Page 1


IMPLIQUEZ-VOUS AU CAPSULE !

DEVENEZ MEMBRE ! Chroniqueur Illustrateur Réviseur Montage Graphisme Intervieweur Autre

Scannez-moi pour accéder à la version numérique !

Ou si vous préférez écrire à l’occasion, communiquez avec nous !

15 JANVIER 2017 Date limite de soumission d’articles

Communiquez avec nous au journalcapsule@gmail.com


Le CapsulE, volume 41, no. 3

TABLE DE S M ATI ÈRES

2 7 CONCOURS D’HALLOWEEN 3 0 GALERIE DE PHOTOS 4 1 LETTRE À MAMAN Shima

0 4 ÉDITORIAL Anna Wong

4 2 CHRONIQUE D’UN GARS DE RÉGION Marc-Antoine Dufresne

0 6 MOT DE LA FACULTÉ Daniel Lévesque 0 7 MOT DE LA PRÉSIDENTE Zina Ali

4 4 DAVID VS GOLIATH Artiste Manquée

0 8 QUOI DE NEUF À L’AÉPUM?

4 6 MOTS CROISÉS PHARMACEUTIQUES Audrey Desjardins

1 0 CHRONIQUE D’UNE ÉTUDIANTE EN STAGE Laurie Hudon-Germain 1 1 CORRESPONDANCE ÉTUDIANT PHARMACIEN Benoît Lemire 1 5 FORUM POUR L’AVANCEMENT DE LA PRATIQUE PHARMACEUTIQUE Zina Ali et Houda El Ghomari 1 8 COLLABORATING ACROSS BORDERS CAB VI Houda El Ghomari 2 1 ÉVÉNEMENT DES PHARMACIENS 2017 Zina Ali 2 4 RETOUR SUR PHARMACADÉMIE 2017 Katia Vo

Page couverture par Boyi Lu ©

4 7 ORDONNANCE MAL FOUTUE 4 9 À MANGER ET À BOIRE Julien Prévost 5 2 RXSCOPES DU PHARM.D. Nancy Zhang 5 6 CE QU’ILS ONT DIT...

Révision et correction Samira Belouadi Houda EL Ghomari Clara Girard Marie-Anne Pépin Danielle Fany Ngontie Tcheudjio Nancy Zhang Valérie St-Louis Audrey Desjardin Marie-Eve Dumas Wiam Maachy

Jane May Zhou Zhou Li Isabelle Racanelli Emmanuelle Leblanc Derek Bergeron Mise en page Sandra Savignac Illustrations Boyi Lu Photos Comité média AÉPUM Voltaic

Les textes sont signés et représentent l’opinion de leur(s) auteur(s). Le Capsule, de même que l’association des étudiants en pharmacie de l’Université de Montréal, n’endossent pas nécessairement les opinions exposées. De plus, la reproduction d’un ou des textes est acceptée sous la seule condition que la provenance soit inscrite sur la copie. Les textes et commentaires peuvent être déposés dans la boîte prévue à cet effet dans le local étudiant ou envoyés à l’adresse du Capsule: journalcapsule@gmail.com. Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec - Décembre 2017

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 3


Le CapsulE, volume 41, no. 3

Éditorial

Lettres de remerciement Par Anna Wong (II)

D

’après les éditions antérieures du journal Le Capsule, l’Éditorial est la page qui présente le contenu du numéro. Ainsi, pour le résumer brièvement, voici ce que vous trouverez dans l’édition de Noël : – Les Rxscopes du Pharm.D.; – Le concours d’Halloween : les situations cocasses en pharmacie; – La galerie de photos dont celles de PharmAcadémie 2017 et celles du Colloque sur l’avenir de la pharmacie 2017; – La gestion du laboratoire en tant qu’étudiant en pharmacie; – Des suggestions de cadeaux pour Noël; – Un retour sur les conférences et les ateliers offerts par le FRAPP; – Et plus encore! Autre que de présenter le contenu du numéro, le sujet de l’Éditorial est complètement libre à moi! Ainsi, j’aimerais dédier cette partie à toutes les formidables personnes qui participent à la réalisation du journal étudiant. Pour le troisième numéro du Capsule, je vais vous présenter trois membres... Clara Girard Chère Clara, tu es notre réviseure légendaire : méticuleuse, soucieuse des détails et structurée. D’ailleurs, tes talents de correction m’ont sauvée bien avant Le Capsule! Je me souviens encore de la fois que tu m’as amplement aidée dans la

4 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017

révision des textes pour notre cours de socio! Si tu n’avais pas été là pour moi… Ouf! Mais tu n’es pas juste une réviseure efficace qui exécute les tâches sous de brefs délais. Tu es aussi honnête et tu t’exprimes très bien dans notre groupe. Tu n’es pas gênée de donner ton opinion. Active, belle, élégante, il y a de quoi être fier lorsqu’on est Clara Girard! Je chéris beaucoup nos anciennes séances ensemble au CEPSUM. C’est toi qui me donnes la motivation de rester active et de bien manger. D’ailleurs, juste en te croisant au CEPSUM, je me dis que je dois augmenter l’intensité de mes exercices! Tu es une vraie modèle à suivre! Houda El Ghomari Chère Houda, tu es une vraie source de motivation pour tous les membres du journal. Tu es certainement une personne travaillante et persévérante! Depuis notre première année en pharmacie, tu t’investis à fond et tu te consacres au succès du journal. Justement, c’est grâce à toi que Le Capsule a parti un nouveau projet cet automne : la section «  Retour sur les conférences assistées par nos étudiants » qui est maintenant disponible sur Studium ainsi que sur le site aepum.info. Ce projet n’aurait pas pu être mis sur pied sans ta participation diligente à presque toutes les conférences portant sur la formation continue des étudiants. Les étudiants intéressés peuvent maintenant s’informer plus en détail sur les événements éducatifs organisés par l’AÉPUM via une plateforme numérique. D’ailleurs,

tu t’adaptes aux nouvelles situations et tu restes ouverte aux suggestions. Par exemple, tu as réajusté une grosse partie de ton texte pour le numéro d’octobre malgré le court délai! Je tiens à te remercier de tout mon cœur! Valérie St-Louis Chère Valérie, tu es mon maître Jedi Yoda. Je ne peux pas te remercier assez pour toutes les fois où tu as répondu à mes innombrables questions concernant la gestion du Capsule. Au début, j’étais incertaine de mes aptitudes comme rédactrice en chef d’un journal étudiant. J’avais surtout peur de l’échec, mais c’est toi qui m’as sortie de ce tourbillon. C’est toi qui me rassures. C’est toi qui me donnes des rappels. Évidemment, tu n’étais pas la présidente du journal pour rien! Tu m’as passé le flambeau, et je ne vais certainement pas te décevoir. Tu es amicale, patiente et toujours accessible. Comme tu l’as si bien dit pendant une de nos rencontres au CEL, tu es un petit


Le CapsulE, volume 41, no. 3

chaton tranquille, mais tu sais certainement bien écouter. Félicitations encore une fois pour ton poste de secrétaire à l’AÉPUM. Tu as révolutionné les infolettres ! Les textes sont maintenant plus dynamiques et faciles à lire. Tu n’exécutes pas seulement les tâches de secrétaire ; tu dépasses les attentes de tout le monde! Joyeux Noël! Gardez-vous au chaud!

Ne manquez pas le prochain Éditorial. Peut-être que le prochain à se faire exposer ici ne sera nul autre que toi!

Anna Wong, Rédactrice en chef du journal étudiant de la Faculté de Pharmacie de l’Université de Montréal

© Emmanuelle Leblanc

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 5


Le CapsulE, volume 41, no. 3

Mot de la faculté

Mot du vice-doyen à la recherche et aux études supérieures Chères étudiantes, chers étudiants,

J

e tenais à vous dire un mot sur la recherche qui se fait au sein de votre Faculté. Eh oui, il se fait de la recherche au pavillon Jean Coutu et il s’en fait même beaucoup. Juste pour vous donner une idée : pas moins de 25 articles de recherche ont été publiés par les membres de la Faculté cet automne. En fait, la très grande majorité de vos professeurs participent à d’importantes activités de recherche. La recherche à la Faculté se divise en 4 axes, soit Découverte et validation de cibles thérapeutiques, Analyse et formulation du médicament, Pharmacométrie et pharmacothérapie et Médicament et santé de population. Ces quatre axes couvrent, comme vous pouvez le constater, tout le spectre du développement et de l’usage du médicament. Je vous encourage à visiter l’onglet « Recherche » sur le site web de la Faculté. Vous y trouverez toutes les activités et expertises de recherche présentes à la Faculté.

L’équipe de recherche des Drs Huy Ong (professeur titulaire) et Sylvie Marleau (professeure titulaire et responsable des études supérieures). Les équipes des Drs Ong et Marleau font partie de l’axe Découverte et validation de cibles thérapeutiques. Ils travaillent dans le domaine de la pharmacologie cardiovasculaire et des réactions inflammatoires.

6 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017

Une équipe de recherche se compose de chercheurs, d’étudiants aux cycles supérieurs, d’assistants et de techniciens. Le chercheur propose aux organismes subventionnaires un projet de recherche et celui-ci est revu par un comité de paires. Par la suite, dès que le budget est approuvé, le chercheur et son équipe réalisent les expérimentations nécessaires afin de vérifier les hypothèses de recherche. En réalité, un groupe de recherche s’apparente un peu à une petite entreprise, mais au lieu de travailler pour faire un profit, les objectifs en recherche sont l’avancement des connaissances sous forme de publications d’articles scientifiques, de livre ou chapitres de livre, de rapports d’étude, de recommandations auprès des décideurs, etc. La Faculté offre une grande diversité de programmes d’études aux cycles supérieurs. Les programmes d’études de maîtrise et de doctorat en sciences pharmaceutiques visent à initier les étudiants à la recherche (M.Sc.) et à former du personnel hautement qualifié dans le domaine du médicament (Ph.D.). Ces programmes comportent plusieurs options qui permettent à l’étudiant de s’inscrire dans le domaine de son choix. Nous avons un diplôme d’études supérieures spécialisées (D.É.S.S.) en développement du médicament qui peut être suivi d’une maîtrise en sciences pharmaceutiques (M.Sc.), option stage ou travail dirigé. La maîtrise en pharmacothérapie avancée permet aux détenteurs d’un diplôme de 1er cycle en pharmacie d’approfondir leur formation pour la pratique de la pharmacie en milieu hospitalier.

Le milieu de la recherche est très stimulant et enrichissant. C’est un milieu rempli de défis et de gens passionnés. Si vous en avez l’occasion et si les circonstances sont adéquates, vous n’avez qu’à demander à votre professeur de vous expliquer son sujet de recherche. Vous allez alors voir apparaître une petite étincelle dans ses yeux. Au fond, si vous êtes curieux, avez soif d’apprendre, êtes travaillant (ça, on le sait déjà), et aimez les défis, je vous encourage fortement à faire une demande pour un stage d’été en recherche. Nous offrons à chaque année plusieurs bourses d’été à cette fin. Vous allez être à même de découvrir le merveilleux monde de la recherche et découvrirez s’il s’agit d’une voie que vous aimeriez emprunter après votre formation de premier cycle. Pour de plus amples informations, vous pouvez communiquer avec le vice-décanat à la recherche (andree. mathieu@umontreal.ca). Daniel Lévesque Vice-doyen à la recherche et aux études supérieures


Le CapsulE, volume 41, no. 3

Mot de la présidente 12 jours de vacances!

Par Zina Ali (III)

J

’adore Noël. Voilà, c’est dit. Cette fête religieuse et culturelle a toujours été ma célébration préférée de l’année. Si je pouvais avoir un deuxième Noël au lieu d’avoir une fête d’anniversaire, je ferais l’échange en moins d’un clin d’œil. Avec Noël viennent les chansons de Noël et l’une de mes préférées est « Les douze jours de Noël ». En regardant les dates de vacances du PharmD pour les trois premières années, je me suis rendue compte que cette chanson s’appliquait à merveille puisqu’on a effectivement... 12 jours de vacances! Le premier jour de Noël, le PharmD m’a donné : 1 sentiment de bien-être et d’accomplissement d’avoir passé à travers une session qui, ma foi, n’était pas facile. En effet, que vous soyez en 1re, 2e, 3e ou même 4e année, franchir cette session nous donne un sentiment d’avoir appris plein de nouvelles notions. Le deuxième jour de Noël, le PharmD m’a donné : 2 bouffées d’espoir : je regarde les semaines à venir et je me dis « Wow! ». Il ne nous reste plus qu’une session, quelques mois et l’été revient. Ça passe tellement vite! Le troisième jour de Noël, le PharmD m’a donné : 3 années remplies d’expériences extraordinaires partagées avec mes ami(e)s du PharmD. Que vous ayez un ou une cinquantaine de bon(ne)s ami(e) s au PharmD, chacun(e) est précieux pour votre épanouissement personnel et votre bonheur. Le quatrième jour de Noël, le PharmD m’a donné : 4 cohortes motivées et engagées face à leur profession et à l’avenir de celle-ci!

Le cinquième jour de Noël, le PharmD m’a donné : 5 fois 151 personnes, donc un beau total de 755 étudiants dans notre grande famille du PharmD, une famille soudée! Le sixième jour de Noël, le PharmD m’a donné : 6 fois 4 membres extraordinaires dans votre association étudiante. En effet, l’équipe de 24 étudiants que nous sommes se consacre corps et âme à rendre votre vie étudiante exceptionnelle!

En regardant les dates de vacances du PharmD pour les trois premières années, je me suis rendue compte que cette chanson s’appliquait à merveille puisqu’on a effectivement... 12 jours de vacances! Le septième jour de Noël, le PharmD m’a donné : les connaissances acquises de 7 cours : CSS, gynéco, infectio et j’en passe!

Le dixième jour de Noël, le PharmD m’a donné : 10 minutes de marche du métro pour me retrouver au Pavillon JeanCoutu. En effet, faute d’ouverture de la rampe en novembre dernier, on se muscle les jambes chaque matin! Le onzième jour de Noël, le PharmD m’a donné : 11 fiches à lire pour le cours d’infectio! Le douzième jour de Noël, le PharmD m’a donné : 12 jours de vacances pour nous reposer et reprendre nos forces! Sur ce, je souhaite à tous et à toutes de bons examens finaux (on a presque fini!) et de bonnes vacances! Reposez-vous bien et on se revoit tous en janvier pour la deuxième et dernière session de l’année scolaire. 1

Le huitième jour de Noël, le PharmD m’a donné : 8 « 5@7s » d’excellente qualité et de thèmes variés, organisés merveilleusement par une équipe très motivée! Le neuvième jour de Noël, le PharmD m’a donné : 9 pratiques d’examen pour les cours de calculs pharmaceutiques!

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 7


ACTUALITÉS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

QUOI DE NEUF À L’AÉPUM? « L’AÉPUM représente l’ensemble des étudiants en pharmacie de l’Université de Montréal. L’association vise notamment à soutenir les étudiants dans leur développement professionnel, éducationnel et social afin que tous deviennent des professionnels accomplis, proactifs et ayant à cœur l’avancement et l’évolution du domaine de la pharmacie. » (aepum.info, septembre 2017)

Nom Zina Ali, présidente Quoi de neuf Après avoir terminé avec le dossier des FIO, j’ai commencé à regarder plusieurs dossiers : la mise à jour de notre règlement général avec le BSBP, la mise à jour de nos chartes pour inclure le Pill Pub, la création d’une charte commune avec l’AGEP, le document sur le dossier de la marijuana ainsi que l’entente AQPP-MSSS pour pouvoir éclairer les étudiant(e)s sur ce qui se passe à ce niveau. Nom Chloé Vo, présidente du comité média Quoi de neuf Plusieurs photos ont été prises lors des derniers 5@7 et des différents événements au cours des derniers mois, ce qui semble apprécié vu le nombre de visionnements des albums sur Flickr ! De plus, un membre du comité a créé les magnifiques billets et bannières pour le PharmAcadémie et le Colloque sur l’avenir de la pharmacie (merci Tommy) ! La poche du chandail Poches et Fils est également sa création. Finalement, j’espère que vous appréciez les efforts de l’équipe du Comprimé, qui amène les messages de vos représentants de façon divertissante ! Nom Maxime Paquet, coordonnateur à la vie étudiante Quoi de neuf Je suis très satisfait de la participation générale aux activités socio-culturelles jusqu’à présent ! La fin de session approche, ce qui signifie que j’entame déjà les préparatifs pour la session d’hiver. Un CVE ça ne chôme pas, loin de là !! On se prépare avec grande hâte pour le carnaval 2018 et on ne vise pas moins que le top 5 cette année. Si vous voulez participer, n’hésitez pas à m’écrire ! De plus, je débute mes recherches pour les cours de sushis, car il va falloir se préparer à la grande demande. Sinon, je vous prépare d’autres belles surprises, à suivre!

8 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017

Nom Valérie St-Louis, secrétaire Quoi de neuf Je « secrète » beaucoup, comme vous l’avez sûrement vu avec mes nombreux messages ces derniers temps ! ;) Bref, tout va bien de mon côté, les infolettres se refont une beauté avec de la couleur et un calendrier à la fin de la version Studium ainsi que la version express sur Facebook. J’en profite pour vous dire que vos commentaires d’amélioration sont toujours les bienvenus, n’hésitez pas à m’écrire ! Plusieurs dossiers sont à venir au retour du congé, mais d’ici là, bonne étude et reposez-vous bien durant le temps des fêtes! Nom Anna Wong, rédactrice en chef du journal étudiant Quoi de neuf En collaboration avec la représentante aux instances professionnelles (Sandrine Anderson), Le Capsule dévoile une nouvelle section dans le journal qui s’intitule « Retour sur les conférences assistées par nos étudiants ». Ceci étant dans le but de promouvoir la formation continue, vous pouvez lire plus en détail des articles sur les événements éducatifs assistés par nos étudiants. La section est déjà disponible sur Studium AÉPUM — Comité Capsule et Média. Elle sera bientôt disponible sur le site AÉPUM également!


ACTUALITÉS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

QUOI DE NEUF À L’AÉPUM? « L’AÉPUM représente l’ensemble des étudiants en pharmacie de l’Université de Montréal. L’association vise notamment à soutenir les étudiants dans leur développement professionnel, éducationnel et social afin que tous deviennent des professionnels accomplis, proactifs et ayant à cœur l’avancement et l’évolution du domaine de la pharmacie. » (aepum.info, septembre 2017)

Nom Katia Vo et Denis Daniel Huot, chargés aux affaires de l’ACEIP Quoi de neuf C’est le 17 novembre dernier que s’est tenue l’édition 2017 de PharmAcadémie au McHall. Nous sommes ravis de pouvoir dire que la soirée a été une réussite ! Nous avons eu droit à de formidables prestations de la part de nos courageux candidats Guillaume Dagenais, Maxime Paquet, Sarah Pelletier et Laurie Hudon-Germain, qui ont eu l’honneur de performer devant une quarantaine d’étudiants durant une soirée bien vibrante et divertissante! Les juges de la soirée (Émilie Mégrourèche, Christopher Kelly, Nathalie Letarte, Ema Ferreira et Daniel Thirion (juge surprise !), ainsi que le public ont choisi Maxime Paquet comme nouvelle Personnalité Pharmaceutique de l’année ! Nous tenons également à souligner les gagnants des compétitions académiques locales de CAPSI, qui se méritent par le fait même l’opportunité de performer au niveau national lors du PDW 2018 : – Préparations magistrales : Mirza Akram Hossain, Francis BarilLeblanc, Sarah Pelletier et Aurélie Vintze-Geoffrion – Consultation MVL : Zina Ali – Entrevue pharmaceutique : Aurélie Vintze-Geoffrion – Concours littéraire : Laurie Hudon-Germain – Prix Guy-Genest : Laurie Hudon-Germain Le prochain grand événement qui nous attend est le fameux PDW 2018 en janvier où 16 étudiants de l’Université de Montréal s’envoleront vers la belle ville d’Edmonton !

Nom Kevin Tang, représentant local de l’IPSF Quoi de neuf Les inscriptions pour le Programme d’échange-étudiant international sont en cours et quelques étudiants m’ont fait part de leur intérêt! L’inscription pour le World Congress 2018 en Argentine à Mendoza approche aussi! Nom Mirza Akram Hossain, chargé aux affaires corporatives Quoi de neuf Il y a eu plusieurs midiconférences pendant la session d’automne. Pour la session d’hiver, il va y en avoir environ la même quantité et même plus potentiellement! L’organisation de la Journée Carrière est déjà commencée, de plus amples informations suivront bientôt ! Bonne étude pour les examens finaux et par la suite de joyeuses fêtes ! Nom Jin Kwon, chargé adjoint aux affaires corporatives Quoi de neuf Les midi-conférences continuent !! J’ai reçu de bons commentaires et le taux de participation est élevé. Il y en aura encore pendant la session d’hiver. L’organisation pour la Journée Carrière a été entamée également :). La fin de session approche!! Bonne étude et bonne chance !!

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 9


ACTUALITÉS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

Chronique d’une étudiante en stage

La gestion du laboratoire en tant qu’étudiante PHA4510 – Officine

Par Laurie Hudon-Germain (IV)

C’était un après-midi comme les autres. La pharmacie où j’effectue mon stage a un poste pour les étudiants. Je vérifiais des ordonnances en attente et des dossiers de patients en pilulier. Ma clinicienne associée m’a regardée et m’a dit : « Laurie, je vais aller vérifier des dispills dans le bureau. Veux-tu t’occuper du roulement du labo? » Ça y est, c’était moi qui prenais les rênes de la chaîne de travail.

Les paniers et les nouvelles prescriptions s’accumulent

Le premier panier qui m’arrive est on ne peut plus simple : renouvellement du Synthroid à la date prévue, pas de comorbidités, pas de problèmes, pas de questions. Je remets la médication au patient. Lorsque je reviens à mon poste, deux paniers m’attendent pour des patients qui patientent dans la salle d’attente. Premier panier : nouvelle ordonnance d’Avamys pour un enfant de 9 ans. L’ordonnance est bien saisie au dossier et la dose est adéquate. Je fournis les explications au père de l’enfant et je prévois le suivi à l’agenda. Deuxième panier : nouvelle ordonnance pour de la clarithromycine 250 mg PO BID x 7 jours pour une exacerbation aiguë de la MPOC. Cependant, la dose n’est pas celle indiquée par l’INESSS et le patient ne présente aucune contre-indication à recevoir la dose recommandée. Je tente alors de rejoindre le médecin, mais il est absent de la clinique. J’exécute un refus pour dose sous-thérapeutique et j’ajuste l’ordonnance du médecin selon la Loi 41 (corriger une erreur manifeste de dosage). J’aviserai le médecin par télécopieur. Les assistantes techniques préparent la prescription corrigée. Je remets le panier au patient et je fournis les explications requises. J’en profite de plus pour intervenir sur l’observance qui semble être difficile dans le dossier. Je fais face à une inobservance de type savoir. Je prends quelques minutes pour expliquer le tout au patient et je prévois le suivi nécessaire à l’agenda. Je retourne à mon poste pour y retrouver plusieurs paniers à vérifier pour des patients qui passeront plus tard dans la journée.

10 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017

Au travers des paniers et des prescriptions à vérifier, plusieurs patients se présentent au comptoir pour des conseils : rhume, insomnie, plaie, brûlure, rhume, mal de dents, encore le rhume, etc. Les assistantes techniques ont aussi des questions auxquelles il faut répondre : « Est-ce que je peux faire une prolongation? », « C’est quoi la posologie? », « Quelle licence tu vois? », « Est-ce qu’on peut renouveler si la prescription date de 2 ans et demi? » Les ordonnances en attente saisies par les assistantes techniques doivent être vérifiées, les conseils téléphoniques doivent être pris en charge, les suivis doivent être faits. Les journées passent vite quand on étudie, les journées passent vite quand on procrastine, mais laissez-moi vous dire que les journées passent très vite quand on gère le roulement d’un laboratoire. 1


ACTUALITÉS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

CORRESPONDANCE

ÉTUDIANT - PHARMACIEN Benoît Lemire, pharmacien d’établissement de santé, maintenant en ligne Étudiante en pharmacie, maintenant en ligne

Salut Benoît ça va bien? Super! Et toi? Ça va bien merci! Je suis toujours en réflexion par rapport à la maîtrise! C’est plate, on n’a pas eu vraiment l’occasion de se parler à la soirée à la pharmacie... Tu travailles toujours en communautaire en même temps que l’hôpital? Non J’ai cessé il y a 4-5 ans Kk je me demandais comment tu faisais avec l’APES, le CUSM et deux enfants ... Oh! J’ai en masse d’ouvrage Et puis je n’y vois plus vraiment d’intérêt

Comment ça? Pas assez de défis. J’avais fait le tour après 3-4 ans. Je trouvais ça ennuyant (À la fin) Je m’ennuie de travailler avec les médecins de la clinique où la pharmacie était située... C’est long, une carrière. La passer à faire des choses qui ne changent pas beaucoup, c’était pas pour moi. Même pour ma blonde, qui n’a pas autant besoin de défis que moi, les 16 ans de communautaire (moins 2 ans de maternité!) ont atteint un point de saturation. Tu vois ce que je veux dire?

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 11


ACTUALITÉS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

Haha oui tout à fait... Disons qu’en ce moment par contre, j’ai l’impression d’être un peu saturé au niveau études. En même temps, ça doit valoir la peine de donner le coup maintenant... Ça oui Tu ne réalises pas Vous êtes des machines à étudier. Vous connaissez tous les profs, les étudiants... vous avez tous les prérequis à jour… Mais en effet, les chances que je la fasse plus tard sont probablement très faibles Pas d’obligations financières...

Ben c’est sûr que ça aide en effet, mais honnêtement j’ai l’impression d’avoir la tête pleine... On a toujours la tête pleine quand ce qu’on étudie ne nous intéresse pas… Si tu fais ta résidence, tu seras plus libre de choisir ce que tu lis, ce que tu fais. Les profs sont plus inspirants aussi Pour moi, ça a fait une grosse différence. Ouais... honnêtement je ne suis pas sûr d’être le bon fit pour le travail en hôpital. Tsé ya plein de points positifs à la maîtrise, mais le bout où c’est plutôt intense et où faut être très organisé dans le temps et dans notre travail... ça m’effraie un peu... disons que j’ai jamais eu l’impression que c’étaient mes grandes forces. Hm C’est comme un train. T’embarques au début, et tu débarques à la fin. Ça n’arrête pas. Ça se vit en équipe. Les résidents du même centre se soutiennent beaucoup. Il y a sans doute de grandes opportunités pour être valorisé dans une carrière en communautaire. Je ne suis juste pas le meilleur pour mettre ça en valeur. J’ai besoin d’être plus entouré que ça.

12 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017


ACTUALITÉS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

Ouin... je comprends ton point ...

Je ne te connais pas beaucoup. Te sens-tu plus solitaire? Moi, je ne me voyais pas faire ça toute ma vie. «L’éternité, c’est long… surtout vers la fin.» Haha Ben oui et non... ça dépend des circonstances j’imagine ? Pis c’est niaiseux, mais je ne me vois pas partir des gros projets... je ne me perçois pas vraiment comme un leader... Ça me fait plaisir d’embarquer dans des projets pis d’y participer, mais j’ai l’impression que de partir qqch «from scratch», j’aurais de la misère. D’une certaine façon, j’ai l’impression que c’est un peu «désavantageux» en milieu hospitalier. My, tu vois ça gros Ça reste un groupe de pharmaciens, on n’est pas tous Jean-François Bussières! Je t’assure qu’il y a amplement de gens comme toi dans le secteur hospitalier. Et qui font du bon travail Et qui ont du plaisir à le faire. Et qui ont survécu à la maîtrise! c’est pas pour rien que ça me prend une éternité prendre des décisions Bon je te laisse tranquille! Bonne soirée! Anytime!

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 13


On s’occupe de vos finances. On vous laisse le soin des patients. Économisez jusqu’à 630 0 $* annuellement. Adhérez au forfait exclusif pour les étudiants en santé. bnc.ca/etudiant-sante

* Sous réserve d’approbation de crédit de la Banque Nationale. L’économie annuelle potentielle de 633 $ est une illustration de ce qui peut être obtenu par un détenteur du forfait. Elle est basée sur le profil type d’un détenteur du forfait qui détient ce qui suit : un programme bancaire équivalent au programme ClicÉtudesMD (le ClicÉtudes est disponible pour les étudiants à temps plein de niveau postsecondaire âgés de 18 à 24 ans inclusivement, d’autres forfaits et programmes bancaires sont aussi disponibles); et un Fonds de roulement étudiant (marge de crédit) autorisé par la Banque à être détenu avec caution avec un solde annuel courant de 30 000 $. L’économie a été calculée de la manière suivante : absence de frais mensuels liés aux transactions incluses dans le programme ClicÉtudes (économie annuelle de 33 $), plus un rabais annuel de 2,00 % sur le taux du Fonds de roulement (économie annuelle de 600 $). Ces rabais représentent la différence entre ce que pourrait avoir un client ne faisant pas partie du forfait, et un client qui en fait partie. Certaines conditions d’admissibilité s’appliquent, pour plus de détails, visitez bnc.ca/etudiant-sante. Il se peut que l’économie potentielle ne représente pas l’économie nette que vous obtiendrez, puisqu’elle varie selon votre situation financière. MC RÉALISONS VOS IDÉES est une marque de commerce de la Banque Nationale du Canada. MD CLICÉTUDES est une marque déposée de la Banque Nationale du Canada. © 2017 Banque Nationale du Canada. Tous droits réservés.


Le CapsulE, volume 41, no. 3

ACTUALITÉS

Forum pour l’avancement de la pratique pharmaceutique

FRAPP 2017 Le 4e Forum pour l’avancement de la pratique pharmaceutique (FRAPP), une journée de formation continue organisée par la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal, a eu pour sujet cette année, « Le pharmacien, mon partenaire de soins ». Cette édition 2017 a eu lieu au Pavillon Jean Coutu le samedi 14 octobre dernier avec la participation d’environ 160 pharmaciens, dont les cliniciens associés de la faculté ainsi qu’une demi-douzaine d’étudiants qui ont eu l’opportunité de participer à l’expérience gratuitement.

Par Zina Ali (III), Houda El Ghomari (II)

qui a démontré que le partenariat pharmacien-patient a été une expérience positive pour les patients, les pharmaciens et les médecins. En effet, les patients ont trouvé qu’ils avaient bénéficié d’un suivi VIP étant donné que le pharmacien est plus accessible que le médecin, et ils ont également eu l’occasion de développer une relation de confiance avec leur pharmacien.

GMF, UMF, professeure titulaire de clinique à la Faculté de pharmacie et responsable des cours CSS ainsi que Jean-Paul Cadieux, patient-partenaire impliqué dans la formation CSS et le projet mentorat au sein de l’Université de Montréal. Monsieur Cadieux a expliqué qu’il a une carrière de patient-partenaire depuis une trentaine d’années, étant actuellement sous chimiothérapie pour son huitième épisode de cancer. Il nous a parlé de la valeur du pharmacien Améliorer la qualité des soins grâce à la et a mentionné, qu’en tant que patient, il collaboration patient-partenaire préfère avoir un suivi fait par un pharmaLa conférence d’ouverture portant cien « clinicien » et non un pharmacien dispensateur. La journée a commencé avec un sur l’amélioration de la qualité des soins mot de la doyenne de la Faculté de grâce à la collaboration patient-parteAu moins 50 % de la population sont naire a été donnée conjointement par pharmacie, Lyne Lalonde. Elle a brisé atteints d’une maladie chronique. Plus Marie-Claude Vanier, pharmacienne la glace en présentant l’étude TEAM, de 70 % des personnes cherchent de l’information liée à leur maladie sur internet étant donné son accessibilité, par contre, le tri de la bonne information est très difficile et peut avoir des conséquences plus ou moins graves sur le patient. De plus, 50 % à 80 % des patients ne respectent pas leurs ordonnances, soit par choix conscient ou par incapacité. C’est là aussi que le partenariat, un engagement d’au moins deux personnes, a une grande valeur ajoutée et nécessite une confiance, une ouverture et une franchise. Nous avons Panélistes de gauche à droite : Pierre-Marc Gervais, pharmacien propriétaire et un rôle à jouer pour responsabiliser et modérateur; Patrick Boudreault, directeur des affaires externes et du soutien autonomiser nos patients, en donnant professionnel pour l’OPQ; Caroline Robert, gestionnaire principale — affaires plus de temps pour créer une relation pharmaceutiques AQPP; Christophe Augé, président de l’APPSQ; Marie-Ève Bertrand, plus humaine, une confiance mutuelle pharmacienne salariée; Georges-Étienne Gagnon, pharmacien propriétaire (Proxim)

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 15


ACTUALITÉS

et élaborer un projet commun. Ceci représente un investissement à long terme avec des retombées bénéfiques pour les deux partenaires. Le côté scientifique est important dans les soins du patient, mais ce n’est pas suffisant dans la relation de partenariat. La réalité du patient est très importante et primordiale dans cette relation de soins, ce qui crée une complémentarité essentielle à ce partenariat de soins. L’OPQ promeut également ce partenariat, notamment avec la campagne : «  une relation patientpharmacien : ça se joue à deux » que vous pouvez consulter sur le site suivant : http://casejoueadeux.ca/. Mme Vanier a expliqué qu’avant les années 90, les professionnels de la santé utilisaient une approche paternaliste qui a évolué vers une approche où le patient est au centre des discussions, mais sans un travail d’équipe. Maintenant, nous privilégions une approche 3.0 avec un patient partenaire qui participe pleinement dans ses soins et qui nécessite d’avoir des valeurs partagées entre le professionnel de la santé et le patient. Le pharmacien apprend aussi beaucoup du patient, qui prend beaucoup de son temps pour faire des recherches au sujet de sa maladie. En effet, il s’agit d’une approche de

16 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017

Le CapsulE, volume 41, no. 3

co-construction bilatérale où le pharmacien est l’expert en médicaments et où le patient est l’expert de sa maladie avec son savoir expérientiel.

expériences des pharmaciens conférenciers et participants. En effet, ils ont élaboré sur les obstacles et donné des solutions éventuelles pour la prise en charge des patients avec des maladies Il faut faire des suivis, avoir l’humilité chroniques. d’écouter ce que les patients ont à nous dire et s’ajuster. Notre rôle ne doit pas Pour résumer, il ne faut pas tout se limiter à dispenser des médicaments, d’abord voir ces patients comme étant M. Cadieux précise à la fin qu’il n’aime malades, mais plutôt comme des pas se sentir comme un client dans les personnes ayant une condition : il pharmacies communautaires, mais s’agit là d’une notion importante pour plutôt comme un patient responsabilisé établir une relation à long terme. Un des et co-preneur des décisions reliées à sa défis relevés comprend l’organisation santé. du travail au sein de la pharmacie pour avoir une orientation plus clinique. Par exemple, l’organisation des flux devrait La prise en charge, faudrait pas être changée, la délégation des activimanquer le bateau! tés mieux redéfinie et la mise en place La conférence thématique donnée de nouveaux logiciels plus ajustés aux conjointement par Krystel Beaucage, nouvelles pratiques sont des solutions Verlaine Ménard et John Hany-Gerges, qui ont été proposées. D’autres défis ont pharmaciens communautaires, portait également été abordés, tels que le suivi sur la prise en charge des patients ayant des patients qui pourrait être individes maladies chroniques dans l’ère de la duel ou collectif, l’accès plus facilement nouvelle loi 41 qui permet au pharma- aux cibles thérapeutiques du patient, la cien d’ajuster les médicaments selon les relation de confiance avec le médecin cibles thérapeutiques du patient. Cette prescripteur, le type de patient à recruter nouvelle activité permet d’alléger un pour débuter la prise en charge, etc. peu la pression sur le système de soins du Québec, mais apporte plusieurs défis et questionnements sur la mise en place de ces activités. La conférence a été un échange très intéressant des différentes

Suite à ces deux conférences phares, une première série d’ateliers a pris place en fin de matinée. Les participants avaient le choix entre quatre thématiques différentes. Le premier atelier portait sur


Le CapsulE, volume 41, no. 3

la gestion du changement en pharmacie, ce qui a été un sujet très intéressant vu que la pharmacie connaît plusieurs changements depuis ces dernières années ce qui entraîne un besoin d’adaptation constante de la part des pharmaciens. Les conférencières nous ont expliqué l’importance d’un plan de gestion du changement avec des exemples concrets d’obstacles et de solutions pour mener toute l’équipe à accepter et mettre en place le changement. Le deuxième atelier abordait la collaboration entre les pharmaciens en GMF et les pharmaciens communautaires. La conférencière a partagé ses expériences et a dévoilé un autre aspect de la pratique pharmaceutique. La pharmacothérapie chez la personne âgée : une collaboration pour un suivi optimal et l’art de comprendre et guérir la maladie mentale sont des sujets qui ont été abordés dans les deux autres ateliers offerts. Suite à l’atelier, un lunch a été servi pour les participants suivi de la cérémonie de reconnaissance des cliniciens associés animée par Ema Ferreira, vice-doyenne de la Faculté de pharmacie. Les cliniciens associés

choisis par les stagiaires ou les cliniciens associés avec les plus grands records d’encadrement des étudiants, que ce soient en pratique communautaire ou en établissement de santé, ont reçu des prix de la Faculté sous les applaudissements des participants. Cette cérémonie a été une occasion de remercier les cliniciens associés pour leur dévouement et investissement dans la formation de la relève. Une deuxième série d’ateliers a eu lieu par la suite, où les pharmaciens devaient choisir une seconde activité parmi les 4 thématiques citées précédemment. Enfin, vers 15h15, une plénière a eu lieu pour discuter des défis de la rémunération des activités cognitives en pharmacie avec la participation de plusieurs intervenants. Selon Madame Caroline Robert, gestionnaire principale à l’AQPP, la rémunération cognitive ne représente qu’1 % du total du revenu des pharmaciens. En ce moment, il se déroule une négociation d’un nouveau modèle de rémunération AQPP-RAMQ afin de distinguer la portion clinique et technique en modulant l’honoraire d’un pharmacien en fonction de la complexité de l’acte. En effet, servir du calcium comparativement au

ACTUALITÉS

Cliniciens associés détenteurs de prix d’excellence pour leur encadrement exceptionnel — FRAPP 2017

coumadin ne nécessite pas le même degré de complexité, mais coûte en ce moment la même chose. Elle espère atteindre un pourcentage de 8 à 10 % dans un horizon de 3 ans. Finalement, la journée de formation s’est conclue par un cocktail de réseautage offert par le Cercle du doyen, un groupe de 135 pharmaciens donateurs qui financent les bourses de recherche et les projets de recherche à la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal. Cette journée de formation a été une belle opportunité pour ouvrir l’esprit à propos des réalités et défis du métier et a permis une immersion dans le vrai monde de la pharmacie ! 1

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 17


ACTUALITÉS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

Collaborating across borders CAB VI — 1-4 octobre 2017 Banff — Alberta

Par Houda El Ghomari (II)

«C

ollaborating Across Borders  » (CAB) est un congrès qui vise à promouvoir l’éducation interprofessionnelle et la collaboration dans le domaine de la santé. Il est organisé conjointement par le Consortium pancanadien pour l’interprofessionnalisme en santé, l’American Interprofessional Health Collaborative, ainsi que l’université d’accueil qui était l’Université de l’Alberta pour cette 6e édition. J’ai eu l’opportunité de participer au CAB VI en tant que présidente du Conseil étudiant interfacultaire (CÉI), du 1er au 4 octobre dernier à Banff en Alberta et il me ferait plaisir de vous faire un bref résumé de cette expérience enrichissante. Le congrès, qui a lieu tous les deux ans alternativement aux États-Unis et au Canada, célébrait son dixième anniversaire depuis sa première version au Minnesota en 2007 et avait pour thème

principal «  Exploring New Heights  » : Explorer de nouveaux sommets, afin de faire avancer la pratique collaborative dans le but d’améliorer les soins de santé, un thème qui concordait parfaitement avec l’environnement montagneux époustouflant de Banff. L’histoire de ma participation a commencé en janvier 2017 alors que la présidente du Conseil Étudiant Interfacultaire (CÉI) et étudiante en physiothérapie, Sarah Chapdelaine, m’a contacté pour écrire conjointement un résumé (« abstract ») sur l’expérience du conseil et de postuler au congrès CAB VI afin d’y présenter un poster sur le sujet. Pour rappel, le CÉI est un comité de représentants étudiants de chaque cohorte de tous les programmes qui participent au cours CSS (Collaboration en Sciences de la Santé) dont le but ultime est de donner un retour complet sur ce qu’ont vécu les étudiants lors des trois cours

Vue à partir du centre de conférence au Fairmont Banff Springs

18 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017

CSS, de ressortir les points à améliorer et d’en faire part au comité de professeurs responsables du cours (CIO). J’étais alors la vice-présidente avec presque deux ans d’expérience au conseil et nous y vivions une très belle transition suite à plusieurs efforts déployés. En effet, il y avait plus de participants au sein du comité avec une meilleure représentativité des différents programmes, l’effort de recrutement étant colossal pour pouvoir atteindre tous les programmes. Aussi, le rôle des représentants est devenu plus actif en incluant la promotion des différents projets annexes comme le projet mentorat-patient et les mini-écoles de la santé. De plus, le représentant CÉI est l’étudiant ressource pour le cours CSS, avec la possibilité de co-bâtir ce cours-ci en participant au comité pédagogique du CIO. Enfin, il y avait une meilleure dynamique et collaboration entre les différents représentants pendant les réunions, mais aussi virtuellement entre les réunions. Ainsi, nous souhaitions faire connaître cette expérience et le rôle que peuvent avoir les étudiants pour améliorer l’éducation à la collaboration interprofessionnelle et le partenariat de soins aux 600 participants de 9 différents pays au CAB VI. Quelques mois plus tard, Sarah et moi avions reçu un courriel d’acceptation, avions réservé notre chambre d’hôtel à Banff et nos billets d’avion, puis bâti pendant l’été notre poster sous la supervision de Julie-Andrée Marinier, professeure en optométrie et viceprésidente du CIO.


Le CapsulE, volume 41, no. 3

ACTUALITÉS répondre aux questions des participants. Ce fut un agréable moment d’échange et on nous a même proposé une éventuelle collaboration, dont nous discuterons à la prochaine réunion du CÉI.

Photo prise avec tous les membres du CIO et CÉI de l’UdeM présents au congrès. De gauche à droite, et d’avant en arrière : Julie-Andrée Marinier (Vice-Présidente du CIO), Audrey Raynault (technopédagogue au sein du cours CSS), Isabelle Brault (Présidente du CIO), Sarah Chapdelaine (Présidente sortante du CÉI), Marie-Claude Vanier (Présidente sortante du CIO et membre organisateur du CAB VI), Christophe Moderie (représentant du GISA), et Houda El Ghomari (Présidente du CÉI).

Nous sommes arrivées au Fairmont Banff Springs Hotel, où avait lieu le congrès, le samedi 30 septembre, les inscriptions débutant vers 17 h. Le dimanche 1er octobre était une journée pas très chargée avec des workshops interactifs payants auxquels ont participé nos professeurs du CIO, suivi d’une très belle réception de bienvenue où nous avons pu rejoindre tous les participants membres de l’Université de Montréal, mais aussi faire de nouvelles connaissances avec des étudiants, professeurs, praticiens dans différents secteurs de la santé, de différentes universités à travers le Canada et les États-Unis. Les journées des lundi et mardi 2 et 3 octobre étaient par contre beaucoup plus chargées avec un déjeuner offert aux environs de 7 h 30 du matin suivi d’une conférence à grande échelle donnée par des conférenciers de marque. La première fut donnée par Lorelei Lingard, PhD, dont le programme de recherche

s’intéresse à la communication entre les équipes multidisciplinaires en santé afin de mieux comprendre cette relation et l’influencer pour avoir un meilleur système de santé. Ensuite, le deuxième conférencier, Malcolm Cox, M.D., nous a parlé de son expérience de réforme du système de santé au sein du «  US Department of Veterans Affairs ». Vers 9 h 30 commençait la session des posters. Sarah et moi étions assignées à la session de poster du mardi matin, donc nous avons profité de la session de lundi pour découvrir les sujets présentés par nos collègues et discuter avec eux des différents enjeux de leurs projets. Les projets étaient très diversifiés, tous reliés à la collaboration interprofessionnelle, certes, mais avec des approches différentes des nôtres et dont on pouvait s’inspirer pour améliorer nos cours CSS. Par contre, lors de la session-poster du mardi, nous sommes restées près de notre poster pour faire une brève présentation du CÉI et

Puis, à partir de 11 h jusqu’en fin de journée, s’enchaînait une série de sessions de workshops, présentations orales et discussions. Chaque session était d’une durée de 30 à 60 minutes et pouvait comporter jusqu’à 10 présentations simultanées dans des salles différentes. La tâche la plus ardue était de sélectionner les présentations qui nous intéressaient le plus après avoir survolé les différents résumés, tout en prenant en considération la disposition des salles de conférence dans l’hôtel qui pouvaient être très éloignées. Heureusement que les organisateurs avaient conçu une application mobile qui permettait de faire plus facilement le choix et de rappeler les lieux et horaires des présentations favorites au moment opportun. Toutes les sessions abordaient un des quatre thèmes principaux reliés à la collaboration interprofessionnelle soit : l’éducation interprofessionnelle, la pratique, le leadership et la politique. J’ai surtout assisté à des conférences reliées à l’éducation interprofessionnelle puisque c’était le sujet le plus en relation avec mon implication à l’université. Nous avons également choisi d’assister aux présentations orales données par les membres du CIO de l’UdeM. La présidente du CIO, Isabelle Brault, présentait le cadre référentiel des compétences de collaboration interprofessionnelle en partenariat avec le patient et ses proches aidants. Audrey Raynault, technopédagogue au sein du cours CSS, présentait les étapes de construction et de validation de l’outil d’évaluation des pairs lors d’une collaboration en ligne ou face à face, outil qui a été mis en place cette année au sein des cours CSS.

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 19


ACTUALITÉS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

Première Conférence en plénière du CAB VI

Enfin, Christophe Moderie, étudiant en médecine et représentant du GISA (Groupe d’intérêt en santé autochtone) a présenté l’expérience des mini-écoles de la santé. Vous pouvez avoir accès aux documents de à la majorité des présentations sur le lien suivant : http:// www.cabvibanff.org/conference-presentations.html La dernière matinée du CAB VI, le mercredi 4 octobre, commençait quant à elle avec un déjeuner royal « Canada 150 send off hot deluxe breakfast », après lequel nous avons eu l’opportunité d’assister à ce que je pense être la meilleure conférence du congrès donnée conjointement par Christine Chambers, PhD Rpsych, psychologue au Nova Scotia et Isabel Jordan, fondatrice et présidente de la « Rare Disease Foundation ». Christine entreprend des recherches sur la douleur en pédiatrie et comment l’atténuer et Isabel est mère de 2 enfants dont un est atteint d’une maladie rare depuis 14 ans. Toutes deux nous ont raconté l’histoire d’un partenariat professionnel de la santé/ patient extraordinaire qui a mené à la

20 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017

campagne « It doesn’t have to hurt ». Les découvertes en recherche mettent en moyenne 17 ans pour arriver au grand public. Or, les deux conférencières voulaient en faire bénéficier les gens le plus rapidement possible par le biais des médias sociaux. Beaucoup de leçons ont été apprises de leur partenariat et partagées avec nous avec grande générosité.

Les dernières sessions de présentations orales suivirent jusqu’à midi, puis la plupart des participants quittèrent les lieux, chacun s’envolant vers son lieu d’appartenance. Le chemin du retour vers Montréal n’a pas été du tout reposant : mon cerveau bouillonnait de nouvelles informations et nouvelles idées à mettre en pratique. À la conclusion du congrès, je ne peux que dire : La collaboration interprofessionnelle est sans déni primordiale pour une bonne prise en charge d’un patient, toutefois la majorité de nos cours vise à bâtir notre compétence individuelle en premier lieu, qui est certes élémentaire, mais non suffisante. Par le biais des représentants CÉI, nous pouvons améliorer les cours CSS pour les rendre plus aimés et mieux bâtis selon vos retours et vos impressions et contribuer ainsi à long terme à améliorer nos systèmes de santé. Je vous remercie infiniment pour votre implication dans ce sens! 1

Présentation de notre poster sur l’expérience au CÉI. De gauche à droite : Houda El Ghomari (Présidente du CÉI), Sarah Chapdelaine (Présidente sortante du CÉI) et Julie-Andrée Marinier (Vice-Présidente du CIO).


ACTUALITÉS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

ÉVÉNEMENT DES

PHARMACIENS 2017

P

our la première fois et pour célébrer les 400 ans de l’arrivée de Louis Hébert, le premier apothicaire en Nouvelle-France, un événement a été coorganisé par l’Ordre des pharmaciens du Québec (OPQ), l’Association des pharmaciens en établissement de santé (A.P.E.S.) et l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP) conjointement avec la Faculté de pharmacie de l’Université Laval. L’événement s’est déroulé les 1er et 2 juin derniers au Centre des congrès de Québec et a commencé par un mot de bienvenue suivi d’une présentation humoristique de l’histoire de la pharmacie au Québec par Jean-François Bussières, chef du département de pharmacie au CHU Sainte-Justine, et par Judith Choquette, pharmacienne propriétaire.

Suite à une présentation sur la formation continue d’Anick Minville, directrice de l’admission et du perfectionnement à l’OPQ, et un dîner bien attendu, il y avait une conférence sur la médication chez les personnes âgées donnée par la Dre Michelle Morin. Elle a insisté sur l’importance des BCM (Bilans comparatifs des médicaments) qu’elle disait signifier pour elle « Bien Communiquer Maintenant  ». Durant sa présentation, Dre Morin a parlé des Baby Boomers, chez qui la tendance est de vouloir être médicamenté. Il faut mentionner que même si une personne âgée a très peu de médicaments, il faut revoir leur dossier tout de même, car les quelques médicaments prescrits peuvent être inappropriés, voire même inutiles. Selon elle, plus on vieillit, moins les médicaments sont utiles. Lors de la révision de la médication du patient, regarder et prioriser les problèmes de santé avec le patient est de mise en utilisant un plan de communication avec le patient, sa famille et son médecin et en consultant les critères de BEERS et les critères STOPP/START. Le suivi n’est pas à négliger. Certaines questions récurrentes doivent être posées pour évaluer l’utilité de la médication : est-ce que l’indication est encore présente? L’espérance de vie permet-elle l’utilisation du médicament? Y a-t-il des comorbidités? Y a-t-il plus d’effets secondaires que de bénéfices? Est-ce qu’une même molécule peut agir à deux niveaux chez le patient? Dre Morin a continué sa présentation

Par Zina Ali (III)

jusqu’à ce qu’il soit temps de commencer les ateliers. Mon premier atelier était sur la gestion d’une pharmacie en situation de crise, présenté par Daniel Rocheleau, président de Gestion Daniel Rocheleau, et Jean Bourcier. En introduction, le projet de loi 28 a été abordé, ainsi que les nouvelles activités, la loi 92, et la loi 81 sur les appels d’offres causant de la turbulence dans le contexte de la pharmacie présentement. Par la suite, il a été mention des termes pouvant définir les trois dernières années en pharmacie communautaire : l’incertitude (sur les dates de publications des règlements, entre autres), l’imprévisibilité (depuis 2-3 ans, le système de santé est imprévisible de par des ministères ne faisant pas part de leur plan d’affaires ; les conséquences inconnues de la facture détaillée, etc.) et l’insécurité. Il y a 2085 pharmaciens propriétaires, et plusieurs nouveaux pharmaciens propriétaires qui sont jeunes s’associent. La facture détaillée a aussi été abordée. Si on détaille

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 21


ACTUALITÉS

notre facture en pharmacie, il y a un risque que plus de patients aillent magasiner le prix de leurs médicaments et le prix des médicaments va ainsi diminuer. Il est à noter que dans d’autres provinces, il y a du dirigisme. L’AQPP a développé du matériel à l’appui pour ses membres et a développé des exemples de factures. Les patients fréquentent une seule pharmacie pour plusieurs raisons et leur pharmacien ainsi que la qualité de ses conseils sont primordiaux dans cette décision. Les prochains objectifs de l’AQPP sont de remplacer les allocations professionnelles par un ajustement de la rémunération du pharmacien communautaire et de couvrir 100 % des actes professionnels. En conclusion, la gestion de la situation peut nous amener un gain de contrôle ainsi que la possibilité d’augmenter la prévisibilité et la certitude : cette crise est une occasion de changement! Durant la journée, il y avait aussi l’Assemblée générale de l’OPQ avec la présentation du budget annuel, entre autres. En soirée, un magnifique souper et une soirée gala prirent place avec la présence d’acrobates qui ont émerveillé les invités par leur talent et leurs habilités! Le lendemain, suite à un déjeuner, il y avait une présentation sur la pharmacogénétique par Isabelle Laverdière, pharmacienne et professeure adjointe à la Faculté de pharmacie de

22 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017

Le CapsulE, volume 41, no. 3 l’Université Laval. Elle mentionnait que la pharmacogénétique serait un ajout à notre arsenal. Ce concept pourrait être appliqué pour un grand nombre de médicaments et serait utile pour 9 patients sur 10 dans leur vie. Si on cherche un exemple de domaine, rapidement, l’oncologie vient en tête avec la thérapie orale ciblée. Lors du premier atelier de la journée, j’ai pu assister à « S.O.S. Questions de pratique  » présenté par Jean-Philippe Côté, pharmacien inspecteur, Line Fontaine, pharmacienne inspecteur et Guillaume Leduc, pharmacien coordonnateur à l’accompagnement. Quelques questions populaires ont été regardées et nous avions deux cartons de couleurs différentes pour répondre à la question posée par les présentateurs. Regardons quelques questions ensemble. Question 1 : « Pour un patient en soins palliatifs, puis-je utiliser une DLU différente de la norme pour les produits préparés en seringues? » En regardant la norme des produits stériles non dangereux, l’objectif en est un de sécurité et de qualité des produits pour la personne qui prépare le médicament ainsi que pour le patient. Ce sont les mêmes conditions pour la mise en seringue IV ou autre et la seule exception est celle de l’insuline qui peut avoir une DLU particulière en dernier recours. Aucune mention dans la norme ne dit qu’on ne peut pas faire pareillement en soins palliatifs. Question 2 : « Puis-je accepter une ordonnance transmise directement à ma pharmacie communautaire par le prescripteur électronique du médecin? » Il faut préciser que l’on ne parle pas de fax ni de DSQ dans ce cas-ci. Selon la loi actuelle, toute ordonnance électronique doit obligatoirement passer le DSQ pour être communiquée par le médecin au pharmacien à des

fins de sécurité ainsi que pour éviter la duplication des ordonnances. Dans tout ceci, il ne faut pas oublier que le patient est libre de choisir sa pharmacie. Les ordonnances par courriel ne peuvent pas être considérées comme des ordonnances verbales. Question 3 : «  Un patient quitte pour six mois, est-ce qu’on peut donner six mois de médicaments? » Il faut commencer par vérifier l’adhésion, la sécurité et l’efficacité des médicaments chez le patient. Ensuite, il faut savoir que le patient ne peut pas sortir du pays avec plus de 30 jours de stupéfiants. Si le patient désire avoir une copie de son dossier, on pourra la lui donner pour justifier l’utilisation de ses médicaments. Il est de la responsabilité du patient de se préparer pour son voyage. Mon deuxième atelier de la journée portait sur la prise de décision partagée démystifiée par Dr Michel Cauchon du département de médecine familiale et de médecine d’urgence à l’Université Laval. Dr Cauchon a abordé le sujet du patient qui est partenaire dans sa thérapie et qui travaille conjointement avec le


Le CapsulE, volume 41, no. 3 professionnel de la santé. La création d’outils de vulgarisation est importante à la fois pour le patient et pour le professionnel de la santé. Suite à un dîner, il y avait un panel sur l’interdisciplinarité dans la gestion de la crise des opioïdes animé par Bertrand Bolduc, président de l’OPQ. Parmi les panélistes présents, il y avait Félice Saulnier, pharmacienne, Dr Chris Milburn, un médecin de famille de la Nouvelle-Écosse, Dre Supriya Sharma de Santé Canada et Craig Plain, pharmacien du Vancouver au Pier Health Resource Center. S’en suivent quelques interventions lors du panel. Craig Plain a mentionné qu’il est primordial d’éduquer les personnes qui consomment des opioïdes puisqu’il y a plusieurs personnes qui font un surdosage. Il dit qu’il faut une formation pour l’utilisation de la naloxone en pharmacie. Sa pharmacie distribue des kits de naloxone. Au niveau national, Dre Supriya dit qu’il faut avoir des endroits qui supervisent la consommation de drogues et qu’il y aura une régulation pour l’héroïne pharmaceutique bientôt. De plus, la naloxone sera disponible sous forme de vaporisateur. Dr Chris Milburn ajoute qu’on a 20 fois plus d’opioïdes par personne au Canada comparativement au Japon. Il précise qu’il faut faire la

différence entre la douleur chronique, comme par exemple, une tumeur dans les os qui stimule des récepteurs nociceptifs et dont la transmission de l’influx vers le cerveau peut être bloquée par des opioïdes à faible dose, et le syndrome de douleur chronique, qui ne peut pas être soulagé par les opioïdes. Felice Saulnier a mentionné qu’il faut expliquer aux patients de ne pas s’attendre à un soulagement à 100 % et qu’on doit avoir un plan de sevrage et encadrer les patients. Pour clore l’Événement des pharmaciens, un regard vers les prochaines cinquante années de la pharmacie a été présenté par Bertrand Bolduc, président

ACTUALITÉS de l’OPQ, François Paradis, président de l’A.P.E.S., Jean Thiffault, président de l’AQPP et Jean Lefebvre, doyen de la Faculté de pharmacie de l’Université Laval. Voici quelques interventions qui sont ressorties : M. Paradis a mentionné que le rôle des ATP (qui selon certains seront les maîtres de la distribution dans 50 ans) devra être exploré. Le rôle du pharmacien est important et nos conseils augmentent encore plus après l’avènement d’Internet. Les pharmaciens sans pilules sont une possibilité, c’est un modèle qui est présent dans les GMF ainsi que dans les hôpitaux dans une certaine mesure. D’ici 50 ans, la pharmacogénomique devra être développée et il faudra s’éloigner du médicament en tant que commodité, sujet où le pharmacien aura un grand rôle à jouer. L’image publique du pharmacien est primordiale dans cette approche et cela passe par les soins prodigués aux patients. En conclusion, cette expérience à l’Événement des pharmaciens a été des plus enrichissantes! Je crois avoir appris grandement, et si jamais un événement d’une telle envergure est reproduit, je vous recommande fortement d’y assister. 1

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 23


ACTUALITÉS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

RETOUR SUR PHARMACADÉMIE 2017

C

’est le 17 novembre dernier que s’est déroulée la 2e édition de PharmAcadémie! Cette année, l’événement s’est tenu au McHall, tout près de l’université. Quatre étudiants, un candidat de chaque cohorte, se sont affrontés dans cette soirée-spectacle dans l’espoir d’être couronné «  Personnalité pharmaceutique de l’année ». Les stars de la soirée étaient : Guillaume Dagenais (1re année), Maxime Paquet (2e année), Sarah Pelletier (3e année) et Laurie Hudon-Germain (4e année). Pour évaluer nos candidats, nous avons invité cinq juges : Émilie Mégrourèche, Christopher Kelly, Nathalie Letarte, Ema Ferreira et Daniel Thirion!

© Chloé Vo

La soirée a débuté avec le défilé professionnel, où les participants, vêtus de leur sarrau, ont tenté de nous séduire par leur charme et leur attitude. Par la suite, chacun d’entre eux s’est fait interviewer individuellement par nos juges. Durant ces entrevues cocasses de type « Beauty Pageant », nous avons pu apprendre davantage sur les candidats. Par exemple, nous savons maintenant que la partie du corps préférée de Guillaume est sa moustache (qu’il a fait pousser dans le cadre du Movember)! Par la suite, Laurie a mis à l’épreuve ses connaissances dans un cas-patient de Feu sauvage de

24 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017

Par Katia Vo (III) l’amour et Guillaume, dans une mise en situation où il révise son top 6 MVL! Avant l’entracte, pour son numéro de talent, Maxime nous a offert une performance impressionnante de Mi Gente et de Shape of You, alors que Sarah a épaté les juges avec une prestation émouvante de Le Cheval de Victor Hugo et avec ses prouesses en « hobbyhorsing » (vous pouvez taper ce mot sur Google pour en © Chloé Vo apprendre davantage). À la fin de cette belle soirée, après Le spectacle s’est poursuivi avec un une délibération enflammée des juges et défilé funky, où nous avons vu les le vote du public, c’est Maxime Paquet candidats parader avec style dans toutes (aka Ourson Enjoué) qui a été couronné sortes de costumes farfelus! Dans son «  Personnalité pharmaceutique de l’ancas-patient, Maxime a fait la rencontre née » et qui représentera l’Université de d’un patient de type #grano #choukale Montréal au volet national de Canada’s #sansgluten #sanslactose #sansOGM Next Top Pharmacist au PDW 2018! qui souffrait de reflux à la suite de son Félicitations à tous les candidats et premier repas de fast food à vie, tandis que merci à tout le monde qui est venu assister dans la mise en situation de Sarah, celle-ci au spectacle ! a été évaluée sur ses compétences en santéP.-S. Saviez-vous que les profits voyage. Ensuite, Laurie nous a offert une performance émouvante de I Dreamed a de PharmAcadémie sont versés à un Dream et de When We Were Young tandis organisme du choix du gagnant à chaque que Guillaume a chanté Africa dans un année? Pour 2017, grâce à Maxime, la habit thématique de safari. Finalement, Fondation de l’Institut universitaire en les candidats ont dû s’affronter dans le santé mentale de Montréal recevra un don fameux Spelling Pharm Bee, où ils ont de 300 $! 1 dû se casser la tête à épeler des mots tels que meibomiite, dacryocystorhinostomie, trihexyphenidyl, et ptérygion!


ACTUALITÉS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

RETOUR SUR PHARMACADÉMIE 2017 (suite)

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 25


ACTUALITÉS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

RETOUR SUR PHARMACADÉMIE 2017 (suite)

26 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017


CONCOURS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

CONCOURS D’HALLOWEEN Les situations cocasses en pharmacie

L’Halloween a été le temps de se sentir effrayé! Avez-vous déjà vécu une situation cocasse en pharmacie? Dites-le nous : – Les pires insultes ? – Des erreurs d’ordonnance ? – Des situations stressantes ? – Des situations cocasses ? Plusieurs d’entre vous ont participé au concours via notre page Facebook ou par courriel journalcapsule@gmail.com. Le prix à gagner était « Le Pharmachien Tome 3 : La bible des arguments qui n’ont pas d’allure », et le gagnant a été choisi aléatoirement parmi vos nombreuses réponses. Félicitations à Jean-Félix Côté ! Le Capsule te souhaite une bonne lecture du Pharmachien pendant ton stage de 4e année.

Voici un aperçu de vos nombreuses participations :

Les pires insultes « Criss de Chinois, retourne dans ton pays! » Non, je n’étais pas dans un show de Sugar Sammy haha TP « Tu me fais tellement chier que même en prenant de l’imodium, j’irais encore QID » C A-Y Je devais trouver le dossier de l’enfant d’une dame, mais je n’y arrivais pas parce que j’avais inversé le nom de famille et le prénom, qui ressemblait aussi à un nom de famille. La dame m’a alors dit que j’étais un « gros zéro » et qu’elle était plus qu’insatisfaite de nos services… NV « Va te faire foutre tabarnak! » KT

Des erreurs d’ordonnances Lors d’une visite à domicile (en stage), je demande au patient comment ça va avec ses médicaments, s’il a des questions... Il me dit que tout va bien, qu’il n’a pas de questions. Alors je commence la revue de ses médicaments. Il m’interrompt et me dit : « En fait j’ai une question ! À quoi ça sert ça ? *en pointant sa boîte d’aiguilles à insuline* Car j’en prends 1 par jour et j’ai pas l’impression que ça change grand chose! » Je n’ai pas demandé ce qu’il faisait avec ses aiguilles, mais je lui ai expliqué qu’il fallait qu’il les utilise avec son stylo d’insuline… RA

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 27


CONCOURS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

CONCOURS D’HALLOWEEN (suite)

Des situations stressantes Y’a une madame qui a callé au labo pour renouveler ses Rx, et elle voulait ajouter un sac de gummy bears en spécial avec sa commande, pis elle m’a dit de lui en choisir un sans bonbons noirs parce qu’elle les trouvait dégueulasses. Alors, je lui ai dit sans réfléchir que « moi non plus, j’aime pas les noirs ». Tout le staff du labo s’est tourné vers moi et m’a regardé super croche. HF Un monsieur vient à la pharmacie pour renouveler ses médicaments. Cependant, il les a déjà renouvelés ET payés plus tôt aujourd’hui. Le patient est certain que personne n’est venu pour lui et que ça doit être une erreur. On observe dans le système et on confirme que c’est moi qui ai fait la transaction. On appelle les membres de sa famille pour vérifier, mais personne n’est passé chercher ses médicaments. Je stresse profondément à l’intérieur à l’idée d’avoir vendu ses médicaments à un autre patient. Alors je me mets à chercher partout pour retrouver ses médicaments, en vain. Lorsque je m’approche de l’accueil pour aller voir le monsieur, je le reconnais, il était passé plus tôt déjà pour payer ses médicaments : il est Alzheimer... Le soulagement mon ami! MP Un patient se fâche contre moi, car sa dose de Crestor a été augmentée de 10 à 15 mg et qu’il doit maintenant payer pour plus de comprimés par mois. Alors, il se met à me crier à la caisse comme quoi le proprio de la pharmacie le « crosse » et que « pas moyen de porter plainte à la pharmacienne en chef un soir de fin de semaine », etc, etc. Je lui dis donc « Mais monsieur, je ne comprend pas pourquoi vous vous fâchez contre moi comme ça, je ne peux rien y faire... ». Il me répond : « J’SUIS PAS FÂCHÉ, J’AI-TU L’AIR FÂCHÉ ?! TOÉ LÀ, T’ES TROP JEUNE, TU SAIS PAS C’EST QUOI LA COLÈRE !!! » KV

Des situations cocasses La patiente se présente pour obtenir une COU et quand je lui demande quelle était l’heure de la relation, elle me répond : « je me suis réveillé vers 5 h 30, faudrait que j’appelle mon chum pour savoir à quelle heure il a fait ça… » NL Une fois, un patient est venu pour me porter une prescription de Diclectin. Évidemment, cette prescription était pour sa femme. Dans le bon vieux temps, je ne savais pas que c’était une pilule pour les nausées et vomissements en grossesse. Alors, je lui ai demandé : « Est-ce que le médicament est pour vous ? » Puis, il m’a jeté un regard rempli de jugement, et puis il m’a répondu que non. Bref, on s’était finalement entendu que c’était pour sa femme. Cette situation était embarrassante. Mais non ce n’est pas tout, car je lui ai demandé si sa femme était enceinte ou allaitait, puis, il m’a jeté un 2e regard avec encore plus de jugement. Puis, j’ai tout compris. BL Une femme vient à la pharmacie pour un renouvellement hâtif de ses contraceptifs hormonaux. Je lui demande la raison pourquoi elle vient si tôt pour son renouvellement. Elle me dit, avec un air complètement sérieux, qu’un paquet n’est pas suffisant pour elle et son chum... Je me suis retenue de lui demander si elle a remarqué une augmentation mammaire chez son chum. NG

28 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017


CONCOURS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

CONCOURS D’HALLOWEEN (suite)

Alors que je travaillais dans ma pharmacie à Sherbrooke, un homme se présente avec une ordonnance d’azithromycine 10 mg/kg/jour DIE x 1 an pour son fils de 6 ans. Lors de la collecte de données, je fais comme à l’habitude et je demande pour quelle indication l’antibiotique a été prescrit. À ma stupéfaction, le père me répond que « c’est pour guérir l’autisme de mon fils ». Je lui demande alors d’élaborer et il me mentionne qu’il a rencontré un médecin au privé qui lui a dit que l’autisme était causé par une bactérie dans le sang de son enfant. Je décide alors de laisser le dossier entre les mains du pharmacien qui, bien évidemment, a refusé de servir l’antibiotique. L-S B Lors de mon premier stage en pharmacie, un monsieur d’environ une soixantaine d’années demande à parler à la pharmacienne. Il a vu dans le Journal de Montréal un article sur un « nouveau produit de santé naturel miracle » qui pourrait lui permettre de « reconquérir sa femme ». La pharmacienne me demande de lire l’article devant elle et le patient afin de se faire une petite idée sur le produit. Pas besoin de vous mentionner que j’ai eu de la difficulté à garder mon sérieux. CG « J’suis pas conne, je sais ce qu’il me faut pour mes yeux secs... du polysporin » BA

Notre gagnant! Le gagnant a été choisi aléatoirement parmi vos nombreuses réponses. Félicitations à Jean-Félix Côté ! Le Capsule te souhaite une bonne lecture du Pharmachien pendant ton stage de 4e année ;) Il y a quelques temps, dans le bureau de consultation, j’ai fait un conseil pour une dame avec un nouveau diagnostic d’intestin irritable. En lui demandant quel est le problème, elle me mentionne en se caressant le ventre avoir des ballonnements impossibles. Je lui sers donc du Constella et lui fait les conseils appropriés. Au moment de la voir se lever pour aller payer, je réalise qu’elle est enceinte. Panique. Je me mets à vérifier l’innocuité en grossesse, remarque que le dossier est pas à jour puis finalement retourne la voir pour confirmer le trimestre. Je lui demande donc quelle est la date des dernières menstruations, elle me répond tout bonnement. Je lui demande donc son trimestre et là elle me regarde piquée, « Euh, je suis pas enceinte... » Là, là, seulement à ce moment précis que je réalise l’ampleur de ses ballonnements. J’en deviens tout rouge (#flushingmuch), je sue, bégaie puis finit par aller me cacher dans le coin des dispills en bredouillant un problème d’assurance. À ma défense, je n’ai jamais vu un ballonnement aussi impressionnant et je crois que je n’en verrai plus jamais. - Jean-Félix Côté

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 29


Le CapsulE, volume 41, no. 3

Galerie de photos Don de sang Héma-Québec « La collecte de sang Héma-Québec du 19 octobre dernier a permis de récolter 118 dons, ce qui est un record à l’Université de Montréal !!! À tous les donneurs, il y a de quoi être fier! Félicitations à vous pour ce beau geste qui a donné la vie. » – Katerine Cloutier, chargée au comité humanitaire.

© Chloé Vo et Steven Tran

30 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017


Le CapsulE, volume 41, no. 3

Héma-Québec 2017

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 31


Le CapsulE, volume 41, no. 3

Galerie de photos

(suite)

Interfac de soccer « Voici les joueurs qui ont représenté pharmacie au tournoi interfacultaire de soccer du mois d’octobre dernier. Deux équipes étaient inscrites vu la grande quantité de joueurs de talent dans notre faculté! » – Sophie Léveillé, présidente du comité sportif

32 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017


Le CapsulE, volume 41, no. 3

Galerie de photos

(suite)

5@7 Halloween « L’air est devenu froid, les feuilles ont crevé, les citrouilles se font poignarder… Pour l’Halloween, le 5@7 au PillPub a offert une consommation gratuite à tous les étudiants qui sont venus déguisés. » – Kim Phat Pham, secrétaire du 5@7

© MiaKim Aubin

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 33


Le CapsulE, volume 41, no. 3

Galerie de photos

(suite)

Party Frankenstein « Le vendredi 3 novembre a eu lieu LE party d’Halloween. Eh oui, 9 associations étudiantes se sont réunies pour concocter un Halloween mémorablement épique. Le party offrait un bar ouvert, un concours de déguisement, des confiseries à volonté, des jeux de lumière et une ambiance musicale de fou. » – Maxime Paquet, coordonnateur à la vie étudiante (CVE)

34 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017


Le CapsulE, volume 41, no. 3

Party Frankenstein 2017

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 35


Le CapsulE, volume 41, no. 3

Galerie de photos

(suite)

Collation des grades — Pharmacie Félicitations aux nouveaux diplômés de la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal!

36 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017


Le CapsulE, volume 41, no. 3

Collation des grades Pharmacie

© Amélie Philibert

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 37


Le CapsulE, volume 41, no. 3

Galerie de photos

(suite)

Combat d’Archers 2017 « Le temps d’une soirée, une vingtaine d’étudiants ont vécu une immersion au combat d’archers. À travers les différentes rondes, ils se sont endurcis, jusqu’à vivre leurs premiers Hunger Games! » – Maxime Paquet, coordonnateur à la vie étudiante (CVE)

38 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017


Le CapsulE, volume 41, no. 3

Galerie de photos

(suite)

Colloque sur l’avenir de la pharmacie 2017 « Encore une fois cette année, le Colloque sur l’avenir de la pharmacie vous a transporté dans le futur de votre profession! Au courant de la soirée, plusieurs conférenciers ont présenté des enjeux touchant l’avenir de la profession de pharmacien. Vers la fin de la soirée, une table ronde a impliqué des acteurs importants du milieu de la pharmacie au Québec. La soirée s’est terminée avec une discussion sur vos questionnements sur l’avenir de la pharmacie. » – Sarah Pelletier, présidente du CÉPPUM

© Cholé Vo

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 39


DIVERS

© Emmanuelle Leblanc

40 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017

Le CapsulE, volume 41, no. 3


ARTS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

Lettre à maman Chère maman,

J

e sais que, en ce moment, tu t’inquiètes. Je sais que tu as peur. Je l’entends ce tremblement dans ta voix. Je sais que tu te sens impuissante et que tu regrettes. Tu regrettes de ne pas avoir agi plus tôt. Tu regrettes d’avoir fait de mauvais choix. Tu regrettes que tout ça t’ait mené jusqu’ici. Je sais aussi que tu ne veux pas que ça paraisse. Tu essaies de nous faire croire que tu t’en sors bien et que la situation ne t’affecte pas trop, mais je sais que tu penses à tes enfants, à ta mère qui est décédée alors que tu n’avais qu’une vingtaine d’année et à ta sœur qui est passée par le même chemin. Je sais que tu ne veux pas nous laisser tomber. Tu veux être là pour nous, nous voir grandir et même nous voir vieillir. Tu désires nous accompagner aussi longtemps que possible. « Je vais vivre vieille » répétais-tu. Ton plus grand rêve était d’avoir une maison partagée avec la mienne pour être hébergée gratuitement pendant ta retraite. Tu pourrais alors faire mon ménage et t’occuper de mes enfants alors que je travaillerais comme une folle. Ne t’en fais pas : je vais tout faire pour que ce rêve se concrétise. Sache que je suis là pour toi et que, peu importe ce qui arrivera, je suis prête à tout pour t’accompagner dans cette épreuve. Le travail et les études semblent éphémères face à la perte imminente d’un proche. Je suis même prête à tout laisser tomber, l’espace d’un instant, afin de t’accompagner pour le peu qu’il pourrait te rester. J’ai envie d’être présente pour toi comme tu l’as toujours été pour

moi, de t’encourager et de te rassurer, même si j’avoue ne pas être rassurée moi-même. J’ai envie que tu sois heureuse parce que, d’aussi loin que je me souvienne, tu ne m’as jamais semblé vraiment l’être. S’il faut que cela advienne, j’ai envie de te voir quitter ce monde avec un sourire sur les lèvres et un certain sentiment de satisfaction par rapport à ton passé, par rapport à ton vécu. J’ai envie que tu puisses t’endormir en paix. Je sais que je ne suis pas parfaite. Je suis parfois impatiente et déplaisante. Je mettrais bien cela sur le dos du stress, mais je ne crois pas que ce soit une bonne excuse. Je pense que c’est plutôt une question de priorités que je dois réviser. La famille devrait passer avant tout, dans la maladie comme dans la santé. J’ai essayé d’y remédier dernièrement, sauf que j’ai l’impression qu’il est trop tard maintenant. J’ai l’impression d’avoir manqué mon coup en pensant un peu trop à mon avenir sans voir ce que j’avais déjà à ma portée dans le présent, sans voir l’essentiel. Après tout, c’est littéralement grâce à toi que j’ai pu me rendre jusqu’ici, travailler aussi fort et persévérer autant malgré les obstacles. Tu es et tu resteras un modèle de persévérance pour moi et j’espère un jour pouvoir te ressembler sur ce point.

Par Shima

répondre « pas moi » avec un sourire en coin. J’espère que tu avais compris avec mon ton humoristique qu’il s’agissait de blagues et que je t’aime profondément. Moi aussi je m’inquiète pour toi présentement, et j’espère que tout ira pour le mieux. J’espère qu’ils se sont trompés et que tout rentrera dans l’ordre. J’espère que tu retrouveras ta vie d’avant, dans ta jolie maison avec ton chaton, et ta joie de vivre. J’espère surtout que tu pourras remercier le monde d’être encore en vie et que cette épreuve n’en sera qu’une de plus te permettant de réaliser la chance que tu as d’être encore parmi nous. Cependant, saches que, peu importe ce qui advient, je serai avec toi, et ce, jusqu’à la fin. Reste forte. Je suis de tout cœur avec toi. Je t’aime maman. 1

«  Je t’aime!  » me disais-tu, avec le sourire, et je me faisais un plaisir de te

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 41


DIVERS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

C hronique d’un gars de région 10 suggestions cadeaux pour

un Noël su’a coche !

L

es journées raccourcissent, la température chute et les premiers flocons s’annoncent : la période des Fêtes arrive à grands pas! C’est l’occasion idéale pour se réunir en famille, faire le plein de délicieux repas copieux et décrocher pleinement de l’université. Noël est un moment privilégié pour offrir de beaux cadeaux à notre précieux

Par Marc-Antoine Dufresne (I)

entourage, mais également le temps d’en recevoir. Pour t’éviter de devoir dissimuler un malaise profond en déballant un bibelot de céramique non désiré et de t’exclamer par politesse : « C’est hyper beau, wow, merci! », voici 10 suggestions originales et/ou utiles pour ceux qui veulent savoir ce qui te ferait plaisir.

1. Carte-cadeau de ton café préféré

2. Carte-cadeau à la SAQ

Parce qu’un grand Pumpkin Spice Latte demi-sucre avec lait de soja coûte presque 10 $ et qu’en étant étudiant, le budget est souvent restreint. Du café gratuit pour bien débuter la prochaine session ou tout simplement pour réchauffer les soirées froides à venir, pourquoi pas?

Pour se récompenser (ou pour noyer sa peine) après un examen, ou tout simplement pour accompagner une soirée entre amis d’une bonne bouteille, une carte-cadeau de la SAQ n’est jamais inutile. Alcool + gratuit = joie!

3. Billets de spectacle

4. Abonnement au gym

Idéal pour les fervents de la musique, du théâtre, de la danse, du cirque... bref, pour tous les arts de la scène. Je te confirme : recevoir une paire de billets pour le spectacle de son artiste préféré au Centre Bell rend heureux, surtout si la personne qui te les offre trippe autant que toi et t’accompagne!

Le prix d’un abonnement au gym est souvent la principale démotivation pour s’engager à un contrat d’un an au gym (outre la réalité de devoir sortir dehors pour s’y rendre à -30 °C). Par contre, il est important de faire de l’activité physique, même en période de rush. Avec un tel présent, tu n’aurais plus aucune raison de ne pas aller t’entraîner. Allez, hop! Enfile ces souliers et défoule-toi!

42 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017


DIVERS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

5. DIY

6. Journée au spa

Quelle belle attention que de recevoir des pâtisseries, des vêtements ou des objets faits à la main. La personne qui te l’offre a consacré du temps pour sa réalisation. On me confirme à l’oreille que du sucre à la crème maison, c’est toujours gagnant.

Pour se faire dorloter et pour mettre ses pensées en sourdine l’instant d’une journée, l’ambiance et les services offerts dans un spa sauront vous satisfaire. Messieurs, croyez-moi : une journée en amoureux dans un spa ravive toute flamme dans un couple!

7. Virée shopping Suggestion idéale pour les experts de magasinage et pour ceux qui ne peuvent trancher sur une boutique en particulier. Sois fou et ose demander un budget spécial pour cette journée d’achats et procure-toi de petits luxes que tu ne te procurerais pas d’habitude.

8. Livres Même si l’école exige déjà de nombreuses lectures, rien à voir avec le fait de s’asseoir confortablement sous des couvertures (ou même dans un bon bain chaud) avec un roman enlevant qui saurait retenir ton souffle jusqu’à la fin, ou encore te faire pleurer. Partager sa wishlist de romans est une bonne idée pour faire connaître ses goûts littéraires à ses proches.

9. Saut en parachute

10. Journée en compagnie d’un être cher

Pour les amateurs d’adrénaline et d’aventures : pourquoi pas? De nombreuses compagnies proposent des sauts en parachute avec des services de captation vidéo pour que tu puisses immortaliser cette aventure hors de l’ordinaire!

Parce que la chaleur humaine et les moments passés en bonne compagnie valent bien plus que tout autre objet matériel. Fais savoir à tes amis, à ta famille ou à ton partenaire que tu souhaites non pas qu’ils dépensent de l’argent pour toi, mais bien qu’ils passent du temps à tes côtés. Fous rires et souvenirs agréables garantis. 1

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 43


DIVERS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

David vs Goliath

I

l m’arrive souvent de recevoir des commentaires du genre « Ressaisistoi et ça va partir! », « Étudie plus d’avance et tu n’auras pas besoin de tes pilules! », « Essaie de relaxer un peu, ça va t’aider! », « Ça a pris quoi, une heure avant que le pattern d’aide se réinstalle? »… Pour moi, ça ne fait que me confirmer qu’il y a encore des personnes dans ce monde qui ne comprennent pas les maladies mentales. Je vais donc t’expliquer à toi un peu, lecteur ou lectrice, mon quotidien, mon combat avec ma maladie mentale et mon rapport avec mes études, pour que tu comprennes que je ne peux pas juste « relaxer » ou « étudier d’avance ». Tout d’abord, je vais te parler de mon diagnostic. Mon psy pense que je souffre d’un trouble d’anxiété généralisée (inquiétude excessive dans plus d’une sphère de ma vie et ce, pour plus de 6 mois) avec tendance de personnalité limite (peur irrationnelle de l’abandon accompagnée d’un problème de gestion d’émotions). J’ai aussi un trouble d’adaptation : je réagis mal aux grands changements dans ma vie, comme un déménagement, une nouvelle relation ou un nouveau programme d’études. Il dit aussi que j’ai des tendances d’humeur dépressive (un peu comme une dépression). Mon médecin, lui, me dit que j’ai une anxiodépression avec trouble panique. Ce dernier est un trouble anxieux caractérisé par des attaques de panique imprévues et la peur d’en avoir d’autres. Enfin, je suis en attente d’un test de dépistage, car mon médecin et mon psy pensent que je pourrais avoir un TDA. Évidemment, je suis LOIN de dire que mon cas est le

44 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017

Par Artiste Manquée plus complexe et le plus problématique qui existe. Reste que ça me fait souffrir et (malheureusement) ceux qui m’entourent. Mon alarme sonne le matin. Mon changement de médicaments me donnant des symptômes de dépression, je n’ai pas envie de me lever pour m’attaquer à une autre grosse journée. Même si je dors bien (mes nuits varient entre 7h et 8h30 de sommeil), j’ai toujours une grande fatigue. Je vois la montagne de cours, de tâches à compléter dans la journée et j’essaie de

Je me dis que je ne comprends rien, que je vais couler l’examen, que tout le monde aura une meilleure note que moi, etc. me faire un plan pour ma journée. J’ai souvent des nausées le matin, mais je me force tout de même pour manger un peu. J’ai plein de pensées négatives et stressantes du genre : «  Arrête de manger, tu es trop grosse » ; « Mes amis vont me juger sur cette tenue » ; « Tu seras pas capable de passer au travers de cette session, ou même de cette journée » ; « Tu as besoin d’être avec quelqu’un? Pff, tu

déranges trop ton chum, il pense que tu es un fardeau » ; « Dépêche, tu vas encore arriver en retard » ; etc. Ce genre de pensées m’envahit à longueur de journée, interrompu de temps à autre par des pensées sur ce qu’on apprend en classe ou sur ce que j’essaie d’étudier. Évidemment, je ne me laisse pas faire!! J’essaie de me raisonner, de contredire mes pensées négatives avec des pensées positives et réalistes, etc. Toutefois, comme je le dis à mon psy, c’est un peu comme David vs Goliath, et ça me demande beaucoup d’énergie et de concentration pour me calmer. Sinon, mes pensées s’accumulent et s’empirent pour laisser place à une crise de panique. À ce moment-là, mes pensées sont incontrôlables, elles me donnent un gros mal de tête et m’empêchent de faire quoi que ce soit! J’hyperventile, j’ai de la difficulté à respirer, je n’arrive même plus à parler!! J’ai alors absolument besoin de quelqu’un à côté de moi pour me rappeler de respirer, me rassurer et m’aider à me concentrer sur le moment présent. Ces événements-là sont très souffrants et je ne souhaite ceci à personne.


Le CapsulE, volume 41, no. 3

Concernant mes études, j’essaie tant bien que mal de m’y prendre à l’avance. Je n’y arrive pas toujours. Premièrement, j’ai beaucoup d’activités : pratiques de musique, travail, implication dans la vie étudiante, etc. Chacune de ces activités contribue à diminuer mon anxiété à leur façon. Deuxièmement, j’ai tellement de mal à me motiver et à me concentrer! Après deux minutes, je pars dans la lune!! Les médias sociaux m’aident à me changer les idées. J’ai aussi une application (Pomodoro) qui est un minuteur qui m’aide à améliorer ma concentration. Troisièmement, quand j’étudie d’avance, je stresse encore plus!!! Je me dis que je ne comprends rien, que je vais couler l’examen, que tout le monde aura une meilleure note que moi, etc. Il

m’arrive donc de faire des crises de panique pendant que j’étudie.

En espérant que tu comprennes maintenant mieux la maladie mentale, et qu’elle n’est pas à prendre à la légère. 

DIVERS

régulièrement mon psy pour qu’il m’aide à changer ma façon de penser, mon image, celle des autres et mon rapport avec le monde. Je fais beaucoup de travail sur moi-même et je peux dire qu’en un an, j’ai énormément progressé. En espérant que tu comprennes maintenant mieux la maladie mentale, et qu’elle n’est pas à prendre à la légère. Merci. 1

Évidemment, je ne suis pas là pour me plaindre de ma condition, j’ai des ressources pour m’aider!! D’une part, j’ai de la médication pour aider à traiter mes symptômes. D’autre part, je vois

© Emmanuelle Leblanc

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 45


DIVERS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

Mots croisés pharmaceutiques Par Audrey Desjardins (III)

Horizontal

Vertical

3. Hormone responsable de stimuler la lactation. 5. Médicament à usage abortif et protecteur d’estomac (nom générique). 8. Effet secondaire fréquemment rencontré avec la prise d’antibiotiques. 9. Nom d’une compagnie qui commercialise des probiotiques sous forme de capsule. 10. Médicament utilisé notamment pour les maladies auto-immunes pour lequel il faut supplémenter en acide folique.

1. Nom original de l’acétate d’ulipristal (utilisé pour la COU). 2. Ville où se tiendra le PDW cette année. 4. La déficience en G6PD peut entraîner une anémie hémolytique avec la prise de cet antiseptique urinaire (nom générique). 6. Anticorps monoclonal chimérique anti-TNF alpha (nom générique). 7. Maladie auto-immune inflammatoire s’attaquant aux intestins.

46 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017


DIVERS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

Ordonnance mal foutue Sauriez-vous déchiffrer ce qui est écrit? Réponse au prochain numéro!

Réponse au numéro d’octobre 2017 : Cesser pradexa Lovenox 1 mg/kg s/c q12hrs Cesser Lasix PO Lasix 20 mg IV q12hrs

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 47


DIVERS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

Mots croisés pharmaceutiques (solution octobre 2017)

Par Audrey Desjardins (III)

Horizontal

Vertical

5. Laxatif stimulant (nom original). 7. Supplément vitaminique en grossesse qui est essentiel à la prévention de l’anomalie du tube neural. 8. Fumarate ferreux (nom original). 10. Antihistaminique qui est un métabolite actif du Claritin (nom original).

1. Antitussif qu’on retrouve en annexe 2. 2. Vaccin contre la diarrhée des voyageurs et le choléra. 3. Référence que les étudiants en pharmacie consultent généralement en premier pour obtenir des informations rapidement à propos d’un médicament. 4. Nom original de la pompe bleue. 6. Maladie chronique liée à la déficience d’une certaine hormone empêchant le glucose de pénétrer dans les cellules afin de leur servir de carburant. 9. Organe très utile pendant le Vins et Fromages.

48 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017


DIVERS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

À manger et à boire Par Julien Prévost (III) J’adore la cuisine du Moyen-Orient. En effet, c’est une cuisine pleine de saveurs nouvelles, mais surtout de parfums et d’arômes. Cette recette est un « festin du dimanche soir » (les Fêtes s’en viennent) qui peut réunir famille et amis autour d’une même table. Je crois que ce genre de soirée est très importante psychologiquement. La liste d’ingrédients est longue, mais j’ai indiqué ceux qui sont facultatifs.

À manger – Tagine de poulet et agneau aux citrons confits, légumes rôtis au sumac, couscous à la menthe, abricots et eau de rose et pistaches au miel INGRÉDIENTS

Pour le tagine de viandes ♦♦ Hauts de cuisse de poulet, avec l’os et la peau (1 par personne) ♦♦ Gigot d’agneau coupé en cubes (l’agneau est facultatif). Ça donne une variété, mais il est possible de faire ce plat seulement avec du poulet ♦♦ Pois chiches en conserve, drainés et rincés ♦♦ Oignons jaunes (1 par personne) ♦♦ Gousses d’ail (1 par personne) ♦♦ Citrons confits hachés: le nombre à ajouter dépend de leur taille. Faire attention, car il s’agit d’une saveur très forte ♦♦ Abricots, séchés ou frais (ou des dattes dénoyautées) : 1 frais ou 2 séchés par personne ♦♦ Safran (optionnel) ♦♦ Mélange d’épices « Ras el hanout » : j’ai fait mon propre mélange d’épices, mais ce mélange est disponible dans pratiquement toutes les épiceries. C’est un peu l’équivalent du « Garam masala » indien. ♦♦ Graines de cumin (ou cumin moulu), une pincée ♦♦ Graines de coriandre (ou coriandre moulue), une pincée ♦♦ Bâton de cannelle

Tout un titre, mais imaginez que vous lisiez ça sur un menu de restaurant, c’est ce que vous commanderiez, non?

INGRÉDIENTS (suite)

Pour les légumes rôtis — tous les légumes de type racine sont bons pour être rôtis ♦♦ Carottes (1-2 par personne) ♦♦ Oignons (1-2 par personne) ♦♦ Ail (1 par personne) ♦♦ Courge musquée ou butternut : si vous utilisez une courge musquée, il faut enlever la pelure. Si c’est une courge butternut, la pelure est mangeable. ♦♦ Prunes fraîches (½ – 1 par personne) ♦♦ Sumac, un peu plus difficile à trouver. C’est encore une fois un goût unique. C’est très acide, mais il y a une note fruitée très intéressante. ♦♦ Graines de cumin (ou cumin moulu), une pincée ♦♦ Graines de coriandre (ou coriandre moulue), une pincée ♦♦ Sel, 1-2 bonnes pincées ♦♦ Poivre

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 49


DIVERS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

À manger et à boire (suite)

INGRÉDIENTS (suite)

Pour le couscous ♦♦ Couscous (1 tasse par 2 personnes) ♦♦ 1 citron frais, coupé en tranches épaisses ♦♦ Abricots ou prunes ♦♦ Eau de rose : attention avec cet ingrédient! Quelques gouttes font toute la différence ♦♦ Menthe ♦♦ Safran (optionnel) Pistaches au miel ♦♦ Pistaches écaillées, mais non salées ♦♦ Votre miel préféré

MÉTHODE 1. La première étape est de mettre la viande à cuire. Que vous fassiez cette recette dans une mijoteuse ou non, je vous conseille fortement de la faire brunir avant. En cuisine, le dicton est « no color, no flavor ». Faites préchauffer votre chaudron au maximum. Le secret est de ne pas trop faire brunir de morceaux en même temps. Il faut laisser de la place entre chaque morceau pour que la viande soit capable de frire et non qu’elle se mette à bouillir. Enduire la viande de farine peut aussi aider. Faites brunir les deux côtés du poulet, en mettant l’accent sur le côté avec la peau et au moins deux côtés des cubes d’agneau. Réserver la viande sur du papier absorbant. 2. Ensuite, faire revenir les oignons dans l’huile jusqu’à ce qu’ils deviennent transparents. Ajouter les épices et l’ail et faire revenir 1-2 minutes supplémentaires. 3. Ajouter les pois chiches, les citrons confits et les fruits (abricots et/ou dattes). Bien incorporer pour que tout soit recouvert d’épices. 4. Déglacer le chaudron avec quelques mL d’eau et bien frotter le fond avec une cuillère de bois afin de dissoudre les sucs caramélisés. Cette étape est très importante. 5. À ce moment, vous pouvez transférer le tout dans la mijoteuse. Ce qui est important, c’est de s’assurer que le côté avec la peau des morceaux de poulet soit vers le haut. Ajouter de l’eau jusqu’à 2 cm sous le niveau de la viande et laisser mijoter, soit dans la mijoteuse pour 6-8 h à feu doux, dans le four à 150°C (350°F) pour 3-4 h ou sur le rond. Si vous le faites dans le four ou sur le rond, assurez-vous de couvrir au ¾ avec le couvercle en laissant une petite fente pour que la vapeur puisse s’échapper. La viande est cuite lorsqu’elle est si tendre qu’on peut la défaire à la fourchette. 6. Pour les légumes, la raison pour laquelle je préfère les faire rôtir à part, c’est qu’ils retiennent plus leur texture. Sentez-vous bien à l’aise de simplement les ajouter dans le chaudron à mi-cuisson. Si vous voulez les faire rôtir à part, les étendre (avec les autres ingrédients) sur une plaque à biscuits et les mettre au four à 150°C (350°F). Ils prennent environ 45 minutes-1h pour bien rôtir.

50 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017


DIVERS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

À manger et à boire (suite)

7. Pour ce qui est du couscous et des pistaches, c’est vraiment une affaire de dernière minute. Faire cuire du couscous, c’est un jeu d’enfant. Dans un bol, mettre les grains et les autres ingrédients, sauf la menthe et l’eau de rose. Ajouter de l’eau bouillante pour recouvrir complètement le couscous. Couvrir le bol avec un couvercle, une assiette ou simplement un morceau de cellophane et laisser le couscous absorber l’eau pendant 5-6 minutes. Ensuite, passer une fourchette dans le couscous et ajouter la menthe et l’eau de rose. Pour l’assemblage, mettre le couscous en premier, puis ajouter la viande et la sauce par-dessus et finir avec les légumes. 8. La dernière étape est les pistaches. Dans une poêle chaude, ajouter les pistaches et les rôtir à sec pendant 30 secondes. Ajouter du miel et laisser le miel réduire et caraméliser pendant environ 1 minute. Garnir l’assiette avec les pistaches. Celles-ci ajoutent une merveilleuse texture croquante, et un côté sucré qui complimente bien toutes les épices du plat. 9. Avec le repas, vous pouvez boire un thé à la menthe et au citron.

COCKTAIL DE FIN DE SOIRÉE 1. J’y vais très rapidement et simplement. Au Moyen-Orient, la pomme grenade est beaucoup utilisée. J’ai donc pensé à un simple martini avec ce fruit. Dans un « shaker », mélanger de la vodka et du vermouth dans un ratio 2:1 (60 mL de vodka pour 30 mL de vermouth) et quelques gouttes de mélasse de pomme grenade. Si vous n’en trouvez pas, ajoutez 10-15 mL de jus de pomme grenade à la place. 2. Ajouter beaucoup de glace et brasser vigoureusement. 3. Filtrer dans un verre froid et garnir d’arilles de pomme grenade.

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 51


DIVERS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

RxScopes du Pharm.D. Générateur d’horoscope d’une base de données pharmaceutiques

Image courtoisie de NASA et ESA

L’horoscope qui suit tente de prédire les événements se déroulant de décembre 2017 à fin janvier 2018. Un médicament vous a été prescrit selon le mois de votre date de naissance. Par exemple, si vous êtes nés en novembre, le sildénafil vous a été prescrit. Écoutez bien Nancy « clairvoyante » Zhang, sa sagesse est infinie.

52 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017

MOIS DE NAISSANCE Janvier

MÉDICAMENT Lorazepam

Février

Docusate de sodium

Mai

Risédronate

Mars Avril Juin

Terbinafine

Amphétamine Sirolimus

Juillet

Amitriptyline

Octobre

Lansoprazole

Août

Septembre Novembre Décembre

Kétoconazole Metformine Sildénafil

Atovaquone-proguanil


DIVERS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

Lorazepam (Ativan) Tu penses beaucoup plus à tes futurs plans de carrière ces temps-ci. Nul ne peut t’en blâmer, le monde de la pharmacie change si vite. N’oublie pas que le marché du travail regorge de mille et une opportunités, il faut savoir regarder. En attendant, tu devrais calmer tes esprits, car la réalité du travail te rend anxieux. Allume une chandelle aromatisée.

Docusate de sodium (Colace) Des ondulations surviennent sur le lac autrefois paisible de ton esprit créatif, tu réfléchis beaucoup récemment à ton côté artistique que tu as négligé durant ton séjour à l’université. Malgré ton goût absolument écœurant et ton inefficacité flagrante, tu aurais aimé continuer certains de tes projets artistiques. Ne perds pas espoir, il est toujours possible de s’impliquer!

Terbinafine (Lamisil) Tu es une personne intuitive de nature. En effet, ton intuition ne t’a jamais déçu, mais t’a peut-être empêché de prendre les risques nécessaires dans certains aspects de ta vie. N’oublie pas que l’incertitude rapporte parfois certaines surprises satisfaisantes, et que tu existes sous plusieurs formes : comprimés, crème, etc.

Amphétamine (Adderall) Le temps froid de décembre n’a nullement diminué ta persévérance, car c’est avec diligence que tu t’attardes à tes travaux. Tu as peut-être de la misère à faire coexister tes sphères académique et sociale, mais… disons que ton entourage garde ton système nerveux central bien stimulé.

© Monica Chen

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 53


DIVERS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

Risédronate (Actonel) Tes amis apprécient bien ta présence, car tu es la personne de confiance dans ton groupe. Malgré ton air intimidant à première vue, les bénéfices de ton amitié seront palpables à long terme. De plus, aurais-tu remarqué que certaines personnes ne pourront s’allonger 30 minutes après t’avoir parlé?

Sirolimus (Rapamune) Tu as un grand potentiel devant toi, car tu causerais moins de néphrotoxicité que ton copain Tacrolimus. Cependant, ne sois pas trop vantard, car certains rapportent une disparité dans ton humeur. Sois vigilant dans l’expression de tes émotions, car tu passerais parfois pour une personne superficielle…

Amitriptyline (Elavil) Les temps sont durs pour ton équilibre émotionnel. Étant une personne sensible, tu es facilement blessé par les propos de tes pairs. Les examens et le manque de temps personnel ne font qu’aggraver les affaires. Urines-tu moins souvent? As-tu des changements au niveau de ton appétit? Ce seraient des paramètres à surveiller pour veiller à ton bien-être.

Kétoconazole (Nizoral) Quel enthousiasme qui émane de toi! Tu essaies d’être plus généreux et attentif auprès de tes proches ces temps-ci, et la différence est bel et bien visible! Tu as compris qu’un petit geste peut avoir un énorme impact positif sur quelqu’un. Par contre, fais attention de ne pas t’imposer auprès de ceux-ci, car tu es un inhibiteur puissant du CYP3A4.

© Monica Chen

54 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017


DIVERS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

Metformine (Glucophage) On te confie de gros projets et de grandes responsabilités, car ta crédibilité est excellente. Tu es souvent la première personne-ressource à qui l’on pense, car ton intelligence est hors pair! Une trace de perfectionnisme est dissimulée derrière de beaux résultats, continue ainsi! N’oublie pas de comprendre que les autres ne sont pas aussi habiles que toi, puisque tu es le seul antihyperglycémiant pour lequel une diminution de la mortalité à long terme a été prouvée.

Lansoprazole (Prevacid) Tu es l’expert des relations interpersonnelles. Tu es capable de juger chaque situation et de t’y adapter merveilleusement. Les gens peuvent te trouver « diplomate », mais tu ne fais qu’essayer de rendre ta présence plaisante. Ton entourage n’hésite pas à t’inviter à plein d’évènements, car tu t’y insères comme un gant. Si quelqu’un est incapable d’avaler tes propos, dis-leur d’essayer la solution extemporanée!

Sildenafil (Viagra) Tu as découvert un nouveau passe-temps récemment, et les choses se passent bien dans ta vie personnelle. La prochaine étape serait une meilleure gestion de tes finances, car tu commences à avoir plus de dépenses que de revenus! Commence par de petites économies là où c’est possible, car tu es très « high maintenance ».

Atovaquone-proguanil (Malarone) Arrête d’hésiter, passe à l’action! Tu rêvasses depuis longtemps à un voyage bien mérité avec tes copains. L’aventure est la solution à tous tes problèmes. Choisis un endroit intéressant n’entrant pas en conflit avec la date assignée pour ton stage bien sûr et tu vivras une expérience irremplaçable. N’oublie pas de rester loin des moustiques et d’apporter du DEET qui, petit rappel, n’est pas efficace contre les hyménoptères! © Monica Chen

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 55


DIVERS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

Ce qu'ils ont dit... Psst! Vous avez entendu quelque chose de drôle de votre professeur? Envoyez-nous vos citations de profs par courriel au journalcapsule@gmail.com ou par Facebook Le Capsule.

P.P Le risque d’avoir une infection entérique n’est pas si grand que ça. Faque, le multiplier par deux — quelque chose qui n’est pas si grand que ça — c’est pas si grand que ça. On peut élever la tête du lit. Le problème c’est que si vous couchez deux… ou trois, ou quatre. Vous comprenez, en gastro, on aime pas beaucoup nos cardiologues : ils nous enlèvent tous nos médicaments. _____ L.T Le médecin m’a dit qu’il n’avait pas de temps. Et j’ai dit « ben moi non plus »! Et j’ai raccroché. J’ai connu mon mari avec le livre McGraw Hill. J’ai tellement aimé le livre que je suis allée à sa porte pour l’emprunter. Non! Rien ne s’est passé! C’était réussi! On a éradiqué la famille! Euh, non, je veux dire l’H. pylori. À un étudiant qui arrive en retard : C’est une vedette. Ça fait 1 heure qu’il est en bas. Il a planifié d’arriver en retard. On applaudit Kenny! Je vous assure I’m a good pharmacist. On me trust beaucoup à l’hôpital.

56 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017

M.V La professeur est tombée en bas de la scène dans les petits locaux à Jean-Brillant pendant la rencontre intra. Elle a dit peu après : Mettez pas ça dans le Capsule! _____ N.S En parlant de l’herpès génital : C’est très douloureux! Je veux dire, selon la littérature il semble que c’est douloureux. … c’est pas comme pour la diarrhée du travailleur... Hum la diarrhée du voyageur. _____ J.V Devant une illustration de la mythologie grecque : Y’a mis le foie du côté gauche donc c’est pas tout le monde qui est… smart, smart. Devant une diapositive sur la consommation d’alcool et le risque de cirrhose : Il faut commencer à boire tout de suite le matin si tu bois 36 bières. C’est une job à temps plein.


DIVERS

Le CapsulE, volume 41, no. 3

A.L C’est la mère qui a fait pipi au lit haha. Si l’enfant a eu une nuit sans énurésie, on peut le récompenser avec un gruau aux œufs de dinosaures au déjeuner. _____ E.F Moi aussi je trouve ça plus simple d’avaler. Ma partie c’est le vagin en MVL. _____ C.G

Demandez à votre patient comment il met ses gouttes dans les yeux, c’est fantastique ce que vous allez voir! Ils en mettent partout, sauf dans l’œil! Les benzodiazépines ont un aimant qui les attire dans le fond du lavabo. Le patient avait pris un tournevis pour se nettoyer le conduit auditif. J’ai failli lui demander si c’était un tournevis étoile ou plat… Pour certains, c’est vraiment orgasmique de se rentrer un Q-tip dans l’oreille. _____ R.G Les femmes obèses ont moins de chaleurs que les minces... Elles ont déjà chaud, sont grosses!

Le polysporin, quelle merveilleuse invention de la nature! Certains aiment tellement le polysporin qu’ils en mettraient sur leurs toasts.

_____

Il faut faire attention à son choix de mot... Il ne faut pas dire « Oh je pense que vous avez une chlamydia et que vous l’avez donné à votre bébé »

Moi, je marche avec E. coli main dans la main, mais j’ai un fusil dans l’autre main.

Si le patient voit un corps flottant et que VOUS, vous le voyez pas, référez.

D.T

Je rentrais dans les dépanneurs au Mexique, et il y avait des Cipros sur les tablettes.

Concernant la conjonctivite bactérienne gonococcique : « Comment on attrape ça? »

Tu t’arranges pour qu’un seul médecin dans l’hôpital change son modèle de pratique. Les autres médecins vont le suivre. Ils sont extrêmement compétitifs.

… se faire un journal de nos activités olé olé.

_____ N.D Une urine foncée, c’est lorsque le patient dit qu’il urine du Coke.

DÉCEMBRE 2017 – LE CAPSULE – 57


DIVERS

58 – LE CAPSULE – DÉCEMBRE 2017

Le CapsulE, volume 41, no. 3


Faites bonne impression ! Profitez des conseils de nos experts afin de réduire vos coûts d’impression et de conception. Services offerts : conception graphique | infographie | affiches grand format impression couleur et N/B ( numérique et offset ) | reliure de tout genre pliage | laminage | adressage | assemblage ( mécanique ou manuel ) mise sous enveloppe | préparation postale et mise à la poste

sium.umontreal.ca


Le Capsule - Décembre 2017  
Le Capsule - Décembre 2017  

Volume 41, No.3

Advertisement