manufacture des Tabacs), puis un documentaire sur la Bolivie contemporaine (18 h 30) ainsi qu’une lecture de poèmes (21.03, 11 h, galerie Palladion). / ❥

Bolivie, espoirs et quotidien : Instantanés de la vie quotidienne, 8 au 26.03, Bibliothèque universitaire de l’Arsenal Espoirs et quotidien, 9.03 au 30.04, Galerie Palladion (rue de la Colombette) Tiwanaku : l’investiture d’Evo Morales par les autorités aymaras, 17 au 26.03, École Supérieure d’Audiovisuel (ESAV)


expositions |

88

texte ¬ Ariane Mélazzini-Déjean - photo ¬ © Collectif Odessa

Petits arrangements photographiques

En présentant l’exposition « Simulacres et parodies », la Galerie du Château d’eau prône par là-même un juste retour à la mise en scène photographique, trop souvent distancée par la tendance documentaire du « poids des mots » et du « choc des photos ». Réalisée en studio ou aidée par le numérique, cette photographie « organisée » démontre surtout le réel pouvoir de l’artiste sur l’image, et non l’inverse. Quand le photographe turc, Nazif Topçuoglu, revisite l’histoire de l’art, c’est un tableau d’Ingres ou de Delacroix réalisé avec des modèles vivants. Quand un visage trisomique s’invite dans la Cène de Leonard de Vinci, vue par le russe Rauf Mamedov, voilà qu’il nous interroge sur notre rapport à l’autre et sa différence. Tout aussi humanisés, les portraits urbains de David Rosenfeld et Vincent Debanne, l’autodérision du collectif toulousain Odessa, les simulacres de crime de Bachelot et Caron ou les parfaites illusions des tchèques Barbora Kleinhamplova et Katerina Drzkova dans des showrooms d’Ikea… Entre parodies et simulacres, entre cinéma et peinture, la photographie est ici bien plus proche de son sujet qu’on ne le croit. Une exposition en écho au colloque « Entre code et corps : tableau vivant et photographie mise en scène » qui aura lieu à l’Université Toulouse-Le Mirail, les 18, 19 et 20.03. / ❥

Simulacres et parodies, mises en scène et petits arrangements photographiques Jusqu’au 21.03, Galerie du Château d’Eau, 05 61 77 09 40, www.galeriechateaudeau.org


Concours de graphisme 27 mars 2010 (CMJN/8)* x

samedi

27 mganrasc

la Odyssud-B


agenda Acrylique sur toile © Christopher Warren

Artempo © Gary M, Agence Aaccess

Hervé Coquerêt

Mère Gange

Pénétrer dans l’espace créé par Hervé Coquerêt, c’est aussi assister à une fiction potentielle. Plasticien et cinéaste de son état, l’artiste présente « Aujourd’hui cette île », une série d'installations fourmillant de références cinématographiques et littéraires. ❥ Jusqu’au 20.03, Espace des Arts (Colo-

Le Toulousain Sébastien Ognier expose une série de photos de Bénarès, plus ancienne citée habitée sur Terre, prise au cours d’un périple en Inde. Une véritable immersion dans ce lieu où la « Mère Ganga » est vénérée comme une déesse et la vie intimement liée à l’eau. ❥ Jusqu’au 31.03, Théâtre Le Fil à plomb,

miers), 05 61 15 31 76

Aposiopesis Sous ce doux sobriquet se cachent les dernières œuvres de l’artiste Dominique Blais. Autour des thèmes « visible/ invisible » ou « audible/inaudible », les installations de cette exposition personelle marquent un temps d’arrêt propice à une écoute autant visuelle qu’auditive. Un silence à venir, un silence en devenir. ❥ Jusqu’au 20.03, Le Parvis (Ibos - 65), 05 62 90 60 82

05 62 30 99 77

Fabriques Mikado C'est un nouveau format d’expo réunissant des artistes qui n'ont encore jamais exposé en galerie. Pour cette première (qui sera suivie d'un rendezvous par an), trois artistes, de Toulouse, Paris et Marseille, sont à découvrir sur le thème «  Jeux de (dé)construction de l’image et des espaces ». ❥ Jusqu’au 10.04, BBB, 05 61 13 37 14

Silhouettes

Artempo 2010

Peintre (acrylique sur toile et papier) de figures et de formes, Christopher Warren déconstruit le corps, parfois réduit à de simples esquisses. Dans sa démarche, il libère l’être du poids organique pour atteindre l’essence émotionnelle. ❥ Jusqu’au 27.03, Galerie Daniel Vignal,

La 8e édition de ce salon d’arts plastiques a pour objectif de montrer toute la diversité du domaine. Peinture, photo, light graff,… 60 artistes ont été sélectionnés et pour la première fois, le salon accueille un collectif d’étudiants des Beaux-Arts de Toulouse. ❥D  u 1er au 7.03, Salle Albert Camus

06 59 40 62 01

(Cugnaux), 05 62 20 68 02


expositions |

91

Christian Gasc © DR

Thomas Bigot © DR

Christian Gasc ou l’art du costume Dans le cadre du festival Zoom Arrière, la Cinémathèque expose les plus beaux costumes créés par Christian Gasc. Ces oeuvres d’un genre inhabituel sont notamment issues des films Tosca, Ridicule, La veuve de SaintPierre ou encore Le Bossu. ❥ Du 2 au 13.03, Cinémathèque de Toulouse,

Arnold Schönberg © Belmont Music Publisher, Pacific Palisades, ADAGP

Mejico © DR

Thomas Bigot En suivant le fil conducteur d’une musique minimaliste, le toulousain Thomas Bigot construit une constellation de couleurs complètement éclatée. Entre équilibre et chaos, une architecture se dessine sur les toiles comme les visualisations d’un lecteur musical d’ordinateur. ❥D  u 16.03 au 10.04, Altigone (Saint-Orens), 05 61 39 17 39

05 62 30 05 62

Portrait de familles Trois photographes revisitent les photos de famille. Un genre pratiqué par tous, que Diane Ducruet, Emmanuelle Murbach et Ales ten Napel mettent en perspective. De l’histoire de l’art jusqu'à l’album de famille, ces derniers dévoilent différentes séries sur la représentation de la famille. ❥D  u 5.03 au 17.04, Fondation Espace Écureuil, 05 62 30 23 30

Explorations Pour créer, Cristelle Arnaud recycle. Le plus souvent des chambres à air de vélos. De son univers caoutchouteux ressort des créatures imaginaires aux formes mi-humaines mi-animales. Des tableaux organiques où la rigidité géométrique est exclue. ❥D  u 8 au 25.03, Espace Saint-Cyprien, 05 61 22 27 77

Arnold Schönberg, Visions et Regards Compositeur influent du XXe siècle, Arnold Schönberg a laissé une oeuvre picturale tout aussi imposante. Cette expo événement sera centrée sur une longue série d’autoportraits. Des huiles, gouaches et pastels qui font partie des joyaux de l’expressionnisme. ❥D  u 16.03 au 9.05, Les Abattoirs, 05 62 48 58 00

Mejico Mexico n’est pas en manque d’artistes. Pour la plupart inconnus : la condition artistique mexicaine relevant plus d’un épisode de Survivor que de la fête mondaine. Derrière ces graphistes et illustrateurs, c’est la réalité d’une ville qui se dévoile. Et une urgence, vive et colorée, de profiter de chaque instant. ❥D  u 17.03 au 30.04, Institut Cervantès, 05 61 62 80 72


théâtre & danse |

92

De la servitude volontaire texte ¬ Valérie Lassus - photo ¬ Mladen Materic © DR

Depuis que son Théâtre Tattoo s’est installé à Toulouse en 1992, Mladen Materic fait l’honneur de ses créations au Théâtre Garonne. Voici, plus d’actualité que jamais, son Grand inquisiteur. Certaines époques sont plus propices que d’autres pour ressortir les grands classiques. Le texte du Grand inquisiteur, placé au coeur du roman de Dostoïevski, Les Frères Karamazov (1880), ne trouve pas de meilleur écho qu’en ces temps de consensuels autoritarismes, de privations de liberté « pour la bonne cause  » compensées par des divertissements à tous les étages. Car de quoi s’agitil dans cette parabole inventée par Ivan, l’athée, pour son frère, le moine Alexeï ? À Séville au XVe siècle, Jésus réapparaît. Le cardinal Grand inquisiteur le fait prisonnier et, dans la

nuit précédant son exécution, il lui explique pourquoi il dérange. C’est parce que tout va très bien madame la marquise. En échange de pain, de jeux et de quelques splendides autodafés, les rares rebelles, assimilés à des enfants turbulents, seront bientôt mâtés. Non merci Monsieur le Christ, de votre liberté de croire les hommes ne veulent point : trop dur à assumer. Choisir entre le bien et le mal, agir, être capables de partager et d’aimer... Ils ont confié cela à l’Église, pour le bonheur du plus grand nombre. Au-delà d’une critique de l’Église catholique, ce texte magis-


« Au-delà d’une critique de l’Église catholique, ce texte magistral est aussi une joute verbale » tral est aussi une joute verbale. Choix étonnant de la part d’un metteur en scène adepte de l’action plus que des mots. «  Ici  », explique-t-il «  tous les mots sont comme des actes », seuls ❥

capables de construire des relations entre les hommes. Ils soulèvent pourtant encore de ces contradictions qui nous rongent jusque dans les fauteuils des théâtres. /

Le Grand inquisiteur 10 au 20.03, 20 h, Théâtre Garonne, 8 à 20 €, 05 62 48 54 77, www.theatregaronne.com


théâtre & danse |

94

texte ¬ Youness Hamelat photos ¬ Etha Dam © DR / Cie Wanted Posse © DR

Sur le chemin Les voies empruntées par le hip-hop du 21e siècle sont impénétrables pour bon nombre de nostalgiques. Le « blingbling  », les filles à poil et les jantes chromées en opposition à la culture du partage, du verbe contestataire ou de la performance sous ses diverses formes. C’est principalement ce chemin-là que le festival Hip-Hop Ways continue de tracer. Estampillé « À l’école du mérite » comme pour fouetter un peu plus l’école de la frime, cette édition 2010 ouvre une fois

de plus la scène à un éclectisme sans borne, avec pour parrain l’un des rares rappeurs à texte de la scène française : Rocé (qui sort un nouvel album ce moisci chez Big Cheese Records). Sur cette route-là, tout réside dans la démonstration corporelle. En têtes d’affiche, des compagnies d’horizons différents (les Kanak de « Posue », les Asiatiques de «  Sheno  » ou les Strasbourgeois de « Mémoire Vive » entre autres) entonneront un chant chorégraphique autour


de l’école des combats et thématiques qui leur tiennent à cœur : le génocide tzigane, le Sida, l’exclusion… Puis il y a la sélection des jeunes pousses en quête de reconnaissance. On pense au blues hip-hop à la toulousaine de Syncopera ou la com❥

munauté OVNI, qui savent si bien arrêter les chalands au détour d’une station de métro. En bref, une programmation une nouvelle fois chargée, à découvrir à Toulouse mais aussi dans plusieurs villes de la région. /

Festival Hip-Hop Ways, à l’école du mérite Du 2.03 au 15.04, à partir de 14 h, dans 5 villes de la région, 0 à 15 €, 05 62 74 07 69, www.hiphopways.com La prog : Rocé, Cie Wanted Posse, Cie OC3, Cie Etha-dam, projection du documentaire The Last Poets/Made in Amerikkka…


théâtre & danse |

96

texte ¬ Valérie Lassus - photo ¬ © Céline Salvador

Corps incarnés Sur le site de Chloé Delaume, écrivain chercheuse en autofiction, il y a des cercueils. Pas étonnant quand, à l’âge de 10 ans, on assiste à l’assassinat de sa mère par son père et au suicide de ce dernier. Nathalie Dalain qui créa Chloé Delaume annonce la couleur : «Je m’appelle Chloé Delaume. Je suis un personnage de fiction. J’ai pour principal habitacle un corps féminin (...) le néant pour signe particulier. Les locaux étaient insalubres lorsque j’en ai pris possession.» Traduire cette autofiction au théâtre est le pari des comédiennes de la compagnie Lever du Jour à partir d’extraits de textes de Delaume : Le cri du sablier ou le traumatisme de l’enfance ; Les mouflettes d’Atropos évoquant la sexualité ; La vanité des somnambules qui voit s’affronter le personnage de fiction et son auteur. Delphine Alvado, Anne Bourgès et Alexandra Malfi personnifiant les pensées et la vie de Chloé ont eu l’idée d’un dispositif aussi esthétique qu’intelligent : le décor et les trois costumes sont faits de la même immense pièce de tissu, psyché et corps à la fois. Touffus, délirants, drôles parfois, malgré toute la douleur évoquée, les textes ne nous parlent finalement que d’un rapport aux autres qui dérape par manque de vérité. Cet univers baroque peut ne pas vous laisser tels que vous étiez en entrant. / ❥

Veuillez laisser ce corps dans l’état où vous l’avez trouvé en entrant 9 au 20.03, 21 h, Théâtre du Grand Rond, 8 et 12 €, 05 61 62 14 85, grand.rond.free.fr


théâtre

garonne

24>27 mars

Kenneth Collins / Temporary Distortion « Pas  de  doute  :  Kenneth  Collins  a  un  style,  d’écriture  et  de  mise en scène, dans la lignée du cinéaste David Lynch »  Le Monde www.theatregaronne.com / 05 62 48 54 77 1 av du Château d’Eau - Toulouse / M° St Cyprien République licence n°1020371-372-370 / graphisme : t2bis.eu / photographie : Jon Weiss /


théâtre & danse |

98

texte ¬ Valérie Lassus - photo ¬ © Brice Devos

Dom Juan

tombe le masque C’est souvent dans les vieux pots qu’on trouve les meilleurs morceaux. Le Dom Juan de Molière est de ceux-là, pour qui voudrait écailler le vernis qui police le monde. « Aujourd’hui, le libertin séducteur impénitent s’efface et c’est l’homme en lutte contre l’hypocrisie qui prend le dessus », explique Régis Goudot qui doit incarner Don Juan et mettre en scène la pièce. Don Juan, le parangon de l’homme qui dit non. Meurtrier se sachant condamné, on le croise, bête traquée, dans sa fuite désordonnée vers la mort, ponctuée d’épisodes destinés à montrer qu’il ira jusqu’au bout. Se glisser dans le carcan des lois, des règles en tout genre qui nous imposent de mentir ou de feindre, sous peine d’exclusion impitoyable, c’est ce qu’il refuse. Il se bat, seul, contre la société, les individus, la morale et le destin, ce que ne font pas les autres par peur, par lâcheté, par amour du confort (de leurs gages !) et de la tranquillité. « C’est autour de cette notion centrale du mensonge que nous travaillons, avec une troupe réduite de moitié, des coupes sombres dans nos subventions et un monument à offrir au public  », s’inquiète Régis Goudot. Dans l’orbite de la troupe de Didier Carette depuis 1997, comédien à vous couper le souffle, c’est lui qui s’y colle dans la tourmente, ex abrupto. / ❥

Dom Juan de Molière 9 au 26.03, 16 h, 20 h, 21 h, Théâtre Sorano, 8 à 19 €, 05 34 31 67 16, www.theatresorano.com


mars

l’esprit croix ba’

Romain David, piano Scriabine, Rachmaninov, Chopin Musique de chambre Mardi 2 mars

Mr Cinoc

Les Dragées (création) Jazz Jeudi 4 et vendredi 5 mars

Quatuor Atrium, violons, alto et violoncelle Tchaïkovski, Chostakovitch, Arenski Musique de chambre Mardi 9 mars

Année croisée franco-russe à l’Espace Croix-Baragnon Arts visuels

10 mars au 7 mai

David et Alfredo Lagos

El espejo en que me miro Dans le cadre du Festival flamenco de Toulouse Jeudi 11 et vendredi 12 mars

Duo Haroutunian–Descharmes, violon et piano Stravinski, Prokofiev, Chostakovitch Musique de chambre Mardi 16 mars

Acide lyrique

Opus à l’Oreille Dans le cadre du Printemps du Rire Cabaret Jeudi 18 et vendredi 19 mars

Duo Alkonost, violon et piano Stravinski, Tchaïkovski, Prokofiev Musique de chambre Mardi 23 mars

A la rencontre de... Ahmed Ghazali

Collectif Mauvaises Herbes Sébastien Bournac, Cie Tabula Rasa Lecture/rencontre Mercredi 24 mars

Carte blanche au Conservatoire Musique de chambre Mardi 30 mars

Espace Croix-Baragnon 24 rue Croix- Baragnon 05.62.27.60.60

n° licences entrepreneur de spectacles : 1025136-1025107-1025105


agenda L'Atelier du peintre © Antony Voisin

L’ATELIER DU PEINTRE 1er au 16.03 Dans cet atelier magique se retrouvent les grands peintres de l’histoire. Vision un peu déjantée ? Normal, quand le Cirque Plume est aux pinceaux. Acteurs, acrobates et musiciens rient, s’aiment, se disputent et c’est l’émotion qui crève les toiles ! ❥ 1 5 h, dim, 20 h, lun, mar, mer, 21 h, jeu, ven, sam, 21 à 34 €, Odyssud, 05 61 71 75 10

COMMISSARIAT 2022 2 au 20.03 Dans le cadre du Printemps du Rire. Rentables ! On vous le dit et redit, il faut faire du chiffre ! Démonstration dans un commissariat en 2022, imaginé par Laurent Gil. Gérer le quotidien d’une unité « moderne » en prise directe avec les réalités de l’économie de marché, cela n’est pas simple... ❥ 21 h, 10 et 14 €, Fil à Plomb, 05 62 30 99 77

12 PRINTEMPS DES POÈTES e

7 au 13.03 Comment la voix colore-t-elle le poème par le chant ? Au-delà d’un thème national « Couleur femme » honoré le 7.03, la Cave Poésie invite les interprètes les plus divers qui chantent les poèmes des autres sur leur propre musique. ❥ 1 7 h, 19 h 30, 21 h, 21 h 30, 8 et 12 €, (8 et 13.03, grat), Cave Poésie, 05 61 23 62 00

Merlin… © Les Possédés

27 REMORQUES PLEINES DE COTON 10 au 13.03 La cupidité... et les extrêmes auxquels elle pousse. En écrivant cette pièce en 1946, Tennessee Williams évoquait l’Amérique en crise à travers une vengeance sordide ayant pour objet une femme. Tension, désir, passions exacerbées : du théâtre chauffé à blanc. ❥ 2 1 h, 8 et 12 €, Théâtre de Poche, 05 61 48 25 52

MERLIN OU LA TERRE DÉVASTÉE 11 au 13.03 Les Possédés reviennent au Garonne avec la pièce fleuve de Tankred Dorst qui réinvente la légende du roi Arthur, réveille les peurs collectives et les désirs de conquête. Entre illusions et réelle humanité, elle leur va comme un gant. ❥ 1 9 h, jeu, et 19 h 30, ven et sam, 11 à 20 €, Théâtre Garonne, 05 62 48 54 77

LE TRANSSIBÉRIEN

16 au 27.03

Il s’agit évidemment d’une histoire de voyage ; d’anecdotes à vous perdre dans les coins et recoins du train le plus célèbre du monde. En gestes et en mots, Blaise et Jeanne parcourent les paysages et les vers écrits par Blaise Cendrars. En voiture ! ❥ 2 1 h, 8 et 12 €, Théâtre du Pont-Neuf, 05 62 21 51 78


Le Transsibérien © Avenir, TPN

Mad Maths © BM Palazon

MAD MATHS

18.03

Dans le cadre du Printemps du Rire. Un spectacle en forme de cours de maths ? Arrghh !, me direz-vous. En réalité, les deux profs de la Cie Sous un autre angle sont assez loufoques pour faire naître des maths tout l'absurde et la poésie… Pour les cancres, les traumatisés et les fanatiques. ❥ 2 0 h 30, 7,50 à 14 €, Théâtre municipal de Muret, 05 61 51 91 59

LE JARDIN DES DÉLICES 23 au 25.03 Jérôme Bosch et son fabuleux Jardin des Délices. Il fallait une Blanca Li, son imagination et des costumes d’enfer, pour produire un ballet à partir de cette peinture « sacrilège » où le plaisir se mêle au vice et le mordant à la morale. ❥ 21 h, 21 à 34 €, Odyssud, 05 61 71 75 10

WELCOME TO NOWHERE

Welcome To Nowhere © Kenneth Collins

EXILS

Ode Maritime © Mario Del Curto

25 et 26.03

Déportation... ou sésame ? En attendant que le couperet tombe, dans une énième zone d’attente, des demandeurs d’asile incarnés par des comédiens, des chanteurs et des danseurs disent les douleurs, les joies, les espoirs et les drames de l’exil. ❥ 1 4 h 30 et 20 h 30, 8 €, Théâtre Jules-Julien, 05 61 25 79 92

Ode maritime

25.03 au 1.04

Fernando Pessoa, auteur d’une oeuvre poétique protéiforme autant que gigantesque, a vécu en songes. Claude Régy met en scène cette ode, imaginée sur les quais de Lisbonne, souffle irrationnel et magnifique de celui qui voulait incarner ses rêves. En voyage... ❥ 1 6 h et 20 h, 8 à 12 €, TNT, 05 34 45 05 05

24 au 27.03

DANS LA SOLITUDE DES CHAMPS 25.03 au 10.04 DE COTON

C’est l’histoire glauque d’un homme hanté par son passé qui traverse les États-Unis. C’est un objet hybride entre cinéma et road théâtre, une installation en mots, sons et images de la Cie new-yorkaise Temporary Distortion. (en anglais surtitré) ❥ 2 0 h et 20 h 30, 11 à 20 €, Théâtre Garonne,

La pièce de Bernard-Marie Koltès mise en scène par Arnaud Rykner pour Les Vagabonds est le moment précédant le conflit, celui de la diplomatie, dans cette rencontre entre le dealer et le client. Qui mène ce pas de deux tendu de la dépendance ? ❥ 2 0 h, mar au sam, 16 h, dim, 3,60 à 18 €,

05 62 48 54 77

Théâtre du Pavé, 05 62 26 43 66

théâtre

& danse |

101


disques Chapelier Fou

Tamikrest

[électro à cordes]

[blues du désert]

613 | Ici d’ailleurs / Discograph Pas de salut sans folie. Louis Warynski pourrait s’approprier cette devise. Violoniste mariant musique classique et électro, il jette un pont entre Yann Tiersen et Amon Tobin. À 26 ans, cet habile musicien jongle entre le violon (qu’il pratique depuis ses 6 ans) et les samples. Ce serait déjà suffisamment intriguant s’il s’arrêtait là. Mais le Chapelier Fou est de surcroît touché par la grâce : chaque titre, chaque note emporte les sens dans un violent flot d’émotions. Onirique, mélancolique, cette musique est complexe mais évite l’écueil de l’intellectualisation et la redondance. Doté d’un sens de l’émerveillement sans limite, il passe « de l’autre côté du miroir », dans un monde où la folie devient marque de la plus saine raison. Son nom de scène n’est certainement pas dû au hasard. > Baptiste Ostré

Adagh | Glitterhouse / Differ-Ant La guitare de Woody Guthrie tuait les fascistes. Celle de Tamikrest - trait d’union envoûtant entre tradition et modernitécombat les guerres, les sécheresses et l’ignorance. Bref ! Tout ce qui depuis des décennies menace de disparition la culture touareg et confère par voie de conséquence à ce premier album tout son pouvoir émotionnel. Complainte susurrée où guitare, voix et percus se confondent (« Aratane n’adagh »), mélodies obsédantes aux notes qui ne semblent jamais vouloir s’arrêter, Tamikrest parvient à rendre la souffrance d’un peuple palpable. Et confirme dans la lignée des Tinariwen, l’essor d’un genre musical enjoué et profond ; le blues du désert qui, à l’instar du reggae des débuts, en appelle à l’universalité. Difficile d’en sortir indemne. > Nicolas Mathé

La Fine Équipe [projet hip-hop] Fantastic Planet | Nowadays Records Drivé par le collectif de beatmakers, La Fine Équipe (auteur en 2008 de l’excellent La Boulangerie chez le label Just Like), le projet Fantastic Planet est des plus ambitieux. Dans l’équipage se côtoient le MC américain Mattic, Astrid Engbert (du groupe danois Berry Weight), et le crew de A State of Mind. Le plan de vol est simple : un crossover intersidéral où les influences, bien ancrées dans les 90’s (A Tribe Called Quest, J-Dilla), croisent des beats trip-hop «  wax-tailoriens  » (l’artiste a d’ailleurs déjà collaboré avec tout ce beau monde). Avec 23 titres résolument groovy, cet album signé par les protégés de Radio Nova et de son cortège de guest constitue assurément l’une des plus belles surprises de ce début d’année. > Youness Hamelat


Toro y Moi

Gagadilo

[joyeux bordel]

Skafrobalkanik Jazz Project | Gagadilo Prod. / Mosaic Music Embarquement immédiat pour un tour du monde en musique. Pas besoin de visa, la musique colorée de Gagadilo se charge de défoncer les frontières. Cap sur l’Afrique, les Balkans et la Jamaïque donc pour ce voyage au cours duquel on passera faire coucou à Fela Kuti avant de boire l’apéro avec les Balkan Beat Box et de finir par fumer le calumet de la paix entouré des Skatalites et de Groundation. Avec le jazz comme fil conducteur, le premier album de ces six Stéphanois est comme son nom l’indique un joyeux bordel où l’orchestration soignée et largement cuivrée n’opprime pas pour autant l’improvisation. Sans temps mort, les styles se mélangent au gré des inspirations pour livrer quelques pépites de métissage. Des concerts éprouvants en perspective. > Nicolas Mathé

[chillwave]

Causers of This | Carpak / La Baleine Il est déroutant ce premier album. Non seulement à cause du curieux sobriquet de son auteur américain, mais surtout pour ce qu’il contient. Et lorsque les journalistes avancent en terre inconnue, ils posent des balises. On a donc qualifié cette musique de « glo-fi », ou de « chillwave ». Si cela ne vous parle pas, c’est normal, ça vient de sortir. En attendant, on se projette dans les 11 courts morceaux de Causers Of This comme dans un flipper  : bousculé d’une ambiance à une autre, de l’abstract hip-hop à l’électro-pop, de sonorités organiques à des rythmes synthétiques. Lorsque l’on croit distinguer une influence, on rebondit aussi sec. Toro Y Moi défriche et l’on se précipite dans son sillage, sûr d’atteindre de nouveaux horizons musicaux. > Mathieu Dauchy

GONJASUFI [soul complexe] A Sufi & A Killer | Warp / Discograph Comme il est délicieux, parfois, de se planter. Le mois dernier, on s’attristait de la gueule de bois de Warp, 20 ans à peine, qui signait Lonelady (pas mal, mais bon…). Et là, sans coup férir, le label de Sheffield publie l’œuvre de la décenn… bon, l’un des grands albums de 2010, au moins. Coincé dans le Nevada, au milieu de nulle part donc, Gonjasufi mêle en vrac le psychédélisme de Captain Beefheart, le précurseur dubstep Scorn, le trip-hop de Portishead, la rage des Stooges, et enrôle des mezzins azimutés, des esprits indiens et de grands soulmen. L’association des amis du namedropping sera comblée. Le plus incroyable : en lieu et place d’un fourre-tout nauséeux, Gonjasufi signe un album complexe et cohérent, dont on n’est pas près de faire le tour. Inclassable et classieux. > Thibaut Allemand

chroniques |

103


livres Grems

Destins

De Grems (Édition Populaire)

De Frank Giroud (Éd. Glénat)

À première vue, l’objetlivre (car il faut bien parler d’objets chez l’Édition Populaire tant tant chaque sortie crée l'événement) est plutôt basique. Pas de couv’ « jet’arrache-l’-œil  », petit format assez classique, rien n’attire le regard. Mais en y regardant de plus près (car il fallait bien un « mais »), la reliure noire, l’impression sélective argentée et deux rubans noirs pour marque-page, donnent à cet ouvrage des faux airs de missel. Effectivement, en quelques lignes bien senties, avec un soutien photo de qualité, se dévoile une monographie exhaustive de Grems, artiste prolifique s’il en est. Graffeur, rappeur, graphiste, D.A., créateur de label… Autant de casquettes que de moments de vie sacrifiés sur l’autel de la création, dont on se délectera… devant l’éternel, of course. 240 p., 22 € > Carole Lafontan

L’auteur du Décalogue et de Quintett est un scénariste BD particulièrement créatif. Avec des dessinateurs différents, il signe Destins, un cycle ambitieux dont paraissent les trois premiers épisodes. Une étudiante américaine participe à l’attaque d’une banque au cours de laquelle deux femmes sont tuées ainsi que son ami. Devenue célèbre à la tête d’une association humanitaire, elle apprend qu’une dame, accusée à sa place, est condamnée à mort. Un dilemme s’offre à elle : faut-il se constituer prisonnière ou privilégier son action publique à travers une nouvelle mission en Afrique  ? Giroud explore intelligemment les deux termes de cette alternative en suivant des chemins qui se croiseront au cours de treize albums. 48 p., 13 € > Michel Paquot

UNE ENFANCE AUSTRALIENNE De Sonya Hartnett (Éd. Le Serpent à Plumes) À 9 ans, Adrian est un petit garçon soucieux. Élevé par sa grandmère, il se sent de trop. D’autant que son seul copain finit par le rejeter. Tenaillé par un sentiment d’inadaptation lancinant et la peur de se retrouver à l’orphelinat, il se raccroche alors à Nicole. Mais, cette nouvelle voisine à peine plus âgée que lui ne l’aide pas vraiment dans sa quête d’apaisement… En un roman aussi bref que prenant, Sonya Hartnett parvient à rendre prégnants les tourments de l’enfance. Parce qu’elle fait fi des artifices, elle se fraie un chemin direct vers l’âme de son personnage. Dès lors, son écriture simple est gage d’efficacité. Comme son habileté à ménager le suspense. 200 p., 18,50 € > Faustine Bigeast


dvd Nightmares & Dreamscapes D’après Stephen King (Aquarelle) Stephen King n’a pas toujours bonne presse dans nos contrées. Trop fantastique, trop immature, tout juste bon à donner des frissons. Bref, pas assez parisien : non content de savoir raconter des histoires, il se paye le luxe d’avoir de l’imagination. Ce talent de conteur, vite récupéré par le cinéma, fait aussi les beaux jours de la télévision. Sortie juste avant l’ignoble série Dead Zone, Nightmares & Dreamscapes adapte huit nouvelles, majoritairement issues du recueil Rêves et cauchemars. Petits Soldats, épisode d’ouverture avec son histoire de tueur mutique pris d’assaut par des soldats en plastique – sans une ligne de dialogue (!) – place la barre très haut. Cruellement inégal, le reste donne envie de revoir l'intégrale des Contes de la Crypte. 29,99 € > Baptiste Ostré

Morse De Tomas Alfredson (Metropolitan / Seven 7) Passons sur la traduction abjecte du titre original ou sur la catastrophique sortie cinéma. Visiblement, Morse, meilleure variation sur le mythe du vampire de ces dernières années, a du mal à se faire comprendre. Si son réalisateur ne rechigne pas sur les scènes gore et ose la grandiloquence autant que le grotesque, son film est avant tout une histoire d’amour impossible entre deux jeunes enfants. L’un est persécuté par ses camarades de classe, l’autre est vampire. Un peu comme si le Gus Van Sant d’Elephant filmait le Carrie de Brian de Palma. Rigueur du cadre, images léchées, ellipses malignes : Tomas Alfredson englobe film de genre et film d’auteur avec un sens aiguisé de l’écriture. À ranger entre Un Prophète, le Ruban Blanc et Tetro dans la catégorie « meilleur film de l’année 2009 ». 19,99 € (dvd), 23,99 € (Blu-Ray) > Baptiste Ostré

Morceaux de conversations avec Jean-Luc Godard De Alain Fleischer (Éd. Montparnasse) Il faut voir Jean-Luc Godard expliquer ses choix de mise en scène. Regard espiègle, le sourire discret et malin, il répond aux interrogations d’étudiants et de réalisateurs. Plutôt abattu par les difficultés à financer ses films, déçu qu’un projet pour le Collège de France finisse en exposition au Centre Pompidou, le réalisateur d’À bout de souffle ne reste pas moins viscéralement attaché à sa conception d’un cinéma « du réel ». Ces Morceaux de conversations, suivis de Sept rendez-vous (une série de visioconférences, soit un total de 4 dvd) développent plus qu’une théorie ou une leçon : une vision grand V du cinéma, où se mêlent Histoire, politique, métaphysique. Le cinéma, non pas comme une manière de filmer le monde mais de le mettre en scène. Donc, de le mettre en ordre. 40 € > Baptiste Ostré

chroniques |

105


jeux vidéo

texte ¬ Emma Belasco

Silent Hill - Shattered Memories - Konami | PSP - Wii Silent Hill, série mythique débutée sur Ps One en 99, avait déjà provoqué de nombreux cauchemars. Avec son univers noir, lugubre et inquiétant, elle a vite rejoint le podium des jeux de « Survival horror », s’imposant comme l’un des meilleurs du genre aux côtés de Resident Evil ou du plus récent Bioshock. Avec Shattered Memories, tout commence sur le fauteuil du psychiatre. Notre héros Harry Mason revient sur un douloureux épisode : l’intrigante disparition de sa fille Cheryl, après leur accident de voiture. Un flash-back plus tard, et nous revoilà transportés dans la sombre ville fantôme. Seulement cette fois-ci, les développeurs n’ont gardé de la ville que le nom, Silent Hill. Ici, aucune arme et pas une seule bataille contre des monstres à tête pyramidale, mais une fuite effrénée en quête de souvenirs et d’indices. Parsemé de séances chez le psy et de flash-back, le jeu favorise l’identification avec le héros et ses tourments psychologiques. Cinématiques incroyables et variées selon les actions du joueur, fins alternatives... Silent Hill revient en tête de la course à l’angoisse et n’est pas prêt de vous laisser dormir.


chroniques |

107

Mass Effect 2 - Electronic arts | Xbox 360 Voici un jeu de rôle des plus captivants ! Le premier épisode avait été l’un des plus grands succès de l’année 2007. Quand il ne forme pas ses équipes et ne couche pas avec des subalternes - voire des aliens, le commandant Shepard met ses fonctions bioniques au service de sa mission : sauver l’univers. Interactif, intelligent, ce jeu s’adapte aux décisions stratégiques du joueur. Malgré une prise en main peu évidente, Mass Effect 2 relève le niveau d’un genre en mal de bons scénarios.

Tatsunoko vs Capcom : Ultimate all stars - Capcom | Wii Jeu de baston japonais dans toute sa splendeur, Tatsunoko vs Capcom met une petite torgnole à tous les amateurs de « Street Fighter ». Plus facile que son concurrent et complètement explosif, les supers pouvoirs des personnages sont poussés à l’extrême. Au point qu’écraser son partenaire avec un chien géant devient franchement hilarant. Un peu « trop » sur tous les tableaux, Tatsunoko vs Capcom promet malgré tout de bons fous rires en groupe !

100 livres classiques - Nintendo | Nintendo DSi XL Pour la sortie de sa nouvelle console de poche (mais «  de salon  »), la DSi XL, Nintendo aborde la littérature de manière ludique grâce à une bibliothèque de 100 classiques. La DSi est agrandie pour le plaisir des yeux et son stylet devient stylo. De Zola à Balzac en passant par Baudelaire et Oscar Wilde, chacun trouvera ici de quoi ressusciter ses souvenirs de collège et appronfondir ses connaissances sur tous ces auteurs légendaires. De quoi faire le bonheur des jeunes étudiants, de leurs parents et de tout amateur de littérature.


concerts Mar 02.03 LE REX ALBUM LEAF + GO FIND [ROCK] 19h30 - 20/18/16e - 05 62 73 44 77 BODEGA EL CAMINO LES FALUCHARDS 20h30 - grat - 05 62 26 60 51 CRI DE LA MOUETTE LAKE [POP] 21h - 5e - 05 62 30 05 28

Mer 03.03 LE CHERCHE ARDEUR OLIVIER GIL [CHANSON] 20h - grat - 05 61 55 27 22 PETIT LONDON AGAFIA [SAXO/PERCUSSIONS] 20h - nc - 05 61 62 93 29 LE REX CHARLIES ALL-STAR & THE FLABAB SUMMIT TANGO BAND + KALAKUTA SELECTORS… 20h - 13/10e - 05 61 12 16 39 CRI DE LA MOUETTE SOLEADO + SECOND HAND DEALERS 21h - nc - 05 62 30 05 28

BATLIK [CHANSON] 21h30 - 12/10e - 05 61 42 95 07

BATLIK [CHANSON] 21h30 - 12/10e - 05 61 42 95 07

MR BIG STUFF WHISPER CREST + KALEVALA 21h30 - 3e - 05 61 23 64 75

BODEGA EL CAMINO BOURDY COLLECTIF [ROCK] 21h30 - grat - 05 62 26 60 51

Jeu 04.03

LE BREUGHEL NOCTAMBULES [LATINO] 22h - grat - 05 61 21 66 54

BIKINI (RAMONVILLE) GÂTECHIEN + KOURGANE + ICI VOUS ÊTES UN TOURISTE + KERRIA NOIR + FUMULUBUDU 20h - 5e - 05 62 73 44 77 LE CHERCHE ARDEUR KFÉ KRÈM’ [BRÉSIL] 20h - grat - 05 61 55 27 22 LE TXUS 1 THÉ POUR 2 [CHANSON] 20h - grat - 08 72 22 76 25 ESPACE CROIX BARAGNON MR CINOC [JAZZ] 20h30 - 10/8/5e - 05 62 27 60 60 SALLE NOUGARO VINCENT ROCA 20h30 - nc - 05 61 93 03 03 MR BIG STUFF DAVAÏ + DJ VINODILO [ROCK] 21h - 3e - 05 61 23 64 75

SAINT DES SEINS THE RED LIPS + MEGASUSHI 21h - 5e - 05 61 22 11 39

PÈRE PEINARD KALAKUTA SELECTORS 21h - grat -

BIJOU

BIJOU

CRI DE LA MOUETTE JUDIE [ROCK ALTERNATIF] 22h - nc - 05 62 30 05 28 MULLIGAN’S Pub Song 22h - grat - 05 61 14 04 21 PETIT VOISIN CASUAL + THE BERLIOZ [ROCK] 22h - 2e - 05 61 22 65 22

Ven 05.03 LO BOLEGASON (CASTRES) DIRTY FONZY + MARVIN + VDZ BREAK + SHAKING HEADS… 20h - 22/12/10e - 05 63 62 15 61 LE CHERCHE ARDEUR KARAOKÉ AKOUSTIK 20h - grat - 05 61 55 27 22 PETIT LONDON ROMANTICA [CHANSON] 20h - nc - 05 61 62 93 29 LE REX CARMEN MARIA VEGA

Akalé Wubé Ethio-jazz De l’Éthiopie en musique, on connaît plus l’influence d’Hailé Sélassié dans le reggae que l’ethio-jazz. Pourtant ce style, mélange de musique traditionnelle et de jazz, popularisé dans les années 60/70 par Mulatu Astatké, conquiert de plus en plus de groupes modernes. Dernier exemple en date avec Akalé Wubé, un quintet parisien qui, entre reprises et compos personnelles, explore avec talent les trésors de ce registre coloré et éminemment groovy. © DR

❥ 4 .03, 21 h, 5 et 8 €, Le Mandala, 05 61 21 10 05, www.lemandala.com


20h - 20e - 05 62 73 44 77 PHARE (TOURNEFEUILLE) HINDI ZAHRA + JULIEN PRAS + KESTEKOP [FOLK/SOUL] 20h - 20/18/16e - 05 34 30 17 48 RIO GRANDE (MONTAUBAN) PUNISH YOURSELF + AMBASSADOR 21 [PUNK/GOTHIQUE] 20h30 - 14/10e - 05 63 91 19 19 ESPACE CROIX BARAGNON MR CINOC [JAZZ] 20h30 - 10/8/5e - 05 62 27 60 60 LES PAVILLONS SAUVAGES OUT OF SCHOOL ACTIVITIES + TINY TERRORS + NOWADAYS… 20h30 - nc - 05 62 73 44 77 SAINT DES SEINS PAPIER TIGRE + CABWAYLINGO 20h30 - 5e - 05 61 22 11 39 SALLE DU CAP ELISA DO BRASIL + NEMOCAINE + DJ GOLOOM 20h30 - 5e - 05 61 55 77 98 SALLE NOUGARO VINCENT ROCA 20h30 - nc - 05 61 93 03 03

SAMBA RÉSILLE AFINCAO [SALSA CUBAINE] 21h - 6e - 05 34 41 62 16

PETIT LONDON SHIVA AND THE DEAD MEN 20h - nc - 05 61 62 93 29

BIJOU BATLIK [CHANSON] 21h30 - 12/10e - 05 61 42 95 07

MANDALA 25e Anniversaire du Mandala 21h - nc - 05 61 21 10 05

BODEGA EL CAMINO BLUES IN THE KITCHEN 21h30 - grat - 05 62 26 60 51

Saint des seins Rembricabrack + Pussydelic 21 h – 3e - 05 61 22 11 39

BIKINI (RAMONVILLE) Gala INSA : DODOZ + RED LIPS + MUTTONHEADS [ROCK] 22h - nc - 05 62 73 44 77

PÈRE PEINARD DJ K-YAM [DANCEFLOOR/REGGAE] 21h - grat -

CRI DE LA MOUETTE Dja Dja Sound Party #1 22h - nc - 05 62 30 05 28

Sam 06.03 FNAC (LABÈGE) SOULEYMAN AND THE YALA CREW [SOUL/FUNK] 17h30 - grat - 08 25 02 00 20 LA LOUPIOTE L’OMBRE DE L’ELFINE 19h30 - grat - 05 61 42 76 76

FILOCHARD MAS Y PASS [SKA ESPAGNOL] 21h - grat - 05 61 52 66 80

LO BOLEGASON (CASTRES) X-MAKEENA + INTERLOPE + BREF + KRANK + SLICECOOKERS… 20h - 22/12/10e - 05 63 62 15 61

MANDALA 25e Anniversaire du Mandala 21h - nc - 05 61 21 10 05

LE CHERCHE ARDEUR DORA MARS [CHANSON] 20h - grat - 05 61 55 27 22

Festival IntercollectifS

BODEGA EL CAMINO MAJESTIC MICE [ROCK/BLUES] 21h30 - 3e - 05 62 26 60 51 LE BREUGHEL LES BARONS PERCHÉS 22h - grat - 05 61 21 66 54 CRI DE LA MOUETTE MELTINTONE [ROCK] 22h - nc - 05 62 30 05 28 MR BIG STUFF GEORGE MAHOOD + RUSS SMITH + HEAVY LISTENIN’ 22h - 3e - 05 61 23 64 75

Dim 07.03 SAMBA RÉSILLE ALEF [POÉSIE] 15h - nc - 05 34 41 62 16 LE CACTUS

Cocktail détonant

Pour sa 5 édition, le Festival IntercollectifS met le paquet et scinde les réjouissances en deux axes : r’n’r noise hip-hop au Bikini avec les énervés de Gâtechien, les Pâlois de Kourgane, les indé Kerria Noir, les fameux Fumulubudu et les tonitruants Ici vous êtes un touriste. La suite, aux Pavillons Sauvages le lendemain, sera punk hardcore noise avec entre autres le phénomène Out Of School Activities et les Bordelais de Nowadayz. Yeahhh ! e

❥ 4 .03, 20 h, 5 €, Le Bikini 5.03, 20 h 30, part. libre, Les Pavillons Sauvages, www.intercollectifs.com

Gâtechien © DR

agenda |

109


agenda |

110

concerts QUASI BLUES [BLUES/ROCK] 19h - grat - 05 61 21 68 81

FNAC WILSON CARMEN MARIA VEGA 17h30 - grat -

PETIT LONDON NOSOTROS PODEMOS EL MUNDO 20h - nc - 05 61 62 93 29 MANDALA 25e Anniversaire du Mandala 21h - nc - 05 61 21 10 05

Lun 08.03 VASCO LE GAMMA ROSENDO FRANCES [ROCK/POP] 19h - nc - 05 61 50 68 11 BIKINI (RAMONVILLE) GREGOIRE [CHANSON] 20h - 29e - 05 62 24 09 50 LES PAVILLONS SAUVAGES SEX DRUGS & REBETIKO 20h30 - nc - 05 62 73 44 77 Saint des seins Xanthine + Meltintones 21 h – 5e - 05 61 22 11 39

Mar 09.03 SAINT DES SEINS PAAMATH [CHANSON] 21h - 5e - 05 61 22 11 39 LES PAVILLONS SAUVAGES VIOLON PROFOND [HARD ROCK] 21h30 - nc -

Mer 10.03

LE CHERCHE ARDEUR LE CHIEN JAUNE [ROCK] 20h - grat - 05 61 55 27 22 PETIT LONDON Ladyfest : EX BEST FRIEND 20h - nc - 05 61 62 93 29 BIKINI (RAMONVILLE) HOCUS POCUS [RAP] 20h30 - 24/21e - 05 62 73 44 77 SAINT DES SEINS TURNER CODY + JAMES LEVY 20h30 - 3e - 05 61 22 11 39 SALLE NOUGARO RAVI PRASAD 20h30 - 17/15/13e - 05 61 93 03 03 CRI DE LA MOUETTE DROOGZ BRIGADE + EDONIST BEAT + TAKINE + PZYON… 21h - nc - 05 62 30 05 28

Jeu 11.03 CAFÉ DE LA CONCORDE THE GLANDINIANS [ROOTS] 19h - 2e - 05 61 62 50 52 MR BIG STUFF Soirée Métro, Boulot... Apéro! 19h - grat - 05 61 23 64 75 CLASSICO CAFÉ SUZANNE CALAMITY BARTHES 19h30 - grat - 05 61 53 53 60 LE CHERCHE ARDEUR LES CORDES TIMBRÉES 20h - grat - 05 61 55 27 22 PETIT LONDON CALIN [ROCK/ELECTRO] 20h - nc - 05 61 62 93 29 LE TXUS TRIO SINGE [JAZZ] 20h - grat - 08 72 22 76 25 ESPACE CROIX BARAGNON DAVID ET ALFREDO LAGOS 20h30 - nc - 05 62 27 60 60

MANDALA SINGE [JAZZ] 21h - 8/5e - 05 61 21 10 05

SALLE DU CAP LA RUMEUR + HERBAL FREY 20h30 - 5e - 05 61 55 77 98

BIJOU LA MAL COIFFÉE 21h30 - 10/8/5e - 05 61 42 95 07

CHAMPAGNE LO ACTIVE SCENE + SAMSARA 21h - grat - 05 61 21 24 67

MR BIG STUFF NITROPOP [ROCK] 21h30 - 3e - 05 61 23 64 75

MANDALA THIERRY GONZALES TRIO 21h - 8/5e - 05 61 21 10 05

Festival Airs Solidaires

Humanitaire et festivités

Pour la 3e année, le festival de la solidarité internationale a élu Toulouse pour théâtre des réjouissances. Nombre d’événements (ciné-débat, marché solidaire, expos…) sont organisés avec pour valeur commune : le partage. Côté son, vous vibrerez sur le rap de La Rumeur, le street électro dub de Iphaze, le hip-hop blues indomptable de Syncopera ou encore sur le savant mélange du New York Ska Jazz Ensemble. ❥ LA RUMEUR + HERBAL FREY, 11.03, 20h30, 5 €, Salle du Cap syncopera © DR

HILIGHT TRIBE + IPHAZE, 12.03, 20h30, 5 €, Salle du Cap MAD PROFESSOR + NEW YORK SKA JAZZ ENSEMBLE + SYNCOPERA, 18.03, 20h, 7 €, Le Bikini, www.lesairssolidaires.org


Samedi 13 mars à partir de 19h30 Equidad Barès & Serge Lopez, Ana Carril & Bernardo Sandoval, Artichaut Orkestra, la Caña Brava

Rendez-vous exceptionnels Salle des fEtes de Ramonville !

Dimanche 14 mars à partir de 13h Grand bal marathon de 6h ! Lauzate, Didier Dulieux duo, Michel Macias quartet & invités InfOS prAtIquES Et tArIfS

05 62 19 06 06 www.chevrefeuille.org

Licences entrepreneur de spectacle: 1-1019898/ 2-1019899/ 3-1019900

L’association Chèvrefeuille a 20 ans en 2010, ça se fête!


agenda |

112

concerts PÈRE PEINARD DJ MANU [DANCEFLOOR/SOUL] 21h - grat BIJOU LES DOIGTS TEINTÉS 21h30 - 10/8/5e - 05 61 42 95 07 BODEGA EL CAMINO THE UNHOLY ONE DEAD MAN LAND [ROCK] 21h30 - grat - 05 62 26 60 51 LES PAVILLONS SAUVAGES DANSE ON DIE 21h30 - nc - 05 62 73 44 77

ZILHOM [JAZZ] 19h30 - grat - 05 61 21 78 94 LA LOUPIOTE JEFF ZIMA [BLUES] 19h30 - grat - 05 61 42 76 76 PETIT LONDON TOSTADAS + GORDON COLE 20h - nc - 05 61 62 93 29 PHARE (TOURNEFEUILLE) PLASTICINES + THE PINK ELEPHANTS [ROCK] 20h - 18/16/14e - 05 34 30 17 48

CRI DE LA MOUETTE BENDS + MARTI + MR BROWNE 22h - nc - 05 62 30 05 28

LO BOLEGASON (CASTRES) CARMEN MARIA VEGA + JOHNNY MADNESS [CHANSON] 20h30 - 15/12e - 05 63 62 15 61

MULLIGAN’S Pub Song 22h - grat - 05 61 14 04 21

ESPACE CROIX BARAGNON DAVID ET ALFREDO LAGOS 20h30 - nc - 05 62 27 60 60

PETIT VOISIN SUBSTITUT [ROCK ] 22h - 3e - 05 61 22 65 22

SALLE DU CAP Les Airs Solidaires : IPHAZE + HILIGHT TRIBE 20h30 - 5e - 05 61 55 77 98

Ven 12.03

CRI’ART (AUCH) AQME + UNCOMMONMENFROMMARS [METAL/ROCK] 21h - 15/10e - 05 62 60 28 17

FNAC WILSON PLASTICINES [POP / ROCK] 17h30 - grat CLASSICO CAFÉ HAPPY MUSIC [JAZZ/R’N’B] 19h - grat - 05 61 53 53 60 L’IMPRO

CAFÉ DU BURGAUD (LE BURGAUD) RECIFE + BOTOSTRATO [ROCK] 21h - 7/5e - 05 62 79 00 49 MANDALA GROOVE BAND [JAZZ]

21h - 9/6e - 05 61 21 10 05 Saint des seins Zingabe + Afrobeat Crusaders 21 h – 3e -05 61 22 11 39 LES PAVILLONS SAUVAGES MOROSE 21h - nc BIJOU LES DOIGTS TEINTÉS 21h30 - 10/8/5e - 05 61 42 95 07 BODEGA EL CAMINO PROLETAIRE MUSIK [REGGAE] 21h30 - 3e - 05 62 26 60 51 CRI DE LA MOUETTE LES TONTONS FUNKEURS 22h - nc - 05 62 30 05 28 MR BIG STUFF ADIKT + TREMENS [ROCK] 22h - nc - 05 61 23 64 75 PETIT VOISIN TRUCKTOWN SOUND SYSTEM 22h - 3e - 05 61 22 65 22

Sam 13.03 FNAC (LABÈGE) SOMA [POP/ROCK] 17h30 - grat - 08 25 02 00 20 SALLE DES FÊTES (RAMONVILLE) EQUIDAD BARÈS + SERGE LOPEZ TRIO + ANA CARRIL… 19h30 - 12/10e - 05 61 73 51 02

Coming Soon + The Existentialists

Antifolk

Coming Soon et on les attend de pied ferme. Car qui aurait cru que cette bande de cow-boys prépubères (pour la plupart), originaires d’Annecy et biberonnés aux mythes ricains, afficherait une telle maturité ? Tout droit sortie de l’œuf mais pas babyrockers pour autant, la cavalerie d’Howard Hugues explore l’antichambre de la folk US et claironne férocement son indie-rock teinté de Johnny Cash voire d’Ennio Morricone. coming soon © dr

❥ 13.03, 19 h 30, 14 à 18 €, Le Rex, 05 34 30 17 48, www.premiere-pression.com


LE CHERCHE ARDEUR L. ROCHELLE + M. SARRAZY 20h - grat - 05 61 55 27 22

PETIT VOISIN GONESTHEDJ [BOOGIE/FUNK] 22h30 - 3e - 05 61 22 65 22

PETIT LONDON N’RELAX [JAZZ] 20h - nc - 05 61 62 93 29

Dim 14.03

BODEGA EL CAMINO JEAN MICHEL TACHON [LIVE] 20h30 - grat - 05 62 26 60 51 ART’CADE (SAINTE-CROIX-VOLVESTRE) UNCOMMONMENFROMMARS 21h - 10/7/5e - 05 61 04 69 27 Saint des seins Soma + Dunst 21 h – 3e - 05 61 22 11 39 MANDALA RICHARD HERTEL ENSEMBLE 21h - 9/6e - 05 61 21 10 05 PÈRE PEINARD Djs Residents [SOUL/GROOVE] 21h - grat LE BREUGHEL KALABILITOUIL ANASTRAPHADERE 22h - grat - 05 61 21 66 54 CRI DE LA MOUETTE MONKEY TREE + LES JAHRDINIANS [REGGAE] 22h - nc - 05 62 30 05 28 MR BIG STUFF Ritmo Latino : IAN DRAXX 22h - grat - 05 61 23 64 75

SALLE DES FÊTES (RAMONVILLE) M. MACIAS + D. DULIEUX… [BAL] 13h - nc - 05 61 73 51 02 LES PAVILLONS SAUVAGES KIMMO + FATABO + SMALL WARS + THOUSAND 21h - nc -

Lun 15.03 Saint des seins Destinity + Unabated + Raise your gun 21h – 5e - 05 61 22 11 39

Mar 16.03 ESPACE CROIX BARAGNON HAROUTUNIAN + DESCHARMES 18h30 - nc - 05 62 27 60 60 LE CHERCHE ARDEUR HOWL [POÉSIE LIVE] 20h - grat - 05 61 55 27 22 BIKINI (RAMONVILLE) HOT CHIP [ELECTRO/POP] 20h30 - 23/22e - 05 62 73 44 77 BODEGA EL CAMINO LES FALUCHARDS 20h30 - grat - 05 62 26 60 51

Les 20 ans du Chèvrefeuille

SALLE NOUGARO LES GLANDEURS NATURE 20h30 - nc - 05 61 93 03 03 LES PAVILLONS SAUVAGES LITTLE GREEN FAIRY + ELECTROLUX [POP/PUNK] 21h30 - nc -

Mer 17.03 FNAC (LABÈGE) LA POMPE [JAZZ] 17h30 - grat - 08 25 02 00 20 FNAC WILSON VICENTE PRADAL 17h30 - grat LE CHERCHE ARDEUR VARIATIONS BRUNES 20h - grat - 05 61 55 27 22 MÉDIATHÈQUE ASSOCIATIVE FACTOR + KAY THE AQUANAUT + DEF3 + ZOEN [HIP HOP] 20h - nc LE REX MAP (MINISTÈRE DES AFFAIRES POPULAIRES) + ALEE 20h - nc - 05 61 12 16 39 BIKINI (RAMONVILLE) BASTARDS ON PARADE + THE BOOZE + BUSKER / KEATON… 20h30 - 10e - 05 62 24 09 50 Saint des seins Minus Human + Fleshdoll

Nouvel élan

Certes, Chèvrefeuille n’a plus son historique péniche. Mais l’année de ses 20 ans, l’association a vu là l’occasion d’encore mieux se déployer sur son territoire pour fêter dignement l’évènement. Temps forts de cet anniversaire les 13 et 14.03 avec un concert regroupant Anna Carril, Artichaut Orkestra, Equidad Barès & Serge Lopez et La Cana Brava, suivi le lendemain d’un bal marathon de 6 h (!) avec les accordéonistes Michel Macias et Didier Dulieux, et des invités surprises. ❥ 13.03, dès 19 h 30, 10 et 12 € et 14.03, dès 13 h, part. libre, SDF de Ramonville, 05 62 19 06 06, www.chevrefeuille.org

Ana Carril © dr


agenda |

114

concerts 21 h – 5e - 05 61 22 11 39 CRI DE LA MOUETTE ALICE K + INFLUENZA 21h - nc - 05 62 30 05 28

Jeu 18.03 SALLE DU SÉNÉCHAL DON PASTA 12h30 - grat MR BIG STUFF Soirée Nayandei-Nolita 19h - grat - 05 61 23 64 75 LE CHERCHE ARDEUR LA CANOPÉE [CHANSON] 20h - grat - 05 61 55 27 22 PETIT LONDON MÖTÖCRÖSS 20h - nc - 05 61 62 93 29 LE TXUS HAPPY MUSIC [JAZZ] 20h - grat - 08 72 22 76 25 ESPACE CROIX BARAGNON L’OPUS À L’OREILLE 20h30 - 10/8e - 05 62 27 60 60

PÈRE PEINARD KALAKUTA SELECTORS 21h - grat -

Saint des seins Louis de Light 21 h – 3e - 05 61 22 11 39

LE BREUGHEL LA POMPE [SWING MANOUCHE] 22h - grat - 05 61 21 66 54

BODEGA EL CAMINO CONGA LIBRE 21h30 - grat - 05 62 26 60 51

CRI DE LA MOUETTE BROOK PRIDEMORE + ANOTHER FATE + MIDNIGHT WANKERS 22h - nc - 05 62 30 05 28

CRI DE LA MOUETTE JOE’S FUNKY BUSINESS [FUNK] 22h - nc - 05 62 30 05 28

MULLIGAN’S Pub Song 22h - grat - 05 61 14 04 21 PETIT VOISIN LES SCIENTIFISTES + BRAIN BREAK AZZ [ROCK 70’S] 22h - 3e - 05 61 22 65 22

Ven 19.03 LES PAVILLONS SAUVAGES MOVEMENTS + ANGRY DEAD PIRATES [ROCK GARAGE] 20h - nc PETIT LONDON JEAN MICHEL TACHON [DJ] 20h - nc - 05 61 62 93 29

LES PAVILLONS SAUVAGES PLEBEIAN GRANDSTAND + SELENITES + JIN BAKER… 20h30 - nc -

LO BOLEGASON (CASTRES) JOY + HELLUVAH + DJ MOULE 20h30 - 10e - 05 63 62 15 61

MANDALA FERDINAND DOUMERC [JAZZ] 21h - 13/10e - 05 61 21 10 05

SALLE NOUGARO LES FRÈRES BROTHERS 20h30 - 20/18/15e - 05 61 93 03 03

Camille Bazbaz

MR BIG STUFF THE TANKS [ROCK] 22h - 3e - 05 61 23 64 75 PETIT VOISIN Freeroots [REGGAE] 22h - 4e - 05 61 22 65 22

Sam 20.03 COUR DE L’ESAV LA BANDITA + MAESTROS CUBANOS + KALAKUTA SELECTORS… 19h30 - 5e LE CHERCHE ARDEUR JEAN-PHILIPPE HANG 20h - grat - 05 61 55 27 22 PETIT LONDON CHRISTOPHE LARRIEU [JAZZ] 20h - nc - 05 61 62 93 29 RIO GRANDE (MONTAUBAN) BERNARD ALLISON + ALIMA & LONE KENT [BLUES/ROCK] 20h30 - 22/18e - 05 63 91 19 19 MANDALA

Reggae qui tangue Débuts dans le punk avant de lorgner vers le reggae, BO de films puis collaborations avec Joey Starr ou Sandrine Kiberlain... Dans le genre touche à tout, il est pas mal le Bazbaz. Cette « Chose », titre de son 5e album qu’il présente au Bikini, on peut la voir comme un condensé de toutes ses vies. Et malgré une légère tendance à la mièvrerie diront certains, la voix suave, la diversité des mélodies et la qualité des arrangements mènent toujours autant la danse. ❥ 2 4.03, 20 h 30, 20 et 21 €, Le Bikini, 05 62 24 09 50,

© dimitri coste

www.lebikini.com


17>20 Spectacles

mars 2010

Concerts

Clip’n’remix

PERPIGNAN

FESTIVAL

Arts numériques

www.tilt-festival.org Hiroaki Umeda > Herbaliser > Cie Adrien M > Yuksek > Mr. Oizo > Khalid k > Le peuple de l’herbe > Niklas Roy > Data ...

T H É A T R E D E L’ A R C H I P E L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE LA VILLE DE PERPIGNAN SCÈNE CONVENTIONNÉE POUR LES ARTS CROISÉS

FEDER


concerts Soirée Ikebana Music 21h - 9/6e - 05 61 21 10 05 PÈRE PEINARD Djs Residents [80’S/FUNK] 21h - grat BODEGA EL CAMINO S6X [ROCK] 21h30 - 3e - 05 62 26 60 51 CRI DE LA MOUETTE SHAKING HEADS + DANCERS IN RED [ROCK] 22h - nc - 05 62 30 05 28

Dim 21.03 LE CACTUS THE GLANDINIANS [REGGAE] 19h - grat - 05 61 21 68 81 RAGTIME GENTLE VEINCUT + POUTRE 20h - 5.55e - 05 61 22 73 01

Lun 22.03 CINÉMATHÈQUE DE TOULOUSE CANEY [VÉNÉZUELA] 18h30 - nc - 05 62 30 30 10 MR BIG STUFF UNIFORM MOTION PICTURES + FRAGILE ARCHITECTURE 20h - 3e - 05 61 23 64 75 PETIT LONDON THOM WEEKS [FOLK]

20h - nc - 05 61 62 93 29 Saint des seins Star Rats + Kissin Kate 21 h – 3e - 05 61 22 11 39

17h30 - grat - 08 25 02 00 20

Mar 23.03

LE REX KENT + GECKO PALACE [GUITARE] 19h30 - 23/20/18e - 05 62 73 44 77

CINÉMATHÈQUE DE TOULOUSE LES ROMS DES FOINS [TZIGANE] 18h30 - nc - 05 62 30 30 10 ESPACE CROIX BARAGNON DUO ALKONOST [VIOLON/PIANO] 18h30 - nc - 05 62 27 60 60 PETIT LONDON POLLEN + IAROSS [CHANSON] 20h - nc - 05 61 62 93 29 BIKINI (RAMONVILLE) INFECTIOUS GROOVES [METAL] 20h30 - 23/20e - 05 62 73 44 77 BODEGA EL CAMINO LES FALUCHARDS 20h30 - grat - 05 62 26 60 51 LE REX PIERRE LAPOINTE [CHANSON] 20h30 - 20/18e - 05 62 73 44 77 MANDALA BÉRANGER [CHANSON/FOLK] 21h - nc - 05 61 21 10 05

Mer 24.03 FNAC (LABÈGE) ROCKBOX [ROCK]

CINÉMATHÈQUE DE TOULOUSE BEM GELADA [SAMBA] 18h30 - nc - 05 62 30 30 10

SAINT DES SEINS MAN SIZE + SPAGHETTI OVERDRIVE + THE UGLYTOWN 20h - 5e - 05 61 22 11 39 PHARE (TOURNEFEUILLE) THE GLADIATORS + SKANDALIZE &AMAZION [REGGAE] 20h - 20/18/16e - 05 34 30 17 48 SALLE NOUGARO MANU KATCHÉ SEXTET + TRIO COULEURS PRIMAIRES [JAZZ] 20h30 - 26/26/20e - 05 61 93 03 03 CRI DE LA MOUETTE MIA DOÏ TODD + UNIFORM MOTION PICTURES [FOLK] 21h - 8/6/5e - 05 62 30 05 28 MANDALA SALEM [JAZZ] 21h - 8/5e - 05 61 21 10 05 BIJOU BENOIT PARADIS [JAZZ] 21h30 - 10/8/5e - 05 61 42 95 07 MR BIG STUFF DYSTO [ROCK] 21h30 - 3e - 05 61 23 64 75

manu katché © JB mondino

Festival Rythm’N Dance Summit

Atchic, aïe aïe aïe !

Rythm’N Dance Summit s’articule autour de quatre soirées atypiques. La première verra Manu Katché à la batterie. La seconde, Rythm’N Salsa nous soufflera vers les effluves du Cuba des années 50 avec le Duo Limonar et Conga Libre. Puis, place à Rythm’N Tango pour une bouffée de nostalgie, sur les bords du Panama. Enfin, la soirée Rythm’N Vintage lorgnera du côté du blues avec le grand Nico Wayne Toussaint à l’harmonica pour rebondir vers le rock planant de Woodstock. ❥ 2 4 au 27.03, 20 h 30, 13 à 26 €, Espace CE, Salle Nougaro 05 61 93 03 03, www.sallenougaro.com


Jeu 25.03 SALLE DU SÉNÉCHAL NAZIM HIKMET [TURQUIE] 12h30 - grat FNAC WILSON ANGELO DEBARRE [JAZZ] 17h30 - grat CINÉMATHÈQUE DE TOULOUSE TICO-TICO [BOSSA/SAMBA] 18h30 - nc - 05 62 30 30 10 L’AUTAN UNION JACK + BEN & FIST 19h30 - 4e - 05 61 62 02 26 LE CHERCHE ARDEUR IBNOU SOLO [CALEBASSE] 20h - grat - 05 61 55 27 22 LE TXUS L’OMBRE DE L’ELFINE 20h - grat - 08 72 22 76 25 PETIT LONDON TIONEB [HUMAN BEATBOX] 20h - nc - 05 61 62 93 29 PHARE (TOURNEFEUILLE) PACOVOLUME + NOAH AND THE WHALE [CHANSON/POP] 20h - 8/5e - 05 34 30 17 48 BIKINI (RAMONVILLE) LES 100 GRAMMES DE TÊTES + ROD TAYLOR + POSITIVE ROOTS BAND + BOB WASA… 20h30 - 18/17e - 05 62 24 09 50

SALLE DU CAP JMPZ + MAÏSMAN 20h30 - 5e - 05 61 55 77 98

LO BOLEGASON (CASTRES) THE DIRTY CLUB + CARMEN 113 20h30 - 7e - 05 63 62 15 61

SALLE NOUGARO DUO LIMONAR + CONGA LIBRE 20h30 - 17/15/13e - 05 61 93 03 03

BIKINI (RAMONVILLE) MUSTANG + PROHOM + LADS WHO LUNCH + MR TRISTAN… 20h30 - 10/8.5e - 05 62 24 09 50

MANDALA Soirée Music’Halle [JAZZ] 21h - nc - 05 61 21 10 05 BIJOU RAUL BARBOZA [CHAMAME] 21h30 - 12/10e - 05 61 42 95 07 CRI DE LA MOUETTE THE GLUMS + SING SING MY DARLING + SOMETHING ELSE 22h - nc - 05 62 30 05 28

SAINT DES SEINS KRANK [FUNK/METAL] 20h30 - 3e - 05 61 22 11 39 SALLE NOUGARO OMAR HASAN + SUENO MILONGA 20h30 - 17/15/13e - 05 61 93 03 03 ART’CADE (SAINTE-CROIX-VOLVESTRE) CHE SUDAKA + ALCARY NINE 21h - 10/7/5e - 05 61 04 69 27

MULLIGAN’S Pub Song 22h - grat - 05 61 14 04 21

MANDALA ALULA [NU JAZZ/ELECTRO] 21h - 9/6e - 05 61 21 10 05

PETIT VOISIN LES GENS D’ARMERIE [ROCK ] 22h - nc - 05 61 22 65 22

LES PAVILLONS SAUVAGES GUT’S PIE EARSHOT [ROCK] 21h - nc -

Ven 26.03 FNAC (LABÈGE) INTERNATIONAL HYPER RYTHMIQUE [POP/ROCK] 17h30 - grat - 08 25 02 00 20 CINÉMATHÈQUE DE TOULOUSE RAGE AGAINST THE BASSINE 18h30 - nc - 05 62 30 30 10

La Fiesta des mondes

LE REX VAGABONTU + SILVO ELECTRIC CLUB + KUMPANIA BEATS 21h - 6e - 05 61 12 16 39 BIJOU RAUL BARBOZA [CHAMAME] 21h30 - 12/10e - 05 61 42 95 07 BODEGA EL CAMINO MAGIC MAP [REGGAE] 21h30 - grat - 05 62 26 60 51

[Lot musical

A priori, peu de gens sauraient situer Lacapelle-Marival sur une carte. Mais lorsque le petit village du Lot ouvre le bal de la Fiesta des mondes, tous les veinards s’y retrouvent. Cette 2e édition se voit gratinée d’un jour de festivité en plus sur le Parvis du château. Se succèderont sous chapiteau, The Free Cool Cats, Oai Star et Massilia Sound System (en date unique) pour le premier soir. Le lendemain, place à La Caravane Passe, les MAP et les inépuisables Lo’Jo. Sans oublier une mise en lumière de premier ordre… ❥ 26 et 27.03, 20 h 30, 28 € / pass 50 €, Lacapelle-Marival (46), 05 65 40 81 11

Oaistar © s. Durel - h. all

agenda |

117


agenda |

118

concerts CRI DE LA MOUETTE CARTE BLANCHE [SKA] 22h - nc - 05 62 30 05 28

LO BOLEGASO (CASTRES) ELS CREMATS + GEORGES VIDAL 20h30 - 10e - 05 63 62 15 61

MR BIG STUFF THE RED LIPS [ROCK] 22h - 3e - 05 61 23 64 75

BIKINI (RAMONVILLE) GUSH + SOURYA + LILLY WOOD & THE PRICK [POP] 20h30 - 5e - 05 62 73 44 77

PETIT VOISIN MA CHÈRE ET TENDRE [ROCK ] 22h - grat - 05 61 22 65 22

Sam 27.03 FNAC (LABÈGE) PEDRO SOLER + GASPAR CLAUS 16h - grat - 08 25 02 00 20 CINÉMATHÈQUE DE TOULOUSE GROB [ROCK] 18h30 - nc - 05 62 30 30 10 L’ESQUILE LIUBILA [WORLD] 19h30 - grat L’IMPRO KURKUMA [JAZZ] 19h30 - grat - 05 61 21 78 94 LA LOUPIOTE SON 3 [JAZZ BRÉSILIEN] 19h30 - grat - 05 61 42 76 76 LE REX ARE WE BROTHERS + NASSER 19h30 - 16/14/12e - 05 62 73 44 77 PETIT LONDON ANGRY DEAD PIRATES 20h - nc - 05 61 62 93 29

SALLE NOUGARO NICO WAYNE TOUSSAINT + UNO’S TRIO [VINTAGE] 20h30 - 17/15/13e - 05 61 93 03 03 FILOCHARD BEM GELADA [MUSIQUE LATINE] 21h - grat - 05 61 52 66 80 MANDALA KANAZOE [BURKINA FASO] 21h - 9/6e - 05 61 21 10 05 LES PAVILLONS SAUVAGES ZOB’ + HIROSHIMA MON AMOUR + DANCERS IN RED… 21h - nc -

PETIT VOISIN BLACKOUT [REGGAE] 22h - nc - 05 61 22 65 22

Dim 28.03 CINÉMATHÈQUE DE TOULOUSE JOANDRE CAMARGO [SAMBA] 18h30 - nc - 05 62 30 30 10 FAIRFIELD CAFÉ SUNDAY SUNDAY [FOLK] 19h - nc - 06 73 18 20 80

Lun 29.03 VASCO LE GAMMA XXX SOUND SYSTEM 19h - nc - 05 61 50 68 11 Saint des seins Aygghon + Bulweria 21 h – 5e - 05 61 22 11 39

Mar 30.03

PÈRE PEINARD Dark Pop [COLD WAVE/ELECTRO] 21h - grat -

PHARE (TOURNEFEUILLE) LOS VAN VAN [SALSA LATINO] 20h - 28/25/23e - 05 34 30 17 48

BODEGA EL CAMINO THE SPACE ROCKETS [ROCK] 21h30 - grat - 05 62 26 60 51

BODEGA EL CAMINO LES FALUCHARDS 20h30 - grat - 05 62 26 60 51

LE BREUGHEL EL COMUNERO [ESPAGNOL] 22h - grat - 05 61 21 66 54

Mer 31.03

MR BIG STUFF JUKEBOX BAND [SOUL/R’N’B] 22h - 3e - 05 61 23 64 75

BIKINI (RAMONVILLE) ERIC LAREINE ET LEURS ENFANTS + FANTAZIO [ROCK] 20h30 - 15/14/12e - 05 62 73 44 77

Margaret Doll Rod + Motorama

Rock garage

Si le style garage est le choix des tripes au détriment de la technique et de la bienséance, alors on peut dire que ces trois femmes-là font du rock des cavernes. Chez les deux Italiennes de Motorama, la guitare crie aussi fort que les voix et que la batterie martèle le rythme. Et dans un genre plus dénudé – sans batterie ni trop d’habits Margaret Doll Rod crache un son tout aussi crade, généreux et sans fard. Bref, des nanas qui en ont. margaret doll rod © dr

❥ 28.03, 21 h 30, part. libre, Les Pavillons Sauvages, www.lespavillonssauvages.org


Dirty Dancin’ Limited #6 12.03 > Bikini

Pas de tête d’affiche mainstream pour cette première Dirty Dancin’ de 2010. Les invités de cette 6e édition ne sont pas inconnus pour autant et ont déjà prouvé leurs capacités à remuer les foules. Certains se souviendront du passage remarqué de Noisia au Bikini, en 2008. Valeur montante de la drum’n’bass, ce trio hollandais conjugue l’efficacité d’une « teuf » à l’ancienne et le goût du clubbing ravageur. La suite est assurée par un Dj bien connu du milieu hip-hop. noisia © Rugter Prins Et pour cause  : triple champion du monde DMC, Netik est une référence. Illustre nom de la scène électronique, Le Lutin est, pour sa part, un habitué des scènes toulousaines. Il clôture cette soirée où l’on croisera également Benny Page, jeune prodige de la scène londonienne (qui effectuera sa première sortie toulousaine) ainsi que les représentants du label Vandal Records : Sks et Peyo. Le tout dans une ambiance assurée par les Vj’s de Rabbitkillerz. > Baptiste Ostré ❥ 23 h, 10 €, 05 62 24 09 50, www.myspace.com/dirtydancin31

culture club LE 31 (rue Saint Paul) 05 62 71 14 35 Tous les Sam et dim, 05h, grat > After "Good Morning" : House progressive + Electro Sam 13.03, 22h, grat > Hmit présente : Maman rec. + Hervé "Futon" Siard + Etienne + Jaco… BEAUCOUP

(9 Place Pont Neuf) 05 61 12 39 29 Toutes les soirées sont gratuites Sam 06.03, 23h > Sebastien Hax [Dj] Jeu 11.03, 22h > Madame Zaza + Miss Flora [Dj] Sam 13.03, 23h > Kristina K. [Techno] Ven 19.03, 22h > Initial Dj [Electro/Rock] Sam 20.03, 19h > Dj Madame James + Miss Djena… Ven 26.03, 22h > Madame Zaza + Miss Flora [Dj] Sam 27.03, 23h > Dj Romano Davis [Dj]

BIKINI

(Rue Hermès,Ramonville) 05 62 24 09 50 Sam 06.03, 23h, 13e / 12e > Missill + Daryl Corn Flexx + Nouch + Sophonic + XPLCT + Ektik… Sam 13.03, 22h, 10e > Les Discoveries 2010 Finale : Fuck Off + Difuzion + Ikki + Damsey…

CLASSICO CAFÉ

(37 rue des Filatiers) 05 61 53 53 60 Toutes les soirées sont gratuites

Ven 05.03, 23h > Fred Inhberg [House] Sam 06.03, 23h > Dj Beun [Party] Ven 12.03, 23h30 > Brock Landers + Kev + The Plugged Fishes [Electro] Sam 13.03, 23h30 > Fritz DK [Electro] Ven 19.03, 23h > Lokita : Laurent Clapes Sam 20.03, 23h > Thibo [Minimal house] Ven 26.03, 23h > Dj Tom [Electro House] Sam 27.03, 23h > Stephan Kermann

COLORS BAR

(Place des Bacheliers) Tous les Mer, 19h, grat > Soirée Vin et Buffet Tous les Jeu, 23h, grat > Soirée Hip-hop

CRI DE LA MOUETTE

(Place Héraclès, Canal de Brienne) 05 62 300 528 Sam 27.03, 22h, 10e / 8e > El Hijo de la Cumbia + Kalakuta Selectors [Dancehall/latino]

EL DIVINO

(308 avenue des Etats-Unis) 05 62 62 17 71 Tous les Mer, 19h, 12e > Soirée Afterwork Tous les Ven, 19h, 10e > Soirée Wine and White

La DUNE / INOX CLUB

(Parc de Sesquières) 05 62 75 11 75


clubbing |

121

Yuksek

19.03 > Ramier

Oui, il a fait du piano. Oui, il a un nom composé. Oui, il est né à Reims. Et alors ? Ce « producteur de musique électronique » comme il est présenté par son wiki a tout le talent nécessaire pour briser les idées reçues. Pierre-Alexandre Busson est allé au conservatoire et a su s’appuyer sur sa mélomanie pour composer un son qui dépote. Son premier album - Away From The Sea - sorti en février 2009 a fait l’effet d’une bombe. Entre temps, le petit génie de la french « touche » s’est mis a la basse et a signé de furieux remix abrasifs et bruyants de Tahiti 80 ou Phoenix... pour ne citer que ceux-là. Il a tout d’un grand et pas grand chose d’un «  clubber  », pourtant il délivre des live fiévreux en balançant en rythme sa silhouette de brindille. Une fois que les lumières se rallument, il retourne par chez lui et enfile son costume de producteur. Ça se passe comme ça ! > Léa Daniel ❥ 22 h, 18 à 22 €, 05 34 30 17 48, www.premiere-pression.com

Sam 06.03, 23h, 13e > Bassline #2 : Paul Ritch + Mentalism [Techno Minimale]

GIBERT JOSEPH

(22 rue des Lois) 05 61 11 17 77 Sam 06.03, 17h, grat > JB Selector [mix] Sam 13.03, 17h, grat > Gonesthedj [mix] Sam 20.03, 17h, grat > Jerome [mix] Sam 27.03, 17h, grat > Dj Duke [Hip hop]

ELEKTRO

(27 boulevard de la Gare) Toutes les soirées sont gratuites Tous les Mar, 23h > Electronic Distraction Tous les Dim, 23h > Insomny Concept Mer 03.03, 23h > Street Keepers [Electro] Jeu 04.03, 22h > At-Klick+Hades+Jee…(Tsugi Crew) Ven 05.03, 22h > Radio Bomb + Dj Ad + R.boy Sam 06.03, 22h > We Want More Party : Neofluxx Mer 10.03, 22h > Tribe All Starz [Electro-booty] Jeu 11.03, 22h > Modok & Stroff [Electro-Clash] Ven 12.03, 23h > Minimal Minuts Sam 13.03, 22h > Anniversaire de l'Elektro : Suicide Club + Kush + KHK + Dj Ad + Takine… Mer 17.03, 23h > Street Keepers [Electro] Jeu 18.03, 22h > Dj Ad [Electro] Ven 19.03, 22h > Da Fat Party [Electro-Break]

© DR

Sam 20.03, 22h > Wardox + Papillon Mer 24.03, 22h > Kanash Party [Electro] Jeu 25.03, 22h > Before Day FSH Vibrations : Alltekdb + Dynacom [Electro/Techno] Ven 26.03, 22h > Bone Machine + BRK + Beegood + Break Your Pressure [Breakbeat/Electro] Sam 27.03, 22h > RabbitKillerz Show Mer 31.03, 23h > Electro-Break Party

EPISODE

(3 rue des Blanchers) Sam 06.03, 22h, grat > Househusband-radio Birthday Party : Dj No Breakfast + Dj 2SPEE + Vladtheground + Charles… [Funk/Electro]

LARSEN LUPIN

(2 rue Maletache) 05 62 88 01 09 Toutes les soirées sont gratuites Tous les Ven, 22h > Pop issimo [Indie/Pop/Soul] Sam 20.03, 22h > Friends of P [Indie/Pop/Electro]

OLD SCHOOL CAFÉ

(56 rue des Blanchers) Toutes les soirées sont gratuites Tous les Mar, 22h > Dj Willie Smalls [Funk/Hip-hop] Tous les Jeu, 22h > Mr Supa [Funk / Hip-hop] Mer 03.03, 22h > The Noyzbreaker [Electro/Hip-hop]


Mad, 5 ans

20.03 > Bikini

Il est partout. Et particulièrement sur Let’smotiv. Depuis novembre, quasiment un papier par mois lui a été consacré. Frôlerait-on l’overdose, l’abus, l’aveuglement ? À la rédaction, on a beau eu se triturer la conscience professionnelle, il a fallu se rendre à l’évidence  : depuis le lancement des Travesti Monsters, Pro 7 (avec Dj Ektik) a le vent en poupe. Retour aux sources avec cette soirée consacrée au collectif Mad. C'est dans ce rassemblement, né en 2005, que Pro 7 a mis au point ses breakbeats. Cinq années que le collectif fête en invitant une légende de la scène british : Elite Force. Grand manitou du style tech-funk (une compilation de break, techno et house), Simon Shackleton est un habitué des raouts démentiels. En 2009, il a en rajouté un à sa liste - et pas des moindres - en participant au Burning Man, mythique festival du désert du Nevada. Les membres de Mad, Bounce, Boogie Night, Lager, Dilemn et (donc) Pro 7 seront réunis à ses côtés. Ce dernier sera quelques jours plus tard sur la scène du Garorock, avec le Catcheur et la Pute. Quand on vous dit qu’il est partout… > Baptiste Ostré Elite Force © press hot

clubbing |

122

❥ 22 h, 8 €, 05 62 24 09 50, www.madkrew.org

culture club Ven 05.03, 22h > Sab & Vinyl Boy B.Day : Kush + Takine + The Noyzbreaker + Mr Supa Sam 06.03, 22h > Insomny Concept Mer 10.03, 22h > Skank [Dubstep/Hip-hop] Ven 12.03, 22h > Mighty Earth Sound Sam 13.03, 22h > Public Ghetto : La Kustom Mer 17.03, 22h > Dj 2SPEE [Hip hop/dubstep] Ven 19.03, 22h > Get Some! Party : The Noyzbreaker + Laundry mix [Electro/Dubstep] Sam 20.03, 22h > West Unit [Hip hop/Electro] Mer 24.03, 22h > Mr Dazé [Soul/Funk] Ven 26.03, 22h > Sex Toys Party [Electro/Techno] Sam 27.03, 22h > Dj Ad [Electro]

PAUL ASSO

(Université Rangueil) Sam 13.03, 21h, part. libre > Dub Addict Sound System [Dub/Electro]

PINK (Complexe Le Ramier)

(18 rue du Grand Ramier) 05 61 52 86 63 Jeu 18.03, 22h, 13/15/17 e > Mix Master Mike [Hip-hop/Breakbeat/Grime]

PÈRE PEINARD

(1 rue des Chalets) Toutes les soirées sont gratuites Tous les Mer, 21h > Brasil : Dj Sasso [Dancefloor] Tous les Ven, 21h > SoDj [Electro/Funk] Jeu 25.03, 21h > Dj Faya [Dancefloor/Caraïbes]

RAGTIME

(16 Place Arnaud Bernard) 05 61 22 73 01 Tous les Mer, 23h30, grat > Son eclectik Jeu 04.03, 23h30, grat > Baracktime Ven 05.03, 23h30, grat > Amsao [Reggae/Dub] Sam 06.03, 23h30, grat > Rhumerie Party Jeu 11.03, 22h, 4e > Flat Cake [Electro] Ven 19.03, 21h30, 4e > Sound System Sam 20.03, 23h30, grat > Rhumerie Party Jeu 25.03, 23h30, grat > Baracktime Ven 26.03, 23h30, grat > Son eclectik Sam 27.03, 23h30, grat > Son eclectik

SAINT DES SEINS

(5 place St Pierre) 05 61 22 11 39 Sam 27.03, 23h, 3e > 100 Pit Party : Dj Duke + Madzikila Saw [Hip hop]


Danièle Bouchan/RF

LAURENT GARNIER

IT IS WHAT IT IS 21H-22H lemouv.com INFOS ET FRÉQUENCES

DIMANCHE

Une émission des Radios Francophones Publiques


| bars

Beaucoup

9, place du Pont neuf 05 61 12 39 29

& clubs |

Camino

138, grde rue St-Michel 05 62 26 60 51

Café CONNEXION 8, rue Gabriel Péri

www.beaucoup.fr Ouvert du mer. au dim., de 10h à 2h (3h le sam). Le célèbre bar gay friendly a fêté ses 10 ans d’existence. Avec toujours la même recette : café/ resto sur sa terrasse ensoleillée l’après-midi (cuisine créative, brunch). De 20h à 0h, les plats s’avèrent plus sophistiquées avec produits régionaux et vins du terroir. Et la nuit, transformation du bar en club éléctro branché pour des soirées endiablées.

7j/7 de 17h30 à 2h, (sam 3h) Le Camino pour vous c'est...? La chaleur de la maison familiale ou un foyer de jeunes délurés? La récrée où l'on braille au baby ou un théatre où l'on écoute sans un bruit? Une salle de concert du feu de dieu ou un bon vieu terrain de pétanque? Reponse : Tout à la fois, en plus de 18h à 21h l'apéro c'est Discount.

Prenez un hangar rue Gabriel Péri avec une déco de récup’, une carte des vins, cocktails et tapas propices à la dégustation : vous obtenez le Connexion. Selon les jours et vos envies, il vous accueille à partir de 17h jusqu’ à 2h dans une ambiance rock, électro, dancefloor. Quant au dimanche, on reprend des forces groovy jazz soul.

Breughel l’ancien

CLASSICO

LE CRI DE LA MOUETTE

30, rue de la Chaîne 05 61 14 91 38

Ts les jours de 17h à 2h. Les adeptes des vraies tavernes vont être comblés ! Le cadre à l’ancienne rappelle le sens du mot authentique. Convivial, simple, qualité : ambiance assurée. De bons petits vins triés sur le volet et bières belges pour vous enivrer. Programmation musicale éclectique. Un lieu de vie, d’échanges festifs et cosmopolites.

37, rue des Filatiers 05 61 53 53 60 www.classico-cafe.com Brasserie le midi et bar musical le soir. Ouvert du lundi au samedi de 9h à 2h et le samedi jusqu’à 3h. Cuisine traditionnelle et créative de midi à 15h. Salade à partir de 8,50 €, menu à 12 € et 14,50 €, plat du jour 8,50 €. Concerts de jazz, 3 jeudi par mois. Dj's du vendredi au samedi. Wifi en accès libre.

Canal de Brienne, Square Héraclès - 05 62 30 05 28 Pour les vrais amoureux de la bonne musique ! Dernière création du patron du légendaire Erich Coffie, dans une péniche, il vous propose du merc au sam à partir de 22h des concerts funk, blues, groove, soul, rock, électro et électro-jazz (entrée 3 à 5 €). Du jeu au sam ts les concerts sont suivis d’une after assurée par différents DJs jusqu’à 5h.


© Getty Images

guide |

125

LE DELICATESSEN 11 bis, rue Riquet (face à la CAF)

FILOCHARD

6 & 8, pl. du Pont-Neuf 05 61 14 91 37

LA LOUPIOTE

39, rue Réclusane (St-Cyprien) 06 72 17 45 79

Bar-tapas le soir. Ouvert du lundi au samedi. Le café ouvre à 10h. Brochettes le midi et le soir complétées par la carte de tapas du jour. Service jusqu'à 23h (1h le samedi). Bonne ambiance garantie, bon état d'esprit exigé. Le dimanche de 11h à 17h moules frites et session slam pr le marché St Aubin. Une déco qui mérite le détour, un voyage dans le temps.

Tous les jours de 17h à 2h. Humour et musette, simplicité et caractère : voilà un bistrot, un vrai ! Coup de rouge, olives, gouda au cumin et chouchen à tous les étages et cerise sur le gâteau : coucher de soleil gratuit tous les soirs ! Concerts gratuits tous les mois et Zik à l’image du bistrot.

Du lundi au vendredi 17h30/2h. Sam 2h et + si affinités. A la lueur de la Loupiote, les gens se rencontrent, les genres et les âges se confondent, les verres trinquent, le tout sur une musique festive et métissée. Tapas, bières belges à la pression, bons p’tits vins, expos, concerts et scènes ouvertes le mercredi. La Loupiote, un p’tit bar qui n’est pas prêt de s’éteindre !

L'ELEKTRO

L’IMPRO

MULLIGAN’S

27 boulevard de la gare myspace.com/afterlelektro L'Elektro, le nouveau club des musiques électroniques alternatives vous accueille du mardi au dimanche de 23h à 6h. Entrée gratuite. Soirées dj's où se côtoient artistes internationaux/nationaux et collectifs toulousains. Avec de l'électro bien sûr mais également du breakbeat, de la drum & bass, de la techno... Vibrations électroniques garanties !

7, rue Léon Gambetta 05 61 21 78 94 Ouvert du lundi au samedi de 7h à 2h. Une blue note affirmée côté musique dans une ambiance feutrée. Animations musicales et expositions diverses.

39, grande rue Saint-Michel 05 61 14 04 21 Proche du métro Saint-Michel. 7j/7 jusqu’à 2h du matin. Irish Pub. Concert les jeudi, vendredi, et samedi. Soirées étudiantes le mardi (PubQuizz) et jeudi (Pub-Songs) avec pinte de bière à 3,50 €, Sky-TV. Salle à l’étage. Le bar irlandais par excellence !


guide |

126

OLD SCHOOL CAFÉ 56, rue des Blanchers

& clubs |

Le PETIT bouchon

34, rue de la Colombette 05 61 14 91 39

© Getty Images

| bars

LE TXUS

9, rue St-Charles (Arno Ben) 08 72 22 76 25

www.myspace.com/ oldschoolcafetoulouse Du mardi au vendredi 17h-2h sauf samedi 17h-3h. DJ SETS toute la semaine. Pour les amateurs de "old school" hip-hop/soul/funk/dubstep et électro. Dans un cadre urbain et graffiti. Apéro cool price de 17h à 22h avec un grand choix de bières! Et bien-sûr : Ramène ta tapas... !

La musique de Monsieur V, vous a fait danser , rire et chanter. Enfin un bistrot où il officie tous les soirs. Convivial et festif, ce petit bar accueille ses clients dans un cadre rustique. On peut y déguster ses breuvages, ses élixirs et sa fameuse boustifaille. Ouvert du dimanche au vendredi de 17h à 2h et le samedi de 17h à 3h.

Underground : se dit d’un bar de type populaire et chaleureux où les échanges et l’animation artistique sont constants. Institution locale à réputation inter-galactique, son meilleur représentant reste selon les spécialistes le Txus et son Ch’ti de patron. Ouvert 6/7 de 18h30 à 2h. Happy Hour tous les jours. « Jeudis Musicaux ». Des bières belges. Des gens bien. Viendez !

LE PÈRE PEINARD

Petit voisin

VASCO LE GAMMA

1, rue des Chalets 05 61 63 81 82

Seule ambition affichée : être le bar le plus sympa de Toulouse.Déco authentique,équipe chaleureuse, et musique irréprochable ! Tapas gratuits les jeudis à 20h, happy hour de 18h à 19h30 et toute la soirée les lundis. Le bar est ouvert à partir de 17h, sauf les dim... Le dancefloor est ouvert du jeu au sam.Bonne ambiance garantie, mais bon état d'esprit exigé...

37, rue Peyrolières 05 61 22 65 22 Du lun au ven 7h30/2h et sam 10h/6h. Bar choc au cœur du tumultueux quartier des BeauxArts. Tapas à 3,50 €, soirées musicales en sous-sol du jeu au sam et expositions. Depuis plusieurs années, des artistes ont ajouté à ce lieu déjà convivial ; originalité et bonne humeur, faisant de ce bar un pôle attractif pour des soirées entre amis. Rendez-vous au P.V.

1, place de l’Estrapade 05 61 50 68 11 De sa terrasse ensoleillée à sa cave toulousaine (disponible sur réservation), le Vasco est un bar-tapas où les soirées s'enchaînent : apéro-concert le lundi, quizz le mercredi et blind test le dernier samedi du mois. Ouvert 7j/7, de 8h à 2h, tous les midis, le chef vous propose sa variété de plats du jour à partir de 9€.


restaurants

L’ARSENAL

LE BARONIE

6, rue des Blanchers 05 62 27 03 68

11 rue Baronie 05 61 21 98 49

www.larsenal-resto.fr Manger, boire et voir, du mar au ven de 12h à 14h30, du mar au sam de 19h à 2h. Formules 12 € le midi et 21 € le soir. Petits plats dès 4 €. Entre ‘Mer’ : Basquaise de noix de St-Jacques, ‘Terre’ : Magret aux épices et les Duo de desserts. Un vrai régal pour vos papilles ! Repas complet ou un apéro gourmand : bières bouteilles et vaste carte de vins. Laissez vous charmer par notre esprit cosy.

« Convivialité » est le mot d’ordre du propriétaire des lieux, ancien joueur du TFC. Salon de thé dès 10 h le matin, la partie restaurant vous reçoit du lundi au samedi midi avec des plats du jour à 9,50 € et le soir avec des menus à 17 et 25 €. La carte évolue au grès des humeurs du marché pour plaire aux gourmands! La terrasse ou l’intérieur cosy du lieu, pour manger ou pour un café, vous y reviendrez !

www.batbat.fr Invitation au voyage des sens. Découvrez les délices du Vietnam comme les Pho et Bo Bun, plats traditionnels servis dans de grands bols. Après 19h, changement de décor. Poissons, viandes marinées, mélanges d’épices et plats végétariens/végétaliens colorent les tables aux braseros. Sur place ou à emporter sans oublier la livraison à domicile midi et soir. Ouvert 7j/7, de 9h à 22h30 (sauf lundi aprèsmidi).

BICOQ’ Galerie vivante

CASANOU

CLASSICO

2, rue du coq d’Inde 05 61 25 10 06

Du mar au sam de 11h à 23h, dans ce lieu où tout ce que l’on voit est à vendre, on déjeune, formule à 10 € (plats maison, foie gras, fromage de chez Betty). Et on dîne, formule à 20 € (entrée/plat ou plat/ fromage ou dessert). Bicoq' fait traîteur, depuis l'ouverture de notre labo de cuisine (rue du Midi). Évenementiel, soirée privée, catering, buffet, repas, cocktail.

22, rue des Couteliers 05 61 25 69 89 www.casanou.fr Mardi au samedi soir, service jusqu’à 23h. Spécialités poisson, cuisine fine et inventive autour du voyage. Formule 16€ le midi. Le soir, poisson en croûte de sel, préparé devant vous. Assiette découverte de poissons crus et mi-cuits à partager en entrée, ou en plat. Tous les plats sont faits maison selon la marée. Endroit idéal pour passer un bon moment autour d’une belle assiette.

BATBAT

8, rue des Filatiers 05 61 25 49 49

37, rue des Filatiers 05 61 53 53 60 www.classico-cafe.com Brasserie le midi et bar musical le soir. Ouvert du lundi au samedi de 9h à 2h, fermeture tardive le samedi soir. Cuisine traditionnelle et créative de midi à 15h. Salade à partir de 9€, menu 12€ et 14,50€, plat du jour 9€. Apéro Jazz un jeudi sur deux. Dj's électro, house et drum'n bass du jeudi au samedi. Wifi en accès libre.


guide |

129

Les Fabuleux Festins

GEORGES

JARDINS DE L'AMBASSADE

www.lesfabuleuxfestins.com 2 espaces, 2 ambiances. Un bar à vins et tapas au charme cosy. Son électro-acoustique, mobilier design pour savourer une carte originale de tapas dans la fusion du terroir et de l’international (selon formule de 1,50€ à 20€). Un restaurant empreint d’Art par ses expositions (formule à 18,50€, menu à 27€). Soirées vernissages, PokerFood (un mercredi sur 2)… Du jeu au sam de 19h à 23h (avant et après séances du 3t).

www.georges-toulouse.com Ouvert tous les soirs de 19h30 à minuit. Cuisine traditionnelle, produits frais, produits du Sud-Ouest, retour du marché. Formule à 21 e et 28 e, menus à 26 e et 34 e. Poêlée de Gambas, foie gras au caramel de griottes, magret de canard aux figues parfumées au thé noir... Desserts maison, fondue au chocolat, Teurgoule de ma Normandie... Deux salles pour vous accueillir.

www.ambassade-toulouse.com Récemment repris par Angelo et Olivier (le 7ème ciel), cette élégante batîsse du XVIIIe vous accueille 7 jours sur 7. Jardin privatif, bar-salon au rez-dechaussez et restaurant à l'étage. Côté saveurs, David Tastet propose une cuisine éclectique entre plats traditionnels, mélange sucré-salés et goûts d'ailleurs. Menu à 25 et 35 € + carte. Tapas et pinchos dès 18h00 pour l'apéro. Soirées Dj.

MISTER BIG STUFF

La Pergola du Sporting 272 route de Launaguet 05 34 40 50 58

LA RÉGALADE

Un savoureux cocktail de musique, de bons petits plats et de boissons en tous genres avec en prime des concerts de choix toutes les semaines dans l’ambiance chaleureuse d’un barrestaurant, au bord du Canal du Midi. Ouvert de 12h et 15h et de 18 à 2h, le lieu propose des menus (le midi, formule complète à 13 e et le soir, entre 16 et 22 e) ou des tapas. Tout pour garantir une soirée animée à souhait, entre amis ou en famille, dans un cadre agréable.

www.lacompagniedespergos.fr Mêlant convivialité et gourmandise, laissez vous tenter par des plats typiques et variés à partir de produits régionaux de qualité. Découvrez notamment la spécialité : l’incontournable poêlée de fèves au chorizo. Sans oublier les grillades au feu de bois qui font la réputation de cet établissement. Idéal pour manger en famille, entre amis ou pour des repas d'affaire. Du lun. au ven. midi et soir.

Ouvert du lundi au vendredi, midi et soir. Cuisine traditionnelle et régionale. Spécialités : cassoulet maison, farandole aux 3 foies gras, coquille Saint-Jacques aux cèpes… Menus de 19 à 26,50 e et le midi 12 e.

32 Rue Gabriel Péri 05 61 62 08 31

44, boulevard de la gare 05 61 23 64 75

4, rue des Blanchers 05 34 44 95 92

22, boulevard de la gare 05 62 472 473

16, rue Gambetta 05 61 23 20 11


le mot de la fin |

130

Un truc cool…

Black cube

En 2009, Brock Davis s'est lancé un défi : "Make something cool every day". Cet illustrateur facétieux et photographe hypersensible a terminé l'année en beauté avec 365 créations (photo)graphiques ! Voici un extrait du calendrier très personnel d'un mec définitivement cool.


ATEril C U LE Av u 18 10 a

Coupe du Monde PKRA - Village de la glisse - Animations Infos : Office de Tourisme - 04 68 40 91 31 - www.mondial-du-vent.com

let'smotiv toulouse n°113  

let'smotiv toulouse n°113 - mars 2010