__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

Les publications de l’Atelier des Simples©

Des Plantes au Fil de l’An dans le Bugey Rencontre, Usage et Bavardage

L’ail des Ours


Aïe, Aïe Aïe, On le sent si bien : L’Ail des Ours Allium ursinum Famille des Liliacées

C’est le nez qui le repère en premier, à condition d’être au début du printemps, et à condition de se promener dans les forêts plutôt humides et humiques des moyennes montagnes. C’est bien son odeur qui interpelle en premier. En regardant de près, les longues feuilles vertes pourvues de nervures parallèles de cette monocotylédone semblent sortir d’on ne sait où, juste pour 3 mois, tapissant de sa longue chevelure verte des pans entiers de bois. Quand viendra l’été, les sous-bois retrouveront leur aspect habituel : plus une seule trace de cette herbe n’indiquera que quelque temps auparavant, une odeur « aillentielle » accompagnait les visiteurs sylvestres. Apparition, disparition, tel le mouvement respiratoire de la nature, bonjour et au revoir et à l’année prochaine : elle est vivace. Monocotylédone : se dit d’un type de plante caractérisée par des feuilles à nervures parallèles, des fleurs à symétrie axiale de type 3 (pour simplifier, à 3 ou 6 pétales) et qui ne possède qu’un cotylédon (qui donnera une seule feuille lors de la germination de la graine comme les tulipes par exemple).

L’ail des ours est le cousin de l’ail des jardins, de la colchique, du muguet, de la tulipe, de la jacinthe, du lys, de l’oignon, de la scille etc. Ils sont 2600 espèces dans cette grande famille des Liliacées. Deux mille six cent de par le monde avec une même caractéristique : elles ont une vie souterraine très concentrée sous forme de bulbe. Ils sont d’une époque où la structure du sol n’était pas «solide», plutôt très humide, le bulbe était une forme adaptée qui permettait un ancrage de la plante. Lorsque le temps est venu pour eux de visiter le monde d’en haut au printemps, ils s’élancent droit comme des petits soldats sur leur tige, comme propulsés vers la lumière pour porter haut les fleurs qui se composent toujours de 3 pétales et 3 sépales. L’équilibre parfait. Ces plantes sont aimées ou détestées pour leurs odeurs. Le lys contre l’ail, la jacinthe contre l’oignon. Le soufre est leur compagnon de protéine. La récolte des feuilles s’effectue avant la floraison au printemps, et celle du bulbe de septembre à octobre, à condition de se souvenir des lieux de pousse ! L’ail des ours, le frère de nos ails des jardins, et aussi un grand ami de l’être humain. Son odeur caractéristique est due à une essence que la plante synthétise.

L’atelier des Simples Les Bergonnes 01260 Haut Valromey


Les plantes sont les championnes de la synthèse chimique. Tellement championnes que parfois ces molécules fabriquées sont uniques à la plante ou au membre de sa famille. Et du coup la molécule porte le nom de la plante. L’essence correspond à un ensemble de molécules volatiles comportant une structure chimique bien particulière. Leur structure forme un cycle hexagonal, commun à toutes les molécules odorantes. Voilà pourquoi elles sont appelées des molécules aromatiques.

L’ail peut apporter beaucoup à l’être humain à condition de ne pas s’arrêter à l’odeur. Histoire d’école : un de mes enseignants en phytothérapie à l’Ecole Lyonnaise des Plantes Médicinales et éminent herboriste à Grenoble nous raconta qu’un de ses clients lui achetait de temps en temps de l’huile essentielle d’ail. Intrigué il lui demanda quelle utilisation il en faisait. Curieux de savoir qui pouvait être la seule personne au monde capable d’acheter un produit aussi fort en odeur. Le client lui expliqua qu’il utilisait ce doux «élixir» … Dans le métro et que cela lui garantissait son volume «respiratoire» !

Etre et Bien être : Mais revenons à ce trésor de la nature. Côté santé, cette plante est un trésor, mais quelle plante ne l’est pas ? Cet ail des ours sait synthétiser des molécules antiseptiques volatiles (sulfures et oxydes d’allyles) qui s’éliminent en partie par les poumons, celles-là même qui font qu’il est déconseillé de manger de l’ail avant une réunion ! Également de l’allicine et de la garlicine, puissants antibiotiques qui vont aseptiser intestins et poumons. La liste des bienfaits de l’ail des ours, et de l’ail en général, est tellement longue qu’elle paraît incroyable. Notons les effets toniques, proche de ceux du quinquina, stimule les organes digestifs, hypotenseur, vermifuge, etc. De plus il répond aux préoccupations actuelles concernant le vieillissement. L’ail des ours est une réserve de sélénium. Le sélénium est un oligo-élément qui piège les radicaux libres responsables de la dégradation des cellules du corps humain. Et c’est la mode actuellement de faire la chasse aux radicaux libres. Sans compter que le sélénium semble avoir un effet permettant de diminuer les risques de maladie cardiovasculaires et des cancers. Nos anciens le savaient bien : l’ail était et restera un allié (!) de confiance pour la santé puisque déjà, les Celtes et les Germains en faisaient bon usage, en celte, all = brûlant, et ursus = ours). Frais sa teneur en vitamine C est très élevée. En général, il est préférable d’utiliser l’ail des ours frais car en séchant, les vitamines se dégradent. Problème d’école : l’apport journalier conseillé en sélénium pour un adulte est de 50 à 60 microgrammes, sachant que 1 équivalent bulbe d’ail provenant du jardin de mon grand-père et constitué de 15 gousses en contient 4000, combien d’équivalents gousse d’ail dois-je manger par jour pour atteindre la quantité recommandée ? Ouf ! seulement 1/2 gousse ! Rassurez-vous le sélénium existe en quantité dans le foie de veau, le maquereau, le thon. Et l’odeur est plus supportable. L’atelier des Simples Les Bergonnes 01260 Haut Valromey


L’ail des ours est un très grand nettoyeur du corps humain. Il est associé à la chlorella, une micro algue d’eau douce et à la coriandre pour les cures de détoxination des métaux lourds que l’on trouve dans les amalgames dentaires par exemple, ou les vielles peintures au plomb. Voici comment le consommer : Liqueur d’ail des ours:

Remplir un bocal en verre de feuilles fraîches ou de bulbe, finement hachées Remplir d’alcool à 40 degré Fermer hermétiquement Laisser macérer au soleil pendant 2 semaines Mettre 50 gouttes dans un litre d’eau et boire dans la journée.

Vin d’ail des ours:

Porter une poignée de feuilles achées à ébullition dans 1/4 de litre de vin blanc. Sucrer avec du miel Boire quelques gorgées par jour très lentement.

Miam miam : Côté cuisine, c’est une plante très connue de nos amis allemands et suisses, qui l’utilisent depuis toujours. Il faut dire que cette plante condimentaire est connue depuis la nuit des temps. Les feuilles fraîches pour accompagner les salades, en condiment à utiliser sur des tartines de pain grillé, ou pour accompagner les pâtes, les viandes froides. Pâtes à l’ail des ours :

50 g de feuilles fraîches 1 cuillère à café de sel 3 cuillères à soupe d’huile d’olive. Mixer le tout Mettre en bocal Certains y rajoutent de la poudre de noix et du comté. Cela s’appèle l’Ailleto (en réference au pesto !!)

Tartines sauvages :

Couper des tranches de pain aux 5 céréales Verser un peu d’huile d’olive Tartiner largement de pâte à l’ail des ours Placer une lame de fromage de chèvre du Bugey Faire griller au four

Condiment :

Couper les feuilles fraîches Les ajouter aux différents plats préparés : salade, soupe, viandes, légumes, sauces, etc.

Amoureux de la nature, quand au printemps vous croiserez l’ail des ours, là aussi regardez-le avec l’œil ami, il saura vous le rendre un jour.

L’atelier des Simples Les Bergonnes 01260 Haut Valromey


Et au fait, pourquoi l’ail des ours ? Parce que la légende veut que les ours au sortir de leur hibernation en consomment pour nettoyer leur organisme. Précautions : Envie de cueillir cette plante : comme une amie il faut la connaitre ! Elle peut se confondre avec 2 autres plantes toxiques : le muguet et l’arum tacheté !

L’atelier des Simples Les Bergonnes 01260 Haut Valromey

Profile for Les Fermes de Retord

Aïe, Aïe Aïe, On le sent si bien : L’Ail des Ours  

C’est le nez qui le repère en premier, à condition d’être au début du printemps, et à condition de se promener dans les forêts plutôt humide...

Aïe, Aïe Aïe, On le sent si bien : L’Ail des Ours  

C’est le nez qui le repère en premier, à condition d’être au début du printemps, et à condition de se promener dans les forêts plutôt humide...

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded