Page 1

n 째 1 8 / m a r s 2 0 1 1 / G R AT U I T

bordeaux Cultures et tendances urbaines


Sommaire

Les Chaps © Elisabeth Blanchet // Portfolio © Sean Freeman // The Dø © Marianne Maric

Let’smotiv - mars 2011 #18

6

12

18

News événement Garorock 2011 Reportage Les Chaps

26

Musique Interview The Dø, The Inspector Cluzo, Bonobo...

40

Portfolio Sean Freeman

48

Théâtre L'agenda du mois

50

Expositions Tabaramounien, Bert Dubonstoq

56

Cinéma We want sex equality, Waste Land...

62 66

Littérature James Ellroy, enquête de sens Chroniques Livres, bd, disques, DVD

74 High Tech La sélection du mois

78

94

Agenda concerts Guide Bars & restaurants

98 Billet d'humeur


Let'smotiv Bordeaux Médiaculture - 9 rue André Darbon 33300 Bdx Tél : +33 524 07 80 42 redaction.bordeaux@letsmotiv.com Let’smotiv Bordeaux est édité par la S.a.r.l. MédiaCulture RCS BORDEAUX 528 128 324 Membre du réseau Let’smotiv Magazines Rédac : Marc Bertin - redaction.bordeaux@letsmotiv.com Graphiste : Anthony Michel - a.michel@mediaculture.net Publicité : Vincent Filet - v.filet@mediaculture.net

Ont collaboré à ce n° : Alain Allanic, Thibault Allemand, Faustine Bigeast, élisabeth Blanchet, Cécile Broqua, Paul Carra, Céline Cauvi, Benjamin "Silex Bélier" Cordazzo, Ludovic Deleu, Florent Delval, Guillaume Gwardeath™, Youness Hamelot, Carole Lafontan, Alex Masson, Lætitia Médioni, Lucille Olauré, Baptiste Ostré, Hilaire Picault, Manuel Plaza, Maylis Jean-Préau, Nicolas Trespallé, Cyril Vergès. Couverture : Sean Freeman

Let’smotiv est une publication d’Urban Press, www.urban-press.com 18 rue des Couteliers - 31000 Toulouse Tél : +33 561 14 03 28 - Fax : +33 561 14 25 22 - info@urban-press.com Directeur de la Publication : Laurent Buoro Directeur du Développement : Loïc Blanc

Publicité Nationale : Stéphanie Ganet, +33 561 14 78 37 pub@letsmotiv.com

Rédaction : redaction@letsmotiv.com Rédacteur en chef : Nicolas Pattou Rédactrice en chef adjointe : Léa Daniel Secrétaires de rédaction : Carole Lafontan, Judith Oliver

Régie publicitaire : Proxirégie : salvatore@proxiregie.fr

Direction Artistique : pao@letsmotiv.com Cécile Fauré, Christophe Gentillon

Impression : Imprimerie Ménard, 31682 Labège Papier issu de forêts gérées durablement

Administration : adm@urban-press.com

Let’smotiv Toulouse

18 rue des Couteliers - 31000 Toulouse Tél : +33 561 14 03 28 - Fax : +33 561 14 25 22 redaction.tlse@letsmotiv.com

Let’smotiv Méditerranée

BP 2172 - 34027 Montpellier Cedex 1 Tél : +33 499 61 51 12 - Fax : +33 467 92 26 43 redaction.med@letsmotiv.com

Let'smotiv Lyon

5 place Louis Chazette - 69001 Lyon Tél : +33 482 53 05 71 - Fax : +33 482 53 05 70 redaction.lyon@letsmotiv.com

Let’smotiv Lille

114 rue Barthélemy Delespaul - 59000 Lille Tél : +33 362 64 80 09 - Fax : +33 362 64 80 07 redaction.nord@letsmotiv.com

Let’smotiv Bruxelles

114 rue Barthélémy Delespaul - F-59000 Lille Tél : +33 362 64 80 09 redaction.bruxelles@letsmotiv.com

www.letsmotiv.com L’éditeur décline toute responsabilité quant aux visuels, photos, libellé des annonces, fournis par ses annonceurs, omissions ou erreurs figurant dans cette publication. Tous droits d’auteur réservés pour tous pays. Toute reproduction, même partielle, par quelque procédé que ce soit, ainsi que l’enregistrement d’informations par système de traitement de données à des fins professionnelles, sont interdites et donnent lieu à des sanctions pénales. ı Magazine gratuit Membre de l’OJD, Bureau de la presse gratuite d’information. Ne pas jeter sur la voie publique.


news |

6

© DR

En bref… En mode majeur

Mettre le doigt là où ça fait mal. Voilà ce que Maurizio Cattelan ose sans complexe depuis le 24 septembre dernier. L'artiste italien le plus côté du monde a placé sous le nez des traders de la Bourse de Milan un monumental doigt d'honneur sculpté. Comble de l'ironie, la statue de marbre se donne des airs de vestige romain avec ses 11 mètres de haut et ses fausses brisures. Devant le succès populaire de cette provocation potache, la mairie vient de décider que Maurizio Cattelan narguerait encore sept mois (jusqu'à fin septembre) Giuseppe Vegas, le nouveau président de l’autorité boursière. Sacré coup de pouce !

La Gaîté Lyrique

© Vincent Fillon

Du Second Empire au 2.0. Le grand écart a de quoi faire pâlir la Pietragalla, mais il réjouit la jeunesse parisienne ! Laissée à l'abandon depuis 14 ans, la Gaîté Lyrique renoue avec le grand spectacle : une programmation axée sur les arts numériques, des expositions, 3 salles de concerts et des studios d'enregistrement. L'ancien théâtre d'Offenbach se donne des airs de laboratoire branché. Jugez plutôt le line-up de l'inauguration. Du 2 au 6 mars, on découvrira l'architecture de Manuelle Gautrand et la crème de l'électropop mondiale (James Murphy Pilooski, Mondkopf, Konono n°1, Para One et Tacteel...). ❥ www.gaite-lyrique.net

Télex

Un peintre français (Matisse), une superstar habituée aux rôles de mafioso (Al Pacino), et une réalisatrice indienne. Voici les ingrédients épicés d'un futur biopic consacré au Fauve français. De quoi s'emmêler les pinceaux. Masterpiece, sortie prévue en 2012.


Raisins & voitures

© DR

© DR

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai, le Rallye des Vin’4 Heures fête ses 20 ans. Cet évènement, unique en son genre, invite à la découverte du vignoble bordelais et du monde du vin. 550 personnes réparties dans 130 équipages sont attendues pour participer à ce week-end organisé par l’association de BEM. De nombreuses écoles et universités de la France entière seront représentées, telles que HEC, Audencia, Dauphine, etc. Le Rallye prend une dimension internationale cette année en invitant des universités espagnoles comme Deusto et Navarra. ❥ www.bem.edu

Mon mulot

Piqûre de rappel

Du lundi 21 au samedi 26 mars, la mairie de Bordeaux propose sa 1ère « semaine digitale  » avec une série d’événements sur l’utilité des projets numériques dans les métropoles contemporaines. Sont programmés dans différents quartiers  : des ateliers, des débats et des conférences associant plusieurs villes d’Europe ainsi qu’une série de rendezvous événementiels et de surprises ouverts à tous. C’est le thème du «  numérique dans nos vies, dans nos villes  » qui a été choisi pour cette édition.

Les charmeurs de serpents indiens ont-ils marqué un panier ? C'est ce que craignent quatre chercheurs du département psychiatrie de Ranchi. D'après leur enquête (Substance abuse), la morsure de reptile autrefois rituelle (Sud de l'Inde) deviendrait une pratique de substitution pour les junkies en manque. Mieux que la méthadone, le venin de la bestiole aurait des vertus antianxiolotiques sans risque de dépendance. Enfin, sans risque... sachant que 20 000 personnes meurent dans le monde des suites d'une morsure de serpent, on nous fait avaler une belle couleuvre.

❥ http://semainedigitale.blog.bordeaux.fr

Depuis le 14 février, la 5e édition de la Traversée de Bordeaux à la nage a ouvert ses inscriptions à tous les nageurs, confirmés et amateurs, sur le site www.traverseedebordeaux.com. Au total ce n’est pas moins de 500 participants qui sont attendus dans la Garonne pour relever le défi des 1 700m.


news |

8

Goret

© DR

La tradition campagnarde de tuer son cochon en hiver et de se faire aider pas ses voisins pour transformer les 400 kilos de la bête s’est un peu perdue… Unique en France, Bordeaux organise la seule « tue-cochon » urbaine dans « la rue gourmande » de la ville : la rue Porte de la Monnaie. Mardi 8 mars, pour fêter Carnaval, rendezvous devant La Tupina pour cette édition 2011. Tous les riverains et tous les bordelais sont invités à venir assister à la transformation d’un splendide porc noir de Bigorre, puis à déguster à la bonne franquette rillettes, jambons, gratons et autres « charcutailles ».

Pompes

Pelliculas

OOTZI fatal & funky female shoes lance l’Opération Cendrillon le 18 mars. Avis à tous les it-girls & boys bordelais : aidez Cendrillon à retrouver sa chaussure égarée quelque part aux Chartrons et gagnez la paire de vos rêves chez la désormais incontournable boutique de chaussures de la rue Notre-Dame. En jouant les détectives d’un jour, vous aurez peut-être la chance de repartir avec la paire de chaussures de l’été… ou de pouvoir l’offrir à votre dulcinée. Les « pantoufles de verre » seront remises lors d’un bal rock’n’roll à 19h30. 05 56 48 21 53

France Amérique Latine 33 présente les 28e Rencontres du cinéma latinoaméricain du 9 au 15 mars au Cinéma Jean Eustache à Pessac. Au programme 9 fictions, dont 5 avant-premières parmi lesquelles : L’Homme d’à-côté, Revolucion ou Retratos de un mar de mentiras. Mais le festival, c’est aussi une exposition de gravures en partenariat avec l’Institut Cervantes, une rencontre autour du livre en partenariat avec la librairie Contraportada. Et toujours des débats avec les réalisateurs autour du continent sud-américain. ❥

Télex

www.fal33.org

Avis aux photographes professionnels et amateurs, la 2e Biennale Internationale de la Photographie de la vigne & du vin est ouverte. L’Italie en est l’invité d’honneur. Catégories : Portraits, Vignes, Châteaux et chais, Contenants et Lieux de dégustation. Fermeture des inscriptions le 31 mars à midi. Comme en 2009, les 20 photos sélectionnées seront exposées sur les grilles du jardin public pendant Vinexpo et durant l’été. www.bipvv.com


news |

10

Chiffons Fort du succès de la 2e édition, Instants Bordelais organise la 3e édition du vide dressing pour fêter l’arrivée du printemps les 2 et 3 avril au cœur des Chartrons, dans la galerie couverte des Chais de Luze. Une cinquantaine d’exposants, des créateurs, des stands autour du bien être (massage, coiffure, relooking) mais aussi, nouveauté 2011, un défilé « maison » pour mettre en avant les plus belles pièces. En continuité de la galerie, rue du Faubourg des arts, ce sera la journée nationale des métiers d’art. ❥

www.instantsbordelais.com

Appel à candidature

Belles lettres

Chaque année, le CROUS de Bordeaux Aquitaine, sous l’égide du centre national (le CNOUS), met en place 4 concours artistiques étudiants mettant 4 pratiques à l’honneur : nouvelle, photographie, bande-dessinée et film court. Le thème retenu pour l’édition 2011 est «  Fantasmes  ». Pour chaque concours, les prix sont au niveau régional 200 euros (1er prix) et 100 euros (2e prix)  ; au niveau national 2 000 euros (1er prix), 1 000 euros (2e prix) et 500 euros (3e prix). Date limite de dépôt des œuvres  : le 16 mars pour la nouvelle et le 15 mai pour la BD, la photo et le film court.

La neuvième édition de l’Escale du livre aura lieu du 1er au 3 avril. 250 auteurs sont attendus pour participer à des débats, des grands entretiens, des lectures, des performances littéraires et artistiques ainsi que des cafés littéraires mettant en avant l’actualité littéraire : Olivier Adam, Laurent Gaudé, Mathias Enard, Jean-Baptiste Del Amo, Marie Nimier, Atiq Rahimi... sans oublier Marie NDiaye qui monte sur les planches du TnBA, dans Die Dichte, d’après son dernier texte inédit (Y penser sans cesse, aux éditions de l’Arbre Vengeur), mis en scène par Denis Cointe.

www.crous-bordeaux.fr/culture.html

Télex

www.escaledulivre.com

Le premier week-end d’avril, les Journées des Métiers d’Art invitent le grand public à entrer dans les coulisses des ateliers du XXIe siècle pour des découvertes inédites dans toute la France. Au menu : plus de 3 000 ateliers à visiter, de nombreuses démonstrations de savoir-faire, des portes ouvertes exceptionnelles dans les centres de formation mais aussi des expositions de prestige, des conférences ou des colloques...


Le XV de Let’smotiv Bonaparte

[rock électro punk]

The Jim Jones Revue

True Live [hip-hop]

[rock garage]

Pigeon John

The Streets [hip-hop]

[hip-hop]

Designer Drugs

The Shoes [électro pop]

[électro]

Nasser Miyavi

Eli Paperboy Reed

[électro rock]

[rock]

[soul]

Raekwon

(from Wu Tang Clan)

Crookers

[hip-hop]

Restavrant

[country électro punk]

Breakbot [électro]

[électro]

Stupeflip [hip-hop punk]


événement |

13

Garorock

Au cœur de la mêlée dossier arbitré par ¬ Céline Cauvi, Ludovic Deleu, Maylis Jean-Préau, Carole Lafontan, Laetitia Médioni, Baptiste Ostré, Hilaire Picault, Manuel Plaza - photos ¬ DR

« Flexion. Touchez. Stop. Entrez ». L’arbitre vient de lancer la mêlée et l’équipe du Garorock se jette sur le gazon, toujours aussi solide sur ses appuis. Il faut dire que le club marmandais a évolué en 15 ans d’histoire pour atteindre le Top 14, l’an dernier, en entrant dans la FIF (Fédération internationale des festivals), encouragé par quelques 60 000 supporters, groupies et pom-pom girls. Nouveauté de l’année, le Garo se dote d’une mascotte 100 % terroir (le coq) et renforce son pack, avec entre autres, le talonneur britannique The Streets et le pilier ricain Raekwon, sans oublier quelques champions locaux. Un collectif au jeu farouchement rock, électro et hip-hop. Le staff propose aussi un camping gardé et des matchs off en ville… Pas de panique, la troisième mi-temps est assurée. > MJ-P ❥

Garorock, 8 au 10.04, 1 jour 33 à 38 €, pass 3 jours 70 à 82 €, Marmande (47), www.garorock.com


événement |

14

Nasser [électro rock]

http://www.myspace.com/wearenasser

L'électro-rock de Nasser (ou N.S.R. pour Nicolas, Simon et Romain) est déjà une petite sensation. Présentation. Comment a débuté le groupe ? N : Au départ, Romain et moi sommes réalisateurs. Simon, également cinéphile, faisait la musique sur nos films. On avait l'envie commune de partir sur un nouveau projet, sans prétention. Ça faisait un moment que nous n'avions plus fait de film ou de musique. Comment définir le son de Nasser ? S : On se base sur des synthés avant de rajouter ensuite la guitare et la batterie. L'électro-rock nous a permis d'affirmer notre identité. Je pense que si un groupe veut durer aujourd'hui, il doit surtout créer son univers. Là, on sort en avril un album qui part dans beaucoup plus de directions. Il y a des morceaux très électro, d'autres plus pop. On ne pouvait pas se le permettre avant. Il a d'abord fallu affirmer notre style. Y'a-t-il une approche différente selon les scènes où vous jouez ? S : Ce qu'on aime c'est faire bouger et transpirer les gens, clairement. Mais le son Nasser, avec beaucoup de basse, on parvient surtout à le développer dans les festivals. R : Je crois que le public des festivals est celui qui aime le plus la musique. Il y a toujours une émulation et une énergie incroyable. Ça met la pression mais c'est euphorique en même temps. Les films ne permettaient pas de telles émotions. S : La musique est un média beaucoup plus évolutif que le cinéma. On est plus proche du théâtre en fait : il y a un retour direct, on sait si notre travail marche ou non. Je m'y retrouve aujourd'hui beaucoup plus là-dedans. Parce qu'on se sent vivre ! > Propos recueillis par Baptiste Ostré Ven 8.04 - Scène Woodbrass


musique |

15

The Jim Jones Revue

Bonaparte [rock électro punk]

[rock garage]

www.bonaparte.cc

www.jimjonesrevue.com

Concentré d’énergie rock, Bonaparte est d’abord un show visuel décapant. À l’origine, l’impérial Tobias Jundt, chantre d’un univers baroque et déjanté. Autour de lui, une vraie caravane (jusqu’à 20 personnes !) burlesque. Grâce à des titres tapageurs, son électro punk déguisée en pop devient la coqueluche de l’underground berlinois. De l’adrénaline live, à base de déguisements et décors iconoclastes. Les titres et les tableaux, diablement esthétiques, s’enchaînent dans une avalanche de lumière. > CC

En 20 ans de boutique, Jim Jones aurait pu être l’employé du mois : 8 albums et 2 groupes ratiboisés sur l’autel du rock’n’roll, le vrai, le grand. Doté d’un lion dans sa cage thoracique, Jim est entouré par une revue qui tient plus du gang pour écumer les saloons qu’une troupe de danseuses en frou-frou, démontant les pianos à coups de boogie ou faisant hurler les guitares en invoquant Little Richard et The Sonics. Sur scène, le quintet anglais propulsera son 2e album Burning Your House Down (Pias, 2010). > HP

Ven 8.04 - Scène Woodbrass

Sam 9.04 - Hall Expo Digitick

www.myspace.com/restaurantmusic

Restavrant [country électro punk]

Ne pas compter sur eux pour enfiler les costumes rayés des démissionnaires Meg et Jack White. Malgré quelques analogies - formule similaire, transfiguration électrique du patrimoine -, cet autre power-duo s’avère davantage white trash que White Stripes. Un Stetson occasionnel et une batterie constituée de pièces automobiles sont les seules concessions à un décorum  dont se passent fort bien cette country barbelée, oxydée à la Bud, cet éloquent punk blues noirci au cambouis. Un concentré d’exotisme redneck au puissant fumet de BBQ. > MP Sam 9.04 - Scène Woodbrass


événement |

16

The Streets [hip-hop] http://the-streets.co.uk/

The Streets, c'est terminé. Mike Skinner l'a annoncé lors de la récente sortie de Computer & Blues. Désormais attendu du côté du cinéma, il fait sa tournée d'adieu. À ceux qui avaient encore de l'espoir, Mike Skinner a clairement signifié les choses dans Les Inrocks : « Je n'ai aucun doute sur le fait que je ne ferai jamais plus d'album en tant que The Streets ». Dont acte. Computer & Blues, disque sur lequel il a passé trois ans, est le testament ultime du hip-hop briton de Mike Skinner. Il laisse derrière lui cinq albums et une scène rap britannique quasi-inexistante avant son apparition. À l'époque de Original Pirate Material, le bonhomme, sorte de Spud de Trainspotting en plus petit et trapu, avait frappé les esprits de son rap aux sonorités brinquebanlantes. Chroniqueur de sa vie mais aussi de celles des lads de la classe moyenne anglaise, Skinner a fait apparaître dans le hip-hop anglo-saxon cet accent cockney si particulier, presque déconstruit, sa musique ponctuée de trous comme si elle menaçait de s'effondrer au sol - ou comme une île soudainement submergée, après tout, nous sommes en Angleterre. On peut se sentir attristé de la nouvelle de sa retraite. On peut aussi préférer qu'il y mette un terme avant que The Streets ne tourne en rond. Mike Skinner est arrivé au bout de la route et veut maintenant « faire avancer les choses » dans un autre domaine. Soit. Que sa tournée d'adieu l'amène pas très loin de chez nous nous suffira... > BO Sam 9.04 - Scène Pression Live


17

Le mot qui revient le plus quand la presse parle des Crookers c’est « crazy ! ». Les deux Djs italiens (oui, oui, ils sont potes avec The Bloody Beetroots), acclamés pour les remix de Timbaland ou Snoop, explosent en 2009 avec le remix de «  Day N Nite  » de Kid Cudi. Aujourd’hui, Phra et BOT sont avidement réclamés par Lady Gaga et Will.I.Am. La recette de cette furie milanaise ? Piocher sans limite dans le dubstep, la dance et la house tant que cela électrise les jambes sans jamais lâcher la tête. Avec eux, oubliez carrément l’idée de dormir. > HP Dim 10.04 - Scène Pression Live

Crookers [électro]

musique |

www.crookers.net

Pigeon John [hip-hop]

www.pigeonjohn.com

On va éviter les allégories sur les rats volants (n’en déplaise aux addicts de GTA) et on se concentre sur John. Soit un ricain plutôt finos dans les croisements de jambes entre pop et hip-hop, avec un son plus analogique que numérique (filiation oblige avec le label Quannum qui loge son dernier disque Dragon Slayer) et possédant un incontestable talent pour la mélodie adhésive, s’approchant sans complexe des meilleurs pistes des NERD ou d’Outkast. Produit par General Electricks, cela n’a donc rien d’étonnant et promet surtout un plaquage live des meilleurs effets. > LM Dim 10.04 - Scène Woodbrass

+ Infos pratiques Le Garo en quelques chiffres 1997-2011 : En 15 ans, plus de 400 000 spectateurs et 650 groupes accueillis 2011 : Plus de 80 groupes sur 3 jours

Les nouveautés

Le festival a choisi de chouchouter ses festivaliers en leur proposant un accueil de choix : un camping payant repensé pour leur confort et leur sécurité avec consignes, point chaud du matin, sanitaires en nombre, animations et gardiennage 24h/24... Mais aussi, une programmation OFF dans les bars de la ville et Moussu T (Massilia Sound System) à (re)découvrir à l’espace Coemedia en centre-ville

www.garorock.com


texte et photos ÂŹ Elisabeth Blanchet

L'habit ne fait pas le chap !


reportage |

19


reportage |

20

Ils ont des allures « upper class » avec leurs costumes en tweed, leurs pipes et leurs moustaches impeccables... Mais ne vous fiez pas aux apparences, derrière leurs tenues et leurs bonnes manières, les « chaps » (comprenez « les bons gars ») sont les charmants agitateurs d'un mouvement révolutionnaire tout en style. Rencontre avec ces anarcho-dandys prêts à renverser une société indifférente et inélégante !

«

L'

idée des Chaps Olympics m'est venue dans un pub après quelques pintes... comme toutes mes idées d'ailleurs », se souvient Torquil, assis sur une banquette du pub de Soho, The French House. Aux Chap Olympics, on ne lance pas des javelots mais des sandwichs au concombre. On pratique l'escrime, certes, mais à coups de homards en plastique. Plus hilarantes les unes que les autres, les épreuves se déroulent dans un square du centre de Londres depuis l'été 2004. Des milliers de chaps s'y retrouvent sur leur 31, armés d'ombrelles, de parapluies, de cannes mais surtout de paniers à pique-niques regorgeant de Pimm's*, Martini et autres gin tonics... Pas de tests anti-dopage à chaque bosquet de Bedford Square. Au contraire, tout abus est bienvenu. De loin, la scène évoque un tournage de film mais très vite, on se rend compte que ce sont de vrais gens, qui, tout simplement aiment s'habiller : des inconditionnels de l'époque victorienne aux années 50, en passant par l'entre

deux-guerres, la tenue du Chap n'est pas cantonnée à une époque. Tous les – bons – goûts sont dans la nature de ce parc de Bloomsbury.

Est « chap » qui veut «  Tout le monde peut devenir chap ou chapette », explique Gustav Temple, créateur, avec son comparse Vic Darkwood, du magazine The Chap (Savoir vivre révolutionnaire pour gentleman moderne) et d'un manifeste du Chapisme. C'était il y a treize ans. D'un fanzine vendu sous le manteau (de tweed), The Chap est devenu la bible d'un nombre croissant d'anarcho-dandys. Une nouvelle espèce d'insurgés identifiable à ses tenues irréprochables. «  Tout est dans la démarche, l'effort de trouver les vêtements qui correspondent à sa personnalité  », explique Gustav. Lui même se reconnaît entièrement dans le look des années 1940, une époque, où, malgré la guerre, «  les gens étaient toujours impeccables et distingués ». Mais le Chapisme ne se résume pas aux costumes trois pièces, chapeaux melon et aux > *liqueur anglaise


Les Olympiades chaps ou Jeux olympiques de l'excentricité qui se déroulent chaque année, mi-juillet, dans le centre de Londres. Plus de 400 « athlètes » s’affrontent lors d’épreuves redoutables.


reportage |

23

Torquil et Minna, fondateurs des Chaps Olympics.

cravates flamboyantes. Derrière son appel à la pratique de la dérive drolatique (car le chap ne pontifie pas), le mouvement défend de vrais idéaux. Il se présente même comme « un appel à la libération des hommes et des femmes contre l'asservissement du salariat […], le totalitarisme des écrans d'ordinateurs, des téléphones portables et de toutes ces chaînes qui nous donnent l'illusion d'atteindre une connaissance mondialisée, pour au bout du compte nous surveiller ».

Révolution ou régression L'allure de dandy détaché et les bonnes manières cacheraient-elles donc

un vrai mouvement révolutionnaire ? «  Oui, nous sommes très proches des mouvements anti-globalisation, explique Torquil, qui a collaboré pour la première fois à The Chap en 1999 en publiant un hilarant 73 façons de tirer son chapeau !. « Nous sommes aussi anti-chaînes, anti-corporate, contre le sexisme et le racisme  », poursuit-il. Pourtant, vu de loin, dans le mouvement chap, il y a quand même un côté Prince Charles (le roi des Chaps ?), un poil conservateur et passéiste, notamment en matière de design et d'architecture... Dans le genre progressiste, on a vu mieux, non ? Gustav admet connaître une petite poignée de chaps rétrogrades, >


Gustav Temple

figés dans le passé. « Mais, ceuxlà finissent par s'isoler du reste du monde  ». Pour lui, il est hors de question de remonter le temps. Au contraire  : «  le Chapisme est une ouverture généreuse aux autres  . Il «  recrute  » toutes classes sociales, sexes et nationalités confondus ». Et Torquil d'ajouter : « Hier, j'ai rencontré un groupe de nouveaux chaps. Je ne suis toujours pas sûr du sexe de l'un d'entre eux. Et on s'en fout ! ».

La France, l'autre pays du chapisme ? Héritier d'une longue tradition de dandys britanniques, de Beau Brummell à Mick Jaegger en passant par Oscar Wilde, David Niven ❥

et Stephen Fry, le chapisme aurait-il pu voir le jour dans un autre pays ? Pour Gustav, cela semble peu plausible. Il manque aux Français un « je ne sais quoi » d'excentricité et d'humour qui les empêcherait de cultiver cet art de la dérision. Serions-nous donc trop cartésiens pour adhérer à ce petit traité anti vulgocratie  ? Pourtant, le manifeste chap de Gustav vient d'être traduit en français et le tweed, les bretelles et les moustaches commencent à faire des émules de ce côté-ci de la Manche. Et bien au-delà, car un nombre croissant de gentlemen modernes de tous pays semble concerné, prêt à s'unir pour préparer ce « soulèvement par le charme » ! /

à visiter / www.thechap.net à lire / Le Manifeste Chap de Gustav Temple, éditions des Équateurs, 137 p., 20 e et fin mars Am I A Chap ? de Gustav Temple, éditions Beautiful Books


reportage |

25

Page illustrĂŠe du Manifeste The Chap de Gustav Temple.


musique |

26

Bâtards sensibles ? texte ¬ Marc Bertin photo ¬ David Sanchez

Né sur les cendres en fusion de Wolfunkind, The Inspector Cluzo a fait - à la force du poignet - sa pelote depuis 2008. Puisant avec gourmandise dans le heavy rock de AC-DC comme dans la soul de Curtis Mayfield, ces enfants de Rage Against The Machine aiment les riffs, le groove et la provocation. Évidemment, ils ont tout contre eux. Landais montés à Bordeaux, mentalité de paysans chalossais, supporters du Stade Montois, vénération de gloires peu recommandables (Fishbone, Suicidal Tendencies), amour de la soul vintage avant la mode (sans leur label Ter à Terre, qui aurait entendu Sharon Jones sur FIP ?), refus des compromis, inimitiés longues comme un jour sans pain et un passé « fusion » peu recommandable au pays du bon goût. Ainsi vu, le cas serait vite réglé… Or, pour peu que l’on s’y arrête, le duo est un véritable cas d’école. Autonome, limite autarcique (la fameuse vision à «  360 degrés » de music business), leur ligne de conduite – leur sens de la direction artistique – a de quoi faire saliver plus d’un prétendant au trône. ❥

THE INSPECTOR CLUZO Jeudi 10 mars, 21h, Heretic Club Renseignements www.hereticclub.com

SXSW. Avec juste deux albums au compteur, le tandem cumule plus de miles que certains gros vendeurs « certifiés  », soulevant les foules au Japon comme en Russie et creusant son sillon de festivals en festivals. Et non des moindres  – ainsi seront-ils au SXWS d’Austin, Texas à la mi-mars  ! On comprend mieux la réelle nature de certaines rancœurs à l’égard de ces auto-proclamés «  french bastards  », qui prennent un malin plaisir à saccager la scène avec ce zeste de morgue punk, dont sont cruellement dépourvus tant de pseudos rebelles sans cause. En dernier lieu et non des moindres, l’absence de bassiste dans leur formation n’a jamais nuit à la qualité du spectacle. /


musique |

28

Caravan palace texte ¬ Guy Claude photo ¬ DR

Avec leurs tronches hors du temps, leurs dégaines chargées d’histoires, Taraf de Haïdouks est certainement la formation la plus connue de musique tsigane roumaine. Leur venue, en quintet face à DJ Click, constitue d’ores et déjà le sommet du festival créonais Le Festin. C’est peu après la chute du despote Nicolae Ceauşescu que le groupe se forme, comptant à l’origine une douzaine de musiciens ; mais par la suite, l’effectif a occasionnellement augmenté jusqu’à une trentaine  ! Leurs premiers contacts avec l’Europe occidentale se font par l’entremise de l’ethnomusicologue suisse Laurent Aubert. Puis, grâce à Stéphane Karo et Michel Winter, musiciens belges qui, enthousiasmés par leur musique, s’improvisent managers et lancent leur carrière internationale, dont ils s’occupent toujours. Depuis la parution d’un premier album chez Crammed Discs, en 1991, et sa participation au film Latcho Drom de Tony Gatlif, le combo est devenu le symbole de la vitalité de la musique tsigane des Balkans. ❥

Yamamoto. Rançon du succès, les collaborations se multiplient : concerts avec le Kronos Quartet au Royal Festival Hall de Londres, mannequins/musiciens aux défilés du styliste Yohji Yamamoto, présence dans les bandes-son de Terminus Paradis de Lucian Pintilie, Train de vie de Radu Mihaileanu ou The Man Who Cried. En 2007, ils participent à la Folle Journée de Nantes, pour illustrer « l’Harmonie des Peuples », thème du célèbre festival cette année-là. Les membres du groupe - âgés de 20 à 78 ans - résident toujours dans leur modeste village de Clejani, au cœur de la campagne valaque, au sud de Bucarest. Ce qui ne les empêche pas de se pencher sur Béla Bartók, Khachaturian, Albeniz compositeurs qui se sont inspirés des musiques tsiganes. /

TARAF DE HAÏDOUKS QUINTET vs. DJ CLICK Vendredi 18 mars, 22h30, Espace culturel de Créon (33670) Renseignements www.lesfestinmusik.com


musique |

30

Three Imaginary Boys texte ¬ Deirdre O’Connor photo ¬ DR

Trio londonien, jadis sévissant derrière le masque Fear of Flying, White Lies s’est littéralement réinventé en 2008 en prenant une direction musicale totalement différente. Exit l’enthousiasme neo Brit pop et place à une relecture inspirée des canons post-punk. Comme souvent, tout commence sur les bancs de l’école pour Harry McVeigh, Charles Cave et Jack Lawrence Brown. Fear of Flying se forme en 2004 et sort ses premiers singles, dont Routemaster produit par l’immense Stephen Street, dès 2006 pour le compte de Young & Lost Club. Pourtant, deux ans plus tard, la formation change radicalement de garde-robe en allant se vêtir du côté de Joy Division, The Teardrop Explodes ou Echo & The Bunnymen. Une nouvelle orientation artistique suscitant aussitôt l’intérêt du légendaire label Fiction, écurie de The Cure. Après la sortie de Unfinished Business qui donne le « la » lugubre, le groupe fait une apparition remarquée chez Jools Holland, puis prend le chemin du studio pour un premier effort – ❥

WHITE LIES + CROCODILES Vendredi 18 mars, 20h30, Rock School Barbey Renseignements www.rockschool-barbey.com

To Lose my Life - cornaqué par Ed Buller et Max Dingel. Fanal. Triomphant dans les classements britanniques, White Lies part en tournée version grande échelle (Lollapalooza, Glastonbury, Coachella…). Deuxième opus, publié en début d’année, Ritual White élargit le champ lexical des débuts, offrant une vision éthérée du revival post-punk, affirmant surtout une réelle qualité d’écriture. Souvent comparé à Interpol ou Editors, le trio capture comme jamais auparavant le mélange de tension et de répit, créant ainsi une espèce de fanal guidant l’auditeur dans ces ténèbres mélancoliques à l’image de Strangers et Holy Ghost, culminant sur Bad Love, idoine alchimie de guitares gutturales et de vocaux triomphants. /


musique |

32

Riot grrrls texte ¬ Sidonie du Berry photo ¬ DR

Tandem féminin, fruit d’une rencontre cinématographique dans une station d’essence d’East Vancouver où l’une travaillait, The Pack a.d. exprime toute l’urgence rock’n’roll d’un groupe capable de faire rester les gens dans les bars après le last call. En 2008, le monde incrédule découvre The Pack a.d, prometteur duo qui redonne aux auditeurs le goût de l’agression des riffs bluesy, du martèlement des batteries et du chant rageur – une espèce de définition du binaire primitif. Maya Miller, batteuse, et Becky Black, guitariste et chanteuse, ont fait leurs armes dans les rues de Vancouver, mais leurs premiers albums Tintype et Funeral Party, tous deux publiés en 2008 chez Mint Records et salués par la critique, ont prouvé que ces pétroleuses n’étaient pas des amatrices. Elles ont quelque chose de sauvage et d’éblouissant dans les veines. L’année suivante, elles s’embarquent pour un road-trip de 157 dates et traversent en van les Rocheuses. ❥

Cerfs. Comme souvent chez elles, le travail fut organique : en deux semaines seulement émerge le farouche We Kill Computers, claque assourdissante d’un album qui fait sonner leurs précédents opus comme bien plus apprivoisés. Glorieux testament au pouvoir de l’animalité, rédigé dans un garage rock épatant, ce disque (produit sous la houlette du talentueux Jesse Gander, histoire de capturer la sueur et la spontanéité de leurs lives) sonne comme le savant mélange de prestations dans des caves imbibées de bière et de courses de cerfs à travers les bois ; celui de deux forces de la nature lâchées dans leur habitat naturel. Amatrices de blues, Becky et Maya attaquent chaque morceau avec la férocité jubilatoire d’un coyote sur une carcasse. Compris ? /

LES FEMMES S’EN MÊLENT : THE PACK A.D. + SAP Mercredi 23 mars, 21h, le Saint-Ex Renseignements www.allezlesfilles.com


musique |

35

The Dø La seconde note propos recueillis par ¬ Youness Hamelat - photos ¬ Marianne Maric

En musique, le do est la première note de la gamme majeure sans accident. Une définition à laquelle calque, par procuration, le groupe du même nom, fort d’un succès fulgurant et sans encombre. Dan Levy, le « D » de The Dø, nous parle de leur deuxième album, Both Ways Open Jaws (qui sort ce 7 mars chez Cinq 7), qu’il veut dans une certaine continuité. Après le succès du premier album, vous appréhendiez votre retour en studio ? Dan : Non, bien au contraire. On savait que beaucoup de gens étaient très excités autour du projet, tous très impatients d’entendre de nouveaux morceaux. C’est bien plus compliqué lorsque l’on sort d’un échec commercial et que personne ne vous fait confiance. À quoi doit-on s’attendre avec ce nouvel album ? À une rupture et en même temps à une continuité. En fait, on n’a pas l’impres-

sion de s’être beaucoup éloignés de ce que l’on était et de ce que l’on est. On a plutôt tendance à continuer ce que l’on sait faire, et en même temps, à rechercher de nouvelles choses que l’on ne maîtrise pas forcément... à nos risques et périls ! Une rupture pour casser cette image de machine à tube que l’on vous a injustement collé ? Beaucoup de gens se sont arrêtés à une chanson sur notre premier album (ndlr : « On my shoulders »). Mais ceux  >


musique |

36

qui l’ont vraiment écouté savent que nous ne sommes pas un groupe à facilité. Je ne pense pas que l’on ait foncièrement changé notre façon de faire de la musique aujourd’hui, on continue juste notre recherche. Beaucoup de groupes en France surfent sur le créneau de l’indie-folk, aujourd’hui. C’est une mode, non ? Je dirais plutôt qu’on a lancé cette mode en France. Avec Yelle, par exemple, nous avons été les premiers à avoir « buzzé » sur myspace. On a été aussi le premier groupe français anglophone en tête des ventes. Mais ce mouvement existait déjà avec Moriarty. The Dø, Co-

coon, Yael Naim,... Nous sommes tous arrivés en même temps finalement. Dis, faut chanter en anglais pour marcher ? (Agacé) Non ! Nous, on fait juste de la musique ! On ne réfléchit pas à tout ça. Rien n’est planifié, il n’y a pas de stratégie. On ne surfe pas sur une vague et on ne fait pas de la chanson en anglais pour pouvoir vendre des disques. On fait les choses avec notre cœur. Je trouve dommage que l’on nous pose toujours ce genre de questions. Si on voulait faire de l’argent, on ne ferait pas ce genre de musique. On ne baisse pas notre froc !


« Nous ne sommes pas un groupe à facilité. » Sur A Mouthful, vous étiez deux pour l’enregistrement, trois sur scène. Votre approche artistique n’a pas changé ? Non, on fait toujours tout, tous les deux, dans notre studio. Le succès n’a pas changé notre manière de travailler. L’album est plus produit que le premier, mais cela fait partie de notre processus de recherche musicale. Chaque titre a une couleur bien différente pour nous transporter dans un univers particulier. Dernièrement avaient lieu les Victoires de la Musique. Qu’est-ce que cela vous inspire ? Je ne sais pas trop quoi en penser. Nous avons été nominés trois fois pour les Victoires, nous n’avons pas eu de prix. Nous avons été nominés pour le prix Constantin, nous n’avons pas eu de prix non plus ! J’ai l’impression que l’on décerne plus de récompenses à ceux qui vendent beaucoup de disques. On parle plus de quantité que de qualité musicale. J’aimerais qu’on oublie un peu le circuit bien tracé des artistes signés sur des majors, même si, ces derniers temps, il y a un peu plus de place pour les petits labels.

the dØ + MILENKA Jeudi 24 mars, Le Krakatoa, Mérignac (33700) Renseignements www.krakatoa.org

Vous écoutez quoi en ce moment ? C’est assez varié. On peut écouter un groupe comme Micachu, puis passer à de la musique classique. On aime beaucoup The Dead Weather aussi. On n’a pas de disque qui tourne en boucle. On est juste curieux de ce qui se fait. Ça vous inspire ? On s’inspire plus de musique contemporaine ou de jazz que de musique affiliée à ce que l’on fait. Pour des « artistes-éponges  » comme nous, il vaut mieux prendre de la distance avec ce qui marche. Pour finir, votre opinion sur la loi Hadopi et le piratage en général ? Je suis pour le téléchargement illégal pour plusieurs raisons. Je trouve ça magique de voir des gens au Mexique ou en Turquie, où l’album n’est pas sorti, chanter nos chansons pendant les concerts. Magique également de recevoir des lettres de fans des quatre coins du monde. Ce qui est triste par-contre, c’est de savoir que l’on peut se faire pirater notre travail à tout moment sans pouvoir faire quoique ce soit. Les gens décident pour nous en quelque sorte. /


musique |

38

Down is the good tempo texte ¬ Cornelius photo ¬ Sonia Zaistevich

Si Bonobo est à ce jour l’artiste de l’écurie Ninja Tune le plus écouté dans le monde, c’est certainement parce que sa musique revêt un caractère universel, dépassant les notions de courants et de public.
 Son approche très personnelle de la composition et de l’arrangement en ont fait un phare electro-jazz. Les deux premiers albums de Simon Green - Animal Magic (2000) et Dial ‘M’ for Monkey (2003) – étaient purement instrumentaux. Samplant d’une main quand il n’interprètait pas la plupart des passages instrumentaux de l’autre, il n’a eu de cesse de composer des rêveries electro teintées de cordes, de percussions et de cuivres. Depuis une bonne décennie, son approche a sérieusement régénéré le downtempo, genre qui semblait ne pas pouvoir survivre aux monuments des orfèvres Kruder & Dorfmeister. C’est avec Days to Come, en 2006, qu’il s’adjoint les services les voix de la chanteuse Bajka et de Fink. Succès sans précédent dans sa jeune carrière, le disque est notamment élu album de l’année par les auditeurs de ❥

Gilles Peterson. Quant à son édition limitée vinyle, elle se négocie désormais à prix d’or. Belleruche. Pourtant, dès 2003, Bonobo n’hésite pas à se livrer en groupe sur scène dans une formation incluant notamment Kathrin Deboer (du groupe Belleruche) ainsi que le batteur Jack Baker. En 2009, après une longue période de tournées, il reprend le chemin des studios travaillant cette fois ci avec la chanteuse Andreya Triana pour produire Black Sands, publié en mars 2010. Cet opus épique et émouvant tranche avec ses prédécesseurs tant Green a réussi l’exploit de faire se côtoyer avec bonheur l’ensemble des influences constituant son univers. La promesse d’une soirée de qualité. /

BONOBO LIVE BAND + HIDDEN ORCHESTRA Vendredi 1er avril, Le Rocher de Palmer, Cenon (33150). Renseignements http://lerocherdepalmer.fr


portfolio |

41

Sean Freeman Artiste de caractère Typographie, illustration // Londres // www.thereis.co.uk

texte ¬ Carole Lafontan

N’y allons pas par quatre chemins. L’illustrateur et designer graphique Sean Freeman figure parmi les artistes les plus innovants et les plus intéressants du moment. À Londres, le talentueux Sean développe sa créativité débordante sur tous les terrains : pub, presse, édition, expositions... Nike, Microsoft, Momentum Pictures - entre autres - lui ont fait confiance, tandis que de grands magazines tels que Computer Arts, The New York Times ou Wired, ont publié ses incroyables créations typographiques. Son credo ? S’amuser avec les matières, tester leur potentiel et créer des caractères qui allient sens et signe, réalisme et stylisation, lisibilité et esthétique. Prenons Hot, l’image choisie pour notre couverture. Au départ, il s’agit d’une commande de l’éditeur Harper Collins pour illustrer la biographie d’un pompier. Il n’en faut pas plus pour inspirer Sean, fan d’expérimentations. Pour arriver à ses fins, il s’arme d’un chalumeau et d’un paquet d’assiettes en plastique et fait fondre les lettres, comme s’il brûlait l’intérieur d’un casque. Des heures de travail (le jeune homme réalise 30 à 40 essais avant de concevoir le parfait lettrage) et des dizaines de photos plus tard, le résultat est saisissant. Même combat pour Fear, en belle place dans notre portfolio. Le Londonien s’est amusé à casser de la glace pour obtenir des caractères explosifs, réalistes à souhait. Et surtout, ne lui dites pas que ses créations ne vous font ni chaud ni froid... Il serait capable de le prendre au pied de la lettre ! /


agenda Noli Me Tangere © DR

Saint-Germain des Près © DR

NOLI ME TANGERE

SAINT-GERMAIN DES PRÈS

Texte & mise en scène : Jean-François Sivadier Du 8/03 au 11/03 

Cie La Ligne de désir Du 15/03 au 19/03

S’inspirant de Salomé d’Oscar Wilde et du Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, Jean-François Sivadier a écrit une véritable machine à jouer, un péplum-comédie passant du lyrique au trivial, voire à la franche bouffonnerie : celle du rire et de la parole d’un homme opposant au totalitarisme corrompu d’un empire, la formidable puissance du doute et de l’utopie ❥ 20h30, sauf les 9 et 10/03 à 19h30, TNBA, Grande Salle Vitez 10-25€, 05 56 33 36 80

FEBRE Cie Membros Mar 15/03

Dans quelques milliers d’années, à partir des vestiges de notre quotidien, d’étranges archéologues imaginent et rêvent leur passé qui n’est autre que notre présent. Un plateau d’un blanc clinique. Espace ludique d’expérimentation, de jeux et de recherche. Quelques objets kitch, des poufs et les plumes d’une cocotte surréaliste incitent le spectateur à participer à l’écriture de cette page blanche et amnésique. ❥ 20h, sauf les 18 et 19/03 à 21h,

Glob Théâtre 6-14€, 05 56 69 06 66

FIN DE PARTIE MeS : Yvan Blanlœil Du 16/03 au 20/03

Febre (Fièvre), dernière création de Membros, s’inscrit dans la continuité des recherches sur la violence menées par la chorégraphe Tais Vieira. 
Deuxième volet d’une trilogie, Febre explore le thème de la violence depuis une perspective plus générale et quasi symbolique, même si la référence physique du choc, propre aux Membros, est toujours très présente.



Fin de partie met en scène quatre personnages enfermés dans un refuge de fin du monde après une catastrophe nucléaire. Hamm, le maître, cloué dans un fauteuil à roulettes et prétendument aveugle, Clov, encore mobile, mais tyrannisé en permanence par les caprices de Hamm, Nagg et Nell, père et mère de Hamm, assignés à résidence dans des poubelles.

❥ 20h30, Le Carré, Saint-Médard-en-Jalles (33160) 16-21€, 05 57 93 18 93

❥ 20h45, sauf le 20/03 à 16h, Théâtre du Pont tournant 12-20€, 05 56 11 06 11


World of interiors © DR

Onysos le furieux © DR

Miettes © Ella

WORLD OF INTERIORS

MIETTES

Conception, direction artistique & espace scénique : Ana Borralho & João Galante Du 17/03 au 18/03

Cie Pré-O-Ccupé Du 22/03 au 25/03

Après Mistermissmissmister, en 2009, le TNT accueille à nouveau Ana Borralho et João Galante. Avec World of Interiors, ils explorent la frontière / relation entre le spectateur et l’œuvre, en essayant d’inclure le public dans l’espace et le temps de la représentation, et en cherchant à identifier les tensions qui existent entre l’art et les codes régissant notre société. ❥ 20h30

et 22h30, TNT-Manufacture de Chaussures 8-13€, 05 56 85 82 81

ONYSOS LE FURIEUX MeS : Bruno Ladet Du 17/03 au 2/04 Dans une station du métro de NewYork, un homme s’adresse à nous. C’est Onysos. Il va nous raconter son histoire commencée depuis trois millénaires. Onysos parle et rajeunit, crée des images, convoque des mondes profonds, sacrés, habités… Son récit devient une épopée, un voyage où l’on passe de New-York à Babylone, en une respiration. À la violence de la civilisation, Onysos oppose sa fureur ❥ 21h, La Boîte à jouer-Salle 1 (relâche dimanche, lundi et mardi) 12€, 05 56 50 37 37

Chaises © Mario Del Curto

Quatre bouts de bois, un fil de fer rudimentaire et voilà notre homme qui devient fildefériste ! Rémi Luchez a créé ce solo de fil souple pour un clown, à partir de matériaux qui font notre quotidien. Au milieu du public, il esquisse une galerie de portraits tour à tour fragiles et joyeux. Il invente, l’air de ne pas y toucher, une autre manière légère et ironique de faire du cirque, une autre rencontre avec le public. ❥ 20h30, sauf les 23 et 24/03 à 19h30, Salle Fongravey, Blanquefort (33290) 12-16€, 05 56 95 49 00

LES CHAISES 
MeS : Luc Bondy Du 22/03 au 26/03 Fils d’une Mitteleuropa cosmopolite, inconditionnel de Ionesco dont il a été l’assistant et l’ami, investigateur curieux de la complexité des relations humaines, Luc Bondy monte Les Chaises, farce tragique et délirante sur l’absence et le vide, l’incapacité de l’homme à communiquer. Et, en subtil maître de cérémonie théâtrale, réunit un duo d’interprètes de haut vol pour un voyage en Absurdie qui s’annonce somptueux. ❥ 20h, TNBA, Grande Salle Vitez 10-25€, 05 56 33 36 80

théâtre

& danse |

49


expositions |

50

Images d’une image Texte ¬ Cécile Broqua & Cyril Vergès Illustration ¬ Tabaramounien

La galerie Tinbox accueille jusqu’au 9 avril Multiples #1, une exposition qui donne à voir 7 séries de multiples tirées à 30 exemplaires chacune. Ces éditions sérigraphiées sont le fruit d’une collaboration étroite entre un artiste plasticien et le studio de graphisme Tabaramounien. Diplômés d’un BTS en communication visuelle, puis de l’École des Beaux-Arts de Nantes, Yasmin Madec et Damien Arnaud se sont installés à Bordeaux où ils ont créé en 2007 le studio Tabaramounien. Le fanzine Alfred - publié entre 2005 et 2009 - fait partie des projets qu’ils mettent en avant lorsqu’ils évoquent leur réflexion sur l’art imprimé et les différentes formes de collaborations possibles entre artistes et graphistes. Les œuvres sérigraphiées montrées à la galerie Tinbox constituent le premier volet d’une « collection d’objets artistiques originaux », résultat d’un travail mené conjointement par les éditions Tabaramounien et 7 artistes bordelais  : Max Boufathal, Anne Colomes, Céline Domengie, Anne-Marie Durou, Cathy Jardon, Laurent Le Deunff et Claire Soubrier. ❥

MULTIPLES #1 Jusqu’au samedi 9 avril, galerie Tinbox www.galerie-tinbox.com www.tabaramounien.com/editions

Transparence. À titre d’exemple, la série co-réalisée avec Anne-marie Durou à partir de l’un de ses dessins prolonge une partie des recherches de la plasticienne dans le champ de l’édition en jouant sur une alternance de transparence et de surfaces vernies et mates. Le prix, l’impression et le format sont identiques pour l’ensemble des multiples exposés. Chaque exemplaire, co-signé au dos par l’artiste et le studio, sera en ligne à partir du 10 avril (www.tabaramounien.com/editions). Le duo qui envisage cette collection de multiples au long cours songe déjà à de nouvelles collaborations, pourquoi pas avec des artistes nantais en 2012 et roubaisiens en 2013. /


expositions |

52

Texte ¬ Cécile Broqua & Cyril Vergès Illustration ¬ Bert Duponstoq

Beau beau ou laid Le peintre Bert Duponstoq est à l’honneur de l’espace d’exposition de la librairie La mauvaise réputation. L’artiste présente une série de tableaux grands formats représentant des images issues des cultures populaires dans un style figuratif faussement naïf campé à la lisère du mauvais goût. Une certaine ambiguïté se dégage des peintures de Bert Duponstoq. À première vue, les scènes représentées sont bucoliques, désuètes voire un peu mièvres. Or, la simplicité apparente se révèle vite trompeuse. Ces représentations, empruntées ici à l’iconographie catholique, là, à de vieilles publicités ou des calendriers de La Poste, sont réalisés avec des matériaux pauvres et une technique délibérément grossière. Le relâchement du geste pictural dialogue le plus souvent de manière incongrue avec les titres associés aux œuvres. Citons le tableau Amour, représentant Jésus qui ouvre les bras et Marie contre son épaule, priant les yeux clos. Potache. Pourtant l’interprétation de l’image ne semble pas si claire : les gestes ressemblent plus à ceux d’un couple et les traits de la Vierge semblent un peu trop masculins. Duponstoq cultive un art potache, « sans talent » adossé à un goût de la médiocrité qu’il revendique avec une satisfaction manifeste  : « Je suis artiste parce que je fais de la peinture. J’essaye de faire des peintures plutôt moches, plutôt simples, sans attrait. Le plus difficile, c’est évidemment de savoir s’arrêter avant que ça ne fasse joli. Je ne voudrais pas que ça fasse pop art et compagnie. Parfois je n’arrive pas à m’arrêter à temps et je fais des choses que je ne veux pas montrer, parce que je trouve que c’est un peu trop beau. » / ❥

BERT DUPONSTOQ Jusqu’au samedi 12 mars, La Mauvaise réputation Renseignements http://lamauvaisereputation.net


expositions |

54

agenda Antoine Dorotte, Dirty Bobineau

Vladimir Velickovic

EN PISTE

ACIDE HOUSE

Le cirque et son univers comme sujet traverse l’ensemble des œuvres rassemblées à la galerie MLS. Aquarelles, gravures, dessins, huiles sur toile, restituent une lecture plutôt amusée et ludique de cette commande passée aux artistes allemands Michael Bartsch, Frank Diersch, Martin Enderlein, Dieter Goltzsche, Doris Leue ainsi qu’au Français Michel Mendès France. Scénettes composites et allégories convoquent au premier plan des œuvres toute la ménagerie exotique et puissante du monde circassien.

Pour cette nouvelle exposition monographique, le plasticien Antoine Dorotte déroulé en plein champ une longue bobine métallique pour la maculer d’acide. Ainsi, cette dernière devient le support d’un enregistrement graphique réalisé in situ, sur le motif, par gravure directe à l’acide et au pulvérisateur de jardin. Puis, il a tordu ce paysage pour le contraindre aux dimensions d’une salle. Land art ?

❥ Parade,

Cirque & Co Du 5 mars au 30 avril www.123-galerie-mls.fr

BRAINSTORMING 26 étudiants de 2e année inscrits à l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux se sont penchés sur l’aménagement paysagé des deux cours du 308, la Maison des architectes avenue Thiers. Ces espaces extérieurs, restés en friche depuis un an, ont ainsi fait l’objet de toutes les attentions. Lors du vernissage, chaque étudiant présentera en 1 minute son intention. Le public sera appelé à voter pour l’un des projets qui sera mis à l’honneur et dont l’auteur sera récompensé. ❥ De

l’éphémère au durable Du 15 mars au 1er avril www.le308.com

❥ Antoine

Dorotte, Dirty Bobineau Du 15 mars au 23 avril www.galerieacdc.com

INCENDIES Né à Belgrade en 1935, installé à Paris depuis 1965, Vladimir Velickovic peint et dessine sur toile, papier ou carton. Il traite de la condition humaine, de la guerre et des souffrances traversées durant sa vie. Pourtant ses hommes, ses paysages sont éminemment actuels et universels. Il peint « ce que l’homme fait à l’homme », mais, dans ces scènes de désolation où le feu apparaît comme le signe de destruction et de violence subit, il peut aussi faire signe de vie, le feu/foyer. ❥ Vladimir

Velickovic, Feux ! Du 18 mars au 7 mai www.galeriedx.com


cinéma |

56

texte ¬ Alex Masson - photo ¬ Metropolitan Film Export

texte ¬ Alex Masson - photo ¬ Héliotrope Films

Fighter

Sale temps pour les pêcheurs

La boxe et le cinéma américain, ça a toujours été une histoire d’anti-héros. Le cas de Micky Ward est plus intéressant que celui d’un Rocky Balboa ou d’un Jake La Motta, parce que ce type est particulièrement fade. D’ailleurs dans Fighter, ce n’est pas sur lui qu’on se focalise mais sur son demi-frère Dicky, l’accro au crack qui veut sa seconde chance. Plus que la boxe, David O. Russell observe les rounds entre Mark Wahlberg/Micky et Christian Bale/ Dicky. Ce combat est fascinant tant on est en face de deux méthodes de jeu : l’une très intérieure, l’autre dans l’excès. Qui gagne à la fin ? Encore et toujours le cinéma américain, seul capable d’oser des mélos sur la classe ouvrière dont on ressort avec le cœur cabossé comme s’il avait pris les coups portés à l’écran. /

Cette histoire, celle d’un aristocrate européen et d’un colosse catcheur exilés en Uruguay pour faire prospérer une petite arnaque, se place pour le réalisateur, au carrefour d’ombres tutélaires : même génie pour croquer des personnages ambivalents que les frères Coën, même démesure picaresque qu’Arturo Ripstein, même fatalisme que dans The Wrestler… Et pourtant Sale temps pour les pêcheurs est sans doute ce qu’on a vu de plus personnel depuis bien longtemps. Notamment le don d’Alvaro Brechner pour raconter, sans en avoir l’air, un monde et des mœurs sur le déclin. Avec cette capacité à savoir remplir progressivement l’immensité d’un splendide cinémascope par une déchirante mélancolie. Le tout avec une élégance et un flegme qui achèvent de rendre unique ce premier film. /

De David O. Russell. Avec Mark Wahlberg, Christian Bale, Amy Adams... Sortie le 9.03

D’Alvaro Brechner. Avec Gary Piquer, Jouko Ahola, Antonella Costa... Sortie le 2.03


cinéma |

59

Un droit,

non un privilège texte ¬ Marc Bertin photo ¬ ARP selection

Inspiré d’un fait de société qui fit trembler le Royaume-Uni à la fin des années 1960, We want sex equality se penche sur un épisode fondamental de la lutte des droits des femmes. Une leçon d’histoire méconnue en France, portée par une épatante distribution, dominée par la pétulante Sally Hwankins. Dagenham, banlieue ouvrière et industrielle de Londres. Bastion européen de Ford et plus grande usine d’Europe à l’époque avec 55000 employés, produisant jusqu’à 500000 voitures par an. En 1968, les 187 ouvrières-couturières, qui assemblent les sièges, déclenchent une grève inattendue après avoir appris que la direction du groupe automobile les a déclassées sur l’échelle des salaires au motif qu’elles exercent un travail « non qualifié  ». Ce mouvement, forçant le constructeur à cesser la production, se transforme peu à peu en crise nationale. Crise d’autant plus aiguë que le soutien des collègues masculins (dont de nombreux pères, frères et maris) s’amenuise.

Eastender. Certes, David triomphe de Goliath - l’influente Barbara Castle, Ministre du travail, soutiendra le mouvement, qui aboutira à une loi (Equal Pay Act, 1970) historique -, mais que de courage de la part de ces femmes apparemment sans histoires, partageant les joies et les peines du quotidien eastender, entre pubs, foyer, et conditions professionnelles précaires. L’effervescence du swinging London semble fort exotique pour cette working class fière mais tellement loin du cœur de la capitale. Les filles rêvent de Biba et de Mary Quant, mais demeurent le prolétariat des hommes, qui oscillent entre paternalisme obséquieux et bienveillance moqueuse. Si la mise en scène brille par sa sagesse, l’interprétation joue sur du velours. Comme la bande-son. /

WE WANT SEX EQUALITY, un film de Nigel Cole Avec Sally Hawkins, Miranda Richardson, Bob Hoskins En salle le 9 mars


cinéma |

61

Waste Land Poubelle la vie

texte ¬ Baptiste Ostré - photo ¬ "Marat/Sebastiao" © Vik Muniz, courtesy of Vik Muniz studio

Rien d’étonnant, a priori, de voir Vik Muniz crapahuter dans la plus grande déchetterie mondiale. L’artiste brésilien est spécialiste des œuvres à base de déchets, détritus et autres ordures. Documentaire bardé de récompenses dans les festivals, Waste Land ne se contente pas d'être le making of de sa démarche artistique. L'art et la vie s'y transcendent mutuellement. Avec sa plus grande décharge du monde, implantée dans le Brésil émergent, ses trieurs qui, pour certains, travaillent depuis l'âge de 7 ans, Waste Land a été automatiquement rangé dans la case des documentaires écolos. Proche de l'amateurisme, la caméra portée et ses gros zooms disgracieux laisse au départ craindre le pire. Une fois arrivé à Jardim Gramacho, non loin de Rio de Janeiro, le dispostif de Lucy Walker change de dimension. Toujours dans l'intimité, la cinéaste filme la décharge tantôt comme un champ de bataille, tantôt comme d'improbables Moissons du ciel : s'il ne sème plus rien, l'homme récolte et transforme toujours. Durant trois ans, la réalisatrice a suivi Vik Muniz, artiste célèbre pour ses toiles exécutées avec des matériaux de récupération. Fils d'un quartier pauvre de Sao Paulo, il s'avance dans la décharge avec une question en tête : « L'art peut-il changer la vie ? ». Le générique apportera une réponse globalement positive. Mais, plus tôt, l'artiste comprendra que ce sont avant tout les catadores, ses trieurs dont il tire le portrait, qui l'ont changé, lui. Moins porté par le misérabilisme que par une rieuse et communicative joie de vivre, Waste Land se situe finalement plus dans la veine des récents documentaires artistiques. Une sorte de chaînon manquant entre Faites le mur ! ( de Banksy ) et Woman are heroes ( de JR ). / ❥

De Lucy Walker. Avec Vik Muniz. Sortie le 23.03


littérature |

62

Enquêtes de sens

texte ¬ Florent Delval photo ¬ James Ellroy © Philippe Matsas / Opale / editions Payot Rivages

Il est là dans le vestibule de l’hôtel, presque jovial. L’atmosphère est détendue, loin de ce que l’attachée de presse avait promis : «  Vous allez voir, il répond à peine aux questions ». Rencontre avec un écrivain populaire mais intransigeant, à l’occasion de la sortie d’un essai autobiographique, La malédiction Hilliker : James Ellroy. Avant de rencontrer James Ellroy, on imagine un tas de choses. Il y a tout d’abord le misanthrope qui joue au génie mégalo devant des journalistes pressés. Mais, derrière ce masque médiatique, on sait qu’on trouvera aussi le visage torturé du peintre d’une Amérique malade. En guise de paysages  : les bureaux des politiciens corrompus, les couloirs de la CIA et les scènes de crime. Son regard est hanté par une société dont il traque les plus obscurs travers. Pourtant, il sait que l’essentiel lui échappera toujours : il ne retrouvera jamais l’assassin de sa mère… pas plus que sa mère elle-même, Jean Hilliker. Pire encore  : à force de réécriture, le souvenir s’efface. « à l’intérieur de moi, son statut a radicalement

changé : elle est devenue un personnage ». Leitmotiv romanesque (Le Dahlia Noir), ou sujet d’enquête exhaustive (Ma part d’ombre), ce traumatisme initial influença sa vie et plus particulièrement ses rapports amoureux. Dans chaque roman, ses relations successives deviennent des personnages qui sont autant d’incarnations potentielles de la défunte. Mais James Ellroy est un prosaïque. Pas la peine de l’entraîner sur le terrain de l’interprétation psychologique. Il veut uniquement des faits. Je suis un historien « J’engage des chercheurs qui compilent des feuilles d’événements et qui établissent des chronologies. Cela m’évite >


«

Le monde qu'il dépeint est le théâtre d'une décadence politique et culturelle.

»


littérature |

64

❖ Les femmes, variations de la figure maternelle, sont au cœur de l'œuvre d'Ellroy. Ici, Le Dahlia Noir et L.A. Confidential, adaptés au cinéma.

de commettre des erreurs factuelles. Je détermine l’époque, les lieux, quelques évènements, le passage de l’histoire que je veux dépeindre mais je ne connais pas les détails. Ils les mettent en place pour moi. Je lis toutes ces feuilles pour écrire de manière convaincante ces périodes que je n’ai jamais vécues ». Il y a chez Ellroy un souci de la vérité, typique de la littérature américaine. Si on le relève, il esquive : « Je ne suis pas assez éduqué pour pouvoir comparer.  » Toutefois, contrairement à ce qu’il prétend, il n’est pas coupé du monde des lettres et se reconnaît même dans certains de ses contemporains. «  Je partage la vision de Mr William Vollmann. Je suis à la recherche de la vérité et de la beauté. ❥

La vérité pour moi est ce qui motive les être humains au plus profond d’eux mêmes. ». Le maître du roman noir ne cache pas son conservatisme. Attaché aux valeurs d’une Amérique mythique, il déteste notre monde actuel comme les années qu’il dépeint, qui sont pour lui le théâtre d'une décadence politique et culturelle. «  Je méprise le rock’n’roll. Je suis un historien. Et pour moi le rock est vraiment un aspect mineur des Etats-Unis des années 60. Je n’éprouve donc pas le besoin d’en parler. » déclare-t-il par exemple. C’est donc en toute logique qu’il remontera à nouveau le temps pour composer sa prochaine grande saga. Un second L.A. Quartet, qui se déroule à Los Angeles durant la Seconde Guerre Mondiale. /

La Malédiction Hilliker (éd. Payot & Rivages), 288 pages, 20e


chroniques |

66

Anthologie du graphisme B. Gomez-Palacio, A. Vit | Éd. Pyramyd Cette anthologie s'adresse aux graphistes confirmés, mais vise aussi un large public de néophytes et artistes en quête de vocation. Avec quelque quatre cents entrées et de très nombreuses illustrations, les prétentions de cet ouvrage sont multiples. D'abord embrasser, au niveau international et sur un siècle, l'histoire de cette discipline artistique. Mais aussi, pêle-mêle : offrir un précis technique (grille, composition, hiérarchie, couleurs, typos, impression, finitions...), balayer les divers champs d'application du graphisme et lister les incontournables livres, écoles, critiques, musées et figures du métier. Le chantier est à ce point pharaonique que les éditeurs annoncent déjà un tome 2. Chaque entrée ou pays mériterait à lui seul une analyse beaucoup plus poussée voire un ouvrage complet. Malgré ses 400 pages, cette anthologie est loin d'être exhaustive. Mais était-ce réellement son objectif ? Pyramyd propose ici une synthèse très fonctionnelle : textes brefs et descriptifs, définitions clés, chronologies, shémas... Une petite bible qui ne manquera pas d'élargir votre palette (graphique) ! 400p., 45€. Lucile Olauré

Ma Vie De Garçon Fabio Viscogliosi | Éd. Attila Dans un no man’s land aux propriétés physiques vertigineuses, un jeune hydrocéphale en sous-vêtements et socquettes se heurte à une réalité mouvante. Ainsi nous apparaît la Vie de Garçon de Fabio Viscogliosi, passionnant touche-à-tout (musicien, plasticien, auteur de romans et de livres illustrés). à l’onirisme du dessin répond l’ironie de l’épigramme : brève confession ; aveu sibyllin. Dans ce décalage accueillant peuvent tour à tour éclore la mélancolie, le burlesque, le merveilleux. Ce récit (autobio)graphique suggère une mue, hors du temps. Sa réédition augmentée (l’ouvrage était paru au Seuil en 2003) dévoile un épilogue inédit, plus explicite : l’horizon ne se dégagera qu'au prix d’un sacrifice ; celui de l’image. L’enchantement, lui, persistera. 128 p., 16e. Manuel Plaza


Livres Ward ( 1er-2e siècle)

UN MEUBLÉ DANS LA PÉNOMBRE

Frédéric Werst | Éd. Seuil

Nelson Algren | Éd. 13e Note

Soient une langue ancienne, mais imaginaire, le « Ward  », et son traducteur, Frédéric Werst. La traduction n’est qu’une proposition : une grammaire et un lexique en fin d’ouvrage permettent de l’améliorer. « Une langue n’est pas seulement un système de signes, c’est un système de valeurs  ; et ce n’est pas une vision du monde, c’est une production de monde ». Ici, la production est totale et prend la forme d’une anthologie de textes médicaux, philosophiques, historiques, politiques, poétiques. à travers ce travail que l’on devine titanesque, se développe une réflexion sur l’évolution et la disparition des langues, des cultures, du sens de la vie. Une aventure ambitieuse et hallucinée dont on attend la suite avec impatience. 410p., 22€. Paul Carra

Nelson Algren est de ses écrivains qui font la beauté de la littérature. Engagé, s’étant entièrement rangé du « côté des perdants  », il n’a jamais failli au devoir qu’il s’était assigné : réhabiliter les laissés-pour-compte, les bannis, les honnis, leur donner enfin leurs lettres de noblesse. Un meublé dans la pénombre en est la preuve éclatante. Recueil inespéré mêlant poèmes, essais, reportages et ébauches prometteuses du Piège, un roman inachevé, il foisonne de personnages pittoresques. Il nous donne à voir un Chicago disparu, celui des combinards de génie, des prostituées généreuses et des drogués magnifiques. Sa poésie devient alors un manifeste qui nous révèle leur grandeur. 416 p., 19€.

Faustine Bigeast

Le Dernier Stade De La Soif Frederick Exley | Éd. Monsieur Toussaint Louverture Ce titre renvoie de façon pavlovienne à d’autres grands buveurs - Charles Bukowski ou Alexis Violet. Fausse route : l’alcool irrigue cette autobiographie déguisée mais son auteur dessine, en creux, le portrait d’une génération crevant d’échapper à un American way of life pointé comme seul horizon, et croulant sous le poids de figures tutélaires (ici un père idéalisé, là-bas un sportif acclamé) auxquelles on s’accroche pourtant. Exley, disparu en 1992, signe un roman âpre et douloureux, qui secoue le lecteur et le renvoie à sa propre médiocrité. Relevé par une ironie mordante, Le Dernier Stade... reste un classique US trop méconnu, sauvé de l’oubli par une maison d’édition qui soigne le détail - on tenait à le préciser. 448p., 23e. Thibaut Allemand


chroniques |

68

Bd LA MAISON DE PAIN D’ÉPICE

LE VOYAGE DE RYU Shotaro Ishinomori | Glénat À peine refermé le monumental Sabu et Ichi (Kana), « l’homme aux 100 000 pages de BD », Shotaro Ichinomori revient dans un fascinant récit de SF post-apocalyptique exsudant de toutes les angoisses du Japon des années 1970. Ado cryogénisé depuis 40 ans, Ryu se réveille à bord d’un vaisseau spatial retournant vers une Terre méconnaissable, ravagée par un désastre atomique. Hommes mutants, singes géants, robots déglingués arpentent ce monde où toute trace de civilisation semble avoir disparu, jusqu’au jour où Ryu entend le bruit d’un avion dans le ciel... Loin du mirage positiviste de Tezuka période Astro Boy, Ishinomori défriche déjà le terrain pour Otomo dans cette courte série sauvage et contemplative parsemée de planches muettes tout simplement splendides. > Nicolas Trespallé

Cleet Boris | Dupuis Machine à tubes 80, L’Affaire Louis Trio doit tout à son charismatique et iconique leader Cleet Boris, alias Hubert Mounier, grand échalas à banane qui semblait frappé par la danse de Saint-Guy au premier son d’un synthé. À l’occasion de son nouvel album solo, l’auteur de l’intemporel Chic Planète retrace la genèse de ce dernier projet et s’attarde plus largement sur sa carrière pour signer un biopic distrayant où il se réinvente en héros ligne claire plein d’entrain et de décontraction. Ni has-been revanchard, ni mégalo incompris, l’artiste y apparaît comme un homme simple, sujet à l’angoisse créative, mais surtout doté d’un humour sarcastique et d’un imaginaire coloré qui donne envie de se (re)plonger dans l’œuvre musicale de ce Fantasio pop. > Nicolas Trespallé

GWENDOLINE, LA PRINCESSE PERDUE John Willie | Delcourt Erotix Ancien de la Navy, John Willie avait deux hobbies : les nœuds marins et les femmes. Dans Gwendoline, le créateur de la revue fétichiste Bizarre met en image un pur produit fantasmatique, déployant son imaginaire érotique autour d’un ballet délectable d’élégantes se livrant à un jeu de domination/soumission un rien pervers. Dans une artificialité  empreinte de glamour hollywoodien et de raffinement bondage, il joue la carte d’un érotisme glacé tant ses pin-up perchées sur des jambes interminables et des talons aiguilles ultra-profilés semblent désincarnées. Une curiosité vintage pleine de charme pour tout amateur d’héroïnes attachantes aimant bien se faire attacher, et très dans l’air du temps, puisqu’on y prône le retour à l’autorité. > Nicolas Trespallé


chroniques |

70

BOTIBOL

OLIVENSTEINS

Born from a shore | Hiphiphip/Anticraft

Les Olivensteins | Born Bad Records/ PIAS

Projet solo de Vincent Bestaven et nouveau protégé du label HipHipHip, le premier opus du Bordelais Botibol - produit par Pascal Mondaz (Cocoon, The Elderberries...) - dévoile un folk boisé voire éthéré aux mélodies tout à la fois joyeuses et attachantes, mélancoliques et émouvantes. Born from a shore musarde ainsi le nez au vent en compagnie de Grizzly Bear, Sufjan Stevens, Bon Iver, Megafaun ou Sandro Perri. Ce fan de Roald Dahl, issu du collectif Iceberg, se love avec délectation dans les habits de ses maîtres nord-américains. Loin d’un vague complexe americana, le garçon semble fantasmer sur un pays imaginaire dont la singulière pochette serait le plus fidèle reflet. Plus beau sera le voyage. > Sol Labonté

C’est l’histoire d’une comète (1978-1980) et d’un rendez-vous manqué. C’est aussi un parfait résumé d’une certaine idée du punk à la française, peut-être trop à la marge (en avance ?) pour son époque. C’est l’histoire de quatre Rouennais s’ennuyant ferme au pays de Giscard et qui, sous la plume très inspiré d’Éric Tandy, alors disquaire chez le mythique Mélodies Massacre, malaxeront l’évangile selon The Sex Pistols… Sauf qu’avec leur patronyme chipé au psychiatre fin 70 le plus médiatique mais fort susceptible et leurs hymnes post-situationnistes (Fier de ne rien faire, Euthanasie papi, Patrick Henry est innocent, Pétain Darlan, c’était le bon temps…), ces héritiers de Dutronc narquois à souhait ne pouvaient que faire tache. A-t-on fait mieux depuis  ? Franchement non. Triste pays. > Marc Bertin

TAHITI 80 The Past, The Present & The Possible | Human Sounds/Discograph Plus de dix ans d’incompréhension mutuelle n’ont entamé la belle détermination du combo rouennais que le Monde (Japon en tête) adule… sauf l’Hexagone. Passé l’enthousiasme et les moyens conséquents des majors, le cas Tahiti 80 s’envisage dorénavant en mode domestique (de l’enregistrement au label) sans jamais pour autant perdre de vue l’essentiel : ciseler des chansons à l’élégance subtile et d’une évidente séduction. Oscillant entre héritage New Order et velléités middle of the road façon Phoenix, le quintet résiste mieux que tant d’autre à la course du temps, enrichissant son répertoire de bulles vaporeuses dans le fol espoir d’égaler le modèle absolu I d’A.R Kane dont ils vampirisent Crack Up. > Patrick Pulsinger


Disque KEREN ANN

C.R. AVERY

101 | Delabel/EMI

So it goes | Platinum

Peu sensible à ses premier s essais francophones, on avait (re)découvert Keren Ann avec Not Going Anywhere (2003), dans lequel la belle se laissait aller à de langoureuses ballades mélancoliques. Un charme décuplé par un éponyme album velvetien paru en 2007. Aussi brillants soient-ils, ces disques sont bien peu de choses comparés à 101, véritable chef d’œuvre de Keren Ann Zeidel. Délaissant les contingences de la volupté, la voyageuse sans attaches signe des chansons sensibles mais nerveuses, amoureuses (parfois) mais lucides (toujours). D’un renversant single crypto-disco (My Name Is Trouble) aux volutes glaciales de Strange Weather, Keren Ann surprend, déroute et détonne dans une scène française bien trop petite pour elle. Alain Allanic

Révélé ici par les oreilles aver ties de l’écurie Platinum, le Britanno-Colombien C.R Avery jouit d’une belle réputation outre-Atlantique, souvent présenté comme une espèce de fils putatif de la légende Tom Waits (fan de la première heure). Successeur de Magic Hour Sailor Songs, So it goes voit le fier hobo nouveau siècle dérouler son flow mais aussi son timbre avec une versatilité intacte ; celle-la même qui habitait Beck à ses débuts. Nullement réductible au vocable hip hop, l’homme aux multiples casquettes (poète, dessinateur, slameur) n’a de cesse de chercher l’écrin idoine pour son écriture. Storyteller sans âge mais non dénué de référence, il compose en toute liberté un art qui fait mouche. Rare et beau. > Chevy Chase.

THE SHOES Crack my bones | Green United Music/PIAS Jadis chouchous exilés sur les bords de Garonne sous alias The Film, les Rémois les plus chic de la planète se sont transformés depuis quelques années en potentielle next big thing frenchy but chic désormais rebaptisés The Shoes. De dj sets électrisants, en remixes (notamment Santigold), de singles époustouflants (America, People Movin) en concerts habités, le duo a su intelligemment jouer sur l’attente, donner du temps à ses ambitions et susciter une attente nullement déçue à l’écoute de ce premier album au luxueux casting (Gonzales, The Bewitched Hands, Esser, Wave Machines, Primary 1, Cocknbullkid). Rarement groupe français s’est montré capable de s’emparer du zeitgeist de l’époque tout en restant fidèle à ses principes pop. Un disque comme un rêve du futur et pourtant intemporel. La classe. > Marc Bertin


chroniques |

72

dvd CŒur animal

China Blue

De Séverine Cornamusaz | Blaq Out

De Micha X. Peled | Éd. Montparnasse

Cœur animal s’ouvre sur un flanc de montagne rugueux, métaphore du paysan frustre incarné avec aplomb par Olivier Rabourdin (Des hommes et des dieux). S’il prend le chemin de la campagne, ce premier film ne partage pas grand chose avec les Profils paysans de Raymond Depardon, encore moins avec la naïveté pépère des Enfants du Marais. Parfait pour filmer les grands espaces et les nappes de brouillard (donnant aux images un soupçon de fantastique), le scope sert avant tout pour scruter l’âme d’un personnage incapable de communiquer avec sa femme – qu’il rudoie et soumet autant que ses bêtes. Patiemment, Cœur animal se rapproche du monstre, tente de l’amadouer et de casser les verrous d’agressivité. Sa prudence confine parfois à la grâce... 15 €

> Baptiste Ostré

Après le coup de la Rolex, le grand Jacques Séguela s’est fendu d’une remarque pleine de lucidité à propos de la Chine : « Le salaire moyen d’un Chinois, c’est 10 % du Smic et ils sont heureux ». On recommandera à ce charmant personnage la vision de China Blue. Dans un pays sans syndicat ni droit de grève, des ouvriers triment pour confectionner des jeans Levi’s®. Micha X. Peled a enquêté dans une Chine vantée pour son modèle économique. Les images qu’il a ramenées ont été tournées clandestinement, certaines confisquées par la police, le tournage régulièrement interrompu, l’équipe arrêtée et interrogée. En ouvrant les portes d’un pays fermé, ce terrible documentaire secoue. Il touche aussi beaucoup, grâce aux témoignages de travailleurs loin d’accepter leur condition en silence. 15 € > Baptiste Ostré

Le Baiser de la femme araignée De Hector Babenco | Carlotta Films Adapté d’un roman de Manuel Puig, écrit par le frère du scénariste de Taxi Driver, réalisé par l’auteur de Pixote, Le Baiser de la femme araignée fait un peu office de matrice des films indépendants. En 1985, tourner un sujet sur la dictature argentine, enfermer dans une geôle un opposant marxiste et un homosexuel, relevait de la mission impossible. Un long making-of revient d’ailleurs sur la génèse d’une œuvre poignante. Croisement entre buddy movie et mélodrame, le fond est pourtant d’une simplicité désarmante. Mais l’onirisme qui s’en dégage, la croyance autant dans la puissance de l’imagination que dans celle des idéaux, envoûtent corps et âme. Sans oublier ses deux acteurs (le regretté Raoul Julia et William Hurt), d’une déconcertante sensibilité. 19,99 € > Baptiste Ostré


Univers Technologique sélection ¬ Benjamin Cordazzo

Comeback C’est au Mobile World Congress de Barcelone que Sony-Ericsson a choisi d’officialiser pas moins de trois nouveaux smartphones et en profite, là ou Nokia s’empêtre, pour reprendre sa place d’acteur majeur de l’innovation. De nombreux fans de la marque étaient jusqu’alors un peu déçus. Qu’ils se réjouissent ! Les nouveaux modèles gagnent tout d’abord en puissance. L’expérience Android cuisinée maison, upgradée en 2.3, est maintenant des plus fluides et des plus saisissantes grâce aux écrans labélisés BRAVIA comme les téléviseurs. Pour la plus grande majorité, après le téléphone, c’est la photo qui compte. Le XPeria Neo et son jumeau au clavier

Télex

coulissant le Neo Pro, embarquent une technologie tout droit venue du département photo de Sony : des capteurs CMOS Exmor R de 8 Mpxl. L’efficacité d’un APN Cyber-Shot compact partout avec soi. Pour d’autres, c’est le jeu qui prime. Les casuals games de l’App Store lassent vite et comment jouer confortablement à FIFA ou Assassin’s Creed sans véritable manette ? C’est donc en toute logique, celle de la PSP qui vient se greffer sur le XPeria Play. Le premier téléphone PlayStation Certified est né. Sony-Ericsson tire son épingle du jeu avec brio et se positionne là où ça fait iMal. Sortie ce mois-ci. www.sonyericsson.com/mwcnews

Steve Ballmer, le remplaçant de Bill Gates, a reçu les insignes de chevalier de la Légion d’honneur des mains du président français, déclinant par la même occasion un repas au sommet à la Maison Blanche. /// Une petite fille est née en Egypte, elle s’appelle Facebook. /// Motorola serait l’heureux élu de Google pour concevoir, dit-on, le prochain Nexus.


high tech |

75

Like the river L’excellente nouvelle du mois, c’est l’arrivée du nouveau Google phone, le Nexus S. S comme Samsung, qui après HTC, est chargé de le fabriquer. Ce téléphone a le considérable avantage de n’avoir besoin d’aucune synchronisation avec quel que logiciel que ce soit pour fonctionner. Si toutefois vous le branchez, il sera reconnu comme une clé USB. Acheter une application depuis votre ordinateur, elle se téléchargera directement sur le téléphone. La prochaine mise à jour vers Android 2.4 me demanderez-vous ? Elle se fera toute seule, sans passer par votre ordinateur, via le WiFi ou le réseau mobile. Les traumatisés d’iTunes vont avoir leur revanche. Sans compter que le Nexus S sera vendu désimlocké, une première en France. Disponible chez SFR, il devrait être bientôt annoncé chez Bouygues. À partir de 99 euros en ouverture de ligne avec un abonnement et un engagement chez le fournisseur SFR. www.google.com/nexus

Télex

À toi Jamy Du Coca et des Mentos, enfin le kit du petit chimiste rien que pour faire des conneries. 29,99 $ http://eepybird.portmerch.com

Barack Obama est définitivement le plus geek des chefs d’état. Il reçevait à dîner la clique la plus sélecte du monde high-tech avec Steve Jobs - Apple, Mark Zuckerberg - Facebook, Eric Schmidt - Google, Carol Bartz - Yahoo! et Dick Costolo - Twitter. /// Steve Jobs est en arrêt maladie. /// Le trop plein d’amis sur Facebook serait, selon une récente étude, générateur de stress.


high tech |

76

Le Choc des Titans Qu’en est-il de ce futur fait de tablettes à tout bout de champs, en cet an de grâce 2011, première année post iPad first generation? Les constructeurs cherchent la formule magique. Le plus ou moins 10 pouces reste la taille la plus répandue et les chipsets dual-core, déjà présents dans vos ordinateurs, font leur arrivée. Aux oubliettes les ardoises électroniques à la ramasse. Réactives, fluides et vraiment pensées pour le multitâche, elles donnent un sacré coup de vieux à l’iPad. D’un côté Android 3.0, dit Honeycomb, spécialement revu par Google pour ces engins, avec son lot d’améliorations et en exclusivité pour le bon élève Motorola. La Xoom rentre dans l’arène et compte bien tout rafler. De l’autre, le TouchPad livré sous HP webOS 2.0,

Télex

le digne successeur du Palm webOS - R.I.P Palm, forever in my heart - à l’ergonomie applaudie et exemplaire. Certainement la plus efficace, peut-être même, plus qu’iOS. Faut-il pour autant en oublier l’imminente sortie de l’iPad 2? Le choix sera celui d’une exaspérante synchronisation d’un périphérique avec iTunes ou de machines autonomes, car conçues pour l’être. Ces joujoux doivent sortir au printemps pour un prix avoisinant celui d’un MacBook. Cependant leur emplacement carte SIM nous laisse présager de tarifs bien plus agressifs, avec le concours de nos chers opérateurs mobile. www.palm.com www.motorola.com

Les États-Unis multiplie par 5 le budget dédié au calcul intensif. 126 millions de dollars, c’est de prix pour rester, avec la Chine, dans la course à l’exaflop. /// Cupertino s’appête à renouveller, éminamment sous peu, son iPad, son iPhone et son MacBook Pro. La gamme actuelle est donc, dores et déjà, obsolète./// Facebook autorise désormais le PACS dans votre situation amoureuse.


agenda |

78

concerts Jeu 3.03 Sélections Régionales Du Festival Emergenza #6 [Mégamix] Smooth Reverend (Metal) + Awenn (Acoustic Rock) + Stew (Alternative Rock) + Cherry Keen (Pop Rock) + ADSL (Pop Rock) + Puzzle (Indie Pop) + Shooz Up (Rock Alternatif). 19:00 - Heretic Club - 9-13€. www.hereticclub.com Ariane à Naxos [Opéra] De Richard Strauss. Opéra en deux parties (un prologue et un acte) sur un livret de Hugo Von Hofmannsthal. Direction musicale : Kwamé Ryan. Mise en scène : Roy Rallo. Orchestre National Bordeaux Aquitaine. 20:00 - Grand Théâtre - 8-80€. Tél 05 56 00 85 95 www.opera-bordeaux.com Les jeudis du Cercle [Chanson] 20:00 - Cercle des Poètes Disparates - Entrée libre. Tél 05 57 83 23 01 Testimony récitatif [Spectacle musical] D’après Testimony, Recitative, de Charles Reznikoff. Chacun des poèmes de Testimony puise dans les minutes d’un procès, aux États-Unis, au tournant du siècle. 20:30 - TNT-Manufacture de chaussures - 8-13€. Tél 05 56 85 82 81 www.letnt.com

The Barbacans [Garage] 21:00 - Le Saint-Ex - Entrée libre. www.saint-ex.com Botibol’s release party [Indie folk] 21:00 - El Chicho - 4€. Tél 05 56 74 47 35 www.elchicho.fr Alex Golino [Jazz] 21:30 - Café Opéra - Entrée libre. Tél 05 56 44 07 00 www.jegher.fr Grégory Privat : jazz Caraïbes [Jazz] 21:30 - Le Comptoir du Jazz - 8€. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com Ven 4.03 Voukoum [Musique du monde] 19:00 - Pôle culturel Ev@sion, Ambarès-et-Lagrave - Entrée libre. Tél 05 56 77 36 26 http://evasion.ville-ambaresetlagrave.fr Sélections Régionales Du Festival Emergenza #7 [Mégamix] Roots Box Vibration (Roots Reggae) + La Renverse (French Rock) + Kiss Keith ([Indie rock]) + Mandimby & The Foundlings (Reggae) + Split (Pop Rock). 20:00 - Heretic Club - 9-13€. www.hereticlub.com

Hirsut’ [Festif] 20:30 - Médiathèque d’Ornon, Villenave-d’Ornon - Entrée libre. Tél 05 57 96 56 34 www.villenavedornon.fr Jazz Chamber Orchestra [Jazz] 20:30 - Château Luchey Halde, Mérignac - 10€. Tél 06 62 82 88 65 www.ascbordeaux.fr Pause reggae Avec Osi & Wax Sound + Bodaline + Ramy + So + Bilen + Spartiats. 21:00 - Rock School Barbey 5€. Tél 05 56 33 66 00 www.rockschool-barbey.com Vladigital aka El Condor [Cumbia, hip hop] 21:00 - El Chicho - Entrée libre. Tél 05 56 74 47 35 www.elchicho.fr Salsa Ilegal [Latino] 21:30 - Amadeus Song - 8€. Tél 05 56 80 03 86 www. amadeus-song.fr Hal Singer Quintet [Jazz vocal] 21:30 - Le Comptoir du Jazz 10€. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com Make the girl dance + Fabien Garrigues + Parker & Lewis Electro 23:59 - Le 4 Sans - 8€. Tél 05 56 49 40 05 www.le4sans.com

Daoud + Gamy [Chanson] 20:00 - Cercle des Poètes Disparates - Entrée libre. Tél 05 57 83 23 01

Erik Truffaz Quartet + Anna Aaron [Jazz] 20:30 - Le Rocher de Palmer, Cenon - 15-20€. Tél 05 56 74 80 00 www.lerocherdepalmer.fr

Testimony récitatif [Spectacle musical] 20:30 - TNT-Manufacture de chaussures - 8-13€. Tél 05 56 85 82 81 www.letnt.com

Ni Mas Ni Menos [Flamenco] 11:30 - Médiathèque Jacques Ellul - Espace musique - Entrée libre. Tél 05 56 15 83 98 www. mairie-pessac.fr

Blues a Caballo [Blues] 21:00 - Le Café des Moines Entrée libre. Tél 05 56 92 01 61

Appel Indirect [Jazz manouche] 20:30 - Le Café des Moines Entrée libre. Tél 05 56 92 01 61

The Pathfinders [Groove] 20:30 - Le Café brun - Entrée libre.

Sam 5.03

Le Chanteur de Mexico [Opérette] Livret de F. Gandéra et R. Vincy. Musique de Francis Lopez. Direction musicale : Claude


concerts Cuguillere. Mise en scène : Michèle Herbe. Orchestre Mélodia. Chœurs Mélopée de Toulouse.. 14:30 - Le Pin Galant, Mérignac - 35-42€. Tél 05 56 97 82 82 www.lepingalant.com Arnah Yoon et ses musiciens [Musique du monde] Un événement « Semaine de la Corée ». Interprétation de chants et airs coréens (le Gagok, le Minyo et l’Aria). Avec : Cris d’oiseaux (Saetaryeong) de Jo Du-Nam - Thé de fleurs sauvages (Sanyuhwa) de Kim Seong-Tae - Vêtements traditionnels anciens (Gopungeuisang) de Yoon Eui-Sang. 15:00 - Musée d’Aquitaine Gratuit sur réservation. Tél 05 56 01 51 00 www.bordeaux.fr Yvan Cujious [Chanson] 18:30 - Espace culturel Maurice Druon, Coutras - 6€. Tél 05 57 49 01 49 www.mairiecoutras33.fr Sélections Régionales Du Festival Emergenza #8 [Mégamix] The Breeze (Pop Rock) + The Soulflat Foundation (Hip Hop) + The Redmoons (Power Rock) + MCFlys, Cherry & Sunglasses (Rock) + Fils de personne (Rock) + La Waguil’ (Groove Funk) + The Black Waves (Rock). 19:00 - Heretic Club - 9-13€. www.hereticclub.com Leena [Opéra] Composition musicale : El Hadj N’Diaye & Mathieu Ben Hassen. direction musicale : Mathieu Ben Hassen. Mise en scène : Guy Lenoir. Texte : Boubacar Boris Diop. 20:00 - Palais des Sports 10€. Tél 05 56 00 85 95 www. opera-bordeaux.com

Rita Braga + Ride On & the Yellows [Indie pop] 20:00 - El Boqueron - 3€. Swunk [Jazz funk] 20:00 - Cercle des Poètes Disparates - Entrée libre. Tél 05 57 83 23 01 Danakil + The Jouby’s [Reggae] 20:15 - Krakatoa, Mérignac 22-25€. Tél 05 56 24 34 29 www.krakatoa.org The Mark Brenner Band [Pop, rock] 20:30 - Amadeus Song Entrée libre. Tél 05 56 80 03 86 www.amadeus-song.fr ACWL [Rock] 21:00 - Le Café des Moines Entrée libre. Tél 05 56 92 01 61 Overload + Helium [Indie rock] 21:00 - Le Saint-Ex - Entrée libre. www.le-saintex.com Calame + Watoo Watoo [Pop] 21:00 - El Chicho - 5€. Tél 05 56 74 47 35 www.elchicho.fr Kiss My Frogs [Blues rock] 21:30 - Le Comptoir du Jazz 5€. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com La onda [Chanson] 22:00 - Le chat qui pêche 5€. Fat Basstard : Key Position + Vibromaster + Fraxx + Nouch [Breakbeat] 23:30 - Bt59, Bègles - 6€. Tél 09 79 16 98 71 www.bt59.fr Martin Eyerer + Finzy + Mario K + Yougo [Techno] 23:59 - Le 4 Sans - 8€. Tél 05 56 49 40 05 www.le4sans.com

Dim 6.03 Laurence Jay [Jazz] Serge Moulinier (piano), Christophe Jodet (contrebasse). Pass dégustation : 4€. 11:00 - Grand Théâtre - 6€. Tél 05 56 00 85 95 www.opera-bordeaux.com Le Chanteur de Mexico [Opérette] Voir le 05/03. 14:30 - Le Pin Galant, Mérignac - 35-42€. Tél 05 56 97 82 82 www.lepingalant.com

Lun 7.03 Les jeudis du Cercle [Chanson] 20:00 - Cercle des Poètes Disparates - Entrée libre. Tél 05 57 83 23 01 Atlantic Trio [Récital] Œuvres de Mozart, Beethoven et Schumann. 20:30 - L’Ermitage-Compostelle, Le Bouscat - 10-15€. Tél 05 56 08 56 92 www.academiebach.com Amandine Beyer & L’ensemble Gli Incogniti [Baroque] Programme : Les Quatre saisons de Vivaldi. 20:45 - Théâtre des Quatre Saisons, Gradignan - 7-22€. Tél 05 56 89 98 23 www.t4saisons.com Le P’tit bal trad [Folk] 22:00 - Le Café des Moines Entrée libre. Tél 05 56 92 01 61

Mar 8.03 Orchestre baroque : « L’ Estro Armonico » [Baroque] Direction, Guillaume Rebinguet. Fresque musicale proposée


agenda |

80

concerts par l’orchestre baroque pour illustrer la Venise baroque, des oeuvres polychorales de Gabrieli aux « concerti » de Vivaldi, une invitation à découvrir l’art subtile des musiciens de la « Sérénissime » alliant vocalité et virtuosité. Œuvres de Gabrieli, Rosenmüller, Albinoni, Vivaldi. 20:30 - Église Sainte-Croix Gratuit sur réservation. Tél 05 56 33 94 56 Uri Caine Quartet [Avant jazz] Forum Fnac au Rocher de Palmer à 18h (entrée libre). 20:30 - Le Rocher de Palmer, Cenon - 13-17€. Tél 05 56 74 80 00 www.lerocherdepalmer.frl Les mardis musicaux de l’orgue : concert d’orgue et hautbois [Récital] Florence Ladmirault et Paul-Ronan Ladmirault. 20:30 - Église Notre-Dame, Talence - Entrée libre. Tél 05 56 84 78 82 www.ocet.fr Pierre Le Bihan [Récital] Œuvres de Beethoven. 20:30 - Le Pin Galant, Mérignac - 16-23€. Tél 05 56 97 82 82 www.lepingalant.com François Morel : « Le soir, des lions » [Chanson] 20:30 - Salle Le Galet, Pessac - 25-30€. Tél 05 56 45 69 14 www.mairie-pessac.fr Les mardis du M.B.C. : Lonj [Blues] 21:30 - Le Comptoir du Jazz Entrée libre. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com

Mer 9.03 Scène ouverte [Jazz] 19:00 - Le Café des Moines Entrée libre. Tél 05 56 92 01 61

The Doc Scanlon Pan Atlantic Swingsters [Swing] 20:30 - Le 5 - Entrée libre. Tél 05 57 87 36 50 Jam session [Jazz] 20:30 - Amadeus Song - Entrée libre. Tél 05 56 80 03 86 www.amadeus-song.fr Jeans Wilder + Invités [Pop expérimentale] 21:00 - Le Saint-Ex - Entrée libre. www.saint-ex.com Réveille + Lispector + Nunna Daul Isuny [Indie pop] 21:00 - El Chicho - 4€. Tél 05 56 74 47 35 www.elchicho.fr Ateliers du département Musiques Actuelles du Conservatoire de Bordeaux Jacques Thibaud [Jazz vocal] 21:30 - Le Comptoir du Jazz Entrée libre. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com

Jeu 10.03

Véronique Sanson [Variété] 20:30 - Le Pin Galant, Mérignac - 35-42€. Tél 05 56 97 82 82 www.lepingalant.com Didier & Francis Lockwood [Jazz] 20:30 - Grand Hotel de Bordeaux The Regent - 150€. Tél 05 57 30 44 44 Kim Novak + THE ! [Indie rock] 21:00 - Le Saint-Ex - 6€. www. le-saintex.com The Inspector Cluzo [Groove] 21:00 - Heretic Club - 7-10€. www.hereticclub.com Alex Golino [Jazz] 21:30 - Café Opéra - Entrée libre. Tél 05 56 44 07 00 www.jegher.fr Thomas Bercy Jazz Band [Jazz] 21:30 - Le Comptoir du Jazz 5€. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com Le Chabaret du jeudi [Cabaret] 22:30 - le Chat qui pêche, Boreaux – 5€.

Sonata Artica + Labyrinth [Metal] 20:00 - Rock School Barbey 23-25€. Tél 05 56 33 66 00 www.rockschool-barbey.com

ONBA [Symphonique] Direction : Miguel Harth-Bedoya. Soliste : Stephen Hough, piano. Œuvres de R. Schumann, F. Liszt, J. Brahms. 20:00 - Palais des Sports 6-25€. Tél 05 56 00 85 95 www.opera-bordeaux.com

Les Oisillons tombés du nid + Les The Wackies [Chanson] 20:00 - Krakatoa, Mérignac 10€. Tél 05 56 24 34 29 www.krakatoa.org

The Doc Scanlon Pan Atlantic Swingsters [Swing] 20:30 - Le 5 - Entrée libre. Tél 05 57 87 36 50 Trio Marka [Musique du monde] 20:30 - Amadeus Song - Entrée libre. Tél 05 56 80 03 86 www. amadeus-song.fr

Ven 11.03

Soul Gumbo [Groove] 20:00 - Le Café des Moines Entrée libre. Tél 05 56 92 01 61 Et... Basta ! [Spectacle musical] Cie Le Loup qui zozotte, d’après Léo Ferré. 20:30 - Espace culturel du Bois Fleuri, Floirac - 10€. Tél 05 57 77 07 30 www.lerocherdepalmer.fr


agenda |

82

concerts Le quatuor [Spectacle musical] Mise en scène : Alain Sachs. 20:30 - Le Pin Galant, Mérignac - 33-40€. Tél 05 56 97 82 82 www.lepingalant.com Fête de la Saint-Patrick [Spectacle musical] Bagad, Celtic Dances, Scottish Pipe Band. 20:30 - Le Pin Galant, Mérignac - 42-47€. Tél 05 56 48 26 26 www.box.fr Joe & Les Lorans Outang + Dead Brains + Popo & les Branlettes + Shlag + Los Tabascos + Dr Psykopate + Paralell’ Project [Punk rock, hxc] 20:30 - Bt59, Bègles - 8€. Tél 09 79 16 98 71 www.bt59.fr Festival Cordes sensibles : Gareth Pearson + Raphael Fays [Récital] 20:30 - Le Carré, Saint-Médarden-Jalles - 19€. Tél 05 57 93 18 93 www.lecarre-lescolonnes.fr L’orchestre des contrebasses : « Best Off » [Classique] 20:45 - Le Liburnia, Libourne - 11-21€. Tél 05 57 74 13 14 www.ville-libourne.fr Mademoiselle K + April Shower [Pop] 21:00 - Rock School Barbey 20€. Tél 05 56 33 66 00 www.rockschool-barbey.com Shaolin Temple Defenders [Groove] 21:00 - Le Comptoir du Jazz 10-12€. Tél 05 56 49 15 55 www.leportdelalune.com La Femme + Pendentif + DJ’s [Indie rock] 21:00 - Le Saint-Ex - 6€. www.le-saintex.com

Domingo Bohio + Fossilius Orchestra + Des Poils et des Bagouzes [Musique du monde] Soirée de soutien au Centre Socio-Educatif Ñanta à Sucre en Bolivie organisée par l’association PUKARA en partenariat avec l’association France Amérique Latine dans le cadre des 28e Rencontres du Cinéma Latino-Américain. 21:00 - El Chicho - Entrée libre. Tél 05 56 74 47 35 www.elchicho.fr The Pathfinders [Rock] 21:15 - Amadeus Song - Entrée libre. Tél 05 56 80 03 86 www.amadeus-song.fr Shaolin Temple Defenders [Groove] 21:30 - Le Comptoir du Jazz 12€. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com Les Gosses de la Rue [Swing manouche] 22:00 - Le chat qui pêche – 5€. Jah militant meets Roots Workers [Reggae] 22:00 - La MAC - Domaine universitaire (village 4), Pessac - Entrée libre. Meet Shake : Douster + D. Fine + Faakz + Pur Sim + Kaa + A’Kid [Electro] 23:00 - Heretic Club - 8€. www.lepingalant.com Don Rimini + Blatta & Inesha + Humanleft™ + David Smyle [Electro] 23:59 - Le 4 Sans - 10€. Tél 05 56 49 40 05 www.le4sans.com

Sam 12.03 Thomas Renwick & Friends [Jazz reggae] 20:30 - Le Café des Moines Entrée libre. Tél 05 56 92 01 61

NinaVan Horn [Jazz] 20:30 - Amadeus Song - Entrée libre. Tél 05 56 80 03 86 www.amadeus-song.fr Bill Deraime [Chanson] 20:30 - L’Entrepôt, Le Hailllan - 15-22€. Tél 05 56 97 82 82 www.lentrepotduhaillan.com Eiffel [Rock] 20:30 - Salle Gérard Philippe, Martignas-sur-Jalle - 10€. Tél 05 56 21 42 78 www.leclam-martignas.fr Barber Shop [Humour musical] 20:30 - Espace culturel Treulon, Bruges - 13-16€. Tél 05 56 16 77 00 www.mairie-bruges.fr Festival Cordes sensibles : Maxime Le Forestier + Michel Haumont [Récital] 20:30 - Le Carré, Saint-Médarden-Jalles - 30€. Tél 05 57 93 18 93 www.lecarre-lescolonnes.fr Shaolin Temple Defenders [Groove] 21:00 - Le Comptoir du Jazz 10-12€. Tél 05 56 49 15 55 www.leportdelalune.com Lawrence Collins Band [Pop, rock] 21:00 - Médiathèque d’Ornon, Villenave-d’Ornon - Entrée libre. Tél 05 57 96 56 34 www.villenavedornon.fr No Truck Truckers + Izzy Crash [Rock] 21:00 - Le Saint-Ex - 5€. www.le-saintex.com Rendez-Vous + In Veins + Man Size [Rock] 21:00 - El Chicho - 5€. Tél 05 56 74 47 35 www.elchicho.fr


concerts Bombes 2 Bal [Musique du monde] 21:30 - Espace des 2 Rives, Ambès - 16€. www.mairie-ambès.fr Shaolin Temple Defenders [Groove] 21:30 - Le Comptoir du Jazz 12€. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com R.A.V.E [Techno] Un plateau aux sonorités underground avec aux commandes entre autres Manu le Malin, Micropoint en live, Laurent Hô et Crystal Distortion, les artistes incontournables qui ont marqué les années 90. Et un second plateau avec les artistes au cœur de l’actualité bordelaise comme Le manège déjanté, Be Trash, Clarks, Arakneed, Tomawahk, Pe1, Kami et bien d’autres encore ! Une soirée évoluant entre électro, techno et hardcore à ne rater sous aucun prétexte ! 22:00 - Le Rocher de Palmer, Cenon - 15-18€. Tél 05 56 74 80 00 www.lerocherdepalmer.frl Jacquy Bitch + Dark Line Spectrum + Yann is The Bastard + LDLF Dark rock. + DJ Set : Warswa + Andrea (New Wave, Goth Rock…). 22:00 - Heretic Club - 8€. www.hereticclub.com

Dim 13.03

Lun 14.03

Concert de musique traditionnelle et cérémonie de clôture [Musique du monde] Un événement « Semaine de la Corée ». Présentation par Junho Choe, directeur du Centre culturel coréen à Paris. Avec Jin-Choel Yoon, directeur artistique, spécialiste et virtuose du Pansori et du Pansori Goboep (musique classée comme patrimoine immatériel de la Corée) accompagné par l’Ensemble de musique traditionnelle de la ville de Gwang-Ju. Suivi d’un défilé de Hanbok (costumes traditionnels coréens) et de la cérémonie du thé par le maître de cérémonie de clôture : Mme Yeong-Rye Guk. 15:00 - Musée d’Aquitaine 15€. Tél 05 56 01 51 00 www.bordeaux.fr

Anges et démons [Classique] Voir le 13/03. 20:30 - Rocher de Palmer, Cenon - 9-16€. Tél 05 56 86 85 94 www.polifoniael.org

Donaldo Flores : « Domingo de Rumba y Salsa » [Latino] 16:00 - Le Comptoir du Jazz 5€. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com

Nova Soundclash Party [Electro, indie rock]. 23:59 - Le 4 Sans - Entrée libre. Tél 05 56 49 40 05 www.le4sans.com

Anges et démons [Classique] L’Ensemble Vocal d’Aquitaine, sous la direction de son chef Eliane Lavail, chantera au Rocher de Palmer, les 13 et 14 mars 2011, un programme mi-angélique, mi-diabolique, autour d’œuvres de Lully, Mozart, Gluck, Gounod ou encore Poulenc. 17:30 - Rocher de Palmer, Cenon - 9-16€. Tél 05 56 86 85 94 www.polifoniael.org

Just : Madskillz + Finzy + Mario-K + Yougo [Tech house] 23:59 - Bt59, Bègles - 10€. Tél 09 79 16 98 71 www.bt59.fr

Mulatu Astatke [Ethio-jazz] 20:30 - Le Rocher 1200, Cenon - 18-24€. Tél 05 56 52 31 69 www.allezlesfilles.com

Le P’tit bal trad [Folk] 22:00 - Le Café des Moines Entrée libre. Tél 05 56 92 01 61

Mar 15/03 L’Impérial du Kikiristan [Festif] 19:00 - Brasserie Léon, Créon Entrée libre. Tél 05 56 23 23 00 www.lefestinmusik.com Tony’s malaby’s Apparitions [Jazz] 19:30 - Le Rocher de Palmer Salon de Musiques, Cenon - 5€. Tél 05 56 74 80 00 www.amadeus-song.fr Hot Flowers + J99 [Garage] 20:00 - L’Antirouille, Talence Entrée libre. Tél 05 57 35 32 32 www.rocketchanson.com Duel Opus 2 [Humour musical] 20:30 - L’Entrepôt, Le Haillan - 18-25€. Tél 05 56 97 82 82 www.lentrepotduhaillan.com Tosca [Opéra] Opéra en trois actes. Livret de G. Giacosa et L. Illica d’après le drame de V. Sardou. Musique de Giacomo Puccini (en langue originale). Direction musicale : Martin Mazik. Solistes, chœurs et Orchestre d’Opera 2001. 20:30 - Le Pin Galant, Mérignac - 35-42€. Tél 05 56 97 82 82 www.lepingalant.com


agenda |

84

concerts Zaz [Variété] 20:30 - Théâtre Fémina - 27€. Tél 05 56 52 45 19 www.box.fr Fredrika Sthal [Pop] 21:00 - Rock School Barbey 15€. Tél 05 56 33 66 00 www.rockschool-barbey.com Tremplin Radio Campus : La famille DB + Space Cowboys + My Ant + Les Barbises [Mégamix] 21:00 - El Chicho - 3€. Tél 05 56 74 47 35 www.elchicho.fr Les mardis du M.B.C. : Tchang [Blues] 21:30 - Le Comptoir du Jazz Entrée libre. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com

Mer 16.03 Afterwork Salsa [Latino] 20:00 - Le Comptoir du Jazz 2€. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com Christophe Hondelatte [Chanson] 20:30 - Amadeus Song - 11€. Tél 05 56 80 03 86 www.amadeus-song.fr Vulgaires machins + Dead Pop Club + Forest Pooky & Rene Cooper [Pop] 20:30 - Heretic Club - 6€. www.hereticclub.com La Traviata [Opéra] De Verdi. Cette production est née de la collaboration entre Amaury du Closel qui en assure la direction musicale et de Pierre Thirion-Vallet qui la met en scène. 20:45 - Théâtre Olympia, Arcachon - 31-38€. Tél 05 56 22 01 10 www.arcachon.com

Jeu 17/03 L’Impérial du Kikiristan [Festif] 19:00 - Espace culturel, Créon - 5-7€. Tél 05 56 23 23 00 www.lefestinmusik.com Dulcimer [Musique du monde] 19:30 - Théâtre Le Liburnia Hall, Libourne - Entrée libre. Tél 05 57 74 13 14 www.ville-libourne.fr Les jeudis du Cercle [Chanson] 20:00 - Cercle des Poètes Disparates - Entrée libre. Tél 05 57 83 23 01 The Rabeats [Pop] 20:30 - Théâtre Fémina - 39€. Tél 05 56 48 26 26 www.box.fr Carte blanche à Julie Lagarrigue / échange France-Belgique [Chanson francophone] Le Théâtre en miettes est le lieu girondin où l’échange est possible. Ici, entre des artistes venus de Bruxelles (Sensationel Duo, Jules&Jo) et le Vélo qui pleure (Bègles), trois étapes de travail sont proposées : une étape de création, une étape de répétition et une étape de représentation. 6 artistes écrivent et composent ensemble, élaborent collectivement un travail scénique et dramaturgique, pour 3 soirées uniques et originales. 21:00 - Théâtre en Miettes, Bègles - 8-10€. Tél 05 56 69 12 35 www.theatreenmiettes.org NLF3 + Invités [Indie rock] 21:00 - Le Saint-Ex - 6€. www.le-saintex.com Fuck Patrick : Strong Haïku + Thug Life [Post punk] Gratuit pour les roux et les Patrick ! DJ Louis Bobs + DJ Andres. 21:00 - Heretic Club - 5€. www.hereticclub.com

Lo Jay & Stéphane Seva [Jazz vocal] 21:15 - Amadeus Song - 6-9€. Tél 05 56 80 03 86 www.amadeus-song.fr Alex Golino [Jazz] 21:30 - Café Opéra - Entrée libre. Tél 05 56 44 07 00 www.jegher.fr Duo Awélé [Musique du monde] 21:30 - Le Comptoir du Jazz 5€. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com Le Chabaret du jeudi [Cabaret] 22:30 - le Chat qui pêche, Boreaux - 5-. http://chatquipeche. niceboard.com/

Ven 18/03 Quatuor Mascaret [Récital] 20:00 - Auditorium, Floirac 6-12€. Tél 05 57 80 87 43 www.ville-floirac33.fr BB Brunes + Mister Soap & The Smiling Tomatoes [Rock] 20:30 - Le Rocher 1200, Cenon - 24-26€. Tél 05 56 74 80 00 http://lerocherdepalmer.fr The Rabeats [Pop] 20:30 - Théâtre Fémina - 39€. Tél 05 56 48 26 26 www.box.fr Jennifer François vs. L’Impérial du Kikiristan + Sofian Mustang + Taraf de Haïdouks Quintet vs. DJ Click [Musique du monde] 20:30 - Espace culturel, Créon - 13-15€. Tél 05 56 23 23 00 www.lefestinmusik.com Fête de la Saint-Patrick [Musique du monde] Carlos Nunez + Banda de Gaitas Marino Tapiega + Bagad Ker Vourdel. 20:30 - Espace d’Ornon, Villenave-d’Ornon - 13-18€. Tél 05 57 99 52 24 www.villenavedornon.fr


agenda |

86

concerts White Lies + Crocodiles [Pop, rock] 21:00 - Rock School Barbey 22€. Tél 05 56 33 66 00 www.rockschool-barbey.com Carte blanche à Julie Lagarrigue / échange France-Belgique [Chanson francophone] Voir le 17/03. 21:00 - Théâtre en Miettes, Bègles - 8-10€. Tél 05 56 69 12 35 www.theatreenmiettes.org Scarzello & Lys Slowmotion Orchestra + Jullian Angel [Indie folk] 21:00 - El Chicho - 4€. Tél 05 56 74 47 35 www.elchicho.fr Dave Herrero [Blues] 21:30 - Le Comptoir du Jazz 7€. Tél 05 56 491 555 www. leportdelalune.com So Jazz Trio [Jazz] 21:30 - La Dibiteri - Entrée libre. Bordeaux Minimale Loves Marseille : Chris Gavin + Fukito + Faon & Larcier [Minimal, electro, techno] 23:00 - Heretic Club - 7€. www.hereticclub.com Cyberpunkers + Tom Deluxx + Hooligan Disco [Electro] 23:59 - Le 4 Sans - 10€. Tél 05 56 49 40 05 www.le4sans.com

Sam 19/03 Botibol [Folk] 15:00 - Médiathèque de Mérignac, Mérignac - Entrée libre. Tél 05 56 24 34 29 www.krakatoa.org Lucia Di Lammermoor [Opéra] Opéra en trois actes Livret de S. Cammarano d’après le roman de Sir W. Scott Musique de Gaëtano Donizetti Direction

musicale : Patrick Summers Mise en scène : Mary Zimmerman. 18:00 - L’Entrepôt, Le Haillan - 20-27€. Tél 05 56 97 82 82 www.lentrepotduhaillan.com Jennifer François + Las Hermanas Caronni + Cie Kiroul + Trio Lacaille + Denis Péan [Musique du monde] 19:00 - Espace culturel, Créon - 13-15€. Tél 05 56 23 23 00 www.lefestinmusik.com Raw Wild [Rockabilly] 20:00 - Cercle des Poètes Disparates - Entrée libre. Tél 05 57 83 23 01 Leena [Opéra] Composition musicale, El Hadj N’Diaye, Mathieu Ben Hassen. Direction musicale, Mathieu Ben Hassen. Écriture, Boubacar Boris Diop. Mise en scène, Guy Lenoir. Coordination des ensembles vocaux, Philippe Molinié. Chorégraphie, Auguste Ouédraogo. Scénographie, Dominique Pichou. 20:00 - Palais des sports - 15€. Tél 05 56 00 85 95 www.opera-bordeaux.com

21:00 - Théâtre en Miettes, Bègles - 8-10€. Tél 05 56 69 12 35 www.theatreenmiettes.org Flying Dolls + Implore/Explore + Zukr [Outer limits] 21:00 - Le Saint-Ex - Entrée libre. www.le-saintex.com Petit Fantôm + Arch Woodman [Indie pop] 21:00 - EL Chicho - 5€. Tél 05 56 74 47 35 www.elchicho.fr Soutien à Jarring Effects : High Tone, Ez3kiel vs. Hint [Dub] 21:00 - Le Rocher 1200, Cenon - 15-20€. Tél 05 56 74 80 00 www.amadeus-song.fr Fourscore + Background + Fuse Ur Brain + After Me [Hxc] 21:00 - Heretic Club - 6€. www.hereticclub.com Lady Bird Jazz’Tet [Jazz] 21:30 - Le Comptoir du Jazz 5€. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com Appel indirect [Jazz manouche] 21:30 - La Dibiteri - Entrée libre. Alexis Paucot [Chanson] 22:00 - Le Chat qui pêche – 5€.

Arch Woodman + Petit Fantôme [Indie rock] 20:30 - El Chicho - 5€. www.elchicho.fr

Trevor Rockliffe + Deetron + Mario K. + Finzy [Techno] 23:59 - Le 4 Sans - 10€. Tél 05 56 49 40 05 www.le4sans.com

Miguel M [Blues] 20:30 - Amadeus Song - Entrée libre. Tél 05 56 80 03 86 www.amadeus-song.fr

DJ Clarks + Jon Duff + Dany Wild [Techno] 23:59 - Bt59, Bègles - Entrée libre. Tél 09 79 16 98 71 www.bt59.fr

Didier Super [Chanson Humoristique] 21:00 - Rock School Barbey 13-16€. Tél 05 56 33 66 00 www.rockschool-barbey.com Carte blanche à Julie Lagarrigue / échange France-Belgique [Chanson francophone] Voir le 17/03.

Dim 20.03 Karim Kacel chante Reggiani [Chanson] 17:00 - Théâtre Olympia, Arcachon - 10-13€. Tél 05 56 22 01 10 www.arcachon.com


concerts Andy McKee [Folk] 20:00 - Le Rocher 650, Cenon - 18-20€. Tél 05 56 74 80 00 http://lerocherdepalmer.fr

Lun 21.03 Haydn Mozart [Récital]. 20:30 - Église Saint-Seurin - 19€. Tél 05 56 48 26 26 www.box.fr No Turning Back + Ritual + Deal With It + New Immorality [Hxc] 20:30 - Heretic Club - 10€. www.hereticclub.com The Golden Helmets + Invités [Indie rock] 21:00 - Le Saint-Ex - Entrée libre. www.le-saintex.com Le P’tit bal trad [Folk] 22:00 - Le Café des Moines Entrée libre. Tél 05 56 92 01 61

Mar 22.03 Zone Libre vs. Casey B James + Fils du béton [Hip hop, fusion] 20:30 - Le Rocher 1200, Cenon - 13-15€. Tél 05 56 74 80 00 http://lerocherdepalmer.fr Richard Galliano [Récital] 20:30 - Salle Agora, Talence 16.70€. Loïc Lantoine [Chanson] 20:30 - Le Carré, Saint-Médarden-Jalles - 12-16€. Tél 05 57 93 18 93 www.lecarre-lescolonnes.fr Les mardis du M.B.C. : Tony [Blues] 21:30 - Le Comptoir du Jazz Entrée libre. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com

Mer 23/03

Les jeudis du Cercle [Chanson] 20:00 - Cercle des Poètes Disparates - Entrée libre. Tél 05 57 83 23 01

Alba Lua + Mars Red Sky + JFG & The Regulars [Indie rock] À l’occasion de la sortie de la compilation Bordeaux Rock Mag 5. 15:00 - Forum de la FNAC Entrée libre. www.fnac.com/ bordeaux

Kneebody [Jazz fusion] 20:30 - Le Rocher de Palmer - Salon de Musiques, Cenon 10-12€. Tél 05 56 74 80 00 http://lerocherdepalmer.fr

Scène ouverte [Mégamix] 20:30 - Amadeus Song - Entrée libre. Tél 05 56 80 03 86 www.amadeus-song.fr

I Muvrini [Musique du monde] 20:30 - Le Pin Galant, Mérignac - 35-42€. Tél 05 56 97 82 82 www.lentrepotduhaillan.com

Attack Of The Living Dead Punkers ! [Punk rock] Uncommonmenfrommars + Dirty Fonzy + High Five Stereo + Los Di Maggios. 20:30 - Heretic Club - 7€. www.hereticclub.com

Mogwai + RM Hubbert [Rock] 21:00 - Bordeaux - 22€. Tél 05 56 33 66 00 www.rockschool-barbey.com

Les Femmes s’en mêlent : The Pack A.D. + SAP [Indie rock] 21:00 - Le Saint-Ex - 6-8€. Tél 05 56 52 31 69 www.allezlesfilles.com

Jeu 24/03 Midis musicaux : Humberto Ayerbe-Pino [Récital] Martine Marcuz, piano. 12:30 - Grand Théâtre - 6€. Tél 05 56 00 85 95 www.operabordeaux.com Schlag Hair Muzik with The twin Towers [Mégamix] 19:00 - La Brasserie - Entrée libre. Tél 05 56 06 10 20 www. la-brasserie-bordeaux.com The Dø + Invités [Pop rock] 20:00 - Krakatoa, Mérignac 25€. Tél 05 56 24 34 29 www. krakatoa.org Katie Melua [Variété] 20:00 - Patinoire Mériadeck 45-56€. Tél 05 56 48 26 26 www.box.fr

The Oscillation + Black Liquid Death [Indie rock] 21:00 - Le Saint-Ex - 7€. www.le-saintex.com New Bumpers Revival [Jazz New Orleans] 21:15 - Amadeus Song - 7€. Tél 05 56 80 03 86 www.amadeus-song.fr Alex Golino [Jazz] 21:30 - Café Opéra - Entrée libre. Tél 05 56 44 07 00 www.jegher.fr The Napkings [Blues] 21:30 - Le Comptoir du Jazz Entrée libre. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com Le Chabaret du jeudi [Cabaret] 22:30 - le Chat qui pêche – 5€.

Ven 25.03 Concert des Lycéens [Pop, rock] 20:00 - Krakatoa, Mérignac – 5€-. Tél 05 56 24 34 29 www.krakatoa.org Grand Corps Malade [Slam] 20:00 - Espace Médoquine, Talence - 35€.


agenda |

88

concerts Art Mengo [Variété] 20:30 - Théâtre Fémina - 33€. Tél 05 56 48 26 26 www.box.fr Les caramels fous : Madame Mouchabeurre [Humour musical] 20:30 - Le Pin Galant, Mérignac - 24-31€. Tél 05 56 97 82 82 www.lepingalant.com Thibault Cauvin [Récital] Accompagné de Sarah Chenal, Cordes Et Âmes, Olivier Pelmoine. 20:30 - Salle Agora, Talence - 16€. Les Farfadais [Spectacle musical] 20:30 - Casino Théâtre Barrière - 35-39€. Tél 05 56 69 49 00 www.casino-bordeaux.com

69 DB + Ixindamix + Snaybass + Dav’ & K [Hardtek, techno, breakbeat] 23:59 - Le 4 Sans - 10€. Tél 05 56 49 40 05 www.le4sans.com Le manège déjanté [Techno] 23:59 - Bt59, Bègles - 10€. Tél 09 79 16 98 71 www.bt59.fr

Sam 26.03 Orchestre d’Harmonie de Bordeaux [Récital] Œuvres de S. Prokofieff. Direction : Pascal Lacombe. 17:15 - Théâtre Fémina - Entrée libre. Tél 05 56 79 39 56 www. bordeaux.fr

Leny Lafargue [Blues] 20:30 - Amadeus Song - Entrée libre. Tél 05 56 80 03 86 www.amadeus-song.fr The Glenn Ambassadors Big Band : tribute to Glenn Miller [Jazz] 20:30 - Le Pin Galant, Mérignac - 26-33€. Tél 05 56 97 82 82 www.lepingalant.com Viktim 2JP + Dick Voodoo [Ultra rock] 21:00 - Le Saint-Ex - Entrée libre. www.le-saintex.com Maras Band + Black Feet Revolution + Tepid Dusty Days [Rock] 21:00 - El Chicho - 5€. Tél 05 56 74 47 35 www.elchicho.fr

Hot Flowers + Due Ragazzi + Ponzi Parade [Indie rock] Borderline dj set. 21:00 - Le Saint-Ex - 5€. www.le-saintex.com

Muzik’O Rama [Mégamix] The Surgeries, WAT, Sovnger Yellam & The Rising Steppers, LuxBerline, La Grasse Bande, C’est Bien Ben, Kiss Keith, Starsheep Groovers. 19:00 - Enseirb, Talence - 12€.

MixCity [Nu Jazz] 22:00 - Le Comptoir du Jazz 5€. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com

Paco Ibañez [Flamenco] 21:00 - Le Sully, Coutras - 1720€. Tél 05 57 69 43 80 www.mairie-coutras33.fr

Concert des Lycéens [Pop, rock] 20:00 - Krakatoa, Mérignac – 5€-. Tél 05 56 24 34 29 www.krakatoa.org

Splendor in the Grass + Handle with Care + The Dancers [Indie pop] 21:00 - El Chicho - 5€. Tél 05 56 74 47 35 www.elchicho.fr

Bernard Lavilliers [Variété] 20:00 - Espace Médoquine, Talence - 37€.

Häagen Scream + Yamin Pass + Flatshy + Decavell + Thomas Mancini + Breakfool [Electro] 23:59 - Le 4 Sans - Entrée libre. Tél 05 56 49 40 05 www.le4sans.com

Hugues Aufray : « New Yorker » [Chanson] 21:00 - La Coupole, Saint-Loubès - 38-40€. Tél 05 56 68 67 06 www.lacoupole.org Ronnie Caryl [Blues] 21:15 - Amadeus Song - 12€. Tél 05 56 80 03 86 www.amadeus-song.fr Oncle Strongle [Swing] 21:30 - Le Comptoir du Jazz 6€. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com

Pumpink [Rock] 20:00 - Cercle des Poètes Disparates - Entrée libre. Tél 05 57 83 23 01 Quatuor Meta4 [Récital] Œuvres de Dutilleux, Haydn, Beethoven. 20:00 - Grand Théâtre - 8-35€. Tél 05 56 00 85 95 www.opera-bordeaux.com Hindi Zahra [Musique du monde] 20:30 - Le Vigean, Eysines - 1623€. Tél 05 56 16 18 10 www.ville-eysines.fr

So Jazz Trio [Jazz] 22:30 - Le Chat qui pêche Entrée libre.

45Tours Mon Amour / D-Side [Mégamix] 23:59 - Heretic Club - 5€. Wunder/59 : Violett + Kichiltun + F.A.O.N + Larcier + Xav Xlab [Minimal] 23:59 - Bt59, Bègles - 10€. Tél 09 79 16 98 71 www.bt59.fr

Dim 27.03 La fabuleuse histoire de Bollywood [Spectacle musical] 14:00 17:30 - Casino Théâtre Barrière - 39-43€. Tél 05 56 69 49 00 www.casino-bordeaux.com

,


agenda |

90

concerts La vie parisienne [Opéra bouffe] D’après Offenbach. Livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy. Mise en scène de Claude Reynault. Direction d’orchestre : Pierre Melin. 14:30 - Salle Pierre Cravey, La Teste-de-Buch - 12-15€. Tél 05 57 73 69 20 www.latestedebuch.com Avenir Musical Arcachonnais : « Concert de Printemps » [Récital]. 15:30 - Théâtre Olympia, Arcachon - Entrée libre. Tél 05 56 22 01 10 www.arcachon.com Finale du concours international de chant des châteaux en Médoc - Bordeaux Lyrique. Programme : L’opéra français et la mélodie. 16:00 - Château Kirwan, Cantenac - 10-30€. Tél 05 57 88 74 79 www. musiqueaucoeurdumedoc.com Pianoopen : 11e concours national et international de piano de Mérignac [Récital] Morceau imposé : Mozart / Concerto n° 21, en ut majeur, K 467, 2e et 3e mouvements. Morceau au choix : Une œuvre romantique parmi des compositeurs du XIXe siècle allant de Schubert à Chopin en passant par Schumann, Brahms, Liszt... Remise des prix et concerts des lauréats à 19h. 16:00 - Le Pin Galant, Mérignac - 8-15€. Tél 05 56 97 82 82 www.lepingalant.com Soirée latino [Latin jazz] 20:30 - Amadeus Song - Entrée libre. Tél 05 56 80 03 86 www.amadeus-song.fr

Lun 28.03 Le P’tit bal trad [Folk] 22:00 - Le Café des Moines Entrée libre. Tél 05 56 92 01 61

Mar 29.03 Chocolate Genius Inc. + Taylor McFerrin [Blues] 20:30 - Le Rocher de Palmer, Cenon - 10-12€. Tél 05 56 74 80 00 http://lerocherdepalmer.fr Les Femmes s’en mêlent : Le Corps mince de Françoise + Sonido Lasser + Drakar [Indie rock] 21:00 - Le Saint-Ex - 8-10€. Tél 05 56 52 31 69 www.allezlesfilles.com Les mardis du M.B.C. : Blues on the edge [Blues] 21:30 - Le Comptoir du Jazz Entrée libre. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com

Mer 30.03 Dessine Moi Une Chanson : Béa + Sébastien Chevalier [Chanson] 20:30 - Les Carmes, Langon 6€. Tél 05 56 63 14 45 www.lescarmes.fr Xavier Pillac [Blues] 21:15 - Amadeus Song - 6€. Tél 05 56 80 78 28 www.amadeus-song.fr

Jeu 31/03 Yodelice + Invité [Folk rock] 20:00 - Krakatoa, Mérignac 25€. Tél 05 56 24 34 29 www.krakatoa.org Les jeudis du Cercle [Chanson] 20:00 - Cercle des Poètes Disparates - Entrée libre. Tél 05 57 83 23 01 ONBA [Symphonique] Kwamé Ryan, direction Alban Gerhardt, violoncelle. Programme : Anton Dvorák Concerto pour

violoncelle en si mineur op. 104 ; Dmitri Chostakovitch Symphonie n°5 en ré mineur op. 47. 20:00 - Palais des sports 6-25€. Tél 05 56 00 85 95 www.opera-bordeaux.com The Lloyd Cole Small Ensemble [Indie pop] 20:30 - Le Rocher de Palmer, Cenon - 25-28€. Tél 05 56 74 80 00 http://lerocherdepalmer.fr The Klezmatics [Musique du monde] Conférence musicale à la Médiathèque Jean Degoul à 18h30. 20:30 - Salle du Vigean, Eysines - 13-15€. Tél 05 56 74 80 00 http://lerocherdepalmer.fr Dessine Moi Une Chanson : Béa + Sébastien Chevalier [Chanson] 20:30 - Les Carmes, Langon 6€. Tél 05 56 63 14 45 www.lescarmes.fr Trio Jourban : « À l’ombre des mots » [Musique du monde] 20:45 - Théâtre des Quatre Saisons, Gradignan - 7-18€. Tél 05 56 89 98 23 www.t4saisons.com Cheveu + Aerôflôt [Post punk] 21:00 - Heretic Club - 8-10€. Tél 05 56 52 31 69 www.allezlesfilles.com Alex Golino [Jazz]. 21:30 - Café Opéra - Entrée libre. Tél 05 56 44 07 00 www.jegher.fr Natasha Rogers [Musique du monde] 21:30 - Le Comptoir du Jazz – 6€-. Tél 05 56 491 555 www.leportdelalune.com Le Chabaret du jeudi [Cabaret] 22:30 - le Chat qui pêche – 5€-.


concerts Ven 1.04 Joan Baez [Folk] 20:00 - Théâtre Fémina - 5673€. Tél 05 56 52 45 19 www.box.fr

Taino’s On + Alam + Ricochefo + El Ultimo Skalon [Salsa Reggaeton, roots reggae, ska] 20:00 - Krakatoa, Mérignac 5€. Tél 05 56 24 34 29 www.krakatoa.org

The GooDspeLL [Gospel] 20:30 - Amadeus Song - Entrée libre. Tél 05 56 80 03 86 www.amadeus-song.fr

Eddy Mitchell [Variété] 20:00 - Patinoire Mériadeck - 45€. Tél 05 56 48 26 26 www.box.fr

Bonobo Live Band + Hidden Orchestra [Groove] 20:30 - Le Rocher de Palmer - 15-18€. Tél 05 56 74 80 00 http://lerocherdepalmer.fr

Avishai Cohen + Yonathan Avishai & Bertrand Noël [Jazz fusion] 20:30 - Le Rocher de Palmer, Cenon - 18-22€. Tél 05 56 74 80 00 http://lerocherdepalmer.fr

Gospel pour 100 voix [Gospel] Direction artistique : Linda Lee Hopkins. 20:30 - Patinoire Mériadeck 40-45€. Tél 05 56 48 26 26 www.box.fr Avishai Cohen [Jazz] 20:45 - Théâtre Olympia, Arcachon - 21-26€. Tél 05 57 52 97 75 www.arcachon.com Asa + Rococo [Folk pop] 21:00 - Rock School Barbey 25€. Tél 05 56 33 66 00 www.rockschool-barbey.com MFYM Young Folks #1 : La Femme + Betty Kiwi + Ross Heselton + Web 7.0 [Mégamix] 21:00 - El Chicho - 6€. Tél 05 56 74 47 35 www.elchicho.fr

Sam 2/04 Orville Grant [Country & western] 11:00 - Médiathèque Jacques Ellul - Espace musique, Pessac - Entrée libre. Tél 05 56 15 83 98 www.mairie-pessac.fr Les Chœurs de France chantent Aznavour [Chanson] 16:00, 20:30 - Casino Théâtre Barrière - 26-31€. Tél 05 56 69 49 00 www.casino-bordeaux.com

Tremplin Mozaic Rock Challenge 21:00 - Rock School Barbey Entrée libre. Tél 05 56 33 66 00 www.rockschool-barbey.com James Chance ! [No Wave] 21:00 - Le Saint-Ex - Entrée libre. www.allezlesfilles.com Cabaret Amor Amor [Music hall] 21:00 - La Coupole, Saint-Loubès - 40€. Tél 05 56 68 67 06 www.lacoupole.org Jumpin’ to the Westside Blues] 21:15 - Amadeus Song - 6€. Tél 05 56 80 03 86 www.amadeus-song.fr

Dim 3.04 Quintette à vent de l’ONBA [Récital] Jean-Marie Lamothe, direction et basson. Programme : Rimski-Korsakov – Quintette en si mineur, op. posthume ; Bozza – Scherzo op. 48 ; Mozart – Quintette en Mi bémol majeur, K.452. Pass dégustation : + 4 euros. 11:00 - Grand Théâtre - 6€. Tél 05 56 00 85 95 www.operabordeaux.com

La fille du régiment [Opéra] Opéra-comique en deux actes. Livret de J-H. Vernoy de SaintGeorges et F. Bayard. Musique de Gaëtano Donizetti. Direction musicale : Philippe Mestres Mise en scène : Michèle Herbe Chœur du Festival : Marie Claire Mestres Chorégraphie : Martine Cot Orchestre Les Symphonistes d’Aquitaine. 14:30 - Le Pin Galant, Mérignac - 35-42€. Tél 05 56 97 82 82 www.lepingalant.com Les excès lyriques [Récital lyrique] Direction musicale, Nadine Gabard. Mise en espace, Stéphane Guignard. Avec la collaboration musicale de Michel Laplénie, directeur musical de l’ensemble Sagittarius. Œuvres de Monteverdi - Gesualdo Da Venosa - Vivier - Gabard - Azurza - Rossé Daoust - Hyland. 16:00 - Grand Théâtre - 6€. Tél 05 56 00 85 95 www.opera-bordeaux.com Raggasonic [Ragga] 19:00 - Le Rocher 1200, Cenon - 23-25€. Tél 05 56 74 80 00 http://lerocherdepalmer.fr Kokolo Afrobeat Orchestra [Afrobeat] 21:00 - Le Saint-Ex - 8€. Tél 05 56 52 31 69 www.allezlesfilles.com

Lun 4.04 La fille du régiment Opéra. Voir le 3/04. 20:30 - Le Pin Galant, Mérignac - 35-42€. Tél 05 56 97 82 82 www.lepingalant.com


agenda |

92

concerts Mar 5.04 Ensemble Sagittarius [Baroque] Michel Laplénie, direction. Programme : Bach : Passion selon Saint Marc (extraits) ; Keiser : Passion selon Saint Marc. 20:00 - Temple du Hâ - 8-40€. Tél 05 56 00 85 95 www.opera-bordeaux.com Manu Dibango [Jazz] 20:30 - Le Rocher de Palmer, Cenon - 25-28€. Tél 05 56 74 80 00 http://lerocherdepalmer.fr Quintette à vent de l’ONBA [Récital] Œuvres de Rimski-Korsakov, E. Bozza et W.A.M. 20:30 - La Caravelle, Marcheprime - 13-16€. Tél 05 57 71 16 35 www.ville-marcheprime.fr Quatuor Ludwig [Récital] Programme : Les Sept dernières paroles du Christ de Haydn. 20:30 - Église Sainte-Clotilde, Le Bouscat - 10-15€. Tél 05 57 22 24 51 www.academiebach.com Sit Fast : « La viole bien tempérée » [Baroque] Œuvres de J.S. Bach. 20:45 - Théâtre des Quatre Saisons, Gradignan - 7-18€. Tél 05 56 89 98 23 www.t4saisons.com Asian Dub Foundation [Dub] 21:00 - Rock School Barbey 22€. Tél 05 56 33 66 00 www.rockschool-barbey.com

Jeu 7.04 Kepa Junkera Trio [Musique du monde] 19:30 - Le Rocher de Palmer, Cenon - 5€. Tél 05 56 74 80 00 http://lerocherdepalmer.fr

Les jeudis du Cercle [Chanson] 20:00 - Cercle des Poètes Disparates - Entrée libre. Tél 05 57 83 23 01 Orchestre d’Harmonie du conservatoire de Bordeaux Jacques Thibaud [Récital] 20:30 - Le Rocher de Palmer, Cenon - Gratuit sur réservation. Tél 05 56 74 80 00 http://lerocherdepalmer.fr Les trilles du Diable [Récital] Solistes : Nemanja Radulovic (violon), Stanislas Kuchinkski (contrebasse). Quatuor Illico. Œuvres de Tartini, Kreisler, Wieniawski, Schubert, Vitali, Annunziata, Tchaikovsky, Sarasate. 20:30 - Le Pin Galant, Mérignac - 20-27€. Tél 05 56 97 82 82 www.lepingalant.com Smac [Jazz funk] 21:15 - Amadeus Song - Entrée libre. Tél 05 56 80 03 86 www. amadeus-song.fr Alex Golino [Jazz] 21:30 - Café Opéra - Entrée libre. Tél 05 56 44 07 00 www. jegher.fr

Verdi et J. de Haan. Direction : Pascal Lacombe. 20:30 - Cathédrale Saint-André - Entrée libre. Tél 05 56 79 39 56 www.bordeaux.fr Anne Etchegoyen [Musique du monde] 20:30 - Théâtre Méliès, Villenave-d’Ornon - 6-12€. Tél 05 57 99 52 24 www.villenavedornon.fr Les Hurlements d’Leo [Chanson] 20:30 - Espace culturel Treulon, Bruges - 13-16€. Tél 05 56 16 77 00 www.mairie-bruges.fr Orchestre Euskadi [Musique du monde] 20:45 - Théâtre Olympia, Arcachon - 21-26€. Tél 05 56 22 01 10 www.arcachon.com No Means No + Gâtechien [Hxc] 21:00 - Le Rocher de Palmer, Cenon - 12-14€. Tél 05 56 52 31 69 www.allezlesfilles.com

Le Chabaret du jeudi [Cabaret] 22:30 - le Chat qui pêche – 5€.

Les Gosses de la Rue [Swing manouche] 22:00 - Le chat qui pêche – 5€-.

Ven 8.04

Sam 9/04

Jenifer [Variété] 19:00 - Espace Médoquine, Talence - 32-36€.

Jean-François Zygel & François Salque [Récital] 20:30 - Salle Le Galet, Pessac - 25-30€. Tél 05 56 45 69 14 www.mairie-pessac.fr

Autour de la guitare de JeanFélix Lalanne [Récital] Avec Michael Gregorio, Yves Jamait, Michel Haumont, Jack Ada, Gilles Michel, Marquito, Patrick Manouguian. 20:00 - Théâtre Fémina. Orchestre d’Harmonie de Bordeaux [Récital] Œuvres de J.S. BAch, W.AM, G.

Jeans Wilder + Invités [Pop expérimentale] 21:00 - Le Saint-Ex - Entrée libre. www.le-saintex.com The Crows [Boogie] 21:15 - Amadeus Song - 8€. Tél 05 56 80 03 86 www.amadeus-song.fr


| bars

& clubs |

Le Cercle des poètes disparates 22, place de la Ferme de Richemond 05 57 83 23 01 Où est passé Bino ?… Au Palais des sports !!! Vous y croyez ? Le tenancier le plus rock’n’roll de la ville vient d’ouvrir un cercle ! (Pour pas un rond !) CDPD ! Le Cercle des Poètes Disparates est ouvert 7/7. On y boit (tu m’étonnes !), on ouvre grand ses yeux et ses oreilles (concerts et expos) et on y mange la fameuse « Tricandille » qui a fait la réputation du patron. Nunuches et petites bouches s’abstenir. PDG 28 rue Sainte Colombe La Pharmacie de Garde. Doté d’une grande terrasse lounge ouverte sur la place Sainte Colombe, l’ex-Inca a viré electro. Dj’s locaux aux platines, la place est chaude et la cave profonde. Le son est bon, la caïpirinha très fraîche. On y retrouve les bonnes têtes du Cafecito.

Calle Ocho 24, Rue des Piliers de Tutelle 05 56 48 08 68

Le Saint-Christophe 3, rue Saint-James 05 56 44 52 08

Ce bar est une invitation au voyage : destination Cuba, patrie du Mojito ! Au programme : salsa, rap latino, latino house, le tout dans une ambiance festive et colorée. Vous ne débourserez pas plus de 4 euros pour goûter l’un des savoureux cocktails servis par l’équipe de Richard. Commencez à l’apéro si vous n’êtes jamais venu, le dépaysement sera moins violent. Cours de salsa le jeudi à partir de 21h30.

Chaque matin, Naji va faire son marché afin de préparer son unique plat du jour. C’est la confiance qu’inspire le bonhomme qui fait office de carte. Seul à gérer son tout petit zinc, ce pro des échecs et du backgammon accueille la clientèle dans une ambiance intimiste. Pour un café matinal, un apéro, une lecture de la presse ou un plat sur le pouce. Toujours un mot gentil… C’est si rare !

Ice Bar Quai de Bacalan 05 57 00 10 15 Après Paris, Saint-Tropez, Milan, Stockholm, Londres et Copenhague, Bordeaux peut s’enorgueillir de posséder elle aussi son Ice Bar - le plus grand d’Europe ! Dès 19h, après avoir enfilé blouson, moufles et chapka (fournis à l’entrée), on peut, pour 20 euros et environ 25 minutes, déguster dans une ambiance à -10° et un décor uniquement de glace et de jeux de lumières, un cocktail à base de vodka Imperia™ servi dans un verre givré.

L’Apollo 19, Place Fernand Lafargue 05 56 01 25 05 Le vrai souci avec l’Apollo… c’est son succès. C’est toujours plein. Ce bar de quartier style bistrot, est un lieu festif où l’ambiance est toujours au rendez-vous. Au soleil la journée sur la place, ou un soir de match devant l’écran géant, le mot d’ordre est convivialité. Chaud le retour après les rhums arrangés.


© Getty Images

Le Milo’s 21, rue du Parlement-Saint-Pierre 05 56 44 81 96

Le Saint-Ex 54, cours de la Marne 05 56 31 21 04

Grand Bar Castan 2, quai de la Douane 05 56 44 51 97

Des 33 Tours collés au plafond, une lumière tamisée et une ambiance années 1970 plongent rapidement dans l’univers du Milo’s. Ce bar atypique de SaintPierre est le lieu idéal pour souffler un peu. Impossible toutefois d’apprécier le lieu sans goûter à ses maïs soufflés et dorés : les deux anciennes machines marchent comme jadis et permettent l’assortiment peu commun mais délicieux bière & pop corn !

Temple du rock’n’roll, le Saint-Ex s’est taillé une belle réputation dans le petit cénacle des salles qui comptent en France. Lounge de luxe au rez-de-chaussée, avec comptoir en bois d’arbre et salon à cheminée de marbre attenant, l’établissement dispose également d’un second bar sans sa légendaire cave moite où les amplis se règlent sur maximum et la bière se boit au kilomètre sur fond de Doobie Brothers.

Ouvert en 1890, c’est l’un des plus anciens établissements bordelais encore en activité. Rénové en 2005, il a retrouvé sa superbe ! Les murs de rocaille, l’imposant lustre ou encore le large auvent y sont sans doute pour quelque chose. Aux premier rayons de soleil, on n’hésite pas, été comme hiver, à profiter de sa terrasse idéalement placée face au quais ! En cas de petite faim, optez pour le croque-monsieur brioché.

Le Café Brun 45, rue Saint-Rémi 05 56 52 20 49

Le CIVB 3, cours du XXX juillet 05 56 00 43 47

Dans ce pub à l’allure début du XXe siècle, on ne peut se retrouver qu’entre amis autour d’une bonne gueuze ou d’un cidre pression. Des réclames aux murs, un piano qui attend son heure, une ambiance jazz & blues, un vieux plancher qui grince sans oublier les toilettes qui, cachées derrière une large affiche, en intriguent plus d’un, le Café Brun est le lieu parfait pour « changer d’air ».

Pour découvrir les saveurs d’un nouveau cru, être conseillé sur une appellation, un millésime ou simplement déguster un Bordeaux dans un lieu magique dédié à Bacchus, ouvrez grand les portes du Bar à Vin. Toute la palette des Bordeaux - rouges, blancs secs et doux, rosés, Clairets, crémants - s’y savoure dans un cadre propice à vous faire voyager à la découverte des appellations viticoles bordelaises.

Vous ici ? Médiaculture 05 24 07 80 42


| restaurants |

CPP 160-162 cours Victor Hugo 05 56 92 56 22

MOSHI MOSHI 8 place Fernand Lafargue 05 56 79 22 91

PERDI TEMPO 25, quai Richelieu 05 56 81 17 91

Un coin de Toscane dans un décor New-Yorkais ! Le décor d’abord. Signé Jean-François Buisson, il est grandiose est étonnant. La cuisine ? Pasta et pizza sont à l’honneur bien sûr, mais un simple plat de linguine aux CPP vous rappellera que la cuisine Italienne est certainement une des meilleures au monde. Le patron a une grande bouche, mais il n’a pas mauvais fond !

Dans une salle voûtée au décor design, ambiance zen et spectacle garanti. Les plats sont réalisés sous vos yeux par les cuisiniers à la gestuelle savante. Une des meilleures adresses japonaises de la ville, réputée pour la finesse des plats chauds et la fraîcheur de ses produits, sushis, sashimis et autres makis. Comptez environ 50 euros par personne, mais c’est justifié !

Sur les quais, face à la Garonne, venez déguster un savoureux assortiment d’antipastis préparé par Pasquale, Napolitain de son état, accompagné d’un cocktail concocté avec toute la passion de Washington, le carioca, ou simplement d’un verre de vin de leur sélection... Un moment convivial à partager entre amis ou en famille dans un nouvel espace inauguré en janvier.

CHEZ MICHEL’S 31 rue du Pas-Saint-Georges 05 56 81 31 56

LES 4 SAISONS d’Estelle 104, rue Notre Dame 09 81 68 12 34

LB, La Brasserie 64, rue Saint Rémi 05 56 06 10 20

On se croirait ici dans un troquet parisien. Au cœur de Saint-Pierre, Michel est devenu le rendez-vous de la branchitude. La petite terrasse est idéale pour prendre un café, déjeuner ou dîner. Carte changeante et créative au gré du marché, s’appuyant sur les bonnes bases de la cuisine traditionnelle. Menu midi, entre 9 euros et 13,90€.

Au cœur des Chartrons, Estelle a imaginé un restaurant du midi où la carte se renouvelle tous les jours. Soupes, tartes salées et délices sucrés maison côtoient de savoureux plats composés de produits frais et de saison ! Atmosphère conviviale et déco chinée chic, on se sent tout simplement comme chez soi. Un dimanche sur deux, Estelle réinterprète le brunch. Formules de 6,50€ à 12,50€.

On y mange des plats du jour soignés (8.90€) cuisinés au retour du marché. Les formules sont d’un rapport qualité-prix irréprochable. La terrasse couverte et chauffée, donne sur une des rues piétonnes les mieux fréquentées. Plus de 30 vins au verre et un service continu 7j/7 de midi à 23h30.


LA TERRASSE SAINT-PIERRE 7, place St-Pierre 05 57 85 89 17

PLANA 22, place de la Victoire 05 56 91 73 23

LE BAR DU BOUCHER 5, rue du Parlement Ste Catherine 05 56 81 37 37

Au menu, une cuisine du marché de produits frais du Sud-Ouest. Belle sélection de vins de Bordeaux et de grands crus. Salles intérieures joliment rustique et agréable, possibilité de repas de groupes à l’étage. Ouvert 7j/7, midi et soir, service tardif. Une des plus belles terrasses de la ville. Formule déjeuner, 14,90€. Menu à 18,90€.

Ancien bar étudiant reconverti en brasserie, le Plana est devenu le resto incontournable de la place de la Victoire. On y sert des plats copieux à base de produits frais uniquement, ainsi que des desserts maison. En terrasse ou sur ses grande banquettes, Bob et son équipe vous accueille tous les jours de l’année jusqu’à minuit.

Vous choisirez votre morceau de viande comme chez le boucher, voilà la formule originale et conviviale proposée par l’ancien Herald’s devenu le Bar du Boucher. Voûtes, arcades et vieilles pierres du XVIIIe pour un dîner entre amis, grandes tablées, tapas et sangria. Pierre, Noël et Johann, anciens compères du Café Rouge, vous accueillent tous les soirs de la semaine, jusqu’à minuit.

JIN 22, rue Fernand Philippart 05 56 79 23 30

LE CAFE DU PORT 1, Quai Deschamps 05 56 77 81 18

FERNAND 7-8, Quai de la Douane 05 56 81 23 40

À dix mètres de la Place du parlement, découvrez un endroit surprenant. JIN allie la modernité du Japon actuel et la cuisine traditionnelle du pays avec une authenticité garantie. Réservé aux amateurs de Sushi, maki, sashimi et autres excellents yakitari. Plats à partir de 9€.

Ancien hangar transformé en restaurant offrant une vue sur la Garonne, le pont de Pierre et l’église Saint Michel. Deux grandes salles entourées de baies vitrées et une petite terrasse très agréable. La carte marie subtilement les délices régionaux ; idéale pour un déjeuner d’entreprise ou un dîner romantique. Ouvert 7j/7 midi et soir. Menu midi, 17€, formule groupe, 46€ par personne.

Dans ce superbe bistrot au décor intemporel on déguste une cuisine bordelaise authentique et généreuse du sud-ouest, ainsi que des fruits de mer de toute fraîcheur. L’accueil y est à l’unisson, sympathique et chaleureux. Formule du midi 13,90€. Menus soir de 27,90€ et 37,90€.


le mot de la fin |

98

texte et photo ¬ Guillaume Gwardeath™

The Ex Je reviens d’Amsterdam, où une compagnie d’assurance avait peint un trompel’œil sur l’arrière des bus, si bien qu’en en suivant le cul, on pouvait avoir l’impression que le chauffeur roulait du mauvais côté, en marche arrière et se guidant en tournant la tête. Chelou, hein ? Mon ex - enfin, «une ex» - m’a rappelé comment j’avais failli foutre tout un bus de jeunes défoncés dans un canal, en plein hiver, quand j’étais assis aux commandes d’un car de tourisme (de narcotourisme, plus précisément) affrété pour un bon plan « passons la nuit du réveillon à Amsterdam », sorte de mash up entre Albert Camus et Hunter S. Thompson. J’avais picolé comme c’était pas permis dans ce bar où les gars de Clan of Xymox étaient en charge du DJ set. Après quoi, j’avais fait la course avec un ours mécanique qui faisait du ski dans une vitrine. Falafel. Ça commence à faire bizarre, n’est-ce pas, d’avoir non pas une ou deux « ex » mais plein d’ « ex ». Genre : « Mais tu la connais ? - Oh oui, c’est une ex. - Et elle, tu la connais ? – Ouais, ouais, c’est une ex, aussi. » Lundi soir, j’ai pris un falafel chez un super Libanais rue du Palais Gallien. Comme je le grignotais sur le chemin, il s’est mis à pleuviner, et j’ai eu ce sentiment profond qui m’a drôlement fait penser à ce que je ressentais quand j’ai fait ma crise de la trentaine, il y a une dizaine d’années. J’en déduis qu’il s’agit donc de ma crise de la quarantaine. Encore trois ou quatre crises comme ça et je serai mort, ou habitué. Ou les deux. / ❥ www.gwardeath.com


let'smotiv bordeaux n°18  

let'smotiv bordeaux n°18 - mars 2011

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you