Issuu on Google+


LE M@G 04


LE M@G 04

EDITO

J

« Pourquoi le M@G 04 ? »

e serais assez tenté de dire seulement... « Pourquoi pas ?! »

Ou parce que notre Terre est un endroit de création ou envies et idées sont légion. Donc nous prenons plumes et souris pour vous conter les personnes qui croisent notre chemin de tous les jours. L’un ouvre une boutique, l’autre travaille le fer, un autre se spécialise dans les légumes anciens, un monde de héros au quotidien qui sont nos voisins. Un monde qui fourmille d’idées « Là » sous nos yeux. Nous partons à l’aventure, rencontrer ces gens qui ont quelque chose à dire sur leur envie, leur passion, leur art de l’artisanat. Bonne année 2017 à tous ! « Dave Wolfskin » ------------------------------------------------------------------------------------------------------------

VOTRE PUBLICITÉ DANS LE MAG : CONTACTEZ-NOUS

PAR TÉL. 06.78.61.94.19 OU PAR EMAIL: LEMAG04@OUTLOOK.FR

SOMMAIRE 04 CONCOURS EN PAGE 13

11

17

22

04. « BIKERS » TOY RUN DE MANOSQUE 2016 05. « RUBRIQUE AU POIL» BARBU ET FIER 07. « INTERVIEW » IMMORTAL KARESS - TATTOO SHOP 09. « FRINGUES » ETHIC DE MANOSQUE - DÉJÀ 10 ANS 11. « PEOPLE 04 » MR. BROWN : L’ÂME DU KFE QUOI! 15. « BIEN-ÊTRE » SADHANA 17. « RESTO » LES NUITS DES THÉS - INTERVIEW 19. « DECO » MOBILETTE - BOUTIQUE DE CURIOSITÉ 20. « ANNONCE » RUBRIQUE A.S.P.A DE MANOSQUE 21. « VIN » LE VIGNOBLE ET LES VINS DE FRANCE 23. « LIVE REPORT » KARMA’S EXPRESS + YATTALII @ KFEQUOI! 25. « LITTERATURE » UN AUTEUR, UNE HISTOIRE... 28. « PEINTURE » CORINE RICHAUD - 40 ANS DE PEINTURE

Magazine gratuit édité par une Association Loi 1901 N° de Siret 820 368 033 00016 est imprimé mensuellement à 1500 exemplaires et distribué dans le département du 04. Consultable et téléchargeable via notre www.facebook. com/lemag04. Directeur de la publication Dave Wolfskin Responsable des publications KS Production - IMPS (Ne pas jeter sur la voie publique). Vous souhaitez avoir un encart publicitaire ou un article sur votre activité dans la région ? Nous vous invitons à nous soumettre par mail ( lemag04@outlook.fr ). Vos textes de présentation et autres communiqués de presse qui pourront faire l’objet d’un article détaillé dans le magazine et prochainement sur notre site internet.

03


BIKERS

LE M@G 04

TOY RUN DE MANOSQUE

P

remière édition du «Toy Run» au bénéfice des enfants hospitalisés au service pédiatrique de l’Hôpital de Manosque. Le concept est simple : « un tour en Harley contre un jouet neuf ».

« Derrière la jacket, il y a un vrai petit cœur qui bat... » Cette journée a pu se réaliser grâce aux bénévolat des membres du chapitre Bandidos MC Manosque, de La Boca Del Lobo MC, des Nation Blood MC et de l’Asso Hermanos Del Lobo. Tout au long de la journée une promenade en « Harley » pour les plus jeune et une découverte du monde des deux roues sur une moto de légende. Journée réalisée en collaboration de la Mairie de Manosque et du partenariat de JL HD de Saint-Maximin, de Dafy Moto de Manosque, du Joué Club de Manosque ainsi que des commerçants qui ont acceptés de poser une affiche de l’événement sur leurs vitrines. Pour sa première édition le 10 Décembre, le bilan a été de 35 jouets collectés. Les jouets ont été remis à Mme Seller, Responsable du service pédiatrique de l’Hôpital de Manosque. ----------------------------------------

« Michel » Vice President L.B.D.L M.C

04


AU POIL

LE M@G 04

BARBU & FIER

L

a communauté «Barbu et Fier» est née à l’automne 2013 et compte désormais plus de 21.000 membres sur sa page Facebook. L’idée d’une telle communauté est venue d’un simple constat, à l’époque, aucune communauté Facebook en français n’existait pour les barbus. «Raspoutine», son créateur, a souhaité remédier à cela !

Dès la première année, nous avons commencé à proposer des concours Barbe et Moustache sur différents évènements en France et même en Suisse et nous continuons encore à le faire à l’heure actuelle. Ce qui nous différencie et fait notre succès, ce sont nos publications décalés et humoristiques, souvent à prendre au second degrés ! Nous organisons régulièrement des concours sur la page Facebook pour les fans, dont les lots sont offerts par nos partenaires et nous-mêmes. Notre boutique a vu le jour en Mars 2016 et nous vous proposons sur le site des vêtements, goodies, produits et accessoires pour la barbe et le rasage traditionnel. Dans les prochains numéros du M@G 04, nous vous proposerons des interviews de personnalités barbus ou moustachus, des conseils d’entretien, et pleins d’autres articles à découvrir très prochainement! Pour suivre l’actualité de « Barbu & Fier », rendezvous sur notre page : www.facebook.com/barbuetfier Et notre boutique www.barbuetfier.com en ligne. ----------------------------------------------------------

WWW.BARBUETFIER.COM - « Raspoutine »

05


TATTOO

LE M@G 04

P

INTERVIEW

our commencer, bonjour Stéph, bonne année ! Peux-tu présenter ton activité à nos lecteurs ? Notre activité consiste en premier lieu à recevoir des personnes qui désirent effectuer une modification corporelle, de type tatouage ou piercing. Le premier contact est le plus important pour permettre à chacun d’entre nous, client et prestataire d’avancer ensemble pour arriver à l’acte finale, préparation, dessin et prise de rendez-vous… Quand et comment as-tu découvert le tatouage ? Qu’est ce qui t’as motivé à faire ce métier ? J’ai découvert le tatouage au cours de mes voyages, de mes nombreuses escales qui m’ont fait découvrir un monde unique et si particulier. De voir le changement que cela opérait sur les individus, et le regard des autres m’as donné plus qu’envie de me plonger dans cet espace ou tout ou presque est permis… Peux-tu nous présenter ton équipe ? Nous sommes deux associés (Stéphane et Gérard ) qui ont créés Immortal Karess, Gérard est le plus ancien des tatoueurs, je m’y suis mis plus tard je continue à gérer le piercing qui reste mon premier bébé… Comment ça travaille un tatoueur ? Un tatoueur travaille en collaboration avec son client, cela nécessite souvent plusieurs rendez-vous qui amèneront le projet final, le premier travail du tatoueur c’est l’échange, je pense qu’avant toute chose c’est ce qui déterminera l’accomplissement du tatouage sur la peau.

06

Comment travailles-tu les projets avec tes clients ? Les gens savent-ils ce qu’ils veulent ? En continuité de la question précédente, nous travaillons via ce contact humain, les gens dans la plupart des cas savent ce qu’ils veulent à nous de définir si cela est réalisable et de plus à le rendre tatouable pour que le dessin sur la peau amène le sourire aux personnes qui viennent nous voir. Le tatouage s’est beaucoup démocratisé ces dernières années. Qu’est-ce que ça a changé pour toi ? Ce qui a changé c’est que nous avons une approche de personne de plus en plus jeunes de personnes qui ont pu subir cette agression visuelle de footballeur ou star tatoués, donc à nous de les freiner de les encourager à la patience… Un moment fort à nous raconter ? Des moments forts, il y en a tant et souvent, ce sont les sourires ou les larmes de personnes qui auront à cœur de garder le souvenir d’une personne chères sur leurs peaux et cela restera à jamais le vrai plaisir de ce métier… Vous êtes un peu des psy, non? Vous avez un rôle important dans la vie des gens. C’est un moment où les gens se sentent vulnérables. La douleur amène souvent les gens à se confier, le fait d’avoir connu ces douleurs, le fait de se mettre à leurs places nous permet de les


rassurer, être à l’écoute, donner de notre temps fait partie de ce travail, je pense que même s’il y a une affinité minime celle-ci nous permet d’accomplir un vrai travail en commun.

nous sommes, remercier notre concurrence qui nous permet de sortir de l’ornière dans lequel nous pouvions être figé, et surtout continuer à donner pour recevoir avant tout chose des sourires …

Immortal Karess et l’association Kustom Manosk aviez organisé la première convention Tattoo : «Manosco Ink» en Septembre 2016 à Manosque. Qu’est-ce qui t’a motivé à la réalisation de ce projet ? Waouh, lorsque des gars comme ceux de l’association Kustom Manosk viennent te voir avec un tel projet, tu ne peux pas trop réfléchir, c’est avec un grand oui que tu leurs réponds, monter un tel projet sur Manosque c’est tout simplement génial et lorsque tu vois le retour de tous ces gens qui ,ont parcouru l’événement sur deux jours ,tu sais que le choix d’avoir créé la Manosco Ink était le bon et entre parenthèse vivement la deuxième et souvent je me dis que nous avons de la chance d’être entouré d’une vraie équipe de bonhommes…

Un dernier mot ? Longue vie à ce nouveau magazine et comme nous aimons toujours ces nouveaux projets, vous accompagner pour que le chemin soit plus sympa… Encore merci à Stéphane d’Immortal Karess. « KS » Vous pouvez suivre son activité sur Facebook: www.facebook.com/Immortal-Karess-Manosque

-------------------------------------------------------------

IMMORTAL KARESS 252 Avenue du Majoral Raoul Arnaud, 04100 Manosque Téléphone : 04 92 74 79 13

A quoi peuvent s’attendre les gens qui n’ont encore jamais fréquenté de convention de tatouage ? A simplement être confronte à un milieu beaucoup plus doux qu’il n’y parait à être aussi transporté au niveau des divers talents qui égayent ce type de convention, et surtout à pouvoir venir en famille manger se détendre, simplement passer un super moment… Comment vois-tu ta vie de tatoueur dans ton quotidien et les années à venir ? Je la vois de manière simple, continuer à progresser, continuer à croire en ce que

07


LE M@G 04

FRINGUES

En 2007, Ethic voit le jour à Manosque, pour notre plus grand bonheur. Son style: pour les femmes actuelle et féminine, audacieuse, dans un style élégant et fluide. Sa force : Alliant savoir faire et qualité, sens du détail et finition soignée. Patricia, la gérante, vous propose depuis plusieurs saisons maintenant ses sélections, hiver comme été, et n’est pas prêt de s’arrêter ! Bonne continuation.« KS »

08


LE M@G 04 C’est la meilleu re adresse m ode de la ville les nouveautés ! Patricia a l’œ et un regard af il ouvert sur fûté sur les te excellents et ndances, ses honnêtes car conseils sont elle sait en cli Merci Patricia n d’œil ce qui ! nous va ou pa s!

Isabell Photos:

ez e Martin

ETHIC Bd. Charles de Gaulle (face à la gare routière) 04100 Manosque - Tel 09.65.35.31.97 Suivez l’actu du magasin sur Facebook.com/ethicmanosque et Instagram.com/ethicmanosque.

09


PEOPLE DU 04 L’AME DU KFÉ QUOI!

E

n 1964, les Soviétiques envoient leur Spoutnik à la conquête de l’espace, les Rolling Stones font un carton, les Beatles apprennent à fumer de l’herbe avec Bob Dylan, l’Aspro voit le jour et le Monokini fait son apparition en France.

La même année, le 11 février exactement Anna Louise Grimaldi et Albert Lévi me donnent naissance à la clinique des Acacias à Marseille. Point commun entre ces événements ? Aucun.... Mais il fallait bien commencer l’histoire par quelque chose. Donc voilà... « L’histoire de Mr Brown et de la naissance du Kfé Quoi! » La véritable histoire, celle qui figure...ra dans toutes les encyclopédies du Rock, du moins s’il en existe...ra, débute donc le 11 février 1964. Me croyant en danger, son pédiatre – Marseillais – m’administre une bonne dizaine de piqûres de Placenta ce qui eurent pour effet de me speeder les six mois qui suivirent. Nouveau praticien, - en Corse - nouveau traitement: 15 jours au Gardénal, doses adultes. Effets... Spéciaux : État léthargique pour le reste de l’année, sans parler des dégâts causés Ad Vitam æternam sur mon métabolisme qui fera de moi... : Un mutant ! Bienvenue Mr B ! « Alors le voila ce grand monde ...» Quelque part entre 1965 et 1975, Mesdames et Messieurs, je pratique l’art de la plaisanterie. Dès mon plus jeune âge je collectionne les trophées pour pitreries, dérisions, perturbe la classe, n’apprend pas mes leçons... Peut mieux faire ! L’été, les jolies colonies de vacances, découverte de la baston, la vie en collectif, l’amour... Jusqu’à 13 ans, je navigue d’école en école de petits villages corses aux cours élémentaires et collèges marseillais. Mon goût pour la galéjade, les facéties et le « Je m’en batisme » me vaut d’être éjecté de tous les établissements scolaires de l’Éducation Nationale Française. En 1975, FR3 en partenariat avec Pif Gadget, prépare une série d’émissions consacrées à la magie. Je prend alors des cours avec Mr. Vicbar fameux magicien marseillais – et, suis sélectionné avec d’autres ados pour tourner toute la série des « Ateliers du Magicien ». Je ferais aussi la page centrale du Pif Gadget N° 398. En 1976, suite un désaccord d’adolescence, je part vivre dans ma famille, à Montréal (Canada). Et là, je remarque que le monde est bô... Estie d‘colice de Tabarnak ! Studieux élève de secondaire 1 et piètre joueur de Hockey sur glace, je rencontre ses nouveaux «Chom’s’», découvre, les Stooges et Iggy, le Velvet, Pistols, grattouille, et chantonne dans un garage de Brossard (Rive-Sud). Après avoir cohabité avec la neige et les Canadiens, fricoté avec la langue... Anglaise et la Québécoise, la musique Live, manger des Muffins et des Hamburgers, la Poutine et le sirop d’Érable... C’est « Retour à Marseille »...

10


LE M@G 04 1977. La semaine, c’est des p’tits boulots : laveur de carreaux, serveur de pompes à essence, arroseur de plantes et, la Musique ! Répétitions assidues au patronage de l’Église de Chartreux - huuuuuuum Son 1er groupe : Entorse ! - le show sûr de l’année. 1ère scène, 1er contact physique, 1ère partie. Tout part de là ! Mais mon goût pour la scène va s’étendre au-delà des quelques mètres carrés destinés aux artistes. Je m’incruste chez les sonorisateurs et éclairagistes du Sud de la France. De câbles en câbles, de fiches canon en jacks femelles, de potards en curseurs, de fly-cases en projos, j’apprends le métier, m’achète enfin ma 1ère guitare électrique - non parce qu’une acoustique j’en avait déjà une…, Mes parents écoutaient Brel et Brassens, quand j’étais petit, alors il m’en avait trouvé une – Mais une guitare électrique et un ampli, ... à la maison, ça la pas fait ! (à chanter comme Joe Ramones... en plus ) et les nombreuses formations musicales qui suivent, voient la lumière... De l’ampoule d’une des caves des nouveaux chartreux. ...Comment t’est venu l’idée d’organiser des concerts ? De 1978 à 1984, j’écume les théâtres, les salles de concerts, les salles défaites, les chapiteaux, les festivals en France et en Europe. Du machino à l’électro et du son à la bidouille, je pratique tous les métiers du spectacle. 1984, je rentre au TNM La Criée à Marseille comme Machino - constructeur sous la direction de Marcel Marechal et, participe à de fameuses créations (Glenn Gary Glenn Ross, Californie paradis des morts de faim, Bada, En attendant Godo, Capitaine Fracasse...) Entre deux services, je continue les répèts’ et donne quelques concerts dans des cafés de la Plaine à Marseille. En 1986, arrive ma fille, Chloë… En 1988, je crée l’association ATS - Arts et Techniques du Spectacle (une idée nouvelle à l’époque, un bureau d’intérim pour techniciens du spectacle). Cette nouvelle équipe investit les théâtres, les festivals, et les lieux de concerts de la région PACA, part en assistance technique et Scafolding (montage d’échafaudages) pour de nombreuses tournées: Pink Floyd, J.J Goldmann, Tina Turner, Rolling Stones... Début 1989 je croise sur ma route la Compagnie Ilotopie avec laquelle je fais un bon bout de chemin, participe aux spectacles «La mousse en cage», «Les gens de couleur», contribue aux créations: «P.L.M», «Chauffons la rue», autres interventions ur-

baines et de nombreuses tournées internationales. Ainsi, je partage ma vie, entre la scène et la scène et commence à faire mûrir de nombreux projets artistiques ou techniques, personnels. En 1992, On s’installe avec Nath et Chloë, dans les Alpes de Haute Provence près de Forcalquier à Lurs (à la sortie du hameau de St Pierre à Pierrerue). Entre 93 et 95, je vais vivre à New York et travaille pour la Sté Jordache à la mise en place de shows de mode. En 1995, on se marie avec Nathalie et, ensemble, dans les débris d’une ruine proche, ils créent le K’Fé Quoi!, entouré de Michelle, Jeff, quelques potes ainsi qu’une belle colonie de Chti’s Forcalquiérains.

Scènes ouvertes, concerts, festivals et évènements se succèdent jusqu’à la fin de l’année 1998. Sans financement aucun, le reste de la semaine c’était les nombreux boulots, les chantiers accomplis par Nathalie « T’imagine Pierrerue – Dauphin en mobylette tous les matins en janvier ou février dans le 04 ? », et les plans régie en freelance que je réalise en PACA et en 4L ! C’est cet argent qui nourrit le K’fé Quoi! Et bien sûr, faute de mise aux normes nous devons quitter les lieux… Début 99, Un nouveau journal voit le jour : « La Pie Qui TChatche’ » soutien au K’Fé Quoi!, et de libre expression. Dans le même temps, K’Fé Quoi! migre alors pour une année à St Michel de l’observatoire et par manque de financement doit suspendre ses activités… C’est le break !

11


LE M@G 04

D

PEOPLE DU 04

e cette fin 99 à l’an 2000, Je me consacre à ce fameux groupe issu de scènes ouvertes et de rencontres : The Old Friends Of Mr Brown... créé afin de réaliser les 1ères parties de concerts du K’fé Quoi! Entre reprises et créations, le groupe se cherche. J’écris, une, deux, trois chansons. Formule à 3 d’abord avec Ced le Libanais et Migou puis le groupe s’agrandit avec Gilou et Hermon. Mr Brown prend alors sa place d’auteur, compositeur, d’interprète, et surtout, de chanteur ! En 2000, je prend le poste d’Agent de développement Culturel à la MJC de Manosque. J’y reste plus de 2 ans, fait évoluer le secteur des musiques actuelles et l’esprit de vieux dinosaures mais supporte très mal le climat Manosquins… On the road again avec Old Friends Of Mr Brown… S’en suit une longue période de concerts de tournées, une escapade à New York pour y jouer dans les restos et les cafés. Fin 2002, Je descend filer la main au Balthazar afin que ce haut lieu de culture musicale Marseillais créé par notre cher -feu- Marcus, ne périclite. C’est ainsi que pendant presque 2 ans avec Bob Passion, Drazan, et quelques autres nous nous sommes attachés à la réhabilitation et au fonctionnement technique de ce monument. Je retrouve Marseille et DJay Kep, mon frèro avec lequel nous expérimentons de nouveaux climats musicaux sur mes textes ... ça colle ! Avec Ced le Libanais et Mickey ‘Snack’ Chaupin, avec la participation de Yves Ruiz et Jean Marc Foulon, ils réalisent quelques maquettes et concerts, prémices à l’Album et fondement de l’actuel répertoire. J’écris encore, quatre, cinq, six chansons, puis sept, etc... Retour au ‘Live’ et cette fois c’est la formule acoustique qui est choisie pour tourner. A deux : Ced le Libanais, une guitare acoustique et une grande gueule ça fait bon ménage -, on sillonne La France et La Belgique… On organise une Tournée Autour du Monde des Alpes de Haute-Provence. Entre reprises caustiques, compos grinçantes et textes sucrés, le duo imagine un nouvel univers... Théâtrale : « Les Frères Et Demi ».

12

Juin 2004, l’Album se profile à l’horizon... Avec la rencontre de Alain Perusini et du studio « Le Garage » à Manosque et, l’installation de Dj Kep au sein de ce même studio, Mister Brown peut imaginer son 1er Album « Tout ça n’a pas d’importance ». En Septembre, premières sessions d’enregistrement. Tout doucement, très sûrement, les musiques et les textes se sont mélangés, les sons et les mots se sont entrelacés et le mastering est enfin prêt fin Mars 2005. 10 titres orchestrés par Dj Kep Dany, mixé par Alain Pérusini et avec la participation de Ced le Libanais et Saïda Boudina, Alain Passet et Walther Gallay. Une très longue route est parcourue avec ce projet et de belles dates on sont vécues. Mais il faut bien mangé ! Et comme l’artiste s’attire l’ire… je partage ma vie entre les dépannages informatiques, les chantiers de peinture et autres prestations techniques. Faut bien gagner sa croute, chef ! (Kroutchef)- Bof ! A la fin de cette même année arrive ma ‘petite fille’ Camélya. Fin 2008 le manque d’un café concert permanent sur le 04 se fait cruellement sentir et, ça me picote, l’idée de relancer un K’fé Quoi! C’est à Villeneuve, près de Manosque qu’on trouve un lieu, un ancien Cabaret – Kitch à souhait – C’est là que le K’fé Quoi (2ème du nom) voit le jour en Mars 2009.

«Transformé en véritable Café concert...»


LE M@G 04 Les programmations se succèdent vertigineusement, le public se fidélise, l’équipe s’étoffe, le lieu prend du renom, les artistes nationaux s’invitent, la commune de Villeneuve, de Manosque et les institutions s’intéressent à nous. La rencontre avec l’association Aix Qui ? y a été pour beaucoup : soutien administratif et logistique, partenariat, rencontres avec les institutions et bien sûr Amitié ! Mais de bail précaire en bail précaire... V’la ti pas que la proprio (et voisine mitoyenne) nous fout dehors ! (Motif avoué : Elle n’aime pas la musique. Motif inavouable : Avec nos mensualité à 1.500€, en plus de quatre ans elle à finit de payer son crédit…). « La tuile ! Un coup de fusil dans l’aile en plein envol ! » Tout tombe – de nouveau – à l’eau... Déménagement, remise en état d’origine de tout le lieu (goût de merde) ainsi que de ses extérieurs et ‘Jean Passe et des Meyer’. Plus de Café Concert dans le 04 ! Et là, pour Nath et moi, la question se pose : « Should I stay or should I Go ? » On envisage sérieusement de se casser d’ici, de là, de France ou de Navarre… En 2011 arrive ma deuxième ‘petite fille’ Kiara. En parallèle, Mr Brown et le Libanais enregistrent leur 2ème album « T’es rien’ », superbe opus acoustique. Et puis c’est sans compter sur l’engouement du public du 04 qui nous tarabuste pour remettre le couvert… On réfléchis… On tente les recherches d’un nouveau lieu… Plus de 150 visites plus tard dans le grand SudEst Bas-Alpin, c’est à Forcalquier que se trouve la possibilité d’un Nouveau K’fé Quoi! De fil en aiguille, de réunion publique aux concerts de soutien, d’appel à don et de générosité, la somme nécessaire est récoltée pour pouvoir entrer début Novembre 2013

dans l’espace et commencer les travaux… de longue haleine et très couteux. C’est ainsi qu’une formidable équipe s’est mobilisée et que quelques entreprises ont acceptées de jouer le jeu et nous ont permis de réalisé ce Nouveau K’fé Quoi! (3ème du nom) en un temps record et dans les meilleures conditions. Le K’fé Quoi! ouvre ses portes début Mars 2014 et depuis, de nouveau - Les programmations éclectiques se succèdent vertigineusement et se diversifient, le public se fidélise, s’agrandit, devient plus intergénérationnelles, l’équipe s’étoffe, le lieu prend du renom, les artistes nationaux et internationaux s’invitent, tous les médias locaux nous soutiennent, la commune de Forcalquier, la Communauté de Commune, le Département, la Région, et l’Etat deviennent partenaires et, le climat est bien plus propice à la culture et à la convivialité à Forcalquier ! Aujourd’hui en 2017, Notre K’fé Quoi! , Votre K’fé Quoi! en passe de devenir S.M.A.C – Scène des musiques actuelles (scène nationale). Parce que VOUS nous avez fait confiance et que NOUS n’avons jamais rien lâché ! ------------------------------------------------------------

LE KFE QUOI! Z.A LES CHALUS AV. DES CHALUS À FORCALQUIER

www.lekfequoi.com - Facebook : Le K’fé Quoi! (le groupe)

CONCOURS

TIRAGE AU SORT - LE 25 JANVIER 2017 : 2 X 1 INVITATION POUR LE KFÉ QUOI

À LA DATE DE VOTRE CHOIX À GAGNER - ENVOYER NOUS UN MAIL @ LEMAG04@OUTLOOK.FR

13


LE M@G 04

14

BIEN-ÊTRE


LE M@G 04

U

n lieu qui vous invite à vous recentrer! Un moment de bien être dans le respect absolu de l’être! Dans une ambiance chaleureuse et bienveillante, un pur moment de sérénité !

«Né d’une passion pour les soins, le bien être, la relaxation ... Une évidence pour moi, l’art du toucher.» Tous nos produits utilisés et ceux en vente sont choisis après une rigoureuse sélection. Dans un cadre chaleureux, venez-vous ressourcer et vous couper du quotidien autour d un agréable massage de bien être en centre ville.

------------------------------------------------------------------------------

SADHANA Résidence le glacier - Appartement N2 1 Bd de la Plaine 04100 Manosque ( au dessus de la boutique Orange ) Tel. : 04 92 71 16 91 - Site internet : www.espacesadhana.fr

15


RESTO

LE M@G 04

Les nuits des thes «Sans doute les meilleurs Tajines de la region» Le Mag.

A

u cœur du centre ancien, à deux pas de l’hôtel de ville, ce restaurant est spécialisé dans la cuisine orientale. Ses spécialités sont le couscous, les bricks, la Chekchouka et les Tajines qu’il vous invite à découvrir sur place et à emporter. Il peut aussi faire des Méchouis à domicile. Sans nul doute l’endroit où vous dégusterez «la meilleure cuisine orientale de la région.» Les plats sont concoctés à base de légumes frais et de viandes fraîches uniquement.

INTERVIEW Pour commencer, bonjour et bonne année ! Bonjour, toute l’équipe vous remercie. Bonne année et heureuse année à vous tous. Pouvez-vous présenter votre activité à nos lecteurs ? Nous nous sommes lancés dans la restauration orientale sans prétention. Nous voulions faire partager à nos clients une cuisine familiale. Nous réalisons nos merguez (au mouton), nos boulettes de viande farcies aux pignons et nos brochettes d’agneau. Comment vous est venue la passion de la cuisine ? J’ai appris la cuisine en regardant faire notre maman qui mettait beaucoup de cœur pour nous préparer de bons petits plats. Au début, je préférais réaliser des pâtisseries. Je me suis investie dans la cuisine à l’ouverture du restaurant.

Pouvez-vous nous présenter votre équipe ? C’est une entreprise familiale créée en 1988. Momo est au service, Sami assure le service mais est aussi polyvalente en cuisine et Malika est en cuisine. Comment définiriez-vous la cuisine orientale ? Avec la cuisine orientale, les différentes épices titillent nos papilles et nous font voyager. Quels sont les principaux plats et que vous proposez ? Nous travaillons à la carte et en avons pour tous les goûts. Nous proposons des bricks roulées à la commande, différents couscous et des pâtisseries orientales. En dehors des heures de repas nos clients peuvent venir boire un verre ou déguster nos pâtisseries accompagnées de thé à la menthe. Pour vous, quelles qualités essentielles doit avoir un restaurateur ? Il doit être rigoureux dans son travail. Mais il doit aussi trouver le bon équilibre pour réserver un bon accueil à sa clientèle et la satisfaire gustativement. Pouvez-vous nous présenter le lieu et la place des marchands ou vous êtes installé ? C’est un endroit paisible du fait de la petite taille de la place. Notre terrasse est entourée d’un petit espace vert qui donne l’impression d’être dans un cocon.

16


LE M@G 04

Si je vous demande de cuisiner un plat qui vous ressemble, que feriez-vous ? Une Chekchouka (tomate, oignons et poivrons grillés) Un dernier mot ? Merci d’avoir pensé à nous et permis cette collaboration avec vous.

Vente sur place et à emporter. Fermeture le Lundi. Encore merci à Malika et toute son équipe du restaurant pour cette interview. Bon appétit. « KS » -------------------------------------------------------------

LES NUITS DES THÉS 228 Rue des Marchands, 04100 Manosque. Réservations : 04 92 87 52 23

17


LE M@G 04 «Un cabinet de curiosités» à Forcalquier remplis d’objets rares de créateurs d’ici ou ailleurs, exotiques, des statues de cire de la Ciergerie de Tarascon... Des objets décalés et bien choisis parfois utiles en Cuisine (Planches à découper en Manguier ou autres ustensiles). Des luminaires hors du commun, des amphores ou objets d’arts, des insectes.

18

DECO Petite ligne de mobilier contemporain, (Plaids Birman) et autres diverses décorations Kitsh, dans les thèmes de la Pop Culture ou du « Old School » pour les puristes.

-------------------------------------------------------------

MOBILETTE Ouvert de 10h à 19h - fermé le Mardi et le Dimanche 2 Rue Plauchud ( Proche de la Place St Michel) à Forcalquier.


LE M@G 04

19


LE M@G 04

20

ANNONCE


VIN

D

LE M@G 04

le vignoble et les vins de france

ans ce premier article nous allons rappeler et situer les grands vignobles français (les vignobles du jura, de savoie, de cahors, de gaillac et du jurançon seront traités ultérieurement). Lors de nos prochains numéros nous traiterons plus en détail chacun de ces grands vignobles en signalant par vignoble 3 vins à acheter (sélection non exclusive). On peut rappeler que la vigne existe en France depuis plus de deux mille ans. C’est le grand pays du vin. Ce premier numéro est donc consacré aux vins du val de Loire, de Champagne et d’Alsace. LE VIGNOBLE DU VAL DE LOIRE Si le vignoble du Nivernais (Sancerre, Pouilly Fumé, Pouilly sur Loire, Menetou-Salon, Quincy et reuilly) est bien situé en région Bourgogne, il n’en demeure pas moins que ce sont des vins du Val de Loire. Le vignoble s’étend donc du Nivernais jusqu’à Nantes. C’est le pays du vin blanc (aussi quelques vins rouges). C’est le pays du cépage Sauvignon (avec la Touraine) pour le Nivernais avec des vins blancs secs de très grandes qualités. Le pays Nantais c’est le pays du cépage Melon avec le Muscadet et le Gros-Plant. En conclusion, des vins blancs secs avec un remarquable rapport qualité-prix 5 à 7 € et des vins qui peuvent être exceptionnels en Nivernais de 8 à 14 €. LE VIGNOBLE DE CHAMPAGNE Le vignoble s’étend de la Marne à l’Aube (Epernay, Reims, Châlons-enChampagne Bar-sur-Aube etc.). On distingue les vignobles de La Montagne de Reims, de la Vallée de la Marne, de la Côte des Blancs et le Vignoble de l’Aube. Dans la grande tradition Champenoise on utilise les cépages Chardonnay (blanc), Pinot Noir (noir) et Pinaut Meunier (noir) dans des proportions propres à chaque grandes maisons. On a également du Blanc de Blanc (exclusivement du Chardonnay). Il faut le dire, peu de bon Champagne. D’autre part, l’utilisation de liqueur de tirage (afin de définir le vin de mousse recherché, brut, sec, demi-sec etc.) et la liqueur d’expédition n’en font plus un vin totalement naturel et la chaptalisation est souvent garante d’un bon mal de crâne. Néanmoins on peut acheter de très bons Champagnes à des prix corrects. Il faut quand même compter 30 à 40 € pour un bon. Le champagne doit se boire à l’apéritif éventuellement accompagner un grand repas. Il faut arrêter le Champagne au dessert, car les papilles ont perdu une bonne partie de leur activité et n’ont plus toute leur lucidité ! LE VIGNOBLE D’ALSACE C’est le vignoble du vin Blanc. Le vignoble s’étend du Bas-Rhin au Haut-Rhin de Strasbourg à Mulhouse.

Les cépages utilisés sont le Rielsing, le Gewurztraminer, le Tokay Pinot Gris, le Muscat d’Alsace, le Sylvaner, le Chasselas, le Pinot Blanc et le Crémant d’Alsace. Les viticulteurs sont des gens sérieux (surement le côté germanique de la France par opposition au côté Latin, même si je suis un vrai latin et heureux de l’être). Bon entretien des vignes, bonne vinification et bon élevage font la grande qualité de ces vins. Par contre il faut arrêter avec les micro-cuvées, les grains nobles, les grains sur maturés, les vendanges tardives etc. En effet, on veut boire du vin et pas de la liqueur. On choisira donc un bon Rielsing, Gewurztraminer etc. fabriqué comme du vin et bien élevé. Attention, ici, aussi à la chaptalisation garante d’un bon mal de crâne. On peut boire un grand vin d’Alsace à partir de 12 €. QUELQUES RÈGLES Pour apprécier un bon ou un grand vin, c’est à l’apéritif qu’il faut le boire et sans rien manger. En effet, les aliments peuvent perturber l’appréciation des goûts du vin (dans certains cas aussi les exaler). On choisira donc un grand vin à l’apéritif et un bon vin en mangeant. Concernant les prix, on ne peut pas cautionner certaines pratiques. Un bon vin c’est 7 €, un très bon c’est 15 à 20 €, un très grand cru c’est 30 à 50 €. On n’achète pas de vin en grande surface, c’est soit chez un bon caviste, soit au domaine. Attention à tous les concours qui ne remettent des médailles qu’à des micro-cuvées le reste du domaine n’étant pas toujours à la hauteur. Les spécialistes ne font pratiquement pas de dégustation à l’aveugle et sont très souvent rémunérés où ils ont un intérêt personnel. Attention, beaucoup de régions sont autorisées à chaptaliser le vin (adjonction de sucre). Ce n’est plus un vin naturel et gare au mal de crâne. Il faut acheter des vins qui ne sont pas chaptalisés. C’est comme la moto, oui pour la mécanique et non pour l’électronique. « Lou paysan, ounte que sieque est-ce lou cepoun de la natioun aurant beau faire d’inventioun fo que la terro se boullegue » LA RUBRIQUE DE « TINO » *L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération »

21


LE M@G 04

LIVE REPORT

KARMA’S EXPRESS AU KFÉ QUOI! (Rock Français - 04 )

C

ette formation « Rock alternatif », déploie une énergie anarchiste! Des versets tranchants et clamant une réalité brute et amer. Composé de ses quatre musiciens, le chanteur Tom-Tom et ses textes incisifs discréditent un système bancal ! Hermon aka « Tonton », le guitariste avec des influences marqués par Hendrix et les années 70, des riffs ravageurs bons à en perdre les doigts! Le bassiste « Galoubet », arrive à placer un Groove déployé malgré une guitare pullulant le milieu musicale. « Deed » le batteur a connu des horizons différents et nous propose un univers métissé. Des opposés qui s’accordent très bien au final.

Comment vous-êtes-vous rencontrés ? Tom-Tom: Sur les bords de la Durance, doucement, tout le monde est venu petit à petit, mais au début il n’y avait que deux membres Deed et Greg. Je suis arrivé bien plus tard, on a maquetté quelques chansons et des arrangements, à l’époque on n’avait pas encore de bassiste, on a donc choisi Galoubet. On a fait quelques concerts puis le guitariste est parti, pour être remplacé ensuite par Tonton, nous avions enfin une formation en place. Deed originaire de Haute Savoie officiait dans un Tribute à Neil Young a changé de région et d’univers musical grâce à Trust. Comment composez-vous la musique ? Galoubet: On démarre sur une Jam Hard Rock ambiancé, on l’enregistre et on la retravaille. On vous a proposé une démo de 4 titres mixé et enregistré au Kfé Quoi! Au Printemps on recommence avec quelques morceaux, avec forcément un album en préparation en CD et Vinyle et des dates qui tomberont. As tu déjà fais partie d’un groupe avant ? Ouais, premier groupe avec Greg, notre ancien guitariste... J’avais 14 ans à l’époque, notre groupe de Heavy métal qui s’appelait « Lycanthropie » avec un son bien Old School grâce à notre grande passion pour

22

Iron Maiden, pendant la grande époque du Café provisoire de la MJC de Manosque pour les Aficionados! Pourquoi le choix de la langue française ? Nous avons fait le choix du Rock années 80 mais en français, quand j’écris des paroles c’est habituellement à cause de choses injustes ou que j’ai kiffé et je souhaitais que les personnes écoutant mes textes ressentent le message, nous sommes dans le 04 si je commence à chanter en anglais dans le bar de mon village, personne risque de comprendre mes textes, lol. D’où vient le nom du groupe et pourquoi ce choix ? Car le Karma tôt ou tard... Tu te le prend directement dans le tronche, surtout à l’époque dans laquelle on vit, le Karma est omniprésent, c’est comme un retour de boomerang quoi ! Ensuite je ne veux pas rentrer dans un débat politique. Un message à faire passer aux lecteurs du Mag ? « Restez Punk, foutez le bordel et aimer la vie !!!! » ------------------------------------------------------------

Je vous invite à les retrouver sur leur site internet www.karmasexpress.eu. - Facebook.com/karmas.express Entretien par « Ca Bot » & « KS » Photos Solange Bleuer Terrier.


LE M@G 04

YATTALII AU KFÉ QUOI! (Rock Français - 04 )

U

ne formation Rock de quatre musiciens, Étienne, originaire du monde du théâtre a démarré sur les planches pour ensuite se diriger vers le chant après la rencontre avec Rodolphe, guitariste Parisien qui avait décidé de migrer plus au Sud (Comme les autres membres du groupe). Stéphane derrières les fûts et Christine à la basse, un duo qui s’accorde à merveille à la vie comme à la scène viennent renforcer le cœur du groupe. Tous issu du milieu du spectacle à leur manières pour nous faire découvrir ou redécouvrir leur éventail de reprises «françaises» Un jeu de scène avec une atmosphère lugubre Rock, Punk, Hard et Métal.... « Bref... Magneto Bruno! »

Pouvez-vous nous raconter les débuts du groupe ? Étienne: On était amis dans le même village on bossait sur des reprises avec Rodolphe, notre guitariste qui joué avant sur Paris dans le groupe «Les voisins». On avait commencé à l’époque à enregistrer quelques morceaux. On avait le but d’en faire quelque chose pour avant tout se remettre à la musique. Rodolphe me dit un jour qu’on aurait forcément besoin d’un batteur pour que « ça pulse ! ». On a pensé directement à Stéphane, pas n’importe qui... Déjà dans le circuit pro musical et un moteur pour nous faire progresser. Dans la foulée, Christine, mère au foyer, et huit ans de break dans la musique a dépoussiéré sa basse suite à une écoute de quelques morceaux afin d’y rajouter son pep’s « Sans basse il n’y a pas de Rock ! ». Désormais on forme un groupe, une vraie famille ! Vos influences communes de départ ? On a été beaucoup inspirés par les groupes de Rock français: Noir désir, Eiffel et Shaka Ponk. Mais aussi Iron Maiden, Patty Smith, Les Clashs et la New Wave. Quand l’aventure a-t-elle débutée ? «Nous sommes avant tout des potes de 30 ans » Ça fait vraiment un an qu’on joue ensemble. On a commencé à tous se rapprocher en 2009. Nos premières répètes, à

enregistrer et finir affalé dans un canapé à écouter en boucle nos pistes au casque pour mieux les bosser, on finissait super tard genre 4h du mat... Du pur Rock !! Stéphane « Notre pilier », est ensuite arrivé et nous a rapidement canalisé... Forcément un grand habitué de la scène avec déjà deux autres groupes à son actif nous a royalement coaché et super bien motivé à cette période. Nous voulons continuer à faire de la scène et prochainement faire partager nos compositions. Parlons maintenant du nom énigmatique «Yattallii»... Alors oui, ça sonne assez exotique comme ça, mais sa signification est autre ! On a choisi ce nom car la signification est avant tout spirituelle. Un «Yattalii» est une personne qui te guéri, pas de la manière d’un Chaman même si il a les même fonctions que ce dernier. Un Yattalii guéri les maux par des rituels en dessinant avec du sable de couleur en interprétant des chants. Un message à faire passer aux lecteurs du Mag ? « Aimez la vie, restez nature, ne vous prenez pas la tête pour des petite choses quoi qu’il arrive ! » ------------------------------------------------------------

Je vous invite à les retrouver sur Facebook.com/Yattalii

Entretien par « Ca Bot » & « KS » Photos Solange Bleuer Terrier.

23


LE M@G 04

C

LITTERATURE UN AUTEUR ... Julia vergez UNE HISTOIRE ... « Et passe la vie »

e n’est pas qu’elle s’ennuyait, mais on ne pouvait pas qualifier de vraiment animé le coin où elle habitait. Le marché du samedi matin constituait à peu de choses près, l’unique distraction de la semaine. Ne travaillant pas, elle passait de paisibles journées entre la bibliothèque à glaner de nouvelles lectures, la forêt à se promener et la cuisine dans des essais culinaires toujours plus laborieux. Elle mettait toutes ses espérances dans les soirées qu’elle voulait exceptionnelles en compagnie de l’homme de sa vie. Elle avait quitté pour lui une vie parisienne plus qu’idéale entre son travail d’attachée de presse et ses sorties nocturnes et n’entendait pas le regretter. Sa vie avait basculé un an plus tôt au cours d’une fête où jean avait fondu sur elle et l’avait comme envoûtée par la brutalité de sa formidable assurance. Elle, dont les hommes avaient un peu peur, se retrouvait contrée en plein vol par un de ces mâles qu’elle exécrait avec fougue et remontrances. Depuis ce jour, elle ne vivait plus qu’à travers lui, attendant le sourire sur ses lèvres, la profondeur de ses regards, la conviction de ses paroles. Elle avait perdu toute forme de vie propre et comme une chienne aux yeux éperdus d’amour pour son maître, elle rampait aux pieds des désirs de jean. Elle le voulait heureux à tout prix. Une à une, Jean lui avait coupé toutes ses fantaisies qu’il qualifiait d’inutiles. Il s’était révélé être l’homme à l’état brut, celui là même qui avait dû être conçu à l’âge de pierre par un Dieu alors sans expérience. Aller à l’essentiel toujours était sa devise. C’est ainsi qu’il passait à côté des petits plaisirs de la vie, ceux là même qui posent les bases d’un bonheur inespéré. Jean l’aimait, elle le savait, d’un amour sain, exclusif et inaltérable. Mais le charme, l’attente, les regards fugitifs, le désir qui monte, la peur de ne pas être à la hauteur, toutes ses sensations lui étaient totalement inconnues. Touchée par la grâce du coup de foudre, elle se plaisait pourtant à transformer tous les défauts de jean en autant de qualités dont elle avait jusqu’alors ignoré qu’elles en fussent. A des années lumières de ses amis, elle ne les voyait pratiquement plus. Aussi, lorsque pour son travail, il avait décidé de venir vivre dans cette petite ville au pied de la montagne, l’avait elle suivi sans sourciller. Elle admirait, par dessus tout, son côté si sur de lui qui lui rappelait sans doute qu’elle aussi était comme ça avant de le rencontrer. Comme s’il avait attendu qu’elle fut enfin tranquille, son instinct maternel fit surface trois mois après qu’elle se fut installé à Vienne. Elle se surprit à regarder les enfants à la sortie de l’école, à s’attarder au rayon layette des grands magasins, à prendre des poses devant la glace et à rester ébahie devant devant le choix du rayon couches culottes.

24


LE M@G 04

Devant le peu d’occupation de ses journées et le gaspillage de toutes ses pensées qui n’allaient que vers une seule et même personne, ce vil instinct étirait ses tentacules afin de pondre ses œufs jusque dans les méandres de son cerveau atrophié. Elle en vint à adorer l’idée d’avoir un enfant de Jean et même à ne plus penser qu’à ça. Lorsqu’un jour persuadée qu’il en serait fou, elle émit l’idée de procréer, il monta sur des grands chevaux qui passaient par là, proclamant son amour pour elle qu’il voulait exclusif, et comme pour briser la seule aspiration qu’elle cultivait après lui, il lui jura qu’ils n’auraient jamais d’enfant. Il ne voulait s’occuper que d’elle, lui réserver son amour. Jour après jour, il l’élevait sur un autel où il immolait la moindre de ses aspirations comme autant de sacrifices à leur amour. Il en faisait une reine consentante malgré elle et toute volonté annihilée, elle lui vouait un culte aveugle. Rassurée dans sa passion partagée, elle abandonna l’idée d’être une future mère, se disant qu’elle était encore jeune et que Jean pouvait changer. Elle se laissa ainsi couler dans la vie de cette petite ville de province, s’appuyant sur quelques habitudes pour ne pas perdre pied. Elle n’avait pas d’ami et se disant qu’en matière d’affection elle était comblée, elle ne cherchait pas à s’en faire. Ainsi, ses relations extra conjugales se résumaient à quelques points de vue échangés chez le boucher, des politesses chez le marchand de journaux. Pourtant, Jean dans son travail, rencontrait beaucoup de monde mais n’amenait jamais personne chez lui. En jaloux maladif, il avait plutôt tendance à l’enfermer. Elle prenait ça pour l’intention merveilleuse qu’il avait de préserver leur intimité. C’est en se promenant en forêt, qu’un jour elle rencontra Mary. Dans une clairière, un bandeau sur les yeux, celle ci cherchait à tâtons une portée de petites nains roux comme elle et avec des tâches de son. Cinq gosses qu’elle avait eu au hasard de voyages ou avec des gens de passage. Elle était installée à Vienne depuis trois ans et défrayait la chronique par son libertinage et la façon bohème dont elle élevait ses enfants. Sans se soucier de ceux qu’elle appelait les petites gens, elle vivait en parfaite osmose avec sa conscience. Quand ses mains touchèrent Greta, prénom qui lui venait de l’adoration de son père pour la grande Garbo, elles s’attardèrent sur ses seins. Greta eut un mouvement de recul, Mary enleva son bandeau et éclata de rire devant sa mine déconfite. « Pas mal, ils sont petits et ronds, les miens sont plus lourds. Tu veux les toucher ? » Greta n’en revenait pas et mi surprise mi choquée, elle tourna les talons et partit sans se retourner, accompagnée du rire de Mary. Ce rire, elle l’avait encore dans la tête lorsqu’elle se coucha à côté de Jean à qui elle n’avait rien dit de cette rencontre. Cette nuit là, poussé par quelques instinct sournois, il lui fit l’amour avec une tendresse infinie et lorsqu’elle s’endormit enfin, elle avait tout oublié. (...)

A SUIVRE ... Au fil des MAGs 04

25


PEINTURE

C

orine Richaud est née en octobre 1960, à Digne, dans les Alpes de HauteProvence. Son arrière grand-père, Antonin Richaud, était peintre. Est-ce par lui que lui vint cette prédisposition pour la peinture ?

Un parcours autodidacte, débutant par la gouache, puis l’aquarelle jusqu’à l’huile pratiquée aujourd’hui, une résonance avec la licence de son caractère. Ses premiers pas se firent à la gouache, puis l’aquarelle et enfin elle rencontra l’huile. Un travail continu, jalonné de doutes et d’incertitudes : Une première et timide exposition dans les années 80 au Conseil Général des Alpes de Haute-Provence, puis, en 2001, la rencontre avec un collectionneur d’objets d’art Forcalquiérain, amateur de peintures, Plumo, débouche, en juillet 2003, sur une première véritable exposition au Centre d’art contemporain Boris Bojnev, appelé encore Les Caves à Lulu, du nom du célèbre galeriste, Lucien Henry, qui, par les liens d’amitié qu’il tissa sa vie durant, fit de Forcalquier un lieu artistique privilégié. Sa deuxième exposition est actuellement en cours à la galerie Ricaldi. Ses influences sont Jean-Jacques Filipo & André Lotte, ses influences artistiques: Serge Gainsbourg, Billy Holliday, Stabat Mater ou Vivaldi. Ses projets actuels sont évidement de continuer à peindre et prépare actuellement un projet de livre rassemblant ses quarante années de peinture. Une peinture instinctive : Son lieu de prédilection pour travailler ses toiles, chez elle, Corine a besoin d’une musique, d’une voix entendu à la radio ou la télévision, une présence sonore qui entoure son espace, son lieu de vie où l’inspiration lui vient sur une suite de notes ou une conversation afin de se laisser guider à créer. Nous lui souhaitons la meilleure inspiration possible pour cette nouvelle année. ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Découvrez quelques-une de ses œuvres sur www.sahaco.livegalerie.com Entretien par « Dave Wolfskin »

26


Š Corine Richaud



LE M@G 04